Vous êtes sur la page 1sur 18

TD2 

: Energie solaire photovoltaïque : Dimensionnement


ROYAUME DU MAROC
UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI
Ecole Nationale des Sciences Appliquées Tanger

Exercice1 :

Correction

On suppose que notre installation alimente les appareils suivants :

Conso.
Puissance Durée Conso.
Usage Equipement veille Nbre Période
(W) (h) (Wh/j)
(W)

Lampe Fluo
Eclairage
compacte 13
13 0 3 6 J 234

Réfrigération
(+2°C)
Coffre 130/140 litres 77 0 1 8 J 616

Audio-visuel Radio-Réveil 5 0 1 3 J 15

Téléviseur couleur
Audio-visuel
42cm
50 5 1 3 J 255

1- Calculez l’énergie journalière de chaque récepteur dans le tableau ci-dessus.


Voir Tableau

2- Déterminez maintenant l’énergie journalière nécessaire pour alimenter l’ensemble des


récepteurs (notée Ech) ?
Ech = 1120Wh/jour.
La puissance crête (Pc) d’un module photovoltaïque est définie pour une puissance solaire
2
rayonnée constante de 1000W/m . Le rayonnement étant variable au cours de la journée, on
peut déterminer, par intégration, la quantité d’énergie solaire reçue par le générateur dans une
journée (Esol exprimée en Wh/m2).
L’énergie journalière de Marseille en décembre (exposition 30° Sud) est de :
2
Esol = 2837 Wh/m

3- Calculez le « nombre d’heures équivalentes : Ne ».


Notion du nombre d’heures équivalentes

1
Le module photovoltaïque est caractérise par sa puissance crête (Pc) dans des conditions STC
spécifiques (sous l’ensoleillement de 1 000 W/m2, à la température de 25° C sous un spectre AM 1,5).

Le module exposé à un ensoleillement maximal produit une énergie (Wh) égale a la puissance
crête durant un certain temps. Dans les conditions réelles de fonctionnement, cet ensoleillement
maximal ne se produit que durant quelques heures de la journée, en raison de la fluctuation journalière
du rayonnement solaire. Ces heures optimales sont appelées heures équivalentes.

Ainsi, l’illumination solaire reçu (Gsol) équivaut au produit du rayonnement de 1 000 W/m2 par le
nombre d’heures équivalentes (Ne) :

𝐺𝑠𝑜𝑙
𝐺𝑠𝑜𝑙 = 𝑁𝑒. 1000 𝑁𝑒 = 1000

avec :
• Gsol : illumination solaire reçu (Wh/m2/j) ;
• Ne : nombre d’heures équivalentes (h/j).

Exemple : Le nombre d’heures équivalent pour une illumination solaire de 2,2Kw/m2/j est Ne=2,2.
Ainsi L’énergie journalière de Marseille en décembre (exposition 30° Sud) est de :

Esol = 2837 Wh/m2 correspond à un nombre équivalent Ne= 2,837h

4- Calculer la puissance crête du générateur photovoltaïque nécessaire pour fournir


l’énergie Ech. ηph = 75% : rendement de l’installation photovoltaïque pour tenir compte
des pertes dans le générateur (salissure, température, …), le régulateur, la batterie.

Etude du générateur photovoltaïque


Les besoin en énergie Ech, évalués d’après les estimations sur les appareils électriques doivent être
couverts par le générateur photovoltaïque compte tenu du rayonnement solaire, du coefficient
d’inclinaison et de toutes les pertes dans le système.

𝐸𝑐ℎ
𝑃𝑐 * 𝑁𝑒 * η𝑡𝑜𝑡 = 𝐸𝑐ℎ⟹𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡

Pc = puissance nominale du générateur photovoltaïque en watt crêt (Wc)


Ne = nombre d’heurs équivalent pour le mois d’étude critique
Ech= besoin énergétique total par jour d’après les estimations sur les appareils électriques
(en Wh).
η𝑡𝑜𝑡 = rendement total décrivant toutes les pertes à prendre en compte.

2
En déduit la puissance crête nécessaire pour satisfaire aux besoins électriques des appareils et
en tenant compte de tout les pertes dans l’installation photovoltaïque.

𝐸𝑐ℎ 1120𝑊ℎ/𝑗𝑜𝑢𝑟
𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡
= 2,837ℎ*0,75
= 527𝑊

4- Combien de modules doit on installer sur cette résidence principale ?


L’installateur propose des modules photovoltaïques de la gamme PW1650, de puissance : 155
Wc – 24 V.

Nombre de module PV PW1650 qui livre une puissance crête de 155 W c est :

n=527/155 = 4

Exercice 2: Dimensionnement d'un système photovoltaïque.

Définition de certains termes :


● Irradiance : c’est la puissance solaire rayonnée par unité de surface (W/m²), elle
dépend de :- la position du soleil dans le ciel (qui dépend de la date, la longitude et
l’heure), - l’inclinaison par rapport à l’horizontale, - la transparence de l’atmosphère
(présence d’aérosols, de vapeur d’eau, de poussières), - l’ombrage dû à
l’environnement local (arbres, montagnes, etc..). Irradiation : c’est la quantité
d’énergie solaire par unité de surface, exprimée en Wh/m², elle dépend des mêmes
paramètres que l’irradiance.

1- Energie nécessaire.
Le système à alimenter est un ordinateur utilisé 5h par jour tous les jours de l'année.
Consommation : chargeur + ordi : 30 watts.
Rendement chargeur : 80%
Calculer :
a. la puissance ordi?

Alimenté en 230V AC, la puissance en amont du chargeur vaut PAC = 30 watts (pour un
ordinateur déjà chargé avant utilisation, pour un ordinateur dont la batterie est complètement
vide. Le rendement du chargeur η𝐴𝐶−𝐷𝐶 = 80%
La puissance de l’ordinateur vaut :
𝑃𝑜𝑟𝑑 = 𝑃𝐴𝐶 × η𝐴𝐶−𝐷𝐶 = 30×0, 80 = 24𝑊

Le système à alimenter est un ordinateur utilisé

3
b- l’Energie journalière nécessaire?
Le système à alimenter est un ordinateur utilisé 5h par jour. On note Ejour l’énergie journalière
nécessaire.
𝐸𝑗𝑜𝑢𝑟 = 𝑃𝑜𝑟𝑑𝑖 × 𝐻𝑗𝑜𝑢𝑟 = 24×5 = 120𝑊. ℎ

2- Structure du système.
On utilise une batterie de voiture comme stockage intermédiaire. V = 12V, C 50 Ah.
Avant d'arriver à la batterie l'énergie issue du panneau passe dans un régulateur de charge
(rendement 90%).
a- Quels sont les fonctions essentielles du régulateur de charge?
Les fonctions essentielles du régulateur de charge :
● Protéger la batterie contre les surcharges ( on arrête la charge quand la tension de
batterie atteint un seuil donné)
● Protéger la batterie contre les décharges profondes. La tension minimale dépend du
type de batterie.
o Batterie de voiture Pb plaque fine (DODmax =10%, décharge profond
autorisée).
o Batterie Pb plaque épaisse pour application solaire (DODmax = 60%)
o Battrie NimH on peut le déchatger complétement ou presque

● Pour les batteries Pb, charge d’égalisation.


● Pour les régulateurs à PWM : recharge de MPP (maximum power point) : commande
MPPT.

On suppose que l'énergie photovoltaïque sera stockée dans une batterie avec un rendement
charge-décharge de 70% (70% sur la charge et 100% sur la décharge) puis on placera en sortie
de la batterie un onduleur autonome pour utiliser ensuite l'adaptateur fourni avec l'ordinateur.
b- Donner le schéma avec les différents blocs et les rendements associés.
Le panneau a un rendement photovoltaïque η𝑃𝑉, mais il ne travaille pas forcément au point de
puissance maximale voir figure, cela dépend de la quantité de la commande du régulateur de
𝑃
charge. On introduit un rendement η𝑐𝑜𝑚 = 𝑃 = 90% pour prendre compte de cette perte
𝑀𝑎𝑥

Le régulateur de charge a un rendement η𝑅𝐸𝐺 = 90%

4
Pour la batterie, la détermination du rendement est extrêmement complexe (voir figure
ci-dessous). On considère un rendement de charge ( η𝐶𝐻 = 70%) et de décharge (
η𝐷𝐶𝐻 = 100%).

Le rendement de l’onduleur ( η𝑂𝑁𝐷 = 90%) est pris en compte ainsi celui du chargeur (
η𝐴𝐶−𝐷𝐶 = 80%).

Elément de la chaîne énergétique

Par jour, l’ordinateur utilise Ejour. La batterie doit donc fournir EBat-Jour
Donc on a
𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 × η𝐷𝐸𝐶𝐻 × η𝑂𝑁𝐷 × η𝐴𝐶−𝐷𝐶 = 𝐸𝐽𝑜𝑢𝑟

𝐸𝐽𝑜𝑢𝑟 120𝑊/𝑗
𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 = η𝐷𝐸𝐶𝐻×η𝑂𝑁𝐷×η𝐴𝐶−𝐷𝐶
= 0,9×0,8
= 167𝑊ℎ

c- Quelle est l'énergie à remettre par jour dans la batterie pour compenser l'énergie
utilisée dans les dernières 24h?
Par jour, l’ordinateur utilise Ejour. La batterie doit donc fournir EBat-Jour
Donc on a
𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 × η𝐷𝐸𝐶𝐻 × η𝑂𝑁𝐷 × η𝐴𝐶−𝐷𝐶 = 𝐸𝐽𝑜𝑢𝑟

𝐸𝐽𝑜𝑢𝑟 120𝑊/𝑗
𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 = η𝐷𝐸𝐶𝐻×η𝑂𝑁𝐷×η𝐴𝐶−𝐷𝐶
= 0,9×0,8
= 167𝑊ℎ

3- Gisement lumineux.

5
Nous sommes à Toulouse.*

a- Quelle donnée nous sert de base de calcul pour cette application?

Gisement lumineux
Le système doit fonctionner toute l’année. Le pire des cas est en décembre qui est le
mois où l’irradiation est la plus faible Décembre=1,03KWh/m2/j (voir tableau).
Pour la conception, le rayonnement global G significatif est Celui du mois le plus critiques

b- Si on peut choisir l'orientation et l'inclinaison, comment placez-vous vos panneaux?


Il s’agit de la ville de Toulouse, il faudrait placer les panneaux orientés au Sud et inclinés
entre 50 et 60° pour maximiser l’rradiation les mois d’hiver( voir tableau).

4- Les panneaux photovoltaïques.

On choisit une technologie polycristalline analogue à celle du panneau PWX200 distribué par
l'entreprise Surtec. Ce panneau est fabriqué avec 36 cellules de 101,25 x 50,6 mm² associés en
série.

Extrait de la doc technique de ce panneau.

a- Quelle est la surface de ce panneau? Combien vaut le rendement à 25°C et 1000


W/m²?

Si S est la surface de ce module, et E l’éclairement en W/m2, le rendement énergétique s’écrit :


𝑃𝑒𝑙 𝑃𝑀𝑀𝑃
η= 𝑃𝑅𝑎𝑦
= 𝐸×𝑆

6
avec :
– η : rendement énergétique ;
− E : éclairement (W/m2) ;
− S : surface active de la cellule (m2) ;
− Pm : puissance maximale mesurée dans les conditions de
référence (STC : Standard Test Condition), c’est-a-dire sous l’ensoleillement de 1 000 W/m2, a la
température de 25° C sous un spectre AM 1,5 .
Ce rendement est souvent mesuré dans les conditions de référence, c'est-à-dire sous l’ensoleillement
de 1000 W/m2, à la température de 25°C et sous un spectre AM 1,5. Ces conditions STC est appelée la
puissance crête (Pc) exprimé en watts-crête.
On reporte Voc, ISC, Pmax, Vopt, Iopt sur les graphes I(V) et P(V)
On note S la surface de ce panneau : S= 101,25 x 50,6 mm² x 36 = 0,1844 m2
D’après la courbe PMMP = 22W et par suite.
𝑃𝑒𝑙 𝑃𝑀𝑀𝑃 22𝑊
η= 𝑃𝑅𝑎𝑦
= 𝐸×𝑆
= 2 2 = 11, 9%
1000𝑤/𝑚 ×0,1844𝑚

Irradiance E(W/m2) η%
100 5,42
200 10,84
400 10,845
500 10,845
600 11,3
800 11,86
1000 11,9

b- Comment varie pmax et donc le rendement avec l'irradiation?


On constate que la puissance maximale est presque proportionnelle à l’irradiance.
Le rendement est donc pratiquement constant, cela est vrai sur une large plage
d’irradiance. Plus précisément on obtient le tableau suivante :
Irradiance E(W/m2) η%
100 5,42
200 10,84
400 10,845
500 10,845
600 11,3
800 11,86
1000 11,9

7
c- Comment varie ce rendement avec la température?
Influence de la température

L’influence de la température est importante et a des conséquences pour la conception des


panneaux et des systèmes photovoltaïques. La température est un paramètre essentiel puisque
les cellules sont exposées aux rayonnements solaires, susceptibles de les échauffer. De plus,
une partie du rayonnement absorbe n’est pas convertie en énergie électrique : elle se dissipe
sous forme de chaleur ; c’est pourquoi la température de la cellule (Tc) est toujours plus
élevée que la température ambiante (Ta).

Caractéristique d’une cellule photovoltaïque en fonction de la température

La figure montre que la tension d’une cellule baisse fortement avec la température. Plus la
température augmente et moins la cellule est performante. En revanche, le courant augmente
légèrement en intensité : cette augmentation reste néanmoins négligeable au point de
puissance maximale.
Afin de comprendre l'influence de la température sur la conductibilité d'une cellule solaire,
deux effets doivent être pris en compte. La largeur de la bande interdite diminue lorsque la
température augmente. Cela provoque une légère augmentation du courant photoélectrique car
les photons avec une énergie un peu plus faible sont également utilisés.
Du fait de l'augmentation de la recombinaison des porteurs de charges, le courant de
saturation augmente, ce qui provoque une diminution de la tension de marche à vide.

Le comportement global de la cellule en température est une perte de 0,4 à 0,5 % / °C.

8
d- Quelle baisse de puissance (en % et en absolu) constate-t-on si le panneau est à 60°C
sous 1000 W/m² ?
Si la température passe de 25 °C à 60°C, la variation est de 35 °C qui correspond à une baisse de
puissance d’après les caractéristiques de PV voir table de P/P=-0,43%/°C soit une diminution de
puissance de 35°C x 0,43% = 15 % soit une diminution de puissance de 3,3 watts pour 22watts à 25°C.

e- Quel rendement prend-on pour le panneau PV?


Par la suite des calculs, on prendra un rendement η𝑃𝑉 = 10% (on sous estime un peu le
rendement des panneaux par sécurité (température du panneau < 25°C ce qui implique
rendement plus fort mais luminosité faible et rendement plus faible

f- Déterminer la surface nécessaire pour assurer la recharge journalière.

L’énergie EIN stockée dans la batterie par jour est donnée par la relation :

𝐸𝐼𝑁 = 𝐺𝐷𝑒𝑐×𝑆×η𝑃𝑉×η × η𝑅𝐸𝐺 × η𝐶𝐻


𝐶𝑂𝑀

𝐺𝐷𝑒𝑐 = Gisement solaire qui correspond au mois le plus médiocre = 1,03KW/m2/j


𝑆 = Surface des panneaux
η𝑃𝑉 = rendement des PV qu’on va prendre égale à 10%
η𝐶𝑂𝑀= qui tient compte de fait que les PV ne travaillent pas forcément au point de puissance
Maximale=90%
η𝑅𝐸𝐺= rendement de régulateur = 90%
η𝐶𝐻= rendement de charge de la batterie = 70%

𝐸𝐼𝑁
𝑆= 𝐺𝐷𝑒𝑐×η𝑃𝑉×η ×η𝑅𝐸𝐺×η𝐶𝐻
𝐶𝑂𝑀

Il faut que l’énergie électrique injectée au batterie soit supérieur à l’énergie nécessaire stockée
dans la batterie par jour 𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟
Soit 𝐸𝐼𝑁 ≥ 𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 = 167𝑊. ℎ
On peut déduire une condition sur la surface
𝐸𝐵𝑎𝑡−𝐽𝑜𝑢𝑟 167𝑊.ℎ 2
𝑆≥ 𝐺𝐷𝑒𝑐×η𝑃𝑉×η ×η𝑅𝐸𝐺×η𝐶𝐻
= 2 = 2, 9𝑚
1,03𝐾𝑤ℎ/𝑚 /𝑗×0,1×0,9×0,9×0,7
𝐶𝑂𝑀

9
g- Si l'ordinateur fonctionne pendant les heures ou il y a du soleil, a-t-on besoin d'autant
de surface que si le PC fonctionne la nuit?
Bien sur qu’on on aura besoin de moins de surface

5- La batterie.
Combien de mauvais jours consécutifs constate-t-on?
La batterie d’accumulateur est le composant le moins durable d’un système photovoltaïque.
Pour calculer la capacité de l’accumulateur nécessaire pour l’installation il faut :
• Déterminer le nombre de jours d’autonomie sans apport solaire Nja , obtenu à partir des
statistiques météo pour définir. En utilisation normale en pays tempérés 🡺 Nja = 3 à 8
jours.
Exemple dans cet exercice : on peut déterminer à partir de la courbe ci-dessous le
nombre de jours d’autonomie en comptant le nombre de mauvais jours consécutifs où
l’irradiation est inférieure à 1,03Kwh/m2/j soit un nombre de jours d’autonomie de Nja
= 4jours.

• Il faut aussi connaitre la décharge profonde autorisée par le type de batterie donner
par le constructeur des batteries, elle varie entre 0,3 et 0,9 dans notre cas et d’après les
caractéristiques de la batterie on T ≡décharge profonde autorisée =

Comment prendre en compte les jours où il fait mauvais?

Une batterie de voiture accepte une profondeur de décharge (DOD deep of discharge) de 10%,
sinon, elle se détériore rapidement. On souhaite N jours d’autonomie (N=4).

L’énergie totale de la batterie est 𝐸𝐵𝑎𝑡 = 𝐶. 𝑉, C = capacité en Ah et V en volts .


Il faut alors

10
𝑁𝑗.𝑎. 𝐸𝐵𝑎𝑡−𝑗𝑜𝑢𝑟 = 𝐷𝑂𝐷. 𝐸𝐵𝑎𝑡 = 𝐷𝑂𝐷. 𝐶. 𝑉

En déduit la capacité de la batterie en Ah pour cette installation PV


𝑁𝑗.𝑎.𝐸𝐵𝑎𝑡−𝑗𝑜𝑢𝑟 4×167𝑊ℎ
𝐶= 𝐷𝑂𝐷.𝑉
= 10%×12
= 557𝐴ℎ

La batterie proposé d’une capacité C=50Ah ne convient donc pas. Il faut choisir une autre
batterie ou d’accepter de ne pas faire d’ordinateur les jours de pluie. Si on veut juste une
journée d’autonomie (charge le jour et utilisation la nuit par exemple), il faut juste une
batterie d’une capacité de 140Ah

Comment choisir la batterie pour assurer le service compte tenu du mauvais temps prévisible.

La batterie proposé d’une capacité C=50Ah ne convient donc pas. Il faut choisir une autre
batterie ou d’accepter de ne pas faire d’ordinateur les jours de pluie. Si on veut juste une
journée d’autonomie (charge le jour et utilisation la nuit par exemple), il faut juste une
batterie d’une capacité de 140Ah

Exercice 3
A-
On cherche à dimensionner (puissance crête PV (PPV) et capacité énergétique des batteries
(WSto ) un système photovoltaïque autonome situé dans la périphérie nîmoise destiné à fournir
totalement en électricité un foyer de 4 personnes. Le schéma de l’installation est représenté
ci-dessous :

La consommation journalière moyenne (Echj) du foyer est de 15 kWh/jour, l’irradiation solaire


moyenne (IrPV ) est quant à elle de 4,77 kWh/m2/jour dans le plan des panneaux. La puissance
des panneaux est annoncée à 150 W/m2. Le consommateur souhaite bénéficier d’une
autonomie garantie de 5 jours.

1- Dimensionner le système (PPV et WSto ) en considérant un rendement de 100% pour les


convertisseurs et les batteries.
Les besoin en énergie Ech, évalués d’après les estimations sur les appareils électriques doivent
être couverts par le générateur photovoltaïque compte tenu du rayonnement solaire et de
toutes les pertes dans le système.
Le dimensionnement du générateur est donc obtenu par la relation :

11
𝐸𝑐ℎ
𝑃𝑐 * 𝑁𝑒 * η𝑡𝑜𝑡 = 𝐸𝑐ℎ⟹𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡

Pc = puissance nominale du générateur photovoltaïque en watt crêt (Wc)


Ne = nombre d’heurs équivalent pour le mois d’étude critique
Ech= besoin énergétique total par jour d’après les estimations sur les appareils électriques
(en Wh).
η𝑡𝑜𝑡 = rendement total décrivant toutes les pertes à prendre en compte, expliqué dans la suit .

Dans cette première de l’exercice on suppose que η𝑡𝑜𝑡 = 1 c'est-à-dire il n’y’a pas de perte
par les différentes composantes de système PV.
Pour une irradiation IrPV = 4,77 kWh/m2/jour correspond à un nombre d’heure équivalent
Ne= 4,77h.
𝐸𝑐ℎ 15
𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡
= 4,77
= 3, 14𝐾𝑊𝑐

La puissance des plaque set de 150W/m2, donc il faut une surface de S = 3140/150 = 22 m2

Pour le système de stockage, il suffit de multiplier la consommation journalière par le nombre


de jours d’autonomie souhaité :
𝐸𝐵𝑎𝑡𝑡 = 15 * 5 = 75 𝐾𝑊ℎ

2- Refaire ce dimensionnement en considérant cette fois-ci un rendement global des


convertisseurs de 90% et un rendement des batteries de 70%. Pour simplifier les
calculs, nous considèrerons que la totalité de l’énergie produite passe par les batteries
avant d’être consommée.

Si le rendement global des convertisseurs est η𝑡𝑜𝑡 = 0, 9 dans ce cas :


𝐸𝑐ℎ
𝑃𝑐 * 𝑁𝑒 * η𝑡𝑜𝑡 = 𝐸𝑐ℎ⟹𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡*η𝐵𝑎𝑡

15
𝑃𝑐 = 4,77*0,9*0,7
= 5 𝐾𝑊

Soit une surface des PV de S = 5000/150 =35 m2


Pour la batterie

𝐸𝑐ℎ 𝐸𝑐ℎ 15
𝐸𝐵𝑎𝑡𝑡 = η𝐶𝑂𝑁*η𝐵𝑎𝑡
= 𝑁𝐽𝑎 η𝐶𝑂𝑁*η𝐵𝑎𝑡
=5* 0,7*0,9
= 119 𝐾𝑊ℎ

B-

12
On cherche toujours à dimensionner un système photovoltaïque autonome situé dans la
périphérie nîmoise destiné à fournir totalement en électricité un foyer de 4 personnes. Les
valeurs d’irradiation mensuelle a sur l’année 2011 sur un plan incliné de 30 degrés et orienté
plein sud sont rappelées ci-dessous ainsi que les besoins mensuels en électricité du foyer :

Pour vérifier que le dimensionnement convient, il suffit de voir si chaque mois, la puissance
produite suffit à fournir les besoins en électricité du foyer, l’énergie produites est simplement
calculée de la manière suivante :
L’énergie PV produit par mois est :
𝐸𝑐𝐻/𝑚𝑜𝑖𝑠
𝐸𝑃𝑉/𝑚𝑜𝑖𝑠 = 𝐼𝑟𝑚𝑜𝑖𝑠. 𝑆𝑃𝑉. η𝑃𝑉. 𝑁𝑚𝑏𝑟𝑒𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠𝑚𝑜𝑖𝑠 ≥ η𝐶𝑂𝑁.η𝑆𝑡𝑜
2
Avec 𝑆𝑃𝑉 = 35, 3𝑚 surface des panneaux PV équivalent à 5,3KWc.

Mois Irradiation Consommation Production 𝐸𝑐𝐻/𝑚𝑜𝑖𝑠


(KWh/m2/j mensuelle (Kwh) mensuelle Pv (Kwh) η𝐶𝑂𝑁.η𝑆𝑡𝑜

Janvier 2,71 650 415 1031


Février 3,69 4,65 510 875
Mars 4,65 587 712 932
Avril 5,62 306 833 486
Mai 5,74 460 879 730
Juin 6,77 427 1003 678
Juillet 7,47 263 1144 417
Aout 6,28 133 962 211
Septembre 5,41 447 802 710
Octobre 3,81 521 583 827
Novembre 2,94 608 435 965
décembre 2,13 505 326 801

1- Vérifier si le dimensionnement réalisé précédemment permet de fournir en électricité


ce foyer chaque mois. Qu’en concluez-vous ?

13
Le foyer se trouvera donc en situation de sous-production 6 mois dans l’année. Le
dimensionnement réalisé sur les moyennes annuelles est donc insuffisant.

2- Réaliser un nouveau dimensionnement en choisissant un mois pertinent.

Le pire mois de l’année (concernant les conditions météorologiques) est le mois de


décembre ( Irdécembre = 2,13 Kwh/m2/jour) avec un déficit d’énergie de 475 Kwh.
En décembre, l’énergie journalière qu’il faut produire par les PV est donné :

𝐸𝑐ℎ
𝑃𝑐 * 𝑁𝑒 * η𝑡𝑜𝑡 = 𝐸𝑐ℎ⟹𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝑡𝑜𝑡

𝐸𝑐ℎ 16,3𝐾𝑤ℎ/𝑗
𝑃𝑐 = 𝑁𝑒*η𝐶𝑂𝑀*η𝐵𝑎𝑡
= 2,13*0,7*0,9
= 13𝐾𝑤ℎ

Soit une surface des plaque de


S= 13 000/150 = 87m2

Exercice 4

L’énergie solaire reçue sur terre correspond à une puissance d’environ 1 kW/m2.
A cause des nuages, de la pollution et de la rotation de la terre cette puissance reçue fluctue au
cours des jours et de l’année.
​ Diverses grandeurs sont données par les sites de météorologie tels que le nombre
d’heure d’ensoleillement d’un site qui correspond au nombre d’heure où le lieu
considéré reçoit une puissance lumineuse dépassant environ 400 W/m2 (par exemple :
A Rouen on compte qu’il y a 1750 h d’ensoleillement par an).
​ Pour chaque lieu est aussi donné le nombre d’heures équivalent plein soleil soit le
nombre d’heures où un ensoleillement de 1kW/m² fournirait la même quantité
d’énergie que la réalité.
A Annemasse le nombre d’heures équivalentes/jour est de 3,8 h sur une surface
orientée au sud et inclinée d'un angle égal à la latitude.

​ Dans le commerce, un panneau photovoltaïque est caractérisé par sa puissance crête


qui correspond à la puissance électrique que fournirait le panneau sous un
ensoleillement de 1000 W/m².
​ Le coût d’une installation photovoltaïque (livraison pose comprise (inclus le
remplacement de l’onduleur sur la durée de vie)) est de l’ordre de 18 000 € (dont
15000€ de fournitures) pour une puissance de 3 kWc.
​ Un crédit d’impôt est accordé par l’état d’un montant égal à 25% (anciennement 50%)
des fournitures
​ Le coût de l’énergie facturé par EDF est de 10 c€/kWh
​ L’énergie photovoltaïque est rachetée 58 c€/kWh lors d’une pose intégrée au bâti.
Nous allons étudier l’énergie produite et le temps de retour sur investissement d’une
installation photovoltaïque située à Annemasse (nombre d’heures équivalentes :n he: 3,8 h)
Constituée de panneaux classique de 150 WC de 1m² chacun.
1. Pour le plein soleil, déterminer la puissance fournie par le 1 m² de panneau
Sous un ensoleillement de 1000 W/m² 1 m2 de panneau produit une puissance
électrique de 150Wc

14
2. Déterminer le rendement du panneau
Le rendement est défini par ;
𝑃𝑒𝑙 2
150𝑊𝑐/𝑚
η= 𝑃𝑅𝑎𝑦
= 2 = 0, 15 = 15%
1000𝑊/𝑚

3. En déduire la surface nécessaire pour obtenir 3 kWc.

La surface nécessaire pour produire 3kWc est :


S= 3000Wc/150Wc/m2 =20 m2

4. Calculer l’énergie lumineuse reçue à Annemasse pour une surface de 20 m².


La ville de Annemasse reçoit une une irradiation équivalente en nombre d’heure
équivalent de Ne = 3,8h par jour durant tout l’année il reçoit un nombre d’heures
équivalent = 365*3,8h = 1387 h ; Soit 1387 Kw/m2. Une surface de 20 m2 reçoit une
énergie de 1387 kW * 20 = 27740 kW

5. Estimer la production électrique sur l’année d’une installation de 3 kWc.


Donc 20 m2 de Pv produira une énergie électrique annuelle égal
Epv-annuelle=1387h*3kwc=4161KWh
6. Calculer le coût de l’installation.
L’installation de 3 kWc coûte 18000 € auxquels seront déduits les 25% des 15000€ de
fourniture soit un coût final de 14 250 €

7. Calculer les sommes reversées par an par EDF


Les 4161 kWh donnent lieu à un financement de la part d’EDF de 4161 * 0,58= 2413

8. Calculer le temps au bout duquel l’installation est rentabilisé


Le temps de retour sur investissement est défini par
T de retour sur investissement = 14250 €/2413 =5,9 ans
9. Calculer le gain financier sur 20 ans.
gain financier : (20-5,9)x2413= 34 000€

Exercice 5

On désire réaliser une installation solaire raccordée au réseau de puissance crête PC = 1


kW avec vente totale de la production. Pour cela on utilise des panneaux de puissance

15
crête unitaire 70 Wc, de tension U = 17,3V et un onduleur délivrant 230 V ~50 Hz et
pouvant supporter 400 V en entrée.
1°) Quelle sera approximativement la surface de panneaux utilisés ?
𝑃𝑒𝑙 𝑃𝑀𝑀𝑃
η= 𝑃𝑅𝑎𝑦
= 𝐸×𝑆

Si on suppose qu’on veut installer ces plaques dans la région de Tanger et si on utilise le
mois de décembre le mois le plus médiocre pour faire le dimensionnement avec une
irradiation journalière moyenne par m2 de 2,3Kw/m2/jour. Les plaques sont en silicium
polycristallin avec un rendement de 12%
On déduit la surface nécessaire pour produire une puissance de 1Kwc
𝑃𝑀𝑀𝑃 1𝐾𝑤𝑐
𝑆= 𝐸×η
= 2,3𝐾𝑤𝑐/𝑚2*0,12
= 3, 7𝑚2

2°) Combien de panneaux faudra-t-il utiliser et comment faudra-t-il les coupler ?


Le nombre de PV = 1kWc/70Wc= 15 panneaux .
On peut les placées en série ainsi la tension maximal au borne des panneaux en série est
14*17,3V= 242,2V qui peut être supporté par l’onduleur même avec le changement de
température puisque sa tension d’entré maximale est de 400V
3°) Quelle doit être la section des fils de raccordement des panneaux s’ils sont éloignés de
l = 10 m de l’onduleur et que l’on désire avoir une chute de tension inférieure à 1%
(résistivité du cuivre ρ = 17 10-9 Ω.m) ?
En théorie, un câble est un conducteur de courant parfait, c'est-à-dire que sa résistance est nulle. En
pratique, un câble n'est pas un conducteur parfait: il se comporte comme une résistance.
La résistance d’un câble de cuivre est très faible mais n’est pas nulle. Celle-ci est proportionnelle à la
longueur du câble et inversement proportionnelle à la section du câble. On à l’expression suivante :
ρ×𝐿
𝑅= 𝑆

• L est la longueur du câble (m)


• S la section du câble (m2)
• ρ (Ω.m) est la résistivité du câble. Celle-ci dépend du matériau

• ρ = 2,7 x 10-8 Ω.m pour un câble en aluminium

• ρ = 1,7 x 10-8 Ω.m pour un câble en cuivre

• ρ = 1,6 x 10-8 Ω.m pour un câble en argent


La résistance du câble, définie ci-dessus, va provoquer une chute de potentiel entre le départ du
câble et la fin du câble. En effet : U = VA - VB = R × I

16
Dans une installation photovoltaïque, cela va induire des pertes de puissances. L'optimisation
technico-économique d'une installation photovoltaïque conduit donc à réduire au maximum ces
chutes de tension. Dans une installation photovoltaïque la chute de tension dans la partie DC devra
être inférieure à 3%.  Cela signifie :
𝑉𝐴−𝑉𝐵
𝑉𝐴
< 0, 01

Formule de la section des câbles


Notons ε la chute de tension admissible tolérée. Par définition :
𝑉𝐴−𝑉𝐵
ε= 𝑉𝐴

𝑉𝐴−𝑉𝐵 𝑅×𝐼 ρ×𝐿×𝐼


ε= 𝑉𝐴
= 𝑉𝐴
= 𝑆×𝑉𝐴

Dans la pratique, la longueur des câbles est connue. Dès lors, on calcule la section de ces câbles sous
la contrainte d'une chute de tension maximale de 3 %. Ainsi, la section des câbles se calcule par la
formule suivante : 
ρ×𝐿×𝐼 ρ×𝐿×𝑃𝑐 17 10
−9
Ω.𝑚 (2*20)𝑚*1000𝑊 −6 2 2
𝑆= ε×𝑉𝐴
= 2 = 2 = 1, 20 10 𝑚 = 1, 2𝑚𝑚
ε×𝑉𝐴 0,01*242,2

Exercice 6: Temps nécessaire pour rentabiliser un panneau photovoltaïque


Calculer le temps nécessaire pour rentabiliser l’achat d’un panneau photovoltaïque de 1 m2
sachant que:
• le coût C d’un panneau est de: 75 €/m2
• 1 m2 de panneau solaire est éclairé chaque jour en moyenne par 5kWh
• l’efficacité de conversion η (énergie lumineuse/énergie électrique) d’un panneau est de 10%
• le coût de l’électricité fournie par un réseau classique est de 0,08 €/kWh.
Exercice 7
L’ensoleillement moyen reçu à la surface de la Terre s’élève à 1000 kWh/m2 chaque année. Le
rendement d’un panneau photovoltaïque soumis à un test en condition standard est mesuré à
une valeur de 12%. Les besoins mondiaux en électricité sont estimés à 20 000 TWh/an.
1- Quelle est l’énergie annuelle produite par un m2 de ce type de panneau ?
17
Vous donnerez le résultat en kWh, puis en J.
2- En déduire la surface totale de ce type de panneau nécessaire pour subvenir totalement
aux besoins mondiaux en électricité. Vous donnerez la réponse en m2 puis en km2.
3- Si cette surface de panneaux PV était centralisée dans une même zone géographique
de forme carrée, quelle serait la longueur du côté de ce carré ? De la même façon, vous
donnerez le résultat en m et en km.
4- Serait-il intéressant de centraliser la production mondiale d’électricité ?

Exercice 8

On cherche à déterminer le temps de retour sur investissement de 2 installations


photovoltaïques connectées au réseau français, l’une à Nîmes et l’autre à Lille. Les différentes
données du problème sont indiquées ci dessous :

1- Déterminer la production annuelle d’énergie sur chacun des 2 sites


2- En déduire les gains économiques obtenus par la revente d’énergie au réseau
3- Déterminer alors le temps de retour sur investissement sur chacun des 2 sites et
conclure sur la viabilité économique des 2 systèmes.

18

Vous aimerez peut-être aussi