Vous êtes sur la page 1sur 2

Université Moulay Ismail ENSAM de Meknès

TD2 de thermodynamique
Exercice 1 :

1. Calculer la quantité de chaleur Q nécessaire pour commencer à faire bouillir 1L d’eau


initialement à 10°C. On donne la valeur moyenne de la capacité calorifique massique
de l’eau : Cm = 4,18 KJ. Kg-1.K-1 et la masse volumique moyenne de l’eau :
ρ = 1 Kg/dm3.
2. Une bouilloire électrique à pour puissance P =1kW lorsqu’elle est alimenté par la prise
secteur (tension efficace de 230V).
On y place 1L d’eau à 10°C. En combien de temps l’eau va bouillir ? (on suppose que toute la
chaleur émise par la résistance électrique sert à chauffer l’eau). On rappelle que l’énergie Q
développée par tout système qui développe pendant ∆t une puissance P constante vaut :
Q = P. ∆t

Exercice 2 :

On effectue de 3 manières différentes une compression qui amène un mélange air-essence de


l’état1 à l’état2 avec :
Etat 1 : P1= 1 bar, V1= 3 litres
Etat 2 : P2= 3 bar, V2= 1 litres
La première évolution est isochore puis isobare, la deuxième est isobare puis isochore, la
troisième est isotherme (P.V= Cte)
1. Représentez les 3 transformations en coordonnées de Clapeyron.
2. Sachant que l’on a : ∆U = Cv. ∆T pour ce gaz, calculer ∆U (Variation d’énergie
interne entre les états 1 et 2).
3. Calculez les travaux W1, W2, W3 dans les 3 cas. Déduisez-en les chaleurs échangées
Q1, Q2, Q3 ; sont-elles reçues ou évacuées ?

Exercice 3 :

Un récipient fermé par un piston mobile, renferme 2g d’hélium (gaz parfait,


monoatomique) dans les conditions (P1 ; V1). On opère une compression adiabatique, de façon
réversible, qui amène le gaz dans les conditions (P2;V2).
On donne: P1=1atm; V1= 10l; P2=3atm.
1. Déterminer : le volume finale V2, le travail reçu par le gaz W, ∆U et ∆H du gaz.
2. En déduire l’élévation de température du gaz, sans calculer la température initiale T1.
On donne : R=8.32 SI ; γ = Cp /Cv =5/3 ; M (He) =4 g/mole.

Exercice 4 :

Une turbine à air comprimé (gaz parfait) fournit une puissance P = 0.1 kW. On
néglige La variation de l’énergie Cinétique et de l’énergie potentielle de pesanteur. On
suppose que la transformation est adiabatique, en régime permanant :

Déterminer le débit massique Dm de la turbine.


On donne : R = 8.314 SI ; γ = 1.4 ; T1 = 298K ; T2 = 223 K ; M air = 29 g/mol.

Département Energétique Page 1 sur 2


Université Moulay Ismail ENSAM de Meknès

Exercice 5 :

Un compresseur aspire de l’air atmosphérique à (T0=295K, P0=1bar) et le


refoulement à (P1=3bar, T1=350K). Son débit massique est de 1 kg.s-1. On donne la masse
molaire de l’air M = 29 g.mol-1. Sa capacité massique thermique C = 1 kJ kg-1.K-1.
On suppose que l’air est un gaz parfait (ϒ = Cp/Cv = 1,4), la Constante des gaz parfaits est :
R = 8,32 S.I.
On suppose que le compresseur est adiabatique. En régime permanant et en négligeant la
variation de l’énergie cinétique et potentielle :

1- Calculer la puissance absorbée par le compresseur Pm.


En réalité, l’air évolue selon la loi polytropique.
2- Calculer le coefficient polytropique k.

Exercice 6 :

On considère une mole de gaz parfait monoatomique supposé parfait occupant un état
initial (P0 , V0 , T ) . On fait subir à ce gaz un cycle composé de :
-une transformation isobare AA . L'état A étant caractérisé par
1 1
(P ,V , T )
0 1 1

-une transformation adiabatique A B. L'état B étant caractérisé par (P2 , V2 , T )


1
-une transformation isotherme BA qui ramène le gaz à son état initial A.

Toutes ces transformations sont effectuées de façon réversible.


V T
On posera : α = 2 , β = 1 et R = 8,31 J .mol −1 .K −1
V0 T
1- Déterminer les travaux que le gaz échange avec le milieu extérieur :
a) W1 au cours de la transformation AA1 en fonction de R, β et T.
b) W2 au cours de la transformation A1B en fonction de R, β et T.
c) W3 au cours de la transformation BA en fonction de R, α et T.
d) En déduire le travail W que le gaz échange avec le milieu extérieur au cours du cycle en
fonction de R, α, β et T.
2- a) En utilisant une des propriétés des transformations adiabatiques, donner l'expression de β
V cp 5
en fonction du rapport 2 et de γ = . On rappelle que γ = pour un gaz parfait
V1 cv 3
monoatomique.
2 - b) En déduire une relation simple qui relie α et β.

Département Energétique Page 2 sur 2

Vous aimerez peut-être aussi