Vous êtes sur la page 1sur 13

SY Mamadou Bocar

ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

INTERNATIONAL FINANCE

Attractivité des territoires et IDE

SY Mamadou Bocar - ADDOU Idriss - ZEBOUDJ Yanni


SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Introduction :

Depuis le milieu des années 90, les flux des IDE ont connu un décollage sans précédent,
renforcé par la libéralisation des mouvements des capitaux, l’expansion des technologies de
l’information et de la communication et la déréglementation. L’investissement direct
étranger est considéré comme un catalyseur de la croissance économique.

En effet, plusieurs études montrent leur impact bénéfique sur les pays d’accueil qui
se concrétisent par des entrées de capitaux, le développement de l’investissement
domestique, la création d’emplois, l’ouverture des pays d’accueil aux marchés
internationaux (débouchés, approvisionnements, adaptation aux normes etc.), la hausse de
la productivité et l'amélioration des capacités de production locale, l’amélioration de la
balance des paiements, la participation à la création de la valeur ajoutée directe à travers la
production des entreprises étrangères, et l’accroissement de la concurrence et de la
compétitivité de l’économie nationale.

Il s’agit aussi de l’apport de nouvelles méthodes et des techniques managériales, via les
contacts directs et indirects entre les filiales étrangères et les firmes locales, qui pourraient
faciliter le transfert de connaissances et de normes technologiques à l’économie d’accueil.

En conséquence, il est largement reconnu que l’action des pouvoirs publics devrait viser à
atténuer ou éliminer les entraves à l’investissement étranger dans la mesure où cela ne
contrarie pas d’autres objectifs légitimes. L’attractivité des investissements directs étrangers
(IDE) se place au centre des stratégies de développement de tous les pays, notamment des
pays en développement.

Problématique :

Quels sont les pays qui attirent le plus de flux d’IDE ?

Notre étude se divisera en 3 parties, dans un premier temps nous définirons et détaillerons
les pays attirant les IDE en se reposant sur un classement officiel, dans un deuxième temps
nous procéderons au détail des écosystèmes et le rôle qu’ils jouent dans l’attractivité des
investisseurs. Nous terminerons sur une ultime partie abordant le risque-pays, qui, à
l’opposé vient repousser les envies d’investir dans les pays jugés “à risque”.
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

I. Attractivité et IDE :

Afin de maintenir les mouvements de capitaux dans le monde et les investissements à


l’étranger, les différents pays se doivent d’être “attractifs”. L’investissement ou l’installation
d’une filiale à l’étranger pour quelconque entreprise nécessite des conditions particulières à
remplir.

Les premiers critères que nous pouvons mettre en lumière sont la réduction des coûts
permettant donc à cette dernière d’être rentable voire d’améliorer sa rentabilité. Pour
réduire les coûts, les entreprises doivent mettre en place des audits afin d’analyser les
valeurs afin de s'assurer de l'adéquation entre un besoin et les moyens mis en œuvre pour
le satisfaire. Il s'agit d'abord de valider le service à rendre, puis de s'assurer qu'il est rendu
au coût minimum. Les coûts de revient dépendent donc de la présence ou non de certaines
ressources dans le pays, telles que les matières premières qui ont une disponibilité variant
selon les régions du monde entrainant des prix tout aussi variables.

Les nouveaux investisseurs recherchent donc des pays ayant les capacités de satisfaire leurs
propres besoins et critères. C’est donc à première vue un intérêt personnel, que gagne le
pays hôte. Ce dernier y trouve tout de même des avantages car il bénéficie des nouvelles
technologies apportées par les IDE apportant une croissance à ce pays d’accueil, nous y
retrouvons un effet positif dans ces IDE. Reste à voir les conditions de travail et
l’exploitation de la population locale.

Néanmoins, cette mondialisation de l’économie connaît une croissance constante depuis les
années 1980 et a permis à de nombreux pays d’émerger ou de se confirmer dans leur
puissance et leur leadership tels que les USA qui gardent la première place pour la 7ème fois
consécutive. Nous avons également l’Allemagne occupant la deuxième place, qui reste assez
stable dans son classement, un pays très connu pour sa rigueur et sa maîtrise des
technologies notamment dans le secteur de l’automobile et possédant les infrastructures
adéquates pour l’accueil de différentes entreprises et marques. En 3ème, nous avons le
Royaume-Uni, puis le Canada et la France occupant la 5ème place.
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Une étude statistique a été réalisée chez des investisseurs et 77% des interrogés estiment
que les IDE vont progresser dans les années à venir. Pour 32% d'entre eux, les IDE seront
nettement plus importants pour la rentabilité et la compétitivité des entreprises.

Les premiers facteurs de choix d'un pays où investir restent les taux d'impositions et la
facilité de paiement de ces taxes, une baisse de ce taux d’imposition est la raison majeure
pour laquelle la France est montée à la 5ème place de ce classement. Le gouvernement
prévoit d’amener le taux d’imposition sur les sociétés à 25% d’ici 2022.
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Le marché européen est donc en avant de la scène avec l’Allemagne, le Royaume-Uni et la


France; cependant cette tendance n’est pas assurée et il faut rester vigilant car 43% des
investisseurs disent qu'ils recherchent de nouvelles opportunités sur les marchés
émergents.

La France ne peut donc pas se permettre de se reposer sur ses acquis alors que la
compétition internationale n'a jamais été aussi vive.

En effet, nous avons des pays Africains qu’il ne faut pas sous-estimer ; le Maroc et l’Egypte
sont les pays les plus attractifs d’Afrique du Nord grâce à leur position stratégique et la main
d'œuvre proposée. L'attractivité de l'économie marocaine s'est vue renforcée par la mise en
place de plateformes industrielles intégrées de nouvelle génération, la modernisation des
infrastructures, l'amélioration du climat des affaires, la protection des droits des
investisseurs et la simplification des formalités de création d'entreprise.

Plus particulièrement dans le secteurs de l’automobile et de l’aéronautique faisant le


bonheur de grands groupes internationaux telle que la multinationale de renommée
mondiale Bombardier qui vient investir 200 millions de dollars pour soutenir l’essor de
l’aéronautique africain.

Sources

1) https://www.revue-isg.com/index.php/home/article/view/688/617

2) https://www.vitaminedz.com/fr/Algerie/le-maroc-l-un-des-pays-les-3084089-
Articles-0-0-1.html

3) https://www.econostrum.info/La-France-devient-l-un-des-cinq-pays-les-plus-
attractifs-pour-les-investissements-directs-etrangers_a25595.html
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Voici la liste des pays avec le plus de flux d’IDE, nous pouvons voir que le classement n’est
pas figé et qu’il varie beaucoup au cours du temps.

On remarque directement le côté flexible de ce classement et des changements de positions


plus ou moins brutaux. Tous les facteurs cités précédemment entrent donc en compte et ne
sont pas à négliger. Nous pouvons donc conclure sur le fait que les pays se doivent de
toujours chercher à attirer les investisseurs et se développer pour favoriser leurs arrivées.
Pour cela, ils doivent agir sur deux critères : leurs écosystèmes et la correction du facteur
risque-pays. Ces deux termes seront définis par la suite. Commençons par les écosystèmes.

Source

https://www.businessinsider.fr/voici-les-9-pays-les-plus-attractifs-dans-le-monde-selon-de-
grands-investisseurs-internationaux-27587#13-suisse-4-places
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

II. Quel est le rôle de l’écosystème dans l’attractivité du pays ?

Qu’est-ce que L’écosystème ?

D’un point de vue scientifique, l'écosystème est un ensemble d'êtres vivants qui vivent au
sein d’un milieu ou d’un environnement spécifique et interagissent entre eux dans ce milieu
et avec ce dernier. En économie, un écosystème est constitué d’un regroupement
d’entreprises d’une filière et de leurs parties prenantes (clients, employés, fournisseurs,
sous-traitants, pouvoirs publics…), qui ont en commun un projet de développement dans le
temps, encadré par des engagements pris les uns envers les autres. Il est le fondement
principal des économies car cela permet aux différents pays de développer leurs
attractivités et ainsi à attirer, mais aussi à retenir des populations, des entreprises, des
revenus, des capitaux, de la main d'œuvre.

“D'après la Banque mondiale, le montant total des investissements directs à l'étranger (IDE)
a atteint plus de 2.000 milliards de dollars en 2016. De son côté, le Forum économique
oriental a publié les résultats d'une étude à laquelle ont participé 750 responsables et
investisseurs internationaux. “

Les pays comme les Etats Unis, l’Allemagne ou la France par exemple sont des pays avec une
situation stable et qui cherchent constamment à attirer les IDE car cela représente un
budget conséquent ( 2000 milliards de dollars en 2016 par exemple) et qui n’est pas à
négliger, c’est pour cela que ces pays-là essayent constamment de se développer et
montrer qu’ils peuvent recevoir ces IDE dans de bonnes conditions avec notamment des
bonnes infrastructures tels que des gares, des aéroports qui desservent dans le monde
entier et à tout moment, des ports et de autoroutes afin de faciliter les transports de
marchandises, des beaux locaux pour les bureaux tels que des buildings, un bon cadre de vie
par exemple Paris ou bien New York, une bonne législation dans le pays, des aides
publiques, de bon avocats par exemple et bien d’autres. Pour vous expliquer un peu, tous
ces éléments sont très importants pour les IDE et ce sont des éléments qui font la différence
dans certaines décisions.

Imaginons que vous êtes un investisseur luxembourgeois et vous avez le choix entre 2 pays
la France et le Bangladesh vous cherchez à développer votre filiale peu importe le domaine,
entre vous et moi nous savons tous que vous allez vous tourner vers la France déjà au
niveau de la langue, au niveau du cadre de vie, au niveau de législation, sans parler des
infrastructures, de la communication, des transports, je ne suis pas la pour descendre le
Bangladesh bien évidemment mais il est sûre que toutes ces caractéristiques sont moins
évidentes qu’en France. Je dirais qu’au Bangladesh la main-d'œuvre, les matières premières
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

et les locaux seront forcément moins chers qu’ici mais au niveau des facilités
technologiques, législatives et informatives, la France se situe devant ce pays.

Sources Les Echos


SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Sources Unctad

Nous pouvons voir dans les graphiques ci-dessus que les investissements sont inégalement
répartis dans le monde et surtout en baisse d’une année à l’autre. Certes ces indicateurs ne
sont pas tout récents pour le premier mais nous avons pu voir qu’ils sont en baisse, situation
qui ne s’est pas arrangée de nos jours avec l’impact qu’a pu avoir le covid ,au vu du
deuxième graphique sur les investissements, le pouvoir d’achat des investisseurs, les
entreprises et les pays plus ou moins exposés au virus augmentant donc leur facteur risque.

Toutes les zones mondiales sont impactées par ce fléau, des pays développés aux pays
émergents. Les flux d’échanges de tous types sont fortement ralentis à commencer par les
échanges humains et financiers. Il est plus difficile de se déplacer d’un pays à l’autre; les
chiffres d’affaires sont en baisse pour la majorité des secteurs et pays, les populations sont
plus ou moins victimes du virus. Tout ceci vient jouer contre l’attractivité des pays mais ce
ne sont pas les seuls…
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Sources

1) https://fr.sputniknews.com/20171026/investissements-direct-pays-
1033622678.html

2) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cologie#:~:text=Pour%20le%20courant%20de
%20pens%C3%A9e%2C%20voir%20%C3%89cologisme.%20L%27,et%20des
%20relations%20qu%27ils%20entretiennent%20forme%20un%20%C3%A9cosyst
%C3%A8me.

III. En quoi les risques pays nuisent à l’attractivité des flux d’IDE ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu avant qu’un investisseur vienne potentiellement


entreprendre dans un pays; rendant complexes le choix et les stratégies adoptées par les
Multinationales. Ce qui peut expliquer une inégalité des flux d’IDE dans le monde avec
comme acteurs principaux les pays de la triade.

Les parts de la triade sont aussi toutes en baisse avec une très forte hausse des flux d’IDE
vers l’Asie du Sud et principalement la Chine. Ces flux peuvent s’expliquer par les faibles
risques pays ainsi que les relations internationales qu’entretiennent ces pays. En effet, on
observe très peu de flux d’IDE dans le continent Africain, avec quelque exception tel que
l’Afrique du Sud , l’Egypte , le Maroc , la Tunisie avec des flux relativement faibles. Nous
pouvons voir sur cette carte d’Euler Hermes qui est un spécialiste de la culture risques pays ,
dans laquelle, à travers des notations basées sur plusieurs paramètres, nous y retrouvons
les risques de l’implantation dans un pays. Les notations vont de A1 à D4.

Les critères de notations sont le contexte politique, situation financière extérieure,


solvabilité de l’État, vulnérabilité à un retrait de capitaux, fragilité du secteur bancaire,
croissance et solidité de la croissance à long terme, indicateurs macro-économiques des
pays industrialisés, comportement de paiement pour les grands contrats.
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

Nous pouvons voir que les pays avec les risques les plus faibles sont aussi ceux qui reçoivent
le plus de flux d’IDE. Les relations internationales favorisent aussi certains échanges entre
pays.

Sources : Euler Hermes

Nous pouvons voir que les pays avec le plus de flux d’IDE sont les pays à faibles risque pays
selon l'étude d’Euler Hermes

Les relations internationales entre certains pays peuvent aussi influencer les IDE.

Conclusion

Pour conclure, les investissements à l’étranger sont principalement faits entre les pays
développés cependant de nos jours les investisseurs optent de plus en plus sur le marché
émergent des pays en développement. L’attractivité est une thématique très importante
SY Mamadou Bocar
ADDOU Idriss
ZEBOUDJ Yanni

pour les différents pays du monde, l'implantation des firmes étrangères est une priorité
dans leurs politiques industrielles.

C’est une forme de business gagnant-gagnant car si les territoires ont besoin de
multinationales, les multinationales ont elles aussi besoin de territoires en optimisant la
structure spatiale de leurs activités et en s’implantant là où elles espèrent trouver les
meilleurs ressources et avantages. D’autre part, les territoires quant à eux cherchent à tirer
profit de ces dernières à travers les investissements et les apports des technologies.

Vous aimerez peut-être aussi