Vous êtes sur la page 1sur 27

ECOLE NATIONALE DES SCIENCES UNIVERSITE ABDELMALEK

APPLIQUEES - TANGER ESSAÂDI

MINI PROJET DE L’ENERGIE HYDRAULIQUE

Sous le thème

Dimensionnement d’un Step hydraulique

Spécialité : Génie Eco Energétique et environnement


industriel
Année universitaire :2020/2021

Encadré par :
Mr.KHOUYA Ahmed

Réalisé par :
AOUAD Hajar

BOUSSIR Hiba

HABIBI Oissima

OULGARGA Oumaima
Sommaire

Sommaire....................................................................................................................................... 1
Introduction ................................................................................................................................... 3
Chapitre I : Généralité sur le STEP ................................................................................................. 4
1) Définition des stations de transfert d’énergie par pompage ............................................ 5
2) Fonctionnement technique ou scientifique ...................................................................... 6
a. Deux phases : stockage et production........................................................................... 6
b. Modalités d’intervention ............................................................................................... 6
3) Evaluation d’une STEP ....................................................................................................... 7
4) Fonctionnement des groupes turbine-pompe .................................................................. 7
a. Les groupes ternaires .................................................................................................... 7
b. Les groupes binaires réversibles.................................................................................... 8
5) Enjeux par rapport à l'énergie ........................................................................................... 9
a. Rentabilité des installations .......................................................................................... 9
b. Intervention des STEP en fonction des prix de l’électricité ........................................... 9
c. Identification de sites et maintenance des installations ............................................... 9
Chapitre 2 : Etude théorique ....................................................................................................... 11
1) Problématique ................................................................................................................. 12
2) Présentation de notre STEP : Afourer ............................................................................. 13
3) Aménagement ................................................................................................................. 13
a. L’aménagement de la STEP d’Afourer ......................................................................... 13
b. Mode de fonctionnement ........................................................................................... 14
4) Fonctionnement par un champ photovoltaïque ............................................................. 16
5) Données métrologiques de site ....................................................................................... 17
6) Dimensionnement : Logiciel PV syst ................................................................................ 18
Chapitre 3 : Etude économique ................................................................................................... 22
1) Cout d’investissement ..................................................................................................... 23
2) TRI .................................................................................................................................... 25
3) Gain économique ............................................................................................................ 25
4) Gain environnement........................................................................................................ 25
Conclusion ................................................................................................................................... 26
Liste de figure .............................................................................................................................. 27
Introduction
Face au défi environnemental et climatique qui impose impérativement de réduire
drastiquement les émissions anthropiques de gaz à effet de serre, CO2 pour l’essentiel, d’ici le
milieu du 21e siècle, tous les pays industrialisés, mais également les pays émergents, se sont
engagés dans la transition énergétique. Malgré la persistance des énergies fossiles encore
majoritaires dans le paysage énergétique mondial et qui le resteront encore durant plusieurs
décennies, la part des énergies renouvelables (ENR) ne cesse de croître. Ce mouvement
devrait s’accélérer dans les années à venir entrainant notamment la baisse de leurs coûts
d’exploitation qui à échéance devrait rejoindre ceux des énergies conventionnelles. L’Agence
Internationale de l’Energie (AIE) prévoit dans son rapport de 2012 que le développement des
énergies renouvelables au cours des deux prochaines décennies devrait atteindre un niveau
tel qu’elles couvriraient 50% des besoins nouveaux en énergie dans le monde à l’horizon
2035. Dans ce contexte, les STEP sont appelées à jouer un rôle de premier plan.
Confronté à une demande d’électricité en forte augmentation ces dernières années le Maroc
souhaite développer ses capacités de production renouvelables pour atteindre à l’horizon
2030, 42% de son mix énergétique. Le Royaume, disposant d’un fort potentiel hydraulique,
compte pour cela sur la filière hydroélectrique afin de renforcer sa production d’énergies
vertes et d’augmenter ses capacités de stockage. L’ONEE a notamment a annoncé fin avril
2017 la construction prochaine de deux nouvelles Stations de transfert d’énergie par
pompage (STEP) d’une capacité totale de 600 MW.
Chapitre I : Généralité sur le STEP
1) Définition des stations de transfert d’énergie par pompage
Les stations de transfert d’énergie par pompage ou « pumped storage power plants » (PSP)
sont un type particulier d’installation hydroélectrique. Ces centrales possèdent deux
réservoirs situés à des altitudes différentes. Leurs équipements permettent de stocker de
l’énergie sous forme potentielle en pompant l’eau du réservoir inférieur vers le réservoir
supérieur lorsque la demande est faible ou le coût de l’énergie peu élevé. Inversement
lorsque la demande est forte ou le prix du kWh élevé, elles restituent de l’électricité au
réseau en turbinant l’eau du réservoir supérieur

Figure 1 Step au Maroc

Grâce à leur fonction de stockage, ces installations contribuent à maintenir l’équilibre entre
production et consommation sur le réseau électrique, tout en limitant les coûts de production
lors des pics de consommation. A l’heure actuelle, le transfert d’énergie par pompage
hydraulique est la technique la plus mature de stockage stationnaire de l’énergie.
Les premières installations utilisant le stockage hydraulique par pompage apparaissent à la fin
des années 1890 en Italie et en Suisse. Le stockage d’énergie par pompage a été largement
développé dans les années 1970-1990 pour optimiser le fonctionnement des grandes
centrales thermiques et nucléaires. De puissantes stations, jusqu'à 3000 MWc de puissance
installée, ont été construites dans ce but.
2) Fonctionnement technique ou scientifique
a. Deux phases : stockage et production

Une STEP est composée d’un bassin supérieur avec une retenue d’eau et d’un bassin inférieur
entre lesquels est placé un groupe hydroélectrique réversible, dit « synchrone ». Ce dernier
peut fonctionner comme un ensemble pompe-moteur ou turbine-alternateur. En mode
pompe-moteur, il consomme de l’électricité pour pomper l’eau du bassin inférieur vers le
bassin supérieur. En mode turbine-alternateur, il produit de l’électricité lors du transfert
d’eau du bassin supérieur vers le bassin inférieur.

Figure 2 Principe de fonctionnement d'une centrale Step

Il existe deux sous-catégories de STEP :

• Les STEP « pures » fonctionnant en circuit fermé avec un apport extérieur d’eau nul ou
négligeable ;
• Les STEP « mixtes » qui reçoivent des flux naturels d’eau provenant de l’extérieur(1).
Les deux bassins sont alors situés sur un cours d’eau (délimités par des barrages) ou
parallèlement à celui-ci. Ils peuvent pomper et turbiner 4 à 5 fois un volume d’eau
avant de le restituer au cours d’eau dont il provient. En France, c'est le cas de la STEP
de Grand Maison : le débit de l’Eau d’Olle est significatif à la fonte des neiges et
participe au remplissage de la retenue amont de Grand Maison et aval du Verney.

b. Modalités d’intervention

Les STEP peuvent être activées sur des courtes durées (parfois quelques minutes), en tant
que capacités électriques d’appoint. Elles consomment plus d’électricité qu’elles n’en
produisent et sont activées en dernier recours pour sécuriser le réseau électrique.

On distingue les STEP ayant un potentiel d’utilisation :


• « Journalier » lorsque les réservoirs disposent d’une capacité de stockage équivalente
à quelques heures de production ;
• « Hebdomadaire » lorsque les réservoirs stockent un volume d’eau suffisant pour
produire de l’électricité en continu durant plusieurs dizaines d’heures.

Lorsque la demande d’électricité est faible (et le coût de l’électricité peu élevé,
essentiellement d’origine nucléaire), la STEP pompe l’eau vers le bassin supérieur afin de
stocker de l’énergie. Lorsque la demande d’électricité est forte (et le coût de l’électricité
élevé), la STEP turbine l’eau, exploitant son énergie potentielle due au différentiel d’altitude
entre les deux bassins. Elle restitue ainsi de l’électricité sur le réseau.

3) Evaluation d’une STEP

Plusieurs paramètres permettent de caractériser les services rendus par une STEP : - l’énergie
maximale stockée sous forme d’énergie potentielle de gravité qui est proportionnelle au
volume d’eau emmagasiné et à la hauteur de chute et qui varie de quelques GWh à plusieurs
centaines de GWh ; - la puissance installée en mode turbinage et en mode pompage,
l’évolution allant vers des unités de forte puissance dépassant les 1000 MWc ; - la constante
de temps qui est le rapport de l’énergie maximale stockable à la puissance maximale en mode
turbinage ;selon le volume de leurs réservoirs, on parlera de STEP journalière si ces volumes
ne permettent un fonctionnement que de quelques heures, de STEP hebdomadaire lorsqu’ils
permettent un fonctionnement de plusieurs dizaines d’heures en continu ; - le rendement sur
un cycle complet qui est le rapport entre l’énergie produite en turbinage et l’énergie
consommée en pompage ; - le degré de flexibilité qui est lié aux caractéristiques des pompes
et turbines c.à.d. la capacité propre à chaque installation de fournir des services au système
électrique pour permettre d’assurer la sécurité des réseaux : réglage de la fréquence, de la
tension, adaptation de la puissance. Les STEP pures fonctionnent en circuit fermé avec un
apport d’eau négligeable. Les STEP mixtes reçoivent des flux d’eau provenant d’un bassin
versant intermédiaire amont ou aval. Les STEP de lac et les STEP marines utilisent un grand lac
et la mer comme réservoir inférieur.

4) Fonctionnement des groupes turbine-pompe

Les groupes turbine-pompe se répartissent suivant deux types d’architectures :

- les groupes ternaires qui regroupent sur un même arbre : une turbine, un alternateur-moteur, une
pompe, l’ensemble des machines tournant toujours dans le même sens de rotation ;

- les groupes binaires qui regroupent sur le même arbre un alternateur-moteur couplé à une turbine
pompe réversible, le sens de rotation en mode pompe et en mode turbine étant inversés.

a. Les groupes ternaires

Les STEP de première génération étaient équipées de groupes ternaires à axe horizontal, puis
l’augmentation des puissances, donc du poids des machines, a nécessité de passer à une disposition à
axe vertical. Dans cette configuration la turbine est une Pelton obligatoirement calée au-dessus du
niveau aval maximal, sauf à utiliser un dispositif permettant de maintenir l’écoulement libre sous la
roue par contre-pression. Quant à la pompe, les conditions de non cavitation nécessitent son
enfoncement sous le niveau aval minimal ce qui conduit à une ligne d’arbre de grande hauteur
nécessaire à l’empilement des trois machines, de la pivoterie, des paliers et du dispositif de couplage.
L’avantage de cette architecture est de pouvoir concevoir chacune des deux machines, pompe et
turbine, pour leur domaine propre de fonctionnement optimal. L’alternateur-moteur tournant dans le
même sens de rotation pour les deux modes de fonctionnement, la turbine permet le démarrage en
mode pompe directement sans nécessiter une machine auxiliaire spécifique ou de procédures
particulières pour diminuer le couple au démarrage. Sans contraintes liées au démarrage, il est
possible de concevoir la pompe avec un nombre d’étages et des caractéristiques hydrauliques les
mieux adaptées à son domaine pour un fonctionnement en sécurité.

b. Les groupes binaires réversibles

Dans ce type d’architecture, la pompe et la turbine ne constituent qu’une seule machine


réversible par inversion du sens de rotation. Du fait qu’il ne subsiste que deux machines sur le
même arbre, l’ensemble est beaucoup plus compact et permet une réduction importante du
coût du génie civil de la centrale et du groupe lui-même. La pompe turbine est équipée de
roues de type Francis dont le tracé résulte d’un compromis acceptable entre les rendements
optimum en pompe et en turbine. La majorité des installations actuellement en service sont
des groupes non réglables avec moteur-alternateur synchrone.

Monoétage ou pluri-étages pour les hautes chutes, le démarrage en pompe nécessite une
puissance importante pour vaincre le couple de démarrage, Il convient donc d’adjoindre une
machine électrique capable d’apporter cette puissance. Une solution peut être apportée par
l’installation d’un ou plusieurs groupes lanceurs du type Pelton installés à proximité
immédiate, couplés électriquement en dos à dos avec les groupes turbine pompe lors du
démarrage qui s’effectue rapidement sans dommage pour le matériel. L’évolution actuelle de
la technologie permet aux constructeurs de proposer des groupes turbine-pompe réglables à
deux étages munis d’un distributeur avec aubes directrices réglables. Ils permettent de
couvrir des hauteurs de chute de 700 à 1200m.

Figure 3 Schéma d’un groupe turbine-pompe à deux étages réglables


5) Enjeux par rapport à l'énergie
a. Rentabilité des installations

Les STEP bénéficient d’un bon rendement (rapport entre électricité produite et l’électricité
consommée) qui est situé entre 70% et 85%. Cela signifie que pour produire 1 MWh, il a fallu
préalablement consommer près de 1,25 MWh en moyenne pour pomper l’eau jusqu’au
bassin supérieur.

L’intervention des STEP dans le mix de production électrique dépend donc étroitement de
l’évolution du prix de l’électricité. L’objectif est de pomper l’eau lorsque ce prix est faible et
de turbiner l’eau lorsque ce prix est élevé. Ainsi, une installation est rentable dès lors que
l’écart de prix de l'électricité entre les périodes creuses (achat d’électricité à bas prix) et les
périodes de pointe (vente d’électricité à prix élevé) permet de couvrir les frais d’exploitation
et amortissements.

b. Intervention des STEP en fonction des prix de l’électricité

Sur une période donnée, les STEP permettent de lisser les prix lors des pics de consommation.
De plus, ces stations de transfert d’énergie permettent d’absorber l’électricité excédentaire
sur le réseau. Par exemple lorsque le parc d’énergies renouvelables produit beaucoup alors
que la demande est faible, les STEP consomment l’électricité « fatale » qui aurait été perdue
sans leur intervention.

A l’heure actuelle, le stockage d’énergie par STEP est la technologie la plus mature et la moins
coûteuse (avec le stockage par air comprimé). Notons toutefois que le bilan économique des
STEP est grevé par le paiement du TURPE dès lors que celles-ci sont considérées comme des
consommatrices finales d’électricité (et bien que cette consommation ait lieu en heures
creuses).

c. Identification de sites et maintenance des installations

Les STEP sont des aménagements de grande ampleur qui requièrent des investissements
importants. Elles doivent être implantées dans des zones offrant des différences de relief
significatives entre les deux bassins. La densité énergétique (énergie par unité de volume) de
ces systèmes est relativement faible : 1 m3 d’eau à une altitude de 100 m a une énergie
potentielle de 0,272 kWh. Les STEP doivent donc utiliser de très importants volumes d’eau
pour produire une quantité significative d’énergie. Dans les faits, elles sont privilégiées en
montagne mais de nouveaux projets sont actuellement envisagés en bord de littoral (« STEP
marines ») et entre des bassins souterrains. Pour qu’un projet de STEP marine soit
intéressant, il faut trouver une dénivelée côtière d’une centaine de mètres de hauteur à
proximité de la mer. Il faut également que le site ne soit pas protégé par la loi littorale. Il
existe de tels sites en Haute-Normandie et dans les zones montagneuses en bord de mer.

Les STEP disposent d’une bonne durée de vie, supérieure à 40 ans. Toutefois, le nombre
important de sollicitations de ces installations entraîne une usure plus rapide de certains
matériaux (joints, transformateurs, etc.). La fiabilité du démarrage de ces installations est
essentielle lors des pics de consommation et une attention particulière est donc portée à la
maintenance de ces ouvrages. Le temps de réaction des STEP dépend de l’état de la turbine à
l’instant de la demande. Si la turbine tourne sans charge, ce temps est de quelques dizaines
de secondes. Si la turbine est à l’arrêt, il faut quelques minutes pour la lancer et la connecter
au réseau. Si la turbine est dans l’air car la bâche spirale a été vidée pour différentes raisons,
un temps supplémentaire est nécessaire pour la remplir.

Rq : Le pompage de l'eau du bassin inférieur vers le bassin supérieur consomme plus


d'énergie que le turbinage n'en crée
Chapitre 2 : Etude théorique
1) Problématique
Le stockage direct de l’énergie électrique est une opération difficile surtout pour un stockage à grande
échelle. Il convient donc de la transformer en une autre forme d’énergie plus facilement stockable. De
multiples moyens de stockage sont disponibles. Qu’il soit mécanique (stockage potentiel ou
cinétique), chimique (hydrogène, pile à combustible), électrochimique (batteries), thermique
(stockage de froid ou de chaud), chaque mode de stockage industriel présente ses avantages et ses
inconvénients (figure 1). Le choix technologique doit être adapté à chaque usage particulier et
prendre en compte le degré de maturité de la technologie et de l’ensemble des coûts réels qui lui sont
associés.

Figure 4 Capacité des différents moyens de stockage_source:IFPEN

Stocker l’énergie électrique en élevant l’énergie potentielle d’un volume d’eau est
actuellement la solution la plus mature pour répondre aux besoins massifs du système
électrique. C’est la raison pour laquelle ce sont les barrages et les stations de transfert
d’énergie par pompage qui représentent à ce jour la quasi-totalité de la puissance de
stockage stationnaire installée dans le monde. Stocker l’énergie électrique en élevant
l’énergie potentielle d’un volume d’eau est actuellement la solution la plus mature pour
répondre aux besoins massifs du système électrique. C’est la raison pour laquelle ce sont les
barrages et les STEP qui représentent à ce jour la quasi-totalité de la puissance de stockage
installée dans le monde.
2) Présentation de notre STEP : Afourer

La STEP d’Afourer (Station de Transfert d’Énergie par Pompage) est un aménagement


complémentaire au complexe hydroélectrique de l'Oued El Abid au Maroc qui exploite
l’énergie excédentaire dans le réseau pendant les heures creuses pour la stocker sous forme
d’énergie potentielle de l’eau dans un bassin supérieur, et turbiner cette eau vers un bassin
inférieur pendant les heures de pointe. La capacité totale est de 465 MW électriques

La station de transferts d'énergie par pompage d'Afourer a nécessité la construction de deux


grands bassins ayant chacun une capacité utile de 1 260 000 m3 et une surface de l'ordre de
180 000 m², et de deux usines réversibles en série entre ces deux bassins.

La réalisation de cette station, fruit d’une collaboration entre la Radeema, le budget général
de l’Etat et des promoteurs touristiques, intègre une technologie innovante contre l’émission
de CO2, l’AM0080. C’est le conseil exécutif du MDP pour le compte du Protocole de Kyoto qui
a homologué ce projet.

Inaugurée fin 2011 par le roi Mohammed VI, la station a nécessité un investissement de 1,23
milliards de dirhams. Elle permet d’exploiter l’énergie excédentaire de l’eau pendant les
heures creuses pour la stocker sous forme d’énergie potentielle dans un bassin supérieur, et
turbiner cette eau vers un bassin inférieur pendant les heures de pointe.

Chaque jour, plus de 100 000 m3 d’eaux usées sont traitées et l’émission de 60 000 tonnes de
CO2 est évitée. Une avancée environnementale conséquente mais aussi un intérêt
économique car le procédé permettra à la régie de vendre des crédits carbones sur dix ans.

3) Aménagement
a. L’aménagement de la STEP d’Afourer
L’aménagement de la STEP d’Afourer ce constitu de :

• Un bassin supérieur de capacité utile minimale de 1 256 400 m3 32° 12′ 37″ N, 6° 31′
00″ O
• Une usine réversible UR1 équipée de deux groupes turbines-pompes de 175,6 MW
chacun de puissance mécanique ;
• Une usine réversible UR2 équipé de deux groupes turbines-pompes de 60,15 MW
chacun de puissance mécanique ;
• Un bassin inférieur dit aussi bassin de démodulation de capacité utile minimale de 1
256 400 m3 ;
• Des cheminées d’équilibre situées à l’amont et à l’aval de chaque usine ;
• Un raccordement du circuit hydraulique à la galerie d’amenée existante de l’usine
d’Afourer implanté près de la "fenêtre" de Talaat N’Tadout et permettant
l’alimentation différentielle de la STEP depuis la retenue de compensation de Aït
Ouarda ;
• Une connexion avec une vanne permettant une restitution directe vers le réseau
d’irrigation.
Figure 5 Step d’Afourer

b. Mode de fonctionnement
Trois modes de fonctionnement sont possibles pour l’aménagement de la STEP d’Afourer:

• Mode classique : C’est un transit d’eau entre le bassin supérieur et le bassin


inférieur que ce soit en mode générateur ou en mode pompe.
• Mode différentiel : C’est le pompage depuis le barrage de compensation d’Aït
Ouarda vers le bassin supérieur.
• Mode exceptionnel :
o Mode exceptionnel UR1 : c’est le turbinage depuis le bassin supérieur
vers le barrage d’Aït Ouarda.
o Mode exceptionnel UR2 : c’est un transit d’eau entre le bassin
inférieur et le barrage d’Aït Ouarda que ce soit en mode générateur ou
en mode pompe.
Figure 6 Bassins du Step d'Afourer

Les deux réservoirs ont une capacité identique


Le bassin inférieur est coincé entre le pied de la montagne et un canal d’irrigation. Il a une
forme très allongée, avec une longueur d’environ 650 m

Figure 7 Ensemble UR1

La STEP d'Afourer peut ainsi produire 460 mégawatts (MW), soit l'équivalent d'une centrale à
charbon. L'eau déversée dans le bassin inférieur est repompée vers le lac supérieur lorsque le
besoin d'électricité, et son prix, sont moindres. En général, la nuit. Au total, le rendement
d'une STEP - entre l'énergie produite et celle qui est consommée - est de l'ordre de 70 % à 80
%.
La STEP d'Afourer, commandée au français Alstom, a été mise en place fin 2004. Abdellah
Moati, le directeur de la production de l'Office national de l'électricité (ONE), souligne la
gestion délicate de la demande en électricité de son pays et le nécessaire stockage
d'énergie. "Les centrales thermiques classiques, au charbon, qui fournissent une très grande
part de l'électricité du pays, fonctionnent de manière optimale lorsqu'elles sont à plein
rendement, note-t-il. Le surplus de leur énergie peut être stocké et restitué par la STEP. Par
ailleurs, en cas de pointe de la consommation, l'accroissement de la production d'électricité
par des centrales à turbines à gaz représentant un coût élevé, il est plus rentable d'utiliser la
STEP."
L'équation économique de la STEP d'Afourer est améliorée par le fait que le pompage de l'eau
vers le lac supérieur, pendant la nuit, se fait avec de l'électricité importée à coût très
compétitif d'Espagne.

Mais l'objectif de l'ONE est aussi la composition avec la STEP d'un portefeuille d'énergies
équilibré. Le Maroc affiche l'objectif de produire en 2020 près de 20 % de son électricité
grâce aux énergies renouvelables, explique Saïd Mouline, directeur général du Centre
développement des énergies renouvelables. Or "l'association de la STEP et des énergies
renouvelables offre plus de stabilité dans l'alimentation du réseau", note Adbdellah Saphar,
qui supervise pour l'ONE l'exploitation des énergies renouvelables dans le sud du Maroc.

Les STEP peuvent être déclenchées très rapidement, en quelques minutes. Et contrairement à
l'hydroélectricité classique, où l'eau n'est pas récupérée, elles sont relativement protégées
des risques de sécheresse, même si l'apparition de boues, due à l'assèchement des cours
d'eau qui approvisionnent le bassin, peut parfois poser un problème.

Il y a un regain d'intérêt pour toutes les formes de stockage d'énergie et la STEP répond bien à
ce besoin de stockage massif", analyse Cédric Philibert, expert au sein du département des
énergies renouvelables de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). L'eau offre un stockage
d'énergie plus facile et plus long que les sels fondus ou l'hydrogène. Selon les estimations de
l'AIE, près de 100 GW de STEP sont installées ou en cours de création dans le monde, et il
existerait un potentiel pour multiplier par dix cette capacité.

4) Fonctionnement par un champ photovoltaïque

Nous savons tous que le processus du pompage de l’eau du bassin vers le barrage se fait par
l’utilisation de l’énergie électrique.
On a pensé d’utiliser une source d’énergie renouvelable pour ce processus, de ce fait on a
opté pour l’énergie photovoltaïque .
Pour faire le dimensionnement des plaques photovoltaïque dont on a besoin pour faire
fonctionner le système on va utiliser le logiciel PVsyst .
En effet PVsyst est conçu pour être utilisé par les architectes, les ingénieurs et les chercheurs,
mais c’est aussi un outil pédagogique très utile. Il inclut une aide contextuelle approfondie,
qui explique en détail la procédure et les modèles utilisés et offre une approche ergonomique
avec guide dans le développement d’un projet. PVsyst permet d’importer des données météo
d’une dizaine de sources différentes ainsi que des données personnelles.
5) Données métrologiques de site
D’après le logiciel PV syst on trouve les données métrologique de cette d’Afourer sous dessous :

Figure 8 Coordonnées géographiques

Figure 9 Données de météo mensuelle


6) Dimensionnement : Logiciel PV syst

➢ Meilleure inclinaison d’Afourer

Figure 10 Inclainison de site d'Afourer

➢ Choix des équipements

Figure 11 Choix de équipements


➢ Simulation

Figure 12 Simulation de logiciel PV syst

Figure 13 Paramètres de simulation

Figure 14 Résultat principaux


Figure 15 Diagramme d'entrée et sortie journalière

Figure 16 Indice de performance


Figure 17 Distribution de la puissance de la sortie

Figure 18 Température du champ/ Irradiance effective


Chapitre 3 : Etude économique
1) Coût d’investissement
Le montant financier total nécessaire pour mettre en œuvre un projet est appelé "Coût
d'investissement en capital". Cet investissement peut être réalisé avec des capitaux propres,
des crédits d'institutions financières nationales ou internationales, et de fournisseurs. Les
capitaux nécessaires pour réaliser et mettre en œuvre le projet se composent de deux parties
:

• LES CAPITAUX FIXES (IF) qui représentent les capitaux nécessaires pour la construction
complète de l'usine de transformation avec ses services auxiliaires et sa préparation
jusqu'au moment du démarrage de l'activité. Ils représentent pratiquement la valeur
totale des actifs de l'entreprise.
Les actifs immobilisés peuvent être tangibles ou intangibles. Les actifs tangibles comprennent
les équipements (y compris les coûts de montage), les bâtiments, les installations auxiliaires,
etc., et les actifs intangibles comprennent les brevets, le savoir-faire technique, les dépenses
d'administration, les coûts de fonctionnement et de démarrage, etc.

• LE FONDS DE ROULEMENT (Iw) qui comprend les capitaux nécessaires pour atteindre
le niveau de production prévu par les études techniques et économiques, après que
les installations ont été réalisées et que la production ait débuté.
D’après le catalogue on a les données suivantes :
Figure 19 Caractéristique de panneau PV JKM585M-7RL4-v

Figure 20 Onduleur centrale 1000 kWc


• Coûts de l’investissement = (Prix de panneau * le nombre des panneaux
photovoltaïque) + (Prix d’onduleur * le nombre des onduleurs) + Prix d’installation
Coûts de l’investissement = 2,4*585* 171) + (1000*100) + ( 1000*100000)
Coûts de l’investissement = 100 340 084 dhs

2) TRI
Le retour sur investissement est un quotient qui a pour objectif de calculer le pourcentage de
gain à attendre d’un investissement par rapport à la mise de départ.

La formule générale du retour sur investissement est : (gains – coûts de l’investissement) /


coûts de l’investissement. La durée de rentabilité est le temps nécessaire pour que la mise de
départ puisse être récupérée (retour sur investissement égal à zéro).

• Gain = Prix de Kwh consommée * Energie consommée pour pomper l’eau


• Gain Journalière = 1,2 dhs/Kwh * 100 000 wc * 8 h = 960 000 dhs
• Gain annuel = Gains journalière * 365 = 350 400 000 dhs
• TRI = (350 400 000 -100 340 084) / 100 340 084
TRI = 2,5 ans

3) Gain économique
• Gain économique = gains – coûts de l’investissement
Gain économique = 350 400 000 – 100 340 084 = 250 059 916 dhs

4) Gain environnement
Le gain environnemental c’est la quantité du Co2 à éviter à travers cette installation.
Pour notre projet, le gain environnemental c’est la quantité des Co2 à éviter dans l’utilisation
de l’électricité pour pomper l’eau du bassin vers le barrage.
Gain env = Energie électrique utilisée pour pomper l’eau* Facteur d’émission de Co2
d’électricité
Gain env = 100000 * 8 * (718 – 314) = 32 320 000 g eq de CO2 = 32 320 kg eq de CO2
Conclusion

La station de transfert d'énergie par pompage contribuent à maintenir


l’équilibre entre production et consommation sur le réseau électrique . en effet
une STEP est capable de délivrer de l'énergie en quelques minutes et avec un
très bon rendement (entre 70 % et 85 %) ainsi que sa durée de vie élevée
(supérieure à 70 ans), une technologie simple, éprouvée et un coût de stockage
20 fois inférieur par MWh que celui d'une batterie lithium-ion .
Liste de figure

Figure 1 Step au Maroc............................................................................................................................ 5


Figure 2 Principe de fonctionnement d'une centrale Step ..................................................................... 6
Figure 3 Schéma d’un groupe turbine-pompe à deux étages réglables .................................................. 8
Figure 4 Capacité des différents moyens de stockage_source:IFPEN ................................................... 12
Figure 5 Step d’Afourer ......................................................................................................................... 14
Figure 6 Bassins du Step d'Afourer ........................................................................................................ 15
Figure 7 Ensemble UR1 .......................................................................................................................... 15
Figure 8 Coordonnées géographiques ................................................................................................... 17
Figure 9 Données de météo mensuelle ................................................................................................. 17
Figure 10 Inclainison de site d'Afourer .................................................................................................. 18
Figure 11 Choix de équipements ........................................................................................................... 18
Figure 12 Simulation de logiciel PV syst ................................................................................................ 19
Figure 13 Paramètres de simulation ..................................................................................................... 19
Figure 14 Résultat principaux ................................................................................................................ 19
Figure 15 Diagramme d'entrée et sortie journalière............................................................................. 20
Figure 16 Indice de performance .......................................................................................................... 20
Figure 17 Distribution de la puissance de la sortie ............................................................................... 21
Figure 18 Température du champ/ Irradiance effective ....................................................................... 21
Figure 19 Caractéristique de panneau PV JKM585M-7RL4-v ................................................................ 24
Figure 20 Onduleur centrale 1000 kWc ................................................................................................ 24

Vous aimerez peut-être aussi