Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre I

I.1 Généralités sur les membranes :

I.1.1 définition de la membrane :

Une membrane est une barrière de quelques centaines de nanomètres à quelques


millimètres d'épaisseur, sélective, qui sous l'effet d'une force de transfert, va permettre
ou interdire le passage de certains composants entre deux milieux qu'elle sépare. [1]

Le résultat du passage de la solution entre l'entrée et la sortie de la membrane par


une différence de pression est définit comme suit :

.Le rétentat: est le fluide comportant les objets retenus par la membrane.

.Le perméat: est le fluide ayant traversé la membrane.

Figure I.1 : Schéma représentatif d'une membrane [2]

I.1.2 Classification des membranes :

A. Selon leur nature chimique :

A.1 Membrane organique : elle est caractérisée par une structure asymétrique
hétérogène dont l'un des polymères est utilisé comme support et un autre présente la
couche active de la membrane. [3]

Elles sont fabriquées à partir de polymères organiques (acétate cellulose,


polysulfones, polyamides, etc.), les qualités de ces matériaux leur confèrent une
grande adaptabilité aux différentes applications. Environ 90% des membranes
d’ultrafiltration et de microfiltration sont constituées de membrane organiques. [4]

A.2 Membrane minérale : Les membranes polymères sont composées de corps


entièrement minéraux. Elles sont fabriquées par l’utilisateur à partir de tubes poreux
dont le diamètre des pores est compris entre 0.5 et 5 μm. Une dispersion colloïdale de
zirconium associée à des copolymères est introduite à l’intérieur des tubes. Certaines
de ces membranes peuvent trouver des applications en eaux usées. [5]
Chapitre I

Parmi leurs avantages, une durée de vie largement supérieure à celle les membranes
organiques, une résistance élevée à la température et une résistance chimique et
thermique élevées, ce qui les rend utilisable dans l'industrie et le domaine
environnemental, mais leur coût élevé limite leur utilisation dans l'industrie. [3]

B selon leur porosité :

B.1 membrane poreuse : Elle se compose de pores dont la dimension est supérieures
aux dimensions moléculaires. Ce type de membrane est caractérisé principalement par
des pores, dont le diamètre des pores varie du nanomètre au quelque dizaines de
micromètres [6], la distribution de la taille des pores joue un rôle principal dans la
séparation de soluté par les membranes poreuse. [7]

B.2 membrane dense : Ces membranes ne présentent aucune porosité, généralement


elles consistent en un film dense à travers lequel le perméat est transporté par
diffusion d'une force de pression, concentration ou gradient de potentiel électrique.
La séparation dans ce type de membranes est possible si la solubilité des composées
de taille voisine diffère, donc la séparation est liée à leur diffusivité et solubilité dans
la membrane. [9]

C. Selon leur morphologie :

C.1 Membrane symétrique : elle est composée d’un seul matériau ayant une
composition sensiblement uniforme dans toute leur épaisseur. Elle peut être dense ou
poreuse. [10] ces membranes ont la même structure sur toute leur épaisseur (structure
isotrope).

C.2 Membrane asymétrique : La membrane asymétrique ou anisotrope a une


porosité variable dans son épaisseur. [11] Sa structure varie d’une couche à une autre.
Elles sont des membranes constituées d'un même matériau ou de membranes
composées de plusieurs couches de différents matériaux.[7] La plupart des
membranes commerciales de MF, UF et de NF sont des membranes à structure
asymétrique car ce type de structure permet d’avoir des perméabilités plus élevées.
[12]

C.3 Membrane composite : elle est constituée d’un assemblage de deux ou plusieurs
couches de matériaux différents et présentent différentes porosités.la membrane
composite comporte deux types de couches : les couches actives (couche filtrant) et le
support assurant de bonnes propriétés mécanique. [13] Les membranes composites
sont des membranes hétérogènes, qui contiennent au moins deux types de matériaux
différents, assemblement de matériaux organiques et inorganiques, elles ont plusieurs
applications dans divers processus membranaires, elles sont connues pour leur
sélectivité et leur perméabilité élevée, elles peuvent être soumises facilement à des
procédés de nettoyage assez agressifs. Elles ont une excellente résistance chimique,
mécanique et surtout thermique. Leur inconvénient réside dans leur coût élevé et leur
mode de préparation relativement complexe. [7]
Chapitre I

Figure I.2: Structures des membranes : (a) asymétrique, (b) symétrique poreuse,
(c) symétrique dense.

I.1.3 Propriétés physico-chimiques de la membrane :

I.1.3.1 Perméabilité : Le principe de la perméabilité se définie par son aptitude à


laisser passer un fluide à travers la membrane par une différence de pression entre
l'entrée et la sortie d'une membrane [14]. La perméabilité des membranes poreuse
dépend de la taille de ses pores alors que pour les membranes denses dépend de la
nature chimique d'une membrane. [15]

I.1.3.2 Résistance : C'est la résistance de l'écoulement du fluide à filtres à travers la


membrane, présenté par l'inversion de sa perméabilité. Pour calculer cette résistance
on applique la relation suivante :

𝑹𝒎=1/A=𝑺Δ𝑷𝒎/𝑸𝒑

Pour les membranes cylindriques, la résistance hydraulique est définie comme suit :

𝑹𝒎=𝟖𝒆𝒎/𝒏𝒑𝝅𝒓𝒑𝟒

D’où :

em : L'épaisseur de la couche active de la membrane.

np : Nombre de pore de la membrane.

𝒓𝒑4: Le rayon des pores de la membrane.

Il existe une relation proportionnelle entre la résistance hydraulique de la membrane


et son épaisseur, on remarque qu'elle augmente avec l'augmentation de l'épaisseur, et
inversement proportionnelle avec sa porosité. [2]

I.1.3.3 Durée de vie : chaque membrane a une durée de vie, au delà de laquelle, la
membrane ne sera pas performante. La durée de vie des membranes est difficile à
établir car elle varie en fonction du matériau membranaire utilisé et des conditions
d’utilisation. Elle est exprimée en nombre d’heures d’utilisation. [16]

I.1.3.4 Taux de conversion : la fraction de débit du liquide qui traverse la membrane


est appelée taux de conversion de l’opération de séparation.
I.1.3.5 Sélectivité : La sélectivité d’une membrane est définie comme la possibilité de
laisser passer ou de retenir les solutés en fonction de leur poids moléculaire. [12]
Chapitre I

En général, on définie la sélectivité d’une membrane par le taux de rejet (appelé aussi
taux de rétention) de l’espèce. Elle dépend essentiellement de la nature et la structure
d'une membrane. [2]

𝑻𝑹=𝟏−𝑪𝒑𝑪𝑨

CA : la concentration d'une espèce à retenir dans la solution.

CP : La concentration de la même espèce dans le perméat.

Si :

TR = 0 : le soluté n'est pas retenu par la membrane.

TR= 100 : le soluté est totalement retenu par la membrane.

I.1.4 Utilisation des membranes :

La séparation membranaire est une technologie qui permet principalement la


séparation et l'enrichissement d'une solution par ses procédés de séparation qui
présentent des avantages multiples vis-à-vis d’autres technologies de séparation. Leur
faible consommation d'énergie, leur fonctionnement facile ainsi que leur coup faible
les rendent de plus en plus utilisées dans l'industrie agroalimentaire, le traitement des
eaux, l'industrie chimique et pharmaceutique, elles jouent aussi un rôle important dans
les applications liées à l'énergie et l’environnement. [15]

Les principaux avantages de cette technologie est le fait qu’elle nécessite peu de
produits chimiques, consommation d'énergie relativement faible et une conduction du
procédé facile et bien arrangée. [1]
La filtration membranaire est de plus en plus utilisée comme procédé de séparation
dans de nombreux domaines notamment dans le cycle de l’eau (potabilisation de
l’eau, traitement des effluents, réutilisation de l’eau, adoucissement, dessalement …)
[17]
I.2 Membrane polymère à inclusion :

I.2.1 Définition : une membrane polymère à inclusion appelée PIM est un film
constitué d’un support polymérique incluant à l’intérieur de sa matrice un transporteur
et un plastifiant. [18] les PIMs sont plus stables, ayant une durée de vie plus longues
que les membranes liquides supportées (MLSs). Elles assurent la fixation de la phase
organique (extractant) dans la membrane, en protégeant l’extractant du lessivage dans
les phases aqueuses lors de l’utilisation.
Les PIMs sont élaborées en coulant un polymère, à partir d'une solution organique
pour former un film mince et stable. Cette solution contient également un transporteur
et un plastifiant à membrane, qui fournit l'élasticité et constitue la phase liquide dans
laquelle les molécules peuvent diffuser. [19]
Chapitre I

I.2.2 Polymère de base pour la préparation des membranes :


Il constitue le matériau de base servant de support pour le transporteur. Il assure la
résistance mécanique des PIMs et permet la rétention de l’extractant dans les chaines
enchevetrées du polymère.
Le polymère de base joue un rôle crucial en fournissant une résistance mécanique aux
membranes. Malgré un grand nombre de polymères actuellement utilisés, le PVC et le
CTA restent les deux principaux polymères de base utilisés pour la plupart des PIMs.
[20]
I.2.2.1 Le triacétate de cellulose (CTA) Le CTA est l’un des polymères de base les
plus utilisé dans l'élaboration des PIMs car il fournit une haute résistance mécanique à
la membrane et est compatible avec la plupart des transporteurs. les membranes à base
de CTA nécessitent l’utilisation de grandes quantités de plastifiants pour réduire la
rigidité de la matrice polymère et assurer un bon transport des molécules ciblées.

I.2.2.2 polychlorure de vinyle (PVC) : le PVC a été aussi largement utilisé pour
l’élaboration de membranes polymères à inclusion. Il présente les mêmes
inconvénients que le CTA à savoir la nécessité d’utiliser de grandes quantités de
plastifiant ou d’extractant pour assurer un bon transport. [19]
I.2.3 Transporteur : Il détermine le flux et la sélectivité membranaire pour un ion
considéré par sa nature, sa concentration, son hydrophobicité et ses caractéristiques
cinétiques, telles les vitesses de complexation et de décompléxation. On distingue
trois catégories de transporteurs : acides, basiques et neutres selon leurs groupements
fonctionnels (figure I.3). [21]
Transporteurs acides

Transporteurs basiques

Transporteurs neutres
Chapitre I

Figure I.3 Différents types de transporteurs. [21]

I.2.4 Plastifiant: c’est un composé qui est introduit dans la matrice du polymère de
base afin d’augmenter la distance entre les molécules du polymère et réduire ainsi
l’intensité des forces intermoléculaires qui existent entre les chaines du polymère, il
permet aussi d’empêcher la diffusion de la phase organique dans les phases aqueuses,
autrement dit, de minimiser les pertes de masse de la membrane en transporteur afin
de lui assurer une longue vie. [22]
Il existe plusieurs types de plastifiants commerciaux. Il convient de noter que certains
extractants comme l'Aliquat 336, le D2EHPA et le tri-n-butylphosphate (TBP)
peuvent jouer le rôle de plastifiants aussi bien pour le PVC que pour le CTA.
Le 2-Nitrophenyl octyl ether (2NPOE) et le 2-nitrophenyl pentyl ether (NPPE) sont
parmi les plastifiants les plus couramment utilisés dans l'élaboration des PIMs. [23]

I.2.5 Mécanismes de transport :

En général, le transfert d’une espèce à travers la membrane liquide est le résultat


d’une diffusion simple et d’un transport facilité.la diffusion simple est considérée par
la suite comme un phénomène négligeable par rapport au transport facilité. [18]

Le transport facilité est un procédé qui met en œuvre une réaction de complexation
spécifique entre un soluté et un récepteur localisé dans la membrane afin d’augmenter
sélectivement le transport du soluté par rapport à une diffusion libre. L’effet séparatif
repose donc sur un critère d’affinité bien précis du matériau membranaire pour
l’espèce à transporteur.

Le transport facilité à travers les membranes liquides d’affinité repose sur une
reconnaissance chimique du substrat par le récepteur via des réactions réversibles de
complçexation/décomplexation très spécifiques à chaque interface de la membrane.
[22]

La Figure I.4 montre la différence entre la diffusion simple et le transport facilité à


travers une membrane.
Chapitre I

Figure Ι.4 Transport simple et transport facilité à travers une membrane. [21]

Vous aimerez peut-être aussi