Vous êtes sur la page 1sur 12

1

A LA GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L'UNIVERS

°°°

“Le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur a reçu son investiture après


un voyage initiatique au cours duquel il a rencontré des Sages et des Justes
qui voulaient élever l’homme spirituellement et le mettre en harmonie avec le
Principe Créateur.
Comment entreprendre et réaliser cet objectif dans les nouvelles fonctions
qui sont les siennes ?”

Synthèse régionale sud des travaux du 31ème degré


présentée par le T I F Alain DÉCIS
Montpellier, le 24 septembre 2006
2

De tous temps les institutions humaines ont eu comme besoin constant


d’établir des règles, des lois visant à contingenter et contrôler leur fonctionnement.
On peut dire ainsi que les hommes éclairés ont voulu que la Justice règne dans le
respect des règles admises par tous. Cette nécessité s’avère cependant difficile à
mettre en pratique, car elle se heurte à plusieurs problématiques :

- elle contrarie les individualités affirmées qui perçoivent l’ordre établi comme
une aliénation ou une censure,
- elle se heurte à l’évolution des consciences qui provoque chez les peuples
un désir d’évolution, d’émancipation, de libération.

Devant ces difficultés les hommes n’ont pas manqué de faire appel à des visions
supra humaines, substituant aux lois humaines des lois divines plus ou moins
judicieuses, et aux attentes des hommes, des espérances en l’au-delà.

La grande incertitude liée à ces processus a émaillé l’histoire des hommes.


Cependant des voies plus harmonieuses se sont mises en place au fur et à mesure
des expériences, qui guidées par des hommes illustres, profondément inspirés par
l’Ordre, la Justice et l’Harmonie ont tenté d’éclairer le chemin de l’humanité. Ces
hommes devinrent les fondateurs des traditions. Le Rite Ecossais Ancien et
Accepté aujourd’hui est l’héritier de ces traditions. Sa vocation universaliste est
certainement la plus suivie dans le monde et la plus à même de répondre aux
attentes des hommes en quête de sens pour les conduire sans risque vers le
chemin de l’évolution spirituelle.

La structure même du rite permet à l’initié de s’élever graduellement vers une haute
spiritualité en lui donnant des garde-fous pour le protéger des erreurs que son
impatience ou son avidité pourrait engendrer. Après avoir été initié au 30ème degré,
le Chevalier Kadosh découvre les moyens qui pourront le conduire au sommet de
son cheminement personnel. Pourtant bien des incompréhensions subsistent quant
3

à la portée de certains messages, et ce n’est que lorsqu’il sera admis au 31ème


degré que le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur, découvrant le terrible
Saint des Saints, lieu où siège la Vérité, comprendra qu’une nouvelle mission
l’attend. Il se rappelle alors ce que lui avait dit le Président lors des travaux de
réception du 19ème au 27ème degré :

“...puisque vous êtes parvenus au point de désirer connaître la Vérité....Consultez-


vous dans cet instant. Voyez si vous sentez en vous assez de force pour lui obéir
en tout ce qu’elle vous commandera”.

Ainsi la Vérité n’est pas une chose que l’on connaît, mais un concept qui nous
instruit de nos nouveaux devoirs. En ce sens elle devient terrifiante, car elle
échappe à la volonté humaine et se substitue à celle-ci en imposant sa Loi.
Conscient de cette terrible révélation le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur
comprend alors l’injonction précédente et son titre de Commandeur prend un sens
nouveau. Il devient l’instrument de la Vérité en action, suivant en cela le chemin des
8 Sages et Justes qui historiquement ont illuminé le monde connu, obéissant à un
même Plan Cosmique. Car le Très Eclairé Frère a compris que l’exemple et
l’enseignement de ces Sages confirment l’existence d’une Loi Universelle qui régit
l’univers ordonné. De la conscience de l’initié qui a su vivre le rite émerge alors une
dette « anthropologique » qui le conduit à devoir au Principe Créateur, le retour à
l’Unité. Sa conscience en devient illuminée par une sensibilité disciplinée et
décuplée. Il est dans un lieu où toutes les passions sont bannies, où l’initié peut
siéger dans une conscience de l’instant présent, il perçoit alors sous les éclairages
de la Vérité, l’action juste qui s’impose respectueuse des possibilités de chacun et
ordonnatrice du monde. La Beauté peut enfin émerger du chaos. La Vérité peut
resplendir non pas comme une fin en soi mais comme un perpétuel devenir
conduisant le monde, l’homme et l’univers vers leur émancipation, leur expansion,
leur perfection.

Composant en neuvième un Souverain Tribunal, le Grand Inspecteur Inquisiteur


4

Commandeur comprend que son action ne peut s’inscrire que dans la suite logique
du travail de ses Illustres Prédécesseurs et qu’il lui ait demandé de poursuivre le
Plan qu’ils ont commencé.

Le lieu où siège le Grand Inspecteur inquisiteur Commandeur ne peut être alors


qu’un Tribunal Souverain, parce que l’action dont il est porteur illustre le Plan Divin.
En ce sens l’initié devient un Très Eclairé Frère, parce qu’il s’est souvenu de la
fermeture des travaux en Chapitre, il est alors le plus humble de tous, son
égocentrisme n’étant plus aux commandes de son action. Il est au service d’une
action qui le dépasse et le transcende.

Un autre symbole surgit à l’esprit du Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur qui


illustre à merveille la situation nouvelle dans laquelle il se trouve. Le cartouche au-
dessus du Très Eminent Commandeur en Aréopage contient la maxime :

“Nec proditor, nec proditur, innocens feret”

que l’on traduit par : ni traître, ni trahi, en toute innocence il supportera, mais que
l’on pourrait aussi traduire par : ni traître, ni trahi, il supportera en toute innocuité.
Ce sens permet de rappeler la nécessité de ne point nuire. L’action du Grand
Inspecteur Inquisiteur Commandeur, bien que fondée sur la Justice et l’Equité, sert
à réparer et non à venger ou à punir. Cette action s’ouvre sur la Compassion et
s’inscrit dans une collégialité fondée sur le nombre 9, porteur de triple perfection. Le
blanc préside à cette action et donne la dimension de pureté, de caractère saint à
son contenu. On retrouve dans le soufisme ce même caractère sacré, par la robe
blanche que revêtent les soufis.

L’enseignement du grade se termine par des serments illustrant les nouveaux


devoirs du Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur qu’il est bon de rappeler :

-Remplir avec exactitude, constance, fermeté et justice tous ses devoirs.


5

-Fidélité à l’Ordre, aux Constitutions du Rite et aux Règlements généraux.


-Assurer Ordre et Harmonie entre les Frères.
-Prévenir sans relâche et sans aucune considération personnelle, les
irrégularités, les désordres et les abus.
-Juger toujours sereinement et avec équité.
-Obéissance au Suprême Conseil de France.

Ainsi le cheminement de l’initié à partir du 31ème degré va changer de nature. Il a


prouvé en arrivant au 30ème degré qu’il avait accompli le perfectionnement du
chemin initiatique individuel, mais la spiritualité qu’il doit atteindre maintenant est
différente, il va devoir procéder à la réalisation complète du Principe Créateur qui
est déjà en lui. Ceci est confirmé par l’imposition des mains du Très Parfait
Président qui transmet ainsi l’influence spirituelle nouvelle et crée la filiation qui va
rattacher le nouveau Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur aux 8 Sages qu’il a
symboliquement rencontrés. Une dimension métaphysique nouvelle est née,
dépassant la simple fonction de Justice et d’Equité, en donnant à l’initié une mission
de médiation entre les hommes et le Grand Architecte de l’Univers, une mission
sacerdotale. La Loi d’Harmonie apparaît. En acceptant ce rôle l’initié se hisse sur
un plan supérieur de conscience, sous la protection du Principe Créateur, et c’est
pour cette raison que lorsque sont prononcés les mots sacrés “JUSTICE”,
“ÉQUITÉ” les Grands Inspecteurs Inquisiteurs Commandeurs répondent “AMEN”.
Leur mission devient sacerdotale, ils vont pouvoir travailler à élever l’homme
spirituellement et le mettre en harmonie avec le Principe Créateur.

Matthieu l’Evangéliste devient ainsi le porte-parole des 8 Sages quand il nous dit :
”Si votre justice ne dépasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez
pas dans le royaume des cieux”.
“Le juste est le fondement du monde”. Ce texte des Proverbes (X, 25) indique le
sens de ce mot. Le Juste donne sa place à chaque chose, il respecte le droit, il est
la vertu d’un esprit qui s’approche de la Vérité. Comme la fonction de la balance,
les deux plateaux s’équilibrant parfaitement, ce qui est juste s’accomplit alors
6

automatiquement au-delà des oppositions et des contraires, et permet de réaliser


l’unité de l’homme tendant vers sa propre perfection. En transposant ce schéma,
nous comprenons mieux pourquoi la Justice est l’oeuvre de Dieu dans le monde.
Accéder à cette faculté ne peut être que le résultat d’un long cheminement
initiatique, qui nécessite un travail sur plusieurs fronts. Essayons d’en élaborer une
synthèse:

-Travaillons sur l’élargissement de notre conscience, en faisant l’acquisition


de toutes les vertus nécessaires à l’épanouissement de la personnalité, en
soumettant notre conscience aux vertus transcendantales qui conduisent lentement
l’initié vers la compréhension du chemin qui peut le conduire à sa spiritualisation.

-Respectons l’intuition illuminative qui commence à s’éveiller en nous.

-Harmonisons notre comportement pour le rendre juste, c’est-à-dire adéquat


au monde qu’il prétend servir.

-Acceptons de n’être que le serviteur d’un plan grandiose dont on peut


devenir l’instrument et qui a pour vocation de participer à l’illumination de la
conscience humaine, la spiritualisation de la matière par l’esprit, l’émergence de la
Beauté à partir du chaos.

Alors la Sagesse prend tout son sens. Elle devient non pas une vérité en soi, mais
l’expression optimisée d’un devenir en action assis sur la Beauté et l’Amour. Elle
devient Justice et Equité qui seules, en assurant le fondement de nos actes
permettent de rechercher l’ultime perfection. La spiritualité à laquelle nous aspirons
n’est pas fondée sur les conditionnements habituels, ni sur les pensées égotiques,
et encore moins sur des recettes mentales fabriquées par notre raison. La
spiritualité à laquelle nous aspirons ne peut se concevoir que comme une Lumière
en provenance de l’âme, illuminant notre esprit débarrassé de ses perversions, je
veux dire de nos attitudes orgueilleuses, de nos émotions conflictuelles, de notre
7

goût du pouvoir, de nos jugements personnels résultant des projections de notre


mental.

Quatre qualités sont le signe du travail accompli par le Grand Inspecteur Inquisiteur
Commandeur :

-Veiller sans relâche à la transmission de l’influence spirituelle qui conduira


les initiés vers la conscience de la loi sacrée.
-Accepter de n’être qu’un guide par l’exemplarité que nous pouvons
développer et qui illuminera notre personnalité, en tant que serviteur du monde.
-Accepter de ne pas avoir des jugements fondés sur des valorisations non
justifiées ou des attentes non en rapport avec la personnalité des autres.
-Favoriser la mise en harmonie avec le Principe Créateur, c’est-à-dire
éclairer en nous d’abord, chez les autres ensuite, la dimension métaphysique de
l’expérience initiatique.

Une difficulté subsiste. Comment valider en nous-mêmes l’exemplarité pour la


rendre accessible au plus grand nombre ? Ceci n’est possible que par la plus
grande humilité. Cette humilité que nous devons atteindre a deux fonctions :
-elle permet à notre esprit de se rendre disponible pour une plus grande
lumière, c’est-à-dire une plus grande conscience de la Vérité contenue dans
l’expérience humaine,
-elle permet ensuite de rendre accessible le contenu de cette Lumière au
plus grand nombre, jusqu’à ce que la conscience de l’homme ou du groupe s’ouvre
à la compréhension des messages portés par la Vérité, en supprimant les écrans
qui pourraient s’opposer au passage de la Lumière.

La Vérité ne peut être constituée par une projection de ce qui doit être, mais par
une aptitude à augmenter la Compréhension, la Joie, l’Amour et la Beauté. Elle
constitue ainsi un ensemble de volontés que nous devrions être capables de
mettre en oeuvre pour nous-mêmes et pour le Bien Universel, rendant accessible
8

aux initiés la compréhension de la dynamique dont elles sont porteuses, seules


capables d’illuminer le monde. L’action du Grand Inspecteur Inquisiteur
Commandeur devient à cet égard très significative. L’Amour, la Justice, l’Equité et
l’Harmonie sont les piliers de son action qui ne peut être accomplie qu’avec l’aide
de la Puissance Suprême, qui seule peut tout régler avec mesure, pour juger avec
équité. (Voir Sag. XI, 20). Ainsi la Justice et l’Equité réunissent-elles l’Humain et le
Divin dans un équilibre harmonieux de part et d’autre de la Tetractys.

Comment entreprendre et réaliser cet objectif ?

Par la puissance de l’Amour, nous pouvons conseiller, éduquer, encourager,


donner envie de se libérer des illusions et du mensonge, donner le goût d’une
recherche personnelle faisant barrage aux dogmes, à l’injustice et à l’usurpation.

Comment mettre l’Homme en harmonie avec le Créateur ?

Le préalable est la connaissance, vient ensuite la compréhension, puis l’harmonie


qui naît de l’union des contraires, on aboutit ainsi à la notion d’équité, puis enfin à la
Sagesse qui engendre le partage par le sacrifice. La pensée du Grand Inspecteur
Inquisiteur Commandeur devient alors semblable à un accouchement par l’action
qui le libère. On comprend mieux ainsi la pensée de Gandhi :”Toute pensée non
suivie d’un acte est un avortement”. La parole de Jean nous illumine :
”Quiconque ne pratique pas la Justice, n’est pas né de Dieu”.

Développer l’harmonie du monde c’est connaître les causes. C’est accepter d’être
le soldat de l’universel et de l’Eternel, en sachant s’abstraire de ses propres
convictions égotiques, c’est être le gardien et le protecteur du Rite qui de par son
essence universelle concourt à l’harmonie du monde, c’est être le flambeau vivant
de la Lumière que nous avons reçue, et qui doit illuminer le monde pour transmettre
9

l’influence spirituelle de la Tradition primordiale dans le monde manifesté.

L’harmonie du monde ne peut exister que par la mise en harmonisation de ses


composantes. Le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur se trouve ainsi dans la
position d’un funambule tenant en ses mains un balancier, la balance de la justice
et de l’équité, donnant à chaque instant la mesure de ce qui est juste et équitable
pour le Bien Universel. La justice ordonnatrice du chaos est donc l’instrument de la
Beauté en action. Elle illustre le rapport étroit, en même temps que la différence
fondamentale, qui existe entre la « Justice nature » et la Justice Immanente.

Comment acquérir l’Equité ?

Au vu de ce qui a été dit précédemment, nous comprenons que l’équité relève


d’une disposition d’esprit conforme à l’ordre du monde tel que le Plan Divin le
conçoit. Le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur se doit de restaurer et
d’équilibrer en respectant la maxime du Ch.. Kadosh :

”nec proditor, nec proditur, innocens feret”.

Sa voie est fondée sur la mise en oeuvre de trois énergies spirituelles :


-l’énergie de l’intuition qui chasse progressivement l’illusion mentale
-l’activation de la Lumière en nous qui dissipera par son énergie le mirage
des émotions humaines primaires
-l’énergie de l’inspiration par la méditation qui orientera le mental vers de
nouveaux et salutaires modes de pensée.

Il est indispensable que l’initié fasse lui-même l’expérience de son élévation


spirituelle s’il veut pouvoir servir d’exemple à ceux qui aspirent à la même voie.
Cela rend explicite la formule :
10

“Mon nom est Guibulum, je suis ce que je suis”,

et nous rappelle que le développement spirituel prime sur la connaissance


initiatique. L’initié est maintenant passé du profane au sacré, il va lui rester à
franchir l’étape suivante pour passer du sacré au saint. La capacité à entreprendre
dépend des facultés de discernement de l’initié (se reporter à l’initiation au 4ème
degré). Connaître c’est donc discerner, c’est-à-dire séparer ce qui était confondu
avec autre chose. Ce n’est que lorsque ce travail a été rendu possible que le
GˆMˆAˆ peut faire 3 fois le tour du Temple et en relever les plans avec exactitude.
En opérant sur le mode du principe alchimique, c’est-à-dire en séparant le subtil de
l’épais, il pourra atteindre Tebounah au 30ème degré.

Au 4ème degré le rituel ne nous précisait pas l’objectif, il suffisait d’entreprendre.


Mais au 31ème degré l’objectif est défini :

“Contribuer à spiritualiser le monde manifesté afin de mieux participer à la


construction du Temple de l’humanité”.

Cet objectif est d’une telle portée qu’il nécessite l’intégration du Grand Inspecteur
Inquisiteur Commandeur au sein d’un ensemble parfait de Justes et de Sages, le
Souverain Tribunal qui n’est possible que par la parfaite acquisition des mystères
de la Franc-Maçonnerie.

L’acte créateur primordial a engendré un ordre qui a permis à la création de se


déployer, un ordre dont la complexification croissante des interactions rend difficile
sa perception. Un certain nombre de préalables sont nécessaire pour pouvoir y
arriver :

-premièrement établir en soi la conscience d’une loi morale créatrice du


vivant spiritualisé.
11

-deuxièmement établir dans la conscience la compréhension de la


nécessité d’une liberté foncière dans le processus de spiritualisation.
-troisièmement prendre conscience de la nécessité d’obéir à la Vérité,
comme cela nous a été indiqué dans le rituel de réception du 19ème au
27ème degré. La Vérité ne se révèle qu’à celui qui peut lui obéir.

Il s’agit donc bien de créer une nouvelle alliance avec le Principe Créateur qui nous
permettra de devenir progressivement acteur du Plan Divin. A ce niveau nous
avons compris que le vivant ne peut rester enfermé dans une vision dogmatique de
l’univers, le Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur doit se rappeler que son
action ne peut se construire en référence à un système, mais comme une harmonie
nécessaire à l’équilibre du monde en pleine évolution. Composer en 9ème, c’est
agir avec une ouverture où l’inattendu peut surgir à tout instant, la Vérité révélant à
chaque instant ce qui peut être compris et ce qui peut être entrepris.

Ce Plan n’a pas pour finalité l’affrontement, la domination, la puissance, mais le


perfectionnement, l’Amour, l’harmonie et la Beauté. Composer en 9ème c’est
accepter d’être tributaire de ses pairs, c’est accepter de s’effacer pour permettre la
reconnaissance de la Tetractys, symbolisant le Principe Créateur Universel, c’est
être un ouvrier de Dieu, fut-il de la dernière heure, c’est accepter le vide ou
l’absence comme signe du doute ou de l’incomplétude, ou de notre impuissance,
c’est comprendre que seul un canal ouvert à la Lumière en nous peut nous
permettre d’accéder à une conscience illuminée par le travail des Justes et des
Sages qui nous ont précédés, qui nous encouragent et nous soutiennent.

Arrivé au terme de cette planche, je voudrai rappeler qu’au plus profond de nous
existe un centre immuable, plus vrai et plus authentique que ce qui est connu ou
éprouvé ordinairement. Ce centre doit être découvert, nourri par notre travail, et une
aspiration puissante vers les aspects les plus sublimes de notre conscience. Il peut
alors s’illuminer et guider nos pensées purifiées pour permettre à notre personnalité
de résister aux désillusions du monde, au défaitisme, aux incertitudes, à l’opacité,
12

au déchirement ou à l’affrontement. Une joie envahira alors notre être qui prend sa
source dans l’énergie créatrice universelle et nous rattachera à la glorieuse lignée
de nos illustres prédécesseurs.

J’ai dit.

Vous aimerez peut-être aussi