Vous êtes sur la page 1sur 36

RAPPORT DE STAGE

D'INITIATIOIN PROFESSIONNELLE

Réalisé par Encadré par

AKKAOUI Abdessamad M.Anass EL ABIDI


Sommaire
Remerciement.......................................................................................................................................................... 2
1. Introduction..................................................................................................................................................... 3
2. Présentation de l’organisme d’accueil............................................................................................................. 4
3. Présentation de chantier :................................................................................................................................ 5
3.1. Description............................................................................................................................................... 5
3.2. Le personnel :........................................................................................................................................... 6
3.3. Les matériaux :......................................................................................................................................... 7
3.4. Les matériels :.......................................................................................................................................... 8
4. Procédés de construction :............................................................................................................................... 9
4.1. Implantation :.......................................................................................................................................... 9
4.2. Terrassement :......................................................................................................................................... 9
4.3. Fondations :............................................................................................................................................. 9
4.4. Dallage de forme:................................................................................................................................... 10
4.5. Poteaux et voiles :................................................................................................................................... 11
4.6. Poutres:................................................................................................................................................... 12
4.7. Plancher :................................................................................................................................................ 12
4.8. Toiture :.................................................................................................................................................. 13
4.9. Escaliers:................................................................................................................................................. 13
5. Un facteur important dans la construction : le béton....................................................................................14
5.1. Analyse théorique.............................................................................................................................................14
a) La définition du béton :....................................................................................................................................14
b) Les constituants du béton :..............................................................................................................................14
c) Les caractéristiques du béton :.......................................................................................................................15
d) Formulation du béton :....................................................................................................................................16
e) Les différents types du béton utilisés sur chantier :....................................................................................19

5.2. Contrôle expérimental du béton.....................................................................................................................19


a) La granulométrie des granulats :....................................................................................................................19
b) L’équivalent du sable :......................................................................................................................................21
c) Maniabilité: Cône d’ABRAMS.........................................................................................................................22
d) Essai d’écrasement :.........................................................................................................................................23

5.3. Gestion de l’activité coulage du béton :..................................................................................................... 25


a) Temps productif des malaxeurs :....................................................................................................................25
b) Fiche prévisionnelle du coulage du béton :...................................................................................................25
6. Conclusion :................................................................................................................................................................28

Annexe 1 : les résultats de l’étude géotechnique............................................................................................................29


Annexe 2: visite de chantier «Aménagement de la trémie BD Roudani Bir Anzarane ».....................................30
Annexe 3 : visite de chantier « construction de 05 immeubles à NASSIM » :......................................................31

Rapport du stage d’initiation professionnelle 1


REMERCIEMENT
Je tiens tout d’abord à exprimer mes chaleureux remerciements
à tous ceux qui ont participé de prés ou de loin dans le bon
déroulement de mon stage d’initiation professionnelle.

Je remercie plus particulièrement Mr Anas ELABIDI qui m’a


encadré durant la période de mon stage, et qui m’a été d’une
grande utilité avec ses explications et ses conseils qui sont
enrichissantes. J’apprécie sa disponibilité et sa patience.

Je remercie aussi Mr Lhoussine KADDARI qui m’a donné


l’occasion de passer mon stage au sein de la société SOTRAVO.
Ses explications sont d’un énorme intérêt.

J’adresse mes remerciements également à Mr Mohamed


BOURAS, le responsable de la division des travaux de bâtiments
et à tous les techniciens du centre des matériaux et techniques
de construction(CMTC) dans LPEE pour leur chaleureuse
collaboration pendant la partie expérimentale du control du
béton.

J’exprime par la même occasion ma gratitude pour tous les gens


du chantier LES JARDINS DE L’OCEAN qui m’ont aidé à mieux
comprendre le chantier. En les accompagnant, j’ai appris
énormément de choses.

Enfin je remercie tous ceux qui ont été pour moi et qui m’ont
facilité la tache pour avoir ma première expérience dans le milieu
du travail. Une expérience que j’espère me sera utile pour ma
carrière.
Rapport du stage d’initiation professionnelle 2
1. INTRODUCTION
Le domaine du génie civil est un domaine d'activités très large, qui concerne la
construction des ouvrages d'arts de différentes natures et pour différents
usages.

L'ingénieur est appelé à être compétent dans tous les domaines de génie civil,
il a la responsabilité de bien travailler et d’exceller dans son métier afin
d’aboutir à des édifices et des constructions ayant la très bonne qualité et la
meilleure performance. Cela commence par une formation de qualité assurée
par l’école où il a effectué ses études. Et pour une bonne intégration dans le
milieu professionnelle, la formation est complétée par des stages qui
permettent à l’élève ingénieur de concrétiser ses acquis et ses connaissances
théoriques et d’avoir une idée sur le milieu professionnelle auquel il est
destiné et qui est souvent méconnu pour lui. Le stage d’initiation
professionnelle que chaque élève ingénieur doit passer à la fin de la première
année est un moyen indispensable pour découvrir le milieu du travail et de
s’habituer aux différents problèmes rencontrés dans ce milieu.

Dans ce but, j’ai effectué mon stage au sein de l’entreprise SOTRAVO dans le
chantier LES JARDINS DE L’OCEAN ; pour lequel mon encadrant nous a fixé
les objectifs suivants :

 Découvrir le chantier : le projet, les matériaux et les matériels utilisés


 Suivre les différentes étapes de construction
 Faire une recherche théorique sur le béton
 Déterminer expérimentalement les caractéristiques du béton
 Prendre l’initiation de gérer l’activité coulage du béton

Rapport du stage d’initiation professionnelle 3


2. PRÉSENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL

‫الشركة المغربية لألشغال و المقاوالت العامة‬

SOCIETE MAROCAINE DE TRAVAUX ET D’ENTREPRISES GENERALES

SOTRAVO est le prolongement historique de l’Entreprise Moulay Ali


LAHJOUJI et fils laquelle a fait des réalisations importantes au début du 20e
siècle ainsi que son père qui a fondé la première société.

La vocation première de l’entreprise SOTRAVO reste axée depuis une


quarantaine d’années sur la construction spécifique du bâtiment.

L’inventaire de ses références souligne la variété et la richesse de ses ouvrages


réalisés en ce domaine.

Ainsi, SOTRAVO pour sa part a modestement contribué à la construction du


Maroc pour l’édification d’ouvrages prestigieux tels que le quartier des Habous
à Casablanca dans les années 30, ou encore la faculté de Médecine en 1976, ou
enfin, le complexe Mohamed V avec des portées de 110 m réalisé en 1983 pour
les Jeux Méditerranéens.

De surcroît, sa vocation héréditaire et traditionnelle au sein d’une collectivité


familiale a toujours contribué à remplir ses engagements à la satisfaction de sa
clientèle tant publique que privée.

Outre la spécificité première de l’entreprise, le génie civil représente le second


pôle d’activité de SOTRAVO avec en objectif, celui d’élargir plus grand sa
vocation pour les travaux publics.

Dans cette discipline spécifique : la réalisation de nombreux sites industriels,


la viabilité de terrains, l’aménagement de parkings et la réalisation de routes
départementales, comptent déjà pour des réalisations de l’entreprise.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 4


3. PRÉSENTATION DE CHANTIER :
3.1. Description
Le projet « les jardins de l’océan » se situe au sein de la commune rurale de
Dar BOUAZZA à Casablanca. Il s’agit d’un grand projet qui vise à construire
220 villas dont seulement 145 sont à la responsabilité de SOTRAVO. Les
travaux ont commencé en Octobre 2007 et s’achèveront en Juillet 2009.
L’entreprise est chargée des gros œuvres et des travaux d’assainissement.

Le planning prévisionnel des travaux est résumé dans le tableau suivant :


N° Nom de la tâche durée Début Fin
1 GROS ŒUVRE-ETANCHEITE 639 jours Lun 15 /10/07 Mar 14/07/09
2 Ordre de service 1jours Lun 15 /10/07 Lun 15 /10/07
3 Installation de chantier 75jours Lun 15 /10/07 Ven 28/12/07
4 Terrassement généraux 75 jours Lun 15 /10/07 Ven 28/12/07
5 Terrassement complémentaire 420 jours Lun 15 /10/07 Dim 07/12/08
6        
7 Remises des plans (poutres PH RDC) 1 jour Mar 15/01/08 Mar 15/01/08
8 Remises des plans (poutres PH 1er étages)  1 jour Mar 15/01/08 Mar 15/01/08
9        
10 Villas (75 /98) 354 jours Mar 30 /10/07 Ven 17 /10/08
11 BA en fondation 102 jours Mar 30 /10/07 Ven 08/02/08
12 Assainissement 87 jours Sam 24 /11/07 Lun 18/02/2008
13 Dallage 92 jours Mar 04/12/07 Mar 04/03/08
14 BA en élévation (RDC, ETAGES) 160 jours Mer 19/12/07 Lun 26/05/08
15 Toitures 90 jours Mar 15 /04/08 Dim 13/08/08
16 Maçonnerie/enduit 120 jours Mar 15/04/08 Mar 12/08/08
17 Etanchéité 90 jours Dim 29/06/08 Ven 26/09/08
18 Tuile 90 jours Dim 20/07/08 Ven 17/10/08
19 Villas (154 /171) 292 jours Sam 01/12/07 Mer 17/09/08
20 BA en fondation 70 jours Sam 01/12/07 Ven 08/02/08
21 Assainissement 70 jours Dim 16/12/07 Sam 23/02/08
22 Dallage 70 jours Lun 31/12/07 Dim 09/03/08
23 BA en élévation (RDC, ETAGES) 120 jours Mar 15/01/08 Mar 13/05/08
24 Toitures 60 jours Mar 15/01/08 Ven 13/06/08
25 Maçonnerie/enduit 90 jours Mar 15/01/08 Dim 13/07/08
26 Etanchéité 90 jours Ven 30/05/08 Mer 27/08/08
27 Tuile 90 jours Ven 20/06/08 Mer 17/09/08
28 Villas (117/137 et 176/193) 396 jours Ven 15/02/08 Lun 16/03/09
29 BA en fondation 90 jours Ven 15/02/08 Mer 14/05/08
30 Assainissement 90 jours Sam 01/03/08 Jeu 29/05/08
31 Dallage 90 jours Dim 16/03/08 Ven 13/06/08
32 BA en élévation (RDC, ETAGES) 90 jours Lun 14/07/08 Sam 11/10/08
33 Toitures 90 jours Mer 13/08/08 Lun 10/11/08
34 Maçonnerie/enduit 120 jours Mer 13/08/08 Mer 10/12/08
35 Etanchéité 120 jours Lun 27/10/08 Lun 23/02/09
36 Tuile 120 jours Lun 17/11/08 Lun 16/03/09
37 Villas (38 /41et 69/72 et 213/220 et 150/153 et 396 jours Sam 14/06/08 Mar 14/07/09
38 BA en fondation 90 jours Sam 14/06/08 Jeu 11/09/08
39 Assainissement 90 jours Dim 29/06/08 Ven 26/09/08
40 Dallage 90 jours Lun 14/07/08 Sam 11/10/08
41 BA en élévation (RDC, ETAGES) 90 jours Mar 11/11/08 Dim 08/02/09
42 Toitures 90 jours Jeu 11/12/08 Mar 10/03/09
43 Maçonnerie/enduit 120 jours Jeu 11/12/08 Jeu 09/04/09
44 Etanchéité 120 jours Mar 24/02/09 Mar 23/06/09
45 Tuile 120 jours Mar 17/03/09 Mar 14/07/09
46 Villas (42/44 et 37 et 73/74 et 99 et 115 /116 et 276 jours Dim 12/10/08 Mar 14/07/09
47 BA en fondation 60 jours Dim 12/10/08 Mer 10/12/08
48 Assainissement 60 jours Lun 27/10/08 Jeu 25/12/08
49 Dallage 60 jours Mar 11/11/08 Ven 09/01/09
50 BA en élévation (RDC, ETAGES) 30 jours Mer 11/03/09 Jeu 09/04/09
51 Toitures 30 jours Ven 10/04/09 Sam 09/05/09
52 Maçonnerie/enduit 60 jours Ven 10/04/09 Lun 08/06/09
53 Etanchéité 60 jours Sam 25/04/09 Mar 23/06/09
54 Tuile 60 jours Sam 16/05/09 Mar 14/07/09

Rapport du stage d’initiation professionnelle 5


Le chantier se compose, en plus des ateliers du travail, des bureaux pour
l’ingénieur, le conducteur des travaux et pour les techniciens chargés de la
comptabilité et du control de gestion. Il contient :

une zone de stockage de sable et des granulats.


Deux zones pour les travaux de ferraillage.
Une zone de stockage des conduites d’assainissement.
Une zone de préfabrication des poutres et des prés dalles.

3.2. Le personnel :

Pour effectuer ses travaux, l’entreprise mets en œuvre un certain nombre de


personnes ayant chacune une mission précise. Ces personnes sont
L’ingénieur : il a pour fonction d'organiser et planifier les chantiers, en
faisant le lien entre le conducteur de travaux, le chef de chantier, le
bureau d'études et les fournisseurs de matériels de construction En
phase de réalisation, l'ingénieur travaille avec le chef de chantier afin de
définir les rotations journalières du matériel et des équipes. Il peut
également réaliser des calculs et des plans pour des techniques de
stabilité provisoire ou d'étaiement. Il peut, selon les entreprises, être
amené à réaliser le suivi des heures de main d'œuvre dépensées tout au
long de l'avancement du chantier.
Le conducteur des travaux : c’est un homme de terrain et ses activités
varient beaucoup selon la taille du chantier et la structure de l’entreprise.
Il est responsable de la qualité des travaux effectués, de la tenue des
délais et du respect du budget. Il contrôle toutes les étapes du chantier,
depuis l’étude du dossier technique jusqu’à la réception des travaux.
Les chefs de chantier : il organise et suit la réalisation de tout ou partie
d’un chantier de travaux publics ou de construction de bâtiment. Il
rassemble les informations nécessaires à sa gestion, gère et anime les
équipes dont il a la responsabilité. Il travaille toujours en étroite
collaboration avec le conducteur de travaux.
Les ouvriers(les mains œuvres) : ils s’occupent de l’exécution directe des
travaux.
Le schéma montre l’organisation du chantier :

Rapport du stage d’initiation professionnelle 6


l'ingénieur
chef du projet

conducteur des
travaux chef des travaux les controleurs
le topographe
d'assainissement de gestion
(gros oeuvres)

chefs des
ouvriers techniciens
chantiers

ouvriers

3.3. Les matériaux :


Le génie civil est le plus gros consommateur des matériaux. Les
matériaux de construction sont des matériaux utilisés dans les secteurs
du bâtiment et travaux publics. Dans le chantier, on utilise les matériaux
suivants :
Le béton : c’est le plus utilisé partout dans le monde dans la
construction. Le chapitre 6 de ce rapport étudie les détails de cet
élément.
L’acier : le béton résiste mal à la traction ; c’est pourquoi on l’associe
avec l’acier qui a une résistance importante à la traction. Deux types
d’acier sont utilisé dans le chantier : le premier et le plus utilisé est
l’acier de haute adhérence avec des diamètres 6, 8, 10, 12, 14, 16, 20,25et
32mm. Le deuxième est l’acier à rond lisse qu’on utilise pour les treillis
soudés qui constitue l’armature de la dalle à hourdis.
Les hourdis : Ce sont des éléments creux de maçonnerie (aussi appelés
entrevous) constitués de béton ou de terre cuite permettant une isolation

Rapport du stage d’initiation professionnelle 7


et une pose avec plus de légèreté. Ils sont placés entre deux solives
porteuses, partie constituant avec les poutrelles un plancher béton. Il
existe deux types d'hourdis béton :
 Les hourdis ouverts, qui existent dans plusieurs dimensions
(notamment en hauteur).
 Les hourdis fermés, qui comportent une fine paroi fermant
l'hourdis d'un côté. Cela permet notamment d'éviter que le béton
n'entre dans le plancher.
Les briques : Ce sont des blocs de béton moulé ou en terre cuite, en
forme de parallélépipède utilisé en construction. leur structure est
creuse, de forme régulière, solide, relativement léger et peu cher, le bloc
de béton est le composant principal des murs extérieurs et de séparation .

3.4. Les matériels :


Pour garantir la rapidité et l’efficacité des travaux, l’entreprise mets à la
disposition de ses ouvriers un certain nombre de matériel pouvant leur faciliter
la tache ; voici quelques uns :
Une centrale à béton : c’est la plus grande centrale utilisée dans les
chantiers de Casablanca avec une cadence de 100 m3 par heure. Elle
satisfait le besoin du chantier en béton qui varie entre 150 et 250 m3
Grue de chantier : elle sert à déplacer et à lever les charges telles que les
hourdis, les armatures, les poutres, les poutrelles….le déplacement
s’effectue en pivotant sur une base et grâce à un contrepoids. On
distingue deux types une mobile et une autre fixe. Le chantier dispose de
dix grues fixes et deux mobiles.
Camion malaxeur : c’est un camion qui transporte le béton de la centrale
à béton vers l’endroit à couler, tout en gardant le béton bien mélangé. On
en a trois dans le chantier.
Deux chargeurs et deux pelles hydrauliques : ils permettent le
chargement de la centrale à béton avec le sable et les graviers. Ils sont
utilisés aussi pour charger les camions de transport dans les travaux
d’assainissement et de remblais.
Une brise roche (D8) : elle est utilisée pour le terrassement des terrains
rocheux.
Un vibreur : il est utilisé pour faire vibrer le béton fluide lors du collage.
La vibration a pour effet de couler plus facilement le béton dans le
coffrage, de répartir ses agrégats et son liant autour des armatures et sur
les faces et les angles qui seront visibles, de le rendre homogène
mécaniquement et esthétiquement.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 8


4. PROCÉDÉS DE CONSTRUCTION :
Le  projet vise, comme a été mentionné avant, à construire des villas ; le stage
dans ce chantier m’a permis de suivre toutes les étapes de construction d’une
villa dès l’aménagement du terrain jusqu’aux travaux de maçonnerie. Cette
partie de rapport est consacrée à la description de ses étapes.

4.1. Implantation :
En se référant sur le plan fournis par
l’architecture, le topographe matérialise les
tracés géométriques de l’ouvrage sur le
terrain ; ces tracés consistent à fixer les
coins de l’ouvrage qui seront un repère de
référence pour les constructeurs. Le
topographe précise aussi l’élévation de
chaque niveau par rapport à un point de
référence.

4.2.
Terrassement :
On creuse pour atteindre le bon sol qui est le sable en réalisant ce qu’on appelle
les fouilles. Puisque la profondeur est déterminée par le laboratoire, il parfois
nécessaire de rattraper le niveau en utilisant le béton.

Après le terrassement on procède à un premier coulage du béton pour obtenir


ce qu’on appelle le béton de propreté.

4.3. Fondations :
C’est la partie du bâtiment qui est en contact avec le sol et reportent sur celui-ci
la charge totale du bâtiment. Comme il s’agit des villas les fondations sont

Rapport du stage d’initiation professionnelle 9


superficielles (la profondeur de la semelle est de 120 cm) ; leurs formes et leurs
profondeurs dépendent des charges qu’elles vont supporter. On
distingue deux types de semelles dans ce chantier :

Semelles isolées : elles sont à la base des poteaux


Semelles filantes : elles sont en continu sous le mur porteur: un voile

dans la majorité des cas.

Après les semelles, on passe au fut des poteaux ensuite aux longrines. Le rôle
des longrines est de lier entre les poteaux pour garantir la stabilité de l’ouvrage

Ensuite, on procède à l’assainissement intérieur : il s’agit de la mise en place


des conduites et la construction des regards pour évacuer les eaux usées. Lors
de la pose des conduites, les ouvriers sont tenus de respecter les pentes
déterminées par le bureau d’études.

4.4. Dallage de forme:


La dalle de forme est un plancher posé au sol, elle constitue une plateforme
porteuse pour le premier niveau, elle contribue à la stabilité de la structure.
Une fois les travaux d’assainissement sont achevés, on passe à mettre le
Rapport du stage d’initiation professionnelle 10
remblai suivi d’un film plastique qui empêche l’eau de sortir au plafond et aide
ainsi à éviter l’humidité, ensuite on pose les armatures et on coule le béton.

A coté de dallage en béton armé, on utilise un autre type de dallage qui est le
dallage en béton fibré. Il s’agit de remplacer les armatures par les fibres à base
carbonique. L’avantage de cette méthode est qu’elle réduit la durée nécessaire
pour le dallage en évitant le travail laborieux de ferraillage.

4.5. Poteaux et voiles :


Les poteaux sont des éléments porteurs de l’édifice. Ils ont pour rôle de
transmettre les charges aux fondations et assurer ainsi la stabilité du bâtiment.
Ils sont construits en béton armé.

Les voiles sont des murs en béton armé. Leur ferraillage est composé de deux
armatures : aciers porteurs qui sont verticaux et aciers de répartition qui sont
posés perpendiculairement aux premiers.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 11


Deux solutions sont utilisées pour le coffrage des poteaux et les voiles :

Coffrage en bois : moins cher, léger mais demande du temps pour sa


mise en œuvre et peut causer des incertitudes et donner un mauvais
aspect.
Coffrage métallique : cher, lourd mais exact.

4.6.Poutres:
Les poutres sont des éléments en béton armé qui portent le plancher, elles ont
pour rôle de supporter les charges verticales et la stabilité de la structure.
L’armature des poutres est composée des aciers longitudinaux entourés par des
cadres et des étriers qui sont destinés à équilibrer les forces de cisaillement.

Pour minimiser le coffrage, on utilise des poutres préfabriquées fabriquées


dans le chantier.

4.7. Plancher :
Le plancher constitue le toit pour l’étage au dessous et une plateforme pour
celui au dessus. On distingue deux types de dalles :

La dalle pleine : elle est en béton armé et nécessite une armature


importante et un coffrage plein ; c’est une dalle robuste mais n’est pas
isolante. Elle passe par trois étapes : le coffrage, le ferraillage et le
collage du béton.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 12


La dalle à hourdis : elle est constituée en plus du béton armé des
hourdis. Les quantités des armatures et du béton sont moins
importantes en comparaison avec la dalle pleine. Ce type de dalle
nécessite un coffrage moins dense et présente l’avantage de l’isolation
thermique et acoustique.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 13


4.8.Toiture :
Une fois le rez de chaussé est achevé, on passe au premier étage avec ses
poteaux, ses voiles, ses poutres et plancher. Après on passe à la toiture : on
construit des poteaux de hauteurs différents pour avoir un plancher incliné de
deux cotés avec des pentes déterminées par le BET. Pour minimiser le coffrage,
on utilise des prédalles fabriquées dans le chantier.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 14


4.9.Escaliers:
Vue le type du bâtiment (villa) l’accès à l’étage supérieur se fait par les escaliers
en béton armé. Ils sont constitués par un ensemble de marches. Les appuis des
escaliers sont des murs porteurs.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 15


5. UN FACTEUR IMPORTANT DANS LA
CONSTRUCTION : LE BÉTON
Le béton est le matériau le plus utilisé partout dans le monde dans la
construction. Sa connaissance est indispensable pour l’ingénieur ; pour cette
raison notre encadrant nous a proposé de faire une étude de ce matériau.

5.1. Analyse théorique

Cette partie est une recherche qu’on a effectuée pendant les premiers jours de
notre stage.

a) La définition du béton :
Béton est un terme générique qui désigne un matériau de construction
composite fabriqué à partir de granulats (sable, gravillons) agglomérés par un
liant. Le liant peut être « hydraulique » (car il fait prise par hydratation ; ce
liant est couramment appelé ciment) ; on obtient dans ce cas un béton de
ciment couramment utilisé. On peut aussi utiliser un liant hydrocarboné
(bitume), ce qui conduit à la fabrication du béton bitumineux. Dans ce rapport
on va citer que le ciment.

b) Les constituants du béton :


Le ciment : C'est un collant hydraulique dont le dosage et le type
permet d'avoir des constructions plus résistantes, composé
essentiellement de clinker. La résistance à la compression du béton
varie proportionnellement avec sa classe.
On distingue les types :
• CPA55 et CPA45:pour des résistances très élevées et un décoffrage
rapide
• CPJ45 ciment des bétons courant: fondations, dallages, structures
porteuses…
• CPJ35 ciment des travaux de maçonneries : mortiers, enduits,
chapes….
L’eau : L'eau doit être propre ne contenant pas d'éléments de
suspension. Elle sert à :
- l'hydratation du liant
- le mouillage des granulats
- permettre le malaxage et faciliter la mise en œuvre
Les granulats : Les plus utilisés sont les graviers issus de carrières,
blocs de roche concassés et broyés ou des granulats roulés, extraits de

Rapport du stage d’initiation professionnelle 16


lit de rivières. La taille des granulats varie en fonction de celle de
coffrage et de la densité d'acier pour les éléments en béton armés, elle
est indiquée par 2 chiffres. Par exemple un gravier de 5/15 est composé
de particules dont le diamètre est entre 5 et 15. Le pourcentage des
granulats dans le béton varie entre 60% et 78%.
Le sable : Il existe différents types de sable (sable de rivière, sable de
mer, sable lavé) selon l'usage et le type du béton voulu, le diamètre ne
dépasse pas les 2mm². Il sert principalement en maçonnerie pour lier
les briques ou les parpaings et pour dresser les enduits sur les murs.

L’adjuvant : Lors du malaxage, on ajoute parfois au béton des ajouts qui


permettent de modifier les propriétés du matériau. Il est ainsi possible
de rendre le béton étanche pour construire des édifices dans l'eau, on
peut aussi retarder ou accélérer la prise du ciment.

c) Les caractéristiques du béton :


La masse volumique :

La masse volumique ρ du béton est de l’ordre de 2 tonnes/m3 pour le béton


sans armatures et de l’ordre de 2.5 t/m3 pour le béton armé.
En général le béton peut être classé en trois groupes selon sa masse
volumique :

 béton normal : ρ entre 2 000 et 2 600 kg/m3 (le plus utilisé).


 béton lourd : ρ > 2600 kg/m3 (protection contre les rayons radioactifs).
 béton léger : ρ entre 800 et 2 000 kg/m3 (les ponts)

Rapport du stage d’initiation professionnelle 17


La résistance en compression :

Cette résistance (fc en Mpa) est obtenue par un grand nombre d’essais de
compression jusqu’à rupture sur une éprouvette normalisée 16 cm * 32 cm
(environ 200 cm²) cylindrique. (Voir la partie : essai d’écrasement).

On peut classer le béton selon la valeur de fc :

 Le béton conventionnel (BC) : fc<50Mpa


 Le béton à hautes performances (BHP): 50 <fc<100Mpa
 Le béton à très hautes performances (BTHP): 100 <fc<150Mpa

La résistance en traction:

Il est particulièrement difficile d’obtenir expérimentalement la résistance à


la traction du béton. C’est pourquoi, on retient conventionnellement :

ftj=0.6+0.06* fcj

(Valable pour fcj <60 Mpa et fcj exprimé en Mpa).

ftj et fcj sont successivement la résistance à la traction et à la compression

Le module d’élasticité :

Le module d’élasticité (ou module de Young) E représente la pente de la partie


linéaire du diagramme contrainte-déformation en compression simple.

Selon la formule de BAEL le module d’élasticité est donné par :

E=11000*fcj1/3 avec fcj la résistance à la compression au jème jour

Le coefficient de Poisson :

C’est le rapport entre la déformation transversale et la déformation


longitudinale :
déformation transversale
ν= déformation longitudinale

Le béton possède un coefficient de Poisson de l’ordre de 0.2

d) Formulation du béton :
Il s’agit de déterminer les proportions de chacun des constituants de béton
afin d’obtenir les propriétés mécaniques et des exigences de mise en œuvre
souhaitées (résistance, compacité, maniabilité, cout, durabilité….)

Rapport du stage d’initiation professionnelle 18


 la compacité est le rapport entre le volume occupé par les grains solides
et le volume total de l’ensemble
Critères de base pour obtenir une composition optimale :
 Les résistances mécaniques,
 L’ouvrabilité,
 Les résistances à l’environnement, (gel-dégel ; Chlorures, Sulfates
L’alcali-réaction,…).
 La corrosion des armatures
 La porosité,
 L’air occlus,
 L’esthétique du parement brut-fini
Données de base pour obtenir une composition optimale :
 Dimension du plus gros granulat « D »,
 Classe de résistance du béton,
 Consistance du béton frais voulue pour les besoins du chantier,
 Nature du ciment (Classe)
 Dosage en ciment (C/E)
 Dosage en eau (E/C)
 Dosage en granulats (G/S)

C/E : rapport Ciment / Eau (1,2<>2,6)


E/C: rapport Eau/Ciment (0,45<>0,55)
G/S : rapport Gravier/Sable (1,2<>1,7)

Composition optimale d’un béton courant :


1. On définit les objectifs de l’ouvrage 
 Données projet :
 Caractéristiques mécaniques
 Caractéristiques esthétiques
 Dimensions de l’ouvrage
 Densité des armatures
 Données chantier :
 Matériel de mise en œuvre
 Méthodes de mise en œuvre
 Conditions climatiques
 Données du béton :
 Ouvrabilité
 Compacité

Rapport du stage d’initiation professionnelle 19


 Durabilité
 Aspect du parement

2. On définit les principaux dosages 


 Dosage en ciment:
 Fonction du plus gros granulat (D) en kg/m3. Il est à noter que
plus D est fin, plus la quantité de ciment est importante
 Fonction de la résistance du béton. Plus les résistances sont
élevées, plus la quantité de ciment est majorée.
 Fonction de l’environnement. Impose le choix d’une catégorie de
ciment.
 Dosage en granulats:
 On choisit le diamètre maximal «D » en fonction du type
d’ouvrage à construire et des moyens de mise en œuvre.
 Les dosages sont exprimés en volume (t) et sont choisis en
rapport à leur classe granulaire (d/D)
 On mesure la teneur en eau afin de déterminer la correction du
dosage en eau du béton (%),
 On définit un G/S qui est lié à la compacité voulue et à
l’ouvrabilité souhaitée (1,2<α > 1,7).
 Dosage en eau:
 C’est la valeur la plus difficile à évaluer et il faut être très
prudent quant à son calcul : on calcule C/E selon la relation de
Bolomey
fcm = G *σ ’c * (C/E – 0,5)
D’où C/E = (fcm / G * σ ’c) + 0,5 Et E= C/(C/E) dosage en eau
efficace.

fcm : Résistance visée à 28j (MPa) avec fcm = 1,15 * fc 28


σ ’c : Classe de résistance du ciment (MPa) – 32,5 ; 42,5 ; 52,5
Mpa
C : dosage en ciment E
: dosage en eau G:
Coefficient granulaire (G ≥0,5)

 Le dosage en eau a une incidence directe sur la résistance du


béton, sa porosité et sur sa résistance à l’environnement. On a
donc tout intérêt à procéder aux essais de plasticité afin de
rechercher la meilleure ouvrabilité.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 20


 Le dosage est pondéré par l’humidité relative des granulats. On
distingue 4 degrés d’humidité :
Sec : cas rare Sable (S) 0 à 3% Gravier (G) 1%
Humide : cas courant 4 à 7% 3%
Mouillé : suite à pluie importante 8 à 11% 5%
Trempé : cas rare saturé en eau 12 à 15% 6%

e) Les différents types du béton utilisés sur chantier :

Dans le chantier où j’ai passé mon stage on utilise souvent trois types de
béton :

 Le béton B2 qui est un béton dosé à 350 kg de ciment par m3 et on


l’utilise pour les poteaux, les poutres, les dalles….
 Le béton B4 dosé à 250 kg de ciment par m3 et utilisé pour le gros béton
ou ce qu’on appelle le béton de propreté.
 Le béton fibré : c’est un béton à qui on incorpore des fibres pour le
rendre plus ductile. il utilisé pour le dallage.

5.2. Contrôle expérimental du béton


LPEE

Il s’agit de déterminer expérimentalement quelques propriétés de béton. Cette


partie de stage est effectuée au laboratoire SONADAC au sein du centre des
matériaux et techniques de construction de LPEE.

a) La granulométrie des granulats : NF P 18-560

L’analyse granulométrique a pour but la détermination de la distribution des


différentes particules (de dimensions variables) constitutives d’un sol.

 Principe :

On prend un échantillon du sol et on le lave puis on le met dans l’étuve, ensuite


on le verse sur un colonne de tamis d’ouvertures différentes triés en croissance
de bas vers le haut, et à peser à chaque fois la quantité retenue par un tamis.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 21


 Résultats de l’essai :
ANALYSE GRANULOMETRIQUE PAR TAMISAGE : Tamisats cumulés en %
Tamis SABLE GRAVIER GRAVIER
100
80
63
50
40
31,5
25
20 1,2 15,0
16 25,9 53,6
12,5 83,5 88,4
10 97,4 94,5
8 99,6 96,1
6,3 99,8 96,3
5 99,9 96,3
4
3,15
2,5
2
1,6
1,25
1
0,8 3,8
0,63 5,6
0,5 7,9
0,4 12,6
0,315 34,2
0,25 66,9
0,2 91,6
0,16 96,8
0,125 99,1
0,1 99,5
0,08 99,7

Rapport du stage d’initiation professionnelle 22


Les courbes granulométriques obtenus n’étaient pas totalement identiques aux
courbes de références initiales.

b) L’équivalent du sable :

L’essai d’équivalent de sable permet de mesurer la propreté d’un sable

 Principe :

L’essai doit être réalisé sur la fraction 0/2mm à une teneur en eau w entre 1%
et 3% et à une température de (23±3) °C.
Après avoir versé la solution lavante dans l’éprouvette jusqu’au trait inférieur,
on verse la masse=120*(1+w/100) de sable à l’aide de l’entonnoir puis on
frappe la base de l’éprouvette sur la paume de la main et on laisse reposer 10
minutes. On fait subir à l’éprouvette bouchée 90 cycles en 30s
sur la machine d’agitation puis on lave le sable pour faire remonter les
éléments argileux jusqu’à ce que le niveau de l’eau atteigne le trait supérieur et
on laisse reposer pendant 20 min. À l’aide de réglet on mesure la hauteur du
niveau supérieur h1 et la hauteur du sédiment h2 (h1 et h2 arrondis au
millimètre le plus proche). On
refait l’essai sur une deuxième éprouvette.

 Mesure de la teneur en eau : (NF EN 1097-5)

On prend un échantillon de masse de mh= 120 g et on le met dans l’étuve à


(110±5) °C. Après séchage on mesure la masse ms de l’échantillon : ms=117.9g
La teneur en eau est (exprimé à 0.1 % prés):
mh−ms
w¿ ms
∗100 =1.7 %.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 23


 Résultats de l’essai :
1ère éprouvette 2ème éprouvette
Masse de l'éprouvette (grammes 122,04 122,04

h1(millimètre) 123 125

h2(millimètre) 93 95

100*(h2/h1)
75,6 76
(enregistré à un chiffre après la virgule)

Note: il convient que les valeurs de 100*(h2/h1) pour les deux éprouvette ne diffèrent
pas de plus de 4

Equivalent de sable (ES) est la moyenne de 100*(h2/h1) pour deux éprouvettes


exprimé au nombre entier le plus proche

ES=76 %

c) Maniabilité: Cône d’ABRAMS

La maniabilité ou la consistance de béton définit son ouvrabilité qui signifie la


facilité de malaxage, de transport et de collage de béton de façon à minimiser le
volume des vides.

 Principe :

Rapport du stage d’initiation professionnelle 24


On rempli un moule tronconique par un volume de six litres environ de béton
puis on démoule le cône ; après une minute on mesure l’affaissement moyen de

l’édifice.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 25


En fonction de l’affaissement obtenu en cm on note pour F=ferme,
P=Plastique, TP=Très Plastique, FL=Fluide.

 Résultat de l’essai :

Dans le présent chantier la mesure de l’affaissement nous donne une valeur


moyenne de 7. Donc le béton est plastique et sa mise en œuvre se fait par la
vibration courante.

d) Essai d’écrasement :

L’essai d’écrasement (appelé aussi étalonnage de la centrale à béton) permet de


déterminer la résistance en compression de béton.

 Principe :

Lors de coulage de chaque élément (fondations, poteaux, dalle…), on remplie


six éprouvettes cylindriques normalisées (16cm de diamètre et 32 cm de
hauteur). Ces éprouvettes sont soumises à un effort de compression uniaxial
jusqu’à la rupture de l’éprouvette après 7, 14 et 28 jours. La connaissance de
l’effort à la rupture et de la section de l’éprouvette permet de déterminer la
contrainte maximale que peut supporter le béton en compression.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 26


5.3. Gestion de l’activité coulage du béton :

Il s’agit de participer à cette activité par un control quotidien des quantités de


béton demandées par les ouvriers et par une gestion du travail des camions
malaxeurs.

a) Temps productif des malaxeurs :

Le temps productif d’un camion malaxeur est la durée durant laquelle ce


camion est en service. Etant donné que le coulage de béton ne dure pas toute la

Rapport du stage d’initiation professionnelle 27


journée, le chauffeur d’un camion malaxeur ne travaille pas toutes les heures
que l’entreprise le paie. Ce qui nécessite une gestion de l’heure d’entrée et de
sortie de ses malaxeurs afin de maximiser leur temps productif. Dans cet
objectif s’intègre notre participation à l’activité coulage du béton.

Pour calculer le temps productif d’un camion malaxeur, on procède de la


manière suivante : après avoir chargé le malaxeur, le responsable de la centrale
à béton enregistre l’heure de son départ ; ensuite il enregistre l’heure de son
retour ; la différence lui donne une durée et la somme de ces durées le long de
la journée nous donne le temps productif de ce malaxeur pour le jour
considéré.

b) Fiche prévisionnelle du coulage du béton :


Chaque jour, vers les dernières heures de travail, on fait un tour sur tous les
chefs de chantiers pour nous estimer la quantité approximative et le type de
béton dont ils auront besoin le jour suivant et aussi l’heure de coulage. Ainsi on
prépare une fiche prévisionnelle contenant un récapitulatif de ces quantités.
Cette fiche est présentée à notre encadrant qui l’utilise pour gérer les heures
d’entrée et de sortie des malaxeurs et pour changer l’heure de coulage d’un ou
plusieurs chefs de chantier dans le cas où il y’a coïncidence des heures de
coulage.

Le lendemain le responsable de la centrale à béton remplie une autre fiche qui


nous permet de vérifier si les quantités sont respectées.

Voici un exemple de ces fiches :

Rapport du stage d’initiation professionnelle 28


Rapport du stage d’initiation professionnelle 29
Rapport du stage d’initiation professionnelle 30
6. CONCLUSION :
Le stage d’initiation professionnelle est une étape indispensable
dans le processus de formation de l’ingénieur. En effet, il m’a
permis en premier lieu, de découvrir le monde de chantier avec
l’ensemble des problèmes qu’on y rencontre et le rôle de
l’ingénieur dans le chantier en général et dans la résolution de ces
problèmes en particulier.

En un deuxième lieu, j’ai pu prendre l’initiative en participant à la


gestion de l’activité coulage de béton par les fiches
prévisionnelles des quantités de béton.

En un troisième lieu, j’ai eu l’occasion d’enrichir mes


connaissances et de manipuler quelques essais d’analyse
effectués sur les constituants de béton aussi au chantier qu’au
laboratoire.

Enfin, j’ai acquis un ensemble de mots techniques utilisés dans le


domaine de bâtiment et leurs équivalents utilisés entre les
ouvriers.

Annexe 1 : les résultats de l’étude géotechnique.


D’après le rapport géotechnique, les résultats des essais de reconnaissance
effectués par le laboratoire LPEE sont résumés dans le tableau suivant :
Rapport du stage d’initiation professionnelle 31
TRANCHE VILLAS N NIVEAU NATURE SOL CONTRAINTE
° FONDATION FONDATIONS ADMISSIBLE
1 -1,00m Grès calcaire 3 Bars
2 -1,00 à -2,00m Schistes 3 Bars
bariolés
3 -1,00m Grès dunaires 3 Bars
4 -1,00m Sables 2.5 bars
Centre graveleux ou
commercial grès
5 U163 à -1,00m Sables 2 .5bars
U173
-2,00m Schistes 3 bars
U139 à
U162
6 U174 à -1,00m Sables 2.5 bars
U184
-2,00m Schiste 3 bars
U185 à -1,00m Grès 3 bars
U208
U209 à
U220

Annexe 2: visite de chantier «Aménagement de la trémie BD Roudani Bir


Anzarane »
Il s’agit d’une visite qu’on a faite avec M.BOURAS le responsable de la division
des travaux de bâtiments.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 32


Le projet en question vise la construction d’un passage souterrain sous forme
d’un pont cadre (pont dalle) dont la dalle d’une épaisseur de 40 cm avec deux
couche de ferraillage. L’entreprise responsable est SGTM.

La profondeur de la l’excavation est de 6.45 m répartie comme suite :

 chaussé : 0.1 m
 pavé : 0.05 m
 remblai : 0.5 m
 argile : 0.45 m
 grès à conglomérat : 2.45 m dont la résistance en compression est de 450
bars
 schiste : 2.9m, sa résistance en compression est comprise entre 277 et
398 bars, sa densité est de 2.62 T/m3 et sa porosité est de 3.82%.

Annexe 3 : visite de chantier


« construction de 05 immeubles à
NASSIM » :
Toujours avec M.BOURAS, on a eu
l’occasion d’assister à une réunion de
chantier : c’est une réunion
hebdomadaire laquelle le chef de
projet ainsi que les chefs de chantier
et les représentants des entreprises
responsables discutent l’avancement
des travaux et leur conformité avec
les plannings dressés ; ce qui permet de détecter les retards et prendre les
précautions nécessaires.

Rapport du stage d’initiation professionnelle 33


Voici le conte rendu de cette réunion :

Rapport du stage d’initiation professionnelle 34


Rapport du stage d’initiation professionnelle 35

Vous aimerez peut-être aussi