Vous êtes sur la page 1sur 12

Article original

Ann Biol Clin 2015 ; 73 (6) : 705-16

Interférence de l’hémolyse sur les examens de


biologie médicale utilisés en biochimie d’urgence :
étude multicentrique nationale
Hemolysis interferences on frequently required stat analysis:
a French multicentric study

Carole Poupon1 Résumé. L’influence de l’hémolyse sur les résultats de 26 dosages sanguins de
Guillaume Lefèvre2 biochimie d’urgence (sodium, potassium, chlorures, urée, créatinine, glucose,
Sandrine Ngo-François3 protéines totales, calcium total, magnésium, phosphore, acide urique, C-réactive
protéine, bilirubine totale, ASAT, ALAT, LDH, CK, phosphatase alcaline, ␥GT,
Catherine Alibeu4
lipase, alcool, fer, ␤ hCG, troponines, peptides natriurétiques) a été déterminée
Françoise Barbé5 avec 13 analyseurs différents sur 17 sites. Quatre pools d’échantillons (plas-
Valery Bourbonneux6 mas prélevés sur héparine, EDTA ou fluorure selon les paramètres dosés) ont
Régine Cartier7 été surchargés avec 6 concentrations croissantes en hémolysat (concentration
Christine Morin8 finale de 0 à 1 000 mg/dL). Les valeurs moyennes des dosages, effectués en
Anton Szymanowicz9 double, ont été calculées pour tous les tests pour chaque analyseur. Les indices
d’hémolyse ont été mesurés. Le seuil d’interférence a été calculé pour chaque
Isabelle Vuillaume10
paramètre en tenant compte des variances analytiques et biologiques. Hormis
Groupe de travail du Collège l’impact homogène et attendu de l’hémolyse sur certains paramètres lié à leur
national de biochimie concentration intra-érythrocytaire (interférence d’apport), un effet variable est
des hôpitaux retrouvé sur d’autres paramètres, en fonction de l’analyseur et/ou de la méthodo-
1 Laboratoire de biochimie, CH logie. Cette étude confirme l’importance de maîtriser la mesure de l’hémolyse
Gonesse, France sur chaque échantillon et conduit à des recommandations : le biologiste doit
<carole.poupon@ch-gonesse.fr> avoir une bonne connaissance de l’impact de l’hémolyse sur les examens de
2 Service de biochimie et hormonologie,
biologie médicale qu’il effectue ; en cas d’hémolyse constatée, il est conseillé
Hôpital Tenon, AP-HP, France
d’accompagner le résultat d’un commentaire pertinent (en vérifiant la confor-
3 Laboratoire de biochimie, CHU
mité de sa transmission sur le serveur de résultats). Ce commentaire doit être
Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt,
France gradué en fonction du degré d’hémolyse et de l’impact clinique du résultat. De
4 Laboratoire de biochimie, CH même, des exigences s’imposent aux fournisseurs, ces derniers devant préciser
Chambéry, France comment est déterminé l’indice d’hémolyse, comment sont traduits les index et
5 Laboratoire de biochimie Brabois, les fourchettes de concentration. Cette maîtrise de l’impact de l’hémolyse sur les
CHU Nancy, France résultats permettra au biologiste d’accomplir pleinement son rôle d’information
6 Laboratoire de biochimie, CH des cliniciens et de formations des techniciens et des nouveaux internes.
Bretagne Sud, Lorient, France
7
Mots clés : hémolyse, biochimie d’urgence, variabilité pré-analytique, interfé-
Laboratoire de biochimie, GH Est,
LBMMS du CHU Lyon, France rence
8 Laboratoire de biochimie, CH Calais,
France Abstract. Hemolysis should lead to changes in test results. Our study evalua-
9Laboratoire de biochimie, CH Roanne, ted the impact of hemolysis on 26 blood measurements of stat biochemistry
France markers (sodium, potassium, chloride, urea, creatinine, glucose, total protein,
10 Pôle de biochimie et biologie calcium, magnesium, inorganic phosphorus, uric acid, C-reactive protein,
moléculaire, CHRU Lille, France total bilirubin, ASAT, ALAT, LDH, creatine kinase, alkaline phosphatase,
doi:10.1684/abc.2015.1090

␥ glutamyl-transferase, lipase, alcohol, iron, ␤ hCG, troponins, natriuretic


Article reçu le 30 juin 2014, peptides) determined with 13 different types of instruments in 17 hospital
accepté le 26 juillet 2014 laboratories. Four pools of samples (collected from lithium heparin or EDTA or

Tirés à part : C. Poupon

Pour citer cet article : Poupon C, Lefèvre G, Ngo-François S, Alibeu C, Barbé F, Bourbonneux V, Cartier R, Morin C, Szymanowicz A, Vuillaume I. Interférence de l’hémolyse
sur les examens de biologie médicale utilisés en biochimie d’urgence : étude multicentrique nationale. Ann Biol Clin 2015 ; 73(6) : 705-16 doi:10.1684/abc.2015.1090 705
Article original

sodium fluoride tubes, according to the measured parameters) were overloaded


with five increasing concentrations of whole blood lysate (final concentration
from 0 to 2.000 mg/dL). Replication was performed for each assay, average
values were calculated and differences between results with and without lysate
were analyzed. A difference exceeding the square root of the sum of both
squared analytic and biologic imprecisions for each analyte, was judged to be
significant. Except homogeneous and expected impact of hemolysis on certain
parameters like potassium, LDH... (due to their intra-erythrocyte concentration)
a heterogeneous effect was found for other parameters, according to the analy-
zer and/or to the methodology. In summary, this study confirms the importance
of mastering the measurement of the hemolysis and leads to several recommen-
dations: (i) biologists should have a good knowledge of the impact of hemolysis
on the measurements they perform, depending on their chosen analyzers; (ii)
if an interference is noticed, it is recommended to add to the result a relevant
comment and to check that the comment is properly edited in the laboratory
computer software and appears on printed and transmitted results.
Key words: hemolysis, stat biochemistry assays, preanalytical variability, inter-
ference

La phase pré-analytique est à l’origine de la plupart des des recommandations pour les biologistes, les fournisseurs
erreurs relevées en biologie clinique [1] et l’hémolyse et les cliniciens, utiles à la prise en charge optimale des
représente la cause la plus fréquemment retrouvée en patients en cas de prélèvement hémolysé.
routine [2]. L’appréciation du degré de l’hémolyse d’un
échantillon, longtemps visuelle et opérateur-dépendante,
bénéficie actuellement d’une possibilité de quantification
adaptée sur les analyseurs de biochimie les plus récents. Matériel et méthodes
Dans le cadre de l’accréditation des laboratoires, la norme
NF EN ISO 15189 stipule que l’influence des interférences Cette étude a été réalisée (entre mars 2010 et mai 2011)
sur la qualité des résultats doit être documentée [norme NF avec 13 analyseurs de types différents utilisant les réactifs
EN ISO 15189 : 2012 (F) procédures analytiques (para- et les logiciels commercialisés à cette période (17 sites éva-
graphe 5.5.3.j)]. Si cette information figure généralement luateurs). Elle faisait suite à une enquête menée en 2009 [3]
sur les fiches techniques, elle est souvent incomplète et auprès des biologistes adhérents du Collège national de bio-
parfois d’interprétation difficile. D’autre part, les méthodes chimie des hôpitaux (CNBH) sur leurs pratiques face aux
de détermination de l’interférence varient et la formula- interférences visibles.
tion des résultats n’est pas homogène. Ceci explique pour
l’hémolyse, une hétérogénéité à la fois de détection de
l’interférence, de son expression par le biologiste et aussi
de sa compréhension par le clinicien. Préparation des échantillons
Suite à une enquête préliminaire qui montrait la disparité La préparation de l’ensemble des échantillons a été réalisée
de la prise en charge de l’hémolyse, le groupe de travail sur un site unique avant leur transmission à l’ensemble des
« interférences visibles » du Collège national de biochimie sites participants.
des hôpitaux (CNBH) a réalisé une étude multicentrique Quatre pools de plasma frais d’origine humaine conte-
sur l’influence de l’hémolyse sur les résultats des princi- nant des quantités usuelles d’analytes ont été surchargés
paux examens de biologie médicale réalisés en biochimie en hémolysat selon le protocole Valtec modifié [4].
d’urgence avec les analyseurs les plus implantés en France. L’hémolysat a été obtenu après 5 cycles de congé-
D’autre part, à l’occasion de ce travail, il nous est apparu lation/décongélation (- 80 ◦ C). La concentration en
intéressant de vérifier l’hypothèse qu’une correction des hémoglobine (Hb) de l’hémolysat est de l’ordre de
valeurs du potassium par la valeur de l’hémoglobine (éva- 30 000 mg/dL (mesure par spectrométrie sur Cobas b221,
luée par l’intermédiaire de l’index d’hémolyse) permettrait Roche). Les pools d’échantillons ont été ensuite surchargés
de calculer la kaliémie « vraie » du patient. Enfin, les en hémolysat pour obtenir les concentrations finales théo-
différences de comportement des appareils vis-à-vis de riques de surcharge d’Hb suivantes : 0 - 50 - 100 - 400 -
l’hémolyse sont mises en évidence et discutées afin d’établir 600 - 800 et 1 000 mg/dL.

706 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


Tableau 1. Résumé des techniques utilisées dans la première étude.

Unité de
Site Protéines
Automate Fournisseur mesure de NaKCl Urée Créatinine Glucose Calcium ASAT ALAT LDH CK PAL Lipase Bilirubine totale Acide urique CRP
hospitalier l'hémolyse totales

Diazonium DCA + Uricase


Architect Jaffé cinétique NADH sans P5P
C8000 Gonesse Surfactant Mono RF
500/572 340/380 nm IFCC -
Uréase Biuret/KI Photométrie IFCC IFCC PNP Colorimétrie 548/604 nm 548/700 nm
Taux activateur NAC
Photométrie
Abbott® hémoglobine cinétique Monoréactif ArsenazoIII Lactate vers Biréactif tampon AMP 1,2 diglycéride
Hexokinase Oxydation par Uricase lecture
(mg/dl) 340/380 nm 572/660 nm 660/700 nm Pyruvate (blanc) 404/476 nm 548/660
Architect Enzymatique IFCC/ activation P5P catalyseur lecture 340 nm
Lyon 340/412 nm
C16000 548/700 340/548 nm IR 700 nm biréactif
rf Synermed BioMérieux

IFCC -
Colorimétrie
DxC 600i Lorient activateur NAC
Biuret sans KI Potentio. Substrat 1,2 Jendrassik - Grof
Uréase Jaffé cinétique Potentio. IFCC 340 nm PNP tampon Uricase
Indice cartouche Electrode diglycérides+ (Ac
Beckman® Cartouche cartouche Electrode IFCC/ activation P5P Lactate vers Cinétique AMP Biréactif
d'hémolyse Monoréactif sélective 9C methyl 6 Sulfanil.+Nitrite +
340 nm 520 nm lucose Pyruvate 410 nm 520 nm
560 nm Enzymatique
DxC800 Valence oxydase (module ISE ) resorufine caféine)
non NAC 540
560 nm
340 nm

Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


IFCC
Chalon-sur- Lactate vers Colorimétrie
Cobas 501
Saône Photométrie Pyruvate IFCC - Substrat 1,2 Diazonium +
Taux Uréase Jaffé cinétique Biuret/KI IFCC PNP Uricase
Photométrie ortho-crésol NADH sans P5P L --> P acitvateur NAC diglycérides+ surfactant BILTS
Roche® hémoglobine cinétique IDMS compensée Biréactif tampon AMP Biréactif
Hexokinase phtaléine 340/700 nm 340/546 nm methyl 6 546/600 nm
(mg/dl) 340/700 nm 505/570 nm 546/700 nm 450/480 nm 546/700 nm
376/340 nm DGKC Biréactif resorufine
Cobas 501 Eaubonne Pyruvate vers
570/700 nm
Lactate

NADH sans P5P Colorimétrie


Integra 800 Roanne Diazonium +
Potentiométrie Photométrie IFCC - Substrat 1,2 Immuno
Taux Uréase Jaffé cinétique Biuret/KI ortho-crésol 340/700 nm IFCC IFCC PNP surfactant BILTS Uricase
indirecte Photométrie activateur NAC diglycérides+ turbidimétrie
Roche® hémoglobine cinétique IDMS compensée Biréactif Lactate vers tampon AMP 552/629 nm Biréactif
(mg/dl) Hexokinase phtaléine 340/546 nm methyl 6
340/700 nm 505/570 nm 546/700 nm IFCC/ activation P5P Pyruvate 450/480 nm 546/700 nm
Integra 800 Bourgoin 552 nm Biréactif resorufine
340/700 nm
570/700 nm

Colorimétrie
Modular P Vannes Photométrie IFCC/ activation P5P IFCC - IFCC PNP Substrat 1,2 Diazonium +
Taux Uréase Jaffé cinétique Biuret/KI DGKC Uricase
Photométrie Biréactif ortho-crésol activateur NAC tampon AMP diglycérides+ surfactant BILTS
Roche® hémoglobine cinétique IDMS compensée Pyruvate vers Biréactif
Hexo kinase 546/700 nm phtaléine 340/546 nm 450/480 nm methyl 6 546/600 nm
(mg/dl) 340/700 nm 505/570 nm Lactate 546/700 nm
700/600 NADH sans P5P Biréactif (IFCC=SFBC) resorufine
Modular DP Lille
340/700 nm 570/700 nm

NADH sans P5P PNP tampon Colorimétrie


Advia 2400 Lille IFCC -
340/410 NM DEA
Photométrie DGKC activateur NAC Substrat 1,2
Uréase Jaffé cinétique Biuret/ KI 410/478 nm Oxydation par Uricase
Indice Photométrie ortho-crésol Pyruvate vers 340/410 nm diglycérides+
Siemens® cinétique IDMS compensée Biréactif phtaléine vanadate biréactif Biréactif
d'hémolyse Hexokinase Lactate MONOréactif, methyl 6
340/410nm 505/571 nm 545 nm 545/658 nm 340/410 nm IFCC PNP 451/545 nm 545/694 nm
Boulogne NADH sans P5P pas de blanc resorufine
Advia 1800 tampon AMP
sur Mer 340/410 NM (IFCC=SFBC) 571/694 nm
410/478 nm

Rosalski Colorimètrie
RXL HM Vienne Jendrassik - Grof
Uréase Jaffé cinétique Ortho-crésol IFCC modifiée IFCC PNP dérivé du Uricase
Indice Photométrie Biuret modifié IFCC/ activation P5P (Ac
Siemens® cinétique modifiée phtaléine Lactate vers Activateur tampon AM glycérol estérifié modifiée
d'hémolyse Hexokinase 540/700 nm 340/700 nm Sulfanil.+Nitrite +
383 nm 510/600 nm 577/540 nm Pyruvate Dithiothreitol 405/510 nm résorufine 293/700 nm
RXL MAX Argenteuil caféine)
340/705 nm 577/700 nm 540/700 nm

Vitros Fusion Saint-Denis


5.1 Réflectométrie Réflectométrie
Indice Potentiométrie Réflectométrie Réflectométrie Réflectométrie Réflectométrie Réflectométrie IFCC/ Réflectométrie Réflectométrie Réflectométrie EIA cinetique
Ortho® Uréase Pyruvate vers diacétylglycérol Diazonium
d'hémolyse directe Enzymatique Glucose Biuret ArsenazoIII activation P5P NAC PNP SFBC Uricase 2 pts
oxydase Lactate + colipase
Vitros 5600 Calais

707
Hémolyse et examens biochimiques d’urgence
Article original

Les échantillons ayant servi à la constitution des pools ont table (VLTA) ou total change limit (TLC) [5] calculée par
été recueillis sur héparinate de lithium, EDTA (pour les la formule :
peptides natriurétiques) et fluorure de Na (pour l’éthanol).  1/2
TCL = (2, 77 CVa)2 + (0, 5 CVw)2
Conservation et transfert des échantillons La variabilité analytique (CVa) correspond au CV de repro-
Des aliquotes de 600 ␮L (de 300 ␮L pour les gammes pep- ductibilité (exprimé en %), selon les données de la SFBC
tides natriurétiques et éthanol) ont été envoyés sur chaque et choisi pour le niveau moyen d’analyte [6].
site, à température dirigée + 2, +8 ◦ C ou -18, -22 ◦ C selon les Lorsque ce critère n’est pas défini (ex. : BNP, TnI, TnT
analytes, par un transporteur spécialisé avec traçabilité des et NT-proBNP), le CVa choisi correspond soit à l’état de
températures. Les dosages ont été réalisés sur l’ensemble l’art (10 % pour les troponines) soit aux données de pré-
des sites dans les 24 heures suivant la réception des pools. cision inter-laboratoire indiquées par le Contrôle national
de qualité 2010 (BNP, NT-proBNP). La variabilité biolo-
Analyseurs, indices et techniques utilisés gique correspond à la variabilité intra individuelle indiquée
dans les tables de Ricos (CVw) [7] ou dans la littérature
Une première étude a évalué l’interférence de l’hémolyse
(BNP) [8]. Pour les analyses ␤ hCG et alcool, la variabilité
sur les paramètres ioniques, substrats et activités enzy-
intra-individuelle a été considérée comme nulle. Ainsi, si
matiques suivants : Na, K, Cl, urée, créatinine, glucose,
la variation induite par l’interférent I (%), est supérieure au
protéines, calcium, ASAT, ALAT, LDH, CK, PAL, lipase,
TCL, alors une interférence est objectivée. Les seuils déci-
bilirubine totale, acide urique, CRP (tableau 1). Une
sionnels (TCL) calculés pour chaque dosage sont indiqués
2e étude complémentaire a testé l’influence de l’hémolyse
dans le tableau 3.
sur les immunodosages : troponine I et T, BNP et NT-pro
BNP, ␤ hCG, et les paramètres d’urgence suivants : étha-
nol, magnésium, phosphore, gamma glutamyl transférase Correction du potassium des prélèvements
(␥GT), fer (tableau 2). Les techniques utilisées pour évaluer hémolysés par la valeur de l’hémoglobine
l’ensemble des paramètres analysés sont résumées dans les
Une étude préalable avait mis en évidence la linéarité de
tableaux 1 et 2. Pour chaque analyseur, l’indice d’hémolyse
la relation taux d’hémolyse/accroissement de la valeur du
est systématiquement mesuré selon les recommandations
potassium sur des échantillons surchargés en hémoglobine.
des fournisseurs.
Nous avons cherché à démontrer que la même relation pou-
vait exister in vivo, sur des échantillons de patient reçus
Procédure analytique hémolysés au laboratoire puis rapidement reprélevés et non
De façon à évaluer les contaminations éventuelles, chaque hémolysés.
dosage est réalisé en double dans l’ordre suivant : pre- Une sélection rétrospective de résultats de kaliémie a été
mier passage des tubes de la gamme dans l’ordre croissant effectuée avec mesure de l’indice d’hémolyse et de la kalié-
d’hémolyse, immédiatement suivi d’un second passage mie sur le premier échantillon puis mesure du potassium,
dans l’ordre décroissant. de l’index hémolyse sur l’échantillon de contrôle (consi-
déré comme contrôle et « valeur vraie » du potassium). Le
Analyse statistique délai de ré-analyse est calculé. Seuls les kaliémies dont les
prélèvements de contrôle démontrent un indice d’hémolyse
Pour chaque surcharge, la moyenne des dosages en double
normal (< 30 mg/dL Hb) ont été évalués.
a été calculée, tant pour les analytes que pour les indices.
Les différences sont comparées par un test t de Student. La
Le calcul de la variation des analytes due à l’hémolyse a
significativité est fixée à 5 %.
été réalisé en considérant la valeur sans interférent (Co) et
la valeur observée en présence d’interférent (Cx). La varia-
tion liée à l’interférent (I %) est calculée par la formule :
Résultats
(Cx−Co)
I (%) = Co ×100 Résultats de l’enquête préliminaire à l’étude
La concentration minimale d’hémoglobine à partir de Sur les 200 sites interrogés, 86 réponses au questionnaire
laquelle une interférence est considérée comme significa- ont été reçues et analysées. L’appréciation des indices
tive c’est-à-dire amenant à un résultat erroné, correspond sériques :
à la surcharge pour laquelle la variation I% est supérieure – est réalisée par l’analyseur pour 96 % des laboratoires ;
à un seuil limite calculé en tenant compte des variabilités – est disponible lors de la validation biologique pour 80 %
analytiques et biologiques, la variation limite totale accep- des cas ;

708 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


Hémolyse et examens biochimiques d’urgence

Tableau 2. Résumé des techniques utilisées dans la deuxième étude.

Unité de
Site Peptide
Automate Fournisseur mesure de Alcool Troponine Phosphore Magnésium GGT Fer sérique β hCG
hospitalier natriurétique
l'hémolyse

Architect
Saint-Denis
C8000
Concentration Troponine Ic Chimi
BNP Immuno Phospho Complexométrie
Abbott® hémoglobine Methode Férène
turbidimétrie chimiluminescence molybdate arsenazo III luminescence
(mg/dl) de Szasz
Architect
Lyon
C16000

DxC 600i Lorient


Alcool Complexe Complexe Cinétique Complexe Chimi
Indice
Beckman® BNP deshydrogénase/ Troponine Ic phosphomolybdate/ calmagite/point enzymatique non ferrozine/point
d'hémolyse luminescence
cinétique point final final IFCC final
DxC800 Valence

Chalon-sur-
Cobas 6000
Saône
Concentration Alcool Troponine T non HS Molybdate Chloro-
Roche® hémoglobine NT-proBNP Methode Ferrozine ECLIA
deshydrogénase (ECLIA) d'ammonium UV phosphonazo III
(mg/dl) de Szasz
Cobas 6000 Dax

Integra 800 Chambéry


Concentration Colorimétrie -
Alcool
Roche® hémoglobine Chlorophospho- Méthode
deshydrogénase
(mg/dl) na zo III de Szasz
Integra 800 Bourgoin (CPZ III)

Modular P Chambéry NT-proBNP Troponine T


Concentration
Roche® hémoglobine ECLIA
(mg/dl)
Alcool
Modular P Vannes
deshydrogénase

Tosoh
AIA 360 Eaubonne Troponine I
Bioscience®

Chromato phase
Lille
gazeuze

Indice Phosphomolybdate/
Advia 2400 Siemens® Lille IFCC modifiée Ferène
d'hémolyse UV

Advia Centaur Lille


Indice chimi
Siemens® BNP Troponine I
d'hémolyse luminescence
Advia Centaur Vannes

Cinétique Immunodosage
Indice Alcool Phosphomolybdate-
RXL MAX Siemens® Argenteuil Troponine I BMT modifié enzymatique Ferène enzymatique
d'hémolyse déshydrogénase UV
IFCC /sandwich

Triage Alere® Argenteuil BNP

Vitros 5600 Vienne


Azo Pyridyl et
Indice Alcool Molybdate L-g-Glutamyl-p- Sulfate de p.- Chemilumin-
Ortho® NT-proBNP Troponine Ic US Formazan
d'hémolyse déshydrogénase d'ammonium nitroaniline méthylamino- escence
phénol amplifiée
Vitros 5600 Calais

– figure dans les comptes rendus pour 89 % des labora- niques (60 % des cas), plus rarement sur des protocoles
toires ; expérimentaux (18 % des cas). L’estimation de la fré-
– est jugée difficile à traduire en pratique pour 45 % des quence des échantillons hémolysés est variable (1 à 22 %
biologistes. des prélèvements selon les sites), les prélèvements des ser-
Des règles de prise en charge des interférences ou des vices d’urgence ou de pédiatrie étant les plus concernés.
règles automatiques de rendu de résultat ont été souvent Seuls 33 % des laboratoires ont informé les cliniciens des
mises en place, notamment pour l’hémolyse dont la ges- problèmes liés aux interférences et 15 % des laboratoires
tion a été jugée satisfaisante par 76 % des biologistes. Ces ont reçu des demandes d’informations émanant des clini-
règles reposent la plupart du temps sur les fiches tech- ciens.

Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015 709


Article original

Mesure des indices d’hémolyse en fonction les pourcentages de récupération de l’hémoglobine varient
de la concentration théorique en hémoglobine de 7 5 % + 8 % (Modular® ) à 124 + 13 % (Fusion® ).
Pour les analyseurs avec indice d’hémolyse semi-quantitatif
L’hémolyse est exprimée sous forme d’une valeur quantita-
(Advia® , RxL® , DxC® ), il existe une relation non linéaire
tive continue (Architect® Abbott, Cobas® Roche, Intégra®
entre les valeurs en hémoglobine des points de gamme du
Roche, Modular® Roche, Fusion® /Vitros® Ortho Clinical
pool et les indices, au-delà de 200 mg/dL pour le DxC® et
Diagnostics) permettant une approche de la concentra-
au-delà de 400 mg/dL pour les autres analyseurs (figure 2).
tion en hémoglobine libre. Pour les autres analyseurs,
l’expression de l’hémolyse est faite sous forme d’un indice
Étude des interférences sur la mesure des
semi-quantitatif (Advia® Siemens, RxL® Siemens, DxC®
analytes en fonction des techniques utilisées
Beckman).
Les principes de mesure de l’hémolyse de chaque analyseur Les résultats de notre étude sont représentés dans la figure 3.
sont présentés dans le tableau 4. Aucune interférence n’a été retrouvée pour l’urée, l’alcool,
La relation entre la concentration en hémoglobine des
points de gamme du pool et les valeurs données par les
analyseurs est représentée figure 1. Il existe une corrélation Analyseurs avec indice d'hémolyse quantitatif
satisfaisante entre les valeurs attendues en hémoglobine 1200

et les valeurs retrouvées (r2 supérieur à 0,994). Cepen-


1000
dant, les valeurs des indices varient d’un type analyseur
à l’autre voire entre 2 analyseurs d’un même type puisque Indice trouvé 800
les pentes des droites de régression varient de 0,67 à 1,21 et
600

400
Tableau 3. Seuils décisionnels calculés (TCL) pour chaque analyte
étudié.
200

Analyse CVa CVw TCL (%) 0


0 200 400 600 800 1000 1200
Na 1,1 0,7 3,1
Hb surcharge (mg/dL)
K 1,6 4,8 5,0
Architect Cobas Integra Modular Fusion
Chlorures 1,6 1,2 4,5
Urée 4 12,3 12,7
Créatinine 4,5 6 12,8 Figure 1. Relation entre concentration en hémoglobine mesurée
Glucose 2,4 4,5 7,0 par l’analyseur et la concentration calculée de chaque point du pool
Protéines 2,4 2,7 6,8 (indice quantitatifs).
Calcium 1,6 1,9 4,5
ASAT 6 11,9 17,7
ALAT 6 18 18,9 16
LDH 6 8,6 17,2
14
CK 6 22,8 20,2
PAL 6 6,4 16,9 12
Indice d'hémolyse

Lipase 6 23,1 20,2 10


Bilirubine totale 5,6 23,8 19,6
8
Ac. urique 3,2 9 9,9
6
CRP 6 42,2 26,9
BNP 8,4 22,3 25,8 4
NT-proBNP 4,7 10 13,9 2
Alcool 10 0 27,7
0
Tnl 10 9,7 28,1 0 200 400 600 800 1000 1200
TnT 10 30,5 31,6 Hb surcharge (mg/dL)
Phosphore 3,3 8,5 10,1
Advia RxL Dxc
Magnésium 3,2 3,6 9,0
GGT 6 13,8 18,0
Fer 5 26,5 19,2
Figure 2. Relation entre indice d’hémolyse donné par l’analyseur
hCG 10 0 27,7 et la concentration calculée de chaque point du pool (indice semi-
quantitatif).

710 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


Hémolyse et examens biochimiques d’urgence

Tableau 4. Méthode d’appréciation de l’hémolyse selon les analyseurs.

Longueurs d'onde Seuil


Nature de mesurées en fournisseur Évaluation de
Analyseur Fournisseur Site
l'interférent spectrophotométrie interférence l'interférence
(nm) significative

Architect Gonesse (H1) 500/524


Ci 8200 St Denis (H2) 572/604 Taux
Abbott Hémolysat + ou - 10 % hémoglobine
628/660 (mg/dL)
Architect 524/804
C16000 Lyon

DxC 600i Lorient


410
Différent
Hb humaine ou 470 Indice
Beckman selon les
sang hémolysé 600 d'hémolyse
DxC 800 Valence paramètres
670

Chalon-sur-Saône (H1)
Cobas 6000
Dax (H2) 570/600
Cobas 501 Eaubonne
Lysat de GR + ou - 10 %
Roanne (H1)
Integra 800 Taux
Chambéry (H2)
Roche 583/629 hémoglobine
Integra 800 Bourgoin (mg/dL)

Modular P Vannes
Sang hémolysé 570/600 + ou - 10 %

Modular DP Lille

Advia 2400 Lille


Sang humain Indice
571/596 + ou - 10 %
hémolysé d'hémolyse
Advia 1800 Boulogne-sur-Mer

Centaur Siemens Lille (H2) Non détermminé

RXL HM Vienne L'indice est dérivé de la


mesure en Indice
Lysat de GR + ou - 10 %
bichromatisme entre d'hémolyse
RXL MAX Argenteuil
405 et 700 nm

Vitros Fusion
Saint-Denis (H1) Sérum humain Différent
5.1 Indice
Ortho surchargé en 540/575 selon les
Vitros 5600 Calais paramètres d'hémolyse
Hb humaine
Vitros 5600 Vienne (H2)
AIA 360 et Tosoh
Eaubonne Non déterminé
AIA 2000 Bioscience

la troponine I et T, la ␥GT et la ␤ hCG. Pour la CRP, retrouvés sur tous les analyseurs. Si pour la LDH, K et AST
l’interférence n’est retrouvée que sur le Fusion 5.1 avec cette règle est respectée, dans certains cas on observe des
un taux d’hémolyse de 1 000 mg/dL. différences selon l’analyseur et la technique utilisée. Ainsi,
Comme attendu, les interférences par apport du contenu pour les protéines totales l’interférence est marquée sur les
des érythrocytes font apparaître des scores d’interférences analyseurs avec indice quantitatif (seuil aux alentours de
proportionnels à la concentration érythrocytaire et sont 500 mg/dL) et plus hétérogène pour les autres.

Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015 711


Article original

Pour les autres analytes, l’impact de l’hémolyse varie en analytique de répétabilité (CVa) lui-même défini comme
fonction de l’analyseur. Par exemple l’hémolyse inter- égal 0,5 x CVw. Le CVw ou variation intra-individuelle
fère sur le dosage de la CK pour tous les systèmes sauf est défini dans les tables de Ricos (voir version 2014 :
l’Architect, pour la bilirubine l’interférence est constante http://www.westgard.com/biodatabase1.htm) [7].
sauf pour l’Advia. Selon les normes américaines, le seuil d’interférence est la
concentration à partir de laquelle une variation de 10 % de
Correction du potassium des prélèvements la valeur sans interférent est observée [9].
hémolysés par la valeur de l’hémoglobine Pour certains auteurs, une interférence est considérée
L’équation de correction de la kaliémie est basée sur la comme significative si le résultat est supérieur à la somme
relation linéaire entre l’indice d’hémolyse et la kaliémie des variances analytique et biologique [10, 11].
soit K corrigé = K mesuré - 0,032 Hb (mg/dL) (figure 4). Pour d’autres, une interférence est considérée comme signi-
123 couples d’analyse de kaliémie (dosages et vérification) ficative si elle excède l’erreur totale acceptable (TEa)
ont été sélectionnés. Seuls 110 couples de résultats présen- calculée par la formule :
tant un index d’hémolyse normal lors de la vérification ont  1/2
TEa = 0, 25 CVA2 + CVg2 + 1, 65 (0, 50 CVw)
été étudiés. Le délai moyen entre l’analyse initiale et la véri-
fication est de 3,5 ± 3,6 heures (extrêmes : 11 min à 12h39). où CVa est la variation analytique, CVg la variation bio-
Il existe une différence significative entre les valeurs des logique inter individuelle et CVw la variation biologique
indices d’hémolyse avant (295 ± 237) et après vérification intra individuelle (toutes les variations étant exprimées sous
(11 ± 5,0) (p < 0,0001) et une différence significative entre forme de CV en %). Par analogie avec la norme ISO 5725-
potassium initial (6,50 ± 1,57 mmol/L) et potassium vérifié 6 [12], une interférence est considérée comme significative
(4,49 ± 0,70 mmol/L) (p < 0,0001) (figure 5). si elle excède la précision analytique observée entre 2 ana-
Cependant, il existe une différence significative entre le lyses. La limite
√ d’interférence (LI) est basée sur la formule :
potassium corrigé par l’équation (5,61 ± 1,02 mmol/L) et LI = z x 2 x CVa avec z = 1,96 pour une probabilité
le potassium vérifié (4,49 ± 0,70 mmol/L) (p < 0,0001) bidirectionnelle de 95 % [12].
et une corrélation entre les 2 variables (r2 = 0.044 ; p Enfin, une interférence peut être considérée comme signi-
= 0.028). L’écart moyen (K corrigé – K vérifié) est 1,12 ficative si elle excède la combinaison de la variabilité
± 1,11 mmol/L (significativement différent de 0). analytique (norme ISO 5725-6) et de la variabilité biolo-
gique (Ricos) soit la VLTA [8].
Les 2 critères sont associés dans l’équation suivante : VLTA
Discussion √
= [(z x 2 x CVa) 2 + (0,5CVb)2 ] ½ avec z = 1,96 pour une
probabilité bidirectionnelle de 95 % soit VLTA = [(2,77 x
Notre étude est la première présentant les résultats d’un CVa)2 + (0,5CVb)2 ] 1/2
protocole multicentrique sur l’influence de l’hémolyse Le seuil de 10 % est habituellement proposé par les four-
sur un même échantillon avec une mesure simultanée des nisseurs.
paramètres d’urgence dans différents sites et sur différents Le groupe de travail a choisi comme limite d’interférence
systèmes. la combinaison des imprécisions analytiques données par
la SFBC et des variations biologiques retenues par Ricos
Choix du seuil à partir duquel un résultat
(Total Change Limit) selon l’équation proposée par Oddoze
est considéré comme erroné
et al. [5] (tableau 3).
Pour l’hémolyse, il n’existe pas de consensus en ce qui
concerne le seuil à partir duquel on considère qu’un résultat
est erroné, cependant la norme NF EN ISO 15189 impose Mode d’expression de l’hémolyse
aux laboratoires d’évaluer l’impact des interférences. par les fournisseurs
Selon le protocole Valtec, il faut que la différence observée Il n’y a pas de consensus chez les fournisseurs sur le mode
entre l’échantillon avec l’interférent et l’échantillon sans d’obtention de l’interférent (hémolysat/ surcharge en Hb),
interférent (différence exprimée en %) soit supérieure à sur le choix des longueurs d’onde (monochromatisme, bi ou
la norme d’interprétation de la droite d’allométrie pour la multichromatisme), sur l’algorithme de calcul de l’indice
concentration moyenne [4]. En se basant sur la base de don- et sur le mode d’expression de l’importance de l’hémolyse
nées Valtec de 1999, la limite d’interférence (LI) en dessous (quantitatif ou semi quantitatif) (tableau 4).
de laquelle il n’y a pas d’interférence peut être calculée [6]. D’autre part, la gamme d’hémolyse indiquée par les four-
Selon Westgard et Ricos [7, 9], il y a interférence lorsque nisseurs n’est pas toujours adaptée à la pratique quotidienne
le résultat observé excède de 1,96 fois (pour une proba- et le sens de l’interférence, négative ou positive, n’est pas
bilité de 95 %) l’objectif d’imprécision définie par le CV toujours clairement mentionné.

712 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


Architect C Architect 16000 Architect C Advia
Analyseur D x C 600i D x C 800 Cobas 6000 Cobas C 501 Cobas 6000 Intégra 800 Intégra 800 Intégra 800 Modular Modular P AIA Advia 2400 Advia 18000 R X L max R X L * HM Fusion Fusion 5*1 Fusion 5600
8200 et i2000 8000 Centaur

Fournisseur Abbott Abbott Abbott Beckman- Beckman-Coulter Roche Roche Roche Roche Roche Roche Roche Roche Tosoh Siemens Siemens Siemens Siemens Siemens Ortho CD Ortho CD Ortho CD
Coulter

Site St Denis Lyon Gonesse Lorient Valence Chalon Eaubonne Dax Chambéry Bourgoin Roanne Chambery Vannes Site ? Lille Boulogne/Mer Vannes Argenteuil Vienne Vienne St Denis Calais

Unitéd'évaluation Indice Indice


de l'hémolyse
mg/dl mg/dl mg/dl Index Index mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl Indice d'hémolyse Indice d'hémolyse mg/dl mg/dl mg/dl mg/dl
d'hémolyse d'hémolyse

Na * 1024 1105 Interf. Non 10 822 1182 * * 1135 782 * 687 * 4 4 * 6 Interf. Non * Interf. Non Interf. Non

K * 140 137 4 2 134 135 * * 62 100 * 86 * 2 1 * 3 3 * 166 115

chlorures * 712 Interf. Non Interf. Non Interf. Non 1090 Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * 6 * * Interf. Non Interf. Non

uree * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non
créatinine * Interf. Non Interf. Non 7 Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * 664 504 * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non 6 * Interf. Non Interf. Non

Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


glucose * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * 6 6 * 1000 756

proteines * 540 531 7 Interf. Non 526 525 * * 510 388 * 333 * 4 4 * 6 6 * 596 425

calcium * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * 518 * Interf. Non Interf. Non * 3 3 * Interf. Non Interf. Non

ASAT * 140 137 4 4 134 135 * * 131 100.5 * 38 * 2 1 * 3 3 * 164 115

ALAT * Interf. Non 838 7 10 822 1082 * * 664 594 * 518 * 4 4 * 6 6 * ? 425

LDH * 62.5 62.5 2 2 59 60 * * 62 47.5 * 38 * 1 1 * 3 3 * 76 54

CK * Interf. Non Interf. Non 7 10 526 525 * * 510 388 * 333 * 4 4 * 6 6 * 596 425

PAL * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non 526 525 * * 510 388 * 687 * 4 4 * Interf. Non Interf. Non * 596 425

Lipase * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * 664 Interf. Non * 437 * 4 4 * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non

Bilirubine totale * Interf. Non 703 2 4 526 525 * * 664 388 * 518 * Interf. Non Interf. Non * 3 3 * 77 54

Ac. Urique * 140 Interf. Non 7 10 Interf. Non Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * 4 Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non

CRP * Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * 1000 Interf. Non
BNP 623 393 * ? Interf. Non NA * NA NA NA NA NA NA * 4 * 712 Interf. Non * NA NA NA

NT*proBNP * NA NA NA NA Interf. Non * Interf. Non * NA NA Interf. Non NA * NA NA NA NA NA Interf. Non * Interf. Non

Alcool Interf. Non * * Interf. Non Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * * * * * Interf. Non (CPG) * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non

TnI Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non NA * NA NA NA NA NA NA Interf. Non ? * ? Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non

TnT NA NA * NA NA Interf. Non * Interf. Non NA NA NA Interf. Non * * NA * NA NA * NA * NA

Phosphore 214 209 * ? 4 435 * 382 * * * * * * 2 * * 5 * 346 * 348

Magnésium 108 103 * ? 10 1183 * 1048 1000 Interf. Non * * * * * * * 6 * 992 * Interf. Non

GGT Interf. Non Interf. Non * ? Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non Interf. Non * * * * Interf. Non * * ? * Interf. Non * Interf. Non

Fer 412 103 * ? 4 435 * 382 712 669 * * * * 2 * * 5 * 67 * 55

hCG Interf. Non Interf. Non * Interf. Non Interf. Non Interf. Non * Interf. Non NA NA * Interf. Non * * Interf. Non * Interf. Non Interf. Non * Interf. Non * Interf. Non

Interf. Non : pas d'interférence dans la gamme testée Hb mg/dL Indice


Seuil à partir 0-150 0-2
NA : non applicable
duquel une
Légende : *: non fait 151-300 3-5
interférence est
?: non interprètable objectivée 301-500 6-8
501-1200 >8

Figure 3. Interférences de l’hémolyse sur la mesure des analytes en fonction des techniques utilisées.

713
Hémolyse et examens biochimiques d’urgence
Article original

Mesure des indices d’hémolyse en fonction globine telle qu’elle est parfois indiquée dans les fiches
de la concentration théorique en hémoglobine techniques.
L’exploitation des résultats semi-quantitatifs est difficile
Pour les analyseurs rendant des indices quantitatifs les
en raison de l’amplitude importante des valeurs d’indice
mesures des indices d’hémolyse sont homogènes pour un
pour une même concentration théorique en Hb : ainsi
couple d’analyseurs identiques mais sont variables d’un
pour une surcharge de 400 mg/dL un plateau est atteint
type d’analyseur à l’autre (figure 3). La mesure de l’indice
pour l’ensemble des analyseurs et correspond à des indices
est spécifique de l’automate et n’est pas transférable d’un
variant de 4 à 10 selon les systèmes.
analyseur à l’autre pour estimer l’influence de l’hémolyse.
Ces écarts observés d’un analyseur à l’autre pourraient
s’expliquer par les algorithmes de calcul et/ou des maté- Correction de la kaliémie par l’indice d’hémolyse
riaux de référence différents selon les fabricants. La correction de la kaliémie par l’indice d’hémolyse suivant
De plus, il n’existe pas toujours de correspondance exacte l’algorithme proposé ne permet pas de retrouver la « valeur
entre l’indice mesuré et la concentration réelle en hémo- vraie » du potassium en absence d’hémolyse. Nos résultats
vont dans le même sens que ceux de Mansour et al. [13].

6,50
y = 0,2593x + 3,6699 Étude des interférences sur la mesure des
6,00
analytes en fonction des techniques utilisées
K en mmol/L

5,50
5,00
4,50
Notre étude confirme les interférences liées aux substances
4,00 en très forte concentration intra-érythrocytaire quel que soit
3,50 le principe analytique et les améliorations technologiques
3,00
0 2 4 6 8 10 12 annoncées par certains fournisseurs.
Hémolyse en g/L Hb Quelques discordances apparaissant entre certains sites
utilisant le même analyseur peuvent s’expliquer par
6,50
y = 0,0026x + 3,6699 l’utilisation de réactifs différents (nouvelle version d’un
6,00
coffret réactif ou technique adaptée par l’utilisateur)
K en mmol/L

5,50
5,00 Les seuils décisionnels choisis dans cette étude tiennent
4,50 compte des variations analytiques et biologiques et peuvent
4,00
3,50
donc s’écarter des seuils de 10 % généralement proposés
3,00 par les fournisseurs soit en étant plus stricts (par exemple
0 200 400 600 800 1000 1200
protéines, chlorures) soit en étant moins stricts (par exemple
Hémolyse en mg/dL Hb
BNP, fer).

Figure 4. Relation entre l’indice d’hémolyse et la kaliémie.

Conclusion et recommandations
11
L’enquête réalisée par le CNBH en 2009 sur les pratiques
10
face aux interférences visibles avait mis en évidence que :
Potassium corrigé (mmol/L)

9 – la mesure des indices s’était largement développée sur


8 les nouvelles générations d’automates de biochimie ;
7
– l’exploitation pratique de ces mesures était jugée difficile
et insatisfaisante par 45 % des biologistes ;
6
– les cliniciens étaient insuffisamment informés et aler-
5
tés de l’impact de ces interférences sur les résultats des
4 examens de biologie médicale.
3 Les informations tirées de cette enquête ont justifié la réa-
2
lisation de ce protocole multicentrique.
2 4 6 8 10 12 Notre étude montre que les données fournisseurs concer-
Potassium vérifié (mmol/L) nant l’influence de l’hémolyse sur les résultats d’analytes
de biochimie d’urgence sont souvent incomplètes et/ou
Figure 5. Relation entre potassium vérifié (considéré comme
imprécises. Les estimations semi-quantitatives de certains
potassium vrai) et potassium corrigé en fonction de l’indice automates ne permettent pas de vérifier exactement les
d’hémolyse. seuils d’interférence annoncés par les fournisseurs. Ces der-

714 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015


Hémolyse et examens biochimiques d’urgence

nières sont à proscrire au même titre que l’appréciation – le compte rendu destiné au clinicien doit mentionner la
visuelle de l’hémolyse car trop opérateur dépendante. Nous présence de l’interférence détectée (compte rendu papier
recommandons par conséquent que l’expression du résul- et/ou serveur) ;
tat quantitatif de l’hémolyse pour chacun des appareils soit – en fonction des paramètres et des impacts cliniques, la
standardisée et exprimée systématiquement en mg/dL dans décision du non-rendu du résultat ou du simple commen-
tous les cas. Dans cette optique, le rôle des sociétés savantes taire associé à celui-ci doit faire l’objet d’un accord
devra être de favoriser la mise en place d’un matériel per- avec les prescripteurs dans le cadre des contrats clinico-
mettant l’étalonnage et le contrôle de la mesure de l’indice biologiques ;
d’hémolyse. – dans le cas d’un commentaire remplaçant le résultat (ou
En attendant, il nous semble indispensable de recomman- associé), il est indispensable de vérifier périodiquement sa
der à chaque laboratoire de vérifier la concordance entre transmission sur les comptes rendus papier et/ou le serveur
la concentration en Hb et les indices rendus par son analy- de résultats en conformité avec la norme NF EN ISO 15189 ;
seur à partir d’une gamme d’hémolyse qu’il aura préparée – il est erroné d’utiliser un facteur de correction en fonction
selon le protocole simple à reproduire, proposé dans cette du degré d’hémolyse pour aucun des examens ;
étude. Cela lui permettra de déterminer pour les différents – des indicateurs doivent être mis en place permettant de
analytes, les indices à partir desquels l’interférence conduit suivre la fréquence des échantillons hémolysés ainsi que la
à un résultat inacceptable en utilisant l’équation proposée fréquence des résultats annulés en raison de cette interfé-
ici (TCL) et son propre CV analytique. Une réflexion doit rence de façon à permettre de diminuer la fréquence des
être menée au sein de chaque laboratoire pour prévoir les effets pénalisant la prise en charge optimale des patients,
commentaires à associer aux différents cas de figure : simple notamment dans des situations urgentes.
alerte ou annulation du résultat avec demande d’un nouvel Parmi ces recommandations nous pouvons ajouter celles
échantillon. Cette démarche gagnera en efficience si elle d’un article paru récemment [14] qui a montré par une étude
est automatisée par des règles de gestion des résultats pro- réalisée sur un seul analyseur que l’hémolyse pouvait être
grammées dans le middleware ou directement au niveau du variable pour un même analyte en fonction des valeurs de
système de gestion du laboratoire (SGL). Cette même pro- ce dernier.
cédure pourra être élargie aux analytes, techniques et/ou Notre article devrait permettre aux biologistes de docu-
matériels non testés dans notre étude. menter le comportement de leurs appareils face aux
interférences induites par l’hémolyse. Il est important de
retenir la nécessité d’étalonner l’indice d’hémolyse comme
tout autre paramètre. Une évaluation externe de la qualité
Conclusion inter laboratoire de l’examen « Hémolyse » serait souhai-
table afin de maîtriser la qualité de cet indice.
Nous proposons les recommandations des pratiques sui-
vantes :
– le fournisseur doit rechercher l’existence d’une inter- Réserves
férence par l’hémolyse sur la base d’une gamme large
comprise entre 10 et 1 000 mg/dL d’hémoglobine et Depuis cette étude, les systèmes analytiques ayant pu évo-
l’exprimer en concordance exacte avec les indices fournis luer, il appartient à chacun de vérifier que les conditions
par l’analyseur. Le sens de la variation doit être indiqué. analytiques actuelles sont identiques à celles que nous avons
Devant l’absence de consensus sur le mode de calcul du présentées. L’impact des autres substances interférentes
seuil d’interférence, chaque fournisseur doit expliciter très visibles sur la mesure de l’indice d’hémolyse n’a pas été
clairement son choix ; étudié.
– les indices doivent systématiquement être mesurés et Remerciements. Les auteurs tiennent à remercier tous ceux
tracés dans le SGL comme pour tout autre examen, a qui, biologistes ou techniciens, ont participé de près ou de
minima pour les paramètres identifiés comme sensibles à loin à ce travail.
l’hémolyse ;
– la conduite à tenir en cas d’échantillon hémolysé doit Liens d’intérêts : Les auteurs déclarent ne pas avoir de lien
faire l’objet d’une formation des techniciens et des biolo- d’intérêt en rapport avec cet article.
gistes. Elle doit être intégrée aux procédures de validation
et d’habilitation ;
– les résultats de la mesure des indices et/ou leur traduction Références
doivent clairement apparaître lors de l’étape de la validation 1. Lippi G, Salvagno GL, Favaloro EJ, Guidi GC. Survey on the pre-
biologique ; valence of hemolytic specimens in an academic hospital according to

Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015 715


Article original

collection facility : opportunities for quality improvement. Clin Chem Lab 8. Nishiyama K, Tsutamoto T, Yamaji M, Kawahara C, Fujii M, Yama-
Med 2009 ; 47 : 616-8. moto T, et al. Biological variation of brain natriuretic peptide and cardiac
events in stable outpatients with non ischemic chronic heart failure. Circ
2. Lippi G, Blanckaert N, Bonini P, Green S, Kitchen S, Palicka V, et al. J 2011 ; 75 : 341-7.
Haemolysis : an overview of the leading cause of unsuitable specimens in
clinical laboratories. Clin Chem Lab Med 2008 ; 46 : 764-72. 9. Snyder JA, Rogers MW, King MS, Phillips JC, Chapman JF,
Hammett-Stabler CA. The impact of hemolysis on Ortho-Clinical Dia-
3. Poupon C. Recherches de bonnes pratiques face aux interférences gnostic’s ECi and Roche’s elecsys immunoassay systems. Clin Chim Acta
visibles. Option Bio Cahier thématique 2009 ; 424 : 51. 2004 ; 348 : 181-7.

4. Vassault A, Grafmeyer D, de Graeve J, Cohen R, Beaudonnet A, Bien- 10. Fraser CG. Test result variation and the quality of evidence-based
venu J. Protocole Valtec Annexe 9. Protocole d’étude de l’influence de clinical guidelines. Clin Chim Acta 2004 ; 346 : 19-24.
la bilirubine, de l’hémoglobine et de la turbidité des spécimens. Ann Biol
Clin 1986 ; 44 : 686-745. 11. Steen G, Klerk A, Laan K, Eppens EF. Evaluation of the interference
due to haemoglobin, bilirubin and lipids on Immulite 2500 assays : a
5. Oddoze C, Lombard E, Portugal H. Stability study of 81 analytes in practical approach. Ann Clin Biochem 2011 ; 48 : 170-5.
human whole blood, in serum and in plasma. Clin Biochem 2012 ; 45 : 464-
9. 12. ISO 5725-6. Accuracy (trueness and precision) of measurements
methods and results Part 6 use in practice of accuracy values 1994.
6. Vassault A, Grafmeyer D, de Graeve J, Cohen R, Beaudonnet A,
Bienvenu J. Analyses de biologie médicale : spécifications et normes 13. Mansour MMH, Azzazy HM, Kazmierczak SC. Correction factors
d’acceptabilité à l’usage de la validation de technique. Ann Biol Clin for estimating potassium concentrations in samples with in vivo hemo-
1999 ; 57 : 685-95. lysis : a detriment to patient safety. Arch Pathol Lab Med 2009 ; 133 :
960-6.
7. Ricos C, Alvarez V, Cava F, Garcia-Lario JV, Hernandez A, Jime-
nez CV, et al. Desirable specifications for total error, imprecision, 14. Ali D, Sacchetto E, Dumontet E, Le Carrer D, Orsonneau JL, Dela-
and bias, derived from intra- and inter-individual biologic variation. roche O, et al. Interférence de l’hémolyse sur le dosage de vingt-deux
http://www.westgard.com/biodatabase1.htm (consultation Janvier 2014). paramètres biochimiques. Ann Biol Clin 2014 ; 72 : 297-311.

716 Ann Biol Clin, vol. 73, n◦ 6, novembre-décembre 2015

Vous aimerez peut-être aussi