Vous êtes sur la page 1sur 155

Léo Ponsard

PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Pharmacognosie
Phytochimie
1er Quadrimestre

Synthèse de Léo Ponsard


+1 à l’examen si t’es végétarien

1
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Table des matières


Introduction ...................................................................................................................................................................... 4
Chapitre 1 : Métabolites primaires : les glucides .............................................................................................................. 7
Oses simples : naturels et dérivés................................................................................................................................. 7
Holosides : disaccharides, oligosaccharides, polysaccharides .................................................................................... 14
Disaccharides ou Diholosides ...................................................................................................................................... 14
Oligosaccharides supérieurs ....................................................................................................................................... 18
Polysaccharides ........................................................................................................................................................... 20
1- Polysaccharides homogènes ............................................................................................................................... 20
2- Polysaccharides hétérogènes.............................................................................................................................. 25
3- Fibres alimentaires .............................................................................................................................................. 28
4- Polysaccharides aminés ...................................................................................................................................... 30
5- Importance des polysaccharides ......................................................................................................................... 33
Chapitre 2 - Métabolites primaires : les lipides : Huiles végétales, AG saturés & insaturés .......................................... 34
1- Généralités sur les lipides ................................................................................................................................... 34
2- Huiles grasses végétales : Production, Contrôle de qualité ................................................................................ 44
3- Huiles végétales : Composition ........................................................................................................................... 44
4- Huiles végétales : Production.............................................................................................................................. 44
5- Contrôle des huiles ............................................................................................................................................. 45
6- Résumé des emplois des huiles .......................................................................................................................... 47
7- Huiles grasses naturelles ..................................................................................................................................... 47
8- Cires..................................................................................................................................................................... 48
Chapitre 3 – Bref aperçu sur les ac aminés & protéines ................................................................................................. 51
1- Résumé sur la biosynthèse d’AA ......................................................................................................................... 51
2- Exemple d’AA inusuels ........................................................................................................................................ 52
3- Quelques protéines particulières ........................................................................................................................ 52
Chapitre 4A : Métabolites secondaires : Principales voies biosynthétiques .................................................................. 53
Chapitre 4B : Voie des Shikimates .................................................................................................................................. 55
1- Ac shikimique ...................................................................................................................................................... 55
2- Voie des shikimates............................................................................................................................................. 56
3- Dérivés de l’ac benzoïque (C6-C1) : ac gallique et ac salicylique ........................................................................ 57
4- Dérivés de l’ac cinnamique (C6-C3) : Dérivés du Phénylpropène ....................................................................... 59
6- Dérivés du phénylpropène présents dans les HE................................................................................................ 61
7- Extension du phénylpropène : curcumine, gingérols ......................................................................................... 62
8- Lignanes (C6-C3 X 2) savoir juste les reconnaitre ..................................................................................... 63
9- Coumarine (C6-C3 cyclisé) et dérivés.................................................................................................................. 64
2
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 5 : Produits mixtes sur le plan biosynthétique (Voie des shikimates et des acétates) : Polyphénols.............. 67
1- Stilbenoïdes ......................................................................................................................................................... 68
2- Flavonoïdes : Isoflavones, Flavones prénylés, Flavanolignanes ......................................................................... 69
3- Anthocyanes........................................................................................................................................................ 77
Chapitre 6 : Tanins galliques & catéchiques, Proanthocyanidols : Produits mixtes sur le plan biosynthétique ............ 81
1- Tanins .................................................................................................................................................................. 81
2- Proanthocyanidols : dimères et trimères............................................................................................................ 86
Chapitre 7 : quinones & naphtodianthrones : voie métabolique : voie des polyacétates ............................................. 87
1- Quinones ............................................................................................................................................................. 87
2- Benzoquinones.................................................................................................................................................... 88
3- Naphtoquinones ................................................................................................................................................. 89
4- Anthraquinones .................................................................................................................................................. 89
5- Dérivés d’anthraquinones à propriétés laxatives : dérivés 1,8-dihydroxy-anthracéniques ............................... 90
6- Naphtodianthrones ............................................................................................................................................. 99
Chapitre 8 : terpénoïdes & stéroïdes ........................................................................................................................... 100
1- Biosynthèse (voie de l’ac mévalonique) : origine des terpénoïdes .................................................................. 100
2- HE ................................................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.
3- Oléorésines, gommorésines et oléo-gommorésines ........................................................................................ 112
4- Monoterpènes particuliers : iridoïdes, pyréthrines .......................................................................................... 114
5- Lactones sesquiterpéniques.............................................................................................................................. 119
6- Diterpènes ......................................................................................................................................................... 124
7- Triterpènes et Stéroïdes.................................................................................................................................... 127
8- Caroténoïdes (Tétraterpènes) & Colorants du safran à 20 C ............................................................................ 136
Chapitre 9 : Vitamines liposolubles : A, D, E, K savoir les reconnaitre ..................................................................... 140
Chapitre 10-1 : Hétérosides cyanogénétiques : métabolites d’ac aminés.................................................................... 144
Chapitre 10-2 : Hétérosides soufrés ou glucosinolates : Métabolites d’Ac Aminés ..................................................... 146
Chapitre 10-3 : Sulfoxydes de cystéine : Métabolites d’Ac Aminés .............................................................................. 148
Chapitre 10-4 : Substances "piquantes" : Métabolites d’ac aminés ............................................................................. 150
Chapitre 11 : alcaloïdes ................................................................................................................................................. 152

3
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Introduction

Pharmacognosie : Définition

Pharmacognosie : science consacrée à l’étude des matières premières d’origine naturelle à usage médical.
Depuis un siècle, les plantes médicinales furent négligées dans certaines parties du monde au profit des
médicaments issus dans un 1er temps de molécules isolées d’organismes vivants, puis de la chimie de
synthèse : c’est seulement fin du 19ème que l’on commença à utiliser des produits de synthèse.

Actuellement, la pharmacognosie est principalement l’étude des produits d’origine végétale et dans une
moindre mesure, ceux d’origine animale ou biotechnologique. C’est aussi une science multidisciplinaire,
au carrefour de nombreuses disciplines scientifiques et pharmaceutiques.

Pharmacognosie : Intérêt

La pharmacognosie s’intéresse également à :


- l’ethnobotanique : étude des relations entre plantes et sociétés
- l’ethnopharmacologie : étude des substances naturelles utilisées en médecine traditionnelle
o L’OMS demande à tous ses membres d’étudier leur médecine et leur pharmacopée
traditionnelles et de les intégrer en les valorisant dans leur système de soin
o Dans toute l’Europe, on observe une demande populaire pour une médication « plus naturelle ».
Les médicaments à base de plantes sont régis par de nouvelles directives inscrites dans le cadre
de la législation communautaire.

Domaine de la Pharmacognosie

Domaine vaste comprenant :


- les plantes intéressantes sur le plan strictement
médical
o plantes utilisées en phytothérapie
o plantes toxiques ou non, servant à
l’extraction de PA utilisés tels quels ou pour
la préparation de produits d’hémisynthèse
- les plantes toxiques de l’environnement
- certaines plantes utilisées dans l’alimentation
et ayant un impact sur la santé
- certaines plantes à usage industriel et ayant des applications en pharmacie : plantes à fibres (coton
servant à la préparation des compresses, ouate…), les émulsifiants, épaississants (technologie
pharmaceutique et industrie agro-alimentaire…), plantes oléagineuses (huiles alimentaires…), plantes
à parfum, colorants naturels…
- importance du contrôle de qualité des matières premières : drogue et extraits secs, extraits fluides,
teintures…
- différence entre médicaments et compléments alimentaires utilisés en phytothérapie (cf Q2)

4
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Drogues végétales : définition

Définition (Ph. Eur.) : Plantes ou parties de plantes entières, fragmentées ou en poudre, utilisées le plus
souvent à l'état sec (parfois à l'état frais), à des fins thérapeutiques. Certains baumes ou sucs végétaux ou
liquides végétaux d'exsudation, n'ayant pas subi de ttt spécifique, sont également considérés comme des
drogues végétales

Qualité des plantes

La Ph. Eur. ou DEQM (Direction Européenne de la Qualité du Médicament)


supervise la parution de textes officiels servant de guide pour le contrôle
de qualité de toute substance utilisée à des fins thérapeutiques (principe
actif ou excipient).

Ph. Eur. : Les drogues végétales ou les préparations qui en découlent sont considérées comme
une substance active dans leur totalité, que leurs composants ayant un effet thérapeutique
soient connus ou non. Il est donc indispensable de s'assurer de leur conformité.

La qualité pharmaceutique des plantes médicinales est l'un des éléments fondamentaux garantissant leur
efficacité & leur absence de toxicité…. -> sécurité d’emploi. Il est par conséquent indispensable de définir
de façon rigoureuse l'identité et la qualité de ces drogue végétales. La Ph. Eur. publie les analyses à effectuer
sous forme de monographies.

Organisation d’une monographie selon la Ph. Eur.

Les drogues végétales doivent :


1. définition précise par la dénomination scientifique botanique (genre, espèce, variété, auteur) +
partie utilisée -> importance du latin pour la libre circulation
2. identifiées par leur description macroscopique, microscopique et ensuite par CCM
3. des essais de pureté sont effectués
4. un dosage est exigé dans la majorité des cas

Chimie des végétaux / Phytochimie

Les molécules issues du métabolisme des plantes sont subdivisées en 2 grands groupes : métabolites
primaires & métabolites secondaires. Ces métabolites (végétaux) marquent souvent de manière originale
l’identité d’une espèce, d’une famille ou d’un genre permettant parfois une taxonomie (classification)
chimique.

Métabolites primaires

Ils sont caractérisés par leur caractère vital, nécessaire à la survie de la cellule, de l’organisme. Ils sont
communs à la majorité des organismes vivants. On y classe : les glucides : source d’énergie et rôle structural
(parois cellulaires, cellulose), les lipides : source d’énergie et rôle au niveau des mbr cellulaires, les ac aminés
: source primaire de construction des protéines, les métabolites énergétiques phosphorés (ATP, ADP…), les
ac nucléiques.

5
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Métabolites secondaires

Souvent très élaborés, ils sont en très grand nombre et d’une variété structurale extraordinaire, mais ils
n’ont pas de caractère vital pour la cellule, l’organisme. Ils ont une distribution limitée à certains
organismes.

Alors pourquoi les plantes en fabriquent-elles ? Les plantes étant immobiles ou presque, elles ont par
conséquent dû développer des stratégies pour survivre et se reproduire : les métabolites secondaires sont
étroitement impliqués dans ces stratégies.

Rôle des métabolites secondaires

Se défendre en dissuadant les prédateurs :


- les odeurs repoussent certains herbivores
- les plantes toxiques "éduquent" les herbivores à les éviter pour ne pas être broutées
- protection contre les virus, champignons, bactéries
- défense contre d’autres espèces en compétition (l'allélopathie) Certaines plantes émettent des
substances pour inhiber la croissance d’autres plantes : c'est le cas du noyer qui produit de la juglone
inhibant la croissance d’autres plantes dans un certain rayon autour du tronc.
- Protection contre le gel, les UV…

Attirer les pollinisateurs pour assurer la reproduction de l’espèce : les couleurs, mais aussi les odeurs
attirent les insectes : certaines Orchidées synthétisent des phéromones sexuelles qui sont des substances
volatiles émises par les insectes femelles pour attirer les mâles.

6
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 1 : Métabolites primaires : les glucides

Introduction

Les glucides sont des constituants universels des organismes vivants. Ils sont très importants car :
- Rôle énergétique : Réserve énergétique chez les végétaux (amidon) & chez les animaux (glycogène).
50 % des calories apportées par l'alimentation humaine sont des glucides.
- Rôle structural : Éléments de soutien des végétaux (cellulose) et de protection de la cellule.
- Constituants de molécules fondamentales : ac nucléiques, coenzymes, vitamines, …

Classification des glucides

Parmi les glucides, on trouve :


- Les oses simples / monosaccharides
- Les osides résultent de la combinaison, via des liaisons osidiques, de plusieurs molécules.
o Holosides : plusieurs molécules d’oses
o Hétérosides : ose(s) + molécule non glucidique (appelée aglycone ou génine)

Oses simples : naturels et dérivés

Structure

Ce sont des molécules organiques :


- carbones asymétriques → nombreuses isoméries : pouvoir rotatoire, formes D et L, formes α et β
- fonctions alcools (primaire, secondaire) → ils sont polyhydroxylés.
Possibilité d’estérification, éthérification, réduction, oxydation
- fonction carbonylique (aldéhydique ou cétonique), sauf les polyols
- parfois fonction ac ou aminée.

Généralement, ils ont pour formule globale Cn (H2O)m, d'où le nom d'hydrates de carbone.

Leur classification et leur dénomination dépendent :


- du nombre d'atomes de carbone : le plus souvent 5 C (pentose) ou 6 C (hexose)
- de la nature du carbonyle :
o Aldéhyde → Aldose (terminaison du nom en ose)
o Cétone → Cétose (terminaison du nom en ulose)

La combinaison de ces 2 critères caractérise l'ose :


- Aldopentose, Aldohexose, …
- Cétopentose, Cétohexose, …

exceptions : par ex → aldotriose : le glycéraldéhyde

7
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Représentation linéaire : Selon Fischer

Aldoses : Chaine d'alcools IIres ayant à une extrémité un aldéhyde


et à l'autre un alcool Ire.

Cétoses : cétone dans la chaine et alcools Ires et IIres selon la


position dans la chaine.

Par convention, c’est l’orientation du OH (alcool IIre) le plus


éloigné du carbonyle qui détermine l’appartenance soit à la série.
- D : OH orienté vers la droite
- L : OH orienté vers la gauche

Représentation cyclique : Le comportement chimique particulier des oses a


conduit au postulat qu’ils existent sous une forme cyclique impliquant le
carbonyle et un hydroxyle. Le carbonyle (aldéhyde ou cétone) est dissimulé
dans le cycle sous forme hémiacétalique.

Cycle pyranique Cycle furanique


Aldohexoses Cétohexoses
Condensation C1/C5 Condensation
C2/C5

Cétohexoses (+ rare) Aldohexoses (+ rare)


Condensation C2/C6 Condensation C1/C4

Différentes représentations : cas du glucose

La cyclisation conduit à 2 formes hémiacétaliques isomères


α et β → anomères. Le C n°1 dont la configuration est
différente entre ces 2 formes est dit "carbone anomérique".
La forme est α lorsque le OH hémiacétalique est dans la même
direction que le OH IIre déterminant la série D (à droite)

8
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Représentation cyclique : cas du glucose → forme de Haworth.

Principaux types d’oses simples

Il existe une grande diversité d’oses végétaux :


1. Pentoses : L-arabinose, D-xylose, D-ribose
2. Hexoses : D-glucose, D-galactose, D-mannose, D-fructose, D-tagatose
3. Désoxy-oses : D-désoxyribose, L-rhamnose
4. Ac uroniques : ac D-glucuronique et D-galacturonique
5. Ose ac particulier : ac gluconique
6. Polyols naturels : D-sorbitol, D-mannitol & hémi synthétiques : D-xylitol
7. Oses aminés : glucosamine
On peut trouver des oses méthylés sur une ou plusieurs fonctions alcool → éthers …

a- Pentoses : L-arabinose, D-xylose, D-ribose

L-arabinose, D-xylose : Constituants des polysaccharides complexes. Le xylose est obtenu par hydrolyse des
xylanes (constituant le bois) et il sert à la préparation du xylitol. La plupart des oses naturels sont de la série
D. Il y a des exceptions comme le L-Arabinose.

D-Ribose : Pentose universel car la partie glucidique des ac nucléiques est un ribose (ARN) ou un
désoxyribose (ADN). L'aglycone est une pyrimidine ou purine (ce sont des N-hétérosides).

9
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

b- Hexoses : D-glucose, D-galactose, D-mannose, D-fructose, D-tagatose

D-glucose ou dextrose : aldohexose. Fréquent


à l’état libre, c'est un sucre naturel composant
le sucre des fruits et du miel. Il est dextrogyre.
Il y a 4C*, donc 16 stéréo-isomères du glucose
mais seuls le D-mannose et le D-galactose sont
des composés naturels.
- Importance du glucose :
o Précurseur de ts les autres métabolites : formé en 1er au cours de la photosynthèse à partir du
CO2 et de H2O → à la base de tous les composés organiques du vivant.
o Rôle fondamental car les glucides alimentaires, source d’énergie, sont absorbés sous forme de
glucose ou convertis en glucose dans le foie.
o Principal carburant des tissus
o Constituant du saccharose et des polysaccharides : cellulose, amidon
- Mode d’obtention :
o pas extrait des végétaux mais préparé par hydrolyse enzymatique de l’amidon
- Emplois pharmaceutiques : Le glucose s’administre par voie parentérale en solution aqueuse :
Apport calorique lors de dénutrition et ttt des hypoglycémies, Véhicule pour l’apport thérapeutique
lors d’interventions chirurgicales, Prévention des déshydratations

D-mannose et D-galactose : aldohexoses naturels. Seuls ces 2 stéréo-isomères du


glucose sont naturels : ils n’existent pratiquement que sous forme de
polysaccharides (gommes, mucilages)
mannose : Isomérie sur C2 par rapport au glucose
galactose : Isomérie sur C4 par rapport au glucose

D-fructose / lévulose : Cétohexose. Il est lévogyre. Abondant à l’état libre dans tous les fruits
et dans le miel. On le trouve dans le saccharose (disaccharide). Présent dans oligosaccharides
et polysaccharides de réserve, les fructanes (inulines)
Sous quelle forme le trouve-t-on ?
- Sous la forme de β D-fructofuranose dans les structures oligomères et polymères
- Sous la forme de β D-fructopyranose (plus stable), à l’état libre
Mode d’obtention :
- par hydrolyse de l’inuline (polysaccharide) & par hydrolyse du saccharose
Emplois pharmaceutiques :
- Alimentation parentérale
- Intéressant dans le régime de certains diabétiques
- Alimentation à l’effort : sa résorption intestinale est lente et ne déclenche pas d’insulino-sécrétion
- Édulcorant : pouvoir sucrant > celui du saccharose

10
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

D-tagatose. Cétohexose : stéréo-isomère du fructose en C4.


Tagatose = galactulose (le galactose étant le stéréo-isomère du glucose en C4)

Mode d’obtention : 2 étapes


- Hydrolyse enzymatique du lactose par une galactosidase
→ obtention de glucose et de galactose
- Isomérisation du galactose

Utilisation :
- édulcorant
- bénéfique sur la flore intestinale (prébiotique)
- Pas d’effet sur la glycémie, très peu calorique, non cariogène
- industrie alimentaire

c- Désoxy-oses

Structures osidiques dans lesquelles 1 ou 2 fonctions alcools ont été réduites

6-désoxy-hexoses
- Le L-Rhamnose : Très fréquent dans : Polymères, Hétérosides
- Le Fucose. Caractéristique de polymères d’algues et gomme adragante.
Certains 6-Desoxy-hexoses existent à l’état d’éther méthylique : spécifiques des hétérosides
cardiotoniques : L-thevetose, D-digitalose

2, 6-didésoxy-hexoses : spécifiques des hétérosides cardiotoniques (D-digitoxose)

d- Ac uroniques

La fonction alcool Ire des hexoses est oxydée en ac carboxylique. Les 2 ac uroniques les plus
fréquents sont : l’ac D-glucuronique (ci-contre) & l’ac D-galacturonique. Ce sont des
constituants de polysaccharides : pectines, mucilages ac, gommes.

e- Ose particulier : Ac gluconique

L’ac gluconique provient de l’oxydation du carbonyle du glucose (≠ ac glucuronique). On le


trouve seulement en qté importante en présence de la pourriture grise du raisin qui contient
une glucose oxydase qui transforme les sucres du raisin en ac gluconique. Cette pourriture
développe dans le raisin de nombreuses autres réactions enzymatiques qui entrainent des
modifications importantes et irréversibles.

L’ac gluconique est donc un marqueur de l’état sanitaire de la vendange.

Emplois pharmaceutiques :
utilisé en association avec des oligo-éléments : gluconate de Cu, Zn, Mn…

11
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

f- Polyols

Le carbonyle des oses est réduite. On ne trouve que des


fonctions alcools. Pas de forme cyclisée. Ce sont des
édulcorants. Ils ↘ les calories. On les retrouve dans les
bonbons, chewing-gums, pastilles contre le mal de gorge… Ils
sont non cariogènes.

Emplois pharmaceutiques : Les polyols sont peu résorbables → leur ingestion entraine une ↗ moins
importante de la glycémie qu’une qté équivalente de saccharose. C’est pour cette raison qu’on les utilise
comme édulcorants dans les produits pour diabétiques. Les polyols modifient peu le pH de la cavité buccale
→ non cariogènes.

Inconvénients : digestion très incomplète → fermentent dans le colon et provoquent des troubles digestifs.

D-sorbitol
On le trouve surtout dans certains fruits, notamment ceux du sorbier des oiseleurs. Préparé industriellement
par réduction du D-glucose. Très soluble dans l’eau et soluble dans l’alcool.
Emplois pharmaceutiques :
- Par voie parentérale, dans les mêmes indications que les solutés de glucose.
- Par voie orale, c’est un régulateur des fonctions digestives :
o cholagogue (contre-indique si obstruction des voies biliaires)
o constipation: laxatif osmotique.
Également utilisé comme :
- Régulateur du taux d’humidité des poudres (hygroscopique +++)
- préparation de dérivés utilises en technologie pharmaceutique
- Édulcorant peu cariogène

D-mannitol
On le trouve surtout dans la manne (suc épaissi obtenu par incision) du frêne à fleurs et dans certaines
algues brunes. Préparé industriellement à partir du D-glucose : épimérisation puis réduction. Très soluble
dans l’eau, insoluble dans les solvants organiques.
Emplois pharmaceutiques :
- Par voie parentérale, diurétique osmotique (ttt des œdèmes et exploration de la fonction rénale).
- Par voie orale : mêmes indications que sorbitol
o cholagogue (contre-indiqué si obstruction des voies biliaires)
o ttt d’appoint de la constipation: laxatif osmotique
o utilisé comme édulcorant chez le diabétique.

D-xylitol
Polyol non naturel : il est obtenu par réduction du xylose qui est lui-même préparé par hydrolyse des xylanes
(rafles de mais, bois de bouleau, sciures, pailles…).
Le xylitol est très utilisé en confiserie car il est non cariogène, mais apporte en plus une saveur fraiche.
Emplois pharmaceutiques : sirops.

12
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

g- Ose aminé : Glucosamine

La glucosamine est un dérivé aminé du glucose, où le OH en C2 est remplacé par un NH2. Elle
est obtenue par hydrolyse de la chitine contenue dans le squelette externe de crustacés. On
la retrouve dans le corps sous la forme de glucosamine 6-phosphate. C’est un élément de
base de ≠ tissus, elle joue un rôle important dans le métabolisme des glycoprotéines du
cartilage, elle ↗ la formation des protéoglycanes.

Emplois pharmaceutiques : utilisée comme anti-arthrosique symptomatique à action lente sous forme de
sel d’hémi-sulfate. On la retrouve aussi sous forme de compléments alimentaires seule ou additionnée de
chondroïtine sulfate, mais la composition de ces préparations est variable et leur qualité ne peut être
garantie.

h- Dérivé d’ose : Vitamine C

La vit C ou ac ascorbique est une vitamine hydrosoluble. Classée parmi les oses car
son précurseur est le glucose. Son acidité et son caractère réducteur sont liés à sa
structure d’ène-diol aisément oxydée en dicétone ou ac déhydroascorbique. L’ac
ascorbique est un antioxydant puissant, capteur de radicaux nocifs. La plupart des animaux et des plantes
peuvent synthétiser la vit C à partir du glucose. Chez l'Homme, un des gènes de la voie métabolique qui
permet la synthèse de l'ac ascorbique à partir du glucose est absent. L'ac ascorbique doit être apporté via
notre alimentation (AJR : 80 mg/jour). Il est métabolisé en ac oxalique et ac tartrique.

Rôle de l’ac ascorbique : capte les radicaux nocifs, mais en plus inhibe la formation de nitrosamines, ce qui
contribuerait à l’effet protecteur des légumes et des fruits frais contre les cancers (surtout de l’estomac,
du colon et de l’œsophage). L’ac ascorbique est également indispensable à l’hydroxylation de la proline, et
donc à l’élaboration et au maintien de l’intégrité du collagène.

Emplois pharmaceutiques :
Au départ surtout utilisé pour le ttt du scorbut, qui frappait les marins dont la nourriture était pratiquement
dépourvue de fruits. Les symptômes du scorbut sont des saignements cutanés et buccaux, des lésions de la
peau, la perte des dents et des douleurs musculaires.

Emplois pharmaceutiques plus actuels


Ttt des asthénies (états grippaux, convalescences) : dose beaucoup plus importante
Lors de brûlures étendues ou après des interventions chirurgicales pour favoriser la synthèse du collagène.

L’ac ascorbique ainsi que ses sels et ses esters constituent des additifs alimentaires et pharmaceutiques
autorisés en tant que conservateurs, antioxydants et éventuellement acidifiants. Les sources importantes
de vit C sont les légumes et surtout les fruits frais. L’ac ascorbique est produit industriellement à partir du
glucose via le sorbitol.

Les 3 fruits les plus riches sont : l’acérola, le cynorrhodon de l’églantier, le paprika (Capsicum annuum)

13
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Holosides : disaccharides, oligosaccharides, polysaccharides

Holosides

Les holosides résultent de la combinaison de plusieurs molécules d’oses, par l’intermédiaire de liaisons
osidiques entre 2 OH : le OH hémiacétalique porté par le C anomérique d’un ose et un des OH d’une autre
molécule d’ose (disaccharides) ou d’une chaine osidique +/- longue (oligo ou polysaccharides) → perte d’un
H2O (liaison ETHER)

Cette liaison osidique est facilement rompue :


- par hydrolyse chimique : HCl, ac trifluoroacétique...
- par hydrolyse enzymatique : très spécifique

Disaccharides ou Diholosides

Formés de 2 oses
Disaccharides naturels : Saccharose, Maltose, Lactose
Disaccharides hémisynthétiques : Lactulose, Lactitol, Esters dérivés du saccharose

Disaccharides

Selon le type de liaison osidique, on distingue :


- les disaccharides non réducteurs : liaison entre les fonctions réductrices (hémiacétaliques) de
chaque ose
- les disaccharides réducteurs : la liaison implique la fonction réductrice (hémiacétalique) d’un seul ose
→ 2 formes α et β

Saccharose

Le saccharose est présent chez de très nombreux végétaux – notamment dans le nectar des
fleurs. C’est le sucre ordinaire, substance alimentaire de saveur douce. Son pouvoir sucrant
dans l'échelle des produits sucrants (édulcorants), càd qu'il est considéré comme égal à 1. Il
est constitué par l’union d’un glucose et d’un fructose.

C’est un disaccharide non réducteur. La liaison osidique est formée à partir des 2 fonctions
réductrices : celle du glucose (C1) et celle du fructose (C2) → c’est l’α-D-glucopyranosyl
(1→2)-β–D-fructofuranoside.

Par hydrolyse soit en milieu ac dilué, soit par une invertase, il libère du α-D-glucose et du β-D-fructose :
inversion du saccharose puisqu'elle s'accompagne d'un changement de la rotation optique (de dextrogyre
vers lévogyre)
- le saccharose est dextrogyre (pouvoir rotatoire + 66,5°)
- le mélange de ses produits d'hydrolyse est lévogyre en cas de composition équimolaire en glucose et en
fructose = (D-glucose : + 52,5° Dextrogyre : Dextrose) & (D-fructose : - 92° Lévogyre : Lévulose) → ce mélange
(glucose + fructose) est appelé sucre inverti.
Dans l’intestin, le saccharose est hydrolysé en glucose et fructose.
14
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

C'est donc un composé économiquement important et les deux principales sources industrielles sont :
- les racines de la betterave
- la sève de la canne à sucre. Elle fut jusqu'au début du XIXe la seule source importante de sucre
Autres sources de saccharose : l’érable à sucre, les dattes, le miel

Emplois pharmaceutiques :
- comme édulcorant pour masquer la saveur désagréable de certains médicaments
- comme excipient (sirops, tablettes …)
- Le saccharose joue aussi un rôle de conservateur car à forte concentration il inhibe le dvpt des
microorganismes.
Le sirop simple est obtenu par dissolution à chaud de 650 g de saccharose dans 1L d’eau purifiée.

Comparaison saccharose & miel


Le saccharose s’est substitué progressivement au miel à partir du 19ème siècle bien que ce dernier soit plus
riche en divers constituants et donc nécessite des contrôles stricts pour s’assurer de l’absence de pesticides
ou d’autres toxiques de l’environnement.

Emplois pharmaceutiques du miel : Le miel reste très utilisé partout dans le monde en médecine
traditionnelle, comme édulcorant, fortifiant et expectorant. Il favorise la cicatrisation des plaies et il a un
effet antibactérien (différence dans ces effets suivant le type de miel)

Production du miel : Le miel est produit par l’abeille à partir du nectar de plantes que l’abeille récolte. Ce
nectar constitué principalement de saccharose est hydrolysé en grande partie en glucose et fructose qui
sont combinés à des substances autogènes spécifiques. Ensuite, l’abeille dépose ce mélange qui est
déshydraté et conservé dans la ruche. Toutefois le miel renferme davantage de fructose car il existe des
nectars au départ déjà riches en fructose.

Composition du miel :
- fructose +++, glucose +
- reliquat d’environ 10 % de saccharose non hydrolyse
- pigments (flavonoïdes, caroténoïdes)
- HE
Aspect : liquide visqueux qui peut être partiellement cristallin, de couleur variable vu la
grande diversité des fleurs et arbres butines.
Solubilités : Très soluble dans l’eau chaude ou l’alcool dilué

15
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Maltose

Le maltose est un disaccharide réducteur constitué par l’union de 2 glucoses. La


liaison osidique implique le OH du C anomérique (C1) du 1er et le OH sur C4 du
second. Le C anomérique du 2nd n'étant pas pris dans la liaison, il existe deux
formes α et β. L’α-maltose est l’α-D-glucopyranosyl-(1→4)-α-D-glucopyranoside.

L’α-maltose est un constituant de l'amidon formé par l'hydrolyse de ce dernier.


Connu sous le nom de sucre de malt (car il apparait dans les grains d'orge en
germination). Fermenté par la levure, il est important pour le brassage de la bière.
Sucre facilement digestible, le maltose est utilisé pour préparer des aliments pour
nourrissons, comme la farine lactée et des boissons.

Lactose

Le lactose est un disaccharide réducteur constitué par l’union de β-galactose


et de glucose. La liaison osidique est formée à partir du OH du C anomérique
(C1) du galactose et du OH en C4 du glucose. Il existe sous 2 formes α et β. Le
β-lactose est le β-D-galactopyranosyl-(1→4)-β-D-glucopyranoside. C'est un
sucre réducteur puisque l'hydroxyle du C anomérique (C1) du glucose est
libre.

Le lactose est présent dans le lait des mammifères. C’est un élément important dans la nourriture des
jeunes mammifères. Il est souvent ajoute aux aliments des bébés.

Obtention du lactose : sous-produit de l’industrie fromagère. Le lait frais est traité par la présure (enzyme
protéolytique extraite d’estomac de veau) : celle-ci coagule les protéines du lait pour donner du lait caillé
qui est transformé en fromage. Le surnageant (petit lait) est concentré pour donner le lactose brut qui est
décolore par passage sur filtres de charbon actif et recristallise.

Son pouvoir sucrant est assez faible : environ 5 fois inférieur à celui du saccharose.

Emploi pharmaceutique : le lactose est un diluant classique des poudres (triturations) et des comprimés. Il
n’a pas d’effet laxatif et est lentement résorbé au niveau intestinal. Il sert aussi à préparer le lactulose.

16
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Esters dérivés du saccharose : lactulose et lactitol

Ce sont des dérivés hémisynthétiques. Il existe ≠ esters de saccharose


formés avec divers AG issus des huiles alimentaires. Tous ces produits ne
sont ni digérés ni absorbés. Ils sont utilisables à doses modérées comme
substituts des matières grasses.

Ce sont des disaccharides d’hémisynthèse, constitués


- pour le lactulose de : galactose – fructose (lévulose)
- pour le lactitol de : galactose – sorbitol

Ce sont des laxatifs osmotiques stimulant le péristaltisme intestinal : dans


l'intestin grêle les liaisons osidiques ne sont pas scindées → ils attirent l’eau
par osmose.

Ils sont antihyperammoniémants : arrives dans le colon, ils sont dégradés par des bactéries et transformés
en ac lactique et acétique → acidification du contenu intestinal, formation de NH4+ à partir de NH3 ce qui
explique leur utilisation dans l’encéphalopathie hépatique.1

Emplois pharmaceutiques : Constipation, Encéphalopathie hépatique

Effets indésirables : flatulence, crampes abdominales, diarrhées, moins d’effets secondaires avec lactitol

Précautions principales : intolérance au lactose.

1
L'encéphalopathie hépatique est définie par l'ensemble des manifestations neuropsychiques liées à
l'insuffisance hépatocellulaire en partie due à l’hyperammoniémie provenant de la dégradation des
protéines dans le colon par la flore digestive, le cycle de l’urée étant déficient.
17
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Oligosaccharides supérieurs

Les oligosaccharides supérieurs sont formés de 3 à 10 oses, sont solubles dans l’eau et dans l’alcool dilué,
représentent des formes de réserves spécifiques d’espèces ou de groupes végétaux restreints, ce qui
explique leur intérêt en chimio taxonomie. Certains sont impliqués dans la formation d’hétérosides.

Plan du cours
- Oligosaccharides naturels : Galacto-oligosaccharides
- Oligosaccharides obtenus par voie enzymatique : Fructo-oligosaccharides (prébiotiques),
Maltodextrines, Cyclodextrines
- Oligosaccharide obtenu par biotechnologie : Acarbose

Galacto-oligosaccharides

Les galacto-oligosaccharides sont des éléments naturels de réserve : les + fréquents sont des dérivés
galactosylés du saccharose. Ils sont stockés dans les graines et dans les organes souterrains, ou ils joueraient
un rôle protecteur vis-à-vis du gel en participant à la formation des galactolipides assurant la stabilité des
mbr aux basses T°. Ils sont à l’origine des flatulences après la consommation de légumes secs (haricots, pois
chiches) car peu digestes, ils constituent un substrat fermentescible pour une flore particulière qui les
métabolise en éléments gazeux.

Fructo-oligosaccharides

Les fructo-oligosaccharides (non réducteurs) sont préparés par voie enzymatique :


- soit par dégradation partielle des fructanes (inuline) de la chicorée ou du topinambour,
- soit en biotechnologie à partir du saccharose soumis à l’action d’une fructosyltransférase.

Utilisation des fructo-oligosaccharides (FOS) : bifidogènes : ce sont des prébiotiques.

Prébiotiques : substances dont la fermentation au niveau du côlon stimule la croissance et l'activité des
bifido bactéries et des lactobacilles, càd des bactéries non pathogènes et au contraire dont l’action est
bénéfique pour la flore intestinale (probiotiques).

Probiotiques : microorganismes vivants (Bifidobacter, Lactobacillus, Streptococcus, Saccharomyces). Ces


souches se rencontrent dans la levure de bière, le yaourt, le lait fermenté, …).

Les FOS (prébiotiques) facilitent le dvpt des probiotiques. On trouve des FOS dans l’ail, l’oignon…
Propriétés des probiotiques : effets anti-infectieux intestinaux, immunostimulants, préventifs du cancer
colorectal, hypocholestérolémiants, facilitateurs de la digestion notamment du lait en cas d’insuffisance en
lactase. Ils produisent également les vitamines B (B1 à B12).

→ Les prébiotiques (dont les FOS) facilitent le dvpt des probiotiques.

18
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Maltodextrines

Les maltodextrines (gluco-oligosaccharides) sont des oligosaccharides réducteurs provenant de l’hydrolyse


partielle de l’amidon. Il s’agit d’un mélange de glucose, de diosides (maltose), d’oligosides et polyosides.
Elles se présentent sous forme d’une poudre ou de granules blancs légèrement hygroscopiques, facilement
solubles dans l’eau en donnant des solutions visqueuses.

Emplois pharmaceutiques :
- adjuvant en diététique infantile
- agent adhésif pour pansements chirurgicaux
- excipient en pharmacotechnie

Cyclodextrines

Les cyclodextrines sont des oligosaccharides cycliques composés de plusieurs unités de glucose (ou
dextrose) reliées par des liaisons α (1– 4). Elles sont produites par dégradation enzymatique de l’amidon
par des enzymes de ≠ bacilles.

Composition des principales cyclodextrines


α cyclodextrine : 6 unités de glucose
β cyclodextrine : 7 unités de glucose
γ cyclodextrine : 8 unités de glucose

Ces molécules se présentent sous une forme semblable à un abat-jour : tous


les groupes polaires sont localisés à l'ext, l'ensemble délimitant une cavité
hydrophobe. Ce caractère amphiphile permet aux cyclodextrines d'inclure dans
leur cavité des molécules hydrophobes pour former des complexes solubles
dans l'eau. Les applications importantes dans les domaines agroalimentaire et
pharmaceutique s’expliquent par leur caractère biodégradable.

L'encapsulation permet :
- de protéger des molécules fragiles
- d'assurer leur libération lente et contrôlée
- de disposer de préparations injectables de médicaments insolubles dans l'eau

Application à de très nombreux médicaments insolubles dans l'eau et dans les fluides physiologiques.

Principaux avantages de leur utilisation :


- modification de la solubilité et de la vitesse de dissolution
- ↗ de la biodisponibilité
- ↗ de la stabilité des principes encapsules
- empêchement des dégradations gastriques ou oculaires
- masquage du goût ou de l’odeur

19
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Acarbose

L’acarbose est formé de 4 unités : 2 glucoses, 1 désoxyose aminé, 1 cyclitol insaturé.


Action pharmacologique : inhibition des α-glucosidases au niveau des muqueuses de
l’intestin grêle → réduction de la résorption des hydrates de carbone et ↘
l’hyperglycémie liée à l’alimentation. L’acarbose est produit par biotechnologie.
(juste savoir reconnaitre)

Emplois pharmaceutiques : traiter le diabète de type 2.

Précautions principales : En cas d’hypoglycémie provoquée par un hypoglycémiant associé à l’acarbose, il


faut tenir compte du fait que seul le glucose administré par voie orale est efficace. En effet, en raison de
l’effet de l’acarbose, les disaccharides ou polysaccharides ne seront pas ou peu décomposés et résorbés.

Effets indésirables : troubles GI

Polysaccharides

Les polysaccharides / polyosides sont des polymères de haut PM résultant de la condensation d’un grand
nbre de molécules d’oses (plus de 10 unités).
- polysaccharides homogènes → polymérisation d’un seul type d’ose ou d’un dérivé d’ose
- polysaccharides hétérogènes → copolymérisation de plusieurs oses ≠ ou dérivés d’oses.

1- Polysaccharides homogènes

Végétaux supérieurs Micro-organismes & Champignons Animaux

Unité de base : Unité de base : Unité de base :


Glucose → Glucanes Glucose → Glucanes Glucose → Glucanes
- Amidon : liaison α(1→4) et un - Dextrane : liaison α-(1→6) - Glycogène : liaison α- (1→4) +
peu de α(1→6) - Lentinane : liaison β-(1→3) branches α-(1→6).
- Cellulose : liaison β(1→4) Dans le foie et les muscles,
rapidement transformé en
Unité de base : glucose sous l’action des amylases
Fructose → Fructanes
- Inuline : liaison β-(2 →1)

20
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Amidon

Forme de stockage glucidique des végétaux. Source énergétique importante pour


l’homme. Les principales sources industrielles sont les graines de céréales (maïs, blé,
riz, orge), les tubercules (pommes de terre), les fruits (bananes).

Insoluble dans l'eau froide, l’amidon gonfle dans l'eau chaude formant une pâte - l'empois d'amidon - puis
un gel en refroidissant (épaississant des sauces ≪ maïzena, fécule ≫). Il donne avec une solution d'iode une
coloration d’un bleu foncé à violet. C’est un mélange de 2 polysaccharides homogènes (polymères du D-
glucose), en proportion variable selon l’origine : l’amylose et l’amylopectine.

- L’amylose est un polymère linéaire constitué d’unités d’αD-glucose liées par des liaisons α(1→ 4).
- L'amylopectine est un polymère très ramifié. C’est le constituant majoritaire de l’amidon. Il est
constitué de chaines linéaires α (1→ 4) de 15 à plus de 60 unités, reliées les unes aux autres par des
liaisons α (1 → 6).

Emplois pharmaceutiques : les amidons de diverses sources et un certain nombre de leurs dérivés sont
utilisés en pharmacie comme excipient dans la formulation des comprimés.

L’amidon est hydrolysé en glucose grâce aux enzymes de notre corps qui coupent spécifiquement les liaisons
α1-4. Il est classé parmi les glucides à chaine longue, insolubles et considérés comme "sucres lents".

Cellulose

C’est un des principaux constituants de la paroi cellulaire des végétaux. C’est un polymère linéaire
constitué d’unités de β-D-glucose reliées entre elles par des liaisons β 1-4, le nbre d’unités variant de 300 à
15 000. Motif de base = cellobiose (2 glucoses). Dans ce polymère linéaire, la nature β de la liaison, entraine
une rotation de 180° d’une unité sur deux. Les fonctions homologues des monomères se trouvent
alternativement au-dessus et en dessous du plan. Des ponts H inter-caténaires relient plusieurs polymères
de cellulose et permettent la formation de feuillets rigides. Cette association de celluloses permet la
formation d'une microfibrille aux propriétés de résistance remarquables.

En pharmacie galénique, on utilise la cellulose dans la fabrication des comprimés et comme stabilisant lors
de la fabrication de suspensions.

Produits d’hémisynthèse : la cellulose est transformée en un certain nombre de dérivés d’hémisynthèse qui
sont utilisés en formulation galénique et en chimie analytique.

Les principales sources de cellulose sont : soit sa préparation par délignification du bois,
soit sa production à partir de plantes à fibres cellulosiques, principalement : cotonnier, lin,
chanvre, kapokier…

21
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Cotonniers

Ce sont des arbustes des pays tropicaux. Les fibres prennent naissance à la surface
de la graine et constituent le coton brut.

Coton hydrophile (Ph. Eur.)


Le coton hydrophile est constitué par des fibres obtenues à partir de l’enveloppe des graines de différentes
Gossypium, nettoyées, purifiées, blanchies et soigneusement cardées.
Emplois pharmaceutiques : utilisé pour ses propriétés absorbantes et isolantes, il sert à préparer l’ouate
ainsi que des gazes et des pansements.

Kapokier

Très grand arbre tropical. Ses fruits fournissent le kapok, une fibre végétale légère,
imperméable et imputrescible.

Lin : Linum usitatissimum

Le lin est cultivé dans nos régions. Les fibres sont obtenues par fermentation
(rouissage) et broyage des tiges
1. Rouissage par l'action de micro-organismes, permet la décomposition des
pectines qui retiennent les fibres sur la tige. Le rouissage à terre va subir
l'action alternée de la pluie et du soleil. Pour qu’il soit homogène, un
retournage est nécessaire.
2. Le teillage consiste à extraire la fibre de lin brute à partir de la paille rouie. Pour cela on procède à
un broyage puis à un battage de la paille.

Le lin est aussi cultivé pour ses graines riches en huile et mucilage.

Le fil de lin stérile est décrit dans la Ph. Eur: ≪ Fils chirurgicaux, fils non résorbables stériles ≫. Les fils non
résorbables stériles sont des fils qui, introduits dans un organisme vivant, n’y sont pas métabolisés. Ils ont
des origines diverses dont le lin (Filum lini). Le fil de lin stérile est constitué par les fibres péricycliques de la
tige de lin. Ces fibres élémentaires sont assemblées en faisceaux, puis en fils continus de diamètre approprié.

Chanvre

Cannabis sativa est cultivé pour ses fibres utilisées pour les cordages de bateaux et pour la
confection de sachets infusettes.
Ses graines (chènevis) sont données aux oiseaux.
Le chanvre indien, Cannabis sativa var. indica, est utilisé pour sa teneur en substances
psychotropes. Il s'agit de deux variétés qui diffèrent par le % de principes actifs : THC
- 0 à 0,2 % pour les variétés à fibres
- > 10% pour les variétés utilisées comme drogue ou comme médicament.
La culture du chanvre, sous contrat de production, autorisée avec des variétés certifiées "non drogue", est
soumise à déclarations officielles dans le cadre de la règlementation de la culture du chanvre.
22
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Comparaison amidon/cellulose d’un point de vue nutritionnel

Glucides et nutrition
La nutrition et la diététique distinguent deux grands types de glucides :
1. ceux utilisables à des fins énergétiques par l'organisme. Parmi ceux-ci, il est habituel de séparer :
- les glucides à chaine courte solubles oses et oligosides -couramment appelés sucres "rapides"
- des glucides a chaine longue insolubles ou amylacés considérés comme "lents".
2. ceux qui ne sont pratiquement pas absorbés et retrouves parmi les fibres alimentaires constituent le
squelette des végétaux.

Fructanes : Inuline
Les fructanes sont des polymères du fructose. Le plus important est l'inuline, élément de réserve (au lieu de
l’amidon) pour de très nbreuses plantes. L’inuline est produite à échelle industrielle à partir de racines de
chicorée. Il s'agit d'un mélange de chaines de fructose oligo- et polysaccharides (liaison β 2-1) avec, le plus
souvent, une molécule finale de glucose. Sa structure chimique peut donc être résumée par : G (F)n, où n
varie de 2 à 60 (G = glucose, F=fructose).

Les propriétés de l’inuline sont semblables à celles des fructo-oligosaccharides :


- La liaison β-(2-1) entre les unités de fructose n’est ni dégradée par les enzymes digestives, ni par l’ac
gastrique → l'inuline arrive donc intacte dans le colon, ce qui permet de considérer l'inuline comme
une fibre alimentaire soluble bifidogène.
- prébiotique. On en trouve dans l'ail, les oignons et les asperges.
- diurétique

Polysaccharide microbien : Dextran(e)s

Polysaccharides homogènes (diffèrent suivant leur PM) formés d’unités αD-glucose reliées par des liaisons
α-(1-6) et un peu de α-(1-3) (non hydrolysables dans l’organisme)

Sources. Obtenu par l’action enzymatique de bactéries sur le saccharose qui est scindé en :
- en fructose libre qui s’accumule dans le milieu
- en unités glucoses qui s’associent → formation de dextrans

Emplois pharmaceutiques : Les applications sont différentes suivant les PM


- Les dextrans de PM 60 000 et 70 000 s’emploient sous forme de solution dans du liquide physiologique
en IV comme succédané du plasma utilisé dans les états de choc traumatique, les brûlures…
- Le dextran de PM 40 000 est injecté lors de maladies thromboemboliques
- Le dextran de PM 1 000 est utilisé avant l’injection de dextrans de PM plus élevé ou lors d’anesthésie
pour empêcher certaines réactions anaphylactiques chez des personnes sensibles. Il agit en bloquant
les sites des anticorps (protection haptique)
- utilisé dans la formulation de collyres (larmes artificielles) dans l’insuffisance lacrymale & pour les
porteurs de lentilles afin de maintenir un film lubrifiant sur la cornée.

23
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Lentinane

Polysaccharide homogène (glucane) isolé au départ d’un champignon, Lentinus edodes.


La chaine principale est formée d’unités glucose reliées entre-elles par des liaisons β-(1-
3) et est substituée par des glucoses liés (1-6)

Il a une activité immunostimulante mise à profit au Japon et en Chine pour soutenir le


système immunitaire des cancéreux, des sidéens… Il est généralement administré en IV, mais il agirait aussi
par voie orale. Beaucoup d’autres champignons élaborent des polysaccharides à liaisons β-(1-3) aux
propriétés voisines de celles du lentinane.

Autres glucanes à liaisons β-(1-3)


On extrait également des glucanes à liaisons β-(1-3) de la levure Saccharomyces
cerevisiae.
Certaines firmes à l’affut de nouveautés se servent de publications pour promouvoir à
tort ou à raison ces polysaccharides montrant que ces glucanes à liaisons β-(1-3)
possèderaient des propriétés protectrices contre le virus influenza… Ils sont distribués
comme compléments alimentaires et sont proposés à l’approche de l’hiver pour aider les
personnes à combattre le virus de la grippe…

24
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Polysaccharides hétérogènes

Les polysaccharides hétérogènes sont composés de


plusieurs oses de structures différentes. Ils sont très
hydrophiles : en présence d’eau, ils forment soit des
solutions visqueuses, soit des gels. Pour quantifier
cette propriété on effectue dans la Ph. Eur. soit
l’indice de gonflement, soit la viscosité.
L’identification des polysaccharides repose
également sur l’analyse des oses et dérives obtenus
par hydrolyse à l’aide de l’ac trifluoroacétique

Gommes

Les gommes sont des exsudats d’arbres ou d’arbustes d’origine naturelle ou traumatique (provoquée par
incision). Ce sont des polymères très ramifiés et très hétérogènes comportant divers oses et des ac
uroniques. Elles étaient très utilisées comme adoucissant dans des sirops contre la toux. Elles sont toujours
utilisées comme gélifiants et épaississants. On les retrouve dans de nombreux additifs alimentaires.

Gomme arabique : Produite par Acacia, petit arbre épineux des régions subdésertiques d’Afrique
Gomme adragante : Produite par Astragalus, arbrisseau d’Asie occidentale
Gomme de Sterculia : Produite par de grands arbres présents dans les régions tropicales sèches du globe

Mucilages

À l’inverse des gommes, les mucilages sont des constituants cellulaires normaux des végétaux. Tous les
organes végétaux peuvent en renfermer (racines, feuilles et fleurs de Malvacées : la guimauve), ils sont
surtout abondants dans les graines. Ce sont des polymères ramifiés, souvent à ramifications courtes, soit
ac (ac galacturonique), soit neutres
- galactose + mannose → galactomannanes
- glucose + mannose → glucomannanes

Mucilages acides : Composition → ≠ oses + ac galacturonique présents dans les graines de lin, les graines
de psyllium, les graines et téguments d’ispaghul. Ces graines sont utilisées comme laxatifs mécaniques.

Mucilages neutres : Galactomannanes isolés de graines de Fabaceae


Le caroubier Ceratonia siliqua donne la "gomme"2 de caroube
Le guar Cyamopsis tetragonolobus donne la "gomme" guar

2
L’appellation de gomme passée dans le langage courant prête à confusion car il ne s’agit pas de gommes en tant que
telles vu que ces poudres sont obtenues par simple broyage de l’albumen des graines (après élimination des enveloppes
et du germe).
25
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Pectines

Les pectines sont des polysaccharides complexes surtout présents dans les fruits sous forme de gel ou liés
aux parois cellulosiques. La composition est la suivante :
1. une chaine principale, polymère linéaire d’ac D-galacturonique (liaisons α1→4) pouvant être
méthylés et acétylés. Selon la proportion de monomères méthylés ou non, la chaine est plus ou
moins ac.
2. Régulièrement entre ces monomères s'intercalent des molécules de rhamnose par des liaisons 1-2
et 1-4. Ce type de liaison forme des coudes et la macromolécule de pectine ressemble à un zigzag.
3. De plus, il existe des ramifications par d’autres oses. Cette diversité confère une grande complexité
aux pectines.

Sources principales → fruits :


- Citrus : Citrons, oranges, pamplemousses
- Rosaceae: Pommes, Coings

Non comestibles crus mais excellents cuits utilisés comme antidiarrhéiques (tanins). La pectine est le plus
souvent extraite du marc de pommes desséchées. La pectine est donc une substance gélifiante.

Emplois pharmaceutiques : affections gastro-intestinales (gastrites, diarrhées…), pouvoir protecteur au


niveau de la muqueuse, absorption des toxines, activité bactériostatique propre.

Ac alginique

L’algine ou ac alginique est extrait d’algues brunes : fucus (Fucus vesiculosus), laminaires

Polymère linéaire composé d’ac uroniques :


2 ac uroniques en proportions variables reliés par des liaisons β-1→4 :
- ac D-mannuronique (> mannose)
- ac L-guluronique (épimère en 6 de l’ac mannuronique)

L’ac alginique tel quel est insoluble dans l’eau, mais il absorbe 100 fois son poids en eau. Il possède un
caractère anionique et peut former 2 types de sels :
- sels solubles de Na, K, NH4 (les alginates de cations monovalents se dissolvent dans l’eau en formant
des solutions colloïdales visqueuses)
- sels insolubles de calcium (l’addition progressive de Ca2+ provoque la formation d’un gel élastique
non thermoréversible)

Emplois pharmaceutiques → Pathologies digestives : gel anti-reflux en cas d’acidité gastrique


Composition: Alginate Na + CaCO3 et NaHCO3
Lors de l’absorption, réaction entre le CaCO3 et le HCl + réticulation ac alginique par Ca2+
Flottement du bouchon dû à l’emprisonnement du CO2 formé (réaction NaHCO3 avec HCl)
1. Effet anti-reflux gastro-œsophagien.
2. Effet anti-acide
3. Effet adoucissant.
- Ouate anti-hémorragique : Alginate de calcium
- Adjuvant en pharmacotechnie (épaississant, désintégrant)
26
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Agar ou gélose
Extrait d’algues rouges. L’agar est un mélange de polymères riches en : galactose et 3,6-anhydrogalactose.
Il y a en plus de l’ac galacturonique et parfois quelques O-SO3H.
Propriétés physicochimiques : solubilisé dans l’eau chaude, forme un gel épais et résistant par
refroidissement. Ce gel est non assimilable, infermentescible, et non toxique.
Utilisations principales :
- Support de culture en bactériologie et gels d’électrophorèse
- Laxatif mécanique, pansement gastro-intestinal
- Agent de texture dans l’industrie agroalimentaire
- Liant et gélifiant pouvant remplacer la gélatine dans des préparations culinaires

Carraghénanes
Les carraghénanes sont extraits des algues rouges. Ils sont formés d’un mélange de polymères voisins des
précédents mais plus riches en O-SO3H. Les carraghénanes sont des laxatifs mécaniques et des protecteurs
de la muqueuse gastrique. Ils ont aussi des propriétés anticoagulantes.

"Gomme" xanthane
Polysaccharide microbien exploité industriellement. Découverte : Dans les années 1940, on a isolé une
bactérie Xanthomonas qui excrète une substance visqueuse. Ce biofilm visqueux permet à la bactérie
d’adhérer au support et de capturer les nutriments. On remarque que la mise en culture submergée de la
bactérie rend le milieu rapidement visqueux. Le polysaccharide est commercialisé pour ses propriétés
rhéologiques.

Une chaine principale de glucoses liés entre eux par liaison β(1-4). Tous les 2 glucoses, cette chaine porte
un branchement latéral tri osidique constitué par mannose, ac glucuronique, mannose. C’est donc un
polymère constitué d’une unité penta saccharidique branchée, acétylée et pyruvylée. 2 carboxyles lui
confèrent un caractère anionique.

Avantages de la gomme xanthane : C’est un stabilisant et gélifiant de 1er choix utilise en pharmacotechnie
pour la formulation de suspensions et émulsions : ses propriétés rhéologiques sont conservées dans une
large gamme de pH et elle résiste à des T° élevées. → Pseudo plasticité remarquable

Autres avantages de la gomme xanthane


- compatible avec les sels monovalents, avec les autres épaississants et gélifiants industriels
- pas dégradée par les enzymes les plus couramment utilisées. Elle n’a pas de goût.

Polysaccharides hétérogènes : Emplois pharmaceutiques

Ils sont très utilisés en thérapeutique, de même que les drogues qui en renferment en tant que :
- laxatifs doux
- anorexigènes périphériques (gonflent dans l’estomac, entrainant une impression de satiété)
- protecteurs des muqueuses digestives intestinales et gastriques (antiulcéreux) [usage interne]
- émollients, adoucissants de la peau et des muqueuses irritées [usage externe]
- antihémorragiques en usage interne ou local

En pharmacie galénique comme excipients dans la fabrication des comprimés (liants ou délitants), dans la
fabrication des formes dermiques (épaississants, gélifiants, stabilisation).

27
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

3- Fibres alimentaires

La structure des fibres alimentaires est très hétérogène. On y distingue les


polysaccharides (autres que l’amidon (glucanes α-(1→4)) et la lignine.

Elles sont habituellement classées en :


- Fibres insolubles : ne peuvent pas être dissoutes dans les liquides de l´intestin.
- Fibres solubles : peuvent être dissoutes dans les liquides de l´intestin et forment un gel. Ce sont les
plus bénéfiques pour la santé.

Les fibres insolubles

cellulose : dégradée par la flore colique; elle constitue la plus grande partie de notre alimentation en fibres.

lignine : polymère d'unités phénylpropanes. Elle donne aux végétaux leur rigidité et leur imperméabilité.
Très hydrophobe, elle forme les fibres les plus résistantes qui ne subissent aucune hydrolyse et sont
irritantes pour l'intestin.

Les fibres solubles

Les hémicelluloses : constituants du squelette des végétaux, formes de chaines linéaires de xylose (pentose)
sur lequel se branchent des chaines latérales d'ac glucuronique et d'autres sucres en proportions variables.
Elles sont fortement hydrolysées dans le colon et sont très hydrophiles.

Les pectines : polymères de l'ac galacturonique, surtout abondantes dans les fruits, elles ont
un très fort pouvoir gélifiant et sont totalement dégradées dans le colon.

Les gommes : polymères hétérogènes visqueux ayant un pouvoir gélifiant important

Les mucilages : polymères hétérogènes notamment extraits de graines ou d'algues. Gélifiants

L’inuline : polymère du fructose

Sources principales de fibres alimentaires

Exclusivement végétales, leur teneur est variable. On les trouve principalement dans les céréales complètes
: l'enveloppe du grain de blé ou "son" apporte 44 % de son poids sous forme d'hémicellulose (le son est
couramment utilisé pour supplémenter l'alimentation en fibres), dans les fruits frais: pomme, orange,
abricot, prune ; dans les légumes secs dans les légumes verts et crudités.

28
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Effets bénéfiques

Ils sont multiples et dépendent de la nature des fibres, de leur granulométrie, de leur porosité et surtout de
leur solubilité ou insolubilité dans l'eau. Les principaux sont:
- La normalisation et surtout l'accélération du transit intestinal
o ↗ du poids des selles (surtout pour les fibres insolubles)
o la digestion partielle de la cellulose et des hémicelluloses par la flore bactérienne du colon aboutit
à la formation de gaz et d'AG à chaine courte, irritant la paroi et créant un appel d'eau
intraluminal ce qui ↗ encore le ballast.
- ↘ du cholestérol et du LDL-cholestérol
- ↘ de la vitesse d'absorption du glucose → ↘ de l'hyperglycémie post-prandiale (guar, Konjac,
psyllium, pectines)
- La limitation de l'incidence de l'obésité et de l'athéromatose

Effets possibles suite à une carence

La carence en fibres alimentaires dans notre alimentation ↗ le risque de certaines maladies dont :
Constipation, Hémorroïdes, Diverticulose colique, Maladie de Crohn, Cancer du Colon.

Apport conseillé

25 à 35 g par jour à repartir entre légumes, fruits et céréales complètes ou enrichies en son. Il n'est que
rarement atteint dans notre alimentation occidentale

Effets non désirés

Ils sont toujours dus à un excès de fibre (apport supérieur à 50 g par jour)
- possibilité de carences en minéraux et vitamines
o Les fibres alimentaires ralentissent l’absorption de certains nutriments en créant une barrière
supplémentaire au franchissement de la muqueuse et en accélérant le transit de l’intestin grêle.
o Les acides uronique et phytique (hémicellulose) forment des complexes avec Ca, Fe, Mg, Zn…
- flatulences, météorisme abdominal et diarrhée

29
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

4- Polysaccharides aminés

- Polysaccharide aminé homogène (Champignons supérieurs, crustacés, insectes)


o Chitine: unité de base: N-acétylglucosamine (liaison b-1-4)
- Polysaccharides aminés hétérogènes (origine animale)
o Ac hyaluronique
o Chondroïtine (sulfaté)
o Héparines (sulfaté)

A- Polysaccharide aminé homogène : Chitine, chitosan

La chitine, polysaccharide naturel est un des constituants de la paroi cellulRe des champignons, la cuticule
des insectes, la carapace des crustacés et de tous les animaux à coquille. La chitine extraite de carapaces de
crustacés (crevettes et crabes) sert à la préparation du chlorhydrate de chitosan (Ph. Eur.).

C’est un polysaccharide aminé, homogène, linéaire, compose d’unités N-acétylglucosamine reliées entre
elles par des liaisons du type β-1,4 : même type de liaison que dans la cellulose.

Le chitosan est obtenu par désacétylation partielle de la chitine. Il s’agit donc d’un hétéropolyoside binaire
non ramifie, constitue de deux unités : N-acétyl-D-glucosamine & D-glucosamine.

Chitosan obtenu par désacétylation de la chitine (NaOH +chauffage) en enlevant suffisamment d’acétyles
pour permettre à la molécule d'être soluble dans la plupart des ac dilués. Cette opération libère les groupes
aminés et confère aux chitosanes une nature "cationique" en milieu ac. Ce qui le différencie de la plupart
des polysaccharides qui sont le plus souvent neutres ou charges négativement.

Propriétés :
- Biocompatibles avec les tissus du corps humain et remarquablement bien tolérés par la peau:
structure chimique très voisine de celles des mucopolysaccharides (héparine, ac hyaluronique), dont
la tolérance biologique est démontrée depuis longtemps.
- Agents hydratants efficaces : apportent de l'eau et évitent la déshydratation, persistance de ce
pouvoir hydratant dans le temps
- Propriétés cicatrisantes
- La chitine sert à l’obtention de la glucosamine

Utilisation :
- En cosmétique et dans le ttt des brûlures pour toute forme de pansements :
o peau artificielle se présentant sous la forme d'un tissu qui applique sur la plaie n’a pas besoin
d'être renouvelé et est progressivement biodégradé jusqu’à la formation d'un nouvel épiderme.
o pansements cornéens
- Fils de suture en chirurgie (résistance et flexibilité) qui se résorbent naturellement
- Dans la réparation osseuse ou en chirurgie dentaire dans les implants ou la cicatrisation des gencives.
- Lentilles de contact bien tolérées.

30
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

B- Polysaccharides aminés hétérogènes : Origine animale

Structure : longs polysaccharides non ramifiés constitués par la polymérisation d'unités répétitives de
disaccharides éventuellement sulfatés, comportant le plus souvent une molécule d'hexose aminé, une
molécule d'ac uronique.
Ils sont appelés glycosaminoglycanes (GAG). Les chaines de GAG peuvent être liées par covalence à une
protéine pour former des protéoglycanes.

Ac hyaluronique / Hyaluronane

L'ac hyaluronique a d'abord été isolé de l'humeur vitrée et qu'il possède un haut taux d'ac uronique. On le
trouve aussi dans les tissus conjonctif, épithélial et nerveux et dans le liquide synovial. Il confère au liquide
synovial ses remarquables propriétés physiques de lubrifiant, d'amortisseur de chocs et de filtre ralentissant
la migration de molécules néfastes dans la cavité articulaire → protège les articulations.
L'ac hyaluronique est un polymère de disaccharides composés d'ac D-glucuronique, de D-N-
acétylglucosamine. Les liaisons glycosidiques sont alternées : β-1,4 et β-1,3.

Fabrication industrielle :
- par extraction de crêtes de coq, après broyage, ttt chimique et purification
- par fermentation bactérienne (bactéries génétiquement modifiées)
Applications médicales
- usages en chirurgie ophtalmique: transplantation de cornée, glaucome, cataracte
- utilisé pour traiter l'ostéoarthrite du genou.
- médecine esthétique : pour combler les rides en remplacement du collagène car l'ac hyaluronique
réduit les risques d'allergies et son effet dure plus longtemps, pour ses propriétés hydratantes.
- Dans certains cancers les taux d'ac hyaluronique sont en corrélation avec la malignité et avec un
pronostic défavorable

Chondroïtine-sulfate

Le chondroïtine sulfate, est présent dans le tissu conjonctif : c’est un composant de la matrice du cartilage.
Sa fonction est de maintenir la pression osmotique en absorbant l'eau et d'aider à hydrater le cartilage. Il
contribue aussi à la flexibilité et a l'élasticité de l'os. C’est un chondroprotecteur. Il protègerait le cartilage
contre les réactions enzymatiques et contre les dommages dus aux radicaux libres.

Polysaccharide surtout constitué d’unités disaccharide s:


- Ac glucuronique β1-3
- N-acétylgalactosamine sulfate. Différentes positions sont possibles pour le sulfate. Chaque unité
disaccharidique est reliée à la suivante par une liaison β1-4.

Comme dans l’ac hyaluronique, les liaisons glycosidiques β-1,4 et β-1,3 sont alternées

Source : Cartilage de certains mammifères ayant subi ≠ traitements dont une action par la papaïne.

Emplois pharmaceutiques : anti-arthrosique symptomatique à action lente, vendu en pharmacie comme


complément alimentaire et non comme médicament. On le rencontre également dans des formules de
larmes artificielles.

31
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Héparines

Mélange de polymères surtout constitués d’unités de disaccharides tri sulfatés


- ac iduronique-2-O-sulfate
- D-glucosamine-N-sulfate, D-glucosamine-6-O-sulfate

Le nbre et la position des sulfates sont variables: Alternance entre les liaisons glycosidiques α-1,4 et β-1,4

Substances hydrosolubles très ac utilisées sous forme de sels par voie IV ou SC

Mode d'action
- complexation d'enzymes sanguines
- héparine-antithrombine III et thrombine → inhibition du processus de coagulation due à la
thrombine
- séquence spécifique pentasaccharidique contenant une D-glucosamine-3-O-sulfatée est essentielle
pour activer l'antithrombine

Cela a donné naissance à un pentasaccharide de structure identique à l’héparine : le fondaparinux.

Mécanisme d’action : le pentasaccharide se fixe sur le récepteur de l'antithrombine III, entraine une
modification de structure qui permet une action anti Xa et donc l’effet anti-thrombique

Facteur Xa : ↗ la transformation de prothrombine en thrombine (transformant le fibrinogène en fibrine).

Obtention : extraction par solutions alcalines à partir des poumons de bœuf ou de la muqueuse intestinale
de bœuf, de porc ou de mouton. Il existe différentes sortes d’héparines.

Héparines non fractionnées (héparines Ca et Na)


- ttt et prévention secondaire de l’embolie pulmonaire et de la TVP (phlébite)
- Prévention de la thrombo-embolie veineuse lors d’interventions avec un risque thrombogène
- ttt infarctus, angor instable

Héparines de BPM
- obtenues par hydrolyse partielle de l'héparine naturelle. Leur durée d'action est + longue. Elles sont
administrées par voie sous cutanée et sont plus faciles à utiliser.
- Mêmes indications que les héparines non fractionnées, mais elles sont également indiquées dans
les cas d’angor instable et infarctus du myocarde sans onde Q, les AVC ischémiques aigus

Héparine(s)
- Effet indésirable : hémorragie → 1er signe : épistaxis
- Antidote : Protamine (extraite des testicules de saumon)
- utilisées in vitro pour empêcher la coagulation du sang dans les expériences en recherche
- La Ph. Eur. exige que les héparines Ca et Na soient produites par des méthodes permettant d’assurer
l’absence de contamination par des GAG persulfatés en raison d’une série d'accidents graves
survenus chez des patients traités par de l'héparine sodique en IV. Il s'agit de troubles allergiques,
apparaissant immédiatement après l'injection. Baxter (qui commercialise ces héparines) a mis en
évidence dans les lots incriminés la présence d'une substance toxique : la chondroïtine persulfatée.
Comment analyse-t-on les héparines ? RMN proton et électrophorèse capillaire.
32
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

5- Importance des polysaccharides


En thérapeutique
- laxatifs [usage interne] (gommes, mucilages, fibres)
- prébiotiques (fructanes)
- diurétiques (fructanes)
- immunostimulants (glucanes à liaisons β 1-3)
- antidiarrhéiques (pectines adsorbants)
- Antiulcéreux, anti-reflux (alginates)
- émollients, adoucissants et anti-inflammatoires [usage externe] (gommes, mucilages)
- hémostatiques (alginate calcique)
- antithrombotiques (héparines)
En milieu hospitalier
- succédanés du plasma (dextrans)
- adhésifs de prothèses en chirurgie plastique et dentisterie (gomme Sterculia)
- pansements pour brules, cicatrisants (chitine et chitosane)
- chirurgie des yeux et des articulations (implants d'hyaluronane)
- antithrombotiques (héparines)

En nutrition : Valeur alimentaire de l’amidon diététique anti-obésité (mucilages, gommes, fibres)

En technologie pharmaceutique et agro-alimentaire


- désintégrant de comprimes (alginates, amidon)
- épaississants et gélifiants (gommes, alginates, pectines)
- lubrifiants (alginates, gommes)
- médicament "retard" (dérivés gastro-résistants de la cellulose)
- stabilisants des suspensions (gomme adragante, xanthane, pectines)

Divers
- textile et dérivés (cellulose, lin, chanvre, coton)
- physiologie végétale (parois, stockage énergétique, hydrophilie).

33
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 2 - Métabolites primaires : les lipides : Huiles végétales, AG saturés &


insaturés

1- Généralités sur les lipides

Les lipides sont des constituants indispensables pour les organismes vivants
- Éléments de réserve et sources d’énergie
- Constituants des structures cellulaires : Phospho et glycolipides mbr, éléments de revêtement

le plus souvent hydrophobes


- Solubles dans les solvants organiques apolaires
- Non volatils (bien ≠ des HE)

On distingue :
- Lipides simples composés d’esters d’AG et d’alcool, AG libres …
- Lipides beaucoup plus complexes : Phospho et glycolipides mbr

Huiles végétales : définition

Nom latin : Olea herbaria (Ph. Eur.)


Les huiles grasses végétales sont principalement des triglycérides d’AG sous forme liquide. Elles peuvent
contenir de petites quantités d’autres lipides tels que des AG libres, des glycérides partiels, des cires et
d’autres substances non estérifiées ou insaponifiables.

Types d’esters dans les huiles :


Ester = alcool + AG (saturés ou insaturées, mais nombre paire de C)
si alcool = stérol → stérides
si alcool = glycérol → glycérides
si alcool = alcool aliphatique de PM élevé → cérides

Glycérides

Ce sont des esters de glycérol et d'AG. Le glycérol est un polyalcool. C’est la partie hydrophile
des glycérides. Les AG naturels sont des ac carboxyliques aliphatiques ayant un nombre pair
de C car synthétisés à partir d'acétates.

34
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Triglycérides

Ce sont donc des triacylglycérols : glycérides dans lesquels le glycérol est estérifié par trois
AG. Ce sont les constituants principaux des huiles végétales, mais aussi des huiles et des
graisses animales. En général, ils sont hétérogènes : les 3 AG (R1, R2 et R3) estérifiant le
glycérol sont ≠.

Triglycérides : solubles dans les solvants organiques. La plupart des corps gras naturels sont constitués d'un
mélange complexe de triglycérides ; pour cette raison, ils fondent progressivement sur une large plage de
T°. Le beurre de cacao est une exception car il est constitué principalement d'un seul triglycéride composé
d’ac : palmitique (C16), oléique (C18 ω9), stéarique (C18). Il a un point de fusion légèrement inférieur à la T°
corporelle.

Triglycérides: réaction. Deux méthodes pour scinder la liaison ester :


1. Hydrolyse enzymatique (lipase) → deux fractions :
- une hydrosoluble : le glycérol
- l’autre non soluble dans l'eau : les AG
2. Saponification : s’effectue à chaud en présence d'une base forte (KOH, Na OH), coupure de la liaison
ester → formation 2 parties hydrosolubles : le glycérol & les sels d’AG (ou savons)

Ac gras

Les triglycérides se différencient suivant la nature des AG. On distingue les AG: à longue chaîne ayant 14 à
22 C, à très longue chaîne, plus de 22 C. On trouve des AG à chaînes plus courtes dans les beurres d’origine
animale mais aussi végétale. On classe les AG suivant 3 types:
- Les AG saturés
- Les AG monoinsaturés
- Les AG polyinsaturés

AG saturés

Leur formule générale est [CH3 -(CH2)n - COOH]


- Ac butyrique → 4C
- Ac laurique → 12C
- Ac palmitique → 16C
- Ac stéarique → 18C
- Ac arachidique → 20C
Les lipides saturés se présentent, en général, sous forme solide à température ambiante. Ils proviennent du
règne animal & du règne végétal. Ils ont leur place dans l'alimentation humaine. Ils sont notamment des
constituants importants des membranes cellulaires. Ils sont moins susceptibles de rancir que les gras
insaturés, ils supportent donc mieux la chaleur de la cuisson. Mais ils ont mauvaise réputation, car leur
consommation en excès ↗ le taux de LDL cholestérol. Les AG saturés réduisent les Rc LDL dans la cellule
hépatique → le foie capte - de cholestérol LDL → concentration ↗ dans le sang → ↗ du risque CV.

35
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Huiles végétales riches en AG saturés

Origine (huile de…) Composition principale, Emplois


Beurre de Coco Surtout ac laurique (C12)
Solide < 25°C -Contient de la vitamine D
-Excipient pour suppositoires
-Fabrication de la margarine
Beurre de Cacao Surtout ac palmitique (C16) et stéarique (C18) + ac oléique (C18 monoinsaturé)
-Excipient pour suppositoires:
P.F. juste inférieur à la t° corporelle
Palmier Ac. palmitique [C16] +++
Huile de palme provient Ac. oléique ω-9 [C18:1] +++
des fruits, est rouge car Ac. linoléique ω-6 C18:2] +
riche en caroténoïdes + solide sous nos latitudes. Fabrication de la margarine. C’est l'huile végétale la plus
vitamine E consommée au monde (menace pour les forêts de la zone intertropicale).
ATTENTION, quand transformée (décoloration, saturation) elle ↗ LDL cholestérol.

AG insaturés

La majorité des huiles contenant des triglycérides à AG insaturés se présente sous forme liquide à
température ambiante. La plupart des AG insaturés sont considérés comme de "bons AG” (il existe des
exceptions). Les AG polyinsaturés ↗ le nombre de récepteurs LDL au niveau du foie et réduisent ainsi le
cholestérol LDL dans le sang → leurs effets bénéfiques reconnus sur la fonction CV. Certains stimulent le
système immunitaire et ont des effets anti-inflammatoires…

Dans les AG insaturés, la position de la 1ère double liaison peut s'exprimer :


- soit en partant du carboxyle (1er C) → le symbole est δ
- soit en partant du méthyle (dernier C) → le symbole est ω

En médecine clinique et en biologie, la désignation des AG insaturés la plus courante est celle qui fait appel
au symbole ω. La présence d'une double liaison dans un AG entraîne une isomérie cis-trans : les AG naturels
sont cis, les isomères trans sont des produits de transformation; ils ne sont pas naturels.

Les AG monoinsaturés : la chaîne d'atomes de carbone qui compose leur molécule comprend 1 seule double
liaison → ω-9 : position de la 1ère double liaison (en 9) par rapport au CH3 terminal.

Les AG polyinsaturés : la chaîne d'atomes de carbone qui compose leur molécule comprend au moins 2
doubles liaisons → ω-3 et ω-6. 1ère double liaison (en 3 ou 6) par rapport au CH3 terminal.

36
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

AG monoinsaturés

a- ω-9 : ac oléique.

C’est le + abondant des AG monoinsaturés à chaîne longue dans notre organisme : il peut être fabriqué à
partir des AG saturés, provenir de notre alimentation. C’est un constituant important des mbr cellulRes. Il
exerce, comme d’autres insaturés, un effet bénéfique au niveau CV (↘ LDL).

Les huiles renfermant une majorité de triglycérides d’ac oléique peuvent supporter la chaleur. On peut les
utiliser pour la cuisson à feu moyen.

Principales sources d’ac oléique : graines, fruits, fruits secs donnant lieu à la fabrication d’huiles → huiles
d’amande, d’olive, de colza, d’arachide.

Composition Utilisations
Olive (olivier) ac oléique +++ - Huile alimentaire
Olea europea ac linoléique ω6 + - Us. Int.: action sur la bile et laxative
Obtenue à partir des fruits - Solvant des médicaments
(pression à froid) - Raffinée → injectables
Amande (amandier) ac oléique +++ - Huile non alimentaire
Obtenue à partir des graines ac linoléique ω6 + - Cosméto et dermatologie
(pression à froid)
Arachide ac oléique +++ - Huile alimentaire
ac linoléique ω6 + - Excipient
- Raffinée → injectables
Colza ac oléique +++ - Huile alimentaire
Obtenue à partir des graines ac linoléique ω6 + - Huile bien équilibrée
(pression à froid) ou extraction ac α-linolénique ω3 +

b- AG ω9 particulier : ac ricinoléique

Ac ricinoléique et huile de ricin

L’ac ricinoléique est isolé de l’huile de ricin. L'huile est obtenue à partir des graines qui sont toxiques. Le ricin
est un arbuste cultivé en Chine, Brésil, Inde…

L’huile de ricin est particulière car les triglycérides sont formés à 90% par l’ac ricinoléique ! L'ac ricinoléique
est un AG monoinsaturé w-9 hydroxylé en Δ12, c’est l’ac 12 hydroxy-oléique. Importance de l’indice
hydroxyle ! Il est utilisé pour la préparation de l’ac undécylénique (C11) fongicide utilisé contre les mycoses.

Huile de ricin
- laxatif, purgatif. Cependant il peut y avoir une altération de la muqueuse intestinale provoquant des
pertes importantes en eau et en électrolytes, d'où son usage peu fréquent à proscrire en usage
chronique.
- us ext : adoucissant

L’huile de ricin polyoxyéthylénée est utilisée en pharmacotechnie (véhicule pour injectables).


37
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Toxicité des graines de ricin


Outre l’huile, la graine de ricin renferme la ricine, glycoprotéine très toxique. Elle agit sur la synthèse des
protéines en perturbant le fonctionnement des ribosomes. La toxicité est ≠ suivant le mode d'administration
: l'injection et l'inhalation de fines particules sont beaucoup + toxiques que leur ingestion. Ce poison fut
utilisé d'abord par les services de contre-espionnage pour la création d'armes discrètes (parapluie bulgare).
L'ingestion de graines chez les jeunes enfants, peut provoquer des intoxications graves. On considère que
trois graines peuvent être fatales à un enfant, six à huit chez l’adulte. La gravité de l'intoxication diffère selon
que les graines sont mastiquées ou non et dépend aussi de la sensibilité individuelle.

Si elle est bien purifiée, l’huile de ricin ne contient pas de ricine (hydrosoluble).

c- AG ω9 particulier : ac érucique

L'ac érucique ou ac Δ13-dococénoïque (C22:1) est un AG monoinsaturé ω9. On le trouve dans 2


plantes riches en composés soufrés (les glucosinolates)
- les graines de colza
- les graines de moutarde

38
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

AG polyinsaturés
La chaîne carbonée qui compose leur molécule comprend au moins 2 doubles liaisons = AGPI. On les trouve
dans la littérature anglaise sous la dénomination : PUFA (Poly Unsaturated Fatty Acids)
Les principaux sont les AG : ω3 et ω6.
Nomenclature, signification:
C18:2 → AG à 18 C et 2 doubles liaisons
C20:3 → AG à 20 C et 3 doubles liaisons

Principaux AG polyinsaturés
ω6 : 1ère double liaison en 6 par rapport au CH3 terminal. Ils participent à l'élaboration d'AG hautement
insaturés et d’eicosanoïdes (prostaglandines). Ils ont un rôle très important au niveau : du système nerveux,
de l'équilibre cardiovasculaire, de l'immunité, de la guérison des blessures, des réactions allergiques et
inflammatoires.

- ac linoléique C18:2 (9,12) LA

"essentiel“ car il ne peut pas être fabriqué par l’organisme. Mais il est abondant dans l'alimentation
moderne sous forme de glycérides via les huiles de maïs, tournesol, soja (Glycine max ou G. soja), germes de
blé, pépins de raisins (Vitis vinifera), sésame, carthame, noix, argan.

- ac γ-linolénique C18:3 (6,9,12) GLA

Le corps le synthétise à partir du LA, mais plusieurs obstacles peuvent nuire à cette conversion : l'excès de
cholestérol, l'excès de mauvais AG, l'alcool, le vieillissement et le diabète...
Sources naturelles, sous forme de glycérides dans l'huile de graines de bourrache, l'huile de pépins de cassis,
l'huile d'onagre.
Ac dihomo-γ-linolénique C20:3 : L'ac dihomo-γ-linolénique (DGLA) ω-6 / C20:3 est un dérivé du GLA (+ 2C,
élongation). La seule source directe connue est le lait maternel. Il se transforme en eicosanoïdes de série 1
qui contribuent à la protection des artères et du cœur, stimulent l'immunité, ont des effets anti-
inflammatoires.

- ac arachidonique C20:5 (5,8,11,14)

C'est un dérivé du DGLA (insaturation en plus). Il contribue à la formation d'eicosanoïdes de série 2 et assure
donc la cicatrisation et la guérison des blessures et contribue aux mécanismes des réactions allergiques.
Cependant, un large excès de ces eicosanoïdes peut entraîner des maladies comme l'arthrite, l'eczéma, le
psoriasis et plusieurs maladies auto-immunes.
Sources naturelles : jaune d'œuf et les tissus gras animaux, absent des huiles végétales.

ω3 : 1ère double liaison en 3 par rapport au CH3 terminal


Ils participent à l'élaboration d'AG insaturés et d’eicosanoïdes (prostaglandines) de série 3 intervenant au
niveau des mbr cellulaires et dans de nombreux processus biochimiques : importance au niveau du dvpt
neurologique du fœtus et du nourrisson, CV (élasticité des vaisseaux, et régulation de la tension artérielle),
de l'agrégation des plaquettes sanguines, des réactions immunitaires et anti-inflammatoires…

39
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

ω3
- ac α-linolénique C18:3 (9,12,15) ALA

"essentiel“ car il ne peut pas être fabriqué par l’organisme. Beaucoup - abondant que l’ac linoléique, on en
trouve (sous forme de glycérides) seulement dans quelques végétaux: graines et huile de lin, graines et huile
de noix, huiles de colza et de soja.
Sources alimentaires naturelles : graines et huile de lin (Linum usitatissimum), graines et huile de noix: tout
comme pour les poissons, on a observé un effet positif sur les maladies cardio-vasculaires chez certains
californiens consommant beaucoup de noix du noyer (Juglans regia), huiles de colza et de soja
- ac eicosapentaénoïque C20:5 (5,8,11,14,17) EPA AGPI-LC : AG polyinsaturés à longue
chaîne (+ de 18C) : peuvent être
synthétisés : ne sont dès lors pas
synthétisé par le corps à partir de l'ALA (passage par ≠ intermédiaires: strictement essentiels. mais
2 désaturations (+2dl ), 1 élongation (+ 2C), mais le taux de conversion production très insuffisante…
est très faible. apport alimentaire supplémentaire souvent doivent donc être apportés par
nécessaire. l’alimentation mais apports
L'EPA se transforme en eicosanoïdes de série 3, qui contribuent à la insuffisants dans nos populations !
protection des artères et du cœur et ont des effets anti- Sources alimentaires naturelles :
inflammatoires et anti-allergiques. Les poissons gras constituent la
- ac docosahexaénoïque C22:6 (4,7,10,13,16,19) DHA source alimentaire la plus
importante. Ils contiennent les ac à
plus longue chaîne : les populations
rôle fondamental dans : dvpt du cerveau, dvpt de la rétine, formation qui consomment de grandes
et la motilité des spermatozoïdes. Important chez la femme enceinte, quantités de poisson (morue,
allaitante et enfant en bas âge. Le fœtus et le nourrisson ne peuvent saumon) sont moins touchées par
pas synthétiser le DHA. Il est présent dans le lait maternel, mais sa les maladies CV.
concentration dépend de l’alimentation de la mère ! Il faut donc en
ajouter dans les laits pour bébé.

Œufs spéciaux : ω-3


Depuis quelques années, on trouve des « œufs ω-3 ». Ils sont pondus par des poules dont la nourriture est
enrichie en graines de lin ce qui, comparé aux œufs ordinaires, multiplie par 10 leur teneur en ω-3 → un œuf
« enrichi » comble 1/3 des besoins quotidiens en ω-3. Attention : les graines de lin doivent être broyées.
Dans le cas contraire, elles exercent leur activité laxative et sont évacuées.

Aliments ω-3
Évolution dans l’alimentation : Nombreux autres aliments enrichis en AG ω-3 sur le marché. Pourquoi un tel
engouement ? En théorie, notre organisme est capable de synthétiser EPA et DHA à partir d’ALA. Toutefois,
cette transformation ne semble pas assez efficace et il est donc préférable de prévoir un apport en EPA et
DHA à l’aide de poissons gras ou de compléments alimentaires.

Apports conseillés en ω-3


Concentration en P.A. en rapport avec nos besoins : les ω-3 et leurs propriétés font l'objet de centaines de
publications chaque année, ce qui entraîne une évolution et des màj dans les recommandations
nutritionnelles. Un certain nombre de pays ainsi que l’OMS ont émis des recommandations au sujet de
l'apport en ω-3. Elles sont les suivantes → ALA : de 1 g à 1,5 g/jour, EPA + DHA : 0,5 g/jour. Soit 2g d’ω3 /jour.

40
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Ac ω-3 / Qualité des produits

Importance de l’origine des matières premières et de l’efficacité des procédés de dépollution. Beaucoup de
polluants industriels sont liposolubles. Les produits à base d’huiles de poisson qui n’ont pas été purifiés ont
généralement un taux trop élevé de contaminants comme le mercure, le plomb, les PCB ou les dioxines. Pour
obtenir des matières premières de qualité et de pureté optimales, des zones de pêche vierges de toute
influence industrielle doivent être instaurées ou, tout au moins, des procédés de dépollution doivent être
appliqués

Protection contre l’oxydation


Les AGPI s’oxydent très facilement, en présence d’oxygène, de lumière, de chaleur ou de traces de métaux
(fer, cuivre) → rancissement avec
- perte de la valeur nutritionnelle, détérioration de la texture, de la couleur et du goût
- apparition de radicaux libres dont on connaît les effets néfastes.
Il faut donc prévenir cette oxydation par:
- suppression de l’oxygène,
- protection contre la lumière, la réfrigération,
- suppression des ions métalliques …. Voir contrôle de qualité de l’huile (indice de peroxyde)
Les mesures de protection, citées ci-dessus, ne sont pas toujours possibles et s’avèrent la plupart du temps
insuffisantes. Il faut alors stabiliser le produit avec des antioxydants. tout supplément en AG polyinsaturés
devrait être accompagné de vitamine E. L’apport en vitamine E est estimé entre 100 et 150 mg par gramme
d’ω-3 (ALA + EPA + DHA). Les AG polyinsaturés et la vitamine E doivent être consommés simultanément et
de préférence au milieu ou en fin de repas.

Ac ω3

Finalement, sources alimentaires : marine ou végétale? Bien qu'il semble plus facile de puiser l'EPA et le DHA
dans le poisson et les huiles de poisson, les experts recommandent tout de même de varier les sources en
consommant régulièrement du poisson, mais aussi d’utiliser des huiles végétales qui contiennent l’ALA
(notamment l’huile de colza, l’huile de noix et l’huile de lin ).

Les ω-3 sont actuellement disponibles sous deux formes : une naturelle (triglycérides), une hémi synthétique
obtenue par voie chimique, les concentrés d’esters éthyliques d’AG.
La biodisponibilité de ces deux formes est très différente (bien lire les étiquettes pour la posologie).
Les esters éthyliques auraient une biodisponibilité 2 à 3 X moins importante que la forme naturelle.

La plus faible biodisponibilité de la forme ester éthylique* serait due à sa plus grande résistance aux enzymes
digestives (lipases pancréatiques qui libèrent les AG).

Effets indésirables des suppléments d'huile de poisson


- nausées et éructations : ces effets peuvent être évités par la prise pendant les repas ou au coucher.
- temps de saignement peut être allongé (prudence chez les patients hémophiles ou chez ceux traités
par des anticoagulants ou par l'ac acétylsalicylique)
- de nombreuses préparations à base d'huile de foie de poisson contiennent également des quantités
trop élevées de vitamine A (attention chez la femme enceinte en raison de l'effet tératogène de cette
vitamine).

41
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

AGPI ω-6 et ω -3
Les AG ω3 et ω6 entrent en compétition vis-à-vis des mêmes enzymes du métabolisme des AGPI.
Consommés en excès, les AG ω-6 peuvent compromettre la formation par élongation des AG longs de la
famille ω3 et empêcher ceux-ci de jouer leur rôle, notamment sur le plan de la protection cardiovasculaire
et provoquer des douleurs et des maladies inflammatoires comme l'asthme ou l'arthrite.
La recommandation actuelle est le rapport : ω6 / ω3 = 5.

Il faut donc bien choisir son alimentation et ses suppléments car dans la population actuelle, les apports
moyens aboutissent à des rapports LA / ALA trop élevés, supérieurs à 10 voire plus ! Quantité très élevée d’
ω6 dans la viande : bétail nourri au maïs…

Lipides : Recommandations
L'apport quotidien en calories provenant des matières grasses ne devrait pas dépasser 30 % de l'apport
énergétique total (calories)
- 1/2 de ces matières grasses devrait provenir de triglycérides d’ac monoinsaturés (ω -9),
- 1/4 de triglycérides d’ac polyinsaturés avec le rapport idéal ω -6/ ω -3 de 5.
- 1/4 de triglycérides d’ac saturés (peuvent être remplacés en partie par des AG monoinsaturés)

Récapitulatif

42
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

AG trans (ne se trouvent pas dans les végétaux)

Comment se forment-ils ?
1. Naturellement en faible % chez les ruminants → produits laitiers, viandes de bœuf
2. procédés industriels : hydrogénation d'AG insaturés, lors du raffinement d’huiles végétales liquides
3. manipulations ménagères : chauffage trop important de l’huile, utilisations répétées d’huile pour friteuse

Les taux les plus importants dans l’alimentation sont donc obtenus de façon industrielle car l'hydrogénation
d'AG insaturés. Elle n’est pas totale et les d.l. restantes ont leur configuration modifiée. Pourquoi utiliser ce
procédé ? Pour obtenir à partir d'huiles végétales insaturées (soja, maïs, colza…), des margarines solides à la
t° ambiante, pouvant tolérer de hautes T° de cuisson et d’une + longue durée de conservation. Pourquoi
ont-ils un effet néfaste sur la santé ? Ils ↗ le taux de LDL ; même effet que les saturés. Ils ↘ le taux de HDL
dans le sang. ↗ du risque maladies CV.

Principales sources alimentaires d'AG trans : la plupart proviennent des margarines, les produits de
boulangerie. Dans ces produits, il peut y avoir jusqu'à la moitié d'AG trans au sein des triglycérides.
Les AG trans sont présents en faible quantité : dans les produits laitiers, certaines huiles liquides raffinées.

AG : Propriétés physiques

Solubilités
- L'ac butyrique (4C) est soluble dans l'eau.
- La solubilité des AG dans l’eau ↘ progressivement au fur et à mesure que le nombre de carbones ↗.
- Ils sont insolubles dans l’eau à partir de 10 C.
- Ils sont solubles dans les solvants organiques apolaires.

Le point de fusion des triglycérides


- ↗ avec le nombre de C.
- ↘ quand le nombre de doubles liaisons ↗.

Ac stéarique (18 C) : ac saturé constituant des triglycérides présents dans les graisses (solides)

Ac oléique (18 C) : ac monoinsaturé constituant des triglycérides présents dans les huiles (liquides)

- Formation de sels sodique ou potassique : Ce sont des savons à propriétés moussantes, mouillantes
et émulsionnantes. Dans l'eau les savons se dissocient en R-COO- (hydrophobe) Na+ (hydrophile). Ces
molécules appelées amphiphiles sont tensioactives : elles abaissent la tension superficielle de l'eau.
- Formation d'esters avec ≠ alcools : glycérol, cholestérol, stérols, polyols, éthanol, méthanol
- Oxydation des doubles liaisons : L'oxydation par l'oxygène de l'air conduit au rancissement des
graisses

43
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Huiles grasses végétales : composition, production

Huiles grasses végétales

Nom latin : Olea herbaria


Définition selon Ph. Eur. : Les huiles grasses végétales sont principalement des triglycérides d’AG sous forme
solide ou liquide. Obtention à partir des graines, du fruit ou du noyau de plantes diverses. Par pression et/ou
extraction au moyen de solvants, puis sont éventuellement raffinées et hydrogénées. Elles peuvent contenir
de petites quantités d’autres lipides tels que des glycérides partiels, des AG libres, des cires, ou des
substances insaponifiables. Un antioxydant approprié peut être ajouté.

Huiles végétales : Composition

Selon cette définition, les huiles contiennent surtout des triglycérides d’AG. Mais elles peuvent aussi contenir
de petites quantités d’AG libres, de glycérides partiels, de substances insaponifiables, (dont les vitamines
liposolubles), de cires.

Huiles végétales : Production

Production → opérations principales : tout d’abord l‘obtention de l’huile brute, ensuite le raffinage.

1- Obtention de l’huile brute par solvants

Lorsque la plante présente une teneur élevée en huile, cette huile est généralement obtenue par pression.
En revanche, lorsque la teneur en huile est faible, elle est généralement obtenue par extraction directe au
moyen d’un solvant.

Extraction au moyen de solvants. Sur graines intactes (grossièrement broyées) ou sur des graines ayant subi
une prépression qui permet d’obtenir une excellente perméabilité du tourteau et favorise l’extraction par le
solvant. Le solvant le plus couramment utilisé est l’hexane. En raison du risque que présente ce solvant
(inflammabilité et explosion), on peut également utiliser des gaz liquéfiés et supercritiques comme le CO2.

2- Raffinage de l’huile brute

Le raffinage a pour objectif de supprimer les impuretés et les agents de contamination de l’huile, tout en
préservant autant que possible les triglycérides. → ↘ des substances suivantes : les lécithines, les AG libres
(neutralisation par NaOH dilué), les colorants tels que chlorophylle & les caroténoïdes, les métaux qui sont
de puissants catalyseurs d’oxydation, les mycotoxines telles que l’aflatoxine, les pesticides…

Obtention d’huile hydrogénée : Hydrogénation (Ph. Eur.). De petites quantités d’AG trans ou de polymères
peuvent se former !

Obtention d’huile purifiée : purification chromatographique (Ph. Eur.). En cas d’applications requérant un
degré de pureté élevé, tel que l’usage parentéral, l’huile peut être purifiée moyennant un passage à travers
une colonne remplie de terres activées.

44
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Huile Pharmaceutique

ÉTIQUETAGE (Ph. Eur.). L’étiquette indique :


- dans les cas appropriés, que l’huile est obtenue par pression ou extraction,
- dans les cas appropriés, que l’huile convient à la préparation de formes pharmaceutiques
administrées par voie parentérale,
- le nom et la concentration de tout anti-oxydant éventuellement ajouté

Types d’huiles végétales (Ph. Eur. )

- L’huile vierge → obtenue par des moyens mécaniques


- L’huile raffinée → obtenue par pression et/ou extraction au moyen de solvants, suivie soit d’un
raffinage alcalin puis d’une décoloration et d’une désodorisation, soit d’un raffinage physique.
- L’huile hydrogénée → huile raffinée qui subit en plus une hydrogénation.

Seules les huiles obtenues par raffinage alcalin ou raffinage au moyen d’ac phosphorique sont utilisées dans
la préparation de formes pharmaceutiques administrées par voie parentérale.

3- Contrôle des huiles

Détermination de la nature et du pourcentage des AG composant les triglycérides


Après saponification (KOH, MeOH) : Analyse par chromatographie gazeuse, les ac sous forme d’esters
méthyliques obtenus par transestérification. On compare la solution à analyser à des témoins et la teneur
de chaque constituant est déterminée par le procédé de normalisation. La volatilité des esters méthyliques,
plus grande que celle des acides, permet leur étude en CPG.

Détermination de divers indices

Indice acide
→ nb qui exprime en mg la qté de KOH nécessaire à la neutralisation des ac libres présents dans 1 g de
substance. Il mesure l’état d’altération des huiles ou la qualité du raffinage. Cela est très important pour
les injectables vu la douleur engendrée par les ac libres résiduels. La réaction se fait à T° ordinaire.
Indice de saponification
→ nb qui exprime en mg la qté de KOH nécessaire à la neutralisation des ac libres et à la saponification des
esters présents dans 1 g de substance. Il est d’autant + élevé que les chaînes des AG des triglycérides sont
courtes. Chauffage à reflux est nécessaire pour la saponification des esters !

Indice d’esters
→ nb qui exprime en mg la qté de KOH nécessaire à la saponification des esters présents dans 1 g de
substance. Il est calculé à partir de l’indice de saponification IS et de l’indice d’ac IA.
𝑰𝑬 = 𝑰𝑺 – 𝑰𝑨

Indice hydroxyle
→ nb qui exprime en mg la qté de KOH nécessaire à la neutralisation de l’ac qui se combine par acylation
à 1 g de substance.

45
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Indice de peroxyde
→ nb qui exprime en milliéquivalents d’oxygène actif la qté de peroxyde contenue dans 1 kg de substance
(oxydation de KI avec libération d'iode). Il permet d’apprécier l’état de conservation, d’oxydation et de
rancissement de l’huile au cours du stockage. Attention: unités ≠ de celles des autres indices.

Explications de la peroxydation
La peroxydation ou autooxydation conduit à la formation de peroxydes par fixation d’O2 sur le C situé en
position α par rapport à une liaison éthylénique des AG insaturés. Il faut au préalable qu’un H soit enlevé
sur la chaîne grasse, à proximité des doubles liaisons.
Il faut de l'énergie pour arracher ce H → exposition au soleil / UV, chauffage à une température de plus de
50°C, traces de métaux

1. Enlèvement d’un H → formation d'un radical libre


2. Délocalisation de l'électron célibataire et formation
d’un diène conjugué
3. En milieu aérobie, formation d'un radical peroxyle
4. Ce radical peroxyle est capable d'enlever un H à une
nouvelle molécule lipidique
- formation d'un radical hydroperoxyde
- formation d'un nouveau radical libre et des réactions en chaîne …

Peroxydation: contrôle
la peroxydation provoque la conjugaison des doubles liaisons → formation de diènes conjugués
relativement stables qui peuvent être mesurés en spectrophotométrie à 233 nm.
Avec l'↗ de sensibilité des spectrophotomètres actuels, cette technique semble une des plus
fiables pour la mesure finale de la peroxydation lipidique. Il est évident que d'autres structures
conjuguées peuvent interférer et doivent être identifiées.
Peroxydation des huiles
Ces peroxydes se décomposent notamment en dérivés carbonylés aldéhydes et hydrocétones responsables
de l’odeur de rance, mais également toxiques pour la santé (acroléine, époxyde…).
Exemple de l’huile d’olive fraîche → IP = 1,5.
La bouteille est ensuite ouverte puis séparée en 2 fractions conservées de 2 façons différentes:
1. conservée 2 mois flacon fermé, à l’abri de la lumière: → IP = 12
2. conservée 2 mois flacon ouvert, à la lumière: → IP = 92

Autres contrôles des huiles


D’autres contrôles sont encore effectués comme :
- Densité relative
- Étude de la structure des triglycérides. Pb très complexe où méthodes chromatographiques ≠ sont
mises en œuvre
o Répartition par masse moléculaire, analyse C.G.
o Séparation et identification des principaux triglycérides par HPLC

Normes particulières
Lorsque l’huile est utilisée dans la préparation de formes pharmaceutiques administrées par voie
parentérale, les limites fixées dans la monographie pour l’indice d’ac, l’indice de peroxyde, la teneur en eau.
Peuvent être plus strictes pour garantir une meilleure stabilité et une plus grande sécurité d’emploi.
46
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Détermination de l’insaponifiable et des stérols (il y a aussi les vitamines liposolubles…).

Ce sont les substances non volatiles à 100-105°C, obtenues par extraction par un solvant organique d’une
dilution aqueuse après saponification. Après lavage et élimination du solvant, on pèse le résidu.

Insaponifiable
Le terme insaponifiable désigne dans l’huile, les constituants lipophiles non glycéridiques (non estérifiés) qui
n’ont pas été transformés en savon lors du processus de saponification. Il s’agit d’une fraction représentant
un faible pourcentage de l’huile. On y trouve des hydrocarbures, et notamment du squalène, des vitamines
(vit A et E), des alcools aliphatiques de PM élevé, des triterpènes, des stérols. Les insaponifiables diffèrent
selon l’origine des huiles.

Les AG libres ne font pas partie de cette fraction.

C’est dans cette fraction que l’on trouve les phytostérols responsables de la ↘ du taux de cholestérol et qui
seront étudiés ultérieurement

Applications : Les insaponifiables d'avocat et de soja ont fait l’objet d’études cliniques. Utilisés en ttt
d'appoint des douleurs arthrosiques. Les insaponifiables du palmier de Floride et du Prunier d’Afrique sont
utilisés dans l’hypertrophie de la prostate.

4- Résumé des emplois des huiles

1. En Pharmacie et Diététique
- Excipients (telles quelles ou hydrogénées)
- Injectables, préparations dermatologiques, polissage des comprimés, base de suppositoires…
- alimentation parentérale des malades
- Certaines huiles insaturées ont des propriétés hypocholestérolémiantes et antiathéromateuses →
prévention des maladies CV, des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques.
- La fraction insaponifiable peut être source de médicaments: vitamines liposolubles, stérols…
- Huile d’olive est cholagogue et légèrement laxative
- Huile de ricin purgative (mais à déconseiller) : Préparation d’un fongicide

2. En Alimentation : de nbreuses huiles sont utilisées telles quelles ou après hydrogénation ou en


margarines ou après enrichissement (ω3)…

3. Cosmétologie : Excipient, mais également activité anti-oxydante, adoucissante… anti-rides,


favorisant l’élasticité de la peau…

4. Dans les autres industries : Fabrication des savons / des détergents, Peintures, vernis, matières
plastiques, Lubrifiants…

5- Huiles grasses naturelles


Selon cette définition, les huiles contiennent surtout des triglycérides d’AG. Mais elles peuvent aussi contenir
de petites quantités d’AG libres, de glycérides partiels, de substances insaponifiables (stérols, vitamines
liposolubles…), de cires.
47
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

6- Cires

Origine végétale : Cire de carnauba, Cire liquide de Jojoba


Origine animale : Cire d’abeille, Lanoline. La « Gomme » laque : sécrétion visqueuse d’un insecte

Propriétés des cires


- plasticité : une cire est malléable à température ambiante
- T° de fusion > à 45° C (≠ graisses et huiles), exception pour les cires liquides et semi-liquides
- faible viscosité lorsqu'elle est fondue
- hydrophobie : une cire est insoluble dans l'eau

La cire est un moyen de protection contre les agents pathogènes. Elle permet d’éviter une évaporation
excessive.

Composition chimique des cires

- Des hydrocarbures aliphatiques saturés à nombre impair de C (svt 29 à 31)


- Des esters formés par des :
o alcools à très longue chaîne (jusque 72 C), mais svt 26 à 30
o ac (18 à 22 C)
- Des alcanes à fonctions: ac, alcools, aldéhydes, cétones..
La cire est un corps chimiquement très stable et ses propriétés ne varient guère dans le temps.

Cire de Carnauba
Elle est obtenue à partir des feuilles d’un palmier du Brésil. Elle est composée :
- d'esters d’ac à très longue chaîne & d’alcools à très longue chaîne (C30…)
- d'alcools libres à longue chaîne
Elle assure la protection contre les agents pathogènes et permet d’éviter une évaporation excessive.
Elle a le point de fusion le plus élevé des cires naturelles (80 - 88 °C) et est utilisée en cosmétique et
en pharmacie notamment pour améliorer la stabilité thermique de nombreux produits. Formulation
de sticks où elle assure un bon démoulage, la consistance, la brillance en surface …

L'industrie pharmaceutique l’utilise pour l'enrobage de comprimés. Elle est aussi utilisée dans l’industrie
agro-alimentaire : dans l'enrobage des bonbons, chocolat, fruits, ainsi que dans l'industrie de la biscuiterie.

48
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Cire de Jojoba

Elle est obtenue à partir de la graine de jojoba. Le jojoba est un arbuste des régions
désertiques caractérisé due à l’épaisse cuticule limitant ainsi les pertes d’eau. La cire de
jojoba est liquide au-dessus de 10°C, d’où le nom abusif d’huile de jojoba. Elle est
composée principalement d'esters
- d’ac monoinsaturés à longue chaîne (C20 et C22)
- et d’alcools à longue chaîne (C20 et C22)
Cette cire liquide très stable, peu oxydable, présente un certain nombre de caractères proches de la cire (ou
"blanc") de baleine. En raison de la protection de ce Cétacé, la production de cire de Jojoba a augmenté à
partir des années 70, comme substitut du "blanc" de baleine.

Elle est surtout utilisée dans l'industrie des cosmétiques pour:


- ses propriétés adoucissantes
- l’absence de sensation de gras au toucher: elle ne graisse pas la peau acnéique et est non
comédogène → bon régulateur du flux séborrhéique.
- riche en anti-oxydants naturels ; reconnue comme étant efficace contre le vieillissement de la peau
o telle quelle, elle est liquide au-dessus de 10°C
o si hydrogénée, elle est solide (P.F.65°C)

Cire d’abeille

La cire est la production des glandes cirières abdominales de l’abeille.

Composition chimique : hydrocarbures saturés, ac cérotique libre, alcool mélissique libre, esters (palmitate
de mélissyle, cérotate de mélissyle), propolis.

La cire jaune provient de la fusion à l’aide d’eau chaude et de la purification des parois des alvéoles construits
par l’abeille domestique.
Description de la drogue : Substance à cassure non cristalline, malléable au contact de la main. Elle est
insipide, son odeur rappelle celle du miel. Elle est insoluble dans l’eau, partiellement soluble dans l’éthanol,
soluble dans les huiles grasses et les HE.
Usages : La cire d’abeille est un additif alimentaire autorisé comme agent d’enrobage pour les confiseries et
le ttt de surface de certains fruits.

La cire blanche (Cera alba) est obtenue par blanchiment de cire jaune, après exposition au soleil ou au moyen
d’agents chimiques.
Description de la drogue :
- Elle se présente sous la forme de morceaux blancs opaques en forme de petites plaquettes
- à odeur de bougie (elle est à la base des bougies)
- Point de goutte (fusion) : 61 à 66° C
Usages: Elle est utilisée comme excipient en technologie pharmaceutique: dragées, cérats, crèmes
dermatologiques…

49
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Lanoline / graisse de laine


Elle provient des glandes sébacées du mouton et est déposée entre les fibres de la laine. La
graisse de laine commerciale est en réalité une substance cireuse anhydre et purifiée à
partir de la laine de mouton. La laine est d’abord débarrassée des matières minérales
hydrosolubles et du suint (matières grasses saponifiables en milieu aqueux). La cire est
ensuite extraite par des solvants à partir de solutions aqueuses.

Description de la drogue : la graisse de laine est une substance jaune pâle de consistance semi solide
(onctueuse) d’odeur caractéristique. Elle est insoluble dans l’eau, soluble dans le chloroforme et dans l’éther,
peu soluble dans l’éthanol. Elle absorbe au moins le double de son poids d’eau. point de goutte : 38 à 44°C

Composition chimique : ce sont des esters formés par des AG de PM élevés, des stérols et triterpènes
(cholestérol, lanostérol, agnostérol) ou d’alcools aliphatiques à PM élevé.

Usages :
- Excipient en technologie pharmaceutique dans les préparations dermatologiques.
- allergisante pour certaines personnes.
Il existe aussi la lanoline transformée : soit hydratée, soit hydrogénée.

Laque - Lacca

La « gomme » laque est la sécrétion collante et visqueuse de l’insecte femelle Kerria lacca. Ces
insectes vivent en Birmanie et en Inde sur des arbres résineux dont ils se nourrissent. La structure
et le cycle de vie des Kerria sont très proches de ceux des cochenilles fournissant le carmin.

La laque qui se trouve sur les branches d’arbres est détachée à l’aide de couteaux, puis purifiée par plusieurs
lavages. Enfin fondue, puis coulée ou laminée en feuillets fins ou en paillettes.

Composition :
- mélange d’esters d’AG hydroxylés et sesquiterpènes hydroxylés : ac aleuritique : 9, 10, 16 trihydroxy-
palmitique (indice hydroxyle) et ac shellolique : diacide tricyclique sesquiterpénique.
- présence de pigments anthracéniques ac et d’hydrocarbures saturés.

Usages :
- Excipient en technologie pharmaceutique (enrobages entériques)
- Solutions alcooliques → laque pour cheveux.
- Elle est pratiquement insoluble dans l’eau, soluble dans l’éthanol et le méthanol, partiellement
soluble dans le chloroforme et dans l’éther.
- Elle est soluble à chaud dans les solutions d’hydroxydes alcalins en donnant une couleur rouge à
rouge violet, mais est reprécipitée par les ac.

50
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 3 – Bref aperçu sur les ac aminés & protéines

Les ac aminés sont des métabolites primaires indispensables à tous les organismes vivants comme éléments
constitutifs des protéines structurales et enzymatiques. Ce sont également des précurseurs directs de
certains NT.

Les aa sont aussi le point de départ de la biosynthèse de classes phytochimiques très importantes (voir
tableau général) autres que les protéines : tous les dérivés du phénylpropène, les alcaloïdes, les purines, les
hétérosides cyanogénétiques, les glucosinolates, les sulfoxydes de cystéine.

Nous n’aborderons dans ce chapitre que quelques éléments particuliers les concernant, raison pour laquelle
ils ne sont pas vus avec les autres métabolites primaires.

1- Résumé sur la biosynthèse d’AA

AA aromatiques
Phénylalanine, tyrosine et tryptophane sont issus de la
transformation de l’ac shikimique et impliqués dans la
biosynthèse de groupes phytochimiques variés (voie des
shikimates).

Les AA aliphatiques se forment à partir de ≠ ac :


- α-cétoglutarate et oxalate (cycle de Krebs)
- ac 3-phosphoglycérique (cycle de Calvin)
- ac pyruvique

L’histidine a une voie biosynthétique différente de tous les autres AA : elle est associée à la biosynthèse de
la purine et des ac nucléiques

D’où provient l’azote ? L’azote incorporé dans les AA (et leurs nombreux dérivés dont les protéines, les ac
nucléiques et alcaloïdes) provient surtout de l’atmosphère. Les plantes supérieures sont cependant
incapables d’assimiler cet azote atmosphérique, mais les bactéries (par ex. Azobacter, Aerobacter,
Clostridium, Rhizobium) sont capables de réduire l’azote en ammoniac qui peut:
- soit être directement absorbé par certaines plantes
- soit être oxydé en nitrates par d’autres microorganismes, cette réaction prédomine dans la nature.

L’ammoniac est directement absorbé et transformé en aa seulement par certaines plantes notamment de
la famille des Fabacées : celles qui vivent en symbiose avec les bactéries fixation d’azote du genre
Rhizobium localisées dans des nodules sur les rhizomes.

Les nitrates sont source d’azote pour la plupart des plantes qui ne vivent pas en symbiose avec les bactéries
: absorbés par les racines, les nitrates sont d’abord réduits en nitrites et ensuite en ammoniac.

L’azote atmosphérique est également rendu accessible aux plantes à la suite des décharges électriques
accompagnant les orages. Chaque éclair provoque une oxydation de l’azote en oxydes nitriques qui se
dissolvent dans la pluie et aboutissent dans le sol où ils sont aussi transformés en nitrates par les bactéries.
51
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Exemple d’AA inusuels

Ac aminés toxiques

L’ac kaïnique, neurotoxique, analogue du glutamate, trouvés dans certaines algues


Le BMAA, proche de l’alanine également neurotoxique et produit par certaines algues bleues.

3- Quelques protéines particulières

Protéines édulcorantes

La thaumatine est un mélange protéique isolé des fruits de Thaumatococcus (Afrique).


Elle est utilisée comme édulcorant : pouvoir sucrant 3000 x celui du saccharose avec
saveur sucrée persistante. Cette protéine est relativement stable à la chaleur: les solutions
peuvent être pasteurisées mais non stérilisées.

Enzymes

La papaïne et la bromélaïne sont deux enzymes protéolytiques que


l’on trouve respectivement dans la papaye et l’ananas
On les utilise pour les troubles de la digestion, le ttt des œdèmes,
le ttt des hernies discales: injection dans le disque intervertébral de
chymopapaïne = papaïne purifiée.

Protéines toxiques (lectines)

Les lectines sont des protéines ou glycoprotéines capables de se lier spécifiquement et de façon réversible
à certains résidus sucrés des membranes cellulaires.

On trouve des lectines dans: les graines de ricin (voir § lipides), les graines de jequirity, les baies de gui, les
racines d’ortie, les haricots…

La plupart des lectines sont détruites par les enzymes digestives. Ce n’est pas le cas des lectines du ricin, du
jequirity et du haricot. Par contre, elles sont détruites par la chaleur, ce qui explique que l’on puisse manger
les haricots après cuisson (l’ingestion de ces derniers non cuits entraîne une gastro-entéropathie sévère mais
d’évolution favorable.

Gélatine

La gélatine est une substance protéique obtenue par hydrolyse partielle du collagène. C’est une substance
solide, translucide, parfois légèrement jaune, pratiquement sans goût et sans odeur. Elle est obtenue par
ébullition prolongée de la peau animale (porc, boeuf) et des tissus conjonctifs. Elle possède de nombreuses
applications dans le domaine alimentaire (gélifiant) et pharmaceutique (gélules) → depuis la crise de la
vache folle, elle est parfois remplacée par des dérivés de cellulose pour la confection des gélules.

52
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 4A : Métabolites secondaires : Principales voies biosynthétiques

Mécanismes de transformation

À partir de la photosynthèse puis de la glycolyse, élaboration d’éléments simples, de base aboutissant,


souvent après de nombreuses transformations, à des classes phytochimiques très diversifiées.
Les 2 voies biosynthétiques importantes sont donc :
- la voie des shikimates
- la voie des acétates et du mévalonate
Lors de ces transformations, il y a intervention de nombreuses enzymes permettant des réactions
d’hydrolyse, d’oxydation, de réduction, de perte d’azote…

Premières étapes

La photosynthèse transforme le CO2 et l’eau en hydrates de carbone ou


glucides.

Lors de la glycolyse, les hydrates de carbone sont dégradés en ac pyruvique


qui lui-même peut suivre 2 voies biosynthétiques.
- peut être oxydé en ac acétique qui sera le précurseur de diverses
classes : biosynthèse suivant la voie des acétates.
- peut réagir avec l’érythrose (4C) → formation d’ac shikimique,
précurseur important: les composés formés suivent alors la voie des
shikimates.

53
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Voie des acétates

L’ac acétique peut à son tour réagir de façons ≠.


- Il peut se condenser pour donner :
o les AG rencontrés à l’état libre, ou sous forme d’esters (huiles grasses et cires)
o les polyacétates comprenant les anthraquinones, les anthracyclines
- une autre voie biosynthétique le conduit à l’ac mévalonique puis aux terpènes et stéroïdes où l’on
trouve de nbreux constituants : HE, résines, saponines, iridoïdes, lactones sesquiterpéniques,
hétérosides cardiotoniques

Métabolites secondaires
osides

Tous ces métabolites 2ndaires peuvent se trouver sous formes ≠ ; ils peuvent
se lier à un ou plusieurs oses.
holosides
hétérosides
(oses & dérivés
(oses + génine)
Les hétérosides ou glycosides sont constitués de sucres et de molécules de d'oses)
nature chimique diversifiée appelées aglycones ou génines.

Classification : Elle repose sur la nature de la génine portant le H qui peut se


condenser avec le OH hémiacétalique d’un ose pour former un hétéroside
liaison sur le carbone anomère (C1) du sucre → jonctions α ou β.

Sur la génine, l'atome X assurant la liaison peut être :


-O → O-hétérosides : hétérosides d’alcools, de phénols, d’ac
-C → C-hétérosides : liaison C-C entre ose & génine
-S → S-hétérosides : hétérosides de thiols
les O-hétérosides sont les plus répandus dans le règne végétal.

Nature de la partie osidique


La partie osidique peut être : mono, di ou tri osidique …
Les monosides peuvent être ≠:
- galactose, glucose, pentoses, ac galacturonique, ac glucuronique, …

Exemples / Polarité
Pour extraire une substance
Génines (syn./ aglycones) Hétérosides d’un milieu, il faut choisir le
solvant le plus adéquat car
cette substance doit être
soluble dans ce solvant.

L’hétéroside = génine
(aglycone) + ose(s) est
toujours plus polaire que la
génine correspondante
Solubilités générales et extraction
Les hétérosides sont extractibles par des solvants assez polaires. Dans certains cas, on ajoute un certain %
d’eau à ces solvants. On peut même parfois n’utiliser que de l’eau. Les génines sont par contre souvent
solubles dans les solvants organiques moins polaires.

54
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 4B : Voie des Shikimates


Premières étapes de la voie des shikimates : L’ac pyruvique par réaction avec l’érythrose
va donner l’ac shikimique, autre élément de base jouant un rôle majeur dans la synthèse de
nombreux dérivés aromatiques dont les ac aminés.

1- Ac shikimique

Substance ac isolée lors d’essais infructueux en vue d’étudier le principe toxique des
fruits du Badianier du Japon (Illicium anisatum) → en japonais Shikimi-no-ki. Il fut
retrouvé dans le fruit (non toxique) du Badianier de Chine (Illicium verum) mieux connu
sous le nom d’anis étoilé.

Le rôle très important qu’il joue dans la synthèse des aa aromatiques a été découvert un siècle plus tard en
étudiant des mutants d’E. coli produits par irradiation de rayons γ. Ces mutants ne pouvaient plus se
développer sur des milieux de culture constitués de glucose seul. Ils nécessitaient l’administration de 3 AA
aromatiques (phénylalanine, tyrosine, tryptophane) et de 2 ac aromatiques (ortho et para-
hydroxybenzoïque). Différentes expériences montrèrent que l’ac shikimique pouvait à lui seul remplacer
ces 5 substances. → Découverte du rôle de l’ac shikimique comme précurseur de nbreux dérivés
aromatiques.

Biosynthèse du noyau aromatique

Ce rôle de l’ac shikimique fut ensuite confirmé chez les champignons et les plantes supérieures. Cette voie
d’aromatogenèse des shikimates est la plus courante chez les végétaux, mais il en existe une autre qui part
de l’acétate et conduit à des polycétoesters de longueur variable (les polyacétates) engendrant par
cyclisation des composés polycycliques. Dans la nature, la synthèse du noyau aromatique est le fait des
seuls végétaux et microorganismes.

Les animaux et l’homme ont quant à eux, besoin d’un apport externe d’AA aromatiques (phénylalanine et
tryptophane). Cependant l’homme est capable de transformer la phénylalanine en tyrosine au niveau
hépatique.
Pour la synthèse du noyau aromatique, l’homme et les animaux sont donc presque toujours tributaires:
- soit de leur alimentation
- soit d’une symbiose pour élaborer les métabolites qui comportent cet élément structural.
Cependant, quelques exceptions existent comme c’est le cas avec la synthèse des oestrogènes

Ac shikimique : rôle chez l’homme

Il joue un rôle dans l’élaboration des aa aromatiques essentiels rencontrés dans l’alimentation. Il ne semble
pas avoir d’activité pharmacologique intrinsèque. Cependant, c’est la matière première nécessaire à
l’hémisynthèse du Tamiflu®, inhibiteur de neuramidase pour combattre la grippe aviaire et la grippe
mexicaine (virus A/H1N1), ce qui explique la pénurie qu’il y a eu en «bon anis» et sa falsification par d’autres
espèces dont certaines très toxiques.

55
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Voie des shikimates

Dans le monde des plantes, l’ac shikimique est le précurseur de nombreux produits naturels :
- Ac et aldéhydes aromatiques simples : dérivés C6-C1 (nombreux dans la nature)
o Ac gallique → tanins galliques
o Ac benzoïque → baumes et dérivés salicylés
o Ac vanillique et salicylique
o Aldéhyde benzoïque et salicylique
o Vanilline (H.E.)
- AA aromatiques : Phénylalanine, tyrosine, tryptophane…
- Ac cinnamique (ac aromatique/C6-C3) & dérivés = dérivés du phénylpropène (issus d’AA
aromatiques)
o ac caféique et ses nombreux dérivés
o lignanes, coumarines…

L’ac shikimique est aussi via la phénylalanine le précurseur de plusieurs autres groupes de produits naturels
dont les phénylpropènes, les lignanes, les coumarines, dérivés (voie mixte).

Ce sont tous des dérivés C6-C3.

→ Tous possèdent une sous-structure commune basée sur un noyau aromatique de 6 carbones substitué
par une chaîne aliphatique insaturée de 3 carbones.

56
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

3- Dérivés de l’ac benzoïque (C6-C1) : ac gallique et ac salicylique

C6-C1 : Ac gallique et tanins

L’ac gallique est le matériau de base de nombreux tanins (tanins


galliques ou tanins hydrolysables). Ce sont des constituants poly
phénoliques complexes de PM élevé, hydrosolubles et capables
de former des composés insolubles et indigestes avec les
protéines.

C6-C1 : Ac salicylique et dérivés

L’aspirine ou ac acétylsalicylique est un des plus vieux médicaments de


synthèse. Les noms précités rappellent en fait l’origine naturelle de l’ac
salicylique ou spiréique obtenu par oxydation des produits d’hydrolyse des
principes actifs de deux plantes médicinales de la Ph. Eur :
saule : Salix alba
reine des prés ou spirée : Spirea ulmaria

Saule et dérivés salicylés

Le saule (Salix alba et autres espèces) est un arbre que l’on trouve souvent aux abords d’endroits
humides. Partie utilisée : l’écorce des jeunes branches

L’écorce renferme des dérivés salicylés dont le majoritaire est le salicoside ou salicine qui est un
hétéroside (glucoside de l’alcool salicylique), isolé et utilisé à l’état pur comme analgésique et
antirhumatismal.

Le salicoside existe tel quel dans la plante et sous forme d’esters. Cet usage du salicoside
disparut à la suite de la synthèse de dérivés salicylés. Cependant les extraits de saule sont
toujours utilisés en phytothérapie dans les états fébriles, les affections rhumatismales, les
céphalées. À la différence de l’aspirine, ils ne modifient pas la formule sanguine car ils n’ont
pas d’effet antiagrégant plaquettaire.

Reine des prés et dérivés salicylés

La reine des prés ou spirée (Filipendula ulmaria ou Spirea ulmaria) est une plante indigène
herbacée, vivace, assez commune dans les lieux humides. Partie utilisée : les sommités
fleuries. Elles ont une odeur caractéristique (salicylate de méthyle) en présence d'eau
(hydrolyse). Cette plante renferme des dérivés salicylés. Ils sont sous forme d’hétérosides:
- monotropitoside : salicylate de méthyle combiné à un disaccharide
- spiréine : aldéhyde salicylique sous forme de glucoside

57
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

L’hydrolyse de la spiréine suivie d’une oxydation de l’aldéhyde donne de l’ac salicylique (ou spiréique)
préconisé comme : antiseptique, fébrifuge et antirhumatismal.

Des effets indésirables majeurs se sont rapidement manifestés, ayant pour csq, la recherche de dérivés
moins toxiques. L’ac salicylique a été réservé à l’usage externe comme kératolytique

Constatations : Les dérivés salicylés naturels ne sont pas irritants. Leur phénol est combiné (à un ose) →
on a acétylé cette fonction phénol et ainsi abouti à l’aspirine utilisée comme
- antipyrétique et analgésique à dose ± élevée (500 mg à 1g)
- antiagrégant plaquettaire à dose plus faible (50 à 100 mg)

C6-C1 : Salicylate de méthyle

Le salicylate de méthyle, ester obtenu par


hydrodistillation (hydrolyse) des fleurs de reine des prés
est le composé très majoritaire de l’essence de
Wintergreen, obtenue à partir :
- des feuilles d’une Ericacée d’Amérique du Nord
- de l’écorce de bouleau (Betula lenta) où il existe,
comme dans la reine des prés, sous forme
d’hétéroside (monotropitoside)

Le salicylate de méthyle, naturel ou synthétique, est un


liquide, d’odeur très caractéristique, utilisé
- dans la préparation de produits cosmétiques
- dans la préparation de médicaments
antirhumatismaux à usage externe
- et pour l’aromatisation de produits alimentaires

Il peut être à l’origine d’intoxications salicylées quand les quantités ingérées atteignent 10 mL.

58
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

4- Dérivés de l’ac cinnamique (C6-C3) : dérivés du phénylpropène

Ils résultent de l’oxydation de la phénylalanine par une enzyme


qui détache l’ammoniac de l’AA pour former l’ac cinnamique.
Cet ac cinnamique joue un rôle important dans la biosynthèse
car il peut à son tour subir des réactions qui génèrent de
nombreux phénylpropènes.

Ac caféique

La plupart des ac phénols en C6-C3 ont une distribution large. Rarement libres, ils sont soit estérifiés ou
combinés avec des sucres. Ces dérivés d’ac phénols contribuent aux propriétés pharmacologiques :
- ttt des maladies inflammatoires ou allergiques
- propriétés antioxydantes, antiradicalaires et antihépatotoxiques

Dérivés d’ac caféique

L’ac de l’ac caféique réagit avec alcool d’une autre substance ac → ester ou ac libre
- ac aliphatique, ac cyclique non aromatique, ac aromatique : si OH phénolique
supplémentaire, activité anti-oxydante ↗

Hétérosides d’ac caféique : l’ac de l’ac caféique réagit avec l’alcool d’un ose → Formation d’hétérosides
simples ou complexes

Dérivés ac de l’ac caféique

Ces ac phénols peuvent être estérifiés avec soit:


- des ac aliphatiques. ex: ac cichorique
- des ac cycliques (comme l’ac quinique). ex: ac chlorogénique, cynarine
Ac chlorogénique: ester de l’ac. caféique et de l’ac quinique. On le trouve
dans de nbreuses plantes et dans le café en grande quantité.

- des ac aromatiques. ex: ac rosmarinique dans le romarin (Rosmarinus


officinalis). Ac rosmarinique : ester de l'ac caféique et de l'ac
α−hydroxy-dihydrocaféique savoir reconnaître la structure,
Antioxydant, antihépatotoxique

Dans tous ces dérivés, c’est la fonction alcoolique des ac aliphatiques, cycliques ou aromatiques qui réagit
avec la fonction ac de l’ac caféique pour donner un ester → la fonction ac de la molécule se couplant à l’ac
caféique est toujours libre → toutes ces structures ont un ac et sont aussi des esters de l’ac caféique.

Hétérosides de l’ac caféique

Actéoside : présent dans des plantes anti-inflammatoires (ex. Harpagophyton)

59
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

5- Baumes : benzoates et cinnamates

Les baumes sont définis comme des oléorésines :


- mélanges d’HE et de résines présents dans des canaux ou des glandes
- renfermant des quantités importantes d’ac benzoïque et cinnamique et de leurs esters
- présence de faible quantité de vanilline leur conférant une odeur suave

Ce sont des mélanges de constituants formés


suivant la voie des shikimates :
- L’ac benzoïque, ses esters et la vanilline →
dérivés C6-C1
- L’ac cinnamique et ses esters → dérivés
C6-C3

ex d’ester : cinnamate de benzyle juste reconnaître

La détermination des : Indice ac, Indice de saponification, Indice ester est applicable aux baumes.

obtenu à partir du tronc scarifié à chaud de liquide visqueux.


Baume du
Myroxylon balsamum d’Amérique centrale
Pérou
et non du Pérou Us ext : antiseptique et cicatrisant. en inhalation
obtenu par incision profonde du tronc de
Baume de Us int : comme antiseptique et expectorant
Myroxylon balsamum de Colombie et du
Tolu (sirop contre la toux…)
Vénézuéla
Benjoin du obtenu par incision du tronc de Styrax Ac benzoïque >> ac cinnamique
Us ext :
Laos d’Indochine
antiseptique
Ac cinnamique >> ac benzoïque
Benjoin de obtenu par incision des troncs de Styrax en inhalations
Même utilisation pour les 2
Sumatra cultivés à Sumatra et en Malaisie
benjoins

Ils renferment aussi les esters de ces ac.

60
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

6- Dérivés du phénylpropène présents dans les HE

Certains dérivés du phénylpropènes : anéthole, eugénol, … sont présents dans les HE de certaines plantes
aromatiques. Ce sont des substances entraînables à la vapeur d’eau (PM peu élevé), odorantes,
contribuant souvent aux propriétés antimicrobiennes des épices.

Aldéhyde cinnamique (H.E.)

L’ac cinnamique peut subir d’autres réactions pour générer


de nombreux phénylpropènes. Il peut être réduit en aldéhyde
cinnamique, constituant majoritaire des essences de cannelle
obtenues à partir d’écorce de canneliers de Ceylan & de Chine.

L’aldéhyde cinnamique contribue aux propriétés antiseptiques et olfactives de ces essences et écorces.

Eugénol (H.E.)

Un autre dérivé de l’ac cinnamique est l’eugénol. C’est le


constituant majoritaire de l’essence de clou de girofle.
L’essence de giroflier est utilisée comme anesthésique et
antiseptique dentaire, 2 propriétés dues à l’eugénol.

Myristicine (H.E.)

Un exemple de dérivé de l’ac cinnamique est la myristicine, constituant


de la noix de muscade. On lui attribue les effets hallucinogènes
observés lorsque cette épice est absorbée en grandes quantités.

La myristicine est très lipophile vu la présence des substituants méthylène dioxy et méthoxy et pourrait
traverser les membranes cérébrales. Dans l’organisme, elle serait « aminée » en analogue de l’amphétamine
(MMDA). Les effets indésirables expliqueraient le caractère marginal de cet usage particulier et la nécessité
de n’utiliser que de petites doses de cette épice.

Anéthole (H.E.)

C’est le constituant des essences anisées obtenues à partir de plantes à propriétés digestives.
- Anis vert (Pimpinella anisum)
- Fenouil (Foeniculum vulgare)
- Anis étoilé (Illicium verum)
Ces essences sont les constituants des boissons méditerranéennes populaires (pastis, anisette, ouzo
et raki). Lorsque de l’eau est ajoutée à ces boissons, une suspension blanchâtre en résulte, ce que l’on
attribue à une ↘ de solubilité de l’anéthole qui effectivement est plus soluble dans l’éthanol que dans l’eau.

61
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

7- Extension du phénylpropène : curcumine, gingérols


Curcumine

Les curcuminoïdes dont le principal est la curcumine (savoir dessiner)


sont des principes colorants dérivés du dicinnamoylméthane (dérivé
d’ac cinnamique : C6/C3 x 2 + méthane). Sous cette 2ème forme,
conjugaison de toutes les doubles liaisons → coloration.

La curcumine est un colorant atoxique stable à la chaleur, peu sensible


aux variations de pH. C’est un puissant anti-oxydant.

On trouve la curcumine dans le rhizome de 2 curcumas (Zingibéracées).


- Curcuma : Curcuma domestica : constituant principal des curries
- Temoe-Lawaq : Curcuma xanthorrhiza
Les curcumas renferment aussi une HE de sesquiterpènes.

Partie utilisée : rhizome

Activités du rhizome de curcuma


- cholagogue
- activité bénéfique au niveau du parenchyme hépatique (prévention de cytotoxicité)
- anti-oxydant
- effet hypolipidémiant

La curcumine est un puissant antioxydant. Elle fait l’objet d’essais cliniques qui ont permis d’observer qu’elle
inhibe le cancer à toutes les étapes de son dvpt : initiation, promotion et progression.

Une activité anti-inflammatoire de la curcumine a aussi été mise en évidence aussi bien sur l'inflammation
aiguë qu’en chronique. Cette molécule n’est vraiment pas bien assimilée par l’organisme. On a découvert
que l’ajout de pipérine à la curcumine permet une ↗ de son assimilation. Des dérivés hémisynthétiques sont
élaborés ainsi que différentes formes galéniques (cyclodextrines…).

Gingérols

Les gingérols sont les principes piquants du rhizome de gingembre (Zingiber officinale),
drogue à oléorésine. Le gingembre est utilisé contre les nausées et les vomissements.

La résine renferme les gingérols dont la structure est composée de 2 parties d’origine
biogénétique différente
- la partie aromatique (dérivé de l’ac cinnamique)
- la partie aliphatique → voie des poly acétates : chaîne latérale de longueur variable
L’HE se compose principalement de carbures sesquiterpéniques.

62
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

8- Lignanes (C6-C3 X 2) savoir juste les reconnaitre

Biosynthèse des lignanes

Ce sont des composés polycycliques de bas PM


formés par le couplage de 2 unités
phénylpropaniques. Un précurseur commun est
l’alcool cinnamique qui après transformation en
alcool coniférylique (juste le reconnaître), forme
facilement des radicaux libres et se dimérise par
voie enzymatique en lignanes de types ≠.

1er type de couplage

Le couplage des 2 unités phénylpropaniques se


fait uniquement entre leurs chaînes latérales

Lignanes des graines de lin

Les graines du lin contiennent


des teneurs très élevées en
sécoisolaricirésinol diglucoside
(SDG) → propriétés anti-
oxydantes & oestrogéniques
(phyto-oestrogène).

2ème type de couplage

Les 2 unités phénylpropaniques se couplent par :


1. leurs chaînes latérales
2. le noyau aromatique d’une unité et la chaîne
latérale de la seconde unité

La podophyllotoxine présente dans la podophylline (résine des racines de


podophylle). La podophyllotoxine est utilisée contre les verrues et les condylomes.
C’est une lactone inhibant la synthèse de la tubuline, protéine indispensable pour la
mitose. Vu sa toxicité, elle n’est pas utilisée per os pour le ttt des cancers, mais elle a
servi de modèle pour des dérivés semi-synthétiques (téniposide, étoposide).

63
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

9- Coumarine (C6-C3 cyclisé) et dérivés

Biosynthèse des coumarines

Les coumarines sont des métabolites dérivés de l’ac shikimique et de l’ac cinnamique formés
lorsque la phénylalanine est désaminée et hydroxylée en ortho pour donner :
- l’ac trans(E)hydroxycinnamique : La double liaison de cet ac est facilement convertie en forme cis
(Z) par une isomérisation catalysée par la lumière.
- l’ac cis(Z)hydroxycinnamique : Cet ac ainsi formé présente les fonctions ac et phénolique dans une
très grande proximité qui permet une réaction intramoléculaire pour donner une lactone et le noyau
de base coumarinique dont le produit le plus simple est la coumarine elle-même.

La Coumarine

La coumarine tire son nom du « coumarou » désignant au Vénézuela la graine d’une arbre
de la famille des Fabacées, utilisée pour aromatiser certains tabacs. savoir dessiner

La coumarine est aussi responsable de l’odeur caractéristique de :


- de diverses graminées dont la flouve odorante
- du mélilot après hydrolyse car la coumarine s’y trouve sous forme d’hétéroside.

C’est également la coumarine qui est responsable de l’odeur caractéristique de l’aspérule odorante utilisée
dans la préparation du Maitrank.

Coumarine et dérivés

La coumarine n’a pas de propriétés anticoagulantes. La coumarine non substituée présente à fortes doses
une hépatotoxicité qui a nécessité l’établissement de teneurs maximales résiduelles en coumarine dans les
denrées alimentaires.

La majorité des coumarines naturelles sont hydroxylées sur le C7 résultant d’une


hydroxylation en para de l’ac cinnamique qui sera à son tour hydroxylé en ortho avant
d’être isomérisé puis lactonisé. D’autres substitutions sont fréquentes : hydroxylations,
méthylations, etc… principalement sur les C6 et C8, ainsi que le couplage des fonctions
phénoliques à des oses (formation d’hétérosides).

Des propriétés anti-inflammatoires (anti-Cox2) ont été découvertes ces dernières années chez les 7-
hydroxycoumarines. savoir dessiner

Fraxoside et esculoside sont présents dans l’écorce de frêne (Fraxinus excelsior) utilisée dans des affections
articulaires douloureuses. L’esculétine et son dérivé glucosidique (esculoside) sont également présents en
quantité notable dans l’écorce de marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum).

64
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Fraxoside (gauche) : juste reconnaitre


Esculoside (droite) : juste reconnaitre

Les extraits préparés à partir de ces écorces


- ttt de la fragilité capillaire (insuffisance veineuse) et hémorroïdes.
- incorporés dans des préparations dermato-cosmétiques car les coumarines filtrent une partie des
rayons UV.

Certaines coumarines sont des phytoalexines et sont synthétisées par la plante à la suite d’une infection
bactérienne ou fongique. Ces phytoalexines sont anti-microbiennes. C’est le cas de la scopolétine
synthétisée par la pomme de terre à la suite d’une infection fongique. Les dérivés coumariniques ont une
distribution limitée dans le règne végétal et par conséquent un intérêt en chimiotaxonomie ou classification
des végétaux en fonction de leur composition chimique.

Dérivés "di" coumariniques


savoir dessiner
Les fourrages contenant du mélilot contaminé par un champignon la coumarine et
sont à la base des hémorragies fatales constatées aux USA (élevage reconnaitre le
dicoumarol
intensif). Le principe est une bishydroxycoumarine. Le mélilot est
à la base de la découverte des anticoagulants (anti-vit K).

Le mélilot, contient du mélilotoside


- En temps normal : hydrolyse enzymatique puis
lactonisation aboutissant à la coumarine
- En cas de contamination fongique : l’hydrolyse est suivie
d’une hydroxylation sur le C4 puis d’une dimérisation par
couplage avec du formol.

Le dicoumarol, produit de cette contamination fongique, est toujours utilisé comme anticoagulant. Il a servi
de modèle à l’élaboration de dérivés synthétiques toujours hydroxylés sur le C4 dont la Warfarine ainsi que
d’autres anticoagulants coumariniques.

Dérivés 4-OH coumariniques : Ces produits sont utilisés dans la prévention ou le ttt de la coagulation
sanguine affections thrombo-emboliques. Ils interfèrent avec la fonction de la vit K au niveau des ȼ
hépatiques ; cette vitamine est en effet nécessaire pour la synthèse de la prothrombine « normale ». Une
déficience en vit K aboutit à une synthèse de prothrombine anormale et à une ↘ du mécanisme de
coagulation sanguine.

65
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Furocoumarines savoir les dessiner

Les furocoumarines résultent:


- de la prénylation du noyau benzénique en C-6 ou en C-8 d’une 7 hydroxycoumarine
- suivie d’une cyclisation
- et élimination d’un reste hydroxypropyle (de la chaîne isoprénique) : noyau furane supplémentaire

Deux types de furocoumarines


- Furocoumarines linéaires : prénylation en C-6
- Furocoumarines angulaires : prénylation en C-8

Les furocoumarines sont également désignées sous le nom de


psoralène R1 = H R2 = H
psoralènes / furanocoumarines. Vu le chromophore étendu de
bergaptène R1 = OCH3 R2 = H
ces composés insaturés et oxygénés, ils absorbent facilement la
xanthotoxine R1 = H R2 = OCH3
lumière et fluorisent intensément quand ils sont exposés aux
UV-A. Certaines furocoumarines sont utilisées dans les cosmétiques comme écrans de protection solaire.
Malheureusement, elles peuvent également à doses trop élevées causer de la phototoxicité avec apparition
de dermatites (inflammation et brûlures de la peau).

On observe également cette phototoxicité lors de contacts avec des plantes connues pour leur contenu en
furocoumarines. Le mécanisme de la phototoxicité n’est pas encore complètement élucidé, mais il est établi
que les psoralènes sont carcinogènes et mutagènes suite à la formation d’adduits avec les bases
pyrimidiques de l’ADN une ou deux cycloadditions selon les molécules.

Les préparations à base de plantes contenant des psoralènes ont été utilisées depuis très longtemps pour
promouvoir la pigmentation cutanée dans le cas du vitiligo, commun au Moyen Orient et caractérisée par
des portions de peau déficientes en mélanine.

La xanthotoxine est commercialisée pour traiter le vitiligo et le psoriasis. La substance est administrée per
os 2h avant l’exposition à la lumière des UVA. Le ttt s’appelle PUVA thérapie ou thérapie photodynamique
puisque le médicament est activé par une lumière UV. Il en résulte une coloration (pigmentation) des zones
cutanées non pigmentées et une amélioration du psoriasis via une réduction de la prolifération cellulaire.

Le ttt n’est pas dénué de risques et nécessite des précautions médicales pour éviter : la cataracte au niveau
oculaire, l’apparition de mélanome. Chez la femme une contraception s’impose vu le risque de
tératogénicité ! Des interactions entre le pamplemousse et certains médicaments sont connues. Les
mécanismes impliqués sont maintenant élucidés : inhibition, par le pamplemousse, du cyP3A4, la forme
prédominante de cytochromes dans l’intestin grêle → ↗ de la biodisponibilité de plusieurs médicaments.
Un seul verre de jus de pamplemousse peut entraîner une hausse de la concentration de médicament dans
le sang, et les effets peuvent persister durant 3 jours ou davantage. L’effet du jus de pamplemousse sur un
médicament peut se produire même s’il a été consommé 12 h plus tôt !

Molécules impliquées : des flavonoïdes, mais surtout des furocoumarines (certaines sont prénylées et/ou
dimérisées).

66
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 5 : Produits mixtes (Voie des shikimates et des acétates) : Polyphénols

Produits mixtes

L’allongement des composés de type phénylpropane (voie des shikimates) par addition successives d’unités
dicarbonées (acétates) est à l’origine des
- stilbénoïdes
- flavonoïdes
- anthocyanes
- tanins catéchiques

polyphénols → largement représentés dans les classes phytochimiques issues d’une biosynthèse mixte :
certains stilbénoïdes tel le resvératrol, flavonoïdes, anthocyanes, proanthocyanidols, tanins…

On en retrouve également dans d’autres classes phytochimiques :


- dérivés du phénylpropane: certains ac phénols (ac caféique et dérivés),
- certains diterpènes (rosmanol)

Polyphénols

Les polyphénols naturels regroupent un ensemble très vaste de substances chimiques


comprenant au moins:
- un noyau aromatique
- 2 hydroxyles sur ce noyau → au moins 2 fonctions phénols

Ce sont des antioxydants, piégeurs de radicaux libres. Pour un même type de structure, cette propriété sera
d’autant plus marquée que le nombre de fonctions phénols sur le cycle aromatique est important.

Radicaux libres
Les espèces radicalaires de l'oxygène sont impliquées dans un grand nombre de dégâts cellulaires. Il s’agit
de :
- l'anion superoxyde : O2• - radical portant une charge - ce qui lui confère une certaine polarité
- le radical hydroxyle : OH• excessivement toxique. En effet, ce radical peut arracher un H, la
transformer en espèce radicalaire capable de fixer l'oxygène moléculaire pour former un radical
peroxy et induire ensuite une chaîne de réactions aboutissant la dégradation de la molécule:
OH• + RH → H2O + R•
R• + O2 → ROO • (radical peroxy)
ROO• + R’H → R-OOH (hydroperoxyde)+ R’• …
R-OOH + Fe2+ → Fe3+ + RO• (radical alkoxyle, lipophile)
RO• + R’’H → R-OH + R’’• …

Ces radicaux sont formés dans diverses circonstances : anoxie, inflammation, rayonnements
électromagnétiques… Toutes les biomolécules sont agressées par ces espèces activées : les lipides qui
subissent une peroxydation, les protéines qui sont dégradées, les sucres, les ac nucléiques. Donc tous les
compartiments de la cellule sont touchés : la membrane, les constituants cytoplasmiques, le noyau →
attention aux mutations, au processus de cancérisation et aux altérations cellulaires.
67
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Pour éviter ces dommages potentiels, la cellule dispose d'un certain nombre de moyens de défense :

- Endogènes :
o superoxyde dismutase transformantl'anion superoxyde en peroxyde d’hydrogène (H2O2) et
en dioxygène (O2)
o glutathion-peroxydase et catalase qui réduisent les peroxydes et plus tard les
hydroperoxydes en eau
ROOH + 2GSH → R-OH + H2O + GS-SG

- Exogènes : molécules « anti-oxydants » capables de piéger ces radicaux libres et donc d’empêcher
la dégradation des molécules. → sélénium & zinc, les vit (E, C, A), les polyphénols, les caroténoïdes.

Le rôle d’antioxydants naturels des polyphénols suscite des plus en plus d'intérêt pour la prévention et le ttt
du cancer, des maladies CV, des maladies inflammatoires, des maladies neurodégénératives. Ils sont
également utilisés comme additifs dans l’industrie pharmaceutique, en agroalimentaire, en cosmétique.

L’efficacité de ces polyphénols dépend de la biodisponibilité de ces composés liée à leur nature, leur
concentration, leur vitesse d’absorption dans l’intestin grêle, leur interaction avec d’autres aliments…

1- Stilbenoïdes

Composés phénoliques (sous forme libre ou hétérosidique) possèdant 2 noyaux


benzéniques séparés par :
- un pont éthane → bisbenzyles qui se rencontrent surtout dans les mousses
- un pont éthène → stilbènes proprement dits qui sont généralement de
configuration E et qui sont présents dans de nombreuses familles des végétaux supérieurs.

Resvératrol

Le plus célèbre des stilbènes est le resvératrol composé minoritaire des vins rouges et d’autres
plantes dont la Renouée du Japon. Il est doué de propriétés antioxydantes,
antiinflammatoires, anticancéreuses, phyto-oestrogènes. Le resvératrol jouerait un rôle dans
le French Paradox qui consiste en une faible incidence de maladies cardiaques dans la
population française malgré une alimentation riche en AG saturés. Il a été
suggéré que ce phénomène était dû notamment à une consommation
régulière de vin rouge (riche en resvératrol et autres polyphénols dont les
flavonoïdes, tanins et anthocyanes). Toujours est-il que les cardiologues
recommandent la consommation journalière d’un verre de vin rouge à certains
de leurs patients !

68
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Flavonoïdes : Isoflavones, Flavones prénylés, Flavanolignanes

Généralités

Que sont les flavonoïdes ? Pigments responsables de la coloration de beaucoup de végétaux. Ils peuvent
être directement visibles. Ils sont parfois uniquement visibles par les insectes (absorption de la molécule
dans le proche UV), qui attirés et guidés par le nectar assurent ainsi la pollinisation. Ils peuvent contribuer à
la coloration par un rôle de copigmentation. Leur présence dans la cuticule foliaire assure la protection des
tissus contre les effets nocifs des UV.

Biogenèse

Structure générale : C6-C3-C6

Ils ont tous une origine biosynthétique commune


résultant de la condensation : Triacétate + Ac p-
hydroxycinnamique

Structure générale des flavonoïdes

Flavonoïdes = polyphénols (au moins 3 fonctions phénoliques libres ou substituées en 5, 7 et 4’).


Sur cycle A Sur cycle B
en C5 et C7, tjs OH pouvant être en C4’ tjs au moins 1 OH souvent
éthérifiés (OCH3), pfs engagés 2OH en C4’ et C3‘ rarement 3OH
dans une liaison hétérosidique (C4’, C3’ etC5’) (pfs OCH3 au lieu
de OH)
en C6 et C8: C2’ et C6’
substitutions possibles mais plus Substitutions rares
rares: OH, OR (OCH3), isoprène,
liaison C-C avec un sucre
Les génines se différencient surtout au niveau de l’hétérocycle central C.
→ Degré d’oxydation variable : présence ou non de cétone en 4
→ Présence ou non de la double liaison en 2,3
→ Présence ou non d’un OH en 3

Ces variations au niveau du cycle C sont à la base de ≠ types de flavonoïdes.

69
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Les ≠ types de génines Génine ou aglycone = structure sans partie osidique

Cétone en 4
Double liaison en 2,3
Pas de OH en 3
« one » → Flavone
Flavones
O-Hétérosides : Pas de OH en 3 → position préférentielle du sucre en 7
Diosmine : R = rutinose savoir dessiner
C-Hétérosides : la liaison C-C est plus stable que C-O → les C-hétérosides sont plus difficilement
hydrolysables que O-hétérosides. Ils sont moins fréquents dans les plantes que O-hétérosides.

Cétone en 4 O-Hétérosides : OH en 3 → position du


Double liaison en 2,3 sucre en 3
Flavonols
OH en 3 Hypéroside: galactose, Rutoside : rutinose
« one + ol » → Flavonol savoir dessiner

Cétone en 4
Pas de OH en 3
Pas de double liaison en 2,3
→ 1 centre d’asymétrie supplémentaire sur le C2

Naringétol ou naringénine : R=H


hopéine : savoir reconnaitre
2,3 Dihydro Flavone particulier : prényl en 8
2,3 Dihydro Phytooestrogène isolé du houblon.
Flavones ou
Flavanones
O-Hétérosides :
Comme pour les flavones, pas de OH en 3 → position sur phénol en 7 savoir les dessiner
R = Néohespéridose

Cétone en 4, OH en 3
2,3 Dihydro
Pas de double liaison en 2,3
Flavonols
→ 2 centres d’asymétrie supplémentaires (C2 et C3)
savoir dessiner

Les biflavonoïdes
La majorité sont des dimères de Flavones et Flavanones. La liaison inter flavanique peut être de types ≠ :
- C-C : C6-C8’’, C8-C8’’, C3-C8’’
- C-O-C : C6-O-C4’’’
Les OH peuvent être libres mais ils sont le plus souvent méthylés. Il y a peu de structures hétérosidiques.
70
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Les ≠ types d’hétérosides : O- et C-hétérosides

Hétéroside : génine + ose(s)


Sur les squelettes de génines, un ou plusieurs oses peuvent être greffés, les structures sont alors
hétérosidiques. Le terme "Flavonoïdes" est donc un terme général englobant à la fois génines et hétérosides
(il est cpdt plus correct d’appeler ces derniers "hétérosides flavonoïdiques"). La partie osidique peut être
mono, di ou tri saccharidique. Les monosides peuvent être galactose, glucose, rhamnose, pentoses… La
liaison est le plus souvent O-hétérosidique, parfois C-hétérosidique.

Solubilités, extraction, purification

Solubilités et extraction
Hétérosides = génines + sucre(s) → toujours plus polaires que génines correspondantes. En règle générale,
les hétérosides sont solubles, dans acétone, méthanol, éthanol, + 20 à 50% d’eau et à chaud. Cependant,
certains flavonoïdes sous forme hétérosidique ont une hydrosolubilité très faible. Les génines sont solubles
dans les solvants organiques moins polaires → extractibles par ce type de solvant. Si au moins un OH
phénolique est libre, la génine est soluble dans les hydroxydes alcalins.

Purification
Après une extraction globale par le solvant le plus adéquat, différentes purifications sont possibles en
utilisant des solvants de polarités différentes. Par exemple, pour un extrait de feuilles dont on a extrait les
hétérosides par un mélange acétone/eau, on peut éliminer la chlorophylle, par extraction par l’éther de
pétrole après avoir évaporé l’acétone sous vide, les hétérosides restant dans l’eau. Pour la séparation et la
purification des différentes molécules, on utilise la chromatographie.

Caractérisation et dosage

Caractérisation

Réaction de coloration avec Mg et HCl pour les mettre en évidence lors du "screening chimique" d’une
plante mais également utilisée pour le dosage des Citrus

CCM. support : gel de silice. La phase mobile sera différente suivant que l ’on chromatographie les
hétérosides ou les génines (elle sera moins polaire pour les génines par rapport à celle utilisée pour les
hétérosides). Le réactif de pulvérisation le plus courant est le diphénylborate d’aminoéthanol +
polyéthylène glycol (400) et observation à 366 nm → fluorescences différentes (orange, jaune, verte) suivant
le nombre de OH sur B. Les flavonoïdes fluorisent en orange, jaune et vert. Les fluorescences bleues sont
souvent dues à des ac phénols. Avantage : analyse concomitante de plusieurs échantillons.

71
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Spectres UV
Ils donnent des renseignements sur le type structural
surtout sur le noyau central, la position des
substituants. C’est notamment grâce à leur spectre UV
que l’on peut les différencier et les identifier après
séparation par HPLC. Leur spectre UV varie aussi en
fonction du pH : effet bathochrome en milieu alcalin et
après réaction avec AlCl3.
Variation des spectres UV en fonction de la
conjugaison ± importante du pyrane avec les cycles
aromatiques. Le OH supplémentaire en 3 du noyau
Flavonol, induit un déplacement vers des longueurs d’onde plus élevées par rapport au noyau Flavone.
Quant aux Flavanols (sans cétone), ils ont un spectre UV peu caractéristique.

Dosage

HPLC. Chaque molécule peut être séparée et dosée. Le support le plus utilisé est le gel de silice en phase
inversée. Vu leur spectre UV caractéristique, le détecteur à barrettes de diodes permet de connaître le type
de flavonoïdes même en l’absence de témoin spécifique. Deux flavonoïdes proches bien séparés par HPLC :
diosmine, hespéridine. Les temps de rétention sont ≠ et la surface de chaque pic comparée à celle d’un
témoin permet de calculer leur % dans la plante ou dans l’extrait.

Dosage spectrophotométrique : dosage classique de l’ensemble des flavonoïdes d’une drogue. Méthodes
différentes pour les O- et C- hétérosides car la liaison C-C est beaucoup plus stable et l’hydrolyse est bcp plus
difficile. Partie aliquote : partie contenue exactement un certain nbre de fois dans un tout. ex: 20,0 mL est
une partie aliquote de 60,0 mL

Dosage spectrophotométrique O-hétérosides Dosage spectrophotométrique C-hétérosides

Formol (ou formaldéhyde) + HCl est un réactif qui La liaison C-C étant bcp plus stable que C-O et donc
permet la mise en évidence des tanins catéchiques très difficile à scinder, pas d’hydrolyse (pas d’ajout
(et ici leur élimination après filtration). En présence de H+) pour les C-hétéroside.
de ce réactif, ce type de tanins précipite.

72
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Propriétés biologiques

Piégeurs de radicaux libres

Ils empêchent les dégradations occasionnées par ces radicaux, notamment au niveau des phospholipides
membranaires. Cette propriété est liée à la présence des fonctions phénols : un flavonoïde ayant plusieurs
fonctions phénols sur le cycle B sera plus anti-oxydant que la molécule correspondante n’ayant qu’un phénol
sur ce cycle.

Inhibiteurs enzymatiques

- l’histidine décarboxylase (empêche la formation d’ histamine) → anti-allergiques


- la 5-lipoxygénase et cyclo-oxygénase (COX) → anti-inflammatoires et anti-allergiques
- l’élastase → empêchent la dégradation du collagène
- l’hyaluronidase → conservation de la gaine vasculaire
- la catéchol-O-méthyltransférase (↗ les catécholamines) → élévation de la résistance capillaire
- la phosphodiestérase de l’AMPc → anti-agrégant plaquettaire

Indications thérapeutiques

Ils sont utilisés dans l’insuffisance veineuse : ils ↘ la perméabilité des capillaires sanguins et renforcent leur
résistance
- ↗ le tonus veineux et la microcirculation = veinotropes, capillarotropes
- utilisés dans problèmes de jambes lourdes, crampes, hémorroïdes…

Les flavonoïdes sont aussi anti-inflammatoires (interviennent dans le métabolisme de l ’ac arachidonique)
et anti-allergiques. Enfin, ils sont diurétiques. Certains sont hépatoprotecteurs, antispasmodiques,
antibactériens, antiviraux. Certains flavonoïdes sont anxiolytiques, favorisent l’endormissement. Ces
propriétés pourraient expliquer en partie l’activité de certaines plantes traditonnellement utilisées telles la
passiflore, l’aubépine, la valériane…

Étude de quelques flavonoïdes isolés

contre l’insuffisance veineuse : Rutoside / rutine (savoir dessiner), Diosmine / hespéridoside (savoir dessiner)
Structure / saveur : Naringoside (savoir dessiner)

Flavonoïdes extraits de plante

Rutine ou rutoside
C’est un flavonol extrait des boutons floraux de Sophora japonica.

Dérivés du rutoside

La très faible solubilité du rutoside a conduit à la mise au point de dérivés plus solubles, mais qui seraient
moins actifs ! Troxérutine. Les spécialités qui en renferment sont surtout utilisées dans les manifestations
de l'insuffisance veineuse. Solubilité : facilement soluble dans l’eau, peu soluble dans l’éthanol à 96%,
pratiquement insoluble dans le chlorure de méthylène

73
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Flavonoïdes extraits de Citrus : Diosmine et Hespéridoside / hespéridine

Extraction du péricarpe des Diosmine Hespéridoside ou hespéridine


Citrus sous forme de dérivés Flavones Dihydroflavones (Flavanones)
Ca ou Mg. Utilisés en
mélange, en association avec
d'autres molécules. Surtout
utilisés dans l'insuffisance
veineuse.

R= Rutinose: disaccharide Rhamnose-α(1→6)-glucose


Ces sont des O-hétérosides (liaison sur le OH en 7). Seule différence entre
les 2 molécules, la double liaison en 2,3 présente ou non.

Étude de l’amertume du naringoside


Naringoside naringétol +
Amertume de certains Citrus = naringétol + néohespéridose en 7 rutinose en 7

Leur amertume est souvent due au naringoside


(naringénine), principe actif amer hydrosoluble.

amer pas amer


Seule différence entre les 2 structures, la liaison entre rhamnose + glucose du
disaccharide α(1→2) : indispensable pour l'amertume ! Le rhamnose est un
désoxyose. La liaison du disaccharide avec la génine flavonoïdique se fait entre le
OH hémiacétalique du glucose et un OH de la génine pour les O-hétérosides. Ces 2
Flavanones ou Dihydroflavones ont la même génine. Seule la liaison du sucre les
différencie.

Une simple ouverture du cycle


central transforme la saveur
amère en saveur sucrée.

Les récepteurs (amer, sucré) de


la langue sont très proches. Ce
qui explique que certains sucres
comme le mannose sont doux-
amers et que des sucres
modifiés sont amers.

Comme pour la saveur amère, la liaison α(1→2) au niveau du disaccharide est indispensable pour la saveur
sucrée.

74
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Phyto-œstrogènes : Isoflavones & Flavonoïdes prénylés

Isoflavones

En concentration importante dans les graines de soja. On en trouve également dans le trèfle et la luzerne ...

Chez les végétaux, bcp d’isoflavones sont des phytoalexines, substances produites par
la plante en réponse à une infection par un agent pathogène, le plus souvent «
champignons ». Certains dérivés sont utilisés comme insecticides. Ces molécules sont à
l’origine d’infertilité chez les ovins australiens consommant du trèfle rouge en excès;
elles sont moins actives chez les vaches. savoir dessiner la génistéine

phyto-œstrogènes → agissent après métabolisation comme des œstrogènes faibles : liaison aux récepteurs
des œstrogènes du fait d’une similarité de structure avec le 17 β-œstradiol. La posologie thérapeutique est
d’environ 75 mg d’hétérosides par jour.

Dans la plante, principalement sous forme hétérosidique inactive


Tractus gastro-intestinal : hydrolyse de la liaison osidique

Les métabolites d’isoflavones se fixeraient donc sur les Rc des oestrogènes.

Ce sont des inhibiteurs de tyrosine-kinase → ↘ de la prolifération cellulaire, agiraient sur cancer du sein et
de la prostate (voir population asiatique consommant beaucoup de soja). Génistéine est anticancérigène.

↘ les manifestations de la ménopause et le risque d'ostéoporose.

Flavonoïdes prénylés : hopéine

Le houblon, Humulus lupulus, est connu pour ses vertus apaisantes et soporifiques. C’est aussi
une matière première essentielle pour la fabrication de la bière. On a découvert que le houblon
soulageait les plaintes liées à la ménopause. Ils en ont isolé la naringénine prénylée en 8,
responsable des effets oestrogéniques chez les personnes manipulant où consommant de
grandes qtés de ces matières premières (fabrication de la bière...).

Drogue : fleurs femelles

Hopéine présente dans le houblon, mais en faible quantité


Dérivé du 2-phénylchromone prénylé en 8
Agit à très faible dose
Posologie thérapeutique (1 mg/jour) → très inférieure à celle des isoflavones

75
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Substances apparentées aux flavonoïdes : Flavan-3-ols et Flavan-3,4-diols, Chalcones et Aurones,


Flavanolignanes

Flavan-3-ols Flavan-3,4-diols Chalcones Aurones


Pas d'hétérocycle Hétérocycle pentagonal
central
Chaîne de 3C
cétonique
insaturée

Catéchol : R1=OH, R2=H Précurseur Précurseur des Rares dans la nature :


Gallocatéchol : R1=OH, R2=OH des tanins catéchiques flavonoïdes Pigments des fleurs de
Pas de fonction cétonique en C4 Chrysanthelleum indicum

Flavonolignanes

Les flavonolignanes proviennent d’un couplage mixte entre un flavonoïde et une unité
phénylpropanique. Les flavonolignanes les plus connus sont ceux isolés des graines du Chardon Marie
(Silybum marianum).

Ces flavonolignanes ont initialement été isolés sous forme complexe


de plusieurs molécules appelé silymarine (juste savoir reconnaitre).

Ph.Eur: Silybi mariani fructus


Fruit mûr
Teneur : min 1,5 % de silymarine, exprimée en silibinine
Extrait sec purifié et titré
Teneur : 30% à 65% de silymarine, exprimée en silibinine
La teneur doit être de ± 10% de la teneur indiquée sur l’étiquette
Indications thérapeutiques
- Prévention et ttt de divers troubles liés au foie : hépatite, cirrhose, calculs biliaires, ictère (jaunisse)
et dommages hépatotoxiques
- Hépato protecteur: activité préventive de la silymarine sur l'hépatotoxicité de divers produits:
tétrachlorure de carbone, phalloïdine, alcool, médicaments…

76
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

3- Anthocyanes

Rôle dans la nature

Il s'agit de pigments hydrosolubles responsables de la coloration rouge, rose, bleue, violette…de la plupart
des fleurs (mauve, bleuet, coquelicot, hibiscus…) et des fruits (cassis, myrtilles, raisins...). Grâce à ces
colorations vives ils jouent un rôle majeur dans la pollinisation & la dispersion des graines.

Origine biosynthétique

Ils sont issus du métabolisme des flavonoïdes. Les flavanes-3,4-diols seraient


leurs précurseurs. Ce sont des dérivés du 2-phénylbenzopyrilium ou cation
flavylium. La coloration de ces molécules s’explique par la conjugaison des
doubles liaisons du noyau central avec les cycles aromatiques.

Structure des anthocyanes

Hydroxylés en 3. OH ou OCH3 en 5, 7, 4’. Souvent substitution(s) supplémentaire(s) en 3’.


cyanidol : R1=OH et R2=H savoir dessiner

Structure des hétérosides (juste reconnaitre)

Les anthocyanes existent sous forme


- de génines / Anthocyanidols ou anthocyanidines: sous forme
cationique en milieu ac
- d’hétérosides / Anthocyanosides

Il existe des métalloanthocyanosides (PM élevé).

Souvent 3-monoosides ou 3,5- biosides. La partie osidique est le plus souvent:


- monosaccharidique (gluc., galact., rhamn.)
- disaccharidique (rutinose, xylosylglucose)

77
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Propriétés physico-chimiques

Les solutions d’anthocyanosides en milieu neutre ou légèrement ac perdent assez rapidement leur
coloration : l’hydratation du cation (substance incolore) se fait plus rapidement que la transformation en
anhydrobase colorée.
Comment expliquer la coloration des plantes vu que le pH vacuolaire n’est que rarement inférieur à 3 et que
ces vacuoles contiennent une quantité d’eau non négligeable ?

Par stabilisation de la structure :

1. auto-association ou auto-copigmentation : empilement intermoléculaire d’anthocyanosides qui se


protègent mutuellement

2. adsorption sur des macromolécules : protéines, pectines...

3. co-pigmentation intra-moléculaire : les ac


acylants et les sucres forment un « sandwich »

4. copigmentation intermoléculaire avec des


flavonoïdes et complexation avec des
métaux

Lorsqu’ils sont extraits et isolés, les anthocyanosides sont instables en présence d’eau, d’oxygène, de
lumière, de température élevée. On peut les stabiliser par le dioxyde de soufre qui conduit à la formation de
dérivés sulfoniques en C4 stables (réaction réversible). Ils sont extraits par un alcool + 0,1 à 1% d ’HCl ou ac
trifluoroacétique (volatil) sous la forme cationique. Séparation de la forme cationique sur colonne RP8 ou
résine échangeuse d’ions.
Dosage des anthocyanosides

Dosage spectrophotométrique : Aux longueurs d'onde des maxima d'absorption de ces molécules, les
interférences sont exceptionnelles. Le dosage est rapide : Extraction par une solution alcoolique ac (exempte
d'eau) afin d'avoir la forme cationique stable. Lecture directe (sans addition de réactif) à la longueur d'onde
correspondant au maximum d'absorption de la solution extractive (528 nm pour la vigne).
Dosage HPLC : Séparation sur colonne en phase inverse et spectre UV caractéristique décelé par un détecteur
à barrettes de diode.

78
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Action pharmacologique et emplois

- piégeurs de radicaux libres (anti-oxydant)


- Inhibiteurs enzymatiques au niveau de :
o l’élastase et la collagénase : empêchent la dégradation des parois vasculaires
o la hyaluronidase : conservation de la gaine vasculaire
- Ils sont veino-actifs utilisés dans l’insuffisance veineuse et surtout en ophtalmologie en cas de
troubles circulatoires au niveau de la rétine ou de la choroïde (mbr vasculaire recouvrant l’œil) et
pour améliorer la vision crépusculaire.

Autres utilisations

Ils sont utilisés pour leur pouvoir colorant. Ils ne présentent aucune toxicité et sont utilisés comme additif
alimentaire dans les boissons, les confitures, la confiserie… Restriction de leur emploi due à leur instabilité
surtout en milieu aqueux et à leur insolubilité dans les lipides.

Myrtille / Fruits

Vaccinium myrtillus. Composition chimique des baies :


- Riches en eau, en sucre et en ac organiques
- Nombreux composés phénoliques dont :
o des anthocyanosides
o des ac phénols
o des flavan-3-ols monomères
o des proanthocyanidols et des tanins
o des flavonoïdes
L'industrie pharmaceutique prépare un extrait hydrosoluble purifié, titrant 70% d'anthocyanosides.
Usages : astringent doux par voie interne et externe surtout utilisé:
- dans les manifestations de l'insuffisance veineuse
- Principalement recommandé pour améliorer la microcirculation (troubles capillaires et veineux)
- ↗ l'acuité visuelle surtout en lumière atténuée
Utilisé (action des tanins et flavans-3-ols)
- Dans les diarrhées légères
- Combat les spasmes des colites : ttt des entérites

79
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Cassis / Fruits

Cassis - Ribes nigrum


On utilise également les feuilles qui contiennent des polyphénols autres que les anthocyanosides.
Composition chimique des baies:
- Riches en sucre et en ac organiques
- Flavonoïdes : hétérosides à noyau flavonol
- Anthocyanosides : glucoside et rutinoside de cyanidol
- Tanins et pectines
Usages : Comme la myrtille, les baies de cassis sont utilisées dans les manifestations de l'insuffisance
veineuse principalement pour améliorer la microcirculation et ↗ l'acuité visuelle.

Vigne rouge / Feuilles

Le terme de vigne rouge Vitis vinifera, désigne les cultivars de vigne à raisin noir et à pulpe rouge dont le
feuillage rougit à l'automne. Les feuilles séchées sont très rouges, violacées ; cette coloration est liée à la
concentration importante en anthocyanosides.
Usages
- manifestations de l'insuffisance veineuse
- symptômes hémorroïdaires
- irritations oculaires dues à des causes bénignes.

80
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 6 : Tanins galliques & catéchiques, proanthocyanidols : Produits mixtes

Au départ, ≠ types de molécules ayant des propriétés similaires rentraient dans la classe "tanins". Ces
propriétés sont :
- Propriétés tannantes : transformation de la peau fraîche en cuir imputrescible en établissant des
liaisons entre les fibres du collagène (résistance à l ’eau, à la chaleur, à l’abrasion).
- Formation de complexes avec les macromolécules surtout avec les protéines qu’ils précipitent.
- Propriétés astringentes : ils précipitent les glycoprotéines de la salive qui perd son pouvoir lubrifiant,
d’où l’âpreté caractéristique des tanins.

1- Tanins

Composés polyphénoliques hydrosolubles ayant un PM entre 500 et 3000 qui présentent, à côté des
réactions classiques des phénols, la propriété de précipiter les alcaloïdes et les protéines.

Classification actuelle

1. Tanins hydrolysables ou galliques3 et ellagiques


2. Tanins condensés ou catéchiques ou proanthocyanidols

Tanins galliques ou hydrolysables

Tanins hydrolysables = galliques et ellagiques → (poly)esters d’ac-phénol et de sucre


- le sucre est généralement le glucose
- ac phénol = ac gallique ou autre. Plusieurs ac pour un seul sucre.

Si ac phénol = ac gallique (C6-C1) → tanins galliques


• 1 liaison ester avec le sucre par molécule d’ac gallique
• le glucose est estérifié par plusieurs molécules d’ac

3
gallique car isolé de la galle du chêne
81
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Si ac phénol = ac hexahydroxydiphénique / ac ellagique → tanins ellagiques


ac hexahydroxydiphénique (HHDP) : couplage oxydatif C2-C2’. HHDP donne après
rotation d’un de ses cycles puis lactonisation, l’ac ellagique (découvert dans la noix
de galle « ellag » = « galle » à l’envers lol mdr trop d’humour). ac ellagique : pas
de fonction ac mais 2 lactones.
ac ellagique : juste reconnaitre
ac HHDP : savoir dessiner

Types de liaisons : 1 ac HHDP donne 2 liaisons esters


avec le sucre.
Pour cette molécule, il y aura 3 liaisons esters avec le sucre.

Les mono et les digalloyl-glucose ne présentent pas les propriétés classiques


des tanins (PM trop faible). Les propriétés « tannantes » sont dues aux
triesters et autres esters de PM supérieurs. juste reconnaitre

De nombreuses combinaisons (esters) sont possibles entre le glucose et les


2 types d’ac: gallique et HHDP. Molécules liées entre-elles par des liaisons
esters mais aussi éthers.
Pourquoi l’appellation « tanins hydrolysables » ?
Tanins hydrolysables car en milieu ac + chauffage, ils s’hydrolysent en libérant les molécules de départ : le
sucre et les ac correspondants. Si pas de précautions particulières, l’ac HHDP se transforme en ac ellagique.
On pourrait aussi les appeler Tanins saponifiables.

82
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Tanins condensés

Ce sont des dérivés non hétérosidiques (pas d’oses) → ≠ des tanins galliques

Catéchol Gallocatéchol
R1 OH OH
R2 H OH
nombre de OH sur le
2 3
cycle B

Relation flavonoïdes – tanins condensés :


Ces unités flavaniques sont liées entre elles par des
liaisons C-C → condensation et polymérisation : trimères
et oligomères → polymères (PM élevé)
Différentes appellations pour ces tanins : Tanins
condensés / Tanins catéchiques (unités flavan-3-ol) /
Proanthocyanidols : plutôt utilisés pour dimères,
trimères : par chauffage + ac, ils donnent des
anthocyanidols et non les unités flavan-3-ol.
L’anthocyanidol formé peut être
- cyanidol (monomère catéchol) → procyanidols
- delphinidol (monomère gallocatéchol) → prodelphinidols.
La majorité des liaisons est C4-C8. Cette liaison C4-C8 est tjs trans par rapport au OH en C3.

Solubilité et extraction des tanins

Les tanins se dissolvent dans l’eau sous forme de solutions colloïdales mais leur solubilité varie en fonction
du degré de polymérisation. Ils sont solubles dans l’acétone et les alcools. Pour le dosage, on les extrait à
l’eau bouillante. Coloration avec le FeCl3 (phénols). Précipitation avec sels de métaux lourds. Précipitation
avec la gélatine.

Tanins hydrolysables et condensés : différenciation des 2 classes


- Par leur comportement en milieu ac à chaud
- Par une réaction au formol/HCl (réaction de Stiasny) : les tanins condensés précipitent, les tanins
hydrolysables restent en solution
- Par des réactions de coloration spécifiques

83
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Tanins condensés : réaction spécifique

La réaction de Stiasny est utilisée non seulement pour différencier les 2 types de tanins, mais également lors
du dosage des flavonoïdes dans différentes plantes afin d’éliminer les tanins catéchiques vu que ces 2 classes
phytochimiques cohabitent souvent (même voie biogénétique).
C’est de l’urotropine que l’on ajoute lors du dosage des flavonoïdes. L’urotropine lors du chauffage donne
du formol.
Formol+ HCl = réaction de précipitation des tanins catéchiques

Séparation, Caractérisation des tanins

Séparation et purification par ≠ extractions puis chromatographie soit sur colonne, soit liquide/liquide…
Attention il est difficile d’effectuer une CCM sur un tanin de haut PM. On peut cependant effectuer des
analyses après chauffage en milieu ac et analyser la solution obtenue :
- les tanins condensés donneront un anthocyanidol les tanins condensés donneront un anthocyanidol pour
la partie inférieure du polymère.
- les tanins hydrolysables donneront soit l’ac gallique +/ou l’ac HHDP (ce dernier se transforme rapidement
en ac ellagique).

Dosage des tanins

Il s’agit d’un dosage spectrophotométrique (Ph.Eur.). Le même mode opératoire est appliqué à toutes les
plantes, qu’elles contiennent des tanins galliques ou condensés, ce qui permet de comparer le « pouvoir
tannant » des différentes plantes dosées. Ce dosage est basé sur 2 propriétés :
- Formation de complexes avec les macromolécules → ajout de poudre de peau afin de les éliminer
de la solution extractive
- Nature polyphénolique des tanins → coloration bleue avec le réactif phosphomolybdotungstique +
Na2CO3

Ce dosage est effectué par rapport au témoin


pyrogallol, polyphénol simple qui va comme les
tanins mais aussi d’autres polyphénols, donner une
coloration bleue avec le réactif utilisé.
Le calcul du pourcentage n’est pas effectué par
rapport à une absorbance spécifique donnée dans
la pharmacopée mais par rapport à l’absorbance
d’une solution de pyrogallol (de concentration bien
déterminée) mesurée au même moment et dans les
mêmes conditions que les solutions à examiner.
84
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Propriétés biologiques

- Formation de complexes avec les macromolécules surtout avec les protéines qu’ils précipitent.
- Propriétés tannantes : transformation de la peau fraîche en cuir imputrescible en établissant des
liaisons entre les fibres du collagène (résistance à l’eau, à la chaleur, à l’abrasion).
- Propriété astringente : précipitation des glycoprotéines de la salive qui perd son pouvoir lubrifiant,
d’où l’âpreté caractéristique des tanins.
Comme les flavonoïdes, ce sont des :
- Piégeurs de radicaux libres : inhibiteurs de la peroxydation lipidique, de la formation de l’ion
superoxyde.
- Inhibiteurs enzymatiques au niveau de :
o la 5-lipoxygénase : action anti-inflammatoire
o l’hyaluronidase : meilleure conservation de la gaine vasculaire
o la transcriptase inverse : inhibition de la réplication des virus et inhibition de leur adsorption
sur les cellules

Actions pharmacologiques et emplois

Effet vasoconstricteur sur les petits vaisseaux superficiels.


En limitant la perte des fluides et en empêchant les agressions extérieures, ils favorisent la régénération des
tissus : utilisés en cas de blessure superficielle ou de brûlure, utilisés pour soulager les symptômes
hémorroïdaires.
Utilisés comme antidiarrhéiques
Effet antiseptique (antibactérien et antifongique) mis à profit par voie locale dans certaines dermatoses,
affections de la cavité buccale, les diarrhées infectieuses.

85
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Proanthocyanidols : dimères et trimères

Substances de PM inférieur aux tanins. Comme les flavonoïdes, ils sont :


- piégeurs de radicaux libres : ce sont souvent des antioxydants puissants vu le nombre important de
OH sur leur structure
- inhibiteurs enzymatiques au niveau de:
o l’histidine décarboxylase → ils empêchent la formation d’histamine → agissent sur l’allergie
o l’élastase et de la collagénase → ils empêchent la dégradation du collagène
o l’enzyme de conversion de l’angiotensine
- veino-actifs
Ils seraient des modulateurs de la production de monoxyde d’azote (NO). Un excès de NO est associé à
diverses maladies comme : arthrite, inflammation chronique, athérosclérose.

Propriétés particulières des dimères & trimères

- canneberge d’Amérique (baies) (Vaccinium macrocarpon). Action au niveau des infections urinaires
empêche l’adhésion des bactéries
- Pelargonium sidoïdes (racines) empêche l’adhésion des bactéries sur les muqueuses des voies
respiratoires
- myrtille: empêche l’adhésion des bactéries sur les muqueuses intestinales (ttt des entérites)
- cassis (Ribes nigrum) dont les feuilles sont anti-inflammatoires et régénèrent le cartilage
- cannelle (Cinnamomum zeylanicum et C. cassia ) écorce. Action positive sur le DDT2
- aubépine (Crataegus sp.): baies. action régulatrice au niveau cardiaque.

Pigments des vins rouges : évolution

Vins jeunes : Couleur rouge violacée, Malvidine +++, Astringence, Tanins :


proanthocyanidines. Pigments formés dans les vins rouges à partir
d’anthocyanes et de Flavane-3-ols : évolution de la couleur et de la saveur
au cours du vieillissement.
Vins après un an : couleur plus ambrée, astringence moindre. 50% de
malvidine liée aux tanins → Pigment plus stable
Vins après plusieurs années : La taille des complexes moléculaires ↗, ce
qui conduit à leur insolubilisation progressive et à leur précipitation qui
s’accompagne d’une modification de la saveur du vin.

86
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 7 : quinones & naphtodianthrones : voie métabolique : voie des


polyacétates

1- Quinones

Quinones : Composés oxygénés aromatiques


- toujours 2 cétones fixées sur un cycle aromatique
- ces cétones sont conjuguées aux doubles liaisons du cycle aromatique

Propriétés physico-chimiques

Agents d’oxydation doux → interconversion aisée en hydroquinones (forme réduite) →


l’obtention des formes réduites est délicate car oxydation spontanée au cours de
l’extraction.
Tendance à l’addition de nucléophiles. Exemple d’addition nucléophile sur le groupement carbonyle (C +
centre électrophile).

Conséquence : Allergie
Benzo et naphtoquinones sont allergisantes : elles se combinent par leur centre électrophile avec les
fonctions amine et thiol des macromolécules → dermatites par sensibilisation
Allergie chez les horticulteurs due à une primevère d’origine asiatique contenant de la primine. Chez les
travailleurs de l’industrie de bois exotiques comme le teck, les palissandres. Exceptionnellement, allergie
quand contact prolongé avec un instrument de musique construit avec ce type de bois.

Benzoquinones et naphtoquinones (sous forme de génines) sont entraînables à la vapeur d’eau.


Génines : pratiquement insolubles dans l’eau, solubles dans les solvants organiques
Hétérosides : solubles dans l’eau et dans les solutions hydro-alcooliques (+ chaleur pour ↗ la solubilité)

Biosynthèse / Distribution

Biosynthèse : ≠ voies dont celle des acétates. Les quinones étant issues de l'oxydation de phénols, on peut
aussi les trouver dans des classes ≠ de métabolites secondaires ayant au départ, des fonctions phénoliques.
Distribution : Nombre limité de familles botaniques

87
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- Benzoquinones

La forme réduite de la 1,4-benzoquinone, l’hydroquinone se retrouve dans les feuilles


de busserole sous forme de O-glucoside. Il s’agit de l’arbutoside (savoir le dessiner)
présent dans la busserole, utilisé comme antiseptique urinaire.
Busserole (Arctostaphylos uva-ursi) : La busserole est un sous-arbrisseau à tiges rampantes et feuilles
persistantes. Ce sont les feuilles qui sont utilisées : elles sont coriaces, spatulées et ne doivent pas être
confondues avec celles de l’airelle et du buis.

Ubiquinone / Coenzyme Q10 (savoir reconnaitre)

Il existe ≠ types d’ubiquinones.


Ces composés interviennent comme transporteurs d’électrons au niveau de
la respiration cellulaire et de la photosynthèse → certains les considèrent
comme des métabolites primaires et non secondaires.
Sources :
- Animales : poissons gras, volailles
- Végétales : céréales complètes, noisettes, ≠ légumes et tout particulièrement, les épinards
C’est un puissant antioxydant ajouté à de nombreux compléments alimentaires. Pour que le coenzme Q10
piège et neutralise les radicaux libres, il doit d’abord être transformé en sa forme réduite: CoQ10H2 appelée
ubiquinol. C’est cette forme réduite qui neutralise le plus efficacement les radicaux libres et ↗ la capacité
de production d’énergie mitochondriale. Il semble que l’ubiquinol puisse prévenir à la fois l’initiation et la
propagation de la peroxydation lipidique, alors que l’α-tocophérol agit exclusivement en inhibant la
propagation.
Utilisations : Les propriétés anti-oxydantes permettent de protéger l’intégrité des lipides des mbr cellulaires
et leurs mitoch ce qui aurait un effet préventif sur : les maladies CV, le cancer.

88
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

3- Naphtoquinones

Propriétés biologiques, utilisation

La plumbagone (dans droséras) anciennement utilisée pour ses propriétés antispasmodiques et anti-
bactériennes dans les affections des voies respiratoires. La plupart des naphtoquinones sont cytotoxiques,
c’est le cas de la plumbagone → le droséra est interdit à dose pondérale.

Propriétés biologiques
- Antibactériens et fongicides
- Propriétés tinctoriales4 :
o lawsone dans le henné → utilisation comme colorant pour les cheveux et la peau
o juglone dans le noyer. Le brou de noix était utilisé pour colorer les bois.

Vitamine K savoir reconnaitre

Vitamine K, liposoluble, appelée vit anti-hémorragique. Il en existe 2 origines


et 2 formes, se différenciant par la chaîne latérale.
Origine végétale : huiles de soja, de colza, légumes verts
Origine bactérienne : synthétisée par des micro-organismes, y compris des bactéries de l'intestin de
l'homme, on en trouve notamment dans certains laitages fermentés.

4- Anthraquinones

Anthraquinones tinctoriales

Ex : Le carmin ou ac carminique (savoir le reconnaitre). Le carmin est une


anthraquinone hétérosidique (glc) tétra hydroxylée à fonction ac.
Il est extrait des cochenilles, insectes se développant sur le figuier de barbarie (Amérique Centrale). Les
insectes femelles desséchés contiennent environ 10% d ’ac carminique (pas d’activité laxative).
Colorant rouge naturel : très largement utilisé en cosmétologie et dans l’industrie alimentaire pour la
coloration des viandes, poissons, gambas, glaces, bonbons, boissons…
En pharmacie, c’est un indicateur de bonne homogénéité utilisé lors de la préparation de triturations (1/10)
de substances toxiques dans le lactose. Il est parfois déconseillé vu le risque de contamination
microbiologique lié à son origine animale, mais le risque est minime en Pharmacie si on le compare à son
utilisation en agroalimentaire où il n’y a pas de restriction !

4
relatif à la teinture
89
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

5- Dérivés d’anthraquinones à propriétés laxatives : dérivés 1,8-dihydroxy-anthracéniques

1,8 dihydroxyanthracéniques

Dans cette classe de produits, on trouve des monomères, des dimères. Ces composés ≠ peuvent se présenter
sous forme de génines libres (aglycones), d’hétérosides. Enfin leur degré d’oxydation est variable, il y a des
formes oxydées (anthraquinones), des formes réduites (anthrones).

Structure générale

Substitution indispensable pour avoir l’activité laxative : 2 phénols en 1 et 8. Notons que le OH en 1 ou en


8 peut être lié à un ose sans toutefois perdre son activité laxative, bien au contraire. Ce sont donc les dérivés
1-8 dihydroxyanthracéniques qui sont actifs.
Sur cette structure, on trouve :
- Toujours C3 substitué par un C-X (R2 = CH3, CH2OH ou COOH)
- Parfois C6 substitué par un O-X (R1 = OH ou OCH3)
Au niveau du C10, le degré d'oxydation est variable.

- Monomères : formes oxydées. Anthraquinones : 2 cétones en 9 et 10.


Rhéine: COOH en C3 → soluble dans des bases faibles comme NaHCO3 . savoir
dessiner la rhéine
Remarque: génines libres monomères dans les drogues, tjs sous forme oxydée,
forme anthrone peu stable (différence avec les hétérosides).

- Monomères : formes réduites (Formes réduites monomères peu fréquentes


sous forme de génines libres car s’oxydent rapidement). Anthrones : 1 fonction
cétone en 9, méthylène en 10.

- Dimères: formes réduites. anthrone car 1 seule cétone par monomère. Ces dimères
sont formés lors du séchage.

Sennidines: COOH en C3 → solubles dans des bases faibles (NaHCO3).


Ces molécules sont présentes dans le séné. savoir dessiner sennidine B et sennoside
B
Homodianthrones : R = COOH → Sennidines A & B (isomérie au niveau 10, 10')
Hétérodianthrones : R = CH2OH → 2 parties sont différentes → Sennidines C & D
(isomérie au niveau 10, 10')
90
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

O-Hétérosides et séchage

Pour certaines plantes, il y a des différences


entre la drogue fraîche et la drogue séchée.
Lors du séchage, 2 processus de
transformation sont possibles : oxydation &
dimérisation. Il y a deux plantes importantes
pour lesquelles on observe une
transformation : Bourdaine & Séné.

Bourdaine / Frangule

Frangula alnus / Rhamnus frangula. Arbuste dans les bois humides et les taillis de l'Europe occidentale et
centrale. Partie utilisée ou drogue : écorce de tige. La comparaison de la composition chimique de l’écorce
fraîche avec l’écorce séchée de cet arbuste montre des différences.
Dans l’écorce fraîche, il y a surtout des anthrones monomères (forme réduite, CH2 en
10). Formes irritantes. Détectées par bleu de nitrotétrazolium.
Dans la drogue sèche, il y a surtout des anthraquinones monomères (forme oxydée en
10). Formes actives intéressantes. Détectées par alcalis → rouge.
Cette différence est très importante pour cette drogue qui ne peut être utilisée que sous
forme oxydée. Elle est utilisée après un an de conservation ou après chauffage à 100°C.
Dans l’écorce de bourdaine il y a peu de formes libres (génines) et principalement des formes hétérosidiques.

Monomères / O-Hétérosides

Il s’agit de formes
oxydées, formes
anthraquinones.
1 seul sucre sur OH en 6 2 sucres sur OH en 6 et en 8
Franguloside A R = rhamnose Glucofranguloside A R = rhamnose

Franguloside B R = apiose Glucofranguloside B R = apiose

91
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Séné : 2 espèces

- Cassia angustifolia est originaire d'Arabie. Il est cultivé dans le sud de l'Inde.
- Cassia acutifolia / Cassia senna est originaire d'Afrique tropicale
Les sénés officinaux sont des sous-arbrisseaux à folioles opposées. Le fruit est une
gousse (parfois improprement appelée "follicule").
Drogue : Folioles et Gousses. Le pourcentage exigé par la Ph. Eur. est de min 2,5% pour les folioles des 2
espèces. Le % dans les gousses est un peu ≠.

Structure
Dans le séné, il y a aussi des différences entre la composition de la plante fraîche et de la drogue sèche.
Dans les plantes fraîches, il y a surtout des hétérosides d’anthrones monomères.
Dans la drogue, lors du séchage à T° modérée, dimérisation → formation d’hétérosides de dianthrones. Si
le séchage est effectué à T° plus élevée, la liaison hétérosidique est rompue et les génines anthrones
monomères formées sont immédiatement oxydées en génines anthraquinones monomères (peu actives).
Dans la drogue séchée dans de bonnes conditions, il y a donc surtout des formes hétérosidiques et seulement
un peu de formes libres (génines).

Dimères / O-Hétérosides
- Hétérosides d’homodianthrones : R = COOH → 2 parties identiques
Sennosides A & B (isomérie au niveau 10, 10')
- Hétérosides d’hétérodianthrones : R = CH2OH → 2 parties différentes
Sennosides C & D (isomérie au niveau 10, 10')

Liaison au niveau du C10 (pas de C=O) → ce sont des formes anthrones avec centre
de chiralité supplémentaire.

92
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Aloès, Cascara : C-Hétérosides

Des liaisons hétérosidiques autres que O-ose existent. Il s’agit de liaisons C-ose qui sont beaucoup plus
stables. Ces dérivés C-hétérosidiques existent dans 2 autres drogues qui sont aussi fréquemment utilisées;
elles proviennent du cascara d’une part utilisées; elles proviennent du cascara d’une part et de l’aloès d’autre
part. Dans ces 2 drogues, ce sont des hétérosides monomères que l’on rencontre.

Cascara : Rhamnus purshianus. Arbre originaire de l'Amérique du Nord. Drogue ou partie


utilisée : écorce. Elle se présente en fragments assez épais à surface externe parsemée de
lenticelles, recouverte de lichens, de mousses. Saveur très amère. Écorce séchée doit
contenir au min. 8,0% d'hétérosides hydroxy anthracéniques dont 60% au min. sont
constitués par des cascarosides.

Aloès. 2 espèces → Aloès du Cap (Aloe ferox), Aloès des barbades (Aloe barbadensis ou vera). 2 substances
sont obtenues à partir de ces feuilles, donc 2 drogues : suc d’aloès & gel d’aloès.
- Suc d’aloès : Il s’écoule spontanément des faisceaux conducteurs de la feuille
coupée. Concentré par ébullition, le suc épaissi se présente sous forme de
masses brun foncé. Très amer, il contient un pourcentage élevé de dérivés
hydroxyanthracéniques.
- Gel d’Aloès : Il est obtenu après élimination des tissus les plus externes de la
feuille. Il est uniquement constitué par le mucilage. On le retrouve dans les extraits enrichis en
mucilages : utilisés en usage externe comme anti-inflammatoire (cosmétologie).

Structure : Monomères / C-Hétérosides


Formes réduites, formes anthrones → aloïne (= barbaloïne).
savoir dessiner. On les trouve dans l’écorce séchée de cascara
et dans l’aloès (suc).

Autres monomères / C et O-Hétérosides


formes réduites, formes anthrones, une liaison entre le
glucose et le C10, une liaison supplémentaire entre un
glucose et soit OH en 8 (Cascara) soit CH2OH en 3
(Aloès). 2 sucres, donc plus polaires que lorsqu’un seul
sucre → solubilités différentes

93
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Solubilités générales

Génines
- Très peu solubles dans l'eau froide
- Solubles dans les solvants organiques (éther, dichlorométhane…)
- Solubles dans les bases fortes (KOH… car présence de fonctions phénoliques) en donnant une
coloration rouge avec les formes anthraquinoniques libres.
- Solubles dans bicarbonate seulement si présence de fonction COOH
Hétérosides
- Solubles dans l'eau et les solutions hydro-alcooliques. Solubilités améliorées par Q et par ajout de
bicarbonate (si fct COOH). Leur polarité ↗ avec le nombre d’oses.
- Insolubles dans les solvants organiques (éther, dichlorométhane…)

Hydrolyse, transformation

Hétérosides
- O-Ose : hydrolysables par chauffage à reflux pendant 20 minutes en milieu ac → formation de génines
correspondantes.
- C-Ose : liaison beaucoup plus stable que la précédente → hydrolyse par chauffage à reflux prolongé
(4 heures) en milieu ac en présence de FeCl3 → formation de génines oxydées correspondantes
Génines ou hétérosides : Transformation des dimères dianthrones en monomères anthraquinones par Q
(20’) + FeCl3 en milieu neutre.

Caractérisation

1. Au départ, composés colorés en jaune donc facilement repérables lors d ’extraction


2. Réaction de Bornträger: : réaction de coloration vive (rouge, violet-pourpre) en milieu alcalin. Cette
réaction n ’est totale qu’avec les formes anthraquinoniques libres (génines monomères oxydées). Il faut
donc hydrolyser/ oxyder avant d ’effectuer la réaction. Cette coloration est utilisée pour révéler les CCM et
pour les dosages. Dans ce cas, on utilise souvent lacétate de magnésium qui donne des colorations plus
stables que KOH et NaOH.
3. Réaction spécifique des formes anthrones: mise en évidence des formes réduites (anthrones). Coloration
bleue avec le bleu de nitrotétrazolium.

94
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Dosage des O-hétérosides

Drogue en poudre ou extrait sec + solvant aqueux ou hydro- alcoolique + Q. Extraction des hétérosides (+
faible % de génines car Q). Volume bien précis de solution extractive + 0,1 ml d’HCl dil. + solvant organique
(CH 2 Cl 2 ou ROR). Elimination de la couche organique contenant les génines. Volume bien précis de
solution aqueuse ou hydro-alcoolique + FeCl3 + Q à reflux 20 min. Oxydation des formes anthrones en
anthraquinones (monomères ou dimères → hétérosides monomères anthraquinoniques). Ajout d’HCl
conc. + Q reflux 20 min. Hydrolyse des hétérosides → génines monomères anthraquinoniques. Introduction
du mélange dans une ampoule à décanter et extraction par ROR. Solutions ROR dans un jaugé (volume
précis). Les génines monomères anthraquinoniques passent dans la solution organique (coloration jaune
de l’éther). Un volume bien précis d’ROR est prélevé, évaporé à sec et le résidu est dissous dans volume bien
précis d’une solution méthanolique d’acétate de magnésium. Les génines monomères anthraquinoniques
réagissent avec l’acétate de Mg en le colorant en rouge. On mesure l’absorbance à 515 nm en utilisant du
méthanol R comme liquide de compensation L’absorbance spécifique d’une solution témoin étant spécifiée
(absorbance d’une solution à 1% de ce témoin). La valeur trouvée permet de calculer la quantité de génines
anthraquinoniques dans la solution à examiner → la quantité d’hétérosides dans la drogue.

Dosage des C-hétérosides

Drogue en poudre ou extrait sec + solvant aqueux ou hydro- alcoolique + Q. Extraction des hétérosides (+
faible % de génines). Volume bien précis de solution extractive + 0,1 ml d’HCl dil. + solvant organique (CH2Cl2
ou ROR). Elimination de la couche organique contenant les génines. Volume bien précis de solution aqueuse
ou hydro-alcoolique + HCl concentré + FeCl3 + Q à reflux pendant 4 heures. Oxydation des formes
anthrones en anthraquinones et hydrolyse des hétérosides → génines monomères sous forme
anthraquinonique. Introduction du mélange dans une ampoule à décanter et extraction par ROR. Solutions
ROR dans un jaugé (volume précis) Les génines monomères anthraquinoniques passent dans la solution
organique (coloration jaune de l’éther). Un volume bien précis d’ROR est prélevé, évaporé à sec et le résidu
est dissous dans volume bien précis d’une solution méthanolique d’acétate de magnésium. Les génines
monomères anthraquinoniques réagissent avec l’acétate de Mg en le colorant en rouge. On mesure
l’absorbance à 515 nm en utilisant du méthanol R comme liquide de compensation L’absorbance spécifique
d’une solution témoin étant spécifiée (absorbance d’une solution à 1% de ce témoin). La valeur trouvée
permet de calculer la quantité de génines anthraquinoniques dans la solution à examiner → la quantité
d’hétérosides dans la drogue.

95
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Résumé des dosages

Dosage du Cascara (cas particulier)

% de cascarosides au moins 60% du % d’hétérosides totaux


2 types de molécules
- avec 1 seul ose (C-hétérosides uniquement)
- avec 2 oses (O- et C-hétérosides) = cascarosides (+ polaires)
Puisqu’il s’agit de C-hétérosides, il faut chauffer 4 heures en milieu HCl et en présence de FeCl3.
On dose séparément les 2 groupes grâce à leur différence de polarité. Après extraction de tous les
hétérosides par l’eau bouillante, on ajoute de l’ acétate d’éthyle -> 2 phases.
- Phase aqueuse : Cascarosides/2 oses
- Acétate d’éthyle : C-hétérosides /1 ose
On continue le dosage (méthode générale) sur chaque phase. Dès lors, on peut calculer le % des
cascarosides séparément et le rapport entre les 2 types d’hétérosides ce qui est un critère de qualité de la
drogue car la liaison O-hétérosidique est moins stable que la liaison C-hétérosidique.

96
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Dérivés peu actifs

Les génines libres, peu polaires (présentes dans la drogue) sont absorbées au niveau de l'intestin grêle, sont
glucuro-conjuguées au niveau hépatique puis éliminées par voie urinaire (donc peu d’activité laxative).

Dérivés à exclure

Les monoanthrones de la plante fraîche (CH2 en 10) sont très irritantes pour l’intestin, la vessie et l’utérus
→ l’intérêt de rechercher ces formes réduites et de ne pas utiliser les plantes fraîches. L’écorce de frangule
que l’on trouve notamment dans nos régions, ne peut être utilisée qu’après un an de conservation ou après
chauffage à 100°C pour permettre la formation d'hétérosides d'anthraquinones.

Principes Actifs/Mécanisme d’action

Les hétérosides d’anthraquinones, dianthrones, monoanthrones substituées en 10, plus polaires, plus
hydrosolubles et de PM plus important, ne sont ni résorbés ni hydrolysés au niveau de l'intestin grêle.
Parvenus au niveau du côlon ils sont hydrolysés par les β-glucosidases de la flore intestinale. Les génines
ainsi libérées sont réduites : les formes actives sont donc les anthrones formées in situ, ce qui explique le
temps de latence observé entre la prise du composé et l'effet laxatif (8 à 10 h).
Les hétérosides anthracéniques peuvent être considérés comme des pro-drugs : les oses auraient une
fonction de transporteur, empêchant l'absorption du principe actif avant qu'il ne soit libéré dans le côlon
sous l'influence des enzymes bactériennes.
Au niveau du côlon, les dérivés hydroxyanthracéniques agissent sur :
- le mvmt de l'eau et des électrolytes. Ils provoquent une inhibition de la résorption de l'eau et du
sodium. Cette action s’accompagne d’une ↗ de la sécrétion du K+ au niveau de la muqueuse
intestinale.
- la motilité intestinale en ↗ le péristaltisme.
- action sur la synthèse des prostaglandines, mécanisme impliquant le calcium...

Relation Structure/Activité

Les 2 fonctions phénols en 1 et 8 sont indispensables pour l’activité laxative


Les dérivés les plus intéressants sont les hétérosides qui n ’ont pas de -CH2- en 10 (sennosides, rhéine 8-
glucoside, aloïne, cascarosides).
Les dérivés les plus irritants et à exclure sont tous les monomères d’anthrones qui ont un -CH2- en 10.
Enfin, les génines libres sont pratiquement inactives (rhéine, aloe-émodine).

97
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Principes Actifs / Posologie

Ce sont des laxatifs stimulants voire irritants. Une dose journalière a été établie et ne doit pas être dépassée.
Selon le HMPC : 30 mg/jour de dérivés hydroxyanthracéniques.
À dose plus élevée, action purgative plus ou moins forte.
Il existe de grandes différences de pourcentage de dérivés hydroxyanthracéniques d’une drogue à l’autre.

Contre-indications et effets secondaires

Ils sont contre-indiqués : chez les enfants de moins de 12 ans, pendant la grossesse ou l'allaitement, lors de
douleur abdominale de cause indéterminée, lors de l’utilisation d’antiarythmiques, de digitaliques car risque
d’hypokaliémie.
Un usage quotidien et prolongé peut entraîner divers effets secondaires : troubles électrolytiques
(hypokaliémie), troubles électrolytiques (hypokaliémie), trouble permanent du péristaltisme, mélanose du
côlon,…
Leur utilisation doit être limitée à des périodes courtes : 8 à 10 jours.

Formes d’utilisation

Drogues sous différentes formes : Tisane, poudres en gélules. Extraits sous différentes formes : Extraits secs
en gélules, comprimés, Extraits liquides, Différentes spécialités. On donne la préférence aux formes sèches
car dans les liquides, les hétérosides sont facilement hydrolysés (surtout les 0-hétérosides). Molécules
isolées : sennosides → différentes spécialités.

Anthraquinone anti-inflammatoire

Le rhizome de rhubarbe renfermant de la rhéine est utilisé en ttt local


d'appoint des inflammations et infections de la muqueuse de la cavité
buccale. Ce rhizome est aussi utilisé comme laxatif mais il n ’est pas conseillé
car il contient des tanins qui ont un effet inverse (effet constipant).
Diacérhéine : rhéine (anthraquinone) diacétylée sur les 2 OH phénoliques (1
et 8) : Anti-inflammatoire et anti-arthrosique symptomatique à action lente.

98
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

6- Naphtodianthrones

structure : 2 cycles anthrones, 1 cycle naphtalène


Millepertuis (Hypericum perforatum). Partie utilisée (Ph.Eur) : sommité fleurie
séchée, entière ou fragmentée, récoltée pendant la floraison.
savoir reconnaître l’hypéricine
Conjugaison de toutes les doubles liaisons et C=O : coloration rouge
Hypéricine : Principe traceur du millepertuis, responsable du phénomène de photosensibilisation chez
certaines personnes à dose très élevée.
Autres composés du millepertuis :
- Flavonoïdes
- plusieurs flavonols dont l'hypéroside
- Mais également des flavones sous forme de dimères.
- Nombreux composés ac phénoliques : ac caféique, chlorogénique…
- Dérivés prénylés du phloroglucinol : hyperforine (savoir reconnaitre) à propriétés
antibactériennes
- Xanthones en faibles quantités
- Procyanidols et Tanins condensés
On peut doser le millepertuis par dosage spectrophotométrique (Ph. Eur.) et par HPLC (Ph. Eur.).

Le millepertuis est principalement utilisé comme anti-dépresseur.


L'huile de millepertuis (contenant de l'hypéricine = couleur rouge) fut
longtemps utilisée en us ext pour soigner les brûlures. Paradoxalement, les
préparations en us ext ne doivent pas être utilisées avant de s'exposer au soleil
(photosensibilisation). Le millepertuis est aussi utilisé en us ext comme
cicatrisant, adoucissant et antiprurigineux.

99
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 8 : terpénoïdes & stéroïdes

1- Biosynthèse (voie de l’ac mévalonique) : origine des terpénoïdes

Le marquage isotopique a montré que le squelette carboné des terpènes provenait de l’acétate.
Ultérieurement, il fut démontré que l’ac mévalonique est un précurseur universel de ces composés. Tous
les terpènes sont formés par l’assemblage d’un nombre entier d’unités en C5 ramifiées. Cette formation
repose sur trois séquences fondamentales :
- formation de "l'isoprène actif" (C5) à partir de l'acétate via l'ac mévalonique
- couplage "tête à queue" des unités en C5 pour les mono (C10), sesqui (C15) et diterpènes (C20)
- couplage "queue à queue" des unités en C15 ou C20 justifiant l'existence des triterpènes C30 d’une
part et tétraterpènes C40 (caroténoïdes) d’autre part.

a- Origine de "l'isoprène actif"

La 1ère étape est l'activation de l'ac acétique


par estérification avec le thiol du coA →
formation de l'acétyl-CoA puis de
l’acétoacétyl-CoA. La condensation de
l'acétyl-CoA sur l'acétoacétyl-CoA conduit
au 3-OH-3-méthylglutaryl-CoA, qui est
ensuite réduit par le NADPH en ac
mévalonique (MVA). Inhibition de cette
enzyme par la mévastatine (Penicillium
citrinum) et la lovastatine (Aspergillus
terreus et de Monascus ruber -la levure
rouge de riz-), 2 métabolites fongiques ayant
un effet hypocholestérolémiant.
L’ac mévalonique MVA est ensuite
transformé en isopenténylpyrophosphate
(IPP) par phosphorylation &
décarboxylation.
Par isomérisation de l'IPP on obtient le DMAPP (diméthylallylpyrophosphate).

100
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

b- Origine des monoterpènes (C10)

Par un couplage de DMAPP et IPP, il y a formation de


géranylpyrophosphate (GPP, C10). C’est un couplage "tête
à queue" (la tête d’IPP vient se greffer sur la queue du
DMAPP). GPP est le précurseur de tous les monoterpènes.
Il y a cependant quelques exceptions où les 2 unités se couplent de façon différente ce qui donne alors lieu à
des monoterpènes irréguliers (voir pyréthrines).

c- Origine des sesquiterpènes (C15)

Un autre couplage "tête à queue" d’un GPP (C10) et d’IPP (C5) conduit à la
formation du farnésylpyrophosphate (FPP, C15) : le précurseur des
sesquiterpènes.

d- Origine des diterpènes (C20)


Suivant le mécanisme de couplage "tête à queue" d’un FPP (C15) et
d’IPP (C5), il y a formation du géranylgéranyl pyrophosphate (GGPP,
C20) : le précurseur des diterpènes.

e- Origine des triterpènes (C30)


Le FPP C15 peut subir une réaction enzymatique de duplication avec
réduction. Ce couplage de deux unités farnésyliques (FPP) s’effectue
suivant un mode un peu ≠ des précédents, il s’agit d’un couplage
"queue à queue". Le squalène qui en résulte est un précurseur des
triterpènes, mais également des stéroïdes.

f- Origine des tétraterpènes (C40)

C’est une réaction enzymatique de duplication avec


réduction de 2 GGPP s’effectuant suivant un mode "queue
à queue". Ceci est à l’origine des tétraterpènes dont font
partie les carotènes.

g- Résumé

101
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

2- HE

Définition des HE

Ph. Eur. : Produit odorant, généralement de composition complexe obtenu à partir d’une matière première
végétale botaniquement définie, soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, soit par
un procédé mécanique approprié sans chauffage.
Il ne faut pas les confondre avec les plantes aromatiques (qui elles aussi sont odorantes, les posologies et
modes d’administrations étant bien ≠), avec les huiles grasses (qui sont des lipides non volatils).
4 000 odeurs différentes mémorisables par le nez humain. Seuil de détection très variable selon la nature
des produits dont le PM est < 300 pour être volatil.
Perception des odeurs
- Phénomène physicochimique : contacts entre substances volatiles et protéines membranaires des
neurorécepteurs → signaux électriques transmis au cerveau, triés et mémorisés.
- Composante psychosomatique importante : connexions du cortex avec l’hippocampe, les amygdales
et l’hypothalamus (système limbique) → siège de la mémoire des émotions, du rêve, du plaisir et de
la faim → réactions très personnelles (positives ou négatives) aux odeurs ressenties.

Localisation des HE

Structures glandulaires spécialisées


- poches à essence : déjà bien visibles à l’œil nu chez les agrumes
- poils glanduleux : menthe, thym …
- canaux sécréteurs : anis vert…
Les HE peuvent être stockées dans différentes parties de plantes, avec des % très ≠ d’une drogue à l’autre
→ sommités fleuries (lavande), bouton floral (giroflier), feuilles (eucalyptus), fruits (badiane),
écorces (cannelle), rhizomes (gingembre).

Propriétés physico-chimiques

Malgré leur différence de constitution, les HE présentent un certain nombre de caractères communs :
- liquides à T° ordinaire
- volatiles et d’odeur aromatique propre
- entraînables à la vapeur d’eau
- très peu solubles dans l’eau
- lipophiles → solubles dans les solvants organiques apolaires et les alcools de titre élevé
- moins denses que l’eau
- parfois très instables (insaturation, aldéhydes…) → oxydation, dimérisation → résines

102
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Modes d’obtention : distillation & expression mécanique

- la distillation :

entraînement à la vapeur d’eau. production de vapeur → plantes aromatiques et vapeur d’eau → l'HE et la
vapeur d'eau sont entrainées → circuit de refroidissement → L’eau et l’HE sont ensuite séparées par
décantation. Cette technique est possible grâce à la volatilité des H.E. et à leur caractère lipophile.
Calcul du % d’H.E. dans une plante
Pour mesurer le pourcentage d’H.E. dans une plante aromatique, la distillation par entraînement à la vapeur
d'eau est la technique utilisée par la Ph. Eur.
Les conditions de distillation sont précisées pour chaque monographie de plantes. On ajoute au préalable
du xylène au moyen d'une tubulure latérale. Un ballon contient en général de l'eau additionnée de la prise
d'essai exactement pesée. L'ensemble est chauffé et les vapeurs se condensent dans un réfrigérant auquel
est adjoint un tube gradué. Le distillat est recueilli dans ce tube gradué, et l ’H.E. est fixée par le xylène (on
mesure son volume avant l’ajout de la plante et après distillation).

- l’expression mécanique : les H.E. de péricarpes frais de Citrus sont caractérisées par la présence de
composés non volatils

Origine biogénétique

Dans chaque HE, il y a la plupart du temps de très nombreux constituants (composition complexe). Ils
peuvent provenir de deux grandes voies métaboliques bien distinctes :
- Les terpènes : la voie principale → Monoterpènes (les plus communs), Sesquiterpènes
- Les composés aromatiques : au départ de l’ac shikimique → Dérivés C6-C1, Dérivés C6-C3 (dérivés
du phénylpropane)

Composés terpéniques : Monoterpènes (C10) & Sesquiterpènes (C15)

La condensation d’IPP et de son isomère DMAPP donne naissance au GPP : précurseur des monoterpènes
(10C). Le GPP peut être présenté de différentes façons :
Seuls les terpènes les plus volatils (PM<300) : mono (10C) et
sesquiterpènes (15C) se rencontrent dans les HE à de rares
exceptions près. Ils sont classés selon : le cycle présent ou non, les
fonctions présentes ou non.

103
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Hydrocarbures monoterpéniques

HE renfermant des hydrocarbures monoterpéniques : savoir dessiner limonène, pinène, bergaptène

Citron : Citrus limon : Epicarpes des fruits : Limonène5, Pinène6. L'HE est surtout utilisée en parfumerie
et dans l'industrie agro-alimentaire. HE renfermant principalement des hydrocarbures
monoterpéniques. On doit vérifier l'absence de bergaptène : furocoumarine, phototoxique. Les HE de
Citrus sont obtenues par expression, ce qui explique la présence de substances non volatiles comme
les furocoumarines, phototoxiques.
Bergamotte : Citrus aurantium ssp bergamia. Epicarpes des fruits. Limonène, Acétate de linalyle,
bergaptène. L'HE est surtout utilisée en parfumerie et cosmétique (eau de Cologne). danger : phototoxicité
Pin maritime : Pinus pinaster. Composé principal de l’HE (Ph.Eur) : α-pinène. Essence de térébenthine :
Térébenthine obtenue par gemmage. L'HE de térébenthine est surtout utilisée comme rubéfiant (us ext dans
des crèmes).
Pin sylvestre : Pinus sylvestris : feuilles et rameaux frais. Composé principal de l’HE (Ph.Eur) : α-
pinène. L'HE de pin sylvestre est utilisée dans des inhalations et en parfumerie.

HE renfermant des monoterpènes oxygénés acycliques : savoir dessiner

Citronnelle : Parties aériennes. Cymbopogon citratus, C. Winterianus. Composés principaux de l’H.E. :


Citronellal, Citronellol, Géraniol. L'HE est insectifuge.
Mélisse : Feuille. Melissa officinalis. Peu d’HE, composée de Citral, Citronellal. L'HE a des propriétés
antiseptiques, spasmolytiques et sédatives. La mélisse renferme de nbreux autres composés dont l’ac
rosmarinique.
Lavande : Fleur. Lavandula angustifolia. HE renfermant : Linalol, Acétate de linalyle. Les fleurs de lavande et
l’HE ont des propriétés antiseptiques et calmantes (SNC) et insectifuges.
Néroli (HE de fleur d'oranger amer). Citrus aurantium ssp aurantium. Linalol, Acétate de linalyle, Limonène,
Pinène. L'HE est surtout utilisée en parfumerie.

5
monocyclique
6
bicyclique
104
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

HE renfermant des monoterpènes oxygénés cycliques :


Menthe poivrée : Feuilles, parties aériennes fleuries. Mentha piperita. Composés
principaux : Menthol, Menthone. La menthe et l’HE ont des propriétés digestives et
spasmolytiques. L’HE est efficace dans le syndrome du côlon irritable. Préparation
galénique spéciale, enrobage entérique.
Thym : Feuilles et fleurs. Thymus vulgaris. Composés principaux de l’HE : Thymol,
Carvacrol. L'HE est très antiseptique. Le thym est antiseptique et spasmolytique.
Eucalyptus : Feuilles. Eucalyptus globulus. Composés principaux de l’HE : cinéole,
camphre
Romarin : Feuilles et fleurs. Rosmarinus officinalis (Lamiacées). Cette HE est aussi
utilisée comme décongestionnant des voies respiratoires.

HE renfermant principalement des monoterpènes bicycliques cétoniques


Sauge : Feuilles. Salvia officinalis. L’HE de feuille de sauge officinale est riche en
thuyone. Cette HE n’est pas utilisée car elle est toxique. Il existe d’autres sauges
renfermant très peu de thuyone dont l’HE est décrite dans la Ph.Eur. Il s’agit de la
sauge sclarée, la sauge d’Espagne.

Sesquiterpènes (15 C)

Les variations structurales sont du même type que chez les monoterpènes : hydro
carbures, alcools et cétones étant les plus fréquents. L’allongement de la chaîne ↗
le nombre possible de cyclisations → grande variété structurale. Le chamazulène est
un produit de transformation de la matricine. Obtenu lors de l’hydro-distillation, il
donne la couleur bleue à l’H.E.
juste reconnaitre le chamazulène et le bisabolol
HE renfermant principalement des sesquiterpènes :
Matricaire, Camomille allemande : Fleurs. Matricaria recutita / Chamomilla recutita. Composés majoritaires
de l’HE : Bisabolol et/ou oxyde de bisabolol. Composé caractéristique de l’HE : Chamazulène. L'HE a une
couleur bleue caractéristique due au chamazulène formé lors de la distillation par décomposition d'une
lactone sesquiterpénique : la matricine. L'HE est antiinflammatoire. Les fleurs ont des propriétés digestives
et spasmolytiques.

105
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Composés aromatiques

Voie des shikimates : C6-C1 (rares dans les HE), C6-C3 (dérivés du phénylpropane)
C6-C3 : anéthole, eugénol, ac et aldéhyde cinnamique, myristicine savoir dessiner

C6-C1 : vanilline, salicylate de méthyle, coumarine savoir dessiner

106
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Variabilité des HE

Influence du procédé d’obtention


- La composition du produit obtenu par hydrodistillation est souvent ≠ de celle du mélange
initialement présent dans les organes sécréteurs de la plante : l’eau, la T°, l’acidité de la plante…
peuvent induire des hydrolyses, des réarrangements, des isomérisations, …
- L’extraction par les solvants / les gaz supercritiques fournit souvent des produits dont la composition
est plus proche de celle des produits de départ. Absence d’hydrolyse, de réarrangement mais des
substances non volatiles sont extraites également.

Influence du cycle végétatif


Par ailleurs, une HE, peut subir des variations chimiques en fonction de la saison de récolte.
ex : menthe poivrée

Notion de chimiotype ou chémotype


Pour certains types de plantes aromatiques, on constate des variations très importantes et relativement
constantes et ce pour une même espèce -botaniquement- bien identifiée. Ces variations sont liées au bagage
génétique de la plante. Afin de différencier, dans une même espèce, cette variation chimique, on utilise le
terme de : Chémotype (CT) ou Chimiotype ou race chimique.
Le thym (Thymus vulgaris) est une excellente illustration de Chimiotype. À l'ancienne dénomination "essence
de thym rouge" et "essence de thym jaune " ou "essence de thym fort" et "essence de thym doux" se
substitue la notion de Chémotype → Thym à Thymol, Carvacrol, Linalol, Thuyanol, Géraniol, α-terpinéol,
Cinéole. Thymus vulgaris a donc dans son patrimoine génétique la possibilité de biosynthétiser ces molécules
≠. La biosynthèse est sous la dépendance d'enzymes spécifiques, lesquelles vont agir différemment en
fonction de l'environnement.

Influence de facteurs extrinsèques


- Il s’agit de l’incidence du biotope sur la plante, facteurs de l’environnement comme: climat
(humidité, durée d’ensoleillement, vents), altitude, composition du sol…
o influence plus marquée lorsque l’H.E. est stockée en surface (poils sécréteurs des labiées)
o en effet, lorsque la localisation est plus profonde, la qualité est beaucoup plus constante.
- Par ailleurs, les pratiques culturales peuvent parfois aussi influencer la qualité d’une HE. Dans
certains cas il peut même y avoir des variations chimiques en fonction de l’heure de récolte.

107
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

HE : Complexité

Dans chaque lot d’HE produite dans des conditions identiques (au sein d’un même CT), il y a la plupart du
temps de très nombreux constituants, avec souvent une prédominance d’1, voire de 2 ou 3 substances.
Des variations dans la composition chimique d’une espèce donnée sont habituelles et seule l’analyse de très
nombreux lots permet d’établir des normes pour les constituants les + caractéristiques et représentatifs. Les
% imposés sont repris dans des " fourchettes". Ce travail est pris en charge par les experts de la Ph. Eur. qui
se réunissent à Strasbourg (EDQM).

Contrôle de qualité des HE

Seul le respect d’un ensemble de critères de qualité garantira l'authenticité des HE, leur efficacité
thérapeutique et l’absence de toxicité.
La Ph. Eur. a mis au point une stratégie applicable à toutes les HE permettant de bien définir l’HE et de
vérifier son identification et sa pureté. L’étiquetage demandé répond également à certaines exigences. À ce
jour la Ph.Eur. a décrit 34 monographies relatives à la majorité des HE utilisées sur le marché européen. Les
monographies de la Ph. Eur. comportent :
- un profil chromatographique en phase gazeuse (CPG), càd la liste des constituants sélectionnés
parmi ceux qui sont les plus représentatifs et caractéristiques d’une HE
- les limites inférieures et supérieures de concentration de nbreux constituants précités (fourchette)
- souvent un essai de pureté: limite maximale pour certains constituants présentant soit une certaine
toxicité, falsifiant facilement l’essence ou encore susceptible d’altérer l’odeur de l’HE en question….

Profil chromatographique

Le calcul de la [ ] dans l’H.E. de chaque constituant mentionné (profil chromatographique) s’effectue suivant
le procédé de normalisation. Tous les pics (sauf solvant) = 100%. Chaque pic représente un certain % du
total et doit se situer dans la fourchette établie par la Ph. Eur. Dans certaines monographies récentes :
recherche d’énantiomères par chromatographie chirale. La CPG couplée à la MS et même parfois à la RMN
permet d’identifier des pics dans de nouvelles HE.
La Ph.Eur. prévoit aussi ≠ essais dont:
- Densité
- Indice de réfraction
- Angle de rotation optique
- Huiles grasses et HE résinifiées : Faire tomber 1 goutte d’HE sur du papier filtre; la goutte doit
s’évaporer entièrement dans les 24 h sans laisser de tache translucide ou grasse. Ce test permet de
s’assurer facilement et sans matériel sophistiqué que l’HE n’est pas diluée dans une huile grasse
ou qu’elle n’est pas résinifiée (signe de vieillesse ou de mauvaise conservation) !
Dans certains cas seulement : Point de solidification, Indice d’ac, Indice de peroxyde.

108
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Étiquetage et Conservation (Ph. Eur.)

Etiquetage
- Nom scientifique de la matière première utilisée: Nom latin (genre, espèce et parrain) (ex.: Thymus
vulgaris L.)
- Partie utilisée (selon la partie utilisée fruits, fleurs, feuilles, ... les compositions sont très différentes)
Dans les cas appropriés :
o Type d’H.E. et/ou Chémotype (voir thym, romarin …)
o Méthode de production et étapes de ttt additionnelles
o Nom et concentration de tout antioxydant ajouté
Conservation
- En récipient étanche et bien rempli
- À l’abri de la lumière (verre inactinique ou aluminium ou acier inoxydable)
- À une T° fraîche ou au frigo
- Durée de conservation limitée (3 ans) pour éviter l’apparition de résines et de peroxydes.

Activités, posologies, modes d’administration, toxicités…

Très complexes sur le plan chimique, les HE sont encore peu connues sur les plans pharmaco-toxicologique
et clinique. Elles sont souvent coûteuses et donc falsifiées, très actives mais potentiellement toxiques.
Attention à l’aromathérapie !

Intérêt pharmaceutique → Emplois pour leur activité thérapeutique, comme excipients. Historique : Les HE
font partie de la médecine et de la pharmacie européenne depuis le XVIe siècle. À ne pas confondre avec
l’activité de la plante, même si l’H.E. participe dans de nombreux cas à cette activité. On ne peut absolument
pas extrapoler ni les activités, ni les formes d’utilisation et encore moins les posologies !

Activités thérapeutiques
Propriétés antiseptiques : Importantes chez les HE riches en phénols, aldéhydes et alcools. Les plus
antiseptiques et antimycotiques sont les HE de thym, cannelles, giroflier, tea tree, lavande, palmarosa,
cumin… Ce pouvoir antiseptique s’exerce à l’encontre de bactéries pathogènes variées y compris des
souches antibiorésistantes et contre les champignons...
Propriétés eupeptiques (stimulant la digestion) : HE de menthe, anis, fenouil, badiane, matricaire, cannelle
de Ceylan, genièvre, romarin… Ces HE sont réputées pour ↘ les flatulences, les crampes GI et indigestions.
Propriétés décongestionnantes du tractus respiratoire (toux et rhumes) : HE de menthe poivrée, anis,
fenouil, thym, eucalyptus, tea tree, pin sylvestre… (idem pour menthol, camphre, cinéole). Les effets sur la
musculature bronchique rappellent ceux exercés sur l’intestin; ils sont accompagnés d’un effet expectorant
in vivo . Ils sont exploités dans le cas de refroidissements et de toux.

109
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Propriétés sédatives : HE de lavande, néroli (HE de fleurs d’oranger), mélisse… Soulagement des symptômes
du stress mental et favorables à l’endormissement
Propriétés anti-inflammatoires et anti nociceptives : HE de matricaire (bisabolol et chamazulène), HE de
lavande, HE de menthe poivrée dans le ttt du prurit sur peau intacte et des maux de tête avec névralgies,
HE de clou de girofle (eugénol) et HE de myrrhe contre les inflammations des muqueuses buccales et
pharyngées
Ttt des douleurs articulaires et musculaires (en usage externe) : H.E. de térébenthine, genévrier,
wintergreen, romarin, menthe poivrée…
Propriétés insectifuges et insecticides : HE de citronnelle, eucalyptus, melaleuca, marjolaine, lavande

Emplois comme excipients


- Pour aromatiser des formes orales, ce sont surtout les HE à anéthole (anis, fenouil, badiane), de
menthes, d’orange et de citron…
- Pour parfumer des préparations dermo-pharmaceutiques, on utilise les HE de lavande, citron et
citronnelle
- Pour assurer la conservation des formes pharmaceutiques (pouvoir antiseptique)

Posologie et modes d’administration


Posologie en gouttes. Attention 1 goutte = 20 mg (et non 50 mg). Beaucoup de compte-gouttes ne sont pas
bien calibrés.
- Voie orale : gouttes
o soit diluer les gouttes dans une huile alimentaire ou une solution hydroéthanolique
o soit déposer les gouttes sur un sucre ou les triturer dans un peu de miel ou de yaourt sauf si
HE trop irritante
o soit les incorporer dans des gélules
- Voie orale : capsules gastro-résistantes : HE de menthe
- Voie cutanée : Avant de les appliquer sur la peau, il faut toujours :
o diluer une HE dans un excipient adéquat
o veiller à atteindre une concentration max de 5% pour la majorité des cas
(10 % pour HE peu irritantes : thym, romarin, lavande…)
- Voie pulmonaire : inhalation, aérosols
- Bains de bouche ou gargarismes
- Suppositoires ou ovules : diluer les HE ( < 3%) dans un excipient
- Bains

Diffusion dans l’air ambiant :


Ce n’est pas une forme d’administration thérapeutique reconnue mais la diffusion peut avoir une portée
hygiénique de désinfection et désodorisation des locaux en plus de l’impact positif sur le plan psychologique.
Il faut éviter l’emploi de diffuseurs dans une chambre de bébé ou d’enfant en dessous de 30 mois. Même
précaution pour les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que pour les personnes asthmatiques ou allergiques
aux parfums.
110
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Toxicité : usage interne

Les HE sont liposolubles et présentent bcp d’affinité pour les lipides de l’organisme dans lesquels ils peuvent
s’accumuler dans le SNC. Les jeunes enfants sont + sensibles car leur système de détoxification est immature.
Spasmes de la glotte (+ lésions cérébrales) : L’essence de menthe poivrée et le menthol peuvent provoquer,
chez le jeune enfant, dyspnée, convulsions et coma ("spasmes de la glotte"). Une simple application sur les
narines et le visage suffit, leur usage doit être évité chez les enfants de moins de 3 ans. Les dérivés
terpéniques (HE et constituants isolés) utilisés par voie cutanée ou inhalés présentent aussi une contre-
indication chez les enfants de moins de 30 mois.
Neurotoxicité (convulsions) :
1. due aux HE renfermant des cétones bicycliques
- essences de thuya, absinthe, sauge, tanaisie : thuyone
- essences de sauge d'Espagne et camphrier : camphre
2. apparaissent aussi avec d’autres HE qui ne renferment pas de tels constituants (essences
d’eucalyptus, menthe, clou de girofle…)
SNC (hébétude) : HE d'anis vert, fenouils et de badiane de Chine : Le cis-anéthole est très toxique. Le E ou
trans-anéthole est 20 fois moins toxique.
SNC (psychotropes) : HE de muscade et de persil : myristicine

Toxicité : usage interne

Toxicité aiguë : Attention car les HE sont irritantes pour la peau et encore davantage pour les muqueuses.
Elles ne doivent jamais être utilisées à l’état pur en usage cutané ! Parmi les plus irritantes, on trouve les HE
de Cannelle de Chine et de Cannelle de Ceylan qui devront être très diluées. Parmi les moins irritantes, on
trouve les HE de lavande, Eucalyptus, … Éviter le contact avec les yeux et les muqueuses ; en cas d’accident,
utiliser une huile végétale pour nettoyer la zone.
Sensibilisation : L’allergie aux parfums et aux HE est le plus grand problème de l’aromathérapie car elle
touche 1% de la population ! Il s’agit d’une allergie de contact retardée car elle nécessite un temps
d’incubation. Presque toutes les HE sont concernées, mais l’HE de Cannelle de Chine est la + sensibilisante.
Photosensibilisation : Les substances responsables sont des furocoumarines linéaires (psoralène,
bergaptène, xanthotoxine) qui stimulent la formation de mélanine et l’apparition à trop forte dose de
dermatites. Éviter l’exposition au soleil (UV-A longs).

Hétérosides de substances volatiles

On voit apparaître de nombreuses publications concernant des hétérosides de substances volatiles dont les
génines sont identiques à celles que l’on rencontre dans les HE : hétérosides de monoterpènes (linanol,
menthol, thymol), de sesquiterpènes (bisabolol), de dérivés aromatiques (vanilline).
Ces découvertes nous semblent très importantes car elles donnent un caractère plus scientifique aux
utilisations des plantes aromatiques sous forme de tisanes.
111
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

3- Oléorésines, gommorésines et oléo-gommorésines

Oléorésines : térébenthine, mastic

Les oléorésines naturelles sont des mélanges d’HE et de résines. Le mot "résine" est un terme employé pour
désigner un ensemble de produits hétérogènes en partie dissous dans les H.E. Les oléorésines sont mal
définies car très complexes. On peut y trouver des glucorésines, des HE, des ac terpéniques, des ac
aromatiques, des alcools résineux, des esters…

Oléorésines : ≠ types

1. Oléorésines obtenues par exsudation


- les baumes étudiés précédemment vu leur composition particulière (§ des ac phénols) : richesse en
ac benzoïque et cinnamique
- la térébenthine, le mastic
2. Oléorésines obtenues par extraction au moyen d’un solvant suivie d’une évaporation : les résines sont
en solution dans une HE et/ou grasse : capsicine du capsicum, résine de podophylle
3. Oléorésines présentes dans des drogues : Poivre, gingembre, cardamome, piment…
4. Oléorésines localisées dans des glandes pouvant être séparées par battage: Houblon, chanvre indien

Térébenthine

Exsudat résineux obtenu à partir de


diverses espèces de pins : Pinus sp.
Cette oléorésine se trouve dans des utilisée en us. ext. comme
rubéfiant
canaux sécréteurs. Obtention : La Essence de térébenthine
HE obtenue par
méthode traditionnelle consiste à entraînement à la vapeur Contient surtout des
d'eau de l'oléorésine
écorcer puis à l’inciser le tronc et à Térébenthine Oléorésine carbures monoterpéniques
Exsudat résineux obtenu dont α et β pinène
recueillir l’oléorésine (gemmage).
à partir de ≠ espèces de
On utilise aussi les résidus lors de la pins Résine = Colophane
Résine = Colophane
fabrication de pâte à papier ou résidu solide obtenu après
Contient surtout des ac
diterpéniques dont ac
encore de l’industrie du bois : distillation de l'oléorésine
abiétique
extraction des souches par un
solvant organique puis distillation
du produit d’extraction.
Les principaux débouchés de la colophane sont basés sur des formes chimiquement modifiées : ac
résiniques sous forme de sels, d’esters… & également des formes hydrogénées, polymérisées…
Ces diverses colophanes modifiées ont des applications dans de nombreux domaines industriels où l’on
recherche des propriétés de « collant » et d’hydrophobicité : utilisation pour la préparation des sparadraps.
La colophane est utilisée pour les archets des instruments à cordes (sans colophane les crins glissent sur la
corde presque sans en tirer un son).
112
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Mastic

Exsudat résineux séché obtenu à partir des tiges et des branches de Pistacia lentiscus.
Teneur : min 10 mL/kg d’HE (drogue anhydre)
Les composés majoritaires de l’H.E. sont aussi des carbures monoterpéniques dont α et β pinène.
Depuis les temps anciens, la résine de mastic est utilisée dans les civilisations méditerranéennes comme
antiseptique, antioxydant alimentaire, pour parfumer l’haleine, comme remède contre les douleurs
d’estomac, l’indigestion mais, aussi, comme assaisonnement d’une grande variété de boissons et d’aliments
traditionnels. Au cours de ces dernières années, des études cliniques ont montré que le mastic tue la
bactérie Helicobacter pylori ainsi que toute une variété d’autres bactéries et champignons et qu’il pourrait
avoir son utilité dans le combat de problèmes gastriques comme la gastrite et l’ulcère peptique.

Gommo-résines : encens indien

Les gommo-résines sont des exsudats principalement constitués de composés résineux et de gommes
(polysaccharides).

Encens indien Nom latin : Olibanum indicum

Exsudat résineux obtenu par incision du tronc ou des rameaux de Boswellia serrata, qui est un arbre de
originaire de l'Inde implanté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
Cette drogue est utilisée en médecine traditionnelle ayurvédique, qui lui attribue des propriétés
antiinflammatoires.
L’encens indien se présente sous forme de grains ou de fragments translucides, jaunâtres ou brun-rouge,
irréguliers ou arrondis, de taille variable. Leur surface est en général couverte d’une poussière grise.
Il y a de nombreuses confusions entre les ≠ encens, il est donc important de bien
préciser l’origine. Tout ce qui s'appelle boswellia (ou Olibanum) n'est pas du
Boswellia serrata. En effet, ce terme réfère à la résine produite par plusieurs arbres
de l'espèce Boswellia, dont le Boswellia carteri (dont on tire la résine qui sert de
base à l'encens biblique).
Composition chimique de la résine : ac triterpéniques pentacycliques dont ac
boswellique, ac 11-céto-β-boswellique, ac acétyl 11-céto-β-boswellique.
reconnaitre uniquement
Ce sont les triterpènes ayant une fonction cétonique qui sont dosés par HPLC car ils
sont facilement détectés à 250 nm (conjugaison avec la double liaison).
Son efficacité a été confirmée par des études cliniques dans les maladies
inflammatoires chroniques : arthrite rhumatoïde, asthme, colite ulcéreuse et
maladie de Crohn.

113
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Gommo-oléorésines : myrrhe

Les gommo-oléorésines sont des exsudats constitués de composés résineux, de gommes, de composés
volatils (HE).
La myrrhe est constituée par la gomme résine, durcie à l’air, obtenue par incision ou par exsudation
spontanée du tronc et des rameaux de Commiphora molmol. La myrrhe est utilisée depuis l’Antiquité comme
analgésique.

Arbre aromatique poussant principalement dans les régions arides du nord-est de l'Afrique, ainsi que dans
la péninsule arabique. La myrrhe se présente sous forme de grains ou de fragments, irréguliers ou arrondis,
de taille variable, la surface des grains est en général couverte d’une poussière grise à brun-jaune. La fraction
volatile de la drogue doit son odeur caractéristique à des furanosesquiterpènes, qui ont des propriétés
antibactériennes, antifongiques, anesthésiques locales et analgésiques.
Utilisation principale en usage externe, inflammations des muqueuses de la bouche et du pharynx, aphtes,
gingivite, irritations et blessures cutanées légères.
La forme d’utilisation la plus répandue et la plus utile est la teinture (action anesthésique locale).

4- Monoterpènes particuliers : iridoïdes, pyréthrines

IRIDOÏDES : classés parmi les Monoterpènes (10 C). Les structures simples sont rares. Certains composés
substitués ont un nbre de C supérieur à 10. D’autres ont un squelette monoterpénique ayant perdu 1 C.

Origine biosynthétique

iridodial : provient de fourmis Iridomirmex à


partir desquelles furent isolés des composés
impliqués dans les mécanismes de défense
propres à ces insectes. Mécanisme de
défense : insecticide. Loganoside et
Sécologanoside représentent les 2 groupes
principaux. savoir les dessiner

Méthylation : 11C au lieu de 10C


Le sécologanoside est le précurseur d’alcaloïdes indolomonoterpéniques & isoquinoléiques.

114
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Structure

Iridoïdes : squelette « iridane », bicyclique cyclopentapyranique. Tête de file : loganoside.


Sécoiridoïdes : issus des iridoïdes caractérisés par rupture de la liaison 7-8. Tête de file : sécologanoside.
La majorité des composés sont sous forme hétérosidique. Il s’agit presque tjrs de glucosides. La liaison
hétérosidique s’établit entre le OH porté par le C anomérique du glucose et l’hydroxyle en C1 de la génine.
Il existe des composés non hétérosidiques. Dans ce cas l’OH en C1 de la génine participe à un autre type de
liaison (ester…) → stabilisation du cycle pyranique.
Au niveau des iridoïdes :
- Les variations structurales s’observent surtout au niveau du C11 qui peut être inclus dans un :
carboxyle, carbométhoxyle
- Le C11 peut même être absent (harpagoside) → il n’y a plus les 10 C des monoterpènes !
- variation possibles : le CH3 en 10 peut être plus ou moins oxydé ou remplacé par un époxyde…
Au niveau des secoiridoïdes :
- sécologanoside : vinyle en C9
- oleuropéoside : éthylidène en C9, ester en C7
- Dans certains cas, les fonctions réagissent entre-elles : recyclisation et formation
d’un cycle lactonique → gentiopicroside (juste le reconnaître)

Extraction des iridoïdes

Extraction des hétérosides s’effectue à l’aide de solvants polaires.


Ce sont des composés très instables qui s’hydrolysent et se transforment très facilement → après la récolte,
noircissement très rapide des végétaux qui en renferment. Ancienne dénomination : hétérosides
chromogènes.

Propriétés

Intérêt limité sur le plan pharmacologique.


- apéritifs (amertume) : loganoside, gentiopicroside, amarogentioside
- anti-inflammatoires : harpagoside
- antioxydants et hypotensifs : oleuropéine

Toxicité : Certains composés sont indésirables car ils sont cytotoxiques et mutagènes : valépotriates

115
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Composés amers

Ils ont des propriétés apéritives et sont traditionnellement utilisés pour stimuler l’appétit. On en trouve aussi
bien parmi les iridoïdes que parmi les sécoiridoïdes.
Iridoïdes amers → loganoside. Il est présent dans le trèfle d’eau.
Sécoiridoïdes amers : dans la racine de gentiane jaune Gentiana lutea. La racine de gentiane a des
propriétés eupeptiques (digestives) liées à son amertume. Elle stimule les sécrétions gastriques et biliaires.
Gentiopicroside, Amarogentioside. → Suze, liqueur apéritive à base de gentiane

Indice d’amertume (Ph. Eur.)


L’indice d’amertume d’un composé, d’un liquide ou d’un extrait est l’inverse de la dilution (g/ml) qui peut
être qualifiée d’amère.
Plus la solution tjs qualifiée d’amère est diluée, plus l’indice d’amertume est élevé.
Il est déterminé par comparaison au chlorhydrate de quinine, dont l’indice d’amertume (IA) est fixé à 200
000. Min 6 personnes percevant l’amertume d’une solution de chlorhydrate de quinine à 5 mg/L (50
µg/10ml) soit 1mg/200ml → dilution 1/200 000
N.B. Chaque individu a une sensibilité propre → facteur de correction à appliquer dans la formule.

Harpagoside, Harpagophyton

Harpagoside : ester cinnamique de l’harpagide (pas de C10, absence du


C11). Iridoïde majoritaire des racines d’Harpagophyton procumbens. Plante
herbacée des régions désertiques du Sud-Est de l'Afrique → tige rampant sur
le sol (Procumbens), fleur en trompette, rouge violacé, fruit lignifié en forme
de grappin, griffe du diable (Harpagophytum) racines secondaires tubérifiées
allant jusque 1 m de profondeur.
Plante dont l’activité anti-inflammatoire et anti-rhumatismale a été démontrée. Elle est traditionnelle chez
nous depuis 30 ans. Contribution de l’extrait brut d’harpagophyton à l’activité anti-inflammatoire dans les
oedèmes induits des articulations : utilisé dans le ttt symptomatique des manifestations articulaires
douloureuses (rhumatismes)
Autres activités pharmacologiques reconnues : stimulant de l’appétit (également très amer)

116
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Oleuropéoside, Olivier

Sécoiridoïde à fonctions phénols : isolé des feuilles d’olivier (Olea europaea). Arbre caractéristique de tout
le bassin méditerranéen dont les fruits produisent l’huile d’olive & les feuilles sont traditionnellement
utilisées contre l’hypertension.
L’oleuropéine est très étudiée pour ses propriétés anti-oxydantes (polyphénols) et ses applications en
cosmétologie. La Ph.Eur. exige un min de 5,0% dans les feuilles (HPLC).

Valépotriates, Valériane

Les valépotriates sont des iridoïdes non hétérosidiques, mais estérifiés (Valériane, époxyde, triesters). Ils
sont présents dans la racine de valériane (Valeriana officinalis), drogue qui facilite l’endormissement.
Ce sont des triesters lipophiles de triols dérivés de l’iridane 8,10-époxydés :
- OH en C1 et en C7 estérifiés par ac valérique
- CH2OH en 11 estérifié par ac acétique
Valtrates : diènes (2d.l.) savoir reconnaitre
Il y a aussi les dihydrovaltrates dérivés dihydro en 5-6 une seule d.l. en 3,4.
Toxicité
Les valépotriates sont présents dans les drogues fraîches. Composés instables → décomposition rapide :
humidité, chaleur > 40 °C, acidité : pH < 3, formation d’aldéhydes s insaturés dont le baldrinal.
La cytotoxicité des valépotriates serait due à la fonction époxy.
Conditions d’utilisation des racines de valériane : absence de valépotriates !
- après une dessiccation de 6 mois : dégradation naturelle des valépotriates
- uniquement des extraits hydroalcooliques: à partir d’éthanol de titre <70% → valépotriates ne sont
pas extraits (toutes les préparations galéniques doivent en être dépourvues).

117
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

PYRÉTHRINES savoir reconnaitre


Les pyréthrines sont classées dans les monoterpènes irréguliers. Isolées à partir des capitules de Pyrèthre
de Dalmatie Tanacetum cinerariifolium = Chrysanthemum cinerariaefolium, plante herbacée vivace à
propriétés insecticides. La teneur en pyréthrines varie de 0,5% chez les pyrèthres sauvages à 2,0% et + chez
les clones sélectionnés.
Pyréthrines : Terme général désignant un mélange de 6 esters
Ces 6 esters de structure voisine sont formés :
- d’un ac cyclopropanique, monoterpène irrégulier
o Si R1 = CH3 → ac pyréthrique, série I
o Si R1 =CO2CH3 → ac chrysanthémique, série II
- d’un alcool secondaire à noyau cyclopenténone : 3 possibilités pour R2
→ 2 x 3 = 6 structures possibles (6 esters)

Propriétés biologiques
Toxicité pour les animaux à sang froid : poissons, batraciens, insectes → insecticide de contact. Activité ≠
selon l’ac constitutif des esters :
- série 2 (ac chrysanthémique, R1 =CO2CH3) : paralysie rapide des insectes mais effet létal faible
- série 1 (ac pyréthrique, R1 =CH3) : paralysie moins marquée mais + stable → effet létal
→ synergie: esters de la série 1 achèvent l’activité des esters de la série 2
Poison nerveux au niveau des fibres sensitives et motrices
Intérêt : toxicité aiguë per os négligeable, efficacité limité dans le temps → pas effets cumulatifs, pas de
résistance
Usages : Insecticide ménager
Analogues de synthèse + stables : pyréthrinoïdes
Tous ces esters sont des composés : liquides huileux, non hydrosolubles, très instables, leur 1/2-vie à la
lumière du jour ≤ 10 min ; cette instabilité s’explique par : hydrolyse des esters, photo isomérisation et
oxydation des insaturations.
Extraction : Solvants organiques, CO2 supercritique

118
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

5- Lactones sesquiterpéniques

Origine des sesquiterpènes C15

On trouve des sesquiterpènes dans la Matricaire / Camomille allemande


Matricaria recutita / Chamomilla recutita : bisabolol et chamazulène. L'HE
a une couleur bleue due au chamazulène formé lors de la distillation par
décomposition d'une lactone sesquiterpénique : la matricine. L'HE est
anti-inflammatoire.

Lactones sesquiterpéniques

Anciennement désignés sous le nom de "principes amers", qui est une de leurs caractéristiques. Cette classe
regroupe de nombreux composés. Distribution botanique assez sporadique : majoritairement chez les
Astéracées. Localisation :
- Poils sécréteurs (feuilles, tiges et bractées de l’inflorescence), akènes
- Rarement dans les organes souterrains

Biogenèse et structure

Les structures sont variées, mais se rattachent toutes au produit de cyclisation du farnésylpyrophosphate
(FPP). Le cycle lactonique est souvent à 5 atomes → γ-lactone et comprend un méthylène en α
→ α-méthylène-γ-lactone
Les principaux squelettes dérivent du germacranolide : suffixe –olide caractère lactonique
Le cycle lactonique comporte soit:
- 4 atomes → β-lactone (rare)
- 5 atomes → γ -lactone (cas le plus fréquent)
- 6 atomes → δ-lactone
Nombreuses variations structurales secondaires.

Extraction et caractérisation

Molécules liposolubles : Pas de procédé d’extraction spécifique. Extraction par CH2Cl2 suivie de
fractionnement par technique chromatographique appropriée. Entraînable à la vapeur d’eau si P.M. < 300
Molécules fragiles : Ouverture des lactones en milieu alcalin ! Fermeture en milieu ac.
Détection par des réactifs non spécifiques : Vanilline sulfurique…

119
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Réactivité

L’enchaînement α-méthylène-γ-lactone est très réactionnel envers les nucléophiles biologiques : groupes –
SH et –NH2 des sites actifs des enzymes et des protéines → Alkylation irréversible
Activités : biologiques, indésirables dont l’allergie, toxiques

Allergie

Par leur groupement α-méthylène-γ-lactone, ces molécules fonctionnent comme des haptènes → liaison
aux protéines et formation d’un allergène, sensibilisation des lymphocytes : dermatites de contact,
conjonctivites
Jardinier, fleuriste, horticulteur peuvent être touchés : espèces maraîchères (artichaut, endive), espèces
horticoles (chrysanthèmes, marguerites), espèces médicinales (camomille, arnica). Ce qui explique des
allergies croisées entre des plantes qui apparemment n’ont rien à voir entre-elles.

Diverses Propriétés

- Type Germacranolide → Parthénolide : anti-inflammatoire et activité antimigraineuse


- Type Guaianolide → Cynaropicrine : amertume, Matricine : précurseur d’une HE anti-inflammatoire
- Type Pseudo Guaianolide → Hélénaline : activités anti-ecchymotique, anti-inflammatoire
- Type Eudesmanolide → Alantolactone : propriétés antibactériennes
- Type particulier → Artémisinine : antimalarique, Bilobalide : principe traceur du Ginkgo biloba
- Toxicité → Anisatine, Picrotoxinine

Parthénolide / Grande Camomille

Le Parthénolide (Germacranolide) est un des constituants des parties aériennes de la


Grande Camomille Tanacetum parthenium. La grande camomille renferme de
nombreuses autres lactones sesquiterpéniques de ≠ types et aussi une HE (camphre &
acétate de chrysanthémyle), des flavonoïdes (hétérosides de flavonols & flavones
méthoxylées (génines)).
L’ESCOP recommande l’emploi de la grande camomille en prophylaxie des migraines.
L’expérimentation a permis de prouver l’action anti-inflammatoire d’extraits de grande camomille et du
parthénolide, en montrant qu’ils inhibent la production de certaines prostaglandines et la dégranulation
des leucocytes polynucléaires.
En outre, ils inhibent la libération de sérotonine & l’agrégation plaquettaire.
Il n’est pas exclu que d’autres constituants, notamment H.E. et flavonoïdes, interviennent dans l’activité.

120
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Cynaropicrine / Artichaut

La cynaropicrine (Guaianolide) est le constituant responsable de l’amertume des feuilles de


l’artichaut Cynara scolymus. Dans les feuilles et les extraits utilisés, il y a aussi des flavonoïdes
et des ac phénols (≠ ac caféylquiniques). L’activité est due à l’ensemble des molécules.
Activités et usages de l’artichaut (feuilles)
- diurétique (facilite l'élimination rénale d'eau)
- cholagogue et cholérétique (↗ la sécrétion biliaire et facilite son évacuation),
- hépatoprotecteur
- hypocholestérolémiant

Matricine / Matricaire

La matricine (Guaianolide) est un des composés des fleurs de Matricaire (Matricaria recutita).
Lors de l’entraînement à la vapeur d’eau
(hydrodistillation), la matricine est
décomposée en chamazulène qui donne
à l’HE sa couleur bleue.
Dans cette H.E., notons également la
présence de sesquiterpènes (bisabolol
et dérivés) qui eux sont dans la plante
dès le départ.
La matricaire (drogue) renferme encore
d’autres types de molécules dont des
flavonoïdes.
uniquement savoir reconnaitre les structures
La matricaire a de multiples propriétés :
- antispasmodique → troubles digestifs
- anti-inflammatoire → utilisé en usage interne et en usage local comme
adoucissant et antiprurigineux dans les affections dermatologiques
- antalgique → affections de la cavité buccale

121
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Hélénaline / Arnica

savoir la reconnaitre
L’Hélénaline (Pseudo Guaianolide) est un des constituants des fleurs d’Arnica (Arnica
montana). Hélénaline peut être estérifiée par des AG à chaînes courtes. Toxique par voie
orale, il est uniquement utilisé en us ext. Ne pas appliquer sur des plaies ouvertes, à proximité des yeux et
de la bouche. Il faut éviter l’administration orale, en cas d’intoxication, apparition de céphalées, douleurs
abdominales, palpitations, difficultés respitatoires → mort à très hautes doses.
Usages : l’arnica est uniquement utilisé par voie topique, comme anti-ecchymotique et
anti-inflammatoire. En homéopathie : per os, ce sont des dilutions qui sont utilisées, mais
jamais la teinture mère !

Alantolactone / Aunée

L’alantolactone (Type Eudesmanolide) est un des constituants des racines de l’Aunée.


L’alantolactone est entraînable à la vapeur d’eau. Propriétés antibactériennes et
antifongiques.

Lactones sesquiterpéniques de type particulier : Artémisinine, Bilobalide

Artémisinine / Armoise annuelle savoir le reconnaitre


L’artémisinine (Type Particulier) : 6 atomes → δ-lactone, constituant des parties
aériennes de l’Armoise annuelle – Qinghao (Artemisia annua).
Importance de l’endoperoxyde
Artemisia annua était utilisé comme fébrifuge depuis 2000 ans en Chine. Ce
n’est qu’il y a peu que des chercheurs chinois en isolèrent le principe actif :
l’artémisinine, antimalarique puissant dont l’activité est liée à la structure
peroxydique. Sa toxicité aiguë est faible.
L’artémisinine est peu soluble dans l’eau et les huiles, elle est administrée en
IM sous forme de suspension, en comprimés ou en suppositoires. Des dérivés
plus solubles ont été préparés : esters, éthers.

Bilobalide / Ginkgo

Sesquiterpène tétracyclique lactonique particulier, des feuilles de Ginkgo biloba. Il


est caractérisé par : 1 groupe tertiobutyle, 3 cycles lactoniques.
Le bilobalide participe à l’activité du ginkgo. De cette plante, on a aussi isolé des
diterpènes lactoniques particuliers.

122
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Lactones sesquiterpéniques particulièrement toxiques : Picrotoxinine, Anisatine

Picrotoxinine

Lactone sesquiterpénique C15 très toxique. Structure complexe. Isolée des baies d’Anamirta cocculus,
poison de pêche en Inde et Indonésie, excitant médullaire et bulbaire. Utilisée comme réactif en neuro-
pharmacologie.

Anisatine

Lactone C15 très toxique. Structure à 2 cycles lactoniques dont un à 4 atomes → β-lactone
savoir la reconnaitre
Isolée des fruits du badianier du Japon ou shikimi (Illicium anisatum). Difficile de mettre
l’anisatine en évidence car elle est en faible quantité dans le shikimi. Malheureusement,
elle agit à très faible dose.
Mode d’action : agoniste du GABA. Convulsions épileptiformes, myosis, dyspnée puis
une apnée suivie d’un coma → mort par arrêt respiratoire ou cardiaque
Accident par falsification des fruits du badianier de Chine Illicium verum (digestif…) par
les fruits du Shikimi, plus petits, irréguliers et à extrémités recourbées.

123
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

6- Diterpènes

Biosynthèse

Le géranylgéranyl-pyrophosphate (GGPP), unité en C20


(diterpène) est formé suivant le même mécanisme de couplage
"tête à queue" à partir de IPP et FPP (C15).
La cyclisation du GGPP peut aboutir à ≠ types de structures :
diterpènes ayant un nombre de cycles variable et des propriétés
très diversifiées.
Diterpènes à :
- Structure tricyclique : Ac abiétique
- Structures tétracycliques : Rosmanol, Stévioside, Salvinorine A
- Structures plus complexes :
o Hexacyclique : Bilobalides
o Tricyclique de base : noyau Taxane → taxines, taxol et taxotère

Ac abiétique / Colophane

L’ac abiétique a été décrit précédemment (cf Térébenthine). C’est un des constituants de la colophane
(partie résineuse de la térébenthine). Les principaux débouchés de la colophane sont basés sur des formes
chimiquement modifiées :
- ac résiniques sous forme de sels, d’esters
- formes hydrogénées, polymérisées…
Ces diverses colophanes modifiées ont des applications dans de nombreux domaines industriels où l’on
recherche des propriétés de collant et d’hydrophobicité. → utilisation pour la préparation des sparadraps.

Rosmanol / Romarin

Les extraits de romarin Rosmarinus officinalis contenant du rosmanol, sont utilisés pour
leur pouvoir antioxydant important. Cette activité, en partie liée à l’ac rosmarinique, (ac
phénol) est surtout due aux O-diphénols diterpéniques (rosmanol) dont l’efficacité est
supérieure à celle des antioxydants synthétiques actuellement utilisés .
Action synergique des ≠ produits.
Le romarin est utilisé dans divers troubles digestifs.

124
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Glycosides de stéviol / Stévia

Historique : Les Indiens d'Amérique du Sud employaient les feuilles de stévia comme
édulcorant. Au début des années 1970, le Japon interdit l'usage de l’aspartame et de
la saccharine, mais autorisa l'extrait de stévia comme édulcorant alimentaire → son
usage s'est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Par contre, l'Amérique
du Nord et l'Europe le refusèrent pendant longtemps. Les 2 hétérosides de stéviol les
plus importants sont : le stévioside (savoir le reconnaitre) et le rébaudioside A.

Rubusoside / Rubus suavissimus

Les feuilles d’une espèce asiatique de ronce ont également une saveur très sucrée. Ces feuilles contiennent
du Rubusoside, hétéroside diterpènique dont la structure est très proche du stévioside et possède le même
goût sucré. Elles sont utilisées pour préparer des boissons sucrées en Asie.

Salvinorine A / Sauge des devins juste reconnaitre

La salvinorine A est le psychotrope actif de la plante Salvia divinorum (sauge des


devins), connue depuis longtemps au Mexique pour ses effets hallucinogènes. Les
feuilles mâchées ou fumées produisent des effets hallucinogènes d'apparition rapide
et de courte durée.
C’est un agoniste sélectif des récepteurs à opioïdes κ et c’est le premier composé connu
agissant sur ces Rc qui ne soit pas un alcaloïde. Actuellement, c’est le plus puissant
hallucinogène naturel.

Ginkgolides / Ginkgo

Les ginkgolides et bilobalides (cf C15) ont été isolés des feuilles de Ginkgo biloba. Ce
dernier est décrit dans la Pharmacopée Chinoise depuis 5000 ans.
Ginkgolides → Diterpènes lactoniques complexes caractérisés par une structure
hexacyclique, 1 tertbutyl, 3 cycles lactoniques.
savoir reconnaitre
Le ginkgolide B est un inhibiteur du PAF (platelet activating factor), impliqué dans divers processus :
agrégation plaquettaire, thromboformation, inflammation…
Les extraits de ginkgo sont proposés dans de nombreux troubles circulatoires, dans les troubles des
fonctions cérébrales survenant au cours de la sénescence, dans le ttt des démences modérées : Alzheimer.

125
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Taxines / If / Taxus spp

Taxus baccata (If à baies) rencontré en Europe est très toxique (poison de flèche)
: toutes les parties de la plante sont toxiques sauf l'arille. La toxicité est due aux
taxines : ce sont des alcaloïdes diterpéniques (pseudo-alcaloïdes).
Le noyau diterpénique de base (20C) est tricyclique : noyau taxane.
Taxus brevifolia (If du pacifique) rencontré en Amérique du Nord.
Screening sur extraits d'écorce Taxus brevifolia → Découverte du taxol
(paclitaxel). C’est un anticancéreux.
savoir le reconnaitre

126
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

7- Triterpènes et Stéroïdes

Origine des triterpènes C30 et des stéroïdes

Le FPP C15 peut subir une réaction enzymatique de


duplication avec réduction. Il s’agit d’un couplage "queue à
queue". Le squalène qui en résulte est un précurseur des
triterpènes, mais également des stéroïdes.
savoir reconnaitre le squalène
À l’exception du squalène, les triterpènes et stéroïdes sont généralement cyclisés. On distingue trois grands
groupes : les triterpènes tétracycliques, les triterpènes pentacycliques et les stéroïdes.
Le squalène est oxydé en 2,3-époxysqualène. C’est de la conformation initiale du 2,3 époxy squalène sur la
surface de l’enzyme que dépend le type de cyclisation.
- chaise/chaise/chaise/bateau → Triterpènes (30C)
- chaise/bateau/chaise/bateau → Stéroïdes (27C) + perte de 3C

Génines triterpéniques

Les génines triterpéniques ont 30 carbones. On rencontre plusieurs types de squelettes


- Squelette tétracyclique : type dammarane. Les génines tétracycliques sont plus rares car en général,
le type dammarane n’est qu’un intermédiaire qui évolue vers des squelettes pentacycliques.
- Squelette pentacyclique : type oléanane, type lupane, type ursane

Triterpènes tétracycliques savoir reconnaitre

Squelette tétracyclique, type dammarane (rare)


- précurseur de ttes les génines triterpéniques malgré l’apparence
d’un stéroïde.
- squelette du cholestérol et des phytostérols qui proviennent
cependant d’un autre précurseur, le lanostérol (stéréochimie ≠).
- forme hétérosidique dans certaines drogues (ex.: Ginseng).

127
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Triterpènes pentacycliques savoir les reconnaitre

Les pentacycliques sont plus fréquents. Les différences entre eux sont surtout au niveau
du C20. Les éléments structuraux qui les caractérisent sont:
- toujours un OH sur le C3
- habituellement une double liaison en C12-C13
- Oxydation fréquente des méthyles en C23, C28 et C30 ce qui aboutit à des
fonctions soit alcoolique, aldéhydique ou ac carboxylique
- Enfin, des carbones cycliques peuvent aussi être oxydés donnant naissance
à des alcools ou même à des cétones
Résine d’encens indien : cf gommo-résine. Nombreux ac
triterpéniques pentacycliques sous forme de génines dont ac
boswellique, ac 11-céto-β-boswellique, ac acétyl 11-céto-β-
boswellique. Ce ne sont pas des saponosides

Génines stéroïdiques savoir les reconnaitre

Les génines stéroïdiques ont 27C. Elles sont construites sur un squelette
hexacyclique spirostane → 6 cycles + C spiro en C22 → "spirostane".
Il peut y avoir 1 OH engagé dans une liaison osidique. La structure est alors
pentacyclique et non hexacyclique. Ce type de structure n’existe qu’à l’état
d’hétérosides : son hydrolyse conduit spontanément à un dérivé
spirostanique.
Emplois industriels : Ces génines stéroïdiques sont utilisées par l’industrie pharmaceutique dans le cadre de
la synthèse d’hormones stéroïdiques : contraceptifs, anabolisants et anti-inflammatoires. Deux génines
spirostaniques naturelles utilisées pour cette hémisynthèse : diosgénine et hécogénine.

Diosgénine

La diosgénine est extraite des racines d’espèces de Dioscorées qui sont des
plantes tropicales. Certaines espèces sont utilisées comme aliment dans les
régions tropicales : igname. Les tubercules de ces espèces sont utilisés
comme féculent. Mais attention : cru, l'igname est toxique !
Extraction : Dans les tubercules, la diosgénine existe sous forme hétérosidique. Au départ, ttt en milieu ac
→ hydrolyse des hétérosides. Après filtration, la fraction insoluble contenant les génines, est neutralisée,
lavée puis extraite par l’éther de pétrole. La diosgénine est ensuite transformée par hémisynthèse en
progestérone et autres substances stéroïdiennes. Cette découverte a permis la commercialisation du
premier contraceptif oral.
Utilisation : à l'heure actuelle, la diosgénine est encore utilisée pour la fabrication industrielle des stéroïdes
et l'igname, ainsi que d'autres plantes à molécules stéroïdiques, sont cultivées dans ce but.

128
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Saponosides ou Saponines

Les saponosides (ou saponines) sont des hétérosides de PM élevé dont la génine (sapogénine) est soit
stéroïdique, soit triterpénique.
Ils sont caractérisés par leurs propriétés tensioactives, leur
pouvoir moussant par agitation dans l’eau. La plupart de ceux-
ci présentent des propriétés hémolytiques et sont très toxiques
pour les animaux à sang froid. On les retrouve dans de très
nombreuses plantes dont la saponaire & le Bois de Panama. La
plante produit ces saponines pour, entre autres, se protéger
contre les insectes et les maladies (bactéries, champignons).

Structure des saponosides


Partie osidique
La partie sucrée linéaire ou ramifiée est généralement constituée de plusieurs oses : le plus souvent 3 à 5
oses. La molécule peut compter :
- un seul chaînon saccharidique → monodesmoside : liaison entre le chaînon saccharidique et la
génine se fait sur le OH en 3 (liaison éther)
- deux chaînons saccharidiques → bidesmoside
o 1ère liaison sur le OH en 3 (voir monodesmoside)
o 2ème liaison entre une autre chaîne osidique qui s’effectue via un COOH de la génine (liaison
ester) ou un autre OH de la génine (liaison éther)

Propriétés physiques
Leur propriété physique principale est de ↘ la tension superficielle de l'eau : ce sont des tensioactifs
naturels. Leur propriété détergente est dû à leur caractère amphiphile : une partie de la molécule est soluble
dans l'eau et l'autre dans la graisse. Cette propriété permet l'émulsion, capable d'"arracher" la graisse aux
vêtements, à la peau…
Leur propriété moussante permet de les caractériser, ce qui est repris dans la Pharmacopée Française sous
la rubrique "indice mousse". Cet indice est le degré de dilution d’un décocté aqueux de la drogue qui, dans
des conditions bien déterminées, donne une mousse persistante.

Caractérisation

Les saponosides peuvent être caractérisés par :


- Indice mousse
- Des réactions de coloration dont la réaction de Liebermann : en présence d’anhydride acétique et
d’H2SO4, on obtient une coloration permettant de distinguer les 2 types de génines
o avec génine triterpénique (coloration rose à rouge)
o avec génine stéroïdique (coloration bleue à verte)
- Des méthodes chromatographiques : CCM, HPLC, HPLC-MS

129
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Solubilité et extraction

Les saponosides sont solubles dans l’eau et donc extractibles par l’eau à ébullition. Attention, il peut de
cette façon y avoir hydrolyse des bidesmosides. De nombreuses substances étant polaires, la solution
aqueuse est réextraite par du butanol qui solubilise les saponosides, ensuite cette solution butanolique est
additionnée d’éther → précipitation des saponosides. On préfère souvent les solubiliser dans un mélange
alcool/eau (méthanol, éthanol) + 20 à 50% d’eau après avoir « dégraissé » la drogue par éther de pétrole.
Les génines (sapogénines) sont solubles dans les solvants organiques apolaires.

Purification

Pour la séparation on utilise la chromatographie. L’obtention d’une molécule pure et intacte est souvent
très difficile car ce sont souvent des mélanges de molécules très proches, polaires et de haut P.M.

Types de dosage

Dosage spectrophotométrique : dosage de l’ensemble des saponosides. Mesure de la coloration de la


solution extractive après purification et réaction à chaud avec un réactif approprié.
HPLC : chaque molécule peut être séparée et dosée. Vu le peu de chromophore, ils ne sont détectés par
UV-Visible qu’à des longueurs d’onde peu spécifiques.

Propriétés et Utilisations

Diverses activités biologiques découlent de leur caractère amphiphile et de leur interaction avec les stérols
membranaires des cellules. Les plantes à saponines étaient surtout utilisées pour se laver et nettoyer les
vêtements avant l'apparition du savon : l’utilisation des racines de saponaire et les formes commerciales de
saponines étaient fréquentes en Europe jusqu'à la généralisation des détergents chimiques.
Ils ont des activité anti-inflammatoire et anti-oedémateuse. Ils ont des propriétés antivirales,
antibactériennes, antifongiques. On les utilise en industrie comme matières premières pour l’hémisynthèse
d’hormones stéroïdiques. Ils ont une action irritante sur les cellules qui se manifeste sur les hématies par
une action hémolytique (seulement s’il y a contact direct avec le sang), au niveau de l’intestin où ils ↗ la
perméabilité intestinale aux plus grosses molécules ce qui est à la fois intéressant et dangereux …

130
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Réglisse

Réglisse : Glycyrrhiza glabra (Ph. Eur.). La drogue est


constituée par la racine et les stolons séchés, entiers ou
coupés, mondés ou non. Elle contient au min. 4,0 % d’ac
glycyrrhizique (HPLC). Il y a aussi des flavonoïdes. La drogue
se présente sous forme de bâtonnets gris-brun, de section
jaune et de saveur sucrée.
Structure des saponosides : représentés par l’ac
glycyrrhizique (glycyrrhizine) savoir reconnaitre
- Cétone conjuguée à d.l. : détection à 254 nm (HPLC)
- Par hydrolyse, on obtient la génine appelée: ac glycyrrhétique / énoxolone.
- Saponoside triterpénique C30, Pentacyclique, type oléanane C20 quaternaire
→ Double liaison en C12-C13, Cétone en C11, COOH en C30
- Monodesmoside : un seul chaînon bisaccharidique lié au OH en 3 → 2 ac glucuroniques
Système respiratoire : utilisée comme expectorant et spasmolytique et anti-inflammatoire
Système digestif : utilisée comme spasmolytique, anti-ulcère gastrique, et anti-inflammatoire. On utilise
aussi la réglisse comme édulcorant dans les tisanes laxatives (car activité spasmolytique).
Enfin l’ac glycyrrhétique (énoxolone) est enregistré comme médicament, utilisé en us ext comme anti-
inflammatoire, dans le ttt des brûlures, dermatites, érythèmes.
Un usage prolongé ainsi que des doses excessives répétées (plus de 20g/jour), peuvent être la cause d’une
intoxication de type cortisonique (potentialisation de l'activité de l'aldostérone, minéralo-corticoïde) →
œdème et hypertension. Ces effets secondaires sont très rares lors d’usage de la réglisse en phytothérapie.
Cependant la glycyrrhizine ayant un pouvoir édulcorant très important (50 x plus que le saccharose) des
intoxications liées à un abus de boissons ou de confiseries à base d’extraits concentrés de réglisse ont déjà
été mentionnées.

131
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Marronnier d’Inde

Marronnier d'inde Aesculus hippocastanum. Il n’est pas originaire d’Inde, mais de Turquie. La drogue est
constituée par la graine. Les cotylédons charnus, huileux et amylacés ont une saveur âcre et amère → ne
pas confondre avec la châtaigne qui elle est comestible, ce qui n’est pas le cas pour le marron. Le nom latin
de l’espèce « hippocastanum » ou châtaigne des chevaux, vient du fait que les palefreniers des Balkans
utilisaient une décoction de la graine comme détergent pour nettoyer la peau de leurs chevaux.
saponosides : représentés par l’aescine : mélange
d’hétérosides de structures très proches → difficulté de les
séparer les uns des autres savoir reconnaitre
Saponoside triterpénique C30, Pentacyclique, type
oléanane C20 quaternaire
- double liaison en C12-C13
- CH2OH en C28 et C24 pour une des génines
- OH en 21 et 22 estérifiés par des ac de faible PM
- Monodesmoside : un seul chaînon trisaccharidique lié au OH en 3
Système circulatoire : l'extrait de graines et l’aescine sont utilisés pour traiter
l'insuffisance veineuse et les hémorroïdes.
- activité vaso-constrictrice : stimule le retour veineux
- action anti-inflammatoire et d'un effet anti-œdémateux utilisé dans les
œdèmes des varices et des phlébites (elle provoquerait la libération de
glucocorticoïdes anti-inflammatoires à partir des surrénales)

Ginseng
Ginseng (Panax ginseng). Le ginseng est cultivé en Chine, Corée. La drogue est constituée par la racine
séchée, elle contient au min.0,4 % de ginsénosides Rg1 + Rb1 (HPLC). La drogue fusiforme ou cylindrique est
parfois arquée et même recourbée sur elle-même. Sa saveur est terreuse. Certaines racines ont un aspect
anthropomorphe : ce sont les plus chères car les plus appréciées par certains. Saponosides : Ils sont
représentés ici par Ginsénoside Rb1 savoir reconnaitre
Différences entre ginsénosides surtout dues aux oses. Tjs bidesmosides, mais
mono, bi ou trisaccharidiques. Saponoside triterpénique C30, Tétracyclique
(bcp plus rare). Type dammarane. Double liaison en C24-25. 3 OH en C3, C12,
C20. Bidesmoside : deux chaînons bisaccharidiques liés aux OH en 3 et en 20
Tonique :
- utilisé dans les états de fatigue. ↗ la résistance à la fatigue et au stress, ↗ la
mémoire et effet anabolisant. adaptogène : capable d’↗ la résistance non spécifique
de l’organisme.
- utilisé pour combattre la sensation de lassitude, l'absence d'énergie et de capacité
à se concentrer et au cours des convalescences.

132
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Phytostérols ou stérols végétaux & Phytostanols

Les phytostérols sont présents uniquement chez les végétaux et le cholestérol chez l’homme et les animaux
supérieurs. Cela montre bien la spécificité des enzymes servant à ces synthèses. Les phytostérols sont
présents dans la fraction lipidique des végétaux (insaponifiables des huiles). Nombreuses structures ont été
identifiées, les plus fréquentes sont celles correspondant aux sitostérol, stigmastérol et campestérol.

Structure des Phytostérols savoir reconnaitre

Composés à squelette C27 spécifiques du règne végétal. Ils ne


diffèrent du cholestérol que par leur chaîne latérale qui
comporte 1 ou 2 C supplémentaires.

Sitostérol
C’est le plus abondant des phytostérols. Sa structure ne diffère du cholestérol que par la présence d'un
éthyle sur le C24. Il est présent dans l'insaponifiable de diverses huiles (soja, maïs, coton) : source
commerciale du sitostérol. On le retrouve également dans plusieurs plantes médicinales réservées au ttt de
l'hyperplasie bénigne de la prostate : Ortie, Prunier d'Afrique… utilisé pour préparer des hormones
sexuelles, des 19-nor-stéroïdes et la spironolactone.

Stigmastérol

Il ne diffère du Sitostérol, que par la présence d'une double liaison en C22-C23. D’où vient ce nom ? isolé
pour la 1ère fois à partir des fèves de Calabar (Physostigma venenosum), sources d'ésérine ou physostigmine,
alcaloïde inhibiteur des cholinestérases. La source la plus intéressante est la fraction insaponifiable de l'huile
de soja. Le stigmastérol permet une hémisynthèse de la progestérone.

Phytostérols et cholestérol
En raison de leur structure chimique proche du cholestérol, les phytostérols entravent l'absorption du
cholestérol en occupant ses sites d'absorption dans l'intestin. ↘ du taux de LDL cholestérol sans modif du
HDL cholestérol → effet bénéfique sur les maladies CV.

Source de Phytostérols

Alimentation : De nombreux végétaux contiennent des phytostérols. Les aliments qui en contiennent le plus
sont les huiles végétales non raffinées et produits dérivés, les céréales et leurs dérivés, les noix, certains
fruits (les avocats) et des légumes (les brocolis).
Il est cependant très difficile d'obtenir une dose thérapeutique uniquement par l'alimentation. Afin de pallier
ce manque, on les trouve sous forme libre ou estérifiée soit dans des d’aliments enrichis, soit dans des
compléments alimentaires. Notons aussi dans les aliments enrichis et les compléments alimentaires, la
présence de phytostanols, obtenus par hydrogénation des phytostérols.

133
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Riz fermenté par la levure rouge

Des extraits préparés à partir de la souche de levure rouge (Monascus ruber) cultivée sur du riz, montrent
des effets hypocholestérolémiants → levure de riz rouge. Ces extraits renferment des monacolines (statines
inhibant la synthèse du cholestérol). La principale est la monacoline K.
Lors de la biogenèse des terpènes, le 3-hydroxy-3-méthylglutaryl-CoA est réduit par le NADPH en ac
mévalonique (MVA). Inhibition de cette enzyme par mévastatine (Penicillium citrinum) et lovastatine
(Aspergillus terreus et de Monascus ruber - la levure rouge de riz -), 2 métabolites fongiques ayant un effet
hypocholestérolémiant.

Ac biliaires (stéroïdes ac) & Sels biliaires savoir reconnaitre

Ce sont des stéroïdes ac formés dans le foie à partir du


cholestérol fourni par l'alimentation : ils résultent d'une
oxydation de la chaîne latérale du cholestérol puis
d’hydroxylations.
Les ac biliaires servent de point de départ (avec les stéroïdes végétaux) pour l’hémisynthèse des hormones
stéroïdiennes. Ils sont présents dans la bile sous forme de sels résultant de la liaison du stéroïde ac avec un
aa (glycine, taurine) : sels sodiques de composés amides.

Mode d’action des sels biliaires

Ces sels d’ac biliaires sont secrétés dans le tube digestif pour émulsifier les
graisses et faciliter la digestion : ils agissent comme détergents en raison de
la présence à la fois d'un squelette stéroïdique non polaire et d'une chaîne
latérale polaire. Ils constituent le procédé le plus important pour éliminer
l'excès de cholestérol. L'incapacité à éliminer le cholestérol via la synthèse des
ac biliaires et leur excrétion peut contribuer à favoriser l'athérosclérose et la
lithiase cholestérolique.

Autre ac biliaire
L’ac ursodésoxycholique est utilisé pour ↘ les calculs cholestéroliques de la vésicule biliaire afin d'éviter
une intervention chirurgicale. Il ↘ la concentration de la bile en cholestérol. Il est aussi utilisé dans le ttt de
la cirrhose biliaire primitive.

Obtention des ac biliaires

Les ac biliaires à usage pharmaceutique sont obtenus par purification de la bile fraîche de la volaille, de
mammifères tel le bœuf. Dans ce dernier cas des certificats sanitaires sont exigés pour éviter la transmission
de l’ESB.

134
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Hétérosides cardiotoniques

Les hétérosides cardiotoniques sont des O-hétérosides à génine stéroïdique utilisés


pour le ttt de l'insuffisance cardiaque et la fibrillation auriculaire malgré une marge
thérapeutique étroite.
L’hétéroside le plus utilisé en thérapeutique est la digoxine, extrait de la digitale
laineuse. La digitale pourpre qui pousse dans nos forêts contient des hétérosides de
structure proche et autrefois très utilisé en thérapeutique.
Les génines sont stéroïdiques tétracycliques + cycle lactonique qui les différencie
→ 5 cycles au total et au moins 2 OH. La partie osidique est fixée sur β l'OH en 3β de
la génine. Les oses sont particuliers, ce sont surtout des désoxy-oses : 6-désoxy-
hexoses, 2,6-didésoxy-hexoses dont le D-digitoxose.

135
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

8- Caroténoïdes (Tétraterpènes) & Colorants du safran à 20 C

Pigments : généralités

Les nombreuses couleurs des végétaux sont dues à des molécules organiques souvent complexes et
résultent, la plupart du temps, de l’addition des couleurs de ≠ pigments. C’est notamment le cas des arbres
de nos régions dont les feuilles contiennent, outre la chlorophylle, d’autres pigments non visibles :
- en été, la couleur est verte car la chlorophylle masque ces autres pigments
- en automne, les chlorophylles sont dégradées plus rapidement et les couleurs sont principalement
dues aux caroténoïdes qui à cette époque sont bien visibles.

Biogenèse des caroténoïdes

Ils sont issus d’une duplication de 2 GGPP (C20) s’effectuant suivant un


mode "queue à queue" : longues molécules tétraterpéniques (C40)
formées par l’enchaînement de 8 unités isopréniques.
GGPP : dl non conjuguées → non coloré.
L’hydrocarbure formé est ensuite désaturé aboutissant à un système de 10 doubles liaisons conjuguées.
Caroténoïdes : dl conjuguées → coloration

Structure des caroténoïdes

C’est le système de diènes conjugués qui est à l’origine de l’absorption de la lumière à une longueur d’onde
déterminée et donc de la couleur jaune, orangée ou rouge des caroténoïdes et qui explique leur très grande
sensibilité à l’oxydation.
Outre les éléments structuraux décrits précédemment, les caroténoïdes peuvent acycliques ou cycliques
→ acycliques : lycopène savoir dessiner

On distingue 2 groupes de caroténoïdes :


- Carotènes : molécule = hydrocarbure
- Xanthophylles : structure similaire à celle des carotènes, mais il y a de l’oxygène dans la structure,
ici 2 hydroxyles → ce sont des carotènes oxydés.

Caractéristiques

Les caroténoïdes sont liposolubles, piégeurs de radicaux libres grâce à la conjugaison des doubles liaisons.
Ce sont des molécules susceptibles d’agir comme antioxydants. Ils sont largement répandus dans la nature.
On les trouve chez les végétaux, mais aussi chez les animaux.

136
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Distribution

Chez les végétaux

On les trouve dans :


- les feuilles : leur couleur est généralement masquée par les chlorophylles vertes (plus abondantes).
- les fruits, les fleurs, les graines ou les racines
Le type « carotènes » (hydrocarbures) : lycopène: rouge (tomate, pastèque, pamplemousse rosé, abricots,
huile de palme…), β-carotène: orange ( carotte), α-carotène: orange (paprika).
Le type « xanthophylles » : lutéine (jaune d’oeuf), capsanthine (rouge : paprika), zéaxanthine (jaune : maïs).

Chez les animaux

Les caroténoïdes sont responsables de la couleur des plumes de flamants roses7, d’ailes d’insectes,
des coraux, des crevettes, de l’encre noire des seiches.
La grande variété de ces couleurs provient des protéines qui sont liées
chimiquement aux caroténoïdes. Ainsi, la cuisson des homards vivants,
qui sont vert foncé ou brunâtre, provoque la rupture de la liaison entre
la protéine et le caroténoïde ; la couleur du homard vire au rouge orangé,
qui n’est autre que celle du caroténoïde libéré.

Fonctions, intérêt et emplois

Chez les végétaux

- Attraction des animaux par coloration des fleurs / fruits → pollinisation & dispersion des graines
- Intervention dans la photosynthèse par capture de l’énergie solaire à des longueurs d’onde
différentes des chlorophylles et transmission de celle-ci aux chloroplastes
- Rôle de protection con tre la photo-oxydation (antioxydant)
- Application en agriculture : certains herbicides sont actifs en utilisant le mécanisme de blocage de la
biosynthèse des caroténoïdes et provoquent le blanchiment des feuilles qui meurent à la lumière.

Chez l’homme

Son métabolisme ne permet pas de synthétiser les caroténoïdes ; l’homme utilise donc les caroténoïdes
synthétisés par les végétaux.
Les caroténoïdes sont des colorants naturels, efficaces et non toxiques : utilisation en pharmacie, en
cosmétique et dans les industries agroalimentaires. Coloration de diverses formes pharmaceutiques, de la
chair de poissons et des jaunes d’œufs, de charcuteries, de confiseries…

7
La couleur du plumage est liée à leur alimentation : caroténoïdes présents dans les algues et les crustacés qu'ils consomment.
137
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Caroténoïdes :
- action anti-oxydante bénéfique à l’égard d’affections dégénératives
- rôle protecteur à l’encontre de divers cancers : β-carotène (cancer du poumon), lutéine (cancer du
côlon), lycopène (cancer de la prostate).
- intérêt en cas de photosensibilisation : utilisés par voie orale dans la formulation de pilules à bronzer
→ coloration de la peau, mais pas de protection à l’encontre des rayons UV.
Cependant, contre-indiqués en cas de glaucome ou d’atteinte rétinienne (risque de cristallisation).
Types de caroténoïdes commercialisés :
- extraits naturels (rocou, paprika)
- carotènes isolés de sources naturelles (carottes, peau de tomates…)
- caroténoïdes synthétiques
Formes d’utilisation :
- suspension dans une huile végétale
- dispersion H/E (émulsion, atomisat…)

β-carotène

Le β-carotène est aussi appelé provitamine A car son oxydation


dans l’organisme humain provoque la coupure de la molécule
en deux molécules de rétinal, dont la réduction donne
naissance au rétinol ou vit A. Le β-carotène peut être stocké
dans le foie, et à la différence du rétinol, un excès n'est pas toxique.

Lycopène

C’est l’isomère acyclique du β-carotène.


Sources naturelles :
- source la plus importante : tomates et produits dérivés
- pastèques, pamplemousses roses, oranges sanguines, abricots, cynorhodon (fruit de l’églantier)…
Il est mieux absorbé quand les aliments sont cuits et quand l’alimentation est riche en lipides.
Il est utilisé depuis longtemps comme colorant dans les denrées alimentaires.
C’est un des antioxydants les plus puissants : 100 fois plus que l’α-tocophérol
- neutralisation des radicaux libres empêchant des dommages
- protection de l’ADN, du LDL-cholestérol, des lipoprotéines et des cellules vasculaires de l’oxydation
Grâce à ces différentes propriétés, le lycopène pourrait être une protection contre:
- ≠ cancers: prostate, poumons, tractus digestif…
- les maladies CV.
138
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Rocouyer et caroténoïdes

Le rocouyer Bixa orellana est un arbre originaire d’Amérique tropicale. La matière colorante est concentrée
dans l’enveloppe des graines. La matière colorante est appelée rocou ou annato. Elle fut utilisée comme
peinture de guerre par les Indiens d'Amérique Centrale (Peaux-rouges).
Elle renferme un caroténoïde acyclique type « xanthophylles » à fonctions ac carboxylique d’une part et
ester méthylique d’autre part en fin de chaîne: la bixine (liposoluble)
Les extraits sont surtout utilisés comme colorant alimentaire.

Capsicum sp.

Les fruits de diverses espèces de Capsicum : poivrons, paprika, piment de Cayenne, sont
largement consommés à des fins alimentaires. Il y a donc de nombreuses espèces et
variétés de Capsicum, 2 espèces (ainsi que leur croisement) sont concernés. Il s’agit de :
- Capsicum annuum (annuel)
- Capsicum frutescens (vivace)
L’oléorésine est utilisée par les industries agroalimentaires comme colorant, pour sa saveur et en
thérapeutique (us. ext., analgésique, voir plus loin). Il s’agit dune oléorésine obtenue par extraction (et non
provenant d’une exsudation)
La coloration est due à ≠ caroténoïdes dont la teneur ↗ au cours de la maturation
- la majorité d’entre-eux sont de type xanthophylles
- à terminaison cyclopentanique

Safran : colorant à 20C

Le safran (Croci stigma) est constitué par les stigmates, le plus souvent accompagnés
de filaments courts formés par l'extrémité du style, de Crocus sativus.
Chimie du safran
La coloration de ces stigmates est due à la crocine, substance de structure proche des caroténoïdes, mais
seulement 20C. Conjugaison de 9 doubles liaisons (y compris C=O). Présence de monoterpènes assez
caractéristiques et à saveur amère.
Safran : récolte
Le prix très élevé de la drogue induit facilement des substitutions ou ajouts frauduleux ? importance de bien
contrôler la drogue. Cela concerne surtout son utilisation comme épice. Peu utilisé en thérapeutique.
Cependant, des études sur animaux montrent un effet de la crocine sur la mémorisation et une activité de
la crocétine semblable à celle de l’ac rétinoïque, elle serait efficace comme anticancéreux et moins
tératogène que la vitamine A.

139
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 9 : Vitamines liposolubles : A, D, E, K savoir les reconnaitre

Leur point commun: elles sont toutes solubles dans les huiles grasses.
- Vitamines A et D : dans les huiles et graisses animales et surtout celles provenant de poissons.
- Vitamines E et K : se rencontrent principalement dans les huiles végétales.

Vitamine A

Le terme "vitamine A" regroupe un ensemble de composés dont l’activité


chez l’homme est semblable. Elle peut provenir de deux sources :
1. origine animale : rétinol ou esters de rétinol présents dans les
abats, l’huile de foie de morue, jaune d’œuf, le lait…
2. origine végétale : parmi les caroténoïdes qui sont les précurseurs de la vitamine A, on trouve le β-
carotène ou provitamine A. C’est un pigment jaune-orange présent dans les carottes, les abricots,
les melons et dans les légumes verts foncés, ainsi que dans la spiruline (algue bleue comestible)
La vitamine A (rétinol) est stockée au niveau du foie sous forme d’esters d’AG et est absorbée comme les
lipides en présence de bile.
Rôles physiologiques :
- synthèse des pigments visuels et adaptation à l’obscurité
- régularisation et différenciation des tissus épithéliaux notamment cornéens
- action sur le système immunitaire (propriété anti- infectieuse)
- rôle au niveau de la croissance, de la fertilité et de la reproduction.
Les caroténoïdes sont des anti-oxydants.
À cause de la diversité de provenance, les quantités de vitamine A ne sont pas citées en grammes mais en
équivalents Rétinol (ER, RE). On trouve aussi des mesures en UI. 1 ER = 3,33 U.I de vitamine A.
Besoin, recommandations (rétinol) → AJR : 800 µg de rétinol. Si excès : (> 7500 µg/j) tératogène en début
de grossesse → attention à l’automédication ! La dose conseillée pdt la grossesse est seulement de 350 µ
g/j. Si carence : rare (seulement en cas de malabsorption). Perte de vision crépusculaire, sécheresse des
muqueuses et des conjonctives (→ cécité)

140
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Vitamine D

2 formes :
- vitamine D3 ou cholécalciférol8 (exclusivement chez
les animaux)
- vitamine D2 ou ergocalciférol9 (d'origine végétale ou
microbienne)

La vitamine D2 d’origine végétale provient d’une transformation de phytostérol


Sources de vitamine D3
- Aliments gras et surtout huile de foie de poisson.
- Synthèse principalement endogène dans les couches profondes de la peau grâce à l'action des
rayons UV sur le 7-déhydro-cholestérol.
Pour être active, la vitamine D3 doit encore subir 2 hydroxylations successives :
1. au niveau du foie → 25-hydroxy-vitamine D3 (calcifédiol)
2. au niveau du rein → 1, 25-dihydroxy-vitamine D3 (calcitriol)
Vitamine D :
Rôle dans l'ossification par son action régulatrice sur le métabolisme du calcium et du phosphore (dont
absorption intestinale).
Recommandations : AJR → 5 µg/jour chez l'adulte. 1µg = 40 UI
Excès : hypercalcémie et signes cliniques d'intoxication : troubles GI, constipation, stupeur et calcifications
tissulaires.
Carence : empêche le processus de minéralisation osseuse, rachitisme chez l'enfant et ostéomalacie
Administration prophylactique de vitamine D recommandée
- Chez les enfants nourris au sein. Les laits artificiels pour les nourrissons et les jeunes enfants sont
enrichis en vitamine D
- en prévention des fractures consécutives à une ostéoporose
- en association à des suppléments de calcium

8
Isolée pour la 1 ère fois de la bile
9
Isolée pour la 1 ère fois de l’ergot de seigle
141
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Vitamine E

La vitamine E est largement répandue dans la nature, on la trouve principalement dans les huiles végétales
pour lesquelles elle exerce son pouvoir anti-oxydant → protection des huiles.
Les sources naturelles :
- origine végétale : les huiles végétales, principalement l'huile de germe de blé, de tournesol, de soja,
d'arachide ou d'olive. En moindre quantité dans les céréales, les amandes, les légumes verts
- origine animale : le beurre, les poissons gras.
Deux séries de composés :
- les tocophérols (les + importants) R1 R2
- les tocotriénols rôle accessoire α CH3 CH3
(rôle accessoire) β CH3 H
γ H CH3
Dans chaque série, 4 composés se
δ H H
différenciant par la position et le nombre
des méthyles sur le cycle chromanol.
Rôle physiologique :
- tocophérols naturels = antioxydants tissulaires → protection des AGPI des mbr PL contre les radicaux
libres
- impliquée dans nombreux processus biologiques : stabilisation des mbr cellulRes ou agrégation
plaquettaire
- cofacteur dans de nombreuses activités enzymatiques
Effets bénéfiques pour la santé ? La vitamine E ↘ le risque de survenue de certaines maladies telles le
cancer, les maladies CV et la cataracte.
Conservateur dans les aliments.
Recommandations : AJR = 12 mg. Chez l'adulte 10 mg (1%) par g d’ac gras polyinsaturés (PUFA)
- excès : on ne connaît pas d'effet toxique à la vitamine E, même à des doses très élevées. Cependant,
il est conseillé de ne pas dépasser un apport de 2 g par jour!
- carences : elles sont rares chez l'homme et vont souvent de pair avec une alimentation (très) riche
en PUFA.

142
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Vitamine K

Le terme de vitamine K ou vitamine anti-hémorragique caractérise un groupe de substances dont il existe 2


origines et 2 formes. Elles font partie de la classe phytochimique des naphtoquinones. Les vitamine K
d’origine naturelle sont reliées à une chaîne latérale issue du métabolisme des terpènes (nombre de C étant
un multiple de 5).
Rôles physiologiques :
- cofacteur d'une γ-carboxylase qui agit sur certaines protéines, telles la prothrombine et au moins 5
autres protéines impliquées dans l'hémostase
- indispensable pour la coagulation sanguine.
- intervient dans la synthèse et la carboxylation de l'ostéocalcine impliquée dans le métabolisme de
l'os.
Carence :
- rare chez l'adulte dans les pays industrialisés
- pourrait exister chez le nouveau-né et surtout le prématuré, vu leurs faibles réserves à la naissance,
l'apport faible du lait maternel et la quasi absence de synthèse par la flore intestinale.
o syndromes hémorragiques: saignements digestifs, cutanés, ombilicaux et même cérébraux.
o prévention systématique par l’administration orale ou intramusculaire à la naissance

Vitamine K1 ou phytoménadione10 savoir reconnaitre


origine végétale : dans les huiles de soja, de colza, les légumes
verts. AJR : 75 µg. La chaîne latérale : 20C avec une seule double
liaison. Cette chaîne latérale est un diterpène.
agit sur la coagulation

Vitamine(s) K2 ou ménaquinone savoir reconnaitre


origine bactérienne : synthétisées par des micro-organismes, y compris des
bactéries de l'intestin de l'homme et d'autres espèces animales. On en trouve
dans certains laitages fermentés. Pour les composés majoritaires (90% du
total) : 5C + (n = 6 à 9) → une chaîne comprise entre 35 et 50C.
agit sur la calcification

10
la cuisson ne la détruit pas
143
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 10-1 : Hétérosides cyanogénétiques : métabolites d’ac aminés

Hétérosides cyanogènes

Les hétérosides cyanogènes également appelés -cyanogénétiques- constituent un groupe


d’hétérosides susceptibles de libérer du HCN, ce qui explique la toxicité importante des
plantes qui en contiennent. Les hétérosides cyanogènes les plus communs sont des O-
hétérosides d’α-hydroxnitriles.

Toxicité de l’HCN

L’intoxication aiguë par HCN est rare à partir des végétaux car il y a une détoxication rapide par une
rhodanase qui transforme CN en SCN éliminés par l’urine.
- intoxication massive consécutive à une anoxie cytotoxique. Céphalées et vertiges accompagnent des
troubles respiratoires et précèdent le coma et l’asphyxie.
- Traitement en milieu hospitalier
L’intoxication chronique est plus fréquente en Afrique tropicale car la détoxication du manioc et du sorgho
est rarement totale.

Types de structure

Actuellement, une soixantaine d’hétérosides cyanogènes sont connus. Ils diffèrent par :
- la nature de la chaîne osidique (glucose, gentiobiose)
- la structure de l’α-hydroxynitrile qui dérive:
o d’un aa aliphatique, par ex la valine pour la linamarine (linamaroside)
o d’un aa aromatique, par ex la phénylalanine pour l’amygdaline (amygdaloside) et la
prunasine (prunasoside).

Transformations

Lorsqu’un processus physique (broyage, mastication), les enzymes endogènes et les hétérosides sont en
contact.
Dans un 1er temps, une β-glucosidase hydrolyse l’hétéroside en sucre(s) et une génine (α-hydroxynitrile).
Dans un 2ème temps, une hydroxynitrile-lyase libère une molécule carbonylée et un HCN : toxique
redoutable dont la dose létale min est de 50 mg chez l’adulte.

144
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Amygdaloside ou amygdaline

Principal hétéroside cyanogène des amandes amères (Prunus amygdalus) et des noyaux d’autres espèces
de Prunus. Dose léthale chez l’enfant : 6 à 10 amandes amères. Signes d’intoxication : asthénie, hypotension,
céphalées, troubles respiratoires et tachycardie
Transformation de l’amygdaloside lors du broyage, de la mastication. Les enfants sont bien entendu toujours
les plus vulnérables. Tous ces noyaux et les produits dérivés tels que les macarons et les massepains sont
susceptibles de provoquer des intoxications s’ils font l’objet soit d’une surconsommation, soit d’une
malfaçon.

Prunasoside ou Prunasine

Constituant des feuilles fraîches du laurier-cerise. Transformation lors de contusion des feuilles, broyage…
Dans le sorgho, il y a formation de p-hydroxybenzaldéhyde. Les feuilles fraîches du laurier-cerise étaient
employées pour la préparation d’une eau distillée dans de très nombreux sirops pharmaceutiques utilisés :
- pour le ttt d’affections broncho pulmonaires
- comme aromatisant
- comme stimulant respiratoire

Linamaroside ou linamarine

Constituant cyanogène majoritaire des plantules de lin, où il fut découvert par l’Institut de Pharmacie de
l’ULg. La concentration en linamaroside est faible dans les graines de lin et n’interdit pas leur consommation.
Toutefois, la teneur en graines de lin ne doit pas dépasser 5% dans les pains spéciaux.
La linamarine a ensuite été identifiée dans les tubercules de manioc, denrée alimentaire riche en amidon et
commune dans les régions tropicales. Sans préparation adéquate la consommation de cette source, peu
coûteuse et riche en hydrates de carbone, représente un risque important pour la santé des populations
d’Afrique et d’Amérique du Sud. La cuisson de ces tubercules les rend consommables mais on rapporte des
cas d'intoxication entraînant la mort après absorption de manioc mal cuit, en particulier lors de friture.
Les feuilles de manioc, consommées en soupe, doivent aussi être détoxifiées car elles contiennent également
de la linamarine. Transformation du linamaroside présent dans le manioc.
Il est très important de détoxiquer au mieux les tubercules : trempage dans l’eau, puis cuisson.
Le sorgho, 5è céréale mondiale referme également un hétéroside cyanogène, la durrhine dont la teneur ↘
lors de la croissance et surtout après la floraison. Il faut cuire les grains à la vapeur avant de les consommer.
Une détoxication partielle conduit à des intoxications chroniques :
- apparition de goîtres dus à l’activité antithyroïdienne des thiocyanates
- neuropathies consécutives à une carence en aa soufrés
Les populations consommant beaucoup de poissons (Amazonie) semblent mieux protégées contre ces
intoxications chroniques.

145
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 10-2 : Hétérosides soufrés ou glucosinolates : Métabolites d’Ac Aminés

Glucosinolates : Structure savoir dessiner


Les glucosinolates sont des S-hétérosides soufrés anioniques inodores en tant que tels
mais capables, après hydrolyse, de générer des odeurs fortes et caractéristiques. Tous les
glucosinolates sont des oximes sulfonées. L’oxime est
- syn par rapport au thioglycoside
- anti par rapport à une chaîne latérale variable, dépendante de l’ac aminé précurseur.

Glucosinolates : transformations

Lorsque les tissus des plantes à glucosinolates sont lésés, ils sont hydrolysés préférentiellement par la
myrosinase (thioglucosidase) toujours présente dans ce type de plante.
- Si le pH est voisin de la neutralité, cette réaction
suivie d’une élimination de sulfate, conduit à un
intermédiaire qui est le siège d’un réarrangement.
Il en résulte la formation d’un isothiocyanate, plus
ou moins volatil, à goût et odeur prononcés.
- Dans d’autres conditions, il peut se former des nitriles et des
thiocyanates. Il y a formation du nitrile lorsque la réaction
enzymatique se produit à pH 3. On estime que la formation du
thiocyanate résulte d’une réaction de réarrangement
enzymatique de l’isothiocyanate (savoir dessiner), bien que sa
formation à partir du précurseur ne puisse être exclue.
Si la génine est hydroxylée, l’isothiocyanate formé peut se
cycliser en oxazolidine ou oxazine thione. La progoitrine est
présente dans les graines de colza. Dans l’organisme les
glucosinolates intacts sont hydrolysés par la flore intestinale.

Glucosinolates : caractéristiques

Les glucosinolates sont localisés dans les familles des Brassicacées (moutarde, radis, cresson, navet, choux)
et plantes apparentées (câpres, capucines) de l’ordre des Capparidales.
Les hydrolyses et transformations vues ci-dessus expliquent que ces végétaux développent une odeur
piquante et soufrée lorsqu’ils sont découpés ou encore lors de la cuisson. Les plantes en renfermant
suffisamment servent à la préparation de condiments réputés pour leur saveur plus ou moins brûlante.
La chaîne latérale est variable , elle dépend de l’aa précurseur qui peut être soit aromatique, soit aliphatique.

146
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Effets thérapeutiques

Les glucosinolates ont des propriétés antiseptiques et "réchauffantes".


La contribution des drogues à glucosinolates est cependant restreinte en thérapeutique occidentale :
- pastilles contre l’enrouement
- shampooings et crèmes à base de capucine (propriétés antibactériennes et antiinflammatoires des
principes actifs : flavonoïdes et glucosinolates)
- cataplasmes rubéfiants à base de "farine" de moutarde, mais attention, ces préparations peuvent
induire des lésions de la peau ou des muqueuses.
L’essence de moutarde noire (dosée en isothiocyanate d’allyle) est un produit toxique lacrymogène et
irritant ayant une saveur très brûlante (perceptible au 1/10 000e) et susceptible de provoquer une vésication
cutanée. Son utilisation fait l’objet de restrictions.

Effets positifs sur la santé

Les glucosinolates présents dans la ration alimentaire


(Brocolis, choux, chou-fleur, choux de Bruxelles)
pourraient avoir un effet protecteur à l’encontre des
substances cancérigènes → augmentation de la glutathion
S transférase et diminution de la dégradation de l’ADN.
savoir reconnaitre

Toxicité chez les animaux

Les choux absorbés en trop forte quantité provoquent un hypofonctionnement thyroïdien. L’effet est
imputé à la glucobrassicine hydrolysée en thiocyanates captant l’iode et empêchant sa fixation
thyroïdienne. Chez l’homme toutefois aucune preuve n’a jamais été apportée d’une relation causale entre
la consommation de choux et l’apparition de goitres.
Dans le cas de certaines variétés de colza, c’est la goitrine qui inhibe l’incorporation de l’iode et la formation
de la thyroxine. À la différence du précédent, cet effet antithyroïdien n’est pas annulé par l’administration
d’iode.

147
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 10-3 : Sulfoxydes de cystéine : Métabolites d’Ac Aminés

Ail

Alliine : Structure
Le constituant principal des bulbes de l’ail frais (Allium sativum, Liliacées) est l’alliine ou sulfoxyde de S-
allyl-L-cystéine. L'odeur se développe - forte et soufrée - dès que les tissus sont lésés.

Ail, transformations…
Lorsque les tissus sont coupés ou broyés : l’alliine
est dégradée par un enzyme en ac pyruvique et
ac 2-propénylsulfénique ou l’allylsulfénique, ce
dernier étant immédiatement dimérisé et
transformé en allicine (thiosulfinate de diallyle)
qui est responsable de l’odeur et du goût
caractéristiques des préparations alliacées
modifiant l’odeur de l’haleine et de la peau.
L’ail et l’allicine ont des propriétés antimicrobiennes démontrées (bien connues depuis l'Antiquité)
Ph. Eur. : la poudre d'ail officinale est standardisée en allicine calculé par rapport à la drogue desséchée. Il
s’agit d’un dosage HPLC.
Des études épidémiologiques ont également conclu que la consommation régulière d’ail est inversément
corrélée au risque de cancer gastrique. L‘allicine est instable et se transforme en ≠ produits.

Ail et activités thérapeutiques


En milieu alcoolique ou huileux, l’allicine se condense en ≠ produits dont les ajoènes qui :
- ont des propriétés d’antiagrégants plaquettaires et pourraient par conséquent prévenir les troubles
vasculaires liés au vieillissement
- sont intéressants dans la prévention de ≠ types de cancers
Soumise à une distillation classique, l’allicine s’oxyde en disulfure et trisulfure de diallyle, qui sont les
constituants majoritaires de l’essence d’ail et joueraient un rôle important dans la prévention du cancer
gastrique (inhibition des nitrosamines cancérogènes).
L’ESCOP préconise son emploi pour prévenir l’athérosclérose. En effet, des préparations standardisées à
base d’ail font chuter le cholestérol, améliorent la fluidité sanguine et empêchent la formation de caillot de
sang, protègent les vaisseaux de l’oxydation. Cependant, la diversité des préparations à base d’ail
(compléments alimentaires) et leur manque de standardisation sont par ailleurs sans doute responsables
des résultats contradictoires observés dans son usage contre l’hypercholestérolémie et l’hypertension.
Posologie recommandée : 4 g/jour d’ail frais ou équivalent en poudre en solution huileuse ou alcoolique.
148
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Oignon

Oignon et sulfoxyde de cystéine


L’oignon ne renferme pas d’alliine mais du sulfoxyde de S-propényl-L-cystéine. Sous l’effet de l’alliinase, l’ac
1-propénylsulfénique est libéré. C’est un lacrymogène puissant, bien connu en milieu culinaire. Il est
rapidement transformé en disulfures (cfr ail).

Oignon, activités thérapeuthiques


L’oignon est antimicrobien, un antiagrégant plaquettaire. Il a aussi la réputation d’être hypoglycémiant,
d’être anti-allergique, de réduire le risque d’apparition du cancer de l’estomac. Il n’existe cependant pas
d’extraits standardisés permettant une utilisation médicale reproductible.

149
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 10-4 : Substances "piquantes" : Métabolites d’ac aminés


Rappel de composés de saveur “piquante” vus précédemment :
1. Gingérols des Zingibéracées
2. Isothiocyanates provenant de la transformation des glucosinolates, des Brassicacées, des
Capparidacées, des Tropæolacées
3. Thiosulfinates des Alliacées provenant de la transformation des sulfoxydes de cystéine
Dans ce chapitre, nous allons étudier des substances piquantes présentes dans des Oléorésines obtenues
par extraction. Ces substances se trouvent dans la partie résine.
Amides d’ac carboxyliques :
- Capsaïcinoïdes (piment, poivron, pili-pili…)
- Amides des poivres (pipérine et dérivés)

Capsicum sp.

La saveur est particulièrement piquante chez certains, ce qui leur a


valu le nom de “piments enragés“. Ils renferment un principe
piquant principalement constitué de capsaïcinoïdes : le composé
majoritaire est la capsaïcine dont la saveur est encore perceptible
pour une dilution de 10-7 (0,1 ppm)! savoir reconnaitre
La capsaïcine est le vanillamide de l’ac 8-méthyl- non-6-énoïque. 2 origines biogénétiques : la partie
aromatique dérive de la phénylalanine, la partie aliphatique provient de la voie « polyacétates ».
L’industrie pharmaceutique utilise l’oléorésine de capsicum riche en capsaïcinoïdes comme analgésique en
us ext. Dans certains pays, l’oléorésine entre dans la composition d’aérosols pour l’autodéfense.
Il y a une monographie dans la Ph. Eur. : "Piment de Cayenne" Capsici fructus. Ceux qui y sont décrits sont
les variétés à petits fruits de Capsicum annuum et de Capsicum frutescens. Leur teneur doit être au min 0,4%
de capsaïcinoïdes totaux exprimés en capsaïcine.
On dose les ≠ capsaïcinoïdes par HPLC. Détection à 225 nm. On recherche un excès de nonivamide,
substance naturelle, mais facilement synthétisée qui falsifie souvent l’oléorésine naturelle. On en admet au
max 5,0% de la teneur totale en capsaïcinoïdes.
De multiples travaux montrent les potentialités thérapeutiques de la capsaïcine. Les préparations
magistrales et spécialités sont très efficaces en applications locales : elles provoquent une sensation de
brûlure laissant place à une anesthésie. Elles ne modifient pas la sensibilité au toucher et à la chaleur et
n’altère pas la sensibilité des fibres. On les utilise dans les manifestations articulaires douloureuses, les
névralgies des trijumeaux, les névralgies post-zona, le prurit du diabétique.
Ne pas confondre l’oléorésine de capsaïcinoïdes avec la teinture qui en contient 200 fois moins !

150
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Le poivrier

Le poivrier est une liane tropicale. Les fruits « poivres » sont commercialisés sous différentes formes : poivres
vert, noir ou blanc… Il s’agit d’une des épices les plus anciennement connues.
Par épuisement du poivre au moyen d’éthanol et/ou d’acétone, on obtient une oléorésine composée : d’HE
d’une part et de résine à principes piquants d’autre part. Il s’agit donc d’une oléorésine obtenue par
extraction.

Chimie du poivrier
L’HE se compose de sesquiterpènes et de terpènes (pinènes, limonène…). Les
substances piquantes sont des amides dont le constituant très majoritaire est
la pipérine (savoir reconnaitre). Sous l’effet de la lumière, la pipérine
s’isomérise (au niveau des d.l. en isochavicine, dépourvue de saveur).

Propriétés des poivres


Propriétés antibactériennes
La saveur piquante et aromatique des poivres favorise les sécrétions salivaires, gastriques et intestinales
ainsi que l’excrétion biliaire et justifie leurs propriétés apéritives et digestives.
Pipérine :
- activité hépato protectrice
- ↗ la résorption de ≠ médicaments avec lesquels elle formerait des composés apolaires
- propriétés insecticides

Les poivres issus de Piper nigrum


Le poivre vert est formé des fruits récoltés avant leur maturité, que l’on utilise frais, surgelés, lyophilisés,
ou conservés dans une saumure.
Le poivre noir est formé des fruits récoltés avant leur maturité et séchés.
Le poivre blanc est formé des fruits récoltés à maturité ; privés de leur épicarpe et mésocarpe externe et
séchés.

151
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Chapitre 11 : alcaloïdes
Introduction : Historique

La notion d’alcaloïde est assez récente alors que la connaissance des propriétés et toxicité des plantes les
De nbreux alcaloïdes caféine, émétine, strychnine, quinine… furent isolés à partir de 1815 par les
Pharmaciens Pelletier et Caventou. Mais il a fallu attendre de nombreuses années pour établir la structure
souvent très complexe de ces molécules.
C’est aussi au début du 19ème siècle que Meisner introduit le terme "alcaloïde" afin de rappeler le caractère
alcalin des substances formant cette classe phytochimique, caractère mis à profit pour leur extraction et
leur dosage. Ce nom vient en réalité de l’arabe al kaly.

Alcaloïde : Définition générale

Composé organique azoté, plus ou moins basique, d'origine naturelle, le plus souvent végétale, de
distribution restreinte, présentant, à faible dose, des propriétés pharmacologiques marquées.
Afin de mieux discerner les alcaloïdes des autres métabolites azotés naturels, on peut ajouter :
- qu’ils donnent des réactions communes de précipitation et de coloration avec certains réactifs
- que ce sont des composés mono ou polycycliques

Biogenèse

Les alcaloïdes forment un groupe très hétérogène, pour lequel il n’existe pas de processus biogénétique
général.
La plupart sont formés à partir d’aa → alcaloïdes vrais
Certains ne sont pas dérivés d’un aa même si leur N est inclus dans un hétérocycle → pseudo-alcaloïdes
Certains sont des amines simples dont le N n’est pas inclus dans un hétérocycle → proto-alcaloïdes

Type d’alcaloïdes et solubilités

alcaloïdes tertiaires alcaloïdes quaternaires

L’azote a 3 liaisons et une paire d’électrons Cette L’azote a 4 liaisons. Toujours sous forme ionisée.
forme est dite basique (non ionisée). → solubles dans l’eau
→ insolubles dans l’eau → insolubles dans les solvants organiques apolaires
→ solubles dans les solvants organiques apolaires

152
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Alcaloïdes tertiaires : solubilités

Basicité → formation de sels avec les ac.

Solubilités différentes des bases et des sels :


- milieu alcalin : les alcaloïdes sont à l'état de bases (forme non ionisée)
o solubles dans les solvants organiques apolaires et les alcools,
o insolubles dans l’eau
- milieu ac : les alcaloïdes sont à l'état de sels (forme ionisée)
o solubles dans l'eau et les alcools
o insolubles dans les solvants organiques apolaires
Leur caractère basique plus ou moins marqué dépend de la disponibilité de la paire d’électrons de l’azote.
En milieu basique, les alcaloïdes tertiaires sont sous forme basique. Ils
peuvent réagir avec des ac et forment des sels. → insolubles dans l’eau,
solubles dans les solvants organiques
En milieu ac, les alcaloïdes sont sous forme de sel (forme ionisée) → solubles
dans l’eau, insolubles dans les solvants organiques.

Basicité des alcaloïdes tertiaires

Tous les alcaloïdes tertiaires n’ont pas la même basicité puisqu’elle dépend de la disponibilité de la paire
libre de leur azote.
Suivant la structure cyclique azotée, on pourra ou non facilement former des sels.
Les alcaloïdes dont la paire libre d’azote participe à l’aromaticité du système
hétérocyclique, ne peuvent pas être salifiés. C’est le cas des noyaux pyrrole et de
l’indole.
Dans la plupart des hétérocycles, la paire libre de l’azote ne participe pas à
l’aromaticité du cycle : soit il est aromatique sans cette paire d’électrons,
soit il n’y a pas du tout d’aromaticité. La paire est donc disponible pour une
salification.

153
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Extraction et Isolement

Différentes méthodes sont possibles :


1. Extraction par un solvant organique non polaire en milieu alcalin (déplacement, extraction,
purification).
2. Extraction par un solvant organique polaire (alcool) en milieux neutre ou ac.
3. Extraction par l'eau à pH ac
Dans tous les cas, obtention d'un mélange d'alcaloïdes (A.T.) à partir duquel se fait l'isolement d'un ou
plusieurs alcaloïdes purs par cristallisation fractionnée, par chromatographie préparative sur colonne
d'adsorbant, …
Extraction par solvant organique en milieu alcalin

Extraction par l’eau ac ou alcool ac

154
Léo Ponsard
PHARMACOGNOSIE : PHYTOCHIMIE (1ER QUADRIMESTRE)

Caractérisation des alcaloïdes

Réactions de précipitation (en milieu aqueux et ac) avec des "réactifs généraux des alcaloïdes":
- complexes iodés avec réactifs de
o Bouchardat (solution iodo-iodurée),
o Mayer (tétraiodomercurate de K). La précipitation des iodomercurates est généralement
réservée aux alcaloïdes ammoniums quaternaires impossibles à extraire par un solvant
organique à partir de leurs solutions aqueuses.
o Dragendorff (tétraiodobismuthate de K)
- complexes métalliques :
o réactifs phosphotungstique, silicotungstique, ...

Méthodes d’identification

Caractérisation sur un extrait purifié :


- réactifs généraux (précipitation, coloration)
- réactifs spécifiques (d’un alcaloïde ou d’un groupe d'alcaloïdes)
- méthodes chromatographiques
Dans le cas de l'isolement d'un alcaloïde nouveau → identification structurale (méthodes spectroscopiques
et chimiques).

Méthodes de dosage

Sur un extrait purifié, dosage par diverses méthodes :


- titrimétrie (acidimétrie directe, en retour, en milieu non aqueux)
- spectrophotométrie (UV ou après réaction colorée)
- HPLC (dosage spécifique d'un ou plusieurs alcaloïdes)
- méthodes mettant à profit les propriétés physico-chimiques d’un alcaloïde particulier

Formes d’utilisation

Les premiers médicaments très efficaces utilisés provenaient principalement de plantes toxiques à
alcaloïdes.
Mode d’utilisation :
- Préparation de formes galéniques (de moins en moins) : teintures, extraits secs…
- Extraction des alcaloïdes
o utilisés tels quels en thérapeutique
o transformés par hémisynthèse

155

Vous aimerez peut-être aussi