Vous êtes sur la page 1sur 101

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


UNIVERSITE AHMED DRAIA ADRAR
FACULTE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA MATIERE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME

DE MASTER EN PHYSIQUE ENERGETIQUE

Etude de Faisabilité d’Utilisation d’un Système


Photovoltaïque pour Sécuriser un Réseau GSM.
Soutenu le :

Présentées par :

Mlle AZIZI ZINEB

Mlle MENAD IMANE

Encadré par : Dr. BENTOUBA SAID

Président : CHOGGEUR DJILALI

Examinateur : OMARI BOUMEDIENE


‫إهداء‬

(M,C,I,Z ,A,F,K)

Azizi.Zineb
Dédicace
Avec l’aide d’ALLAH le tout puissant, j’ai pu
terminer ce modeste travail.
Je dédie ce modeste travail à ceux qui m’ont donne le courage en
mes études et qui m’ont soutenu, à ceux qui ont toujours voulu que
je sois la meilleur.
A la plus chère personne dans cet univers, à celle
qui m’a donne la vie, c’est bien ma mère
« NOURA » que dieu la garde.
A celui qui n’a pas cesser de fournir les efforts pour
satisfaire mes besoins, mon cher père « MAHDI »
que dieu le garde.
Ce mémoire représente donc l'aboutissement du soutien et des
encouragements qu'ils m'ont prodigués tout au long de ma scolarité.
A mes très chères frères et sœurs.
A nos deux grandes pères et mères.
A mes oncles et mes tantes.

A tout la famille « MENAD ».


A tous mes amis.
A mon promoteur « Mr. BEN TOUBA SAID» qui a
accepté de me prendre en charge et qui ma dirigé
dans mon travail.
A mon binôme et sœur AZIZI ZINEB.

A tout les professeurs qui nous ont enseigné car si nous


somme là aujourd’hui c’est bien grâce a vous tous.
IMANE
Remerciement
Avant tout on tient notre remerciement à notre Dieu tout puissant de nous
avoir donné la foi, la force etle courage.
Nous tenons à remercier d’abord notre encadreur BEN TOUBA Saaid
Ses aides, ses encouragements, et ses critiques constructives qui nous ont
beaucoup aidé à apprécier ce travail et ont mieux éclairé nos perspectives.
Nous lui sommes Reconnaissants et particulièrement pour la confiance qu’il
nous donné et l’autonomie qu’il nous a laissé.
J’exprime ma reconnaissance à Monsieur HAROUZ , Professeur
à l’université de Adrar, pour bien vouloir accepter de présider le jury.
Je tiens à remercier également Monsieur MERZOUGUI Rachid Maître de
conférences l’Universitéd’ Adrar et Monsieur OMARI Boumediene d’avoir
accepté d’examiner ce travail.
J’exprime ma reconnaissance etremerciementà Monsieur BELATRECHE
Djamel, Docteur à l’université d’Adrar.
Enfin, Nous remercions tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, pour
Leurs soutiens moraux ou matériels, dans la réalisation de notre projet.

AZIZI Zineb

MENAD Imen
Sommaire

Sommaire
Liste des Figures………………………...……………………………......................II

Liste des Tableaux…………………………………………………………………III

Liste des symboles………………………………………………………………….IV

Résumé

Introduction Générale

Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-1 Introduction ……………………………………………………………………01

I-2 Histoire de télécommunications………………………………………………..01

I-3 site GSM…………………………………………………………………………02

I-4 le réseau GSM(Globale System for mobile communications)………………..03

 Les contrôleurs de stations Base station controles(BSC)………………...04


 Le centre de communication du service mobile ou mobile switching
center(MSC) ………………………………………………………………...04

I-5 les type de GSM…………………………………………………………………05

I-6 fonctionnement et infra structure de réseau GSM …………………………...05

I-7 Architecture du réseau……………………………………………………….…06

I-7-1 Equipements nécessaires …………………………………………….07

I-7-1-1 le sous-système radio……………………………………….07

A- La station de base (BTS)………………………………………………..07


B- le contrôleur de station de base (BSC)………………………………...08

I-7-1-2 le sous –système réseau……………………………………..09

I
Sommaire

A- le centre de commutation mobile (MSC)………………………………10


B- l’enregistreur de localisation nominale (HLR)………………………..11
C- le centre d’authentification (AUC) ……………………………………12
D- l’enregistreur de localisation des visiteurs (VLR)………………….…13
E- l’enregistreur de identités des équipements (EIR)…………………...13

I-7-1-3 le sous-système exploitation …………………………………...14

-L’OMC et le NMC………………………………………………………...14

I-8 Station BTS ……………………………………………………………………..14

I-9 Eléments de la station BTS…………………………………………………….15

I-9-1 Equipments électriques …………………………………………………..15

I-9-2 Equipments de transmission……………………………………………..15

I-9-3 Alimentation ……………………………………………………………...16

 Unité de commande…………………………………………………………16
 Carte de communication …………………………………………………..17
 Interface d’émission-réception……………………………………………..17

I-9-4 Baie………………………………………………………………………...17

I-9-5 Climatiseur………………………………………………………………..17

I-9-6 pylône………………………………………………………………….......18

 Antennes directionnelles………………………………………………..18
 Antennes paraboliques………………………………………………….18

I-10 la structure du réseau GSM………………………………………………18

I-11les fréquences de travail de GSM………………………………………...19

I-12puissance d’émission dans le réseau GSM………………………………..20

I
Sommaire

I-13 les avantages et les inconvenients de GSM……………………………….21

I-13-1 les avantages…………………………………………………………21

I-13-2 les inconvénients …………………………………………………….21

I-14 conclusion………………………………………………………………….22

Chapitre II :Généralité sur le systèmes photovoltaïques

II- 1 Introduction…………………………………..………………………………. 23

II-2 Historique………………………………………………………………………23

II-3 L’effet photovoltaïque…………………………………………………………23

II-4 les cellules photovoltaïques …………………………………………………...24

II-5 type des cellules photovoltaïques……………………………………………...24

II-5-1 les cellules monocristallines…………………………………………24


II-5-2 les cellules poly-cristallines………………………………...………..25
II-5-3 la cellule amorphe……………………………………………………25

II-6 Rendement d’une cellule photovoltaïque …………………………………….26

II-7 Paramétres photovoltaïque……..……………………………………………..26

 Courant de court-circuit (ICC)…………………………………………….27


 Tension de circuit ouvert (VCO)…………………………………………...27
 Facteur de forme FF………………………………………………………...27
 Le rendement………………………………………………………………..28

II-8 Facteurs influents sur le fonctionnement d’une cellule photovoltaique……28

II-8-1 Influence de l’ensoleillement………………………………………..28

II-8-2 influence de la température…………………………………………29

II-9 Circuit équivalent d’une cellule solaire……………………………………….29


II-10 Le module photovoltaique ……………………………………………………30
Association en série.....................................................................................................31
Association en parallèle …………………………………………………………….32
II-11 Description des systèmes photovoltaïque ……………………………………32

I
Sommaire

1-la cellule photovoltaique ………………………………………………………….33


2-batteries d’accumulateurs………………………………………………………...34
Les batteries au plomb………………………………………………………34
Les batteries au Nickel Cadmium…………………………………………..34
3- Régulateurs………………………………………………………………………..34
4-Onduleurs………………………………………………………………………….34
5-charge (utilisateurs)……………………………………………………………….34
II-12 Propriétés du panneau photovoltaïque en générateur……………………...35
II-13 zones de fonctionnement d’un module photovoltaïque……………………..35
II-14 Les avantage et les inconvénients…………………………………………….36
Les avantages………………………………………………………………...36
Les inconvénients…………………………………………………………………….36
II-15 Conclusion …………………………………………………………………….37
Référence bibliographies.

Chapitre III : Dimensionnement d’un système télécommunication

III-1 Introduction…………………………………………………………………...38

III-2 spécification de la région d’Adrar…………………………………………...38

III-3 situation géographique ……………………………………………………….38

III-4 Caractéristique de la région …………………………………………………39

III-4-1 Milieu physique……………………………………………………..39

Les Plateaux…………………………………………………………………………39

Les Ergs……………………………………………………………………………...39

Les sebkhas………………………………………………………………………….39

III-4-2 climat………………………………………………………………..40

III-4-3 hydrologie …………………………………………………………..40

 La nappe de l’ERG occidentale…………………………………….40


 La nappe de continentale intercalaire …………………………….40

III-5 Alimentation énergétique par énergie solaire……………………………….41

 Des systèmes de télécommunication ………………………………….......41


I
Sommaire

III-6 Dimensionnement de système photovoltaïque ………………………..…….42

III-6-1 système PV d’alimentation sans interruption ……………………42

A. Principe de fonctionnement ………………………………………..42


B. Présence de réseau électrique………………………………………42
C. Défaillance de réseau électrique…………………………………..42
D. Dimensionnement de système PV d’autoconsommation…………43
 Puissance de crêt de générateur PV……………………….43

III-6-2 détermination da la de la capacité de l’accumulateur……………43

III-7 Dimensionnement et optimisation d’un système photovoltaïque…………..44

III-8 Dimensionnement de système ………………………………………………..44

III-9 Définition de logiciel HOMER……………………………………………….48

III-10 conclusion…………………………………………………………………….49

Référece bibliographique

Chapitre IV :Résultats et discutions

IV-1 introduction………………………………………….……………………........51

VI-2 résultat et discussion..…………………………………..……………………...51

IV-3 conclusion………………………………………………….…………………...64

Références Bibliographies.
Conclusion général.

I
Liste des figures

Liste des figures

Chapitre I :généralités sur les systèmes mobiles globaux

Figure I-1: le GSM dans le site isolé ………………………………………………....03


Figure I-2: antennes GSM…………………………………........................................05
Figure I-3: architecture d’un réseau GSM……………………………........................06
Figure I-4: systèmes de station de base……………………………………………….08
Figure I-5: le travail de l’unité de contrôle des stations de base……………………....09
Figure I-6 : centre de commutation mobile……………………………………………10
Figure I-7: l’enregistreur de localisation nominale……………………………………11
Figure I-8: le centre d’authentification……………………………………………...…12
Figure I-9: l’enregistreur de localisation des visiteurs…………………………….......13
Figure I-10: l’enregistreur des identities des equipments……………………………..14
Figure I-11: opération et maintenance center……………………………………….....15
Figure I-12 : station de base BTS ..................................................................................15
Figure I-13 : schéma synoptique simple des éléments essentiels d’une BTS…………17
Figure I-14 : schéma des éléments de la station ………………………………………18
Figure I-15 : structure cellulaire du réseau GSM………………………………….......19
Figure I-16 : liaison entre mobile et station de base pour le GSM….…………………20

Chapitre II : généralité sur les systèmes photovoltaïque

Figure II- 1 : cellule photovoltaïque ……………………………………….................24


Figure II-2: cellule monocristalline……………………………………………………25
Figure II-3 : cellule poly-cristalline ………………………………..............................25
Figure II-4: cellule amorphe………………………………………………………. ….26
Figure II- 5: influence de l’ensoleillement sur les cellules photovoltaïque ………......28
Figure II-6: influence de température sur les cellules photovoltaïque ……………….29

II
Liste des figures

Figure II-7: circuit équivalent d’une cellule solaire et schéma conventionnelle d’une
cellule ou d’un module photovoltaïque ……………………………………………......30
Figure II-8 : assemblage du générateur solaire ……………………………………...31
FigureII-9 : les déférents modules photovoltaique…………………………….............31
Figure II-10 : cellule identique en série ………… ………………………………….32
Figure II-11 : cellule identique en parallèle ………………… …………………….....32
Figure II- 12: schéma synoptique d’un système photovoltaïque autonome…………..33
Figure II-13 : les différent zone de la caractéristiques I(V) ………………………….33
Figure II-14 : les diffèrent zone de la caractéristiques I(V)…………………………..35
Chapitre III : Dimensionnement d’un système télécommunication
Figure III-1 : site isolé ………………………………………………………………..40
Figure III-2 : dimensionnement de système télécommunication en site isolé …..........41
Figure III-3 : modèle condor…………………………………………………………..45
Figure III-4 : modèle Divel solaire …………………………………………………...46
Figure III-5: modèle Qs solaire ………………………………………………………46
Chapitre IV : résultats et discutions
Figure IV-1 : architecteur de système………………………………………………...51
Figure IV-2 : les caractéristiques de panneau modèle Divel solaire………………….52
Figure IV-3 : les caractéristiques de panneau modèle Qs solaire ……………………53

Figure IV-4 : les caractéristiques de panneau modèle condor ……………………….54

Figure IV-5 : les résultats d’optimisation de système PV pour la chambre…...………55

Figure IV-6 : le résultat optimal………………………………………………………55

Figure IV-7 : résumé des coûts de panneau et des batteries…………………………...56

Figure IV-8 : le flux de trésorerie de système…………………………………………57

Figure IV-9 : la production électrique de Divel solaire………………………………..57

Figure IV-10 : pénétration renouvelable………………………………………………58

Figure IV-11 : l’état de charge des batteries……………………………………..........58

Figure IV-12 : caractéristique de la batteries………………………………………….59

II
Liste des figures

Figure IV-13 : l’énergie sortant de PV divel solaire………………………………......60

Figure IV-14 : caractéristique de convertisseur ……………………………………...61

II
Liste des figures

Figure IV-15 : l’émission des gaz dans le système…………………………………61

Figure IV-16 : l’irradiation solaire…………………………………………………..62

Figure IV-17 : capacité d’exploitation de courant direct…………………………....62

Figure IV-18 : changement de température………………………………………....63

II
Liste des Tableaux

Liste des tableaux:

Chapitre II : généralité sur les systèmes photovoltaïque

Tableau II-1: rendement des cellules photovoltaïque…………………………......26

Chapitre III: Dimensionnement d’un système télécommunication

Tableau III-1:l’équipement électrique dans cette chambre………………………...45


Tableau III-2: caractéristique de chaque panneau …………………………….......47

Tableau III-3: les caractéristique de 3trois modèle des panneaux photovoltaïque….47


Liste des symbols

Nomenclature

FF : Facteur de forme.

𝛈: le rendement énergétique

Vm : La tension maximale du module sous conditions standards (V).

Vco: la tension à circuit ouvert de référence (V).

Im: Le courant maximal sous conditions standards (A).

Pm: La puissance maximale produite PV (W).

E : l’éclairement en W/m2

S : la surface de ce module

Pi: la puissance du rayonnement solaire qui arrive sur le module photovoltaïque.

DC : courant continu

AC : courant alternatif

ET: Energie totale consommée [kWh].

EAC: Energie journalière consommée en courant alternatif [kWh].

𝛈ond: Rendement de l’onduleur.

Pc: Puissance crête du générateur PV [kWc].

G: Irradiation globale sur un plan incliné [kWh/m2].

f: Facteur de correction globale (variant entre 0.65 et 0.9)

: Représentant la potentielle thermodynamique

IV
Liste des symbols

: est la température absolue

: La constante de charge d’électron 1.602.

K : la constante de Boltzmann, 1.38.

Le courant photonique [A]

: Le courant de saturation [A]

Id = Courant inverse de diode

I0 = Courant de saturation de diode, dépendant de la température

Ilight = Photo courant, dépendant de l’intensité de l’irradiation

RSH = Résistance en parallèle, représentant l’admittance parallèle du générateur de


courant

RS = Résistance en série, modélisant les pertes ohmiques du matériau et des


contacts

VPV = Tension aux bornes de la cellule

IPV = Courant fourni par la cellule

PC (j) : consummation moyenne journalière (kWh/j)

G (j) : ensoleillement du mois le plus défavorable à Obo est de 4,96 kWh/m²/jour


ηSPV: rendement de l’installation 15%
ηBat: rendement de charge et décharge de la batterie 80%
C : Capacité de la batterie nécessaire (Ah)
Aut : Nombre de jours d’autonomie (secours) de la batterie (J)
Bj : Résultat du bilan des consommations électriques (Wh/j)

IV
Liste des symbols

Dp : Coefficient de décharge profonde ou pourcentage de décharge au bout de


l’autonomie (0,7)
V : Tension nominale du générateur photovoltaïque (V)
ηbat : Rendement de la batterie 85%

IV
Résumé
L’alimentation correcte d’un poste de télécommunication spécialement dans les sites ruraux
comme le cas du Sahara Algérien ou l’extension du réseau électrique dans les zones isolées ,
reste toujours un problème délicat. L’énergie solaire photovoltaïque apparaître comme la
solution la plus attractive afin de :
1) Répondre aux besoins énergétiques d’un poste de télécommunication.
2) Satisfaire les besoins d’utilisation isolée, comme c’est le cas de beaucoup de régions
de notre pays.
Dans ce travail, on propose la meilleure approche pour transférer toute l’énergie utile d’un
générateur photovoltaïque afin d’alimenter des équipements de téléphonie, de relais de
télécommunication et d’autres équipements connexes avec l’ensemble des éléments de
conversion nécessaires à ce système. [1]
Le travail consiste au développement et la simulation d’un système photovoltaïque
destiné à alimenter un poste de télécommunication situé en site isolé au sud Algérien, région
d’Adrar.
Une simulation du système pour cette application de télécommunication très prometteuse a
été réalisée avec le logiciel HOMER pour déterminer la taille et le type de chaque élément de
la chaîne photovoltaïque.
Ce programme nécessite la connaissance de certains paramètres :
La demande de charge du station GSM, La tension d’alimentation, le courant à l’émission, le
courant à l’état de veille et le nombre d’heures d’exploitation journalière et les heures de
fonctionnement.
Introduction générale

Introduction générale :

L'arrivée du nouveau millénaire a entrainé un débat sur l'avenir énergétique de notre planète qui
a augmenté, en prenant en compte les besoins sans cesse croissantes dans ce domaine et les
conséquences qui peuvent en résulter à moyen terme et à long terme.
En effet, la croissance démographique et les besoins énergétiques des sociétés industrialisées sont en
augmentation. En outre, les pays en développement auront besoin de plus en plus d'énergie pour achever
leur développement. Aujourd'hui, une grande partie de la production mondiale d'énergie provient de
sources fossiles. La consommation de ces sources induit l'émission des gaz qui provoquent le
réchauffement de la planète et la pollution.
Le danger supplémentaire est que la consommation excessive des ressources naturelles réduit les
réserves de ce type d'énergie de façon inquiétante pour les générations futures [2].

Sinon, le monde aura besoin d'une nouvelle source énergétique sûre, propre et économique, pour
satisfaire ses besoins.
Il est prévisible que de nos jours, plus de deux milliards de personnes ne sont pas connectés au réseau
électrique, et ne seront pas dans un avenir proche pour des questions des coûts liées à l'éloignement, la
faible densité de population, la pauvreté ou le manque de besoins. Pour ces personnes, les systèmes
solaires autonomes [3,4] peuvent jouer un rôle clé (éclairage, pompe, etc.).
En fait, l'énergie solaire est une excellente source naturelle d'énergie renouvelable, offrant un
grand potentiel et peut être utilisée tout en respectant l'environnement [5]. A chaque instant, la surface de
l'hémisphère de la Terre exposée au Soleil reçoit une énergie jusqu'à 50.000 TW, par conséquent, la
quantité d'énergie solaire atteignant la surface de la terre est considérable, ce qui correspond à environ
10.000 fois l'énergie consommée dans le monde [2].
Le photovoltaïque semble être un système parfait pour la conversion de l'énergie solaire en énergie
électrique, en raison de ses qualités intrinsèques:
ses coûts de fonctionnement sont très faibles, les exigences d'entretien sont limitées, il est fiable, inaudible
et relativement facile à installer [6-7]. En outre, dans certaines applications autonomes [8], le
photovoltaïque est très pratique par rapport aux autres sources d'énergie, en particulier dans les zones
difficiles à atteindre pour l'installation de lignes électriques traditionnelles.
Aujourd'hui, l'industrie photovoltaïque mondiale est principalement basée sur les besoins des
régions isolées au pouvoir des coûts d'alimentation fiable et faible. Dans de nombreuses applications, le
photovoltaïque est simplement la solution la plus efficace [9].
Introduction générale

Ces applications comprennent des systèmes isolés, alimentant de petites maisons et des résidences
isolées, aides à la navigation pour la Garde côtière, télécommunication à distance des sites de services
publics, l'armée et le pompage de l'eau dans les fermes et les téléphones d'urgence sur le campus ou les
autoroutes.
L’Algérie, en raison de son emplacement (entre le 19e et 38e parallèle nord), est l'une des zones les
ensoleillées.
En effet, des mesures couvrant des dizaines d'années, ayant rapporté une moyenne de 2200
kWh de radiations solaires pour chaque mètre carré dans le nord de l'Algérie, et environ 2650 kWh dans
le sud Algérien.
En 2008, une étude d'un centre de recherche allemand a montré que 60% de la surface de l'Algérie peut
couvrir les besoins en électricité de toute l'Europe.
Nous avons traité dans notre mémoire de master intitulé faisabilité de l’intégration d’un système
photovoltaïque pour l’alimentation d’une station GSM au sud Algérien, toutes les données liés à
l’évaluation du besoin énergétique de notre station GSM en utilisant le logiciel HOMER. Notre mémoire a
été répartis en quatre chapitre, dans le chapitre 1, nous avons rappelé les généralités des stations GSM
afin d’avoir une idée claire sur leurs fonctionnements et leurs demandes de charge. Le chapitre 2 a été
consacré aux Généralités sur les systèmes photovoltaïques, principe de base et facteurs influents. Le
dimensionnement de notre système photovoltaïque à implanter pour la station GSM fait l’objet du
troisième chapitre. Le quatrième chapitre a été réservé aux résultats et discutions de la simulation par le
logiciel HOMER développé par le NASA pour les applications énergétiques en énergie renouvelable et une
conclusion générale clôtura notre mémoire. L’application proposé dans le cadre de ce mémoire de
master est très applicable dans notre région Adrar, ou l’extension du réseau électrique pour de type des
stations reste toujours très couteux vue les grandes distances dans le Sahara Algérien.
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-Introduction :

Les télécommunications sont définies comme la transmission à distance


d’informations avec des moyens à base d'électronique et d'informatique.

Dans les débuts des télécommunications modernes, des inventeurs comme Antonio
Meucci, Alexander Graham Bell ou Guglielmo Marconi ont mis au point des dispositifs de
communication comme le télégraphe, le téléphone ou la radio. Ceux-ci ont révolutionné les
moyens traditionnels tels que les pavillons ou le télégraphe. Actuellement, les
télécommunications concernent généralement l'utilisation d'équipements électroniques
associés à des réseaux analogiques ou numériques comme le téléphone fixe ou mobile, la
radio, la télévision ou l'ordinateur. Celles-ci sont également une partie importante de
l'économie et font l'objet de régulations au niveau mondial.

Dans ce chapitre, on rappelle quelques notions sur la télécommunication ainsi, nous allons présenter
les caractéristiques principales du réseau GSM [8].

Ι-1 Histoire des télécommunications :


Durant des siècles des hommes su se contenter de la parole ou des écrits comme seuls
moyens de communication entre deux personnes éloignées d’une distance importante.

Effectivement soit on envoi un message ou restituant le message qu’on lui avait appris, soit il
remettait le message écrit qu’on lui avait remis [9]

 En 1876 Graham Bell ne devait pas savoir qu’il révolutionnerait à ce point la vie de
tout un chacun en inventant le téléphone. Le transport de la voix pouvait se faire grâce
à une paire de fils reliant deux appareils.
 En 1887 Heinrich Hertz découvre les ondes radio.
 En 1896, à Bologne Gugliemo Marconi réalise la première transmission radio.
 En 1901, il réalise la première liaison radio transatlantique entre la Cornouailles et
Terre Neuve.
 Dès le début du XXème Siècle les services de police se dotent de moyen de
communication radio.
 Au début des années 50 aux Etats. Unis, la compagnie Bell Téléphone propose des
services de radiotéléphone à ses abonnés.

1
Chapitre I : Généralités sur le GSM

 En 1964 la notion de partage des ressources a été introduite dans les réseaux de
radiocommunication pour satisfaire une demande grandissante qui avait fait planer
une menace de saturation sur les réseaux.
 En 1971 : Bell Téléphone fait apparaître la notion de cellule dans le réseau. Sa
première mise en place se fera à Chicago en 1978 sur le système «Advanced Mobile
Phone Service » qui y est toujours opérationnel. On a alors un changement de contrôle
devenu dynamique, pour la prise en charge du récepteur par différents émetteurs,
réalisable par zone, ou cellule.
 En 1982 normalisation de « Advanced Mobile Phone Service » pour tout l’Amérique
du Nord. (IS54/IS95).
 En 1987 l’Europe adopte un standard européen pour mettre fin à la cacophonie qui
règne en matière de réseau de radiotéléphone.

Les options techniques fixées alors sont :

 transmission numérique.
 multiplexage temporel des canaux radio.
 cryptage des informations sur le canal radio.
 une nouvelle loi sur le codage de la parole à débit réduit par rapport aux lois en
vigueur dans les télécommunications (loi m en Europe). [10]

I.3 Site GSM :


Le site GSM est un emplacement sur lequel un opérateur-GSM a installé du matériel de
télécommunication afin de constituer une maille de son réseau. Cet emplacement peut être
commun ou partagé avec d'autres opérateurs GSM.

Un site se caractérise par sa configuration liée à son environnement urbanistique et par


l'infrastructure mise en place par un ou plusieurs opérateurs mobiles.

Des emplacements dégagés et en hauteur sont préférentiellement choisis pour permettre une
propagation optimale du signal et un réseau optimisé [11]

L'infrastructure mise en place par un opérateur GSM comporte principalement :

2
Chapitre I : Généralités sur le GSM

- un ensemble d'armoires traitant des signaux reçus ou émis et alimentées par de l'énergie
électrique basse tension (1ère catégorie) en courant alternatif.

- un ensemble d'antennes émettrices et réceptrices de signaux

- électromagnétiques et alimentées par de l'énergie électrique généralement 48V en courant


continu.

- une connexion avec le reste du réseau.

- le câblage [10]

Figure I-1 : le GSM dans le site isolé [12]

I-4. Le réseau GSM (Global System for Mobile communications) :


Le réseau GSM (Global System for Mobile communications) constitue au début du 21ème siècle le
standard de téléphonie mobile le plus utilisé en Europe.

En Europe, le standard GSM utilise les bandes de fréquences 900 MHz et 1800 MHz. Par contre, aux
Etats-Unis, les bandes de fréquences utilisées sont les bandes 850 MHz et 1900 MHz.

Le GSM 900 et 1800 utilisent respectivement la bande 880-915MHz et 1710-1785 MHz pour l'envoi
de la voix ou des données (upload) depuis le mobile et la bande 925-960MHz et 1805-1880 MHz

3
Chapitre I : Généralités sur le GSM

pour la réception des informations venant du réseau (download).Dans ces gammes les antennes
relais attribuent à chaque utilisateur une bande de 0,2 MHz par communication. Le mobile GSM
émet des informations par impulsion à raison d’une impulsion de ͷͷͷ microsecondes toutes les 4,6
millisecondes.

La fréquence de répétition des impulsions est de 217 Hz et le rapport cyclique est de 1/8.

Les appareils qui fonctionnent tant en 900 qu'en 1800 sont appelés GSM dual band. Le GSM 1800 a
aussi été appelé DCS 1800 (Digital Communication System).

Les stations de base ou Base Transceiver System(BTS) : ce sont les antennes et les équipements
électroniques (émetteurs-récepteurs), appelés plus communément antennes-relais GSM, installés au
niveau de chaque cellule. Chaque BTS réalise la couverture radio d’une cellule à rayon variable.

Les contrôleurs de station de Base Station Controlers (BSC) :


L’ensemble des antennes relais d'un réseau cellulaire sont reliés à un BSC chargé de
contrôler et de gérer la répartition des ressources. Le BSC constitue un nœud de communications
vers et en provenance des BTS qui appartiennent au même opérateur téléphonique. La connexion
entre les antennes relais et le BSC peut être réalisée à L’aide de câbles ou bien par des ondes radio à
une fréquence très élevée (supérieure à 15 GHz).

Le centre de communication du service mobile ou Mobile Switching


Center (MSC) :
Il existe un seul MSC par réseau GSM auquel les BSC sont reliés physiquement au moyen des
câbles. Le MSC concentre alors les flux de données en provenance de plusieurs BSC. Si l’appel émis
est à destination d’un téléphone fixe ou d’un téléphone portable appartenant à un réseau d’un autre
operateur, le signal transmis par le BSC passera par le MSC. Dans le cas contraire, si la destination
appartient au même operateur que l’émetteur, le signal passe par les BSC. [13]

4
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I- 2 : antennes GSM [14]

I-5 Les types de GSM :

 GSM 900 : C'est le premier qui a apparu sur le marché ;


 DCS 1800 : Il a été conçu pour la ville ;
 PCS 1900 (Personnal Cellular System) : Il est développé aux Etats-Unis, Canada et au
Chili ;
 PDC : Personnal Digital Cellular ;
 PHS : Personnal Handy Phone Système au Japon ;
 D-AMPS (Bande de 1900) : Etats-Unis ;
 GSM 400 : Réservé au professionnel [15]

I-6 Fonctionnement et infrastructure du réseau GSM :


Une liaison de télécommunications comporte trois éléments principaux :

- Un émetteur qui prend l’information et la convertit en signal électrique optique ou Radio


électrique.

5
Chapitre I : Généralités sur le GSM

- Un média de transmission, pouvant être une ligne de transmission, une fibre optique ou l'espace
radioélectrique, qui relie émetteur et récepteur.

- Un récepteur qui reçoit le signal et le convertit en information utilisable.

Par exemple, l’émetteur de radiodiffusion émet grâce à son antenne la voix ou la musique, qui passe
dans l’espace sous forme d’onde électromagnétique, jusqu’à un récepteur AM ou FM qui la restitue.

Les liaisons de télécommunications peuvent être monodirectionnelles, comme en Radio diffusion ou


télévision, ou bidirectionnelles, utilisant alors un émetteur-récepteur. Quand plusieurs liaisons sont
interconnectées entre plusieurs utilisateurs, on obtient un réseau, comme par exemple le réseau
téléphonique ou Internet [16]

I-7 Architecture du réseau :


L’architecture d'un réseau GSM peut être divisée en trois sous-systèmes :

1. Le sous-système radio contenant la station mobile, la station de base et son contrôleur.


2. Le sous-système réseau ou d'acheminement.
3. Le sous-système opérationnel ou d'exploitation et de maintenance [14]

Les éléments de l'architecture d'un réseau GSM sont repris sur le schéma de la figure :

Figure I-3 : Architecture d’un réseau GSM [17]

6
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-7.1 Equipements nécessaires :


Un réseau GSM compte une (ou plusieurs) stations de base par cellule. La station mobile choisit la
cellule selon la puissance du signal. Une communication en cours peut passer d’une cellule à l’autre
permettant ainsi la mobilité des utilisateurs. [10]

1.7.1.1 Le sous-système radio :


Le sous-système radio gère la transmission radio. Il est constitué de plusieurs entités dont le mobile,
la station de base (BTS, Base Transceiver Station) et un contrôleur de station de base (BSC, Base
Station Controller). [14]

Le mobile :
Le téléphone et la carte SIM (Subscriber Identity Module) sont les deux seuls éléments
auxquels un utilisateur a directement accès. Ces deux éléments suffisent à réaliser l'ensemble des
fonctionnalités nécessaires à la transmission et à la gestion des déplacements.

La principale fonction de la carte SIM est de contenir et de gérer une série d'informations.

L’identification d'un mobile s'effectue exclusivement au moyen de la carte SIM. En effet, elle
contient des données spécifiques comme le code PIN (Personal Identification Number) et d'autres
caractéristiques de l'abonné, de l'environnement radio et de l'environnement de l’utilisateur.

L'identification d'un utilisateur est réalisée par un numéro unique (IMSI, International Mobile
Subscriber Identity) différent du numéro de téléphone connu de l'utilisateur (MSISDN, Mobile
Station ISDN Number), tous deux étant incrustés dans la carte SIM. . [14]

A. La station de base (BTS) :


La station de base est l'élément central, que l'on pourrait définir comme un ensemble
émetteur/récepteur pilotant une ou plusieurs cellules. Dans le réseau GSM, chaque cellule principale
au centre de laquelle se situe une station base peut-être divisée, grâce à des antennes
directionnelles, en plus petites cellules qui sont des portions de celle de départ et qui utilisent des
fréquences porteuses différentes. En Belgique, il est fréquent d'avoir des antennes tri-sectorielles,
qui couvrent un peu plus de 120 degrés. Ces antennes ont l'allure de paires de segments verticaux,
disposées en triangle.

7
Chapitre I : Généralités sur le GSM

C'est la station de base qui fait le relais entre le mobile et le sous-système réseau. Comme le
multiplexage temporel est limité à 8 intervalles de temps, une station de base peut gérer tout au
plus huit connections simultanées par cellule. Elle réalise les fonctions de la couche physique et de la
couche liaison due données.

En cas de besoin, on peut exploiter une station de base localement ou par télécommande à
travers son contrôleur de station de base. [14]

Figure I-4 : Système de stations de base [18]

B. Le contrôleur de station de base (BSC)


Le contrôleur de station de base gère une ou plusieurs stations de base et communique avec
elles par le biais de l'interface A-bis. Ce contrôleur remplit différentes fonctions tant au niveau de la
communication qu'au niveau de l'exploitation.

Pour les fonctions des communications des signaux en provenance des stations de base, le BSC agit
comme un concentrateur puisqu'il transfère les communications provenant des différentes stations
de base vers une sortie unique.

8
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Dans l'autre sens, le contrôleur commute les données en les dirigeants vers la bonne station
de base.

Dans le même temps, le BSC remplit le rôle de relais pour les différents signaux d'alarme
destinés au centre d'exploitation et de maintenance. Il alimente aussi la base de données des
stations de base.

Enfin, une dernière fonctionnalité importante est la gestion des ressources radio
pour la zone transferts intercellulaires des utilisateurs dans sa zone de couverture, c'est-à-dire
quand une station mobile passe d'une cellule dans une autre. Il doit alors communiquer avec la
station de base qui va prendre en charge l'abonné et lui communiquer les informations nécessaires
tout en avertissant la base de données locale VLR (Visitor Location Register) de la nouvelle
localisation de l'abonné.

C'est donc un maillon très important de la chaîne de communication et il est, de plus, le seul
équipement de ce sous système à être directement gérable (via l'interface X25 qui le relie au sous-
système d'exploitation et de maintenance). [14]

Figure I-5 : Le travail de l'unité de contrôle des stations de base [18]

9
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-7.1.2 Le sous-système réseau :


Le sous-système réseau, appelé Network Switching Center (NSS), joue un rôle essentiel dans
un réseau mobile. Alors que le sous-réseau radio gère l'accès radio, les éléments du NSS prennent en
charge toutes les fonctions de contrôle et d'analyse d'informations contenues dans des bases de
données nécessaires à l'établissement de connexions utilisant une ou plusieurs des fonctions
suivantes : chiffrement, authentification ou roaming.

Le NSS est constitué de :

 Mobile Switching Center (MSC)


 Home Location Register (HLR) / Authentication Center (AuC)
 Visitor Location Register (VLR)
 Equipment Identity Register (EIR). [14]

A- Le centre de commutation mobile (MSC)


Le centre de commutation mobile est relié au sous-système radio via l'interface A. Son rôle
principal est d'assurer la commutation entre les abonnés du réseau mobile et ceux du réseau
commuté public (RTC) ou de son équivalent numérique, le réseau RNIS (ISDN en anglais). D'un point
de vue fonctionnel, il est semblable à un commutateur de réseau ISDN, mis à part quelques
modifications nécessaires pour un réseau mobile.

De plus, il participe à la fourniture des différents services aux abonnés tels que la téléphonie, les
services supplémentaires et les services de messagerie. Il permet encore de mettre à jour les
différentes bases de données (HLR et VLR) qui donnent toutes les informations concernant les
abonnés et leur localisation dans le réseau.

Les commutateurs MSC d'un opérateur sont reliés entre eux pour la commutation interne
des informations. Des MSC servant de passerelle (Gateway Mobile Switching Center, GMSC) sont
placées en périphérie du réseau d'un opérateur de manière à assurer une interopérabilité entre
réseaux d'opérateurs. [14]

10
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I-6 : centre de commutation mobile [18].

B- L'enregistreur de localisation nominale (HLR)


Il existe au moins un enregistreur de localisation (HLR) par réseau (PLMN).Il s'agit d'une base de
données avec des informations essentielles pour les services de téléphonie mobile et avec un accès
rapide de manière à garantir un temps d'établissement de connexion aussi court que possible.

Le HLR contient :

– Toutes les informations relatives aux abonnés : le type d'abonnement, la clé


d'authentification Ki cette clé est connue d'un seul HLR et d'une seule carte SIM–, les
services souscrits, le numéro de l'abonné (IMSI), etc
– Ainsi qu'un certain nombre de données dynamiques telles que la position de l'abonné dans
le réseau en fait, son VLR– et l'état de son terminal (allumé, éteint, en communication, libre,
..).
Les données dynamiques sont mises à jour par le MSC. Cette base de données est souvent unique
pour un réseau GSM et seules quelques personnes y ont accès directement.[14]

11
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I-7 : L'enregistreur de localisation nominale [18]

C- Le centre d'authentification (AuC) :


Lorsqu'un abonné passe une communication, l'opérateur doit pouvoir s'assurer qu'il ne s'agit
pas d'un usurpateur. Le centre d'authentification remplit cette fonction de protection des
communications. Pour ce faire, les normes GSM prévoient deux mécanismes :

1. Le chiffrement des transmissions radio. Remarquons qu'il s'agit d'un chiffrement faible, qui ne
résiste pas longtemps à la crypto-analyse ! Ceci explique sans doute pourquoi, en Belgique, de
nombreux toits de bâtiments de puissance étrangère sont équipés d'antennes servant exclusivement
à la réception de signaux GSM...

2. L'authentification des utilisateurs du réseau au moyen d'une clé Ki, qui est à la fois présente dans
la station mobile et dans le centre d'authentification.

L'authentification s'effectue par résolution d'un dé sur base d'un nombre M généré aléatoirement et
envoyé au mobile. À partir de ce nombre, un algorithme identique (algorithme A3) qui se trouve à la
fois dans la carte SIM et dans l'AuC produit un résultat sur base de la clé Ki et du nombre M.

12
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Dès lors, lorsqu'un VLR obtient l'identifiant d'un abonné, il demande, au HLR du réseau de l'abonné,
le nombre M servant au dé et le résultat du calcul an de le comparer à celui qui sera produit et
envoyé par le mobile. Si les résultats concordent, l'utilisateur est reconnu et accepté par le réseau.

Grâce à ce mécanisme d'authentification, un VLR peut accueillir un mobile appartenant à un autre


réseau (moyennant un accord préalable entre opérateurs de réseau !) sans qu'il ne soit nécessaire
de divulguer la clé de chiffrement du mobile.

On peut dès lors distinguer trois niveaux de protection :

1. La carte SIM qui interdit à un utilisateur non enregistré d'avoir accès au réseau.

2. Le chiffrement des communications destiné à empêcher l'écoute de celles-ci.

3. La protection de l'identité de l'abonné. [14]

Figure I-8 : Le centre d'authentification [18]

D- L'enregistreur de localisation des visiteurs (VLR)


Le VLR est une base de données reliée à un MSC qui stocke temporairement les informations
concernant chaque mobile dans la zone de travail du MSC, (identité de l'abonné, sa dernière zone de
localisation, les services complémentaires souscrits par celui-ci, les éventuelles restrictions ou
interdictions d'établissement de la communication).[14]

13
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I-9 : L'enregistreur de localisation des visiteurs [18]

E- L'enregistreur des identités des équipements (EIR) :


Malgré les mécanismes introduits pour sécuriser l'accès au réseau et le contenu des
communications, le téléphone mobile doit potentiellement pouvoir accueillir n'importe quelle carte
SIM de n'importe quel réseau. Il est donc imaginable qu'un terminal puisse être utilisé par un voleur
sans qu'il ne puisse être repéré.

Pour combattre ce risque, chaque terminal reçoit un identifiant unique (International Mobile station
Equipment Identity, IMEI) qui ne peut pas être modifié sans altérer le terminal. En fonction de
données au sujet d'un terminal, un opérateur peut décider de refuser l'accès au réseau. Tous les
opérateurs n'implémentent pas une telle base de données. [14]

14
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I-10 : L'enregistreur des identités des équipements [18]

I.7.1.3 Le sous- système exploitation :

- L’OMC ET LE NMC :
Leur rôle est de contrôler les performances et l’utilisation du système et d’ouvrir une
interface homme-machine à l’opérateur responsable de l’exploitation du réseau.

Le NMC (Network Management Center) opère de manière centralisée. L’OMC (Opération et


Maintenance Center, Operation and Maintenance Center) effectue une supervision locale des
équipements.

Parmi les principales fonctions d’administration, citons :

 la déclaration des abonnés et des terminaux,


 la facturation,
 l’observation de trafic et détection des surcharges,
 la configuration des équipements et des logiciels du réseau,
 la remontée des alarmes,[13]

Figure I- 11 : Opération et Maintenance Center [18]

15
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-8- Station BTS :

Figure I-12 : Station de Base BTS [19]

I-9 Eléments de la station BTS :


Une BTS est composé d'un équipement de transmission (grande armoire métallique)
modulaire avec des emplacements disponibles pour enficher des cartes électroniques :

I-9.1 Equipements électriques :


Une BTS est composé d’une baie (grande armoire métallique) modulaire avec des
emplacements disponibles pour enficher des équipements électroniques, tel que l’unité de
commande, carte de communication et l’interface d’émission-réception. Ainsi l’armoire
d’alimentation équipé d’un transformateur qui convertit la tension alternative en tension continue
pour l’alimentation des éléments de la BTS, qui peut consommer jusqu’à une trentaine d’ampères à
plein charge. Des batteries sont associées à cette alimentation, pour permettre un fonctionnement
de plusieurs heures en cas de coupure de courant [20].

16
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-9.2 Equipement de transmission :


L'équipement de transmission est une grande armoire métallique, parfaitement blindée
électriquement, hermétique, climatisée l'été et chauffée en hiver pour conserver une température
de fonctionnement constante. Elle est modulaire, elle contient des emplacements pour des cartes
électroniques qui sont ajoutées suivant les besoins du site. C'est aussi une unité de commande qui
est la partie essentielle de la station BTS, elle gère tout son fonctionnement. Elle génère les
fréquences de référence, crée les différentes porteuses, assure la modulation et démodulation des
signaux, commande les amplificateurs de puissance, fournit les signaux aux TRX, et ceci sur tous les
secteurs. [21]

I-9.3 Alimentation :
L’alimentation de la baie se fait avec la tension du réseau SONELGAZ 230V alternatif.

Ensuite, le transformateur convertit cette tension en une tension continue pour l’alimentation de
tous les éléments de la BTS. Des batteries sont associées à cette alimentation, pour permettre un
fonctionnement de plusieurs heures en cas de coupure de courant. [21]

 Unité de commande :
L’unité de commande est la partie essentielle de la BTS, elle gère tout son fonctionnement.
Elle génère les fréquences de référence, crée les différentes porteuses, assure la modulation et
démodulation des signaux, commande les amplificateurs de puissance, fournit les signaux aux TRX,
et ceci sur tous les secteurs.[21]

 Carte de communication :
La carte de communication est l’intermédiaire entre l’unité de commande de la BTS et le
BSC. Cette carte gère la liaison Abies entre la BTS et le BSC.

 Interface d’émission-réception :
Chaque secteur a sa propre interface d’émission-réception, cette interface gère le signal
radio, elle est composée de TRX (ou DRX et PA) et d’éléments de couplage,

17
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I.13 : schéma synoptique simple des éléments essentiels d'une BTS [21]

I-9.4 Baie :
La baie est une grande armoire métallique, parfaitement blindée électriquement,
hermétique, climatisée l’été et chauffée en hiver pour conserver une température de
fonctionnement constante. Une baie est modulaire, elle contient des emplacements pour des cartes
électroniques qui sont ajoutées suivant les besoins du site.

I-9.5 Climatiseur :
C’est un appareil monobloc composé par deux parties une partie de traitement d’air et une
deuxième de production de froid. Cette appareil peut être une armoire de climatisation ou un
climatiseur individuelle (fenêtre ou murale). Dans certains cas la partie de traitement de l’air
(l’évaporateur) elle est placée à l’intérieur du locale et le bloc frigorifique (condenseur +groupe
frigorifique) [21]

I-9.6 Pylône :
Le pylône porte deux types des antennes :

 Antennes directionnelles : Les antennes directionnelles ou antennes panneaux sont


très souvent utilisées actuellement dans les réseaux de téléphonie mobile. L'antenne panneau
transmet et reçoit des signaux de fréquence radio, à partir d’un et vers un portable GSM, dans

18
Chapitre I : Généralités sur le GSM

une partie délimitée du plan horizontal.


 Antennes paraboliques : Les antennes paraboliques sont utilisées pour la
transmission entre les stations de base et les niveaux plus élevés du système GSM. Elles
servent d’alternative aux lignes fixes modem de 2 Mbit/s.

Figure I.14 : Schéma des éléments de la station [21]


I-10 La structure du réseau GSM :
Le mobile transmet par radio la communication vers la station de base de sa cellule.

la conversation est ensuite acheminée de façon plus classique (câble, fibre optique ...) vers le
correspondant s’il est raccordé au réseau téléphonique filaire, ou à sa station de base s’il est équipé
d’un mobile.

Cette station de base transmet finalement la conversation par radio au correspondant.[15]

19
Chapitre I : Généralités sur le GSM

Figure I- 15 : Structure cellulaire du réseau GSM. [22]

Même si deux personnes se trouvent dans la même cellule et se téléphonent, la conversation ne


passe jamais directement d’un GSM à l’autre.

Au cours d’un déplacement, il est possible qu’on sorte d’une cellule. Il est nécessaire alors de
changer da station de base tout en maintenant la communication : c'est le transfert inter cellulaire
ou hand over [22]

I.11 Les fréquences de travail du GSM :


Dans le système GSM/DCS, deux bandes de fréquences sont utilisées, l’une autour des 900 MHz
l’autre autour de 1,8 GHz.

Chaque bande est divisée en deux sous-bandes, servant l’une pour le transfert d’informations entre
mobile et la station de base (voie montante), et l’autre pour la liaison entre la station de base et
mobile (voie descendante) :

ƒ bande EGSM étendue (bande de largeur totale 35 MHz)

- de 880 à 915 MHz du mobile vers la base

20
Chapitre I : Généralités sur le GSM

- de 925 à 960 MHz de la base vers le mobile

- écart entre les deux fréquences 45 MHz

- 174 canaux espacés de 200 kHz bande DCS (bande de largeur totale 75 MHz)

- de 1710 à 1785 MHz du mobile vers la base

- de 1805 à 1880 MHz de la base vers le mobile

- écart entre les deux fréquences 95 MHz

- 374 canaux espacés de 200 kHz. [23]

Figure I-16 : Liaison entre mobile et station de base pour le GSM. [23]

I-12 Puissance d’émission dans le réseau GSM :


La puissance d’émission des téléphones est limitée au maximum à 2W pour le GSM

21
Chapitre I : Généralités sur le GSM

900 et 1W pour le GSM 1800. Elle est régulée en fonction de la distance à l’antenne relais :

Elle est inversement proportionnelle à la qualité de la communication (250 mW à plusieurs km de


l’antenne, 10 mW ou moins à proximité.

Lors de la connexion de l’utilisateur du mobile avec son correspondant, la puissance émise initiale
est à un niveau élevé permettant d’établir le plus sûrement possible la connexion à une antenne de
proximité, puis le contrôle de puissance la réduit par paliers en quelques secondes, jusqu’à se
stabiliser au niveau minimum compatible avec une bonne qualité de la communication.

Le déplacement de l’utilisateur provoque la prise de relais successifs par plusieurs stations de base,
chacune démarrant sa communication à un niveau élevé puis diminuant sa puissance. C’est donc lors
de l’utilisation d’un mobile en situation de déplacement que L’exposition aux RF est la plus élevée ou
bien lors d’une conversation dans un lieu de médiocre réception qui astreint l’antenne relais et le
mobile à rester à des niveaux de puissance élevés.

La puissance d’émission d’un mobile est nettement inférieure à celle d’une station de base.
Cependant le téléphone étant en contact avec l’oreille de l’utilisateur, la puissance absorbée par les
tissus lors d’une conversation téléphonique est beaucoup plus importante que celle due à une
station de base ; même la plus puissante [13]

(MS: mobile system; BTS: Base Transceiver System; BSC: Base Station Controlers ; MSC : Mobile
Switching Center)

I-13 les avantages et les inconvénients de GSM :

I-13.1 Les avantages :


 Extensibilité vers des technologies plus avancées comme UMTS ou 3G. [25]
 Avec le réseau GSM, les informations sont cryptées de telle façon qu’il faut une certaine clé
de déchiffrage pour arriver à les pirater. De plus, il offre un débit de 9,6kbps pour la
transmission des données [24]
 Notez aussi que grâce au hand over, disponible au niveau du GSM, vous avez la possibilité de
passer d’une zone de communication à une autre sans être coupé. [24]
 Large couverture avec possibilité, de transition vers autres réseaux. [25]
 Couverture maximale d’une cellule d’un rayon de 35km. [25]
 Signal plus fort à l’intérieur des bâtiments [25]

22
Chapitre I : Généralités sur le GSM

I-13.2 Les inconvénients :


 Limitations techniques forçant un rayon maximal de couverture allant jusqu’à 35 km
environ.[25]
 Interférence avec des appareils électriques à cause de la forme pulsative du signal. [25]
 Le progrès de la technologie pose uniquement sur un nombre limité des entreprises ayant tous
les droits intellectuels. [24]

I-14 Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté les principes de base du GSM avec les différentes
techniques définies utilisées. Ces techniques offrent une meilleure qualité de communication et une
signalisation en temps réel entre les entités du réseau Dans le chapitre deux, on discute les systèmes
photovoltaïques et ces techniques.

23
Références Bibliographies

BIBLIOGRAPHIE

Chapitre I: Généralités sur les systèmes mobiles globaux

[1] Wassila Issaadia, Abdelkrim Khireddine a, Salim Issaadi ;«Management of a

base station of a mobile network using a photovoltaic system» ;Renewable and

Sustainable Energy Reviews 59 (2016) 1570–1590

[2] Hua C, Latin J. «An on-line MPPT algorithm for rapidly changing
illuminations of solar arrays». Renew Energy 2003:1129–42.

[3] Maclay James D, Brouwer Jacob, Samuelsen G Scott. « Dynamic modeling of


hybrid energy storage systems coupled to photovoltaic generation in resi-dential
applications». J Power Sources 2007(163):916–25.

[4] Hunter Fanny A, Dougherty BP, Davis MW. «Measured performance of build-
in integrated photovoltaic panels». In: Solar energy: the power to choose, Forum
2001. Washington, DC

[5] Weidong Xiao William G, Dunford Patrick R, Palmer Antoine Capel.


«Regula-tion of photovoltaic voltage. » IEEE Trans Ind Electron
2007;54(3):1365–74.

[6] Salameh ZM, Casacca MA, Lynch AW. « A mathematical model for lead-acid
batteries». IEEE Trans Energy Convers 1992;7(1):93–8

[7] El Ghitani H, Shousha A. « Microprocessor-based cathodic protection system


using photovoltaic energy». Appl Energy 1995;52:299–305.

[8]https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9 communications

[9 ] AERNOUTS. Ludovic, « Le réseau GSM, Cnam de Lille, (1999). »


Références Bibliographies

[10]Mr. BELMESSAOUD Lakhdar, « “Etude de la répartition géographique et la


consommation énergétique des stations de base TIC au sud algérien » ; Master
professionnel Sciences et techniques,UNIVERSITE KASDI MERBAH
OUARGLA ,2014.

[11]S. REDL, M. WEBER, M. OLIPHANT - « An Introduction to GSM »;


Artech House Publishers (1995).

[12] Phaesun Factsheet « système solaire photovoltaïque pour les


télécommunication (la telecommunication en site isolé) »

[13]Rania Ghosn. « Effets des téléphones portables sur la physiologie humaine :


vascularisation cérébrale, microcirculation cutanée, échauffement cutané et
électroencéphalogramme». Toxicology. Université de Picardie Jules Verne, 2013.
French.

[14] C. DEMOULI N, M. VAN DROOGENBROECK. « Principes de base du


fonctionnement du réseau GSM». Revue de l'AIM , pages 3–18, N04, 2004.

[15] Leon BEYA KALAMBA ; « Interconnexion entre deux réseaux cellulaires


des normes GSM par faisceau hertziens cas de CCT et Vodacom» ,
ISTA - Ingénieur Technicien en électronique. Orientation : Radio Transmission 2010
[16] J. Tisal. « Le réseau GSM. L'évolution GPRS : une étape vers UMTS.
Dunod, troisième edition, 1999

[17] Michèle Germain, « LES RÉSEAUX DE TÉLÉPHONIE MOBILEI. LE


GSM», Présidente de l’atelier d’écriture de Forum ATENA

[18] ‫المؤسسة العامة للتعليم الفني والتدريب المهني (األدارة العامة لتصميم و لتطىير‬.‫االتصاالت المتنقلة‬
‫االنتاج) المملكة العربية السعىدية‬

[19] Bienvenu Ulrich Evarad MAVOUBA Ecole africaine de développement -


Brevet de technicien supérieur 2010

[20] S. REDL, M. WEBER, M. OLIPHANT - « An Introduction to GSM» ;


Artech House Publishers (1995).

[21] G. Dheidsraad Nederlandse, « Manuel de sécurité pour les travaux sur ou à


proximité d'une infrastructure GSM», version 1.2 – Janvier (2002).
Références Bibliographies

[22] article « Jean-Philippe Muller; « Le réseau GSM» »

[23] Jean-Philippe Muller, « Le réseau GSM et le mobile»,Version 07/2002

[24] .http://devida.over-blog.com/article-qu-est-ce-qu-un-reseau-89410706.html
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

II-1 Introduction :

Notre pays occupe une position géographique stratégique, favorisant l’épanouissement et


l’utilisation des énergies renouvelables et particulièrement de l’énergie solaire et surtout dans les
régions sahariennes et dans les endroits reculés ou l’énergie électrique n’est pas très développés, et
c’est pourtant ces régions qui sont caractérisées par plusieurs facteurs favorisant l’utilisation de
l’énergie photovoltaïque et ceci étant principalement due à la présence d’un fort ensoleillement et une
demande énergétique pas très importante.

Dans ce chapitre nous décrivons en premier lieu les notions générales de l’énergie solaire, les
différentes technologies des cellules solaires ainsi que le principe de fonctionnement et leurs
caractéristiques principales. Dans la deuxième partie on discute les propriétés d’une cellule
photovoltaïque en générateur en plus la zone de fonctionnement d’un module photovoltaïque. *1]

II-2 Historique :

Le nom Photovoltaïque vient du Grec, il est composé de deux parties :

Photos : Lumière.

Volt : Unité de tension électrique, du nom Alessandro Volta.

Ce phénomène fut découvert au 19ème siècle par le physicien Alexandre Edmond Becquerel. La
première cellule photovoltaïque fut développée début 1954 pour l’alimentation en énergie des
satellites. Depuis 1958, les cellules photovoltaïques alimentent seulement le système énergétique des
satellites jusqu’à ses premières applications terrestres au début des années 70. Le photovoltaïque fut
utiliser pour l’alimentation en énergie de petites maisons isolées et d’équipements de
télécommunications.

Aujourd’hui, grâce à sa fiabilité et à son concept respectueux de l’environnement, le photovoltaïque


prend une place prépondérante.

24
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Pour comprendre ce phénomène, nous avons rappelé dans ce chapitre quelques notions.[2]

II-3 L’effet photovoltaïque :

C’est un phénomène physique qui consiste à établir une force électromotrice lorsque la surface
de cette cellule est exposée à la lumière. La tension générer est entre 0.3 V et 0.7 V en fonction de
matériau utilisé et de sa disposition ainsi de la température et de vieillissement de la cellule. [3]

II-4 Les cellules photovoltaïques :

Une cellule photovoltaïque est un dispositif semi-conducteur généralement a base silicium. Elle
est réalisée à partir de deux couches, une dopée P et l’autre dopée N créant ainsi une jonction PN avec
une barrière de potentiel. Lorsque les photons sont absorbés par le semi-conducteur, ils transmettent
leur énergie aux atomes de la jonction PN de telle sorte que les électrons de ces atomes se libèrent et
créent des électrons (charges N) et des trous (charges P). Ceci crée alors une différence de potentiel
entre les deux couches. Cette différence de potentiel est mesurable entre les connexions des bornes
positives et négatives de la cellule et qui transforme directement l’énergie électrique. *2+

Figure II.1 : cellule photovoltaïque [2]

25
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

II-5.Type des cellules photovoltaïques :

II-5.1 Les cellules monocristallines :

Sont des cellules qui s’approchent le plus de modèle théorique, elles sont
effectivement composée d’un seul cristal divise en deux couches. Son procédé de
fabrication est long et exigeant en énergie, avec un rendement de 12-16% il est
cependant plus efficace que la cellule poly-cristalline. [4]

Figure II.2 : cellule monocristalline [4]

26
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

II-5.2 Les cellules poly-cristallines :

Ces cellules, grâce à leur potentiel de gain de productivité, se sont aujourd’hui imposées, elles
représentent 49% de l’ensemble de la production mondiale en 2000. L’avantage de ces cellules par
rapport au silicium monocristallin est qu’elles produisent peu de déchets de coupe et qu’elle nécessite 2
à 3 fois moins d’énergie pour leur fabrication, leurs rendements sont de l’ordre 13 à 20%. *4+

Figure II.3 : cellule poly-cristalline [4]

II-5.3 La cellule amorphe :

Le cout de fabrication est sensiblement meilleur marché que ceux du silicium cristallin. Les
cellules amorphes sont utilisées partout où une alternative économique est recherchée, ou quand très
peu d’électricité est nécessaire (par exemple, alimentation des montres, calculatrices). Elles sont
également souvent utilisées là où un fort échauffement des modules est à prévoir. Cependant, leurs
rendement est 2 fois inférieur à celui du silicium cristallin et nécessite donc plus de source.[4]

27
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure II.4 : cellule amorphe [4]

II-6 Rendement d’une cellule photovoltaïque :

Le tableau suivant présente les différentes cellules avec leur rendement [4[

Tableaux II.1 : rendement des cellules photovoltaïques


Technologie de cellule Rendement en laboratoire Rendement production
Silicium amorphe 13 % 5à7%
Silicium poly-cristallin 19,8 % 11 à 15 %
Silicium monocristallin 24,7 % 13 à 17 %

II-7 Paramètres photovoltaïque :

Il existe de nombreux paramètres qui permettent de caractériser une cellule solaire. Ces
paramètres appelés paramètres photovoltaïque et sont déduits de la caractéristique I(V).La figure 8
représente une caractéristique courant-tension d’une cellule photovoltaïque à jonction PN. Le tracé de
cette courbe permet d’accéder à bon nombre de paramètres physiques caractéristique du composant.
Les premiers paramètres qui apparaissent sur la caractéristique courant-tension d’une cellule
photovoltaïque sont le courant de court-circuit (ICC), la tension à circuit ouvert (VCO) et le facteur de
forme (FF) du composant.[ 1]

28
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Courant de court-circuit (ICC) : Il s’agit du courant lorsque le potentiel appliqué à la


cellule est nul. C’est le plus grand courant que la cellule peut fournir. Celui-ci est fonction de la
température, de la longueur d’onde du rayonnement, de la surface active de cellule, de la mobilité
des porteurs. Ce courant est linéairement dépendant de l’intensité lumineuse reçue.[1]

 Tension de circuit ouvert (VCO) : Comme son nom l’indique, c’est la tension aux
bornes de la cellule lorsqu’elle n’est pas connectée à une charge ou lorsqu’elle est connectée à une
charge de résistance infinie. Elle dépend essentiellement du type de cellule solaire, des matériaux de
la couche active et de la nature des contacts de la couche active-électrode. Elle dépond de plus de
l’éclairement de la cellule.[1]

= (II.1)

Avec :

: Représentant la potentielle thermodynamique

: est la température absolue

: La constante de charge d’électron 1.602.

K : la constante de Boltzmann, 1.38.

Le courant photonique

: Le courant de saturation

 Facteur de forme FF :
Un paramètre important est souvent utilisé à partir de la caractéristique I(V) pour qualifier la
qualité d’une cellule ou d’un générateur PV : c’est le facteur de remplissage ou fill facteur (FF).Ce
coefficient représente le rapport entre la puissance maximale que peut délivrer la cellule notée Pmax
et la puissance formée par le rectangle ICC* VCO. Plus la valeur de ce facteur sera grande, plus la
puissance exploitable sera également. Il est défini par la relation suivante :

29
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

FF= (II.2)

 Le rendement :
Le rendement, les cellules solaires désigne le rendement de conversion en puissance. Il est
défini comme étant le rapport entre la puissance maximale délivrée par la cellule et la puissance
lumineuse incidente, Pin.

= = (II.3)

Ce rendement peut être amélioré en augmentant le facteur de forme, le courant de court-circuit et la


tension à circuit ouvert. Le rendement de conservation est un paramètre essentiel. En effet, la seule
connaissance de sa valeur permet d’évaluer les performances de la cellule. [1]

ІІ-8 Facteurs influents sur le fonctionnement d’une cellule photovoltaïque :

ІІ-8.1 Influence de l’ensoleillement :

L’apport d’énergie permettant la séparation électron-trous étant assuré par l’énergie


lumineuse, il est donc normal que l’augmentation de l’ensoleillement E entraine automatiquement
l’augmentation des paires électrons-trous. Le courant débité est proportionnelle à l’ensoleillement E
(Figure ІІ.5) [6]

30
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure ІІ.5: Influence de l’ensoleillement sur les cellules photovoltaïques.

ІІ-8.2 Influence de la température :

La température à une influence notable sur le rendement d’une cellule photovoltaïque, nous
remarquons que le courant de court circuit varie peu avec la température tandis que la tension à vide
est beaucoup plus influencée. La température a donc une influence non négligeable sur le rendement
d’une cellule photovoltaïque (perte de puissance de l’ordre de 9-15% pour une augmentation de 30°C
[5].

Pour le même éclairement les courbes I(V) changent avec la température des cellules (Figure

ІІ.6).

31
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure ІІ.6: Influence de température sur les cellules photovoltaïques [6]

II-9 Circuit équivalent d’une cellule solaire :

L’analogie entre le fonctionnement de la cellule photovoltaïque sous éclairement et celui d’un


générateur de courant produisant un courant Iph auquel se soustrait le courant de la polarisation de la
diode en polarisation directe, n’est qu’une représentation simplifiée du fonctionnement de la cellule
[6].

32
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure II.7: circuit équivalant d’une cellule solaire et schéma conventionnelle d’une
cellule ou d’un module photovoltaïque [3]

En notant :

Id = Courant inverse de diode

I0 = Courant de saturation de diode, dépendant de la température

Ilight= Photo courant, dépendant de l’intensité de l’irradiation

RSH = Résistance en parallèle, représentant l’admittance parallèle du générateur de courant

RS = Résistance en série, modélisant les pertes ohmiques du matériau et des contacts

VPV = Tension aux bornes de la cellule

IPV = Courant fourni par la cellule

Le fonctionnement du circuit en générateur peut ainsi être formalisé par un système d'équations
résultant des lois de Kirchhoff.

II-10 Le Module Photovoltaïque :

Un générateur photovoltaïque ou module est consisté un ensemble des cellules photovoltaïques


élémentaires montées en série et /ou en parallèle afin d’obtenir des caractéristiques électriques
désirées tel que la puissance, le courant de court-circuit et la tension en circuit ouvert.

Les connections en série de plusieurs cellules augmentent la tension pour un même


courant, tandis que la mise en parallèle accroît le courant conservant la même tension. Un
module photovoltaïque se compose généralement d’un circuit de 36 cellules en série, protégées
de l’humidité par un capsulage de verre et de plastique. L’ensemble est ensuite muni d’un cadre
et d’une boite de jonction électrique. [1]

33
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure II.8 : Assemblage du générateur solaire [4]

Figure II.9 :Les déférents modules photovoltaïques [6]

Association en série:

En additionnant des cellules ou des modules identiques en série, le courant de la branche reste
la même mais la tension augmente proportionnellement au nombre de cellules (modules) en
série.[1]

34
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure II.10 : Cellule identique en série [1]

Association en parallèle :

En additionnant les modules identiques en parallèle, la tension de la branche est égale à la


tension de chaque module et l'intensité de courant augmente proportionnellement au nombre de
modules en parallèle dans la branche. [1]

35
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure II.11: Cellule identique en parallèle

ІІ-.11 Description des systèmes photovoltaïques :

Le système photovoltaïque se compose d’un champ de modules et d’un ensemble de


composantes qui adaptent l’électricité produite par les modules aux spécifications des récepteurs.

La figure suivante représente le schéma synoptique d’un système photovoltaïque autonome *6].

Figure ІІ. 12: Schéma synoptique d’un système photovoltaïque autonome [6]

36
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure ІІ.13: système photovoltaïque autonome [6]

1. La cellule photovoltaïque :
Est une mince couche (deux dixième de millimètres) d’un métal semi conducteur, traitée pour
pouvoir convertir la lumière en courant continu.[6]

2. Batteries d’accumulateurs :

Le fait que l’énergie solaire ne soit pas disponible sur l’ensemble d’une période de
fonctionnement du système alimenté impose l’utilisation de batteries dans les installations autonomes
pour stocker l’énergie. [6]

Dans les systèmes solaires autonomes on utilise principalement:

37
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

* Les batteries au plomb:

Elles constituent l’écrasante majorité du marché des accumulateurs. Sa bonne maîtrise


technologique, son bas coût de revient, son bon rendement énergétique de charge/décharge. Ses
conditions d’utilisation non difficiles à satisfaire militent en faveur de sa large utilisation.

* Les batteries au Nickel Cadmium:

Elles sont les plus chers, mais aussi très résistant aux surcharges et aux décharges, et résistent
bien aux basses températures.[6]

3. Régulateurs :

Dans tout système photovoltaïque autonome, on intercale un système dit de régulation, qui sert
à contrôler l'intensité de courant qui passe par les accumulateurs, les protégeant ainsi contre les
surcharges et les décharges profondes, afin de maximiser sa durée de vie.

Le régulateur permet aussi d’effectuer un transfert optimal d’énergie du champ photovoltaïque à


l’utilisation [6]

4. Onduleurs :

Pour alimenter des équipements fonctionnant en courant alternatif, un dispositif électronique


statique de conversion ou convertisseur DC/AC est utilisé pour la transformation du courant continu
en courant alternatif. [7]

5. Charge (utilisateurs) :

Il existe deux types d’appareils alimentés par le système, celles qui fonctionnent en courant
continu comme des équipements de télécommunications, le pompage d’eau, et celles en courant
alternatif dans les cas d’usage domestique, ce cas nécessite un onduleur.

38
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

L’utilisation de l’énergie photovoltaïque doit être pensée en termes d’économie de l’énergie.

Il est donc plus avantageux de chercher des consommateurs fonctionnant en courant continu plutôt
que d’ajouter un onduleur et un consommateur en 220 Vac [6].

II-12 Propriétés du panneau photovoltaïque en générateur :

Comme pour la cellule simple, les caractéristiques électriques d’un panneau photovoltaïque
dépendent de la température et de l’éclairement et de façon générale, de son environnement
(orientation et inclinaison, état de surface, ombres partielles). Selon l’association en série et/ou
parallèle de ces cellules, les valeurs du courant de court-circuit ICC et de la tension à vide Vco sont plus
ou moins importantes. [3]

II-13 Zones de fonctionnement d’un module photovoltaïque :

Figure II.14 : Les diffèrent zone de la caractéristiques I(V)[3]

La caractéristique d’un générateur PV constitué de plusieurs cellules a une allure générale assimilable
à celle d'une cellule élémentaire, sous réserve qu’il n’y ait pas de déséquilibre entre les
caractéristiques de chaque cellule et que l’irradiation et la température soient uniformes. [3]

39
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Nous pouvons décomposer la caractéristique I(V) d’un générateur photovoltaïque en 3 zones (figure
14) :

 Une zone assimilable à un générateur de courant ICC proportionnel à l’irradiation, d’admittance


interne pouvant être modélisée par (Zone 1),

 Une zone assimilable à un générateur de tension VC0 d’impédance interne équivalente à RS


(Zone 2)
 Une zone où l’impédance interne du générateur varie très fortement de RS à RSH (Zone 3).
C’est dans la Zone 3 qu’est situé le point de fonctionnement pour lequel la puissance fournie par le
générateur est maximale. Ce point est appelé point de puissance maximale, caractérisé par le couple
(IMP, VMP), et seule une charge dont la caractéristique passe par ce point, permet d’extraire la
puissance maximale (PMAX) disponible dans les conditions considérées.[2]

II-14 Les avantages et les inconvénients :

Les Avantages :

 Ne plus être dépendant des fluctuations de prix et de la disponibilité du pétrole (la production du
champ solaire est garantie sur 25ans)
 Eviter l’approvisionnement régulier en carburant dans les zones les plus éloignées.
 Peut être installé avec un générateur éolien ou diesel pour former un système hybride
 Système modulable et évolutif adapté à vos besoins.[1]
 L’installation ne comporte pas de pièces mobiles qui la rendent particulièrement appropriée aux
régions isolées. [1]
 Un montage simple et adaptable à des besoins énergétiques divers
 Le cout de fonctionnement est très faible vu les entretiens réduits et il nécessite ni combustible,
ni transport, ni personnel hautement spécialisé.
 La technologie photovoltaïque présente des qualités sur le plan écologique car le produit fini est
non polluant [3]

40
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Les inconvénients :

 La fabrication du module photovoltaïque relève de la haute technologie et requiert des investissements


d’un coût élevé.
 Le rendement réel de conversion d’un module est faible de l’ordre de 10% à15% avec une limite
théorique pour une cellule de 28%.
 Les générateurs photovoltaïques ne sont pas compétitifs par rapport aux générateurs diesel que pour de
faibles demandes d’énergie en régions isolées.
 Notée aussi que ces installation sont tributaires des conditions météorologiques [3]

41
Chapitre II: Généralités sur les systèmes photovoltaïques

II-15 Conclusion :
Dans cette partie, nous avons présenté des explications techniques sur le système
photovoltaïque ainsi que les notions fondamentales et différents types des cellule solaire ainsi que les
paramètres influents le photovoltaïque l’influence l’ensoleillement et l’influence de température
surtout.

L’importance de l’inclinaison des panneaux solaires sur le rendement de l’énergie récoltée a


particulièrement été traitée.

Les panneaux solaires sont généralement orientés avec une inclinaison fixe, ou bien une inclinaison
égalant la latitude. Encore plus pratique et plus intéressant, l’énergie reste maximal en ne change
l’inclinaison des panneaux que quatre fois par an (saisonnièrement).

42
Références Bibliographies

BIBLIOGRAPHIE

Chapitre II : Généralité sur les systèmes photovoltaïque

[1] Salaheddine MANSOUR. « Etude de dimensionnement optimal d’une station


solaire autonome en site isolé». Département de physique, Université Abou Bekr
Belkaid, Tlemcen, pages 1, (2014)

[2] M.SLAMA Fateh, « Modélisation d’un système multi générateurs


photovoltaïques interconnectés au réseau électrique», Département
d’Electrotechnique,Université FERHAT ABBAS ,SETIF

[3] AMARA Karima, « Contribution à l’étude de conception d’une centrale


photovoltaïque de puissance (1MW) interconnectée au réseau de distribution
électrique moyenne tension, Départementd’Electronique», Université MOULOUD
MAMMERI DE TIZI-OUZOU

[4] HELALI KAMELIA, « Modélisation D’une Cellule Photovoltaïque : Etude


Comparative», Université MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

[5] : ZOUAK Belkacem ; « étude de l’évolution des caractéristiques des


matériaux thermoélectriques des anciennes et nouvelles générations et applications
photovoltaïque-thermoélectricité»; mémoire de magister en Electronique ;
Université mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou ; 2012 ; Page 46-47/50-55

[6] : BELHADJ Mohammed ; « Modélisation D’un Système De Captage


Photovoltaïque» ; Autonome Mémoire de Magister ; Centre Universitaire De
Bechar ; 2008 ; page 7.

[7] : TRAHI Fatiha ; « Prédiction de l’irradiation solaire globale pour la région de


Tizi-Ouzou par les réseaux de neurones artificiels. Application pour le
dimensionnement d’une installation photovoltaïque pour l’alimentation du
Références Bibliographies

laboratoire de recherche lampa » ; Mémoire de magister en électronique ; 2011 ;


page (11-12)/ (17-18)
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

III-1 Introduction :
Dès lors que vous recherchez une solution durable afin de fournir en énergie un système de
télécommunication en site isolé, la solution est le solaire. L’électricité est générée à partir des rayons du
soleil .les sites inaccessibles, ou il est très couteux et/ou impossible de se connecter au réseau peuvent être
ainsi alimentés en énergie.

Un système solaire photovoltaïque de télécommunication est composé de modules photovoltaïques, d’un


régulateur de charge ainsi que des batteries de stockage afin de fournir en énergie le système de
télécommunication en courant continu24h/24 et tout au long de l’année.

III-2 Spécification de la région d’Adrar :


Le Sahara Algérien, plus précisément la région de Touat, ultime passage avant la traversée du sud,
offre une organisation sociopolitique originale qui a permis depuis des sièclesd’installer et de maintenir des
sociétés et des oasis en parfaite Harmonie. Le Touat s’étend sur une zone d’affleurement de la plus grande
nappe aquifère du Sahara, doté de fabuleuses réserves en eau, facile à exploiter Situé pratiquement sur les
méridien 0, entre 26°5 et 29°5de latitude nord, sur les marges ouest du plateau du Tadmait, la région de
Touat, image de la willaya d’Adrar, est un ensemble de petites oasis. Le prolongement de l’ouest Saoura,
du Metarfa et Tsabit à Reggane en passant par Adrar le chef-lieu de, Zaouite-Kounta en parcourant 200 Km
et au passage on laisse une centaine de ksour, petite agglomérations, des villages anciens souvent
accompagnées de casbahs associée à une palmeraie, située en contrebas[1][2].

III-3 Situation géographique :


La Wilaya d’ADRAR s’étend sur une superficie de 427.968 km², soitprès d’un cinquième (1/5) du
territoire national.

L’espace utile demeurant toutefois réduit, la wilaya d’ADRAR située à l’extrême sud-ouest du pays,
compte onze (11) daïra etvingt-huit (28) communes. Sa population estimée à 336 046 habitants dont 76%
de population rurale, soit 254 991habitants, repartie à travers 294 Ksour (localités) éparpillés au niveau de
quatre régions [2]

- Le Touat : région d’Adrar A=205650 k (centre)

-Le Tidikelt : région d’Aouléf A=24.536 k (Sud-est).

-Le Gourara : région de Timimoune A=65.203 k (nord).

-Le Tanezrouft : région de Bordj Badji-Mokhtar A=132.579 k (Sud-Ouest).[3]

La Superficie Agricole Totale (SAT) est de 337 650 HR, la Superficie Agricole Utilisée (SAU) couvre une
superficie de 31 657 HR dont 24675 HR de Super ficie Utilisée Irriguée (SAUI) repartie comme suit :
43
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

303 19 . *HR irriguée par système gravitaire

331 2 . *HR irriguée par système localisée

041 3 *HR irriguée sous pivots (irrigation par aspersion)

Le nombre d’exploitations agricoles est de 23 467, le reboisement forestier est de 30 has.

III-4 Caractéristiques de la région :

III-4.1 Milieu physique :


La wilaya d’ADRAR se caractérise par un relief d’aspect désertique et se divises-en trois grands
ensembles géomorphologiques diffèrent que sont:

•Les Plateaux:
Couvrent de très grandes surfaces et sont constituées de formation géologiques différentes.

-Crétacé inférieur du continental intercalaire.

-Crétacé supérieur secondaire marin.

-Moi-pliocène.

Comme exemple : Le plateau du Tanezrouft.[4]

•Les Ergs:
Massifs dunaires s'étendant sur prés de la moitié de la wilaya. Ils se sont formés au cours des temps
quaternaires tels que le grand Erg occidental et l'Erg Chèche véritables curiosité touristique dans la région
du Gourara en particulier.[4]

•Les Sebkhas:
Correspondants aux puits les plus bas et appartiennent généralement aux anciens lits d'oueds très
larges, elles sont formées de dépotsco fluviatiles gypseux. La sebkha de Timimoune, la sebkha de
Timokten, de Bouda[4]

III-4.2 Climat:
De type désertique continental, il est caractérisé par une pluviométrie très faible, d’une moyenne
annuelle de 13mm, des températures durant la période estivale atteignant un maximum de 45°c.

44
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

III-4.3 Hydrologie:
Les principaux aquifères dans la région d’ADRAR identifient comme suit :

a) la nappe de L’ERG occidental:


La présence d’une mosaïque de palmeraies à travers les dunes de l’erg occidental témoigne d’un
écoulement considérable Nord-sud circulant sous le massif dunaire.

b) La nappe du continental intercalaire:


La formation du CI est composée des dépôts continental sablo-gréseux avec intercalation d’argiles et
argiles sableuse, d’âge crétacé inférieur. La continental intercalaire est un système aquifère multicouches
qui s’étend sur 600000km² à travers le Sahara Algérien avec des profondeurs allant de 120 à 1000m.

Cet aquifère est de type captif avec des secteurs à nappe libre, proximités des affleurements notamment
dans la région d’ADRAR .[5]

Figure III-1 : site isolé [6]

III-5 ALIMENTATION ENERGETIQUE PAR ENERGIE SOLAIRE

 Des systèmes de télécommunication :


L’alimentation en énergie solaire d’une installation de télécommunication, nécessite une installation
d'éléments de base de caractéristiques soigneusement choisies pour obtenir un bon fonctionnement. [7]

45
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

Ces éléments sont :

 Le panneau photovoltaïque
 La batterie d'accumulateurs
 Le régulateur de charge

Figure III-2: Dimensionnement de système télécommunication en site isolé [6]

III-6 Dimensionnement du système photovoltaïque :


Dimensionner un système photovoltaïque revient à déterminer en fonction des sollicitations telles
que l'ensoleillement et le profil de charge, l'ensemble des éléments de la chaîne photovoltaïque à savoir la
taille du générateur, c'est à dire le nombre de modules solaires à installer et la capacité de stockage. [15]

46
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

III-6.1 Système PV d’Alimentation Sans Interruption :


En vue de la sécurisation d’alimentation en électricité des sites GSM et dans le cadre d’une
démarche de bon fonctionnement de ces sites, nous avons étudié de concevoir d’un système
solaire pour alimenter un site GSM qui permet aux opérateurs de mobile d’étendre et offrir leurs
réseaux toutes en économisant leurs charges relatif à la consommation d’électricité et à le
carburant utiliser pour les groupe électrogène secours.

A. Principe de fonctionnement :

Le système PV est utilisé d’une manière générale pour deux raisons principales :
- Assurer la continuité de l’énergie électrique en cas de coupure électrique (Le système PV est capable
d’assurer l’alimentation secours pour une autonomie donnée).

- Réduire la consommation électrique de et améliorer la qualité de l’énergie électrique (l’onduleur de PV


est capable de fournir une tension sinusoïdale et de bonne qualité).

Le système PV est conçu pour fournir l’énergie électrique au site GSM quel que soit l’état de
réseau électrique, à savoir :
B. Présence du réseau électrique :En période d’ensoleillement, l’énergie fournie par
les panneaux solaires va maintenir en charge la batterie via un régulateur de charge adaptateur
d’impédance. L’excédent d’énergie photovoltaïque fourni est converti en énergie alternative 230
V par un onduleur synchrone et alimenter l’équipement en cours de fonction avec le réseau en tant
que le réseau reste dans la plage de tolérance de tension et fréquence préfixée au niveau de
l’onduleur. [7]
C. Défaillance du réseau électrique :
En cas de défaillance du réseau électrique (absence ou hors tolérance), les circuits électriques sont
basculés automatiquement sur la sortie de l’onduleur autonome
Au retour de la tension du réseau, l’onduleur continue de fonctionner en mode autonome
pendant quelques minutes et bascule ensuite en mode synchrone pour réinjecter l’énergie
photovoltaïque fournie si l’ensoleillement est suffisant.[7]

D. Dimensionnement de système PV d’autoconsommation

Le dimensionnement de cette installation [8-9] nécessite la quantification de la consommation


électrique du site GSM, l’évaluation de la puissance utile à installer, l’identification des terrasses

47
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

de l’installation de système PV) pouvant accueillir l’installation des capteurs solaires, et enfin le
dimensionnement du champ des capteurs photovoltaïques.

 Puissance de crête de générateur PV :

Afin de dimensionnement d'une tel de système PV pour compenser la consommation électrique


de un site GSM. Nous nous sommes basés sur la consommation annuelle effective relais et sur la
moyenne annuelle du rayonnement solaire global de site d’installation. Donc nous avons
déterminé la puissance crête totale du générateur solaire en fonction du besoin énergétique, du
rendement électrique des batteries, du rendement de l’onduleur, du rendement électrique du reste
de l’installation (régulateur de charge…), [10-11]et du rayonnement moyen quotidien du mois le
plus défavorable de site.

PC ( j )
PCrete 
G( j )  SPV  Bat …………………………(1)

PC (j) : consommation moyenne journalière (kWh/j)


G (j) : ensoleillement du mois le plus défavorable à Obo est de 4,96 kWh/m²/jour
ηSPV: rendement de l’installation 90%
ηBat: rendement de charge et décharge de la batterie 80%

III-6.2 Détermination de la capacité de l'accumulateur :


Pour déterminer la capacité de l'accumulateur, multiplier la consommation électrique en Ah de
l'application par la durée d'autonomie désirée, et appliquer un coefficient de sécurité

PC ( j )  Auto
PCrete  ………………………………………………………………….(2)
 Bat  DP  V

C : Capacité de la batterie nécessaire (Ah)


Aut : Nombre de jours d’autonomie (secours) de la batterie (J)
Bj : Résultat du bilan des consommations électriques (Wh/j)
Dp : Coefficient de décharge profonde ou pourcentage de décharge au bout de l’autonomie (0,7)
V : Tension nominale du générateur photovoltaïque (V)
ηbat: Rendement de la batterie 85%
PC ( j )  Auto ……………………………………………………………….(3)
PCrete 
0.6 48
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

Le coefficient de 0.6 est une valeur typique, qui dépend à la technologie de l'accumulateur, et
surtout de la réduction de sa capacité de stockage aux températures basses. Il indique la capacité
réellement disponible à tout moment égale à 60 % de la capacité nominale.[9]
III-7 Dimensionnement et optimisation d’un système photovoltaïque :
En présence de l’énergie solaire la station de base devrait être alimentée par cette source, ainsi la
charge des batteries est assurée en même temps. Par ailleurs en absence du soleil les batteries prennent
en charge l’alimentation de la station de base .Pour assurer ce comportement énergétique, nous devons
dimensionner le nombre des panneaux solaires nécessaire et le nombre des batteries selon le scenario
voulu par l’opérateur.

Pour le dimensionnement d’un système photovoltaïque nous devons assurer les points suivants :

 Estimation du courant maximum de la charge électrique de notre système (A).


 Estimation de la capacité totale du système (station de base +batteries) (AH).
 Estimation de l’énergie électrique journalière (Wh).
 Optimisation du système solaire on se basant sur le minimum d’heure d’ensoleillement.
 Calcul du nombre total des modules photovoltaïques pour assurer le bon fonctionnement du
système électrique en question.
 Calcul du nombre total des batteries nécessaires pour assurer l’alimentation du système électrique
en absence du soleil.
III-8 Dimensionnement de systéme :
-Il y a 1 chambre :

Chambre : est la chambre de système qui cantine les équipements nécessaires, elle se compose d’un
Téléphone fixe, un modem, un système climatisation, et une lampe qui ont fonctionné 24h/24h

Ce tableau représente ces équipements et leur consommation quotidienne

Tableaux III-1: L’équipement électrique dans cette chambre de système[12]


49
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

Appareil Référence Consommation Temps Calcul Consommation


en travail(W) d’utilisation quatidienne(wh/jour)
quotidien(h)

Téléphone Philips 3.5W x


3.5W 24h / jour 84 Wh / jour
fixe CD6851B 24h

6,5W x
Modem Numéricâble 6,5W 24h / jour 156 Wh / jour
24h

Système IRIS 390W 24h/jour 390Wx24h 9360 Wh/jour


Climatisation

2Lampe LED 80W 24h/jour 80Wx24h 1920 Wh/jour

Totale : 11520
Wh/jour

Présentation des panneaux utilisés : on a choisie 3 modèles des panneaux photovoltaïques pour notre
étude :

50
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

FigureIII-3 : Modèle condor [13]

Figure III-4 : Modèle Divel solair [13]

51
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

Figure III-5: Modèle Qs solaire [13]

Pour calculé Le rendement de chaque panneau :

= =

Pmax :puissance maximale

Pin :puissance initiale

FF :facteur de forme

Icc :courant de(court-circuit)

Vco :tension de circuit ouvert

Tableaux III- 2: Les caractéristiques de chaque panneau[13] :

52
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

Les modèles des QS solaire DIVEL solaire Condor


panneaux

P max(w) 60 150 70

Voc(v) 80.3 22.38 11.19

Isc(A) 1.22 8.46 8.97

T(c°) 25 25 45 (optimale)

FF 0.61 0.7 0.7

Tableaux III-3 : les caractéristiques de 3 trois modèles des panneaux


photovoltaïques[13]

Type de panneau Marque Production Rendement T(c°) Coût (DZ)


de
panneau

Monocristallin DIVEL China 13 25 18750.00


SOLAIRE

Poly cristallin Condor National 12.64 45 9500.00

Couche mince QS China 5.3 25 15000.00


SOLAIRE

53
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

III-9 Définition de logiciel Homer :


HOMER (HybridOptimization of Multiple Energy Ressources) est un logiciel de simulation et
d’optimisation destiné à l’étude d’installations de production d’énergie multi-sources (PV, éolien, réseau,
stockage, diesel…). Il est principalement destiné à la simulation de mini-réseaux connectés ou non-
connectés (« off-grid »). Il a été développé en premier lieu par le National Renewable Energy Lab
dépendant lui-même du ministère américain de l’énergie. L’entreprise Homer EnergyLLC a été
spécialement crée pour sa commercialisation et la suite de son développement. Il compte près de 100 000
utilisateurs.

Les fonctionnalités principales de cet outil sont les suivantes :

- Prise en compte de profil de charge horaire ainsi que de charges pilotables (ballon d’eau chaude…).

- Simulation horaire d’un système de production multi-sources. Homer est capable de simuler le
comportement de nombreux équipements de production (PV, éolien, hydroélectrique, générateur biomasse,
diesel, huile végétale) ou de stockage (électrochimique, volant d’inertie, pile à combustible).

- Optimisation économique du système de production par comparaison de plusieurs configurations et


architectures.

- Analyse de sensibilité par rapport à certains paramètres d’entré (prix des hydrocarbures, durée de vie des
modules, gisement solaire, charge).

L’utilisateur obtient l’architecture et la configuration la plus économique selon la modélisation d’Homer.


C’est donc un outil d’aide à la décision pour le dimensionnement d’un mini-réseau [14].

54
Chapitre III : Dimensionnement d’un système de télécommunication

III-10 Conclusion :
Cette partie consiste à calculer les besoins électriques journaliers total pour alimenter cette chambre
(le site isolé-site d’Adrar-) à l’aidede trois types de panneaux photovoltaïque, Cette installation pour
alimenteraussi un système climatisation qui demande une haute puissance.

Dans la Première fois,nous pouvant voir le panneau photovoltaïque condor c’est le plus efficace par rapport
les autres panneaux

55
Références Bibliographies

BIBLIOGRAPHIE

Chapitre III : Dimensionnement d’un système télécommunication

[1] Z.AZIZI, A. BOUZIANE « Etude du gisement éolienne en Algérie et sur la


Wilaya d’Adrar » . memoir de fin d’étude en vue de l’obtention du diplôme de
licence en physique energetique; UNIVERSITE d’ADRAR.2014

[2] .Fichier PDF sur internet ; « Cours sur les Energies Renouvelables », 2000

[3] .Annuaire statistique de l’année 2008, « direction de la planification et de


l’aménagement du territoire», WILAYA D’ADRAR, mai 2009

[4] .R.Hamouche, « atlas vent de l’Algérie »,publication interne de l’ONM ,office


National de M étéorologie ,Alger,1990

[5] .K. MESSAITFAT. CHERGUI , « l’eau ,l’énergie et le a travers la région


d’Adrar», Algérie ( URER/MS) BP 478 ADRAR 01000

[6] Phaesun Factsheet « système solaire photovoltaïque pour les


telecommunication (la télécommunication en site isolé) »

[7] IDDA#, S. BENTOUBA*, « Etude d’un Système Photovoltaïque de


l’Alimentation Sans Interruption (PV-ASI): Cas étudié -un site GSM» .#Société de
Distribution de l’ouest SDO, Timimoune, Adrar, Algérie
[8] Igor Prince Martial BONDOBO, « Alimentation d’un site GSM isolé du réseau
de distribution publique d’électricité par un système hybride (solaire PV + groupe
électrogène) Cas d’orange Centrafrique», memoire master 2, GEER, juillet 2012
Références Bibliographies

[9] Dike U. Ike, Anthony U. Adoghe, Ademola Abdulkareem, « Analysis of


Telecom Base Stations Powered by Solar Energy», international journal of
scientific & technology research volume 3, issue 4, 2014.
[10] R. Tadili, M.N. Bargach, S. Amzazi, Y. Benjaa, A. Chkirida, «
dimensionnement d’une minicentrale photovoltaïque pour l’electrification de la
faculte des sciences de rabat ,revue internationale d'héliotechnique». n° 45 (2013)
8-13
[11] Ani Vincent Anayochukwu, Ani Emmanuel Onyeka , « Simulation of Solar-
Photovoltaic Hybrid Power Generation System with Energy Storage and
Supervisory Control for Base Transceiver Station (BTS) Site Located in Rural
Nigeria ». international journal of renewable energy research, vol.4, no.1, 2014.
[12] Algérie Télécom-ADRAR-

[13] Oungal Volt Solaire-Adrar-

[14] CYTHELIA «Analyse du logiciel HOMER »; Thibaud SIMON – 23/07/14

[15] H. Zéraïa - Benyahia, A. Malek et M. Belhamel, « Téléphonie Rurale


Alimentée par Energie Electrique d’Origine Photovoltaïque » ; Centre de
Développement des Energies Renouvelables, B.P. 62, Route de l’Observatoire,
Bouzaréah , Alger. Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 275-278)
Chapitre IV : Résultats et Discutions

1-Introduction :

Homer permet d’obtenir la configuration optimale après une étude technico-économique d’une
ou plusieurs installations connectées au réseau ou autonomes. Cette section est consacrée à la validation
du logiciel conçu. Nous avons choisi le logiciel Homer comme outil de dimensionnement, afin de faire une
analyse comparative. Pour cela, nous avons introduit dans ce dernier les mêmes données utilisées dans
l’étude réalisée précédemment par notre logiciel. En outre, l’architecture de la centrale hybride à
dimensionner est présentée dans les figures.

2-Résultat de Simulation et discussion :

Le système proposé délivre l’énergie à la station de base téléphonique durant l’année. On a utilisé
trois types des panneaux photovoltaïques dans notre étude et on va l’intégrer dans le programme
HOMER :

Description :

Cette figure représente l’Architecteur de système et elle

Comporte :

PV : panneau photovoltaïque model Divel solaire

PV1 : panneau photovoltaïque model QS solaire

PV2 : panneau photovoltaïque model Condor

AC : courant alternatif

DC : courant continue

56
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Electric Load #1 : la demande électrique de la chambre d’équipement de télécommunication est :


11.52KWh /jour

Converter : convertisseur

Batterie : 1KWhFigure IV.1 : Architecteur de système

Modèle 1 : Divel solaire

57
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV.2 : les caractéristiques du panneau modèle Divel solaire

Cette figure représente les caractéristiques du panneau modèle Divel solaire :

 Capital : 1500,00 $
 Capacité nominale : 9 KW
 Durée de vie : 25 ans

Modèle 2 : QS solaire

58
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV.3 : les caractéristiques de panneau modèle QS solaire

Cette figure représente les caractéristiques du panneau modèle QS solaire :

 Capital : 2550,00 $
 Durée de vie : 25 ans

59
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Modèle 3 : Condor

FigureIV.4 : les caractéristiques de panneau modèle Condor

Cette figure représente les caractéristiques du panneau modèle QS solaire :

60
Chapitre IV : Résultats et Discutions

 Capital :1425,00 $
 Capacité nominale : 0 KW
 Durée de vie : 25 ans

La simulation de logiciel Homer a donné les résultats suivants :

On remarque que le logiciel nous donne quatre possibilités :

1ier : PV Divel solaire avec la batterie et l’onduleur avec une production de 16794 KWh/an et un coût de
19980$.

2éme : Deux panneaux PVDivel solaire et Condor, batterie et onduleur avec une production de 16429
KWh/an et un prix de

3éme : Trois panneaux PV Divel solaire, QS solaire et Condor, batterie, onduleur, avec une production de
13650 KWh/an

Figure IV-5 :les résultats d’optimisation de système PV pour la chambre

Le résultat de la simulation nous a permis de faire le choix au panneau Divel solaire car il donne la
meilleure production (9.20 KW) etle meilleur prix (19980 $) .

61
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV.6 :le résultat optimal

Figure IV-7 : Résumé des coûts de panneau et des batteries

Cette figure représente les prix de chaque élément de notre système choisie :

- le prix de panneau Divel solaire est 14989,00 $

- le prix de la batterie est 1863,00 $

On observe que le prix des batteries est élevé par apport de prix des batteries car la une quantité des
batteries utilisée est grande.

62
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV-8 : le flux de trésorerie de système

Cette figure représente le flux de trésorerie de système et combien ça coute ; on observe qu’au début,
l’équipement nous a valu un investissement qui apparait excessive mais les rendements sont presque
sûrs.

63
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV.9 : la production électrique de Divel solaire

On observe que la production électrique est maximale dans les mois : février, mars, avril, avec 2KW, et
elle est relativement faible dans les mois juillet, août, octobre, novembre, décembre 1,6K.

 Production totale annuelle : 16794 KWh/an


 Consommation totale : 4201KWh/an
 Excès d’électricité : 115020 KWh/an

64
Chapitre IV : Résultats et Discutions

FigureIV.10 : pénétration renouvelable

Cette figure comprend le plan de la production d’électricité renouvelable instantanée divisée par
génération.

Figure IV-11 : l’état de charge des batteries

65
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV.12 : caractéristiquede la batterie

Ces deux figuresreprésentent l’état de charge de batterie, cela inclut :

 Le nombre des batteries : 20 batteries


 l'énergie entrant (3041.70 KWh/an) et sortant (2436.90 KWh/an).
 capacité nominale (20KWh) et capacité nominale utilisée (12KWh)
 durée de vie : 5.87 an
 le rendement d’énergie :
ɳ = énergie sortant /énergie entrant
A.N :
ɳ = 2436.90/3041.70
ɳ =0.80116
Ça veut dire un rendement de 80%

66
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV-13 :l’énergie sortant de PV Divel solaire

Cette figure représente la production d’énergie de PV Divel solaire

L’énergie totale est de : 16794KWh/an

Capacité nominale est de : 9.20KW

Facteur de capacité : 20.84%

67
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV-14 : la production de convertisseur

Figure IV.15 : caractéristiques de convertisseur

Ces deux figures représentent les caractéristiques de convertisseur :

 Temps de fonctionnement : 8753hrs/a


 Les pertes : 467.15KWh/an
 Capacité : 0.60 KW
 L’énergie maximale : 0.48 KW.
 Facture de capacité : 79.93 %

68
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Figure IV-16 :l’émission des gaz dans le système

Cette figure représente l’émission des gaz dans le système :

Notez que le système est ami de l’environnement, sans émissivité toxique ou nocifs des gaz tel que

le dioxyde de soufre SO2, dioxyde de carbone CO2 ….Etc.

Figure IV-17 : l’irradiation solaire

Cette figure représente l’irradiation solaire émis :

69
Chapitre IV : Résultats et Discutions

On remarque que l’irradiation solaireatteindre sa valeur maximale (7.340 et 7.317) respectivement dans
les mois juin et mai.et moyenne annuelle est : 5.79(KWh/m2 /jour).

Figure IV-18 : capacité d’exploitation de courant direct

Cette figure représente la capacité d’exploitation de courant direct :

On remarque que la capacité minimale est de 4KWdans les mois novembre, décembre, janvier et la
capacité maximale est de 15 KW, avec quelques exceptions comme dans la première semaine denovembre
il y a une diminution (1KW) et dans la deuxième semaine de décembre (0.5 KW)

Dans les autres mois la capacité de courant varie entre 4KW et 15KW.

Figure IV-19 : Changement de température

70
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Cette figure représente le changement de température durant l’année, on remarque que la température
14C°à janviercommencer à augmenter jusqu’à elle atteindre sa valeur maximale dans les mois
(juin,juillet,août) période d’été 37C° à partir de mois septembre décroît Pour revenir à sa valeur initiale
dans le mois décembre.

71
Chapitre IV : Résultats et Discutions

Conclusion :

HOMER a été utilisé comme un logiciel de dimensionnement et d'optimisation. Il contient un


certain nombre de modèles des composants de l'énergie et évalue les options technologiques appropriées
basées sur le coût et la disponibilité des ressources. Dans ce chapitre, le dimensionnement du système est
effectué en utilisant le logiciel HOMER-optimisation de simulation. Analyse avec HOMER a besoin
d'informations sur les ressources, les contraintes économiques et les méthodes de contrôle. Elle exige
également des entrées sur les types de composants, leur nombre, les coûts, l'efficacité, la longévité, etc.
L'analyse de sensibilité pourrait être faite avec des variables ayant une plage de valeurs au lieu d'un numéro
spécifique.

72
Conclusion générale

Conclusion générale :

Le recours à la téléphonie mobile est en évolution continue, surtout avec le lancement de la 3G et 4G,
ceci impose une alimentation fiable des réseaux et stations en toute heure. Dans notre mémoire de
master intitulé faisabilité de l’intégration d’un système photovoltaïque pour l’alimentation d’une station
GSM au sud Algérien, nous avons proposé un système fiable pour sécuriser ces types d’installations qui
sont implantés un peu par tout afin de donner un meilleur service aux abonnées de la téléphonie mobile
surtout dans les zones enclavées. Ces types de région sont marquées par l’absence du réseau électrique
d’où la proposition d’assurer leurs alimentation soit avec un groupe diesel, mais cette option exige une
alimentation continue avec le carburant sachant que ces stations peuvent être distantes de plusieurs
centaines de kilomètres comme le cas des stations de Timiaouine, Bordj Badj Elmokhtar, PK 400 ou PK
200. La solution de dotation avec un système photovoltaïque reste la solution idéale si on arrive bien sur à
bien dimensionner notre système ou bien on propose un système hybride composé d’un système
photovoltaïque et groupe diesel de secours. Nous avons choisi le premier cas un système photovoltaïque,
notre mission était de chiffrer les besoins énergétiques de notre station GSM, des explications de
l’entreprise Algérie Telecom ainsi que la documentation fournie nous a permis d’avoir les informations
nécessaires concernant les équipements. Nous avons fait le Choix sur le logiciel HOMER, qui un outil de
simulation énergétique très perforant, la simulation nous a conduit à la configuration optimale du
système qui est composé d’une chaine photovoltaïque de 09,2 KW, un onduleur et des batteries. Pour
donner plus de visibilité à notre étude, nous sommes rapprochés à des fournisseurs des équipements
photovoltaïques, ou nous avons injecté les prix réels du marché et trois types de panneaux
photovoltaïques dans le logiciel HOMER. L’analyse faite par Homer nous a permis de faire le choix d’une
technologie. Notre étude est un cas pratique, ou nous pouvons appliquer aux stations d’Algérie Telecom
pour minimiser les couts de l’électricité pour les stations déjà connectées au réseau électrique et
proposer une solution durable pour les stations enclavées dans le désert. Le système photovoltaïque
proposé pour alimenter la station GSM a en plus l’avantage d’éliminer des centaines de tonnes de CO2 de
la nature suite à l’utilisation de l’énergie fossile et un autre avantage lié au problème de maintenance
surtout les problèmes liés aux groupes diesel, le système photovoltaïque ne nécessite que quelques
heures d’entretien du sable une fois pas mois ou deux mois En conclusion, l’utilisation des systèmes
photovoltaïques pour les station GSM est une opportunité gratuite, seul un investissement initial
récupéré en quelques années, la conjoncture de l’épuisement des ressources fossiles et les craintes du
changement climatique et l’extension du réseau GSM impose notre choix. Une étude d’un système
Hybride pour ces types de station peut aussi être très concurrente.

Vous aimerez peut-être aussi