Vous êtes sur la page 1sur 222

Copyright © 2015 Ellen Dugan

Titre original anglais : The Natural Psychic


Copyright © 2017 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée avec l’accord de Llewellyn Publications, Woodbury, MN, www.llewellyn.com
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la
permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet
Traduction : Renée Thivierge
Révision linguistique : Nicolas Whiting
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Féminin pluriel
Conception de la couverture : Catherine Belisle
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89767-912-5
ISBN PDF numérique 978-2-89767-913-2
ISBN ePub 978-2-89767-914-9
Première impression : 2017
Dépôt légal : 2017
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque et Archives Canada
Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada
Téléphone : 450 929-0296
Télécopieur : 450 929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com
Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues

31750 Escalquens — France


Téléphone : 05.61.00.09.99

Suisse : Transat — 23.42.77.40

Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99


Imprimé au Canada

Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC)
pour nos activités d’édition.

Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par:

www.laburbain.com
À mes enfants, Kraig, Kyle et Erin,
et à ma nièce, Olivia.

Ils possèdent tous leurs propres


dons et capacités psychiques, et un jour, ils transmettront ces talents à
la prochaine génération.
Rappelez-vous d’où vous venez et ce que je vous ai enseigné. Ces
qualités mêmes qui font de nous des êtres uniques sont ce qui nous
réunit et nous rend plus forts en tant que famille. Honorez le passé,
appréciez le présent
et embrassez l’avenir. Je vous aime.
Remerciements

Je tiens à remercier mon mari, Ken, qui m’a patiemment écoutée et qui
m’a aidée à me réorganiser et à finalement trouver mon chemin à
travers le labyrinthe. Merci à Clyde pour son honnêteté et sa
perspective. Merci à Jeanne et à Mitchell pour leur aide avec la
terminologie des arts martiaux et pour leur vision différente de
l’autodéfense. Merci à Bonnie, qui m’a appris à la dernière minute à
me déployer et à accepter le défi. Merci à Ember Grant pour
l’information à chaud sur les cristaux.
Je remercie aussi Meme, Charlynn, Becca, Robbie, Tess Whitehurst,
Kristoffer Hughes et Christopher Penczak pour leur amitié et leur
soutien.
Un merci tout spécial à mes éditrices Angela Wix et Becky Zins, qui
ont été enthousiasmées par le sujet dès le début. Mesdames, vous êtes
super !
Une des choses les plus courageuses que vous
pouvez faire pour vous définir : savoir qui vous êtes, ce que vous croyez
et où vous voulez aller.
— Sheila Murray Bethel
La clé de la croissance est l’introduction
de dimensions supérieures de la conscience
dans notre connaissance.
— Lao Tseu

Introduction

Je suis une voyante. Je suis pratiquement persuadée que vous l’êtes


aussi ! Même si vous n’avez pas entièrement découvert ou développé
vos capacités, le simple fait d’avoir pris ce livre dit quelque chose sur
votre désir et votre capacité d’en apprendre plus. Je suis ici pour vous
aider à explorer le royaume psychique et à apprendre des
compétences qui vous aideront de bien des façons.
Commençons par tirer au clair une bonne vieille croyance erronée
sur la voyance. Puisque vous y reviendrez probablement tout au long
de votre lecture de ce livre, j’aimerais préciser à l’avance qu’en plus
d’être une voyante, je suis une sorcière. Mais ce système de croyances
n’a pas d’impact direct sur l’enseignement que je dispense ici. Vous
êtes peut-être un adepte du judéo-christianisme, de l’agnosticisme, de
l’athéisme, du spiritisme, de la Wicca, de la sorcellerie ou du
paganisme, et vous cherchez de l’information. Vous croyez peut-être
aux anges, ou vous voyez le Divin en tout et manifestez un certain
penchant mystique. Eh bien, c’est fantastique. Croyez en ce qui vous
inspire et en ce qui vous soutient dans la vie, mais sachez aussi que les
affiliations religieuses n’ont rien à voir avec le potentiel psychique. Le
fonctionnement des capacités psychiques ne repose sur aucune
croyance à laquelle vous pourriez adhérer ; elles fonctionnent parce
qu’elles font partie de nos spécificités — ce sont des compétences.
Je vais répéter parce qu’il est vraiment important pour moi que vous
compreniez ce fait : la capacité psychique n’a rien à voir avec la religion, et
la pratique d’un certain type de religion ne vous procure pas un plus grand
talent psychique. Surprise ! Certes, vos pratiques religieuses peuvent
imprégner votre travail de voyance, mais elles n’ont pas d’influence
sur les talents psychiques individuels. Vous êtes la personne que vous
êtes. Il vous appartient entièrement de choisir votre façon de vous
connecter au Divin et d’interagir avec lui. C’est à vous d’explorer vos
talents et vos capacités psychiques, peu importe votre affiliation
religieuse.
C’est là la première méprise à laquelle j’ai souvent été exposée au
cours des années, et celle-ci entrave souvent le développement à cause
de la peur qui nous retient de diverses façons. Je ne dirais jamais : «
Hé, ce truc de voyance fonctionne pour moi parce que je suis une
sorcière. » Ce n’est tout simplement pas vrai. Nos croyances
religieuses sont personnelles et n’ont aucun impact sur notre
développement psychique. Alors, libérons-nous de cette notion
inexacte. Apprenez ces compétences dans le but d’accéder à votre
pouvoir et de favoriser votre croissance, quelles que soient vos
croyances religieuses.

Comment j’en suis venue à écrire ce livre

L’idée de ce livre était en gestation dans la matrice de mon esprit


depuis plusieurs années. La recherche d’ouvrages sur les capacités
psychiques m’avait toujours remplie de frustrations : tout ce que je
voulais, c’était de l’information solide et simple, mais je devais faire la
lecture fastidieuse de croyances qui n’étaient aucunement en phase
avec la mienne et qui n’avaient aucune influence réelle dans le
domaine du développement psychique. C’est comme si l’auteur était
porté à vous dire que vous ne deviez pas craindre de lire sur un sujet
donné puisqu’il bénéficiait de l’appui d’une puissance X ou de
connaissances supérieures. Quelque chose clochait dans cette
approche à mes yeux, et je savais que je n’étais probablement pas la
seule à ressentir cela. Je voulais offrir quelque chose à d’autres lecteurs
qui, comme moi, cherchaient une approche non confessionnelle du
développement psychique.
Il m’arrivait à l’occasion de rédiger une ébauche et de la peaufiner,
de la remanier pendant quelques jours et d’ajouter un peu de ceci et
une touche de cela. Les idées se transformaient sans cesse, et
finalement, le livre me laissait savoir qu’il n’était pas tout à fait prêt.
Alors, je l’ai mis de côté pour travailler sur mes autres projets
d’écriture. J’avais toujours l’impression que ce n’était pas le bon
moment pour faire avancer ce projet, et comme j’ai de bonnes
intuitions et que j’écoute mes instincts, je l’ai laissé mûrir.
C’est après avoir terminé mon quinzième ouvrage que j’ai
finalement fait une pause. J’ai pris quelques mois de congé, et j’ai
voyagé pour participer à des événements et à des conférences
d’auteurs. Ces conférences donnaient souvent lieu à des discussions
informelles sur les capacités psychiques, et c’est alors qu’ont vraiment
surgi les questions intéressantes sur le sujet. Je sentais de plus en plus
la nécessité de ce livre, et dans une période de ralentissement de mes
événements, avec tout un été devant moi, j’ai saisi cette occasion pour
commencer le processus d’écriture. Fait intéressant, le jour où j’ai
présenté ce livre à mon éditeur, je me suis fait poser à un événement
une quantité incroyable de questions sur le thème de la voyance.
C’était l’indice que je recherchais ! Le moment était venu.

L’expérience : voici comment j’ai acquis la mienne

Vous vous demandez peut-être qui est cette femme, en fait, et pourquoi
vous devriez l’écouter au sujet des capacités psychiques. Je suis dotée de la
clairvoyance (ou vision claire), ce qui signifie que je peux voir sur le
plan psychique et que je vois le passé, le présent et l’avenir. J’ai des
capacités de clairtangence (aussi appelée voyance tactile), ce qui signifie
que je peux utiliser le toucher psychique pour percevoir l’histoire des
gens et des objets. Je suis clairsentiente (ou clairsensitive), une
disposition également connue sous le terme d’empathe. Cela signifie
que je sens et ressens psychiquement les émotions des autres. Je suis
dotée de la claircognizance (ou savoir clair), le terme formel pour la
voyance intuitive — soit la capacité pour un individu d’avoir des
intuitions ou des cognitions immédiates. Et finalement, je suis aussi
médium. Vous l’aurez compris, j’ai une solide réputation — et laissez-
moi vous dire que je l’ai méritée. J’effectue des lectures de
clairvoyance de façon professionnelle depuis plus de 25 ans.
Toutefois, je ne me suis pas réveillée un matin en étant devenue
instantanément une voyante professionnelle. J’ai des décennies
d’expérience de vie comme voyante. Mais il m’a fallu du temps, de la
persévérance et beaucoup de travail pour arriver là où je suis
aujourd’hui.
Lorsque j’étais enfant, je voyais et sentais des choses que d’autres
personnes ne pouvaient ni voir ni sentir, et je laissais souvent
échapper ce que j’avais vu ou ressenti. « Le cœur de grand-oncle est
malade », ai-je annoncé un jour, alors que j’étais assise sur le genou du
parent en question. Lorsqu’il est décédé subitement quelques mois
plus tard d’une maladie cardiaque non diagnostiquée, mes parents
n’ont pas trouvé ça drôle.
Très tôt, j’ai compris que ce que je voyais et ressentais n’était pas vu
ou expérimenté par d’autres personnes, ni compris ou accepté par ma
famille. Cette disposition les effrayait et les embarrassait, et cela m’a
valu d’être punie. La plupart du temps, j’étais punie simplement parce
que j’étais « différente ». N’oubliez pas que je suis née en 1963 ; à
l’époque, les choses se passaient vraiment différemment. Les gens ne
parlaient pas de capacités psychiques — enfin, pas dans les
conversations de salon de la classe moyenne du Midwest. C’était
considéré comme quelque peu scandaleux.
Je ne raconte pas ces détails sur mon enfance pour attirer la
sympathie, mais pour souligner quelque chose d’important qui peut
toucher beaucoup de mes lecteurs. Il existe une théorie qui établit un
lien entre le fait d’avoir vécu de la violence physique et des
expériences traumatisantes durant l’enfance et celui de posséder une
capacité psychique accrue dans la vie adulte. Lorsqu’une personne vit
dans un état de peur constante, son corps est toujours en train de
produire de l’adrénaline, et elle devient hyperconsciente de
l’atmosphère dans une pièce et des émotions des gens qu’elle côtoie
de près.
Pensez-y : quand vous avez peur, l’adrénaline se répand dans votre
système. Vous devenez plus alerte. Cette poussée d’adrénaline peut
vous aider à réagir plus rapidement, à sauter plus haut ou à accroître
votre force. C’est un instinct et un moyen d’assurer notre survie en
tant qu’espèce. En outre, cet état d’hyperconscience crée une sorte
d’état altéré où tout se déroule au ralenti. Cela permet à vos sens de
s’affiner et à votre conscience de s’élargir. Maintenant, imaginez un
enfant dont c’est le lot quotidien pendant de longues années.
Les enfants qui vivent dans des environnements émotionnellement
ou physiquement abusifs ont tendance à développer une
hypersensibilité aux humeurs et aux tempéraments des gens qui les
entourent. C’est une compétence de survie. Ils le font pour être
toujours en état d’alerte dans l’espoir d’éviter de se retrouver sur la
ligne de feu. J’ai vu cette situation décrite comme une sorte de
conscience préternaturelle. Ces enfants psychiquement sensibles
apprennent rapidement à être constamment conscients et à surveiller
les humeurs et les émotions qui les entourent afin d’avoir de
meilleures chances d’éviter les mauvais traitements.
Il existe une autre hypothèse selon laquelle il émanerait des enfants
qui sont des voyants naturellement doués une lumière, une énergie ou
une autre sorte de vibration. Et c’est cette différence qui,
malheureusement, attire souvent l’abus. Même si je ne m’intéresse pas
particulièrement à ce courant de pensée, il est vrai que parfois, les
personnes qui devraient nourrir, protéger et aimer le plus leurs
enfants réagissent à ce qui les effraie ou leur paraît incompréhensible
en usant de violence émotionnelle ou physique.
Ma famille n’avait pas vraiment prévu de se retrouver avec une
enfant bohème, créative, sarcastique et évidemment dotée de capacités
psychiques. La dernière chose à laquelle ils étaient préparés était
d’avoir une enfant ayant un penchant mystique. Lorsque les punitions
et les tentatives de manipulation émotionnelle ne fonctionnaient pas,
ils se tournaient vers d’autres tactiques. Par exemple, quand j’étais
adolescente, ils m’ont emmenée consulter un pasteur pour que je
reçoive du counseling, croyant que j’avais besoin d’une intervention
religieuse.
Je me souviens très bien d’avoir été assise dans le bureau du
pasteur. C’était un homme gentil à la voix douce. J’étais assez outrée
de la situation. J’étais une bonne enfant ; j’avais des notes moyennes,
je ne fumais pas, je ne buvais pas d’alcool, je ne prenais pas de
drogues… Mais ma réputation me précédait à l’église parce que je
soulevais des questions que la plupart n’auraient pas osé poser.
Le pasteur et moi avons bavardé pendant un moment, puis il m’a
servi le discours que j’attendais : « Tes parents t’aiment ; ils sont
seulement inquiets… » Je lui ai simplement lancé un regard furieux, et
je suis restée là sans bouger. Ses questions au sujet des visions que je
croyais avoir expérimentées m’ont littéralement mise sur la défensive.
J’ai été honnête et lui ai raconté tout ce que je voyais, et je le lui ai
prouvé en extirpant des choses directement de sa tête. Il a tressauté à
quelques reprises devant l’exactitude de mes propos. Après un certain
temps, il a suggéré doucement qu’il devrait peut-être parler à ma
famille pour qu’ils m’emmènent voir un médecin. Peut-être existait-il
un médicament que je pourrais prendre pour stopper mes visions —
afin que je puisse mener une vie normale.
À ses suggestions, ma réponse indignée a été : « Hé, si je pouvais
jouer du piano incroyablement bien sans que qui que ce soit puisse
comprendre ou expliquer comment j’y arrivais, me diriez-vous
d’envisager de prendre des médicaments pour arrêter de jouer de la
musique ? »
Je me souviens de m’être croisé les bras et d’avoir soutenu qu’il n’y
avait absolument rien qui clochait chez moi. En fait, j’ai ajouté que
c’était sa propre vision des choses qui était erronée. J’ai affirmé que
certaines personnes étaient douées pour la musique ou l’art, que
d’autres pouvaient être des athlètes talentueux et que certains
possédaient peut-être un talent naturel dans d’autres domaines.
Le pasteur m’a regardée d’un air pensif, puis il a souri. Il a ri et a
admis que je venais de marquer un très bon point. Après cela, la
situation s’est d’une certaine manière un peu améliorée à la maison, et
je me suis lancée dans la recherche.
Je suis allée à la bibliothèque, et j’ai lu tout ce que mes petites mains
pouvaient trouver sur les sujets relatifs à la perception extrasensorielle
(ce qu’ils appelaient PES à l’époque) et les capacités psychiques. Puis,
en fin du cycle secondaire, j’ai rencontré une merveilleuse
enseignante. Voyante reconnue, elle était une enseignante populaire à
mon école, et elle m’a aidée en me suggérant des livres à lire et
d’autres techniques que je pourrais utiliser pour mieux comprendre ce
que je vivais. À sa suggestion, j’ai écrit une dissertation sur le sujet de
la PES, et j’ai été très fière de ce texte et de la note que j’ai reçue.
J’étais déterminée à en apprendre plus, alors j’ai étudié en secret,
étant donné que le sujet dérangeait encore ma famille, puis j’ai
pratiqué ce que j’avais appris avec des amis. Je me suis fait beaucoup
de nouveaux « amis » durant ma dernière année d’école secondaire,
quand la rumeur que j’avais des capacités de voyance s’est répandue.
Cependant, j’étais tellement soulagée de voir qu’enfin, quelqu’un
pensait que ce que je faisais était cool que cela ne me dérangeait pas
vraiment. C’était mieux que de sentir la solitude. En désespoir de
cause, je me suis impliquée dans beaucoup d’activités scolaires pour
éviter autant que possible d’être à la maison. En gros, j’ai survécu.
L’été suivant la fin de mes études secondaires, je me suis fiancée à
un jeune homme gentil, ouvert d’esprit, et je me suis mariée le
printemps suivant. J’ai continué à travailler sur mes capacités et mes
talents psychiques quand j’étais une jeune mariée et aussi pendant que
j’élevais nos trois enfants. Quand mes enfants étaient petits, je me suis
mise au défi d’essayer de faire des lectures psychiques pour ensuite
travailler dans les foires de voyance locales.
Permettez-moi de dire ceci sur le travail dans de grandes foires de
voyance : si vous voulez un cours intensif dans le but d’effectuer des
lectures pour n’importe qui, c’est vraiment la chose à faire. J’ai
rapidement acquis la réputation de faire des lectures de cartes de tarot
avec clairvoyance, exactitude et réalisme.
Au cours de l’adolescence de mes enfants, mon premier livre a été
publié. Lorsqu’ils ont terminé leurs études secondaires, je suis
devenue une auteure à temps plein. J’ai continué de perfectionner mes
talents psychiques au cours des 12 dernières années tout en
enseignant et en effectuant des tournées en Amérique du Nord.
Je suis née avec une capacité ou une aptitude psychique naturelle, et
l’environnement de mon enfance m’a façonnée de manière à être plus
alerte sur le plan psychique. Mais c’est la ténacité, l’entraînement,
l’application pratique et le travail soutenu qui m’ont conduite où je
suis aujourd’hui.
Au fur et à mesure que vous poursuivez la lecture de ce livre, je
vous suggère de prendre un cahier et de le consacrer à votre
développement psychique personnel. Je vous invite en fait à noter
chacune de vos expériences psychiques. Inscrivez la date et prenez
des notes, puis si l’événement se réalise ou si vous avez la
confirmation que vous aviez raison, notez-le aussi. Ajoutez également
vos impressions personnelles, et n’oubliez pas de noter la date à
laquelle vous avez reçu votre confirmation au sujet de l’événement.
Quelques mois plus tard, vous relirez vos notes dans ce cahier et
commencerez à remarquer un motif dans la manifestation de vos
propres capacités.
Ce qui peut sembler insignifiant de prime abord pourra vous offrir
une certaine perspective quelques mois plus tard. Ces notes
psychiques personnelles exigent patience et engagement. Cependant,
si vous voulez vraiment une solide confirmation de la nature de vos
talents et de l’exactitude de vos visions, vous devez vous mettre au
travail. En faisant le compte-rendu de vos expériences psychiques,
vous commencerez à remarquer des motifs récurrents. C’est à ce
moment que vous comprendrez comment se manifestent vos capacités
psychiques personnelles. Cela vous permettra de valider
l’information, et la validation constitue la clé pour en apprendre
davantage sur vos talents personnels.

La capacité psychique
est une aptitude/compétence naturelle

La capacité psychique est un talent naturel inhérent à chacun de nous


— nous disposons tous d’une certaine capacité psychique, mais ce
n’est pas tout le monde qui choisit de reconnaître ou d’embrasser cette
disposition. Il est vrai que certaines personnes accèdent à ce talent
naturel plus facilement que d’autres ou semblent tout simplement
douées, tandis que d’autres doivent travailler très dur pour obtenir
des résultats.
La meilleure explication que je peux vous donner se présente sous la
forme d’une analogie : tout le monde peut chanter, mais certains
individus sont des chanteurs. Ainsi, vous réussissez peut-être à
interpréter une chanson agréable ou même à chanter en harmonie
sans effort des mélodies diffusées à la radio. Peut-être que vous
impressionnez votre entourage au karaoké ou avez plutôt le style d’un
chanteur pop populaire de Broadway.
Certaines personnes naissent avec la capacité de percevoir des
choses que beaucoup ne perçoivent pas. Elles sont nées avec une
sensibilité psychique. D’autres devront peut-être suivre une voie
difficile et transformer ces capacités en une compétence
préternaturelle de façon à survivre avec un minimum de dommages
physiques ou émotionnels. Mais tout le monde possède un certain
talent psychique naturel.
Les gens aiment dire que le talent psychique — ou n’importe quel
talent, d’ailleurs — est en fait un don, ce qui alimente chez de
nombreuses personnes cette pensée : « Oh, comme des dons de Dieu ?
» Tout dépend de l’angle sous lequel vous voyez les choses. Encore
une fois, votre affiliation religieuse n’a absolument rien à voir avec
votre éveil à ces capacités naturelles. Parce que — répétez-le une fois
de plus avec moi — la capacité psychique est une aptitude ou une
compétence.
La capacité psychique peut aussi être héréditaire. Oui, elle peut être
l’objet d’une transmission familiale. Mais je dois encore souligner que
peu importe le mode de manifestation ou d’acquisition de ces
capacités psychiques, les individus qui en sont dotés doivent encore
affiner ces compétences ou ces talents. S’ils veulent réussir, il leur
faudra les exploiter et travailler à modeler leurs talents afin de leur
donner la meilleure forme possible, ce qui nécessite de l’entraînement,
de la pratique et du travail.
Lorsqu’il s’agit de rehausser votre niveau de compétence psychique,
je vous suggère de considérer ce processus comme s’il s’agissait de
muscles mentaux. Si vous voulez bâtir votre musculature, vous devrez
commencer à vous entraîner. La question est donc celle-ci : êtes-vous
prêt à travailler ?
Il m’a fallu du courage, du temps, de la persévérance et beaucoup
de travail soutenu pour arriver là où je suis aujourd’hui en ce qui
concerne mes capacités psychiques. Si cela peut vous être utile, voyez-
moi comme votre entraîneuse personnelle en ce qui concerne
l’utilisation et de la pratique des capacités psychiques. Par-dessus
tout, sachez que je possède l’information et l’expérience dont vous
avez besoin pour comprendre et atteindre les buts que vous vous fixez
pendant que vous explorez vos talents psychiques. Vous apprendrez,
vous rirez, et vous progresserez.
Commençons maintenant à réchauffer et à faire travailler ces
muscles psychiques en examinant un certain nombre d’expériences
psychiques — ce que j’aime appeler les trois P. Ce sont la prémonition,
la précognition et la postcognition.
« La seule source de connaissance est l’expérience. »
— Albert Einstein

Chapitre 1

Les expériences psychiques

Pour commencer, nous examinerons la terminologie utilisée pour


décrire et classifier les phénomènes psychiques. Il est important que
vous vous y penchiez dès le début afin de comprendre la différence
entre les expériences psychiques et les capacités psychiques. Une fois
le vocabulaire établi, nous pourrons poursuivre avec clarté.

Voyant : une personne sensitive qui capte les forces et les influences
non physiques. Elle obtient sa connaissance en dehors de la sphère
des sens physiques.
Expérience : le processus ou le fait d’observer, de découvrir ou de
vivre quelque chose personnellement.
Expérience psychique : le processus personnel consistant à
expérimenter ou à avoir une prémonition, une précognition ou
une postcognition.
Capacité psychique : la capacité d’un individu à recevoir des
informations d’une manière qui dépasse les sens physiques. Cette
aptitude/compétence naturelle est qualifiée d’extra — comme
dans la perception extrasensorielle, ou l’abréviation PES.

À mon avis, les expériences psychiques doivent être expliquées avant


tout. Sans avoir d’abord vécu une expérience psychique, vous ne
pouvez comprendre la nature de votre capacité ou votre talent
psychique ni la façon dont cela se manifeste pour vous
personnellement.
En ce qui concerne les expériences psychiques, il s’agit purement
d’une expérience personnelle — de votreexpérience personnelle. Ce
que vous rencontrez, sentez ou observez est de la plus haute
importance. Ce qu’il est essentiel de comprendre et de valider est le
simple fait que vous ayez vécu l’expérience ou le processus psychique.
Je classifie les expériences psychiques en trois types : la
prémonition, la précognition et la postcognition (les trois P). Ces
expériences psychiques nous fournissent la base qu’il nous faut pour
comprendre et utiliser avec succès tous nos talents psychiques
naturels.

Les trois P des expériences psychiques

Vous avez probablement entendu parler de prémonition et de


précognition, mais la postcognition est peut-être un nouveau terme
pour vous. Honnêtement, la prémonition et la précognition sont des
concepts si souvent présentés et définis de manière inexacte que cela
rendrait nerveux même un chercheur chevronné. Ces concepts sont
souvent une source de confusion pour les gens, mais ce sont deux
expériences très différentes. Pour clarifier cette question une fois pour
toutes, lisez attentivement les informations suivantes, et prenez votre
temps :

Prémonition : une prémonition est un avertissement obscur


accompagné d’une réaction émotionnelle simultanée. Ce vague
sentiment de malaise que quelque chose ne va pas peut être
difficile à définir ou à nommer. Au moment d’une prémonition,
vous ressentez un sentiment de danger, d’urgence ou
d’appréhension, mais vous ne recevez aucune information précise
; au contraire, elle est carrément reliée à ce sentiment émotionnel.
Précognition : la précognition, d’un autre côté, est la connaissance
directe d’événements qui n’ont pas encore eu lieu. La précognition
peut être expérimentée dans l’état de rêve (comme dans les rêves
précognitifs) ou comme une vision éveillée. Mais la précognition
se produit en suscitant des sentiments plus calmes, presque
détachés. La précognition est une information psychique très
précise sans aucune réaction émotionnelle au moment de la
réception de la connaissance, comme : « Vous trouverez les
anneaux de mariage égarés à l’intérieur d’une vieille bouteille de
prescription dans la pharmacie de la salle de bain de grand-mère.
» La précognition concerne des données ainsi que de l’information
distincte et détaillée.

Le moyen le plus rapide de les distinguer est de remarquer que le


mot prémonition comprend les trois premières lettres du mot émotion,
soit émo. Cette astuce permet de différencier les deux termes, car les
prémonitions sont essentiellement des expériences émotionnelles.
Une prémonition commence toujours par une réponse émotionnelle
inattendue, qui vous incite à vous interroger sur les raisons pouvant
expliquer le sentiment soudain éprouvé. Elle est étroitement liée à
cette réaction émotionnelle viscérale, parfois appelée pressentiment.
Lorsqu’il s’agit de prémonitions, vous les ressentez d’abord, puis vous
vous demandez ce qui ne va pas.
Il vaut la peine de le répéter afin que vous intériorisiez la
terminologie. Si vous éprouvez un sentiment inquiétant accompagné
simultanément d’une réaction émotionnelle, c’est une prémonition.
D’un autre côté, si vous savez exactement ce qui est sur le point de se
produire et que vous recevez des informations détaillées, cette
connaissance est classée comme une précognition.

La prémonition

Une prémonition est définie de façon classique comme un


avertissement émotionnel. Autrement dit, c’est le sentiment que
quelque chose, quelque part, ne va pas. Ce sentiment peut être très
difficile à nommer ; certaines personnes tenteront de le décrire comme
une appréhension ou une impression de danger imminent. Cette
réaction émotionnelle intense est beaucoup plus puissante que lorsque
les gens disent : « J’ai un mauvais sentiment à ce sujet… » Imaginez
cela, mais avec un volume réglé à un niveau à tordre les boyaux : vos
battements cardiaques s’accélèrent, votre ventre se serre, et vous vous
sentez poussé à chercher à comprendre ce qui ne va
pas — immédiatement.
La prémonition est ce qui fait que les mères vont jeter un œil sur
leurs bébés juste à temps. La prémonition est ce qui incite les
sauveteurs à porter leur regard sur une certaine section de la piscine
juste au bon moment afin de pouvoir plonger pour sauver un nageur
avant qu’il soit trop tard. La prémonition est le sentiment désagréable
qui pousse les gens à rentrer chez eux en choisissant un autre
itinéraire pour découvrir plus tard qu’ils ont évité un accident majeur.
Une prémonition est un sentiment inquiétant qui, si on y prête
attention et y donne suite, peut nous permettre de nous retrouver là
où notre présence est requise. Elle peut nous accorder suffisamment
de temps pour éventuellement sauver une autre personne ou même
nous donner l’occasion de modifier un dénouement désagréable en
changeant notre comportement ou nos plans.
Les prémonitions sont puissantes, car elles agrippent notre attention
en s’emparant de nos émotions et en ne lâchant pas prise jusqu’à ce
que nous découvrions de quoi il s’agit. En présence d’une
prémonition, le sentiment que quelque chose va mal est tellement
intense qu’il est impossible de l’ignorer, ce qui nous amène à la
prochaine question logique : comment diable pouvons-nous trouver
exactement ce qui ne va pas ?
C’est facile. Commencez à vous poser des questions pour faire toute
la lumière sur la prémonition.

RÉUSSIR À RÉSOUDRE LA MYSTÉRIEUSE PRÉMONITION

Les prémonitions sont redoutées à cause de leur caractère terriblement


mystérieux et de la peur suscitée chez beaucoup d’entre nous par
l’élément de l’inconnu. Mais au lieu de paniquer au moment d’une
prémonition, utilisez le pouvoir de votre réaction émotionnelle, et
canalisez-le en quelque chose de constructif. Si vous sentez que vous
devez bouger, allez jeter un œil sur les petits ou faites ce qui vous
incite à vous mettre en mouvement dans l’immédiat — comme
changer de voie en conduisant ou rentrer chez vous par une route
différente. Par-dessus tout, faites-le !
Si vous ne ressentez pas cette incitation à bouger immédiatement,
visualisez plutôt cette ruée émotionnelle et ce que l’on appelle souvent
la réaction de lutte ou de fuite, et tirez-en parti. Je visualise cette réaction
émotionnelle intense comme de l’énergie qui tourbillonne autour de
moi. Dans l’œil de mon esprit, je tends rapidement les bras, et je
rassemble toute cette énergie nerveuse avec mes deux mains. (Si je
suis seule, je peux mimer l’action.) Lorsque je la tiens bien, je ramène
ce sentiment — cette réaction émotionnelle que la prémonition a
suscitée chez moi — directement dans mon plexus solaire, et je ne
lâche pas jusqu’à ce que j’aie obtenu les réponses que je cherche.
Une fois que vous avez ramené cette énergie contre vous, arrêtez-
vous et posez-vous quelques questions rapides pour tenter d’élucider
ce sentiment inquiétant. Débitez vos questions silencieusement et
pour vous-même — dans votre esprit — afin d’aller rapidement au
fond de cette prémonition.
J’ai compris comment procéder lorsque j’étais adolescente, et
honnêtement, je supposais vraiment que tout le monde maîtrisait cette
technique. Mais bien des années plus tard — alors que j’étais en train
de donner une conférence sur les prémonitions et que j’ai répondu à la
question d’une femme en lui expliquant combien il était simple de les
éclaircir —, j’ai vu avec étonnement environ 75 personnes se redresser
subitement sur leur chaise et chercher rapidement un cahier pour
noter l’information.
C’est alors que j’ai pris conscience du fait que ce n’était pas quelque
chose que tout le monde faisait. Mais c’est vraiment facile. Vous
saurez que vous êtes sur la bonne voie pour élucider la prémonition à
partir des sensations physiques produites dans votre corps. Voici
comment procéder.

METTRE LA PRÉMONITION AU TRAVAIL

Quand je reçois une prémonition, je m’arrête, je prends une profonde


inspiration, puis je visualise cette intense réaction émotionnelle
comme de l’énergie qui tourbillonne autour de moi. Comme je l’ai dit
précédemment, dans mon esprit, je tends rapidement les bras, et je
rassemble toute cette énergie nerveuse avec mes deux mains. Après
l’avoir saisie, je ramène ce sentiment et la réaction émotionnelle
directement dans mon plexus solaire. (Le plexus solaire est situé au-
dessous des côtes et au-dessus du nombril.) Puis je me pose en silence
ce que j’appelle desquestions préliminaires, telles que :

• Suis-je en danger ?
• Quelqu’un que j’aime est-il en danger ?
• Lequel de mes proches est en danger ? (Dressez-en rapidement la
liste dans votre tête.)
• Dois-je aller quelque part ou faire quelque chose ?

Si je reçois une réponse — une réaction physique, comme si mon


estomac ou ma poitrine se serrait — à l’une de mes questions
préliminaires, je fais le suivi en posant des questions plus précises. Je
les appelle mes questions de suivi ou questions secondaires :

• Le danger est-il au-dessus de moi, sous moi, devant moi, derrière


moi, à ma droite ou à ma gauche ?
• Le danger est-il au-dessus de mon être cher, en dessous de lui,
devant lui, derrière lui, à sa droite ou à sa gauche ?
• Est-il en difficulté ?
• A-t-il besoin d’aide ?
• Est-il blessé ?
• Est-il malade ?
• Est-il bouleversé ?

Quelle que soit la question qui provoque la réaction — ou la « réponse


», comme j’aime la nommer — la plus forte sur le plan physique, elle
m’aide à circonscrire rapidement la prémonition pour accéder à des
informations plus pointues que je peux réellement utiliser. Le
processus est rapide ; il me demande peut-être 10 secondes au
maximum. Peut-être qu’il vous faudra un peu plus de temps au début,
mais vous ne devriez pas avoir besoin de plus d’une minute.
Vous devrez travailler rapidement — lorsque la prémonition est
poignante, en d’autres termes. C’est lorsque les émotions sont à leur
apogée que vous avez la meilleure chance d’obtenir un bon filon ou de
recueillir des informations solides sur cette prémonition.

PRÉMONITION : UNE APPLICATION CONCRÈTE

Voici un exemple réel qui m’aidera à vous expliquer le processus.


L’hiver dernier, je revenais tout juste d’une séance d’entraînement à la
salle de sport avec mon entraîneur, et j’étais dans ma cuisine, couverte
de sueur et en train de boire le reste de mon eau. Je pensais à l’effet
fabuleux qu’aurait une bonne douche chaude sur mes muscles
endoloris. Tandis que je me retournais pour me diriger dans le couloir,
j’ai eu une prémonition m’indiquant que quelque chose n’allait pas —
assez fortement pour m’arrêter dans mon élan.
J’ai déposé la bouteille d’eau maintenant vide, et j’ai tendu les deux
mains — j’étais seule dans la maison. J’ai ramené ce sentiment
inquiétant vers mon plexus solaire, et j’ai laissé cette appréhension
m’envelopper. Essentiellement, j’ai utilisé ces émotions fortes pour
alimenter le travail que j’allais effectuer. Alors je me suis demandé,
silencieusement et rapidement : « Est-ce moi ? Mon mari ? Les enfants
? La famille ? »
Mon estomac s’est serré au mot famille. J’ai donc rapidement débité
chacun des noms de mes proches.
Dans ce cas, j’ai reçu une réponse — une contraction importante et
douloureuse de mon plexus solaire — concernant ma grand-tante et
mon grand-oncle. Je suis donc passée à mes questions secondaires de
suivi, et j’ai reçu une réponse quand j’ai demandé s’ils étaient
malades.
Puis je me suis demandé silencieusement : « Est-ce sérieux ? » Cette
fois, la réponse a été un serrement plus léger de mon plexus solaire.
J’ai aussi ressenti de l’irritation, mais je ne sentais pas qu’il y avait
urgence.
J’ai relâché l’énergie et m’en suis défaite. Je me demandais si je
devais prendre une douche et ensuite appeler ma grand-tante et mon
grand-oncle, ou tout simplement leur téléphoner tout de suite. Mais
avant que j’aie le temps de prendre une décision, le téléphone a sonné.
C’était ma grand-tante qui m’appelait pour que je l’aide à emmener
mon grand-oncle à l’hôpital. C’est une femme forte, et sa demande
m’a surprise.
Je lui ai dit que je serais là immédiatement, mais elle m’a demandé
de lui donner 20 minutes pour faire la valise de son mari et le
préparer. Mon grand-oncle est un homme têtu, et ma grand-tante
ordinairement calme et sereine semblait très irritée contre lui.
Apparemment, leur médecin souhaitait faire son admission, et même
s’il ne s’agissait pas d’une situation d’urgence, il voulait qu’ils se
rendent directement aux urgences. Mais mon oncle refusait
catégoriquement de s’y rendre en ambulance. J’ai dit à ma grand-tante
que je prendrais une douche, que je me changerais et que je serais là
dans 20 minutes.
Ainsi, grâce aux questions préliminaires et secondaires, j’avais vu
juste à tous les égards : cela concernait des parents, il y avait une
maladie, c’était sérieux, mais non urgent, et il y avait de l’irritation.
L’usage de ces questions pour comprendre la prémonition m’avait
aidée à conserver un certain calme, car je dois admettre que j’étais un
peu secouée par le fait que ma grand-tante m’ait appelée pour
demander de l’aide.
Quand je suis arrivée à leur domicile, j’ai pu aider mon grand-oncle
à monter dans leur voiture — je l’ai fait rire,et j’ai empêché ma grand-
tante de le frapper sur la tête avec son sac à main. Je les ai suivis
jusqu’aux urgences dans ma voiture, et j’ai attendu avec eux jusqu’à
son admission. Quelques jours plus tard, après un traitement
antibiotique par voie intraveineuse, il était de retour chez lui.
Malgré ce que vous avez pu entendre ou lire, les prémonitions
n’annoncent pas toujours un désastre ; elles sont souvent là pour vous
donner un tuyau psychique ou une idée du contexte émotionnel. Tout
ce que vous avez à faire est d’apprendre à leur prêter attention. Vous
devriez utiliser cette réaction émotionnelle qui tourbillonne autour de
vous. Elle sera intense, alors mettez-la au travail au lieu de la laisser
vous effrayer.
La prochaine fois que vous aurez une prémonition, faites l’essai de
cette technique : saisissez cette énergie, ramenez-la en vous puis
servez-vous des questions préliminaires suivies des questions
secondaires de suivi. Cela ne doit pas prendre plus de quelques
secondes. Prêtez attention à la façon dont votre corps réagit à ces
questions.
Puisque les prémonitions sont toujours émotionnelles, attendez-
vous à une réaction physique. Surveillez les tiraillements dans la
région du cœur ou à la hauteur de votre plexus solaire. Vous
ressentirez peut-être simplement un resserrement dans la poitrine ou
à l’estomac, ou vous aurez la sensation que votre estomac se révulse.
Concentrez-vous sur la sensation et suivez les indices que vous donne
votre corps. C’est un moyen facile et efficace de faire la lumière sur les
prémonitions.
La précognition

La précognition est notre deuxième type d’expérience psychique. Il


porte beaucoup d’autres noms et titres, certains dont vous avez
probablement déjà entendu parler. La précognition, précog en abrégé,
est également appelée sixième sens, deuxième vue ou vision. Les gens
ayant des compétences en précognition sont traditionnellement
désignés sous le nom de voyants.

Précognition : l’expérience d’une connaissance directe et détaillée


de l’avenir par des moyens extrasensoriels. Le terme «
précognition » est aussi classiquement défini comme étant
l’acquisition de la connaissance paranormale — au-delà de la
normale — de l’avenir.

Un moyen plus facile de se souvenir de la signification de ce mot


consiste à le décomposer. Vous avez le préfixepré, qui signifie « avant
», et cognito, qui signifie « être connu ou ne plus être caché ».
Avec la précognition, vous n’avez pas à vous poser des questions
sur l’identité de la personne, sur le lieu ou sur la nature de
l’événement. Une expérience précognitive vous permet de recevoir
des informations claires et détaillées avec lesquelles vous pouvez
travailler, et elle constitue un moyen permettant de prédire l’avenir.
La précognition est expérimentée de nombreuses manières différentes.
Elle peut se présenter sous forme d’une vision psychique
(clairvoyance), d’une audition psychique (clairaudience), d’un savoir
psychique, d’une intuition (claircognizance), d’une empathie
psychique (clairsentience) ou d’une expérience déclenchée par le
toucher psychique (clairtangence).
Vous vous demandez peut-être ce qui déclenche la précognition ;
voilà une bonne question. La réponse dépend de l’individu. Mais nous
savons que la précognition peut être déclenchée par nos relations avec
d’autres personnes ou même leur proximité. En outre, la précognition
se met souvent à faire entendre sa clameur dans des états émotionnels
exacerbés.
Attendez-vous à des expériences psychiques plus fortes et à des
occurrences plus fréquentes lorsque vous vivez du stress ou pendant
une période de transition majeure dans votre vie — un
déménagement, le début d’un nouvel emploi, un mariage, un divorce,
la fin des études des enfants ou leur départ pour le collège ou
l’université, etc. Se trouver dans une grande foule peut aussi
déclencher des expériences précognitives, surtout si la foule est
énervée ou excitée.
Enfin, le dernier déclencheur, mais non le moindre : les hormones
corporelles qui font rage. C’est mon déclencheur précognitif préféré.
Les hormones jouent un grand rôle dans toutes les capacités
psychiques, alors vous pouvez vous attendre à ce que les enfants en
période de puberté et les femmes pendant les menstruations, la
grossesse et la ménopause aient tendance à se transformer en centrales
électriques psychiques. Oh ! Et je n’oublie pas les hommes dans cette
équation. Chez les hommes, les expériences précognitives seront plus
fortes pendant les périodes de transition de leur vie mentionnées
précédemment. Aussi, les hommes peuvent s’attendre à ce que les
moments émotionnels intenses, qu’il s’agisse de bonheur ou de
tristesse, influent aussi sur leurs capacités psychiques. Honnêtement,
le genre ne joue aucun rôle lorsqu’il s’agit d’expériences précognitives.
Une autre façon d’expérimenter la précognition est le rêve
précognitif. La plupart des gens vivront un mélange d’expériences
précognitives pendant les heures de veille et de rêves précognitifs.
Selon ma recherche, environ 50 % des expériences précognitives se
produisent pendant l’état de rêve.
Ceci qui soulève la question la plus importante : comment faire la
différence entre un rêve ordinaire et un rêve précognitif ? Eh bien, les
rêves précognitifs semblent toujours plus lumineux, plus vifs, plus
forts, plus texturés et plus réels. Ces types de rêves se démarquent.
Vous vous réveillez alors en sursaut, ou vous vous souvenez du rêve
avec netteté à votre réveil.
Dans certains cas, l’information précognitive du rêve ne sera peut-
être pas gardée en mémoire jusqu’au moment de l’événement.
Lorsque celui-ci a effectivement lieu, il provoque le sentiment
classique de déjà-vu. Avec le déjà-vu, vous avez l’impression qu’une
chose qui a déjà été expérimentée, vue ou ressentie se répète. Ce
souvenir de votre avenir, bien qu’il vous soit familier, semble toujours
très étrange. Alors, la sensation de déjà-vu éveille subitement le
souvenir de votre rêve précognitif précédent.

SEULEMENT DANS MES RÊVES PRÉCOGNITIFS

Je dois prendre un moment pour souligner que certains individus ne


vivent leurs expériences psychiques qu’à travers leurs rêves, et non
lorsqu’ils sont éveillés. Il n’y a rien de mal à cela, et ils ne devraient se
sentir offensés en aucune façon. L’une de mes très bonnes amies se
plaint du fait qu’elle ne vit pas d’expériences psychiques pendant ses
heures de veille. Elle supposait que cela signifiait qu’elle n’avait
aucune sensibilité psychique. Je lui ai expliqué que ce n’était pas le
cas.
Il existe plusieurs explications à ce scénario où il y a seulement des
rêves précognitifs. Tout d’abord, l’individu peut être tellement occupé
ou stressé pendant la journée et avoir l’esprit si rempli que le sommeil
est la seule occasion pour lui de se détendre et de permettre à son
subconscient de se manifester. De toute évidence, il recevra ses
informations psychiques dans ses rêves.
Une autre circonstance réside dans le fait que la personne peut
trouver secrètement les expériences psychiques effrayantes.
Cette situation la rend nerveuse au point qu’elle ferme son esprit aux
possibilités. Mais si elle est naturellement habile en matière de
voyance, la seule option restante est que l’information se révèle
pendant son état de
rêve.
D’autre part, les gens qui font seulement l’expérience de rêves
précognitifs ont peut-être de bonnes raisons pour se fermer à l’univers
psychique. Peut-être qu’ils se sont retirés en eux-mêmes dans leur
enfance pour échapper au drame de la dynamique familiale ou aux
âpres luttes parentales. En refusant de reconnaître ce qui se passait
autour d’eux, ils se sont peut-être coupés ou cachés de la réalité,
demeurant isolés dans un monde sûr et dépourvu de souffrance
émotionnelle, un univers calme et serein. Mais ils ont peut-être
effectué un si bon travail en cette matière que maintenant, comme
adultes, ils sont bloqués à un niveau psychique. C’est une possibilité.
Même un adulte qui s’est senti trahi ou blessé par les autres peut
simplement choisir de se retirer en lui-même et de bloquer toute
influence extérieure pendant un certain temps. S’il se referme
intentionnellement et se déconnecte de tout ce qui l’entoure, faisant de
cette pratique une habitude, la seule façon par laquelle l’information
psychique peut lui parvenir, c’est dans ses rêves.
Est-ce la fin du monde si vous n’expérimentez la précognition que
par l’intermédiaire des rêves ? Bien sûr que non ! Si vous ne faites que
des rêves précognitifs, sortez votre journal de rêves et documentez
vos rêves chaque matin à votre réveil en notant la date. Faites-le avant
même de sortir du lit pour être en mesure de noter ces images alors
qu’elles sont fraîches dans votre esprit. Puis plus tard, lorsque la
précognition se concrétise, vous pouvez noter l’information et valider
vos expériences. Même si vous ne faites qu’occasionnellement des
rêves précognitifs, il serait bien que vous consigniez tout de même
l’information. Avec le temps, vous commencerez à voir un motif
récurrent et à comprendre ce que les images ou thèmes répétitifs
signifient pour vous.
Plus vous validez et acceptez vos expériences précognitives —
qu’elles soient éveillées ou endormies —, plus elles prendront de la
force.

PRÉCOGNITION : UN EXEMPLE CONCRET


(OU DON’T TAKE ME OUT TO THE BALLGAME1)

Pour clarifier notre étude de la précognition, voici le récit d’une


expérience psychique précognitive. Cette expérience a eu lieu au stade
de baseball — eh oui ! Mon fils avait obtenu de bons billets à son
travail, et il avait invité toute la famille à l’accompagner. Je ne suis pas
une adepte de baseball, mais étant donné que l’un de mes fils était
parti en voyage d’affaires et qu’il y avait un billet disponible, je lui ai
dit que j’irais. C’était une belle journée de printemps, et il faisait un
peu frais. Mais nous avions des sièges de premier choix juste à gauche
du marbre et à une vingtaine de rangées du champ intérieur. Bien que
je trouve le baseball ennuyeux, j’appréciais le jeu — en quelque sorte.
Cependant, j’ai perdu le compte du nombre de fausses balles qui
sont montées et passées par-dessus la clôture pendant la partie — au
moins six par manche. J’ai demandé à ma famille si c’était normal
pour un match de ligue majeure. Ils m’ont répondu que non et m’ont
dit de surveiller les balles. Il était possible d’en recevoir une.
Sérieusement ? La dernière chose que je voulais, c’était une balle
expédiée dans ma direction à plus de 140 km/h. Alors, je suis restée
assise là, en essayant de prêter attention au jeu, mais mon esprit s’est
mis à errer, car… Eh bien, vous savez, c’est du baseball ; personne ne
se fait plaquer comme au football américain.
Tout à coup, je savais qu’une fausse balle allait arriver directement
sur nous et que ce ne serait pas joli. J’en étais certaine. « Quelqu’un va
être vraiment blessé par une de ces fausses balles », ai-je dit à mon
mari. Puis je me suis entendue dire : « Il portera une chemise bleu vif,
et il se fera briser ses lunettes. »
Après m’avoir regardée, mon mari m’a dit de me calmer, ajoutant
que c’était une partie des Cardinals et que tout le monde portait du
rouge.
Tranquillement, je lui ai répondu que j’étais sérieuse et que ce serait
horrible. J’avais mal au ventre, car je savais qu’il n’y avait rien que je
pouvais faire.
Mais après avoir verbalisé la précognition, je voyais clairement les
détails : chemise bleu vif, lunettes cassées, sang. C’était une expérience
précognitive. Je le savais, tout simplement, et je l’ai spontanément
verbalisé, ce qui m’a permis de voir la scène se dérouler dans mon
esprit.
Dans un certain état de nervosité, en silence et d’un geste subtil, j’ai
rapidement invoqué un cercle protecteur autour de moi et de ma
famille pour nous préserver de toutes les fausses balles. Mon mari a
capté le geste, puis il m’a fait un signe de tête et m’a souri. Il n’était
pas difficile de deviner ce qu’il pensait : « Vraiment ? Tu fais des
invocations au stade ? » Eh bien, il m’aime malgré tout. Une fois la
protection en place, je me suis adossée à mon siège, et j’ai
soudainement frotté le site d’une douleur aiguë juste au-dessus de
mon sourcil gauche.
Le frappeur suivant s’est avancé, et vlan ! Il a lui aussi frappé une
fausse balle, et celle-ci est montée encore et encore pour passer par-
dessus, et elle a commencé à descendre directement dans notre
section, juste devant l’endroit où ma famille était assise. Tout le
monde dans notre section s’est levé en pensant pouvoir attraper la
fausse balle. Je me suis aussi mise debout. Toutefois, j’ai alors levé les
yeux, je suis demeurée parfaitement immobile, et j’ai regardé cette
foutue balle descendre en sifflant juste devant moi.
Au moment où elle atterrissait, un homme a hurlé de douleur. Puis
la balle a rebondi très durement sur le pauvre monsieur, j’ai fait un
mouvement d’esquive, et elle a passé en flèche à gauche de ma tête.
J’ai ignoré la folle bousculade autour de moi pour attraper la balle, et
je me suis concentrée sur un homme assis trois rangées devant ma
famille.
À mon grand désespoir, le vieux monsieur se tenait le front, et le
sang ruisselait le long du côté gauche de son visage. J’ai entendu
quelqu’un crier pour appeler la sécurité, puis sa femme a demandé
aux gens de chercher ses lunettes. Ils les ont trouvées en morceaux
deux rangées plus loin. Elles s’étaient envolées lorsque la fausse balle
avait atteint l’homme au visage.
Mes enfants adultes n’arrivaient pas à croire que j’avais laissé passer
une fausse balle juste devant moi, et je me suis rassise en observant la
scène alors que la sécurité escortait l’homme au blouson rouge au
poste de premiers soins. Mon mari avait-il même réagi à mon
expérience précognitive ? Nan. Il est habitué à moi depuis un moment
déjà.
Environ une demi-heure plus tard, le vieux monsieur est revenu
sous une pluie d’applaudissements de la part des gens de notre
section. Le médecin de l’équipe avait posé une bande adhésive
papillon sur sa tempe pour refermer la coupure. L’homme blessé était
de bonne humeur, même s’il avait une énorme ecchymose juste au-
dessus de son sourcil gauche. De retour à son siège, il a annoncé à
notre section que le médecin lui avait même payé une bière.
C’est alors que j’ai constaté, alors que son blouson rouge des
Cardinals était ouvert, que le monsieur portait une chemise polo bleu
vif.
Vous voyez la différence entre une prémonition et une précognition
? Avec la précognition, j’ai reçu des informations précises immédiates.
Je savais qu’un accident allait se produire, et je me suis ensuite
entendue décrire ce qui allait se passer. Cette verbalisation spontanée
n’était pas planifiée. Les mots ont tout simplement jailli de ma bouche.
Et lorsque j’ai pris conscience de mes paroles, j’ai eu un meilleur
portrait de la situation. Quelqu’un qui portait une chemise bleu vif
serait blessé, et ses lunettes seraient brisées. Fait intéressant : j’ai
ensuite éprouvé une douleur au-dessus de mon sourcil gauche, à peu
près à l’endroit où le monsieur avait été frappé par la balle.
Dans un stade bondé, il n’y avait aucun moyen d’avertir tout le
monde autour de moi. Mais cette précognition m’a aidée à prêter
attention pour éviter d’être frappée par le ricochet de la balle. Sinon, il
y aurait eu deux personnes avec des visages sanglants et des lunettes
cassées.
La précognition peut se manifester de bien des manières ; dans cet
exemple, elle s’est révélée comme un savoir psychique, une intuition
et une manifestation d’empathie. Le savoir psychique est
techniquement appeléclaircognizance. La meilleure façon de s’en
souvenir est de savoir que certains décrivent cette capacité comme un
soudain « pop » cognitif. Personnellement, j’ai toujours utilisé le
terme ping psychique pour désigner cette conscience instantanée. Dans
mon esprit, cela fait un « ping », et alors, je sais, je vois, j’entends ou je
ressens ce qui est sur le point de se passer.
Dans le cas présent, au stade de baseball, j’ai aussi reçu une
manifestation empathique précognitive, qui serait correctement
classifiée comme une clairsentience. J’ai senti une douleur aiguë sur
mon visage à l’endroit où la balle était sur le point de frapper le visage
de quelqu’un d’autre. À l’époque, je n’avais pas compris la nature de
ce phénomène, puisque j’étais trop occupée à regarder descendre cette
fausse balle. Mais lorsque le monsieur blessé s’est levé pour être
conduit auprès du personnel de premiers soins, je me suis rendu
compte avec étonnement qu’il avait été coupé juste à l’endroit où
j’avais senti cette douleur sur mon propre front quelques instants
auparavant. Encore une fois, il s’agissait d’informations détaillées.
Vous voyez comment tout cela est connecté ? La précognition est une
expérience fascinante.

La postcognition

Je trouve intéressant de constater que chaque fois que j’évoque le


terme « postcognition », les gens me regardent d’un drôle d’air. La
postcognition est plus fréquente qu’on le croit, et c’est un type
fascinant d’expérience psychique.

Postcognition : parfois appelée postcog ou rétrocognition, c’est


l’expérience de recevoir des images ou des impressions
extrasensorielles provenant du passé.
Au cours d’une expérience postcognitive, vous recueillez ou acquérez,
par des moyens extrasensoriels, des informations sur ce qu’une
personne a déjà vécu, ou alors vous obtenez des informations
psychiques sur une personne décédée.
Les épisodes postcognitifs peuvent être expérimentés par n’importe
quel type de capacité psychique, comme le toucher psychique
(clairtangence), l’audition psychique (clairaudience), le savoir
psychique/intuition (claircognizance), l’empathie psychique
(clairsentience) ou la vision psychique (clairvoyance).
En ce qui concerne la clairvoyance, il est important de garder à
l’esprit qu’une personne dotée de la capacité de clairvoyance est
techniquement susceptible de vivre des expériences précognitives et
postcognitives. Un véritable clairvoyant est défini comme un individu
qui peut voir des événements passés, présents et futurs. Cependant, la
postcognition peut aussi être expérimentée par claircognizance (savoir
psychique/intuition) et déclenchée également par la présence dans un
lieu historique comme un champ de bataille, par exemple, où vous
ressentiriez grâce à la clairsentience (empathie psychique) les
dernières émotions des défunts. Et simplement pour vous garder
éveillé, avec une expérience postcognitive et clairaudiente, vous
pouvez entendre des sons comme des voix, une bataille ou même une
musique du passé.
La postcognition peut aussi se produire par clairtangence — le
toucher psychique. Cette capacité psychique particulière se manifeste
par le contact avec un objet ancien riche en histoire. L’acte de lecture
du passé d’un objet est appelé psychométrie. Par ce moyen, il est
possible d’obtenir des informations psychiques du passé en tenant un
objet personnel ou une photographie d’une personne, vivante ou
décédée. La capacité de clairtangence et la pratique de la
psychométrie seront présentées plus en détail au chapitre 3.
Le truc génial au sujet de la postcognition est que vous avez la
possibilité de vérifier vos faits et de voir si vous avez raison, puisque
vous ressentez ce qui est déjà arrivé. La postcognition est également
une compétence pratique pour l’enquêteur paranormal. Il existe des
cas où il se produit souvent des phénomènes de hantise résiduelle, qui
est simplement considérée comme de vieux souvenirs ou un
événement traumatisant qui se jouent encore et encore, car l’énergie
psychique de l’événement a imprégné un lieu et est enfermée dans
une boucle. La hantise résiduelle est probablement l’un des types les
plus courants de hantise.
Un voyant postcognitif sera le premier à expérimenter ou à capter ce
type d’information énergétique. De plus, il est intéressant de noter que
lorsque des propriétaires sensitifs sur le plan psychique ne cessent
d’entendre de la musique ou des voix à la maison et qu’il n’y a
personne, il s’agit d’une expérience postcognitive, et ils utilisent la
capacité psychique de la clairaudience. Vous voyez comment tout cela
est connecté ? Tout commence avec une expérience psychique qui
permet ensuite le déploiement de la capacité.
Essentiellement, nous vivons tous des expériences psychiques, et
elles peuvent s’avérer très pratiques dans toutes sortes de
circonstances. L’astuce consiste à accepter l’expérience psychique
lorsqu’elle se produit et à apprendre d’elle. Maintenant que vous
disposez de quelques informations de base sur les trois P des
expériences psychiques, passons à notre prochain chapitre, qui porte
sur les capacités psychiques et les quatre principales formes sous
lesquelles elles se présentent.
1.N.d.T.: Signifie littéralement : « Ne m’emmenez pas au match de baseball. » Il s’agit d’une adaptation par l’auteure
(avec la négation) du titre de l’hymne non officiel du baseball. Voir : www.honus.fr/take-me-out-to-the-ball-game-la-
chanson-du-baseball.
« La logique enseigne les règles
de la présentation, non de la pensée. »
— Mason Cooley

Chapitre 2

Les capacités psychiques :


présentation, reconnaissance et perception

Une fois que vous avez reconnu comment se présentent vos capacités
personnelles uniques, vous pouvez entreprendre votre travail avec ces
talents au lieu d’avoir l’impression de simplement vous laisser
conduire. Alors, sans plus tarder, commençons par explorer les façons
dont se manifestent vos expériences psychiques dans votre propre
diversité particulière de capacités psychiques naturelles.
Tout d’abord, le mot « capacité » se définit de plusieurs façons.
Chacune de ces possibles définitions ajoute de la profondeur au sujet
des capacités psychiques personnelles :

Capacité : 1. Pouvoir de faire ou d’agir. 2. Savoir-faire dans une


activité ou une occupation en raison de ses compétences, de sa
formation (ou entraînement) ou d’autres qualifications. 3. Talent,
compétence particulière ou aptitude.

Avez-vous remarqué que la troisième définition comporte le mot


talent ? Le talent est également synonyme de capacité, d’aptitude, de
savoir-faire, de faculté, de flair, de compétence, d’adresse et d’aisance,
pour n’en citer que quelques-uns.
Vous voyez où je veux en venir ? Peu importe votre talent ou votre
expertise, vos capacités psychiques individuelles se présenteront
d’une manière unique. Les talents psychiques se manifesteront aussi
selon différentes combinaisons, encore une fois en fonction de
l’individu.
Il est très important de vous arrêter et de reconnaître précisément
comment vous recevez votre propre information psychique, car cette
reconnaissance vous fournira les indices nécessaires pour comprendre
quels talents psychiques vous mettez sur la table. Prenez quelques
instants, et demandez-vous comment se présentent vos propres
expériences psychiques.

Quatre principaux types de perception extrasensorielle : reconnaître


vos propres capacités innées

Il existe quatre principales façons par lesquelles les voyants perçoivent


leur information extrasensorielle : le savoir psychique, l’ouïe, la vue et
le ressenti. Et il faut spécifier que ces modes de perception sont
reconnus comme allant au-delà des sens physiques. Il s’agit de
perceptions extrasensorielles (PES).
Dans ce processus de reconnaissance, l’observation personnelle est
importante, car vous serez le seul à pouvoir cerner et reconnaître
comment vos capacités psychiques individuelles se présentent. Voici
un aperçu des quatre principaux types de capacités psychiques, ainsi
qu’une description plus approfondie de chacun de ces talents
individuels. De cette façon, vous en découvrirez davantage sur vous-
même et sur la voie psychique dans laquelle vous êtes engagé.
Oh ! Et avant que vous me le demandiez, oui, en effet, beaucoup de
gens sont dotés de plus d’un type de capacités. En fait, vous pouvez
posséder plusieurs types d’aptitudes psychiques. Nous avons tous
beaucoup de talents et de forces. Honnêtement, je serais surprise que
vous n’ayez pas différents types de capacités psychiques dans votre
manche.
Afin de vous aider à déterminer exactement ce avec quoi vous
travaillez, voyez ce que vous reconnaissez à votre sujet. Pour
commencer, lorsque vous avez vécu une expérience précognitive,
demandez-vous de quelle manière exactement vous avez reçu
l’information. Souvenez-vous du fait que la précognition est
l’expérience d’une connaissance directe et détaillée de l’avenir par des
moyens extrasensoriels.

• Est-ce que vous saviez tout simplement que quelque chose allait
se produire ? L’information est-elle arrivée rapidement ?
L’information psychique semblait-
elle surgir spontanément ? Il s’agirait alors de l’intuition — ou
savoir psychique —, ce qui est désigné techniquement sous le
nom de claircognizance.
• Avez-vous reçu des photographies ou des images ? Les scènes se
jouaient-elles dans votre esprit en vous fournissant des
informations sur un événement passé, présent ou futur ? Il
s’agirait de la clairvoyance.
• Votre voix intérieure vous a-t-elle guidé ? Une chanson ou une
phrase a-t-elle semblé avoir soudainement une signification
particulière, vous offrant ensuite un éclairage ? Ou avez-vous
entendu ce qui était signifié, sans que ce soit exprimé ? Vous
arrive-
t-il souvent d’« entendre » les pensées d’une autre personne ? Il
s’agirait de la clairaudience.
• Avez-vous éprouvé une sensation physique dans votre corps ?
Avez-vous ressenti des émotions aléatoires incohérentes par
rapport à votre humeur pour ensuite comprendre que vous
captiez celles de quelqu’un d’autre ? Il s’agirait de la
clairsentience, aussi connue sous le nom d’empathie psychique.

Vous êtes toujours incertain ? Eh bien, réfléchissez à la façon dont


vous décririez verbalement vos expériences psychiques personnelles à
une autre personne. Examinez attentivement le langage que vous
utiliseriez. Sérieusement, il nous arrive parfois de répondre à nos
propres questions. Il se peut que nous ne soyons pas toujours attentifs
à nos propres indices.
Par exemple, si vous avez tendance à dire que vous savez
simplement quelque chose ou que vous savez qu’une chose va se
produire, vous utilisez la claircognizance — ou l’intuition. Si vous
décrivez des expériences psychiques en termes d’images visuelles et
de visions, c’est la clairvoyance. Si vous dites souvent que quelque
chose sonne vrai ou sonne faux et si vous êtes à l’écoute de ce que
d’autres ne peuvent pas entendre pour recevoir vos informations,
alors oui, en effet, c’est la clairaudience. Si vous décrivez des émotions
et la façon dont vous vous êtes senti, par exemple en disant avant tout
que vous vous êtes senti mal dans une pièce ou mal à l’aise avec une
personne, vous êtes plus clairsentient — ou empathe.
Maintenant que vous avez une idée générale, entrons dans les
spécificités des quatre principaux types de capacités psychiques. Il est
parfois difficile de distinguer les différentes formes de PES, car elles se
confondent et se recoupent souvent, et il existe de nombreuses
opinions sur les talents psychiques individuels dont nous pouvons
faire preuve. Alors, je les présenterai aussi simplement que possible,
avec quelques exemples concrets de capacités psychiques. J’ai toujours
cru qu’un exemple concret aide les autres à reconnaître leurs propres
talents.
Au bout du compte, nous devrions considérer tous les types de
capacités psychiques, peu importe comment elles se présentent dans
nos vies. Chacun des différents types de PES n’est qu’une des
nombreuses manifestations possibles du même processus psychique.
C’est ce qui rend ce dernier à la fois stimulant et palpitant !

Claircognizance/intuition : le savoir psychique

Un voyant intuitif est un individu qui possède une intuition ou une


cognition immédiate. La claircognizance — ou l’intuition — est l’une
des aptitudes les plus courantes de la PES. Elle est également sous-
estimée, parce qu’elle est terriblement courante. Mais je suis ici pour
vous dire que l’intuition est puissante. Elle peut être un outil et une
alliée. Cette capacité est parfois appelée connaissance prophétique, ou
alors on parle de la bonne vieille intuition viscérale, cette conscience
instantanée. C’est vraiment une connaissance extrasensorielle. La
claircognizance signifie littéralement « savoir clair », et ce n’est pas un
terme que nous trouvons couramment dans les recherches sur les
capacités psychiques. Mais c’est le nom technique de l’intuition
psychique.
Je considère que les intuitions psychiques suivent le même chemin
que l’instinct. La zone du corps où se trouve ce pouvoir de
claircognizance est le plexus solaire. La couleur associée à cette
capacité est un jaune or, la couleur du soleil brillant. Le don d’une
personne intuitive est la vitesse et la spontanéité.
Maintenant, pour être précis, nous ne devrions pas confondre une
intuition viscérale avec une prémonition. Une intuition viscérale est
un moyen d’attirer votre attention au fur et à mesure que
l’information se révèle. Lorsqu’une intuition viscérale se manifeste,
l’information précise est simultanée. Vous le sentez au creux de votre
estomac. Cette information et la sensation physique dans votre ventre
ont lieu simultanément. Les pensées et l’information semblent arriver
de nulle part, et pour utiliser des termes simples, vous savez, tout
simplement.
Avec les intuitions psychiques, il y a une connexion instantanée, et
cette conscience soudaine ou connaissance complète se produit très
rapidement. La claircognizance — ou l’intuition — est une capacité
psychique étonnamment rapide qui permet à un intuitif d’allier
immédiatement l’action à l’éclairage obtenu. Les personnes dotées de
fortes capacités intuitives sont généralement spontanées. Elles
peuvent changer de vitesse et rebondir d’un projet à l’autre, passant
d’un sujet à l’autre avec une vitesse et une finesse étourdissantes. Elles
sont aussi très douées pour juger le caractère des gens, et leurs
premières impressions sur des lieux et des situations sont très exactes.
Étant donné qu’il s’agit d’une capacité ultrarapide, l’intuition
psychique — ou la claircognizance — est extraordinaire pour la
résolution de problèmes au jour le jour. En ce qui concerne l’intuition,
vous n’avez pas à décoder le message que vous envoient une vision,
les pensées inexprimées d’une autre personne ou vos émotions. Les
intuitifs/claircognizants savent les choses, tout simplement, et cette
capacité leur donne un sens de guidance.
Ces gens ont tendance à être au bon endroit au bon moment parce
qu’ils savaient qu’ils devaient y être. Les intuitifs réagissent vite et
sont très doués en ce qui a trait à la résolution de problèmes, car ils
peuvent s’adapter rapidement aux situations et aux scénarios
changeants. Toutefois, si un intuitif ne prête pas attention à ces
informations qui surgissent spontanément, celles-ci partiront aussi
vite qu’elles sont arrivées.
En outre, il peut être à la fois touchant et frustrant de vivre avec des
intuitifs, puisqu’ils ont tendance à exprimer tout ce qui leur passe par
la tête à l’instant, ce qui risque de déconcerter un peu leur
interlocuteur alors que celui-ci essaie de comprendre d’où provient ce
sujet de discussion particulier. Généralement, s’il attend un moment,
il découvrira que son ami intuitif se trouve seulement à quelques
bonds devant lui dans la conversation. Voyez les choses ainsi : si vous
connaissez un intuitif, vous ne vous ennuierez jamais. Être le
partenaire ou l’ami d’un claircognizant vous gardera éveillé.

Prêtez-lui attention !

Voici un bon exemple d’une intuition sous la forme d’une


mésaventure en voyage. Il y a plusieurs années, avant que tout le
monde ait un GPS dans sa voiture et des téléphones intelligents, j’ai
été invitée comme principale conférencière à un festival sur la Côte
atlantique. La soirée précédant le vol, je savais que quelque chose
tournerait mal. Même si on m’avait confirmé qu’un représentant de
l’événement viendrait me chercher à l’aéroport, j’étais incapable de me
débarrasser de la connaissance que je devais imprimer l’itinéraire
pour me rendre à mon hôtel — quelque chose que je n’avais jamais
fait avant et que je n’ai pas fait depuis.
Néanmoins, la veille de mon vol vers Boston, je me suis retrouvée
sur Internet, et j’ai trouvé un itinéraire que j’ai imprimé. Mon mari se
moquait de moi en me disant que j’étais paranoïaque. Après tout, ils
m’avaient invitée et m’avaient assuré qu’un chauffeur qui connaissait
la région viendrait me chercher. Pourquoi étais-je si nerveuse à ce
sujet ?
Je peux honnêtement vous dire que l’intuition viscérale, combinée à
la connaissance bouleversante qu’il valait sacrément mieux que je
conserve l’itinéraire sur moi, ne se laisserait pas être ignorée. Alors, je
suis partie pour l’aéroport après avoir glissé l’itinéraire imprimé dans
mon sac.
À l’aéroport, je me suis arrêtée pour prendre une bouteille d’eau et
un magazine saisonnier sur l’Halloween. J’avais l’intention de payer
comptant, mais comme j’allais prendre les quelques dollars dans mon
portefeuille, la pensée qu’il me fallait conserver l’argent a surgi dans
mon cerveau. Mon estomac s’est serré, et j’ai compris que j’aurais
besoin de ces pièces dans quelques heures. J’ai prêté attention à
l’information intuitive, et j’ai plutôt payé mes achats avec une carte de
débit.
Plus tard dans l’après-midi, à l’aéroport de Boston, un couple qui
avait l’air très soucieux m’attendait à bord d’une petite fourgonnette
remplie de provisions pour le festival en plein air, avec deux chiens
qui aboyaient. J’ai salué les deux personnes d’un air joyeux, je les ai
remerciées d’être venues me chercher, et je suis montée dans la
fourgonnette. J’ai fini par poser ma valise sur mes genoux, car il n’y
avait aucune place disponible pour la déposer, et je me suis préparée à
effectuer le trajet d’une heure et demie vers l’hôtel, puisque
l’emplacement de l’événement était situé à environ 140 kilomètres de
l’aéroport.
Alors que nous sortions du stationnement, le chauffeur m’a
regardée et a annoncé : « Je n’ai pas d’argent. Il va falloir que vous
payiez les frais de stationnement de l’aéroport. »
Bon, c’était choquant pour moi, car mon chauffeur était en fait la
personne responsable de l’événement. J’ai trouvé cela désagréable ;
c’était un manque flagrant de professionnalisme. Mais j’ai gardé le
silence, j’ai fouillé pour sortir mon argent et j’ai demandé un reçu au
préposé.
Quelques instants plus tard, nous sommes arrivés à la première de
nombreuses routes à péage. Le chauffeur s’est avancé pour s’arrêter à
la fenêtre, et il m’a regardée, semblant attendre quelque chose.
Puisque je ne voulais pas me retrouver abandonnée sur le bord de
l’autoroute dans le Massachusetts rural, je n’ai rien dit, et j’ai fouillé
pour prendre l’argent pour le péage. C’était une bonne chose que j’aie
conservé toutes ces pièces de un dollar !
Alors que nous roulions sur la route à péage et que les chiens
hurlaient sur le siège arrière, le chauffeur m’a regardée et m’a dit d’un
ton très agacé : « Alors… je suppose que vous ne savez pas comment
vous rendre à l’hôtel, n’est-ce pas ? »
Mon cœur s’est mis à battre un peu plus vite, et j’ai sorti l’itinéraire
imprimé de mon sac. Puis j’ai dit que j’avais eu le pressentiment que
j’en aurais besoin.
Le conducteur est resté bouche bée pour ensuite faire un
commentaire à propos de ma réputation comme voyante. J’ai donc dû
servir de guide dans une zone qui ne m’était pas familière, mais au
moins, j’ai pu me rendre à l’hôtel.
Quant au moyen de retourner à l’aéroport après cet événement, un
gentil couple que j’avais rencontré à un autre festival un an
auparavant a offert de m’y amener. Normalement, je n’aurais jamais
envisagé cette option. Mais quand vous êtes loin de la maison et que
vous voyagez en solo, vous apprenez à accepter l’aide qui vous est
offerte.
Ce couple amical avait effectivement des cartes routières. Et grâce à
ces gens, le retour vers l’aéroport a été amusant, même si à chaque
poste de péage, nous avions un débat ludique pour savoir qui paierait
les péages. Ils ont plaisanté tout le long du trajet vers l’aéroport sur la
façon dont ils avaient tout simplement su qu’ils allaient passer un
véritable moment de qualité en ma compagnie. Mais ils n’avaient
jamais imaginé que cela impliquerait qu’ils me trimballeraient à
travers l’État du Massachusetts pour m’amener à l’aéroport afin de me
permettre de prendre mon vol de retour.

Clairvoyance : la vision d’un voyant

La clairvoyance se définit comme la capacité de percevoir des choses


imperceptibles par l’œil physique. Au contraire, elles sont vues de
l’intérieur. Les clairvoyants sont capables de voir des images et des
photographies qui peuvent être symboliques ou aussi intenses et
détaillées qu’une scène de film psychique miniature se déroulant dans
leur esprit.
Un clairvoyant a une puissante capacité de percevoir et de capter ce
qui se passe à l’intérieur des gens. Comme nous l’avons mentionné
plus haut, les clairvoyants sont à la fois postcognitifs et précognitifs.
Ils peuvent littéralement voir le passé (postcognition), le présent et
l’avenir (précognition).
Je considère que les clairvoyants suivent la voie du visionnaire. La
clairvoyance signifie littéralement « vision claire ». Le troisième œil est
considéré comme le siège de la clairvoyance. Situé au centre du front,
ce centre de pouvoir est en quelque sorte l’écran où se jouent ces
images et ces scènes. La couleur associée à cette capacité est un indigo
profond et vibrant. Le don d’un clairvoyant est l’art et la couleur. Il
manifeste une forte sensibilité à la couleur, qui exerce sur lui un grand
attrait.
Comment pouvez-vous repérer votre troisième œil par vous-même
? Eh bien, fermez les yeux, et regardez ensuite à l’intérieur et vers le
haut. Prenez une profonde inspiration, puis expirez lentement.
Continuez avec des respirations amples et égales. Déplacez
maintenant délibérément votre attention vers la zone du troisième œil.
Que pouvez-vous « voir » ?
Les clairvoyants trouvent également stimulant d’utiliser des outils
visuels comme le tarot ou les runes. Les images des cartes les aident à
plonger dans une lecture plus profonde, plus vraie. (Le sujet du tarot
sera examiné plus en détail au chapitre 5.)

La clairvoyance dans la vie quotidienne

La clairvoyance peut être utile dans votre vie quotidienne si vous le


permettez — et cela, mon ami, c’est le vrai truc. Beaucoup de gens
sont tellement tendus à propos de leurs perceptions extrasensorielles
qu’ils n’apprennent jamais à les apprécier ou à se servir des avantages
qu’ils peuvent leur procurer. Les clairvoyants voient le passé, le
présent et le futur. Souvent, nous sommes tellement préoccupés par
l’avenir que nous négligeons le fait que nos capacités psychiques nous
donnent des indices sur ce qui se passe à ce moment. Quel que soit
votre âge — enfant, adolescent ou adulte —, la clairvoyance est une
capacité psychique facile et subtile à employer dans le contexte du
présent.
Quand j’étais jeune, par une chaude journée d’été, mon petit frère a
disparu. Ma sœur et moi avons vérifié chez tous les voisins de notre
rue et avons effectué des recherches dans ses lieux de prédilection
habituels, mais il ne se trouvait nulle part. Il était tout simplement
parti. Ma mère a alors été prise de panique — et à juste titre. Elle a
appelé la police, et mon père a quitté son travail pour se précipiter à la
maison. Quand j’ai vu mes parents debout sur le porche avant et
pleurant dans les bras l’un de l’autre, j’ai été vraiment effrayée.
Je me suis assise dans la cour avant pendant que nous attendions la
police, et j’ai pensé, dans ma tête de fillette de 13 ans : « Si j’étais mon
frère, où irais-je ? » Soudain, une image s’est imposée dans ma tête,
celle de mon frère de six ans seul dans un nouveau secteur en
construction. Ce nouveau développement se trouvait dans une zone
adjacente au secteur dans lequel nous vivions. De nouvelles routes
avaient été pavées, mais seulement quelques maisons étaient en
construction. Au fond, c’était un paradis pour les enfants, avec ses
collines et ses sentiers de terre. J’étais perplexe quant à l’idée qu’il aille
là-bas. Il n’était même pas autorisé à se rendre au bout de la rue par
lui-même.
Dans l’œil de mon esprit, je l’ai vu monter en riant sur une petite
colline de terre. Pendant que j’observais la petite scène se jouer dans
ma tête, j’ai vu sur un coin de rue une maison avec un toit en
construction. Sans un mot, je me suis levée, j’ai sauté sur mon fidèle
vélo à 10 vitesses, et j’ai décollé. Mes parents ne l’ont même pas
remarqué.
Je me souviens clairement d’à quel point j’étais effrayée. Mais la
scène dans mon esprit demeurait inchangée, et je savais que ce que je
voyais se passait en cet instant. Aussi vite que possible, je suis sortie
de notre quartier pour me retrouver dans le tout nouveau
développement, où on commençait à monter la charpente de quelques
maisons.
Alors que j’entrais dans le nouveau secteur sur ma bicyclette, j’ai
remarqué qu’il y avait une nouvelle maison que je n’avais jamais vue
avant et qui était en construction sur le coin d’une rue. Comme
j’arrêtais mon vélo pour reprendre mon souffle, j’ai aperçu des
travailleurs de la construction sur le toit qui clouaient des bardeaux en
place. Mon cœur battait fort dans ma poitrine, et je me suis rendu
compte que c’était exactement ce que j’avais vu dans mon esprit. Cela
signifiait que je devais être près du but.
J’ai traversé la rue, et j’ai roulé lentement un peu plus loin après la
maison, puis la tête blonde de mon frère de six ans est apparue de
l’arrière d’une large colline de terre. Il a grimpé jusqu’au sommet de la
colline en traînant un morceau de contreplaqué, puis il a sauté dessus
et a glissé rapidement en bas de la colline. Il a atterri avec un bruit
sourd, riant comme une hyène. Il était couvert de terre et s’amusait
comme un petit fou.
J’ai crié son nom, j’ai jeté mon vélo par terre et j’ai couru vers lui. Je
lui ai demandé comment il avait réussi à se rendre aussi loin de chez
nous par lui-même. Et il a simplement dit qu’il voulait voir les
nouvelles maisons en construction. Puisque j’avais un vélo à 10
vitesses et que j’avais toujours eu des problèmes de coordination, j’ai
dû marcher à côté de mon vélo et de mon frère jusqu’à la maison.
Au moment de notre arrivée, la police était déjà là. Pendant que mes
parents accueillaient en pleurant le retour de mon frère, j’ai dû
expliquer à un policier comment je l’avais trouvé. J’ai raconté la vérité
aux policiers. Mes parents ont dit que ce n’était qu’un coup de chance.
L’agent de police a dit que mon frère était chanceux d’avoir une
voyante comme sœur.
J’ai effectivement utilisé une technique similaire pour la recherche
d’objets perdus au fil des ans. Je m’arrête, je m’assieds et je me
demande : « Si j’étais [...], où serais-je ? » J’inspire profondément, je
ferme les yeux et je reste totalement immobile. Je tourne mon attention
vers la zone de mon troisième œil, et j’attends et regarde alors qu’une
scène en temps réel se joue dans mon esprit. En général, ce que je
reçois frappe en plein dans le mille.
La clairvoyance est utile dans la vie quotidienne : quand vous
voulez trouver des objets perdus, vérifier à distance pour voir ce que
font vos enfants ou trouver votre grincheux de patron — ou lorsque
l’enfant de votre amie décide d’aller se cacher au zoo. (Je l’ai aussi
trouvé assez rapidement. Ce qui était une bonne chose, car sa mère
était vraiment mécontente.) La clairvoyance en temps réel est parfaite
pour trouver des animaux de compagnie errants qui décident d’aller à
la découverte du quartier ou même pour trouver de jeunes frères et
sœurs qui disparaissent de la circulation furtivement pour vivre une
aventure.

Clairaudience/télépathie : l’audition psychique

Un clairaudient — ou télépathe — reçoit des signaux extrasensoriels


comme un mot, un son ou même une chanson. Généralement, la
télépathie se définit comme la transmission de pensées inexprimées
ou d’impressions psychiques d’une personne à une autre, tandis
qu’un clairaudient capte des mots, des sons, de la musique ou des
tonalités imperceptibles à l’oreille commune. En termes simples, un
clairaudient « entend » l’information psychique. N’oubliez pas que
cette information psychique n’est pas entendue sur le plan physique ;
cependant, elle a toujours une réalité objective.
Je considère que les clairaudients suivent la voie du son. La région
du corps où se situe ce pouvoir est la région des oreilles et de la gorge.
La couleur associée à cette capacité est un bleu cobalt brillant. Les
dons d’un clairaudient sont l’écoute et la musique. Ils entendent la
musique de l’esprit, et ils sont capables de percevoir la mélodie de
l’Univers.
Les clairaudients peuvent « entendre » les pensées intimes d’une
autre personne et même recevoir des impressions sur l’état mental de
l’autre. Les clairaudients peuvent aussi entendre ce qui est signifié,
mais non exprimé à voix haute. La meilleure description de ceci serait
de dire qu’il s’agit d’une « écoute entre les lignes ». Le clairaudient
reçoit ces impressions psychiques dans la voix de son esprit, et non
par ses oreilles physiques. Il s’agit d’une audition paranormale. C’est
comme si vous portiez des écouteurs psychiques.
Alors, y a-t-il une différence entre la télépathie et la clairaudience ?
Eh bien… oui et non. Souvenez-vous que la télépathie est décrite
comme un transfert de la pensée, c’est-à-dire la transmission de la
pensée d’une personne à une autre, indépendamment des canaux
reconnus des sens physiques.
Il est important de se souvenir que la clairaudience est souvent
considérée comme la réception unilatérale de l’information psychique
par le son. Mais il y a des exceptions. Certains clairaudients sont à la
fois récepteurs et projecteurs. Ils peuvent entendre ce qu’une personne
pense — ou recevoir le message — et également projeter leurs pensées
afin que l’autre personne les entende de l’intérieur. S’ils sont à la fois
récepteurs et expéditeurs, cela signifie alors qu’ils utilisent la
télépathie.
Les clairaudients peuvent vraiment entendre leur propre musique
intérieure. Ces individus sont très sensibles, de sorte qu’ils sont
conscients à un niveau préternaturel. Ils peuvent également être en
mesure d’interpréter les besoins cachés d’autrui, car ils ont la capacité
d’entendre ce qu’une personne ne pourrait jamais verbaliser de son
propre chef.
Il arrive parfois que les clairaudients soient critiqués ou taquinés
parce qu’ils écoutent les voix dans leur tête. Ce qu’il est important de
réaliser est que la voix qu’ils entendent est en fait la leur : c’est leur
propre monologue intérieur qui fournit l’information. Donc, avant de
taquiner un clairaudient, n’oubliez pas qu’il est impossible de lui
mentir. Après tout, le mot signifie littéralement « audition claire ». Peu
importe ce que vous dites, ils entendront la vérité.
Comme clairaudient, si d’autres personnes sont en détresse ou
pensent trop fort dans les environs immédiats, vous capterez cette
information non filtrée. Vous aurez ainsi besoin d’apprendre
comment la laisser passer derrière vous comme un bruit de fond.
Avec le temps, vous apprendrez à distinguer ce que j’aime appeler le
bavardage psychique sur les petites choses de la vie quotidienne.
Je trouve qu’il est utile d’imaginer ce bavardage psychique comme
une radio qui joue doucement en arrière-plan. Vous pouvez l’écouter,
mais quand même vaquer à vos activités. Si l’information psychique
est importante ou urgente, elle tend à être plus forte, et vous
l’entendrez clairement parce que la tonalité sera différente. C’est cette
différence dans la tonalité psychique qui fait que vous vous branchez
et vous concentrez sur elle.

Un exemple de clairaudience et de clairsentience

Il y a quelques années, j’ai occupé un emploi saisonnier comme


décoratrice florale. À la boutique d’art et d’artisanat où je travaillais,
tout le monde était tenu de porter un casque radio. Alors, que cela
vous plaise ou non, vous entendiez un flux constant de conversations.
En général, comme je baissais le volume de l’appareil autant que
possible, j’avais tendance à ignorer ce qui était dit, mais j’ai été
surprise — et mes collègues ont été vexés — de constater que cela me
permettait de réactiver ma clairaudience. Je dois admettre qu’il était
presque comique de voir le nombre de fois où j’ai retourné mon
casque à écouteurs ou m’en suis procuré un autre, croyant à une
défaillance. Il m’a fallu quelques semaines pour me rendre compte de
ce que j’entendais.
Une fois que j’ai compris cela, l’avantage inattendu m’a
enthousiasmée. J’ai donc transformé une irritation en un outil, et j’ai
appris à laisser ce bruit de fond passer derrière moi. Il ne m’a pas fallu
beaucoup de temps pour être en mesure de différencier les
conversations de fond et les informations psychiques.
La première chose que j’ai détectée avec ce flux constant de paroles
dans mon oreille était que toute expérience de clairaudience était plus
forte dans mon esprit que le bruit de fond. La tonalité était plus nette
et plus claire. Aussi, j’ai commencé à remarquer que mon audition
psychique décuplait si la personne dont je « surprenais la
conversation » dans ses pensées se trouvait dans mon secteur. Étant
donné que je travaillais dans un magasin sous forte contrainte avec
beaucoup d’employés malheureux, le volume de l’écoute psychique
était très élevé. En règle générale, plus grande est la colère ou la
contrariété — que la personne s’en rende compte ou non —, plus ses
pensées sont projetées avec intensité.
Un jour, pendant le week-end de l’Action de grâces, je me trouvais
dans la boutique avant son ouverture, en train d’installer le plus
rapidement possible les arrangements floraux saisonniers. Comme
nous n’étions pas encore ouverts au public, la plupart des autres
employés étaient en train d’approvisionner les étagères, ce qui me
donnait l’impression d’avoir tout l’espace pour moi seule. Pour
ajouter au drame, le gérant de district était sur place, en train de
terroriser ses subalternes et de préparer la grande vente du week-end.
Comme j’étais d’ordinaire assez contestataire, je ne portais pas mes
écouteurs ; au lieu de cela, je les avais posés autour de mon cou. Le
directeur de district m’avait rappelé de mettre mon casque lorsqu’il
était passé près de moi plus tôt, et ma réponse impassible avait été : «
Je tremble et j’obéis. »
Il avait aboyé de rire, mon gérant m’avait lancé un regard furibond,
et j’avais laissé les écouteurs pendre sur mon cou sans même y
toucher.
Quoi qu’il en soit, alors que j’étais en train de préparer des
arrangements de table pour les fêtes, j’entendais sans cesse les mêmes
mots qui jaillissaient d’un même flot : « Oh, mon Dieu, s’il vous plaît,
faites que je ne perde pas connaissance. S’il vous plaît, faites que je ne
perde pas connaissance… »
C’était une tonalité très différente de celle que j’entendais
normalement, et d’un niveau sonore sous celui de la musique de
saison qui nous cassait les oreilles à travers le système stéréo de la
boutique. Délibérément, j’ai interrompu ma tâche, et j’ai regardé
autour de moi. Je me suis immobilisée pour écouter attentivement
avec mes oreilles physiques.
Non, il n’y avait pas d’employés près de mon poste de travail. J’ai
haussé les épaules et suis retournée travailler pendant quelques
minutes jusqu’à ce que je recommence à entendre la phrase.
Cette fois, j’ai fermé les yeux et me suis concentrée. J’entendais
toujours cette voix — elle semblait plus douce, presque plus faible,
maintenant, mais plus urgente, comme si la personne vivait une plus
grande détresse émotionnelle. Comment ai-je su ? Eh bien, mon cœur
a commencé à battre très fort, et je me suis sentie étourdie. J’ai inspiré
profondément et me suis connectée à la terre en ancrant mes pieds et
en me visualisant comme un arbre qui enfonce ses racines dans le sol.
Après quelques secondes, je me suis sentie mieux. Cependant, je
savais maintenant que je captais quelqu’un d’autre dans ce magasin,
et j’utilisais à la fois la clairaudience et la clairsentience (l’audition
psychique et l’empathie psychique). Pour m’assurer que ce n’était pas
seulement une conversation entendue dans les écouteurs, je les ai
remis en place, et j’ai haussé le volume. En dehors des échanges
occasionnels entre les gens invisibles qui approvisionnaient les
étagères, je n’entendais personne demander de l’aide — enfin, pas à
voix haute.
Puis, dans ma tête, j’ai entendu des pleurs doux. J’ai senti une
panique et une fatigue accablantes, et j’ai failli me mettre à pleurer.
C’était assez. Il fallait que je sache ce qui se passait.
J’ai jeté mes pinces coupantes sur le comptoir et suis partie à la
recherche. J’ai laissé la voix que j’entendais psychiquement, combinée
à mes propres émotions, me conduire là où j’avais besoin d’aller.
Souvenez-vous de ce jeu auquel vous jouiez quand vous étiez enfant
où vous deviez trouver quelque chose. Si vous étiez loin de votre but,
les autres annonçaient que c’était froid, et si vous vous rapprochiez, ils
disaient que cela devenait plus chaud. Et quand vous étiez plus près
encore, ils disaient que c’était très chaud. Enfin, si vous étiez au-
dessus de l’objet, ils annonçaient quelque chose comme : « C’est
tellement chaud que ça doit brûler ! »
Eh bien, la situation ressemblait beaucoup à ce jeu d’enfants. Je
savais que le degré de chaleur était proportionnel à l’intensité à
laquelle je pouvais sentir les émotions et entendre cette voix. Je me
suis branchée sur mon ressenti, et je l’ai laissé me guider où j’avais
besoin d’aller. J’ai arpenté à vive allure plusieurs allées, et au tournant
de l’une d’elles, j’ai trouvé la source de la détresse presque cachée
derrière un grand support à roulettes rempli de boîtes de produits.
C’était une des employées, une jeune femme de l’âge d’une
collégienne. Alors que je me rapprochais d’elle, je pouvais l’entendre
chuchoter en elle-même : « Oh, mon Dieu, s’il vous plaît, faites que je
ne perde pas connaissance… »
Je l’ai appelée brusquement par son nom, et comme elle levait les
yeux vers moi, j’ai vu que son visage était horriblement gonflé. Alors
que je lui tendais la main, j’ai vu que son teint habituellement
splendide avait pris une nuance intéressante de vert pâle. Elle a
chancelé avant d’amorcer sa chute. Je me suis précipitée sur elle, je l’ai
baissée au sol pour qu’elle s’assoie, et j’ai ensuite posé sa tête entre ses
genoux.
Comme je suis une maman, j’ai jeté un coup d’œil à ses joues
gonflées pour me rendre compte qu’elle venait probablement de se
faire enlever ses dents de sagesse. Comme elle me parlait, je voyais
qu’elle avait encore ces compresses de gaze dans sa bouche pour
ralentir le saignement de ses gencives ! Je savais aussi, après avoir
vécu la même situation avec mes trois propres enfants, qu’il ne fallait
soulever aucun poids lourd juste après l’opération.
La pauvre fille avait tellement peur de se faire congédier parce
qu’elle avait dû se faire arracher ses dents de sagesse pendant le congé
de l’Action de grâces qu’elle était au travail moins de 24 heures après
la chirurgie buccale — sur ses pieds et soulevant de lourdes boîtes au-
dessus de sa tête, rien de moins. Je l’ai relevée directement du sol pour
la remettre debout — elle était toute minuscule —, et j’ai appelé le
directeur de service dans mon microphone.
Ensuite, j’ai pratiquement transporté la jeune fille vers l’arrière-
boutique. Tout le long du chemin, elle pleurait et s’inquiétait à l’idée
de se faire congédier si elle rentrait à la maison. Je lui ai dit gentiment
de se taire et de me faire confiance. J’ai utilisé ma « voix de maman »
— en d’autres termes, je lui ai transmis de la confiance et de
l’assurance avec le son de ma voix. Techniquement, j’utilisais une
forme de télépathie alors que j’envoyais et qu’elle recevait. Tout a
fonctionné comme un charme.
Comme je la traînais à l’intérieur de l’arrière-boutique, où le
directeur de district parlait au téléphone, j’ai annoncé que nous avions
une collègue qui s’était évanouie et qui devait rentrer à la maison. Ce
directeur de district nous a regardées, le souffle coupé, et il s’est
précipité pour approcher une chaise pour la jeune femme.
Quinze minutes plus tard, avec la bénédiction du directeur de
district, j’ai personnellement escorté la jeune femme dans la voiture de
son amie avec la promesse qu’elle resterait allongée pour le reste du
week-end. Son amie m’a dit qu’elle s’assoirait sur elle si nécessaire et
qu’elle la ramènerait chez le chirurgien buccal cet après-midi même.
Une semaine plus tard, la jeune femme était de retour au travail, son
gonflement avait complètement disparu, et elle allait très bien. La
façon dont je l’avais trouvée l’avait un peu effrayée, mais elle l’a
acceptée sans sourciller.
Il y avait là une leçon intéressante à tirer. Même si je ne m’étais
jamais considérée comme particulièrement adepte de la clairaudience,
porter un casque d’écoute dans le cadre de ce travail saisonnier m’a
permis d’affiner mon audition psychique. Vous pourriez facilement
essayer quelque chose de semblable à la maison. Il suffit de porter vos
écouteurs à partir de votre iPod ou téléphone intelligent et de régler le
volume de la musique au plus bas — assez fort pour que vous
puissiez l’entendre, mais assez faible pour qu’elle devienne un bruit
de fond et que vous entendiez encore des conversations autour de
vous. Grâce à cette astuce, voyez ce que vous pouvez découvrir sur
vos propres talents de clairaudience.

Clairsentience/empathie : la sensation psychique

Un clairsentient est communément appelé un empathe. Les empathes


ont la capacité de ressentir l’énergie émotionnelle à la fois des gens
autour d’eux et de l’environnement où ils se trouvent. Un clairsentient
est une personne qui peut capter physiquement les expériences
émotionnelles d’une autre personne ou d’un lieu. Il ressent des
attitudes, des émotions et parfois même des maux physiques.
Je considère que les clairsentients/empathes suivent la voie de
l’émotion et du cœur. La zone du corps où se situe leur pouvoir est,
bien sûr, le cœur. Deux couleurs sont associées à cette capacité : le vert
émeraude brillant et une couleur vibrante rosée tirant sur le rouge. Le
don des empathes est leur conscience des autres et la profondeur de
leur compassion.
La clairsentience est un concept complexe souvent méconnu ou
confondu avec la clairolfaction (qui se traduit par « odorat clair ») ou
la clairtangence (qui signifie « toucher clair »). La clairsentience
signifie littéralement « sensation claire », et je crois que c’est la raison
pour laquelle les gens continuent d’utiliser le terme empathe pour
qualifier une personne dotée de cette empathie psychique pour désigner
la capacité elle-même.
Souvenez-vous qu’un clairsentient — ou empathe — est une
personne qui acquiert une connaissance psychique principalement au
moyen de sensations et d’émotions empathiques. Cela signifie
également qu’elle est dotée de la capacité psychique qui lui permet de
projeter ses sens à une courte distance de son propre corps pour sentir
l’environnement autour d’elle. Ainsi, si vous décrivez souvent
comment vous vous sentez dans un environnement ou en présence
d’une personne proche de vous et que vous faites confiance à cette
impression avant toute autre chose, imaginez ce que vous faites
réellement. Vous êtes, en fait, en train de projeter votre clairsentience,
de manière à rassembler des informations psychiques et à lire les
émotions et l’énergie autour de vous !
La capacité de sentir ou d’expérimenter les sensations et les
émotions des autres est une arme à double tranchant. Les gens
peuvent être attirés par les clairsentients/empathes, car ceux-ci sont
souvent si attentionnés et si gentils qu’ils absorbent parfois — sans en
avoir l’intention — les problèmes des autres. Ainsi, les
clairsentients/empathes doivent être vigilants et ne pas accepter de
problèmes supplémentaires dans leur vie.
Lorsque l’empathie psychique n’est pas reconnue, les
clairsentients/empathes n’ont aucune idée de la provenance de ces
émotions supplémentaires indésirables ni des raisons pour lesquelles
leur humeur peut soudainement prendre un tournant dramatique
sans aucune raison apparente. Cela peut aussi expliquer pourquoi de
nombreux empathes évitent les hôpitaux et ont une aversion intense
pour les cabinets de médecins ou les endroits bondés et bruyants.
Chez les clairsentients/empathes, la proximité de nombreuses
personnes malades ou souffrantes crée une surchauffe psychique
automatique. En outre, le torrent d’énergie psychique d’une grande
foule de personnes peut les submerger et se révéler émotionnellement
toxique.
Comment éviter ce problème ? Eh bien, pour les débutants, être
conscient permet déjà de remporter la moitié de la bataille. Si vous
devez vous retrouver dans une grande foule, assurez-vous de prendre
ensuite du temps pour vous recharger doucement et vous laisser un
peu de paix et de tranquillité. Un petit moment de solitude vous fera
le plus grand bien du monde. Si la récupération psychique vous
intrigue, soyez assuré que nous verrons le sujet des premiers soins
psychiques en détail au chapitre 8.
Les clairsentients/empathes sont dotés de la capacité innée de sentir
les vibrations émotionnelles et énergétiques par la simple proximité
d’un environnement fortement chargé. Ils peuvent directement et
consciemment être branchés sur l’état émotionnel d’une autre
personne, par choix ou par accident. Pour de nombreux
clairsentients/empathes, l’information psychique se manifeste comme
une réaction ou une sensation physique — comme dans l’histoire que
je viens de raconter au sujet de ma collègue au travail qui était
malade. Je sentais sa détresse émotionnelle et son étourdissement
comme si ces symptômes physiques avaient été les miens.
Ce type particulier de perception extrasensorielle permet aux
clairsentients/empathes de faire l’expérience de ce que les gens dans
leur entourage expriment ou sont sur le point d’exprimer. Les
empathes ressentiront littéralement l’information : celle-ci peut leur
parvenir sous forme d’un picotement, d’une réaction de peur ou
encore d’émotions, comme une joie incroyable ou une tristesse
débordante.
La capacité du clairsentient peut également se manifester comme un
miroir de la douleur de la personne qu’il capte. Souvenez-vous de
l’histoire dans le dernier chapitre à propos du monsieur atteint par la
fausse balle. J’ai senti une douleur aiguë sur mon front dans la région
où il avait été frappé quelques instants avant que l’incident ne se
produise. L’empathie psychique est une capacité complexe ; elle peut
se présenter de multiples façons. Prenez le temps d’examiner ce talent
pour vous-même et de voir ce que vous découvrez sur vos propres
capacités psychiques.
Que vous soyez claircognizant, clairvoyant, clairaudient ou
clairsentient, il vaut la peine de prendre le temps de vous concentrer
sur vos capacités. Prenez des notes sur vos expériences psychiques.
Décrivez comment elles se sont manifestées, et surtout, prenez
conscience de la capacité ou des capacités psychiques que vous
semblez employer le plus souvent. Je vous conseille vivement de
prendre un journal ou un cahier à spirales afin de l’utiliser comme un
journal psychique. La personne qui est la mieux placée pour vous dire
quels talents vous mettez sur la table, c’est vous.
Joignez maintenant les mains, et
avec vos mains vos cœurs.
— Shakespeare

Chapitre 3

La clairtangence et la psychométrie

La capacité de clairtangence n’est généralement pas mentionnée avec


les quatre « grandes » capacités psychiques classiques, c’est-à-dire la
claircognizance/intuition, la clairvoyance, la clairaudience et la
clairsentience/empathie. La clairtangence est mal interprétée ou mal
étiquetée, au point où la recherche se révèle souvent un exercice très
frustrant. Afin d’éviter ce problème, j’ai décidé de consacrer tout un
chapitre à cette capacité psychique particulière. En outre, il est
fréquent de trouver le sujet de la clairtangence regroupé ou confondu
avec la clairsentience/empathie. Pourtant, ce sont deux sujets tout à
fait différents. Il est facile de confondre ces deux termes, car la
clairsentience signifie « sensation claire ». Les gens supposent à tort
que cela signifie « sensation claire », dans le sens de « toucher », alors
qu’en fait, cette « sensation claire » a plutôt rapport à l’émotion. Dans le
but de bien clarifier les choses, nous reprendrons une fois de plus les
définitions de ces deux capacités psychiques :

Clairsentience : également appelée empathie psychique, la


clairsentience se définit comme une « sensation claire ». Les
clairsentients — ou empathes — peuvent sentir et obtenir de
l’information psychique à travers les énergies et les sensations des
autres, ainsi que dans les émotions qui les entourent ou dans les
environs.
Clairtangence : la clairtangence se définit comme un « toucher clair
». Avec la clairtangence — plus communément appelée
psychométrie —, l’information psychique est recueillie grâce au
contact corporel — ou physique — des mains. Par exemple, si
vous touchez quelqu’un — comme lorsque vous donnez une
poignée de main — et que vous recevez de l’information
psychique, il s’agit d’un acte de psychométrie, et vous utilisez la
capacité psychique de la clairtangence.

Je pense que les eaux deviennent troubles parce que les gens ont
tendance à croire que la lecture d’un objet se fait par psychométrie,
tandis que la lecture d’une personne relève de la clairtangence. C’est
comme parler de six à quelqu’un et de mentionner une demi-douzaine
à un autre. Encore une fois : la clairtangence est la capacité psychique,
tandis que la psychométrie est l’acte même de lire un objet ou une
personne.

La clairtangence et la postcognition

La clairtangence peut être vécue comme un événement précognitif ou


postcognitif. Toutefois, je crois, en me basant sur mon expérience, que
la capacité de clairtangence et l’acte de la psychométrie sont beaucoup
plus liés à la postcognition ou à la perception psychique du passé.
Vous pouvez vous interroger sur l’utilité d’une postcognition pendant
une lecture. Eh bien, vous pourriez être surpris. Elle se révèle très
pratique lors d’une lecture psychique. Par exemple, je capte
habituellement de l’information postcognitive sur une personne ou les
objets que je touche avec une intention psychique délibérée. Lorsque
je fais l’expérience des visions du passé d’une personne, je suis
essentiellement en train de sentir ou de recevoir un éclair de
pénétration au sujet de la personne qu’elle est et de ses expériences de
vie majeures. Cela m’aide à me connecter à elle et donne une
meilleure lecture psychique.
Lorsqu’il s’agit de toucher délibérément un objet avec une intention
psychique, le processus ressemble beaucoup à la lecture de l’énergie
psychique d’une personne. C’est que tous les objets ont leurs propres
champs d’énergie uniques, et ces champs d’énergie ont absorbé les
vibrations des personnes et des lieux qui les entourent. Lorsque vous
réalisez une lecture psychométrique d’un objet, habituellement, vous
tenez l’objet dans votre main réceptive en vous servant de la capacité
de clairtangence — ou toucher clair —, puis en vous connectant aux
motifs énergétiques laissés sur l’objet par ses anciens et actuels
propriétaires. En résumé, pendant que vous réalisez une lecture
psychique du passé qui entourait l’objet, vous vivez une expérience
postcognitive.
Des objets tels que les bagues, les bijoux, les clés, les vêtements
confectionnés en fibres naturelles et d’autres possessions semblables,
comme un portefeuille ou le chapeau d’un uniforme, sont
généralement utilisés pendant une lecture psychométrique, car ce sont
les objets les plus personnels. Lorsqu’un objet est porté en
permanence — comme un bijou — ou que la personne l’emporte
habituellement avec elle — comme un portefeuille ou un jeu de clés
—, les objets eux-mêmes conservent une partie de l’énergie du
propriétaire. Les objets de métal tels que les bijoux et les clés ont
tendance à retenir les impressions psychiques pendant plus
longtemps. Le métal est simplement un bon conducteur de l’électricité
et de l’énergie psychique. En général, on croit que l’aura humaine
laisse une empreinte électromagnétique sur tout ce qu’elle touche,
alors imaginez seulement ce qui peut se passer lorsqu’un être humain
reste en contact pendant des années avec un objet métallique.
Plus l’objet est possédé, usé ou utilisé, plus l’empreinte énergétique
devient profonde et claire sur cet objet. C’est en cela qu’il se produit
une expérience postcognitive, car lorsque vous lisez un objet pendant
l’acte de psychométrie, c’est en fait l’histoire de l’objet que vous lisez.

L’art de la psychométrie

Il existe trois types de lectures psychométriques :


objets/photographies, lieux et personnes. Nous commencerons par les
objets/photographies, car c’est le type le plus commun, et c’est un
classique. Le processus lui-même est assez simple. Grâce à la capacité
de clairtangence, vous pouvez lire un objet en le touchant, en le tenant
dans la paume de votre main réceptrice — pas celle avec laquelle vous
écrivez — ou en pressant l’objet contre votre corps. Si l’objet en cours
de lecture est petit, comme un anneau, tenez-le dans votre main, puis
appuyez votre main contre l’un des points de votre corps qui
correspond à votre capacité psychique dominante.
Songez-y : si vos capacités sont davantage centrées sur la
clairvoyance et que vous « voyez », le front — ou la zone du troisième
œil — est la voie à suivre. Si vous avez tendance à être plus intuitif,
allez-y avec le plexus solaire. Peut-être que vous êtes clairaudient et
que vous « entendez » votre information psychique. Dans ce cas, tenir
le petit objet sur le côté de votre visage, tout près de votre oreille
physique, serait le meilleur endroit. Enfin, si vos capacités d’empathie
sont les plus fortes, tenez l’objet près de votre cœur.
Pour que les choses soient claires, chez un clairvoyant, le siège de
pouvoir est le troisième œil (la zone du front). Le plexus solaire est le
point de pouvoir d’un claircognizant/intuitif. L’oreille ou le côté du
visage sont les meilleurs endroits pour amplifier vos impressions en
tant que clairaudient. Enfin, comme empathe/clairsentient, la source
de pouvoir serait le lieu d’où émanent toutes vos émotions : le cœur.
Ce sont les quatre points du corps où se situent les récepteurs les plus
actifs permettant de capter les impressions psychiques par la
psychométrie. C’est un astucieux petit truc qui améliore votre capacité
de réaliser une lecture psychométrique juste et plus approfondie, et il
se résume à l’emploi de la capacité de clairtangence en combinaison
avec votre autre capacité psychique prépondérante.
Nous jetterons maintenant un coup d’œil à ces trois principaux
types de lectures psychométriques.

La lecture d’objets et de photographies

Que peut vous révéler un objet ? Oh, je croyais que vous ne le


demanderiez jamais. Tous les objets inanimés sont dotés de leurs
propres et uniques impressions énergétiques. Ces impressions — ou
vibrations — sont produites par les personnes et les lieux auxquels
l’objet est associé.
La mesure de ce que vous apprendrez sur les derniers propriétaires
dépendra de l’histoire de l’objet. Par exemple, disons qu’un anneau a
été transmis d’une mère à son fils. Puis le fils a offert l’anneau à sa
femme, et un jour, celle-ci l’a transmis à sa fille… Eh bien, vous
pourriez alors capter de nombreuses impressions postcognitives
différentes. Il y aurait les souvenirs et les impressions de la première
propriétaire, de son fils et de sa belle-fille, puis de sa propriétaire
actuelle, sa petite-fille — surtout si la petite-fille a ou avait des liens
émotionnels très forts avec sa grand-mère, la première propriétaire de
l’anneau. Les émotions liées à l’amour sont puissantes, et dans un tel
cas, vous pourriez obtenir une impression psychique très forte de la
propriétaire d’origine de l’anneau. Honnêtement, il n’est pas
important que le premier propriétaire d’un objet soit vivant ou décédé
; s’il y a de l’amour, il y a un lien. Et s’il y a un lien, vous êtes alors en
mesure de le suivre et de découvrir l’information psychique
postcognitive. C’est particulièrement important de garder cela à
l’esprit dans le cas d’une lecture de photographies.
En termes simples, une photographie est une reproduction de la
personne dont vous faites la lecture. Oui, ce petit morceau de papier
coloré et enduit de produits chimiques est maintenant une sorte de
porte miniature. J’aime le terme porte, car ce papier vous donne un «
accès » direct à cet individu sur lequel la lecture est canalisée. Tout ce
que vous devez faire est de prendre une profonde inspiration et
d’entrer. Il est important de vous permettre d’en faire l’expérience. Ne
réfléchissez pas trop au processus. Regardez vraiment la personne sur
la photographie, voyez-la, puis prenez conscience de vos premières
impressions.
Je constate que les lectures de psychométrie au moyen d’une
photographie peuvent être très utiles. Il est important de comprendre
que lorsque vous regardez l’image de la personne sur la photographie,
vous êtes déjà un pas plus près de la connexion que vous l’étiez avec
un objet comme des clés ou des bijoux. Lorsque la photographie de
cette personne a été prise, son énergie était présente. Oh, et avant que
quelqu’un ne se mette à paniquer : l’énergie est représentée — ou
symbolisée, si vous voulez ; elle ne se trouve pas dans une
photographie et ne provient pas d’elle. C’est cette énergie symbolique
que vous ressentez/lisez en tenant la photographie dans vos mains.
Et il importe peu que la personne sur la photographie soit vivante
ou décédée. Il n’y a pas de frontières à cette énergie représentée ou à
l’essence énergétique de la personne, si vous voulez, symbolisée dans
la photographie. Tenir cette photo vous permet de vous connecter,
d’entrer dans l’image et de voir, entendre, connaître ou ressentir.
Voici une petite astuce à prendre en considération : lorsqu’il s’agit
de lire les précieuses photos de quelqu’un d’autre, je ne vous
recommande pas de tenir la photo près de l’une de ces quatre
principales zones psychiques précédemment mentionnées (le front, le
côté du visage, le plexus solaire ou le cœur). Les gens se sentent
protecteurs en ce qui a trait à leurs photographies plus anciennes et
plus fragiles, et ces gestes risquent de les angoisser. Je laisserais plutôt
la photographie sur la table et me contenterais d’en toucher les bords
avec le bout des doigts, ou bien de la tenir simplement dans la main.
Maintenant, détendez votre visage et votre corps, puis regardez la
photographie et à l’intérieur d’elle.
Je tiens à vous mettre en garde contre toute tentative de lecture
psychométrique faite en regardant la photographie sur l’écran d’un
téléphone intelligent. Vous pouvez laisser le client tenir le téléphone
pour vous permettre de voir, mais vous devez tenir vos mains
clairtangentes à l’écart. Pourquoi ? Eh bien, pensez-y : que lisez-vous
vraiment si vous tenez le téléphone du client ? Il porte constamment
ce téléphone sur lui, et le téléphone est constitué de pièces
métalliques… Bon, vous avez maintenant compris. Si vous tenez le
téléphone intelligent pour regarder une image, vous finirez
probablement par lire le téléphone lui-même et le propriétaire du
téléphone, et non l’image sur l’appareil.
Aussi, il est bien connu que l’électronique et la capacité psychique se
mêlent difficilement. Vous pourriez bousiller son téléphone par
accident, et le client pourrait avoir à le réinitialiser, ou pire, à en
acheter un nouveau. Vous avez certainement maintenant remarqué
que lorsque vos capacités psychiques fonctionnent à plein régime,
votre équipement électronique, vos téléphones et vos ordinateurs ont
tendance à se détraquer. Nous discuterons en détail au chapitre 6 du
phénomène des cafouillages électroniques et des capacités psychiques.

La lecture de lieux

Au fond, l’utilisation de la capacité de clairtangence pour lire un lieu


est légèrement différente que pour la lecture d’un objet ou d’une
photographie. La différence, c’est que vous ne tiendrez pas un objet
ou une photographie dans vos mains ; vous poserez plutôt vos mains
sur le sol, les meubles, le plancher ou même les murs. Vous pouvez
également vous tenir tranquillement sur place, les paumes tournées
vers l’extérieur avec vos bras et vos mains qui reposent
confortablement à vos côtés. Puis laissez les énergies venir à vous et
pénétrer dans vos paumes ouvertes.
Il arrive souvent que les gens dotés de clairtangence sans le savoir
entrent dans un environnement comme un vieux cimetière, une
maison historique ou un champ de bataille, et recueillent des
impressions psychiques de façon inattendue en passant leurs mains
sur des objets. J’entends souvent les gens s’extasier au sujet de leurs
étonnantes capacités empathiques, mais une fois de plus, sachez que si
vous touchez les choses et obtenez des informations particulières sur
le passé, vous êtes alors en train de vivre une expérience
postcognitive, et vous vous servez de la capacité psychique de
clairtangence, et non de celle d’empathie.
En principe, la lecture d’un lieu à l’aide de la clairtangence signifie
que vous devrez toucher les choses sous une forme ou une autre, et
cela en soi risque d’être tout un défi — quand ce n’est pas absolument
interdit. Ma fille est actuellement en train de faire ses études de
maîtrise en muséologie, alors je l’entends beaucoup se plaindre au
sujet de certains sites historiques qui devraient être protégés pour
éviter plus de dommages causés par le public, et elle affirme qu’on ne
devrait pas toucher aux artefacts à moins que les conservateurs
portent des gants. Les quelques fois où nous nous sommes rendues
récemment ensemble à un musée, elle m’a donné une leçon — inutile
— parce qu’elle savait que je serais portée à toucher aux artefacts afin
de pouvoir vraiment les lire. Au cas où vous vous poseriez la
question, je ne l’ai jamais fait. En tout cas, pas intentionnellement.
Quand mes enfants étaient petits, j’ai accidentellement frôlé mon
coude contre un sarcophage qui se trouvait dans une pièce ouverte au
musée d’art. À l’époque, j’étais en train de ramasser un de mes
bambins qui pétait les plombs. Ce frôlement accidentel m’a presque
fait tomber par terre : on aurait dit que j’avais frôlé le tonnerre. Mais
j’ai été horrifiée, et il m’arrive d’être trempée de sueur au souvenir
d’avoir frôlé un artefact. Puisque ma fille se souvenait maintenant de
cette histoire, environ 20 ans plus tard, elle fronçait les sourcils et me
faisait la leçon. C’était mignon. Jamais je ne rêverais de toucher un
artefact sans permission, mais je dois admettre qu’il est un peu
amusant de la taquiner.
Aussi, quiconque a déjà visité un lieu historique ou une maison
d’antan sait qu’il est généralement interdit de toucher des pièces de
qualité muséale ou même les murs d’une maison historique avec vos
mains. Alors, comment obtenir une impression du lieu ?
La façon la plus simple dans ce cas consiste à permettre à tout votre
corps de devenir le récepteur. Vos pieds sont posés sur le plancher de
la maison ou sur la terre d’un terrain — le cœur du lieu —, n’est-ce
pas ? Eh bien, allez-y. Le lieu dans le New Hampshire appelé
Stonehenge de l’Amérique m’a révélé de nombreux secrets. Mon ami
Christopher m’y a emmenée récemment, et c’était incroyable. Tout ce
que j’ai eu à faire, c’était de rester debout sur place et de tirer l’énergie
à travers la plante de mes pieds alors que j’étais dans les sentiers du
site. J’ai fermé les yeux, j’ai senti la brise soufflant à travers les arbres
dans le parc, et j’ai ouvert les mains pour permettre aux énergies du
lieu et à ses informations passées de me parvenir.
Il y avait une salle dans laquelle nous étions autorisés à entrer. Je me
suis accroupie, les paumes ouvertes sur mes genoux, puis je suis
restée là quelques instants pour voir ce que je pouvais sentir en
utilisant la clairtangence. J’ai visualisé l’information qui me parvenait
à travers mes pieds et les paumes ouvertes de mes mains. Wow, bébé,
quel torrent !
En utilisant ainsi la clairtangence — tirer les énergies par vos
paumes ou, à la rigueur, à travers vos pieds par le sol sur lequel vous
vous tenez —, il est possible d’obtenir en toute sécurité des
impressions psychiques des événements importants et des personnes
qui ont vécu, ont fait leurs dévotions et sont décédées dans un lieu, et
ce, tout en laissant les sites historiques et les artefacts intacts et
préservés pour que tous puissent en profiter.

La lecture de personnes

Nous arrivons enfin à la lecture de personnes, le dernier élément, mais


non le moindre. De nombreux ouvrages sur le marché peuvent vous
enseigner les indices physiques à rechercher dans la « lecture des
personnes ». Mais ce n’est pas mon propos ici. La clairtangence est
bien plus que la capacité d’une personne sensitive de ressentir de la
sympathie pour son client ou d’être un meilleur lecteur du langage
corporel que la moyenne des gens. L’utilisation de la clairtangence
pour lire un individu par le toucher va beaucoup plus loin. Lorsque
vous effectuez une lecture d’une autre personne à l’aide de la
clairtangence, vous interprétez l’énergie qui vous est transmise
directement de sa main à la vôtre, puis vous verbalisez vos
impressions pour le client.
C’est assez facile à réaliser, mais le processus exige de suivre
quelques étapes. Tout d’abord, lorsque vous réalisez une lecture par la
clairtangence, demandez toujours — toujours — la permission de
toucher. Je regarde directement le client en souriant, et je lui dis : «
Est-ce que ça vous dérange si je vous tiens la main et que je vous
regarde droit dans les yeux ? C’est pour m’aider à obtenir de
meilleures informations. »
Je trouve plus sûr d’annoncer mes intentions à l’avance, car le
contact direct et prolongé des yeux avec un étranger, sans parler du
fait de lui prendre la main, peut donner une mauvaise impression aux
gens. La plupart du temps, et si c’est ma première lecture avec eux, les
clients répondent par l’affirmative, puis ils avancent nonchalamment
leurs mains pour saisir les miennes.
Je retire toujours mes mains, et je mets mes clients en garde en leur
disant : « Je demande la permission parce qu’une fois que je vous
touche, je suis entrée. » Puis je souris de nouveau pour atténuer la
mise en garde. Puis ils clignent des yeux vers moi quelques fois et
reconsidèrent la chose.
Bon. Est-ce que je vous dis tout cela parce que je me crois tout
bonnement fantastique ? Non. Je vous en parle parce que je suis
honnête. Et si vous avez du talent en clairtangence, à partir de
maintenant, il vous faudra faire preuve d’honnêteté avec les gens
pour lesquels vous faites la lecture.
Lorsque la clairtangence est délibérément investie, il est grandement
préférable d’annoncer ce que vous faites et la raison derrière votre
démarche avant de toucher quelqu’un. Ce qu’il est important de
retenir, c’est que vous aurez un avantage déloyal sur eux. La
clairtangence est puissante, et elle ouvre brusquement la porte, de
sorte que toutes vos autres capacités psychiques peuvent émerger et
se mettre à jouer leur rôle. Il n’y a rien de tel que quelqu’un qui dit : «
Oh, il m’arrive parfois de faire de la psychométrie. » Soyons honnêtes
ici. Oui, j’utilise beaucoup ce mot, n’est-ce pas ? L’honnêteté va de pair
avec l’éthique et l’honneur.
Bon, j’admets que 90 % du temps, les gens se contentent de hausser
les épaules et de me sourire, parce qu’ils ne croient pas vraiment à
cette clairtangence. Ce qui tend à changer après environ cinq
secondes, une fois que j’ai pris contact avec eux et que j’ai établi la
connexion. Les réactions varient selon les individus. Quelques
personnes font un saut sur leur chaise, certaines sourient, d’autres
restent calmes, et d’autres encore ont les larmes aux yeux. Elles
retiennent leur souffle, puis toutes deviennent complètement
immobiles.
Une fois que j’ai capté leur attention, je vais au-delà de toute la
tension que je ressens du fait de m’être connectée à un inconnu, et je
prends une bonne inspiration profonde et égale. Ensuite, je leur dis ce
que je vois, entends, connais et ressens. Je suis dotée d’un mélange de
capacités psychiques, mais je me suis rendu compte que la
clairtangence est probablement l’une de mes capacités les plus fortes
et que tout le reste semble en découler.
À quoi ressemble l’établissement d’une connexion à l’aide de la
clairtangence ? C’est comme être dans un état d’hyperconscience en
présence d’un grand calme. Ce n’est pas une transe ; mes yeux ne
roulent pas dans leurs orbites, et je ne me balance pas sur ma chaise
pour obtenir un effet dramatique. Personnellement, je suis toujours
très consciente de tout ce qui se passe autour de moi pendant que
j’effectue une lecture.
Mais si j’avais à décrire comment je me sens lorsque j’ai établi un
contact, je dirais que c’est comme un clic intérieur — alors, je sais que
j’ai établi ce contact. Je me suis fait dire que mes yeux bougent de
gauche à droite et qu’on dirait que je suis en train de « lire » très
rapidement lorsque je fixe les yeux du client. Mes mains se
réchauffent, et quand je ressens et entends ce clic intérieur, tout se
radoucit. Et je me laisse porter, ce qui permet aux impressions de
m’atteindre.
Je ne tiens que quelques minutes la main du client ; c’est amplement
suffisant. Aussi, je veux souligner que je ne cherche pas à saisir ou à
prendre l’information, ce qui serait contraire à l’éthique et, très
franchement, injuste. Je laisse les impressions et l’information
psychique couler, m’envelopper et venir à moi de la manière la plus
naturelle. Je verbalise pour le client ce que je vois, entends ou ressens
à mesure que je poursuis ma lecture.
Je sais qu’il est temps de rompre le contact quand je sens une
tension dans mes mains et une douleur dans mon plexus solaire.
Alors, je serre doucement les mains du client de façon amicale avant
de les relâcher et de m’adosser à ma chaise. Le fait de retirer mes
mains de la table en les posant sur mes genoux rompt le contact et
m’aide à signaler au client que cette partie de la lecture est terminée.

La clairtangence et le blocage
d’informations personnelles indésirables

Il y a bien des années, alors que je travaillais dans des foires de


voyance locales, j’ai découvert que si je tenais la main d’une personne
et que je la regardais droit dans les yeux, j’étais « entrée ». Cela me
procurait une perspective inattendue, et c’était ma solution de
rechange en cas de lecture difficile. Je connaissais, voyais et ressentais
d’importants événements à propos du client et de son passé. Parfois,
j’entendais des noms dans ma tête, et comme dans le cas de ce bon
vieux jeu de charades, c’était un nom qui ressemblait à quelque chose
d’autre ; je devais déchiffrer ce que j’entendais. Je recevais ainsi des
noms, des sentiments, des visages et des événements. J’utilise encore
cette technique aujourd’hui si je dois faire une lecture difficile ou si un
client préfère que je n’utilise pas de cartes de tarot.
Finalement, j’ai appris que cela signifiait que j’étais dotée de la
capacité de clairtangence. À l’époque, lorsque j’ai ouvert la porte à
cette capacité, je dois admettre que j’ai eu beaucoup de mal chaque
fois que je voulais la refermer. Pendant une période de ma vie, chaque
fois que je serrais la main de quelqu’un, je recevais des informations
indésirables — j’étais alors prise à mon propre piège. Cette situation
m’a obligée à chercher des réponses, et j’ai fini par apprendre à
bloquer la clairtangence.
Comment ? Eh bien, j’ai fait des expériences. Par tâtonnements, je
me suis rapidement rendu compte que si je me trouvais dans une
situation sociale et que je ne pouvais pas éviter la poignée de main ou
l’accolade occasionnelle, je pouvais prendre une grande inspiration et
penser à bloquer mes perceptions. Ensuite, je n’avais qu’à repousser
énergiquement les informations de l’autre personne puis à relâcher sa
main ou à me retirer de l’accolade aussi vite que possible.
Maintenant, lorsque je vois arriver un scénario problématique et que
je sais qu’il m’est impossible d’éviter la personne, je connais la
solution. Je pense que nous connaissons presque tous de telles gens :
cette personne agaçante qui donne une trop longue étreinte ou qui ne
laisse jamais aller votre main, ou encore le vampire émotionnel
classique qui veut toujours être tenu, caressé et adoré. Donc, je
m’ancre en moi mentalement, comme je le fais lorsque je soulève des
poids lourds ou que j’imagine ce que ferait un adepte des arts
martiaux avant de donner un coup de pied.
Une fois que je suis « ancrée », je visualise l’aura de la personne qui
m’agace. Je la vois tendre la main, puis j’imagine que les miennes la
repoussent poliment, mais fermement. Je lui envoie une petite poussée
énergique. Ce n’est pas une gifle ; c’est une petite secousse avec
fermeté. Je soulève l’énergie de mon plexus solaire, et je la visualise
alors qu’elle repousse les informations psychiques indésirables de
l’autre personne.
Parfois, la personne agaçante est sensible et peut remarquer la
poussée ; si c’est le cas, elle me relâchera plus rapidement. La gamme
de réactions varie grandement : surprise, horreur, confusion — ma
préférence personnelle. On retrouve aussi parfois la feinte de
sentiments blessés chez un vampire émotionnel qui savait qu’il
s’imposait sur le plan émotionnel et qui comprend que vous l’avez
simplement éconduit. Et vous savez quoi ? Je peux vivre avec cette
situation. Le simple fait d’être doté de la capacité de clairvoyance ne
signifie pas que vous êtes obligé de supporter les informations
personnelles de tout le monde ou un vampirisme psychique
inapproprié.
La plupart du temps, la technique qui consiste à s’ancrer, à
repousser et à bloquer fonctionne assez bien pour moi. Mais si ce n’est
pas le cas pour une raison quelconque, je me contente de laisser
n’importe quelle information psychique indésirable me submerger
pour ensuite se briser au loin derrière moi. Cette vague tend à laisser
derrière un peu de résidus ou des impressions diffuses que j’ignore
stoïquement. Normalement, quelqu’un doit être assez insistant ou
désagréable pour que je ne sois pas en mesure de le bloquer.
Honnêtement, lorsqu’il s’agit d’une poignée de main rapide,
impersonnelle ou professionnelle pour saluer ou même l’occasionnelle
accolade, vous pouvez facilement bloquer toutes les impressions
psychiques. Seules les personnes détestables et émotionnellement
manipulatrices — qui tentent de s’accrocher pendant un laps de temps
plus long que celui considéré comme socialement acceptable — posent
problème pour la plupart des voyants. Servez-vous de la technique
qui consiste à s’ancrer, à repousser et à bloquer. Vous pouvez utiliser
cette technique sans le faire méchamment sur le plan énergétique.
Soyez simplement poli et ferme. Cela fonctionne à merveille.

La pratique de la clairtangence, pour n’importe qui ?


(C’est plus facile que vous le croyez !)

Récemment, j’étais conférencière vedette lors d’un grand événement,


et l’un des sujets que j’ai abordés était les capacités psychiques et la
façon de reconnaître le type que vous possédez. Pendant que
j’expliquais la clairtangence, j’ai promené mon regard sur la foule de
quelques centaines de personnes afin d’évaluer leur compréhension.
Elles semblaient saisir le concept, mais elles ne comprenaient pas
comment elles pouvaient s’en servir pour reconnaître leurs propres
capacités psychiques. Alors, j’ai annoncé que j’allais leur fournir une
occasion de voir par eux-mêmes comment fonctionnait la
clairtangence et comment elle s’intégrait à d’autres capacités
psychiques. J’ai retiré l’une de mes bagues, et j’ai parcouru la foule des
yeux.
Il y avait un type sympathique au visage amical qui était assis près
de l’allée et qui avait écouté très attentivement la conférence. Je me
suis approchée de lui et lui ai demandé avec quelle main il écrivait. Il
était gaucher, alors je lui ai demandé de tendre sa main droite. J’ai
expliqué que la main avec laquelle on écrit est considérée comme une
main dominante et projective, tandis que l’autre est considérée comme
une main réceptive — c’est la meilleure pour recevoir des impressions
psychiques.
Je lui ai dit que je voulais qu’il referme sa main réceptive autour de
l’anneau et qu’il me dise ensuite ce qui surgissait dans son esprit.
Qu’avait-il vu, connu, entendu ou ressenti ? La pièce était silencieuse,
et le type a hésité. Il était de toute évidence très nerveux. Je lui ai
souri, et je lui ai dit de se détendre et d’éviter de réfléchir. Il s’est
crispé encore plus. Puis d’un air taquin, j’ai claqué mes doigts devant
son visage, et il a sursauté. Je me suis penchée, lui ai souri et lui ai dit :
« Détendez-vous ; je n’ai mordu personne de toute la journée. » Ces
mots l’ont fait rire, puis il a écarquillé les yeux.
L’air surpris, il a dit : « Mari, cadeau, amour, souvenir. »
Je lui ai souri, et je lui ai demandé s’il connaissait, entendait,
ressentait ou voyait ces mots. Il m’a dit qu’il savait qu’ils étaient
appropriés et qu’ils avaient tout simplement surgi dans son esprit. J’ai
poursuivi en demandant s’il y avait une émotion attachée à
l’information. Il a dit non. Il semblait stupéfait par ce qu’il venait de
faire, et je lui ai dit de rester assis.
Puis j’ai choisi au hasard une femme quelques rangées plus loin. Je
lui ai demandé d’ouvrir sa main réceptive. Ses réflexions ont été : «
Bleu, océan, romance, amour. » Elle a dit qu’elle avait vu et ressenti
ces mots.
J’ai remis l’anneau à une troisième personne, qui a dit : «
Anniversaire et surprise. » Il a annoncé qu’il avait vu une image ou
une scène brumeuse se jouer dans sa tête.
J’ai repris l’anneau, et j’ai dit à la foule que la bague sertie d’une
perle était un cadeau que m’avait offert mon mari pour notre
trentième anniversaire de mariage. Il m’avait surprise en me l’offrant
au moment où nous étions sur la plage en Floride. Et j’ai ajouté que ce
voyage était demeuré l’un de nos souvenirs préférés.
Les gens dans la foule ont été stupéfaits de découvrir à quel point
ces trois personnes avaient donné des réponses justes, chacune à leur
manière. J’ai utilisé cet exemple comme une occasion de montrer
comment les commentaires des trois personnes indiquaient le champ
de leurs capacités psychiques les plus fortes.
Jetez un coup d’œil aux commentaires du premier homme. Il a dit
qu’il savait que les mots étaient appropriés, sans liens émotionnels, et
qu’ils avaient surgi dans sa tête. C’est de la claircognizance/intuition,
et ce qu’il a dit était très juste aussi, pourrais-je ajouter. La deuxième
personne a utilisé des mots visuels et émotionnels par nature. Elle a
également ajouté qu’elle avait vu et ressenti ces mots, ce qui signifie
qu’elle employait à la fois la clairvoyance et la
clairsentience/empathie psychique. Finalement, notre dernier
volontaire a réellement raffiné la compréhension avec deux mots, et il
a fait remarquer qu’il avait vu une image d’une scène dans son esprit ;
il a donc utilisé la clairvoyance. Il a même enchaîné avec un autre
commentaire après mon explication des résultats à la foule. Il m’a
demandé si je portais une robe verte quand j’ai reçu l’anneau. Je
portais un maillot de bain, et nous étions assis sur la plage, regardant
l’océan.
Après l’événement, à mon retour à la maison, je suis allée jeter un
coup d’œil à l’album de découpures que j’avais confectionné sur notre
voyage d’anniversaire, et j’ai sursauté quand j’ai constaté que les
chaises de plage où nous étions assis quand mon mari m’a offert cet
anneau étaient, en fait, vert foncé. Wow ! C’était là le vert qu’il avait
vu. J’ai déjà dit que les clairvoyants ont tendance à être attirés par les
couleurs — en voilà un exemple parfait.
Un bon moyen d’empêcher ces gens de s’attacher au processus était
de les prendre au dépourvu. Ils ont tout simplement dit les premières
choses qui leur sont venues à l’esprit, et chacune de leurs réponses
avait été juste. C’était amusant de les observer alors qu’ils
découvraient quelque chose de nouveau sur eux-mêmes. Faites-en
aussi l’essai. Amusez-vous et détendez-vous ; l’exercice fonctionne
vraiment mieux ainsi. La clairtangence est une capacité psychique
fascinante, et prendre le temps de la développer et de la pratiquer en
vaut la peine.
Si vous êtes né pour être médium, vous ne
vous demanderez pas si vous l’êtes ; vous le saurez.
— John Edward, Infinite Quest

Chapitre 4

La médiumnité

La médiumnité est un sujet très populaire de nos jours. Grâce à la


téléréalité, beaucoup de gens aiment inclure le terme médium sur leur
liste d’accomplissements psychiques. Mais la médiumnité n’est pas
une compétence qui s’acquiert juste comme ça. Ce n’est pas en lisant
deux ou trois livres que vous devenez médium du jour au lendemain.
Vous ne pouvez pas non plus copier les termes et le style d’un
médium à la télévision et vous transformer en médium. Cela ne
fonctionne simplement pas ainsi.
Pourquoi est-ce que j’écris sur le sujet, alors ? Parce que je crois qu’il
est grand temps de rendre disponible de l’information directe,
honnête et utile sur la médiumnité. Alors, préparez-vous ; si vous
voulez comprendre ce qu’est la médiumnité, soyez prêt à faire face à
la réalité. Je suis sur le point de faire une déclaration très audacieuse
qui peut agacer ou enthousiasmer beaucoup de gens : êtes-vous prêt ?
Quand il est question de médiumnité, soit vous êtes un médium, soit vous
n’en êtes pas un.
Si vous êtes doté de cette capacité innée, vous serez en mesure de
vous en servir. Ce n’est pas une capacité psychique facile ou
nécessairement plaisante à exercer. C’est émotionnel, brut et parfois
bouleversant.
Pendant de nombreuses années, j’ai cru que les informations que je
recevais pendant une lecture en me servant de ma clairtangence
étaient purement postcognitives, car je voyais, connaissais et
ressentais les souvenirs du client, et il m’arrivait même parfois
d’entendre les noms de ses proches. J’ai cru qu’il ne s’agissait que de
cela — de simples informations postcognitives. Lorsque les clients ont
commencé à me désigner comme une médium, j’ai trouvé secrètement
cela très drôle. Vous devez comprendre qu’au début des années 1990,
les foires de voyance étaient des événements pittoresques réunissant
de nombreux personnages intéressants. Certains voyants portaient
même des turbans ! Et voilà que j’étais assise, moi, une jeune femme à
la fin de la vingtaine à l’apparence aussi normale que la journée était
longue. Puis, alors que j’étais bien occupée à rire du fait d’être une
voyante postcognitive à laquelle on avait attribué accidentellement le
nom de médium, il s’est produit une chose amusante. La capacité a
commencé à se développer. Aucun turban requis. Obstinée, j’ai refusé
de m’avouer ce qui m’arrivait. Je me disais que c’était de la
postcognition, rien de plus.
Bien des années ont passé. J’étais en mode auteure à temps plein, et
à l’occasion, lorsque je participais à un événement d’auteurs, je
recevais des requêtes pour réaliser des lectures de clairvoyance. Si
mon horaire le permettait, je le faisais, parce que je croyais qu’il
s’agissait d’un bon moyen de maintenir mes capacités psychiques
solides et affutées. Il y a environ huit ans, je tenais la main d’une
cliente pour une lecture, et elle a exigé — non, exigé — que j’essaie de
contacter sa mère décédée.
L’ultimatum m’a un peu surprise. Je me souviens de lui avoir
demandé ce qui l’avait incitée à croire que je pouvais simplement «
communiquer » avec sa mère pour elle. Elle m’a répondu qu’elle avait
entendu ses amis dire que j’étais une sorcière. « Après tout, qui
pourrait bien être mieux placé qu’une sorcière pour parler avec les
morts ? » a-t-elle demandé. Je me souviens d’avoir commencé à rigoler
sans pouvoir me retenir ; c’était inexact, mais en plus, cela m’a paru
être une très hilarante présomption digne d’Hollywood. Bon sang !
La cliente a monté le ton et a réitéré sa requête. Puis elle a posé un
geste fatidique. Elle s’est penchée vers moi — envahissant ainsi mon
espace personnel —, elle m’a serré la main trop fort et m’a tirée d’un
coup sec de l’autre côté de la table.
Son comportement et ses gestes m’ont vraiment mise en colère, et
j’ai eu de la difficulté à garder mon sang-froid. J’ai baissé la voix, je l’ai
regardée droit dans les yeux, et je lui ai demandé fermement de
relâcher sa poigne. Je ne souriais pas pendant que je m’adressais à elle,
et elle a écarquillé les yeux. Toutefois, on aurait dit un chien en train
de ronger un os. Elle a évidemment cru que puisque j’étais à sa
disposition, elle en aurait pour son argent.
J’ai essayé d’agir aussi professionnellement que possible alors
qu’elle m’écrabouillait les doigts. Je l’ai informée du fait que mes
opinions religieuses personnelles n’avaient rien à voir avec mes
capacités de voyance et que communiquer avec sa mère n’était pas du
tout comme chercher une personne dans un annuaire téléphonique de
type « livre des morts ».
Pendant que je livrais un court combat avec mes nerfs, un flot
d’information psychique m’est parvenu. Lorsque des capacités
psychiques s’accompagnent d’une forte émotion, le volume a
tendance à augmenter, qui que vous soyez. Ainsi, si vous êtes en
colère, frustré ou bouleversé, attendez-vous à ce que les capacités
psychiques s’emballent à plein régime.
C’était la première fois que j’étais en colère contre une cliente, et ce
jour-là, à ma grande surprise, j’ai découvert que si je m’énervais,
l’information psychique me parvenait plus intensément et plus
rapidement que jamais. J’ai inspiré profondément, et j’ai essayé de
demeurer calme tout en laissant les informations psychiques intenses
de la cliente impolie m’envahir. Plus par accident que délibérément, je
me souviens d’avoir fermé les yeux et d’avoir pensé : « D’accord, il y a
quelqu’un dans l’Au-delà qui a quelque chose à dire et qui est
connecté à cette femme ? »
Instantanément, j’ai eu l’impression visuelle d’un couple âgé
debout, bras dessus bras dessous, devant une maison de banlieue. J’ai
compris que j’étais en train d’observer le passé en me fiant au style de
vêtements que les personnes portaient et parce qu’il y avait une
voiture des années 1950 à côté d’elles. L’homme et la femme riaient
tellement qu’ils essuyaient des larmes sur leurs visages. J’ai aussi
recueilli des informations indiquant qu’ils pouvaient être de proches
parents. Puis j’ai entendu dans mon esprit les mots « tante » et « oncle
».
J’ai reçu ces mots de la part du couple :
— Elle a toujours été exigeante, ma chère. Ne le prenez pas
personnellement.
Cela m’a bouleversée. J’étais habituée à voir les souvenirs d’un
client, ce qui serait techniquement désigné comme une expérience
postcognitive grâce à la capacité de clairvoyance, mais c’était la
première fois que des souvenirs me répondaient ou interagissaient
avec moi. « Oh, merde ! », me suis-je dit alors.
J’ai ressenti une chaleur provenant du couple — il y avait vraiment
une présence physique ici —, et cela ressemblait vraiment à une
étreinte. J’étais stupéfaite. Rapidement, avant de perdre le contact, je
leur ai demandé dans mon esprit :
— Montrez-moi quelque chose que je pourrais lui transmettre.
Ils se sont mis à rire, et tout à coup, j’ai vu une enfant tomber. Puis
j’ai aperçu la même enfant qui se tenait là avec un plâtre sur son bras.
Ensuite, ils m’ont montré l’ancienne voiture qui était garée dans l’allée
à côté d’eux. Tout ce temps, l’homme et la femme se tenaient bras
dessus bras dessous ; de toute évidence, ils formaient une paire
soudée, même dans l’Au-delà. Ils rayonnaient de chaleur et d’amour.
C’était incroyable.
Alors qu’ils me souriaient, j’ai vu l’homme me faire un clin d’œil
tandis qu’ils me montraient tous les deux l’aventure de leur nièce
quand elle habitait chez eux il y a de nombreuses années. Je me suis
mise à rire. Ce couple semblait avoir du plaisir à revendre. Ce qu’ils
me montraient était un peu difficile à comprendre au début, alors
avant de perdre la connexion, j’ai commencé à raconter à la cliente ce
que je recueillais. J’ai décrit ce que je voyais, et je lui ai demandé si ces
choses lui étaient familières. La cliente s’est retournée, elle m’a lâché la
main, puis elle s’est mise à rire sans retenue.
En fait, lorsque la cliente était une petite fille, elle était allée chez sa
tante et son oncle pour un week-end. Elle jouait dans leur voiture
garée dans l’allée, et d’une façon ou d’une autre, elle avait mis la
voiture au point mort. Puis elle était tombée dans l’allée par la porte
ouverte et s’était cassé le bras. Apparemment, sa mère avait été
furieuse que l’incident soit arrivé pendant qu’elle était sous la garde
de membres de la famille. Mais cette histoire commençant par « Te
souviens-tu de la fois où tu es tombée de la voiture et t’es cassé le bras
? » était apparemment une des préférées de la famille.
Pendant que ma cliente riait jusqu’à finir par pleurer parce que sa
tante et son oncle lui avaient rendu visite, dans mon esprit, je les ai
vus faire un signe d’au revoir, et je les ai entendus me dire merci. J’ai
remarqué qu’ils semblaient lointains et déformés, comme s’ils étaient
sous l’eau. Cette distorsion du son m’empêchait quelque peu
d’entendre tout ce qu’ils disaient. Je me suis alors demandé si c’était la
raison pour laquelle j’avais plus de difficulté avec la clairaudience.
C’était très intéressant.
Et c’était la première fois que je recevais ce qui me semblait être le
souvenir de quelqu’un d’autre qui me répondait. Il s’est avéré que ce
n’était nullement un souvenir. Il y avait là de vraies personnalités, une
présence très affectueuse et remplie d’humour. C’est à ce moment que
j’ai pris conscience du fait que je venais de vivre ma première
véritable expérience de médiumnité.
Alors, pourquoi cette lecture postcognitive s’est-elle transformée en
une lecture médiumnique ? Une question d’humeur. Comme je me
suis sérieusement fâchée ce jour-là, j’ai oublié d’éviter de chercher
trop profondément. Alors que j’étais généralement très prudente
concernant l’étendue de ce que je me permettais de voir lorsque je
tenais la main d’un client, le fait d’être en colère contre une cliente qui
me serrait brutalement la main et me tirait de l’autre côté de la table a
modifié le cours des choses.
Ces premières présences qui me sont apparues étaient amusantes et
nous ont fait bien rire, ma cliente et moi. Je me souviendrai toujours
de cette lecture avec beaucoup de tendresse — pas parce que j’ai été
malmenée par une cliente, mais parce que les premières personnes
contactées de l’Autre Côté étaient charmantes, chaleureuses et
vraiment drôles. C’est souvent de la manière la plus inhabituelle
qu’on apprend les meilleures leçons.

Merde ! Je peux parler aux morts ?


Venons-en à la mécanique

Au fil des années, j’ai pratiqué mes capacités médiumniques chaque


fois que l’occasion se présentait. À mesure que s’affinait ma capacité,
j’ai mené des recherches plus approfondies pour comprendre le
fonctionnement exact s’appliquant aux autres. Et comme je l’ai dit
dans l’introduction, cette recherche d’information a été un fiasco. Je ne
voulais pas faire la lecture fastidieuse des croyances religieuses
d’autres personnes. Ce que je voulais saisir, c’était le mécanisme.
En outre, je tiens à expliquer à ce moment-ci mon choix en matière
de terminologie. Habituellement, je donne le nom de présences aux
gens ou aux personnalités que je rencontre de l’Autre Côté lorsque je
fais des lectures médiumniques. Cela me permet de les distinguer
d’un fantôme ou d’un esprit qui réside sur le plan physique, comme
dans une apparition. Les présences auxquelles je me connecte pendant
une lecture de type médiumnique ne se trouvent pas ici sur le plan
terrestre. Un médium agit comme un pont entre notre plan physique
et l’autre royaume — l’outre-tombe.
Voici les étapes d’une lecture de type médiumnique :

• Demandez d’abord la permission de toucher la main du client.


• Tenez la main du client.
• Fermez les yeux et ralentissez votre respiration.
• Ancrez-vous et recentrez votre énergie personnelle.
• Portez votre attention sur la zone de votre troisième œil.
• Sentez la main de la personne dans la vôtre, et établissez la
connexion psychique à l’aide de la clairtangence.
• Attendez le clic intérieur ou un soudain « pop » cognitif, et prenez
conscience de ce que vous expérimentez sur le plan postcognitif.
• Laissez se manifester l’information psychique ; il se peut que vous
soyez en mesure de voir, ressentir, connaître ou entendre sur le
plan psychique.
• Transmettez l’information au client.
• Si vous rencontrez une présence réelle, demandez silencieusement
de quelle manière cette présence est liée au client.
• Recueillez des informations — images, noms, émotions,
connaissances — de cette présence pour les relayer au client.
• Jetez un coup d’œil autour de la présence. A-t-elle emmené
quelqu’un ?
• Lorsque cette présence et vous-même avez fini de parler,
remerciez-la silencieusement et encouragez la présence visiteuse à
retourner de l’Autre Côté et à être en paix.

Voilà la base du fonctionnement ; le reste n’est que capacité et


pratique — beaucoup, beaucoup de pratique.
Avec le temps, j’ai commencé à me lancer des défis. Bientôt, en me
servant de la clairtangence — ou toucher psychique —, j’ai pu faire
des lectures médiumniques sans avoir à réamorcer le processus. On
aurait dit qu’une fois que j’avais assimilé la voie mentale, elle devenait
plus facile et plus familière chaque fois que je l’empruntais.
Une des choses les plus intéressantes que j’ai découvertes, c’est que
votre propre personnalité donne le ton d’une lecture médiumnique.
J’entends par là que le genre d’individu que vous êtes détermine le
type de lecture médiumnique que vous ferez et le genre de
personnages que vous attirez de l’Autre Côté. Par exemple, j’utilise
l’humour lorsque j’écris et que j’enseigne. Je suis drôle, et je l’ai
toujours été. Je peux l’affirmer sans narcissisme. De plus, la famille est
d’une importance vitale pour moi, et j’ai tendance à communiquer
avec des gens de l’Autre Côté qui éprouvent un fort sentiment
d’amour pour leur famille vivante et qui sont dotés d’un sacré bon
sens de l’humour.
Souvent, ces présences trouvent une façon très drôle d’attirer mon
attention. Je ne peux pas compter le nombre de fois au cours des
années où j’ai dû dire aux clients : « Wow, ça va vous sembler
vraiment bizarre, mais comprenez-vous ce que ceci veut dire ? » Et «
ceci » correspond généralement à une image bizarre ou aléatoire.
J’ignore si je suis soulagée ou ravie lorsque cela est accueilli par un
air de stupéfaction suivi d’un rire alors que mes clients reconnaissent
ce que la présence de l’Autre Côté cherche à m’indiquer, peu importe
de quoi il s’agit. En vérité, si les clients commencent à rire, ils se
détendent, ce qui me permet d’« entrer » plus profondément et
d’obtenir des informations plus précises et plus claires pendant que je
poursuis ma lecture.
Pour cette raison, lorsque j’effectue une lecture médiumnique, mes
clients ont tendance à être plus chaleureux ; les informations que je
leur communique sont généralement axées sur leur famille ou leurs
amis les plus proches. Cela fait rire les clients, qui se sentent bien. Bien
sûr, il y a souvent des larmes, puisqu’il y a toujours une dimension
émotionnelle dans la connexion avec une personne décédée, mais il y
a aussi de l’amour et des rires.
C’est très important pour moi en tant que voyante et comme être
humain en général. Lors d’une lecture médiumnique, si vous menez
l’exercice avec amour et riez un peu avec un client, ce sera toujours
une combinaison gagnante.

Lectures médiumniques dans une foule :


avons-nous du plaisir ou quoi ?

Disons que vous vous sentez déjà assez confiant comme médium et
que vous êtes prêt et impatient de vous exercer à la lecture pour une
foule, tout comme le font les médiums à la télévision. Si vous
envisagez une gloire du style téléréalité… Attendez un peu,
partenaire. Les lectures médiumniques ne doivent jamais avoir pour
but de vous faire bien paraître ni servir une quête de renommée et de
fortune. Si vous vous engagez sur cette pente dans le but de satisfaire
votre ego, je peux dès maintenant vous affirmer que vous vous dirigez
vers l’autodestruction.
Comme médium, votre objectif est de transmettre des informations
à votre client. Vous êtes là pour les aider à tourner la page, pour les
guider dans une traversée constructive du processus de deuil et
surtout pour faciliter leur guérison émotionnelle. Vous ne pouvez pas
accomplir efficacement un acte de médiumnité si votre ego est de la
partie.
Lorsque vous réaliserez des lectures de style médiumnique, les
émotions seront à leur comble. Il faut vous y attendre et vous y
préparer mentalement ; examinez avec attention les ramifications de
ce que vous dites à votre client. Voici encore une autre raison pour
laquelle j’emploie l’humour dans des lectures médiumniques : le rire
favorise la guérison. Soyez délicat et compatissant. Les lectures
médiumniques ne doivent être réalisées qu’au bénéfice des autres et
de façon à ne nuire à personne.
Voici une autre chose à considérer. Lorsque vous effectuez des
lectures médiumniques dans une foule, vous feriez bien d’être au
sommet de votre forme, mon ami. J’entends par là que dans votre
palette, vous devriez avoir la patience d’un saint, l’humour d’un
humoriste et les nerfs d’acier d’un professeur d’éducation physique
dans une école secondaire. Car vous ne savez jamais qui vous
rencontrerez ni sur quoi vous pourrez tomber.
Voici un élément d’information au sujet duquel la plupart des
voyants et des médiums professionnels ne seront pas d’accord :
réaliser des lectures médiumniques dans une salle remplie de gens qui
sont tous concentrés sur vous est une sinécure ! Tout ce que vous avez
à faire, c’est utiliser votre propre énergie et vous ouvrir pour trouver
l’énergie psychique la plus forte et la plus compatible — la personne
avec laquelle il est le plus facile de vous connecter.
Examinez bien les gens dans la salle. Lorsque vous la verrez, vous
reconnaîtrez la personne pour laquelle il est le plus facile de faire une
lecture. Il se peut que vous la connaissiez par la vue — clairvoyance.
Si vous êtes clairaudient, vous entendrez peut-être votre voix
intérieure dire : « Celle-là ». Vous la reconnaîtrez peut-être par la
sensation qu’elle produira sur vous — clairsentience —, ou vous
saurez tout simplement avec la claircognizance/intuition quelle
énergie vous attire le plus sur le plan psychique. Une fois que vous
vous êtes connecté à son énergie, concentrez-vous sur cette personne,
et laissez-vous pénétrer de son expérience postcognitive. Essayez de
vous servir des étapes décrites précédemment.
En général, la lecture médiumnique la plus facile à faire dans une
foule aura pour objet quelqu’un qui est ouvert, excité et curieux. Ou,
paradoxalement, s’il y a un sceptique dans le groupe, il émanera peut-
être de lui de si fortes informations psychiques que vous les
recueillerez de toute manière. Ce choix tombe dans la catégorie « Je
crois que vous protestez trop2 ». Ce sont parfois les plus grands
sceptiques qui cherchent désespérément une preuve du fait qu’ils ont
tort, alors ne soyez pas surpris si vous vous sentez attiré par eux.
L’autre chose intéressante susceptible de se produire au cours de
lectures médiumniques dans une foule est que vous pouvez
également capter de l’information des personnes assises à côté de celle
que vous lisez. Ces autres personnes n’ont peut-être pas de lien avec
la personne qui est l’objet de votre lecture — sauf leur proximité
physique à l’autre et leur participation au même événement.
Permettez-moi de vous montrer ce que je veux dire…

Un incident amusant s’est produit


durant une lecture de groupe

L’an dernier, j’étais en tournée pour donner des conférences sur les
capacités psychiques — particulièrement sur la réalisation de lectures
pour le public. La conférence portait sur le tarot et les lectures
psychiques pour les clients les plus difficiles, sur l’éthique de la
médiumnité et sur la démonstration d’une lecture médiumnique pour
une personne dans la foule.
Ce jour-là, il y avait dans la foule un homme d’âge moyen qui,
pendant toute la conférence, n’avait cessé de me fixer. Sa femme était
captivée par la causerie, mais je pouvais voir clairement qu’il était là
simplement pour faire plaisir à sa femme. Il roulait des yeux vers moi
et souriait d’un air narquois si souvent que j’ai commencé à
m’énerver. Mais il n’était pas question d’essayer de l’impressionner
ou de lui prouver qu’il avait tort simplement parce que j’en étais
capable, alors je l’ai bloqué du mieux que j’ai pu.
Lorsque le moment de la démonstration sur la médiumnité est
arrivé, je me suis ouverte pour trouver l’énergie la plus compatible et
la plus facile à lire. Je me suis promenée dans les rangées où la foule
était assise, ce qui m’a amenée à me rapprocher de l’homme sceptique,
qui était assis près de l’allée.
Alors que je sollicitais énergétiquement tous mes sens, j’ai
immédiatement perçu que le père du sceptique était décédé un an
plus tôt. Immédiatement, je me suis dit que je ne m’aventurerais pas là-
dedans. Alors, je l’ai ignoré, et j’ai continué à chercher.
Cela n’a servi à rien. J’ai débattu avec moi-même en silence, et j’ai
continué à chercher une meilleure personne pour la lecture. Et vous
savez quoi ? La légère traction que j’avais ressentie vers ce monsieur
était très forte — trop pour que je l’ignore. C’était parfait : il fallait que
je sois attirée par le sceptique. Parfois, le statut de médium est
vraiment emmerdant.
Mentalement, j’ai soupiré et me suis préparée, puis j’ai regardé
l’homme droit dans les yeux. Il a réagi en souriant et en se redressant,
son attention rivée sur moi. Eh bien, au moins, il était curieux. Quand
il a souri, j’ai senti ce clic intérieur. « Je t’ai eu », me suis-je dit. Je lui ai
poliment demandé son nom. Nous l’appellerons Ralph, aux fins de
cette histoire.
J’ai dit à Ralph : « Je vais vous poser quelques questions dans cette
lecture. Je veux que vous répondiez par oui ou non, ou alors que vous
donniez des réponses très courtes et précises. Comprenez-vous ? »
Ralph a accepté, et sa femme a poussé un petit cri perçant tellement
elle était excitée.
Il m’a répondu de me lancer en ajoutant que de toute façon, il ne
croyait pas à ces trucs-là.
Ensuite, il s’est joint les bras derrière la tête et s’est adossé à sa
chaise, comme pour illustrer à quel point il n’y croyait pas. Pendant
que son épouse se tortillait parce qu’elle était vraiment mal à l’aise, j’ai
continué d’examiner Ralph.
Il bluffait. Grâce à ma clairsentience/empathie psychique, je sentais
qu’il souffrait à cause de la perte de son père et que cette attitude qu’il
adoptait n’était qu’une façade pour dissimuler sa peine. Ensuite, j’ai
entendu quelqu’un dans la foule faire un commentaire à propos du
fait qu’il s’agissait d’une excellente démonstration de lecture pour des
personnes difficiles. La foule s’est mise à rire un peu, et Ralph s’est
simplement calé contre sa chaise et m’a lancé un regard sans
équivoque : il me mettait au défi.
Plus j’examinais Ralph, plus la traction depuis l’Autre Côté était
forte. C’était sans aucun doute une force masculine, et elle était
assurément paternelle. Ce devait être le papa de Ralph. Dans mon
esprit, j’ai demandé à la présence d’être patiente et lui ai dit que je
communiquerais avec son fils pour elle. En réponse, j’ai senti un léger
flux de chaleur, et j’ai su que j’avais le feu vert. J’ai dit à Ralph : « Vous
avez perdu votre père au cours de la dernière année. »
Je ne lui posais pas la question. Je l’affirmais comme si c’était un fait.
Il a admis que c’était vrai, et son sourire narquois l’a quitté.
Dans la salle de conférence, la foule s’est faite silencieuse.
Je n’ai pas perdu de temps à jubiler. Je me suis mise au travail. J’ai
commencé par décrire la présence que je sentais et que je voyais, puis
je lui ai demandé si son père avait des frères avec lui de l’Autre Côté.
Je lui ai donné le nom de l’un de ses oncles. Maintenant, Ralph était
assis bien droit sur sa chaise et gardait ses yeux rivés sur moi.
J’avais du mal à obtenir le nom de son père. Alors que je pouvais
décrire la couleur de son teint, sa carrure et sa personnalité —
information que j’ai transmise à Ralph —, pour plus de clarté, j’ai
demandé le nom de son père. Une fois que j’ai obtenu le nom — nous
désignerons le père de Ralph sous le nom de George —, le vrai déluge
d’information psychique a commencé.
J’ai dit à Ralph que son père me montrait de nombreux chapeaux
différents. Il en enlevait un et en mettait un autre. Puis la présence de
George m’a fait un clin d’œil et m’a appelée « ma belle ».
J’ai relayé l’information à Ralph, et sa femme a commencé à pleurer.
C’était apparemment le nom que donnait George à la femme de
Ralph. J’ai demandé à Ralph si son père était un « homme aux
nombreux chapeaux », s’il avait occupé beaucoup d’emplois différents
dans sa vie, car George continuait de me montrer de plus en plus de
types différents de chapeaux — cowboy, fedora, casquette de baseball,
etc. Et je devenais vraiment confuse.
Ralph m’a alors dit que le truc des « nombreux chapeaux » était
faux. Puis il a croisé les bras sur sa poitrine dans une attitude
défensive, et il s’est refermé. Aucune aide possible de ce côté. Ralph
avait admis que j’avais raison sur tout le reste, mais que le truc des
chapeaux n’avait aucun sens. J’ai été déconcertée pendant un moment,
puis la présence de George m’a donné un petit coup et a fait avancer
un jeune homme avec lui. J’ai eu l’impression que le jeune homme
avait besoin de l’aide de quelqu’un pour communiquer. Selon moi,
cela signifiait qu’il venait tout juste d’arriver de l’Autre Côté.
Je me suis donc arrêtée, et j’ai reporté mon attention sur cette
nouvelle présence. Il me fallait être très prudente et puiser dans toutes
mes réserves de tact. Très prudemment et aussi doucement que
possible, j’ai demandé à la femme de Ralph s’ils avaient récemment
perdu un jeune homme dans leur famille. J’ai expliqué qu’il s’agissait
d’un adolescent dont le décès était très récent et remontait à environ
une semaine. Elle a hoché la tête négativement, et Ralph a levé les
mains avec un air de dégoût.
J’ai fermé les yeux et me suis concentrée sur cette présence plus
jeune. Effectivement, George entourait de son bras la silhouette d’un
jeune homme, et alors qu’ils s’approchaient tous les deux de moi, j’ai
vu que le jeune homme portait un habit et qu’il ne cessait de pointer
ses cheveux tout en souriant — comme s’il y avait quelque chose sur
le côté de sa tête. J’ai eu l’impression d’un motif rasé dans ses
cheveux. La présence du jeune homme était rayonnante, et j’ai eu le
souffle coupé en voyant à quel point il était paisible et heureux.
Je savais que j’avais raison au sujet du père de Ralph, alors que se
passait-il ici ? Eh bien, la vérité est que le vieux George aux nombreux
chapeaux agissait comme un guide, mais que la personne qu’il guidait
restait un mystère.
Puis, dans la foule, une voix calme et féminine s’est mise à parler et
a dit : « Excusez-moi ? »
Une femme agitait la main dans ma direction. Elle a alors ajouté
avec un sourire tremblant qu’elle pensait que je décrivais son neveu.
Elle était assise juste à côté de l’épouse de Ralph le sceptique. Je lui
ai demandé de me donner le nom de son neveu, ce qu’elle a fait.
J’ai silencieusement demandé à la présence si c’était son nom. Le
jeune homme a souri et s’est connecté fermement à moi tandis que la
présence du père de Ralph reculait. J’ai regardé la femme, et je lui ai
dit ce que j’avais vu au sujet de l’habit et de ses cheveux.
Elle a commencé à pleurer pendant qu’elle expliquait qu’il avait
effectivement un motif rasé dans ses cheveux. Puis le jeune homme
s’est à nouveau pointé la tête, et j’ai ressenti une vive douleur. Avec
délicatesse, j’ai transmis à la femme ce que je voyais et ressentais. Elle
a confirmé que son neveu avait été victime d’un coup de feu tiré d’une
voiture en marche. Il avait été atteint à la tête. Il n’avait que 16 ans
quand il était mort. Sa famille l’avait enterré la semaine précédente
dans son tout nouvel habit.
La présence du jeune homme m’a communiqué d’autres
informations, et j’ai commencé à rire un peu alors qu’il me montrait
un gros chien très poilu à ses côtés. Je sentais réellement cette odeur
de chien mouillé. Le chien perdait aussi ses poils qui collaient au
costume du garçon. J’ai transmis cette information à la tante.
Il s’est avéré que ce gros chien rigolo était un animal de compagnie
bien-aimé décédé il y a un an. La tante du garçon a commencé à rire,
et elle m’a informée que peu importe à quel point ils lavaient ce chien,
l’odeur persistait, et ils trouvaient encore des poils de chien un an plus
tard. Elle a été touchée de voir que le chien était là avec lui. Je lui ai dit
que le jeune homme demandait à sa tante de transmettre les
informations de la lecture à sa mère, et aussi de dire à sa mère qu’il
l’aimait, qu’il était bien, et qu’il n’était pas seul.
Puis le chien, le jeune homme et le père de Ralph ont reculé. Je leur
ai envoyé silencieusement mes souhaits de bien-être et les ai
remerciés. Maintenant que la salle était calme, j’ai expliqué à la foule
qu’il arrive parfois que lorsque des gens sont assis ensemble, leur
énergie combinée fasse surgir plus d’une présence à un endroit où je
peux leur parler.
J’étais en train de terminer la conférence lorsque, de manière
imprévue, Ralph a levé brusquement la main et m’a interrompue en
exprimant soudainement sa pensée. C’est alors qu’il a dit, incrédule : «
Mon père avait une collection de chapeaux ! J’étais justement en train
de passer à travers hier, en essayant de décider quoi garder et quoi
jeter. Oh, mon Dieu, est-ce qu’il pourrait s’agir des nombreux
chapeaux que vous avez vus ? J’ai répondu oui sans broncher,
ajoutant : « Nombreux. Chapeaux. Une collection de chapeaux. Ça explique
tout. »
Quelques personnes autour de lui ont commencé à rire. J’ai essayé
de ne pas paraître agacée pendant que je poursuivais. J’ai alors dit à
Ralph que c’était le moyen qu’avait pris son père pour attirer mon
attention afin que je puisse lui communiquer quelque chose qui
prouverait que c’était vraiment lui.
La foule s’est déchaînée. Tout le monde s’est mis à rire. Ralph lui-
même a commencé à rire, et j’ai remarqué que son épouse avait posé
son bras autour de la femme à côté d’elle — la tante du jeune homme
que la présence de George avait guidé au-devant. Ces personnes ne
s’étaient jamais rencontrées auparavant, mais leurs proches s’étaient
réunis pour transmettre un message depuis l’Autre Côté.
Vous voyez ce que je veux dire quand je parle de la patience d’un
saint ? Il vous arrivera parfois d’avoir envie de vous frapper la tête
contre le mur tellement vous serez frustré lorsque les gens ne
reconnaîtront pas les indices que la présence de l’Autre Côté vous
relaie à leur intention. Mais avant d’afficher votre supériorité en
pensant à quel point vous êtes futé, arrêtez-vous. Rappelez-vous que
durant une lecture médiumnique, vous mettez la personne dans une
situation délicate. Il se pourrait qu’elle panique et ne réfléchisse pas à
ce que vous dites.
La moitié du temps, les gens vont se demander si vous êtes honnête.
Ils seront peut-être trop emballés ou émotifs à cause de l’information
que vous leur communiquerez. Ils se retrouveront en position de
faiblesse, et dans le feu de l’action, ils auront souvent des trous de
mémoire. Alors, faites de votre mieux pour demeurer patient. Soyez
toujours compatissant, et souvenez-vous qu’une touche d’humour
peut être efficace pour alléger bien des situations difficiles.

Enfin, considérez ceci…

S’il vous plaît, souvenez-vous que comme médium, c’est votre propre
personnalité qui dicte avec qui vous vous connecterez le mieux. Je l’ai
précisé plus tôt, mais il vaut la peine de le répéter. En outre, il est
important de prendre conscience que vous n’obtiendrez pas toujours
la venue d’un proche de l’Autre Côté selon les souhaits de votre client,
car il est possible que votre énergie ne soit simplement pas compatible
avec la personne décédée. C’est peut-être une chose difficile à
entendre, mais vous feriez bien de vous en souvenir. Vous n’avez pas
tous les pouvoirs. Ne promettez pas à un client que vous êtes capable
de parler à n’importe quel être cher avec lequel il souhaite entrer en
contact. Parfois, la personne avec laquelle un client veut communiquer
n’est pas celle dont il a vraiment besoin.
Une fois que vous avez établi le contact, c’est à vous de filtrer cette
présence. Pensez-y. Dans le cours normal de notre vie, nous ne
communiquons pas nos renseignements personnels à des inconnus
rencontrés par hasard. Certaines personnes commencent par vous
donner une mauvaise impression, ou bien vous ressentez une
aversion instantanée pour eux. Vous ne voudriez pas non plus forcer
un étranger à communiquer avec vous. Le même comportement dicté
par le bon sens devrait être appliqué aux présences de l’Autre Côté.
Soyez futé, et suivez vos instincts. Si vous vous sentez mal devant
cette présence, refusez de communiquer avec elle. Je sais que tout va
bien si je reçois une chaleureuse rafale d’énergie de la part d’une
présence. C’est une sensation chaleureuse qui donne l’impression
d’une légère étreinte ou d’un coup de hanche amical. De plus, je ne
m’ouvre pas depuis une position de faiblesse — au contraire. Je me
tiens la tête haute et fière, et j’émets une vibration qui laisse savoir à
l’Autre Côté que je ne tolérerai aucune absurdité. C’est comme une
version énergétique du regard qu’il m’arrive encore de lancer à mes
enfants adultes, un regard qui fait reculer mes deux fils qui font un
peu plus de 1,80 m. C’est le type d’énergie que l’on dégage en plaçant
les mains sur les hanches et qui suggère à notre interlocuteur de ne
pas faire le pitre. Vous connaissez le regard de la maman guerrière ?
C’est celui-là. Un regard aimant, mais ferme.
Durant une lecture médiumnique, vous devez demeurer ferme et
demander ensuite poliment s’il y a des proches de l’Autre Côté qui
sont connectés au client. Soyez toujours poli. Les manières comptent
ici, les amis. Demandez gentiment s’ils veulent se présenter
maintenant, puis voyez qui se manifeste. Si l’énergie vous paraît
correcte et si vous vous sentez à l’aise, vous pouvez continuer.
Je veux maintenant prendre un moment pour affirmer qu’il n’est
pas inhabituel d’obtenir des impressions d’animaux de compagnie
également décédés. Repérez-les lorsque vous établissez le contact avec
un être cher d’un client. La présence de l’animal ne vous parlera pas,
mais elle vous montrera sa personnalité et ses traits physiques. Ce
sont en quelque sorte des traits secondaires. J’ai découvert que les
informations sur les animaux de compagnie disparus des personnes
décédées sont un moyen d’obtenir une validation de la part d’un
client.
Aussi, vous devez être conscient du fait que le facteur temps a une
certaine importance quand il s’agit de lectures médiumniques. J’ai
rapidement compris qu’il semble y avoir un « espace mort » de temps
après le décès d’une personne. Je ne veux pas manquer d’égards, mais
c’est la meilleure façon que j’ai trouvée pour le décrire. En règle
générale, il faut entre six mois et un an pour qu’un individu s’adapte à
son séjour de l’Autre Côté et que vous puissiez facilement
communiquer avec lui. Je décrirais cela comme une période
d’adaptation pour ces gens, un moment où ils retrouvent leurs repères
et s’habituent à leur vie après la mort. Ensuite, s’ils y sont disposés et
si votre énergie est compatible avec la leur, ils peuvent choisir de se
manifester.
C’est vrai : ce sont eux qui choisissent. Vous ne forcez pas les
présences des défunts à communiquer avec vous. C’est aux présences
de le faire, alors gardez cela à l’esprit. Sinon, vous seriez l’équivalent
d’un tyran psychique.
Au cours des années, j’ai connu à l’occasion des exceptions à cette
règle générale de la période allant de six mois à un an. L’histoire que
je viens de décrire en faisait partie, celle d’une présence établie qui a
amené une nouvelle présence au-devant et de l’individu récemment
décédé voulant à tout prix transmettre un message au client — et non
l’inverse.
Un jour, alors que j’effectuais une lecture rapide de tarot pour un
client, une présence a commencé à me parler. Je l’entendais
clairement, et puisque la clairaudience est une chose que j’ai souvent
de la difficulté à discerner, ce contact m’a figée sur place. J’ai la
certitude que mon geste a dû paraître plutôt étrange aux yeux de la
femme et de ses amies, qui avaient insisté pour être présentes à sa
lecture de tarot : je me suis interrompue au beau milieu de ma phrase,
et je suis restée assise là, la tête inclinée d’un côté pendant que
j’écoutais.
Dans ce cas, la présence de l’Autre Côté voulait désespérément dire
à son amie qu’elle n’était pas responsable de son suicide. Bon sang, ce
n’était pas un message facile à transmettre. La présence était
déterminée à lui faire savoir que ce n’était pas sa faute, et l’homme a
insisté pour me dire qu’il serait incapable de s’engager dans sa vie
après la mort tant qu’il n’aurait pas éclairci cette situation.
Apparemment, son sentiment de culpabilité le bouleversait, et il
voulait que son amie soit en paix et cesse de se blâmer. C’était une
présence qui voulait désespérément trouver une résolution.
La conversation a été difficile. J’ai dû user de beaucoup de
délicatesse avec la cliente, qui avait l’impression que si seulement elle
était allée voir l’homme une heure plus tôt pour vérifier ce qu’il
faisait, elle aurait pu l’arrêter. Au début, elle a cru que ses amies
assises auprès d’elle durant la lecture l’avaient piégée. Ensuite, j’ai pu
lui transmettre de la part de l’ami récemment décédé plusieurs
anecdotes amusantes qu’elle était la seule à connaître. Cette présence a
continué en lui racontant une histoire drôle après l’autre jusqu’à ce
que la femme cesse de pleurer.
Au moment où elle a pris conscience de la vérité, elle a dit à voix
haute : « Ce n’était pas ma faute ; c’est lui qui voulait partir. » Cela a
fait reculer son ami décédé, et il est disparu. Je dois admettre que cela
a été une journée d’enfer.
Dans de rares situations comme celle-ci, vous aurez peut-être le
sentiment que, comme médium, vous êtes plus ou moins dans la
course. Mais d’après moi, si vous avez des capacités médiumniques,
vous devriez vous endurcir. Rien n’est gratuit, dans la vie. Un
médium qui s’est ouvert psychiquement, même pour une lecture de
tarot typique, doit être conscient qu’il arrive parfois qu’une présence
résolue vous utilise pour transmettre un message. C’est inhabituel,
mais cela se produit à l’occasion.
Bien sûr, il m’est arrivé bien des fois de faire une lecture de tarot et
de me sentir alors poussée par une présence. Je peux choisir de
l’ignorer ou de communiquer avec elle. Il est rare qu’une présence se
manifeste sans avertissement. J’ai constaté que quand cela se produit,
c’est toujours pour une bonne raison. Chaque fois que cela m’est
arrivé, la rencontre a apporté à la fois la guérison et la paix au client,
ce qui ne fait que prouver que l’amour est la force la plus irrésistible
dans l’Univers. Et à la fin de la journée, je peux accepter l’idée que je
sers de messagère entre deux êtres chers.
2. N.d.T.: Traduction littérale de la célèbre citation de Shakespeare, « Methinks thou dost protest too much », dans
Macbeth.
Les lectures de tarot sont un moyen permettant
de mieux nous comprendre et de découvrir comment
mieux vivre dans le futur.
— Theresa Francis Cheung

Chapitre 5

Les cartes de tarot :


des outils utilisés dans le
domaine de la voyance

Lorsqu’une personne pense à la voyance, elle voit des cartes de tarot.


Je serai la première à admettre qu’il émane des cartes de tarot une
sorte de mysticisme romantique. Vous connaissez la suite — la femme
mystérieuse, un foulard coloré recouvrant ses cheveux qui tombent en
cascade sur ses épaules, invite le client à entrer dans une pièce
enfumée. La pièce n’est éclairée que par la lueur des chandelles, et de
nombreux anneaux scintillent sur les doigts de la diseuse de bonne
aventure alors qu’elle lui fait signe de sa main tendue. Le client
s’avance avec fascination et s’assoit devant sa table drapée. Des
volutes d’encens s’élèvent vers le plafond alors qu’elle s’empare d’un
vieux jeu de tarot usé et se met à brasser les cartes. Elle étale
rapidement un tirage complexe de cartes de tarot sur la table de
lecture. Son regard passant des cartes à la diseuse de bonne aventure,
le client prend conscience du fait que dans les yeux de la femme
résident tous les mystères de l’Univers…
La lectrice de tarot lui dit, d’une voix éraillée : « Je sais pourquoi
vous êtes ici. »
Ou quelque chose de semblable. Honnêtement, j’ai rencontré autant
de voyants que de voyantes, alors peut-être serait-il utile d’ajuster
cette perception hyper romantique de la diseuse de bonne aventure et
de jeter un regard sur la réalité des outils du métier. Les cartes de tarot
ne sont pas strictement nécessaires pour les lectures psychiques.
Cependant, ce sont des outils traditionnels, et il est très agréable de
travailler avec elles.
Le tarot est un jeu de 78 cartes mystiques utilisé depuis des siècles
comme outil divinatoire. Personne n’en connaît vraiment les débuts,
l’inventeur ou le moment d’apparition. Le débat sur le sujet des
origines du tarot pourrait à lui seul remplir un livre. Vous devez au
moins savoir qu’en 1909, Arthur Edward Waite et Pamela Colman
Smith, tous deux membres de l’Ordre hermétique de la Golden Dawn,
ont développé le célèbre jeu Rider-Waite. Comme ce jeu a été publié à
l’origine par la compagnie Rider, il s’est popularisé sous le nom de
tarot Rider-Waite. Mais ces dernières années, un effort a été entrepris
en vue de la reconnaissance des talents de l’artiste, de sorte
qu’aujourd’hui, le jeu est désigné à juste titre sous le nom de jeu
Rider-Waite-Smith. C’est le jeu standard, surtout aux États-Unis. En
outre, la majorité des jeux de tarot publiés de nos jours sont
généralement basés sur la configuration et le style du jeu Rider-Waite-
Smith.
Un jeu de tarot classique est composé de 22 cartes des arcanes
majeurs, ainsi que de 56 cartes des arcanes mineurs divisées en quatre
suites. La séquence des 22 cartes des arcanes majeurs nous raconte
l’histoire du voyage du Fou. Le Fou est un archétype qui représente
chacun de nous. C’est monsieur et madame Tout-le-Monde, et cela est
illustré par le fait qu’il s’agit de la première carte des arcanes majeurs.
De ce point de départ, comme carte numérotée zéro, nous voyons ce
voyageur commencer sa quête. Il est jeune, insouciant, heureux et
ouvert aux expériences de son passage spirituel. Lorsque le Fou se
fraie un chemin vers la dernière carte des arcanes majeurs,
numérotée 21 et intitulée le Monde, notre voyageur spirituel est plus
âgé et plus sage, et il a accepté les mystères de son chemin de vie.
Ce qui est fascinant, c’est que le mot arcana signifie en réalité «
mystère ». Les scènes des 22 cartes des arcanes majeurs nous montrent
des images et des archétypes évocateurs. Ces archétypes sont des
figures symboliques telles que le Voyageur ou le Chercheur, la Mère,
le Père, le Grand-Prêtre, la Grande-Prêtresse et le Héros. Ces images
archétypales sont tirées de nombreuses cultures mystiques et
apparaissent dans différentes mythologies, religions et traditions
mystérieuses du monde entier. Elles sont vraiment universelles. À
n’importe quel moment de notre vie, il nous est possible d’incarner
une carte des arcanes majeurs de sorte que nous ayons l’impression
d’être vraiment en train de vivre la scène représentée. Ces 22 cartes
particulières font appel à nos émotions et jouent sur nos cordes
sensibles. L’imagerie archétypale des arcanes majeurs nous relie tous
ensemble, puisqu’elle résonne à un niveau spirituel plus profond. Les
arcanes nous parlent à l’aide du langage commun de l’émotion.
Lorsque les cartes des arcanes majeurs apparaissent dans un tirage
de tarot, elles ajoutent de la force et de l’importance à la lecture. Ces
cartes illustrent des questions spirituelles importantes et révèlent
notre relation à l’archétype particulier illustré sur la carte. Lorsque
vous avez affaire à deux ou trois cartes des arcanes majeurs dans une
lecture, vous savez que le destin joue une main dans votre voie
spirituelle et votre vie quotidienne. Soyez rassuré, car ces cartes des
arcanes majeurs vous enseignent que même si tout peut sembler hors
de votre contrôle, un dessein divin et mystique est à l’œuvre ici.
Les arcanes mineurs se composent de quatre suites différentes : les
coupes, les épées, les baguettes et les pentacles. Chacune de ces suites
correspond à l’un des quatre éléments naturels. Les suites des
baguettes et des épées ont la réputation de posséder des énergies
masculines et actives assignées à leurs souverains élémentaires du feu
et de l’air. Les suites des coupes et des pentacles sont des énergies
féminines passives alignées sur l’eau et la terre. Il est également
intéressant de noter que dans les lectures, les suites des pentacles
(terre) et des baguettes (feu) représentent des activités physiques,
tandis que les suites des coupes (eau) et des épées (air) symbolisent les
émotions ressenties. Les différents éléments caractérisent non
seulement des expériences différentes, mais aussi des moyens très
différents d’aborder les défis dans votre vie.
Aussi, en ce qui concerne les arcanes mineurs, dans chacune des
quatre suites, il y a deux jeux différents de cartes. Pour commencer,
nous avons les points, ou cartes numérotées : depuis l’as jusqu’à 10. La
seconde série des arcanes mineurs est constituée des cartes de la Cour,
c’est-à-dire le Page, le Chevalier, la Reine et le Roi de chaque suite. Les
cartes de la Cour représentent en général les vraies personnes et
personnalités avec lesquelles vous devez interagir dans votre vie.
En fin de compte, les arcanes mineurs — les cartes à points et les
cartes de la Cour — nous montrent les situations ordinaires
auxquelles nous devons faire face au quotidien et les personnalités
que nous rencontrons dans nos vies. Les cartes des arcanes mineurs
apportent un sens aux événements, de la clarté aux défis qui se
présentent à nous et un éclairage aux questions les plus fréquentes
que nous nous posons.

Comment fonctionne le jeu de tarot ?

Il existe de nombreuses théories sur le fonctionnement exact du jeu de


tarot. Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une combinaison de
symbolisme, de synchronicité et d’interconnexion personnelle. Dans
l’Univers, nous sommes tous reliés à un certain niveau —
énergétiquement, spirituellement ou par une sorte de compatibilité
personnelle. Aussi, il y a et il y a toujours eu une connexion divine
entre votre conscience psychique et les possibilités futures. Un jeu de
tarot vous offre un moyen d’explorer visuellement cette connexion.
Les images et les scènes présentées sur les cartes sont là pour vous
donner un point de départ, mais c’est à vous et à votre intuition
d’interpréter ces cartes. Les cartes de tarot sont des outils merveilleux
qui vous permettront de plonger plus profondément dans le royaume
psychique, étant donné que chaque image individuelle dépeinte dans
la scène d’une carte unique de tarot est là pour une raison précise. Le
symbolisme est la langue du tarot, et chaque carte raconte sa propre
histoire merveilleuse. Je vous encourage à examiner attentivement
chaque carte de votre propre jeu de tarot, à apprendre leurs
significations classiques, puis à aller encore plus loin et à découvrir les
histoires que les cartes racontent et les leçons qu’elles enseignent à
mesure que vous vous en servez.
Pensez à votre jeu de tarot comme à un tremplin. Le symbolisme
des cartes est votre point de départ. En utilisant aussi votre intuition
et tout autre type de capacités psychiques personnelles, vous
obtiendrez des lectures ayant une profondeur et une texture.
N’oubliez pas que lorsque les cartes sont tirées, elles vous montrent
l’énergie du moment et l’information la plus importante à reconnaître
pour le client. Cette synchronicité est à l’œuvre pour vous. Il est
essentiel de travailler avec l’énergie présente lors du tirage des cartes
afin de vous permettre de voir l’avenir de façon plus détaillée et plus
claire.
J’ai toujours pensé que les lectures de tarot ressemblaient à des
panneaux de signalisation sur une route. Alors que le client voyage
sur la route de la vie, que vous pourriez aussi considérer comme un
chemin personnel, il peut choisir de tenir compte des panneaux le
long de son trajet ou de les ignorer. Cette signalisation n’indique que
des possibilités pour le client et peut confirmer des éléments issus de
son subconscient qu’il a ou non réalisés ou acceptés. En tenant compte
des signaux révélés durant une lecture de tarot, le client choisira peut-
être de s’aventurer sur une voie complètement nouvelle ou de suivre
son itinéraire actuel sur la base d’une conscience et d’une
compréhension renouvelées de la meilleure façon d’agir face aux
situations ou aux événements futurs.
En communiquant l’information ou en attirant l’attention sur le
paysage psychique et sur les signaux le long du chemin pendant une
lecture de tarot, vous offrez essentiellement au client des options de
voyage. Rappelez-vous simplement que vous êtes un guide, et non un
conducteur. Vous pouvez faire des suggestions et attirer l’attention
sur le paysage, pour ainsi dire, mais l’itinéraire lui appartient. Ce que
le client décide de faire avec l’information n’appartient bien sûr qu’à
lui seul, à l’instar du choix du chemin qu’il décide finalement
d’emprunter.

Effectuer une lecture de tarot pour quelqu’un d’autre

Bon. Lorsqu’il s’agit de réaliser une lecture pour quelqu’un d’autre,


voici quelques règles à considérer.

Demandez au client s’il a déjà été l’objet d’une lecture

Sinon, profitez de cette occasion pour expliquer au client ce que


symbolisent en fait certaines des images de tarot les plus intenses. De
cette façon, vous évitez de l’effrayer ou de le bouleverser. Par
exemple, le 10 des Épées symbolise la trahison ou le fait de « se faire
poignarder dans le dos », tandis que la carte de la Mort indique en
réalité le changement. La carte de la Mort apparaît généralement dans
les lectures pour les femmes enceintes, pour les gens sur le point de se
marier, pour ceux qui vont partir pour l’université, etc. Après tout,
leur vie est sur le point de se transformer pour toujours d’une façon
importante. Une autre carte qui incommode inutilement les gens est la
carte du Diable. En fait, lorsque j’ai créé mon propre jeu de tarot, j’ai
donné à cette carte un titre complètement différent. Je l’ai nommée «
La part d’Ombre3 ». Toutefois, le sens de cette carte des arcanes
majeurs est fondamentalement le même : cette quinzième carte
signifie que vous vous sentez pris au piège et que vous avez affaire à
des personnes à qui il est impossible de plaire, comme un proche
infernal ou un patron sociopathe. Cette carte indique également que
vous avez renoncé à votre pouvoir personnel, et elle vous incite à «
déployer votre force » et à affronter vos craintes. Et le fait de donner
de telles explications à l’avance à un client lui permet de se préparer,
d’accéder à son pouvoir et de s’engager dans l’action. Alors, arrêtez-
vous, et rassurez en quelque sorte le client avant de commencer la
toute première lecture. Ainsi, vous profiterez tous les deux de
l’expérience.

Demandez au client s’il a une question particulière à poser ou s’il


s’agit plutôt d’une lecture de type « survol ».

Demandez au client de se concentrer résolument sur la question


pendant qu’il mêle les cartes. Oui, votre jeu de tarot peut être
manipulé par quelqu’un d’autre. Il est préférable que le client brasse
et coupe lui-même le jeu avant la lecture ; de cette manière, son
énergie et ses gestes influenceront les cartes et le tirage. Certains
affirment avec insistance que vous ne devriez jamais laisser une autre
personne manipuler vos cartes. Cela peut se révéler un tour de force si
vous faites une lecture pour une autre personne. Une solution facile à
ce dilemme consisterait à disposer d’un jeu séparé strictement réservé
aux lectures publiques et d’un autre réservé à votre usage personnel.

Vous n’êtes pas obligé de lire les cartes inversées ; faites-le seulement
si vous le souhaitez !

Je le fais rarement. La vie comporte suffisamment de défis. En outre,


les gens se sentent parfois troublés lorsqu’ils voient les cartes à
l’envers. La décision de lire ou non les cartes inversées est votre choix
personnel.

Ne prédisez jamais la mort

Il y a de fortes chances que vous fassiez erreur. Pire, qu’arrivera-t-il si


vous vous trompez et que quelqu’un décide de prendre au mot votre
prédiction ? Pendant toutes les années où j’ai fait des lectures, je peux
compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où les cartes
prédisaient vraiment une mort physique imminente, et la prédiction
se rapportait chaque fois à quelqu’un qui s’informait d’un parent en
train de vivre ses derniers moments, combattant une quelconque
maladie.

Connaissez votre jeu

Durant une lecture publique, vous alourdirez l’atmosphère et


paraîtrez peu professionnel si vous devez vous arrêter et chercher les
réponses dans un livre. Alors, si vous faites des lectures pour le
public, mémorisez bien le jeu. Lorsque j’ai commencé à travailler avec
un jeu de tarot, j’ai choisi trois ou quatre mots clés pour chaque carte
que j’ai mémorisés, ce qui était une option parfaite pour moi. Je
recommande à tous les nouveaux élèves de tarot avec lesquels je
travaille maintenant de faire de même. Ce truc vaut la peine d’être fait
si vous voulez effectuer des lectures sur le plan professionnel. Et ceci
nous amène à la seconde partie de ce conseil : n’oubliez pas de
consacrer un certain temps à la pratique avant de réaliser des lectures
pour le grand public. Exercez-vous avec vos amis et vos proches, puis
pratiquez avec leurs amis et élargissez encore un peu plus votre
pratique.

Le rangement de vos cartes de tarot

Enfin, quand vous avez terminé votre lecture, il n’est pas nécessaire
d’envelopper ou de ranger vos cartes de tarot dans la soie. La raison
de cette tradition folklorique est que la soie écarte les vibrations
psychiques indésirables, mais ce n’est pas strictement indispensable.
Si l’idée vous plaît, alors allez-y. Je dépose habituellement mes cartes
de tarot dans un sac de tissu noué par un cordon. Ce sac les maintient
propres et réunies, de sorte qu’il est plus difficile d’en perdre une.
J’utilise des sacs à cordon de différentes couleurs et en différents tissus
pour ranger mes différents jeux de façon à les reconnaître rapidement.

Il est correct de rire et de s’amuser


pendant une lecture de tarot

Il est également tout à fait correct d’être plus sérieux et réfléchi.


Encore une fois, il est important de respecter votre style personnel et
vos choix. Nous sommes tous uniques, et cette différence apporte à
nos lectures une touche de personnalité et de profondeur.

Quelques tirages de cartes de tarot à essayer


La lecture des cartes de tarot n’est pas difficile, mais beaucoup de gens
se figent sur place lorsqu’ils doivent réaliser une vraie lecture pour
quelqu’un d’autre. Le plus sûr est donc de demeurer simple en
utilisant des tirages peu complexes. Il existe une grande diversité de
tirages, ce qui est une bonne chose, puisque cela permet une certaine
personnalisation et une certaine liberté dans vos lectures. J’ai
découvert au fil des ans qu’il est préférable de trouver une forme de
tirage de cartes qui vous convient et de vous y tenir. Plus vous
employez un même tirage, plus vous comprenez ce qu’il signifie pour
vous personnellement en tant que lecteur lorsqu’une carte particulière
est tirée dans une position particulière. L’élément que vous devez
retenir est le suivant : la disposition des cartes fournit la structure
pour n’importe quelle lecture.
Voici quelques exemples de tirages classiques, comme la lecture à
une seule carte, la lecture à trois cartes et le tirage à sept cartes appelé
le fer à cheval.

La lecture à une carte

J’aime les lectures à une seule carte. Elles sont courtes, concises et vont
droit au but. Il y a quelques mois, j’ai fait cette lecture pour les gens
qui faisaient la queue lors d’un événement où je signais mes livres et
mon jeu de tarot. Alors que les gens faisaient la file, avançant
lentement pour rencontrer les différents auteurs présents, j’ai
remarqué qu’une femme reluquait drôlement mon jeu de tarot. Je lui
ai souri, et je l’ai invitée à examiner le jeu si elle le souhaitait. Elle a
froncé les sourcils et m’a dit qu’elle ne croyait pas au tarot. Je lui ai
demandé si elle avait déjà fait l’objet d’une lecture par le passé, et elle
a reniflé, a rejeté sa tête en arrière et m’a dit que non. Je lui ai souri et
l’ai invitée à choisir une carte. Ses amies attendant en file l’ont
encouragée à essayer.
J’ai tenté de paraître particulièrement rassurante, et avec un large
sourire malicieux, je lui ai dit que je n’avais mordu personne de toute
la journée. Elle s’est mise à rire, et avec une attitude d’aventurière, elle
a choisi une carte au hasard dont la face était cachée dans le jeu, et qui
était empilé soigneusement sur la table de signature. Elle a tiré la carte
de l’Ermite. Je lui ai souri, et je lui ai rapidement expliqué la définition
de la carte. En gros, je lui ai dit qu’il lui fallait du temps seule pour
réfléchir et prendre un moment d’arrêt. Je l’ai informée que les
réponses à la question avec laquelle elle se débattait se trouvaient à
l’intérieur d’elle. Elle a semblé ébranlée, a admis que j’avais été tout à
fait juste et m’a remis la carte pendant que ses amis hurlaient de rire.
Je lui ai simplement souri et lui ai rappelé que c’était elle qui avait
choisi la carte.
Les lectures à une carte sont puissantes, car elles vont droit au cœur
de la question. Brassez le jeu, puis déployez les cartes face cachée sur
la table. Demandez maintenant au client de se demander : « Que dois-
je savoir impérativement ? » Demandez-lui de tirer une carte. Il peut
décider de balayer les cartes de sa main dominante — celle avec
laquelle il écrit — pour voir laquelle semble être la bonne ou
simplement en choisir une au hasard dans le paquet de cartes
empilées.
Vous voulez un autre bon conseil ? Les dispositions à une carte sont
de bonnes façons de réaliser des lectures pour vous-même. Une
lecture à une seule carte est également un moyen efficace de vous
instruire à propos des leçons que vous réserve votre journée. Brassez
le jeu. Demandez que vos mains soient guidées et que la sagesse vous
éclaire pour vous aider à comprendre le message, puis tirez une carte.
D’autres bonnes questions pour une lecture à une carte pour vous-
même incluent celles-ci :

• « Quelle est ma leçon personnelle pour la journée ? »


• « Y a-t-il un message de l’Esprit pour moi aujourd’hui ? »
• « Qu’est-ce qui est caché à ma vue ? »
• « Où dois-je concentrer mes talents ? »

C’est aussi une forme de lecture amusante à utiliser à l’occasion d’un


rassemblement. Il suffit de demander à chaque personne de tirer une
carte et de passer le jeu dans le sens des aiguilles d’une montre.
Lorsque tous les gens présents ont tiré une carte, demandez-leur de
regarder ensemble leurs cartes, puis de discuter des significations et
de parler des cartes.

La lecture à trois cartes

Les lectures à trois cartes sont amusantes. De nombreux lecteurs de


tarot utilisent une disposition à trois cartes pour des lectures rapides
ou des mini lectures. Il existe de nombreuses variantes
d’interprétation pour un trio de cartes. Vous commencez par
distribuer les cartes sur une ligne horizontale de gauche à droite.
L’une des dispositions à trois cartes les plus courantes est la suivante :

1) Passé
2) Présent
3) Futur
Lorsque vous cherchez la réponse à un problème ou à une situation
problématique, vous pouvez utiliser cette interprétation, où les trois
positions des cartes sont définies comme suit :

1) Ce qui est inconnu au sujet du problème actuel


2) Ce qui vous bloque
3) Comment procéder pour obtenir les meilleurs résultats

Lorsque vous commencez à utiliser des cartes de tarot, je vous


recommande de vous servir d’une simple disposition à trois cartes.
Quand vous avez plus confiance en vous, passez au tirage en fer à
cheval.

Le tirage à sept cartes en fer à cheval

La lecture à sept cartes est sans aucun doute mon style préféré de
lecture de tarot. Je préfère cette forme de disposition des cartes à
toutes les autres. Le côté agréable de cette lecture, c’est que vous
pouvez étaler un autre ensemble de cartes sur le premier. Cette
approche apporte une signification plus profonde et une perspective
plus grande à une lecture pour une autre personne. Brassez bien les
cartes, et posez votre question. Distribuez sept cartes de gauche à
droite. Maintenant, examinez attentivement les cartes qui
apparaissent dans votre lecture.
• La première carte de la lecture évoque le passé et ce qui vous a
amené jusqu’à ce point.
• La deuxième carte est le présent, c’est-à-dire ce qui se passe en ce
moment.
• La troisième carte indique l’avenir ou ce qui ne s’est pas encore
produit.
• La quatrième carte représente votre meilleur plan d’action ou la
meilleure façon de procéder.
• La cinquième carte représente les autres personnes dans la
situation : leur identité, ce qui les motive et l’influence qu’elles ont
sur votre vie.
• La sixième carte indique vos obstacles et vos craintes.
• La septième et dernière carte est la carte évoquant le résultat.

Je crois que ces informations fournissent une vue d’ensemble. Il faut


beaucoup de temps pour apprendre à utiliser un jeu de tarot ; ne
précipitez pas le processus. Ralentissez et apprenez à votre propre
rythme. Amusez-vous, et souvenez-vous que la pratique est vraiment
la mère du succès.

Guide de survie pour les lecteurs de tarot et les voyants

Voici ce que vous devez savoir lorsque vous réalisez des lectures de
tarot et des lectures de voyance pour le grand public. Vous croirez
peut-être que certaines de ces idées sont une question de bon sens,
mais par expérience, je sais que le bon sens n’est pas toujours très
commun. Il s’agit ici des conseils que j’aurais souhaité recevoir avant
le début de mes lectures pour le public. Honnêtement, très peu de
gens parlent des défis et des personnages… intéressants que vous
rencontrerez. Je crois qu’il vaut la peine de passer en revue certains
scénarios de survie. Alors, sans prendre nécessairement tout cela au
pied de la lettre, préparez-vous à recevoir quelques renseignements
sur la vie réelle.

Soyez discret

Vous apprendrez des choses personnelles et intimes sur les personnes


qui sont l’objet d’une lecture. Vous ne devriez jamais colporter des
commérages au sujet de vos clients aux amis, à la famille ou à d’autres
clients. Si vous voulez bâtir et maintenir une bonne réputation, vous
devez vous montrer discret.
Cela étant dit, préparez-vous. Il existe certaines personnes dans la
vie qui vous raconteront des trucs vraiment ahurissants. Certains vous
confieront leurs aventures extraconjugales, leurs mensonges et leurs
plus grandes peurs alors qu’ils viennent chercher des conseils ou
veulent obtenir une validation de leur mauvaise conduite. À mon
avis, ces individus croient parfois que si vous êtes un voyant, rien ne
devrait vous déranger.

Soyez prêt pour les bizarreries

Voilà, je l’ai dit. Et vous savez quoi ? Je m’en tiendrai à cette


déclaration. J’adorerais être assise ici pour vous dire que seules les
âmes éclairées et émotionnellement équilibrées entreront dans votre
monde, prêtes à embrasser la sagesse du tarot et votre interprétation
supérieure des mystères qu’il sous-tend. Mais ce n’est honnêtement
pas ce qui se produira. Si vous n’avez pas le sens de l’humour, je vous
recommande vivement de le développer tout de suite ! Et si vous
possédez un bon sens de l’humour, préparez-vous à vous en servir.
Grâce à lui, vous éviterez peut-être d’avoir envie de vous cogner la
tête contre la table de lecture.

Faites de votre mieux, et sachez qu’il vous sera impossible d’aider


tout le monde

Vous n’êtes pas madame Zolta. Faites de votre mieux, et ne craignez


pas de dire : « Je ne sais pas. » Malgré vos efforts, il vous arrivera
parfois d’être incapable d’obtenir une lecture parfaite pour un client.
Imaginons le pire scénario. Vous avez eu une lecture vraiment
désastreuse où rien n’allait ? Remboursez le client, et recommandez-
lui un autre expert de la voyance ou du tarot, tout simplement.
Je laisse l’argent du client bien en vue sur la table jusqu’à la fin de la
lecture. C’est lorsque le tout est terminé que je le range. De toute ma
carrière, il ne m’est arrivé qu’une seule fois d’offrir un remboursement
à quelqu’un. Lorsque c’est arrivé, je me suis adossée à ma chaise, j’ai
pris une profonde inspiration, et j’ai lentement annoncé que je
renonçais. J’ai fait rouler mes épaules, et j’ai recommandé un autre
consultant. La cliente a été tellement surprise par mon honnêteté
qu’elle est demeurée sur place, et nous avons continué à travailler. Au
bout du compte, il s’est avéré que je captais des renseignements sur la
fille de la cliente, qui était présente à la lecture pour sa mère. Oups. (Je
savais qu’un mariage et un bébé arriveraient très vite, mais il
semblerait que la fille n’avait pas encore confié à sa mère qu’elle était
enceinte.) La fille de la cliente a fini par l’admettre, puis nous avons
pu poursuivre la lecture pour sa mère. Bon sang, je parie qu’elles ont
eu une conversation intéressante pendant leur voyage de retour en
voiture vers la maison.

Limitez-vous à un client à la fois

C’est là la meilleure façon d’éviter le scénario décrit plus haut. Il peut


être très déroutant d’avoir deux, trois ou quatre personnes assises à
proximité du client. En général, elles sont toutes penchées vers l’avant
et attentives, de sorte qu’il est très facile de capter des renseignements
sur chacune d’elles en même temps. Si elles insistent pour rester là, je leur
dirais doucement, mais fermement et avec un sourire, que le client
mérite une certaine intimité, même si ce sont des amis ou des
membres de la famille. Si les personnes insistent pour demeurer
assises dans la ligne de mire, avertissez-
les aussi que vous pourriez recueillir des renseignements intimes et
très personnels sur n’importe laquelle. En général, les gens se mettent
à rire et se bousculent pour s’éloigner de la table de lecture. Si vous
tombez sur des intransigeants qui refusent de partir, assurez-vous
qu’ils s’assoient à environ 1,5 m de la table afin de préserver quelque
peu l’intimité de votre client et de favoriser votre concentration sur
celui-ci, et non sur le groupe qui l’accompagne.

Établissez certaines frontières personnelles

Apprenez à dire non. Ne donnez pas votre numéro de téléphone aux


clients ; sinon, ils vous appelleront à n’importe quelle heure du jour et
de la nuit. Ne leur donnez pas votre adresse de courriel personnelle. Je
suis déjà passée par là. Si vous voulez être traité comme un
voyant/lecteur de tarot professionnel, vous devez établir des
frontières et les respecter. Vous n’êtes pas un voyant du type « service
au volant ». Vous avez le droit de dire non.
Si vous êtes fatigué ou si vous avez terminé votre journée et que
quelqu’un arrive à la dernière minute ou vous supplie de prendre
plus de temps alors qu’un autre client est en attente, vous devrez fixer
des limites et apprendre à dire non. Si je reçois quelqu’un qui rejoue
sans cesse le scénario où il m’implore de le laisser poser une dernière
question, je ramasse les cartes sur la table, puis je me lève. Je le
remercie et lui dis que notre temps est terminé. Ensuite, je fais signe
au prochain client d’approcher. Je me suis aussi fixé une limite stricte :
je ne fais pas de lecture pour la même personne plus d’une fois tous
les six mois. Il y a des gens obsessionnels et des vampires énergétiques
qui vont continuer de consulter des voyants à répétition jusqu’à ce
qu’ils obtiennent la réponse souhaitée. Ne nourrissez pas leur
dépendance. Soyez poli, mais ferme.

Protégez votre énergie personnelle et votre vie privée

Ce conseil est une extension du point précédent : certaines personnes


se nourrissent de l’effervescence d’une lecture psychique et de votre
attention indéfectible comme des vampires énergétiques impénitents
et intrusifs. La suggestion précédente résume bien la meilleure mesure
de protection : apprendre à dire non. Établissez des frontières. Ne
devenez pas trop familier avec le client vampire énergétique. Vous
saurez que vous en avez rencontré un lorsqu’il commencera à vous
poser des questions sur votre vie personnelle, à agir comme si vous lui
apparteniez ou à vous apporter des cadeaux. Vous devez comprendre
que la chose la plus délicate à faire dans cette situation consiste à lui
bloquer l’accès. Ces personnes voient une ouverture comme une
invitation à vous pomper de l’énergie ou à essayer d’établir une sorte
de relation personnelle. Voyez à ce que la frontière entre vos amitiés
personnelles et vos clients qui bénéficient de consultations de voyance
ou de tarot demeure étanche. Si la situation devient problématique ou
si le client se fait trop familier, refusez simplement et poliment de faire
une lecture pour lui à l’avenir. Cet état de choses ne peut que conduire
aux problèmes que si vous le permettez.

Prenez des pauses

Si vous réalisez de nombreuses lectures successives de voyance ou de


tarot, il vous faudra prendre une pause de temps en temps. Je ne fais
jamais plus de trois lectures successives. En fait, si je réalise des
lectures toute la journée, je prévois 15 minutes d’arrêt entre les blocs
de trois clients. Durant mon temps de pause, je me lève et me déplace,
et en général, je me rends à la salle de bain, où je me lave toujours les
mains, que je doive ou non utiliser les toilettes. Ce n’est pas que j’ai la
phobie des microbes ; c’est plutôt que l’eau qui coule sur mes mains
m’aide à rompre les liens psychiques persistant à la suite de mon
utilisation de la clairtangence — toucher psychique. Ensuite, lorsque je
retourne à ma table, je marche rapidement et résolument afin d’éviter
d’être arrêtée par des gens qui traînent aux alentours dans l’espoir de
me soutirer des conseils psychiques gratuits.
Une fois de retour à ma table, je ne laisse pas un client simplement
entrer, s’asseoir, attendre et bavarder. Je passe probablement pour une
dure à cuire, mais j’ai mes raisons. J’insiste pour prendre quelques
instants de pause, où je peux me poudrer le nez, réappliquer du rouge
à lèvres ou retoucher mes cheveux. Et il y a une très bonne raison à
cela. Tout ce que je fais dans mon temps d’arrêt entre les clients me
procure un certain espace personnel et une occasion de me centrer sur
moi, sur mon propre bien-être émotionnel et énergétique. J’ai appris
que si je ne prends pas quelques instants pour me concentrer sur moi-
même et sur mon corps physique, je risque de commencer à
transporter de l’énergie psychique indésirable issue des lectures
successives. Ce temps d’arrêt est une autre façon de créer une rupture
énergétique et saine entre moi-même et l’énergie psychique de tous les
clients. Établissez des frontières et respectez-les.

Concentrez-vous sur votre corps physique

Assurez-vous de bénéficier d’un apport élevé en protéines, buvez


beaucoup d’eau et tenez-vous loin du sucre ! Ayez de l’eau et des
collations à votre disposition. Vous aurez besoin de l’eau, puisqu’il
vous faudra parler beaucoup. De plus, cette eau aidera à purger de
votre système toute négativité que les clients transportent avec eux à
leur insu. Lorsque vous prenez une pause, mangez quelque chose à
haute teneur en protéines. Oh ! Et abstenez-vous de consommer des
aliments sucrés ! Je sais que votre corps a grand besoin de sucre,
surtout lorsque vous brûlez beaucoup d’énergie psychique et mentale,
mais tout comme une personne qui subit un effondrement de sa
glycémie, souvenez-vous que l’apport de sucre et de glucides
constitue un secours d’urgence, et non un remède. Lorsque le taux de
glucose sanguin d’une personne est dangereusement bas, on lui
donne une boisson sucrée pour faire grimper son taux glycémique —
une mesure de secours. Puis elle mange un truc à haute teneur en
protéines, qui est le remède de longue durée.
Les protéines constituent la solution à long terme. Croyez-moi. J’ai
lutté contre l’hypoglycémie pendant des années jusqu’à ce que
j’apprenne à modifier mon alimentation. Je sais de quoi je parle, et j’ai
appris à la dure. Le fait de boire une boisson gazeuse riche en sucre
lorsque votre taux de glucose sanguin plonge vous remettra d’aplomb
et vous procurera l’effet stimulant de la caféine, mais très peu de
temps après, vous vous sentirez bien pire. Les barres protéinées
représentent une option fantastique et plus saine. Il existe aussi des
options végétaliennes, et de nos jours, les barres protéinées sont
facilement accessibles et transportables, en plus d’être discrètes. Je
préfère les barres protéinées à un sac de noix mélangées, étant donné
que les allergies aux noix sont monnaie courante et que — je l’admets
— j’ai tendance à finir par répandre des noix partout. C’est
simplement un petit truc à considérer.
Gardez ces conseils de survie en tête, et vous pourrez passer un bon
moment lorsque vous réaliserez ces lectures de voyance ou de tarot.
L’expérience est un excellent professeur, mais il est inutile de
s’aventurer dans des situations sans y être préparé.
3. N.d.T.: En anglais, « The Shadow Side ».
Certaines personnes sont beaucoup plus cognizantes que d’autres,
mais la sensibilité a sa propre croix à porter.
— Donna Lynn Hope

Chapitre 6

Les phénomènes psychiques :


les psi-sensitifs, les chasseurs de fantômes,
les séances et les SLIders

Les phénomènes psychiques sont un vaste univers. Au fil des ans, ce


sont les sujets sur lesquels on m’a posé le plus de questions, et il m’a
été assez facile de décider sur quels types de phénomènes psychiques
écrire.
Le premier sujet que j’aimerais aborder est la sensibilité. Quand je
dis sensibilité, je parle de ces personnes qui sont dotées d’une
sensibilité psychique — ou psi-sensibilité sous sa forme abrégée.
Celles-ci recueillent plus de renseignements sur leur environnement et
leur entourage que la moyenne des gens. Bien que les psi-sensitifs
soient en mesure de comprendre qu’ils vivent une expérience
psychique précognitive ou postcognitive, il se peut, pour diverses
raisons, qu’ils soient incapables de relier cette expérience à une réelle
capacité psychique.
Les raisons en sont multiples. La première raison est, le plus
souvent, la peur. Ils craignent d’explorer leurs propres talents. Il est
aussi possible qu’un psi-sensitif se ferme tout simplement à une de ses
capacités parce qu’il ignore comment traiter l’information captée, de
sorte qu’il l’ignore et refuse de reconnaître l’expérience vécue. Ou il
craint peut-être que le fait d’explorer ses propres capacités naturelles
entre en conflit avec sa religion personnelle.
Dans le cas où vous seriez un lecteur qui a pris ce livre et l’a feuilleté
rapidement pour lire d’abord cette section avant d’en faire la lecture
depuis le début, laissez-moi vous éclairer. Les capacités psychiques
font naturellement partie de nos vies. Ce sont des compétences, des
capacités et des talents innés présents en chacun de nous. Nos
affiliations religieuses n’ont rien à voir avec notre potentiel psychique.
Les capacités et les expériences psychiques font naturellement partie
de tous les humains, et vous n’avez rien à craindre dans le fait
d’explorer votre potentiel.
Bon. Le psi-sensitif est souvent une personne dotée d’un mélange de
capacités psychiques. Mais pour lui, la capacité la plus forte sera
probablement la clairsentience — ou empathie psychique. Après tout,
la clairsentience signifie « sensation claire », comme dans le fait de
ressentir et de recueillir de l’information psychique à partir des
émotions d’une autre personne. Pensez-y : si ces psi-sensitifs sont
naturellement sensibles, ils sont vraisemblablement déjà branchés aux
émotions et aux humeurs des autres, de sorte qu’au départ, ils font
preuve d’empathie pour les autres et sont des êtres émotionnellement
sensibles. Ce qui me fascine au sujet des psi-sensitifs est qu’ils sont
généralement inconscients de l’étendue du pouvoir qu’ils transportent
en eux.
Un psi-sensitif est généralement une âme douce. Cependant, cette
douceur est intérieure. Ne vous attendez pas à ce que tous les psi-
sensitifs vous fassent penser à des petites souris dociles ou à des
bibliothécaires silencieux qui restent assis timidement dans un coin.
J’ai constaté au fil des ans que les personnalités des psi-sensitifs sont
aussi variées que le jour est long. Ils peuvent avoir une voix douce et
un air sérieux, ou ils ont peut-être dû développer un sens de
l’humour. Les psi-sensitifs peuvent être pleins d’esprit, avec un talent
mordant pour le sarcasme, ou alors avoir un aspect extérieur très
bourru qui leur est nécessaire pour survivre en raison de leur extrême
sensibilité à leur propre environnement. Fait intéressant : certains des
psi-sensitifs les plus talentueux que j’ai connus étaient des soldats, des
policiers, des détectives, des ambulanciers paramédicaux et des
infirmiers. Quelque chose dans cette aptitude particulière pousse
souvent l’individu psi-sensitif à entreprendre une carrière où il pourra
protéger, servir, résoudre, sauver et guérir.
Certains psi-sensitifs adoptent l’enquête paranormale comme passe-
temps. Et qui serait mieux placé pour jouer ce rôle ? Si je devais inviter
un inspecteur paranormal ou un détective dans ma maison, j’espère
qu’il y aurait quelques psi-sensitifs dans le groupe, car ces gens ne
dépendraient pas seulement de leur formation ; ils seraient aussi
attentifs aux informations énergétiques plus subtiles.

Les psi-sensitifs versus les médiums

Il est important de ne pas confondre un psi-sensitif avec un médium.


Si vous vous en souvenez, j’ai souligné au chapitre 4 que la
médiumnité est une capacité psychique où l’on a tout ou rien. Il faut
un type particulier de talent pour communiquer avec une présence de
l’Autre Côté et être ensuite en mesure de transmettre et d’interpréter
cette information pour un client.
D’autre part, un psi-sensitif est sensible à tous les types d’énergie à
la fois sur les plans physique et éthérique. Cela inclut les fantômes,
qui sont souvent considérés comme des esprits coincés dans le monde
physique — soit accidentellement, soit parce qu’ils ont des affaires à
régler ici, dans le domaine physique. Ce don pour détecter ce qui est
souvent invisible aux autres explique la possible attirance des psi-
sensitifs pour l’enquête paranormale. Alors qu’un médium
communiquerait avec une présence particulière de l’Autre Côté, un
psi-sensitif, d’un autre côté, serait capable de détecter le moment où
un fantôme se trouve à proximité et sur le plan physique. Il saurait où
le chercher, et il le sentirait parce qu’il est un psi-sensitif qui se sert de
sa capacité psychique de clairsentience — empathie psychique. Un
psi-sensitif suit la trace des émotions laissées derrière comme un
limier postcognitif flaire une odeur. Il va là où les émotions sont les
plus fortes, puis tout cela est transmué en une véritable information
psychique qu’il peut utiliser et relayer à son client.
Un psi-sensitif peut faire l’expérience d’une précognition —
information psychique sur l’avenir —, mais s’il mène une enquête, il
devra compter fortement sur ses expériences postcognitives —
informations psychiques sur le passé. Comme nous l’avons vu dans le
premier chapitre, les capacités postcognitives entrent en jeu dans le
cas d’une hantise résiduelle. Celle-ci se produit lorsque les souvenirs
ou les émotions d’un événement traumatisant se sont infiltrés dans le
lieu et ont laissé une empreinte émotionnelle. Un psi-
sensitif s’avance, et vlan ! Il voit, entend ou ressent l’enregistrement
énergétique. Si vous avez l’impression d’être un psi-sensitif, je vous
suggère de revenir en arrière et de lire très attentivement les
chapitres 1 et 2 afin de comprendre comment votre sensibilité
transmute ce que vous captez en information et quelle capacité
particulière est en cause. La connaissance est le pouvoir, et mon but
avec ce livre est de vous permettre d’accéder à votre pouvoir et de
vous informer.

Qu’en est-il de la chasse aux fantômes


et des enquêtes paranormales ?
Au cours des années, j’ai reçu tellement de demandes pour faire
enquête sur un site hanté ou y jeter un œil que j’en ai perdu le compte.
J’accepte rarement de répondre à ces demandes. J’ai refusé de
nombreuses offres de faire partie des groupes locaux de chasse aux
fantômes, puisque la dernière chose dont j’ai envie est d’avoir une
conversation avec un esprit errant. C’est quelque chose que j’évite, et
ce n’est pas pour des raisons d’ego. En fait, comme je suis dotée d’un
mélange de capacités psychiques et d’une médium, la participation à
de nombreuses enquêtes paranormales m’apparaît comme une
perspective très peu agréable. Le problème, c’est que la chasse aux
fantômes est très populaire de nos jours. Les gens veulent de
l’attention, et souvent, la façon la plus rapide de l’obtenir, c’est
d’annoncer qu’ils croient qu’une présence obscure ou maléfique se
cache dans le sous-sol, derrière le chauffe-eau — qu’il s’y trouve
quelque chose ou non.
Il y a bien eu un certain nombre d’occasions où j’ai discrètement jeté
un regard psychique sur un lieu à la demande du propriétaire. Dans
ces cas, j’ai transmis en privé au propriétaire du bâtiment toute
information postcognitive que j’ai captée, et j’ai ensuite suggéré ce que
je considérais comme étant les meilleurs endroits sur lesquels une
éventuelle équipe paranormale pourrait consacrer ses efforts. Puis j’ai
tiré ma révérence. Il est important de prendre conscience que ce ne
sont pas tous les voyants qui sont des chasseurs de fantômes ou qui
devraient l’être. Si une situation se présente où je sens que je dois faire
certaines vérifications, je le fais discrètement. Je préfère gérer ces
choses en privé, sans l’implication d’un tiers. Je fais confiance à mes
propres capacités psychiques et à mon bon sens pour examiner
l’histoire d’un lieu avant de faire confiance à un étranger faisant partie
d’un groupe trouvé sur Internet.
Bon. Avant que quelqu’un suppose par le ton de ma voix que je suis
en désaccord avec les équipes paranormales, je vous affirme que ce
n’est tout simplement pas le cas. Au fil des ans, j’ai rencontré des
groupes incroyablement professionnels et dévoués. J’ai aussi connu
des groupes incroyablement dingues qui étaient convaincus qu’il leur
fallait simplement une maison hantée de plus pour obtenir une
émission de téléréalité. J’ai aussi rencontré quelques « enquêteurs »
qui étaient si imbus d’eux-mêmes avec leurs gadgets et leurs jouets
que c’en était risible.
Cependant, si vous êtes déterminé à faire intervenir un groupe pour
une enquête, effectuez quelques recherches. La partie la plus difficile
consiste à déterminer qui sont vraiment ces personnes et quelles sont
leurs qualifications. Si vous regardez sur Internet, aux États-Unis
seulement, il existe des centaines de groupes paranormaux. Votre
meilleure option est de commencer à chercher des groupes locaux
pour ensuite parler aux gens qui ont travaillé avec eux. Demandez à
ces clients comment ils ont été traités, ce qu’ils ont pensé du groupe
paranormal, etc.
Ou vous pouvez intervertir les rôles et faire d’abord passer une
entrevue à toute éventuelle équipe paranormale. De toute façon, ces
gens voudront vous interviewer pour avoir la certitude que vous êtes
honnête, alors je vous suggère de leur poser aussi un certain nombre
de questions. Assurez-vous de demander des références. Tout groupe
qui a du succès sera heureux de vous les fournir. Soyez astucieux,
prenez votre temps et sachez à qui vous avez affaire avant de
découvrir que vous avez invité un groupe d’étrangers, arborant tous
des t-shirts fluo décorés d’insignes fantomatiques, à se balader dans
votre maison. Subtil.
Je tiens à souligner qu’une équipe paranormale professionnelle
ferait enquête gratuitement. Les enquêteurs devraient également être
discrets, polis et, avec un peu de chance, n’avoir aucune affiliation
religieuse singulière pour que vous puissiez considérer une option
impartiale et obtenir une information claire. Ne préféreriez-vous pas
que les enquêteurs se penchent sur un problème ou une hantise
potentielle d’un point de vue strictement scientifique ou d’une
perspective religieuse à vues multiples ? De cette façon, de nombreux
choix s’offrent à vous, et personne ne veut que les opinions religieuses
d’une autre personne lui soient imposées. Les bons enquêteurs
devraient communiquer l’information sur ce qu’ils trouvent, et non
sur leurs opinions religieuses personnelles. Par exemple, la première
fois où je suis arrivée face à face avec un vrai fantôme, j’ai étudié cette
vision d’un point de vue non confessionnel. Ce que j’ai appris était
fascinant.

Non, vraiment, je ne suis pas une chasseuse de fantômes !


(Ou : Ellen rencontre un fantôme)

En tant que voyante, je crois qu’il est possible qu’un fantôme se


manifeste sur le plan physique. Cependant, je me disais que les gens
faisaient probablement l’expérience postcognitive d’un événement qui
a eu lieu dans le passé. Je n’avais jamais vu une figure fantomatique
réelle « en chair et en os », pour ainsi dire. J’étais donc un peu
sceptique quand j’entendais des gens affirmer avoir aperçu la
manifestation d’une personne — avec un torse complet et tout le reste.
C’était pour le cinéma, non ?
En tant que travailleuse salariée saisonnière, serveuse et commis aux
ventes, j’ai travaillé dans plusieurs endroits hantés au cours de ma vie.
Ma ville est une ville fluviale, et elle a été fondée dans les années 1700,
de sorte que nous avons beaucoup d’histoire et plusieurs histoires de
fantômes. À un certain moment, lorsque je travaillais dans le quartier
historique local, j’ai personnellement été témoin de la disparition de
toute l’argenterie du célèbre restaurant hanté où je travaillais. Les
ustensiles se sont soulevés des tables, auxquelles j’ai tourné le dos
pendant un moment, et tout s’est littéralement volatilisé. Lors de
l’incident, tous les serveurs ont sursauté en même temps.
Contrairement à mes collègues, je n’ai pas paniqué ; je me suis plutôt
mise à rire, je suis allée chercher d’autres ustensiles à la cuisine, et
aussi calmement que possible, j’ai préparé les tables pour le dîner.
Les autres serveurs ne l’ont pas aussi bien pris que moi. Ils étaient
effrayés et incapables de voir l’humour dans la situation. Certains des
employés refusaient même d’entrer seuls dans le bâtiment. Quoi qu’il
en soit, la présence du fantôme que les gens de la région appelaient
affectueusement la « belle-mère » me semblait inoffensive. Après tout,
ce lieu avait été sa maison. Alors qu’elle jouait souvent des tours aux
clients du restaurant, je n’avais jamais vu de personnage fantomatique
avec mes yeux physiques. Je croyais qu’il était amusant de détecter
une présence sur le plan physique, mais je n’avais jamais entendu
quelque chose physiquement ni vu de mes propres yeux, alors je me
suis contentée d’accomplir mon travail. Nous avons raconté des
histoires à la clientèle du restaurant, et honnêtement, ce fantôme était
bon pour les affaires. Ce n’est que lorsque j’ai travaillé dans un autre
type de commerce — également situé dans le quartier historique de
ma ville natale — que j’ai eu ma première rencontre fantomatique face
à face par une nuit d’hiver.
C’était en décembre, et pendant cette période d’achats de Noël, les
boutiques du quartier restaient toujours ouvertes plus tard. Ce soir-là,
la boutique avait été follement occupée, j’avais travaillé seule, et j’étais
impatiente de faire ma caisse et de remplir la paperasse afin de rentrer
à la maison. Comme le dernier client avait fini par sortir de la
boutique au moins 15 minutes après la fermeture, je me suis hâtée de
verrouiller la porte d’entrée. Je suis allée directement au comptoir de
sortie, et j’ai commencé à vérifier ma caisse. Pendant l’impression des
rapports, j’ai commencé la laborieuse tâche d’éteindre toutes les
lumières dans la vieille maison transformée en commerce de détail.
Cette boutique regorgeait de présentoirs, et en raison de l’âge du
bâtiment, il y avait des barres d’alimentation électrique partout avec
de nombreux appareils branchés dans chacune des barres. J’ai
commencé par éteindre les principaux plafonniers de la surface de
vente, puis je me suis dirigée vers l’arrière-boutique. Pendant tout ce
temps, je chantais sur les airs des Fêtes diffusés à la radio. J’ai
commencé à éteindre les barres d’alimentation.
Passant de l’une à l’autre, je me suis dirigée vers l’avant de la
boutique. Certaines des barres d’alimentation étaient faciles à
atteindre, tandis qu’il fallait être contorsionniste pour accéder à
d’autres. Il fallait littéralement se mettre à quatre pattes et reculer en
rampant à travers les présentoirs pour les atteindre. La dernière barre
à éteindre était située près de la zone de la caisse, sous une table et des
chaises. Je me suis donc accroupie ; j’ai rampé sous la table, et je me
suis étirée au maximum pour éteindre cette barre d’alimentation.
Avec un air de triomphe, j’ai lancé : « Je t’ai eue ! »
J’ai glissé doucement de dessous la table, et je me suis relevée.
Comme je me retournais pour regagner la caisse, j’ai vu une femme
debout à une distance d’environ un mètre devant moi, un sourire aux
lèvres. Elle avait les cheveux noirs relevés sur sa tête en un léger
chignon, et elle portait un long manteau gris charbon. J’ai remarqué
d’élégantes bottes aux bouts pointus visibles sous l’ourlet de son joli
manteau. Comme si elle m’attendait, elle a penché la tête de côté, m’a
regardée droit dans les yeux et m’a souri. J’ai sursauté, et j’ai poussé
intérieurement un juron en pressant mes mains contre ma poitrine,
puisqu’elle m’avait effrayée. Elle a simplement croisé ses mains à la
hauteur de sa taille, souri de nouveau et attendu en silence.
Mal à l’aise, j’ai fermé les yeux et me suis mise à rire. Puis j’ai pensé
que j’avais enfermé une cliente avec moi dans la boutique sans le savoir ! J’ai
pris une grande inspiration, et je me suis retournée vers la femme avec
des excuses sur le bout de la langue. J’étais certaine que j’aurais de
gros ennuis avec mon patron pour cet oubli, et comme j’ouvrais les
yeux pour commencer à lui présenter mes excuses, elle a disparu.
Je l’ai observée disparaître d’un coup ; elle n’était subitement plus
là.
Puis la pièce est devenue glaciale. Je suis restée là sans voix pendant
une seconde. Ce n’était pas une personne physique, comme je l’avais
supposé. Je suis restée là, tremblant d’émerveillement. Un fantôme.
Un vrai fantôme. Puis je me suis retournée, j’ai rallumé le plafonnier
principal, et j’ai couru vers le téléphone pour appeler mon mari. Je lui
ai raconté ce qui s’était passé et lui ai demandé de rester au téléphone
avec moi jusqu’à ce que je puisse quitter la boutique. Même si je
n’étais pas effrayée, la situation me rendait vraiment nerveuse. C’était
une sacrée expérience, et même si j’avais vu des trucs dingues dans
ma vie, eu des sueurs froides et été témoin d’objets qui se déplaçaient
dans d’autres endroits hantés, c’était la première fois que je voyais
vraiment un fantôme debout directement devant moi. Wow.
Plus tard, j’ai fait quelques recherches sur l’histoire de
l’emplacement de l’immeuble où je travaillais, et j’ai découvert
quelques faits surprenants sur ce lieu. Je me suis renseignée auprès de
la société historique locale. En fin de compte, j’ai appris que la
boutique où je travaillais était un bâtiment historique qui avait été
agrandi dans les années 1980. On avait dû creuser dans une colline
escarpée directement derrière la maison, et au cours des travaux, des
corps avaient été découverts — beaucoup de corps. Oups. L’équipe de
construction avait constaté qu’elle avait par accident creusé dans un
vieux cimetière qui datait de la fin des années 1700.
Bon. Tous les « habitants » du cimetière avaient supposément été
déplacés un siècle auparavant dans un nouveau cimetière catholique
plus vaste, à quelques pâtés de maisons à l’ouest et davantage à
l’intérieur des terres, loin de la rivière. En réalité, il semble que seules
les pierres tombales des gens très riches avaient été déplacées. Selon la
légende locale, les immigrants irlandais avaient reçu 25 sous pour
chaque pierre tombale déplacée au nouveau cimetière. Évidemment,
ces tombes ne portaient pas toutes une plaque funéraire, et quelques
centaines d’années plus tard, dans les années 1980, ces tombes
perturbées avaient été recouvertes de terre à la hâte. Après
l’achèvement du prolongement du bâtiment, les gens s’étaient
contentés de sceller cette colline avec davantage de terre recouverte
d’asphalte, estimant ainsi que c’était réglé. Cela fait un peu grincer les
dents, n’est-ce pas ? Et bon sang, cela expliquait tout. Un véritable cas
du cours « Fantômes 101 ». Une tombe qui a été perturbée ou oubliée
est une raison classique expliquant la présence d’une hantise.
Je n’ai jamais revu la dame fantôme, mais j’ai parfois ressenti une
présence quand j’étais seule dans la boutique. J’ai une théorie qui
pourrait expliquer pourquoi elle s’est manifestée cette nuit-là.
L’énergie, l’activité et la bonne humeur des acheteurs du temps des
Fêtes avaient probablement ajouté un peu de « jus » à l’atmosphère,
qu’elle avait pu utiliser pour se manifester. En outre, il y a toujours
des personnages costumés qui se baladent dans le quartier historique
pendant les festivités de Noël. Les gens viennent de partout pour voir
les pères Noël du monde entier et les personnages de Dickens. Vous
connaissez Un chant de Noël ? Les personnages portant des vêtements
de l’époque victorienne ? Quand la dame m’est apparue, la vue de son
costume n’a suscité aucune surprise. Le long manteau, les manches
bouffantes, les bottes pointues à lacets, la coiffure… J’ai cru qu’elle
était dans l’esprit des Fêtes. Je suppose qu’elle l’était, en quelque sorte.
Cela s’est passé il y a 11 ans, et cette vision a vraiment laissé une
impression durable en moi. J’imagine que j’ai vu la dame grâce à ma
clairvoyance et aussi parce qu’elle voulait se faire voir. Elle a
probablement compris que si elle se montrait à moi, j’accepterais ce
que je voyais et — ce qui est plus important encore — j’essaierais de
comprendre la raison de sa présence. Ainsi, parce que j’ai
communiqué l’information au commerçant — qui était moins
qu’amusé — et aux autres personnes de la société historique — qui
étaient absolument ravies —, la gentille dame fantôme souriante n’a
pas été ignorée ; elle est plutôt devenue une partie de la tradition orale
locale du bâtiment.
Aujourd’hui, la zone derrière la boutique est répertoriée comme un
site historique à part entière. Récemment, une réplique de l’église
originale a été reconstruite, et une plaque a été érigée pour indiquer le
lieu de sépulture. Il faut noter que l’emplacement actuel des deux
immeubles d’angle était à l’origine le site du plus ancien cimetière
catholique de la ville. Une conversation récente avec les employés de
la boutique actuelle de l’immeuble a confirmé l’arrêt de toute activité
paranormale. Une personne psi-sensitive pourrait encore sentir la
présence de tous ces corps enterrés à proximité. Mais la dame semble
avoir cessé de se manifester. Maintenant que les tombes de toutes ces
personnes sans nom sont inscrites dans la mémoire, je ne crois pas que
l’arrêt des manifestations soit une coïncidence. Après tout, personne
ne veut être oublié.

Les planches et les séances de Ouïja

La planche de Ouïja est un sujet vivement débattu parmi les voyants


et les autres personnes du domaine paranormal. Certains se moquent
de cet objet en affirmant que son utilisation n’est qu’un jeu stupide.
D’autres personnes psychiquement sensitives embrassent avec amour
les planches spirites et s’en servent comme outils pour communiquer
avec les esprits. Enfin, d’autres encore trouvent les planches de Ouïja
terrifiantes comme si elles étaient radioactives. N’oubliez pas qu’une
planche de spiritisme consacrée et utilisée selon un rituel,
soigneusement conservée et entretenue, est une chose. Décider
d’essayer une planche de Ouïja juste pour s’amuser en est une autre.
Que vous les aimiez ou les détestiez, sachez ceci : les planches de
Ouïja doivent être utilisées avec respect. Elles peuvent être
dangereuses si vous ne comprenez pas que ce moyen a pour seul but
de permettre la communication entre vous et les fantômes ou les
entités présentes ici, sur notre plan physique. En d’autres termes, il
s’agit là d’une séance dans une boîte.
Une séance se définit comme un rassemblement de personnes qui a
lieu dans le but d’essayer de communiquer avec les esprits, ce qui est
exactement ce que vous faites lorsque vous travaillez avec une
planche de Ouïja. Bon. Si nous voulons examiner cela d’un point de
vue neutre, la planche de Ouïja est un outil simple, mais efficace pour
une séance, car elle peut vous permettre de poser une question
particulière à un esprit, à un fantôme ou à une entité sur le plan
terrestre. Et il se peut que vous receviez une réponse particulière à
cette question par la suite. Lorsque vous vous servez d’une planche de
Ouïja, les réponses sont littéralement épelées pour vous. Là où les
choses deviennent un peu troubles, c’est que les esprits sont reconnus
pour mentir.
Certaines personnes seraient abasourdies de savoir que la planche
de Ouïja est un outil réel — son unique utilité étant d’entrer en contact
avec des fantômes et des esprits ou des entités, ce qui, encore une fois,
est correctement désigné comme une séance. Mais ce n’est pas avec
une planche de Ouïja que vous communiquez avec la présence de
votre grand-mère bien-aimée en paix de l’Autre Côté. Pour ce faire,
consultez un médium, et voyez si grand-mère est disposée à bavarder
un peu.
Souvenez-vous qu’un médium agit comme un pont entre notre
royaume et l’Autre Côté, tandis que la planche de Ouïja s’applique à
la communication avec les esprits ou les énergies qui se trouvent de ce
côté-ci. Lorsque vous travaillez avec une planche de Ouïja, vous
n’avez aucun moyen de savoir à qui vous ouvrez une porte. Vous
n’avez pas la possibilité d’être sélectif. C’est l’entité la plus forte ou
l’esprit le plus fort qui se manifeste.
Voyez les choses sous cet angle : est-ce que tous les gens que vous
rencontrez sont des personnes aimables, amicales et gentilles avec
lesquelles vous seriez ravi de parler ? Absolument pas. Les vivants
sont parfois méchants, grossiers, violents ou menaçants ; et on peut en
dire autant des esprits. S’ils sont piégés sur ce plan, c’est
probablement pour une bonne raison, malheureusement. L’utilisation
d’une planche de Ouïja sera peut-être une expérience effrayante pour
beaucoup de gens, car elle est connue pour attirer des entités de
niveau inférieur, comme elles sont parfois décrites. Ces esprits
désagréables se nourrissent de la peur des gens qui tiennent la
planche. Considérez attentivement ce fait avant d’ouvrir une porte
aux esprits alors que vous n’avez vraiment aucun indice de la manière
de la refermer.
Au fil des ans, les hantises ou les activités spirites les plus
inquiétantes que j’ai eu le malheur de vérifier avaient toutes leurs
origines dans un mauvais usage d’une planche de Ouïja. Je pourrais
vous parler d’une femme au foyer d’âge moyen qui s’ennuyait et qui
pensait que c’était une blague. Je pourrais aussi vous parler de
collégiens qui en ont utilisé une dans leur appartement — à l’endroit
même où un jeune homme s’était suicidé quelques années auparavant.
Ils avaient décidé qu’il serait amusant d’essayer de communiquer avec
lui, juste pour voir ce qui se passerait. Essayez de deviner ce qui s’est
passé ! Il n’y a rien de tel qu’une demi-douzaine de jeunes gens
terrifiés qui se précipitent sur vous pendant une séance de signature
de livres pour vous implorer de les aider.
Une fois qu’ils se sont assez calmés pour me dire ce qui s’était passé,
j’ai compris qu’ils avaient joué avec une planche de Ouïja. Je leur ai
alors fait un sermon assez dur sur les dangers de jouer avec une telle
planche. Encore une fois, c’est un outil, et non un jouet. Je leur ai
reproché d’avoir pris leurs jambes à leur cou quand ils avaient obtenu
exactement ce qu’ils avaient demandé. Je leur ai ensuite rappelé qu’ils
avaient appelé cet ancien occupant de la maison et l’avaient
simplement laissé là au lieu de demeurer sur place, de le renvoyer et
de réparer leur propre gâchis.
Il existe des mesures qui peuvent être prises pour fermer un portail
qui a été ouvert par l’utilisation imprudente d’une planche de Ouïja.
Pour plus de renseignements à ce sujet et pour obtenir de
l’information détaillée sur la façon de purifier une maison de ses
énergies négatives, je vous invite à consulter mon livre Magie de
protection pratique.
Les SLIders

Enfin, nous avons un autre phénomène psychique populaire à


examiner : les SLIders. Le terme signifie « interférence aux appareils
d’éclairage public ». SLI est un type de phénomène psychique qui
tombe dans la catégorie des expériences psychiques. Dans un langage
plus technique, l’acronyme SLIder vient de l’anglais « Street Lamp
Interference Data Exchange Receivers ». Cela veut littéralement dire «
récepteurs d’échange de données causant des interférences aux
appareils d’éclairage public ». En 1993, Hilary Evans a compilé une
collection d’anecdotes sur ce phénomène. Le terme est resté, et
aujourd’hui, les gens se servent souvent de cet acronyme. Mais tout le
monde se demande de quoi il est question exactement. Je tiens à
préciser qu’il ne s’agit pas d’une capacité. C’est un type de
phénomène psychique qui survient de manière aléatoire.
Les expériences SLI impliquent généralement un
dysfonctionnement inexpliqué des dispositifs électroniques ou un
éclatement des ampoules électriques et des lampes des appareils
d’éclairage public autour d’une personne particulière et sur une base
régulière. Étant donné que le phénomène SLI est le plus souvent
anecdotique, il est souvent considéré par le milieu universitaire
comme étant dénué de sens, puisqu’il n’aurait aucune utilité.
À cela, je dis… En fait, je ne l’écrirai pas. C’est un peu grossier.
Même s’il n’a pas d’utilité, il existe de nombreuses expériences
contrariantes qui accompagnent ce phénomène psychique. De toute
évidence, ces « universitaires » n’ont jamais éprouvé l’excitation liée
au fait de terminer une sale journée au travail en revenant à la maison,
d’allumer l’interrupteur et de regarder tous les plafonniers de la
cuisine s’éteindre en même temps avec des bruits de grésillement et
d’éclatement.
Que toutes les personnes qui ont connu ce phénomène le disent avec
moi : « Oui, nous avons vérifié le câblage. Il ne s’agit pas du câblage. »
Ce type de phénomène se produit trop souvent pour qu’il s’agisse
d’une coïncidence. Les ampoules éclatent, les piles s’épuisent et les
ordinateurs plantent quand les voyants sont bouleversés, peu importe
où ils se trouvent. Je dirais que je me fais interroger sur ce phénomène
chaque fois que je donne des conférences sur le développement
psychique. Alors que le phénomène SLI est commun, il surprend
toujours les gens et les rend un peu nerveux.
Si c’est quelque chose dont vous faites souvent l’expérience, au lieu
de vivre dans l’anxiété à son sujet, il suffit de l’accepter comme faisant
occasionnellement partie, bien que ce soit agaçant, du bagage
psychique. Ma seule mise en garde ici est la suivante : stockez des
ampoules électriques, et procurez-vous une garantie pour vos
téléphones cellulaires et des plans d’entretien prolongé pour vos
appareils électroniques. Ce n’est qu’un petit truc utile pour vous faire
économiser de l’argent lorsque les inévitables problèmes électroniques
commencent. Non, je ne plaisante pas. Même les ampoules spéciales
censées durer des décennies ne durent pas très longtemps à proximité
des SLIders.
Si vous vous demandez si ce « talent » est héréditaire, la réponse est
oui. Tous mes enfants adultes ont le même type d’expériences SLI.
Embêtez-les ou stressez-les, et observez leurs appareils électroniques,
les ampoules dans leurs maisons ou les systèmes informatiques à leur
travail s’emballer. Si vous vivez avec un SLIder, stockez des ampoules
supplémentaires et apprenez à rire. En fait, mon mari m’empêche
physiquement d’allumer les interrupteurs quand je suis vraiment
bouleversée. Oui, c’est un homme intelligent. Nous sommes mariés
depuis plus de 30 ans, et il me connaît trop bien. Pendant que
j’effectuais les recherches pour cet ouvrage, il était particulièrement
ravi de découvrir que ce phénomène portait un nom. Il l’avait toujours
désigné comme étant « ce truc agaçant que les enfants et toi faites avec
les ampoules et les ordinateurs ».
Il est important de se souvenir que le phénomène SLI est spontané
et aléatoire, ce qui fait qu’il est si difficile à catégoriser, à définir et à
prouver. Mais avant de vous décourager, essayez de voir ce sujet sous
une perspective différente. Comme nous en avons parlé plus tôt, ce
sont les émotions exacerbées qui déclenchent les rugissements des
expériences et des capacités psychiques. La science et le bon sens
affirment que votre corps et les impulsions dans votre cerveau sont
électriques, de sorte que la culmination ou l’augmentation de ce
courant électrique risque de causer une certaine interférence. Les «
cibles » les plus susceptibles d’être touchées sont nécessairement les
appareils électroniques les plus proches de vous. Le stress intense est
mauvais pour vous. Il peut aussi nuire à votre santé, et non seulement
à vos appareils électroniques. Maintenant, détendez-vous au sujet de
ce type de phénomène psychique avant de faire sauter quelque chose
d’autre.
Voici quelques-uns des effets les plus courants du phénomène SLI :

• Les appareils d’éclairage public qui clignotent ou qui s’éteignent


chaque fois que vous êtes à proximité — interférence aux
appareils d’éclairage public
• Les ampoules qui éclatent lorsque vous les éteignez ou quand
vous les allumez, surtout si vous êtes stressé/bouleversé
• Les niveaux de volume qui changent sur vos appareils comme le
téléviseur, la radio ou le iPod sans raison apparente
• Les montres qui se brisent, s’arrêtent ou ne fonctionnent pas
correctement lorsque vous les portez
• Les jouets électroniques qui font des bizarreries, s’éteignant et
s’allumant apparemment par eux-mêmes
• La bande magnétique sur les cartes de crédit/débit qui est
endommagée à répétition, peu importe vos précautions ou le
nombre de fois où vous remplacez la carte
• Les ordinateurs qui ont tendance à tomber en panne chaque fois
que vous êtes de mauvaise humeur ou que vous vivez un grand
stress
• Un système informatique ou un système de caisse enregistreuse
qui plante lorsque vous l’utilisez au travail alors que vous êtes
particulièrement en colère concernant votre emploi
• La pile de votre téléphone cellulaire qui s’épuise constamment,
peu importe le fait qu’il soit neuf ou la fréquence de
remplacement de la pile
• Des problèmes avec la réception du téléphone cellulaire quand
votre état émotionnel est exacerbé
• Des problèmes avec l’électricité statique sur un téléphone fixe
quand votre état émotionnel est exacerbé.

Si vous avez subi au moins trois de ces effets SLI, félicitations ! Vous
venez de comprendre le problème. Vous faites simplement
l’expérience d’un certain phénomène psychique. Oh, certes, quelqu’un
quelque part est sans doute un peu contrarié de constater mon
manque de sérieux et d’intensité à ce sujet. (Vous pouvez m’appeler
voyante.) Mais sérieusement ? Si le phénomène SLI survient en votre
présence, il vous faudra en rire et vous libérer de toute manière d’une
certaine tension ; c’est la principale cause de la manifestation du
phénomène. Toute cette énergie psychique — frustration, intensité et
tension — s’accumule et cherche une cible électronique pratique.
Apprenez à affronter vos problèmes et à gérer votre stress d’une
manière saine afin de soulager la pression et de réduire la sévérité de
vos expériences SLI. Que diriez-vous si nous apprenions tous à lâcher
prise, à nous détendre, à abaisser notre tension artérielle et à relâcher
sainement la vapeur ? Je suggère des choses simples comme une
promenade, l’exercice et, bien sûr, la méditation afin que nous
puissions tous retrouver un état zen intérieur. Par la suite, quand nous
aurons tous atteint la paix intérieure, nous pourrons vraiment devenir
dingues et renouveler les garanties et les plans de protection de nos
ordinateurs et de nos téléphones cellulaires comme un plan de
sauvegarde de célébration.
La confiance vient de la discipline et de la formation.
— Robert Kiyosaki

Chapitre 7

L’entraînement psychique

Ce chapitre commence par une analogie. Je partagerai quelque chose


avec vous. Voyons un peu si vous pouvez sentir comment cela
s’applique à votre développement psychique personnel. Il y a un peu
plus d’un an, je me suis inscrite à une salle de sport locale, et j’ai
embauché un entraîneur personnel. Je me souviens bien de ce premier
jour où je suis entrée dans cette immense salle de sport : j’ai vu tous
ces poids et ces différents équipements. J’étais sacrément intimidée —
et je ne me laisse pas facilement intimider en général. En promenant
mon regard dans cette salle, je me suis littéralement mise à transpirer
de nervosité. J’étais sur le point d’avoir 50 ans, et je luttais contre le
gain de poids redouté associé à la ménopause. Ma tension artérielle
était trop élevée, et tout ce que je pouvais imaginer pendant que
j’examinais ce paysage étranger et chromé, c’était une série
d’accidents embarrassants causés parce que je n’avais aucune idée de
ce que j’étais en train de faire durant l’entraînement. Je suis
honnêtement l’une des femmes les plus dépourvues de coordination
sur la planète. J’ai un jour suivi la moitié d’un cours de danse du
ventre avec un voile de soie ; c’était affreux.
Je me suis presque ruée hors des portes de la salle de sport, mais je
me suis alors dit qu’il me fallait me ressaisir et ignorer cette sueur qui
me coulait sur le dos. J’ai pris une profonde inspiration pour me
calmer, et j’ai examiné plus attentivement cette salle. Je me suis rendu
compte qu’il y avait toutes sortes de gens en train de s’entraîner.
Aucun « type » ne prévalait. Des personnes âgées, des collégiens et
des gens de tous les âges entre les deux s’activaient sur des tapis
roulants et des vélos stationnaires. Les hommes comme les femmes
utilisaient les poids libres et l’équipement. De plus, les formes
corporelles, les capacités et les âges des membres étaient
magnifiquement variés. Il était réconfortant de comprendre qu’il n’y
avait pas un seul stéréotype dans cette salle et que tout le monde était
là pour faire de son mieux.
Ce jour-là, je ne suis pas partie. Je suis restée, et j’ai signé mon
contrat d’adhésion. J’ai relevé le défi d’apprendre quelque chose de
nouveau et de profiter du voyage. Heureusement pour moi, on m’a
confiée à un jeune entraîneur très gentil, et lui et moi nous entendions
très bien. La tâche a-t-elle été facile ? Absolument pas. Il s’avère que le
jeune homme au beau visage et à la voix douce était diaboliquement
inventif lorsqu’il s’agissait d’entraîner cette femme bavarde et
cinquantenaire. Au cours de la dernière année, j’ai travaillé dur pour
pratiquer la musculation et améliorer ma condition physique globale.
Certains jours, je rentrais en boitant à la maison, je pleurnichais
pendant ma douche, je m’effondrais sur le canapé, et j’étais abattue
pour le reste de la journée. Mais après quelques mois, je rentrais chez
moi, je buvais une boisson protéinée, je prenais une douche, et je me
sentais remplie d’énergie pour le reste de la journée. J’ai appris à
aimer la sensation incroyablement douloureuse éprouvée le
lendemain d’une séance d’entraînement nouvelle ou difficile. Chaque
fois que je la ressens, je me rappelle que je viens d’entraîner un
nouveau groupe de muscles. Aussi, je me souviens que mon malaise
et ma maladresse finiront par s’estomper et qu’ils seront remplacés
par une force, une compétence et une endurance améliorées. Plus
important encore : j’ai dû réapprendre tout ce que je croyais savoir sur
moi-même et sur mes réelles capacités. Aujourd’hui, je suis au début
d’une autre année dans mon parcours d’amélioration personnelle, et je
suis plus excitée que jamais.
Alors, avez-vous compris la comparaison entre la musculation et
l’entraînement personnel en vue d’un développement psychique ?
Ouais, j’avoue que c’était aussi subtil qu’une brique sur le front. Mais
songez aux similitudes entre le développement psychique et la
musculation. Oubliez votre âge ou votre niveau d’expérience.
Lorsqu’il s’agit de travailler sur le développement psychique, chacun
aura ses propres défis à surmonter. Nous avons tous des domaines
particuliers à cibler et des objectifs psychiques personnels à atteindre.
Bien sûr, vous vous sentirez peut-être maladroit ou intimidé lorsque
vous commencerez à développer vos propres capacités psychiques,
mais avec un peu d’aide et d’orientation — sous la forme de ce livre
— et beaucoup de travail acharné de votre part, vous constaterez une
amélioration et une augmentation de vos compétences.
En résumé : l’entraînement, c’est l’entraînement. Que vous
appreniez à faire des soulevés de terre pour la première fois ou bien
que vous cherchiez à développer vos capacités psychiques
personnelles sur la base de votre confiance en vos expériences
psychiques, vous émergerez de ce voyage avec ce que vous êtes prêt à
y engager. Oui, le développement psychique requiert absolument du
temps et du travail. Pour développer de nouveaux muscles, qu’ils
soient physiques ou psychiques, il est nécessaire d’y mettre des
efforts, de s’exercer de manière répétitive, d’avoir foi en soi-même et
aussi de se concentrer sur l’objectif à long terme. Si vous pouvez faire
tout cela, vous réussirez. Permettez-moi de vous montrer quelques
façons de commencer à entraîner ces muscles mentaux.

Faites travailler ces muscles psychiques !


Pour débuter votre entraînement et faire travailler efficacement ces
capacités psychiques, commençons par quelques exercices et quatre
jours de travail personnel. Je vous dirai maintenant que ces tâches
vous surprendront peut-être. Cependant, il y a de la méthode dans ma
folie. Pour les trois premiers jours, je veux que vous fassiez
l’expérience d’une journée consacrée à la conscience de l’un de vos
sens physiques. Vous vous concentrerez sur la vue, l’audition et le
toucher. Pourquoi commençons-nous par les sens physiques ? Parce
que si vous vous connectez à ce que vous révèlent vos sens physiques,
il vous sera plus facile de discerner le moment où un sens psychique
est à l’œuvre. Enfin, le quatrième jour, je veux que vous preniez
conscience de ce que vous vivez ou ressentez émotionnellement. Ce
sera amusant, et je parie que vous serez surpris de la connaissance
intime de vous-même que vous aurez acquise.
Pour ce travail personnel réparti sur quatre jours, il vous faudra un
cahier à spirale et un crayon ou un stylo. En outre, si vous avez un
téléphone intelligent et que vous trouvez quelque chose d’important
que vous ne voulez pas oublier, faites-vous une note en vous servant
des applications intégrées à votre appareil. Je le fais souvent si je me
trouve à l’extérieur quand il me vient une idée pour un livre sur
lequel je travaille. Je clique sur l’application Notes, je choisis l’option
Microphone, et je commence à parler, de sorte que mon idée est
enregistrée comme une note. Enfin, vous aurez besoin d’environ une
demi-heure de votre temps à la fin de la journée pour noter vos
expériences sensorielles durant cette journée particulière. Un
paragraphe suffira.
Il est important de souligner que vous devrez poursuivre vos
activités quotidiennes. Le travail, le jeu, la famille, les enfants… tout ce
que vous faites habituellement dans votre routine normale. Il est
important de respecter votre routine, car il faut l’avouer, les
expériences psychiques ne se disposent pas elles-mêmes de manière à
s’insérer parfaitement dans votre horaire. Elles surviennent
simplement, et vous devez ensuite apprendre à pouvoir les traiter tout
en continuant votre vie au rythme habituel.

Premier jour : le jour consacré à la vue

Aujourd’hui, je veux que vous voyiez vraiment le monde qui vous


entoure. Regardez l’environnement autour de vous comme si vous le
voyiez pour la première fois. Songez à votre façon d’observer
attentivement les environs lorsque vous voyagez dans un lieu
entièrement nouveau. Par exemple, si vous vous rendez dans un parc
pour la première fois, vous regarderiez attentivement autour de vous,
et vous vous feriez une idée de la configuration du terrain. Vous
chercheriez aussi des éléments d’intérêt à explorer. La plupart des
gens recueillent leurs impressions sur les lieux et les personnes par le
sens de la vue. Observez les choses comme elles sont physiquement :
les couleurs, les plantes, les arbres, le paysage, le ciel, le soleil, la lune,
les étoiles, les gens, les animaux domestiques et les animaux dans la
nature. Maintenant, regardez attentivement autour de vous. Que
voyez-vous ? Quels motifs, couleurs et formes attirent votre attention
? Ne réfléchissez pas trop à vos impressions visuelles ; regardez
simplement. Ensuite, à la fin de la journée, prenez des notes sur les
choses dont vous avez été conscient sur le plan visuel.

Deuxième jour : le jour consacré à l’ouïe

Pour le deuxième jour, vous devrez écouter attentivement.


Aujourd’hui, je veux que vous écoutiez vraiment le monde qui vous
entoure. Aujourd’hui est la journée pour garder vos oreilles ouvertes
et pour écouter les sons vraiment produits dans votre environnement.
Ce pourrait être une tâche difficile pour certains, parce que cela
signifie l’absence de musique en arrière-plan. Sérieusement, combien
de bruits étouffez-vous ? Si vous écoutez la radio dans la voiture ou si
vous portez des écouteurs/oreillettes et bloquez avec votre iPod le
bruit sur le chemin du travail, à quel point êtes-vous vraiment
conscient des sons qui se produisent autour de vous ?
J’aimerais que vous écoutiez votre environnement comme si vous
l’entendiez pour la première fois. Songez à votre façon de vous arrêter
et d’être silencieux, à l’écoute, lorsque vous sortez seul dans la nature.
Aujourd’hui, il faudrait que vous sortiez et alliez dans la nature, par
n’importe quel moyen. Rendez-vous dans un cadre naturel à
proximité — le parc, les boisés, les montagnes, les prairies, le désert
ou la plage —, demeurez en silence et écoutez. Votre environnement
est-il silencieux ? J’en doute. Il y a des sons partout. Écoutez le bruit
de l’eau : l’écoulement de la rivière, le ressac sur la plage, le gazouillis
du ruisseau. Écoutez la mélodie du vent. Il y a la brise qui agite les
feuilles des arbres. Remarquez-vous les différents appels des oiseaux,
des animaux et des insectes ? Concentrez-vous sur les sons que vous
entendez, et notez les impressions qui vous parviennent par le sens
physique de l’ouïe. Ensuite, à la fin de la journée, écrivez ce dont vous
avez été conscient sur le plan auditif.

Troisième jour : le jour consacré au toucher

Aujourd’hui, je veux que vous tendiez la main et touchiez le monde


qui vous entoure. Utilisez vos mains et palpez les formes et les
textures de l’environnement autour de vous, comme si vous les
remarquiez pour la première fois. Prenez quelques instants, et passez
vos doigts sur votre visage et sur votre peau. Passez vos mains dans
vos cheveux et le long de vos bras. Placez vos mains sur votre poitrine
et sentez la force de votre cœur qui bat. Au cours de votre journée,
faites-vous un devoir de toucher différents types d’objets autant que
possible. Une idée amusante pour explorer ce sens est de vous rendre
dans la section des fruits et légumes d’une épicerie. Si vous ne
disposiez que du toucher pour choisir vos produits, lesquels
choisiriez-vous ? (Soyez poli et achetez quelque chose pendant que
vous êtes à l’épicerie ; ne faites pas que palper les produits !) Assoyez-
vous dans l’herbe dans votre cour et passez vos mains à travers
l’herbe et le trèfle. Touchez les fleurs de votre jardin, sautez dans une
pile de feuilles ou enfoncez vos mains dans la neige et observez
quelles informations vous recueillez avec votre sens physique du
toucher.
Une autre suggestion est de faire un bon brossage à vos animaux de
compagnie et de les rendre heureux. Passez du temps à gratter les
oreilles de votre chien ou à frotter le menton de votre chat. Le toucher
est puissant ; quel impact a-t-il eu sur vos animaux de compagnie ?
Quelles informations avez-vous recueillies aujourd’hui par votre sens
du toucher ? Puis, à la fin de la journée, notez les différentes
sensations que vous avez éprouvées par votre contact physique.

Quatrième jour : le jour consacré à la sensation

Aujourd’hui, je veux que vous vous arrêtiez et que vous ressentiez le


monde qui vous entoure. Demandez-vous comment vous vous sentez
dans votre environnement sur le plan physique. Êtes-vous à l’aise ou
mal à l’aise ? Calme, indifférent ou anxieux ? Faites l’expérience de
ressentir votre environnement comme si c’était la première fois.
Comment vous sentez-vous avec certaines personnes et dans certains
lieux ? Êtes-vous heureux, inspiré, énergisé ou en colère ? Une bonne
façon d’utiliser votre capacité de ressentir sur le plan émotionnel dans
une perspective différente consiste à étreindre un arbre. Sérieusement.
Allez trouver un grand arbre, et enveloppez le tronc de vos bras.
Posez doucement votre joue contre l’écorce, et fermez les yeux. En
fermant les yeux, vous forcez vos autres sens à s’éveiller et à s’activer.
Prenez maintenant une profonde inspiration et détendez-vous. Que
ressentez-vous contre ce vieil arbre ?
Une autre suggestion est de passer du temps avec les jeunes enfants
dans votre vie. Que remarquez-vous à propos de l’atmosphère dans la
chambre lorsqu’un enfant rit de joie ou pleure de frustration ?
Comment vous sentez-vous pendant des expériences normales de
votre vie quotidienne ? Ne réfléchissez pas trop à vos impressions
émotionnelles ; faites-en simplement l’expérience. Ensuite, à la fin de
la journée, écrivez ce dont vous avez été conscient ou ce dont vous
avez pris conscience sur le plan émotionnel.

Notes sur le travail sensoriel personnel

Avant de lire la prochaine partie, je voudrais que vous vous assuriez


d’avoir vraiment effectué le travail sensoriel personnel réparti sur
quatre jours. Sinon, ce que vous êtes sur le point de lire influencera les
résultats et les informations que vous recevrez, donc ne trichez pas…
Oh, en passant, si vous le faites, je le saurai. (Croyez-moi : je suis
voyante.) Si vous voulez développer vos capacités psychiques,
effectuez d’abord le travail. Ensuite, lisez afin de comprendre
pourquoi j’ai insisté pour que vous le fassiez. Alors, pas de
pleurnichage, et mettez-vous au travail !
Quand j’ai écrit ce chapitre, j’ai envoyé ce travail sensoriel personnel
à deux de mes amies et leur ai demandé de réaliser les tâches. Leurs
notes sur le travail personnel étaient très intéressantes. Ces deux
personnes ne s’étaient jamais rencontrées ; l’une vit à Los Angeles, en
Californie, tandis que l’autre habite dans une région rurale du sud du
Missouri. L’une est plus claircognizante/intuitive et a un mari et des
gamins. L’autre amie est clairsentiente/empathe et célibataire. Même
si elles menaient des styles de vie très différents, elles étaient toutes
deux ouvertes à en apprendre davantage sur leurs propres capacités
psychiques, et leurs notes sur le travail personnel présentaient de
nombreuses similitudes. Mes deux amies ont bien aimé les trois
premières tâches quotidiennes, et leurs réponses correspondaient
presque à ce que j’avais prévu. Mais ce sont leurs commentaires du
quatrième jour qui ont confirmé ma théorie et qui ont démontré
l’utilité de l’ensemble de cet exercice.
Au quatrième jour — le jour de la sensation/sentiment —, leur
capacité psychique dominante s’était vraiment activée. C’est le jour où
je leur ai dit de se concentrer uniquement sur leurs émotions et sur ce
qu’elles ressentaient et sentaient autour d’elles. Et après qu’elles
eurent passé trois jours à se concentrer uniquement sur l’information
recueillie par leurs sens physiques, leurs capacités psychiques
dominantes étaient impatientes de se manifester. Je soupçonnais que
ce serait le cas, mais je ne voulais pas montrer mon jeu, pour ainsi
dire, alors je suis demeurée discrète, et j’ai attendu. Elles ne m’ont pas
déçue.
Une de mes amies a noté que dès qu’elle avait ouvert les yeux le
quatrième jour, elle savait que quelque chose n’allait pas ; sa journée a
commencé par une prémonition. Elle a mis sa prémonition au travail.
(S’il vous faut un rappel, reportez-vous au chapitre 1 pour plus de
renseignements à ce sujet.) Elle a rétréci le champ des possibilités dans
lequel pouvaient se situer les défis de sa journée, puis elle s’est
préparée mentalement. Il s’est avéré que la gamme des défis variait
entre des ennuis mineurs avec la garderie de ses enfants, un
cafouillage administratif et des problèmes à son travail. Néanmoins,
comme elle avait reçu un avertissement grâce à son intuition, elle était
préparée. Elle a été davantage en mesure de relever les défis de sa
journée en s’attaquant à une crise à la fois. Sa conscience accrue lui a
permis d’exploiter sa claircognizance/intuition psychique, de même
que sa clairsentience/empathie psychique pendant la journée. De cette
façon, elle « savait tout simplement » quand le problème était sur le
point de survenir, ce qui l’a aidée à naviguer dans une journée très
éprouvante.
À la fin du quatrième jour, elle s’est endormie avec le pressentiment
que la prochaine journée serait meilleure. Bien sûr, le lendemain
matin, elle a reçu des commentaires très positifs d’un éditeur sur un
article au sujet duquel elle se faisait du mauvais sang. Elle a également
pris conscience du fait qu’elle avait, en fait, réussi à combiner ses
capacités psychiques de clairsentience/empathie avec sa
claircognizance/intuition. En travaillant avec ces deux capacités en
même temps et en surfant sur la vague, pour ainsi dire, toute
information psychique qu’elle glanait pendant la journée était plus
claire et plus rapide, lui permettant de l’interpréter correctement.
Ma seconde amie, qui possède des capacités impressionnantes
d’empathie psychique, a vraiment beaucoup aimé le travail sensoriel
personnel. Elle s’est toujours qualifiée de « douloureusement
empathique », et elle a abordé les tâches comme un défi personnel. Le
premier jour, elle a été enchantée par ses impressions visuelles dans
les menus détails des choses, jusque dans les émanations énergétiques
qu’elle voyait provenant de divers objets eux-mêmes. Le deuxième
jour, elle a découvert qu’elle pouvait capter des sons à un niveau
qu’elle n’avait jamais remarqué auparavant. Les sons à distance
étaient plus clairs, et la musique sur laquelle elle dansait durant une
activité physique lui semblait plus riche. Le troisième jour, elle a été
emballée de redécouvrir la somme d’informations qu’elle pouvait
capter avec ses deux mains et son sens du toucher, depuis la texture
d’un tapis de yoga et la force dans son corps physique à la texture
soyeuse de ses cheveux qu’elle avait brossés après sa séance
d’entraînement. Elle a indiqué qu’en se concentrant sur l’information
tangible qu’elle avait recueillie grâce à l’acte du toucher, la tâche de la
troisième journée lui avait procuré une nouvelle manière de
communiquer avec sa personne physique et de l’honorer.
Pour la quatrième journée, elle a déclaré qu’après trois jours passés
à saisir la totalité de ses impressions physiques, elle avait pris
conscience de quelque chose de très important : son habitude de
marcher sur la pointe des pieds autour de la plénitude de ses
sensations physiques ne la servait pas aussi bien que lorsqu’elle les
embrassait. Elle a expliqué que ce qu’elle avait appris du travail
personnel est qu’il était beaucoup plus sain de s’abandonner à sa
clairsentience/empathie psychique que de s’y dérober. Elle s’est
également rendu compte que lorsqu’elle travaillait depuis un lieu de
plus faible résistance, elle recevait des informations plus utiles et plus
claires du royaume psychique.

Hé, attendez ! Ce n’est pas ce qui m’est


arrivé le quatrième jour !

Bon. Avant que quelqu’un commence à paniquer et à sauter dans tous


les sens en disant qu’il n’a pas reçu un flot d’illumination psychique le
quatrième jour, détendez-vous. Qu’avez-vous découvert le quatrième
jour ? Qu’avez-vous appris sur vous-même en vous concentrant sur
vos émotions et sur votre manière de réagir à certaines situations ?
Allez-y : relisez les notes que vous avez prises concernant la tâche du
quatrième jour. Ici, il n’y a pas de mauvaises ou de bonnes réponses,
car cette tâche portait entièrement sur vous-même : ce que vous avez
appris, ce que vous avez ressenti et ce que vous avez vécu. Examinez
attentivement vos commentaires sur la tâche de la quatrième journée.
De cette façon, vous aurez une idée plus claire de ce qui vous
provoque sur le plan émotionnel. Comprendre le fonctionnement de
vos émotions et votre réaction devant différentes personnes et
situations vous facilitera la tâche lorsqu’il s’agira de faire la distinction
entre une prémonition, un simple stress et une légère anxiété.
Souvenez-vous aussi — comme nous en avons discuté dans le
premier chapitre — que les moments d’émotions intenses ont
tendance à faire émerger des expériences psychiques et à les porter à
l’avant-scène. Une fois de plus, la compréhension de la différence
entre vos réactions émotionnelles typiques, une réaction viscérale
psychique intense ou les émotions associées à une prémonition qui
vous cloue sur place est importante. La seule façon de savoir, c’est de
prêter attention aux expériences et de les valider.
Ces exercices portaient tous sur l’expansion de votre conscience.
Qu’avez-vous appris sur vos perceptions ? Qu’avez-vous appris
lorsque vous avez rehaussé le niveau de votre conscience ? Si vous
n’en êtes pas certain, revenez en arrière et lisez vos notes sur chacune
des tâches. C’est là que se trouve votre réponse. Voilà l’utilité des
notes du travail sensoriel personnel. Il est merveilleux de pouvoir
obtenir une validation.

Entraînement simple pour les cinq C :


la claircognizance, la clairaudience, la clairvoyance, la clairsentience
et la clairtangence
Voici un exercice d’entraînement psychique pour vous. Il vous aidera
très rapidement à confirmer où se situent vos talents. Souvenez-vous
que beaucoup de gens sont dotés d’un mélange de capacités
psychiques. L’exercice suivant est celui que j’ai enseigné à mes
propres enfants quand ils étaient jeunes, et c’en est un avec lequel
j’aide actuellement ma nièce adolescente afin qu’elle puisse faire
travailler un peu ses muscles psychiques.
Pour cet exercice, vous aurez besoin d’un jeu de cartes à jouer
ordinaires. Trouvez l’as de pique, l’as de cœur et l’as de carreau, puis
retirez ces trois cartes du jeu et mettez de côté le reste des cartes. Nous
nous servirons de l’as de pique, car il s’agit souvent d’un élément
graphique gras, et vous pourrez vous représenter cet as et le trouver
en vous servant de vos capacités psychiques personnelles. Nous
utiliserons les deux autres as rouges afin que vous puissiez centrer
votre attention sur l’as noir et éviter la confusion en vous concentrant
sur d’autres nombres. Il s’agit ici d’une question de couleurs et de
symboles.
Sur une surface plane — comme la table de cuisine ou le comptoir
—, placez les trois as avec leur face vers le bas. Maintenant, mélangez-
les bien afin de n’avoir aucune idée de leur emplacement, puis
disposez-les sur une ligne horizontale alors que leur face est toujours
vers le bas. Maintenant, tenez votre main au-dessus des cartes une à la
fois, et essayez de trouver l’as de pique noir. Choisissez la carte que
vous pensez être l’as de pique, et voyez si vous avez raison. Répétez
cet exercice 10 fois. Notez combien de fois vous êtes tombé juste.
C’est maintenant le moment de porter cet exercice très simple à
première vue au prochain niveau. En examinant vos résultats passés,
demandez-vous comment vous avez choisi l’as de pique lorsque votre
réponse était exacte. Avez-vous « tout simplement su » ? Il s’agit de la
claircognizance — ou intuition. Peut-être que vous avez vu la bonne
carte dans l’œil de votre esprit ? C’est la clairvoyance. Votre voix
intérieure vous a-t-elle dit laquelle choisir ? Ce serait la clairaudience.
Avez-vous seulement senti la carte ? Une réponse émotionnelle vous
a-t-elle fait choisir la bonne carte ? Alors, il s’agit de la clairsentience
— ou empathie psychique. Enfin, avez-vous essayé de toucher
physiquement les cartes afin de deviner laquelle était la bonne ? Et si
vous les avez touchées, votre réponse était-elle plus précise ? Est-ce
qu’en touchant les cartes, vous avez reçu une intuition, une sensation
ou une vision ? Si vous avez été capable de discerner la bonne carte
par le toucher, c’est la clairtangence — ou toucher psychique. Si ce
contact avec les cartes a fait surgir une intuition ou une vision ou si
vous avez pu entendre votre voix intérieure plus clairement et
justement, vous avez combiné la clairtangence avec une autre capacité
psychique.
La première fois que j’ai montré cet exercice à ma nièce, c’était le
jour de Noël, et nous étions à la résidence de ma mère. Elle était venue
discrètement me voir et m’avait demandé de l’aider à comprendre ses
rêves précognitifs. Je me suis rendu compte que ses capacités
commençaient à se manifester et à l’accabler, comme c’est souvent le
cas chez les adolescents. Donc, pendant que le reste de la famille jouait
au billard, nous avons utilisé un coussin comme table, et nous
sommes assises sur le plancher pour pratiquer cet exercice avec les
cartes. Après quelques instants, elle s’est sentie frustrée, surtout que
j’étais moi-même capable de trouver cet as de pique presque chaque
fois. Elle a dit qu’elle ne croyait pas qu’elle serait un jour capable de
maîtriser cet exercice. Je l’ai encouragée à essayer à nouveau. J’ai
brassé et disposé à nouveau les cartes, et je lui ai dit que cette fois, elle
devrait essayer de toucher les cartes pour voir si cela l’aidait. Je l’ai
également invitée à se détendre.
Mon fils adulte, Kyle, circulait autour de la table de billard,
cherchant un bon angle pour son prochain tir pendant que nous
parlions, elle et moi. Tandis qu’il passait devant nous deux, il s’est
arrêté, a reculé, s’est penché sur l’épaule de sa cousine et a rapidement
retourné l’as de pique au premier essai. Il lui a fait un clin d’œil, et ma
nièce s’est mise à rire. Kyle l’a encouragée à essayer de nouveau et lui
a dit de ne pas y réfléchir si fort — d’y aller carrément. Ma nièce a
mélangé les cartes et a pris une grande respiration, puis elle s’est mise
à rire ; elle était un peu gênée, maintenant que mes trois enfants
adultes étaient là, tous rassemblés autour d’elle pour la regarder et
l’encourager. Cette fois, elle a touché les bords de chaque carte
retournée. Puis elle a pris une grande inspiration, et elle a retourné l’as
de pique. L’expression sur son visage n’avait pas de prix.
J’ai récemment fait cet exercice consistant à trouver l’as de pique
lors d’une conférence à laquelle je participais. J’ai expliqué le fait que
ce processus était facile, et j’ai montré les trois cartes aux quelques
centaines de personnes rassemblées dans la salle de conférence. J’ai
retourné les cartes sur la table, et je les ai bien mélangées pour n’avoir
aucune idée de l’emplacement de l’as de pique. Alors que j’expliquais
comment réaliser l’exercice psychique, j’ai baissé ma main au milieu
de ma phrase et levé une carte dans les airs. C’était l’as de pique. En
sachant très bien que certaines personnes dans la salle croyaient qu’il
s’agissait d’un truc de cartes, j’ai demandé à un volontaire de venir à
l’avant de la salle et d’essayer lui-même.
Évidemment, personne ne s’est porté volontaire. La plupart des
gens n’aiment pas être mis dans l’embarras, alors j’ai choisi quelqu’un
au hasard. Pendant que le premier s’approchait de moi, il a annoncé
qu’il se considérait comme un intuitif. Je lui ai suggéré de mélanger
les cartes pour voir comment cela fonctionnait. Boum ! Il a trouvé l’as
au premier essai. Emballé, il a agité la carte avec excitation devant la
foule et a obtenu une ronde d’applaudissements. Désormais, j’avais
beaucoup de volontaires.
La deuxième fois, j’ai choisi un garçon d’environ 12 ans qui était
assis avec ses parents. Je l’ai invité à s’approcher, je l’ai aidé à monter
les marches, et je l’ai vu tenter de se dérober. Il était clair qu’il
appréhendait l’issue de l’exercice. Lorsqu’il n’a pas tiré l’as de pique,
il a semblé dévasté. Ainsi, comme je l’avais fait avec ma nièce, je lui ai
demandé de ralentir et de toucher chaque carte d’abord. Je l’ai fait rire
et se détendre, ce qui, j’en suis certaine, n’était pas facile pour un
garçon devant quelques centaines de personnes. Mais bien sûr, alors
qu’il touchait chaque carte, j’ai vu ses épaules retomber, et il a
commencé à se détendre un peu. Puis il a correctement retourné l’as
de pique en poussant un cri d’excitation.
Il m’a demandé s’il pouvait essayer une autre fois, alors j’ai bien
mélangé les cartes, et je me suis reculée. Il a pris son temps, et il a
touché délicatement chaque carte retournée, puis il a trouvé l’as de
pique une nouvelle fois. Pendant qu’il souriait devant les
applaudissements qu’il recevait, je lui ai demandé comment il avait
discerné quelle carte était l’as noir. Il a répondu simplement : « Une
fois que je les ai touchées, j’ai senti où il était. » J’ai donc dit au garçon
et au groupe dans la salle que cela signifiait qu’il utilisait la
clairtangence combinée à la clairsentience. Après la conférence, il y a
eu une ruée vers la table, et les gens ont fait la file pour essayer
l’exercice eux-mêmes.
Ce jeu consistant à trouver l’as de pique est une excellente façon de
pratiquer et de découvrir quelles capacités psychiques vous mettez
sur la table. Vous pouvez l’essayer avec des amis ou par vous-même.
C’est un exercice psychique approprié pour toute personne, de
l’adolescence à l’âge adulte. Le plus important, c’est que vous vous
amusiez avec ce jeu. Si vous vous détendez, vous obtiendrez de
meilleurs résultats. Allez-y et travaillez ! Un peu d’exercice psychique
pratique, c’est ce qu’il vous faut. Je parie que vous serez surpris des
résultats.

Affiner vos compétences, accepter vos talents

À cette étape du livre, vous devriez avoir une assez bonne idée de la
capacité ou des capacités psychiques que vous possédez. Oh,
j’imagine que quelqu’un est déçu parce que je n’ai pas inséré un jeu-
questionnaire du type « Quel genre de voyant êtes-vous ? » dans ce
livre. Mais je ne l’ai pas fait pour quelques bonnes raisons. Première
raison : ce jeu a déjà été publié une infinité de fois. Deuxième raison :
honnêtement, je déteste ce type de jeux, pour le simple fait que les
gens sont rarement honnêtes avec leurs réponses. La plupart sont
assez intuitifs pour savoir qu’ils peuvent choisir leurs réponses de
manière à influencer le résultat de n’importe quel questionnaire de
personnalité. Souvenez-vous que tout le monde est doté de capacités
psychiques ; il revient simplement à chacun de choisir de les
développer et de travailler avec elles. À cause de leur intuition
naturelle, lorsqu’il s’agit de questionnaires, les gens répondent en
fonction de ce qu’ils croient/souhaitent au lieu de répondre en
fonction de ce qu’ils pensent et ressentent vraiment.
Donc, au lieu de perdre du temps avec un questionnaire, laissez-moi
vous poser cette question : qu’avez-vous appris sur vous-même
jusqu’à présent ? Ne paniquez pas. Contentez-vous de répondre
honnêtement et immédiatement à la question. Que vous dit votre
cœur ? Et vos tripes ? Lorsque vous réfléchissez à cela, qu’est-ce qui
vous apparaît ou vous semble juste ? Lorsque vous avez lu plus tôt
dans le livre sur les diverses expériences et capacités psychiques,
lesquelles vous ont procuré un moment de révélation ? Fournissez la
réponse à la question qui concerne ce que vous avez découvert sur vos
propres talents à voix haute, et faites-le dès maintenant. Embrassez et
acceptez ce que vous avez découvert sur vous-même.
Une fois que vous avez reconnu et accepté les talents psychiques
que vous possédez, cela signifie que vous êtes prêt à aller de l’avant.
Maintenant, le véritable défi commence. Vous pouvez affiner vos
compétences en travaillant avec elles tous les jours et dès que
l’occasion se présente. La pratique est vraiment la mère du succès.
Alors, mettez-vous au travail, et voyez jusqu’à quel point vous
pouvez affiner vos compétences psychiques ! Pour perfectionner vos
capacités, vous devez vous pratiquer et garder vos sens physiques
bien aiguisés. De cette façon, vos compétences psychiques vous sont
accessibles chaque fois que vous en avez besoin. Cela étant dit, voici
un secret en matière de développement psychique : la meilleure façon
d’affiner vos compétences consiste à en garder la trace.
Comme je l’ai suggéré dans l’introduction, vous devriez tenir un
journal et noter les façons dont se manifestent vos expériences et vos
propres capacités psychiques uniques. Cette validation enregistrée
dans vos notes de suivi vous permet de gagner en confiance. Ce n’est
pas à moi de vous dire quels sont vos talents psychiques. Ce que je
peux faire, c’est vous enseigner au sujet des expériences et des
capacités psychiques, ce qui vous donne la liberté de découvrir la
vérité sur vous-même et sur vos pouvoirs psychiques personnels. Les
bons enseignants ne font pas le travail à la place des élèves ; ils leur
présentent plutôt l’information, les guident et les encouragent, puis ils
se tiennent à l’écart pendant que les élèves intègrent l’information,
acquièrent les connaissances et exercent ensuite leur autonomie avec
force.
Eh bien, regardez-vous ! Vous vous tenez là, superbe, avec votre
force et votre confiance !
J’avais le pressentiment que vous le feriez.
Tout est amusant, tant que ça arrive à quelqu’un d’autre.
— Will Rogers

Chapitre 8

Les premiers soins, la protection


et l’autodéfense psychiques

Alors que j’arrivais aux derniers chapitres de ce livre, un brin de


synchronicité a décidé de s’amuser à mes dépens. C’était la mi-janvier,
et plus tôt dans le mois, j’avais dû composer avec une grippe pendant
une semaine. Je commençais tout juste à me sentir mieux, et j’essayais
désespérément de me remettre à ma routine d’entraînement régulière
à la salle de sport et de reprendre le fil de ce livre. Ma relationniste
avait planifié pour moi deux entrevues radiophoniques distinctes. Il
semblait y avoir une demande pressante pour un entretien à la radio
avec une médium. Je suppose qu’il s’agissait d’une affaire du genre «
Voici ce que vous réserve la nouvelle année ».
La première entrevue ne devait durer qu’une demi-heure, mais
l’intervieweur avait un bon sens de l’humour. Et il a été si
impressionné par les lectures psychiques et les lectures de tarot que
j’ai faites avec des participants sur une ligne ouverte que j’ai fini par
faire une entrevue de deux heures en direct. Cela a été très amusant,
mais aussi épuisant. La seconde entrevue à la radio a eu lieu quelques
jours plus tard et n’a duré que 20 minutes. Pendant la pré-entrevue, le
présentateur a été un peu passif agressif. Il m’a informée du fait qu’il
ne croyait pas vraiment à la voyance, mais il a ensuite insisté pour
dire qu’il avait l’esprit ouvert. Merveilleux !
Donc, pendant la seconde entrevue radio, je me suis efforcée d’être
polie et de belle humeur. Et bien sûr, j’ai utilisé beaucoup d’humour
— ce que je fais par défaut lorsque je suis agacée, mais que je ne peux
me permettre de le montrer. Ce second entretien a été
providentiellement bref, et alors que nous étions en train de conclure
l’entrevue, j’ai expliqué au présentateur comment il était possible de
faire des lectures à longue distance au téléphone. J’ai dit qu’il
s’agissait pour moi d’une sorte de vision à distance. J’ai ajouté qu’elle
se manifestait comme une représentation dans mon esprit du lieu où
se trouvaient les gens qui faisaient l’objet de la lecture — dans ce cas,
la ville et l’État où ils étaient pendant que je leur parlais au téléphone.
Enfin, je lui ai dit que je me concentrais sur leur voix et que je
procédais avec la lecture. Ensuite, sans qu’il me le demande, j’ai fait à
l’antenne une lecture sur le présentateur. J’avais recueilli des
informations psychiques pendant qu’il parlait, et disons seulement
que maintenant, il croit en la voyance.
J’ai ri un peu après la fin de l’entrevue radiophonique, et mes amis
de partout au pays qui ont écouté l’émission grâce à l’accès en ligne
ont fait sauter mon téléphone cellulaire en raison de la tournure que
l’entrevue avait prise. Ma relationniste était ravie, je ressentais un
contentement et une satisfaction quelque peu béate, et j’étais aussi un
peu étourdie. Je me suis couchée tôt ce soir-là, et j’ai décidé de me
rendre à la salle de sport à la première heure le lendemain matin. Et
vous savez ce qu’on dit des plans les mieux ficelés…
Je me suis réveillée le lendemain matin sous l’effet d’une surcharge
psychique de la taille du Montana. Une surcharge psychique
ressemble remarquablement à une gueule de bois. Mais il n’y a pas
d’alcool en cause ; vous manquez d’énergie, vous ne vous sentez pas
dans votre assiette et vous êtes mentalement confus. Comme la
surcharge psychique est énergétique par nature, elle peut inclure des
symptômes physiques. Selon la gravité, vous pouvez recevoir en
cadeau un mal de tête languissant, des nausées et des courbatures.
Cette réaction physique après un excès de travail psychique est
également appelée surextension énergétique.
Techniquement, une surextension se produit lorsqu’une personne
va au-delà de ses capacités psychiques ou physiques. Ce n’est pas
différent de faire des soulevés de terre à la salle de sport ; si vous
soulevez un poids trop lourd trop rapidement, vous le sentirez
immédiatement. En raison de cette surextension de votre capacité
musculaire, il pourrait falloir quelques jours à vos muscles pour cesser
de vous crier des bêtises. Mais vous guérirez, et vous pourrez
lentement, mais sûrement, augmenter de manière sécuritaire la
quantité de poids que vous soulevez. De cette façon, vous pouvez
lentement bâtir votre force et apprendre à soulever correctement des
poids plus lourds à l’avenir. La même analogie peut s’appliquer à
l’accroissement de votre force psychique. Si vous allez au-delà de vos
limites, vous subissez une surextension. En résumé : une surextension
énergétique — ou surcharge psychique —, c’est vraiment nul.
Le lendemain matin de la seconde entrevue radio, je suis sortie du
lit en chancelant, j’ai avalé quelque chose pour soulager mon mal de
tête fracassant, et je me suis obligée à prendre un bon petit-déjeuner à
haute teneur en protéines. Je me suis préparé une tasse de thé fort, et
j’ai prié pour que l’effet stimulant de la caféine se fasse sentir, puis je
me suis installée à ma table de travail dans mon bureau à domicile
pour travailler, ce qui était une perspective moins agréable. À un
moment donné, j’ai posé ma tête entre mes mains, et j’ai admis que
j’avais l’impression qu’un camion énergétique m’avait frappée.
Bonjour, surextension ! Je ne me sentais plus si béatement satisfaite, à
présent. J’ai traversé ma journée et me suis dit que j’irais à la salle de
sport plus tard dans l’après-midi.
Cet après-midi-là, mon mari m’a jeté un coup d’œil pendant que
j’étais en train de plier la lessive, et il m’a dit d’aller m’asseoir sur le
canapé. J’ai ignoré ce conseil, et j’ai continué ma tâche. Comme j’allais
ranger la lessive, j’ai littéralement foncé dans le cadre de porte. Il m’a
regardée et m’a dit calmement : « J’ai écouté ton entrevue à la radio
pendant que j’étais au travail hier soir. »
Je lui ai fait une grimace tandis que je me frottais l’épaule et que je
me disais que je serais peut-être gracieuse dans ma prochaine vie. Puis
je lui ai demandé ce qu’il en avait pensé.
Il s’est approché, m’a enlevé la lessive pliée des mains et m’a dit
tranquillement : « Tu étais sacrément juste, bébé. Mais quand tu fais
une lecture à longue distance comme celle-là, tu as un prix physique à
payer, n’est-ce pas ? »
Je lui ai alors avoué que c’était le cas parce que je laissais tomber
mes défenses et que je cherchais à capter énergétiquement
l’information sur de longues distances.
Il m’a lancé un regard sévère, puis il m’a pris le bras, m’a guidée
vers le canapé et m’a dit de me détendre quelque temps. Je n’ai pas
une personnalité douce et docile, mais j’ai gardé le silence, et je suis
restée sur le canapé pendant quelques heures, parce que… Eh bien,
bon sang, il avait raison ! J’ai donc ralenti ma routine pendant
quelques jours, et j’ai récupéré, car il est important de retrouver
l’énergie dépensée.
En admettant que j’ai des limites, j’ai probablement vraiment
amoché mon image. Je ne suis pas une superhéroïne. C’est un oiseau,
c’est un avion… c’est Super Voyante ! Non. Si je subis une
surextension, j’ai besoin de récupérer mon énergie psychique comme
n’importe qui. Ceci n’est pas une bande dessinée ou du cinéma. Dans
la vie réelle, si vous allez au-delà de vos capacités psychiques, il vous
faut vous administrer les premiers soins psychiques. Et ensuite, vous
devez vous reconstruire sur le plan énergétique.
Bon. Avant que quelqu’un commence à se demander si chaque fois
qu’il se sert de ses capacités psychiques, il chancellera et rebondira sur
les cadres de porte le lendemain, permettez-moi de clarifier plusieurs
choses ici. Tout d’abord, je venais à peine de me remettre d’une
grippe. Ce jour-là, j’avais terminé un entraînement difficile à la salle
de sport, j’avais fait des courses plus tard, et j’avais écrit pendant des
heures. Et c’était avant que je prenne connaissance de la demande
d’entrevue à la radio. Ensuite, je me suis retrouvée à réaliser une
lecture médiumnique non planifiée — aussi à distance, par téléphone
— quelques heures avant l’entrevue radiophonique. Ce jour-là, je
m’étais poussée durement, autant physiquement que sur le plan de
mes capacités psychiques, et je l’avais fait encore davantage pendant
l’entrevue à la radio ce soir-là.
J’aurais dû savoir qu’il m’aurait fallu éviter d’essayer de faire une
lecture à distance pour quelqu’un alors que j’étais déjà fatiguée.
Cependant, j’avais été prise dans l’action alors que j’étais à l’antenne.
J’avais été contrariée par l’attitude condescendante du présentateur
radio et par ce qu’il croyait être des allusions intelligentes, j’en suis
sûre. Comme j’étais fatiguée avant l’entrevue, je n’avais pas été aussi
prudente que je l’aurais été normalement. J’avais laissé mes émotions
dicter mon comportement. Bien sûr, tout cela avait donné une
entrevue exceptionnelle, et j’avais impressionné un sceptique au point
de lui donner la frousse, mais il me fallait encore affronter le coût
physique d’une dépense d’énergie alors que j’étais déjà épuisée. En
d’autres termes, j’avais dépassé mes limites. Et le lendemain, j’ai payé
le prix sur le plan énergétique.
Comment faire face à la surcharge psychique et à la surextension :
récupérer et recharger

Je constate que l’une des plus grandes préoccupations des gens à


propos de leur développement psychique personnel est la suivante : «
Et si je m’épuisais en allant au-delà de mes capacités psychiques ? »
Les enfants, honnêtement, cela arrivera. Voilà, je l’ai dit. Vous voyez ?
Ce n’était pas la fin du monde.
Ne laissez pas tomber ce livre d’un air horrifié, et ne cherchez pas à
vous détourner du sujet. Restez calme, et examinez la situation
logiquement. Si vous fatiguez vos muscles en accomplissant quelque
chose de plus exigeant physiquement, vous serez nécessairement plus
fatigué. Et le lendemain, vos muscles seront endoloris. Le
développement psychique n’est pas différent, car vous êtes
simplement en train de faire travailler de nouveaux muscles mentaux.
En ce qui concerne le développement psychique et la pratique de vos
capacités psychiques, vous effectuez fondamentalement à la fois un
entraînement mental et psychique. Vous ne pouvez pas éprouver une
surcharge psychique ; mais si vous en faites trop, vous vous sentirez
peut-être un peu plus émotif que d’habitude ou simplement fatigué.
Comment vous remettre en état ? Ce n’est rien qu’un peu de R et R —
ou récupérer et recharger — ne pourra guérir.
Alors, quel est mon conseil ? Allez vous administrer les premiers
soins psychiques, et commencez à récupérer et à recharger. C’est un
processus en quatre étapes qui est simple, amusant et bon pour vous.

Les quatre étapes des premiers soins psychiques

Première étape : prendre une pause et faire une sieste


Pensez aux piles de votre téléphone cellulaire et de votre ordinateur
portable : si vous épuisez leurs réserves d’énergie, ces appareils ont
besoin d’être rechargés. Éteignez votre cerveau pendant une heure.
Étendez-vous confortablement sur le canapé, fermez les yeux, écoutez
de la musique apaisante ou des sons relaxants de la nature sur une
piste de bruits de fond et faites une sieste. Ne parlez pas au téléphone,
et ne courez pas ici et là. Il suffit de vous accorder une heure ou deux
pour recharger vos batteries énergétiques.

Deuxième étape : effectuer un entraînement en douceur

Sérieusement, ne venez pas vous plaindre et me dire à quel point vous


êtes fatigué. Nan. Allons-y ! C’est maintenant le temps de se lever et
de bouger. Rendez-vous à la salle de sport et transpirez un peu. Cette
période d’exercice vous permettra de libérer toutes les toxines
psychiques que vous avez peut-être accumulées. Il est inutile d’en
faire trop et d’exagérer ; ayez simplement une agréable séance
d’entraînement, et stimulez votre sécrétion d’endorphines. Ces
hormones qui procurent une sensation de bien-être devraient vous
aider à vous sentir mieux rapidement. L’exercice naturel consistant à
soulever des choses est le meilleur moyen de combattre n’importe
quelle surcharge psychique.
Si vous n’êtes pas inscrit à une salle de sport, une autre option serait
de faire du yoga ou du tai-chi ou encore d’utiliser un DVD
d’entraînement à la maison. Promenez-vous pendant 30 minutes dans
votre quartier ou au parc local, ou faites quelques kilomètres de
jogging léger ou de vélo — cela devrait suffire. Une autre suggestion
est de travailler dans votre jardin. Arrachez les mauvaises herbes,
coupez les fleurs ou ramassez des feuilles. Êtes-vous un danseur ? Eh
bien, allez bouger un peu. Zumba, danse du ventre, ballet, claquettes,
danse de salon… La nature de l’exercice que vous choisissez importe
peu ; l’essentiel, c’est de faire pomper votre cœur et de bouger votre
corps.

Troisième étape : aller à l’extérieur

Si votre deuxième étape s’est passée à l’extérieur, tant mieux pour


vous ! Si vous étiez à l’intérieur et avez fait de l’exercice comme
première étape, sortez pendant un certain temps. D’une manière ou
d’une autre, pendant que vous êtes à l’extérieur dans la nature,
absorbez un peu de l’énergie de guérison du soleil, et laissez la brise
souffler toute énergie résiduelle hors de vous et loin de vous. Laisser
les éléments de la nature évacuer toute énergie résiduelle est un
remède simple lorsque vous vous sentez envahi par les souvenirs
d’une autre personne.
L’énergie psychique résiduelle d’autres gens produit une sensation
qui ressemble au contact de légères toiles d’araignées — le genre de
toiles que vous pouvez sentir, mais ne jamais voir. Vous voyez ce que
je veux dire ? Ainsi, quand je ressens cette sensation après des
lectures, j’emmène ma personne joyeuse faire une promenade de trois
kilomètres, et je laisse les endorphines et la puissance de la nature
faire leur travail : brûler et emporter tous les fils d’énergie résiduelle.
Essayez-le ! Faites de l’exercice. C’est très efficace. Une fois
l’entraînement terminé et les endorphines en circulation, vous
ressentirez l’effet d’un remontant naturel.

Quatrième étape : se dorloter un peu

Offrez-vous un agréable bain chaud ou une bonne douche après votre


séance d’entraînement et le temps passé à l’extérieur. Visualisez toute
la fatigue de votre corps qui est éliminée et qui s’écoule facilement
dans le drain. Prenez un repas santé avec beaucoup de protéines. Si
vous constatez une chute de votre glycémie, vous avez besoin de
protéines, comme nous l’avons vu dans le guide de survie du
chapitre 5. De plus, vous pouvez faire l’essai d’une boisson pour
sportifs à faible teneur en sucre — après les protéines — pour
réapprovisionner votre corps en liquides et en électrolytes. Assurez-
vous de boire beaucoup d’eau ; elle a pour effet de drainer votre
système et de vous maintenir hydraté.
Enfin, il est important de vous en tenir autant que possible à votre
routine régulière. Lorsque vous en avez l’occasion, faites quelque
chose qui vous rend heureux — aller au cinéma, lire un livre amusant,
faire du collimage, peindre, remplir un nouveau contenant de fleurs
ou rencontrer un ami pour déjeuner. Prenez un peu de temps pour
vous. Permettez à vos capacités psychiques de récupérer et de se
recharger. Distrayez-vous avec des choses heureuses, et terminez le
tout par une bonne nuit de sommeil. Et en quelques jours, vous serez
comme neuf.

Les attaques psychiques et la protection psychique

Lorsque les gens commencent à étudier le développement psychique,


l’attaque psychique est un sujet qui les effraie souvent. À l’inverse, de
nombreuses personnes décident d’étudier le développement
psychique pour apprendre comment arrêter les effets de ce qu’ils
perçoivent chez les autres comme une énergie négative. L’attaque
psychique est courante, mais rarement aussi dramatique que certains
voudraient vous le faire croire. L’attaque psychique se présente sous
de nombreuses formes, le plus souvent dans des situations au
quotidien qui peuvent vous surprendre. Si vous avez eu à affronter un
collègue argumentateur et condescendant, un collègue jaloux, un
patron désagréable, un ancien petit-ami malveillant, un ami qui est en
colère — et qui ne sera bientôt plus votre ami — ou un parent
désapprobateur, vous avez dû faire face à une forme d’attaque
psychique.

Attaque psychique : la concentration inconsciente ou délibérée


d’énergies psychiques ou mentales dans le but de porter un
préjudice émotionnel à un autre individu.

Une attaque psychique est essentiellement une attaque personnelle.


Elle mine votre confiance et votre ego au point où vous finissez par
avoir l’impression de n’avoir aucune valeur. Cela ressemble au bon
vieux scénario où votre agresseur est « grand » et où vous êtes « petit
». Il peut aussi s’agir d’une situation où l’attaquant sent, pour une
raison quelconque, qu’il sera celui qui réussira à vous démolir. Il
existe de nombreuses explications à cette situation, mais la motivation
est généralement une vieille jalousie évidente. Vous possédez quelque
chose qu’il désire ; il se met en colère ou devient envieux en voyant
que vous avez ce qu’il n’a pas.
De telles attaques énergétiques se produisent continuellement et
sont généralement suscitées par des gens qui n’ont aucune idée de ce
qu’ils font. C’est une bonne dose de haine qui vous frappe ; elle peut
être délibérée ou non. Mais s’il y a suffisamment de force sous-jacente,
les résultats seront proportionnels. C’est l’intention de l’agresseur qui
nourrit une attaque psychique et qui peut la rendre plus violente.
N’oubliez pas que les émotions alimentent les capacités psychiques et
que les émotions intenses comme la colère, l’envie et la haine
augmentent le volume d’une attaque. Nous pouvons tous être
involontairement touchés par les pensées et les émotions négatives
d’autres personnes.
Néanmoins, il est important de se souvenir que la majorité des
attaques psychiques proviennent de gens qui n’ont aucune idée de ce
qu’ils font réellement. Ils se mettent en colère ou sont jaloux, et
ensuite, toute cette énergie émotionnelle est dirigée vers vous. Puisque
vous travaillez sur votre développement psychique, vous devriez
vous attendre à ressentir les effets de cette négativité sous une forme
ou une autre. Considérez cela comme une autre forme d’entraînement
psychique. Saisissez l’occasion et trouvez votre chemin. Muni de
connaissances et d’un plan d’action, vous pouvez gérer tout ce qui est
projeté sur vous énergétiquement, que ce soit accidentel ou délibéré.
Comment savez-vous que vous êtes l’objet d’une attaque psychique
? Eh bien, il existe plusieurs symptômes physiques ou manifestations
de la vie réelle sur lesquels vous devriez porter votre attention. Votre
premier indice sera probablement une prémonition que quelque chose
cloche, alors faites attention à vos prémonitions. Je vous recommande
d’utiliser les techniques de la section du chapitre 1 « Réussir à
résoudre la mystérieuse prémonition ». Puis cherchez calmement et de
manière réfléchie les réponses. En outre, je vous suggère de modifier
vos questions d’investigation relatives à votre prémonition pour les
rendre plus personnelles.
J’utiliserais des questions semblables à celles-ci : « Y a-t-il quelqu’un
qui dirige de l’énergie psychique négative vers moi ? Est-ce que je le
connais ? Qui est-il ? Est-ce motivé par l’ego ou par l’humeur ? »
Voyez comment réagit votre corps. Recherchez la « réponse » telle
qu’elle a été décrite au début du livre, puis affinez votre investigation
par un processus d’élimination.
Si vous êtes plus intuitif/claircognizant, attendez-vous à savoir que
quelque chose ne va pas. Vérifiez vos intuitions viscérales concernant
la situation. Si vous êtes clairaudient, vérifiez et voyez ce que votre
voix intérieure a à dire. Est-ce que quelque chose sonne faux ? Cela
peut se manifester comme une énergie qui semble discordante à votre
ouïe psychique.
Si vous êtes clairvoyant, prenez un moment, fermez les yeux,
concentrez-vous sur votre zone du troisième œil et voyez quelles
visions apparaissent. Regardez aussi autour avec vos yeux physiques.
Est-ce que quelque chose semble clocher ou ne pas être à sa place ? Un
empathe devrait se demander ce qu’il remarque sur le plan
émotionnel lorsqu’il considère la possibilité ou l’auteur potentiel. Une
personne dotée d’une capacité de clairtangence peut essayer de lire
une photo d’elle-même ou passer doucement sa main sur la porte
d’entrée de sa maison. Pourquoi la porte d’entrée ? Eh bien, cette
énergie doit entrer quelque part, et il est probable qu’elle pénètre par
la porte d’entrée. Voyez ce que vous découvrez en vous servant du
contact psychique.
Quelques autres symptômes à surveiller constituent ce que j’appelle
« avoir les chocottes ». Vous connaissez cela : c’est l’impression que
quelque chose est soit collé sur vos vêtements ou qu’un insecte est en
train de ramper sur vous. Ensuite, vous vérifiez en cherchant de la
saleté sur votre visage ou une tache sur votre chemise propre, et vous
commencez à enlever des peluches invisibles ou à frotter vos
vêtements pour finir par découvrir qu’il n’y a vraiment rien là. Vous
devenez tout simplement nerveux, vous avez des démangeaisons, ou
vous êtes agité sans raison apparente — c’est un cas classique du fait
d’avoir les chocottes.
L’impression de se sentir observé est un autre indicateur classique.
D’autres incluent le fait de se sentir vidé de toute son énergie. Vous
pouvez sentir une lourdeur dans le cou, les épaules ou la poitrine.
Vous pouvez avoir une douleur au niveau du plexus solaire. Et bien
sûr, vous pouvez faire des cauchemars marquants et récurrents
particulièrement violents et bouleversants. Même si ces symptômes
peuvent sembler sinistres ou effrayants, ils ne le sont pas. Ce sont de
grands drapeaux rouges vous indiquant de faire attention que votre
subconscient agite devant votre visage.
Il est important de prendre conscience du fait que ces symptômes
sont les moyens que prennent votre corps et votre esprit pour obtenir
votre attention. En reconnaissant ce que votre corps et votre
subconscient essaient de vous dire et en passant aux actes à l’aide
d’une autodéfense psychique active, vous êtes sur la bonne voie pour
éradiquer le problème. Je vous suggère aussi fortement d’utiliser un
outil divinatoire pour une confirmation secondaire d’une potentielle
attaque psychique. Pour ce faire, je préfère les cartes de tarot, car elles
peuvent fournir une réponse très détaillée et dimensionnelle. Par
contre, si vous maîtrisez les runes, elles peuvent être tout aussi
efficaces.

Une lecture de tarot


pour confirmer une attaque énergétique

Voici les instructions et la disposition des cartes pour une lecture qui
vous permettra de confirmer une attaque énergétique. Il s’agit d’une
disposition simple à quatre cartes qui vous indiquera rapidement ce
que vous avez besoin de savoir. Commencez par bien brasser les
cartes. En même temps, dites à voix haute : « Montrez-moi ce que je
dois savoir. Suis-je la victime d’une attaque émotionnelle ou
psychique ? » Puis distribuez quatre cartes. Disposez-les en une ligne
horizontale de gauche à droite.
• La carte 1 vous révèle si vous êtes vraiment attaqué.
• La carte 2 montre des indices sur l’auteur de l’attaque.
• La carte 3 donne la meilleure façon de neutraliser l’énergie
envoyée.
• La carte 4 indique les leçons à tirer de la situation.

Voici quelques conseils pour cette lecture particulière. Surveillez les


cartes des arcanes majeurs. Dans un tirage, les cartes des arcanes
majeurs ajoutent de la force et de l’importance à la lecture. S’il y a
deux cartes des arcanes majeurs ou plus dans cette lecture
particulière, vous saurez que la situation est intense et nécessite que
vous réagissiez immédiatement. Aussi, étudiez attentivement les
cartes de la Cour qui apparaissent dans cette lecture, car ces cartes —
les Rois, les Reines, les Chevaliers et les Pages du jeu du tarot —
montrent des personnalités et des gens. Il existe une règle générale
pour identifier des personnes dans une lecture de tarot lorsqu’il s’agit
des cartes de la Cour :

• La suite des coupes symbolise des personnes aux cheveux blond


foncé ou blond pâle et aux yeux bleus ou verts.
• La suite des baguettes représente des personnes au teint clair, aux
cheveux blonds ou roux et aux yeux bleu pâle ou gris.
• La suite des épées illustre des personnes aux cheveux bruns et aux
yeux verts, bleus ou noisette.
• La suite des pentacles correspond à des personnes aux cheveux
foncés, aux yeux brun foncé et au teint foncé.

Il est vrai que la couleur des cheveux et des yeux ainsi que la diversité
des teints ne sont pas toutes représentées ici. Vous devriez donc
considérer les suggestions plus haut comme un guide plutôt que
comme des règles effectives. Les cartes de la Cour sont également
reliées aux 12 signes du zodiaque. Par exemple, si les traits physiques
ne correspondent pas, vous devriez considérer les traits de
personnalité associés aux cartes de la Cour des suites suivantes. Cela
peut vous aider à affiner votre recherche et à déterminer d’où
provient l’attaque énergétique.

Les signes astrologiques, les traits de personnalité et les éléments


associés aux cartes de la Cour

Coupes : Cancer, Scorpion et Poissons. Mystique, empathique et


émotionnel. Eau.
Baguettes : Bélier, Lion et Sagittaire. Intelligent, cérébral et plein
d’esprit. Feu.
Épées : Gémeaux, Balance et Verseau. Fougueux, passionné et
extraverti. Air.
Pentacles : Taureau, Vierge et Capricorne. Pragmatique, pratique et
facile à vivre. Terre.

Souvenez-vous que les cartes de tarot servent de tremplin psychique.


Combinez cette lecture de confirmation secondaire avec vos propres
capacités psychiques. Cette méthode vous donnera une meilleure
chance de cerner le problème tout en obtenant des informations plus
précises sur la façon de l’affronter à l’aide de l’autodéfense psychique.

L’autodéfense psychique

L’autodéfense psychique est l’acte de se protéger ou de se défendre


soi-même contre l’énergie psychique négative ou contre les pensées
négatives/déprimantes d’une autre personne. Pratiquer l’autodéfense
psychique peut également vous préserver de la vulnérabilité
émotionnelle aux pointes, aux piques et aux jeux d’esprit dans la vie
quotidienne. Imaginez l’autodéfense psychique comme étant une
isolation additionnelle contre les personnes jalouses,
émotionnellement drainantes ou malheureuses qu’il nous arrive tous
de rencontrer.
Pour une autodéfense psychique efficace, la première chose dont
vous avez besoin, c’est un niveau de conscience plus profond.
Devenez plus conscient de votre environnement, à la fois sur les plans
énergétique et physique. Vous y parviendrez en vous servant de
toutes vos capacités psychiques et de tous vos sens physiques.
Reportez-vous à votre travail personnel du chapitre sur
l’entraînement psychique ; songez au fait que vous étiez plus
conscient lorsque vous vous concentriez sur un seul sens physique. En
vous mettant à l’écoute de cette façon et en combinant cet état à vos
capacités psychiques, vous pouvez facilement suivre le fil de ce qui se
passe autour de vous sur le plan énergétique.
Nous avons consacré les sept derniers chapitres au développement
et à l’amélioration de vos capacités psychiques. À cette perception et
cette capacité accrues s’ajoute également un nouveau degré de
sensibilité aux émotions sombres et à l’énergie négative de ceux qui
vous entourent. Une sensibilité psychique accrue est, en fait, une épée
à double tranchant, car cette « épée » que vous avez affutée peut vous
causer des problèmes ou de la douleur si vous n’êtes pas attentif dans
votre manière de la manier. Toutefois, cette sensibilité psychique que
nous avons cultivée est devenue votre meilleure arme dans la défense
énergétique de votre personne.
Concernant le sujet de l’autodéfense psychique, vous lirez beaucoup
de livres traitant du développement psychique qui vous parlent de la
routine axée sur « la douceur et la lumière ». Certaines sources vous
suggéreront avec hauteur que votre seul recours est d’envoyer de
l’amour universel à un attaquant énergétique. Et tout ira bien. Après
tout, nous, les voyants, nous sommes tous des êtres tellement évolués
et éclairés que nous devrions comprendre qu’il existe dans le monde
des individus tristes et ignorants qui n’ont pas le privilège de notre
vaste expérience et de notre position morale supérieure ! Alors, l’envoi
d’amour universel ou d’énergie de guérison à votre attaquant
psychique constitue naturellement votre seule option…
Eh bien, levons tout simplement les mains et chantons Kumbaya.
Sérieusement ? Cette ligne de pensée me cause quelques problèmes,
et voici pourquoi. Tout d’abord, cette position morale psychique
élevée me semble prétentieuse — sans mentionner le fait que l’esprit
du Nouvel Âge axé sur « la lumière blanche et l’amour universel »
risque de vous abîmer passablement si vous acceptez passivement une
attaque psychique. Soyons honnêtes : si quelqu’un vous saute dessus
dans un stationnement et vous attaque, croyez-vous vraiment que le
fait de lui envoyer une énergie « d’acceptation réconfortante et
diffuse, de guérison et d’amour universel » vous permettra d’éviter
d’être blessé ?
C’était une question rhétorique. La réponse est évidemment non.
En réalité, vous n’envoyez pas d’énergie à un attaquant dans
l’espoir qu’il trouve la paix, la guérison et l’illumination. Au lieu de
cela, vous canalisez chaque parcelle de votre force pour pouvoir
combattre et survivre. J’ai toujours trouvé intéressant de voir que les
gens se déchaîneront pour défendre leurs enfants ou leurs animaux de
compagnie et que personne ne sourcillera dans ce cas. Mais tout le
monde réclame à cor et à cri l’imposition de limites fermes à
l’autodéfense psychique personnelle. Qui donc ferait tout pour
protéger ses animaux de compagnie ou ses enfants sans avoir le
courage de se défendre ? Ai-je entendu quelqu’un dire le mot martyr ?
D’ailleurs, je ne prends pas une attitude passive de douceur et de
lumière quand il s’agit d’autodéfense psychique — ou de la défense
de ma personne. Je vois les choses ainsi : je déplacerai ciel et terre pour
éviter une confrontation, mais si quelqu’un est assez stupide pour
chercher à m’atteindre énergétiquement ou physiquement avec une
intention violente, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour
neutraliser son attaque et l’arrêter net de manière à ce qu’il n’envisage
plus jamais de recommencer.
Allez-y, traitez-moi de dure à cuire. Je peux le prendre.

Actif, et non passif :


quelques conseils d’autodéfense psychique

Il est bien possible que ma philosophie sur l’autodéfense psychique ne


soit pas ce que tout le monde attend de moi. Après tout, je suis une
femme mariée d’âge moyen et la mère de trois enfants adultes, et je vis
et jardine dans une banlieue du Midwest. Vous vous dites peut-être : «
Eh bien, elle semblait si drôle et si gentille. Maintenant, je n’en suis
pas si sûr. Peut-être qu’elle est un peu terrifiante… » Mais avant que
vous imaginiez que les gens avec un pareil état d’esprit se promènent
avec un air fanfaron à la recherche d’une bagarre énergétique,
n’oubliez pas que nous — les durs à cuire adeptes de l’autodéfense
psychique de ce monde — sommes très conscients de la différence
entre un trébuchement avec impact énergétique et une poussée
délibérée ou une attaque énergétique. Certaines personnes utilisent
tout simplement maladroitement leur énergie psychique, alors gardez
cela en tête.
Comment différencier les deux ? Eh bien, tout se résume à
l’intention et à la férocité de la rencontre. Réfléchissez-y bien : dans le
monde physique, il y a une énorme différence entre un heurt
accidentel et une attaque. Par exemple, si quelqu’un trébuche et vous
heurte dans une salle bondée, vous regardez autour de vous et
reculez, puis vous vérifiez que tous vos objets de valeur sont là où ils
devraient être. Alors, même s’il est probable que vous n’ayez pas été
blessé, vous êtes prudent. D’un autre côté, si quelqu’un arrive droit
sur vous en levant le bras, il est évident que vous devrez bouger pour
vous défendre, ce qui devrait se faire le plus rapidement possible et au
mieux de votre capacité. Dans la vie réelle, vous ne pouvez pas
toujours éviter une attaque, qu’elle soit énergétique ou autre. Le fait
d’être conscient de la possibilité vous permet d’envisager et de
planifier la façon dont vous vous défendrez le mieux avec un
minimum de tracas dans le futur.
L’application pratique de l’autodéfense psychique devrait être
utilisée rapidement et avec une force tranquille, ce qui est important.
Vous ne vous mettez pas en colère ; au contraire, vous canalisez toute
votre énergie émotionnelle en action, et vous adoptez ce petit truc que
l’on nomme neutralité émotionnelle. Il ne sert à rien de se mettre en
colère. C’est un gaspillage de votre pouvoir personnel. Croyez-moi,
après avoir vécu une attaque énergétique ou une attaque psychique,
vous ouvrez les yeux, et vous considérez l’autodéfense psychique. Se
mettre en colère et haïr l’agresseur ne sert qu’à nourrir l’énergie
d’attaque. Au lieu de cela, réorientez votre attention, terrassez cette
énergie, et sortez-la de l’équation. En d’autres termes, vous la
neutralisez.
Voici quelques façons nouvelles et créatives de faire précisément
cela.
L’esquive psychique

Comment pouvez-vous effectuer une esquive psychique face à une


énergie discordante ? Vous l’évitez habilement, ou vous sortez de la
ligne d’attaque.

Esquive psychique : un terme que j’ai adapté de la terminologie des


arts martiaux et de la boxe. L’esquive se définit comme un léger
déplacement hors de la ligne d’attaque ou comme un mouvement
de côté pour parer un coup. L’esquive psychique est également
très utile quand il s’agit d’empêcher l’énergie psychique projetée
par une autre personne par inadvertance ou par maladresse de
vous frapper ou de vous nuire.

J’ai tendance à baisser l’épaule quand je sens la négativité accidentelle


arriver vers moi. Voici comment je procède.

L’ESQUIVE PSYCHIQUE : PREMIÈRE VERSION

Tenez-vous bien droit, regardez attentivement autour de vous et


ouvrez vos capacités psychiques. Inspirez et expirez lentement.
Comptez vos battements de cœur tout en continuant de respirer
calmement et régulièrement. Remplissez-vous de votre énergie
personnelle. Maintenant, avec une douce expiration, déployez ce
pouvoir intérieur à l’extérieur jusqu’à environ 1 m autour de vous.
Demandez-vous ce que vous voyez, entendez, sentez, ressentez ou
savez.
Tournez-vous face à la direction d’où vous semble venir l’afflux
d’énergie négative maladroite. Ramenez votre énergie personnelle
vers vous, et concentrez-vous sur votre propre pouvoir. Prenez votre
temps ; il ne s’agit pas d’une course. Ensuite, avec une conscience
calme, voyez l’énergie qui vient directement vers vous. Puis, de façon
délibérée, baissez votre épaule droite en même temps que vous
reculez avec votre pied droit, et laissez l’énergie négative maladroite
passer droit devant vous.

Conseils pour cette manœuvre : Ne baissez pas votre épaule en


portant votre coude vers le sol. Au lieu de cela, tendez le bras vers
le sol et baissez votre épaule. J’ai appris ce mouvement dans un
cours de danse du ventre. Visualisez l’énergie attaquante qui
flotte doucement devant vous et tombe sur le sol, où elle se
dissipe de manière inoffensive. Si vous le souhaitez, vous pouvez
tendre votre main dominante — celle avec laquelle vous écrivez
— et faire suivre cette esquive psychique d’un léger mouvement
de pression afin de bien écraser cette énergie négative. Une fois
que vous avez terminé, balayez vos mains l’une avec l’autre et
éloignez-vous avec confiance, sachant que vous venez juste de
neutraliser cette énergie attaquante avec un minimum d’agitation.

Si le mouvement de chute de l’épaule vous échappe — il faut de la


pratique —, essayez celui-ci.

L’ESQUIVE PSYCHIQUE : SECONDE VERSION

Mettez-vous debout ou assoyez-vous bien droit. Maintenant, regardez


attentivement autour de vous et ouvrez vos capacités psychiques.
Inspirez et expirez lentement. Comptez vos battements de cœur tout
en continuant de respirer calmement et régulièrement. Remplissez-
vous de votre énergie personnelle. Maintenant, avec une douce
expiration, déployez ce pouvoir intérieur à l’extérieur, jusqu’à environ
1 m autour de vous. Demandez-vous ce que vous voyez, entendez,
sentez, ressentez ou savez.
Tournez-vous face à la direction d’où vous semble provenir l’afflux
d’énergie négative maladroite. Ramenez votre énergie personnelle
vers vous, et concentrez-vous sur votre propre pouvoir. Prenez votre
temps ; il ne s’agit pas d’une course. Ensuite, avec une conscience
calme, voyez l’énergie qui vient droit vers vous. Puis, de façon
délibérée, tournez souplement et vivement votre corps, comme si
vous évitiez un ballon lancé vers vous. Vous vous souvenez du jeu du
ballon prisonnier quand vous étiez enfant ? C’est ce que nous voulons
faire. C’est rapide, en douceur et facile.
Visualisez l’énergie attaquante qui flotte devant vous et tombe sur le
sol, où elle se dissipe de manière inoffensive. Si vous le souhaitez,
vous pouvez tendre votre main dominante — celle avec laquelle vous
écrivez — et faire suivre cette esquive psychique d’un léger
mouvement de pression afin de bien écraser cette énergie négative.
Une fois que vous avez terminé, balayez vos mains l’une avec l’autre
et éloignez-vous avec confiance, sachant que vous venez juste de
neutraliser cette énergie attaquante avec un minimum d’agitation.

Le blocage psychique

Ce n’est pas différent de l’idée du bouclier psychique, mais au lieu de


laisser cette énergie simplement rebondir pour se retrouver ailleurs,
avec un blocage psychique, vous ne la renvoyez pas à l’instigateur. Ce
n’est pas un jeu de chasse énergétique. Au lieu de cela, vous bloquez
et neutralisez toute énergie attaquante en envoyant l’énergie au sol, où
elle peut se dissoudre et être néantisée.

Blocage psychique : un autre terme que j’ai adapté de la


terminologie des arts martiaux et de la boxe. Le blocage vous
permet d’arrêter ou de faire dévier l’attaque d’un adversaire. C’est
l’acte qui vous permet de faire dévier, dans le cas présent,
l’énergie psychique malveillante, et de l’envoyer loin de
l’attaquant et du défenseur.

INSTRUCTIONS POUR UN BLOCAGE PSYCHIQUE

Tenez-vous bien droit et déplacez-vous vers une zone ouverte.


Regardez attentivement autour de vous et ouvrez vos capacités
psychiques. Inspirez et expirez lentement. Comptez vos battements de
cœur tout en continuant de respirer doucement et régulièrement.
Remplissez-vous de votre énergie personnelle. Maintenant, avec une
douce expiration, déployez ce pouvoir intérieur à l’extérieur jusqu’à
environ 1 m autour de vous. Demandez-vous ce que vous voyez,
entendez, sentez, ressentez ou savez.
Tournez-vous face à la direction d’où vous semble provenir l’afflux
d’énergie négative. Ramenez votre énergie personnelle vers vous, et
concentrez-vous sur votre propre pouvoir. Prenez votre temps ; il ne
s’agit pas d’une course. Cette fois, croisez vos bras contre votre
poitrine et fermez les poings sans les serrer. (Les coudes à la taille, les
poings aux épaules.) Remplissez-vous de votre pouvoir, et sentez que
vous êtes fort et protégé. Croyez-le. Vous bloquez maintenant toute
énergie attaquante. Maintenant, de façon délibérée, ouvrez vos yeux,
expirez, et projetez les deux bras vers le bas, vers l’extérieur et loin du
corps en un mouvement souple. Vos bras formeront maintenant un «
V » inversé. Ensuite, vous devriez rapidement et délibérément vous
accroupir, ouvrir vos mains et placer vos paumes sur le sol ou le
plancher, où l’énergie attaquante sera neutralisée par la terre. Prenez
quelques inspirations profondes et purifiantes. Enfin, redressez-vous,
balayez vos mains l’une avec l’autre et éloignez-vous.

La parade psychique
Pour faire une parade psychique, vous sentez l’énergie et la dirigez
vers l’extérieur. Une fois que vous l’avez détectée, vous manipulez
calmement cette énergie et la mettez au sol. Visualisez-la clairement
dans votre esprit. Une attitude positive et une conviction affirmée sont
essentielles dans l’autodéfense psychique.

Parade psychique : un terme que j’ai adapté de la terminologie de


l’escrime et des arts martiaux. Une parade consiste à dévier ou à
éluder une attaque ou un coup. Techniquement, la parade est
considérée comme un mouvement d’évitement et de défense.
Dans les arts martiaux, on exécute une parade en repoussant
rapidement de côté le bras ou la jambe d’un attaquant pour
ensuite contre-attaquer. Une parade psychique consiste donc à
repousser l’énergie attaquante de côté pour ensuite riposter
énergiquement avec votre propre élan pendant que l’adversaire
est en position de déséquilibre.

INSTRUCTIONS POUR UNE PARADE PSYCHIQUE

Tenez-vous bien droit, regardez attentivement autour de vous et


ouvrez vos capacités psychiques. Inspirez et expirez lentement.
Comptez vos battements de cœur tout en continuant de respirer
doucement et régulièrement. Remplissez-vous de votre énergie
personnelle. Maintenant, avec une douce expiration, déployez ce
pouvoir intérieur à l’extérieur jusqu’à environ un mètre autour de
vous. Demandez-vous ce que vous voyez, entendez, sentez, ressentez
ou savez.
Tournez-vous face à la direction d’où vous semble provenir l’afflux
d’énergie négative. Ramenez votre énergie personnelle vers vous, et
concentrez-vous sur votre propre pouvoir. Prenez votre temps ; il ne
s’agit pas d’une course.
Portez vos mains devant vous en allongeant les bras de toute leur
longueur, avec les doigts et les paumes vers l’avant. Vos mains
doivent être distantes d’environ 15 centimètres et au niveau du cœur.
Visualisez l’énergie négative envahissante. Sentez-la sur vos mains
tendues, puis ramenez doucement vos paumes ensemble devant votre
cœur, de manière à ce que vos pouces se touchent. Maintenant,
déplacez les mains ensemble vers la gauche et au-delà de votre côté.
Courbez le mouvement vers le bas et ramenez-le au centre, environ à
la hauteur des hanches. Le début de ce mouvement de parade
psychique suit le tracé d’un point d’interrogation à l’envers.
Ensuite, prenez une inspiration rapide et profonde, relevez
légèrement les coudes et imaginez l’attaquant mis en déséquilibre par
le mouvement venu d’en haut. Maintenant, poussez fermement
l’énergie négative vers le bas et loin de vous tout en expirant avec
force. Dirigez cette énergie négative vers le sol. Ce mouvement doit
être souple. Imaginez-le comme un mouvement fluide propre aux arts
martiaux, si cela vous aide à mieux le visualiser. Enfin, rapidement et
délibérément, accroupissez-vous et placez vos paumes ouvertes sur le
sol ou le plancher, où l’énergie attaquante sera neutralisée par la terre.
Prenez quelques inspirations profondes et purifiantes. Enfin,
redressez-vous, balayez vos mains l’une avec l’autre et éloignez-vous
avec confiance.

La première et la dernière ligne de défense : c’est vous !

Pratiquez souvent l’esquive, le blocage et la parade psychiques. Vous


pouvez choisir d’effectuer subtilement ou non ces manœuvres
d’autodéfense psychique ; il n’en tient qu’à vous. Je suis reconnue
pour exécuter ces mouvements avec une seule main tout en parlant à
de grandes foules, si nécessaire. Comme je parle toujours avec mes
mains, personne ne l’a remarqué. C’est sournois, mais efficace !
Pendant que vous pratiquez ces techniques, vous découvrirez votre
propre style. C’est amusant, et si cela vous aide à vous mettre dans
l’ambiance, faites jouer de la musique et dansez pendant que vous
pratiquez vos mouvements. Sérieusement ! La danse accroît l’énergie
positive, alors dansez un peu durant vos pratiques de l’esquive, du
blocage et de la parade psychiques.
Pour l’individu qui s’inquiète d’être la cible d’une attaque
psychique, permettez-moi de vous dire quelque chose de très
important : les personnes qui attaquent énergiquement entretiennent
l’idée erronée que le pouvoir est quelque chose qu’il leur est possible
de subtiliser à une autre personne, mais c’est tout simplement faux. Le
pouvoir personnel et la capacité psychique viennent de l’intérieur. Ce
ne sont pas des forces extérieures qu’il est possible de voler ou de
soutirer. Lorsque les gens attaquent psychiquement, ils le font par
peur. Dans cet esprit, je vous suggère de vous rappeler que vous les
avez déjà fait fuir de peur, alors utilisez cette faiblesse contre eux.
En pratiquant l’autodéfense psychique, vous êtes prêt à agir si la
situation l’exige. À la fin de la journée, les gens qui ont discipliné à la
fois leur corps et leur esprit constituent des cibles énergétiques
difficiles à atteindre, alors soyez actif et non passif, et mettez-vous au
travail. Vous pouvez y arriver. J’ai totalement confiance en vous.
Ceux qui sont bénis avec le plus de talent
ne surpassent pas nécessairement tout le monde. Les gens qui
excellent, ce sont ceux qui vont au bout des choses.
— Mary Kay Ash

Chapitre 9

Maintenant, que comptez-vous faire ?

Maintenant, que comptez-vous faire ? Eh bien, mon ami voyant, vous


allez au bout des choses. Vous sortez, vous vous entraînez et vous
faites de votre mieux. Prenez des notes, documentez vos expériences
psychiques et apprenez comment se manifestent vos psi-capacités.
Prenez votre temps et profitez de ces moments. Je l’ai déjà dit, et il
vaut la peine de le répéter : ce n’est pas un concours. On ne s’attend
pas à ce que vous surpassiez d’autres voyants, vos amis ou votre
famille avec vos talents psychiques exceptionnels. Vous êtes censé
mettre à profit vos capacités et faire de votre mieux.
Il est vrai que certaines personnes peuvent filer comme une flèche
dans ce voyage personnel de développement psychique, à une vitesse
incroyable et avec une finesse éblouissante. Et d’autres peuvent
préférer prendre leur temps et savourer leurs expériences comme s’ils
faisaient tranquillement une promenade. C’est à vous de choisir la
façon dont vous voyagerez sur votre route de découverte. Ne soyez
pas pressé. Je vous encourage à regarder autour de vous et à savourer
les nouvelles découvertes que vous ferez en chemin.
Comme nous approchons de la fin de ce livre, j’aimerais aborder
quelques autres sujets qui seront importants pour vous dans la
poursuite de votre cheminement de développement psychique. Le
premier est l’entretien psychique. L’entretien général et le soin de
votre énergie psychique personnelle sont très importants, surtout
lorsque vous travaillez, faites des exercices et développez vos propres
talents psychiques. Maintenant que vous avez une certaine conscience
du royaume psychique, vous devez saisir l’importance de l’entretien
personnel de votre champ énergétique et y veiller.

L’aura : un arc-en-ciel de couleurs

L’aura est le champ d’énergie électromagnétique qui entoure toute


matière vivante. J’ai délibérément évité jusqu’à maintenant d’aborder
le sujet des auras et des capacités psychiques parce que les gens
commencent à être obsédés par leur aura et leur champ énergétique.
Au cours des années, j’ai vu cette situation se produire
d’innombrables fois, et honnêtement, cela me rend folle. Des gens se
sont précipités vers moi pour me demander en haletant de leur dire de
quelle couleur est leur aura. Et bien sûr, ils veulent ensuite savoir ce
que cela signifie. C’est toujours comme jouer à pile ou face pour savoir
si je vais commencer à me cogner la tête contre le mur tant je suis
frustrée ou si je vais simplement lâcher prise et rire jusqu’à en pleurer.
Lorsqu’il est question de la couleur de votre aura, le minimum que
vous devez savoir est que la couleur se modifie constamment. Pour
être honnête, la couleur qui est vue ou détectée par une capacité
psychique ou par une caméra d’aura n’est qu’un reflet de votre
personnalité, de vos capacités psychiques et de votre humeur du
moment. Alors, calmez-vous. L’aura, avec son arc-en-ciel de couleurs
potentielles, n’est qu’un truc merveilleusement ordinaire.
À des fins d’information générale, voici la signification de base des
couleurs que l’on peut voir dans l’aura humaine. N’oubliez pas que
votre champ aurique se modifie et change constamment selon votre
humeur.

COULEUR SIGNIFICATION PERSONNALITÉ


Rouge Passion, action, ambition Ardente, intense

Orange Vitalité, énergie, humour, bonheur Amusante, extravertie

Jaune Rayonnement, clarté, sagesse Prévenante, attentionnée

Vert Espoir, amour de la nature Bienfaisante, stable

Turquoise Combinaison de bleu et de vert Inspirante, aventureuse

Bleu Capacité psychique, sensibilité Aimante, bonne

Violet Grand pouvoir psychique, fantaisie, spiritualité Mystique, puissante

Rose Sentimentalité, amour, gaieté Gentille, aimante

Blanc Connexion au Divin, spiritualité, paix Calme, sage

Cela vous intéresserait peut-être de savoir aussi que la configuration


de votre énergie aurique — qui se manifeste comme une couleur —
peut également être manipulée et modifiée sur simple commande de
votre propre volonté. Sans blague. J’ai fait la preuve de cette théorie
en m’asseyant devant l’appareil de photographie d’aura d’un ami et
en me concentrant sur le changement de la couleur de mon aura à
dessein. Nous avons tourné le moniteur d’ordinateur vers moi, et j’ai
demandé à toutes les personnes présentes de regarder l’écran avec
moi pendant que j’expliquais ma théorie selon laquelle les couleurs de
votre champ d’énergie personnel pourraient être manipulées à
volonté. J’ai annoncé que j’allais changer ma couleur orange — alors
affichée à l’écran — pour le bleu et le vert. C’était trop drôle de voir
les expressions sur le visage des gens alors que le moniteur
d’ordinateur montrait la couleur de l’aura qui m’entourait passer
rapidement aux couleurs plus froides que j’avais choisies, c’est-à-dire
le bleu et le vert.
Puis une autre personne a décidé qu’elle voulait tenter l’expérience,
alors je l’ai encouragée à attendre pour voir quelle était la première
couleur de son aura détectée. Pendant que l’ordinateur captait son
champ énergétique et affichait une série de couleurs, je lui ai suggéré
de se concentrer sur le violet et le rose et de penser — très fort — à
l’amour et à la spiritualité. Et comme je m’y attendais, les couleurs se
sont modifiées immédiatement pour passer à un rose églantine et à un
beau violet améthyste. Alors, avant de faire une fixation sur votre
couleur aurique et sa signification, rappelez-vous que votre aura ne
constitue qu’un reflet de ce que vous vivez actuellement sur les plans
émotionnel et spirituel. Cette modification de l’aura obtenue grâce à la
concentration de votre intention et de votre volonté illustre
parfaitement le contrôle de l’esprit sur la matière.

Entretien aurique : l’hygiène psychique

Puisque vous avez constaté qu’il est possible de modifier et de manier


à volonté la couleur et la configuration de votre aura, nous suivrons la
prochaine étape logique, d’accord ? Votre aura est un reflet en
constante évolution de votre personnalité, de votre humeur et de vos
capacités psychiques. Ceci étant dit, elle peut aussi recueillir des
débris psychiques et des résidus énergétiques à votre insu. La
meilleure analogie que j’ai vue pour décrire ceci est la suivante : il
n’est pas rare que vous viviez votre journée sans remarquer une tache
sur votre chemise préférée ou une éraflure sur vos nouvelles
chaussures. Vous avez toujours un choc en constatant que cette tache
ou éraflure était présente toute la journée et que vous l’ignoriez
parfaitement.
Il en va de même pour les taches, les éraflures ou les déchirures
dans le champ aurique. Nous pouvons involontairement recueillir de
l’énergie négative psychique ou émotionnelle d’autres personnes ou
d’autres lieux. Cela crée une zone usée. Il s’agit généralement d’un
problème mineur, alors suivez-moi bien.
La vérité à ce sujet est que puisque vous avez cultivé vos talents
psychiques, vous avez également développé une conscience des
énergies subtiles qui proviennent d’autres personnes et des lieux tout
autour de vous — les énergies avec lesquelles vous avez interagi.
Vous devriez vérifier régulièrement votre champ énergétique — ou
aura — en l’examinant pour découvrir s’il y a quelque chose qui
cloche.
Comment le saurez-vous ? Les couleurs auriques ont tendance à être
des nuances vives et éclatantes. Si, pour une raison quelconque, les
nuances de votre aura semblent décolorées, terreuses ou ternes, ou si
en passant vos mains sur votre champ énergétique, vous sentez des
taches blanches ou froides, c’est le signal indiquant qu’il y a quelques
points faibles ou des déchirures dans votre champ énergétique.
(Passez vos mains ouvertes à environ 15 centimètres de votre corps
pour sentir cela par vous-même.) Selon vos psi-
capacités, vous pourriez sentir les déchirures, les voir dans l’œil de
votre esprit, recevoir un soudain « pop » cognitif d’informations quant
à l’endroit où se situe le problème ou écouter votre monologue
intérieur afin de découvrir ce que vous entendez.
Il est également important de savoir que si vous surutilisez vos
capacités psychiques — surcharge psychique —, il peut également se
produire un affaiblissement du champ aurique. Le seul moment où
ces éraflures, ces taches et ces déchirures deviennent un problème,
c’est lorsque vous les ignorez pendant de longues périodes de temps.
Ne pas procéder à votre entretien aurique peut compromettre votre
bien-être physique. Et avant longtemps, vous vous retrouverez
malade constamment ou accablé par un coup de cafard.
C’est lorsque nous remarquons enfin ces petites déchirures dans
notre champ énergétique que nous nous demandons comment diable
elles ont bien pu nous échapper. C’est bien ; vous rebondirez assez
vite. Être conscient permet déjà de remporter la moitié de la bataille.
Toutefois, maintenant que vous avez compris, il est temps d’agir et de
faire un peu de nettoyage, de réparation et d’entretien général du
champ aurique. Voici comment procéder.

Le lavage

Le moyen le plus rapide de commencer le processus de réparation du


champ aurique consiste à prendre une douche. Ouais, vous m’avez
bien entendue. Hop, dans la douche ! Le bon vieux remède de l’eau
courante est puissant. Ce n’est pas différent de la quatrième étape des
premiers soins psychiques. Mais cette fois, il vous faudra visualiser
que tandis que l’eau se déverse sur votre tête puis s’écoule le long de
votre corps, elle emporte toute la négativité ou toutes les
imperfections persistant dans votre champ énergétique. Si vous vous
assoyez dans une baignoire remplie d’eau pour vous y laisser
tremper, ce ne sera pas efficace pour réparer et entretenir votre aura.
Si vous n’avez qu’une baignoire, je vous suggère de vous procurer un
grand pichet d’eau chaude, de vous déshabiller, de vous mettre
debout dans la baignoire et de verser toute l’eau sur votre tête avec
l’intention que l’eau qui s’écoule sur votre corps entraînera tout résidu
psychique et scellera toutes les éraflures ou déchirures dans votre
aura. Si vous accomplissez ce simple geste avec intention, il peut
devenir — et deviendra — un acte puissant d’entretien psychique.

La fumigation

C’est un moyen rapide et agréable de nettoyer l’énergie négative


d’une personne ou d’un espace en dispersant la fumée d’encens
autour de la zone ou au-dessus de la personne. La fumigation
fonctionne avec l’élément de l’air et constitue un moyen ancestral de
nettoyage énergétique. Certaines personnes aiment employer des
paquets de sauge blanche pour la fumigation, mais je préfère en fait
les bâtons d’encens de bois de santal. La sauge me fait éternuer
violemment. Si le parfum que vous utilisez vous fait éternuer et vous
empêche de bien respirer, cela risque de briser l’ambiance de
purification. Le bois de santal est propre, léger et facilement
disponible ; il est considéré comme un arôme hautement spirituel.
Commencez par le sommet de votre crâne et dispersez
soigneusement la fumée parfumée au-dessus de votre tête et le long
de votre tronc. Descendez jusqu’à vos jambes. Étendez vos bras, et
faites-les passer aussi à travers la fumée. Pour votre dos, maintenez
l’encens au niveau de votre taille à un endroit particulier pendant un
moment. Laissez un peu de fumée se rassembler, puis faites des tours
sur vous-même dans un sens puis dans l’autre à travers la fumée.
Vous pouvez aussi demander à quelqu’un de disperser la fumée
parfumée sur votre corps. S’il vous plaît, soyez prudent avec les
cendres qui tombent pendant la fumigation. Je vous recommande de
faire brûler le bâtonnet dans un porte-encens conçu pour recueillir les
cendres.

La réparation

La réparation des déchirures dans votre aura est un processus simple


qui nécessite un peu d’imagination et de visualisation de votre part.
Pour commencer, comme cela a été suggéré plus tôt, vous devez être
en mesure de localiser les minuscules taches ou déchirures dans votre
aura. Une fois que vous les avez repérées, prenez vos deux mains et
lissez les bords de votre aura pour la remettre en place, puis « cousez-
les » ensemble. Je vous suggère de prendre le premier doigt de votre
main dominante, puis de le plier légèrement en imaginant qu’il
ressemble maintenant à une aiguille courbe. Ensuite, avec un geste en
boucle et avec intention, mimez que vous êtes en train de recoudre les
bords ouverts de votre aura. Une fois l’opération terminée, placez vos
mains à distance de votre corps et sentez que la zone est maintenant
réparée. Scellez-le tout avec un éclair lumineux de votre énergie
personnelle : utilisez votre main dominante et visualisez l’énergie aux
couleurs vives qui fuse vers la zone pour la sceller. Je suggère que
vous choisissiez une couleur joyeuse pour cette réparation.
Personnellement, j’aime le rose vif ou le turquoise pour sceller toute
réparation de l’aura. Mais suivez vos instincts et déterminez ce que
sera la couleur de guérison la plus complémentaire pour vous.
(Reportez-vous au tableau des couleurs de l’aura que nous avons vu
plus tôt dans ce chapitre.)
Enfin, pour vous aider à remettre vos énergies sur les rails ou à
guérir tout problème aurique, envisagez de pratiquer une simple et
magnifique cérémonie après le lavage, la fumigation ou la réparation.
J’ai découvert que les cérémonies aident notre esprit à passer du
quotidien au miracle. Le rite suivant vous aidera à réparer votre aura
sur le plan énergétique.

La cérémonie de réparation de l’aura

Pour commencer, choisissez quelques couleurs vives et joyeuses que


vous estimez intuitivement être des couleurs de guérison pour vous.
Certaines personnes insistent sur le fait que la lumière blanche est la
seule façon de faire, mais j’ai constaté au fil des ans que le travail avec
la ou les couleurs vibrantes que vous choisissez intuitivement vous
donne vraiment de meilleurs résultats. Jetez à nouveau un coup d’œil
au tableau sur les couleurs des auras, et voyez s’il y en a une qui vous
attire — ou plusieurs. Suivez vos pressentiments ; ils ne vous
tromperont pas. Soyez créatif, et servez-vous de votre intuition !
Trouvez et suivez votre vérité. Après tout, chaque personne est
unique, et c’est en conférant un cachet personnel à votre cérémonie
que vous lui donnez de la vigueur et du pouvoir.

Le moment : J’organiserais cette cérémonie de guérison au lever ou


au coucher du soleil. Ce sont des moments puissants de la
journée : le lever du jour est merveilleux, et le début de la nuit est
mystérieux. C’est de l’énergie naturelle, et elle est complémentaire
à toute voie spirituelle personnelle.
Le matériel : Il ne vous faut que vous-même et votre intention de
créer un changement positif.
Les instructions : Mettez-vous debout en plaçant vos pieds à une
distance confortable l’un de l’autre. Prenez quelques instants pour
ralentir votre respiration, et attendez jusqu’à ce que vous puissiez
entendre votre respiration et vos battements de cœur. Ensuite,
dites à voix haute : « En ce moment sacré et en cette heure, je fais
appel à mes pouvoirs de guérison. »

Maintenant, tournez les paumes de vos mains vers le haut, et levez-les


à vos côtés au niveau de votre taille. Visualisez une ou plusieurs
couleurs de guérison de votre choix qui flottent au bout de vos doigts
et attendent vos ordres. Continuez en disant : « Alors que je lève mes
mains, j’élève ma propre énergie. Maintenant, je la fais tournoyer
autour de moi pour qu’elle m’encercle. »

Avec un geste souple, tournez les mains de sorte que les deux paumes
soient orientées vers la droite, puis délicatement et tout en douceur, «
poussez » cette énergie de guérison et cette couleur vers votre droite et
faites-la tournoyer autour de vous dans le sens des aiguilles d’une
montre. Après avoir poussé l’énergie en cercle, abaissez doucement
vos mains sur vos côtés et visualisez vos pouvoirs de guérison innés
qui tournoient autour de vous avec un bourdonnement d’énergie
joyeuse et dans des couleurs vives et brillantes de guérison.
Poursuivez en disant : « Avec cette action, les déchirures ou les taches
dans mon aura se réparent, ce qui me permet d’être calme, revigoré,
heureux et entier à nouveau. »
Restez immobile aussi longtemps que vous le souhaitez. Après
quelques instants, l’énergie tournoyante se dissipera. Soyez attentif ;
vous la sentirez décroître. Fermez les yeux et servez-vous des
capacités psychiques que vous avez développées. Vous pouvez savoir
tout simplement, entendre, sentir ou voir avec votre œil intérieur
lorsque l’énergie qui vous encercle a diminué. Maintenant, vous
pouvez conclure votre cérémonie de guérison. Levez vos mains afin
que vos paumes soient face à face dans une position de prière.
Maintenez les mains pressées lâchement l’une contre l’autre à la
hauteur du cœur. Prenez une inspiration profonde par votre nez et
retenez votre souffle en comptant jusqu’à quatre, puis expirez
lentement par la bouche. Terminez la cérémonie avec ces lignes : «
Entouré par cette couleur de guérison si brillante, je mets fin à ce
travail avec gratitude et lumière. » (Si vous voyez plusieurs couleurs,
mettez la formule au pluriel.)

Laissez vos mains retomber sur vos côtés et détendez-


vous. Maintenant, retournez au reste de votre journée et amusez-vous.

Les cristaux complémentaires pour le travail psychique

Au fil des ans, j’ai constaté qu’une façon intelligente d’améliorer mon
travail psychique est de travailler avec des pierres polies et des
cristaux variés. J’ai utilisé avec succès des cristaux pour rehausser mes
talents psychiques, et j’ai également employé des cristaux pour aider à
la protection psychique ainsi qu’au nettoyage et à la guérison d’auras.
Il y a une richesse de pouvoir dans la terre ainsi que dans les pierres,
les gemmes et les cristaux qui en proviennent.
Voici une courte liste de quelques-uns de mes pierres et cristaux
favoris, que j’utilise pour le travail psychique. La majorité des cristaux
présentés sont faciles à trouver — il suffit de vous rendre à votre
boutique métaphysique locale et de fouiller attentivement dans leur
sélection de pierres polies. Je vous recommande de nettoyer vos
nouveaux cristaux après votre achat. Aussi, si vous avez des cristaux
ou des pierres polies en votre possession depuis un certain temps,
faites de même.

Purifier les cristaux et les pierres

Le moyen le plus simple de purifier les énergies de vos cristaux et de


vos pierres consiste à les déposer sur un rebord de fenêtre afin qu’ils
puissent absorber la lumière du soleil ou celle d’une pleine lune. C’est
un moyen ancestral et naturel de nettoyer les cristaux et les pierres.
Chaque mois, pendant la nuit de la pleine lune, je dépose mon plat de
pierres polies et de cristaux sur le rebord intérieur de la fenêtre qui fait
face à l’est. Je laisse le plat en place jusqu’au lever du soleil. Ainsi, les
cristaux ont reçu à la fois la lumière du clair de lune et la lumière du
soleil, et ils sont purifiés et prêts à servir à toutes les fins que je jugerai
utiles.
Vous trouverez ci-dessous une liste de cristaux et de pierres qui
vous seront bénéfiques dans votre travail de développement
psychique.
Améthyste : cette magnifique pierre violette est un cristal puissant
et protecteur. Elle est censée protéger la personne qui la porte de
l’attaque psychique. C’est une pierre qui est apaisante, qui soulage
le stress et qui est efficace pour les médiums dans le cadre de leur
travail. Je recommande de la porter sous forme de bijou à cette fin.
L’améthyste favorise également la claircognizance et la
clairvoyance, en plus de contribuer à équilibrer l’esprit, le corps et
l’âme.
Apatite : il s’agit d’un cristal à multiples nuances qu’il est facile de
se procurer et qu’on trouve le plus souvent dans des teintes
variant entre le jaune et le vert olive. L’apatite est également
disponible en bleu foncé, une couleur populaire pour les bijoux.
C’est une bonne pierre avec laquelle travailler pour commencer à
développer vos talents psychiques. Elle améliore également la
clairvoyance, la clairaudience et la clairsentience.
Aigue-marine : la gemme aigue-marine est fabuleuse pour les
sensitifs psychiques. On s’en sert généralement pour aiguiser les
capacités de clairvoyance, et il semblerait qu’elle aide les
médiums à établir une connexion plus nette avec l’Autre Côté.
Cherchez des pierres polies de grade inférieur ou des spécimens
plus fins — semi-précieux — dans les foires de gemmes et de
minéraux. Vous pouvez également investir dans un bijou serti
d’une aigue-marine.
Tourmaline noire : une des meilleures pierres pour la protection
psychique contre l’énergie psychique négative des autres. C’est
une pierre incroyablement puissante pour le travail de protection
à tous les niveaux. Si vous vous sentez particulièrement sous
l’effet des influences psychiques d’autres personnes, déposez la
tourmaline noire sur votre table de chevet pour la nuit.
Sanguine : c’est une pierre vert foncé mouchetée et veinée de rouge.
Les sanguines sont utilisées pour le travail de guérison, car elles
favorisent la santé physique et psychique. C’est une excellente
pierre avec laquelle travailler s’il vous faut récupérer et vous
recharger après une surcharge psychique ou si vous devez réparer
les déchirures ou éraflures dans votre aura.
Labradorite : cette pierre bleu-gris est utilisée pour la
transformation et pour la vision claire. Ce cristal favorise la
clairvoyance et chasse la peur et l’anxiété. Elle peut vous aider à
éliminer des résidus psychiques de votre aura.
Lapis-lazuli : cette pierre bleu foncé est tachetée d’or. Appelée pierre
du voyant et reconnue pour ouvrir la vision psychique —
clairvoyance —, elle est aussi excellente pour repousser les
attaques psychiques. Cette pierre aide à restaurer un équilibre
émotionnel sain.
Quartz lavande : un quartz rose d’une couleur lavande semi-
opaque. Il favorise la clairaudience, la clairvoyance et la
clairsentience, et il donne un élan d’énergie supplémentaire. C’est
une pierre très aimante et réconfortante ; il vaut la peine de faire
des recherches pour s’en procurer une.
Pierre de lune : les pierres de lune sont de merveilleux cristaux
pour rehausser votre sensibilité aux autres. Utilisé comme
talisman pour les voyages passés en toute sécurité, ce cristal
réceptif et apaisant renforce toutes les capacités psychiques,
notamment l’intuition, la clairtangence, la clairvoyance et la
clairsentience. Comme la pierre de lune ouvre la capacité de
recevoir des impressions, elle est particulièrement utile à un
sensitif psychique qui cherche à avoir une meilleure lecture des
lieux et des fantômes locaux.
Onyx : cette pierre concerne les souvenirs, ce qui en fait un outil
utile pour les expériences postcognitives, ainsi que pour soutenir
la capacité psychique de la clairtangence et l’art de la
psychométrie. L’onyx constitue également une protection très
puissante contre l’attaque psychique.
Cristal de roche (quartz translucide) : c’est une pierre puissante,
pure et simple. Les pointes du cristal de roche clarifient, génèrent
du pouvoir et servent de piles pour les moments où vous avez
besoin d’un peu d’énergie supplémentaire. J’aime garder une
petite pointe de cristal avec mes cartes de tarot afin d’ajouter un
peu plus de clarté à mes lectures.
Rhodochrosite : une belle pierre rubanée en tons de rose avec du
blanc, du gris et du noir. C’est une pierre d’amour et de
compassion. La rhodochrosite nous aide à apprendre des erreurs
du passé et garde notre cœur ouvert. Cette pierre est excellente
durant votre convalescence à la suite d’une surcharge psychique.
Quartz fumé : le quartz fumé est une magnifique variété de quartz
brun fumé. Il neutralise les émotions et les énergies négatives, en
plus d’attirer les énergies positives dans un espace. C’est une
pierre fine — semi-précieuse — à porter ou à transporter pour le
travail d’autodéfense psychique.
Œil de tigre : l’œil de tigre, rubané de brun doré, est une pierre de
courage et d’énergie, excellente pour l’autodéfense psychique.
L’œil de tigre écartera les sentiments de vos détracteurs envieux et
vous aidera à demeurer ancré et à atteindre vos objectifs.
Turquoise : bien connue pour ses propriétés de guérison et de
protection émotionnelle, elle est une aide pour la claircognizance.
La turquoise est également une pierre de purification, et elle
apporte la tranquillité à la personne qui la porte.

Maintenant, arrêtez-vous et considérez lequel de ces cristaux viendrait


compléter les diverses capacités et techniques psychiques qui ont été
décrites tout au long de ce livre. Imaginez que vous déposez un
morceau d’onyx ou de tourmaline noire dans votre poche pour votre
travail sur l’autodéfense psychique, ou bien que vous placez un cristal
de roche ou une améthyste sur votre table pour votre travail avec des
cartes de tarot. L’œil de tigre serait le plus bénéfique pour supprimer
les blocages pendant que vous développez vos compétences
psychiques. Essayez d’utiliser la labradorite, la rhodochrosite ou la
sanguine pour l’entretien et les réparations auriques… Les possibilités
sont infinies. Soyez créatif ; voyez ce que vous pouvez imaginer !
Enfin, consultez cette liste rapide de cristaux complémentaires pour
les capacités et les besoins psychiques particuliers.

Cristaux complémentaires pour des utilisations psychiques


particulières

Pour favoriser la clairaudience (audition psychique) : apatite,


quartz lavande
Pour promouvoir la claircognizance (intuition psychique) :
améthyste, pierre de lune, turquoise
Pour favoriser la clairsentience (empathie psychique) : apatite,
quartz lavande, pierre de lune
Pour promouvoir la clairtangence (contact psychique) : pierre de
lune, onyx
Pour favoriser la clairvoyance (vision psychique) : améthyste,
apatite, aigue-marine, labradorite, quartz lavande, lapis-lazuli,
pierre de lune
Pour aider avec la médiumnité : améthyste, aigue-marine
Pour aider le sensitif psychique : aigue-marine, pierre de lune
Pour promouvoir l’autodéfense psychique : tourmaline noire,
lapis-lazuli, onyx, quartz fumé, œil de tigre
Pour favoriser la réparation et le nettoyage auriques : améthyste,
sanguine, labradorite, turquoise
Pour aider à récupérer d’une surextension psychique : sanguine,
rhodochrosite
Concentrez-vous sur le voyage, et non sur la destination. On ne trouve pas la joie en terminant une
activité, mais en l’exerçant.
– Greg Anderson

En conclusion

J’espère que vous avez apprécié le temps que vous avez passé avec
moi pendant notre travail sur votre développement psychique. Sachez
que ce voyage n’est pas terminé pour vous ; vous êtes plutôt rendu à
un carrefour. Vous devez maintenant déterminer ce que vous comptez
faire et choisir les leçons que vous emporterez avec vous. Une fois que
vous vous serez engagé sur cette voie de développement personnel et
que vous aurez ouvert votre esprit aux possibilités de vos capacités et
expériences psychiques naturelles, vous ne verrez plus jamais le
monde de la même façon. Et c’est une très bonne chose.
Vos horizons uniques ont été élargis, et vos options sont maintenant
plus merveilleuses et plus variées que jamais. À présent, le défi auquel
vous faites face est le suivant : chaque jour, vous devriez rechercher
activement une nouvelle façon d’utiliser vos capacités psychiques.
Trouvez des moyens de pratiquer, d’améliorer et d’affiner vos
compétences. Rappelez-vous de faire preuve de délicatesse et de
bienveillance lorsque vous communiquez toute information
psychique acquise avec d’autres, car il est essentiel de se comporter
avec éthique et compassion.
En fin de parcours, mon meilleur souhait pour votre avenir est que
vous écoutiez votre intuition, prêtiez attention aux messages que vos
capacités psychiques vous livrent, suiviez votre cœur, pour ensuite
vivre votre vie du mieux que vous le pouvez.
En explorant vos expériences et vos talents psychiques naturels,
vous avez enrichi votre vie et élargi votre univers. Respirez
profondément et regardez autour de vous. L’avenir est prometteur !
Allez maintenant de l’avant avec une confiance en vos capacités
psychiques et profitez du voyage.
Les mots font deux choses : ils fournissent de la nourriture pour l’esprit et créent de la lumière pour la
compréhension et la conscience.
— Jim Rohn

Glossaire

Aura : le champ d’énergie électromagnétique qui entoure chaque être


vivant. La couleur de l’aura se modifie constamment, et elle
constitue une expression de votre personnalité et de votre humeur.
Clairaudience ou télépathie : la capacité de recevoir des signaux
extrasensoriels comme un mot, un son ou une chanson. Un
clairaudient capte des mots, des sons, de la musique ou des tonalités
qui sont imperceptibles par l’oreille commune. De plus, un
clairaudient collecte de l’information psychique en écoutant son
propre monologue intérieur. Généralement, la télépathie se définit
comme la transmission de pensées inexprimées ou d’impressions
psychiques d’une personne à une autre. Autrement dit, un
clairaudient/télépathe entend l’information psychique.
Claircognizance (intuition psychique) : un voyant intuitif est un
individu qui possède une intuition ou une cognition immédiate. La
claircognizance signifie « savoir clair ». La claircognizance/intuition
est l’une des capacités les plus courantes de la PES. Cette capacité
est parfois appelée connaissance prophétique. Comme la bonne vieille
« intuition viscérale », cette conscience instantanée, il s’agit vraiment
d’une connaissance extrasensorielle.
Clairsentience (empathie psychique) : se définit comme une «
sensation claire ». Le clairsentient — ou empathe — est capable de
sentir et d’obtenir de l’information psychique à travers les énergies,
les sensations et les émotions des personnes autour de lui ou dans
les environs. Un voyant empathe/clairsentient est un individu en
mesure de capter physiquement les expériences émotionnelles
d’une autre personne ou d’un lieu. Il ressent des attitudes, des
émotions et parfois même des maux physiques.
Clairtangence (psychométrie) : se définit comme un « toucher clair ».
Avec la clairtangence, l’information psychique est recueillie par le
contact physique des mains. Si vous touchez quelqu’un — en lui
donnant la main, par exemple — et que vous recevez de
l’information psychique, il s’agit d’un acte de psychométrie, et vous
utilisez en fait la capacité psychique de la clairtangence. La capacité
de la clairtangence peut être expérimentée comme un événement
précognitif ou postcognitif.
Clairvoyance : la capacité de percevoir des choses imperceptibles par
l’œil physique. Au contraire, ces choses sont vues de l’intérieur. Les
clairvoyants ont la capacité de voir des images et des photographies
qui peuvent être symboliques ou aussi intenses et détaillées qu’une
scène de film psychique miniature se déroulant dans leur esprit. Les
clairvoyants sont littéralement capables de voir le passé
(postcognition), le présent et l’avenir (précognition).
Déjà-vu : c’est lorsqu’un événement se produit et que vous avez
l’impression qu’une chose qui a déjà été expérimentée, vue ou
ressentie se répète. Ce souvenir de votre avenir, bien qu’il vous soit
familier, semble toujours très étrange. Généralement, la sensation de
déjà-vu éveille subitement le souvenir de votre rêve précognitif
précédent ou d’une expérience précognitive temporairement
oubliée.
Vampires énergétiques : les vampires psychiques ou émotionnels
sont des individus qui drainent ou pompent l’énergie, la bonne
humeur et la vitalité d’une autre personne. Il se peut qu’un psi-
vampire ou émo-vampire agisse de manière inconsciente et
accidentelle, ou encore de façon impénitente et intrusive.
Fantôme : une présence non corporelle qui se manifeste ou demeure
dans le monde physique.
Intuition viscérale : une intuition viscérale est un moyen d’attirer
votre attention au moment où l’information précognitive se révèle.
Lorsqu’une intuition viscérale a lieu, l’information psychique est
simultanée : l’information et la sensation physique se produisent
dans vos entrailles en même temps. Elle est associée à la
claircognizance/intuition.
Intuition : un sentiment inattendu d’un événement ou d’un résultat
futur. (Voir Intuition viscérale.)
Cartes des arcanes majeurs : les scènes des 22 arcanes majeurs du
tarot nous montrent des images et des archétypes évocateurs. Ces
archétypes sont des figures symboliques comme le Voyageur ou le
Chercheur, la Mère, le Père, le Grand-Prêtre, la Grande-Prêtresse et
le Héros. On les trouve dans diverses mythologies, religions et
traditions mystérieuses du monde entier. Ces 22 cartes font appel à
nos émotions et jouent sur nos cordes sensibles. L’imagerie
archétypale des arcanes majeurs nous relie tous, puisqu’elle résonne
à un niveau spirituel plus profond. Lorsque les cartes des arcanes
majeurs apparaissent dans un tirage de tarot, elles ajoutent de la
force et de l’importance à la lecture. Ces cartes illustrent des
questions spirituelles importantes et révèlent notre relation à
l’archétype particulier illustré sur la carte des arcanes majeurs.
Médium : une personne qui agit comme un pont — un médiateur —
entre le monde des esprits et celui des vivants. Un médium est
branché sur l’Autre Côté — le royaume des esprits —, et il peut
communiquer avec les présences dans ce monde. La médiumnité est
une forme de communication psychique. (Voir le chapitre 4.)
Cartes des arcanes mineurs : les arcanes mineurs se composent de
quatre suites différentes : les coupes, les épées, les baguettes et les
pentacles. Chacune de ces suites correspond à l’un des quatre
éléments naturels. Les différents éléments caractérisent non
seulement des expériences différentes, mais aussi des moyens très
différents d’aborder les défis dans votre vie. Aussi, dans chacune
des quatre suites, il y a deux jeux différents de cartes. Il y a les
points — les cartes numérotées. Ces dernières vont de l’as jusqu’à
10. Le deuxième jeu est constitué des cartes de la Cour — le Page, le
Chevalier, la Reine et le Roi. Les cartes de la Cour représentent en
général les vraies personnes et personnalités avec lesquelles vous
devez interagir dans votre vie.
Surextension : aller au-delà de ses capacités physiques ou psychiques
au point de subir une lésion ou une blessure. Aussi appelée
surcharge — ou surdose — psychique.
Paranormal : ce qui va au-delà de la gamme des phénomènes connus
sur le plan scientifique.
Animal de pouvoir : aussi appelé animal allié ou animal totem. De
nombreuses cultures différentes travaillent avec les esprits des
animaux pour la guidance et la protection pendant les voyages
spirituels. Un animal de pouvoir a tendance à être un animal vers
lequel vous êtes attiré. Les forces et les attributs particuliers de cet
animal créent une connexion et une énergie naturelles entre vous
deux qui renforcent le pouvoir.
Précognition : parfois aussi appelée précog. C’est la connaissance
directe d’événements qui n’ont pas encore eu lieu. La précognition
peut être expérimentée dans l’état de rêve — comme dans les rêves
précognitifs —, ou elle peut aussi être facilement expérimentée
comme une vision éveillée. La précognition est une information
psychique très précise sans aucune réaction émotionnelle au
moment de la réception de la connaissance. Les informations
précognitives peuvent être reçues au moyen du toucher psychique
(clairtangence), de l’audition psychique (clairaudience), du savoir
psychique (claircognizance), de l’empathie psychique
(clairsentience) ou d’une vision psychique (clairvoyance).
Prémonition : un avertissement obscur accompagné d’une réaction
émotionnelle simultanée. Ce vague sentiment de malaise laissant
croire que quelque chose ne va pas peut être difficile à définir ou à
nommer. Au moment d’une prémonition, vous ressentez un
sentiment de danger, d’urgence ou d’appréhension, mais vous ne
recevez aucune information précise. Au contraire, elle est carrément
reliée à l’émotion.
Postcognition : parfois appelée rétrocognition. C’est l’expérience qui
consiste à recevoir des images ou des impressions extrasensorielles
provenant du passé. L’expérience d’un épisode postcognitif peut
être vécue au moyen du toucher psychique (clairtangence), de
l’audition psychique (clairaudience), du savoir psychique
(claircognizance), de l’empathie psychique (clairsentience) ou d’une
vision psychique (clairvoyance).
Présence : terme que j’utilise généralement pour faire référence aux
personnes ou aux personnalités que je rencontre de l’Autre Côté lors
de lectures médiumniques. Cela me permet de les distinguer des
fantômes ou des esprits qui résident sur le plan physique. Ces
présences avec lesquelles je me connecte pendant une lecture
médiumnique ne se trouvent pas ici sur le plan terrestre, étant
donné qu’un médium ne peut communiquer avec eux que s’ils
demeurent de l’Autre Côté. Un médium constitue un pont entre
notre plan physique et l’Autre Côté.
Psi : diminutif de psychique. Vous pouvez parfois le voir associé à des
termes, comme psi-capacité (capacité psychique), psi-expériences
(expériences psychiques), psi-
sensibilité (sensibilité psychique) ou psi-vampire (vampire psychique).
Psi-sensitif (sensibilité psychique) : une personne dotée d’une
sensibilité psychique qui capte plus d’informations émotionnelles
sur son environnement et les gens qui l’entourent que la personne
moyenne. En général, un psi-sensitif est doté d’une capacité
extrêmement développée de clairsentience — ou empathie
psychique.
Voyant : une personne sensitive qui capte les forces et influences non
physiques. Elle obtient sa connaissance en dehors de la sphère des
sens physiques.
Capacité psychique : la capacité d’un individu à recevoir des
informations d’une manière qui dépasse les sens physiques. Cette
compétence naturelle — ou aptitude — est qualifiée d’extra —
comme dans la perception extrasensorielle ou l’abréviation PES.
Attaque psychique : la concentration inconsciente ou délibérée
d’énergies psychiques ou mentales dans le but de porter un
préjudice émotionnel à un autre individu.
Blocage psychique : un terme que j’ai adapté de la terminologie des
arts martiaux et de la boxe. Le blocage vous permet d’arrêter ou de
faire dévier l’attaque d’un adversaire. C’est l’acte qui vous permet
de faire dévier, dans le cas présent, l’énergie psychique malveillante,
et de l’envoyer loin de l’attaquant et du défenseur.
Expérience psychique : le processus personnel consistant à
expérimenter ou à avoir une prémonition, une précognition ou
postcognition.
Surcharge (ou surdose) psychique : le contrecoup causé par un excès
de travail psychique. Comme une forme énergétique de la gueule de
bois, cette défaillance peut aussi se combiner à des symptômes
physiques.
Parade psychique : un terme que j’ai adapté de la terminologie de
l’escrime et des arts martiaux. Une parade consiste à dévier ou à
éluder une attaque ou un coup. Techniquement, la parade est
considérée comme un mouvement d’évitement et de défense. Dans
les arts martiaux, on exécute une parade en repoussant rapidement
de côté le bras ou la jambe d’un attaquant pour ensuite contre-
attaquer. Une parade psychique consiste donc à repousser l’énergie
attaquante de côté pour ensuite riposter énergiquement avec votre
propre élan pendant que l’adversaire est en position de
déséquilibre.
Ping psychique : c’est ce que j’appelle la conscience instantanée d’une
intuition — une soudaine explosion cognitive d’information
psychique.
Autodéfense psychique : c’est l’acte de se protéger ou de se défendre
soi-même contre l’énergie psychique négative ou contre les pensées
négatives/déprimantes d’une autre personne. Pratiquer
l’autodéfense psychique peut également vous préserver de la
vulnérabilité émotionnelle aux pointes, aux piques et aux jeux
d’esprit dans la vie quotidienne. Imaginez l’autodéfense psychique
comme étant une isolation additionnelle contre les personnes
jalouses, émotionnellement drainantes ou malheureuses qu’il nous
arrive tous de rencontrer. (Voir le chapitre 8.)
Esquive psychique : un terme que j’ai adapté de la terminologie des
arts martiaux et de la boxe. L’esquive se définit comme un léger
déplacement hors de la ligne d’attaque ou un mouvement de côté
pour parer un coup.
Psychométrie : la lecture d’un objet ou d’une personne grâce à la
capacité psychique de la clairtangence — ou toucher psychique. Les
lectures de psychométrie semblent être principalement des
expériences postcognitives.
R et R : ce terme signifie « récupérer et recharger ». Il renvoie au fait
de récupérer d’un épuisement de votre énergie personnelle et de
recharger votre corps physique.
Vision à distance : l’utilisation des facultés psychiques pour voir une
personne, un lieu ou un objet situés à une certaine distance, au-delà
du domaine physique du visible. Essentiellement, cette vision
consiste à utiliser la capacité clairvoyante dans le présent.
Hantise résiduelle : l’un des types les plus courants de hantise. Une
personne qui possède des capacités postcognitives est en mesure de
capter les souvenirs ou les événements traumatisants et de
continuer à ressentir l’empreinte émotionnelle que ces événements
ont laissée.
Séance : un rassemblement de personnes dans le but de tenter une
communication avec les esprits.
Sensitif : une personne capable de sentir la proximité d’un fantôme
ou d’un esprit sur le plan terrestre — ou physique. Elle peut
physiquement entendre, voir ou sentir la manifestation d’un
fantôme.
SLIder : un acronyme qui signifie « Street Lamp Interference Data
Exchange Receiver ». Cela veut littéralement dire « récepteur
d’échange de données causant des interférences aux appareils
d’éclairage public ». Le phénomène SLI est un type d’expérience
psychique. (Voir le chapitre 6.)
Expériences SLI : expériences psychiques qui impliquent
généralement un dysfonctionnement inexpliqué des dispositifs
électroniques ou un éclatement des ampoules électriques et des
lampes des appareils d’éclairage public autour d’une personne
particulière sur une base régulière. (Voir le chapitre 6.)
Fumigation : un moyen de nettoyer l’énergie négative d’une personne
ou d’un espace en dispersant la fumée d’encens autour de la zone
ou au-dessus de la personne. La fumigation est reliée à l’élément de
l’air et constitue un procédé consacré de nettoyage énergétique.
Guide spirituel : un guide spirituel est une représentation archétypale
d’une voie spirituelle ou d’une leçon personnelle. Les guides
spirituels se manifestent comme des archétypes classiques comme le
Maître, la Femme sage, le Sage, le Guerrier, le Héros ou le
Guérisseur. Un guide spirituel est toujours une source de
bienveillance et de soutien, avec parfois une touche d’humour. Les
guides spirituels peuvent fournir des réponses ou des perspectives
dans vos rêves et dans votre voie personnelle. Ils peuvent se
manifester à vous sous la forme d’un personnage récurrent dans vos
rêves ou pendant la méditation. Vous pouvez avoir plus d’un guide
spirituel au cours de votre vie, et il se peut qu’ils arrivent et
repartent selon les besoins qui se présentent.
Tirages de cartes de tarot : les tirages correspondent aux diverses
dispositions des cartes, qui fournissent des motifs pour toute lecture
de tarot. Dans ce livre, vous trouverez des instructions pour les
tirages de tarot à une carte, à trois cartes et à sept cartes. (Voir le
chapitre 5.)
Jeu de tarot : un jeu de 78 cartes mystiques utilisé depuis des siècles
comme outil divinatoire. Un jeu de tarot est habituellement
composé de 22 cartes d’arcanes majeurs et de 56 cartes d’arcanes
mineurs divisées en quatre suites de coupes, de baguettes, d’épées
et de pentacles.
Troisième œil : siège du pouvoir d’un clairvoyant, le troisième œil est
situé au centre du front.
À propos de l’auteure

Ellen Dugan est une auteure à succès et une médium clairvoyante qui
pratique la sorcellerie depuis 30 ans. Elle est la grande prêtresse d’une
assemblée de sorcières d’une tradition de magie mixte dans la région
de St. Louis. Elle jardine et pratique son art au Missouri, où elle vit
avec sa famille. Aussi connue sous le nom de « Sorcière de jardin »
(Garden Witch), elle est l’auteure de nombreux livres publiés chez
Llewellyn, incluant Garden Witchery, Cottage Witchery, Natural Witchery
et Garden Witch’s Herbal. Ellen est aussi une conférencière
expérimentée sur une variété de sujets, y compris le tarot, la
psychométrie, la sorcellerie et les jardins enchantés.

Vous aimerez peut-être aussi