Vous êtes sur la page 1sur 26

Terminale S 5 - Le suivi temporel d'une transformation à partir de 11 - Avec le spectrophotomètre, on mesure l'absorbance

dosages d'oxydoréduction est : A d'une solution de permanganate de potassium de


A : Une méthode chimique concentration C inconnue : A = 0 ,30.
.QCM de révision. B : Une méthode physique
C : Une méthode biologique

6 - Le suivi d'une transformation chimique par titrage


est :
I. Cinétique chimique et dosage. A : Une méthode non destructrice
B : Une méthode destructrice
C : Adapté pour des échantillons de petite taille
1 - La vitesse d'une réaction chimique :
A : Augmente avec la concentration des réactifs 7 - Pour réaliser un dosage, on utilise :
B : Augmente avec la c oncentration des produits A : Une éprouvette graduée
C : Est indépendante de la concentration des réactifs B : Une burette graduée
C : Une fiole jaugée
2 - Quelle(s) affirmation(s) est(sont) correcte(s) ?
A : La vitesse d'une réaction augmente généralement 8 - Un spectrophotomètre mesure : À l'aide du graphique ci-dessus, on trouve que, la
avec la température A : L'absorption d'une solution concentration :
B : La vitesse d'une réaction diminue quand la B : La longueur d'onde d'une solution A : C ≈ 1,5 x 104 mol /L
température augmente C : L'absorbance d'une solution B : C ≈ 1,5 x 10–4 mol /L
C : La vitesse d'une réaction est indépendante de la
C : C ≈ 1,5 x 10–3 mol /L
concentration des réactifs
9 - Le suivi temporel d'une transformation à l'aide d'un
3 - La trempe spectrophotomètre est :
A : Consiste à rajouter de l'eau au milieu réactionnel A : Une méthode chimique
B : Consiste à vaporiser le milieu réactionnel B : Une méthode physique
C : Désigne le refroidissement brutal du milieu C : Une méthode biologique
réactionnel
10 - L'absorbance A d'une solution colorée de
4 - Le temps de demi-réaction, noté t ½ est la durée au concentration C :
bout de laquelle : A : Est proportionnelle à la concentration de la solution si
A : L'avancement de la réaction est égal à la moitié de celle-ci est suffisamment diluée
l'avancement maximal
B : L'avancement de la réaction est égal à la moitié de B : Est donnée par la relation :
l'avancement final C : Dépend uniquement de la couleur de la solution
C : L'avancement de la réaction est égal à l'avancement
final
15 - La vitesse volumique de la réaction v (t) à la date t, 17 -
A : Est la dérivée par rapport au temps de l'avancement x
12 -
de la réaction.
B : Est la dérivée par rapport au temps de du rapport
entre l'avancement x de la réaction et le volume V du
milieu réactionnel
C : Est égale au coefficient directeur de la tangente à la
courbe x = f (t) à l'instant considéré

16 -

Avec un spectrophotomètre, on trace le spectre On donne ci-dessus la courbe d'évolution de la


d'absorption d'une solution de permanganate de concentration C d'un produit de réaction en fonction du
potassium. On obtient la courbe ci-dessus. La solution temps t.
absorbe dans : D'après la courbe, on peut dire que le temps de demi
A : Le bleu réaction t ½ :
B : Le vert A : Est égal à 1 h 12 min
C : Le rouge B : Est égal à 35 min
C : Est égal à 20 min
13 - la solution précédente est : On donne ci-dessus la courbe représentant l'évolution
A : De couleur magenta de la concentration C d'un produit de la réaction en
B : Incolore fonction du temps.
C : De teinte cyan La vitesse de la réaction étudiée à la date t peut s'écrire :

14 - Le spectre de la lumière blanche après le passage .


dans la solution précédente est :
D'après la courbe, on peut dire que la vitesse initiale de
A: la réaction :
A : Est inférieure à la vitesse de la réaction à la date t =
B: 2,0 min
B : Est supérieure à la vitesse de la réaction à la date t =
C: 2,0 min
C : Est égale à la vitesse de la réaction à la date t = 2,0
min
II. pH, acide et Base, couples Acide / base. 9 - Une base est :
A : Toujours une molécule
B : Toujours un ion
1 - Les propriétés acides et basiques des solutions
C : Une molécule ou un ion
aqueuses :

A : Dépendent de la concentration en ions hydroxyde HO– 10 - L'ion hydroxyde HO– est la base conjuguée de :
B : Dépendent de la concentration en ions oxonium H3O+ A : H3O+
C : Dépendent de la quantité d'eau B : H2O
C : H2O2
2 - La relation suivante : pH = - log [H3O+] est valable :
A : Quelle que soit la concentration C de la solution 11 - L'eau est une espèce amphotère, on parle
B : Pour les solutions diluées d'ampholyte. Elle peut se comporter :
A : En tant qu'acide seulement
B : En tant que base seulement
3 - La relation :pH = - log [H3O+]est équivalente à : 6- C : En tant qu'acide ou en tant que base
On effectue la mesure du pH d'une solution aqueuse.
A : [H3O+] = 10–pH mol / L
Après agitation et stabilisation, on obtient la valeur du 12 - Une réaction acido-basique est caractérisée par :
B : [H3O+] = 10pH mol / L pH indiquée sur la photo ci-dessus. La valeur de la A : Un transfert d'électron de l'acide d'un couple acide /
concentration en ions oxonium vaut :
C : [H3O+] = e–pH mol / L base vers la base d'un autre couple acide / base
B : Un transfert de proton de la base d'un couple acide /
A : [H3O+] ≈ 1,3 x 10–4 mol / L base vers l'acide d'un autre couple acide / base
4 - Pour mesurer le pH d'une solution avec précision, on C : Un transfert de proton de l'acide d'un couple acide /
B : [H3O+] ≈ 1,26 x 10–4 mol / L
utilise : base vers la base d'un autre couple acide / base
A : Le papier pH C : [H3O+] ≈ 1,0 x 10–3,90 mol / L
B : Des indicateurs colorés
C : Le pH-mètre 7 - Selon Bronsted, un acide est une espèce chimique 13 - Dans une fiole jaugée de volume V = 500,0 mL,
capable : partiellement remplie d'eau distillée, on verse avec
précaution mapp = 3,00 g d'acide éthanoïque.
A : De capter au moins un proton H+
5 - Pour effectuer une mesure de pH avec un pH-mètre, On mélange puis on complète avec de l'eau distillée
il faut avant tout : B : De céder au moins un proton H+
jusqu'au trait de jauge et on mélange.
A : Plonger la sonde dans la solution, mettre le C : De céder au moins un électron e– (masse molaire de l'acide éthanoïque : 60,05 g.mol-1)
commutateur sur la position pH et effectuer la lecture La valeur de l'avancement maximal xmax de la réaction
B : Étalonner le pH-mètre
C : Une solution acide entre l'acide éthanoïque est l'eau vaut :
8 - Selon Bronsted, une base est une espèce chimique
capable : A : xmax ≈ 5,00 x 10 –2 mol
A : De capter au moins un proton H+ B : xmax = 3,00 g
B : De céder au moins un proton H+ C : xmax ≈ 5,00 x 10 –2 mol / L
C : De céder au moins un électron e–
14 - Le pH de la solution précédente vaut 2,90. III. Réactions acido-basiques en solution 5 - Au produit ionique de l'eau, on associe une autre
L'avancement final xf de la réaction entre l'acide grandeur nommée pKe. Cette grandeur est définie par la
aqueuse.
éthanoïque et l'eau vaut : relation :
A : xf ≈ xmax A : Ke = – log (pKe)
B : xf ≈ 1,3 x 10–2 mol 1 - À 25 ° C, le produit ionique de l'eau : B : Ke = 10–pKe
C : xf ≈ 6,3 x 10–4 mol Ke = [H3O+]eq . [HO– ]eq C : Ke = – pKe
Cette constant d'équilibre est associée à la réaction :
15 - L'avancement final d'une réaction est toujours : 6 - Une solution neutre :
A: A : Contient plus d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
A : 0 ≤ xf < 1
B: B : Contient moins d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
B : 0 ≤ xf ≤ xmax
C : Contient autant d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
C : 0 ≤ xf < xmax C:
7 - Une solution basique :
2 - L'autoprotolyse de l'eau :
16 - Une solution d'acide éthanoïque de concentration A : Contient plus d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
A : Est une réaction très limitée
C = 5,0 x 10–4 mol / L a un pH = 4,5. L'avancement final B : Contient moins d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
B : Est une réaction totale
de la réaction de l'acide éthanoïque sur l'eau : C : Contient autant d'ions hydroxyde que d'ions oxonium
C : Est une réaction acido-basique
A : Est égal à l'avancement maximal
B : Est supérieur à l'avancement maximal 8 - On donne :
3 - On affirme que seulement 2 molécules d'eau sur 556
C : Est inférieur à l'avancement maximal À 25 ° C, pKe = 14
millions participent à la formation des ions H3O+ et
À 60 ° C, pKe = 13
HO– . À 60 °C, une solution de pH = 7,0 est :
17 - Le taux d'avancement d'une réaction est égal : Le taux d'avancement final τ de la réaction A : Acide
A : Au quotient de l'avancement final sur l'avancement d'autoprotolyse de l'eau vaut : B : Basique
maximal A:τ≈1 C : Neutre
B : Au produit de l'avancement final par l'avancement B : τ ≈ 3,6 x 10– 9
maximal
C : τ ≈ 3,6 x 10– 7
C : Au quotient de l'avancement maximal sur
l'avancement final
4 - La constante d'équilibre associée à l'équation
d'autoprotolyse de l'eau, notée Ke est appelé produit
ionique de l'eau.
On donne :
À 25 ° C, pKe = 14
À 60 ° C, pKe = 13
A : La constante Ke est valable pour toutes les solutions
aqueuses
B : La constante Ke augmente avec la température
C : La constante Ke diminue avec la température
9 - La constante d'acidité KA associée à la réaction entre A : L'espèce prédominante est NH3 (aq)
un acide AH (aq) et l'eau a pour expression : B : L'espèce prédominante est l'ion ammonium NH4+ (aq)
C: C : Il n'y a pas d'ions ammonium
12 - Pour les solutions d'acides de mêmes 16 - Une solution de soude de formulea une
concentrations C : concentration en ions hydroxyde de 1,0 x 10 – 5 mol.L-1.
A: A : Le pH est d'autant plus grand que le KA est grand Son pH, à 25 ° C, vaut :
B : Le pH est d'autant plus faible que le KA est grand A : pH ≈ 5,0
C : Le taux d'avancement final τ est d'autant plus grand B : pH ≈ 9,0
B: que le KA est grand C : pH ≈ 7,0

13 - Pour les solutions de bases de mêmes IV. Titrages acido-basiques.


C:
concentrations C :
A : Le pH est d'autant plus élevé que le KA est petit
1 - On réalise le suivi pH-métrique du dosage de l'acide
B : Le taux d'avancement final τ est d'autant plus grand
10 - L'expression de la constante d'acidité du couple chlorhydrique par la soude.
que le KA est petit
NH4+ (aq) / NH3 (aq) est : À l'équivalence, la courbe représentant l'évolution du
C : La base est d'autant plus dissociée que le KA est grand pH en fonction du volume V de soude versé présente :
B
A : Un bond de pH
14 - On considère la réaction entre l'acide A1H (du B : Un saut de pH
A: couple A1H / A1–, KA1) C : Un pic de pH

et la base A2– (du couple A2H / A2–, KA2 ) 2 - La formule de la solution aqueuse de soude est :
B:
Il se produit la réaction chimique : A : NaOH (aq)
B : NaOH (s)
À cette réaction est associée une constante d'équilibre C : {Na+ (aq) + HO– (aq)}
C: K d'expression :
A:
11 - Pour tout couple Acide / Base, noté A / B : 3 - L'équation de la réaction de dosage de l'acide
B: chlorhydrique par la soude est :

A: C: A:

15 - Une solution de chlorure d'ammonium B:


a un pH = 11.
B: C:
Le pKA du couple NH4+ (aq) / NH3 (aq) vaut 9,2.
4 - Plus généralement, l'équation de la réaction de
dosage d'un acide AH par la soude est : 12 - La courbe ci-dessous représente l'évolution du pH
9 - La courbe ci-dessous représente l'évolution du pH en
en fonction du volume de soude versé lors du dosage
fonction du volume de soude versé pour le dosage
acido-basique.
d'une solution d'acide chlorhydrique.
A:

B:

C:

5 - Lorsque l'on dose une solution d'acide chlorhydrique


par de la soude, à l'équivalence le :
A : pH > 7
B : pH = 7
C : pH < 7

6 - À l'équivalence du dosage d'un acide par la soude, la


dérivée de la courbe pH = f (VB) donnant l'évolution du
pH en fonction du volume de soude versé est :
A : À son maximum
B : À son minimum
C : nulle
On peut repérer l'équivalence à l'aide :
A : De la valeur du coefficient directeur de la tangente à
7 - Une réaction de dosage :
l'origine On dispose de trois indicateurs colorés dont on donne
A : Est totale, rapide, unique
B : À l'aide de la méthode des tangentes les caractéristiques ci-dessuus.
B : À un taux d'avancement final inférieur à 1
C : À l'aide de la méthode de la moyenne
C : À une constante d'équilibre K supérieure à 104

8 - On dose un acide AH par une base B. 10 - Les coordonnées du point d'équivalence E de la


À l'équivalence : courbe précédente sont :
A : L'acide est la base ont été mélangés dans les A : pHE ≈ 7,0 ; VBE ≈ 9,8 mL
proportions stœchiométriques définies par les
B : pHE ≈ 8,0 ; VBE ≈ 9,8 mL
coefficients de la réaction
B : La quantité de matière d'acide apporté est égale à la C : pHE ≈ 7,0 ; VBE ≈ 12 mL
quantité de matière de base apportée Pour réaliser le même dosage avec un indicateur coloré,
C : Le pH est toujours égal à 7 11 - Les indicateurs colorés sont : il faut utiliser :
A : Des espèces chimiques acido-basiques A : La phénolphtaléine
B : Des espèces chimiques oxydant-réducteur B : L'hélianthine
C : Des espèces chimiques neutres C : Le Bleu de bromothymol (B.B.T)
13 - On a dosé 10,0 mL d'une solution SA d'acide, de V. Un peu de mécanique. 4 - Dans un référentiel d'origine O, un mobile M est en
concentration inconnue, par 15,0 mL d'une solution de mouvement sous l'action d'une force. Parmi les
SB de soude de concentration CB = 0,20 mol / L. grandeurs ci-dessous, relative au mobile, quelle est celle
Deux billes de masse M et m (M > m), assimilables à des qui ne dépend pas du référentiel dans lequel on étudie
La concentration de la solution dosée est :
points matériels, sont lâchées sans vitesse initiale à une le mouvement .
A : CA ≈ 0,13 mol / L
hauteur h du sol, dans une région où le champ de A : la masse
B : CA ≈ 0,30 mol / L pesanteur est constant. On néglige la résistance de l'air. B : le vecteur position
C : CA ≈ 0,3 mol / L Parmi les affirmations suivantes, laquelle est exacte ? C : l'accélération
A : la bille M atteint le sol en premier D : L'énergie cinétique
B : la bille m atteint le sol en premier E : la vitesse
14 - On réalise le dosage de l'acide éthanoïque par une C : Les deux billes atteignent le sol simultanément
solution aqueuse de soude.
À l'équivalence, le pH du point d'équivalence est : 5 - Dans le référentiel d'étude, les normes de la vitesse
A : Inférieur à 7 2 - Une masse m, soumise au champ de pesanteur et de l'accélération d'un point matériel sont constantes
B : Supérieur à 7 terrestre de valeur g = 9,81 N / kg peut se déplacer sans au cours du temps et non nulles.
C : Égal à 7 frottement d'un point A à un autre point quelconque C Quelles est la nature du mouvement ?
en suivant deux trajets différents : A : rectiligne uniforme
15 - On réalise, le dosage d'une solution d'ammoniac Trajet 1 : le trajet vertical AB puis le trajet horizontal BC B : circulaire uniforme
NH3 (aq) par de l'acide chlorhydrique. (BC = a) C : rectiligne uniformément varié
Trajet 2 : le trajet suivant le segment AC de longueur b. D : circulaire non uniforme
À l'équivalence :
E : curviligne varié
A : On est en présence d'une solution aqueuse de On désigne par W1 et W2 le travail du poids dans
chlorure d'ammonium chacun des deux cas. Indiquer laquelle des expressions 6 - Vous êtes assis dans une voiture de chemin de fer,
B : Le pH du mélange réactionnel est inférieur à 7 proposées est correcte : dans le sens de la marche. Les fenêtres sont fermées et
C : Le pH du mélange réactionnel est supérieur à 7 le train roule à vitesse constante sur une voie
A : W1 = W2 horizontale.
16 - On veut doser 10,0 mL d'une solution SA d'acide, de Vous jetez une boule en l'air, verticalement, puis votre
B : W1 = m . g . b
concentration inconnue, par une solution SB de soude main s'immobilise.
C : W2 = m . g . a Où la boule retombe-t-elle ?
de concentration CB = 0,20 mol / L.
D : W1 > W2 A : en avant de votre main
Pour prélever les 10,0 mL de la solution SA d'acide, on B : sur votre main
utilise : C : en arrière de votre main
A : Une pipette graduée 3 - Pour un mouvement circulaire uniforme : D : ailleurs
B : Une éprouvette graduée A : l'accélération est nulle E : ne se prononce pas
C : une pipette jaugée B : le vecteur vitesse reste constant
C : le vecteur accélération est centripète
D : le vecteur accélération est tangentiel
E : Le vecteur accélération est constant
7 - Dans un référentiel géocentrique supposé galiléen, 3 - Dans le vide la lumière se propage avec une vitesse
un satellite terrestre décrit une orbite circulaire de rayon de :
8 - La largeur d de la tache centrale d'une figure de
R. A : 300 000 km / h
diffraction est liée à D, la distance qui sépare l'écran de
B : 3,0 x 108 m / s la fente et θ, l'écart angulaire entre le milieu de la frange
A : la norme de sa vitesse est constante
C : 3,0 x 108 km / s centrale et la première extinction, par la relation :
B : son accélération est nulle
C : sa période de révolution est proportionnelle au rayon
4 - Lorsque l'on passe d'un milieu transparent à un
de sa trajectoire.
autre, la fréquence d'une radiation monochromatique :
D : si le satellite est géostationnaire, sa vitesse est nulle
A : Est modifiée
B : Reste inchangée
C : Une radiation monochromatique n'a pas de fréquence
8 - Quand un corps tombe en chute libre dans un champ
définie
de pesanteur uniforme : A:
A : il est soumis à une force constante.
5 - La célérité de la lumière dans le vide et dans l'air est
B : son accélération est d'autant plus grande que sa
masse est grande c = 3,0 x 108 m / s. Si on envoie un rayon lumineux dans B:
C : sa vitesse augmente proportionnellement à sa un prisme CROWN d'indice n = 1,5, la célérité de la
distance de chute lumière sera :
C:
D : sa variation d'énergie potentielle sur une distance de A : 2,0 x 108 m / s
chute donnée est indépendante de sa masse B : 4,5 x 108 m / s 9 - En plaçant un cheveu devant un rayon laser de
E : son accélération au bout d'un temps de chute donnée
C : 3,0 x 108 m / s longueur d'onde λ = 632 nm, on observe sur l'écran,
est indépendante de sa vitesse initiale
placé à la distance D = 7,05 m, une figure de diffraction.
6 - La longueur d'onde λ0 d'un rayonnement lumineux Si la largeur de la tache centrale vaut d = 52,0 mm, le
diamètre a du cheveu mesure
de fréquence ν = 6,00 x 1014 Hz se propageant dans le
VI. Modèle ondulatoire de la lumière. vide est vaut :
A : 1,71 μm
B : 17,1 μm
A : 500 nm
C : 171 μm
B : 2,0 µm
1 - Les ultraviolets sont des rayonnements dont la C : 1,8 x 1024 m 10 - Si c représente la célérité de la lumière, ν la
longueur d'onde λ :
fréquence et λ, la longueur d'onde, l'indice n d'un milieu
A : Est inférieure à 400 nm 7 - On donne ci-dessous la figure obtenue par transparent dépend de la fréquence de la radiation
B : Est située entre 400 nm et 780 nm diffraction d'un pinceau lumineux par un obstacle de selon la relation :
C : Est supérieure à 780 nm petite taille.
A:
2 – Un des phénomènes qui permet de mettre en
évidence le caractère ondulatoire de la lumière est : L'obstacle qui conduit à cette figure de diffraction est :
A : Le phénomène de réflexion A : Un trou circulaire B:
B : Le phénomène de propagation B : Une fente
C : Le phénomène d'interférence C : Un trou carré C:
16 - Des interférences destructives s'observent si les
ondes cohérentes qui interférent :
11 - Si n1 et n2 représentent respectivement les indices
A : Sont en opposition de phase
de réfraction des milieux traversés par un rayon B : Sont décalées d'un nombre entier de longueurs 22 - Pour observer la figure d'interférence obtenue avec
lumineux, l'angle d'incidence i1 et l'angle de réfraction d'onde des fentes d'Young en lumière monochromatique, il faut
i2 sont liés par la relation : C : Sont décalées d'un nombre impair de demi-longueurs placer l'écran :
A : n1 . sin i1 = n2 . sin i2 d'onde A : À n'importe quelle distance des fentes
B : À une distance précise qui dépend de la longueur
B : n1 . i1 = n2 . i2 d'onde
C : n1 . sin i2 = n2 . sin i1 17 - Une onde sonore est une onde : C : À une distance précise qui dépend de la distance qui
A : Longitudinale sépare les eux fentes
12 - Des interférences stables se produisent lorsque
B : Transversale
deux ondes :
C : De même nature que la lumière
A : Se superposent 23 - Pour observer une figure d'interférence en lumière
B : De même fréquence se superposent monochromatique, il faut :
C : Cohérentes se superposent A : Deux lampes monochromatiques identiques
18 - Lorsqu'une source d'ondes est en mouvement et
qu'un récepteur est immobile par rapport au milieu de indépendantes
propagation : B : Deux lampes monochromatiques identiques
13 - L'écart angulaire de diffraction θ est plus important branchées sur le même générateur
A : L'onde émise est modifiée au cours du temps
pour une onde de longueur d'onde :
B : L'onde perçue est modifiée par rapport à l'onde émise C : Une seule lampe monochromatique munie d'une seule
A : 400 nm
C : La vitesse de propagation de l'onde dans le milieu est fente et un système permettant d'obtenir deux sources
B : 600 nm secondaires
modifiée.
C : 800 nm
VII. Les Ondes Mécaniques.
19 - Un émetteur d'onde se rapproche d'un récepteur
14 - La figure de diffraction de la lumière blanche
fixe. On note fE la fréquence de l'onde émise et fR. la 1 - Lors de la propagation d'une onde mécanique, il y a :
présente une tache centrale :
A : Blanche fréquence de l'onde perçue
A : Transport d'énergie
B : Noire A : fR < fE
B : Transport de matière
C : Colorée B : fR > fE C : Ni transport de matière et ni transport d'énergie
C : fR = fE
2 - Une onde est dite progressive
15 - Des interférences constructives s'observent en tout A : Si son amplitude augmente avec le temps
point de l'espace où deux ondes cohérentes : 20 - Dans la figure d'interférence obtenue avec des
fentes d'Young en lumière monochromatique, la frange B : Si elle se propage dans l'espace
A : Se superposent C : Si elle reste «immobile» dans l'espace
centrale est :
B : Sont en phase
A : Deux fois plus large que les franges latérales
C : Sont en opposition de phase 3 - Deux ondes qui se croisent
B : De même largeur que les autres franges
C : Beaucoup plus lumineuse que les autres franges A : Sont obligatoirement modifiées après leur rencontre
B : S'arrêtent ; il n'y a plus d'onde
C : Peuvent poursuivre inchangées après le croisement
15 - Une onde de période T = 10 ms se propage à la
4 - La hola dans un stade de football est une onde 9 - Dans une piscine, Juliette se trouve en un point M vitesse v = 250 m.s-1. Sa longueur d'onde λ vaut :
progressive à : situé à 5,0 m de la machine à vagues placée en S. A : 2,5 m
A : Une dimension Comme elle est juste assez grande pour sortir la tête de B : 2,5 km
B : Deux dimensions l'eau, elle doit sauter à chaque fois qu'une crête de C : 25 km
C : Trois dimensions vague l'atteint.
La vitesse des vagues est de 2,0 m.s-1.
16 - Un milieu dans lequel la célérité d'une onde dépend
5 - Une onde est dite transversale : Juliette doit sauter :
de sa fréquence est :
A : Quand la perturbation se fait perpendiculairement à la A : 2,5 s après la création de la vague en S
A : Diffusant
direction de propagation B : 0,40 s après la création de la vague en S
B : Diffractant
B : Quand la perturbation se fait dans la même direction C : En même temps que se crée une vague en S.
C : Dispersif
que la propagation
C : Quand la perturbation se fait de proche en proche
10 - Parmi les ondes progressives suivantes, laquelle est
17 - Une onde qui rencontre un obstacle sera diffractée :
périodique ?
6 - Si on place la flamme d'une bougie à quelques A : Si l'obstacle à la forme d'une fente ou d'un trou
A : L'onde créée par un caillou dans un plan d'eau
centimètres d'un HP, on remarque que la flamme de la B : Si la taille de l'obstacle est de même ordre de
initialement calme
bougie suit le mouvement de la membrane. Cette grandeur que la longueur d'onde
B : L'onde sonore du « la » d'un diapason (sur une courte
observation permet de montrer que l'onde sonore est : C : Quelle que soit la dimension de l'obstacle
durée)
A : Une onde transversale
C : L'onde de choc d'un avion qui passe le mur du son.
B : Une onde plane 18 - La diffraction modifie :
C : Une onde longitudinale A : La fréquence de l'onde
11 - Les ondes progressives périodiques présentent : B : La longueur d'onde de l'onde
A : Une périodicité temporelle C : Ni l'un ni l'autre
7 - La célérité d'une onde :
B : Une périodicité spatiale
A : Augmente avec l'inertie du milieu
C : Une périodicité temporelle et une périodicité spatiale
B : Diminue avec l'inertie du milieu
C : Diminue avec la rigidité du milieu
12 - La fréquence d'un phénomène périodique :
A : Est donnée par l'inverse de la période
8 - Si d représente la distance parcourue par la
B : Est le nombre de fois que se répète le phénomène par
perturbation et Δt la durée mise à la parcourir, la
seconde
célérité c d'une onde est donnée par la relation :
C : Représente la durée du phénomène

A:
14 - La période d'une onde progressive sinusoïdale est :
A : La durée la plus courte séparant deux perturbations
B:
identiques en un point donné
C : c = d . Δt
B : La durée séparant deux perturbations identiques en
un point donné
C : La distance séparant deux perturbations identiques
VIII. Stéréochimie des molécules.
1 - Lorsqu'une molécule est chirale :
A : Elle est superposable à son image dans un miroir. C:
B : Son image dans un miroir plan est une molécule
4 - La molécule ci-dessous comporte : A : Est le stéréoisomère Z.
chirale.
B : Est le stéréoisomère E.
C : Elle présente un plan de symétrie.
C : Ne présente pas de stéréoisomérie Z et E.
2 - Soit les molécules A et B ci-dessous :
7 - Un mélange racémique est un mélange équimolaire :
A : De deux énantiomères.
B : De deux diastéréoisomères.
C : De deux stéréoisomères Z et E.
A : Zéro atome de carbone asymétrique.
B : Un seul atome de carbone asymétrique.
8 - Deux diastéréoisomères ont :
C : Deux atomes de carbone asymétriques.
A : Généralement des températures d'ébullition
différentes.
5 - Les deux molécules A et B ci-dessous constituent :
A : Elles sont toutes les deux chirales. B : Des formules semi-développées différentes.
B : Elles sont toutes les deux achirales. C : Obligatoirement un atome de carbone asymétrique
C : A est chirale et B est achirale chacun.

3 - La formule topologique du butan-2-ol est : 9 - La (les) conformation(s) la (les) plus stable(s) est
(sont) :

A : Un couple de molécules identiques.


A: B : Un couple d'énantiomères.
C : Un couple de diastéréoisomères.
A:
6 - La molécule de 1,2-dichlorométhène représentée ci-
dessous :

B:
B:
4 - La molécule de 2,3-diméthylbutanamine possède :
C: A : Une chaîne principale à quatre atomes de carbone.
B : Quatre atomes de carbone.
C : Un atome d'azote.

B: 5 - La molécule de propanoate de méthyle :


IX. Transformation en chimie organique : A : Est un ester.
B : Possède un seul atome d'oxygène.
aspect macroscopique.
C : Possède quatre atomes de carbone.
1 - La chaîne carbonée d'une molécule peut être
raccourcie :
A : Par craquage catalytique. 6 - Les molécules dont les formules topologiques sont
C: B : Par distillation fractionnée. données ci-dessous :
C : Par vapocraquage.

10 - Pour différencier deux énantiomères, on utilise : 2 - Le passage de l'octane au but-2-ène peut se faire
A : La représentation topologique. par :
B : La représentation de CRAM. A : Alkylation.
C : Des formules brutes. B : Reformage. A : N'ont pas la même chaîne carbonée principale.
C : Craquage. B : N'ont pas le même groupe caractéristique.
11 - Si le passage d'un stéréoisomère à l'autre C : Ont la même formule brute.
n'implique pas de rupture d'une liaison, les deux 3 - La molécule d'éthanoate de méthyle, dont le modèle
molécules sont des : moléculaire est donné ci-dessous, est :
A : Énantiomères. 7 - Les molécules dont les formules topologiques sont
B : Diastéréoisomères. données ci-dessous :
C : Stéréoisomères de conformation.

12 - Parmi les objets suivants, lequel n'est pas chiral ?


A : Un clavier d'ordinateur.
B : Un texte imprimé.
C : Un clou.

13 - Parmi les molécules suivantes, laquelle possède un A : Ont la même chaîne carbonée.
carbone asymétrique ? B : N'ont pas le même groupe caractéristique.
A : Un alcool.
C : Ont la même formule brute.
A: B : Un ester.
C : Une cétone.
8 - Une molécule qui subit une réaction de substitution :
A : Gagne un groupe caractéristique supplémentaire. 1 - Données :
B : Peut perdre un groupe caractéristique.
C : Perd certains atomes qui sont remplacés par d'autres.

B:
9 - Une molécule qui subit une réaction d'addition :
A : Gagne une double liaison.
B : Perd une double liaison. C:
C : Perd une liaison multiple L'électronégativité d'un atome traduit son aptitude à :
A : Former une liaison avec un autre atome. 4 - L'ion hydrogène H+ est un site :
B : Attirer à lui le doublet d'électrons qui le lie à un autre A : Donneur de doublet d'électrons.
atome. B : Accepteur de doublet d'électrons.
10 - Une molécule qui subit une réaction d'élimination : C : Porter des charges partielles négatives. C : Ni donneur, ni accepteur de doublet d'électrons.
A : Gagne un groupe caractéristique supplémentaire. 2 - Les polarisations données ci-dessous sont-elles
B : Perd des atomes. correctes ? 5 - L'ion hydrure H - est un site :
C : Perd une liaison multiple. A : Donneur de doublet d'électrons.
B : Accepteur de doublet d'électrons.
C : Ni donneur, ni accepteur de doublet d'électrons.
11 - La réaction d'équation représentée ci-dessous est A:
une réaction :
6 - La représentation correcte de la première étape du
mécanisme de saponification du méthanoate d'éthyle
A : De substitution.
B: est :
B : D'addition.
C : D'élimination.

12 - La réaction d'équation représentée ci-dessous est C:


une réaction : A:

3 - Les polarisations des liaisons multiples ci-contre


A : De substitution.
sont-elles correctes ?
B : D'addition.
C : D'élimination.
B:

X. Transformation en chimie organique :


aspect microscopique
A:
C:
7 - L'ion cyanure CN - réagit en une seule étape avec le XI. Stratégie d'une synthèse et sélectivité en 4 - La recristallisation :
méthanal pour donner A : Consiste à refroidir le milieu réactionnel une fois la
chimie organique. synthèse terminée.
. B : Est une technique de purification des solides.
1 - Le montage représenté ci-dessous est un montage : C : Est une technique de purification des liquides.
Cette étape peut s'écrire :

5 - Pour contrôler la pureté d'un solide, on peut :


A : Réaliser une chromatographie sur couche mince.
B : Mesurer son indice de réfraction.
A: C : Mesurer sa température de fusion.

6 - Soit la réaction suivante :


A + 2 B → 3 P + Q ; Avec n0 (A) = n0 (B) = n0
La quantité maximale nmax de produit P susceptible
B:
d'être obtenue est égale à :
A : De chauffage à reflux. A : 3 n0
B : D'hydrodistillation.
C : De distillation fractionnée. B : n0

C:

C:
8 - Dans la molécule de méthanal (voir ci-dessous),
l'atome : 2 - Le pictogramme signifie :
A : Que le produit est toxique. 7 - La molécule ci-dessous possède :
B : Qu'il faut manipuler le produit avec des gants.
C : Que le produit est corrosif

3 - L'introduction d'un catalyseur dans le milieu


réactionnel permet :
A : De carbone porte une charge partielle négative. A : D'accélérer la réaction. A : Une fonction cétone, une fonction amine et une
B : De carbone porte une charge partielle positive. B : D'augmenter la valeur de l'avancement maximal. fonction alcool.
C : D'oxygène porte une charge partielle positive. C : De réaliser la réaction en chauffant éventuellement B : Une fonction amide et une fonction alcool.
moins. C : Une fonction amine et une fonction acide carboxylique.
9 - La liaison C = O est :
A : Chargée.
B : Polarisée.
C : Non polarisée.
8 - Pour réaliser la synthèse peptidique ci-dessous, il Dans cette synthèse le produit d'intérêt est :
faut : XII. Applications des lois de Newton et Kepler.
A : De l'eau.
B : Un ester 1 - On lance un solide de masse m verticalement, vers le
C : Un amide haut, à partir d'une hauteur h. La valeur de la vitesse
initiale est v0.
On étudie le mouvement du bouton dans le repère
10 - Dans cette synthèse, l'APTS joue le rôle de :
A : Réactif.
B : Produit.
C : Catalyseur. contenu dans le plan de la trajectoire.
L'intensité de la pesanteur est notée g.
Schéma de la situation à l'instant t :
A : Protéger la fonction amine de A et la fonction acide
11 - Sachant que la masse volumique de l'alcool est 0,81
carboxylique de B.
B : Protéger les deux fonctions de A. kg . L–1 et celle de l'acide 1,05 kg . L–1 , le réactif
C : Protéger la fonction amine de B et la fonction acide limitant est :
carboxylique de A. A : L'alcool.
B : L'acide.
C : L'ester.
9 - On étudie la transformation décrite par l'équation de
la réaction suivante :
12 - Une manipulation a permis d'obtenir 7,6 g d'ester.
Le rendement est de :
A : 10 %
B : 64 %
C : 76 %

13 - Le produit obtenu est liquide. Par conséquent, il ne


pourra pas être caractérisé par :
Lors de cette synthèse, on introduit 10 mL d'alcool, 30 A : Sa masse volumique.
mL d'acide et 1,0 g d'APTS. B : Une chromatographie sur couche mince. Un référentiel pertinent pour étudier le mouvement du
C : Sa température de fusion. bouton est :
Données : A : Le référentiel héliocentrique.
Masses molaires en g . mol-1 : B : Le référentiel géocentrique.
14 - Pour purifier le produit liquide obtenu, on peut
Alcool = M1 = 88, acide : M2 = 60 C : Un référentiel terrestre.
réaliser :
APTS M3 = 172 ; ester M4 = 130. A : Une distillation.
B : Une chromatographie sur couche mince.
C : Une recristallisation.
2 - Dans l'hypothèse d'une chute libre, le solide est 6 - Les équations horaires du mouvement sont :
uniquement soumis : 8 - Le référentiel le plus adapté à l'étude du mouvement
A : À son poids et aux forces de frottements de l'air. de la Lune autour de la Terre est :
B : À son poids A : Le référentiel héliocentrique.
C : Aux forces de frottements de l'air. B : Le référentiel géocentrique.
C : Le référentiel terrestre.

3 - Le vecteur accélération du solide est :


A : Vertical ascendant. 9 - Dans l'approximation d'une trajectoire circulaire, le
B : Vertical descendant. mouvement de la Lune dans ce référentiel est :
C : Horizontal et dans le sens du mouvement. A: A : Rectiligne uniforme.
B : Circulaire uniforme.
C : Circulaire non uniforme.
4 - À chaque date t, l'abscisse vx du vecteur vitesse du
solide est :
A:0 10 - D'après la loi des aires, le segment de droite reliant
B : v0 les centres de gravité de la Lune et de la Terre :
A : Balaie des aires égales pendant des durées égales.
C : - v0
B : A une trajectoire elliptique.
C : A une longueur constante
B:
5 - À chaque date t, l'ordonnée vy du vecteur vitesse du
solide est : 11 - Un satellite est en orbite autour de la Terre. Il
A : - g . t + v0 effectue une révolution de rayon r avec une période T.
B : + g . t + v0 La troisième loi de Kepler s'écrit :
C : - g . t - v0

A:
C:

7 - La trajectoire du solide est : B:


A : Parabolique.
B : Circulaire.
C : Rectiligne.
C:
2 - Une force est dite conservative, si :
12 - La valeur de l'accélération d'un point mobile en
A : Son travail est nul.
mouvement circulaire uniforme :
B : Son travail est indépendant du chemin suivi.
A : Est nulle. 15 - Dans la relation correcte précédente :
C : Son travail est moteur.
B : Quadruple si la valeur de la vitesse double. A : k dépend de la masse du satellite.
C : Augmente si le rayon de la trajectoire augmente. B : k dépend de la masse de l'astre autour duquel le
satellite tourne.
3 - Le travail du poids d'un parapentiste de
C : k est une constante universelle.
masse m = 80 kg s'élançant à une altitude de h1 = 1500
13 - Dans l'approximation des trajectoires circulaires, de
rayon r, autour d'un astre de masse M, la valeur de la m et se posant à une altitude de h2 = 500 m vaut :
vitesse d'un satellite vérifie la relation : 16 - Le mouvement de Jupiter est circulaire dans le A : 8,0 x 105 J
référentiel :
B : 8,0 x 102 J
A : Géocentrique.
B : Héliocentrique. C : – 8,0 x 105 J
A: C : Jovicentrique.
4 - Le travail du poids d'un corps :
A : Est toujours positif quand le corps descend.
B : Est toujours moteur.
B: C : A un signe qui dépend du choix de l'axe vertical.
XIII. Travail et énergie.

C:

1 - Le travail d'une force constante dont le 5 - Le travail de la force électrostatique


14 - Dans l'approximation des trajectoires circulaires point d'application se déplace de A à B est donné par la s'exerçant sur une particule de charge q se déplaçant
autour d'un astre, la période T de révolution et le rayon relation : d'un point A, où le potentiel est VA, à un point B où le
r de la trajectoire d'un satellite vérifient la relation : potentiel est VB, s'écrit :

A: A:
A:

B:
B: B:

C: C:
C:
9 - Lorsque le pendule passe par sa position d'équilibre, 14 - Lors des oscillations libres d'un pendule, l'énergie
6 - Une force qui s'exerce sur un point matériel est sa vitesse vaut : mécanique du pendule :
conservative si : A : 0,77 m . s–1. A : S'exprime par Em = Epp + EC uniquement s'il n'y a pas
A : Elle garde une valeur constante quelle que soit sa de frottements.
B : 0,0 m . s–1.
direction. B : Reste constante en l'absence de frottements.
B : Son travail ne dépend pas du chemin suivi par le point C : 2,4 x 10–2 m . s–1.
C : Reste toujours constante que les oscillations soient
matériel pendant le déplacement. amorties ou pas.
C : Elle permet au corps sur lequel elle s'exerce de garder
une vitesse constante. 10 - Jusqu'à la date t = 0,36 s, il y a :
A : Transfert partiel de l'énergie potentielle de pesanteur
en énergie cinétique.
7 - On a représenté ci-dessous les évolutions au cours du B : Transfert complet de l'énergie cinétique en énergie XIV. Transferts quantiques d'énergie et dualité
temps des énergies d'un pendule de masse m = 100 g, potentielle de pesanteur. onde particule.
écarté de sa position d'équilibre et lâché sans vitesse C : Transfert complet de l'énergie potentielle de
initiale à la date t = 0 s. pesanteur en énergie cinétique. 1 - La valeur p de la quantité de mouvement d'une
particule est liée à sa longueur d'onde λ par la relation :

11 - Lorsque l'énergie mécanique d'un point matériel ne


se conserve pas, la variation d'énergie mécanique de ce
point est égale à la somme des travaux : A:
A : Des forces conservatives et non conservatives
B:
appliquées à ce point.
B : Des forces conservatives appliquées à ce point.
C : Des forces non conservatives appliquées à ce point.
C:

Les énergies du pendule sont représentées de la façon 12 - Un pendule peut servir à construire une horloge si
suivante : l'amplitude de ses oscillations : 2 - On note pr la quantité de mouvement d'un photon
A : Em en VERT et EC en ROUGE A : Diminue au cours du temps. de lumière rouge et pv la quantité de mouvement d'un
B : Epp en ROUGE et EC en BLEU B : Augmente au cours du temps. photon de lumière violette :
C : Em en ROUGE et EC en VERT C : Reste constante au cours du temps. A : pr = pv
B : pr < pv
C : pr > pv
8 - La date t = 0,36 s correspond au passage du pendule : 13 - Lors de la chute libre d'un point matériel A :
A : Par sa position d'équilibre A : Il y a conservation d'énergie de A entre les formes
B : Par sa position la plus haute. cinétique et potentielle.
C : Par sa position la plus basse. B : L'énergie mécanique de A diminue quand son énergie
potentielle diminue.
C : L'énergie mécanique de A diminue toujours.
7 - L'image ci-dessous représente une figure 11 - L'énergie mise en jeu lors d'une transition
d'interférences photon par photon. électronique est :
A : Supérieure à celle mise en jeu lors d'une transition
3 - Le rapport des longueurs d'onde associées à un vibratoire.
proton (mp = 1 u) et à une particule α (alpha : mα = 4 u) B : Égale à celle mise en jeu lors d'une transition
est égal à 4 lorsqu'ils ont : vibratoire.
A : La même vitesse. C : Inférieure à celle mise en jeu lors d'une transition
B : La même quantité de mouvement. vibratoire.
C : La même énergie cinétique.

A : Cette figure illustre l'aspect probabiliste d'un 12 - Une radiation d'énergie vibratoire est associée à
4 - Les ondes de matière associées à un électron ou à un phénomène quantique. une radiation :
proton en mouvement ont la même longueur d'onde. B : Cette figure ne permet pas de connaître le lieu A : Ultraviolette.
A : Les deux particules ont des quantités de mouvement d'impact de chaque photon. B : Visible.
de même valeur. C : Cette figure met en évidence la dualité onde- C : Infrarouge.
B : La valeur de la vitesse de l'électron est plus importante corpuscule.
que celle de la vitesse du proton.
C : Les deux particules ont des vitesses de même valeur.
8 - Lors d'une émission stimulée, un photon d'énergie E
est émis :
5 - Une lumière monochromatique constituée de A : Spontanément par un atome dans un état excité. XV. Temps et relativité restreinte.
photons d'énergie 2,5 eV se situe : B : Lorsqu'un photon d'énergie E est absorbé par un
A : Dans le domaine de l'infrarouge. atome dans l'état fondamental.
B : Dans le domaine du visible. C : Lorsqu'un photon d'énergie E entre en interaction 1 - En relativité restreinte, la valeur de la vitesse de la
C : Dans le domaine des ultraviolets. avec un atome dans un état excité. lumière dans le vide et dans un référentiel galiléen :
A : Est absolue.
B : Est relative.
6 - Dans un microscope électronique, la dimension du 9 - Une inversion de population est réalisée : C : Dépend du référentiel.
plus petit objet observable correspond à la longueur A : Lorsque plus d'atomes sont dans un état excité que
d'onde du rayonnement utilisé. Un faisceau d'électrons dans leur état fondamental.
se déplaçant à 4,0 x 105 m.s–1 permet d'observer des B : Lorsque plus d'atomes sont dans leur état 2 - L'invariance dans le vide de la valeur de la lumière
détails de : fondamental que dans un état excité. dans un référentiel galiléen est un postulat de :
C : Lorsqu'aucun atome n'est dans un état excité.
A : 2,4 x 10–58 m A : Galilée.
B : 5,5 x 108 m B : Newton.
C : Einstein.
C : 1,8 x 10–9 m 10 - Le laser émet une lumière monochromatique :
A : Directive.
B : Sélective.
C : Cohérente.
3 - En relativité restreinte, l'horloge qui mesure le temps 7 - On imagine qu'une personne A munie d'un 10 - Une fusée se dirige avec une vitesse v vers une
propre séparant deux évènements doit être : chronomètre se déplace à 225 000 km . s par rapport source lumineuse immobile dans un référentiel galiléen.
–1
A : Fixe par rapport auxdes lieux des évènements. à une personne B. Par rapport au référentiel de la fusée, la vitesse de
B : Proche des lieux des évènements. La personne B est également munie d'un chronomètre propagation de la lumière dans le vide est :
C : En mouvement par rapport au lieu où se déroulent ces et les référentiels liés à A et B sont galiléens. A : supérieure à c.
deux évènements. A mesure la durée propre séparant deux évènements. B : égale à c.
C : inférieure à c.
On donne : c = 3,00 x 108 m . s–1
4 - En relativité restreinte, les durées mesurées sont :
A : Contractées par rapport aux durées propres. 11 - D'après les postulats de la relativité restreinte, si on
B : Les mêmes que les durées propres. décrit le mouvement d'un électron soumis à un champ
C : Dilatées par rapport aux durées propres. électromagnétique dans deux référentiels galiléens
différents :
A : Les trajectoires son décrites de façons identiques.
5 - Les durées mesurée ΔT ' et propre ΔT0 sont reliéesA : La durée mesurée par la personne B entre les deux B : Les vitesses sont, à chaque instant, identiques.
par la relation ΔT ' = γ . ΔT0. évènements est environ 2 fois plus grande que celle C : Les mêmes lois de l'électromagnétisme sont
mesurée par la personne A. respectées.
A : γ s'exprime en m . s–1.
B : La durée mesurée par la personne B entre les deux
B : γ s'exprime en s–1. évènements est environ 1,5 fois plus grande que celle
C : γ est sans unité. mesurée par la personne A. 12 - Une fusée se dirige avec une vitesse v vers une
C : La durée mesurée par la personne B entre les deux station spatiale immobile dans un référentiel galiléen.
évènements est sensiblement égale à celle mesurée par Pour un occupant de la station, par comparaison avec
6 - Deux personnes munies de chronomètres, fixes dans la personne A. une horloge de la station, une horloge embarquée dans
deux référentiels galiléens, observent les deux mêmes la fusée :
évènements. A : Prend de l'avance.
Les durées séparant ces deux évènements sont 8 - La mécanique classique : B : Prend du retard.
sensiblement différentes si : A : Est un cas particulier de la mécanique relativiste. C : Indique le même temps.
A : Ces deux personnes sont en mouvement l'une par B : Est une généralisation de la mécanique relativiste.
rapport à l'autre à une vitesse de valeur élevée. C : Correspond au cas où γ = 1.
B : Ces deux personnes sont en mouvement l'une par 13 - Les muons sont des particules instables qui se
rapport à l'autre à une vitesse de faible valeur. désintègrent en moyenne au bout d'une durée propre τ.
C : Ces deux personnes ne sont pas en mouvement l'une 9 - Le caractère relatif du temps est-il à prendre en Dans un laboratoire, la durée d'existence mesurée pour
par rapport à l'autre. compte par un observateur fixe dans un référentiel des muons animés d'une vitesse proche de c est en
terrestre lorsqu'il mesure la période de battement des moyenne :
A : Grande devant τ.
ailes d'une mouche volant à 10 km .h–1 ? B : Égale à τ.
A : Oui. C : Petite devant τ.
B : Non.
C : On ne peut pas savoir sans connaître la période
propre des battements.
14 - Une durée mesurée d'un phénomène est toujours : 8 - Le flux thermique à travers une paroi de résistance
A : Supérieure ou égale à sa durée propre. 4 - Deux échantillons d'un kilogramme de fer solide sont thermique Rth s'exprime par :
B : Inférieure ou égale à sa durée propre. à des températures différentes.
C : Égale à sa durée propre. A : Le plus froid possède davantage d'énergie que le plus
chaud.
B : Les deux ont la même énergie interne.
15 - Concernant les véhicules construits et utilisés par C : Le plus chaud possède davantage d'énergie que le
l'homme, la relativité du temps : plus froid.
A : N'est pas vérifiable. A : Plus l'écart de température est grand, plus le flux
B : Est vérifiable mais n'a aucune conséquence pratique. thermique est grand.
B : Plus l'écart de température est grand, plus le flux
C : Est vérifiable est peut avoir des conséquences 5 - Les trois modes de transfert thermique entre un
thermique est petit.
pratiques. système et l'extérieur sont :
A : La conductivité, la convection et le rayonnement. C : Le flux thermique est deux fois plus grand si T1 est
B : La conduction, la convection et le rayonnement. doublée pour un même T2.
C : La conduction, la convection et le travail.

XVI. Transferts macroscopiques d'énergie. 9 - Au cours du fonctionnement d'un moteur de voiture,


6 - Les trois modes de transfert thermique entre un le mélange gazeux d'air et d'essence reçoit par transfert
système et l'extérieur : thermique 36,1 kJ et cède un travail de 19,4 kJ à
1 - L'ordre de grandeur du nombre de molécules dans A : Peuvent avoir lieu simultanément. l'extérieur. Ces deux transferts d'énergie sont les seuls à
une mole est : B : Nécessitent tous un support matériel. prendre en compte.
C : Contribuent à la variation d'énergie interne du Pour ce mélange gazeux d'air et d'essence, sur un cycle :
A : 10–23 système. A : W = – 16,7 kJ
B : 1023 B : W = – 19,4 kJ
C:1 C : Q = – 36,1 kJ
7 - Le flux thermique à travers une paroi plane :
A : Est l'énergie transférée à travers la paroi.
2 - L'énergie interne d'un système macroscopique B : Est l'énergie transférée à travers la paroi par unité de 10 - Pour le mélange gazeux d'air et d'essence de la
résulte : temps. question précédente, sur un cycle (question 9) :
A : De contributions microscopiques. C : Correspond à un transfert d'énergie de la source A : ΔU > 0
B : De contributions microscopiques et macroscopiques. chaude vers la source froide. B : ΔU < 0
C : De contributions macroscopiques. C : ΔU = 0

3 - L'énergie interne d'un système macroscopique : 11 - Lorsque l'agitation des entités microscopiques
A : Peut varier suite à des transferts thermiques avec constituant un système macroscopique augmente, la
l'extérieur. température T de ce système :
B : Peut varier suite à des travaux échangés avec A : Augmente.
l'extérieur. B : Diminue.
C : Peut ne pas varier. C : Est constante.
12 - La variation de l'énergie interne d'un système XVII. Cinématique et dynamique newtonienne. 3 - La valeur de la vitesse d'un point matériel de masse
condensé de capacité thermique C peut s'écrire sous la m = 100 g est v = 36 km / h. La valeur de la quantité de
forme : mouvement est égale à cet instant à :
1 - La représentation de x (t) pour un point en
A: mouvement rectiligne uniforme selon l'axe x'x est : A : 3,6 kg .m .s–1
B : 1,0 x 103 kg .m .s–1
C : 1,0 kg .m .s–1
B:

4 - Au démarrage, un scooter passe de 0 à 36 km . h–1


en 10 s. Son accélération moyenne est de :
C:
A: A : 3,6 m . s–2
B : 3,6 km . h–2
13 - Le flux thermique a pour unité : C : 1,0 m . s–2
A : Le joule (J)
B : Le watt (W)
C : Le joule. seconde (J.s) 5 - La deuxième loi de Newton indique que pour tout
point matériel, de masse m constante et de vecteur
vitesse :
14 - Une paroi constituée d'un matériau de conductivité B :
thermique λ a une épaisseur e et une section S. Si une
A:
différence de température ΔT existe entre les deux
extrémités, sa résistance Rth vaut alors :

B:
A: C:
C:

2 - Un passager est assis dans un train se déplaçant à


B: 6 - Pour que la troisième loi de Newton ou loi des
vitesse constante sur une voie rectiligne :
actions réciproques s'applique à deux corps A et B en
A : Le passager est immobile dans le référentiel terrestre.
interaction, il faut que :
B : Le passager est en mouvement rectiligne uniforme
A : Les deux corps soient en contact.
C: dans le référentiel terrestre.
B : Les deux corps aient la même masse.
C :Le passager est en mouvement rectiligne uniforme
C : Il n'y a pas de condition.
dans le référentiel du train.
7 - Le document suivant illustre un mouvement : A : Nulle. 13 - Le vecteur accélération du volant du badminton au
B : Constante. point A3 :
C : Centripète. A : Est nul.
B : Est perpendiculaire à la trajectoire.
C : A pour valeur a3 = 200 m / s2.
11 - Une dépanneuse D tire une voiture V.
XVIII. Analyse spectrale.
A:
1 - Une solution de couleur verte :
B:
A : Uniforme. A : Absorbe des radiations de couleur verte.
B : Uniformément décéléré. B : Peut absorber des radiations de couleur rouge.
C : Dont l'accélération est constante. C: C : Peut absorber des radiations de couleur violette

8 - Lorsqu'un système est en mouvement circulaire 12 - On donne la chronophotographique d'un volant de 2 - Un liquide incolore :
uniforme : badminton. A : Absorbe toutes les radiations de la lumière blanche.
A : Son vecteur vitesse est constant. B : N'absorbe pas dans le visible.
B : Son vecteur accélération est constant. C : N'absorbe aucune radiation.
C : Son vecteur accélération est centripète.

9 - L'accélération d'un système en mouvement circulaire


uniforme de rayon R et de vitesse v :
A : Est nulle.

3-
B : à pour valeur
A : Est un groupe amine
B : Est un groupe amide
C : Est un groupe ester
Le vecteur vitesse du volant au point A3 :
C : à pour valeur
A : Est nul.
B : Est tangent à la trajectoire.
C : A pour valeur v3 = 0,50 m / s.

10 - Dans le cas d'un mouvement circulaire uniforme, la


résultante des forces qui s'exercent sur le système est :
13 - Dans un spectre RMN, un signal peut être repéré :
8 - La spectroscopie IR permet : A : Par son nombre d'ondes.
A : D'identifier la présence de certains types de liaisons. B : Par sa longueur d'onde.
B : D'identifier la nature de toutes les liaisons d'une C : Par son déplacement chimique.
molécule.
C : De connaître le nombre d'atomes de carbone
4- présents dans une molécule. 14 - Le spectre RMN ci-dessous peut être celui :
A : Est l'éthanoate de méthyle
B : Est une cétone
C : Est un ester
9 - L'abscisse d'un spectre IR est généralement :
A : Le nombre d'onde
5 - La formule topologique d'une molécule est B : La longueur d'onde
représentée ci-dessous : C : La fréquence

10 - Dans un spectre infrarouge, on lit généralement :


A : La transmittance en ordonnée
B : L'absorbance en ordonnée
C : Le nombre d'ondes en abscisse

Son nom est :


A : Du 2-chloropropane
A : 2-méthylbutan-3-one 11 - À partir de leur spectre infrarouge, on peut
B : 3-méthylbutan-2-one distinguer :
C : 3-méthylbutan-2-ol A : Un alcane d'un alcène. B : Du 1,2-diiodoéthane
B : Un aldéhyde d'une cétone.
C : Un alcool d'un acide carboxylique.
6 - Les aldéhydes et les cétones sont des classes
fonctionnelles qui ont en commun le groupe
C : Du 1,1-diiodoéthane
caractéristique : 12 - Lorsqu'il peut se former des liaisons hydrogène. La
A : Hydroxyle bande d'absorption de la liaison O — H :
B : Carboxyle A : Est fine 15 - Le spectre de RMN du 2-bromopropane :
C : Carbonyle B : Est déplacée vers les faibles valeurs de nombre CH3 — CHBr— CH3 :
d'ondes.
C : Est large A : Présente 3 signaux.
7 - Le butanoate de méthyle appartient à la classe B : Présente un doublet.
fonctionnelle des : C : Présente un sextuplet.
A : Amides
B : Esters
C : Aldéhydes
18 - La formule semi-développée de la molécule étudiée 3- Par rapport à un signal analogique, un signal
précédemment est : numérique :
16 - Un spectre de RMN qui ne présente qu'un seul
triplet peut être celui de : A : se transmet de manière plus fidèle
A : CH3 — CH2 — CH3 B : ne peut pas être régénéré aussi fidèlement
C : est plus sensible au bruit
B : CH3 — CH2 — CH2 — Br
C : CH3 — OH
4- Le code RVB « 255 ; 0 ;255 » correspond à un pixel :
A: A : magenta
17 - Le spectre de RMN du chlorure de propanoyle, de B : jaune
formule brute C3H5ClO, est représenté ci-dessous : C : cyan

B: 5-Si la puissance du signal en sortie de ligne est cent fois


petite qu’en entrée, l’atténuation de la transmission
vaut :
A : 20 dB
B : 2 dB
C : 100 dB

C: 6- La lecture optique d’un CD est basée sur le


phénomène physique :
A : de diffraction
B : des interférences
XIX. Transmission et stockage de C : de la réfraction
l'information
On rappelle que l'atome d'oxygène et l'atome de chlore 7- Pour télécharger un fichier de 4,5Gio au débit
sont plus électronégatifs que les atomes de carbone et 1-Un signal numérique est un signal qui évolue de
constant de 1,5 Mio.s-1, il faut environ :
d'hydrogène. manière :
A : 3,1.103 s
L'observation du spectre de RMN permet de dire que : A: continue dans le temps
B : 3,0 s
B: discontinue au cours du temps
C : 3,3 ms
A : Tous les atomes d'hydrogènes sont équivalents. C: continue puis discontinue au cours du temps
B : Il y a deux groupes d'atomes d'hydrogène équivalents.
C : Il y a sept groupes d'atomes d'hydrogène équivalents
2- Lors d’une numérisation :
A : Le signal numérique et le signal analogique
possèdent rigoureusement la même information
B : Le signal numérique contient plus d’informations
C : Le signal analogique contient plus d’informations
8- Le phénomène physique qui limite la capacité de 12- l’échantillonnage du signal analogique consiste à :
stockage des disques optiques est : A : prélever la valeur du signal à intervalles de temps
A : la diffraction réguliers
B : Les interférences B : convertir les nombres binaires en tensions
C : la réfraction C : convertir les valeurs du signal en nombres
binaires.

9- Les fibres optiques placées au fond des océans relient


les continents. Ces fibres constituent :
A : un convertisseur d’informations 13- Observer le dessin ci-dessous.
B : un récepteur d’informations
C : un canal de transmission d’informations

10- le convertisseur analogique numérique d’une carte


d’acquisition possède les caractéristiques suivantes :
Calibre : ± 4,5 V n = 12 bits
La plage de mesure ce CAN est :
A : 4,5 V
B : 10 V Identifier :
C:9V A : l’émetteur du signal

Le pas de ce CAN est :


A : 2,2.10-3 V
B : 1,1.10-3 V B : le récepteur du signal
C : 0,0022 V

C : le dispositif de transport de l’information


11- Un signal analogique a une fréquence de fs = 420 Hz.
La fréquence d’échantillonnage doit être au minimum
de :
A : 400 Hz
B : 600 Hz
C : 840 Hz

Vous aimerez peut-être aussi