Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre II : Audit Interne

Section I : Généralités sur


l’audit interne
Définition de l’audit interne :
« L’audit interne est une activité indépendante, objective, d’assurance et de conseils, menés
pour ajouter de la valeur et améliorer les opérations d’une organisation. Il aide une
organisation à atteindre ses objectifs en adoptant une approche systématique et méthodique
pour évaluer et améliorer l’efficacité des processus de gestion des risques, de contrôle et de
gouvernance. 1 »
Ils existaient d’autres définitions avant de celle de 2017 :
Définition de 1990 : Suite aux modifications apportées à la Déclaration des Responsabilités
de l'Audit Interne en 1990, la définition de l'audit interne a été modifiée pour qu'elle soit la
même que celle qui figura dans les « Standards for the Professional Practice of Internal
Auditing » -Normes pour la Pratique Professionnelle de l'Audit Interne-:
« L'audit interne est une fonction indépendante d'appréciation exercée au sein d'une
organisation, au service de celle-ci, pour examiner et évaluer les activités de l'organisation.
L'objectif de l'audit interne est d'aider les membres de l'organisation à s'acquitter efficacement
de leurs responsabilités. Á cette fin, l'audit interne leur fournit des analyses, appréciations,
conseils et informations concernant les activités revues. L'objectif de l'audit interne inclut la
promotion d'un contrôle efficace à un cout raisonnable. 2»
A l’occasion de 58ieme conférence internationale le Bureau Directeur de l’IIA a approuvé
dans sa réunion du 26 juin 1999 la nouvelle définition de l’audit interne :
« L’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les
améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de
management des risques, de contrôle et de gouvernement d’entreprise et en faisant des
propositions pour renforcer son efficacité.3»
Les modifications qui ont été apportées à la définition de l’audit interne témoignent de
l’évolution qu’a connue la profession de l’audit interne à travers les années.
En effet, nous présentons une comparaison entre les trois définitions :

1
Cadre de référence internationale des pratiques professionnelles - Edition 2017.
2
Traduction de la définition de l’audit interne version 1990 de l’anglais au français
3
Traduction de la définition de l’audit interne version 1999 de l’anglais au français.
1990 1999 2017 Commentaires
L’audit interne L’audit interne L’audit interne La définition de 1999 et de 2017
est une est une activité est une activité ont reprit le terme « activité »
fonction
Indépendante Indépendante et Indépendante et L’ajout du terme « objective » dans
objective objective la définition de 1999

D’appréciation D’assurance et D’assurance et La nature de travail n’est plus


de conseil de conseil l’appréciation comme indiquer
dans la définition de 1990 mais
fournir de l’assurance et de conseil
(définition de 1999 et de 2017)
Pour examiner Menée pour Menée pour La définition de 1990 limite le
et évaluer les ajouter de la ajouter de la champ de l’audit interne à toutes
activités de valeur et valeur et les activités de l’organisation sans
l’organisation améliorer les améliorer les lui reconnaitre la force de
opérations d’une opérations d’une proposition pour améliorer les
organisation organisation opérations de l’organisation.
La définition de 1999 et de 2017
inclus un nouveau concept celui de
la « valeur ajoutée » et inscrit
l’audit interne dans la démarche
d’amélioration continue de
l’organisation
L’objectif de Pour évaluer et Pour évaluer et L’audit interne par essnce, est un
l’audit interne améliorer améliorer type de contrôle c’est pour cette
inclut la l’éfficacité de l’éfficacité de raison que la définition de 1999 ne
promotion processus de processus de l’a pas mentionné explicitement.
d’un contrôle gestion des gestion des Il reste l’une des préoccupations
efficace à un risques, de risques, de majeures de l’audit interne
cout raisonable contrôle et de contrôle et de d’évaluation du processus de
gouvernement gouvernance contrôle (définition 1999 et 2017).
d’entreprise L’audit interne est appelé aussi à
évaluer le processus de gestion des
risques et le processus de
gouvernance (définition 2017)

Mission de l’audit interne


L’audit interne est une fonction ayant pour but de déceler les principales faiblesses au niveau
du management des risques, du contrôle interne ainsi que la gouvernance de l’entreprise ; de
déterminer les causes, d’évaluer les conséquences, de formuler des recommandations et de
convaincre les responsables d’agir, pour réaliser les objectifs de l’entreprise.
La mission de l’audit interne décrit l’objectif principal et constitue la clé de voûte de l’audit
interne celle-ci est d’accroître et préserver la valeur de l’organisation en donnant avec
objectivité une assurance, des conseils et des points de vue fondés sur une approche par les
risques4.

Caractéristiques de l’audit interne


Nous déduisons de cette définition que l’audit interne est une activité :
 Indépendante
 Objective
 Universelle
 Permanente et continue (Périodicité)
Activité Indépendante :
La norme 1100 précise que « L'activité d'audit interne doit être indépendante et les auditeurs
internes doivent être objectifs dans l'accomplissement de leur travail 5 »
L'indépendance⁵ est le fait de se libérer des contraintes qui menacent la capacité de l'activité
d'audit interne de s'acquitter de ses responsabilités d'une manière impartiale. Afin d'atteindre
le degré d'indépendance nécessaire pour assumer les responsabilités de l'activité audit interne,
le responsable de l'activité audit interne a un accès direct et sans restriction à la Haute
Direction et au Conseil. Ceci peut etre atteint par un double rattachement. En effet, la position
de l’audit interne dans l’organigramme doit etre comme suit :

Conseil

Haute
Direction

Audit interne

Autre Direction Autre Direction Autre Direction

FIGURE 01 : La position de l’audit interne dans l’organigramme

4
The institute of internal auditors, Ifaci. Cadre de référence international des pratiques professionnelles de
l’audit interne, edition 2017. P04
5
Interprétation de la norme 1100, les normes internationales pour la pratiques professionnelle de l’audit interne
révisées en octobre 2010 et applicable à partir du 1er janvier 2011
Activité Objective :
L'indépendance de l'audit interne est une condition pour assurer l'objectivité des auditeurs
internes. Celle-ci est énoncée comme un des principes fondamentaux du code de déontologie
de l'IIA6 « Les auditeurs internes montrent le plus haut degré d'objectivité professionnelle en
collectant, évaluant et communiquant les informations relatives à l'activité ou au processus
examiné. Les auditeurs internes évaluent de manière équitable tous les éléments pertinents et
ne se laissent pas influencer dans leur jugement par leurs propres intérêts ou par autrui. »
L'objectivité7 est une attitude impartiale qui permet aux auditeurs internes d'accomplir leurs
missions d'une manière qu'ils croient au produit de leurs travaux et sans qu'aucun compromis
de qualité ne soit effectué. L'objectivité exige que les auditeurs internes ne subordonnent pas
leur jugement dans les sujets d'audit à celui d'autres personnes.
Activité Universelle :
L’universalité de l’audit interne doit etre appréhenddée dans un double sens, à savoir, elle
s’applique à toutes les organisations et à tous les processus, domaines, fonctions et opérations
au sein d’une organisation. Donc : Il s’applique à toutes les organisations, processus,
domaines, fonctions et opérations.
Activité Permannente et Continue :
La norme 2010 stipule :
« Le responsable de l’audit interne doit établir un plan d’audit fondé sur une approche par les
risques afin de définir des priorités cohérentes avec les objectifs de l’organisation. »
Le plan d’audit interne doit s’appuyer sur une évaluation des risques documentée et réalisée
une fois par an.8

Evolution de l’audit interne


Audit de conformité :
L’audit de conformité consiste à vérifier la bonne application des règles, procédures,
descriptions de poste, organigrammes, systèmes d’information …, il va comparer la règle et
la réalité, ce qui devrait être et ce qui est. Il va travailler par rapport à un référentiel et c’est en
cela que son travailest relativement simple.
L’auditeur, s’étant informé sur tout ce qui devrait être, signale au responsable les distorsions,
les non- applications (évitables ou inévitables) les mauvaises interprétations des dispositions
établies, il en analyse les causes et les conséquences et recommande ce qu’il convient de faire
pour qu’à l’avenir les règles soient appliquées. 9
Audit d’efficacité :
Pour mener sa mission, l’auditeur va construire un référentiel idéal sur la base de ses
connaissancesde l’organisation et son savoir-faire dans la fonction auditée, ces connaissances

6
Le code de déontologie révisé le 17 juin 2000.
7
Interprétation de la norme 1100, les normes internationales pour la pratiques professionnelle de l’audit interne
révisées en octobre 2010 et applicable à partir du 1er janvier 2011
8
Norme 2010 A.1« Planification ».
9
Cours d’audit interne, Ecole Supérieure de Banque 2021
et savoir-faire permettent à l’auditeur d’exprimer une opinion sur la qualité de ses processus
audité. Il apprécie l’existant (méthodes, procédures, processus …) par rapport aux
composantes de ce référentie.10
Audit de management :
C’est une démarche d’audit dans laquelle l’auditeur interne se fait présenter par le
responsable dusecteur audité la politique qu’il doit conduire. Cet exposé de la politique
permet à l’auditeur de s’assurer que l’intéressé en a une et qu’il est en mesure de l’exprimer
clairement.
Une fois la connaissance de cette politique acquise, l’auditeur va apprécier la cohérence entre
cettepolitique et la stratégie de l’entreprise. 11
Audit de stratégie :
L’audit de stratégie conçu comme une confrontation de l’ensemble des politiques et stratégies
de l’organisation avec le milieu dans lequel elles se situent pour en vérifier la cohérence
globale. L’audit de stratégie constitue le top développement de la fonction d’audit interne
pour cela l’auditeur interne doit disposer d’un niveau d’expertise suffisant et faire preuve
d’une grande maturité.12

10
Ibid
11
Jacques RENARD. « Théorie et pratique de l’audit interne », 7ème Edition. Ed d’Organisation, page 51.
12
Ibid., page 54
Section II Distinction De L’audit
Interne Des Autres Metiers
L’audit interne est une fonction en pleine mutation, et afin de la distinguer des autres
fonctions, au sein ou en dehors de l’organisation, nous allons tracer les frontières de son
champ d’action par rapport à celles qui opèrent dans le meme domaine à savoir :
 L’inspection ;
 Le contrôle de gestion ;
 La conformité ;
 L’audit externe ;

L’inspection :
Les similitudes :
 La position dans l’organisation : comme l’audit, interne l’inspection est une structure
hiérarchiquement rattaché au plus haut niveau de l’organisation ;
 Le vocabulaire : il existe au niveau de certaines organisations des structures d’audit interne
dont le nom contient le terme « inspection » ;
 La confusion des champs : dans certaines organisations des inspecteurs/auditeurs qui
effectuent tantôt des missions d’audit et tantôt des missions d’inspection, en fonction de la
nature de la mission ça changent.13
Divergences :
 L’audit interne contrôle le respect des règles et leur pertinence, l’inspection n’a pas pour
vocation d’interpréter ou de remettre en cause les règles et directives. Si elle le fait, c’est que
l’on est en présence d’une inspection qui déborde sur l’audit interne
 L’audit remonte aux causes pour élaborer des recommandations alors que l’inspection s’en
tient aux faits et identifie les actions nécessaires pour les réparer et les remettre en ordre.
 L’auditeur interne va critiquer et évaluer le fonctionnement du système et non les hommes
alors que l’inspection va déterminer les responsables et éventuellement aboutir à des
sanctions.
 L’inspection peut intervenir spontanément et de son propre chef, alors que l’audit interne
n’intervient que sur un mandat.
 L’inspection dispose d’une totale liberté pour fixer ses objectifs et définir ses méthodes de
travail, à la différence de l’audit interne qui est soumis à des normes professionnelles.
 L’inspection opère d’une manière inopinée alors que l’auditeur intervient sur la base d’un
planning appelé plan d’audit, planifié et programmé d’avance.14
Les complémentarités :
L’audit interne et l’inspection sont complémentaires dans le sens que l’une peut faire appel à
l’autre. Ainsi, d’un coté, une fraude détectée par l’inspection peut faire appel à une mission
d’audit pour revoir le dispositif de contrôle interne afin de remédier aux défaillances qui ont
favorisé l’apparition de cette fraude. D’un autre côté, des faiblesses du dispositif de contrôle
interne constatées par les auditeurs internes peuvent faire appel à une mission d’inspection

13
Zied Boudriga : L’AUDIT INTERNE : Organisation et Pratiques P : 195

14
Ibid
Afin déeffectuer des contrôles exhaustifs de toutes les opérations pour statuer quant à
l’existence ou l’absence de fraude.

Le contrôle de gestion :
Les similitudes :
L’audit interne et le contrôle de gestion sont deux ‘fonction’ :
 Indépendantes : dans la mesure ού elles sont rattachées hiérarchiquement à la haute direction.
 Universelles: les deux fonctions sont appelées à intervenir dans toutes les entités et activités
de l'organisation.
Divergences :
 Des objectifs : l'audit interne vise à assister la direction pour mieux maîtriser les activités et
les opérations et atteindre les objectifs, alors que le contrôle de gestion s'intéresse à
l'exploitation de l'information et l'analyse des écarts par rapport aux objectifs;
 Des méthodes : l'audit interne se déplace et utilise des outils à la recherche de l'information
alors que le contrôle de gestion demande et reçoit l'information sans se déplacer.
Les complémentarités :
Il existe une synergie entre l'audit interne et le contrôle de gestion dans le sens où l'audit
interne peut apporter une garantie relative à la qualité du système d'information et à la
fiabilité des indicateurs. Aussi, les rapports produits par l'audit interne peuvent fournir des
informations pour la compréhension des processus. De même, le contrôle de gestion peut
jouer un rôle important comme source d'information pour l'audit interne. En effet, le contrôle
de gestion, de par sa connaissance du terrain, est en mesure d'orienter le travail des auditeurs
internes vers les risques décelés au sein de l'organisation.
Le contrôle de gestion représente la dimension de mesure, de pilotage des dispositifs de
contrôle interne, il anime le système d'information. L'audit interne correspond à une
dimension de supervision du contrôle interne, c'est "le contrôle du contrôle". 15

La conformité :
Les similitudes :
L'Audit Interne et «conformité » sont deux fonctions distinctes, mais qui présentent plusieurs
similitudes dont notamment:
 -le rattachement hiérarchique à la Haute Direction,
 -la relation fonctionnelle avec le Conseil d'Administration
 -l’existence d'une charte de la fonction. Celle-ci décrit le rôle et les domaines de compétence
de la fonction conformité et présente les principes adoptés par l'établissement de crédit pour
gérer le risque de non-conformité.
Divergences :
 La conformité s’intéresse principalement au risque de non-conformité par rapport aux textes de
la règlementation bancaire, blanchiment d’argent, financement du terrorisme...etc. Elle veille à
ce que les procédures et politiques n’outre passent pas les lois et règlements et ceci dans le but
d’éviter les sanctions judiciaires et nuire à l’image de l’organisation.
 Elle est généralement exercée par des seniors ayant une formation en droit, les auditeurs quant

15
Zied Boudriga : L’AUDIT INTERNE : Organisation et Pratiques P : 201-202
à eux peuvent avoir différents parcours.
 La conformité doit être auditée par l’audit interne conformément aux recommandations du
comité de bale 16 c’est donc une fonction auditable.

L’audit externe :
Les similitudes :
 Les deux fonctions sont règlementées et disposent des normes dispositions et codes
déontologiques propres à elles.
 Les deux fonctions ne peuvent s’immiscer dans la gestion.
 Les deux fonctions ont accès à la documentation jugée nécessaire au bon déroulement de la
mission.
 L’audit externe peut s’appuyer sur les résultats de l’audit interne dans son appréciation du
contrôle interne.
Divergences :

 L’auditeur interne appartient au personnel de l’entreprise, l’auditeur externe (cabinet


international ou commissaire aux comptes) est dans la situation d’un prestataire de services
juridiquement indépendant.
 L’auditeur externe certifie les comptes à l’intention de tous ceux qui en ont besoin, l’auditeur
interne travaille pour le bénéfice des responsables de l’entreprise et donc il n’a pas à se soucier
des résultats de ses investigations par rapport au tiers.
 L’auditeur externe sera emmené à évaluer le contrôle interne des opérations quantitatives c’est-
à-dire financières et comptables afin de valider les comptes de l’entreprise. Le contrôle interne
est un moyen pour l’audit externe alors qu’il est un objectif pour l’audit interne
 L’auditeur externe se doit d’être inscrit au tableau de l’ordre des experts comptables 17
 L’audit interne a comme institution de référence l’IIA et ses normes inscrites dans le CRIPP
alors que l’audit externe se doit de se conformer aux normes ISA émises par l’IAASB de
l’IFAC18.
 L’audit externe ne s’intéresse qu’aux fraudes susceptibles d’avoir un impact sur les résultats
financiers, l’audit interne quant à lui s’intéresse à toute fraude qu’elle soit à caractère financier
ou autre, ex : confidentialité de certains documents, procédures de recrutement ...etc.

16
Basel Committee on Banking Supervision P15-2005
17
ART 7 ET ART 8 DE LA LOI N° 10-01 RELATIVE AUX PROFESSIONS D’EXPERT COMPTABLE, DE
COMMISSAIRE AUX COMPTES ET DE COMPTABLE AGREE
18
IFAC : International Federation of Accountants organisation representative pour la majorité écrasante des
auditeurs externes
Section III Cadre de référence
international des pratiques
professionnelles
Le Cadre de Référence International des Pratiques Professionnelles de l‘audit interne
(CRIPP) comprend les lignes directrices approuvées par l’Institute of Internal Auditors.
Instance internationale de normalisation, l’IIA fournit aux auditeurs internes du monde entier
des orientations qui font autorité. Elles figurent dans les dispositions obligatoires ou
recommandées du CRIPP.

FIGURE 02 : Référentiel international


Les dispositions obligatoires19 sont :
 La définition
 Les principes fondamentaux pour la pratique professionnelle de l’audit interne
 Le Code de déontologie
 Les normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne (Normes)

Le respect de ces dispositions est nécessaire et essentiel pour une pratique professionnelle de
l’audit interne. Elles sont élaborées selon un processus de diligence raisonnable qui inclut une
consultation publique pour la prise en compte des avis des parties prenantes.

La définition20
L’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les
améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses

19
Cadre de Référence International des Pratiques Professionnelles de l’audit interne Dispositions
obligatoires et Lignes directrices de mise en œuvre – EDITION 2017 – ; www.ifaci.com

20
Ibid
objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de
management des risques, de contrôle, et de gouvernance, et en faisant des propositions pour
renforcer leur efficacité.

Les principes fondamentaux pour la pratique professionnelle de


l’audit interne21

1. Faire preuve d’intégrité


2. Faire preuve de compétence et de conscience professionnelle
3. Etre objectif et libre de toute influence indue (indépendant)
4. Etre en phase avec la stratégie, les objectifs et les risques de l’organisation
5. Etre positionné de manière appropriée et disposer des ressources adéquates
6. Démontrer la qualité de l’audit interne et son amélioration continue
7. Communiquer de manière efficace
8. Fournir une assurance fondée sur une approche par les risques
9. Etre perspicace, proactif et orienté vers le futur
10. Encourager le progrès au sein de l’organisation

Le Code de déontologie22

Le Code de déontologie s’applique aux personnes et aux entités qui fournissent des services
d’audit interne. Toute violation du Code de déontologie par des membres de l’Institut, des
titulaires de certifications professionnelles de l’IIA ou des candidats à celles-ci, fera l’objet
d’une évaluation et sera traitée en accord avec les statuts de l’Institut et ses directives
administratives. Le fait qu’un comportement donné ne figure pas dans les Règles de conduite
ne l’empêche pas d’être inacceptable ou déshonorant et peut donc entraîner une action
disciplinaire à l’encontre de la personne qui s’en est rendu coupable.
Principes :
Il est attendu des auditeurs internes qu’ils respectent et appliquent les principes suivants :
Intégrité :
L’intégrité des auditeurs internes est à la base de la confiance et de la crédibilité accordées à
leur jugement.
Objectivité :
Les auditeurs internes montrent le plus haut niveau d’objectivité professionnelle en
collectant, évaluant et communiquant les informations relatives à l’activité ou au processus

21
Ibid
22
Ibid
examiné. Les auditeurs internes évaluent de manière équitable tous les éléments pertinents et
ne se laissent pas influencer dans leur jugement par leurs propres intérêts ou par autrui.
Confidentialité :
Les auditeurs internes respectent la valeur et la propriété des informations qu’ils reçoivent ;
ils ne divulguent ces informations qu’avec les autorisations requises, à moins qu’une
obligation légale ou professionnelle ne les oblige à le faire.
Compétence :
Les auditeurs internes utilisent et appliquent les connaissances, les savoir-faire et expériences
requis pour la réalisation de leurs travaux.
Règles de conduite
Intégrité
Les auditeurs internes :
 Doivent accomplir leur mission avec honnêteté, diligence et responsabilité.
 Doivent respecter la loi et faire les révélations requises par les lois et les règles de la
profession.
 Ne doivent pas sciemment prendre part à des activités illégales ou s’engager dans des actes
déshonorants pour la profession d’audit interne ou leur organisation.
 Doivent respecter et contribuer aux objectifs éthiques et légitimes de leur organisation.
Objectivité
Les auditeurs internes :
 Ne doivent pas prendre part à des activités ou établir des relations qui pourraient
compromettre ou risquer de compromettre le caractère impartial de leur jugement. Ce principe
vaut également pour les activités ou relations d’affaires qui pourraient entrer en conflit avec
les intérêts de leur organisation.
 Ne doivent rien accepter qui pourrait compromettre ou risquer de compromettre leur jugement
professionnel.
 Doivent révéler tous les faits matériels dont ils ont connaissance et qui, s’ils n’étaient pas
révélés, auraient pour conséquence de fausser le rapport sur les activités examinées.
Confidentialité
Les auditeurs internes :
 Doivent utiliser avec prudence et protéger les informations recueillies dans le cadre de leurs
activités.
 Ne doivent pas utiliser ces informations pour en retirer un bénéfice personnel, ou d’une
manière qui contreviendrait aux dispositions légales ou porterait préjudice aux objectifs
éthiques et légitimes de leur organisation.
Compétence
Les auditeurs internes :
 Ne doivent s’engager que dans des travaux pour lesquels ils ont les connaissances, le savoir
faire et l’expérience nécessaires.
 Doivent réaliser leurs travaux d’audit interne dans le respect des Normes internationales pour
la pratique professionnelle de l’audit interne.
 Doivent toujours s’efforcer d’améliorer leur compétence, l’efficacité et la qualité de leurs
travaux.
Les normes internationales pour la pratique professionnelle de
l’audit interne (Normes)

Vous aimerez peut-être aussi