Vous êtes sur la page 1sur 21

Machines 

asynchrones : éléments de correction
 I.Présentation...................................................................................................................................................2
1.Constitution et principe de fonctionnement..............................................................................................2
2.Moteur ou génératrice...............................................................................................................................2
3.Le glissement............................................................................................................................................2
 II.Le schéma équivalent...................................................................................................................................2
1.Mise en place pour une phase...................................................................................................................2
2.Simplification du schéma.........................................................................................................................3
a.Position du problème...........................................................................................................................3
b.Conséquences......................................................................................................................................3
3.Schémas équivalents usuels......................................................................................................................3
4.Détermination des éléments du schéma équivalent...................................................................................3
a.Essai à vide avec le rotor en court­circuit............................................................................................3
b.Essai avec le rotor en court­circuit, bloqué et sous tension réduite......................................................4
 III.Bilan de puissance......................................................................................................................................6
1.Fonctionnement en moteur.......................................................................................................................6
2.Fonctionnement en génératrice.................................................................................................................7
 IV.Couple électromagnétique..........................................................................................................................8
1.Introduction..............................................................................................................................................8
2.Expression du couple électromagnétique en fonction des éléments du schéma équivalent.......................8
3.Courbe représentative de l'évolution du couple en fonction du glissement...............................................8
a.Asymptotes et points particuliers.........................................................................................................8
b.Courbe représentative..........................................................................................................................8
c.Évolution du couple électromagnétique en fonction de la vitesse (en tr/min)......................................8
d.Fonctionnements moteur et génératrice...............................................................................................8
4.Stabilité du fonctionnement......................................................................................................................9
a.Point de fonctionnement......................................................................................................................9
b.Condition de stabilité...........................................................................................................................9
c.Exemples.............................................................................................................................................9
 V.Diagramme vectoriel des intensités (appelé aussi diagramme du cercle)...................................................15
1.Introduction............................................................................................................................................15
2.Trajet du point de fonctionnement :........................................................................................................15
3.Propriété.................................................................................................................................................16
 VI.Démarrage et variation de vitesse.............................................................................................................16
1.Introduction............................................................................................................................................16
2.Action sur la valeur efficace des tensions statoriques.............................................................................16
3.Action sur la résistance rotorique............................................................................................................17
4.Fonctionnement à V/f constante.............................................................................................................18
5.Variation du nombre de pôles.................................................................................................................19
6.Changement du sens de rotation.............................................................................................................19
 VII.Fonctionnement en génératrice (parfois appelé alternateur asynchrone).................................................27
1.Réversibilité............................................................................................................................................27
2.Utilisation...............................................................................................................................................28
a.Freinage.............................................................................................................................................28
b.Fourniture d’énergie à un réseau........................................................................................................28
c.Production d’énergie en site isolé......................................................................................................32
I. Présentation
1. Constitution et principe de fonctionnement
2. Moteur ou génératrice
3. Le glissement

Exercice 1 (Une seule réponse possible)

1. Un moteur comporte quatre pôles, il est alimenté par 2. La vitesse de synchronisme d’un moteur est égale à
un réseau triphasé de fréquence 50 Hz. Sa vitesse de 1000   tr/min,   son   arbre   tourne   à   970   tr/min.   Le
synchronisme vaut : glissement est égal à :
  1500 tr/min   3000 tr/min   750 tr/min   3 %   3,1 %   ­3 %

3. Un   moteur   comporte   une   paire   de   pôles.   Il   est 4. Une   machine   comportant   deux   paires   de   pôles   est
alimenté   sous   50   Hz   et   tourne   à   2900   tr/min.   Le alimentée par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz.
glissement est égal à : Son arbre tourne à 1600 tr/min. Le glissement est égal
à :
  3,4 %   3,3 %   ­3,3 %   ­ 6,7%   ­ 6,2 %   6,7 %

5. Un   moteur   comportant   trois   paires   de   pôles   est 6. Un   moteur   triphasé   est   alimenté   par   un   réseau
alimenté   par   un   réseau  triphasé   de  fréquence   50   Hz. triphasé de fréquence 50 Hz. À l’arrêt son glissement
Son glissement vaut 5%. L’arbre tourne à : est égal à :
  1000 tr/min   995 tr/min   950 tr/min   0   1   Impossible à définir

7. La   vitesse   de   synchronisme   d’un   moteur   alimenté 8. La   vitesse   de   synchronisme   d’un   moteur   alimenté
sous   50   Hz   est   égale   à   1500   tr/min.   Le   moteur sous 50 Hz vaut 1000 tr/min. Lorsque la fréquence est
comporte : égale à 25 Hz, la vitesse de synchronisme est de :
  une paire   deux paires   quatre paires   1000 tr/min   500 tr/min   2000 tr/min
de pôles

9. Quelle   est   la   fréquence   de   l’alimentation   triphasée 10. La   vitesse   de   synchronisme   d’une   machine
d’un   moteur   comportant   six   pôles   dont   la   vitesse   de alimentée sous 50 Hz vaut 1500 tr/min. Si sa vitesse est
synchronisme vaut 1000 tr/min ? égale à 1550 tr/min, elle fonctionne en :
  157 Hz   50 Hz   25 Hz   Moteur   Génératrice   Impossible à définir

11. Un moteur comportant quatre pôles est alimenté par 12. Lorsqu’un   moteur,   alimenté   sous   tension   de


un réseau triphasé de fréquence 50 Hz et tourne à 1350 fréquence fixe, accélère, son glissement :
tr/min. La fréquence des courants rotoriques est  égale
à :
  augmente   diminue     Impossible   à
  5 Hz   50 Hz   Impossible à déterminer déterminer

II. Le schéma équivalent
1. Mise en place pour une phase

Machines asynchrones Page 2  TS2 ET 2014­2015


2. Simplification du schéma
a. Position du problème
b. Conséquences

3. Schémas équivalents usuels

Req et Leq sont les impédances rotoriques ramenées au stator.

• Lorsque les pertes dans le fer sont négligeables, 

• Représentation de l'inductance de fuites au stator

4. Détermination des éléments du schéma équivalent
Le schéma équivalent étudié est représenté ci­contre :
Les   essais   à   faire   pour   déterminer   les   éléments   sont
identiques pour toutes les machines asynchrones.

Dans   ce   qui   suit,   des   valeurs   numériques   sont


proposées.   Les   tensions   statoriques   ont   une  fréquence
égale à 50 Hz.

a. Essai à vide avec le rotor en court­circuit.
La valeur efficace des tensions statoriques est nominale ainsi que leur fréquence.

Machines asynchrones Page 3  TS2 ET 2014­2015


Aucune charge mécanique n’est accouplée sur l’arbre. La vitesse de rotation est supposée égale à la vitesse de
synchronisme.
➢ On mesure  Vs,  Is0  et  Ps0  (wattmètre triphasé  ou méthode des  deux wattmètres ou Vs = 230 V
wattmètre monophasé correctement branché). Is0 = 2,8 A
• Représenter le schéma de câblage pour cet essai et indiquer le mode opératoire Ps0 = 200 W
Voir http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/essaiVide/machineAsynchrone
• Quelle est la valeur du glissement pour cet essai ? En déduire la valeur de Ist. Représenter le schéma équivalent
« utile » pour cet essai.
ns – n R
Comme  g=  et  n=ns  alors  g=0  donc  →∞
ns g
et  I st →∞ .
Le schéma équivalent utile est représenté ci­contre.
• Quel  élément   consomme  de la puissance active ?  Quel   élément
consomme de la puissance réactive ?
La   puissance   active   est   consommée   par   Rf   et   la   puissance
réactive est consommée par  Lm .

➢ Rappeler les relations entre :
• la puissance active pour l’essai à vide, l’un des éléments du schéma équivalent et la valeur efficace de la tension
ou de l’intensité.
V 2s
Puissance active Ps0=3
Rf
• la puissance réactive pour l’essai à vide, l’un des éléments du schéma équivalent et la valeur efficace de la
tension ou de l’intensité.
V 2s
Puissance réactive :  Q s0=3
Lm ω
• En déduire les relations permettant le calcul de Lm et Rf à partir des grandeurs mesurées dans cet essai.
V 2s V2 V 2s V 2s
La relation  Ps0=3  donne  Rf =3 s  et la relation  Q s0=3  donne  Lm =3 .
Rf P s0 Lm ω Qs0 ω
Application numérique :
Vs
2
2302 V 2s 2302
Rf =3 =3 =793 Ω  et  Lm =3 =3 =0,26 H
P s0 200 Qs0 ω √(3×230×2,8)2−200 2×2 π×50
Remarque : calcul de la puissance réactive
Q s0 =√ S 2s0 −Ps0 ² √(3×230×2,8)2−2002
Remarques :
• Pour atteindre la vitesse de synchronisme, un moteur auxiliaire peut être accouplé avec la machine asynchrone, il
fournit alors les pertes mécaniques.
• Si aucune machine auxiliaire n’est utilisable, il est possible de séparer les pertes fer des pertes mécaniques en
relevant l’évolution des pertes à vide en fonction du carré de la valeur efficace de la tension d’alimentation. La
prolongation de cette courbe (théoriquement une droite) vers l’axe des ordonnées donne les pertes mécaniques.
En effet si la valeur efficace des tensions est nulle alors les pertes dans le fer sont nulles et il ne reste que les
pertes mécaniques.
• Si la résistance statorique n’est pas négligeable (cas des machines de faible puissance), il est possible de la
mesurer lors d’un essai en continu. Lors de l’essai à vide, les pertes par effet Joule au stator devront être prises
en compte.

Machines asynchrones Page 4  TS2 ET 2014­2015


b. Essai avec le rotor en court­circuit, bloqué et sous tension réduite.
L’arbre est bloqué par un frein à poudre ou un sabot. Le moteur est à l’arrêt. La valeur efficace des tensions
statoriques est réglée pour que l’intensité efficace des courants statoriques soit nominale.
➢ On mesure Vscc, Iscc et Pscc (wattmètre triphasé ou méthode des deux wattmètres ou wattmètre Vscc = 40 V
monophasé correctement branché). Iscc = 4,8 A
• Représenter le schéma de câblage pour cet essai et indiquer le mode opératoire Pscc = 230 W
Voir http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/essaiCC/machineAsynchrone
• Quelle est la valeur de g lors de cet essai ? Représenter le schéma équivalent utile pour cet essai.
ns – n
Comme   g=   et   n=0   alors   g=1
ns
R
donc  =R .
g
Le schéma équivalent utile est représenté ci­contre.
• Quels   éléments   consomment   de   la   puissance
active ?   Quels   éléments   consomment   de   la
puissance réactive ?
La   puissance   active   est   consommée   par   Rf   et
R   et   la   puissance   réactive   est   consommée   par
Lm  et  L .
• Exprimer   la   puissance  Pfcc  consommée   par  Rf  lors   de   cet   essai.   En   déduire   l’expression   de   la   puissance
consommée par la résistance R en fonction de Vscc, Pscc et Rf.
V 2scc
La résistance  Rf  a été déterminée précédemment (essai à vide) donc  Pfcc=3 .
Rf
La puissance consommée par la résistance   R   est égale à la puissance statorique diminuée de la puissance
2
V scc
consommée par  Rf  (théorème de Boucherot) soit  PR =Pscc – P fcc=Pscc – 3
Rf
• Calculer les pertes par effet Joule au rotor.
V 2scc 40 2
On utilise la relation  PR =Pscc – 3  qui donne  PR =230 – 3 ≈224 W
Rf 793
• Calculer jscc (le calcul de son cosinus permet de le déterminer), l’intensité est en retard sur la tension.
Pscc 230
Puissance apparente  S scc =3 V scc I scc  et  cos ϕscc = = =0,399  soit  ϕscc ≈66 °
S scc 3×40×4,8
• Représenter Iscc, Is0cc et Istcc sur un diagramme de Fresnel (Vscc est placé verticalement et orienté vers le haut). Lire
Istcc sur le diagramme de Fresnel (il est aussi possible de déterminer Istcc en utilisant les nombres complexes).
Voir http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/essaiCC/machineAsynchrone
On obtient  I stcc =4,3 A
• Exprimer les pertes par effet Joule au rotor en fonction de R et de Istcc. En déduire R.
PR 224
Puisque  PR =3 R I 2stcc  alors  R= 2
= ≈4 Ω
3I stcc 3×4,32
➢ En appliquant la même démarche avec la puissance réactive, déterminer L.
V 2s 402
La puissance réactive pour l'inductance  Lm  s'écrit  Q mcc =3 =3 =59 var
Lm ω 0,26×2 π×50

La puissance réactive totale s'écrit  Q scc = S 2scc −P2scc =√ (3×40×4,8)2−2302 =528 var
La puissance réactive pour l'inductance   L   est égale à la différence des puissances calculées précédemment
QL =Q scc−Qmcc=528−59=469 var  (théorème de Boucherot).

Machines asynchrones Page 5  TS2 ET 2014­2015


QL 469
Puisque  Q L =3 L ω I 2stcc  alors  L= 2
= =21,6 mH
3ωI stcc 3×2 π×50×4,82

Exercice 2
On considère une machine dont les caractéristiques sont les suivantes :
• 220 V – 380 V           4 pôles, le stator est couplé en étoile
• Rotor bobiné couplé en étoile, en court circuit
• Alimentation : 380 V – 50 Hz
Un essai à vide, sous tension nominale, a permis de mesurer l’intensité du courant en ligné :  I0  = 10,5 A, et la
puissance absorbée : P0 = 1,16 kW.
Un   essai   en   charge   nominale,   sous   tension   nominale,   a   permis   de   mesurer   l’intensité   du   courant   en   ligne :
 Inom = 23 A, la puissance absorbée : Panom = 12,6 kW et le glissement gnom = 0,038.

On néglige dans ce qui suit les résistances et inductances de fuites
statoriques ainsi que les pertes mécaniques. On donne ci­contre, le
schéma équivalent simplifié d’une phase de la machine.

1. Exploitation de l’essai à vide :
Calculer le facteur de puissance de la machine à vide ; calculer les
valeurs de R0 et X0.

P0
Facteur de puissance à vide :  cos  0=  et  S 0=3 V n I 0=3×220×10,5=6930 VA  ce qui donne
S0
1160
cos  0= =0,167  (le facteur de puissance d'une machine asynchrone à vide est médiocre).
6930
3 V 2n 3 V 2n 3×220 2
La puissance active P0 est « consommée » par R0 :  P 0=  soit  R0= = =125 Ω
R0 P0 1160
2
3V n

La puissance réactive  Q 0 = S 20−P 20 = 69302−1160 2=6832 var  est « consommée » par X0 :  Q 0 =
X0
 

3 V 2n 3×2202
soit  X 0 = = =21,2 Ω
Q0 6832
Remarque :  X 0  est la réactance qui correspond à l'inductance  Lm  du cours, on a  X 0 =Lm ω
2. Exploitation de l’essai nominal :
a. En raisonnant sur une phase, calculer les puissances active P2, réactive Q2 et apparents S2 consommées par le
dipôle (D).
La puissance active totale pour une phase est notée  Pt, elle est égale à au tiers de la puissance absorbée lors de
R2
l'essai nominal et à la somme des puissances pour  R0  et   (notée P2 dans l'énoncé).
g
La puissance pour  R0  est la même que pour l'essai à vide car dans les deux cas la tension est nominale, d'où la
P 0 P anom − P0 12600−1160
relation  P 2=P t− = = =3813 W
3 3 3
Q0
Le   raisonnement   est   le   même   pour   les   puissances   réactives   ce   qui   donne   Q 2 =Q t − .   La   valeur   de   la
3
 
puissance réactive pour une phase est obtenue par  Q t= S 2t −P 2t = V n I nom 2−P 2t


2 Q0 6832
On obtient Q t = (220×23)2−( 12600 ) =2820 var soit  Q 2 =Q t − =2820− =543 var
3 3 3
La puissance apparente S2 est reliée aux puissance active P2 et réactive Q2 par  S 2=  P 22Q 22 ; en utilisant les
valeurs précédentes :  S 2=  381325432 =3850 VA

Machines asynchrones Page 6  TS2 ET 2014­2015


b. Calculer les valeurs de R2 et X2.
R2 R
La résistance   « consomme » la puissance active P2 telle que  P 2= 2 I 22
g g
L'inductance X2 « consomme » la puissance réactive X2 telle que  Q2 = X 2 I 22
Pour déterminer R2 et X2, il faut connaître I2, cela est possible à partir de la puissance apparente S2 :
S 2 3850
S 2=V 2 . I 2  donc  I 2= = =17,5 A
V 2 220
R2 2 P2 3813
La relation  P 2= I  donne  R2 =g . 2 =0,038 . 2
=0,473 
g 2 I2 17,5
Q 2 543
La relation  Q2 = X 2 I 22 donne  R2 = 2 = 2
=1,77 
I 2 17,5
Exercice 3 (Une seule réponse possible)
On   étudie   une   machine   dont   le   schéma   équivalent   pour   une   phase   est
représenté ci­contre.
Indications relevées sur la plaque signalétique :
400 V ; 45 A ; 24 kW ; 1450 tr/min
Un   essai   à   vide   à   la   vitesse   de   synchronisme   a   permis   de   mesurer   la
puissance  P  =   1300   W,   la   valeur   efficace   des   tensions   composées
U = 400 V et l’intensité efficace des courants en ligne I = 15 A.
Un essai en court circuit rotor bloqué a permis de mesurer la puissance P = 1450 W, la valeur efficace des tensions 
composées U = 63 V et l’intensité efficace des courants en ligne I = 45 A.
1. Lors d’un essai à vide à la vitesse de synchronisme (rotor court­circuité), le schéma équivalent devient :

  

2. Lors   de   l’essai   à   vide,   la   puissance   apparente   est 3. Lors de l’essai à vide, la puissance réactive est égale


égale à (en kVA) : à (en kvar) :
  31,2    10,4   18,0   54,0   31,1    10,3   17,9   54,0

4. La résistance équivalente Rf a pour valeur : 5. L’inductance   magnétisante  Lm  a   pour   valeur   (en


mH) :
  110 W   40,7 W   123 W
  16,3    49,4   28,4   9,4

6. Lors   de   l’essai   en   court   circuit   rotor   bloqué,   la 7. Lors   de   l’essai   en   court   circuit   rotor   bloqué,   la
puissance réactive est égale à (en kvar) : puissance pour l'ensemble des résistances est égale à :
  4,69   8,38   759   36 W    97,5 W    32,3 W 

8. Lors   de   l’essai   en   court   circuit   rotor   bloqué   , 9. La résistance équivalente R a pour valeur :


l’intensité dans la résistance R est égale à :
  38,0 A   45,0 A   42,6 A   0,781 W   0,260 W   0,233 W

Machines asynchrones Page 7  TS2 ET 2014­2015


10. Lors   de   l’essai   en   court   circuit   rotor   bloqué,   la 11. L’inductance équivalente L a pour valeur :
puissance réactive pour l’inductance Lm est égale à :
 775 var  256 var  445 var  1344 var   2,32 mH   7,77 mH   2,59 mH

III. Bilan de puissance
1. Fonctionnement en moteur
La puissance absorbée est électrique, la puissance utile est mécanique
• Puissance absorbée :   Pa =3V s I s cos s   (il ne faut pas oublier de multiplier par trois car la machine est
triphasée).
• Pertes par effet Joule au stator :  P js=3 Rs I 2s  avec Rs la résistance d’un enroulement statorique. Ces pertes
sont négligées dans de nombreux problèmes. Dans ce cas, la résistance n’apparaît pas sur le schéma équivalent.
V2
• Pertes   dans   le  fer   au   stator :   Pfer =3 s   (Attention  au   trois !).   Ces   pertes   sont   négligées   dans   de   très
Rf
nombreux problèmes. Dans ce cas, la résistance n’apparaît pas sur le schéma équivalent.
• Puissance   transmise   au   rotor :   c’est   la   puissance   reçue   par   le   stator   diminuée   des   pertes   dans   le   fer
Ptr =P a−P fer  ou  Ptr =3 V s I st cosst  avec jst le déphasage entre Vs et Ist.
Remarque : si les pertes par effet Joule au stator ne sont pas négligeables alors  Ptr =P a−P js−P fer
R
Le seul élément du rotor équivalent qui consomme de la puissance active est  , la puissance transmise au rotor
g
R 2
peut aussi s’écrire  Ptr =3. I st  (il ne faut pas oublier de multiplier par trois car la machine est triphasée).
g
Cette puissance est aussi appelée puissance électromagnétique.
• Pertes par effet Joule au rotor  P jr =3. R I 2st  (il ne faut pas oublier de multiplier par trois car la machine est
triphasée). La résistance R représente la résistance d’une phase du rotor ramenée au stator. Les pertes par effet
Joule au rotor sont reliées à la puissance transmise au rotor par  P jr =g P tr .
• Pertes dans le fer au rotor : elles sont négligeables car les courants rotoriques ont une fréquence faible.
• Puissance   mécanique :   c’est   la   part   de   puissance   transmise   au   rotor   qui   est   effectivement   transformée   en
puissance mécanique. Elle est égale à la puissance transmise au rotor diminuée des pertes par effet Joule au
rotor :  Pm =P tr −P jr
D’après ce qui précède  Pm =P tr −g P tr =1−g P tr
R R 1−g 2
Pm =3. I 2st−3. R I st2 =3 −RI 2st=3 R I st
g g g
Tout   se   passe   comme   si   la   puissance   mécanique   était
1−g
consommée  par  la  résistance fictive   R    parfois
g
appelée résistance « motionnelle ».
Cette résistance apparaît sur le schéma équivalent ci­dessus.
• Puissance utile : elle est égale à la puissance mécanique diminuée des pertes mécaniques Ppertesméca.
Ppertesméca correspond aux frottements sur les paliers, à la ventilation, …
Pu =P m−Ppertesméca Ces pertes n’apparaissent pas sur le schéma équivalent (elles sont parfois intégrées à la
résistance Rf). Elles sont négligées dans de très nombreux problèmes.
• Rendement
C’est   le   rapport   de   la   puissance   utile   sur   la
Pu
puissance active  = .
Pa

Machines asynchrones Page 8  TS2 ET 2014­2015


Si les pertes mécaniques, dans le fer et par effet Joule au stator sont négligeables, le rendement s’écrit :
P m 1−gP tr
= = =1−g
Pa Ptr
Si le glissement est élevé, le rendement d’un moteur asynchrone est faible car les pertes par effet Joule au rotor
augmentent avec le glissement.
Le rendement peut être déterminé à partir d’essais directs, de la méthode des pertes séparées ou de méthodes
d’opposition.
2. Fonctionnement en génératrice
La   puissance   absorbée   est   mécanique,   la
puissance utile est électrique.
Comme   pour   le   fonctionnement   moteur,   on
recense   les   pertes   dans   le  fer,   les   pertes   par
effet Joule au rotor et les pertes mécaniques.

Exercice 4
On considère le même moteur que celui de l'exercice 2.
• Quel est le couplage des enroulements statoriques ?
Il est indiqué « étoile » dans l'énoncé. On peut le justifier à partir des indications de la plaque (220 V – 380 V) et de
l'alimentation (380 V – 50 Hz).
• Pour la charge nominale, calculer les grandeurs suivantes : vitesse de rotation (en tr/min), facteur de puissance,
moment du couple utile, rendement.
ns – n
Le   glissement   est   donné   par   la   relation   g=   soit   g ns=n s – n   qui   donne   −g n s+ ns=n   soit
ns
finalement   n=(1−g) ns   (il faut savoir redémontrer cette relation mais il peut  être utile de la connaître par
cœur). Pour achever le calcul de la vitesse   n , il faut déterminer la vitesse de synchronisme   ns . Puisque
Ωs= ω  (p est le nombre de paires de pôles) et  Ω = 2 π ns  alors  ns= 60 f = 60×50 =1500 tr/min
p s
60 p 2
D'où la vitesse :  n=(1−g) ns=(1−0,038)×1500=1443 tr/min
P anom
Facteur de puissance : cos ϕ=  et  S nom =√ 3U I nom  donc
S nom
Panom 12600
cos ϕ= = =0,83
S nom= √3 U I nom √ 3×380×23
Calcul de la puissance utile  Pu  : toutes les pertes autres que dans le fer au stator ( P0 ) et par effet Joule au
rotor   ( P jr=3 R2 I 22 )   étant   négligées,   on   peut   écrire
2 2
Pu =Panom −P0−R2 I 2=12600−1160−0,473×17,5 =11000 kW
Le   couple   utile   C u   est   relié   à   la   puissance   utile   Pu   (qui   serait   indiquée   sur   la   plaque   car   point   de
P
fonctionnement  nominal)  et  à  la vitesse  de rotation  de  l'arbre   Ω   (en  rad/s)  par   C = u   ce  qui  donne
u Ω
Pu 11000
C u= Ω = =72,8 N.m
2 π×1443
60
Exercice 5
La plaque signalétique d’un moteur asynchrone donne les indications suivantes :
400 V ; 16,5 A ; cos j = 0,82 ; 8,5 kW ; 4 pôles ; 50 Hz ; 1420 tr/min

Machines asynchrones Page 9  TS2 ET 2014­2015


1. Calculer son rendement et les pertes totales.
La plaque indique la puissance utile, elle est ici mécanique car il s’agit d’un moteur. La puissance absorbée est
3×400
électrique (au stator) et se calcule par  Pa =3 V I cos ϕ= ×15×0,82=8522 W . Le rendement est égal
√3
Pu 8500
à  η = = = 99,7%  ce qui est excellent !!! (voire trop beau…). Les pertes totales sont égales à 22 W…
Pa 8522
2. Comparer le rendement calculé à la question précédente et sa valeur approchée si les pertes mécaniques et
statoriques (dans le fer et par effet Joule) sont négligeables.
D’après le cours, la valeur approchée du rendement dans les conditions décrites est donnée par la relation  η = 1 − g .
ns − n 1500 − 1420
Calcul du glissement  g = = = 5,33%  soit un rendement approché de 94,7%. Ceci confirme que
ns 1500
les indications de la plaque sont optimistes.

Exercice 6
La machine étudiée comporte quatre pôles et est alimentée sous une fréquence
de 50 Hz. À son point de fonctionnement nominal, l’intensité efficace est égale
à   40   A,  la   valeur   efficace   d’une   tension   simple   vaut   230   V,  le   facteur   de
puissance 0,87 et la vitesse de rotation 1350 tr/min. Le schéma équivalent pour
une phase est représenté ci­contre.
I. Bilan des pertes
1. Que valent les pertes par effet Joule au stator ?
Elles sont supposées nulles car aucune résistance statorique n’est représentée
sur le schéma.
2. Que valent les pertes dans le fer au stator ?
Elles sont nulles aussi car il n’y a pas de résistance en parallèle avec Lm.
3. Le schéma équivalent donne­t­il des indications sur les pertes mécaniques ? Non.
II. Bilan de puissance
1. Calculer la puissance absorbée.
2.  Pa =3 V I cos ϕ=3×230×40×0,87=24 kW
3. Calculer la puissance transmise au rotor.
Elle est égale à la puissance absorbée car il n’y a ni pertes par effet Joule ni pertes dans le fer.
4. Calculer les pertes par effet Joule au rotor.
ns − n 1500 − 1350
Elles sont données par la relation   Pjr = gPtr = gPa . Calcul du glissement   g = = = 10%   ce qui
ns 1500
donne Pjr = 2,4 kW.
5. Calculer le rendement si les pertes mécaniques sont négligeables.
D'après le cours  η = 1 − g  soit 90%.

Exercice 7
L’essai décrit à la page suivante a été réalisé sur un moteur,comportant deux paires de pôles, dont le stator est
couplé en étoile : l’ampèremètre indique 4 A et le voltmètre 24 V.
1. Calculer la résistance d’un enroulement statorique.
Lors de cet essai, la source continue alimente deux enroulements statoriques connectés en série (faire un schéma).
Uc 24
Si Rs est la résistance d’un enroulement du stator alors  U c =2 Rs . I c  soit  Rs= = =3 Ω  (Uc et Ic
2 . I c 2×4
sont la tension et l’intensité continue).
2. L’intensité efficace nominale est égale à 3,4 A. Calculer les pertes par effet Joule au stator.
2
P js=3×3,3×3,4 =104 W

Machines asynchrones Page 10  TS2 ET 2014­2015


En   fonctionnement   « normal »,   la   valeur   efficace   des   tensions
composées est égale à 400 V et leur fréquence 50 Hz. Dans ces
conditions, les pertes dans le fer sont égales à 120 W.
3. On étudie un point de fonctionnement caractérisé par un facteur
de puissance égal à 0,84, une vitesse de rotation de 1430 tr/min et
une intensité efficace de 3,0 A.
a. Calculer la puissance absorbée.
Pa =√ 3U I cos ϕ=3×400×3×0,84=1746 W
b. Calculer la puissance transmise au rotor.
Il faut soustraire les pertes par effet Joule au stator ainsi que les pertes dans le fer
Ptr =Pa −P js −Pfer=1746−104−120=1522 W
c. Calculer les pertes par effet Joule au rotor.
ns – n 1500 – 1430 4,67
P jr=g Ptr  et  g= = =4,67 %  donc  P jr= 1522=70 W
ns 1500 100
d. Calculer la puissance mécanique.
Elle   est   obtenue   en   enlevant   les   pertes   par   effet   Joule   à   la   puissance   transmise   au   rotor :
Pm =P tr−P jr =1522−70=1452 W .
e. Le rendement pour ce point de fonctionnement est égal à 79,5%. Évaluer les pertes mécaniques.
La   puissance   utile   est   déterminée   à   partir   de   la   puissance   absorbée   et   du   rendement
Pu =η Pa =0,795×1746=1388 W . Les pertes mécaniques Pméca sont égales à la différence entre la puissance
mécanique et la puissance utile :  Pméca =Pm −P u=1485−1388=64 W

IV. Couple électromagnétique
1. Introduction
La   puissance   transmise   au   rotor   l’est   à   un   champ La   puissance   mécanique   est   transmise   à   un   arbre
tournant à la vitesse de synchronisme Ws (en rad/s). tournant à la vitesse W (en rad/s).
Le couple électromagnétique peut donc être calculé à partir des deux relations suivantes :
P tr Pm
C em= ou C em=
s 
Ces deux relations sont équivalentes.
P tr  1− g
 C em= =P tr P
En effet   S=  donc     et comme  Ptr 1− g=P m  alors  C em= m
1− g 
1−g
2. Expression du couple électromagnétique en fonction des éléments du schéma équivalent.
3. Courbe représentative de l'évolution du couple en fonction du glissement  Cem =f (g)
a. Asymptotes et points particuliers
b. Courbe représentative
c. Évolution du couple électromagnétique en fonction de la vitesse (en tr/min).
La courbe ci­dessous représente l’évolution du couple électromagnétique en fonction de la vitesse de rotation de
l’arbre.

Machines asynchrones Page 11  TS2 ET 2014­2015


• Placer les vitesses ns (synchronisme), 2ns et
­ ns.
• Repérer   les   vitesses   correspondant   aux
couples minimal et maximal et indiquer la
zone   de   fonctionnement   pour   les
glissements faibles.
• Repérer le couple de démarrage.
Voir
http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/Cou
rbeCemN/machineAsynchrone

d. Fonctionnements moteur et génératrice
Si le  produit  Cem.W  est positif alors la machine fonctionne en moteur. Dans le cas contraire elle fonctionne en
génératrice.
Indiquer sur le graphe Cem = f(n) ci­dessus les zones de fonctionnement en moteur et en génératrice.
Pour le fonctionnement en génératrice : si la vitesse est négative, on parle de génératrice frein. Si la vitesse est
positive   et   supérieure   à   la   vitesse   de   synchronisme,   on   parle   de   génératrice   hypersynchrone.   Placer   ces
fonctionnements sur le graphe.
Voir http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/CourbeCemNFctMoteurGene/machineAsynchrone
4. Stabilité du fonctionnement
a. Point de fonctionnement
Le   couple   résistant   de   la   charge
mécanique   est   noté  Cr.   Le   point   de
fonctionnement   mécanique   se   situe   à
l’intersection   des   caractéristiques   des
couples électromagnétique et résistant.
b. Condition de stabilité
Le point de fonctionnement est stable
si :
d C r d C em

d d

Cette équation signifie que la pente de la courbe représentative du couple résistant doit être supérieure à la pente de
la courbe représentative du couple électromagnétique.
d Cr d Cem
• Dans l’exemple ci­dessus :  0  et   0  si le point de fonctionnement est en P 1, l’inégalité est
d d
vérifiée, le point de fonctionnement est stable.
d
• Dans l’exemple ci­dessus : si le couple résistant augmente de ∆Cr (il passe de Cr à Cr + ∆Cr) alors  0 ,
dt
d
d’après la loi de la dynamique pour les systèmes en rotation :  C em−C r  C r =J . Le moteur ralentit et
dt
le point de fonctionnement passe de P1 à P2.
c. Exemples
• Moteur entraînant une charge imposant un couple résistant constant (cas du levage)

Machines asynchrones Page 12  TS2 ET 2014­2015


Le point de fonctionnement initial se
situe en P1.
L’alimentation   statorique   étant
supprimée, la machine ralentit.
Si   l’alimentation   est   rétablie   avant
l’arrêt total du groupe alors le point de
fonctionnement peut se situer en P2 ou
P3.

d Cr d C em
Dans les deux cas  =0  et >0  : les points P2 et P3 correspondent à des fonctionnements instables,
dΩ dΩ
la vitesse et le couple vont évoluer.
d
­ Au point P2  0  : la vitesse augmente et le point de fonctionnement se « dirige » vers P1.
dt
d
­ Au point P3  0  : la vitesse diminue et le groupe décroche (la vitesse s’annule).
dt
Pour   ce   type   de   charge   mécanique,   les
points de fonctionnements situés en dehors
de l’intervalle [­gmax, gmax] sont instables.

Indiquer sur le graphe Cem = f(n) ci contre,
les   zones   de   fonctionnements   stables   et
instables   pour   une   charge   mécanique
imposant un couple résistant constant.

Voir
http://www.etasc.fr/index.php/page/cours/p
ointFnctCrCst/machineAsynchrone

• Moteur   entraînant   une   charge   imposant   un   couple   résistant   quadratique   (dépendant   du   carré   de   la
vitesse, cas des ventilateurs).
Le   graphe   ci   contre   représente   le   couple
électromagnétique   d’un   moteur   ainsi   que
les   couples   résistants   de   deux   charges
quadratiques.
­ Indiquer le point de fonctionnement pour
la charge « Cr2 ». Est­il stable ?
­ Indiquer le point de fonctionnement pour
la charge « Cr1 ». Est­il stable ?
Pourquoi   est­il   souhaitable   d'éviter   un
fonctionnement   de   longue   durée   avec   la
charge « Cr1 » ?

Les deux points de fonctionnement sont stables car la pente de la caractéristique  Cem =f (n)  est dans les deux


cas plus faible que la pente des courbes  C rx=f (n) .
Le point de fonctionnement à vitesse « faible » doit être évité car le rendement de la machine est alors faible (le
glissement étant proche de 0,5, le rendement est de l'ordre de 50 %).

Machines asynchrones Page 13  TS2 ET 2014­2015


Exercice 8
Un moteur asynchrone présente la caractéristique mécanique
ci­contre :
1. Donner le moment du couple au démarrage, le moment
du couple maximum.
Au   démarrage,   le   couple   est   égal   à   12,6   N.m.   Le   couple
maximal est égal à 16,4 N.m (lecture sur le graphique).
Le   moteur   est   accouplé   successivement   à   trois   charges
mécaniques dont le moment du couple résistant est constant :
Cr1 = 8 N.m, Cr2 = 14 N.m et Cr3 =10 N.m.
2. Le moteur peut­il démarrer dans chacun des cas ?
Pour Cr2, le couple à l’arrêt (au démarrage) est inférieur au 
couple résistant, le moteur ne peut pas démarrer. Le 
démarrage n’est possible que pour Cr1 et Cr3.
3. On   admet   que   le   moteur   entraîne   la   charge  Cr2  (le
démarrage s'est effectué à l'aide d'un dispositif extérieur).
a. Vérifier que l'on obtient deux points d'intersection sur la caractéristique mécanique :
• le point A avec n = 663 tr/min
• le point B avec n = 1 348 tr/min.
L’horizontale correspondant à 14 N.m est tracée sur la caractéristique   C u=f (n) , on retrouve bien les deux
points de fonctionnement correspondant aux vitesses annoncées.
b. Le point de fonctionnement du moteur se situe en B. On suppose que pour une raison extérieure (perturbation) la
vitesse  de l'ensemble « moteur  +  charge »  augmente  légèrement.  À l'aide  de  la  caractéristique,  montrer  que  le
moment du couple moteur diminue légèrement. Comment évolue alors la vitesse ?
dΩ
Si la vitesse augmente alors le couple utile diminue (voir courbe). Dans ce cas  Cu − Cr = J  est négatif car Cu < Cr.
dt
dΩ
< 0  donc la vitesse diminue et le point de fonctionnement « retourne » en B.
dt
c. Le point de fonctionnement du moteur se situe en A. On suppose que pour une raison extérieure (perturbation)
la vitesse de l'ensemble « moteur + charge » augmente légèrement. À l'aide de la caractéristique, montrer que le
moment du couple moteur augmente légèrement. Comment évolue alors la vitesse ? En déduire qu'il s'agit d'une
zone instable.
dΩ
Si la vitesse augmente alors le couple utile augmente (voir courbe). Dans ce cas   Cu − Cr = J   est positif car  
dt
dΩ
Cu > Cr. Le terme  > 0  donc la vitesse augmente et le point se déplace vers B. Pour ce type de charge, la zone de
dt
fonctionnement comprise entre la vitesse nulle et celle pour laquelle le couple est maximal est instable.

Machines asynchrones Page 14  TS2 ET 2014­2015


Exercice 9 (Extrait BTS 2010)
Cet exercice porte sur le dimensionnement d'un moteur asynchrone destiné à entraîner un ventilateur d'extraction
d'air dans une usine de fabrication de meubles.
On souhaite déterminer les conditions d'alimentation de la machine permettant d'obtenir la vitesse d'extraction à la
valeur souhaitée, v' = 23 m.s­1.
I. Modèle par phase de la machine asynchrone en régime permanent
Pour   obtenir   la   caractéristique   mécanique   de   la   machine
asynchrone,   on   utilise   le   modèle   équivalent   simplifié   d'une
phase du moteur représenté ci­contre.

On néglige les pertes mécaniques ainsi que les pertes par effet
Joule au stator :  pM ≈0  et  p js ≈0

Des essais ont été réalisés sur le moteur afin de calculer la valeur de chaque élément.
• Essai à vide sous tension nominale :  n0≈1500 tr.min−1  ;  P0=5,10 kW  et  I 0=86 A
• Essai en charge nominale : les valeurs sont celles de la plaque signalétique soient 110 kW ; 1484 tr.min­1 pour
f =50 Hz  ; 230 V / 400 V ; h = 0,946 ; cos j = 0,85 et il a été mesuré au stator : P = 116 kW et I = 198 A.
1. Quelles puissances modélisent les éléments  RF  et  R  du modèle équivalent ?
Pour  RF , il s'agit des pertes dans le fer et pour  R  les pertes par effet Joule au rotor.
2. Les valeurs numériques obtenues sont  X M=2,69 Ω  ;  X =0,167 Ω  et  r=15 m Ω . Compléter ces
résultats en calculant la valeur numérique de  RF .
Les pertes dans le fer correspondent aux pertes à vide (les pertes par effet Joule au stator et les pertes mécaniques
V2 V2 230 2
étant négligées) et sont représentées par  RF  donc  P0=3  ce qui donne  RF =3 =3 =31,1Ω
RF P0 5100
On considérera ces quatre valeurs constantes pour la suite du problème.
II. Puissance transmise au rotor
r
1. Exprimer la puissance  Ptr  transmise au rotor en fonction de   et du courant  I ' .
g
r 2
On a  Ptr =3 I'
g
2. Montrer qu'avec les hypothèses envisagées, cette puissance transmise peut aussi s'écrire   Ptr =T u .ΩS  avec
T u  moment du couple utile du moteur.
Les pertes mécaniques étant négligées, les couples utile et électromagnétique sont égaux (pas de couple de pertes),
on peut donc écrire  Ptr =T u .ΩS .
3. En déduire l'expression de  T u  en fonction de  r ,  g ,  I '  et  ΩS
r 2 P r
D'après la question 1 :  Ptr =3 I '  et d'après la question 2 :  Ptr =T u .ΩS  donc  T u= tr =3 I '2
g ΩS g ΩS
III. Couple utile
Les conditions de fonctionnement du moteur dans cette application font que son glissement reste toujours inférieur
à 2 %.
r
1. Montrer qu'en première approximation  X ≪
g
r 15
D'après l'énoncé  r=15 m Ω  ce qui donne  = =750 m Ω=0,75 Ω . Puisque  X =0,167 Ω  alors
g 0,02
0,167 r r r
X= =0,23 , on peut supposer  X ≪ .
0,75 g g g

Machines asynchrones Page 15  TS2 ET 2014­2015


2. En tenant compte de ce résultat, relier la valeur efficace I' du courant à la valeur efficace V de la tension v.
r gV
Avec le résultat précédent, on peut écrire :  V = I '  donc  I '=
g r
3. Le   moment   du   couple   utile   peut   alors   s'écrire   sous   la   forme   simple   T u= A (ΩS −Ω)   c'est   à   dire
T u=K (nS −n)
3V 2 2 π
Montrer que le coefficient  K  a pour expression   K= . , si les vitesses sont exprimées en tours par
r.Ω2S 60
minute.
2
r
Dans les question précédentes, on a établi  T u=3 I ' 2  et  I ' = g V  ce qui donne  T u=3 r ( g V )
g ΩS r g ΩS r
en remplaçant  I '  par son expression. En simplifiant par  g  et  r  :  T u=
3V2 g
ΩS r
nS – n 3 V 1 nS – n
2
En remplaçant le glissement par son expression :   g= , on obtient   T u= . Il suffit de
nS Ω S r nS
60Ω S
remplacer   nS   par   son   expression   en   fonction   de   ΩS ,   nS = ,   pour   obtenir

3V 1
2
2π 3V2 2 π 3V2 2 π
T u= Ω (n S – n)   soit   T u = ( nS – n) .   En   posant   K= ,   on   obtient
S r 60 ΩS r Ω2S 60 r Ω2S 60
T u=K ( nS −n)
4. En déduire la condition sur la tension V et la fréquence f que le variateur de vitesse doit assurer pour rendre ce
coefficient K constant.
3V2 2 π 2π f
Dans l'expression  K= 2 , la vitesse de synchronisme dépend de la fréquence :  ΩS =  avec  p
r ΩS 60 p
3 2π V2 V
le   nombre   de   paires   de   pôles.   Le   terme     étant   constant,   il   faut   que   2 ,   donc   Ω   le   soit.
r 60 ΩS S

V V pV
= = V
Finalement  Ω S 2 π f 2 π f  qui est constant si   est constant.
f
p
5. Calculer K à l'aide des valeurs nominales.
La vitesse de synchronisme est égale à 1500 tr/min (vitesse de l'essai à vide) ; la vitesse de rotation est égale à  
110.103
T u= =714 N.m
1484 tr/min et la puissance utile est égale à 110 kW ce qui donne un couple utile  2 π×1484 .
60
Tu 714
Finalement  K= = =44,6 SI
nS −n 1500−1484
3V2 2 π 2 π f 2 π×50
On   peut   aussi   utiliser   la   relation   K= 2   avec   ΩS = = =157 rad/s   ce   qui   donne
r ΩS 60 p p
3×230 2 2π
K= 2
=44,9 SI
15.10 ×157 60
−3

Les deux valeurs trouvées sont proches de celle proposée dans l'anoncé.
IV. Point de fonctionnement
La condition précédente étant remplie, la caractéristique mécanique  T u=f (n)  du moteur est, dans sa zone utile,
la droite d'expression  T u=44,9. (nS −n)  (attention : erreur dans l'énoncé)

Machines asynchrones Page 16  TS2 ET 2014­2015


1. Tracer cette droite pour la fréquence  f  = 50 Hz, dans le même repère que la caractéristique mécanique du
ventilateur   (document­réponse   ci­dessous).   On   placera   les   points   de   fonctionnement   correspondant   à
T u=0 N.m  et  T u=900 N.m .
Pour  T u=0 N.m , la vitesse est égale à la vitesse de synchronisme
−T u −900
Pour  T u=900 N.m  :  n= + nS= + 1500=1480 N.m
44,9 44,9

Décrire de quelle manière se déplace cette droite si le variateur réduit la fréquence des tensions.
Si la fréquence varie alors la vitesse de synchronisme varie mais K = 44,9 reste constante : on obtient une droite
parallèle à la précédente.
2. En déduire l'effet de la réduction de fréquence sur le débit d'air du ventilateur.
Si la fréquence diminue alors la vitesse de rotation diminue et il en est de même pour le débit d'air du ventilateur.
Le   moment   du   couple   correspondant   au   point   de   fonctionnement,   adopté   pour   diminuer   la   consommation
énergétique (vitesse d'extraction réglée à 23 m.s­1) vaut  T =510 N.m .
3. À l'aide du document réponse ci­dessus, déterminer la fréquence   f 1   de la fréquence que doit imposer le
variateur pour obtenir ce point de fonctionnement.
La droite parallèle à la caractéristique précédente est placée sur le graphe pour que le point de fonctionnement soit
égal à 510 N.m. On lit la vitesse de synchronisme  nS1  sur l'axe des abscisses, c'est à dire à peu près 1370 tr/min.
60 f 1 pn 2×1370
La  relation   nS1 =   donne   f 1 = S1 = =45,7 Hz   (la  vitesse  de   synchronisme  est   égale  à
p 60 60
1500 tr/min pour 50 Hz, la machine comporte donc 2 paires de pôles).

Exercice 10 (Extrait BTS 2010)
Cet exercice porte sur le dimensionnement de machines asynchrones entraînant des broches d'usinage.
I. Caractéristique mécanique de la machine asynchrone
Chaque machine asynchrone entraînant une broche possède
trois   paires   de   pôles.   On   rappelle,   ci­contre,   le   schéma
équivalent   d'une   phase   de   cette   machine   en   régime
permanent   sinusoïdal,   où   V   est   le   nombre   complexe
associé à la tension simple du réseau, R est la résistance d'un
enroulement rotorique ramenée au stator, elle vaut 0,54 W.

Machines asynchrones Page 17  TS2 ET 2014­2015


V
La machine asynchrone est pilotée par un variateur  à commande en   =4,6 V.Hz−1   constant, où  f  est la
f
fréquence des courants statoriques (de pulsation w) et V la valeur efficace de la tension simple du réseau.
Dans l'ensemble du problème, on néglige les pertes mécaniques de la machine.
R
1. Dans les conditions de fonctionnement de la machine, on considère que   L ω   est très inférieur à   .
g
Exprimer  I r  la valeur efficace du courant  I r  en fonction de V, R et du glissement g.
R
Pour   la   branche   représentant   le   rotor   ( L ω   en   série   avec  
),   la   loi   d'Ohm   permet   d'écrire
g
R R R R
V =( j L ω+ ) I r . Avec l'hypothèse  L ω≪ , on peut écrire  V = I r  ce qui donne  V = I r  donc
g g g g
gV
I r=  pour les valeurs efficaces.
R
2. En déduire l'expression de la puissance électromagnétique  Pem  de la machine en fonction de V, R et g.
La puissance électromagnétique est une autre appellation de la puissance transmise au rotor. Toute la puissance
R R 2 R 2 R
transmise au rotor étant « consommée » par , il est possible d'écrire  Pem=3 I r =3 V V =3 V
g g g g
3. Rappeler la définition du glissement  g  en fonction de la vitesse de synchronisme   N S   et de la vitesse de
rotation  N m  de la machine.
N S −N m
D'après le cours  g=
NS
4. Montrer que le moment du couple électromagnétique s'exprime :
3 . p2 V 2
Cem =K.(N S – N m )  avec  K= . ( )  où  N S  et  N m  sont exprimées en tr.min­1.
120 . π. R f
P 2π Ns 60 P em
D'après   le   cours   Cem = em   et   ΩS =   soit   Cem = .   En   remplaçant   Pem   par   son
ΩS 60 2 π NS
g
60×3 V 2
expression trouvée à la question 2, on obtient  R . En remplaçant  g  par son expression dans
Cem =
2 π NS
N −N m 1
60×3 V 2 S
la dernière équation :  N S R 60×3 V 2 (N S −N m ) . Il reste à remplacer  N s  par son
Cem = =
2 π NS R×2 π N 2S
60 f
expression en fonction de la fréquence et du nombre de paires de pôles soit  N s=  ce qui donne :
p
60×3 V 2 (N S −N m ) p2×3 V 2 ( N S−N m ) 3 p2 V 2
Cem = = = ( ) (N S−N m )
60 f 2 R×2 π 60 f 2 120 π R f .   On   retrouve   l'expression
R×2 π( )
p
2 2
donnée dans l'énoncé en posant  K=
3p V
( ) .
120 π R f
Remarque : il est possible d'utiliser cette relation par la suite même si elle n'a pas été démontrée.
5. Vérifier que K = 2,81 N.m .tr­1.min
2
V
D'après l'énoncé,  p=3  ;  =4,6  et  R=0,54 Ω  ce qui donne  K= 3×3 2
4,6 =2,8 SI
f 120 π×0,54
6. Calculer  N S  pour une fréquence des courants statoriques f = 46 Hz.
60 f 60×46
On utilise la relation  N s=  qui donne  N s= =920 tr/min
p 3
7. Pour f = 46 Hz, tracer  Cem  en fonction de  N m  sur le document réponse ci­dessous.

Machines asynchrones Page 18  TS2 ET 2014­2015


Cette courbe est une droite passant par le point [920 tr/min ; 0 N.m].
Il   faut   déterminer   un   deuxième   point,   par   exemple   pour N m=910 tr/min  :
Cem =2,8 .(910 – 900)=28 N.m
Voir le document réponse.

8. Sur ce même document réponse est fourni le tracé du moment du couple résistant   C r   appliqué au moteur
asynchrone pour une vitesse d'avance   V a =40 mm.min−1 . Déterminer les coordonnées   [C em0 ; N m0 ]   du
point de fonctionnement du système en l'état initial.
On lit sur la caractéristique  N m0 =906 tr/min et  N m0 =39 N.m
II. Mise en sécurité de la machine
Sur un cycle de fonctionnement, les broches atteignent la vitesse de rotation la plus  élevée lors de la phase de
finition. Ainsi, en cas d'arrêt d'urgence du système (suite par exemple à une intrusion dans la zone de sécurité), c'est
durant cette phase que les contraintes pour stopper les broches sont les plus importantes.
La machine asynchrone entraînant une broche exerce un
moment de couple utile  C u  sur l'arbre d'entrée (voir
la figure ci­contre). Les frottements secs exercent sur ce
même  arbre  un  moment   de  couple   C 0=0,5 N.m .
On note  J  le moment d'inertie du système ramené sur
l'arbre de la machine.
1. Appliquer le principe fondamental de la dynamique
sur l'arbre de la machine, on notera   Ωm   la vitesse
angulaire de rotation de la machine exprimée en rad.s­1.
d ΩM
C u – C 0=J
dt

Machines asynchrones Page 19  TS2 ET 2014­2015


2. Dans le fonctionnement initial, la machine s'arrêtait en roue
libre ( C u=0 N.m ). Le  profil  d'évolution de  la  vitesse  est
représente sur la figure ci­contre.
d Ωm
3. Calculer   la   quantité     lors   de   cette   phase   de
dt
décélération.
d Ωm
La   vitesse   est   décroissante,     sera   donc   négative.   La
dt
vitesse initiale de 906 tr/min doit être convertie en rad/s ce qui
2 π N m 2 π×906
donne  Ωm = = =94,9 rad/s  d'où :
60 60
d Ω m 0−94,9
= =−9,49 rad/s2
dt 10
4. En   déduire   que   la   valeur   du   moment   d'inertie   est
J =52,7 .10−3 kg.m 2 .
d ΩM d ΩM
On remplace  C u  par zéro dans l'équation  C u – C 0=J  ce qui donne  – C 0=J  et finalement
dt dt
1 1
J =−C 0 =−0,5 =52,7 .10−3 kg.m 2
d ΩM −9,49  comme indiqué dans l'énoncé.
dt
On désire maintenant obtenir le profil de vitesse proposé sur le document réponse ci­dessous à droite.
d Ωm
5. Calculer la quantité   lors de cette nouvelle phase de décélération.
dt
2 π N m 2 π×1560
On recalcule la vitesse initiale  Ωm = = =163,4 rad/s  puis
60 60
d Ω m 0−163,4 2
= ≈−545 rad/s
dt 0,3
6. Calculer le moment du couple utile  C u  correspondant à cette phase de décélération.
d ΩM
On cherche  C u  dans l'équation  C u – C 0=J  soit
dt
d ΩM −3
  C u=C 0 +J =0,5+52,7 .10 ×(−545)=−28,2 N.m
dt
7. Sur ce document réponse, tracer la courbe  C u  en fonction du temps.
Il est égal à ­28,2 N.m durant la phase de freinage.
8. Rappeler l'expression de la puissance utile  Pu  fournie par la machine asynchrone. En déduire le tracé de
Pu  en fonction du temps sur le document réponse.
Expression de la puissance utile Pu =C u Ω m . Comme la vitesse décroît linéairement, il en est de même pour la
puissance qui commence à  Pu =−28,2×163,4=−4610 W  et termine à 0 W.
9. Indiquer le mode de fonctionnement de la machine asynchrone lors de cette phase
La vitesse est positive et le couple négatif, la machine fonctionne en génératrice.
10. Calculer la puissance maximale  Pm  à dissiper (on négligera les pertes de la machine).
Elle égale à 4610 W d'après le calcul précédent.

Machines asynchrones Page 20  TS2 ET 2014­2015


Pour ce faire, on associe à chaque variateur de broche
une résistance de freinage R = 60 W (figure ci­contre).
En début de freinage, à la fermeture de l'interrupteur K,
la tension du bus continu vaut  ubus (t)=600 V
11. Calculer   la   puissance   PR   dissipée   dans   la
résistance R en début de freinage.
On utilise la relation
U 2busmax 600 2
PR = = =6000 W
R 60
12. Comparer  PR  et  Pm . La résistance de freinage est­elle correctement dimensionnée ?
La résistance est dimensionnée pour une puissance supérieure à celle à dissiper, c'est donc correct.

Machines asynchrones Page 21  TS2 ET 2014­2015

Vous aimerez peut-être aussi