Vous êtes sur la page 1sur 76

Objectif :

• Rôle et principe de
l’imagerie sismique
par réflexion,
• Méthodes
d’acquisition,
I. BOUR
• Réflecteurs et faciès
sismiques,
• I- Sismique réflexion • Lecture et
interprétation de
• II- Faciès sismiques profils sismiques.

• III- Exemples BOUR Ivan


d’interprétation CFA-UNICEM
I. BOUR
Ne pas confondre

Sismique réflexion = Sismologie

• Source artificielle • Source naturelle (séismes)

• Cible : Ecorce terrestre • Cible : structure terrestre


superficielle (1m -> 30 Km) profonde (-> 6 378 Km)
Sismique réflexion
Les images sismiques :

 utilisées pour l'analyse du sous-sol en


géophysique,

 créées à partir de la mesure du temps


de propagation d'ondes émises et
reçues à la surface des terrains
considérés,

 chaque pixel de l’imagerie obtenue


est calculé à partir d'un ensemble de
• Source artificielle traces sismiques.
• Cible : Ecorce terrestre
superficielle (1m -> 30 Km)
A. Acquisition Les dispositifs d'acquisition
Chirp
A. autonome
Acquisition Les dispositifs d'acquisition
(source+ récepteur)

A terre
Source - Explosifs (contraignant et cher)
- Camions vibreurs (peu cher et rapide)
Récepteurs

Géophones ~ sismomètres
Capteurs de mouvements
Chirp
A. autonome
Acquisition Les dispositifs d'acquisition
(source+ récepteur)

En mer
Chirp
A. autonome
Acquisition Les dispositifs d'acquisition
(source+ récepteur)

En mer
Chirp
A. autonome
Acquisition Les dispositifs d'acquisition
(source+ récepteur)

En mer
B. Fonctionnement Effet de la profondeur sur le signal

1. Plus le signal progresse en profondeur, plus il s'atténue

Le front d'onde progresse dans le sous-sol.


Le rayon augmente  le signal s'étire  perte d'énergie

atténuation par divergence sphérique


B. Fonctionnement Effet de la profondeur sur le signal

2. Plus le signal progresse en profondeur, plus il s'appauvrit en hautes fréquences

Du fait des propriétés inélastiques du sous-sol, le signal sismique a tendance à se


déformer au cours de la propagation :

Le signal perd ses hautes fréquences


et s'allonge (longueur d'onde augmente)
B. Fonctionnement Effet de la profondeur sur le signal

2. Plus le signal progresse en profondeur, plus il s'appauvrit en hautes fréquences

Généralement plus les terrains sont profonds, plus les vitesses y sont rapides
(augmentation de la densité des sédiments par compaction)

On a : V augmente
λ=
f diminue

Augmentation de la valeur de λ
B. Fonctionnement Résolution vs pénétration Plus le signal progresse en
profondeur, plus il s'appauvrit
en hautes fréquences.
Résolution +
Cibles:
Prospection de sites
Courtes longueurs d'onde Structures des corps sédimentaires
/ hautes fréquences

• Plus la fréquence est haute, plus la


résolution augmente
• Plus la fréquence est basse, plus la
résolution diminue

Grandes longueurs d'onde


Cibles:
/ basses fréquences
Structures de marges
Croûte / MOHO

Pénétration +
B. Fonctionnement Résolution vs pénétration Plus le signal progresse en
profondeur, plus il s'appauvrit
en hautes fréquences.
Résolution +
Cibles:
Outils:
Prospection
Chirp, de sites THR
Boomer
Courtes longueurs d'onde Structures des corps sédimentaires
Sparker
/ hautes fréquences

Outils:
Mini-GI HR

Grandes longueurs d'onde


Cibles:
Outils:
/ basses fréquences
Structures de marges
Sismique lourde
Croûte / MOHO

Pénétration +
B. Fonctionnement Loi de propagation des ondes acoustiques

La loi de propagation de ces ondes suit la loi de Snell-Descartes (optique)

RAPPEL :

Rayon réfléchie Réflexion :


Ө' Ө1 = Ө'

Interface

Réfraction :

n1 . Sin Ө1 = n2 . sin Ө2'


B. Fonctionnement Sismique multitraces

Multitraces CMP 6
1 2 3 4 5 traces

Point miroir communs (CMP)


B. Fonctionnement Sismique multitraces

Multitraces CMP 6
1 2 3 4 5 traces

Point miroir communs (CMP)


B. Fonctionnement Sismique multitraces

Multitraces CMP 6
1 2 3 4 5 traces

Point miroir communs (CMP)


Correction par rapport au
biais temps/distance
C. Représentation Notion de trace

Tir

Une Trace :
Temps double (s)

C'est un enregistrement (sismogramme) en


un point donné de la réponse dû aux
réflexions d'une onde sismique sur les
contrastes d'impédance successifs (points
miroirs) qu'elle rencontre en s'enfonçant
verticalement dans le sous-sol.
C. Représentation Représentation graphique : de la trace au profil sismique
Trace Aire variable

Représentation en aire
variable:

Coloration de la partie située à


Temps double (s)

droite de l'axe de la trace


C. Représentation Représentation graphique : de la trace au profil sismique
Trace Aire variable Profil sismique

Profil sismique :
Mise cote à cote des traces
issues des tir successifs
Temps double (s)

(source se déplaçant)

Succession latérale de
réponses issues de point
miroir = REFLECTEUR
C. Représentation Représentation graphique : exemple de profil sismique
C. Représentation Représentation graphique : exemple de profil sismique
C. Représentation Représentation graphique : moderne
Trace couleur
Amplitude Représentation en
-1 0 +1 amplitude:

Coloration en fonction de
l'amplitude du signal
Temps double (s)
C. Représentation Représentation graphique : moderne
Trace couleur
Représentation en amplitude:
Coloration en fonction de
l'amplitude du signal

Accès aux « faciès


sismiques »
Temps double (s)

Analyse des faciès sismiques déterminés par :


• La continuité des réflecteurs, leurs
amplitudes et leur fréquence : est fonction de la
continuité des unités lithologiques qui est, le
plus souvent, déterminée par les processus
sédimentaires.
Implique une connaissance des processus
sédimentaires dans les différents
environnements de dépôt.

• La configuration des réflecteurs (relations


géométriques) : est liée au contraste
d’impédance acoustique (de vitesse) à
l’interface des différents unités lithologiques.
C. Représentation Représentation graphique : moderne

Représentation en
amplitude:

Coloration en fonction de
l'amplitude du signal
C. Représentation
Identification d'unités
sédimentaires
Interprétation
stratigraphique

Deux types
d'interprétations

Interprétation
structurale
Identification de failles,
plis, chevauchements, …
Procédure :
1. Identification des séquences sismiques
STRATIGRAPHIE
SISMIQUE
2. Analyse des faciès sismiques

Principe :
- Examen des réflexions qui se produisent sur les surfaces séparant 2 milieux
d’impédance acoustique différente.
- Ces surfaces sont généralement soit des limites de strates soit des
discontinuités géologiques.
- Ces discontinuités limitent des unités de dépôts sédimentaires dont l’analyse
renseigne sur les facteurs à l’origine de leur différenciation
Stratigraphie sismique : 1. séquences sismiques

L'identification des séquence sismique est basée sur l'analyse de la


terminaison des réflecteurs :

4 grands types de terminaisons :

séquence sismique = unité stratigraphique


composé d'une suite relativement
conforme de strates génétiquement liées.
Elles est limitée à la base et au sommet par
des discontinuités sismiques.
Parenthèse « sédi »

Exemple de séquences sismiques de prismes progradant (Brésil)

Exemple de mise en place de cortèges


sédimentaires en fonction des
variations de l’eustatisme :
Cas d’une transgression marine

Cas d’une régression marine


Stratigraphie sismique : 1. séquences sismiques

ONLAP
Stratigraphie sismique : 1. séquences sismiques

TOPLAP
Stratigraphie sismique : 1. séquences sismiques

DOWNLAP
Stratigraphie sismique : 1. séquences sismiques

TRONCATURE D'EROSION
Procédure :

1. Identification des séquences sismiques


STRATIGRAPHIE
SISMIQUE
2. Analyse des faciès sismiques
Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques


L'analyse des faciès sismiques  étude de tous les paramètres et surtout des
configurations des réflexions internes qui caractérisent une séquence sismique.
 a pour but l'interprétation des configurations en termes de :

• Lithologie
Environnement de dépôt
• Énergie de dépôt

Les paramètres analysés sont :


• L'amplitude : forte à faible.
• La fréquence : haute à basse.
• La continuité : bonne,
moyenne, passable, médiocre,
discontinue.
• La configuration interne des
unités de faciès.
Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques


L'analyse des faciès sismiques  étude de tous les paramètres et surtout des
configurations des réflexions internes qui caractérisent une séquence sismique.
 a pour but l'interprétation des configurations en termes de :

• Lithologie
Environnement de dépôt
• Énergie de dépôt

Les paramètres analysés sont :


• L'amplitude : forte à faible.
• La fréquence : haute à basse.
• La continuité : bonne,
moyenne, passable, médiocre,
discontinue.
• La configuration interne des
unités de faciès.
Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Plateforme subsidente, taux de sédimentation constant


Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration divergente

Subsidence différentielle & Epaississement des séries sur un substratum incliné


Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration d’un système progradant (sédimentation se développant


d’avantage latéralement que verticalement)

progradation

Aggradation

Configuration sigmoïde Faible énergie + montée niveau marin relatif


Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration d’un système progradant (sédimentation se développant


d’avantage latéralement que verticalement)

Oblique parallèle
progradation
Foresets

Configuration oblique Fort niveau d'énergie + niveau marin stable


Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration d’un système progradant (sédimentation se développant


d’avantage latéralement que verticalement)

Oblique tangentielle
progradation
Foresets

Configuration oblique Fort niveau d'énergie + niveau marin stable


Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration d’un système progradant (sédimentation se développant


d’avantage latéralement que verticalement)

progradation

Aggradation
Configuration complexe
sigmoïde-oblique

Alternance des
caractères précédents
Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Association de petits lobes progradant


Configuration en bosse et creux (hummocky)
(eaux peu profond, front de delta)
Stratigraphie sismique : 2. faciès sismiques

Analyse de faciès sismiques : configuration interne des unités de faciès

Configuration chaotique Énergie variable (glissement, remplissage


de chenaux ou de canyon)
Epirelief /
bioconstruction

Institut national de la recherche scientifique


Institut national de la recherche scientifique
Institut national de la recherche scientifique
Institut national de la recherche scientifique
Diapir salifère

Institut national de la recherche scientifique


Identification complémentaire et fine via la diagraphie de puits
I. BOUR
Lithologies Réflecteurs
Argiles Pas de réflecteur, zone sourde ou transparente

Silts (au niveau des bassins) Réflecteurs très énergétiques, grande extension, fréquence
moyenne à faible
Calcaires non réservoirs (calcaire de Réflecteurs très énergétiques, grande extension + zone
plate-forme) => faible porosité sourde sans réflecteur, constance remarquable de
l’amplitude ou variation lente régionale

Calcaire réservoir (grainstone formé Réflecteur énergétique mais variations latérales brusques
en milieu de haute énergie : de l’amplitude. Zone sourde (ex : récifs poreux)
environnement de plage  accompagnée de réflexions courtes ou d’un désordre
variation latérale de faciès) => forte
porosité
Sables, grès (formés en Réflecteurs moyens, faible extension, variations latérales,
environnement de haute énergie) forte variation latérale des amplitudes, incohérence des
réflexions
Évaporites Réflecteurs énergétiques. Anomalies avec des phénomènes
particuliers (tectonique salifères). Déformation des
réflecteurs latéraux liés aux diapirs salifères
La conversion temps-profondeur

Temps double
(temps aller-retour de l’onde) Profondeur

Compatible avec les données de puits


Exemple de procédure de pointage manuel vs. automatique
Pour le calage des
différentes lignes
sismiques de la zone
d’étude
Pour le calage des
différentes lignes
sismiques de la zone
d’étude
Calage des
différentes lignes
sismiques de la zone
d’étude

À l’intersection des panneaux, plusieurs


horizons ne peuvent être raccordés.
Les horizons corrélés sur les lignes sont interpolés en 3D
pour construire le modèle géologique.
(puits)
(affleurement)
Relations géométriques entre réflecteurs

Sur le profil sismique ci-dessous, identifiez les différents réflecteurs et les configurations tectoniques :
Relations géométriques entre réflecteurs

Sur le profil sismique ci-dessous, identifiez les différents réflecteurs et les configurations tectoniques :
Relations géométriques entre réflecteurs

Sur le profil sismique ci-dessous, identifiez les différents réflecteurs et les configurations tectoniques :
Relations géométriques entre réflecteurs

Sur le profil sismique ci-dessous, identifiez les différents réflecteurs et les configurations tectoniques :
Relations géométriques entre réflecteurs

Sur le profil sismique ci-dessous, identifiez les différents réflecteurs et les configurations tectoniques :
2 directions de failles :
 N-NW : faille de Villefort,
 N-NE : faille plus récente, voire active,
limitant le rebord Ouest du bassin d’Alès
coloré en beige claire.
bassin d’effondrement : fossé d’Alès

Mode de formation ?

Configuration tectonique par l’imagerie sismique

Extension Mésozoïque

I. BOUR
Sédimentation jurassique, Crétacé
 Domaine marin,
 Ouverture du bassin du SE, I. BOUR
 Subsidence généralisée

 Géométrie d’une marge passive ( marge occidentale de la Téthys au Jurassique)


Identification structurale et configuration tectonique de la
faille des Cévennes

Crétacé
Dogger Malm
Section NW-SE du bassin d’Alès
Identification structurale et configuration tectonique de la
faille des Cévennes

Crétacé
Dogger Malm
Origine du bassin d’Alès
Extension oligocène

W E Faille des Cévennes


jouant en faille
normale

Hémi-graben d’Alès
© I. BOUR

Contact faille Oligocène


 Rejet faible sur la bordure E
(contact avec des séries
possédant une tranche d’âge Disposition des
voisine), sédiments :
 Rejet plus important sur la Graben asymétrique
 Sédimentation en
bordure W.  hémi-graben
éventaille
Intégration dans le contexte tectonique du continent

Vous aimerez peut-être aussi