Vous êtes sur la page 1sur 55

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Larbi Ben M’hidi Oum El Bouaghi

En vue d’obtention du diplôme d’un master 2


En génie civil
Option : Structure

Encadré par:

Présenté par:
Mokrani Said
Khanfouf Rachid

Promotion -2021-
Résumé

La fondation d’un ouvrage est un élément de liaison fondamental entre celui-ci et le sol
elle est charge de transmettre correctement à ce dernier des charges et des sur charges
engendrées par la construction en service.

La fondation assure donc la stabilité de la construction c’est pourquoi sa réalisation ne


doit pas être négligée.

Pour projeter correctement une fondation, il est indispensable de posséder des


renseignements aussi précis que possibles sur les caractéristiques géotechniques des différentes
couches qui constituent le terrain de fondation a une profondeur suffisante qui depuis des
dimensions de l’ensemble du système de fondation projeté le niveau de la nappe la qualité de
l’eau contenue dans le sol et la vitesse de ses écoulements peuvent changer durant la
constriction.

La détermination des dimensions des semelles et des quantités des armatures découle des
calculs de béton armé.
‫ملخص‬
‫عنصرا أساسيًا يربط بين هذا األخير واألرض؛ وهو مسؤول عن اإلرسال الصحيح لألحمال‬
‫ً‬ ‫يعد أساس الهيكل‬
‫األخيرة‪ ،‬واألحمال الزائدة‪.‬‬

‫يوفر األساس االستقرار والتناوب في االنقباض‪ ،‬ولهذا السبب ال ينبغي إهمال تحقيق تصميم األساس بشكل صحيح‪،‬‬
‫ومن الضروري الحصول على أكبر قدر ممكن من المعلومات الدقيقة حول الخصائص الجيوتقنية للطبقات المختلفة التي تشكل‬
‫أساس األساس على عمق كافٍ ‪ ،‬بد ًءا من أسفل أبعاد نظام األساس المتوقع بأكمله‪ ،‬إلى مستوى منسوب المياه الجوفية التي‬
‫تتغير جودتها وسرعة تدفقها أثناء إنقباض التربة‪.‬‬

‫وعلى إثر هاته المعطيات يتم تحديد أبعاد وكميات القواعد والتعزيزات في حسابات الخرسانة المسلحة‪.‬‬
Chapitre 01 Comportement des fondations
1.1. INTRODUCTION : ........................................................................................................................................2

1.2. DEFINITION : ................................................................................................................................................2

1.3 TYPES DE FONDATIONS SUPERFICIELLES : .......................................................................................4

1.4. LES FONCTIONS DES FONDATIONS : ....................................................................................................4

1.5. DESCRIPTION DE LA RUPTURE D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : ....................................5

1.5.1. COMPORTEMENT DES FONDATIONS SUPERFICIELLES :...........................................................5

1.5.2. PHENOMENE INTERNE ET MECANISMES DE RUPTURE D'UNE FONDATION SUPERFICIELLE : ......................6

1.6. CONCLUSION : ...........................................................................................................................................11

Chapitre 02 les problèmes des fondations superficielle

2.1- INTRODUCTION :............................................................................................................. 12

2.2 LE RISQUE DU SOL : ........................................................................................................ 12

2.1.1 LE SOL ET LA CONCEPTION EN CAUSE : ............................................................................. 13


2.1.2 BATIMENT CONSTRUIT EN PLUSIEURS TRANCHES : ......................................................... 14
2.1.3 CREATION D’UNE PLATE-FORME SUR TERRAIN EN PENTE : ............................................ 14
2.1.4 STRATES OU REMBLAIS D’EPAISSEUR VARIABLE OU HETEROGENES : ........................... 15
2.1.5 FONDATIONS SUR TERRAIN INSTABLE : ............................................................................. 16
2.1.6 GLISSEMENT SUPERFICIEL DE TERRAIN : ......................................................................... 16
2.1.7 LES MALFAÇONS GRAVES SUR LES FONDATIONS :............................................................ 16

2.2 L’ENVIRONNEMENT EN CAUSE : ............................................................................... 17

2.2.1 L’ENVIRONNEMENT INITIAL : ............................................................................................ 17


2.2.2 SON EVOLUTION :................................................................................................................. 17
2.2.3 LES FOUILLES PROFONDES OU REPRISES EN SOUS-ŒUVRE : ........................................... 17
2.2.4 LES REMBLAIS RECENTS : ................................................................................................... 18

2.3 L’EAU EN CAUSE : ............................................................................................................ 20

2.3.1 L’EAU PERTURBE LA RESISTANCE A LA COMPRESSION DES SOLS : ................................. 20


2.3.2 LES INFILTRATIONS EN SOUS- SOL ENTERRE : ................................................................... 20
2.3.3 LES EAUX AGRESSIVES DETERIORENT LES FONDATIONS :............................................... 20
2.3.4 LES EAUX AGRESSIVES DETERIORENT LES FONDATIONS :............................................... 21
2.3.5 LES MODIFICATIONS DU NIVEAU DE LA NAPPE : ............................................................... 22
2.3.6 LES SOLS TRES SENSIBLES A LA TENEUR EN EAU : ............................................................ 23
2.3.7 LES MODIFICATIONS DE DESTINATION DU BATIMENT : ................................................... 24
2.4. CONCLUSION .......................................................................................................................... 24

Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique


3.1 INTRODUCTION : .............................................................................................................. 25

3.2 PREVENIR LES RISQUES DE DESORDRES DES FONDATIONS : ...................... 25

3.2.1 DES LE STADE DE LA CONCEPTION : .................................................................................. 25


3.2.2 EXECUTION SOIGNEE ET MATERIAUX DE QUALITE : ........................................................ 25
3.2.3 ENTRETIEN PREVENTIF DES RESEAUX D’EAUX : ............................................................... 25
3.2.4 APPRECIER LES INCIDENCES DES MODIFICATIONS : ........................................................ 25

3.3 EFFET DE LA BICOUCHE ............................................................................................... 26

3.4 FANDATION SUR SOL GONFLANTS ........................................................................... 27

3.5 L’INTERET DE RECONNAISSANCE GEOTECHNIQUE POUR EVITER LES


PROBLEMES DE FONDATION ............................................................................................ 27

3.6. METHODES D’EVALUATION DE LA CAPACITE PORTANTE : ........................ 33

3.6.1 METHODE DE L’ EQUILIBRE LIMITE : ................................................................................. 33


3.6.2. METHODE D’ANALYSE LIMITE : ........................................................................................ 34
3.6.3. METHODE DES CARACTERISTIQUES (OU METHODE DES LIGNES DE GLISSEMENT) : .... 36
3.6.4. METHODE DES ELEMENTS FINIS : ..................................................................................... 36
3.6.5. THEORIES DE CALCUL DE LA CAPACITE PORTANTE :...................................................... 36

3. 6 CONCLUSION .................................................................................................................... 37
Chapitre 01 Comportement des fondations
Figure 1- 1 : Fondation superficielle de dimensions B et L et de profondeur D ...................... 2

Figure 1- 2 : Rapport D /B définissant le type de fondation selon le DTU 13.12(1988). ......... 3

Figure 1- 3 : Types de fondations superficielles. ...................................................................... 4

Figure 1- 4 Chargement d’une fondation superficielle (Frank, 1999). ..................................... 6

Figure 1- 5 : Mécanisme de rupture théorique d’un sol homogène supportant une semelle
filante .......................................................................................................................................... 8

Figure 1- 6 : Rupture par cisaillement générale. ....................................................................... 8

Figure 1- 7 : Rupture par cisaillement local. ............................................................................. 9

Figure 1- 8 Rupture par poinçonnement. ................................................................................ 10

Figure 1- 9 : Nature de rupture dans un sable en fonction de la densité relative Dr et Df/R.


(Vesic 1963 modifier par DeBeer 1970). ................................................................................. 11

Chapitre 02 les problèmes des fondations superficielle


Figure 2- 1 Tassement différentiel des fondations (1). ............................................................ 14

Figure 2- 2 Tassement différentiel des fondations (2). ............................................................ 14

Figure 2- 3 Tassement différentiel des fondations (3) ............................................................. 15

Figure 2- 4 4Tassement différentiel des fondations (4). .......................................................... 15

Figure 2- 5 Déblais réutilisés en remblais. ............................................................................... 16

Figure 2- 6 remblais d’épaisseur variable ou hétérogènes. ...................................................... 16

Figure 2- 7 Fondations sur terrain instable. .............................................................................. 17

Figure 2- 8 Des contraintes supplémentaires. .......................................................................... 19

Figure 2- 9 remblais Sur un côté. ............................................................................................. 19

Figure 2- 10 remblais Sur le pourtour. ..................................................................................... 20

Figure 2- 11 Les remblais récents. ........................................................................................... 20

Figure 2- 12 Absence de cuvelage Drainage défectueux. ........................................................ 21

Figure 2- 13 Soubassement en béton........................................................................................ 22


Figure 2- 14 modifications du niveau de la nappe. .................................................................. 23

Figure 2- 15 modifications du niveau de la nappe par la végétation. ....................................... 23

Figure 2- 16 Tassement par modification. ............................................................................... 24

Figure 2- 17 Le gonflement (pluie) et le retrait (sécheresse) des sols.. .................................... 24

Figure 2- 18 Tassements différentiels et fissuration. ............................................................... 25

Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique


Figure 3- 1 : EFFET DE LA BICOUCHE. ............................................................................. 26

Figure 3- 2 : stabilité au poinçonnement. ................................................................................ 27


INTRODUCTION GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

La fondation superficielle est l’élément fondamental qui joue un rôle prépondèrent dans la
transmission des charges de la superstructure à l’infrastructure. C’est pourquoi toute défaillance
conduit au mal fonctionnement de tout l’ouvrage
*A commencer par le terrain lui-même et on fait appel à la microstructure : c’est la résistance
du sol, Puisque le choix de la fondation superficielle est lié, à ces paramètres de cisaillement
l’angle de frottement ϕ et cohésion C.
*La présence de la nappe phréatique altère les paramètres de résistance.
*L’action sismique elle est néfaste pour la fondation, elle réduit la résistance du sol et on a une
liquéfaction des sols, la présence d’une bicouche fait changer complètement le comportement
de la fondation superficielle.
Tous ces problèmes modifient considérablement la résistance du sol c.à.d., touchent de prés les
paramètres de résistance, ceci influent sur la capacité portante des sols.
N’oubliant pas le problème engendré par la macro structure du terrain.
-Présence de fondation rapprochée

-Défaut de conception et réalisation

-perturbation de l’état d’équilibre du sol

-Hétérogénéité du sol……etc

Plusieurs problèmes touchant la macrostructure et la microstructure font appel à une bonne


reconnaissance géotechnique.

1
Chapitre : 01
Comportement des fondations superficielles
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles

Introduction :

La fondation d’un ouvrage est l’élément qui transmet au sol d’assise les charges provenant
de cet ouvrage. Les fondations sont appelées superficielles ou profondes ; la fondation
superficielle est, par définition, une fondation qui repose sur le sol ou qui n’y est que faiblement
encastrée. Les fondations superficielles sont utilisées lorsque la couche du sol qui est capable
de supporter l’effort de la construction se trouve relativement à faible profondeur sous la base
de l’ouvrage à construire. Ce premier chapitre est consacré à la présentation du comportement
des fondations superficielles.

Définition :

Le terme « fondation » désigne la partie de la structure en contact avec le sol qui transmet
les charges directement, dans les conditions les plus favorables, sans causer une rupture par
cisaillement du sol ou un tassement excessif.

Les fondations donc sont des éléments de liaison dont la conception est fonction aussi
bien des caractéristiques de terrain que celle de la structure. Si le sol proche de la surface du
terrain permet de supporter d’une manière convenable les charges transmises par la fondation,
alors on a affaire à une fondation superficielle, de longueur L, de largeur B et de profondeur D
(figure 1).

Figure 1- 1 : Fondation superficielle de dimensions B et L et de profondeur D

Figure 1- 2 : Fondation superficielle de dimensions B et L et de profondeur D

2
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
Dans le cas contraire ou le sol se trouve à proximité de la surface est incapable de
reprendre les charges structurelles il faut aller transmettre ces charges au bon sol situé en
profondeur. On utilise alors des fondations profondes telles que les pieux.

La fondation superficielle est, par définition, une fondation qui repose sur le sol ou qui
n’y est que faiblement encastrée. Les charges qu’elle transmet ne sollicitent que les couches
superficielles et peu profondes.

On considère habituellement que la fondation est superficielle quand la profondeur D du


niveau de fondation par rapport à la surface du sol est inférieure à 3 m ou 06 fois la largeur B
de la fondation (D/B < 6) selon le DTU 13.12 (figure 2).

Pour certains auteurs :

Une fondation est dite superficielle, si D < 1,5. B

Si D > 5B la fondation est dite profonde

Si 1,5 B < D < 5 B la fondation est semi profonde.

On remarque aussi que Terzaghi (1943) considère « une fondation superficielle » celle
qui a un rapport D /B ≤ 2

3
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles

Figure 1- 3 : Rapport D /B définissant le type de fondation


selon le DTU 13.12(1988).

Figure 1- 4 : Rapport D /B définissant le type de fondation


selon le DTU 13.12(1988).

Types de fondations superficielles :

Comme il a indiqué Frank (1998), on peut distinguer trois types de fondations


superficielles (figure3) :

— les semelles filantes, généralement de largeur B modeste (au plus


quelques mètres) et de grande longueur L (L/B > 10 pour fixer les idées) ;

— les semelles isolées, dont les dimensions en plan B et L sont toutes deux
au plus de quelques mètres ; cette catégorie inclut les semelles carrées (B/L = 1)
et les semelles circulaires (de diamètre B) ;

— Les radiers ou dallages, de dimensions B et L importantes ; cette


catégorie inclut les radiers généraux.

4
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles

Figure 1- 5 : Types de fondations superficielles.

1.4. Les fonctions des fondations :

D’après Chai (2000). En général, n'importe quelle conception de fondation doit répondre
à trois exigences essentielles :

— fournir une sécurité adéquate contre la rupture structurelle de la


fondation;

— offrir une capacité portante adéquate du sol sous la fondation avec une
sécurité spécifiée contre la rupture ultime;

— Atteindre un tassement total ou différentiel acceptable sous des charges


d’exploitation.

En outre, la stabilité globale des pentes au voisinage d'une semelle doit être considérée
comme faisant partie de la conception de la fondation.

Pour tous projets, il est généralement nécessaire d'étudier à la fois la capacité portante et le
tassement d'une semelle.

Il s’agit donc de vérifier que la capacité portante du sol de fondation est suffisante. Celle-ci
dépend :

− des caractéristiques de la fondation : longueur, largeur, inclinaison, mais aussi


rigidité et surface de contact avec le sol.

5
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
− Des caractéristiques de la charge appliquée au sol : intensité mais aussi
inclinaison et excentrement.

− Des caractéristiques mécaniques du sol, déterminées en place ou in situ.

1.5. Description de la rupture d’une fondation superficielle :

1.5.1. Comportement des fondations superficielles :

Afin de montrer le comportement d’une fondation superficielle, on considère le cas d’une


fondation filante de largeur B soumise à une charge verticale centrée et posée à une profondeur
D (Figure 1.2). On applique une charge monotone croissante Q, d’une manière quasi-statique.
La courbe présentée sur la Figure 1.2, montre l’évolution du tassement s en fonction de la charge
appliquée Q ; au début du chargement le comportement est sensiblement linéaire, c’est-à-dire
que le tassement croît proportionnellement à la charge appliquée. A partir d’une certaine charge
Qd le tassement n’est plus proportionnel (on peut dire qu’il y a création et propagation de zones
de sol plastifiées sous la fondation). Enfin, pour une charge Qu il y a un tassement qui n’est plus
contrôlé, le sol n’est plus capable de supporter une charge supérieure ; la charge Qu est par
définition la charge limite qui entraîne la rupture (Frank, 1999).

Figure 1- 6 Chargement d’une fondation superficielle (Frank, 1999).

1.5.2.
Figure 1- 7 Chargement d’une fondation superficielle (Frank, 1999).

Phénomène interne et mécanismes de rupture d'une fondation Superficielle :

Les études théoriques relatives à l’état d’équilibre plastique sous les semelles filantes
conduisent aux conclusions générales suivantes :

Au cours du passage d’un état à l’autre, la répartition des réactions du sol sur la base de
la semelle et l’orientation des contraintes principales dans le sol subissent des variations. La

6
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
transition s’opère à partir des bords extérieurs de la fondation et s’étend comme il est indiqué
sur la figure (1.5) qui s’applique à une semelle filante reposant sur un massif homogène de
sable.

Lorsqu’on exerce un effort vertical poussé jusqu’à la rupture sur une semelle horizontale
ancrée à faible profondeur dans un matériau meuble, des surfaces de cisaillement apparaissent
dans l’assise. L’ensemble des observations ayant trait à la rupture des fondations superficielles
conduisent à penser qu’il existe, à ce moment-là, un coin de sol qui reste lié à la fondation
(résultat d’observations sur modèles réduits) dont la pointe est tournée vers le bas et qui refoule
le sol de part et d’autre de la fondation.

C’est le cas des sols relativement résistants. De la pointe partent des surfaces de rupture
courbes inclinées d’abord vers le bas et qui se redressent ensuite vers le haut pour atteindre la
surface libre. Lorsque l’enfoncement continue, on observe en surface autour de la semelle un
gonflement du sol qui a été refoulé.

Quand le sol est très compressible, un tassement relativement important est nécessaire
pour que le refoulement apparaisse.

D’une façon générale, le phénomène est d’autant plus net que l’assise est moins
déformable.

Pour les sols cohérents, l’application du chargement est accompagnée d’une


augmentation de la pression interstitielle. Mais comme la vitesse de chargement est souvent
supérieure à la vitesse nécessaire pour la dissipation de ces surpressions, il est raisonnable de
supposer que l’enfoncement s’effectue à volume constant (en conditions non drainées).

Pour les sols pulvérulents, l’application du chargement entraîne une variation de volume
due à la réorganisation des grains (des enchevêtrements ou compaction des grains selon les
niveaux de contraintes atteints).

La charge de rupture (ou capacité portante) peut être estimée par des calculs relativement
simples en supposant connus les paramètres de résistance des sols au voisinage de la fondation.
Cependant, de très nombreux facteurs peuvent affecter cette valeur, comme : des phénomènes
se produisant au cours de la construction (soulèvement du fond de fouille après une excavation,
gonflement ou ramollissement des argiles, effets du gel, etc.) ou des interactions avec d’autres
constructions à proximité (battage de pieux, vibrations, excavation de tranchée, creusement de
galeries, rabattement de la nappe phréatique, etc.).Les résultats d'essais sur des semelles rigides

7
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
(Vesic 1963) montrent qu'il existe trois mécanismes potentiels de rupture mobilisant un volume
limité de sol.

a)mécanisme général : caractérisé par la formation d'un coin sous la base de la fondation,
qui refoule le sol latéralement selon des lignes de glissement débouchant à la surface.
L'enfoncement de la fondation provoque généralement un soulèvement du sol d'autant plus net
que la structure est moins déformable. C'est le cas pour les sols relativement résistants figure
(1.5) et figure (1.6 a). Dans le sol, on constate trois zones de perturbation :

Zone I : Il se forme sous la base de la semelle un poinçon rigide qui s'enfonce dans le sol
en le refoulant de part et d'autre jusqu'à la surface. Le sol de cette zone est dans un état
surabondant.

Zone II : Le sol de ces parties est complètement plastifié et il est refoulé vers la surface.
Les déplacements et les efforts de cisaillement sont importants, donc la rupture est généralisée.

Zone III : Les zones externes sont peu perturbées et ne sont soumises qu'à des contraintes
beaucoup plus faibles qui ne le mettent pas en rupture.

Figure 1- 8 : Mécanisme de rupture théorique d’un sol homogène


supportant une semelle filante

Figure 1- 9 : Mécanisme de rupture théorique d’un sol homogène


supportant une semelle filante

D’après Das (2009), Lorsque q devient égale à q u et le tassement de fondation S = Su, le


sol qui supporte la fondation va subir une soudaine rupture par cisaillement.

8
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
La surface de rupture dans le sol est représentée sur la figure 1.6 a, et le tracé de q par
rapport à S est illustré dans la figure 1.6 b. ce type de rupture est appelé une rupture par
cisaillement général, et q u est la capacité portante ultime.

On note que, dans ce type de rupture, une valeur maximale de q = q u est clairement définie
dans la courbe (chargement-tassement).

Figure 1- 10 : Rupture par cisaillement générale.

Figure 1- 11 : Rupture par cisaillement générale.

a) Mécanisme de cisaillement localisé :

Si la fondation montrée dans la figure 1.6a est supportée par un sable de densité
moyenne ou un sol argileux d’une cohérence moyenne, le tracé de q par rapport à S
est illustré dans la figure 1.7b

On note que l'amplitude de q augment avec le tassement jusqu’à q = q' u, et cela


est généralement désignée comme la première charge de rupture, A ce moment, la
surface de rupture développée dans le sol sera comme indiqué par les lignes continues
dans la figure 1.7a. Si la charge sur la fondation est plus augmentée, la courbe
chargement-tassement devient plus rapide et plus erratique avec l'évolution
progressive vers l'extérieur et vers le haut de la surface de rupture dans le sol
(représenté par une ligne dentelée dans la figure 1.7b)

Lorsque q devient égale à q u (capacité portante ultime), la surface de rupture


atteint la surface du sol. Au-delà, le tracé de q par rapport à S prend presque une forme

9
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
linéaire, et une charge maximale n’est jamais observée. Ce type de rupture est appelé
une rupture par cisaillement local.

Figure 1- 12 : Rupture par cisaillement local.

Figure 1- 13 : Rupture par cisaillement local.

a) mécanisme de rupture par poinçonnement :

La Figure 1.8a montre la même fondation située sur un sable meuble ou sol argileux doux.
Dans ce cas, la courbe chargement-tassement sera comme celui de la figure 1.8b. Une valeur
maximale de la charge par unité de surface q n’est jamais observée. La capacité portante ultime
est défini comme le point où ΔS / Δq devient le plus grand et reste presque constant par la suite.
Ce type de rupture est appelé rupture par poinçonnement. Dans ce cas la surface de rupture ne
s’étend jamais jusqu'à la surface du sol.

10
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles

Figure 1- 14 Rupture par poinçonnement.

Vesic (1973) a proposé


une Figure 1- 15 Rupture par poinçonnement. distribution du
mécanisme de rupture suivant la
densité du sol et le rayon hydraulique comme il est indiqué sur la figure 1.9.

La nature de la rupture du sol sous charge ultime est une fonction de plusieurs
facteurs tels que la résistance et la compressibilité relative du sol, la profondeur
d’encastrement (Df) par rapport à la largeur de la fondation B, et le rapport largeur -
longueur (B/L) de la fondation. Cela a été expliqué clairement par Vesic (1973), qui a
mené plusieurs essais réalisés sur modèles réduits au laboratoire dans le cas d’un sable.
La conclusion de ses résultats est montrée dans la figure 1.9. Dans cette figure Dr est
la densité relative du sable, et R le rayon hydraulique de la fondation qui est défini
comme suit :

R =A/P Où : A : Surface de la

fondation = B.L ;

P : Périmètre de la fondation

On remarque dans la figure (1.9), pour D f/R ≥ 18, la rupture par poinçonnement se
traduit quelle que soit la valeur de la densité relative du sable.

11
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles

Figure 1- 16 : Nature de rupture dans un sable en fonction de la


densité relative Dr et Df/R. (Vesic 1963 modifier par DeBeer
1970).

Figure 1- 17 : Nature de rupture dans un sable en fonction de la


1.6.
densité relative Dr et Df/R. (Vesic 1963 modifier par DeBeer
Conclusion 1970). :

Les
fondations superficielles (semelles isolées ou filantes, radiers) constituent la partie de l’ouvrage
qui transmet directement l’ensemble des charges au sol.

Les sols naturels sont souvent hétérogènes et déposés en couches stratifiées. Les
observations in situ et les essais sur modèles réduits montrent l’existence de trois mécanismes
potentiels de rupture à savoir :

− Un mécanisme général.

− Un mécanisme de cisaillement localisé.

− Un mécanisme de rupture par poinçonnement.

A partir des essais sur modèles réduits, la distribution des mécanismes de rupture dépend
de la nature du sol particulièrement la densité du sol et du rayon hydraulique.

12
Chapitre : 01 Comportement des fondations
superficielles
Malgré l’ancienneté de certaines techniques et des constructions sur des sites
extrêmement variables, le comportement des structures fondées superficiellement est loin d’être
bien connu. Cette méconnaissance est liée à la nature hétérogène des sols et à leurs
comportements divers (sable, argile, drainé, non drainé…).

13
Chapitre : 02
Problèmes des fondations superficielles
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.1- Introduction :

La fondation est l’élément de transmission entre la superstructure et l’infrastructure toute


anomalie affectant la fondation affectera tout l’ouvrage.
Différents problèmes affectée la stabilité de la fondation, à commencer par la résistance du
sol. Qui est le facteur majore présents par ces paramètres de résistance. Le lien de ces
paramètres sert par la présence de nappe phréatique, action sismique, effet du bi couche.
Sans oublier des différences provenant de la nature des sols, des méthodes d’exécution des
conditions climatiques .
Dans ce chapitre on va essayer de parler de quelques problèmes touchant à la fondation
superficielle sans pour autant s’approfondir sur les différents problèmes.

2.2 Le risque du sol :

• Le sol d’assise des fondations est une écorce hétérogène (roches, couches compressibles, cavités…)
au comportement variable.
• Un risque résiduel demeure de rencontrer lors de l’exécution des travaux un terrain d’une nature
différente de celle qui résultait de l’étude géotechnique.

– Défaut de reconnaissance du risque du sol

• Sondages insuffisants

• Profondeur du sol d’assise

• Limites de l’étude géotechnique…

– Défauts de conception et de réalisation


• Choix du type de fondation

• Dimensionnement des fondations, …

– Perturbations de l’état d’équilibre dans le sol


• Surcharge : exploitation, extension, remblai, ...

• Déchargement du sol : affouillement, tranchées, …

• L’eau, modification niveau nappe …

14
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

Figure 2- 1 Tassement différentiel des fondations (1).

2.1.1 Le sol et la conception en cause :

– Sol homogène

Figure 2- 2 Tassement différentiel des fondations (2).

Fondations différentes
Type ou profondeur
Hétérogénéité du sol
Hétérogénéité du sol

15
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

Figure 2- 3 Tassement différentiel des fondations (3)

2.1.2 Bâtiment construit en plusieurs tranches :


Décalage des tassements dans le temps

Figure 2- 4 4Tassement différentiel des fondations


(4).

2.1.3 Création d’une plate-forme sur terrain en pente :


Déblais réutilisés en remblais

16
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

Figure 2- 5 Déblais réutilisés en remblais.

2.1.4 Strates ou remblais d’épaisseur variable ou hétérogènes :

Figure 2- 6 remblais d’épaisseur variable ou hétérogènes.

17
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.1.5 Fondations sur terrain instable :

Figure 2- 7 Fondations sur terrain instable.

2.1.6 Glissement superficiel de terrain :


Sol argileux en pente sur roche
Instabilité en profondeur
Éboulement souterrain
Carrières, mines, galeries
Dissolution gypse, saline, …
2.1.7 Les malfaçons graves sur les fondations :
• Le défaut d’horizontalité des fondations

• L’erreur de niveau du sol d’assise réelle

• Le non-respect des plans d’exécution

• Dimensionnement, position et nombre des armatures

• Le mauvais dosage des bétons

• Le choix de constituants de mauvaise qualité ou inadapté

18
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

• Le non-respect des règles de mise en œuvre

• Terrassements avec des matériaux inappropriés et mal compactés,


fond de fouille défectueux

• Suppression du béton de propreté, enrobage insuffisant, …

• La non prise en compte des conditions climatiques

• Gel, pluie, venue d ’eau, sécheresse

• Les défauts de réalisation des fondations profondes

• Profondeur insuffisante, coupure, étranglement, ...

2.2 L’environnement en cause :


2.2.1 L’environnement initial :

Milieux urbains ou rural


Agressivité des sols (naturelle ou liée aux activités environnantes)
Le climat (gel/dégel, saturation/évaporation…)

2.2.2 son évolution :


Engins lourds ou vibrants, explosifs, battage de pieux
Travaux en sous-sol (galeries, égouts, …)
Constructions voisines
2.2.3 Les fouilles profondes ou reprises en sous-œuvre :

Risques de déstabiliser le bâtiment

➢ Des contraintes supplémentaires (construction voisine)


Tassements des fondations adjacentes
Poussées latérales sur des pieux (flambage)

19
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

Figure 2- 8 Des contraintes supplémentaires.

2.2.4 Les remblais récents :

Figure 2- 9 remblais Sur un côté.

20
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

Figure 2- 10 remblais Sur le pourtour.

0
Figure 2- 11 Les remblais récents.

21
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.3 L’eau en cause :


2.3.1 L’eau perturbe la résistance à la compression des sols :

• Affouillements de fondations superficielles ou non protégées

• Ruissellement en surface, rupture de canalisation

• Soulèvement par poussées hydrostatiques (Archimède)

• Nature du sol, variations du niveau de la nappe phréatique…

• Soulèvement au gel et enfoncement au dégel

• Expansion de l’eau entre les grains fins

• Tassements, glissements, gonflements

• Variation de la teneur en eau


2.3.2 Les infiltrations en sous-sol enterré :

Figure 2- 12 Absence de cuvelage Drainage défectueux.

22
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.3.3 Les eaux agressives détériorent les fondations :


• Pourrissement des pieux en bois

• Variation d’humidité, champignons

• Corrosion des pieux métalliques

• Voisinage de produits chimiques

• Désagrégations du béton (ciment inadapté)

• Délavage liant (eau pure), sels (sulfates, chlorures, nitrates), acides


(CO2)

2.3.4 Les eaux agressives détériorent les fondations :


Soubassement en béton

⚫ Nids de cailloux
⚫ Remontées d’humidité
⚫ Désagrégations

Figure 2- 13 Soubassement en béton.

23
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.3.5 Les modifications du niveau de la nappe :

A. Par pompage de l’eau


B. Par réalisation d’une fouille à proximité

Figure 2- 14 modifications du niveau de la nappe.

C. Par la végétation

Figure 2- 15 modifications du niveau de la nappe par la


végétation.

24
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

D. Par une butée aux eaux de ruissellement (remontée nappe)

Figure 2- 16 Tassement par modification.

2.3.6 Les sols très sensibles à la teneur en eau :


– Le tassement, glissement ou les coulées de boue (argileux)
– Le gonflement (pluie) et le retrait (sécheresse) des sols

Figure 2- 17 Le gonflement (pluie) et le retrait (sécheresse) des sols..

25
Chapitre : 02 Problèmes des fondations superficielles

2.3.7 Les modifications de destination du bâtiment :


– L’augmentation des charges d’utilisation (stockages lourds)
– Une surélévation sur des fondations inadaptées
– Une extension mitoyenne qui surcharge les fondations adjacentes
– L’installation de machines vibrantes sans désolidarisation
– Une extension en sous-sol sous les fondations

Figure 2- 18 Tassements différentiels et fissuration.

2.4. Figure 2- 19 Tassements différentiels et fissuration.


Conclusion
L’inspecteur professionnel est le mieux qualifié pour déterminer la qualité réelle des
fondations du bien immobilier. Son expérience en la matière lui permet de trouver les lacunes ,
s’il y a lieu .

Tous les problèmes relient à la fondation d’un bien immobilier peuvent éventuellement
conduire à la catastrophe.

Afin d’éviter les problèmes de fondation il doit avoir une étude valide par les spécialistes.

26
Chapitre : 03
Reconnaissance géotechnique
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

3.1 Introduction :

L’un des sujets les plus importants dans le domaine de géotechnique est l’estimation de
la capacité portante des fondations superficielles. De nombreux auteurs ont résolu le problème
de la capacité portante en faisant des hypothèses différentes sur la rugosité de la semelle et la
forme de la zone en équilibre limite, c'est-à-dire sur l’allure des surfaces de glissement, bien
que les valeurs numériques soient parfois assez différentes.

Ce chapitre est consacré à la présentation d’une synthèse bibliographique concernant les


travaux effectués dans le domaine du calcul de la capacité portante des fondations superficielles
posée sur une surface horizontale.

3.2 Prévenir les risques de désordres des fondations :

3.2.1 Dès le stade de la conception :

– Bonne connaissance du sol (documents, sondages, essais in-situ et en laboratoire)

– Calcul des fondations (charges totales bâtiment et surcharges d’utilisation et climatiques)

3.2.2 Exécution soignée et matériaux de qualité :

– Qualité des fouilles

– Ciments et dosages adaptés

– Ferraillages suffisants (nombre, diamètre, position)

– Connaissance du climat (gel, dessiccation, …)

3.2.3 Entretien préventif des réseaux d’eaux :

– Surveillance étanchéité (potable, pluviales, usées)

– Obstruction, suintement, fuite (fente, casse, poreux)

– Pour éviter les agressions des fondations et de déséquilibrer le sol d’assise

3.2.4 Apprécier les incidences des modifications :

– Descentes de charges (restructurations, surélévations, ouvertures)

– Affouillements des zones comprimées (fouilles VRD, variations nappe phréatique)

27
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

3.3 EFFET DE LA BICOUCHE

Certain accident ont conduit à étudier le problème du cas de la présence d’argile en


profondeur, à partir d’essais sur modèle réduits et de de considération théorique.

Figure 3- 1 : EFFET DE LA
BICOUCHE.

ℎ1
Si < 1.5
𝐵

La semelle poinçonnée a la couche Ⅰ, tout se passe comme si celle –ci reposait


directement sur l’argile de la couche II Dans le cas la résistance limite de la semelle peut être
émue par
(2+𝜋)𝑐𝑢
Si 𝑞𝑙 = 𝛾1 𝐷 + ℎ
1−0.3 1
𝐵

Pratiquement l’influence de la couche II est négligeable


ℎ1
Si < 3.5
𝐵

C’est le cas le plus complexe

28
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

Figure 3- 2 : stabilité au poinçonnement.

Avec 𝐵 ′ = 𝐵 + ℎ1

𝐵
𝑞′ = 𝑞 + 𝛾1 ℎ1
𝐵′

Il faut vérifier que la stabilité au poinçonnement de la couche II est assurée lorsque


celle-ci supporte directement une semelle de largeur B’, appliquant une contrainte :
𝐵
𝑞′ = 𝑞 + 𝛾1 ℎ1
𝐵′

3.4 FANDATION SUR SOL GONFLANTS

Lorsque les fondations reposent sur des sols gonflantes les risques de désordres sont
très élevés, les fondations sur argiles gonflantes sont difficiles à concevoir correctement et
il est indispensable à faire appel à des spécialistes, les désordres sentent causés par le retrait
et le gonflement des sol argileux sont les variation saisonnières ou accidentelle de teneur à
l’eau.

3.5 L’intérêt de reconnaissance géotechnique pour éviter les problèmes de fondation

Les fondations destinées aux bâtiments et aux ouvrages d’art doivent faire l’objet
d’une attention particulière si l’on veut éviter des vices de construction causant la perte
partielle ou totale de l’ouvrage ou pour éviter son tassement total et différentiel entrainant
des dommages à la structure. Par ailleurs, les mauvaises fondations d’un bâtiment causent
souvent plus d’inquiétude et de peur aux propriétaires que toute autre déficience dans la
construction. Il n’est pas rare, surtout aujourd’hui avec la multiplication de médias

29
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

d’information diffusant à grande échelle les histoires de cas des maisons lézardées, que la
simple apparition de fissures fines sur les murs de fondation ou la dalle de plancher d’une
résidence entraine l’inquiétude du propriétaire, exigeant une expertise pour déterminer la
cause de fissures observées. La précaution essentielle pour éviter de telle situation est de
réaliser une bonne étude de sol avant la construction de tout ouvrage

Selon Crawford (1962), il est généralement tout aussi facile d’établir une bonne
fondation qu’une mauvaise ; il suffit de bien connaître les sols sur lesquels est bâti une
construction. Selon Crawford (1964), dans les zones urbaines, on ne tient guère compte des
conditions du sol lorsqu’on choisit un emplacement de construction ; on se contente de
choisir un terrain de prix raisonnable. Pourtant, de mauvaises conditions de sol détectées à
la dernière minute peuvent majorer considérablement les coûts de construction des
fondations. Afin d’éviter de telles surprises, il est indispensable de faire réaliser, avant la
construction, une bonne étude de sol par un ingénieur géotechnicien.

Selon Crawford (1962), le choix des fondations doit tenir compte des éléments
suivants :

1. Choix de l’emplacement. Dans le choix d’emplacement d’un site, on doit tenir compte
des critères suivants :

a) Éviter les zones inondables ;

b) Éviter les zones de mouvement de sol et d’instabilité de pente ;

c) Drainage des eaux de surface ;

d) Drainage des eaux souterraines ;

e) Éviter les terrains remblayés de façon non contrôlée ;

f) Tenir compte du comportement observé des bâtiments existants.

1. Consultation des documents existants (cartes de sol, carte géologique, carte


topographique, photo-aérienne, etc.) ;

2. Identification des sols de fondation selon une méthode reconnue, comme décrit dans
Guide d’identification sur place des sols pour les besoins de l’ingénieur (CNRC,
1958) ;

3. Propriétés des sols de fondation (résistance au cisaillement, compressibilité,


perméabilité, etc..) au moyen d’échantillonnage et essais de laboratoire ou in-situ ;

30
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

4. Choix du type de fondation en fonction de la capacité portante des sols de


fondation, des charges structurales, des conditions de la nappe phréatique et des
considérations et des tassements prévisibles et acceptables.

La stabilité générale et le comportement en service d’une construction dépend de la


stabilité et du tassement de ses fondations. C’est ainsi que le souci de tout constructeur est
de bâtir sur un bon sol. La plupart des grandes réalisations de l’Antiquité ont été détruites
par les guerres ou les tremblements de terre s’ils n’avaient été bâtis sur un bon sol. Celles
qui sont restées intactes jusqu’à nous, témoignent sans doute du fait qu’elles ont été bien
construites et en particulier, solidement fondés sur du bon sol. Les maîtres d’œuvre de ces
époques avaient généralement le libre choix du site sur lequel il fallait construire. Ils
éliminaient, autant que possibles les terrains bas, marécageux et mous et optait de préférence
sur les terrains dominants et rocheux. De plus, les grands édifices, en particulier ceux du
culte, étaient fréquemment implantés en lieu et place d’un bâtiment ancien que l’on
démolissait jusqu’aux fondations ; lesquelles avaient fait la preuve de sa solidité. Lorsque
l’on devait construire sur un site nouveau, la recherche du bon sol s’appuyait généralement
sur l’observation et l’expérience.

Apparemment, le premier code de construction, faisant référence au bon tenu d’une


construction est le code de Hammurabi, roi de Babylone entre 1728 et 1686 B.C. En
Babylone, les silts des plaines d’Euphrate ont été à l’origine de problèmes de fondation,
mettant en danger la stabilité des constructions bâtis sur ces silts. Les peines prescrites dans
les textes législatifs mésopotamiens sont proportionnelles au délit, reflétant la gravité que
les fautes décrites avaient aux yeux des anciens Babyloniens.

Dans les civilisations anciennes, la terre est connue comme étant la mer qui nourrit
l’humanité. C’est ainsi que la cérémonie de construction d’un édifice était en quelques sorte
très solennelle et mystique, Kérisel (1985).

Les Grecs accordaient des propriétés surnaturelles aux roches et aux minéraux.

Lorsque l’on devait absolument construire sur des mauvais sols, on a dû inventer des
techniques d’amélioration des sols en place. Au Pays-Bas, la technique habituelle consistait
à charger le site, plusieurs années à l’avance, par un remblai. Lorsque le tassement était fini,
on construisait sur le site ainsi amélioré. A Venise, dans les terrains silteux de la lagune, on
a utilisé des pieux jointifs en bois pour construire des caissons sur lequel on bâtissait les
bâtiments.

31
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

Parmi les ingénieurs qui ont su apprécier l’importance de fondation pour une
construction, il y a, sans doute, lieu de mentionner l’ingénieur G. Eiffel, qui a conçu et
surveillé la construction de la Tour Eiffel. Cependant, la tour Eiffel doit sa solidité, entre
autres, à celle de ses fondations pour lesquelles Eiffel a dû utiliser beaucoup d’ingéniosité.

Selon Briaud (2013), la pression nette appliquée par chacune des fondations de la Tour
Eiffel est de ±95 kPa, comparativement à 357 kPa pour la pression brute des fondations. A
titre de comparaison, la pression nette appliquée par la Tour de Pise au niveau de l’assise de
sa fondation est d’environ 500 kPa (Briaud, 2013). Pour l’histoire de la tour de Pise, voir
notre rubrique à ce sujet.

Parmi les projets notables qui ont été affectés par les mauvais sols, il y a lieu de noter
: Tour penchée de Pise, monuments de Washington, Maison blanche, Canal de Panama.

Tout ouvrage construit par l’homme est fondé sur le sol ou le roc ou construit à partir
de sol ou de roc (figure). Le sol est un matériau naturel, triphasique, ses propriétés varient
d’un point à l’autre, contrairement aux matériaux fabriqués par l’homme, et dans le temps.
L’homme ne contrôle pas les propriétés des sols, il faut donc adapter la construction aux sols
et non pas l’inverse ; Les propriétés des sols sont prédéterminées par la géologie du site et
elles sont hors de contrôle de l’homme. Les propriétés des sols et de la nappe peuvent être
très différentes d’un point à l’autre. La construction des fondations est la première étape. En
cas de problèmes de fondation, on assiste à des retards de projets et à une augmentation
importante du coût du projet. D’où la nécessité d’une bonne étude de sol. Le coût des travaux
imprévus dus aux sols est très important. Les imprévus peuvent mettre en péril un projet.

Les conditions de sol d’un site pour un projet de construction doivent être étudiées
avant que la construction ne commence et avant l’obtention du permis de construction. Les
objectifs d’une étude géotechnique sont :

1. Fournir des informations géotechniques sur les conditions des sols et du roc au
propriétaire ou acheteur afin d’assurer la sécurité structurale de la construction
projetée ainsi que la sécurité financière du projet ;

2. Fournir des données géotechniques pour la conception des fondations et des


excavations ;

3. Fournir des informations afin d’assurer les autorités publiques de la sécurité du


publique et des constructions avoisinantes au site ;

32
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

4. Fournir des informations aux autorités financières pour la faisabilité économique


et la gestion de risque du projet ;

5. Fournir des informations aux entrepreneurs pour la soumission et la construction.

Les facteurs géotechniques et géologiques ont souvent étés la cause principale de perte
de temps et perte économique pour certains projets de construction donnant lieux à des litiges
devant les tribunaux. L’approche traditionnelle de gestion de risque géotechnique a été de
réaliser une étude géotechnique exhaustive avec un personnel compétent pour adapter le
projet aux conditions prévisibles du site. Cependant, on plaint souvent, à cause de la forte
compétition, que le coût des études géotechniques n’est pas assez élevé pour permettre une
étude suffisante des conditions géotechniques d’un site donné. Par ailleurs, avec le progrès
technique et l’application des normes de construction et d’essai, on est obligé à réaliser des
études géotechniques de plus en plus exigeant. Cependant, la pratique actuelle démontre que
la tendance de ces dernières années était de réaliser des trous de forages et non pas étude
géotechnique. De plus, avec l’augmentation de plus en plus accrue des développements
urbains, on est à amener à construire sur des sols de qualité médiocre, ce qui augmente le
risque géotechnique. Compte tenu de ces circonstances, des nouvelles approches d’étude de
risque géotechnique sont proposées. Une étude géotechnique doit être réalisée par un
ingénieur compétent et informé en géotechnique.

Une étude géotechnique peut se faire en quatre étapes comme suit :

1. Étude géotechnique préliminaire incluant les données existantes et publiées sur le site
et les données de sondages et essais de laboratoire ou in-situ réalisés ;

2. Étude géotechnique afin d’obtenir des informations géotechniques en fonction des


exigences de concepteur ou pour la préparation des documents de soumission ;

3. Vérification géotechnique durant la construction pour s’ajuster aux nouvelles données


du site ou du projet ;

4. Suivi géotechnique à long terme du comportement des fondations et de la construction.

Différentes approches d’étude de sol :

• Approche 1 : Aucune reconnaissance de sol, mais étude par des cartes de sol
(risque très élevé) ;

• Approche 2 : Trous de forages sans sondages et essais géotechniques (coefficient


de sécurité très élevé) ;

33
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

• Approche 3 : Réalisation de forages et essais de laboratoire en se basant sur des


données moyennes (coefficient de sécurité moyen) ;

• Approche 4 : Étude géotechnique détaillée avec des sondages et essais de


laboratoire ainsi que leurs interprétations (coefficient de sécurité minimum) ;

Le coefficient de sécurité choisi dans une étude de sol ; représente le degré d’ignorance
et d’incertitude de l’ingénieur sur les propriétés des sols. Une étude géotechnique adéquate est
toujours économique pour un projet. Elle permet de réduire les imprévus et d’éviter le
surdimensionnement des fondations. L’objectif de Fondasol n’est pas de réaliser des études
géotechniques économiques, mais plutôt des études géotechniques conformes aux règles de l’art
actuel dans le domaine de fondation, ce qui constitue un défi important.

Coût d’une étude de sol :

La compétition et d’autres facteurs ont fait en sorte que l’étude de sol se résume en la
réalisation de quelques trous à meilleur prix possible, ce qui n’est pas acceptable. La qualité
d’une étude de sol est fonction du coût alloué à l’étude et de la compétence du responsable
d’étude de sol. Ce qui différencie une bonne étude géotechnique d’une étude déficiente est
l’interprétation des données géotechniques obtenues. Aucune étude géotechnique ne peut être
considérée comme complète ;

• En 1965, 80 % des dépassements de devis étaient reliés aux imprévues en fondation ;

• En 1979 en Angleterre, le coût d’étude de sol représentait 0,75% du coût de construction


;Le nombre de sinistres en fondation augmente et ce, malgré le progrès technique ;

Les damages reliés aux problèmes de sol ont tendance à augmenter pour les raisons suivantes :

1. Urbanisation dans des secteurs problématiques et zones de contrainte ;

2. Déboisement des zones propices aux glissements de terrains ;

3. Changement climatique et augmentation de précipitation régionale ;

4. Rareté de bons terrains et recours aux terrains de qualité médiocre ;

5. Urbanisation des secteurs remblayés, sols de faible C.P, nappe élevée, …

6. 70 % de la partie habitée du Québec est couverte d’argile. Cependant, à cause


de la méconnaissance du comportement d’argile et de l’absence de conception
géotechnique, la tendance actuelle est d’opter pour des fondations en pieux sans
effectuer une analyse rigoureuse en géotechnique, ce qui est coûteux pour l’économie

34
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

du Québec.

Selon Harding (1949), le coût d’une étude géotechnique moyenne était d’environ 1 à
2 % du coût du projet.

3.6. Méthodes d’évaluation de la capacité portante :

En pratique, la capacité portante des fondations superficielles est déterminée par deux
méthodes ; la première est basée sur les résultats d’essais de laboratoire, c’est-à-dire à partir
de la cohésion et de l’angle de frottement (méthodes classiques, dites méthodes « c et φ »)
; la deuxième méthode détermine la capacité portante à partir des résultats d’essais in situ au
pressiomètre Ménard et au pénétromètre statique, notamment. Dans la catégorie des méthodes
en « c et φ », il existe une variété de méthodes développées par de nombreux auteurs pour
calculer la capacité portante des fondations superficielles. Dans la littérature on trouve :

- La méthode de l’équilibre limite ;

- La méthode d’analyse limite ;

- La méthode des caractéristiques, ou méthode des lignes de glissement ;

- La méthode des éléments finis.

3.6.1 Méthode de l’équilibre limite :

La méthode de l’équilibre limite est de loin la méthode la plus utilisée pour l’analyse des
structures géotechniques. Les étapes de calcul utilisées dans la méthode d’équilibre limite sont

Elaborer un mécanisme de rupture arbitraire composé de surfaces de glissement.

Ces dernières peuvent être composées d’une combinaison de lignes droites et de Courbes
arrangées pour aboutir à un mécanisme.

- Calculer l’équilibre statique des parties du corps composant le mécanisme par la


résolution des forces ou des moments et ainsi déterminer la charge extérieure.

- Proposer d’autres mécanismes de rupture possibles et déterminer le mécanisme


critique pour lequel la charge est la charge de l’équilibre limite.

La méthode de l’équilibre limite combine les aspects de la borne supérieure et de la borne


inférieure de la méthode de l’analyse limite. La géométrie des surfaces de glissement doive
former un mécanisme à même de provoquer le glissement. Les conditions globales de
l’équilibre des forces dans les blocs du mécanisme doivent être satisfaites mais les états de
contraintes locales à l’intérieur des blocs ne sont pas recherchés.

35
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

3.6.2. Méthode d’analyse limite :

Dans l'analyse des contraintes et des déformations en mécanique des milieux continus
trois types d'équations sont nécessaires : les conditions d'équilibre, les relations constitutives et
les équations de compatibilité. L'objectif général est normalement de déterminer les contraintes
et les déformations dans un certain milieu, sous l'influence des contraintes appliquées et des
déplacements sur la surface de ce milieu.

Par ailleurs et même pour un type de matériau très simple, par exemple un corps élastique
linéaire, pour lequel les relations constitutives sont des relations linéaires entre les contraintes
et les déformations (loi de Hooke), la solution d’un tel problème demeure une tâche
considérable, car la résolution n’est possible que pour de cas simples, comme un demi-espace,
une sphère parfaite ou un corps cylindrique.

Des solutions approximatives peuvent être trouvées pour divers matériaux, y compris les
matériaux élastiques linéaires, en utilisant des méthodes numériques, telles que la méthode des
éléments finis ou différences finies. Cependant, une alternative peut être élaborée par l'analyse
limite, sur la base de la théorie de la plasticité. L’analyse limite ne vise pas à fournir le champ
complet des contraintes et des déformations réelles, mais se limite à donner une borne
supérieure et /ou une borne inférieure, possibles des contraintes ou des déformations.

Si une borne inférieure pour la charge de rupture peut être trouvée, il est certain qu'aucune
rupture ne se produira tant que la charge réelle reste inférieure à cette limite inférieure. Si une
borne supérieure peut être trouvée, il est certain que la rupture a bien lieu si la charge réelle est
supérieure à cette limite supérieure.

En formulant les théorèmes fondamentaux de la théorie de la plasticité deux types de


champs sont utilisés, qui peuvent être définis comme suit.

- Un système à l'équilibre, ou un champ de contraintes statiquement admissible


qui est une distribution des contraintes qui satisfait les conditions suivantes :

• Satisfaction des conditions de l'équilibre en chaque point du corps ;

• Satisfaction des conditions aux limites pour les contraintes ;

• La condition de l'écoulement n'est pas dépassée en tout point du corps.

- Un mécanisme, ou un champ cinématiquement admissible de déplacements est une


distribution de déplacements et déformations qui satisfont les conditions suivantes :

36
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

• le champ de déplacement est compatible, à savoir sans lacunes ou


chevauchements dans le corps (le glissement d'une partie le long d'une autre
partie est permis) ;

• Satisfaction des conditions aux limites pour les déplacements ;

• Là où se produisent des déformations les contraintes doivent satisfaire la


condition d'écoulement.

Les théorèmes fondamentaux de la théorie de la plasticité sont :

- Théorème de la borne inférieure :

Si l’on peut trouver dans les matériaux (sols et structures) un champ de contraintes qui
équilibre la charge extérieure appliquée, tout en restant compatible avec les résistances des
différents matériaux, alors cette charge ne peut être supérieure à la charge limite de rupture.
Cette approche, dite statique, consiste donc à chercher des champs de contraintes qui vérifient
les conditions d’équilibre statique et les critères de résistance des matériaux et équilibrent la
plus grande charge extérieure possible.

- Théorème de la borne supérieure :

Si le travail d’une force externe associé à une cinématique de rupture est supérieur au
travail des forces internes (bornées par la résistance des matériaux) pour la même cinématique
de rupture, alors cette force est supérieure à la charge limite de rupture. Cette approche, dite
cinématique, consiste donc à construire des cinématiques ou mécanismes de rupture respectant
les conditions aux limites sur les déplacements, et à trouver pour chacun d’eux des forces ou
combinaisons de forces trop grandes pour la résistance du sol.

Il convient de noter que, dans ces théorèmes et dans la définition des champs statiquement
ou cinématiquement admissibles, les relations constitutives ne sont pas mentionnées, et par
conséquent, elles ne jouent aucun rôle, sauf pour l'énoncé que le matériau entre en écoulement
si les contraintes satisfont la condition d'écoulement.

Dans une solution simplifiée de borne supérieure (en deux dimensions) le milieu est
converti en un mécanisme constitué de blocs rigides glissant sur leurs surfaces de contact.

Le principe du travail virtuel est appliqué. Pour un déplacement virtuel, le travail extérieur
fourni par les forces extérieures est égal au travail interne fourni par les forces internes pour
obtenir la charge d’effondrement correspondant au mécanisme adopté.

37
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

3.6.3. Méthode des caractéristiques (ou méthode des lignes de glissement) :

La méthode des caractéristiques ou méthode des lignes de glissement est fondée sur la
construction d’une famille de lignes de glissement ou de cisaillement, au voisinage de la charge
appliquée sur la semelle.

Ces lignes de glissement représentent les directions des contraintes de cisaillement


maximales. La ligne de glissement plastique est délimitée par des zones rigides. En déformation
plane, les contraintes normales et de cisaillement le long de la ligne de glissement peut être
déterminée par la résolution des deux équations différentielles de l’équilibre plastique et de
l’équation relative à la condition d’écoulement plastique.

3.6.4. Méthode des éléments finis :

La méthode des éléments finis permet de résoudre les problèmes liés à la charge limite en
considérant généralement un sol élastique parfaitement plastique de Mohr- Coulomb.

On a recours alors, pour la résolution du problème, à un processus itératif et il est


nécessaire de procéder par incréments de chargement pour se rapprocher du chargement réel.
L'étude par la méthode des éléments finis des problèmes élasto-plastiques permet de suivre les
déformations, les contraintes et la zone plastique durant le processus de chargement. Cela
représente un avantage certain sur les méthodes usuelles d'équilibre limite utilisées actuellement
dans les calculs de charge limite de fondation. En effet, en plus de la charge limite, la méthode
des éléments finis fournit aussi la connaissance des courbes efforts-déformation.

Il faut noter que la méthode des différences finies permet aussi de résoudre les problèmes
liés à la charge limite d’une manière analogue à celle des éléments finis.

3.6.5. Théories de calcul de la capacité portante :

Les études de stabilité à la rupture reposent sur l’hypothèse que le sol se comporte comme
un matériau plastique idéal. Cette hypothèse fut avancée pour la première fois par Prandtl
(1920) au sujet du poinçonnement des métaux, puis étendue à l’étude des sols par Terzaghi
(1943), Meyerhof (1963), De Beer (1970)et autres , Leur approche générale du problème est
identique : une fondation de longueur infinie et de largeur B exerce une pression moyenne qu
sur un sol homogène dont le poids spécifique est γ . La charge qui agit sur la fondation est
verticale, constante, et s’exerce dans l’axe de la semelle. On se trouve donc en présence d’un
problème à deux dimensions. Pour tous les autres cas (charge inclinée, charge excentrée,
fondation isolée, etc.), il a été proposé d’introduire des coefficients correcteurs. Ces coefficients

38
Chapitre 03 Reconnaissance géotechnique

correcteurs sont choisis de manière

3. 6 CONCLUSION

On remarque que le problème lié à la fondation superficielle, sans nombreux et on ne peut


appliquer les mêmes principes à tous les problèmes des fondations superficielles

C’est pourquoi avant tout investiguer, une reconnaissance géotechnique est


indispensable.

39
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

La stabilité d’une fondation superficielle dépend de plusieurs paramètres, on a vu que toutes


négligence affecte cette stabilité.

La connaissance du contexte géologique et géotechnique du site et la prévision du comportement de


l’ouvrage projet (interaction sol-structure), tant en phase de travaux que pendant sa durée de vie. Sont
donc primordiaux pour assurer une bonne maitrise des risques inhérents a tout projet. La gestion des
risques liés au site et aux sols est indispensable pour fiabiliser le délai de réalisation, le cout final et la
qualité de l’ouvrage. En toute sécurité et à la satisfaction du voisinage : elle doit éter permanent (mise
à jour au fur et à mesure du déroulement des phases de conception et de réalisation du projet) et
comporter les trois volets habituels pour toute gestion efficace des risques :

Identification, évaluation, traitement. Ce document définit les différentes missions types de


l’ingénierie géotechnique et en donner une classification (élaborer un cahier des charges)

IL précise leur contenu et définit leurs limites : étude géotechnique préliminaire de site, étude
géotechnique d’avant -projet, étude géotechnique de projet, étude et suivi géotechniques d’exécution.
Supervision géotechnique d’exécution et diagnostic géotechnique.

La phase Etude par exemple : une mission parmi les que doit :

Défini un programme d’investigations géotechniques spécifique le réaliser ou en assurer le suivi


technique et en exploiter les résultats.

Etudier dans le détail des ouvrages géotechniques : notamment validation des hypothèses
géotechniques, définition et dimensionnement (calculs Justificatifs), méthodes et conditions
d’exécution (phasages, suivis, contrôles, auscultations en fonction des valeurs seuils associèes.
Dispositions constructives complémentaires éventuelles). Élaborer le dossier géotechnique
d’exécution. Ces exigences nécessitent des références normatives.

Parmi les Références normatives indispensable pour l’application de ces missions on cite L’Eurocode
7. Un code mis en œuvre à travers toute L’Europ.
Références bibliographiques

Bauer, G.E., Shields, D.H., Scott J.D. et Gruspier J.E. (1981). Bearing Capacity of Footing in
Granular Slope, Proc. 11th International Conference on Soil Mechanics and Foundation Engineering,
Balkema, Rotterdam, The Netherlands, 2,33-36

Castelli, F. et Motta, E. (2009). Bearing Capacity of Strip Footings Near Slopes. Geotech Geol Eng,
Springer. 10.1007/s10706-009-9277-9

Chai, J. (2000). Shallow Foundations. CRC Press

Das, B .M. (2009). Shallow Foundations Bearing Capacity and Settlement. Second Edition .CRC Press.
London New York

De Beer, E .E.(1970). Experimental Determination of the Shape Factors and the Bearing Capacity
Factors of Sand. Geotechnique, 20,387–411

De Borst, R et Vermeer, P.A. (1984). Possibilities and Limitations of Finite Elements for Limit
Analysis. Geotechnique, 34,199-210

DTU 13.12 (1988). Règles pour le calcul des fondations superficielles.CSTB

Frank, R (1998). Fondations Superficielles.Techniques de l’ingénieur, C 246

Gemperline, M.C. (1988). Centrifuge Modelling of Shallow Foundation, Proc. ASCE Spring
Convention, 45-70

Georgiadis, K.(2010). Undrained Bearing Capacity of Strip Footings on Slopes. Geotechnical


Engineering,ASCE. 136,677-685

Graham, J., Andrews, M. et shields, D.H. (1987). Stress Characteristics for Shallow Footings in
Coesionless Slopes. Canadian Geotechnical Journal. 25,238-249

40
Griffiths, D.V. (1982). Computing of Bearing Capacity Factors Using Finite Elements.
Geotechnique, 32,195-202

Hanna, A.M. et Meyerhof, G.G. (1981). Experimental Evaluation of Bearing Capacity of Footings
Subjected to Inclined Loads. Canadian Geotechnical Journal, 18,599-603

Hansen, J.B. (1970). A Revised and Extended Formula for Bearing Capacity. Danish Geotechnical
Institue, Bulletin 28, 5-11

Kusakabe, O., Kimura, T., et Yamaguchi, H. (1981). Bearing Capacity of Slopes Under Strip
Loads on the Top Surfaces. Soils Found., 21,29-40

Mabrouki, A., Benmeddour, D., Frank, R. et Mellas, M. (2010). Etude Numerique De La Capacite
Portante D’une Fondation Filante Au Bord D’une Pente. Journées Nationales de Géotechnique et de
Géologie de l’Ingénieur

Magnan, J.P., Droniuc , N. et CANEPA, Y. (2004). Les Méthodes De Calcul De La Portance Des
Fondations Superficielles. Presses de l’ENPC/LCPC, Paris FONDSUP 2003 –Vol. 2

Manoharan, N. et Dasgupta, S.P. (1995). Bearing Capacity of Surface Footing by Finite Elements.
Computers and Structures. 54,563-586

Meyerhof, G .G. (1963). Some Recent Research On The Bearing Capacity Of Foundations. Canadian
Geotechical Journal, 1,16–26

Meyerhof, G.G. (1957). The Ultimate Bearing Capacity of Foundation on Slopes, Proc. 4th
International Conference on Soil Mechanics and Foundation Engineering. I,384-386

Narita, K. et Yamaguchi, H. (1990). Bearing capacity analysis of foundations on slopes by use of


log-spiral sliding surfaces.Soils Found 30,144–152

Prandtl L. (1920). Über die Härte plastischer Körper. Nachr. Königl. Ges. Wissensch., Göttingen,
Mathematisch−physikalische Klasse, 74–85

Saran S., Sud V.K. et Handa, S.C. (1989). Bearing Capacity of Footings Adjacent to Slopes.

41
Geotechnical Engineering,ASCE. 115,553-573

Shields, D., Chandler, N. et Gamier J (1990). Bearing Capacity Of Foundations In Slopes.Geotech


Engrg, ASCE.116,528-537

Shields, D.H., Scott, J.D., Bauer, G.E., Deschenes, J.H. et Barsvary A.K. (1977). Bearing
Capacity of Foundation near Slopes.10th International Conference on Soil Mechanics and Foundation
Engineering, Tokyo, Japan. 2,715-720

Sieffert. J.G. et Bay-Gress. Ch. (2000). Comparison of European bearing capacity calculation
methods for shallow foundations. Civil Engineering and Geotechnical Engineering. 143,65-74

Sokolovski, V.V. (1963). Statics of Granular Media. Pergamon Press,London.

Terzaghi, K. (1943). Theoretical Soil Mechanics. John Wiley. New York

Vesic, AS (1973). Analysis of Ultimate Loads of Shallow Foundations. Journal of the Soil Mechanics
and Foundations Division, ASCE,99, 45–73

42

Vous aimerez peut-être aussi