Vous êtes sur la page 1sur 19

3 ISE

Bases de données
relationnelles
1ère séance

Professeur: IOUNOUSSE Jawad


Plan du cours

 Introduction aux bases de données


 Analyse du monde réel pour la conception de BD :
- Le modèle Entité/Association
 Approche relationnelle pour les opérations sur BD :
- Le modèle relationnel
 Langage SQL :
- Quelques requêtes SQL
- Quelques situations pratiques
Objectifs du cours
Ce cours a pour objectif l’étude des principes des SGBD relationnels et la mise en pratique
de ces principes. Le contenu du cours est essentiellement le suivant :
1) Conception d’un schéma relationnel. Il s’agit de savoir définir un schéma relationnel
complet et correct, comprenant des tables, des contraintes, des vues.
2) Langages d’interrogation et de manipulation. L’accent est mis sur SQL et ses fondements
En résumé, L’accent est donc plutôt mis sur les notions de base (qu’est-ce qu’un SGBD,
qu’une base de données, qu’un langage d’interrogation) et leur application pratique.
Objectifs spécifiques :
 Connaître la terminologie du modèle relationnel des données;
 Pouvoir formuler une requête interactive dans le langage SQL pour répondre à des
questions moyennement compliquées;
 Pouvoir analyser une situation et proposer une structure d'information pour la
représenter qui respecte certaines règles établies;
 Être sensibilisé aux problèmes d'intégrité et de sécurité des données
 Initiation aux concepts reliés aux bases de données;
 Acquisition d'une connaissance théorique et pratique du modèle de données relationnel;
 Rendre l'étudiant apte à appliquer ces connaissances à la conception organisationnelle
d'une base de données.
Généralités sur les bases de
données
Terminologie
 Base de données (Database)
Ensemble de données constituant le système d’information de l’entreprise ou les données
d’une application quelconque.

ou

Il existe 4 types de bases de données :


1.BD Hiérarchiques : les plus anciennes fondées sur une modélisation arborescente des
données.
2.BD Relationnelles : organisation des données sous forme de tables et exploitation à l’aide
d’un langage déclaratif (ex: Oracle, mySQL, Access).
3.BD Déductives : organisation de données sous forme de table et exploitation à l’aide d’un
langage logique.
4.BD Objets : organisation des données sous forme d’instances de classes hiérarchisées qui
possèdent leur propres méthodes d’exploitation.

Plusieurs bases de données construisent ce qu’on appelle une banque de données


Terminologie
 Système de gestion de base de données (SGBD)
La gestion et l’accès à une base de données sont assurés par un ensemble de programmes
qui constituent le Système de gestion de base de données (SGBD). Un SGBD doit permettre
l’ajout, la modification et la recherche de données. Un système de gestion de bases de
données héberge généralement plusieurs bases de données, qui sont destinées à des
logiciels ou des thématiques différents.

Le SGBD nous permet :


l’accès simultané par plusieurs applications
l’exécution d’opérations (transactions)
le maintien de l’intégrité des données lors
d’une panne
le contrôle de l’accès aux données
SGBD
Terminologie
 Les avantages d’une base de données
 Non redondance des données (1ère Forme Normale/1FN)
 Centralisation des données
 Administration plus facile des données
 Maintien de la consistance des données
 Accès contrôlé aux données : Tous les privilèges et les accès aux données sont connus
du SGBD
 Accès concurrent à la base de données par plusieurs programmes d’application
 Indépendance des données : Primitives d’accès indépendantes de l’implantation
physique des données
Terminologie
 SGBD relationnels
 notation : SGBDR
 modèle relationnel
 modèle mathématique de
base : présence d'une algèbre
 structure de tableaux
 langage de requêtes
indépendant du système de
stockage
 Exemples : Oracle, Focus,
Ingres, Sybase, DB2, MySQL,
Postgres
 les plus utilisés actuellement
 En 1987, le langage SQL, qui
étend l’algèbre relationnelle, a
été standardisé

TOUS UTILISENT le Langage SQL


Terminologie
 Modèles et Langages
Pour une approche du monde réel, il faut des méthodes d’analyse et de conception
issues de l’étude des flux d’information de l’entreprise (problème). Ce sont les modèles. ils
sont un Ensemble d’outils conceptuels permettant la description de :
 Données
 Relations entre les données
 Sémantique des données
 Contraintes de consistance

Ils servent généralement à concevoir une base de données à un niveau logique. Les
principaux modèles de données sont :
 Modèle entité-relation (E/A)
 Modèle relationnel (tables)
 Modèle de données orienté-objet
 Modèle de données objet-relationnel
 Modèle de données semi-structuré : XML(eXtensible Markup Language)
 Modèle de données réseau
 Modèle de données hiérarchique
Terminologie
 Modèles et Langages

Un SGBD fournit:
 Un langage de description des données(DDL/Data Definition Language) afin de spécifier
le schéma de la base de données.
(CREATION / CONCEPTION)

 Un langage de manipulation des données(DML/Data Manipulation Language) pouvant


respecter les commandes d’interrogation et de mise à jour des bases de données.
(RECHERCHE / INSERTION / SUPPRESSION / MODIFICATION)
Langage SQL

DDL (Data Definition Language) : Création et conception.


DML (Data Manipulation Language) : Insertion / suppression / modification.
DCL (Data Control Language) : Contrôle / Privilèges.
TCL (Transaction Control Language) : Validation / sauvegarde / restauration.
DQL (Data Query Language) : Appel et recherche.
Conception BD
 La démarche de conception
Univers
d’application
Niveaux d’abstraction

Analyse Elaboration du Modèle E-A Niveau Conceptuel

Passage au Modèle Niveau logique ( ou


Relationnel Organisationnel)
modélise

Implémentation sur le
SGDBR cible Niveau Physique
Conception BD: Modèle E-A
 Éléments constitutifs du modèle E-A
Le modèle E-A propose des concepts (principalement les entités, les associations et les
attributs) permettant de décrire un ensemble de données relatives à un domaine défini afin
de les intégrer ensuite dans une BD

 Entité et type-entité
Une entité est un objet, une chose concrète ou abstraite qui peut être reconnue
distinctement. Un type-entité est un ensemble d'entités qui possèdent les mêmes
caractéristiques.

Exemples de type-entité : Personne, Automobile, Région…


Exemples d'entité : Jean Dupont, Karim Bennis, Renault Clio, Marrakech-Tensift-ElHaouz...
Représentation graphique d'un type-entité :
Conception BD: Modèle E-A
 Éléments constitutifs du modèle E-A

 Attribut, propriété
Un attribut (ou une propriété) est une caractéristique associée à un type-entité.
Au niveau du type-entité, chaque attribut possède un domaine qui définit l'ensemble
des valeurs possibles qui peuvent être choisies pour lui (entier, chaîne de caractères,
booléen…). Au niveau de l'entité, chaque attribut possède une valeur compatible avec
son domaine.

Exemples d'attribut : l'âge d'une personne, le code d'un fournisseur, le numéro d'un
produit…
Exemple de représentation graphique d'un type-entité avec deux attributs :
Conception BD: Modèle E-A
 Éléments constitutifs du modèle E-A
 Association, relation
Une association (ou une relation) est un lien entre plusieurs entités. Un type-
association (ou un type-relation) est un ensemble de relations qui possèdent les mêmes
caractéristiques.
Exemples de type-association : le mariage de deux personnes, le transport d'un produit
vers un entrepôt, l'affectation d'un employé à un service…
Exemples d'association : le mariage de Bernard et Marielle, le transport de la Clio 3333 XR
06 vers le dépôt de Nice, Paul travaille au service Marketing…
Exemple de représentation graphique d'un type-association :
Conception BD: Modèle E-A
 Éléments constitutifs du modèle E-A
 Identifiant / clé
Un identifiant d'un type-entité ou d'un type-association est constitué par un ou plusieurs de
ses attributs qui doivent avoir une valeur unique pour chaque entité ou association de ce type.
Au niveau du type-entité, chaque attribut possède un domaine qui définit l'ensemble des
valeurs possibles qui peuvent être choisies pour lui (entier, chaîne de caractères, booléen…).
Au niveau de l'entité, chaque attribut possède une valeur compatible avec son domaine.
Exemples d'identifiant : le numéro d'immatriculation d'une voiture, le code-barre d'un
produit…
Exemple de représentation graphique d'un identifiant (immatriculation) :

Chaque type-entité possède au moins un identifiant, éventuellement formé de plusieurs


attributs. Chaque type-entité possède au moins un attribut qui, s'il est seul, est donc
forcément l'identifiant.
L'identifiant, qu'il soit explicite ou non, d'un type-association doit être la concaténation des
identifiants des types-entités liés. On admet cependant un identifiant plus naturel, à condition
qu'il ne soit qu'un moyen d'exprimer plus simplement cette concaténation.
Conception BD: Modèle E-A
 Éléments constitutifs du modèle E-A
 Cardinalité
La cardinalité d'un type-association est le nombre de fois minimal et maximal qu'une entité
peut intervenir dans une association de ce type.
La cardinalité minimale doit être inférieure ou égale à la cardinalité maximale.
Exemple de cardinalité : un client peut commander entre 1 et n produits.
Exemple de représentation graphique de cardinalité :

L'expression de la cardinalité est obligatoire pour chaque patte d'un type-association.


La cardinalité minimale peut-être :
• 0 : signifie qu'une entité peut exister tout en étant impliquée dans aucune association.
• 1 : signifie qu'une entité ne peut exister que si elle est impliquée dans au moins une association.
• n : signifie qu'une entité ne peut exister que si elle est impliquée dans plusieurs associations.
La cardinalité maximale peut-être :
• 0 : signifie qu'une entité ne peut pas être impliquée dans une association.
• 1 : signifie qu'une entité peut être impliquée dans au maximum une association.
• n : signifie qu'une entité peut être impliquée dans plusieurs associations.
Conception BD: Modèle E-A
 Exercice

Ci-dessus 2 type-entités:
On considère 2 type-associations :
- Auteur
- Critique
- Représentez ces 2 relations avec les cardinalités logiques correspondantes
Conception BD: Modèle E-A
 Corrigé

Vous aimerez peut-être aussi