Vous êtes sur la page 1sur 164

Mathématiques

Terminale C
Chapitre 1 : LES ENSEMBLES N ET Z ........................................................................................................ 1
I. Les ensembles N et Z....................................................................................................................... 1
II. Divisibilité dans Z............................................................................................................................. 6
III. PPCM et PGCD de deux entiers relatifs : ................................................................................... 10
IV. Nombres premiers..................................................................................................................... 17
Chapitre 2 : CALCULS VECTORIELS......................................................................................................... 19
I. Barycentre de n points pondérés .................................................................................................. 19
II. Lignes de niveau ............................................................................................................................ 24
III. Produits Vectoriels .................................................................................................................... 30
Chapitre 3 : ISOMETRIES DU PLAN, APPLICATIONS AFFINES ................................................................ 39
I. Isométries du plan ......................................................................................................................... 39
Chapitre 4 : Les nombres complexes..................................................................................................... 42
I. Etudes algébriques ........................................................................................................................ 42
II. Etude trigonométrique .................................................................................................................. 48
Chapitre 5 : Similitudes ......................................................................................................................... 67
I. Similitudes directes du plan : ........................................................................................................ 67
II. Similitudes indirectes .................................................................................................................... 74
Chapitre 6 : LIMITES ET CONTINUITE .................................................................................................... 76
I. Limite d’une fonction .................................................................................................................... 76
II. Etude d’une branche infinie .......................................................................................................... 84
III. Continuité d’une fonction ......................................................................................................... 86
Chapitre 7 : DERIVATIONS ET ETUDE DE FONCTIONS ........................................................................... 90
I. DERIVATIONS ................................................................................................................................. 90
II. Etude de fonctions ........................................................................................................................ 97
Chapitre 8 : PRIMITIVES ET FONCTIONS LOGARITHME NEPERIEN........................................................ 99
II. Fonction logarithme népérien .................................................................................................... 102
III. Fonction comportant ln .......................................................................................................... 111
IV. Logarithme décimal ................................................................................................................. 125
V. Fonction logarithme de base a .................................................................................................... 125
VI. Points et tangentes remarquables .......................................................................................... 126
Chapitre 9 : FONCTIONS EXPONENTIELLES ET FONCTIONS PUISSANCES............................................ 127
I. Fonction, exponentielle ............................................................................................................... 127
II. Fonction comportant exponentielle............................................................................................ 130
III. Fonctions puissances : ............................................................................................................. 138
Chapitre 10 : DENOMBREMENT ET PROBABILITES ............................................................................. 142
I. Analyse combinatoire .................................................................................................................. 142
II. Calcul de probabilité : .................................................................................................................. 144
III. Variables aléatoires : ............................................................................................................... 147
Chapitre 11 : SUITES NUMERIQUES..................................................................................................... 150
I. Etude globale d’une suite numérique ......................................................................................... 150
II. Limite d’une suite numérique : ................................................................................................... 153
Chapitre 12 : LES INTEGRALES ............................................................................................................. 156
I. Intégrale d’une fonction continue ............................................................................................... 156
II. Technique de calcul d’intégrale :................................................................................................. 157
Bibliographie........................................................................................................................................ 159
Chapitre 1 : LES ENSEMBLES ℕ ET ℤ
I. Les ensembles ℕ et ℤ
I.1 − L’ensemble ℕ:
L’ensemble ℕ désigne l’ensemble des entiers naturels. ℕ∗ désigne l’ensemble des entiers
naturels. On note :
 ℕ = {0; 1; 2; 3; … ; n; n + 1; … }
 ℕ∗ = ℕ ∖ {0} = {1; 2; 3; … ; 𝑛; 𝑛 + 1; … }
NB :
 ℕ admet un plus petit élément qui est 0 ;
 ℕ n’admet pas de plus grand élément car c’est un ensemble infini ;
 Tout élément 𝑛 de ℕ admet un immédiat ( ce nombre est 𝑛 + 1)
 Tout élément 𝑛 de ℕ∗ admet un prédécesseur dans ℕ, ( ce nombre est 𝑛 − 1).
Remarque : 0 n’a pas de prédécesseur dans ℕ.

𝑎 − Addition et multiplication dans ℕ


Addition dans ℕ Multiplication dans ℕ
𝑎+0=0+𝑎 =𝑎 𝑎×1=1×𝑎 =𝑎
0 est l’élément neutre pour + 1 est l’élément neutre pour ×
𝑎 + (𝑏 + 𝑐) = (𝑎 + 𝑏) + 𝑐 𝑎 × (𝑏 × 𝑐) = (𝑎 × 𝑏) × 𝑐
+ est associative × est associative
𝑎+𝑏 =𝑏+𝑎 𝑎×𝑏 =𝑏×𝑎
+ est commutative × est commutative
𝑎 × (𝑏 + 𝑐) = 𝑎 × 𝑏 + 𝑎 × 𝑐
× est distributive par rapport à +
𝑎 + 𝑐 = 𝑏 + 𝑐 ⟹ 𝑎 = 𝑏, (𝑐 ∈ ℕ) ∗
𝑎 × 𝑐 = 𝑏 × 𝑐 ⟹ 𝑎 = 𝑏, (𝑐 ∈ ℕ )
𝑎+𝑏 =0⟹𝑎 =𝑏 =0 𝑎×𝑏 =1⟹𝑎 =𝑏 =1

Remarque :
Pour tous entiers naturels a et b, 𝑎 + 𝑏 et 𝑎 × 𝑏 sont cdes entiers naturels, dpnc l’addition " + " et
la multiplication " × " dans ℕ sont des lois de compositions internes.
𝑏 − Ordre dans ℕ
Propriétés :
Pour tous entiers naturels 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐, on a :
 𝑎 ≤ 𝑎 (la relation est réflexive) ;
 Si 𝑎 ≤ 𝑏 et 𝑏 ≤ 𝑎 ⟹ 𝑎 = 𝑏 (la relation est antisymétrique) ;
 Si 𝑎 ≤ 𝑏 et 𝑏 ≤ 𝑐 ⟹ 𝑎 ≤ 𝑐 (la relation est transitive).
NB : Dans ℕ, deux éléments 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 sont toujours comparables : 𝑎 ≤ 𝑏 ou 𝑏 ≤ 𝑎.
On dit que " ≤ " est une relation d’ordre total.
𝑐 − Principe de la démonstration par récurrence

1
Pour démontrer qu’une proposition 𝑃(𝑛) qui concerne un entier naturel 𝑛 est vraie pour
tout 𝑛 supérieur à 𝑛0 , on procède en deux étapes :
 On démontre que 𝑃(𝑛0 ) est vraie ;
 On démontre que pour tout entier 𝑘 supérieur ou égale à 𝑛0 , si 𝑃(𝑘) est vraie, alors
𝑃(𝑘 + 1) est vraie.
Exemple :
𝑛(𝑛+1)
Démontrons que pour tout entier naturel 𝑛 ≥ 2, on a : 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 = 2
Procédons par récurrence sur 𝑛.
𝑛(𝑛+1)
Soit 𝑃 l’assertion : 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 = 2
ere
1 Etape : Montrons que l’assertion est vrai pour 𝑛 = 2
2(2+1)
𝑃(0) : 1 + 2 = 2
3 = 3, donc 𝑃 est vraie.
𝑛(𝑛+1)
2e Etape : Supposons que pour 𝑛 ≥ 2, 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 = et montrons que 𝑃(𝑛 + 1) est
2
(𝑛+1)[(𝑛+1)+1]
vraie. 𝑃(𝑛 + 1) : 1 + 2 + ⋯ + (𝑛 + 1) = 2
𝑛(𝑛+1)
On a: 1 + 2 + ⋯ + (𝑛 + 1) = 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 + (𝑛 + 1), Or 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 = 2
𝑛(𝑛+1)
⟹ (1 + 2 + ⋯ + 𝑛) + (𝑛 + 1) = 2 + (𝑛 + 1)
𝑛(𝑛+1)+2(𝑛+1)
= 2
(𝑛+1)(𝑛+2)
= 2
(𝑛+1)[(𝑛+1)+1]
= 2
(𝑛+1)[(𝑛+1)+1]
⟹ (1 + 2 + ⋯ + 𝑛) + (𝑛 + 1) = 2
𝑛(𝑛+1)
Donc d’après la démonstration par récurrence, ∀ 𝑛 ≥ 2 , 1 + 2 + ⋯ + 𝑛 = 2
Exemple :
Démontrons que pour tout entier naturel non nul, 𝑛! ≥ 2𝑛−1.
 Pour 𝑛 = 1, 1! ≥ 22 ⟹ 1 = 1, l’assertion est donc vraie au rang 1.
 Supposons que 𝑘! ≥ 2𝑘−1 et montrons que l’assertion est vraie pour 𝑘 + 1.
𝑘−1
On a : 𝑘 ! ≥ 2, or : (𝑘 + 1)! = (𝑘 + 1)𝑘!
Nous savons que : ∀𝑘 ∈ ℕ, 𝑘 + 1 ≥ 2 ⟹ (𝑘 + 1)𝑘! ≥ 2𝑘!
𝑘−1
⟹ (𝑘 + 1)𝑘! ≥ 2. 2 car : 𝑘 ! ≥ 2𝑘−1
𝑘
⟹ (𝑘 + 1)𝑘! ≥ 2
(𝑘+1)−1
⟹ (𝑘 + 1)𝑘! ≥ 2
D’où (𝑘 + 1)! ≥ 2(𝑘+1)−1 et l’on conclut que pour tout entier naturel non nul, 𝑛! ≥ 2𝑛−1.
Remarque :
Lorsqu’une proposition est à la fois vraie pour un entier naturel quelconque et vraie pour
son successeur, alors cette proposition est dite Héréditaire.
I2 − L’ensemble ℤ

2
L’ensemble ℤ désigne l’ensemble des entiers relatifs et ℤ∗ , l’ensemble des entiers relatifs
non nuls. One le note :
 ℤ = {… ; −𝑛 − 1; −𝑛; … ; −2; −1; 0; 1; 2; … ; 𝑛; 𝑛 + 1; … }
 ℤ∗ = ℤ ∖ {0} = {… ; −𝑛 − 1; −𝑛; … ; −2; −1; 1; 2; … ; 𝑛; 𝑛 + 1; … }
𝑎 − Addition dans ℤ
Propriétés 1:
Pour tous entiers relatifs 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐, on a :
(1) 𝑎 + 𝑏 ∈ ℤ (+ est une loi de composition interne dans ℤ) ;
(2) 𝑎 + (𝑏 + 𝑐) = (𝑎 + 𝑏) + 𝑐 (+ est associative) ;
(3) 𝑎 + 0 = 0 + 𝑎 = 𝑎 (0 est élément neutre pour +) ;
(4) S’il existe 𝑎′ ∈ ℤ tel que : 𝑎 + 𝑎′ = 𝑎′ + 𝑎 = 0 (tout élément dans ℤ admet un
opposé dans ℤ)
(5) 𝑎 + 𝑏 = 𝑏 + 𝑎 (+ est commutative).
Remarque :
Pour les quatre premières propriétés, on dit que ℤ est un groupe ;
Pour la 5e propriété, on dit que (ℤ; + )est un groupe commutatif.
Propriété 2 :
Pour tous entiers relatifs 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐, on a :
𝑎+𝑐 =𝑏+𝑐 ⟹𝑎=𝑏
𝑏 − Multiplication dans ℤ
Propriété 1 :
Pour tous entiers relatifs 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐, on a :
(𝑎) 𝑎 × 𝑏 ∈ ℤ (× est une loi de composition interne dans ℤ) ;
(𝑏) 𝑎 × (𝑏 × 𝑐) = (𝑎 × 𝑏) × 𝑐 (× est associative) ;
(𝑐) 𝑎 × (𝑏 + 𝑐) = 𝑎 × 𝑏 + 𝑎 × 𝑐 (× est distributive par rapport à +) ;
(𝑑) 𝑎 × 𝑏 = 𝑏 × 𝑎 (× est commutative) ;
(𝑒) 𝑎 × 1 = 1 × 𝑎 = 𝑎 (1 est élément neutre pour ×) ;
Remarque :
On dit donc que (ℤ; +; × ) est un anneau commutatif unitaire.
Propriété 2 :
Pour tous entiers relatifs , 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 (𝑐 ≠ 0), on a :
 𝑎×0=0,
 𝑐𝑎 = 𝑐𝑏 ⟹ 𝑎 = 𝑏
𝑐 − Ordre dans ℤ
Propriété 1 :
Soit 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux entiers relatifs.
 Pour tout 𝑐 ∈ ℤ , on a : 𝑎 ≤ 𝑏 ⟺ 𝑎 + 𝑐 ≤ 𝑏 + 𝑐
 Pour tout 𝑐 ∈ ℤ+ , on a : 𝑎 ≤ 𝑏 ⟺ 𝑎𝑐 ≤ 𝑏𝑐
 Pour tout 𝑐 ∈ ℤ− , on a : 𝑎 ≤ 𝑏 ⟺ 𝑎𝑐 ≥ 𝑏𝑐
Propriété 2 :
Toute partie non vide et majorée de ℤ admet un plus grand élément ;

3
Toute partie non vide et minorée de ℤ admet un plus petit élément.
Propriété 3 :
Soit 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux entiers relatifs tel que ≠ 0 . Il existe un entier relatif 𝑛 tel que 𝑛𝑏 > 𝑎.

Démonstration :
1er cas : 𝑏 ≥ 1
- Si 𝑎 > 0, alors pour 𝑛 = 𝑎, 𝑏 > 1
- 𝑎 < 0, alors pour 𝑛 = 0, 𝑏 > 1, 0 ≥ 𝑎
e
2 cas : 𝑏 ≤ −1
- Si 𝑏 ≤ −1 ⟹ −𝑏 ≥ 1 cdonc il existe un entier relatif m tel que 𝑚(−𝑏) ≥ 𝑎.
D’où 𝑛 = −𝑚
𝑑 − Division euclidienne dans ℤ
Propriété :
Soit 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux entiers relatifs tel que 𝑏 ≠ 0. Il existe un unique couple (𝑞; 𝑟) de ℤ × ℕ tel
que : 𝑎 = 𝑏𝑞 + 𝑟 et 0 ≤ 𝑟 < |𝑏| où 𝑞 𝑒𝑡 𝑟 sont respectivement le quotient et le reste de la
division euclidienne de 𝑎 par 𝑏.
Exemple :
Dans chacun des cas suivants, procédons à la division euclidienne de 𝑎 par 𝑏.
1) 𝑎 = 53 et 𝑏 = 12
On a : 53 = 12 × 4 + 5 et 0 ≤ 5 < 12, donc 𝑞 = 4 et 𝑟 = 5
2) 𝑎 = −53 et 𝑏 = 12
On a : −53 = 12 × (−4) − 5
−53 = 12 × (−5) + 7 et 0 ≤ 7 < 12, donc 𝑞 = −5 et 𝑟 = 7
3) 𝑎 = 59 et 𝑏 = 18
On a : 59 = 18 × 3 + 5 et 0 ≤ 5 < 18, donc 𝑞 = 3 et 𝑟 = 5
4) 𝑎 = −59 et 𝑏 = 18
On a : −59 = 18 × (−3) − 5
−59 = 18 × (−4) + 13 et 0 ≤ 13 < 18, donc 𝑞 = −4 et 𝑟 = 13
5) 𝑎 = 59 et 𝑏 = −18
On a : 59 = (−18) × (−3) + 5 et 0 ≤ 5 < |−18|, donc 𝑞 = −3 et 𝑟 = 5
6) 𝑎 = −59 et 𝑏 = −18
On a : −59 = (−18) × 3 − 5
−59 = (−18) × 4 + 13 et 0 ≤ 13 < |−18|, donc 𝑞 = 4 et 𝑟 = 13
𝐈𝟐 −Numerotation :
Propriété :
Soit 𝑏 un entier naturel supérieur ou égal à 2.
Tout entier naturel non nul peut s’écrire de la manière unique ∑𝑝𝑘=0 𝑎𝑘 𝑏 𝑘 où les 𝑎𝑘 sont des
entiers naturels tels que : 0 ≤ 𝑎𝑘 ≤ 𝑏.
𝑏
On note que : 𝑥 = 𝑎𝑝 𝑎𝑝−1 … … … … 𝑎2 𝑎1 𝑎0 qui est appelé écriture de 𝑥 en base 𝑏.
Par convention, les écritures sans barre sont en base 10.
NB : Le système décimal l’écriture en base 10.

4
Exemple :
5
1) Ecrire dans le système décimal le nombre 423
7
2) Soit 𝑁 = 5243101201 en base 7. Ecrire N dans le système décimal.
Solution :
5
1) Dans le système décimal le nombre 423 s’écrit :
5
423 = 4 × 52 + 2 × 51 + 3 × 50
= 4 × 25 + 10 + 3
𝟓
𝟒𝟐𝟑 = 𝟏𝟏𝟑
7
2) 𝑁 = 5243101201 ; N est écrit avec 10 chiffres.
7
Dans le système décimal, 𝑁 = 5243101201 s’écrit :
𝑁 = 5 × 79 + 2 × 78 + 4 × 77 + 3 × 76 + 1 × 75 + 1 × 73 + 2 × 72 + 1 × 70
= 201768035 + 11529602 + 3294172 + 352947 + 16807 + 343 + 98 + 1
𝑵 = 𝟐𝟏𝟔𝟗𝟔𝟐𝟎𝟎𝟓
Méthode :
Pour écrire un nombre en base 𝑥, on effectue les divisions successifs de ce nombre par 𝑥
jusqu’à ce que le coefficient soit inferieur à 𝑥.
Exemple :
1) Ecrivons le nombre 127 en base 7. 473 4
On a : 127 7 1 118 4
1 18 7 2 29 4
4 2 7 1 7 4
2 0 3 1 4
1 0
7 4
127 = 241 473 = 13121

2) Ecrivons le nombre 473 en base 4.


𝑎 −Système binaire :
Pour écrire un nombre dans le système binaire (base 2), l’ensemble des chiffres utilisés est :
{0; 1}.
Exemple :
1) Ecrivons chacun des nombres suivants en base 10.
2
a) 1011 = 1 × 23 + 1 × 21 + 1 × 21 + 1 × 20
=8+2+1
2
1011 = 11
2
b) 1101101 = 1 × 26 + 1 × 25 + 1 × 23 + 1 × 22 + 1 × 20
= 64 + 32 + 8 + 4 + 1
2
1101101 = 109
2) Ecrivons le nombre 87 en base 2.

5
87 2
1 43 2
1 21 2
1 10 2
0 5 2
1 2 2
0 1 2
1 0
2
Donc 87 = 1010111
𝑏 −Système hexadécimal :
Pour écrire un nombre dans le système hexadécimal, l’ensemble des chiffres utilisés est :
{1; 2; 3; 4; 5; 6; 7; 8; 9; 𝐴; 𝐵; 𝐶; 𝐷; 𝐸; 𝐹} où 𝐴, 𝐵, 𝐶, 𝐷, 𝐸 𝑒𝑡 𝐹 représentent respectivement les
nombres 10 ; 11 ; 12 ; 13 ; 14 et 15.
Exemple :
16
1) Ecrire dans le système décimal le nombre 𝐹0𝐴5 ;
2) Ecrire 64206 en base 16.
Solution :
16
1) Ecrivons dans le système décimal le nombre 𝐹0𝐴5 ;
16
𝐹0𝐴5 = 𝐹 × 163 + 0 × 162 + 𝐴 × 161 + 5 × 160
= 15 × 163 + 0 + 10 × 161 + 5 × 1
= 61440 + 160 + 5
𝟏𝟔
𝑭𝟎𝑨𝟓 = 𝟔𝟏𝟔𝟎𝟓
2) Ecrivons 64206 en base 16.
64206 16
14 4012 16
12 250 16
10 15 16
15 0
16
On a : 64206 = 𝐹𝐴𝐶𝐸
II. Divisibilité dans ℤ
II1 −Multiple et diviseur d’un nombre entier relatif
1.1 − Definition :
Soit 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux entiers relatifs.
On dit que 𝑎 est un multiple de 𝑏 s’il existe un entier relatif 𝑘 tel que : 𝑎 = 𝑘𝑏.
Si de plus 𝑏 ≠ 0, alors on dit que 𝑏 est un diviseur de 𝑎 ou que 𝑏 divise 𝑎.

6
Exemple :
143 = 11 × 13 donc 143 est un multiple de 11 et de 13.
12 = (−4)(−3), donc 12 est un multiple de −4 𝑒𝑡 − 3. On dit que −4 𝑒𝑡 − 3 divise 12.

Remarque :
 Tout entier relatif est multiple de 1 et de −1. Donc 1 et −1 divisent tout entier relatif ;
 est un multiple de tout entier relatif ;
 Tout entier relatif non nul divise 0, mais 0 ne divise aucun entier relatif ;
 Lorsque 𝑏 ≠ 0, 𝑎 est un multiple de 𝑏 et 𝑏 divise 𝑎 si et seulement si le reste de la
division euclidienne de 𝑎 par 𝑏 est nul.
Propriété 1 :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls. Si 𝑏 divise 𝑎, alors |𝑏| ≤ |𝑎|
Démonstration :
Si 𝑏 divise 𝑎, alors 𝑎 = 𝑏𝑞.
Or : 1 ≤ |𝑞| ⟹ |𝑏| ≤ |𝑏|. |𝑞|
⟹ |𝑏| ≤ |𝑎|
Propriété 2 :
Soit 𝑎, 𝑏 et 𝑐 trois entiers relatifs tels que 𝑎 et 𝑏 soient non nuls.
1) 𝑎 divise 𝑎
2) Si 𝑎 divise 𝑏 et 𝑏 divise 𝑎, alors 𝑎 = 𝑏 ou 𝑎 = −𝑏.
3) Si 𝑎 divise 𝑏 et 𝑏 divise 𝑐, alors 𝑎 divise 𝑐
Démonstration :
Si 𝑎 divise 𝑏, alors |𝑎| ≤ |𝑏|, or on a la simultanéité donc |𝑎| = |𝑏|.
Propriété 3:
Soit 𝑎, 𝑏 et 𝑐 trois entiers relatifs tels que 𝑎 ≠ 0.
Si 𝑎 divise 𝑏 et 𝑐, alors pour tout entier relatif 𝑝 et 𝑞, 𝑎 divise 𝑝𝑏 + 𝑞𝑐.
On dit donc que 𝑎 divise toute combinaison linéaire de 𝑏 et 𝑐 dans ℤ.
𝑎 − Ensemble des multiples d’un entier relatif :
Soit 𝑏 un entier relatif.
Les multiples de 𝑏 sont les nombres : … , 𝑏 × (−2), 𝑏 × (−1), 0, 𝑏 × (1), 𝑏 × (2), …
Les multiples de 𝑏 sont les nombres de la forme (𝑘 ∈ ℤ).
L’ensemble des multiples de 𝑏 est noté 𝑏ℤ.
Exemple :
3ℤ = {… ; −9; −6; −3; 0; 3; 6; 9; … }
−2ℤ = {… ; −6; −4; −2; 0; 2; 4; 6; … }
1ℤ = ℤ
𝟎ℤ = {𝟎}
𝑏 − Ensemble des diviseurs d’un entier relatif :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs. L’ensemble des diviseurs de 𝑎 est noté D(𝒃) et l’ensemble
des diviseurs communs à 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 est noté D(𝒂; 𝒃).
Exemple :

7
D(4) = {−4; −2; −1; 1; 2; 4}
D(−6) = {−6; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 6}
D(6) = {−6; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 6}
D(1) = { −1; 1}
D(0) = ℤ∗
D(4; 6) = {−2; −1; 1; 2}
Remarque :
 Pour tout entier relatif 𝑎, D(𝒃) est un ensemble fini non vide.
 D(𝒂; 𝒃) = D(𝒂) ∩D(𝒃)
II2 −Congruence modulo 𝑛 (𝑛 ∈ ℤ)
2.1 −Definition :
Soit 𝑛, un entier naturel non nul, 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux entiers relatifs.
On dit que 𝑎 est congru à 𝑏 modulo 𝑛 si 𝑎 − 𝑏 est un multiple de 𝑛.
On écrit : 𝑎 ≡ 𝑏[𝑛]
Exemple :
54 ≡ 4[10] signifie que 54 − 4 = 50 est un multiple de 10, car 50 = 5 × 10 ;
4 ≡ 1[3] signifie que 4 − 1 = 3 est un multiple de 3, car 3 = 3 × 1 ;
−2 ≡ −24[11] signifie que −2 + 24 = 22 est un multiple de 11, car 22 = 11 × 2
Remarque :
𝑎 ≡ 0[𝑛], alors 𝑎 est un multiple de 𝑛 ;
Si 𝑟 designe le reste de la division euclidienne de 𝑎 par 𝑛, alors 𝑎 ≡ 𝑟[𝑛].
Propriété :
Soit 𝑛, un entier naturel non nul, 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 trois entiers relatifs.
La relation de congruence modulo 𝑛 est :
 Réflexive : 𝑎 ≡ 𝑎[𝑛] ;
 Symétrique : 𝑎 ≡ 𝑏[𝑛] ⟺ 𝑏 ≡ 𝑎[𝑛] ;
𝑎 ≡ 𝑏[𝑛],
 Transitive : { ⟹ 𝑎 ≡ 𝑐[𝑛].
𝑏 ≡ 𝑐[𝑛],
Autres propriétés :
Propriété 1 :
Soit 𝑛, un entier naturel non nul, 𝑎 𝑒𝑡 𝑎′ deux entiers relatifs, 𝑟 𝑒𝑡 𝑟′, les restes respectifs des
divisions euclidiennes de 𝑎 𝑒𝑡 𝑎′ par 𝑛.
On a : 𝑎 ≡ 𝑎′ [𝑛] ⟺ 𝑟 = 𝑟′.
Propriété 2 :
Soit 𝑛, un entier naturel non nul, 𝑎, 𝑎′ , 𝑏 𝑒𝑡 𝑏′ quatre entiers relatifs.
 Si 𝑎 ≡ 𝑎′ [𝑛] et 𝑏 ≡ 𝑏 ′ [𝑛], alors 𝑎 − 𝑏 ≡ 𝑎′ + 𝑏′[𝑛]
 Si 𝑎 ≡ 𝑎′ [𝑛] et 𝑏 ≡ 𝑏 ′ [𝑛], alors 𝑎𝑏 ≡ 𝑎′ 𝑏′[𝑛]
Remarque :
𝑘
Si 𝑘 est un entier naturel non nul, on a : 𝑎 ≡ 𝑎′ [𝑛] ⟹ 𝑎𝑘 ≡ 𝑎′ [𝑛]
Exemple :

8
On considère les nombres 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 tels que : 𝑎 = 137 et 𝑏 = 73.
Déterminer les restes des divisions euclidiennes de 𝑎 + 𝑏, 𝑎𝑏, 3𝑎 − 2𝑏 et 𝑎3 + 3𝑏 3 par 25.
Solution :
On a : 𝑎 = 137 et 𝑏 = 73.
Déterminons les restes des divisions euclidiennes de 𝑎 + 𝑏, 𝑎𝑏, 3𝑎 − 2𝑏 et 𝑎3 + 3𝑏 3 par 25.

𝑎 = 137 et 137 ≡ 12[25] ⟹ 𝑎 ≡ 12[25]


On a: {
b = 73 et 73 ≡ −2[25] ⟹ 𝑏 ≡ −2[25]
 𝑎 + 𝑏 ≡ 12 + (−2)[25]
⟹ 𝑎 + 𝑏 ≡ 10[25] et 0 ≤ 10 < 25.
Donc le reste de la division euclidienne de 𝑎 + 𝑏 par 25 est 𝑟 = 10.
 𝑎𝑏 ≡ 12(−2)[25]
≡ −24[25], or −24 ≡ 1[25]
⟹ 𝑎𝑏 ≡ 1[25] et 0 ≤ 1 < 25.
Donc le reste de la division euclidienne de 𝑎𝑏 par 25 est 𝑟 = 1.
 3𝑎 − 2𝑏 ≡ (3 × 12 − 2(−2))[25]
≡ (36 + 4)[25]
≡ 40[25]
⟹ 3𝑎 − 2𝑏 ≡ 15[25] et 0 ≤ 15 < 25.
Donc le reste de la division euclidienne de 3𝑎 − 2𝑏 par 25 est 𝑟 = 15.
 𝑎3 + 3𝑏 3 ≡ (123 + 3(−2)3 )[25]
≡ (1728 − 24)[25]
≡ 1704[25], or 1704 = 68 × 25 + 4
⟹ 𝑎3 + 3𝑏 3 ≡ 4[25] et 0 ≤ 4 < 25.
Donc le reste de la division euclidienne de 𝑎3 + 3𝑏 3 par 25 est 𝑟 = 4.
II3 −Utilisation des congruences
𝑎 −Détermination des restes
Exemple :
Déterminons le reste de la division euclidienne de 72002 par 9.
On a : 70 ≡ 1[9]
71 ≡ 7[9]
72 ≡ 4[9]
73 ≡ 1[9]
Or 2002 = 3 × 667 + 1
Donc 72002 ≡ 73×667+1
≡ (73 )×667+1
≡ (73 )×667 × 7
≡ 1667 × 7[9]
72002 ≡ 7[9] et 0 ≤ 7 < 9.
Donc le reste de la division euclidienne de 72002 par 9 est 𝑟 = 7.
Exemple 2 :

9
Déterminons le reste de la division euclidienne de 5𝑛 par 3.
On a : 50 ≡ 1[3]
51 ≡ 2[3]
52 ≡ 1[3]
On distingue deux cas :
1er cas : Si 𝑛 = 2𝑘, (𝑘 ∈ ℕ), on a :
(52 )𝑘 = 1𝑘 [3] ⟹ 5𝑛 ≡ 1[3]
2e cas : Si 𝑛 = 2𝑘 + 1, (𝑘 ∈ ℕ), on a :
(52 )𝑘+1 = (52 )𝑘 × 51
≡ 1𝑘 × 2[3]
⟹ 52𝑘+1 ≡ 2[3]
⟹ 5𝑛 ≡ 2[3] et 0 ≤ 2 < 3.
Donc le reste de la division euclidienne de 5𝑛 par 3 est 𝑟 = 2.
𝑟 = 1, 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟
On conclut que : {
𝑟 = 2, 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑖𝑚𝑝𝑎𝑖𝑟
𝑏 −Démonstration de propriété
Soit 𝑛, un entier naturel.
Démontrons que 𝑛(𝑛4 − 1) est un multiple de 5.
On a : 𝑛(𝑛4 − 1) ≡ 𝑘[5], avec 𝑘 = {0; 1; 2; 3; 4}
0 ≡ 0[5]
 Pour 𝑛 = 0 : { ⟹ 𝑛(𝑛4 − 1) ≡ 0[5]
−1 ≡ 4[5]
1 ≡ 1[5]
 Pour 𝑛 = 1 : { ⟹ 𝑛(𝑛4 − 1) ≡ 0[5]
0 ≡ 0[5]
Nous nous retrouverons avec le tableau suivant :
𝑛 0 1 2 3 4
4
𝑛 −1 4 0 0 0 0
𝑛(𝑛4 − 1) 0 0 0 0 0

D’où 𝑛(𝑛4 − 1) est un multiple de 𝑛.


II4 −Critère de divisibilité par 2, 3, 5, 9 𝑒𝑡 11
Propriété :
 Un entier naturel 𝑛 est divisible par 3 ou par 9 si et seulement si la somme de ses
chiffres dans le système décimal est divisible par 3 ou par 9.
 Un entier naturel 𝑛 est divisible par 2 ou par 5 si et seulement si son chiffre des
unités est divisible par 2 ou divisible par 5.
 Un entier naturel 𝑛 est divisible par 11 si et seulement si la différence entre la
somme de ses chiffres de rang pair et la somme de ses chiffres de rang impair est
divisible par 11.

III. PPCM et PGCD de deux entiers relatifs :


III1 − PPCM de deux entiers relatifs
1.1 −Définition :
10
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls.
Le plus petit commun multiple, noté 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) est le plus petit élément strictement
positif commun à 𝑎 et 𝑏, (𝑎ℤ ∩ 𝑏ℤ). 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) est aussi noté 𝑎⋁𝑏.

Exemple :
Calculons :
a) 𝑃𝑃𝐶𝑀(1; −5)
On a :
1ℤ = {… ; −5; −4; −3; −2; −1; 0; 1; 2; 3; 4; 5; … }
−5ℤ = {… ; −10; −5; 0; 5; 10; … }
−5ℤ ∩ 1ℤ = {… ; −10; −5; 0; 5; 10; … }
Donc 𝑃𝑃𝐶𝑀(1; −5) = 5
b) 𝑃𝑃𝐶𝑀(12; 16)
On a :
12ℤ = {… ; −36; −24; −12; 0; 12; 24; 36; 48; … }
16ℤ = {… ; −32; −16; 0; 16; 32; 48; … }
12ℤ ∩ 16ℤ = {… ; 0; 48; … }
Donc 𝑃𝑃𝐶𝑀(12; 16) = 48
c) 𝑃𝑃𝐶𝑀(5; 7)
On a :
5ℤℤ{… ; −15; −10; −5; 0; 5; 10; 15; 20; 25; 30; 35; 40; … }
7ℤℤ{… ; −21; −14; −7; 0; 7; 14; 21; 28; 35; 42; … }
5ℤ ∩∩ ℤℤ{… ; 0; 35; … }
Donc 𝑃𝑃𝐶𝑀(5; 7) = 35
Remarque :
1) Pour tout entiers relatifs non nuls 𝑎 et 𝑏, on a :
 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) = 𝑃𝑃𝐶𝑀(|𝑎|; |𝑏|)
2) Pour tout entiers naturels non nuls 𝑎 et 𝑏, on a :
 𝑀𝑎𝑥(𝑎; 𝑏) ≤ 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) ≤ 𝑎𝑏
 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) = 𝑎 ⟺ 𝑎 ∈ 𝑏ℤ.
Propriété :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels non nuls et 𝜇 leur 𝑃𝑃𝐶𝑀, on a : 𝑎ℤ ∩ 𝑏ℤ = 𝜇ℤ
Exemple :
On a : 𝑃𝑃𝐶𝑀(1; −5) = 5 ⟹ −5ℤ ∩ 1ℤ = 5ℤ
𝑎 −Relation entre 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑘𝑎; 𝑘𝑏) et 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) :
Propriété :
Pour tout entiers naturels non nuls 𝑎, 𝑏 et 𝑘, on a : 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑘𝑎; 𝑘𝑏) = 𝑘𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏)
Exemple :
a) 𝑃𝑃𝐶𝑀(30; 70) = 𝑃𝑃𝐶𝑀(10 × 3; 10 × 7)
= 10 × 𝑃𝑃𝐶𝑀(3; 7), or 𝑃𝑃𝐶𝑀(3; 7) = 21
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(30; 70) = 10 × 21 = 210
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(30; 70) = 210

11
b) 𝑃𝑃𝐶𝑀(120; 168) = 𝑃𝑃𝐶𝑀(24 × 5; 24 × 7)
= 24 × 𝑃𝑃𝐶𝑀(5; 7), or 𝑃𝑃𝐶𝑀(5; 7) = 35
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(120; 168) = 24 × 35 = 840
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(120; 168) = 840
𝐈𝐈𝐈𝟐 − PGCD de deux entiers relatifs
2.1 −Définition :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls.
Le plus grand diviseur commun, noté 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) est le plus grand élément de D(𝒂; 𝒃).
𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) est aussi noté 𝑎⋀𝑏.
Exemple :
Calculons :
a) 𝑃𝐺𝐶𝐷(24; 30)
D(24) = {−24; −12; −8; −6; −4; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 4; 6; 8; 12; 24 }
D(30) = {−30; −15; −10; −6; −5; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 5; 6; 10; 15; 30}
D(24; 30) = D(24) ∩ D(30)
= {−6; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 6 }
Donc 𝑃𝐺𝐶𝐷(24; 30) = 6
b) 𝑃𝐺𝐶𝐷(5; 12)
D(5) = {−5; −1; 1; 5 }
D(12) = { −12; −6; −4; −3; −2; −1; 1; 2; 3; 4; 6; 12}
D(5; 12) = D(5) ∩ D(12)
= {−1; 1 }
Donc 𝑃𝐺𝐶𝐷(5; 12) = 1
Remarque :
1) Pour tout entiers relatifs non nuls 𝑎 et 𝑏, on a :
 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑃𝐺𝐶𝐷(|𝑎|; |𝑏|)
2) Pour tout entiers naturels non nuls 𝑎 et 𝑏, on a :
 1 ≤ 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) ≤ 𝑀𝑖𝑛(𝑎; 𝑏)
 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑏 ⟺ 𝑏 ∈ D(𝑎)
Propriété :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels non nuls et 𝛾 leur 𝑃𝐺𝐶𝐷.
On a : D(𝑎; 𝑏) = D(𝛾 )
Exemple :
𝑃𝐺𝐶𝐷(24; 30) = 6, donc, D(24; 30) = D(6 )
𝑎 −Relation entre 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑘𝑎; 𝑘𝑏) et 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏)
Propriété :
Pour tout entiers naturels non nuls 𝑎, 𝑏 et 𝑘, on a :
𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑘𝑎; 𝑘𝑏) = 𝑘. 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏)
Exemple :
1) 𝑃𝐺𝐶𝐷(24; 30) = 𝑃𝐺𝐶𝐷(6 × 4; 6 × 5)
= 6 × 𝑃𝐺𝐶𝐷(4; 5)

12
= 6×1
𝑃𝐺𝐶𝐷(24; 30) = 6
2) 𝑃𝐺𝐶𝐷(205; 492) = 𝑃𝐺𝐶𝐷(41 × 5; 41 × 12)
= 41 × 𝑃𝐺𝐶𝐷(5; 12)
= 41 × 1
𝑃𝐺𝐶𝐷(205; 492) = 41
2.1 −Ecriture du 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) comme combinaison linéaire de 𝑎 et 𝑏
Propriété :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels non nuls et 𝛾 leurs 𝑃𝐺𝐶𝐷.
Tout multiple de 𝛾 peut s’écrire comme combinaison linéaire de 𝑎 et 𝑏 à coefficients entiers
relatifs. On a : 𝛾ℤ = 𝑎𝑢 + 𝑏𝑣, avec (𝑢; 𝑣) ∈ ℤ2
Exemple :
𝑃𝐺𝐶𝐷(205; 492) = 41 et 82 ∈ 41ℤ.
Donc il existe deux entiers relatifs 𝑢 et 𝑣 tels que :
82 = 205𝑢 + 492𝑣
⟹ 82 = 205(−2) + 492 × 1 ou 82 = 205 × 10 + 492(−4)
Donc 𝑢 = −2 𝑒𝑡 𝑣 = 1 ou 𝑢 = 10 𝑒𝑡 𝑣 = −4
2.1 −Définition :
Propriété :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels tels que : 𝑎 > 𝑏 > 0 et 𝑟 le reste de la division euclidienne
de 𝑎 par 𝑏.
1) Si 𝑟 = 0, alors D(𝑎; 𝑏) = D(𝑏) et 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑏
2) Si 𝑟 ≠ 0, alors D(𝑎; 𝑏) = D(𝑏; 𝑟) et 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑏; 𝑟)
Des propriété précédentes, on construit une suite permettant la recherche du 𝑃𝐺𝐶𝐷. Cette
méthode de recherche est appelée Algorithme d’Euclide.
Méthode :
Pour démontrer le 𝑃𝐺𝐶𝐷 de deux entiers naturels tels que 𝑎 > 𝑏 > 0. On peut effectuer les
divisions euclidiennes successives suivantes :
 Division de 𝑎 par 𝑏 : 𝑎 = 𝑏𝑞1 + 𝑟0 , (0 ≤ 𝑟0 < 𝑏)
 Division de 𝑏 par 𝑟0 : 𝑏 = 𝑟0 𝑞1 + 𝑟1 , (0 ≤ 𝑟1 ≤ 𝑟0 < 𝑏)
 Division de 𝑟0 par 𝑟1 : 𝑏 = 𝑟0 𝑞1 + 𝑟1 , (0 ≤ 𝑟2 ≤ 𝑟1 ≤ 𝑟0 < 𝑏)
On obtient ainsi une suite (𝑟𝑛 ) positive et strictement décroissante qui s’annule après un
nombre fini de divisions euclidiennes et le dernier reste non nul obtenu est égal au
𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏).
Exemple :
Déterminer le 𝑃𝐺𝐶𝐷 de 304939 et 151097.
Soit 𝜃 = 𝑃𝐺𝐶𝐷(304939; 151097), on a :
304939 = 151097 × 2 + 2745 ⟹ 𝜃 = 𝑃𝐺𝐶𝐷(151097; 2745)
151097 = 2745 × 55 + 122 ⟹ 𝜃 = 𝑃𝐺𝐶𝐷(2745; 122)
2745 = 122 × 22 + 61 ⟹ 𝜃 = 𝑃𝐺𝐶𝐷(2745; 122)
122 = 61 × 2 + 0 ⟹ 𝜃 = 𝑃𝐺𝐶𝐷(122; 61) = 61

13
𝐈𝐈𝐈𝟑 − Nombres premiers entre eux
𝑎 −Définition :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls.
On dit que 𝑎 et 𝑏 sont des nombres premiers entre eux si leur 𝑃𝐺𝐶𝐷 est égal à 1.
Exemple :
1) 𝑃𝐺𝐶𝐷(3; 5) = 1, donc 3 et 5 sont premiers entre eux.
2) Soit 𝑛 un entier naturel non nul. Montrons que 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑛; 𝑛 + 1) = 1
On procédant par la division euclidienne, on a :
𝑛 + 1 = (1 × 𝑛) + 1 ⟹ 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑛; 𝑛 + 1) = 1
Remarque :
𝑛+1
Deux entiers consécutifs sont premiers entre eux et la fraction est irréductible.
𝑛
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls et 𝑑 un diviseur commun à 𝑎 et 𝑏.
On a : 𝑎 = 𝑑𝑎′ , 𝑏 = 𝑑𝑏′ et 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑑 × 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎′; 𝑏′).
𝑑 est le 𝑃𝐺𝐶𝐷 de 𝑎 et 𝑏 si et seulement si 𝑎′ et 𝑏′ sont premiers entre eux.
Théorème de Bézout :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non nuls. 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux si et seulement si, il
existe deux entiers relatifs 𝑢 et 𝑣 tels que : 𝑎𝑢 + 𝑏𝑣 = 1.
Exercice d’application :
Soit 𝑎 = 300 et 𝑏 = 26.
Recherchons leur 𝑃𝐺𝐶𝐷, 𝑢 et 𝑣 tels que : 𝑎𝑢 + 𝑏𝑣 = 1.
Détermination du 𝑃𝐺𝐶𝐷 Présentation des restes Détermination de 𝑢 et 𝑣
par divisions successives des divisions successives
300 = 26 × 11 + 14 14 = 300 − 26 × 11 14 = 𝑎 − 11𝑏
26 = 14 × 1 + 12 12 = 26 − 14 × 1 12 = 𝑏 − (𝑎 − 11𝑏) = 12𝑏 − 𝑎
14 = 12 × 1 + 2 2 = 14 − 12 × 1 2 = 𝑎 − 11𝑏 − 12𝑏 + 𝑎 = 2𝑎 − 23𝑏
12 = 2 × 6 + 0 0 = 12 − 2 × 6 𝑢 = 2 et 𝑣 = −23
𝑃𝐺𝐶𝐷(300; 26) = 2

Exemple :
49 × 54 + 115(−23) = 1, d’où 𝑃𝐺𝐶𝐷(49; 115) = 1.
Théorème de Gauss :
Soit 𝑎, 𝑏 et 𝑐 trois entiers relatifs.
Si 𝑎 divise 𝑏𝑐 et 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux, alors 𝑎 divise 𝑐.
Démonstration :
 𝑎 divise 𝑏𝑐 donc il existe un entier relatif 𝑘 tel que 𝑏𝑐 = 𝑘𝑎
 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux, alors il existe deux entiers relatifs 𝑢 et 𝑣 tels que
𝑎𝑢 + 𝑏𝑣 = 1.
𝑎𝑢 + 𝑏𝑣 = 1 ⟹ 𝑎𝑢𝑐 + 𝑏𝑐𝑣 = 𝑐, or 𝑏𝑐 = 𝑘𝑎
⟹ 𝑎𝑢𝑐 + 𝑘𝑎𝑣 = 𝑐
⟹ 𝑎(𝑢𝑐 + 𝑘𝑣) = 𝑐
⟹ 𝑐 = 𝑎(𝑢𝑐 + 𝑘𝑣), avec 𝑢𝑐 + 𝑘𝑣 ∈ ℤ

14
D’où 𝑎 divise 𝑐.
Exemple :
Résoudre dans ℤ2 l’équation : 2𝑥 − 5𝑦 = 0
On a : 2𝑥 − 5𝑦 = 0 ⟺ 2𝑥 = 5𝑦
D’après Gauss : 2 divise 5𝑦 et 2 est premier avec 5 car 𝑃𝐺𝐶𝐷(2; 5) = 1, d’où 2 divise 𝑦.
Alors il existe un entier relatif 𝑘 tel que 𝑦 = 2𝑘.
2𝑥 = 5𝑦 ⟺ 2𝑥 = 5 × 2𝑘
⟺ 𝑥 = 5𝑘, 𝑘 ∈ ℤ
L’ensemble de solution est : 𝑺 = {𝟓𝒌; 𝟐𝒌}, 𝒌 ∈ ℤ
Conséquence du théorème de Gauss :
Soit 𝑎, 𝑏 et 𝑐 trois entiers relatifs non nuls.
 Si 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux et 𝑎 et 𝑐 sont premiers entre eux, alors 𝑎 et 𝑏𝑐 sont
premiers entre eux.
 Si 𝑎 et 𝑏 divise 𝑐 et si 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux, alors 𝑎𝑏 divise 𝑐.
 Si 𝑎 et 𝑏 sont premiers entre eux, alors 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) = 𝑎𝑏
Propriété :
Soit 𝑛, un entier naturel non nul et 𝑎, 𝑏 et 𝑐 trois entiers relatifs tel que 𝑎 soit non nul.
Si 𝑎 est premier avec 𝑛 et si 𝑎𝑏 ≡ 𝑎𝑐[𝑛], alors 𝑏 ≡ 𝑐[𝑛].
𝑏 − Relation entre 𝑃𝑃𝐶𝑀 et 𝑃𝐺𝐶𝐷 de deux entiers naturels
Propriété :
Soit 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels non nuls. On a : 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎; 𝑏) × 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑎; 𝑏) = 𝑎 × 𝑏.
Exemple:
Sachant que 𝑃𝐺𝐶𝐷(304939; 151097) = 61, déterminons le 𝑃𝑃𝐶𝑀(304939; 151097).
On sait que : 𝑃𝑃𝐶𝑀(304939; 151097) × 𝑃𝐺𝐶𝐷(304939; 151097) = 304939 × 151097
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(304939; 151097) × 61 = 304939 × 151097
304939×151097
⟹ 𝑃𝑃𝐶𝑀(304939; 151097) =
61
⟹ 𝑷𝑷𝑪𝑴(𝟑𝟎𝟒𝟗𝟑𝟗; 𝟏𝟓𝟏𝟎𝟗𝟕) = 𝟕𝟓𝟓𝟑𝟑𝟑𝟗𝟎𝟑
𝐈𝐈𝐈𝟒 − Exemple d’utilisation
𝒂 − Détermination des coefficients d’une égalité de Bézout
Application :
1) Démontrer en utilisant l’algorithme d’Euclide que 564 et 271 sont premiers entre eux.
2) En déduire deux entiers relatifs 𝑢 et 𝑣 tels que : 564𝑢 + 271𝑣 = 1
Solution :
1) Démontrons en utilisant l’algorithme d’Euclide que 564 et 271 sont premiers entre eux.
Divisions successives Restes Détermination de 𝑢 et 𝑣
564 = 271 × 2 + 22 22 = 564 − 271 × 2 22 = 𝑎 − 22𝑏
71 = 22 × 12 + 7 7 = 271 − 22 × 12 7 = 𝑏 − 12(𝑎 − 22𝑏) = −263𝑏 − 12𝑎
22 = 7 × 3 + 1 1 = 22 − 3 × 7 1 = 𝑎 − 22𝑏 + 3(263𝑏 + 12𝑎)
7= 7×1+0 0= 7−7×1 1 = 13𝑎 + 767𝑏
𝑃𝐺𝐶𝐷(564; 271) = 1

15
𝑃𝐺𝐶𝐷(564; 271) = 1 , donc 564 et 271 sont premiers entre eux.
2) Déduisons –en deux entiers relatifs 𝑢 et 𝑣 tels que : 564𝑢 + 271𝑣 = 1
Utilisons les divisions euclidiennes :
On a : 1 = 22 − 3 × 7
= 22 + 7(−3)
= 22 + (271 − 22 × 12)(−3)
= 22 + 271(−3) + 22 × 12 × 3
= 271(−3) + 22 + 22 × 36
= 271(−3) + 22(1 + 36)
= 271(−3) + 22 × 37, or 22 = 564 − 271 × 2
⟹ 1 = 271(−3) + (564 − 271 × 2) × 37
= 271(−3) + 564 × 37 + 271(−2 × 37)
= 564 × 37 + 271(−3 − 74)
⟹ 1 = 564 × 37 + 271(−77)
Donc 𝒖 = 𝟑𝟕 et 𝒗 = −𝟕𝟕.
𝒃 − Equation du type : 𝒂𝒙 + 𝒃𝒚 = 𝒄
Application :
On se propose de résoudre l’équation (𝐸): 34𝑥 − 15𝑦 = 2
1) Résoudre dans ℤ2 , l’équation 34𝑥 − 15𝑦 = 2
2) Déterminer une solution (𝑥0 ; 𝑦0 ) de (𝐸)
3) Résoudre (𝐸).
Solution :
1) Résolvons dans ℤ2 , l’équation 34𝑥 − 15𝑦 = 2
On a : 15 divise 34𝑥 et est premier avec 34 car 𝑃𝐺𝐶𝐷(15; 34) = 1
D’où 15 divise 𝑥, d’après Gauss.
∃𝑘 ∈ ℤ 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑥 = 15𝑘 ⟹ 𝑦 = 34𝑘
𝑆 = {15𝑘; 34𝑘} ; 𝑘 ∈ ℤ
2) Déterminons une solution (𝑥0 ; 𝑦0 ) de (𝐸)
Divisions successives Restes Détermination de 𝑢 et 𝑣
34 = 15 × 2 + 4 4 = 34 − 15 × 2 4 = 𝑎 − 2𝑏
15 = 4 × 3 + 3 3 = 15 − 4 × 3 3 = 𝑏 − 3(𝑎 − 2𝑏) = 7𝑏 − 3𝑎
4= 3×1+1 1= 4−3×1 1 = 𝑎 − 2𝑏 − 7𝑏 + 3𝑎
1= 1×1+0 0= 7−7×1 1 = 4𝑎 − 9𝑏
𝑃𝐺𝐶𝐷(34; 15) = 1
D’après le tableau, on a :
1 = 4 × 34 − 9 × 15
⟹ 2 = 8 × 34 − 18 × 15
Donc on peut prendre le couple (𝑥0 ; 𝑦0 ) = (8; 18)
3) Résolvons (𝐸).
Soit (𝑥; 𝑦) une solution de (𝐸).
On a : 34𝑥 − 15𝑦 = 2 ⟺ 34(𝑥 + 𝑥0 ) − 15(𝑦 + 𝑦0 ) = 2.

16
Les solutions de (𝐸) sont les couples (𝑥 + 𝑥0 ; 𝑦 + 𝑦0 ), donc :
𝑆 = {15𝑘 + 8; 34𝑘 + 18}; 𝑘 ∈ ℤ

𝐶 − Système :
Application :
𝑥 ≡ −1[34]
1) Résoudre dans ℤ, le système (𝑆1 ): {
𝑥 ≡ 1[15]
𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥; 𝑦) = 12
2) Résoudre dans ℕ2 le système (𝑆2 ): {
𝑥 + 𝑦 = 60
Solution :
𝑥 ≡ −1[34]
1) Résoudre dans ℤ, le système (𝑆1 ): {
𝑥 ≡ 1[15]
On désigne par 𝑥, une solution de (𝑆1 ).
Ils existent deux entiers relatifs 𝑝 et 𝑞 tels que : 𝑥 + 1 = 34𝑝 et 𝑥 − 1 = 15𝑞
⟹ 𝑥 = 34𝑝 − 1 et 𝑥 = 15𝑞 + 1
Or 𝑥 = 𝑥 ⟺ 34𝑝 − 1 = 15𝑞 + 1
⟺ 34𝑝 − 15𝑞 = 2
Or d’après l’étude précédente, (𝑝; 𝑞) = (15𝑘 + 8; 34𝑘 + 18)
Soit : 𝑥 + 1 = 34(15𝑘 + 8) et 𝑥 − 1 = 15(34𝑘 + 18)
⟹ 𝑥 = 510𝑘 + 271 et 𝑥 = 510𝑘 + 271 ; 𝑘 ∈ ℤ
Donc 𝑆 = {510𝑘 + 271; 𝑘 ∈ ℤ }
𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥; 𝑦) = 12
2) Résoudre dans ℕ2 le système (𝑆2 ): {
𝑥 + 𝑦 = 60
On a : 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥; 𝑦) = 12 si et seulement si, il existe (𝑥 ′ ; 𝑦′) ∈ ℕ2 tels que :
𝑥 = 12𝑥 ′ et 𝑦 = 12𝑦′, avec 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥′; 𝑦′) = 1
𝑥 = 12𝑥 ′ et 𝑦 = 12𝑦′ 𝑥 = 12𝑥 ′ et 𝑦 = 12𝑦′
Le système devient : { 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥′; 𝑦′) = 1 ⟺ { 𝑃𝐺𝐶𝐷(𝑥′; 𝑦′) = 1
12𝑥 ′ + 12𝑦 ′ = 60 𝑥′ + 𝑦′ = 5
𝑥 ′ = 1 ⟹ 𝑦 ′ = 4 ⟹ (12; 48)
𝑥 ′ = 2 ⟹ 𝑦 ′ = 3 ⟹ (24; 36)
On a : ′
𝑥 = 3 ⟹ 𝑦 ′ = 2 ⟹ (36; 24)
{𝑥 ′ = 4 ⟹ 𝑦 ′ = 1 ⟹ (48; 12)
L’ensemble de solution est : 𝑆 = {(12; 48); (24; 36); (36; 24); (48; 12)}
IV. Nombres premiers
1- Définition :
On dit qu’un nombre entier naturel 𝑝 est premier s’il possède exactement deux diviseurs
positifs : 1 et 𝑝.
Exemple :
2 ; 3 ; 5 ; 7 ; 11 ;13 ; … sont les nombres premiers.
Remarque :
 0 et 1 ne sont pas de nombres premiers ;

17
 2 est le seul nombre premier pair ;
 Deux nombres premiers distincts sont premiers entre eux ;
 Deux nombres entiers sont premiers entre eux, si 1 est leur diviseur commun.
 Deux nombres premiers entre eux ne sont pas forcément premiers.
Propriété :
 Tout entier naturel 𝑛 différent de 0 et de 1 admet au moins un diviseur premier.
 Il existe une infinité de nombres premiers.
2- Décomposition en produit de facteurs premiers
Théorème :
Soit 𝑛, un entier naturel, (𝑛 ≥ 2).
Il existe des nombres premiers 𝑝1 , 𝑝2 , … , 𝑝𝑘 et des entiers naturels 𝛼1 , 𝛼2 , … , 𝛼𝑘 tels que :
𝑛 = 𝑝1 𝛼1 × 𝑝2 𝛼2 × … × 𝑝𝑘 𝛼𝑘 , avec 𝑝1 < 𝑝2 < ⋯ < 𝑝𝑘 .
Cette décomposition est unique.
Exemple :
Décomposons en produit de facteurs premiers le nombre 4872.
On a : 4872 2
2436 2
1218 2
609 3
203 7
29 29
1 1

Donc 4872 = 23 × 3 × 7 × 29
3- Utilisation de la décomposition
Exemple :
Déterminons le PPCM et le PGCD de 700 et 18375
On a :
18375 3
700 2
6125 5
350 2
1125 5
175 5
245 5
35 5
49 7
7 7
7 7
1
1

700 = 22 × 52 × 7 et 18375 = 3 × 53 × 72
Donc : 𝑃𝑃𝐶𝑀(700; 18375) = 22 × 3 × 53 × 72 = 73500
𝑃𝑃𝐶𝑀(700; 18375) = 52 × 7 = 175

18
Chapitre 2 : CALCULS VECTORIELS
I. Barycentre de n points pondérés
𝐼.1 − Théorème et définition:
1.1 − Théorème : soit 𝐴1 , 𝐴2 , 𝐴3 , … . . , 𝐴𝑛 des points et 𝛼1 , 𝛼2 , 𝛼3 , … … , 𝛼𝑛 des réels.
Si ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0 (somme des coefficients), alors il existe un unique point 𝐺 tel que :
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0
1.2 − Définition :
- On appelle n points pondérés, tout couple(𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 ), 1 ≤ 𝑖 ≤ 𝑛 où 𝐴1 , 𝐴2 , 𝐴3 , … . . , 𝐴𝑛
sont des points et 𝛼1 , 𝛼2 , 𝛼3 , … … , 𝛼𝑛 des nombres réels et sont appelés coefficients
des points 𝐴1 , 𝐴2 , 𝐴3 , . . . , 𝐴𝑛 .
- Soit (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 ) 1≤𝑖≤𝑛 des points pondérés tels que ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0.
On appelle barycentre des points pondérés(𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 ) 1≤𝑖≤𝑛 , l’unique point 𝐺 tel que :
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0, on note :

𝑮 = 𝒃𝒂𝒓 {(𝑨𝟏 , 𝜶𝟏 ); (𝑨𝟐 , 𝜶𝟐 ); … ; (𝑨𝒏 , 𝜶𝒏 )}


Démonstration :

En effet, ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗


𝐺𝐴𝑖 = ⃗0
En introduisant le point O à l’aide de la relation de Chasles, on a :
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0 ⟺ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝐺𝑂
⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝐴𝑖 ) = 0
𝑛 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴
⟺ ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺𝑂 ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑖 = 0
⟺ ∑𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑛
𝐺𝑂 = − ∑𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑛
𝑂𝐴𝑖
𝑛
⟺ − ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐺 ⃗⃗⃗⃗⃗ = − ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴
𝑛 ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑖

𝟏
⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑶𝑮 = ∑𝒏 ∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑶𝑨𝒊
𝒊=𝟏 𝜶𝒊

1.3 − Propriétés:
1.3.1 − Homogénéité :
⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑖 = ⃗0
𝐺 = 𝑏𝑎𝑟 {(𝐴1 , 𝛼1 ); (𝐴2 , 𝛼2 ); … ; (𝐴𝑛 , 𝛼𝑛 )} ⟺ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺𝐴
∀𝑘 ∈ ℝ , on a : ∑𝑖=1 𝑘𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∗ 𝑛
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0 ⟺ 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟 {(𝐴1 , 𝑘𝛼1 ); (𝐴2 , 𝑘𝛼2 ); … ; (𝐴𝑛 , 𝑘𝛼𝑛 )}
On a propriété suivante :
1.3.2 − Propriété :
Le barycentre de plusieurs points pondérés est inchangé lorsqu’on multiplie tous les
coefficients par un même nombre réel non nul.
Remarque : Le barycentre de points pondérés affectés des coefficients égaux est appelé
isobarycentre de ce point.
𝐼.2 − Réduction de la somme : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴𝑖
2.1 − Propriété :
Soit (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 ) 1≤𝑖≤𝑛 des points pondérés. Pour tout point M, on a :

19
- Si ∑𝒏𝒊=𝟏 𝛼𝑖 ≠ 𝟎, alors ∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝑨𝒊 = (∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊 )⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝑮 où G est le barycentre des points
(𝐴 )
pondérés 𝑖 , 𝛼𝑖 1≤𝑖≤𝑛 .
- Si ∑𝒏𝒊=𝟏 𝛼𝑖 = 𝟎, alors le vecteur ∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝑨𝒊 est indépendant du point M.
Démonstration :
1- Pour ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0, on a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐴𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐺 + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 , or ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0,
alors : ∑𝒏𝒊=𝟏 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝑨𝒊 = ∑𝒏𝒊=𝟏 𝛼𝑖 𝑴𝑮 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
2- Pour ∑𝑖=1 𝛼𝑖 = 0, alors 𝛼1 = − ∑𝑛𝑖=2 𝛼𝑖
𝑛

Donc ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗


𝑀𝐴𝑖 = 𝛼1 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴1 +∑𝑛𝑖=2 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐴𝑖
𝑛
= −(∑𝑖=2 𝛼𝑖 )𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗1 + ∑𝑛𝑖=2 𝛼𝑖 𝑀𝐴𝑖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= ∑𝑛𝑖=2 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴1 𝑀 +∑𝑛𝑖=2 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐴𝑖
𝑛
= ∑𝑖=2 𝛼𝑖 ( 𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
1 𝑀 + 𝑀𝐴𝑖)
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝑨𝒊 = ∑𝒏𝒊=𝟐 𝜶𝒊 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑨𝟏 𝑨𝒊
D’où le vecteur ∑𝒊=𝟏 𝜶𝒊 𝑴𝑨𝒊𝒏 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ est indépendant du point M.
Exemple :
Soit ABC un triangle et M un point du plan.
Réduire et construire les sommes suivantes :
a) 3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 2𝑀𝐵
b) 𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Solution
ABC est un triangle, M un point du plan, réduisons les sommes suivantes :
a) 3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐵⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒏
∑𝒊=𝟏 𝜶𝒊 = (𝟑 + 𝟏 + 𝟏) = 𝟓 ≠ 𝟎,
Posons 𝐺 = {(𝐴, 3); (𝐵, 1); (𝐶, 1)} tel que 3𝐺𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐵 + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐶 = ⃗0
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐵
On a: 3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐶⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑢 ⃗
⟺ 3𝑀𝐺 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 3𝐺𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐺 + ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐺𝐵 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐺 + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐶 = 𝑢

⟺ 5𝑀𝐺 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
3𝐺𝐴 + 𝐺𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐺𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑢 ⃗
⟺𝑢 ⃗ = 𝑀𝐺 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ , car 3𝐺𝐴⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐺𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐺𝐶⃗⃗⃗⃗⃗ =0

𝑴𝑩 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Donc 𝟑𝑴𝑨 𝑴𝑪 = 𝟓𝑴𝑮 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
1 1
𝐺 = {(𝐴, 3); (𝐵, 1); (𝐶, 1)} ⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐴𝐺 = ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐴𝐵 + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶
5 5

b) ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 − 2𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐶
∑𝒏𝒊=𝟏 𝜶𝒊 = (𝟏 − 𝟐 + 𝟏) = 𝟎
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 − 2𝑀𝐵 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐶 = −2𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶
Le vecteur 𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 2𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑀𝐶⃗⃗⃗⃗⃗⃗ est ainsi
indépendant du point M.
𝐼.3 − Coordonnées du barycentre
⃗ ).
L’espace ℰ est minus du repère (𝑂; 𝑖: 𝑗; 𝑘
𝑥1 𝑥2 𝑥𝑛
Soit 𝐴1 ( 𝑦1 ), 𝐴2 ( 𝑦2 ), …, 𝐴𝑛 ( 𝑦𝑛 ) les points considérés et 𝛼1 , 𝛼2 , …, 𝛼𝑛 les nombres réels.
𝑧1 𝑧2 𝑧𝑛
𝑛
𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴1 , 𝛼1 ); (𝐴2 , 𝛼2 ); … ; (𝐴𝑛1 , 𝛼𝑛 )} ⇔ ∑ 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0
𝑖=1

20
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗𝑖 = ⃗0 ⇔ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝐺𝑂
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝐴𝑖 ) = ⃗0
⃗⃗⃗⃗⃗ + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴
⇔ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺𝑂 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗𝑖 = ⃗0
⇔ ∑𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑛
𝐺𝑂 = − ∑𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑛
𝑂𝐴𝑖
𝑛 ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑛
⇔ ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐺 = ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗

∑𝑛 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴𝑖 𝛼 𝑂𝐴1 𝛼2𝐴2 𝛼𝑛𝐴𝑛
⇔ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝐺 = ∑𝑛
= ∑𝑛1 + ∑𝑛 + ⋯ , ∑𝑛 , or 𝐴𝑖 = (𝑥𝑖 ; 𝑦𝑖 ; 𝑧𝑖 )
𝑖=1 𝛼𝑖 𝑖=1 𝛼𝑖 𝑖=1 𝛼𝑖 𝑖=1 𝛼𝑛
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑥𝑖 𝛼1 𝑥1 + 𝛼2 𝑥2 + ⋯ … . +𝛼𝑛 𝑥𝑛
𝑥𝐺 𝑛 =
∑𝑖=1 𝛼𝑖 ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑦𝑖 𝛼1 𝑦1 + 𝛼2 𝑦2 + ⋯ … . +𝛼𝑛 𝑦𝑛
⇔ 𝑦𝐺 = 𝑛 =
∑𝑖=1 𝛼𝑖 ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑧𝑖 𝛼1 𝑧1 + 𝛼2 𝑧2 + ⋯ … . +𝛼𝑛 𝑧𝑛
𝑧𝐺 = 𝑛 =
{ ∑𝑖=1 𝛼𝑖 ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖

Donc si (𝑥𝑖 ; 𝑦𝑖 ; 𝑧𝑖 ) sont les coordonnées des points 𝐴𝑖 (1 ≤ 𝑖 ≤ 𝑛), alors G a pour
∑𝑛 𝛼𝑖 𝑥𝑖 ∑𝑛 𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖 𝑦𝑖 ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑧𝑖
coordonnées: 𝐺 ( ∑𝑖=1𝑛 ; ∑𝑛
; ∑𝑛
)
𝑖=1 𝛼𝑖 𝑖=1 𝛼𝑖 𝑖=1 𝛼𝑖

On a la propriété suivante :
3.1 − Propriété :
Dans l’espace ℰ muni du repère (𝑂; 𝑖: 𝑗; 𝑘 ⃗ ), (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 ) 1≤𝑖≤𝑛 des points pondéré. Si on a
𝐴𝑖 (𝑥𝑖 , 𝑦𝑖 , 𝑧𝑖 ) 1≤𝑖≤𝑛 et 𝐺(𝑥; 𝑦; 𝑧) et si 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴1 , 𝛼1 ); (𝐴2 , 𝛼2 ); … ; (𝐴𝑛1 , 𝛼𝑛 )}, alors G est
∑𝑛 𝑛 𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖 𝑥𝑖 ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑦𝑖 ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑧𝑖
de coordonnées : 𝐺 ( , , )
∑𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖 ∑𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖 ∑𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖
Application :
⃗ ). On considère les points 𝐴(3, −4, 2), 𝐵(1, 5, −2),
L’espace ℰ est muni du repère (𝑂; 𝑖: 𝑗; 𝑘
et 𝐶(−4, −1, 2)
a) Calculer les coordonnées de 𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐵, 2); (𝐶, 3)}
b) Calculer les coordonnées de 𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 5); (𝐵, 2); (𝐶, 3)}
c) Vérifier que 𝐽 est milieu de [𝐴𝐼]

Solution
On a : 𝐴(3, −4, 2), 𝐵 (1, 5, −2) et 𝐶(−4, −1, 2)
a) Calculons les coordonnées de 𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐵, 2); (𝐶, 3)}
On a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = (2 + 3) = 5, alors

2×1+3×(−4) 2×5+3×(−1) 2×(−2)+3×2 𝟕 𝟐


𝐼( ; ; ) , donc 𝑰 (−𝟐; 𝟓 ; 𝟓)
5 5 5
b) Calculons les coordonnées de 𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 5); (𝐵, 2); (𝐶, 3)}
On a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = (5 + 2 + 3) = 10, alors

5×3+2×1+3×(−4) 5×(−4)+2×5+3×(−1) 5×2+2×(−2)+3×2 1 13 6


𝐽( 10
; 10
; 10
) , donc 𝐽 (2 ; − 10 ; 5).

c) Vérifions que J est milieu de [𝐴𝐼]

21
1 3−2
𝑥𝐴 +𝑥𝐼 = 1
𝑥𝐽 = 2
𝑥𝐽 = 2 2
2 7
𝑦𝐴 +𝑦𝐼 13 −4+ 13
J est milieu de [𝐴𝐼], alors : 𝑦𝐽 = 2
⇔ − 10 = 2
5
⇔ 𝑦𝐽 = − 10
𝑧𝐴 +𝑧𝐼 2 6
𝑧𝐽 = 6 2+
5 𝑧𝐽 = 5
{ 2 { = {
5 2

𝐼.4 − Barycentre partiel et ensemble des barycentres


4.1 − Barycentre partiel :
4.1.1 −Propriéte :
Le barycentre d’un système de 𝑛 points pondérés (𝑛 ≥ 3) reste inchangé lorsqu’on
remplace une partie P d’entre eux (1 < 𝑃 < 𝑛) dont la somme des coefficients en non nulle,
par leur barycentre partiel affecté de cette somme.
Démonstration :
Soit (𝐴, 𝑎); (𝐵, 𝑏) 𝑒𝑡 (𝐶, 𝑐) trois points pondérés.
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑏𝐺𝐵
𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 𝑎); (𝐵, 𝑏); (𝐶, 𝑐)} ⇔ 𝑎𝐺𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑐𝐺𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗0
Si 𝑎 + 𝑏 + 𝑐 ≠ 0 𝑒𝑡 𝑠𝑖 𝑎 + 𝑏 ≠ 0, alors on pose :
𝐻 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 𝑎); (𝐵, 𝑏)} ⟹ 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐻, (𝑎 + 𝑏)); (𝐶, 𝑐)}
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑐𝐺𝐶
D’où on aura : (𝑎 + 𝑏)𝐺𝐻 ⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗0

(𝐴, 𝑎) (𝐵, 𝑏) (𝐶, 𝑐)

(𝐻, (𝑎 + 𝑏)) (𝐶, 𝑐)

𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐻, (𝑎 + 𝑏)); (𝐶, 𝑐)}

Exemple :
Construire le centre de gravité du tétraèdre SABC des points pondérés :
(𝑆, 1); (𝐴, 1); (𝐵, 1); (𝐶, 1) en utilisant le théorème (propriété) des barycentres partiels
Résolution
𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵, 1); (𝐶, 1); (𝑆, 1)}
Posons : 𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵, 1)} , donc I est milieu de [𝐴𝐵].
𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐶, 1); (𝑆, 1)} , donc J est milieu de [𝑆𝐶].
D’où 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐼, 2); (𝐽, 2)}, alors G est milieu de [𝐼𝐽].

22
4.2 − Ensemble des barycentres de points pondérés.
4.2.1 −Propriété :
Soit A, B et C trois points pondérés affectés des coefficients 𝛼, 𝛽 𝑒𝑡 𝛾;
𝛽
- Si 𝐺 est barycentre de (𝐴, 𝛼) 𝑒𝑡 (𝐵, 𝛽), alors ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐺 = ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 . Donc l’ensemble des
𝛼+𝛽
barycentres de deux points distincts A et B est la droite (𝐴𝐵) ;
𝛽 𝛾
- Si 𝐺 est barycentre de (𝐴, 𝛼), (𝐵, 𝛽) et (𝐶, 𝛾), alors ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐺 = 𝛼+𝛽+𝛾 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 + 𝛼+𝛽+𝛾 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 .
Donc l’ensemble des barycentres de trois points non alignés A, B et C est le plan
(ABC).
𝐼.5 − Utilisation du barycentre
5.1 −Alignement de points :
Soit ABCD un pyramide de sommet A. On désigne par I et J les centres de gravités respectifs
des triangles ABC et ADE. G, le barycentre des points (𝐴, 3), (𝐵, 2), (𝐶, 2); (𝐷, 1) 𝑒𝑡 (𝐸, 1).
Démontrer que les points I, G et J sont alignés.
𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 2), (𝐵, 2), (𝐶, 2)};
On a: 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 3), (𝐵, 2), (𝐶, 2); (𝐷, 1); (𝐸, 1)}, or {
𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐷, 1); (𝐸, 1)},
Donc 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐼, 6), (𝐽, 3)}. G est barycentre des points I et J.
D’où les point I, G et J sont alignés.

Théorème : Pour démontre que trois points sont alignes, il suffit de démontrer que l’un est
le barycentre des deux autres.
5.2 − Parallélisme et concours de droites
Soit ABC un triangle, 𝛼, 𝛽 𝑒𝑡 𝛾 trois nombres réels tels que 𝛼 + 𝛽 ≠ 0; 𝛼 + 𝛾 ≠ 0 𝑒𝑡 𝛽 + 𝛾 ≠ 0
On note :
- A’ : le barycentre de (𝐵, 𝛽) 𝑒𝑡(𝐶, 𝛾)
- B’ : le barycentre de (𝐴, 𝛼) 𝑒𝑡 (𝐶, 𝛾)
- C’ : le barycentre de(𝐴, 𝛼) 𝑒𝑡 (𝐵, 𝛽)
1) Démontrer que si 𝛼 + 𝛽 + 𝛾 ≠ 0, alors les droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) sont
concourantes en un point que l’on précisera.
2) Démontrer que si 𝛼 + 𝛽 + 𝛾 = 0, alors les droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) sont
parallèles
Solution :
1) Démontrer que si 𝛼 + 𝛽 + 𝛾 ≠ 0, alors les droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) sont
concourantes en un point que l’on précisera.

23
En effet , si 𝛼 + 𝛽 + 𝛾 ≠ 0, alors on pose : 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 𝛼); (𝐵, 𝛽); (𝐶, 𝛾)}
On a :
 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 𝛼); (𝐴′ , 𝛽 + 𝛾)}, donc 𝐺 ∈ (𝐴𝐴′)
 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐵, 𝛽); (𝐵 ′ , 𝛼 + 𝛾)}, donc 𝐺 ∈ (𝐵𝐵′)
 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐶, 𝛾); (𝐶 ′ , 𝛼 + 𝛽)}, donc 𝐺 ∈ (𝐶𝐶′)
Le point G appartient aux droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) d’où elles sont concourantes au point G.
2) Démontrer que si 𝛼 + 𝛽 + 𝛾 = 0, alors les droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) sont
parallèles
Pour tout M du plan, 𝛼𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛽𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛾𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ est indépendant du point M.
Posons : 𝑢 ⃗ = 𝛼𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛽𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛾𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ et en remplaçant M par A’,
On a : 𝑢 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛽𝐴′𝐵
⃗ = 𝛼𝐴′𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛾𝐴′𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . Or 𝛽𝐴′𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝛾𝐴′𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗0 car 𝐴′ = 𝑏𝑎𝑟{(𝐵, 𝛽); (𝐶, 𝛾)}.
Donc 𝑢 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ et on démontre de la même manière que : 𝛽𝐵′𝐵
⃗ = 𝛼𝐴′𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝛾𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
′𝐶 = 𝑢

D’où les droites (𝐴𝐴′), (𝐵𝐵′) et (𝐶𝐶′) sont parallèles.
Théorème : Pour démontrer deux droites (𝐴𝐴′) et (𝐵𝐵′) sont sécantes en un point G, on peut
démontrer que G est à la fois barycentre des points A et B et G barycentre des points A’ et B’.
Exercice d’application :
Soit ABCD un parallélogramme.
1
⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝐴𝐵
Q est le symétrique du milieu de [𝐴𝐷] par rapport à A et 𝐴𝑃 ⃗⃗⃗⃗⃗
3
Démontrons que les points P, Q et C sont alignés.
⃗⃗⃗⃗⃗ = 1 𝐴𝐵
𝐴𝑃 ⃗⃗⃗⃗⃗ ⟹ 𝑃 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 2); (𝐵, 1)}
3
1 1
⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑄 = − 2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐷 ⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑄 = − 2 𝐵𝐶
1
⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗
= − 2 (𝐵𝐴 𝐴𝐶 )
1
⃗⃗⃗⃗⃗ − 𝐴𝐶
= 2 (𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ) , or 𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗ = 3𝐴𝑃
⃗⃗⃗⃗⃗
3 1
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑄 = 2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑃 − 2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶

II. Lignes de niveau


𝐼𝐼.1 − Lignes de niveau de 𝑓: ⟼ 𝑓(𝑀) = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀𝐴2 𝑖.
1.1 − Définition :
Soit (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 des points pondérés du plan et k un nombre réel.
On appelle ligne de niveau ou surface de niveau k de l’application 𝑓 définie par :
𝑓(𝑀) = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 ; l’ensemble (𝐸𝑘 ) des points 𝑀 du plan tels que𝑓(𝑀) = 𝑘.

24
1er cas : La somme des coefficients est non nulle (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0)
Si ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0, alors on pose 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟 {(𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 } tel que : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0
2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
On a: ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝑀𝐺 𝐺𝐴𝑖 )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝑀𝐺 2 + 𝐺𝐴2 𝑖 + 2𝑀𝐺 𝐺𝐴𝑖 )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 )𝑀𝐺 2 + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺 2 𝐴𝑖 + 2𝑀𝐺 𝐺𝐴𝑖 ; or ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝐴𝑖 = ⃗0
⟹ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 )𝑀𝐺 2 + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺 2 𝐴𝑖 ; or ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = 𝑘
On en déduit que ∀ 𝑘 ∈ ℝ, (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 )𝑀𝐺 2 + ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺 2 𝐴𝑖 = 𝑘
𝑘−∑𝑛 2
𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺𝐴 𝑖
⟺ 𝑀𝐺 2 = ∑𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖

𝑘−∑𝑛 2
𝑖=1 𝛼𝑖 𝐺 𝐴𝑖
En posant = , on a : 𝑴𝑮𝟐 = 𝝀
∑𝑛
𝑖=1 𝛼𝑖
Retenons bien
 Si < 0 , alors M n’existe pas et la ligne de niveau (𝐸𝑘 ) = ∅ ;
 Si 𝜆 = 0, alors M se réduit au point G et (𝐸𝑘 ), c’est à dire (𝐸𝑘 ) = {𝐺} ;
 Si > 0 , alors (𝐸𝑘 ) est un cercle ou sphère de centre G et de rayon √𝜆.
Remarque :
Si ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0, alors la surface de niveau 𝑘 de l’application 𝑀 ⟼ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀𝐴2 𝑖 est soit
 Un ensemble vide : ∅
 Un point G : {𝐺} ou
 Un cercle ou une sphère de centre G où est le barycentre de (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 .
Exemple :
Soit ABCD un rectangle. 𝐴𝐵 = 2 et 𝐵𝐶 = 1
Déterminons et construisons l’ensemble des points M tels que :
𝑀𝐴2 + 𝑀𝐵 2 + 𝑀𝐶 2 + 𝑀𝐷2 = 10
On a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = 4, alors on pose : 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1), (𝐵, 1), (𝐶, 1); (𝐷, 1)}
Donc 𝑓(𝑀) = 4𝑀𝐺 2 + 𝐺𝐴2 + 𝐺𝐵 2 + 𝐺𝐶 2 + 𝐺𝐷2
Or G est isobarycentre donc 𝐺𝐴2 = 𝐺𝐵 2 = 𝐺𝐶 2 = 𝐺𝐷2 ,
2
Alors 𝑓(𝑀) = 4𝑀𝐺 2 + 4𝐺𝐴2 , or 2𝐺𝐴 = 𝐴𝐶 ⟹ 4𝐺𝐴2 = 𝐴𝐶 2 et 𝐴𝐶 2 = (√𝐴𝐵 2 + 𝐵𝐶 2 ) = 5
On a : 𝑓(𝑀) = 10 ⟺ 4𝑀𝐺 2 + 𝐴𝐶 2 = 10
1 5
⟺ 𝑀𝐺 2 = 4 (10 − 5) = 4
√5
⟺ 𝑀𝐺 = .
2

En posant 𝐴 = 𝑀, on a : 𝑓(𝐴) = 0 + 4 + 5 + 1 = 10.


D’où 𝐸10 est un cercle de centre G et de rayon 10.
2e cas : La somme des coefficients est nulle (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = 0)

25
Soit O un point quelconque du plan.
2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝑀𝑂 𝑂𝐴𝑖 )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗𝑖 − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 (𝑂𝐴 𝑂𝑀)²
= ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂 𝐴2𝑖 − 2𝑂𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂𝐴
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗𝑖 + 𝑂𝑀2 ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖
On en déduit que ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂 𝐴2𝑖 − 2𝑂𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝐴𝑖 car 𝑂𝑀2 ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = 0
⃗ = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Posons 𝑢 𝑂𝐴𝑖
𝑓(𝑀) = 𝑘 ⟺ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂2 𝐴𝑖 − 2𝑢 ⃗ . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀 = 𝑘
⟺ 2𝑢 ⃗ . 𝑂𝑀⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = ∑𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂2 𝐴𝑖 − 𝑘
𝑛
1
⟺𝑢 𝑂𝑀 = (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂2 𝐴𝑖 − 𝑘)
⃗ . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 2
⃗ ), ⃗⃗⃗⃗⃗
Désignons par H, le projeté orthogonal du point M dur la droite (0; 𝑢 𝑂𝑃 = 𝑢 ⃗ ≠ ⃗0.
⃗ si 𝑢
1 𝑟
𝑂𝐻 × 𝑢 = 𝑟, avec 𝑟 = 2 (∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂2 𝐴𝑖 − 𝑘), alors 𝑂𝐻 = 𝑂𝑃.
𝑟
D’où 𝑥𝐻 = 𝑂𝑃 dans le repère (0; 𝑢
⃗ ). Donc l’ensemble des points cherchés est la droite
perpendiculaire en (0; 𝑢 ⃗ ) en H.
- Si 𝑢 ⃗ = ⃗0, et 𝑟 = 0, alors des points cherchés est l’espace ;
- Si 𝑢 ⃗ = ⃗0, et 𝑟 ≠ 0, alors des points cherchés est un ensemble vide ;
1.1 − Propriété :
Soit (𝐴𝑖 , 𝛼𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 des points pondérés tels que : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = 0 et O un point du plan.
- Pour tout point M du plan, on a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑂2 𝐴𝑖 − 2𝑢 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ où
⃗ . 𝑂𝑀
⃗ = ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑢 𝑂𝐴𝑖 le vecteur indépendant du point M.
- La ligne de niveau k de l’application 𝑀 ⟶ ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 𝑀2 𝐴𝑖 est :
 Soit ∅ ; c'est-à-dire 𝐸𝑘 = ∅
 ⃗ = ⃗0 ; c'est-à-dire 𝐸𝑘 = ℇ
soit l’espace ℇ, si 𝑢
 Soit une droite de vecteur normal 𝑢 ⃗ ≠ ⃗0
⃗ , si 𝑢

Exemple 1:
Soit ABC un triangle isocèle tel que 𝐴𝐵 = 4 𝑒𝑡 𝐶𝐵 = 𝐶𝐴 = 6
Déterminons et construisons l’ensemble des points M tels que : 𝑀𝐴2 + 𝑀𝐵 2 − 2𝑀𝐶 2 = 0
On a : ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 = 1 + 1 − 2 = 0, la somme des coefficients étant nulle, le vecteur
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 + 𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ est indépendant du point M.
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 2𝑀𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 − 2𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐴 + ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐵 − 2𝐼𝐶⃗⃗⃗⃗ , avec I milieu de [𝐴𝐵], donc ⃗⃗⃗⃗ 𝐼𝐵 = ⃗0
𝐼𝐴 + ⃗⃗⃗⃗
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 − 2𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = −2𝐼𝐶 ⃗⃗⃗⃗
2 2 2
On a: 𝑀𝐴2 + 𝑀𝐵 2 − 2𝑀𝐶 2 = (𝑀𝐼 ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐴) + (𝑀𝐼 𝐼𝐵 ) − 2(𝑀𝐼⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐶 )
2
= 𝑀𝐼 + 2𝑀𝐼 ⃗⃗⃗⃗ +𝐼𝐴 + 𝑀𝐼 + 2𝑀𝐼
⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝐼𝐴 2 2 ⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝐼𝐵
⃗⃗⃗⃗ +𝐼𝐵 − 2𝑀𝐼 − 4𝑀𝐼
2 2 ⃗⃗⃗⃗ −2𝐼𝐶 2
⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝐼𝐶
⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐼𝐴
= 2𝑀𝐼 𝐼𝐵 − 2𝐼𝐶 ⃗⃗⃗⃗ )+𝐼𝐴2 +𝐼𝐵 2 −2𝐼𝐶 2
⃗⃗⃗⃗ )+𝐼𝐴2 +𝐼𝐵 2 −2𝐼𝐶 2
⃗⃗⃗⃗⃗ (−2𝐼𝐶
= 2𝑀𝐼
⃗⃗⃗⃗ )+22 +22 − 2 (𝐴𝐶 2 − 1 𝐴𝐵 2 ), car 𝐼𝐶 2 = 𝐴𝐶 2 − 1 𝐴𝐵 2
⃗⃗⃗⃗⃗ (−2𝐼𝐶
= 2𝑀𝐼 4 4
1
⃗⃗⃗⃗ ) + 8 − 2 (36 − × 16)
⃗⃗⃗⃗⃗ (−2𝐼𝐶
= 2𝑀𝐼 4

26
⃗⃗⃗⃗ ) + 8 − 2 × 32
⃗⃗⃗⃗⃗ (−2𝐼𝐶
= 2𝑀𝐼
⃗⃗⃗⃗ ) − 56
⃗⃗⃗⃗⃗ (−2𝐼𝐶
= 2𝑀𝐼
⟹ 𝑀𝐴2 + 𝑀𝐵 2 − 2𝑀𝐶 2 = −4𝑀𝐼 ⃗⃗⃗⃗ − 56 ,
⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝐼𝐶
2 2 2
or 𝑀𝐴 + 𝑀𝐵 − 2𝑀𝐶 = 0
⟹ −4𝑀𝐼 ⃗⃗⃗⃗⃗ . ⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐶 − 56 = 0
⟹ 4𝐼𝑀 ⃗⃗⃗⃗ = 56
⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝐼𝐶
𝐼𝑀. ⃗⃗⃗⃗
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐼𝐶 = 14 .
Soit H le projeté orthogonal de M sur (𝐼𝐶).
14 14√32 7
On a : 𝐼𝐻. 𝐼𝐶 = 14 ⟹ 𝐼𝐻 = = = 16 𝐼𝐶
√32 32
7
𝐼𝐻 = 16 𝐼𝐶. Donc l’ensemble des points M tels que : 𝑀𝐴2 + 𝑀𝐵 2 − 2𝑀𝐶 2 = 0 est la
perpendiculaire à (𝐼𝐶) passant par H.
Exemple 2 :
Soit ABCD, un tétraèdre régulier d’arrête 𝑎.
Déterminer l’ensemble des points M du plan tels que : 3𝑀𝐴2 + 2𝑀𝐵 2 + 3𝑀𝐶 2 − 6𝑀𝐷2 = 6𝑎2
La somme des coefficients étant nulle, alors le vecteur 𝑢 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 2𝑀𝐵
⃗ = 3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 6𝑀𝐷
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 3𝑀𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ est
independant du point 𝑀.
⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗
En fixant pour 𝑀 = 𝐷, on a : 𝑢 ⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 3𝐷𝐶
𝐷𝐴 + 2𝐷𝐵
⃗ ≠ ⃗0 et 𝐷𝐴2 + 2𝐷𝐵 2 + 3𝐷𝐶 2 = 𝑎2 + 2𝑎2 + 3𝑎2 = 6𝑎2
𝑢
6𝑎2 = 6𝑎2 , l’ensemble des points cherchés est la droite de vecteur normal 𝑢
⃗ passant par D.
𝑴𝑨
𝐼𝐼2 −Lignes de niveau 𝑴 ⟼ 𝑴𝑩
𝑀𝐴
𝑓(𝑀) = 𝑘 ⟺ 𝑀𝐵 = 𝑘
𝑀𝐴
Déterminons l’ensemble (𝐸𝑘 ) des points M du plan tels que 𝑀𝐵 = 𝑘, avec 𝑘 > 0.
𝑀𝐴
 Si 𝑘 = 1, alors = 1 ⟺ 𝑀𝐴 = 𝑀𝐵, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 (𝐸𝑘 ) est la médiatrice de [𝐴𝐵] ;
𝑀𝐵
𝑀𝐴
 Si 𝑘 ≠ 1 , alors = 𝑘 ⟺ 𝑀𝐴2 − 𝑘 2 𝑀𝐵 2 = 0
𝑀𝐵

La somme des coefficients 1 − 𝑘 2 ≠ 0, alors posons 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵; −𝑘 2 )}


𝑀𝐴2 − 𝑘 2 𝑀𝐵 2 = 0 ⟺ (1 − 𝑘 2 )𝑀𝐺 2 + 𝐺𝐴2 − 𝑘 2 𝐺𝐵 2 = 0
𝑘 2 𝐺𝐵2 −𝐺𝐴2
⟺ 𝑀𝐺 2 = 1−𝑘2

27
−𝑘 2 𝑘2
⃗⃗⃗⃗⃗ =
𝐴𝐺 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 𝐴𝐺 =
1−𝑘 2
1−𝑘 2
Or 𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵; −𝑘 2 )} ⟹ { 1
⟺ { 1
⃗⃗⃗⃗⃗
𝐵𝐺 = 1−𝑘 2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐵𝐴 𝐵𝐺 = 1−𝑘 2 𝐴𝐵
1 𝑘 2 𝐴𝐵2 𝑘 4 𝐴𝐵2
⟹ 𝑀𝐺 2 = 1−𝑘 2 ((1−𝑘 2 )2 − (1−𝑘 2 )2 )

1 (1−𝑘 2 )𝑘 2 𝐴𝐵2
= 1−𝑘 2 ( (1−𝑘 2 )2
)
𝑘 2 𝐴𝐵2 𝑘𝐴𝐵
𝑀𝐺 2 = (1−𝑘 2 )2 ⟹ 𝑀𝐺 = |1−𝑘 2 |
𝑘𝐴𝐵
Donc 𝐸𝑘 est le cercle de centre G et de rayon = |1−𝑘 2 | .

Autre Méthode :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 𝑘𝑀𝐵
𝑀𝐴2 − 𝑘 2 𝑀𝐵 2 = 0 ⟺ (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑘𝑀𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ )(𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0

𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵; −𝑘)}


Posons {
𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 1); (𝐵; 𝑘)}
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 𝑘𝑀𝐵
Alors (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑘𝑀𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ )(𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0 ⟺ (1 − 𝑘)𝑀𝐼
⃗⃗⃗⃗⃗ . (1 + 𝑘)𝑀𝐽
⃗⃗⃗⃗⃗ = 0

Or 1 − 𝑘 ≠ 0 et 1 + 𝑘 ≠ 0 ⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐼 . ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐽 = 0
Donc l’ensemble des point est le cercle de diamètre [𝐼𝐽].
Exemple :
On donne 𝐴𝐵 = 4𝑐𝑚.
Déterminons et construisons l’ensemble de (E) des points M du plan
tel que 3𝑀𝐴 = 5𝑀.
On a : 9𝑀𝐴2 − 25𝑀𝐵 2 = 0 ⟺ (3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 5𝑀𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 5𝑀𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ )(3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0
5
⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐼 = 2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵
𝐼 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 3); (𝐵; −5)}
Posons { ⟹{ 5
𝐽 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 3); (𝐵; 5)} ⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐽 = ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 8
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − 5𝑀𝐵
(3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 5𝑀𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ )(3𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0 ⟺ −2𝑀𝐼 ⃗⃗⃗⃗⃗ . 8𝑀𝐼
⃗⃗⃗⃗⃗ = 0
⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐼 . ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐼 = 0.
D’où l’ensemble des points cherchés est le cercle de diamètre [𝐼𝐽].
II −Lignes de niveau 𝑀 → 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴
3
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 )
Soit A et B deux points distincts du plan et M un point du plan distinct de A et B.
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
L’ensemble des points M du plan tel que : 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0[𝜋] est la droite (AB) privée
; 𝑀𝐵
du des points A et B.
 Si 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 0, alors 𝑀 ∈ (𝐴𝐵) ∖ [𝐴𝐵] ;

 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
Si 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝜋, alors 𝑀 ∈ (𝐴𝐵) ∖ {𝐴; 𝐵};
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 0[𝜋]

⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
1er Cas : 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0
; 𝑀𝐵

28
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
2e Cas : 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝜋

⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
Etudions le cas où 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝛼; avec 𝛼 ∈ ]−π; 0[ ∪ ]0; π[
; 𝑀𝐵
Si 𝛼 > 0 Si 𝛼 > 0

𝑀 ∈ 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
̌ ⟺ 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼 𝑀 ∈ 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
̌ ⟺ 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼

𝑀 ∈ 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
̂ ⟺ 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼 − 𝜋 𝑀 ∈ 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
̂ ⟺ 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼 + 𝜋

⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
Donc ∀𝛼 ∈ ]−π; 0[ ∪ ]0; π[, 2𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 2𝛼
Nous admettons que : ∀𝑀 ∈ (𝒞) ∖ {𝐴; 𝐵}, on a :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼 si M appartient à l’un des deux arcs.

𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = { 𝛼 + 𝜋; 𝛼 < 0


; 𝑀𝐵
𝛼 − 𝜋; 𝑠𝑖 𝛼 > 0
Conclusion :
Soit A et B deux points distincts du plan et 𝛼 un nombre de ]−π; 0[ ∪ ]0; π[. On note O, le
point de la médiatrice [𝐴𝐵] tel que : (𝑂𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗̂ ⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 2𝛼 et (𝒞) le cercle de centre O passant
; 𝑂𝐵
par A et B.
L’ensemble des points M du plan tels que mes ((𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = 𝛼 est l’un des deux arcs, privés
des points A et B, définis sur (C) par la corde [𝐴𝐵].
Application :
Soit A et B deux points distincts du plan.
1) Déterminer et construire l’ensemble des points M du plan tel que :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
a) 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐵 ) = −
𝜋
4
b) 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
2𝜋
𝑀𝐵 ) = 3
Résolution :
A et B sont deux points du plan
1) Déterminons et construisons l’ensemble des points M tel que :
a) 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = − 𝜋
; 𝑀𝐵 4
Soit O un point de la médiatrice de [AB].

29
⃗⃗⃗⃗⃗̂
On a donc (𝑂𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 2 (− 𝜋) = − 𝜋 .
; 𝑂𝐵 4 2
̂
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = − 𝜋 est le grand arc 𝐴𝐵
̌ de la corde de [AB]
L’ensemble des points M 𝑀𝑒𝑠 (𝑀𝐴; 𝑀𝐵 4
privé des points A et B.

̂
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 2𝜋
b) 𝑀𝑒𝑠(𝑀𝐴, 𝑀𝐵 3
Soit O un point de la médiatrice de [AB] tel que :
On a: 𝑀𝑒𝑠 (𝑂𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗̂ ⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 4𝜋 = − 2π
; 𝑂𝐵 3 3
Soit (Γ) Le cercle de centre O et de rayon OA.
̂ de [AB] privé des points A et B.
L’ensemble des points cherché est le petit arc 𝐴𝐵

III. Produits Vectoriels


Rappels
 Représentation paramétrique
Soit 𝐴(3; 4; −1) et 𝐵(2; −3; 5).
Donnons une représentation paramétrique de la droite (𝐴𝐵).
Un vecteur directeur de la droite (𝐴𝐵) a pour coordonnées ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐴𝐵 (−1; −7; 6).
𝑥 = 3−𝑡
∀𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧) ∈ (𝐴𝐵), la représentation paramétrique est : { 𝑦 = 4 − 7𝑡 , où 𝑡 ∈ ℝ
𝑧 = −1 + 6𝑡
S’il faut que 𝑀 ∈ [𝐴𝐵], il faut que 𝑡 ∈ [0; 1],
S’il faut que 𝑀 ∈ (𝐴𝐵), il faut que 𝑡 ∈ ℝ+
 Produit scalaire :
Dans un repère orthonormé, si on a deux vecteurs 𝑢 ⃗ (𝑥; 𝑦; 𝑧) 𝑒𝑡 𝑣(𝑥 ′ ; 𝑦 ′ ; 𝑧 ′ ), alors :
⃗ = 𝒙𝒙′ + 𝒚𝒚′ + 𝒛𝒛′. Cette égalité n’est vraie que dans le repère orthonormé.
⃗ .𝒗
𝒖
⃗ dirige (𝐷) et 𝑣 dirige (𝐷′), alors : (𝑫) ⊥ (𝑫′) si ⃗𝒖. ⃗𝒗 = 𝟎.
Si 𝑢
Soit un plan 𝒫(𝐸; 𝑎; 𝑏⃗ ) et (𝐷) une droite dirigée par 𝑢 ⃗ . (𝑫) ⊥ (𝓟) si 𝒖
⃗ .𝒂
⃗ = 𝟎 et 𝒖 ⃗ . ⃗𝒃 = 𝟎
 Parallélisme et orthogonalité du plan

30
Deux plans sont parallèles si leurs vecteurs normaux sont parallèles ;
Deux plans sont orthogonaux si leurs vecteurs normaux sont orthogonaux.
𝒫1 passe par E et de vecteur normal 𝑛⃗. 𝑀 ∈ 𝒫1 ⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑀. 𝑛⃗ = 0
Exemple :
Soit 𝐸(2; 1; 1), 𝑛⃗(−3; 1; 4) et 𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧) un point quelconque du plan.
𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧) ∈ 𝒫1 ⟺ −3(𝑥 − 2) + 1(𝑦 − 1) + 4(𝑧 − 1) = 0
⟺ −3𝑥 + 𝑦 + 4𝑧 + 1 = 0
Un équation du plan est de la forme 𝒫1 : 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐𝑧 + 𝑑 = 0, avec 𝑛⃗(𝑎; 𝑏; 𝑐) un vecteur
normal du plan.
 Distance d’un point à un plan
𝒫: 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐𝑧 + 𝑑 = 0, (∆): 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐 = 0 et 𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧). 𝑛⃗(𝑎; 𝑏; 𝑐) est un vecteur
normal du plan.
|𝑎𝑥0 +𝑏𝑦0 +𝑐𝑧0 +𝑑| |𝑎𝑥0 +𝑏𝑦0 +𝑐|
𝑑(𝑀0 , 𝒫) = et 𝑑(𝑀0 , (∆)) =
|𝑛
⃗| √𝑎 2 +𝑏2

𝑎 −Orientation de l’espace
L’espace peut être orienté de deux manières différentes.
⃗ ) dans le sens direct ;
La figure 1 indique le repère (0; 𝑖; 𝑗; 𝑘
⃗ ) dans le sens indirect.
La figure 2 indique le repère (0; 𝑖; 𝑗; 𝑘

𝑘 ⃗
𝑘

𝑗 𝑖
O O

𝑖 Base direct 𝑗 Base indirect

Remarque :
Une permutation circulaire des vecteurs conserve l’orientation.
 ⃗ ) et (𝑖; 𝑘
L’échange de deux vecteurs change l’orientation. Les bases (𝑖; 𝑗; 𝑘 ⃗ ; 𝑗)
sont de sens contraire.
 Le remplacement d’un vecteur par son opposé change l’orientation.
𝑏 − Le produit Vectoriel
⃗ 𝑒𝑡 𝑣 deux vecteurs de l’espace. 𝐴, 𝐵 𝑒𝑡 𝐶 trois points tels que : ⃗⃗⃗⃗⃗
Soit 𝑢 𝐴𝐵 = 𝑢⃗ et ⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑐 = 𝑣
On appelle produit vectoriel de 𝑢⃗ par 𝑣, le vecteur noté 𝑢⃗ ∧ 𝑣 défini par :
 Si 𝑢
⃗ et 𝑣 sont colinéaire, alors 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 = ⃗0
 Si 𝑢
⃗ et 𝑣 ne sont pas colinéaire, alors le vecteur 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 est caractérisé par :
- Direction : 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 est orthogonal à 𝑢⃗ 𝑒𝑡 à 𝑣 ;
- Norme : ‖𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 ‖ = ‖𝑢⃗ ‖. ‖𝑣‖𝑠𝑖𝑛 (𝑢⃗̂
; 𝑣 );
- Sens : (𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 ) est une base directe.
⃗ ; 𝑣; 𝑢

31
𝑢
⃗ ∧𝑣

Attention : 𝑢
⃗ ∧ 𝑣 est un vecteur et 𝑢
⃗ . 𝑣 ∈ ℝ.
𝑐 − Propriété du produit Vectoriel
1- Pour tous vecteurs 𝑢 ⃗ 𝑒𝑡 𝑣 d’une base 𝜔 ;
⃗ ∧ 𝑣 = ⃗0 si et seulement si 𝑢
On a : 𝑢 ⃗ 𝑒𝑡 𝑣 sont colinéaires.
2- Pour tous vecteurs 𝑢⃗ , 𝑣 𝑒𝑡 𝑤⃗⃗ d’une base 𝜔 , on a :
 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 = −(𝑣 ∧ 𝑣 )
 (𝑘𝑢 ⃗)∧𝑣 =𝑢 ⃗ ∧ (𝑘𝑣 ) = 𝑘(𝑢 ⃗ ∧𝑣)
 𝑢 ⃗ ∧ (𝑢
⃗ + 𝑤⃗⃗ ) = 𝑢 ⃗ ∧𝑣+𝑢 ⃗ ∧ 𝑤 ⃗⃗
 (𝑢 ⃗ + 𝑣) ∧ 𝑤
⃗⃗ = 𝑢 ⃗ ∧𝑤 ⃗⃗ + 𝑣 ∧ 𝑤
⃗⃗

𝑐 − Coordonnées de 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 dans la base directe (𝑖; 𝑗; 𝑘 ⃗)


⃗ (𝑥; 𝑦; 𝑧) et 𝑣 (𝑥′; 𝑦′; 𝑧′), le vecteur 𝑢
Si 𝑢 ⃗ ) ∧ (𝑥′𝑖 + 𝑦 ′ 𝑗 + 𝑧′𝑘
⃗ ∧ 𝑣 = (𝑥𝑖 + 𝑦𝑗 + 𝑧𝑘 ⃗)

⃗ ∧ 𝑣 = (𝑦𝑧 ′ − 𝑧𝑦′)𝑖 + (𝑧𝑥 ′ − 𝑥𝑧′)𝑗 + (𝑥𝑦 ′ − 𝑦𝑥′)𝑘
𝑢
′ ′ ′ ′ ′
⃗ ∧ 𝑣(𝑦𝑧 − 𝑧𝑦 ; 𝑧𝑥 − 𝑥𝑧 ; 𝑥𝑦 − 𝑦𝑥′)
Alors : 𝑢
Disposition pratique :
𝑦 𝑦′ 𝑧 𝑧′ 𝑥 𝑥′ ⃗ 𝑦 𝑦′ 𝑧 𝑧′ 𝑥 𝑥′
𝑢
⃗ ∧𝑣 =| |𝑖 + | |𝑗 + | |𝑘 ⟹ 𝑢⃗ ∧ 𝑣 (| |; | |; | |)
𝑧 𝑧′ 𝑥 𝑥′ 𝑦 𝑦′ 𝑧 𝑧′ 𝑥 𝑥′ 𝑦 𝑦′
Exemple :
⃗ (2; −1; 1) 𝑒𝑡 𝑣(−2; 1; −3)
Soit les vecteurs 𝑢
Déterminons les coordonnées de 𝑢 ⃗ ∧ 𝑣.
−1 1 1 −3 2 −2 ⃗
𝑢
⃗ ∧𝑣 =| |𝑖 + | |𝑗 + | |𝑘
1 −3 2 −2 −1 1

= (3 − 1)𝑖 + (−2 + 6)𝑗 + (2 − 2)𝑘

𝑢 ⃗ , alors : 𝑢
⃗ ∧ 𝑣 = 2𝑖 + 4𝑗 + 0𝑘 ⃗ ∧ 𝑣(2; 4; 0)

Travaux pratiques
1- L’équation d’un plan déterminé par trois points.
Soit 𝐴(1; −1; 1), 𝐵(2; 1; 4) 𝑒𝑡 𝐶(4; 1; 2)
1) Démontrer que A, B et C ne sont pas alignés,
2) Déterminer une équation du plan (𝐴𝐵𝐶)
Solution :
Soit 𝐴(1; −1; 1), 𝐵(2; 1; 4) 𝑒𝑡 𝐶(4; 1; 2)
1) Démontrons que A, B et C ne sont pas alignés
1 3
⃗⃗⃗⃗⃗ (2) et 𝐴𝐶
On a : 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ (2) ⟹ 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ = |2 2| 𝑖 + |3 1| 𝑗 + |1 3| 𝑘
⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝐴𝐶 ⃗
3 1 1 3 2 2
3 1

32

= (2 − 6)𝑖 + (9 − 1)𝑗 + (2 − 6)𝑘
⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗
𝐴𝐶 = −4𝑖 + 8𝑗 − 4𝑘
⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 ≠ ⃗0, donc les points A, B et C ne sont pas alignés, par conséquent, ils définissent un
plan.
2) Déterminons une équation du plan (𝐴𝐵𝐶).
Soit 𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧) un point du plan (𝐴𝐵𝐶).
−4
𝑥−1
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑦+1
On a : 𝐴𝑀 ) et 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝐴𝐶⃗⃗⃗⃗⃗ ( 8 )
𝑧−1 −4
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀 ∈ (𝐴𝐵𝐶) ⟺ 𝐴𝑀 . (𝐴𝐵 ∧ 𝐴𝐶 ) = 0 ⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗
−4
𝑥−1
⟺ (𝑦+1) ( 8 ) = 0
𝑧−1 −4
⟺ − 4(𝑥 − 1) + 8(𝑦 + 1) − 4(𝑧 − 1) = 0
⟺ −4𝑥 + 8𝑦 − 4𝑧 + 16 = 0
⟺ 𝑥 − 2𝑦 + 𝑧 − 4 = 0
⟺ (𝑨𝑩𝑪) : 𝒙 − 𝟐𝒚 + 𝒛 − 𝟒 = 𝟎
Le vecteur normal de (𝐴𝐵𝐶) est 𝑛⃗(1; −2; 1)
2- Position relative de deux plans
Exemple 1
Soit (𝑃) le plan d’équation 𝑥 + 4𝑦 + 2𝑧 − 1 = 0 et (𝑃’) le plan passant par 𝐴(−1; 0; 1) et
de vecteur normal 𝑛⃗′(2; 1; −3)
a) Démontrer que les plans (𝑃) 𝑒𝑡 (𝑃’) sont perpendiculaires ;
b) Déterminer un vecteur directeur de la droite d’intersection de (𝑃)𝑒𝑡 (𝑃’);
c) Donner une représentation paramétrique de cette droite passant par le point A.
Solution
(𝑃) : 𝑥 + 4𝑦 + 2𝑧 − 1 = 0, alors (𝑃) a pour vecteur normale 𝑛 ⃗⃗⃗ (1; 4; 2) .
a) Démontrons que les plans (𝑃) 𝑒𝑡 (𝑃’) sont perpendiculaires ;
En effet, (𝑃) 𝑒𝑡 (𝑃’) sont perpendiculaire si et seulement si leurs vecteurs normaux
sont perpendiculaire i.e. 𝑛⃗. 𝑛⃗′=0
1 2
On a : 𝑛⃗. 𝑛⃗′ = (42) (−3
1)=2+4−6= 0

𝑛⃗. 𝑛⃗′ = 0, d’où (𝑃) 𝑒𝑡 (𝑃’) sont perpendiculaires.


b) Déterminons un vecteur directeur de la droite d’intersection de (𝑃)𝑒𝑡 (𝑃’);
Soit 𝑢⃗ un vecteur directeur de cette droite que nous nommons (𝐷).
On a :
1 2
𝑢
⃗ = 𝑛⃗ ∧ 𝑛⃗′ = (42) ˄ (−3
1)

4 1 2 −3 1 2
=| | ;| | ;| |
2 −3 1 2 4 1
= (−12 − 2)𝑖 + (4 + 3)𝑗 + (1 − 8)𝑘⃗
= −14𝑖 + 7𝑗 − 7𝑘⃗

33
𝑢
⃗ = −2𝑖 + 𝑗 − 𝑘 ⃗
⃗ (−2; 1; −1) est le vecteur qui dirige {(𝐷)} = 𝑃 ∩ 𝑃′
Donc 𝑢
c) Donnons une représentation paramétrique de cette droite passant par le point A.
⃗ (−2; 1; −1) passant
Soit 𝑀( 𝑥; 𝑦; 𝑧) un point de la droite (𝐷) de vecteur directeur 𝑢
par 𝐴(−1; 0; 1) tel que : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑀 = 𝑡𝑢 ⃗, 𝜆∈ ℝ
𝑥+1 −2
⟺ (𝑦−0) = 𝑡 ( 1 )
𝑧−1 −1
𝑥 = −2𝑡 − 1
⟺ {𝑦 = 𝑡 ; 𝑡∈ ℝ
𝑧 = −𝑡+1
𝑥 = −2𝑡 − 1
Donc une représentation paramétrique de (𝐷) 𝑒𝑠𝑡 ∶ { 𝑦 = 𝑡 ;𝑡∈ ℝ
𝑧 = 1−𝑡
Exemple2 :
Soit 𝐴(1; 1; 0), 𝐵(1; 2; 1) et 𝐴(3; −1; 2) trois points du plan.
𝒫: 𝑥 + 2𝑦 − 𝑧 − 4 = 0
𝒫′: 2𝑥 + 3𝑦 − 2𝑧 − 5 = 0
Déterminer l’intersection de trois plans (𝐴𝐵𝐶), (𝒫) et (𝒫′).
Solution :
𝐴(1; 1; 0), 𝐵(1; 2; 1) et 𝐴(3; −1; 2)
𝒫: 𝑥 + 2𝑦 − 𝑧 − 4 = 0
𝒫′: 2𝑥 + 3𝑦 − 2𝑧 − 5 = 0
Déterminons l’intersection de trois plans (𝐴𝐵𝐶), (𝒫) et (𝒫′).
On a : ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 (0; 1; 1) et ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 (2; −2; 2) et
⃗⃗⃗⃗⃗ = |1 −2| ;|1 2| ; |0 2 |
⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝐴𝐶
𝐴𝐵
1 2 0 2 1 −2
= (2 + 2)𝑖 + (2 + 0)𝑗 + (−2)𝑘⃗
⃗)
= (4𝑖; 2𝑗; −2𝑘
⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 (4; 2; −2)
Soit 𝑀(𝑥; 𝑦; 𝑧) un point du plan.
𝑀 ∈ (𝐴𝐵𝐶) ⟺ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑀 . (𝐴𝐵 𝐴𝐶 ) = 0
4
𝑥−1
⟺ (𝑦−1) ( 2 ) = 0
𝑧−0 −2
⟺ 4(𝑥 − 1) + 2(𝑦 − 1) − 2𝑧 = 0
⟺ 4𝑥 + 2𝑦 − 2𝑧 − 6 = 0
⟺ 2𝑥 + 𝑦 − 𝑧 − 3 = 0
⟺ (𝑨𝑩𝑪) : 𝟐𝒙 + 𝒚 − 𝒛 − 𝟑 = 𝟎
𝒫: 𝑥 + 2𝑦 − 𝑧 − 4 = 0
Soit les trois plans : { 𝒫 ′ : 2𝑥 + 3𝑦 − 2𝑧 − 5 = 0
(𝐴𝐵𝐶): 2𝑥 + 𝑦 − 𝑧 − 3 = 0
Soit 𝐻(𝑥; 𝑦; 𝑧), le point d’intersection de ces plans.

34
𝑥 + 2𝑦 − 𝑧 − 4 = 0
Utilisons la méthode de Cramer pour le système : {2𝑥 + 3𝑦 − 2𝑧 − 5 = 0
2𝑥 + 𝑦 − 𝑧 − 3 = 0
1 2 −1
3 −2 2 −1 2 −1
Soit Δ le déterminant du système est : Δ = |2 3 − 2| = | | − 2| | + 2| |
1 −1 1 −1 3 −2
2 1 −1
= (−3 + 2) − 2(−2 + 1) + 2(−4 + 3)
Δ = −1 ≠ 0
4 2 −1
3 −2 2 −1 2 −1
Le déterminant par rapport à 𝑥 : Δ𝑥 = |5 3 − 2| = 4 | | − 5| | + 3| |
1 −1 1 −1 3 −2
3 1 −1
= 4(−3 + 2) − 5(−2 + 1) + 3(−4 + 3)
Δ𝑥 = −2
1 4 −1
5 −2 4 −1 4 −1
Le déterminant par rapport à 𝑦 : Δ𝑦 = |2 5 − 2| = | | − 2| | + 2| |
3 −1 3 −1 5 −2
2 3 −1
= (−5 + 6) − 2(−4 + 3) + 2(−8 + 5)
Δ𝑦 = −3
1 2 4
3 5 2 4 2 4
Le déterminant par rapport à 𝑧 : Δ𝑧 = |2 3 5| = | | − 2| | + 2| |
1 3 1 3 3 5
2 1 3
= (9 − 5) − 2(6 − 4) + 2(10 − 12)
Δ𝑧 = −4
Δ𝑥 −2
𝑥= = −1 = 2
Δ
Δ𝑦 −3
Alors 𝐻 𝑦 = = =3
Δ −1
Δ𝑧 −4
{ 𝑧 = Δ = −1 = 4
Donc le point H, intersection des trois est 𝐻(2; 3; 4)
3- Distance d’un point à une droite, à un plan.
 Distance d’un point à une droite
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ Λ 𝑢
‖𝑀𝐴 ⃗‖
Démontrons que 𝑀𝐻 = ‖𝑢
⃗‖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑀𝐻
En effet, 𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐻𝐴
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 ∧ 𝑢 ⃗ = (𝑀𝐻 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐻𝐴) ∧ 𝑢 ⃗
= ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐻 ∧ 𝑢 ⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗ , or ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐻𝐴 ∧ 𝑢 𝐻𝐴 ∧ 𝑢 ⃗ = ⃗0
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 ∧ 𝑢 ⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐻 ∧ 𝑢 ⃗
⟹ ‖𝑀𝐴⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝑢
⃗ ‖ = ‖𝑀𝐻 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝑢
⃗‖
𝜋
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ‖. ‖𝑢
= ‖𝑀𝐻 ⃗ ‖. 𝑠𝑖𝑛 2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝑢
⟹ ‖𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ‖. ‖𝑢
⃗ ‖ = ‖𝑀𝐻 ⃗‖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ Λ 𝑢
‖𝑀𝐴 ⃗‖
D’où 𝑀𝐻 = ‖𝑢
⃗‖
Exemple :

35
1 1 2
On donne : A(2) , 𝑢 ⃗ (1) et 𝑀0 (4)
3 1 0
Calculons la distance de 𝑀0 à la droite 𝐷(𝐴, 𝑢
⃗ ).
Soit H le projeté orthogonal de 𝑀0 sur la droite (𝐷).
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑀 ⃗‖
0𝐴 ∧ 𝑢
𝑑(𝑀0 , (𝐷)) = 𝑀𝐻 = ‖𝑢
⃗‖
−1 1
On a : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀0 𝐴 (−2) et 𝑢 ⃗ (1),
3 1
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ −2 1 3 1 −1 1 ⃗
𝑀0 𝐴 ∧ 𝑢 ⃗ =| |𝑖 + | |𝑗 + | |𝑘
3 1 −1 1 −2 1
= (−2 − 3)𝑖 + (3 + 1)𝑗 + (−1 + 2)𝑘 ⃗
−5
= −5𝑖 + 4𝑗 + 𝑘 ⃗ ⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀0 𝐴 ∧ 𝑢⃗ (4)
1
√25+16+1 √42
⟹ 𝑑(𝑀0 , (𝐷)) = = = √14
√1+1+1 √3
Donc 𝒅(𝑴𝟎 , (𝑫)) = √𝟏𝟒

 Distance d’un point à un plan :


⃗⃗⃗⃗⃗⃗ .(𝑢
|𝑀𝐴 ⃗ )|
⃗∧𝑣
Démontrons que 𝑀𝐻 = ‖𝑢 ⃗ ‖
⃗ ∧𝑣
, on pourrait poser : 𝑢
⃗ ∧ 𝑣=𝑤
⃗⃗
En effet, ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐻 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐻𝐴
⟹ 𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . (𝑢
⃗ ∧ 𝑣 ) = (𝑀𝐻 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ). (𝑢
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐻𝐴 ⃗ ∧ 𝑣)
= 𝑀𝐻⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . (𝑢
⃗ ∧ 𝑣) + 𝐻𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . (𝑢
⃗ ∧ 𝑣),
= ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐻 . (𝑤 ⃗⃗ ) + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐻𝐴. (𝑤 ⃗⃗ ), or ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐻𝐴. 𝑤 ⃗⃗ = 0
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐴. (𝑢 ⃗ ∧ 𝑣 ) = 𝑀𝐻. ‖𝑤 ⃗⃗ ‖ × (±1) car ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝐻 est colinéaire à 𝑤
⃗⃗ = 𝑢
⃗ ∧𝑣
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . (𝑢
⟹ |𝑀𝐴 ⃗ ∧ 𝑣)| = 𝑀𝐻. ‖𝑤 ⃗⃗ ‖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . (𝑢
⟹ |𝑀𝐴 ⃗ ∧ 𝑣)| = 𝑀𝐻. ‖𝑢
⃗ ∧𝑣‖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ .(𝒖
|𝑴𝑨 ⃗ )|
⃗ ∧𝒗
D’où 𝑴𝑯 = ‖𝒖 ⃗ ‖
⃗ ∧𝒗

Exemple :
Soit 𝒫 un plan passant par 𝐴(2; 3; 1) de vecteur normal 𝑛⃗(−1; 2; 1).
Calculons la distance du point 𝐵(4; 2; 1) au plan 𝒫.
On a : 𝑛⃗ = 𝑢
⃗ ∧ 𝑣 et 𝐵 = 𝑀

36
⃗⃗⃗⃗⃗ .𝑛
−2
|𝐵𝐴 ⃗|
𝑑(𝐵, 𝒫) = 𝐵𝐻 = ‖𝑛
⃗‖
et ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐵𝐴 ( 2 )
1
−2 −1
|( 2 ).( 2 )|
𝐵𝐻 = 1 1
√1+4+1
√2+4+1 √7 7√6
= = =
√6 √6 6
𝟕√𝟔
Donc : 𝑩𝑯 = 𝟔
4- Calcul de l’Aire et de Volume
 Aire d’un triangle

On appelle l’aire du triangle ABC, c’est l’expression notée 𝒜 tel que :


1
𝒜(𝐴𝐵𝐶) = ‖𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 ‖
2
 Aire d’un parallélogramme

On appelle Aire d’un parallélogramme ABCD l’expression notée 𝒜 telle que :


1
𝒜(𝐴𝐵𝐶𝐷) = ‖𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 ‖ = 2𝒜(𝐴𝐵𝐶)
6
 Volume d’un tétraèdre

On appelle volume de tétraèdre ABCD l’expression notée 𝒱 telle que :


1
⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝒱 = |(𝐴𝐵 𝐴𝐶 ). ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐷 |
6
1 1 1 1
Exemple : Soit A(−1) ; B(−1) ; C (−1) et D (−1)
0 0 0 0
a) Calculons l’aire du triangle ABC

37
2 0 0
On a : ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 (1) ; ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 ( 3 ) et⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐷 (1)
1 −1 0
1
⃗⃗⃗⃗⃗
𝒜(𝐴𝐵𝐶) = 2 ‖𝐴𝐵 ∧ 𝐴𝐶 ‖ ⃗⃗⃗⃗⃗
1
= 2 √16 + 4 + 36
1
= 2 √56
𝓐(𝑨𝑩𝑪) = √𝟏𝟒
b) Calculons le volume du tétraèdre ABCD
1 3 1 −1 2 0
On a : ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 = | |;| |;| | ⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 (−4; 2; 6)
1 −1 2 0 1 3
1
𝒱𝐴𝐵𝐶𝐷 = 6 |(𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 )𝐴𝐷⃗⃗⃗⃗⃗ |
−4 0
1
= 6 |( 2 ) (1)|
6 0
0
1
= |(2)|
6
0
1 2
= 6 |√0 + 4 + 0| = 6

Donc 𝓥𝑨𝑩𝑪𝑫 = 𝟑
𝟏
Fin

38
Chapitre 3 : ISOMETRIES DU PLAN, APPLICATIONS AFFINES
I. Isométries du plan
𝐈𝟏 −Rappels sur les isométries
𝟏. 𝟏 − Translation
Soit 𝑓 une application du plan dans lui-même.
𝑓 est une translation si et seulement si pour tous points 𝑀 et 𝑁 d’images respectives 𝑀′ et
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ .
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑀′𝑁′
𝑁′, on a : 𝑀𝑁

On note la translation de vecteur 𝑢 ⃗ par 𝑡𝑢⃗ .


 Si 𝑢⃗ = ⃗0, alors 𝑡𝑢⃗ est l’application identique (ou identité). Tous les points sont
invariants.
 ⃗ ≠ ⃗0, alors aucun point n’est invariant.
Si 𝑢
𝐚 − Composée de deux translations
Soit 𝑢 ⃗ et 𝑣 deux vecteurs.
La composée 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑢⃗ des translations de vecteurs respectifs 𝑢
⃗ et 𝑣 est la translation de
vecteurs 𝑢 ⃗ + 𝑣.
On a : 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑣⃗ = 𝑡𝑢⃗+𝑣⃗
Demonstration :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝑀1 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀′ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀1 𝑀′
=𝑢 ⃗ +𝑣
⟹ 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑢⃗ = 𝑡𝑢⃗+𝑣⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀′ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀2 + 𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
2 𝑀′
=𝑢 ⃗ +𝑣
⟹ 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑢⃗ = 𝑡𝑢⃗+𝑣⃗
Nous avons pour tous vecteurs 𝑢 ⃗ et 𝑣 , 𝑢
⃗ +𝑣 =𝑣+𝑢

D’où : 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑣⃗ = 𝑡𝑣⃗ ∘ 𝑡𝑢⃗ = 𝑡𝑢⃗+𝑣⃗ , on dit que la composée de la translation est commutative.
Si 𝑢 ⃗ = −𝑣, alors 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑡−𝑢⃗ = 𝑡−𝑢⃗ ∘ 𝑡𝑢⃗ = 𝐼𝑑.
Cette relation caracterise les bijections reciproques.
Exemple :
𝑡𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗ ∘ 𝑡𝐴𝐷
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑡𝐴𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑡𝐵𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗ ∘ 𝑡⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 = 𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗ ∘ 𝑡𝐴𝐷
𝐷𝐶 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
−1
(𝑡𝐴𝐷
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝑡⃗⃗⃗⃗⃗
𝐶𝐵

𝟏. 𝟐 − Symétrie orthogonale :

39
Toute symetrie définie par une droite est appelée symetrie orthogonale. La droite est dite
axe de symetrie. 𝑆𝐷 est la symetrie d’axe (𝐷).
 Si 𝑀 ∈ (𝐷), alors 𝑀′ = 𝑀
 Si 𝑀 ∉ (𝐷), alors 𝑀′ est le point tel que la droite (𝐷) est la médiatrice de [𝑀𝑀′].
L’ensemble des points invariants de 𝑆𝐷 est la droite (𝐷).

𝐚 − Composée de deux symétries orthogonales d’axes parallèles:


Propriété :
Soit (∆) et (∆′) deux droites parallèles. 𝑂 ∈ (∆), et 𝑂’ est le projeté orthogonal de 𝑂 sur
(∆′). La composée 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ des symétries orthogonales d’axes (∆) et (∆′) est la translation
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ .
de vecteur 2𝑂𝑂′
Demonstration :
Soient 𝑆∆ (𝑀) = 𝑀1
𝑆∆′ (𝑀1 ) = 𝑀′
𝐻 ∈ (∆) et 𝐻’ est le projeté orthogonal de 𝐻 sur ∆′ ; les points H et H’ sont les milieux
respectifs de [𝑀𝑀1 ] et [𝑀1 𝑀′]
On a : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀′ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀1 + 𝑀⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
1 𝑀′
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗1 + 2𝑀
= 2𝐻𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
1 𝐻 ′ car 𝑀𝑀1 = 2𝐻𝑀1 et 𝑀1 𝑀′ = 2𝑀1 𝐻′
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= 2(𝐻𝑀⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗1 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀1 𝐻 ′)
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ′; or ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= 2𝐻𝐻 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ′ = 𝑢
𝐻𝐻 ′ = 𝑂𝑂 ⃗
⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀′ = 2𝑂𝑂 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ′
D’où 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ = 𝑡2𝑂𝑂
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ′

Remarque :
 Si (∆) = (∆′), alors 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ = Id

40
 La reciproque de la transformation 𝑆∆ est 𝑆∆ .
 La reciproque de 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ est 𝑆∆ ∘ 𝑆∆′ = t 2𝑂′𝑂⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐛 − Décomposition d’une translation :
Soit 𝑡𝑢⃗ une translation de vecteur non nul 𝑢 ⃗ . Pour toute droite (∆) de vecteur normal 𝑢
⃗ , il
existe une droite (∆′) et une seule telle que 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ = t 𝑢⃗ .
𝟏. 𝟑 − Rotations :
Une rotation de centre O et d’angle 𝜃 est l’application dans lui-même noté 𝑟(𝑂; 𝜃) qui, à
tout point M associe un plan M’.
 Si 𝑀 = 0, alors 𝑀′ = 0
 Si 𝑀 ≠ 0, alors 𝑂𝑀 = 𝑂𝑀′ et (𝑂𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀′) = 𝜃̂
 Si 𝜃 = 0̂, alors 𝑟 est l’application identique du plan ;
 Si 𝜃 ≠ 0̂, alors le seul point invariant est le centre O ;
 Si 𝜃 = 𝜋̂, alors 𝑟 est symétrie de centre O ;
Toute rotation est une transformation du plan. La transformation réciproque de 𝑟(𝑂; 𝜃) est
𝑟(𝑂; −𝜃).
𝟏. 𝟒 − Composée de symétrie orthogonale d’axe sécants
Soit (∆) et (∆′) deux droites sécantes en un point O, de vecteurs directeurs respectifs 𝑢
⃗ et
⃗ ′. La composée 𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ des symétries orthogonales d’axes respectifs (∆′) et (∆) est la
𝑢
̂
rotation de centre O et d’angle 2 (𝑢 ⃗ ; ⃗⃗⃗
𝑢′).
̂
⃗ ; ⃗⃗⃗
𝑆∆′ ∘ 𝑆∆ = 𝑟 (𝑂; 2 (𝑢 𝑢′))

41
Chapitre 4 : Les nombres complexes
I. Etudes algébriques
I1 −Notion de nombre complexe
𝟏. 𝟏 − Définition :
On appelle nombre complexe, tout nombre qui s’écrit de la forme 𝑎 + 𝑖𝑏 où 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 sont des
nombres réels et 𝑖 est appelé nombre complexe imaginaire tel que 𝑖 2 = −1 avec 𝑖 = (0; 1).
L’ensemble des nombres complexes est noté ℂ, par ailleurs ℂ∗ est l’ensemble des nombres
complexes non nuls.
𝟏. 𝟐 −Notation et vocabulaire :
On considère un nombre complexe 𝑍 tel que : 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏.
 L’écriture 𝑎 + 𝑖𝑏 est appelé forme algébrique.
 Le nombre réel 𝑎 est appelé partie réelle de 𝑧, notée 𝑎 = 𝑅 e(𝑧)
 Le nombre réel 𝑏 est appelé partie imaginaire de 𝑧, notée, 𝑏 = 𝐼 m(𝑧)
L’ensemble des nombres imaginaires purs est noté 𝑖ℝ.
Remarque :
Soit 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 un nombre complexe.
 Si 𝑏 = 0, alors 𝑧 = 𝑎 est appelé nombre réel pur 𝑧 ∈ ℝ. Tout nombre réel est un
nombre complexe car (ℝ ⊂ ℂ).
 Si 𝑎 = 0, alors 𝑧 = 𝑖𝑏 est appelé nombre réel pur 𝑧 ∈ 𝑖ℝ
Propriété :
Soient 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′ = 𝑎 + 𝑖𝑏 deux nombres complexes. On a les propriétés suivantes :
𝑅 (𝑧) = 𝑅𝑒 (𝑧′) 𝑎 = 𝑎′
 𝑧 = 𝑧′ ⟺ { 𝑒 ⟺{
𝐼𝑚 (𝑧) = 𝐼𝑚 (𝑧′) 𝑏 = 𝑏′
𝑅 (𝑧) = 0 𝑎=0
 𝑧=0⟺{ 𝑒 ⟺{
𝐼𝑚 (𝑧) = 0 𝑏=0
𝟏. 𝟑 − Représentation géométrique d’un nombre complexe
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct (0; 𝑒1 ; 𝑒2 )
L’application M : 𝒫 ⟶ ℂ
𝑎 + 𝑖𝑏 ⟶ 𝑀(𝑎; 𝑏) est une bijection de ℂ ⟶ 𝒫
 𝑀(𝑏 ) est appelé point image de 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏
𝑎

 𝑎 + 𝑖𝑏 est appelé affixe du point 𝑀(𝑎𝑏 )


Par ailleurs l’application 𝑢 ⃗ ∶ 𝜗 ⟶ ℂ qui, à tout 𝑎 + 𝑖𝑏, associe
⃗ (𝑎, 𝑏) est aussi une bijection de ℂ ⟶ 𝜗. (𝜗 est l’ensemble des
𝑢
vecteurs du plan).
 𝑢 ⃗ (𝑎𝑏 ) est appelé vecteur image de 𝑍 = 𝑎 + 𝑖𝑏
 𝑎 + 𝑖𝑏 est appelé affixe du vecteur 𝑢 ⃗ (𝑎𝑏 ).
 Le plan est muni d’un repère orthonormé direct (0; 𝑒1 ; 𝑒2 ) est appelé plan complexe ;
 Un point 𝑀 d’affixe 𝑧 de ce plan est souvent noté 𝑀(𝑧)
 La droite de repère (0; 𝑒1 ) appelée axe des réels et celle de repère (0; 𝑒2 ) est appelée
axe des imaginaires.
Exemple :

42
Représentons dans le plan complexe, les nombres complexes suivantes : 𝑧1 = 2 + 3𝑖 ;
3
𝑧2 = − 2 + 2𝑖 ; 𝑧3 = 4 + 5
𝟏. 𝟒 −Opération dans ℂ
𝐚 −Addition et multiplication dans ℂ
Soient 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′ = 𝑎′ + 𝑖𝑏′ deux nombres complexes.
 𝑧 + 𝑧 ′ = 𝑎 + 𝑎′ + 𝑖(𝑏 + 𝑏 ′ ), la somme de 𝑧 et 𝑧 ′
 𝑧. 𝑧 ′ = 𝑎𝑎′ − 𝑏𝑏 ′ + 𝑖(𝑎𝑏 ′ + 𝑎′ 𝑏), le produit de 𝑧 et 𝑧 ′
Exemple :
Effectuons les opérations suivantes :
 (2 − 𝑖) + (4 − 3𝑖) = 6 − 4𝑖
 (4 − 5𝑖)(3 + 2𝑖) = 22 − 7𝑖
 2𝑖(4 − 5𝑖) = 10 + 8𝑖
 (2 + 5𝑖)2 = −21 + 20𝑖
 (3𝑖 − 1)3 = 26 − 18𝑖
Remarque :
D’après ce qui précède, on remarque que :
i) (ℂ, +) est un groupe commutatif ;
ii) (ℂ∗ , ×) est un groupe commutatif ;
iii) La multiplication est distributive par rapport à l’addition ;
On dit que (ℂ, +, ×) est un corps commutatif.
iv) L’opposé de nombre complexe 𝑎 + 𝑖𝑏 est le nombre complexe – 𝑎 − 𝑖𝑏
1 a 𝑏
v) L’inverse de tout nombre complexe 𝑎 + 𝑖𝑏 est : = a2 +b2 − 𝑖 𝑏2 +𝑏2
𝑎+𝑖𝑏
Preuve :
(𝑎 − 𝑖𝑏) est appelé conjugué de 𝑧 et (𝑎 + 𝑖𝑏)(𝑎 − 𝑖𝑏) = 𝑎2 + 𝑏 2
1 𝑎−𝑖𝑏 𝑎 𝑏
On a : = (𝑎+𝑖𝑏)(𝑎−𝑖𝑏) = 𝑎2 +𝑏2 − 𝑖 𝑎2 +𝑏2
a+𝑖𝑏
Exemple :
1 2+3𝑖 2+3𝑖 2 3𝑖
= (2−3𝑖)(2+3𝑖) = = 13 + 13
2−3𝑖 4+9
Remarque :
Dans ℂ, tout comme dans ℝ, 0 n’a pas d’inverse.
Propriété :
Soient 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes.
𝑧𝑧 = 0 ⟺ 𝑧 = 0 ou 𝑧 ′ = 0
𝐛 − Les produits remarquables
Propriété :
Pour tous nombres complexes z et z’ et pour tout entier naturel 𝑛, on a :
 (𝑧 + 𝑧′)2 = 𝑧 2 + 2𝑧𝑧 ′ + 𝑧′2 ;
 (𝑧 − 𝑧′)2 = 𝑧 2 − 2𝑧𝑧 ′ + 𝑧′2 ;
 (𝑧 + 𝑧′)(𝑧 − 𝑧′) = 𝑧 2 − 𝑧′2 .
 (𝑧 + 𝑧′)𝑛 = ∑𝑛𝑘=0 𝐶𝑛𝑘 z 𝑛−𝑘 . 𝑧′𝑘
La forme : (𝑧 + 𝑧′)𝑛 = ∑𝑛𝑘=0 𝐶𝑛𝑘 z 𝑛−𝑘 . 𝑧′𝑘 est appelée formule du binôme de Newton.

43
Les 𝐶𝑛𝑘 sont appelés coefficients binomiaux. Ils sont obtenus à partir du triangle de Pascal ou
𝑛!
à partir de calcul de combinaison suivante 𝐶𝑛𝑘 = 𝑘!(𝑛−𝑘)! qui sera vue en probabilité.
Exemple :
Calculons (2 + 𝑖)5
Triangle de Pascal correspondant à 𝑛 − 1.
1
1 1
1 2 1
1 3 3 1
1 4 6 4 1
1 5 10 10 5 1
5 𝑘
(2 + 𝑖 ) = ∑𝑘=0 𝐶5 (2)5−𝑘 × (𝑖 )𝑘
5

= 𝐶50 (2)5 + 𝐶51 (2)4 (𝑖)1 + 𝐶52 (2)3 (𝑖)2 + 𝐶53 (2)2 (𝑖)3 + 𝐶54 (2)1 (𝑖)4 + 𝐶55 (𝑖)5
= 25 + 5 × 24 × 𝑖 + 10 × 23 (−1) + 10 × 22 (−𝑖) + 5 × 2(1) + 𝑖 5
= 32 + 80𝑖 − 80 − 40𝑖 + 10 + 𝑖
(2 + 𝑖)5 = −38 + 41𝑖
𝐜 − Affixe du barycentre de 𝒏 points pondérés.
Propriété :soit 𝐴1 , 𝐴2 , … , 𝐴𝑛 des points d’affixes respectives 𝑧𝐴1 , 𝑧𝐴2 , … , 𝑧𝐴𝑛 et 𝛼1 , 𝛼2 , … , 𝛼𝑛
des nombres réels dont ∑𝑛𝑖=1 𝛼𝑖 ≠ 0.
L’affixe du barycentre G des points pondérés (𝐴𝑖 ; 𝛼𝑖 ) est :
∑𝑛𝑘=1 𝛼𝑘 𝑧𝐴𝑘 𝛼1 𝑧𝐴1 + 𝛼2 𝑧𝐴2 + … + 𝛼𝑛 𝑧𝐴𝑛
𝑧𝐺 = =
∑𝑛𝑘=1 𝛼𝑘 𝛼1 + 𝛼2 + … + 𝛼𝑛
Exemple :
Soit deux points A et b d’affixes 𝑧𝐴 et 𝑧𝐵 .
 L’affixe de AB est: 𝑧𝐵 − 𝑧𝐴 ;
𝑧𝐴 +𝑧𝐵
 L’affixe d’un point I milieu du segment [𝐴𝐵] est : 𝑧𝐼 = 2
𝑧𝐴 +𝑧𝐵 +𝑧𝐶
 L’affixe du point G , centre de gravité d’un triangle 𝐴𝐵𝐶 est : 𝑧𝐺 = 3
𝑧𝐴 +𝑧𝐵 +𝑧𝐶 +𝑧𝐷
 L’affixe du point G, centre de gravité d’un rectangle 𝐴𝐵𝐶𝐷 est : 𝑧𝐺 = 4
𝐝 − Puissances entière d’un nombre complexe
Propriétés :
1) Soit z un nombre complexe non nul et n un entier naturel non nul. On a :
 𝑧0 = 1
1
 𝑧 −𝑛 = 𝑧 𝑛
 𝑧 𝑛+1 = 𝑧 𝑛 × 𝑧.
2) Puissance entière de 𝑖
𝑖0 = 1 𝑖 2 = −1 𝑖4 = 1
𝑖1 = 𝑖 𝑖 3 = −𝑖 𝑖5 = 𝑖
𝟏. 𝟓 −Conjugué d’un nombre complexe.
Définition :
Soit 𝑧 un nombre complexe tel que : 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏.
On appelle conjugué de 𝑧, le ombre complexe noté 𝑧 tel que 𝑧 = 𝑎 − 𝑖𝑏

44
Exemple :
 ̅̅̅̅̅̅
1+𝑖 = 1−𝑖;
 ̅̅̅̅̅̅̅̅
3 − 2𝑖 = 3 + 2𝑖
 ̅̅̅̅̅̅̅̅̅
−2 − 𝑖 = 2𝑖
Remarque :
Les points 𝑀 et 𝑀’ d’affixes respectives 𝑧 et 𝑧 sont symétriques par rapport à l’axe réel.

Propriétés 1:
Pour tout nombre complexe 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏, on a :
 𝑧̿ = 𝑧
 𝑧 + 𝑧̅ = 2𝑅 e(𝑧) : la somme de 𝑧 et son conjugué est un réel ;
 𝑧. 𝑧̅ = 𝑎2 + 𝑏 2 : le produit de z et son conjugué est un réel positif ou nul ;
 𝑧 − 𝑧̅ = 2𝐼 m(𝑧) : la différence de 𝑧 et son conjugué est un imaginaire pur ;
 𝑧 ∈ ℝ ⟺ 𝑧 = 𝑧̅ : Si 𝑧 est un réel, alors 𝑧 = 𝑧̅
 𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑧 = −𝑧 et 𝑧 ≠ 0 : Si 𝑧 est un imaginaire pur, alors 𝑧 = −𝑧.
Exemple
Soit 𝑧 = −1 + 2𝑖. Déterminons 𝑧̿ ; 𝑧 + 𝑧̅ ; 𝑧. 𝑧̅ et 𝑧 − 𝑧̅. On a :
 𝑧̿ = (−1 + 2𝑖) ⟹ 𝑧. 𝑧̅ = −1 + 2𝑖
 𝑧 + 𝑧̅ = −1 + 2𝑖 + (−1 + 2𝑖)
= −1 + 2𝑖 − 1 − 2𝑖
⟹ 𝑧 + 𝑧̅ = −2
 𝑧. 𝑧̅ = (−1 + 2𝑖)(−1 + 2𝑖)
= (−1 + 2𝑖)(−1 − 2𝑖)
=1+4
⟹ 𝑧. 𝑧̅ = 5
 𝑧 − 𝑧̅ = −1 + 2𝑖 − (−1 + 2𝑖)
= −1 + 2𝑖 + 1 + 2𝑖
⟹ 𝑧 − 𝑧̅ = 4𝑖
Propriété 2 :
Pour tous nombres complexes 𝑧 et 𝑧 ′ , ∀ 𝑛 ∈ ℤ , on a :
1) ̅̅̅̅̅̅̅̅
𝑧 + 𝑧 ′ = 𝑧̅ + 𝑧′ 𝑧 𝑧
5) (𝑧 ′ ) = 𝑧′ ; (𝑧 ′ ≠ 0)
2) – 𝑧 = −𝑧
6) (𝑧 𝑛 ) = (𝑧)𝑛 ; (𝑧 ≠ 0)
̅̅̅̅̅
3) 𝑧. ′
𝑧 = 𝑧. 𝑧′
1 1
4) (𝑧) = 𝑧 ; (𝑧 ≠ 0)

45
Exemple :
Soit les nombres complexes 𝑧 et 𝑧′ tels que : 𝑧 = 2 + 𝑖 et 𝑧 ′ = 1 − 𝑖
Ecrire sous forme algébrique les nombres complexes suivants :
a) (2𝑧 + 𝑧′) c) (𝑧 2 + 𝑧′2 )
2
b) (𝑧 + 𝑧′) d) (𝑧 + 𝑧′)2

Solution :
𝑧 = 2 + 𝑖 et 𝑧 ′ = 1 − 𝑖
Ecrire sous forme algébrique les nombres complexes suivants :
a) (2𝑧 + 𝑧 ′ ) = 2𝑧 + 𝑧′
= 2(2 + 𝑖) + (1 − 𝑖)
= 2(2 − 𝑖) + 1 + 𝑖
= 4 − 2𝑖 + 1 + 𝑖
⟹ (2𝑧 + 𝑧 ′ ) = 5 − 𝑖
2 2
b) (𝑧 + 𝑧′) = 𝑧 + 𝑧′
2
= (2 + 𝑖) + (1−𝑖)
2
= 2 − 𝑖 + 1+𝑖
2(1−𝑖)
= 2 − 𝑖 + (1+𝑖)(1−𝑖)
2(1−𝑖)
= 2−𝑖+ 1+1
2(1−𝑖)
= 2−1+ 2
= 2−𝑖+1−𝑖
2
⟹ (𝑧 + 𝑧′) = 3 − 2𝑖

c) (𝑧 2 + 𝑧′2 ) = 𝑧 2 + 𝑧′2
2 2
= (2 + 𝑖) +(1 − 𝑖)
= (2 − 𝑖)2 +(1 + 𝑖)2
= 4 − 4𝑖 − 1 + 2𝑖
⟹ (𝑧 2 + 𝑧′2 ) = 3 − 2𝑖
2
d) (𝑧 + 𝑧′)2 = (𝑧 + 𝑧′)
2
= ((2 + 𝑖) + (1 − 𝑖) )
= (2 − 𝑖 + 1 + 𝑖)2
= 32
⟹ (𝑧 + 𝑧′)2 = 9
𝟏. 𝟔 −Module d’un nombre complexe.
Définition :
Soit 𝑧 un nombre complexe tel que : 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏.
On appelle module de z, le nombre réel positif noté |𝑧| tel que : |𝒛| = √𝒂𝟐 + 𝒃𝟐
46
Exemple :
Calculons le moudule du nombre complexe 𝑧 dans les cas suivants :
a) 𝑧 = 3 − 4i
|𝑧| = √32 + (−4)2 = √25 = 5
⟹ |𝑧| = 5
1 √3
b) 𝑧 = 2 + 𝑖 2
2
1 2 √3 1 3
|𝑧| = √( ) + ( ) = √ + = √1 = 1
2 2 4 4
⟹ |𝑧| = 1
c) 𝑧 = 2 − 𝑖
|𝑧| = √4 + 1 = √5
⟹ |𝑧| = √5
Remarque :
Soit 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 un nombre complexe.
 Si 𝑏 = 0, alors |𝑧| = 𝑎
 Si 𝑎 = 0, alors |𝑧| = 𝑏
 ∀ z ∈ ℂ; |𝑧| = |−𝑧| = √𝑎2 + 𝑏 2
Propriétes :
Pour tous nombres complexes 𝑧 et 𝑧′ et pour tout nombre entier relatif, on a :
1) |z. z ′ | = |z| × |z′|
1 1
2) |z| = |z| ; (z ≠ 0)
3) |z 𝑛 | = |z|𝑛 ; (z ≠ 0)
z |z|
4) |z′ | = |z′| ; (z ′ ≠ 0)
5) |𝑧 + 𝑧 ′ | ≤ |𝑧| + |𝑧 ′ | ; (inégalité triangulaire)
6) |𝑅𝑒 (𝑧)| ≤ |𝑧| et |𝐼𝑚 (𝑧)| ≤ |𝑧|
7) |𝑧| − |𝑧 ′ | ≤ |𝑧 + 𝑧 ′ |
Exemples :
Déterminons le module de nombre complexe :
|(−√3 + 𝑖)(1 + 𝑖)2 | = |−√3 + 𝑖| × |1 + 𝑖|2
2
= √3 + 1 × (√1 + 1)
2
= √4 × (√2)

= 2×2

⟹ |(−√3 + 𝑖)(1 + 𝑖)2 | = 4


3 3
(−√3+𝑖) |−√3+𝑖 | 23
| (1+𝑖)2
|= |1+𝑖|2
= 2 = 22
(√2)

3
(−√3+𝑖)
⟹| (1+𝑖)2
|=4

Remarque :

47
 Si 𝑧 est l’affixe d’un point 𝑀, alors |𝑧| = 𝑂𝑀 ;
 Si z est l’affixe d’un vecteur 𝑢⃗ , alors |𝑧| = ‖𝑢
⃗ ‖;
 si 𝑧𝐴 et 𝑧𝐵 sont les affixes respectives de deux points 𝐴 et 𝐵, alors
⃗⃗⃗⃗⃗ | = |𝒛𝐵 − 𝒛𝐴 | = 𝐴𝐵.
|𝐴𝐵

II. Etude trigonométrique


𝐈𝐈𝟏 − Forme trigonométrique d’un nombre complexe
𝒂 −Argument d’un nombre complexe
Rappel trigonométrique

𝝅 11𝜋
− ≃
𝟔 𝟔
𝝅 𝟕𝝅
− ≃
𝟒 𝟒
𝝅 𝟓𝝅
{−𝟑 ≃ 𝟑
𝟐𝝅 4𝜋
− ≃
𝟑 𝟑
𝟑𝝅 𝟓𝝅
− ≃
𝟒 𝟒
−𝟓𝝅 𝟕𝝅
{− 𝟔 ≃ 𝟔

Définition :
Soit 𝑧 un nombre complexe non nul et 𝑀 son image dans le plan
complexe.
On appelle argument de 𝑧, toute mesure de l’angle orienté
⃗⃗⃗⃗̂
(𝒆𝟏
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ).noté arg(𝑧). Souvent le note 𝜃 ou 𝛼.
; 𝑂𝑀
Tout argument de 𝑧 est de la forme : 𝜃 + 2𝑘𝜋, 𝑘 ∈ 𝕫
On note: arg(𝑧) = 𝜃 + 2𝑘𝜋, 𝑘 ∈ ℤ ou arg(𝑧) ≡ 𝜃[2𝜋]
Interprétation géométrique

48
Si 𝑧 est l’affixe d’un vecteur 𝑢⃗ , arg(𝑧) est une mesure de l’angle orienté (𝒆̂
⃗⃗⃗⃗
𝟏; 𝑢
⃗ ).
si 𝒛𝐴 et 𝒛𝐵 sont les affixes respectives de deux points 𝐴 et 𝐵, alors arg(𝑧 − 𝒛𝐴 ) est une
mesure de l’angle orienté (𝒆 ⃗⃗⃗⃗̂
𝟏
⃗⃗⃗⃗⃗ ) .
; 𝐴𝐵
Détermination de l’argument
Pour tout nombre complexe non 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et pour argument 𝜃(𝑧), on a :
𝑅 (𝑧) 𝑎
𝑐𝑜𝑠𝜃 = 𝑒|𝑧| 𝑐𝑜𝑠𝜃 = |𝑧|
{ 𝐼 (𝑧)
⟹{ 𝑏
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 𝑚|𝑧| 𝑠𝑖𝑛𝜃 = |𝑧|
Remarque :
i) Soit 𝑧 un nombre complexe 𝑧 ;
 si 𝑧 = 0, alors |𝑧| = 0 et 𝑧 n’a pas d’argument.
 Si 𝑧 est un réel, i.e. (𝑧 ∈ ℝ), alors arg(𝑧) ≡ 0[𝜋]
 Si 𝑧 est un imaginaire pur, i.e. (𝑧 ∈ 𝑖ℝ), alors
𝜋
arg(𝑧) ≡ 2 [𝜋].
ii) Pour tout nombre complexe 𝑧 non nul, on a :
 arg(𝑧̅) ≡ − arg(𝑧) [2𝜋] = − arg(𝑧) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
 arg(−𝑧) ≡ 𝜋 + arg(𝑧) [2𝜋] = 𝜋 + arg(𝑧) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
 arg(−𝑧̅) ≡ 𝜋 − arg(z) [2π] = π − arg(z) + 2kπ; k ∈ ℤ

Exemple :
Déterminons un argument des nombres complexes suivants :
a) 𝑧1 = 1 + 𝑖
On a : |𝑧1 | = √1 + 1 = √2 ⟹ |𝑧1 | = √2
Soit 𝜃 son argument. On a :
√2
𝑐𝑜𝑠𝜃 = 2 𝜋
{ ⟹𝜃=4
√2
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 2
𝜋
⟹ arg(𝑧1 ) ≡ 4 [2𝜋].
b) z2 = 1 + 𝑖√3

|z2 | = √1 + (√3)2 = √4 = 2 ⟹ |z2 | = 2

49
1
𝑐𝑜𝑠𝜃 = 𝜋
2
Soit 𝜃 son argument de z2 , on a : { √3
⟹𝜃 = 3;
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 2
𝜋
⟹ arg(z2 ) = 3 + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
1 √3
c) 𝑧3 = − 2 + 𝑖 2
2
1 2 √3 1 3
On a : |z3 | = √(− 2) + ( 2 ) = √4 + 4 = 1 ⟹ |𝑧3 | = 1
1
𝑐𝑜𝑠𝜃 = − 2 2𝜋
Soit 𝜃 un argument de 𝑧3 , on a : { √3
⟹𝜃= ;
3
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 2
2𝜋
⟹ arg(z3 ) = + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
3
𝒃 − Argument d’un produit et d’un quotient
Propriété :
Pour tous nombres complexes non nuls 𝑧 et 𝑧′ et pour entier relatif 𝑛, on a :
i) arg(𝑧. 𝑧 ′ ) = arg(𝑧) + arg(𝑧 ′ ) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
1
ii) arg (𝑧) = − arg(𝑧) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
iii) arg(𝑧)𝑛 = 𝑛 × 𝑎𝑟𝑔(𝑧) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
𝑧
iv) arg (𝑧 ′ ) = arg(𝑧) − arg(𝑧 ′ ) + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ
Remarque :
Soit 𝐴, 𝐵 𝑒𝑡 𝐶 trois points deux à deux distincts, d’affixes respectives 𝑧𝐴 , 𝑧𝐵 et 𝑧𝐶 .
⃗⃗⃗⃗⃗̂
𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧 −𝑧
On a : arg ( 𝐴𝐶 ) = arg( 𝐶 𝐴 ) ≡ 𝑀𝑒𝑠 (𝐴𝐵 ; ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 ) [2𝜋]
𝑧 𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧𝐵 −𝑧𝐴
Exemple:
Déterminons les arguments des nombres complexes suivants :
(−√3+𝑖)3
Z1 = (−√3 + 𝑖)(1 + 𝑖)2 et Z2 = ( )
(1+𝑖)2

 Z1 = (−√3 + 𝑖)(1 + 𝑖)2


Posons 𝑧′1 = −√3 + 𝑖 et 𝑧′′1 = 1 + 𝑖 tels que : Z1 = 𝑧′1 (𝑧′′1 )2

|z′1 | = √(−√3)2 + 12 = √3 + 1 = 2 et |z′′1 | = √1 + 1 = √2


On a : |z′1 | = 2 et |z′′1 | = √2
Soit 𝜃′1 , 𝜃′′1 les arguments de 𝑧1 et 𝑧2 , on a :
−√3 √2
𝑐𝑜𝑠𝜃′1 = 2 5𝜋
𝑐𝑜𝑠𝜃′′1 = 2 𝜋
{ 1
; ⟹ 𝜃′1 = et { ; ⟹ 𝜃′′1 = 4
6 √2
𝑠𝑖𝑛𝜃′1 = 2 𝑠𝑖𝑛𝜃′′1 = 2
5𝜋 𝜋
⟹ arg(z′1 ) ≡ [2𝜋] et arg(z′′1 ) ≡ [2𝜋]
6 4
2
Z1 = 𝑧′1 (𝑧′′1 ) , alors, on a :
|𝑍1 | = |𝑧 ′1 | × |𝑧 ′′1 |2
2
= 2 × (√2)
⟹ |𝑍1 | = 4

50
Soit 𝛼 , un argument de 𝑍1 , on a :
𝑎𝑟𝑔(𝑍1 ) = arg[z′1 × (𝑧′′1 )2 ]
= 𝑎𝑟𝑔(𝑧′1 ) + 2 × 𝑎𝑟𝑔(𝑧′′1 )
5𝜋 𝜋
≡ + (2 × 4 ) [2𝜋]
6
5𝜋+3𝜋
≡ [2𝜋]
6
4𝜋 2𝜋
⟹ 𝑎𝑟𝑔(𝑍1 ) ≡ [2𝜋] ou 𝑎𝑟𝑔(𝑍1 ) ≡ − [2𝜋]
3 3
(−√3+𝑖)3
 Z2 = ( ), d’après de ce qui précède, on a :
(1+𝑖)2
𝑧′3
arg(Z2 ) = arg (𝑧′′12 ) ≡ 3 arg(𝑧′1 ) − 2arg(𝑧′′1 )
1
5𝜋 𝜋
≡ 3× − 2 × 4 [2𝜋]
6
5𝜋 𝜋
≡ − 2 [2𝜋]
2
≡ 2𝜋[2𝜋]
⟹ arg(Z2 ) ≡ 0[2𝜋] ou arg(Z2 ) = 0 + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
𝒄 − Forme trigonométrique d’un nombre complexes non nul.
Définition et présentation :
Soit 𝑧 un nombre complexe de la forme 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏,
𝑎
𝑐𝑜𝑠𝜃 = |𝑧|
𝑎 = |𝑧|𝑐𝑜𝑠𝜃
On a : { 𝑏 ⟺ { 𝑏 = |𝑧|𝑠𝑖𝑛𝜃
𝑠𝑖𝑛𝜃 = |𝑧|
𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏, ⟹ 𝑧 = |𝑧|𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖|𝑧|𝑠𝑖𝑛𝜃
= |𝑧|(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃
En posant: 𝑟 = |𝑧|,
on a:
𝒛 = 𝒓(𝒄𝒐𝒔𝜽 + 𝒊𝒔𝒊𝒏𝜽) appelée forme trigonométrique de 𝒛.
Remarque:
Soit 𝑧 = 𝑟(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃), 𝑟 ∈ ℝ∗ et 𝜃 ∈ ℝ.
 Si 𝑟 > 0 ⟹ 𝑧 = 𝑟(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃) et arg(𝑧) ≡ 𝜃[2𝜋]
 Si 𝑟 < 0 ⟹ 𝑧 = −𝑟(cos(𝜃 + 𝜋) + 𝑖𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝜋)) et arg(𝑧) ≡ (𝜃 + 𝜋)[2𝜋]
Exemple :
Mettons ces nombres complexes sous la forme trigonométrique :
 𝑧1 = 1 + 𝑖
|𝑧1 | = √1 + 1 = √2 ⟹ |𝑧1 | = √2
√2
𝑐𝑜𝑠𝜃 = 2 𝜋
Soit 𝜃 son argument de 𝑧1 , on a : { ; ⟹ 𝜃 ≡ 4 [2𝜋]
√2
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 2
𝝅 𝝅
Donc 𝒛𝟏 = √𝟐 (𝒄𝒐𝒔 𝟒 + 𝒊𝒔𝒊𝒏 𝟒 ) : est la forme trigonométrique de 𝑧1
1 √3
 𝑧2 = − 2 + 𝑖 2

51
2
1 2 √3 1 3
|𝑧2 | = √(− ) + ( ) = √ + = √1 = 1
2 2 4 4
⟹ |𝑧| = 1
1
𝑐𝑜𝑠𝜃 = − 2 2𝜋
Soit 𝜃 son argument de 𝑧2 , on a : { √3
; ⟹ 𝜃 ≡ 3 [2𝜋]
𝑠𝑖𝑛𝜃 = 2
𝟐𝝅 𝟐𝝅
Donc 𝒛𝟐 = 𝒄𝒐𝒔 + 𝒊𝒔𝒊𝒏 : est la forme trigonométrique de 𝑧2
𝟑 𝟑
 𝑧3 = 1 − 𝑖√3

|𝑧3 | = √1 + (−√3)2 = √1 + 3 = 2 ⟹ |𝑧3 | = 2


1
𝑐𝑜𝑠𝜃 = 2 5𝜋
Soit 𝜃 son argument de 𝑧3 , on a : { √3
; ⟹𝜃≡ [2𝜋]
3
𝑠𝑖𝑛𝜃 = − 2
𝟓𝝅 𝟓𝝅
Donc 𝒛𝟑 = 𝟐 (𝒄𝒐𝒔 + 𝒊𝒔𝒊𝒏 ) : est la forme trigonométrique de 𝑧3
𝟑 𝟑
Propriété :
Soit 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes non nuls.
On a : 𝑧 = 𝑧′ ⟺ |𝑧| = |𝑧 ′ | et arg(z) ≡ arg(z′)[2π] .
Deux nombres complexes conjugués ont même module et des arguements opposés
Exemple :
Dans chacun des cas suivants, déterminer le module et un argument de 𝑧.
1) 𝑧 = 1 + 𝑖𝑡𝑎𝑛𝜃
2) 𝑧 = 1 − 𝑖𝑡𝑎𝑛𝜃
3) 𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 − 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃
4) 𝑧 = −𝑠𝑖𝑛𝜃 + 𝑖𝑐𝑜𝑠𝜃
5) 𝑧 = 1 + 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 et 𝜃 ∈ [0; 𝜋]
𝑐𝑜𝑠𝜃+𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃
6) 𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃−𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃
Solution :
Dans chacun des cas suivants, déterminons le module et un argument de 𝑧.
𝑠𝑖𝑛𝜃
1) 𝑧 = 1 + 𝑖𝑡𝑎𝑛𝜃 = 1 + 𝑖 𝑐𝑜𝑠𝜃
1 𝟏
𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 (𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃) ⟹ |𝒛| = 𝒄𝒐𝒔𝜽 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ 𝜽[𝟐𝝅]
𝑠𝑖𝑛𝜃
2) 𝑧 = 1 − 𝑖𝑡𝑎𝑛𝜃 = 1 − 𝑖 𝑐𝑜𝑠𝜃
1
= 𝑐𝑜𝑠𝜃 (𝑐𝑜𝑠𝜃 − 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)
1 𝟏
𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 (𝑐𝑜𝑠(−𝜃) + 𝑖𝑠𝑖𝑛(−𝜃)) ⟹ |𝒛| = 𝒄𝒐𝒔𝜽 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ −𝜽[𝟐𝝅]
3) 𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 − 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃
𝑧 = 𝑐𝑜𝑠(−𝜃) + 𝑖𝑠𝑖𝑛(−𝜃) ⟹ |𝒛| = 𝟏 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ −𝜽[𝟐𝝅]
4) 𝑧 = −𝑠𝑖𝑛𝜃 + 𝑖𝑐𝑜𝑠𝜃
𝜋 𝜋 𝝅
𝑧 = (𝑐𝑜𝑠 (2 + 𝜃) + 𝑖𝑠𝑖𝑛 ( 2 + 𝜃)) ⟹ |𝒛| = 𝟏 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ (𝟐 + 𝜽) [𝟐𝝅]
5) 𝑧 = 1 + 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 et 𝜃 ∈ [0; 𝜋]
On a : 𝑧 = 1 + 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 = 1 + 𝑒 𝑖𝜃

52
𝜃 𝜃 𝜃
= 𝑒 𝑖 2 (𝑒 −𝑖 2 + 𝑒 𝑖 2 )
𝜃 𝜃
𝜃 𝑖 −𝑖
𝑖 𝑒 2 +𝑖𝑒 2
= 2𝑒 ( 2 )
2
𝜃 𝜃 𝜃
= 2 (𝑐𝑜𝑠 2 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 2) 𝑐𝑜𝑠 2
𝜃 𝜃 𝜃
𝑧 = 2𝑐𝑜𝑠 2 (𝑐𝑜𝑠 2 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 2)
On distingue deux cas:
𝜋
1er cas: 𝜃 ∈ [0; 2 [
𝜋 𝜃 𝜃 𝜃
Pour 𝜃 ∈ [0; 2 [ ; 2𝑐𝑜𝑠 2 > 0, ⟹ |𝒛| = 2𝑐𝑜𝑠 2 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ 2 [𝟐𝝅]
𝜋
2e cas: 𝜃 ∈ [ 2 ; 𝜋[
𝜋 𝜃
𝜃 ∈ [ 2 ; 𝜋[ ⟹ 2𝑐𝑜𝑠 2 < 0
𝜃
⟹ −2𝑐𝑜𝑠 2 > 0
𝜃 𝜃 𝜃
On a : 𝑧 = 2𝑐𝑜𝑠 2 (𝑐𝑜𝑠 2 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 2)
𝜃 𝜃 𝜃
⟹ 𝑧 = −2𝑐𝑜𝑠 2 (−𝑐𝑜𝑠 2 − 𝑖𝑠𝑖𝑛 2)
𝜃 𝜃 𝜃
⟹ 𝑧 = −2𝑐𝑜𝑠 2 (𝑐𝑜𝑠 (𝜋 + 2) + 𝑖𝑠𝑖𝑛 (𝜋 + 2))
𝜽 𝜽
⟹ |𝒛| = −𝟐𝒄𝒐𝒔 𝟐 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ (𝝅 + 𝟐) [𝟐𝝅]
𝑐𝑜𝑠𝜃+𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑒 𝑖𝜃
6) 𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃−𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 = 𝑒 −𝑖𝜃
𝑧 = 𝑒 2𝑖𝜃 ⟹ |𝒛| = 𝟏 et 𝒂𝒓𝒈(𝒛) ≡ 𝟐𝜽[𝟐𝝅]
𝒅 − Forme exponentille d’un nombre complexes
Définition :
Soit 𝑧 un nombre complexe non nul.
On appelle forme exponentielle du nombre complexe 𝑧, de module 𝑟 et d’un argument
𝜃, c’est l’écriture : 𝒛 = 𝒓𝒆𝒊𝜽 ; avec 𝑟 ∈ ℝ∗+ 𝑒𝑡 𝜃 ∈ ℝ.
cette écriture : 𝑟𝑒 𝑖𝜃 est aussi appelée forme polaire de 𝑧.
Exemple :
Mettons à la forme exponenntielle les nombres complexes de l’exemple précèdant :
𝜋
 𝑧1 = 1 + 𝑖 ⟹ 𝑧1 = √2𝑒 𝑖 4
2𝜋
1 √3
 𝑧2 = 𝑧2 = − 2 + 𝑖 ⟹ 𝑧2 = 𝑒 𝑖 3
2
𝜋
 𝑧3 = 1 + 𝑖√3 ⟹ 𝑧3 = 2𝑒 𝑖 3
Propriétés :
Soit 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes non nuls tels que : 𝑧 = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 et 𝑧′ = 𝑟′𝑒 𝑖𝜃′ , 𝑛 ∈ ℤ, on a :
𝑖(𝜃+𝜃′ )
1) 𝑧. 𝑧 ′ = 𝑟. 𝑟 ′𝑒
1 1
2) = 𝑟 𝑒 −𝑖𝜃
𝑧
3) 𝑧 𝑛 = 𝑟 𝑛 𝑒 𝑖𝑛𝜃
𝑧 𝑟 ′)
4) = 𝑟′ 𝑒 𝑖(𝜃−𝜃
𝑧′

53
𝒆 −Formule de Moivre
Soit 𝑧 le nombre complexe de module 1 et d’un argument 𝜃 tel que soit 𝑧 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑠𝑖𝑛𝜃.
∀ 𝑛 ∈ ℤ, 𝑧 𝑛 a pour module 1 et argument 𝑛𝜃.
On en déduit la formule très importante suivante appelée formule de Moivre :
(𝒄𝒐𝒔𝜽 + 𝒊𝒔𝒊𝒏𝜽)𝒏 = 𝒄𝒐𝒔(𝒏𝜽) + 𝒊𝒔𝒊𝒏(𝒏𝜽)
Exemple :
1) 𝜃 ∈ ℝ, exprimons 𝑐𝑜𝑠4𝜃 et 𝑠𝑖𝑛4𝜃 en fonction de 𝑐𝑜𝑠𝜃 et 𝑠𝑖𝑛𝜃. On a :
(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)4 = ∑4𝑘=0 𝐶4𝑘 (𝑐𝑜𝑠𝜃)4−𝑘 (𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)𝑘
=
𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝐶41 𝑐𝑜𝑠 3 𝜃(𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃) + 𝐶42 𝑐𝑜𝑠 2 𝜃(𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)2 + 𝐶43 𝑐𝑜𝑠𝜃(𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)3 + 𝐶44 𝑐𝑜𝑠 0 (𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)4
4

= 𝑐𝑜𝑠 4 𝜃 + 4𝑖𝑐𝑜𝑠 3 𝜃𝑠𝑖𝑛𝜃 × 6𝑐𝑜𝑠 2 𝜃𝑠𝑖𝑛2 𝜃 − 4𝑖𝑐𝑜𝑠𝜃𝑖𝑠𝑖𝑛3 𝜃 + 𝑠𝑖𝑛4 𝜃


(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)4 = 𝑐𝑜𝑠 4 𝜃 + 𝑠𝑖𝑛4 𝜃 − 6𝑐𝑜𝑠 2 𝜃𝑠𝑖𝑛2 𝜃 + 𝑖(4𝑐𝑜𝑠 3 𝜃𝑠𝑖𝑛𝜃 − 4𝑐𝑜𝑠𝜃𝑖𝑠𝑖𝑛3 𝜃) (1)
Or (𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃)4 = 𝑐𝑜𝑠4𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛4𝜃 (2)
En égalant les deux relations, on a :
4 2 2
(1) = (2) ⟺ {𝑐𝑜𝑠4𝜃 = 𝑐𝑜𝑠 𝜃3 − 6𝑐𝑜𝑠 𝜃𝑠𝑖𝑛 𝜃 + 𝑠𝑖𝑛4 𝜃
𝑠𝑖𝑛4𝜃 = 4𝑐𝑜𝑠 𝑠𝑖𝑛𝜃 − 4𝑠𝑖𝑛3 𝜃𝑐𝑜𝑠𝜃
𝑐𝑜𝑠4𝜃 = 𝑐𝑜𝑠 4 𝜃 − 6𝑐𝑜𝑠 2 𝜃(1 − 𝑐𝑜𝑠 2 𝜃) + (1 − 𝑐𝑜𝑠 2 𝜃)2
⟺{
𝑠𝑖𝑛4𝜃 = 4𝑐𝑜𝑠 3 𝑠𝑖𝑛𝜃 − 4𝑠𝑖𝑛3 𝜃𝑐𝑜𝑠𝜃
4 2
⟺ { 𝑐𝑜𝑠4𝜃 = 8𝑐𝑜𝑠3 𝜃 − 8𝑐𝑜𝑠 𝜃3+ 1
𝑠𝑖𝑛4𝜃 = 4𝑐𝑜𝑠 𝑠𝑖𝑛𝜃 − 4𝑠𝑖𝑛 𝜃𝑐𝑜𝑠𝜃
1 1 199
2) Soit 𝑧 = + 𝑖 . Calculons 𝑧
√2 √2
1 1 𝜋
|𝑧| = √ + = 1 et 𝑎𝑟𝑔(𝑧) =
2 2 4
𝜋 𝜋 199
Donc : 𝑧199 = (𝑐𝑜𝑠 4 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 4 )
199𝜋 199𝜋
= 𝑐𝑜𝑠 + 𝑖𝑠𝑖𝑛
4 4
199𝜋 120𝜋 𝜋 𝜋 199𝜋 𝜋
Or : = − 4 = 30𝜋 − 4 ⟹ = − 4 + 2 × 15𝜋
4 4 4
199𝜋 𝜋
⟹ ≡ − 4 [2𝜋]
4
𝜋 𝜋 1 1 𝟏 𝟏
On en déduit que : 𝑧199 = 𝑐𝑜𝑠 (− 4 ) + 𝑖𝑠𝑖𝑛 (− 4 ) = −𝑖 . ⟹ 𝒛𝟏𝟗𝟗 = −𝒊 .
√2 √2 √𝟐 √𝟐
𝒇 −Formule d’Euler :
Pour tout nombre réel 𝜃, on a le système suivant :
𝑒 𝑖𝜃 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 (1)
{ −𝑖𝜃
𝑒 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 − 𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 (2)
𝑒 𝑖𝜃 +𝑒 −𝑖𝜃
 (1) + (2) ⟹ 𝑒 𝑖𝜃 + 𝑒 −𝑖𝜃 = 2𝑐𝑜𝑠𝜃 ⟹ 𝑐𝑜𝑠𝜃 =
2
𝑒 𝑖𝜃 −𝑒 −𝑖𝜃
 (1) − (2) ⟹ 𝑒 𝑖𝜃 − 𝑒 −𝑖𝜃 = 2𝑖𝑠𝑖𝑛𝜃 ⟹ 𝑠𝑖𝑛𝜃 =
2𝑖
𝒆𝒊𝜽 +𝒆−𝒊𝜽
𝒄𝒐𝒔𝜽=
𝟐
Donc pour tout nombre réel 𝜃, on a: { 𝒆𝒊𝜽 −𝒆−𝒊𝜽
𝒔𝒊𝒏𝜽=
𝟐𝒊

Exemple :
𝜃 ∈ ℝ, linéarisons 𝑐𝑜𝑠 6 𝜃 et 𝑠𝑖𝑛5 𝜃.

54
1
1 1
1 2 1
1 3 3 1
1 4 6 4 1
1 5 10 10 5 1

1 6 15 20 15 6 1

 𝑐𝑜𝑠 6 𝜃
𝑒 𝑖𝜃 +𝑒 −𝑖𝜃
On sait que : 𝑐𝑜𝑠𝜃 = 2
𝑒 𝑖𝜃 +𝑒 −𝑖𝜃
⟹ 𝑐𝑜𝑠 6 𝜃 = ( )6
2
1
= 26 (𝑒 𝑖𝜃 + 𝑒 −𝑖𝜃 )6
1 6−𝑘 𝑘
= 26 [∑6𝑘=0 𝐶6𝑘 (𝑒 𝑖𝜃 ) . (𝑒 −𝑖𝜃 ) ]
1 6𝑖𝜃
= [𝑒 + 6(𝑒 5𝑖𝜃 . 𝑒 −𝑖𝜃 ) + 15(𝑒 4𝑖𝜃 . 𝑒 −2𝑖𝜃 ) + 20𝑒 0 + 15(𝑒 2𝑖𝜃 . 𝑒 −4𝑖𝜃 ) + 6(𝑒 𝑖𝜃 . 𝑒 −5𝜃 ) + 𝑒 −6𝑖𝜃 ]
26
1
= 26 [(𝑒 6𝑖𝜃 + 𝑒 −6𝑖𝜃 ) + 6(𝑒 4𝑖𝜃 + 𝑒 −4𝜃 ) + 15(𝑒 2𝑖𝜃 + 𝑒 −2𝑖𝜃 ) + 20]
1 𝑒 6𝑖𝜃 +𝑒 −6𝑖𝜃 𝑒 4𝑖𝜃 +𝑒 −4𝑖𝜃 𝑒 2𝑖𝜃 +𝑒 −2𝑖𝜃 20
= 25 [( )+ 6( ) + 15 ( )+ ]
2 2 2 2
1
= 32 [𝑐𝑜𝑠6𝜃 + 6𝑐𝑜𝑠4𝜃 + 15𝑐𝑜𝑠2𝜃 + 10]
𝟏
⟹ 𝒄𝒐𝒔𝟔 𝜽 = 𝟑𝟐 [𝒄𝒐𝒔(𝟔𝜽) + 𝟔𝒄𝒐𝒔(𝟒𝜽) + 𝟏𝟓𝒄𝒐𝒔(𝟐𝜽) + 𝟏𝟎]
5
𝑒 𝑖𝜃 −𝑒 −𝑖𝜃
 sin5 𝜃 = ( )
2𝑖
1
 = (2𝑖)5 (𝑒 𝑖𝜃
− 𝑒 −𝑖𝜃 )5
1 2 3 4
= 5
[𝑒 5𝑖𝜃 + 5𝑒 4𝑖𝜃 (−𝑒 −𝑖𝜃 ) + 10𝑒 3𝑖𝜃 (−𝑒 −𝑖𝜃 ) + 10𝑒 2𝑖𝜃 (−𝑒 −𝑖𝜃 ) + 5𝑒 𝑖𝜃 (−𝑒 −𝑖𝜃 )
(2𝑖)
5
+ (−𝑒 −𝑖𝜃 ) ]
1
= (2𝑖)5 [𝑒 5𝑖𝜃 − 5𝑒 3𝑖𝜃 + 10𝑒 𝑖𝜃 − 10𝑒 −𝑖𝜃 + 5𝑒 −3𝑖𝜃 − 𝑒 −5𝑖𝜃 ]

1
= (2𝑖)5 [(𝑒 5𝑖𝜃 + 𝑒 −5𝑖𝜃 ) − 5(𝑒 3𝑖𝜃 − 𝑒 −3𝑖𝜃 ) + 10(𝑒 𝑖𝜃 − 𝑒 −𝑖𝜃 )]

1 𝑒 5𝑖𝜃 −𝑒 −5𝜃 𝑒 3𝑖𝜃 −𝑒 −3𝑖𝜃 𝑒 𝑖𝜃 −𝑒 −𝑖𝜃


= (2𝑖)4 [( ) − 5( ) + 10 ( )]
2 2𝑖 2𝑖

1
sin5 𝜃 = 16 [𝑠𝑖𝑛5𝜃 − 5𝑠𝑖𝑛3𝜃 + 10𝑠𝑖𝑛𝜃]
𝟏 𝟓 𝟓
⟹ 𝐬𝐢𝐧𝟓 𝜽 = 𝒔𝒊𝒏𝟓𝜽 − 𝒔𝒊𝒏𝟑𝜽 + 𝒔𝒊𝒏𝜽
𝟏𝟔 𝟏𝟔 𝟖

𝐈𝐈𝟐 − Racine nième d’un nombre complexe


𝟐. 𝟏 − Définition

55
Soit 𝑧 un nombre complexe non nul et un entier naturel (𝑛 ≥ 2).
On appelle racine 𝑛𝑖è𝑚𝑒 de 𝑧, tout nombre complexe 𝑧 tel que :𝑧 𝑛 = 𝑧.
On considère les nombres complexes Ƶ = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 et 𝑧 = 𝜌𝑒 𝑖𝛼 . ∀ 𝑛 ∈ ℕ (𝑛 ≥ 2), on a :
𝑛
𝑧 𝑛 = Ƶ ⟺ (𝜌𝑒 𝑖𝛼 ) = 𝑟𝑒 𝑖𝜃
⟺ 𝜌𝑛 𝑒 𝑛𝑖𝛼 = 𝑟𝑒 𝑖𝜃
𝜌𝑛 = 𝑟
⟺{
𝑛𝛼 = 𝜃 + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
𝑛
𝜌 = √𝑟
⟺{ 𝜃 2𝑘𝜋
𝛼=𝑛+ 𝑛 ; 𝑘∈𝕫
Propriété :
Soit Ƶ = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 un nombre complexe non nul et 𝑛 un entier naturel (𝑛 ≥ 2).
Ƶ admet des racines n-ièmes telles que :
𝜶 𝟐𝒌𝝅
𝜶 𝟐𝒌𝝅 𝜶 𝟐𝒌𝝅
𝒛𝒌 = √𝒓𝒆𝒊(𝒏+ )
𝒏 𝒏
𝒏 = √𝒓 [𝐜𝐨𝐬 (𝒏 + ) + 𝒊𝒔𝒊𝒏 (𝒏 + )] ; 𝒌 ∈ {𝟎; 𝟏; 𝟐; … ; 𝒏 − 𝟏}
𝒏 𝒏
Les racines 𝑧0 , 𝑧1 , 𝑧2 , … , 𝑧𝑛−1 sont obtenues en donnant les valeur 0, 1, 2, … , 𝑛 − 1 à 𝑘.
Les images 𝑀0 , 𝑀1 , … , 𝑀𝑛−1 de ces racines sont les sommets d’un polygône regulier à 𝑛
𝑛
côtés inscrits dans le cercle de centre 𝑂 et de rayon 𝑂𝑀0 = 𝑂𝑀1 = ⋯ 𝑂𝑀𝑛−1 = √𝑟.
Remarque :
La somme de 𝑛 racines 𝑛𝑖è𝑚𝑒 d’un nombre complexes non nul est nulle.
Exemple :
1) Déterminons les racines carrées de Ƶ = 1 + 𝑖√3.
|Ƶ| = √1 + 3 = 2
1
𝑐𝑜𝑠 = 𝜋
2
Soit 𝜃 un argument de z. On a : { √3
;⟹ 𝜃 = 3
𝑠𝑖𝑛 = 2
𝜋
Donc Ƶ = 2𝑒 𝑖 3
Posons 𝑧 = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 tel que : 𝑧 2 = Ƶ ; où 𝑟 > 0.
𝜋
𝑧 2 = Ƶ ⟺ 𝑟 2 𝑒 2𝑖𝜃 = 2𝑒 𝑖 3
𝑟2 = 2
⟺ {2𝜃 = 𝜋 + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
3
𝑟 = √2
⟺{ 𝜋
𝜃 = + 𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
6
𝜋
Les racines de Ƶ sont de la forme : 𝑧𝑘 = √2𝑒 𝑖( 6 +𝑘𝜋) ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑘 = {0; 1}.
𝜋 7𝜋
On a : 𝑧0 = √2𝑒𝑖6 et 𝑧1 = √2𝑒𝑖 6 et
2) Ecrivons sous forme algébrique les racines carrées de Ƶ.
On a :
𝜋
𝜋 𝜋
𝑧0 = √2𝑒𝑖6 = √2 (𝑐𝑜𝑠 6 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 6 )
√3 1
= √2 ( 2 + 𝑖 2)

56
√6 √2
𝑧0 = + 𝑖
2 2
𝜋
𝜋 𝜋
𝑧1 = √2𝑒𝑖( 6 +𝜋) = √2 (𝑐𝑜𝑠 (6 + 𝜋) + 𝑖𝑠𝑖𝑛 ( 6 + 𝜋))
√3 1
= √ 2 (− − 𝑖 2)
2
√6 √2
𝑧1 = − −𝑖
2 2
Exemple :
1+𝑖√3
1) Déterminons les racines cubiques de Ƶ = 1−𝑖√3
𝜋 𝜋 2𝜋 2𝜋
2
On a : 1 + 𝑖√3 = 2𝑒𝑖3 et 1 − 𝑖√3 = 2𝑒−𝑖3 , alors Ƶ = 2 𝑒𝑖 3 = 𝑒𝑖 3
Soit 𝑧 = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 tel que : 𝑧 3 = Ƶ
2𝜋
𝑧 3 = Ƶ ⟺ 𝑟 3 𝑒 3𝑖𝜃 = 𝑒𝑖 3
𝑟3 = 1
⟺{ 2𝜋
3𝜃 = 3 + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
𝑟=1
⟺ {𝜃 = 2𝜋 + 2𝑘𝜋 ; 𝑘 ∈ 𝕫
9 3
2𝜋 2𝑘𝜋
Les racines de Ƶ sont de la forme : 𝑧𝑘 = √2𝑒 𝑖( 9 + 3
)
; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑘 = {0; 1; 2}.
2𝜋 8𝜋 14𝜋
𝑖 𝑖 𝑖
On a : 𝑧0 = 𝑧1 =
𝑒 9; et 𝑧2 =
𝑒 9 𝑒 9
2) Déterminons les racines cubiques de l’unité.
𝑧 3 = 1 ⟺ 𝑟 3 𝑒 3𝑖𝜃 = 𝑒𝑖(0+2𝑘𝜋)
𝑟3 = 1
⟺{
3𝜃 = 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ 𝕫
𝑟=1
⟺ {𝜃 = 2𝑘𝜋 ; 𝑘 ∈ 𝕫
3
2𝑘𝜋
Les racines cubiques de l’unité sont de la forme : 𝑧𝑘 = 𝑒 𝑖 3 ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑘 = {0; 1; 2}.
2𝜋 4𝜋
𝑖 𝑖
On a : 𝑧0 = 1; 𝑧1 = 𝑒 3 et 𝑧2 = 𝑒 3.
Les images sont les sommets d’un triangle équilatéral et 𝑧0 + 𝑧1 + 𝑧2 = 0.
Preuve :
2𝜋 2𝜋 4𝜋 4𝜋
𝑧0 + 𝑧1 + 𝑧2 = 1 + (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖𝑠𝑖𝑛 ) + (cos + 𝑖𝑠𝑖𝑛 )
3 3 3 3
1 √3 1 √3
= 1 + (− 2 + 𝑖 2
) + (− 2 −𝑖 2
)
1 √3 1 √3
=1− + 𝑖 − −𝑖
2 2 2 2
=1−1=0
D’où 𝑧0 + 𝑧1 + 𝑧2 = 0
𝑰.𝟑 − Nombres complexes et utilisation
3.1- Equation du premier degré et système d’équation linéaire
1) Une équation du 1er degré est une équation de la forme : 𝑎𝑧 + 𝑏 = 0 où 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 sont des
nombres complexes. Cette équation admet :
𝑏
 Une solution unique si 𝑎 ≠ 0 et cette solution est − 𝑎 ;

57
 Une infinité de solutions si 𝑎 = 𝑏 = 0 ;
 Aucune solution si 𝑎 = 0 et 𝑏 ≠ 0.
2) Tout système de la forme : { 𝑎𝑧 + 𝑏𝑧′ = 𝑐 ; où 𝑎, 𝑏, 𝑐, 𝑎’, 𝑏’, 𝑒𝑡 𝑐’ sont des nombres
𝑎′ 𝑧 + 𝑏 ′ 𝑧′ = 𝑐′
complexes (𝑎 ≠ 0; 𝑏 ≠ 0) est un système d’équations linéaires à deux inconnues dans
(ℂ)2 .
Exemple :
1) Résoudre dans ℂ les équations suivantes :
a) (2 + 5𝑖)𝑧 = 4 − 2𝑖
b) 𝑖𝑧 − 2 = 2𝑧 + 1 + 𝑖
(2 + 3𝑖)𝑧 − 3𝑖𝑧 ′ = 1 − 𝑖
2) Résoudre dans (ℂ)2 le système : {
(−1 + 2𝑖)𝑧 + (3 − 𝑖)𝑧′ = 𝑖
Solution :
1) Résolvons dans ℂ les équations suivantes :
a) (2 + 5𝑖)𝑧 = 4 − 2𝑖
4−2𝑖
On a : (2 + 5𝑖)𝑧 = 4 − 2𝑖 ⟹ 𝑧 = 2+5𝑖
(4−2𝑖 )(2−5𝑖)
= 4+25
8−20𝑖−4𝑖−10
= 29
−2−24𝑖
= 29
2 24
𝑧 = − 29 − 29 𝑖
2 24
L’ensemble de solution est : 𝑆 = {− − 𝑖}
29 29
b) 𝑖𝑧 − 2 = 2𝑧 + 1 + 𝑖
On a : 𝑖𝑧 − 2 = 2𝑧 + 1 + 𝑖 ⟹ 𝑖𝑧 − 2𝑧 = 1 + 𝑖 + 2
⟹ (−2 + 𝑖)𝑧 = 3 + 𝑖
3+𝑖
⟹ 𝑧 = −2+𝑖
(3+𝑖 )(−2−𝑖)
= 4+1
−6−3𝑖−2𝑖+1
= 5
−5−5𝑖
= 5
𝑧 = −1 − 𝑖
L’ensemble de solution est : 𝑆 = {−1 − 𝑖}
(2 + 3𝑖)𝑧 − 3𝑖𝑧 ′ = 1 − 𝑖
2) Résoudre dans (ℂ)2 le système : {
(−1 + 2𝑖)𝑧 + (3 − 𝑖)𝑧′ = 𝑖
𝒂 −Racines carrées d’un nombre complexes.
Propriété :
Soit Ƶ et 𝑧 les nombres complexes tels que 𝑧 𝑛 = Ƶ ; (𝑛 ∈ ℕ)𝑒𝑡 𝑛 ≥ 2. On désignera par 𝑤1
et 𝑤2 les racines carrées de Ƶ.
On a : ∀ 𝑥, 𝑦 ∈ ℝ, on pose 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 ⟹ |𝑧| = √𝑥 2 + 𝑦 2 .
∀ 𝑎, 𝑏 ∈ ℝ, on a : Ƶ = 𝑎 + 𝑖𝑏 ⟹ |Ƶ| = √𝑎2 + 𝑏 2

58
Pour 𝑛 = 2, on a: 𝑧 2 = Ƶ
𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 ⟹ 𝑧 2 = 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑖𝑥𝑦 et |𝑧|2 = 𝑥 2 + 𝑦 2 .
𝑧 2 = Ƶ ⟺ 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑥𝑦𝑖 = 𝑎 + 𝑖𝑏
|𝑧|2 = |Ƶ| 𝑥 2 + 𝑦 2 = |Ƶ| (1)
⟺ {𝑅𝑒 (𝑧 2 ) = 𝑅𝑒 (Ƶ) ⟺ { 𝑥 2 − 𝑦 2 = 𝑎 (2)
𝐼𝑚 (𝑧 2 ) = 𝐼𝑚 (Ƶ) 2𝑥𝑦 = 𝑏 (3)
2
(1) + (2) ⟹ 2𝑥 = 𝑎 + |Ƶ|
𝑎+|Ƶ|
⟹ 𝑥2 = 2
𝑎+|Ƶ| 𝑎+|Ƶ|
⟹𝑥=√ ou 𝑥 = −√
2 2
2
(1) − (2) ⟹ 2𝑦 = |Ƶ| − 𝑎
|Ƶ|−𝑎
⟹ 𝑦2 = 2
|Ƶ|−𝑎 |Ƶ|−𝑎
⟹𝑦=√ ou 𝑦 = −√
2 2

Pour choisir les couples (𝑥; 𝑦), on tient compte du signe de 𝑏 :


 Si 𝑏 > 0, alors 𝑥𝑦 > 0 et donc 𝑥 et 𝑦 sont de même signe et on a :
𝑎+|Ƶ| |Ƶ|−𝑎
𝑤1 = √ + i√ ⟹ 𝑤1 = 𝑥 + 𝑖𝑦
2 2

𝑎+|Ƶ| |Ƶ|−𝑎
𝑤 = −√ 2 − i√ 2 ⟹ 𝑤2 = −𝑥 − 𝑖𝑦
{ 2
 Si 𝑏 < 0, alors 𝑥𝑦 < 0 et donc 𝑥 et 𝑦 sont de signe contraire et on a :
𝑎+|Ƶ| |Ƶ|−𝑎
𝑤1 = √ − i√ ⟹ 𝑤1 = 𝑥 − 𝑖𝑦
2 2

𝑎+|Ƶ| |Ƶ|−𝑎
𝑤2 = −√ + i√ ⟹ 𝑤2 = −𝑥 + 𝑖𝑦
{ 2 2
L’ensemble des racines carrées de Ƶ est : 𝑆 = {𝜔1 , 𝜔2 }
Exemple :
Soit Ƶ = 3 − 4𝑖 un nombre complexe.
Calculons la racine de Ƶ.
Posons 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 tel que : 𝑧 2 = Ƶ
On a : |𝑧 2 | = 𝑥 2 + 𝑦 2 et |Ƶ| = √9 + 16 = √25 = 5
𝑧 2 = Ƶ ⟺ 𝑧 2 = 3 − 4𝑖 ; or 𝑧 2 = 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑥𝑦𝑖
𝑧 2 = 3 − 4𝑖 ⟺ 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑖𝑥𝑦 = 3 − 4𝑖
𝑥 2 + 𝑦 2 = 5 (1)
𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑖𝑥𝑦 = 3 − 4𝑖 ⟺ { 𝑥 2 − 𝑦 2 = 3 (2)
2𝑥𝑦 = −4 (3)
(1) + (2) ⟹ 2𝑥 = 82

⟹ 𝑥2 = 4
⟹ 𝑥 = 2 ou 𝑥 = −2
(1) − (2) ⟹ 2𝑦 2 = 2
⟹ 𝑦2 = 1
⟹ 𝑦 = 1 ou 𝑦 = −1

59
Le produit 𝑥𝑦 = −2 est négatif donc 𝑥 et 𝑦 sont de signes contraires, alors on pose :
𝜔1 = 2 − 𝑖 et 𝜔2 = −2 + 𝑖
L’ensemble des racines carrées de Ƶ = 3 − 4𝑖 est : 𝑆 = {2 − 𝑖; −2 + 𝑖}
𝒃 − Résolution de l’équation du 2nd degrés dans ℂ.
Etude de cas général :
On veut résoudre dans ℂ une équation du 2nd degré 𝑎𝑧 2 + 𝑏𝑧 + 𝑐 = 0, 𝑎, 𝑏, 𝑒𝑡 𝑐 ∈
ℝ; (𝑎 ≠ 0). Comment alors procéder ?
Méthode :
Pour résoudre une équation dans ₵, on procède de la manière suivante :
- On calcule le discriminant ∆ du polynôme complexe ;
- On détermine les racines carrés de ∆ suivant que ∆ soit ou non complexe.
Pour cela, on rappelle que la forme canonique du polynôme 𝑃(𝑧) = 𝑧 2 + 𝑏𝑧 + 𝑐 est :
𝑏 2 ∆
𝑃(𝑧) = 𝑎 [(𝑧 + 2𝑎) − (4𝑎2 )] ; avec ∆= 𝑏 2 − 4𝑎𝑐
Propriété :
Une équation du 2nd degré à coefficients réels à toujours deux racines :
−𝑏−√∆ −𝑏+√∆
 Si ∆= 𝑏 2 − 4𝑎𝑐 > 0, elles sont réelles et distinctes : 𝑥1 = et 𝑥2 =
2𝑎 2𝑎
𝑏
 2
Si ∆= 𝑏 − 4𝑎𝑐 = 0, elles sont confondues : 𝑥1 = 𝑥2 = − 2𝑎
−𝑏−𝑖√∆ −𝑏+𝑖√∆
 Si ∆= 𝑏 2 − 4𝑎𝑐 < 0, elles sont complexes conjuguées : 𝑥1 = et 𝑥2 =
2𝑎 2𝑎
Exemple :
Résoudre dans ₵ l’équation suivante
1- Cas où les coefficients sont des nombres réels.
(E) : 𝑧 2 + 𝑧 + 1 = 0
∆= 1 − 4 × 1 = −3
⟹ ∆= 3𝑖 2
−1−𝑖√3 −1+𝑖√3
⟹ 𝑧1 = et 𝑧2 =
2 2
−1−𝑖√3 −1+𝑖√3
⟹𝑆={ ; }
2 2

2- Cas où les coefficients sont des nombres complexes


(𝐸1 ): 𝑧 2 + (2 + 3𝑖)𝑧 − 2(1 − 2𝑖) = 0
∆= (2 + 3𝑖)2 − 4 × 1(−2 + 4𝑖)
= 4 + 12𝑖 − 9 + 8 − 16𝑖
∆= 3 − 4𝑖 ; ∆∈ ℂ
A cet effet, cherchons les racines carrées de ∆.
Soit 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 tel que : 𝑧 2 = ∆.
𝑧 2 = 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑖𝑥𝑦 ; |∆| = √9 + 16 = 5 et |𝑧 2 | = 𝑥 2 + 𝑦 2
𝑧 2 = ∆⟺ 𝑥 2 − 𝑦 2 + 2𝑖𝑥𝑦 = 3 − 4𝑖
𝑥2 + 𝑦2 = 5 (1)
𝑧 2 = ∆⟺ { 𝑥 2 − 𝑦 2 = 3 (2)
2𝑥𝑦 = −4 (3)
2
(1) + (2) ⟹ 2𝑥 = 8

60
⟹ 𝑥2 = 4
⟹ 𝑥 = 2 ou 𝑥 = −2
(1) − (2) ⟹ 2𝑦 2 = 2
⟹ 𝑦2 = 1
⟹ 𝑦 = 1 ou 𝑦 = −1
Le produit 𝑥𝑦 = −2 est négatif donc 𝑥 et 𝑦 sont de signes contraires, alors on pose :
𝜔1 = 2 − 𝑖 et 𝜔2 = −2 + 𝑖 les racines carrées de ∆.
−𝑏+𝜔1 −2−3𝑖+2−𝑖
⟹ 𝑧1 = = = −2𝑖 ⟹ 𝑧1 = −2𝑖
2 2
−𝑏+𝜔2 −2−3𝑖−2+𝑖
𝑧2 = = = −2 − 𝑖 ⟹ 𝑧2 = −2 − 𝑖
2 2
⟹ 𝑆 = {−2𝑖; −2 − 𝑖}

(𝐸2 ): 𝑧 2 + (4 + 5𝑖)𝑧 − 7𝑖 − 1 = 0
∆= (4 + 5𝑖)2 − 4 × 1(7𝑖 − 1)
= 16 + 40𝑖 − 25 − 28𝑖 + 4
∆= −5 + 12𝑖 ; ∆∈ ℂ
Posons 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 / 𝑧 2 = ∆
𝑥 2 + 𝑦 2 = √25 + 144 = 13 (1)
2
𝑧 = ∆⟺ { 𝑥 2 − 𝑦 2 = −5 (2)
𝑥𝑦 = 6 (3)
2
(1) + (2) ⟹ 2𝑥 = 8
⟹ 𝑥2 = 4
⟹ 𝑥 = 2 ou 𝑥 = −2
(1) − (2) ⟹ 2𝑦 2 = 18
⟹ 𝑦2 = 9
⟹ 𝑦 = 3 ou 𝑦 = −3
Le produit 𝑥𝑦 = 6 est positif donc 𝑥 et 𝑦 sont de mêmes signes, alors on pose :
𝜔1 = 2 + 3𝑖 et 𝜔2 = −2 − 3𝑖 les racines carrées de ∆.
−𝑏+𝜔1 4+5𝑖+2+3𝑖
⟹ 𝑧1 = = = 3 + 4𝑖 ⟹ 𝑧1 = 3 + 4𝑖
2 2
−𝑏+𝜔2 4+5𝑖−2−3𝑖
𝑧2 = = 1 + 𝑖 ⟹ 𝑧2 = 1 + 𝑖
2 2
⟹ 𝑆 = {3 + 4𝑖; 1 + 𝑖}
𝒄 − Equation se ramenant au 2nd degré :
Exemple 1 :
Soit l’équation (𝐸): 𝑧 3 + (4 − 5𝑖)𝑧 2 + (8 − 20𝑖)𝑧 − 40𝑖 = 0
a) Démontrer que (𝐸) admet une solution imaginaire pure.
b) Résoudre (𝐸) dans ℂ
Résolution
Soit (𝐸): 𝑧 3 + (4 − 5𝑖)𝑧 2 + (8 − 20𝑖)𝑧 − 40𝑖 = 0
a) Démontrons que (𝐸) admet une solution imaginaire pure.
Posons 𝑃(𝑧) = 𝑧 3 + (4 − 5𝑖)𝑧 2 + (8 − 20𝑖)𝑧 − 40𝑖
Soit 𝑧1 = 𝑖𝑏 cette solution imaginaire. (𝑏 ≠ 0)
𝑃(𝑧1 ) = 𝑃(𝑖𝑏) = −𝑖𝑏 3 − (4 − 5𝑖)𝑏 2 + (8 − 20𝑖)𝑖𝑏 − 40𝑖
61
= −𝑖𝑏 3 − 4𝑏 2 + 5𝑖𝑏 2 + 8𝑖𝑏 + 20𝑏 − 40𝑖
𝑃(𝑖𝑏) = −4𝑏 2 + 20𝑏 + 𝑖(−𝑏 3 + 5𝑏 2 + 8𝑏 − 40)
−4𝑏 2 + 20𝑏 = 0 (1)
𝑃(𝑖𝑏) = 0 ⟺ { 3 2
−𝑏 + 5𝑏 + 8𝑏 − 40 = 0 (2)
𝑧1 est un imaginaire, donc on considère seulement l’équation (1).
(1) : −4𝑏 2 + 20𝑏 = 0 ⟹ −4𝑏(𝑏 − 5) = 0
⟹ 𝑏 = 0 ou 𝑏 = 5 ≠ 0
Donc 𝑧1 = 5𝑖 est la solution imaginaire pure (𝐸) cherchée.
b) Résolvons (𝐸) dans ℂ
5𝑖 est la racine de 𝑃, alors 𝑃(𝑧) = (𝑧 − 5𝑖)𝑄(𝑧) ; où 𝑄(𝑧) = 𝑧 2 + 𝑎𝑧 + 𝑏; (𝑎, 𝑏 ∈ ℂ) tel
que :
𝑃(𝑧) = (𝑧 − 5𝑖)(𝑧 2 + 𝑎𝑧 + 𝑏)
𝑃(𝑧) = 𝑧 3 + 𝑎𝑧 2 + 𝑏𝑧 − 5𝑖𝑧 2 − 5𝑎𝑖𝑧 − 5𝑖𝑏
𝑎 − 5𝑖 = 4 − 5𝑖
𝑎=4
Par identification, on a : {𝑏 − 5𝑎𝑖 = 8 − 20𝑖 ⟹ {
𝑏=8
−5𝑖𝑏 = −40
Donc : 𝑄(𝑧) = 𝑧 2 + 4𝑧 + 8
𝑃(𝑧) = (𝑧 − 5𝑖)𝑄(𝑧) ⟹ 𝑃(𝑧) = (𝑧 − 5𝑖)(𝑧 2 + 4𝑧 + 8)
𝑃(𝑧) = 0 ⟺ (𝑧 − 5𝑖)(𝑧 2 + 4𝑧 + 8)
⟺ 𝑧 = 5𝑖 ou 𝑧 2 + 4𝑧 + 8 = 0
𝑧 2 + 4𝑧 + 8 = 0 ⟺ ∆′ = 4 − 8
= −4
∆′ = (2𝑖)2
⟹ 𝑧2 = −2 − 2𝑖 et 𝑧3 = −2 + 2𝑖
⟹ 𝑆 = {5𝑖; −2 − 2𝑖; −2 + 2𝑖}
𝒅 − Transformation de produit en somme et de somme en produit
Propriétés 1 :
Pour tous nombres réels 𝑎 et 𝑏, on a :
1
 𝑐𝑜𝑠𝑎𝑐𝑜𝑠𝑏 = 2 [cos(𝑎 + 𝑏) + cos(𝑎 − 𝑏)];
1
 𝑠𝑖𝑛𝑎𝑠𝑖𝑛𝑏 = − 2 [cos(𝑎 + 𝑏) − cos(𝑎 − 𝑏)];
1
 𝑠𝑖𝑛𝑎𝑠𝑖𝑛𝑏 = 2 [sin(𝑎 + 𝑏) + sin(𝑎 − 𝑏)].
Propriété 2 :
Pour tous nombre réels 𝑝 et 𝑞, on a :
𝑝+𝑞 𝑝−𝑞
 𝑐𝑜𝑠𝑝 + 𝑐𝑜𝑠𝑞 = 2𝑐𝑜𝑠 𝑐𝑜𝑠
2 2
𝑝+𝑞 𝑝−𝑞
 𝑠𝑖𝑛𝑝 + 𝑠𝑖𝑛𝑞 = 2𝑠𝑖𝑛 𝑐𝑜𝑠
2 2
𝑝+𝑞 𝑝−𝑞
 𝑐𝑜𝑠𝑝 − 𝑐𝑜𝑠𝑞 = −2𝑠𝑖𝑛 𝑠𝑖𝑛
2 2
𝑝+𝑞 𝑝−𝑞
 𝑠𝑖𝑛𝑝 + 𝑠𝑖𝑛𝑞 = 2𝑐𝑜𝑠 𝑠𝑖𝑛
2 2
3.2- Géométrie et nombre complexes
𝒂 −Transformations et nombres complexes
Tableau récapitulatif d’écriture complexe de certaines transformations du plan

62
Dans ce tableau, 𝑀(Ƶ) et 𝑀′ (Ƶ) désigne un point et son image, ainsi que leurs affixes, par
chacune de ces transformation.

Translation de ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑀′ = 𝑢 ⃗ 𝑧′ = 𝑧 + 𝑎
vecteur 𝑢
⃗ (𝑎)

Symétrie de ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = −ΩM


Ω𝑀′ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧 ′ − 𝜔 = −(𝑧 − 𝜔)
centre Ω(𝜔)

𝑂𝑀′ = 𝑂𝑀
{ ̂
Symétrie par 𝑂𝑀) = − (𝑒⃗⃗⃗1̂
(𝑒⃗⃗⃗1 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀) 𝑧 ′ = 𝑧̅
rapport à l’axe
réel

Symétrie par 𝑂𝑀′ = 𝑂𝑀


{ ̂
rapport à 𝑂𝑀) = 𝜋 − (𝑒⃗⃗⃗1̂
(𝑒⃗⃗⃗1 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀)
imaginaire 𝑧 ′ = −𝑧̅

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Ω𝑀′ = 𝑘ΩM⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧 ′ − 𝜔 = 𝑘(𝑧 − 𝜔)
Homothétie de
centre Ω(𝜔)
etd’angle 𝛼
Rotation de
centre Ω(𝜔) et 𝑂𝑀′ = 𝑂𝑀
d’angle 𝛼 { ⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂ 𝑧 ′ − 𝜔 = 𝑒 𝑖𝛼 (𝑧 − 𝜔)
𝑀𝑒𝑠 (ΩM ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Ω𝑀) ≡ 𝛼[2𝜋]

Exemple :
Soit les points Ω(−2; 1) et 𝐴(1; −1)
Dans chacun des cas suivants :
 Donner l’écriture complexe de la transformation ;
 Déterminer l’image de A par la transformation.
1) Symétrie de centre Ω ;
On a : 𝑧 ′ − 𝜔 = −(𝑧 − 𝜔)
⟺ 𝑧 ′ − (−2 + 𝑖) = −(𝑧 − (−2 + 𝑖))

63
⟺ 𝑧 ′ = −𝑧 − 2 + 𝑖 − 2 + 𝑖
⟺ 𝑧 ′ = −𝑧 − 4 + 2𝑖 est l’écriture complexe de la symétrie de centre Ω.
L’image de A par cette symétrie :

On a : 𝑧 = −𝑧 − 4 + 2𝑖 ⟺ 𝑧𝐴′ = −𝑧𝐴 − 4 + 2𝑖
= −(1 − 𝑖) − 4 + 2𝑖
⟺ 𝑧𝐴′ = −5 + 3𝑖
𝒃 −Confuguration du plan et nombres complexes
Pour tous nombres complexes : 𝑧𝐴 ; 𝑧𝐵 ; 𝑧𝐶 et 𝑧𝐷 d’affixes respectives des points A, B, C et D,
on a les configurations géométriques suivantes :
1) Le triangle 𝐴𝐵𝐶 et isocéle en 𝐴 si et seulement si :
Ƶ𝑪 −Ƶ𝑨 Ƶ𝑪 −Ƶ𝑨
= 𝒆𝒊𝜶 ou = 𝒆−𝒊𝜶 ; avec 𝐴𝐵 = 𝐴𝐶 et 𝑚𝑒𝑠Â = 𝛼 0 < 𝛼 < 𝜋
Ƶ𝑩 −Ƶ𝑨 Ƶ𝑩 −Ƶ𝑨
𝜋
2) Le triangle 𝐴𝐵𝐶 est équilatéral si et seulement si : 𝐴𝐵 = BC = 𝐴𝐶 ; 𝑚𝑒𝑠Â = et
2
𝒊𝝅 𝒊𝝅
Ƶ𝑪 −Ƶ𝑨 Ƶ −Ƶ
= 𝒆 𝟑 ou Ƶ𝑪 −Ƶ𝑨 = 𝒆− 𝟑
Ƶ𝑩 −Ƶ𝑨 𝑩 𝑨
3) Le triangle 𝐴𝐵𝐶 est rectangle isocèle en 𝐴 si et seulement si :
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴 Ƶ −Ƶ 𝜋
= 𝑖 ou Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴 = −𝑖 ; 𝐴𝐵 = 𝐴𝐶 et 𝑚𝑒𝑠Â =
Ƶ𝐵 −Ƶ𝐴 𝐵 𝐴 2
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴
4) Le triangle 𝐴𝐵𝐶 est rectangle en 𝐴 si et seulement si : Ƶ = 𝑏𝑖 ; avec 𝑏 ≠ 0 et 𝑚𝑒𝑠Â =
𝐵 −Ƶ𝐴
𝜋
2
5) Les points 𝐵, 𝐵 et 𝐶 sont alignés si et seulement si :
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴
∈ ℝ∗ et 𝑚𝑒𝑠(𝐴𝐵⃗⃗⃗⃗⃗̂ ⃗⃗⃗⃗⃗ ) ≡ 0[𝜋]
, 𝐴𝐶
Ƶ𝐵 −Ƶ𝐴
6) Les points 𝐴, 𝐵, 𝐶 et 𝐷 sont concycliques si et seulement si :
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐵
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐵 Ƶ𝐷 −Ƶ𝐵 ∗ Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴
÷Ƶ ∈ ℝ ou Ƶ𝐷 −Ƶ𝐵 ∈ ℝ∗
Ƶ𝐶 −Ƶ𝐴 𝐷 −Ƶ𝐴
Ƶ𝐷 −Ƶ𝐴

𝒃 −Lieux géométriques et nombres complexes


Propriétés :
Soit 𝐴 le point d’affixes z𝐴 et 𝑀un point d’affixe z
Si 𝑅 est un complexe réel directement positif, le lieu des points 𝑀 dont l’affixe Ƶ verifie
||z − z𝐴 | = 𝑅 est le cercle de centre 𝐴 et de rayon 𝑅.
Si 𝛼 est un nombre réel, le lieu des points 𝑀 dont l’affixe z vérifie arg(z − z𝐴 ) ≡ 𝛼[𝜋] est la
droite de repère (𝐴, 𝑢⃗ ), privé de 𝐴 avec 𝑀𝑒𝑠(𝒆 ̂
⃗⃗⃗⃗ ;𝑢
⃗ ) ≡ 𝜶[𝝅].𝟏
Remarque :
Le lieu des points 𝑀 dont l’affixe z vérifie : arg(z − z𝐴 ) ≡ 𝛼[𝜋] est la demi-droite de
repère(𝐴, 𝑢
⃗ ), privé de 𝐴, avec 𝑀𝑒𝑠(𝒆 ̂
⃗⃗⃗⃗ ;𝑢
⃗ ) ≡ 𝜶[𝝅].
𝟏
Exemple 1:
Soit 𝐴 le point d’affixe 𝑧𝐴 tel que : 𝑧𝐴 = 1 + 𝑖
Déterminer le lieu des points 𝑀 dont l’affixe 𝑧 vérifie :
a) 𝑧 − 𝑧𝐴 = 2
𝜋
b) arg(𝑧 − 𝑧𝐴 ) ≡ [𝜋] 6
𝜋
c) arg(𝑧 − 𝑧𝐴 ) ≡ − 3 [2𝜋]

64
Résolution :
Soit 𝑧𝐴 = 1 + 𝑖
Déterminons le lieu des points 𝑀 dont l’affixe 𝑧 vérifie :
a) 𝑧 − 𝑧𝐴 = 2
Méthode 1 :
|𝑧 − 𝑧𝐴 | = 2 ⟺ 𝐴𝑀 = 2
Donc le lieu 𝑀 cherché est un cercle (𝐶)de centre 𝐴 et de rayon 2.
Méthode2 :
On a : 𝑧𝐴 = 1 + 𝑖 et 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦
|𝑧 − 𝑧𝐴 | = 2 ⟺ |𝑥 + 𝑖𝑦 − (1 + 𝑖)| = 2
⟺ |𝑥 − 1 + 𝑖(𝑦 − 1)| = 2
⟺ √(𝑥 − 1)2 + (𝑦 − 1)2 = 2
⟺ (𝑥 − 1)2 + (𝑦 − 1)2 = 22 est une équation du cercle de centre 𝐴 et de rayon 𝑟 = 2
Donc le lieu 𝑀 est un cercle (𝐶) de centre 𝐴(1; 1) et de rayon 𝑟 = 2.
⃗⃗⃗⃗̂
𝜋
b) arg(𝑧 − 𝑧 ) ≡ [𝜋] ⟺ 𝑚𝑒𝑠 (𝒆
𝐴
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) ≡ 𝝅 [𝝅] donc le lieu de 𝑀 est la droite du repère
; 𝐴𝑀𝟏
6 𝟔
(𝐴, 𝑢
⃗ ) , privé de point 𝐴(1; 𝑖).
⃗⃗⃗⃗𝟏̂
𝜋 𝝅
c) arg(𝑧 − 𝑧𝐴 ) ≡ − 3 [2𝜋] ⟺ 𝑚𝑒𝑠(𝒆 ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝑀) ≡ − 𝟑 [𝟐𝝅] donc le lieu de 𝑀 est la demi-
𝝅
droite de repère (𝐴, 𝑣) privé de 𝐴 avec (𝒆
⃗⃗⃗⃗𝟏 ; 𝑣 ) ≡ − [𝟐𝝅].
𝟑

Exemple 2 :
𝑧+3−2𝑖
𝐴 tout nombre complexe 𝑧 ≠ 2 − 𝑖, on a : Ƶ = 𝑧−2+𝑖
Déterminer l’ensemble réel des points 𝑀 d’affixe Ƶ tels que :
a) Ƶ soit un nombre réel ;
b) Ƶ soit un imaginaire pur
Résolution :
𝑧+3−2𝑖
On a : Ƶ = ,𝑧 ≠2−𝑖
𝑧−2+𝑖
Déterminons l’ensemble des points 𝑀 d’affixe Ƶ tels que :
a) Ƶ soit un nombre réel
𝑧+3−2𝑖
En effet, Ƶ = , 𝑒𝑡 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦
𝑧−2+𝑖
𝑧+3−2𝑖 𝑥+𝑖𝑦+3−2𝑖
Ƶ= =
𝑧−2+𝑖 𝑥+𝑖𝑦−2+𝑖
𝑥+3+𝑖(𝑦−2)
= 𝑥−2+𝑖(𝑦+1)

65
((𝑥+3)+𝑖(𝑦−2))((𝑥−2)−𝑖(𝑦−2)(𝑥−2)+(𝑦−2)(𝑦+1)
= (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2
𝑥 2 +𝑥−6−𝑖𝑥𝑦−𝑖𝑥−3𝑖𝑦−3𝑖+𝑖𝑥𝑦−2𝑦𝑖−2𝑥𝑖+4𝑖+𝑦 2 −𝑦−2
= (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2
𝑥 2 +𝑥+𝑦 2 −𝑦−8 3𝑥+5𝑦−1
Ƶ = (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2 − 𝑖 (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2
Ƶ ∈ ℝ ⟺ 𝐼𝑚 (Ƶ) = 0 ⟺ 3𝑥 + 5𝑦 − 1 = 0
Donc l’ensemble des points 𝑀 cherché est une droite d’équation : 3𝑥 + 5𝑦 − 1 = 0, privé
de point 𝐵(2; −1)
b) Ƶ soit un imaginaire pur
𝑥 2 +𝑥+𝑦 2 −𝑦−8 3𝑥+5𝑦−1
Ƶ = (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2 − 𝑖 (𝑥−2)2 +(𝑦+1)2
Ƶ ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑅𝑒 = 0
⟺ 𝑥2 + 𝑥 + 𝑦2 − 𝑦 − 8 = 0
1 1 1 2 1
⟺ (𝑥 + 2)2 − 4 + (𝑦 − 2) − 4 − 8 = 0
1 1 1 2 1
⟺ (𝑥 + 2)2 − 4 + (𝑦 − 2) = 2 − 8
1 1 1 2 17
⟺ (𝑥 + 2)2 − 4 + (𝑦 − 2) = : c’est une équation d’un cercle (𝐶) de
2
1 1 17
centre 𝐼(− 2 ; ) et de rayon √ 2 . Donc l’ensemble des points 𝑀 est un cercle (𝐶) de centre
2

17
𝐼 et de rayon 𝑟 = √ 2

Fin

66
Chapitre 5 : Similitudes
I. Similitudes directes du plan :
I1 −Définition et propriété
1.1- Définition :
Soit 𝑘 un nombre réel strictement positif.
On appelle similitude 𝑆 de rapport 𝑘, toute application 𝑓 du plan qui, à tous points 𝐴 et
𝐵 d’image respectives 𝐴′ et 𝐵′, on ait : 𝐴′ 𝐵 ′ = 𝑘𝐴𝐵.
Une similitude est directe si elle conserve le sens des angles orientés.
Propriété :
Toute similitude directe du plan a une écriture complexe de la forme : 𝑍 ′ = 𝑎𝑧 + 𝑏;
avec (𝑎 ∈ ℂ∗ , 𝑏 ∈ ℂ).
 Si 𝑎 = 0 𝑒𝑡 𝑏 = 0, alors 𝑆 = 𝐼𝑑 ( S est une identité) ;
 Si 𝑎 = 1 𝑒𝑡 𝑏 ≠ 0, alors 𝑧 ′ = 𝑧 + 𝑏 donc 𝑆 est une translation de vecteur 𝑢 ⃗ (𝑏)
𝑏
 Si 𝑎 ≠ 1, alors 𝑆 est la compose de l’homothétie ℎ de centre Ω d’affixe 𝜔 = 1−𝑎 et de
rapport 𝑘 > 0 et de la rotation de centre Ω(𝜔) et d’angle 𝛼 = arg(𝑎).
On dit alors que 𝑆est une similitude directe du plan de centre Ω(𝜔), de rapport 𝑘 et d’angle 𝛼. Le
centre Ω(𝜔), le rapport 𝑘 et l’angle 𝛼 sont appelés éléments caractéristiques de 𝑆.
La composée commutative : 𝑆 = ℎ ∘ 𝑟 = 𝑟 ∘ ℎ d’écriture : 𝑧′ = 𝑘𝑒 𝑖𝛼 (𝑧 − 𝜔) + 𝜔 est appelée
forme réduite de S .
La formule : 𝑧′ = 𝑘𝑒 𝑖𝛼 (𝑧 − 𝜔) + 𝜔 permet de déterminer l’écriture complexe d’une similitude
directe du plan.
Remarque :
Soit S une similitude directe du plan de centre Ω(𝜔), de rapport 𝑘 et d’angle 𝛼 ;
 Si 𝑘 = 1, alors S est une rotation de centre Ω(𝜔) et d’angle 𝛼 d’angle 𝛼 ; 𝑆 = 𝑟(Ω; 𝛼)
 Si 𝛼 = 0[2𝜋], alors S est une homothétie de centre Ω(𝜔) et de rapport 𝑘; 𝑆 = ℎ(Ω; 𝑘)
 Si 𝛼 = 𝜋[2𝜋], alors S est une homothétie de centre Ω(𝜔) et de rapport −𝑘; 𝑆 = ℎ(Ω; −𝑘)
Exemple :
𝜋
Soit 𝑆 une similitude directe de centre 𝜔(1, 1), de rapport 𝑘 = 2 et d’angle 𝛼 = − 3 .
Donnons l’écriture complexe de 𝑆.
𝑘 ≠ 1, donc 𝑆: 𝑧 ′ = 𝑘𝑒 𝑖𝛼 (𝑧 − 𝜔) + 𝜔
𝜋
⟺ 𝑧 ′ = 2𝑒 −𝑖 3 (𝑧 − (1 + 𝑖) + 1 + 𝑖
𝜋 𝜋
= 2𝑒 −𝑖 3 𝑧 − 2𝑒 −𝑖 3 (1 + 𝑖) + 1 + 𝑖
𝜋 𝜋 𝜋 𝜋
= 2(cos 3 − 𝑖 sin 3 )𝑧 − 2(cos 3 − sin 3 )(1 + 𝑖) + 1 + 𝑖
1 √3 1 √3
= (2 − 𝑖 )𝑧 − 2 (2 − 𝑖 ) (1 + 𝑖) + 1 + 𝑖
2 2
= (1 − 𝑖√3)𝑧 − (1 − 𝑖√3)(1 + 𝑖) + 1 + 𝑖
= (1 − 𝑖√3)𝑧 − 1 − 𝑖 + 𝑖√3 − √3 + 1 + 𝑖
⟹ 𝑧′ = (1 − 𝑖√3)𝑧 − √3(1 − 𝑖)
Exemple 2 :
Soit 𝑆 une similitude directe du plan d’écriture complexe 𝑧 ′ = (1 + 𝑖)𝑧 − 2𝑖
Déterminons les éléments caractéristiques de 𝑆
67
𝑏
 Son centre : 𝜔 =
1−𝑎
−2𝑖 −2𝑖
𝜔 = 1−(1+𝑖) = 1−1−𝑖 = 2 ⟹ 𝜔 = (2; 0)
 Son rapport 𝑘 = |𝑎|
𝑎 = 1 + 𝑖 ⟺ |𝑎| = |1 + 𝑖| = √1 + 1 = √2
⟹ 𝑘 = √2
 Son angle 𝛼 = arg(𝑎)
1 √2
cos 𝛼 = = 𝜋
√2 2
On a : { ⟹ 𝛼 ≡ 4 [2 𝜋].
1 √2
sin 𝛼 = =
√2 2
𝜋
Donc l’ensemble des éléments caracteristiques de 𝑠 est noté : 𝜑 = {𝜔(2; 0); 𝑘 = √2; 𝛼 = 4 }
Autre propriété :
b b
Si 𝑎 = −1, alors 𝑆 est une symétrie de centre Ω (2) ou une rotation centre Ω (2) et d’angle
b
𝛼 = 𝜋 ou encore une homothétie de centre Ω (2) de rapport 𝑘 = −1.
𝑰𝟐 − Composée de similitudes directes du plan
Propriétés :
Soit 𝑆 une similitude directe de rapport 𝑘 et d’angle 𝛼 et 𝑆′ une similitude directe de rapport
𝑘′ et d’agnle 𝛼′.
La composée 𝑆′ ∘ 𝑆 est une similitude directe de rapport 𝑘′𝑘 et d’angle 𝛼 ′ + 𝛼.
1
La reciproque de 𝑆 noté 𝑆 −1 est une similitude directe de rapport et d’angle – 𝛼.
𝑘
On en déduit que pour toutes similitudes directes d’écritures complexes 𝑆 ∶ 𝑧′ = 𝑘𝑒 𝑖𝛼 𝑧 + 𝑏 et

𝑆′ ∶ 𝑧′ = 𝑘′𝑒 𝑖𝛼 𝑧 + 𝑏′,

On a : 𝑆 ′ ∘ 𝑆 = 𝑆 ′ [𝑆] = 𝑘′𝑒 𝑖𝛼 (𝑘𝑒 𝑖𝛼 𝑧 + 𝑏) + 𝑏′
𝑖𝛼′
= 𝑘 ′ 𝑘𝑒 𝑖(𝛼+𝛼) Ƶ + 𝑘 ′𝑒 𝑏 + 𝑏′
𝑖𝛼′
Donc : 𝑆 ′ ∘ 𝑆 = 𝑘 ′ 𝑘𝑒 𝑖(𝛼+𝛼) 𝑧 + 𝑘 ′𝑒 𝑏 + 𝑏′
1
La reciproque S −1 a pour écriture complexes S −1 ∶ z′−1 = 𝑘 𝑒 𝑖𝛼 z + 𝑏
Exemplexe :
𝜋 𝜋
Soit 𝑆 et 𝑆′ d’écriture complexes : 𝑆: z ′ = 2𝑒 𝑖 3 z + 2𝑖 et 𝑆 ′ : z = 3𝑒 𝑖 6 z − 5
Déterminons la composée 𝑆′ ∘ 𝑆, on a :
𝜋 𝜋
𝑆 ′ ∘ 𝑆 = 3𝑒 𝑖 6 (2𝑒 𝑖 3 z + 2𝑖) − 5
𝜋 𝜋 𝜋
= 6𝑒 𝑖(6 + 3 ) z + 6i𝑒 𝑖 6 − 5
𝜋 𝜋
= 6𝑒 𝑖 2 z + 6𝑖𝑒 𝑖 6 − 5
√3 1
= 6𝑖z + 6𝑖 ( 2 + 2 𝑖) − 5
= 6𝑖z + 3𝑖√3 − 3 − 5

⟹ 𝑆 ∘ 𝑆 = 6𝑖𝑧 − 8 + 3𝑖√3
𝜋
La composée 𝑆′ ∘ 𝑆 est une similitude directe de rapport 6 et d’angle 2 .
𝐼3 − Exemples d’étude de similitudes directes

68
3.1- Similitude direcete déterminée par son expression analytique.
Méthodes :
Pour déterminer l’écriture complexe d’une application du plan dans lui-meme d’expression
analytique donnée, on peut proceder de deux manières suivantes :
𝑥 ′ = 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐 (1)
 Soit : { ′
𝑦 = 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐 (2)
′ ′
Ecrire 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦′ et remplace 𝑥′ et 𝑦′ en fonction de 𝑥 et 𝑦.
𝑧+𝑧̅ 𝑧+𝑧̅
Remplacer 𝑥 par : et 𝑦 par : et développer l’expression obtenue en fonction de 𝑧 et 𝑧̅.
2 2𝑖
𝑥 ′ = 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐 (1)
 Soit : {
𝑦 ′ = 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐 (2)
On multiplie l’équation (2) par 𝑖
On additionne les deux équations (1) + (2) et en suite on regroupe la partie entier et
imaginaire afin d’obtenir l’écriture complexe.
Exemplexe : Ssoit 𝑓 l’application du plan lui-même d’expression analytique :
𝑥′ = 𝑥 + 𝑦 + 2
{ ′ ′
𝑦 = 𝑥+𝑦−1
1) Déterminer l’écriture complexe de 𝑓
2) En déduire la nature et les éléments caratéristiques de 𝑓
3) Déterminer la nature, les éléments caractéristiques et l’écriture complexe de 𝑓 −1 .
Résolution :
𝑥′ = 𝑥 + 𝑦 + 2
On a : { ′
𝑦 = −𝑥 + 𝑦 − 1
1) Déterminons l’écriture complexe de 𝑓
Méthode 1:
𝑧 ′ = 𝑥 ′ + 𝑖𝑦 et 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦
𝑥′ = 𝑥 + 𝑦 + 2 (1)
On a: { ′
𝑖𝑦 = −𝑖𝑥 + 𝑖𝑦 − 𝑖 (2)
𝑥 ′ + 𝑖𝑦′ = 𝑥 − 𝑖𝑥 + 𝑦 + 𝑖𝑦 + 2 − 𝑖
⟺ 𝑧 ′ = 𝑥(1 − 𝑖) + 𝑦(1 + 𝑖) + 2 − 𝑖
𝑧+𝑧̅ 𝑧+𝑧̅
⟺ 𝑧′ = (1 − 𝑖) + (1 + 𝑖) + 2 − 𝑖
2 2𝑖
1 1
= 2 (𝑧 − 𝑖𝑧 + 𝑧̅ − 𝑖𝑧̅) + 2𝑖 (𝑧 + 𝑖𝑧 − 𝑧̅ − 𝑖𝑧̅) + 2 − 𝑖
𝑧 𝑖𝑧̅ 𝑧̅ 𝑖𝑧̅ 𝑧 𝑧 𝑧̅ 𝑧̅
= − +2+ + 2𝑖 + 2 − 2𝑖 − 2 + 2 − 𝑖
2 2 2
𝑧 𝑧 𝑧 𝑧
= + −𝑖( + )+2−𝑖
2 2 2 2
= 𝑧 − 𝑖𝑧 − 2 − 𝑖

⟹ 𝑧 = (1 − 𝑖)𝑧 + 2 − 𝑖 est criture complexe 𝑓 cherchée.
𝑥′ = 𝑥 + 𝑦 + 2 (1)
Méthode 2 : { ′
𝑦 = −𝑥 + 𝑦 − 1 (2)
On a : (1) + (2) × 𝑖 ⟹ 𝑥 ′ + 𝑖𝑦 ′ = 𝑥 + 𝑦 + 2 − 𝑖𝑥 + 𝑖𝑦 − 𝑖
⟹ 𝑥 ′ + 𝑖𝑦 = 𝑥 + 𝑖𝑦 − 𝑖(𝑥 + 𝑖𝑦) + 2 − 𝑖
⟹ 𝑧′ = 𝑧 − 𝑖𝑧 + 2 − 𝑖
⟹ 𝑧 ′ = (1 − 𝑖)𝑧 + 2 − 𝑖

69
2) Déduisons-en la nature et les éléments caractéristiques de 𝑓.
 Nature :
𝑓 ∶ 𝑧′ = 𝑎𝑧 + 𝑏; (𝑎 ∈ ℂ∗ , 𝑏 ∈ ℂ) donc 𝑓 est une similitude directe du plan.
 Elements caractéristiques :
2−𝑖 −(2−𝑖)𝑖
- Centre : 𝜔 1−1+𝑖 = (−𝑖)𝑖
= −2𝑖 − 1 ⟹ 𝜔 = −1 − 2𝑖
Donc 𝜔 = (−1; −2).
- Rapport 𝑘 = |1 − 𝑖| = √1 + 1 = √2 ⟹ 𝑘 = √2
- Angle :
1 √2
cosθ = = 7π
√2 2
Soit 𝜃 cet angle, on a : { ; ⟹θ= + 2kπ, k ∈ ℤ
1 √2 4
sinθ = − = −2
√2
7𝜋
Donc 𝑓 ∶ 𝑆 = {𝜔(−1
−2
); 𝑘 = √2; 𝜃 =
4
}
3) La nature, les éléments caractéristiques et l’écriture complexe de 𝑓 −1 .
𝜋
1
𝑓 −1 ∶ 𝑒 𝑖 4 𝑧 + 2 − 𝑖 donc 𝑓 −1 est une similitude directe de centre Ω(−1; −2), de rapport
√2
1 𝜋
𝑘= et d’angle 4 .
√2
1
Ecritue complexe : 𝑓 −1 ∶ 𝑧 ′ = 𝑘 𝑒 𝑖𝜃 (𝑧 − 𝜔) + 𝜔
𝜋
1
⟹ 𝑓 −1 : 𝑧 ′ = 𝑒 𝑖 4 (𝑧 − (−1 − 2𝑖) + (−1 − 2𝑖)
√2
𝜋 𝜋
1 1
= 𝑒𝑖4 𝑧 + 𝑒 𝑖 4 (1 + 2𝑖) − 1 − 2𝑖
√2 √2
1 𝜋 𝜋 1 𝜋 𝜋
= (cos + 𝑖 sin ) 𝑧 + (cos 4 + 𝑖 sin 4 ) (1 + 2𝑖) − 1 − 2𝑖
√2 4 4 √2
1 √2 √2 1 √2 √2
= ( + 𝑖 2 )𝑧 + ( 2 + 𝑖 ) (1 + 2𝑖) − 1 − 2𝑖
√2 2 √2 2
1 √2 √2 1
= (2 +𝑖 ) 𝑧 + 2 (1 + 𝑖)(1 + 2𝑖) − 1 − 2𝑖
√2 2
1 1
= 2 (1 + 𝑖)𝑧 + 2 (1 + 3𝑖 − 2) − 1 − 2𝑖
1 1 3𝑖
= 2 (1 + 𝑖)𝑧 − 2 + − 1 − 2𝑖
2
1 3 1
= 2 (1 + 𝑖)𝑧 − 2 − 2 𝑖
1 1
⟹ 𝑓 −1 : 𝑧 ′ = 2 (1 + 𝑖)𝑧 − 2 (3 + 𝑖)

3.2- Similitude directe déterminée par son écriture complexe


Application :
Soit 𝑆 l’application du lan dans lui-même d’écriture complexe 𝑧 ′ = 3𝑖𝑧 − 1 − 7𝑖
1) Justifier que 𝑆 est une similitude directe et préciser ses éléments caractéristiques ;
2) Déterminer l’expression analytique de 𝑆.
Résolution :
Soit 𝑧 ′ = 3𝑖𝑧 − 1 − 7𝑖
1) Justifions que 𝑆 est une similitude directe et précisons ses éléments caractéristiques.
En effet ; 𝑆 est de la forme 𝑧 ′ = 𝑎𝑧 + 𝑏; (𝑎 ∈ ℂ∗ , 𝑏 ∈ ℂ), donc 𝑆 est une similitude directe.
Ses éléments caractéristqiues :

70
𝑏 −1−7𝑖
 Centre 𝜔 = =
1−𝑎 1−3𝑖
(−1−7𝑖)(1+3𝑖)
= 1+9
−1−10𝑖+21
= 10
𝜔 = 2 − 𝑖 ⟹ Ω(2; −1)
 Rapport 𝑘 :𝑎 = 3𝑖 ⟹ 𝑘 = 3
𝜋
 Angle : 𝑎 = 3𝑖 est un imaginaire pur donc 𝜃 = 2
𝜋
𝑆 est une similitude de centre Ω(2; −1); de rapport 𝑘 = 3 et d’angle 𝜃 = 2
𝜋
L’ensemble de éléments caracteristiques de S est : 𝜑 = {Ω(2; −1); 𝑘 = 3; 𝜃 = 2}
2) Déterminons l’expression analytique de 𝑆.
Soit 𝑧 ′ = 3𝑖𝑧 − 1 − 7𝑖
En posant 𝑧 ′ = 𝑥 ′ + 𝑖𝑦′ et 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦, on a :
𝑧 ′ = 3𝑖𝑧 − 1 − 7𝑖 ⟺ 𝑥 ′ + 𝑖𝑦 ′ = 3𝑖(𝑥 + 𝑖𝑦) − 1 − 7𝑖
⟺ 𝑥 ′ + 𝑖𝑦′ = 3𝑖𝑥 − 3𝑦 − 1 − 7𝑖
⟺ 𝑥 ′ + 𝑖𝑦 ′ = −3𝑦 − 1 + 𝑖(3𝑥 − 7)
𝑥 ′ = −3𝑦 − 1
⟺{ ′
𝑦 = 3𝑥 − 7
𝑥 ′ = −3𝑦 − 1
L’expression analytique de 𝑆 est : { ′
𝑦 = 3𝑥 − 7
3.3- Exemple d’une similitude directe qui transforme un point en unautre
Application 1 :
Les points 𝐴, 𝐵, 𝐶 et 𝐷 ont pour affixes respectives 2; −2𝑖; −2 et 2𝑖.
Déterminer la forme réduite de la similitude 𝑆 telle que : 𝑆(𝐵) = 𝐶 et 𝑆(𝐶) = 𝐷
Résolution
On a : 𝑧𝐴 = 2; 𝑧𝐵 = 2𝑖 ; 𝑧𝐶 = −2 et 𝑧𝐷 = 2𝑖
Déterminons la forme réduite de 𝑆 telle que : 𝑆(𝐵) = 𝐶 et 𝑆(𝐶) = 𝐷
𝑆(𝐵) = 𝐶 𝑎𝑧 + 𝑏 = 𝑧𝐶
{ ⟺{ 𝐵
𝑆(𝐶) = 𝐷 𝑎𝑧𝐶 + 𝑏 = 𝑧𝐷
𝑎(−2𝑖) + 𝑏 = −2
⟺{
𝑎(−2) + 𝑏 = 2𝑖
−2𝑎𝑖 + 𝑏 = −2 (1)
⟺{
−2𝑎 + 𝑏 = 2𝑖 (2)
De l’équation (1), 𝑏 = −2 + 2𝑎𝑖 et en remplacant dans (2), on a :
−2𝑎 − 2 + 2𝑎𝑖 = 2𝑖 ⟹ −2𝑎(1 − 𝑖) = 2(1 + 𝑖)
1+𝑖 (1+𝑖)(−1−𝑖) −2𝑖
⟹ 𝑎 = −1+𝑖 = = = −𝑖
2 2
⟹ 𝑎 = −𝑖
𝑏 = −2 + 2𝑎𝑖 ⟹ 𝑏 = −2 + 2(−𝑖)(𝑖) = −2 + 2 = 0
⟹𝑏=0
Donc la forme réduite de 𝑆 est : 𝑧 ′ = −𝑖𝑧
Application 2 :
Soit 𝐴, 𝐵 et 𝐶 les points d’affixes respectives : 𝑖; 1 + 𝑖 et 2 + 2𝑖

71
1) Déterminer l’affixe du barycentre 𝐺 des points ponderés (𝐴, 2), (𝐵, −2) et (𝐶, 1).
2) Démontrer que la similitude directe 𝑆 qui transforme 𝐴 en 𝐵 et 𝐵 en 𝐶, à pour centre
le point 𝐺.
3) Déterminer l’angle et le rapport de 𝑆
Résolution :
On a : 𝑧𝐴 = 𝑖 ; 𝑧𝐵 = 1 + 𝑖 ; 𝑧𝐶 = 2 + 2𝑖
1) Déterminons l’affixe du barycentre 𝐺 des points ponderés (𝐴, 2), (𝐵, −2) et (𝐶, 1).
𝐺 = 𝑏𝑎𝑟{(𝐴, 2); (𝐵, −2); (𝐶, 1)} ⟺ 2𝐺𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗ − 2𝐺𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝐺𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗ = ⃗0
⟺ 2𝑧𝐺𝐴
⃗⃗⃗⃗⃗ − 2𝑧𝐺𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗ + 𝑧𝐺𝐶

⃗⃗⃗⃗⃗ = 0
⟺ 2(𝑧𝐴 − 2𝑧𝐺 ) − 2(𝑧𝐵 − 𝑧𝐺 ) + 𝑧𝐶 − 𝑧𝐺 = 0
⟺ 2𝑧𝐴 − 2𝑧𝐺 − 2𝑧𝐵 + 2𝑧𝐺 + 𝑧𝐶 − 𝑧𝐺 = 0
⟺ 2𝑧𝐴 − 2𝑧𝐵 + 𝑧𝐶 − 𝑧𝐺 = 0
⟺ 𝑧𝐺 = 2𝑧𝐴 − 2𝑧𝐵 + 𝑧𝐶
⟺ 𝑧𝐺 = 2𝑖 − 2 − 2𝑖 + 2 + 2𝑖
⟺ 𝑧𝐺 = 2𝑖
𝑧𝐺 = 2𝑖 donc 𝐺 est d’affixe 2𝑖.
2) Démontrons que la similitude 𝑆 qui transforme 𝐴 en 𝐵 et 𝐵 en C a pour centre le point
G.
𝑆(𝐴) = 𝐵 a𝑧 + 𝑏 = 𝑧𝐵
On a : { ⟺{ 𝐴
𝑆(𝐵) = 𝐶 a𝑧𝐵 + 𝑏 = 𝑧𝐶
ai + b = 1 + i (1)
⟺{
a(1 + i) + b = 2 + 2i (2)
−𝑎𝔦 − 𝑏 = −1 − 𝔦
(2) − (1) ⟺ {
𝑎(1 + 𝔦) + 𝑏 = 2 + 2𝔦
⟺𝑎 =1+ 𝑖
En remplaçant a dans (1),
On a : (1 + 𝑖)𝑖 + 𝑏 = 1 + 𝑖 ⟺ 𝑏 = 1 + 𝑖 − 𝑖 + 1
⟺𝑏=2
L’écriture complexe de S est : 𝑧’ = (1 + 𝔦) 𝑧 + 2.
𝑏
G est le centre S si et seulement si : 𝐺 = 1−𝑎 = 2𝑖
𝑏 2 2
On a : 𝐺 = 1−𝑎 = 1−1−𝔦 = −𝑖 = 2𝑖, alors 𝐺 = 2𝑖, donc S est une similitude directe de centre
G d’affixe 2𝑖.
3) Déterminons l’angle et le rapport de S
L’angle de S c’est donc un argument de 1 + 𝑖 ; le rapport 𝑘 est 𝑘 = |1 + 𝔦 | = √1 + 1 = √2
√2
cos 𝜃 = 2 𝜋
Soit 𝜃 cet angle ; on a :{ ; ⟹ 𝜃 ≡ 4 [2𝜋].
√2
sin 𝜃 = 2
𝜋
Donc S a pour angle 4 et le rapport 𝑘 = √2
Application :
Dans le plan complexe rapporté au repère orthonormé direct (0; 𝑢
⃗ ; 𝑣), on désigne par A ; B ;
C les point d’affixe respectives : 𝑖, 2 + 3𝑖 𝑒𝑡 2 − 3𝑖.

72
𝜋
Soit 𝑟 la rotation de centre 𝐵 et d’angle .
4
a) Déterminer l’affixe du point 𝐴’ image du point A par la rotation 𝑟.
b) Démontrer que les point A’ ; B et C Sont alignés et déterminer l’écriture complexe
de l’homothétie de centre B qui transforme C en A’.
Résolution :
𝔦𝜋
𝜋
On a : 𝑧𝐴 = 𝑖 , 𝑧𝐵 = 2 + 3𝑖 et 𝑧𝐶 = 2 − 3𝑖 et r (𝐵; 4 ) : 𝑧 ′ − 𝑧𝐵 = 𝑒 4 (𝑧 − 𝑧𝐵 )
a) Déterminons l’affixe du point 𝐴’ image du point A par la rotation 𝑟.
𝔦𝜋
𝜋
r (𝐵; 4 ) : 𝑧 ′ − 𝑧𝐵 = 𝑒 4 (𝑧 − 𝑧𝐵 )
𝔦𝜋
⟺ 𝑧 ′ = 𝑒 4 (𝑧 − 𝑧𝐵 ) + 𝑧𝐵
𝔦𝜋
⟺ 𝑧𝐴′ = 𝑒 4 (𝑧𝐴 − 𝑧𝐵 ) + 𝑧𝐵
𝔦𝜋 𝔦𝜋
⟺ 𝑧𝐴′ = 𝑒 4 𝑧𝐴 − 𝑒 4 𝑧𝐵 + 𝑧𝐵
𝜋 𝜋 𝜋 𝜋
𝑧𝐴′ = (cos 4 + 𝑖 sin 4 ) × 𝑖 − (cos 4 + 𝑖 sin 4 ) (2 + 3𝑖) + 2 + 3𝑖
√2 √2 √2 √2
=(2 +𝑖 ) × 𝑖 − ( + 𝑖 ) (2 + 3𝑖) + 2 + 3𝑖
2 2 2
√2 √2 3𝔦√2 2𝔦√2 3√2
= 𝑖 − 2 − (√2 + 2 + 2 − 2 ) + 2 + 3𝑖
2
√2 √2 5𝔦√2 3√2
= 𝑖 − 2 − √2 − 2 + 2 + 2 + 3𝑖
2
3√2 3√2 √2 5𝔦√2
=− + + 𝑖− + 2 + 3𝑖
2 2 2 2
𝑧𝐴′ = 2 + 3𝑖 − 2𝑖√2
⟹ 𝑧𝐴′ = 2 + 𝑖(3 − 2√2
b) Démontrons que les points A’, B et C sont alignés.
𝑍 −𝑍
Vérifions que : 𝑍𝐶 −𝑍𝐴′ ∈ ℝ∗
𝐵 𝐴′
𝑍𝐶 −𝑍𝐴′ 2−3𝑖−(2+𝑖(3−2√2 )
= 2+3𝑖−(2+𝑖(3−2√2 )
𝑍𝐵 −𝑍𝐴′
2−3𝑖−2−3𝑖+2𝑖√2
= 2+3𝑖−2−3𝑖+2𝑖√2
−6𝑖+2𝑖√2
= 2𝑖√2
(−6𝑖+2i√2)(−2𝑖√2)
= 8
−12√2+8 3√2
= =− + 1 ∈ ℝ∗
8 2
𝑍𝐶 −𝑍𝐴′ 3√2
=− + 1 ∈ ℝ∗ , alors les points A’ ; B et C sont alignés.
𝑍𝐵 −𝑍𝐴′ 2
 Ecriture de l’homothétie de centre B qui transforme C en A’.
ℎ(𝐵) = 𝐵 𝑎𝑧 + 𝑏 = 𝑧𝐵
ℎ: 𝑧′ − 𝑧𝐵 = 𝑘(𝑍 − 𝑧𝐵 ) ⟺ { ⟺{ 𝐵
ℎ(𝐶) = 𝐴′ 𝑎𝑧𝐶 + 𝑏 = 𝑧𝐴′
𝑎(2 + 3𝑖) + 𝑏 = 2 + 3𝑖 (1)
⟺{
𝑎(2 − 3𝑖) + 𝑏 = 2 + 𝑖(3 − 2√2) (2)

73
𝑎(2+3𝑖)+𝑏=2+3𝑖
{
−𝑎(2−3𝑖)−𝑏=−2−𝑖(3−2√2)
⟺ 6𝑎𝑖=2𝑖√2
2√2 √2
⟺𝑎= =
6 3
√2
⟹ 𝑘 = |𝑎| = 3
√2
⟹k= 3
√2
Donc ℎ: 𝑧 ′ − (2 + 3𝔦 ) = (𝑧 ′ − (2 + 3𝔦 ))
3
√2 √2
⟺ 𝑍 ′ = 3 𝑧 − 3 (2 + 3𝑖) + 2 + 3𝑖
√2 2√2
⟺ 𝑧 ′ = 3 𝑧 − 3 − 𝑖√2 + 2 + 3𝑖
′ √2 2√2
⟺𝑧 = 𝑧− + 2 + 3𝑖 − 𝑖√2
3 3
√2 6−2√2
⟺ 𝑧′ = 𝑧 + + 𝑖(3 − √2)
3 3
√2 6−2√2
L’écriture complexe de cette homothétie est : 𝑧 ′ = 𝑧 + + 𝑖(3 − √2)
3 3
II. Similitudes indirectes
𝐈𝐈𝟏 −Définition et propriété
1.1- Définition :
On appelle similitude indirecte, toute similitude qui transforme tout angle en son opposé.
Elle est donc la composée d’une homothétie et d’un antidéplacement (symétrie orthogonale
ou symétrie glissée).
Remarque :
Un antidéplacement est appelé :
 Réflexion = symétrie d’axe (D) : si 𝑎𝑏 + 𝑏 = 0 ; (isométrie indirecte) ;
 Symétrie orthogonale ;
 Symétrie glissée : si l’expression 𝑎𝑏 + 𝑏 ≠ 0, ou si 𝑘 = 1 il s’agit d’un symétrie
glissée.
1.2- Théorème :
Soit S la transformation du plan dans lui-même .Si S est une similitude indirecte de rapport
𝑘, alors S admet une écriture de la forme : 𝒛′ = 𝑎𝒛̅ + 𝒃; (𝒂 𝝐 ℂ∗ ; 𝒃 𝝐 ℂ).
Comme pour une similitude directe, l’écriture complexe d’une similitude indirecte permet de
déterminer ses éléments caractéristiques.
1.3- Nature et élément caractéristiques
La nature et les éléments caractéristiques d’une similitude indirecte sont déterminés suivant
le module de a ; c’est-à-dire 𝑘 = |𝑎|.
- Si 𝑘 = 1, il s’agit d’une symétrie orthogonale ou soit d’une symétrie glissée ;
- On calcule 𝑎𝑏 + 𝑏 et on distingue deux cas :
1er cas : si 𝑎𝑏 + 𝑏 = 0, alors S est une symétrie d’axe (D). (D) étant la droite passant par un
𝑏
⃗ (1 + 𝑎).
point 𝐴 (2) et dirigé par le vecteur 𝑢

74
2e cas : si 𝑎𝑏 + 𝑏 ≠ 0, alors S est une symétrie glissée: 𝑓: 𝑠Δ∘ 𝑡𝑢⃗ = 𝑡𝑢⃗ ∘ 𝑆Δ ; de vecteur
𝑎𝑏 + 𝑏 𝑏−𝑎𝑏̅
⃗⃗⃗ (
𝑣 ) et d’axe passant un point 𝐵 ( ) et de direction 𝑢 ⃗ (𝑖) si 𝑣 = ⃗0.
⃗ (1 + 𝑎) ou 𝑢
2 4
𝑎𝑏 + 𝑏
- Si 𝑘 ≠ 1,S est la composée d’une homothétie de centre 𝐼 (1−|𝑎|2 ) et d’une symétrie
𝑎
orthogonale (réflexion) d’axe (D) passant par 𝐼 et de direction ⃗⃗⃗𝑢 (1 + |𝑎|).
On écrit : 𝑆 = ℎ ∘ 𝑠𝛥 = 𝑠𝛥 ∘ ℎ.
Propriétés :
 La composée de deux similitudes indirectes est une similitude indirecte ;
 La composée d’une similitude directe et d’une similitude indirecte est une similitude
indirecte ;
 La réciproque d’une similitude indirecte est une similitude indirecte.
1.4- Point invariant ou point fixe
Définition :
On appelle point invariant ou point fixe par une transformation, tout point qui a pour image
lui-même. C’est-à-dire pour tout point M du plan ; 𝑓(𝑀) = 𝑀.
Remarque :
Pour démontrer qu’une application est un point invariant, il suffit tout simplement de
résoudre l’équation : 𝑧’ = 𝑧.

FIN

75
Chapitre 6 : LIMITES ET CONTINUITE
I. Limite d’une fonction
𝐼1 − Limites de références
Soit a, b et c des nombres réels et 𝑛 un entier naturel non nul. On a :
lim 𝑐 = lim 𝑐 = lim 𝑐 = 𝑐 lim (𝑥 − 𝑎)𝑛 = 0
𝑥→𝑎 𝑥→+∞ 𝑥→−∞ 𝑥→𝑎

lim 𝑥 𝑛 = +∞ −∞; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟


𝑥→+∞ lim 𝑥 𝑛 = {
𝑥→−∞ +∞; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑖𝑚𝑝𝑎𝑖𝑟

lim √𝑥 = 0 lim √𝑥 = + ∞
𝑥→0 𝑥→+∞

lim 𝑥 𝑛 = 0 1
𝑥→0 lim = +∞ ; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟
𝑥→𝑎 (𝑥 − 𝑎)𝑛

1 1
lim =0 lim = +∞ ; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟
𝑥→+∞ 𝑥 𝑛 𝑥→0 𝑥 𝑛

1 lim 𝑥 2𝑛 = +∞
lim+ = +∞ 𝑥→−∞
𝑥→𝑂 𝑥 2𝑛−1
1 lim 𝑥 2𝑛−1 = −∞
lim− = −∞ 𝑥→−∞
𝑥→𝑂 𝑥 2𝑛−1
𝑠𝑖𝑛𝑥 1
lim =1 lim =0
𝑥→0 𝑥 𝑥→+∞ 𝑥 𝑛

𝑐𝑜𝑠𝑠 − 1 1
lim =0 lim =0
𝑥→0 𝑥 𝑥→−∞ 𝑥 𝑛

1 1
lim+ = +∞ ; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟 lim− = −∞ ; 𝑠𝑖 𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑖𝑟
𝑥→0 𝑥𝑛 𝑥→0 𝑥𝑛

NB : Les fonctions cosinus et sinus n’ont pas de limite en l’infini.


1.2−Les limites et opérations sur les fonctions
Dans le tableau suivant, 𝑥0 , 𝑙 𝑒𝑡 𝑙’ désignent des nombres réels.
Les résultats essentiels ci-dessous concernent les limites de la somme, du produit et du
quotient de deux fonctions.

76
(+∞) + 𝑙 = +∞ 𝑙 × (+∞) = +∞ 𝑙 +∞
=0 = +∞
+∞ 𝑙
𝑆𝑖 : 𝑙 > 0 −∞
(−∞) + 𝑙 = −∞ 𝑙 × (−∞) = −∞ 𝑙
=0 = −∞
−∞ 𝑙

(+∞) + (+∞) = +∞ 𝑙 × (+∞) = −∞ 𝑙 +∞


=0 = −∞
+∞ 𝑙
𝑆𝑖 : 𝑙 < 0 −∞
(−∞) + (−∞) = −∞ 𝑙 × (−∞) = +∞ 𝑙
=0 = +∞
+∞ 𝑙

1.3−Les Les formes indéterminées


Les symboles (+∞) désigne un élément non réel et supérieur à tout réel et (−∞) désigne
un élément non réel et inferieur à tout réel. Il existe donc quatre (4) types de formes
indéterminées énumérées ci-dessous.

Forme indéterminée : On ne 𝟎 Forme indéterminée : On ne


(1) +∞−∞ peut conclure directement (3) peut conclure directement
𝟎
∞ Forme indéterminée : On ne (4) Forme indéterminée : On ne
(2) 0× (+∞)
∞ peut conclure directement peut conclure directement

Attention: L’obtention d’une forme indéterminée ne permet pas de conclure directement. Il


faut donc lever cette indétermination:
- Soit en factorisant la fonction ou en séparant une fraction en plusieurs parties;
- Soit en faisant l’expression conjuguée de la fonction.
1.3−Limite en l’infini des fonctions polynôme et rationnelle
Propriétés
Soient 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 (𝑏 ≠ 0) des nombres réels et 𝑛, 𝑚 des entiers naturels non nuls, on a:
 lim𝑥→∞ 𝑎𝑛 𝑥 𝑛 + 𝑎𝑛−1 𝑥 𝑛−1 + 𝑎𝑛−2 𝑥 𝑛−2 + ⋯ + 𝑎0 = lim 𝑎𝑛 𝑥 𝑛
𝑥→∞
On dit que la limite d’une fonction polynôme en l’infini est égale à la limite en l’infini de son
monôme de plus haut degré.
𝑙𝑖𝑚 𝑎𝑛 𝑥 𝑛 +𝑎𝑛−1 𝑥 𝑛−1 +𝑎𝑛−2 𝑥 𝑛−2 +⋯+𝑎0 𝑎 𝑥𝑛
𝑙𝑖𝑚 𝑛
 𝑥→∞ 𝑏𝑚 𝑥 𝑚 +𝑏𝑚−1 𝑥 𝑚−1 +𝑏𝑚−2 𝑥 𝑚−2 +⋯+𝑏0
= 𝑥→∞ 𝑏 𝑥𝑚
𝑚

On dit que la limite d’une fonction rationnelle en l’infini est égale à la limite en l’infini de son
monôme de plus haut degré du numérateur et du dénominateur.
Exemple :
Calculons les limites suivantes:
 lim (5𝑥 3 − 𝑥 + 1) = lim 5𝑥 3 = +∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
⟹ lim (5𝑥 3 − 𝑥 + 1) = +∞
𝑥→+∞

77
 lim (5𝑥 3 − 𝑥 + 1) = lim 5𝑥 3 = −∞
𝑥→−∞ 𝑥→−∞

⟹ lim 5𝑥 3 − 𝑥 + 1 = −∞
𝑥→−∞
7𝑥 5 −2𝑥 3 +1 7𝑥 5 7
 lim = lim = lim 𝑥 = +∞
𝑥→+∞ 3𝑥 2 −𝑥+1 𝑥→+∞ 3𝑥 2 𝑥→+∞ 3
5 3
7𝑥 −2𝑥 +1
⟹ lim = +∞
𝑥→+∞ 3𝑥 2 −𝑥+1
2𝑥 2 −1 2𝑥 2
 lim = lim =2
𝑥→−∞ 𝑥 2 +2𝑥+1 𝑥→−∞ 𝑥 2
2𝑥 2 −1
⟹ lim =2
𝑥→−∞ 𝑥 2 +2𝑥+1
1.4−Propriétés de comparaison
1) Soit 𝑓 et 𝑔 deux fonctions et 𝐼 = ]𝐴; + ∞[, un intervalle donné:
 Si 𝑓 ≥ 𝑔 sur 𝐼 et si lim 𝑔(𝑥) = +∞, alors lim 𝑔(𝑥) = +∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
 Si 𝑓 ≤ 𝑔 sur 𝐼 et si lim 𝑔(𝑥) = −∞, alors lim 𝑔(𝑥) = −∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
 Si 𝑓 ≤ 𝑔 sur 𝐼 et si lim 𝑔(𝑥) = 𝑙 et lim 𝑔(𝑥) = 𝑙 ′ , alors 𝑙 ≤ 𝑙′
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
2) Soit 𝑓, g et 𝑔 trois fonctions. J = ]𝐴; + ∞[, un intervalle donné:
 Si 𝑔 ≤ 𝑓 ≤ ℎ sur 𝐽 et si lim 𝑔(𝑥) = lim ℎ(𝑥) = 𝑙, alors lim 𝑓(𝑥) = 𝑙
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥→+∞
 S’il existe un nombre réel 𝑙 tel que: lim 𝑔(𝑥) = 0 et pour tout 𝑥 de 𝐼 = ]𝐴; +∞[,
𝑥→+∞
|𝑓(𝑥) − 𝑙| ≤ 𝑔(𝑥), alors lim 𝑓(𝑥) = 𝑙
𝑥→+∞
Exemple
On considère la fonction 𝑓 définie par: 𝑓(𝑥) = 2𝑥 + 1 − 3𝑠𝑖𝑛𝑥
Déterminer la limite de 𝑓 en −∞ et en +∞.
Solution:
𝑓(𝑥) = 2𝑥 + 1 − 3𝑠𝑖𝑛𝑥, la fonction 𝑓 est définie sur ℝ.
∀𝑥 ∈ ℝ, −1 ≤ 𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 1 ⟺ −1 ≤ −𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 1
⟺ −3 ≤ −3𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 3
⟺ 2𝑥 + 1 − 3 ≤ 2𝑥 + 1 − 3𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 2𝑥 + 1 + 3
⟺ 2𝑥 − 2 ≤ 𝑓(𝑥) ≤ 2𝑥 + 4
On a:
1) 𝑓(𝑥) ≥ 2𝑥 − 2 et lim 2𝑥 − 2 = −∞, alors lim 𝑓(𝑥) = −∞
𝑥→−∞ 𝑥→−∞
2) 𝑓(𝑥) ≤ 2𝑥 + 4 et lim 2𝑥 + 4 = +∞, alors lim + 𝑓(𝑥) = +∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
3) 2𝑥 − 2 ≤ 𝑓(𝑥) ≤ 2𝑥 + 4:
 lim 2𝑥 − 2 = lim 2𝑥 + 4 = −∞, alors lim 𝑓(𝑥) = −∞
𝑥→−∞ 𝑥→−∞ 𝑥→−∞
 lim 2𝑥 − 2 = lim 2𝑥 + 4 = +∞, alors lim 𝑓(𝑥) = +∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥→+∞
Application :
𝑥−1 𝑥+𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑥+1
Montrons que : ∀ 𝑥 ∈ ℝ , ≤ ≤
𝑥 𝑥 𝑥
On a: ∀ 𝑥 ∈ ℝ ,−1 ≤ 𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 1
⟹ 𝑥 − 1 ≤ 𝑥 + 𝑠𝑖𝑛𝑥 ≤ 𝑥 + 1
𝑥−1 𝑥=𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑥+1
⟹ ≤ ≤
𝑥 𝑥 𝑥

78
𝑥−1 𝑥+𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑥+1
D’où ≤ ≤
𝑥 𝑥 𝑥
𝑥−1 𝑥+1
 Calculons lim ( ) 𝑒𝑡 lim ( )
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→+∞ 𝑥
𝑥−1 𝑥 𝑥+1 𝑥
On a: lim ( ) = lim (𝑥) = 1 et lim ( ) = lim (𝑥) = 1
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→+∞
𝑥+𝑠𝑖𝑛𝑥
Déduisons-en lim
𝑥→+∞ 𝑥
𝑥−1 𝑥+𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑥+1 𝑥−1 𝑥+1
On a : ≤ ≤ et comme lim ( ) = lim ( )=1
𝑥 𝑥 𝑥 𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→+∞ 𝑥
Alors d’après le théorème de gendarme (théorème de comparaison) :
𝑥+𝑠𝑖𝑛𝑥
lim =1
𝑥→+∞ 𝑥
𝟏. 𝟓 −Limites de la composée de deux fonctions :
Propriété :
Soit 𝑔 ∘ 𝑓, la composée de deux fonctions et 𝑎 un élément ou une borne de d’un intervalle
sur lequel 𝑔 ∘ 𝑓 est définie.
Si lim 𝑓(𝑥) = 𝑏 et lim 𝑔(𝑦) = 𝑙, alors lim 𝑔 ∘ 𝑓(𝑥) = 𝑙
𝑥→𝑎 𝑦→𝑏 𝑥→𝑎
NB : cette propriété reste valable pour les limites en l’infini.
Exemple :
Calculer les limites suivantes :
𝜋𝑥 2
1) lim (𝑠𝑖𝑛 𝑥+1)
𝑥→1
2𝑥−1
2) lim (√ 𝑥+1 )
𝑥→+∞
1
3) lim 𝑥𝑠𝑖𝑛 𝑥
𝑥→+∞
Solution :
Calculons les limites suivantes :
𝜋𝑥 2
1) lim (𝑠𝑖𝑛 𝑥+1)
𝑥→1
𝜋𝑥 2 𝜋𝑥 2
On pose : 𝑢(𝑥) = 𝑥+1 telle que 𝑠𝑖𝑛 𝑥+1 = 𝑠𝑖𝑛(𝑢).
𝜋𝑥 2 𝜋
On a : lim𝑢(𝑥) = lim (𝑥+1) =
𝑥→1 𝑥→1 2
𝜋𝑥 2
⟹ lim (𝑠𝑖𝑛 𝑥+1) = lim𝜋𝑠𝑖𝑛(𝑢)
𝑥→1 𝑢→
2
𝜋
= 𝑠𝑖𝑛 2 = 1
𝝅𝒙𝟐
⟹ 𝐥𝐢𝐦 (𝒔𝒊𝒏 𝒙+𝟏) = 𝟏
𝒙→𝟏
2𝑥−1
2) lim (√ 𝑥+1 )
𝑥→+∞
2𝑥−1
Soit 𝑓(𝑥) = et 𝑔(𝑥) = √𝑥
𝑥+1
2𝑥−1
On a : lim 𝑓(𝑥) = lim ( 𝑥+1 ) = 2
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
⟹ lim √𝑦 = √2
𝑦→2

79
2𝑥−1
⟹ lim (√ 𝑥+1 ) = √2
𝑥→+∞
1
3) lim 𝑥𝑠𝑖𝑛 𝑥.
𝑥→+∞
1
1 𝑠𝑖𝑛
𝑥
On a : 𝑥𝑠𝑖𝑛 𝑥 = 1
𝑥
1
On pose 𝑋 = 𝑥, lorsque 𝑥 → +∞; 𝑋 → 0.
1 𝑠𝑖𝑛𝑋
Alors : lim 𝑥𝑠𝑖𝑛 𝑥 = lim =1
𝑥→+∞ 𝑋→0 𝑋
𝟏
⟹ 𝐥𝐢𝐦 𝒙𝒔𝒊𝒏 𝒙 = 𝟏
𝒙→+∞
1.6 −Limites d’une fonction monotone sur un intervalle ouvert :
Propriété 1 :
1) Soit 𝑓 une fonction croissante sur un intervalle ouvert ]𝑎; 𝑏[ ; (𝑎 < 𝑏).
 Si 𝑓 est majorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 admet une limite finie à gauche en 𝑏 et on note :
lim 𝑓(𝑥) = 𝑙 ; (𝑙 est une limite finie en 𝑏 à gauche).
𝑥→b−
 Si 𝑓 est minorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 admet une limite finie à droite en 𝑎 et on note :
lim 𝑓(𝑥) = 𝑙 ; (𝑙 est une limite finie en 𝑎 à droite).
𝑥→a+

2) D’une manière analogue ; pour une fonction 𝑓 décroissante sur un intervalle ouvert
]𝑎; 𝑏[ ; (𝑎 < 𝑏). On a :
 Si 𝑓 est majorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 admet une limite finie à droite en 𝑎 et on note :
lim 𝑓(𝑥) = 𝑙 ;
𝑥→a+
 Si 𝑓 est minorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 admet une limite finie à gauche en 𝑏 et on note :
lim−𝑓(𝑥) = 𝑙.
𝑥→b

80
Propriété 2 :
Soit f une fonction croissante sur un intervalle ouvert ]𝑎; 𝑏[ ;
 Si 𝑓 est non majorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 a pour limite +∞ à gauche en 𝑏 ; c'est-à-dire :
lim−𝑓(𝑥) = +∞.
𝑥→b
 Si 𝑓 est non minorée sur ]𝑎; 𝑏[, alors 𝑓 a pour limite −∞ à droite en 𝑎 ; c'est-à-dire :
lim+ 𝑓(𝑥) = −∞.
𝑥→a

1.7 − Calculs de limites des formes indéterminées :


Pour procéder au calcul d’une limite dans le cas où les opérations nous conduisent à une
forme indéterminée, on peut effectuer :
𝒂 − Une factorisation :
Exemple :
Calculons les limites suivantes :
a) lim (𝑥 − √𝑥)
𝑥→+∞
On a : lim (𝑥 − √𝑥) = +∞ − ∞ ? ? ?; (on ne peut conclure directement) ;
𝑥→+∞
En effet, 𝑥 − √𝑥 = √𝑥(√𝑥 − 1)
⟹ lim (𝑥 − √𝑥) = lim √𝑥(√𝑥 − 1)
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
= +∞(+∞) = +∞
⟹ lim (𝑥 − √𝑥) = +∞
𝑥→+∞
3𝑥−1
b) lim
𝑥→+∞ √𝑥 3 +𝑥 2 +8
3𝑥−1 +∞
On a : lim √𝑥 3 +𝑥 2 +8
= +∞ ??? ; (on ne peut conclure directement) ;
𝑥→+∞
1 1
3𝑥−1 x(3− ) x(3− )
x x
En effet, √𝑥 3 = =
+𝑥 2 +8 8
√x2 (x+1+ 2 ) |x|√x+1+ 2
8
x x
1
3x−1 x(3− )
x
⟹ lim = lim ; car |𝑥| = 𝑥 lorsque 𝑥 → +∞ ;
x→+∞ √x3 +x2 +8 x→+∞ x√x+1+ 8
x2

81
1
3−
x
= lim
x→+∞ √x+1+ 8
x2
3
= +∞ = 0
3𝑥−1
⟹ lim =0
𝑥→+∞ √𝑥 3 +𝑥 2 +8
𝒃 − Expression conjuguée :
Exemple :
Calculons les limites suivantes :
a) lim √𝑥 + 1 − √𝑥 − 1
𝑥→+∞
On a : lim √𝑥 + 1 − √𝑥 − 1 = +∞ − ∞ ? ? ?; (on ne peut conclure directement) ;
𝑥→+∞
(√𝑥+1−√𝑥−1)(√𝑥+1+√𝑥−1 )
En effet, √𝑥 + 1 − √𝑥 − 1 =
√𝑥+1+√𝑥−1
𝑥+1−(𝑥−1)
=
√𝑥+1+√𝑥−1
2
√𝑥 + 1 − √𝑥 − 1 = √𝑥+1+√𝑥−1
2
⟹ lim √𝑥 + 1 − √𝑥 − 1 = lim
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ √𝑥+1+√𝑥−1
2
= +∞
⟹ lim √𝑥 + 1 − √𝑥 − 1 = 0
𝑥→+∞
b) lim √9𝑥 2 + 7 + 3𝑥
𝑥→−∞
On a : lim √9𝑥 2 + 7 + 3𝑥 = +∞ − ∞ ??? ; (on ne peut conclure directement) ;
𝑥→−∞
(√9𝑥 2 +7+3𝑥)(√9𝑥 2 +7−3𝑥 )
En effet, √9𝑥 2 + 7 + 3𝑥 = √9𝑥 2 +7−3𝑥
9𝑥 2 +7−9𝑥 2
= √9𝑥 2
+7−3𝑥
7
√9𝑥 2 + 7 + 3𝑥 = √9𝑥 2
+7−3𝑥
7
⟹ lim √9𝑥 2 + 7 + 3𝑥 = lim
𝑥→−∞ 𝑥→−∞ √9𝑥 2 +7−3𝑥
7
= +∞ car lim√9𝑥 2 + 7 − 3𝑥 = +∞
𝑥→−∞
⟹ lim √9𝑥 2 + 7 + 3𝑥 = 0
𝑥→+∞
𝒄 − Combinaison de l’expression conjuguée et d’une factorisation :
Exemple :
Calculons : lim √𝑥 2 + 3𝑥 − 2 + 𝑥
x→−∞
On a : lim √𝑥 2 + 3𝑥 − 2 + 𝑥 = +∞ − ∞ ??? ; (on ne peut conclure directement) ;
x→−∞
(√𝑥 2 +3𝑥−2+𝑥 )(√𝑥 2 +3𝑥−2−𝑥 )
En effet, √𝑥 2 + 3𝑥 − 2 + 𝑥 = √𝑥 2 +3𝑥−2−𝑥
𝑥 2 +3𝑥−2−𝑥 2
= √𝑥 2
+3𝑥−2−𝑥
3𝑥−2
= √𝑥 2
+3𝑥−2−𝑥

82
2
𝑥(3− )
𝑥
= 3 2
√𝑥 2 (1+ − 2 )−𝑥
𝑥 𝑥
2
𝑥(3− )
√𝑥 2 + 3𝑥 − 2 + 𝑥 = 3
𝑥
2
|𝑥|√1+ − 2 −𝑥
𝑥 𝑥
2
𝑥(3− )
⟹ lim √𝑥 2 + 3x − 2 + 𝑥 = lim 𝑥
; car |𝑥| = −𝑥 lorsque 𝑥 → −∞ ;
𝑥→−∞ 𝑥→−∞ −𝑥(√1+3− 2 +1)
𝑥 𝑥2
2
−3+ −3+0 3
𝑥
= lim = = −2
𝑥→−∞ √1+3− 2 +1 1+1
𝑥 𝑥2
3
⟹ lim √𝑥 2 + 3x − 2 + 𝑥 = − 2
𝑥→−∞
𝒅 − Utilisation du taux de variation
Exemple :
1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥−
4
Calculons : lim𝜋 𝜋
𝑥→ 𝑥−
3 3
1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥− 0
4
On a : lim
𝜋 𝜋 = 0 ??? ; (on ne peut conclure directement) ;
𝑥→ 𝑥−
3 3
1 1 1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥− (𝑐𝑜𝑠𝑥− )(𝑐𝑜𝑠𝑥+ )
2 2
4
En effet, 𝜋 = 𝜋
𝑥− 𝑥−
3 3
1
𝑐𝑜𝑠𝑥− 1
2
= 𝜋 (𝑐𝑜𝑠𝑥 + 2 )
𝑥−
3
𝜋
𝑐𝑜𝑠𝑥−𝑐𝑜𝑠 1
3
=[ 𝜋 ] (𝑐𝑜𝑠𝑥 + )
𝑥− 2
3
1
= [𝑐𝑜𝑠𝑥]′ (𝑐𝑜𝑠𝑥 + 2 )
1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥− 1
4
𝜋 = −𝑠𝑖𝑛𝑥 (𝑐𝑜𝑠𝑥 + 2 )
𝑥−
3
1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥− 1
4
⟹ lim𝜋 𝜋 = lim𝜋 [−𝑠𝑖𝑛𝑥 (𝑐𝑜𝑠𝑥 + 2 )] ;
𝑥→ 𝑥− 𝑥→
3 3 3
𝜋 𝜋 1
= −sin 3 (𝑐𝑜𝑠 3 + 2 )
√3 1 1
=− ( +2 )
2 2
1
𝑐𝑜𝑠2 𝑥− √3
4
⟹ lim𝜋 𝜋 =−
𝑥→ 𝑥− 2
3 3

𝒆 − Un changement d’écriture :
Exemple :
Calculons :
𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑠𝑖𝑛𝑥 √𝑥×𝑠𝑖𝑛𝑥
a) lim En effet, =
𝑥→0 √𝑥 √𝑥 𝑥
𝑠𝑖𝑛𝑥 0 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑠𝑖𝑛𝑥
On a : lim = 0 ??? ; (on ne peut = √𝑥 ( )
𝑥→0 √𝑥 √𝑥 𝑥
conclure directement) ; 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑠𝑖𝑛𝑥
⟹ lim = lim√𝑥 ( )= 0×1= 0
𝑥→0 √𝑥 𝑥→0 𝑥

83
𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑠𝑖𝑛𝑥 1 𝑠𝑖𝑛𝑥
⟹ lim =0 = ×( )
𝑥→0 √𝑥 𝑥3 𝑥2 𝑥

b) lim
𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑠𝑖𝑛𝑥 1 𝑠𝑖𝑛𝑥 1
𝑥→0 𝑥 3 ⟹ lim 3
= lim 2 × ( )= ×1
𝑥→0 𝑥 𝑥→0 𝑥 𝑥 0
𝑠𝑖𝑛𝑥 0
On a : lim = 0 ??? ; (on ne peut 𝑠𝑖𝑛𝑥 −∞; 𝑥 < 0
𝑥→0 𝑥 3 ⟹ lim 3 = {
conclure directement) ; 𝑥→0 𝑥 +∞; 𝑠𝑖 𝑥 > 0
𝑠𝑖𝑛𝑥 1 𝑠𝑖𝑛𝑥
En effet, = 𝑥2 ×
𝑥3 𝑥
II. Etude d’une branche infinie
De façon générale, on parle d’une branche infinie d’une fonction de domaine de définition
𝐷𝑓 et de courbe représentative (𝐶𝑓 ) dans les cas suivants :
 lim 𝑓(𝑥) = ∞ ou lim 𝑓(𝑥) = 𝑙 ;
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
 lim 𝑓(𝑥) = ∞ ou lim 𝑓(𝑥) = 𝑙;
𝑥→−∞ 𝑥→−∞
 lim+𝑓(𝑥) = ∞ ou lim−𝑓(𝑥) = ∞
𝑥→𝑥0 𝑥→𝑥0
NB : ∞ = ±∞ et (𝑙 ∈ ℝ)
𝐈𝐈𝟏 −Les asymptotes :
𝒂 − Asymptote parallèle à l’un des axes
Définition :
Soit 𝑓 une fonction et (𝐶𝑓 ) sa courbe représentative.
 Lorsque 𝑓 admet une limite finie 𝑙 en +∞ ou en −∞, c'est-à-dire : 𝐥𝐢𝐦 𝒇(𝒙) = 𝒍 ou
𝒙→+∞
𝐥𝐢𝐦 𝒇(𝒙) = 𝒍, alors la droite d’équation 𝒚 = 𝒍 est dite asymptote horizontale à
𝒙→−∞
(𝐶𝑓 ) ;
 Lorsque 𝑓 admet une limite infinie à droite ou à gauche en 𝑥0 , c'est-à-dire :
𝐥𝐢𝐦+𝒇(𝒙) = ∞ ou 𝐥𝐢𝐦−𝒇(𝒙) = ∞, alors la droite d’équation 𝒙 = 𝒙𝟎 est dite
𝒙→𝒙𝟎 𝒙→𝒙𝟎
asymptote verticale à (𝐶𝑓 ).
Exemple :
2𝑥
a) Soit 𝑓(𝑥) =
√𝑥+1
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ⟺ 𝑥 + 1 > 0
⟺ 𝑥 > −1
⟺ 𝑥 ∈ ]−1; +∞[
Donc 𝐷𝑓 = ]−1; +∞[
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ; on a :
2𝑥 −2
lim+𝑓(𝑥) = lim + = = −∞
𝑥→−1 𝑥→−1 √𝑥+1 0+
⟹ lim+𝑓(𝑥) = −∞
𝑥→−1
Alors, on n’en déduit que la droite d’équation 𝒙 = −𝟏 est asymptote verticale à (𝐶𝑓 ).
𝑥 2 −2𝑥+5
b) Soit 𝑓(𝑥) = 2𝑥 2 +1

𝑓 est définie sur ℝ. Calculons les limites de 𝑓 aux bornes de son 𝐷𝑓 .

84
𝑥 2 −2𝑥+5 𝑥2 1
 lim 𝑓(𝑥) = lim = lim =
𝑥→−∞ 𝑥→−∞ 2𝑥 2 +1 𝑥→−∞ 2𝑥 2 2

1
⟹ lim 𝑓(𝑥) = 2
𝑥→−∞

𝑥 2 −2𝑥+5 𝑥2 1
 lim 𝑓(𝑥) = lim = lim =2
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 2𝑥 2 +1 𝑥→+∞ 2𝑥 2

1
⟹ lim 𝑓(𝑥) = 2
𝑥→+∞
1 1
⟹ lim 𝑓(𝑥) = lim 𝑓(𝑥) = 2, alors la droite d’équation 𝒚 = 2 est asymptote horizontale
𝑥→−∞ 𝑥→+∞
à (𝐶𝑓 ) en −∞ et en +∞.

𝒃 − Asymptote oblique
Définition :
Soit 𝑓 une fonction et (𝐶𝑓 ) sa courbe représentative.
On dit que la droite d’équation 𝒚 = 𝒂𝒙 + 𝒃 est une asymptote oblique à (𝐶𝑓 ) lorsque :
𝐥𝐢𝐦 [𝒇(𝒙) − (𝒂𝒙 + 𝒃)] = 𝟎 ou 𝐥𝐢𝐦 [𝒇(𝒙) − (𝒂𝒙 + 𝒃)] = 𝟎
𝒙→+∞ 𝒙→−∞
Méthode :
Pour étudier les branches infinies de la courbe représentative d’une fonction rationnelle
𝑓(𝑥)
ℎ(𝑥) = 𝑔(𝑥) où (𝑑°𝑓 ≥ 𝑑°𝑔) en −∞ et en +∞, on peut effectuer la division euclidienne de 𝑓
par 𝑔.
Exemple :
2
Soit 𝑓(𝑥) = 𝑥 − 2 + 𝑥 2 +1.
Démontrons que la droite d’équation : 𝑦 = 𝑥 − 2 est asymptote oblique à (𝐶𝑓 ) en en −∞ et
en +∞.
2
En effet, 𝑓(𝑥) − 𝑦 = 𝑥 − 2 + 𝑥 2 +1 − (𝑥 − 2)
2
𝑓(𝑥) − 𝑦 = 𝑥 2 +1
2 2
 lim [𝑓(𝑥) − (𝑥 − 2)] = lim (𝑥 2 +1) = +∞ = 0
𝑥→−∞ 𝑥→−∞
2 2
 lim [𝑓(𝑥) − (𝑥 − 2)] = lim (𝑥 2 +1) = +∞ = 0
𝑥→+∞ 𝑥→+∞
D’où la droite d’équation : 𝑦 = 𝑥 − 2 est asymptote oblique à (𝐶𝑓 ) en en −∞ et en +∞.
Propriété :
Soit 𝑓 une fonction et (𝐶𝑓 ) sa courbe représentative.
𝒇(𝒙)
la droite d’équation 𝒚 = 𝒂𝒙 + 𝒃 est une asymptote à (𝐶𝑓 ) si et seulement si : 𝐥𝐢𝐦 =𝒂
𝒙→±∞ 𝒙
et 𝐥𝐢𝐦 (𝒇(𝒙) − 𝒂𝒙) = 𝒃.
𝒙→±∞
Remarque :
Les courbes représentatives de deux fonctions 𝑓 et 𝑔 sont asymptotes lorsque :
lim (𝑓(𝑥) − 𝑔(𝑥)) = 0 ou lim (𝑓(𝑥) − 𝑔(𝑥)) = 0.
𝑥→+∞ 𝑥→−∞
𝐈𝐈𝟏 − Directions asymptotiques
Soit 𝑓 une fonction de courbe représentative (𝐶𝑓 ) dans le plan muni d’un repère
orthonormé (0; 𝑖; 𝑗).
85
Supposons que lim 𝑓(𝑥) = ±∞ ; ce qui confirmerait l’existence des branches infinies.
𝑥→±∞
𝑓(𝑥)
Lorsqu’on étudie la limite en +∞ ou en −∞ de , on distingue trois cas :
𝑥
er
1 Cas :
𝑓(𝑥) 𝑓(𝑥)
Si lim = ±∞ ou lim = ±∞, alors on dit que (𝐶𝑓 ) admet une branche
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→−∞ 𝑥
parabolique de direction celle de l’axe (𝑂𝐽).
2e Cas :
𝑓(𝑥) 𝑓(𝑥)
Si lim = 𝑎 ou lim = 𝑎, alors on a :
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→−∞ 𝑥
𝑓(𝑥) 𝑓(𝑥)
 Si 𝑎 = 0, lim = 0 ou lim = 0, alors (𝐶𝑓 ) admet une branche parabolique
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→−∞ 𝑥
de direction celle de l’axe (𝑂𝐼) ;
 Si ≠ 0 , dans ce cas, on calcule lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] ou lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] et on distingue
𝑥→+∞ 𝑥→−∞
trois possibilités :
- Si lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] = 𝑏 ou lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] = 𝑏, alors la droite (𝐷)
𝑥→+∞ 𝑥→−∞
d’équation 𝑦 = 𝑎𝑥 + 𝑏 est appelée asymptote oblique à (𝐶𝑓 ) ;
- Si lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] = ±∞ ou lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] = ±∞, alors (𝐶𝑓 ) admet une
𝑥→+∞ 𝑥→−∞
branche parabolique de direction celle de la droite d’équation 𝑦 = 𝑎𝑥 ;
- Si lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] n’existe pas ou lim [𝑓(𝑥) − 𝑎𝑥] n’existe pas, alors
𝑥→+∞ 𝑥→−∞
(𝐶𝑓 ) n’a ni asymptote, ni branche parabolique mais elle admet une direction
asymptotique celle de la droite d’équation 𝑦 = 𝑎𝑥.
3e Cas :
𝑓(𝑥) 𝑓(𝑥)
Si lim n’existe pas ou lim n’existe pas, alors (𝐶𝑓 ) n’a ni asymptote, ni branche
𝑥→+∞ 𝑥 𝑥→−∞ 𝑥
parabolique, ni direction asymptotique, on ne peut conclure.
III. Continuité d’une fonction
𝐈𝐈𝐈𝟏 − Continuité sur un intervalle
𝟏. 𝟏 − Définition :
Soit K un intervalle de ℝ. Une fonction 𝑓 est continue sur K si elle est continue sur en tout
élément de K.
Exemple :
 Toute fonction monôme est continue sur ℝ ;
 Les fonctions sinus et cosinus sont continues sur ℝ.
Propriété :
Soit 𝑓 et 𝑔 deux fonctions continues sur un intervalle K.
 Les fonctions 𝑓 + 𝑔, 𝑓 × 𝑔, 𝑘𝑓 ; (𝑘 ∈ ℝ) et |𝑓| sont continues sur K ;
1 𝑓
 Si 𝑔 ne s’annule pas sur K, alors 𝑔 et 𝑔 sont continues sur K ;
 Si 𝑓 est positive sur K, alors √𝑓 est continue sur K ;
 La composée de deux fonction continues sur leur ensemble de définition est continue
sur son ensemble de définition ;
𝐈𝐈𝐈𝟐 − Image d’un intervalle par une fonction continue
Propriété :

86
Soit 𝑓 une fonction continue.
 L’image par 𝑓 d’un intervalle est un intervalle ou un singleton ;
 L’image par 𝑓 d’un intervalle fermé est un intervalle fermé ou un singleton
Remarque :
 ∀𝑥 ∈ [𝑎; 𝑏], 𝑚 ≤ 𝑓(𝑥) ≤ 𝑀, alors 𝑓 est bornée sur [𝑎; 𝑏],
 𝑚 𝑒𝑡 𝑀 ont un antécédent dans [𝑎; 𝑏] par 𝑓, on dit que 𝑓 atteint ses bornes ;
 Les valeurs de 𝑚 et 𝑀 ne sont pas forcement celle de 𝑓(𝑎) et 𝑓(𝑏). 𝑚 et 𝑀 sont le
minimum et le maximum de 𝑓 sur [𝑎; 𝑏]

𝟐. 𝟏 − Théorème des valeurs intermédiaires


Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle K et 𝑎 et 𝑏 deux éléments de K.
Tout nombre compris entre 𝑓(𝑎) et 𝑓(𝑏) a au moins un antécédent compris entre 𝑎 et 𝑏.
Remarque :
Pour qu’un nombre réel compris entre 𝑓(𝑎) et 𝑓(𝑏) ait un antécédent par 𝑓 dans [𝑎; 𝑏], il
faut nécessairement que 𝑓 soit continue sur [𝑎; 𝑏].
Conséquence :
Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle K.
S’ils existent deux éléments 𝑎 et 𝑏 (𝑎 < 𝑏) de K tels que 𝑓(𝑎) et 𝑓(𝑏) soient de signe
contraires, alors l’équation 𝑓(𝑥) = 0 admet une solution unique dans l’intervalle [𝑎; 𝑏].
NB : Si 𝑓 ne s’annule pas sur K, alors 𝑓 garde un signe constant sur K.
Exemple :
𝜋𝑥
Démontrer que l’équation 𝑐𝑜𝑠 2 = 𝑥 admet au moins une solution dans [0; 1].
𝜋𝑥 𝜋𝑥
La fonction 𝑥 ⟼ 𝑐𝑜𝑠 est définie et continue sur ℝ, or [0; 1] ⊂ ℝ, d’où 𝑐𝑜𝑠 est continue
2 2
sur [0; 1].
𝜋𝑥
Alors la fonction 𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠 2 − 𝑥 est continue sur [0; 1].
On a : 𝑓(0) = 1 et 𝑓(1) = −1, alors 𝑓(0) × 𝑓(1) < 0 et l’équation 𝑓(𝑥) = 0 admet une
𝜋𝑥
solution dans [0; 1] et on en déduit que l’équation 𝑐𝑜𝑠 2 = 𝑥 admet au moins une solution
dans [0; 1].
𝐈𝐈𝐈𝟑 −Fonction continue et monotone
𝟑. 𝟏 − Bijection réciproque d’une fonction continue et monotone
Toute fonction 𝑓 continue et strictement monotone sur un intervalle K détermine
une bijection sur un intervalle 𝑓(𝐾).
La bijection réciproque 𝑓 −1 est continue sur l’intervalle 𝑓(𝐾). Elle est strictement
monotone et a le même sens de variation que 𝑓.
Exemple :
[1;
𝑓: +∞[⟼ℝ
Soit 𝑥⟼𝑓(𝑥)=𝑥 2 −2𝑥

1) Montrer que 𝑓 est continue et strictement monotone de [1; +∞[ sur ℝ.


2) Démontrer que 𝑓 réalise une bijection de [1; +∞[ vers un intervalle que l’on
déterminera.
Solution :
Soit 𝑓(𝑥) = 𝑥 2 − 2𝑥
𝐷𝑓 = ℝ, or [1; +∞[ ⊂ ℝ, d’où 𝑓 est définie et continue sur [1; +∞[.

87
On a : lim𝑓(𝑥) = −1 et lim 𝑓(𝑥) = +∞
𝑥→1 𝑥→+∞
𝑓 est dérivable sur ℝ et on a : 𝑓′(𝑥) = 2𝑥 − 2
𝑓′(𝑥) = 0 ⟺ 2𝑥 − 2 = 0
⟺𝑥=1

1) 𝑓 est continue et strictement croissante de [1; +∞[ ⟼ ℝ.


2) 𝑓 réalise une bijection réciproque de [1; +∞[ vers [−1; +∞[.
𝟑. 𝟐 − Image d’un intervalle par une fonction continue et monotone
Lorsque 𝑓 est strictement monotone et continue un intervalle K, alors 𝑓(𝐾) est un intervalle
de même nature.
Intervalles K 𝑓(𝐾)
𝑓 est strictement croissante 𝑓 est strictement décroissante
[𝑎; 𝑏] [𝑓(𝑎); 𝑓(𝑏)] [𝑓(𝑏); 𝑓(𝑎)]
[𝑎; 𝑏[ [𝑓(𝑎); lim 𝑓(𝑥)[ [ lim 𝑓(𝑥); 𝑓(𝑎)[
𝑥→b− 𝑥→b−
]𝑎; 𝑏[ ] lim+𝑓(𝑥); lim−𝑓(𝑥)[ ] lim− 𝑓(𝑥); lim+ 𝑓(𝑥)[
𝑥→a 𝑥→b 𝑥→b 𝑥→a
]𝑎; +∞[ ] lim+𝑓(𝑥); lim 𝑓(𝑥)[ ] lim 𝑓(𝑥); lim+ 𝑓(𝑥)[
𝑥→a 𝑥→±∞ 𝑥→+∞ 𝑥→a
ℝ ] lim 𝑓(𝑥); lim 𝑓(𝑥)[ ] lim 𝑓(𝑥); lim 𝑓(𝑥)[
𝑥→−∞ 𝑥→±∞ 𝑥→+∞ 𝑥→−∞

Exemple :
𝑔: ℝ⟼ℝ
Soit 𝑥+1
𝑥⟼𝑔(𝑥)=𝑥−1
1) Montrer que 𝑔 admet une bijection de ]1; +∞[vers un intervalle que l’on précisera.
2) En déduire que 𝑔 admet une application bijective réciproque .
3) Donner la forme explicite de 𝑔−1 .
Solution :
𝑥+1
Soit 𝑔(𝑥) = 𝑥−1
𝐷𝑔 = ]−∞; 1[ ∪ ]1; +∞[, or [1; +∞[ ⊂ ℝ, d’où 𝑓 est définie et continue sur ]1; +∞[
On a : lim+ 𝑔(𝑥) = +∞ et lim 𝑔(𝑥) = 1
𝑥→1 𝑥→+∞
−2
𝑔 est dérivable sur ℝ et on a : 𝑔′(𝑥) = (𝑥−1)2, alors 𝑔′(𝑥) < 0.
1) 𝑔 est continue et strictement décroissante sur ]1; +∞[, donc 𝑔 réalise une bijection
de ]1; +∞[ vers 𝑔(]1; +∞[) = ]1; +∞[ .
2) 𝑔 réalise une bijection de ]1; +∞[ vers ]1; +∞[, alors elle admet une bijection
réciproque ;
3) La forme explicite de 𝑔−1 .
𝑥+1
On a : 𝑔(𝑥) = 𝑦 ⟺ 𝑥−1 = 𝑦
⟺ 𝑥 + 1 = 𝑦(𝑥 − 1)
88
⟺ 𝑥 + 1 = 𝑥𝑦 − 𝑦
⟺ 𝑥 − 𝑥𝑦 = −1 − 𝑦
⟺ 𝑥𝑦 − 𝑥 = 1 + 𝑦
⟺ 𝑥(𝑦 − 1) = 1 + 𝑦
1+𝑦
⟺ 𝑥 = 𝑦−1
1+𝑥
Donc 𝑔−1 (𝑥) = 𝑥−1
𝟑. 𝟐 − Fonction racine n-ième
Définition :
Soit n un entier naturel supérieur ou égal à 2. On appelle fonction racine n-ième, la bijection
réciproque de la fonction 𝑥 𝑛 et on a : 𝑓:𝑥⟼𝑦=𝑥
ℝ+ ⟼ℝ+
𝑛

Notation :
𝑦 est un nombre réel, l’antécédent de 𝑦 par 𝑓 est noté 𝑛√𝑦 et se lit « racine n-ième de 𝑦 ou
1
encore 𝑦 𝑛 .
Propriété de la racine n-ième :
Soit 𝑥 et 𝑦 deux réels strictement positifs et 𝑛 un entier naturel supérieur ou égal à 2.
1
 𝑥 𝑛 = 𝑦 ⟺ 𝑥 = 𝑛√𝑦 ou 𝑥 = 𝑦 𝑛
 𝑛
√𝑦 ≥ 0
𝑛 1 𝑛
 ( 𝑛√𝑦) = 𝑛√𝑦 𝑛 = (𝑦 𝑛 ) = 𝑦
Exemple :
3
Démontrons que : √8 = 2.
1 3
3 3
On a : √8 = √23 = (23 ) = 2
Calcul avec les racine n-ièmes :
∀𝑎; 𝑏 ∈ ℝ+ et 𝑚 𝑒𝑡 𝑛 deux entiers naturels avec 𝑛 ≥ 2.
1
𝑛 𝑛

𝑛
√𝑎 × √𝑏 = √𝑎𝑏 = (𝑎𝑏)𝑛
1
𝑛
√𝑎 𝑛 𝑎 𝑎 𝑛
 𝑛 = √𝑏 = (𝑏 )
√𝑏
𝑚 𝑛 1

𝑚𝑛
√ √𝑎 = √𝑎 = (𝑎)𝑚𝑛
𝑚 1 𝑚 𝑚

𝑛
( √𝑎 ) = (𝑎𝑛 ) = 𝑎 𝑛
1 1 𝑛+𝑚
+

𝑚 𝑛 𝑚𝑛
√𝑎 × √𝑎 = √𝑎𝑚𝑛 = 𝑎𝑚 𝑛 = 𝑎 𝑚𝑛

FIN
89
Chapitre 7 : DERIVATIONS ET ETUDE DE FONCTIONS
I. DERIVATIONS
𝐈𝟏 − Dérivabilité en un point 𝒙𝟎 .
Soit 𝑓 une fonction définie sur un intervalle I et 𝑥0 un élément de I.
𝑓(𝑥)−𝑓(𝑥0 )
On dit que 𝑓 est dérivable en 𝑥0 si et seulement si : lim𝑥→𝑥0 = 𝑓′(𝑥0 ). Le nombre
𝑥−𝑥0
réel 𝑓′(𝑥0 ) est appelé nombre dérivé de 𝑓 en 𝑥0 .
Lorsque 𝑓 est dérivable en 𝑥0 , alors la courbe (𝐶𝑓 ) admet une tangente au point 𝑀0 de
coordonnées (𝑥0 ; 𝑓(𝑥0 ) ).
L’équation de cette tangente est de la forme : (𝑇): 𝑦 = 𝑓 ′ (𝑥0 )(𝑥 − 𝑥0 ) + 𝑓(𝑥0 ).
𝑓′(𝑥0 ) est le coefficient directeur de cette tangente.
Exemple :
Soit 𝑓(𝑥) = (𝑥 − 3)√𝑥 + 1
𝑓 est-elle dérivable en 3 ? Déterminer une équation de la tangente au point d’abscisse 3.
Solution :
𝑓(𝑥)−𝑓(3) (𝑥−3)√𝑥+1
lim𝑥→3 = lim
𝑥−3 𝑥→3 𝑥−3
= lim √𝑥 + 1 = 2.
𝑥→3
𝑓(𝑥)−𝑓(3)
⟹ lim =2
𝑥→3 𝑥−3
Don 𝑓 est dérivable en 3.
L’équation de la tangente est (𝑇): 𝑦 = 𝑓 ′ (3)(𝑥 − 3) + 𝑓(3)
𝑦 = 𝑓 ′ (3)(𝑥 − 3) + 𝑓(3)
⟹ 𝑦 = 2(𝑥 − 3) + 0
⟹ (𝑇): 𝑦 = 2𝑥 − 6
𝐈𝟐 − Dérivabilité sur un intervalle
Une fonction 𝑓 définie sur [𝑎; 𝑏] est dérivable sur [𝑎; 𝑏] si est dérivable sur ]𝑎; 𝑏[, dérivable
à droite en 𝑎 et à gauche en 𝑏.
On écrit :
𝑓(𝑥)−𝑓(𝑎)
 lim𝑥→𝑎> = 𝑓′(𝑎) ; (𝑓′(𝑎) est le nombre dérivé à droite)
𝑥−𝑎
𝑓(𝑥)−𝑓(𝑏)
 lim𝑥→𝑏< 𝑥−𝑏
= 𝑓′(𝑏); (𝑓′(𝑏) est le nombre dérivé à gauche)
Exemple :

90
Soit 𝑓(𝑥) = (𝑥 − 1)√𝑥 − 1 et ℎ(𝑥) = √3 − 𝑥 + 1
Etudier la dérivabilité de 𝑓 sur [1; +∞[ ; puis celle de ℎ sur ]−∞; 3].
Solution :
 𝑓 est dérivable sur [1; +∞[ et on a :
𝑓(𝑥)−𝑓(1) (𝑥−1)√𝑥−1
lim𝑥→1> = lim>
𝑥−1 𝑥→1 𝑥−1
= lim> √𝑥 − 1 = 0.
𝑥→1
𝑓(𝑥)−𝑓(1)
⟹ lim𝑥→1> =0
𝑥−1
Donc 𝑓 est dérivable sur [1; +∞[.
 ℎ est dérivable sur ]−∞; 3] et on a :
ℎ(𝑥)−ℎ(3) √3−𝑥+1−1
lim𝑥→3< = lim<
𝑥−3 𝑥→3 𝑥−3
√3−𝑥
= lim
𝑥→3< 𝑥−3
3−𝑥
= lim< (𝑥−3)
𝑥→3 √3−𝑥
−(𝑥−3)
= lim
𝑥→3< (𝑥−3)√3−𝑥
−1
= lim<
𝑥→3 √3−𝑥
−1
= = +∞
0−
ℎ(𝑥)−ℎ(3)
⟹ lim𝑥→3< = +∞
𝑥−3
Donc ℎ n’est pas dérivable sur ]−∞; 3].
Remarque :
Une fonction est dérivable sur un ensemble E lorsqu’elle est dérivable en tout élément de E.
Une fonction dérivable sur un ensemble E est continue sur cet ensemble.
𝐈𝟑 − Dérivées usuelles
𝟑. 𝟏 − Dérivées des fonctions usuelles
Tableau récapitulatif des dérivées des fonctions élémentaires
Fonction Fonction dérivée Ensemble de dérivabilité
𝑓(𝑥) = 𝑘; (𝑘 ∈ ℝ) 𝑓′(𝑥) = 0 ℝ
𝑓(𝑥) = 𝑥 𝑓′(𝑥) = 1 ℝ
𝑛 (𝑛 ∗) 𝑛−1 ∗
𝑓(𝑥) = 𝑥 ; ∈ ℤ 𝑓′(𝑥) = 𝑛. 𝑥 ℝ , si 𝑛 < 0
ℝ, si 𝑛 > 0
𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥 ′(𝑥) ℝ
𝑓 = −𝑠𝑖𝑛𝑥
𝑓(𝑥) = 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥 ℝ
1 1 ℝ∗
𝑓(𝑥) = 𝑓′(𝑥) = − 2
𝑥 𝑥
𝑓(𝑥) = √𝑥 1 ℝ∗+
𝑓′(𝑥) =
2√𝑥
𝑓(𝑥) = 𝑡𝑎𝑛𝑥 𝑓 ′ (𝑥)
= 1 + 𝑡𝑎𝑛2 𝑥 𝜋
ℝ − { + 𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ}
2

𝟑. 𝟐 −Derivée et opérations sur les fonctions


Tableau récapitulatif
91
Dans ce tableau 𝑢 et 𝑣 sont des fonctions dérivables sur un intervalle ouvert 𝐾.

Operations sur les fonctions Fonctions Dérivées des fonctions


Dérivée de la somme de deux fonctions 𝑢+𝑣 𝑢′ + 𝑣′
Dérivée du produit de deux fonctions 𝑢. 𝑣 𝑢′𝑣 + 𝑣′𝑢
𝑛 (𝑛
Dérivée de la puissance d’une fonction 𝑢 ; ∈ ℕ), 𝑛 ≥ 2 𝑛. 𝑢′. 𝑢𝑛−1
Dérivée de l’inverse d’une fonction 1 𝑣′
− 2
𝑣 𝑣
Dérivée du quotient de deux fonctions 𝑢 𝑢′𝑣 − 𝑣′𝑢
𝑣 𝑣2
Dérivée de la racine carrée d’une fonction √𝑢 𝑢′
2 √𝑢
Dérivée de la fonction : 𝑥 → 𝑢(𝑎𝑥 + 𝑏) 𝑢(𝑎𝑥 + 𝑏) 𝑎𝑢′(𝑎𝑥 + 𝑏)
Dérivée de 𝑐𝑜𝑠 ∘ (𝑢) 𝑐𝑜𝑠(𝑎𝑥 + 𝑏) −𝑎. 𝑠𝑖𝑛(𝑎𝑥 + 𝑏)
Dérivée de 𝑠𝑖𝑛 ∘ (𝑢) 𝑠𝑖𝑛(𝑎𝑥 + 𝑏) 𝑎. 𝑐𝑜𝑠(𝑎𝑥 + 𝑏)
Dérivée du produit d’une fonction par un 𝑘𝑣; (𝑘 ∈ ℝ) 𝑘𝑣′
scalaire

Exercice d’application :
Dans chacun des cas suivants, étudions la dérivabilité de 𝑓 sur son ensemble de définition,
puis calculons sa fonction dérivée.
a) 𝑓(𝑥) = 𝑥 2 |𝑥|
𝑓 est définie et dérivable sur ℝ et on a :
𝑥 3 , 𝑠𝑖 𝑥 > 0 3𝑥 2 , 𝑠𝑖 𝑥 > 0
𝑓(𝑥) = { 3 ⟹ 𝑓′(𝑥) = {
−𝑥 , 𝑠𝑖 𝑥 < 0 −3𝑥 2 , 𝑠𝑖 𝑥 < 0

b) 𝑓(𝑥) = (𝑥 − 2)√2 − 𝑥
𝑓 est définie sur ]−∞; 2] et dérivable sur ]−∞; 2[ et on a :
𝑓(𝑥)−𝑓(2) (𝑥−2)√2−𝑥
lim𝑥→2< = lim<
𝑥−2 𝑥→2 𝑥−2
= lim< √2 − 𝑥 = 0.
𝑥→2
𝑓(𝑥)−𝑓(2)
⟹ lim𝑥→2< =0
𝑥−2
Donc 𝑓 est dérivable sur son domaine de définition 𝐷𝑓 = ]−∞; 2].
1
∀𝑥 ∈ ]−∞; 2], 𝑓 ′ (𝑥) = √2 − 𝑥 − 2√2−𝑥 × (𝑥 − 2)
2(2−𝑥)−𝑥+2
= 2√2−𝑥
6−3𝑥
⟹ 𝑓′(𝑥) = 2√2−𝑥
c) 𝑓(𝑥) = √2𝑥 + 5
5 5
𝑓 est définie sur [− 2 ; +∞[et dérivable sur ]− 2 ; +∞[ et on a :
5
𝑓(𝑥)−𝑓(− ) √2𝑥+5
2
lim 5> 5 = lim > 5
𝑥→− 𝑥+ 5 𝑥+
2 2 𝑥→− 2
2

92
2√2𝑥+5
= lim >
5 2𝑥+5
𝑥→−
2
2 2
= lim > = 0+ = +∞
5 √2𝑥+5
𝑥→−
2
5
𝑓(𝑥)−𝑓(− )
2
⟹ lim 5> 5 = +∞
𝑥→− 𝑥+
2 2
5
Donc 𝑓 n’est pas dérivable sur son domaine de définition 𝐷𝑓 = [− 2 ; +∞[
5 2 1
∀𝑥 ∈ [− 2 ; +∞[, 𝑓 ′ (𝑥) = 2√2𝑥+5 =
√2𝑥+5
1
⟹ 𝑓′(𝑥) =
√2𝑥+5
d) 𝑓(𝑥) = (𝑥 + 1)√𝑥 2 − 3𝑥 − 4
𝑓(𝑥) ∃ ⟺ 𝑥 2 − 3𝑥 − 4 ≥ 0
⟺ (𝑥 + 1)(𝑥 − 4) ≥ 0

𝐷𝑓 = ]−∞, −1] ∪ [4; +∞[


𝑓 est dérivable sur ]−∞, −1[ et on a :
𝑓(𝑥)−𝑓(−1) (𝑥+1)√𝑥 2 −3𝑥−4
lim𝑥→−1< = lim <
𝑥+1 𝑥→−1 𝑥+1
= lim < √𝑥 2 − 3𝑥 − 4 = 0.
𝑥→−1
𝑓(𝑥)−𝑓(−1)
⟹ lim𝑥→−1< =0
𝑥+1
Donc 𝑓 est dérivable à gauche en −1, alors elle est dérivable sur ]−∞; −1].
𝑓 est dérivable sur [4; +∞[ et on a :
𝑓(𝑥)−𝑓(4) (𝑥+1)√𝑥 2 −3𝑥−4
lim𝑥→4> = lim>
𝑥−4 𝑥→4 𝑥−4
(𝑥 + 1)√(𝑥 + 1)(𝑥 − 4)
= lim>
𝑥→4 𝑥−4
(𝑥 + 1)(𝑥 + 1)(𝑥 − 4)
= lim>
𝑥→4 (𝑥 − 4)√(𝑥 + 1)(𝑥 − 4)
(𝑥+1)(𝑥+1)
= lim>
𝑥→4 √(𝑥+1)(𝑥−4)
25
= = −∞
+∞
𝑓(𝑥)−𝑓(4)
⟹ lim𝑥→4> = −∞
𝑥−4
Donc 𝑓 n’est pas dérivable à droite en 4, alors elle n’est pas dérivable sur [4; +∞[ .
On en déduit que 𝑓 n’est pas dérivable sur son 𝐷𝑓 = ]−∞, −1] ∪ [4; +∞[ .
∀𝑥 ∈ ]−∞, −1] ∪ [4; +∞[ , on a :
2𝑥−3
𝑓 ′ (𝑥) = √𝑥 2 − 3𝑥 − 4 + × (𝑥 + 1)
2√𝑥 2 −3𝑥−4

93
2(𝑥 2 −3𝑥−4)+(2𝑥−3)(𝑥+1)
=
2√𝑥 2 −3𝑥−4
2(𝑥+1)(𝑥−4)+(2𝑥−3)(𝑥+1)
=
2√𝑥 2 −3𝑥−4
(𝑥+1)[2(𝑥−4)+(2𝑥−3)]
=
2√𝑥 2 −3𝑥−4
′ (𝑥) (𝑥+1)(4𝑥−11)
𝑓 =
2√𝑥 2 −3𝑥−4
Exemple :
Déterminons la dérivée de 𝑓 dans les cas suivants :
1
a) 𝑓(𝑥) = (𝑥 2 +1)3
3 ′
[(𝑥 2 +1) ]
On a : 𝑓 ′ (𝑥) = − (𝑥 2 +1)3
2
3(2𝑥)(𝑥 2 +1)
=− (𝑥 2 +1)6
6𝑥
⟹ 𝑓′(𝑥) = − (𝑥 2 +1)3
b) 𝑓(𝑥) = √(𝑥 2 + 1)3
3 ′
[(𝑥 2 +1) ]
′ (𝑥)
On a : 𝑓 =
2√(𝑥 2 +1)3
2
3(2𝑥)(𝑥 2 +1)
=
2√(𝑥 2 +1)3
3𝑥(𝑥 2 +1)
⟹ 𝑓′(𝑥) = √𝑥 2 +1
1
3
c) 𝑓(𝑥) = √𝑥 2 + 1 = (𝑥 2 + 1)3
1
1
On a : 𝑓 ′ (𝑥) = × 2𝑥(𝑥 2 + 1)3−1
3
2
2
= 3 𝑥(𝑥 2 + 1)−3
2
𝑥
3
= 2
(𝑥 2 +1)3
2𝑥
⟹ 𝑓′(𝑥) = 3 2
3( √𝑥 2 +1)

𝟑. 𝟑 −Derivée de la fonction composée


Soit 𝑓 une fonction dérivable sur un intervalle K et 𝑔 une fonction définie sur 𝑓(𝐾).
La fonction 𝑔 ∘ 𝑓 est dérivable sur K et on a :
(𝑔 ∘ 𝑓 )′(𝑥) = 𝑓′(𝑥). 𝑔′(𝑓(𝑥))
Exemple :
Déterminons la dérivée de la fonction 𝑓 définie par 𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠(𝑥 2 + 1).
En effet, 𝑓 est la composée des fonctions 𝑔(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥 et ℎ(𝑥) = 𝑥 2 + 1
𝑓(𝑥) = 𝑔 ∘ ℎ(𝑥) ⟹ 𝑓′(𝑥) = ℎ′(𝑥). 𝑔′(ℎ(𝑥))
= 2𝑥[−𝑠𝑖𝑛(𝑥 2 + 1)]
⟹ 𝑓′(𝑥) = −2𝑥𝑠𝑖𝑛(𝑥 2 + 1)
𝟑. 𝟒 −Derivée de la réciproque d’une fonction
Soit 𝑓 une fonction dérivable et strictement monotone sur un intervalle K telle que pour tout
élément 𝑥 de K, 𝑓′(𝑥) ≠ 0.
La fonction 𝑓 réalise une bijection de réciproque de K vers 𝑓(𝐾).
La bijection réciproque 𝑓 −1 est dérivable sur 𝑓(𝐾) et sa dérivée est :
94
1
(𝑓 −1 )′ =
𝑓′∘𝑓−1
Exemple :
𝑓: [0; +∞[ ⟶ [0; +∞[
Soit ; avec 𝑛 ∈ ℕ.
𝑥 ⟼ 𝑓(𝑥) = 𝑥 𝑛
a) Montrer que 𝑓 est une bijection et déterminer l’ensemble de dérivabilité 𝐽 de 𝑓 −1 .
b) Définir 𝑓 −1 et sa fonction dérivée.
Solution :
𝑓(𝑥) = 𝑥 𝑛
a) Montrons que 𝑓 est une bijection et déterminons l’ensemble de dérivabilité 𝐽 de 𝑓 −1 .
𝐷𝑓 = [0; +∞[
lim𝑓(𝑥) = 0 et lim 𝑓(𝑥) = +∞
𝑥→0 𝑥→+∞
𝑥 ∈ [0; +∞[ ; 𝑓 est dérivable et 𝑓(𝑥) = 𝑛. 𝑥 𝑛−1.
Donc 𝑓 est continue et strictement croissante sur [0; +∞[, alors elle réalise une bijection de
réciproque de 𝐽 = [0; +∞[.
b) Définissons 𝑓 −1 et sa fonction dérivée.
1
𝑛
La bijection réciproque 𝑓 −1 est : 𝑓 −1 (𝑥) = √𝑥 = 𝑥 𝑛
La dérivée de 𝑓 −1 est :
′ 1 1
(𝑓 −1 (𝑥)) = (𝑓′ ∘𝑓−1)(𝑥) = 𝑛 𝑛−1
𝑛.( √𝑥 )
′ 1
(𝑓 −1 (𝑥)) = 𝑛−1
𝑛.𝑥 𝑛
𝟑. 𝟓 − Inégalité des accroissements finis
Soit K un intervalle et 𝑎 et 𝑏 deux éléments de K tels que : 𝑎 < 𝑏.
 S’il existe deux réels 𝑚 et 𝑀 tels que pour tout 𝑥 ∈ [𝑎; 𝑏] ; 𝑚 ≤ 𝑓′(𝑥) ≤ 𝑀, alors on
l’inégalité : 𝒎(𝒃 − 𝒂) ≤ 𝒇′(𝒙) ≤ 𝑴(𝒃 − 𝒂).
 S’il existe un nombre réel 𝑀 positif tel que pour tout 𝑥 ∈ [𝑎; 𝑏] ; |𝑓′(𝑥)| ≤ 𝑀, alors
on a : |𝒇(𝒃) = 𝒇(𝒂)| ≤ 𝑴|𝒃 − 𝒂|.
Cette dernière inégalité est dite inégalité des accroissements finis.
𝐈𝟒 − Application de la dérivée
𝟒. 𝟏 − Sens de variation d’une fonction
Soit 𝑓 une fonction dérivable sur un intervalle I.
 Si 𝑓′ est strictement positive sur I, alors 𝑓 est strictement croissante sur I.
 Si 𝑓′ est strictement négative sur I, alors 𝑓 est strictement décroissante sur I.
 Si 𝑓′ est nulle sur I, alors 𝑓 est constante sur I.
𝟒. 𝟐 − Extremum
On dit que 𝑓 admet un extremum en 𝑥0 si 𝑓′ s’annule en 𝑥0 et change de signe.

Tableaux de variations

95
𝑓 admet un maximum 𝑀 relatif en 𝑥0

𝑓 admet un minimum 𝑚 relatif en 𝑥0


𝟒. 𝟑 − Dérivées successives et applications
Soit 𝑓 une fonction définie et dérivable sur I.
Si 𝑓′ est dérivable sur I, on dit que 𝑓 est deux fois dérivables sur I.
On appelle 𝑓′′ou 𝑓 (2) la dérivée seconde ou dérivée d’ordre 2.
Par itération, si 𝑛 ∈ ℕ∗ tel que 𝑛 ≥ 2, alors la fonction dérivée n-ième ou dérivée d’ordre n
est : 𝑓 (𝑛) = (𝑓 (𝑛−1) )′.
Exemple :
Soient 𝑓(𝑥) = 𝑥 5 + 2𝑥 3 + 3𝑥 + 7 et 𝑔(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥
Déterminons les dérivées successives de 𝑓 et 𝑔.
1) 𝑓(𝑥) = 𝑥 5 + 2𝑥 3 + 3𝑥 + 7, alors on a :
- 𝑓 ′ (𝑥) = 5𝑥 4 + 6𝑥 2 + 3
- 𝑓′′(𝑥) = 20𝑥 3 + 12𝑥
- 𝑓 (3) (𝑥) = 60𝑥 2 + 12
- 𝑓 (4) (𝑥) = 120𝑥
- 𝑓 (5) (𝑥) = 120
- 𝑓 (6) (𝑥) = 0
2) 𝑔(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥, alors on a :
𝜋
- 𝑔′(𝑥) = −𝑠𝑖𝑛𝑥 = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + 2 )
𝜋
- 𝑔′′(𝑥) = −𝑐𝑜𝑠𝑥 = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + 2 × 2 )
𝜋
- 𝑔(3) (𝑥) = 𝑠𝑖𝑛𝑥 = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + 3 × 2 )
𝜋
- 𝑔(4) (𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥 = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + 4 × 2 )
𝜋
- 𝑔(5) (𝑥) = −𝑠𝑖𝑛𝑥 = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + 5 × 2 )
𝑛𝜋
D’une manière générale ; on a : 𝑔(𝑛) (𝑥) = 𝑐𝑜𝑠 (𝑥 + ).
2
𝟒. 𝟑 − Dérivées successives et applications
Méthode :
Pour déterminer la position relative d’une courbe par rapport à ses tangentes, il suffit
d’étudier le signe de la dérivée d’ordre 2.

96
Si 𝑓′′(𝑥) > 0, alors (𝐶) est au-dessus de la tangente. On dit que la fonction est convexe.
Si 𝑓′′(𝑥) < 0, alors (𝐶) est en dessous de la tangente. On dit que la fonction est concave.
Si 𝑓′′(𝑥) s’annule en changeant de signe en 𝑥0 alors (𝐶) traverse sa tangente en un point
𝑀0 appelé point d’inflexion.

II. Etude de fonctions


𝐈𝐈𝟏 − Fonctions polynômes, fonctions rationnelles
Plan d’étude d’une fonction
Pour étudier une fonction dans le cas général, on adopte le plan suivant :
1) Déterminer l’ensemble de définition ;
2) Déterminer les limites aux bornes du domaine de définition ;
3) Déterminer la dérivée et le sens de variations ;
4) Points et droites remarquables : asymptotes et tangentes;
5) Construire la courbe.

Exemple d’étude de fonctions


Exemple 1 :
Soit 𝑓 la fonction définie par : 𝑓(𝑥) = 𝑥 3 − 3𝑥 + 2, (𝐶𝑓 ) sa représentation graphique
1) a) Déterminer l’ensemble de définition de f
b) Calculer les limites de 𝑓 aux bornes de son 𝐷𝑓
2) a) Déterminer la fonction dérivée 𝑓’ de 𝑓 en déduire le sens de variation de 𝑓
b) dresser le tableau de variation de 𝑓
3) a) Déterminer une équation de la tangente (T) au point A d’abscisse 𝑥0 = 0
b) Etudier la position de (𝐶𝑓 ) par rapport à (T) ;
4) Construire(𝐶𝑓 ).
5) Démontrer que le point A (𝑦0) est un centre de symétrie de (𝐶𝑓 ).
Exemple 2 :
I- Soit la fonction 𝑓 définie par 𝑓(𝑥) = 𝑎𝑥 3 + 𝑏𝑥 2 + 𝑐 où 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 sont des nombres réels.
1) Calculer 𝑓’(𝑥) ;
2) Déterminer les réels 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 sachant que 𝑓 admet 1 pour extremum en 𝑥 = 0 et −3 pour
extremum en 𝑥 = 2.
3) Etudier la fonction 𝑓. Montrer que l’équation 𝑓(𝑥) = 0 admet une solution unique 𝛼 dans
[−1; 0], une solution unique 𝛽 dans [0; 1] et une solution unique 𝛾 dans [2; 3].
4) Tracer la courbe (𝐶𝑓 ) de 𝑓.
II- Soit la fonction 𝑓 définie par 𝑓(𝑥) = 𝑥 3 − 4𝑥 2 + 𝑥 − 5
1) Montrer que 𝑓 est continue sur ℝ.
2) Démontrer que l’équation 𝑓(𝑥) = 0 admet une solution unique 𝛼 ∈ [4; 5].
Déterminer un encadrement de 𝛼 à 10−2 près
Exemple 3 :
𝑎𝑥 2 +𝑏𝑥+𝑐
A) Soit 𝑓 la fonction définie par : 𝑓(𝑥) = où 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 sont des réels et (𝐶𝑓 ) sa
𝑥−2
courbe représentative. Déterminer les réels 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 pour que (𝐶𝑓 ) passe par les points
97
𝐴(−2; 0), 𝐵(3; 10) et admette au point 𝐸 d’abscisse 𝑥 = −2 une tangente parallèle à
l’axe (0; 𝑖).
B) Dans la suite du problème, on prendra 𝑎 = 1, 𝑏 = 1 𝑒𝑡 𝑐 = −2
𝛾
1) Déterminer trois réels 𝛼, 𝛽 𝑒𝑡 𝛾 tels que 𝑓(𝑥) = 𝛼𝑥 + 𝛽 + 𝑥−2 .En déduire que (𝐶𝑓 )
admet une asymptote oblique (∆) dont on déterminera une équation.
2) Etudier les variations de f.
3) Montrer que le point d’intersection des asymptotes est centre de symétrie de (𝐶𝑓 ).
4) Déterminer une équation de la tangente (𝑇) à (𝐶𝑓 ) au point d’abscisse 𝑥0 = 3.
5) Tracer (𝐶𝑓 )
6) Soit h la restriction de f à l’intervalle [4 ; +∞[
a) Montrer que ℎréalise une bijection de [4 ; +∞[ sur un intervalle 𝐽 à préciser.
b) Calculer ℎ(5), (ℎ−1 )′(10) pour 𝑥 ∈ [4 ; +∞[
c) Tracer (𝐶ℎ−1 ) dans le même repère que (𝐶𝑓 ).
7) Discuter graphiquement, suivant les valeurs du paramètre réel 𝑚, le nombre et le signe
des solutions de l’équation : 𝑥 2 + (1 − 𝑚)𝑥 + 2𝑚 − 2 = 0
Exemple 4 :
1) Soit 𝑔 la fonction definie par : 𝑔(𝑥) = 𝑥√1 + 𝑥 2 − 1
a) Étudier les variations de la fonction 𝑔.
b) Montrer qu’il existe un réel unique 𝛼 à 10−1 près tel que 𝑔(𝛼) = 0
c) En déduire le signe de 𝑔 sur son ensemble de définition.
𝑥3
2) Soit 𝑓(𝑥) = − √1 + 𝑥 2 et (𝐶𝑓 ) sa courbe représentative.
3
a) Étudier les limites de 𝑓 sur son domaine de définition.
𝑥𝑔(𝑥)
b) Montrer que ∀∈ 𝐷𝑓 , 𝑓′(𝑥) = .
√1+𝑥 2
c) En déduire le tableau de variation de 𝑓.
3) Représenter (𝐶𝑓 ).

FIN

98
Chapitre 8 : PRIMITIVES ET FONCTIONS LOGARITHME NEPERIEN
I. Primitive d’une fonction :
𝐈𝟏 − Définition :
Soit 𝑓 une fonction continue sur un l’intervalle 𝐾,
On appelle primitive de 𝑓 sur 𝐾, toute fonction F dérivable sur 𝐾 telle que : 𝐹 ′(𝑥) = 𝑓(𝑥),
∀ 𝑥 𝜖 𝐾.
Exemple :
La fonction 𝐹(𝑥) = 𝑥 2 est une primitive la fonction 𝑓(𝑥) = 2𝑥 ;
1
La fonction 𝐺(𝑥) = 3𝑥 + √𝑥 est une primitive la fonction 𝑔(𝑥) = 3 + 2 ;
√𝑥
La fonction 𝐻(𝑥) = 1 − 𝑐𝑜𝑠𝑥 est une primitive la fonction ℎ(𝑥) = 𝑠𝑖𝑛𝑥.
Propriété :
Si est une 𝑓 une fonction continue sur un l’intervalle 𝐾, alors 𝑓 admet une primitive sur 𝐾.
La continuité est suffisante mais n’est pas nécessaire. C'est-à-dire qu’une fonction peut
admettre une primitive sur 𝐾 sans être continue sur 𝐾.
𝟏. 𝟏 − Ensemble des primitives d’une fonction:
Soit 𝑓 une fonction admettant une primitive F sur un intervalle 𝐾. La fonction 𝑓 a au moins
une primitive F sur K. L’ensemble des primitives de la fonction 𝑓 sur K est l’ensemble des
fonctions définies sur K par : u → 𝐹(𝑥) + 𝐶, où 𝑐 ∈ ℝ.
Réciproquement, toute primitive de 𝑓 sur K est sous la 𝐹(𝑥) + 𝐶 où c ne dépend pas de 𝑥.
Exemple :
Soit 𝑓(𝑥) = 2𝑥 et 𝑔(𝑥) = 1 + 𝑥 2
Déterminer les primitives de 𝑓 et 𝑔.
Solution :
𝑓(𝑥) = 2𝑥 et 𝑔(𝑥) = 1 + 𝑥 2
Déterminons les primitives de 𝑓 et 𝑔.
𝑓 et 𝑔 Sont définie et continue sur ℝ.
1
On a : 𝐹(𝑥) = 𝑥 2 + 𝑐 et 𝐺(𝑥) = 𝑥 + 3 𝑥 3 + 𝑐 ; (𝑐 ∈ ℝ).
NB : La constante c peut être déterminée si des conditions supplémentaires figurent sur
l’existence de F.
𝟏. 𝟐 − Propriété :
99
Soit 𝑓 une fonction admettant une primitive sur un intervalle K, 𝑦0 est un nombre réel et
𝑥0 un élément de K. Il existe une primitive de 𝑓 sur et une seule qui prend la valeur 𝑦0 en 𝑥0 .
La constante c a pour valeur 𝑐 = −𝐹 ′ (𝑥0 ) + 𝑦0
Exemple :
Déterminons la primitive F sur ℝ de la fonction 𝑓 défini par : 𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑠𝑥 qui prend la
𝜋
valeur −1 en 2 .
Une primitive F de 𝑓 est 𝐹(𝑥) = 𝑠𝑖𝑛𝑥 + 𝑐; (𝑐 ∈ ℝ).
𝜋 𝜋
De plus, 𝐹 (2 ) = −1 ⟺ 𝑠𝑖𝑛 2 +𝐶 = −1
⟺ 1 +𝐶 = −1 ⟺ 𝐶 = −2
Donc 𝐹(𝑥) = 𝑠𝑖𝑛𝑥 − 2 est la primitive recherchée.
𝐈𝟐 − Calculs de primitives
𝟐. 𝟏 − Primitives de fonctions élémentaires :
Fonction 𝑓 Primitives de 𝑓 Sur l’intervalle
𝑥 ⟼ 𝑎 ;𝑎 ∈ ℝ 𝑥 ⟼ 𝑎𝑥 + 𝑐 ℝ
𝑛 𝑛+1
𝑥 ⟼ 𝑥 ;𝑛 ∈ ℕ 𝑥 ℝ
𝑥⟼ +𝑐
𝑛+1
1 1 ℝ∗
𝑥⟼ ; (𝑛 ∈ ℕ − {1} 𝑥⟼− +𝑐
𝑥𝑛 (𝑛 − 1)𝑥 𝑛−1
𝑥 ⟼ 𝑥 𝑟 ; 𝑟 ∈ ℚ − {1} 𝑥 𝑟+1 ℝ+ , 𝑠𝑖 𝑟 ≥ 0;
𝑥⟼ ℝ∗+ 𝑠𝑖 𝑟 < 0
𝑟+1
1 𝑥 ⟼ 2√𝑥 + 𝑐 ℝ∗+
𝑥⟼
√𝑥
𝑥 ⟼ 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑥 ⟼ −𝑐𝑜𝑛𝑥 + 𝑐 ℝ
𝑥 ⟼ 𝑐𝑜𝑛𝑥 𝑥 ⟼ 𝑠𝑖𝑛𝑥 + 𝑐 ℝ

1 𝑥 ⟼ 𝑡𝑎𝑛𝑥 + 𝑐 ](2𝑘 − 1)2 ;


𝜋 𝜋
(2𝑘+1) [ ; 𝑘 ∈ℤ
𝑥 ⟼ 1 + 𝑡𝑎𝑛2 𝑥 = 2
𝑐𝑜𝑠 2 𝑥

Exemple :
Dans chacun des cas suivants, déterminons une primitive de 𝑓.
1
a) 𝑓(𝑥) = 𝑥 6 , alors 𝐹(𝑥) = 7 𝑥 7 + 𝑐
b) 𝑓(𝑥) = 5, alors 𝐹(𝑥) = 5𝑥 + 𝑐
1 1
c) 𝑓(𝑥) = 𝑥 3 , alors 𝐹(𝑥) = − 2𝑥 2 + 𝑐
𝟐. 𝟐 − Recherche pratique de la primitives d’une fonction
𝒂 − Somme et produit par un réel de deux fonctions :
Soit 𝑓 et 𝑔 deux fonctions admettant pour primitives respectives F et G sur un intervalle K.
- La fonction 𝑓 + 𝑔 admet pour primitive sur K la fonction 𝐹 + 𝐺 ;
- Pour tout nombre réel 𝑘, la fonction 𝑘. 𝑓 admet pour primitive la fonction 𝑘. 𝐹.
Exemple :
Dans chacun des cas suivants, déterminons une primitive de 𝑓.
1
a) 𝑓(𝑥) = 1 + 𝑥, alors 𝐹(𝑥) = 𝑥 + 2 𝑥 2 + 𝑐

100
3
b) 𝑓(𝑥) = 3𝑥 + 1, alors 𝐹(𝑥) = 𝑥 2 + 𝑥 + 𝑐
2
c) 𝑓(𝑥) = 1 + 𝑠𝑖𝑛𝑥 , alors 𝐹(𝑥) = 𝑥 − 𝑐𝑜𝑠𝑥 + 𝑐
d) 𝑓(𝑥) = 2𝑐𝑜𝑠𝑥 + 𝑠𝑖𝑛𝑥, alors 𝐹(𝑥) = 2𝑠𝑖𝑛𝑥 − 𝑐𝑜𝑠𝑥 + 𝑐
𝒃 − Primitive de 𝒖′(𝒗′ ∘ 𝒖)
Si 𝑢 est une fonction dérivable sur un intervalle K et 𝑣 une fonction dérivable sur un
intervalle
contenant 𝑢(𝐾). La fonction 𝒗 ∘ 𝒖 est une primitive sur K de la fonction 𝒖′(𝒗′ ∘ 𝒖).
Exemple :
Déterminons une primitive de des fonctions suivantes :
a) 𝑔(𝑥) = 3𝑠𝑖𝑛(3𝑥 − 2), alors 𝐺(𝑥) = −𝑐𝑜𝑠(3𝑥 − 2) + 𝑐 ,
𝜋 1 𝜋
b) ℎ(𝑥) = 𝑥𝑐𝑜𝑠 (3𝑥 2 − 4 ), alors 𝐻(𝑥) = 6 𝑠𝑖𝑛 (3𝑥 2 − 4 ) + 𝑐 ,

𝒃 − Primitives et opérations sur les fonctions

Fonction 𝑓 Une primitive de 𝑓 commentaire


𝑢′ 𝑢𝑛 ; (𝑛 ∈ ℕ) 𝑢𝑛+1 Sur tout intervalle où 𝑢 est dérivable
𝑛+1
𝑢′ 1 Sur tout intervalle où 𝑢 est dérivable et
; (𝑛 ∈ ℕ − {1} −
𝑢𝑛 (𝑛 − 1)𝑢𝑛−1 ne s’annule
𝑢′ Sur tout intervalle où 𝑢 est dérivable et
√𝑢 2√𝑢 strictement positive
Sur tout intervalle où 𝑢 est dérivable et
′ 𝑟 𝑟+1
𝑢 𝑢 ; (𝑟 ∈ ℚ − {1}) 𝑢 positive (strictement positive si 𝑟 < 0)
𝑟+1
𝑢′ 𝑐𝑜𝑠𝑢 𝑠𝑖𝑛𝑢 Sur tout intervalle où 𝑢 dérivable
𝑢′ 𝑠𝑖𝑛𝑢 −𝑐𝑜𝑠𝑢 Pour tout intervalle où 𝑢 est dérivable

Exemple :
1) Dans chacun des cas suivants, déterminons une primitive de 𝑓.
𝑠𝑖𝑛4 𝑥
a) 𝑓(𝑥) = 𝑐𝑜𝑛𝑥𝑠𝑖𝑛3 𝑥, alors 𝐹(𝑥) = +𝑐,
4
𝑥+1
b) 𝑔(𝑥) = (𝑥 2 +2𝑥)4
La fonction 𝑔 a pour primitive sur chacun des intervalles ]−∞ ; −2[, ]−2 ; 0 [ et
1
sur ]0 ; +∞[, la fonction 𝑔(𝑥) = − 6(𝑥 2 +2𝑥)3 + 𝑐
1 𝑈′
En effet, g est sous la forme : 2 ; avec 𝑢 ∶→ 𝑥 2 + 2𝑥
𝑈4
2) Dans chacun des cas suivants, déterminer une primitive de la fonction 𝑓 sur 𝐼
1 1
a) 𝑓(𝑥) = 𝑥 2 + 𝑥 3 , 𝐼 = ]−∞ ; 0 [
b) 𝑓(𝑥) = 5𝑥(5𝑥 2 − 7)4 ; 𝐼 = ℝ
2𝑥−3
c) 𝑓(𝑥) = ;𝐼 =ℝ
(2𝑥 2 −6𝑥+11)3

101
𝟐. 𝟑 − Primitives et continuité
Application :
Soit F et G deux fonctions définies par :
II. Fonction logarithme népérien
𝐈𝐈𝟏 −Définition et propriété
1 .1- Définition :
1
On appelle fonction logarithme népérien, notée ln, c’est la primitive de la fonction 𝑥 → 𝑥
sur ]0 ; +∞[ qui s’annule en 1.
Le logarithme népérien de 𝑥 est noté : 𝑙𝑛𝑥
1
∀𝑥 ∈ ]0; +∞[ , (𝑙𝑛𝑥)′ = 𝑥 et 𝑙𝑛1 = 0.
𝑙𝑛𝑥 est définie sur ]0 ; +∞[
1.2 – Propriétés fondamentales
∀ 𝑎 , 𝑏 ∈ ℝ∗+ , on a :
- ln(𝑎𝑏) = 𝑙𝑛𝑎 + 𝑙𝑛𝑏
∀ 𝑎 , 𝑏 ∈ ℝ∗+ 𝑒𝑡 ∀ 𝑟 ∈ ℚ, on a:
1
- 𝑙𝑛 𝑎 = −𝑙𝑛𝑎
𝑎
- 𝑙𝑛 𝑏 = 𝑙𝑛𝑎 − 𝑙𝑛𝑏
- 𝑙𝑛𝑎𝑟 = 𝑟𝑙𝑛𝑎
1
- 𝑙𝑛√𝑎 = 2 𝑙𝑛𝑎
1.3- Domaine de définition de fonctions composes ln
Exemple :
𝑓=ℝ→ℝ
Déterminer l’ensemble de définition de 𝑓 dans chacun cas suivant :
a) 𝑓(𝑥) = ln(−2𝑥 − 1)
b) 𝑓(𝑥) = ln(3𝑥 2 + 5𝑥 − 2)
−𝑥+1
c) 𝑓(𝑥) = ln( 7𝑥−3 )
−𝑥+1
d) 𝑓(𝑥) = 𝑙𝑛 | 7𝑥−3 |
Résolution
a) 𝑓(𝑥) = ln(−2𝑥 − 1)
Soit 𝑥 ∈ ℝ
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ⟺ −2𝑥 + 1 > 0 ,
1
⟺𝑥<2
1
Donc : 𝐷𝑓 = ]−∞ ; 2[,
b) 𝑓(𝑥) = ln(3𝑥 2 + 5𝑥 − 2)
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ⟺ 3𝑥 2 + 5𝑥 − 2 > 0
1
⟺ 3(𝑥 + 2) (𝑥 − 3) > 0

102
1
Donc : 𝐷𝑓 = ]−∞ ; −2[ ∪ ]3 ; +∞[
−𝑥+1
c) 𝑓(𝑥) = ln ( 7𝑥−3 )
−𝑥+1
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ⟺ >0
7𝑥−3

3
Donc : 𝐷𝑓 = ]7 ; 1[
−𝑥+1
a. 𝑓(𝑥) = 𝑙𝑛 | 7𝑥−3 |
−𝑥+1
𝑥 ∈ 𝐷𝑓 ⟺ ≠ 0 ⟺ −𝑥 + 1 ≠ 0 𝑒𝑡 7𝑥 − 3 ≠ 0
7𝑥−3
3 3
Donc : 𝐷𝑓 = ]−∞ ; [ ∪ ] ; 1[ ∪ ]1 ; +∞[
7 7
Remarque :
1
La fonction 𝑙𝑛𝑥 est définie et dérivable sur ]0 ; +∞[ et sa derivee est :(𝑙𝑛𝑥)′ = 𝑥
1 .4- Propriété
∀ 𝑎 , 𝑏 ∈ ℝ∗+ , on a
- 𝑙𝑛𝑎 = 𝑙𝑛𝑏 ⟺ 𝑎 = 𝑏
- 𝑙𝑛𝑎 < 𝑙𝑛𝑏 ⟺ 𝑎 < 𝑏
Cas particulier : on a
- 𝑙𝑛𝑥 = 0 ⟺ 𝑥 = 1
- 𝑙𝑛𝑥 < 0 ⟺ 0 < 𝑥 < 1
- 𝑙𝑛𝑥 > 0 ⟺ 𝑥 > 1
1.4.1- Limite de référence
Nous devons mémoriser les limites fondamentales suivantes :
𝑙𝑛𝑥
1) lim𝑥→1 𝑥−1 = 1
ln(1+𝑥)
2) lim𝑥→+∞ =1
𝑥
3) lim 𝑙𝑛𝑥 = +∞
𝑥→+∞
4) lim+ 𝑥𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥→0
5) limx = +−∞
𝑛→0
𝑙𝑛𝑥
6) lim =0
𝑛→+∞ 𝑥
1.4.2- Preuve :
Nous allons démontrer ces limites selon l’ordre suivante :  ; ; ; ;et
𝑙𝑛𝑥
(1): lim𝑥→1 =1
𝑥−1
𝑙𝑛𝑥 𝑙𝑛𝑥−𝑙𝑛1 1
En effet, 𝑛−1 = = (lnx)′ = 𝑥
𝑥−1

103
𝑙𝑛𝑥 1
Donc : lim𝑥→1 = lim𝑛→1 = 1 ,
𝑥−1 𝑥
𝑙𝑛𝑢
D’où : lim𝑛→1 𝑥−1 = 1
ln(1+𝑥)
(2) : lim𝑥→+∞ =1
𝑥
ln(1+𝑥) ln(1+𝑥)−ln(1+0)
En effet, =
𝑥 𝑥−0
′ 1
= (ln(1 + 𝑥)) = 1+𝑥
ln(1+𝑥) 1
lim = lim =1,
𝑥→+0 𝑥 𝑥→+∞ 1+𝑥
ln(1+𝑥)
D’où : lim𝑥→+∞ 𝑥 = 1
(3): lim 𝑙𝑛𝑥 = +∞
𝑥→+∞
En effet, la fonction ln est une fonction croissante sur]0 ; +∞[ .
D’après la propriété de la limite d’une fonction monotone sur un intervalle ouverte K, si
𝑙𝑛𝑥 est majorée, alors lim 𝑙𝑛𝑥 = 𝑙
𝑥→+∞
Cependant, si on pose 𝑢 = 2𝑥, on aura :
lim 𝑙𝑛𝑢 = 𝑙 (1)
𝑥→+∞
Or lim 𝑙𝑛𝑢 = lim 𝑙𝑛2𝑥 = lim (𝑙𝑛2 + 𝑙𝑛𝑥) = 𝑙𝑛2 + 𝑙 (2)
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥→+∞
(1) = (2) ⟺ 𝑙 = 𝑙𝑛2 + 𝑙 ⟹ 𝑙𝑛2 = 0, contradiction car ln2 > 0, donc on en déduit que la
fonction 𝑙𝑛𝑥 est croissante et non majorée sur ]0 ; +∞[ , par conséquent ; lim 𝑙𝑛𝑥 = +∞
𝑥→+∞

(5): limx = +−∞


𝑛→0

1 1 𝑥→0,
On a : 𝑙𝑛𝑥 = − (𝑙𝑛 𝑥) , en posant 𝑢 = 𝑥 ; (𝑞𝑑 𝑢→+∞
)
On obtient : limlnx+ = limlnx = − (𝑙𝑛𝑢) = −(+∞ ) = −∞
𝑥→0 𝑢→+∞
D’où : lim+ 𝑙𝑛𝑥 = −∞
𝑥→0

𝑙𝑛𝑥
(6): lim =0
𝑛→+∞ 𝑥
𝑙𝑛𝑥 +∞
Nous remarquons que : lim = +∞ ? ?, donc nous allons lever l’indétermination en
𝑛→−∞ 𝑥
𝑙𝑛𝑥
encadrant sur ]0 ; +∞[;
𝑥
On a : 0 < 𝑙𝑛𝑥 < 𝑥
⟹ 0 < 𝑙𝑛√𝑥 < √𝑥
1
⟹ 0 < 𝑙𝑛𝑥 < √𝑥
2
1 2 2 √𝑥
⟹ 𝑂 < [ 𝑙𝑛𝑥] <
2 𝑥 𝑥
𝑙𝑛𝑥 2
⟹ 0 < 𝑥 < 𝑥 , en passant à la limite, on a :

2
lim 0 = lim = 0,
𝑛→+∞ 𝑛→+∞ √𝑥
𝑙𝑛𝑥
D’où lim =0
𝑛→+∞ 𝑥

104
(4) : lim+𝑥𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥→0
En effet, lim 𝑥𝑙𝑛𝑢 = (0 × ∞) ? ?, alors on a :
𝑥→0
1
−𝑙𝑛𝑢 −𝑙𝑛 1 𝑥→0+
𝑥
𝑥𝑙𝑛𝑥 = 1 = 1 et en posant 𝑢 = 𝑥 ; (𝑞𝑑 𝑥→∞
)
𝑥 𝑥
−𝑙𝑛𝑢 −𝑙𝑖𝑛𝑢
𝑥𝑙𝑛𝑥 = ⟹ lim x 𝑙𝑛𝑥 = lim = 0.
𝑢 𝑥→0 𝑢→+∞ 𝑢
D’où lim+ 𝑥𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥→0

1.5- Le nombre « e » :
- La fonction ln est continue et strictement croissante sur ]0 ; +∞[, de plus
lim 𝑙𝑛𝑥
+
= −∞ et lim ln x = +∞ . Donc la fonction ln est une bijection de
𝑥→0 𝑥→+∞
]0 ; +∞[, 𝑣𝑒𝑟𝑠 ℝ
- On note 𝑒 l’unique nombre réel tel que 𝑙𝑛𝑒 = 1. e est appelé base du
logarithme népérien et 𝑒 = 2,718 281 …
- Pour tout nombre réel , on a :𝑙𝑛𝑒 𝑟 = 𝑟𝑙𝑛𝑒 = 𝑟 ;
1.6- Courbe de représentation de la fonction ln
Soit 𝑓(𝑥) = 𝑙𝑛𝑥 définie sur ]0 ; +∞[,
D’après le paragraphe ci-dessous, on a : lim ln x = −∞ 𝑒𝑡 lim ln x = +∞
𝑥→0 𝑥→+∞
′ (𝑥) 1
La fonction dérivée de f est 𝑓 = (𝑙𝑛𝑥)′ = 𝑥
1
𝑓 ′ (𝑥) = 𝑥, donc 𝑓 ′ (𝑥) > 0 𝑠𝑢𝑟 ]0 ; +∞[,
Tableau de variation

Au point A et B d’abscisse 1et e, on obtient les tangentes suivantes :


1
(𝑇1 ) ∶ 𝑦 = 𝑥 − 1 et (𝑇𝑒 ): 𝑦 = 𝑥
𝑒
(𝑇𝑒 ) passe donc par l’origine du repère
Construction de ∁𝑙𝑛 .
𝑓(𝑥) = 0 ⟺ 𝑙𝑛𝑥 = 𝑙𝑛1 ⟺ 𝑥 = 1
Donc (∁𝑙𝑛 ) coupe (O I) 𝑒𝑛 𝑥 = 1

105
1.7- Equations et inéquations
1.7.1- Résolution d’équation du type :𝐥𝐧(𝒖(𝒙)) = 𝐥𝐧(𝒗(𝒙))
Application :
Résoudre dans ,ℝ les équations suivantes
a) ln(−2𝑥 + 1) = ln(𝑥 + 4)
b) ln(2𝑥 − 3) + 2 ln(𝑥 + 1) = ln(6𝑥 − 3)
c) ln(𝑥 + 2) = 1 + ln(𝑥 − 3)
d) (𝑙𝑛𝑥)2 − 6𝑙𝑛𝑥 + 5 = 0
e) (𝑙𝑛𝑢)3 − 7𝑙𝑛𝑢 − 6 = 0
𝑥+1
f) 𝑙𝑛 (𝑥−1) = 1
Résolution:
Résolvons dans ℝ les équations suivantes:
a) ln(−2𝑥 + 1) = ln(𝑥 + 4)
Contraintes sur l’inconnue :

106
1
−2𝑥 + 1 > 0 𝑥<
2 1
On a : { 𝑒𝑡 ⟹ { 𝑒𝑡 ⟺ 𝑥 ∈ ]−4 ; 2[,
𝑥+4>0 𝑥 > −4
1
Donc ∀𝑥 ∈ ]−4 ; 2[, on a : ln(−2𝑥 + 1) = ln(𝑥 + 4)
⟺ −2𝑥 + 1 = 𝑥 + 4
⟺ −3𝑥 = 3
1
⟺ 𝑥 = −1 ∈ ]−4 ; 2[,
Donc 𝑆 = {1}
b) ln(2𝑥 − 3) + 2 ln(𝑥 + 1) = ln(6𝑥 − 3)

Contraintes sur l’inconnue :


On a : 2𝑥 − 3 > 0 ; 𝑥 + 1 > 0 ; 𝑒𝑡 6𝑥 − 3 > 0
3 1 3
⟺ 𝑥 > 2 ; 𝑥 > −1 et 𝑥 > 2 ⟺ 𝑥 ∈ ]2 ; +∞ [,
3
∀𝑥 ∈ ]2 ; +∞ [, on a: ln(2𝑥 − 3) + 2 ln(𝑥 + 1) = ln(6𝑥 − 3)
⟺ ln(2𝑥 − 3) + ln(𝑥 − 1)2 = ln(6𝑥 − 3))
⟺ ln[(2𝑥 − 3)(𝑥 + 1)2 ] = ln(6𝑥 − 3))
⟺ (2𝑥 − 3)(𝑥 + 1)2 = 6𝑥 − 3
⟺ (2𝑥 − 3)(𝑥 2 + 2𝑥 + 1) = 6𝑥 − 3
⟺ 2𝑥 3 + 𝑥 2 − 4𝑥 − 3 − 6𝑥 + 3 = 0
⟺ 2𝑥 3 + 𝑥 2 − 10𝑥 = 0
⟺ 𝑥(2𝑥 2 + 𝑥 − 10) = 0 ⟺ 𝑥1 = 0 ou 2𝑥 2 + 𝑥 − 10 = 0
2𝑥 2 + 𝑥 − 10 = 0 :
∆= 𝑏 2 − 4𝑎𝑐
∆= 81 > 0
−1−9 5 −1+9
𝑥2= = − 2 𝑒𝑡 𝑥3 = =2
4 4
5 3
On a : 𝑥1 = 0 ; 𝑥2= − 2 𝑒𝑡 𝑥3 = 2 mais seule 𝑥3 = 2 ∈ ]2 ; +∞ [
Donc 𝑆 = {2}
c) ln(𝑥 + 2) = 1 + ln(𝑥 − 3)
ln(𝑥 + 2) = 1 + ln(𝑥 − 3) 𝑒𝑥𝑖𝑠𝑡𝑒 ⇔ 𝑥 + 2 > 0 𝑒𝑡 𝑥 − 3 > 0
⇔ 𝑥 > −2 𝑒𝑡 𝑥 > 3
⇔ 𝑥 ∈ ]3 ; +∞ [
Donc: ∀𝑥 ∈ ]3 ; +∞ [, on a : ln(𝑥 + 2) = 1 + ln(𝑥 − 3)
⇔ ln(𝑥 + 2) − ln(𝑥 − 3) = 1
𝑥+2
⇔ 𝑙𝑛 ( ) = 𝑙𝑛𝑒
𝑥−3
𝑥+2
⇔ 𝑥−3 = 𝑒
⇔ 𝑥 + 2 = 𝑥𝑒 − 3𝑒
⇔ 𝑥(1 − 𝑒) = −(2 + 3𝑒)
⇔ 𝑥(𝑒 − 1) = 2 + 3𝑒)

107
2+3𝑒
⇔𝑥= ∈ ]3 ; +∞ [
𝑒−1
2+3𝑒
Donc 𝑆 = { }
𝑒−1
d) (𝑙𝑛𝑥)2 − 6𝑙𝑛𝑥 + 5 = 0
Contraintes sur l’inconnue : 𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [
∀𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [, on a : (𝑙𝑛𝑥)2 − 6𝑙𝑛𝑥 + 5 = 0
Posons : 𝑋 = 𝑙𝑛𝑥 ⇔ 𝑋 2 − 6𝑋 + 5
∆′ = 9 − 1 × 5 = 4 > 0
𝑋1 = 3 − 2 = 1 𝑒𝑡 𝑋2 = 3 + 2 = 5
𝑙𝑛𝑥 = 1 𝑥=𝑒
Or 𝑋 = 𝑙𝑛𝑥 ⇔ { 𝑒𝑡 ⇔ { 𝑜𝑢
𝑙𝑛𝑥 = 5 𝑥 = 𝑒5
Donc : 𝑆 = {𝑒 ; 𝑒 5 }
e) (𝑙𝑛𝑥)3 − 7𝑙𝑛𝑥 − 6 = 0
(𝑙𝑛𝑥)3 − 7𝑙𝑛𝑥 − 6 ∃⇔ 𝑥 > 0 ⇔ 𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [,
∀𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [, on pose : 𝑋 = 𝑙𝑛𝑥 ⇔ 𝑋 3 − 7𝑋 − 6 = 𝑂
Cette équation a pur racines : −1 ; −2 𝑒𝑡 3
⟹ 𝑋 3 − 7𝑋 − 6 = (𝑋 + 1)(𝑋 + 2)(𝑋 − 3)
⟹ (𝑙𝑛𝑥 + 1)(𝑙𝑛𝑥 + 2)(𝑙𝑛𝑥 − 3) = 0
⟹ 𝑙𝑛𝑥 = −1 𝑜𝑢 𝑙𝑛𝑥 = −2 𝑜𝑢 ln 𝑥 = 3
1 1
⟹ 𝑥 = 𝑒 𝑜𝑢 𝑥 = 𝑒 2 𝑜𝑢 𝑥 = 𝑒 3
1 1
Donc : 𝑆 = {𝑒 2 ; 𝑒 ; 𝑒 3 }
𝑥+1
f) 𝑙𝑛 (𝑥−1) = 1
𝑥+1 𝑥+1
𝑙𝑛 (𝑥−1) = 1 ∃ ⟺ > 0;
𝑥−1
On a : ∀𝑥 ∈ ]− ∞ ; −1[ ∪ ]1 ; +∞ [
∀𝑥 ∈ ]− ∞ ; −1[ ∪ ]1 ; +∞ [, on a:
𝑥+1 𝑥+1
𝑙𝑛 (𝑥−1) = 1 ⟺ 𝑙𝑛 (𝑥−1) = 𝑙𝑛𝑒
𝑥+1
⟺ 𝑥−1 = 𝑒
⟺ 𝑥 + 1 − 𝑥𝑒 = −𝑒
⟺ 𝑥(1 − 𝑒) = −𝑒 − 1
⟺ 𝑥(𝑒 − 1) = 𝑒 + 1
𝑒+1
⟺ 𝑥 = 𝑒−1 ∈ ]− ∞ ; −1[ ∪ ]1 ; +∞ [
𝑒+1
D’où 𝑆 = {𝑒−1}

1.7 .2- Inéquation du type : 𝐥𝐧(𝒖(𝒙)) < 𝐥𝐧(𝒗(𝒏)


Application :
Résoudre dans ℝ les inéquation suivantes :
a) ln(𝑥 + 2) + ln(𝑥 + 4) < ln(𝑥 + 8)
b) (𝑙𝑛𝑥)2 + 2𝑙𝑛 − 15 ≤ 0

108
Résolution:
Résolvons dans ℝ les inéquations suivantes :
a) ln(𝑥 + 2) + ln(𝑥 + 4) < ln(𝑥 + 8)
Contraintes sur l’inconnue :
ln(𝑥 + 2) + ln(𝑥 + 4) < ln(𝑥 + 8) ∃ ⟺ 𝑥 + 2 > 0, 𝑥 + 4 > 0 𝑒𝑡 𝑥 + 8 > 0
⟺ 𝑥 > −2 ; 𝑥 > −4 , 𝑒𝑡 𝑥 > −8
⟺ 𝑥 ∈ ]−2 ; +∞ [
⟹ 𝑆1 = ]−2 ; +∞ [
Donc : ∀𝑥 ∈ ]−2 ; +∞ [ , on a : ln(𝑥 + 2) + ln(𝑥 + 4) < ln(𝑛 + 8)
⟺ 𝑙𝑛[(𝑥 + 2)(𝑥 + 4)] < ln(𝑥 + 8)
⟺ (𝑥 + 2)(𝑥 + 4) < 𝑥 + 8
⟺ 𝑥 2 + 6𝑥 + 8 − 𝑥 − 8 < 0
⟺ 𝑥 2 + 5𝑥 < 0
⟺ 𝑥(𝑥 + 5) < 0
⟺ 𝑥 < 0 𝑜𝑢 𝑥 < −5
⟺ −5 < 𝑥 < 0
⟹ 𝑆2 = ]−5 ; 0 [
⟹ 𝑆 = 𝑆1 ∩ 𝑆2 =] − 2; 0 [
2
b) (𝑙𝑛𝑥) + 2𝑙𝑛 − 15 ≤ 0
Contraintes sur l’inconnue : 𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [
∀𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [, on a : (𝑙𝑛𝑥)2 + 2𝑙𝑛𝑥 − 15 ≤ 0
On pose : 𝑋 = 𝑙𝑛𝑥 ⟺ 𝑋 2 + 2𝑋 − 15 ≤ 0.
Le polynôme : 𝑋 2 + 2𝑋 − 15 a pour racines −5 et 3, donc on a :
𝑋 2 + 2𝑋 − 15 = (𝑋 + 5)(𝑋 − 3) ≤ 0
⟺ (𝑙𝑛𝑥 + 5)(𝑙𝑛𝑥 − 3) ≤ 0
⟺ 𝑙𝑛𝑥 ≤ −5 𝑜𝑢 𝑙𝑛𝑥 ≤ 3
⟺ 𝑥 ≤ 𝑒 −5 𝑜𝑢 𝑥 ≤ 𝑒 3
⟺ 𝑒 −5 ≤ 𝑥 ≤ 𝑒 3
Donc : 𝑆 = [𝑒 −5 ; 𝑒 3 ]
𝟏.8- Autres limites
1) lim+ 𝑥(𝑙𝑛𝑥)2 = 0
𝑥→0
𝑥+1
2) lim x ln ( )=1
𝑥→+∞ 𝑥
𝑥
3) lim ln(𝑥 − 1) = 2
𝑥→+2 𝑥−2
𝑙𝑛𝑥
4) lim x ln 𝑥−1 = 0
𝑥→+∞
2
5) lim x ln (1 + 𝑥) = 2
𝑥→+∞
6) lim√𝑥 𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥→0
Preuve :
1) lim+ 𝑥(𝑙𝑛𝑥)2 = 0
𝑥→0
𝑥 ∈ ℝ+ ;𝑥(𝑙𝑛𝑥)2 = (√𝑥 𝑙𝑛𝑥)2

109
= (2√𝑥 𝑙𝑛√𝑥)2
= 4(√𝑥 𝑙𝑛√𝑥)2 ,
En posant : 𝑢 = √𝑢 , on a :
lim+ 𝑥(𝑙𝑛𝑥)2 = lim+ 4(𝑢 ln 𝑢)2 = 4 × 0 = 0.
𝑥→0 𝑢→0
2
D’où lim+ 𝑥(𝑙𝑛𝑥) = 0
𝑥→0
𝑥+1
2) lim x ln ( )=1
𝑥→+∞ 𝑥
Soit ∈ ]0 ; +∞ [ ,
1
𝑥+1 ln(1+ )
𝑥
On a: lim x ln ( )= 1 ,
𝑥→+∞ 𝑥
𝑥
1 𝑥→+∞
On pose : 𝑣 = 𝑥 ; (𝑞𝑑 𝑣→0+
)
𝑥+1 ln(1+𝑣)
On a: lim x ln ( ) = lim+ = 1.
𝑛→+∞ 𝑥 𝑣→0 𝑣
𝑥+1
D’ou: lim x ln ( )=1
𝑥→+∞ 𝑥
𝑥
3) lim ln(𝑥 − 1) = 2
𝑥→+2 𝑥−2
𝑥 𝑥
En effet, ln(𝑥 − 1) = 𝑥−1+1 ln(𝑥 − 1).
𝑥−2
𝑥→2
On pose :𝑢 = 𝑥 − 1; (𝑞𝑑 𝑢→1
)
𝑥 𝑢+1
Alors lim 𝑥−2 ln(𝑥 − 1) = lim 𝑢−1 ln 𝑢
𝑥→2 𝑢→1
lnu
= lim (𝑢 + 1) × 𝑢−1
𝑢→1
=2×1 =2
𝑥
D’où : lim ln(𝑥 − 1) = 2
𝑥→+2 𝑥−2

𝑙𝑛𝑥 𝑙𝑛𝑢 𝑢
4) lim x ln 𝑥−1 = lim x ×1 =0×1 =0
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥
𝑙𝑛𝑥
D’où : lim x ln 𝑥−1 = 0
𝑥→+∞

2
5) lim x ln (1 + 𝑥) = (∞ × 0) ? ?
𝑥→+∞
2
2 ln(1+ )
∀𝑥 ∈ ℝ∗+ , 𝑥𝑙𝑛 (1 + 𝑥) = 2 × 2
𝑥
,
𝑥
2
On pose : 𝑢 = 𝑥 ; quand 𝑥 → +∞ , 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠: 𝑢 → 0
2 ln(1+𝑢)
Donc :lim x ln (1 + 𝑥) = 2 × lim = 2×1=2
𝑥→+∞ 𝑢→0 𝑢
2
D’où : lim x ln (1 + 𝑥) = 2
𝑥→+∞

6) lim√𝑥 𝑙𝑛𝑥 = 0 × (−∞) ? ?


𝑥→0
En effet ,∀𝑥 ∈ ℝ∗+ , √𝑥 𝑙𝑛𝑥 = 2√𝑥 𝑙𝑛√𝑥 ,
On pose : 𝑋 = √𝑥
On a: lim√𝑥𝑙𝑛𝑥 = lim 𝑋𝑙𝑛𝑋 = 0
𝑥→0 𝑋→0

110
D’où : lim√𝑥 𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥→0
III. Fonction comportant 𝒍𝒏
𝐈𝐈𝐈𝟏 −Fonction 𝒍𝒏
1) La fonction 𝑙𝑛: 𝑥 ⟶ 𝑙𝑛𝑥 est définie, dérivable et strictement croissante sur
]0 ; +∞ [.
1
∀𝑥 ∈ ]0 ; +∞ [ , (𝑙𝑛𝑥)′ = 2 .
2) La fonction 𝑙𝑛 ∘ 𝑢 ∶ 𝑥 → 𝑙𝑛 ∘ 𝑢(𝑥) est définie pour tout 𝑥 de ℝ tel que 𝑢(𝑥) > 0.
- Si 𝑢 est une fonction strictement positive et dérivable sur un intervalle I, alors
𝑢′
𝑙𝑛 ∘ 𝑢 est dérivable sur 𝐼 𝑒𝑡 (𝑙𝑛 ∘ 𝑢)′ = .
𝑢
- Si 𝑢 est une fonction dérivable sur un intervalle 𝐼 sur lequel elle ne s’annule pas,
𝑢′
alors 𝑙𝑛 ∘ |𝑢| est dérivable sur 𝐼 et (𝑙𝑛 ∘ |𝑢|)′ = .
𝑢
𝑢′
- Si 𝑢 est une fonction dérivable et qui ne s’annule pas sur un intervalle 𝐼 et si 𝑢
𝑢′
est continue sur 𝐼, alors la fonction 𝑢
admet pour primitive sur I, la fonction
𝑙𝑛 ∘ |𝑢|.
𝐈𝐈𝐈𝟐 −Exemple d’étude de fonctions
Application 1 :
𝑥 𝑥−1
On considère la fonction 𝑓 definie par par 𝑓(𝑥) = − 2 + 𝑙𝑛 ( ) 𝑒𝑡 (∁𝑓) sa representation
𝑥
graphique
1) a) Déterminer les limites de 𝑓 aux borne de son ensemble de définition ;
b) Justifier que (𝐶𝑓) admet une asymptote verticale à préciser ;
2) Etudier les variations de 𝑓 ;
1
3) a) Montrer que la droite (𝐷) d’équation𝑦 = − 2 𝑥 est asymptote, oblique a la courbe
(𝐶𝑓) ;
b) Etudier la position de (𝐶𝑓) par rapport a (𝐷) ;
4) Tracer(𝐶𝑓) et ses asymptotes dans un même repère ;
5) Démontrer que 𝐹 est la primitive de la fonction 𝑓 definie sur ]1 ; +∞[ par :
𝑥2
𝐹(𝑥) = − + (𝑥 − 1) ln(𝑥 − 1) − 𝑥𝑙𝑛 + 1 prenant la valeur −𝑙𝑛2 𝑒𝑛 2.
4
Résolution
𝑥 𝑥−1
𝑓(𝑥) = − + 𝑙𝑛 ( )
2 𝑥
1) Domaine de définition
𝑥−1
𝑓(𝑥)∃⇔ >0
𝑥

111
a) Limites de 𝑓aux bornes de son 𝐷𝑓
𝑥 𝑥−1
lim 𝑓 (x) = (− + ln ( ))
𝑥→−∞ 2 𝑥
1
= +∞ + lim ln (1 − )
𝑥→−∞ 𝑥
= +∞ + ln(1 − 0) = +∞
𝐥𝐢𝐦 𝒇 (𝐱) = +∞
𝒙→−∞
𝑥 𝑥−1
lim− 𝑓(𝑥) = lim− (− + ln ( ))
𝑥→0 𝑥→0 2 𝑥
1
= 0 + lim− ln (1 − )
𝑥→0 𝑥
= ln(1 + ∞)
= +∞
𝐥𝐢𝐦−𝒇(𝒙) = +∞
𝒙→𝟎
Donc la droite d’équation 𝑥 = 0 est asymptote verticale à (𝐶𝑓)
𝑥 𝑥−1
lim 𝑓 (x) = lim+ (− + ln ( ))
𝑥→1+ 𝑥→1 2 𝑥
1
= − + ln(0+ )
2
1
= − 2 − ∞ = −∞
Donc : 𝐥𝐢𝐦 𝒇 (𝒙) = −∞
𝒙→𝟏+

𝑥 𝑥−1
lim 𝑓 (x) = lim (− + ln ( ))
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 2 𝑥
= −∞ + 0 = −∞
Donc : 𝐥𝐢𝐦 𝒇 (𝐱) = −∞
𝒙→+∞
b) Justifions que (𝐶𝑓) admet une asymptote verticale àpréciser.
𝑙𝑖𝑚+𝑓(𝑥) = −∞, donc la droite d’équation 𝑥 = 1 est une asymptote verticale à (𝐶𝑓)
𝑥→1
2) Etudions les variations de 𝑓
𝑥 𝑥−1
𝑓(𝑥) = − + ln ( )
2 𝑥
𝑥−1
1 ( )′
∀𝑥 ∈ 𝐷𝑓 , 𝑓 ′ (𝑥) = − 2 + 𝑥
𝑥−1
𝑥
𝑥−(𝑥−1)
1 ′ 1 1 𝑥
𝑥2
=− + 𝑥−1 = − 2 + 𝑥 2 × 𝑥−1
2
𝑥
1 1
= − 2 + 𝑥(𝑥−1)
1 1
= − 2 + 𝑥(𝑥−1)

112
−𝑥(𝑥−1)+2
⟹ 𝑓 ′ (𝑥) =
2𝑥(𝑥−1)
−𝑥(𝑥 − 1) + 2
𝑓 ′ (𝑥) = 0 ⟺ =0
2𝑥(𝑥 − 1)
⟺ −𝑥 2 + 𝑥 + 2 = 0
Δ = 1 − 4(−1) × 2
Δ=9>0
−1 − 3 −1 + 3
𝑥1 = = 2 𝑒𝑡 𝑥2 = = −1
−2 −2

∀𝑥 ∈ ] − ∞ ; −1[∪] 2 ; + ∞ [; 𝑓 ′ (𝑥) < 0, donc 𝑓 est strictement décroissante sur cet


intervalle.
∀𝑥 ∈ ] − 1 ; 0 [∪] 0 ; 1[ ∪] 1 ; 2 [ ; 𝑓 ′ (𝑥) > 0; donc 𝑓 est strictement croissante sur cet
intervalle.

Tableau de variation

1
3) a) Montrons que la droite (𝐷): d’équation 𝑦 = − 2 𝑥 est asymptote, oblique à (𝐶𝑓)

113
𝑥 𝑥−1 𝑥
En effet ; 𝑓(𝑥) − 𝑦 = − + ln ( )+
2 𝑥 2
𝑥−1
𝑓(𝑥) − 𝑦 = ln ( )
𝑥
𝑥−1
Alors: lim [𝑓(𝑥) − 𝑦] = lim [ln ( )]
𝑥→±∞ 𝑥→±∞ 𝑥
1
= lim ln (1 − 𝑥)
𝑥→±∞
= ln(1 − 0) = 0

1
lim [𝑓(𝑥) − 𝑦] = 0 𝑑𝑜𝑛𝑐 (𝐷): d’equation = − 2 𝑥 est asymptote oblique à (𝐶𝑓).
𝑥→±∞
1
b) Position de (𝐶𝑓) par rapport à (𝐷) : 𝑓(𝑥) − 𝑦 = ln (1 − 𝑥)
𝑥−1
𝑓(𝑥) − 𝑦 ∃⇔ >0
𝑥
⟹ ∀𝑥 ∈ ] − ∞ ; 0[∪] 1 ; + ∞ [ , 𝑓(𝑥) − 𝑦 > 0; donc (𝐶𝑓) est au dessus de (𝐷).
∀𝑥 ∈ ]0 ; 1[, 𝑓(𝑥) − 𝑦 < 0 ; donc (𝐶𝑓) est en dessous de (𝐷).
4) Traçons (𝐶𝑓) et ses asymptotes dans un mêmerepère

Voir ci-dessous (𝐶𝑓).

𝑥2
5) Démontrons que 𝐹(𝑥) = − + (𝑥 − 1) ln(𝑥 − 1) − 𝑥𝑙𝑛 + 1 est une primitive
4
de 𝑓 𝑒𝑡 𝐹(2) = −2𝑙𝑛2
𝑥2
𝐹(𝑥) = − + (𝑥 − 1) ln(𝑥 − 1) − 𝑥𝑙𝑛𝑥 + 1
4
2𝑥 1 1
⟹ 𝐹 ′ (𝑥) = − + ln(𝑥 − 1) + (𝑥 − 1) × 𝑥−1 − 𝑙𝑛𝑥 − 𝑥 × 𝑥
4
𝑥
= − 2 + ln(𝑥 − 1) + 1 − 𝑙𝑛𝑥 − 1

114
𝑥 𝑥−1
= − + 𝑙𝑛 ( ) = 𝑓(𝑥)
2 𝑥
𝐹 ′ (𝑥) = 𝑓(𝑥), 𝑑 ′ 𝑜𝑢 𝐹 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑝𝑟𝑖𝑚𝑖𝑡𝑖𝑣𝑒 𝑑𝑒 𝑓 𝑒𝑡
−2
𝐹(2) = + (2 − 1) ln(2 − 1) − 2𝑙𝑛2 + 1
2
= −1 + 𝑙𝑛1 − 2𝑙𝑛2 + 1
Donc : 𝐹(2) = −2𝑙𝑛2

Application 2 :
𝐼 −Soite 𝑔 la fonction defrinie sur ] 0 ; +∞ [ par :
2𝑥 2 + 3 − 6𝑙𝑛𝑥
𝑔(𝑥) =
𝑥3
1) Déterminer les limites de 𝑔 en 0 𝑒𝑡 𝑒𝑛 + ∞
2) Etudier les variation de 𝑔 et dresser son tableau de variation et en déduire pour tout
𝑥 > 0 , 𝑔(𝑥) > 0 .
𝐼𝐼 − Soit 𝑓 la fonction de la variable reelle definie sur ] 0 ; +∞ [ par
2𝑥 3 +3𝑙𝑛𝑥
𝑓(𝑥) = 𝑒𝑡 (Γ) sa représentation graphique dans un repère orthonormé (0; 𝑖⃗ ; 𝑗⃗⃗⃗ )
𝑥2
1) a)calculer la dérivée de 𝑓 et preciser son sens de variation (on remarque que 𝑓 ′ (𝑥) =
𝑔(𝑥)
b) Calculer les limites de 𝑓 en 0 𝑒𝑡 𝑒𝑛 + ∞
c) En déduire le tableau de variation de 𝑓
2) a) Démontrer que la droite (𝐷) d’équation𝑦 = 2𝑥 est asymptote a la courbe de 𝑓 et
préciser sa position par rapport a cette courbe
1
b) préciser les coordonnées des points d’abscisses ; 1 ; 2 ; 𝑒𝑡 3
2
1
c)Démontrer que l’équation𝑓(𝑥) = 0 admet une unique racine 𝛼 = [2 ; 1].
3) traçons (Γ) et les droite d’équation𝑥 = 1 𝑒𝑡 𝑥 = 𝑒
Résolution
2𝑥 3 +3−6𝑙𝑛𝑥
I) 𝑔(𝑥) = 𝑥3
𝐷𝑓 =] 0 ; +∞ [
1) Déterminons les limites de 𝑔 𝑒𝑛 0 𝑒𝑡 𝑒𝑛 + ∞
2𝑥 2 +3−6𝑙𝑛𝑥
lim+ 𝑔(𝑥) = lim+
𝑥→0 𝑥→0 𝑥3
3 6𝑙𝑛𝑥
= lim+ (2 + 𝑥 3 − )=2+∞+∞
𝑥→0 𝑥3
Donc : 𝐥𝐢𝐦+𝒈(𝒙) = +∞
𝒙→𝟎

3 6𝑙𝑛𝑥
lim 𝑔(𝑥) = lim (2 + 𝑥 3 − )= 2+0−0=2
𝑥→+∞ 𝑥→+∞ 𝑥3

Donc : 𝐥𝐢𝐦 𝒈(𝒙) = 𝟐


𝒙→+∞

2) Etudions les variations de 𝑔 est dérivable comme somme des fonctions dérivables et
1
−3𝑥 2 ×𝑥 3 −3𝑥 2 𝑙𝑛𝑥
𝑔′(𝑥) = 3 ( ) − 6 [𝑥 ]
𝑥6 𝑥6

115
−9 1−3𝑙𝑛𝑥
= − 6( )
𝑥4 𝑥4
𝟏𝟖𝒍𝒏𝒙 − 𝟏𝟓
𝒈′ (𝒙) =
𝒙𝟒
𝑔′ (𝑥) = 0 ⇔ 18𝑙𝑛𝑥 − 15 = 0
15
⇔ 𝑙𝑛𝑥 = 18
5
⇔ 𝑙𝑛𝑥 = 6 ⇔ 𝑥 = 𝑒 5/6 = 1,8
∀𝑥 ∈ ]−∞ ; 𝑒 5/6 [𝑔′ (𝑥) < 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑔 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑡𝑟𝑖𝑐𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒
∀𝑥 ∈ ]𝑒 5/6 ; +∞[ , 𝑔′ (𝑥) > 0 , 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑔 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑡𝑟𝑖𝑐𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 .

D’après le tableau de variation ,on en déduit :


∀. 𝑥 ∈ 𝐷𝑓, 𝑔(𝑥) ≥ 1,8 > 0 , 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑔(𝑥) 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑢 𝑠𝑖𝑔𝑛𝑒 𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑓 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑔(𝑥) > 0
𝑙𝑛𝑥
II) 𝑓(𝑥) = 2𝑥 + 3 𝑥2
1) a) Calculons la dérivée de f et précisons son sens de variations
1
× 𝑥2 −2𝑥𝑙𝑛𝑥
𝑓 ′ (𝑥) = 2 + 3 (𝑥 )
𝑥4
1−2𝑙𝑛𝑥
= 2+3( )
𝑥3
2𝑥2 +3−6𝑙𝑛𝑥
𝑓 ′ (𝑥) = = 𝑔(𝑥)
𝑥3
⟹ 𝑓 ′ (𝑥) = 𝑔(𝑥)
D’après 𝐼) ,𝑔(𝑥) > 0; ∀ 𝑥 > 0
𝑓 ′ (𝑥) = 𝑔(𝑥) > 0,alors𝑓 ′ (𝑥) > 0 et donc 𝑓 est strictement croissante sur son ensemble de
definition.
b) Calculons les limites de 𝑓 en 0 et en +∞
3 ln 𝑥
lim𝑥→0+ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→0+ (2𝑥 + ) = 0 + ∞(−∞) = −∞
𝑥2
Alors : 𝐥𝐢𝐦𝒙→𝟎+ 𝒇(𝒙) = −∞
3 ln 𝑥
lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→+∞ (2𝑥 + )
𝑥2
3 ln 𝑥
= +∞ + lim𝑥→+∞ 𝑥 ( )
𝑥
= +∞ + 0

116
Alors : 𝐥𝐢𝐦𝒙→+∞ 𝒇(𝒙) = +∞
C) Déduisons-en le tableau de variation de 𝑓

2)a)Démontrons que la droite (𝐷): 𝑦 = 2𝑥 est asymptote à la courbe de 𝑓.


𝑦 = 2𝑥 est asymptote si et seulement si lim𝑥→+∞ (𝑓(𝑥) − 𝑦) = 0
3 ln 𝑥 3 ln 𝑥
On a: lim𝑥→∞ (𝑓(𝑥) − 𝑦) = lim𝑥→+∞ (2𝑥 + − 2𝑥) = lim𝑥→+∞ ( )=0
𝑥2 𝑥 𝑥
lim𝑥→+∞ (𝑓(𝑥) − 𝑦) = 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠(𝐷): 𝑦 = 2𝑥 est asymptote oblique à (𝑐𝑓).
Position de (𝑐𝑓) par rapport à (𝐷)
3 ln 𝑥
𝑓(𝑥) − 𝑦 = 2
𝑥
3 ln 𝑥
𝑓(𝑥) − 𝑦 = 0 ⇔ 2 = 0 ln 𝑥 = 0 ⟺ 𝑥 = 1
𝑥

∀𝑥 ∈ ]0; 1[, 𝑓(𝑥) − 𝑦 < 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 (𝑐𝑓)est en dessous de (𝐷


∀ 𝑥 ∈]1;+∞[ ,𝑓(𝑥) − 𝑦 > 0; 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 (𝐶𝑓) 𝑒𝑠𝑡 𝑎𝑢 𝑑𝑒𝑠𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑑𝑒 (𝐷).
1
b) précisons les ordonnées des d’abscisses 2 ; 1: 2 𝑒𝑡 3
x 1 1 2 3
2
𝑓(𝑥) -7,25 2 4,5 6,36

1 1
1 2 × 8 + 3 ln 2
𝑓( ) = 1 = 1 − 12 ln 2 = −7,28
2
4
2 + 3 ln 1
𝑓(1) = =2
1
16+3 ln 2 3
𝑓(2) = = 4 + 4 ln 2 = 4,5
4
2 × 27 + 3 ln 3 ln 3
𝑓(3) = =6+ = 6,36
9 3
1
C) Démontrons que l’équation 𝑓(𝑥) = 0 admet une unique racine 𝛼 ∈ [2 ; 1]
𝑓 est continue et strictement croissante sur son 𝐷𝑓,donc elle realise une bijection de ℝ∗+ .
1 1
De plus 𝑓(2)𝑓(1) < 0, alors 𝛼 ∈ [2 ; 1@]
3) Tançons (𝐶)

117
Application 3 :
Le repère (0; 𝑖⃗ ; 𝑗⃗⃗⃗ ) est orthonormé.
1 𝑥+1
Soit 𝑓 la fonction définie par f(x)= 2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3| ).On désigne par (C) la courbe
représentative de f.
1) Etudier les variations de la fonction f.
2) a) Démontrer que (C) admet un point d’inflexion Ω et que Ω est un centre de symétrie de
(C).
b) Déterminer l’asymptote oblique (D) de (C) et vérifier que Ω appartient à (D).
c) Tracer (C).
Résolution
1 𝑥+1
𝑓(𝑥) = 2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3|), une fonction et (C) sa courbe.
1) Etudions les variations de f.
- Domaine de définition

118
𝑓(𝑥) ∃ ⇔ 𝑥 + 1 ≠ 0 𝑒𝑡 𝑥 − 3 ≠ 0
⇔ 𝑥 ≠ −1 𝑒𝑡 𝑥 ≠ 3
Donc 𝐷𝑓 = ℝ′{−1; 1} = ]−∞; −1[ ∪ ]−1; 3[ ∪ ]3; +∞[
- Limites aux bornes du Df.
1 𝑥+1
lim𝑥→−∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→−∞ (2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3|))
𝟏
= 𝟐 (−∞ + 𝟑𝒍𝒏(𝟏)) = −∞
Donc : 𝐥𝐢𝐦𝒙→−∞ 𝒇(𝒙) = −∞
1 𝑥+1
𝐥𝐢𝐦x→+∞ 𝒇(𝒙) = lim𝑥→+∞ (2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3|))
𝟏
= 𝟐 (+∞ + 𝟑𝒍𝒏(𝟏)) = +∞
Donc : 𝐥𝐢𝐦𝒙→+∞ 𝒇(𝒙) = +∞
1 𝑥+1
𝐥𝐢𝐦𝒙→−𝟏− 𝒇(𝒙) = 𝐥𝐢𝐦𝒙→−𝟏− (2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3|))
𝟏 0 1
= 𝟐 (−1 + 1 + 3ln |−4|) = 2 (3𝑙𝑛|0|) = −∞
Alors : 𝐥𝐢𝐦𝒙→−𝟏− 𝒇(𝒙) = −∞
De même : lim𝑥→−1+ 𝑓(𝑥) = −∞
Donc la droite (𝐷1 ) d’équation 𝑥 = 1 est une asymptote à (C).
1 𝑥+1
lim𝑥→3− 𝑓(𝑥) = lim𝑥→3− (2 (𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3|))
1 4
= 2 (3 + 1 + 3𝑙𝑛 |0| = 2 + (+∞) = +∞
lim𝑥→3− 𝑓(𝑥) = +∞,
De même 𝐥𝐢𝐦𝒙→𝟑+ 𝒇(𝒙) = +∞
Donc la droite (𝐷2 ) d’équation 𝑥 = 3 est asymptote à (C).
- Sens de variation
La fonction 𝑓 est dérivable sur son Df et sa dérivée est la fonction 𝑓’(𝑥) tel que :
𝑥+1
1 ( )′
𝑓 ′ (𝑥) = 2 [1 + 3 𝑥−3
𝑥+1 ]
( )
𝑥−3
1 𝑥−3−(𝑥+1) 𝑥−3
= 2 [1 + 3( (𝑥3 )2
× 𝑥+1)]
1 3 −4
=2+ ( )
2 (𝑥−3)(𝑥+1)
1 6 𝑥²−2𝑥−3−12
=2− (𝑥−3)(𝑥+1)
= 2(𝑥−3)(𝑥+1)
𝑥 2 −2𝑥−15
Donc: 𝑓′(𝑥) = 2(𝑥−3)(𝑥+1)
𝑓 ′ (𝑥) = 0 ⇔ 𝑥 2 − 2𝑥 − 15 = 0
∆′ = 1 − 1(−15) = 16 > 0
𝑥1 = 1 − 4 = −3 𝑒𝑡 𝑥2 = 1 + 4 = 5
(𝑥+3)(𝑥−5)
𝑓 ′ (𝑥) = 2(𝑥−3)(𝑥+1)
∀𝑥 ∈ ]−∞; −3[ ∪ ]−1; 3[ ∪ ]5; +∞[ , 𝑓(𝑥) > 0, > 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑓 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑡𝑟𝑖𝑐𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 croissante;
∀𝑥 ∈ ]−3; −1[ ∪ ]3; 5[ 𝑓(𝑥) < 𝑂 , 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑓 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑡𝑟𝑖𝑐𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒
Tableau de variation
119
2a) Démontrons que (C) admet un point d’inflexionΩ et que Ωest un centre de
symétrie de (C).
REMARQUE :
𝑓 admet un point d’inflexion en 𝑥0 si 𝑓 est deux fois dérivable sur un intervalle 𝐼 et si
𝑓 ′′ (𝑥𝑂 ) = 0 et change de signe, alors la courbe (C) traverse sa tangente en un point
𝑀0 (𝑥0, 𝑓(𝑥𝑂 )) est appelé extremum, un tel point s’appelle le point d’inflexion.
𝑥²−2𝑥−15
On a: 𝑓′(𝑥) =
2(𝑥−3)(𝑥+1)
(2𝑥−2)[2(𝑥−3)(𝑥+1)]−[2(𝑥+1+𝑥−3)](𝑥 2 −2𝑥−15)
⇒ 𝑓 ′ (𝑥) =
4(𝑥−3)²(x+1)²
4(𝑥−1)(𝑥 2 −2𝑥−3)−2(2𝑥−2)(𝑥 2 −2𝑥−15)
=
4(𝑥−3)²(𝑥+1)²
4(𝑥−1)(𝑥 2 −2𝑥−3)−4(𝑥−1)(𝑥 2 −2𝑥−15
=
4(𝑥−3)²(𝑥+1)²
4(𝑥−1)[𝑥²−2𝑥−3−𝑥 2 +2𝑥+15]
=
4(𝑥−3²(𝑥+1)²
12(𝑥−1)
=
(𝑥−3)²(𝑥+1)²

12(𝑥−1)
𝑓′′(𝑥) = (𝑥−3)²(𝑥+1)²
𝑓’’(𝑥) = 0 ⇔ 12(𝑥 − 1) = 0
1
⇔ 𝑥 = 1 𝑒𝑡 𝑓(1) = 2 (1 + 1 + 3𝑙𝑛1 ) = 1
⇒ 𝑓′′(1) = 1
Donc 𝑓’’(𝑥) change de signe en 1, alors (C) traverse sa tangente (T) au point Ω(11) et Ω est un
point d’inflexion de (C) .
Ω(11) est un centre de symétrie, si ∀𝑥 ∈ ℝ 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 1 − 𝑥 ∈ 𝐷𝑓, 1 + 𝑥 ∈ 𝐷𝑓 et on vérifie
𝑓(1−𝑥)+𝑓(1+𝑥)
que : =1
2
1 1−𝑥−1 1 2−𝑥
𝑓(1 −𝑥) = 2 (1 − 𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |1−𝑥−3 |) = 1 − 2 [𝑥 − 3𝑙𝑛 |−2−𝑥 |)
On a: { 1 1+𝑥+1 1 2+𝑥
𝑓 = (1 +𝑥) = 2 (1 + 𝑥 + 1 + 3𝑙𝑛 |1+𝑥−3 |) = 1 + 2 [𝑥 − 3𝑙𝑛 |2−𝑥 |)

120
1 𝑥−2 1 𝑥+2
𝑓(1−𝑥)+𝑓(1+𝑥) 1− [𝑥−3𝑙𝑛| ]+1+ [𝑥+3𝑙𝑛| ]
2 𝑥+2 2 𝑥−2
⇒ =
2 2
1 3 𝑥−2
2− 𝑥+ 𝑙𝑛|
2 2 𝑥+2
= =1
2
𝑓(1−𝑥)+𝑓(1+𝑥)
=1
2
Donc Ω(11) est un centre de symétrie de (C)
b) Déterminons l’asymptote oblique (D) de (C) et vérifions que Ω ∈ (𝐷).
1 𝑥+1
𝑓(𝑥) (𝑥−1+3𝑙𝑛| )
On a :lim𝑥→±∞ = lim𝑥±∞ 2 𝑥−3
𝑥 𝑥
𝑥 1 3 𝑥+1
= lim𝑥→±∞ 2𝑥 + + 2𝑥 𝑙𝑛 | 𝑥−3
2𝑥
1
=2
𝑓(𝑥) 1
lim𝑥→±∞ =2
𝑥
1 1 1 𝑥+1 1 1
Alors : lim𝑥→±∞ (𝑓(𝑥) − 2 𝑥 = lim𝑥→±∞ [2 𝑥 + 2 [1 + 3𝑙𝑛 |𝑥−3] − 2 𝑥] = 2
1
Donc la droite (D) d’équation 𝑦 = 2 (𝑥 + 1) est asymptote oblique de (C).
Ω(11) donc pour 𝑥 = 1, 𝑦 = 1, alors Ω ∈ (𝐷)
c) Traçons la courbe (C)
On a : (𝐷1 ) : x= −1, (𝐷2 ) : 𝑥 = 3

1
(D) : 𝑦 = 2 (𝑥 + 1)
𝑥 1 −1
𝑦 1 0

Application 4 :

121
1
𝑥 − 1 + , 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 1
Le repère (O,I,J) est orthonormé soit f la fonction définie par : 𝑓(𝑥) = { 𝑋
1− (lnx)2 , si x > 1
1a) Démontrer que f est continue et dérivable en 1
b) Calculer les limites de f aux bornes de son ensemble de définition et préciser les branches
infinie de la courbe représentative de la courbe représentative (C) de f .
c) Etudier les variations de f démontrer que le point d’abscisse e est un point d’inflexion de
(C) de f.
d) Tracer (C)
2) Soit h la restriction de f à l’intervalle ]1; +∞[
a) Démontrer que h réalise une bijection de ]1; +∞[ ver un intervalle que l’on précisera.
b) En déduire que h admet une fonction réciproque ℎ−1 dont on précisera le sens de
variation
C) Tracer la courbe représentative de ℎ−1 .
Résolution
1
𝑥−1+ , 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 1
𝑓(𝑥) = { 𝑥
1 − (𝑙𝑛𝑥)2 , 𝑠𝑖 𝑥 > 1
1)a) Continuité et dérivabilité en 1
1
lim𝑥→1− = lim𝑥→1− (𝑥 − 1 + 𝑥) = 1 = 𝑓(1)
lim𝑥→1+ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→1+ (1 − (𝑙𝑛𝑥)2 ) = 1 = 𝑓(1)
lim𝑥→1− 𝑓(𝑥) = lim𝑥→1+ 𝑓(𝑥) = 𝑓(1) 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑓 𝑒𝑠𝑡 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑢𝑛𝑖𝑒 𝑒𝑛 1
1
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑥−1+ −1
𝑥 𝑥 2 −2𝑥+1 𝑥−1
lim𝑥→1− = lim 𝑥→1− = lim𝑥→1− = lim𝑥→1− =0
𝑥−1 𝑥−1 𝑥(𝑥−1) 𝑥
𝑓(𝑥)−𝑓(𝑥) 𝑥−1
lim𝑥→1+ = lim𝑥→1+ = 0 = 𝑓 ′ 𝑑 (1)
𝑥−1 𝑥
Le nombre dérivé de f est 𝑓’(1) = 0
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑓(𝑥)−𝑓(1)
lim𝑥→1− = lim𝑥→1+ = 𝑓 ′ (1) = 0
𝑥−1 𝑥−1
Donc f est dérivable en 1
c) calculons des limites et branches infinies
- 𝐷𝑜𝑚𝑎𝑖𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑑𝑒𝑓𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛
1
𝑥 − 1 + 𝑥 , 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 1
𝑓(𝑥) = {
1 − (𝑙𝑛𝑥)2 , 𝑠𝑖 𝑥 > 1
𝑓(𝑥) ∃⇔ 𝑥 ≠ 0 ou 𝑥 > 0
⇔ 𝑥 ∈ ℝ∗ 𝑜𝑢 𝑥 ∈ ]0; +∞[ = ℝ∗+
⇔ 𝒟𝑓 = ℝ∗ ∪ ℝ∗+ = ℝ∗ ,
Donc : 𝐷𝑓 = ]−∞; 𝑂[ ∪ ]0; +∞[
- 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑎𝑢𝑥 𝑏𝑜𝑟𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝐷𝑓
1
• lim𝑥→−∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→−∞ 𝑥 − 1 + 𝑥 = −∞,
Donc: lim𝑥→−∞ 𝑓(𝑥) = −∞
1
• lim𝑥→−∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→0− (𝑥 − 1 + 𝑥) = −∞,
Donc : lim𝑥→0− 𝑓(𝑥) = −∞

122
1
•lim𝑥→0+ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→0+ (𝑥 − 1 + ) = +∞,
𝑥
Donc: lim𝑥→0+ 𝑓(𝑥) = +∞
•lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→+∞ (1 − (𝑙𝑛𝑥)2 ) = −∞,
Donc: lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = +∞
- Branches infinies
•lim𝑥→0± 𝑓(𝑥) = ±∞, 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑙𝑎 𝑑𝑟𝑜𝑖𝑡𝑒 (𝐷)𝑑 ′ é𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑥 = 0 est asymptote vertical à (C)
1
•lim𝑥→−∞ (𝑓(𝑥) − (𝑥 − 1)) = lim𝑥→−∞ 𝑥 = 0 , 𝑑𝑜𝑛𝑐 (𝐶) 𝑎𝑑𝑚𝑒𝑡 𝑒𝑛 − ∞ une asymptote
oblique d’équation 𝑦 = 𝑥 − 1
𝑓(𝑥) 1−(𝑙𝑛𝑥)² 1 (𝑙𝑛𝑥)²
•lim𝑥→+∞ = lim𝑥→+∞ lim𝑥→+∞ 𝑥 −
𝑥 𝑥 𝑥
2
1 2𝑙𝑛√𝑥
= lim𝑥→+∞ − ( )
𝑥 √𝑥
2
1 𝑙𝑛√𝑥
= lim𝑥→+∞ 𝑥 − 4 ( )
√𝑥
1
= +∞ − 4 + 0 = 0
𝑓(𝑥)
lim𝑥→+∞ = 0 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑒𝑛 + ∞ 𝑢𝑛𝑒 𝑏𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑎𝑏𝑜𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑑𝑖𝑟𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 (𝑂𝐼).
𝑥
C) variations et point d’inflexion
- 𝑉𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝑓 est dérivable sur son ensemble de définition et pour tout 𝑥 ∈ 𝐷𝑓, on a :

1 𝑥 2 −1
1 − 𝑥² = , 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 1
𝑥
𝑓 ′ (𝑥) = {−2𝑙𝑛𝑥
, 𝑠𝑖 𝑥 > 1
𝑥
𝑥 2 −1
Donc 𝑓’(𝑥) = 0 ⇔ = 0 𝑜𝑢 − 2𝑙𝑛𝑥 = 0
𝑥
⇔ 𝑥 ± 1 𝑜𝑢 𝑥 = 1
Tableau de signe de 𝑓′

∀𝑥 ∈ ]−∞; −1[ 𝑓′(𝑥) > 0 donc 𝑓 est strictement croissante ;


∀𝑥 ∈ ]−1; 0[ ∪ ]0; 1[ ∪ ]1; +∞[ 𝑓′(𝑥) < 0 donc 𝑓 est strictement décroissante ;
Tableau de variation

123
- 𝑃𝑜𝑖𝑛𝑡 𝑑′𝑖𝑛𝑓𝑙𝑒𝑥𝑖𝑜𝑛
Le point d’abscisse e est un point de l’intervalle ]1 ; +∞[.
−2𝑙𝑛𝑥 −2+2𝑙𝑛𝑥 −2(1−𝑙𝑛𝑥)
On a : ∀𝑥 > 1, 𝑓 ′ (𝑥) = ⇔ 𝑓 ′′ (𝑥) = =
𝑥 𝑥2 𝑥2
(1−𝑙𝑛𝑥)
𝑓 ′′ (𝑥) = −2
𝑥²
𝑓’′(𝑥) =0⇔ 1 − 𝑙𝑛𝑥 = 0
⇔ 𝑙𝑛𝑥 = 1
⇔𝑥=𝑒
𝐸𝑡 𝑓(𝑒) = 1 − (𝑙𝑛𝑒 )2 = 1 − 1 = 0
𝑓(𝑒) = 0, donc le point 𝐴(𝑒, 𝑜) est un point d’inflexion.
2) ℎ est la restriction de 𝑓 à ]1 ; +∞[,
a) ℎ est continue et strictement décroissante sur ]1 ; +∞[.Donc ℎ réalise une bijection de
]1; +∞[ 𝑣𝑒𝑟𝑠 ℎ (]1; +∞[) = ]−∞; 1[ car (ℎ(]1; +∞[) = ]lim𝑥→+∞ ℎ(𝑥); ℎ(1)[ = ]−∞; 1[
b) h étant bijective, h admet une fonction réciproque ℎ−1 𝑑𝑒𝑓𝑖𝑛𝑖𝑒 de ]−∞; 1[ →
]1; +∞[ , de même sens de variation que h. C’est-à-dire ℎ−1 est strictement décroissante sur
]−∞; 1[. La courbe (C) de ℎ−1 se déduit de (C) par système orthogonale par rapport à la
première bissectrice d’équation (𝐷) : 𝑦 = 𝑥.
Traçons la courbe de (𝐶𝑓 ) et (𝐶ℎ−1 ).
On a : (𝐷) : 𝑥 = 0
(𝑇) : 𝑦 = 𝑥 − 1
(𝐷) : 𝑦 = 𝑥

124
1
𝑥−1+𝑋 =0
(𝐶𝑓 ) ∩ (𝑜𝑥) ⇔ 𝑓(𝑥) = 0 ⇔ {
1 − (𝑙𝑛𝑥)2 = 0
⇔ { 𝑥² − 𝑥 + 1 > 0
𝑙𝑛𝑥 = 1 ⇔ 𝑥 = 𝑒

IV. Logarithme décimal


IV1- Définition et propriétés
1.1- Définition :
On appelle fonction logarithme décimal, la fonction notée 𝑙𝑜𝑔 définie sur ]0; +∞[ par
𝑙𝑛𝑥
𝑝𝑎𝑟: log(𝑥) = 𝑙𝑛10.
- L’ensemble de définition de la fonction log est ]0; +∞[ ;
′ 1
- On a : ∀𝑥 ∈ ]0; +∞[ , (𝑙𝑜𝑔(𝑥) ) = 𝑥𝑙𝑛10;
- 𝑙𝑜𝑔1 = 0 et 𝑙𝑜𝑔10 = 1 et 𝑙𝑜𝑔(𝑒) = 1
2.2- Propriétés :
Pour tous nombres réels a, et b strictement positif et pour tout r𝜖ℝ , 𝑜𝑛 𝑎 :
1) log(𝑎𝑏) = 𝑙𝑜𝑔𝑎 + 𝑙𝑜𝑔𝑏 ;
1
2) 𝑙𝑜𝑔 𝑎 = −𝑙𝑜𝑔𝑎 ;
𝑎
3) 𝑙𝑜𝑔 𝑏 = 𝑙𝑜𝑔𝑎 − 𝑙𝑜𝑔𝑏 ;
4) 𝑙𝑜𝑔𝑎𝑟 = 𝑟𝑙𝑜𝑔𝑎
V. Fonction logarithme de base a
𝑽𝟏− 𝑫𝒆𝒇𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒆𝒕 𝒑𝒓𝒐𝒑𝒓𝒊𝒆𝒕𝒆𝒔:
1.1-Definition :
Soit a un nombre réel strictement positif et 𝑎 ≠ 1 .
1
La fonction logarithme de base a notée 𝑙𝑜𝑔𝑎 est définie sur ]0 ; +∞ [ par 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑥) = 𝑙𝑛𝑎 𝑙𝑛𝑥.
1.2 Propriétés :
Pour tous 𝑥, 𝑦 ∈ ]0; +∞[ , 𝑜𝑛 𝑎:
1) 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑥. 𝑦) = 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑥) + 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑦)
𝑥
2) 𝑙𝑜𝑔𝑎 = 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑥) − 𝑙𝑜𝑔𝑎 (𝑦)
𝑦
1
3) 𝑙𝑜𝑔𝑎 √𝑥 = 2 𝑙𝑜𝑔𝑎 𝑥
4) 𝑙𝑜𝑔𝑎 𝑥 𝑛 = 𝑛𝑙𝑜𝑔𝑎
pour tout 𝑎, 𝑏 ∈ ]0; +∞[ , 𝑜𝑛 𝑎:

125
5) 𝑙𝑜𝑔𝑎 𝑥 = 𝑙𝑜𝑔𝑎 𝑏 × 𝑙𝑜𝑔𝑏 𝑥
VI. Points et tangentes remarquables
1- Point d’inflexion :
Soit 𝑓 une fonction.
Si 𝑓 est deux fois dérivables sur un intervalle I, et si pour tout 𝑥0 de I, 𝑓′′(𝑥0 ) = 𝑂 et change
de signe, alors la courbe (C) de 𝑓 traverse sa tangente en un point Ω(𝑥0 , 𝑓(𝑥0 )) appelé
extremum ,un tel point Ω s’appelle point d’inflexion .
2- Point d’arrêt
Les points dont l’abscisse 𝑥0 est une borne d’un intervalle de continuité I, si 𝑥0 ∈ 𝐼, on est en
présence d’un point d’arrêt.
3- Points anguleux et point de remboursement
Les points où la fonction est continue, mais non dérivable :
- Si le taux de variation en 𝑥0 admet une limite infinie, la tangente à la courbe est
parallèle à (𝑜𝑦), la courbe traverse sa tangente.
- Si 𝑓 ′ 𝑑 (𝑥0 ) ≠ 𝑓 ′𝑔 (𝑥0 ) = 𝑙 ≠ (∞), on a un point anguleux ;
- Si 𝑓 ′ 𝑑 (𝑥0 ) = ±∞ 𝑒𝑡 𝑓 ′ 𝑔 (𝑥0 ) = ±∞, on est en présence d’un point de
remboursement, la tangente à ce point parallèle à (𝑂𝑦).
4- Fonction convexe, fonction concave
- Une fonction 𝑓 est dite convexe où 𝑓 est définie sur un intervalle I de
ℝ, 𝑠𝑖 ∀ 𝑥1 , 𝑥2 ∈ 𝐼, (𝑥1 , < 𝑥2 ), 𝑡𝑜𝑢𝑡 point M de la courbe Γ d’équation 𝑦 = 𝑓(𝑥)
d’abscisse 𝑥 tel que 𝑥 ∈ ]𝑥1 , 𝑥2 [ est au-dessus de la droite (𝑀1 , 𝑀2 ) où
𝑀1 𝑒𝑡 𝑀2 désignent respectivement les points de Γ d’abscisse 𝑥1 𝑒𝑡 𝑥2 .
- Elle est dit concave sur I si −𝑓 est convexe sur I.

FIN

126
Chapitre 9 : FONCTIONS EXPONENTIELLES ET FONCTIONS
PUISSANCES
I. Fonction, exponentielle
𝐼1 −Définitions et propriétés.
𝟏. 𝟏 −Définition :
La fonction exponentielle népérienne notée exponentielle, est la bijection réciproque de la
fonction logarithme népérienne. La fonction 𝑙𝑛 est une bijection de ℝ∗+ sur ℝ ; donc
exponentielle est une bijection de ℝ sur ℝ∗+ . D’où exponentielle est définie sur ℝ et pour
tout réel 𝑥, exp(x) > 0
Notation :
∀ 𝑥 ∈ ℝ, 𝑒𝑥𝑝(𝑥) est noté ℮𝑥 .
𝟏. 𝟐 −Ppropriétés fondamentales :
- Pour tout x de ℝ, pour tout 𝑦 ∈ ℝ∗+ , 𝑙𝑛𝑦 = 𝑥 ⇔ 𝑦 = 𝑒 𝑥 ;
- Pour tout x de ℝ, 𝑙𝑛𝑒 𝑥 = 𝑥, pour tout réel 𝑥 de ℝ∗+ , 𝑒 𝑙𝑛𝑥 = 𝑥.
- Pour tous a, b de ℝ, 𝑒 𝑎 = 𝑒 𝑏 ⇔ 𝑎 = 𝑏, 𝑒 𝑎 < 𝑒 𝑏 ⇔ 𝑎 < 𝑏.
1.3- Propriétés algébriques :
Pour tous nombres réels a et b et pour tout nombre rationnel 𝑟, on a :
1) 𝑒 𝑎+𝑏 = 𝑒 𝑎 . 𝑒 𝑏
𝑒𝑎
2) 𝑒 𝑎−𝑏 = 𝑒 𝑏
1
3) 𝑒 −𝑎 = 𝑒 𝑎 ;
4) 𝑒 𝑟𝑎 = (𝑒 𝑎 )𝑟
𝑰𝟐 −Etude de la fonction exponentielle.
𝑓: ℝ → ℝ∗+
𝑥 → 𝑒𝑥
1) Sens de variation
Les fonctions ln et exp étant des bijections réciproques, leurs tableaux de variation se
déduisent l’une de l’autre.

127
2) Les droites remarquables de 𝑒 𝑥
On en déduit que 𝑒 𝑥 admet :
- Une tangente au point J (0 ; 1) de coefficient directeur 1 , I(1,0) ;
- Une tangente au point F(1,e) passant par le point 0, E(e,1) ;
- Une asymptote horizontale, la droite d’équation (o I). (A.V→ (oJ) ln ;
3- Branches infinies en +∞ de 𝑒 𝑥 .
On a vu que la courbe de ln admet en +∞ une branche parabolique de direction (0I).
On en déduit que la courbe de 𝑒 𝑥 admet une branche parabolique de direction (O J) en +∞.
3) Construction de la courbe de 𝑒 𝑥 et ses droites remarquables.
On désigne par (c) la courbe de 𝑒 𝑥 et par (C’) celle de 𝑙𝑛𝑥, par (D) la droite d’équation 𝑦 = 𝑥.
(C) se déduit de (C’) par la symétrie orthogonale d’axe (D) .
(C’) est située en tout point au-dessous de la tangente et (C) au-dessus de celle-ci en J donc
∀ 𝑥 ∈ ℝ, 𝑒 𝑥 > 𝑥 + 1.

𝟐. 𝟏 −Derivée et conséquences :
Propriétés :
La fonction exponentielle est dérivable sur ℝ et pour tout nombre réel 𝑥, (𝑒 𝑥 )′ = 𝑒 𝑥 .
La fonction 𝑒 𝑥 est dérivable en 0 et son nombre dérivée est 1.
𝑒 𝑥−1
On a: lim𝑥→𝑜 𝑥
=1
𝟐. 𝟐 −Limites aux bornes de l’ensemble de définition.

128
Propriétés :
1) lim𝑥→𝑂 𝑒 𝑥 = +∞
2) lim𝑥→−∞ 𝑒 𝑥 = 0
𝑒𝑥
3) lim𝑥→+∞ = +∞
𝑥
4) lim𝑥→−∞ 𝑥𝑒 𝑥 = 0
𝑰𝟑 −Résolution d’équations et d’inéquations
Applications
1) Résolvons dans l’équations: 𝑒 2𝑥 + 𝑒 𝑥 − 2 = 0
Posons 𝑒 𝑥 = 𝑋 ⇔ 𝑋 2 + 𝑋 − 2 = 𝑂
∆ = 9 ⇔ 𝑥1 𝑒𝑡𝑥2 = 1
⇔ 𝑋 2 + 𝑋 − 2 = (𝑒 𝑥 + 2)(𝑒 𝑥 − 1) = 0
𝑒 𝑥 + 2 n’a pas de solution, donc 𝑒 𝑥 − 1 = 0 ⇔ 𝑥 = 𝑂
Alors : 𝑆 = {0}.
2) Résolvons dans ℝ l’inéquation : 3𝑒 𝑥 − 7𝑒 −𝑥 + 20 ≤ 𝑂
7
3𝑒 𝑥 − 7𝑒 −𝑥 + 20 = 3𝑒 𝑥 − 𝑥 + 20
𝑒
= 3𝑒 2𝑥 + 20𝑒 𝑥 − 7 ≤ 𝑂
Posons 𝑋 = 𝑒 𝑥 ⇔ 3𝑋 2 + 20𝑋 − 7 ≤ 0
∆’ = 121
−10 − 11 −21 −10 + 11 1
𝑥1 = = = −7 𝑒𝑡 𝑥2 = =
3 3 3 3
𝑥 𝑥 1
⇔ 3(𝑒 + 7) (𝑒 − 3) ≤ 0 ,
1
𝑒 𝑥 + 7 ≤ 0 n’a pas de solution, alors : 𝑒 𝑥 ≤ ⇔ 𝑥 ≤ −𝑙𝑛3
3
Donc : 𝑆 = ]−∞; −𝑙𝑛3]
Calculs de limites :
Calculons les limites suivantes :
3𝑒 𝑥 −2
a) lim𝑥→+∞ 5𝑒 𝑥 +3
On pose : 𝑒 𝑥 = 𝑋, quand 𝑥 → +∞, 𝑋 → +∞
3𝑒 𝑥 −2 3𝑋−2 3
Donc lim𝑥→+∞ = lim𝑥→+𝜇∞ 5𝑋+3 =
5𝑥+3 5
3𝑒 𝑥 −2 3
Alors : lim𝑥→+∞ 5𝑒 𝑥 +3 =5

ln(1+𝑒 𝑥 )
b) lim𝑥𝜕→−∞ ,
𝑒𝑥
On pose : 𝑒 𝑥 = 𝑋, quand 𝑥 → −∞, 𝑥 → 0
ln(1+𝑒 𝑥 ) ln(1+𝑥)
Donc : lim𝑥→−∞ = lim𝑥→0 =1
𝑒𝑥 𝑥
ln(1+𝑒 𝑥 )
Alors : lim𝑥→−∞ =1
𝑒𝑥
c) lim𝑥→+∞ (𝑥 − 𝑒 𝑥 )
𝑒𝑥
On a : 𝑥 − 𝑒 𝑥 = 𝑥 (1 − ),
𝑥
𝑒𝑥 𝑒𝑥
Or: lim𝑥→+∞ 𝑥
= +∞, alorslim𝑥→+∞ ( 𝑥 − 𝑒 𝑥 ) = lim𝑥→+∞ 𝑥(1 − 𝑥
) = −∞
𝑥
Donc lim𝑥→+∞ (𝑥 − 𝑒 ) = −∞

129
𝑠𝑖𝑛2𝑥
d) lim𝑥→0 .
1−𝑒 𝑥
𝑠𝑖𝑛2𝑥 𝑠𝑖𝑛2𝑥 2𝑥
On a: 1−𝑒 𝑥 = × 1−𝑒 𝑥
2𝑥
𝑠𝑖𝑛2𝑥 −2𝑥
= ( )
2𝑥 𝑒 𝑥 −1
𝑠𝑖𝑛2𝑥 1
= −2 × 𝑒𝑥−1
2𝑥
𝑥
𝑠𝑖𝑛2𝑥 𝑒 𝑥 −1
Or: lim𝑥→0 = 1 𝑒𝑡 lim𝑥→0 =1
2𝑥 𝑥
𝑠𝑖𝑛2𝑥
On en déduit que : lim𝑥→0 1−𝑒 𝑥 = −2
II. Fonction comportant exponentielle
𝐼𝐼2 −Dérivée et primitives
𝟏. 𝟏 − Propriétés :
Soit 𝑢 une fonction dérivable sur intervalle K.
1) La fonction 𝑒𝑥𝑝 ∘ 𝑢 est dérivable sur K et on a : (𝑒𝑥𝑝 ∘ 𝑢 )′ = 𝑢′(𝑒𝑥𝑝 ∘ 𝑢 ).
𝑒𝑥𝑝 ∘ 𝑢 est aussi notée 𝑒 𝑢 et sa dérivée est 𝑢′𝑒 𝑢 .
2) La fonction 𝑢′𝑒 𝑢 admet pour primitive sur K la fonction 𝑒 𝑢
Exemples :
2 2
- La fonction 𝑥 → 𝑒 −𝑥 +𝑥 est dérivable sur ℝ et sa dérivée est : (−2𝑥 + 1)𝑒 −𝑥 +𝑥 ;
- La fonction𝑥 → 𝑒 𝑠𝑖𝑛𝑥 est derivable sur ℝ et sa dérivé est : 𝑐𝑜𝑠𝑥𝑒 𝑠𝑖𝑛𝑥 .
1 1
𝑥−1
- La fonction 𝑥 → 𝑥𝑒 𝑥 est dérivable sur ℝ∗ et sa dérivé est : 𝑒𝑥
𝑥
2 1 2
- Une primitive sur ℝ de la fonction 𝑥 → 𝑥𝑒 −𝑥 est la fonction 𝑥 → − 2 𝑒 −𝑥 .
𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑥
- La primitive sur ]−1[ de la fonction 𝑥 → est la fonction 𝑥 → 𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑥
𝑐𝑜𝑠2 𝑥
𝐼𝐼2 −Exemples d’études de fonctions :
Application1
1
1
𝑥𝑒 𝑋
Soit 𝑓 la fonction définie par : 𝑓(𝑥) = { 𝑠𝑖 𝑥 ≠ 𝑂 2
𝑓(𝑥) = 𝑂
1) Déterminer l’ensemble de définition de f. vérifier si f est continue et dérivable en O.
Déterminer les limites aux bornes du 𝐷𝑓 .
2) Déterminer le sens de variation de 𝑓. En déduire le tableau de variation de 𝑓.
3) Déterminer les branches infinies si elles existent .
4) Tracer la courbe de𝑓 et ses a asymptotes

Solution :
1 1
𝑥𝑒 𝑥
𝑓(𝑥) = { 2 , 𝑠𝑖 𝑥 ≠ 𝑂
𝑓(𝑜) = 𝑂
1) Ensemble de définition.
𝐷𝑓 =ℝ
- Continuité en O .
1 1
1 1 1
 lim𝑥→𝑂− 𝑓(𝑥) = lim𝑥→0− 2 𝑥𝑒 𝑥 = 2 × 0𝑒 0− = 2 × 𝑂 ×= 𝑂
lim𝑥→𝑂− 𝑓(𝑥) = 𝑂

130
Donc lim𝑥→𝑂− (𝑥) = 𝑓(𝑂) = 𝑂, 𝑓 est continue en gauche en 0.
1 1
1 1
 lim𝑥→𝑂+ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→𝑂+ 2 𝑥𝑒 𝑥 = 2 × 0 × 𝑒 𝑂+ = 0 × +∞ ? ? ?
1
On pose 𝑋 = 𝑥, alors quand :𝑥 → 𝑂+ , 𝑋 → +∞
1
1
1 1 𝑒2 1 𝑒𝑋 1
⇒lim𝑥→𝑂+ 2 𝑥𝑒 = lim𝑥→0+ 2 [ 𝑥 1 ] = lim𝑥→+∞ 2 ( 𝑋 ) = 2 (+∞) = +∞
𝑥
lim𝑥→𝑂+ 𝑓(𝑥) = +∞ , 𝑓 n’est pas continue à droite en O, donc 𝑓 n’est pas continue
en O.
- Dérivabilité en O.
Comme 𝑓 n’est pas continue en O, donc elle n’est pas dérivable en O.
1
1 1
𝑓(𝑥)−𝑓(𝑂) 𝑥𝑒 𝑥 −𝑂 1
2
A cet effet , on a : lim𝑥→𝑂− = lim𝑥→𝑂− = lim𝑥→𝑂− 2 𝑒 𝑥 = 𝑂
𝑥−𝑂 𝑥
Donc 𝑓′𝑔 (𝑂) = 𝑂, donc (𝐶) admet une demi –tangente en O de support (OI)
- Limites :
lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = −∞ et lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = +∞
2) Déterminons le sens de variation de 𝑓.
𝑓 est dérivable sur ℝ∗ et sa dérivée 𝑓’ est :
1 1
1 1
𝑓′(𝑥) = 2 (𝑒 𝑥 − 𝑥 2 𝑥𝑒 𝑥 )
1 1
1 1
= 2 (𝑒 𝑥 − 𝑥 𝑒 𝑥 )
1 1
𝑥𝑒 𝑥 −𝑒 𝑥
= 2𝑥
𝑥−1 1
= 𝑒𝑥
2𝑥
1
𝑥−1
Donc 𝑓′(𝑥) = 𝑒𝑥 ,
2𝑥
1
′ (𝑥)
𝑓 = 0⇔(𝑥 − 1)𝑒 𝑥 = 0
1
⇔𝑥 = 1 et 𝑒 𝑥 > 𝑂
𝑓′(𝑥)∃⇔ 2𝑥 ≠ 𝑂 ⇔ 𝑥 ≠ 𝑂

Tableau de signe de 𝑓′
𝑥 −∞ 0 1 +∞
𝑥−1 − − +

2𝑥 − + +

𝑓′(𝑥) + − +

∀𝑥 ∈ ]−∞; 0[ ∪ ]1; +∞[ ; 𝑓′(𝑥) > 0, donc 𝑓 est strictement croissante ;


∀𝑥 ∈ ]0; 1[; 𝑓′(𝑥) < 0, donc 𝑓 est strictement décroissante ;

Déduisons en le tableau de variation de 𝑓.

131
3) Déterminons les branches infinies si elles existent.
On a :lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = ±∞ , alors la courbe admet des branches infinies en ±∞ ;
- Branches infinies en +∞ :
1
1
𝑓(𝑥) 𝑒𝑥
2
On a :lim𝑥→±∞ = lim𝑥→+∞
𝑥 𝑥
1
1 1
= lim 2 𝑒 = 2 𝑥
𝑥→
1
1 1 1
𝑓(𝑥) − 2 𝑥 = 2 𝑥𝑒 − 2 𝑥 𝑥

1
1
= 2 𝑥 (𝑒 𝑥 − 1)
1
1 1 𝑒 𝑥 −1
𝑓(𝑥) − 2 𝑥 = 2 [ 1 ]
𝑥
1 1 1 𝑒 𝑋 −1
Posons : 𝑋 = 𝑥 ⇒ 𝑓(𝑥) − 𝑥 = 2( )
2 𝑋
Quand 𝑥 → +∞ , 𝑋 → 𝑂
1 1 𝑒 𝑥 −1 1
⇒ lim𝑥→+∞ (𝑓(𝑥) = − 2 𝑥) = lim𝑋→𝑂 2 ( ) = 2 × 1.
𝑋
1 1 1
lim𝑥→+∞ (𝑓(𝑥) − 2 𝑥) = 2 , donc la droite (∆) d’équation𝑦 = 2 (𝑥 + 1) est a asymptotes
oblique à (C ) en +∞.
- Branches infinie en −∞
1
1
𝑓(𝑥) 𝑥𝑒 2
2
On a :lim𝑥→−∞ = lim𝑥→−∞
𝑥 𝑥
1
1 1
= lim𝑥→−∞ 2 𝑒 𝑥 = 2
𝑓(𝑥) 1
Donc : lim𝑥→−∞ =2
𝑥
1 1 𝑒 𝑋 −1
𝑓(𝑥) − 2 𝑥 = 2 ( )
𝑋
1
On pose : 𝑋 = 𝑥 et quand 𝑥 → +∞ , 𝑋 → 𝑂
1 1 𝑒 𝑥 −1 1
⇒ lim𝑥→−∞ (𝑓(𝑥) − 2 𝑥) = lim𝑋→𝑂 2 ( ) = 2 × 1.
𝑋
1 1 1
Alors : lim𝑥→−∞ (𝑓(𝑥) − 2 𝑥) = 2 donc la même droite (D) :𝑦 = 2 (𝑥 + 1) est aussi
asymptote oblique a (C ) en -∞.
De ce qui précède, on a vu que lim𝑥→𝑂+ 𝑓(𝑥) = +∞ , donc la droite (OJ) est aussi
a asymptotes horizontale à (c )

132
1
4) Traçons la courbe (c)de f ses asymptotes on a :(∆) :𝑦 = (𝑥 + 1); (D) : y=O
2

Application 2 :
𝑥2

Soit 𝑓 la fonction définie par : 𝑓(𝑥) = {𝑒 , 𝑠𝑖 𝑥 ∈ ℝ‛{−1; 1}


𝑥2 −1

𝑓(−1) = 𝑓(1) = 𝑂
On désigne par (C) la courbe représentative de f.
1) Démontrer que f est dérivable à droite en -1 et a gauche en 1.
2) Etudier et tracer (C)
Solution :
𝑥2

𝑓(𝑥) = { 𝑒 𝑥2 −1

𝑓(−1) = 𝑓(1) = 𝑂
1) Démontrons que f est dérivable à droite en -1 et à gauche en 1.
∀𝑥 ∈ ℝ‛{−1; 1},
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(−1) 𝑒 𝑥2 −1
On a : =
𝑥+1 𝑥+1
1 𝑥2
= 𝑒 𝑥2−1
𝑥+1
𝑥2 − 1 𝑥2 𝑥2
= 2 ( 𝑒 𝑥 2 −1
)
𝑥 (𝑥 + 1) 𝑥 2 − 1
𝑥−1 𝑥2 𝑥2
= 2 ( 2 𝑒 𝑥2−1 )
𝑥 𝑥 −1

133
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(−1) 𝑥−1 𝑥2
= (𝑥 2 −1 𝑒 𝑥2−1 )
𝑥+1 𝑥2
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(−1) 𝑥−1 𝑥2
Donc lim𝑥→−1+ = lim𝑥→−1+ (𝑥 2 −1 𝑒 𝑥2 −1 )
𝑥+1 𝑥2
𝑥2 +
= −2 𝑒𝑡𝑒𝑛 𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡 𝑋 = 𝑥 2 −1 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑑 { 𝑥 → − 1
𝑥−1
On a :lim𝑥→−1+ 𝑥2 𝑥 → −∞
𝑥2
𝑥2
lim𝑥→−12 𝑥 2 −1 𝑒 𝑥2−1 = lim𝑋→+∞ 𝑋𝑒 𝑋 = 0,
𝑓(𝑥)−𝑓(−1)
Donc : lim𝑥→−1+ =0
𝑥+1
De même, ∀ 𝑥 ≠ 1 𝑒𝑡 𝑥 ≠ −1, 𝑜𝑛 𝑎 :
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑒 𝑥2 −1
=
𝑥−1 𝑥−1
𝑥2 𝑥2 𝑥2
= 𝑥 2(𝑥−1) (𝑥 2 −1 𝑒𝑥 2 −1)
𝑥2
𝑥+1 𝑥2
= (𝑥 2 −1 𝑒 𝑥2 − 1)
𝑥2
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑥+1 𝑥2
= (𝑥 2 −1 𝑒 2
𝑥 −1 )
𝑥−1 𝑥2
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑥+1 𝑥2
Alors : lim𝑥→1− = lim𝑥→1− (𝑥 2 −1 𝑒 𝑥2−1 ).
𝑥−1 𝑥2
𝑥−1 𝑥2 𝑥→1
On a : lim𝑥→1− = 2 𝑒𝑡 𝑒𝑛 𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡 𝑋 = 𝑥 2 −1 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑑 [
𝑥2 𝑋 → −∞,
𝑥2
𝑥+1
lim𝑥→1− 𝑒 𝑥2 −1 = lim𝑋→−∞ 𝑋𝑒 𝑋 = 𝑂
𝑥2
𝑓(𝑥)−𝑓(1)
Donc : lim𝑥→1− =𝑂
𝑥−1
On en déduit que 𝑓 est dérivable à droite en -1 et à gauche en 1 𝑒𝑡 𝑓’𝑑(−1) = 𝑓’𝑑(1) = 𝑂.
2) Etudions et traçons( Cf.) .
Df =ℝ
𝑥2
- lim𝑥→±∞ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→±∞ 𝑒 𝑥2 −1 =𝑒
lim𝑥→±∞ 𝑓(𝑥) = 𝑒
𝑥2
- lim𝑥→−1+ 𝑓(𝑥) = lim𝑥→−1+ 𝑒 𝑥2 −1 = 𝑒 −∞ = 0 ⇒ lim𝑥→−1+ 𝑓(𝑥) = 0 et lim𝑥→−1− 𝑓(𝑥) =
+∞
𝑥2
- lim𝑥→1− 𝑓(𝑥) = 𝑒 𝑥2−1 = 𝑒 −∞ = 0 ⇒ lim𝑥→1− 𝑓(𝑥) = 𝑜 𝑒𝑡 lim𝑥→1+ 𝑓(𝑥) = +∞
Donc la droite d’équation 𝑦 = 𝑒 est asymptote horizontale à (𝐶𝑓) et les droites d’équations
𝑥 = 1 et 𝑥 = −1 sont asymptotes verticales à (𝐶𝑓).
Pour tout 𝑥 ∈ 𝑅 {−1; 1};
′ 𝑥2
𝑥2
On a : 𝑓 ′ (𝑥) = (𝑥 2 −1) 𝑒 𝑥2−1
𝑥2
2𝑥(𝑥 2 −1)−2𝑥(𝑥 2 )
= 𝑒 𝑥2 −1
(𝑥 2 −1)2
𝑥2
−2𝑥
Donc : 𝑓 ′ (𝑥) = (𝑥 2 −1)2 𝑒 𝑥2−1

134
𝑥2
𝑓 ′ (𝑥) = 𝑂 ⇔ −2𝑥𝑒 𝑥2−1 = 𝑂
𝑥2
⇔ −2𝑥 = 𝑂 𝑒𝑡 𝑒 𝑥2 −1 > 0
𝑥2
⇔ 𝑥 = 0 𝑒𝑡 𝑒 2
𝑥 −1 >0

𝑇𝑎𝑏𝑙𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑒 𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛

Représentation graphique de (𝑐𝑓)

Représentation graphique

II3- Fonctions exponentielles de base à (𝒂 > 𝟎)


3.1- Définition et propriétés
1.1- Définition.

135
Soit 𝑎 un nombre réel strictement positif et différent de 1.
① Pour tout nombre réel 𝑥, 𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑎 𝑥 = 𝑒 𝑥𝑙𝑛𝑥
② On appelle la fonction exponentielle de base 𝑎, l’application
𝑒𝑥𝑝𝑎 ∶ ℝ → ℝ∗+
𝑥 → 𝑎𝑥
Donc : ∀ 𝑥 ∈ ℝ, 𝑒𝑥𝑝𝑎 (𝑥) = 𝑎 𝑥 = 𝑒 𝑥𝑙𝑛𝑎 (𝑎 > 0; 𝑎 ≠ 1)
Ainsi 𝑒 𝑥 est appelé exponentielle de base 𝑒.
1.2-proprièté :
1) Pour tous nombre réel 𝑎 > 0 𝑒𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡𝑜𝑢𝑡 𝑟é𝑒𝑙 𝑥, 𝑜𝑛 𝑎 ∶
𝑙𝑛𝑎 𝑥 = 𝑥𝑙𝑛𝑎;
2) 𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑡𝑜𝑢𝑠 𝑎 > 0 𝑒𝑡 𝑏 > 0 𝑒𝑡 ∀ 𝑥, 𝑦 ∈ ℝ, 𝑜𝑛 𝑎:
① 𝑎 𝑥+𝑦 = 𝑎 𝑥 . 𝑎 𝑦
1
② 𝑎−𝑦 = 𝑎𝑦
𝑎𝑥
③ 𝑎 𝑥−𝑦 = 𝑎𝑦
④ (𝑎𝑏)𝑥 = 𝑎 𝑥 𝑏 𝑥
𝑎 𝑥 𝑎𝑥
⑤( ) = 𝑥
𝑏 𝑏
⑥ (𝑎 𝑥 )𝑦 = 𝑎 𝑥𝑦
Application 1 :
Considère la fonction de ℝ → ℝ définie par : 𝑓(𝑥) = 𝑥3−𝑥 et (𝑐) sa courbe représentative
𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑛 𝑚𝑢𝑛𝑖 𝑑𝑢 𝑟𝑒𝑝é𝑟𝑒 (0, 𝐼, 𝐽).
1) 𝑎) Déterminons la limite de f en −∞
b) Déterminons la limite en +∞ de la fonction g definie par 𝑔(𝑥) = 𝑓(𝑥) × 𝑙𝑛3. En
déduire la limite en +∞ de la fonction f
2) Etudier les variations de f sur ℝ
3) construire la courbe (𝑐𝑓)𝑑𝑒 𝑓
Application 2 :
On considère dans la fonction numérique définie par : 𝑓(𝑥) = (𝑎𝑥 2 + 𝑏)𝑒 1+𝑐𝑥 (𝐶) sa courbe
représentative dans un repère orthogonal, unité 2 cm.
1) Déterminer les réels 𝑎, 𝑏 et 𝑐 pour que la courbe (𝐶) :
- Admet un minimum relatif au point 0 ;
- Passe par le point 𝐴(11) et qu’en ce point, elle admet une tangente de coefficient directeur
égal à 1.
2) Les réels 𝑎, 𝑏 et 𝑐 étant déterminés, justifier que 𝑓 est dérivable sur ℝ et que sa fonction
dérivée est 𝑓 ′ (𝑥) = −(𝑥 2 − 2𝑥)𝑒 1−𝑥 .
3) Etudier les variations de 𝑓 et tracer la courbe (𝐶) de 𝑓.
1
4) Soit 𝑛 un entier naturel non nul, on considère l’intégrale 𝐼𝑛 = ∫0 𝑥 𝑛 𝑒 1−𝑥 𝑑𝑥.
a) Etablir une relation entre 𝐼𝑛+1 et 𝐼𝑛 .
b) Calculer 𝐼2 et donner une interprétation graphique du nombre 𝐼2 .
5) a) Démontrer que pour tout 𝑥 réel de [0; 1] et pour tout 𝑛 ∈ ℕ∗ :
On a l’inégalité suivante : 𝑥 𝑛 ≤ 𝑥 𝑛 𝑒 1−𝑥 ≤ 𝑥 𝑛 𝑒.
b) En déduire un encadrement de 𝐼𝑛 , puis la limite de 𝐼𝑛 quand 𝑥 tend vers +∞.

136
Application 3 :
1
Partie A : Soit la fonction définie sur ℝ par : 𝑓(𝑥) = 2 𝑥 2 𝑒 −𝑥 . On note (𝐶) la courbe représentative
de 𝑓 dans un plan 𝒫 rapporté à un repère orthogonal (0; 𝐼; 𝐽) unité graphique 1cm sur (𝑂𝑥) et 10
cm sur (𝑂𝑦).
1) a) Déterminer la limite de 𝑓 en −∞.
𝑥
𝑥
b) Déterminer la limite de 𝑓 en +∞ (on pourra noter que 𝑓(𝑥) = 2 [2 𝑒 −2 ]
c) Expliciter la dérivée 𝑓′ de 𝑓 et étudier, c’est à dire signe de 𝑓′(𝑥).
d) Etudier les variations de 𝑓.
e) Construire la courbe(𝐶) de 𝑓 dans le plan.
𝑥
2) On considère la fonction F définie sur [0 ; +∞[ par F (𝑥) = ∫0 𝑓(𝑡)𝑑𝑡
𝑥
a) Utiliser une intégration par partie pour calculer : 𝐼(𝑥) = ∫0 𝑡𝑒 −𝑡 𝑑𝑡
𝑥2
b) Montrer en utilisant a) et une nouvelle intégration par partie que 𝐹(𝑥) = 1 − 𝑒 −𝑡 (1 + 𝑥 + ).
2
c) Montrer que F est une fonction strictement croissante telle 0 ≤ 𝐹(𝑥) ≤ 1 pour tout 𝑥.
d) Montrer en utilisant 1-b), que F admet en +∞ une limite que l’on déterminera. En déduire
que l’équation F(x) = c, avec 0 ≤ 𝑐 ≤ 1 admet une solution et une seule dans [0; +∞[.
Partie B : Dans cette partie, on se propose de résoudre l’équation 𝐹(𝑥) = 0,95. pour cela, on
𝑥2
introduit la fonction auxiliaire : g(𝑥) = 𝑙𝑛 (1 + 𝑥 + ) + 𝑙𝑛20
2
1) Montrer que l’unique réel 𝛼 tel que 𝐹(𝛼) = 0,95 est aussi l’unique solution de g(𝑥) = 𝑥.
2) Montrer que g est une fonction strictement croissante sur ℝ. en déduire que l’image
g([5; 10] est incluse dans [5; 10]
1
3) a) Justifier que |g′(x)|≤ 3 pour tout 𝑥 ∈ [5; 10]
1
b) En déduire |g(𝑣) − g(𝑢) |≤ 3| 𝑣 − 𝑢| pour tout 𝑥 ∈ [5; 10]
c) Montrer que 𝛼 ∈ [0; 10].
4) On considère la suite (𝑈𝑛 ) de nombres de l’intervalle [0; 10] définie par 𝑈0 = 5 et 𝑈𝑛+1 = 𝑔(𝑈𝑛 ).
5
a) Utiliser la question 3. c) par récurrence sur n que : |𝑈𝑛 − 𝛼| ≤ 𝑛 ;
3
−2
b) Déterminer 𝑛0 tel que |𝑈𝑛0 − 𝛼| < 10 .
c) Donner une valeur décimale approchée 10−2 près de 𝛼.
Remarque :
𝑓 a :𝑥 → 𝑎 𝑥 = ℮𝑥 ln 𝑎
①𝐷𝑓 = ℝ

②𝑓′a(𝑥) = (℮𝑥 ln 𝑎 ) = ln 𝑎℮𝑥 ln 𝑎 ∀ 𝑥 ∈ ℝ, 𝑓 a est dérivable sur ℝ
𝑓′a est du signe de ln 𝑎 :
On a deux cas :
1er cas : 0<a<1
1) lim𝑥→+∞ 𝑎 𝑥 = 0
2) lim𝑥→−∞ 𝑎 𝑥 = +∞
𝑎𝑥
3) lim𝑥→−∞ = −∞
𝑥
e
2 cas : a>1
1) lim𝑥→−∞ 𝑎 𝑥 = 0
2) lim𝑥→+∞ 𝑎 𝑥 = +∞

137
𝑎𝑥
3) lim𝑥→+∞ = +∞
𝑥
3 .2-Résolution d’équation
Exemples :
Résolutions dans ℝ
(E) :22𝑥+3 − 3 × 2𝑥+1 = 0
On a :22𝑥+3 − 3 × 2𝑥+1 + 1 = 22𝑥 × 23 − 3 × 2𝑥 × 2 + 1
8 × 22𝑥 − 6 × 2𝑥 + 1
En posant 𝑋 = 2𝑥 ,on réecrit et de la forme :
8𝑋 2 − 6 × +1 = 0 ⟺ Δ′ = 9 − 8 × 1 = 1 > 0
3−1 1 3+1 1
⟺ 𝑋1= 8 = 4 𝑒𝑡 𝑋2= 8 = 2
1 1 1 1
⟺ 8 (𝑋 − ) (𝑋 − ) = 0 ⟺ 8 (2𝑋 − ) (2𝑥 − ) = 0
4 2 4 2
𝑥 1 𝑥 1
⟺ 2 = 4ou 2 = 2
𝟏 𝟏
⟺ ℮𝑿 𝐥𝐧 𝟐 = ou ℮𝑿 𝐥𝐧 𝟐 = 𝟐
𝟒
⟺ 𝑥 ln 2 = − ln 4 OU 𝑥 ln 2 = − ln 2
ln 4 ln 2
⟺ 𝑥 = − ln 2ou𝑥 = − ln 2 = −1
2 ln 2
⟺𝑥=− ou𝑥 = −1 ⟺ 𝑥 = −2 ou 𝑥 = −1
ln 2
𝑆 = {−2; −1}

III. Fonctions puissances :


III.1- Etudes des fonctions puissances.
1.1- Définition :
soit 𝛼 un nombre réel.
On appelle fonction puissance d’exposant 𝛼, la fonction 𝑥 → 𝑥 2 .
∀ 𝑥 > 0,on a : 𝑥 𝛼 = ℮𝛼ln 𝑥
La fonction 𝑥 → 𝑥 𝛼 est définie sur ]0; +∞[ et b sa fonction dérivée est la fonction 𝑥 →
𝛼 𝛼 ln 𝑥

𝑥
1.2-Fonction 𝒖𝜶 (𝜶 ∈ ℝ)
Propriétè1 :
Soit 𝛼 un nombre réel et U une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle K.
la fonction 𝑥 → 𝑢(𝑥)𝛼 est la composée des fonctions 𝑥 → 𝑢(𝑥) et 𝑥 𝛼 .Elle est dérivable sur k
et on a (𝑢𝛼 )′ = 𝛼𝑢′𝑢𝛼 d
De plus , on a :𝑢(𝑥)𝛼 = ℮𝛼 ln 𝑢(𝑥)
Propriete2 :
Soit ∝ un nombre réel diffèrent de -1, u une fonction dérivable strictement positive sur un
𝑢∝+1
intervalle K. la fonction u’u² admet pour primitive sur K la fonction .
∝+1
Exemple :
La fonction 𝑓(𝑥) = 2𝑥(1 − 𝑥²)√2 admet pour primitive sur ]−1; 1[ la fonction
(1−𝑥²)√2+1
𝑓(𝑥) = − .
√2+1
III2- Croissance comparée de lnx ,𝒆𝒙 𝒆𝒕 𝒙∝
138
2.1- Limites de référence :
Propriétés :
Soit 𝛼 ∈ ℝ+ . on a :
𝑙𝑛𝑥 𝑒𝑥
1) lim𝑥→+∞ =𝑂 3) lim𝑥→+∞ 𝑒 ∝ = +∞ 5)lim𝑥→−∞ |𝑥|2 𝑒 𝑥 =O
𝑥2
𝑙𝑛𝑥
2) lim𝑥→𝑂+ 𝑥 2 𝑙𝑛𝑥 =𝑂 4)lim𝑥→+∞ 𝑥 2 𝑒 −𝑥 = 𝑂 6)lim𝑥→+∞ =𝑂
𝑒𝑥
Remarque :
Lorsqu’on ne peut conclure directement, on peut conjoncture la limite d’une fonction
comportant des fonction logarithme ou expo en remarquant que :
- La fonction expo soit plus vite que la fonction puissance ;
- La fonction soit plus que la fonction logarithme népérien

Application 1 :
𝑥−1 1
𝑓(𝑥) = | | , 𝑠𝑖 𝑥 ≠ 1
Soit 𝑓 la fonction définie par : { 𝑥 √2
𝑓(1) = 0
On désigne par (c) la courbe représentative de f.
1) Etudier la continuité et la dérivabilité de f en 1
2) Etudier et tracer (c).
Résolution :
𝑥−1 1
𝑓(𝑥) = | | , 𝑠𝑖 𝑥 ≠ 1
{ 𝑥 √2
𝑓(1) = 𝑂
1) Continuité et dérivabilité en 1 de f
- Continuité en 1,
𝑥−1 1 1 𝑥−1
𝑓(𝑥) = | | = 𝑒 √2 𝑙𝑛 | |.
𝑥 √2 𝑥
1 𝑥−1
lim 𝑓(𝑥) = lim 𝑒 √2 ln ( ) = 𝑒 −∞ = 0
𝑥→1 𝑥→1 𝑥
lim𝑥→1 𝑓(𝑥) = 𝑓(1) = 0.
Donc f est continue en 1.
- Dérivabilité en 1
1
𝑥−1
𝑓(𝑥) − 𝑓(1) 𝑒 √2 ln( )
𝑥
lim+ = lim+
𝑥→1 𝑥−1 𝑥→1 𝑥−1
1
𝑥−1
𝑒 √2 ln( )
𝑥
= lim 𝑥→1+ 𝑒 ln(𝑥−1)
1 1
( −1) ln(𝑥−1)− 𝑙𝑛𝑥
= lim 𝑥→1+ 𝑒 √2 √2 = +∞
𝑓(𝑥)−𝑓(1)
Alors : lim𝑥→1+ = +∞
𝑥−1
1 1−𝑥
ln( )
𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑒 √2 𝑥
lim𝑥−1− = lim𝑥→1−
𝑥−1 𝑥−1
1 1−𝑥
ln( )
𝑒 √2 𝑥
= lim𝑥→1− (− 1−𝑥
)

139
1 1−𝑥
ln( )
𝑒 √2 𝑥
= lim𝑥→1− = −∞
𝑒 ln(1−𝑥)

𝑓(𝑥)−𝑓(1) 𝑓(𝑥)−𝑓(1)
lim𝑥→1+ = +∞ 𝑒𝑡 lim𝑥→1− = −∞, donc 𝑓 n’est pas dérivable en 1.
𝑥−1 𝑥−1
2) 𝐷𝑓 = ]−∞; 0[∪] 0; +∞[
lim𝑥→−∞ (𝑓𝑥) = 1 𝑒𝑡 lim𝑥→+∞ 𝑓(𝑥) = 1.
lim𝑥→0< (𝑓𝑥) = lim𝑥→0> 𝑓(𝑥) = +∞.
Sens de variation
𝑙𝑎 𝑓𝑜𝑛𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑓 𝑒𝑠𝑡 𝑑é𝑟𝑖𝑣𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝐷𝑓 𝑒𝑡 𝑠𝑎 𝑑𝑒𝑟𝑖𝑣é𝑒 𝑒𝑠𝑡 ∶
1
1 𝑥−1 √2
𝑓′(𝑥) = | |
√2|𝑥−1| 𝑥
𝑥−1
𝑓′(𝑥) = 0 ⇔ =0
𝑥
lim 𝑓(𝑥) = lim> 𝑓(𝑥) = +∞
𝑥→0< 𝑥→0

Tableau de variation

140
Fin

141
Chapitre 10 : DENOMBREMENT ET PROBABILITES
I. Analyse combinatoire
I1 –Notation factorielle
𝐈𝟏.𝟏 − Definition:
Soit n un entier naturel non nul.
On appelle factorielle de n, le produit des entiers positifs de 1 à n noté par :
𝑛! = 𝑛(𝑛 − 1)(𝑛 − 2) × … × 2 × 1
On lit « factorielle n ».
Exemple :
3! = 3 × 2 × 1
4! = 4 × 3 × 2 × 1
Par convention : 0! = 1
𝐈𝟐 –Permutation :
𝟐. 𝟏 − Definition:
Soit E un ensemble non vide de cardinal n ; ( un est un entier naturel).
On appelle permutation de n éléments de E, toute suite ordonner formée à partir de de n
éléments distincts de E.
On la note :𝑃𝑛 = 𝑛(𝑛 − 1)(𝑛 − 2) × … × 2 × 1 = 𝑛!
Exemple :
Soit 𝐸 = {𝑎; 𝑏; 𝑐}
Le nombre de permutation des éléments de E est :
𝑃3 = 3! = 3 × 2 ×= 6
Les permutations des éléments de E sont : 𝑎𝑏𝑐; 𝑎𝑐𝑏; 𝑏𝑎𝑐; 𝑏𝑐𝑎; 𝑐𝑎𝑏 𝑒𝑡 𝑐𝑏𝑎.
𝐈𝟑 – Arrangement avec répétition :
𝟑. 𝟏 − Definition:
Soit E un ensemble non vide.
On appelle arrangement avec répétition de k éléments parmi les n éléments de E, toute suite
ordonnée de k éléments de E distincts ou non ( non nécessairement distinct).
Le nombre est noté : 𝑨𝒌𝒏 = 𝒏𝒑.
𝐈𝟒 – Arrangement sans répétition :
𝟒. 𝟏 − Definition:
Soit E un ensemble non vide.
On appelle arrangement sans répétition de k éléments de E, toute suite ordonnée de k
éléments de E distincts deux à deux (𝑝 < 𝑛).
𝒏!
On le note 𝑨𝒌𝒏 = (𝒏−𝒑)!
Exemple :
On peut placer de 74 façons différentes 4 lettres distinctes dans 7 boites aux lettres.
Exercice d’application:
1) De combien de façons différentes, peut-on placer 4 lettres distinctes dans 20 boites aux
lettres ?

142
2) A Partir de 3 lettres a, b et c, combien de mots de 2 lettres non nécessairement distincte
peut-on former ?
3) De combien de façon différentes peut- on ranger 7 livres :
a) Dans n’importe quel ordre ?
b) Si 3 livres particuliers doivent rester ensemble ?
c) Si 2 livres particuliers doivent prendre les positions extrêmes ?
4) Une classe comporte 9 garçons et 3 filles. De combien de façons peut-on faire un choix
de 4 élèves.
a) Quelconques ?
b) Comprenant au moins une fille ?
c) Comprenant exactement une fille ?
𝐈𝟓 – Combinaison :
𝟓. 𝟏 − Definition:
Soit E un ensemble non vide.
On appelle combinaison de k éléments de E, toute partie de E à k éléments.
𝒏!
On le note 𝑪𝒌𝒏 = 𝒑!(𝒏−𝒑)!
Exemple :
De combien de façons peut-on former un comité de trois personnes dans une assemblée de
10 hommes et 6 femmes ?
C’est une combinaison de 3 personnes sur un total de 16.
𝟏𝟔!
On a : 𝑪𝟑𝟏𝟔 = 𝟑!(𝟏𝟔−𝟑)! = 𝟓𝟔𝟎
Il y a donc 560 façons différentes de former un comité de 3 personnes dans cette
assemblée.
Quelques valeurs particulières :
𝑨𝟎𝒏 = 𝟏 𝑪𝟎𝒏 = 𝑪𝒏𝒏 = 𝟏
𝑨𝒏𝒏 = 𝒏! 𝑪𝟏𝒏 = 𝑪𝒏−𝟏
𝒏 =𝒏
𝟏
𝑨𝒏 = 𝒏
Propriété :
Pour tous entiers naturels n et p tel que p soit inférieur ou égal à n, on a :
𝒏−𝒑 𝒑
𝑪𝒏 = 𝑪𝒏
𝒑−𝟏 𝒑 𝒑
Si de plus 𝟎 < 𝒑 < 𝒏, alors : 𝑪𝒏−𝟏 + 𝑪𝒏−𝟏 = 𝑪𝒏
Résumé :
Types de
Ordre Répétitions d'éléments Dénombrement
tirages
Successifs Un élément peut être
𝑛𝑝 ( p-uplets)
Avec remise On tient compte tiré plusieurs fois
Successifs de l'ordre 𝒏!
𝑨𝒌𝒏 = (𝒏−𝒑)! (arrangement)
Avec remise Un élément n'est tiré
L'ordre qu'une seule fois 𝒏!
Simultanés 𝑪𝒌𝒏 = 𝒑!(𝒏−𝒑)! (Combinatoires)
n'intervient pas

143
II. Calcul de probabilité :
𝐈𝐈𝟏 – Eventualité, Univers, Evènement
𝟏. 𝟏 − Definition 1:
On appelle Eventualité, une épreuve donnant un nombre fini de résultats. L’ensemble de
toutes les éventualités est appelé l’Univers.
Exemple :
Le lancer d’une pièce de monnaie, le lancer d’un dé … sont des expériences aléatoires, car
avant de les effectuer, on ne peut pas prévoir avec certitude quel en sera le résultat, résultat
qui dépend en effet du hasard.
A cette expérience aléatoire, on associe l’ensemble des résultats possibles appelé univers.
Ses éléments sont appelés éventualités.
𝟐. 𝟏 − Definition 2:
On appelle évènement, toute partie de l’univers des cas possibles Ω.
Les sous-ensembles de l’univers Ω sont appelés événements.
♦ Les événements formés d’un seul élément sont appelés événements élémentaires.
♦ Etant donné un univers Ω, l’événement Ω est l’événement certain.
♦ L’ensemble vide est l’événement impossible.
♦ L’événement formé des éventualités qui sont dans A et dans B est noté : 𝐴 ∩ 𝐵.
𝐴 ∩ 𝐵 se lit « A inter B »
♦ L’événement formé des éventualités qui sont dans A ou dans B est noté : 𝐴 ∪ 𝐵.
𝐴 ∪ 𝐵 se lit « A union B »
♦ Etant donné un univers Ω et un événement A, l’ensemble des éventualités qui ne sont pas
dans A constitue un événement appelé événement contraire de A, noté 𝐴 appelé
complémentaire de A.
♦A et B sont incompatibles si et seulement si 𝐴 ∩ 𝐵 = ∅.
Pour décrire mathématiquement une expérience aléatoire, on choisit un modèle de cette
expérience ; pour cela on détermine l’univers et on associe à chaque événement
élémentaire un nombre appelé probabilité.
𝐈𝐈𝟐 – Calcul de probabilités d’un évènement
𝟐. 𝟏 − Definition:
Ω est l’univers des éventualités d’une expérience aléatoire.
Une probabilité sur l’univers Ω est une application 𝒫 de 𝒫(Ω) ⟶ [0; 1] qui, à toute partie A
de Ω associe le nombre réel 𝑃(𝐴) appelé probabilité de l’évènement A et qui vérifie les
conditions suivantes :
- 0 ≤ 𝑃(𝐴) ≤ 1 ;
- 𝑃(Ω) = 1, (probabilité de m’évènement certain) ;
- 𝑃(∅) = 0,
𝟐. 𝟏 − Propriété :
Soit P une probabilité définie sur l’univers Ω et A et b deux évènements, on a :
- 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐵) − 𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 )
- Si 𝐴 ∩ 𝐵 = ∅, alors 𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 ) = 0, donc : 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐵)

144
- 𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐵) − 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 )
- 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐴) = 1 ⟹ 𝑃(𝐴) = 1 − 𝑃(𝐴)
𝑐𝑎𝑟𝑑𝐴
- Si tous les évènements élémentaires de Ω ont la même probabilité, alors : 𝑃(Ω) = 𝑐𝑎𝑟𝑑Ω
𝐈𝐈𝟑 – Indépendance des évènements
𝟑. 𝟏 − Definition:
Soit P, une probabilité définie sur un univers Ω.
Deux évènements A et B sont dits indépendants pour la probabilité P, lorsque :
𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴 ) × 𝑃(𝐵).
- Deux évènements sont dits indépendants lorsque la réalisation de l’un n’influe pas sur la
réalisation de l’autre ;
- Si n épreuves sont indépendants, alors pour évènements 𝐴1 , 𝐴2 , 𝐴3 , … . , 𝐴𝑛 de chacun
des univers associé à ces épreuves, on a :
𝑃(𝐴1 ∩ 𝐴2 ∩ 𝐴3 … ∩ 𝐴𝑛 ) = 𝑃(𝐴1 ) × 𝑃(𝐴2 ) × 𝑃(𝐴3 ) × … × 𝑃(𝐴𝑛 ).

Résumé :
Parties de E Vocabulaire des événements Propriété
𝐴 A quelconque 0 ≤ 𝑃(𝐴) ≤ 1
∅ Evénement impossible 𝑃(∅) = 0
Ω Evénement certain 𝑃(Ω) = 1
𝐴 ∩𝐵 = ∅ A et B sont incompatibles 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐵)
𝐴 A est l’événement contraire de A 𝑃(𝐴) = 1 − 𝑃(𝐴)
𝐴, 𝐵 A et B quelconques 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 ) = 𝑃(𝐴) + 𝑃(𝐵) − 𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 )

Exemple :
On considère l’ensemble E des entiers de 20 à 40. On choisit l’un de ces nombres au hasard.
A est l’événement : « le nombre est multiple de 3 »
B est l’événement : « le nombre est multiple de 2 »
C est l’événement : « le nombre est multiple de 6 ».
Calculer 𝑃(𝐴), 𝑃(𝐵) , 𝑃(𝐶), 𝑃(𝐴 ∩ 𝐵 ), 𝑃(𝐴 ∪ 𝐵 ), 𝑃(𝐴 ∩ 𝐶) et 𝑃(𝐴 ∪ 𝐶).
𝐈𝐈𝟒 – Equiprobabilité
𝟒. 𝟏 − Definition:
On dit qu’il y a équiprobabilité quand tous les événements élémentaires ont la même
probabilité.
Dans une situation d’équiprobabilité, si Ω a 𝑛 éléments et si E est un événement composé de
card E
m événements élémentaires : 𝑃(𝐸) = card Ω où cardE et card
le nombre d’éléments de E et de Ω.
On le mémorise souvent en disant que c’est le nombre de cas favorables divisé par le
nombre de cas possibles.
Remarque :
Les expressions suivantes « dé parfait », « pièce parfaite », « cartes bien battues », « boule
tirée de l’urne au hasard », «boule indiscernable au toucher»,

145
« boules indiscernables » … indiquent que, pour les expériences réalisées, le modèle associé
est l’équiprobabilité.
Exemple 1 :
On lance deux fois de suite un dé équilibré.
1) Représenter dans un tableau les 36 issues équiprobables.
2) Calculer la probabilité des événements :
A : « on obtient un double » ; B : « on obtient 2 numéros consécutifs »
C : « on obtient au moins un 6 » ; D : « la somme des numéros dépasse 7 ».
Exemple 2:
On lance 4 fois de suite une pièce équilibrée.
1) Dresser la liste des issues équiprobables.
2) Quel est l’événement le plus probable : A ou B ?
A : « 2 piles et 2 faces »
B : « 3 piles et 1 face ou 3 faces et 1 pile »
𝐈𝐈𝟓 – Probabilité conditionnelle
𝟓. 𝟏 − Definition
Soit P une probabilité sur un univers des cas possibles Ω et soit a un évènement de
probabilité non nulle.
Pour tout évènement B, on appelle de A sachant B, le nombre réel noté :
𝑃(𝐴 ∩𝐵 ) 𝑃(𝐴 ∩𝐵 )
𝑃𝐴 (𝐵) = 𝑜𝑢 𝑃(𝐴/𝐵) =
𝑃(𝐵) 𝑃(𝐵)
Exemple :
En fin de 1ere S, chaque élève choisit une et une seule spécialité en terminale suivant les
répartitions ci –dessous :

Par spécialité :
Mathématiques Sciences physiques SVT
40% 25% 35%

Sexe de l’élève selon la spécialité :


Spécialité Mathématiques Sciences physiques SVT
Sexe
Fille 45% 24% 60%
Garçon 55% 76% 40%

On choisit un élève au hasard.


1) Construire l’arbre pondéré de cette expérience aléatoire.
2) a) Quelle est la probabilité de chacun des événements suivants ?
F : « l’élève est une fille », M : « l’élève est en spécialité maths ».
b) Quelle est la probabilité que ce soit une fille ayant choisi spécialité mathématiques ?
c) Sachant que cet élève a choisi spécialité mathématiques, quelle est la probabilité que
ce soit une fille ?
On appelle probabilité de F sachant M cette probabilité (conditionnelle) et on la note
𝑃𝑀 (𝐹)ou 𝑃𝐹 (𝑀).
Quelle égalité faisant intervenir 𝑃(𝐹 ∩ 𝑀 ), 𝑃(𝐹) et 𝑃𝑀 (𝐹) peut-on écrire ?
Comparer 𝑃(𝐹) et 𝑃𝑀 (𝐹) et en donner une interprétation.
d) Sachant que cet élève a choisi spécialité SVT, quelle est la probabilité que ce soit une

146
fille ?
e) Comparer 𝑃𝑆 (𝐹)et 𝑃(𝐹), et en donner une interprétation.
𝟓. 𝟐 − Arbres pondérés
Règles de construction
La somme des probabilités des branches issues d'un même nœud est 1.
La probabilité de l'événement correspondant à un trajet est le produit des probabilités des
différentes branches composant ce trajet.
Exemple
On jette une pièce.
- Si on obtient pile, on tire une boule dans l’urne P contenant 1 boule blanche et 2 boules
noires.
- Si on obtient face, on tire une boule dans l’urne F contenant 3 boules blanches et 2
boules noires.
Représenter cette expérience par un arbre pondéré.
Remarque :
Si A et B sont tous deux de probabilité non nulle, alors les probabilités conditionnelles
p(A/B) et p(B/A) sont toutes les deux définies et on a : p(A ∩B) = p(A/B)p(B) = p(B/A)p(A).
𝐈𝐈𝟔 – Schéma de Bernoulli
𝟔. 𝟏 − Definition :
1- Une épreuve de Bernoulli est une épreuve ayant deux éventualités ;
2- Un schéma de Bernoulli est une expérience aléatoire qui consiste à répéter n fois de
façons indépendante une épreuve de Bernoulli.
3- Soit un schéma de Bernoulli à n épreuves où pour chaque épreuve, la probabilité de
succès est notée P et celle de l’échec est notée 1 − 𝑃.
La probabilité d’obtenir exactement k succès (0 ≤ 𝑘 ≤ 𝑛) au cours de ces n épreuves
est : 𝑃𝑘 = 𝐶𝑛𝑘 𝑝𝑘 (1 − 𝑝)𝑛−𝑘

Exemple :
Une maladie atteint 3% d’une population donnée. Un test de dépistage donne les résultats
suivants :
Chez les individus malades, 95% des tests sont positifs et 5% négatifs.
Chez les individus non malades, 1% des tests sont positifs et 99% négatifs.
On choisit un individu au hasard.
1) Construire l’arbre pondéré de cette expérience aléatoire.
2) Quelle est la probabilité
a) qu’il soit malade et qu’il ait un test positif ?
b) qu’il ne soit pas malade et qu’il ait un test négatif ?
c) qu’il ait un test positif ?
d) qu’il ait un test négatif ?
3) Calculer la probabilité
a) qu’il ne soit pas malade, sachant que le test est positif ?
b) qu’il soit malade, sachant que le test est négatif ?
4) Interpréter les résultats obtenus aux questions 3a et 3b.
III. Variables aléatoires :
𝐈𝐈𝐈𝟏 – Notion de variable aléatoire
𝟏. 𝟏–Définition :

147
On appelle variable aléatoire X sur un univers Ω, toute application de Ω vers ℝ.
Vocabulaire et notation :
L’ensemble des valeurs prises par X noté 𝑋(Ω) = {𝑥1 , 𝑥2 , … , 𝑥𝑛 } est appelé univers image de
Ω par X.
𝐈𝐈𝐈𝟐 – Lois de probabilité
𝟐. 𝟏–Définition :
Soit P, une probabilité définie sur l’univers Ω.
La Loi de probabilité d’une variable aléatoire X sur Ω est l’application qui, à toutes valeurs 𝑥𝑖
prises par X, associe 𝑃(𝑋 = 𝑥𝑖 ).
Généralement, on la représente sur un tableau.
𝑥𝑖 𝑥1 𝑥2 …. 𝑥𝑛
𝑃(𝑋 = 𝑥𝑖 ) 𝑃(𝑋 = 𝑥1 ) 𝑃(𝑋 = 𝑥2 ) 𝑃(𝑋 = 𝑥𝑛 )

𝟐. 𝟐–Propriété :
Pour toute variable aléatoire X prenant les valeurs 𝑥1 , 𝑥2 , …, 𝑥𝑛 , on a :
𝑃(𝑋 = 𝑥1 ) + 𝑃(𝑋 = 𝑥2 ) + ⋯ + 𝑃(𝑋 = 𝑥𝑛 ) = 1
On écrit : ∑𝑛𝑖=1 𝑃(𝑋 = 𝑥𝑖 ) = 1
𝐈𝐈𝐈𝟑 – Fonction de répartition
𝟑. 𝟏–Définition :
Soit X une variable aléatoire définie sur Ω muni d’une probabilité P.
La fonction de répartition de X est l’application de ℝ vers [0; 1] définie par :
𝐹(𝑋) = 𝑃(𝑋 ≤ 𝑥𝑖 )
𝐈𝐈𝐈𝟒 – Espérance mathématique, variance et écart-type
𝟒. 𝟏–Définition :
On appelle respectivement espérance mathématique de X, variance de X et écart-type de X ,
les nombres suivants :
- L’espérance mathématique est le nombre E(X) défini par : 𝐸(𝑋) = ∑𝑛𝑖=1 𝑥𝑖 𝑃𝑖 .
2
- La variance est le nombre V défini par : 𝑉(𝑋) = 𝐸(𝑋 2 ) − (𝐸(𝑋)) .
- L’écart - type est le nombre défini par : 𝜎(𝑋) = √𝑉(𝑋)
Exercice d’application :
Une boite contient 4 boules rouges ,3 boules vertes et 𝑛 boules jaunes (𝑛 ∈ ℕ et 𝑛 ≥ 2). On
tire simultanément 2 boules de la boite et on suppose que les tirages sont équiprobables.
1) Exprimer en fonction de 𝑛, les probabilités des évènements :
𝐴 : « Les deux boules sont jaunes »
𝐵 : « Le tirage est unicolore »
𝐶 : « Le tirage est bicolore »
3
2) On suppose que 𝑃(𝐴) = 13 ; déduire 𝑛, puis P(B) et P(C).
3) On suppose que 𝑛 = 7. On répète 10 fois l’expérience en remettant dans la boite après
chaque tirage, les deux boules tirées. 𝑋 est la variable aléatoire qui comptabilise le
nombre de réalisation de l’évènement 𝐵.
a) Calculer la probabilité des évènements (𝑋 = 2) et (𝑋 ≥ 9).
b) Calculer l’Esperance mathématique de 𝑋 et donner une interprétation du résultat.

148
𝐈𝐈𝐈𝟓 – Loi de Binomiale
Propriété :
On considère un schéma de Bernoulli à n épreuves. On note P la probabilité de succès, X est
variable aléatoire qui prend pour valeurs le nombre de succès obtenu au cours de ces n
épreuves.
La loi de probabilité de x est : 𝑷𝒌 = 𝑪𝒌𝒏 𝒑𝒌 (𝟏 − 𝒑)𝒏−𝒌 , 𝟎 ≤ 𝒌 ≤ 𝒏.
Elle est appelée loi Binomiale de paramètre (𝑛; 𝑝)

Exemple :
Une urne contient quatre boules rouges, trois boules vertes et 𝑛 boules jaunes ; 𝑛 étant un
entier naturel supérieur ou égal à 2. On tire simultanément deux boules de l’urne et on
suppose que tous les tirages sont équiprobables.
c) Calculer en fonction de 𝑛, la probabilité des événements suivants :
A « Obtenir deux boules de même couleur »
B « Obtenir deux boules de couleurs différentes »
3
d) On suppose que la probabilité d’obtenir deux boules jaunes est de 13. Déterminer 𝑛 ;
puis 𝑃(𝐴) et 𝑃(𝐵).
e) On suppose que 𝑛 = 7. On repère cinq fois l’expérience en remettant dans l’urne après
chaque tirage, les deux boules tirées. Soit 𝑋 le nombre de fois où l’événement 𝐴 est
réalisé au cours de ces cinq répétitions. Déterminer la loi de probabilité de X.
Théorème :
Pour une loi Binomiale de paramètres (𝑛; 𝑝) :
𝐸(𝑋) = 𝑛𝑝 et 𝜎(𝑋) = 𝑛𝑝𝑞

149
Chapitre 11 : SUITES NUMERIQUES
I. Etude globale d’une suite numérique
I1 –Definition d’une suite numérique
𝐈𝟏.𝟏 − Definition:
On appelle suite numérique, toute fonction de ℕ vers ℝ généralement notée(𝑢𝑛 )𝑛 , 𝑛 ∈ ℕ
ou tout simplement(𝑢𝑛 ).
 Une suite peut être définie par une formule explicite qui permet de calculer 𝑢𝑛 en
ℕ⟶ℝ
fonction de 𝑛 telle que :
𝑛 ⟶ 𝑢𝑛 = 𝑛 + (−1)𝑛
 Une Suite peut-être définie par son premier terme et une formule de récurrence telle
𝑢𝑛 = 1
que : { 1 ; ∀𝑛 ∈ ℕ
𝑢𝑛+1 = 2 𝑈𝑛 + 3
𝐈𝟐 −Suites minorées, majorées et bornées.
𝐈𝟐.𝟏 − Définition : Soit(𝑢𝑛 )𝑛 , Une suite numérique.
 (𝑢𝑛 )𝑛 , est dite minorée, s’il existe un nombre réel 𝑚 tel que : pour tout entier
naturel 𝑛, on a : 𝑚 ≤ 𝑢𝑛 ;
 (𝑢𝑛 )𝑛 , est dite majorée, s’il existe un nombre réel M tel que : pour tout entier
naturel 𝑛, on a : 𝑢𝑛 ≤ 𝑀 ;
 (𝑢𝑛 )𝑛 , est dite bornée, si elle est à la fois minorée et bornée i.e : 𝑚 ≤ 𝑢𝑛 ≤ 𝑀.
Les nombres réels 𝑚 et 𝑀 sont respectivement appelés minorant et majorant de(𝑈𝑛 )𝑛 .
Exemple :
𝑛(−1)𝑛 +cos 𝑛
Soit (𝑢𝑛 )𝑛 ; 𝑛 ∈ ℕ, la suite définie par : 𝑢𝑛 = 𝑛+1
Démontrons que 𝑢𝑛 est bornée.
𝑛(−1)𝑛 +cos 𝑛
En effet, |𝑢𝑛 | = | |
𝑛+1
1
= 𝑛=1 |(−1)𝑛 × 𝑛 + cos 𝑛|
1
≤ (|(−1)𝑛 |. |𝑛| + |𝑐𝑜𝑠𝑛|) car |𝑥 + 𝑏| ≤ |𝑥 + 𝑏| (inégalité triangulaire)
𝑛+1
1
≤ 𝑛+1 (|𝑛| + | cos 𝑛|)𝑜𝑟 |𝑐𝑜𝑠𝑛| ≤ 1 𝑒𝑡 |𝑛| = 𝑛
1
⟹ |𝑈𝑛 | ≤ 𝑛+1 (𝑛 + 1) ⟹ |𝑢𝑛 | ≤ 1
Donc 𝑈𝑛 est minorée par −1 et majorée par 1, d’où (𝑢𝑛 ) 𝑒𝑠𝑡 𝑏𝑜𝑟𝑛é𝑒.
𝐈𝟐.𝟐 − Théorème :
En général, pour démontrer qu’une suite (𝑈𝑛 ) est bornée, l’un des procédés ci-dessous
est utile.
 Encadrer le terme général de la suite (𝑈𝑛 ) par deux nombres réels.
 Etudier la fonction 𝑓 lorsque (𝑈𝑛 ) est du type 𝑈𝑛 = 𝑓(𝑛).
 Faire un raisonnement par récurrence.
𝐈𝟑 −Sens de variations
𝐈𝟑.𝟏 –Théorème :

150
Pour étudier le sens de variation d’une suite Numérique, l’une de méthodes suivantes est
admise.
 Comparer 𝑢n et 𝑢n+1 , ceci revient à étudier le signe de : 𝑢𝑛+1 − 𝑢𝑛
𝑈𝑛+1
 Comparer 𝑒𝑡 1 pour une suite à terme positif.
𝑈𝑛

Raisonner par récurrence lorsque 𝑢𝑛 est définie par une formule de récurrence
(𝑖𝑒 𝑢𝑛+1 = 𝑓(𝑢𝑛 )
Exemple 1 :
3𝑛+2
Etudier le sens de variation de la suite (𝑢𝑛 )𝑛 définie par : 𝑢𝑛 = 2𝑛−1
Procédons par deux méthodes différentes :
Méthode 1 : comparons 𝑢𝑛+1 − 𝑢𝑛
3(𝑛+1)+2 3𝑛+2
On a: 𝑢𝑛+1 − 𝑢𝑛 = 2(𝑛+1)−1 − 2𝑛−1
3𝑛+5 3𝑛+2
= 2𝑛+1 − 2𝑛−1
(3𝑛+5)(2𝑛−1)−(2𝑛+2)(3𝑛+2)
= (2𝑛+1)(2𝑛−1)
6𝑛²−3𝑛+10𝑛−5−6𝑛2 −4𝑛−3𝑛−2
= 4𝑛²−1
−7
𝑢𝑛+1 − 𝑢𝑛 = 4𝑛2 −1 < 0 ⟹ 𝑢𝑛+1 − 𝑢𝑛 < 0,
Donc ∀ 𝑛 ∈ ℕ, donc 𝑈𝑛 est strictement decroissante.
Méthode 2 : posons 𝑢𝑛 = 𝑓(𝑛)
𝑓:ℕ⟶ℝ
On a: 3𝑥+2
𝑥→𝑓(𝑥)=
2𝑥−1
3𝑥+2 3(2𝑥−1)−2(3𝑥+2) −7
𝑓(𝑥) = 2𝑥−1 ⟹ 𝑓 ′ (𝑥) = (2𝑥−1)2
= (2𝑥−1)2 < 0,
𝑓 ′ (𝑥) < 0 ,𝑓 est strictement decroissante, donc 𝑢𝑛 est decroissante.
Exemple 2:
1
Etudions le sens de variation de la suite (𝑣𝑛 ) définie par 𝑣𝑛 = 3𝑛
𝑉𝑛+1
Comparons : 𝑒𝑡 1
𝑉𝑛
1
𝑉𝑛+1 3𝑛+1 1 3𝑛 1
On a: = 1 = 3𝑛+1 × 3𝑛 = 3𝑛×3 = 3 < 1
𝑉𝑛
3𝑛
𝑉𝑛+1 1
𝑉𝑛
= 3 < 1, donc 𝑢𝑛 est strictement decroissante.
𝐈𝟒 −Suites monotones :
𝐈𝟒.𝟏 –Ppropriétés :
Soit(𝑢𝑛 )𝑛 , 𝑛 ∈ ℕ, une suite numérique. 𝑠𝑖 ∀𝑛 ∈ 𝑁 :
 𝑢𝑛 ≤ 𝑢𝑛+1 , alors la suite (𝑢𝑛 ) est croissante ;
 𝑢𝑛 ≥ 𝑢𝑛+1 , alors la suite (𝑢𝑛 ) est décroissante ;
 𝑢𝑛 = 𝑢𝑛+1 , alors la suite (𝑢𝑛 ) est constante.
Remarque :
 Une suite (𝑢𝑛 ) est dite monotone si elle est soit croissante, soit décroissante ;
 Une suite (𝑢𝑛 ) est dite stationnaire, si elle est constante à un certain rang.
𝐈𝟓 –Suites arithmétiques, suites géométrique

151
𝐈𝟓.𝟏 –Suites arithmétiques
𝐈𝟓.𝟏.𝟏 –Definition :
Une suite (𝑈𝑛 ) est dite arithmétique lorsqu’il existe un nombre réel 𝒓 appelé raison tel que
pour tous entiers naturels 𝑛, 𝑝; on a :
𝑢𝑛+1 = 𝑢𝑛 + 𝑟 : Formule de récurrence
Si 𝑛 = 0, alors 𝑢𝑛 = 𝑢0 + 𝑛𝑟
Si 𝑛 = 1, alors 𝑢𝑛 = 𝑢1 + (𝑛 − 1)𝑟
Si 𝑛 = 2, alors 𝑢𝑛 = 𝑢2 + (𝑛 − 2)𝑟
D’une façon générale, pour tout entier naturel 𝑛 𝑒𝑡 𝑝, on a :
𝑈𝑛 = 𝑈𝑝 + (𝑛 − 𝑝)𝑟 : Formule explicite
Retenons bien :
Pour démontrer qu’une suite est arithmétique, il suffit de prouver que la différence entre
deux termes consécutifs est constante, i.e. : 𝑈𝑛+1 − 𝑈𝑛 = 𝑟,𝑛 ∈ ℕ.
𝐈𝟓.𝟏.𝟐 –Somme des termes consécutifs d’une suite arithmétique:
(𝑢𝑛 )𝑛 , est une suite arithmétique,∀ 𝑛 ∈ ℕ, on a :
𝑼𝟏 +𝑼𝒏 𝑼𝟎 +𝑼𝒏−𝟏
𝑼𝟏 + 𝑼𝟐 + … + 𝑼 𝒏 = 𝒏 × et 𝑼𝟎 + 𝑼𝟏 + 𝑼𝟐 … + 𝑼𝒏−𝟏 = 𝒏 ×
𝟐 𝟐

𝑛(𝑛+1)
En particulier : 1 + 2 + 3 + 4 + ⋯ + 𝑛 = .
2
𝐈𝟓.𝟐 –Suites géométriques
𝐈𝟓.𝟐.𝟏 – Définition :
Une suite (𝑢𝑛 ) est dite géométrique lorsqu’il existe un nombre réel 𝒒 appelé raison tel que
pour tout nombre entier naturel 𝑛, 𝑝; On a :
𝑢𝑛+1 = 𝑞𝑢𝑛 : Formule de récurrence)
𝑛
Si 𝑛 = 0, alors : 𝑢𝑛 = 𝑢0 𝑞
Si 𝑛 = 1, alors : 𝑢𝑛 = 𝑢1 𝑞 𝑛−1
Si 𝑛 = 2, alors : 𝑢𝑛 = 𝑢2 𝑞 𝑛−2
D’une façon générale, pour tout entier naturel 𝑛 𝑒𝑡 𝑝, on a :
𝑢𝑛 = 𝑢𝑝 𝑞 𝑛−𝑝 : Formule explicite
Retenons bien :
Pour démontrer qu’une suite est géométrique, il suffit de prouver que le quotient de deux
𝑈𝑛+1
termes consécutifs est constant, i.e. : = 𝑞,(𝑞 ∈ ℕ)
𝑈𝑛

𝐈𝟓.𝟐.𝟐 –Somme des termes consécutifs d’une suite géométrique:


(𝑈𝑛 )𝑛 , est une suite géométrique de raison 𝑞, (𝑞 ≠ 1),∀ 𝑛 ∈ ℕ, on a :
1−𝑞 𝑛+1 1−𝑞 𝑛
𝑈1 + 𝑈2 + … + 𝑈𝑛 = 𝑈𝑛 × et 𝑈0 + 𝑈1 + 𝑈2 … + 𝑈𝑛−1 = 𝑈0 ×
1−𝑞 1−𝑞
𝐈𝟓.𝟑 –Convergence et divergence d’une suite :
 Une suite (𝑈𝑛 ) est dite convergente lorsqu’elle admet une limite finie (𝑙) lorsque
𝑛 → +∞
 Une suite (𝑈𝑛 ) est dite divergente lorsqu’elle admet une limite infinie(∞) lorsque
𝑛 → +∞
152
II. Limite d’une suite numérique :
𝐈𝐈𝟏 –Calcul de limites
𝐈𝐈𝟏.𝟏 –Propriété:
Soit (𝑢𝑛 ), une suite definie par : 𝑢𝑛 = 𝑓(𝑛) où 𝑓est une fonction numérique. Si 𝑓 a une
limite en +∞, alors (𝑢𝑛 ) a une limite et on a :
lim 𝑢𝑛 = lim 𝑓(𝑥) , (𝑙𝑎 𝑟é𝑐𝑖𝑝𝑟𝑜𝑞𝑢𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑓𝑎𝑢𝑠𝑠𝑒)
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
Exemple :
𝑥 2 +1 𝑛2 +1
 lim 𝑙𝑛 ( ) = 0, donc la suite (𝑣𝑛 )𝑛, de terme général 𝑣𝑛 = 𝑙𝑛 ( ) converge
𝑛→+∞ 𝑥2 𝑛2
vers 0.
1 1
 lim (𝑥 cos 𝑥) = +∞, donc la suite (𝑤𝑛 )𝑛 de terme général 𝑤𝑛 = 𝑛 𝑐𝑜𝑠 𝑛 est
𝑛→+∞
divergente.
𝐈𝐈𝟐 –Convergence d’une Suite arithmétique et géométrique.
𝐈𝐈𝟐.𝟏 –Théorème :
1) Soit (𝑢𝑛 )𝑛, 𝑛 ∈ ℕ, une suite arithmétique de raison 𝑟,∀ 𝑛 ∈ ℕ, 𝑢𝑛 = 𝑢0 + 𝑛𝑟
 Si 𝑟 > 0, alors : lim 𝑢𝑛 = lim (𝑛𝑟) = +∞ ; (𝑢𝑛 )𝑛, est divergente ;
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
 Si 𝑟 = 𝑜, alors : lim 𝑢𝑛 = 𝑢0 la suite (𝑢𝑛 ) converge donc vers 𝑢0 ;
𝑛→+∞
 Si 𝑟 < 0, alors : lim 𝑢𝑛 = lim (𝑛𝑟) = −∞, (𝑢𝑛 )𝑛, est divergente ;
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
2) Soit(𝑢𝑛 )𝑛, 𝑛 ∈ ℕ, une suite géométrique de raison 𝑞 et de 1er terme 𝑢0 ≠ 0, 𝑢𝑛 = 𝑢0 𝑞 𝑛
 Si |𝑞| > 1, alors la suite (𝑢𝑛 ) est divergente.
 Si |𝑞| < 1, alors la suite (𝑢𝑛 ) est convergente.
 Si |𝑞| = 1, alors la suite (𝑢𝑛 ) est stationnaire (𝑢𝑛 = 𝑢0 )
𝐈𝐈𝟐.𝟐 –Propriétés et comparaison:
On considère les suites (𝑢𝑛 ) ,(𝑣𝑛 ) et(𝑤𝑛 ) et 𝑙 un nombre réel.
 Si (𝑢𝑛 ) et (𝑢𝑛 ) sont convergentes et si à partir d’un certain indice (𝑟𝑎𝑛𝑔), 𝑢𝑛 ≤ 𝑣𝑛 ,
alors lim 𝑢𝑛 ≤ lim 𝑣𝑛 ;
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
 Si à partir d’un certain rang, 𝑢𝑛 ≥ 𝑣𝑛 𝑒𝑡 lim 𝑣𝑛 = +∞, alors lim 𝑢𝑛 = +∞
𝑛→+∞ 𝑛→∞
 Si à partir d’un certain rang, 𝑣𝑛 ≤ 𝑢𝑛 ≤ 𝑤𝑛 et lim 𝑣𝑛 = lim 𝑤𝑛 = 𝑙,
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
alors lim 𝑢𝑛 = 𝑙 ;
𝑛→+∞
 Si à partir d’un certain rang, 𝑢𝑛 ≤ 𝑣𝑛 𝑒𝑡 lim 𝑤𝑛 = −∞, alors lim 𝑢𝑛 = −∞ ;
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
 Si la suite (𝑣𝑛 ) est telle qu’à partir d’un certain rang partir, on ait :
|𝑢𝑛 − 𝑙| < 𝑣𝑛 𝑒𝑡 lim 𝑣𝑛 = 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 lim 𝑢𝑛 = 𝑙
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
𝐈𝐈𝟑 –Convergence d’une suite monotone :
 Toute suite croissante et majorée est convergent ;
 Toute suite décroissante et minorée est convergente ;
 Toute suite croissante et non majorée diverge vers +∞
 Toute suite décroissante et non minorée diverge vers −∞

153
𝐈𝐈𝟑 –Image d’une suite par une fonction:
𝐈𝐈𝟑.𝟏 –Propriété :
Soit 𝑓 une fonction, 𝐷𝑓 son domaine de définition et (𝑈𝑛 )une suite d’éléments de 𝐷𝑓.
Si lim 𝑢𝑛 = 0et lim 𝑓(𝑥) = 𝑙, alors lim 𝑓(𝑢𝑛 ) = 𝑙. (𝑓𝑖𝑛𝑖𝑒 𝑜𝑢 𝑖𝑛𝑓𝑖𝑛𝑖𝑒)
𝑛→+∞ 𝑛→ 𝑎 𝑛→+∞
𝐈𝐈𝟑.𝟐 −Autre propriété :
Soit 𝑔 une fonction continue sur un intervalle 𝑘, (𝑈𝑛 )une suite à valeur dans 𝑘 définie parla
relation de récurrence 𝑢𝑛+1 = 𝑔(𝑢𝑛 )
Si (𝑢𝑛 ) est convergente, alors sa limite est une solution de l’équation 𝑔(𝑥) = 𝑥.
La solution ∝ de cette équation est un point fixe de 𝑔.
Retenons bien :
Si 𝑔(𝑥) = 𝑥 n’admet pas de solution, alors (𝑢𝑛 ) est divergente.
Si(𝑢𝑛 ) converge vers 𝑙 et si 𝑓 est continue en 𝑙, alors : 𝑓(𝑙) = 𝑙.
𝐈𝐈𝟒 –Croissances comparées des suites 𝒂𝒏 , 𝒏𝜶 𝒆𝒕 𝒍𝒏(𝒏) :
𝐈𝐈𝟒.𝟏 –Propriété :
Pour tout 𝑛, et ∀ 𝑎 ∈ ℝ on a :
ln 𝑥
 Si ∝ > 0, alors lim =0
𝑛→+∞ 𝑛∝
𝑛𝛼
 Si ∝ > 1 et ∝> 𝑜, alors ; lim =0
𝑛→+∞ 𝑎𝑛
𝑛𝛼
 Si 0 < 𝑎 < 1 et ∝< 0, alors lim = +∞
𝑛→+∞ 𝑎𝑛
𝐈𝐈𝟓 – Suites adjacentes :
𝐈𝐈𝟓.𝟏 −Définition :
Soit (𝑢𝑛 ) une suite croisante et (𝑣𝑛 ) une Suite décroissante. On dit que (𝑢𝑛 )et (𝑣𝑛 ) sont
adjacentes si : lim (𝑣𝑛 − 𝑢𝑛 ) = 0
𝑛→+∞
Deux suites adjacentes convergent et ont la même limite.
Exercices d’application
Exercice 1
𝑢0 = 1
Soit (𝑢𝑛 ) la suite définie par : { 𝑢 −1
𝑢𝑛+1 = 𝑢𝑛 +3 , ∀ 𝑛 ∈ ℕ
𝑛
1) Calculer 𝑢, 𝑢2 , 𝑢3 et 𝑢4 et prouver que ∀ 𝑛 ∈ ℕ, 𝑢𝑛 + 1 > 0.
1
2) Démontrer que la suite (𝑣𝑛 ) définie sur ℕ par : 𝑣𝑛 = 𝑢 est une suite arithmétique.
𝑛 +1
3) Exprimer 𝑣𝑛 puis 𝑢𝑛 en fonction de n et étudier la convergente de la suite (𝑢𝑛 ).
Exercice 2
𝑢0 = 1
On considère la suite u définie sur ℕ par : { 2𝑢𝑛
𝑢𝑛+1 = 𝑢 +2
𝑛
1
1) Démontrer que la suite 𝑣𝑛 = 𝑢 est une suite arithmétique. Préciser sa raison et son
𝑛
premier terme.
2) Exprimer 𝑣𝑛 en fonction de 𝑛, puis 𝑢𝑛 en fonction de 𝑛.
3) Calculer 𝑣0 + 𝑣1 + ⋯ + 𝑣𝑛 en fonction de 𝑛.

154
4) Etudier la convergence de la suite 𝑢.
Exercice 3
𝑢0 = 0
1) Soit u la suite définie par : { 1
𝑢𝑛+1 = 2−𝑢 , ∀∈ ℕ
𝑛
a) Calculer 𝑢1 , 𝑢2 et 𝑢3
b) Comparer les 4 premiers termes de la suite u aux 4 premiers termes de la suite W
𝑛
définie sur ℕ par : 𝑊𝑛 = 𝑛+1
𝑛
2) Soit 𝑣 la suite définie par : 𝑣𝑛 = 𝑙𝑛 (𝑛+1),∀∈ ℕ
a) Montrer que 𝑣0 + 𝑣1 + 𝑣3 = −𝑙𝑛4
b) On pose : 𝑠𝑛 = 𝑣0 + 𝑣1 + ⋯ + 𝑣𝑛 . Exprimer 𝑠𝑛 en fonction de 𝑛.
Exercice 4
𝑢0 = 0
On considère la suite (𝑢𝑛 ) définie par : { 3𝑢 +2 , ∀∈ ℕ
𝑢𝑛+1 = 𝑢 𝑛+2
𝑛

1) Démontrer que pout entier 𝑛de ℕ, 𝑢𝑛 ≠ 2


𝑢 +1
2) On pose : 𝑉𝑛 = 𝑢𝑛+2 ; ∀∈ ℕ
𝑛
a) Montrer que (𝑉𝑛 ) est une suite géométrique dont on précisera la raison et le
premier terme 𝑣0 .
b) Exprimer 𝑉𝑛 en fonction de n
c) En déduire 𝑢𝑛 en fonction de n
d) Calculer la limite de (𝑉𝑛 ) lorsque n tend vers +∞
e) Calculer en fonction de n, la somme 𝑠𝑛 = 𝑣0 + 𝑣1 + ⋯ + 𝑣𝑛 .

155
Chapitre 12 : LES INTEGRALES
I. Intégrale d’une fonction continue
𝐈𝟏 –Definition de l’intégrale d’une fonction continue
Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle I, a et b deux éléments de I.
On appelle intégrale de a à b de, le nombre réel 𝐹(𝑏) − 𝐹(𝑎) où 𝐹 est une primitive de 𝑓
sur I.
𝑏
On note : ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = [𝐹(𝑥)]𝑏𝑎 = 𝐹(𝑏) − 𝐹(𝑎))
On calcule une intégrale, il y a au moins une étape de calcul où l’on détermine une primitive
F puis une étape de calcul où l’on calcule F(b) - F(a).
Exemple :
Calculer :
1
a) ∫0 𝑥𝑑𝑥
2
b) ∫1 𝑥 2 𝑑𝑥
𝜋
c) ∫0 𝑐𝑜𝑠𝑥𝑑𝑥
𝐈𝟐 –Propriété
Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle I, a et b deux éléments de I.
𝑎
1) ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = 0
𝑏 𝑎
2) ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = − ∫𝑏 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
𝑐 𝑏 𝑎
3) ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 + ∫𝑏 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
𝐈𝟑 –Linéarité de l’intégrale
Propriété
𝑓 et 𝑓 sont deux fonctions continue sur un intervalle I.
𝑏 𝑏
1) ∫𝑎 𝛼𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = 𝛼 ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
𝑏 𝑏 𝑏
2) ∫𝑎 (𝛼𝑓 + 𝛽𝑔)(𝑥)𝑑𝑥 = 𝛼 ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 + 𝛽 ∫𝑎 𝑔(𝑥)𝑑𝑥
𝑏 𝑏
3) ∫𝑎 −𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = − ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
Exemple :
2
Calculer : 𝐼 = ∫1 𝑐𝑜𝑠2 𝑥𝑑𝑥
𝐈𝟑 –Signe de l’intégrale
Propriété
𝑓 et 𝑔 sont deux fonctions continue sur un intervalle I et a et b deux éléments de I.
𝑏
- Si 𝑓 ≥ 0 sur [𝑎 ; 𝑏], alors ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 ≥ 0
𝑏 𝑏
- Si 𝑓 ≤ 𝑔 sur [𝑎; 𝑏], alors ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 ≤ ∫𝑎 𝑔(𝑥)𝑑𝑥
𝐈𝟒 –Inégalité de la moyenne
Propriété :
Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle I a et b deux éléments de I.
1) Si pour tous réels m et M et pour tout élément x de [𝒂; 𝒃], 𝒎 ≤ 𝒇(𝒙) ≤ 𝑴, alors :
𝑏
𝒎(𝒃 − 𝒂) ≤ ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 ≤ 𝑀(𝒃 − 𝒂).

156
2) Si M est un réel tel que pour tout élément x de [𝒂; 𝒃], |𝒇(𝒙)| ≤ 𝑴, alors :
𝑏
|∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 | ≤ 𝑀(|𝒃 − 𝒂|).
II. Technique de calcul d’intégrale :
𝐈𝐈𝟏 – Technique de base
𝟏. 𝟏–Primitives usuelles
Tableau des primitives
Fonction 𝑢′ 𝑢′ 𝑒 𝑢 𝑢′ 𝑢𝛼 𝑢′ × 𝑣′ ∘ 𝑢
𝑢
Primitive 𝑙𝑛|𝑢| 𝑒𝑢 𝑢𝛼+1 𝑣∘𝑢
𝛼+1

Exemple : Calculer
2 2𝑥+4
a) ∫1 (𝑥 2 +4𝑥+1) 𝑑𝑥
𝜋
b) ∫02 𝑐𝑜𝑠𝑥𝑒 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑑𝑥
2
c) ∫−1 2(2𝑥 + 3)4 𝑑𝑥
𝟏. 𝟐–Integration par parties
Propriété :
𝑢 et 𝑣 sont deux fonctions dérivable sur un intervalle I telles que leurs dérivées soient
continues sur I a et b deux éléments de I.
𝑏 𝑏
On a : ∫𝑎 𝑢′ (𝑥). 𝑣(𝑥)𝑑𝑥 = [𝑢(𝑥). 𝑣(𝑥)]𝑏𝑎 − ∫𝑎 𝑢(𝑥). 𝑣′(𝑥)𝑑𝑥
Exemple : Calculer
1
a) ∫0 𝑥𝑒 𝑥 𝑑𝑥
2
b) ∫1 𝑙𝑛𝑥𝑑𝑥
2 𝑙𝑛𝑠
c) ∫−1 𝑥
𝑑𝑥

𝟏. 𝟑–Changement de variables
Propriété :
𝑏
Pour intégrer l’intégrale : ∫𝑎 𝑓(𝛼𝑥 + 𝛽)𝑑𝑥, avec 𝑎 ≠ 0, on peut utiliser le procéder suivant :
- Faire le changement de variables en posant : 𝑢 = 𝛼𝑥 + 𝛽, alors on obtient : 𝑑𝑢 = 𝛼𝑑𝑥 ;
𝑏 𝑢(𝑏) 1 1 𝛼𝑏+𝛽
- Utiliser l’intégrale : ∫𝑎 𝑓(𝛼𝑥 + 𝛽)𝑑𝑥 = ∫𝑢(𝑎) 𝑓(𝑢)𝑑𝑢 = ∫𝛼𝑎+𝛽 𝑓(𝑢)𝑑𝑢
𝛼 𝛼
Exemple : Calculer
−2 𝑥
a) ∫−3 𝑑𝑥
√𝑥 2 −1
1 𝑥
b) ∫−1 √9−𝑥2 𝑑𝑥
1
c) ∫0 𝑥 √𝑥 + 1𝑑𝑥
𝟏. 𝟐–Integration des fonctions paires, impaires et périodique
Propriété :
1) Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle I symétrique par rapport à l’origine.

157
𝑎 𝑎
- Si 𝑓 est paire, alors : ∫−𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = 2 ∫0 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 ;
𝑎 𝑎
- Si 𝑓 est paire, alors : ∫−𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = 2 ∫0 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
2) Soit 𝑓 une fonction continue sur ℝ périodique de période P.
Pour tous nombres réels a et b, on a :
𝑏+𝑝 𝑏
- ∫𝑎+𝑝 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
𝑎+𝑝 𝑝
- ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 = ∫0 𝑓(𝑥)𝑑𝑥
𝐈𝐈𝟐 – Intégration de fonctions particulières
𝟐. 𝟏–Intégration de fonctions trigonométriques
Exemple :
𝜋
Calculer ∫02(𝑐𝑜𝑠 3 𝑥𝑥𝑠𝑖𝑛𝑠 + 3𝑠𝑖𝑛3 𝑥)𝑑𝑥
𝟐. 𝟏–Intégration de fonctions rationnelles
Exemple : Calculer
1 1
a) ∫0 𝑥 2 −𝑥−6
𝑑𝑥
2 1
b) ∫1 𝑥(𝑥 2 +1) 𝑑𝑥
2 8𝑥+5
c) ∫0 2𝑥 2 +3𝑥+1 𝑑𝑥
Exercice d’application :
𝜋 𝜋
1) On donne I = ∫02 (cos 𝑥)2 𝑑𝑥 ; 𝐽 = ∫02 (sin 𝑥)2 𝑑𝑥
a) Calculer Ι + 𝐽 et Ι − 𝐽
b) En déduire I et J
𝜋
2) On considère les intégrales I et J suivantes : 𝐼 = ∫04 (𝑥 + 1)𝑐𝑜𝑠 2 𝑥𝑑𝑥 et
𝜋
𝐽 = ∫04 (𝑥 + 1)𝑠𝑖𝑛2 𝑥𝑑𝑥
a) Calculer Ι + 𝐽 et Ι − 𝐽
b) En déduire I et J
𝜋
3) On considère les intégrales I et J suivantes : 𝐼 = ∫04 𝑠𝑖𝑛2 𝑥𝑐𝑜𝑠 4 𝑥𝑑𝑥 et
𝜋
𝐽 = ∫0 𝑐𝑜𝑠 2 𝑥𝑠𝑖𝑛4 𝑥𝑑𝑥
4

a) Calculer Ι + 𝐽 et Ι − 𝐽
b) En déduire I et J

Fin

158
Bibliographie

 Bampena Youg E, Terminale SM, Analyse et probabilité, volume 1, Collection Maths


faciles, Edition Sopecam 2012, paru en 2013.

 C. Gauthier, Ph. Roger, C. Thiercé, Analyse Terminale (Cet E) nouvelle édition,


Hachette, septembre 1986, parue en Août 1988

 C.Talamoni, V. Brun, JP. Beltramone, J. Labrosse, A.Truchan, O.Sidokpohou, C.


Merdy, Déclic Maths Terminale S spécifique, Edition 2012 Paru le 16 mai
2012 Scolaire / Universitaire

 CIAM, Mathématiques Terminale SM, Edition Edicef 1999, paru en novembre 2004 ;
CIAM, Mathématiques Terminale SC, Edition Edicef 1999, paru 2013

 Nana Léopold, Mathématique Terminale S, Collection Le Zénith, Edtion N.A.G

 V.Tégninko, D.Sielinou, A.Bouda, R.Pokam, R.Boudy, C.Fouodji, L’Excellence en


mathématiques Terminale(D), Edition NMI Education, 1ere Edition, parue en 2014

Vous aimerez peut-être aussi