Vous êtes sur la page 1sur 6

MODULE 

: Risque d’incendie et explosions


Chapitre I : caractéristiques d’un incendie
Caractéristiques d’un incendie :
L’incendie est un phénomène de combustion qui peut dégénérer rapidement. Il est souvent
dévastateur car il peut entraîner de nombreuses victimes et des dégâts importants avec des
coûts élevés, particulièrement dans les installations industrielles, les entrepôts et les
établissements recevant du public (Enterprise ressource planning (ERP) dont les magasins de
ventes sont les plus nombreux. Tout est réduit en fumée en un temps très court; c’est
l’accident le plus redouté. L’explosion, une réaction chimique violente et accompagnée de
dégagement gazeux, est aussi souvent à l’origine d’incendies. Les origines d’incendies
peuvent être nombreuses : réactions chimiques dangereuses, incompatibilités de produits,
explosifs, fuite de gaz, électricité (surtension, appareils défectueux), malveillance,
imprudence, ignorance….
La lutte contre le feu est un élément déterminant pour la sauvegarde des personnes et des
biens. Nous rappelons ici les éléments à l’origine des phénomènes d’incendie et d’explosion.
Notions :
Incendie : est une réaction de combustion non maitrisée dans le temps et dans l’espace, la
combustion est une réaction chimique d’oxydation entre un combustible (qui brule), et un
comburant (qui fait bruler, le plus souvent l’oxygène), cette réaction nécessitant une source
d’inflammation pour être initiée.
Explosion : est une réaction rapide donnant lieu à une augmentation brutale de pression qui
provoque un effet de souffle et une onde de pression, accompagnée de flammes et chaleur.

La combustion est une réaction chimique qui se produit entre deux corps un combustible et
un comburant et s’accompagne d’un dégageant de chaleur. La combustion peut être lente (cas
de la rouille) ou vive avec apparition de flamme. Cette dernière est instantanée, elle provoque
un échauffement des produits et les décompose en partie avec une augmentation de fortes
pressions de gaz et de vapeurs entraînant l’explosion.

Matière combustible : (appelé aussi substances inflammables) Toute substance susceptible


de brûler, c’est-à-dire pouvant être partiellement ou totalement détruite par le feu, est
considérée comme combustible. Les solides et les liquides ne brûlent pas en tant que tels. Ce
sont les gaz et les vapeurs qu’ils émettent qui brûlent.qui peut être solide, est le plus souvent,
composé de carbone et d’hydrogène.
Exemples de combustibles : essence, méthane, propane, paraffine, alcool, ….
Les combustibles peuvent se trouver sous forme :
 Solide : papier, bois, carton, plastique, polystyrène, polyéthylène, soufre, farine ainsi
que certains métaux (sodium, fer, aluminium, magnésium).
 Liquide : solvant pétrolier, essence, vernis, dégraissant, huile…
 Gazeux : gaz de ville (méthane), butane, propane, hydrocarbures gazeux, ammoniac,

Oxygène : est un gaz incolore et inodore contenu dans l’air atmosphérique (21%), Lorsque le
gaz oxygène n’est pas manipulé correctement, l’atmosphère ambiante devient enrichi ou
appauvri en oxygène Cette concentration de gaz peut être à l’origine de nombreux incidents
liés à un danger d’hypoxie, , d’incendie (brûlures, blessures graves, accidents mortels) voire
même dans les cas plus graves d’explosion.
Toutes les matières peuvent brûler avec de l’oxygène enrichie (métaux, graisses, huiles, bois,
papiers, matières plastique…).
Source d’énergie : (flamme, etincelle, chaleur)
Les sources d’énergie qui peuvent amorcer un incendie sont très nombreuses, mais elles ont
toutes un point commun: elles résultent d’une forme ou d’une autre de négligence ou
d’inaction. Ce sont par exemple les flammes nues, les cigarettes, cigares et autres produits
pour fumeurs, l’échauffement par frottement, les appareils électriques (appareils de chauffage
et de cuisson, fers à repasser, etc.) et ainsi de suite

Les flammes nues : Les flammes nues sont sans doute les sources d’inflammation les plus
simples et les plus fréquentes. Nombreux sont les outils d’usage général et les différents types
d’équipements techniques qui fonctionnent normalement avec des flammes nues ou
permettent la formation de telles flammes. Les brûleurs, les allumettes, les chaudières, les
systèmes de chauffage, les chalumeaux de soudage, les canalisations brisées de gaz et de
pétrole, etc. peuvent tous en pratique être considérés comme des sources possibles
d’inflammation. Comme une flamme nue représente en soi une combustion auto-entretenue
qui existe déjà, le mécanisme d’inflammation revient en fait à une propagation de cette
flamme à un autre élément. Si la source à flamme nue possède suffisamment d’énergie, cet
élément commence à brûler.

Les sources électriques

Les moteurs, les instruments, les appareils de chauffage, les transformateurs et les appareils
d’éclairage électrique ne présentent normalement pas de risque d’incendie s’ils ont été
installés conformément aux normes et aux règles de sécurité applicables et si leur
fonctionnement est régi par des directives techniques adéquates. Un entretien régulier et des
inspections périodiques réduisent considérablement les risques d’incendie et d’explosion. Les
causes les plus fréquentes de feu dans les appareils et les câbles électriques sont
les surcharges, les courts-circuits, les étincelles électriques et les résistances de contact
élevées.

Les étincelles électriques sont des sources d’énergie thermique de faible puissance, mais
l’expérience montre qu’elles peuvent souvent être à l’origine d’un incendie. Normalement, la
plupart des appareils électriques ne produisent pas d’étincelles, mais certains dispositifs le
font en fonctionnement normal.
Les étincelles ne sont dangereuses qu’aux endroits où peuvent se former des concentrations
explosives de gaz, de vapeurs ou de poussières. Par conséquent, les appareils qui en
produisent dans des conditions normales de fonctionnement ne peuvent être installés que dans
des lieux où les étincelles ne pourront pas déclencher un incendie. L’énergie contenue dans
des étincelles ne suffit généralement pas, par elle-même, à mettre le feu à des objets ou à
amorcer une explosion.

 L’énergie thermique d’origine mécanique : Dans toute opération mécanique, le frottement


produit de la chaleur. Si, dans un système, les pertes sont réduites au point de permettre une
accumulation de cette chaleur, la température du système peut s’élever suffisamment pour
provoquer un incendie.

Exemples

Appareils électriques Radiateur électrique, séchoir à cheveux,


couverture électrique, etc.

Flamme nue Allumette, briquet, lampe à souder, etc

Appareils au gaz Foyer au gaz, appareil de chauffage


individuel, réchaud ou cuisinière à gaz, etc.

Tabac allumé Cigare, etc.

Exposition à une source de chaleur Foyer proche, etc.

Triangle de feu :
La combustion ne peut avoir lieu que si les trois éléments suivants sont réunis simultanément:
 Un combustible (la matière qui brûle).
 une source d’énergie suffisante (chaleur, frottement, etc.) ;
un comburant (substance qui permet la combustion, l’oxygène).

Figure 02 : triangle du feu


Les types de combustion :
LENTE OXYDATION
VIVE INFLAMMATION
TRES VIVE EXPLOSION ET DEFLAGRATION
SPONTANNEE DETONATION
Incendie incontrôlable : Combustion spontanée

Entrepôt contenant du houblon en balles se met à dégager de la fumée; on réussit à sortir les balles avant que le
feu éclate et on s'aperçoit que ce sont les balles qui étaient au milieu de la pile qui ont chauffé.

Que s'est-il passé? La conclusion du service des incendies : auto-échauffement qui aurait pu
provoquer de la combustion dite « spontanée » si on n'était pas intervenu aussi rapidement.
Plusieurs types de matières, de natures très diverses, sont susceptibles de s'auto-échauffer. En
général, il s'agit de matières poreuses ou granulaires qu'on trouve dans des secteurs d'activité
très diversifiés allant, par exemple, de l'agriculture au recyclage, en passant par la buanderie,
la peinture ou le transport. Dans le Système général harmonisé de classification et d'étiquetage
des produits chimiques, ou SGH1, ces matières sont dites « auto-échauffantes ». Il existe deux
types principaux de réactions produisant de la chaleur à l'intérieur de matières poreuses ou
granulaires les réactions d'oxydation et les réactions de fermentation.

Nature du phénomène de l’incendie incontrôlable combustion spontanée 

Avant qu'une matière en arrive au stade de la combustion spontanée, les trois composantes du
« triangle du feu » doivent être réunies.
Étapes menant à la combustion spontanée :
1-La matière s'auto-échauffe. 2- L'auto-échauffement est assez important
pour mener à l'emballement thermique.

3-L'emballement thermique faire naître un feu couvant.

4-Le front du feu couvant atteint l'extérieur de la matière (ou le processus produit des cavités
suffisamment grandes à l'intérieur de la matière) et des flammes prennent naissance. Il s'agit de
l'inflammation.

L’incendie désordonné :
L’incendie est en réalité une combustion qui se développe généralement d’une manière
désordonné. Or chacun sait qu’une combustion est une réaction chimique, dans le cas le plus
générale le combustible mis en présence d’un comburant le plus souvent avec rapport d’une
flamme ou plus généralement d’une source de chaleur provoque l’éclosion d’un foyer
d’incendie.
Ce qui est important se sont les suites, c’est-à-dire le développement possible de l’incendie
qui nécessite la présence du trois facteurs ci-dessous indiquées.
Le point d'éclair :
 . C’est la température à partir de laquelle un liquide peut s’enflammer au contact d’une
source de chaleur (flamme, étincelle…..), si l’on retire la source de chaleur
l’inflammation s’arrête

Vous aimerez peut-être aussi