Vous êtes sur la page 1sur 258

PAGE DE GARDE GUIDE 3e ETAPE

PARTIE 1
CADRE THEORIQUE
CONTEXTE
ET
JUSTIFICATIONS

Au Sénégal, de l’indépendance à nos jours, deux connaissances théoriques ne garantissant


principales portes d’entrée ont été utilisées pour aucunement la possibilité que les élèves puissent les
procéder à la planification de l’éducation : la utiliser ou les mobiliser dans des situations de
première est connue sous le nom «d’entrée par les résolution de problème..
contenus» et la deuxième, désignée par l’expression
«entrée par objectif» Pour pallier cette importante limite et ainsi

L’entrée par les contenus est la plus classique. Elle a améliorer la qualité de la formation, les

été empruntée lors des planifications des programmes des classes pilotes de 1987 ont opté

programmes qui ont eu lieu en 1962, en 1972 et en pour « l’entrée par les objectifs» avec comme

1979. Selon la logique de cette entrée, les stratégie la PPO. Cette seconde option a eu le

planificateurs se devaient de parcourir le plus vaste mérite d’opérationnaliser et de préciser les objectifs

champ possible de connaissances. L’école était d’apprentissages que devaient poursuivre les

perçue comme un lieu de transmission des savoirs élèves. La pratique sur le terrain nous a conduit au

et de développement des capacités intellectuelles constat qui suit : La PPO a le grand mérite

très générales, sans se soucier de leur mobilisation d’installer une rigueur jusqu’alors inconnue lorsqu’il

dans des situations problèmes de la vie courante. Le s’agit de construire les programmes d’enseignement

caractère livresque et encyclopédique de et de planifier les apprentissages des élèves.

l’enseignement a dès lors été décrié par de Toutefois, il apparaît qu’au terme de leur formation,

nombreux praticiens et théoriciens de les élèves se révèlent incapables de mobiliser les

l’enseignement, l’appropriation de nombreuses connaissances acquises pour résoudre les situations


problèmes auxquelles ils sont confrontés.

En conséquence la plupart des


Cette incapacité a été attribuée à diverses élèves ne peuvent
causes dont trois principales : restructurer en des
ensembles significatifs les
connaissances acquises, ce qui
 La PPO
rend difficile leur mobilisation
a encouragé une formulation
et leur transfert lorsqu’il
parfois pléthorique d’objectifs
s’agit de résoudre des
dits comportementaux. Cette
problèmes d’apprentissage
façon de faire, a-t-on
et/ou de vie courante
constaté, a conduit à une
atomisation et à une
 La PPO met l’accent sur
juxtaposition plus ou moins
les apprentissages cognitifs et
linéaire des connaissances que
comportementaux simples au
les élèves devaient acquérir.
détriment des apprentissages de connaissances que construites par l’expérience.
socio-affectifs ou complexes. Une seconde, appelée «socio-constructiviste» qui
avance l’idée que les connaissances sont fortement
 La PPO fait perdre de
vue l’articulation des objectifs corrélées avec l’environnement social de la
avec les finalités et les buts personne qui apprend.
de l’éducation.
Les programmes élaborés dans la foulée de
l’approche par les compétences sont nombreux à
Les résultats de la recherche récente dans le
travers le monde. Les modes de construction de ces
domaine de la planification de l’éducation et les
programmes cependant ne font pas l’unanimité,
limites attribuées aux deux portes d’entrée
chaque pays se livrant à ses propres expériences,
précédentes, ont conduit les gestionnaires des
tout en s’inspirant de ce qui se fait ailleurs.
systèmes éducatifs à adopter l’approche curriculaire
Au Sénégal, des hypothèses successives de
eu égard à son caractère plus complet et plus
construction ont présidé à l’élaboration des
englobant. En effet, un curriculum est un ensemble
programmes avec comme souci d’améliorer la
planifié de finalités, d’objectifs, de contenus, de
qualité des stratégies pour élaborer le programme
méthodes pédagogiques, de manuels, de stratégies
selon l’approche par les compétences.
de formation des maîtres et de modalités
C’est ainsi qu’au départ, diverses équipes de travail
d’évaluation. Son caractère systémique permet de
ont mis au point une première version d’un
prendre en charge les cibles de l’action éducative,
document appelé Livret- Horaire- Programme (LHP).
les acteurs, ainsi que l’environnement scolaire.
Ce document se présentait sous la forme de
L’entrée par les compétences qui caractérise les
plusieurs fascicules remis aux enseignants du formel
programmes de ce curriculum semble être un bon
(élémentaire et préscolaire) et du non formel
creuset dans lequel sont tenues en compte tant les
(alphabétisation et écoles communautaires de base)
préoccupations que les limites propres à l’entrée par
afin que ceux-ci puissent participer d’une manière
les contenus et à la PPO. Cette approche valorise la
active à la construction proprement dite du
pédagogie de l’intégration qui permet à l’élève de
programme par les compétences. Ces fascicules ont
mobiliser, de façon pertinente et coordonnée, ses
été mis à l’essai par des enseignants du formel dans
acquis pour résoudre une situation complexe, à
un certain nombre de classes au cours de l’année
l’image de ce qui se fait dans la vie courante.
2000-2001. Les résultats obtenus au terme de cette
Les changements préconisés dans les programmes
mise à l’essai ont mis en lumière un certain nombre
d’éducation de base, tant du formel que du non
de lacunes qui ont amené les responsables à revoir
formel, relèvent d’un souci d’adaptation du Sénégal
la stratégie de construction des programmes.
aux mutations intervenues dans l’environnement
national et international. En effet Le début du Voici en résumé la description du LHP et un aperçu
troisième millénaire est marqué par une dynamique
des résultats de sa mise à l’essai par des
accélérée de mondialisation et la nécessité pour les
enseignants.
ressources humaines d’un pays, quel qu’il soit,
d’être de plus en plus compétentes. L’option de
l’approche curriculaire adoptée par le Sénégal a
pour but principal de permettre au système
éducatif sénégalais d'entrer de manière appropriée
dans la modernité.
L’approche par les compétences est nouvelle. Elle
s’alimente à partir de deux théories. Une première
qualifiée de «constructiviste» selon laquelle il n’y a
1. Le Livret Horaires et Programmes (LHP) : un référentiel un référentiel
Le LHP comprenait essentiellement une liste des compétences de base et les objectifs qui en constituaient la
déclinaison. Ces objectifs étaient
catégorisés selon qu’ils couvraient des dimensions du savoir, du savoir- faire,ou du savoir-être. Le LHP ne
constituait alors qu’un référentiel..

Certains éléments importants n’étaient pas pris en compte dans le LHP, notamment les contenus à
associer aux compétences, les situations problèmes et les procédures d’évaluation.

2. La mise à l’essai : un exercice révélateur


Les objectifs premiers de la mise à l’essai étaient de «tester» la pertinence et la faisabilité du LHP,
de tirer profit des aspects positifs du LHP, de rectifier le tir le cas échéant, et enfin, de construire
avec les enseignants les autres éléments du curriculum. L’analyse des données issues du terrain
(visites de classe, entretiens, questionnaire) a permis de tirer les conclusions suivantes :

- Le LHP n’était pas satisfaisant sous l’angle de son organisation et sous celui de la

formulation des différentes compétences et/ou objectifs.

- La Boîte à outils, construite explicitement pour pallier les insuffisances du LHP,

a posé des problèmes d’exploitation aux maîtres.

- Le manque de supports didactiques a gêné les maîtres, notamment en ce qui a

trait au guide pédagogique, aux manuels et à la disponibilité de matériels adaptés

à l’entrée par les compétences.

Les lacunes rapportées par les maîtres étant nombreuses et importantes, une « pause stratégique »
a été décidée par le Comité national de pilotage du curriculum (CNPC) afin de permettre aux
équipes de travail de remèdier à la situation et de construire des outils pédagogiques qui
faciliteront le travail des enseignants.

3. La réécriture du Livret de compétences (LC) et des autres documents didactiques :


une nécessité

À la lumière des suggestions et recommandations formulées par les enseignants, les directeurs et les inspecteurs
qui ont participé à la mise à l’essai, une récriture complète de l’ensemble de la documentation et des outils à
remettre aux enseignants, s’est avérée nécessaire. Il est alors est apparu que :
- La formulation des objectifs était toujours nécessaire, dans la mesure où d’une part, elle permet d’expliciter et de
développer les compétences essentielles et que d’autre part, dans le quotidien de la classe l’enseignant aura toujours
besoin à courte échéance et sans effort, de bien nommer le résultat que doivent atteindre ses élèves. En revanche, il
semble inutile de les classer en savoir, savoir-faire ou savoir-être. Ces catégories ont donc été supprimées.

L’approche par les compétences n’exclut en rien la préoccupation des « contenus à transmettre ».

Dans la classe, une compétence ne peut exister qu’à travers des situations significatives d’apprentissage qui permettent
aux élèves d’intégrer et de mobiliser leurs acquis et à travers des situations d’évaluation qui permettent de se prononcer
sur la qualité de cette mobilisation de ces acquis par les élèves.
- Enfin, l’élaboration d’un Guide du formateur constituait l'un des éléments déterminants de l'environnement propice
au développement du curriculum.

7
8
L’Entrée par les compétences
 PRINCIPES DIRECTEURS ET CONCEPTS FONDAMENTAUX

L’entrée par les compétences qui privilégiée dans le curriculum, c’est dans un
caractérisent les programmes intégrés dans le tel contexte que les élèves peuvent le mieux :
curriculum de l’Éducation de base et la - donner du sens à leurs apprentissages ;
pédagogie de l’intégration qui en découle - rendre leurs apprentissages plus efficaces,
s’appuie sur un certain nombre de principes en garantissant une meilleure fixation de
de base et demande la maîtrise de quelques leurs acquis et en maximisant leur
concepts fondamentaux. réinvestissement pratique ;
C’est à la lumière de ces principes et concepts - fonder leurs apprentissages ultérieurs par
fondamentaux que les enseignants seront en la mise relation progressive de leurs
mesure de bien comprendre que dans une acquis.
pédagogie de l’intégration, les résultats Mais avant d’aborder ces principes et
attendus de l’apprentissage ne peuvent que concepts fondamentaux, examinons d’abord
s’inscrire dans un processus à long terme rapidement la composition du Livret des
d’acquisition et de développement des compétences (LC) qui sera remis aux
capacités. En effet, selon l’approche enseignants.
 LES COMPETENCES DU LIVRET
Le Livret comprend trois catégories de compétences :

 les compétences de cycle :


elles correspondent au profil de sortie du préscolaire, de l’élémentaire, de l’école
communautaire de base et de l’alphabétisation.

 les compétences d’étape ou de section :


elles définissent le profil de sortie pour chaque étape ou chaque section

 les compétences de base :


elles sont considérées comme essentielles à la maîtrise des compétences d’étape ou de
section. Elles sont indispensables à la poursuite des apprentissages ultérieurs. Elles doivent
être maîtrisées par tous les élèves et évaluées par l’enseignant.

9
 Les principes1 directeurs : important de noter ici que les situations qui peuvent
avoir du sens pour les élèves peuvent être tirées
L’approche par les compétences s’appuie sur les
aussi bien des situations appartenant à la vie
cinq principes fédérateurs suivants : quotidienne que de celles appartenant à l’imaginaire
des enfants.
Principe 1 :  Les concepts fondamentaux
« Le tout n’est pas la somme des parties ».
Certains concepts, en raison de leur
La juxtaposition des apprentissages ne suffit pas.
importance dans l’approche par les
Afin d’assurer une bonne maîtrise de la compétence,
compétences qui sert de trame au LC,
des activités favorisant l’intégration de leurs acquis
méritent plus que d’autres une attention
doivent être proposées aux apprenants.
particulière. Nous faisons état ci-dessous de
Principe 2 :
« Tout n’a pas la même importance ». la liste de ces concepts fondamentaux ainsi

L’enseignant doit savoir que ce qui est que de leur définition respective. Cette liste

essentiel à un niveau déterminé, peut être doit être en conséquence considérée comme

accessoire à un autre niveau. C’est ce qui faisant partie du répertoire terminologique

explique l’existence des compétences de officiel du nouveau curriculum.

perfectionnement jugées utiles mais non 1. La compétence :


La compétence, qu’elle soit de cycle, d’étape ou de
indispensables et les compétences de base section, de base ou de perfectionnement, est la capacité
utiles et indispensables. que manifeste un élève, en situation de classe ou ailleurs,
Principe 3 : de mobiliser et d’intégrer un ensemble, suffisant à un
« Même le plus compétent commet des erreurs ». moment donné, de savoirs, de savoir-faire et de savoir-
L’erreur n’est pas une faute, elle est source être pour résoudre une situation-problème nouvelle,
d’apprentissage. C’est dire qu’il convient de familière et significative.

reconsidérer, dans l’entrée par les Cette compétence peut être de nature disciplinaire,

compétences, le statut de l’erreur. C’est interdisciplinaire ou transversale :

pourquoi le maître doit ainsi fixer un seuil - La compétence disciplinaire


d’erreur acceptable pour les apprentissages La compétence disciplinaire est la capacité de
mobiliser et d’intégrer un ensemble, suffisant à
fondamentaux.
un moment donné, de savoirs, de savoir-faire et
Principe 4 : de savoir-être propres à une discipline pour
« Ce qui distingue le professionnel expert de celui résoudre une situation-problème nouvelle,
qui ne l’est pas réside, notamment, dans son pouvoir familière et significative.
efficace à remédier » - La compétence
Les épreuves d’évaluation que l’enseignant aura à interdisciplinaire
construire doivent lui permettre d’identifier la nature La compétence interdisciplinaire est la capacité
de mobiliser et d’intégrer un ensemble, suffisant
des erreurs commises, pour établir un diagnostic sur à un moment donné, de savoirs, de savoir-faire
les difficultés rencontrées par les apprenants, et et de savoir-être propres à plusieurs disciplines
(ex. math, sciences, technologie, etc.) pour
mettre en place des stratégies de remédiation résoudre une situation-problème nouvelle,
adéquates. familière et significative.

- La compétence transversale
Principe 5 : La compétence transversale est la capacité de
« Ce qui est significatif pour l’enfant résiste mieux à mobiliser et d’intégrer un ensemble, suffisant à un
l’usure du temps ». moment donné, de savoirs, de savoir-faire et de
Afin que les apprenants voient à quoi servent les savoir-être communs à toutes les disciplines, pour
apprentissages, l’enseignant doit construire des résoudre des situations-problèmes nouvelles, familières
et significatives.
situations significatives d’intégration (SSI), c’est-à-
dire des situations ayant du sens pour eux. Il est

1
- Programme de français (3ème et 4ème)/ Tunisie.

10
contente pas de cumuler des connaissances et
Quelles sont les caractéristiques essentielles d’une
compétence ? savoir-faire mais qui apprenne à mobiliser ces
Une compétence possède 5 caractéristiques jugées connaissances et savoir-faire dans un contexte
essentielles dans le LC :
social, éthique, moral etc. pour résoudre des
- Une compétence exige la
mobilisation d’un ensemble de ressources situations-problèmes qui ont du sens pour l’élève.
disponibles chez l’élève ;
Il s’agit de placer l’apprenant devant une
- Une compétence a une finalité,
une fonction ou une utilité sociale ;
situation significative à travers laquelle il
apprend à intégrer ses acquis. Il n’est pas
- Une compétence est liée à une
famille déterminée de situations. évident que la maîtrise des objectifs

- Une compétence est évaluable spécifiques conduise à la possibilité de les


à travers des situations problèmes mobiliser pour résoudre un problème.
particulières, différentes de celles
exploitées en classe par l’enseignant en L’enseignant doit, de ce point de vue,
cours d’apprentissage, mais de même
nature ou appartenant à la même famille proposer à l’apprenant des situations qui
de situations problèmes. l’amènent à intégrer les différents savoirs et
- Une compétence est une
réalité complexe. Son installation requiert savoir –faire acquis pour résoudre des
de la part de l’apprenant une maîtrise problèmes de la vie quotidienne, ou au moins
progressive et graduée en difficulté.
des situations significatives pour lui.
Que faut-il entendre par famille de
situations ?
On peut, en effet, acquérir des notions de
Une famille de situation est un ensemble de
grammaire, d’orthographe, de conjugaison
situations équivalentes, c’est-à-dire de même
sans pouvoir les mobiliser pour écrire un
niveau, et qui sont chacune le témoin de la
texte dans le cadre d’une situation
compétence. « Résoudre une famille de situations-
significative de communication, le tout
problèmes » signifie que la compétence est
n’étant pas la somme des parties.
délimitée non seulement par les ressources qu’il faut
mobiliser, mais aussi par une catégorie de
situations. Lorsqu’on sort de cette famille, on est
dans une autre compétence.
2. Que faut-il entendre par capacité ?
La capacité est une activité intellectuelle
et/ou gestuelle qui n’est observable que
lorsqu’elle s’exerce sur un contenu. Elle est
transversale ; on parle alors « d’activité
intellectuelle stabilisée et reproductible dans
des champs divers de connaissances ».
Exemples : identifier, transformer, établir des
relations, comparer, souligner, encadrer…
3. Que faut-il entendre par contenu matière ?
Le contenu matière est le savoir propre à une
discipline. C’est l’objet d’une « leçon ».

La pédagogie de l’intégration.
La pédagogie de l’intégration repose sur la mise en
place d’un processus d’apprentissage qui ne se

11
Exemples : 

Les notions acquises en grammaire, conjugaison, orthographe… par exemple peuvent avoir une
existence indépendante les unes des autres, mais leur articulation est nécessaire pour rédiger une
lettre dans le cadre d’un projet d’écriture.
 Intégrer des notions de grammaire, de conjugaison, d’orthographe… pour rédiger une lettre.
Les notions d’énoncé, de données et d’opérations peuvent avoir une existence indépendante les unes des autres, mais
leur articulation est nécessaire pour résoudre un problème mathématique.

 Intégrer la lecture d’un énoncé, l’identification des données utiles, la maîtrise de mécanismes
opératoires dans la résolution d’un problème mathématique.

Les pratiques actuelles d’enseignement parcellisent les savoirs que les apprenants vont devoir
acquérir et accumuler un à un. Cette juxtaposition des savoirs constitue un obstacle à l’établissement
de liens entre les acquis. Le transfert des savoirs dans ce contexte s’avère difficile, car on ne peut
transférer que ce qui a du sens.
Par la pédagogie de l’intégration, les apprentissages sont finalisés ; et ce faisant, les
apprenants sont davantage motivés parce qu’ils découvrent l’utilité des savoirs. La connaissance
des règles d’usage n’est rien sans l’usage.

EXEMPLES

Quels sont les modèles d’intégration ? Compétence de base 

Rappelons que l’approche par les compétences ne GÉOMÉTRIE /MATHÉMATIQUE:


Intégrer des notions de structuration de l’espace,
dispense pas des objectifs spécifiques. On continue les formes de figures planes et de solides familiers
à les développer en prenant soin toutefois de les ainsi que les techniques d’utilisation d’instruments de
traçage dans des situations de résolution de
rendre significatifs afin que les apprenants sachent
problèmes de reproduction d’objets géométriques.
à quoi ils servent.
Paliers possibles :
Dans la pédagogie de l’intégration, seule une
partie des apprentissages change par rapport palier 1 : 
Intégrer des notions de structuration de l’espace dans des
aux pratiques actuelles. En plus de la
situations de résolution de problèmes concrets de repérage
réalisation des apprentissages ponctuels, le de positions.
maître doit aménager des moments palier 2 : 
Intégrer les formes de solides familiers et de figures
d’intégration de ces apprentissages. La planes dans des situations de résolution de problèmes
concrets de classification, de reconnaissance et de
démarche de la pédagogie de l’intégration reproduction d’objets géométriques.

n’élimine donc pas les pratiques actuelles ; palier 3 : (fin du niveau 1) 
Intégrer des formes de lignes et des notions de
elle a pour vocation de les compléter. et structuration de l’espace dans des situations de résolution
nécessite un apprentissage. Cet de problèmes de représentation graphique d’itinéraires.
palier 4 : 
apprentissage peut revêtir différentes Intégrer des formes de lignes et des notions de
modalités. structuration de l’espace dans des situations de résolution
de problèmes de représentation graphique d’itinéraires.
 L’’intégration progressive
palier 5 (fin de l’étape)
Il s’agit d’organiser une intégration partielle après Intégrer des notions de structuration de l’espace, les
formes de figures planes et de solides familiers ainsi que
un certain nombre d’objectifs spécifiques. Ainsi,
les techniques d’utilisation d’instruments de traçage dans
plusieurs moments d’intégration seront proposés des situations de résolution de problèmes de reproduction
aux apprenants après chaque palier. d’objets géométriques.

Les paliers sont des niveaux intermédiaires de NB : L’option retenue ici est de procéder par intégration progressive, le livret
de compétences ayant prévu des paliers pour chaque compétence . A cet effet,
contenus, d’activités et de situations dans le une situation est proposée au terme de chaque palier .

processus d’installation de la compétence.

12
 Intégration en fin d’apprentissage

13
Il s’agit de programmer un moment unique d’intégration après la mise en œuvre de tous les apprentissages ponctuels ; moment
différent de celui de l’évaluation.
PARTIE 2
CADRE PRATIQUE

16
 Comment formuler des compétences ?

Il existe plusieurs manières de formuler des compétences. Elles varient selon les concepteurs. Celle qui est
présentée dans ce guide explicite la technique adoptée dans la formulation des compétences du Livret. Elle
repose sur des règles qui se veulent consensuelles. L’objectif est de stabiliser une démarche communicable qui
permet à l’enseignant :

 de pouvoir identifier les différents constituants de la compétence


 de formuler, au besoin, des compétences sur le même modèle

Pour cela, un certain nombre de constituants ont été retenus :

 L’emploi du verbe « intégrer » :


Dans le Livret, toutes les compétences débutent par le verbe « intégrer ». Toutefois, ce verbe ne traduit pas
l’activité attendue de l’apprenant. Il permet seulement de rappeler constamment à l’enseignant que les
apprentissages ponctuels sur les objectifs et les contenus ne font que préparer leur mobilisation en situations
d’action. Cette précaution est nécessaire pour prémunir l’enseignant contre la dérive qui consiste à atomiser les
apprentissages en une série de comportements partiels et juxtaposés.
 L’indication des contenus :
Cette partie mentionne les connaissances et les habiletés sur lesquelles portent les apprentissages ponctuels. Les
éléments de contenus sont articulés à des objectifs qui les rendent opérationnels à travers des séances
pédagogiques successives. Les développements figurent dans le tableau des objectifs et contenus qui accompagne
chaque compétence de base. Dans ce même tableau, sont indiqués les niveaux au sein de l’étape(Elémentaire,
ECB). Les contenus seront davantage précisés et traités dans des manuels.

 L’indication de la situation
Cette partie précise la situation qui prend en compte l’environnement où évolue l’apprenant. Cet
environnement est en rapport avec son âge mental, son espace de loisirs et ses activités. C’est dans des
situations que se construisent et s’exercent les compétences dans une spirale de complexité croissante. Selon
Roegiers, une compétence ne peut être comprise qu’en référence aux situations dans lesquelles elle s’exerce .
 le résultat attendu
L’installation d’une compétence ne doit pas être un acte gratuit. Une compétence est toujours liée à un problème
à résoudre. Elle doit trouver sa justification dans la résolution d’un problème, la réalisation d’un projet, le
développement d’outils intellectuels etc.
Ce dernier constituant renseigne entre autres, sur l’activité de l’élève et sur la pertinence de la compétence.
NB :Il est souvent difficile de dissocier situation de résultat attendu ; c’est pourquoi, dans les illustrations ,ces
deux points ont été regroupés.

EXEMPLES

Etude du milieu : « L’apprenant doit intégrer des techniques simples de découverte, de conservation et de gestion des
ressources de son milieu dans l’amélioration du cadre de vie »

(Initiation Scientifique et Technologique, Etape 1, Compétence de Base 1)

Mathématiques : « Intégrer les notions ensemblistes élémentaires et les nombres entiers de 0à 100 dans la résolution de
situations-problèmes simples et concrètes de dénombrement, de codage, de rangement et d’organisation »
(Etape 1, Compétence de Base 1)

Français : « Intégrer le lexique de base adéquat et les règles de fonctionnement de la langue dans la compréhension et la
production de messages oraux simples en situation de narration/description »
(Etape 1, Compétence de Base 2)

Non formel -ECB : «  intégrer les notions de durée et de chronologie dans des situations de découverte de
l’histoire de sa localité, de son pays
( Histoire, CB 1 , première étape)
Préscolaire : «  intégrer les notions de structuration du temps et de l’espace dans des situations d’exploration du
milieu »
(Petite section, CB 1)

17
TABLEAU D’ILLUSTRATION

INVARIANTS
Etude du milieu Mathématique Français Non formel Préscolaire
ECB
Le verbe intégrer intégrer Intégrer Intégrer Intégrer
« intégrer »
des techniques Les notions Le lexique de base Les notions de Les notions de
simples de ensemblistes adéquat et les règles durée et de structuration du
découverte, de élémentaires et les de fonctionnement chronologie temps et de
Les contenus conservation et de nombres entiers de 0 de la langue l’espace
gestion des à 100
ressources de son
milieu
Dans Dans des Dans des
l’Amélioration du Résolution de Compréhension et situations de situations
cadre de vie situations-problèmes production de découverte de d’exploration du
La situation/ simples et concrètes messages oraux l’histoire de sa milieu
Le résultat attendu de dénombrement, simples en situation localité, de son
de codage, de de pays
rangement et narration/description
d’organisation

18
 Comment construire et exploiter une situation significative d’intégration ?

Aujourd’hui, il est communément admis que dans une approche par compétence, le concept de situation
significative d’intégration est d’une importance capitale. Il est même central, en ce sens qu’il indique d’emblée
l’orientation des apprentissages : « Plutôt que de se contenter d’enseigner aux élèves un grand nombre de savoirs
séparés, écrit Roegiers, il importe de les amener à les mobiliser dans des situations significatives ».
1. Qu’entendons-nous par « situation significative d’intégration » ?
A l’école, une situation a souvent un caractère construit, dans la mesure où elle prend place dans une suite
planifiée d’apprentissages. Dans cette logique, le terme « situation » devra être compris dans le sens de « situation
problème » ou de « situation significative ».
Une situation problème est une situation devant laquelle les connaissances disponibles des apprenants ne leur
permettent pas de fournir spontanément la bonne solution.
Une situation significative est une situation qui, en plus de son caractère problématique, touche l’apprenant
dans ce qu’il vit, dans ses centres d’intérêt. Une telle situation mobilise l’apprenant et donne du sens à ce qu’il apprend.
Elle lui pose un défi et lui est directement utile. C’est dire qu’elle devra être concrète, motivante et stimulante.
Qu’est-ce alors qu’une situation significative d’intégration ?
Il importe, pour répondre à cette question, de faire la distinction entre deux types de situations problèmes : les situations
problèmes didactiques et les situations problèmes cibles.
a) les situations problèmes didactiques
Les situations problèmes didactiques ont pour objectif de favoriser de nouveaux apprentissages. Elles sont
conçues en fonction des connaissances que l’on veut installer chez les apprenants. A cette fin elles doivent répondre aux
conditions suivantes :
- les apprenants doivent comprendre aisément les données du problème et s’engager avec leurs
connaissances antérieures ;
- Les connaissances antérieures sont insuffisantes pour leur permettre de résoudre immédiatement le
problème ;
- Les connaissances qui sont l’objet de l’apprentissage offrent les outils les mieux adaptés pour
obtenir la solution.
Exemple : (à des élèves n’ayant pas encore abordé le sens de la division).

Trois enfants ont ramassé dans le verger de l’école 20 mangues. Ils décident en commun de manger le même nombre de
mangues et de donner le moins possible à leur amie Minielle restée en classe.

Combien de mangues a mangées chaque enfant ?

NB : connaissances antérieures permettant à l’apprenant de s’engager : la soustraction réitérée


(soustraire 3 mangues jusqu’au plus petit restant). Une telle opération va se révéler fastidieuse.

Connaissance permettant de résoudre la situation (la division, objet de l’apprentissage)

b) les situations problèmes cibles

19
Les situations problèmes qui permettent aux apprenants soit d’apprendre à intégrer leurs acquis
soit d’évaluer leurs acquisitions, sont appelées situations problèmes cibles. Elles sont à tout point de
vue assimilables à ce que nous entendons par situations significatives d’intégration. Une situation
problème cible ou situation d’intégration doit répondre aux conditions suivantes :
- Situation complexe comprenant l’information essentielle mais aussi parasite, et mettant en jeu des
apprentissages antérieurs ;
- Situation nécessitant l’intégration de savoirs, de savoir faire et de savoir être et non leur
juxtaposition ;
- Situation évaluable ;
- Situation significative pour l’élève ;
- Situation de l’ordre de la compétence
Pour se faire une idée précise de ce qu’est une SSI, il faut la situer dans la typologie des
situations significatives

La SSI dans la typologie des situations significatives

Type de situation Niveaux Moment d’apparition Fonction

Situation d’entrée Planification Avant les apprentissage Permet de planifier et de justifier


les apprentissages ponctuels

Situations problèmes Apprentissages Au début de chaque Permettent de réaliser les


didactiques apprentissage ponctuel objectifs d’apprentissage
Ponctuels

Situations significatives Apprentissage de A la fin d’une série Permettent d’apprendre à intégrer


d’intégration les acquis en situation
l’intégration d’apprentissages

ponctuels

Situations significatives Evaluation A la fin de tous les Permettent d’évaluer le niveau de


d’intégration maîtrise de la compétence.
apprentissages

2. Comment construire une situation significative d’intégration ?

Pour construire une SSI, il faut penser aux caractéristiques de la situation problème en général et à la nécessité
d’intégrer les apprentissages.

La démarche suivante peut être empruntée pour sa construction :

- Partir de la compétence de base

20
- Repérer les apprentissages antérieurs à intégrer

- Définir un contexte (l’environnement dans lequel va s’exercer la tâche de l’apprenant)

- Formuler une consigne (instructions de travail données à l’apprenant de manière explicite).

Pour Jean-Marie De Ketele, une situation est composée de trois constituants : un support, une (des) tâche(s) ou
une (des activité(s), une consigne (Roegiers, 2000 : 128) :

- le support : il s’agit de l’ensemble des éléments matériels mis à la disposition de l’apprenant. Il


concerne outre les supports matériels, l’environnement dans lequel on se situe, les informations
nécessaires à la base desquelles l’apprenant va agir et la fonction qui précise le but dans lequel la
production est réalisée ;

- la tâche : elle doit être mentionnée de manière explicite. Elle permet d’informer sur les modes
d’action de l’apprenant pour l’atteinte du résultat ;

- la consigne : très liée à la tâche, elle contient l’ensemble des indications de travail qui sont données à
l’apprenant de façon explicite.

Pour plus de précision De Ketele donne de son propos l’illustration suivante :

« La situation de réaliser la maquette de l’école en utilisant tels matériaux (on donne le plan de l’école).

Dans cet exemple :

- le contexte serait le contexte scolaire, puisqu’il s’agit de réaliser la maquette de l’école ;


l’information serait le plan de l’école, l’échelle à respecter et les matériaux à utiliser ; la fonction
serait une fonction d’information (présenter l’école dans une exposition) ;

- la tâche est celle de réussir une maquette ;

- la consigne pourrait s’exprimer de la façon suivante : « Voici le plan de l’école. Réalise une maquette
à l’échelle 1/100, en utilisant du carton »((Reogiers 2000 : 129).

 Dans le Livret de compétences, la SSI qui est une situation problème comporte deux constituants : le contexte et la
consigne.

Exemple : Pour la CB « Intégrer la graphie et le sens des mots usuels, les règles de syntaxe et les formes verbales
simples dans la production d’un texte à caractère informatif »
Contexte : À l’occasion de la fête de fin d’année, nous devrons envoyer des cartons d’invitation et des affiches pour
informer le public.
Consigne : produis les textes qui seront écrits sur les cartons et les affiches.

Comment exploiter les situations de l’ordre de la compétence ?

La SSI concerne la situation d’apprentissage de l’intégration et la situation d’évaluation qui constituent des moments
d’intégration des apprentissages déjà réalisés

La situation d’entrée permet d’identifier les différents apprentissages qui couvrent la compétence de base concernée et
de réajuster, au besoin, les objectifs et contenus initialement déclinés. C’est une situation qui a pour objectif

21
d’amener les apprenants à prendre conscience de leurs réussites et de leurs insuffisances et à se représenter
l’importance des activités dans lesquelles ils doivent s’engager.

 Etapes pour exploiter la Situation d’entrée

- Présenter la situation d’entrée

- Vérifier la compréhension de la situation d’entrée

- Recueillir les hypothèses générales des apprenants

- Exploiter les premiers essais des apprenants

- Constater les insuffisances (par l’enseignant et les apprenants)

- Négocier le projet pédagogique(annonce par l’enseignant de la nécessité de réaliser des apprentissages


pour s’en sortir)

- Identifier les objectifs d’apprentissage pertinents

 Etapes pour exploiter la Situation d’apprentissage de l’intégration

- Présenter la situation aux apprenants

- Préciser la consigne, les modalités de travail et la production attendue des apprenants

- Laisser un temps de travail suffisant

- Exploiter les productions dans le sens de repérer les réussites et les insuffisances

- Organiser des remédiations différenciées.

 Etapes pour exploiter la Situation d’évaluation

- Présenter la situation aux apprenants

- Préciser la consigne, les modalités de travail et la production attendue des apprenants

- Laisser un temps de travail suffisant

- Exploiter les productions en fonction des critères et indicateurs

- Situer chaque apprenant par rapport au seuil de maîtrise exigé

- Prendre les décisions adéquates.

 Comment planifier et gérer les apprentissages ?

La répartition traditionnelle prend insuffisamment en charge l’articulation des contenus. Plusieurs apprentissages sont
souvent programmés dans une logique d’accumulation de connaissances entraînant une absence de visibilité et de
cohérence dans la progression.
Avec l’entrée par les compétences, l’enseignant doit opérer une rupture en considérant désormais la répartition comme
un premier niveau d’intégration. La planification devient ici un outil indispensable permettant à l’enseignant d’organiser
dans le temps et dans l’espace une progression cohérente et articulée des apprentissages. Le choix des disciplines et des
CB à programmer ne doit donc pas relever du hasard. Il doit se faire autant que possible en fonction d’un projet ou d’un
thème fédérateur des apprentissages.
1 QUELLES APPROCHES POUR PLANIFIER ?
Deux approches de planification sont ici présentées .

22
1-1 LA PLANIFICATION EN PARTANT DIRECTEMENT DU LIVRET
La compétence est l’élément structurant du programme . La planification dans ce cas consiste à répartir les objectifs
et contenus par CB et par discipline en partant directement du Livret. Une telle approche permet à terme une
programmation équilibrée des CB et des disciplines mais , elle peut être limitée par le manque d’intégration
globale des activités menées dans les différentes CB .
1-2 LA PLANIFICATION A PARTIR D’UN PROJET OU D’UN THEME
Pour une planification au service de l’intégration , les projets constituent une bonne entrée. Il est en effet possible
d’avoir des situations très complexes dans le cadre d’un projet ou d’un thème qui prend en charge plusieurs CB relevant
de disciplines différentes.
Les activités liées à la préparation et à l’organisation de la Semaine de l’école peuvent par exemple, être le creuset de
plusieurs apprentissages(expression écrite, arts scéniques, arts plastiques, histoire , éducation civique…).
La planification à partir d’un projet a l’avantage d’assurer plus de cohérence dans la progression et un sens global aux
apprentissages programmés dans le temps.
Une planification centrée uniquement sur le projet présente cependant des limites réelles au
développement de tous les aspects du programme. Elle peut en effet entraîner l’enseignant à
créer un déséquilibre dans le choix et la programmation des CB .
Il appartient à l’enseignant d’y veiller en opérant à temps aux réajustements nécessaires pour
que toutes les CB et disciplines soient prises en compte. Le recours à la première modalité
permettra de rétablir l’ équilibre.
Les deux approches peuvent donc coexister dans des rapports de complémentarité.
. Le conseil à donner à l’enseignant quel que soit le modèle de planification adopté est de veiller autant que possible à
une articulation cohérente entre les apprentissages provenant de CB et de disciplines différentes.

2 QUELLES TECHNIQUES POUR PLANIFIER ?


Pour planifier les apprentissages autour des compétences les opérations suivantes pourront être menées :
 Sélection des activités et des CB en fonction du projet ou du thème, sinon en partant directement du Livret
comme indiqué dans le guide de l’enseignant.
 Répartition des objectifs et des contenus selon les niveaux.
Pour la répartition entre les deux niveaux, le tableau des objectifs et contenus proposé dans le Livret donne des
indications. Si ces indications ne permettent pas de répartir les apprentissages entre les deux années, il convient de se
référer aux données fournies dans les Situations d’entrée et Situations d’évaluation (contexte, consigne /niveau
d’exigence).

NB :Cette opération n’est pas valable pour les secteurs ayant des compétences calibrées sur une année seulement
(Préscolaire).

 Planification des apprentissages pour une période donnée : elle intervient avant le début des apprentissages ;
cependant, l’enseignant réajuste la planification après la mise en contact des apprenants avec la situation
d’entrée.
Pour chaque CB répartir de manière hiérarchisée (progression logique et bien articulée) les apprentissages ponctuels
qui permettent de la développer . C’est comme dans une répartition classique mais ici, les objectifs et les contenus sont
définis en fonction des CB.
Planifier les périodes d’intégration en fonction du niveau de développement souhaité.
Une compétence se déroule généralement sur le long terme . Aussi, est-il recommandé de procéder à des planifications
d’activités se déroulant sur la durée.

Exemple de tableau de planification des apprentissages à partir du Livret

Activités CB ENTREE Apprentissages Apprentissage de Evaluation


ponctuels l’intégration
Situation Période Objectifs Période Situations Période Situation Période
Logicomath CB 1 Cf livret Ob 1 Cf livret+ Cf livret
Ob 2 d’autres
Ob 3 SAI
Ob 4
Ob n
Ob 1
Ob 2
Ob 3

23
Ob n

Exemple de tableau de planification à partir d’un projet

Compétence du Entrée CB Activités Apprentissage de Évaluation


projet l’intégration
Situation Période Situation Période Situation Période

Pour la planification des CB , cf premier tableau


Remarques
 Des posters peuvent être les supports des répartitions
 Une fois le tableau rempli, marquer d’une même couleur les périodes des activités qui se déroulent au même
moment quelle que soit la CB concernée ; cela permet d’avoir des repères temporels visibles
 L’aménagement de l’emploi du temps doit être souple mais il faut respecter les crédits horaires affectés à
chaque activité
 Tenir compte de l’affinité des objectifs dans la planification des CB, à des fins d’interdisciplinarité .

24
 Comment évaluer la compétence ?

COMMENT EVALUER UNE COMPETENCE ?

Dans l’approche par les compétences, l’évaluation constitue un maillon essentiel du dispositif d’enseignement/apprentissage. Elle nécessite un changement d’attitude
de la part de l’enseignant. Elle implique surtout la valorisation et la mobilisation des apprenants. «  Les enjeux en terme d’estime de soi et d’identité sont particulièrement
importants »(Rogiers) Aussi est-il essentiel d’expliciter clairement les règles du jeu.
I – Qu’est-ce qu’ évaluer  ?
Selon Jean Marie DEKETELE « Evaluer signifie
- recueillir un ensemble d’informations suffisamment pertinentes, valides et fiables
- d’examiner le degré d’adéquation entre cet ensemble d’informations et un ensemble de critères adéquats aux objectifs fixés au départ ou ajustés en cours de
route
- en vue de prendre une décision ».
Selon Léopold Paquay, quand on raisonne en termes de développement des compétences à l’école, il est naturel que l’évaluation des acquis des apprenants ne soit
pas seulement une évaluation des éléments qui composent la compétence, mais qu’elle soit une évaluation de la compétence proprement dite. Il s’agit donc
d’évaluer si l’apprenant est compétent ou non.
Evaluer une compétence revient donc à demander à l’apprenant de réaliser une tâche complexe et à porter sur cette production autant d’appréciations qu’il y a de critères.
II – Les étapes de l’évaluation de la compétence
Elles sont au nombre de sept :
1°) Concevoir des situations d’évaluation
La situation d’évaluation doit appartenir à la même famille que la situation d’apprentissage de l’intégration(SAI) dont elle garde les principales caractéristiques. Nous
rappelons que la situation d’évaluation doit contenir un contexte bien défini et une consigne qui indique la nature de la tâche à exécuter.
Exemple : la classe organise une journée de partage sur le paludisme ; conçois une affiche et rédige une lettre d’invitation.
Contexte : La classe organise une journée de partage sur le paludisme.
Consigne : conçois une affiche et rédige une lettre d’invitation.
N.B. :

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


25
- Choisir trois critères au maximum ;
- Veiller à l’indépendance entre les critères pour ne pas pénaliser les apprenants.
2°) Définir des critères
Le critère relève de l’ordre de la qualité. C’est la qualité que l’on attend d’une action ou d’une production  : la production peut être « précise », « cohérente », « originale »,
« complète », « bien présentée »,etc.
Deux types de critères sont à prendre en compte : les critères minimaux des critères de perfectionnement :
 Les critères minimaux sont nécessaires pour la maîtrise de la compétence
 Les critères de perfectionnement sont souhaitables, mais non indispensables à la maîtrise de la compétence.
Exemple : Intégrer la graphie et le sens des mots usuels, les règles de syntaxe et les formes verbales dans la production d’un texte à caractère informatif.

# Critères minimaux

C1 : Exhaustivité de la production


C2 : Correction syntaxique du texte
#Critère de perfectionnement
C3 : Qualité de la présentation
3°)Définir des indicateurs
Les indicateurs sont des indices de manifestation de la compétence ou en d’autres termes les caractéristiques observables qui matérialisent un critère. 
Par exemple le critère « justesse d’une solution » est matérialisé par :
- les opérations sont justes
- les opérations sont appropriées à la situation
- le raisonnement adopté est adéquat 
4°)Définir un barème de correction
Il s’agit d’affecter à chaque niveau de maîtrise un nombre de points.
NATURE DU CRITERES NIVEAU DE INDICATEURS NOTE
CRITERE MAITRISE
CIRTERES EXHAUSTIVITE Absence de maîtrise Aucune information 0
essentielle n’est donnée
MINIMAUX Maîtrise partielle 1 ou 2 informations 1
essentielles données

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


26
Maîtrise minimale 3 informations essentielles 2 ou3
données
Maîtrise maximale Toutes les 4 informations 4
essentielles sont présentes
CORRECTION Absence de maîtrise Plus de 4 fautes 0
SYNTAXIQUE Maîtrise partielle 3 ou 4 fautes 1
Maîtrise minimale 1 ou 2 fautes 2ou3
Maîtrise maximale Aucune faute 4
CRITERE DE PRESENTATION Absence de maîtrise Aucun indicateur respecté 0
PERFECTIONNE Maîtrise partielle Respect d’un indicateur 0.5
MENT Maîtrise minimale Respect de deux indicateurs 1
Maîtrise maximale Respect des trois indicateurs 2

5°) Administrer les épreuves d’évaluation : présentation de la situation, définition de la consigne et des modalités de travail , exécution
6°) Recueillir et traiter des informations
- application du barème
- jugement
7°) Prendre des décisions
C’est le moment décisif de l’évaluation où l’enseignant apprécie le niveau de maîtrise de la compétence et décide de l’attitude à prendre vis à vis de l’apprenant. Il est
bon de préciser que le manque de maîtrise d’un seul critère minimal suffit pour justifier l’absence de maîtrise de la compétence en question. On parle de maîtrise minimale de
la compétence lorsque l’apprenant obtient au moins la moitié des points attribués à chaque critère minimal.
L’absence de maîtrise ou la maîtrise partielle de la compétence entraîne la reprise de tout ou partie de la compétence. Par contre la maîtrise minimale nécessite
seulement une remédiation avant le passage à la mise en œuvre de la compétence suivante.

A propos de la remédiation :

La remédiation est une étape très importante qui vise la mise à niveau individuelle et/ou collective afin de permettre aux apprenants concernés de poursuivre sans difficultés
majeures les apprentissages suivants.
Selon Roegiers, un diagnostic des difficultés comprend quatre étapes :
- le repérage des erreurs ;

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


27
- le description des erreurs ;
- la recherche des sources des erreurs ;
- la mise en place d’un dispositif de remédiation.
NB : la remédiation peut être collective ou différenciée.
Dans le cas d’une remédiation collective il faut déterminer le niveau à cibler : révision, consolidation ou ré apprentissage. Cette dernière situation se présente si la
majorité des apprenants ont de sérieuses difficultés.
Dans le cas d’une remédiation différenciée, il est possible de faire appel à une technique de travail par groupe de niveau ou de travail par tutorat
Un dispositif de suivi remédiation est mis en place aussitôt après l’évaluation pour suivre chaque apprenant.

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


28
SCHEMA INTEGRATEUR
DOMAINE : LANGUE et COMMUNICATION

COMPETENCE DE CYCLE

A la fin du cycle, l’élève doit intégrer le lexique de base, les principales règles de fonctionnement
de la langue et les caractéristiques des types de textes dans des situations de compréhension et
de production de messages oraux et écrits.

ETAPE 1

COMPETENCE DE L’ETAPE

A la fin de l’étape, l’élève doit intégrer le lexique de base et des règles de fonctionnement de la
langue dans des situations de compréhension et de production de messages oraux et écrits
simples de type narratif, descriptif et injonctif.

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


29
COMPETENCES DE SOUS DOMAINES

Sous domaine 1 : Communication orale Sous domaine 2 : Communication écrite

Intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non verbaux, le schéma A la fin de l’étape, l’élève doit intégrer le lexique de base et des règles de
fonctionnement de la langue dans des situations de compréhension et de
intonatif et des règles syntaxiques simples dans des situations de production production de messages oraux et écrits simples

d’énoncés oraux relatifs au contact social, à la narration/description et à

l’injonction

COMPETENCES DE BASE

Communication orale Communication écrite


Activité : communication Activité : lecture Activité : Production
Intégrer les indices significatifs (syntaxique,
orale typographique) et les mécanismes de base
d’écrits
Intégrer le vocabulaire adéquat, les (encodage/décodage) dans des situations Intégrer le vocabulaire adéquat, des
de lecture de textes narratifs, descriptifs et règles syntaxiques simples et des temps
comportements non verbaux, le schéma intonatif injonctifs. de l’indicatif et de l’impératif dans des
situations de production d’énoncés
et des règles syntaxiques simples dans des
écrits de quatre phrases relatifs à la
situations de production d’énoncés oraux relatifs
narration/description et à l’injonction.

au contact social, à la narration/description et à

l’injonction

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


30
GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION
31
ETAPE 2
COMPETENCE DE L’ETAPE

A la fin de l’étape, l’élève doit intégrer le lexique de base, des règles de fonctionnement de la langue et les caractéristiques des textes narratif, descriptif, injonctif, informatif
et poétique dans des situations de compréhension et de production de messages oraux et écrits.

COMPETENCES DE SOUS DOMAINES

Sous domaine 1 : Communication orale Sous domaine 2 : Communication écrite

A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs,
verbaux, le schéma intonatif et des règles syntaxiques dans des situations de des règles syntaxiques et les caractéristiques des textes narratif, descriptif, injonctif,
transmission d’informations et d’échanges verbaux. informatif et poétique dans des situations de compréhension et de production de
messages écrits.

COMPETENCES DE BASE

Sous domaine 1 : Communication orale Sous domaine 2 : Communication écrite

Activité : Communication orale Activité : Communication écrite


CB :A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements CB : A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les indices
non verbaux, le schéma intonatif et des règles syntaxiques dans des situations de significatifs, des règles syntaxiques et les caractéristiques des textes narratif,
transmission d’informations et d’échanges verbaux. descriptif, injonctif, informatif et poétique dans des situations de compréhension et de
production de messages écrits.

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


32
ETAPE 3
COMPETENCE DE L’ETAPE

A la fin du cycle, l’élève doit intégrer le lexique de base, les principales règles de fonctionnement de la langue et les caractéristiques des types de textes dans des situations de
compréhension et de production de messages oraux et écrits

COMPETENCES DE SOUS DOMAINES

Sous domaine 1 : Communication orale Sous domaine 2 : Communication écrite

A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat,


A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs, des règles syntaxiques et des
les comportements non verbaux, le schéma intonatif et des caractéristiques des de textes narratifs, descriptifs, informatifs,
règles syntaxiques dans des situations de transmission injonctifs, poétiques, argumentatif et dialogués dans des
d’informations et d’échanges verbaux situations de compréhension et de production de messages
écrits.

COMPETENCES DE BASE

Sous domaine 1 : Communication orale Sous domaine 2 : Communication écrite

CB :A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire CB : A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire
adéquat, les comportements non verbaux, le schéma intonatif et adéquat, les indices significatifs et des règles syntaxiques dans
des règles syntaxiques dans des situations de transmission des situations de production de textes narratifs, descriptifs,
d’informations et d’échanges verbaux informatifs, injonctifs, poétiques, argumentatif et dialogués

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


33
GUIDE
PEDAGOGIQUE
TROISIEME ETAPE
Niveau 1

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


34
TABLEAU DE CORRESPONDANCE DES ACTIVITES PLANIFIEES

CM 1
Semaine Communication COMMUNICATION ECRITE
orale
Lecture Vocabulaire Grammaire Conjugaison Orthographe Récitation Production
d’écrits
1 Raconter un fait Un texte Produire un
vécu Dégager l’idée Employer des mots Distinguer une Conjuguer des verbes Accorder le verbe par premier jet en
(événement……) générale de adaptés phrase simple d’action avec son sujet quinzaine respectant
textes d’une phrase une fiche de
narratifs Rechercher le sens de complexe usuels au présent, au Accorder le
2 Faire un compte critères
mots et expressions passé composé, à participe passé
rendu de visite
Expliquer de façon dans un dictionnaire Employer une l’imparfait, au Evaluer son
détaillée un texte phrase passé simple et Orthographier
3 Faire un compte premier jet
narratif complexe au plus- que- correctement
rendu de réunion
parfait des mots Réécrire le
4 Faire un reportage Identifier les Employer les usuels texte
caractéristiques d’un pronoms
5 Relater un conte texte narratif personnels Ecrire sous la dictée Jets et
du maître remédiation
Relater une histoire Lire à haute voix des Identifier le nécessaires
imaginée textes narratifs groupe sujet
et le
6 groupe verbal
dans la
phrase

7 INTEGRATION
8 Décrire un Dégager l’idée Employer un Employer des Conjuguer des Maîtriser le Un texte Produire un
problème générale de textes vocabulaire adéquat déterminants verbes d’état au féminin des par premier jet en
d’environnement descriptifs présent, au passé adjectifs quinzaine respectant
ou de santé Employer les Employer composé, à qualificatifs une fiche de
Explique de façon connecteurs spatiaux l’adjectif l’imparfait, au critères
9 Décrire un détaillée le texte qualificatif passé simple et au Distinguer des
descriptif Employer les homophones Evaluer son
phénomène plus- que- parfait
présentatifs Identifier le premier jet
physique
Identifier les nom attribut Ecrire
caractéristiques d’un Chercher des mots et correctement Réécrire le
10 Décrire un lieu
texte descriptif expressions dans le Employer le sous la dictée texte
public
dictionnaire complément du maître
11 Décrire un Lire à haute voix des du nom Jets et
itinéraire textes descriptifs remédiation
Employer le nécessaires
12 Faire le portrait complément
physique d’une de l’adjectif
personne
Faire le portrait
moral d’une
personne

14 Décrire un animal

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


35
15

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


36
16 Donner des conseils, Dégager la fonction Employer des mots Employer la Conjuguer des Distinguer des Un texte Produire un
des de textes injonctifs adaptés phrase verbes usuels des homophones par premier jet en
recommandations impérative 2ème et 3ème quinzaine respectant une
Identifier les Utiliser un dictionnaire groupes à Accorder le fiche de
17 Donner des ordres caractéristiques d’un Employer des l’impératif présent verbe avec son critères
texte injonctif phrases sujet
18 Donner une impersonnelles Conjuguer des Evaluer son
consigne Lire à haute voix des verbes du 2ème Orthographier premier jet
textes injonctifs Employer des groupe au futur des mots
19 Donner des règles à phrases Réécrire le
simple
observer infinitives texte
Employer des Jets et
adverbes remédiation
nécessaires

20
21 Expliquer une tâche Relever les Maîtriser l’emploi d’un Employer le Conjuguer des Orthographier Un texte Produire un
informations d’une lexique précis complément verbes d’action correctement par premier jet en
22 Expliquer un lettre d’objet usuels au des mots quinzaine respectant une
schéma, un Utiliser un dictionnaire conditionnel fiche de
montage, un appareil Identifier les Employer des présent et au Accorder le critères
caractéristiques d’une compléments de subjonctif présent participe passé
23 Donner des lettre circonstance Evaluer son
informations tirées Ecrire sous la premier jet
de la presse ou de sa Lire à haute voix des Employer les dictée du
lecture lettres différentes sortes maître Réécrire le
de propositions texte
24 Annoncer un
événement, une Accorder le verbe Jets et
cérémonie avec son sujet remédiation
nécessaires

INTEGRATION /EVALUATION

GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION


37
GUIDE PEDAGOGIQUE CM1/ FRANÇAIS-LANGUE & COMMUNICATION
38
COMMUNICATION ORALE
Compétence de base

A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements


non verbaux, le schéma intonatif et des règles syntaxiques dans des situations de
transmission d’informations et d’échanges verbaux.

PALIERS DU CM1

PALIER 1 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non verbaux, le schéma intonatif et
des règles syntaxiques dans des situations de transmission d’informations de type narratif.

Apprentissages ponctuels

OA OS Contenus Durée
Relater un événement Raconter un fait vécu le respect du thème, l’articulation, le 6 semaines
vécu (événement……) rythme de la parole, la maîtrise du
Faire un compte rendu de souffle, la fidélité, la concision, la
visite cohérence (chronologie des faits, étapes
Faire un compte rendu de de la narration) dans le récit, le lexique
réunion adapté (connecteurs, emploi de verbes
Faire un reportage d’action)

Relater un événement Relater un conte


imaginaire Relater une histoire
imaginée
Dire de mémoire un Restituer un texte
texte

Situation d’intégration

 Contexte : Un concours de narration est organisé en classe. L’épreuve consiste à raconter un événement
vécu (visite, réunion) et un événement imaginaire (histoire imaginée, conte).Tu souhaites que ta
production soit retenue parmi les meilleures de la classe.
 Consigne : Participe au concours.

Production attendue Indications pour la passation


Chaque élève raconte un fait vécu et une histoire Organiser le concours ; préciser les consignes et les
imaginée. modalités de travail

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 39


PALIER 2 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non verbaux, le schéma intonatif et
des règles syntaxiques dans des situations de transmission d’informations de type descriptif

Apprentissages ponctuels

OA OS Contenus Durée
Décrire une chose Décrire un problème le respect du thème, l’articulation, 6 semaines
connue d’environnement ou de le rythme de la parole, la maîtrise
santé du souffle, la fidélité, la concision,
Décrire un phénomène la cohérence, le lexique adapté
physique (connecteurs, emploi de verbes
Décrire un lieu public d’état, d’adjectifs qualificatifs)
Décrire un itinéraire

Décrire une personne, Faire le portrait physique


un animal d’une personne
Faire le portrait moral
d’une personne
Décrire un animal Récitations
Dire de mémoire Restituer un texte

Situation d’intégration

 Contexte : Tu participes à un concours de description en classe. Chaque participant est invité


- d’une part à décrire un problème d’environnement, un phénomène physique, un lieu public ou un animal
- d’autre part à faire le portrait d’une personne

 Consigne : Présente tes descriptions.

Production attendue Indications pour la passation


L’élève fait une description et un portrait Organiser le concours ; préciser les consignes et les
modalités de travail

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 40


PALIER 3 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non verbaux, le schéma intonatif et
des règles syntaxiques dans des situations de transmission d’informations de type injonctif

Apprentissages ponctuels

OA OS Contenus Durée
Faire agir Donner des conseils, des Emploi correct de formules 4 semaines
recommandations impersonnelles (il faut+ infinitif)
Donner des ordres et de l’impératif
Donner une consigne
Donner des règles à
observer
Dire de mémoire Restituer un texte Textes de récitations

Situation d’intégration

 Contexte : Des groupes de travail sont mis en place par le maître en début d’année. Il faut définir des
modalités d’entretien et de surveillance des locaux (classe, cour, toilettes) et des règles de fonctionnement
du groupe pour éviter les conflits. Tu es le responsable de ton groupe et tu donnes des recommandations
et des conseils à tes camarades.
 Consigne : Joue la scène.

Production attendue Indications pour la passation


L’élève doit donner des règles à observer, des conseils, Expliciter le contexte et préciser la consigne
des recommandations

PALIER 4 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les comportements non verbaux, le schéma intonatif et
des règles syntaxiques dans des situations de transmission d’informations de type informatif

Apprentissages ponctuels

OA OS Contenus Durée
Expliquer une tâche, Expliquer une tâche 4 semaines
un mécanisme La manière de présenter des idées,
Expliquer un schéma, un l’articulation, la clarté, le rythme de la
montage, un appareil parole, la maîtrise du souffle, la justesse
des informations, la cohérence …
Donner des Donner des informations tirées
informations… de la presse
Donner des informations
tirées de sa lecture
Annoncer un événement, une
cérémonie…
Dire de mémoire Restituer
Restituer un texte en prose

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 41


Situation d’intégration
Contexte : Des accidents domestiques sont fréquents dans ta localité. Tu as lu l’article suivant.

ENCORE UNE IMPRUDENCE COUPABLE !

Le quartier Fass paillote a été ravagé par les flammes. Les populations surprises par l’ampleur
des événements n’en reviennent pas encore.
C’est ce matin, aux environs de 10 heures que le feu s’est déclaré dans une maison située au sud
du quartier, après une forte détonation perceptible à des centaines de mètres. Ensuite, le feu
s’est propagé très vite. Fass paillote est surtout connu pour ses habitations faites essentiellement
de baraques et de pailles, de matériels de récupération ; des maisons de fortune. Ces habitations
spontanées sans aucune norme urbaine au centre de la capitale n’ont pas rendu les secours
faciles. Et, on dirait que les dieux étaient complices ; un vent assez fort soufflait du sud au nord
comme pour attiser le feu. Les flammes, dévorantes, ont avalé les chambres une à une devant les
sapeurs-pompiers qui essayaient vainement de se frayer un chemin. ; comme les populations, ils
n’ont fait que constater les dégâts. Dans les décombres, on voit des armoires, des valises, des
malles et des lits à moitié calcinés qui jonchent le sol.
Tout le monde s’interroge sur ce qui a pu causer un tel désastre. Les premiers prélèvements
opérés par les sapeurs pompiers attestent que l’incendie a été causé par une bonbonne de gaz.
Ce qui explique sûrement la détonation entendue au début de l’incendie. Fama, une fillette âgée
d’une douzaine d’années devait recharger une bonbonne de gaz à l’absence de sa mère.
Malheureusement, ne maîtrisant pas l’opération elle a cassé l’embout du bec de gaz et le
premier jet de gaz s’est très vite transformé en flammes à cause d’un feu qui couvait à côté.
C’est une imprudence qui occasionne souvent un tel désastre. En effet, le gaz est une matière
très inflammable. Il faut manipuler les bonbonnes avec beaucoup de précautions pour les
recharger. D’abord, il faut faire l’opération en plein air ; ensuite, il faut s’assurer qu’il n’y a
pas de feu à côté ; après quoi, il faut fermer le bec du gaz avant de le mettre dans l’embout de la
bouteille et le visser à fond ; enfin, il faut vérifier s’il n’y a pas de fuite du gaz.

 Consigne : Donne les informations utiles à tes camarades

Production attendue Indications pour la passation


L’élève donne des informations sur les circonstances de Faire lire le texte, expliciter la consigne.
l’accident (causes, conséquences), et explique les Varier les textes et faire passer les élèves par groupes
mécanismes pour éviter un tel accident pour éviter la duplication.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 42


Situation d’évaluation
 Contexte : Tu as trouvé, dans le journal, un article très intéressant. Après l’avoir lu, tu décides de
partager les informations essentielles avec tes amis.
Voici l’article :

UNE NOYADE

La mer est dangereuse, il faut s’en méfier. Aujourd’hui encore, un garçon âgé d’une dizaine
d’années a failli se noyer dans les eaux de Soumebédioune.
Pendant ces périodes de canicule, les plages constituent les endroits les plus fréquentés de la
ville de Dakar. Le jeune Christophe, profitant d’un moment de distraction de son frère occupé
par un match de « langaboury », se hasarda trop loin dans la mer. Soudain, une vague
imprévisible l’entraîna au fond. Il n’eut même pas le temps de crier sa détresse. On alerta
aussitôt les sapeurs pompiers par téléphone. Mais, l’attente fut longue. Deux minutes
s’écoulèrent….Puis cinq….Sept. Et toujours pas de sirène annonçant l’arrivée des sapeurs. Tous
les baigneurs, les sportifs et les badauds envahirent la plage. On s’impatiente, désemparé.
Heureusement, non loin de-là il y’avait un maître nageur qui a aperçu la foule et a senti le
danger. Aussitôt, il accourut sur les lieux et sans attendre plongea pour cueillir le jeune garçon.
Comme par miracle, il pêcha le corps en peu de temps et le tira sur la berge. Le pauvre
semblait inanimé.
C’est en ce moment que les sapeurs pompiers arrivent à toute allure dans une fourgonnette de
couleur rouge. Ils se fraient un passage.
- Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Laissez-nous faire martèlent les soldats du feu
Promptement, un sapeur retourne l’enfant sur le ventre, lui tourne la tête sur le côté.
Christophe ne respire toujours pas ; il reste inerte. Le sapeur appuie fortement sur le dos du
jeune noyé, un peu d’eau sort de sa bouche. Il relâche sa pression et recommence encore et
encore, avec méthode. Les gens regardent faire, de plus en plus inquiets, parce que rien ne se
passe. Et puis, brusquement, Christophe a le hoquet et se met à tousser ;
- Bon, ça va aller mieux, dit le sapeur.
Il continue sa pression ferme et méthodique. Christophe tousse et recrache de l’eau. Il ouvre
des yeux glauques, des yeux de poisson. Le sapeur le laisse se retourner, l’aide à se redresser,
il tousse encore, se racle les poumons, dit :
- Oh ! Mon Dieu.
Christophe se relève et hésite à marcher. Il a les muscles engourdis et endoloris. Son genou a
été écorché par les rochers sous-marins. La fatigue se lit sur son visage blanchi par le sable fin
de la plage ; ses yeux ont été rougis par le contact prolongé avec l’eau salée. Mais, il obtient la
force et le courage de dire merci à tout le monde
- C’est une bonne leçon, dit le sapeur. Tout le monde doit faire des cours de secourisme
 Consigne : Donne les informations utiles à tes amis

Production attendue Indications pour la passation


L’élève donne des informations sur les circonstances de Faire lire le texte, expliciter la consigne.
l’accident (causes, conséquences), décrit le personnage Varier les textes et faire passer les élèves par groupes
principal et explique les différentes étapes pour ranimer le pour éviter la duplication.
noyé

Barème de notation

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 43


Critères Indicateurs Note
Exhaustivité L’évalué réussit les trois tâches (donne les informations, décrit le personnage, Christophe, et 3
explique les différentes étapes pour ranimer le noyé)
L’évalué réussit les deux tâches 2
L’évalué réussit une seule tâche 1
Cohérence Toutes les phrases sont en lien dans les 3 tâches 3
Toutes les phrases sont en lien dans les 2 tâches 2
Toutes les phrases sont en lien dans une seule tâche 1
Correction De 0 à 3 fautes 2
De 3 à 4 fautes 1
Plus de 4 fautes 0
Comportement Gestes, posture, regard porté sur l’auditoire corrects 2
Deux déficiences notoires 1
Plus de deux déficiences notoires 0

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 44


INFORMATIONS DIDACTIQUES

 Notions clés

La définition des notions suivantes permet de préciser le contenu de la compétence de


base et des paliers.

- transmission d’informations :
Dans les situations dites de « transmission d’informations », l’élève doit maîtriser le langage de
l’évocation. En d’autres termes, il s’agit pour l’apprenant de rapporter un événement, un récit,
une information, de décrire et de faire agir en se faisant comprendre. La structuration du
discours est ici d’une grande importance.

- échanges verbaux :
Pour les » échanges verbaux », les attitudes de communication (écouter, comprendre et
respecter le (ou les) interlocuteur (s), se faire accepter…) seront privilégiées même si les
échanges ne doivent pas être futiles dans leur contenu. Ce sont des situations essentiellement
dialoguées, interactives.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 45


 Démarches

La pratique de l’expression orale à l’école élémentaire vise essentiellement à amener les


élèves à s’exprimer correctement de manière naturelle et spontanée. C’est une activité
langagière d’autant plus importante qu’elle est transversale à toutes les disciplines. Mieux,
s’exprimer oralement est inhérent à la vie de tous les jours.
En effet, dans le commerce que nous entretenons avec nos semblables, nous avons toujours
besoin d’exprimer nos sentiments, de faire part de nos idées et émotions, d’argumenter, de
donner ou de demander des informations…
Cependant, le traitement pédagogique dont elle fait l’objet à l’école n’est pas toujours
des plus opportuns et des plus pertinents. En effet, plutôt que de s’appuyer sur des situations
orales fonctionnelles pour aider l’apprenant à construire sa personnalité et son savoir, à agir sur
son milieu, la pratique la plus courante a tendance à convoquer des situations artificielles
désincarnées.
Pour être dynamique et fonctionnelle, l’expression orale doit s’insérer dans un processus de
prise en compte effective des besoins de l’élève et de son milieu : besoin d’extérioriser ce qu’il
ressent, besoins ludiques, besoin de se connaître et de découvrir le monde qui l’entoure.
Elle doit s’inscrire dans un apprentissage continué et intégré à des activités diversifiées basées
sur l’exploitation de thèmes portant sur les réalités de son milieu.
Ainsi, dans une leçon d’expression orale, on peut recourir à la conversation, au débat, au
compte rendu, aux jeux dramatiques, aux jeux poétiques et aux histoires à terminer ou à
inventer.
Les activités à développer en classe peuvent être sériées en deux types distincts :
 Des activités relatives à la transmission d’informations telles que « relater un fait
divers », « faire un compte rendu », « décrire un animal » qui constituent un tremplin
vers la production écrite des différents types de textes.
 Des activités relatives aux échanges verbaux articulées à la conversation et au débat.
En programmant ces activités, le maître doit se garder de les imposer aux élèves. Il choisira
des thèmes qui les interpellent directement dans leur vécu quotidien. L’élève ne doit pas
parler pour parler ; les activités doivent être finalisées : toute activité de communication
peut déboucher sur des résolutions de problèmes.

Une leçon d’expression orale n’est jamais semblable à une autre, et par conséquent le
choix des activités est fonction du besoin d’expression des élèves. Ce choix est négocié dans
le cadre d’un projet pédagogique cohérent.

Pour les deux types, la démarche que nous proposons dans ce Guide est ouverte et
s’articule autour de quatre grandes phases :
1. Phase d’appropriation et de préparation
2. Production libre des élèves
3. Exploitation
4. Evaluation

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 46


Cette démarche est explicitée dans le tableau qui suit.

SPECIFICATIONS PAR TYPES DE LECONS


Transmission Echanges verbaux
ETAPES d’informations Conversation Débat
Mise en contact
Mise en contact avec
Mise en contact des avec
1. Phase le thème et préparation
élèves avec le le thème
d’appropriation du débat
prétexte
ou de
Fixation des
préparation Fixation des modalités
modalités de la
du débat
conversation
Expression libre
des élèves Discussion libre. Pour le débat, cette phase
2. Productions
a lieu une autre fois, après la préparation.
libres des élèves
Résolution à retenir.

Production dirigée
Evaluation formative et remédiation sur les
par
problèmes relevés : aspects liés à la
3. Exploitation le maître
correction de la langue, aux attitudes
verbales et non verbales
Activités
NB : Le maître sera attentif, au cours des
d’évaluation de
autres séances de conversation ou débat,
4. Evaluation l’O.S.
au transfert des acquis antérieurs.

THÈMES RETENUS

N° THEMES SOUS THEMES


Les cérémonies
Les enfants de la rue
1 La famille Le gaspillage
Le mariage forcé
L’alimentation
La coopérative
2 L’école Le gouvernement scolaire
Les activités scolaires
Le quartier
Le village
3 L’habitat
La ville
Les jardins et places publics
4 L’environnement L’assainissement
La déforestation
GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 47
Les sources d’énergie
Les inondations
Les paysages
Le reboisement
Les animaux domestiques
Les animaux sauvages
La chasse
5 Les animaux
La pêche

La vaccination
Les médicaments
A l’hôpital

6 La santé
Les guérisseurs traditionnels
L’alimentation

La campagne électorale
Les élections
7 La citoyenneté
Les droits de l’enfant
Les biens publics
Le SIDA
La pauvreté
8 Les questions émergentes Les TIC
L’immigration
La xénophobie
Les accidents
9 Les voyages
Le code de la route
Aux champs
A l’atelier
10 Les activités
A l’usine
Au bureau
Les sports
Les artistes
11 Les spectacles
Les fêtes religieuses
Les fêtes nationales

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 48


Démarche détaillée

A. Type de leçon : transmission d’informations

Tous les paliers du CM1 et Palier 5 du CM2

1. Phase d’appropriation

Mettre les élèves en contact avec le point de départ de la leçon (prétexte), pour en faciliter la
compréhension globale.
Le point de départ servant de prétexte à l’expression peut être :
- l’énoncé d’un thème
- une mise en situation orale
- un texte dans lequel un sujet est traité
- une image décrivant une situation, des actions, un fait divers
- etc.

2. Activités de production libre des élèves

Laisser les élèves s’exprimer librement sur le prétexte : ils essaient de traduire l’intention de
communication que le prétexte suggère.

3. Exploitation
3-1 Activités de production dirigée

- analyser les productions libres des élèves


- développer les éléments de contenus constituant l’objet d’étude : travailler
systématiquement les outils linguistiques nécessaires. Il est recommandé de recourir aux
exercices structuraux.

 2 Production orale autonome : narration, description,


injonction, information

Chaque élève produit, avec l’aide du maître et/ou de ses camarades.

4. Evaluation

Demander aux élèves de produire sans aucune aide.

Remarque
 
Les différentes phases présentées ci-dessus peuvent donner lieu à plusieurs séances.
Exemple
- séance 1 : phase d’appropriation et activités de production libre des élèves
- séance 2 : activités de production dirigée
- séance 3 : phase de production autonome et évaluation

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 49


B. Type de leçon : Echanges verbaux
(PALIERS 6 et 7 du CM2)

I/ PREPARATION

1. Choix du thème
NB : Le thème d’une leçon de conversation ou de débat peut être en relation avec
un Projet d’écriture.

A partir d’une question d’actualité, d’un événement ou incident, de l’étude d’un texte, de
l’observation d’une image ou de l’audition d’un enregistrement, choisir une question qui requiert
les avis de tous pour des prises de décisions.
Pour le débat, il est souhaitable que les élèves disposent d’un temps de réflexion et de
documentation au cours duquel ils préparent les bonnes questions ou rassemblent les
arguments.

2. Fixation des modalités


Le maître expliquera les aspects sur lesquels chacun devra se prononcer. Il veillera aussi à
indiquer les « règles du jeu » (écouter l’autre, respecter son avis…) et à rappeler les objectifs :
prendre des décisions à exécuter.

II/ PRODUCTION LIBRE

3. Déroulement de la conversation ou du débat

- Mise en situation : rappel du prétexte ou de la question à débattre.

- Prises de parole
En tant qu’animateur, le maître structurera le déroulement de la conversation.
Pour chaque axe, le maître distribuera la parole aux intervenants et tirera une synthèse
partielle.

- Prise de décisions : A la fin, tirer une synthèse globale qui permettra de prendre une
décision.
NB : le maître relèvera au fur et à mesure les erreurs les plus significatives.

III/ EXPLOITATION
C’est le moment pour le maître de corriger systématiquement les aspects relatifs à la langue,
aux comportements non verbaux, à partir des erreurs relevées au cours de la production libre.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 50


 ILLUSTRATIONS

Type de leçon : transmission d’informations

OS : relater un fait divers

Séance 1

1. Phase d’appropriation

Prétexte : une image (ou un dessin) d’enfants tenant des mangues à la main, poursuivis par un vieil homme (ou
un gardien) furieux brandissant un gourdin
Interprétation libre

- Observez cette image. Et dites pourquoi les enfants sont en train de s’enfuir.
- (les élèves observent l’image et émettent des hypothèses)

Interprétation dirigée

- Quels personnages y a t-il ?


- des enfants - un vieux (un gardien)-
- où se déroule la scène ?
- dans les champs (les vergers)
- que voit-on entre les mains des enfants ?
- des mangues
- qu’est-ce que le vieux a à la main ?
- un gourdin (un bâton)
- que fait le vieux ?
- Il poursuit les enfants
- Pourquoi ?
- Ils ont volé les mangues

2. Activités de production libre des élèves

- Avez-vous déjà assisté à un événement pareil ?


- (réponses des élèves)
- on va voir lequel d’entre vous raconte le mieux. Qui va raconter ?
- (Laisser les élèves raconter librement)
Analyse des productions martyres des élèves : le maître fait relever que
- X n’a pas respecté le thème : il a parlé de choses différentes
- Y parle trop vite et on ne comprend pas son histoire
- Z n’a pas bien organisé son histoire : toutes les parties sont mélangées

Séance 2
3. Activités de production dirigée

- Nous allons ensemble apprendre à raconter.

 Travail sur l’organisation du récit


- Nous allons raconter ce qui s’est passé dans cette image
Faire jouer la scène, en quelques minutes : un groupe d’enfants va dans les champs, ils décident de
voler des mangues ; après leur forfait, le propriétaire survient et les poursuit avec un gourdin…

Demander aux élèves de raconter l’histoire en respectant les étapes.

Le groupe classe construit ensemble, avec l’aide du maître le début de l’histoire.


Exemple : « un jour Moussa, Issa et Alpha se promènent dans les champs. Ils bavardent et
s’amusent. »
GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 51
Faire répéter par quelques élèves pour la fixation/ Ils peuvent aussi reformuler l’idée.

Que se passe-t-il ensuite ? Avec la même démarche, on construit une deuxième partie.
Exemple : « regardez les mangues ! », dit Alpha. « On va voler quelques mangues, il n’y a personne »,
dit Issa.
Faire répéter par quelques élèves pour la fixation/ Ils peuvent aussi reformuler l’idée.

Troisième partie : « les enfants entrent dans le verger de père Ousmane. Chacun cueille quelques
mangues ».
Faire répéter par quelques élèves pour la fixation/ Ils peuvent aussi reformuler l’idée.

Quatrième partie : « tout à coup, père Ousmane surgit. »


Faire répéter par quelques élèves pour la fixation/ Ils peuvent aussi reformuler l’idée.

Cinquième partie : « il est en colère et il prend un gros bâton. Les enfants s’enfuient et il les
poursuit ».

Faire répéter par quelques élèves pour la fixation/ Ils peuvent aussi reformuler l’idée.
NB : Les différentes parties permettent de structurer l’histoire.

 Travail sur le rythme de la parole, la maîtrise du souffle, la posture et la gestuelle


- qui va reprendre l’histoire en parlant calmement, en s’arrêtant quand il le faut et en faisant les gestes qui
conviennent
- essais de quelques élèves + remédiation du maître et des camarades

Synthèse à retenir :
 Pour raconter il faut respecter
- Le thème
- La progression dans les différentes parties de l’histoire
- Le rythme de la parole
- Une gestuelle et une posture correctes
 Laisser les élèves reprendre toute l’histoire.

Séance 3

4. Production autonome d’un texte oral 


A partir d’images tirées du livre ou trouvées par le maître, inviter les élèves à raconter un fait divers.
Faire raconter le maximum d’élèves possible.
Demander à chaque fois une réaction des camarades et remédier, le cas échéant.

Séance 4

5. Evaluation
Chaque élève raconte une histoire vécue.
NB : Les élèves font le transfert sans support.
Faire raconter le maximum d’élèves, en choisissant ceux qui n’étaient pas interrogés pendant l’étape de production
autonome.

NB : Cette séquence de 4 séances peut être reprise sur un autre fait divers si les performances
des élèves ne sont pas satisfaisantes.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 52


Type de leçon : Echanges verbaux

O.S : Participer à une conversation

Déroulement d’une séance (45 mn)

PREPARATION
1. Choix du thème

Prétexte 
Situation : pendant la récréation un élève est sorti pour aller chez lui et un fou l’a agressé.

Le Maître
- présente oralement la situation
- annonce l’objectif : à la fin de la conversation on prendra des décisions pour la sécurité des élèves à l’école. .

2. Fixation des modalités


Le maître explique :
 les aspects sur lesquels chacun devra se prononcer.
- pourquoi l’élève est sorti ?
- doit-il aller chez lui ?
- comment peut-on éviter ce qui s’est passé

Il indique :
 les règles du jeu
- écouter l’autre,
- respecter son avis…

PRODUCTION LIBRE

3. Déroulement de la conversation

-Rappel de l’incident
Demander à un élève de rappeler brièvement ce qui s’est passé
-Prises de parole
En tant qu’animateur, le maître structurera le déroulement de la conversation, en 3 grands axes :
-Qu’est-ce qui a poussé l’élève à sortir ?
-les conséquences de la sortie
- ce qu’il faut faire pour éviter la sortie
Pour chaque axe, le maître distribuera la parole aux intervenants et tirera une conclusion partielle.

-Prise de décisions :
Ce sera la conclusion finale : Exemples : Surveillance du portail pour éviter les sorties des élèves ; construction de
latrines dans l’école ; amener son petit déjeuner en classe …
NB : le maître veillera à noter au cours de la conversation les erreurs les plus significatives et les classera
en deux catégories :
- celles qu’il pourra faire corriger à la fin de la séance
- et celles qui nécessitent des séances de remédiation à travers les disciplines outils.

EXPLOITATION
Elle portera sur les aspects suivants :

 Le respect du thème
 La correction de la langue :
 Le comportement : des attitudes négatives relevées durant la conversation : rires, coupures de
paroles, intolérance, non participation à la conversation.
GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 53
ILLUSTRATION POUR LE DEBAT

Séance 1
PREPARATION

1. Choix du thème/préparation du débat

PRETEXTE
Texte écrit au tableau :
Nafi est une élève du CE 2. Son père décide de la donner en mariage à son cousin Oumar, un riche
commerçant du quartier. Elle refuse et s’enfuit de la maison. Ses frères et ses sœurs pleurent toute la
journée parce qu’on ne sait pas où se trouve Nafi.
Les parents pensent que leur fille est irrespectueuse.

Lecture du texte par les élèves

Compréhension de l’idée générale


- Quels sont les personnages ?
- Résume ce que chacun a fait.
- Que pensez-vous de l’attitude de chacun d’eux ?
- (laisser les élèves s’exprimer librement)
-
Synthèse par le maître : il s’agit d’un père qui veut obliger sa fille à se marier avec un homme riche. La mère
est d’accord car elle estime que la fille doit respecter la décision de son père.

Consignes de travail
Nous allons, organiser un débat en classe la semaine prochaine sur la décision du père. Il faudra vous
préparer et chercher des arguments : sur le mariage forcé, sur le comportement de la mère…

PRODUCTION LIBRE
Séance 2
2. Fixation des modalités
Le maître explique :
 les aspects sur lesquels chacun devrait se prononcer.
- Qui va nous rappeler l’objet de notre débat d’aujourd’hui ? Le mariage forcé
- Comment va-t-on prendre la parole ?

Il indique les règles du jeu :


 Quelles sont les règles à observer 
- écouter celui qui parle
- éviter de perturber, de rire, de chahuter…
- demander la parole (en levant la main)
- respecter l’avis de l’autre
3. Déroulement du débat
Le maître, animateur du débat, est chargé de poser les questions pour le démarrage, de relancer, de faire
parler les silencieux.

Les élèves prennent la parole, exposent leur point de vue, contredisent quand ils ne sont pas d’accord,
appuient ceux qui ont la même vision qu’eux, posent des questions le cas échéant….

A la fin, le maître tire la synthèse des arguments essentiels. Il ne s’agit pas de déterminer des vainqueurs et
des vaincus. Il faut mettre en évidence les points forts pouvant être utiles au groupe classe dans la
compréhension de l’enjeu du débat, tout comme dans la suggestion de comportements positifs transférables.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 54


Exemple : « Une fille doit être respectueuse de ses parents, mais les parents ne doivent pas contraindre
leur fille à se marier contre son gré. La fille, au lieu de s’enfuir de la maison (c’est très dangereux) pouvait
chercher des alliés dans la famille pour éviter ce mariage et continuer ses études . »

Séance 3

EXPLOITATION

Le maître va s’appuyer sur les erreurs constatées lors du débat et organiser des activités pour remédier.
Ce travail peut porter, comme pour la conversation, sur les aspects suivants :
 Le respect du thème
 La correction de la langue 
Le comportement : des attitudes négatives relevées durant la conversation : rires, coupures de
paroles, intolérance, non participation à la conversation

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 55


COMMUNICATION ECRITE
Compétence de base

A la fin de l’étape l’élève doit intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs
et des règles syntaxiques dans des situations de production de textes narratifs,
descriptifs, informatifs, injonctifs, poétiques, argumentatif et dialogués.

CRITERES D’EVALUATION

 Pertinence : la production est en adéquation avec la situation ou avec la discipline


 Cohérence : les différents éléments de la production s’enchaînent de manière logique
 Correction : les outils de la discipline sont correctement utilisés
 Présentation :   la production est soignée

PLANIFICATION DES APPRENTISSAGES

PALIERS DU CM 1
Palier 1 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs et des règles syntaxiques dans des situations de
production de textes narratifs

Apprentissages ponctuels

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissages
Dégager l’idée générale de textes - Idée générale du texte,
narratifs - Caractéristiques :
Expliquer de façon détaillée un
texte narratif 6
Lire un texte Identifier les caractéristiques d’un Verbes d’action, l’intention de semaines
narratif : récit, texte narratif communication, pour le
conte, compte chronologie des faits ; palier
rendu, histoire
drôle… début, développement, fin ou
situation initiale, éléments
perturbateurs, situation finale
connecteurs temporels et

logiques : puis, ensuite, enfin,

aujourd’hui, hier, autrefois, etc.

Temps verbaux (le temps de la


narration : présent de narration, le
passé composé)

Pour la lecture à haute voix


Lire à haute voix des textes
développer :
narratifs
-le repérage de la ponctuation
-l’élargissement de l’empan visuel
-l’anticipation du sens
-la prononciation correcte
-etc.
Maîtriser les outils Employer des mots adaptés Vocabulaire : mots adaptés au
indispensables à la texte narratif et au thème,
production d’un systématisation des connecteurs
texte narratif  logiques et temporels puis, ensuite,
enfin, aujourd’hui, hier, autrefois, et.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 56


Rechercher le sens de mots et Définition, exemples, synonymes,
expressions dans un dictionnaire contraires, sens propre, sens figuré
Radical, préfixe, suffixe
distinguer une phrase simple d’une Grammaire : la phrase simple, la
phrase complexe phrase complexe
Employer une phrase complexe Grammaire : les pronoms
personnels sujets et les pronoms
Employer les pronoms personnels
personnels compléments
Grammaire : le groupe sujet et le
Identifier le groupe sujet et le groupe verbal
groupe verbal dans la phrase

Conjuguer des verbes d’action Conjugaison : Emploi et


Terminaisons verbales, verbes
usuels au présent, au passé usuels d’action
composé, à l’imparfait, au
passé simple et au plus- que-
parfait
Accorder le verbe avec son sujet Orthographe : la ponctuation
variée, l’accord sujet/verbe
Employer le participe passé (sujet commun, partiel)
- L’emploi du participe passé
avec être
- L’accord du participe
passé avec avoir
Orthographier correctement des Orthographe :
mots usuels M devant m,b,p
Les noms féminins terminés par le
son [é] ; exemples :
- la fusée, la poignée…
- la pitié, la nervosité…
Ecrire sous la dictée du maître Dictée de textes narratifs
Produire un texte Produire un premier jet en Les différentes phases du schéma
narratif respectant une fiche de critères narratif :
Evaluer son premier jet situation initiale
Réécrire le texte élément modificateur
Lire à haute voix un texte produit transformation
par un élève élément de résolution (dégradation
ou amélioration)
situation finale
Intégration des éléments de
grammaire, conjugaison,
vocabulaire, mots liens, etc.

Indications pour le graphisme au CM

Ecriture/Graphisme :
- Révision systématique de toutes les lettres par famille en insistant sur les
majuscules cursives abordées au CE + les capitales
- Travail sur la mise en page : disposition du paragraphe (retrait au début de la
première ligne), coupure des mots, emplacement d’un titre, présentation de
tableaux (cadre et contenu), la ponctuation…

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 57


ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION

Situation d’intégration

 Contexte : Pour enrichir le cahier de monographie, la classe décide de recueillir des textes racontant des
événements importants ayant marqué la vie de l’école. Les meilleurs textes seront sélectionnés.

 Consigne   : Rédige un texte narratif sur l’événement de ton choix.

Production attendue Indications pour la passation


un texte narratif portant sur un événement vécu à Préciser la consigne, expliquer ce que c’est un cahier de
l’école monographie et faire effectuer la tâche, individuellement

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 58


Palier 2 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs et des règles syntaxiques dans des situations de
production de textes narratifs et descriptifs

Apprentissages ponctuels

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissages
Dégager l’idée générale - Idée générale du texte,
de textes descriptifs -Caractéristiques de la description : actions,
Explique de façon qualificatifs (forme, couleur, taille), verbes
détaillée le texte descriptif d’état (être), connecteurs spatiaux (devant,
Identifier les derrière, à côté, non loin de, près de,…) 6 semaines
caractéristiques d’un texte comparatifs de supériorité, d’infériorité, Pour le
descriptif d’égalité ( plus…que, moins…que, aussi… palier
Lire un texte que, autant que, comme)
descriptif Articulations spatiales : au milieu, à droite,
au premier plan, là…
Les présentatifs : c’est là que…, il y avait…
Lire à haute voix des Pour la lecture à haute voix développer :
textes descriptifs -le repérage de la ponctuation
-l’élargissement de l’empan visuel
-l’anticipation du sens
-la prononciation correcte
-etc.
Employer un vocabulaire Vocabulaire : vocabulaire adapté au texte
adéquat descriptif (adjectifs de couleur, de forme,
de taille) et au thème 
connecteurs spatiaux (devant, derrière, à
côté, non loin de, au milieu, à droite, au
Employer les connecteurs premier plan, là……)
spatiaux Les présentatifs : c’est là que…, il y avait…
Employer les présentatifs
Chercher des mots et Repérage des mots : définition, synonymes,
expressions dans le contraires, mots de la même famille
dictionnaire
Maîtriser les outils
Employer des Grammaire : possessifs, démonstratifs,
indispensables à la
déterminants indéfinis
production d’un
texte descriptif  Employer l’adjectif Grammaire : épithète, attribut, mis en
qualificatif apposition
Identifier le nom attribut Le nom attribut
Employer le complément Grammaire : le complément du nom et
du nom l’apposition
Employer le complément Grammaire : le complément de l’adjectif
de l’adjectif
Employer le pronom relatif Grammaire : les pronoms relatifs (qui,
que, dont, où, lequel)
Conjuguer des verbes Conjugaison: formes verbales, emploi,
d’état au présent, au Verbes d’état
passé composé, à
l’imparfait, au passé
simple et au plus- que-
parfait
Maîtriser le féminin des Orthographe : le féminin de certains
adjectifs qualificatifs adjectifs qualificatifs (f/v ; er/ère ; eux/
euse…)

Distinguer des Orthographe : Ces /ses


homophones C’est/ s’est
GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 59
Maîtriser les variations du Orthographe : Lequel, laquelle, lesquels,
pronom relatif « lequel » lesquelles
Ecrire correctement sous Dictée de textes descriptifs
la dictée du maître
Produire un texte Produire un premier jet en Les différentes caractéristiques du texte
descriptif respectant une fiche de descriptif, son organisation (du tout au
critères particulier, description de haut en bas, de
Evaluer son premier jet droite à gauche) suite de paragraphes…
Réécrire le texte Intégration des éléments de grammaire,
Lire à haute voix un texte conjugaison, vocabulaire, mots liens, etc.
produit par un élève

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION

Situation d’intégration

 Contexte : Tu as reçu la description suivante d’un ami qui veut te présenter son artiste préféré.

Texte :
LE CHANTEUR MALIEN

Le style fait l’homme, a-t-on l’habitude de dire. Avec Salif Keita l’adage n’a jamais été aussi juste,
tellement l’homme a sa touche particulière. Ses proches l’appellent Lif et ses fans le surnomment
«le rossignol ».

Salif est né à Bamako, en 1949. Le chanteur a la peau blanche et les cheveux roux : c’est un
albinos. Ses yeux sont ronds. Ses dents blanches font la beauté de son sourire. Il chante en
mandingue, langue de son ancêtre Soundiata Keita.
Salif n’est pas griot. Ses parents ne voulaient pas que leur fils chantât. Rejeté par sa famille, il se
réfugie dans les études et par la suite dans la chanson. Démuni de tout, il vit dans la rue, souffrant
par ailleurs de la vue. Pour ne pas tomber dans la délinquance, il s’adonne entièrement à la
musique.
Dans ses chansons, il évoque l’histoire des grands héros mandingues, des familles nobles du Mali :
les Traoré, Keita, Konaté, Fofana, ….
Sur scène, Salif est toujours habillé en costume traditionnel. Avec son corps très souple, sa taille
moyenne, il esquisse des pas de danse et des gestes coordonnés pour enflammer le public et
donner le ton à l’orchestre avant de se diriger vers les spectateurs en arborant un large sourire. A
chaque fois, des applaudissements fusent de toute part, des sifflets retentissent. Il a un don de
Dieu, une belle voix, une voix inimitable.

Il est un homme courageux, généreux, pas rancunier et très modeste. Il ne nourrit aucun
complexe ; au contraire, c’est un bel exemple de persévérance.

 Consigne : En t’inspirant de ce texte, décris à ton tour une personne que tu aimes bien.

Production attendue Indications pour la passation


Un texte descriptif comportant un portrait physique et Expliciter la consigne et faire effectuer la tâche de
moral manière individuelle

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 60


Palier 3 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs et des règles syntaxiques dans des situations de
production de textes narratifs, descriptifs et injonctifs.
Apprentissages ponctuels

Objectifs Objectifs Contenus Durée


d’apprentissages spécifiques
Lire un texte Dégager la fonction de -fonctions : faire agir… 4 semaines
injonctif textes injonctifs pour le
Identifier les -Caractéristiques d’un texte injonctif : Phrases palier
caractéristiques d’un texte courtes, tournures impératives, phrases
injonctif impersonnelles, tournures emphatiques,
emploi de l’infinitif, titre encadré, sous-titres,
schémas ou photos
-Expression de la succession : énumération
des actions, numérotation, déroulement
logique des opérations, de la simultanéité,
etc.
Lire à haute voix des Pour la lecture à haute voix développer :
textes injonctifs -le repérage de la ponctuation : tirets ou
numérotation
-l’élargissement de l’empan visuel
-l’anticipation du sens
-la prononciation correcte
-etc.
Maîtriser les outils Employer des mots Vocabulaire : mots adaptés au texte injonctif
indispensables à la adaptés et au thème
production d’un Utiliser un dictionnaire Vocabulaire : sens des mots, les différentes
texte injonctif définitions, les abréviations, les exemples, les
synonymes, les contraires, l’origine du mot…
Employer la phrase Grammaire : Phrases impératives  (forme,
impérative absence de sujet…)
Employer des phrases Grammaire : le verbe impersonnel (c’est un
impersonnelles verbe défectif qui ne s’emploie qu’à l’infinitif
et à la troisième personne du singulier) : il
faut+ Infinitif
Employer des phrases Grammaire : l’emploi, le sens
infinitives
Employer des adverbes Grammaire : les adverbes de manière usuels
(doucement, lentement,…)
Conjuguer des verbes Conjugaison : emploi de l’impératif, formes
usuels du 2ème et 3ème verbales…
groupes à l’impératif
présent
Conjuguer des verbes du Conjugaison : emploi, formes verbales…
2ème groupe au futur
simple
Distinguer des Orthographe : ce/se, ou/où
homophones
Accorder le verbe avec Orthographe : sujet commun, partiel
son sujet
Orthographier des mots Orthographe Les mots commençant par
ac…at…ap…af…
Produire un texte Produire un premier jet en Les différentes caractéristiques du texte
injonctif respectant une fiche de injonctif, son organisation
critères Intégration des éléments de grammaire,
Evaluer son premier jet conjugaison, vocabulaire, mots liens, etc.
Réécrire le texte
Lire à haute voix un texte
produit par un élève

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 61


ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION

Situation d’intégration

 Contexte : Le maître du CP souhaiterait avoir des jeux pour les élèves de sa classe. Il fait appel à toi.

 Consigne : Rédige un texte pour lui proposer un jeu en lui indiquant le matériel, les règles et le
déroulement.

Production attendue Indications pour la passation


L’élève doit produire un texte injonctif indiquant le Expliciter la consigne et faire exécuter la consigne
matériel à utiliser, les règles et le déroulement du jeu individuellement

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 62


Palier 4 : Intégrer le vocabulaire adéquat, les indices significatifs et des règles syntaxiques dans des situations de
production de textes narratifs, descriptifs, injonctifs, informatifs (lettre personnelle).
Apprentissages ponctuels
Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissages
Lire une lettre Relever les informations -Idée générale du texte, 4
d’une lettre semaines
Identifier les -Caractéristiques d’une lettre: date, pour le
palier
caractéristiques d’une expéditeur, destinataire, formules
lettre d’interpellation et de prise de congé,
signature, paragraphes….
Lire à haute voix des Pour la lecture à haute voix développer :
lettres -le repérage de la ponctuation : tirets ou
numérotation
-l’élargissement de l’empan visuel
-l’anticipation du sens
-la prononciation correcte
-etc.
Maîtriser les outils Maîtriser l’emploi d’un Vocabulaire : mots adaptés à la lettre,
indispensables à la lexique précis formules d’interpellation (exemples : mon
production d’une cher… ; chère amie…) formules de prise de
lettre congé (exemples : amicalement…
fraternellement, je vous prie de…,)
Utiliser un dictionnaire Recherche de sens, de synonymes, de mots de
la même famille, d’exemples

Employer le complément Grammaire : le COD, le COI


d’objet

Employer des Grammaire : les compléments circonstanciels


compléments de de lieu, de temps
circonstance
Employer les différentes Grammaire : La notion de proposition, Les
sortes de propositions propositions : indépendante, principale,
subordonnées
Accorder le verbe avec Grammaire : l’accord du verbe avec son sujet
son sujet

Conjuguer des verbes Conjugaison : emploi, formes verbales,


d’action usuels au verbes d’action usuels
conditionnel présent et
au subjonctif présent
Orthographier Orthographe :
correctement des mots les adverbes en « ment »
Employer le participe Orthographe :
passé L’emploi du participe passé avec être et avec
avoir : quelques cas particuliers (COD avant et
verbes pronominaux)
Ecrire sous la dictée du Dictée de lettres
maître
Produire une lettre Produire un premier jet Les différentes caractéristiques d’une lettre,
en respectant une fiche son organisation,
de critères Intégration des éléments de grammaire,
Evaluer son premier jet conjugaison, vocabulaire, mots liens, etc.
Réécrire le texte
Lire à haute voix un
texte produit par un
élève

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 63


ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION

Situation d’intégration
 Contexte : Ta maman reçoit la lettre suivante :

«  Fama Diop, quartier Néma Sud


à Ziguinchor
Le 23 août 2006
Chère sœur,
D’après la radio votre localité a connu de fortes inondations après les pluies de la semaine dernière. Je suis
très inquiète pour toi et ta famille.
Est-ce que vous êtes concernés par les dégâts annoncés ? Je souhaite avoir de vos nouvelles.
Bien des choses à toute la famille.
Ta sœur Fama »

 Consigne : Rédige une réponse pour ta mère.

Production attendue Indications pour la passation


L’élève rédige une lettre en réponse à celle reçue par sa Expliciter la consigne et faire effectuer le travail
maman individuellement
NB : le maître peut changer le contenu de la lettre
(cérémonie familiale par exemple à la place des
inondations)

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 64


INFORMATIONS DIDACTIQUES

 Notions clés

Le contenu de la compétence fait référence aux types de textes. Aussi est-il opportun pour le maître de connaître les
genres et l’intention de communication propres à chaque type de texte.

INTENTION DE
TYPES DE
GENRES COMMUNICATIO CARACTERISTIQUES PRINCIPALES
TEXTES
N
Le récit Déroulement temporel, chronologie (situation initiale,
Le conte événement perturbateur, situation finale), titre, suite de
Le reportage paragraphes, parfois des dialogues et des descriptions,
Le fait ponctuation variée, verbes d’action, adverbes, subordonnées
Raconter quelque de temps, pronoms personnels, passé simple et imparfait,
divers, une
Texte narratif chose, faire revivre présent de narration, mots liens de succession (puis, ensuite,
histoire drôle
le passé alors, enfin…) et indicateurs temporels (à onze heures,
Le compte
rendu dimanche, ce matin-là…)
Le roman, la
nouvelle
La lettre, la Plusieurs blocs : date, expéditeur, destinataire, formules
note, le d’interpellation et de prise de congé, signature, paragraphes
carton Informer, inciter,
Texte d’invitation inviter, demander,
informatif L’affiche remercier…un
Disposition graphique non linéaire, multiplicité des directions
destinataire
d’écriture (en diagonale, en oblique, verticale…) typographie
particulière, réduction des informations à l’essentiel et leur
hiérarchisation, nombreuses nominalisations,
Texte Recette Titre encadré, sous-titres, suite de phrases courtes, schémas
Faire agir, donner
injonctif Règles de jeu ou photos, énumération, déroulement logique des opérations,
des instructions, des
(ou Notices numérotation, emploi de l’impératif ou de l’infinitif, du présent
ordres sur comment
programmatif Textes de de l’indicatif ou du futur simple
faire ou réaliser,
) fabrication
Poème Créer un effet Titres, strophes, structure particulière (vers…) jeux sur les
Texte
Comptine esthétique, une mots, répétitions, rythme et rimes
poétique
Chanson émotion
Texte Descriptifs Décrire, montrer, Organisation du tout au particulier, description de haut en bas,
descriptif Portraits donner à voir de droite à gauche…verbes d’état, adjectifs qualificatifs,
adverbes, comparaisons (comme, ainsi que…) indices de lieux
(devant, derrière…)
Texte Publicité Argumenter, Paragraphes, succession d’arguments et de preuves, présent à
argumentatif Article de convaincre, valeur d’explication, liens logiques
journal persuader
Texte conversation Echanges verbaux Discours direct
dialogué téléphonique Changement d'interlocuteur.
, interaction Ponctuation : guillemets, tirets
orale
quotidienne,
débat,
interview,
dialogue de
roman, de
théâtre, de
film

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 65


Remarque : Les caractéristiques spécifiques à chaque type de texte (silhouette, organisation, ponctuation,
lexique, temps des verbes, mots liens) sont indiquées dans les colonnes « contenu » du tableau de planification
des apprentissages ponctuels.
 

 Démarches

Remarque :
De la finalisation des apprentissages

Pour donner du sens aux apprentissages (à quoi sert ce qu’on apprend, pourquoi dois-je
maîtriser l’emploi de l’adjectif qualificatif …?), le maître doit nécessairement inscrire les
apprentissages dans des Projets d’écriture ayant un (ou des) destinataire réel.
Exemples :
- Je dois savoir produire des affiches pour informer le public sur les décisions que
mon école a prises par rapport à l’assainissement du milieu
- Je dois apprendre à produire une lettre pour solliciter les autorités afin de
financer la cérémonie de remise de prix
- Etc.
La présence du destinataire est très importante pour quelqu’un qui produit. J’écris à
qui ? Pour lui dire quoi ? A quelle fin ? Si le destinataire se réduit au maître, la
motivation peut en souffrir. L’élève serait très motivé de savoir que sa production
sera lue par ses parents, le public, les autorités, des correspondants…à l’abri de la
« tyrannie du bic rouge ».
Il serait même possible d’avoir un Projet global dans lequel tous les types de textes
prennent place. Une école entretient, par exemple, une correspondance avec une autre
école où l’engagement est pris, d’un commun accord, de s’envoyer mutuellement des
textes produits pour publication dans un journal.

A défaut de disposer d’un Projet global, la production d’un type de texte donné doit être faite, dans le cadre d’un Projet
d’écriture spécifique, conformément au canevas suivant :

1er volet : Etude du texte support


1. Lecture du texte choisi en fonction du Projet d’écriture
2. Analyse des caractéristiques de ce texte pour découvrir les éléments de vocabulaire, de grammaire, de
conjugaison…à étudier

2ème volet : Etude des disciplines –outils


Il s’agit de travailler les caractéristiques indispensables à la rédaction d’un texte du même type. Ceci permet de
donner du sens aux notions de grammaire, orthographe, conjugaison, vocabulaire. Ces notions sont abordées parce
qu’elles permettent de réussir le Projet d’écriture.

L’étude du texte support doit déboucher sur deux outils permettant à l’élève de s’engager dans la production d’un
texte du même type : une fiche de critères de réussite et un référentiel.

 la fiche de critères de réussite est un tableau dans lequel on mentionne les conseils pour réussir
ce type de texte (ai-je respecté la forme ? Ai-je respecté les temps adéquats ? Ai-je utilisé la
ponctuation qui convient ? Etc.)

 le référentiel est un inventaire de ressources utiles à la production du texte (formules d’appel


possibles : mon cher ami, très cher frère, monsieur le directeur… Mots liens possibles : d’abord,
ensuite, en outre, enfin…Mots pour décrire : des adjectifs qualificatifs, des adverbes…)

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 66


Progression du travail vers la réalisation du projet :
- Après l’exploitation du premier texte support, faire élaborer ces 2 outils (qu’a-t-on tiré de ce texte étudié pour
s’engager dans la production d’un texte du même type).
- Faire écrire les élèves sur un sujet portant sur ce type de texte (les élèves se servent de la fiche de critères et du
référentiel élaborés)
- Reprendre le processus sur un autre texte support et faire encore écrire les élèves sur un autre sujet.
- Faire de même sur d’autres textes supports (tant que les objectifs et les contenus prévus dans les
apprentissages ponctuels ne sont pas épuisés)
- Enfin, faire écrire sur le Projet d’écriture négocié au début lorsque tous les objectifs et contenus ont été abordés.
A cette étape, le maître peut demander aux élèves organisés en groupes de proposer un référentiel (ensemble
des référentiels déjà disponibles) et une fiche de critères(reprenant l’ensemble des conseils contenus dans les
différents fiches de critères). A partir de ces propositions le groupe retiendra une référentiel et une fiche de
critères communs. Ce travail constitue un préalable pour le 3ème volet.

3ème volet : Rédaction du texte prévu dans le Projet d’écriture


 Rédaction du premier jet : travail individuel (les élèves ont à leur disposition la fiche de critères et le
référentiel)
 Evaluation formative : les élèves relisent leur copie, la font lire par des camarades et le maître,
enregistrent les remarques
 Le maître organise les remédiations sur les erreurs récurrentes
 Rédaction du deuxième jet
 Evaluation sommative par le maître

Remarque importante :
La mention « rédaction du deuxième jet » constitue simplement un point de repère. Il n’est pas question de s’arrêter
forcément au deuxième jet. Il est nécessaire de permettre aux élèves d’essayer, trois voire quatre fois avant l’évaluation
sommative. Le maître doit s’inspirer de la pédagogie de la maîtrise et s’efforcer d’amener le maximum d’élèves possible à
la réalisation du Projet d’écriture. En effet, il ne sert à rien de distribuer de mauvaises notes, il faut donner le temps
nécessaire à certains élèves en difficulté (toutes les classes sont hétérogènes, les élèves n’avancent pas au même
rythme).

En d’autres termes, il s’agit de placer les élèves dans un chantier d’écriture


dont la finalité est la compétence de produire un type de texte déterminé.

PREMIER VOLET

Lecture
Démarches

De nombreux échecs dans l’apprentissage de la lecture résultent souvent d’un enseignement formel dépourvu de
situations fonctionnelles, significatives pour l’apprenant. On ne lit pas pour lire, la lecture doit servir à quelque chose :
- on lit pour prendre plaisir, pour exécuter une tâche, pour s’informer, pour apprendre : lecture compréhension
-   pour faire une communication : lecture à haute voix.

A/ objectif « dégager l’idée générale » et analyser les caractéristiques

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 67


Démarche possible

1. Lecture silencieuse
2. Compréhension générale : les élèves observent puis lisent le texte, prennent des indices qui vont les
aider à comprendre ce texte. Les indices sont à rechercher :
- dans la mise en page du texte (observation du texte), un ou plusieurs paragraphes, alinéas, le titre, le
nom de l’auteur, la typographie, les illustrations, le ou les destinataires,
- dans le texte (lecture du texte), la ponctuation, les majuscules, les temps employés, les mots connus, les
mots liens
Tous ces indices permettent :
- d’identifier le texte (un récit, un dialogue, une lettre) 
- de connaître le thème du texte (idée générale : c’est l’histoire de…on parle de…)

3. Analyse des caractéristiques du texte : à partir d’une grille, les élèves font un relevé des
caractéristiques du texte : vocabulaire, temps des verbes, mots liens, etc.
4. Compréhension détaillée du texte……..
5. Lecture à haute voix (si nécessaire)

B/ Objectif : développer la lecture à haute voix


La lecture à haute voix se retrouve à deux endroits du Guide pédagogique :
- comme une étape facultative de la lecture compréhension/analyse des caractéristiques,
- ou durant une séance proprement dite de « lecture à haute voix  préconisée pour développer les compétences
d’un bon lecteur tant au niveau de la gestuelle que de la manière de dire un texte en situation de vraie
communication.

Il convient de distinguer deux objectifs :


1. - oraliser un texte
2. - communiquer en lisant un texte à haute voix.

Le premier objectif met l’accent sur l’entraînement à articuler correctement les mots du texte. Cette activité ne vise pas
forcément la compréhension. C’est pourquoi elle peut se faire lorsqu’on aborde pour la première fois un texte. Elle peut
être pratiquée au CI/CP.
Pour le deuxième objectif, La lecture à haute voix doit se faire en situation de vraie communication. Celui qui lit
communique des informations à d’autres qui écoutent parce que n’ayant pas le texte sous les yeux. Elle est toujours
seconde par rapport à la lecture – découverte et la lecture –compréhension. Le lecteur à haute voix doit faire preuve
d’une certaine aisance dans la communication. Pour asseoir une bonne lecture à haute voix il faudra développer
systématiquement :
- le repérage de la ponctuation
- l’élargissement de l’empan visuel
- l’anticipation du sens
- la prononciation correcte
- une bonne articulation des sons, mots, groupes rythmiques
- etc.

Démarche possible
 Lecture modèle du maître
 Impressions des élèves : Qu’est ce qu’ils ont retenu en écoutant la lecture du maître
 Entraînement sur les habiletés nécessaires à une bonne lecture à haute voix :
 L’utilisation de la ponctuation
 L’entraînement de la modulation de la voix selon le sens du texte

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 68


 L’entraînement à l’articulation des mots, des sons, groupes rythmiques
 L’élargissement de l’empan visuel

Procédé pour chacun de ces aspects :


- le maître donne le modèle ou le fait donner par un bon lecteur à haute voix et invite des élèves à faire
comme lui (faire passer plusieurs élèves, apprécier et faire apprécier, remédier…)
- Pour l’empan visuel, découper le texte en mettant des tirets de plus en plus éloignés et s’entraîner lire les
morceaux d’un trait
Exemple : les enfants de la classe/ qui ont terminé rapidement leur travail/ sortent et font beaucoup de bruit
dans la cour./ Tous les maîtres de cette grande école/ habitent le quartier SUD de la banlieue de la ville/
L’empan visuel c’est le morceau de texte que l’œil peut saisir d’un coup. Il faut entraîner les enfants à l’élargir
de plus en plus pour améliorer la qualité de la lecture à haute voix.

 Lecture individuelle des élèves en respectant tous les éléments travaillés


 Concours de meilleur lecteur : jouer à lire un discours, par exemple.

C/ Evaluation de la lecture
L’évaluation de la lecture portera nécessairement sur les deux aspects : comprendre (lecture/
Compréhension) et communiquer (lecture à haute voix).

 Evaluation de la lecture compréhension

Il s’agit de voir si le lecteur est capable de donner des renseignements ponctuels sur le texte lu, le résumer, identifier
les personnages d’un écrit, agir à la suite d’une lecture, etc.
Les exercices permettant d’évaluer les compétences du lecteur peuvent être sériés en fonction du type de texte :
- Texte narratif :
Trouver la superstructure (silhouette) du texte, nommer les personnages, les caractériser, indiquer les circonstances
(quand, où) , trouver l’ordre chronologique des actions à l’aide des indicateurs de temps, repérer la situation initiale,
l’événement perturbateur et la situation finale, visualiser l’ordre des événements sur une échelle de temps, trouver
l’idée développée dans chaque paragraphe, donner un titre à chaque paragraphe, terminer un récit, modifier la fin du
récit, proposer un nouveau titre, résumer le texte, porter un jugement
- Texte descriptif :
Répondre à des questions sur l’identité, l’aspect général et les comportements décrits, caractériser le personnage ou
le lieu, représenter la description sous une autre forme, retrouver les différentes parties de la description, donner
son impression sur la description.
- Texte informatif :
Répondre oralement à des questions de compréhension, repérer une ou plusieurs informations, mettre en relation
plusieurs informations, reformuler pour faire comprendre
- Texte injonctif :
Répondre à des questions orales ou écrites, faire la liste du matériel, restituer dans l’ordre les différentes actions à
exécuter, énumérer les principaux conseils aidant à la réalisation, repérer les informations données par l’illustration et
non mentionnées dans le texte, rassembler le matériel nécessaire, réaliser ce qui est demandé
- Texte poétique :

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 69


Ecouter et lire le poème, découvrir les caractéristiques du poème (schéma, structure, rime, rythme), lire à haute voix
le poème, dire de mémoire un poème, exprimer son émotion, jeu sur les sons, les mots, les rythmes, illustrer un poème
par un dessin…

 Evaluation de la lecture à haute voix

Les textes de types différents ne se lisent pas de la même façon à haute voix.
Dans tous les cas, les comportements se font en lisant. C’est en lisant qu’on apprend à lire à haute voix. Mais ce qu’il ne
faut pas oublier c’est qu’on lit à haute voix un texte déjà compris.
Il est nécessaire, alors, de se poser au moins les questions suivantes
- Qu’est-ce qu’on évalue, lorsque l’élève en action lit un texte à haute voix ?
- Quelles spécificités pour certains types de textes ?
- Avec quels outils procède – t – on ?
- Et, Comment le faire ?

 Qu’est-ce qu’on évalue lorsque l’élève en action lit un texte à haute voix ?
Il faut évaluer en appréciant les aspects de l’oralisation :
 
   
qui facilitent - qualité de la diction : respect des liaisons courantes, de la ponctuation, des articulations
la communication syntaxiques (groupes de souffle),
- adaptation du débit de lecture à la nature du texte,
- choix du schéma intonatif pertinent, adapté au texte lu (montée et descente de la voix,
pauses obligatoires et facultatives),
- articulation correcte,
- lecture de façon audible et sans erreur.
 
   
qui entravent - erreurs phonétiques,
la communication - syllabation,
- hésitations et reprises.

 Quelles spécificités pour certains types de textes ?


Il s’agit d’identifier, pour chaque type de texte, les éléments pertinents sur lesquels il faut mettre l’accent lorsqu’on le lit à
haute voix.
- Dans le texte narratif : la gestuelle (corps, regard, expression du visage), le schéma intonatif

- Dans le texte injonctif : les pauses après chaque action, débit pas trop rapide, les répétitions nécessaires

- Dans le texte informatif : la prononciation, le débit (lent pour faire comprendre)

- Dans le texte poétique : l’intonation (ton adéquat pour exprimer les sentiments), la gestuelle, le rythme

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 70


 Avec quels outils procède – t – on ?

Grille d’appréciation

Appréciation
Eléments d’appréciation
Oui Non

Se tient-il correctement ? ( ni trop raide, ni trop mou )

A-t-il toujours veillé à ce que tout le monde l’entende ?

A-t-il articulé correctement les mots ?

A-t-il respecté les groupes de souffle (ponctuation, articulation syntaxique) ?

A-t-il eu des difficultés pour déchiffrer des mots ? 

A-t-il respecté un schéma intonatif adapté au texte ?

A-t-il lu couramment (fluidité) ?

A-t-il su se détacher du texte de temps en temps pour regarder son auditoire ?

 Comment le faire ?

1. Informer les élèves sur les attentes et l’utilisation de la grille


2. Faire lire les élèves à tour de rôle (cela peut être étalé dans le temps)

3. Utiliser la grille d’appréciation pour évaluer la lecture des élèves

4. Prendre des décisions (identification des réussites et des manquements pour des
remédiations)
Remarque : Cette grille d’appréciation peut être utilisée par des élèves pour s’auto évaluer ou évaluer leurs camarades.

DEUXIEME VOLET
Travail sur les disciplines outils
Démarches
 Vocabulaire

La leçon de vocabulaire ne peut se faire qu’à partir d’énoncés en situation. « Un mot n’a pas de sens, il n’a que des
emplois ». Le corpus peut être constitué par l’un des textes supports du projet d’écriture.
Travail sur un mot (les mots à étudier sont en rapport avec le Projet d’écriture)
 Sens du mot dans le contexte

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 71


- explication du contexte
- recherche du sens du mot dans le contexte
- réemploi du mot en gardant le sens étudié
 Recherche des différents sens du mot (champ sémantique)
- recherche de contextes et d’énoncés dans lesquels le mot aura des sens différents
- explication des différents sens
 Recherche des synonymes ou d’antonymes
 Recherche d’homonymes
 Recherche d’expressions idiomatiques contenant le mot étudié
 Synthèse

Expressions
Mot étudié Synonymes Antonymes Homonymes
verbales

 Evaluation

 Grammaire/ Conjugaison

 Elaboration du corpus
 Observation – Classement
 Théorisation
 Exercices de renforcement

 Orthographe

Test initial si nécessaire


Constitution d’un corpus
- rappel de la situation et de l’intention de communication
- recherche d’énoncés
- constitution d’un corpus
 Observation du corpus
- observation
- comparaison
- classement
 Théorisation
- synthèse des observations
- formulation d’une règle
- confirmation de la règle (recherche, exercices de manipulation)
- écriture de la règle
 Production
- exercices d’application
- réemploi en expression écrite
 Remédiation
- Evaluation des résultats en expression écrite
- Travail sur les fautes (prise de conscience et correction)
- Exercices de consolidation
 Technique d’expression

 Notion de champ lexical et de mots clés (élaboration du corpus, observation – classement, théorisation)
 Travail sur les procédés de description (élaboration du corpus, observation –classement, théorisation)
 Exercices de renforcement.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 72


 Elaboration d’outils de production du texte

 Lecture et compréhension du sujet d’écriture


NB : Il ne s’agit pas encore de la réalisation du Projet d’écriture.
 Elaboration de la fiche de critères de réussite
 Elaboration du référentiel
 Copie des outils de production par chaque élève

TROISIEME VOLET

Production du texte
 Rédaction du premier jet
 Evaluation formative
 Rédaction des, 2ème ,3ème voire 4ème jets
 Rédaction finale
 Evaluation de la production finale

 ILLUSTRATION

Remarque : Dans les Projets d’écriture illustrés ci-dessous, le maître


trouvera des propositions sur toutes les démarches préconisées. Dans certains
Projets d’écriture, tous les volets sont illustrés, dans d’autres, des indications pour
tel ou tel volet. Ces illustrations doivent permettre au maître de couvrir la totalité
des apprentissages ponctuels avant le dernier volet (production du texte)

LE TEXTE NARRATIF (récit)

Projet d’écriture :
L’école a créé un journal. Votre classe est désignée pour produire des textes racontant des histoires intéressantes .

TEXTE D’ETUDE LE PROJET DE AMINA

Amina est une femme veuve très courageuse. Elle veut avoir une maison mais n’a pas assez d’argent. Alors elle
décide de faire du commerce.

Chaque jour, elle achète des pagnes et les revend. Le soir, elle rentre fatiguée, mais elle gagne un peu plus d’argent.
Après quatre mois, Amina calcule ses bénéfices. Ils sont assez importants. Elle sait qu’elle va réussir son projet.

Deux ans plus tard, la jeune femme achète une parcelle. Son cousin Amady le maçon lui construit une belle maison.
Maintenant, Amina est heureuse avec ses enfants.

PREMIER VOLET 

Séance 1

Compréhension générale
Objectif de la séance : dégager l’idée générale du texte

-Lecture silencieuse
-Compréhension générale
-Analyse libre

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 73


Le maître demande aux élèves de relever les indices qui leur permettent de trouver le thème du texte, le type de texte,
l’organisation du texte.
-Analyse dirigée :
Le maître pose des questions pour faire dégager l’idée générale :
-De qui parle-t-on dans ce texte ?
-Que veut Amina ?
-Pour le faire de quoi a-t-elle besoin ?
-Q’est-ce qu’elle doit faire pour en gagner ?
-Qu’est-ce qu’elle vend ?
-Pendant combien de temps a-t-elle travaillé ?
Pour faire identifier l’organisation du texte :
-le texte comprend combien de parties ? Donnez les parties
-quel est le contenu de chaque partie ?
Pour identifier le type de texte :
-Que fait l’auteur dans ce texte ? (il raconte une histoire ; c’est l’histoire d’Amina)
-l’histoire se déroule sur combien de temps ? Donnez les indications de temps
-quel type de texte avons-nous ? Un texte narratif, une narration

-Lecture à haute voix


Si nécessaire

-Evaluation
-Demander aux élèves de trouver un autre titre au texte : le travail de Amina ; Amina fait du commerce ; Amina a une
maison

Séance 2
Etude des caractéristiques
Objectif de la séance : Identifier les caractéristiques du texte narratif

-Lecture du texte :
- du maître
- de quelques élèves (3 à 5)
- Analyse du texte

Grille d’analyse d’un texte


-Analyse libre du texte
Par groupe de 6, les élèves essaient de remplir la grille ci-dessus
-Analyse dirigée
En plénière, chaque groupe restitue sa grille au tableau. Sous la direction du maître, le groupe classe corrige les
différentes grilles pour à terme avoir la grille suivante :

Titre : Le projet de Amina Auteur :


Indices relevés
Forme Le titre
Trois paragraphes : -la décision de Amina ;-Amina au travail ;- la réussite de Amina
Ponctuation
Virgules et points
Temps employés
Présent de l’indicatif (13)
Lexique et
procédés Verbes d’action : acheter, gagner, revendre, construire ; verbe d’état : être,
particuliers Vocabulaire de commerce : acheter, revendre, bénéfices, gagner, argent,

Mots liens et Indicateurs temporels : chaque jour, après quatre mois, le soir, deux ans plus tard
types de phrases Connecteurs logiques (coordonnants pour relier les phrases) : mais, et
Types de phrases : sujet + verbe +COD + CCT (2) ; 2 phrases plus complexes (avec emploi de

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 74


« et », « mais »)
Illustrations

Type de texte : récit

Synthèse
Forme : trois paragraphes qui indiquent les trois étapes de l’histoire de Amina :
-le début : la décision de Amina
-le changement : les activités de commerce
- la fin : la réussite du projet
Le texte raconte des faits : ce que fait Amina pour avoir sa maison
Type de texte : narratif (un récit)
-EVALUATION
Le maître donnera différents textes aux élèves pour leur demander de sélectionner les récits.
Séance 3
Compréhension détaillée du texte
Objectif de la séance : compréhension détaillée du texte
-Lecture du texte
-Lecture par le maître et les élèves
-Compréhension détaillée
La compréhension détaillée peut porter sur les trois paragraphes qui constituent aussi les différentes parties de la
narration.
Les élèves seraient divisés en 6 à 8 groupes de 6 ; chaque partie prise en charge par 2 à 3 groupes
Les consignes sont les suivantes :
-Paragraphe 1 : - quelle est la situation de Amina ? Que veut-elle avoir ? Pourquoi elle ne peut pas avoir une
maison ? Quelle est sa décision ?
-Paragraphe 2 : Que fait Amina pour avoir de l’argent ? A quelle heure rentre-t-elle ? Qu’est-ce qui se passe après 4
mois de travail ?

-Paragraphe 3 : -Combien de temps durent les activités de Amina ? Qui va construire la maison de Amina ? Qu’est-
ce que Amina a acheté ?
-Résumé du texte (Evaluation)
Demander aux élèves de faire le résumé du texte.

Exemple : Amina fait du commerce pour avoir une maison.

Séance 5 
Lecture à haute voix

Objectif de la séance : renforcement de la lecture expressive

-Lecture modèle du maître


-lecture silencieuse par les élèves
-Compréhension globale du texte 
Le maître pose des questions sur :
-l’idée générale : Que fait Amina pour acheter une maison ? Pourquoi Amina et ses enfants sont-ils heureux ? Quel est
le métier de Amady ?
-le type de texte : Donnez des indices qui montrent que c’est un récit
-l’organisation du texte : lisez les trois parties du récit et donnez un titre à chaque partie
-la ponctuation : demander aux autres élèves de relever les erreurs liées à la ponctuation quand un camarade lit  ;
faire rectifier (s’arrêter aux points ; élever la voix après les virgules ;)
-l’articulation et la prononciation : identifier les mots difficiles à articuler, à prononcer ; les liaisons nécessaires
(courageuse ; assez d’argent ; deux ans ;)
- travail sur l’élargissement de l’empan visuel (voir démarche)
-lecture par de bons lecteurs : lecture individuelle de tous les élèves
-Concours de meilleur lecteur 

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 75


DEUXIEME VOLET

ETUDE DES DISCIPLINES OUTILS : Vocabulaire, Grammaire, Conjugaison, Orthographe, Techniques d’expression

Séance 6 
Vocabulaire
Objectifs de la séance : employer correctement à l’oral et à l’écrit les mots suivants : bénéfice, revendre, cher
-Lecture du texte : par le maître et les élèves
-Rappel de l’idée générale du texte : de quoi parle-t-on dans ce texte ? Comment se termine l’histoire de Amina ? A la
place de Amina quelle activité alliez-vous choisir ?
-Etude des mots : Revendre : Qu’est-ce que Amina a acheté ? Des tissus
Qu’est-ce qu’elle en fait ? Elle les revend
Fixations du mot : répétition, lecture, écriture (au tableau et sur les ardoises) ; Nature : verbe du 3ème groupe,
ème
à la 3 personne du singulier
Explications du mot : Amina a acheté des tissus au marché et va trouver d’autres personnes qui vont acheter ces
tissus.
Champ sémantique : Mots de la même famille : vendre, la vente, le vendeur, la vendeuse (faire employer ces mots
dans des phrases pour une meilleure compréhension)
Emploi dirigé : sur la base de contextes, faire employer le mot
Emploi libre : constructions de phrases par les élèves
Bénéfice : même démarche
Cher : même démarche
-Evaluation : -constructions de phrases ; exercices à trous ; appariement ; substitution de mots

Séance 7 
Grammaire

Objectif de la séance : Le complément circonstanciel

Pré requis : le complément d’objet direct.


-Identification du COD dans la phrase : le maître donne des phrases et demande aux élèves d’écrire le COD sur les
ardoises.
-Construction de phrases (S+V+COD) par les élèves

Elaboration du corpus
Par des questions, le maître fait dire la phrase suivante :
Chaque jour, elle achète des pagnes.

Par des exercices de transformation, de substitution, le maître amène les élèves à élaborer les phrases suivantes à partir
du corpus de départ :
Elle achète des pagnes, chaque jour
Elle achète, chaque jour, des pagnes
Tous les jours, elle achète des pagnes
Chaque lundi, elle achète des pagnes

Observation- classement
Le maître attirera l’attention des élèves sur le CC qui est différent du COD (ce qu’il indique, sa place…)
Théorisation
Le CC est un complément qui peut changer de place ; il indique les circonstances (ici le temps) dans lesquelles l’action est
réalisée.
Renforcement
-Identification du CC dans des phrases orales, puis écrites données par le maître
-Construction de phrases avec CC

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 76


Evaluation
Construis 3 phrases dans lesquelles le CC a toujours une place différente (en début de phrase, au milieu d’une phrase et
en fin de phrase)

Séance 8
Orthographe 
NB : il est intéressant de partir des erreurs commises par les élèves lors de la production d’un premier jet, par exemple,
pour programmer des séances pareilles.
Objectif de la séance : Emploi de « et ; est »

Pré requis : « a » ; « à »


-Identification de « a » ou « à » dans des phrases orales données par le maître ou les élèves.

Elaboration du corpus 
A partir de questions, amener les élèves à élaborer une phrase de ce type : Amina est belle et courageuse

Par transformations, obtenir la phrase suivante :


Les filles sont belles et courageuses
Observation- classement
Faire observer le corpus suivant :
Amina est belle et courageuse.
Les filles sont belles et courageuses.
faire faire les comparaisons pour constater les changements est (verbe) change, et ne change pas.

Théorisation
Pour écrire correctement et ou est, on met la phrase au pluriel : lorsqu’on a sont on écrit est, si on ne peut pas avoir
sont, on écrit et.
Renforcement
-Identification de « et » ; « est » dans des phrases orales
-Construction de phrases avec « et » ; « est »

Evaluation
-Mettez « et » ou « est »
Maman …..Fatou vont au marché
Papa ….fatigué après le travail
Mon ami ….sérieux…..travailleur
-Mettez les phrases au pluriel
le joueur est fatigué
Moussa et son ami jouent

Séance 9
Conjugaison 

Objectif de la séance : Emploi de l’auxiliaire avoir au présent de l’indicatif

Pré requis : auxiliaire être au présent de l’indicatif


Par PLM, rappel des formes verbales de l’auxiliaire être au présent et à toutes les personnes
Elaboration du corpus

 A partir de questions sur le texte d’étude, amener les élèves à élaborer la phrase suivante : Maintenant, Amina a une
belle maison

Par substitution, à l’oral, trouver les différentes formes verbales de avoir au présent de l’indicatif
Amina et ses enfants ont une belle maison
Nous avons une belle maison, disent-ils
Elles ont une belle maison

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 77


Etc.
Observation- classement
Attirer l’attention des élèves sur les formes verbales homonymes : « a » et « as »
Ecrire au tableau les formes verbales
Procéder à une comparaison des différentes graphies et faire écrire sur les ardoises
Théorisation
Conjugaison systématique à l’oral et à l’écrit
J’ai ; tu as ; il ou elle a ; nous avons ; vous avez ; ils ou elles ont

Renforcement
Utilisation du PLM : Mettez le verbe entre parenthèses au présent de l’indicatif
Ton frère (avoir) une belle image
Ta sœur et toi (avoir) de beaux yeux
Issa, Henry et Philomène (avoir) un petit frère
Etc..

Evaluation
Ecrivez correctement les verbes entre parenthèses

Mon frère (avoir) un beau cartable. Il (être) content. Moi, j’ (avoir) un sac en toile.
Les enfants (avoir) des chaussures neuves et ils (être) satisfaits. Sophie et moi (avoir) une belle image. Tu ne pas (avoir)
faim ?

Séance 10
Technique d’expression
Voir illustrations précédentes
Lecture et compréhension du sujet d’écriture

Sujet : Racontez l’histoire d’un homme qui a pu acheter un véhicule en travaillant dur.

Elaboration d’outils de production

- Elaboration de la fiche de critères

Critères de réussite Oui Non


Tu as mis un titre ?
Tu as mis un début, un développement et une fin ?
Tu as utilisé des indicateurs de temps ?
Tu as mis les verbes au présent de l’indicatif ?
Tu as respecté la ponctuation ?

- Elaboration du référentiel

Mettre en place des groupes de travail sur des recherches en :


-Vocabulaire : l’homme : jeune, âgé, courageux, un ouvrier, citadin, villageois,
le travail : commerce, maçon, menuisier, cultivateur, fatigant, dur,
le véhicule : neuf, d’occasion, petit, grand, une marque,
-Conjugaison : des verbes d’action et d’état (être) au présent de l’indicatif : est, achète, travaille, revend, calcule, va, a
acheté,

-Grammaire/Orthographe :- emploi des indicateurs de temps : un jour, chaque matin, des … après (sous forme de
compléments circonstanciels de temps)
- emploi des coordonnants : et, mais

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 78


TROISIEME VOLET

PRODUCTION DE TEXTE

Séance 12
Premier jet : Produire un texte

-Rédaction du texte en utilisant la fiche de critères et le référentiel

Séance 13

- Evaluation formative/ Remédiation : Les élèves échangent leur premier jet s’évaluent mutuellement en se servant de la
fiche de critères : repérage des lacunes liées à la silhouette, au vocabulaire, à la grammaire, à la conjugaison, à
l’orthographe, etc. Le maître aussi fait ses remarques.
- exercices de remédiation proposés par le maître

Séance 14
Deuxième jet : Chaque élève réécrit sa copie en intégrant les remarques
NB : Faire faire autant de jets que nécessaires pour aider les élèves en difficulté.

Rédaction finale et évaluation des productions.

LE TEXTE DESCRIPTIF

Projet d’écriture

Ton établissement est jumelé à une école de Dakar. Ton correspondant


veut connaître ton école. Il te demande de lui décrire ta classe et de lui
parler de ton maître ;
Décris la classe et fais le portrait le maître.

Sous – projet 1 Sous – projet 2


Décrire la classe Faire le portrait du maître

Sous – projet 1
Texte support

A l’Angle de la rue, à côté de la mosquée se trouve la belle villa de Amina.


C’est une maison en terrasse peinte en rouge.
Le portail métallique a deux battants. De jolies fleurs recouvrent le mur. La cour est pavée de carreaux
multicolores.
La maison compte quatre chambres, un salon, une cuisine et des toilettes. Le salon est meublé de
fauteuils et d’une magnifique bibliothèque.
De belles gravures et des photos décorent le salon.
La maison est accueillante.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 79


LECTURE

1. Lecture silencieuse du texte support

Consigne : Lis le texte et relève ce qu’il y a dans le salon.

2. Compréhension générale

De quoi nous parle l’auteur dans ce texte ? La villa ou la maison de Amina

Combien de paragraphe y a t-il dans le texte Dessinons la silhouette du texte.


Faire observer et mettre en évidence les 3 paragraphes

Relis chaque paragraphe et dis ce que fait Paragraphe 1


l’auteur L’auteur situe la maison.

Paragraphe 2
L’auteur décrit l’aspect externe : maison en terrasse –
portail métallique – cour fleurie – cour carrelée.

Paragraphe 3

L’auteur décrit l’aspect interne : 4 chambre – une


cuisine – des toilettes – des fauteuils – une
Relève les mots que tu ne connais pas bibliothèque – des gravures et des photos.

Le maître aide les élèves à saisir le sens des mots.

3. Analyse des caractéristiques du texte.


Présenter la grille et s’assurer d’une compréhension correcte de ses différentes rubriques.
Titre
Forme 3 paragraphes
Ponctuation Virgules - Points
Temps employés Présent de l’indicatif

- Connecteurs spatiaux : à l’angle à côté de .


- Emploi de l’adjectif épithète
- Structure : GN + Verbe être + attribut
Lexique et procédés particuliers La cour est pavée ……….
Le salon est meublé……………
La maison est accueillante
- Emploi de présentatif : c’est…
Type de texte L’auteur décrit une maison -c’est un texte descriptif.

4. Compréhension détaillée
- Regrouper les élèves par quatre (04)
Consigne 1
Relève dans le texte l’emplacement de la maison, son aspect général et ses parties.

Emplacement Aspect général Parties

A l’angle de la rue à côté de la Maison en terrasse rouge Portail – mur – cour – 4 chambres – un
mosquée salon – des toilettes

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 80


Consigne 2
Cherche dans le texte les adjectifs qualificatifs et les mots auxquels ils sont reliés.

Noms Adjectif qualificatif


Villa Belle
Maison peinte
Portail Métallique
Fleurs Jolies
Cour Passée
Carreaux Multicolores
Salon Meublé
Bibliothèque Magnifique
Gravures Belles
Maison Accueillante

Consigne 3
Retrouve dans le texte les verbes conjugués et leur temps

Verbes Temps
se trouve
est
a
recouvrent Présent de
compte l’indicatif
décorent

- Analyse des productions


Chaque groupe présente son travail
Le maître facilite les échanges des élèves sur les productions et recueille leurs remarques.
- Synthèse
Le maître apporte les précisions nécessaires complète au besoin les productions

LECTURE A HAUTE VOIX

Texte Support

Minou est tout petit et tout beau. C’est un chaton aux yeux ronds et au poil lisse. Il me donne envie de le caresser sans
cesse. Chaque matin, couché sous la véranda, il regarde ma porte d’un air triste. Dès qu’il me voit, il saute comme pour
me dire bonjour. Je l’aime bien mon joli Minou.

1- Lecture modèle du maître

Le maître doit veiller à une bonne prononciation, et aux liaisons.


Le maître sollicite l’écoute attentive des élèves (le texte n’est pas écrit au tableau).
Consigne : Donne un titre au texte et relève les mots difficiles.
Le maître lit 2 fois le texte : Eviter d’être collé au texte

3. Remarques et expressions des élèves

Laisser les élèves s’exprimer librement sur le texte.

4. Compréhension globale. (Texte au tableau)

Recueillir les réponses des élèves et apporter les clarifications qui s’imposent.
Idée générale : L’auteur décrit un petit chaton qu’il aime.
Mots à expliquer : donner envie - caresser – Véranda

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 81


5. Entraînement à la lecture

Faire lire le texte par quelques élèves et recueillir les impressions des camarades.
Entraîner les élèves à lire le texte en mettant d’abord l’accent sur la ponctuation, puis sur la prononciation, et enfin sur la
modulation de la voix. Pour chacun des éléments ci-dessus, procéder ainsi :
- lecture modèle du maître
- lecture individuelle des élèves
- repérage des erreurs
- correction systématique

NB : En lisant, les élèves doivent de temps en temps essayer de se détacher du texte pour regarder leurs camarades.
A chaque lecture les élèves relèvent les fautes de prononciation, de ponctuation donnent leur avis sur la modulation de la
voix.

6. Lecture individuelle (texte effacé au tableau)

Veiller à une fluidité de la lecture.

7. Concours du meilleur lecteur

Apprécier la lecture en se servant d’une grille d’évaluation


Les élèves doivent disposer de la grille
NB : Cette grille peut être utilisée dans toutes les séances où cette activité est organisée. Il faudra bien expliquer aux
élèves ce qu’ils doivent faire.

Critères Note
Fluidité de la lecture (lecture courante)
Prononciation correcte des mots
Respect de la ponctuation

ORTHOGRAPHE

Le féminin des adjectifs qualificatifs : Féminin terminé par « e »


1. Pré - requis
Lis le texte et relève les adjectifs qualificatifs
2. Elaboration du corpus
Relie les adjectifs qualificatifs aux noms qu’ils qualifient.
Ecris dans le tableau ci-dessus :
- le salon meublé
- la maison accueillante
- une terrasse peinte

G.N Adjectif qualificatif

Le salon Meublé
La maison Accueillante
La terrasse Peinte

Remplacer le salon par la salle, la maison par le bureau, la terrasse par le bâtiment.

G.N Adjectif qualificatif

La salle Meublée
Le bureau Accueillant
Le bâtiment Peint

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 82


3. Observation – classement
A partir des 2 tableaux, classe les groupes nominaux au masculin et au féminin

G.N masculin G.N féminin

Le salon meublé La sable meublée


Le bureau accueillant La maison accueillante
Le bâtiment peint La terrasse peinte

Observe bien les adjectifs qualificatifs.


Est – ce qu’ils s’écrivent toujours de la même manière ?

5. Théorisation

Comment on forme le féminin des adjectifs qualificatifs.


Pour former le féminin des adjectifs on ajoute généralement un e au masculin.
Exemple :
Le bureau accueillant la maison accueillante

5. Exercice de renforcement

a) Recherche dans le texte des adjectifs au féminin.


b) Ecris correctement l’adjectif qualificatif entre parenthèses.
Dans la (grand) savane, il y a des animaux sauvages.
La maîtresse est (content)
Fatou coud sa robe (déchirée)
La cour de l’école est (animé).

6. Evaluation
Construis 4 phrases dans lesquelles tu emploies 2 adjectifs qualificatifs masculins et 2 adjectifs qualificatifs féminins

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 83


GRAMMAIRE
Le genre du nom
1) Pré – requis
Retrouve dans le texte des mots qui désignent une personne et des mots qui désignent des objets.
Ex : Amina – la mosquée – le portail
Quelle est la nature de chacun de ces mots ?
2) Elaboration de corpus
Comparons Amina et la mosquée
Que constate t-on ?
- mosquée est accompagné d’un petit mot.
Ou article (au cas où l’article est étudié) la – Amina n’en a pas.
Retrouvons dans le texte des noms accompagnés d’un petit mot comme « la mosquée ».
Ex : Une maison – le mur – un salon – la bibliothèque etc. …..

3) Observation – classement
Observons et classons les noms qui ont le même petit mot.
Le portail la mosquée une maison un salon
Le mur la bibliothèque une cuisine
Quels sont les petits mots qui accompagnent ces noms ?
Le – la – une – un.
Ecris la mosquée en utilisant un ou une
La mosquée – une mosquée
Ecris un salon en utilisant le ou la
Un salon – le salon
Qu’est ce que tu constates ?
La et une vont ensemble
Le et un vont ensemble

4) Théorisation
Un et le désignent le masculin
Une et la désignent le féminin
Quand est ce qu’un nom est au masculin ?
Un nom est au masculin quand on met devant lui un ou le
Ex : salon : un salon ; le salon.
Quand est ce qu’un nom est au féminin ?
Un nom est au féminin  quand on met devant lui une ou la
Ex : mosquée : une mosquée ; la mosquée

5) Exercices de renforcement
A) Classe les groupes nominaux dans le tableau
La brousse – un panier – le crayon – un cahier
La table – une chemise – le pantalon – une feuille – le directeur

Masculin féminin

b) Complète avec le mot qui convient : une ou un


…… grosse pierre tombe sur le sol.
Daba a ….. sac magnifique.
….. mendiant traverse la rue.
Ibou achète …….. une orange.
6. Evaluation

Prévoir un petit texte


Consigne : Relève dans une colonne les noms au masculin et dans une autre colonne les noms au féminin.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 84


TECHNIQUE D’EXPRESSION

Enrichissement de la phrase par l’utilisation de l’adjectif épithète.


1) Elaboration du corpus.
Lis le texte et relève deux phrases ou l’adjectif qualificatif est directement relié au nom.
Ex : Le portail métallique à deux battants
De jolies fleurs recouvrent le mur.

2) Observation – classement
Observe les deux phrases et séparent les en termes.

Le portail métallique a deux battants


G.N Verbe G.N

De jolies fleurs recouvrent Le mur


G.N Verbe G.N

Isole les G.N sujet et dis comment ils sont formés.


- le portail métallique
- de jolies fleurs
Formation : nom + adjectif
Portail + métallique
Nom précédé d’un adjectif qualificatif
Jolies fleurs
Adj. Qual. + nom
Enlève les adjectifs qualificatifs et écris les phrases.
- le portail a deux battants
- des fleurs recouvrent le mur
Que constate t –on ?
Les phrases sont plus simples.

3) Théorisation
A quoi servent ces adjectifs épithètes dans ces deux phrases ?
Ils nous renseignent sur la qualité des objets qu’ils accompagnent. Ils permettent d’enrichir les phrases. Relève dans le
texte d’autres phrases où l’adjectif qualificatif est directement relié au nom.
Ex : La cour est pavée de carreaux multicolores.
Le salon est meublé d’une magnifique bibliothèque.
De belles gravures et photos décorent le salon.
A partir de ces modèles, enrichis les phrases suivantes en utilisant un adjectif directement relié au nom.
- les élèves remplissent la cour de l’école.
- Des boutiques entourent le marché.

4) Exercice de renforcement
Enrichis les phrases suivantes en utilisant un adjectif qualificatif directement relié au nom.
- Le champ de papa est recouvert d’herbes.
- Fatou porte une robe
- La voiture roule sur la route.
 Relie ces mots à un adjectif et construit des phrases : le cartable – la mosquée –
 Accompagne ces adjectifs d’un nom et fais des phrases : courageux - magnifique

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 85


VOCABULAIRE
1- LECTURE DU TEXTE SUPPORT
2- SENS DES MOTS

Etude de «  portail »
Par où passe t-on pour entrer dans la villa de Amina ? Par le portail.
- Sens dans le contexte
Où se trouve le portail ? a l’entrée de la maison.
Comment est le portail ? Il est en métal. C’est une grande porte. Elle a deux battants
- Fixation du mot : répétition – épellation – écriture.
- Réemploi du mot

 Remploi dirigé
Quel établissement, quel édifice peut avoir un portail ?
Le portail de l’hôpital – le portail de l’école – le portail du stade etc.
Faire faire des phrases avec ces groupes de mots

 Réemploi libre
Faites une phrase avec portail

 Mots de la même famille


- la porte de la chambre
- la portière de la voiture
- le portier du dispensaire

Etude de «  décorer »
A quoi servent les gravures ? – à décorer le salon

 Sens dans le texte


Avec es gravures accrochées au mur, comment est le salon ? le salon est beau. Joli.
Les gravures rendent le salon plus beau, elles le décorent.

 Fixation du mot : répétition – épellation – écriture

 Réemploi dirigé

- Qu’est ce qu’on peut décorer ?


- Emploie ces groupes de mots dans des phrases
Une salle de spectacle – un restaurant – un foyer scolaire etc.

 Réemploi libre
Emploie « décorer » dans une phrase

 Recherche des différents sens


- mots de la même famille
- la décoration de l’appartement
- le décorateur du bureau du Directeur.
Etude de «  magnifique »

Comment est la bibliothèque ? – elle est magnifique


 Sens dans le texte

Remplace magnifique par un autre adjectif : très belle – très jolie.


 Fixation : Répétition – épellation – écriture

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 86


 Réemploi dirigé
Citez des objets qui sont magnifiques : une bague magnifique – une magnifique voiture etc.
Faire employer ces groupes de mots dans des phrases.
 Réemploi libre
Fais une phrase avec magnifique

3) SYNTHESE
Complète les phrases en utilisant le mot qui convient.
Tu peux te servir des mots suivants : magnifique – la portière – décorer – le portail.
………………. De l’église est fermé. La messe est terminée.
Aujourd’hui, c’est la fête de noël, papa …………….. la maison. Maman achète une ……………………….. robe à Germaine.

CONJUGAISON

Verbe être au présent de l’indicatif

1) Pré – requis
- Relève dans le texte les verbes conjugués
- Quel est le verbe le plus employé ?

2) Elaboration du corpus 
- Manipulations orales des formes verbales
Situation dialoguée
C’est la récréation, les élèves sont dans la cour de l’école. Doudou sort de la classe et cherche son camarade Bala. Il
l’appelle et lui dit :
- Elève 1 : Où es – tu ?
- Elève 2 : Je suis dans la cour
- E3 – Où est – il ?
- E4 – il est dans la cour
- E5, E6 ,E7 – Où sommes nous ?
- E8 – Vous êtes dans la cour.
- E9 – Où sont – ils ?
- E10 – Ils sont dans la cour.

3) Observation – classement

Quel est le verbe conjugué ? - Le verbe être


A quel temps est –il conjugué ? – Au présent de l’indicatif
Quels sont les formes verbales qui se prononcent de la même façon ?
Tu es
Il est
Faire écrire les autres formes verbales et faire des remarques sur leur graphie.
Faire constater que ces formes verbales ont une graphie particulière.
Je suis- Nous sommes – Vous êtes – ils (elles) sont.
Faire comparer le présent de l’indicatif du verbe être avec le présent de l’indicatif des verbes du 1 er groupe.

4) Théorisation
Systématisation de toutes les formes verbales. Faire constater l’aspect irrégulier des différentes formes verbales

5) Exercices de renforcement
Complète avec le verbe être conjugué au présent de l’Indicatif.
Nous …………… en classe. Le maître ……… assis sur une chaise. Les livres …….. sur la table
Moi, je ………… à côté de mon ami Sadi.
6. Evaluation

Mets les verbes entre parenthèses au présent de l’indicatif.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 87


Aujourd’hui, maman (être) malade. Sidi et Julie (être) libres, car ils ne (aller) pas à l’école. Ils (aider) maman à
préparer le repas.
- Nous (être) contents de t’aider, maman, dit Julie.
- Vous (être) gentils, les enfants.

ELABORATION D’OUTILS DE PRODUCTION


1) Sujet
Ton établissement est jumelé à une école de Dakar. Ton correspondant veut connaître ton école. Il te demande de
lui décrire ta classe.
Décris ta classe.

2) Elaboration de la fiche de critères

Critères de réussite Oui Non

- As- tu situé la classe dans l’école


- As –tu donné la forme de la classe ?
- As –tu décrit l’extérieur de la classe ?
- As-tu décrit l’intérieur de la classe ?
- As – tu utilisé des adjectifs directement reliés aux noms ?
- As – tu conjugué les verbes au présent de l’indicatif ?
- As – tu mis les virgules et points ?

3) Elaboration de référentiel
Le référentiel est à élaborer avec les élèves. Au moment de rédiger, ils doivent l’avoir sous les yeux.

Vocabulaire Grammaire Conjugaison Technique


d’expression

Bâtiment Le féminin des adjectifs Emploi des verbes au Utilisation de l’adjectif


Bureau en bois Ex : la maison présent de l’indicatif épithète.
rectangulaire accueillante surtout le verbe être. Ex : de belles gravures –
Armoire métallique Utilisation correcte du Je suis – Tu es ….. des carreaux
Décorer genre du nom. Un/le – multicolores.
Accueillante une/la
Gravures Emploi des virgules et
des points

3ème volet : Rédaction du texte demandé par le sujet


NB : Pour la démarche, se reporter aux indications antérieures.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 88


TEXTE INJONCTIF/PROGRAMMATIF

Projet d’écriture 
A l’occasion d’une fête à la maison (anniversaire, visite…) Tu as servi à tes amis un jus de fruit que tu as préparé toi-
même. Un ami te demande comment tu l’as réalisé.
Ecris-lui la recette.

1er VOLET : Etude du texte support

OA/ lire un texte injonctif

Objectif : analyser les caractéristiques du texte.


NB : la lecture du texte commence par une première appropriation : dégager l’idée générale. Dans le cas précis
du texte injonctif, il s’agit moins d’une idée générale que d’amener les élèves à savoir que le texte est différent
des autres (narratif ou descriptif). C’est un texte pour agir, c’est un programme à réaliser
(programmatif)

Séance 1 et séance 2

1. OBSERVATION DU TEXTE ET LECTURE SILENCIEUSE


Texte support : « la salade de fruits » texte page … : de l’album recueil de textes CE.

Bloc 1 : INGREDIENTS


Illustrations
Un
Des fruits
couteau
Une Des
assiette tasses

Bloc 2 : PREPARATION

 Bien laver les fruits,


 Peler les fruits,
 Les couper en petites rondelles dans une assiette propre,
 Ajouter du sucre en poudre,
 Mettre des glaçons,
 Mélanger doucement,
 Servir dans des verres avec un peu de sirop pour adoucir le goût.

Hum ! C’est bon.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 89


MAITRE
Le singulier utilisé désigne en même temps ELEVE/ELEVES
enseignante et enseignant
1. Lecture silencieuse Dans chaque groupe les élèves lisent silencieusement les
- consigne 1. la lecture silencieuse : textes pour répondre à la consigne du maître.

Retrouvez le texte que vous ne connaissez Recherche individuelle :


pas et dites qu’est-ce qui le différencie des Favoriser l’entraide dans les groupes
autres Les textes remis (injonctifs, descriptif et narratif)

- Demande à chaque groupe de montrer le - « La salade de fruits ».


texte retenu - description d’un personnage (« le joueur préféré », «le
- Recueillir les impressions portrait du frère perdu production d’élèves formalisées).
- une histoire tirée des productions réalisées par les
2. compréhension générale élèves ou de l’album (narratif).
- Est-ce un texte qui raconte une histoire ?
- Un texte qui décrit un objet, un animal ? un Réponses possibles :
lieu ?...
- Que peut on faire avec ce texte ?  Il ne raconte pas…
Séance 2  Il dit comment on fait une recette…
3. Analyse des caractéristiques  On doit agir, faire des actions pour avoir …
consigne 2.
Trouvez les différentes parties et dites ce qu’elles
permettent de faire.

- production libre  Travaillent individuellement


 Mette en commun dans chaque groupe
- restitution : le maître dessine les  Choix d’une réponse par groupe
deux blocs et les numérote.

- Production dirigée  Les élèves relèvent les éléments portant sur la


forme du texte ; les illustrations et leur rôle ; ; la
Le maître amène progressivement les élèves à forme des phrases (courtes) ; titres encadrés ; la mise
retrouver les indices spécifiques en page (deux blocs : ingrédients/ustensiles,
préparation).
- Dans chaque bloc fait –on la 
même chose ?  Expression de la succession : la ponctuation
- Que voit-on de particulier (qui le (puces) énumération et succession logique des actions
distingue du texte narratif ; du texte descriptif) (chronologie) ; le temps des verbes…
?
- Voit-on la même ponctuation ?  NB : le maître pour une première lecture d’un
- Quels sont les signes de ponctuation texte injonctif mettra l’accent sur les caractéristiques
particuliers qui se présentent ? indispensables
- Qu’est-ce que les illustrations nous permettent  Chaque groupe après recherche individuelle et
de faire ? mise en commun présente une grille d’analyse remplie
- La graphie des mots est – elle la même et réagit à la production des autres groupes.
partout ?
- Pourquoi met-on en relief ces parties ?
- Y a t-il un nom d’auteur ?

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 90


- Synthèse (utilisation de la grille d’analyse par
les élèves qui sont maintenant habitués).
Le maître procède à la mise en commun et faire
lire le texte.  Remplace les puces par des numéros ou d’autres
puces.
Grille remplie au tableau (après apports des
groupes le maître en profite pour revenir sur  Souligne tous les verbes
les caractéristiques et les complète au
 Reformule les phrases et mettant le verbe au
besoin) début
Titre :
« la salade de Auteur :
fruits »
deux parties ou blocs :
ingrédients/ustensiles
Forme :
(illustrations) et préparation.
Titres encadrés…
Ponctuation : point, puces,
Temps
Infinitif ; verbes d’action
employés :
Structure de la phrase :
infinitif + nom ou
adverbes… ;
Exemples : (bien) laver les
fruits ; mélanger
doucement ; peler les fruits…
Lexique et Emploi des verbes d’action à
procédés l’infinitif :
Formule pour les
ingrédients : (faire remarquer
qu’elles varie et peut
exprimer des quantités
exactes)
Numéros ou puces
Injonctif ou programmatif :
Type de texte
texte pour faire

SEANCE 3
 4. compréhension détaillée :
 Essais des élèves avec relecture du texte pour
Le maître fait mimer les actions du bloc 2 et fabriquer la salade. Faire goûter, apprécier.
demande aux élèves de reconnaître les
ustensiles et les matières entrant dans la
fabrication.
Reprend le texte partie par partie

- Revenir sur les caractéristiques

 Les deux parties indispensables et leur


fonction différente.

 Rôles des puces : pour ne pas se tromper


(succession logique)

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 91


 La place du verbe à l’infinitif

5. lecture à haute si nécessaire (ton et


gestuelle)

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 92


Lecture à haute voix

OA/ lire à haute voix un texte injonctif

Séance 1
Texte : tu as mal au ventre

INGREDIENTS ET USTENSILES
 Un bol
 Une branche de « laydour »
« laydour » : c’est une plante laxative poussant un peu partout dans le pays. Il est possible de l’obtenir chez tout
vendeur de plantes et racine
 Une boule de tamarin

PREPARATION
1. Prends une douzaine de feuilles de « laydour »
2. Lave-les proprement
3. Mets-les dans un bol
4. Ajoute une boule de tamarin
5. Verse un litre d’eau bien chaude
6. Ferme bien le bol
7. Laisse refroidir
8. Bois une tasse

Tu guériras

Deuxième volet / Travail sur les disciplines outils

DEROULEMENT (VOIR ILLUSTRATIONS PRECEDENTES)

Elaboration d’outils de production

 Lecture et compréhension du sujet d’écriture


SUJET : Ton ami ne sait pas préparer une omelette et te demande de lui rédiger la recette

Texte d’appui :
MAMAN PREPARE UNE OMELETTE

Aujourd’hui, Maman va au marché. Papa lui a demandé de lui faire une omelette pour son dîner.
Elle achète les ingrédients nécessaires : une douzaine d’œufs, cinq gros oignons, un sachet de poivre et une tablette de
beurre de 250 grammes.
D’abord, elle met le beurre dans la poêle pour le faire fondre, casse un à un les œufs, mélange les jaunes et les blancs
dans un petit bol et enfin ajoute du poivre, du sel et les oignons découpés en petits morceaux. Quand le beurre est
totalement fondu, elle verse le mélange dessus. Au bout de quelques minutes, avec deux cuillers, elle retourne mélange
pour faire cuire l’autre côté.
L’omelette est prête, Papa va se régaler.

-Lecture du sujet
-Compréhension du sujet (faire souligner les mots clés

CONSIGNE
Lis le texte
Ecris en numérotant dans l’ordre les différentes actions pour préparer une omelette.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 93


Tu emploieras l’impératif

 Elaboration de la fiche de critères

Fiche de critères remplie (emploi) OUI NON


Tu as mis des numéros pour la succession des
actions
Tu as écrit les verbes à l’impératif
Tu as respecté la chronologie des actions

 Elaboration du référentiel
Exploiter le texte pour identifier les éléments de vocabulaire, nécessaires à la rédaction

Conjugaison : emploi des verbes à l’impératif


Grammaire : utilisation de la phrase impérative

 Copie

3ème VOLET :
Rédaction du texte prévu dans le projet : le jus de fruit

AO/ Produire un texte injonctif

Objectif : produire le premier jet en respectant la fiche de critères de réussite.

Rappel du projet d’écriture

A l’occasion d’une fête à la maison (anniversaire, visite…) Tu as servi à tes amis un jus de fruit que tu as préparé toi-
même. Un ami te demande comment tu l’as réalisé.
Ecris-lui la recette.

Doit-on écrire un texte qui raconte ? Un portrait ?


Il faut donc produire un texte qui dit comment on fait pour écrire une recette de jus de fruits à
envoyer.
Décider, avant de commencer, de ce que pour ferons des textes quand ils seront bien écrits. (les
meilleurs textes seront envoyés)

B/déroulement de la séquence

MAITRE ELEVES

SEANCE 1 : 45 mn Produisent individuellement : ils peuvent


s’entraider ce qui approfondit et renforce
 PRODUCTION MARTYR(premier jet) l’appropriation des critères
- Le maître demande à chaque élève de
produire un premier jet en s’aidant de sa Par les auteurs eux-mêmes
grille.
Reformulent, apprécient, corrigent…
- Lecture de quelques ébauches (essais)

- Choix de quelques productions Production individuelle (extra muros) à remettre


intéressantes (trois ou quatre) pour au maître pour remarques en vue de parfaire la

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 94


reprendre la fiche de critères et donner production
quelques conseils

 Production individuelle du premier jet


 SEANCE 2: 30mn Evaluation formatrice :

Le maître demande à chaque groupe d’échanger Echange et évaluation au sein des groupes
ses copies (entre membres)
Encourager les élèves pour qu’ils vous sollicitent
Consigne : par deux, lisez les copies et avec la fiche et utilisent les ressources documentaires de la
de critères essayer de trouver les conseils non classe.
respectés. Devant chaque question mettre oui ou
no. Echangez ensuite pour recorriger vos devoirs.
Lisent et notent en se basant sur la fiche (sinon à
 Le maître aide les élèves quoi sert l’instrument fiche de critères de réussite)

SEANCE 3 : 30mn (2ème jet) Restituent les copies et s’entraide mutuellement
 Reprise des devoirs : les élèves intègrent les
remarques

SEANCE : 30mn évaluation des productions :


 Le maître reprend la fiche de critères pour Par groupe les rédacteurs proposent une notation,
évaluer les productions aidés du maître.
 Les élèves par groupe apprécient leurs
productions Echange de copies au sein du groupe. Un groupe
témoin peut être invité à valider.
 Choix des productions (ou d’une production à
envoyer conformément au projet global) Félicitent les élus du jour pour leur performance
et leur contribution à la réussite du projet.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 95


TEXTES INFORMATIFS

PROJET D’ECRITURE 

- Dans le cadre de l’organisation d’une kermesse dans votre école, votre classe est chargée de produire les affiches pour
informer le public et des lettres pour inviter ou demander des soutiens à des personnalités.
- Produis une affiche et rédige une lettre

TEXTE INFORMATIF (Affiche)

Texte support

«KANKOURANG PRODUCTIONS » VOUS OFFRE UN BEAU CADEAU DE NOEL :

HERCULE VS BOMBARDIER

(Illustration : deux mastodontes en tenue de lutteur)

Le choc des
titans !!!
Une seule date à retenir :

Vendredi 25 décembre 2006


18 Heures précises au stade Mare Diouf

Un rendez-vous à ne pas manquer.


Homme : 1000 F
Enfant : 500 F

PREMIER VOLET : Etude du texte support

1ère séance de 30 mn

OBJECTIF : dégager l’idée générale

A - Lecture silencieuse
Consigne : lisez et comparez ce texte à d’autres textes

B - Analyse du texte
1. Compréhension générale : les élèves observent puis lisent le texte, prennent des indices qui vont les
aider à comprendre ce texte :

 La mise en page du texte (observation du texte)


Le texte est-il semblable à un texte narratif ou descriptif ?

 Le titre
Avons-nous un titre ?

 La typographie
Quelles observations peut-on faire sur les caractères ? Sur la disposition des phrases ?

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 96


 Les illustrations
Y a t-il des illustrations ? Leur place dans le texte ? Leur signification ou leur portée ?
 Les destinataires
A qui est destiné le texte ? Pourquoi ou dans quelle intention ?
 La ponctuation ;
Quels sont les signes de ponctuation utilisés ?
Quelles sont (est) leur(s) fonction(s) ?
o Les guillemets,
o Les majuscules,
o Les deux points,
o Un signe particulier VS
 Les temps employés
o Les temps verbaux : le présent, mais aussi des verbes employés à l’infinitif
o Les mots liens
Tous ces indices permettent :
- d’identifier le texte qui est une affiche
- de connaître le thème du texte (idée générale : l’information du public d’un grand combat de lutte ; mais
incite aussi le destinataire à y assister.

-Evaluation
-Demander aux élèves de préciser le lieu du combat, la date, l’heure et le prix des billets

2ème séance : 3Omn

Objectif de la séance : Identifier les caractéristiques de l’affiche

A -Lecture du texte :
- du maître
- de quelques élèves (3 à 5)
B - Analyse du texte
-Analyse libre du texte
Par groupe de 6, les élèves essaient de remplir la grille ci-dessus
-Analyse dirigée
En plénière, chaque groupe restitue sa grille au tableau. Sous la direction du maître, le groupe classe corrige les
différentes grilles pour à terme avoir la grille suivante :

Indices relevés
Forme Forme particulière différente des types classiques : le contenu n’est pas disposé de façon linéaire
sur la page
Ponctuation Point, point virgule, deux points, guillemets, points d’exclamation
Signes particuliers VS (qui s’oppose à) ; phrase encadrée
Mots liens à ; de ; en (prépositions)
Types de phrases Phrase nominale ; phrase affirmative ; phrase impérative
Temps verbaux Présent de l’indicatif, verbes à l’infinitif (mode)
Illustrations Images assez suggestives
Caractères Utilisation des couleurs, gros caractères pour mettre en relief certains éléments
Vocabulaire Noms propres ; date ; heure ; lieu

C - Compréhension détaillée du texte


Le maître amène les élèves à identifier les particularités du type de texte et en conséquence ses fonctions de
communication
M. Qu’est- ce qui est dominant dans le texte ?
EE. Les illustrations (les deux lutteurs)
M. Pourquoi ?

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 97


EE. C’est un combat de lutte.
M. Qui l’organise ?
EE Le Coq sportif « productions »
M. Connaissez-vous les deux lutteurs ?
EE. Oui. Hercule et Bombardier
M. Comment l’avez-vous su ?
EE. Le texte nous donne l’information
M. Le texte donne- t- il d’autres informations ?
EE. La date,
o Le lieu,
o Le jour,
o L’heure,
o Le montant des billets

D - Lecture à haute voix


OBJECTIF : développer la lecture à haute voix
Lecture modèle du maître
Le maître veillera à faire ressortir, en lisant, les spécificités de l’affiche : expressivité du ton pour inciter le public à
assister au combat.
Recueil des impressions des élèves :
Demander aux élèves d’exprimer ce que le texte leur inspire
Compréhension globale
Poser des questions sur l’idée générale, les caractéristiques
Lecture individuelle
Faire lire le plus grand nombre d’élèves, en veillant sur :
- le repérage de la ponctuation
- l’élargissement de l’empan visuel
- l’anticipation du sens
- la prononciation correcte
- l’intonation
Concours du meilleur lecteur
Amener les élèves à lire l’affiche de manière expressive

F - Evaluation
Lisez l’affiche suivante et relevez les informations suivantes :
-le type d’événement
-les personnes concernées
-le lieu
-la date
-l’heure
Ministère de la santé et de l’action sociale

Programme Elargi de Vaccination


P. E. V.
Vaccinons les enfants
Sauvons l’espoir du monde.

Des équipes médicales mobiles passeront dans les maisons

Lundi 4 et mardi 5 mars 2006


A partir de 8 heures

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 98


DEUXIEME VOLET : travail sur les disciplines outils

N.B : Se référer aux démarches développées avec les autres types de textes

ELABORATION D’OUTILS DE PRODUCTION

Objectifs  : Recenser les éléments nécessaires à la rédaction


 Compréhension du sujet
Sujet de rédaction :
Ton ASC organise un match de football. Ecris une affiche pour informer le quartier

-Compréhension du sujet
Faire souligner les mots essentiels à la compréhension du sujet : Ecris, ASC, match de football, affiche

-Elaboration de la fiche de critères

Critères de réussite Oui Non


As-tu mis le nom de l’A.S.C comme en-tête ?

As-tu mis es illustrations liées au match ?


As-tu utilisé des phrases nominales ?
As-tu employé des infinitifs, l’impératif ?
As-tu indiqué le lieu, la date, l’heure, le prix des billets ?
As-tu utilisé de gros caractères, des couleurs ?

Elaboration du référentiel

Mettre en place des groupes de travail pour l’élaboration d’un référentiel relatif au sujet de rédaction (affiche) en:

-Vocabulaire : venir, assister, supporter, stade, terrain, prix de l’entrée

-Conjugaison : emploi de l’infinitif et de l’impératif

-Grammaire : utilisation de phrases nominales, phrases affirmatives

TROISIEME VOLET

PRODUCTION DE TEXTE

N.B : Se référer aux démarches développées dans les autres types de textes

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 99


TEXTE INFORMATIF (lettre)

PROJET D’ECRITURE :
Dans le cadre de la kermesse de l’école, rédiger une lettre pour demander un appui à une personnalité du quartier ou du
village.

N.B. Le maître doit veiller à souligner les différences existant entre la lettre civile et la lettre officielle. Pour chaque type, il
faudra étudier au moins deux exemples.

Textes d’étude

Goudiry, le 12 octobre 2006

Cher ami François,

J’espère que tout va bien pour toi.


Je suis bien en classe de CE2 depuis la rentrée. Mon maître s’appelle M.
Mbengue. Il est très gentil avec nous.
Je t’ai envoyé un masque de chez nous. C’est un « kankourang ».
Je crois que tu vas l’aimer.

Je t’embrasse
Ibrahima FALL
Ecole de Goudiry, CE2B

Monsieur Modou Khar


Maire de la Commune de Coumby

Coumby, le 24 février 2005

OBJET : information de donation

A Monsieur le Directeur de l’école publique de Coumby

J’ai l’honneur et le plaisir de vous annoncer que la Mairie de Coumby met à votre disposition une
photocopieuse et des ordinateurs pour donner à nos très chers élèves la possibilité de s’initier à
l’informatique.
J’espère que les élèves feront un bon usage de ce matériel.

Salutations cordiales

Le Maire

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 100


PREMIER VOLET : Etude du texte support

ETUDE DU TEXTE
1ère séance de 30 mn

OBJECTIF : dégager l’idée générale

1- Lecture silencieuse

2-Compréhension générale : les élèves observent puis lisent le texte, prennent des indices qui vont les aider à
comprendre ce texte :
 La mise en page du texte (observation du texte)
Le texte est-il semblable à un texte narratif  ou descriptif?

 Le titre
Avons-nous un titre ?

 La typographie
Quelles observations peut-on faire sur les caractères ? Sur la disposition des phrases ?

 Les illustrations
Y a t-il des illustrations ?

 Les destinataires
A qui est destiné le texte ? Pourquoi ou dans quelle intention ?

 La ponctuation ;
Quels sont les signes de ponctuation utilisés ?
Quelles sont (est) leur(s) fonction(s) ?
o Les majuscules,
o Les deux points,
o Un signe particulier

 Les temps employés


o Les temps verbaux : le présent
o Les mots liens

Tous ces indices permettent :


- d’identifier le texte qui est une lettre
- de connaître le thème du texte (idée générale : Envoi d’un cadeau à un correspondant)

2ème séance : Analyse des caractéristiques

Objectif de la séance : Identifier les caractéristiques de la lettre

A- Lecture du texte :
- du maître
- de quelques élèves (3 à 5)

B - Analyse du texte
-Analyse libre du texte
Par groupe de 6, les élèves essaient de remplir la grille ci-dessus

-Analyse dirigée

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 101


En plénière, chaque groupe restitue sa grille au tableau. Sous la direction du maître, le groupe classe corrige les
différentes grilles pour à terme avoir la grille suivante :

Indices relevés
Forme Forme particulière différente des types classiques
Lieu et date
Formule d’appel
Corps de la lettre
Formule de politesse
Signature
Ponctuation Point, point virgule, deux points, guillemets
Signes particuliers la présence du destinataire; du destinateur ; signature ;
Mots liens Et ; à ; que ; de ; depuis
Types de phrases phrases affirmatives ; phrases nominales 
Temps verbaux Présent de l’indicatif, verbes à l’infinitif (mode)
Vocabulaire Noms propres ; date ; heure ; lieu

3ème Séance : Compréhension détaillée du texte

N.B. Se référer aux démarches développées dans les autres types de textes pour amener les élèves à identifier les
caractéristiques du type de texte pour une meilleure compréhension.

4ème séance : Lecture à haute voix


OBJECTIF : développer la lecture à haute voix
C - Lecture à haute voix
-Lecture modèle du maître
-Impressions des élèves : Qu’est ce qu’ils ont retenu en écoutant la lecture du maître
-Entraînement sur les habiletés nécessaires à une bonne lecture à haute voix :
- L’utilisation de la ponctuation
- L’entraînement de l’articulation
- L’entraînement de la modulation de la voix selon le sens du texte
-Lecture individuelle des élèves
-Concours de meilleur lecteur 

-Evaluation
-Demander aux élèves de repréciser l’objet de la lettre

DEUXIEME VOLET 
Travail sur les disciplines outils

N.B. Se référer aux illustrations proposées dans les autres types de textes

ELABORATION D’OUTILS DE PRODUCTION

Objectifs de la séance : Recenser les éléments nécessaires à la rédaction

Sujet:
Ecris une lettre à un ami pour l’inviter à une fête de famille (anniversaire, mariage, baptême)

- Lecture et Compréhension du sujet


Faire souligner les mots essentiels à la compréhension du sujet : lettre, ami, inviter, fête de famille

Faire ressortir les formes à privilégier à travers l’élaboration de la fiche de critères 

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 102


- fiche de critères

Contenus Oui Non


As-tu mis les indications suivantes ?
-Lieu et date
-Formule d’appel
-Corps de la lettre
-Formule de politesse
-Signature
As-tu mis une ponctuation ?
As-tu indiqué ton nom, l’adresse du destinataire ?
As-tu utilisé des phrases affirmatives, des phrases nominales ?
Les verbes sont-ils au présent de l’indicatif ?
As-tu utilisé des noms propres, date, heure, lieu ?

-Elaboration de référentiels

Mettre en place des groupes de travail pour l’élaboration d’un référentiel relatif au sujet de rédaction (lettre) en:
-Vocabulaire : formules d’appel, (cher ami, très cher Abdou), de prise de congé (au revoir, à bientôt, à la prochaine
fois)
-Grammaire : phrases nominales, affirmatives, pronoms
-Conjugaison : verbes au présent de l’indicatif

TROISIEME VOLET

PRODUCTION DE TEXTE

N.B : Se référer aux démarches développées dans les autres types de textes

LE TEXTE POETIQUE

Projet : À l’occasion de la Semaine de l’Ecole de base, ta classe organise un concours de rédaction et de lecture de
poèmes. Tu veux gagner les prix mis en compétition. Rédige un poème pour participer au concours

Négociation du projet avec les élèves.


- En connaissez-vous que vous pouvez réciter ?
- Faire réciter des poésies par les élèves
- Nous allons apprendre à en produire nous-mêmes.

1er volet : Etude du texte support

OA 1 : Lire un texte poétique


Cette illustration traverse les différents OS de l’O.A.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 103


A/ objectif « dégager l’idée générale » et analyser les caractéristiques

Séance 1
Texte support (tiré de « Soleils du Monde », CE2, Hatier International)
(les activités qui suivent peuvent être faites sur d’autres textes du même type)

Une case au toit pointu

Le chapeau pointu Ma case a un chapeau pointu


Ma case a un chapeau pointu Et pour le rendre plus coquet
Un joli chapeau de paille La courge y plante des bouquets
Façonnée juste à sa taille

Ma case a un chapeau pointu Ma case a un chapeau pointu


Qui la protège de la pluie Je m’en ferai un tout pareil
Du vent et de la fraîche nuit Pour m’abriter du chaud soleil.

M.J. CARON, Chante Afrique chante, D.R.

2. Lecture silencieuse du texte par les élèves


Consigne pour la lecture silencieuse
- Lisez ce texte silencieusement et dites ce qui le distingue des autres types de texte que vous avez déjà
étudiés.
- (recueillir les impressions brutes des élèves)
3. Compréhension générale :
Consigne plus précise
- Regardez bien ce texte. Vous allez me dire le type (qu’est ce qu’on fait dans ce texte ? ) et de quoi il
parle . Vous pouvez voir comment il est organisé, quelles sont ses parties ? Que voit-on en dehors du
texte ? Etc.
Production libre des élèves :
Les élèves travaillent d’abord individuellement ; puis en petits groupes. Ils observent puis lisent le texte, prennent des
indices qui vont les aider à comprendre ce texte.

Production dirigée par le maître


Amener les élèves à relever :

 Les strophes
 les vers, les rimes (paille – taille ; pluie- nuit ;…),
 le titre, le respect du thème (description du chapeau pointu)
 le rythme : les strophes sont toujours précédés d’une certaine forme de refrain « Ma case a un chapeau pointu » :
on l’appelle aussi leitmotiv ( propos qui revient sans cesse)
 Comment le texte est-il mis en page ? Il y a des strophes ( des paragraphes), le nom de l’auteur, les illustrations…
 Relisez le texte et relevez la ponctuation, les majuscules, les temps employés, les mots connus, les mots liens
 C’est quel type de texte ? Insister sur l’effet esthétique, l’émotion exprimée par l’auteur : c’est un poème

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 104


 De quoi parle ce poème ? Faire dire l’idée générale en quelques phrases : l’auteur est tellement charmé de la toiture
de sa case qu’il envisage de faire fabriquer un chapeau qui lui ressemble, pour se protéger du soleil.
 Synthèse :Remplissez la grille suivante

Titre : le chapeau pointu Auteur : M.J. CARON

Indices relevés
Forme En strophes composées de vers
……………………
…………………………
………………………….

…………………………..
………………………….
…………………………….

…………………………
………………………….
………………………….

Ponctuation Un seul point à la fin

Temps employés Présent de l’indicatif essentiellement, un futur

Lexique et procédés Emploi de métaphores, de rimes pour les vers, existence d’un refrain comme dans les
particuliers chansons (leitmotiv)

Type de texte : poétique

Retenons :
- Comment appelle-t-on les lignes composant un poème ?
- Que forment les groupes de lignes séparés par un espace ?
- Comment appelle-t-on les sons qui se répètent à la fin des vers ?
- Propose deux mots qui riment avec poisson/ Travailleur/ pharmacien/ véranda
- Indique une chanson que tu connais où il y a un leitmotiv.

Séance 2

4. Compréhension détaillée du texte


- Quelle est la partie de la case qui ressemble à un chapeau ? C’est le toit de la case.

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 105


- Comment appelle-t-on ce style ? C’est une métaphore (figure de style par laquelle la signification
naturelle d’un mot est changée en une autre qui correspond à une comparaison sous-entendue).
- Qui peut donner un exemple de métaphore ? Exemple : L’arbre tendait, au dessus de nous, ses bras
immenses qui nous protégeaient du soleil
- combien y a –t-il de strophes ?
- De quoi parle-t-on dans la première strophe ? le toit est bien ajusté à la case
- 2ème strophe ? Le rôle du toit pour la case
- En fait, la case a-t-elle besoin de protection ? A quoi le compare-t-on ? C’est comme si la case était un
être vivant qui a besoin d’aide…
- 3ème strophe ? Ce qui rend la case plus jolie
- 4ème strophe : la conclusion que l’auteur tire ; il va fabriquer un chapeau pour se protéger du soleil,
comme la case.
5. Lecture à haute voix (si nécessaire)

B/ Objectif : développer la lecture à haute voix

Séance 1
Texte (tiré de « Soleils du Monde », CE2, Hatier International)

ILLUSTRATION

L’école
Dans notre ville, il y a Dans notre rue, il y a
Des tours, des maisons par milliers, Des autos, des gens qui s’affolent,
Du béton, des blocs, des quartiers, Un grand magasin, une école,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas Tout bas

Dans mon quartier, il y a Dans cette école, il y a


Des boulevards, des avenues, Des oiseaux chantant tout le jour
Des places, des ronds-points, des rues, Dans les marronniers de la cour.
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas Est là.

Jacques CHARPENTREAU, la Ville enchantée, 1976.

Déroulement
 Lecture modèle du maître (les élèves n’ont pas le texte sous les yeux ; ils écoutent silencieusement)
 Qu’avez-vous retenu ? Les élèves parlent librement, donnent leurs impressions…
 Lecture silencieuse des élèves, puis compréhension générale du texte (voir plus haut)
 Entraînement :
- L’utilisation de la ponctuation : le maître donne le modèle ou le fait donner par un bon lecteur à haute
voix et invite des élèves à faire comme lui (faire passer plusieurs élèves, apprécier et faire apprécier,
remédier…)
- L’entraînement de l’articulation : même démarche
- L’entraînement de la modulation de la voix selon le sens du texte : même démarche ( respecter le
rythme de l’énumération, la douceur du refrain, la mise en évidence des rimes…)
 Lecture individuelle des élèves en respectant tous les éléments travaillés

Séance 2 : renforcement


Textes ( Texte support « le chapeau pointu » et « l’école »
Sous forme de concours

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 106


Consigne : nous allons organiser un concours de lecture à haute voix sur les deux textes étudiés. Je noterai le respect de
la ponctuation, l’articulation, la mise en évidence des rimes et la modulation de la voix.
Faire passer l’un après l’autre : apprécier et faire apprécier par les élèves eux-mêmes.

NB : Faire écrire de petits discours sur des thèmes divers et organiser régulièrement des concours de
lecture de discours.

2ème volet : Etude des disciplines –outils


N.B. Pour le vocabulaire, la grammaire et la conjugaison, se référer aux illustrations proposées dans les
autres types de textes

GUIDE PEDAGOGIQUE LANGUE ET COMMUNICATION FRANÇAIS TROISIEME ETAPE 107


Technique d’expression

La comparaison
OS :Les élèves seront capables d’employer des métaphores
Moustapha Thiaw est un lutteur puissant. Ce taureau a terrassé tous les lutteurs de sa génération.
Pourtant, il a été battu par Ousmane Sagna, le lapin. Le lendemain de leur combat, tout le monde
disait : « c’est la victoire de la ruse contre la force. »

- Lecture silencieuse du corpus


- Compréhension de l’idée générale
- Quelles sont les qualités de lutteur de Moustapha Thiaw ? Fort, puissant, robuste…
- A quoi le compare-t-on ? Pourquoi ? A un taureau
- Comment pourra-t-on dire cela autrement ? Il est fort comme un taureau
- Comment appelle-t-on cette manière de faire la comparaison ? La métaphore
- Y a –t-il d’autres métaphores dans ce texte ? « Le lapin »
- De qui parle-t-on ? Pourquoi l’appelle-t-on « le lapin » ? Il est rusé
- Propose des métaphores : travail individuel puis en petits groupes
- Présentation des productions et échanges
- Apports du maître
Lorsque Henry Camara marqua le but de la victoire, une forêt de supporters envahit le lapin-
flingueur.
Moussa est un véritable caméléon
J’ai rencontré un rayon de soleil (jolie fille)
Notre maison est un paradis
Le directeur est très satisfait de la classe de CE2. « Il est plaisant de regarder la ruche de Madame
Ndiaye au travail » , dit-il.
Cet homme est un grand sorcier.
Lorsqu’on va à l’hôpital , on est impressionné par le grand nombre d’infirmières qui vont et viennent.
La marée blanche est présente dans tous les espaces.
- Renforcement : Ecrivez trois phrases en utilisant des métaphores

Elaboration d’outils de production


 Lecture et compréhension du sujet de rédaction
Sujet : Rédige un texte poétique.
 Elaboration de la fiche de critères
- Rappel des caractéristiques du texte poétique
- Que faut-il faire alors pour réussir le poème ?
Aider les élèves à élaborer la fiche de critères de réussite :

Critères de réussite Oui Non


As-tu présenté ton texte en strophes ?
As-tu mis des rimes à tes vers ?
As-tu utilisé des métaphores ?
As-tu mis un leitmotiv ? (facultatif)
As-tu mis les verbes au présent de l’indicatif ?
As-tu respecté le thème dans tout ton texte?

 Elaboration des référentiels


- Rappel de métaphores : c’est un lion (il est fort) ; elle est une perle (elle est belle) ;
c’est un ange (personne d’une grande douceur)…
- Recueil de synonymes :
- Les adjectifs démonstratifs sont : ce, ces, cet, cette
- Vocabulaire : emploi de synonymes (grand= géant, immense ; content= joyeux ;
client=acheteur ;)

108
- Conjugaison du verbe faire au présent de l’indicatif : je fais, tu fais…Ils font.
3ème volet : Rédaction du texte prévu dans le Projet d’écriture (voir autres
illustrations)

109
DOMAINE : mathématiques

110
GUIDE TROISIEME ETAPE
ACITIVITES GEOMETRIQUES

COMPETENCE DE BASE
 Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, les propriétés
de figures planes et de solides , les transformations ponctuelles ( symétrie, translation,
agrandissement, réduction ) ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments dans
des situations de résolution de problèmes de constructions géométriques.
CRITERES
Conformité : Les caractéristiques des figures et/ ou des solides géométriques sont respectées.
Justesse : Les constructions sont exactes.
Autonomie : La tâche est exécutée sans aide

PLANIFICATION DES APPRENTISSAGES POUR LE CM1

PALIER 1 : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, ainsi
que des techniques d’utilisation d’instruments dans des situations de résolution de problèmes
de traçage.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Identifier et Identifier et Droites 1 leçon
représenter des d’1
représenter les sécantes et
droites sécantes séance.
positions relatives et des droites droites
perpendiculaires.
des droites à l’aide perpendiculaires.
d’instruments Identifier et 1 leçon
représenter des d’1
(Règle, double Droites
droites parallèles. séance.
décimètre, équerre, parallèles ;
compas,

111
rapporteur).
Construire des Construire des
1 leçon
angles à l’aide angles à l’aide Angle droit ; d’1
d’instruments d’instruments séance.
angle obtus ;
(Règle, double (Règle/ double angle aigu
décimètre, équerre, décimètre,
compas,) équerre, compas,)

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 1 séance )

Contexte :
Ton école veut aménager un jardin qui a la forme d’un rectangle (ABCD), avec 3 allées
représentées chacune par une droite. Les 3 allées se coupent en un point O.
La première allée (MN) est parallèle à la longueur ; la deuxième (KH) est parallèle à la
largeur et la troisième joint 2 sommets opposés du rectangle.
Consignes :
1. Dessine le plan du jardin ;
2. Nomme un angle aigu, un angle obtus et un angle droit.

PALIER 2 : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, les
propriétés de figures planes (carré , rectangle, triangles, parallélogramme, cercle, ) ainsi que
des techniques d’utilisation d’instruments dans des situations de résolution de problèmes de
constructions géométriques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
1. Reproduire Construire le 1 leçon
carré. d’1
des figures Le carré : propriétés
séance.
géométriques. Construire le 1 leçon
rectangle. d’1
le rectangle :
séance.
propriétés. 
2. Découvrir les
Construire le les triangles : 1 leçon
propriétés triangle. d’1
propriétés.
élémentaires de séance.
Construire le le parallélogramme : 1 leçon

112
figures paraléllogramme. propriétés. d’1
séance.
géométriques
planes.

Construire le
3. Construire des 1 leçon
cercle.
d’1
figures le cercle : propriétés. séance.
géométriques à
l’aide d’instruments
(Règle, double
décimètre, équerre,
compas,
rapporteur).

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE RMEDIATION ( 2 séances )

Contexte :
Pour les activités d’ EPS, ta classe est répartie en 3 équipes : équipe A, équipe B et équipe C.
Chaque équipe doit avoir un médaillon. Tu fais partie de l’équipe A.
Voici le médaillon de l’équipe B.

Consignes :

113
-Indique les figures qui composent le médaillon de l’équipe B.
-Avec les mêmes figures, construis pour ton équipe un médaillon différent du médaillon de
l’équipe B.
PALIER 3 : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, les
propriétés de figures planes et de solides (cube, pavé droit, cylindre ) ainsi que des techniques
d’utilisation d’instruments dans des situations de résolution de problèmes de constructions
géométriques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
1. Reproduire Construire le Le cube : propriétés. 2 leçons
des solides. cube. d’1
séance
chacune.
2. Découvrir les Construire le Le pavé droit : 2 leçons
pavé droit. d’1
propriétés de propriétés.
séance
solides. chacune.
2 leçons
3. Construire des Construire le d’1
Le cylindre : propriétés.
solides. cylindre. séance
chacune.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Contexte :
Vous avez perdu le dé et le pot de votre lido.
Tu dois donner un modèle au menuiser qui va vous fabriquer un dé et pot
Consigne :
1. Reproduis sur un carton les patrons du dé et du pot représentés ci-dessous :
2. Construis le dé et le pot.

     

   
   

 
114
NB : prévoir des onglets pour le collage des solides

PALIER 4 : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles,
les propriétés de figures planes et de solides, les transformations ponctuelles
( symétrie, translation ) ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments dans des
situations de résolution de problèmes de constructions géométriques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Découvrir et appliquer Découvrir et appliquer
les notions élémentaires les notions Figures
2 leçons
de symétrie par rapport à élémentaires de symétriques; d’1
séance
un axe. symétrie par rapport à axe de symétrie
chacune.
un axe.

Notion de

Découvrir et appliquer Découvrir et appliquer translation 2 leçons


d’1
les notions élémentaires les notions

115
de translation. élémentaires de Image de séance
chacune.
translation. figures obtenues
par translation

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 1 séance )


Situation 1
Contexte :
Ton oncle est un carreleur analphabète. Il doit terminer le carrelage de deux chambres
représentées par les dessins ci-dessous.

Pour la première chambre c’est la symétrie par rapport à une médiane qu’il faut utiliser, et
pour la deuxième il faut faire la translation de 10 carreaux dans le sens indiqué par la flèche.
Consigne :
- Complète les dessins pour aider ton oncle à réaliser le carrelage.
- Explique lui les techniques utilisées.

Situation 2
Contexte :
Dans le cadre de Défi mathématique les exercices suivants sont donnés à la classe.
Exercice 1
Parmi les dessins ci-dessous un seul correspond à une situation de symétrie.

Consigne :
Trouve le dessin qui correspond à la situation et reproduis le dans ton cahier.

Exercice 2
On te donne le dessin ci-dessous.

116
Consigne :
- Reproduis le triangle dans ton cahier.
- Fais glisser le triangle reproduit de 3 carreaux vers la droite.

BAREME DE NOTATION
critères Indicateurs Notes
Justesse 3 reproductions sont justes 4
2 reproductions sont justes 3
1 reproduction est juste 2
Aucune reproduction n’est 1
juste
Conformité La symétrie et la translation 4
sont conformes
Seule la symétrie est 3
conforme
Seule la translation est 2
conforme
Ni la symétrie ni la translation 1
ne sont conformes
Autonomie Sans aide 2
Avec aide 1

117
PALIERS POUR LE CM2
PALIER 5 : : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, les
propriétés de figures planes (carré , rectangle, triangles, parallélogramme, losange, trapèze,
cercle, ) ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments dans des situations de résolution
de problèmes de constructions géométriques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQU
ES
1. Reproduire des Construire Le carré et le rectangle : 1 leçon
le carré et d’1
figures propriétés
le séance.
géométriques. rectangle.
Construire Les triangles : 1 leçon
2. Découvrir les
le triangle. d’1
propriétés.
séance.
Propriétés
Construire Le parallélogramme :
élémentaires de 1 leçon
le propriétés.
d’1
figures géométriques
parallélogr séance.
planes.
amme.
3. Construire des

figures géométriques Construire Le cercle : propriétés. 1 leçon


à l’aide d’instruments le cercle. d’1
séance.
(Règle, double Construire 1 leçon
décimètre, équerre, d’1
le losange. Le losange : propriétés. séance.
compas, rapporteur).
Construire Le trapèze : propriétés. 1 leçon
d’1
le trapèze.
séance.
Construire Le tangram 1 leçon
d’1
le tangram.
séance.

118
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

Contexte :
Tu participes à la décoration de la classe.
Consignes :
- Construis un tangram à l’intérieur d’un cercle.
- Donne un numéro à chaque pièce et nomme la figure géométrique que représente cette
pièce.

PALIER 6  : Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles, les
propriétés de figures planes ( polygones réguliers, polygones irréguliers ) et de solides ( cube,
pavé droit, cylindre, prisme doit ) ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments dans
des situations de résolution de problèmes de constructions géométriques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Construire des Construire un 1 leçon
d’1
polygones hexagone. L’hexagone : propriétés.
séance.
réguliers à l’aide
d’instruments Construire un 1 leçon
l’octogone: propriétés.
octogone. d’1
(Règle/double séance.
décimètre,
équerre, compas)
Décomposer des Décomposer
des
polygones
polygones
irréguliers à l’aide irréguliers à 1 leçon
l’aide d’1
d’instruments Polygones irréguliers
d’instruments séance.
(Règle, double (Règle,
double
décimètre,
décimètre,
compas) compas)

1. Reproduire Construire le Le cube : propriétés. 1 leçon


cube. d’1
des solides.
séance.
2. Découvrir les Construire le Le pavé droit : 1 leçon
pavé droit. d’1

119
propriétés propriétés. séance.
élémentaires des 2 leçons
Construire le d’1
solides. Le cylindre : propriétés.
cylindre. séance
chacune.
3. Construire des

solides à l’aide
d’instruments 2 leçons
Construire le Le prisme droit : d’1
(Règle/double
prisme droit. propriétés. séance
décimètre, chacune.
équerre,
compas ).

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Contexte :
Notre école doit organiser une exposition de travaux manuels. Dans ce cadre, notre classe
veut réaliser la maquette du pavillon représenté ci-dessous:

Consigne :
- Reproduis le dessin.
- Réalise la maquette avec du carton.

PALIER 7 :  Intégrer les notions liées aux positions relatives des droites et aux angles,
les propriétés de figures planes et de solides , les transformations ponctuelles

120
( symétrie, translation, agrandissement, réduction ), ainsi que des techniques
d’utilisation d’instruments dans des situations de résolution de problèmes de
constructions géométriques.

APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Découvrir et appliquer Découvrir et appliquer Figures
les notions élémentaires les notions symétriques; axe
1 leçon
de symétrie par rapport à élémentaires de de symétrie d’1
séance.
un axe. symétrie par rapport à
un axe.

Découvrir et appliquer Découvrir et appliquer Notion de


les notions élémentaires les notions translation
de translation. élémentaires de Image de figures 1 leçon
d’1
translation. obtenues par séance.
translation

Découvrir et appliquer les Découvrir et appliquer Notion


2 leçons
procédés les procédés d’agrandissement
d’1
d’agrandissement et de d’agrandissement et de et de réduction. séance
chacune.
réduction réduction

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Situation 1
Contexte :
Dans le cadre de Défi mathématique l’exercice suivant est donné à ta classe.
Consigne
-Observe les 2 fusées et trouve la règle de réduction utilisée
-Dessine une autre fusée plus petite que la fusée A en utilisant le même règle de
réduction

121
122
123
Situation 2
Contexte :
Dans le cadre des travaux manuels, tu dois réaliser un cube avec des figures
géométriques sur ses 6 faces. Le maître te donne comme modèles le cube ci-dessous et
son développement.

Consigne :
- Reproduis le patron dans un rapport d’agrandissement de 2.
- Construis le cube à partir du patron agrandi.
BAREME DE NOTATION
critères Indicateurs Notes
Justesse Le patron reproduit et le cube 4
construit sont justes
Seul le patron est juste 3
Seul le cube est juste 2
Aucune construction n’est 0
juste
Conformité L’agrandissement, les 4
dimensions du modèle et les
types de figures sont
conformes
Seuls l’agrandissement et les 3
dimensions du modèle sont
conformes
Seul l’agrandissement est 2
conforme
Seul un type de figure est 1
conforme
Aucun élément conforme 0
Autonomie Sans aide 2
Avec aide 1

INFORMATIONS DIDACTIQUES.
Notions clés :
Structuration de l’espace
Rappelons que l’enseignement de la géométrie à l’école élémentaire renvoie d’une
part aux connaissances nécessaires à l’enfant pour contrôler ses rapports avec
l’espace, autrement dit la « structuration de l’espace », d’autre part, à celui de la
géométrie proprement dite.
Il s’y ajoute les considérations suivantes :
1. Construire et organiser son espace sont des conditions intrinsèques du
développement de la pensée de l’enfant.
2. Nourrir et entretenir la curiosité de l’enfant, ce qui est une forme de motivation,
participe non seulement à ce processus de construction et d’organisation de l’espace,
mais également contribue à son épanouissement.
3.
Pour toutes ces raisons, construire des relations spatiales était une priorité. Dans
cette logique, à la première étape l’accent avait été mis sur l’appréhension des

25
8
rapports topologiques. A la deuxième étape, compte tenu de l’évolution mentale de
l’enfant, les critères de distance, de mesure, de parallélisme…., menant à l’étude de
la géométrie proprement dite étaient privilégiés. Sous ce rapport, la structuration de
l’espace était au centre des apprentissages et s’était appuyée sur les constructions
suivantes. PDRH Construction géométrique page 24 à 31 à scanner

Dans la continuité des étapes suivantes, à l’étape trois les compétences visées relèvent
de quatre familles :
- repérage, utilisation de plans, de cartes ;
- relations et propriétés ;
- figures planes ;
- solides.
Sous ce rapport, les objectifs à viser sont :
- utiliser correctement et à bon escient les instruments de géométrie ;
- Construire un certain nombre de figures classiques mentionnées dans le
programme ;
- Acquérir une habileté manuelle et une certaine rigueur ;
- Acquérir, en plus des contenus, une terminologie spécifique à la géométrie.
En somme, à l’étape trois, l’essentiel est de « passer progressivement d’une
géométrie où les objets et leurs propriétés sont contrôlées par la perception à une
géométrie où ils le sont par explicitation de propriétés et recours à des instruments ».
Il s’agira de mettre l’accent sur la manipulation, la verbalisation, l’explicitation des
stratégies, l’utilisation à bon escient d’un bon vocabulaire mathématique.
Le maître doit garder à l’esprit qu’outre, l’acquisition des savoir-faire énoncés ci-
dessus, le programme de géométrie, à la troisième étape, vise également la prise de
conscience d’un certain nombre de transformations ponctuelles simples (symétrie,
agrandissement, réduction, translation et rotation).
Une figure géométrique n’est pas figée dans le plan.  En gardant la même forme elle
peut se transformer de deux façons fondamentales :
- par conservation de ses propres dimensions : la figure est transformée par
translation ou symétrie axiale ou pliage
- par agrandissement ou réduction 
A l’élémentaire, le maître mettra l’accent sur les transformations considérées comme
des actions concrètes sur les objets géométriques.
Il est recommandé, si les conditions le permettent, de favoriser chez les élèves
l’utilisation de l’outil informatique, par exemple pour effectuer des tracés, modifier
des figures, les assembler, effectuer des transformations géométriques.

Démarche :
1. Principes de la démarche
L’espace mathématique ne se constate pas, il se construit. C’est pourquoi la
géométrie à l’école élémentaire sera pour l’essentiel un enseignement du tracé
géométrique. A ce propos Louis Legrand rappelle que « Toute définition abstraite
doit être la prise de conscience réfléchie d’une construction préalable. Ainsi les
propriétés des figures abstraitement énoncées ne doivent pas résulter d’une
observation, mais elles doivent exprimer une règle de construction ».
En effet, la conception véritable de l’espace est liée à la compréhension et à
l’utilisation habituelle d’une règle de construction. C’est l’aptitude et l’habitude du
traçage et de la construction manuelle qui fondent et enrichissent le concept
géométrique.
Il est en outre recommandé de mettre l’accent sur l’action propre des apprenants.

25
8
2. Etapes de la démarche
L’approche peut être la suivante :

a. Observation :
- Mettre la figure construite à la disposition des élèves ;
- Faire manipuler librement l’objet ;
- Faire reconnaître des formes identiques dans l’environnement
b. Construction libre
Manipulation par pliage, découpage, traçage etc…, constituent les activités
principales des élèves dans cette phase pour résoudre librement le problème de
construction qui leur est soumis.
c. Communication 
Les productions individuelles et/ ou de groupes sont appréciées par toute la classe au
regard du modèle. C’est l’occasion de verbaliser les découvertes (certaines propriétés.)
d. Construction dirigée
Maître et élèves réalisent l’objet selon des méthodes appropriées (cf notions clés).
e. Analyse /synthèse
Maître et élèves passent à la description des caractéristiques ou propriétés essentielles de
l’objet géométrique étudié. Cette analyse débouche sur une synthèse consistant à définir
la figure
f. Contrôle
Emploi immédiat des propriétés découvertes pour construire l’objet géométrique
g.  : Réinvestissement
Transfert des acquis dans d’autres situations.

3. Proposition d’activités du maître.


Les activités à faire faire aux apprenant(e)s, sont pour l’essentiel des activités
d’observation, d’identification de relations spatiales et de construction.

ACTIVITES NUMERIQUES
COMPETENCE DE BASE

Intégrer les nombres entiers naturels, les nombres décimaux, les nombres fractionnaires
ainsi que les quatre opérations arithmétiques (sens et techniques) dans des situations de
résolution de problèmes de numération et de calculs.
CRITERES
 Justesse : Les résultats des opérations sont exacts.
Pertinence : L’opération sélectionnée pour résoudre le problème est appropriée à la situation.
Autonomie : La tâche est exécutée sans aide.

25
8
PALIERS DU NIVEAU 1
PALIER 1 : Intégrer les nombres entiers naturels ainsi que les opérations arithmétiques
(sens et techniques de l’addition, de la soustraction et de la multiplication) dans des
situations de résolution de problèmes de numération et de calculs.
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE
SPECIFIQUES
Découvrir les -les grands
2 leçons
nombres nombres 
Découvrir les nombres d’1 séance
entiers -classes des chacune.
entiers naturels.
naturels. nombres (unité,
dizaine, centaine,
mille et million)
Découvrir et appliquer
les caractères de
2 leçons
Caractériser un divisibilité par 2 et par - caractères de d’1 séance
chacune.
nombre entier. 5. divisibilité par 2 et

Découvrir et appliquer par 5, par 3 et par

les caractères 9.

spécifiques par 3 et
par 9.

Utiliser à bon escient Sens de l’addition 1 leçon


d’une
l’addition.
séance.
Maîtriser Appliquer les L’addition : sans
l’addition. 1 leçon
mécanismes retenue, avec
d’une
opératoires de retenue séance.
l’addition.

Utiliser à bon escient Sens de la 1 leçon


d’une
Maîtriser la la soustraction. soustraction.
séance.
soustraction. Appliquer les La soustraction :
1 leçon
mécanismes sans retenue, avec
d’une
opératoires de la retenue séance.

25
8
soustraction

Utiliser à bon escient 1 leçon


d’une
la multiplication Sens de la
séance.
Maîtriser la multiplication.
multiplication. Appliquer les La multiplication 
1 leçon
mécanismes avec plusieurs
d’une
opératoires de la chiffres au séance.
multiplication multiplicateur.

Maîtriser les tables de


multiplication par 2 et
Maîtriser les par 3. Tables de 2 à 4
Transvers
tables de Maîtriser la table de
al
multiplication multiplication par 4.

Ajouter, soustraire
9 à un nombre Les nombres 9 et
inférieur à 1 000. 11.
Ajouter, soustraire Des nombres de 2
Effectuer un 11 à un nombre chiffres multiples e
Transversal
calcul mental inférieur à 1 000. 10
Des centaines
Ajouter, soustraire Multiples de 10 et
des nombres inférieurs à 1000.
entiers.
Effectuer des Nombres entiers
additions et des de deux ou trois
soustractions chiffres.
successives.
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

Situation 1
CONTEXTE
Pendant 6 ans une maîtresse d’école a économisé 650000F chaque année pour acheter
une voiture. Le vendeur lui propose les prix suivants :
1er proposition : 4750000 F (voiture A)

25
8
2ème proposition : 4050000 F (voiture B)
3ème proposition : 6240000 F (voiture C)
4ème proposition : 5975000 (voiture D) :
5ème proposition : 3250000 (voiture E)
CONSIGNE :
- Trouve laquelle de ces voitures la maîtresse pourra acheter;
- Trouve la somme qui lui manque pour acheter la voiture la plus chère ;
- Reproduis le tableaux suivant et remplis le avec les prix des voitures.
Millions Mille Unités
C d u C D U C d U

Situation 2
CONTEXTE
Pour la fête de « Tamxarit » les chefs de famille du village ont mis ensemble leurs
moyens pour acheter 3 bœufs au prix de 350 000 f l’un.
Voici les commandes de quelques familles de ton quartier.
Familles Quantités
commandées
Fall 15 kg
Faye 30 kg
Samb 4 kg
Sy 12 kg
Ka 15 kg
Ndiaye 20 kg

Chaque kg de viande revient à 1 500 F.


Consigne :
Aide le chef de village à calculer :

25
8
- le prix des 3 boeufs ;
- La somme payée par les familles de ton quartier ;
- La somme à payer par les chefs de famille des autres quartiers.

PALIER 2 : Intégrer les nombres entiers naturels, les nombres décimaux ainsi que les
quatre opérations arithmétiques (diviseur ou dividende décimal) dans des situations de
résolution de problèmes de numération et de calculs.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Utiliser à bon escient la Sens de la 1 leçon
d’une
division. division.
séance.
La
Maîtriser la 2 leçons
division  des
Appliquer les d’une
division. nombres séance
mécanismes opératoires
chacune.
entiers :
de la division.
plusieurs
chiffres au
diviseur.
- Découvrir les Découvrir les nombres Les nombres 2 leçons
d’une
nombres décimaux décimaux.
séance
décimaux. chacune.
Appliquer les
2 leçons
mécanismes opératoires
d’une
de l’addition des séance
chacune.
nombres décimaux. Les quatre

Appliquer les opérations


Appliquer les mécanismes opératoires arithmétiques 3 leçons
d’une
mécanismes des de la soustraction des sur les séance
opérations nombres chacune.
nombres décimaux.
arithmétiques sur décimaux
Appliquer les
les nombres (diviseur ou 2 leçons
mécanismes opératoires
décimaux. dividende d’une
de la multiplication des séance

25
8
nombres décimaux. décimal). chacune.

Appliquer les
3 leçons
mécanismes opératoires
d’une
de la division des séance
chacune.
nombres décimaux.

Maîtriser la table de
multiplication par 5.

Maîtriser la table de
Transversal
Maîtriser les tables multiplication par 6.
de multiplication Tables de 5 ;
Maîtriser la table de
6, 7
multiplication par 7.

-Multiplier par 10, 100


ou 1000 -
- Multiplier par 11 Multiplication
Effectuer un calcul - Multiplier par 50 ou 25 par 10, 100,
Transversal
mental 1000, 11, 50
- Diviser par 5
ou 25
- Diviser par 10, par - Division par
100 5, par10, par
100
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )
Contexte :
Votre classe qui compte 50 élèves organise une excursion. La distance aller et retour est de
600km. Pour le voyage, il faut 100 l d’essence et 25 875 F pour la restauration. L’essence est
vendue à 650 F le litre. La coopérative participe pour 47, 5 l d’essence.
Au retour du voyage, il reste 32,5l d’essence dans le réservoir.
Consignes :
1. Calcule le prix de l’essence à acheter ;
2. Calcule la cotisation de chaque élève.
3. Calcule la consommation aux 100 km.

PALIER 3 : Intégrer les nombres entiers naturels, les nombres décimaux, les nombres
fractionnaires ainsi que les opérations arithmétiques (pour les fractions, l’addition et la

25
8
soustraction seulement) dans des situations de résolution de problèmes de numération et
de calculs.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Découvrir les Découvrir les Fractions ordinaires, 2 leçons
d’une
fractions fractions fractions décimales
séance
chacune.
Comparer des Fractions ordinaires et 1 leçon
d’une
fractions à l’unité. fractions décimales.
séance.
Comparer deux Fractions de mêmes
1 leçon
Comparer des fractions ayant le dénominateurs.
d’une
fractions. même séance.
dénominateur.
Identifier des Simplification des 2 leçons
d’une
fractions égales. fractions et réduction
séance
au même chacune.
dénominateur.
Appliquer les Fractions de mêmes
mécanismes dénominateurs.
2 leçons
Appliquer les opératoires de Fractions n’ayant pas d’une
séance
mécanismes l’addition des le même
chacune.
des fractions. dénominateur
opérations Appliquer les Fractions de mêmes
arithmétiques mécanismes dénominateurs.
2 leçons
sur les opératoires de la Fractions n’ayant pas d’une
séance
fractions. soustraction des le même
chacune.
fractions dénominateur
Prendre une Prendre une Fractions ordinaires et
1 leçon
fraction d’une fraction d’une fractions décimales.
d’une
grandeur. grandeur. séance.
Trouver une
grandeur Trouver une Fractions ordinaires et
1 leçon
dont on grandeur dont on fractions décimales. d’une

25
8
connaît une connaît une séance.
fraction. fraction.
Maîtriser les Maîtriser la table de
tables de multiplication par 8.
Transversal
multiplication Maîtriser la table de Tables de 2 à 9

multiplication par 9.

Multiplier par 10, -Multiplication par 10,


100 ou 1000 100 ou 1000
Calculer le carré - Le carré d’un
d’un nombre. nombre ( se limiter à
Effectuer un - Multiplier par 11, 10 ).
calcul mental 50 ou 25 - Multiplication par 11,
- Diviser par 5, 50 ou 25 Transversal
par10, par 100 - Division par 5,

- Prendre la moitié, par10, par 100

le quart, le tiers - La moitié, le quart,

d’un nombre de 2 le tiers d’un nombre

ou de 3 chiffres. de 2 ou de 3 chiffres.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Situation d’intégration
Contexte
Tu participes à une compétition de course sur 1000 m organisée par l’UASSU. Vous êtes
au total 12 concurrents. Tu arrives le 1er. Au moment où tu franchis la ligne d’arrivée,
un tiers des coureurs (groupe A) n’a fait que les 7/10 du parcours. Un autre tiers
(groupe B) n’a parcouru que 0,600 km. Et les autres (groupe C) n’ont fait que le 1/5 de
la distance.
Consigne :
1. Trouve le nombre de coureurs de chaque groupe
2. Calcule la distance parcourue par chaque groupe.
Situation d’évaluation
Ton frère qui a réussi au CFEE organise une réception pour ses amis. Pour les
gâteaux maman a fait les achats indiqués dans le tableau suivant :
Quantité Prix unitaire Prix total

25
8
2,500 kg de farine 300 F/kg
0,500 g de lait 2800 F/kg
1, 25 kg de sucre 600F /kg
3 tablettes de beurre 500F/ la
tablette
24 œufs 65 F/ œuf
Dépense totale

Consigne :
1. Complète le tableau pour trouver la somme dépensée pour les gâteaux.
2. Calcule la dépense totale sachant que la somme payée pour les gâteaux
représente les 3/4 de l’ensemble des achats effectués par ta mère.
Critères Indicateurs notes
4 résultats justes 4
3 résultats justes 3
2 résultats justes 2
Justesse
1 résultat juste 1
Aucun résultat juste 0
4 opérations correctement choisies 4
3 opérations correctement choisies 3
2 opérations correctement choisies 2
Pertinence
1 opération correctement choisie 1
Aucune opération correctement choisie 0
Sans aide 2
Avec aide 1
Autonomie

25
8
PALIERS DU NIVEAU 2
PALIER 4 : Intégrer les nombres entiers naturels ainsi que les quatre opérations
arithmétiques (sens et techniques) dans des situations de résolution de problèmes de
numération et de calculs.
OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE
SPECIFIQUES
Maîtriser les Maîtriser les Les grands
1 leçon
mécanismes de mécanismes de la nombres 
d’une
la numération numération Classes des séance.
décimale. décimale. nombres (unité,
dizaine, centaine,
mille, million et
milliard)
Découvrir et appliquer
les caractères de
2 leçons
Caractériser un divisibilité par 2 et par Caractères de d’une
séance
nombre entier. 5. divisibilité par 2 et
chacune.
Découvrir et appliquer par 5, par 3 et par

les caractères de 9.

divisibilité par 3 et par


9.

Utiliser à bon escient


l’addition. Le sens de
Maîtriser Appliquer les l’addition. 1 leçon
d’une
l’addition des mécanismes L’addition : sans
séance.
grands opératoires de retenue, avec .
nombres. l’addition. retenue

25
8
Utiliser à bon escient
Maîtriser la la soustraction.
soustraction Appliquer les Le sens de la 1 leçon
d’une
des grands mécanismes soustraction
séance.
nombres. opératoires de la La soustraction :

soustraction sans retenue, avec


retenue
Utiliser à bon escient Le sens de la 1 leçon
d’une
la multiplication multiplication.
séance.
Maîtriser la Appliquer les 1 leçon
multiplication La multiplication  d’une
mécanismes
séance.
des grands opératoires de la avec plusieurs
nombres. multiplication chiffres au
multiplicateur.
Utiliser à bon escient 1 leçon d’1
séance
la division. La division avec
Maîtriser la Appliquer les plusieurs chiffres 2 leçons
division des mécanismes au dividende et au d’1 séance
grands opératoires de la diviseur
nombres. division

Maîtriser les Maîtriser les tables de Tables de 2 à 9 Transvers


al
tables de multiplication 2 à 9.
multiplication
Effectuer des - Additions et
additions et des soustractions
soustractions successives ( 4
successives opérations au
Effectuer un maximum )
Transversal
calcul mental Multiplier par 5,
(objectif 25, 50,
transversal) Multiplier par 10, Stratégies
100, 1000 multiplicatives :
Multiplier par 20 par 5, 25, 50, 10,

25
8
Multiplier par 11 100, 1000, 20 11,
et12 12.
Calculer le carré Nombres de 1 à
d’un nombre. 12.
.Diviser par. 10, Stratégies de
20, 30, division : par 10, 5,
Diviser par. 5, 25.   20, 30, 25.  

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION (2 séances)

Contexte :
Un notable de ton quartier te demande de l’aider à régler une situation d’héritage qui se
présente comme suit :
- 24 héritiers
- des champs estimés à 13 175 000 F
- 12 machines agricoles à 152 000 F la machine ;
- Un troupeau estimé à 1450 000 F ;
- Un stock de récolte d’une valeur de 8 145 000 F ;
Le défunt doit au Crédit Agricole 2 700 000F
Consigne :
Calcule le montant total de l’héritage
Calcule la part qui revient à chaque héritier.

PALIER 5 : Intégrer les nombres entiers naturels, les nombres décimaux ainsi que les
quatre opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problèmes de
numération et de calculs.

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Maîtriser le .Lire et écrire les - les nombres
2 leçons
mécanisme de nombres décimaux décimaux : lecture,
d’1 séance
fonctionnement Comparer les écriture, chacune.
des nombres nombres décimaux changement
décimaux d’unité,

25
8
comparaison
Effectuer les Appliquer les L’addition : sans 1 leçon
d’une
opérations sur mécanismes retenue, avec
séance.
les décimaux opératoires de retenue .
. l’addition.

.Appliquer les La soustraction : 1 leçon


d’une
mécanismes sans retenue, avec
séance.
opératoires de la retenue
soustraction

Appliquer les La multiplication : 2 leçons


d’une
mécanismes multiplicateur ou
séance
opératoires de la multiplicande chacune
multiplication entiers ou
décimaux
Appliquer les La division : 4 leçons
d’1 séance
mécanismes quotient décimal,
chacune
opératoires de la quotient approché,
division dividende entier ou
décimal, diviseur et
dividende
décimaux.
Maîtriser les Maîtriser les tables de Tables de 9 à 11 Transvers
al
tables de multiplication de 9 à
multiplication 11

Utiliser une Effectuer des - Additions et


stratégie de additions et des soustractions
calcul mental soustractions successives ( 4
sur les nombres successives opérations au
décimaux. Multiplier par 0,5, maximum)
Transversal
(objectif 0,25, 0,2, Stratégies
transversal) multiplicatives :
par 0,5, 0,25, 0,2,
10, 100, 1000.

25
8
Multiplier par 10,
100, 1000. Stratégies de
division : par 0,1,
0,5, 0,25, 10, 100,
1000

.Diviser par. 0,1, .

0,5, 0,25,
Diviser par10, 100,
1000

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION (2 séances)


Contexte :
Dans le cadre de Défis mathématiques, le maître propose les 5 opérations suivantes :
Opérations Résultats
Résultat 1 Résultat 2 Résultat 3
753, 75 + 89, 250 801,25 803,125
47,50
1460,5- 777,25 847,25 778,5
683,25
78 x 2,25 175,50 158 246,5
57 : 1,2 470,5 46 47,5
737,8 : 7 99,54 105,11 105,4

Consigne :
Souligne d’un trait les résultats vrais et de deux traits les résultats faux.

PALIER 6 : Intégrer les nombres entiers naturels, les nombres décimaux, les nombres
fractionnaires ainsi que les quatre opérations arithmétiques (sens et techniques) dans
des situations de résolution de problèmes de numération et de calculs.
OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE
SPECIFIQUES
Consolider la Fractions 1 leçon
d’une
25
8
notion de fraction. ordinaires, fractions séance .
décimales, nombres
Maîtriser les fractionnaires.
mécanismes de Simplification des 1 leçon
d’une
fonctionnement fractions.
séance.
des fractions. Réduction de
1 leçon
Comparer des fractions au même
d’une
fractions. dénominateur. séance.

Comparaison de 1 leçon
d’une
fractions.
séance.
Prendre une 1 leçon
d’une
fraction d’une
séance.
grandeur
Appliquer les Addition et 1 leçon
d’une
mécanismes soustraction sur les
séance.
Appliquer les opératoires de fractions.
mécanismes des l’addition et de la
opérations soustraction sur
arithmétiques les fractions.
sur les fractions. Appliquer les Multiplication sur les 1 leçon
d’une
mécanismes fractions.
séance.
opératoires de la
multiplication sur
les fractions.
Appliquer les Division sur les 1 leçon
d’une
mécanismes fractions.
séance.
opératoires de la
division sur les
fractions.
Prendre une Prendre une Fractions ordinaires
1 leçon
fraction d’une fraction d’une et fractions
d’une
grandeur. grandeur. décimales. séance.
Trouver une

25
8
grandeur dont Trouver une Fractions ordinaires
1 leçon
on connaît une grandeur dont on et fractions
d’une
fraction. connaît une décimales. séance.
fraction.
Calculer un Calculer un Notion de 1 leçon
d’une
pourcentage, pourcentage. pourcentage.
séance.
une échelle. Calculer l’échelle L’échelle, le plan. 1 leçon
d’une
d’un plan, d’une
séance.
carte.
Utiliser la Utiliser la Rapport de 2 leçons
d’une
proportionnalité proportionnalité. proportionnalité
séance
. La règle de trois. chacune.
Utiliser une Prendre la moitié,
stratégie de le tiers, le quart
calcul mental . moitié, tiers, quart
sur les fractions Prendre le double, Double, triple,
Transversal.
(objectif le triple.
transversal) Multiplier par 1/5, Stratégies
1/10 , 1/100 ; multiplicatives : par
1/5, 1/10, 1/100.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION (2 séances)


Situation d’intégration 1
Contexte :
A la fin de la kermesse organisée par l’école, la situation financière se présente comme
suit :
- Vente des tickets d’entrée : 30 000 F
- Tombola : 325 billets à 500F le billet
- Vente des boissons : 1/4 de la recette de la tombola
- Jeux : 175 000 F
- Frais d’organisation : 12,5% de la recette totale
Consigne
Fais le bilan
Situation d’intégration 2
25
8
Contexte :
La coopérative scolaire a fait la commande suivante pour le poulailler :
- 400 poussins à raison de 435F l’un.
- 40 sacs de 50kg d’aliments à 200F le kg.
- 12 000F de médicaments
- Des mangeoires dont le prix représente les 5/2 du prix des médicaments.
Le taux de mortalité des poulets est de 5% ; chaque poulet consomme en moyenne
4,75kg avant d’être vendu ; les poulets morts avaient déjà consommé 30kg d’aliments.
Après la vente des poulets la coopérative achète des fournitures et de la peinture :
- prix des fournitures : 2/5 du bénéfice
- prix de la peinture : 1/6 du bénéfice
Tu es le trésorier de la coopérative et tu dois faire le bilan des achats.
Consignes :
Trouve le montant des sommes dépensées pour le poulailler.
Trouve la somme qui reste en caisse après les achats des fournitures et de la peinture.

Situation d’évaluation
Contexte :
Voici les résultats de l’élection du président du gouvernement scolaire d’école. :
Nombre d’inscrits : 620 ;
Bulletins nuls : 42 ;
Ont obtenu :
Moussa : 2/5 des suffrages valablement exprimés
Aïssatou : 25% des suffrages valablement exprimés
Françoise : 200 voix
Le président ou la présidente élu(e) propose une nouvelle répartition des revenus de la
coopérative dont le montant s’élève actuellement à 1 275 000 F.
Pour les activités sportives et culturelles : 14, 75% de ce montant
Pour le jardin : 18,25%
Pour le petit matériel de classe, l’achat de 12 seaux vendus à 86 000 F la centaine ;
Consignes :
1. Trouve le pourcentage des suffrages valablement exprimés
2. Trouve le nom du président ou de la présidente du gouvernement scolaire
3. Trouve le montant de chaque part dans la répartition proposée.
Critères Indicateurs notes

25
8
4 résultats justes 4
3 résultats justes 3
2 résultats justes 2
Justesse
1 résultat juste 1
Aucun résultat juste 0
4 opérations correctement choisies 4
3 opérations correctement choisies 3
2 opérations correctement choisies 2
Pertinence
1 opération correctement choisie 1
Aucune opération correctement choisie 0
Sans aide 2
Avec aide 1
Autonomie

INFORMATIONS DIDACTIQUES
Notion clé : le nombre et les opérations
A) Les nombres
L’étude des nombres entiers naturels, de 0 à 100 à la première étape est prolongée
jusqu’à 10 000 au CE1 et 100 000 au CE2. A la première étape l’accent a été
principalement mis sur trois aspects :
- aspect cardinal
- aspect ordinal
- aspect symbolique : nom et écriture
Les nombres sont utilisés à l’oral et à l’écrit pour communiquer des informations,
notamment le nombre d’éléments donnés ou calculés d’une collection.
A la deuxième étape, les nombres décimaux sont introduits. A ce niveau ils doivent
d’abord apparaître comme des nombres utiles pour résoudre des problèmes que les
nombres entiers ne permettent pas de solutionner de façon satisfaisante : problèmes
de partage, de mesure de longueurs et d’aires, de repérage d’un point sur une droite.
La géographie, les sciences et l’Education physique et sportive (l’EPS) offrent de
belles occasions de mettre en évidence l’utilité de tels nombres.
A la troisième étape l’étude des entiers naturels se poursuit avec les grands nombres.
Interviennent aussi l’approfondissement des décimaux et l’étude des fractions.
Concernant les décimaux le maître ne perdra pas de vue qu’il s’agit à ce niveau de
faire prendre conscience de la nécessité de les considérer comme de nouveaux
nombres qui s’intercalent entre les entiers. Pour ce faire il importe de ne pas
toujours lier l’apprentissage des décimaux à la mesure ; cette présentation donnant
la fausse conception qu’il n’existe pas de nombres compris entre deux décimaux (par
exemple entre 3,5 et 3,6) parce qu’il n’en existe pas entre deux nombres entiers
naturels consécutifs (entre 35 et 36 par exemple).
L’utilisation de la droite numérique peut se révéler d’une grande utilité ainsi que
l’illustre l’exemple suivant :

25
8
Exemple : soit l’intervalle entre 3 et 4. On le partage en 10 parties égales. On partage ensuite
chaque nouvel intervalle en 10 parties égales (exemple : 3 et 4). Même chose entre 3,6 et 3,7
(on y trouve, par exemple 3,62 et 3,63) et ainsi de suite jusqu’à l’infini.

3 3,1 3,6 3,7 3,9 4

3,6 3,62 3,63 3,65 3,69 3,7

3,62 3,621 3,624 3,625 3,629 3,63

Dans l‘ensemble des entiers naturels, les opérations portant sur les nombres
(addition soustraction, multiplication) aboutissent à des résultats qui sont eux-mêmes
des nombres entiers. Ce n’est pas le cas pour la division qui n’aboutit pas toujours à
un résultat entier. D’où la nécessité de définir un nouvel ensemble de nombres dans
lequel on peut exprimer le résultat de l’opération a : b = x (b non nul) et que l’on
écrira sous la forme d’une fraction d’entiers notée .
Exemples :
L’équation 3 X = 7 a pour solution la fraction

L’équation 4X= 8 a pour solution la fraction  ; mais dans l’ensemble des entiers on

sait que 4 x 2 = 8, donc = 2 ;


Quelques propriétés des fractions seront utiles à l’enseignant :
- une fraction peut être représentée par une infinité de fractions d’entiers
- l’ensemble des fractions est totalement ordonné (deux fractions sont toujours
comparables par la relation > ou =)
- entre deux fractions on peut toujours intercaler d’autres fractions (en fait une infinité)

Pour mieux préparer l’élève à aborder les autres types de nombres au collège, le maître doit
distinguer :
- les nombres à virgule (les décimaux ID et les nombres fractionnaires non décimaux) ;
- les nombres qui ne sont pas à virgule ( et ).
En français, le mot fraction a tendance à désigner une partie de l’unité et donc à être perçu
comme désignant un nombre inférieur à 1. En mathématiques, il a une signification plus large
et désigne le quotient de deux entiers relatifs quelconques.
Un quotient peut toujours s’écrire sous forme d’une fraction.
Exemple : 4 :5 = 4/5 ; 707 :99 = 707/99.
La fraction 4/5 représente le nombre 0,8 car quand on divise 4 par 5 on a 0,8 et la division
s’arrête au chiffre 8 après la virgule. Nous avons : = 0,8.

La fraction ne représente pas un nombre décimal car quand on divise 707 par 99 on a
7,141414……et la division ne s’arrête pas.
Un nombre décimal ou entier peut toujours s’écrire sous forme de fractions.

25
8
Exemples : 0,1 = ; 2,34 = 234/100 = 117/50 ; 23 = 23/1 ; 0,003 = 3/1000.

Une fraction décimale est une fraction dont le dénominateur est une puissance de 10

En conséquence, l’ensemble des fractions (nombres rationnels) contient l’ensemble des


nombres décimaux.
Notation
IN : L’ensemble des nombres entiers ;
Z : L’ensemble des nombres entier relatifs ;
ID : L’ensemble des nombres décimaux ;
IQ : L’ensemble des nombres rationnels ;
IR : l’ensemble des nombres réels.
Nous avons donc la chaîne d’inclusion suivante :

IR IN

IQ

ID

B) Les opérations
B1. Considérations générales
Il est indispensable d’articuler deux pôles : le sens et la technique.
Travailler sur le sens revient à réfléchir sur la situation
Travailler sur les techniques équivaut à étudier les propriétés, les transformations et
les calculs.
Un accent particulier devra être mis sur la maîtrise du calcul mental, domaine
privilégié des opérations.
En fait, automatisé ou réfléchi, le calcul mental est indispensable pour les besoins de
la vie quotidienne (que ce soit pour obtenir un résultat exact ou pour évaluer un

25
8
ordre de grandeur) et de formation (développement d’un certain nombres
d’aptitudes telles que la mémoire, l’intelligence, l’imagination, le sens critique…).
La maîtrise du calcul mental est également nécessaire pour comprendre certaines
notions mathématiques notamment la structure des nombres et les propriétés des
opérations.
Ce double aspect apparaît dans les propos d’Alain qui qualifie le calcul mental de
calcul royal amenant « Maîtres et élèves à inventer sans cesse de nouveaux moyens
de courir sans se tromper ». Cet auteur précise toutefois que dans ce processus « la
vitesse ne doit jamais être séparée de la sûreté ».

B2 / Rappels utiles : Les règles de fonctionnement des opérations arithmétiques


 Rappel de quelques propriétés usuelles

Propriétés Opérations concernées Exemples


La commutativité Addition ; a+b=b+a
Multiplication axb=bxa

Associativité Addition ; (a + b) + c = a + (b +
Multiplication c)
(a x b) x c = a x (b x
c)

Distributivité La multiplication est a x (b + c) = (a x b) +


distributive par rapport (a x c)
à l’addition

B3. Les quatre opérations

 Rappel de quelques techniques performantes

Opérations Techniques Commentaires


1 La règle est basée sur l’échange d’une
L’addition 29 collection de dix unités d’un ordre
+38 quelconque (base) contre une unité de
67 l’ordre immédiatement supérieur

La technique ci-contre est celle en


1
6 7 usage chez les francophones : la
différence ne change pas lorsqu’on
- 3 8 ajoute le même nombre aux deux
1 termes :
67 – 38 = (60 + (10 + 7)) – ((30 + 10)
La 2 9 + 8)
soustraction 67 – 38 = (60 – 40) + (17 – 8)

25
8
La règle utilisée est très formelle
La technique ci-contre est celle en
5 usage chez les anglo-saxons : le
1
6 7 premier terme est réécrit en utilisant les
règles de groupement.
- 3 8 67 – 38 = (50 + (10 + 7)) – (30 + 8)
67 – 38 = (50 – 30) + (17 – 8).
2 9 Cette technique est plus facile à
comprendre ; l’inconvénient est que les
ratures successives et la présence de
zéros ne facilitent pas toujours
l’effectuation de l’opération.
La technique ci-contre est celle en
usage chez les francophones : on utilise
4638 la propriété de distributivité de la
Multiplication x 75 multiplication par rapport à l’addition en
décomposant un facteur en unités,
23190 dizaines, centaines…, en calculant les
324660 produits partiel, puis leur somme.
347850 4 638 x 75
4 638 x (5 + 70)
Avec cette technique, il faut mémoriser
les retenues intermédiaires.
Les Zéros terminant les nombres à
droite indiquent les multiplications par
des dizaines, centaines…
On les remplace plus tard par des
points ou des blancs.
La technique ci-contre est celle utilisée
chez les francophones : le premier
8147 15 chiffre représentant des centaines, on
75 . cherche à encadrer 81 par deux
multiples successifs de 15.
. . 15 x 5 = 75
64 15 x 6 = 90
La division 60 5 Par rapport à 81, le chiffre des
47 centaines qui convient est 5, le chiffre
4 6 étant trop grand.
45
2
3

15 x 0 = 0 La technique ci-contre renforce la


15 x 1 = 15 connaissance de la multiplication.
15 x 2 = 30 On écrit la table de 15 et on cherche le
15 x 3 = 45 chiffre des centaines (5), celui des
15 x 4 = 60 dizaines (4) et celui des unités (3) en
15 x 5 = 75 regard des produits écrits.
15 x 6 = 90 Tous les produits calculés ne servent
15 x 7 = 105 pas forcément.
15 x 8 = 120
25
8
15 x 9 = 135

Démarche

Principes de la démarche
Les principes énoncés précédemment pour la première et pour la deuxième étape restent
toujours valables, à savoir : le principe dynamique, le principe de constructivité, le
principe de progression et le principe de variabilité (perceptuelle et mathématique).
Les Instructions officielles 691 de janvier 1978, recommandent aux enseignants de
« tenir évidemment compte de la plus grande maturité des élèves. En arithmétique, la
représentation schématique prendra le pas sur la manipulation ; le matériel devenant
vite encombrant et l’enfant maîtrisant la fonction symbolique. Les mécanismes seront
montés par la réflexion, l’explication et consolidés par de nombreux exercices. »

Etapes de la démarche
1. Proposer aux élèves des situations familières qui les obligent à s’approprier
de nouveaux outils.
2. Faire résoudre le problème individuellement puis en groupe.
Les difficultés rencontrées par les élèves doivent leur permettre de
construire les nouveaux savoirs.
3. Faire communiquer et analyser les solutions trouvées. Il s’agit des comptes-
rendus et des échanges sur les stratégies de résolution.
4. Faire retenir les solutions correctes
5. Faire analyser les solutions retenues en ayant recours à au moins une autre
situation similaire pour dégager les invariants dans les situations présentées.
6. Faire tirer la ou les règle(s) (synthèse, institutionnalisation).
7. Contrôler les acquis.
8. Faire réinvestir dans d’autres situations.

Au plan pratique la démarche se présente sous plusieurs variantes parmi lesquelles on


peut citer les deux cas suivants:

1er Cas : Faire traiter par chaque élève puis par chaque groupe d’élèves une première
situation problème jusqu’à l’étape 4 ; faire de même avec une deuxième situation
problème. Les solutions retenues pour ces deux situations feront l’objet d’une analyse
qui débouchera sur une synthèse, laquelle sera soumise à un contrôle avant le transfert.

2ième Cas : Faire traiter des situations équivalentes par des groupes différents (chaque
groupe travaillant sur une situation) et organiser ensuite la mise en commun de la
communication qui débouche sur une synthèse qui sera soumise elle aussi à un contrôle
avant le transfert.  

25
8
ACTIVITES DE MESURE
COMPETENCE DE BASE
Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle, d’aire, de volume, de durée
et de monnaie ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments conventionnels et les
opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problème de mesure et de calcul.
CRITERES
 Justesse : Les résultats des opérations sont exacts.
Pertinence : L’opération sélectionnée pour résoudre le problème est appropriée à la situation.
Autonomie : La tâche est exécutée sans aide

PALIERS DU NIVEAU 1
(Acquisition des notions fondamentales)
PALIER 1 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle et des techniques
d’utilisation d’instruments conventionnels et les opérations arithmétiques dans des situations
de résolution de problème de mesure et de calcul.
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Effectuer des mesures de 1 leçon
d’1
longueur. Mètre, multiples et
séance
Etablir les relations entre sous multiples, 1 leçon
d’1
le mètre, ses multiples et
séance
ses sous multiples.
Effectuer Périmètre du carré, 2 leçons
d’1
des mesures Calculer un périmètre. périmètre du
séance
et des rectangle, chacune
calculs sur périmètre du
les cercle.
longueurs. Côté du carré 2 leçons
d’1
25
8
longueur ou largeur séance
chacune
Calculer des dimensions. du rectangle
diamètre ou rayon
du cercle
Calculer des intervalles. Les intervalles 1 leçon
d’1
( ligne fermée,
séance
ligne ouverte ).
Effectuer Effectuer des mesures de 1 leçon
d’1
des mesures capacité. Litre, multiples et
séance
et des Etablir les relations entre sous multiples. 1 leçon
d’1
calculs sur le litre, ses multiples et
séance
les ses sous multiples.
capacités.
Effectuer Effectuer des mesures de Le kg, multiples et 1 leçon
d’1
des mesures masse. sous multiples.
séance
et des Etablir les relations entre 1 leçon
d’1
calculs sur le kg, ses multiples et ses
séance
les masses. sous multiples.
Calculer des masses Masse nette, masse 1 leçon
d’1
brute, tare
séance
Effectuer Effectuer des mesures Utilisation du 1 leçon
d’1
des mesures d’angles. rapporteur et de
séance
d’angles. l’équerre.
Le degré
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

CONTEXTE :
L’école a un projet de jardin. Le jardin a la forme d’un rectangle de 20m sur 15m. Il est
entouré d’un grillage soutenu par des poteaux espacés de 50dm et coûtant chacun
1200F. Le grillage est acheté à 800F le mètre. Un bassin de 2,5m de rayon est aménagé
au milieu du jardin. Pour arroser, il faut chaque jour puiser du bassin une quantité
d’eau correspondant à la contenance de 100 arrosoirs de 13 l chacun. L’hectolitre d’eau
coûte 10F. La fertilisation du sol nécessite 10 sacs d’engrais de 50kg chacun, vendu à
15 000 F le quintal.

25
8
Tu dois présenter le projet de jardin à des partenaires qui veulent appuyer l’école pour
l’achat du grillage, des poteaux et de l’engrais ainsi que le paiement de la facture d’eau
pour les deux premiers mois.
CONSIGNES :
Dessine le plan du jardin
Fais pour les partenaires le bilan des besoins.

PALIER 2 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle, d’aire, de
volume et de durée ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments conventionnels
et les opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problème de mesure
et de calcul.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE


SPECIFIQUES
Découvrir les Le m2, multiples et 1 leçon
d’1
mesures d’aire sous multiples.
séance

Etablir les relations 1 leçon


d’1
entre le m2, ses
séance
Effectuer des multiples et ses sous

calculs d’aires et multiples

de dimensions. Calculer l’aire et la Aire et dimension 1 leçon


d’1
dimension du carré du carré
séance

Calculer l’aire et une Aire et dimensions 1 leçon


d’1
dimension du du rectangle
séance
rectangle
Calculer l’aire et une Aire et dimensions 2 leçons
d’1
dimension du triangle du triangle
séance
chacune
Calculer l’aire et une Aire et dimensions 2 leçons
d’1
dimension du du parallélogramme
séance
parallélogramme. chacune
Calculer l’aire et la Aire et dimension 2 leçons
25
8
dimension du cercle. du cercle d’1
séance
chacune
Découvrir les Le m3 et ses sous 1 leçon
d’1
mesures de volume. multiples.
séance
Etablir les relations 1 leçon
d’1
Effectuer des entre le m3 et ses conversions
séance
calculs de sous multiples. d’unités.
volume et de
dimensions. Etablir les relations Volume, masse, 1 leçon
d’1
entre volume, capacité.
séance
capacité et masse.
Calculer la masse Masse volumique. 1 leçon
d’1
volumique.
séance
Découvrir les Unités de mesure 1 leçon
d’1
mesures de durée. de durée : an,
séance
mois, semaine,
Etablir les relations 1 leçon
jour, heure, d’1
entre les unités de
minute, seconde. séance
durée.
Effectuer des
Opérations sur les 2 leçons
calculs de durée d’1
Effectuer des calculs nombres
et de distances. séance
de durée. complexes : chacune
addition et
soustraction.

Mouvements 2 leçons
d’1
Effectuer des calculs uniformes :
séance
portant sur les distance parcourue, chacune
mouvements vitesse moyenne,
uniformes. durée du parcours.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

Contexte :
Dans le cadre de Défi mathématique, un maître propose le problème suivant :

25
8
Pour aménager un terrain de sport de 30m de long et de 15m large, une directrice a
commandé du sable vendu à 2500F le m3. Il faut 50 dm3 de sable pour couvrir 1 m2 de
terrain. La directrice a aussi recruté un ouvrier pour faire le travail. L’ouvrier a travaillé
pendant 4 jours de 7h30 à 14h à raison de 400F l’heure.
Calculez :
- Le prix du sable
- La paie de l’ouvrier
- Le coût total de l’aménagement du terrain
Consigne :
Lis le problème et résous-le.

PALIER 3 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle, d’aire, de
volume, de durée et de monnaie ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments
conventionnels et les opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problème
de mesure et de calcul.
APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE


Effectuer des calculs Budget familial : 1 leçon
d’1
Effectuer portant sur le budget gain, dépense,
séance
des calculs familial. économie, dette.
portant sur Effectuer des calculs Prix d’achat, prix de 1 leçon
d’1
la monnaie. portant sur les prix. revient, prix de
séance
vente, perte,
bénéfice, frais.
Résoudre des problèmes Parts égales 1 leçon
d’1
Résoudre de partage en parts
séance
des égales.
problèmes Résoudre des problèmes parts inégales : 1 leçon
d’1
de partage. de partage en parts part multiple, tant
séance
inégales. de plus/tant de
moins.
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )
Situation 1 :
Contexte :

25
8
A la fin du mois, maman qui a un gain de 162 550F te demande de l’aider à gérer le
budget de la famille. Voici les dépenses à effectuer :
- Facture d’eau : 12 000F
- Facture d’électricité : 23 700F
- Médicament : 20 400F
- Coût de la nourriture : 3/5 du salaire
- Prix d’achat du mouton de Tabaski : 70 000 F
- Coût de l’alimentation du mouton : 7 000 F
Ton frère et ta soeur doivent participer pour compléter ce qui manque ; ton frère donne
16 080F de plus que ta sœur.
Consignes :
-Calcule ce qui manque pour effectuer l’ensemble des dépenses de la famille.
-Calcule la part de ton frère et de celle de ta sœur.

Situation 2 :
Contexte :
Pour importer un container, père Modou et ses trois fils prévoient 1 750 000F. Père
Modou donne les 2/5 et ses 3 enfants participent à parts égales pour le reste. Le bilan des
dépenses se présente comme suit :
- prix du container : 1 450 000F
- frais de transport : 150 000F
- frais de manutention : 50 000F
- taxe à la douane : 100 000F
Après la vente des marchandises, père Modou et ses enfants encaissent 1 600 000F.
Consignes :
Trouve :
- La participation de père Modou et de celle de chacun de ses fils.
- Le prix de revient des marchandises importés
- Le montant de la perte ou du bénéfice.

critères Indicateurs notes

25
8
4 ou 5 résultats justes 4
3 résultats justes 3
2 résultats justes 2
1 résultat juste 1
Justesse
Aucun résultat juste 0
4 ou 5 opérations correctement choisies 4
3 opérations correctement choisies 3
2 opérations correctement choisies 2
Pertinence
1 opération correctement choisie 1
Aucune opération correctement choisie 0
Sans aide 2
Avec aide 1
Autonomie

25
8
PALIERS DU NIVEAU 2
( Approfondissement des notions acquises au niveau 1 )
PALIER 4 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle et des techniques
d’utilisation d’instruments conventionnels et les opérations arithmétiques dans des situations
de résolution de problème de mesure et de calcul.
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Effectuer des mesures de 1 leçon
d’1
longueur. Mètre, multiples et
séance
Etablir les relations entre sous multiples, 1 leçon
d’1
le mètre, ses multiples et
séance
ses sous multiples.
Effectuer Périmètre du carré, 2 leçons
d’1
des mesures Calculer un périmètre. périmètre du
séance
et des rectangle, chacune
calculs sur périmètre du
les cercle.
longueurs. Côté du carré 2 leçons
d’1
longueur ou largeur
séance
Calculer des dimensions. du rectangle chacune
diamètre ou rayon
du cercle
Calculer des intervalles. Les intervalles 1 leçon
d’1
(ligne fermée, ligne
séance
ouverte ).

Calcul d’une 1 leçon


d’1
dimension réduite.
séance
Calcul d’une

25
8
Calculer une échelle. dimension réelle.
Calcul de l’échelle.
Effectuer Effectuer des mesures de 1 leçon
d’1
des mesures capacité. Litre, multiples et
séance
et des Etablir les relations entre sous multiples. 1 leçon
d’1
calculs sur le litre, ses multiples et
séance
les ses sous multiples.
capacités.
Effectuer Effectuer des mesures de Le kg, multiples et 1 leçon
d’1
des mesures masse. sous multiples.
séance
et des Etablir les relations entre 1 leçon
d’1
calculs sur le kg, ses multiples et ses
séance
les masses. sous multiples.
Calculer des masses Masse nette, masse 1 leçon
d’1
brute, tare
séance
Effectuer Effectuer des mesures Utilisation du 1 leçon
d’1
des mesures d’angles. rapporteur et de
séance
d’angles. l’équerre.
Le degré
ACTIVITES D’INTÉGRATION ET DE REMEDIATION
Contexte
Un camion citerne vide pèse 7 tonnes ; plein d’eau il pèse 18,55 t. Ce camion doit ravitailler
un quartier comprenant 93 familles. Chaque famille a besoin de 75 litres en moyenne par jour.
Le camion doit aussi ravitailler le jardin scolaire du quartier qui a la forme d’un trapèze
rectangle avec une allée de 0, 80 m dans le sens de la hauteur. Les dimensions du trapèze
sont : 22 m pour la grande base, 13 m pour la petite base et 12 m pour la hauteur.
Pour l’arrosage du jardin il faut 1470 litres.
Consigne
- Fais le dessin du jardin à l’échelle 1/400
-Trouve la quantité d’eau qui reste dans le camion après le ravitaillement des familles et du
jardin.

PALIER 5 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle, d’aire, de
volume et de durée ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments conventionnels et les
opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problème de mesure et de calcul.
25
8
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS CONTENUS DUREE
SPECIFIQUES
Le m2, multiples et 1 leçon
d’1
Etablir les relations sous multiples,
séance
entre le m2, ses conversion d’unités
Effectuer des multiples et ses sous
calculs d’aires et multiples.
de dimensions. Calculer l’aire et la Aire et dimension 1 leçon
d’1
dimension du carré du carré
séance
Calculer l’aire et une Aire et dimensions 1 leçon
d’1
dimension du du rectangle
séance
rectangle
Calculer l’aire et une Aire et dimensions 1 leçon
d’1
dimension du triangle du triangle
séance
Calculer l’aire et une Aire et dimensions 1 leçon
d’1
dimension du du parallélogramme
séance
parallélogramme.
Calculer l’aire et la Aire et dimension 1 leçon
d’1
dimension du cercle. du cercle
séance
Calculer l’aire et la Aire et dimensions 1 leçon
d’1
dimension du du losange
séance
losange.
Calculer l’aire et la Aire et dimensions 1 leçon
d’1
dimension du du trapèze
séance
trapèze.
Calculer des aires Aires augmentées 2 leçons
d’1
diminuées ou (encadrement) et
séance
augmentées. diminuées chacune
(bordures, allées).
Etablir les relations Le m3 et ses sous 1 leçon
d’1
entre le m3 et ses multiples,
séance
sous multiples. conversions
Effectuer des d’unités.

25
8
calculs de
volume et de Calculer le volume et Volume du cube. 1 leçon
d’1
dimensions. l’arête du cube. Arête du cube.
séance
Calculer le volume et Volume du pavé 1 leçon
d’1
les dimensions du droit.
séance
pavé droit. Surface de base,
hauteur, longueur,
largeur.
Calculer le volume et Volume du cylindre. 1 leçon
d’1
les dimensions du Surface de base,
séance
cylindre. hauteur, rayon.
Etablir les relations Volume, masse, 1 leçon
d’1
entre volume, capacité.
séance
capacité et masse.
Calculer la masse Masse volumique. 1 leçon
d’1
volumique.
séance
Etablir les relations Unités de mesure 1 leçon
d’1
entre les unités de de durée : an,
séance
durée. mois, semaine,
Effectuer des jour, heure,
calculs de durée minute, seconde.
et de distances. Opérations sur les 2 leçons
d’1
Effectuer des calculs nombres
séance
de durée. complexes : chacune
addition,
soustraction,
multiplication et
division.
Effectuer des calculs Mouvements 1 leçon
d’1
portant sur les uniformes :
séance
mouvements distance parcourue,
uniformes. vitesse moyenne,
durée du parcours.
Représenter Représentation 1 leçon

25
8
graphiquement un graphique d’1
séance
mouvement
uniforme.
Effectuer des calculs Le débit. 1 leçon
d’1
portant sur le débit.
séance
ACTIVITES D’INTÉGRATION ET DE REMEDIATION
Contexte
Un camion rempli de poissons fait un voyage entre le port de pêche distant de 45 km des
ateliers de séchage Le camion quitte le port à 6h 30mn et roule à la vitesse moyenne de 60
km/h. La partie frigorifique du camion a la forme d’un parallélépipède rectangle qui a 4 m de
longueur, 2,5 m de largeur et 2 m de hauteur. 1 m 3 de ce poisson pèse en moyenne 750kg.
Après débarquement, les poissons sont étalés équitablement sur 3 séchoirs A, B, C (voir
dessin ci-dessous). Le séchoir A a la forme d’un rectangle, le séchoir B la forme d’un cercle et
le séchoir C la forme d’un losange.

10m 15m
10m
C A 20m B
ABC

Consignes :
Trouve l’heure d’arrivée du camion.
Trouve la masse de poissons étalée sur chaque m2 de séchoir.

PALIER 6 : Intégrer les notions de longueur, de capacité, de masse, d’angle, d’aire, de
volume, de durée et de monnaie ainsi que des techniques d’utilisation d’instruments
conventionnels et les opérations arithmétiques dans des situations de résolution de problème
de mesure et de calcul.

APPRENTISSAGES PONCTUELS

25
8
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Effectuer des calculs Budget familial : 1 leçon
d’1
portant sur le budget gain, dépense,
séance
familial. économie, dette.
Effectuer des calculs Prix d’achat, prix de 1 leçon
d’1
portant sur les prix. revient, prix de
séance
Effectuer vente, perte,
des calculs bénéfice, frais.
portant sur Découvrir la notion de Notion de 1 leçon
d’1
la monnaie. pourcentage. pourcentage
séance
Calcul d’un
pourcentage.
Trouver une grandeur 1 leçon
d’1
connaissant son Calcul d’une
séance
pourcentage. grandeur.
Calculer un intérêt. Intérêt annuel, 1 leçon
d’1
intérêt rapporté à
séance
une durée.
Calculer le capital placé. Intérêt, calcul du 1 leçon
d’1
capital.
séance
Calculer le taux de Calcul du taux 1 leçon
d’1
placement.
séance
Calculer la durée de Calcul de la durée 1 leçon
d’1
placement d’un capital. d’un placement.
séance
Résoudre des problèmes 1 leçon
d’1
de partage en parts Parts égales
séance
Résoudre égales.
des Résoudre des problèmes parts inégales : 1 leçon
d’1
problèmes de partage en parts part multiple, tant
séance
de partage. inégales. de plus/tant de
moins.
Résoudre des problèmes Partages 1 leçon
d’1
de partage en parts proportionnels :
séance
proportionnelles. deux parts,

25
8
plusieurs parts.
Notion de 1 leçon
d’1
Calculer une Calculer une moyenne. moyenne.
séance
moyenne. Masse moyenne,
capacité moyenne,
taille moyenne etc.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Situation1
Contexte :
Abdou, Birame et Khady veulent ouvrir une quincaillerie. Il leur faut 1 250 000F comme
fonds de départ. Les trois décident de mettre en commun leurs moyens pour commencer
d’abord par un petit commerce de bétail. Abdou donne 198 500F ; Birame donne le triple de
la somme donnée par Abdou ; Khady donne 315 500F de moins que Birame. La somme
obtenue est placée à la banque pendant un an, au taux de12%.
Le capital et les intérêts ainsi obtenus sont totalement dépensés pour l’achat du bétail dont la
vente a rapporté un bénéfice égale à 405 040F de plus que les intérêts. Après les dépenses
effectuées pour l’ouverture de la quincaillerie, la somme qui reste doit être répartie entre les
trois amis dans les proportions suivantes : 16% pour Abdou, 50% pour Birame et 34% pour
Khady.
Khady, Abdou et Birame n’ayant pas fait l’école, te demandent de les aider à faire les calculs
nécessaires.
Consigne :
Trouve ce que chacun d’eux recevra après l’ouverture de la quincaillerie.
Situation2
Contexte :
Au début de l’année scolaire la coopérative de ton école a un fonds de caisse de 25 000F. Pour
organiser une kermesse à la fin de l’année, l’école demande une aide à l’APE et à la
commune. L’APE donne trois fois le montant du fonds de caisse et la commune 6 fois. La
coopérative place tout cet argent dans une banque pendant 6 mois au taux annuel de 10%.
Avant la kermesse le bureau de la coopérative se réunit. Il décide de retirer l’argent de la
banque et d’utiliser une partie dans l’organisation de la kermesse. Trois jours après la
kermesse, il se réunit de nouveau pour faire le bilan qui se présente comme suit :
- Frais d’organisation : 15 000F
- Achat des articles vendus dans les stands : 161 000F
- Achat de 5 caisses de boisson : 24 000F
- Achat des carnets de billets d’entrée : 10 000F
- Recettes provenant de la vente des articles, des billets d’entrée et de la boisson : 260
000F.
Une partie des recettes est utilisée pour acheter 10 livres de calcul, 8 livres de lecture et 7
livres de grammaire.

Pour informer tous les élèves de l’école le président du bureau te demande de calculer :  
- le montant du capital et de l’intérêt réunis au moment du retrait de l’argent de la
banque
- la somme non utilisée dans l’organisation de la kermesse
- le bénéfice réalisé
- le prix moyen d’un livre si le bénéfice a été utilisé
Consigne :

25
8
Fais les calculs demandés.

critères Indicateurs notes


8 à 10 résultats justes 4
5 à 7 résultats justes 3
2 à 4 résultats justes 2
1 résultat juste 1
Justesse
Aucun résultat juste 0
8 à 10 opérations correctement choisies 4
5 à 7 opérations correctement choisies 3
2 à 4 opérations correctement choisies 2
Pertinence
1 opération correctement choisie 1
Aucune opération correctement choisie 0
Sans aide 2
Avec aide 1
Autonomie

INFORMATIONS DIDACTIQUES.
Notion clé :
Grandeur et mesure :
Il y a quelque difficulté à définir la notion de grandeur physique et l’on s’en tiendra à
l’acception selon laquelle une grandeur physique est toute quantité mesurable ou
repérable à l’aide d’un instrument arbitraire (mesurage) ou conventionnel (mesure).
Il est possible de comparer et de mesurer des objets ou des phénomènes sous certains
rapports fixés. Mesurer une grandeur, c’est lui associer un nombre, l’unité de mesure
étant ce qu’on appelle couramment l’étalon qui est choisi suivant certains critères.
Ainsi parle-t-on de longueur, de capacité, de masse d’un objet, de durée d’un
phénomène, de valeur d‘une monnaie, etc.

La notion de mesure suppose :


- la capacité de considérer des objets sous le rapport d’une grandeur particulière ;
- l’invariance de cette grandeur pour chaque objet quels que soient la disposition,
l’éloignement, etc. ;

25
8
- la capacité de comparer deux objets si c’est possible (comparaison directe), sinon
la capacité de comparer deux objets à un troisième (comparaison indirecte avec
un élément de référence arbitraire ou conventionnel) ;
- la capacité de reporter cet intermédiaire (unité) ou de le subdiviser (comparaison
indirecte à l’aide d’un système d’éléments de référence non structuré ou
structuré).
- la capacité d’associer un nombre qui sera la mesure de cet objet par rapport à
cette unité.
L’enseignant devra à toutes les étapes s’interroger sur le cheminement didactique le
plus pertinent. Aussi ne perdra-t-il pas de vue que pour accéder à une activité de
mesure, l’élève doit, de manière incontournable, être engagé à un travail préalable
sur les grandeurs.
En conséquence, à la troisième étape, l’enseignant doit savoir que c’est de manière
progressive, par des actions de comparaison directe ou indirecte, puis de classement,
que l’élève s’approprie le concept de grandeur. De fréquentes manipulations ayant
pour objet la résolution de problèmes de recherche, permettront l’émergence des
notions de référence, d’étalon, de rapport de grandeur etc. La construction de ces
compétences engage l’enseignant à inscrire son action dans une transversalité et à
profiter des diverses occasions de la vie de la classe pour y ancrer des savoirs, des
savoir faire et des savoir être.
En somme, il aura toujours à l’esprit, plus particulièrement pour cette étape,
que « l’essentiel des activités concerne la résolution de problèmes ‘’concrets’’, réels
ou évoqués, en utilisant des procédés directs, des instruments de mesure , des
estimations ou des informations données avec les unités usuelles. Les activités
scientifiques et technologiques fournissent un champ d’application privilégié pour ce
domaine ».
Les conditions de la réussite passent donc par une pratique systématique de
manipulations organisée autour d’activités de comparaison, de classement et de
rangement permettant de cheminer dans une logique de construction du sens vers
des activités de mesure, pour accéder enfin à une utilisation de formules.
Louis Legrand est plus précis lorsqu’il dit : « …si l’activité effective de mesure n’est
pas suffisante pour créer une structure logique, elle lui est à coup sûr nécessaire.
Sans elle l’enseignement ne saurait que monter des mécanismes verbaux.
Pratiquement, il est indispensable de ne pas considérer la mesure effective par
chaque élève comme une simple illustration facultative d’une leçon, mais au
contraire de la regarder comme la substance même de l’apprentissage. Il est
indispensable que chaque élève mesure avec le mètre, le litre, le kilogramme, leurs
multiples et sous multiples ; il faut qu’ils construisent des surfaces, des volumes,
qu’ils mesurent surfaces et volumes, et cela de façon permanente tout au long de la
scolarité. L’apprentissage mécanique des conversions ne doit être qu’une application
de cette infrastructure indispensable ».

Démarche
Principes
Il convient de tenir compte des orientations contenues dans le guide pédagogique des
classes pilotes, à savoir :
«  Ce n’est plus l’étude du système métrique conçu comme le système décimal des poids
et mesures ayant le mètre comme base institué en France en 1795 et adopté par de
nombreux pays. Un enseignement dans ce sens semble aujourd’hui dépassé, il s’agit en
fait de viser comme objectif principal non plus la familiarisation avec les unités légales,
mais l’initiation de l’élève à la mesure avec l’utilisation du système international de
mesure par des activités concrètes effectives ».

25
8
Dans la même logique, Louis LEGRAND soutient qu’« il est indispensable de ne pas
considérer la mesure effective par chaque élève comme une simple illustration
facultative d’une leçon, mais au contraire de la regarder comme la substance même de
l’apprentissage ».
L’activité de mesure doit être motivée par un besoin lié aux nécessités de la vie
quotidienne. L’approche doit donc être fonctionnelle. Dans ce cadre, les activités
suivantes sont suggérées à l’enseignant(e) :
1. Activité de mesure avec les instruments étalonnés : pesage, chronométrage,
comparaison de longueurs, transactions commerciales dans des situations réelles
ou simulées
2. Activités de conversion
Etapes de la démarche: (pour l’étude des grandeurs)

Le processus peut comporter les étapes suivantes 


1. La mise en situation qui fait apparaître la nécessité d’utiliser un instrument de
mesure ;
2. La recherche et l’utilisation d’outils et de techniques adaptés ;
3. La communication qui consiste à rendre compte des démarches utilisées et des
résultats obtenus, résultats exprimés par un nombre suivi d’une unité.
4. L’analyse de l’unité conventionnelle :
- découverte de la nouvelle unité ;
- emploi de la nouvelle unité pour effectuer d’autres mesures ;
- comparaison à d’autres unités etc.
5. Contrôle et transfert :
Activités de mesure multiples et variées.

La notion d’aire : quelques considérations sur la progression


A la troisième étape, nous proposons de mettre progressivement en place des activités
effectives de mesures au cours desquelles l’élève pourra donner du sens au concept
d’aire.
Pour ce faire la progression suivante est suggérée :

a) comparer, mesurer, estimer des grandeurs ;

L’enseignant veillera à mettre les élèves en situation de comparer des objets, à différencier
leur aspect, leur volume et leur masse. Il les amènera ainsi à constater que :

- deux objets de même matériau mais de forme différentes peuvent avoir la même

masse ;

- deux objets de volumes différents peuvent avoir la même masse ;

- les objets les plus volumineux ne sont pas toujours les plus lourds…

Ils seront également mis en situation de mesurer les masses d’objets à l’aide d’une balance de
Roberval et de masses marquées, de résoudre des problèmes d’estimation de masses et de
pesées.

b) une première mise en place du concept d’aire

25
8
Ici les élèves pourront avoir une première approche de la notion d’aire en développant des
procédures de comparaison d’aire de rectangles (inclusion directe ou indirecte) sans faire
intervenir la mesure et en rejetant d’autres critères tels que la longueur ou le périmètre.

c) différenciation des notions d’aire et de périmètre

Il s’agit, d’une part, d’étendre à des figures quelconques le critère de comparaison des aires
déjà appliqué au rectangle, et d’autre part, de faire la distinction entre aire et périmètre en
faisant comprendre que deux figures peuvent avoir la même aire sans avoir le même
périmètre ou avoir le même périmètre sans avoir la même aire.

d) une approche de la mesure d’aire

Dans des situations où les figures géométriques à comparer ont des formes très différentes,
procéder par découpage et superposition n’est plus efficace pour comparer leur aire.

Dès lors il est plus pertinent de :

- représenter chaque figure sur un fond quadrillé pour évaluer son aire ;

- associer à cette aire un nombre de carreaux : sa mesure ;

- tenir compte des fractions de carreaux occupées par une partie de la surface de chaque

figure.

e) la notion d’unité d’aire.

Ici on se propose d’approfondir la notion d’unité d’aire en amenant les élèves à prendre
conscience que le carreau n’est pas la seule unité de mesure. Les élèves sont mis dans une
situation d’identification d’unité d’aire. Pour cela la démarche suivante est adoptée :

- présenter une figure géométrique et leur donner la mesure de l’aire ;

- leur demander de dire avec quelle unité la mesure a été effectuée.

Il s’agit de faire établir intuitivement la correspondance entre les unités de mesure d’aire et les
unités de mesure de longueur.

25
8
ACTIVITES DE RESOLUTION DE PROBLEME

Compétence de base 
Intégrer des données, des consignes et des questions d’un énoncé mathématique ainsi que les
démarches de raisonnement dans des situations de recherche de solutions appropriées.

CRITERES

Pertinence : les stratégies proposées sont appropriées.


Cohérence : les différents éléments de la démarche s’enchaînent de manière logique
Autonomie : le contrôle s’effectue sans aide

PALIER 1
Intégrer des données, des consignes et des questions dans des situations d’analyse d’énoncés
mathématiques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Identifier Identifier les données d’un Types de données : 1 leçon
d’1
et énoncé. utiles, inutiles,
séance
organiser manquantes
les Types de données : 2 leçons
d’1
données Organiser les données d’un utiles, inutiles,
séance
d’un énoncé. manquantes. chacune
énoncé.

25
8
Consignes 2 leçons
d’1
Traiter les Identifier et organiser les Questions finales
séance
consignes, consignes, les questions. Questions chacune
les intermédiaires.
questions Formuler des questions Enoncés. 2 leçons
d’1
d’un pour compléter un énoncé. Questions finales.
séance
énoncé. Questions chacune
intermédiaires.
Lire des données sur un Tableaux, 2 leçons
d’1
schéma, un graphique, un graphiques,
séance
Interpréte tableau. schémas chacune
r un
énoncé. Représenter un problème, 2 leçons
d’1
un énoncé à l’aide d’un Tableaux,
séance
dessin. graphiques, chacune
schémas.
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

Situation 1
Contexte :
Avant de régler une facture d’électricité qui s’élève à 20 350F, papa doit d’abord payer son
bon de ravitaillement à la boutique. Le 30 / 05 / 2007, il a pris : un sac de riz à 12 500F, 12 l
d’huile à raison de 850F le litre, 5 sachets de lait à 1400F l’un et 4 pots de tomate d’une
valeur de 4000F. Le 04 / 06 / 2007, il prend le reste du ravitaillement : 6 paquets de sucre à
3900 F le tout ; 12 morceaux de savon à 275F le morceau. Avant d’aller payer le
ravitaillement papa te donne le formulaire suivant avec une consigne
N° Désignation Quantité Prix Prix total
unitaire
1 ……………… ……………… ……………… ………………
2 ……………… ……………… ……………… ………………
3 ……………… ……………… ……………… ………………
4 ……………… ……………… ……………… ………………
5 ……………… ……………… ……………… ………………
6 ……………… ……………… ……………… ………………
Total ………………

25
8
Consigne :
- Ecris la consigne que te donne papa
- Exécute la consigne donnée par Papa

PALIER 2
Intégrer des données, des consignes et des questions d’un énoncé mathématique ainsi que les
démarches de raisonnement dans des situations de recherche de solutions appropriées
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Données 2 leçons
d’1
numériques :
séance
Construire Construire un énoncé à (factures, tableaux, chacune
un partir de données. schémas,
énoncé. graphiques …)
Informations non

25
8
numériques.
Construire un énoncé à Solutions de 2 leçons
d’1
partir d’une résolution. problèmes
séance
chacune
Trouver Types d’erreurs : 2 leçons
d’1
et corriger erreur de calcul,
séance
l’erreur Trouver et corriger l’erreur erreur de chacune
dans une dans une résolution. raisonnement,
résolution. erreur d’application
de règles ou de
formules.
Raisonner sans les données 2 leçons
d’1
Proposer numériques avec la Démarche
séance
une démarche progressive. progressive. chacune
procédure
de Raisonner sans les données 2 leçons
d’1
résolution numériques avec la Démarche
séance
de démarche régressive. régressive. chacune
problème.
ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )
Situation d’intégration
Contexte
Tu encadres ton jeune frère qui est au CE2. Tu lui proposes un énoncé à partir des données
suivantes : un panier de 20kg de mangues ; le prix d’achat d’un panier : 3750 F ; le prix de
vente de la moitié du panier : 250 F le kg ; prix de vente du reste : 170 F le kg.

Voici la résolution proposée par ton frère :


Le prix de vente des 10 kg de mangues est :
250F X 10 = 1050 F
Le prix de vente du reste :
250F X 10 = 2500
Le prix de vente des 20Kg
1050F + 2500 = 3550F
Le bénéfice est de :
3750 F – 3550 F = 200 F

25
8
Consigne
- Construis l’énoncé correspondant aux données et à la résolution proposée par ton frère
- Trouve les erreurs dans la résolution proposée par ton frère
Situation d’évaluation
Contexte
Tu joues au défi mathématique avec ton camarade. Chacun essaie de construire un problème
que l’autre ne pourra pas résoudre.
Consignes
Propose un énoncé comportant des données utiles et inutiles ainsi que tous les types de
questions.
Donne la solution de ton problème.

Critères Indicateurs notes


4 types de données et/ou questions 4
appropriés.
3 types de données et/ou questions 3
Pertinence appropriés.

(données utiles, données 2 types de données et/ou questions 2


inutiles, questions appropriés.
intermédiaires et question
finale appropriées) 1 type approprié. 1
Solution et énoncé en lien 4
Enoncé et solution logiques 3
Cohérence
Enoncé ou solution (l’un des deux) 2
cohérent.

Aucun lien 0
Sans aide 2
Autonomie
Avec aide 1

25
8
PALIERS POUR LE CM2
PALIER 3
Intégrer des données, des consignes et des questions dans des situations d’analyse d’énoncés
mathématiques.
APPRENTISSAGES PONCTUELS
OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE
Identifier Identifier et organiser les 2 leçons
d’1
et données d’un énoncé. Types de données :
séance
organiser utiles, inutiles, chacune
les manquantes.
données
d’un
énoncé.
Consignes 2 leçons
d’1
Traiter les Identifier et organiser les Questions finales
séance
consignes, consignes, les questions. Questions chacune
les intermédiaires.

25
8
questions Formuler des questions Enoncés. 2 leçons
d’1
d’un pour compléter un énoncé. Questions finales.
séance
énoncé. Questions chacune
intermédiaires.
Lire des données sur un 2 leçons
d’1
Interpréte schéma, un graphique, un Tableaux,
séance
r un tableau. graphiques, chacune
énoncé. schémas
Représenter un problème, 2 leçons
d’1
un énoncé à l’aide d’un Tableaux,
séance
dessin. graphiques, chacune
schémas.

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )


Situation1
Contexte :
Tu représentes ton équipe à la réunion préparatoire de la finale des compétitions sportives de
l’école. Les informations suivantes sont données :
ACTIVITES HEURES
Installation des officiels 16 h
Présentation des équipes 16 h 30
Coup d’envoi …………
……………… 17 h 30
Pause 15 mn
Fin deuxième mi-temps 18h 15
Remise des trophées 19 h
Tu dois informer tes camarades sur la durée du match.
Consignes :
Pose toutes les questions utiles pour informer correctement tes camarades.
Indique la durée du match.

25
8
PALIER 4
Intégrer des données, des consignes et des questions d’un énoncé mathématique ainsi que les
démarches de raisonnement dans des situations de recherche de solutions appropriées

APPRENTISSAGES PONCTUELS

OA OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS DUREE


Données 2 leçons
d’1
numériques :
séance
Construire Construire un énoncé à (factures, tableaux, chacune
un partir de données. schémas, graphiques
25
8
énoncé. …)
Informations non
numériques.
Construire un énoncé à Solutions de 2 leçons
d’1
partir d’une résolution. problèmes
séance
chacune
Trouver Types d’erreurs : 2 leçons
d’1
et corriger erreur de calcul,
séance
l’erreur Trouver et corriger l’erreur erreur de chacune
dans une dans une résolution. raisonnement,
résolution. erreur d’application
de règles ou de
formules.
Raisonner sans les 2 leçons
d’1
Proposer données numériques avec Démarche
séance
une la démarche progressive. progressive. chacune
procédure
de Raisonner sans les 2 leçons
d’1
résolution données numériques avec Démarche
séance
de la démarche régressive. régressive. chacune
problème.
Construire et appliquer Démarches et outils 2 leçons
d’1
Vérifier des outils de vérification. de vérification.
séance
des chacune
Communiquer une solution. Démarches et outils 2 leçons
solutions
de communication. d’1
séance
chacune

ACTIVITES D’INTEGRATION ET DE REMEDIATION ( 2 séances )

Situation d’intégration
Contexte :
À la composition, le problème suivant a été donné à ton ami d’une autre classe.
Une école comprend :
- 1 classe de CI de 35 élèves dont 23 filles ;

25
8
- 1 classe de CP de 37 élèves dont 17 filles ;
- 2 classes de CE de 42 élèves chacune ;
- 2 classes de CM de 45 élèves chacune.
Les 6 maîtres organisent avec leurs élèves une séance de projection de film dans une salle de
cinéma où sont installées 260 chaises. Au dernier moment, 12 élèves sont absents.
Réponds aux questions suivantes après les avoir rangées dans le bon ordre.
 Combien de chaises devaient rester inoccupées ?
 Combien y a-t-il d’élèves dans l’école ?
 Combien y a-t-il de personnes dans l’école ?
 Combien y a-t-il finalement de chaises inoccupées ?
Voici la solution proposée par ton ami :
Je range les questions dans le bon ordre
 Combien de chaises devaient rester inoccupées ?
 Combien y a-t-il d’élèves dans l’école ?
 Combien y a-t-il de personnes dans l’école ?
 Combien y a-t-il finalement de chaises inoccupées ?

Le nombre d’élèves de CE est :


42 élèves x 2 = 84 élèves
Le nombre d’élèves de CM est :
45 élèves x 2=90 élèves
Le nombre total d’élève est :
35 élèves + 23 élèves+ 37 élèves+17élèves + 84 élèves+90 élèves= 286 élèves
Le nombre de personnes dans l’école est :
286 +6= 292
Le nombre de chaises finalement inoccupées est :
292 – 12 = 280
Consigne :
Vérifie la solution et corrige la si nécessaire.
Situation d’évaluation
Contexte
Dans le cadre de Défi mathématique tu as proposé à ton camarade un énoncé comportant des
données utiles et inutiles ainsi que tous les types de questions. Il ne peut pas résoudre le
problème.

Consignes
- Donne l’énoncé que tu as proposé
- Donne la solution à ton camarade et explique lui la démarche utilisée.

25
8
critères Indicateurs notes
4 types de données et/ou questions 4
appropriés.
3 types de données et/ou questions 3
Pertinence appropriés.

(données utiles, données 2 types de données et/ou questions 2


inutiles, questions appropriés.
intermédiaires et question
finale appropriées) 1 type approprié. 1
Solution, énoncé et explication en lien 4
Enoncé, solution et explication logiques 3
Cohérence
Enoncé, solution et/ou explication (deux 2
des trois éléments) cohérents.

Enoncé, solution ou explication (l’un des 1


trois éléments) cohérent

Aucun lien 0
Sans aide 2
Autonomie
Avec aide 1

INFORMATIONS DIDACTIQUES

NOTIONS CLE :
Le raisonnement mathématique
Une des finalités de l’enseignement des mathématiques est la formation du raisonnement qui
comporte deux phases successives :
- la conscience du problème, c’est la construction de la représentation de la situation, la
compréhension du problème.
- la résolution du problème :( la construction et l’exécution de la procédure sont appelées
stratégie de résolution.)
Ainsi, les problèmes constituent des moyens privilégiés de formation à ce raisonnement.
Les différents objets d’enseignement apprentissage en résolution de problèmes découlent de
ces deux aspects du raisonnement.
Un travail systématique peut être entrepris sur des données des problèmes et sur les
questions/consignes pour améliorer les compétences des élèves en lecture/ compréhension
d’énoncés. Cette activité systématisée permettra à l’enseignant(e) de varier sans cesse les
énoncés(avec ou sans question, avec données manquantes ou en surnombre, dans un ordre
quelconque…) . Dans le même ordre d’idées, l’enseignant(e) pourra faire inventer et rédiger
des énoncés correspondant à des écritures mathématiques données. Ce faisant, les élèves
deviennent plus sensibles à ces formes d’énoncés par opposition aux énoncés canoniques

25
8
(classiques) et à leurs pièges. Rappelons, ici, ce fameux problème d’entrée en 6ème où des
candidats habitués à employer tous les nombres figurant dans un énoncé de problème, ont
utilisé la marque d’un véhicule 404 dans leurs solutions. La conclusion qu’on en tire est que
l’élève ne peut pas aborder de manière correcte les problèmes s’il n’est pas habitué à lire et à
analyser des énoncés variés.
De la même manière, des objets ayant trait spécifiquement au raisonnement seront
développés pour former les élèves dans les stratégies de résolution. Dans les IO de 78, il était
déjà précisé que, «  au lieu de s’employer à passer en revue différents types( de problèmes) et
de faire retenir leurs solutions, il faut fournir à l’élève des modes de pensée capables de
s’employer à des situations imprévues… » Aux yeux du législateur, ce sera soit par la
méthode analytique ou régressive, soit par la méthode synthétique ou progressive. Nous
faisons de ces méthodes des objets spécifiques d’enseignement. Les élèves devront donc être
habitués à comprendre que résoudre un problème, c’est analyser la situation et les
informations données, dégager éventuellement les chaînes de situations élémentaires, les
schématiser afin de mettre en évidence les relations mathématiques, utiliser ces relations et
leurs propriétés pour en déduire la ou les solutions recherchées.
Les instructions officielles suggèrent deux démarches qu’il convient de rappeler parce
qu’étant encore fort utiles : la démarche analytique ou régressive et la démarche progressive
 La démarche analytique
Elle consiste à partir des inconnues pour mieux fixer dans l’esprit les relations qu’indique
l’énoncé. Elle fait un double chemin :
- dans le raisonnement, elle va de la question posée aux données ;
- dans la solution, inversement, il s’agira d’aller des données à la question posée.
 La démarche progressive
Elle consiste à amener l’enfant à bien se représenter l’énoncé, à en suivre pas à pas le
développement. Dans une telle démarche on fait deux fois le même chemin qui conduit des
données à la solution :
- une première fois on raisonne d’une façon générale sans s’occuper des nombres ;
- une deuxième fois, on entre dans l’étude du cas particulier, on opère et on calcule.
Le tableau qui suit nous donne une schématisation des deux démarches
Méthode analytique ou régressive Méthode synthétique
ou progressive
Données Raisonnement Raisonnement
Solution Solution

Démarche
 Principes

25
8
La démarche que nous proposons se fonde sur trois hypothèses qui nous viennent de la
conception socio cognitiviste de l’apprentissage, à savoir :
1. La construction des connaissances se fonde sur l’activité intellectuelle de l’élève ;
2. C’est en terme d’obstacles qu’il faut penser l’apprentissage. Il se crée souvent une
situation conflictuelle entre anciens et nouveaux savoirs, entre représentations
antérieures et nouvel apprentissage (on parle alors de conflit cognitif) ;
3. L’apprentissage est facilité par l’interaction sociale, les échanges/ débats entre
pairs (conflit socio cognitif).

Des études psychologiques ont révélé que la capacité de résoudre des problèmes apparaît
tardivement et que la difficulté d’abstraire et de se mouvoir dans l’abstraction constitue un
obstacle à l’entraînement au raisonnement mathématique. Aussi Louis Legrand recommande-
t-il entre autres le respect du principe suivant : « pour qu’un problème soit compris à l’école
élémentaire, il faut d’abord qu’il soit vécu. » Les situations sur lesquelles portent les
problèmes peuvent être issues de la classe, de la vie courante, des jeux, etc.
Dans cette logique il est indiqué, dans le cheminement vers l’abstraction, de respecter la
progression suivante :
- au CI/CP, manipulation;
- au CE, manipulation conduisant au schéma puis à la compréhension abstraite ;
- au CM, utilisation du schéma conduisant à la compréhension abstraite

 Les modalités de mise en œuvre


Plusieurs phases ponctuent, en général, une séance de résolution de problème.
A. Présentation du problème
Le problème peut être communiqué oralement (avec l’aide d’un écrit) ou seulement par
écrit (texte, schémas, tableaux, illustrations), avec ou sans matériel. Les élèves ne doivent
pas pouvoir résoudre le problème uniquement en manipulant le matériel. Par contre, sa
présence peut les aider à se représenter le problème et, à la fin, permettre une vérification
pratique de la solution. Il faut en effet, veiller à ce que les élèves comprennent la situation
et ce qu’il faut chercher pour qu’ils se sentent personnellement engagés pour relever le
défi qui leur est lancé (dévolution et engagement des élèves).
B. Temps de recherche personnelle, puis en groupe
Une confrontation personnelle de chaque élève avec le problème est nécessaire (conflit
cognitif). Même si, en apparence, elle est peu productive pour certains, cette phase
individuelle initialise le travail de groupe dont l’objectif est de produire une proposition de
solution (procédure et réponse) commune. Les échanges à l’intérieur du groupe sont un
élément essentiel de cette phase (conflit sociocognitif), les propositions des uns alimentent
celles des autres. Il faut que chacun se sente responsable de la proposition de solution qui
sera présentée à la classe par le rapporteur du groupe : pour cela, le maître peut choisir le
rapporteur seulement à la fin de la recherche.

25
8
C. Mise en commun, débat et validation
Cette phase peut se situer à l’issue de la recherche ou dans la séance suivante, ce qui permet à
l’enseignant de prendre connaissance des travaux de chaque groupe. Au cours de cette mise en
commun, les rapporteurs, désignés par le maître, présentent aux autres groupes leur solution. Les
choix du maître dans la désignation des rapporteurs et dans leur ordre de passage reposent sur
les observations faites pendant la recherche. Le moment de débat peut être organisé de diverses
façons : les échanges peuvent intervenir au fur et à mesure de la présentation des productions ou
seulement lorsque toutes les propositions ont été présentées. L’échange organisé autour de
plusieurs propositions contribue à enrichir l’argumentation : les élèves peuvent repérer des
démarches voisines et confronter celles qui sont différentes
Il est souhaitable que la validation des propositions soit faite par les élèves eux-mêmes. . Pour
que la validation relève effectivement de la responsabilité des élèves, le maître doit éviter autant
que possible de donner un avis d’autorité. Il doit, bien entendu, veiller à une certaine rigueur dans
l’expression avec des exigences adaptées au niveau de la classe. Pour cela, il peut questionner,
interpeller les uns ou les autres pour inciter les uns à argumenter et les autres à s’interroger sur la
validité d’une proposition (méta cognition).
D. Analyse/Synthèse (institutionnalisation)
Il s’agit maintenant de conclure la séance, sous forme d’échanges entre le maître et la classe,
de valoriser les qualités observées, de dénoncer les défauts, d’ancrer les comportements
essentiels et les procédures intéressantes qui pourront être réinvesties dans une prochaine
séance de résolution de  problème .

E. Prolongement
Certains groupes auront résolu le problème, d’autre pas. Pour exploiter pleinement une telle
séance, le maître peut « rebondir » sur cette recherche et proposer dans une séance ultérieure,
des problèmes du même type que le précédent mais avec des données adaptées aux difficultés
rencontrées par les groupes dans la recherche précédente.
En résumé, les modalités de mise en œuvre se présentent comme suit :
o présentation du problème devant aboutir à la compréhension et à
l’appropriation des consignes
o exploration individuelle puis échanges en groupes
o mise en commun, débats et validation
o institutionnalisation (analyse devant déboucher sur une synthèse)
o réinvestissement
NB : Le canevas décrit recouvre dans le fond les étapes de la démarche d’éveil, à savoir :
A –Présentation de la situation problème
B – Exploration individuelle puis échanges en groupe

25
8
C – Communication des résultats
D – Choix des solutions correctes
E – Analyse des solutions
F – Formalisation (synthèse ou institutionnalisation)
G – Contrôle des acquis
H – Transfert

Avant d’aborder l’analyse des solutions correctes, il sera utile de traiter au moins une autre
situation problème dont la solution va enrichir cette analyse tout en permettant la mise en
œuvre de l’important principe de variabilité.

SUGGESTIONS

 Le rôle de l’enseignant pendant la séance


Pendant une séance de résolution de problèmes, le maître n’apporte aucune aide sur la
résolution du problème, ce qui ne veut pas dire qu’il est totalement absent de l’activité. Au
bout d’un moment, il circule, observe, note des éléments intéressants. Ces observations
l’aideront à décider éventuellement d’une courte mise en commun intermédiaire et du choix
des travaux les plus intéressants à exploiter collectivement, ainsi que l’ordre le plus pertinent
pour cette exploitation. Le maître ne doit pas aider personnellement les élèves afin qu’ils
n’attendent pas systématiquement un coup de pouce de sa part. Des aides peuvent venir des
élèves eux-mêmes. Par exemple, un premier mini-débat peut être instauré, dans le but de
porter à la connaissance de tous les groupes les différentes recherches, de les amener à avoir
un regard critique sur leur propre recherche et de les re-dynamiser si leur recherche piétine.
Pendant les phases de débat, le maître doit plutôt se placer au milieu des groupes ou au fond
de la classe pour que les échanges se fassent réellement entre les élèves et non entre le maître
et les élèves.
ILLUSTRATIONS A FAIRE POUR LES DEUX DEMARCHES A PARTIR D’UNE
SITUATION PRO

25
8
REPUBLIQUE DU SENEGAL
----------
Un Peuple – Un But – Une Foi
------------------
MINISTERE DE L’EDUCATION
DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA REFORME DE L’EDUCATION

25
8
CURRICULUM
DE L’EDUCATION DE BASE
--------

*************

GUIDE PEDAGOGIQUE DE L’ENSEIGNEMENT

TROISIEME ETAPE

Draft du 08 août 2007


CURRICULUM DE L’EDUCATION DE BASE DU SENEGAL
SCHEMA INTEGRATEUR

DOMAINES SOUS DOMAINES ACTIVITES THEMES TRANSVERSAUX

25
8
Histoire

SOUS DOMAINE 1 

Découverte Géographie
du monde

DOMAINE 1 Initiation
scientifique et
Education à la technologique
science  Environnement
et à la vie sociale Vivre  Population
dans son milieu
SOUS DOMAINE 2  Santé

Education au  Genre
développement  Paix, citoyenneté et droits
durable Vivre
ensemble humains
 Education religieuse

SOUS DOMAINE 1 Activités


physiques
Education
physique et sportive
DOMAINE 2 Activités
sportives
Education
physique, sportive
et artistique Arts
plastiques
SOUS DOMAINE 2
Education
Education artistique musicale

Arts
scéniques

Remarque :
Du point de vue de la présentation, il y a deux activités distinctes en éducation physique et sportive
mais, dans la pratique, la mise en œuvre de ces deux activités se fera de façon intégrée pour rester
fidèle à l’esprit du Procédé de compétition multiple par équipes (PCME)

25
8
DOMAINE 1 : EDUCATION A LA SCIENCE ET A LA VIE SOCIALE

TABLEAU DES COMPETENCES

COMPETENCE DE CYCLE :
Intégrer des connaissances, des aptitudes et des attitudes dans des
situations d’explication et de proposition de solutions durables relatives à des
faits, des relations sociales ou des problèmes du milieu.

COMPETENCE DE L’ETAPE :
Intégrer des connaissances, des aptitudes et des attitudes dans des situations d’explication et de
proposition de solutions durables relatives à des faits, des relations sociales ou des problèmes du
milieu. (région, pays, sous région, monde)

COMPETENCES DE SOUS DOMAINES

EDUCATION AU
DECOUVERTE DU MONDE
DEVELOPPEMENT DURABLE
Intégrer des connaissances, des techniques et Intégrer des connaissances, des aptitudes et des
des démarches (observation, enquête, analyse attitudes dans des situations d’explication de
documentaire, expérimentation, etc.) dans des problèmes de vie de son milieu et de proposition
situations d’explication de faits, de phénomènes de solutions pertinentes et durables
du milieu et de réalisation d’objets courants

COMPETENCES DE BASE PAR ACTIVITE

SOUS DOMAINES ACTIVITES COMPETENCES DE BASE


Intégrer des démarches et techniques de recherche dans
Histoire des situations de découverte des faits saillants de l’histoire
du Sénégal, de l’Afrique de l’ouest et du reste du monde.
Intégrer des démarches et des techniques d’investigation
Découverte Géographie dans des situations d’explication des interactions entre
du monde l’homme et le milieu
Intégrer des principes, démarches et techniques dans des
Initiation
situations de réalisation d’objets courants et d’explication
scientifique
scientifique et technologique d’éléments et de phénomènes
et technologique
du milieu
Education au Vivre Intégrer des notions de base, des démarches et des
développement dans son milieu techniques simples dans des situations d’explication et de
durable proposition de solutions pertinentes à des problèmes
d’environnement, de population et de santé du milieu

25
8
Intégrer des connaissances, des aptitudes et des attitudes
dans des situations d’explication et de proposition de
Vivre ensemble
solutions à des problèmes de relations humaines au sein du
milieu

25
8
SOUS DOMAINE 1 : Découverte du monde

HISTOIRE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des démarches et techniques de recherche dans des situations de
découverte des faits saillants de l’histoire du Sénégal, de l’Afrique de l’ouest et du reste du monde.

CRITERES :
 Pertinence : Les techniques et démarches sont en adéquation avec la situation
 Justesse : Les faits historiques sont exacts
 Exhaustivité : La réponse est complète

PALIER 1 : Intégrer des démarches et techniques de recherche dans des situations de découverte des
faits saillants de la préhistoire
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances

Découvrir la notion de - Définition de l’histoire de 45 mn


- Découverte des métaux et de l’écriture
Découvrir les traits préhistoire
- Définition de la préhistoire chacune
caractéristiques de
- Quelques éléments d’illustration : types
la civilisation
d’activités, habits en peaux de bête,
préhistorique 1 séance
mode d’alimentation, d’organisation,
Caractériser la préhistoire types d’habitat (vie dans des grottes) … de 45 mn

- les outils et les armes (le biface),


- mode de vie : chasse, pêche, 1 séance
cueillette, nomadisme, alimentation
Découvrir l’âge de la
(aliments mangés crus) de 45 mn
pierre taillée
- habitat : vie dans des grottes
- organisation sociale : absence de vie
communautaire
Découvrir les
- les outils et les armes (polissage de la
grandes étapes de
pierre)
la préhistoire
mode de vie : chasse, pêche, cueillette, 1 séance
agriculture, élevage,
Découvrir l’âge de la
- habitat : création des premiers villages de 45 mn
pierre polie
- organisation sociale : division du
travail, hiérarchisation sociale et
apparition des castes, enterrement des
morts, peinture rupestre

25
8
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois collecter des informations pour un exposé en classe sur la préhistoire
 Consigne : Remplis la grille, ci-après, à partir d’une recherche documentaire

Mode
Habitat Outils Activités
d’alimentation
Age de la pierre
taillée
Age de la pierre
polie

25
8
PALIER 2 : Intégrer des démarches et techniques de recherche dans des situations de découverte des
faits saillants de l’histoire du Sénégal
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Découvrir les faits 1 séance


saillants de l’histoire des - organisation sociale, politique,
économique, culturelle et militaire de 45 mn
Découvrir les faits royaumes du Sénégal
- principaux événements et
saillants de l’histoire avant l’arrivée des Blancs
personnages marquants
des royaumes du Découvrir les faits - commerce, religion, santé et hygiène, 1 séance
Sénégal saillants de l’histoire des mission civilisatrice, exploration,
royaumes du Sénégal éducation, esclavage de 45 mn
après l’arrivée des Blancs
- introduction de l’islam 1 séance
Découvrir les
- éducation (daaras), culture orientale
conséquences des
- esclavage de 45 mn
premiers contacts avec
Découvrir les - commerce
les Arabes
conséquences des - guerres de résistance
premiers contacts - évangélisation, culture occidentale,
avec les Arabes et Découvrir les assimilation 1 séance
les Européens conséquences des - éducation, santé, hygiène
premiers contacts avec - commerce, organisation de 45 mn
les Européens administrative, économie de traite
- résistance à la conquête
- résistance politique, syndicale et 2 séances
Découvrir les faits civique (ex. hommes politiques,
saillants de la marche syndicalistes, intellectuels engagés, de 45 mn
pacifique vers Aliine Sitoë Diatta, etc.)
l’indépendance - résistance culturelle et spirituelle (ex. chacune
Découvrir les faits Cheikh Ahmadou Bamba)
saillants de la marche
3 séances
vers l’indépendance Histoire des résistances menées par
Découvrir les faits Elh Oumar Tall, Ahmadou Cheikhou, de 45 mn
saillants de la résistance Fodé, Kaba Doumbouya, Maba
à la conquête coloniale Diakhou Bâ, Lat-Dior Diop, Alboury chacune
Ndiaye, etc.

90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois collecter des informations pour un exposé sur l’histoire du Sénégal
 Consigne : Remplis la grille, ci-après, à partir d’une enquête ou d’une étude documentaire

25
8
Principaux événements datés,
Forme d’organisation Conséquences
principaux personnages
Avant l’arrivée
de Blancs
Après l’arrivée
des Blancs
SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu dois envoyer à ton correspondant une frise chronologique pour l’informer sur
quelques faits saillants de l’histoire du Sénégal.
 Consigne : Place sur la frise, ci-après, quatre faits saillants : (chaque fait signale l’événement,
la date et un personnage marquant)

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Tous les faits choisis sont significatifs pour l’histoire du
4
Sénégal
Plus de la moitié des faits choisis sont significatifs pour
3
l’histoire du Sénégal
Au moins la moitié des faits choisis sont significatifs pour
Pertinence 2
l’histoire du Sénégal
Moins de la moitié des faits choisis sont significatifs pour
1
l’histoire du Sénégal
Aucun des faits choisis n’est significatif pour l’histoire du
0
Sénégal
Aucune erreur dans la chronologie des faits 4
1 erreur dans la chronologie des faits 3
Justesse  2 erreurs dans la chronologie des faits 2
3 erreurs dans la chronologie des faits 1
Plus de 3 erreurs dans la chronologie des faits 0
La réponse comporte 4 faits historiques 2
Exhaustivité  La réponse comporte 3 faits historiques 1
La réponse comporte moins de 3 faits historiques 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des démarches et techniques de recherche dans des situations de découverte des
faits saillants de l’histoire de l’Afrique de l’ouest

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

1 séance
Découvrir des faits
saillants de l’histoire de de 45 mn
l’empire du Ghana
Découvrir des faits - origine, situation, limites 1 séance
saillants de l’histoire Découvrir des faits - organisation sociale, politique, militaire,
des grands empires saillants de l’histoire de administrative et économique de 45 mn
noirs de l’Afrique de l’empire du Mali - apogée
l’ouest - déclin
1 séance
Découvrir des faits
saillants de l’histoire de 45 mn
l’empire du Gao

Découvrir les causes des - islamisation


1 séance
premiers contacts avec - commerce (troc)
de 45 mn
Découvrir les causes les Arabes - esclavage
et les conséquences - Influences de l’islam sur les structures
des premiers Découvrir les sociales, politiques et économiques sur
contacts avec les conséquences des les grands empires noirs 1 séance
Arabes premiers contacts avec - esclavage de 45 mn
les Arabes - guerres
- migrations de populations
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois collecter des informations pour un exposé portant sur un des empires noirs
étudiés et les premiers contacts entre l’Afrique occidentale et les Arabes
 Consigne : Remplis le tableau, ci-après :
Nom de Organisation sociale, Principaux événements et Conséquences du
Origine et localisation
l’empire politique, économique… personnages marquants contact avec les Arabes

25
8
25
8
PALIER 4 : Intégrer des démarches et techniques de recherche dans des situations de découverte des
grandes inventions du 15ème siècle et l’essor scientifique des 19 ème/20ème siècles
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Découvrir les grandes la boussole, la caravelle, le gouvernail,


1 séance
inventions et découvertes les progrès de l’imprimerie et de la
de 45 mn
au 15ème siècle cartographie, etc.
- goût de l’aventure
- raisons économiques
Découvrir les raisons de 1 séance
- raisons politiques
l’expansion européenne de 45 mn
- raisons religieuses (lutte contre
Découvrir les progrès
l’islamisation de l’Afrique)
scientifiques du 15ème
- découverte de l’Afrique et de
siècle
l’Amérique (les explorateurs)
Découvrir les
- les missionnaires et l’évangélisation 2 séances
conséquences des
- comptoirs commerciaux de 45 mn
grandes inventions
- traite des nègres chacune
scientifiques du 15ème
- conquête coloniale, résistances et
siècle
marche vers l’indépendance
- hygiène, santé, éducation
- les lois de la lumière et de l’électricité
Découvrir les progrès - le cinéma 1 séance
scientifiques des 19ème et - le téléphone, le télégraphe, la de 45 mn
20ème siècles dynamo
Découvrir l’essor - rayons X et radioactivité
scientifique des 19 ème
- découverte des microbes,
et 20ème siècles Découvrir les - vaccin contre la rage
1 séance
conséquences des - les lois de la vie
de 45 mn
progrès scientifiques des - le machinisme, la mécanisation de
19ème et 20ème siècles l’agriculture, l’industrialisation, le
capitalisme, etc.
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois collecter des informations pour un exposé sur les inventions et les progrès
scientifiques des XVème, XIXème et XXème siècles.
 Consigne : Remplis le tableau, ci-après :
Causes de Conséquences Conséquences
Grandes Progrès
l’expansion des grandes des progrès
inventions scientifiques
européenne inventions scientifiques
XVème siècle

25
8
XIXème siècle

XXème siècle

25
8
SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Dans le cadre d’une compétition (exemple : jeu Gëstu), tu as devant toi une page
d’histoire comportant quelques erreurs sur les grandes inventions du XV ème siècle et l’essor
scientifique des XIXème et XXème siècles.
 Consigne : Corrige les erreurs identifiées

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Tous les éléments identifiés sont des erreurs 5
1 élément identifié n’est pas une erreur 4
2 éléments identifiés ne sont pas des erreurs 3
Pertinence
3 éléments identifiés ne sont pas des erreurs 2
4 éléments identifiés ne sont pas des erreurs 1
Plus de 4 éléments identifiés ne sont pas des erreurs 0
Toutes les erreurs sont bien corrigées 5
1 erreur n’est pas bien corrigée 4
2 erreurs ne sont pas bien corrigées 3
Justesse 
3 erreurs ne sont pas bien corrigées 2
4 erreurs ne sont pas bien corrigées 1
Plus de 4 erreurs ne sont pas bien corrigées 0

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit de faire découvrir quelques faits saillants de l’histoire. La compétence se manifeste dans des
situations où l’élève, à partir d’observation de vestiges, d’enquête et d’étude documentaire, décrit
l’histoire du Sénégal, de l’Afrique de l’ouest et du reste du monde.

 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
derniers au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur la préhistoire, et les premiers contacts de
l’Afrique avec les Blancs. Les paliers du niveau 2 développent l’histoire des grands empires noirs
jusqu’à l’essor scientifique des 19 ème et 20ème siècles.

 Données psychopédagogiques :
L’enfant de la troisième étape est encore loin d’achever la conquête du temps. Il reste quelque peu
tributaire de la chronologie du temps perçu. Il s’agira, par conséquent, de mettre l’accent sur une
conquête plus poussée de la sériation des événements, de la chronologie, de la simultanéité, de
l’irréversibilité et de la mesure du temps. A 12 ans, l’enfant commence à comprendre le lien espace-
temps, des notions qui se développent conjointement. Ainsi, la référence à l’espace devient
indispensable pour comprendre le temps historique. C’est pourquoi, ce sont les événements, les dates
et la représentation linéaire de leur succession sous forme de frise d’histoire qui permettront l’esquisse
de cette structuration. Le sens historique, enfin, c’est l’aptitude à la recherche de relations causales et la
faculté de s’émouvoir devant les témoignages du passé. Il s’acquiert progressivement.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à
titre indicatif, sur les moyens suivants :

25
8
- Enquête, interview
- documents historiques (écrits, sonores, audiovisuels, etc.)
- récits, légendes, témoignages à référence historique
- visites de sites historiques (vestiges du passé) : sites naturels, lieux sacrés, monuments,
champs de bataille, fortifications, palais, musée, statues, instruments et outils divers, parures,
costumes, etc.

3.3. Indications pour la démarche :


 Préparation de la leçon :
- Préparation des activités par le maître (contact des sources d’informations)
- Choix de la technique de recueil d’informations (enquête, interview, analyse documentaire,
visite de site, etc.),
- Elaboration collective des outils, des techniques et des démarches de recueil d’informations
(grilles, questionnaires, guides d’entretien, enregistrement, etc.)
- Organisation des élèves : formation des groupes, distribution des rôles
- Identification des sources d’informations, des modalités d’accès et de prise de contact (de
congé)
 Recueil des informations auprès des sources :
- Centres de documentation et d’information (CDI)
- Personnes ressources (griots, historiens, etc.)
- Sites historiques
- Vestiges du passé
NB : Le maître supervise la visite des CDI, l’application des techniques et des démarches de recueil
d’informations

 Leçon proprement dite :


- Contrôle du travail fait
- Prise d’informations sur le déroulement du travail
- Finalisation du travail au sein de chaque groupe (au besoin)
- Exploitation des informations point par point (confrontation des productions de groupe) : un
groupe expose sa production (texte, carte, frise, représentation graphique, image, etc.) qui est
complétée par les autres groupes (au besoin). Le maître instaure une discussion et aide à tirer
une conclusion partielle avant de passer au point suivant. Le maître n’hésitera pas à faire un
petit apport d’informations complémentaire sur le point abordé.
- Récapitulation : les élèves rappellent une à une les conclusions retenues sur chaque point
- Synthèse générale : le maître reprend la trame générale de la leçon pour mettre plus de
cohérence ; ensuite il dégage avec les élèves les principales idées ou faits à retenir (texte,
carte, frise, représentation graphique, image, etc.)

3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- identification des informations à recueillir (cf. cahier d’activités)
- élaboration du test de recueil des informations (cf. cahier d’activités)
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- correction et identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation

25
8
- application du dispositif de remédiation
SOUS DOMAINE 1 : Découverte du monde

GEOGRAPHIE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des démarches et des techniques d’investigation dans des
situations d’explication des interrelations entre l’homme et le milieu

CRITERES :
 Pertinence : Les démarches et techniques sont en adéquation avec la situation
 Justesse : Les phénomènes géographiques sont exacts
 Exhaustivité : La réponse est complète

PALIER 1 : Intégrer des démarches et des techniques d’investigation dans des situations de
découverte de la géographie de son milieu
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Découvrir les - exploitation d’une carte (dessin, 3 séances


Découvrir les caractéristiques physiques de 45 mn
situation, limites, étendue, lecture,
caractéristiques de son milieu chacune
situation d’éléments, etc.)
physiques et le
- relief, climat, cours d’eau, 1 séance
découpage
végétation, sols, etc. de 45 mn
administratif de son Découvrir le découpage
administratif de son milieu - découpage administratif : divisions,
milieu
subdivisions et agglomérations
- taille de la population
- composition (ethnique, par sexe, 1 séance
Découvrir les de 45 mn
Découvrir les tranches d’âge, par croyance)
caractéristiques humaines
caractéristiques - répartition géographique
de son milieu
humaines et - mouvement de la population
économiques de (exode, migration)
son milieu Découvrir les
- types d’activités économiques 1 séance
caractéristiques
- répartition des types d’activités de 45 mn
économiques de son milieu
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Un correspondant qui vit en Europe te demande des renseignements sur la
géographie de ton pays.

25
8
 Consigne : Donne lui des indications sur : la situation, le relief, le climat, la végétation, le
découpage administratif, la composition de la population, les types d’activités économiques.
Principales Nombre de
Situation du Types de Types de Principales
Types de relief activités régions et de
pays climat végétation ethnies
économiques départements

25
8
PALIER 2 : Intégrer des démarches et des techniques d’investigation dans des situations d’explication
des interrelations entre les types d’habitat ou d’habitation, les ressources et les caractéristiques du
milieu
Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Découvrir les ressources
Découvrir les de 45 mn
du milieu
interrelations entre chacune
- ressources en rapport avec les
les types d’habitat, Etablir les liens entre les
types d’habitat : argile, paille, bois,
d’habitation et les ressources du milieu et les 1 séance
tiges de mil rôniers, ciment, bambou,
ressources du milieu types d’habitat et de 45 mn
tôles en zinc ou en fibrociment, tuiles,
d’habitation
gravier, fer, carreaux, etc.
- caractéristiques du milieu : relief, 2 séances
climat, cours d’eau, densité de
Découvrir les population de 45 mn
Découvrir les
interrelations entre caractéristiques du milieu - types d’habitat et d’habitation : villa,
maisons à étages, immeubles, cases, chacune
les types d’habitat,
d’habitation et les baraques, bidonville, habitat
caractéristiques du Etablir les liens entre les dispersé, habitat groupé, etc. 1 séance
milieu caractéristiques du milieu - ressources économiques
et les types d’habitat et de 45 mn
d’habitation
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois donner des informations sur l’habitat à un correspondant étranger qui veut
séjourner au Sénégal
 Consigne : Indique dans le tableau, ci-dessous, les liens entre les types d’habitat, les
ressources et caractéristiques du milieu
Types d’habitat Ressources utilisées Caractéristiques du milieu

SITUATION D’EVALUATION :

25
8
 Contexte : Tu dois donner des informations sur l’habitat à un correspondant étranger qui veut
séjourner au Sénégal
 Consigne : Relie chaque type d’habitat aux ressources du milieu correspondant

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Tous les types d’habitat et les ressources du milieu sont identifiés 5
1 erreur dans l’identification 4
2 erreurs dans l’identification 3
Pertinence
3 erreurs dans l’identification 2
4 erreurs dans l’identification 1
Plus de 4 erreurs dans l’identification 0
Aucune erreur dans les correspondances entre type d’habitat et
5
ressources
1 erreur dans les correspondances 4
Justesse  2 erreurs dans les correspondances 3
3 erreurs dans les correspondances 2
4 erreurs dans les correspondances 1
Plus de 4 erreurs dans les correspondances 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des démarches et des techniques d’investigation dans des situations d’explication
des interrelations entre les activités économiques, sociales, les ressources et les caractéristiques du
milieu
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Découvrir les activités - agriculture, élevage, pêche,
Découvrir les de 45 mn
économiques du milieu industrie, artisanat, commerce,
interrelations entre chacune
tourisme, etc.
les activités Etablir les liens entre les
- ressources tirées de ces activités
économiques et les activités économiques, les 1 séance
- relations entre activités
ressources du milieu ressources et les de 45 mn
économiques et ressources du milieu
potentialités du milieu
Découvrir les 2 séances
Découvrir les activités
interrelations entre de 45 mn
sociales du milieu - types de cérémonies familiales,
les activités chacune
coutumières et religieuses
économiques, Etablir les liens entre les
- types d’activités économiques
sociales et les activités économiques, 1 séance
- caractéristiques du milieu
caractéristiques du sociales et les de 45 mn
milieu caractéristiques du milieu
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Dans le cadre de la prochaine visite de vos correspondants étrangers, tu dois
collecter des informations sur les interrelations entre activités économiques, ressources et
caractéristiques physiques du milieu.
 Consigne :
A partir des caractéristiques et des ressources disponibles justifie trois activités économiques
de ton milieu

25
8
PALIER 4 : Intégrer des démarches et des techniques d’investigation dans des situations d’explication
des interrelations entre les moyens de communication, les caractéristiques de la population et du milieu

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Découvrir les - composition hommes/femmes 2 séances


Découvrir les
caractéristiques de la - pyramide des âges de 45 mn
interrelations entre
population - ligne hiérarchique : autorité liée à chacune
les activités
Etablir les liens entre les l’âge, au sexe, à la compétence, etc.
économiques et les
activités économiques et - composition ethnique 1 séance
caractéristiques de la
les caractéristiques de la - liens entre activités économiques et de 45 mn
population
population caractéristiques de la population
Découvrir les Découvrir les différents - routes, pistes, voies ferrées, 2 séances
interrelations entre moyens de communication fluviales, maritimes et aériennes de 45 mn
les moyens de du milieu - tambour, téléphone, fax, messager chacune
communication et les Etablir les liens entre les - radio, télévision
1 séance
caractéristiques du moyens de communication - lettre, télégramme
de 45 mn
milieu et les caractéristiques - caractéristiques du milieu 
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois présenter les voies de communication du Sénégal
 Consigne : Etablis les liens entre ces voies de communication et les caractéristiques physiques
et économiques de milieu

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu dois rédiger dans le journal scolaire un article portant sur les interrelations entre
les caractéristiques du milieu et les voies de communication.
 Consigne : Rédige l’article
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Toutes les caractéristiques du milieu et les voies de communication
5
sont identifiées
1 erreur dans l’identification 4
Pertinence 2 erreurs dans l’identification 3
3 erreurs dans l’identification 2
4 erreurs dans l’identification 1
Plus de 4 erreurs dans l’identification 0
Justesse  Aucune erreur dans les interrelations entre les caractéristiques et les 5
voies de communication

25
8
1 erreur dans les interrelations 4
2 erreurs dans les interrelations 3
3 erreurs dans les interrelations 2
4 erreurs dans les interrelations 1
Plus de 4 erreurs dans les interrelations 0

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’entraîner l’élève à analyser et à interpréter les rapports entre l’homme et son milieu. La
compétence se manifeste dans des situations d’explication de ces interrelations à l’aide de démarches
et de techniques d’investigation.

 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
derniers au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur la découverte de la géographie du milieu à
travers diverses démarches et techniques d’investigation. Les paliers du niveau 2 abordent l’explication
des interrelations entre les types d’habitat, les ressources et les caractéristiques du milieu.

 Données psychopédagogiques :
A partir de cet âge l’enfant commence à situer les objets les uns par rapport aux autres. Vers 11/12 ans
un bond en avant est rendu possible par le passage d’une connaissance sensible de l’espace (espace
perçu) à une connaissance par l’esprit (espace conçu). On peut donc aborder les distances
représentées sur des croquis et des cartes. Au cours moyen, faire œuvre de géographe, c’est aussi  :
observer, localiser, décrire, expliquer, comparer.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à
titre indicatif, sur les moyens suivants :
- Sorties sur le terrain (visites de sites)
- Enquête, observation directe ou indirecte
- Croquis établi d’après nature
- Maquettes
- Documents (film, textes, plan, cartes, photographies, globe terrestre, boussole, thermomètre,
boussole, girouette, etc.)

3.3. Indications pour la démarche :


 Préparation de la leçon :
- Préparation des activités par le maître : sortie sur le terrain, croquis ou maquette à établir,
documents à exploiter, etc.
-  Préparation des conditions d’observation : activités extra muros pour une observation
directe ou mise en place des substituts (maquette, film, photos, images, cartes, etc.)

 Leçon proprement dite :


- Formation des groupes, répartition des rôles et des consignes d’observation
- Observation libre (directe ou des substituts)
- Mise en ordre des notes (au retour d’une visite de terrain chaque élève met en ordre ses
propres notes)

25
8
- Mise en commun au sein du groupe
- Présentation des productions de groupe
- Observation dirigée à travers des activités de localisation, de représentation, de description, de
comparaison et d’explication. Il s’agira de confronter les productions des groupes avec les faits
observés en vue de rectifier d’éventuelles erreurs des élèves.
- Apport d’informations complémentaires par le maître (présentation et commentaire de la
production standard attendue) : le maître reprend la trame générale de la leçon pour mettre
plus de cohérence.
- Retour sur les productions pour les corriger
- A retenir : les élèves notent les principales idées ou les faits saillants à retenir sous forme de
carte, croquis, schéma, résumé.
3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- identification des informations à recueillir (cf. cahier d’activités)
- élaboration du test de recueil des informations (cf. cahier d’activités)
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- correction et identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
SOUS DOMAINE 1 : Découverte du monde

INITIATION SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des principes, démarches et techniques dans des situations de
réalisation d’objets courants et d’explication scientifique et technologique d’éléments et de phénomènes
du milieu

CRITERES :
 Pertinence : Les démarches et techniques sont appropriées
 Justesse : Les explications sont correctes
 Exhaustivité : La réponse est complète

PALIER 1 : Intégrer des principes, démarches et techniques dans des situations d’utilisation et de
réalisation d’objets technologiques
APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- différents objets technologiques :


Identifier les différentes jouets, appareils électriques et
1 séance
parties d’un objet électroniques simples, appareils
Découvrir le technologiques de 30 mn
ménagers, roue, levier, poulie,
fonctionnement d’un
ordinateur, etc.
objet technologique
simple Décrire le mode de - différentes parties d’un objet
1 séance
fonctionnement d’un objet technologique
- notions sommaires sur le moteur à de 45 mn
technologique
explosion
- différents objets technologiques :
Démonter un objet jouets, appareils électriques et 1 séance
technologique électroniques simples, appareils de 45 mn
Réaliser un objet
ménagers, roue, levier, poulie, etc.
technologique simple
Assembler un objet - différentes parties d’un objet 1 séance
technologique technologique de 45 mn
- outils : tournevis, pinces, etc.
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à une exposition d’objets technologiques
 Consignes : - Réalise un objet technologique
- Montre comment il fonctionne

25
8
25
8
PALIER 2 : Intégrer des principes, démarches et techniques dans des situations d’explication
scientifique de phénomènes simples

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- l’air et ses propriétés


Décrire des phénomènes - la pression atmosphérique
physiques ou chimiques - les 3 états de la matière 2
Découvrir quelques
- la température séances
phénomènes
- le cycle de l’eau de 45
physiques ou
chimiques Expliquer des phénomènes - les combustions (vive, lente) mn
physiques ou chimiques - la perméabilité et l’imperméabilité chacune
(types de sols)
- etc.
- organisation du corps humain et de
Décrire des structures et quelques animaux 2
Découvrir des des fonctions biologiques - la respiration séances
structures et des - la nutrition et la digestion de 45
fonctions biologiques Expliquer des structures et - la circulation sanguine mn
des fonctions biologiques - la reproduction chacune
- la locomotion
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Dans le cadre de la préparation des olympiades scientifiques, tu as devant toi une
planche scientifique (ou un croquis) présentant un phénomène physique ou chimique
 Consigne : Explique le phénomène

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Dans le cadre des olympiades scientifiques, tu as devant toi une planche scientifique
(ou un croquis) présentant une fonction biologique
 Consigne : Explique la fonction

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans la description des organes de la fonction 4
1 erreur dans la description des organes de la fonction 3
Pertinence 2 erreurs dans la description des organes de la fonction 2
3 erreurs dans la description des organes de la fonction 1
Plus de 3 erreurs dans la description des organes de la fonction 0
Aucune erreur dans l’explication de la fonction 4
1 erreur dans l’explication de la fonction 3
Justesse  2 erreurs dans l’explication de la fonction 2
3 erreurs dans l’explication de la fonction 1
Plus de 3 erreurs dans l’explication de la fonction 0
La réponse est complète 2
Exhaustivité La réponse est à moitié complète 1
La réponse est insuffisante 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des principes, démarches et techniques dans des situations d’utilisation et
d’entretien d’objets technologiques

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

poulie, levier, brouette, marteau, 2 séances


Utiliser des outils
truelle, ciseaux, tournevis, tenailles, de 45 mn
technologiques simples
pinces, etc. chacune
Utiliser des objets
- appareils électriques et
technologiques
électroniques simples, appareils 2 séances
simples Manipuler des appareils
ménagers : lampes, radio, télévision, de 45 mn
simples
réchaud, cuisinière, réfrigérateur, etc. chacune
- ordinateur, téléphone, etc.
Différents risques : court-circuit,
Identifier des risques liés à électrocution, dysfonctionnement, 1 séance
un manque d’entretien diminution de la durée de vie, de 45 mn
endommagement des pièces, etc.
Entretenir des objets
- types d’entretien adapté à chaque
technologiques
objet : dépoussiérage, graissage,
simples 2 séances
Appliquer des techniques lavage, protection, etc.
de 45 mn
de maintenance - techniques d’entretien :
chacune
dépoussiérage, graissage, lavage,
protection, etc.
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois te servir d’un objet technologique mais, elle a une panne
 Consignes : - Trouve la panne
- Répare la panne

25
8
PALIER 4 : Intégrer des principes, démarches et techniques dans des situations d’explication
scientifique de l’adaptation des êtres vivants au milieu

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Découvrir des êtres du poissons, grenouilles, tortues, crabes,
de 45 mn
milieu aquatique caïman, requins, etc.
chacune
- relation entre la forme du corps, les
organes et le mode de locomotion :
Découvrir le mode corps en fuseau, nageoires, queue,
d’adaptation des pattes palmées, nage, etc.
êtres au milieu - relation entre les organes et les 3 séances
Décrire les formes
aquatique régimes alimentaires : denture, tube de 45 mn
d’adaptation
digestif, etc. chacune
- relation entre organe et le mode
respiratoire (poumons, branchies)
- relation entre organe et mode de
reproduction : ovipare, vivipare
- l’être humain
Découvrir des êtres du 1 séance
- les animaux
milieu terrestre de 45 mn
- les oiseaux
- relation entre la forme du corps, les
organes et le mode de locomotion :
position du corps, quadrupédie,
bipédie, griffes, marche, reptation,
Découvrir le mode
grimper, vol, etc.
d’adaptation des
- le manteau et l’adaptation au climat
êtres au milieu 3 séances
Décrire les formes - relation entre les organes et les
terrestre de 45 mn
d’adaptation régimes alimentaires : denture, bec,
chacune
tube digestif, herbivore, granivore,
carnivore, omnivore, etc.
- relation entre les organes et le
mode respiratoire (poumons)
- relation entre organe et mode de
reproduction : ovipare, vivipare
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :

25
8
 Contexte : Pour la préparation à la conduite d’une visite d’aquarium, tu as devant toi un animal
(ou son croquis) qui vit dans un milieu aquatique
 Consigne : Explique son mode d’adaptation (4 relations entre les organes et leur fonction)

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Dans le cadre d’une visite de vivarium, tu as devant toi un animal (ou son croquis)
qui vit dans un milieu terrestre
 Consigne : Explique son mode d’adaptation (4 relations entre les organes et leur fonction)

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans la description de l’animal 4
1 erreur dans la description de l’animal 3
Pertinence 2 erreurs dans la description de l’animal 2
3 erreurs dans la description de l’animal 1
Plus de 3 erreurs dans la description de l’animal 0
Aucune erreur dans la mise en relation entre organes et fonctions 4
1 erreur dans la mise en relation entre organes et fonctions 3
Justesse  2 erreurs dans la mise en relation entre organes et fonctions 2
3 erreurs dans la mise en relation entre organes et fonctions 1
Plus de 3 erreurs dans la mise en relation entre organes et fonctions 0
La réponse est complète 2
Exhaustivité La réponse est à moitié complète 1
La réponse est insuffisante 0

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’amener l’élève à réaliser des objets courants et à fournir des explications scientifiques et
technologiques sur des éléments et des phénomènes du milieu. La compétence se manifeste dans des
situations où l’élève est appelé à appliquer des principes, démarches et techniques dans la réalisation
d’objets et l’explication scientifique de quelques phénomènes de son milieu.
 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
derniers au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur l’utilisation et la réalisation d’objets
technologiques ainsi que sur l’explication scientifique de phénomènes simples. Les paliers du niveau 2
portent sur l’utilisation, l’entretien d’objets technologiques et sur l’explication scientifique de l’adaptation
des êtres vivants au milieu.

 Données psychopédagogiques :
L’enfant a encore des difficultés à élaborer des hypothèses et à faire des déductions formelles. Il
raconte sans expliquer. Il n’accède que progressivement à la connaissance scientifique. L’intelligence
conceptuelle se met en place grâce à l’observation et l’expérimentation. La méthode pédagogique sera,
par conséquent, concrète et active. Il s’agira d’une initiation scientifique et technologique.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à
titre indicatif, sur les moyens suivants :
- Expérimentation directe simple
- Réalisation matérielle
- Observation directe ou assistée par un instrument
- Enquête et visite de milieux naturels : faune, flore, etc.
- Importance particulière à la préparation lointaine :
o un musée scolaire : collection d’insectes, de minéraux, de jouets, de matériel de
récupération, de petits objets technologiques (lampe de poche, radio, etc.)
o un coin nature : jardin, herbier
o un coin élevage : poulets, lapin, etc.

25
8
o un coin boutique : denrées et articles courants
o un présentoir : un tableau chevalet, un pan du mur, un coin du tableau
- Exploitation de planches scientifiques

3.3. Indications pour la démarche :


La séance comporte quatre grandes phases :
 Phase d’observation, d’étonnement et de questionnement : mise en contact avec le
phénomène, l’objet d’étude pour éveiller l’intérêt et amener les élèves à se poser des questions.
Cette observation doit être assez libre ; accorder suffisamment de temps à cette phase.

 Phase d’organisation et de systématisation : il s’agit d’une initiation scientifique et


technologique. L’accent sera mis sur des procédés simples de découverte des éléments du
milieu (objets, phénomènes, êtres) ainsi que sur la manipulation, le montage d’expériences
simples et la réalisation d’objets courants. Le maître veillera à l’exactitude du langage
scientifique et technologique.
 Phase de synthèse : Par des exercices de consolidation, renforcer l’appropriation et la
fixation des notions- clés, des procédés, des démarches et des techniques
 A retenir : le maître reprend la trame générale de la leçon pour mettre plus de
cohérence ; ensuite il dégage avec les élèves les principales idées ou faits saillants à retenir
sous forme de croquis, schéma ou résumé à consigner dans les cahiers ou de réalisations
concrètes à conserver.

3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- identification des informations à recueillir (cf. cahier d’activités)
- élaboration du test de recueil des informations (cf. cahier d’activités)
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- correction et identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
SOUS DOMAINE 1 : Education au développement durable

VIVRE DANS SON MILIEU

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des notions de base, des démarches et des techniques simples
dans des situations d’explication et de proposition de solutions pertinentes à des problèmes
d’environnement, de population et de santé du milieu

CRITERES :
 Pertinence : Les démarches et techniques sont en adéquation avec la situation
 Efficacité : Les solutions proposées permettent de résoudre la situation
 Exhaustivité : La réponse est complète

PALIER 1 : Intégrer des notions de base, des démarches et des techniques simples dans des
situations d’explication et de proposition de solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations
entre insalubrité, cohabitation et paludisme (ou maladies diarrhéiques)

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- voisinage
Décrire les formes de
- promiscuité : grande famille, plusieurs 1 séance
Proposer des cohabitation et les formes
familles dans une même maison de 45 mn
solutions à des d’insalubrité
- etc.
problèmes nés des
- collecte, évacuation
interrelations entre
Proposer des modes de - recyclage
cohabitation et 1 séance
gestion des déchets - récupération des eaux vannes
insalubrité de 45 mn
ménagers - respect de l’espace du voisin et de
l’espace public
- choléra et autres maladies 2 séances
Proposer des Décrire les maladies
diarrhéiques de 45 mn
solutions à des endémiques du milieu
- paludisme chacune
problèmes nés des
Proposer des mesures - évacuation des eaux usées et des
interrelations entre
préventives contre les déchets solides
manque d’hygiène 1 séance
maladies endémiques - élimination des gites larvaires
et maladies de 45 mn
favorisées par le manque - lavage des mains
endémiques
d’hygiène - désinfection des fruits et des légumes
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :

25
8
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation, tu t’appuies sur l’image d’un
quartier populeux marqué par l’insalubrité et le paludisme (ou maladies diarrhéiques)
 Consigne : Propose 3 solutions pour lutter contre l’insalubrité et les maladies qui en découlent
(paludisme, maladies diarrhéiques)

25
8
PALIER 2 : Intégrer des notions de base, des démarches et des techniques simples dans des
situations d’explication et de proposition de solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations
entre pollution, promiscuité et maladies respiratoires ou cutanées

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Décrire les types et les Asthme, bronchite, pneumonie, etc.: 2 séances


Proposer des formes de maladies manifestations, causes, de 45 mn
solutions à des respiratoires conséquences chacune
problèmes nés des - sensibilisation pour une diminution
interrelations entre Proposer des mesures de la pollution : industrielle,
pollution, les pour lutter contre les automobile
infections et les 1 séance
maladies respiratoires - identification des types d’allergies :
maladies de 45 mn
favorisées par la pollution pollen, encens, fumée, poussière,
respiratoires ou les infections poils d’animaux, courant d’air, etc.
- mode d’évitement des allergènes
- formes de promiscuité : plusieurs
familles dans une même maison,
plusieurs personnes dans une même
Décrire les formes et les 1 séance
chambre, quartiers non lotis
Proposer des causes de la promiscuité de 45 mn
- causes : pauvreté, exode rural,
solutions à des
quartiers spontanés, bidonvilisation,
problèmes nés des
manque d’espace, etc.
interrelations entre
- sensibilisation pour une diminution
promiscuité et
de la pollution 
maladies Proposer des mesures
- identification des types d’allergies 
respiratoires ou pour lutter contre les
- mode d’évitement des allergènes 1 séance
cutanées maladies respiratoires et
- promotion de l’hygiène individuelle de 45 mn
cutanées favorisées par la
et collective
promiscuité
- aménagement d’espaces verts et
d’espaces boisés
Activités d’intégration 90 mn

SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation, tu t’appuies sur l’image d’un
quartier populeux marqué par la pollution et la promiscuité
 Consigne : Identifie les causes, les conséquences et des solutions possibles contre la pollution

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation, tu t’appuies sur l’image d’un
quartier populeux marqué par la pollution et la promiscuité
 Consigne : Propose 4 solutions pour lutter contre la pollution et les maladies qui en découlent
(maladies respiratoires ou cutanées)

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans le diagnostic des aspects de la pollution et de la
4
promiscuité
1 erreur dans le diagnostic des aspects de la pollution et de la
3
promiscuité
2 erreurs dans le diagnostic des aspects de la pollution et de la
Justesse 2
promiscuité
3 erreurs dans le diagnostic des aspects de la pollution et de la
1
promiscuité
Plus de 3 erreurs dans le diagnostic des aspects de la pollution et de
0
la promiscuité
Aucune erreur dans les solutions proposées 4
1 erreur dans les solutions proposées 3
 Pertinence 2 erreurs dans les solutions proposées 2
3 erreurs dans les solutions proposées 1
Plus de 3 erreurs dans les solutions proposées 0
La réponse est complète 2
Exhaustivité La réponse est à moitié complète 1
La réponse est insuffisante 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des notions de base, des démarches et des techniques simples dans des
situations d’explication et de proposition de solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations
entre dégradation des ressources, pauvreté et carence nutritionnelle ou maladies bucco-dentaires

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

déboisement, surexploitation,
Décrire les formes de 2 séances
Proposer des érosions, feux de brousse, pollution
dégradation des de 45 mn
solutions à des (marine), extraction du sable marin,
ressources chacune
problèmes nés des etc.
interrelations entre - exploitation rationnelle des
Proposer des mesures de
dégradation des ressources,
gestion des ressources 1 séance
ressources et - protection des ressources :
pour lutter contre la de 45 mn
pauvreté reboisement, pare-feux, récupération
pauvreté
des eaux vannes, digues, brise-vent,
- insuffisance nutritionnelle,
Décrire les types de avitaminose et leurs manifestations
Proposer des
carences nutritionnelles et sur la vue, les os, la croissance 1 séance
solutions à des
de maladies bucco- - mauvaise alimentation, manque de 45 mn
problèmes nés des
dentaires d’hygiène et leurs conséquences :
interrelations entre
carie dentaire, gingivite, etc.
carences
Proposer des mesures
nutritionnelles et - alimentation suffisante et équilibrée
pour lutter contre les
maladies bucco- - supplément en vitamines 1 séance
carences nutritionnelles et
dentaires - hygiène de la bouche de 45 mn
les maladies bucco-
- suivi sanitaire
dentaires
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu observes dans ton milieu un enfant (ou son image) qui souffre de carence
nutritionnelle et de maladie bucco-dentaire
 Consigne : Propose des solutions simples pour son traitement

25
8
PALIER 4 : Intégrer des notions de base, des démarches et des techniques simples dans des
situations d’explication et de proposition de solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations
entre taille de la famille, santé de la mère et de l’enfant (SIDA par exemple)

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- enfants faibles et maladifs


Proposer des
Décrire les problèmes de - malnutrition et troubles de la
solutions pertinentes 1 séance
santé liés à une famille croissance
à des problèmes nés de 45 mn
nombreuse - mère épuisée et maladive
des interrelations
- stress
entre taille de la
Proposer des mesures - espacement des naissances
famille et santé de la 1 séance
pour préserver la santé de - alimentation équilibrée
mère et de l’enfant de 45 mn
la mère et de l’enfant - suivi de la mère et de l’enfant
Décrire les risques de - modes de transmission du SIDA
Proposer des 1 séance
transmission du SIDA dans - manifestations du SIDA
solutions pertinentes de 45 mn
la relation mère-enfant - conséquences du SIDA
à des problèmes nés
des interrelations Proposer des mesures
- dépistage
entre SIDA et pour éviter la transmission 1 séance
- suivi de la mère : grossesse,
maternité du SIDA de la mère à de 45 mn
accouchement, allaitement
l’enfant
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à une campagne de sensibilisation (simulation) sur les risques
sanitaires pour la mère et l’enfant dans une famille nombreuse en situation de promiscuité
 Consigne : Propose des solutions pour préserver la santé de la mère et de l’enfant

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu participes à une campagne de sensibilisation à l’école sur le SIDA
 Consigne : Propose 4 solutions pour préserver la santé de la mère et de l’enfant

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Justesse Aucune erreur dans l’identification des modes de transmission du
4
SIDA entre la mère et l’enfant
1 erreur dans l’identification des modes de transmission du SIDA entre
3
la mère et l’enfant
2 erreurs dans l’identification des modes de transmission du SIDA 2
entre la mère et l’enfant

25
8
3 erreurs dans l’identification des modes de transmission du SIDA
1
entre la mère et l’enfant
Plus de 3 erreurs dans l’identification des modes de transmission du
0
SIDA entre la mère et l’enfant
Aucune erreur dans les solutions proposées 4
1 erreur dans les solutions proposées 3
 Pertinence 2 erreurs dans les solutions proposées 2
3 erreurs dans les solutions proposées 1
Plus de 3 erreurs dans les solutions proposées 0
Exhaustivité La réponse est complète 2
La réponse est à moitié complète 1
La réponse est insuffisante 0

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’entraîner l’élève à pouvoir expliquer et proposer des solutions pertinentes à des problèmes
d’environnement, de population et de santé du milieu. La compétence se manifeste dans des situations
où l’élève, face à un problème du milieu, donne des explications et propose des solutions pertinentes et
réalistes.
 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers paliers sont traités au niveau 1 et
les deux derniers au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur l’explication et la proposition de
solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations entre insalubrité, cohabitation et paludisme
(ou maladies diarrhéiques) d’une part, et d’autre part, entre pollution, promiscuité et maladies
respiratoires ou cutanées. Les paliers du niveau 2 abordent l’explication et la proposition de solutions
pertinentes à des problèmes nés des interrelations entre dégradation des ressources, pauvreté et
carence nutritionnelle ou maladies bucco-dentaires de même ils traitent de l’explication et de la
proposition de solutions pertinentes à des problèmes nés des interrelations entre taille de la famille,
santé de la mère et de l’enfant (SIDA par exemple)

 Données psychopédagogiques :
Les obstacles épistémologiques qui entravaient jusque-là le développement de la pensée scientifique
ont largement décliné. L’enfant est relativement prêt à mener une observation et une analyse plus
objective du milieu et à identifier les problèmes majeurs qui s’y posent. Par des visites de sites,
l’observation d’images, l’identification et l’analyse des problèmes, il s’agit de développer l’esprit
scientifique de l’enfant et sa capacité à proposer des solutions favorables à l’environnement, à la qualité
de vie et au bien-être de l’individu et de la collectivité.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à
titre d’exemple, sur les moyens suivants :
- sites (dégradé ou en équilibre)
- images (sites dégradés ou en équilibre, individus malades ou en bonne santé, phénomènes de
population, etc.)
- enquêtes
- étude documentaire

25
8
3.3. Indications pour la démarche :
La séance comporte quatre grandes phases :

 Phase d’observation, d’étonnement et de questionnement : mise en contact avec la


situation (visite de site, observation d’images, étude documentaire, enquête, etc.) pour éveiller
l’intérêt et amener l’élève à se poser des questions. Cette observation doit être assez libre  ;
accorder suffisamment de temps à cette phase.
NB : Le maître effectuera une visite préparatoire avant celle des élèves

 Phase d’analyse : à partir d’une observation dirigée, amener l’élève à identifier le


problème majeur, ses causes, ses conséquences ainsi que les solutions appropriées. Le
problème à étudier doit être proche du vécu de l’élève pour lui permettre de faire l’analyse
demandée.
 Phase de récapitulation et de synthèse : le maître reprend en collaboration avec les
élèves la trame générale des acquisitions pour une récapitulation et une mise en cohérence
des apprentissages : problème – causes – conséquences – propositions de solutions
 Phase de réinvestissement : Les acquis seront réinvestis dans d’autres situations
similaires

3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- identification des informations à recueillir (cf. cahier d’activités)
- élaboration du test de recueil des informations (cf. cahier d’activités)
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- correction et identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
SOUS DOMAINE 1 : Education au développement durable

VIVRE ENSEMBLE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des connaissances, des aptitudes et des attitudes dans des
situations d’explication et de proposition de solutions à des problèmes de relations humaines au sein du
milieu

CRITERES :
 Pertinence : La solution proposée est adaptée à la situation
 Justesse : Les explications sont exactes
 Faisabilité : La solution proposée est acceptable au regard du contexte

PALIER 1 : Intégrer des règles de base du savoir vivre, le respect des différences et des choix
personnels dans des situations d’explication et de proposition de solutions à des problèmes liés à la vie
en société

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- oppositions nettes : propos vifs,


Identifier des problèmes
querelles, intransigeance, agressions 1 séance
engendrés par la
Proposer des verbales, injures, bouderie, etc. de 45 mn
divergence d’opinions
solutions à des - bagarres
problèmes engendrés dialogue constructif, sens de l’écoute,
Proposer des modes de
par la divergence ouverture d’esprit, respect de l’opinion
règlement des problèmes 1 séance
d’opinions d’autrui, respect de l’autre, retenue,
engendrés par la de 45 mn
sens du dépassement, humilité, bonne
divergence d’opinions
foi, etc.
rivalité, intolérance, moquerie, mépris,
Identifier des problèmes
ironie, complexe de supériorité, fierté 1 séance
Proposer des engendrés par la différence
déplacée, repli identitaire, de 45 mn
solutions à des d’appartenance
exclusivisme, communautarisme, etc.
problèmes engendrés
Proposer des modes de
par la différence dialogue constructif, ouverture d’esprit,
règlement des problèmes 1 séance
d’appartenance respect de l’autre, sens de l’égalité et
engendrés par la différence de 45 mn
de l’équité, humilité, etc.
d’appartenance
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :

25
8
 Contexte : Dans la cour de l’école deux élèves se querellent vivement à cause d’une
divergence d’opinions (ou d’appartenance)
 Consigne : Indique des attitudes favorables à l’acceptation et au respect de la différence

25
8
PALIER 2 : Intégrer des règles de fonctionnement des organisations, une culture démocratique et la
solidarité dans des situations d’explication et de proposition de solutions à des problèmes liés à la
gestion des institutions locales

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

organisations locales : coopérative,


association sportive et culturelle 2 séances
Identifier les types
(ASC), groupement d’intérêt de 45 mn
Découvrir le mode de d’organisations locales
économique (GIE), groupement de chacune
fonctionnement de
promotion féminine (GPF), etc.
quelques
statut et règlement intérieur :
organisations locales Décrire le fonctionnement 2 séances
missions, composition, modalités
de quelques organisations de 45 mn
d’adhésion, moyens, mode de
locales chacune
fonctionnement, activités,
- conseil rural, conseil municipal,
Identifier les types conseil régional 1 séance
Découvrir le mode de d’institutions locales - la sous-préfecture, la préfecture, la de 45 mn
fonctionnement de gouvernance
quelques institutions statut et règlement intérieur :
2 séances
locales Décrire le fonctionnement missions, composition, moyens,
de 45 mn
des institutions locales mode de désignation, mode de
chacune
fonctionnement, activités,
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu assistes à une réunion houleuse d’élection de responsables de la coopérative
 Consigne : Propose des solutions pour le règlement de la crise

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu assistes à une réunion houleuse d’élection de responsables de l’ASC du quartier
ou du village
 Consigne : Propose des solutions pour le règlement de la crise

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans l’identification des points de désaccord 4
1 erreur dans l’identification des points de désaccord 3
Justesse 2 erreurs dans l’identification des points de désaccord 2
3 erreurs dans l’identification des points de désaccord 1
Plus de 3 erreurs dans l’identification des points de désaccord 0
Aucune erreur dans les solutions proposées 4
1 erreur dans les solutions proposées 3
 Pertinence 2 erreurs dans les solutions proposées 2
3 erreurs dans les solutions proposées 1
Plus de 3 erreurs dans les solutions proposées 0
La réponse est complète 2
Exhaustivité La réponse est à moitié complète 1
La réponse est insuffisante 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des règles de fonctionnement des organisations, une culture démocratique et la
solidarité dans des situations d’explication et de proposition de solutions de prévention des problèmes
liés au voisinage entre des communautés ou des Etats

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Organisations ethniques,
2 séances
Identifier des organisations confrériques, confessionnelles,
de 45 mn
Découvrir le mode de communautaires socioprofessionnelles, de
chacune
fonctionnement de ressortissants, etc.
quelques statut et règlement intérieur :
organisations Décrire le fonctionnement missions, composition, moyens, 2 séances
communautaires de quelques organisations mode de désignation ou d’adhésion, de 45 mn
communautaires mode de fonctionnement, activités, chacune
etc.
- les organisations sous-régionales :
Identifier des organisations OMVS, OMVG, CEDEAO, UEMOA,
1 séance
sous-régionales et Union Africaine (UA)
Découvrir le mode de de 45 mn
africaines - les organisations africaines : Union
fonctionnement de
Africaine (UA), CAF, BAD
quelques
statut et règlement intérieur :
organisations sous- Décrire le fonctionnement
missions, composition, moyens, 2 séances
régionales de quelques organisations
mode de désignation ou d’adhésion, de 45 mn
sous-régionales et
mode de fonctionnement, activités, chacune
africaines
etc.
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu as lu (ou entendu) dans la presse un article sur le conflit entre deux pays
limitrophes (exploitation de ressources, tracé des frontières, etc.)
 Consigne : Rappelle les règles de fonctionnement et les procédures de règlement des conflits
dans l’organisation sous-régionale à laquelle ils appartiennent

25
8
PALIER 4 : Intégrer des règles de fonctionnement des organisations, une culture démocratique et la
solidarité dans des situations d’explication et de proposition de solutions à des problèmes liés à la
gestion des institutions nationales et internationales

APPRENTISSAGES PONCTUELS :

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

- la Nation et la République :
citoyenneté, symboles (le Lion, le
Baobab), l’emblème (le drapeau),
l’hymne national, la devise
Identifier des organisations - le Président de la République et le 2 séances
Découvrir le mode de et des institutions gouvernement, le Parlement, les de 45 mn
fonctionnement de nationales Cours et Tribunaux chacune
quelques - organisations nationales
organisations et humanitaires, organisations
institutions nationales des droits de l’homme,
nationales etc.
statut et règlement intérieur :
Décrire le fonctionnement missions, composition, moyens, 2 séances
de quelques organisations mode de désignation ou d’adhésion, de 45 mn
et institutions nationales mode de fonctionnement, activités, chacune
etc.
Identifier des organisations les organisations du système des
1 séance
Découvrir le mode de et des institutions Nations Unies : UNICEF, UNESCO,
de 45 mn
fonctionnement de internationales FAO, OMS, OMC, HCR, FNUAP, etc.
quelques statut et règlement intérieur :
Décrire le fonctionnement
organisations et missions, composition, moyens, 2 séances
de quelques organisations
institutions mode de désignation ou d’adhésion, de 45 mn
et institutions
internationales mode de fonctionnement, activités, chacune
internationales
etc.
90 mn
Activités d’intégration

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois présenter à des correspondants une institution nationale de ton pays
 Consigne : Rédige le texte sur l’institution de ton choix

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu dois présenter une organisation internationale dans le journal de l’école

25
8
 Consigne : Rédige l’article sur l’organisation de ton choix

25
8
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Pas d’erreur dans l’identification de l’organisation 2
Pertinence
Erreur dans l’identification de l’organisation 0
Aucune erreur dans les missions citées 4
1 erreur dans les missions citées 3
 Justesse des
2 erreurs dans les missions citées 2
missions
3 erreurs dans les missions citées 1
Plus de 3 erreurs dans les missions citées 0
Aucune erreur dans les activités citées 4
1 erreur dans les activités citées 3
Justesse des
2 erreurs dans les activités citées 2
activités menées
3 erreurs dans les activités citées 1
Plus de 3 erreurs dans les activités citées 0

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’amener l’enfant à développer des aptitudes et des attitudes positives conformes aux valeurs
du milieu. La compétence se manifeste dans des situations où l’enfant, face à des problèmes de
relations humaines au sein du milieu, est appelé à fournir des explications et à proposer des solutions.

 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
autres au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur l’explication et la proposition de solutions à des
problèmes liés à la vie en société et à la gestion des institutions locales. Les paliers du niveau 2
abordent l’explication et la proposition de solutions préventives à des problèmes liés au voisinage entre
des communautés ou des Etats et à la gestion des institutions nationales et internationales.

 Données psychopédagogiques :
L’égocentrisme qui caractérisait jusque-là les relations de l’enfant avec son entourage a largement
décliné. L’enfant du cours moyen est relativement mûr pour établir des relations de réciprocité, de
tolérance et d’égalité dans les relations sociales. Il doit alors être amené à analyser les valeurs et les
conduites caractéristiques de son groupe social. Dans « Vivre ensemble » l’élève apprend à analyser
les problèmes nés des relations humaines et à proposer des solutions pertinentes.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à
titre indicatif, sur les moyens suivants :
- vécu de l’enfant à l’école et dans ses relations sociales
- situations fortuites
- situations simulées
- modèle du maître
- études de cas
- contes, légendes, proverbes, etc.

3.3. Indications pour la démarche :


 Phase de compréhension :

25
8
- Mise en situation des élèves : utilisation d’un prétexte (situation vécue ou simulée, situation
fortuite, histoire narrée, etc.)
- Appropriation du problème : le maître aide les élèves à comprendre globalement le problème posé

 Phase d’analyse et de discussion :


Le maître organise la discussion dans les groupes (ou en plénière) pour faire apparaître tous les points
de vue qui peuvent être de nature opposée (bien / mal, juste / injuste, vrai / faux, etc.). Tous les points
de vue sont dignes d’intérêt, donc de respect.

 Phase d’appréciation :
Reprise systématique et réflexion critique pour dégager les avantages et les inconvénients de chaque
option. Cette phase peut amener des élèves à modifier volontairement leurs représentations du
problème pour en avoir une perception plus précise.

 Phase de choix :
- Les élèves opèrent et expriment librement leur choix
- Les choix sont justifiés et argumentés

 Phase de réinvestissement :
La conclusion ou le choix retenus devront inspirer les conduites futures des élèves

25
8
DOMAINE 2 : EDUCATION PHYSIQUE, SPORTIVE ET ARTISTIQUE

TABLEAU DES COMPETENCES


COMPETENCE DE CYCLE :
Intégrer des règles de base, des activités motrices simples et des techniques
élémentaires d’expression dans des situations de réalisation d’œuvres d’art et
d’éducation physique et sportive.

COMPETENCE DE L’ETAPE :
Intégrer des règles de base, des activités motrices simples et des techniques
élémentaires d’expression dans des situations de réalisation d’œuvres d’art et
d’éducation physique et sportive.

COMPETENCES DE SOUS DOMAINES

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE EDUCATION ARTISTIQUE


Intégrer des techniques élémentaires
Intégrer des règles de base, des d’observation, de reproduction et de création
dans des situations de production artistique
activités motrices, des techniques
simples et des systèmes de jeu dans
des situations de compétitions
sportives

COMPETENCES DE BASE PAR ACTIVITE

SOUS DOMAINES ACTIVITES COMPETENCES DE BASE


Intégrer des règles de base, des activités
Education physique
Education physique motrices, des techniques simples et des
et sportive systèmes de jeu dans des situations de
Activités sportives
compétitions sportives
Education artistique Intégrer des formes, des couleurs et des
techniques élémentaires de reproduction et
Arts plastiques d’expression artistique dans des situations de
production de dessins, de décors et de modelage
d’objets courants
Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une
gestuelle simple et la coordination des
Education musicale
mouvements dans des situations d’interprétation
et de création de chants

25
8
Intégrer l’imitation, le jeu de rôles, la mise en
Arts scéniques scène et le déguisement dans des situations de
présentation de sketchs (produits, lus ou vus)

25
8
SOUS DOMAINE 1 : Education physique et sportive

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des règles de base, des activités motrices, des techniques simples
et des systèmes de jeu dans des situations de compétitions sportives

CRITERES :
 Conformité : Les règles de jeu sont respectées
 Performance : Les résultats ont atteint les seuils fixés
 Endurance : L’effort physique demandé est supporté

PALIER 1 : Intégrer des règles de base, des activités motrices et des techniques simples dans des
situations de compétitions en sport individuel avec comme dominantes la course et le saut
Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Organiser une compétition - différentes courses : vitesse,
de 45 mn
Participer à une en course endurance, haies
chacune
compétition en - techniques et règles de jeu
2 séances
course - performances individuelles et
Compétir en course de 45 mn
collectives
chacune
2 séances
Organiser une compétition - différents sauts : hauteur, longueur,
de 45 mn
en saut triple saut, perche
Participer à une chacune
- techniques et règles de jeu
compétition en saut 2 séances
- performances individuelles et
Compétir en saut de 45 mn
collectives
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : L’école organise un week-end sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes une compétition de course ou de saut
- Compétis avec ton équipe en course ou en saut

25
8
PALIER 2 : Intégrer des règles de base, des activités motrices, des techniques simples et des
systèmes de jeu dans des situations de compétitions en sports collectifs avec comme dominantes le
football, le volleyball et le handball

Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

Organiser un match de 2 séances


règles, tactiques et techniques
football de 45 mn
Participer à une élémentaires : passe, démarquage,
chacune
compétition de contrôle, dribble, parade, tir, remise
2 séances
football Jouer un match de football en jeu, pénalités, pénalty, attaque,
de 45 mn
défense, hors jeu, etc.
chacune
2 séances
Organiser un match de règles, tactiques et techniques
Participer à une de 45 mn
volleyball ou de handball élémentaires : passe, démarquage,
compétition de chacune
contrôle, dribble, feinte, parade, tir,
volleyball ou de 2 séances
Jouer un match de remise en jeu, pénalités, pénalty,
handball de 45 mn
volleyball ou de handball attaque, défense, etc.
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : L’école organise un tournoi sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes un match de football, de handball ou de volleyball
- Joue avec ton équipe le tournoi de football, de handball ou de volleyball

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : L’école organise un tournoi sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes un match de football, de handball ou de volleyball
- Joue avec ton équipe un match de football, de handball ou de volleyball

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans le rôle tenu pour l’organisation du match 4
1 erreur dans le rôle tenu pour l’organisation du match 3
Conformité 2 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du match 2
3 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du match 1
Plus de 3 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du match 0
Aucune erreur dans le jeu individuel 4
1 erreur dans le jeu individuel 3
Performance 2 erreurs dans le jeu individuel 2
3 erreurs dans le jeu individuel 1
Plus de 3 erreurs dans le jeu individuel 0
Endurance  L’effort physique demandé est supporté 2

25
8
L’effort physique demandé est moyennement supporté 1
L’effort physique demandé n’est pas supporté 0

25
8
PALIER 3 : Intégrer des règles de base, des activités motrices et des techniques simples dans des
situations de compétitions en sports individuels avec comme dominantes, le lancer, la lutte
Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Organiser une compétition
de 45 mn
de lancer - différents lancers : poids, marteau,
Participer à une chacune
javelot, disque, précision, etc.
compétition de lancer 2 séances
- techniques et règles de jeu
Compétir en lancer de 45 mn
chacune
2 séances
Organiser une compétition
- différents types de lutte : de 45 mn
de lutte
Participer à une traditionnelle sans frappe, gréco- chacune
compétition de lutte romaine, etc. 2 séances
Compétir en lutte - techniques et règles de jeu de 45 mn
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : L’école organise un week-end sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes une compétition en lancer et en lutte
- Compétis en lancer et en lutte

25
8
PALIER 4 : Intégrer des règles de base, des activités motrices, des techniques simples et des
systèmes de jeu dans des situations de compétitions en sports collectifs avec comme dominantes le
relais, le basketball
Objectifs
Objectifs spécifiques Contenus Durée
d’apprentissage

2 séances
Organiser une course de
de 45 mn
relais
Participer à une chacune
techniques, tactiques et règles de jeu
compétition de relais 2 séances
Compétir en course de
de 45 mn
relais
chacune
2 séances
Organiser une compétition règles, tactiques et techniques
de 45 mn
Participer à une de basketball élémentaires : passe, démarquage,
chacune
compétition de contrôle, dribble, feinte, parade,
2 séances
basketball Jouer un match de basket- shoot, remise en jeu, pénalité,
de 45 mn
ball attaque, défense, etc.
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : L’école organise un tournoi sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes le tournoi de relais ou de basket-ball
- Compétis avec ton équipe en relais ou en basket-ball

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : L’école organise un tournoi sportif
 Consigne : - Organise avec tes camardes une rencontre en relais ou en basket-ball
- Compétis avec ton équipe en relais ou en basket-ball
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans le rôle tenu pour l’organisation du tournoi 4
1 erreur dans le rôle tenu pour l’organisation du tournoi 3
Conformité 2 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du tournoi 2
3 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du tournoi 1
Plus de 3 erreurs dans le rôle tenu pour l’organisation du tournoi 0
Aucune erreur dans la prestation individuelle 4
1 erreur dans la prestation individuelle 3
Performance 2 erreurs dans la prestation individuelle 2
3 erreurs dans la prestation individuelle 1
Plus de 3 erreurs dans la prestation individuelle 0
Endurance  L’effort physique demandé est supporté 2
L’effort physique demandé est moyennement supporté 1

25
8
L’effort physique demandé n’est pas supporté 0

25
8
3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit de donner à l’enfant l’occasion de s’adonner à des compétitions sportives. La compétence se
manifeste dans des situations où l’enfant est appelé à appliquer des règles de base, des activités motrices,
des techniques simples et des systèmes de jeu dans des tournois interclasses ou inter-écoles.

 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
autres au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur les sports individuels avec comme dominantes la
course et le saut ainsi que sur les sports collectifs avec comme dominantes le football, le volleyball et le
handball. Les paliers du niveau 2 traitent des sports individuels avec comme dominantes le lancer et la lutte
ainsi que des sports collectifs avec comme dominantes le relais et le basketball.

 Données psychopédagogiques :
L’école doit prendre en charge l’éducation totale de l’enfant : celle du corps comme celle de l’esprit. L’enfant
doit grandir et s’épanouir de façon équilibrée : « un esprit sain dans un corps sain ». L’éducation physique et
sportive exerce une influence bénéfique sur le développement de la personnalité de l’enfant, au plan
intellectuel en fortifiant l’attention et au plan moral en raffermissant la volonté. Elle se propose aussi de
développer les qualités physiques de l’enfant, sa force, son adresse et son agilité. Par la pratique régulière
des sports collectifs, l’enfant développe ses qualités sociales, le sens de la coopération, le respect de la
règle et le fair-play.

Pour la formation des groupes comme pour le choix des activités, il faut tenir compte de la force physique et
de non de l’âge réel.

3.2. Moyens :
Le maître ne doit pas s’attendre impérativement à un matériel sophistiqué. Pour le développement de la
compétence à travers les différents paliers, il peut s’appuyer, à titre indicatif, sur les moyens suivants :
- matériaux de récupération : pots de conserve, pneus, piquets, etc.
- matériels confectionnés : dossards, bandeaux, foulards, claquoir, drapeaux, etc.
- matériels standards : sifflets, ballons, élastique, mètre pour mesurer les dimensions, etc.

3.3. Indications pour la démarche :


- Utiliser le plus souvent le jeu et les formes jouées pour aider à la socialisation 
- Faire appel aux exercices de psychomotricité pour corriger les insuffisances dans la perception (trouble de
l’orientation dans l’espace, confusion gauche / droite, etc.) et la motricité
- Respecter les rythmes biologiques en alternant activité et repos,
- Proscrire les exercices physiques intenses, et les jeux dangereux ;
- Diversifier les rôles de l’apprenant : acteurs, spectateurs, officiels
- Proposer des exercices, des jeux et des activités globales et variées (éviter toute forme de spécialisation)

La séance d’éducation physique et sportive comporte les moments significatifs suivants :


1. prise en main : formation et vérification des rangs et des tenues, marche cadencée, chant
2. mise en train (échauffement) : activation modérée générale par des exercices appropriés
3. Exercices de maintien : développement musculaire, correction posturale, etc.
4. Exercices préparatoires : exercices de préparation physique en rapport avec les activités sportives
prévues dans chaque atelier ;
5. Déroulement des activités : mise en place des situations pédagogiques destinées à la réalisation des
objectifs de la séance : tournois dans le cadre du PCME 
25
8
6. Retour au calme : immobilité et silence en vue de calmer l’agitation et de permettre une recharge
d’énergie.
7. Bilan et évaluation de la séance : expression des élèves sur les aspects positifs et les faiblesses
8. Toilette et retour en classe

25
8
SOUS DOMAINE 2 : Education artistique

ARTS PLASTIQUES

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des formes, des couleurs et des techniques élémentaires de reproduction et
d’expression artistique dans des situations de production de dessins, de décors et de modelage d’objets courants

CRITERES :
 Pertinence : Les formes, les couleurs et les techniques sont appropriées
 Beauté : Les productions suscitent un regard admiratif
 Originalité : La production est personnelle, nouvelle

PALIER 1 : Intégrer des formes, des couleurs et des techniques élémentaires de reproduction et d’expression
artistique dans des situations de décoration avec comme dominante le dessin

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
- dessins d’objets à reproduire
2 séances
Décorer avec des - dessins de figures géométriques à
de 45 mn
Décorer avec des dessins d’imitation reproduire
chacune
dessins de - dessins d’art
reproduction différents objets à observer et à dessiner 2 séances
Décorer avec des
pour décorer : ustensiles de cuisine, outils de 45 mn
dessins d’observation
de travail, objets divers, etc. chacune
- objets à décorer : ustensiles de cuisine, 2 séances
Décorer des objets avec
outils de travail, objets divers, etc. de 45 mn
des dessins libres
- dessins libres individuels chacune
Décorer avec des
- thèmes à illustrer : scolarisation des
dessins libres 2 séances
Illustrer avec des filles, semaine de l’école de base,
de 45 mn
dessins libres vaccination, hygiène, environnement, etc.
chacune
- textes (récitation, chants, etc.) à illustrer
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois illustrer les textes dans ton cahier de récitations et chants
 Consigne : Illustre avec des dessins une récitation ou un chant

25
8
PALIER 2 : Intégrer des formes, des couleurs et des techniques élémentaires de reproduction et d’expression
artistique dans des situations de décoration avec comme dominantes le collage et le modelage d’objets courants

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
2 séances
Imiter une décoration faite objets courants décorés avec
de 45 mn
par collage différentes techniques ??? de collage
Décorer par collage chacune
des objets - objets courants à décorer 2 séances
Décorer librement un objet
- différentes techniques de de 45 mn
par collage
décoration ??? chacune
2 séances
Reproduire des objets
objets modelés à reproduire de 45 mn
modelés
Décorer avec des chacune
objets modelés 2 séances
Modeler librement des
objets courants à modeler de 45 mn
objets
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois participer à une exposition sur la décoration
 Consigne : Réalise une décoration simple à l’aide d’objets modelés ou obtenus par collage

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu dois participer à un concours de décoration
 Consigne : Réalise une décoration à l’aide d’objets modelés ou faits par collage

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans le choix des objets de la décoration 4
1 erreur dans le choix des objets de la décoration 3
Pertinence 2 erreurs dans le choix des objets de la décoration 2
3 erreurs dans le choix des objets de la décoration 1
Plus de 3 erreurs dans le choix des objets de la décoration 0
La production des objets de la décoration suscite un regard très admiratif 4
La production des objets de la décoration suscite un regard admiratif 3
Beauté La production des objets de la décoration suscite un regard peu admiratif 2
La production des objets de la décoration ne suscite pas un regard
1
admiratif
La production porte une marque personnelle 2
Originalité
La production ne porte pas de marque personnelle 1

25
8
PALIER 3 : Intégrer des formes, des couleurs et des techniques élémentaires de reproduction et d’expression
artistique dans des situations de décoration avec comme dominante la production d’objets peints

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
2 séances
Peindre un tableau à partir tableaux de paysage, de portrait,
de 45 mn
d’un modèle d’objets courants, photos, etc.
Décorer avec des chacune
tableaux peints 2 séances
Peindre un tableau sans - tableaux peints à partir d’un thème
de 45 mn
modèle - tableaux d’inspiration libre
chacune
2 séances
Peindre des objets à partir
objets divers tirés de la vie courante de 45 mn
d’un modèle
Décorer avec des chacune
objets peints 2 séances
Peindre des objets sans
objets divers tirés de la vie courante de 45 mn
modèle
chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu dois participer à une exposition de décoration sur le thème de l’hygiène et de la propreté
 Consigne : Réalise une décoration à l’aide de tableaux ou d’objets peints

25
8
PALIER 4 : Intégrer des formes, des couleurs et des techniques élémentaires de reproduction et d’expression
artistique dans des situations d’interprétation d’une production d’art

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
1 séance
Décrire sa production d’art
Expliquer sa propre de 45 mn
production d’art Dire le message de sa 1 séance
production d’art éléments structurants de la production de 45 mn
Décrire une production (dessins, modelage, peinture, photos) 1 séance
Interpréter une
d’art de 45 mn
production d’art
Trouver un sens dans une 1 séance
réalisée par un autre
production d’art de 45 mn
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : L’école organise le vernissage d’une exposition d’objets d’art réalisés par les élèves
 Consignes : - Explique à un groupe de visiteurs le message de ta production
- Interprète pour un groupe de visiteurs le message de la production d’un camarade

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu visites une exposition d’objets d’art
 Consigne : Interprète une production qui t’a particulièrement intéressé
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune incohérence dans l’interprétation de la production d’art 4
1 incohérence dans l’interprétation de la production d’art 3
Pertinence
2 incohérences dans l’interprétation de la production d’art 2
Plus de 2 incohérences dans l’interprétation de la production d’art 1
L’interprétation suscite beaucoup d’admiration 4
Beauté L’interprétation suscite de l’admiration 3
L’interprétation suscite peu d’admiration 2
L’interprétation ne suscite pas du tout de l’admiration 1
L’interprétation porte une touche personnelle 2
Originalité
L’interprétation ne porte pas une touche personnelle 1

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’initier les élèves aux techniques de décoration. La compétence se manifeste dans des situations
scolaires et périscolaires où l’élève est appelé à produire des objets pour la décoration.

 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
autres au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur le modelage d’objets de la vie courante, le dessin, le
découpage, le collage et le pliage. Les paliers du niveau 2 abordent le coloriage d’objets dessinés ou
modelés et la production d’objets décoratifs par collage ou par pliage

25
8
 Données psychopédagogiques :
C’est par des étapes progressives que l’enfant est passé du réalisme intellectuel au réalisme visuel. Par les
sens il appréhende le monde et se l’approprie. Par ailleurs, il met en œuvre son imagination, son inventivité
et sa créativité, c’est-à-dire sa capacité à résoudre des problèmes. L’activité plastique permet d’apprendre à
observer et à rendre les enfants sensibles aux éléments qui les entourent, aux couleurs, aux formes, aux
volumes et aux matières.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, entre autres,
sur les moyens suivants :
 un environnement capable de stimuler l’élève en classe et hors de la classe pour qu’il s’imprègne des
réalités esthétiques :
- images : cartes postales, photographies, images découpées dans les magazines et les bandes
dessinées, etc.
- objets de l’artisanat : vannerie, calebasses décorées, jouets traditionnels, masques, statuettes
- objets de l’environnement naturel : coquillages, écorces, cailloux divers, sable, feuilles d’arbres, tissus,
argile
 carton, crayons, gomme, aquarelle, gouache, peinture, lames, ciseaux, pinceaux, colle, etc.
 objets de la vie courante : panier, mortier, canari, écuelle, cuiller, daba, calebasse, marteau, fourche,
etc.

3.3. Indications pour la démarche :


- Respecter les pouvoirs créateurs de l’enfant mais ne pas l’abandonner à lui-même.
- Etre attentif à ce que chaque enfant peut et veut faire.
- Donner à l’imaginaire et à la créativité la place qui leur revient.
- Dans les démarches de création, s’appuyer sur le « vécu » de l’enfant.
- L’intelligence et la volonté ont leur place dans la démarche qui conduit l’enfant vers une
maîtrise plus grande de ses gestes et de sa sensibilité.
- Se garder d’être trop exigeant par rapport aux proportions et à l’harmonie
- Se garder de comparer les productions des élèves entre elles : faire preuve de
bienveillance, d’encouragement et de valorisation de chaque découverte

Une activité d’arts plastiques comporte essentiellement les étapes suivantes :


1. Phase d’observation et d’expression orale sur l’objet :
Les élèves observent le modèle à partir de leurs positions respectives pour découvrir ses principales
caractéristiques. Ils s’expriment librement sur ce qu’ils voient et donnent leurs impressions. Le maître peut
attirer l’attention sur les particularités du modèle.
2. Phase d’exécution par les élèves
- essais préparatoires : les élèves définissent la forme de base, réalisent les premières esquisses sur un
support séparé (feuille, ardoise, etc.)
- le maître suit les élèves et leur apporte des suggestions sur les techniques
- exécution de la tâche proprement dite (dessin, modelage, peinture, décoration, etc.)
3. Phase de correction
Le maître organise des échanges sur les productions. Il signale à chaque élève, ensuite, les écarts par
comparaison avec le modèle vu de la place de l’élève. Il rectifie éventuellement sur une feuille séparée.

3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- administration du test (cf. cahier d’activités)
25
8
- identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
SOUS DOMAINE 2 : Education artistique

EDUCATION MUSICALE

COMPETENCE DE BASE : Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une gestuelle simple et la coordination des
mouvements dans des situations d’interprétation et de création de chants

CRITERES :
 Conformité : Les caractéristiques du produit sont respectées
 Créativité : La production est personnelle
 Beauté : La production est agréable

PALIER 1 : Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une gestuelle simple et la coordination des mouvements
dans des situations d’interprétation de chants tirés du répertoire national

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
Interpréter en groupe un chant 2 séances
Interpréter en tiré du répertoire national sans de 30 mn
groupe un chant support instrumental chacune
tiré du répertoire Interpréter en groupe un chant 2 séances
national tiré du répertoire national avec de 30 mn
- chants variés tirés du répertoire
support instrumental chacune
national
Interpréter individuellement un
- mouvements coordonnés et gestuelle 2 séances
chant tiré du répertoire
appropriés de 30 mn
Interpréter national sans support
- support instrumental chacune
individuellement instrumental
un chant tiré du Interpréter individuellement un
2 séances
répertoire national chant tiré du répertoire
de 30 mn
national avec support
chacune
instrumental
Activités d’intégration 45 mn
APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Interprète individuellement ou en groupe un chant tiré du répertoire local

25
8
PALIER 2 : Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une gestuelle simple et la coordination des mouvements
dans des situations d’interprétation et de création de chants inspirés du patrimoine national

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
Interpréter en groupe ou
2 séances
individuellement un chant tiré
- chants variés tirés du répertoire de 30 mn
du répertoire national sans
Interpréter un national chacune
support instrumental
chant tiré du - mouvements coordonnés et gestuelle
Interpréter en groupe ou
répertoire national appropriés 2 séances
individuellement un chant tiré
- support instrumental de 30 mn
du répertoire national avec
chacune
support instrumental
2 séances
Remplacer les paroles dans
de 30 mn
Créer un chant l’interprétation d’un chant
chants variés tirés du répertoire chacune
inspiré du
national 2 séances
répertoire national Modifier la mélodie dans
de 30 mn
l’interprétation d’un chant
chacune
Activités d’intégration 45 mn
APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Crée un nouveau chant en modifiant un modèle tiré du répertoire national

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu participes à un concours de création de chants
 Consigne : Crée un chant nouveau en modifiant un modèle tiré du répertoire national
GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION
Critères Indicateurs Barème
Aucune dysharmonie entre les paroles et la mélodie 4
Conformité  1 dysharmonie entre les paroles et la mélodie 3
2 dysharmonies entre les paroles et la mélodie 2
Plus de 2 dysharmonies entre les paroles et la mélodie 1
La production porte une touche personnelle 2
Créativité 
La production ne porte pas une touche personnelle 1
Le chant suscite beaucoup d’admiration 4
Le chant suscite de l’admiration 3
Beauté 
Le chant suscite peu d’admiration 2
Le chant ne suscite pas du tout de l’admiration 1

25
8
PALIER 3 : Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une gestuelle simple et la coordination des mouvements
dans des situations d’interprétation de chants

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
2 séances
Interpréter en groupe un chant
de 30 mn
sans support instrumental
Interpréter en chacune
groupe un chant 2 séances
Interpréter groupe un chant - chants variés tirés du répertoire
de 30 mn
avec support instrumental local, national et mondial
chacune
- mouvements coordonnés et
Interpréter individuellement un 2 séances
gestuelle appropriés
chant sans support de 30 mn
Interpréter - support instrumental
instrumental chacune
individuellement
Interpréter individuellement un 2 séances
un chant
chant avec support de 30 mn
instrumental chacune
Activités d’intégration 45 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu te prépares au CFEE
 Consigne : Interprète un chant tiré du répertoire que tu as choisi

25
8
PALIER 4 : Intégrer des mélodies, des rythmes divers, une gestuelle simple et la coordination des mouvements
dans des situations d’interprétation et de création de chants

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
Interpréter en groupe ou 2 séances
- chants variés tirés du répertoire local,
individuellement un chant de 30 mn
national et mondial
Interpréter un sans support instrumental chacune
- mouvements coordonnés et gestuelle
chant Interpréter en groupe ou 2 séances
appropriés
individuellement un chant de 30 mn
- support instrumental
avec support instrumental chacune
2 séances
Remplacer les paroles dans
de 30 mn
l’interprétation d’un chant
chants variés tirés du répertoire local, chacune
Créer un chant
national et mondial 2 séances
Modifier la mélodie dans
de 30 mn
l’interprétation d’un chant
chacune
Activités d’intégration 45 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Crée un nouveau chant en modifiant un modèle tiré du répertoire national

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu participes à un concours de création de chants
 Consigne : Crée un nouveau chant en modifiant un modèle appris

GRILLE DE CORRECTON ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Aucune dysharmonie entre les paroles et la mélodie 4
Conformité  1 dysharmonie entre les paroles et la mélodie 3
2 dysharmonies entre les paroles et la mélodie 2
Plus de 2 dysharmonies entre les paroles et la mélodie 1
La production porte une touche personnelle 2
Créativité 
La production ne porte pas une touche personnelle 1
Le chant suscite beaucoup d’admiration 4
Le chant suscite de l’admiration 3
Beauté 
Le chant suscite peu d’admiration 2
Le chant ne suscite pas du tout de l’admiration 1

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’éveiller la sensibilité musicale de l’enfant aux sons, aux rythmes, aux mélodies et à la gestuelle
qu’il doit reconnaître et apprendre à reproduire. La compétence se manifeste dans des situations scolaires
ou de la vie courante où l’enfant est appelé interpréter et à créer des chants.
 Composantes de la compétence :
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers sont traités au niveau 1 et les deux
autres au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur l’interprétation et la création de chants tirés ou
25
8
inspirés du répertoire national. Les paliers du niveau 2 abordent l’interprétation et la création de chants de
façon générale
 Données psychopédagogiques :
En réalité, l’enfant chante et danse avant d’entrer à l’école. Toutes les sociétés humaines pratiquent la
musique dans le cadre des loisirs ou à des fins religieuses ou sociales. A l’école, l’éducation musicale vise
principalement la formation du goût à travers le développement de la mémoire, de la voix, la familiarisation
avec le patrimoine culturel, l’amélioration de la maîtrise de soi par une régulation des rythmes biologiques,
l’enrichissement de l’imagination avec l’appel continu à la création et à l’improvisation.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à titre
indicatif, sur les moyens suivants :
- chants tirés du patrimoine culturel local
- textes d’auteurs
- bandes sonores
- divers instruments de musique : hochet, calebasse, maracas, sonnailles, petits tambours, bouteilles
résonnantes (balafon), guitare monocorde, etc.
- personnes ressources : griot, musiciens professionnels ou amateurs

3.3. Indications pour la démarche :


- priorité à la chanson et à la musique sur l’explication des paroles 
- fréquence des chants en classe en variant les types, les mélodies et les rythmes à la portée des
élèves
- priorité à la musique de tous les jours : celles des veillées, des fêtes, des cérémonies,
- apprentissage par imprégnation (comme on apprend la langue maternelle) : en écoutant, en
s’imprégnant, en répétant après le modèle.
- intégration de la musique dans les activités ludiques
- accompagner les élèves dans la création
La leçon de chant peut s’appuyer la démarche suivante :
 Exercices préparatoires
- exercices respiratoires et d’étirement (assouplissement musculaire)
- exercices de préparation de la voix (raclement de la gorge)
- exercices de précision
- exercices de vocalise
 Compréhension du chant
- Idée générale du chant
- Explication de quelques mots-clés du chant
 Exécution globale du chant
- par le maître,
- un élève doué ou une personne ressource
- par enregistrement
 Apprentissage du chant
- Chant modèle de la 1ère phrase musicale
- Répétition de la 1ère phrase musicale par un groupe de bons chanteurs, puis par l’ensemble de la classe.
- Chant modèle de la 2ème phrase musicale
- Répétition de la 2ème phrase musicale
- Chant modèle de la 1ère et de la 2ème phrases musicales
- Répétition de la 1ère et de la 2ème phrases musicales
- Ainsi de suite
 Organisation de concours de chants
25
8
- entre rangées
- entre élèves
3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
SOUS DOMAINE 2 : Education artistique

ARTS SCENIQUES

COMPETENCE DE BASE : Intégrer l’imitation, le jeu de rôles, la mise en scène et le déguisement dans des
situations de présentation de sketchs

CRITERES :
 Conformité : Le rôle est correctement joué
 Habileté : La dramatisation est expressive
 Assurance : La dramatisation est faite sans crispation

PALIER 1 : Intégrer l’imitation et le jeu de rôles vus, entendus ou lus dans des situations de présentation de pièces
de théâtre

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
2 séances
Imiter un personnage vu dans
Imiter un - différents personnages vus ou de 30 mn
un sketch
personnage d’une entendus dans un sketch comique chacune
pièce de théâtre Imiter un personnage qui joue - différents personnages vus ou 2 séances
vue ou entendue un rôle triste dans une entendus dans un sketch dramatique de 30 mn
dramatique vue chacune
2 séances
Imiter un personnage dans un
Imiter un - différents rôles de personnages lus de 30 mn
sketch lu
personnage d’une dans un sketch comique chacune
pièce de théâtre Imiter un personnage qui joue - différents rôles de personnages lus 2 séances
lue un rôle triste dans une dans un sketch dramatique de 30 mn
dramatique lue chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la répétition d’un sketch dans le cadre de la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Imite un personnage du sketch

25
8
PALIER 2 : Intégrer l’imitation, le jeu de rôles, le déguisement et la mise en scène dans des situations de
dramatisation de pièces de théâtre vues, entendues ou lues

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
- différents rôles de personnages de 2 séances
Jouer le rôle d’un personnage
Jouer le rôle d’un sketchs comiques vus ou entendus de 30 mn
dans un sketch vu ou entendu
personnage d’une - différents rôles de personnages de chacune
pièce de théâtre Jouer le rôle d’un personnage sketchs dramatiques vus ou entendus 2 séances
vue ou entendue triste dans une dramatique - déguisement et mise en scène de 30 mn
vue ou entendue chacune
2 séances
Jouer le rôle d’un personnage - différents rôles de personnages de
Jouer le rôle d’un de 30 mn
dans un sketch lu sketchs comiques lus
personnage d’une chacune
- différents rôles de personnages de
pièce de théâtre 2 séances
Jouer le rôle d’un personnage sketchs dramatiques lus
lue de 30 mn
triste dans une dramatique lue - déguisement et mise en scène
chacune
Activités d’intégration 60 mn
APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la répétition d’un sketch dans le cadre de la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Joue le rôle d’un personnage du sketch

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu participes à une sélection de comédiens pour présenter un sketch dans le cadre de la
préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Joue le rôle d’un personnage du sketch

GRILLE DE CORRECTION ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans la restitution du texte 4
1 erreur dans la restitution du texte 3
Conformité 
2 erreurs dans la restitution du texte 2
Plus de 2 erreurs dans la restitution du texte 1
Aucune erreur dans la manière d’interpréter le rôle 4
1 erreur dans la manière d’interpréter le rôle 3
Habileté
2 erreurs dans la manière d’interpréter le rôle 2
Plus de 2 erreurs dans la manière d’interpréter le rôle 1
Assurance L’interprétation est faite sans crispation 2
L’interprétation est faite avec crispation 1

25
8
PALIER 3 : Intégrer l’imitation et le jeu de rôles dans des situations de dramatisation de pièces de théâtre vues ou
entendues

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
- différents rôles de personnages de 2 séances
Jouer le rôle d’un personnage
Jouer le rôle d’un sketchs vus de 30 mn
dans un sketch vu
personnage dans - différents rôles de personnages de chacune
une pièce de Jouer le rôle d’un personnage dramatiques vues 2 séances
théâtre vue qui tient un rôle triste dans - déguisement et mise en scène de 30 mn
une dramatique vue chacune
2 séances
Jouer le rôle d’un personnage - différents rôles de personnages de
Jouer le rôle d’un de 30 mn
dans un sketch entendu sketchs entendus
personnage dans chacune
- différents rôles de personnages de
une pièce de Jouer le rôle d’un personnage 2 séances
dramatiques entendues
théâtre entendue qui tient un rôle triste dans de 30 mn
- déguisement et mise en scène
une dramatique entendue chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la répétition d’un sketch dans le cadre de la préparation d’une fête scolaire
 Consigne : Joue le rôle d’un personnage du sketch

25
8
PALIER 4 : Intégrer l’imitation, le jeu de rôles, le déguisement et la mise en scène dans des
situations de dramatisation de pièces de théâtre lues ou créées

Objectifs Objectifs spécifiques Contenus Durée


d’apprentissage
2 séances
Jouer le rôle d’un personnage - différents rôles de personnages de
Jouer le rôle d’un de 30 mn
dans un sketch lu sketchs lus
personnage dans chacune
- différents rôles de personnages de
une pièce de Jouer le rôle d’un personnage 2 séances
dramatiques lues
théâtre lue qui tient un rôle triste dans de 30 mn
- déguisement et mise en scène
une dramatique lue chacune
2 séances
Jouer le rôle d’un personnage - différents rôles de personnages de
Jouer le rôle d’un de 30 mn
dans un sketch créé sketchs créés
personnage dans chacune
- différents rôles de personnages de
une pièce de Jouer le rôle d’un personnage 2 séances
dramatiques créées
théâtre créée qui tient un rôle triste dans de 30 mn
- déguisement et mise en scène
une dramatique créée chacune
Activités d’intégration 60 mn

APPRENTISSAGE DE L’INTEGRATION :
SITUATION D’INTEGRATION :
 Contexte : Tu participes à la préparation d’une représentation théâtrale dans le cadre d’une fête scolaire
 Consigne : Joue le rôle d’un personnage d’un sketch lu ou créé

SITUATION D’EVALUATION :
 Contexte : Tu participes à une sélection de comédiens pour présenter un sketch à l’occasion de la fête de fin
d’année
 Consigne : Joue le rôle d’un personnage du sketch

GRILLE DE CORRECTION ET BAREME DE NOTATION


Critères Indicateurs Barème
Aucune erreur dans la restitution du texte 4
1 erreur dans la restitution du texte 3
Conformité 
2 erreurs dans la restitution du texte 2
Plus de 2 erreurs dans la restitution du texte 1
Aucune erreur dans la manière d’interpréter le rôle 4
1 erreur dans la manière d’interpréter le rôle 3
Habileté
2 erreurs dans la manière d’interpréter le rôle 2
Plus de 2 erreurs dans la manière d’interpréter le rôle 1
Assurance L’interprétation est faite sans crispation 2
L’interprétation est faite avec crispation 1

3. INFORMATIONS DIDACTIQUES :
3.1. Appropriation de la compétence
 Sens de la compétence :
Il s’agit d’initier l’enfant à la présentation de sketchs. La compétence se manifeste dans des situations de la vie
scolaire et périscolaire où l’enfant est appelé à se produire sur scène.
 Composantes de la compétence :
25
8
La compétence est subdivisée en quatre paliers. Les deux premiers paliers sont traités au niveau 1 et les deux
autres au niveau 2. Les paliers du niveau 1 portent sur la dramatisation de sketchs vus, entendus ou lus. Les
paliers du niveau 2 abordent la dramatisation de sketchs vus, entendus, lus ou créés.

 Données psychopédagogiques :
De façon spontanée, l’enfant chante, danse et parodie les personnages typiques de son milieu proche. La
dramatisation est une activité quasi naturelle chez l’enfant ; tout n’est pas un don de l’école mais celle-ci doit
œuvrer au développement des potentialités de l’enfant dans le domaine des arts scéniques. La relation entre le
geste et la parole a un caractère formateur indiscutable. Lorsque l’enfant s’exprime par son corps, ses gestes,
son mouvement, il extériorise et signifie aussi bien ses sentiments, ses émotions, sa vie affective que son
intelligence et sa compréhension du monde environnant.

3.2. Moyens :
Pour le développement de la compétence à travers les différents paliers, le maître peut s’appuyer, à titre indicatif,
sur les moyens suivants :
- vécu de l’enfant : scènes de vie courante (rue, famille, école, etc.)
- divers assortiments pour les déguisements
- objets divers en fonction des scénarios
- contes, fables, sketchs, dramatiques, saynètes, etc.

3.3. Indications pour la démarche :


- mettre l’accent sur la spontanéité et l’épanouissement
- respecter l’originalité, le goût, la sensibilité esthétique et la personnalité
- donner à l’imaginaire et à la créativité la place qui leur revient
- s’appuyer sur le « vécu » de l’enfant
- introduire progressivement les techniques (plus l’éventail est large plus la créativité peut s’exprimer)
- privilégier l’environnement socioculturel
- créer un environnement capable de stimuler l’enfant en classe et ailleurs (imprégnation progressive des
réalités esthétiques)
- prendre en compte les dispositions et les acquis antérieurs

Les démarches sont multiples ; elles varient en fonction du projet de la classe. A titre d’exemple, on peut retenir :
 Imprégnation : Présentation de la situation à dramatiser
 Production et travail de la dramatisation : le scénario, la gestuelle, la diction, le déguisement, sont
progressivement élaborés
 Répétition générale : une fois que les rôles sont assimilés (texte mémorisé, décor
campé, gestuelle et diction maîtrisées), le maître organise une représentation générale

3.4. Evaluation :
Le processus s’articule autour des points suivants :
- administration du test (cf. cahier d’activités)
- identification des lacunes
- catégorisation des lacunes (hypothèses sur les causes)
- formation des groupes de besoins
- élaboration d’un dispositif de remédiation
- application du dispositif de remédiation

25
8
25
8

Vous aimerez peut-être aussi