Vous êtes sur la page 1sur 80

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

Mention: Génie Mécanique et Industriel


Parcours: Génie Industriel
« Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du grade Licence en Génie
Mécanique et Industriel »
Etude bibliographique d’un compresseur
pour le machine frigorifique
Présenté par : ANDRISOA Eddy Mariel
RAFANOMEZANTSOA Rodin
RAKOTONIAINA Avotra Nandrianina
Directeur du mémoire : Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré, Enseignant chercheur
à l’ESPA

Soutenu le : 7 Juillet 2016


UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

Mention: Génie Mécanique et Industriel


Parcours: Génie Industriel
« Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du grade Licence en Génie
Mécanique et Industriel »

Etude bibliographique d’un compresseur pour le mac

Présenté par : ANDRISOA Eddy Mariel


RAFANOMEZANTSOA Rodin
RAKOTONIAINA Avotra Nandrianina
Directeur du mémoire : Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré, Enseignant chercheur
à l’ESPA

Président du jury : Monsieur RAKOTOMANANA Charles Rodin, Chef de


département du Génie Mécanique et Industriel

Examiné par : Monsieur ANDRIAMANALINA William, Enseignant à l’ESPA


Monsieur RAVELOJAONA Johnson, Enseignant à l’ESPA
GMI

REMERCIEMENTS

Tout d’abord, nous aimerions remercier le Seigneur tout puissant de nous avoir donné la
force et le courage de mener à bien la réalisation de ce mémoire.
En témoignage de notre gratitude, nous adressons nos vifs remerciements à l’endroit de :
 Monsieur ANDRIANAHARISON Yvon, directeur de l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo ;
 Monsieur RAKOTOMANANA Charles Rodin, Chef de la mention Génie
Mécanique et Industriel, qui nous a accordé leur soutien malgré leurs nombreuses
obligations et d’avoir bien voulu présider les jury de ce mémoire.
 Jamais ce travail sera terminé sans les aides précieuses de Mr RANARIJAONA
Jean Désiré; enseignant chercheur à l’ESPA qui a encadré notre travail et m’ont fait
partager son savoir. Merci pour sa disponibilité, sa patience et ses conseils.
 A tous les membres des jury pour leurs disponibilités et humilités d’avoir
accepté de participer à cette soutenance, notamment :

Monsieur ANDRIAMANALINA William, Enseignant à


l’ESPA
Monsieur RAVELOJAONA Johnson, Enseignant à l’ESPA

 Tous les enseignants de l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui


nous ont formés durant notre formation.
 A notre famille pour leur soutien moral et financier tout au long de nos
formations.
Nous tenons de même à remercier toutes les personnes physiques ou morales, qui ont
contribué de loin ou de près à la rédaction de ce mémoire.

2014-2015 i
GMI

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS....................................................................................................................i
LISTE DES ABREVIATIONS..................................................................................................ii
LISTE DES FIGURES..............................................................................................................iii
LISTE DES TABLEAUX.........................................................................................................iv
INTRODUCTION......................................................................................................................1
Chapitre I : Notion du froid........................................................................................................2
I.1 : Enoncé des principes de la thermodynamique.................................................................2
I.1.1 : Premier principe de la thermodynamique.................................................................2
I.1.2 : Second principe de la thermodynamique..................................................................2
I.2 : Cycle frigorifique.............................................................................................................3
I.2.1 : Cycle frigorifique de base.........................................................................................3
I.2.2 : Cycle de Rankine......................................................................................................5
Chapitre II : Description d’une machine frigorifique.................................................................6
II.1 : Rôles des éléments constitutifs d’une machine frigorifique...........................................6
II.1.1 : Organes principaux..................................................................................................6
a) Compresseur.........................................................................................................6
b) Condenseur...........................................................................................................6
c) Détendeur..............................................................................................................7
d) Evaporateur...........................................................................................................8
II.1.2 Appareillages annexes................................................................................................8
a) Réservoir de liquide..............................................................................................8
b) Séparateur de liquide.............................................................................................9
c) Les ventilateurs.....................................................................................................9
d) Filtres..................................................................................................................10
e) Déshydrateur.......................................................................................................10
f) Voyants de liquide..............................................................................................11
g) Eliminateur de vibration.....................................................................................12
h) Silencieux de refoulement...................................................................................12
i) Tuyauterie...............................................................................................................13
j) Les thermostats.......................................................................................................13
II.2 : Position des éléments constitutifs d’une machine frigorifique.....................................14
Chapitre III : Fluides frigorigènes.............................................................................................16
GMI

III.1 : Les différents fluides frigorigènes..............................................................................16


a) Les hydrocarbures halogènes.....................................................................................16
b) Les fluides naturels.....................................................................................................16
Chapitre IV : MECANISME D’UN COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE...............................19
IV-1 : Définition....................................................................................................................19
IV-2 : Catégorie d’un compresseur.......................................................................................20
IV-2-1 : Le compresseur volumétrique ou alternatif à piston............................................20
a) Les compresseurs alternatifs (à piston ou à membrane)...................................20
b) Les compresseurs rotatifs....................................................................................21
c) Les compresseurs à vis........................................................................................21
IV-2-2 : Le compresseur centrifuge ou turbocompresseur................................................23
a) Les compresseurs hermétiques...........................................................................23
b) Les compresseurs semi-hermétiques...................................................................24
c) Les compresseurs ouverts...................................................................................25
IV-3 : Rôle du compresseur..................................................................................................25
IV-3-1 : Rôle du compresseur volumétrique.....................................................................26
IV-3-2 : Rôle du compresseur centrifuge ou turbocompresseur........................................26
IV-3-3 : Mode d’emploi d’un compresseur.......................................................................27
a) Le compresseur volumétrique.............................................................................27
b) Le compresseur centrifuge..................................................................................28
IV-4 : Recommandation pour les compresseurs...................................................................29
IV-5 : compresseur à piston à un étage.................................................................................30
IV-5-1 : Description...........................................................................................................30
IV-5-2........................................................................................................: Fonctionnement 31
IV-5-3 : Cycles de compression........................................................................................32
a) Le cycle théorique...............................................................................................32
b) Cycle idéal..........................................................................................................33
c) Le cycle réel........................................................................................................34
IV-7 : Entretien du compresseur frigorifique........................................................................34
Chapitre V : Le compresseur à air comprimé...........................................................................38
V-1 : Définition.....................................................................................................................38
V-2 : Comparaison................................................................................................................38
V-3 : Caractéristique.............................................................................................................38
GMI

V-4 : Fonctionnement de compresseur d’air comprimé........................................................39


V-5 : Accessoires..................................................................................................................41
V-5-1 : Réservoir...............................................................................................................41
V-5-2 : Filtration................................................................................................................41
V-5-3 : Soupape de sécurité...............................................................................................43
V-5-4 : Clapet anti-retour et le manomètre........................................................................44
V-5-5 : Moteur...................................................................................................................44
V-5-6 : Rampe de changement..........................................................................................45
V-6 : Caractéristiques............................................................................................................45
V-7: Critère de choix de compresseur d’air..........................................................................45
V-8 : Entretien du compresseur.............................................................................................46
V-9: Consignes de gonflage (à afficher près de la rampe)....................................................46
Chapitre VI : Réparation du compresseur.................................................................................47
Chapitre VII : Destruction de la couche d’ozone......................................................................52
Chapitre VIII : Réchauffement planétaire.................................................................................54
Chapitre IX : Caractéristiques des impacts environnementaux................................................55
IX-1 : PAES..........................................................................................................................55
IX-2 : Le PAO.......................................................................................................................55
IX-3 : Le PRG.......................................................................................................................56
IX-4 : L’IRTE........................................................................................................................56
ANNEXE 1..................................................................................................................................I
ANNEXE 2...............................................................................................................................II
ANNEXE 3...............................................................................................................................III
ANNEXES 4.............................................................................................................................IV
BIBLIOGRAPHIES...................................................................................................................V
WEBOGRAPHIES...................................................................................................................VI
GMI

LISTE DES ABREVIATIONS

BP Basse Pression

CCNUCC Convection Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques

CFC Chlorofluorocarbures

FF Fluides Frigorigènes

GES Gaz à Effet de Serre

GIEC Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat

HP Haute Pression

IRTE Impact de Réchauffement Totale Equivalent

IR Infrarouge

PAES Potentiel d’Action Global sur l’Effet de Serre

PAO Potentiel d’Action sur la couche d’Ozone

PRG Plan de Gestion de Réfrigérants ou en abrégé

PS Pression de Service

R Réfrigérant

SAO Substances Appauvrissant la couche d’Ozone

UV Ultra-violets

i
GMI

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Principe de fonctionnement des réfrigérateurs...........................................................3


Figure 2 : Simplifié du cycle frigorifique...................................................................................3
Figure 3 : Diagramme enthalpique du cycle frigorifique............................................................4
Figure 4 : Cycle de Rankine inversé...........................................................................................5
Figure 5 : Compresseur...............................................................................................................6
Figure 6 : Condenseur.................................................................................................................7
Figure 7 : Détendeur thermostatique...........................................................................................7
Figure 8 : Evaporateur................................................................................................................8
Figure 9 : Réservoir de liquide....................................................................................................8
Figure 10 : Séparateur d’huile.....................................................................................................9
Figure 11 : Ventilateur..............................................................................................................10
Figure 12 : Filtre.......................................................................................................................10
Figure 13 : Déshydrateur..........................................................................................................11
Figure 14 : Voyants de liquide..................................................................................................11
Figure 15 : Eliminateur de vibration.........................................................................................12
Figure 16 : Silencieux de refoulement......................................................................................12
Figure 17 : Tuyauterie...............................................................................................................13
Figure 18 : Le thermostat..........................................................................................................13
Figure 19 : Circuit frigorifique.................................................................................................14
Figure 20 : Schéma de fonctionnement du compresseur..........................................................19
Figure 21 : Principe de fonctionnement du compresseur..........................................................19
Figure 22 : Schéma du compresseur alternatif..........................................................................20
Figure 23 : Schéma du compresseur rotatif..............................................................................21
Figure 25 : Schéma du compresseur à vis.................................................................................22
Figure 26 : Compresseur hermétique........................................................................................24
Figure 27 : Compresseur semi hermétique...............................................................................24
Figure 28 : Compresseur ouvert................................................................................................25
Figure 29 : Compresseur volumétrique.....................................................................................26
Figure 30 : Compresseur volumétrique système à piston.........................................................26
Figure 31 : Compresseur centrifuge..........................................................................................27
Figure 32 : Fonctionnement du compresseur à piston à un étage.............................................31
Figure33 : Cycle de compression..............................................................................................33
Figure34 : Culasse ou boite à clapet.........................................................................................33
Figure 35 : Circuit d’un compresseur à air comprimé..............................................................39
Figure 36 : Fonctionnement d’air comprimé............................................................................40
Figure 37 : Montée en pression d’air comprimé.......................................................................40
Figure 38 : Pré-filtre d’aspiration.............................................................................................41
Figure 39 : Séparateur d’eau et d’huile.....................................................................................42
Figure 40: Cartouche filtrante...................................................................................................43
Figure 41 : Soupape de sécurité................................................................................................44

i
GMI

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Caractéristiques des compresseurs volumétriques.................................................23


Tableau 2 : Mode d’emploi d’un compresseur volumétrique...................................................28
Tableau 3 : Mode d’emploi d’un turbocompresseur.................................................................29
Tableau 4 : Caractéristiques d’un compresseur à air................................................................45
Tableau 5 : Différentes pannes d’un compresseur....................................................................51
Tableau 6 : Valeurs de PAES100 de quelques fluides frigorigènes...........................................55
Tableau 7 : Valeurs de PAO de quelques fluides frigorigènes.................................................56

i
GMI

INTRODUCTION

Le compresseur dans une installation frigorifique est l’organe le plus compliqué et le


plus délicat. Ses organes sont sans cesse en mouvement et ont pour rôle, d’augmenter la
pression et de faire circuler le fluide, dans une installation frigorifique.
L'air comprimé représente aujourd'hui 10% de l'énergie globale utilisée dans le monde
industriel. Les circuits d'air comprimé permettent d'alimenter des outils et des automatismes,
avec certains avantages : transport facile dans les conduites ; faible coût des composants ; pas
de pollution et plus sécurisant que l’emploi de l’électricité.

Cependant, le problème c’est que certains utilisateurs ne connait pas comment


fonctionne leur compresseur afin de détecter les pannes en cas de défaillance de la machine et
d’assurer leur maintenance. Ce qui nous conduit à l’étude du présent mémoire intitulé : «
étude bibliographique d’un compresseur »

Le but est de faire connaitre aux utilisateurs le fonctionnent du compresseur afin de


bien maitriser leur utilisations et d’assurer leur maintenance.

Ce travail comporte trois parties, pour cela nous allons voir en premier lieu la
généralité qui consiste sur la notion du froid, description d’une machine frigorifique et les
fluides frigorigènes. En second partie le fonctionnement d’un compresseur en incluant sur le
compresseur frigorifique et le compresseur à air comprimé. Finalement l’impact
environnemental, qui consacre à la destruction de la couche d’ozone, réchauffement planétaire
et les caractéristiques de l’impact environnementaux.

2014- 1
PARTIE I : GENERALITES
GENERALITE GMI

Chapitre I : Notion du froid

La notion du froid est basée sur l’étude thermodynamique.

I.1 : Enoncé des principes de la thermodynamique

I.1.1 : Premier principe de la thermodynamique

La première loi de la thermodynamique consiste à conserver l’énergie. Elle stipule qu’il y


a conservation d’énergie dans une transformation fermée, et ceci que la transformation soit
réversible ou non.

 Enoncé du premier principe

[1] Le premier principe postule que la variation de l’énergie interne du système


thermodynamique fermé entre deux états d’équilibre, l’état initial et l’état final, est égale à la
somme des travaux des forces extérieures appliquées et des quantités des chaleurs reçus du
milieu extérieur.

Elle s’écrit sous la forme suivante :

𝑼𝟐 − 𝑼𝟏 = 𝑾𝟏→𝟐 + 𝑸𝟏→𝟐

 Si W>0 et Q<0, c’est le milieu extérieur qui fournit le travail et qui reçoit la chaleur
 Si W<0 et Q>0, c’est le milieu extérieur qui reçoit du travail et qui fournit la

chaleur Le premier principe s’écrit : 𝐖 + 𝐐𝟏 + 𝐐𝟐 = 𝟎

I.1.2 : Second principe de la thermodynamique

Le second principe est un principe d’évolution. Elle complète le premier principe qui est
quantitatif tandis que le deuxième est qualitatif. Il existe une variable extensive d’un système
thermodynamique appelée entropie S. Elle dépend de l’état initial et de l’état final.

𝒅𝑸
𝒅𝑺 =
𝑻

 𝒅𝑾 = −𝑷𝒅𝑽
 𝒅𝑸 = 𝒏𝑪𝒗𝒅𝑻 + 𝒍𝒅𝑽
 𝒅𝑸 = 𝒏𝑪𝒑𝒅𝑻 + 𝒉𝒅𝑷

2014- 2
GENERALITE GMI

Figure 1 : Principe de fonctionnement des réfrigérateurs


I.2 : Cycle frigorifique :

I.2.1 : Cycle frigorifique de base :

Le cycle frigorifique d’une machine frigorifique est représenté dans le diagramme


thermodynamique dit « des frigoristes » appelé diagramme enthalpique.

Figure 2 : Simplifié du cycle frigorifique

2014- 3
GENERALITE GMI

Suivant le schéma de la machine frigorifique de la figure 1, le fluide frigorigène circulant dans


le circuit, suit les évolutions suivantes :

1→2: compression isentrope des vapeurs du FF qui passent d’un niveau de BP à un niveau de
HP

2→3: désurchauffe des vapeurs de la FF HP

3→4: condensation isobare des vapeurs de FF HP qui devient du FF liquide HP

4→5: sous refroidissement de la FF liquide HP

5→6: détente isenthalpe de la FF liquide HP qui devient un mélange de liquide BP et d’une


faible quantité de vapeurs BP

6→7: évaporation isobare de la FF liquide BP qui devient des vapeurs de FF BP

7→1: surchauffe des vapeurs de FF BP

Les différentes évolutions du FF de la machine frigorifique sont représentées sur le


diagramme de Mollier :

Figure 3 : Diagramme enthalpique du cycle frigorifique

2014- 4
GENERALITE GMI

I.2.2 : Cycle de Rankine

[2] Le cycle de Rankine inverse ou cycle de Perkins-Evans est un cycle thermodynamique


utilisant de la vapeur d’eau comme fluide thermodynamique. Nous avons alors un cycle à
compression de vapeur.

Les différentes transformations du fluide sont les suivantes :

1→2 : compression du fluide

2→3 : refroidissement du fluide

3→4 : condensation du fluide

4→ 5 : détente du fluide

5→1 : évaporation du fluide

Les différents processus d’évolution du fluide sont représentés dans le diagramme entropique
suivant :

Figure 4 : Cycle de Rankine inversé

2014- 5
GENERALITE GMI

Chapitre II : Description d’une machine frigorifique

Une machine frigorifique est composée généralement de quatre éléments principaux : le


compresseur, le condenseur, le détendeur et enfin l’évaporateur.

II.1 : Rôles des éléments constitutifs d’une machine frigorifique

Une machine frigorifique est constituée des organes principaux et des appareillages

annexes. II.1.1 : Organes principaux

a) Compresseur

Le compresseur est une pièce principale d’une machine frigorifique. Il aspire le


fluide frigorigène gazeux à basse pression, le comprime à un niveau plus haut de pression.
Le moteur électrique tourne à une vitesse élevée alors il est nécessaire de lubrifier les parties
mécaniques, en mouvement, avec l’huile stocké dans le carter.

Figure 5 : Compresseur
b) Condenseur

Le condenseur est un échangeur de chaleur qui va permettre l’évacuation de la


chaleur contenue dans le fluide frigorigène gazeux en le liquéfiant à la sortie. Le liquide est
refroidit par l’eau ou par l’air, selon le type du condenseur.

2014- 6
GENERALITE GMI

Figure 6 : Condenseur
c) Détendeur

Dans l'ensemble du fonctionnement d'une machine frigorifique, le détendeur permet


de réduire la pression du fluide frigorigène liquide issu du condenseur avant son introduction
dans l’évaporateur dans le but de permettre sa vaporisation à basse température dans
l’évaporateur.

Figure 7 : Détendeur thermostatique

2014- 7
GENERALITE GMI

d) Evaporateur

L’évaporateur est un échangeur de chaleur dans lequel le fluide frigorigène


liquide à bas niveau de température et de pression, va absorber la chaleur du milieu à refroidir
à pression constante devenant ainsi gazeux.

Figure 8 : Evaporateur
II.1.2 Appareillages annexes

a) Réservoir de liquide

Le réservoir de liquide est placé à la sortie du condenseur et sert à stocker le fluide


frigorigène liquide à la mise en arrêt de l’appareil ou lors des opérations de maintenance. Il
permet d'alimenter le détendeur en liquide de façon permanente à l'aide de son tube plongeur
et assure la régulation du système frigorifique lorsque les variations de charges thermiques
sont importantes.

Figure 9 : Réservoir de liquide

2014- 8
GENERALITE GMI

b) Séparateur de liquide

L’huile, entraînée par le compresseur vers les autres organes de l’installation,


est non miscible avec le fluide frigorigène comme l’ammoniac R717. Le séparateur d’huile est
raccordé par une conduite d'entrée de fluide frigorigène qui est reliée au refoulement du
compresseur, par une sortie fluide frigorigène qui est reliée au condenseur et par une conduite
de retour d'huile qui regagne le carter du compresseur. Le séparateur permet d’empêcher la
circulation de l’huile dans le circuit frigorifique. Il piège l’huile et la renvoie au carter du
compresseur.

Figure 10 : Séparateur d’huile


c) Les ventilateurs

Dans les installations frigorifiques, les ventilateurs ont pour rôle d'assurer la
circulation d'air dans l'appareil. Elles aident l'air, au moyen du condensateur, à réguler la
température, améliorant ainsi la performance de refroidissement dans le frigo.

2014- 9
GENERALITE GMI

Figure 11 : Ventilateur
d) Filtres

Les filtres servent à harponner les impuretés contenues dans le circuit frigorifique.
On distingue trois types de filtres : filtres à impuretés, filtre d’aspiration, filtre à huile.

Figure 12 : Filtre
e) Déshydrateur

Le déshydrateur, situé entre le réservoir de liquide et le voyant de liquide combiné


avec le filtre, est composé d'un mélange optimal de gel de silice, d'un tamis moléculaire et
d'oxyde

2014- 1
GENERALITE GMI

d'aluminium activé. Il maintient la teneur en eau du fluide frigorigène à un niveau acceptable


dans le circuit frigorifique et élimine les acides nuisibles.

Figure 13 : Déshydrateur
f) Voyants de liquide

On distingue, parmi les voyants, deux types: les voyants simples et les voyants
indicateurs d’humidité.

Le voyant simple est un organe placé juste avant le détendeur et après le filtre
déshydrateur qui permet de contrôler la présence éventuelle de bulles.

Le voyant indicateur d’humidité un voyant simple avec une double fonction, celle
de l’indication de l’état de saturation du circuit frigorifique à l’aide d’une couronne indicatrice
qui change de couleur en fonction du teneur en eau.

Figure 14 : Voyants de liquide

2014- 1
GENERALITE GMI

g) Eliminateur de vibration

L’éliminateur de vibration se situe près de l’organe qui produit ces vibrations


autrement dit il est situé près du compresseur. Il permet de réduire les vibrations transmises au
circuit frigorifique par une machine en mouvement et d’absorber les tensions dues aux
dilatations et aux contractions des conduits.

Figure 15 : Eliminateur de vibration


h) Silencieux de refoulement

Le silencieux de refoulement est monté entre le compresseur et le condenseur juste


après l’éliminateur de vibrations s’il existe, qui a pour tâche de réduire les bruits causés par
les vibrations et la pulsation des vapeurs de fluide frigorigène dans la conduite de
refoulement.

2014- 1
GENERALITE GMI

Figure 16 : Silencieux de refoulement

2014- 1
GENERALITE GMI

i) Tuyauterie

La tuyauterie est un élément important d’installations frigorifiques. Une mauvaise


conception et une mauvaise exécution des conduites d’installations frigorifiques peuvent avoir
pour conséquence un fonctionnement défectueux, voire des endommagements au niveau de
l’installation frigorifique. Elle est actuellement réalisée en tube de cuivre, qui sert à
transporter l’huile dans les conduites d’agents réfrigérants.

Figure 17 : Tuyauterie
j) Les thermostats

Un thermostat est un organe de régulation de la température interne du réfrigérateur


capable de maintenir constante la température sous l’effet d’une détection de température.

Figure 18 : Le thermostat

2014- 1
GENERALITE GMI

II.2 : Position des éléments constitutifs d’une machine frigorifique

Les éléments constitutifs d’une machine frigorifique sont placés selon leurs rôles et
utilités dans l’installation frigorifique.

Figure 19 : Circuit frigorifique

2014- 1
GENERALITE GMI

: Zone à basse pression

: Zone à haute pression

1 :Compresseur

2 :Eliminateur de vibration

3 :Silencieux de refoulement

4 :Condenseur

5 :Réservoir de liquide

6 :Filtre déshydrateur

7 :Voyant de liquide

8 :Détendeur

9 :Evaporateur

10 :Thermostat
11 :Séparateur de liquide

2014- 1
GENERALITE GMI

Chapitre III : Fluides frigorigènes

III.1 : Les différents fluides frigorigènes

Les fluides frigorigènes sont des substances ou des mélanges de substances utilisés dans
les circuits de systèmes frigorifiques. Ils sont toujours précèdes du préfixe « R » qui signifie
réfrigérant suivi de leur chiffre d’identification. Les fluides frigorigènes assurent le transfert
de chaleur dans un circuit frigorifique. On peut classer les FF sous deux catégories : les
hydrocarbures halogènes, et les fluides naturels.

a) Les hydrocarbures halogènes

 Les CFC

Interdit dans l’installation nouvelle grâce à leurs nocivités à la couche d’ozone, les
installations existantes peuvent rester en service mais pas rechargées

Exemple de CFC : R11, R12, R13; R113, R114, R115.

 Les HCFC

Grâce à leur participation à l’effet de serre, les HCFC sont interdits dans tout appareil
neuf, et les installations existantes peuvent rester en service et être recharger avec les fluides
recyclés.

Exemple de HCFC : R123, R124, R141b, R142b, R22,

 Les HFC

Les HFC ne sont pas nocifs pour la couche d'ozone mais participent à l'effet de serre.
Donc seuls fluides autorisés à être utilisé dans les nouvelles installations

Exemple de HFC : R-134A, R-32, R-125, R-143A, R-404A, R-407C, R410A

b) Les fluides naturels

Les fluides naturels ont pour la plupart été remis en cause du fait de leur dangerosité :
toxicité ou inflammabilité. Ils ont peu ou pas d'impact sur l'effet de serre. Les fluides naturels
sont les suivants : le propane, l’ammoniac, le dioxyde de carbone.

 Le propane

2014- 1
GENERALITE GMI

Connu sous la désignation frigorifique R290, le propane est un très bon réfrigérant,
fait partie des gaz envisagés pour remplacer les HFC, mais à cause de son explosivité, il est
considéré comme dangereux.

 L’ammoniac

L’ammoniac est un produit naturel, connu sous la désignation frigorifique R717, très
répandu dans la nature, nécessaire à la vie et sans influence sur la couche d’ozone, ni sur
l’effet de serre mais sa toxicité élevée rend son utilisation dangereuse.

 Le dioxyde de carbone

Connu sous la désignation frigorifique R744, le 𝐶𝑂2 ne présente aucun potentiel


d'appauvrissement de la couche d'ozone et, s'il est mis en œuvre en tant que fluide frigorigène
dans des circuits fermés, son effet de serre direct est négligeable. Il est non inflammable,
chimiquement inactif et plus lourd que l'air avec une température critique relativement basse.

2014- 1
PARTIE II :
FONCTIONNEMENT D’UN
COMPRESSEUR
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Dans la vie quotidienne, on a plusieurs types de compresseur utilisé dans tous les
domaines de mécanique, thermique, électrique et automatisme mais ici, on consacre sur les
deux compresseurs qui sont : le compresseur pour l’appareil frigorifique et le compresseur à
air comprimé.

Chapitre IV : MECANISME D’UN COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE

IV-1 : Définition

[3] Le compresseur est dit « cœur » du circuit frigorifique ; il aspire le fluide frigorigène
gazeux (sous une très basse température et basse pression) provenant de l’évaporateur, le
comprime (à haute température et haute pression) et puis le refoule vers le condenseur.

Figure 20 : Schéma de fonctionnement du compresseur

Figure 21 : Principe de fonctionnement du compresseur

1
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

IV-2 : Catégorie d’un compresseur

Suivant la technologie mise en œuvre et les puissances, on trouve les types suivants:

IV-2-1: Le compresseur volumétrique ou alternatif à piston

[4] Le fluide est comprimé par variation de volume d’une capacité dans laquelle il a été
préalablement aspiré.
La compression peut être réalisée :
a) Les compresseurs alternatifs (à piston ou à membrane)

Le compresseur à piston est l'un des tout premiers modèles de compresseurs, mais il
reste le plus polyvalent et offre toujours un excellent rendement. Le compresseur à piston
pousse un piston dans un cylindre au moyen d'une bielle et d'un vilebrequin. Si un seul côté
du piston est utilisé pour la compression, le compresseur est appelé compresseur à simple
effet. Si les deux côtés du piston (supérieur et inférieur) sont utilisés, le compresseur est alors
un compresseur à double effet.

La gamme de compresseurs à piston fonctionne à une puissance comprise entre 0,75


kW et 420 kW (de 1 CV à 563 CV) et délivre une pression nominale de 1,5 à 414 bars.

Figure 22 : Schéma du compresseur alternatif

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

b) Les compresseurs rotatifs

Par déplacement, à l’intérieur d’un corps cylindrique creux (stator), d’une masse
excentrée (rotor), agissant sur une spirale fixe.
Il est composé d’un piston cylindrique tournant, décentré sur son axe qui crée la
compression du fluide frigorigène. La chambre d’aspiration et la chambre de compression
sont séparées par une palette étanche.

Figure 23 : Schéma du compresseur rotatif


c) Les compresseurs à vis

Comporte deux vis qui permettent de comprimer l'air. C'est le modèle de compresseur
le plus utilisé de nos jours. Comme pour le compresseur à piston, on joue ici sur une
diminution du volume pour augmenter la pression.

Pour débits faibles à élevés et pression moyenne (5 à 13 Bar) de puissances supérieures à


10 chevaux (7,5 kW)

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 25 : Schéma du compresseur à vis

 Caractéristiques des compresseurs volumétriques


Type de Conception et construction Conception et
machine construction

à simple ou Ouverts Verticaux Compression


double effet simple ou
étagée
Compresseurs
à simple effet Hermétiques Verticaux Compression
mécaniques
accessibles simple ou
alternatifs à
étagée
pistons
hermétiques Verticaux Compression
simple ou
étagée

Rotatifs à Ouverts Verticaux ou Compression


piston roulant horizontaux simple
Compresseurs
mécaniques Rotatifs à Hermétiques Verticaux ou Compression
rotatifs piston tournant accessibles horizontaux simple

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

hermétiques Verticaux ou Compression


horizontaux simple

Ouverts Verticaux ou Compression


horizontaux simple ou
étagée

Hermétiques Verticaux ou Compression


Compresseurs accessibles horizontaux simple ou
mécaniques à étagée
à vis
vis
hermétiques Verticaux ou Compression
horizontaux simple ou
étagée

Ouverts Verticaux ou Compression


horizontaux simple
Compresseurs
mécaniques à Hermétiques Verticaux ou Compression
à spirales
spirales accessibles horizontaux simple

Hermétiques Verticaux ou Compression


horizontaux simple

Tableau 1 : Caractéristiques des compresseurs volumétriques


IV-2-2 : Le compresseur centrifuge ou turbocompresseur

Les compresseurs centrifuges agissent principalement par accélération centrifuge d'un


flux de fluide, on les retrouve également dans les turbines à gaz, turboréacteurs,
turbocompresseurs.

a) Les compresseurs hermétiques

Le moteur électrique et le compresseur font partie de la même enveloppe. Il s’agit de


compresseurs de petite puissance déstinés aux applications domestiques ou commerciales
(vitrines de réfrigération,climatisseurs individuels,réfrigérateur ménager.)

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 26 : Compresseur hermétique


b) Les compresseurs semi-hermétiques

Les compresseurs semi-hermétiques ont l'ensemble moteur-compresseur accouplé


directement à l’intérieur d’un corps en fonte usiné. L’accès aux différents organes est
possible. C'est le vilebrequin ou un excentrique qui actionne par rotation un piston avec l'aide
d'un moteur électrique. La descente du piston crée une dépression qui force l'ouverture du
clapet d'aspiration. Le gaz, en provenance de l'évaporateur, entre dans le cylindre, puis il est
comprimé par la remontée du piston et est refoulé quand le piston est au point haut, ouvrant le
clapet de refoulement. Ce type de compresseur peut avoir plusieurs cylindres.

Figure 27 : Compresseur semi hermétique

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

c) Les compresseurs ouverts

Le moteur et le compresseur sont deux entités indépendantes reliées entre elles par un
arbre d'accouplement ou une courroie. Cela permet le raccordement à un moteur électrique,
diesel ou à gaz.
L'accès aux différents éléments du compresseur est possible. Ce type de compresseur
est utilisé dans les installations de puissance frigorifique importante.
Suivant la technologie de compression, on distingue dans cette catégorie les
compresseurs à piston, à vis et centrifuges.

Figure 28 : Compresseur ouvert


IV-3 : Rôle du compresseur

Le compresseur dans une installation frigorifique a pour rôle d’augmenter la pression


et de faire circuler le fluide, dans une installation frigorifique. C’est un organe le plus
compliqué et le plus délicat. Ses organes sont sans cesse en mouvement.

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

IV-3-1 : Rôle du compresseur volumétrique

Les compresseurs volumétriques produisent une augmentation de pression du gaz


aspiré par une diminution de volume, soit par un système à pistons alternatifs (compresseurs à
pistons) ou rotatifs (compresseurs rotatifs et à palettes), soit par un système de spirales (spiro
compresseurs ou scroll systèmes), soit par un système à vis (compresseurs à vis).

Figure 29 : Compresseur volumétrique

Figure 30 : Compresseur volumétrique système à piston


IV-3-2 : Rôle du compresseur centrifuge ou turbocompresseur

Le compresseur centrifuge ou turbocompresseurs joue un rôle dans lesquels la


compression résulte de la force centrifuge obtenue par entraînement dynamique au moyen
d’une roue à aubes. Il agit principalement par accélération d'un flux de fluide, il n'est

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

donc pas

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

particulièrement indiqué pour fournir une importante pression en sortie, sauf à multiplier les
étages de compression, comme dans les turbines à gaz et les turboréacteurs. Machine de très
forte puissance, et très fort débit, donc onéreuse.

Figure 31 : Compresseur centrifuge


IV-3-3 : Mode d’emploi d’un compresseur

a) Le compresseur volumétrique

Type Piston Rotatif Spirales Vis

Volume
balayée en
Jusqu’à 1500 De 350 à 5600 Faible de 10 à De 500 à 5000
[m3/h]
200

Vitesse de
rotation en
Jusqu’à 1800 Jusqu’à 4000 Jusqu’à 10000 Jusqu’à 3000
[Tr /min]

Taux de 2 à 10 5à6 Environ 5 20 à 30


compression

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Type Piston Rotatif Spirales Vis

Ménager Commercial Commercial Industriel

Applications Commercial Industriel

Industriel

Pression 1,5 à 414 bars < 2 bar 8 à 10 bars 5 à 13 bars

Avantages Peu de sonore ; Moteur accessible en cas de panne

Inconvénients Vibrations ; Problème d’encombrement

Tableau 2 : Mode d’emploi d’un compresseur volumétrique

b) Le compresseur centrifuge

Type Volume balayée en Vitesse de rotation en Application


[m3/h]
[Tr /min]

Froid ménager

Hermétique 0.6 à 95 3000 Froid commercial

Climatisation

Froid commercial

Semi-hermétique 3 à 1800 1500 Semi –industriel

Froid commercial

Ouvert 0.81 à 1700 500 à 1800 Semi – industriel

Froid industriel

2
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Avantages Il est peu encombrant ; Fiable ; Relativement accessible ; Peu


d’entretien

Limité en puissance ; Moteur inaccessible en cas de panne ; Moteur


imposé par le fabricant
Inconvénients

Tableau 3 : Mode d’emploi d’un turbocompresseur


IV-4 : Recommandation pour les compresseurs

Les recommandations pour les compresseurs sont basées sur les points suivants :

 Pression :

Il faut déterminer l'utilisation nécessitant la pression la plus élevée.

Ne pas oublier de réguler la pression en fonction de chaque outil pneumatique car une
pression excessive l'endommagera.

 Débit :

Déterminer le débit dont vous avez besoin n'est pas aisé. Il faut penser aujourd'hui
mais aussi prévoir l'avenir.

Le compresseur choisi doit avoir un débit réel au moins équivalent à votre


consommation maximale ou un débit réel égal à la consommation moyenne multipliée par 1,5.

 Réservoir :

Choisir un réservoir de 500 [𝑙] maxi pour un compresseur dont le débit réel est
inférieur ou égal à 50[𝑚3/ℎ]. Pour un débit réel supérieur à 50[𝑚3/ℎ], on peut choisir un
réservoir de 900 ou 1.000[𝑙].

Notons que : le réservoir ne génère pas d'air comprimé et n'augmente pas le débit du
compresseur !

 Niveau sonore.

Un compresseur d'air est susceptible de travailler pendant de nombreuses heures à


proximité des différents postes de travail. La limite sonore réglementaire pour cet équipement
est officiellement fixée à 76 dB (A). Vous pouvez placer votre compresseur dans un local

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

isolé.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

 Moteur électrique

Il existe des moteurs à démarrage direct ou à démarrage étoile-triangle.

- Le démarrage direct demande, durant quelques secondes, 6 fois l'intensité nominale du


moteur.

- Le démarrage étoile-triangle est progressif. Il demande, durant quelques secondes, 3 fois


l'intensité nominale du moteur au démarrage.

Compte tenu que 1 kW (moteur 400 V Tri), un moteur de 4 kW demandera au


démarrage :

- 22,8 A en étoile-triangle (1,9 A x 4 kW x 3)

- 45,6 A en direct (1,9 A x 4 kW x 6)

IV-5 : compresseur à piston à un étage

IV-5-1 : Description

(1) Le compresseur à un étage se compose :

 d’un cylindre
 d’un piston
 d'un clapet d’aspiration
 d'un clapet de refoulement
 d'une bielle
 d'un volant d'entraînement

Remarque :

o Le clapet et son siège constituent une soupape. Le clapet est la partie mobile, le siège
la partie fixe. Dans le langage courant, on utilise souvent le mot clapet au lieu de
soupape pour désigner l'ensemble (c'est l'inverse dans le langage automobile).
o Les soupapes sont contenues dans la culasse qu'on appelle plus généralement boîte à
clapets.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

IV-5-2 : Fonctionnement

Lorsque le volant tourne, entraîné lui-même par une machine électrique ou thermique,
le piston est animé d’un mouvement alternatif quasi sinusoïdal.

Lorsqu’il descend, la pression dans le cylindre diminue. Dès qu'elle est inférieure à
celle en amont du clapet d’aspiration, celui-ci s'ouvre, laissant l'air entrer à l'intérieur.
(Aspiration)

Lorsqu’il monte, la pression dans le cylindre augmente. Dès qu'elle dépasse la pression
au-dessus du clapet de refoulement, celui-ci s’ouvre et laisse échapper l’air vers la sortie.
(Échappement)

Ici, les clapets sont actionnés par des différences de pression et non par un arbre à cames
comme dans les moteurs de voiture.

Figure 32 : Fonctionnement du compresseur à piston à un étage


En 1 : le piston amorce sa course descendante qui crée une dépression dans le cylindre
; la pression dans la conduite d’aspiration force le clapet d’aspiration à s’ouvrir. La pression
dans la conduite de refoulement maintient le clapet de refoulement fermé.
En 2 : le piston commence sa course ascendante de compression. La pression en
montant dans le cylindre fait fermer le clapet d’aspiration. Mais la pression dans le cylindre
est encore insuffisante pour permettre la levée du clapet de refoulement.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

En 3 : la pression dans le cylindre a augmenté jusqu’à dépasser légèrement la haute


pression. Le clapet de refoulement se soulève et le gaz comprimé s’échappe dans la conduite
de refoulement.
En 4 : le piston finit sa course ascendante au point mort (haut du piston). On constate
qu’un espace mort ou nuisible rempli de vapeur HP reste entre le haut du piston et le bloc à
clapets.
Cet espace n’est jamais balayé par le piston.
En 5 : au cours de sa course descendante, le clapet d’aspiration ne s’ouvrira que
lorsque la pression dans le cylindre sera légèrement inférieure à celle existante dans la
conduite d’aspiration.

IV-5-3 : Cycles de compression

(2) Les cycles de compression représentés dans la figure suivante montrent l'évolution
de la pression en fonction des déplacements du piston.

a) Le cycle théorique

Compression : Le piston amorce son mouvement vers les clapets. L'air contenu dans le
cylindre est comprimé, sa pression et sa température augmentent. Cette phase correspond à
l'arc de courbe AB.

 Refoulement

Au moment où la pression dans le cylindre atteint la pression P2, le clapet de


refoulement s'ouvre et l'air est évacué vers l’utilisation sous la pression P 2, jusqu'au moment
où le piston atteint la fin de sa course. Cette phase est représentée par la droite BC. Nous
supposons qu'en fin de course le piston vient exactement toucher le bas de la culasse et donc
qu'il n'y a plus d'air dans le cylindre.

 Aspiration

Le piston amorce son retour en s'éloignant des clapets. Comme, en théorie, il n'y a pas
d'air résiduel dans le cylindre, on a simultanément et instantanément : fermeture du clapet de
refoulement, chute de la pression de P2 à P1 et ouverture du clapet d'aspiration.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Cette phase est représentée par la droite CD. Ceci fait, de D en A, c'est-à-dire pendant
la totalité de la course du piston, l'air pénètre dans le cylindre. Arrivé en A, le piston amorce
son mouvement de retour, le clapet d'aspiration se ferme et un nouveau cycle commence.

Figure 33 : Cycle de compression

Figure 34 : Culasse ou boite à clapet


b) Cycle idéal

En fait : les clapets présentent une certaine résistance à l'ouverture, due aux ressorts de
rappels dont ils sont munis. Leur ouverture ne s'effectue donc que lorsque la pression aval est
légèrement inférieure à la pression amont.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Pour la même raison, la fermeture se fait avec une légère avance. Il s'ensuit que la
phase d'aspiration "DA" s'effectue, pour une pression dans le cylindre légèrement inférieure à
la pression atmosphérique P1 et que la phase de refoulement BC s'effectue pour une pression
dans le cylindre légèrement supérieure à P2.

Par ailleurs, le passage de l'air à travers les clapets crée une légère perte de charge dont
l'effet s'ajoute au précédent.

De plus, contrairement à l'hypothèse précédente, il existe toujours un volume résiduel


appelé "espace mort" entre le piston et la culasse (la distance étant de 0,5 à 1mm). Pour que le
clapet d'aspiration s'ouvre, il faut que le piston redescende suffisamment de façon que la
pression à l'intérieur du cylindre tombe en dessous de la pression en amont.

c) Le cycle réel

Enfin l'inertie des clapets et l'inertie du gaz en mouvement provoquent des


phénomènes complexes qui font que les pressions ne peuvent varier brutalement et, que
parfois, elles oscillent avant de se stabiliser. Ceci a pour effet de déformer la courbe du cycle
théorique.

IV-7 : Entretien du compresseur frigorifique

(3) Il est recommandé d'instaurer et de tenir régulièrement un cahier d'utilisation et


d'entretien. Les vidanges d'huile doivent être effectuées selon les périodicités indiquées dans
le manuel d'utilisation fourni par le constructeur. Même si le nombre d'heures de
Fonctionnement n'est pas atteint pour la vidange suivante, il convient d'effectuer au moins une
vidange par an. Les autres travaux d'entretien ou contrôles périodiques sont également
indiqués dans le manuel technique, et doivent être respectés scrupuleusement.

Si le compresseur est entraîné par un moteur électrique, et avant toute intervention,


il convient de couper l'alimentation électrique et de dépressuriser tous les circuits,
pneumatique

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

concernés, afin qu'aucune fausse manœuvre ne puisse être commise par quelqu'un ignorant
votre intervention en cours.

Il faut également et systématiquement couper l'alimentation avant d'intervenir sur


l'armoire électrique (interrupteur marche/arrêt, temporisation du démarrage, compteur horaire,
minuterie des purges, interrupteur automatique des sécurités, etc...).

On peut se rendre compte avec les températures (après les refroidisseurs) si les clapets
fonctionnent normalement : = + 10°C par rapport à la température ambiante. La formation de
calamine se matérialise par des dépôts qui alourdissent les clapets, perturbant leur bon
fonctionnement. Ceci entraîne la création de "points chauds" avec risques d'explosion au-delà
de 450°C.

Les clapets doivent être nettoyés sans outils pouvant les "marquer", avec une brosse
douce. Si le siège du clapet présente des rayures, il est possible de roder le siège (attention à la
nature du métal et à sa dureté). Il est toutefois préférable de changer l'ensemble "clapet
d'aspiration" et "clapet de refoulement", se présentant le plus souvent en lamelles métalliques
s'ouvrant et se refermant par l'écoulement du fluide [remplacement par paire). En plus du sens
de montage lié à l'écoulement du fluide, le clapet de refoulement démonté se distingue
souvent du clapet d'aspiration démonté par les traces de "chauffe" du métal.

Si une soupape de sécurité inter-étages se déclenche, cela indique que cette pression
intermédiaire est trop élevée, provenant généralement d'un mauvais fonctionnement du clapet
d'aspiration de l'étage suivant mais quelquefois aussi du clapet de refoulement de l'étage
suivant

A chaque démontage des filtres, il convient de les nettoyer avec un chiffon propre et
de surveiller une éventuelle corrosion interne. Il faut également lubrifier leur joint torique
d'étanchéité ainsi que les filetages. Le repérage des fuites, sur une installation sous pression,
se fait en badigeonnant de l'eau savonneuse avec un pinceau. Il est évident qu'il ne faut jamais
serrer ou desserrer une pièce à l'origine d'une fuite lorsque l'installation est encore sous
pression.

De même, il ne faut jamais ressouder ou braser les circuits conduisant la pression, pour
les raisons que vous imaginez. Le serrage des vis de culasse doit s'effectuer en diagonale à la
clé dynamométrique, en respectant les couples indiqués par le constructeur. Après, des

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

travaux d'entretien, il est utile de vérifier le compresseur en le tournant à la main par le volant.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Si le compresseur est équipé d'une pompe à huile, après un démontage, il est


nécessaire de purger le circuit d'huile afin d'éliminer les bulles d'air. Le moteur d'entraînement
s'entretient de façon normale, en fonction de ses caractéristiques. Un contrôle régulier des
courroies d'entraînement et de ventilateur doit porter sur leur état, leur usure et leur tension.
En cas de périodes longues sans mise en service, il convient de laisser fermer tous les robinets
de purge et d'isolement, de laisser les cartouches dans les filtres, et de laisser dans le groupe-
compresseur (fixe) une pression de 20 à 40 bars, afin d'éviter que l’humidité extérieure ne
pénètre dans le circuit pneumatique

De plus, si le refroidissement est assuré par un circuit à eau, il faut se méfier des
périodes de gel si la température ambiante du local peut descendre au-dessous de + 3°C.
Enfin, il ne faut pas entreprendre soi-même des réparations sur l'embiellage et sur les paliers.
Adressez-vous à l'entreprise spécialisée compétente pour assurer le service après-vente, et
agréée par le constructeur.

3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Chapitre V : Le compresseur à air comprimé

V-1 : Définition

[5] L'air comprimé représente aujourd'hui 10% de l'énergie globale utilisée dans le monde
industriel. Pour produire de l'air comprimé, il existe deux types de compresseurs en fonction
des besoins. Ils utilisent de l'électricité. Ces compresseurs :
 Compresseur à piston
 Compresseur à vis

V-2 : Comparaison

Le compresseur à vis, comme son nom l’indique, comporte deux vis qui permettent de
comprimer l'air. Comme pour le compresseur à piston, on joue ici sur une diminution du
volume pour augmenter la pression. Mais contrairement aux pistons, dans les cylindres qui
utilisent des segments pour assurer l'étanchéité, il n'y a pas de frottement entre les vis mâle et
femelle, c'est le film d'huile qui assure l'étanchéité.
L'huile utilisée dans ces compresseurs est souvent refroidie. Car, contrairement aux
compresseurs à pistons, l'huile sert aussi à l'étanchéité des vis. Si l'huile est trop chaude, elle
n'est plus assez visqueuse pour garantir l'étanchéité.
Il existe aussi des compresseurs à vis dont la chambre de compression n'est pas
lubrifiée. Les vis, synchronisées, n'entrent pas en contact l'une avec l'autre. L'air comprimé
produit est alors totalement exempt d'huile.

V-3 : Caractéristique

De façon générale, tous secteurs d’activités confondus, l’air comprimé représente en


moyenne 10 à 15 % de la facture d’électricité des entreprises. La part de la consommation
d’énergie dans le budget global du fluide air comprimé varie de 60 à 90 % suivant l’utilisation
qui en est faite.

Le rendement d’une installation complète dépasse rarement 10 %. Ceci peut se


traduire par un prix du kWh « pneumatique » à 7 bars, de 10 à 20 fois plus élevé que le prix
du kWh électrique ou un coût d’utilisation compris généralement entre 0.6 centimes d’euros
et 3 centimes d’euros le m3. La température de fonctionnement du compresseur varie de 22°C
à 25°C.

2014- 3
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 35 : Circuit d’un compresseur à air comprimé

Les moteurs d’entraînement :

 Moteurs électriques (220v ou 380v) utilisés principalement pour les stations de


gonflage fixes.
 Moteurs thermiques (2T, sp95, GO) équipent les unités mobiles.
Le débit exprimé en m3/heure 6, 8, 12, 15, 24, 50 etc.
V-4 : Fonctionnement de compresseur d’air comprimé

[6] Contrairement aux solides et aux liquides, très peu compressibles, les gaz peuvent se
comprimer aisément.
Cette opération consiste à rapprocher les molécules pour en faire tenir un plus grand
nombre dans un même volume
En plongée, les compresseurs que nous utilisons compriment l’air pour l’amener
progressivement de la pression atmosphérique à la pression désirée : 176, 200, 230 ou
300 bars.
La compression se fait en plusieurs étapes (par étage), chaque étage étant constitué d’un
ensemble cylindre/piston :

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 36 : Fonctionnement d’air comprimé


Montée en pression :

Figure 37 : Montée en pression d’air comprimé


Le volume des différents cylindres diminuant à chaque étape (rapport de
compression), la montée en pression se fait du 1er au dernier étage jusqu’à la pression
maximale prévue.
La montée à de telles pressions (200, 300 bars) ne peut s’effectuer que par étages
successifs, car les contraintes imposées en température et en efforts mécaniques ne peuvent
être supportées ni par les matériaux, ni par les huiles...

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

V-5 : Accessoires

V-5-1 : Réservoir

(6) La fonction du réservoir est d’accumuler et de garantir une plus grande stabilité de
pression de l’air. La capacité du réservoir doit être proportionnelle à l’installation
d’utilisation. Les caractéristiques du réservoir doivent respecter scrupuleusement les normes
en vigueur en la matière dans le pays d’utilisation. Contrôler soigneusement que les systèmes
de sécurité du réservoir sont activés et qu’ils fonctionnent
V-5-2 : Filtration

L’air en phase de compression contient :


 de l’eau, en provenance de l’air ambiant aspiré
 de l’huile, issue du système de lubrification.
Les différents systèmes de filtration :
 Pré-filtre d’aspiration : placé en amont du 1er étage, sert à filtrer l’air aspiré à
l’extérieur

Figure 38 : Pré-filtre d’aspiration


Entre chaque cylindre, les vapeurs d’eau et d’huile produites par le compresseur sont
éliminées par un filtre appelé le séparateur d’eau et d’huile (ou décanteur) :
 le décanteur fonctionne comme une tuyère et filtre les particules d’eau et d’huile
présentes dans l’air;

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

 le résidu de cette filtration appelé « condensat » (liquide blanchâtre) est évacué du


séparateur par une purge (manuelle ou automatique)

Figure 39 : Séparateur d’eau et d’huile


Poussières, pollens, bactéries, particules d’huile, humidité, gaz nocifs (CO2, CO…)
sont autant d’éléments pouvant contaminer l’air comprimé, il faut une cartouche filtrante,
après la sortie du dernier étage, comprenant les éléments suivants :
 séchage de l’air : tamis moléculaire;
 absorptions vapeurs d’huile et odeurs : charbon activé
 rétention poussières et séparation des couches : du feutre;
 pièges à CO et CO2 sur certains modèles : hopcalite.

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 40: Cartouche filtrante


V-5-3 : Soupape de sécurité

Des soupapes de sécurité sont interposées entre chaque étage du compresseur pour
éviter toute montée excessive en cas de dysfonctionnement des clapets d’admission ou de
refoulement.
Le principe est simple : Un clapet est maintenu sur son siège par un ressort taré à une
force légèrement supérieure à la pression maximale attendue et si cette pression est dépassée,
le clapet se soulève et l’air s’échappe.

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Figure 41 : Soupape de sécurité


V-5-4 : Clapet anti-retour et le manomètre

En fin de compression, des clapets anti-retour (ou non-retour) empêchent que l’air
provenant des bouteilles chargées ne soit refoulé dans le compresseur
 le contrôle des pressions de refoulement (inter-étage) est effectué par des manomètres
qui équipent parfois chaque étage de compression;
 Il existe même des manomètres pour surveiller les pressions d’huile aux points
importants du circuit.

V-5-5 : Moteur

Un compresseur peut être entraîné :


 par un moteur électrique (monophasé ou triphasé),
 par un moteur thermique (essence ou diesel)
La principale caractéristique d’un moteur est sa puissance, l’unité normalisée est le
Watt, on utilise souvent le KiloWatt (kW) et parfois encore le Cheval Vapeur (CV); la
relation entre ces unités est simple, 1 CV = 736 watts.
-pour donner une idée, il faut un moteur d’environ 1 cv pour comprimer en une heure 2
𝑚3d’air à 350 bars;

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

-dans les mêmes conditions il faut donc environ 20 CV ou 15 kW pour un compresseur


de 40 𝑚3 /heure.
V-5-6 : Rampe de changement

 Des soupapes de sécurité sont obligatoires entre le dernier étage et la rampe de


chargement pour les groupes fixes, ou le flexible de chargement pour les groupes
portables
 ces soupapes (couplées à un détendeur) doivent éviter de dépasser la pression de
service d’un compresseur pouvant être bien supérieure à celle des bouteilles (ex : 176
bars)

V-6 : Caractéristiques

PISTONS VIS

Air aspiré 100 l 100 l

Air comprimé produit 70 l 100 l

Période de repos Nécessaire (temps de repos : 40%) Pas nécessaire

Débit réel 42 l 100 l

Tableau 4 : Caractéristiques d’un compresseur à air


V- 7: Critère de choix de compresseur d’air

o Pression
Il faut déterminer l'utilisation nécessitant la pression la plus élevée. Ne pas oublier de
réguler la pression en fonction de chaque outil pneumatique car une pression excessive
l'endommagera.
o Débit
Déterminer le débit dont vous avez besoin n'est pas aisé. Il faut penser à aujourd'hui
mais aussi prévoir l'avenir. Le compresseur choisi doit avoir un débit réel au moins équivalent
à votre consommation maximale ou un débit réel égal à la consommation moyenne multipliée
par 1,5.
o Réservoir
Choisir un réservoir de 500 l maxi pour un compresseur dont le débit réel est inférieur
ou égal à 50 m3/h. Pour un débit réel supérieur, on peut choisir un réservoir de 900 ou 1.000 l.

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Notons que : le réservoir ne génère pas d'air comprimé et n'augmente pas le débit du
compresseur !
o Niveau sonore
Un compresseur d'air est susceptible de travailler pendant de nombreuses heures à
proximité des différents postes de travail. La limite sonore réglementaire pour cet équipement
est officiellement fixée à 76 dB (A). Vous pouvez placer votre compresseur dans un local
isolé. Vous pouvez aussi orienter votre choix vers un compresseur insonorisé (à pistons ou à
vis).

V-8 : Entretien du compresseur

 Vérifier les niveaux d’huile,


 Réépreuve du filtre à charbon actif,
 État des flexibles de chargement,
 Fonctionnement de la soupape de sûreté.
 Fonctionnement du manomètre de chargement,
 Fonctionnement des purges de condensas,
 Tenir à jour le cahier d’entretien (vidanges, changement des filtres résultats d’analyse
de l’air)
V- 9: Consignes de gonflage (à afficher près de la rampe)

 Vérifier le niveau d’huile avant le démarrage du compresseur.


 Avant le raccordement de la bouteille, vérifier :
 son état extérieur
 date de dernière épreuve (< 2 ans)
 Pression de service (PS)
 Purger la robinetterie.
 Raccorder la robinetterie à une rampe correspondant à sa PS.
 Surveiller régulièrement le manomètre de la rampe.
 Purger régulièrement les décanteurs et filtres (ou vérifier le bon fonctionnement des
purges automatiques).
 Ne pas dépasser la pression de service.

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Chapitre VI : Réparation du compresseur

Le fait d’effectuer la réparation nous expose à des sources de tension, d'air comprimé
ou à des pièces en mouvement. Des blessures pourraient ainsi survenir. Avant de faire toute
réparation, débranchez la source d'alimentation du compresseur et purgez tout l’air pressurisé

Les
différentes
pannes des Causes Actions préventives et
compres- solutions
seurs

 Compresseur trop puissant pour On établit une régulation de capacité et


la charge instantanée. installe un compresseur moins puissant
 Régulateur de pression lorsque le compresseur est trop puissant.
d'évaporation réglé pour une En cas de problème de pressostat, il faut
pression d'ouverture trop haute. installer un pressostat à haute pression à
 Pression de condensation trop réarmement manuel et régler
haute. correctement avec un manomètre. Au
 Défaut pressostat haute moment où la température est trop haute
pression. dans la conduite de refoulement, on
[7]  Pressostat réglé pour une remplace le clapet d’aspiration de
Démarrages pression d'ouverture trop basse. refoulement s’il fuit.
futiles du
Les méthodes à suivre pour régler un
compresseur
pressostat

Le réglage s'effectue en agissant sur


l'écrou A pour obtenir le point haut
(pression de déclenchement) et sur
Régulateur de pression avec un l'écrou B pour régler le point bas
pressostat (pression d'enclenchement). Il faut visser
l'écrou A pour augmenter la valeur de la
pression de déclenchement (arrêt du
compresseur) qui se visualise sur le
repère C.

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

Pressostat Réglage d’un pressostat

Si le compresseur ne démarre pas :

- vérifier le branchement sur le secteur ;

Branchement d’un compresseur

-réarmer la protection thermique du


moteur

-vider le réservoir

-vérifier le bon fonctionnement


électromécanique du pressostat ;

- vérifier le bon état du fusible, la


fonctionnalité du transformateur, la
fonctionnalité de la bobine.

b) Compresseur trop froid Régler le détendeur à une surchauffe


plus basse
Ceci est dû par la migration de
réfrigérant liquide dans la conduite
d'aspiration et peut-être jusqu'au

2014- 4
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

compresseur à cause du détendeur mal


réglé

c) Compresseur trop chaud

Les facteurs résultants de


l’échauffement du compresseur sont :

 Compresseur et moteur
surchargé

Variation L’évaporateur trop chargé Réduire la charge de l'évaporateur ou


anormale de provoque une augmentation de la installer un compresseur plus puissant.
la pression d'aspiration.
Chercher le défaut entre condenseur
température
 Refroidissement du moteur et et détendeur
du
des cylindres trop faible : grâce
compresseur
à une manque de liquide et une
diminution de la charge de
l’évaporateur. Il y a aussi
l’élévation de la température
dans l'échangeur de chaleur ou
dans l'accumulateur d’aspiration
et la pression de condensation.

a) Niveau d'huile trop haute dans le D’ abord, il suffit d’assurer que le


carter problème ne provient pas de la présence
de réfrigérant dans l'huile, ensuite purge
Vérifier d’abord qu’il n’y a pas trop
celle-ci jusqu'au niveau correct. Puis
d’huile versée dans le compresseur.
vérifie la constitution de la conduite
 1er cas : Le retour insuffisant de d'aspiration remplacer les composants
l'huile de l'évaporateur à faible usés.
charge entraine l’élévation de
Dans tous les cas : le dernier
charge
compresseur qui démarre est le premier à
 2ème cas : lors des arrêts ou les
manquer d'huile. Il est nécessaire
démarrages, il y a une dilution
d’aligner les compresseurs dans le
de réfrigérant dans l'huile carter

2014- 5
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

même plan

2014- 5
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

ou la température ambiante horizontal et d’installer un tuyau


devient trop basse. d'égalisation plus large et un tuyau
b) Niveau d'huile trop bas dans le d'égalisation de vapeur ,ainsi, de nettoyer
carter ou de remplacer le tuyau de retour
d'huile, le régulateur à flotteur ou le
Problème L’insuffisance d’huile abaisse le niveau
séparateur d'huile complet.
d’huile dans d’huile dans le carter car les conduites
le carter d'aspiration verticales sont trop larges
ou le séparateur d’huile n’est pas
installé.

Séparateur d’huile

Problème possible de la soupape Opérer la soupape de sûreté

de sûreté. manuellement en tirant sur l'anneau.

Si la soupape fuit toujours, remplacer-la.

[8] Pour y remédier, il faut :


Génération
Lorsque les pièces existantes dans le - vérifier le serrage de la boulonnerie
de bruits ou
compresseur sont mal serrées comme ;
sifflement - faire la révision du groupe de pompage
les poulies, le volant-moteur, les vis de
montage et courroies ; le compresseur - améliorer les points d’appui au sol
fait des bruits de cliquetis. Outre, la
- rétablir la configuration d’origine en
défectuosité de la soupape provoque
appliquant des silencieux au
aussi des bruits.
compresseur

-retirer et nettoyer la soupape ou


remplacer-la

2014- 5
FONCTIONNEMENT D’UN GMI

- resserrer les vis de fixation de la poulie,


du volant-moteur, de montage du
Soupape de retenue
compresseur
défectueuse.
Retirer et nettoyez la soupape ou

remplacer-la.

Fusibles d'entrée grillés ou dans le Chercher la cause. Faire réparer le


circuit de commande défaut et remplacer les fusibles.

Thermofusible du disjoncteur Chercher le défaut, le corriger ou


remplacer le thermofusible.
ouvert ou défectueux
Dans tous les cas, trouver la cause et
Matériel de sécurité coupé, mal réglé
corriger le défaut avant de redémarrer
ou défectueux
l'installation :
Arrêt du
grippage du compresseur
compresseur Voir dans le compresseur si le niveau
d'huile est trop bas dans le carter.

Vérifier si la pression de condensation


est trop élevée".

Voir sous "Pression d'aspiration trop


basse".

Chercher la cause du manque de


débit dans le circuit

de saumure et corriger le défaut.

Tableau 5 : Différentes pannes d’un compresseur

2014- 5
PARTIE III : IMPACTS
ENVIRONNEMENTAUX
IMPACTS
IMPACTS GMI

La destruction de l’environnement est due parfois par la fuite des FF au niveau de la tuyauterie.
Les FF sont libérés et ont des effets au niveau de l’atmosphère.
Les impacts environnementaux liés aux FF reposent sur deux phénomènes :

 Destruction de la couche d’ozone


 Réchauffement planétaire

Chapitre VII : Destruction de la couche d’ozone

L’ozone est une forme d’oxygène constituée de trois atomes au lieu de deux. C’est un gaz
instable et il est particulièrement vulnérable aux attaques des composés naturels contenant de
l’hydrogène, de l’azote et du chlore.

L’ozone situé dans la stratosphère (région située entre 11 et 48 km au-dessus de la surface


de la terre) est aussi indispensable à la vie que l’oxygène.

Il forme en effet un bouclier certes d’une extrême minceur mais d’une remarquable
efficacité car il parvient à filtrer la quasi-totalité de tous les rayons UV nuisibles du soleil.

La formation et la destruction de la couche d’ozone est un processus cyclique et naturel


suivant les réactions suivantes :

UV+O3→O2+O (destruction de la couche d’ozone)

O2+O→ O3 (formation de la couche d’ozone)

Cependant , cet équilibre est rompu par l’effet néfaste de certains fluides frigorigènes
qui rejetés dans l’atmosphère (molécules contenant du chlore) vont détruire les molécules
d’ozone et par conséquent endommagera la couche d’ozone avec comme conséquence une
augmentation des rayons UV arrivant à la surface de la Terre.

En effet, les UV agissent sur les molécules de certains fluides (principalement les CFC et
dans une moindre mesure les HCFC) pour libérer les atomes de chlore et ce sont ces
atomes qui vont réagir avec l’ozone pour la détruire suivant une réaction en chaîne :

Cas du CFC R12 (CF2 Cl2)

UV + CF2 Cl2→Cl + CF2Cl + O

2014- 5
IMPACTS
IMPACTS GMI

Libération atome de chlore du CFC R12

Cl + O3→ ClO + O2

Réaction du chlore libéré avec l’Ozone : destruction Ozone

Cl + O→ Cl + O2

Il faut noter que les CFC ont une durée de vie importante dans l’atmosphère (un demi-
siècle en moyenne pour le R11, 102 ans en moyenne pour le R12, et 85 ans en moyenne pour
le R113), par conséquent une fois ces produits rejetés, ils influenceront le processus
d’appauvrissement de la couche d’ozone pendants maintes années à venir.

Les conséquences de la destruction de la couche d’ozone :

 l’augmentation des cancers de la peau


 l’augmentation des cas de cataractes et autres lésions oculaires
 la diminution du système immunitaire
 la baisse des rendements agricoles et la destruction des forêts
 la détérioration de la vie maritime.

2014- 5
IMPACTS
IMPACTS GMI

Chapitre VIII : Réchauffement planétaire

La température de la terre est maintenue par un équilibre entre l’effet réchauffant


émanant du rayonnement solaire venant de l’espace et l’effet refroidissant des rayons
infrarouges émis par la surface chaude de l’écorce terrestre et l’atmosphère qui remontent vers
l’espace.

 une partie est absorbée par l’atmosphère


 une partie est réfléchie par les nuages et le sol (tout particulièrement le désert et
la neige)
 le reste est absorbée par la surface qui est réchauffée et qui à son tour réchauffe
l’atmosphère, la surface réchauffée et l’atmosphère de la terre émettent des IR de
grandes longueurs d’onde.

Les gaz présents dans l’atmosphère et qui absorbent une partie de ce rayonnement IR
sont appelés gaz à effet de serre. Il s’agit principalement du CO2, de la vapeur d’eau, du
méthane

(CH4) et de l’oxyde nitreux ( N2O ) et des fluides frigorigènes rejetés dans l’atmosphère
(principalement les CFC).

Cependant, les activités humaines contribuent à une concentration importante de ces


gaz à effet de serre. Cette concentration des gaz à effet de serre va augmenter le pouvoir
d’absorption des rayonnements IR et par suite augmenter la température moyenne
autour de la surface de la planète : c’est le réchauffement de la planète.

2014- 5
IMPACTS
IMPACTS GMI

Chapitre IX : Caractéristiques des impacts environnementaux

Dans le choix d’un fluide frigorigène, mis à part les caractéristiques


thermodynamiques, une attention particulière doit être portée sur son impact environnemental,
mesuré par son PAES, PRG, PAO et IRTE.

IX-1 : PAES

Pour caractériser l’effet des fluides frigorigènes sur le réchauffement de la planète, il a


été défini le PAES.

Etant donné la durée de vie du CO 2 qui est de l’ordre de 500 ans, il est défini plusieurs
PAES en fonction de la durée d’intégration en années (10, 20, 50, 100, 200, 500) mais en
pratique il est adopté le PAES pour une durée d’intégration de 100 ans : PAES100

Par conséquent le PAES100 du CO2 (dioxyde de carbone – R744) est de 1.

FF R11 R12 R22 R134a R404A R507 R600 R717

Famille CFC CFC HCFC HFC Zéotropique Azéotropique Hydrocarbure Inorganique

PAES100 3500 7300 1500 1200 3260 3330 3 <1

Tableau 6 : Valeurs de PAES100 de quelques fluides frigorigènes.

Le GWP désigne la contribution directe des fluides frigorigènes au réchauffement


planétaire. Cette contribution représente le nombre de kilogrammes de rejetés des FF dans
l’atmosphère pour la production de chaque kilowattheure électrique consommé (kWh) pour
produire le froid.

IX-2 : Le PAO

(5) Il mesure la capacité relative d’une SAO comparativement à un composé de référence.


Il varie de 0 à 1.

2014- 5
IMPACTS
IMPACTS GMI

FF R11 R12 R22 R134a R404A R507 R600 R717

Famille CFC CFC HCFC HFC Zéotropique Azéotropique Hydrocarbure Inorganique

PAO 1 0.9 0.055 0 0 0 0 0

Tableau 7 : Valeurs de PAO de quelques fluides frigorigènes


IX-3 : Le PRG

Il représente le potentiel à provoquer directement l’effet de serre. Selon le GIEC, cet indice
est fondé sur les propriétés radiatives d’un mélange homogène de GES, qui sert à mesurer le
forçage radiatif d’une unité de masse d’un tel mélange dans l’atmosphère actuelle intégré pour
un horizon temporel, donné par rapport à celui du CO2. Le PRG représente l’effet combiné
des temps de séjour différents de ces gaz dans l’atmosphère et de leur pouvoir relatif
d’absorption du rayonnement infrarouge thermique. Le protocole de Kyoto de la CCNUCC
est basé sur des PRG à partir d’émissions d’impulsions sur une durée de 100 ans. Par
exemple, 1kg d’un fluide ayant un PRG de 150 aura le même effet que 150kg de CO2.

IX-4 : L’IRTE

Cet indice caractérise l’impact d’une installation frigorifique sur l’effet de serre : Impact
direct par l’émission de fluide frigorigène et impact indirect par la consommation d’électricité
(CO2 rejeté lors de la production d’électricité). Les SAO contiennent diverses combinaisons
d’éléments chimiques, à savoir le chlore, le fluor, le brome, le carbone et l’hydrogène et sont
souvent décrites par un terme général, les halocarbures.

Les composés qui ne contiennent que du chlore, du fluor et du carbone sont appelés CFC.
Les CFC, le tétrachlorure de carbone et le 1, 1,1-trichloroéthane sont d’importants gaz
d’origine anthropique appauvrissant la couche d’ozone ; ils ont été utilisés dans beaucoup de
secteurs, notamment la réfrigération, la climatisation, le gonflement de mousses, le nettoyage
de composantes électroniques et enfin comme solvants. Un autre groupe important
d’halocarbures d’origine anthropique est constitué par les halons qui contiennent du carbone,
du brome, du fluor et (dans certains cas) du chlore ; ils ont surtout été utilisés comme
extincteurs d’incendie.

2014- 5
GMI

CONCLUSION

Pour optimiser la production du froid, le compresseur est l’un des appareils le plus
indispensable. Ainsi, ce présent mémoire nous fait connaitre l’importance du compresseur et
l’installation frigorifique. Dans le cas général la durée de vie du compresseur dépend de la
durée des autres appareils.
Ensuite, la pratique de ces opérations au niveau de l’installation exige beaucoup de
compétences et d’expériences alors, ce travail leur permet de connaître au moins les
différentes procédures à suivre lors de la maintenance de cet appareil. En effet, le choix du
compresseur est primordial selon le dimensionnement d’un cycle frigorifique et la capacité
d’un air comprimé.

Pour terminer, nous espérons que la connaissance de ce thème ne serait plus négligée
pour l’entretien d’une installation, de plus nos études nous permettent d’acquérir une bonne
connaissance d’un compresseur. Mais, une application pratique plus approfondie serait encore
nécessaire pour la bonne maitrise de cette technologie ; Et nous espérons, que notre étude sera
un outil significatif pour les futures recherches.

2014- 5
ANNEXES
GMI

ANNEXE 1

Les qualités des fluides frigorifiques


La qualité des FF se fait en fonction de ses propriétés thermodynamiques ainsi que ses
critères de sécurité.
Catégorie Nom Formule T normal T Classement PAO PRG
critique
Chimique D’ébullition de sécurité

R11 CCl3F 23.8 198 A1 1 4000

CFC R12 CCl2F2 -29.8 111.8 A1 0.9 8500

R115 CClF2CF3 -39.1 79.9 A1 0.4 9300

R22 CHClF2 -40.8 96.2 A1 1 1700

R123 CHF2CF3 27.9 183.7 B1 0.02 93

HCFC R141b CH3CCl2F 32.2 204.4 A2 0.1 630

R142b CCH3CClF2 -9.8 137.2 A2 0.066 2000

R32 CH2F2 -51.7 78.2 A2 0 650

HFC R125 CHF2FCF3 -48.1 66.3 A1 0 2800

R134a CH2FCF3 -26.1 101.1 A1 0 1300

R143a CH3CF3 -47.2 73.6 A2 0 3800

R29O CH3CH2CH3 -42.1 96.8 A3 0 <10

Fluides R717 NH3 -33.3 133 B2 0 <1


naturels

R744 CO2 -78.4 31.1 A1 0 1

2014- I
GMI

ANNEXE 2

2014- I
GMI

ANNEXE 3

A. Les différents types de lubrifiants d’un compresseur


 Huiles minérales
 Huiles synthétiques :
 Les huiles Alkyles Benzènes
 Les huiles PAO
 Les huiles PAC
 Les huiles POE
B. Choix de lubrifiants

Huiles Huile Alkylbenzène Polyolsterols Polyvinyléther Polyalkylèneglycol


minérale
(AB) (POE) (PVE) (PAG)

Propriétés

Miscibilité aux Non Non ++ ++ +


HFC

Hygroscopique Non Non Oui Oui Oui

Viscosité + (+) ++ ++ +

Stabilité ++ ++ (acide) ++ ++ ++

Propriété +++ +++ + +(+)


Diélectrique

+ : assez bonne ; ++ : bonne ; +(+) : intermédiaire ; +++ : très bonne

2014- I
GMI

ANNEXES 4

Les différents types de lubrification


Suivant les constructeurs et la technologie des compresseurs, il existe différents types de
lubrifications.

 Lubrification par barbotage


 Lubrification par pompe à huile
 Lubrification par ΔP

2014- I
GMI

BIBLIOGRAPHIES

[3] : BENOIT Maugis « Le compresseur » dossier climatisation, version 001-2014, Page 2,


3,4
[2] : Cristophe COQUELET, « Etude des fluides frigorigènes », mesures et modélisations,
2001 page 20

[4] : DESTOOP Thierry, « Compresseurs Volumétriques », Technique de l’Ingénieur, traité


Génie Mécanique en 1999, B 4 220-1
[7] : Joseph WYBRAN, « guide du monteur », Danfoss S.A, 11-2001, P18

[8] : Jackson, « Guide de l’utilisateur »,213 Industriel Drive, 2004, P87

[5] : L.CUVELIER « comprimer l’air : les compresseurs », Bac pro M.E.L, Source : «
Le guide des automatismes » pages 1, 2, 3
[6] : Laurent LEVEQUE, « COMPRESSEURS ET STATION DE GONFLAGE »,
Pompes à bringuebale et à volant, équipements Denaugrouze, 1873 - Stage CAH CNRS –
Septembre 2011 p14-21
[1] : P-Y.Lagrée, « Premier et second principes », cours MECAVENIR 2009, Page 8

2014- V
GMI

WEBOGRAPHIES

(1): www. medias. dunod.com


(2): www.condat. Fr / newsletters
(3): www.fredericlalanne.free.fr
(4) :www.http://www.frigoristes.fr/static/telechargement/geothermie/11_ALi_TechnoCompres
seur.pdf
(5) : www.unep.org/dtie

2014- V
Monsieur ANDRISOA Eddy Mariel Tél : 0346804016
Monsieur RAFANOMEZANTSOA Rodin Tél : 0327483453
Monsieur RAKOTONIAINA Avotra Nandrianina Tél : 0332866181

Thème du mémoire

«Etude bibliographique d’un compresseur »


Nombre de pages : 57
Nombre de figures : 41
Nombre de tableaux : 07

RESUME

Le présent mémoire met en terme l’importance de fonctionnement de compresseur.

En effet, vue la description d’un compresseur, suivant les fonctionnements et la méthode


d’installation d’un compresseur, l’entretien et les caractéristiques avec leur différents pannes, il a
été proposé dans ce mémoire une méthodologie de mécanisme du compresseur à air comprimé
avec leurs accessoires.

ABSTRACT

The present memory is in term the importance of operation of compressor.

Indeed, view the description of compressor, according to the operation and the method of
installation of a compressor, maintenance and characteristic with their different fault, it was
offered in this memory a methodology of mechanism of the compressor air compressed with their
accessories.

Rubrique : Froid
Mots clés : Compresseur, fonctionnement, cycles, pannes
Directeur du mémoire : Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré, Enseignant et Maître de
Conférences à l’ESPA

Vous aimerez peut-être aussi