Vous êtes sur la page 1sur 19

ÉCOLE SUPÉRIEUR DE COMMERCE EXTÉRIEUR

FACULTÉ DE FRANCAIS

TRAVAIL DE RECHERCHE

Le sujet:
La dollarisation au Vietnam

Redigé par : Nguyễn Lê Bảo Trâm


Code d’étudiant : 1111110675
Classe : Francaise 1 – K50

Hanoi, juin , 2014.


SOMMAIRE
INTRODUCTION.........................................................................................................2
Chapitre 1 Les généralités sur la dollarisation.............................................................3
1.1 Définition.........................................................................................................3
1.2 Classification....................................................................................................3
1.3 Causes générales..............................................................................................3
1.4 Impacts sur l’économie.....................................................................................4
1.4.1 Avantages..................................................................................................4
1.4.2 Inconvénients.............................................................................................7
Perte des droits de seigneuriage............................................................................8
Chapitre 2 La dollarisation au Vietnam.......................................................................9
2.1 Situation actuelle..............................................................................................9
2.1.1 Avant 1988................................................................................................9
2.1.2 De 1988 à 1997........................................................................................10
2.1.3 De 1998 à 2007........................................................................................11
2.1.4 De 2008 jusqu’à nos jours........................................................................12
2.2 Les solution pour lutter contre la dollarisation au Vietnam............................14
2.2.1 Encouragement l'utilisation du dông........................................................14
2.2.2 L’intervention de la Banque D’État.........................................................15
CONCLUSION...........................................................................................................17
BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE......................................................................18
INTRODUCTION
La dollarisaton est un phénomène largement connu dans les pays en
développement et dans les économies en transition, y compris Vietnam.

En mondialisant et en devenant membre de l’organisation mondiale du


commerce (OMC), l’économie vietnamienne est de plus en plus dollarisée. Cette
dollarisation peut pousser la croissance économique et le développement du système
bancaire mais aussi causer les risques de paiement et conduire le système bancaire à la
faillite. Les questions posées actuellement, ce sont: “La dollarisation est-t-elle bonne
pour le pays?” – “Faut-t-il la supprimer totalement?” – “Comment est la situation
actuelle au Vietnam?” et “Quelles sont les mesures de notre gouvernement contre la
dollarisation?”

Face à ces questions, je choisis “La dollarisation au Vietnam” comme sujet de


mon travail de recherche. Mon travail comprend 2 grandes parties. Je présente les
généralités sur la dollarisation: qu’est-ce que c’est, ses différents types… Dans la
deuxième partie, je concentre sur la situation du Vietnam et les solutions pour lutter
contre la dollarisation.

Comme mes connaissances sont limitées et le temps d’étude n’est pas assez
long, mon travail de recherche comporte biensur des fautes. J’espère obtenir votre idée
pour mieux le compléter.

Je vous remercie beaucoup !


Chapitre 1 Les généralités sur la dollarisation

1.1 Définition.

La dollarisation décrit le choix pour un pays d'abandonner sa monnaie nationale


pour adopter une devise plus forte, dollar américain le plus souvent mais parfois aussi
euro, yen japonais, franc suisse ou rouble.

Ce phénomène est souvent observé dans les économies en développement et en


transition car la monnaie locale y est moins stable et plus faible que celle étrangère,
ainsi le Vietnam.

D’après le Fonds monétaire international (IMF), un pays est “dollarisé” lorsque


le taux des dépôts en devises (FDC) prennent plus de 30% de la masse monétaire
totale (M2 y compris l’argent liquide, les dépôts bancaires à vue, à terme et
d’épargne).

1.2 Classification

Généralement, il y a 2 formes de dollarisation, ce sont:

- La dollarisation officielle: Le cas òu un pays adopte une devise forte comme sa


monnaie unique, par exemple le Panama en 1907. Au total, les expériences de
dollarisation officielle restent rares.
- La dollarisation partielle: Une ou plusieurs monnaie étrangères peuvent ainsi
circuler dans l’économie aux côtés de la monnaie nationale. Ce type de
dollarisation est beaucoup plus fréquent, surtout dans les pays en transition
comme l’Amérique latine, la Roumanie ou le Vietnam.

1.3 Causes générales

L’inefficacité des politiques de gestion sur l’économie nationale est la première


cause qui provoque la dollarisation.
- Les politiques de monnaie et de budgétaire inefficaces entraine une forte
inflation. Cela rend la monnaie nationale dévaluée et pousse les gens à utiliser
celles étrangères pour économiser mais aussi pour payer.
- Le système bancaire n’est pas développé.
- La gestion gouvernementale sur les marchés noirs manque de rigueur.

Les facteurs psychologiques restent la deuxième cause

- Beaucoup de gens ont peur de la dévaluation de la monnaie nationale.


- Les devises fortes semblent plus utiles pour régler les transactions de grandes
valeurs (acheter ou vendre les voitures, les maisons ou les entreprises…) parce
que le dong vietnamien portant la valeur la plus haute actuellement est le
500.000 dong. Alors que le 100 dollar équivaut à 2.000.000 dong ou le 100 euro
équivaut à 3.000.000 dong, c’est beaucoup plus grand.
- Quelques personnes pensent que ceux qui sont étrangers sont toujours
meilleurs, même la monnaie.

La troisième cause est la mondialisation.

- Dans ce processus, les transactions avec les pays étrangers dans l’importation,
l’exportation ou l’investissement ont besoin de plus en plus les devises fortes,
dollar américain le plus souvent.
- Les pays utilisent le dollar américain pour calculer le GDP, les capitaux FDI, le
prix des biens et des services…

1.4 Impacts sur l’économie


1.4.1 Avantages

En dollarisant, on cherche à réinstaurer la crédibilité de l’économie en


supprimant le risque de change, en diminuant les taux d’intérêt et en œuvrant vers une
plus grande rigueur économique. Dès lors, on pourrait s’attendre à des effets
bénéfiques sur le plan de la maîtrise de l’inflation et des déficits publics, de la solidité
et l’ouverture des systèmes bancaires.
Domaine
Problèmes posés Effets escomptés Impact final
concerné
• Stabilité du
Forte vulnérabilité • Élimination du
change
Régime de à la volatilité et à la risque de change
• Flux de capitaux
change mobilité des • Baisse des taux
plus réguliers
capitaux d’intérêt
• Croissance forte
Politique • Déficits Contrôle • Stabilité
budgétaire budgétaires élevés budgétaire et économique
Politique • Pressions monétaire plus • Crédibilité
monétaire inflationnistes stricte accrue
• Réintermédiation
Ouverture du • Gains de
Système Faible
secteur avec compétitivité
bancaire intermédiation
internationalisation • Hausse de
l’épargne

Suppression du risque de change et baisse des taux d’intérêt

En supprimant la monnaie nationale en faveur du dollar, on supprime le risque


de change et donc la possibilité d’attaques spéculatives et de crise monétaire. La
dollarisation offre dès lors un double bénéfice, car elle serait favorable à
l’investissement étranger, de par la stabilité monétaire qu’elle engendre, et à la
croissance économique, du fait de la baisse des taux d’intérêt qu’elle induit.

La baisse des taux d’intérêt est le résultat de deux mécanismes. D’une part, la
prime de risque sur la monnaie nationale disparaît et le taux d’intérêt en vigueur se
rapproche de celui du dollar, nettement inférieur et moins volatile. D’autre part, en
éliminant le risque de dévaluation, les coûts de gestion des opérations financières
diminuent puisqu’il sera désormais possible d’harmoniser les écritures comptables en
dollar, mais aussi retirer les couvertures de change sur les risques de dévaluation.
Ainsi, la différence entre les taux d’intérêt en dollars américains et ceux de l’économie
nouvellement dollarisée dépendra du risque crédit.

Contrôle de l’inflation et rigueur budgétaire

En ce qui concerne le contrôle de l’inflation, la dollarisation officielle devrait


prolonger la logique de stabilisation monétaire mise en œuvre au cours des dix
dernières années dans la plupart des pays latino-américains. Avec la dollarisation
officielle, le contrôle de l’inflation dépendra de la politique monétaire américaine et de
ses taux d’intérêt. En accord avec la politique nord-américaine de lutte contre
l’inflation, la dollarisation représente une solution efficace et crédible pour les pays
latino-américains enclins à l’instabilité monétaire et financière. Même si cet argument
ne revêt plus la même importance qu’il aurait eu dans les années 80, étant donné le
mouvement général de désinflation, l’instabilité reste élevée dans de nombreux pays et
les partisans de la dollarisation ne manquent pas de souligner les avantages d’une
consolidation de la stabilité des prix. On pourrait même avancer l’argument que les
pays qui, comme l’Equateur à l’heure actuelle, se caractérisent par une inflation
élevée, auraient beaucoup à gagner avec la dollarisation.

Or, la volonté de maîtrise de l’inflation s’insérant dans le cadre plus global


d’une politique de stabilisation macro-économique, l’objectif principal est l’équilibre
des finances publiques. La dollarisation, à l’instar du currency board, rendrait tout
déficit budgétaire insoutenable. Ceci devrait conditionner les anticipations des agents
économiques et le maintien de la confiance dans le système. Dès lors, la dollarisation
favoriserait le désendettement de l’Etat

Ouverture et développement du système bancaire

Troisième sphère de l’économie où la dollarisation est censée induire des


transformations positives : le système bancaire. On peut en effet s’attendre à un
accroissement du rôle des banques. Cette ré-intermédiation peut non seulement
enrayer une partie des fuites de capitaux mais également conduire à une plus grande
confiance dans le système bancaire, les agents étant moins réticents à déposer leurs
liquidités dans une banque avec une monnaie plus crédible Dans cette perspective, les
transformations induites iront dans le sens d’une plus grande internationalisation du
secteur bancaire, avec des banques nationales plus ouvertes à la concurrence, plus
compétitives et offrant des services à des coûts plus faibles. En éliminant le risque de
change, l’utilisation d’une seule monnaie réduira les coûts de transaction puisque les
banques pourront s’affranchir des provisions et des obstacles qui leurs étaient imposés.
Il leur sera également plus facile d’emprunter ou de prêter sur les marchés financiers
internationaux.

1.4.2 Inconvénients.

Si les tenants de la dollarisation font valoir les avantages précédents, les


opposants insistent sur les coûts et les inconvénients d’une telle formule. Le débat
devient plus technique tout en intégrant les « valeurs » politiques et symboliques
d’identité nationale que véhicule la monnaie. L’abandon probablement définitif de
l’indépendance de la politique monétaire, du rôle de prêteur en dernier ressort de la
part de la Banque centrale et la perte du seigneuriage constituent les « coûts » le plus
souvent mis en avant.

Coûts pour Abandon Ajustements/ Impact final


l’économie Effets immédiats
Face à un Politique de • Baisse des salaires Diminution et/ou plus
choc change réels grande volatilité de la
exogène • Licenciements croissance
• Diminution de la
production
Prêteur Discipline bancaire Selon le dispositif mis en
dernier place pour assurer la santé
ressort du système bancaire

Abandon de la politique de change et de la politique monétaire


Premier inconvénient d’une dollarisation: les autorités perdent un important
instrument de politique économique, à savoir la possibilité de dévaluer. En
l’occurrence, il ne sera plus possible d’utiliser l’instrument de change et les
ajustements devront être réalisés par des baisses de salaires, des licenciements et une
diminution du produit intérieur brut. Au lieu de conduire l’économie à un nouvel
équilibre, plus rapidement et à un coût social moins élevé, les dévaluations provoquent
de nombreuses faillites et aggravent le chômage.

Toutefois, le principal inconvénient de la dollarisation est la perte par les


autorités de tout contrôle sur leur politique monétaire.

Absence de prêteur de dernier ressort

Avec la dollarisation, les Banques centrales n’auront plus la possibilité de


« battre monnaie ». Or, c’est là l’attribution à partir de laquelle elles peuvent exercer
la fonction de prêteur de dernier ressort. Celle-ci est essentielle pour le système
bancaire car elle permet de stopper une crise bancaire en fournissant un supplément de
crédit. Sous un régime dollarisé aucune institution ne sera plus à même de remplir ce
rôle de prêteur de dernier ressort.

Perte des droits de seigneuriage

Dans une économie non dollarisée, la Banque centrale et les autorités


gouvernementales gagnent des intérêts sur les réserves de change qu’elles détiennent.
Ces revenus seraient perdus si le pays bascule dans la dollarisation. En effet, dans ce
cas, les réserves en dollars devraient être échangées contre la monnaie nationale
détenue par le public. Dès lors, la Banque centrale, qui cesserait de remplir ses
fonctions principales, ne détiendrait plus de réserves et le pays supporterait une perte
en raison des intérêts non perçus.
Chapitre 2 La dollarisation au Vietnam.

2.1 Situation actuelle

Au Vietnam, de plus en plus, les gros achats se règlent en dollar américain. Les
showrooms automobiles, les magasins de produits importés (imprimantes, motos,
portables, cosmétiques, chaussures, vêtements, ordinateurs...) demandent à leurs
clients de régler en dollar. L'importation de pièces détachées automobiles est réglée en
dollars. Ainsi, le coût de revient est calculé en dollar. Attention, la dollarisation gagne
du terrain, ont averti les experts.

Le processus de dollarisation au Vietnam comprend 4 grandes époques.

2.1.1 Avant 1988

Le gouvernement Vietnamien utilise le système de subventions budgétaires où


il prend le droit exclusif sur les devises. Le commerce extérieur est limité, le système
bancaire est initial, l’échelle d’économie reste encore petite. Les gens, les associations
et les entreprises sont tous interdits d’utiliser ou d’économiser les monnaies étrangères.
Toutes les transactions du pays doivent être réglées par le dong vietnamien.

À la fin de cette étape, le signe d’une crise économique apparait avec une
énorme inflation de la monnaie nationale mais le taux de dollarisation reste
négligéable.
2.1.2 De 1988 à 1997

Le taux des dépôts en devises sur la masse monétaire totale (FDC/M2) de 1989-1996

Après l’ouverture de l’économie vietnamienne en1988, le dollar américain est


largement utilisé dans les transactions et les banques acceptent la première fois les
dépôts en devise. En 1991, le taux FDC/M2 atteind à 41.2%. Les transactions légales
et même celles illégales réglées en dollar sont de plus en plus nombreuses. À cause de
l’énorme inflation du dong vietnamien dans l’époque précédente, les gens aiment bien
d’utiliser et d’économiser les monnaies étrangères.

De 1993 à 1996, le gouvernement supprime son monopole de commerce


extérieur et effectue les politiques d’ouverture. La croissance d’économie est 8% par
an. L’importation, l’exportation et les investissements étrangers augmentent. Le
système bancaire est bien amélioré. Dans cette situation, le taux de change se stabilise
et l’inflation est contrôlée environ 10%. Cela pousse le taux d’intérêt du dong
vietnamien augmenter. La banque centrale, en baissant le taux d’intérêt des dépôts en
devise, prend part de la dédollarisation du pays. Le taux FDC/M2 se diminue à 20% en
1997.

2.1.3 De 1998 à 2007.

Face à la crise financière des pays de la région, la croissance économique du


Vietnam se baisse rapidement à 6% par an. Après un temps d’être bien contrôlé à 20%
environ, le taux FDC/M2 recommence à augmenter et attend 30% en 2001.

Le taux des dépôts en devises sur la masse monétaire totale (FDC/M2) de 1998-2007

Les causes principales sont:

- L’économie américaine augmente stablement pendant un long temps. Cela


pousse le taux d’intérêt de son dollar augmenter très haut sur le marché
international. Les banques commerciales du Vietnam doivent ainsi
augmenter ce taux et les gens y créent de plus en plus les dépôts en dollar
américain.
- La crise des pays de la région entraine la dévaluation du dong vietnamien.
C’est pourquoi les gens préfèrent les devises fortes dont la valeur est plus
assurée.

À la fin de 2000, les banques commerciales baissent le taux d’intérêt du dollar


américain et augmentent celui du dong vietnamien. C’est pour cela que le taux
FDC/M2 diminue à 21.3% en 2003. Mais il reaugmente à 23.2% en 2004 à cause
d’une grande inflation. Les années suivantes, ce taux diminue mais lentement. En
2007, le taux de dollarisation est inférieure à 20%.

2.1.4 De 2008 jusqu’à nos jours.

La crise économique mondiale en 2008 provoque une augmention de l’inflation


jusqu’à 29.8%. Le soucis de la dévaluation du dong vietnamien retourne et pousse le
taux FDC/M2 augmenter à 20% en 2008. Ce taux ne change pas beaucoup jusqu’à
2010.

Le taux des dépôts en devises sur la masse monétaire totale (FDC/M2) de 2007 à 2010

2007 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre
de 2008 de 2008 de 2009 de 2009 de 2009 de 2009 de 2010
Sur le graphique ci-dessous, les dépôts en devise augmente fortement pendant
les années de 2008 jusqu’à 2010 (de 221.669 à 350.229 milliard dong vietnamien).
Cela nous alerte que la dollarisation au Vietnam était en urgence.

Les dépôts en devise et la masse monétaire totale du Vietnam de 2003 à 2010

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 1er trimestre


de 2010

À partir du 9 avril 2011, la Circulaire N°7 de la Banque d'Etat sur les prêts en
devises étrangères des organisations de crédit entre en vigueur, un coup d'audace en
vue de limiter les manifestations de dollarisation de l'économie du pays. 

Cette décision vise encore à contrôler plus étroitement les activités de crédit de
devises étrangères, conformément à la capacité de mobilisation de capitaux en devises
étrangères au sein du pays des organismes de crédit, et de limiter les prêts de devises
étrangères pour les importations qui ne sont pas encouragées. 
Dans cet esprit, le nombre de groupes de clients autorisés à bénéficier de prêts
des devises étrangères, a été réduit à deux au lieu de cinq. Le premier groupe sont des
particuliers, des entreprises qui auront accès aux prêts pour le paiement de
l'importation de produits et de services. Le 2e groupe concerne ceux qui ont les projets
de production et de commerce pour l'exportation. 

Cette circulaire stipule que pour bénéficier de n'importe quel prêt en devise
étrangère de la part de la banque, il faut avoir un accord du Gouverneur de la Banque
d'Etat. 

Ainsi, en comparaison avec les règlements sur le crédit de devises étrangères


précédemment en vigueur, la Banque d'Etat a enlevé trois groupes de clients qui
demandaient les prêts pour le paiement d'avant terme à l'étranger, pour l'investissement
à l'étranger et les projets d'exportation. 

Depuis fin 2011, le taux de change est stable et la dollarisation de l’économie a


fortement reculé. Les dépôts en devises, qui représentaient plus de 30% des dépôts
nationaux dans les années 1990, ont été ramenés à 15,8% fin 2011, puis à 12,3% fin
2012, et à 12% fin août 2013. Enfin, les besoins de crédit en devises sont également en
baisse.

2.2 Les solution pour lutter contre la dollarisation au Vietnam


2.2.1 Encouragement l'utilisation du dông 

Dans son plan d'augmentation de la convertibilité du dông visant à minimiser la


dollarisation au Vietnam, le Département de gestion des devises de la Banque d'État du
Vietnam a proposé plusieurs mesures pour encourager le règlement en dông
vietnamien dans le pays. Pour la période 2005-2006, une série de nouveautés sera
appliquée: introduction graduelle du dông dans le mécanisme des prêts étrangers et de
paiement des dettes étrangères, réception des placements étrangers en dông
vietnamien, annulation des règlements sur la balance des devises pour les projets
d'investissement direct étranger (IDE), exemption de formalités sur le transfert des
bénéfices à l'étranger des projets d'IDE. Sur le marché des capitaux, la Banque d'État
du Vietnam envisage de mettre en route, en 2006, un mécanisme autorisant les
entreprises vietnamiennes à emprunter des prêts étrangers en dông vietnamien.

Les prêts étrangers, empruntés par le gouvernement, seront également dégagés


en dông. Pour limiter l'utilisation de dollars au Vietnam, la Banque centrale va
resserrer l'octroi des prêts en devises, sauf les statuts juridiques qui importent des
machines, des matières premières, des équipements et des technologies pour faire des
marchandises exportées. Dans l'avenir, le paiement des devises envoyées dans le pays
par les Viêt kiêu par le biais du système bancaire, sera réalisé en dông. Le taux est
prévu à 10 % de la somme totale de l'argent envoyé en 2008 et à 30 % en 2010. Pour
les économies en devises, le tirage sera réalisé en dông, a annoncé la Banque d'État.
L'application à titre d'essai sera appliquée sur la période 2008-2010. Accompagnée de
cette mesure, une série de nouvelles politiques sera mise en vigueur, concernant le
taux de change des devises et les outils financiers. L'objectif de ces politiques est
d'améliorer la convertibilité du dông. 

Sur le plan macro, la réserve des devises va augmenter au niveau d'État. À


l'horizon de 2010, la somme de la réserve sera équivalente à la valeur totale de 20
semaines d'importation, contre 11 semaines à l'heure actuelle. Un plan visant à
atteindre ce but sera soumis au gouvernement en 2006. Ce plan mobilise aussi la
participation du ministère de la Police pour contrôler l'étiquetage des produits en
devises et la commercialisation illégale des devises, surtout la contrebande dans les
région frontalières.

2.2.2 L’intervention de la Banque D’État

La Banque d’État du Vietnam (BEV) doit prendre des mesures générales pour
stabiliser les taux de change et le marché des devises, contribuant ainsi à la maîtrise de
l’inflation et à la stabilisation de l’économie:

- gérer dans la transparence sa politique monétaire en vue de stabiliser les


fluctuations des taux de change entre 2% et 3% afin de renforcer la confiance
de la population envers la monnaie nationale.
- baisser fortement les taux directeurs du dépôt en devises afin d’équilibrer la
balance des paiements et d’encourager les Vietnamiens à épargner en dông.

La BEV met également en œuvre un ensemble de mesures globales et


synergiques afin d'améliorer la convertibilité du dông vietnamien, lequel participe au
maintien d'une croissance économique régulière, à l'amélioration de la compétitivité
des produits et services, à la maîtrise de l'inflation, à la stabilité monétaire, ainsi qu’à
un développement réel du marché financier afin de répondre aux besoins d'échanges
économiques du pays.
CONCLUSION
Face à la mondialisation actuelle, les efforts pour contrôler la dollarisation du
gouvernement vietnamien rencontreront les défis et difficultés. Il faut avoir une grande
détermination et patience. Le plus important, c’est limiter les inconvénients et
promouvoir les avantages de ce phénomène, s’orienter à la construite d’un marché
monétaire flexible, abondante mais indépendent du marché étranger.

Depuis 2013, la dollarisation du Vietnam a fortement reculée. C’est un signe


optimiste qui fait preuve de l’efficacité des mesures de notre gouvernement.
BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE

1.Les articles sur le site www.leccourrier.vnanet.vn

2.Le site www.wikipedia.fr

3.L’article “La dé-dollarisation: les expériences du Vietnam, de l’Ukraine et de


la Roumanie” sur le site www.persee.fr

4.Le site www.patrick.guenin2.free.fr

5.Le site www.nhandan.org.vn

Vous aimerez peut-être aussi