Vous êtes sur la page 1sur 4

18

CHAPITRE III : PLAN ET CONTENU DES COMPTES


Les établissements de crédit ont l'obligation de tenir les documents ci-après :
• un livre-journal, enregistrant l'exhaustivité des opérations réalisées ;
• un livre d'inventaire, sur lequel sont transcrits la récapitulation de l'inventaire
des actifs, des passifs et des engagements, d'une part et, d'autre part, les états
financiers élaborés ;
• un grand-livre, retraçant compte par compte tous les mouvements de
l’exercice ;
• une balance générale, récapitulant dans l'ordre défini par le plan de comptes les
soldes et mouvements cumulés des comptes.
La plupart des entreprises doivent établir et présenter des états financiers. Derrière ce
terme se cache une notion assez simple en comptabilité. En effet, il s’agit généralement
des comptes annuels.
Les livres et documents rendus obligatoires par le référentiel comptable bancaire sont
établis en langue française.
Les livres et les documents comptables sont établis en Franc CFA émis par la BCEAO.
Par ailleurs, les livres et documents comptables relatifs à l'enregistrement des
opérations en devises sont tenus dans chacune des devises utilisées conformément
aux dispositions définies par instruction de la BCEAO.

1. Plan des comptes


Le plan de comptes regroupe l'ensemble des comptes utilisables dans le cadre de la
comptabilisation des opérations. Il est suffisamment détaillé pour permettre
l'enregistrement des opérations conformément aux normes comptables. Les
établissements assujettis peuvent ouvrir toute subdivision nécessaire lorsque les
comptes prévus ne suffisent pas pour enregistrer distinctement toutes leurs
opérations. Inversement, les comptes prévus trop détaillés par rapport aux besoins des
établissements peuvent être regroupés dans un compte global de même niveau ou de
niveau plus contracté.
Dans les comptes du bilan et du hors-bilan à deux chiffres, la terminaison 9 désigne un
actif en souffrance ou un engagement douteux. Par dérogation à cette règle, le compte
59 « Résultat » correspond au résultat de l'exercice. L'ajout du chiffre 9 en troisième
position aux comptes à deux chiffres se rapportant aux actifs en souffrance permet
d'obtenir les comptes de dépréciations, en liaison avec le risque de contrepartie, dont
l'évaluation est faite conformément aux dispositions de l'instruction relative à la
comptabilisation et à l'évaluation des engagements en souffrance. Les provisions
19

relatives aux engagements par signature douteux sont, quant à elles, comptabilisées
au compte 512. Dans les comptes d'immobilisations à 4 chiffres, les terminaisons 8 et
9 identifient respectivement les comptes d'amortissements et de dépréciations.
Concernant les opérations de location simple et les immobilisations non louées, les
chiffres 8 et 9 occupent la troisième position.
Pour les dotations aux amortissements, les dépréciations au titre du risque de
contrepartie et les provisions réglementées, les comptes sont obtenus respectivement
par l'ajout, au numéro de classe, des chiffres 6, 7 et 8 en deuxième position.

2. Les 8 classes des comptes

Le cadre comptable bancaire comprend huit (8) classes réparties comme suit :

2.1. Les comptes du bilan


 Classe 1 : les comptes de trésorerie et d'opérations avec les établissements de
crédit et assimilés
Les comptes de la classe 1 enregistrent les espèces, les avoirs et dettes à vue ainsi que
les opérations de dépôts, de prêts et d'emprunts effectuées avec les établissements de
crédit et assimilés.
 Classe 2 : les comptes d'opérations avec la clientèle
Les comptes de la classe 2 enregistrent l'ensemble des crédits octroyés à la clientèle et
tous les dépôts reçus de cette clientèle.
 Classe 3 : les comptes d'opérations sur titres et d'opérations diverses
Les comptes de la classe 3 concernent notamment les opérations sur titres et les
comptes de règlement y afférents, les dettes représentées par un titre, les valeurs à
l'encaissement avec crédit immédiat, les dettes et créances sur des tiers autres que la
clientèle et les établissements de crédit et assimilés, les écritures en suspens entre les
sites d'exploitation d'un établissement ainsi que diverses opérations de régularisation
et de rattachement.
 Classe 4 : les comptes de valeurs immobilisées
Les comptes de la classe 4 enregistrent les biens et valeurs destinés à rester
durablement dans la banque ou l'établissement financier à caractère bancaire, sous
forme de titres, d'immobilisations incorporelles et corporelles. Relèvent également de
cette classe, les immobilisations acquises par réalisation de garantie ou par dation en
paiement ainsi que les prêts subordonnés.
20

Les comptes de la classe 4 sont assortis de comptes d'amortissements ou de comptes


de dépréciations qui sont portés en déduction des valeurs d'actif auxquelles ils se
rapportent.
 Classe 5 : les comptes de provisions, fonds propres et assimilés
Les comptes de la classe 5 enregistrent, pour l'essentiel, les fonds investis dans la
banque ou l'établissement financier à caractère bancaire de façon durable ou
permanente, les provisions pour risques et charges ainsi que les provisions
réglementées. Les comptes de la classe 5 sont notamment soumis aux dispositions de
l'instruction relative aux opérations en devises.

2.2. Les comptes du résultat


 Classe 6 : les comptes de charges
Les comptes de la classe 6 enregistrent l'ensemble des charges hors taxes déductibles.
Ces charges comprennent les charges d'exploitation bancaire et les charges générales
d'exploitation, à savoir les achats, les autres charges externes et les charges diverses
d'exploitation, les impôts, taxes et versements assimilés, les charges de personnel, les
dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions, les pertes sur
créances irrécupérables et l'impôt sur le bénéfice.
 Classe 7 : les comptes de produits
Les comptes de la classe 7 enregistrent l'ensemble des produits hors taxes collectées.
Ces produits comprennent les produits d'exploitation bancaire et les produits généraux
d'exploitation, à savoir les produits divers d'exploitation, la production immobilisée,
les subventions d'exploitation, les quote-part des subventions d'investissement virées
au compte de résultat, les reprises de dépréciations, de provisions et les récupérations
sur créances amorties.

2.3. Les comptes du hors bilan


 Classe 9 : les comptes d'engagements hors bilan
Les comptes de la classe 9 recensent les engagements hors bilan suivants, en fonction
de leur nature :
• engagements de financement ;
• engagements de garantie ;
• engagements sur titres ;
• engagements sur opérations en devises ;
• engagements sur instruments financiers à terme ;
21

• autres engagements ;
• opérations effectuées pour le compte de tiers.
Les engagements donnés ou reçus sont constatés dans les comptes prévus par le plan
de comptes pour chaque catégorie d'engagements. Ils restent dans leur compte
d'origine jusqu'à leur date d'échéance, sauf en cas de réalisation.
Les engagements hors bilan sont obligatoirement comptabilisés en partie double. En
ce qui concerne le sens de la comptabilisation, les conventions ci-après sont retenues
: le sens "débit", lorsque l'engagement, en cas de réalisation, se traduit par un
mouvement de débit au bilan, et le sens "crédit" dans le cas inverse.

Vous aimerez peut-être aussi