Vous êtes sur la page 1sur 4

LES ETATS-UNIS, PUISSANCE AGRICOLE

INTRODUCTION
 Capitale : Washington
 Superficie : 9 363 123 Km2
 Population : 272 000 000 habitants
 Fécondité : 2 enfants par femme
 Densité : 28 hab/Km2
 Population urbaine à 75%
 Régime et caractéristiques : République, État fédéral, pluralité des partis, régime
présidentiel
 Découpage : 50 Etats, un district
 PNB : 8201 milliards de dollars
 PNB par habitant : $30 430
Bien qu'elle ne contribue que pour 2% au Produit National Brut et n'emploie que 3% de la
population active, l'agriculture américaine s'est révélée capable de relever un double défi :
satisfaire les énormes besoins intérieurs et alimenter un courant d'exportations considérables.
Quels sont les supports de cette réussite ? Quelle est la rançon de ce succès ?
1 TABLEAU DE L'AGRICULTURE AMÉRICAINE
1.1 Le grenier du monde
L'agriculture américaine domine le monde par le volume et la diversité de ses productions.
Elle est en tête pour de nombreux céréales :2ème rang pour le blé, 1er pour le maïs, le soja;
elle arrive dans les premières places pour le reste des produits agricoles : 1er pour les oranges,
2ème pour les porcins, le coton, le tabac et 3ème pour les bovins.
1.2 Produire pour un marché à haut niveau de vie
Le marché intérieur américain représente des débouchés potentiels considérables pour
l'agriculture américaine : plus de 270 millions consommateurs potentiels disposant d'un
pouvoir d'achat élevé. On consomme deux à trois fois plus de viande aux Etats-Unis qu'en
Europe. C'est pourquoi l'agriculture est largement orientée vers les productions végétales
destinées à l'alimentation des animaux. Le haut niveau de vie explique également le
développement de cultures délicates comme celles qui sont pratiquées dans les régions
subtropicales (Hawaï, Californie, Floride…)
1.3 L'évolution de la géographie agricole
Jusqu'au milieu du XXème siècle, conditions naturelles et histoire du peuplement rural
s'étaient traduites par une spécialisation des régions sur un certain type de productions. Ces
régions spécialisées, connues sous le nom de "belts", portaient chacune un nom attaché au
type de culture qu'on y pratiquait : la Cotton Belt dans le Sud Est, la Corn Belt dans la région
des Grands Lacs et la Wheat Belt dans les Grandes Plaines.
Aujourd'hui, ces belts se sont diversifiées même si la culture principale reste la culture
d'origine. Seule la Cotton Belt a vraiment disparu et a fait place à la polyculture ou à la forêt
sur les sols épuisés. Deux tiers de la production cotonnière viennent désormais des champs
irrigués de l'Ouest (Texas et Californie). D'ailleurs, c'est l'irrigation qui constitue le fait
dominant de l'évolution régionale : la diffusion de l'irrigation dans l'Ouest a en effet permis le
développement d'une agriculture intensive qui place des Etats comme la Californie ou le
Texas aux tout premiers rangs des régions agricoles américaines. Les possibilités
technologiques permettent donc de plus en plus de s'affranchir des contraintes naturelles qui
avaient en grande partie conditionné la formation des belts qui s'effacent peu à peu.
1.4 Une agriculture socialement et économiquement contrastée
L'agriculture américaine n'est cependant pas un modèle dans tous ses aspects : l'agriculture est
en effet la branche d'activité où la distribution des revenus est la plus inégale. Si les farmers
vivent dans des fermes modèles, le revenu moyen agricole moyen n'atteint pas les deux tiers
du revenu citadin et celui de l'agriculteur noir du Sud n'en représente pas un tiers.
L'agriculture américaine est donc une agriculture dualiste ou à deux vitesses : d'un côté, des
exploitations performantes gérées par des farmers (qui vivent souvent en ville) comme des
entreprises industrielles ; de l'autre, des petites exploitations sans grande envergure
économique, victimes désignées des crises cycliques et dont les exploitants vivent aux limites
du seuil de pauvreté.
2 LES FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS DE L'AGRICULTURE AMÉRICAINE
Pour parvenir à de tels résultats, l'agriculture américaine dispose d'atouts considérables.
2.1 Des conditions climatiques favorables
Le premier atout de l'agriculture américaine repose d'abord dans l'immensité de son territoire,
l'étagement des latitudes et sa diversité climatique. Sur les 7, 8 millions de Km2 (si l'on exclut
l'Alaska), les unités de relief et les divers climats se combinent pour former de nombreuses
régions naturelles, chacune offrant des aptitudes agricoles particulières.
2.2 une agriculture à haut niveau technologique
L'agriculture américaine est d'abord une agriculture qui a un très haut niveau technologique
du fait de la sophistication du matériel employé. L'utilisation très précoce de la mécanisation
et de la motorisation n'a fait que s'amplifier depuis ses origines. Ainsi, le parc américain
s'élève à environ 5 millions de tracteurs. La consommation d'engrais a plus que doublé en
vingt ans, et plus encore celle des produits de protection des cultures (fongicides, herbicides,
insecticides). La recherche agronomique est très développée notamment grâce aux
subventions des pouvoirs publics et permet de mettre sur le marché de nouvelles variétés
toujours plus productives.
Les exploitations sont d'une taille imposante en comparaison de la moyenne européenne : 200
hectares, soit plus de 10 fois la moyenne européenne. Cette agriculture emploie grâce à sa très
haute productivité peu de bras.
2.3 La force de l'agribusiness
La production agricole n'est que le centre de l'immense complexe agro-industriel américain.
L'agribusiness désigne l'intégration de l'agriculture aux industries (engrais, matériels
agricoles…) et services (banques…) nécessaires à l'amont, mais aussi aux industries
(conditionnement, stockage…) et services (transports…) sollicités à l'aval.
Les sociétés industrielles possèdent souvent de larges domaines et contrôlent toute la
production agricole ; elles produisent les aliments pour le bétail, possèdent la terre et les
abattoirs, les chaînes de distribution de la viande et gèrent d'énormes "feed-lots", véritables
usines où sont engraissés les bovins.
3 UNE AGRICULTURE DÉPENDANTE…
3.1 …de ses sources de financement
La surenchère constante des progrès techniques et leur caractère impératif pour rester dans la
course de la productivité alourdit les dettes des agriculteurs et les bénéfices agricoles
s'amenuisent depuis 1973. Les charges financières des exploitations, liées à leur endettement
sont donc en forte croissante depuis le début des années 70.
De plus, tous les farmers connaissent la rançon de l'abondance : la surproduction et
l'effondrement des cours surviennent périodiquement. La gêne des farmers met qui plus est en
difficulté certains pans de l'agribusiness qui doivent se restructurer. Ainsi, la crise agricole du
début des années 1980 témoigne de la source de fragilité qu'est le haut niveau d'endettement
des agriculteurs américains. En effet, cette crise a été causée par l'endettement massif qu'ont
contracté les agriculteurs américains pour acheter de nouvelles terres, stimulés par la très forte
hausse des exportations dans les années 70. Or, les exportations ont chuté au début des années
80, acculant des milliers d'exploitants incapables de faire face à leurs échéances, à la faillite.
Ils ont souvent entraîné dans leur chute des petites banques locales et même menacé le
puissant système fédéral de crédit agricole (Farm Credit System).
3.2 …de la conjoncture politique intérieure
Cette gêne financière oblige également l'Etat à intervenir pour enrayer la dérive de certains
agriculteurs. L'Etat est en effet amené à intervenir pour soutenir les cours car il y a souvent
surproduction, avec accumulation des stocks difficiles à écouler. Une partie de cet excédent
est cédée aux pays du Tiers Monde ou vendue dans les pays industrialisés. De plus, les Etats-
Unis se servent de l'"arme verte" pour appuyer leur politique mondialiste (embargo de certains
produits alimentaires par exemple).
Cependant, l'Etat choisit lui-même quand il souhaite intervenir, c'est pourquoi les agriculteurs
sont largement dépendants de son bon vouloir. Ainsi, lors de la crise du début des années 80
évoquée plus haut, l'administration Reagan, soucieuse de ne pas trop alourdir un déficit
budgétaire déjà énorme, a largement laissé faire (le revenu agricole global américain est passé
de 37 milliards de dollars en 1981 à 13 en 1983 !), même si elle a tout de même accepté de
maintenir à un niveau élevé les subventions fédérales à la production et de dégager
d'importants crédits destinés à subventionner les exportations agricoles.
L'Etat intervient également au niveau de la diffusion du savoir agronomique : outre les cours
dispensés dans les Agricultural Colleges, l'agriculteur américain dispose de l'aide de
l'Agricultural Research Service au niveau fédéral et de celle des State Agricultural
Experiment Stations au niveau de son Etat. Des conseillers en agronomie, fonctionnaires
fédéraux, sont à la disposition de tout agriculteur.
3.3 …des circuits de transformation et de distribution
Si l'agribusiness représente une des grandes forces de l'agriculture américaine, il en constitue
également une des faiblesses. Les liens financiers et juridiques deviennent de plus en plus
étroits entre agriculteurs, commerçants et industriels et cela constitue un potentiel de
concentration non négligeable qui met en danger l'indépendance des fermiers américains. Des
groupes américains aux allures de géants comme Monsanto (à l'origine spécialisé dans la
protection des cultures mais qui s'est diversifié sur toute la chaîne agricole, de la production à
la distribution) font peser des menaces sérieuses d'une concentration à outrance du secteur.
3.4 …de ses possibilités d'exportation
Naturellement, la consommation nationale, malgré son ampleur ne suffit pas à absorber une
telle abondance. Premier exportateur mondial, notamment de céréales, l'agriculture
américaine contribue largement à limiter le déficit commercial du pays. L'exportation est
devenue une nécessité vitale pour l'agriculture américaine si elle veut éviter la surproduction
et la chute des prix qui en découle. Alors que dans les années 1960, les exportations ne
représentaient jamais plus de 15% de la production agricole, ce pourcentage n'a fait
qu'augmenter dans les années 1970 pour atteindre le pic de 29% en 1979. Ce ratio se
maintient aujourd'hui autour de 20%. Les Etats-Unis mènent donc de véritables batailles
commerciales en particulier avec l'Union Européenne. Cependant, ces batailles commerciales
se font de plus en plus acharnées. Les problèmes d'exportation des produits agricoles
américains se sont trouvés aggravés par l'extension territoriale progressive du marché
commun européen.

Vous aimerez peut-être aussi