Vous êtes sur la page 1sur 42

Sociologie générale

EHTP

Adil El Anbi
Docteur en Sociologie
Plan du séminaire

• Première partie :
• 1. Initiation à la sociologie :
• 1.1 Sociologie et sociologie spontanée.
• 1.2 La sociologie comme science.
• 1.3 La formation de l’esprit scientifique.

• Deuxième partie :
• 2. La sociologie du développement :
• 2.1 La notion de développement.
• 2.2 L’ingénieur et le « développement ».
Première partie du module

Initiation à la sociologie
BIBLIOGRAPHIE minimale

Première partie : sociologie générale


• R.Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, Paris, 1967.
• G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Vrin, Paris, 1996.
• B. Bettelheim, Le cœur conscient, Laffont, Paris, 1972.
• P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon, J.-C. Passeron, Le métier de sociologue, Mouton, Paris, 1973.
• P.Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, Paris, 1982.
• P.Bourdieu, Choses dites, Minuit, Paris, 1987.
• P.Bourdieu, Les usages sociaux de la science, Inra, Paris, 1997.
• E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Puf, Paris, 1995.
• R. Quivi, L. Van Campenhoudt, Manuel de recherche en sciences sociales, Dunod, Paris, 1995.
• K.M. Van Meter (éd.), La sociologie, Larousse, Paris, 1992.
Qu’est-ce que la sociologie?
La sociologie est la démarche d’analyse
scientifique du social
Qu’est-ce que la sociologie?

- La sociologie une discipline des sciences humaines.

- Les sciences humaines étudient les hommes en société et ont un regard


différent selon la discipline.

- La sociologie veut saisir l’action sociale des hommes par rapport au


contexte social dans lequel elle se place.
Définition de la sociologie

- Raymond Aron parlait de la « difficulté de définir la sociologie »

- C’est l’étude des hommes vivants en société, leurs normes, valeurs,


comportements, institutions qui composent cette société.
Naissance de la sociologie

La sociologie est née dans un contexte historique et idéologique


particulier: la seconde moitié du 19ème siècle.

Changements fondamentaux en France, des hommes s’intéressent aux


transformations de la société.

Révolution industrielle, exode rurale, urbanisation, nouveaux faits


économiques, bouleversement de l’ordre social.
- La société change et se posent des questions sociales.

- Des auteurs s’intéressent aux nouveaux problèmes de la société (la pauvreté,


la violence, la délinquance, la toxicomanie, le travail, le chômage,….)
- La naissance de la sociologie est indissociable de ce contexte historique.

Donc, remettre en cause les évidences sociales.

- Depuis notre naissance, la société impose un cadre de vie avec des normes et des
valeurs que l’on prend souvent pour notre réalité.

- La sociologie interroge cette réalité qui semble aller de soi: les codes,
comportements, normes de politesse,…
- Remise en cause; les individus ne sont pas tous différents, uniques.

Leurs comportements sont souvent dictés par leur entourage, milieu?

Nous sommes influencés.

- Formes de contraintes: le collectif nous impose des règles.

- Les Hommes sont malgré tout soumis a des règles dictés par la société.
- But: déconstruire ce qui est évident et aller chercher plus loin.

- Ces phénomènes sont caractéristiques d’une époque et d’une société.

- Le sociologue cherche à rompre avec les idées reçues, les prénotions et


les mettre à distance. (deuxième règle de la méthode sociologique).
- Lecture plurielle de la société: Il existe des lectures plurielles de la société, c’est
pourquoi la sociologie peut être différente selon les pays, auteurs, époques,
méthodes,…

- Beaucoup de sociologues se demandent ce qui est le plus important l’acteur ou le


système.

- Acteur: individus sont autonomes, ils dooivent par eux même trouver les solutions.

- Système: la société détermine nos actions. Elle n’est certes pas la seule responsable
des Hommes mais les influence.
A quoi sert la sociologie?
- Le sociologue est dans une situation délicate car il est lui-même issu de cette
société par laquelle il a été influencé. On doit donc mettre à distance toute
option pour rester neutre.

- Notre but n’est jamais d’émettre un jugement mais d’essayer de


comprendre.

- Refus catégorique de l’ethnocentrisme: être centré sur ces propres valeurs


sociales, les autres sont inférieures. Peut mener à l’intolérance.
La sociologie, c’est donc relativiser et
prendre de la distance.
Emile Durkheim
- Nos choix sont-ils le résultat de nos décisions individuelles?

- Définition du suicide? Qu’est ce qui en est à l’origine?

- Pour lui le suicide est un fait social qui permet d’éclairer cette question du bien
social.

- En se basant sur les statistiques, il s’intéresse au taux du suicide.

- Il va comparer les variations de taux du suicide dans le temps et l’espace pour


savoir ce qui l’influence.
- Pour Durkheim, quand on a cette approche, on fait de la sociologie scientifique
basée sur des faits objectifs.

- Etude quantitative. Pour lui l’étude du subjectif n’est pas fiable c’est les
statistiques.

- Observations: taux de suicide constant dans une même société mais varie d’un
pays à l’autre. C’est donc quelque chose qui ne relève pas de la nature humaine mais
d’un contexte sociétal.

- Le suicide est un fait social manière d’agir et de penser extérieure à


l’individu doué d’un pouvoir de coercition en vertu duquel il s’impose à lui.
Le « fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il
exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de
ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction
déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise
individuelle qui tend à lui faire violence »
- Il insiste sur l’idée que l’individu n’est pas à l’initiative d’un fait social

- Coercition=contrainte, le fait social contraint les personnes si


fortement qu’il s’impose à eux.
- L’objectivité, rompre avec notre manière subjective d’aborder la
société et nos idées reçues.

- Il faut redéfinir nos termes (analyse lexicologique) et traiter les faits


sociaux comme des choses.

- Mettre de la distance, besoin de données concrètes et observables sur


le terrain. empirique contraire de théorique.
- Durkheim défend la thèse suivante Les causes extra-sociales
sont non pertinentes. Comme la folie ou la génétique.

- Les causes psychologiques et écologistes peuvent expliquer le cas


individuel mais n’expliquent pas le suicide en tant que phénomène
stable et global.
Il insiste sur l’intégration sociale comme déterminant dans la
compréhension de son objet d’étude celui du suicide.

Vous aimerez peut-être aussi