Vous êtes sur la page 1sur 58

Les débitmètres volumiques

:
Réalisé par :
Réalisé par :
DIOUANE Imane
OTMAN Meryem
NASSIM Sara
Table des matières
Liste de figure................................................................................................................................. 4
Introduction générale ..................................................................................................................... 5
Chapitre 1 : .................................................................................................................................... 7
Généralités et concepts de base .................................................................................................... 7
1 Introduction : ........................................................................................................................... 8
2 Généralités : ............................................................................................................................. 8
2.1 Le débit :........................................................................................................................... 8
2.2 Le débit volumique : .......................................................................................................... 8
2.3 La vitesse : ........................................................................................................................ 9
3 GENERALITES SUR LES FLUIDES : .............................................................................................. 10
3.1 Définition :...................................................................................................................... 10
3.2 Principales propriétés : .................................................................................................... 10
3.2.1 La compressibilité :................................................................................................... 10
3.2.2 La viscosité : ............................................................................................................ 10
3.3 Régimes d'écoulement des fluides :.................................................................................. 12
3.3.1 Écoulement laminaire :............................................................................................. 12
3.3.2 Écoulement turbulent :............................................................................................. 12
3.3.3 Facteurs influant sur l'écoulement des fluides dans les conduites : ............................. 13
3.3.4 Le nombre de REYNOLDS : ........................................................................................ 14
3.4 Pertes de charge :............................................................................................................ 15
3.5 Tourbillon : ..................................................................................................................... 15
4 Concepts de base :.................................................................................................................. 15
4.1 Loi de faraday :................................................................................................................ 15
4.2 Effet Doppler: ................................................................................................................. 16
4.3 Théorème de Bernoulli : .................................................................................................. 17
4.4 Effet karman : ................................................................................................................. 18
5 Conclusion :............................................................................................................................ 18
Chapitre 2 : .................................................................................................................................. 19
La mesure du débit....................................................................................................................... 19
1 Introduction : ......................................................................................................................... 20
2 Débitmètres électromagnétiques (D.E.M.) :.............................................................................. 20
2.1 Principe de fonctionnement :........................................................................................... 20
2.2 Caractéristiques : ............................................................................................................ 22

1
2.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique : ........................................ 23
3 Le débitmètre à ultrasons :...................................................................................................... 23
3.1 Le débitmètre à ultrason par effet Doppler : ..................................................................... 24
3.1.1 Principe de fonctionnement :.................................................................................... 24
3.1.2 Caractéristiques : ..................................................................................................... 26
3.1.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique :................................. 26
3.2 Débitmètre à ultrason par mesure de différence des temps de transit :.............................. 26
3.2.1 Principe de fonctionnement :.................................................................................... 27
3.2.2 Caractéristiques : ..................................................................................................... 28
3.2.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique :................................. 28
4 Débitmètre à turbine :............................................................................................................. 29
4.1 Principe de fonctionnement :........................................................................................... 29
4.2 Caractéristiques : ............................................................................................................ 30
4.3 Avantages et inconvénients du débitmètre à turbine :....................................................... 30
5 Un débitmètre à effet vortex : ................................................................................................. 31
5.1 Principe de fonctionnement : .......................................................................................... 31
5.2 Caractéristiques : ............................................................................................................ 32
5.2.1 Avantages et inconvénients du débitmètre à effet vortex : ......................................... 32
6 Le débitmètre à pression différentielle :................................................................................... 33
6.1 Capteur de pression différentielle a tube de Pitot :............................................................ 34
6.1.1 Caractéristiques : ..................................................................................................... 35
6.2 Capteur de pression différentielle à tube de venturi : ........................................................ 35
6.2.1 Caractéristique :....................................................................................................... 37
7 Capteur à pression différentielle à diaphragme :....................................................................... 37
7.1.1 Caractéristique :....................................................................................................... 39
8 Le rotamètre :......................................................................................................................... 39
8.1 Principe de fonctionnement du rotamétre : ...................................................................... 39
8.2 Caracteristique :.............................................................................................................. 40
9 Conclusion :............................................................................................................................ 40
Chapitre 3 : .................................................................................................................................. 41
Les applications biomédicales des débitmètres volumiques .......................................................... 41
1 Introduction : ......................................................................................................................... 42
2 Le système d’hémodialyse : ..................................................................................................... 42
2.1 Définition :...................................................................................................................... 42
2.2 Composition du système d’hémodialyse : ........................................................................ 42
2.2.1 Le générateur de dialyse :......................................................................................... 43

2
2.3 Contrôle du débit dialysat : .............................................................................................. 44
3 La mesure du débit sanguin : ................................................................................................... 45
3.1 Définition :...................................................................................................................... 45
3.2 Les types des débitmètres utilisés :................................................................................... 46
3.2.1 DEBITMETRE ELECTROMAGNETIQUE : ...................................................................... 46
3.2.2 Débitmètres à ultrasons :.......................................................................................... 47
4 Le système d’anesthésie :........................................................................................................ 49
4.1 Définition :...................................................................................................................... 49
4.2 Le débitmètre utilisé : le rotamétre : ................................................................................ 50
Conclusion générale ...................................................................................................................... 52
Annexes........................................................................................................................................ 53
Annexe 1 : Effet venturi............................................................................................................ 53
Annexe 2 : Le diaphragme ........................................................................................................ 54
Annexe 3 : Tube de Pitot.......................................................................................................... 55
Bibliographies .............................................................................................................................. 57

3
Liste de figure
Figure 1:Le débit volumique ............................................................................. 9
Figure 2:La viscosité des liquides.....................................................................11
Figure 3:Différence entre fluide parfait et fluide réel .........................................12
Figure 4:Régime laminaire et régime turbulent .................................................12
Figure 5:la loi de Faraday ................................................................................16
Figure 6:Effet Doppler.....................................................................................17
Figure 7:Allée de tourbillons de Karman ..........................................................18
Figure 8:le débitmètre électromagnétique .........................................................20
Figure 9:le principe de mesure d'un débitmètre électromagnétique.....................22
Figure 10:Le débitmètre ultrasonore .................................................................24
Figure 11:Principe du fonctionnement d’un débitmètre à effet Doppler..............25
Figure 12:Principe du fonctionnement du débitmètre à temps de transit .............27
Figure 13: débitmètre à turbine ........................................................................30
Figure 14:Principe de fonctionnement du débitmètre Vortex .............................32
Figure 15:Tube de Pitot ...................................................................................34
Figure 16:Le tube de venturi ............................................................................36
Figure 17:principe de fonctionnement du diaphragme .......................................38
Figure 18:Principe du fonctionnement du rotamétre ..........................................40
Figure 19:Le circuit sang .................................................................................43
Figure 20:Le Circuit hydraulique .....................................................................44
Figure 21:Maitriseur d'ultrafiltration ................................................................45
Figure 22:Système à débitmètres électromagnétique .........................................45
Figure 23:debimetre électromagnétique ............................................................46
Figure 24:Débitmètres à ultrasons ....................................................................48
Figure 25:Appareil d’anesthésie .......................................................................49
Figure 26:Les différents types de rotamétre ......................................................50

4
Introduction générale
Le fait que les fluides gazeux et liquides occupent les deux tiers (2/3) de la matière
de l’univers, cette substance a pris une place prépondérante dans toute activité
humaine. L’activité industrielle moderne est basée principalement sur l’utilisation,
le transport et la commercialisation de fluides tels que l’eau, le pétrole et le gaz.
Les économies modernes de pays reposent principalement sur les fluides
énergétiques. Donc, tout ceci nécessite le contrôle et la mesure des quantités ou des
volumes de fluides mis en jeu dans un processus de fabrication ou dans une
transaction commerciale pour gérer intelligemment les rendements et les volumes
d’entrée et de sortie de liquide et donner des informations sur le fonctionnement
d’une station ou d’un réseau. La mesure du débit de fluides est tout simplement
primordiale et capitale. Cette mesure s’effectue à l’aide d’un appareil dit «
débitmètre ».

Afin de garantir les intérêts économiques de tous les partenaires dans une
transaction commerciale, et pour la loyauté des échanges, le débitmètre doit
posséder les meilleures qualités métrologiques possibles. Il doit assurer
constamment une précision de mesure en adéquation avec les exigences des normes
internationales ; L’erreur doit être connue et enregistrée.

La mesure du débit en conduite fermée repose sur plusieurs principes. Dans la plus
part des principes, on essaye de déterminer la vitesse moyenne ou la pression
différentielle de l’écoulement, d’une manière directe, ou indirectement en utilisant
une autre grandeur liée avec elles.

La plupart des procédés industriels requièrent des appareils de mesure pour


déterminer les débits de divers fluides. Ces appareils sont destinés soit au comptage
des quantités de fluide les traversant, soit au pilotage et au contrôle d'installations.
L'utilisation des débitmètres dans le domaine industriels repose des nombreux

5
avantages dont les principaux sont les performances, la précision ainsi que la
surveillance permanente de l’écoulement du fluide dans la conduite.

L’intérêt de la mesure du débit par l’intermédiaire des capteurs de débit apparait


également dans le domaine biomédical et sont apportées des solutions pour le
diagnostic des pathologies, la surveillance et l’hospitalisation à domicile.

L’objectif du présent travail est de faire une étude sur le principe de mesure des
débitmètres volumiques. Pour faciliter cette étude on a divisé notre travail en trois
parties :

La première partie sera consacrer pour définir quelques notions physiques


concernant le débit et aussi afin de clarifier quelques concepts de base du
mécanique de fluide qui vont faciliter par la suite la compréhension du principe de
mesure des débitmètres et notamment les débitmètres volumiques .

La deuxième partie s’intéressera à la description des différents débitmètres


volumiques ; leur principe de mesure, leur caractéristiques et leur conditions
d’utilisation.

La troisième partie abordera les applications des débitmètres volumiques dans le


domaine biomédical.

6
Chapitre 1 :

Généralités et concepts de
base

7
1 Introduction :

Il est essentiel de pouvoir connaître la quantité du fluide qui circule à l’intérieur


des différents éléments (gaines, pompes, tuyauterie,..). Par conséquent, il est
nécessaire de définir la notion de débit. Ce dernier, est un paramètre qui apparait
fréquemment dans des nombreuses disciplines comme la mécanique du fluide,
l’hydraulique, l’hydrologie... Aussi, les débitmètres volumiques se retrouvent dans
de nombreux domaines comme étant un élément primordial dans un système de
perception, de contrôle et de mesure. Dans ce chapitre, nous aborderons une
terminologie de certaines notions physiques et quelques principes fondamentaux
de la mécanique du fluide.

2 Généralités :

2.1 Le débit :

Le débit est la quantité d'une grandeur qui traverse une surface donnée par unité de
temps. Il permet de quantifier un déplacement de matière ou d'énergie.
Il existe plusieurs types de débits, le débit volumique, le débit massique, débit
de quantité de mouvement ou encore débit d’énergie et le débit de charges …

2.2 Le débit volumique :

Le débit volumique exprime le volume du fluide qui traverse une surface par unité
de temps, on le définit mathématiquement de la manière suivante :

L'unité S.I. (Unité du Système International) qu'on utilise pour exprimer le


débit volumique est le mètre cube par seconde m3/s.

8
Figure 1:Le débit volumique

Le débit est habituellement mesuré par déduction, en mesurant la vitesse moyenne


à travers une section connue. Le débit mesuré par cette méthode indirecte est le
débit volumique Qv :
Qv = S . V
S : la surface de section de la conduite en m².
V : la vitesse moyenne du fluide en m/s.
2.3 La vitesse :
La vitesse est une grandeur qui mesure pour un mouvement, le rapport de la
distance parcourue au temps écoulé.

L'unité internationale de la vitesse est le mètre par seconde (m⋅s −1 ou m/s).

9
3 GENERALITES SUR LES FLUIDES :

3.1 Définition :

Un fluide est un milieu matériel, continu, déformable et qui peut s’écouler. Un


fluide peut être soit un liquide, soit un gaz. On les distingue selon leurs propriétés.

3.2 Principales propriétés :

3.2.1 La compressibilité :

Un fluide peut être compressible ou incompressible. Si, par un moyen quelconque


on arrive à réduire le volume d’une quantité de fluide, on dira que le fluide est
compressible. Dans le cas contraire, le fluide est alors incompressible. Quelques
soit l’action mécanique, la masse d’une quantité de fluide ne change pas, par contre
son volume peut changer. Notons  la masse volumique d’un fluide.

Dans le S.I. la masse est en (kg), le volume en (m3) et en (kg/m3).


- Le volume ne change pas   = cte : cas des liquides (eau, huile)  fluide
incompressible.
- Le volume change   varie : cas des gaz (air)  fluide compressible.
Remarque :
Dans certains cas, un gaz peut être considéré incompressible, et ce lorsque la
variation de la pression ou de la vitesse est faible. Exemple de l’air dans un circuit
de ventilation.
3.2.2 La viscosité :

La viscosité traduit la facilité ou la difficulté à l’écoulement. Considérons 2


récipients identiques contenant une même quantité de 2 liquides différents.
10
Figure 2:La viscosité des liquides

On constate que le liquide 1 se vide plus rapidement que le liquide 2. On dit que:
La viscosité du liquide 1 est plus faible que celle du liquide 2, ou le liquide 1 est
moins visqueux que le liquide 2. La viscosité est caractérisée par :

3.2.2.1 La viscosité dynamique (notée μ) :

La viscosité dynamique est une grandeur physique qui caractérise la résistance à


l'écoulement laminaire (voir Régimes d'écoulement des fluides) d'un fluide
incompressible.

3.2.2.2 La viscosité cinématique (notée ν) :

La viscosité cinématique représente la capacité de rétention des particules du fluide


et quantifie sa capacité à s’épancher (se répandre).C’est le quotient de la viscosité
dynamique par la masse volumique du fluide.

Coefficient de viscosité cinématique :

ν est le coefficient de viscosité cinématique, exprimé en mètre carré par seconde


(m2⋅s −1, m2/s).

 μ est le coefficient de viscosité dynamique. Il caractérise l'aptitude du fluide à


s'écouler et s'exprime en pascal-seconde (Pa⋅s) .

11
  est la masse volumique du fluide, en kilogramme par mètre cube (kg⋅m−3,
kg/m3).

3.3 Régimes d'écoulement des fluides :

En dynamique des fluides, il existe deux sortes de fluides :


 Le fluide parfait qui ne présente pas de résistance à l'écoulement.
 Le fluide réel qui est visqueux et présente donc une résistance à l'écoulement.

Figure 3:Différence entre fluide parfait et fluide réel

Il existe deux régimes d'écoulement pour un liquide :

3.3.1 Écoulement laminaire :

Les lignes de courant demeurent parallèles entre elles, les couches de fluide
glissant les unes sur les autres sans se mélanger. Les pertes de charge sont alors
proportionnelles à la vitesse.
3.3.2 Écoulement turbulent :

Les lignes de courant ne gardent plus leur individualité, mais s'enchevêtrent. Les
pertes de charge sont proportionnelles au carré de la vitesse.

Figure 4:Régime laminaire et régime turbulent

12
3.3.3 Facteurs influant sur l'écoulement des fluides dans les
conduites :

Les principaux facteurs influant sur l'écoulement des fluides dans une conduite
sont les suivants :

 Vitesse du fluide.
 Frottement du fluide en contact avec la conduite.
 Viscosité du fluide.
 Masse volumique du fluide.

3.3.3.1 Vitesse du fluide :

Elle dépend de la charge qui force le fluide à traverser la conduite. Plus la charge
est élevée, plus le débit de fluide est important (les autres facteurs restants
constants) et, par conséquent, plus le volume d'écoulement est important.

Le diamètre de la conduite influe également sur le débit. Si l'on double le diamètre


de la conduite, le débit potentiel augmentera selon un coefficient quatre.

3.3.3.2 Frottement de la conduite :

Il réduit le débit du fluide dans les tuyaux et la vitesse du fluide est plus lente près
des parois de la conduite qu'au centre. Il est donc considéré comme un facteur
négatif. Plus la conduite est lisse, propre et de grand diamètre, et moins le
frottement de la conduite a d'effet sur le débit général du fluide.
3.3.3.3 Viscosité dynamique du fluide :

Elle réduit, tout comme le frottement, le débit du fluide près des parois de la
conduite. Elle augmente ou diminue en fonction des variations de température.

3.3.3.4 Masse volumique du fluide :

Elle influe également sur le débit, car un fluide plus dense exige une charge
supérieure pour maintenir le débit souhaité.

13
Le fait que les gaz soient compressibles exige souvent l'utilisation de méthodes
différentes pour mesurer des débits de liquides, de gaz ou de liquides contenant des
gaz.
3.3.4 Le nombre de REYNOLDS :

Pour faciliter la comparaison entre deux écoulements, on utilise des nombres sans
dimension. Ainsi, dans un écoulement incompressible (pression = constante) et
isotherme (température = constante), un seul paramètre sans dimension est suffisant
pour caractériser l'écoulement, c'est le nombre de REYNOLDS.

V : vitesse moyenne de débit en m/s.

D : diamètre de la canalisation en mètre.

n : viscosité cinématique du fluide en m²/s (eau douce n = 1,1 x 10-6 m²/s ).

µ : viscosité dynamique du fluide en poise (1centipoise = 1millipascal.seconde ).

La viscosité cinématique du fluide est:

Dans une conduite de section circulaire :

14
 si < 2000, l'écoulement est laminaire.
 si 2000 < < 3000 l’écoulement est intermédiaire.
 si > 3000, l'écoulement est turbulent.

3.4 Pertes de charge :

Les pertes de charge sont la diminution de la pression totale entre deux sections
d'un écoulement. Elles s'expriment en mètres de colonne d'eau (MCE) et sont
fonction de la section du tuyau, du débit véhiculé et de la nature du liquide.

3.5 Tourbillon :

Un tourbillon est, en dynamique des fluides, une région d'un fluide dans laquelle
l'écoulement est principalement un mouvement de rotation autour d'un axe,
rectiligne ou incurvé. Ce type de mouvement s'appelle écoulement tourbillonnaire.

4 Concepts de base :

4.1 Loi de faraday :

La loi de Faraday énonce que la force électromotrice induite dans un circuit fermé
baigné par un champ magnétique est directement proportionnelle à la variation dans
le temps du flux du champ magnétique pénétrant dans le circuit.

15
Le f.é.m induite dans le circuit est la dérivée négative par rapport au temps du flux
du champ magnétique à travers les circuits.

La f. e. m. induite est donnée par :

E = −dΦ / dt

Le signe négatif détermine le sens du courant induit dans le circuit. Il est régi par
la loi de Lenz qui énonce que le sens du courant induit est tel qu'il s'oppose par ses
effets magnétiques à la cause qui a produit le courant.

Figure 5:la loi de Faraday

4.2 Effet Doppler:

L'effet Doppler est le décalage de fréquence d’une onde (mécanique, acoustique,


électromagnétique ou d'une autre nature) observé entre les mesures à l'émission et
à la réception, lorsque la distance entre l'émetteur et le récepteur varie au cours du
temps.

16
Figure 6:Effet Doppler

4.3 Théorème de Bernoulli :

La somme des pressions et des énergies mécaniques par unité de volume


est constante tout le long du tube de courant.
Soit la formule de Bernoulli :

où :

p est la pression en un point (en Pa ou N/m²).


ρ est la masse volumique en un point (en kg/m³).
v est la vitesse du fluide en un point (en m/s).
g est l'accélération de la pesanteur (en N/kg ou m/s²).
z est l'altitude du point considéré (en m).

L' équation de Bernoulli peut être considérée comme un principe de conservation


d'énergie adapté aux fluides en mouvement. Le comportement habituellement
nommé "effet Venturi" ou "effet Bernoulli" est la diminution de pression du liquide
dans les régions où la vitesse d' écoulement est augmentée. Cette diminution de
pression dans un rétrécissement de conduit peut sembler contradictoire, à moins
17
de considérer la pression comme une Densité d'énergie. Au passage dans le
rétrécissement la vitesse du fluide, donc son énergie cinétique, doit augmenter aux
dépens de l'énergie de pression.

4.4 Effet karman :

L’effet karman appelé aussi Une allée de tourbillons de Karman est un motif
périodique de tourbillons causés par la séparation instable d'un écoulement autour
de corps peu profilés. Une allée de tourbillons ne peut s'observer qu'à l'intérieur
d'un intervalle donné de nombres de Reynolds, généralement entre un système de
tourbillons attaché à l'obstacle et la turbulence.

Lorsqu'un tourbillon se détache, un écoulement dissymétrique se forme autour du


corps, ce qui modifie la distribution des pressions. Cela signifie que la séparation
alternée des tourbillons peut créer sur ce corps une portance périodique, cause de
vibrations.

Figure 7:Allée de tourbillons de Karman

5 Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons fait une terminologie générale des différents concepts
qui existent dans les chapitres qui se suivent. De même, nous avons donné une
présentation des différents principes fondamentaux de la physique et notamment
de la mécanique du fluide.

18
Chapitre 2 :

La mesure du débit

19
1 Introduction :

Le transport des fluides industriel dans les conduites et les mesures de leurs débit
sont nécessaires pour la plus part des opérations de la production et de la
commercialisation. Comme les fluides industriels sont corrosifs ou érosifs, leur
nature peut être modifiée en causant des variations dans la composition ou dans les
paramètres de ces derniers (la température, la pression ou la vitesse). Pour ces
raisons les fluides influent sur les conduites et les instruments de mesure de débits.
L’objectif de ce chapitre est de mentionner les débitmètres les plus utilisés dans
l’industrie, leur principe de fonctionnement ainsi que leurs caractéristiques.

2 Débitmètres électromagnétiques (D.E.M.) :

2.1 Principe de fonctionnement :

Le débitmètre électromagnétique fonctionne suivant le principe de Faraday. Quand


un liquide conducteur s’écoule perpendiculairement à travers un champ
magnétique, une différence de potentiel électrique est créée au sein du liquide.
Cette différence de potentiel, captée à l’aide de deux électrodes permet, par le
calcul, d’en déduire la vitesse puis le débit du fluide.

Figure 8:le débitmètre électromagnétique

20
Cette création de tension électrique s’explique simplement si on observe les
forces qui s’exercent sur les anions et cations présents au sein du liquide. Une
charge électrique (électron, anion, cation) qui se déplace dans un champ
magnétique subit une force (force de Laplace) qui tend à faire dévier cette charge
de sa trajectoire initiale.

Selon que cette charge est positive ou négative elle sera déviée dans un sens ou
dans le sens opposé. Cette force s’exprime de la façon suivante : F=qv∧B où q est
la charge de la particule, v est le vecteur vitesse et B le vecteur champ
magnétique.

Il en résulte une zone plutôt positive et une zone plutôt négative au sein du liquide
qui passe dans le champ magnétique. On peut mesurer alors entre ces deux zones
une différence de potentiel électrique à l’aide d’un voltmètre.

Cette différence de potentiel ou tension, mesurée, sera directement proportionnelle


à la vitesse des charges, donc à la vitesse du liquide et à son débit. Le liquide passant
dans le champ magnétique, les charges subissent la force de Laplace et leurs
trajectoires sont modifiées différemment selon leurs signes.

21
Figure 9:le principe de mesure d'un débitmètre électromagnétique

Le liquide passant dans le champ magnétique, les charges subissent la force de


Laplace et leurs trajectoires sont modifiées différemment selon leurs signes. Un
convertisseur de mesure amplifie le signal et le transforme en un signal
conventionnel (4-20 mA).

2.2 Caractéristiques :

 Limites de température : - 25°C à + 180 °C.


 Pression : jusqu’à 40 bar.
 Vitesse du fluide : 0,2 à 10 m/s.
 Diamètre de raccordement : 2mm à 2m.
 Erreur de justesse : 0,2 % à 3 % de la valeur mesurée.
 Perte de charge : nulle.
 Temps de réponse : à partir de 0,1 s.
 Conductivité nécessaire du fluide : à partir de 1 μS/cm.

22
2.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique :

Avantages :
 La mesure ne dépend pas des caractéristiques physiques du fluides (pression
, température, densité, viscosité, conductivité électrique, encrassement des
électrodes…) ce qui permet de mesurer les débits des liquides chargés en
particules solides de pulpes, de pâtes ou de boues dans presque tous les
secteurs industriels. La seule condition pour leur mise œuvre est que le
produit à mesurer présente une certaine conductivité électrique minimale de
l'ordre de quelques µS/cm.
 La mesure indépendante de la répartition des vitesses dans la canalisation
(donc on peut le placer en cas de coude, vanne …).
 Pas de perte de charge.
 Absence de pièces mobiles.
 Grande précision et répétabilité.
 Résistance à la corrosion.
 large gamme de diamètres de conduite possible (de quelques mm à 2 m).

Inconvénients :

 son prix.
 ne peut être utilisé que pour des liquides conducteurs du courant électrique
(ce qui exclut les hydrocarbures et solvants organiques).

3 Le débitmètre à ultrasons :

Le débitmètre à ultrason est un instrument utilisant les ultrasons pour mesurer la


vitesse moyenne d'un fluide.

23
La connaissance de la section permet d'avoir la mesure du débit. La mesure de débit
par ultrasons fait appel à plusieurs techniques mettant en œuvre des sondes
émettrices et réceptrices (les deux pouvant être confondues).

Différentes méthodes sont possibles : débitmètre à effet Doppler et débitmètre par


mesure de différence des temps de transit.

Les transducteurs peuvent être montés:

•Selon la méthode en directe : les transducteurs sont montés sur les côtés
opposés du tuyau et les ultra-sons traversent le tuyau une seule fois.

•Selon la méthode en V : les ultra-sons traversent le tuyau deux fois.

•Selon la méthode en Z: les transducteurs sont montés sur les côtés opposés
du tuyau et les ultra-sons traversent le tuyau quatre fois.

Figure 10:Le débitmètre ultrasonore

Le choix de la méthode de montage dépend de conduite et les caractéristiques


liquides.

3.1 Le débitmètre à ultrason par effet Doppler :

3.1.1 Principe de fonctionnement :

Un objet (bulle de gaz par exemple) dans un fluide se déplaçant et recevant une
impulsion ultra sonore d’un émetteur piézoélectrique de fréquence connue, renvoie
vers la source de l’impulsion un écho à une fréquence décalée par l’effet Doppler.

24
La mesure de la différence de fréquence fournit ainsi la vitesse de la particule,
assimilée à celle du fluide. Il est ainsi parfaitement possible de déterminer un profil
de vitesse quasi instantané.

Figure 11:Principe du fonctionnement d’un débitmètre à effet Doppler

La vitesse du fluide V est calculée par la formule suivante :

où : C vitesse du son dans le fluide au repos, en m/s.

Φ angle que fait le signal source avec le vecteur vitesse, en rad.

FR, FS fréquences du signal récepteur et du signal source respectivement, en Hz.

Sans tenir compte du taux vide, le débit volume peut être exprimé par :

Le débit calculé dépend de la vitesse du son dans le fluide au repos. Par conséquent,
il dépend forcément de la nature du fluide et également de la température et de la
pression du fluide.

25
La vitesse du son dans un fluide est défini par où la masse volumique
 : est une fonction de température et le coefficient de compressibilité isentropique
: dépend à la fois de la température et de la pression.

Le débitmètre à effet Doppler ne peut fonctionner que sur des fluides chargés, voire
très chargés. Contrairement au débitmètre à temps de transit, la mesure par
débitmètre à effet Doppler est affectée par la vitesse du son dans le fluide au repos,
donc par la nature du fluide, sa température et sa pression.

3.1.2 Caractéristiques :

Domaine d'utilisation : exige la présence de gaz ou de solides en suspension dans


l'écoulement pour fonctionner correctement.
Diamètre de canalisations : généralement important.
Précision modeste : 2 à 5 % de l'étendue de mesure.

3.1.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique :

Avantages :

 Possibilité de lecture à distance.


 Pas d’obstruction pour le courant d’eau, donc perte de pression négligeable.

Inconvénients :
 C dépend de T.
 Très sensible aux perturbations de l’écoulement.
 Exigences d’entretien élevées et étalonnage fréquent.
3.2 Débitmètre à ultrason par mesure de différence des temps de
transit :

26
3.2.1 Principe de fonctionnement :

Figure 12:Principe du fonctionnement du débitmètre à temps de transit

Le débitmètre est constitué de deux sondes opposées dirigées l’une vers l’autre, la
première placée en amont (sonde A), la seconde en aval (sonde B). Le débitmètre
émet par l’une des deux sondes un signal ultrasonore qui est reçu par l’autre sonde.
Il peut ainsi déterminer le temps entre l’émission du signal et la réception du signal
d’écho. Le débitmètre effectue ensuite la même opération en sens inverse : tir,
réception de l’écho, détermination du temps de transit. Ces deux tirs permettent de
connaître les temps tAB (temps de transmission de la sonde amont vers la sonde
aval) et tBA (temps de transmission de la sonde aval vers la sonde amont), ainsi que
la différence Δt entre les deux temps de transmission. Cette différence est liée à la
variation de la vitesse du signal selon le sens de transmission. En effet, le signal se
propage plus vite dans le sens de l’écoulement du fluide qu’à contre-courant. Les
temps de parcours sont exprimés comme suit :

Où : L la longueur de parcours du signal dans la conduite, en m. C la vitesse du


signal lorsque le fluide est au repos, en m/s. v la vitesse du fluide, en m/s.  l’angle

27
formé par la direction de l’écoulement et la ligne AB, en rad. A partir de ces
équations, on peut déduire la vitesse du fluide v par :

3.2.2 Caractéristiques :

 La perte de charge est quasi nulle (possibilité de mettre en œuvre à l’extérieur


de la conduite et de ne pas modifier la circulation du fluide).
 La précision totale est de l’ordre de 1 % à 5 %.
 Le temps de réponse est très rapide
 Il peut mesurer le débit dans les deux sens d’écoulement
 Son fonctionnement ne dépend pas de la nature du fluide. Il dépend très peu des
paramètres d’état du fluide (température, pression).
 Cependant, il exige un fluide pas trop chargé d’impuretés (particules, bulles de
gaz…).

3.2.3 Avantages et inconvénients du débitmètre électromagnétique :

Avantages :

 Possibilité de lecture à distance.


 Pas d’obstruction pour le courant d’eau, donc pas de perte de pression.
 Ne nécessite pas une conductivité de l’eau minimale pour fonctionner, comme
c’est le cas pour les débitmètres magnétiques.

Inconvénients :

 Mesure la vitesse moyenne du profil d’écoulement et non la vitesse moyenne


pondérée selon la surface du profil.
 Très sensible aux changements de la composition de l’eau.

28
 L’installation peut être influencée par la condition de la conduite existante.
 Électricité requise pour la mesure et le traitement du signal.

4 Débitmètre à turbine :

La turbine La turbine est une machine qui convertit l’énergie liée à la pression d’un
fluide en énergie mécanique de rotation et permet d’entrainer un autre dispositif à
l’aide d’un arbre.

4.1 Principe de fonctionnement :

L’écoulement du fluide entraîne la mise en rotation d’une turbine placée dans l’axe
de la conduite de mesure. Sa vitesse de rotation qui est mesurée par un tachymètre,
est proportionnelle à la vitesse d’écoulement du fluide. La vitesse de rotation de la
turbine peut être mesurée par l’intermédiaire d’un capteur inductif. Le passage de
chaque pale devant le capteur influe sur le champ magnétique, la variation de flux
dans la bobine réceptrice engendre une impulsion à chaque passage. Le nombre
d’impulsion par unités de temps (fréquence) est proportionnel au débit instantané :

Avec :
qv : débit (m3/h)
f : impulsion par seconde (fréquence)
K : coefficient d’étalonnage.

29
Figure 13: débitmètre à turbine

4.2 Caractéristiques :

Domaine d'utilisation : compatible avec de nombreux liquides (rotor en acier


inoxydable). Toutefois la propreté du liquide est essentielle, afin de ne pas
encombrer les paliers de butée du rotor qui peut tourner à haute vitesse. De par leur
principe ils sont réservés aux fluides peu visqueux, exempt de bulles ou de matières
granuleuses. Ils sont destinés aux applications industrielles générales (eau, alcools,
carburants, acides, gaz liquéfiés, liquides cryogéniques...).

Diamètre de canalisations : 10 mm à 30 cm environ.

Précision : 0,2 à 2 % de l'étendue de mesure, selon les appareils.

Temps de réponse : plusieurs millisecondes.

4.3 Avantages et inconvénients du débitmètre à turbine :

Avantage :

 haute précision, dans tous les débitmètres.


 bonne reproductibilité.
 zéro dérive, antiparasitage capacité.
 structure compacte.

30
Inconvénients :

 ne peut pas maintenir des caractéristiques d’étalonnage pendant une longue


période.
 fluides propriétés des caractéristiques du flux ont plus d’impact.

5 Un débitmètre à effet vortex :


Un débitmètre à effet vortex est un type de débitmètre dont la mesure repose sur
la formation de tourbillons alternés générant des coups de pression à l'intérieur de
tuyauteries pleines, pour lire le débit, tant de liquides que de vapeurs et de gaz.

5.1 Principe de fonctionnement :

Le principe de mesure est basé sur l'observation d'un détachement de tourbillons


après un obstacle placé dans un écoulement, par exemple un pilier de pont.

Un débitmètre à effet vortex est basé sur ce phénomène de génération de


tourbillons, appelé effet de Karman. Lorsqu'un fluide rencontre un corps non
profilé, il se divise et engendre de petits tourbillons ou vortex alternés, de part et
d'autre et en aval du corps non profilé. Ces tourbillons engendrent des zones de
pression variable, détectées par un capteur capacitif doté d'un cristal piézo-
électrique qui enregistre alors la fréquence de ces variations de pression qui sont
proportionnelles au débit. Cette fréquence de génération des tourbillons est
directement proportionnelle à la vitesse du fluide.

La sortie d'un débitmètre à effet vortex dépend du facteur K. Le facteur K est lié à
la fréquence de génération des tourbillons par rapport à la vitesse du fluide. Le
facteur K varie en fonction du nombre de Reynolds, mais est pratiquement constant
sur une vaste plage de débit. Les débitmètres à effet vortex mesurent des débits
extrêmement précis si on les utilise sur cette plage linéaire.

31
Figure 14:Principe de fonctionnement du débitmètre Vortex

Vitesse du fluide = fréquence des tourbillons / facteur K

Remarque :
Le facteur K dépend du nombre de REYNOLDS, mais est pratiquement constants
une vaste plage de débit.

5.2 Caractéristiques :

Domaine d'utilisation : Il est destiné au liquide propre, gaz ou vapeur et non


recommandé pour la mesure de faibles débits. Il entraîne une perte de charge,
supporte des vitesses de fluide importantes

Diamètre de canalisations : 12 à 500 mm.

Précision : 1 %.

Bonne dynamique : 1-20.

5.2.1 Avantages et inconvénients du débitmètre à effet vortex :

Avantages :

 Large rangeabilité (pour les nombres de Reynolds supérieurs à 10 000).


32
 Une précision de 1% du taux.
 Une large gamme de tailles.
 Sortie linéaire.
 Disponibilité des sorties d'impulsion et analogiques.

Inconvenients :

 Ne fonctionne que pour un nombre de Reynolds supérieur à 10 000, ce qui limite


son champ.
 d’application aux liquides moins visqueux que l’eau.
 la sensibilité aux vibrations.
 le risque d’abrasion de l’obstacle par des solides en suspension.
 longue longueur droite en amont (même ordre de grandeur que les diaphragmes)
 Le débitmètre à vortex n’accepte que le fluide dans un seul état physique : gaz
ou liquide. Pour le liquide il faudra donc éviter tout dégazage dû à une baisse
de pression en amont du débitmètre (en aval d’une vanne par exemple) et à
l’intérieur du débitmètre lui-même (respecter les spécifications du
constructeur).

6 Le débitmètre à pression différentielle :

Pour parvenir à une mesure de pression différentielle nécessite deux éléments


principaux de l'équipement Premièrement, un organe déprimogène ou un élément
primaire est nécessaire qui crée une chute de pression. Essentiellement, cet élément
crée une restriction ou une réduction de la ligne d'écoulement qui provoque une
différence entre les pressions amont et aval.
Cette restriction peut varier en fonction du type d'élément utilisé et du type de
milieu mesuré. La différence de pression est mesurée par un transmetteur de
pression différentielle, qui peut ensuite être utilisé pour calculer le débit. Pour
donner automatiquement la valeur du débit instantanée.
33
Les principaux organes déprimogènes sont :

 le tube de Pitot.
 le tube de Venturi.
 le diaphragme.
 la tuyère.

6.1 Capteur de pression différentielle a tube de Pitot :

Un tube de Pitot-statique ou tube de Prandtl (ou antenne de Prandtl) est constitué


de deux tubes coudés concentriques dont les orifices, en communication avec le
fluide dont on veut mesurer la vitesse, sont disposés de façon particulière : Il s'agit
d'un dispositif extrêmement simple qui permet une mesure de la vitesse
d'écoulement d'un fluide. L'objet présente une forme profilée, et creuse afin d'être
rempli du fluide dans lequel il est immergé, et doit être muni de deux prises de
pression (tubes manométriques). Comme la montre le schéma ci-dessous, l'un des
deux tubes manométriques est relié au front d'attaque de l'objet (point d'arrêt
caractérisé par une vitesse d'écoulement nulle), alors que l'autre est en prise avec le
fluide statique remplissant l'objet.

Figure 15:Tube de Pitot

En supposant que le fluide est non visqueux, incompressible et que l'écoulement


est stationnaire et uniforme en amont de l'objet, on va pouvoir identifier un certain
nombre de lignes de courant et y appliquer l'équation de Bernoulli. On supposera

34
par ailleurs que toutes ces lignes de courant sont approximativement à la même
altitude (voir la démonstration dans l’annexe 1).

Tel que h lue grâce aux deux tubes manométriques permet d'évaluer la différence
de pression entre les points A et B et p A c’est la pression totale et p B c’est la pression
statique.

6.1.1 Caractéristiques :

Domaine d'utilisation : pour les liquides propres ou visqueux, la mesure de


débit de gaz, la variation de la vitesse d'écoulement entre la moyenne et le centre
n'étant pas aussi importante qu'avec les autres fluides. Ils sont facilement
bouchés par des corps étrangers présents dans le fluide.

Diamètre de canalisation : à partir de 300 mm et jusqu'à 3,8 m en France (9,6


m au USA).

Précision : 1 à 2 % de la valeur réelle.

6.2 Capteur de pression différentielle à tube de venturi :

Le tube de venturi est un débitmètre simple à pression différentielle. Ce système


est basé sur l’effet Venturi qui peut se définir par la formation d’une dépression
suivie d’une accélération des particules fluides. Au niveau du venturi, Il y a une

35
diminution de section, suivi d’une augmentation de la section. On qualifie
d’ailleurs souvent un venturi de « convergent-divergent ». Ici on se concentre
seulement sur la partie décroissante de la section ou convergente, la partie
croissante n’intervenant pas dans le calcul du débit mais permettant notamment de
calculer les pertes de charges de ce système. Cette réduction de section, provoque
donc une dépression, qui se traduit par une augmentation de la vitesse du fluide et
une diminution de la pression. Deux prises de pression, une en amont et une en
aval, vont permettre de calculer le débit. En effet la pression sera plus importante
avant le Venturi qu’à la sortie. Cela va se traduire par une différence de hauteur
d’eau dans les tubes reliés aux deux prises de pression. C’est cette différence de
hauteur engendrée par la différence de pression, qui va permettre de calculer le
débit du fluide ; le débit ne changeant pas au passage de ce système.

Figure 16:Le tube de venturi

On supposera la distance sur laquelle la réduction et l’augmentation de section


s’applique comme suffisamment grande devant la réduction et l’augmentation
elles-mêmes afin de négliger les pertes de charges liées à la convergence (pertes de
charges expliquées ci après).En partant du théorème de Bernoulli, on obtient, en
simplifiant les termes liés à l’altitude qui est supposée constante dans le tube :

36
Comme explicité dans l’annexe, on utilise les relations suivantes :

Pour finalement obtenir le débit par :

6.2.1 Caractéristique :

Domaine d'emploi : liquide propre, gaz et vapeur.

Précision : 0,5 à 3 % selon les cas.

7 Capteur à pression différentielle à diaphragme :


Un diaphragme est une plaque mince percée d’un orifice circulaire, que l’on place
dans la conduite, perpendiculairement au sens d’écoulement du fluide. Comme
dans le venturi, le débit du fluide étant constant, on observe logiquement au passage
de l’orifice, une augmentation de la vitesse et une diminution de la pression. De
même, deux prises de pression, en amont et en aval du diaphragme, permettent de
mesurer la différence de pression et donc d’en déduire le débit volumique. Ce
système, crée néanmoins des pertes de charges plus importantes que le venturi. Des
pertes de charges caractéristiques créées au niveau de l’orifice et qui dépendent du
débit. Encore une fois à partir du théorème de Bernoulli :

37
Figure 17:principe de fonctionnement du diaphragme

En remplaçant les vitesses par les débits divisés par les sections :

On factorise les sections par la petite d et on introduit le terme β qui correspond


au rapport des sections d/D :

Comme explicité dans l’annexe 4 on introduit un terme C qui va nous permettre


de prendre en compte les pertes de charge qui, comme dis plus haut, sont plus
importantes que pour le Venturi :

38
7.1.1 Caractéristique :

Domaine d'utilisation : pour les liquides propres ou visqueux, la mesure de débit


de gaz, la variation de la vitesse d'écoulement entre la moyenne et le centre n'étant
pas aussi importante qu'avec les autres fluides. Ils sont facilement bouchés par des
corps étrangers présents dans le fluide.

Diamètre de canalisation : à partir de 300 mm et jusqu'à 3,8 m en France (9,6 m


au USA) .

Précision : 1 à 2 % de la valeur réelle.

8 Le rotamètre :

8.1 Principe de fonctionnement du rotamétre :

Ce débitmètre est constitué d’un flotteur, qui est placé dans un tube vertical gradué
et transparent, dont la section varie, le diamètre étant croissant vers le haut du tube.
Le déplacement du flotteur est proportionnel au débit et donc la position du flotteur
indiquée par les graduations du tube va correspondre à un débit bien précis. Le
rotamètre fait partie des débitmètres à section variable. En effet à la différence des
débitmètres à pression différentielles comme le venturi ou le diaphragme, ici c’est
la section de passage du fluide qui varie en fonction du débit, la différence de
pression étant quasiment constante (indépendante du débit). Les pertes de charges
induites dans le rotamètre, sont plus faibles que dans les autres systèmes étudiés,
du fait du diamètre important du tube, elles ne sont donc pas prises en compte dans
le calcul du débit.

39
Figure 18:Principe du fonctionnement du rotamétre

8.2 Caracteristique :

Domaine d'utilisation : Il ne tolère pas de haute pression (20 bars au maximum


pour les modèles en verre). Souvent utilisés pour les débits de purge.

Diamètre de canalisation : 4 à 125 mm.

Précision : 2 à 10 % de l'étendue de mesure.

9 Conclusion :

Les capteurs de débit reçoivent les vitesses de flux d'air ou de liquides et ils
pratiquent des différents principes de mesure. Grâce à la vitesse du flux, les unités
d'analyse mesurent le débit ou déterminent par un compteur la quantité parcourue.
Dans ce chapitre, on s’est intéressé à la description du différent principe de mesure
permettant la déduction du débit volumique. Cette étude va nous permettre de faire
le choix d’un tel ou tel débitmètre par le biais des caractéristiques que nous avons
citées pour chaque instrument de mesure de débit volumique.

40
Chapitre 3 :

Les applications biomédicales


des débitmètres volumiques

41
1 Introduction :

Le domaine biomédical est une application des principes et des techniques visant
au contrôle des systèmes biologiques ou au développement d’appareils servant au
diagnostic et au traitement des patients. Le domaine biomédical est basé sur
l’utilisation de nombreux types de capteurs tel que les débitmètres volumiques afin
de créer ou développer des équipements médicaux dans le but de diagnostiquer et
de détecter la présence des pathologies, dans ce chapitre on va citer les capteurs du
débit volumiques les plus utilisables où chaque capteur est associe à une technique
de diagnostic différente.

2 Le système d’hémodialyse :

2.1 Définition :

L'hémodialyse est une méthode d'épuration du sang par la création d'un circuit de
circulation extracorporelle et son passage dans un dialyseur.

Lorsqu'il existe une insuffisance rénale sévère, l'organisme se charge


progressivement de substances qu'il convient d'éliminer par la dialyse.

La dialyse consiste à mettre en contact le sang avec un liquide stérile (le dialysat)
dont la composition est proche de celle du plasma (le liquide qui compose 60 % du
sang environ) au travers d'une membrane qui sert de filtre.

2.2 Composition du système d’hémodialyse :

Le système d’hémodialyse se compose de deux composants principaux :

 Le dialyseur, qui joue le rôle de rein artificiel et dans lequel le sang est épuré.
 Le générateur de dialyse, qui prend en charge le rôle du reste de l’organisme,
notamment en assurant la circulation du sang à travers le dialyseur et en
contrôlant l’ensemble du processus.

42
2.2.1 Le générateur de dialyse :

Assure différentes fonctions :

 Le transport du sang dans le système extracorporel.

 La préparation du liquide de dialyse utilisé pour le traitement.

 Le contrôle de la quantité de liquide en excès prélevé au patient.


Il est composé de 2 modules principaux :

2.2.1.1 Le Circuit Sang :

 Equipé de lignes à usage unique.


 Situé sur la façade du générateur.

 Assure le transport extracorporel du générateur.

Figure 19:Le circuit sang

2.2.1.2 Le Circuit hydraulique :

 Situé à l’intérieur du générateur.

 Il est constitué d’un grand nombre de tubulures, de pompes, de capteurs.


43
 Dédié à la gestion du liquide de dialyse ou "Dialysat".

Figure 20:Le Circuit hydraulique

2.3 Contrôle du débit dialysat :

Le Débit du dialysat est mesuré et contrôlé à l’entrée et à la sortie du


dialyseur .L’écart définit la quantité de liquide qui a été échangée entre le dialysat
et le sang à travers la membrane du dialyseur.

Le débit différentiel est appelé « Débit d’ultrafiltration »= Débit dialysat à la


sortie du dialyseur – débit à l’entrée du dialyseur.

44
Figure 21:Maitriseur d'ultrafiltration

Le maitriseur d’Ultrafiltration (Maitriseur Débitmétrique) :


 Mesure en continu des débits entrants et sortants du maîtriseur.
 La différence des débits donne le taux d’UF.

Figure 22:Système à débitmètres électromagnétique

3 La mesure du débit sanguin :

3.1 Définition :

Les débitmètres sanguins servent à surveiller le débit sanguin dans divers vaisseaux
sanguins et à mesurer le débit cardiaque.

45
3.2 Les types des débitmètres utilisés :

 Débitmètre sanguin électromagnétique.


 Débitmètre sanguin à ultrason.

3.2.1 DEBITMETRE ELECTROMAGNETIQUE :

Le débitmètre électromagnétique utilise une sonde qui enveloppe les vaisseaux


sanguins autour des vaisseaux sanguins, connectée à un capteur de débit.

Figure 23:debimetre électromagnétique


Comme le montre la figure, la sonde contient des bobines magnétiques pour
produire un champ magnétique B.

Deux électrodes sont disposées dans une direction perpendiculaire à la direction du


champ magnétique pour capter le potentiel induit e, lorsque le sang se déplace dans
le vaisseau sanguin à une vitesse d'écoulement v :

(La loi de Neumann (ou loi de Lenz) stipule que si un fil conducteur se déplace à
angle droit dans un champ magnétique, une tension E [Volts] apparaît à la fin du
conducteur)

où L est la distance entre les deux électrodes.

46
3.2.2 Débitmètres à ultrasons :

L'instrumentation est basée sur la différence de temps de transit des


ultrasons voyageant en amont et en aval.
Le transducteur piézoélectrique sert à la fois d’émetteur de son et de
récepteur. Comme le montre la figure, une paire de transducteurs à
ultrasons est positionnée en diagonale sur le vaisseau sanguin.
Le temps de transit entre les deux transducteurs est mesuré en amont et
en aval de manière alternée.
Le temps de transit en aval est plus court que le temps de transmission
en amont.
La vitesse de l'échographie c’est u et la vitesse du flux sanguin v.

47
Figure 24:Débitmètres à ultrasons

La distance entre les deux transducteurs est D.

Les temps de transit amont et aval sont donnés par:

Comme pour le débitmètre électromagnétique, le sens de sortie du débitmètre à


ultrasons est une valeur moyenne de la vitesse d'écoulement du sang.

Un processus d'étalonnage est nécessaire pour fournir le débit volumique.

48
4 Le système d’anesthésie :

4.1 Définition :

Le système d'anesthésie est un ensemble de composants connectés au patient


pour permettre d'assurer:
 L’oxygénation.
 La ventilation.
 L’administration d'agents anesthésiques volatils.
 Réchauffement et humidification.
 Relâchant la tonicité musculaire.
 La suppression de la sensation.

Figure 25:Appareil d’anesthésie

La concentration et le débit du mélange sont contrôlés par un mélangeur de gaz


(ou rotamètre).

49
4.2 Le débitmètre utilisé : le rotamétre :

Les rotamètres anesthésiques sont utilisés pour mesurer le débit des gaz utilisés
pour l'anesthésie. Les gaz mesurés sont l'oxygène, l'oxyde nitreux, le dioxyde de
carbone, le xénon et l'air.

Les unités de rotamètres anesthésiques avec système de vanne de régulation


peuvent être composées d’un tube, de 2 tubes, de 3 tubes, etc. conformément aux
besoins de l’utilisateur. Il s'agit d'une unité complète à installer sur l'appareil
d'anesthésie.

Figure 26:Rotametre RTM3 :

Le rotamètre RTM3, plus communément appelé débitmètre à bille, sert à régler et


à mesurer le débit d'un gaz destiné à être administré au patient par voies
respiratoires.

Le RTM3 se connecte à une source murale de gaz sous pression à l'aide d'un embout
direct ou d'un montage par rail. Il doit être muni d'un humidificateur/nébuliseur ou
d'une tétine de sortie.

Principales caractéristiques techniques :

50
Pression d'alimentation :

 4.5 bar +/_ 0,5 bar (O2).

 4.5 bar +/_ 0,5 bar (Air).

Débitmètre à pression compensée pour une parfaite stabilité et une précision du


débit. L'échelle fonctionne à une pression égale à celle de la canalisation et est
insensible à toute contre-pression.

Robinet "à cartouche", extrêmement fiable, facile d'entretien et permettant un


réglage optimal. Parfaite étanchéité du robinet grâce à l'utilisation d'un siège en
polyamide.

Cloche monobloc en polyamide pour une plus grande robustesse, d'ailleurs


Technologie médicale est la seule société à proposer cette matière car elle permet
de résister contre les décontaminations de surface et apporte une plus grande
sécurité. Le dévissage intempestif de la cloche monobloc est impossible. L'échelle
n'est pas accessible au patient.

Échelle expansée sur le rotamètre RTM3 15 l/min et 05 l/min pour une plus grande
précision de lecture à faible débit.

Filtre à l'entrée de l'échelle qui protège le dispositif d'éventuelles impuretés du


réseau et qui assure la protection du patient et du débitmètre. Porosité du filtre 35
microns.

51
Conclusion générale

Dans ce travail on a focalisé notre études sur les capteurs de débit volumiques
parce qu’ils ont trouvé de nombreuses applications aujourd'hui : dans le secteur de
surveillance des installations hydrauliques, thermiques, nucléaires…, dans la
surveillance de l'environnement, dans l'industrie ou pour les procès médicales et
biologiques .en effet, les débitmètres volumiques ont connu une grande utilisation
dans le secteur des appareils médicaux pour le diagnostic des pathologie et la
surveillance à distance des maladies chroniques...

Ce travail nous a permis, d’approfondir nos connaissances sur les débitmètres


volumiques, plus particulièrement leur principe de fonctionnement ainsi que ce
travail nous a donner l’opportunité de savoir comment appliquer les principes
d’ingénierie pour établir un pont entre la médecine et la biologie d’une part et
d’autre part de comprendre plusieurs aspects entrant dans le domaine de
l’instrumentation médicale.

52
Annexes

Annexe 1 : Effet venturi

53
Annexe 2 : Le diaphragme

54
Annexe 3 : Tube de Pitot

55
56
Bibliographies

Rapport : CAPTEURS DE NIVEAUX ET DE DEBIT réalisé par : I.HAFSAOUI.


Rapport : Mesure et instrumentation réalisé par : Dr. Amar HADEF.
Rapport : Mise en évidence des limites de la débitmétrie.
https://studylibfr.com/doc/5129594/2.-d%C3%A9bitm%C3%A8tres-volumiques
https://www.controles-essais-mesures.fr/media/user/8/2/0/doc/mesure-debit-
liquide-gaz-vapeur-endress-hauser-1453968862.pdf
http://gatt.fr/CIRA/Cours/Instrum/CIRA1%20-%205)%20Debit.pdf

57

Vous aimerez peut-être aussi