Vous êtes sur la page 1sur 20

ISSN 1727 – 8651

JOURNAL
de la

RECHERCHE SCIENTIFIQUE
de

l'UNIVERSITÉ DE LOMÉ

LOME - TOGO

Le Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé est


référencé dans African Journal on Line (AJOL) [www.inasp.org/ajol]

VOLUME 20
Numéro 1
(2018)
Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé (Togo)

COMITE DE LECTURE:

Professeur M. GBEASSOR (Togo)


Professeur K. AHADZI-NONOU (Togo)
Professeur K. TCHAKPELE (Togo)
Professeur B. SINSIN, (Bénin)
Professeur T. T. K. TCHAMIE (Togo)
Professeur K. AKPAGANA (Togo)
Professeur A. K. C. JOHNSON (Togo)
Professeur M. L. BAWA (Togo)
Professeur K.M. NUBUKPO (Togo)
Professeur M. DAVID-PRINCE (Togo)
Professeur K. KOUMAGLO (Togo)
Professeur K. JONDO (Togo)
Professeur K. SANDA (Togo)
Professeur K. KADANGA (Togo)
Professeur K. KOKOU (Togo)
Professeur K. BATAWILA (Togo)
Professeur P. SANKARA (Burkina Faso)
Professeur M.GOEH-AKUE (Togo)
Professeur K. KOSSI-TITRIKOU (Togo)
Professeur M. MOUDACHIROU (Bénin)
Professeur B.TCHAM (Togo)
Professeur K. BEDJA (Togo)
Professeur K. KILI, (Togo)
Professeur G. DJANEYE-BOUNDOU (Togo)
Professeur G. TCHANGBEDJI, (Togo)
Professeur N. BIGOU-LARE (Togo)
Professeur A. SANTOS (Togo)
Professeur M. KPODAR (Togo)
Professeur A. VOVOR (Togo)
Professeur K. AMOUZOU (Togo)
Professeur B. GNON (Togo)
Professeur K. NUBUKPO (Togo)
Professeur E. AGBODJI (Togo)
Professeur A.-R. AGBERE (Togo)
Professeur D. DOSSEH (Togo)
Professeur K. A. BALOGOU (Togo)
Professeur M. A. MOHOU (Togo)
Professeur K. NAPO (Togo)
Professeur M. BANNA (Togo)
COMITE DE REDACTION:

Rédacteur en Chef : Dr Essohanam BATCHANA (Maître de Conférences)

Membres :

 Dr Milohum Mikesokpo DZAGLI (Maître de Conférences)

 Dr Marra DOURMA (Maître de Conférences)

 M Tata Koffi KUWONU

Traitement et Mise en page : M Komi AGBAVON


JOURNAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
DE L’UNIVERSITE DE LOME (TOGO)
_______________________________________________________________________________
VOLUME 20, Numéro 1, (2018)

SOMMAIRE

Sciences et Techniques
Sciences de la vie, de la terre et de l’environnement
1. AGBOSSOUMONDE Y. & al. (Togo)
Signification géodynamique des spinelles chromifères des serpentinites de Kanté au nord-Togo,
Afrique de l’Ouest, ............................................................................................................................ 1

2. SEGBEFIA E. K. M. & al. (Togo)


Comparaison de la performance de deux types de foyers améliorés traditionnels : foyer à argile du
Togo et foyer malgache, ................................................................................................................ 13

Sciences de l’Homme et de la Société


Géographie
3. TCHASSAMA SOULE A. N. & al., (Bénin)
Evaluation de la quantité d’énergie éolienne dans les départements de l’Alibori, de l’Atacora, des
collines et du littoral (Bénin), .......................................................................................................... 23

4. SERIKI S. A. & al. (Bénin)


Pollutions des eaux et vulnérabilité des ressources halieutiques de la rivière Sô dans la commune
de Sô-Ava, ..................................................................................................................................... 35

Sociologie
5. BABATOUNDE C. F. & al. (Bénin)
Déterminants socio-économiques de la valorisation des bas-fonds dans la basse vallée de l’Ouémé
au Bénin ......................................................................................................................................... 47

Science du Langage et de la communication


6. SODJI Thomas Koffi & CAPO H. B. Christophe (Bénin)
L’aspect progressif en ajágbe, ....................................................................................................... 61

Lettres, langues et Arts


7. ELONGO A. (Congo)
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris, ... 75

Sciences Economiques et de Gestion


8. Cheikh Tidiane Ndour & Abdoulaye Seck
Evaluation Contingente de la Demande d’Eau Résidentielle à Dakar, ........................................... 89
Sciences de la Santé
9. AGODA P. & al, (Togo)
Extractions dentaires et besoins prothétiques : une étude retrospective : à propos de 465 cas au
CHR Atakpamé (Togo). .................................................................................................................109

10. KATAWA G. & al. (Togo)


Restoration of CD4 cells and lymphocytes count during D4T + 3TC + NVP/ AZT + 3TC + NVP
treatment in HIV infected individuals in Togo, ............................................................................125

11. AGODA P. & al. (Togo)


Les hémorragies buccales: aspects épidémiologiques, et cliniques, à propos de 344 cas colligés au
CHU Campus de Lomé (Togo).......................................................................................................139

Médecine Générale
12. GOUNONGBÉ ACF & al. (Bénin)
Evaluation des facteurs de risque chez les travailleurs du bois de Parakou en 2014, ...................146

13. ASSAVEDO C.R.A. & al. (Bénin)


Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des atteintes oculaires au cours des
traumatismes cranio-faciaux au CHUD/BA, ...................................................................................157

14. ALAGNIDE H.E. & al. (Bénin)


Caractéristiques du handicap moteur en consultation grand public au Bénin, ...............................167

15. TCHANGAÏ B. & al. (Togo)


Convalescence des patients opérés pour hernie de l’aine au CHU Sylvanus Olympio (Togo), ....169

16. ALAGNIDE H.E. & al. (Bénin)


Impact de séance d’information-éducation en rééducation périnéale (IERP) sur les incontinences
urinaires du post-partum, ..............................................................................................................184

17. BAKRIGA B. & al. (Togo)


Traitement chirurgical des fractures du trapèze : résultats anatomiques et fonctionnels, .............191

18. N’TIMON B. & al. (Togo)


Echographie pelvienne chez la femme en âge de procréer, à propos de 410 cas au Centre Hospitalier
Universitaire de Kara au Togo, .....................................................................................................193

19 JAMES K.Y. & al. (Togo)


Etude morphométrique des tendons de la patte d’oie chez le sujet mélanoderme togolais ...........203

20. N’TIMON B. & al. (Togo)


Tomodensitométrie du rachis traumatique de l’adulte au Togo, ....................................................211

21. POTCHOO Y. & al. (Togo)


Effets indésirables médicamenteux liés à la chimioprévention du paludisme au Togo, ................219
22. KOLOU M. & al, (Togo)
Séroprévalence des hépatites virales B et C au sein de la population générale de Lomé, ...........227

23. POTCHOO Y. & al. (Togo)


Effets indésirables médicamenteux liés à la vaccination de riposte contre neisseria meningitidis au
Togo, .............................................................................................................................................237

24. AKPONA O. L. R. & al. (Bénin)


Place de la tomodensitométrie dans les urgences neurologiques cérébrales non traumatiques au
CHU Campus de Lomé (Togo), .....................................................................................................245

25. TCHAOU M. & al. (Togo)


Collaboration radiologues-manipulateurs : perception et impact sur la qualité des prestations dans
les centres hospitaliers universitaires du Togo, ............................................................................255

26. KAMBIRE J. L. & al (Burkina Faso)


Profil épidémio-clinique et thérapeutique des appendicites aiguës - à propos de 140 cas au centre
hospitalier universitaire régional de Ouahigouya (Burkina Faso), .................................................263

27. SABI K. & al. (Togo)


Prévalence du syndrome des jambes sans repos dans le centre d’hémodialyse du CHU Sylvanus
Olympio, ........................................................................................................................................269

28. KAMBIRE J. L. & al (Burkina Faso)


Etiologies et résultats de la prise en charge des perforations digestives à propos de 76 cas au Centre
Hospitalier Universitaire Régional de Ouahigouya (Burkina Faso), ..............................................275

29. AKPONA O. L. R. & al. (Bénin)


Pathologies dentaires : place du cliche retro-alvéolaire chez 387 patients au Centre Hospitalier
Universitaire campus de Lomé (Togo), .........................................................................................281

30. SABI K. & al. (Togo)


Traitement néphroprotecteur au cours de l’insuffisance rénale chronique, ...................................289

31. AZIAGBE K.A. & al. (Togo)


Aspects épidémiologiques cliniques et étiologiques des pathologies respiratoires chez les PvVIH au
CHU Sylvanus Olympio de Lomé, .................................................................................................297
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88

CARACTERISATION STYLISTIQUE DE L’ADVERBE « BIEN »


CHEZ VICTOR HUGO DANS NOTRE-DAME DE PARIS

STYLISTIC CHARACTERIZATION OF ADVERB "WELL" IN VICTOR


HUGO’S NOTRE-DAME DE PARIS

ELONGO A.*
Université Marien Ngouabi (Congo)
(*) E-mail : elongoarsene@gmail.com

(Reçu le 17 Octobre 2017 ; Révisé le 03 Janvier 2018 ; Accepté le 12 Janvier 2018)

RESUME

Le présent article analyse la caractérisation du qualifiant « bien » dans l’écriture de


Victor Hugo. Ce qualifiant caractérise une structure de la détermination nominale, de
l’adverbe de manière, du procédé intensif, de la phrase simple et de la phrase complexe.
Pour aborder ce phénomène stylistique, nous avons choisi un corpus riche d’illustration
recueilli dans le roman Notre-Dame de Paris. Ainsi, l’objectif fixé est d’étudier le
qualifiant « bien » comme un symptôme stylistique de la caractérisation stylistique,
parce qu’il est une unité stylistique récurrente dans le style de cet auteur français. Grâce
à l’approche de la stylistique structurale, nos résultats envisagés vont justifier que le
qualifiant « bien » est introducteur des effets sémantiques dans ses différents usages
syntaxiques au sein d’un énoncé littéraire de Victor Hugo.

Mots clés : épithète, attribut, adverbe de manière, adverbe intensif, phrase simple et
complexe.

ABSTRACT

This article analyzes the characterization of the qualifier "good" in the writing of Victor
Hugo. This qualifier characterizes a structure of nominal determination, the adverb in a
way, the intensive process, the simple sentence and the complex sentence. To address
this stylistic phenomenon, we chose a corpus rich in illustration collected in the novel
Notre-Dame de Paris. Thus, the objective is to study the qualifier "good" as a stylistic
symptom of stylistic characterization, because it is a recurrent stylistic unit in the style
of this French author. Thanks to the approach of structural stylistics, our proposed
results will justify that the "good" qualifier is introducing semantic effects into its
various syntactic uses within a Victor Hugo's literary utterance.

Keywords: Epithet, attribute, adverb of manner, intensive adverb, simple and complex
sentence

INTRODUCTION réflexion, ce thème : « Caractérisation stylis-


tique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo ».
Dans l’enjeu d’un tel thème, l’étude du
B eaucoup de mots français jouent le rôle du
caractérisant et du qualifiant dans une
structure syntaxique du substantif et servent à
qualifiant « bien » se justifie par deux raisons
stylistiques. Premièrement, le qualifiant
modifier sémantiquement une catégorie « bien » est présumé comme un trait
grammaticale de l’adjectif et du verbe dans une caractérisant et idiolectal dans Notre-Dame de
représentation discursive, il s’agit spécifi- Paris, du fait que ce roman en contient
quement des adverbes. Dans ce contexte plusieurs occurrences dans de nombreuses
discursif, nous abordons, dans le cadre de notre structures syntaxiques relatives à la

75
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

caractérisation stylistique : la structure du celui d’occurrences pertinentes. Or, on constate


substantif, la structure du verbe, la structure de que le qualifiant « bien » forme un réseau
la phrase simple et la structure de la phrase considérable d’occurrences dans l’écriture de
complexe. Deuxièmement, le langage et le Victor Hugo et qu’il a une valeur évaluative et
style de Victor restent le champ d’études de la appréciative du langage littéraire. Dans ce
grammaire, de la linguistique et de la contexte précis, on se demande comment ce
stylistique. Dans cette perspective, qualifiant constitue un fait de la caractérisation
RIFFATERRE (1973, p.203) a étudié un trait stylistique dans l’écriture de Victor Hugo. En
spécifique du style hugolien focalisé sur la second lieu, la caractérisation et la qualification
poétisation du mot et il a ajouté : « Victor du bien créent une motivation et une précision
Hugo est le « seigneur des mots », disait descriptive. Elles s’inscrivent dans la
Barrès. Louanges et critiques témoignent perspective oppositionnelle de la langue et de
également de la variété, de la virtuosité et de la style. Cette dualité nous engage à chercher si le
puissance de sa création verbale, et cette qualifiant « bien » serait un fait objectif de
unanimité dans les réactions des lecteurs langue ou un fait stylistique propre à l’écriture
montre assez que nous sommes en présence de Victor Hugo. Selon ce fait, notre question
d'un élément essentiel de son art. Pour est de savoir quel est le rôle stylistique rempli
comprendre la poésie de Hugo, c'est donc par par le qualifiant « bien » à travers le style de
l'étude du mot qu'il faut commencer ». Cette la cet auteur. Ces problèmes nous conduisent à
poétisation du mot reste un champ vaste de la retenir cette hypothèse comme fil conducteur
recherche pour cerner les traits discursifs de la de notre analyse : le qualifiant « bien » serait
caractérisation stylistique. Ainsi, notre étude un trait caractéristique du style capable de nous
examine un mot spécifique dans le langage renseigner sur l’état de la langue au XIXe
romanesque de cet auteur, le qualifiant siècle. Cela nous pousse à formuler l’objectif
« bien », comme une technique de sa suivant : le qualifiant « bien » est un
caractérisation stylistique. Dans ce cas, nous introducteur des modifications sémantiques et
utilisons la notion de caractérisation stylistique un patron stylistique dans la structure des
selon le sens énoncé par BRUNOT (1922, substantifs, des verbes, des adjectifs et des
p.578) qui la définit : « L'art de caractériser est adverbes de manière.
un des éléments essentiels du style. Quelques
hommes, qui atteignent à la perfection, arrivent La présente étude applique l’approche de la
par l'effort ou sans peine à user des mots qui stylistique structurale développée par
font l'effet voulu. ». Selon cette acception de la RIFFATERRE. Nous retenons trois critères de
caractérisation, il est fondamental d’étudier le son analyse stylistique : le critère du contexte
qualifiant « bien » comme un caractérisant de stylistique, le critère synchronie/ diachronie et
style dans l’écriture de Victor Hugo, du fait le critère encodeur/décodeur du pattern
qu’il compose une structure stylistique dans stylistique. Selon le premier principe, le
Notre-Dame de Paris. De plus, la notion de la qualifiant « bien » est considéré comme un
caractérisation stylistique est également contexte stylistique, fonctionnel et identifiable
employée selon l’acception de MAGRI- en raison de ses fréquences constituant un
MOURGUES (2010, p.378), saisie comme un pattern, parce qu’il compose une structure
processus de singularisation ressortie par « des pertinente, accessible et variable avec d’autres
patrons stylistiques de l’objet d’étude ». techniques stylistiques oppositionnelles. Dans
ces conditions, RIFFATERRE (Id, p.60) écrit :
Cette justification nous autorise à présenter « chaque procédé stylistique ajoute son
deux problèmes attachés à notre problématique expressivité à celle des autres. En général, les
sur le qualifiant « bien » dans Notre-Dame de effets de ces procédés stylistiques convergent,
Paris de Victor Hugo. En premier lieu, la en un soulignement particulièrement
caractérisation est souvent un indice de frappant ». De son côté, DELAS (1973, p.16)
l’évaluation d’un fait stylistique et elle est insiste sur la récurrence de la structure
identifiable par le critère de la fréquence et par stylistique liée au procédé mis relief et déclare :
76
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

« la réitération d'énoncés construits sur le Le Grand Robert (2016) expose plusieurs


même modèle maintient la récurrence de la nuances sémantiques du morphème « bien ».
lecture stylistique, récurrence qui est à Nous pouvons citer la convenance d’une
proprement parler le pattern lui-même ». De manière satisfaisante et parfaite désignée par le
plus, le critère synchronie/diachronie nous morphème « bien » et celui-ci est glosé par les
permet d’analyser le qualifiant « bien » dans la adverbes comme « convenablement, correc-
dynamique des usages fixes d’un code propre à tement et parfaitement ». Il désigne également
une époque et sa réception dans le cadre de une marque de ce qui plaît et suscite
l’évolution des usages diachroniques. Enfin, le l’admiration esthétique. De plus, il est syno-
principe d’encodeur/décodeur permet d’appré- nyme des adverbes appréciatifs et évaluatifs
cier les effets stylistiques du qualifiant « bien » comme « admirablement, agréa-blement,
dans le processus de son interprétation. Après bellement et joliment ». Selon ce dictionnaire,
ce bref aperçu sur l’approche de la stylistique le Grand Robert, le morphème « bien » répond
structurale, nous examinons quelques études à une expression de la norme soit individuelle
théoriques sur les usages du qualifiant « bien ». soit sociétale fondée sur la raison, le devoir, la
justice et la morale. D’après le même
L’article aborde les aspects suivants du dictionnaire, le morphème « bien » est le
morphème bien : le préliminaire théorique, marqueur intensif, lorsqu’il est employé soit
l’analyse du corpus, caractérisation nominale, avec un verbe soit avec le participe passé.
caractérisation phrastique et la caractérisation Aussi est-il glosé à partir des adverbes intensifs
adverbiale et conjonctive. de manière suivants : absolument, complè-
tement, entièrement, extrê-mement, intégra-
1. préliminaires théoriques lement, nettement, pleinement, profondément,
Le qualifiant « bien » est étudié dans les totalement. Dans le même dictionnaire, le
dictionnaires de la langue française et dans morphème « bien » crée les effets de renfor-
beaucoup de travaux de grammaire et de cement avec le présentateur « c’est ou c’était ».
linguistique. Ainsi, deux questions nous aident Aussi introduit-il une propriété renforçant une
à éclairer le fonctionnement syntaxique et affirmation proche du sens développé par
sémantique de ce qualifiant : comment les l’adverbe « effectivement » et il marque une
dictionnaires définissent-ils le morphème « quantité importante mais indéterminée ».
« bien » ? et quelles valeurs sémantiques du
qualifiant « bien » dans les travaux 1.2. Quelles valeurs sémantiques du bien
scientifiques ? dans les travaux scientifiques ?
Le morphème « bien » a une littérature assez
1.1-Comment les dictionnaires définissent-ils abondante dans les manuels de grammaire.
le morphème « bien » ? Ainsi, nous considérons quelques études
Larousse (2014) présente trois usages du spécifiques sur cette catégorie grammaticale
morphème « bien » et leur acception dans la pour expliquer sa syntaxe et son sémantique.
langue française : le morphème « bien » En effet, MARTIN (1990) présente trois
employé comme un substantif, un adjectif et un analyses sur l’usage discursif du morphème
adverbe. Dans la première acception, le « bien » : un adverbe de constituant intro-
morphème « bien » a un statut d’un substantif. duisant une valeur qualificative et une valeur
Dans la deuxième acception, le morphème de quantification. Aussi est- il, selon lui, un
« bien » appartient à la catégorie de la classe adverbe de la phrase, puisqu’il sert à marquer
adjectivale. Selon la troisième acception, le une valeur de confirmation, une fonction
morphème « bien » est un adverbe introduisant inférentielle et une valeur approximative.
plusieurs valeurs comme l’intensité, l’indi- Toujours dans cette étude, le morphème
cation, la quantité approximative mini-male, « bien » est abordé comme un adverbe de
une opposition, une affirmation par référence à prédicat modalisant, parce qu’il peut introduire
un cas analogue, l’approbation ou la consta- deux effets discursifs : l’effet de renforcement
tation d’un fait. et l’effet d’atténuation. De sa part, GAATONE
77
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

(1990) développe le morphème « bien » l’adverbe de constituant, l’adverbe de phrase et


comme un adverbe désignant la valeur de la le marqueur discursif. De plus, son analyse, cet
quantité, de l’intensité élevée et la valeur adverbe peut signifier « de la bonne manière,
affective pour suggérer des effets de surprise, c’est-à-dire, au sens premier de bon, de la
de satisfaction, de l’intérêt, de l’approbation, de manière qui convient (Id : 8). Aussi peut-il
la sympathie, de la complaisance, de l’ironie et remplir une valeur axiologique, une valeur
de l’adversité. évaluative de différents procès et de degré pour
signifier une valeur positive de la qualité (très
Par ailleurs, ROUANNE (1998) aborde deux bien) et une valeur quantitative (beaucoup). En
valeurs principales du morphème « bien » à gros, dans son étude, le morphème « bien » est
savoir : le qualifiant et le quantifiant. Selon lui, un marqueur discursif comme bien que, si bien
le premier marque le sentiment de satisfaction. que, aussi bien, bien sûr et bien entendu. Un
Le second désigne la « quantité élevée ». Dans bref aperçu de tous ces travaux montre que le
son étude, elle considère le morphème « bien » morphème « bien » est une catégorie de la
comme un adverbe de phrase pour souligner les grammaticalisation, du quantifiant, du
trois valeurs discursives de celui-ci : valeur de qualifiant, d’évaluation et de la validation.
confirmation, d’argumentation et de modifi- Aussi ces travaux nous démontrent-ils que les
cateur réalisant ou déréalisant. Dans le contexte valeurs fondamentales du morphème bien se
énonciatif, MICHIEL (1999) aborde trois fondent sur le prédicat de constituant, l’adverbe
usages du morphème « bien ». D’abord, le de phrase et le modificateur réalisant ou
morphème « bien » subit une grammati- déréalisant.
calisation en trois catégories grammaticales : le
substantif, l’adjectif et l’adverbe. Ensuite, le 2. Analyse du corpus sur l’adverbe
morphème « bien » joue le rôle du caractérisant « bien »
et du quantifiant. POUGEOISE (2007, p.76-77) Nous appliquons la démarche de MAGRI-
a défini quatre emplois de bien : un adverbe de MOURGUES (2010, p.378) (p.381) pour
manière ou de quantité, un emploi adjectif présenter la particularité stylistique de notre
« pour exprimer un état physique (état de santé) corpus. Cette démarche est éclairée par
ou moral », un explétif de renforcer une l’argument suivant de celle-ci : « La stylistique
expression, un adjectif invariable et une comme recherche de la caractéristique se fonde
grammaticalisation dans des expressions ici sur les formes-occurrences pour ainsi dire
diverses. brutes, qui constituent le corpus textuel et dont
on compare les fréquences. ». Ainsi, l’objet de
Enfin, le morphème « bien » est une particule notre corpus est formé par les occurrences du
pour former d’autres locutions adverbiales et qualifiant « bien ». Dans ce but, nous avons
conjonctives comme bien sûr, bien entendu, choisi Notre-Dame de Paris (1831), roman de
bien que, si bien que. VLADMIRSKA (2008, Victor Hugo, écrivain français pour constituer
p.5) retient deux valeurs du morphème un corpus sur le morphème « bien ». Cet auteur
« bien » : la « valuation » et la validation. En emploie 380 occurrences de cette unité
effet, la « valuation » se fonde sur l’expression discursive dans son langage littéraire. Celle-ci
glosée comme trop (bien long), ou tout à fait est présente dans la caractérisation de la
(bien décidé), vraiment (bien cuit), comme il syntaxe nominale, adjectivale, adverbiale et
convient ». De plus, la validation porte sur verbale. En dehors de la structure du substantif,
« une relation prédicative confirmant que celle- du verbe, de la phrase simple et de la phrase
ci est le cas et peut être glosé comme complexe, on identifie dans le roman de
effectivement ». HUGO, les usages grammaticalisés de la
particule « bien » pour former les locutions
Dans la dimension synchronique du français conjonctives, adverbiales et interjectives
contemporain, MOLINE (2012) expose comme bientôt (16 occurrences), bien que (17
quelques valeurs du morphème « bien » : la occurrences), eh bien (45 occurrences). Dans le
grammaticalisation, la pragmaticalisation, même corpus, le morphème « bien » a des
78
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

valeurs sémantiques de la quantification, de la phénomène stylistique dans le style de Victor


validation, de l’appréciation et de la Hugo. A cet égard, nous examinons le rôle du
qualification. Mais notre étude se limite à qualifiant « bien » dans la structure faite du
l’analyse de la qualification pour interpréter la substantif et de l’adjectif épithète et dans le
caractérisation stylistique engendrée par ce système syntaxique du sujet et de l’adjectif
morphème appréciatif. Dans ce contexte, il est épithète.
intéressant d’aborder trois techniques de la
caractérisation stylistique du qualifiant « bien » 3.1. Substantif+ bien + épithète
dans l’écriture de Victor Hugo, il s’agit de : 1) Le qualifiant « bien » est identifiable dans une
la caractérisation nominale du qualifiant structure de la caractérisation nominale. Cette
« bien », 2) la caractérisation phrastique du syntaxe caractérisante est formée de :
qualifiant « bien » et 3) la caractérisation substantif + bien + épithète. Ce système
adverbiale et intensive du qualifiant « bien ». syntaxique fonctionne répond à la définition de
l’adverbe énoncée par BALLY (p.114) :
3. Caractérisation nominale « l’adverbe est prédestiné à déterminer un
Le substantif ou le nom reçoit les traits adjectif ou un verbe », il est aussi considéré
qualificatifs des adjectifs et des adverbes et comme un patron ou un pattern stylistique dans
constitue une caractérisation nominale. Cette la plume de Victor Hugo, comme le justifient
structure caractérisante peut devenir un ces exemples :

1. « Les femmes ont des goûts bien dépravés ! ». (Hugo, Id : 535)


2. « nous avons là des tours bien hautes (Id : 502)
3. « Il trouva dom Claude bien changé, pâle comme un matin d’hiver, (Hugo, Id : 527)
4. « réflexion bien douce à de pauvres diables » ((Hugo, p.55).
5. « c’est par une raison bien simple. » (Hugo, Id : 9)
6. « Jehan, vous êtes sur une pente bien glissante » (Hugo, p.362).
7. « dans la grand-salle du Palais bien couverte et bien close » (Hugo, p.15).
8. et j’ai vu un homme bien dur, maître Ponce Lacabre, le procureur, qui pleurait. (Hugo,
p.281).
9. « une autre belle blonde à peau blanche, bien colletée de damas bleu » (Hugo, p.315).

Dans ces énoncés, le qualifiant « bien » caractérisation : la caractérisation interne et la


caractérise la structure de la syntaxe nominale. caractérisation externe issue du qualifiant
Il modifie complètement l’épithète dans son « bien ». Cette structure du qualifiant « bien »
rôle de caractériser le substantif. Ainsi, les devient un fait stylistique, du fait que Victor
épithètes comme dépravés, haute, douce, Hugo a opéré un choix parmi d’autres
simple, glissante, close, dur et colletée ajoutent techniques de la qualification nominale. Par
à leur substantif respectif un trait caractérisant ailleurs, la place syntaxique du qualifiant
significatif pour l’identifier et le distinguer « bien » et de l’épithète peut signaler une
avec d’autres systèmes de la caractérisation technique motivationnelle de la caractérisation
nominale. De plus, ils reçoivent une incidence stylistique et traduit une alternance stylistique
du qualifiant « bien » comme une information entre la structure antéposée et la structure
complémentaire. Dans ces conditions, postposée au sein de la composition du
l’épithète donne au nom une double substantif. Ces deux systèmes le montrent :

a- Substantif + bien + épithète vs bien + épithète + substantif.

Chacune de ces systèmes peut représenter une structure bien + épithète + substantif introduit
caractérisation stylistique et créer les effets une innovation dans l’écriture de Victor Hugo,
sémantiques lors de la lecture. En effet, le comme le confirment ces énoncés :

79
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

10. « Il ne reste aujourd’hui qu’un bien imperceptible vestige de la place de Grève (Hugo, Id :
87)
11. « il y a en effet de bien superbes tapisseries de haute lice. » (Hugo, p.315).
12. « les sorcelleries de la chèvre (…) étaient de bien innocentes malices » (Hugo, p.338).

La structure « bien + épithète + substantif » GENSANE (2011, p.152), « Si l’attribut est un


marque une caractérisation stylistique forte et adjectif (…), la relation sémantique instaurée
expressive, car, elle met en relief une entre l’attribut et le sujet est dite de
caractérisation intentionnelle et attire la caractérisation ». A cet égard, la structure
sensibilité du lecteur. caractérisante entre l’attribut et le sujet est la
suivante : Sujet + verbe d’état+ adjectif. Un
3.2. Bien et adjectif attribut élément de cette structure reçoit un trait
Le qualifiant « bien » rentre dans la structure sémantique du qualifiant « bien », il s’agit de
de la caractérisation attributive, car il modifie l’attribut du sujet. Ainsi, la structure suivante
la valeur sémantique de l’attribut en relation est perçue comme un symptôme stylistique :
syntaxique avec le sujet. Selon BAYLON et
FABRE (1995, p.197), l’attribut est défini a- Sujet + être + bien + attribut adjectival
comme « une manière d’être que l’on donne au Cette structure attributive est le modèle
sujet par le moyen d’un verbe ». Pour PELLAT stylistique identifiable dans l’écriture de Victor
(2009, p.113), « l’attribut dit quelque chose à Hugo. Ce dernier l’utilise comme une
propos du sujet, et dans n’importe quel technique singulière de son écriture. À partir de
domaine » et il permet de jouer « des rôles ces exemples, nous pouvons étudier le rôle
sémantiques divers » comme la classification caractérisant du qualifiant « bien » dans une
ou la caractérisation. Selon CALAS ETROSSI- structure attributive :

13. « Je vous fais peur. Je suis bien laid » (Hugo, Id : 490)


14. « Nous allons être bien heureuses. » Hugo, Id : 640)
15. « Autrement elles sont bien malheureuses » (Hugo, Id : 278)
16. « Votre tête est bien grise ! » (Hugo, Id : 229)
17. « Elle est bien habillée, La ville de Cambrai. » (Hugo, Id : 579)
18. « Vous êtes devenu bien timide. » (Hugo, Id, p.313)
19. « Elle était bien belle en ce moment. » (Hugo, Id : 325)
20. « Tu m’as trouvée bien méchante, n’est-ce pas ? » (Hugo, Id : 639)

Dans ces phrases attributives, deux phéno- 4. Caractérisation phrastique


mènes stylistiques sont observables. Dans la Le qualifiant « bien » se donne comme un
première, l’adjectif attributif donne au sujet une caractérisant de la structure attributive et il est
caractérisation. Celle-ci est issue de la également présent dans la syntaxe de la phrase
sémantique de chaque adjectif. Par exemple, simple et de la phrase complexe. Son rôle
l’adjectif attribut « laid » permet de représenter caractérisant est jugé comme un pattern
l’état du sujet, il s’agit de l’idée de la laideur. stylistique dans l’écriture de Victor Hugo, du
Dans la seconde, le qualifiant modifie le sens fait que ce dernier l’emploie couramment dans
de l’adjectif attribut. Ainsi, la caractérisation son style. C’est pour cela, nous étudions deux
du qualifiant « bien » a une double incidence structures dans lesquelles le qualifiant « bien »
stylistique : une incidence sémantique pour devient une caractérisation stylistique : la
l’adjectif attribut et une incidence stylistique structure de la phrase simple et la structure de
pour le sujet grammatical. la phrase complexe.

80
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

4.1. Caractérisation de la phrase simple a- Sujet + verbe idiomatique +bien


Le qualifiant « bien » modifie la sémantique du Le verbe idiomatique caractérisé par le
verbe ou de toute la phrase simple. Ainsi, notre qualifiant « bien » est le verbe avoir dans notre
objectif est d’examiner ce changement corpus. Celui-ci est employé avec les
sémantique dans trois structures syntaxiques de substantifs sans article, il s’agit des formes
la phrase simple : la structure des verbes syntaxiques suivantes : avoir froid, avoir
idiomatiques, la structure des verbes transitifs chaud, avoir pitié et avoir raison. Ces verbes
et la structure du présentatif. Ces structures idiomatiques représentent un choix stylistique
caractérisantes sont étudiées comme un dans l’écriture de Victor Hugo, parce qu’ils
symptôme stylistique dans l’écriture de Victor forment une caractérisation stylistique avec le
Hugo. Dans cette optique, la structure des qualifiant « bien ». Ainsi, les énoncés suivants
verbes idiomatiques caractérisés par le permettent de montrer comment la structure
qualifiant « bien » peut marquer un trait des verbes idiomatiques et le qualifiant « bien »
stylistique et elle est formée de : participent à une caractérisation stylistique
dans le style de Victor Hugo :

21. « J’ai bien froid », répondit-elle. » (Hugo, Id : 431).


22. « Mon Dieu ! dit-elle rouge et inquiète, j’ai bien chaud ! » (Hugo, Id : 457).
23. « J’ai bien pitié de moi, pauvre malheureux monstre que je suis ! » (Hugo, Id : 493).
24. « Hélas ! que j’ai bien raison de ne pas boire » (Hugo, Id : 545).

Le qualifiant « bien » et les verbes de la phrase simple. Celle-ci est une technique
idiomatiques marquent une caractérisation caractéristique qu’on identifie dans le style de
stylistique pour plusieurs raisons stylistiques. Victor Hugo, elle est composée de la structure
D’abord, chaque caractérisation des verbes suivante.
idiomatiques relève d’un choix parmi des
techniques stylistiques possibles pour exprimer b- sujet + verbe + bien+ COD
la même idée. En effet, on peut comparer le L’adverbe de manière « bien » modifie le
choix entre avoir peur et s’effrayer ; avoir froid procès-verbal et son objet. Selon GUIMIER
et éprouver une sensation de froid ; avoir raison (1996, p.55), « l’adverbe incident au verbe peut
et ne pas se tromper ; avoir pitié de et plaindre. étendre sa portée à ce complément ». Dans ce
L’expression de la prédication verbale but, nous expliquons que la caractérisation
employée devient dans un contexte linguistique adverbiale change la sémantique du verbe et de
donné un choix stylistique répondant aux son objet. Ainsi, le qualifiant « bien » modifie
besoins de la communication. En outre, le sémantiquement le procès du verbe dans sa
choix du qualifiant « bien » utilisé dans la réalisation. Les effets de cette action
structure des verbes idiomatiques peut être influencent également la représentation
motivé par les circonstances de la langue dans syntaxique de l’objet. Selon GREMY (2017,
une époque donnée, celle du XIXe siècle. Peut- p.87), « Modifier signifie que l’adverbe peut
être ces verbes idiomatiques ont-ils un usage apporter une information supplémentaire au
fréquent dans cette période. Enfin, le qualifiant sens d’un mot ou d’une phrase, ou les
« bien » offre à ces verbes idiomatiques une nuancer ». Ainsi, la structure « sujet + verbe +
caractérisation confirmative et transforme bien+ COD » est modifiée par le qualifiant
l’idée de la phrase en une argumentation de adverbial et elle peut être considérée comme
certitude. trait stylistique dans le cas de ces exemples, du
fait que le verbe transitif choisi devient une
Le qualifiant « bien » modifie la sémantique unité discursive de la caractérisation
des verbes transitifs directs dans une structure stylistique :

81
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

25. « Petite, garde bien ce bijou. C’est un trésor. » (Hugo, Id : 640)


26. « Tu mets bien de la chaleur à ce jurement ! » (Hugo, Id : 646)
27. « Apollo a bien gardé les gorrines chez Admétès. » (Hugo, Id : 334)
28. « Ils ont bien pendu une truie le mois passé. » (Hugo, Id : 540)
Le qualifiant « bien » introduit une caracté- présentative reçoit la caractérisation par
risation spécifique dans la caractérisation l’emploi du qualifiant « bien ». Ce dernier
générale de la structure des verbes transitifs. marque une appréciation et une confirmation et
Cette insertion engendre une variation il est intégré dans cette structure présentative et
stylistique, parce qu’elle crée une nouvelle caractérisante :
structure sémantique et caractérisante. En effet,
la structure « garde ce bijou » est différente de c- structure présentative : c’est + bien
celle-ci : garde bien ce bijou. Dans ces deux Le choix de la structure présentative « c’est +
structures, l’unité différentielle est le qualifiant bien » peut remplir le rôle d’une caractérisation
« bien », perçu comme un élément motiva- stylistique, puisque l’auteur a choisi une
tionnel et intentionnel du style et du message et structure spécifique parmi des modèles
elle donne au destinataire l’idée de syntaxiques existantes pour l’adopter comme
l’importance sur l’objet présenté. Par ailleurs, une technique stylistique de son écriture. C’est
la phrase simple est caractérisée dans le type de ce que soulignent les exemples ci-après.
la construction présentative. Cette phrase

29. « Il commande à cinquante légions. C’est bien lui. » (Hugo, Id : 562)


30. « J’aime les égyptiennes. C’est bien toi. (Hugo, Id : 639)
31. « Venez à moi, c’est bien, j’essaierai. (Hugo, Id : 229)
32. « C’est bien. Votre âge ? » (Hugo, Id : 258)
33. « C’est bien ! Vite ! vite ! qu’on ne voie pas le battant. (Hugo, Id : 343)
34. « la rue Galiache, c’est bien, c’est très bien. (Hugo, Id : 382).

La phrase présentative marque une discursifs. Aussi est-elle souvent construite


caractérisation stylistique, parce qu’elle crée un selon plusieurs modèles. Mais, notre étude
effet sémantique de confirmation ou de s’intéresse à la phrase complexe formée par la
l’appréciation. Dans ce contexte, le qualifiant proposition principale et la subordonnée
« bien » est motivé par deux techniques de la complétive, dans laquelle le qualifiant « bien »
stylistique : l’anaphore et la cataphore. Dans le joue le rôle de la caractérisation de
premier emploi, le présentateur peut jouer le renforcement. Dans ce contexte sémantique,
rôle de la fonction anaphorique, parce qu’il l’analyse de POUGEOISE (2007, p.76) nous
valide le jugement de l’antécédent dans le aide à comprendre la valeur caractérisante du
contexte l’énoncé antérieur, comme le montre qualifiant « bien » dans une phrase complexe :
cet exemple : « Il commande à cinquante « Bien peut être explétif. Dans ce cas il
légions. C’est bien lui. ». Dans le second renforce simplement l’expression ». Dans cette
emploi, le présentateur joue la fonction de la optique, notre objectif est de montrer que le
cataphore dans cet énoncé : « C’est bien. Votre qualifiant « bien » modifie les deux structures
âge ? ». La mention de la caractérisation est sémantiques de la phrase complexe : la
précédemment prononcée, avant qu’on précise structure de la principale et la structure de la
l’objet du jugement appréciatif. subordonnée complétive. Cet objectif peut être
justifié par l’argument développé par
4.2. Caractérisation de la phrase complexe BRUNOT (Id, p.675) qui énonce : « On fait de
La phrase complexe est considérée comme une la caractérisation la matière de la proposition
unité stylistique, parce qu’elle souligne, dans principale. L'idée de la caractérisation est
l’écriture de Victor Hugo, une intention et souvent si essentielle qu'au lieu de la placer
qu’elle est capable de créer des effets dans un complément, on en forme la phrase
82
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

principale ». Ainsi, le modèle syntaxique est du qualifiant « bien ». Cette caractérisation


analysé comme un symptôme de la modifie également le sens de la subordonnée
caractérisation stylistique dans le style de complétive. En effet, les exemples suivants
Victor Hugo : permettent de mesurer la portée sémantique du
a- S+ V+ bien + que + S+ V qualifiant « bien » sur le sens de la phrase
complexe et il s’agit de montrer que ce
Dans la phrase complexe, la structure de la caractérisant est pris comme un fait de style
proposition est caractérisée par la sémantique dans la vision de l’écriture hugolienne :

31. « Je compte bien que pas une personne charitable n’en a voulu. » (Hugo, Id : 285)
32. « je crois bien qu’elle est sortie en effet par la porte de Vesle. » (Hugo, Id : 284)
33. « Vous voyez bien qu’il est fou, dit-il tout bas au compère Tourangeau. » Id : 225)
34. « Il faut bien que je dise des hommes de l’art » (Hugo, Id : 148).
35. « on voit bien que le roi est malade aujourd’hui » (Hugo, Id : 613) .

Le qualifiant « bien » est identifié dans la caractérisant le renforce d’une manière


structure de la phrase complexe. Son rôle évaluative. Cela prouve que chaque technique
sémantique et caractérisant change le procès du stylistique relève du choix, parce que l’auteur
verbe de la principale et de la subordonnée. opère une préférence sur une structure et une
Dans son emploi stylistique dans les énoncés valeur d’un constituant phrastique. Par
de Victor Hugo, le qualifiant « bien » est exemple, le verbe de la phrase complexe, « je
employé dans quatre verbes de la proposition crois bien qu’elle est sortie en effet par la
principale : compter, voir, croire et falloir. porte de Vesle. », est considéré comme un
D’abord, le verbe « compter bien » suggère une choix stylistique, puisque l’auteur avait
expression stylistique du choix par rapport à plusieurs possibilités offertes par les verbes
d’autres caractérisations synonymiques comme synonymiques comme considérer, estimer,
penser bien ou espérer bien. De plus, la même penser, supposer. Aussi l’auteur avait-il le
observation est applicable dans l’emploi du choix entre le qualifiant « bien » et d’autres
verbe croire. Ce dernier ajoute au sens de la adverbes évaluatifs comme réellement,
subordonnée complétive la caractérisation de la véritablement et vraiment. On obtiendra les
croyance. L’idée de la croyance est modifiée variations stylistiques suivantes :
par la valeur qualitative « bien », du fait que ce

32. « je crois bien qu’elle est sortie en effet par la porte de Vesle. »

a- « je crois réellement qu’elle est sortie en effet par la porte de Vesle. »


b- « je crois véritablement qu’elle est sortie en effet par la porte de Vesle. »
c- « je crois vraiment qu’elle est sortie en effet par la porte de Vesle. ».

Le qualifiant « bien » est un symptôme 5. Caractérisation adverbiale et con-


stylistique dans une phrase complexe, parce jonctive
qu’il marque un choix opéré par le locuteur ou Bien qu’il modifie sémantiquement la structure
par l’écrivain pour donner à son message une de la phrase complexe, le qualifiant « bien » se
visée subjective et intentionnelle et pour retrouve employer dans la catégorie
rechercher les effets esthétiques destinés à son grammaticale des adverbes de manière, des
interlocuteur ou à son lecteur. En somme, le adverbes d’intensité et dans la catégorie
qualifiant « bien » renforce et modifie le procès discursive de certaines conjonctions de
du verbe de la proposition principale. Cette coordination comme donc. Cette technique est
incidence sémantique influence la vérité présente dans l’écriture de Victor Hugo,
exprimée par la subordonnée complétive. particulièrement dans Notre- Dame de Paris

83
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

dans lequel il devient une unité motivationnelle structure de la détermination nominale et dans
de son langage. Dans cette optique, nous une structure de la détermination verbale. Dans
analysons la caractérisation de bien dans trois la détermination nominale, on remarque deux
structures adverbiales : adverbe de manière, structures syntaxiques du qualifiant « bien »
adverbe de degré et le coordonnant « donc ». dans le style de Victor Hugo :
a- Substantif + bien + adverbe de manière en
5.1. Caractérisation de l’adverbe de manière ment
L’adverbe de manière est une technique de la b- Substantif + adverbe de manière en ment
caractérisation verbale, puisqu’il modifie le + bien
procès réalisé par le verbe par un ajout d’un
trait caractérisant et il reçoit également une Analysé dans ces structures, le qualifiant
caractérisation du qualifiant « bien », modifiant « bien » est perçu comme une technique
considérablement sa sémantique. Cet usage se stylistique, parce qu’il est introducteur des
donne comme une technique stylistique dans intentions et des motivations discursives. Ainsi,
l’écriture de Victor Hugo qui a choisi une ces exemples nous renseignent sur l’intérêt
structure syntaxique particulière pour stylistique du qualifiant bien dans la structure
représenter le caractère et la tempérance de ses de la caractérisation nominale :
personnages. Le qualifiant bien est employé
comme une technique stylistique dans une

35. « Qu’un édifice est un livre bien autrement solide, durable, et résistant ! » (Hugo, Id : 241).
36. « une opinion malheureusement bien enracinée chez lui et bien réfléchie. » (Hugo, Id : 10)

Employé avec l’adverbe de manière, le structure caractérisante suivante :


qualifiant crée les effets caractérisant selon son c- Verbe + bien + adverbe de manière en
emplacement syntaxique dans la caractérisation ment
nominale. Cette position syntaxique peut Associé à l’adverbe de manière, le qualifiant
engendrer une motivation stylistique lors de la renforce le système de la caractérisation
réception du message. En gros, la structure du stylistique, puisqu’introduit, dans l’information
qualifiant « bien » peut fournir une réponse sur du message, le caractère d’insistance et de
les effets discursifs intentionnels, parce que confirmation sur les faits susceptibles d’être
l’auteur a choisi une technique stylistique contestés ou rejetés par le destinataire. Par
singulière pour esthétiser son langage. exemple, les exemples suivants nous aident à
Outre la détermination nominale, le qualifiant lire la valeur qualificative et caractérisante de
« bien » modifie et caractérise la structure du bien dans une structure de l’adverbe de manière
verbe et de l’adverbe de manière. Ainsi, on chez Victor Hugo :
retrouve, dans le langage de Victor Hugo, la

37. « Vous changez bien brusquement de conversation. » Hugo, Id : 524)


38. « Son nom circula bien vite dans l’assistance. » (Hugo, Id : 298)
39. « vous vous êtes bien prestement échappée l’autre soir. » (Hugo, Id : 322)
40. « s’ils se figurent bien nettement le spectacle. » (Hugo, Id : 60)

Le qualifiant « bien » et les adverbes créent une uniquement une fonction institutionnelle,
double caractérisation discursive. Celle-ci est académique mais une valeur historique et
formée par le qualifiant « bien » et l’adverbe de sociale.
manière et traduit une technique de style dans
l’écriture de Victor Hugo, ce dernier reste 5.2. Bien+ adverbe de degré
fidèle à ses techniques stylistiques et cherche à L’adverbe de manière n’est pas l’unique
innover les usages discursifs de son époque technique de caractérisation stylistique du
pour que le style ne puisse pas avoir qualifiant « bien » dans l’écriture de Victor
84
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

Hugo, on considère aussi les adverbes de degré BRUNO (1922 : 221), « Les adverbes très,
comme une unité caractérisante. Selon bien, marquent le degré ». La caractérisation
GREVISSE et GOOSSE (2016, p.320-321), les excellente est marquée par le superlatif absolu
adverbes de degré peuvent s’employer sans et le superlatif relatif de supériorité. Ces
comparaison pour marquer trois degrés : degré procédés représentent une caractérisation
faible au degré fort, le degré moyen et le haut stylistique moins fréquente dans l’écriture de
degré avec l’usage du superlatif absolu comme Victor Hugo.
très. Et avec la comparaison, les adverbes de
degré introduisent une valeur de supériorité 41. Figurez-vous que je connais très bien
relative, d’infériorité et d’égalité. Par contre, messieurs les sergents. Hugo, Id : 656)
chez WAGNER et PINCHON (1991, p.437), Le qualifiant « bien » crée une incidence avec
« Les adverbe d’intensité déterminent un le superlatif absolu. Cette incidence a une
adjectif, un adverbe, un verbe ou une locution valeur de confirmation et d’appréciation
verbale. Ils évoquent le degré plus moins haut excellente. Dans le jugement, elle porte une
qu’atteint une qualité, un état, un sentiment, mention terminale ou élevée. Selon BALLY
etc.». Etudié comme une technique de la (Id, p.236) : « L’adverbe de manière modifiant
caractérisation stylistique, ces adverbes de le verbe est beaucoup plus nuancé ; il peut
degré associés au qualifiant « bien » sont exprimer non seulement l'intensité et
classés en trois structures dans le style de l'appréciation subjective, mais toute sorte
Victor Hugo : a) la structure de la d'aspects objectifs de l’action ». Dans cette
caractérisation excellente, b) la structure de la optique, le point appréciatif élevé devient une
caractérisation moyenne et c) la structure de la technique de la caractérisation stylistique dans
caractérisation contrastive. le style de Victor Hugo. Celui-ci l’emploie
pour donner une caractérisation descriptive à
a- Caractérisation excellente ses personnages. De plus, il utilise le qualifiant
La caractérisation excellente ressort de la « bien » et le superlatif relatif de supériorité
structure composée du qualifiant « bien » et de pour représenter le portrait moral d’un
l’adverbe de degré ou du superlatif. Selon personnage, comme le montrent ces énoncés :

42. « et j’ai bien vu la plus délicieuse dame en chemise (Hugo, Id : 341)


43. « tu as bien la plus belle laideur que j’aie vue de ma vie. (Hugo, Id : 73).

Les effets de la confirmation et de l’intensité permet à l’auteur de présenter une


sont les traits sémantiques identifiables dans le caractérisation positive dans l’exemple (42) et
langage de Victor Hugo, ils caractérisent une une caractérisation négative dans l’énoncé (43).
unité discursive de la caractérisation En dehors de la caractérisation excellente et
stylistique, puis qu’ils créent une valeur intensive, on remarque que Victor varie ses
stylistique de l’intention et de la motivation. procédés stylistiques par l’usage de la
Outre cela, l’emploi du quantifiant « bien » et caractérisation moyenne ou neutre, comme le
du superlatif relatif de supériorité crée les effets soulignent ces exemples :
stylistiques de l’hyperbole. Cette figure de style

b- Caractérisation moyenne
44. il s’était assez bien tiré de la traversée (Hugo, Id : 50)
45. Elles raillaient bien plutôt les autres hommes. (Hugo, Id : 201)

Les adverbes « assez », « bien » et « plutôt » considérée comme un procédé relevant de son
ont la possibilité de marquer ensemble une choix. Par ailleurs, le style hugolien change
caractérisation moyenne ou faible. Cette selon la représentation de ses personnages, car,
technique est qualifiée de stylistique dans cet auteur emploie la caractérisation contrastive
l’écriture de Victor Hugo, parce qu’elle est pour mettre en relief les qualités et les défauts
85
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

de ses personnages. Les exemples suivants construit autour du qualifiant « bien » :


nous aident à saisir le procédé de son style

c- Caractérisation constative
46. « Il a, certes, bien plus perdu en beauté qu’il n’a gagné en grandeur. » (Hugo, Id :)
47. « Un borgne est bien plus incomplet qu’un aveugle. » (Hugo, Id : 74)

Le quantifiant « bien » et l’adverbe « plus » de BRUNOT (Id, p.612) : « La caractérisation


marquent une technique stylistique de la est souvent dans une proposition conjonctive ».
comparaison et traduisent une comparaison de De plus, notre objectif est de montrer que la
supériorité par rapport à l’autre élément structure « donc+ bien » est une caractérisation
comparatif. En somme, le qualifiant « bien » stylistique, parce qu’elle se trouve dans trois
est une unité discursive de la caractérisation modalités de la phrase : modalité de la phrase
stylistique, parce qu’il engendre avec d’autres assertive, modalité de la phrase interrogative et
adverbes, une mention excellente ou forte, une modalité de la phrase exclamative.
caractérisation moyenne ou faible et une
caractérisation de la comparaison. Premièrement, le coordonnant « donc » et le
qualifiant « bien » forment une caractérisation
5.3. Caractérisations modalisantes de donc stylistique dans une modalité assertive, parce
+bien qu’ils remplissent la fonction stylistique de
Le qualifiant « bien » s’emploie dans un renforcer sémantiquement le procès du verbe.
système d’une modalisation et s’accompagne Leur structure stylistique est la suivante :
d’un coordonnant à valeur conclusive. Cette
technique est analysée comme une spécificité a) Caractérisation assertive : donc + bien
stylistique dans le style de Victor Hugo. Ainsi, La structure stylistique « donc + bien »
l’insertion du coordonnant « donc » dans une renforce soit le verbe soit un adjectif attributif
structure prédicative et adverbiale crée une et engendre des valeurs stylistiques de
caractérisation forte. Celle-ci représente confirmation, comme l’indiquent ces
également une caractérisation selon l’analyse exemples :

48. Ayant donc bien ruminé l’affaire de Quasimodo » (Hugo, Id : 258).


49. Elle était donc bien triste, bien misérable. (Hugo, Id : 277).

La valeur stylistique de confirmation est le style de Victor Hugo, mais elle est utilisée
observable dans une structure positionnelle de pour actualiser les techniques de l’oralité du
la caractérisation assertive, puisqu’on retrouve langage littéraire, comme le précise cette
une qualité sémantique engendrée par la structure sémantique :
syntaxe fonctionnelle du coordonnant « donc »
et du qualifiant « bien » dans la structure b) Caractérisation interrogative : donc + bien
globale de la phrase déclarative. Deuxiè- La visée de la fonction modalisante de la
mement, le coordonnant « donc » et le quali- phrase interrogative se fonde sur la structure
fiant « bien » modifient la visée sémantique de relationnelle « donc +bien ». Cette relation
la modalité de la phrase interrogative. Cette sémantique peut devenir une variation stylis-
technique stylistique est moins fréquente dans tique dans les énoncés suivants :

50. que vous ai-je fait ? vous me haïssez donc bien ? (Hugo, Id : 434)
51. Est-il donc bien vrai ? de l’homme qu’on hait rien ne touche. » (Hugo, Id : 632)

86
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
Caractérisation stylistique de l’adverbe « bien » chez Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

La spécificité de la structure relationnelle


« donc+ bien » employée dans une modalité c) Caractérisation exclamative : c’est+ donc+
interrogative est aperçue comme une caractéri- bien+ vrai
sation stylistique, parce qu’elle valorise le style Cette structure est analysée comme un contexte
familier ou une technique stylistique de stylistique du qualifiant « bien », parce que ce
l’oralité dans le langage littéraire. Troisiè- dernier s’insère dans le procédé de
mement, le coordonnant « donc » et le qua- l’interrogation et qu’il apporte une nuance
lifiant « bien » forment un nouveau contexte sémantique dans la réception du message.
stylistique dans la variation de la modalisation, Ainsi, l’exemple suivant nous sert à illustrer
puisqu’ils se retrouvent dans la structure de la notre analyse :
phrase exclamative. Ce schéma suivant nous
permet de comprendre leur fonctionnement
discursif et stylistique dans les exemples ci-
après :

52. Malheureuse enfant ! quoi ! c’est donc bien vrai » (Hugo, Id : 447)
Le contexte stylistique du qualifiant « bien » est variable dans le cadre des structures syntaxiques
et sémantiques.

CONCLUSION l’adverbe et du cordonnant « donc ».


Notre analyse a vérifié quelques hypothèses sur Premièrement, le contexte stylistique de la
l’étude du qualifiant « bien » comme marqueur caractérisation nominale est pertinent et
de la caractérisation stylistique dans le style de variable et il est constitué par deux structure
Victor Hugo. Nous avons compris qu’une fonctionnelle : la fonction d’épithète et la
caractérisation stylistique du qualifiant « bien » fonction d’attribut. Chaque fonction d’épithète
se construit sur les modèles syntaxiques de la et d’attribut modifiée par le qualifiant « bien »
langue, appelés des faits de langue. Ces faits de répond aux critères d’une caractérisation
langue ont un caractère objectif, parce qu’ils ne stylistique par sa forme syntaxique et par sa
relèvent pas d’une invention d’un écrivain ou variation dans la structure contextuelle de
d’un locuteur et qu’ils sont les expressions l’énoncé. Deuxièmement, le contexte de la
d’un code social. On les retrouve dans tous les phrase constitué autour du qualifiant « bien »
textes possibles, de plus, l’écrivain ou le est introducteur de la caractérisation stylistique,
locuteur les utilise pour faire une particularité puisque ce qualifiant adverbial plusieurs
de son langage. Cependant, notre horizon structures caractérisante : la caractérisation des
d’attente vient de montrer que l’usage d’un fait procès des verbes idiomatiques, la caracté-
de langue, comme le qualifiant « bien », risation des verbes transitifs avec leur objet, la
devient, dans le cadre de la parole, du discours caractérisation de la phrase présentative et la
et de l’écriture un fait stylistique de la caractérisation de la phrase complexe, notam-
caractérisation discursive en raison de ses ment la modification de l’incidence de la
occurrences et de ses formes contextuelles et subordonnée complétive. Troisièmement, le
variables dans le texte. En plus, notre étude a contexte de l’adverbe de manière et le contexte
abouti à quelques résultats sur la caractérisation du coordonnant « donc » composent une
stylistique du qualifiant « bien » dans Notre- caractérisation stylistique par le modificateur
Dame de Paris. Ce qualifiant constitue trois « bien », du fait que ce qualifiant adverbial
contextes stylistiques dans l’écriture de Victor ajoute à la sémantique des adverbes de manière
Hugo : le contexte stylistique de la ou à la sémantique du coordonnant « donc »
caractérisation nominale, le contexte stylistique une qualité caractérisant et modificateur du
de la phrase et le contexte stylistique de sens normal.

87
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88
ELONGO A.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANSCOMBRE J-C., 2009. Des adverbes


d’énonciation aux marqueurs d’attitude MARTIN R., 1990. Pour une approche
énonciative : le cas de la construction tout + vériconditionnelle de l'adverbe bien in Langue
Adjectif in, Langue française, 1 n°161, p. 59- française, n°88, pp. 80-89.
80.
MICHIELS S., 1999. Étude sémantique et
BALLY C., 1944. Linguistique générale et syntaxique du mot bien in L'Information
linguistique française, Berne, A. Francke Grammaticale, n° 82, 1999. pp. 72-74.

BAYLON C., FABRE P., 1995. Grammaire MOLINE E., 2012. Aperçu des emplois de bien
systématique de la langue française, Paris, en français contemporain in Travaux de
Nathan. linguistique, n°65, p. 7- 26.
BECHADE H-D., 1993. Syntaxe du français MAGRI-MOURGUES V., 1990. Stylis-tique et
moderne et contemporain, Paris, PUF. statistiques le corpus textuel et hyperbase in
Judith Wulf et Laurence Bougault (dir.),
BORILLO A., 1976. Les adverbes et Stylistiques ?, pp.377-393.
modalisation de l’assertion in, Langue
française, n° 30, pp. pp. 74-89. POUGEOISE M., 2007. Dictionnaire didac-
tique de langue française : Grammaire,
BRUNOT F., 1922. Pensée et la Langue. linguistique, rhétorique, narratologie, expres-
Méthode. Principes et Plan d'une théorie sion et stylistique, Paris, Armand Colin.
nouvelle du langage appliquée au français,
Paris, Masson et Cie. RIFFATERRE M., 1973, Essais de stylistique
structurale, Paris, Flammarion.
CALAS F., ROSSI-GENSANE N., 2011,
Questions de grammaire pour les concours, ROUANNE L., 1998. A propos de l’adverbe
Paris, Ellipses. « bien » en français contemporain in Les
chemins du texte, pp. 147-156.
DELAS D., 1973. Préface in Mikael Riffaterre,
Essais de stylistique structurale, Paris, SONIA M., 1999. Etude sémantique et syn-
Flammarion, pp.6-24. taxique du mot bien in l’Information
Grammaticale, n°82, pp. 72-74.
GAATONE D., 1990. Elément pour une
description de bien quantifieur in Revue de VLADIMIRSKA E., 2008. A propos de
linguistique romane, pp. 211-230. naturellement, bien entendu et bien sûr in
L’Information Grammaticale, N° 119, pp. 3-7.
GREMY A., 2017, Grammaire française de A
à Z, Paris, Ellipses. WAGNER R. L., PINCHON J., 1991.
Grammaire du français classique et moderne,
GREVISSE M., GOOSSE A., 2016. Nouvelle Paris, Hachette Supérieur.
grammaire française, Bruxelles, De Boeck
Education. WINTHER A., 1985. Bon (bien, très bien) :
Ponctuation discursive et ponctuation métadis-
GUIMIER C., 1996, Les adverbes du français : cursive in Langue française, n°65, pp. 80-91.
le cas des adverbes en-ment, Paris, Ophrys.

88
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2018, 20(1): 75-88

Vous aimerez peut-être aussi