Vous êtes sur la page 1sur 3

Un projet de génie civil fait généralement appel à plusieurs

intervenants:

Maître d’ouvrage

C’est la personne physique (particulier) ou morale (établissement publique, Société privé,


etc.) pour le compte de laquelle sont réalisés les travaux de construction. Il en est le
commanditaire, détermine les caractéristiques, choisit le site, finance les études et la
construction et fixe le calendrier et le budget consacré au projet. Il demeure propriétaire de
l’ouvrage ou le vend à un autre organisme pour l’exploitation.

Le maître d’ouvrage délégué 

Est la personne ou l’entité à qui le maître d’ouvrage donne mandat d’exercer en son nom et
pour son compte tout ou partie de ses responsabilités et prérogatives de maître d’ouvrage. A
pour rôle de faire l’interface entre le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage afin d’aider ce
dernier à définir clairement ses besoins et de vérifier auprès du maître d’œuvre si l’objectif
est techniquement réalisable.

Maître d’œuvre

Bras droit du maître d’ouvrage. Étudie le projet et propose la solution technique dans
l’enveloppe budgétaire et les délais qui lui sont assignés. Il en surveille l’exécution pour le
compte du maître d’ouvrage. Il s'agit d'un cabinet d'architectes associés à un ou plusieurs
bureaux (x) d'études techniques (BET). Les ingénieurs conseils collaborent avec le maître
d’œuvre dans leurs spécialités respectives.

Bureau de contrôle
Veuille pour le compte du maître d’ouvrage au respect des règles et des normes de calcul
dans un souci de sécurité.

Les entrepreneurs
Exécutent les travaux dans le cadre des prescriptions d’un marché passé avec le maître
d’ouvrage.

Les types de fondation

Les fondations sont divisées en trois catégories, selon la profondeur nécessaire à la


construction.

Fondations Superficielles
 Pour transférer les charges aux sols sous-jacents (bedrock)
 Utilisées surtout pour les sols fermes, ou les charges légères

Fondations Profondes
 Pour transférer les charges au bedrock.
 Utilisées surtout pour les sols médiocres, ou les bâtiments lourds
 Pour les terrains instables (sols argileux) ou présentant un danger pour les personnes et le
futur ouvrage (risque de tassement ou d’éboulement).

Fondation semi-profonde
La profondeur de fouille est comprise entre 3 et 6 m, c’est-à-dire quand les couches superficielles
sont insuffisantes, mais qu’il n’est pas nécessaire de prévoir des fondations profondes.

Les types de terrassement pour un bâtiment :

Les fouilles : On réalise une excavation permettant d’atteindre le bon sol.

 La fouille en plein masse : Réalisée sur l’ensemble de l’emprise du


bâtiment.
o La fouille en tranchée : la profondeur>1m et la largeur ne dépasse
pas deux mètres.
 La fouille en rigole : la profondeur<1m et la largeur ne dépasse pas deux
mètres.
o La fouille en puits : est un terrassement de petite surface mais de
grande profondeur.
 La fouille en pieux : dont la profondeur est supérieure à 5 fois le
diamètre/Largeur.

L’arase étanche :
Il s'agit en réalité, d'une épaisse couche (environ 2 mm d'épaisseur) souple,
étanche et imputrescible. En pratique, elle est composée d’un mélange de bitume
et de polymères thermoplastiques comprenant des particules de polyester et de
verre.
Elle est utilisée lors de la construction d'une construction en maçonnerie.
Positionnée au niveau du soubassement de la structure elle a pour rôle d’absorber
les excès d’humidité et de garantir l’étanchéité des différents matériaux situés au-
dessus d’elle.
Les types d'étanchéité sur le terrassement :
L’asphalte coulé : est utilisé en construction pour étanchéifier le sol d’un bâtiment en
intérieur et en extérieur. Offrant une grande résistance à la pression, ce matériau
convient parfaitement à la mise hors eau des toitures-terrasses. Ce système étanche ne
peut être appliqué que sur des toitures d’une pente maximale de 3 %. L’épandage du
produit est réalisé à chaud sur la surface totale du toit-terrasse.

Etanchéité avec des produits bitumée : si souvent utilisé pour les toitures, ce
n’est pas sans raison. Imperméable à l’eau, il garantit en effet la bonne étanchéité
des toits, qualité première que l’on recherche pour ces couvertures. Il permet
ainsi de consolider des toits plats, de réparer des couvertures existantes ou
encore de colmater des fuites d’une toiture déjà installée. Il demande en outre
peu d’entretien et offre une bonne résistance au feu. Il est particulièrement
recommandé pour les toitures plates ou à faible inclinaison.

Le revêtement en multicouche : permet de créer une barrière parfaitement


étanche sur toute la surface de la toiture. Il est notamment réalisé grâce à
plusieurs couches de bitume armé qui sont disposées en lits croisés ou bien
décalés. Les couches qui forment des bandes doivent avoir une épaisseur de 2 cm.

Double cloison :
La cloison de doublage est une paroi qui vient se positionner en face d’un mur.
L’objectif : améliorer son isolation thermique et phonique, l’isolation contre
l’humidité en apportant plus d’épaisseur et d’étanchéité au bâti existant. 

Vous aimerez peut-être aussi