Vous êtes sur la page 1sur 28

Département Physiques

Master Spécialisé
Energies Renouvelables et Systèmes Energétiques

Module : Biomasse

Purification du biogaz

Réalisé par : Encadré par :


AIT BAHA Ibtissam Pr. M. TAHRI
BOUCHATAOUY Manal

2021/2022
Résumé
Ce rapport a pour objectif essentiel de comprendre et d’expliquer la dynamique des
processus liés à la production du biogaz. Le comportement du biogaz dans la masse des
déchets (transferts, composition, variations…) et les diffères méthodes utilisés pour la
purification du biogaz.

La valorisation du biogaz est une technologie permettant de recueillir et de traiter le biogaz


issu des déchets organiques fermentescibles en vue de produire de l’énergie tout en préservant
l’environnement grâce à la réduction des émissions de gaz à fort effet de serre tel que le
méthane, l’élimination des odeurs et des risques d’explosion. Une des méthodes de la
valorisation du biogaz est la production d’électricité dans des groupes électrogènes constitués
des moteurs à biogaz couplés à des génératrices électriques. Pour une efficacité optimale de
cette valorisation, il est très important que la production du biogaz et sa composition soient
stables. Cependant, il y a beaucoup de facteurs qui influent sur la variation de la concentration
de composants du biogaz, en particulier les paramètres météorologiques (précipitations,
pression atmosphérique, température et humidité), l’âge et les types des déchets, les méthodes
d’enfouissement.

Plusieurs technologies matures d’épuration du biogaz permettent la production de biométhane


compatible avec les spécifications des réseaux : lavage à l’eau, épuration membranaire, PSA
(Pressure-Swing Adsorption), lavage aux amines et cryogénie.

L’ensemble de ce travail a permis une étude à deux niveaux (deux chapitres), le premier
chapitre est constitue une généralité du biogaz, qu’est ce que le biogaz ? Sa composition, sa
production et ces utilisations. Dans le deuxième chapitre présente la purification du biogaz ;
avec une explication de chaque composant est son effet sanitaire et sur l’environnement. Puis
les méthodes de purification de chaque composant du biogaz.

2
Sommaire

LISTE DES FIGURES .........................................................................................................5

LISTE DES TABLEAUX .....................................................................................................5

CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU BIOGAZ .........................................6

INTRODUCTION ................................................................................................................6
I. Définition du champ d’application ............................................................................6
1. Qu’est ce que le «BIOGAZ » ? .......................................................................................6
2. Production du biogaz ...................................................................................................7
3. Fermentation .............................................................................................................. 10
4. Composition de biogaz............................................................................................... 10
II. Production d’énergie et utilisation du biogaz ......................................................... 10
1. Les utilisations du biogaz ........................................................................................... 10
2. Les méthodes de production du biogaz ....................................................................... 12
III. Alimentation du biogaz aux grands projets au Maroc ...........................................13
CONCLUSION ................................................................................................................... 14

CHAPITRE 2 : PURIFICATION DU BIOGAZ ............................................................... 15

INTRODUCTION .............................................................................................................. 15
I. Présentation des composants du biogaz................................................................... 15
1. Les différents composants du biogaz ..........................................................................15
2. Conséquences des composants du biogaz ................................................................... 16
II. Purification et traitement du gaz.............................................................................18
1. Désulfuration ............................................................................................................ 18
a. Désulfuration biologique dans le digesteur ................................................... 18
b. Désulfuration biologique dans des réacteurs externes – principe du lit
bactérien ................................................................................................................. 19
c. Épuration biochimique du gaz – bioépurateurs .............................................19
d. Précipitation du sulfure ................................................................................ 19
e. Adsorption sur charbon actif ........................................................................ 20
2. Séchage.................................................................................................................... 20
a. Séchage par condensation ............................................................................ 20
b. Séchage par adsorption ................................................................................ 21
c. Séchage par absorption ................................................................................ 21
3. Elimination d’ammoniac ......................................................................................... 21
a. La nitritation ................................................................................................ 22

3
b. La dénitritation ............................................................................................ 22
4. Siloxanes............................................................................................................... 22
III. Les grandes méthodes générale de purification du biogaz.................................. 23
1. Lavage à l’eau ....................................................................................................... 23
a. Avantages ................................................................................................... 23
b. Limites ....................................................................................................... 24
2. Épuration membranaire ......................................................................................... 24
a. Avantages .................................................................................................. 24
b. Limites ......................................................................................................25
3. PSA (Pressure-Swing Adsorption) ......................................................................... 25
a. Avantages .................................................................................................. 25
b. Limites ......................................................................................................26

CONCLUSION ................................................................................................................... 27

BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................28

4
Liste des figures

FIGURE 1: SCHEMA DU PRINCIPE DE LA COGENERATION -----------------------------------------7

FIGURE 2: PRODUCTION DU BIOGAZ : METHANISATION -------------------------------------------8

FIGURE 3: SCHEMA PRESENTE LES PHASES DE LA DECOMPOSITION DES DECHETS-----9

FIGURE 4: EQUIPEMENT DE FERMENTATION DES DECHETS ------------------------------------ 10

FIGURE 5: PRODUCTION D’ENERGIE PAR LE BIOGAZ ---------------------------------------------- 11

FIGURE 6: DISTRIBUTION DU BIOGAZ AUX PLUSIEURS UTILISATIONS ENERGETIQUE12

FIGURE 7: METHODE DE PURIFICATION DE BIOGAZ (LAVAGE A L’EAU) ------------------- 23

FIGURE 8: SCHEMA DU PROCEDE MEMBRANAIRE DE PURIFICATION DU BIOGAZ ----- 24

FIGURE 9: SCHEMA D’EPURATION PSA DU BIOGAZ ------------------------------------------------ 25

Liste des tableaux

TABLEAU 1: COMPOSITION MOYENNE DU BIOGAZ ............................................................. 16

TABLEAU 2: CONSEQUENCES DES COMPOSES MINEURS PRESENTS DANS LES BIOGAZ

SUR LES EQUIPEMENTS, LES SANITAIRES ET L’ENVIRONNEMENT ........................... 17

TABLEAU 3: PRETRAITEMENT EN FONCTION DES TECHNOLOGIES D’EPURATION DU

BIOGAZ ................................................................................................................................... 26

5
Chapitre 1 : Présentation générale du Biogaz

Introduction

Depuis les années 80, l’état doit faire face à une forte progression des quantités de
déchets générées par nos habitudes de vie et nos activités. Les déchets dits « organiques »
produisent lors de leur décomposition d’énormes quantités de méthane et de gaz carbonique.
Les gaz émis contribuent à l’augmentation de l’effet de serre. La politique nationale actuelle
de gestion des déchets préconise notamment leur réduction, leur récupération et leur
valorisation. La maîtrise de la méthanisation apparaît comme une solution intéressante car elle
permet une valorisation énergétique des déchets organiques tout en répondant aux
préconisations écologiques de réduction des quantités de méthane rejetées dans l’atmosphère.
En effet, le méthane contenu dans le biogaz produit et capté permet d’éviter des émissions à
l’atmosphère par exemple lors du stockage du lisier ou des déchets ménagers. De plus la
valorisation énergétique du biogaz produit se substitue à l’usage d’énergies fossiles. La
méthanisation et donc la production de biogaz se fait à partir de différentes sources de
matières organiques (matières organiques résiduelles issues des secteurs agricoles, déchets
ménagers, industriels, boues et rejets urbains) définissant ainsi différentes filières. C’est quoi
le biogaz ? Comment il produit ? Où est il produit ? Quelle sont ces caractéristiques ?

I. Définition du champ d’application


1. Qu’est ce que le « BIOGAZ » ?
Le biogaz est le produit de la dégradation de la matière organique, d’origine
animale ou végétale, par des microorganismes dans des conditions dites « anaérobie » c’est-à-
dire en l’absence d’oxygène. Le phénomène est très largement observable dans la nature. Le
savant italien Alessandro Volta (1745-1823) a été le premier à décrire et à analyser la
composition du « gaz des marais ». En 1776 il en isole le composant majeur : le méthane. Les
archaebactéries méthanogènes, qui sont présentes dans la nature, sont les organismes vivants
producteurs du méthane. Ces mêmes bactéries ont produit le méthane conservé dans les
terrains sédimentaires qui est extrait sous forme de « gaz naturel ». Ce procédé de production
fermentaire est appelé méthanisation.

6
La méthanisation se produit spontanément dans les marais (gaz des marais), les
rizières, les grands réservoirs ou barrages hydroélectriques tropicaux, les décharges contenant
des déchets ou matières organiques (animales, végétales, fongiques ou bactériennes). On peut
la provoquer artificiellement dans des digesteurs (en particulier pour traiter des boues
d'épuration et des déchets

Figure 1: Schéma du principe de la cogénération

2. Production du biogaz
Le biogaz est une énergie renouvelable obtenue grâce à la fermentation de matières
organiques placées dans un environnement sans oxygène. Ce processus naturel de
fermentation s’appelle la méthanisation. La production de méthane peut se faire naturellement
dans certains milieux naturels, tels que les marais ou les rizières, mais aussi dans les
décharges.
Aujourd’hui, le biogaz fait partie de la catégorie des énergies renouvelables, au même titre
que l’énergie solaire, éolienne ou encore hydraulique. Mais pour obtenir du biogaz en grande
quantité, l’Homme doit intervenir en provoquant artificiellement la fermentation des déchets
organiques provenant de déjections animales, d’effluents d’élevage (fumier, lisier, etc.), de
graisses, ou encore de boues d’épuration ou d’effluents de l’industrie agroalimentaire.
Ces déchets sont ensuite placés dans un environnement dépourvu d’oxygène.

Dans tous les endroits où sont stockés et accumulés des déchets fermentescibles
totalement ou partiellement privés d’aération continue. Il s’agit des centres de stockage des
déchets, des stations d’épuration des eaux (production de boues) et des digesteurs à
fermentation de déchets organiques. Ces équipements, appelés aussi méthaniseurs, valorisent
les déchets ménagers organiques triés, les effluents agricoles (déjections animales) ou ceux

7
des industries agroalimentaires et papetières. Les méthaniseurs sont installés la plupart du
temps sur les sites mêmes de production de ces effluents ou boues.

Figure 2 : Production du biogaz : méthanisation

La décomposition de la matière organique (biomasse) se déroule en deux étapes


essentielles. La première étape est aérobie et la seconde anaérobie. La décomposition aérobie
se produit dès l’enfouissement des déchets, en présence d’oxygène, suivie de la
décomposition anaérobie en absence d’oxygène, pendant une période de temps plus longue.
Cette dernière peut être subdivisée en quatre phases.

La dégradation aérobie de la matière organique : Cette étape, durant quelques semaines ou


mois, implique la décomposition aérobie avec la consommation de l’oxygène présent dans des
déchets au moment du dépôt. La matière organique polymérique est d’abord décomposée par
des microorganismes en oligomères et monomères qui sont ensuite dégradés avec production
de CO2, d’H2O et d’énergie. L’énergie libérée pendant cette étape est utilisée pour
l’accroissement exponentiel du nombre de microorganismes.

8
La dégradation anaérobie de la matière organique : Cette étape est le métabolisme
prédominant dans les décharges parce que la pénétration d’oxygène dans la masse de déchets
est très faible surtout après leur recouvrement. On peut distinguer quatre phases dans la
dégradation anaérobie : l’hydrolyse, l’acidogénèse, l’acétogénèse et la méthanogénèse.

Figure 3 : Schéma présente les phases de la décomposition des déchets

Hydrolyse : les macromolécules organiques (polysaccharides, protéines, composés lipidiques)


sont hydrolysées en éléments plus simples, tels que sucres simples, acides aminés, acides gras
à courtes chaînes, glycérol.

Acidogénèse : les substrats issus de la phase d’hydrolyse sont transformés par les bactéries en
acides gras volatils, alcools, ammoniac, gaz carbonique et hydrogène.

9
Acétogénèse : les acides gras volatils (autres que l’acide acétique) sont transformés par les
bactéries réductrices acétogènes en acétate, hydrogène et gaz carbonique.

Méthanogénèse : les substrats issus de la phase d’hydrolyse sont réduits par les bactéries en
méthane et dioxyde de carbone.

3. Fermentation
La fermentation est un phénomène de dégradation des substances organiques.
Quand la fermentation se déroule en présence d’air, on la qualifie « d’aérobie ». Exemple bien
connu : le compostage. En l’absence d’air, donc d’oxygène, la fermentation est dite
“anaérobie”. On parle alors de méthanisation. Naturelle ou contrôlée, elle met en jeu des
bactéries qui contribuent à produire notamment du méthane, du gaz carbonique et de
l’hydrogène sulfuré (responsable des mauvaises odeurs). En pratique, on peut rendre la
fermentation efficace à 95 % à l’aide de méthaniseurs, c’est-à dire des enceintes fermées, dans
lesquelles les déchets sont homogénéisés mécaniquement et ensemencés avec des micro-
organismes appropriés.

Figure 4 : Equipement de fermentation des déchets

4. Composition de biogaz
Provenant de la fermentation anaérobie de la matière organique, le gaz de
décharge est composé principalement du méthane (~55%) et du gaz carbonique (~40%), et est
généralement saturé en vapeur d’eau. Il contient également d’autres gaz issus de la
fermentation présents en traces, (H2S, H2, mercaptans, …) ou les composés qui se trouvent
dans des déchets et qui sont aspirés avec le biogaz (hydrocarbures aliphatiques et
aromatiques, composés halogénés, siloxanes, métaux sous forme volatile, …).

II. Production d’énergie et utilisation du biogaz


1. Les utilisations du biogaz
Grâce à sa haute teneur en méthane, le biogaz peut remplacer le gaz naturel dans
toutes les applications courantes. En pratique, la valeur énergétique d’un biogaz est souvent

10
caractérisée par son Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI). Elle est définie comme l’énergie
libérée lors de la combustion complète d’une unité de combustible en considérant que la
vapeur d’eau n’est pas condensée et la chaleur latente n’est pas récupérée.
Aujourd’hui, plusieurs modes de valorisation énergétique du biogaz sont réalisés à l’échelle
domestique et industrielle.
Production thermique : La valorisation du biogaz par voie thermique est le moyen
le plus simple permettant d’avoir un investissement réduit et un temps de retour très
intéressant. C’est aussi le moyen fréquemment utilisé à l’échelle domestique dans les zones
rurales pour la cuisine, le chauffage, etc. Le biogaz utilisé dans cette application doit contenir
au moins 20% de méthane et le traitement du biogaz peut être limité à une simple étape de
déshydratation.
Production d’électricité : La production d’électricité à partir du biogaz est
particulièrement intéressante si les centres de méthanisation sont éloignés de sites de
consommation et les besoins thermiques locaux sont négligeables devant l’énergie biogaz
disponible. La production d'électricité peut être réalisée en cogénération avec la production de
la chaleur pour augmenter le rendement. Dans ce procédé, la chaleur dégagée lors de la
production de l’électricité est récupérée afin d’économiser une source d’énergie importante.
En pratique, la configuration à cogénération peut comporter le couplage d’une turbine à gaz
(pour la production d’électricité) et d’une chaudière (pour la récupération de chaleur).

Figure 5: Production d’énergie par le biogaz

11
Remplacement du gaz naturel par injection directe dans le réseau de gaz de ville :
La filière d’injection du biogaz dans les réseaux de gaz de ville en France est actuellement en
développement. L’injection du biogaz est théoriquement autorisée depuis 2003 par une
directive européenne qui a été retranscrite en droit français dans le décret n°2004-555 du
Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Fin 2016, la France comptait environ
20 sites d’injection de biométhane en service avec la production de 72 000 Nm3 par jour
(équivalent à 212 GWh par an), ce qui permet de couvrir le besoin annuel en gaz de
14000 foyers en France.
Carburant pour l’automobile : Le biogaz utilisé en tant que gaz naturel pour
véhicule (bioGNV) doit être constitué d’un minimum de 97% de méthane avec une qualité
compatible avec le gaz naturel du réseau. En pratique, le bioGNV est stocké sous pression
(200bar) dans un réservoir spécifique à l’intérieur du véhicule. Lille est la première ville
française qui a fait rouler ses bus au bioGNV. Aujourd’hui, la ville dispose d’une flotte de
420 autobus roulant au bioGNV, permettant d’économiser 4,5 millions de litres de gasoil par
an.

I)

Figure 6: Distribution du biogaz aux plusieurs utilisations énergétique

2. Les méthodes de production du biogaz


Pour une production contrôlée du biogaz, la méthanisation peut être provoquée
artificiellement dans des centres de méthanisation (lors du traitement des boues de station
d'épuration, des déchets organiques industriels ou agricoles, etc.).
Aujourd’hui, le biogaz peut être produit à l’échelle domestique ainsi qu’à l’échelle
industrielle.
Le biogaz domestique : La production de biogaz domestique s’avère être une
solution simple pour la valorisation des déchets de ménage, en particulier dans les zones

12
rurales. Elle permet de répondre de manière efficace à la demande en combustible de cuisine
et pour le chauffage. L’installation d’une unité de production de biogaz domestique nécessite
des outils et des matériaux simples et peu onéreux. Le digesteur est un réservoir enterré
revêtue en béton, et couvert d'une console en béton. Le réservoir est rempli de matières
organiques. Une fois que le biogaz commence à se former, il s’accumule sous le dôme. Les
raccords entre le bio-digesteur et le réchaud sont en tuyaux PVC fonctionnant à une pression
de l’ordre de 20 mbar pour assurer la sécurité de l’utilisateur. Il permet d’alimenter un moteur
thermique (groupe électrogène, pompe, …), un cuiseur à gaz, etc. Ce type de digesteur est
couramment utilisé dans les zones rurales ayant pour but de fournir une source d’énergie pas
chère, d’assainissement de l’environnement et de production d’engrais biologique.
Production industrielle du biogaz : La production du biogaz à l’échelle industrielle
consiste en deux voies principales. La première voie est la récupération de gaz de décharge
dans les Installations de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) avec ou sans
aspiration. Dans les centres de stockage, les déchets sont compactés et traités spécifiquement
pour produire du biogaz. Les gaz issus de l’ISDND sont piégés puis récupérés par captage.
La deuxième voie de production du biogaz consiste à dégrader les matières organiques dans
les centres de méthanisation dit digesteur. Pour être considéré comme méthanisable, un
substrat doit être riche en matière organique et doit être biodégradable dans le digesteur, c’est
à-dire que les bactéries anaérobies puissent le dégrader et le convertir en biogaz.

III. Alimentation du biogaz aux grands projets au Maroc

Faire de l’électricité à partir de tonnes d’ordures. C’est ce que permettent désormais


deux moteurs à biogaz mis en service par l’OCP à Youssoufia et Benguérir. Inaugurés en
grande pompe le 8 mars, ils vont permettre à deux stations d’épuration (STEP) d’utiliser les
déchets liquides des eaux usées des villes de Youssoufia et de Benguérir afin d’en extraire un
biogaz.

Principalement composé de méthane, ce gaz sera valorisé en électricité grâce aux deux
moteurs construits par la société allemande 2G. « Cette électricité va couvrir les propres
besoins énergétiques des STEP mises en service par l’OCP », nous explique Stefanie Sohm,
cogérante de Generizon qui représente 2G au Maroc. « Avec des puissances installées de 100
et 150 kW, les moteurs contribuent de 30% aux besoins énergétiques de chaque site », précise
un communiqué de Generizon. La cogérante de la société refuse en revanche de divulguer le
montant d’investissement du projet.

13
Cette énergie verte et propre n’est pas nouvelle au Maroc. D’autres projets ont été réalisés
dans les STEP, notamment à Fès et à Marrakech. Dans un rapport du ministère de l’Industrie
datant de 2013, il était précisé que la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de
Marrakech (RADEEMA) « a équipé sa STEP d’une unité de cogénération d’énergie
électrique à partir du biogaz produit par les boues qui permet de dégager 30.000 kW par jour
pour les besoins de la station ». Au total, une dizaine de projets similaires existent à travers le
Maroc.

Conclusion

Le biogaz est une énergie renouvelable qui présente l’avantage d’être stockable et non
dépendante de la climatologie.

Même si à terme l’essentiel des ressources utilisables en méthanisation sera d’origine


agricole, les bio-déchets urbains au sens large (des ménages aux gros producteurs) seront
néanmoins intéressants à mobiliser.

La valorisation du biogaz provenant des déchets est une technologie mature et elle n’a pas
besoin de grandes recherches et développements, mais plutôt d’une optimisation des procédés
et de perfectionnements technologiques pour faire monter en puissance les installations
industrielles. Néanmoins, il ne faut pas négliger des étapes importantes que constituent, par
exemple, la nécessaire purification du biogaz avant certaines utilisations et l’indispensable
préparation déchets quand on les traite par méthanisation. Alors comment se faire la
purification du biogaz ? Et quelles sont les étapes de purification ?

14
Chapitre 2 : Purification du biogaz

Introduction

Afin de diminuer notre dépendance sur les combustibles fossiles, le développement


des énergies renouvelables est indispensable pour répondre aux questions de protection
d’environnement et développement durable. D’ailleurs, dans les années récentes, l’inquiétude
sur l’augmentation des déchets urbains et industriels a fait l’appel au développement de la
filière du biogaz.

Le biogaz est issu du processus de digestion anaérobie qui consiste en la fermentation de


matières organiques en l’absence d’oxygène. Il est composé des éléments suivants : le
méthane (CH4, 50 – 75 %), le dioxyde de carbone (CO2, 25 – 45 %), l’eau (H2O), l’azote
(N2), l’oxygène (O2), l’hydrogène sulfuré (H2S), l’ammoniaque (NH3), et des éléments
traces (organo-halogénés, siloxanes, métaux lourds, etc.).

Le biogaz peut être valorisé par combustion sous forme de chaleur et d’électricité.
Lorsqu’il est épuré, il se transforme en « bio-méthane » et peut servir pour des véhicules au
gaz ou pour l’injection dans un réseau de gaz naturel. Pour atteindre la qualité du gaz naturel,
il faut donc enlever le CO2, l’eau et d’autres composés pour atteindre une qualité similaire à
celle du gaz naturel (98 % de méthane).

I. Présentation des composants du biogaz


1. Les différents composants du biogaz
Provenant de la fermentation anaérobie de la matière organique, le gaz de décharge
est composé principalement du méthane (~55%) et du gaz carbonique (~40%), et est
généralement saturé en vapeur d’eau. Il contient également d’autres gaz issus de la
fermentation présents en traces, (H2S, H2, mercaptans, …) ou les composés qui se trouvent
dans des déchets et qui sont aspirés avec le biogaz (hydrocarbures aliphatiques et
aromatiques, composés halogénés, siloxanes, métaux sous forme volatile, …).

Méthane (CH4) : c’est un gaz inodore et incolore, plus léger que l’air. Il est
inflammable : entre 5% et 15% de concentration volumique dans l’air le mélange gazeux est
explosif. PCI volumique du méthane = 35,88 MJ/m3, PCI massique = 50,04 MJ/ kg.

15
Dioxyde de carbone (CO2) : c’est un gaz inodore et incolore, plus lourd que l’air. Il
n’est ni inflammable ni toxique. En revanche, il diminue la teneur en oxygène ce qui peut
provoquer l’asphyxie.

Hydrogène sulfuré (H2 S) : c’est un gaz avec une odeur caractéristique dite « d’oeuf
pourri » (détectable à partir de 0,7 ppm, à partir de 150 ppm il inhibe l’odorat), plus lourd que
l’air. Il est inflammable et très toxique. Il provoque nausées, céphalées et vomissements. A
haute concentration (>700 ppm) il affecte le système nerveux central et provoque la mort.

Mercaptans (SxHy) : ce sont des composées organiques soufrés qui sont très
malodorants et souvent toxiques.
Composés organiques volatils (COV): hydrocarbures aliphatiques et aromatiques,
composés halogénés, certains COV sont toxiques, en particulier le benzène qui est
cancérigène.
En ce qui concerne l’influence sur l’environnement, les composés halogénés sont les
composants traces les plus nocifs. Les composés chlorés provoquent la corrosion accélérée
des moteurs.
Tableau 1: Tableau 1 : Composition moyenne du biogaz

2. Conséquences des composants du biogaz


Les impuretés, malgré leur faible concentration dans le biogaz, peuvent entraîner des
dommages graves sur les engins utilisant le biogaz comme carburant. La vapeur d’eau peut se
condenser sur la surface des engins et par conséquent, favoriser la corrosion des parties
métalliques. En plus, le fort degré d’humidité du biogaz peut éventuellement réduire le
pouvoir calorifique du biogaz. La présence de composés soufrés dans le biogaz est l’origine
principale de la corrosion des conduites, des équipements de valorisation (moteurs, turbine..)
et des échangeurs de chaleur sur les fumées. Pour les systèmes catalytiques, ils jouent le rôle

16
de poison en réagissant avec les métaux pour former des sulfures. La présence de NH3 dans le
biogaz peut accélérer et amplifier la combustion, entraînant des contraintes thermiques
pouvant provoquer la fonte des pistons et l’échauffement des injecteurs. Durant la combustion
du biogaz, il est totalement transformé en NOx, qui est des polluants nocifs pour
l’environnement. Les composés halogénés quant à eux sont à l’origine de problèmes de
corrosion des surfaces métalliques par formation de gaz acide. Ce dernier est également une
source de polluant important dégagée dans l’atmosphère. Les composés organiques volatils de
silicium appelés aussi siloxanes peuvent entrainer le dépôt de poudre de silice fine sur la
surface de chambre à combustion et endommager gravement les équipements.
Tableau 2:Conséquences des composés mineurs présents dans les biogaz sur les
équipements, les sanitaires et l’environnement

Problèmes
Famille Composés Solution
Sanitaires et
environnementaux Moteurs
Corrosion Condensation
Réduction du cryogénique
Humidité H2O
pouvoir
calorifique
H2S H2S: gaz très Attaque corrosive Réaction sur des
toxique des surfaces éponges
métalliques des Ferrugieuses
Composés Thiols moteurs
Nuisance Réaction avec
soufrés
olfactive: Formation d'acide des oxydes de
odeur sulfurique fer
Mercaptants
caractéristique (H2SO4) dans les
Adsorption sur
d'oeuf pourri. gaz d'échappement
charbon actif
Composés Chloro- Corrosion
Organo flourocarbonés Formation de Adsorption sur
Oxydation
halogénés (Fréons, CCl2F2) molécules charbon actif
dangereuses à Acidification des
Polychlorés du cause de la huiles dans les
benzène combustion des moteurs et/ou
Polychlorés de halogènes dans les fumées
l'éthylène
Contraints
Composés Dégagement de thermique Condensation
NH3
azotés NOx, gaz toxique conduisant à la cryogénique
pour fonte de moteur Adsorption sur
l'environnement et l'échauffement charbon actif
d'injecteur

17
Dépôt de poudre
abrasive de silice Adsorption sur
Siloxanes RR’SiO Toxicité mal
conduisant à des charbon actif
connue endommagements
graves sur moteur

II. Purification et traitement du gaz


1. Désulfuration
Plusieurs méthodes de désulfuration existent. En fonction de l’application, il est
possible de faire une distinction entre les méthodes biologiques, chimiques et physiques, et
entre la désulfuration grossière et fine. La méthode ou la combinaison de méthodes choisie
dépend de l’utilisation qui sera faite du biogaz. En dehors de la composition du gaz, le
principal facteur à prendre en compte est celui du débit de biogaz qui pénètre dans
l’installation de désulfuration. En effet, ce débit peut fluctuer considérablement selon le mode
de gestion utilisé pour le procédé. Le débit de biogaz augmente généralement brusquement
lorsque du substrat frais a été chargé dans le digesteur ou lorsque les agitateurs sont mis en
marche. Ces pics de débit peuvent parfois représenter une augmentation de 50 % par rapport à
la valeur moyenne. Pour lutter contre ce phénomène et garantir un procédé de désulfuration
fiable, il est courant d’installer des unités désulfuration surdimensionnées ou de combiner
différentes techniques. [6]

a. Désulfuration biologique dans le digesteur


La désulfuration biologique est souvent réalisée à l’intérieur du digesteur, mais il
est aussi possible de réaliser l’opération en aval. En présence d’oxygène, les sulfobactéries
convertissent le sulfure d’hydrogène en soufre élémentaire, qui se mélange ensuite au
digestat. Le processus de conversion nécessite la présence de nutriments, qui sont déjà
présents en quantité largement suffisante dans le digesteur. Étant donnée l’omniprésence des
bactéries, il n’est pas nécessaire d’en rajouter. Pour apporter l’oxygène nécessaire à la
réaction, on injecte de l’air dans le digesteur au moyen d’un mini-compresseur (pompe
d’aération) ou autre dispositif similaire. Le gaz désulfuré ainsi obtenu est généralement de
qualité suffisante pour pouvoir être brûlé dans une unité de cogénération. Par contre, cette
méthode ne permet pas d’obtenir une qualité équivalente à celle du gaz naturel, car il est
difficile d’éliminer les fortes concentrations en azote et en oxygène qui nuisent aux propriétés
de combustion du gaz. [6]

18
b. Désulfuration biologique dans des réacteurs externes – principe du lit
bactérien
Pour éviter les inconvénients évoqués ci-dessus, la désulfuration biologique peut
avoir lieu à l’extérieur du digesteur, selon le principe du lit bactérien. Certaines entreprises
proposent pour cela des colonnes de désulfuration biologique qui sont installées dans des
réservoirs séparés. Cette méthode permet de gérer avec plus de précision les paramètres de la
désulfuration tels que l’injection d’air/oxygène. Le soufre ainsi généré peut être réintroduit
dans le digestat au niveau du réservoir de stockage afin d’améliorer les propriétés fertilisantes
du digestat. Le principe du lit bactérien, en vertu duquel le sulfure d’hydrogène est absorbé à
l’aide d’une substance d’épuration (régénération de la solution par mélange avec l’oxygène
atmosphérique), permet d’atteindre des taux d’élimination de 99 %, c’est-à-dire des
concentrations en soufre inférieures à 50 ppm dans le gaz résiduel. Mais, en raison de la
quantité d’air introduite (environ 6 %), cette méthode ne convient pas au traitement du
biométhane. [6]

c. Épuration biochimique du gaz – bioépurateurs


Contrairement au principe du lit bactérien et à la désulfuration interne, la bio-
épuration est le seul procédé biologique qui permet d’obtenir un gaz de qualité équivalente à
celle du gaz naturel. Ce procédé en deux étapes comprend une colonne remplie (absorption du
H2S par une solution de soude caustique diluée), un bioréacteur (régénération de la solution
d’épuration grâce à l’oxygène de l’atmosphère) et un séparateur de soufre (rejet de soufre
élémentaire). L’utilisation d’une étape de régénération séparée permet de ne pas introduire
d’air dans le biogaz. Bien que cette technologie soit capable d’éliminer de très fortes teneurs
en soufre (jusqu’à 30 000 mg/m3) avec des résultats similaires à ceux obtenus avec un
système à lit bactérien, elle ne convient qu’aux centrales qui présentent des débits de gaz
élevés ou de fortes teneurs en H2S en raison du coût de l’équipement. [6]

d. Précipitation du sulfure
Cette forme de désulfuration chimique a lieu dans le digesteur. Comme les
méthodes de désulfuration biologique, elle permet une désulfuration grossière (concentrations
en H2S entre 100 et 150 ppm). L’ajout de composés de fer dans le digesteur permet de lier
chimiquement le soufre au substrat, ce qui évite qu’il ne soit libéré sous forme de sulfure
d’hydrogène. Étant donné les caractéristiques énumérées, cette méthode convient surtout aux
centrales de valorisation du biogaz relativement petites ou aux centrales qui présentent une
faible teneur en H2S (< 500 ppm). [6]

19
e. Adsorption sur charbon actif
Utilisée comme technique de désulfuration fine, l’adsorption sur charbon actif est
basée sur l’oxydation catalytique du sulfure d’hydrogène à la surface du charbon actif. Il est
possible d’améliorer le taux de réaction et d’augmenter la capacité de chargement en
imprégnant ou en dopant le charbon actif avec de l’iodure de potassium ou du carbonate de
potassium. Pour être efficace, la désulfuration nécessite la présence de vapeur d’eau et
d’oxygène. Le charbon actif imprégné ne peut donc pas être utilisé avec des gaz ne contenant
pas d’air. Toutefois, le charbon actif dopé (permanganate de potassium) qui a récemment fait
son apparition sur le marché peut également être utilisé pour les biogaz ne contenant pas d'air.
Il permet également d’améliorer les performances de désulfuration en éliminant tout blocage
des micropores.[6]

2. Séchage
Pour protéger l’équipement qui utilise le gaz contre une usure excessive et des
dégâts irréversibles et pour satisfaire aux conditions requises par les étapes de purification en
aval, le biogaz doit être débarrassé de sa vapeur d’eau. La quantité d’eau ou de vapeur d’eau
que le biogaz peut absorber dépend de la température du gaz. Le taux d’humidité relative du
biogaz dans le digesteur est de 100 %, ce qui signifie que le biogaz est saturé de vapeur d’eau.
Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour sécher le biogaz : séchage par condensation,
séchage par adsorption (gel de silice, charbon actif) ou séchage par absorption (déshydratation
au glycol). [6]

a. Séchage par condensation


Cette méthode est basée sur la séparation du condensat, par refroidissement du
biogaz en dessous du point de rosée. Le biogaz est souvent refroidi directement dans la
canalisation. Si la canalisation est installée avec une pente suffisante, il suffit alors de
recueillir le condensat dans un séparateur de condensat installé au point le plus bas de la
canalisation. Si la canalisation est enterrée, l’effet de refroidissement est encore plus
prononcé. Pour garantir un refroidissement suffisant, il faut que la canalisation soit
suffisamment longue. Outre la vapeur d’eau, d’autres constituants indésirables, tels que les
aérosols et certains gaz solubles dans l’eau, sont également éliminés avec le condensat. Les
séparateurs de condensat doivent être vidangés régulièrement ; ils doivent donc être
facilement accessibles. Pour éviter tout risque de gel, ils doivent aussi être installés dans un
lieu protégé. Si nécessaire, il est possible d’utiliser de l’eau froide pour accentuer le
refroidissement. Cette méthode permet d’atteindre des points de rosée de 3 à 5 °C, ce qui
permet de faire baisser la teneur en vapeur d’eau à 0,15 % en volume (concentration initiale :

20
3,1 % en volume, 30 °C, pression ambiante). La compression préalable du gaz permet
d’accentuer ces effets. Cette méthode est considérée comme la meilleure lorsque le gaz a pour
vocation d’être brûlé. [6]

b. Séchage par adsorption


Les procédés par adsorption, qui fonctionnent avec des zéolithes, des gels de
silice ou de l’oxyde d’aluminium, donnent de meilleurs résultats de séchage. Ils permettent
d’atteindre des points de rosée jusqu’à -90 °C. Installés sur un lit fixe, les adsorbeurs sont
utilisés alternativement à la pression ambiante et à une pression de 6 à 10 bars ; ils sont
particulièrement bien adaptés aux débits de gaz faibles à moyens. Les matériaux d’adsorption
peuvent être régénérés à froid ou à chaud. Grâce aux résultats qu’elle permet d’obtenir, cette
méthode convient à toutes les utilisations possibles.[6]

c. Séchage par absorption


La déshydratation au glycol est une technique utilisée dans le traitement du gaz
naturel. Il s’agit d’un procédé d’absorption, c’est-à-dire d’un procédé physique d’injection à
contre-courant de glycol ou de triéthylèneglycol dans le biogaz dans une colonne
d’absorption. Cette opération permet d’extraire la vapeur d’eau et les hydrocarbures
supérieurs du biogaz brut. Dans le cas de l’épuration au glycol, la régénération se fait en
chauffant la solution d’épuration à 200 °C, ce qui entraîne l’évaporation des impuretés. La
littérature donne un point de rosée maximal de -100 °C. D’un point de vue économique, cette
méthode convient à des débits de gaz relativement élevés (500 m3/h), ce qui place l’injection
de biogaz en deuxième position des solutions envisageables. [6]

3. Elimination d’ammoniac
Une étude expérimentale, menée sur l’effluent de l’installation de biogaz a montré
que :

 Le processus de nitritation est obtenu avec cet effluent dans un réacteur aérobie.
 Le processus de dénitritation est aussi obtenu dans le réacteur aérobie en utilisant un
support mobile fixant la biomasse. Les rendements obtenus sont très élevés : 90% de
l’ammonium est transformé et 80% est éliminé sous forme de N2.

Le processus ANAMMOX peut également être obtenu, mais est instable et n’est donc pas
recommandé. L’énorme avantage de cette nouvelle méthode est que l’ensemble des réactions
se déroulent dans un seul réacteur, sans modifier le fonctionnement du digesteur. [7]

21
a. La nitritation
Elle consiste à oxyder biologiquement l’ammonium en nitrates.
Elle est réalisée par des bactéries aérobies principalement autotrophes, qui nécessitent de
l’oxygène (comme accepteur final d’e-) et du carbone inorganique (CO2 ou HCO3) comme

source de carbone.
Les réactions en jeu sont les suivantes :
+ - +
NH4 + 1.5 O2  NO2 + H2 O + 2 H (bactéries type Nitrosomonas)
- -
NO2 + 0.5 O2  NO3 (bactéries type Nitrobacter)
+ - +
Global : NH4 + 2 O2  NO3 + H2O + 2 H

La consommation d’oxygène est chiffrée à : 4.6 g /g de N nitrifié (sans dénitrification)


On voit que la réaction consomme beaucoup d’oxygène (2 moles d’O 2 pour 1 mole d’NH4

transformé) et produit des H+. [8]

b. La dénitritation
Elle consiste à réduire biologiquement les nitrates en azote moléculaire.
Elle est réalisée par des bactéries anaérobies facultatives, c’est à dire qui peut utiliser l’O 2 ou

le NO3. Si l’oxygène est présent, c’est lui qui sera utilisé préférentiellement. La réduction des

nitrates se fait donc en conditions anoxiques. Les bactéries sont principalement


hétérotrophes, et utilisent du carbone organique comme donneur d’électron.
La réaction globale est la suivante :

- + -
NO3 + 6H + 5 e  0.5 N2 + 3 H2O

Elle procède également par étapes successives :


NO3  NO2 NO  N2O N2

La consommation de H+ fait que la dénitrification couplée à la nitrification présente un


avantage considérable pour la consommation du pouvoir tampon. [8]

4. Siloxanes
L’élimination des siloxanes : en effet, dans une décharge, la matière organique est
mélangée à d’autres déchets, dont de plus en plus de déchets contenant des silicones ou des
composés siliconés et des composés organiques volatils de silice (COVSi) rendant ce gaz
impropre à l’emploi dans les moteurs thermiques. En effet, la combustion de ces composés
donne de la poussière de silice très abrasive qui limite la durée de vie des moteurs. Pour

22
éliminer les siloxanes, on a généralement recours au charbon actif, qui a en outre la propriété
de fixer également les composées organohalogénés. [4]

III. Les grandes méthodes générale de purification du biogaz


1. Lavage à l’eau
Le lavage à l’eau du biogaz est le procédé le plus ancien d’épuration du biogaz. Il
consiste à retirer le CO2 par un phénomène d’absorption par l’eau, les gaz étant récupérés et
l’eau régénérée par un jeu de pressions :
Lors du contact entre l’eau et le biogaz dans les tours d’absorption, le CO2 est transféré
vers l’eau car il est plus soluble dans l’eau que CH4.
L’eau s’enrichit avec du CO2 et une fois saturée, elle nécessite une régénération. La
régénération permet de séparer le CO2 de l’eau et de réutiliser cette dernière à nouveau
dans la tour d’adsorption. [5]

Figure 7 : Méthode de purification de biogaz (lavage à l’eau)

a. Avantages
Technologie éprouvée et connue
Exploitation facile
Technologie assez insensible aux impuretés dans le biogaz, particulièrement
adaptée aux flux très riches en H2S
Traite généralement très bien H2S, les COV, les siloxanes et une partie du NH3 :
adapté aux biogaz chargés en impuretés (en permanence ou en pics)
Limite les besoins en traitement au charbon actif
Récupération de chaleur possible

23
b. Limites
Plutôt adaptée aux grandes capacités
Colonnes de traitement assez encombrantes, soit en hauteurs (design classique,
impact visuel à prendre en compte), soit en horizontal (quelques fournisseurs)
Récupération de CO2 généralement impossible (innovations : max 30% à ce jour)
Enrichissement probable en oxygène et azote lors du processus, surtout pour les
gaz pauvres en CH4
Attention à l’encrassement des colonnes (développement bactérien, dépôts)
Rejets et consommation d’eau (qualité, quantité) même si minimisés grâce à la
régénération

2. Épuration membranaire
Développée par air liquide, elle est actuellement la plus utilisée sur le marché. Elle
fait appel à une purification membranaire sous une pression de 12 bars qui permet
l’élimination du gaz carbonique, de l’anhydride sulfureux, de l’oxygène et de l’eau encore
présente dans le biogaz. D’autres composants du biogaz présents à l’état de traces sont
également séparés et peuvent être sélectivement détruits dans une chambre d’oxydation à
900°C dont la chaleur peut être recyclée en amont de la méthanisation. Le méthane est ainsi
purifié à 98%, et peut être utilisé directement pour la plupart de ses applications. [3]

Figure 8:Schéma du procédé membranaire de purification du biogaz

a. Avantages
Installations compactes
Exploitation facile
Installations relativement évolutives avec possibilité d’augmentation de
capacité
Récupération de chaleur possible sur les compresseurs

24
Récupération de CO2 facile
Retour d’expérience sur les membranes commence à être significatif (>10 ans)
Technologie très répandue en France, avec de nombreuses références

b. Limites
Sensibilité H2S, NH3, COV et autres impuretés pour certaines marques de
membranes (encombrement des membranes = réduction de capacité épuratoire)
Pas de séparation de l’azote du méthane
CAPEX parfois non compétitif sur les débits les plus importants (mais
évolution rapide des standards)

3. PSA (Pressure-Swing Adsorption)


La technique PSA ou technique d'adsorption modulée en pression utilise des
adsorbants solides (tamis moléculaires) et des différences de pression pour capturer le
CO2 et épurer ainsi le biogaz.
Après l’adsorption sous haute pression, le matériau adsorbant chargé est régénéré par une
diminution progressive de la pression. [5]

Figure 9:Schéma d’épuration PSA du biogaz

a. Avantages
Régénération cyclique des médias (tamis moléculaires) : les tamis
moléculaires bénéficiant de retours d'expériences de 12 à 15 ans selon les
constructeurs, qui montrent une absence d’altération des performances (pas de
nécessité de changer le tamis)
Séchage du biométhane avec des teneurs en H2O proche de 0 mg/Nm3 à
l’injection.

25
Si besoin, le procédé PSA peut éliminer une partie de l’O2 et du N2 du biogaz
vers l’évent. Mais cette capacité d’élimination dépend du cahier des charges
(point de vigilance). Celui-ci permettra l’élaboration d’un média adapté aux
exigences attendues en termes d’épuration.

b. Limites
Nécessite une capacité tampon pour l’évent en cas de valorisation du CO2
pour lisser la production d’évent (débit non constant).
Pertes de CH4 dans l’évent un peu plus importantes que pour les membranes
– mais qui peut être également valorisé

Tableau 3: Prétraitement en fonction des technologies d’épuration du biogaz

26
Conclusion

En France, les intrants qui servent à la méthanisation sont cependant plus variés. « La
répartition des technologies sera donc différente, avec plutôt 60 % de solutions membranaires,
30 % de lavage à l'eau et 5 % de PSA », avance l'expert de GRDF. Une estimation qui ne fait
pas tout à fait l'unanimité : « La part de PSA sera sans doute plus importante, car c'est une
technologie très facilement modulable, tempère Jacky Bonnin. L'avenir sera également à la
combinaison de solutions afin d'obtenir le meilleur biométhane

Lorsque le biogaz doit être injecté dans un réseau après avoir franchi les différentes étapes de
purification, il doit subir un dernier ajustement afin de satisfaire aux critères de qualité exigés
pour le gaz naturel. Le producteur de biogaz doit savoir que, même si ces spécifications sont
définies en fonction des propriétés du gaz naturel disponible, Le biométhane qui est injecté
dans le réseau doit avoir les mêmes propriétés de combustion que le gaz naturel déjà présent
dans les canalisations, notamment en termes de pouvoir calorifique, de densité relative et
d’indice de Wobbe , sans oublier l’ajustement de la pression car Le biométhane doit être
amené à une pression légèrement supérieure à la pression du réseau afin de pouvoir être
injecté dans les différents niveaux du réseau C’est la responsabilité de l’opérateur du réseau
de réaliser l’ajustement final et de prendre en charge les coûts d’exploitation.

27
Bibliographie

[1] : https://telquel.ma/2017/03/10/comment-le-biogaz-alimente-villes-et-grands-projets-
au-maroc_1538668

[2] : Rapport d’académie des technologies : https://www.actu-


environnement.com/media/pdf/news-26531-etude-biogaz-academie-technologie.pdf

[3] : Rapport docteur en Sciences et Génie de l’Environnement à l’Ecole Nationale Supérieure


des Mines de Saint-Etienne, France. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00793654/document

[4] : Rapport Thèse de doctorat de l’université de Lyon. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-


02887086/document

[5] : Guide pour l’élaboration des documents techniques.


http://www.biogazvallee.eu/assets/files/CSF-NSE_GT-Methanisation-
Industrialisation_specification-epuration-biogaz-2021-06-04.pdf

[6] : Guide sur le biogaz de la production à l‘utilisation.


https://www.fnr.de/fileadmin/Projekte/2021/Mediathek/finalweb-leitfadenbiogas-fr-
20130503.pdf

[7] : https://www.bioenergie-promotion.fr/7360/production-de-biogaz-avec-elimination-
de-lammoniac/

[8] :https://www.researchgate.net/publication/228780921_DEVELOPPEMENT_D'UN_
CONCEPT_COMBINE_DE_PRODUCTION_DE_BIOGAZ_ET_D'ELIMINATION_D
E_L'AMMONIAC_APPLIQUE_AUX_EFFLUENTS

28

Vous aimerez peut-être aussi