Vous êtes sur la page 1sur 1

MESSAGE DU DIMANCHE DE L'ASCENSION (16 mai 2021)

1ère lecture : Actes 1, 1-11


Évangile : Marc 16, 15-20 Année B
« Jésus fut enlevé au ciel »
Bien-aimés de Dieu,
La fête de l’Ascension est une fête de l’Espérance. Si Jésus est allé vers son Père, ce départ ravive
chez les chrétiens l’espérance de le rejoindre un jour. Cette fête veut surtout rappeler aux chrétiens
qu’ils ne sont pas venus s’installer définitivement sur cette terre, qu’ils sont plutôt des pèlerins,
des gens de passage. Oui, nous sommes citoyens du ciel en marche vers notre patrie définitive.
Nous sommes souvent tellement attachés au monde avec toutes ses séductions (le pouvoir,
l’argent, les richesses, le plaisir…etc.) que nous oublions que nous ne sommes là que juste pour
un temps. Cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner le monde ou le mépriser, cela ne veut pas
dire non plus qu’on n’a pas le droit de se faire plaisir dans la vie. En effet, les biens de la terre
sont nécessaires pour notre existence digne, mais que cela ne soit pas une source de distraction,
d’insouciance, de diversion ou de dispersion en nous faisant oublier l’essentiel.
« Il s’assit à la droite de Dieu »
Ne l’oublions pas, Jésus en venant dans ce monde avait pris notre chair, il s’était fait homme, et
donc l’un de nous. En s’élevant au ciel et en s’asseyant à la droite du Père, c’est notre humanité
qui est élevée en dignité, valorisée. C’est chacun de nous qui est élevé. Dans le langage biblique,
« s’asseoir à la droite de quelqu’un » signifie partager son pouvoir, ses prérogatives. Si Jésus,
notre frère, partage le pouvoir avec son père, il ne peut que penser à nous ses frères, et il dit
d’ailleurs qu’il est avec nous jusqu’à la fin des temps.
« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » (Actes 1, 11).
Bien-aimés de Dieu,
La fête de l’Ascension est aussi un appel à un plus grand engagement dans le monde. En attendant
de rejoindre le Christ là où il nous a précédés, il n’est pas question de croiser les bras, de rester
sans rien faire. À la fin de la messe, nous sommes invités à retourner dans nos familles, dans notre
milieu de vie : «Ne restez pas là à regarder vers le ciel» en oubliant la terre. Retournez dans votre
Galilée, c’est-à-dire dans vos foyers, dans vos familles, à votre travail, là où la «mission» vous
attend. Surtout, Jésus nous a confié une mission particulière, un devoir, c'est l'annonce de
l’Évangile. Prenons courage, parlons de Jésus-Christ en famille, autour de nous, avec des amis,
n’ayons pas honte, portons le Christ en tout milieu, jusqu’aux « périphéries ». Allons vers celui
qui est indifférent car le Seigneur est à la recherche de tous. Il veut que tous ressentent la chaleur
de sa miséricorde et de son amour. Prêchons surtout par nos actes en étant modèles dans notre vie.
Les actes parlent plus que les longs et grands discours. Et rien ne peut nous arrêter dans cette
mission : ni les violences, ni les guerres, ni les catastrophes, ni les maladies.
Bonne fête de l'Ascension et que Dieu vous bénisse.

Vous aimerez peut-être aussi