Vous êtes sur la page 1sur 3

I.

Comparaison entre banques conventionnelles et


banques participative

Critère de Banques participatives Banques conventionnelles


comparaison
1. Différences au niveau des principes de fonctionnement :
1.1. Sur l’intérêt Interdiction de la notion de Paiement autorisé
Riba : les banques d’intérêts débiteurs et
participatives ne peuvent créditeurs.
consentir de prêts
engendrant des intérêts.
1.2. Sur le partage L’argent ne pouvant être Transactions
du risque considéré comme une traditionnelles de
marchandise, l’intervention prêts/emprunts.
des banques se fait sur la
base de prises de
participation dans des
projets ou des transactions
de vente et/ou de location.
1.3. Sur la Accent porté sur la Importance accordée à la
productivité et la productivité, la viabilité des solvabilité de
solvabilité projets et non sur la l’emprunteur et à
solvabilité de l’emprunteur. l’échéance du
remboursement de la
somme prêtée et des
intérêts.
1.4. Sur le risque Importance accordée aux Financement de tous
moral implications morales des types de projets dans
activités financées et tous les secteurs
prohibition de certains d’activité licites.
secteurs d’activités.
2. Différences au niveau de gestion des opérations bancaires :
2.1. Gestion du Lorsque qu’un client Production d’intérêts
compte courant sollicite la banque lorsque la banque
islamique pour l’acquisition classique octroie un prêt
d’un bien, le compte et qu’elle le transfère sur
courant du client ne reçoit le compte courant de son
pas d’argent. La banque client.
verse l’argent au
fournisseur pour l’achat du
bien et le revend à terme au
client. Donc la
rémunération de la banque
est constituée de la marge
sur la vente du bien.
2.2. Gestion du Les fonds déposés dans le Non applicable.
compte compte d’investissement
d’investissement sont gérés par la banque en
ou « Profit Sharing contrepartie de frais de
Investment gestion qui peuvent être,
Account (PSIA) » soit des profits, soit des
pertes. Les dépositaires
n’ont aucun droit de regard
sur la gestion de leurs
comptes.
La durée des dépôts varie
entre 1 mois et 5 ans. Si le
détendeur du compte se
retire avant la fin de
l'échéance, il partage les
pertes, mais pas les profits
que les fonds ont pu
générer. Ni le capital ni le
taux de rendement ne sont
garantis.
2.3. Gestion du Le compte d’épargne ne Le compte d’épargne
compte d’épargne génère pas d’intérêt. Le génère un intérêt dont le
titulaire du compte peut taux d’intérêt fixe est
percevoir des profits. Le connu d’avance.
capital est garanti mais il
est versé après prélèvement
de la Zakat.
2.4. Gestion de la Existence d’une relation de Existence d’une relation
relation client- partenariat entre les de créanciers/débiteurs
banquier banques islamiques et ses entre les banques
clients. classiques et ses clients.
2.5. Rôle de la En plus du rôle Rôle exclusif
banque d’intermédiaire financier, d’intermédiaire
la banque participative a un financier. La banque
rôle d’intermédiaire collecte des fonds et les
commercial car l’ensemble utilise dans des
des transactions financières opérations de prêts.
sous-tend un actif tangible.
2.6. Marché Dans le système financier Dans le système financier
interbancaire participatif actuel, il conventionnel, les
n’existe ni banque centrale, banques centrales ont
ni marché interbancaire plusieurs fonctions :
participatif. émission de billets,
En cas d’excédent de régulation du marché
liquidité à court terme, les monétaire, etc. Le
banques participatives ne marché interbancaire
peuvent ni recevoir ni payer permet aux banques de
d’intérêts. Pour l’instant, il placer ou de refinancer
n’existe que peu respectivement leurs
d’instruments monétaires excédents ou leurs
liquides dans ce secteur. déficits de liquidités.

Après avoir découvrir l’ensemble d’instruments de la finance islamique ainsi que les
critères de base de leurs classification, mais aussi la mise en point des différences et
concordances grâce à la comparaison entre les banques islamiques et les banques
traditionnelles, il s’avère maintenant possible de passer à l’analyse des dispositions
juridiques contenues dans le projets de réforme de la loi bancaire, dont on va procéder
à la présentation de la structure générale du projet de loi, à l’analyse des dispositions
relatives à la finance islamique et finalement aux autres réformes.

Vous aimerez peut-être aussi