Vous êtes sur la page 1sur 53

CM Fécondation

Chapitre III
La Fécondation
A)Introduction
A.1) Historique
A.2)Les différentes étapes de la
fécondation
B) La préparation du gamète
mâle
B.1) Dans les voies génitales mâles
B.1.a) Différenciation des
spermatozoïdes dans l’épididyme
B.1.b) Dans les glandes annexes (plasma
séminal)
B.2) Dans les voies génitales femelles
B.2.a) Le plasma séminal empêche la
capacitation et doit être éliminé
B.2.b) Changements membranaires
observés pendant la capacitation
B.2.c) Changements de mobilité
B.2.d) Changements métaboliques
C) La préparation du gamète
femelle
D) Reconnaissance et
adhérence des gamètes
D.1)Dissociation partielle de la corona
radiata
D.2) Pénétration des spermatozoïdes à
travers la corona radiata
D.3) Adhérence du spermatozoïde à la
membrane pellucide
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Chapitre III
La Fécondation
A)Introduction
A.1) Historique
A.2)Les différentes étapes de la
fécondation
A) Introduction
A.1) Historique:
Invention du microscope (1678 Anton van Leeuwenhoek)
La théorie de la préformation
*Les spermistes ou animalculistes →les êtres miniatures dans les spermatozoïdes. ovule = milieu
nutritif (Anton van Leeuwenhoek, Nicolas Hartsoeker)
* Pour les ovistes → les êtres miniatures dans les ovocytes. spermatozoïde visait à le réveiller pour
l’obliger à commencer sa croissance. (Lazzaro Spallanzani )
2 découvreures du SZ
● 1) 1678 Anton van Leeuwenhoek
Spermatozooa =parasite vivant dans le sperme
embryon préformé dans les spermatozoïdes
● 2) 1678 Nicolas Hartsoeker
Son célèbre dessin d'un homoncule recroquevillé dans la tête d'un spermatozoïde
● 1780 Lazzaro Spallanzani , crapaud
● 1824 Prévost J.L(Suisse) et Dumas J.B (français)→SZ agents fécondants, présence universelle des
SZ chez les ♂ à maturité sexuelle (mulet sterile).
● 1876 Oscare Hertwig (Allemand) et Herman Fol (Suisse), (oursin) ont découvert qu’il faut un
contact entre l’ovocyte et le spermatozoïde →formation d’un zygote Fécondation = union du
spermatozoïde avec l’ovocyte
La fécondation peut être externe ou interne.

Chez les animaux aquatiques, elle est externe, soit avec


accouplement (amphibiens), sans accouplement (oursin). Chez
les animaux terrestres, elle est interne avec accouplement, mais
on peut avoir une fécondation interne sans accouplement (
Triton, scorpion, certains insectes : un amas de spermatozoïde (=
le spermatophore)
Les différentes étapes de la fécondation:
1) Spermatozoïde traverse le cumulus oophorus et la corona radiata.
2) Arrivée au niveau de la zone pellucide.
3) Fusion des gamètes.
4) Activation de l’ovocyte par l’exocytose des granules corticaux fabriqué à partir de l’AG, il contienne des enzymes
protéolytiques. Et on a une reprise de la 2ème division méiotique.
5) Décondensation du noyau du spermatozoïde et formation des pro-noyaux mâle et femelle.
6) Développement et migration des pro-noyaux (pronuclei) au centre de l’œuf.
7 Association des chromosomes paternels et maternels sur le fuseau mitotique de la 1ère division de la segmentation
(= 1ère division mitotique de l’œuf). Fin de la fécondation.
Chapitre III
La Fécondation
A)Introduction
B) La préparation du gamète
mâle
B.1) Dans les voies génitales mâles
B.1.a) Différenciation des
spermatozoïdes dans l’épididyme
B.1.a) Différenciation des spermatozoïdes dans l’épididyme ( 5à 7 m).
Les rôles de l’épididyme:
Stockage et Survie des spermatozoïdes grâce au plasma épididymaire, composé d’oligonutriments et de nutriments.
3 semaines de survie dans la queue de l'épididyme

Transport des spermatozoïdes grâce à la contraction des fibres musculaires lisses de la paroi (contraction rythmique).

Maturation fonctionnelle des spermatozoïdes, qui se fait à plusieurs niveaux :

noyau : la condensation et la stabilisation de la chromatine (hétérochromatine), par l’accroissement des ponts


disulfures des nucléoprotéines

acrosome : changement de forme.

membrane plasmique : la composition en protéines et en liquide change.

mitochondries : Achèvement de la mise en place de l’hélice mitochondriale (spermiogenèse).


mobilité :progression rectiligne et non au hasard.
maturation: les sécrétions de l’épididyme interviennent dans la maturation des protéines indispensables à la fixation
du spermatozoïde sur la zone pellucide. Ces protéines sont mises en place à la fin de la spermiogenèse. (galactosyle
transférase)
Chapitre III
La Fécondation
A)Introduction
B) La préparation du gamète
mâle
B.1) Dans les voies génitales mâles
B.1.a) Différenciation des
spermatozoïdes dans l’épididyme
B.1.b) Dans les glandes annexes (plasma
séminal)
Dans les glandes annexes (plasma séminal)
 Les 3 4 du plasma séminal d’un éjaculat, est produit par les glandes annexes, le reste provenant des testicules et de l’épididyme. Le rôle de
ce plasma est une protection complémentaire contre les altérations que pourraient subir les spermatozoïdes. Chez l’homme on a les
suivantes :

 La prostate (chez tous les mammifères) : une forte concentration en zinc et en spermine (polyamine naturelle dans le sperme et
autres fluides corporels, crèmes antirides) Z+S→ la stabilisation de l’ADN du spermatozoïde. le zinc → un pouvoir bactéricide au plasma
séminal.

 Les vésicules séminales: Absentes chez les Cétacés, carnivores, marsupiaux, et quelques primates → fructose (nutrition), de la
prostaglandine et des hormones peptidiques.

 Les glandes de Cowper ou bulbo- uréthrales : Protège les spermatozoïdes contre l’acidité excessive du vagin.

 Les glandes de Littré : Permettent la lubrification lors de l'accouplement.

 Les glandes de Tyson ou préputiales: Sécrètent des phéromones (souris et rat). androgéno-dépendant.
Tyson 1694= glandes
sébacées modifiées,
chez ♀ glandes
« clitoridiennes » car
situées près du
clitoris , Smegma,
signature odorante
personnelle Tysonitis
(GonocoqueMST)

le baculum serve à faciliter l’introduction du


pénis dans le vagin.il sert à stimuler les
femelles et à déclencher l’ovulation chez ♀
comme les chats domestiques — où elle n’est
provoquée que par l’accouplement
homme

castor
souris

Cerf porte-musc
B.1) Dans les voies génitales mâles
B.2) Dans les voies génitales femelles
B.2.a) Le plasma séminal empêche la
capacitation et doit être éliminé
B.2.b) Changements membranaires
observés pendant la capacitation
B.2.c) Changements de mobilité
B.2.d) Changements métaboliques
Dans les voies génitales femelles
Le plasma séminal empêche la capacitation et doit être éliminé
l’éjaculat est déposé dans :Les mammifères (le vagin), Les rongeurs (le col utérin ), Chez le chien, l’étalon, le verrat (dans
l’utérus)

Au niveau du col de l’utérus (glaire cervicale =ensemble d’enzymes et de protéines) éliminer le plasma séminal +"trier" les
spermatozoïdes.
Liquide utérin qui va assurer deux rôles: la survie et la capacitation
la survie des spermatozoïdes : taux élevé en potassium et en glycine.
Les spermatozoïdes sont fonctionnels deux à trois jours dans les voies génitales femelles et l’ovocyte reste fonctionnel un jour.
Les abeilles, deux ou trois ans, dans un organe qu’on appelle spermathèque
assure la capacitation.
Capacitation (dans l’utérus et non vagin car trop acide) : Ensemble des changements que doit subir un spermatozoïde pour
acquérir la capacité à féconder immédiatement un ovocyte. 6 et 8 heures , réversible,
pendant la période d’ovulation le liquide utérin est plus riche en enzymes protéolytiques et possède un pH très bas
(petite baisse du pH du tractus et présence des liquid).
Chez l’Homme 10 à 30 min entre uterus et ampoule de l’oviducte
Changements membranaires observés pendant la capacitation
Perte des glucides complexes, des changements de la composition lipidique (cholestérol) et protéique (calmoduline)
Ces changements →les 3 étapes majeures de la fécondation : l’hypermobilité , la fixation des spermatozoïdes sur les
zones pellucides et la fusion des gamètes
Changements de mobilité
La disparition de la calmoduline et du cholestérol → l’ouverture des canaux calciques → activer une adényl-cyclase,
→ l’augmentation du taux d’AMPc → la phosphorylation de la sous unité α de tubuline. Cette phosphorylation →
une flexibilité plus importante au niveau du flagelle et de la pièces intermédiaire →hypermobilité.

Changements métaboliques
Augmentation du pH interne, une baisse du taux de potassium → une élévation du potentiel membranaire.
Chapitre III
La Fécondation
A)Introduction
B) La préparation du gamète mâle
C) La préparation du gamète femelle
La préparation se fait donc au cours de la maturation ( ovogenèse, cytodifferenciation)
(une fois ovulé, il est prêt à être fécondé).
La mise en place des granules corticaux (équivalent de l’acrosome)
par l’appareil de Golgi.
Ces granules corticaux contiennent des enzymes protéolytiques (N-acétyl-glucosaminidase NAGase
(bloc la polyspermie).
On retrouve des granules corticaux dans tous les ovocytes des mammifères.
oolemme.

Fin CM 10
D) Reconnaissance et
adhérence des gamètes
D.1)Dissociation partielle de la corona
radiata
D.2) Pénétration des spermatozoïdes à
travers la corona radiata
D.3) Adhérence du spermatozoïde à la
membrane pellucide
Reconnaissance et adhérence des gamètes
Enzymes protéolytiques synthétisées par la paroi de l’ampoule de l'oviducte → Dissociation partielle de la corona radiata+ du cumulus oophorus

Pénétration des spermatozoïdes à travers la corona radiata


Adhérence du spermatozoïde à la membrane pellucide

Zone acellulaire composée de trois glycoprotéines (ZP1, ZP2 et ZP3).

Glycoprotéines : Présence de résidus glucidique sur la chaîne protéique.

Ce sont surtout les ZP3 qui sont responsables de l’adhérence et du déclenchement de la réaction acrosomiale.

Une liaison entre les molécules ZP3 (N-acétyl-glucosamine (NAG)) de la zone pellucide) avec la β 1,4 galactosyl transférase (GalT) situé sur la membrane
plasmique de la tête du spermatozoïde.

La β-1,4-galactosyltransférase (GalTase) a été mise en évidence sur la surface et à l’intérieur de nombreux types
cellulaires. La fonction habituelle de la β-1,4-galactosyltransférase (GalTase) consiste à catalyser le transfert de
galactose aux résidus amino-acétylglucosamines des glycoprotéines et des glycolipides, la GalTase du spermatozoïde
de souris se lie à la manière d’une lectine( protéines qui se lient spécifiquement et de façon réversible à certains glucides) aux
groupements amino-acétylglucosamines terminaux de la ZP3
La N-acétylglucosamine (N-acétyl-
D-glucosamine ou GlcNAc ou NAG)
est un monosaccharide ou ose
modifié qui partage le même
squelette que le glucose.
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Réaction acrosomiale

Les mécanismes cellulaires de la réaction acrosomienne sont bien connu pour les
invertébrés marins, mais chez les mammifères on n’arrive pas à faire la chronologie des
évènements.

Induite après la fixation du spermatozoïde sur ZP3, →autres oligosaccharides et surtout


certainse régions protéiques de la ZP3 interagissent avec la membrane plasmique du
spermatozoïde → stimulent l’influx calcique (la progesterone est capable de stimuler l’influx calcique
dans le SZ, menant à la stimulation de l’adénylcyclase et à l’elevation du AMPc, intervention des protéine kinase
C) + l’élévation du pH , par un mécanisme impliquant une protéine G → réaction
acrosomiale. La membrane externe de l’acrosome fusionne par l’intermédiaire du
calcium avec la membrane plasmique du spermatozoïde. L’ensemble va alors se
vésiculiser et se perforer →exocytose du contenu de l’acrosome.
Il existe plusieurs enzymes acrosomienne :
La Béta neuraminidase B permet de digérer les récepteurs ZP3. N-acétyl-
glucosaminidase NAGase

UDP-galactose est un co-facteur qui permet le transfert d’une molécule de galactose. PuGlu est
un inhibiteur de β-glucosidase.
PUGNAC est un inhibiteur de NAGase (N-acétyl glucominidase).
Fin CM 7 2022 Ionophore A23187 augmente la perméabilité membranaire au calcium.
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Le contact entre le récepteur situé sur la membrane interne de l’acrosome
(Protéine PH20, Protéine SP10) et de la zone pellucide se fait par l’intermédiaire
des ZP2. Une enzyme fixée sur cette membrane interne, appelée acrosine
active la NAGase, cette dernière digère localement en quelques minutes la
membrane pellucide au niveau de la zone de contact. Le spermatozoïde va alors
traverser la zone pellucide pour arriver dans l’espace péri-vitellin en étant
aidé mécaniquement par les mouvements de son flagelle.
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Le spermatozoïde est dans l’espace péri-vitellin (espace entre la zone pellucide et la membrane plasmique de l’ovocyte), et
aura un contact latéral avec les microvillosités de la membrane ovocytaire ou oolemme qui vont venir envelopper
progressivement sa tête. Seul un spermatozoïde ayant accompli sa réaction acrosomiale sera capable d’effectuer cette
étape de fusion des gamètes.

Une à trois minutes après, une augmentation du taux de calcium dans l’ovocyte se produit. Après la fusion des gamètes,
l’ovocyte sera appelé zygote. Le gamète mâle va conserver son centriole proximal (pour former le fuseau mitotique) et son
noyau (patrimoine génétique). Le reste va dégénérer.

Deux hypothèses perme ent d’expliquer d’où vient le calcium après la fusion des gamètes :

 1ère hypothèse : Soit le spermatozoïde se fixe sur un récepteur de type intégrine, couplé à une tyrosine kinase,
permettant l’activation des phospholipases cγ, soit il se fixe sur un récepteur couplé à une protéine G (q), entraînant
l’activation des phospholipases cβ. Dans les deux cas, on aura la synthèse d’IP3 ( Inositol triphosphate) à partir de PIP2
(Phosphatidylinositol 4-5 biphosphate)

 Sur le RE de l’ovocyte, on a des récepteurs à IP3 qui sont des canaux calciques. Quand IP3 est fixé, le calcium est libéré
vers le cytoplasme de l’ovocyte. Il s’agit d’un phénomène de cascade : le calcium se fixe sur d’autres récepteurs
calciques qui s’ouvriront pour libérer encore plus de calcium. Cela se fait par vagues.

 2ème hypothèse : Le spermatozoïde en se fixant sur la membrane de l’ovocyte va libérer un facteur cytoplasmique. Ce
facteur va ensuite se fixer sur les récepteurs intracellulaires canaux calciques comme le ferait IP3, permettant alors
l’ouverture des canaux calciques et la libération du calcium.
Le calcium peut pénétrer dans la cellule par 3 voies
1) R aux NT= R canaux ( R cholinergique nicotinique, R glutamatergique NMDA)
2) Canaux calcique voltage dépendant ( dépolarisation → ouverture→ l’entrée du Ca++)
3) Réticulum endoplasmique ( R IP3)
-Calmoduline fixe le Ca++
-Le Fura 2 en se fixant au Ca== émet des lumières
IP3= l’inositol 1,4,5,-triphosphate
PIP2= Phosphatidylinositol 4-5 biphosphate
Ligand désintégrine

•Il existe plusieurs espèces de


Récepteur intégrine
phospholipases C :
phospholipases C β, activée par des
récepteurs à protéines G
phospholipases C γ, activées par des
récepteurs à tyrosine kinase
phospholipase C δ, activées par l’IP3

Active protéine kinase


C→MAP Kinase→
cascade de
+
phosphorylation
+++ pour Calcium
développement de
l’embryon
+

PIP2 DAG (diacylglycérol)+ IP3


DAG (diacylglycérol) est le ligand activateur de PKC
IP3 Ca++, le calcium se fixe à PkC la translocation de PKC
vers la mb où elle devient accessible au DAG qui est son ligand activateur PLC γ PLCβ
limitant. PKC catalyse la phosphorylation de sérine et thréonine des protéines
Tyrosine Kinase Protéine G
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Blocage de polyspermie
 1ère astuce : la réaction corticale : c’est la fusion des granules corticaux avec la membrane plasmique de l’ovocyte
(oolemme) →la libération des enzymes protéolytiques (NAGase) des granules corticaux dans l’espace périvitellin→vont
cliver les molécules ZP2 et digérer les oligosaccharides des ZP3→les possibilités de liaison des spermatozoïdes à la zone
pellucide sont annulées =la réaction zonale → la zone pellucide devient imperméable aux autres spermatozoïdes→ plus de
fixation ni de pénétration.

 2ème astuce : formantion des ponts entre les résidus tyrosiniques des chaînes ZP adjacentes → zone pellucide plus compact
→ inattaquable par un clivage protéolytique et imperméable à la progression des spermatozoïdes.

 3ème astuce : l’augmentation du taux de Ca2+ à l’intérieur de la cellule → augmente la perméabilité membranaire au
potassium → hyperpolarization= un potentiel membranaire négatif, or chez les mammifères le spermatozoïde peut se fixer
sur une membrane qui a un potentiel positif (dépolarisé).
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Reprise de la division méiotique
Le complexe MPF (promoteur de la maturation) =cdK1 (kinase dépendante de la cycline)+ une sous-unité
régulatrice appelée la cycline B.
Le complexe CSF (facteur cytostatique) =cdK2 (kinase) + une phosphoprotéine de 39 KDa (PPmos 39).

Le complexe CSF a un effet stabilisant sur le complexe MPF,

Le complexe MPF a un effet stabilisant sur le fuseau mitotique.

Le rôle du calcium sera donc de dissocier les sous-unités de ces complexes →déstabiliser.
Le calcium va activer la calpaïne II,
La calpaïne II va cliver la sous-unité PP39mos du complexe CSF. Le complexe CSF ne sera donc plus actif
et ne pourra plus stabiliser le complexe MPF.
Le calcium va également dégrader directement la cycline B du complexe MPF.
Le complexe MPF, n’étant plus fonctionnel, ne pourra plus bloquer l'ovocyte en métaphase II, entrainant
ainsi la reprise de la division méiotique.
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
Fusion des noyaux ou amphimixie
A la fin de la division méiotique → pronoyau femelle
Pronoyau mâle: décondensation du noyau du spermatozoïde, la membrane nucléaire se
fragmente, la chromatine gonfle , remplacement des protamines par les histones (inverse à la
spermiogenèse), la formation d’une nouvelle membrane nucléaire
La migration de ces pronucléi vers les le centre de l’œuf, duplication d’ADN, fusion des 2
pronoyaux et la formation du fuseau mitotique, sur lequel viennent se positionner (position
équatoriale) les chromosomes paternels et maternels. C’est la fin de la fécondation.
Fin CM 11
D.4) Réaction acrosomiale
D.5) Pénétration à travers la zone
pellucide
D.6) Fusion des gamètes
D.7) Etablissement de la diploïdie
D.7.a) Bloc à la polyspermie
D.7.b) Reprise de la division méiotique

D.8) Fusion des noyaux ou amphimixie


E) La parthénogenèse
Le clonage reproductif
La parthénogenèse
La parthénogenèse est l’aptitude d’un ovocyte à se développer sans fécondation. Au laboratoire → un choc
électrique sur l’ovocyte, l’alcool ou par certaines enzymes → la libération de calcium (imite la fusion gamétique) ,
L’augmentation du taux de calcium dans l’ovocyte entrainera la réaction corticale et la reprise de la
deuxième division méiotique. Dans la plupart des cas, le parthénote dégénèrera après quelques divisions cellulaires.

Le clonage reproductif
Sorte de reproduction asexuée qui a été mise au point chez la carpe en 1963 et la brebis en 1996 (Dolly 1997-2003)
On injecte un noyau diploïde issu d'une cellule somatique en phase G0 dans un ovocyte énuclé+ stimulus fusionnel
(électrique ou chimique)+ des conditions empêchant l’expulsion d’un 2ème globule polaire (maintien de la diploïdie)
Implantation dans un utérus réceptif . Ce nouveau-né ne diffère génétiquement du donneur de noyau que par ses
chromosomes mitochondriaux, hérités de l’ovocyte traité.
la procédure de
la souris. Une
Ycle arrêté par la
) Un caryoplaste
Un caryoplaste de cytoplasme
escente et placé
nde métaphase
été enlevés par
s administré et
en division est
une brebis ou
ner lieu à la

Stimulus fusionnel
Fusion électrique
Fin de CM 8 2022 Ou substance chimique

Vous aimerez peut-être aussi