Vous êtes sur la page 1sur 40

GROS ŒUVRE - MÉTHODES DE MODIFICATION

TRANSFORMATION
Constructiv

DE MODIFICATION
GROS ŒUVRE - MÉTHODES
Constructiv, Brussel, 2002
Cette publication est disponible sous la licence de Creative
Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale -
Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Contact
Cette licence permet de copier, distribuer, modifier et Pour adresser vos observations, questions et suggestions, contactez:
adapter l’œuvre à des fins non-commerciales, pour autant
que Constructiv soit mentionné comme auteur et que les
Constructiv
nouvelles œuvres soient diffusées selon les mêmes conditions. Rue Royale 132 boîte 1
https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr 1000 Bruxelles
t +32 2 209 65 65
D/2002/1698/01 info@constructiv.be
172607 site web : www.constructiv.be
AVANT-PROPOS

AVANT-PROPOS

Contexte

Le secteur de la construction, pilier de notre économie, est confronté constamment a un grand nombre de
défis. Parmi ceux-ci, le secteur veille à assurer la formation continue de la main-d’œuvre en activité dans la
construction.
Pour renforcer la réserve de main-d’œuvre qualifiée, Constructiv porte une attention particulière à
l’enseignement et à la formation des jeunes qui choisissent une formation dans le domaine de la construction.
La formation tout au long de la carrière professionnelle demeure une nécessite car les techniques et les
matériaux évoluent de manière significative; une plus grande attention sera accordée aux dispositions relatives
à la sécurité et aux exigences liées à la « Construction durable ».
Par conséquent, Constructiv, avec le soutien des organisations professionnelles, charge des équipes de
rédaction de manuels modulaires de formation. Ces manuels peuvent être complémentaires aux publications
du CSTC. Les équipes de rédaction peuvent varier selon le sujet. Les experts sont généralement identifiés auprès
des opérateurs de formation et de l’enseignement, des professionnels du secteur en activité ou encore auprès
des fabricants, pour être le plus proche possible de la réalité actuelle du milieu professionnel.

Les manuels de Constructiv

Les manuels modulaires ont été développés par Constructiv et ses partenaires comme supports de cours
à adapter selon les types de formation et selon les groupes cibles. Les supports didactiques et du contenu
supplémentaire sont également disponibles en format téléchargeable sur notre bibliothèque digitale
www.buildingyourlearning.be

Hans Raes,
Président

1
Note des auteurs

Ce manue! de methodes de modification du gros ceuvre a ete elabore par le


Centre lnterdiscip!inaire de Formation de Formateurs de /'Universite de Liege
a
(CIFFUL) la demande du Fonds de Formation professionne!!e de la
Construction (FFC) qui en a finance la conception et /'edition.
L'ouvrage a ete com;u, redige et if lustre par /'equipe du CIFFUL composee
de K. Bovy, E. Vandebroek et J.-M. Guillemeau, en collaboration avec
Ph. Meyfroidt et L. Du Four.
La mise au net infographique a ete rea!isee par Guy Raes, graphiste.
Nous remercions M. et Mme Antoine-Kertik, proprietaires, M. F. Sacco/, archi-
a
tecte, pour /es plans et /es photographies de /'habitation utilisee titre d'illus-
tration, ainsi que M. H. Franc;ois, architecte, pour le proiet et !es photos de la
page 35.

La redaction a verifie, dans la mesure du possible, /es donnees reprises dans cet ouvrage.
Les auteurs ne peuvent etre tenus responsab/es de /'inexactitude des donnees recoltees, ni
d'aucune consequence qui pourrait en decou!er.

2 i Transformation
CD
@
41 Transformation
Introduction et definition Chapitre 1

INTRODUCTION
;
ET
DEFINITION
Que l'on possede un batiment ancien ou que l'on en achete un (par
a a
choix esthetique mais egalement cause du coot du terrain batir
et de la construction neuve), ii arrive que les locaux existants ne La transformation d'un
correspondent pas ou plus aux envies et aux besoins de confort des batiment consiste soit a
habitants. modifier l'agencement des
a
On a envie de pousser les murs ou de passer travers, d'agrandir des espaces ou l'eclairage
baies existantes et plus encore d' ajouter de nouveaux espaces: naturel des locaux soit a
on veut transformer. ajouter une nouvelle
extension aux volumes
existants, en annexe
ou en rehausse.
Ouverture dans
une toiture
inclinee 2.2.3

Percement

!DD
de baies
dans un
2.2.1

Creation d'une

!DD
tremie dans un
plancher
2.2.2

Nouveaux murs
porteurs et cloisons
2.3

Sous-sol sans reprise


de fondation - 2.1.2

Sous-sol avec reprise


de fondation - 2.1 .1

Transformation is
Introduction et definition

La transformation d'un batiment peut etre combinee avec des travaux de


renovation qui consistent a ameliorer, a remettre a neut, a rem placer certain es
parties ou encore a consolider un batiment existant (voir fascicule Renovation) et
egalement avec des travaux de demolition (voir fascicule Demolition - Decons-
truction).
Alors que l'acte de transformer est souvent volontaire, la renovation et la demo-
lition sont parfois des actes necessaires et meme parfois imposes (pour insalu-
brite, par exemple).
Pour certains travaux de transformation, differentes aides publiques existent et ii
est utile de se renseigner a I' administration communale ou regionale sur l'octroi
de primes ou de prets a taux preferentiel, dans certaines limites bien definies.
Parallelement, ii est important de se renseigner aupres des administrations ou
aupres du maltre d'reuvre eventuel sur les obligations en matiere de permis
d'urbanisme, d'isolation et de ventilation (voir fascicule Avant /'acte de modifier).
Pour rappel, toute extension par un nouveau volume (voir chap. 3) ou toute
intervention sur le bati existant (voir chap. 2) et touchant a la structure d'un
batiment et/ou a ses fac;ades doit faire l'objet d'une demande de permis d'urba-
nisme avec I' aide legale d'un architecte ou d'un ingenieur-architecte inscrit a
l'Ordre des Architectes. Dans certains cas, les problemes de mitoyennete (voir
ci-dessous) doivent etre regles, avant travaux, avec les voisins concernes.
Entin, ii faut garder constamment a I' esprit les risques qu'engendre une transfor-
mation et, en aucun cas, negliger la securite sur le chantier. II faut proteger l'ou-
vrage en plac;ant les renforts de structure necessaires, qu'ils soient provisoires
avec les etanc;onnements ou permanents, et proteger les personnes (travailleurs,
maltre de l'ouvrage, architecte, passants, etc.) a l'aide de moyens adequats et
conformement au Code sur le Bien-etre au Travail et au R.G.P.T. (voir fascicule
Avant l'acte de modifier).
MITOYENNETE
La notion de mitoyennete est souvent mal perc;ue. Pour qu'un mur soit mitoyen,
ii faut qu'il appartienne a deux personnes et separe leurs proprietes; ainsi, un
mur a cheval sur la limite de propriete, peut n'appartenir qu'a un seul proprie-
Les travaux au niveau d'un taire et n'est pas automatiquement "mitoyen".
mur mitoyen ne peuvent en Comme les litiges sont frequents dans cette matiere, ii est preferable que l'entre-
aucun cas apporter des prise s'assure de la copropriete du mur, avant tous travaux de transformation. Si
desagrements aux voisins. ce mur n'appartient pas au maltre de l'ouvrage et qu'aucun accord n'existe avec
le voisin, les travaux risquent d'etre arretes et le chantier pourrait prendre un
C'est le maltre de l'ouvrage,
retard parfois consequent.
responsable des modifications
de la situation existante, qui En effet, un maltre de l'ouvrage doit normalement "racheter la mitoyennete"
doit adapter les parties des qu'il tire un nouvel avantage d'un tel mur, tel que: s'adosser (lemur servant
conservees: renforcement des de paroi pour de nouveaux locaux), s'appuyer, s'accrocher, rehausser lemur,
fondations (voir fascicule prolonger le mur, etc.
RENOVATION), solins et Avant d'entamer des travaux a un mur "mitoyen", ii faut:
autres ouvrages afin d'assurer • verifier l'etat du mur existant;
l'etancheite, rehausse de
• s'assurer que lemur mitoyen est apte a repondre aux attentes et s'il est
conduit de cheminee, etc.
conforme aux differents reglements et normes;
• verifier l'etat de la construction Voisine; etablir un etat des lieux est primordial
(voir fascicule Avant /'acte de modifier).
II faut noter que les nouvelles parties de murs (en cas de rehaussement ou de
prolongement) n'appartiennent pas automatiquement aux proprietaires voisins.

6 Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

INTERVENTIONS
A
SUR
LE BATI EXISTANT

2.1 APPROFONDISSEMENT DU SOUS-SOL

En transformation, les motivations d'un approfondissement du sous-sol peuvent En retirant la terre a cote de la
fondation existante, on dimi-
a
etre la creation de caves l'interieur des fondations existantes d'un batiment OU
nue la stabilite de cette fonda-
la construction d'un nouveau volume annexe ou mitoyen avec des caves, even- tion . II faut limiter la profon-
tuellement plus profondes que celles existantes. deur en laissant minimum
50 cm au-dessus de la semelle
Comme ce travail touche aux fondements du batiment, les risques sont tres de fondation existante ou uti-
importants et la technique doit etre scrupuleusement appliquee sous les liser des blindages adequats.
indications et le controle d'un ingenieur en stabilite. L'equilibre de report des
a
charges travers la structure portante et sur le sol par l'intermediaire des
fondations se trouve modifie; les risques de fissures sont permanents et
a
peuvent aboutir l'effondrement (fig. 2.1.a, b, c et d).

Etaiement

Fig. 2.1.a Fig.2.1.b

Fig.2.1.c
_J Poussee
oblique
dans une
---~ voDte

Poussees ~-
lateral es
uniquement
d'un cote
(avec reprise
en sous-
ceuvre)

Poussees laterales de part et


d'autre (avant travaux)

Transformation 7
Chapitre 2 Interventions sur le bati existant

Lars des travaux d'excavation, on


peut se trouver en presence d'une
nappe phreatique (parfois raison pour
laquelle la construction existante n'a
pas de cave) . Si pour realiser Jes tra-
vaux ii est necessaire de pamper, ii
faut garder a I' esprit qu'en pompant,
on vide partiellement la nappe et
qu'on peut modifier l'equilibre de por-
tance du sol avoisinant. Des risques de
tassement et de fissuration dans Jes
batiments a proximite sont reels .
Comme Jes travaux d'approfondisse-
ment se font par phases, ii est quasi
impossible de realiser une etancheite
et un drainage a l'exterieur de la cave
(voir fascicule Renovation).
Pour remedier ace probleme, on
s'oriente vers un beton coule ou pro-
Reprise de fondation jete sur place et avec additifs ou vers
en sous-ceuvre un cuvelage interieur.

Fig. 2.1.1 .a 2.1.1 Sous-SOL RVEC


REPRISE DE FONDRTION
Les travaux de reprise en sous-ceuvre
de fondations existantes consistent
a surbaisser Jes murs de fondation
jusqu'au niveau desire de maniere a
pouvoir creer de nouveaux espaces en
sous-sol tout en gagnant un maxi-
mum de place. Cette technique est
principalement utilisee pour la
construction d'un batiment mitoyen
mais peut egalement etre utilisee pour
la construction d'une annexe.
MISE EN CIUVRE (fig. 2.1.1.a)
L'execution se fait par sections de
1 metre de large espacees de
2 metres, ces zones d'espacement
supportant lemur durant I' operation .
On entame le travail par Jes troni;ons
ou Jes charges sont Jes plus impor-
tantes comme Jes angles ou Jes murs
de refend.

8 Transformation
Interventions sur le bati existant

I., Fondation existante


Lt Blindage perdu
)

/
.... ~
---- .......
-
(materiaux
imputrescibles)
........ __........ __
--. <::::: ::::. ..............
G) Placement de profile
@ Creusement par hauteur de
-- ----
--.. --.. ..... _ 30 cm et mise en place de
blindage sur /es 4 faces.
Creusement iusqu'a 50 cm
au-dessus de la semelle a
realiser
® Creusement manuel et
betonnage de la semelle
@ Montage du mur de
fondation
® Liaisonnement avec la fon-
dation existante apres prise
du mortier et du beton
@ Arasement eventuel de
/'empattement de la
semelle existante

Fig. 2.1.1.c

Le sol est creuse au plus juste


pour deforcer le moins possible la Largeur
capacite portante du sol. On evite existante
les porte-a-faux de terre qui ris-
queraient de s'ebouler; le profil ®
oblique de la partie enterree de la ·3- A demolir
semelle assure une reprise de > eventuellement
charge de la ma<;onnerie sur un L 2 largeur fondation
empattement adequat (surlargeur existante :2'. largeur
par rapport au mur). Les travaux existante L 1
de deblaiement doivent normale-
ment etre executes du cote exte-
rieur du mur et comporter les blin-
dages necessaires (fig. 2.1.1.b).
La semelle de fondation est coulee
directement apres terrassements Jr /)
et les armatures eventuelles sont
:2'. largeur fondation
depassantes pour liaisonner les existante L 2
autres tron<;ons. Lorsque le beton
de fondation le permet, la ma<;on-
nerie est montee et les armatures eventuelles sont, egalement, depassantes
pour liaisonner les autres tron<;ons (voir fascicule Murs d'e/evation et de
fa<;ades). Lemur de rempietement est au moins de meme largeur que lemur a
reprendre (fig. 2 .1.1.c et d).
Apres durcissement des betons de fondation et du mortier, on precede a la
deuxieme phase de construction de bandes de 1 metre espacees de 2 metres.
Enfin a la troisieme phase, en executant les dernieres tranches de 1 metre res- Fig 2.2.1.d
tantes on s'assure de la prise et de la capacite portante des travaux des deux Le dessous de la fondation
existante doit etre debarrasse
etapes precedentes.
de tout element non solidaire
Cette methode de travail permet egalement d'adapter la largeur de la semelle et le raccord entre /es fonda-
de fondation aux nouvelles contraintes. tions doit etre uniforme.
Chapitre 2 Interventions sur le bati existant

Fig. 2.1 .2.a


2.1. 2 Sous-SOL SANS REPRISE DE
FONDATION
Cette technique est envisagee pour des raisons econo-
miques mais implique une perte de place plus ou mains
importante.
a
Le principe general consiste creuser le volume de terre
I Profit de necessaire en respectant des distances minimales par rap-

I la fouille port aux fondations existantes (fig. 2.1.2.a).

I Angle selon
I analyse de la
situation:
charge, sol

Charge
laterale
Liaison

Ces distances peuvent etre diminuees pour autant que la stabilite des fondations
soit assuree durant les travaux par l'emploi de blindage approprie (fig. 2.1.2 .b)
tel que parois berlinoises (madriers glisses dans des poutres metalliques battues),
palplanches (paroi verticale metallique nervuree enfoncee dans le sol, etc.) et
une fois ceux-ci termines (fig. 2.1 .2.c).
Dans taus les cas, on procede par tronc;on en evitant les effets de glissements
du sol porteur et des semelles sur celui-ci.
La creation d'une nouvelle cave entre des fondations existantes sans reprise en
sous-reuvre ne peut etre envisagee que lorsqu'un batiment possede des vides
techniques suffisants pour reduire les risques et seulement apres analyse de la
situation par un ingenieur en stabilite. II faut egalement verifier la faisabilite
technique en identifiant les conduites, cables et canalisations, aeriens ou enter-
res, qui pourraient gener le travail, le rendre impossible ou encore dangereux
(voir "Avant l'acte de modifier", 3. Re/eve des parties existantes) .

1O I Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

2. 2 PERCEMENTS.
Toute baie dans une paroi - et a fortiori, tout percement pour la creation d'une
nouvelle baie en transformation - cree un point faible dans cette paroi.
La technique utilisee pour realiser ce type de travaux depend du type de paroi,
de sa composition et surtout de la grandeur de la baie.

2.2.1 PERCEMENT DE BRIES DRNS UN MUR


(photo 2.2.1 .a)

Fig. 2.2.1.a Photo 2.2.1.a

Une voute se cree =


================ dans la mar;onnerie =
---- I
/
;;>

------
--- ........... , ..............

.......

=========!============= Assise en =
ban etat ~
Sans etanr;onnement
(baie s 1 m)

1re etape: percement pour


placer un linteau
2e etape: placement OU COU-
lage d'un linteau
3e etape : percement de baie

Transformation i 11
Interventions sur le bati existant

, ,. --- .... Dans de nombreux cas, le percement de baies est dangereusement realise sans
aucune precaution avec des risques importants d'accidents et de pertes de
temps: des fissu res apparaissent et des eboulements plus OU mains consequents
se produisent.
Le percement d'une petite baie dans un mur plein peut etre entrepris sans etaie-
ment des mac;onneries superieures si (fig. 2.2.1.a et b):
- la mac;onnerie est en bon etat;
a
- le percement creer ne depasse pas un metre de largeur;
Attention, ii faut tenir compte de la largeur d'excavation au niveau du futur
linteau et non de la largeur de la future baie.
Hauteur
insuffisante
a
- ii n'y a pas de surcharges importantes au-dessus de la baie creer (poutre par
exemple);
- la mac;onnerie au-dessus de la baie a une hauteur suffisante pour l'effet de
voute.
Dans les cas critiques (baies plus larges, dans mac;onneries fissurees, etc.) , on
applique toutes les precautions d'etaiement du mur perce et des planchers. Plus
la baie est large (jusqu'au demontage total ou quasi total d'un mur, fig. 2.2.1.c),
plus les risques sont importants et plus les charges transmises aux appuis du lin -
teau sont elevees.

ffi Surcharge
CD
Piedroit (ou tete
de mur) conserve
ou refait

Ouverture totale
LT L LT
d'un mur existant
LT en fonction
de Let de P Fig. 2.2.1 .c

Ii\ Mac;onnerie en
m mauvais etat I
I I 0
I I Si pas piedroit
Fig. 2.2.1.b I I
I :::::} asselet
I
I
I
I

12 i Transformation
Interventions sur le bati existant

La technique la plus courante et eprouvee pour etayer les ouvrages existants


a
consiste utiliser des poutres de bois (madriers) OU des poutres metalliques tra-
versant le mur et supportees de maniere equivalente de chaque cote du mur.
a
La technique qui consiste creuser sur la demi-epaisseur du mur et done de
realiser le linteau en deux phases presente des risques de cassure du mur; elle
ne peut s' appliq uer sans precautions particulieres ou pour des baies de petite
portee (fig. 2.2.1.e).
a
D'autres techniques asymetriques OU sans etanc;ons et I' aide de poutres-lin-
teaux provisoires sont possibles et etudiees au cas par cas par un ingenieur en
stabilite.

Une fois l'etaiement place, ii peut s'averer malaise de circuler pres de l'ou-
vrage; ii peut done etre judicieux de deposer le futur linteau pres du mur a Ouverture totale
percer avant d'etayer. d'un mur existant

L'appui des nouveaux linteaux doit se faire sur une surface suffisante de mac;on-
nerie saine et sur un asselet de repartition eventuel (fig. 2.2.1 .n). Avec la
methode des etais perdus, 20 cm d'appui peuvent etre insuffisants.
Bien etanr;onner Jes charges
La creation d'une nouvelle baie ne doit pas creer un effort tranchant trap superieures sinon risque
important sur un linteau existant ou une poutre existante (fig. 2.2.1.o). Quel d'effondrement des mar;on-
a
que soit le type de linteau poser, ii faut attendre la prise complete des neries
mac;onneries sur lesquelles ii va reposer. Methode pour baie de petites
dimensions
Comme enonce ci-avant, durant le temps de sechage des appuis des linteaux
et des nouveaux piedroits, le fait de ne pas etayer les parties existantes ne
dispense pas de prevoir un etaiement pour les nouveaux linteaux (voir 3.4.6,
Baies dans Jes mu rs: Jinteaux et piedroits du fasci-
cule "Murs d'elevation et de fac;ades").

Nouvelle
baie

Surcharge

Surcharge
Baie existante
Fig. 2.2.1.n Fig. 2.2.1.o

i
Transformation 13
Interventions sur le bati existant

MISE EN CEUVRE DE LA TECHNIQUE COURANTE

• Percement de trous au -dessus du niveau du linteau realiser (fig. 2.2 .1.f). a


Si l'espace entre le futur linteau et le plancher existant ne permet pas le place -
ment de profiles, les percements se font au-dessus du plancher.
L'ecartement des percements est de maximum 1 metre et doit etre calcule en
fonction de l'etat et de la charge de la ma\:onnerie, de la resistance des profi-
les utilises, de la hauteur disponible au-dessus de la baie creer ... a
• Mise en place des profiles au travers des trous.
• Mise en place et sous tension des etan\:ons parfaitement verticaux et dans
l'axe des profiles (fig. 2.2.1.j) . Une poutre de repartition doit etre mise aux
pieds des etan\:OnS. L'ecartement des etan\:OnS places de part et d'autre du
a
mur percer doit etre identique des deux cotes. Pour des baies de grandes
largeurs OU des baies de fa\:ades, les etan\:Onnements doivent etre triangules
(pour creer un contreventement).
Si une dalle ou un gltage de plancher repose sur le mur a percer, ii est
conseille voire necessaire d'etayer egalement le plancher.

Percement de baie avec


etan~on nement D
<o 'Q
- 00 o::J. . 0

co
0 • 0
0 "'
'O . eo ·'Q CJ . .
.. . 00
0
0 '
0
cS 0
. 00
~
0
a 6

h "?. e

h Effet de voDte
....... ----.-.....
--- Cale

I
I
: Emplacement du futur linteau 1
I I

L------------ ---- - -- - -------------- ------- - - - J


I

Emplacement de la future baie

Fig. 2.2.1.f

14 1Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

Comme les risques de fissures ne sont pas toujours evitables meme avec un
ban etanc;onnement (flexion dans le nouveau linteau, etc.), ii est d'autant
plus important de realiser un ban resserrage entre les nouveaux ouvrages et
a
les ouvrages existants I' aide de mortier sans retrait par exemple.

• Mise en place de cales entre les profiles et la mac;onnerie qu'ils supportent.


Les cales incompressibles doivent offrir la plus grande surface en contact pos-
sible pour assurer un report de charge le plus homogene possible.
• Demolition soignee de la mac;onnerie sans endommager la mac;onnerie a
conserver ni les etanc;ons.
• Realisation des appuis, asselets ou nouveaux piedroits mac;onnes.
• Mise en place ou coulage du nouveau linteau.
• Resserrage des joints entre linteau et mac;onnerie existante, idealement au
mortier sans retrait.
• Apres le durcissement du joint de mortier et le sechage du beton, on enleve
les etanc;ons et on ragree les percements.

Les etanc;ons doivent


etre places dans /'axe L2
des profits.
L'ecartement des etam;ons
doit etre le plus petit possible
L1 et etre identique des deux
cotes par rapport au mur
(L 1 = L2).

Ne jamais utiliser de materiel


d'etan~onnement deforme.
Pendant la demolition de la
baie, attention ...
- aux chocs violents contre
les etan~ons,
Les etanc;ons - a ne pas ebranler et
doivent etre disloquer la ma~onnerie a
verticaux. conserver.

Fig. 2.2.1)

Poutre de repartition
sous /es etam;ons
Transformation 115
Chapitre 2 Interventions sur le bati existant

. ..
. . . . .' . .

Fig. 2.2.1.k
Etanc;onnement (ou etresillon-
nage) au prealable de toutes
/es ouvertures dans /es
mac;onneries a reprendre OU
trap proches.

La stabilite des ouvrages H


existants doit etre assuree
par des etan~onnements
suffisants:
- du mur au niveau de la
future baie;
- des baies existantes a
proximite du travail
(fig. 2.2.1.k);
- des planchers reposant
sur le mur a percer;
- jusqu'a une assise stable
capable de supporter des
charges ponctuelles
(fig. 2.2.1.1);
Etanc;onnement vertical iusqu 'a
- des nouveaux linteaux un appui valable (peut al/er
et nouvelles poutres iusqu'aux fondations OU a en
durant la prise des creer de nouvelles provisoires).
appuis, des jambages
et du resserrage.

161 Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

MISE EN CEUVRE DRNS UN MUR CREUX DE FR~RDE


Pour les murs de fa<;ades legeres et peu chargees, la technique des crampons
peut s'averer indiquee (fig. 2.2.1.d).
Attention ~
a l'etancheite
---Crampons--- et a /'isolation

Reprise de fa~ade
par crampons

Dans une mac;;onnerie apparente, les elements sont demontes soigneusement


a
au niveau des joints de mortier de maniere permettre un ragreage efficace et
esthetique; c'est le cas lorsqu'une baie est creee dans un mur creux (fig. 2.2.1.g,
h et i).

Fig. 2.2.1.g
- I
,------1 1------1 1re etape: percement
I lI I pour etaiement
I II I 2e etape: pose de
l'etaiement
l II : 3e etape: percement des
I II I ma<;;onneries
I
I
II I
I
I II I - Trou dans le parement
II II II touiours plus grand
pour le placement de
I
I II I
I
l'etancheite et de
/'isolant
L _____ _I I-------'
- Dechets dans la
coulisse

Transformation 17
Interventions sur le bati existant

Solution avec piedroits Solution avec piedroits


en mac;onnerie en beton coule sur place

Fig. 2.2.1.h

4e etape : ragreage du
piedroit et allege
5e etape: mise en place
du linteau interieur et
resserrage (avec etai)
6e etape: isolation au
niveau du linteau et etan-
cheite au niveau du seuil

Q ". 0
'o .
~~·. Fig. 2.2.1. i

I
I I 7e etape: isolant et
etancheite au niveau du
II linteau
II ge etape: piedroit et
linteau du parement.
II Corniere eventuel/e
posee ou accrochee sur
II le linteau interieur
I I 9e etape : retrait des
etaiements et ragreages
II
I

18 Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

'
MISE EN CEUVRE R L'RIDE D'ETRIS PERDUS
,
(fig. 2.2.1.m)

• Percement de trous au niveau du linteau a realiser.


L'ecartement des percements doit etre calcule en fonction de l'etat et de la
charge de la mac;;onnerie, de la resistance des profiles utilises ...
• Mise en place des morceaux de profiles metalliques dans les trous .
Le profile metallique est de dimension suffisante pour la mise en place des
profiles de linteau ou le coulage de beton arme; de largeur quasi identique au
mur, les morceaux sont poses de niveau, dans I' axe du mur et resserres au
mortier riche et sec. Les tronc;;ons A
sont parfois choisis plus grands que
necessaire; cela facilite la pose des
poutres-linteaux et permet de cou-

!I'§
per ulterieurement les parties
basses des tron,ons. 0 !.
~
• Retrait soigne de la mac;;onnerie
entre les tronc;;ons de profiles de
maniere suffisante pour la mise en ~~
place OU la realisation des poutres.
Preparation des appuis des
poutres-linteaux. f) Percement de baie I
• Mise en place des profiles metal- avec etais perdus A Coupe AA
liques de part et d'autre de l'ame
des tronc;;ons. Fig. 2.2.1.m
Resserrage entre ces profiles et
la mac;;onnerie superieure ainsi
qu'avec les etais perdus. Assurer
un appui suffisant aux extremites.
La poutre de soutien peut etre
realisee en beton arme. Dans ce
cas, ii faut prevoir le coffrage
necessaire, des armatures de part
et d'autre, l'espace suffisant pour
couler le beton.
• Apres durcissement suffisant du
beton, des joints et des appuis,
la baie peut etre percee avec des
B Coupe BB
precautions particulieres pres des
appuis (voir remarques ci-dessous).
Comme le percement se fait apres
la mise en place de la poutre-lin-
teau, ii est pratique, voir indispen- ~··'
sable, de commencer le percement
a
par le milieu de maniere pouvoir
placer des etais sous la poutre sur-
tout lorsque les piedroits doivent
etre consolides et ragrees. e
B
Transformation 19
Chapitre 2 Interventions sur le bati existant

~ ~

2.2.2 CREATION D'UNE TREMIE DRNS UN


PLRNCHER
Les motivations de realisation d'une trem ie dans un plancher sont multiples:
creation d'une mezzanine, placement d'un escalier, nouveau conduit de chemi-
nee ...
La consolidation de l'enchevetrement depend du type de plancher, lourd ou
a
leger. La technique generale s'apparente celle utilisee pour consolider un plan-
cher (voir fascicule Renovation) et pour supporter une nouvelle paroi (voir 2.3,
Nouveaux murs porteurs et cloisons) .
Pour autant que les charges soient bien repartees sur une structure portante jus-
qu'aux fondations, des solutions melant poutres et colonnes peuvent offrir des
avantages esthetiques et techniques (fig. 2.2 .2).
Pour les conduits de cheminee, les distances minimales d'ecartement de securite
a a
sont respecter surtout avec les planchers structure bois (voir fascicule Chemi-
nees, ventilation et gaines techniques).

Tremie dans un
plancher
Fig. 2.2.2

--, . -.,
: 1 1r
Ii
: ·'
Renfort 1 Calonne

01
:1
11- - - - - -11

1 :Iu-7----11I: 1 l 1
Chevetre
Ii
II
1 11
ti
11
Chevetre

,___,
I '-

Asselet

20 Transformation
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

; .
2. 2.3 CREATION; D'UNE OUVERTURE DANS UNE
TOITURE INCLINEE
La motivation de realisation d'une ouverture dans une toiture inclinee consiste,
en general, a amener plus de lumiere dans les locaux sous toiture (fenetre de
toiture ou lucarne) mais egalement a augmenter les espaces utilisables sans
pente (longues lucarnes rampantes a toit plat) et plus simplement pour le pas-
sage d'un nouveau conduit de cheminee (voir remarque dans 2.2 .3).
Dans une toiture traditionnelle a structure bois, le travail d'amenagement d'une
telle ouverture s'apparente au travail dans un plancher de meme structure et est
assure par le charpentier qui place les pieces de chevetre necessaires pour sup-
porter la nouvelle fenetre de toiture ou la nouvelle structure (fig. 2.2.3 .a et b).
Le couvreur, quanta lui, assure l'etancheite et les accessoires .
La liaison de !'isolation est realisee en general par la personne qui realise la fini-
tion interieure (voir fascicule Toitures).

Fig. 2.2.3.a
Pas de surcharge sur
Surcharge sur /es chevrons existants
chevron existant
~ uniquement pour petite largeur

Fig. 2.2.3.b
Grande lucarne ou plusieurs
fenetres de toiture contigues

,
,,,,,
/-'

.{
,, ...
/
~

Renfort de la
/.
structure principa/e /

Moisage eventuel des


chevrons au niveau de
/'ancienne panne (voir
fascicule Renovation)

Transformation i 21
Interventions sur le bati existant

2.3 NOUVEAUX MURS PORTEURS ET CLOISONS

Fig. 2.3.a

A. Charge non uniforme

Creer de nouveaux mu rs porteurs et de nouvelles


cloisons n'est pas un travail sans risque . II ne faut
pas negliger des regles min imales de securite et
une analyse de la situation existante et future:
- l'etat du plancher existant;
- la configuration du mur ou de la cloison, avec
a
ou sans porte, lineaire ou redent, etc.
(fig. 2.3.a);
a
- le sens par rapport la portee des elements de
plancher;
- le type d'utilisation des espaces;
- la composition du mur ou de la cloison;

B. Charge lineaire repartie

C. Charge non lineaire

22 i Transformation
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-+--
Interventions sur le bati existant Chapitre 2

Les nouveaux murs porteurs (dans le cas d'un nouveau volume


en rehausse, par exemple: voir chap. 3) sont positionnes, autant Fig. 2.3.b
que possible, sur les murs porteurs existants. Si cela est impos-
sible et en presence de plancher lourd, on supporte le mur par
des poutres generalement positionnees sous le plancher (fig.
2.3.b). Dans le cas d'un mur lineaire entre deux murs porteurs,
une poutre porteuse peut etre placee a la base du mur, sur le
plancher, avec des ancrages soignes dans les murs d'appuis (fig. Plancher lourd
2.3.c). Pendant toutes les operations de tels travaux, l'etaiement
des planchers jusqu' a des bases stables est primordial; les temps
de prise et de sechage sont respectes pour les ouvrages en beton . .: •• •:' ; .. : '::: .' :• .··.I •: • • o • • • •: .: • •,

La realisation d'une nouvelle cloison (paroi n'ayant pas de fonc-


tion porteuse) est, quanta elle, tres courante et parfois effectuee
sans aucune precaution.
Meme si la structure portante d'un plancher est capable de sup-
porter, sans risque, une nouvelle cloison, ii faut garder a I' esprit I•-- Renfort
que, sans renfort :
- le plancher est soumis a une charge permanente supplemen-
taire tres localisee, des lors la deformation (fleche) du plancher
sera accentuee suivant cette charge et le type de plancher; Fig. 2.3.c (1)
- l'accrochage et l'adossement de meubles contre la cloison
(generalement ignores) accroissent encore la charge et la defor-
Poutre encastree
mation; dans /es murs
- dans le cas de plancher bois ou la structure portante est discon- (seulement pour
tinue, la finition superieure couvrant la structure n'est pas tou- le cas B de la
jours capable de reprendre ces charges. Les solutions apportees fig. 2.3.a)
dependent de l'analyse precitee (fig. 2.3.d);
- les cloisons en ma\:onnerie sont a proscrire sur des planchers
legers.

Plancher
Fig. 2.3.c (2) quelconque

- - - - - - - - -.?.
/ I
/

I
J
/
., /

Poutre en beton arme avec


asselet (seulement pour la
cas B de la figure 2.3.a)

.o . ·.
'O, · .0 o. °"'·o. 0 o.
. (X) \.)
0" 1· 6
·

.o . .. . 0 . CJ>. . 0 .

Plancher lourd

Transformation 123
Chapitre 2 Interventions sur le bati existant
--t~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-

Fig. 2.3.d

Parallele au sens de portee des gi'tes

D Existant Perpendiculaire au sens deportee des gltes

• Nouveau

Cloison sur
Les cloisons en plaques de platre sur structure (bois ou metal) plancher bois
sont les plus polyvalentes pour les habitations et font rarement
a
appel des renforts de planchers: legerete, maniabilite, contort
et isolation acoustique possible.
Pour le placement d'une poutre sous plancher, voir point 5.2
CONSOLIDATION DES PLANCHERS du fascicule RENOVA-
TION. /
7

24 1Transformation
Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse Chapitre 3

FlJOUT o'uN VOLUME EN


ANNEXE OU EN R.EHAUSSE

Les difficultes rencontrees lors de la construction d'une extension sont sensible-


ment differentes lorsque le nouveau volume est construit en annexe ou en Extensions/raccords
rehausse du batiment existant (fig. 3).
Fig. 3
Les difficultes sont de trois ordres : la stabilite, l'etancheite aux raccords et les
pants thermiques.

3.1 VOLUME EN ANNEXE


,
3 .1.1 STRBILITE
Le principal risque de l'ajout d'un volume en annexe reside dans le tassement
differentiel qui s'opere entre la construction existante et la nouvelle construction
qui doit trouver son propre equilibre sur le terrain (fig. 3 .1.1 ).
Un tassement differentiel vase traduire par une fissure dans les elements de
a a
construction la limite des deux parties OU cheval. Les planchers realises au
meme niveau peuvent presenter des ecarts.
a
La solution consiste realiser entre le batiment existant et la nouvelle construc-
a
tion un joint de tassement continu, des fondations la toiture en passant par les
murs et les planchers. Raccord horizontal toiture/mur
Le risque de tassement est d'autant plus grand que les abords immediats d'un
batiment existant sont constitues partiellement de remblais pas toujours dames
et done pas toujours fiables. L'appui et la liaison de la nouvelle construction sur
le batiment existant peuvent regler ce probleme mais peuvent en apporter
d'autres.
C'est l'ingenieur en stabilite qui apprecie les capacites portantes des elements, la
a
technique appliquer et done l'opportunite d'un joint de tassement.

Photo 3.1.2.a

II Joint de
v tassement
eventuel

Fig. 3.1 .1.

Transformation 125
Chapitre 3 Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse

~
NOUVEAU VOLUME
3.1.2 PROBLEMRTIQUE DES RRCCORDS
EN ANNEXE
~ Selon l'avis de Outre les difficultes de raccords ou de dissociations entre les structures por-
l'ingenieur, desolidariser a
tantes, l'ajout d'un volume annexe presente des risques lies l'etancheite et a
parties existantes et !'isolation (condensation ... ).
nouvelles afin d'eviter les Les problemes et solutions sont inherents au type de paroi et a sa situation.
fissures et la surcharge
sur les fondations PAROIS INTERIEURES o'uN NOUVEAU VOLUME EN ANNEXE CONTRE
existantes. CONSTRUCTION EXISTANTE (photo 3.1.2 .a)
~Assurer la continuite de Les principaux problemes de ce type de liaison resident dans la stabilite et le
!'isolation thermique afin risque lie au tassement de la nouvelle construction developpe ci-dessus, y com-
d'eviter tout pont pris pour les planchers.
thermique.
~ Empecher toute LIAISON ENTRE NOUVELLE TOITURE ET TOITURE EXISTANTE INCLINEE
infiltration d'eau vers (photo 3.1.2.b)
l'interieur. Les travaux qui decoulent du raccord entre une toiture existante et une nouvelle
toiture sont realises par differents corps de metier.
La stabilite de la toiture est assuree par le charpentier qui place les pieces de
structure necessaires pour supporter la nouvelle toiture. Pour prolonger le joint
de tassement, ii peut desolidariser la charpente du batiment existant et celle de
la nouvelle construction . Le couvreur assure l'etancheite, la recolte et I' evacua-
tion des eaux de pluie. Si un leger tassement se produit, les petits elements de
couverture peuvent reprendre la difference de niveau tout en restant etanches.
La liaison de !'isolation est realisee en general par la personne qui realise la
finition interieure (voir fascicule Toitures, "Methodes de construction gros
ceuvre") .

NOUVELLES FA<;ADES ET TOITURES CONTRE UN MUR EXISTANT


(photos 3.1.2.c et d)
Les problemes d'etancheite rencontres aux raccords sont (fig. 3.1.2.a):
- au niveau des ma<;onneries existantes (infiltrations, capillarite);
Photo 3.1.2.b
- au niveau de la jonction (absence ou defaillance du joint de tassement).
Les risques et difficultes d'isolation rencontres aux raccords sont (fig. 3.1.2.b):
Fig. 3.1.2.d - la condensation aux ponts thermiques dans les ma<;onneries existantes ;
Bardage - les raccords avec l'isolant des murs creux existants.
Les solutions preconisees dependent du type de murs existants et du type de
parois qui s'y adossent; chaque projet reste specifique et demande done une
solution propre.
A partir de solutions generales et theoriques (fig. 3.1.2 .c), des solutions de prin-
cipe appliquees peuvent etre avancees ; voir tableau ci-dessous.
Parmi celles-ci, des solutions plus radicales mais egalement plus efficaces telles
que le bardage doivent parfois etre envisagees (fig. 3.1 .2.d).

Raccord toiture! bardage

261 Transformation
Photo 3.1.2.c Photo 3.1.2.d

Mur existant plein ou creux General ites


etancheites
Fig. 3.1.2.a

INT.

INT.
Joint etanche

INT.
Joints de tassement etanches
Hauteur assez importante des
COUPE so/ins PLAN

Mur plein ou creux Generalites isolation Mur ou paroi isolee


(isole ou non) existant (nouveau)
Fig. 3.1.2.b

l
l
INT.
EXT. INT.

Mur plein ou

l
INT.
creux (isole ou
non) existant

PLAN
l
INT.

Transformation 127
Chapitre 3 Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse

Nouveau parement
EXT. INT. ou enduit sur isolant EXT. INT.
ou bardage

Rupture
capillaire
Minimum 80 cm

PLAN INT. PLAN INT.

Hydrofuge ou enduit
ou peinture INT. Etancheite + isolation:
solutions generales

EXT. Fig. 3.1.2.c


Minimum 80 cm

Ill Paroi isolee conforme aux reg/es

0 Mur existant
PLAN INT.

EXT. EXT.

§
Tait a
oO
E:
::i
E:
:s Tait
INT. INT. ~

§
a
oO
COUPE E: COUPE
::i
E:
·c:
~ INT. INT.

28 1Transformation
Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~---<f--
Chapitre 3

Fig. 3.1.2.f Fig. 3.1.2.g


Annexe beton cellulaire Annexe mur creux

EXT. INT. EXT. · INT.

Minimum 80 cm Minimum 80 cm

PLAN INT. PLAN INT.

Mur plein existant/nouvelle


annexe: detail en plan
Probleme d'etancheite resolu
Fig. 3.1.2.e Fig. 3.1 .2.h
(voir Generalites)
Annexe verriere Annexe ossature bois

EXT. INT. EXT. INT.

v Minimum 80 cm _.:v Minimum 80 cm


1

PLAN INT. PLAN INT.

Ouvrage de raccord

Entre mur plein existant

Nouveaux chassis ..
Nouveau mur plein beton cellulaire fig. 3.1.2.f fig. 3.1.2 .n

Nouveau mur creux isole fig. 3.1.2.g fig. 3.1.2.o

Nouvelle paroi a ossature bois fig. 3.1.2 .h

Nouvelle toiture inclinee fig. 3.1 .2.i etj voir mur plein
Nouvelle toiture plate fig. 3.1.2.k et I + fig. 3.1.2.p

Transformation 29
Chapitre 3 Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse
-+~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-

So/in assez haut

/
/
/
/

Toiture inclinee/ Toiture inclinee/


mur plein - mur creux mur plein + bardage
Fig. 3.1.2.i Fig. 3.1.2-i
Probleme d'etancheite resolu
(voir Generalites)

<JI A
I
I
I
I
I
-h I
II I
1'--t-c-
1 I
I
I
I
I
I
I

II
I
I
I
I
I
Laisser 1 a 2 cm entre le
I mur existant et la nouvelle
I etancheite
I .
I ==> ioint de tassement

30 Transformation
Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse Chapitre 3

-+. I COUPE
11 I
i!__L __
I I Rehausse
I I
I I Fig. 3.1.2. I
I I
I I Rehausse independante
(en mac;onnerie legere)
I I pour permettre le tas-
I I sement differentiel
I I
I I Mur plein
existant
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
II I
I

Toiture plate/ Toiture plate/mur plein


rhur plein existant existant + bardage
Fig. 3.1.2.k

- 11' I
I I
IL_L _
I I
I I
Fig. 3.1.2.p
/ I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
I I
Cale de pente
I I
I I Nouveau linteau
I I
I I
I I COUPE
I I

Transformation 31
Chapitre 3 Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse
---!~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-

PLAN
Mur creux existant/ Nouveau mur
nouvelle annexe
EXT. INT.

Nouvel isolant

Mur creux
existant

INT.

Nouveau mur

INT.

Mur creux
existant - - -

INT.

PLAN Verriere

EXT. INT.

i Fig. 3.1 .2.o


-II...____

Mur creux I NT.


existant

32 Transformation
Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse
~~~~~~~~~~~~~~---=-~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-!--
Chapitre 3

NOUVEAU VOLUME
3.2 VOLUME EN REHAUSSE
EN REHAUSSE
• Nouvelle paroi conforme • Assurer l'etancheite
thermiquement et technique- • Prevoir un ioint de dila- =?Verifier la surcharge sur
ment (voir fascicules tation (esthetique) la construction existante.
Methodes de construction • Araser l'acrotere ou
gros ceuvre, «Murs =? Prevoir les risques de
assurer la continuite
d'elevation et de de /'isolation
fissures a la jonction.
fac;ades» et =?Assurer la continuite de

_J
« Toitures plates
et inclinees»).
!'isolation thermique afin
d'eviter tout pont thermi-
que. Empecher toute infil-
tration d'eau vers
l'interieur, principalement
• verifier la portance du a la jonction .
plancher existant
• Mettre de niveau
• /so/ant thermique
(au mains en peripherie)
• Nouvelle cloison ou mur Extension en
(voir chapitre 2) rehausse
Fig. 3.2

,
3.2.1 STRBILITE
Le principal risque de l'ajout d'un volume en rehausse reside dans l'affaissement
et le tassement du batiment dus a une surcharge trop importante sur des fonda-
tions non prevues pour cette modification importante.
Ce tassement peut se traduire par des fissures dans les elements de construction
et par un tassement differentiel.
La solution consiste a verifier la capacite portante des fondations existantes mais
egalement des mac;onneries portantes et d'adapter les materiaux de construc-
tion du nouveau volume aces capacites.
Un risque de fissure horizontale due au mouvement de dilatation existe a la
limite des deux parties, existante et nouvelle (voir encadre).
Ou
A chaque materiau correspond un coefficient de dilatation propre. Deux
materiaux differents et contigus vont done se dilater differemment. Avec un
mur de 10 metres de long et un ecart de temperature de 40 K, on peut
calculer de maniere theorique la dilatation. Pour une partie de mac;onnerie
de briques, le coefficient de dilatation est de 5 x 10·6 m/m.K; la dilatation
theorique est= 5 x 10·6 x 40 x 10 = 0,002 metre soit 2 mm. Pour une partie
en beton, le coefficient de dilatation est de 10 x 10·6 m/m.K; la dilatation
theorique est= 10 x 10·6 x 40 x 10 = 0,004 metre soit 4 mm. II ya done
une difference de 2 mm.

Enfin, les murs pignons sont prepares de maniere a assurer une assise plane
pour la nouvelle mac;onnerie de rehausse (fig. 3.2.1). Fig. 3.2.1
C'est l'ingenieur en stabilite qui apprecie les capacites portantes des elements et Assurer le report de charge sur
la technique et les materiaux a appliquer. la construction existante

Transformation 33
Chapitre 3 Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse

Fig. 3.2.2.a

;
3.2.2 PROBLEMATIQUE DES RACCORDS

io·c
EXT.
INT.
Outre les difficultes de raccords ou de dissociations entre les struc-
tures portantes, l'ajout d'un volume en rehausse presente genera-
a
lement peu de risques lies l'etancheite mais bien des risques lies
a!'isolation (condensation ... ). Les problemes et solutions sont
a
inherents au type de paroi et sa situation.
~.· Ft.~n"derisation Pour les parois interieures d'un nouveau
:·.:;· ·.. Plancher volume en rehausse sur construction
-::::·:· (non isole) existante, les principaux problemes

i
INT. de ce type de liaison resident
dans la stabilite et le risque lie
a la surcharge (voir
0 °C point 2.3, Nouveaux murs
. porteurs et cloisons).
EXT.

Plancher
(non isole)
INT.___,..__-

Fig. 3.2.2.b

Dans le cas de nouvelles


fa<;ades sur un mur existant,
les points faibles d'isolation
rencontres aux raccords sont
(fig. 3.2 .2.a et b):
- la condensation aux ponts
thermiques dans les
ma<;onneries existantes;
- les raccords avec l'isolant
des murs creux existants.
La rehausse peut egalement
a
consister creer une nouvelle
toiture inclinee sur un mur
existant, directement sur une
toiture plate ou sur son acro-
Fig. 3.2.2.c
tere (fig. 3.2 .2.c).

34 Transformation
Ajout d'un volume en annexe ou en rehausse Chapitre 3

Exemple de coupe dans


une rehausse de toiture
Fig. 3.2.2.d

Chaque cas est assez particulier et


les solutions preconisees dependent
du type de murs existants et du
type de parois qui s'y adossent
(exemple, fig. 3.2.2.d et photos
3.2.2.a, b etc.).

280

Photo 3.2.2.b

000

Photo 3.2.2.c
Transformation 35
Bibliographie ~t--~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-

Agence nationale pour I' amelioration de lnstitut Beige de Normalisation


!'habitat (ANAH) - Rehabiliter et entretenir
un immeuble ancien point par point - (Voir egalement Jes normes des differentes
Editions Le Moniteur, 1993. methodes de construction-gros ceuvre dans
chaque fascicule conceme).
Assurance Federales - Fiche technique PRE-
VENTION, 2000.
NBN ENV 1991-2-1 Eurocode1 - Bases de
Bovy K., Guillemeau J.M. et Vandebroek E. ca/cul et actions sur Jes structures - Partie
du Centre interdisciplinaire de formation de 2-1 : Actions sur les structures - Actions sur
formateurs de l'Universite de Liege (CIFFUL) les structures exposees au feu (1 re edition).
- Methodes de construction Gros ceuvre -
Avant l'acte de batir - Fonds de Formation NBN EN 1014-1 Produits de preservation du
professionnelle de la Construction (F.F.C.), bois - Creosote et bois creosote - Methodes
Centre interdisciplinaire de formation de for- d'echantillonnage et analyse - Partie 1 :
mateurs de l'Universite de Liege (CIFFUL), Procedure pour obtenir un echantillonnage
2000. de creosote du bois creosote a soumettre a
Chaise R. - Restauration des anciennes une analyse ulterieure (1 re ed.)
mar;onneries - Editions Eyrolles, Paris, 1981.
NBN EN 1072 Contrep/aque - description
CSTC - SBR - Stichting Bouw Research - des proprietes de flexion pour utilisation en
Guide pratique, defauts de construction - structure (1 re ed.)
Editions Kluwers Editorial, 1996.
Duermeijer P.W. - Bouwen Renovatie - NBN EN 335-3 Durabilite du bois et des
Spruyt, van Mantegem & De Does bv, materiaux derives du bois - Definition des
Leiden, 1990. classes de risque d'attaque biologique -
Partie 3: Application aux panneaux a base
Fonds de Formation professionnelle de la de bois (1 re ed.)
Construction (F.F.C.) - Methodes de
construction, 3.10 Demolition - Restau- NBN EN 351-1 Durabilite du bois et des
ration - Transformation - F.F.C., Bruxelles, materiaux derives du bois - Bois massif
1990. traite avec produit de preservation -
Korsten A.P.J. - Renovatie 1 constructieleer. Partie 1 : Classification des penetrations et
Bouwkunde MBO - Stam Techniek, 1998. des retentions des produits de preservation
(1 re ed.)
Qualite construction - Pathologie du bati-
ment - Paris, 1999. NBN EN 351-2 Durabilite du bois et des
Matana Michel - Mar;onnerie 1. Concevoir materiaux derives du bois - Bois massif
et construire - Editions Alternatives, 1999. traite avec produit de preservation -
Partie 2: Guide d'echantillonnage pour
Oostergetel G, Quist P.G., Terpstra W. -
I' analyse du bois traite avec un produit de
Renovatie. Standaardwerk MBO - certifi- preservation (1 re ed.)
caat Renovatie - Spruyt, van Mantegem &
De Does bv, Leiden, 1999.
NBN EN 599-2 Durabilite du bois et des
Revues du Centre Scientifique et Technique materiaux derives du bois - Performances
de la Construction: Revue n°5, septembre - des produits preventifs de preservation du
octobre. I Revue n°2, juin 1981. I Revue bois etablies par des essais biologiques -
hiver 1995. Partie 2: Classification et etiquetage (1 re ed.).

Tous droits de traduction, de reproduction, d'adaptation, meme partielle,


y compris les microfilms, reserves pour tous pays.
Editeur responsable: Hans Raes, president du Fonds de Formation
professionnelle de la Construction.

Depot legal
D/2002/1698/01

36 Transformation
Les manuels ont pu voir le jour grâce à la contribution des organisations suivantes:

Constructiv
Rue Royale 132 boîte 1, 1000 Bruxelles
t +32 2 209 65 65 • f +32 2 209 65 00
www.constructiv.be • info@constructiv.be

Cette publication est disponible sous la licence de Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International
https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr
Cette licence permet de copier, distribuer, modifier et adapter l’œuvre à des fins non-commerciales, pour autant que Constructiv soit mentionné comme auteur et
que les nouvelles œuvres soient diffusées selon les mêmes conditions.
GROS ŒUVRE 
MÉTHODES DE MODIFICATION

Les manuels disponibles

• Avant l’acte de modifier


• Rénovation
• Transformation
• Démolition – Déconstruction
• Isolation thermique d’un bâtiment existant

BUILDING your LEARNING


la bibliothèque numérique
F130RE
Transformation

9000000000391

Vous aimerez peut-être aussi