Vous êtes sur la page 1sur 127

ANNEXE S

Exigences Santé, Sécurité et Environnement pour


L’entrepreneur/le Contractant

Révision 9
Le 01 Février 2016

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 1 of 122
Table des matières
1.0 Exigences du contractant/entrepreneur en matière de la santé, sécurité et environnement . 4
2.0 Définitions............................................................................................................................ 4
3.0 Aperçu HSE ........................................................................................................................ 6
3.0 BeyondZero® ...................................................................................................................... 7
4.0 Risques critiques .................................................................................................................. 8
5.0 Gravité de l'incident .......................................................................................................... 10
6.0 Cadre de responsabilisation HSE ....................................................................................... 12
7.0 Processus principal............................................................................................................. 15
8.0 Conception HSE................................................................................................................. 15
9.0 Organisation/équipe HSE................................................................................................... 19
10.0 Exigences de formation HSE ............................................................................................. 20
11.0 Spécifications HSE requises en termes de communication ............................................... 22
12.0 Planning & procédures d’observation ................................................................................ 22
13.0 Plan d'action sécurisé ......................................................................................................... 22
14.0 Sensibilisation à la sécurité des travaux............................................................................. 23
15.0 Rapports d'observation de sécurité .................................................................................... 23
16.0 Échantillonnage SPA & SOR ............................................................................................ 24
17.0 Documentation et exigences d’établissement de rapport .................................................. 24
18.0 Enquêtes HSE .................................................................................................................... 25
19.0 Reconnaissance de l’achèvement ...................................................................................... 25
20.0 Gestion du sous-traitant et pré-qualification ...................................................................... 26
21.0 Certification, Inspections et permis des agences de réglementation.................................. 26
22.0 Exigences HSE de base...................................................................................................... 28
23.0 PPE ..................................................................................................................................... 28
24.0 Catégories des risques critiques ....................................................................................... 34
25.0 Travaux en hauteur- Genéralités ....................................................................................... 34
26.0 Travaux en hauteur – Prévention et protéction des chutes .............................................. 35
27.0 Travaux en hauteur – Protection de bord ........................................................................... 39
28.0 Travaux en hauteur- Travaux extérieurs ............................................................................ 46
29.0 Travaux en hauteur – Érection de coffrage ........................................................................ 47
30.0 Travaux en hauteur - échafaudage,travaux temporaires,plates-formes de travail ............. 48
31.0 Opérations de levage ......................................................................................................... 62
32.0 Equipement mobile ........................................................................................................... 64
33.0 Isolement énergétique ....................................................................................................... 65
34.0 Espace confiné .................................................................................................................. 65
35.0 Travaux d'électricité .......................................................................................................... 68
36.0 Excavations ........................................................................................................................ 73
37.0 Matières dangereuses ......................................................................................................... 77
38.0 Conduite ............................................................................................................................. 79
39.0 Environnement .................................................................................................................. 81
40.0 Contrôle de stress thermique ............................................................................................. 91
41.0 Plan d'atténuation du Ramadan .......................................................................................... 93

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 2 of 122
42.0 Autres exigences HSE........................................................................................................ 94
43.0 Permis de travail ................................................................................................................ 94
44.0 Travaux à proximité de plans d'eau .................................................................................. 97
45.0 Protection des barres d'armature ...................................................................................... 104
46.0 Gestion de l'interface et coactivité ................................................................................... 105
47.0 Préventions des incendies ................................................................................................ 105
48.0 Manutention manuelle et outils........................................................................................ 106
49.0 Lutte et prévention contre les rongeurs,les reptiles et les ravageurs................................ 107
50.0 Protection respiratoire ..................................................................................................... 107
51.0 Situation de danger imminent ......................................................................................... 108
52.0 Plan d'intervention d'urgence ........................................................................................... 108
53.0 Plan de terrain du site....................................................................................................... 109
54.0 Liste de contacts d'urgence .............................................................................................. 109
55.0 Coordination d'urgence ................................................................................................... 109
56.0 Services médicaux ........................................................................................................... 109
57.0 Premières soins d'aide ................................................................................................. 110
58.0 Services médicaux ........................................................................................................ 110
59.0 Drogue,alcool et contrebande .......................................................................................... 116
60.0 Surveillance médicale et d'expositiion ............................................................................. 117
61.0 Enquêtes sur les incidents /accidents ............................................................................... 118
62.0 Classification JESA des incidents ................................................................................... 119
63.0 Notification des incidents/accidents ................................................................................ 119
64.0 Enquêtes sur les incidents /accidents ............................................................................... 119
65.0 Rapport et suivi d'incident/accident ................................................................................. 120
66.0 Politique d'adhésion HSE................................................................................................. 120
67.0 Niveau d'action 1 ............................................................................................................. 120
68.0 Niveau d'action 2 ............................................................................................................. 120
69.0 Niveau d'action 3 ............................................................................................................. 121
70.0 Annexes............................................................................................................................ 121
Annexe 1 — Formulaire de données HSE de l'entrepreneur/contractant ................................121
Annexe 2 — Rapport statique HSE mensuel de l'entrepreneur/contractant ............................124
Annexe 3 — Avis de non conformité HSE ..............................................................................124
Annexe4 — Lettre d'avertissement pour non-conformité HSE ..............................................125
Annexe 5 — Avis écrit de suspension temporaire d'emploi ....................................................126
Annexe 6 — Plan d'action sécuritaire ......................................................................................126
Annexe 7 — Rapport d'observation de sécurité .......................................................................126
Annexe 8 — Rapport d'enquête sur les incidents/accidents.....................................................126
Annexe 9 — Déclaration de témoin .........................................................................................126
Annexe10 — Registre de premiers soins .................................................................................126
Annexe 11 — Tables des matières- politiques et procédures HSE ..........................................126
71.0 SIGLES/ACRONYMES UTILISES AU SEIN L'ORGANISATION JESA .................. 127

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 3 of 122
1.0 Exigences du contractant/entrepreneur en matière de la santé, sécurité et environnement

L’entrepreneur doit respecter toutes les réglementations environnementales locales,


internationales, du client et de JESA, les plus rigoureuses prévalant. L’annexe (ci-après dénommée
annexe s) précise les exigences de JESA en matière de santé, de sécurité et d’environnement (HSE)
par rapport au(x) contractant(s), des exigences susceptibles de dépasser la plupart des
spécifications réglementaires ou ou les procédures HSE standard du contractant. Cette annexe S
est partie intégrante de l’accord.

L’entrepreneur est chargé d'examiner et de mettre en œuvre les exigences HSE énoncées dans la
présente annexe S, l'évaluation des dangers au niveau des projets et le plan d'action de la sécurité
(HASAP), de même que les procédures environnementales (hseps) de JESA.

L’entrepreneur a également la responsabilité de s’assurer que ses sous-contractants, fournisseurs,


employés et tout autres sous sa direction ou son contrôle, examinent, acceptent et appliquent ces
exigences HSE.

L’entrepreneur a également la responsabilité de s’assurer que leurs sous-contractants,


fournisseurs, employés et autres sont sous sa direction ou son contrôle, examinent, acceptent et
appliquent les exigences HSE.

Inserez la description du projet et présentez aussi le role de JESA au niveau du projet ainsi, par
exemple PMC ou EPCM, etc...

2.0 DEFINITIONS

Incident Un événement indésirable imprévu qui perturbe l'activité de travail.

Accident Un événement indésirable imprévu qui est à l’origine d’une blessure.

Un document de planification spécifique à la tâche, utilisé pour faire


Plan d‘action en sorte que chaque tâche reçoive l'évaluation HSE et soit planifiée.
sécurité Il est également utilisé, dans certains cas, pour l’analyse de la
Sécurité au Travail (JSA).

Un document utilisé pour engager tout le personnel dans le


Rapport processus d'identification des dangers potentiels en milieu de travail
d’Observations de et les actions dangereuses des travailleurs, ainsi que l'identification
sécurité (SOR) et la documentation des actes sûrs et des conditions de travail
sécurisé.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 4 of 122
Client Office chérifien des Phosphates (OCP)

JESA JACOBS Engineering S.A.

La partie, qui conclut l'accord avec le client incluant les «sous-


Contractant contractants, définis par un accord contractuel avec le client dans lequel
ces exigences environnementales de santé, de sécurité s’appliquent.

La partie (s) qui est (sont) attribuée une partie des travaux par le
Sous-contractants
contractant.

Une personne qualifiée est celle qui, par la possession d'un diplôme, d’un
certificat reconnu ou par son expérience professionnelle, ou qui, par des
Personne qualifiée connaissances approfondies, sa formation et son expérience, a démontré
avec succès sa capacité à résoudre les problèmes liés audit domaine, au
travail, ou au projet

Une personne qui est bien informée de la procédure HSEP appliquée par la
société ainsi que des réglementations et législations locales par rapport aux
activités pour lesquelles elle a été choisie. Ladite personne doit assumer ses
Personne
responsabilités comme décrit dans ces normes. Dans les pays où il n’existe
compétente
aucune exigence locale, «une personne compétente" qui a une expérience
précédente du terrain (exp échafaudages) et qui est apte à démontrer un
niveau de compréhension acceptable, doit être désignée.

Gestion de projet / Le contractant / client / JESA de plus haut rang dont le bureau / lieu de
du site travail se trouve sur le site du projet.

Un examen de la SPA au niveau de l’équipe et du superviseur pour


Sensibilisation à la discuter et résoudre les problématiques HSE et ce avant d’entamer le
sécurité des tâches travail se poursuit, quand il y a eu une pause dans le programme de travail,
(TSA) un changement dans les conditions de travail, un changement d'équipe,
etc...

Travaux L’ensemble des responsabilités du contractant sont énumérées dans les


documents de l’accord.

Batterie limite au sein desquelles l'entrepreneur doit mettre en œuvre leur


Site du projet
portée.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 5 of 122
3.0 APERCU HSE

3.0 BEYONDZERO®

Le programme HSE de Jacobs Engineering SA (JESA) est mû par une approche d'amélioration
continue. Cette approche est basée sur l'engagement de la direction pour réduire à zéro les incidents
et accidents par le biais d’un processus de développement durable. Afin que cette approche soit
une réussite, il est absolument nécessaire d’obtenir l'engagement des équipes grâce à la
participation active de chaque employé du client, contractant et sous-traitant.

JESA estime que la mise en œuvre du programme HSE du contractant relève de la gestion et la
responsabilité de ce dernier, bien que tous les employés, à tous les niveaux, ont la responsabilité
de participer activement au programme HSE. D'autres détails concernant ces responsabilités sont
indiqués dans HSEP 1,5, responsabilités de mise en œuvre du programme HSE.

Le dit Programme HSE du contractant ne doit pas être compromis lorsque celui-ci travaille en
joint-venture, en partenariat, avec d’autres contractants, d’autres opérateurs ou clients qui tolèrent
des procédures HSE moins rigoureuses. Indépendamment des strictes exigences contractuelles de
JESA en matière de sécurité, le contractant doit toujours être proactif dans son « leadership
sécurité » et prendre toutes les mesures appropriées mandatées par notre culture HSE.

L’élément fondamental du programme HSE de JESA est BEYONDZERO®, une approche


intégrale de la sécurité, où entreprise et employés agissent tout deux comme propriétaires et sont
considérés comme partenaires que l’on traite avec respect et dignité. En créant une culture
organisationnelle de bienveillance qui cible les facteurs culturels, personnels et comportementaux,
en plus des systèmes traditionnels ou une approche basée sur les processus en matière de
sécurité, une performance de classe mondiale au plan de la sécurité peut être réalisée au-delà de la
réalisation de zéro incidents ou accidents.

JESA et le département de gestion de la clientèle sont catégoriques sur le fait que 100% de tous
les employés, y compris celui du contractant sont habilités à arrêter un travail dangereux à tout
moment et ne sont pas tenus d'accomplir tout travail qu’il / qu’elle estime peu sécuritaire, et ce
sans crainte de représailles.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 6 of 122
Engagement de la
direction
Engagement de
l'équipe

Planifier

Amélior Formation Implémenter

Surveiller,
Mesurer
Analyser

Figure 1 : L’approche JESA HSE d’amélioration continue

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 7 of 122
4.0 RISQUES CRITIQUES

Une activité à risque critique est celle qui comporte une ou plusieurs des opérations suivantes :

• Travail en hauteur

• Opérations de levage

• Fonctionnement d’un équipement mobile

• Isolement d’énergie

• Travail en espace confiné

• Travaux d’électricité

• Excavations

• Matériaux dangereux

• Conduite

En plus de ces neuf activités à risques critiques de Jacobs Engineering SA, les projets peuvent
identifier d'autres activités nécessaires pouvant être considérées comme des activités à risque, en
fonction des évaluations des risques du chef de projet.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 8 of 122
Les «Règles de sécurité» ci-dessous sont recommandées au rang des règles de tolérance zéro :

Travaux en hauteur – En situation de risque de chute, s’assurer d’un


arrimage à 100% et sécuriser tous les objets susceptibles de tomber.

Opérations de levage – S’assurer de toujours lever les charges d’une


façon sûre et de ne jamais circuler sous une charge suspendue.

Équipement mobile – N’utilisez un équipement que si vous êtes


compétent et autorisé à le faire et n’utilisez cet équipement qu’au fins
d’utilisations prévues.

Isolement de l’énergie – Isolez toujours toutes les sources d’énergie et


vérifiez l’isolation avant d’utiliser votre équipement. Ceci n’est pas
limité au “Lock Out Tag Out” (LOTO).

Espaces confinés – Conformez-vous toujours aux spécifications du


permis et ayez toujours une autorisation avant de pénétrer dans un
espace confirmé.

Travaux d’électricité – Des travaux sur ou à proximité d’un


équipement ayant une source d’énergie électrique doivent être
exécutés par un personnel formé, qualifié et autorisé. Ceci inclus les
services de distribution et les services temporaires.

Excavations – Ayez toujours une autorisation avant de commencer des


activités d’excavation et ne pénétrez dans l’une d’elles qui si vous avez
la certitude qu’il n’y a aucun danger.

Matériaux dangereux – Portez systématiquement un équipement de


protection et conformez-vous aux instructions de sécurité lorsque vous
manutentionnez des matériaux dangereux...

Conduite – Portez systématiquement une ceinture de sécurité dans un


véhicule en déplacement et ne vous servez jamais d’un téléphone ou de
tout autre appareil mobile lorsque vous conduisez.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 9 of 122
5.0 GRAVITE DE L’INCIDENT

JESA utilise deux classifications pour évaluer la gravité d'un incident, réelle gravité (AS) et la
pire Gravité potentielle (WPS).

Voici des exemples d’incidents de gravité potentielle sévère (WPS> 3) ces exemples sont inclus
dans cette classification mais sans toutefois s’y limiter.

Chute en hauteur, indépendamment du résultat des blessures ou si la chute a été


convenablement arrêtée.

incident évité de justesse impliquant une interaction entre un équipement mobile lourd et un
véhicule léger, qui à nécessité une manœuvre brusque pour éviter la collision.

Incident impliquant le renversement de l'équipement mobile ou le renversement d'une grue.

incident de levage impliquant la descente incontrôlée d'une charge.

Le déversement incontrôlé d'énergie stockée en raison d’une procédure d’isolement inadaptée.

Un incident impliquant le sauvetage du personnel d'un espace confiné ou d’une atmosphère


dangereuse

Le contact accidentel avec des services enterrés ou cachés

Un effondrement de tranchées

Un incident impliquant des objets ayant chutés dans des zones potentiellement occupées.

Un incident impliquant un contact ou un contact potentiel avec un courant alternatif >50 volts.

L'exposition à des gaz toxiques ou de substances dangereuses supérieures aux limites


d'exposition.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 10 of 122
Tableau 1 : Tableau de niveaux de gravité

Niveau de
Production
gravité Blessure /
Environnement Réputation économique /
actuelle ou Maladie
matériaux
potentielle
Impact sérieux
Couverture
Décès ou hors-site,
internationale MAD
5 invalidité réparation
médiatique ; sanction >25 millions
permanente totale significative
réglementaire
exigée
Invalidité Impact sérieux Couverture
partielle, hors-site, internationale
MAD 2,5 – 25
4 changement de réparation médiatique ; sanction
millions
vie ; soins significative réglementaire
intensifs exigée
Sortie
significativement
Couverture
Traitement supérieure à la MAD
3 médiatique d’état
urgent ; chirurgie limite à déclarer 250K-2,5 millions
Avis d'interdiction
ou impact local
possible
Traitement Libération au-
Couverture locale
médical pour dessus de la limite MAD
2 médiatique ; citations
empêcher une à signaler ou 25K-250K
/ amendes
dégradation impact mineur
Libération limitée
Traitement Pas de couverture MAD
1 sur site avec
simple, immédiat médiatique <25K
aucun impact

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 11 of 122
6.0 CADRE DE RESPONSABILISATION HSE

Etablir un cadre de responsabilité HSE permet de mettre en place un processus à la fois pour le
renforcement constant des comportements HSE positifs et pour l'affectation cohérente et
équitable des responsabilités, par rapport à des comportements HSE négatifs, tels que ceux
découlant d’incidents et / ou de violation des règles.
Ce processus ne remplace pas les pratiques RH courantes du contractant qui régissent l’action
disciplinaire. Mais le processus est plutôt basé sur des investigations à mener, investigations qui
permettent en cas de comportements ou actions dangereuses, d’assigner de manière équitable les
responsabilités.

Pré-requis pour un processus de responsabilité HSE

Avant l'introduction du processus HSE du cadre de responsabilisation, chaque site doit s’assurer
que les pré-requis suivants sont en place :

• Un ensemble de règles clés clairement définies, tels que les «Règles de sauvetage", "tolérance
zéro", "règles d'or" ou similaires, qui définissent les comportements qui ne seront pas tolérés.
Dans certaines circonstances, il faudra peut-être en convenir avec le client et JESA par le biais
d’un accord documenté (par exemple via un «document d'interface HSE»).

• Une formation documentée sur les règles (ex. Programme d’orientation) cette formation devra
refléter les perspectives culturelles et locales relatives à la responsabilité.

• Un programme de sensibilisation au cadre de responsabilisation HSE qui inclut tous les


employés travaillant sur site, y compris les employés JESA, ceux du sous-traitant, du
contractant et du client si nécessaire. La formation doit inclure une feuille de présence à signer
par les participants pour confirmer leur présence.

• La formation des responsables hiérarchiques quant à l’utilisation de l’arbre de décision HSE


(Voir Figure 2) pour assigner la responsabilité, suite à un incident ou faisant suite à des
observations de violations des règles et de comportement dangereux. Cette évaluation est
fondée sur les résultats d'une enquête appropriée (voir JACOBS HSEP 5.1).

• Un processus disciplinaire reposant sur des normes locales RH standard et approuvé par les
parties concernées (ex : syndicats, clients), le cas échéant. Ce processus peut être adapté pour
un site ou un projet spécifique et inclure d'autres options, telle qu’une suspension temporaire.

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 12 of 122
Figure 1: Diagramme du cadre de responsabilisation HSE

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 13 of 122
Figure 2: Arbre de décision de responsabilisation HSE

Annexe S exigences HSE des CONTRACTANTs rev 9, 01 Février 2016 Page 14 of 122
7.0 PROCESSUS PRINCIPAL HSE (HSE CORE PROCESS)

8.0 CONCEPTION HSE

L'entrepreneur est tenu responsable de fournir à JESA le matériel HSE suivant, au cours des
différentes phases du projet et ce pour examen et approbation. L'équipe JESA HSE est à la disposition
du contractant pour assistance, en cas de besoin :

Enlevez les sections qui ne sont pas applicables au projet en cours.

Phase I : Conceptualisation (Phase II de JSTEPS) :

Fichier Design HSE : Le fichier HSE de conception est un dossier d'information, sur toutes les
activités et études (concernant la réalisation, la construction, les détails techniques, la mise en place,
etc.), destiné à l’utilisateur ou le client final. Il a pour but d’obtenir une conception sécuritaire. Ce
fichier HSE de conception contient tous les documents de conception HSE et les activités liées à la
phase de conception du projet.

Analyse des risques : L'objectif de l'analyse préliminaire des risques est d'identifier très tôt les risques
potentiels et les menaces rencontrées dans un projet. Ce risque peut provenir de produits dangereux
utilisés dans le processus ou du processus lui-même. En ce qui concerne la hiérarchie de contrôle,
les objectifs de l'analyse des risques sont :

Supprimer les dangers en modifiant les produits dangereux et / ou le type de processus.

Maitriser les risques par l'application de mesures d'atténuation.

Phase II : Conceptualisation (Phase III dans JSTEPS) :

1) Identification des dangers

HAZID est une technique pour l'identification précoce des risques et des menaces potentielles.
La technique de HAZID est une réunion qui réuni une équipe multidisciplinaire expérimentée,
utilisant une technique de brainstorming structurée, basée sur une liste de questions sur de
potentielles problèmes HSE, pour évaluer l'applicabilité des dangers potentiels.

2) Aperçu PDF et PID :

Après le développement du PDF et PID par les Process Disciplines, un examen de ces documents
d'un point de vue HSE est effectué. L'objectif est de vérifier la manière dont les dangers sont
gérés par la conception et de formuler des recommandations pour que le Process rectifie la
situation.

Les enseignements tirés des unités opérationnelles similaires à travers le monde sont pris en
considération pour fournir les recommandations aux Process Disciplines

3) Analyse des dangers et de l’opérabilité (HAZOP) :


Une technique structure et systématique d’un examen du système et de la gestion des dangers.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 6, 01 September 2014 Page 15 of 127
En particulier, le HAZOP est souvent utilisé comme une technique pouvant identifier, dans un
système, les dangers potentiels identifier les problèmes de fonctionnement.

Le HAZOP est basé sur une théorie qui suppose que les événements liés aux risques sont causés
par des écarts de conception ou des intentions d’exploitation. . L'identification de ces écarts est
facilitée par l'utilisation d’un « guide », agissant comme une liste systématique des perspectives
de déviation.

Cette approche est une caractéristique unique de la méthodologie HAZOP qui contribue à
stimuler l'imagination des membres de l'équipe, lors de l'exploration des écarts potentiels.

4) Politique de la lutte anti-incendie

L'objectif de la politique de lutte contre l’incendie est de garantir la sécurité du personnel.


Mais également, protéger l'environnement, les ressources naturelles, prévenir la perte
financière, dues aux accidents, incendies ou aux explosions.

La stratégie de réalisation de la protection incendie est :

• L’examen de l’approvisionnement et de la distribution d'eau existante

• Révision des codes d'incendie locaux et des normes existantes et de leur applicabilité à ce
projet

• Déterminer la demande préliminaire en eau pour le site en cas d’incendie

• Déterminer les critères préliminaires de protection incendie sur le site

• Fournir le plan incendie des zones à risque

• Déterminer le plan préliminaire de distribution autour du site

• Évaluation de l'espacement de stockage

• Fournir l’ingénierie d’analyse de la protection incendie (FPEA)

• Schéma d’alarme incendie

• Fournir le MTO

5) Lavage oculaire et douche de sécurité :

L'objectif de cette expertise est d'étudier la position du lavage des yeux et de douche de sécurité
en ce qui concerne les positions d’un opérateur susceptible d’être blessé lors de la manipulation
d'un produit. Ces positions pourraient être les suivantes, mais sans s’y limiter :

• Les filtres

• Une injection de produits chimiques

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 16 of 127
• Une station de déchargement

• La manutention du tambour

• Les pompes

• Un échantillonnage

6) Plan d’action danger (HAZAP)

Le HAZAP est une évaluation des risques associés à la construction d'une installation. Il devra
être mené et documenté de sorte que ces risques soient identifiés et susceptibles d’être minimisés,
dans une perspective d'ingénierie et de conception, avant de commencer la construction.

7) Revision du plan du terrain – Distances de securite :

L'objectif de l'examen des distances de sécurité, dans le plan d'un projet de terrain, est de prévenir
l'amplification d'un danger identifié (incendie brutal, explosion, incendie instantané, incendie
d’un ensemble.). La distance de sécurité est la première ligne de défense, l'objectif étant de créer
une zone de sécurité au-delà de distance d’impact prévu dans le scénario dangereux.

8) Classifications des secteurs :

La classification des zones dangereuses indique :

• Où une atmosphère explosive peut se produire et se disperser dans des conditions de


fonctionnement normales.

• La probabilité

• Quels matériaux inflammables sont susceptibles de provoquer une atmosphère explosive ?

Le groupe HSE de conception examine la classification faite par les disciplines de


l'instrumentation et l’électrique dans la fiche de données des équipements.

9) Examen de la constructabilite :

La constructibilité est un processus continu qui commence à la phase de conception et continue


pendant la construction.
C’est un constant aller-retour, entre la conception et la construction pour réaliser la mise en
œuvre sur site.
L’examen de la maintenabilité comprend également l'aspect de «l’accessibilité» et concerne
principalement les projets en cours.

10) Analyse de la faisabilité du montage sur site (FSA)

L'objectif de l’analyse du site est l'examen de l'emplacement (ou les emplacements proposés)
des installations à risques sur site qui peuvent être une réelle menace pour les occupants. Le
premier principe devrait toutefois être d'éviter l'exposition inutile des occupants des installations
à un danger présent.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 17 of 127
11) Étude des dangers

L'objectif de l'étude des dangers est d'avoir une vision globale des dangers présents sur place et
des risques associés.

Les objectifs finaux de l’étude sont :

• Réduire les dangers potentiels du site,


• Limiter la probabilité d'occurrence des accidents, grâce à une gestion optimale des risques.
• Limiter la gravité des accidents futurs, grâce à une gestion optimale des risques.

Phase III : Conception détaillée (phase IV de JSTEPS) :

Protection ITB contre l'incendie, harmonisation et suivi :


Au cours de cette phase, les spécifications techniques de la lutte contre les incendies seront préparées
et l'ITB sera lancé.

HAZOP, Partie 2 :
L'objectif de la deuxième partie de la HAZOP est d'évaluer les changements qui se posent lors de la
conception détaillée et de développer une action pour gérer ces derniers.

Révision d'un modèle 3D :


L'objectif de l'examen du modèle 3D est d'identifier et éliminer les situations potentiellement
dangereuses.

Les points suivants sont vérifiés au cours de la révision :

• Les routes sont-elles bien définies par rapport à l’accès logique au site (s), les dimensions,
tiennent-elles compte des itinéraires principaux (sans restriction) et les routes d'accès restreint
?
• Le montage est-il possible durant la construction ? Fours, colonnes, grands réservoirs,
réacteurs, structures de l'échangeur thermique d’air refroidi ?
• Les distances de séparation appropriées ont-elles été prises en compte entre les unités, les
zones et bâtiments de stockage ainsi que les clôtures publiques ?
• Une zone de maintenance est-elle disponible, par exemple, pour tirer des faisceaux
d’échangeurs thermiques ?
• Considérez tous les équipements par rapport à ces aspects ergonomiques. Cela inclut
l'accessibilité, l'opérabilité, la maintenance ainsi que la sécurité.
• Vérifiez l'accessibilité de l'unité pour de opérations de lutte contre l'incendie.

Phase IV : Conceptualisation (Phase V de JSTEPS) :


Suivi du plan d’action HAZOP :
Pendant la phase de construction, le plan d'action tiré des sessions HAZOP va être évalué pour
s’assurer que toutes les actions sont mises en œuvre sur le site.
Suivi de la mise en place de la protection anti-incendie
La stratégie de mise en œuvre des technologies et du système de protection incendie conçus pendant
la phase d'ingénierie de base va être détaillée et exécutée pendant la phase de construction.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 18 of 127
Phase V : Mise en service (Phase V de JSTEPS) :
Test du système de protection incendie
Pendant la phase de démarrage, le système de protection contre les incendies mis en œuvre sur le site
va être testé pour vérifier que les critères de performance énoncés dans la conception sont atteints.

9.0 ORGANISATION HSE/ EQUIPE HSE

Le contractant nomme sur site un représentant HSE, qui assiste régulièrement aux réunions du client
et de JESA et qui sera responsable de la mise en œuvre des règles énumérées ci-dessous, ainsi que
d'autres règles HSE définies par JESA, règles nécessaires pour la parfaite exécution du projet. JESA
doit approuver la candidature soumise par le contractant pour valider les représentants HSE sur site
avant leur mobilisation sur le chantier.

Le contractant présentera dans son offre son programme HSE pour examen par JESA et le client aux
fins d’évaluation durant les présélections du processus d’appel d’offre, y compris l'organisation HSE
prévue par le contractant et le CV des membres clés.

Postérieurement à l’obtention du contrat, le contractant doit présenter un organigramme final de


l’équipe HSE pour approbation par JESA avant la mobilisation sur site. L'organisation HSE doit être
fonctionnellement indépendante de l'organisation de production, le personnel de ladite organisation
HSE doit être exclusivement dédié à celle-ci.

Le contractant, lorsqu’il emploie jusqu'à 35 ouvriers, y compris ceux du niveau inférieur du sous-
traitant, devra fournir des professionnels HSE à plein temps sur le site. Pour 50 autres employés
supplémentaires, le contractant devra fournir, à chaque fois, le personnel HSE supplémentaire. JESA
devra déterminer les qualifications requises pour le personnel HSE du contractant, sur la base des
spécifications du projet.

Le contractant qui travaille sur un projet linéaire (par exemple, un pipeline ou une ligne de haute
tension), doit fournir un professionnel HSE à plein temps et sur chaque front de travail, la condition
HSE précédente s’appliquant uniquement à un emplacement fixe sur le projet. Lorsque le nombre
d’ouvrier atteint 35 sur un front de travail, Pour 50 autres ouvriers supplémentaires, le contractant
devra fournir, à chaque fois, le personnel HSE supplémentaire pour ce même front de travail.

Le contractant devra communiquer à JESA pour approbation, les noms et qualifications des
personnes compétentes et qualifiées, susceptibles d’être sollicitées, compte tenu de leurs expériences
professionnelles, dans le cadre des procédures de sécurité de JESA, du client et de la réglementation
locales ou internationale.
Les exemples suivants font appel à ces personnes compétentes et / ou qualifiées :

• Acier et montage d’échafaudages


• Excavation
• Entrée en espace confiné
• Opérations de grue et d’arrimage
• Inspections annuelles de grues
• Protection contre les chutes, systèmes de cordes de sécurité horizontales, etc.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 19 of 127
10.0 EXIGENCES DE FORMATION HSE

Ci-dessous les recommandations HSE en matière de formation ainsi que les lignes directives
destinées aux employés impliqués dans des opérations entrant dans le programme HSE du
contractant. La formation HSE décrite ci-dessous s’applique aussi, le cas échéant et comme indiqué
dans le HASAP du projet, aux sous-traitants.

Responsabilités

Les responsabilités générales de la mise en œuvre du programme HSE sont indiquées au paragraphe
HSEP 1.5. La gestion additionnelle, le personnel, et les responsabilités du sous-traitant traitant des
responsabilités spécifiques de ce point, sont reprises dans cette procédure. .

Procédure de formation

Les managers et les superviseurs doivent s’assurer qu’une formation appropriée au niveau des
dangers physiques, chimiques et autres, des mesures de contrôle nécessaires, des procédures de la
société qui traitent de tels dangers soient données à :

Tous les nouveaux employés ;

Tous les employés qui sont assignés de nouvelles responsabilités pour lesquelles une
formation adéquate n’a pas été délivrée.

Lorsque de nouvelles substances, processus, procédures ou équipement sont introduits sur le


site et représentent un nouveau danger ;

Lorsque le manager ou le superviseur sont informés de l’existence d’un nouveau danger non
appréhendé précédemment, et

Pour les superviseurs de se familiariser avec les dangers HSE auxquels les employés se
trouvant sous leur autorité directe sont susceptibles d’être exposés ;

Pour les superviseurs de planifier et d’exécuter les travaux en toute sécurité et ce en se


conformant au processus SPA...

Orientation de l’Affectation Initiale (Induction)

Tous les employés du contractant et ceux des sous-traitants devraient recevoir une formation HSE
(induction) avant d’être désigner pour un poste. Une telle orientation (induction) devrait concerner,
au minimum le programme HSE du contractant, les attentes en termes de HSE, de même que
l’ensemble des règles et procédures pour tout projet ou site HSE spécifique. Cette formation ou
induction devrait être mise à jour en conséquence par rapport à la phase du projet.
Les visiteurs du site devraient aussi recevoir cette formation HSE (induction) avant d’entrer dans le
site ou dans les installations.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 20 of 127
Tous les employés du contractant devraient recevoir aussi une formation concernant leurs postes,
spécifique aux procédés SPA, TSA et SOR utilisés sur le site.
Le contractant devra présenter à JESA une copie du support de formation pour approbation.

Sélection des thèmes de formation spécifiques aux postes de travail

Outre l’induction HSE ou la formation relative à l’orientation, les ouvriers devront recevoir une
formation HSE spécifique aux postes de travail qu’ils devront tenir.

Il est souhaitable que le contractant développe une matrice de formation HSE pour chacune des
fonctions attachées au poste ( se référer à HSEP 3.1f1) qui définit avec précision la formation HSE
exigée appropriée aux employés en fonction de leurs postes sur le site, le bureau, le site du poste de
travail ou le groupe de travail.

Les ouvriers recevront une formation HSE spécifique au site ou au poste, non mentionnée dans la
matrice, formation susceptible de s’avérer indispensable en fonction des caractéristiques et de la
nature des risques physiques et chimiques ainsi que des exigences réglementaires.

Les ouvriers impliqués dans l'exploitation de déchets dangereux, tel que défini par les
réglementations internationales et locales équivalentes applicables 29 CFR 1910.120 ou, devront
répondre, avant toute activité de travail sur le terrain ou de l'exposition, aux exigences de formation
de la norme. La certification de la formation individuelle des ouvriers doit être communiquée à JESA
avant d'entamer le travail.

Le contractant certifiera que tous les opérateurs des équipements mobiles, tels les chariots-élévateurs,
les grues, les ascenseurs aériens, les bus etc...Ont été formés et/ou certifiés par rapport à la conduite
propre de l’équipement donné. Les opérateurs de grues mobiles doivent être qualifiés sur chaque
type d’appareil (modèle, type et classification) qu’ils doivent conduire par le biais d’une procédure
de tests et de qualifications reconnus par JESA. Le contractant devra proposer des superviseurs de
levage qualifiés qui superviseront directement les équipes associées au grutage et au gréement Les
copies de leurs certificats de formation seront conservés sur site par le contractant et remis à JESA
sur demande.

Tous les porte-drapeaux recevront une formation spécifique du contractant qui porte sur le
positionnement, les signaux manuels, le déplacement des équipements, etc. Tous les porte-drapeaux
spécifiquement formés doivent être aisément identifiables sur le site par une veste particulière, un
sticker collé à leurs casques ou autre élément distinctif qu’ils devront porter.

La documentation de toutes les formations HSE devra être conservée sur le site du projet, par le
contractant et remis à JESA sur leur demande. La documentation peut prendre la forme d’un
passeport de formation ou équivalent.

Il est souhaitable que le contractant soit encouragé à réviser et mettre à jour, une fois par an, la
matrice de formation élaborée localement.

Le client ou JESA pourraient proposer des programmes de formation spécifiques au personnel du


contractant, tout au long du cycle de vie du projet. Le contractant doit absolument permettre à son
personnel de participer à ces programmes de formation, lorsque le client ou JESA en font la
demande.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 21 of 127
Le contractant sera refacturé de toute formation générale ou spécifique pour un poste donné, menée
par le client ou JESA, en son nom, s’il est constaté que le programme de formation HSE du
contractant ne répond pas aux attentes et aux directives stipulées dans le présent document.

Cet article devrait être ajoute aux t&cs commerciaux en y ajoutant un taux horaire pour les
formateurs.

Les Instructeurs de la formation

La formation HSE devrait être assurée par des instructeurs compétents, qualifiés, et approuvés par
JESA, qui sont capables de présenter l’objet.

11.0 Specifications HSE requises en termes de Communication

Le contractant devra mettre au point une méthode rapide et efficiente pour communiquer à tous les
employés des sites les informations HSE, tels des alertes, avis, bulletins, mises à jour régulières, etc.

Le client ou JESA peuvent demander au contractant d’utiliser ses propres matrices pour transmettre
les alertes HSE ou les flashs d’info. Si tel est le cas, JESA enverra au contractant un modèle de matrice.

Le plan de communication du contractant devrait être détaillé dans le plan HSE du contractant.

Il est demandé au contractant d’informer immédiatement JESA de tout incident ou accident lorsqu’ils
se produisent.

Se référer aux sections ci-dessous de ce document concernant le processus de notification.

12.0 Planning & Procedures d’Observation

Le processus SPA, TSA et SOR exige que chacun des travailleurs reçoive une formation particulière
selon son poste, dispensée par son Superviseur hiérarchique. Les employés du contractant devront être
aussi formés par le contractant et le client sur leurs responsabilités individuelles contenu dans ces outils
après leur mobilisation. Les spécifications ci-dessous devront être mises en œuvre par le contractant,
dans le cadre de son programme HSE.

13.0 Plan d’Action Sécurité

Le Plan d’Action Sécurisé (SPA) a été mis au point par l’équipe désignée pour l’exécution d’un travail
sous la conduite de leur superviseur (Voir Annexe 6). Le superviseur de l’équipe identifie la zone de
travail et les travaux à réaliser puis guide l’équipe pour le développement d’un Plan d’Action Sécurisé.
Le superviseur de l’équipe est responsable de ce qui suit :

• Développement d’une stratégie pour la réalisation des travaux en toute sécurité

• S’assurer que tous les risques potentiels dynamiques et génériques ont été bien pris en compte

• Mise en place de la stratégie sécuritaire du travail convenue avec l’équipe

• Remplir le formulaire SPA

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 22 of 127
• Signature du formulaire SPA et s’assurer aussi que l’équipe a bien signée et compris le contenu
du formulaire SPA.

L’élaboration de la SPA exige que le superviseur sollicite la participation de l’équipe à l’identification


des dangers et des mesures de contrôle des dangers comme les EPI, les exigences en formation, les
permis de travail et les procédures, etc.
Les membres de l’équipe doivent signer le document SPA pour indiquer leur participation, leur
compréhension du plan et leur accord à le suivre.
Le SPA peut être développé dans toute les langues afin de garantir que l’équipe a une parfaite
compréhension de la zone de travail et des tâches à réaliser. Une fois rempli, le SPA devrait être publié
dans un emplacement sûr, visible et accessible dans le lieu de travail pour être consulté par l’équipe
durant les opérations.
Tout membre de l’équipe est autorisé et encouragé à modifier le SPA tant qu’il y’a des changements
de situations. Certains exemples des situations susceptibles de se produire durant les travaux et qui
exigeraient une ré-approbation de la SPA peuvent inclure, mais sans y être limité, ce qui suit :

• Des vents violents

• Changements des conditions météorologiques, telles la pluie ou la neige

• La fumée

• La poussière

• Le bruit

• La hauteur des vagues ou le sens de la marée si on travaille sur l’eau

• Une contamination environnementale, telle que le déversement

• Un nouveau chantier qui est ouvert à proximité

• Un membre clé de l’équipe devient malade ou doit quitter le site pour des motifs personnels,
etc.

14.0 Sensibilisation à la sécurité des travaux

La réunion de sensibilisation à la sécurité des travaux (TSA) ou Toolbox Talk, est une réunion HSE
quotidienne associée à la / aux tâche(s) qui sont programmées par l’équipe durant le poste du travail.
Le superviseur de l’équipe est responsable de la tenue de cette TSA quotidienne.
Ces réunions vont, en général, de 2 à 10 minutes et traitent les mesures HSE particulières par rapport
aux tâches spécifiées.
Les réunions TSA devront être menées au moins une fois par jour et à chaque fois que la tâche présente
un changement de risques par rapport aux tâches précédentes. (Équipe du jour ou équipe de nuit).

15.0 RAPPORTS D’OBSERSATION SECURITE

Le Rapport d’Observation Sécurité (SOR), Annexe 7, est un processus proactif élaboré pour identifier
et documenter les actes relatifs aux aspects HSE et les conditions de l’environnement de travail. Tous

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 23 of 127
les superviseurs du contractant doivent participer au processus SOR en générant des SOR écrits afin
de les adresser quotidiennement ou au moins sur une base hebdomadaire aux équipes de la
Construction/ Gestion du Projet des contractants/JESA.
Le SOR autorise tout travailleur sur SITE à enregistrer les pratiques HSE positives ou non conformes
et à identifier la cause de toute déficience afin de mettre en place des actions corrective.

16.0 ECHANTILLONNAGE SPA & SOR

Dans le cadre de son engagement pour une amélioration continue, la direction du contractant doit
exécuter des audits réguliers ou des exercices d’échantillonnage du processus SPA et SOR afin
d’assurer une conformité avec :

• La vérification de la qualité des SPA et des SOR développés par le personnel du contractant
sur le site du projet.

• Identification des tendances et des zones potentielles d’amélioration des performances sécurité
sur le site du projet (Indicateurs clés)

• Identification des pistes d’amélioration du programme de formation HSE du contractant et


s’assurer que le personnel est bien déployé au bon moment, sur le bon site et avec les bonnes
ressources.

17.0 DOCUMENTATION ET EXIGENCES EN TERMES DE REPORTING

Avant de se mobiliser sur le projet, le contractant et ses sous-contractants de base doivent envoyer à
l’équipe de Construction/Gestion du Projet de JESA une copie de leur programme HSE spécifique au
projet pour révision et approbation, au moins 60 jours avant la mobilisation sur site.

Le contractant devra remettre les informations stipulées dans l’Annexe 1, le formulaire des données
HSE du contractant, avant l’attribution du contrat, sauf à en être spécifiquement exempté par JESA.

Un plan HSE spécifique au projet ou, dans le cas d’opérations de traitement de déchets dangereux, un
HSP devra être généré par le contractant et chacun de ses sous-traitants mobilisés pour ce projet. Ce
plan doit inclure un plan d’intervention d’urgence spécifique au projet, en accord avec les exigences
JESA et celles locales et internationales.

Lorsque le projet est défini comme une opération de traitement de déchets dangereux ou opération
d’intervention d’urgence, telle que définie au paragraphe 29CFR 1926.65 ou 29CFR 1910.120, Le
contractant a alors le choix d’adopter le Plan Sante-Sécurité (HSP) du SITE ou de mettre au point un
plan similaire qui doit être à minima, tout aussi complet et conforme. Le personnel du site du
contractant devra lire et approuver par sa signature son acceptation à la mise en œuvre du HSP
applicable.

Il est demandé aux employées du contractant de participer à la réalisation des Plans d’action sécurité
liés aux tâches spécifiques quotidiennes (Annexe 6) ainsi qu’aux Rapports d’observation de sécurité
réguliers (Annexe 7).

Le contractant conduira des réunions HSE hebdomadaires et des copies signées des comptes rendus
des réunions seront tenues à la disposition de JESA sur demande.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 24 of 127
Le contractant fournira d’ne façon hebdomadaire des rapports de statistiques qui incluront, à minima,
le nombre d’ouvriers sur site, les heures-hommes travaillées, les indicateurs clés, les statistiques
d’accidents de la semaine et le total projet ainsi que nombre d’observations WPS. Ces rapports doivent
être envoyés à JESA au plus tard le vendredi pour la semaine qui précède.

Le contractant doit compléter le Rapport Statistique d’Accident (Annexe 2) pour chaque mois travaillé
sur le PROJET. Ces rapports devront être adressés à JESA et ce, avant le premier jour ouvrable du
mois pour le mois précédent.

18.0 LES ENQUETES HSE

L’équipe Construction/ Gestion du projet et le Département HSE de JESA mèneront périodiquement


des enquêtes HSE ou des Rapports d’évaluation de sécurité (SER). L’outil SER de JESA est prévu
pour :
• Aider à la mise en œuvre effective des éléments HSE clés du contractant sur le site du projet

• Observer certains risques spécifiques décelés durant les audits précédents.

• Soulever directement au management du site les sujets HSE préoccupants.

• Fournir une base d’amélioration continue

• Identifier les meilleures pratiques susceptibles d’être bénéfiques pour les autres projets.

Le processus SER évalue 5 éléments-clés dans le programme HSE du contractant :


A : Leadership & Engagement
B : Implication des employés
C : Mise en œuvre du programme
D : Procédure et Processus de contrôle des travaux
E : Dangers au bureau et mesures de contrôle

Toute anomalie HSE décelée devra être communiquée au représentant du contractant approprié pour
une correction immédiate. Le contractant est responsable de s’assurer que toutes les actions découlant
d’une enquête HSE sont bien suivies et clôturées d’une manière ponctuelle.

De telles enquêtes HSE n’annulent pas la responsabilité du contractant par rapport à l’auto-inspection
de leur travail, équipements et de mener les opérations en toute sécurité et respect de l’environnement.

19.0 RECONNAISSANCE AU RENDEMENT

Le contractant est encouragé à reconnaître les efforts des gens des bureaux, des équipes du projet, des
employés et autres personnes qui démontrent un bon comportement ou performance HSE. Des
exemples d’une performance exemplaire et d’une reconnaissance au rendement des travaux
comprennent :

Des programmes de récompense individuelle des équipes,

Des observations particulières aux étapes-clés du projet,


Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 25 of 127
Des prix externes par des associations professionnelles,

Une reconnaissance dans des publications internes, et

Des programmes de reconnaissance des agences de réglementation HSE.

Cette reconnaissance motive les individus vers une amélioration permanente et valorise un personnel
par rapport au travail bien accompli.

Chaque site devra s’assurer qu’un processus adéquat est en place pour renforcer les comportements
HSE positifs.
Il est important de reconnaitre les équipes qui travaillent en sécurité. Il est juste que les employés et
les autres travailleurs sur sites voient leurs comportements HSE positifs reconnus.

Lorsque tout se passe bien, les managers sont censés apporter un renforcement positif, une
appréciation, une reconnaissance et récompense, selon le cas.

Lorsqu’une personne est récompensée, les responsables opérationnels devraient s’assurer que cette
récompense est authentiquement appréciée par le recepteur et que cette récompense est appliquée avec
égalité et justesse.

20.0 GESTION DU SOUS-TRAITANT ET PRE-QUALIFICATION

Le contractant ne peut pas confier des travaux aux sous-traitants sans avoir obtenu, au préalable,
l’accord du (client et / ou de JESA)

Le contractant a l’obligation de s’assurer que ses sous-traitants et vendeurs et autres représentants sous
sa direction, contrôlent, révisent, acceptent et mettent en œuvre les spécifications hse répertoriées dans
ce document. Ceci inclut, mais sans y être limité, ce qui suit :
• Le contractant mettra en œuvre des critères de pré-qualifications exhaustifs pour l’ensemble
des sous-traitants potentiels susceptibles de travailler sur le site du projet.

• Avant d’autoriser tout sous-traitant à commencer les travaux sur le site du projet, le contractant
soumettra le rapport de pré-qualification hse à jesa pour révision et approbation.

• La présence du sous-traitant sur le site du projet n’annule pas la responsabilité du contractant


en ce qui concerne sa gestion globale des performances hse sur le site du projet, y compris la
performance hse du sous-traitant.

Le contractant demeurera responsable personnellement de ses sous-traitants. Ni le client ni JESA


n’auront un lien contractuel ou une responsabilité par rapport aux sous-traitants.

21.0 CERTIFICATION, INSPECTIONS ET PERMIS DES ORGANISMES DE


REGLEMENTATION

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 26 of 127
Le contractant doit informer immédiatement le département de Construction/ Management du projet
du JESA des organismes de réglementation HSE locales ou internationales chargées des inspections
ou de toutes actions impliquant un travail du contractant.

Certaines opérations peuvent exiger un permis de travail JESA. De telles activités peuvent inclure,
mais sans y être limitées, les levages critiques, les travaux par points chaud, les espaces confinés, les
excavations, le désamiantage, l’abbatement du plomb, etc.

Certaines autorités locales et nationales exigent des permis pour certaines activités spécifiques, telles
que les excavations, les levages de charges lourdes, l’abattement de l’amiante/du plomb, des permis
d’air, des permis d’eau, la génération de déchets dangereux, etc. Le contractant doit obtenir et se
conformer a ces permis, sauf si la Direction du Site / Projet délègue par écrit cette responsabilité à
autrui.

JESA donnera au contractant une liste des clients préférés et approuvés par une organisation
d’inspection tierce partie dans les pays où le contrat est signé.

Une personne compétente et certifiée par une tierce partie devra conduire une inspection annuelle de
l’ensemble des grues et équipements de levage, tels que les plates-formes élévatrices mobiles
(MEWPs). Les grues assemblées sur SITE devront être assujetties au minimum à une inspection par
an, avant la mise en service. Cette fréquence pourrait évoluer en fonction du nombre de levages
accomplis par la grue. Le contractant consultera les constructeurs pour l’élaboration d’un programme
d’inspection et de maintenance.

Lorsque la grue est utilisée d’une manière intensive, l’inspection de la grue par des tiers devrait avoir
lieu tous les 6 mois. Toutes les grues doivent recevoir quotidiennement une inspection visuelle avant
le démarrage, selon une procédure mise en place, et affichée dans la cabine du grutier. JESA fournira
au contractant une liste de contrôle quotidienne des éléments de levage, s’ils ne sont pas en mesure de
fournir une.

Les accessoires de levage doivent être aussi contrôlés visuellement par les gréeurs au cours de la
journée, et doivent être semestriellement inspectés par une tièrce partie.

Le contractant devra remettre à JESA des certifications de la société relatives à l’inspection des
accessoires de la grue d’une tierce-partie, d’un équipement de levage électrifié et des accessoires de
levage.

La documentation relative à l’inspection de toutes les grues devra être remise à JESA et conservée sur
le site par le contractant.

Tout échafaudage doit être inspecté et marqué par une personne compétente avant la première
utilisation, et avant chaque quart de travail, et après tout événement qui pourrait affecter son intégrité
structurale. Les échafaudages suspendus doivent recevoir une inspection documentée quotidiennement
avant utilisation. Les échafaudages non marqués ne devraient pas être utilisés. Les marquages des
échafaudages devraient être affichés et l'échafaudage devrait également être inspecté par un inspecteur
d'échafaudage certifié à des intervalles qui ne dépassent pas les 7 jours.

Les équipements mobiles doivent être inspectés quotidiennement avant toute utilisation, cette
inspection devrait être documentée. Exemples : les chariots-élévateurs, les nivelleuses, les élévateurs
personnels / les nacelles, etc...
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 27 of 127
22.0 EXIGENCES HSE DE BASE

Les règles HSE ci-dessous dressent la liste des spécifications HSE fondamentales de JESA requises
au contractant. Lorsqu’il y’a des multiples règles qui peuvent être appliqué, il conviendra de suivre
celles de JESA, client, locale ou internationale, les plus en pointe qui prévaut dans le cadre de la tâche.

23.0 EPI

Le responsable de gestion du projet du contractant et le responsable HSE doivent évaluer et


documenter les risques associés aux travaux planifiés puis déterminer les spécifications des EPI pour
le projet :

• L’évaluation des risques doit, au minimum, considérer la tâche à accomplir, les outils et les
équipements à utiliser, les facteurs liés à l'environnement de travail et la proximité à d’autres
zones de travail.

• Lorsque c’est possible, des mesures devraient être prises pour éliminer ou minimiser la
dépendance aux EPI pour assurer la protection du personnel contre les dangers en milieu de
travail.

• Documenter l’évaluation des risques et les EPI exigés pour les tâches planifiées dans le Plan
d’Action Sécurisé d’Évaluation des Risques (HASAP).

• S’assurer que les EPI sont en nombre suffisant sur site pour éviter des ruptures de stock.

• S’assurer que tous les employés confirment une compréhension de la formation sur les EPU
avant d’être autorisés à utiliser l’équipement.

• S’assurer que tous les employés peuvent confirmer leur capacité à inspecter leurs EPI pour
garantir qu’il est en parfaite condition.

• S’assurer que tous les employés peuvent stocker leur EPI de telle sorte que leurs intégrités ne
soient pas impactées.

• La direction des contractants est responsable de s’assurer que les EPI de son personnel sont
conservés en bonne condition et que tout élément endommagé soit immédiatement remplacé.

Un kit des EPI basique exigé pour les sites de construction consiste en un casque, une paire de lunettes
de protection, des chaussures de sécurité, des gants, une protection auditive et un vêtement de travail
réfléchissant sauf si le HASAP du site en question le juge autrement.

La table ci-dessous définit les spécifications minimales exigibles pour la selection et l’utilisation des
Équipements de Protection individuelle de base (EPI) visant à garantir la sécurité du personnel
nécessaire pour opérer dans des environnements où l’utilisation des EPI est obligatoire.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 28 of 127
Tableau 2 : Norme minimale des EPI

Protection de la tête
Management Porter un casque approuvé lorsqu’on travaille dans des zones désignées EPI
de la obligatoire, ce ci comprend la soudure lors de l'utilisation des masques de
construction/ soudage.
Management • Les casques de protection devraient répondre aux normes EN 397,
du Projet et ANSI Z89.1 pour le type I ou le type II, la classe G (général) ou la
employés classe E (électrique) seulement.

• Les casques de conducteur (classe C) et Les casquettes antichocs ne


sont pas approuvés pour la protection de la tête pour un usage
général.

• Les électriciens et autres qui pourraient être exposés à des courants


de plus de 2000 volts devraient être limités seulement à des casques
de protection classe E.

Employés Se conformer à ces règles spécifiques concernant la protection de la tête :


• Les casques de construction doivent être portés avec des masques
de soudage.

• Les casques ne devraient pas être portés dans le sens inverse.

• Ne percez pas des trous dans la coque du casque.

• Ne modifiez pas la forme du casque.

• Ne pas enlever les sangles de suspension ou les coupés/modifiés.

• Ne pas peindre les casques

Protection oculaire et faciale

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 29 of 127
Management Au minimum, porter une protection de base pour les yeux (lunettes de
de la sécurité ou des lunettes de plongée) sur tous les projets de construction et de
construction/ maintenance et tout chantier /zone de travail où les risques oculaires
Management reconnus existent.
du Projet et Les lunettes de protection de base sont généralement considérées comme des
employés lunettes de sécurité (des lunettes de sécurité ou des lunettes de plongées).
Cependant, les lunettes de sécurité de base ne pourraient pas offrir la
protection nécessaire en fonction de la tâche et des conditions.
• Les lunettes de sécurité avec écrans latéraux rigides (EN 166, ANSI
Z87.1 ou équivalent) devraient être portées à tout moment dans
l'environnement de construction et dans la zone où les risques
oculaires existent. Cela inclut les masque de soudage et pour ceux
qui ont des lunettes de prescription. Lunettes de protection pourraient
être portées sur les lunettes de prescription.

• Lorsque les lunettes de prescription ne répondent pas aux exigences


de sécurité, un individu devrait porter des lunettes de protection
équivalentes sur ses verres de prescription (c-à-d, les lunettes et les
lunettes de plongées ANSI Z-87.1).

• La protection des yeux est obligatoire pour l'équipement mobile s’il


ne dispose pas d'une cabine fermée.

Selon les conditions spécifiques et / ou les risques de la tâche, les lunettes de


sécurité spécifiques telles que les lunettes scellées pourraient être nécessaires
pour assurer le niveau de protection approprié. Le projet HASAP et la SPA
miée à la tache devraient être utilisés pour définir les conditions dans
lesquelles les lunettes de protection spéciale et les lunettes scellées devraient
être portées
Employés Les employés à proximité d’autres effectuant des tâches de travail devraient porter la même
protection des yeux que celle portée par la personne qui effectue le travail (par exemple, un
écran facial, des lunettes (y compris les lunettes utilisées pour la coupe et le brûlage).
Les employés Les lentilles de contact peuvent être portées avec des lunettes de protection. Toutefois,
ayant besoin de certains clients ont une politique qui interdise l'utilisation des lentilles de contact sur leurs
lentilles de sites. La Direction du site est responsable de définir et d'appliquer une politique en matière
contact (avec d’utilisation de lentilles de contact sur site si nécessaire.
contrôl de la Les Lentille de contact souples et perméables au gaz sont actuellement autorisées à être
direction) portées avec une protection respiratoire. Cependant, les lentilles non-perméables au gaz
/rigides ne sont pas autorisées à être portées avec une protection respiratoire. Cela doit être
appliqué par la direction.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 30 of 127
Employés Porter un écran facial pour fournir une protection contre les particules volantes, les
exécutant des projections de liquide ou de brouillards dans l'air.
tâches qui • Les écrans faciaux devraient se conformer aux normes (ANSI Z-87.1, 1989 or
exigent une équivalent) devraient être portés en plus des lunettes de sécurité un écran facial ne
protection protège que le visage et les yeux des objets d'impact direct, et une protection
faciale
supplémentaire devrait être portée avec un écran facial en effectuant les autres
tâches qui impliquent des dangers sur le visage et/ou yeux...

• Les tâches qui pourraient nécessiter l'utilisation d'un écran facial comprennent :

Ecaillage Sciage de puissance


Grattage Broyage
Soufflage/explosion Usage des outils pneumatiques
Travail de goudron chaud Versement des irritants
Travail avec métaux liquides Travail avec routeur
• Referez-vous au guide de sélection de protection oculaire et faciale (pour plus de
détails reportez-vous à HSEP 13.1f1)

• Referez-vous à HSEP 13,2 Vêtements de Protection contre les produits chimiques,


lunettes et protrction faciale contre les produits chimiques.

Remarque : Un écran facial porté avec des lunettes de sécurité de base ne pourrait pas fournir
le niveau approprié de protection dans les situations où les particules emportées par le vent
sont présentes.
Employés Porter des lunettes de protection pour brûlure lorsqu'un flambeau oxy-combustible est utilisé
exécutant des pour couper ou brûler afin de garantir une protection contre les rayonnements lumineux qui
opérations de présentent des dangers pour les yeux.
découpe ou de • Le verre filtrant numéro 5 est considéré comme adéquat pour les activités de coupe
brûlage à la torche de routine.

• Reportez-vous aux lentilles avec filtres pour la protection contre les rayonnements
lumineux (voir HSEP 13.1f2)

Employés Porter un masque de soudage avec une lentille à filtrage numéro 10 ombré ou plus sombre
exécutant des pour fournir une protection contre les rayonnements lumineux qui peuvent endommager les
soudures à l’arc yeux.
Porter des lunettes de sécurité approuvée avec protection latéral et un casque lorsque vous
portez un masque de soudage afin d’assurer une protection contre les débris de soudure
lorsque le capot est soulevé ou lorsque vous travaillez les mains en haut.
• Un masque de soudage avec une fenêtre "Flip up" et une lentille claire secondaire
devraient être utilisée pour fournir une plus grande protection au soudeur.

• Referez-vous aux lentilles avec filtre contre les rayonnements lumineux (se référer
à HSEP 13.1f2)

Supervision, Procéder à une évaluation des risques pour les zones où le personnel pourrait être exposé à
HSE, Employés des risques liés aux lasers.
exécutant des • Le personnel devrait être formé et comprend les risques liés au laser. Cette
tâches avec ou à formation doit être documentée.
proximité de
lasers • Connaître la classe du laser utilisé

• S'assurer que les précautions de sécurité appropriées sont prises.

• S'assurer que les zones de travail où les lasers sont utilisés ayant des affichages
d'avertissement du laser.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 31 of 127
Protection des pieds et des jambes
Direction de la Porter des chaussures de sécurité lors de l'exécution des tâches dans les zones où il y a un
construction / du risque de blessures aux pieds.
projet et • Toutes les chaussures de sécurité, à l'exception des bottes en caoutchouc, devraient
employés être fabriquées de cuir et doivent être d’une hauteur de tige de 2 pouces au-dessus
de la cheville du porteur ou plus, et a un talon défini. Le talon doit être conçu par
le fabricant.

• Les chaussures de sécurité (EN ISO 20345, la norme ASTM F2413, ou équivalent)
devraient être portées par tous les travailleurs dans l'environnement de la
construction ou dans des zones où il y a un risque de blessures de pieds dus à une
chute, ou a des objets tranchants ou lorsque les pieds de l'employé sont exposés à
des risques électriques.

• Les chaussures chaussures de sport et autres chaussures à orteil dures qui sont
conformes aux normes gouvernementales ou nationales (ASTM F2412-05 et
F2413-05 des États-Unis), mais pas celles indiquées ci-dessus, pourraient être
admises sur certains projets si spécifiquement identifiées dans l'HASAP du projet,
y compris l'approbation écrite par JESA.

Direction de la Porter des chaussures à usage spécial (résistant à l'écrasement, résistant aux produits
construction / du chimiques, résistant à la perforation, et diélectriques) lors de l'exécution des tâches avec une
projet et exposition potentielle à de tels dangers.
employés • Ces chaussures à usage spécial seront fournies au travailleur par l'employeur.

Employés Porter une protection supplémentaire des jambes et des pieds comprend un protecteur
métatarsien, un protège-tibia, des jambières de cuir, lors de l'exécution des tâches avec un
risque potentiel de blessures de pieds ou des jambes (par exemple le travail impliquant des
marteaux-piqueurs, des pilons de sol, des tronçonneuses).
Protection des mains
Tous les Les gants appropriés pour la tâche, devraient être portés à 100% du temps sur site et les
employés autres endroits désignés du projet. Les types spécifiques de gants requis pour la tâche seront
listés dans la SPA. Cela comprend les visiteurs et tout en marchant sur site.
Vu qu'il est nécessaire de porter un casque et des chaussures de sécurité les gants doivent
être portés lorsque les mains sont exposées à l'absorption de substances nocives, aux
coupures, aux écorchures, aux piqûres, aux risques biologiques, aux brûlures chimiques, aux
brûlures thermiques, et à la température extrême.

Un indice de coupe minimum de 3 est nécessaire pour tous les gants portés sur le site (voir
la figure ci-dessous)

Employés Porter une protection de la main qui est appropriée pour la tâche.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 32 of 127
• La protection des mains est nécessaire pour toute tâche où il y a une possibilité de
contact avec les produits chimiques, les coupures / éclats ou écorchures, ou de
contact avec des températures extrêmes. Il est important que la tâche soit évaluée
et les gants appropriés utilisés pour le travail effectué.

Employés Porter des manches ou poignets avant-bras quand il y a un danger potentiel pour les poignets
et les bras.
Tenue de travail et vêtements
Tous les Porter des vêtements appropriés pour l'environnement de travail et la tâche à accomplir (voir
employés HSEP 13.1f3 pour les exigences et les lignes directrices spécifiques aux vêtements de
travail). Les vêtements/gilets réfléchissants de haute visibilité doivent être portés par tous
les travailleurs dans le milieu de construction. Le HASAP spécifique au projet devrait
définir clairement cette exigence de PPE.
• Les vêtements à manches longues jusqu’au poignet devraient être portés en tout
temps.

• Les débardeurs ne sont pas autorisés.

• Les vêtements amples ou effilochés, les cheveux longs, les cravates, les bagues, les
bijoux, etc. ne doivent pas être portés autour de machines en mouvement ou
d'autres zones où ils peuvent emmêlés.

• Les Gilets de haute visibilité ou les combinaisons sont obligatoires et doivent être
maintenus fermés lorsqu'ils sont portés.

• Les gilets /vêtements de sécurité réfléchissants de haute visibilité doivent se


conformer à la norme EN471 Classe 2, ANSI / ISEA 107, classe 2, ou equivalent.

• Les gilets réfléchissants de haute visibilité sont également nécessaires pour les
autres travaux qui placent le personnel, comme les signaleurs, les gréeurs, les
équipes d'enquête, etc., à proximité de l'équipement mobile

Protection auditive
Une protection auditive devra être portée lorsque l’exposition au bruit dépasse les 85 DBA,
suivant la norme CFR de conservation auditive.
• Embouts auditifs en silicone, conformes à la norme 89/686 EEC.
Tous les
employés • Cache-oreilles en conformité avec 89/686 EEC.

• Cache-oreilles en conformité avec 89/686 EEC.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 33 of 127
Figure 4 : Niveau de protection des gants contre les risques mécaniques

24.0 CATEGORIES DES RISQUES CRITIQUES

25.0 TRAVAUX EN HAUTEUR – GENERALITES

Le contractant doit se conformer à 100% avec la politique JESA de protection contre les chutes.

Cette polique stipule que, dès qu’un ouvrier travaille à une hauteur non protégée d’au moins 1,80m,
une protection contre la chute ou un équipement d’arrêt devra obligatoirement être utilisé.
On considère qu’une personne est en train de travailler si elle est à un point fixe, se déplace d’un point
à un autre ou exposée, à un moment donné, à chuter depuis une surface non protégée par des mains
courantes, garde-corps ou tout autre système conforme d’arrêt de chute ou de retenue.

La distance de chute de 1,80m se mesure des pieds de la personne qui effectue les travaux en hauteur
jusqu’au premier niveau de la surface au dessous.

Indépendamment de la hauteur, la personne qui travaille en hauteur au-dessus d'un équipement


dangereux ou dans certaines conditions (machine, équipement électrique, unités de dégraissage,
réservoirs de galvanisation, armatures verticales, etc.) doit être protégé des chutes possibles par le biais
de méthodes de prévention, des systèmes de protection anti-chutes ou des garde-corps des
équipements.

Equipement additionnel: dans les ensembles autres que les constructions, comme par exemple dans
les bâtiments achevés et dans les installations opérationnelles, le travail à proximité de planchers non
protégés, de plateformes ou des bords situés à 1.2m ou plus au dessus du plancher ou du sol, exige un
système de retenue ou d’arrêt de chute.

L'utilisation de systèmes "passifs", tels que les filets de sécurité, les systèmes de surveillance ou
contrôle d’accès des zones, comme étant le seul moyen de protection contre les chutes lorsque l'on
travaille au-dessus de 1,8 m, est INTERDIT. JESA interdit l'utilisation des filets de sécurité comme un
moyen indépendant de protection contre les chutes.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 34 of 127
Les ouvriers utilisant les appareils de levage, y compris les plateformes élévatrices à ciseaux, les
camions grues, les paniers pour les grues, ou d’autre moyen similaire doivent utiliser les équipements
de protection contre les chutes en permanence.

Les garde-corps des appareils de levage ne doivent pas être utilisés comme des points d'ancrage de
protection contre les chutes s'ils sont approuvés par une personne qualifiée. Ces dispositifs ne devraient
pas être utilisés comme des ascenseurs pour transporter les ouvriers à différents lieux de travail

Toutes les échelles portatives devront être identifiées au nom du propriétaire.

Les moyens les plus sûrs d'accès pour effectuer les travaux en hauteur (par exemple, les échafaudages roulants, les appareils
de levage, les échelles à plate-forme, etc.) doivent être considérés comme des alternatives à l'utilisation des échelles
portatives. Si les échelles sont utilisées, puis le haut de toutes les échelles droites ou coulissantes doit être lié à un point
d'ancrage avant utilisation ; en attendant un deuxième ouvrier doit tenir l'échelle jusqu'à ce que l’échelle soit fixée. Et, si
les pieds de l’ouvrier sont sur ou au-dessus du cinquième échelon de l’échelle, le haut de l'échelle doit être fixé et / ou un
deuxième ouvrier doit tenir l'échelle tout au long de la tâche.

Lors de la montée ou de la descente d'une échelle portatative, les trois points de contact sont considérés comme protection
acceptable contre les chutes lors de l'exposition à des chutes de moins de 6m, pour les chutes potentielles qui dépassent 6
m, un système d'arrêt de chute doit être utilisé.

Les sections de plancher doivent être solides et immédiatement fixées pour empêcher un mouvement accidentel. Lors de
la pose, les sections du plancher doivent être placées de manière qu’elles soient pleinement soutenues par les éléments
structurels et chaque pièce devrait être individuellement fixée et sécurisé. La pré-installation ou le déploiement de plusieurs
sections de plancher en utilisant des méthodes temporaires de fixation, telles que le soudage par points, n'est pas autorisé.

Les travaux en hauteur sont identifiés comme une activité à risque critique et nécessite la vérification du plan de travail
sécuritaire SPA (ou le plan de prévention des chutes) et de l’autorisation de travaux. Cela s'applique à des situations
potentielles où l'exposition à des chutes pourrait se produire telles que: quand un système de garde-corps n'est pas en place,
lors du retrait des grilles ou des rampes, une ouverture au niveau d’une plateforme de travail qui constitue un risque de
chute, montage et démontage d’un échafaudage…

S'assurer qu'une évaluation préliminaire détaillée des travaux en hauteur est réalisée et documentée.

Le travail devrait être autorisé par la signature du SPA et de l’autorisation des travaux en hauteur par une personne
compétente désignée.

26.0 TRAVAUX EN HAUTEUR - PRÉVENTION ET PROTECTION DES CHUTES

Un plan de prévention des chutes spécifiques au projet doit être préparé pour le projet et les éléments principaux
doivent être inclus dans les formations d’accueil des travailleurs.

Le plan de prévention des chutes doit traiter tous les éléments du projet qui pourraient entraîner la chute de
personnes ou des matériaux.Cela comprend l'élaboration de protection par barrières adaptée à tous les bords
ouverts, les trous, les vides et les ouvertures,en utilisant des éléments robustes collectifs passifs de protection
contre les chutes, ou des mesures approuvées pour éliminer (ou atténuer) le risque de chute. Les équipements
de protection individuelle ne doient être utilisé qu'en dernier recours. S’il est utilisé, il doit être conçu par une
personne compétente de manière professionnelle, y compris la capacité des points d'ancrage, la formation des
utilisateurs, l'inspection de l'équipement et le système de sauvetage.

Une évaluation détaillée des risques de conception doit être effectuée afin de déterminer les éléments et les
systèmes, qui seront utilisés lors de la phase de construction.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 35 of 127
Les entrepreneurs devront fournir des documents à l'ensemble de leurs sous-traitants décrivant les instructions
liées au risque de chutes et l'hiérarchie des mesures de contrôle à la prévention de chute des personnes et des
matériaux.

Les éléments clés de ces documents et les questions soulevées dans le plan de prévention seront fournis pour
aider à la formation et à l’éducation de la population. Chauqe entrepreneur est entièrement responsable de
s’assurer que les documents décrivant les instructions liées au risque de chute sont communiqués (cascadé) à
tous les sous-traitants travaillant sur le site.

Les vérifications au hasard de tous les accords de pré-qualification, des offres ou de services avec les sous-
traitants seront menées pour s'assurer que les documents décrivant les instructions liées au risque de chutes
sont fournis à toutes les organisations travaillant sur le site du projet.

Les contractants sur site doivent effectuer une évaluation des risques du projet, y compris le traitement des
problèmes des travaux en hauteur et l'élimination de la dépendance des harnais comme moyen principal et
unique pour la protection des travaux en hauteur. Les Déclarations détaillées de la Méthode de travail sécuritaire
(SWMS) doivent être préparées pour tous les travaux en hauteur.

Tous les contractants travaillant sur le site du projet doivent compléter une évaluation détaillée des risques pour
aborder les problèmes des travaux en hauteur. L'évaluation des risques réalisée doit être soumise à
l'approbation du chef de projet et du coordinateur HSE ou à une autre partie avec une responsabilité légale de
superviser ou de coordonner la sécurité au travail.

L'évaluation des risques liés aux travaux en hauteur doit respecter l'hiérarchie de la protection des chutes :

a) Eliminer le risque de chutes de personnes ou des objets lors de la conception ou la planification - ou s'il
n'est pas possible

b) Mettre en œuvre des mesures collectives pour prévenir (ou minimiser) le risque de chute - ou s'il n'est pas
possible.

c) Utilisation des équipements de protection individuelle devrait être en dernier recours.

d) Les évaluations des risques doivent également étudier toutes les options pour éliminer l'utilisation des
harnais comme moyen principal et unique pour la protection des travaux en hauteur.

Cette pratique non seulement expose les travailleurs à des risques de chute, il est souvent utilisé comme
méthode principale sans égard à la façon dont les personnes en suspension dans un harnais peuvent être
sauvés en toute sécurité. Une personne utilisant un harnais est également limitée de l'activité et de
mouvement et incapable de mener des travaux d'une manière efficace par rapport aux travailleurs dans
d'autres circonstances où une protection de bord fixe et sécurisée ou système de prévention de chute a été
installé

e) Tous les projets doivent garantir que les travaux qui nécessitent le port du harnais sont identifiées dans
l'évaluation des risques du contractant et que toutes les parties prenantes impliquées dans l'examen des
plans de travail et des évaluations des risques garantissent que les mesures alternatives sont étudiées
avant toute approbation permettant aux travailleurs de travailler avec des harnais comme moyen principal
et unique pour la protection des travaux en hauteur.

f) Tous les éléments des travaux des entrepreneurs ou sous-traitants définis dans l'évaluation des risques
ou dans le plan de travail où le risque de chute de personnes ou de matériel est identifié comme un risque
élevé, est nécessaire pour préparer une Déclaration de méthode de travail sécuritaire (SWMS).

g) La SWMS décrira l'activité, le programme et les étapes des travaux, en utilisant des textes et des images
décrivant non seulement la façon dont le travail sera effectuée, mais comment les risques seront minimisés
(maîtrisés). Les SWMS doivent être remises à la partie appropriée qui a été chargée des les approuver : le

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 36 of 127
chef de projet, l'entrepreneur/contractant principal/général, l'ingénieur/le consultant, le coordinateur
statutaire de la sécurité et de la santé

h) Une fois un élément de travail a été identifié comme nécessitant la SWMS (ou permis), l'activité ne peut
pas commencer avant que l'organisation(s) concernée(s) a/ont approuvé la documentation.

i) Lorsque l'utilisation d'un harnais n'a pas été convenablement inclus dans un permis de travail et / ou SWMS,
un permis pour l'utilisation d'un harnais doit être préparé pour approbation

Un harnais de sécurité ne peut pas être utilisé pour fournir une protection antichute primaire pour toute personne
à moins que les conditions suivantes soient pleinement remplies :

a) Toutes les autres options raisonnables et pratiques pour fournir une prévention adéquate contre les chutes
à un niveau supérieur ont été examinées et éliminées par le chef de projet Jacobs, le chargé de construction
et le responsable HSE.

b) Le chef de projet a transmis les résultats de l'examen au responsable régional HSE/ pays afin de
communiquer le besoin d’utiliser le harnais comme un des principaux moyens de protection contre les
chutes

c) Les conditions de travail a été vérifiée comme entièrement compatible avec le permis signé par le
coordonnateur HSE ou par la partie responsable de l’approbation.

Les lignes de vie horizontales ne devraient pas être assemblées sur le site à l’aide de serre-câbles et autres
connecteurs, sauf si elles sont conçues et approuvées par une personne qualifiée.

Les lignes de vie horizontales doivent être un système conçu et approuvé par un ingénieur, mais peuvent être
installées sous la supervision d'une personne compétente ou qualifiée

Les lignes de vie horizontales doivent être conçues, installées et utilisées sous la supervision d'une personne
qualifiée, et fait parti d'un système complet antichute du personnel avec un facteur de sécurité 2 au minimum
(peut supporter deux fois la force appliquée).

Les points d'ancrage pour les lignes de vie doivent être capables de supporter un minimum de 2300 kg par
personne attachée ou 1700 kg si elle est approuvée par une personne qualifiée.

Le tirant d’air devrait être calculé avant l'utilisation du système antichute.

Les plans de sauvetage doivent être en place avant le début des activités et la présence au moins une personne
formée sur les procédures de sauvetage pendant toute la durée des travaux.

En outre, l'équipement de sauvetage, exigés par les spécificités de chaque emploi doit être sur place et le
personnel doit être compétent pour son utilisation.

Des difficultés pourraient apparaître lorsque les travailleurs ont besoin d'être sauvés d’un travail en hauteur.
Les travailleurs suspendus doivent être secourus aussi rapidement que possible en raison du risque de
traumatisme de suspension.

Le traumatisme de suspension est potentiellement mortel et se produit lorsque le corps est maintenu en position
verticale sans aucun mouvement pendant une période de temps, provoquant l'évanouissement de la personne.

Le sang se dépose dans les extrémités inférieures, le cerveau et les organes sont privés d'oxygène dont ils ont
besoin. Les travailleurs suspendus avec des blessures à la tête ou qui sont inconscients sont particulièrement
en danger. C'est pourquoi le temps de réponse, la disponibilité de l'équipement de sauvetage, et la
compréhension des responsabilités des membres d'équipe sont essentiels

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 37 of 127
Tableau 3 : Les équipements de protection contre les chutes
L'harnais de sécurité
a. L’harnais devrait être une seule pièce pour tout le corps et
devrait fournir un appui pour le corps à travers le bas de
la poitrine (une sangle de poitrine, sur les épaules et
autour des cuisses lorsqu'une charge de traction est
appliquée à l'élément de fixation d'arrêt de chute.
b. L’harnais lorsqu'il est correctement installé et utilisé,
devrait empêcher les chutes.
c. L'attachement du système antichute doit être situé à la
position arrière sauf dans des circonstances spéciales, par
exemple dans un espace confiné ou un accès vertical aux
grues à tour où l'accès n'empêche pas les chutes> 2m.
Dans cette situation, un harnais différent est nécessaire
renfermant un système antichute à l'avant
d. Devrait afficher une certification d'un organisme de
réglementation (étiquette CE) et devrait être capable de
supporter 15 KN de charge de traction.
Longe et absorbeur d’énergie
a. Les longes devrait être (type double) fabriqué avec une
corde flexible ou d'une sangle qui doit être équipée ou
raccordée à un absorbeur d’énergie (sauf lorsque la
protection est assurée par un système de retenue,
l’absorbeur d’énergie ne doit pas être inclus)
b. Devrait afficher une certification d'un organisme de
réglementation (exemple le label CE) et devrait être
capable de supporter 15 KN de charge de traction.

Connecteurs
a. Tous les connecteurs (tels que les mousquetons à
verrouillage, ou les crochets à verrouillage automatique)
doivent être équipés de fermeture automatique qui restent
fermées et verrouillées jusqu'à ouvrture ou déverrouillage
volontaire lors d’une connexion ou d’une
déconnexion.Ces connecteurs ne devraient s'ouvrir
qu’après deux actions consécutives.
b. Le crochet soit complètement fermé autour du point
d’ancrage
c. Doitt être certifié par un organisme de réglementation à
une résistance de force 15 KN (min)

Inspection des harnais de sécurité (y compris tous les équipements auxiliaires associés)
a. Avant la première utilisation sur place tous les harnais de sécurité, les longes, les absorbeurs d’énergie et les
connecteurs doivent être inspectés par une personne compétente
b. Tous les harnais utilisés devraient être adaptés à l'usage en affichant l'étiquette d'inspection mensuelle Jacobs à
jour
c. Être soumis à des inspections règulières quotidiennes par l'utilisateur
d. Être soumis à des inspections régulières par une personne compétente, à des intervalles ne dépassant pas un
mois.

Formation
La formation de base devrait être fournie pour l'ensemble du personnel qui est tenu de porter un harnais de
sécurité. Cette formation devrait avoir lieu au moment de l'induction initiale du site. Elle devrait couvrir au

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 38 of 127
minimum les éléments suivants :
a.Auto-inspection quotidienne de l'équipement par l'utilisateur
b. Bon montage et port
c. Entretien et stockage
d. Comment rester attacher 100% avec double longes

Déclaration de la méthode de travail sécuritaire (SWMS)


a. Les entreprises doivent développer une SWMS et la soumettre à Jacobs en temps opportun par PPD GMR 3.2
b. Jacobs examinera la conformité de la SWMS avec HMP et GMR et donne par la suite son approbation
c. Tous les ouvriers, les superviseurs et le personnel de sécurité travaillant en hauteur doivent être sensibilisés à
leur tâche SWMS.
d. Les ouvriers doivent signer le document après l'induction

Plan de sauvetage
Toutes les tâches qui font usage d'un harnais de sécurité comme une protection antichute devraient avoir un plan
de sauvetage détaillé intégré dans le SWMS.

27.0 TRAVAUX EN HAUTEUR - PROTECTION DE BORD


Tableau 4 : Utilisations du harnais de sécurité (à définir dans le SWMS)

Notification
Définition de Absorbeur Résistance Permis
et
l'application d’énergie minimale Exigence Obligatoire d'harnais de Exemple
Approbation
du harnais Nécessaire d'ancrage travail requis
requise de
Système OUI ou 6kN L'harnais à mettre en N’est pas NON
antichute place et à attacher requis
Environnem pour garantir que la
ent sécurisé rupture complète n'est
pas possible

Système de OUI 6kN L'harnais à mettre en Equipe Oui


retenue place et à attacher De projet
L'ouvrier est pour garantir que les
exposé à un coudes de l'ouvrier ne
bord non peuvent pas toucher le
protégé bord
avec un
risque de
chute> 1.8m
Arrêt OUI 15kN Filet de sécurité ou N’est pas NON
secondaire airbags…doivent être requis
L'ouvrier est installés sous la zone
exposé à un de travail pour arrêter
bord non adéquatement toute
protégé chute avant le
avec un déploiement du
risque de harnais de sécurité
chute> 1.8m
NOTE : Filets de sécurité au-dessous

Les barrières physiques solides, telles que les garde-corps, les câbles aciers et les filets de sécurité doivent être
installés pour empêcher les la chute des personnes ou les objets durant les travaux en hauteur, d’une distance
donnée, susceptibles de causer des blessures.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 39 of 127
Arrêt OUI 15kN L'environnement Coordinateur OUI
primaire 1 devrait permettre le statutaire
Unique une déploiement complet (Jacobs
activité de l’amortisseur sans responsable
ponctuelle que l'ouvrier ne se régional
où l'ouvrier heurte à un obstacle HSE)
est exposé ou au sol
au danger
de chute >
2m (par
exemple
l’entretien
et la
maintenanc
e des grues
à tour)
Arrêt OUI 15kN L'environnement OUI
primaire 2 devrait permettre le Responable
Activité déploiement complet HSE
répétitive où de l’absorbeur régionale
les ouvriers d’énergie sans que
utilisent un l'ouvrier ne se heurte
harnais à un obstacle ou au
comme sol
moyen
principal
pour la
protection
contre les
chutes (par
exemple
montage du
coffrage)

Une protection adéquate du périmètre contre les chutes des personnes et des objets doit être conçue pour
éliminer (ou minimser) ce risque lors des travaux planifiés. Dans le cas ou il y a une interface publique ou un
point d’accès du personnel au-dessous du plancher, cette protection doit être collée au bâtiment à une hauteur
suffisante.

Les risques associés à la mise en palce d'un système de protection du périmètre doivent également être gérés de
manière adéquate

Le schéma suivant illustre l'hiérarchisation des méthodes préférées pour la protection de bord contre les chutes
de personnel ou de matériel.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 40 of 127
Écrans de périmètre (hauteur totale, plusieurs étages) Niveau
Échafaudages de périmètre (Hauteur totale, système propriétaire) Avancé
Système de protection de bords 2m + ou hauteur totale de plancher (mailles ou filet)

Filet vertical de hauteur totale protection exclusive de bord (1.1m)

Système avec trois éléments (garde-corps avec plinthe) avec filet ou maille
Niveau
Filet tendu haut 2 m avec plinthe
Standard
Système avec trois éléments (garde-corps avec plinthe) sans filet

Câbles tendus à 1,5 m (minimum quatre rangées de câbles) avec une plinthe

Barres de renforcement verticales coulées sur place avec plinthe ajoutée

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 41 of 127
Tableau 5 : Exemples de Protection de bord de niveau avancé

Écrans de périmètre - vue interne Écrans de périmètre - vue extérieure

Écrans de périmètre Écrans de périmètre

Écrans de périmètre - élevés au niveau du plancher


Écrans de périmètre
de travail

Échafaudage de périmètre avec des filets Échafaudage de périmètre avec des filets

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 42 of 127
Vue intérieure - échafaudage de périmètre avec des Echafaudage de façade avec lisse, sous-lisse et
filets plinthe

Protection des bords sur 2m avec filet à mailles 3 éléments de protection de bord avec filet

Protection de bord avec filet Protection en métal et plexiglas avec filet

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 43 of 127
Tableau 6 : Exemples de Protection des bords de niveau standard

Système maille avec plinthe Système maille avec plinthe

Système verrouillé avec stabilisateurs Garde-corps avec 3 lisses et un filet

Échafaudage de périmètre – système à 3


Garde-corps en métal avec plinthe et filet
d'éléments sans filet.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 44 of 127
Tube métallique avec plinthe. Tube métallique avec plinthe

Système complet en bois avec des supports Support métallque avec garde-corps en bois

Filets (2m ou complets) avec plinthe (pas de garde- Support métallique et garde-corps en bois avec
corps) freins en bois pour les MEWP

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 45 of 127
Barrière en maille fixe pour une ouverture étroite 1.5m des barres de renforcement agissent comme
protection.

28.0 TRAVAUX EN HAUTEUR - TRAVAUX EXTERIEURS

Pour les travaux menés en dehors du périmètre protégé l’utilisation des cordons pour attacher les
outils et les équipements est obligatoire.

Les filets de sécurité horizontaux doivent être installés au plus près des travaux de construction que
possible avec des zones d'exclusion établies au-dessous. Ceci comprend les travaux quand les
nacelles, les plate-formes à ciseaux ou les échafaudages à tour ne peuvent pas être utilisés.

Tableau 7 : Précautions à prendre pour les travaux en hauteur à l’éxtérieur

Cordon pour les outils attaché à la ceinture et


Filet de sécurité horizontal
casque avec jugulaire

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 46 of 127
29.0 TRAVAUX EN HAUTEUR - MONTAGE DE COFFRAGE

Les systèmes de coffrage pour béton : étaiement devront être des systèmes standards et montés à
partir de plates-formes de travail sécuritaires, ou par dessous soit manuellement, soit en utilisant des
nacelles.

Conseils pour le montage du coffrage pour béton

1. Elimination / reduction du danger

2. Examen du système

3. Conception

4. Coffrage panneau

5. Au desssus du panneau

6. Pont

7. Démontage

8. Accès

Tableau 8 : Exemples de meilleures pratiques de coffrage

Plateforme et rampes en bois construites au Montage de coffrage d’en dessous - plate-forme


niveau du sol d'accès

Montage de coffrage d’en dessous – estrade avec Coffrage monté d’en dessous – Plateforme
marche élévatrice mobile

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 47 of 127
Montage d'en bas avec MEMP peut être la seule
Garde-corps pour coffrage
option viable dans certains cas.

30.0 TRAVAUX EN HAUTEUR – ÉCHAFAUDAGES ET PLATES-FORMES DE TRAVAIL

Les échafaudages et les plate-formes de travail doivent être prévus, montés, modifiés ou démontés par des
personnes compétentes pour assurer la bonne conception et que l’équipement soit utilisé pour une situation
spécifique.

Toutes les plates-formes de travail, indépendamment de la hauteur, seront évaluées avant usage et le risque
d'incident ou de blessure est éliminé lors du montage et du démontage. La protection (garde-corps) doit être
robuste et adaptée. Des inspections régulières sont nécessaires pour assurer la pertinence continue pour une
utilisation sûre.

Les plates-formes de travail peuvent être fabriquées à partir de tubes ou de raccords, mais sont souvent construits
à partir des éléments fournis par le fournisseur.

Insérez au moins les noms de trois fournisseurs d’échafaudage reconnus privilégiés par le client. En cas
d'indisponibilité, le contractant doit fournir l'équivalent.

Tous les dessins et les calculs de la conception de travaux temporaires devraient être vérifiés et approuvés par
un ingénieur professionnel pour déterminer le type de l'échafaudage approprié à utiliser.

Les entrepreneurs/contractants formulent des plans détaillant des méthodes de travail en toute sécurité (JSA /
SWMS) pour le montage, l'utilisation et le démontage pour tous les travaux temporaires et ce avant le début
des travaux et qu'ils sont modifiés en cas de changements.

Une personne qualifiée et compétente procède à des inspections pour tous les travaux temporaires avec un
risque majeur de blessure, pour s’assurer de l’intégrité des principaux éléments structuraux et que les les
travaux temporaires sont effectués en conformité avec la conception avec qu’une toute charge ne soit appliquée
(si possible).

Lorsque les contrôles de pré-chargement sont effectués par une personne compétente d'un
entrepreneur/contractant, les contrôles de la qualité sont faits par une autre personne compétente d'un
échantillon représentatif des travaux temporaires réalisés.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 48 of 127
Pour le montage d'échafaudage, une personne compétente est définie telle qu'une personne expérimentée
maîtrisant la réglementation locale. Dans les pays qui ne disposent pas des exigences réglementaires locales,
la "personne compétente " est définie comme une personne qui a une bonne expérience dans l’utilisation de
l’échafaudage et démontre un niveau acceptable de compréhension. La personne compétente pour les
inspecteurs est définie comme une personne expérimentée dans le domaine qui a le pouvoir de valider un
échafaudage et/ou comprendre et autoriser des modifications ou des améliorations.

L'utilisation des tours d'étaiement comme une plate-forme de travail est strictement interdite.

Les vérifications des travaux temporaires sont réalisées et enregistrées selon cette politique. Les travaux
temporaires qui sont associés à un risque important de blessures mortelles devraient être identifiés via
l’évaluation des risques et comprennent des travaux de 3 m de hauteur ou plus.

Le moyen de communication le plus efficace entre le monteur d'échafaudage et l'utilisateur de l'échafaudage


est une l'étiquette d'échafaudage. Les lignes directrices et les deux systèmes d'échantillon suivants aideront à
développer un système de marquage approprié. Tous les échafaudages construits par l'entrepreneur/le
contractant doivent être étiquetés.

L'équipe de montage de l'échafaudage complétera et joindra l'étiquette appropriée.

L'étiquette devrait être placée au niveau des yeux sur ou près de l'échelle d'accès de sorte qu'elle soit facile à
localiser et bien visible.

Une personne compétente devrait s'assurer que l'échafaudage est correctement érigé et l'étiquette attachée
est propre et complètement remplie.

Si l'échafaudage doit être modifié en aucune façon, la personne qui a signé l’étiquette doit être contactée pour
autoriser le changement et le ré étiquetage, si nécessaire.

L'échafaudage non étiqueté ne doit pas être utilisé.

Si un échafaudage doit être utilisé pendant une longue période de temps, il doit être inspecté périodiquement
par une personne compétente.

Les étiquettes codées des couleurs ,aident à faciliter l'identification d'une étiquette d'échafaudage à distance.Un
système à trois étiquette doit être utilisé ,qui comprend une étiquette rouge ou "Danger" ,en conjonction avec
les étiquettes jaunes et vertes.Une étiquette rouge signifie que l'échafaudage est en cours de
démantèlement,n'est pas encore complètement érigé, ou pour quelque raison l'échafaudage n'est pas en
sécurité et ne devrait pas être utilisé.Une étiquette jaune signifie que l'échafaudage peut être utilisé, mais
l'utilisateur doit être de 100% lié. Une étiquette verte indique que l'échafaudage est sûr pour une utilisation. Tout
échafaudage qui n'est pas étiqueté ou lorsque l'étiquette a été retiré ou inexistant ne devrait pas être utilisé.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 49 of 127
Tableau 9 : Exemples des meilleures pratiques d'échafaudage

Système d’étiquetage d’échafaudage Rouge /


Echafaudage de façade complet et amaré
Jaune / Vert

Échafaudages avec contreventement adéquat Echafaudage de façade avec protection

Semelles d’échafaudage sécurisées Semelle de base

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 50 of 127
Echafaudage mobile Échafaudagew mobile

Accès

Tous les échafaudages et les plates-formes de travail doivent avoir un accès sécurisé. L'échelle d'accès
pour les échafaudages et les plates-formes de travail devraient comporter les éléments suivants :

• Les échelles verticales fixées à l'intérieur de la face étroite

• Les échelles ou escalier inclinés

• Les élements d’échelle, avec les éléments de l’échafaudage devraient être montés de l'intérieur

• Les échelons ne devraient pas être supérieurs à 300 mm et les échaliers ne devraient pas
dépasser pas 480 mm

• L'éscalade en utilisant les éléments horizontaux ne devrait pas être autorisée

• L'accès des escaliers qui est approprié et sûr doit être fourni où les personnes manipule les
outils et les matériaux dans les zones de travail

• Échelles sécurisées fournies pour des travaux temporaires doit dépasser d’un métre le niveau
de la plate-forme

• Clairement identifés et propres. Utilisation des barrières de protection et de la signalisation


pour limiter l'accès aux zones dangereuses.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 51 of 127
Tableau 10 : Exemples de bonnes pratiques pour l’accès en toute sécurité

Accès à l'échafaudage de tour Accès à la plateforme de travail

Accès à l'échafaudage /plateforme de travail


Accès à l'échafaudage de façade
temporaire

Passerelles

Toutes les plates-formes de travail doivent avoir un plancher complet, dégagé de tout plancher
défectueux et de débris. Toutes les plates-formes de travail avec plancher en bois ou métallique, doivent
garantir que :
• Lorsque les planchers de bois sont utilisés, ils doivent être sans défaut (sans fissures) et
doivent être étroitement placés pour assurer qu'il n'y a pas de lacunes dans le système qui
présente un risque de chute pour le personnel et les objets. Les planches doivent être fixées
pour assurer qu'aucun mouvement vertical ou horizontal n'est possible lorsque la surface est
utilisée.

• Pour les plates-formes de travail temporaires en métal, toutes les parties d'éléments doivent
être installées selon les instructions du fabricant et solidement fixées ou verrouillées. Les
éléments défectueux doivent être retirés. La plate-forme ne doit pas être utilisée à moins que
les instructions du fabricant soient respectées.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 52 of 127
Tableau 11 : Exemples de meilleures pratiques

Plateforme avec plancher complet sans aucun


Plateforme d’accès avec plancher complet
débris ni défaut

Plate-forme/échafaudage métallique avec plancher


Plancher d’accès
correctement fixé

Protection collective des bords

Tous les échafaudages et les plates-formes de travail doivent avoir des barrières de sécurité ; une lisse
superieure et une autre intermédiaire, et une plinthe sur tous les côtés ouverts de plates-formes à partir
desquels les personnes ou les matériaux peuvent chuter. Lorsque des matériaux peuvent chuter au-
dessus de la plinthe, une clôture ou un filet de protection doivent être installés. Tous les échafaudages
et les plates-formes de travail nécessitent les éléments fixes ou ajoutés suivants :
• Si un système de garde-corps est nécessaire - soit in situ ou comme un élément supplémentaire
de la plate-forme de travail doit avoir une lisse supérieure, une lisse intermédiaire et une plinthe
montée sur les quatre côtés de la plate-forme.

• Les plinthes doivent être au moins de 150 mm

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 53 of 127
• Les garde-corps doivent être entre 910 mm et 1,15 m au-dessus de la plate-forme et il ne devrait
y avoir aucun espace entre les garde-corps ou les plinthes qui dépassent 470 mm. (Il ne devrait
y avoir aucun espace au dessous des plinthes)

Tableau 12 : Exemples des meilleures pratiques de bords protégés

Tour de coffrage avec trois éléments de protection Échafaudage de façade avec trois éléments de
des bords protection

Coffrage avec trois éléments de protection des Tour d’échafaudage avec trois éléments de
bords protection des bords

Protection des ouvertures de plancher

• Toutes les ouvertures de plancher doivent être protégées par des couvercles solidement fixés
(vissées ou boulonnées - pas clouées) et être également clairement marquées pour empêcher la
chute de matériaux ou de personnes. Les planchers ne doivent pas présenter un risque de
trébuchement
• Les trous ayant une largeur jusqu’à 600 mm (quelque soit la longueur) doivent avoir une maille
structurelle et un couvercle de 20 mm avec un avis de «Ouverture". Les mailles doivent être
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 54 of 127
coupées comme requis pour les travaux.Un périmètre de maillage devrait rester intégré dans la
dalle autour de l’ouverture si possible. Tout bord de la planche devrait être protégé, marqué ou
fixé pour empêcher tout risque de chute.

• Les ouvertures ayant des largeurs entre 600 mm et 2 m (quelque soit la longueur) doivent avoir
des mailles structurelles et des couvercles pleines à chaque niveau, solidement fixée.

• Les ouvertures ayant une largeur de plus de 2m doivent avoir un garde-corps et une plinthe et
un filet de sécurité pour les personnes et des débris à chaque étage.

• Les caillebotis avec des ouvertures découpées pour permettre le passage et l’installation d’un
équipement ou tuyauterie. Ils doivent être livrés avec un couvercle fixé en place, soit par
soudage par points ou autre.

Tableau 13 : Exemples de bonnes pratiques pour la protection des ouvertures de plancher

Plaque vissée au sol Protection des ouvertures au niveau du toit

Plaque de protection d’ouverture « Ne pas


Protection d’une ouverture (vue d’en bas)
retirer »

Utilisation des échelles

Les échelles devraient être utilisées pour l'accès et non pas comme un lieu de travail moins que trois
points de contact peuvent être maintenus. L'utilisation des escabeaux devrait être limitée aux zones qui
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 55 of 127
ne dispose pas d'alternative appropriée (par exemple les élévateurs à ciseaux) qui peut être utilisée et
seulement pour un travail léger de courte durée (c-à-d une durée de moins de 10 minutes à un seul
endroit).

Les échelles, les escabeaux et les échelles coulissantes ne peuvent être considérés pour un lieu de
travail que si toutes ces exigences sont remplies :
1. Toutes les autres alternatives sécurisées à savoir PEMP, l'échafaudage mobile et plateforme
individuelle, ont été examinées et jugées "non adaptés" ou "non praticables", la tâche est de
nature légère, de courte durée (moins de 10 minutes) et non répétitive, et l'emplacement ne
peut pas être plus proche de 3m à un risque de chute supplémentaire : bord, ouveture à moins
qu'un couvercle conforme est en place ou le plancher à la protection de plafond existe.

2. Une échelle est autorisée comme un accès aux plates-formes / échafaudage si les ouvriers
n'auront pas besoin de porter manuellement les outils et les matériaux dans la zone de travail.
Les directives suivantes s'appliquent lors de l'utilisation des échelles :

a) L'utilisation de pilotis n'est pas interdite.

b) Les échelles devraient être utilisées uniquement comme un moyen d'accès d'un niveau à
l'autre.

c) L'échelle doit dépasser d’un minimum de 1,05 m le niveau à accéder sauf si des poignées sont
fournies.

d) Si les échelles dépassent 9 mètres de hauteur, les paliers intermédiaires convenablement


protégés doivent être fournis.

e) Une installation séparée doit être fournie pour éviter de transporter des matériaux sur
l’échelle (Escaliers, élevateur, etc.)

f) Les échelles en aluminium ne doivent pas être utilisées approximité des installations
électriques sous tension.

g) Une seule personne est autorisée à utiliser une échelle à tout moment

h) Les échelles doivent être contrôlées avant l'utilisation et les inspections hebdomadaires
doivent être réalisées et l’enregistrement doit être conservé par une personne compétente qui
est en mesure de vérifier l'état des échelles.

i) Les échelles ne devraient pas être soumises à aucune charge latérale.

j) Les échelles ne devraient pas être utilisées à proximité des bords des dalles, des ouvertures,
des escaliers ou des cages d'ascenseur.

k) Les directives pour les escabeaux comprennent :

• Utilisez les escabeaux uniquement pour des courtes durées et pour les travaux légers

• N’utilisez pas les escabeaux lorsqu’un échafaudage est plus adapté à la tâche

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 56 of 127
• N’utilisez pas les escabeaux quand un opérateur se tiendra debout et travaille à une hauteur
plus de 2 m.

• Adapter et utiliser les stabilisateurs lorsque c’est praticable (certaines unités viennent
maintenant avec des stabilisateurs permanents).

• S’assurer que la plateforme du travail est au bon niveau.

• La porte devrait être toujours fermée quand un opérateur est sur la plate-forme.

• Le travail ne devrait pas être effectué à partir les paliers au dessous de la plateforme

• S'assurer que les roues sont bloquées et au même niveau

• Ne pas se pencher, se mettre sur la lisse intermédiaire.

Tableau 14 : Exemples des bonnes pratiques pour l’usage des échelles et des escabeaux

Une basse tour préférée à l’escabeau Escabeau

Escabeau pour un travail de courte durée Support de l'échelle par un collègue (les échelles
ne doivent être utilisées qu'en dernier recours)

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 57 of 127
Des méthodes alternatives à développer Échelles fixées à la base

Recettes à matériaux

Toutes recettes à matériaux sont évaluées avant l'installation et sont équipées de garde-corps de tous
les côtés où les gens ou des matériaux pourraient tomber

Des garde-corps robustes sont nécessaires pour tous les côtés de la recette de chargement à partir
desquels les personnes pourraient tomber.

Les chaînes et les câbles métalliques ne sont pas acceptés comme garde-corps. Le système de portes
qui fournissent une protection complète contre les chutes, doivent être utilisés.

Toutes les recettes à matériaux doivent être approuvées pour utilisation par un technicien compétent
avant l'installation pour vérifier qu'elles ont une conception robuste et qu'elles peuvent être sécurisées
et installé en sécurité dans les emplacements choisis en confirmant la structure, l'installation et le
levage.

Toutes les recettes à matériaux doivent être vérifiées avant l'installation, puis chaque semaine par un
superviseur approuvé pour s'assurer qu'une protection adéquate est bien mise en place et que les
surfaces lisses facilitant la circulation des chariots sont fournies et entretenues , et vérifier que les
opérateurs maîtrisent les procédures de travail en sécurité et utilisent correctement la recette.

Les recettes à matériaux et les opérations de levage devraient être agencés de telle sorte que les
charges puissent être posé ou levé sans avoir besoin de retirer protection de l'extrémité de la recette ;

Les systèmes de travail sur les recettes à matériaux ne doivent pas reposer sur l'utilisation de
l’harnais pour empêcher la chute des personnes - à l'exception des opérations spécifiques /
inhabituelles dont le risque a été évalué et détaillé dans la méthode de travail en sécurité, et
effectuées par des agents compétents et sous supervision.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 58 of 127
Tableau 15 : exemples des meilleures pratiques des recettes

Recette Conforme Recette Conforme

Recette Conforme Recette Conforme

Collecte des déchets

La coulotte d’évacuation doit être soutenue verticalement le long de sa longueur pour répondre à la
charge maximale qui pourrait être exercée dans le cas d'un blocage ou pendant une charge de vent
excessive. Les détails du bâtiment, ou des échafaudages supportant la coulotte d’évacuation, et des
points d'ancrage (à des intervalles de 6 m maximum) doivent être transmis pour approbation avant
l'installation de la coulotte d’évacuation.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 59 of 127
Tableau 16 : Exemplaces des meilleures pratiques pour l’évacutation des déchets

Goulotte d’évacuation de déchets fixée à la Goulotte d’évacuation de déchets avec


structure signalisation

Escaliers

L'accès aux étages des travaux généraux est fourni par une solution complète permanente dans la
mesure du possible. Lorsque cela n'est pas possible, les escaliers temporaires de largeur adéquate
avec des mains courantes complètes doivent être fournis.

L'escalier permanent devrait être intégré dans le plus tôt possible au cours de la phase de construction
et installé lorsque les étages sont coulés. Tous les escaliers permanents / ou temporaires seront
fournis et protégés conformément à la norme minimale suivante :

• Les mains courantes installées des deux côtés pour assurer la protection durant la phase de
construction.

• Les contremarches sont régulièrement espacées et ne dépassent pas 20 cm.

• Avoir des garde-corps à une hauteur minimale d'environ 100 cm avec des rails intermédiaires

• Avoir des plaiers protégés avec une protection de bord collective appropriée et adaptée.

• Pour les escaliers métalliques tous les garde-corps temporaires doivent être installés avant que
les escaliers ne soient montés ou mis en position

• Lorsque les garde-corps temporaires sont prévus pendant la construction, ceux-ci doivent être
situés et fixés d'une manière qui permet l’installation de la protection permanente sans le
démontage de l’installation temporaire

• Etre munis d'un éclairage suffisant afin de fournir un niveau d'éclairage uniforme dans
l'ensemble et éviter les zones sombres

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 60 of 127
• Être propre et dégagé de tout matériel ou équipement.

• Être régulièrement inspectés à des intervalles qui ne dépassent pas 7 jours

• Lorsque la protection temporaire est fournie et inspectée avant l'utilisation et après


modification, réparation, conditions météorologiques défavorables ou période d'utilisation de
plus de 7 jours. Les inspections doivent être effectuées par une personne compétente et les
enregistrements doivent être archivés.

• La cage d'escalier intérieure des bâtiments doit également être équipée avec un éclairage de
secours

Tableau 17 : Exemple de meilleures pratiques des escaliers

Solution privilégiée - l'utilisation de la conception


Tour d’accès métallique
finale

Escaliers en bois Rampe d’accès en bois

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 61 of 127
Utilisation des escaliers avec rampe en tuyau Utilisation des escaliers avec cadre et filet

31.0 OPÉRATIONS DE LEVAGE

Les opérations de levage doivent être planifiées et effectuées par un personnel qualifié, autorisé et
compétent en utilisant des équipements de levage conçus, certifiés et appropriés à l'activité de levage.
Les éléments suivants sont quelques règles de base à suivre durant toute opération de levage :

• Évaluer le levage et déterminer la méthode de levage et les équipements nécessaires à l'avance.


Cette évaluation doit être effectuée par une personne compétente.

• Seuls les opérateurs formés et certifiés sont autorisés à exploiter des appareils de levage
motorisé.

• Tous les engins de levage doivent être inspectés avant chaque utilisation et tous les six mois
par une société d'inspection tiers. Tout équipement jugé endommagé doit être immédiatement
retiré du site et détruit

• Levage avec des chaînes est strictement interdit.

• L’élingage de la charge doit être effectué par une personne compétente formée et certifiée.

• Tous les appareils et les équipements de levage doivent être inspectés avant chaque levage par
une personne compétente. Les certificats d'inspection et de conformité indiquant la limite de
charge de travail (WLL) doivent être disponibles et vérifiés avant le levage

• Ne pas dépasser les capacités de charge de l'équipement de levage

• Vérifier que les dispositifs de sécurité installés sur l'équipement de levage fonctionnent
correctement

• Établir et maintenir une communication claire entre toutes les personnes impliquées dans le
levage

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 62 of 127
• Évaluer les conditions météorologiques, l’état du sol et l’élairage pour s'assurer que le levage
se déroulera en toute sécurité.

• Ne permettez pas aux gens d'être sous une charge suspendue ou entre une charge suspendue et
des objets fixes.

• Utiliser les barriers et la signalisation pour éviter l’accès dans la zone de manoeuvre pour les
personnes non-autorisées.

• N’utilisez pas les grues ou les paniers de personnes à des fins autres que celles pour lesquelles
ils sont certifiés. Tout travail faisant usage d'un panier de personnes est soumis à une
déclaration spécifique de méthode de travail et l'approbation préalable de JESA.

• Utiliser un nombre suffisant de cordes de guidage et avec la longueur adéquate pour mieux
contrôler les charges en tout moment

Plans de levage

JESA reconnaît trois catégories différentes de plans de levage, comme suit ;

Niveau 1 – Levage général routinier : Moins de 2 tonnes de poids (Benne à béton, ompresseur,
générateur, coffrage, échafaudage, armature, etc.). Les plans de levage Niveau 1 sont des documents
pré-planifiés qui se tiennent dans la cabine de l'opérateur de grue.

Niveau 2 – Levages moyens : tous les objets qui ne relèvent pas des niveaux 1 ou 3 des critères de
levage. Les plans de Levage sont obligatoires en tout temps pour ces appareils.Ceci peut être un
levage unique, mais il est également possible de fournir un plan et une déclaration de méthode pour
couvrir les levages répétitifs dans cette gamme de poids et dans une zone déterminée ou pour une
tâche spécifique.Les plans de levage doivent être transmis à JESA deux (2) jours à l'avance pour
examen et approbation.

Niveau 3 Levages critiques- Les levages suivants sont définis comme des « levages critiques» et
l’entreprise doit communiquer les plans de levage critiques pour examen et approbation à JESA, cinq
(5) jours avant l’opération de levage :

1. Toutes les opérations de levage de plus de 50 tonnes

2. Lorsque la charge est supérieure à 85% de la capacité des grues.

3. Levage en tandem

4. Levage des objets non rigides (flexibles).

5. Levage au dessus des zones actives de travail, des bureaux, des routes publiques ou des
systèmes de transport public et des rails, etc.

6. Au-dessus des pipelines

7. Près des lignes électriques ou des biens publics

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 63 of 127
8. Levage dans les zones de travail confinées ou étroites.

9. Levage au dessus de l'eau y compris les grues installées sur des barges, quais, etc.

10. Les matériaux dangereux ou précieux

11. Quand le temps de remplacement pour la charge endommagée dépasse deux mois.

12. Levage utilisant plus de 60 m du la flèche

Tous les stabilisateurs sur les grues mobiles doivent être entièrement entièrement déployés et étendus
lorsque la grue est utilisée pour soulever ou supporter une charge. Si, en raison de la configuration ou
l'emplacement physique, tous les stabilisateurs ne peuvent pas être entièrement déployés, les calculs
doivent être faits à partir des courbes de charge. Ce type de levage nécessite une validation écrite des
responsales site et projet.

L'utilisation des cales pour les stabilisateurs quand ils sont déployés sur une grue mobile est
obligatoire, quelle que soit la nature du terrain.

Les dispositifs de sécurité qui se déclenchent automatiquement pourles fonctions du chariot et de la


flèche lorsque le crochet se rapproche de la pointe de la flèche sont nécessaires sur toutes les grues.

Un plan spécifique écrit du site pour prévenir l'exposition à des charges aériennes au cours de ces
levages.

Les levages avec plus de deux grues sont strictement interdits.

Un système anti-collision est nécessaire en cas de toute interférence éventuelle entre deux (ou
plusieurs) grues à tour.

32.0 EQUIPEMENT MOBILE

Les véhicules à moteur et l'équipement mobile ne doivent jamais être laissés en marche sans opérateur
aux commandes. L'utilisation correcte de la ceinture de sécurité par tous les occupants est obligatoire.
Les opérateurs de véhicules à moteur sont interdits d'utiliser un téléphone portable ou une radio
pendant le fonctionnement du véhicule. Cela s’applique aux dispositifs mains-libres et non-mains-
libres. Si l'utilisation d'un tel dispositif par l'opérateur du véhicule à moteur est nécessaire, il n'est
autorisé que lorsque le véhicule automobile est à l'arrêt et dans une position sûre de la chaussée.

Pour le mouvement de l'équipement mobile dans les zones encombrées, un signaleur qualifié désigné
devrait être bien placé à la vue de l'opérateur et devrait diriger le mouvement. Dans certains cas,
plusieurs signaleurs peuvent être requis.

Tous les chargeurs de style compacts doivent être munis d'une porte avant en verre de sécurité approuvé
par le constructeur, d’une couverture de la cage avant d'efficacité équivalente, ou tout autre dispositif
conçu pour garder les mains et les bras de l'opérateur à l'intérieur

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 64 of 127
Les signaleurs doivent rester au moins à 3 mètres de distance de la limite de la zone de fonctionnement
de l'équipement.

33.0 ISOLEMENT ÉNERGÉTIQUE

L'entrepreneur/le contractant est tenu de préparer des procédures complètes de verrouillage LOTO qui
comprennent plusieurs points de séparation dans le cadre de leur plan HSE du projet

Les procédures de verrouillage LOTO de l'entrepreneur/ contractant doivent inclure une matrice de
responsabilité et un organigramme décrivant le processus.

L'entrepreneur devra désigner un superviseur LOTO qui sera responsable du contrôle et de


l'enregistrement de tous les isolements LOTO.

Tous les verrous de mise en service et les boîtes de mise en service seront identifiés par des numéros
uniques.Les étiquettes utilisées indiqueront également l'étiquette de mise en service

L'entrepreneur/contractant et tous les sous-traitants doivent fournir leurs propres serrures uniques au
cours du verouillage LOTO.

Les procédures de verrouillage LOTO doivent être suivies afin de minimiser l'exposition potentielle
des travailleurs à l'énergie dangereuse.

Tous les efforts devraient être déployés pour que les équipements électriques hors tension fonctionnent
et les autres équipements électriques dans la zone qui peuvent affecter le travail.

Les Pipelines et les navires dangereux seront isolés en utilisant un bloc double et un système de purge
ou par suppression

Si l'équipement ne peut être isolé ou être hors tension, une acceptation écrite devrait être obtenue du
site JESA/ chef de projet JESA ou le responsable d'opérations JESA avant de procéder au travail.

Uniquement les "électriciens qualifiés» ou les «personnes autorisées» pourraient travailler sur des
systèmes sous tension ou potentiellement sous tension

Une formation est nécessaire pour s’assurer que les personnes autorisées de verrouillage LOTO de
l'entrepreneur/contractant sont techniquement capables de verrouiller la gamme complète des points
de protection de projet

Dans certains cas, le client pourrait déjà avoir des procédures de verrouillage LOTO existantes et un
programme de formation pour les personnes de verrouillage LOTO autorisées.Dans cette situation,
l'entrepreneur/le contractant est généralement tenu d’appliquer les procédures de verrouillage LOTO
existantes du client, sauf indication contraire par JESA.

34.0 ESPACE CONFINE

Le travail d'entrée en espace confiné doit suivre une évaluation documentée du risque et le processus
de planification de travail sécuritaire, qui sera soumis à JESA pour examen avant l'entrée.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 65 of 127
Quand il semble y avoir un besoin pour le travail dans un espace confiné, la hiérarchie des contrôles
HSE est la suivante :

• Eliminer l'exposition à faire le travail sans entrer dans l'espace confiné

• Utiliser les contrôles techniques pour éliminer ou réduire le danger

• Utiliser des contrôles administratifs pour minimiser l'exposition

• En dernier recours, utiliser un équipement de protection individuelle (PPE), tel que les
respirateurs et les vêtements de protection.

Le processus d'évaluation des dangers de pré-entrée et le contrôle des dangers sont nécessaires lorsque
l'entrée confinée est déterminé

Une évaluation est nécessaire pour identifier et évaluer les dangers physiques, chimiques, biologiques
et radiologiques associés à l'espace confiné. Une évaluation des dangers pour la santé doit être utilisée
pour effectuer l'évaluation. Un contrôle spécifique doit être listé sur l'espace confiné

Le Permis dans un espace confiné est applicable pour une période de travail et seulement pour les
participants et les préposés identifiés sur l'évaluation d'entrée en espace confiné et le permis.

Les dangers et les contrôles indiqués sur le permis d'entrée en espace confiné doivent être abordés dans
le SPA de l'activité de travail.

Un dossier de clôture pour l'entrée doit être signé et daté par le superviseur d'entrée

Isoler l'espace confiné en verrouillant les sources d'énergie, en bloquant et en dissimulant les pipelines
ou les conduits pour empêcher les matériaux ou les produits de pénétrer dans l'espace.

Les lignes de transfert d'un liquide, les réservoirs et les navires doivent être rincés avec les médias
appropriés et purgés avant l'entrée...

Indépendamment des étiquettes ou des publications préexistantes, tous les points d'accès sans
surveillance à l'espace confiné doivent avoir des avertissements appropriés, tels que «DANGER
ESPACE CONFINÉ — SEULEMENT LES PARTICIPANTS AUTORISES

Avant qu'un travailleur n'entre, et ne continue par la suite, l'atmosphère interne devrait être testé avec
un instrument à lecture directe étalonné pour le contenu d'oxygène, pour les gaz et les vapeurs
inflammables et les contaminants toxiques susceptibles de polluer l'atmosphère

Les conditions atmosphériques devraient être maintenues la concentration d'oxygène avec un un


pourcentage acceptable de 19,5% à 23,5%.

Pour de nombreux gaz dangereux communs, tels que le monoxyde de carbone (CO), l'hydrogène
sulfuré (H2S), et les hydrocarbures de pétrole, un détecteur de gaz inflammable de surveillance
continue ou un "compteur à gaz" peut être utilisé pour les tests de l'air.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 66 of 127
Toute décision d'utilisation de l'échantillonnage au marteau ou d'autres méthodes que la surveillance
continue doit être examinée et approuvée par un responsable d'hygiène industrielle ou un responsable
de site HSE.

Les techniques de ventilation d'échappement locales ou de ventilation de dilution simples sont


nécessaires lors de l'exécution des travaux à chaud ou lors de l'usage de produits chimiques ou lorsque
des contaminants chimiques sont présents.

Les autres activités telles que la gravure, la soudure, le travail à chaud, les peintures, les solvants, et
d'autres qui en résulte des atmosphères dangereuses ; la ventilation mécanique et / ou l’équipement de
protection respiratoire devraient être en place.

Les bouteilles de gaz et les machines de soudage doivent être situées en dehors de l'espace confiné et
leurs connections doivent être vérifiées pour des fuites avant l'entrée.

La communication visuelle ou verbale continue entre les participants, accompagnateurs, et le


superviseur d'entrée doit être maintenue pendant toute la durée de l'entrée.

EPI y compris la tête, les oreilles, les yeux, les pieds, la peau et le système respiratoire seront donnés
lorsqu'un danger potentiel existe.

Lorsqu'il est indiqué sur le permis d'entrée qu'une atmosphère IDLH ou une condition dangereuses
pourraient se développer, chaque participant doit utiliser un coffre ou un harnais corporel avec une
ligne de récupération ci-joint.

L'équipement d'éclairage doit être fourni pour permettre aux ouvriers de travailler dans les meilleures
conditions et en toute sécurité et sortir de l'espace rapidement en cas d'urgence. Les types d'éclairage
qui sont autorisés sur l'espace confiné comportent l’équipement antidéflagrant et l'éclairage à basse
tension (50 volt).

Un plan de sauvetage spécifique au site doit être élaboré pour toutes les entrées dans les espaces
confinés. Les équipes de secours doivent être formées sur leurs responsabilités et les spécificités de
l'entrée dans un espace confiné

Chaque fois qu'il est indiqué sur le formulaire d'évaluation d’accès à l'espace confiné qu'une
atmosphère IDLH ou une condition dangereuse pourraient se développer, les équipes de secours
doivent être présentes lors de la saisie.Les formations d'entrée aux espaces confinés doivent être
documentées.

Les participants, les accompagnateurs, et les superviseurs d'entrée doivent être formés sur leurs
responsabilités comme indiqué ci-dessus :

• Avant d'être affecté à des fonctions dans les espaces confinés

• Chaque fois qu'il y a un changement dans les tâches assignées

• Chaque fois qu'il ya un changement qui présente un nouveau risque

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 67 of 127
35.0 TRAVAUX D'ELECTRICITÉ

Pour les circuits alimentés, voir 29 CFR 1910,332 pour les exigences d'électricien qualifié. JESA
considère l'équipement évalué à 480 volts et au dessus comme "haute tension".”

L'entrepreneur/le contact devrait se conformer aux dispositions de la norme NFPA 70E, pour la sécurité
électrique en milieu de travail." l'entrepreneur/le contactant devrait s'assurer que ses employés sont
formés sur les pratiques de travail sécuritaires et qu'ils sont qualifiés et disposent d'équipement et
d'outils et PPE qui sont spécifiés dans la norme NFPA 70E.

Alimentation temporaire : Les disjoncteurs de fuite à la terre devraient être utilisés pour protéger
toutes les installations électriques et les câblages temporaires fixés. L'utilisation de la terre assurée
(inspections de l'équipement trimestriel) au lieu du GFCI n'est pas une option.

Panneau d'alimentation : Les panneaux d'alimentation électrique doivent être en nombre suffisant,
et sécurisé pour empêcher l'accès non autorisé et inspectés avant leur utilisation par une personne
compétente.

Tout appareillage installé sur site doit être positionné de manière à être librement accessible à tout
moment, et protégé d'une manière qui ne l'expose pas à des conditions défavorables ou dangereuses.

Tous les équipements de distribution et la centrale électrique fixée doivent avoir un


sectionneur/interrupteur d’isolement attaché à ou positionné à côté de ces équipements.

Tableau 18 : Exemples de panneaux d'alimentation

Distribution ou Panneaux Distribution ou Panneaux


d'alimentation d'alimentation

Disjoncteurs : Tous les circuits électriques doivent être protégés par un GFCI (Ground Fault Circuit
Interrupters), équipés d'une source et vérifiés régulièrement. L'utilisation de la terre assurée (des
inspections de l'équipement trimestriel) au lieu du GFCI n'est pas une option...

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 68 of 127
Tableau 19 : Exemples de disjoncteurs acceptables

Distribution board with circuit


Circuit breaker
breaker

Protection avec des câbles : Toutes les cartes d'alimentation électriques, les câbles,les fiches et les
prises doivent être sécurisés par une conception pour une utilisation de la construction, située ou
protégée de manière à éviter les dommages causés par les véhicules, l'eau, etc. (par exemple, par
élévation ou armure) ou présenter un risque de déclenchement et une source potentielle
d'électrocution.

Les câbles installés à l'extérieur devraient être élevés dans les voies piétonnières ou les routes
réservées des véhicules pour éviter tout contact avec des personnes ou des véhicules / équipement.
Les câbles élevés au-dessus des voies piétonnières ou des routes doivent être clairement marqués
pour éviter d’être heurter. Si possible le câble peut être enterré, mais il doit être dans un manchon de
protection. Les câbles traînants extérieur doivent être convenablement protégés contre les éléments et
doivent être soulevés du sol.

Les câbles installés à l'intérieur doivent être élevés du sol pour prévenir un risque de déclenchement
et pour s'éloigner des zones humides potentielles. De préférence les câbles devraient être fixés au
plafond le long d'une structure élevée.

Tableau 20 : Exemples de câble de protection acceptables

Câbles protégés et élevés le Les câbles fixés au plafond à


Câble intérieur soulevé du sol
long de la clôture de bornage l'intérieur

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 69 of 127
Câble d'alimentation enterré
Câble électrique aérien - voie Câble électrique aérien - à
sous sol pour protéger
d'accès l'extérieur
l'alimentation

Travail sur des systèmes vivants : Les travaux sur les systèmes électriques réels sont interdits, à
moins d'être requis pour les tests, la mise en marche et le verrouillage (LOTO) et un système de permis
de travail doit être utilisé pour s'assurer que les systèmes alimentés sont verrouillés et hors tension et
avant que le travail ne soit effectué sur ces systèmes.

Aucun travail ne sera effectué sur un câble en direct, ou si près à causer un danger, sauf si il n'est pas
possible de faire des morts par câble et toutes les précautions nécessaires sont prises pour assurer la
sécurité. L'équipement ou le câblage directs ne doivent pas être travaillés jusqu'à ce qu'ils soient isolés
/ verrouillés. Le permis de travail pour être actionné au moment d'entreprendre des travaux sur
l'équipement de distribution, qui doit être signé par un reponsable autorisé.

Les systèmes de verrouillage nécessitent un ou plusieurs cadenas sont montés sur l'interrupteur
d'isolement avec des clés détenues par les opérateurs / personnel de maintenance. Leur(s) nom (s) et
la raison du verrouillage sont écrits sur les étiquettes attachées au cadenas. Lorsque la tâche est
terminée, les serrures et les étiquettes sont enlevées et la puissance peut être restaurée.

Les étiquettes sont essentiellement des dispositifs d'alerte fixés aux dispositifs d'énergie isolant les
dispositifs et ne fournissent pas de contraintes physique sur ces dispositifs, normalement fournies par
une serrure.

Lorsqu'une étiquette est attachée, elle ne doit pas être enlevée, sauf par la personne autorisée et
responsable de cette étiquette, elle ne doit jamais être évitée, ignorée, ou autrement vaincue.

Afin d'être efficace, les étiquettes doivent être lisibles et compréhensibles par tous les employés dont
les opérations de travail sont ou pourraient être dans la région.

Les étiquettes et leurs moyens de fixation doivent être fabriqués de matières capables de résister aux
conditions environnementales rencontrées dans le lieu de travail.

Les étiquettes pourraient évoquer un faux sentiment de sécurité, et leurs significations doivent être
comprises dans le cadre du programme global du contrôle d’énergie.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 70 of 127
Tableau 21 : Exemples de meilleures pratiques LOTO

Risques électriques Verrouillage du Les étiquettes de


Verrouillage des
signés et l'accès stockage des clés verrouillage des
systèmes électriques
verrouillés systèmes électriques

Précaution d'incendie d'origine électrique : Le risque d'incendies d'origine electrique doit être une
évaluation des risques et des précautions appropriées notées et entreprises telles que s'assurer que les
équipements adéquats de lutte contre l'incendie sont à proximité et facilement identifiés.

Toutes les évaluations du risque des entrepreneurs doivent évaluer le risque les incendies d'origines
électriques et les stratégies d'atténuation appropriées entreprises pour régler les questions soulevées

L'utilisation d'extincteurs à eau sur les incendies d'origine électrique est interdite et les extincteurs à
CO² sont le seul type à utiliser pour les incendies d'origine électrique.Les informations sur
l'identification et l'usage des extincteurs à CO² doivent être incluses dans les inductions des travailleurs

Électriciens compétents : Le travail sur des circuits électriques doit être rempli par un électricien
qualifié. Tous les entrepreneurs doivent s'assurer que cette exigence est respectée et que la preuve de
qualification est facilement disponible au bureau du site.

Les inspections de la preuve de compétence devraient être entreprises pour s'assurer que les personnes
ne sont pas exposées à un risque en raison de personnes qui effectuent des réparations ou des
installations électriques non qualifiées.

Un électricien agréé doit vérifier mensuellement tous les équipements électriques et une telle
inspection devraient être enregistrée dans un registre de test électrique

Inspections d'équipement électrique : Tous les outils et les équipements électriques fonctionnant sur
le site doivent être régulièrement inspectés, testés et marqués comme sécurisés à utiliser.

La législation et les directives suggèrent que l'inspection régulière d'équipement est une partie
essentielle de tout programme d'entretien préventif. La fréquence de test dépend généralement du type
d'équipement et les conditions dans lesquelles il est utilisé. Les appareils électriques portatifs seront
testés et entretenus conformément aux meilleures pratiques de l'industrie

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 71 of 127
Les entrepreneurs/contractants ont la responsabilité principale de s'assurer que les risques des appareils
électriques portatifs ont été correctement évalués et contrôlés (y compris l'offre de formation) pour
leurs employés et s'assurer que les risques des appareils électriques portatifs ont été envisagés, le cas
échéant, dans les déclarations de la méthode.

Le test des appareils électriques portatifs ne peut effectuer que par une personne compétente
normalement un électricien qualifié. Les utilisateurs d'appareils électriques portatifs et ceux requis
pour procéder à des inspections visuelles devraient être capables (basé sur l'expérience ou de formation
existant) de détecter les signes de défauts ou de détériorations.

S'assurer que les outils sont mis à la terre à l'aide d'une fiche à trois bornes, sont à double isolation (et
sont étiquetés comme tels), ou sont alimentés par un transformateur d'isolement basse tension : cela va
protéger les utilisateurs de choc électrique.

Tableau 22 : Exemples d'inspection d'équipement électrique

Marquage d'inspection de tableau de


Marquage des équipements individuels
distribution

Eclairage : Un éclairage adéquat doit être fourni pour compléter les faibles niveaux de lumière
naturelle afin de s’assurer que les opérations puissent être menées en toute sécurité. Les niveaux
d'éclairement doivent correspondre aux exigences de l'emploi et de l'emplacement.

Augmenter la luminosité et permettre de continuer le travail après l'obscurité, l’éclairage du site est
toujours nécessaire si dans ces zones dépourvues de lumière naturelle, par exemple les arbres et les
escaliers fermés. L'éclairage du site doit être suffisant, bien planifié, du type et au bon endroit pour
qu'il soit réellement efficace.L'éclairage ne doit pas présenter le risque de choc électrique.

Les niveaux d'éclairage sur une partie d'un site peuvent être facilement contrôlés avec un compteur de
lampe de poche, calibré en lux. Ces compteurs doivent être contrôlés régulièrement et toujours être
couverts lorsqu'ils ne sont pas utilisés.

L'éclairage intérieur terme couvre les parties de structures qui peuvent ne pas avoir un revêtement
pendant l'érection, mais qui deviendra intérieurs lors de l'achèvement du travail. L'éclairage
comprenant l'éclairage de secours doit être fourni à toutes les zones du site. Le niveau d'éclairage à
fournir doit être déterminé après une évaluation des risques comme requis par le système de gestion

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 72 of 127
de la sécurité et cela dépendra des arrangements de sécurité, en dehors des heures de travail et les
considérations environnementales locales.

Éclairage de sécurité : Les installations d'éclairage devraient être inspectées et testées pour les défauts
à intervalles réguliers. Tous les travaux terminés sur des installations d'éclairage, y compris le
changement des ampoules électriques d, ne devrait se poursuivre que si la source électrique a été isolée
et désactivée.

Les lampes à halogène sur des trépieds devraient être interdites lors de la création d'éclairage de la
tâche ; elles ont causé de nombreux incendies graves en allumant les matériaux une fois retourné.
Utiliser uniquement des lampes à halogène fixes à la structure comme l'éclairage de la zone. Toutes
les lampes à halogène doivent être équipées d'une façade en verre et d'une grille de protection.

En cas de projets d'urgence doivent allouer à ce qui suit :

1. Fournir un éclairage de secours au niveau de toutes les voies de secours et les escaliers.

2. L'éclairage de secours peut être mieux réalisé en liant le système d'éclairage temporaire avec
des tubes fluorescents opérés d'une batterie stratégiquement placée avec une cloison étanche
fournissant une performance minimale de 3 heures.

3. Inspecter l'éclairage de secours.

Tableau 23 : Exemples de pratiques d'éclairage acceptables

Les lampes halogènes doivent Éclairage de secours (par


Éclairage portatif doit être être fixées aux colonnes, aux batterie ou générateur) doit
robuste avec des supports ou murs ou aux plafonds, par garantir que l'eclairage de
des stabilisateurs contre ne doivent pas être sortie du bâtiment soit
fixées aux trépieds. disponible

36.0 EXCAVATIONS

Les superviseurs de l'entrepreneur/contractant sont responsables des employés qui effectuent des
travaux couverts par la procédure d'excavation de l'entrepreneur/contractant et doivent s'assurer que
des personnes compétentes ont été assignées pour inspecter la sécurité des excavations et contrôler le
travail pour toutes les situations dangereuses.

Les superviseurs de l'entrepreneur/contractant doivent s'assurer que les employés sont conscients de
tous les risques associés à leur travail, et ils sont correctement formés par une personne compétente

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 73 of 127
sur les procédures d’excavations spécifiques au site et surveillent en permanence le travail pour
garantir la conformité

L'entrepreneur/le contractant devrait exécuter et documenter les inspections quotidiennes des


excavations, des zones adjacentes, et des systèmes de protection, chaque jour avant le début des travaux
et si nécessaire ; les inspections devraient en outre être effectuées après chaque pluie torrentielle ou
autre événement augmentant l'occurrence du danger

Lorsque les preuves indiquent un effondrement ou une défaillance possible du système de protection,
ou de toute autre situation dangereuse, l'entrepreneur devrai éloigner les employés jusqu'à ce que les
précautions nécessaires soient prises

L'entrepreneur/le contractant devrait nommer un permis approprié qui doit être délivré avant le début
des travaux d'excavation et examiné par JESA.

L'entrepreneur/contractant devrait assurer l'équipement de protection individuelle pour la protection


de la tête, les yeux, les voies respiratoires, les mains, les pieds et les autres parties du corps

Dans de nombreux cas, les excavations sont considérées comme des espaces confinés, Si c'est le cas,
toutes les parties à la fois l'excavation et les procédures d'entrée dans les espaces confinés doivent être
respectées par l'entrepreneur/le contractant

L'entrepreneur/le contractant doit placer des barricades physiques autour de toutes les excavations
physiques ; tous les employés en dehors des excavations et exposés à la circulation automobile doivent
porter des baudriers fluorescents plus visibles. Aucun employé ne devrait être debout ou travailler prêt
d'un véhicule chargé.Les opérateurs pourraient rester dans la cabine fermée du véhicule.

L'entrepreneur/le contractant devrait évaluer la possibilité de gaz inflammables ou toxiques installés


dans les endroits bas des excavations avant d'entrer

Lorsqu’une personne compétente détermine la possibilité de mouvements de terrain dangereux sur un


des excavations de 1,5 m de profondeur ou plus, les employés qui entrent doivent être protégés par un
système de protection adéquat.

L'entrepreneur/contractant devrait enlever les objets de la surface qui peuvent présenter un danger pour
les employés en faisant rouler ou tomber dans une excavation. Toutes les excavations d'un 1m ou plus
en profondeur nécessitent un moyen sûr d'accès et de sortie.

Avant d'ouvrir une excavation, l'entrepreneur/le contractant devrait établir l'emplacement des
installations souterraines de services publics.

Les services publics de l'entrepreneur/contractant ou les propriétaires devraient être contactés pour
savoir si les excavations sont ouvertes et les installations souterraines devraient être protégées,
soutenues, ou retirées pour protéger les employés.

La nécessité d'intervenir pour mettre en œuvre dans les excavations qui sont 1m ou plus en profondeur
un escalier, une échelle, une rampe, ou d'autres moyens sûrs d'accès et de sortie ne nécessitent pas plus
de 7 m de déplacement latéral pour les employés en excavation ; les rampes structurelles utilisées
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 74 of 127
uniquement par les employés devraient être conçues par une personne compétente et les échelles
devraient s’étendre à 1m au-dessus du point d'appui en haut de l'excavation.

L'entrepreneur/le contractant devrait s'assurer qu'aucun travailleur ne devrait accéder à la zone de


travail lorsque :

• Les concentrations d'oxygène sont inférieures à 19,5%, ou supérieures à 23,5%, ou

• Les atmosphères sont supérieures à 1% de la limite inférieure d'explosivité, ouLes


atmosphères sont potentiellement un danger immédiat pour la vie ou la santé (IDLH), ou

• Il y a une exposition sans protection à des cancérogènes, des mutagènes ou des tératogènes
humains connus

• Il y a une exposition sans protection aux sensibilisateurs chimiques connus. Lorsque le travail
dans ces environnements semble être absolument nécessaire, une autorisation écrite de JESA
est nécessaire.

Lorsqu'il y a une déficience en oxygène ou des atmosphères inflammables ou toxiques qui pourraient
exister, l'air devrait être testé avant que les employés n'accèdent à l’excavation ; ces précautions
pourraient comprendre la fourniture de modifications de la tâche, la ventilation, ou, en dernier recours,
une protection respiratoire.

Les employées de l'employeur/le contractant ne devraient pas travailler dans les excavations dans
lesquelles l'eau est accumulée ; à moins que des précautions appropriées soient prises et l'excavation
dessous du niveau ou de la base du pied de tout fondement ou mur de soutènement ne devrait pas être
autorisée à moins que le mur soit soutenu et les autres précautions soient prises pour s'assurer de la
stabilité des parois adjacentes.

L'entrepreneur/le contractant devrait inspecter quotidiennement, ou plus souvent l'étaiement, le


contreventement, ou qui sous-tend par une personne compétente

L'entrepreneur/le contractant devrait s’assurer que les matériaux excavés ou les autre matériaux et
équipements devraient être maintenus à une distance d'au moins 1 m du bord de l'excavation

L'entrepreneur/le contractant devrait s'assurer que l'opérateur de l'équipement mobile à côté de ou près
du bord d'une excavation a une vision claire du bord de l'excavation. Si ce n'est pas le cas les systèmes
d'alerte tels que les barricades, les signaux manuels devraient être utilisés. Le calibre devrait être loin
de l'excavation. Les barricades adéquates assurant une protection physique qui devraient être fournies
à toutes les excavations.

L'entrepreneur/le contractant devrait fournir des passerelles ou des ponts de garde-corps standard, où
les employés ou les équipements sont requis ou permis à traverser les excavations

Chaque dépôt de sol et rocheux devrait être classé par une personne compétente tel que la formation
rocheuse stable, de type A, de type B ou de type C conformément aux définitions énoncées dans 29
CFR 1926,652 (Annexe A) et documentées sur le formulaire d'inspection quotidienne d'excavation et
des tranchées.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 75 of 127
La classification est basée sur au moins un visuel et au moins une analyse manuelle. Cette analyse
devrait être effectuée par une personne compétente en utilisant des tests décrits dans 29 CFR 1926,652
(Annexe A).

Un ingénieur professionnel agréé devrait concevoir des systèmes de banquettes et en pente pour les
fouilles de plus de 6 m de profondeur.

Pour les fouilles profondes de 6 m ou moins, l'une des options suivantes peuvent être utilisés :

• Les excavations devraient être inclinées (34 degrés mesurée à partir de l'horizontale). Les
pentes seront excavées pour former des configurations conformément aux pentes indiquées
dans l'annexe B pour le "Type C sol «, pentes maximales admissibles, du 29 CFR 1926.65...

• Les conceptions des systèmes de pente ou de banquettes devraient être conformes avec les
données sous forme de tableaux et les graphiques identifiant les paramètres, les limites
d'utilisation et les informations explicatives nécessaires. Ces données doivent être sous forme
écrite sur le chantier et portant le cachet de l'approbation d’un ingénieur agrée.

• Les conceptions du support, de l'enseigne, ou d'autres systèmes de protection doivent être en


conformité avec les données sous forme de tableaux et doivent porter le cachet de
l'approbation d'un ingénieur agrée.

Les matériaux et les équipements utilisés pour les systèmes de protection devraient être exempts de
dommages ou de défauts. Les matériaux et les équipements fabriqués devraient être utilisés d'une
manière qui soit compatible avec les recommandations du fabricant.

Les membres des systèmes de soutien devraient être solidement raccordés/connectés afin d'éviter le
glissement, la chute, ou tout autre défaillance.

Les systèmes de support devraient être installés et retirés d'une manière qui protègent les employés
contre l'effondrement ou être frappés par des membres de soutien.

Les pièces de bois pourraient être fournies dans les excavations qui ne dépassent pas 6 m comme un
moyen de protection contre les éboulements. L'entrepreneur/le contractant devra concevoir des pièces
de bois par un ingénieur professionnel agrée pour les fouilles de plus de 6m. Pour utiliser le bois
délocalisation, il est nécessaire de déterminer le type de sol avant d'utiliser les pièces de bois.

Il y a six tables dans 29 CFR 1926,652 ; Annexe C, deux pour chaque type de sol. Les membres
indiqués dans le tableau ne sont pas adéquats lorsque :

• Le matériel stocké à côté de l'excavation dépasse la charge imposée par un mètre de la


surcharge du sol.

• Lorsque les charges de supplément sont présentes de l'équipement pesant plus de 9000 kg.

• Lorsque les charges verticales sur les contreventements dépassent une charge de gravité de
110 kg réparties sur une section d'un pied du centre du contreventement.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 76 of 127
Lorsque l'une de ces conditions existe, une délocalisation de bois alternative ou un système de
protection doivent être utilisés.

L'entrepreneur/le contractant devrait faire des inspections des excavations,des zones adjacentes, et
des systèmes de protection avant que les employés ou les équipements ne soient autorisés à entrer
dans une excavation et avant le début du travail de chaque jour, et si nécessaire tout au long du quart
de travail, en utilisant le formulaire d'inspection journalière des excavations/tranchée.

La personne compétente désignée doit déterminer si l'excavation est également un espace confiné et
quelles sont les exigences supplémentaires qui devraient être appliqué.

Les inspections menées par des personnes compétentes devraient en outre être effectuées après chaque
pluie torrentielle ou tout autre événement qui a le potentiel pour créer ou augmenter le danger.

Les employés impliqués dans les tranchées et les excavations devraient être correctement formés et
documentés.

L'entrepreneur/le contractant devrait nommer une personne compétente, uniquement après avoir
terminé une formation/une cours sur l'excavation et les tranchées.

L'excavation du sol dans une zone de contamination connue ou soupçonnée pourrait exiger un permis
de l'agence locale de la gestion de la qualité de l'air. Ce permis, au minimum, exigera probablement
des tests de routine de l'air sur le sol pour les composés organiques volatils et / ou les autres
contaminants.

L'amas de sol contaminé devrait être couvert et inspecté tous les jours. L'Entrepreneur/contractant
devrait déplacer ce sol vers un site d’élimination réglementé ou vers une unité de traitement dans les
30 jours de placement.

Les excavations profondes peuvent rencontrer des eaux souterraines qui doivent être retirées de la
fosse. Nous ne pouvons pas toujours supposer que l'eau claire et inodore est exempte de contaminants
nocifs. L'entrepreneur/le contractant devrait tester l'eau pour savoir s'il y a un sujet de préoccupation
et ce avant de permettre aux employés d'entrer à l'excavation.

37.0 MATIÈRES DANGEREUSES

Les matières dangereuses sont considérées comme des substances ou des composés qui peuvent
produire des effets indésirables sur la santé et la sécurité des personnes, si ces matières ne sont pas
gérées correctement. La gestion des matières dangereuses comprend le stockage, la manipulation,
l'utilisation et l'élimination.
L'entrepreneur devrait mettre en place un programme pour la manipulation des matières dangereuses,
ce programme devrait traiter les éléments suivants :

• Le processus d'approbation pour la sélection et l'utilisation de matières dangereuses ;

• Un registre des matières dangereuses utilisées sur le site, y compris les données de sécurité
des matériaux facilement accessibles (fiche de données de sécurité (SDS) ou équivalent) ; Les
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 77 of 127
copies des MSDSs doivent être transmises à la direction de la construction/projet avant que le
produit ne soit mis sur le SITE. Certains sites ne permettent pas l'utilisation de produits
chimiques qui ne figurent pas sur une liste pré-approuvée.

• Une méthode appropriée pour l'étiquetage et le stockage de matières dangereuses.

• Les informations et les instructions appropriées aux ouvriers relatives aux matières
dangereuses auxquelles ils peuvent être exposés et les précautions et de manipulation
sécuritaires, y compris les PPEs appropriés ;

• L'exposition du personnel aux matières dangereuses doit être maintenue en dessous des
normes d'exposition pertinentes et à des niveaux aussi bas que raisonnablement possible ;

• Le personnel chargé de rôles déterminants pour la gestion et l'évaluation des matières


dangereuses doit être compétents ;

• Élaborer et mettre en œuvre un programme de surveillance de l'exposition pour les matières


dangereuses et un programme de surveillance de la santé si nécessaire, soit par la législation
ou dans le cadre d'une évaluation des risques sanitaires;

• Élaborer et mettre en œuvre un plan de gestion de l'exposition lorsque les substances


cancérigènes et des produits chimiques hautement toxiques sont présents ;

• Mettre en œuvre des mesures techniques et des contrôles organisationnels pour les matières
dangereuses de préférence étroitement avec PPE.

L'entrepreneur/le contactant devrait fournir au chef de projet/chargé de construction un préavis


d’utilisation de produits chimiques ou matières qui pourraient créer des vapeurs ou gaz nauséabonds,
nocifs et toxiques.

Tous les accidents impliquant une exposition à des matières potentiellement dangereuses et aux rejets
des matières dangereuses devraient être immédiatement rapportés au chef de projet/chargé de
construction JESA. Il est important de déclarer tous les rejets ou les expositions, même si l'incident
peut être considéré comme mineur ou sans effets néfastes sur la santé ou sans symptômes apparents au
moment.

L'entrepreneur/le contractant devrait inclure la planification de la conformité environnementale dans


la préparation de leur plan d'action HSP et HSE. Les problèmes à prendre en considération
comprennent, mais ne sont pas limités aux rapports, aux permis d'utilisation d'air, d'eau, l'amiante /
permis d'utilisation de plomb ou notifications, la production de déchets dangereux, les procédures
d'élimination connexes, le déversement d'atténuation et les méthodes de nettoyage, etc

L'Entrepreneur /contractant devrait avoir un programme écrit de communication des dangers et devrait
se conformer aux exigences de ce programme. Une copie du programme devrait être transmise au
représentant JESA / chef de projet avant la mobilisation et une copie devrait être en possession de
L'Entrepreneur /contractant sur le SITE.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 78 of 127
L'entrepreneur/le contractant devrait inclure la planification de la conformité environnementale dans
la préparation de leur plan d'action HSP et HSE. Les problèmes à prendre en considération
comprennent, mais ne sont pas limités aux rapports, aux permis d'utilisation d'air, d'eau, l'amiante /
permis d'utilisation de plomb ou notifications, la production de déchets dangereux, les procédures
d'élimination connexes, le déversement d'atténuation et les méthodes de nettoyage, etc

L'Entrepreneur /contractant devrait avoir un programme écrit de communication des dangers et devrait
se conformer aux exigences de ce programme. Une copie du programme devrait être transmise au
représentant JESA / chef de projet avant la mobilisation et une copie devrait être en possession de
L'Entrepreneur /contractant sur le SITE.

Toute matière ou produit chimique potentiellement dangereux mis sur le site devrait être accompagné
d'une fiche technique des substances dangereuses (MSDS).Les copies de la fiche technique des
substances dangereuses devraient être transmises au chef de projet/chargé de construction avant la
mise du produit sur le SITE.Certains sites ne permettent pas l'utilisation de produits chimiques qui ne
figurent pas dans une liste pré-approuvée.

Les petites quantités (moins de 30 litres) de liquides dangereux, tels que l'essence, le carburant diesel,
et les solvants, portées sur le SITE devraient être stockées dans un conteneur de sécurité bien marqué
avec un pare-flammes et un couvercle à fermeture automatique.

38.0 CONDUITE

Le contractant/entrepreneur devrait garantir que :

1. Les opérateurs qui ont été assignés un véhicule de société doivent s'assurer que le véhicule est
entretenu conformément aux recommandations du fabricant. Les autres véhicules de
l'entreprise doivent être convenablement entretenus par l'unité d'exploitation responsable dans
un état qui assure une performance sécuritaire.La maintenance des véhicules personnels fait
partie de la responsabilité de l'employé. Un véhicule qui ne remplit pas les conditions de
fonctionnement sécurisées ne devrait pas être conduit en aucun cas.

2. Les véhicules devraient être d'une taille adaptée et conçus pour l'usage prévu.

3. Toute cargaison étant portée par un véhicule à moteur y compris l'équipement, les matériaux,
les biens de l'entreprise, ou les biens personnels doivent être correctement fixés par
l'opérateur de véhicule à moteur en tout temps et doivent être dans les limites du fabricant et
les limites juridiques pour le véhicule.

4. Les opérateurs de véhicules à moteur doivent connaître et respecter toutes les lois et
réglementations applicables lors de l'exploitation de leur véhicule, et ne doivent pas conduire
des véhicules à moteur dans les pays où ils ne sont pas sûrs ou inexpérimentés dans les règles
de conduite locales et les conditions.

5. Le conducteur du véhicule à moteur devrait s'assurer que le véhicule qu'il opère a une
immatriculation appropriée et une couverture d'assurance en place et ce avant de conduire. Si
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 79 of 127
vous utilisez un véhicule personnel, le conducteur du véhicule à moteur doit s'assurer que
l'immatriculation et l'assurance requise par l'état / pays dans lequel le véhicule est
immatriculé sont maintenues.

6. L'utilisation des camions, camionnettes, ou fourgonnettes sans sièges appropriés et des


systèmes de ceinture de sécurité pour le transport des ouvriers est strictement interdite.

Les opérateurs des véhicules à moteur désignés :

Les opérateurs doivent être en possession d'un permis de conduire valide, à montrer lors de la
délivrance du véhicule qui correspond à la classe de véhicule conduit. Une copie du permis de
conduire de l'opérateur doit être obtenue et conservée dans le dossier.

Les opérateurs doivent également être en possession d'un permis de conduire valide pour la durée de
temps dans lequel ils opèrent un véhicule de l'entreprise en plus d'accepter de participer et de
compléter les cours de conduite spécifiques à l'entreprise.

L'administration locale du contractant :

Les responsables de l'exploitation local sont initié à développer et mettre en œuvre des procédures de
véhicule à moteur, la vérification, le contrôle,l'inspection et l'entretien dans le cadre de la gestion des
véhicules de l'entreprise, et la vérification de la qualification des employés pour opérer tous les
véhicules utilisés au sein de l'entreprise.

Disqualification du conducteur de véhicule :

La révocation ou la suspension des privilèges de conduite par l'autorité émettrice, pour une raison
quelconque, devraient disqualifier un employé d'opérer un véhicule de l'entreprise la requalification
devrait exiger :

1. Restoration Restauration du privilège de conduire par l'autorité émettrice et


2. Approbation de la direction du contractant approprié

Ceinture de sécurité :

Les opérateurs de véhicules à moteurs doivent s'assurer que l'opérateur et que tous les passagers
utilisent correctement les ceintures de sécurité et les harnais de sécurité fournis avec le véhicule. Les
fourgons de marchandises utilisés pour le transport du personnel doivent être équipés de sièges
appropriés et de ceintures de sécurité.

Inspection d'avant départ et planification :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 80 of 127
Avant d'opérer tout véhicule à moteur au sein de l'entreprise, une inspection avant départ doit être
menée et un SPA doit être préparé et conservé avec le véhicule pendant le voyage.

L'opérateur devrait inspecter le véhicule de l'extérieur pour savoir s'il y a des dangers potentiels, tel
que les pares-brises fissurés, les miroirs manquants, les pneus défectueux, et autres dommages du
véhicule ou des défauts.

Distraction d'opérateur :

Une distraction est la cause principale d'accidents de véhicules à moteur, telle que l'utilisation de
téléphones mobiles, l'utilisation et le réglage de dispositifs électroniques portables, lire, manger, etc.
Les opérateurs de véhicules à moteur devraient éviter toute activité ou distraction qui pourraient
empêcher le fonctionnement sécuritaire d'un véhicule à moteur.

Les opérateurs de véhicules à moteur sont strictement interdits d'utiliser un téléphone mobile, la
messagerie texte, la messagerie SMS ou la radio bidirectionnelle, à la fois pour les véhicules à
moteurs et les véhicules d'entreprise. Cela s'applique aux dispositifs mains-libres et non-mains-libres.
Si l'utilisation d'un tel dispositif par l'opérateur du véhicule à moteur est nécessaire, il n’est autorisé
que lorsque le véhicule à moteur est en arrêt et dans une position sûre de la chaussée.

Exigences minimales d'un véhicule :

Faire le tour du véhicule pour voir la zone d'obscuration et ce avant d'avancer ou de reculer, toujours
garer en marche arrière.

Les ceintures de sécurité doivent être portées en permanence par tous les occupants des véhicules de
l'entreprise et par les employés à l'intérieur dans d'autres véhicules.

Respectez tous les panneaux de signalisation et les limites de vitesse.

39.0 ENVIRONNEMENT

Lois et reglementations

L'entrepreneur devrait se conformer à toutes les normes MIGA (règlement de la Banque mondiale),
les exigences des donneurs et des lois et règlements en vigueur au Maroc pour la protection de
l'environnement et des conditions sociales, y compris ce qui suit mais sans s'y limiter :

• Dahir no. 1-95-154 of 18 Rabii II 1416 (16 Août 1995) portant promulgation de la loi n °. 10-
95 sur l'eau.

• Dahir No. 1-03-59 du 12 mai 2003 portant promulgation de la loi n ° 11-03 relative à la
protection et l'amélioration de l'environnement.

• Dahir n ° 03/01/60 du 12 mai 2003 portant promulgation de la loi n : 12-03 sur l'étude d'impact
environnemental.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 81 of 127
• Dahir n. 03/01/61, 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003) portant promulgation de la loi no. 13-03
relatives à la pollution de l'air.

• Dahir n. 1-06-153 du 22 Novembre 2006 portant promulgation de la loi n. 28-00 relatives à la


gestion des déchets et leur élimination.

• Dahir du 10 Octobre 1917, portant sur la conservation et l'exploitation des forêts.

• Dahir n ° 1-02-130 du 13 Juin 2002 portant prolongation de la loi 08-01 relative à l'extraction.

• Dahir n ° 10/01/16 du 11 Février 2010 portant promulgation de la loi 13-09 sur les énergies
renouvelables.

• Dahir n ° 1-10-145 du 16 Juillet 2010 portant promulgation de la loi n ° 22-10 sur l'utilisation
des sacs et des sacs en plastique dégradables ou biodégradables.

• Dahir n ° 1-10-123 du 16 Juillet 2010 portant promulgation de la loi n ° 22-07 relative aux aires
protégées.

• Loi no. : 22-80 sur la conservation des monuments et sites historiques.

• Loi no. : 65-99 sur le Code du travail.

• L’environnement, la santé et la sécurité générale de la Banque mondiale, Tel que modifié,


remplacé ou complété de temps à autre.

Responsabilités de l'entrepreneur

The contractor assumes full responsibility for the consequences of his choices and actions. He
guarantees, if necessary, at its own expense, repair of the damage to the environment and residents due
to non-compliance with the specifications of the regulations, in particular, and without prejudice to
regulatory measures in application. In this repair, he has to use the most appropriate technologies and
in the shortest possible time. He agrees to pay, according to the terms of the contract administrative,
fines and penalties resulting from such non-compliance with standards and these clauses as well as
damages to persons or entities affected.

L'entrepreneur/Le contractant doit soumettre, dans sa réponse au programme de gestion


environnementale de l'offre répondant aux exigences environnementales contenues dans le présent
document et les CV de la personne qui sera le gestionnaire de l'environnement.

Ce programme comprendra également une section spécifique correspondant au plan d'action


environnemental (EAP), tel que stipulé dans les spécifications. Dans cet EAP, l'entrepreneur/le
contractant devra indiquera précisément comment il entend respecter les clauses environnementales.
L'EAP devrait inclure un plan d'intervention en cas de déversement accidentel de polluants
(hydrocarbures, peintures, solvants, etc.) et une procédure pour la vidange de l'huile usée

Le contractant devrait prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que ses employés et ceux
de ses sous-traitants respectent les lois, les règlements, et les exigences environnementales et sociales

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 82 of 127
énoncées dans les documents d'appel d'offres. En plus des exigences mentionnées dans le présent
document, l'entrepreneur devrait prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter l'altération
irréversible de la qualité des sols, les écosystèmes terrestres, la faune aviaire et aquatique, le flux d'eau,
les étangs et les rivières, le marais, les marécages, les zones humides et l'air. L'entrepreneur devrait
s'assurer que la mise en œuvre des projets et des travaux de développement n'affecteront pas
négativment, temporairement ou définitivement, la sécurité des personnes, des femmes et des hommes
vivant dans les villes et les villages à proximité.

Organisations environnementales

L'entrepreneur devrait nommer un responsable de l'environnement formé lors de la période de la


phase de construction. Cette personne sera responsable de toutes les activités du site liées aux aspects
environnementaux et sociaux. Le responsable de l'environnement aura le contrôle du projet et sera sous
la responsabilité directe de l'entrepreneur.

L'entrepreneur devrait permettre au client et / ou toute autre personne désignée par lui à inspecter le
site et tout sous-traitant dans le cadre de l'exécution du présent contrat, en particulier en ce qui concerne
l'application de ces clauses environnementales et sociales générales. À cette fin, quatre situations
donnant lieu à un audit de la surveillance de l'environnement du site sont prévues :

• Au début des travaux

• Durant les vérifications effectuées sans préavis pour vérifier la conformité des installations et
des activités

• Quand une situation particulière exige une vérification sur place

• Lors de la fermeture du site

Réunion de coup d'envoi environnemental

Avant d'entamer les travaux, l'entrepreneur doit assister à une réunion avec JESA et le client pour
présenter comment ils vont répondre aux exigences contractuelles relatives aux aspects
environnementaux et sociaux (programme de gestion environnementale et sociale), ce programme ou
plan de gestion environnementale et Sociale doit être examiné et approuvé par JESA.

Les critères environnementaux pour les installations temporaires

L'entrepreneur doit inclure les dispositions suivantes dans le plan de leurs installations temporaires,
au minimum, mais sans s'y limiter à ce qui suit :

• Supply drinking water for workers


• Toilettes
• La maintenance de véhicule te de parking
• Stockage de matières dangereuses
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 83 of 127
• Parc de carburant
• Stockage de déchets
• Le stockage d'explosifs (le cas échéant. Dans ce cas, l'entrepreneur devrait inclure l'évaluation
des impacts potentiels de l'utilisation explosive et les mesures d'atténuation requises dans le
Programme de gestion sociale et environnementale)
• Espace pour le stockage temporaire pour les matières excavées

Exemptions

L'entrepreneur devrait soumettre pour examen et approbation à JESA, toute prétention à la non-
faisabilité des clauses environnementales. Toutes les demandes seront faites par écrit et dans un délai
suffisant pour permettre un examen adéquat. Toute acceptation ou approbation par JESA n'annule les
obligations légales envers l’environnement de l’environnement/contractant.

Avis de non-conformité

JESA avisera l’entrepreneur par écrit quand une situation de non conformité environnementale a été
constatée. L'avis de non-conformité indique la nature de la violation, les mesures correctives et le
temps pour mener cette correction. Si les corrections ne sont pas effectuées de manière satisfaisante
dans le délai imparti, JESA et le client peuvent choisir d'effectuer les mesures correctives via un
tiers. Le coût du travail par ledit tiers sera de retour-à charge du contractant.

Démobilisation

Lors de la démobilisation du projet à l'achèvement, l'entrepreneur devrait s'assurer que le site est propre
et exempt de débris de construction avant l'acceptation finale par le propriétaire de l'installation. Un
audit environnemental d'achèvement des travaux sera effectué pour vérifier que le site est nettoyé. La
libération du dernier paiement dépendra de la vérification et sera faite seulement après la présentation
d'un document du ministère de l'Environnement indiquant que le site a été soigneusement nettoyé de
tous les débris après la fin des travaux (voir l'annexe 4).

Qualité de l’air

Les activités de construction et de déclassement sont susceptibles de générer de la poussière en


raison de l'excavation et de nettoyage du site. Une deuxième source d'émissions pourrait comprendre
les échappements des moteurs diesel et le brûlage en plein air des déchets solides du site.Parmi les
techniques à prendre en compte pour la réduction et le contrôle des émissions atmosphériques
provenant de la construction et de déclassement, nous considérons ce qui suit :

• Minimiser la poussière émise par les sources de manutention (bandes transporteuses et seaux)
avec l'utilisation de la couverture et / ou de l'équipement de commande (pulvérise l'eau
directement, filtres ou cyclone).

• Réduire la poussière de la source ouverte émise, y compris le stockage, l'utilisation de


mesures de contrôle.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 84 of 127
• Mettre en œuvre des techniques visant à réduire la poussière, comme l'utilisation de l'eau ou
des produits chimiques non toxiques pour minimiser la poussière générée par les véhicules en
mouvement.

• Effectuer une extraction sélective des polluants potentiellement nocifs de l'air, comme
l'amiante dans l'infrastructure existante, avant la démolition,

• Assurer la gestion des émissions des sources mobiles,

• Évitez de brûler des matières solides en plein air,

Bruit

En termes de bruit, nous allons promouvoir la réduction à la source des émissions sonores. Les
travaux seront effectués par l'entrepreneur et ses sous-traitants, selon un horaire quotidien selon le
contrat (voir les horaires de travail dans les annexes A et S du contrat). Si nécessaire, l'employeur
peut autoriser l'entrepreneur par écrit (lettre, fax ou e-mail) à travailler en dehors de ces heures.

Entretien de matériels et d'équipement

L'entrepreneur devrait s’assurer que l'entretien réglementaire est fait pour l'équipement lourd et
l'équipement qui pourrait générer du bruit important. Il doit s'assurer également que l'équipement, le
matériel et ceux de sous-traitant sont toujours en bon état.

Déversement de polluants

Un déversement est défini par la présence accidentelle d'un polluant en dehors de son lieu habituel de
confinement, et ce indépendamment du volume.

Un polluant est défini comme un produit solide, liquide ou gazeux résultant des activités humaines
qui pourraient, directement ou indirectement, polluer l'environnement ou promouvoir sa dégradation.

Plan d'intervention en cas de déversement

L'entrepreneur devrait s'assurer que toutes les mesures sont prises pour éviter tout déversement ou
rejet accidentel. Avant le début des travaux, l'entrepreneur doit soumettre à JESA pour examen et
approbation leur plan d'urgence et ce, en cas de déversement accidentel de polluants (huile,
peintures, solvants, etc.). Le plan d'urgence devrait comprendre au moins un régime d'intervention,
un système d'alerte, d'information et de documentation. L'information doit être placée dans un
endroit facilement accessible et à tous les employés.

L'entrepreneur doit aussi éduquer ses employés et sous-traitants sur leurs responsabilités en cas de
déversement accidentel, l'importance de l'intervention précoce, ainsi que la mise en œuvre d'un plan.
L'entrepreneur devrait démontrer qu'il a sur place une trousse d'intervention. L'entrepreneur doit être
en mesure de démontrer que son personnel a été informé de la procédure à suivre en cas de
déversement. Si l'entrepreneur n'a pas l'expertise nécessaire pour intervenir efficacement, il doit
désigner à son coût, un tiers-parti spécialisé dans le domaine.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 85 of 127
Trousse de première intervention

Une fois que les travaux commencent, l'entrepreneur doit disposer d'une trousse de première
intervention sur le site de travail, une trousse de première intervention doit contenir en particulier des
produits adaptés pour contenir les déversements. Elle doit être présente sur le site de travail à un
endroit clairement identifié à cet effet. Une première trousse d'intervention comprend au moins les
éléments suivants :

• tampons absorbants en polypropylène avec une dimension d'au moins 400 cm3
• rouleaux absorbants en polypropylène
• Les sacs en polyéthylène de haute résistance et assez grande pour déposer l'absorbant
contaminé
• Conteneurs sécurisés pour recevoir tous les matériaux inflammables

Déclarations obligatoires

L'entrepreneur doit informer immédiatement JESA de tout déversement de polluants dans


l'environnement, quelle que soit la quantité déversée .Lors d'un déversement accidentel, l'entrepreneur
effectue immédiatement, à ses frais, les étapes suivantes au minimum :

1. Sécuriser l'endroit et contrôler la fuite


2. Appliquer la structure d'alerte
3. Limiter le polluant
4. Récupérer les contaminants rejetés
5. Placer les déchets contaminés dans des conteneurs scellés
6. Rédiger et présenter un rapport au propriétaire du projet de déversement au plus tard 48 heures
après l'incident
7. Rédiger et présenter un rapport au propriétaire du projet de déversement au plus tard 48 heures
après l'incident
8. Creuser le sol contaminé, si nécessaire, et mettre en œuvre les mesures identifiées par le
propriétaire du projet
9. S'assurer que le sol et les matériaux contaminés sont retirés dès que possible dans un lieu autorisé
selon les instructions du propriétaire du projet...
10. Pour réaliser, à ses propres frais, l'échantillonnage requis et l’analyse du sol par une société agréée
par le propriétaire du projet après son indication.

Stockage d'hydrocarbures

Si l'entrepreneur prévoit de stocker temporairement l'essence ou de carburant diesel pour le


ravitaillement des véhicules ou des machines sur le site du projet, l'entrepreneur va construire un
conteneur secondaire constitué d'un lit de rétention de la terre autour de la zone de stockage et il sera
recouvert d'une double membrane imperméable pour recueillir tout déversement qui peut se produire.
La capacité du bassin doit être d'au moins 10% plus élevé que le volume total stocké à l'emplacement

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 86 of 127
L'entrepreneur devra mettre en place les zones de stockage à une distance d'au moins 50 mètres de
tout lieu de résidence, des puits, des lacs et des fleuves. La zone sera clôturée et l'accès contrôlé.
L'entrepreneur devrait consacrer une seule zone sécurisée pour le ravitaillement des véhicules.

L'entrepreneur doit soumettre pour examen et approbation par JESA un plan pour la récupération des
huiles usagées. Chaque fois que l'huile est évacuée à partir d'un véhicule ou une machine, elle doit
être enregistrée dans un registre de gestion des huiles usées, y compris les dates et les quantités
récupérées, ainsi que la méthode et le lieu de son élimination. L'élimination des huiles usagées ne
doit être effectuée que par un tiers ou une autorité compétent(e) dûment accrédité(e)

Maintenance et approvisionnement de matériel et d'équipement

Le contractant devrait assurer un entretien régulier de la machinerie lourde et de l'équipement qui


peut être une source de rejets de polluants. L'entrepreneur doit s'assurer que son équipement et son
matériel et ceux de ses sous-traitants sont en bon état. La manipulation et l’approvisionnement de
carburants, les huiles et les autres polluants doivent être effectués plus de 50 mètres d'un lac, d'un
ruisseau ou d'une terre humide.

Trafic, accès et stockage

L'entrepreneur est censé connaitre les différentes routes et chemins d'accès au lieu de travail.

L'entrepreneur est responsable de l'entretien des voies, des réseaux, des clôtures et des installations
de toute nature, qu'ils soient publics ou privés, qui peuvent être affectés en raison de son travail. Cela
comprend toutes les réparations nécessaires, la reconstruction ou le nettoyage. L'entrepreneur doit
également prendre toutes les précautions pour éviter que la saleté de la circulation, causée par la
sortie et l'entrée des véhicules et des camions dans le site du projet, ne gêne pas ou n'entrave pas la
voie publique.

L'entrepreneur devrait s'assurer qu'aucun objet dans la plateforme du camion ne peut tomber sur le
sol en utilisant des moyens appropriés (bâches, moustiquaires, etc.)

Lorsque l'entrepreneur est obligé de détourner temporairement le flux d'une autoroute publique, il
doit d'abord obtenir l'autorisation de l'autorité compétente sur la voie publique en question. Il doit
également veiller à ce que l'écart soit bien marquée et que la gestion du trafic soit traitée et contrôlé
par une personne qualifiée. À la fin des travaux, l'entrepreneur doit retourner la route, à ses frais, à
son état original.

Sauf indication contraire, l'entrepreneur ne devrait pas opérer avec son équipement à moins de 5 m
d'un plan ou cd'un fleuve (oueds, rivières, étangs, lacs), ou des zones humides (marécages, marais).

Tous les produits contaminés, stockés dans des contenants hermétiques dans un endroit spécialement
désigné à cet effet, doivent être facilement accessibles par les équipes d’urgence et les camions de
récupération.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 87 of 127
Contrôle de la poussière

L'entrepreneur devrait respecter les limites de vitesse appropriées pour tous les véhicules sur le site
du projet pour minimiser le levage et l'émission de poussières dans l'atmosphère et minimiser les
risques de sécurité pour les ouvriers et le grand public.

L'entrepreneur est tenu de limiter les émissions de poussière de la circulation des équipements, des
machines et des camions de bâches ou de l'eau qui sera utilisé comme un dépoussiérant
L'entrepreneur pourrait proposer d'autres moyens de contrôle de la poussière pour examen et
approbation par JESA.

Gestion des déchets et débris de construction

L'entrepreneur devrait garder le site propre tout le temps. Il installera des conteneurs fermés et scellés
d'une capacité suffisante pour recueillir tous les déchets générés par les activités quotidiennes liées à
l'exploitation du site et la présence de personnel dans le périmètre du site. L'enterrement des déchets
sur le site de la construction est strictement interdit. La fréquence de l'élimination des déchets doit
être suffisante pour empêcher le rejet d'odeurs.

L'entrepreneur devra assurer le transport des déchets en toute sécurité dans un site autorisé par
l'autorité compétente. La combustion ou l'incinération des déchets sur le site est strictement interdite.
L'entrepreneur devrait s'assurer que les débris de construction sont régulièrement collectés et
transportés vers un site agréé pour l'élimination. Seuls des matériaux inertes non contaminés peuvent
être éliminés après cette modalité.

L'entrepreneur devrait s'assurer que les boues des eaux usées des fosses septiques sont correctement
éliminées et ce conformément aux directives des autorités compétentes de la Commune. Les toilettes
doivent être vidées et nettoyées aussi souvent que nécessaire et l'élimination des déchets doivent être
faite avec l'approbation de la Commune, dans le réseau d'assainissement de cette dernière.

Gestion des débris de construction

L'entrepreneur devrait s'assurer que les débris de construction sont régulièrement collectés et
transportés vers un site agréé pour l'élimination. Seuls les matériaux non contaminés et inertes
peuvent être éliminés après cette modalité.

Gestion des boues d'épuration par les réservoirs septiques et les toilettes

L'entrepreneur devrait s’assurer que les boues des eaux usées des fosses septiques sont correctement
éliminées et ce conformément aux directives des autorités compétentes de la Commune. Les toilettes
nettoyées doivent être vidées aussi souvent que nécessaire et l'élimination des déchets doit être faite
avec l'approbation de la Commune, dans son égout ou le traitement fonctionne dans les boues des
stations d'épuration les plus proches.

Drainage

Pendant la construction, l'entrepreneur doit respecter le drainage naturel de l'environnement et doit


prendre toutes les mesures appropriées pour permettre l'écoulement de l'eau et éviter l'accumulation
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 88 of 127
d'eau surtout pendant la saison des pluies. Les dépôts de débris ou de matériaux de construction
temporaires ne doivent pas interférer avec l'écoulement naturel de l'eau, surtout lors de la pluie.

Pendant la construction de ponceaux temporaires, l'entrepreneur devrait réduire la pente de ces


banques pour prévenir l'érosion des pentes. Lorsque le drainage de surface peut entraîner des
sédiments dans les cours d'eau, l'entrepreneur devrait mettre en œuvre des mesures visant à maintenir
ou promouvoir leur établissement afin que les sédiments n’atteignent pas l'eau.

Excavation et Terrassement

L'entrepreneur doit tenir à un strict minimum de décapage, de compensation, d'excavation, de


remblayage et de domaines de travail de classement afin de respecter la topographie naturelle et
prévenir l'érosion et l'érosion des sols de surface pendant la construction.

Équipement des terriers

En règle générale, le contractant ne peut pas utiliser le matériel pour creuser des fosses situées à
moins de 300 m des zones habitées ou des bâtiments publics. Dans tous les cas, l'entrepreneur devrait
obtenir l'autorisation préalable de JESA et la municipalité appropriée.

Zone et service de stockage

L'entrepreneur devrait aviser JESA s'il a des travaux d'excavation ou de terrassement dans une bande
de 3 m du bord d'un lac, d'un cours d'eau ou des terres humides.

Stockage des matériaux de découpage

L'entrepreneur devrait dépouiller les zones de stockage pour les matériaux de déblais et remblais. Il
doit mettre de côté la surface du sol et de le remplacer dans la réhabilitation des locaux ou de l'utiliser
pour le profilage des pentes finales. Après le travail, l'entrepreneur devrait niveler les aires de service
et de stockage en fonction de la topographie originale.

Les sites de dépôt de matériaux de déblais devraient être identifiés dans les zones qui font partie de la
voie sans risque dans le ruissellement des eaux, de la faune et de la flora. L’entreprise prendra toutes
les mesures nécessaires pour maximiser la réutilisation des matériaux de travail, dans les décombres
pour le remblayage des zones excavées. Lors de l'excavation, la terre végétale sera stockée dans un
stockage temporaire et d'autres matériaux excavés dans un autre stockage temporaire.

Les excavations seront remblayées dans l'ordre inverse de l'excavation en utilisant des matériaux
dans les décombres du site. Le remplissage se fera d'abord par la couche inférieure de matériau
déblayé et de la terre végétale retirée. Les dépôts recevront une dernière couche de la terre végétale
qui permettra une re-végétation naturelle ou artificielle plus rapide. Ces matériaux seront échelonnés
sur l’ensemble du droit permanent.

Pour les matériaux excédentaires, ils doivent être déposés dans les sites permanents qui ont été
identifiés et autorisés à l'avance par les autorités locales et le client.Ces dépôts seront stabilisés au
moyen de plantations physiques et biologiques. De même, la morphologie et la hauteur des dépôts

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 89 of 127
doivent être le résultat d'une étude et une demande d'autorisation. Il est recommandé d'utiliser l'excès
de matière pour remplir les anciennes carrières existantes dans la zone du site du projet.

Sols contaminés

Si l'entrepreneur constate ou soupçonne la présence de sols contaminés pendant l'excavation, il doit


en aviser l'officier de liaison et le pouvoir adjudicateur. Le gestionnaire de la construction et le client
d'évaluer le risque que le remplacement du sol contaminé peut affecter à l'intégrité des structures
souterraines et de conserver, le cas échéant, les options suivantes : utiliser comme décharge, ou la
jeter dans une licence. L'entrepreneur doit éviter de re-surfaçage des sols contaminés qui ont été
profondément creusée pour empêcher la migration du contaminant.

Protection de la flore et de la faune

Dès l'achèvement des travaux L'entrepreneur doit appliquer des mesures appropriées pour protéger les
arbres et les arbustes existants où la protection de cette végétation est nécessaire dans les tableaux des
mesures d'atténuation spécifiques (voir annexe). En cas de dommage accidentel à ces arbres ou
d'arbustes, l'entrepreneur doit avoir les remplacer à ses frais. Dans tous les cas, l'entrepreneur devra
aviser le propriétaire du dommage qu'il a causé, le cas échéant, ou à risque de ces arbres ou arbustes
qui représente la présence de la construction ou de l'exécution des travaux spéciaux.

L'utilisation des arbres et arbustes du site et de ses environs par l'entrepreneur ou son personnel pour
le bois de chauffage est strictement interdite, et en général n’importe quelle collection de la flore et la
faune pour un usage que ce soit.

Découvertes archéologiques et des artefacts

L'entrepreneur doit aviser immédiatement JESA de la découverte de tous les objets, artefacts, des
structures ou des restes d'intérêt archéologique (exemples : anciennes fondations, paroi d'extrémité,
structures inconnus, etc.). En attendant la décision de JESA et le client, l'entrepreneur doit cesser
immédiatement le travail dans les zones affectées par une découverte de cette nature.

Expertise sur les découvertes archéologiques

L'entrepreneur doit fournir, à tout moment, un accès gratuit au site à l'expert désigné par le client et les
aider de quelque façon possible afin de leur permettre de compléter leur évaluation. En outre,
l'entrepreneur doit protéger les structures ou les restes identifiés à la suite d’excavations en conformité
avec les directives émises par le client.

Main d’œuvre et recrutement,

Autant que possible, l'entrepreneur devra recruter la main-d'œuvre non qualifiée des zones locales
autour du site du projet. Tout en respectant la législation actuelle sur la réglementation du travail et les
salaires, l'entrepreneur devra porter une attention particulière à établir un programme de recrutement
fondé sur l'équité entre les femmes et les hommes lorsque la nature des activités autorisées.
L'entrepreneur devra tenir un registre des travailleurs embauchés pour travailler sur le projet et envoyer
un JESA de copie ou le client quand ils le demandent. Pour l'embauche de travailleurs journaliers, les
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 90 of 127
travailleurs temporaires, les travailleurs de nettoyage et de gardes, l'entrepreneur est invité à embaucher
des travailleurs locaux, hommes et femmes.

Affichage des emplois disponibles. /postes vacants

L'entrepreneur devra afficher clairement un panneau à l'entrée du site, les emplois disponibles pour les
la population locale. Il peut également utiliser d'autres moyens efficaces (affiches dans les lieux
publics, annonces dans les journaux et / ou à la radio locale, etc.). Les avis de recrutement indiqueront
clairement lorsque les emplois sont ouverts aux femmes ou aux hommes.

Logement pour les travailleurs

Dans le cas où la main-d'œuvre sera recruté dans les municipalités autres que ceux qui sont jugés les
plus proches, l'entrepreneur sera responsable du transport ou de logement pour les travailleurs et
s’assurer que les installations sont adéquates pour répondre aux besoins spécifiques des femmes et des
hommes.

Rapport mensuel

L'entrepreneur sera tenu de déposer un rapport mensuel sur le respect de l'environnement du site et
de la main-d'œuvre locale employée pour aider à surveiller la conformité aux spécifications et aux
exigences du contrat. Le rapport indique les aspects environnementaux de maîtrise générés par
l'activité, le pas de conformité environnementale détectée sur le site et la méthode du maître. Il
rendra également compte des offres d'emploi, le nombre d'hommes et de femmes qui ont soumis des
offres et le nombre d'hommes et de femmes qui ont été embauchés.

40.0 LE CONTROLE DE STRESS THERMIQUE


La chaleur induite par le stress physiologique (stress thermique) se produit lorsque le corps ne parvient
pas à maintenir une température corporelle normale. Un certain nombre de réactions physiques peut
se produire allant de légères (comme la fatigue, l'irritabilité, l'anxiété, et une diminution de la
concentration, de l’habileté, ou de mouvement) au fatales. Parce que l'incidence du stress de chaleur
dépend d'une variété de facteurs, tous les travailleurs, même ceux portant pas d’équipement de
protection, doivent être surveillés.

Prévention

Une formation adéquate et des mesures préventives aideront à éviter des maladies graves en pus de la
perte de productivité au travail. La prévention du stress de chaleur est particulièrement importante car
une fois quelqu'un souffre d'un coup de chaleur ou d'épuisement dû à la chaleur, cette personne peut
être prédisposée à des douleurs supplémentaires.
Un ou plusieurs des recommandations suivantes aideront à réduire le stress de chaleur :
Modifier les calendriers de travail :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 91 of 127
1. Modifier les horaires de travail / repos en fonction des besoins de surveillance.
Mandat de ralentissements de travail selon les besoins.La rotation du personnel : alterner les
postes pour minimiser la surcharge ou le surmenage à une tâche.

2. Ajouter du personnel supplémentaire à l’équipe de travail.Effectuer des travaux pendant les


heures fraîches de la journée si possible ou la nuit si un éclairage adéquat peut être fourni.

3. Fournir un abri (air conditionné, si possible) ou des zones ombragées pour protéger le personnel
pendant les périodes de repos.

4. Assurer que les employés aient un accès adéquat à l'eau potable en quantité suffisante
.Maintenir les fluides corporels des travailleurs à des niveaux normaux. Cela est nécessaire
pour s’assurer que le système cardiovasculaire fonctionne de manière adéquate. L’apport
quotidien en liquide doit être égale à environ la quantité d'eau perdue dans la sueur, à savoir,
0,23 litres d'eau doivent être ingérés pendant environ tous les 0,23 kg de poids perdu. Le
mécanisme de la soif normale n’est pas assez sensible pour s’assurer que suffisamment d'eau
pourra remplacer la sueur. Lorsque qu’une transpiration abondante se produit, il faut
encourager le travailleur à boire plus. Les stratégies suivantes peuvent être utiles :

• Maintenir la température de l'eau entre 10 ° à 15,6 ° C.


• Fournir de petites tasses jetables qui détiennent environ 0,1 litre.
• Les travailleurs doivent boire 0,5 litres de liquide (de préférence de l'eau ou de boissons
diluées) avant de commencer les travaux.
• Exhorter les travailleurs à boire une tasse ou deux tous les 15 à 20 minutes, ou à chaque pause.
Un total de 4 à 6 litres de liquide par jour sont recommandés, mais plus peut être nécessaire
pour maintenir une moyenne d’eau/poids corporel adéquate.
• Peser les travailleurs avant et après le travail afin de déterminer si le remplacement des liquides
est adéquat.
5. Encourager les travailleurs à maintenir un niveau optimal de leur condition physique.
6. Acclimater les travailleurs avec l'état du site de travail : température, vêtements de protection,
et la charge de travail.
7. Exhorter les travailleurs pour maintenir des niveaux de poids normal.
8. Dans des conditions de grande chaleur ou la température dépasse 35 ° C ; des précautions
devront être prises :
• Une communication efficace oralement, par des observations ou par des moyens
électroniques devront être utilisée.
• Rappel pour les employés pour la vigilance quand aux signes / symptômes de maladie
dues à la chaleur, tout en conseillant toujours pour boire de l'eau abondamment
• Superviser étroitement ses collaborateurs pour leurs 2 premières semaines d'emploi

9. Porter un T-shirt long en coton sous les vêtements de protection. Le Coton aidera à absorber la
transpiration. Maintenez-le près de la peau, il fournira un maximum de refroidissement et
d’absorption de l'évaporation qui se déroule sous les vêtements (résistant aux produits
chimiques).

10. Prévoir des dispositifs de refroidissement naturel à l’aide d’échange de chaleur du corps ;
pendant le travail prolongé ou à l’exposition à la chaleur sévère. Les dispositifs de
refroidissement comprennent :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 92 of 127
• Douches sur le terrain pour réduire la température du corps et / ou pour se rafraîchir les
vêtements de protection.

11. Supervision et accompagnement des travailleurs à reconnaître et à traiter le stress de chaleur


avant de travailler. Dans le cadre de la formation, identifier les signes et symptômes de stress
de chaleur et comment réagir quand un employé présente des symptômes de maladie de la
chaleur, et de la réponse à l’urgence (qui apparaissent ci-dessous).

12. Crampes de chaleur causées par la transpiration abondante avec la consommation insuffisante
de liquide et le remplacement des produits chimiques (en particulier les sels). Les signes sont
les spasmes musculaires et des douleurs dans les extrémités et l'abdomen. Actions
recommandées:

• Eloigner la victime du milieu

• Tendez et presser le muscle affecté

• Déterminer la perte de la quantité de l’eau

• Repos jusqu’à la récupération de la perte de la quantité de l’eau

13. L’épuisement par la chaleur est causé par l'augmentation du stress sur divers organes pour
répondre aux demandes croissantes de refroidir le corps. Les signes sont une respiration
superficielle ; la peau pâle, frais et humide ; transpiration abondante ; étourdissements et
lassitude ; nausées ; évanouissement. Actions recommandées :
• Eloigner du milieu de travail
• Expulser les liquides
• Enlever les vêtements en trop
• Essuyez la tête et le torse avec des serviettes.
• Déterminer la perte de poids de l'eau
• Appliquer la formule pour le remplacement des liquides
• Surveiller la température du corps.

14. Le coup de chaleur est la forme la plus grave de stress thermique. La régulation de la
température n’est plus et la température du corps monte à des niveaux critiques.Une aide
médicale compétente doit être obtenue immédiatement. Les signes et symptômes sont une peau
rouge, chaude et sèche ; pas de transpiration ; nausées ; étourdissements et confusion ; forte
pulsion cardiaque rapide ; coma .Actions recommandées :

• Activer les Services médicaux d'urgence


• Eloigner du milieu
• Enlever les vêtements
• Commencez le refroidissement Manuel
• Serviettes froides - douche fraîche - les ventilateurs / climatiseur - TAP bain d'eau
• Être préparés pour le soutien de la vie vital (CPR).

41.0 PLAN DE TRAVAIL ADAPTE EN MOIS DU RAMADAN

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 93 of 127
Chaque année, en préparation pour le mois de Ramadan, l'entrepreneur est tenu de présenter un plan
de travail adapté au Ramadan qui détaille ce qui suit au minimum :

• Heures de travail au cours du mois de Ramadan


• Durée d'arrêt de travail au cours de l'Aïd Al-Fitr qui suit le Ramadan
• Précautions afin de préserver la santé du travailleur dans le cas de la chaleur excessive (Plan
détaillé par rapport à chaque activité)
• Préparations de L’IFTAR sur place pour les travailleurs sur le quart de nuit.

42.0 AUTRES EXIGENCES HSE

43.0 LES PERMIS DE TRAVAIL

Les Permis de travail sont un système de gestion formel utilisé pour contrôler les activités à haut risque.
Ceux-ci permettent une évaluation des risques à faire et de préciser les mesures de contrôle qui seront
mises en place afin de minimiser le risque.

Les Permis de travail seront généralement nécessaires pour des activités telles que l'entretien ou des
travaux de construction par des entrepreneurs externes, sauf si une évaluation des risques indique le
contraire.

Exemples des types de travail pour lesquels des permis seront nécessaires :

a) Le travail en hauteur, y compris sur les toits


b) Travailler dans des espaces confinés, par exemple les conduits
c) Le travail à chaud. C’est la soudure ou la découpe en utilisant des techniques de flammes
chaudes hors de la zone de l'atelier désigné.
d) L'isolement ou de la modification des systèmes de sécurité incendie, alarmes, etc.
e) Le travail direct sur les systèmes d'approvisionnement en électricité
f) Travail impliquant une interaction avec l'amiante
g) Le travail dans les zones où il y a un risque d'exposition à des produits chimiques ou des micro-
organismes dangereux
h) ND essais (Non Destructive)
i) Excavation et le creusement de tranchées

L'intention de l'autorisation de travail est de :

• S’assurer que le travail qui est destiné à avoir lieu est dûment autorisé
• Clarifier la nature et l'étendue du travail
• Spécifiez lesquelles des précautions doivent être prises et les activités qui sont interdites. Il
convient également de tenir compte les activités des autres partis qui peuvent influer sur ou
être affectés par le travail proposé. Peuvent avoir besoin d'être suspendu ou modifié
temporairement ces activités.
• Indiquez la date, heure et lieu que les activités spécifiées peuvent se produire.
• Veiller à ce que toutes les personnes qui ont le contrôle ou sont touchés par l'activité sont
conscients.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 94 of 127
• Fournir un dossier du travail, que les précautions spécifiques ont été compris et adopté, et que
le lieu de travail et ou de l'équipement est retourné à un état sûr.

Préparation du Permit de travail :

• Développer la déclaration de la méthode de travail et de l'évaluation des risques pour


les travaux à entreprendre.
• Développer la déclaration de la méthode de travail et de l'évaluation des risques pour
les travaux à entreprendre.
• Déterminer si le travail à effectuer nécessite un permis pour travailler. Ce sera le cas
s’il est du type décrit ci-dessus, à moins qu'une évaluation du risque indique qu'il est
déjà une activité à faible risque. D’autres activités à haut risque, qui ne sont pas
énumérés ci-dessus peuvent également exiger un permis pour travailler. Il faudra
donc déterminer le type de permis (s) qui est / sont nécessaires. Les Permis blancs
existent pour les types de travaux suivants : travailler en hauteur, le travail à chaud,
des espaces confinés, creuser des tranchées et des activités non spécifiées.
• Recueillir les informations pertinentes dans le cadre des travaux, y compris l’heure
de départ prévu et la date, la durée prévue, une description de la durée de la tâche, et
les noms de ceux qui effectuent le travail.
• Inspectez l'emplacement prévu pour le travail. Compte tenu de la déclaration de
méthode.
• Déterminer les éventuelles mesures ou actions supplémentaires qui sont nécessaires
afin de minimiser les risques associés à la réalisation de la tâche (s). Cela peut inclure
l'isolement des services tels que l'électricité ou le gaz. Afin de déterminer les mesures
nécessaires, il peut être nécessaire de faire appel à l'expertise des autres qui sont
familiers avec l'emplacement ou les activités à réaliser. Par ailleurs, d'autres
ajustements pourront être faits avant le début des travaux.

• Déterminer la date, l’heure et la durée du travail qui devra être réalisé.

Travail en hauteur, I / C Permis d’accès Toiture

Un permis de travail sera nécessaire si une évaluation des risques (effectuée après examen de la
méthode de la déclaration de travail) de l'ENTREPRENEUR indique qu'il y a un risque, comme une
chute de hauteur, une chute d'objet, l'exposition aux rayonnements ou à de dangereuses fumées ou de
tout autre danger important. Dans ce cas, les mesures prises pour minimiser les risques seront indiquées
dans l'article 4 du permis.

Espaces confinés, I / C Conduits permis

Autant que possible, la nécessité d'entrer dans des espaces confinés doit être évitée, d'autres méthodes
devraient être envisagées pour entreprendre la tâche. L’entrée d’une personne ne doit être engagée que
s’il n’existe aucune alternative raisonnable.

Un espace confiné est un espace clos est défini comme «tout lieu, y compris toute chambre, réservoir,
cuve, silo, puits, tranchée, tuyau, égout ou un espace similaire dans lequel, en vertu de sa nature fermée,
il en résulte un risque raisonnablement prévisible ». Les risques prévisibles comprennent :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 95 of 127
• Un manque d'oxygène

• Gaz toxiques, fumées ou de vapeurs

• Les matériaux inflammables

L’entrée dans l'espace clos devrait être interdite dès qu’il y a possibilité d'entrée des liquides et des
matières solides qui peuvent soudainement remplir l'espace, ce qui peut entraîner une personne à être
noyée, asphyxiée ou autrement blessée voire décédée. S’il est nécessaire de mettre ces isolements en
place, ceux-ci seront indiqués dans l'article 4 du permis.

Si une évaluation des risques indique que des conditions chaudes peuvent exister qui pourraient
conduire à une augmentation dangereuse de la température corporelle, des mesures appropriées
seront prises, par exemple, limiter le temps d'exposition. Les mesures appropriées seront indiquées
dans l'article 4 du permis.

Les moyens par lesquels une personne dans un espace confiné peut s’échapper ou être secourus en
cas d'urgence doivent également être indiqués dans le permis.

Autorisation des travaux à chaud :

Le travail à chaud inclut le travail avec un dispositif de coupage au chalumeau, appareil de soudage
oxyacétylénique, appareils à souder électriques, lampes à souder, matériel de broyage, travail avec
chaudières à bitume ou tout autre équipement produisant des flammes, de la chaleur intense ou
d'étincelles.
Les précautions suivantes doivent être en place :
• Le personnel formé à l'utilisation des extincteurs devra être dans l'équipe de travail.
• Au moins un extincteur d'incendie approprié doit être sur le lieu de travail.
• La zone de travail doit être débarrassée de matériaux inflammables.
• Des détecteurs de fumée doivent être isolés avant le début des travaux à chaud.
• Rester à la zone de travail pendant au moins 30 minutes après la fin du travail à chaud.
• Retirez l’isolation de feu ou les détecteurs de fumée utilisée après la fin des travaux à chaud.
• Si une évaluation des risques indique que des précautions supplémentaires sont nécessaires,
elles seront indiquées dans l'article 4 du permis.

Autorisations d’excavations :

Un permis de travail est nécessaire pour tous les travaux d'excavation, y compris le creusement de
tranchées. Avant de délivrer le permis, la personne organisant le travail fera en sorte qu'il y ait
suffisamment d'informations concernant les services souterrains tels que l'électricité, les câbles de
données, l’eau ou les tuyaux de gaz. Il devra par ailleurs avoir suffisamment d'informations sur les
conditions du sol et des bâtiments environnants.

Une politique avec une procédure de construction dédiée seront suivies lorsque les opérations de
creusement devront se produire à proximité d’arbres ou de forêts. Cette politique devra être
disponible chez l'équipe de construction de JESA sur place. (Standards Jacobs).

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 96 of 127
Lorsque les entreprises devront effectuer des excavations, ils doivent fournir une méthode de
déclaration (i.e. DICT-Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux) qui consiste à donner
des détails sur la méthode d'excavation, des précautions pour éviter l'effondrement des tranchées, des
clôtures autour de la tranchée, les EPI à utiliser et le processus de mise en état de l'excavation.

Autorisations pour d'autres activités

Des procédures similaires seront suivies avec des permis pour d'autres tâches dangereuses, y compris
les travaux sous tension sur les systèmes d'approvisionnement en électricité, le travail en interaction
avec l'amiante et le travail dans les zones où il y a un risque d'exposition à des produits chimiques ou
des micro-organismes dangereux.

44.0 TRAVAUX A PROXIMITE DE PLANS D'EAU

Travailler sur et autour de l'eau présentent des dangers particuliers. Des précautions spécifiquement
développées pour cette phase doivent être prises avant le début des travaux. Il y a des mesures générales
qui doivent être suivies à chaque fois que le personnel est tenu à travailler sur l'eau, y compris la
construction des ponts, quais, barrages, écluses et digues.

Toute personne travaillant sur ou près de l'eau, sur les navires flottants, les quais, ou lorsque le danger
de noyade existe, doit porter un vêtement de flottaison individuel approuvé par la Société (EIF),
comme décrit dans la section Équipement de protection individuelle ci-dessous.
Avant et après chaque utilisation, le EIF doit être inspecté pour tout défauts susceptibles d'altérer ses
capacités de rigidité ou de flottabilité. Les EIF défectueuses ne doivent pas être utilisés.

Entreprise-approuvé les bouées de sauvetage, tels que les bouées de sauvetage de 30 pouces, avec au
moins 90 pieds de la ligne ci-joint, doit être fourni et facilement disponibles pour les opérations de
secours d'urgence lorsque les travailleurs sont à l’eau ou près de l'eau.

Les distance entre les bouées de sauvetage ne doit pas dépasser 200 pieds ou 61 mètres.

Travaux à proximité de plans d'eau :

Travailler sur et autour de l'eau et de la glace présente des dangers particuliers. Des précautions
spécifiquement développées pour cette phase de construction doivent être prises avant le début des
travaux.
Il y a des mesures générales qui doivent être suivies chaque fois que le personnel est tenu à travailler
sur l'eau, y compris la construction des ponts, quais, barrages, écluses et digues.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 97 of 127
Un esquif/ radeau de sauvetage approprié avec un moteur hors-bord doivent être disponibles à des
endroits où les employés travaillent à proximité de l'eau. Ils doivent aussi également être disponibles
pour une utilisation d'urgence.

L'équipe de secours devrait être capable de récupérer dans les quatre minutes une personne noyée dans
l'eau. L’esquif utilisé devra être équipé de deux rames ou pagaies, une bouée de sauvetage, et tout
l'équipement nécessaire pour le fonctionnement de nuit, y compris les projecteurs. Le canot de
sauvetage et de secours doivent être inspecté périodiquement.

La maintenance et un exercice de secours devra être effectué au moins à fréquence mensuelle.

Les employés doivent travailler par paires (interdiction des postes isolés) et avoir un soin extraordinaire
dans l'exécution de leur travail. Le «Buddy System» sera suivi et au moins deux personnes seront à la
vue de l'autre à tout moment.

Les conditions environnementales à proximité de l’eau peuvent provoquer une corrosion accrue des
câbles des grues et engins de levage, des bateaux et d'autres équipements. De ce fait, ils devraient être
inspectés fréquemment et régulièrement lubrifiés.

Équipement de protection individuelle

Un EIF (ou PFD : Personal Flottation Device) est un équipement individuel de flottabilité. Un gilet
de sauvetage est un EIF qui fournit la flottabilité suffisante pour maintenir la tête des personnes qui les
portent hors de l’eau, sans effort par le porteur. D’autres EIF n’offrent pas cette protection, ou certains
offrent une flottation seulement.

Les gilets de sauvetage doivent être portés par les travailleurs exposés à un risque de noyade dans l'eau
assez profonde. Les travailleurs doivent utiliser un gilet de sauvetage approuvé.

Pour la navigation de plaisance vers et depuis le lieu de travail, les bateaux doivent être équipés d'un
gilet de sauvetage approuvé pour chaque personne à bord.
L'ISO 12402-5 :2006 spécifie les exigences de sécurité relatives aux aides à la flottabilité utilisées en
eaux abritées avec une aide ou du secours à proximité, dans des circonstances où des équipements plus
encombrants ou présentant une flottabilité supérieure peuvent entraver l'activité de l'utilisateur.

La norme ISO 12402 a approuvé les équipements individuels de flottabilité (EIF).

Tous les efforts doivent être faits pour fournir une protection totale contre les chutes à toute personne
travaillant à proximité ou sur l'eau, à chaque fois en dehors d'un système de garde-corps complet.

Toute personne travaillant à proximité de l'eau en possédant une protection contre les chutes, doit
porter un type I, II, III, V – EIF (PFD), ou équivalent. Un type III ou V EIF (PFD), ou équivalent,
peuvent être utilisés que s’il est approuvé pour "usage commercial" ou "Utilisé comme un gilet de
travail."

Lorsqu’une protection totale contre les chutes ne peut être atteinte, toute personne travaillant à
proximité ou sur l'eau ou sur les navires flottants, doit porter un EIF type I ou équivalent ou un EIF
gonflable activé à l'eau de type V avec un rendement équivalent à un type I ou dispositif de type II (un
minimum de 15 kg de flottabilité) qui maintient une position du porteur face vers le haut.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 98 of 127
Ces types d’EIF sont également équipés d'une lumière activée par l'eau, un sifflet, et d’une bande
réfléchissante.

Lorsque les activités de flamme nue (par exemple, le soudage, la combustion, de gougeage) sont
nécessaires, les gilets gonflables ne doivent pas être portés.

N’attachez pas d'homme à un panier ou un élévateur aérien (nacelle) qui est utilisé sur ou à proximité
de l'eau si cela augmenterait le risque de noyade.

Dans ces cas, un EIF Type V qui fournit une fonctionnalité de libération rapide sous charge doit être
utilisé.

Ne fixez pas un harnais ou un EIF au bateau ou à un équipement qui est à risque de couler ou chavirer
si la longe du harnais est inférieure à 2 m de longueur et équipée avec d’un matériel de dégagement
rapide sous charge.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 99 of 127
Tableau 1: Catégories de classification EIF

Type I EIF Classé comme un gilet de sauvetage off-shore, ce type EIF fournit le
plus de flottabilité de tous les types. Il est efficace pour toutes les
eaux, particulièrement les eaux libres ou dans les eaux éloignées où
le sauvetage peut être retardé. Ce type est conçu pour tourner les
porteurs les plus inconscients dans l'eau à une position face vers le
haut. Si ce type d’EIF est requis pour le travail, il est également
équipé d'une lampe activée par l'eau et des bandes réfléchissantes.
Type II EIF Classé comme un gilet de sauvetage près des côtes, ce type d’EIF est
destiné aux eaux calmes et intérieures ou lorsqu'il y a une bonne
chance de sauvetage rapide. Intrinsèquement les porteurs EIF de ce
type feront de sorte qu’ils tournent certains porteurs inconscients à
une position face vers le haut dans l'eau, mais la rotation n’est pas
aussi prévisible que celle de type I.
Type III EIF Classé comme une aide à la flottaison, ce type EIF est bon pour les
utilisateurs conscients dans les eaux calme et intérieures, ou lorsqu’il
y a une bonne chance de sauvetage rapide. Il est conçu pour les
porteurs qui peuvent se placer dans une position face vers le haut dans
l'eau. Les manteaux de flotteur, les gilets de pêche, et les gilets conçus
avec des caractéristiques appropriées pour diverses activités sportives
sont des exemples de ce type d’EIF.
Type V EIF Classé comme un dispositif à usage spécial, ce type EIF peut être
utilisé seulement s’il est approuvé par l'USCG/US ou un organisme
équivalent pour "usage commercial" ou "Utiliser comme une veste de
travail". Il est destiné à des activités spécifiques et peut être utilisé
qu'en conformité avec les conditions d'approbation sur son étiquette.
Un type V EIF offre les performances des types I, II ou III EIF,
comme indiqué sur son label.

Un EIF gonflable est considéré comme un type V EIF, et il est conçu


pour un usage continu. JESA recommande que des gilets 150N de
sauvetage gonflables pour tout le personnel travaillant à proximité ou
au-dessus de l'eau.

Les EIF gonflables sont équipées de systèmes manuels ou


automatiques d'inflation (activés par l'eau). Ils fournissent une bonne
flottaison aux caractéristiques de performance identifiés sur leurs
étiquettes. Les gonflables avec les caractéristiques de performance du
Type I ou II ont 5kg de flottabilité en plus par rapport au avec
flottabilité du Type I. Les gonflables doivent avoir des contrôles
réguliers et réarmement et une maintenance pour assurer la bonne
performance. En aucun cas, cet EIF devrait être utilisé comme un
harnais de sécurité pour l'activité d’escalade.
Certains appareils de type V offrent une protection importante de
l'hypothermie. Les exemples incluent costumes longues, gilets de
travail, gilets bord de voile, et un gilet de sauvetage avec harnais de
sécurité.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 100 of 127
Travaux sur le Quai :

Les exigences suivantes s’appliquent à tout le personnel affecté aux travaux du quai une structure
similaire qui se trouve au-dessus ou à côté de l’eau :

- Il doit y avoir un moyen de communication par radio et/ou par téléphone dans les deux sens
entre la zone de quai et le personnel de l'établissement principal.
- Un signal de détresse prédéterminée doit être convenu en cas d'urgence.
- Un journal sera maintenu sur le quai. Tout le monde devrait signer à l'arrivée et au départ.
- Le personnel non autorisé ne doit pas être présent dans la zone du quai. Les employés doivent
vérifier avec leur superviseur avant d'aller sur le quai.
- Le HSE doit être notifié avant tout travail inhabituel mené sur le quai ou dans un bâtiment.

Les opérations de soudage (de feu) :

L'expérience montre que le soudage (travaux de feu) est parmi les risques les plus critiques des activités
à proximité de quai. Cependant, ces activités peuvent être exécutées en toute sécurité si les précautions
appropriées sont prises avant ou au cours de ces travaux. Les procédures suivantes s’appliquent aux
opérations de soudage sur les quais.
• Les autorisations de travail à chaud doivent être obtenues avant le début des travaux.
• Aucune opération de soudage ne peut commencer avant que le superviseur donne les
instructions spécifiques à la tâche.
• L’équipement de protection contre les incendies doit être disponible, chargé et prêt pour
une utilisation immédiate lorsque les opérations de soudage ou de découpe sont en cours.
• Un moyen de signalisation doit être prédisposé pour cerner une éventuelle situation
dangereuse lors de l’exécution des opérations de brûlage ou de soudage.
• Travailler seul n’est pas autorisé sur tous les quais.
• Un "FIREWATCH" (superviseur) doit être identifié à tous les endroits de soudage ou de
brûlage.
• Lors des activités de flamme nue (e.g. le soudage, le brûlage, de gougeage), les gilets
gonflables ne doivent pas être portés.

Procédures d'abandon

L'abandon d'un quai en sautant dans l'eau peut être particulièrement dangereux et ne doit être fait que
s’il n'y a pas d'autres moyens d'évacuation. Les règles suivantes doivent être appliquées dans le cas ou
la station d'accueil devra être abandonnée :

• Assurez-vous que l’EIF est en toute sécurité.


• Aller au point le plus bas possible et entrer dans l'eau sur le côté de la rive en aval.

Cela vous évitera d'être balayé dans les pieux de quai.


• Retirer le casque.
• Regardez pour voir si la voie est libre et sans objets saillants.
• Placez une main sur la bouche et le nez.
• Saisir l’EIF sur l'épaule opposé avec l'autre main.
• Gardez les coudes vers le bas serré contre la poitrine.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 101 of 127
• Prenez une respiration profonde, sauter les pieds en premier en gardant le corps droit, les
jambes et les pieds croisées ensemble, garder les yeux sur l'horizon.

Comportement recommandé pour les victimes dans l'eau froide :


• Essayez de garder la tête hors de l'eau.
• A défaut de terre ferme ou de structure à portée de main, Il est préférable de nager ou de faire
tout autre mouvement vigoureux.
• Corps courbé en rentrant dans les genoux et en gardant les bras près du corps pour la
conservation d’une chaleur corporelle maximale.
• S’il y a deux ou trois personnes dans l'eau, se recroqueviller en attendant les secours.
• Sortez de l'eau à l’aide de tout autres débris flottants si possible.
• Surtout, rester calme et rester vigilant !

Exigences pour les navires et la qualification du chargement / déchargement des barges

Tous les employés affectés à des opérations de quai doivent être instruits et informés des exigences
applicables de la présente HSEP (voir procédure correspondante en Annexe), ainsi que les exigences
de sécurité propres à l'installation et les procédures d'exploitation standard.

Tout le personnel du chargement ou du déchargement des navires ou des barges doit réussir un
examen écrit approuvé par la Société impliquée au travail assigné qui comprend des règles et
procédures de sécurité spécifiques à la nature du travail.

Les opérateurs doivent également réussir une aptitudes/exercices pratiques (portuaires) avec les
équipements et le matériel de manutention qu’ils utilisent. Cet exercice sera supervisé par une
personne compétente désignée.

Tout Barge chargeur / opérateurs doit chaque année suivre un recyclage et/ou test de ses
connaissances avec les exigences présentées dans le programme initial.

Pour les installations exploitées régulièrement, les évaluations annuelles des compétences ou
pratiques n’est pas nécessaire. Cependant, la formation de recyclage est nécessaire si les travailleurs
n’ont pas participé à des opérations de mer dans les trois mois précédents.

La personne compétente désignée délivre des cartes de qualification pour les travailleurs qui
répondent avec succès à ces exigences.

Les operations des équipements/engins mobiles ET lourds : Mobile and Heavy Equipment Operations

Seules les personnes qualifiés, formés et autorisés seront permises à utiliser les équipements/engins
mobiles et lourds.

L'intégrité structurale de tout quai ou autre surface (sur laquelle les engins mobile et lourd sera utilisé)
doit être évaluée par une personne qualifiée.

En raison des environnements humides et corrosifs généralement associées au travail sur ou à


proximité de l'eau, des inspections de routine aux équipements doivent être effectuées à fréquence
élevée.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 102 of 127
Les opérateurs d’engins mobiles et lourds, travaillant au bord et à bord de l'eau, doivent porter un EIF
en tout temps, même en période d’utilisation d’équipements.

Se référer à la Procédure HSEP appropriée qui se trouve à la section 17, Équipement lourd, du Manuel
HSEP.

Rambardes

Les exigences en matière des rambardes spécifiées dans le présent document s’appliquent aux stations
de travail sur l'eau.

Rampes

Les rampes doivent être :

• Au moins 46 centimètres de large


• Ne pas s’incliner de 1 in 3 (20 degrés)
• Lorsque la pente est supérieure à 1 in 8 (6 degrés), on cale 19 x 38 millimètres fixés à des
intervalles réguliers qui ne dépassent pas 50 centimètres.
• Quand une rampe est utilisée pour des équipements tels que des brouettes ou le travailleur
peut tomber de la rampe sur une distance de 1,2 mètres ou plus ou peut tomber à n’importe
quelle distance dans l'eau-la rampe doit être munie de rambardes.

Une plateforme de travail flottante

Lorsqu'ils sont utilisés sur un projet de construction, les radeaux, les chalands et les navires similaires
sont considérés comme des plates-formes de travail.

En tant que tel, ils sont soumis à certaines exigences :

• Les rambardes doivent être fournies le long des bords ouverts. Les rambardes peuvent être
enlevées sur le côté pratique de la plate-forme, les travailleurs fournis sont protégés par d'autres
mesures de protection contre les chutes.
• Les travailleurs sur plates-formes flottantes doivent porter des gilets de sauvetage. Un gilet de
sauvetage offre une flottabilité suffisante pour garder la tête de l'utilisateur hors de l'eau, sans
effort par le porteur.
• Mesures de sauvetage appropriées doivent être préparés par l'entrepreneur et soumettre pour la
révision et l’approbation par JESA.
• En outre, le positionnement et la fixation des navires utilisés comme plates-formes de travail
devront être surveillés et entrepris par un personnel expérimenté.

Un dispositif antichute :

Les exigences spécifiées dans les chapitres sur les «Rambardes» et «protection contre les chutes»
s’appliquent aussi aux travaux sur l'eau.

Les filets de sécurité

Les filets de sécurité peuvent être nécessaires lorsque la conception structurelle, l'accès de

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 103 of 127
chargement, la mobilité des travailleurs, ou d'autres facteurs rendent les rambardes et les systèmes
d’antichute impraticables.

Sauvetage de l'eau

Lorsque le personnel est exposé au risque de noyade, au moins deux travailleurs formés pour
effectuer des opérations de sauvetage doivent être à temps plein disponibles à l'emplacement de
travail pour une opération de sauvetage.
Un bateau en état de navigabilité doit également être disponible et doit aussi être meublé avec
l'équipement de sauvetage suivant au minimum :
• Une bouée de sauvetage attachée à une ligne d'attrape flottante d'au moins 15 mètres de
longueur avec la présence d'une gaffe.
• Un système d'alarme capable d'alerter un travailleur de la nécessité de procéder à une
opération de sauvetage.
• Une gaffe
• Gilets de sauvetage pour chaque personne faisant partie de l'équipage de sauvetage.

Dans le cas ou un bateau à commande manuelle n’est pas approprié, où l'eau est susceptible d'être
agitée, le canot de secours devra ainsi être motorisé.
Le moteur doit être démarré et contrôlé quotidiennement.

Des équipements de sauvetage tels que les bateaux, doivent être stockés sur ou près du site du projet,
prêt à l'emploi.

Là où il ya un courant d'eau, une longueur de la ligne doit être étendue à travers l'eau en aval de tous
lieux de travail, elle devra être équipée de bouées ou objets flottants similaires qui sont capables de
fournir un soutien pour une personne dans l'eau.

La ligne doit être solidement fixée à un ancrage adéquat à chaque extrémité.

Un système d'alarme doit être installé et maintenu pour avertir les travailleurs de la nécessité d'un
sauvetage d'urgence.

Travailler au-dessus ou à côté de l'eau nécessite un plan de travail sécuritaire spécifique qui devra être
examiné et accepté par JESA avant le début des travaux. Cela inclut, mais n’est pas limité, aux rivières,
lacs, canaux, bassins de décantation, et des réservoirs ouverts contenant des liquides.

45.0 PROTECTION DES BARRES D'ARMATURE

Toutes les extrémités saillantes de barres d'armature d'acier doivent être protégées contre le risque
d'empalement. Les travailleurs ou le personnel qui tombent d'une hauteur ou même trébuchent sur des
barres d'armature non gardés peuvent subir des blessures internes graves ou même la mort.
JESA exige que l'entrepreneur protège contre ce risque sérieux en effectuant une des actions suivantes
au minimum :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 104 of 127
• Protéger toutes les extrémités saillantes de barres d'armature d'acier avec les bouchons de
protection appropriées.
• Pliez les barres d'armature, si possible, de sorte que les extrémités exposées ne soient plus
debout.
• Veiller à ce que la protection de chute et la prévention des chutes appropriés sont mises en
œuvre comme première ligne de défense pour tous les travaux à hauteur au-dessus des barres
d'armature exposées.
Les bouchons des barres d'armature n’offrent pas le même niveau de protection, et pas tous les
bouchons des barres d'armature sont conçus pour éliminer le risque d'empalement. Dans certaines
circonstances, la force d’une chute peut pousser les barres d'armature à passer à travers un simple
bouchon en plastique et empaler un travailleur. Il y a même des cas ou le travailleur peut être empalé
par l'armature et le bouchon ensemble.

Seuls les bouchons des barres d'armature conçus pour assurer la protection de l'empalement, tels que
ceux contenant l'armature d'acier, doivent être utilisés.

46.0 GESTION DE L'INTERFACE ET CO-ACTIVITE

Une gestion efficace des interfaces de projet est essentielle pour le succès du projet pendant la phase
de construction et pour éliminer les erreurs et les dangers inutiles au personnel sur place.
Des méthodes de communication conventionnelles sont nécessaires pour bien gérer la co-activité. Elles
comprennent des réunions, des meetings face-to-face (face-à-face), de la communication téléphonique,
et des réunions régulières de traitant spécialement de l'interface sur place.
Le contractant soumettra à JESA pour examen et approbation leur plan de gestion de l'interface qui
identifie les différentes interfaces et les parties concernées ainsi que les mesures d'atténuation
nécessaires.
L'entrepreneur nommera également un coordonnateur de l'interface du projet (PIC : Project
Interface Coordinator) en cas de besoin.

47.0 PRÉVENTION DES INCENDIES

Fumer est autorisé uniquement dans des endroits désignés pour fumeurs et qui ont été acceptés par
JESA.
L'utilisation d'appareils de chauffage personnels ou portables (par exemple cuisinières, brûleurs,
plaques chauffantes, etc.) est interdite sur le site et peuvent uniquement être utilisés dans des endroits
désignés hors site.
Les entreprises et leurs sous-traitants doivent mettre en place des mesures de lutte contre les incendies
qui seront utilisés pour établir et assurer le contrôle de la sécurité incendie sur le site du projet.
Ces procédures portent sur des activités de nature administrative et de supervision. Elles concernent
le contrôle, le fait de guider et diriger le personnel du site en matière de prévention et de lutte contre
les incendies. Elle vise aussi à protéger la sécurité de tout le personnel travaillant dans les limites du
chantier de construction.
Les entrepreneurs doivent s’assurer que tous les règlements applicables en matière de prévention et de
lutte contre les incendies sont strictement suivis sur le site de construction.
Les Entreprises veillent à ce que tous les équipements mobiles, machines à souder et autres
équipements sont équipés d'extincteurs appropriés et approuvés au besoin.
Les entreprises sont tenues de s’assurer que tous les employés ont une connaissance de base de
l'équipement de lutte contre les incendies, notamment les extincteurs. Aussi il faut s’assurer également
que tous les employés connaissent l'emplacement de tous les équipements de lutte contre les incendies
et que l'accès à tous les équipements de lutte contre les incendies est maintenu en permanence.
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 105 of 127
L’Enterprise est tenu de veiller à ce que tous les employés savent comment contacter les brigades de
pompiers locaux, elle devra programmer régulièrement des simulations ou des exercices d'incendie.

Les procédures suivantes sont destinées à servir comme des lignes directrices pour servir aux
contrôles de prévention des incendies sur le site de construction. Ils ne sont pas destinés à remplacer
les règlements applicables sur la prévention des incendies, le contrôle et la sécurité.

Les équipements de pompiers : Tous les extincteurs, équipements et canalisations seront installés et
entretenus conformément à la législation en vigueur et des normes traitantes de la protection contre
l’incendie. Les extincteurs à halon ne doivent pas être utilisés.

Réduire les risques d’inflammation : Tout le câblage et équipement électrique sera installé selon les
exigences réglementaires locales.

Échappement : les systèmes d'échappement de tous les moteurs à combustion interne seront situés loin
des matières combustibles et des points chauds, Ils devront aussi être isolés en toute sécurité des
structures de construction :

Zones fumeurs : le tabagisme et les flammes nues seront interdits dans toutes les zones, sauf si les
zones d'exception autorisées sont affichées ou lorsqu’ils opèrent sous un permis de travail sécuritaire
spécifique.

Buses : Les buses d'air, le gaz inerte, les conduites de vapeur ou de tuyaux doivent être raccordées
électriquement s’ils sont utilisés dans le nettoyage ou de la ventilation des réservoirs ou des navires
utilisés pour les matériaux inflammables.

Par ailleurs, il est à noter que chaque projet devra inclure ses propres détails spécifiques quand aux
plans d’évacuation, points de rassemblement, Numéros d’urgence, scénarios critiques retenue de
l’analyses des risques, etc….

48.0 MANUTENTION MANUELLE ET OUTILS.

La manutention manuelle, c’est toute activité nécessitant l'utilisation de la force exercée par une
personne, il s’agit de lever, abaisser, pousser, tirer, porter ou déplacer une charge.

L’employeur, l'entrepreneur principal doit, autant que possible :

1. Identifier tous les dangers susceptibles de résulter d'une manipulation manuelle au lieu de
travail.
2. Évaluer le risque de blessure ou de préjudice à une personne résultant de chaque danger, le cas
échéant
3. Envisager les moyens par lesquels le risque peut être réduit

LA PROCEDURE de contrôler les risques liés à la manutention manuelle devrait garantir que la bonne
posture est utilisée lors du levage. La posture correcte assure que la charge est maintenue près du corps,
qui en se penchant pour ramasser des charges, la torsion est réduite au minimum, ainsi la charge n’est
pas trop lourde pour la personne concernée.
Les charges maximales pour les travailleurs (à manipuler manuellement) est de 25 kg.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 106 of 127
Le Matériel et les outillages ne doivent pas être modifiés en aucune façon pour les adapter à un emploi
non prévu par le fabricateur. Le fabricant de l'équipement doit approuver ces adaptations ou
modifications à l'équipement par écrit. Seules les personnes formées et autorisées doivent faire
fonctionner des machines ou des équipements.
Tous les outils électriques portatifs doivent être équipés d'interrupteurs à pression constante qui vont
automatiquement couper l'alimentation lorsque la pression (la main/l’action de l’opérateur) est
enlevée. Les outils électriques portatifs avec commutateurs de marche/arrêt ou de verrouillage ne sont
pas autorisés.
Les entreprises sont responsables de la mise en œuvre d'un système de contrôle régulier ou d'un
programme, pour tous les outils utilisés sur le site pour s’assurer que les outils fonctionnent
correctement (e.g. dispositif d'homme mort), sont toujours en place, et que tous les outils qui sont
endommagés doivent être immédiatement retirés du site.
Tous les outils doivent être approuvés pour une utilisation sur une base mensuelle au minimum.

49.0 LUTTE ET PREVENTION CONTRE LES RONGEURS, LES REPTILES ET LES


RAVAGEURS

Il est de la responsabilité de toutes les entreprises à signaler tout cas de rongeurs ou des reptiles au
gestionnaire du site HSE.

À l'exception des produits aérosols domestiques, les entreprises ne sont pas autorisées à utiliser des
pesticides dans la zone sans d'abord consulter le gestionnaire du site HSE.

Des mesures de lutte contre les rongeurs doivent être prises régulièrement, le cas échéant, en particulier
lors des changements de saison pour les serpents et les scorpions.

Lorsque les plans d'eau stagnante sont répandus, des précautions doivent être prises pour éviter les
infestations de moustiques.

50.0 PROTECTION RESPIRATOIRE

Les Impuretés de l'air doivent être contrôlées à leur source en augmentant le nombre de changements
d'air dans le lieu de travail ou en réduisant l'exposition des travailleurs. Si l'équipement de protection
respiratoire est nécessaire, l'entrepreneur fournira l'équipement de protection respiratoire, fabriqué
pour répondre à la conformité européenne (CE).

Les Entreprises qui envisagent porter des masques dans le cadre de leurs activités, sont tenues de
transmettre à l’équipe de Construction/Gestion de projet une copie écrite de leur programme de
protection respiratoire. Reportez-vous à 29 CFR 1910.134 / HSEP 13,09.

Dans la procédure, l’entreprise doit :


• Nommer un superviseur qualifié responsable de l’application des exigences établies,
• Décrire la méthodologie de l'entretien de l'équipement respiratoire,
• Etablir un programme de formation de son personnel à l'utilisation, le stockage, la maintenance,
l'inspection et le nettoyage de l'équipement respiratoire. Les travailleurs ne doivent pas
travailler dans une atmosphère dangereuse, sauf s’ils sont familiers avec l'utilisation de
l'équipement de protection respiratoire fournie par L'ENTREPRENEUR.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 107 of 127
Les entrepreneurs doivent fournir un programme de surveillance médicale pour les travailleurs
susceptibles de porter une protection respiratoire, mais aussi pour ceux affectés à des travaux sur des
activités qui peuvent représenter des risques sanitaires, ou toute autre activité qui est considérée comme
«à haut risque» par JESA.
Tous les travailleurs qui sont tenus de porter une protection respiratoire doivent être supervisés de près
avant d'être affecté à n’importe quelle tâche.

Les Entreprises qui envisagent porter des masques dans le cadre de leurs activités, sont tenues de
transmettre à la Construction/Gestion de projet une copie écrite de leur programme de protection
respiratoire.

51.0 SITUATIONS DE DANGER IMMINENT

Lors de la découverte de toute situation qui pourrait, de l'avis de JESA, vraisemblablement causer un
préjudice physique grave, la maladie, la mort ou d'importants dommages environnementaux, La
Construction/ Gestion de projet de l'entrepreneur ou du le représentant HSE suspendent les travaux
connexes immédiatement... Le travail ne peut reprendre qu'après la correction de la préoccupation(s)
du HSE, à la satisfaction de JESA.

Des exemples de situations de «danger imminent» qui peuvent être inclus, mais ne sont pas limités aux
situations suivantes avec un WPS 4 ou 5 classifications :

• Les chutes de hauteurs


• Les fouilles pas correctement inclinés ou étayés.
• Les risques d'électrocution.
• Les Activités de travail présentant un danger de blessure pour le grand public.
• Utilisation de véhicules, de machines ou de l'équipement lourd d'une manière dangereuse.
• Toute violation d'un règlement de sauvetage ou des règles de tolérance zéro

En plus de la suspension immédiate des travaux, la procédure pour la correction des situations de
danger imminent suit la “ Politique d’adhésion HSE ” énoncée ci-dessous (voir la section 10.0).)

52.0 PLAN D'INTERVENTION D'URGENCE PIU

Le but du plan d'intervention d'urgence (PIU) est de fournir des lignes directrices pour les actions
requises dans le cas d'une blessure, d'incendie ou de toute autre situation d'urgence sur un site de travail.

L’encadrement dans chaque zone, projet, et bureau doit élaborer un PIU adaptée localement.

Les Urgences varient en type par consequent l’intervention exigée doit etre clairement définie.
Le PIU préparée localement devrait répondre à ces variations et de fournir les informations de base
nécessaires et les lignes directrices pour gérer efficacement les urgences prévisibles.

La PIU doit traiter et inclure les exigences JESA et les exigences locales mise en oeuvres, le cas
échéant, réglementaire locale.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 108 of 127
53.0 PLAN DU SITE

Le plan du site doit indiquer :

• Les Portes d’accès (entrés et sorties)


• Les rues
• Les bureaux du site et autres facilities
• Les voies d'évacuation vers les points de rassemblement d'urgence
• Points de rassemblement d'urgence.
• Emplacement de la Salle de premiers soins
• Emplacement d’extincteur d'incendie / Avertisseur
• Stockage de produits/magasin

54.0 LISTE DE CONTACTS D'URGENCE

Dans le cadre du plan d'intervention d'urgence, le site doit remplir une liste de contacts d'urgence qui
doit être tenue à jour, y compris les informations et les contacts suivants:

• La supervision du site de l'entrepreneur


• L’organisation du projet (encadrement)
• Représentant du client.
• Représentant de JESA
• Organisation HSE du projet
• Les organismes gouvernementaux
• Services de transport médical
• Services d’assistance médicale.

55.0 COORDINATION D'URGENCE

Les surintendants du projet (ou autres personnes désignées) doivent être capables et en mesure de
répondre et de participer à tous les cas urgents qui peuvent survenir.
Tous les contractants doivent identifier leurs secouristes qualifiés (first aiders), et définir les
responsabilités au cours de la coordination d'une intervention d'urgence : alerte, appel d’urgence,
mettre en quarantaine la zone et de s’assurer que toutes les personnes blessées sont stabilisés et
reçoivent le traitement adequant ou évacués.

56.0 SIMULATIONS ET REPETITIONS

Le PIU est plus susceptible d'être correctement mis en œuvre, et les employés formés sont plus
susceptibles de s’acquitter efficacement, quand ils ont eu l'avantage des exercices réguliers ou
"répétitions".

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 109 of 127
La fréquence de ces simulations est déterminée par le HSE local approprié, et les
gestionnaires/Encadrement du bureau, la zone, ou le projet, mais doit avoir lieu au moins tous les six
mois.

REVUE ANNUELLE

Le bureau, le service, ou le chef de projet doit s’assurer que le PIU est revu et mis à jour chaque année
avant la formation de recyclage annuel.

FORMATION

Les employés concernés par la coordination d'urgence doivent recevoir une formation sur le contenu
du plan d'intervention d'urgence local.

Les employés concernés auront une formation générale de sensibilisation et seront informés des étapes
de base nécessaires d'action pendant la formation d'orientation initiale.

Les employés aux postes de direction pour qui les droits d'action d'urgence ont été établis, doivent
recevoir une formation plus étendue et plus détaillée.

La formation initiale doit être documentée, et la formation de recyclage annuel doit être effectuée.

57.0 PREMIERES SECOURS

L'entrepreneur doit s’assurer que les lois du travail en vigueur et les exigences de premiers secours(first
aiders) pour les travaux à risques très élevés sont respectés selon un rapport de base de 1 superviseur
pour 10 employés et 1 autre aditionnel pour chaque autre groupe de 25 employés parmi les
entrepreneurs de sites et sous-traitants. En outre, le ratio de référence doit être constant dans toutes les
périodes d'activité (shifts et week end).

58.0 SERVICES MÉDICAUX

Dès qu'ils se mobilisent pour le site, et une fois que le nombre d'employés atteint 50, l'entrepreneur et
son sous-traitant ont la responsabilité de fournir un service médical sur place qui comprend une
infirmerie et infirmier qualifié permanent pendant les heures de travail.

L'entrepreneur doit fournir une infirmerie médicale entièrement équipée et dotée qui peut également
être utilisé par JESA, le personnel des clients et les sous-traitants.

L'entrepreneur doit fournir un transport d'urgence tout équipé (ambulance) sur place.

L'entrepreneur doit contacter et avoir un accord avec les hôpitaux locaux pour traiter les accidents de
travail fournir une assistance medicale d'urgence. Ces hôpitaux et cliniques locales doivent être
approuvés par JESA avant que l'entrepreneur conclut un accord avec eux.

L’installation médicale ou l’infirmerie sur place de l’entrepreneur doit comprendre tout le matériel
nécessaire pour fournir les premiers soins et pour stabiliser la victime dans le cas d'un incident sur
place. Voir liste ci après :
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 110 of 127
Tableau 2: Matériel minimum pour l’infirmerie sur place de l’ENTREPRENEUR

Nom de l'équipement Photo Quantité


Table d'examen 1

Escabeau 1

panier piédestal roulant en acier 1


inoxydable

Négatoscope ou Visionneuse X-Ray 1

Écran d'acuité visuelle / ou 1


tableau optométrique

Tensiomètre 2

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 111 of 127
Stéthoscope Littman 2

Otoscope 1

Glucomètre + bandelettes-test 1

Échelle 1

Toise

Brancard pliable 2

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 112 of 127
Extracteur d’oxygène Shell ou O2 1

Canule nasale pour l'oxygène 10

Unité de réanimation 1

Stérilisateur 1

Attelles pour les membres inférieurs NA 3 Sup. / 4 Inf.


et supérieurs.
Minerve (3 tailles différentes) 3

Scalpel Bades 1 pack

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 113 of 127
Lit de printemps avec matelas et NA 2
oreiller.
Pinces à servir 1

Boite medical pour Serviette NA 2


hygiénique
Paravent 1

Feuilles 4

L’ambulance sur place de L'ENTREPRENEUR doit être entièrement équipée et comprend tout le
matériel nécessaire pour transporter en toute sécurité la victime à l'hôpital indiqué ci-dessous au
minimum :

Tableau 3: Matériel minimum pour l’ambulance :


Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 114 of 127
Affichage dans Interdiction De Fumer
l'ambulance
Brancard, lit L'ambulance doit être équipée de Brancard, lit
Système d'aspiration - L'aspiration installée doit être assez puissant pour fournir un flux d'air d'au moins
20 litres par minute.
- Equipé d'une unité d’inspiration portable fournissant un vide d'au moins 300 mm
et débit d'air libre d’au moins 15 litres par minute.
L'équipement - L'ambulance doit avoir un système de canalisation d'oxygène de type hospitalier
d'oxygène capable de stocker et fournir un minimum de trois mètres cubes) d'oxygène
médical.
- L'ambulance doit être équipée pour l'équivalent de 1000 litres d'oxygène et doit
permettre au préposé de surveiller les niveaux de réservoir de l'intérieur du
compartiment patient.
- Une unité d'oxygène portatif doit être transportée.
- L'unité d'oxygène portatif doit avoir au moins un conteneur de 13 pieds cubes (0,4
mètre cube) et doit être équipé d'un étrier, un manomètre, a non-gravity dependent
flow-meter, un tube de livraison et des masques à oxygène ;
- Un cylindre de secours plein doit être entreposé dans l'ambulance.
- Les masques à oxygène doivent être transparentes et jetable ;
Équipement général - Défibrillateur automatique ou manuel.
- Deux masques à réservoir système sans ré-inspiration d’oxygène transparent de
toute taille, adulte et enfant.
- 2 Canule nasale pour adultes
- one bag- valve-mask unit for each size
- 2 ampoules avec des dispositifs de livraison approuvés ou 2 seringues préchargées
ou 2 dispositifs automatiques d'injection pour adulte et 2 pour enfants.
- Un ensemble de voies respiratoires orales de 0 à 6.
- Au moins 6 voies respiratoires naso-pharyngés dimensionnée de 12 à 34
- Lubrifiant soluble dans l'eau
- Pas moins de 6,10 x 30 pouces pansements universelles ou un traumatisme.
- Plus de 15 tampons de gaze stériles, 4x 4 pouces ou plus
- Douze, pansements autocollantes souples laminés, 3 pouces de large ou plus
- Quatre pansements occlusifs stériles d'au moins trois pouces par 9 pouces.
- Deux rouleaux de ruban médical, de 2 pouces ou plus.
- Deux feuilles de combustion propre.
- Huit bandages triangulaires
- Ciseaux de bandage, 7 pouces ou plus
- une grande adulte, un adulte régulier et une taille enfant brassard de pression
sanguine gradués pour mesurer l'intérieur + ou 4 mm Hg
- Un stéthoscope
- Attelles de traction. Cette exigence peut être satisfaite par une des opérations
suivantes.
- Une adulte traction commercial attelle et méthodologie documentée pour la
stabilisation d'une fracture du fémur pédiatrique signé par le fournisseur
d'ambulance
Conventions avec les Cliniques/hôpitaux locaux
Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 115 of 127
L’entrepreneur est tenu de mettre en place une convention avec les hôpitaux locaux pour traiter le
personnel blessé sur le site du projet au-delà de tout traitement médical qui peut être fourni par
l'infirmerie sur place. Dans le cas où les hôpitaux locaux sont équipés pour traiter les blessures ou un
traumatisme grave, l'entrepreneur est tenu de mettre en place une convention avec un hôpital dans la
ville la plus proche du site du projet équipés pour faire face à de telles situations. La procédure quand
une personne doit être traitée à l'hôpital local et quand ils doivent évacués vers un hôpital avec des
soins spécialisés et services de traitement devrait être détaillé dans le plan d'intervention d'urgence de
l'entrepreneur.

L’Entrepreneur doit soumettre une copie de leurs conventions médicales à JESA pour examen et
approbation.

Tenue de dossiers Blessures/Maladie

Tous les dossiers médicaux sont :


• Produits par le personnel médical du site
• Maintenu sur place
• Maintenu sous stricte confidentialité

Toute occurrence de blessure ou de maladie signalés à un poste de premiers soins, à un superviseur ou


à une installation de traitement médical doit être enregistrée dans le registre de premiers soins. Les
inscriptions au registre doivent être tenus secrètes ; les registres sont susceptibles d'être vérifiés.

59.0 DROGUE, ALCOOL, ET CONTREBANDE

JESA interdit strictement l'utilisation, la vente, la tentative de vente, la fabrication, la possession, la


distribution, la culture, le transfert ou la distribution de toute substance illicite. Cela comprend
l'utilisation ou la possession de médicaments d'ordonnance sans prescription valide.

L'entrepreneur mettra en oeuvre une Drug, Alcohol, and Contraband Policy, y compris les tests post-
incident, qui répond aux exigences de la politique de JESA. Les éléments clés de la politique de JESA,
sauf si la loi l'interdit, sont :

• Pré-accès/Tests pré-affectation courant dans les six mois avant affectation initiale à travailler
sur le PROJET DU CLIENT.
• Tests post-incident de tout travailleur impliqué dans un incident en milieu de travail lié au
projet qui en résulte, ou aurait pu entraîner, des blessures à toute personne nécessitant un
traitement médical au-delà des premiers soins, n’importe quel type d'attention médicale donnée
par un fournisseur de services médicaux de tiers (hôpital, clinique, médecin, etc.), un incident
de véhicule à moteur, ou des dommages matériels.

• Les Tests Post-incident doivent être réalisée dès que possible après l'incident.

• Tests de soupçon raisonnable sur des soupçons raisonnables par JESA, LE CLIENT ou le
gestionnaire de L’ENTREPRENEUR qu'un travailleur est sous l'influence d'une substance
interdite. Dans de tels cas, le(s) travailleur (s) doit être immédiatement retiré du PROJET et
doit remettre leurs informations d'identification de projet, le personnel donc retirés ne peut être
autorisés à revenir qu’avec un résultat négatif du test ou avec une autorisation écrite de JESA.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 116 of 127
• Tests aléatoires ou inopinées périodiquement pour les travailleurs sélectionné ou choisi par la
classification des emplois ou de lieu de travail de façon aléatoire. Le pourcentage de la force
de travail, ou le nombre de travailleurs, sélectionnés pour les tests doivent être spécifiés sur
une base spécifique au projet et a déclaré dans le Plan d'action de danger évaluation de la
sécurité du projet.

La détention ou l’utilisation de l'alcool dans un véhicule fourni par JESA, le client ou par l’entrepreneur
est interdite.

Tout travailleur dont la drogue ou d'alcool test est positif seront retirés du projet et seront invités à
rendre leurs informations d'identification de projet.

Le refus de se soumettre aux tests de drogue ou d'alcoolémie ou aux tentatives de manipulation,


adultérer, diluer, ou autrement falsifier un échantillon de test sera traité comme un résultat de test
positif.

L’entrepreneur adopte la collecte, chain-of-custody, et d'autres procédures connexes conformes aux


pratiques de l'industrie du son.

Les Condition JESA de dépistage des drogues et de l'alcool peuvent être plus sévères que les peines
minimales d'entrepreneur. Si oui, les exigences de JESA seront appliquées.

Si JESA soupçonne qu'un travailleur est en possession de drogues illicites, d'alcool ou de contrebande,
JESA peut demander à l'individu de se soumettre à une fouille de sa personne, ses effets personnels,
ses véhicules, ses casiers, et ses bagages. JESA peut également effectuer des recherches aléatoires
d'individus entrant ou sortant du lieu de travail. Toute suspicion de contrebande sera confisquée et peut
être remis à l'application de la loi, le cas échéant. Si un individu est invité à soumettre à une fouille et
qu'il refuse, cette personne sera considérée insubordonné, il va rendre ses informations d'identification
de projet, et il sera escortés en dehors du travail, et ne sera pas autorisés à revenir.

JESA a le droit d'examiner la Drug, Alcohol, and Contraband Policy de L’entrpreneur et de vérifier la
mise en œuvre de leur programme au chantier.

L’entrepreneur doit respecter toutes les applicable de JESA, du client, et des lois et les règlements
locales et internationales liés à la drogue et à l’alcool

60.0 SURVEILLANCE MEDICALE ET D'EXPOSITION

Les entrepreneurs/contractants qui prennent part aux opérations, telles que celles impliquant des
déchets dangereux, d'amiante ou de la réduction du plomb, certains composés cancérigènes, etc.,
devraient décrire leurs procédures de surveillance médicales et d'exposition et leurs méthodes de
conformité proposées dans leur plan d'action HSE ou HSP.

Les employés impliqués dans ces opérations devraient répondre, avant toute activité ou exposition de
travail sur le terrain, aux exigences médicales et aux règlements ou normes applicables, y compris,
mais sans s'y limiter, un examen médical de base et une mise à jour périodique des examens, selon les
besoins.
Les exigences et les limitations médicales devraient être prises en considération avant l'utilisation de
certains types de PPE, tels que les respirateurs.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 117 of 127
Aptitude aux exigences de travail

Tous les travailleurs des entrepreneurs/contractants qui travailleront pendant plus de 14 jours de travail
consécutifs sur le projet sont tenus de subir un examen médical préalable à l'emploi avant de travailler
sur le site.

Les travailleurs de l'entrepreneur/contractant doivent soumettre ces examens avant la mobilisation. la


direction de l'entrepreneur de l'entrepreneur/contractant sera tenue pour responsable de permettre à un
employé qui ne réussit pas l'examen médical.

Le praticien/le médecin du travail effectuant l'examen devrait être satisfait dans chaque cas qu'aucune
maladie ou une déficience n'est présente qui pourrait être considérablement aggravée en travaillant sur
le projet ou qui représente un risque inacceptable pour la santé ou la sécurité pour lui-même ou pour
tout autre employé sur le projet.
Les examens médicaux suivants doivent être effectués au minimum pour tous les nouveaux
travailleurs :
• L'examen physique accompagné d'un certificat d'apptitude au travail
• Examen de sang (CBC, groupes sanguins)
• Analyse d'urine
• Fecalysis
• La radiographie thoracique

Examens médicaux supplémentaires doivent être effectués pour les emplois, y compris les activités à
risque élevé suivantes (obligation pour les nouveaux et existants travailleurs sur place dans ces
catégories) :
• Les opérateurs de grue à tour ou mobiles
• Opérateurs d'équipement lourd
• Opérateurs de nacelles élévatrices
• Travailleurs qui exécutent les travaux en hauteur
• Electriciens
• Transport de marchandises dangereuses
• Conducteurs de passagers

Les protocoles de tests pour ces activités à risque élevé, comprennent ce qui suit :
• Glucose (diabète sucré)
• Test respiratoire
• Test d'audiométrie
• Test de Vision
• Historique des crises d'épilepsie (EEG) de test cardiovasculaire (ECG)

61.0 ENQUETE SUR LES INCIDENTS/ACCIDENTS

Une enquête formelle sur les incidents ou accidents devrait être menée lorsqu'un accident se produit,
y compris les incidents sans blessures, les premiers soins, les rejets ou déversements dans
l'environnement.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 118 of 127
62.0 CLASSIFICATIONS JESA DES INCIDENTS

Pour la classification des incidents, JESA a adopté les directives de tenue des dossiers OSHA
(29CFR1904) comme un système global de classification des accidents et des maladies du travail (à
l'exception des E1, qui est une classification propre à JACOBS). La classification utilisée pour les
incidents est résumée ci-dessous :
FAT : Fatality - Fatalité
RLTI : Recordable Lost time Injury – Blessure avec arrêt de travail à enregistrer
RRWC: Recordable Restricted Work Case – Poste aménagé à enregistrer
RMTC : Recordable Medical Treatment Case – Traitement médical à enregistrer
E1 : Visit Doctor – Consultation d’un médecin (diagnostique plus important que
celui du médecin de la compagnie)
FAC : First Aid Case – Premier Soin
NM : Near Miss – Presque incident (incluant la classification WPS)
PD : Property Damage – Dégats matériels
Env. : Environmental impact – Impact environnemental
MVI : Motor Vehicle Incident – Incident de véhicules légers
Les contractants sont tenus de fournir la classification WPS pour tout incident signalé pour toutes les
catégories listées ci-dessus.

63.0 NOTIFICATION DES INCIDENTS / ACCIDENTS

Les incidents impliquant des expositions potentielles aux matériaux et rejets dangereux ou des
déversements de ces matériaux doivent être rapportés immédiatement au responsable de
construction/projet JESA
Les rapports d’investigation sur les accidents du contractant (blessures et maladies du travail) doivent
être transmis au responsable de construction/projet dans un délai de vingt-quatre heures.
Les employés du contractant doivent rapporter immédiatement tous les incidents, les blessures ou les
maladies liés au travail à leur superviseur ou leur Représentant HSE du site.
Le contractant doit rapporter immédiatement tous les incidents, les blessures ou les maladies liées au
travail au responsable de construction/projet JESA ou au Représentant HSE du site après l'assistance
médicale appropriée.
Les blessures, les maladies, ou tout incident impliquant un tiers ou un membre du grand public doivent
être immédiatement rapportés au responsable de construction/projet JESA.

INVESTIGATION SUR LES INCIDENTS / ACCIDENTS

Dans le cas d'un accident, d’une blessure ou d’une maladie dans le lieu de travail, l’action immédiate
la plus importante est de fournir une assistance médicale à ceux qui pourraient en avoir besoin et de
veiller à la sécurité des autres.
Sécuriser les lieux de l'accident est essentiel en vue d’assurer une investigation efficace sur l’accident.
Aucun matériel ou équipement ne devrait être déplacé jusqu'à ce que l’analyse de l'accident soit
terminée, sauf lors de la sécurisation des équipements ou des matériaux pour éviter qu’il y est d'autres
blessures.
Obtenir les noms des témoins, les adresses permanentes, et les déclarations signées de leurs
observations factuelles complètes. Reportez vous à l’Annexe.9)
JACOBS a adopté la méthode des 5 POURQUOI (5 WHY) pour l'analyse des causes fondamentales.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 119 of 127
65.0 RAPPORT ET SUIVI D'INCIDENT/ACCIDENT

Le contractant est responsable du maintien d'un registre de premier soin (Annexe 10) pour toutes les
blessures et les maladies des employés signalées sur le projet.
Toutes les investigations sur les accidents doivent être documentées en utilisant le Rapport d'enquête
sur les accidents (Annexe 8). Tous les rapports requis devraient être remplis et les copies devraient être
déposées dans un délai de 24 heures au responsable construction/projet de JESA.

66.0 POLITIQUE D'ADHESION HSE

Le contractant est tenu de se conformer aux exigences et aux règles HSE applicables. Les procédures
ci-dessous décrivent trois étapes gérées progressivement pour corriger les problèmes de conformité.
Toutefois, si dans l’avis de JESA et du client, les problèmes de non-conformité sont graves, les contrats
peuvent être résiliés à tout moment.

JESA et ses partenaires ont la politique « Tolérance Zéro » pour toute transgression des « Life Saving
Rules » (Règles pour préserver la vie) identifiées dans la section 3.2 du présent document. Les
superviseurs seront tenus responsables des transgressions ou de l’indifférence flagrante de ces règles.
Le personnel du contractant jugé en transgression des règles « Tolérance Zéro » sera immédiatement
renvoyé du site du projet et ne sera pas autorisé à accéder à un autre site du client.

JESA et le client appliquent « Tolérance Zéro » pour tout type d'altercation physique entre le personnel
sur le site du projet. Dans le cas d'un conflit physique, les deux parties seront immédiatement retirées
du projet et ne sera pas autorisé à accéder à un autre site du client.

67.0 Premier niveau d’action :

Si le contractant ne se conforme pas à une norme HSE applicable, l’administrateur des contrats JESA
du projet émettra un « Avis de non-conformité HSE » écrit (Annexe 3) au représentant du contractant
du site. La direction de projet/construction transmettra également une « Lettre d'avertissement pour
non-conformité HSE » (Annexe 4) et une copie de l'avis de non-conformité HSE à la direction du
contractant. Des copies de ces documents doivent être transmises à l’administrateur de contrat et au
responsable HSE de JESA.

68.0 Deuxieme niveau d’action:

Si les points de la non-conformité HSE ne sont pas corrigés par le premier niveau d'action, ou si le
contractant échoue à plusieurs reprises de se conformer à la réglementation HSE applicables,
l’administrateur de contrat de JESA du projet émettra un « Avis de suspension temporaire des travaux »
(Annexe 5) au contractant. Les travaux du contractant ne peuvent être repris avant qu’un plan d’actions
correctives soit proposé par la direction du contractant et accepté par le responsable des opérations
JESA lors d’une réunion. Les actions peuvent inclure, mais ne sont pas limitées à :
• Retirer du projet certaines personnes du contractant,
• Modifier des procédures de travail du contractant, ou
• Mettre en place des actions correctives par JESA ou le client à la charge du contractant.
• Le contractant ne devrait pas reprendre le travail jusqu'à ce que la direction des opérations de
JESA accepte les actions correctives proposées. La direction des opérations de JESA
documentera et conservera les comptes rendu des réunions.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 120 of 127
Troisieme niveau d’action :

Si le premier et le deuxième niveau d'actions n'aboutissent pas à la conformité HSE du contractant, la


résiliation des contrats existants pourrait se produire. La direction des opérations du client pourrait
résilier le contrat existant après vérification avec la direction de projet que la procédure d'adhésion
HSE a été suivie et après avoir donné un préavis au contactant. Les contractants qui ont un contrat
résilié suite à cette procédure ne sont pas admissibles à participer à de futurs projets du client jusqu'à
la mise en œuvre et démonstration des mesures correctives pour améliorer leurs défaillances. Seule
une lettre d'acceptation écrite du directeur des opérations du client peut rétablir l'admissibilité d'un
contractant.

70.0 ANNEXES (EXHIBITS)

Annexe 1, Formulaire de données HSE des entreprises /contractants


Annexe 2, Rapport Mensuel statistique HSE des entreprises /contractants
Annexe 2a.1, Statistique HSE des entreprises /contractants
Annexe 2a.2, Sommaire des blessures
Annexe 2b, Rapport mensuel des statistqiue relatifs aux incidents /accidents des entreprises
/contractants
Annexe 3, Avis de non conformité HSE
Annexe 4, Lettre d'avertissement pour la non-conformité HSE
Annexe 5, Avis écrit de la suspension temporaire des travaux
Annexe 6, Plan d'action sécurité
Annexe 7, Rapport d'observation de sécurité
Annexe 8, Rapport d'enquête sur les incidents/accidents
Annexe 9, Déclaration de témoin
Annexe 10, Registre de premiers soins

Annexe 1 — Formulaire de données HSE des entreprises /contractants

Fournir l'historique des performances HSE Pour les trois dernières années complètes

Entrer l'année 20__ 20__ 20__


Le taux de modification de l'expérience des travailleurs (EMR)

Si l'auto-assuré, fournit des heures de travail de l’employé par revendication

Nombre d'heures de travail d’employée


Nombre de décès (Colonne G du formulaire OSHA 300 ; fournir des
explications sur une feuille séparée pour chaque décès)
Nombre de cas impliquant des jours d'absence du travail (La colonne H sur
le formulaire 300 OSHA)
Nombre de changement de tache ou cas de poste aménagé (colonne I du
formulaire OSHA 300)
Nombre des "autres cas enregistrables" (colonne J du formulaire OSHA 300)

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 121 of 127
Total de tous les cas ci-dessus (décès, jours d'arrêt de travail, transferts ou
poste aménagé, et autres cas enregistrables, c-à-d, le total des colonnes G,
H, I et J)
Taux d’incidence OSHA (nombre total de cas enregistrables x 200 000 /
nombre total d'heures de travail)
Nombre de référence par OSHA et autre organismes de réglementation HSE
(fournir des détails pour chacun sur une feuille séparée)
Nombre de kilometrages parcourus par entreprise

Nombre d'accidents de véhicules à moteur

Kilométrages parcourus divisés par le nombre d'accidents de véhicules

Programme HSE

Oui Non
Avez-vous un programme écrit de communication des dangers ?
Avez-vous un programme HSE écrit ?
Avez-vous un programme écrit de prévention de l'abus de drogues et d'alcool qui
comprend les préalables à l'emploi, le soupçon raisonnable, et les tests après un
incident ?
Avez-vous un programme écrit de protection respiratoire ?
Avez-vous un programme d'orientation/ Induction des nouveaux employés ? Si oui,
contient-il des instructions sur :
Politique HSE de l'entreprise
Enregistrement HSE de l'entreprise
Règles HSE de l'entreprise
Les régles Sécurité liées à la conduite.
Les régles Sécurité liées à l’électricité
Protection contre les chutes
Protection contre les incendies
Premiers soins
Reconnaissance de danger
Rapport de danger
Protection de l'ouïe
Nettoyage et rangement
Présence à une réunion HSE
Rapport de blessure
Les régles Sécurité liées à l’utilisation d'échelle et escalier
Consignation et déconsignation
Équipement de protection individuel
Les substances toxiques
Tranchées et excavations
Avez-vous un programme de formation pour les nouvelles recrues ou promus,
premier niveau de superviseurs ? Si oui, contient-il des instructions sur :
Enquête sur les accidents

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 122 of 127
Oui Non
Procédures d'urgence
Procédures de premiers soins
Reconnaissance de danger
Supervision HSE
Rapport sur les incidents
Orientation des nouveaux employés
Pratiques sécuirtaire de travail
Reunion HSE de Sensibilisation / Minute de sensibilisation
Les réunions HSE des superviseurs sont effectuées :
Hebdomadaire
Toutes les deux semaines
Mensuel
souvent, au besoin
Avez-vous procédé à des inspections HSE sur place des travaux en cours ?
Si oui, qui effectue les inspections ?
Combien de fois ? ___________________________________________________
Les rapports d'accident sont-ils distribués à l’equipe de de management ?
HSE est-il un facteur de pondération (documenté) dans l'évaluation de la performance
de :
Chef d’equipe
Superviseur
Management
Votre entreprise organise-t-elle des réunions HSE " reunion de sensibilisation " ? Si
oui, combien de fois :
Hebdomadaire
Toutes les deux semaines
Mensuel
Moins souvent, au besoin

Personnel HSE

Numéro
Combien de professionnels HSE à temps plein font partie de vos personnels ?
Combien des hygiénistes industriels à temps plein font partie de vos personnels ?
Combien de médecins à temps plein font partie de vos personnels ?

Qui est le personnel HSE le plus senior dans votre entreprise ?


Nom : Titre : Télephone :

Qui devons-nous contacter pour discuter des détails des informations contenues dans ce document ?
Nom : Titre : Téléphone :

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 123 of 127
Annexe 2— Rapport Mensuel, statistique HSE des entreprises /contractants

Pour l'annexe 2, fournir soit :

Du rapport mensuel des statistiques de sécurité Le format veirge, Annexe 2a.1 et 2a.2, qui est le format
préféré, ou si l'entreprise / contractant n’a pas les capacités électroniques, pour fournir le rapport
mensuel des statistiques d'accident, Annexe 2b, en effet les informations demenadées peuvent etre
reportées sous forme de papier et inclue ici dans l’annexe 2

Annexe 3 – Avis de non-conformité HSE

Pour le représentant du site :

Il s'est révélé que votre entreprise est en non conformité avec un ou plusieurs, exigence HSE (s),
Client, locale (s), internationale (s), comme précisé ci-dessous.
Cette non-conformité HSE devrait être immédiatement corrigée afin que votre entreprise réponde aux
exigences de votre accord/contrat.

Élément
Description de la non-conformité Exigence HSE applicable
No.

Délivré par (avis de délivrance par le chef de projet ou le responsable de constrcution)

Nom imprimé : Titre

Signature: Date:

Reçu par (le repersenentant de L'entreprise /le contractant recevant l’avis) :

Nom imprimé Titre

Signature: Date:

CC: Client: Directeur général


HSE Manager Groupe

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 124 of 127
Annexe 4 – Lettre d’avertissement de non-conformité HSE

Nom de projet :

Numéro de projet :

Votre entreprise, ,
S’est retrouvé en violation de votre contrat suite à une non conformité aux exigences HSE locales,
internationales, applicable du client.

Le (date),
Conformément aux politiques d'adhésion HSE client/entreprise votre représentant,
,
A reçu un avis de non-conformité HSE (copie ci-jointe). Cet avis précise les zones où votre entreprise
ne se conforme pas avec les exigences HSE locales, internationales du client et demande que ces sujets
soient corrigés immédiatement.

S'ils ne sont pas corrigés, des mesures plus strictes seront prises conformément à la politique d'adhésion
HSE client/entreprise.
Nous vous remercions de l'attention immédiate que vous portez à cette demande

Délivré par (Le chef de projet ou le responsable consctruction, délivrant la lettre d'avertissement)

Nom imprimé: Title:

Signature: Date:

Reçu par (Le représentant de l'entreprise / contractant recevant la lettre d'avertissement) :

Nom imprimé: Titre:

Signature: Date:

cc: Client: Directeur général


HSE Manager Groupe
Directeur adjoint de site

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 125 of 127
Annexe 5 — Avis écrit de la suspension temporaire des travaux

Votre entreprise,
Tout en travaillant sur le projet :
Conformément à la politique HSE client/contractant votre projet a été avisé par une déficiences de
performance HSE.

Malgré les notifications écrites demandant que des mesures correctives soient prises immédiatement pour
améliorer votre performance HSE, l'amélioration n'a pas eu lieu.Par conséquent, conformément au niveau
d’action 2 de la politique d'adhésion HSE de contractant, nous vous notifions par la présente qu'après la
sécurisation de votre équipement, toutes les activités sur le projet nommées ci-dessus doivent cesser.

Les activités sur ce projet pourraient être reprises uniquement si votre entreprise réponde aux exigences
énoncées dans la politique d'adhésion HSE du contractant.
Délivré Par:

Nom Imprimé: Titre

Signature: Date:

cc: Vice-président du groupe


Directeur général
Directeur adjoint site
Manager HSE Group

Annexe6 – Plan d’action sécurité


Imprimer le recto et le verso du formulaire SPA trouvé dans le plan d'action sécurité HSEP 2,16 et
inclure ici comme annexe 6, le formulaire SPA trouvé dans HSEP 2.16 comme HSEP 2.16f1,
formulaire de plan d'action sécuritaire

Annexe 7 —Rapport d'observation de sécurité


Imprimer le formulaire SOR des rapports d'observation en matière de sécurité et l'inclure ici comme
Annexe 7

Annexe 8 — Rapport d'enquête sur les incidents/accidents


Imprimer le formulaire de rapport d’enquête sur l'incident/accident dans les Accidents et les incidents
HSEP 5.1, figure 2 et l'inclure ici comme Annexe 8

Annexe 9 — Déclaration de témoin


Imprimer le formulaire de déclaration de témoin dans les Accidents et les incidents HSEP 5.1, figure
4 et l'inclure ici comme Annexe 9

Annexe 10 — Registre de premiers soins


Imprimer le formulaire de registre de premiers soins dans les Accidents et les incidents HSEP 5.1,
figure 6 et l'inclure ici comme Annexe 10

Annexe 11 — Tables des matières- politiques et procédures HSE


Imprimer la page de la table des matières trouvée en pièce jointe à ce document et la référence pour
les politiques et les procédures HSE existantes. Indiquer ici en tant que Annexe 11.

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 126 of 127
71.0 SIGLES/ACRONYMES UTILISES AU SEIN L'ORGANISATION JESA

Annex S HSE Requirements for CONTRACTORs, rev 9, 01 Fevrier 2016 Page 127 of 127

Vous aimerez peut-être aussi