Vous êtes sur la page 1sur 37

BTS

MAINTENANCE
DES SYSTEMES

Bibliothèque de
Symboles et
Rappels de
Connaissances
Générales en
Electrotechnique

DIETRICH F.
Table des matières
Table des matières .................................................................................................................. 1
1. Les fondamentaux en Electrotechnique : ......................................................................... 2
Les surintensités .................................................................................................................. 2
Les fusibles : -F.................................................................................................................... 2
Les disjoncteurs : -Q ............................................................................................................ 4
Le relais thermique : -F ........................................................................................................ 6
Le sectionneur : -Q .............................................................................................................. 6
Le contacteur Moteur : -KM.................................................................................................. 9
Le contacteur auxiliaire : -KA ............................................................................................. 10
Les blocs auxiliaires : -KM ou –KA..................................................................................... 10
Le transformateur : -T ........................................................................................................ 12
Les capteurs : -S ................................................................................................................ 14
Les boutons poussoirs : -S................................................................................................. 15
La signalisation : -H ........................................................................................................... 17
La prise de courant : -PC ................................................................................................... 17
Le moteur : -M.................................................................................................................... 18
2. Les relais de sécurité pour circuits d’arrêt d’urgences (type PILZ_PNOZ) ..................... 19
Présentation ....................................................................................................................... 19
Principe de fonctionnement:............................................................................................... 19
3. Le multimètre : ................................................................................................................ 21
Utilisation en voltmètre. ...................................................................................................... 21
Utilisation en ohmmètre. .................................................................................................... 22
Branchement des cordons. ................................................................................................ 23
Etude de cas pour les mesures :........................................................................................ 24
4. Notes personnelles : ....................................................................................................... 32

DIETRICH F. Page 1
1. Les fondamentaux en Electrotechnique :

Les surintensités
Il existe deux types de surintensités :

Les surcharges :
Intensité absorbée supérieure à l’intensité nominale (In) provoquant un échauffement lent et
prolongé des conducteurs et de l’appareillage.
Protection assurée par : un relais Thermique

Les court-circuits :

Surintensité très importante provoqué par le contact accidentel de deux conducteurs de
potentiel différent entraînant un arc électrique, la fusion des conducteurs et des efforts
électrodynamique
Protection assurée par : un disjoncteur Magnétique

Les surcharges + court-circuits = Surintensités

Protection assurée par : un disjoncteur Magnétothermique ou des fusible gG.

Les fusibles : -F

 A quoi ça sert ?
C’est un organe de protection qui ouvre le circuit et coupe l’alimentation lorsque celui-ci à
subit un court-circuit ou une surcharge

Tube isolant en céramique
Fil fusible en alliage
métallique (Al, Cu, Zn,
Ni, Ag)
Matière inerte en
poudre : silice
magnésie

Zones de contact

DIETRICH F. Page 2
 Comment le choisir ?

- L’intensité nominale : c’est le calibre du fusible. Cela
représente l’intensité qui peut traverser le fusible sans provoquer de
fusion, ni échauffement excessif.
L7LEG
- La tension nominale : c’est la tension maximale sous laquelle
32A
le fusible peut être utilisé.
Gl
- Courbe de fonctionnement
380V - Pouvoir de coupure

 Quel type ?

Classe gG :
Ce sont des fusibles d’usage général, ils protègent contre les surintensités et les court-
circuits.
Le marquage est noir

Classe aM :
Ce sont des fusibles d’accompagnement moteur prévus uniquement pour la protection contre
les court-circuits. La protection contre les surcharges doit être assurée par un autre dispositif
(relais thermique par exemple).
Le marquage est vert

Classe aD :
Ce sont des fusibles d’accompagnement disjoncteur.
Le marquage est rouge

 Comment les nommer ?


Cartouche cylindre 10 x 38 aM 20A 400V

Ou

CC 10x38 aM 12A 400V

DIETRICH F. Page 3
Les disjoncteurs : -Q

 Le disjoncteur magnétique
Il assure la protection des appareils et des circuits contre les courts-circuits

 Le disjoncteur magnéto thermique


Il assure la protection des appareils et des circuits contre les surcharges et les courts-circuits

 Le disjoncteur moteur
Il est magnétothermique et possède généralement la fonction sectionneur.
Il assure la protection des appareils et des circuits contre les surcharges et les court-circuits

DIETRICH F. Page 4
 Le disjoncteur Différentiel : DDR
Il assure la protection des appareils et des circuits contre les surcharges et les courts-circuits
et assure la protection des personnes contre les courants de fuites

DIETRICH F. Page 5
Le relais thermique : -F

 Son rôle :
Le rôle d’un relais de protection thermique est de protéger les récepteurs qui lui sont
raccordés (généralement un moteur triphasé) contre les surcharges faibles et prolongées

Le sectionneur : -Q

 Son rôle :

C’est un appareil électrique de protection capable d’ouvrir ou de fermer un circuit sous


l’action manuelle d’un technicien afin d’isoler les circuits électriques d’alimentation du réseau.
Le sectionneur porte-fusibles a deux fonctions :
 La fonction consignation-isolement réalisée par le sectionneur.

 La fonction complémentaire de protection par fusible est souvent ajoutée. Cette


fonction protège la ligne d’alimentation.

Sa manœuvre s’effectue toujours à vide car son pouvoir de coupure est très
faible

DIETRICH F. Page 6
DIETRICH F. Page 7
Interrupteur sectionneur :

DIETRICH F. Page 8
Le contacteur Moteur : -KM

 Son rôle :
Le contacteur est un appareil mécanique de connexion, capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les conditions normales du circuit, y compris les conditions
de surcharge en service

Socle Partie fixe de l ’électro -aimant

Bobine Repère de tension bobine

Bague de déphasage
Ressort de rappel
Partie mobile de l ’électro -aimant
Contact fixe Système d ’accrochage
Contact mobile pour contact additif

DIETRICH F. Page 9
Le contacteur auxiliaire : -KA

 Son rôle :
Le contacteur auxiliaire appelé aussi relais, est un interrupteur commandé à distance soit par
une action sur un bouton poussoir (BP), soit par des capteurs dans le cas d’un
fonctionnement automatique.

Sa constitution est la même que celle du contacteur moteur à la différence que le KA ne


possède pas de contacts de puissance car les contacteurs auxiliaires sont destinés à
transmettre des signaux électriques de faible niveau. En aucun cas ils ne seront utilisés pour
transmettre une puissance.

Les blocs auxiliaires : -KM ou –KA

Appelés aussi blocs additifs ou blocs additionnels, ils sont équipés de contacts auxiliaires
dont les principales fonctions sont
- réaliser l'auto alimentation (fonction mémoire),
- les verrouillages électriques,
- les asservissements,
- la logique de commande....

DIETRICH F. Page 10
 Les blocs auxiliaires temporisés:
Appelés aussi blocs "tempo". Certains types de contacts auxiliaires seront dit temporisés. Il
existe deux sortes de blocs tempos :

Les blocs tempos Travail : Couleur Bleue (en général)


L’action retardée sur les contacts s’effectue à la mise sous tension du contacteur

DIETRICH F. Page 11
Les blocs tempos Repos : Couleur Noire (en général)
L’action retardée sur les contacts s’effectue à la mise hors tension du contacteur

Le transformateur : -T

 Son rôle :
C’est un appareil qui permet de changer la valeur d’une tension alternative en une tension
plus basse ou plus élevée tout en conservant la même puissance

Transformateur ayant un nombre de spire au primaire identique au nombre de spire du


secondaire : Protection des circuits

Transformateur ayant un nombre de spire au primaire supérieur au nombre de spire du


secondaire : Transformateur abaisseur de tension

Transformateur ayant un nombre de spire au primaire inférieur au nombre de spire du


secondaire: Transformateur élévateur de tension

DIETRICH F. Page 12
 Les différentes caractéristiques du transformateur
-T1 :

Le rapport de transformation :m

N2 = nombre de spire au secondaire


N1 nombre de spire au primaire

Relation entre les tensions :

U2 = Tension au secondaire
U1 Tension au primaire En résumé :
N2 = U2 = I1 = m
Relation entre les intensités : N1 U1 I2
I1 = Intensité au primaire
I2 Intensité au secondaire

Relation entre les puissances :

Puissance apparente : S en VA Puissance active : P en W

S=UxI P1 = P2
U1 x I1 x cosφ1 = U2 x I2 x cosφ2

Puissance réactive : Q en VAR

Q1 = Q2
U1 x I1 x sinφ1 = U2 x I2 x sinφ2

DIETRICH F. Page 13
Les capteurs : -S

 Le capteur à commande mécanique :


Le capteur à commande mécanique est un interrupteur de position, il possède deux positions
stables, ouvert ou fermé. Il est actionné par de pièces mécaniques en mouvement

 Le capteur capacitif :
Le capteur capacitif est un interrupteur de proximité à détecteur capacitif, il permet
l’ouverture et la fermeture d’un circuit électrique. Il possède deux états stables, ouvert ou
fermé, et, est actionné par la proximité de pièces.

DIETRICH F. Page 14
 Le capteur inductif :
Le capteur inductif est un interrupteur de proximité à détecteur inductif, il permet l’ouverture
et la fermeture d’un circuit électrique. Il possède deux états stables, ouvert ou fermé, et, est
actionné par la proximité de pièces métalliques en mouvement.

Les boutons poussoirs : -S

 L’interrupteur :
L’interrupteur permet l’ouverture et la fermeture d’un circuit électrique, il possède deux états
stables « ouvert ou fermé ».

DIETRICH F. Page 15
 Le commutateur :
Le commutateur à commande rotative permet de fermé ou d’ouvrir un circuit électrique, il
possède deux états stables « ouvert ou fermé »

 Le bouton poussoir NO « normalement ouvert » :


Le bouton poussoir à contact normalement ouvert est un composant monostable, (un seul
état stable ; bouton relâché = contact ouvert)

 Le bouton poussoir NF « normalement fermé » :


Le bouton poussoir à contact normalement fermé est un composant monostable, (un seul
état stable ; bouton relâché = contact fermé)

 Le bouton d’arrêt d’urgence « l’AU » :


Le bouton poussoir d arrêt d’urgence à contact normalement fermé et à accrochage
mécanique est un composant bistable.

DIETRICH F. Page 16
La signalisation : -H

 La lampe :
La lampe transforme l’énergie électrique en énergie lumineuse. Elle sert à éclairer.

 Le voyant :
Le voyant transforme l'énergie électrique en énergie lumineuse. Il ne sert à qu’à indiquer une
information.

 La sonnette :
La sonnette émet un son lorsqu’elle est alimentée.

La prise de courant : -PC

La prise est un connecteur d’où est distribuée une source d’énergie. Elle a deux pôles plus
une terre nommée PE.

DIETRICH F. Page 17
Le moteur : -M

 Son rôle :
Le moteur transforme l’énergie électrique en énergie mécanique.

DIETRICH F. Page 18
2. Les relais de sécurité pour circuits d’arrêt d’urgences (type
PILZ_PNOZ)

Présentation

Pour certaines installations, des relais intermédiaires sont utilisés dans les circuits de
sécurité, c'est-à-dire lorsque l'organe de commande (bouton AU par exemple) n'agit pas
directement sur la puissance du mouvement dangereux mais est relayé, ces relais sont le
point sensible du circuit de commande.
La défaillance d'un de ces relais intermédiaire peut rendre inefficace les mesures de sécurité
et être à l'origine de risque de danger pour l'utilisateur.
Les blocs logiques de sécurité type "PNOZ" permettent de remédier à ces défaillances
éventuelles.
On peut associer au circuit d'arrêts d'urgence, les capteurs contrôlant l'état des capots
mobiles de protection.

Principe de fonctionnement:

A la mise sous tension du relais (A1-A2), si X1-X2 et T33-T34 sont pontés et les canaux
d'entrée ouverts, le relais K3 est activé.

- Fermeture des canaux d'entrée T1, T12 & T22 (par exemple, AU non actionné): les relais
K1 et K2 sont actionnés par l'intermédiaire des contacts K3.1 et K3.2 et s'auto-
maintiennent par K1.1 et K2.1. Les leds de visualisation sont allumés. L'ouverture des
contacts K1.2 et K2.2 fait retomber le relais K3 qui se maintient environ 90ms. Les
contacts de sortie de sécurité (13-14/23-24 et 33-34) se ferment, le contact d'information
41-42 s'ouvre.

- Ouverture des canaux d'entrée (par ex. action sur AU) K1 et K2 retombent. Les contacts
de sortie s'ouvrent de façon redondante, le contact d'information 41-42 se ferme.
- PILZ PNOZ nr17 695 (empaqueteuse CAM).

DIETRICH F. Page 19
-

- Doc PILZ PNOZ nr17 695 (celui qui est monté sur l'empaqueteuse CAM).
- Ces relais peuvent avoir plusieurs modes de fonctionnement:
- Commande par 1 canal: pas de redondance dans le circuit d'entrée
- Commande par 2 canaux: circuit d'entrée redondant
- Réarmement automatique: le relais est activé dès la fermeture des canaux d'entrée.
- Réarmement manuel: le relais n'est activé qu'après une impulsion sur un poussoir de
validation, un réarmement automatique n'est donc pas possible après une coupure
d'alimentation.
- Augmentation du nombre de contacts ou de pouvoir de coupure par l'utilisation de
contacteurs externes.

DIETRICH F. Page 20
3. Le multimètre :

Suivant la position du bouton tournant,


le multimètre permet de mesurer :
- une tension (voltmètre)
- une intensité (ampèremètre)
- une résistance (ohmmètre).

Zone d’utilisation en ohmmètre


De 200 à 20 MΩ

Zone d’utilisation en voltmètre


De 200 mV à 1000 V en tension
continue

Zone d’utilisation en voltmètre


De 2 V à 750 V en tension
alternative

Zone d’utilisation en ampèremètre


en courant alternatif

Zone d’utilisation en ampèremètre


en courant continu

Fonctions annexes

ATTENTION :
Interdiction formelle de réaliser des mesures de courant (position ampèremètre)
lors des séances d’atelier ! Appeler le formateur avant de vouloir réaliser ce
type de mesures !

Utilisation en voltmètre.

Ce type de mesure ne peut se faire qu’une fois équipé de SES EPI !

Avant toute mesure, il est impératif de connaître le type et la valeur de tension à mesurer.

DIETRICH F. Page 21
On place alors le bouton tournant dans la zone et sur le calibre directement supérieur à la
tension à mesurer. La mesure de tension nécessite que le multimètre soit branché en
dérivation !

Mesure 24 V continu Mesure 1,5 V continu Mesure 400 V alternatif

Utilisation en ohmmètre.

Pour mesurer la continuité d’un circuit électrique, il est impératif d’isoler le circuit à contrôler
cela revient à avoir un équipement consigné !

Exemple : si on veut mesurer la continuité d’un bouton poussoir à ouverture, il faut


débrancher les fils raccordés sur une des bornes du bouton poussoir avant d’effectuer la
mesure.

On positionne ensuite le bouton


tournant sur le calibre 200 Ω ou sur le
symbole diode avec ))).
Si l’appareil sonne, la partie testée
laisse passer le courant.
Sinon, le passage du courant est
interrompu.
Il est préférable de testé sans « le
bip »

On change alors de calibre dans la zone ohmmètre, jusqu'à ce que l’on lise la valeur de la
résistance.
Si l’appareil n’affiche aucune valeur, cela veut dire que la résistance est infinie, donc que le
circuit est coupé.

Dans tous les cas, pour faire un test de continuité c’est la position la plus faible qui est à
utiliser.

DIETRICH F. Page 22
Branchement des cordons.

Pour l’utilisation en voltmètre et en ohmmètre, le cordon noir se branche sur la borne COM,
Le cordon rouge sur la borne V/Ω.

La mesure se fait entre les 2 pointes de touche des cordons.

DIETRICH F. Page 23
Etude de cas pour les mesures :

DIETRICH F. Page 24
DIETRICH F. Page 25
DIETRICH F. Page 26
DIETRICH F. Page 27
DIETRICH F. Page 28
DIETRICH F. Page 29
Placer le symbole de l’appareil utilisé ainsi que les pointes de touches des cordons de mesure.

Mesures Conformité
TEST ?
obtenues OUI NON

1.5
1QU17D

2
1
fermé
5 1.6

1QU17
1T16C

0 V AC
400 V
230V

8
6 fusible de 1QU17D

Remarque concernant ces mesures :


________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________

A partir du schéma ci-dessus, le système étant maintenant sous tension et en


fonctionnement, compléter le tableau suivant :

Contrôles
TEST Rep. Mesures attendues
effectués
mesure de
1 sortie de 1QU7B
tension
2 fusibles de mesure de
2
1QU16C continuité
primaire de mesure de
3
1T16C tension
secondaire de mesure de
4
1T16C tension
mesure de
5 fil 1.5, fil 1.6
tension
fusible de mesure de
6
1QU17D continuité
Sortie contact mesure de
7
1QF7C, fil 1.6 tension
Sortie contact mesure de
8
1QF7C, fil 2.5 tension
Fil 1.4 en sortie
mesure de
9 de transfo, borne
tension
A1du PNOZ
Donner la
10 désignation du
contact 2KT5E en

DIETRICH F. Page 30
position 4.7D du
schéma

DIETRICH F. Page 31
4. Notes personnelles :

DIETRICH F. Page 32
DIETRICH F. Page 33
DIETRICH F. Page 34
DIETRICH F. Page 35
DIETRICH F. Page 36

Vous aimerez peut-être aussi