Vous êtes sur la page 1sur 4

UC 0321 – C09 – Entomologie 9 – Méthodes de lutte contre les arthropodes

Ronéoteurs : ANDREU & JOUSSE Dispensé par Bruno Polack


Chef de matière : CROFILS Date : 08/03/2022

C09 – ENTOMOLOGIE 9
METHODES DE LUTTE CONTRE LES ARTHROPODES
Rang A : Citer et illustrer (à l’aide d’exemples) les différentes étapes de la lutte
contre les arthropodes parasites d’animaux domestiques (mesures offensives /
défensives, lutte physique / chimique / écologique / biologique)

Tarir les sources Phase de repos et d’assainissement pour traiter les animaux domestiques
de parasites ainsi que sauvages
Moyens physiques/Mécaniques
• Pièges (comme les fourrures, bougies au milieu de coupelle d’eau…)
• Billes de polystyrènes (mais polluants)
• Déshydratants (poudres, gels de silice, silicone)
Mesures écologiques
• Drainage/assèchement des zones humides
• Déboisement/débroussaillage
• Inondations temporaires (glossines)
• Écobuage (tiques, mettre le feu)
Mesures offensives

• Destruction des gites larvaires


Mesures chimiques
Détruire les • Pulvérisations (EPI insuffisant → on en retrouve sur l’Homme)
formes de • Imprégnation de supports (moustiquaires)
passage • Épandage
• Par le biais d’animaux traités
Mesures biologiques
• Utilisation d’organismes vivants (Plantes, parasitoïdes, prédateurs,
agents pathogènes...)
• Élimination des endosymbiotes de vecteurs
• Production et diffusion de males stériles dans la nature = TIS
(technique insecte stérile), efficace que si les femelles ne
s'accouplent qu'une fois, la population d’arthropodes est peu dense,
l'élevage est aisé en laboratoire, le procédé de stérilisation ne réduit
pas la viabilité des mâles
• Mesure biologiques/génétiques : production et diffusion d’insectes
OGM

Page 1 sur 4
UC 0321 – C09 – Entomologie 9 – Méthodes de lutte contre les arthropodes

Moyens chimiques
• Par voie orale
Mesures défensives
• Application de pipette (spot-on par ex)
• Insecticides / Acaricides à effet rapide
Protéger les
Moyens mécaniques
sujets indemnes
• Moustiquaires, grillages ou autre mécanisme protégeant le sujet d’un
contact avec le parasite
Vaccination
Sélection génétique des hôtes

Rang A : Définir les termes suivants : mesures offensives / défensives, lutte


intégrée, lutte biologique, chimiorésistance
• Mesures offensives : mesures mises en place afin d’attaquer soit le parasite directement soit
toute forme de passage.
• Mesures défensives : ensemble des mesures visant à éviter ou réduire l’effet d’une agression par
un parasite.
• Lutte intégrée : application rationnelle d'une combinaison de mesures physiques, écologiques,
chimiques, biologiques ou intéressant la sélection des populations animales pour maintenir la
présence des arthropodes en dessous d’un seuil à partir duquel apparaît une nuisance (directe ou
indirecte) considérée comme inacceptable.
• Lutte biologique : usage d'organismes vivants ou de leurs produits pour empêcher ou réduire les
pertes ou dommages causés par des organismes nuisibles (dont les arthropodes).
• Chimiorésistance : capacité pour une population de tolérer des substances toxiques à des doses
qui exerceraient un effet létal sur la majorité des individus composant une population normale
de la même espèce.

Rang B : Citer les familles d’acaricides et / ou d’insecticides utilisées dans le cadre


de la lutte contre les arthropodes parasites d’animaux domestiques. Citer pour
chacune de ses familles : le spectre d’activité, quelques molécules
représentatives, les précautions et modes d’utilisation

Produits o Arsenicaux : ne sont plus utilisés à cause de résistances développement


minéraux : o Polysulfures de chaux « lime sulfur » : encore contre gale et demodeci
o Roténone : racines de légumineuses exotiques
o Pyréthrines : plante apparentée au chrysantème
→ Molécules très actives ; très bonne activité répulsive ; faible toxicité
Extraits pour les mammifères, mais très toxique pour les poissons ; molécules
végétaux : instables à la lumière (détruites par les UV).
o Huiles essentielles : nombreuses plantes…
o Ethnopharmacie : tradipraticiens, protocole de Nagoya, MTA (Médicaments
Traditionnels Améliorés)
o Molécules alduticides / larvicides (Insecticides / Acaricides) :
(neurotoxiques : cible commune = le système nerveux, mais à différents
niveaux)
Molécules de  Organochlorés (DDT) I /A
synthèses :  Organophosphorés / carbamates (phoxim…) I /A
 Formamidines (amitraz) A
 Pyréthrinoïdes (perméthrine, deltaméthrine…) I /A
 Phényl-pyrazolés (fipronil, pyriprol) I /A

Page 2 sur 4
UC 0321 – C09 – Entomologie 9 – Méthodes de lutte contre les arthropodes

 Néonicotinoïdes (imidacloprid, nitempyram, dinotéfurane) I


 Lactones macrocycliques (ivermectine, sélamectine, moxidectine…) I/A
(+ nématodicide)
 Spinosynes (spinosad) I
 Oxadiazines (indoxacarb) I
 Isoxazolines (afoxolaner, fluralaner, sarolaner, lotilaner) I /A
o Régulateurs de croissance des arthropodes (IGR) :
 Analogues de l’hormone juvénoïde (pyriproxifène, S-méthoprène…)
 Inhibiteurs de la synthèse de chitine (lufénuron…)

Rang B : Connaitre le principe de la technique de l’insecte stérile


Technique de l’insecte stérile (TIS) = méthode biologique consistant à élever en masse l’insecte cible,
à le stériliser par irradiation avant de le relâcher par voie aérienne. Les mâles stériles, empêchent la
reproduction lors de l’accouplement : réduction des populations d’insectes ciblés.
Méthode efficace si :
• Les femelles ne s'accouplent qu'une fois,
• La population d’arthropodes est peu dense,
• L'élevage est aisé en laboratoire,
• Le procédé de stérilisation ne réduit pas la viabilité des mâles.

Page 3 sur 4
UC 0321 – C09 – Entomologie 9 – Méthodes de lutte contre les arthropodes

Rang B : Citer des ennemis naturels (utilisables dans le cadre de la lutte


biologique) et leur mode d’action
Bacillus thuringiensis

Acariens prédateurs (Androlaelaps casalis (Androlis® Pro)/Cheyletus eruditus (Taurrus®))

Champignons entomo / acaropathogènes (Beauveria bassiana Metarhizium anisopliae)


Fixation à la surface externe du corps des insectes sous la forme de spores microscopiques (il s'agit
généralement de spores mitosporiques asexuées également appelées conidies). Dans des conditions
favorables de température et d'humidité (généralement élevée), ces spores germent, se développent
sous forme d'hyphes et colonisent la cuticule de l'insecte ; finalement ils traversent la cuticule et
atteignent la cavité du corps de l'insecte (hémocèle).
Ensuite, les cellules fongiques prolifèrent dans la cavité du corps de l'hôte, généralement sous
forme d'hyphes dotées de parois cellulaires ou sous la forme protoplastessans parois (selon l'espèce
de champignons impliquée). Au bout d'un certain temps, l'insecte est généralement tué (parfois par
des toxines fongiques) et de nouvelles propagules (spores) se forment dans l'insecte si les conditions
environnementales sont à nouveau favorables ; une forte humidité est généralement nécessaire pour
la sporulation.

Page 4 sur 4

Vous aimerez peut-être aussi