Vous êtes sur la page 1sur 10

ECOLE SUPERIEUR DE LA MER – Licence 2 – Transport Logistique

Cours de Gestion prévisionnelle 1 / 10


Enseignant : G. MAKAKOU

Chapitre 2 : LE COMPTE DE RESULTAT DIFFERENTIEL ET LE SEUIL DE RENTABILITE

I- LE COMPTE DE RESULTAT DIFFERENTIEL

1- Définitions
Le compte de résultat différentiel est un état fondamental du contrôle de gestion permettant
de mettre en avant la marge dégagée sur les coûts variables et, par la suite, d’identifier le
seuil de rentabilité d’une entreprise. En effet, c’est un tableau qui, pour chaque étape de la
vente de marchandises ou de la fabrication des produits :
- Met en évidence les charges variables attribuables à l’opération ;
- Détermine le résultat en faisant apparaitre les marges sur coûts variables ;
- Indique dans quelle mesure la marge sur coûts variables couvent les coûts fixes ;
- Mesure la part de richesse créée.

Le compte de résultat différentiel permet d’identifier la marge que va dégager une entreprise
sur ses coûts opérationnels, c'est-à-dire sur les charges variables qu’elle supporte et qui sont
proportionnelles au niveau de son activité. Cet excédent va servir à financer les charges
structurelles (charges fixes dont le montant ne varie pas avec le niveau de l’activité de
l’entreprise). Le solde constituera le résultat que l’entreprise aura à sa disposition (bénéfice).

Il représente aussi un véritable outil de gestion prévisionnelle dans la mesure où il est un


indicateur de performance permettant de mesurer la contribution de chaque produit à
l’absorption des frais fixes et à la création des richesses. Il sert donc à :

- Mettre en évidence certaines responsabilités ;


- Mesurer la contribution de chaque produit, bien ou service au résultat (les activités non
rentables peuvent ainsi être stoppées) ;
- Définir le niveau d’activité minimum devant être atteint pour couvrir les charges qui ne
dépende pas de l’activité ;
- Effectuer des prévisions financières.

2- Les différentes charges


Les charges consommées par l’activité productive peuvent être classées en deux catégories :
les charges opérationnelles ou variables et les charges fixes ou de structure.

 Les charges opérationnelles ou variables


 Définition
Les charges opérationnelles ou variables sont celles dont la consommation varie
proportionnellement au niveau d’activité (exemple : les matières premières).
Lorsqu’une entreprise fabrique une seule famille de produits, on considère que son activité est
homogène ; Le niveau d’activité peut se mesurer à partir du volume de production (nombre de
produits fabriqués)
2 / 10

Mais souvent, les entreprises fabriquent plusieurs familles de produits ou ont plusieurs
activités (activité hétérogène).Le niveau d’activité se mesure alors à partir du chiffre
d’affaires.

 Evolution des charges opérationnelles ou variables et représentation


graphique

Exemple : Les données ci-dessous sont fournies par l’entreprise Gabquality

N-6 N-5 N-4 N-3 N-2 N-1

Unités produites 1 200 1 250 1 300 1 500 2 500 3 300

Charges variables totales en 282 000 293 750 305 500 352 500 587 500 775 500
F

Charges variables unitaires 235* 235 235 235 235 235


en F
*282 000/1 200

Constat : Pour une structure productive donnée


- Les charges variables (ou opérationnelles) totales sont variables
- Les charges variables (ou opérationnelles) unitaires sont fixes quel que soit le
niveau d’activité.

La relation de proportionnalité (si elle existe) entre les charges variables totales et le nombre
d’unités produites peut être exprimée par une équation de la forme : y = a x soit dans
l’exemple y= 235 x

x désignant les unités produites et y, les charges opérationnelles ou variables.


L’équation des charges variables unitaires est du type y= a soit dans l’exemple y= 235
3 / 10

 Les charges fixes ou de structure

 Définition
Les charges de structure (charges fixes) sont celles dont le montant, à court terme, est
indépendant du niveau d’activité. Exemples de charges de structures ou charges fixes : loyers,
amortissements, prime d’assurance.

 Evolution des charges de structure ou fixes et représentation graphique

Exemple : Les données suivantes sont fournies par la société Gabquality pour le premier
semestre de l’année N

Janvier Février Mars Avril Mai juin

Unités produites 100 125 110 150 200 300

Charges de structures (F) 13 500 13 500 13 500 13 500 13 500 13 500

Charges de structure unitaire (F) 135 108 122.73 90 67.50 45

Constat pour une structure productive donnée :


- Les charges fixes totales sont constantes
- Le montant des charges de structure ou fixes unitaires diminue lorsque le volume
de production augmente : On dit que l’entreprise réalise des économies d’échelles :
Les charges fixes unitaires sont une fonction décroissante du volume de production.

Les charges totales (variables et fixes)


Les charges totales représentent la somme des charges fixes et variables. Elles prennent la
forme d’équation d’une droite de type : y = a x + b.
Où : a représente les charges totales variables unitaires ;
x, le niveau d’activité (ex : volume de production ou le chiffre d’affaires) ;
b, les charges fixes ;
y, le montant total des charges.
4 / 10

Exemple : les charges totales de production de la société Gabquality permettent de distinguer


les charges fixes des charges variables :

Janvier Fevrier Mars Avril Mai Juin


Unités produites 100 125 110 150 200 300
Charges variables de production 9 500 11 875 10 450 14 250 19 000 28 500
Charges fixes de production 13 500 13 500 13 500 13 500 13 500 13 500
Total des charges de production 23 000 25 375 23 950 27 750 32 500 42 000
Total des charges unitaires 230 203 218 185 163 140

L’équation de charges totales s’écrit : y = 95x +13 500, où x est le nombre d’unités produites.

3- Etablissement du compte de résultat différentiel


Il s’agit de reconstruire le compte de résultat sur la base de la différenciation entre charges
variables et charges fixes selon le schéma suivant.

Cette démarche conduit à définir une marge sur coût variable globale égale à la différence
entre le prix de vente et le coût variable. Elle est un indicateur de performance puisqu’elle
permet de mesurer la contribution de l’ensemble des produits à l’absorption des frais fixes.

Chiffre Coût

d’affaires Variable

global Global

hors taxes Marge


Charges fixes
Sur coût
globales
variable
Résultat
globale
global

Le tableau d’exploitation différentiel est différent dans le cas d’une entreprise commerciale
et industrielle.
5 / 10

Dans le cas d’une entreprise commerciale :

Eléments Coûts Marges %


Chiffre d’affaires X 100
Achats de marchandises X
Frais d’approvisionnement variables +X
Coût d’achat variable des marchandises achetées =X
Variation des stocks des marchandises (positive ou négative) +X
Coût d’achat variable des marchandises vendues =X
Autres charges variables +X
Coût variable =X→ -X TCV1
Marge sur coût variable =X TMCV2
Charges fixes (réduites éventuellement des produits fixes) -X
Résultat d’exploitation =X
1
Taux de charges variables
Par rapport au chiffre d’affaires
2
Taux de marge sur coût variable

Dans le cas d’une entreprise industrielle :

Eléments Coûts Marges %


Chiffre d’affaires X 100
Achats de matières 1ères X
Frais d’approvisionnement variables +X
Coût d’achat variable des matières 1ères achetées =X
Variation des stocks des matières 1ères (positive ou négative) +X
Coût d’achat variable des matières 1ères consommées =X
Coût variable de production 3 +X
Coût variable de production de la période =X
Production stockée (positive ou négative) -X
Coût variable de production des produits vendus =X
Autres charges variables 3 (dont emballages) +X
Coût variable =X→ -X TCV1
Marge sur coût variable =X TMCV2
Charges fixes (réduites éventuellement des produits fixes) -X
Résultat d’exploitation =X

1
Taux de charges variables

2
Taux de marge sur coût variable

3
Ce détail peut être disponible ou non disponible
6 / 10

 Exemple 1 :
Une entreprise fabrique et commercialise un produit unique. Pour l'exercice N, on prévoit les
éléments d'exploitation suivants (en milliers de francs CFA) :

 Ventes : 300 produits au prix unitaire de..........................2 500.


 Valeur de la production stockée : ............................10 000.
 Consommation de matières premières :.............. 240 000.
 Consommation de fournitures diverses : ................16 000.
 Charges variables sur achats : .................................40 000.
 Charges variables de distribution : .........................43 700.
 Charges variables de production : ...........................80 300.
 Charges de structure : 280 000 auxquelles il convient d'ajouter la dotation aux
amortissements du matériel de production : 20 000.
 Les produits financiers d'un montant de 30 000 sont considérés comme fixes.

Le compte de résultat différentiel construit à partir de ces éléments se présente comme suit :

ELEMENTS D'EXPLOITATION COUTS MARGES %


Ventes de produits finis
Consommation de matières premières
Consommation de fournitures
Charges variables d'achat
Charges variables de production
Production stockée
Coût variable de production des produits finis
vendus
Marge sur coût variable de production
Charges variables de distribution
Coût variable global
Marge sur coût variable globale
Charges fixes
Produits fixes
Charges fixes nettes
Résultat courant
7 / 10

Exemple 2 :
Des comptes de l'entreprise Gabservices, on extrait les informations suivantes :
o Ventes de produits finis: 2 450 000 F,
o Rabais, remises, ristournes accordées sur ventes de produits finis : 30 000 F,
o Stock initial de produits finis : 125 000 F
o Stock final de produits finis : 95 000 F,
o Achats de matières premières : 320 000 F,
o Rabais, remises, ristournes obtenus sur achats de matières premières : 10 000 F,
o Stock initial de matières premières : 90 000 F,
o Stock final de matières premières : 70 000 F,
o Charges variables d'approvisionnement : 70 000 F,
o Charges variables de production : 1 200 000 F,
o Charges variables de distribution : 170 000 F,
o Charges fixes : 350 000 F,
o Produits fixes : 50 000 F.

Travail à faire : Etablir le tableau de résultat différentiel

Compte de résultat différentiel

ELEMENTS D'EXPLOITATION COUTS MARGES %


CHIFFRE D’AFFAIRE NET HT
Achats nets de matières premières
Charges variables d’approvisionnement
Coût d’achat variable des mat 1ères achetées
Variation des stocks de matières premières
Coût d’achat variable des mat 1ère consommées
Charges variables de production
Coût de production variable de la période
Variation des stocks de produits finis
Coût de production variable des prdts finis vendus
Charges variables de distribution
COUT VARIABLE
MARGE SUR COÛT VARIABLE
Produits fixes
Charges fixes
RESULTAT D’EXPLOITATION
8 / 10

II- LE SEUIL DE RENTABILITE

La distinction entre charges variables et charges fixes permet d’analyser l’exploitation en


calculant un certain nombre d’indicateurs sur la rentabilité et les risques liés à l’activité de
l’entreprise. L’un de ces indicateurs est la notion de seuil de rentabilité.

1- Définition du seuil de rentabilité (SR)


Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires au-delà duquel l’activité commence à être
rentable. C’est la raison pour laquelle on l’appelle aussi “ point mort ”, “ point d’équilibre ” ou
“ chiffre d’affaires critique ”. Autrement dit, le chiffre d’affaires (hors taxes) pour lequel
l’entreprise ne réalise ni bénéfice ni perte (un résultat de 0).

Il est possible d’aborder ce concept par 3 approches différentes : c’est le chiffre d’affaires
pour lequel on a…
- Chiffre d’affaires = total des charges courantes ;
- Marge sur coût variable = charges fixes ;
- Résultat courant = 0.

A chaque approche correspond un mode de calcul et une représentation graphique particuliers.

2- Les calculs préparatoires à la détermination du SR sont basés sur la méthode


des coûts variables :

Résultat (R)= Chiffre d’affaires (CA)-charges variables (CV)-charges fixes (CF)

Sachant que Marge sur coûts variables (MCV) = chiffres d’affaires - charges variables

On obtient Résultat (R) = Marge sur coût variable –charges fixes.


Le taux de marge sur coûts variables représente la part de la marge sur coûts variables
unitaire par rapport au prix de vente unitaire.
Taux de marge sr coût variable = marge sur coût variable/chiffre d’affaires

3- Détermination du seuil de rentabilité (SR)


Détermination arithmétique
SR en valeur = charges fixes/taux de Marge sur coût variable

Ou

SR en valeur = Charges fixes x Chiffre d’affaires/Marges sur coût variable

SR en quantités = seuil de rentabilité en valeur/prix de vente unitaire

Ou

SR en quantités = Charges fixes totales/marge sur coût variable unitaire


9 / 10

Détermination graphique
Il existe 3 méthodes de représentation graphique du seuil de rentabilité. Il faut au minimum
retenir celle-ci : le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires pour lequel la marge sur
coût variable est égale aux charges fixes.

Exemple :
Soit y1 la droite de marge sur coût variable
Soit y2 la droite des charges fixes
Le taux de marge sur coût variable est de 55 % ; la marge sur coût variable est
y1=0,55 CA donc égale à 55 % du chiffre d’affaires.

y2=530 Le coût fixe est de 530 F.

Seuil de rentabilité

1000
900
800
700
Zone de
MCV et CF

600 Zone de bénéfice


bénéfices
y1
500
400 y2
Zone
Zone des pertes
de pertes
300
200
100
0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600

CA 963,64
10 / 10

Détermination du point mort


C’est la date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint (en nombre de jours ou en mois)

Point mort en jours = 360x (seuil de rentabilité/chiffre d’affaires)

Possibilité de faire le calcul avec 365 jours, ou en mois et on considère ici que les ventes
sont régulières.

4- L’analyse du risque d’exploitation


Au-delà du seuil de rentabilité, l’entreprise utilise des outils complémentaires pour estimer
la marge de manœuvre dont elle dispose pour atteindre ses objectifs dans un environnement
incertain.
La marge de sécurité (MS)
Marge de sécurité (en F) = chiffre d’affaires – seuil de rentabilité

*la marge de sécurité peut aussi être exprimée en nombre de jours (nombre de jours
d’activité-point mort)
Elle traduit la marge dont dispose l’entreprise face à une modification conjoncturelle des
conditions de l’activité : baisse des prix de vente, hausse des matières premières et des
coûts salariaux, baisse de la demande, etc.

L’indice de sécurité (IS)

Indice de sécurité = Marge de sécurité/chiffre d’affaires

Cet indice est d’autant plus satisfaisant qu’il est proche de 1.

L’indice de prélèvement (IP)

Indice de prélèvement = charges fixes/chiffre d’affaires

L’indice de prélèvement mesure le pourcentage de chiffre d’affaires qui permet de couvrir


les charges de structure. Plus il est faible, plus vite l’entreprise atteindra son seuil de
rentabilité.

Vous aimerez peut-être aussi