Vous êtes sur la page 1sur 256

AGROTECHNOLOGIE

TECHNOLOGIES DE PRODUCTION
AGRICOLE : GRANDES CULTURES EN
AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE
PRODUCTION VEVETALE

Par
Barthélemy BAWAR, M.Sc.
Agrotechnologue de formation,
Conseiller en Etudes et Analyses,
Ministère en charge de l’Eau, Burkina Faso

1
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

AVANT PROPROS

L'activité agricole assure principalement l'alimentation des humains. En outre, la


production végétale produit un nombre important de produits tels que des engrais, des
produits destinés à l’industrie (éthanol, fécule, chanvre), des plantes vertes et fleurs, du
bois. Elle représente un maillon indispensable dans la chaîne agroalimentaire, en lui
assurant l’approvisionnement en matières premières (fécule, oignon, céréale, fruit,
légume, etc.).

Ce module de formation se concentre essentiellement sur les technologies de production


de certaines grandes cultures telles que les céréales, légumes, racines et tubercules, fruits
et légumineuses généralement pratiquées dans les jardins potagers d’Afrique.

C’est le fruit d’un long travail de Monsieur Barthélemy BAWAR, Agrotechnologue de


formation, Conseiller en Etudes et Analyses, Ministère en charge de l’Eau, Burkina Faso.

Ce document est donc soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique d’une
part une obligation de citation et de référencement lors de son utilisation.
D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite, encourt une poursuite
pénale.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 2


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TABLE DES MATIERES


CONTEXTE ET JUSTIFICATION ...................................................... 14Erreur ! Signet non défini.

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU MAIS (Zea mays) ..........................................................17

Tableau I : Quelques variétés de maïs disponibles au Cameroun .............................................18

EXIGENCES ECOLOGIQUES ..........................................................................................................19

CONDUITE DE LA CULTURE ..........................................................................................................19

CHOIX ET PREPARATION DU TERRAIN .................................................................................19

LE SEMIS ..........................................................................................................................................20

LA FERTILISATION .......................................................................................................................21

ENTRETIEN DE LA PLANTATION .............................................................................................23

CONSERVATION ET STOCKAGE ..................................................................................................26

CRIB A MAIS........................................................................................................................................26

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU MANIOC .......................................................................28

GENERALITES ....................................................................................................................................28

I. ECOLOGIE........................................................................................................................................32

I.1. Besoins en chaleurs .....................................................................................................................32

I.2. BESOINS EN EAU .....................................................................................................................32

I.3. BESOINS EN TERMES DE SOLS ...........................................................................................33

I.4. BESOINS EN ALTITUDE .........................................................................................................33

I. CONDUITE DE LA CULTURE ..................................................................................................33

II.1. PREPARATION DU MATERIEL VEGETAL (boutures de manioc) ...................................33

II.2. PREPARATION DU SOL ET SEMIS ...................................................................................34

II.3. ENTRETIEN..............................................................................................................................36

II.4. FERTILISATION .....................................................................................................................37

II. LES MALADIES ET ENNEMIS DU MANIOC ..............................................................37

ANTHRACNOSE ......................................................................................................................38

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 3


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

L’ACARIEN VET DU MANIOC .................................................................................................40

III. RECOLTES ET RENDEMENTS.............................................................................................42

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE LA POMME DE TERRE ............................................43

INTRODUCTION .................................................................................................................................43

EXIGENCES DE LA CULTURE ........................................................................................................44

LES VARIETES DE POMME DE TERRE LES PLUS CULTIVEES AU CAMEROUN 44

COMMENT ACQUERIR LA SEMENCE..............................................................................46

CONDUITE DE LA CULTURE ..........................................................................................................47

PREPARATION DU TERRAIN ......................................................................................................47

OPERATIONS D’ENTRETIEN ......................................................................................................49

MALADIES ET RAVAGEURS DE LA POMME DE TERRE ....................................................50

RECOLTE ET CALIBRAGE ..............................................................................................................53

STOCKAGE DES SEMENCES ..........................................................................................................54

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’IGNAME ...................................................................58

I. LA PLANTE ET SON MILIEU ...................................................................................................58

II. CONDUITE DE LA CULTURE ...............................................................................................58

II.1. PREPARATION DU SOL ....................................................................................................58

II.2. PREPARATION DES SEMENCES ....................................................................................59

II.3. ENTRETIEN DE LA PLANTE ............................................................................................60

III. MALADIES DE L’IGNAME ET METHODES DE LUTTE ................................................60

IV. RECOLTE ..................................................................................................................................61

PRODUCTION DES SEMENCEAUX D’IGNAME .........................................................................63

INTRODUCTION .................................................................................................................................63

I- METHODES TRADITIOONELLES DE PRODUCTION DES SEMENCES D’IGNAME


64

I.1- LA TECHNIQUE DES MINISETTS .......................................................................................64

I.1.1- MATERIEL NECESSAIRE POUR LA TECHNIQUE .......................................................65

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 4


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I.1.2- TAILLE DES MINISETS A COUPER .................................................................................67

I.1.3- TRAITEMENT DES MINISETTS ........................................................................................68

I.1.4- REPIQUAGE DES MINISETTS EN GERMOIR................................................................68

I.1.5- TRANSPLANTATION AU CHAMP ....................................................................................69

I.1.6- CONTROLE DES MAUVAISES HERBES .........................................................................70

I.1.7- FERTILISATION DE LA PARCELLE ................................................................................70

I.1.8- LE TUTEURAGE ....................................................................................................................71

I.1.9- RECOLTE ET SELECTION DES SEMENCES D’IGNAME ...........................................71

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DES REJETS DE BANANIER PLANTAIN PAR LA


TECHNIQUE PIF (Plants Issus de Fragments de Tiges) ................................................................72

INTRODUCTION .................................................................................................................................72

I. LES METHODES DE MULTIPLICATION ..............................................................................72

I.1. LA METHODE NORMALE .....................................................................................................72

I.2. LA METHODE DE LA DECAPITATION COMPLETE ......................................................73

I.3. METHODE DE LA FAUSSE DECAPITATION ....................................................................74

I.4. LA METHODE PIF (Plants issus de fragments de tige) .........................................................75

II. ENTRETIEN DES PLANTS .....................................................................................................84

TECHNOLOGIE DE LA CULTURE DU BANANIER PLANTAIN ..............................................86

GENERALITES ....................................................................................................................................86

I- Exigences agronomiques ............................................................................................................93

II.1- CATEGORIES DE MATERIEL VEGETAL ........................................................................93

II.2- Calibrage des plants ..................................................................................................................94

III. Culture du plantain ....................................................................................................................94

III.1- Choix du site .............................................................................................................................94

III.2- PREPARATION DU TERRAIN ............................................................................................95

III.3- CHOIX DES DATES DE PLANTATION ................................................................................95

IV- MISE EN TERRE...........................................................................................................................95

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 5


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

V. ENTRETIEN DE LA CULTURE ...................................................................................................96

V.1- PAILLAGE ................................................................................................................................96

V.2- DESHERBAGE .........................................................................................................................97

V.3- TUTEURAGE ............................................................................................................................98

V.4- TOILETTAGE ..........................................................................................................................98

V.5- ŒILLETONNAGE ...................................................................................................................98

V.6- FERTILISATION .....................................................................................................................99

V.7- LUTTE CONTRE LES PARASITES ET MALADIES ......................................................100

V.7.1- METHODE DE PREVENTION .....................................................................................102

VI. RECOLTE .....................................................................................................................................103

TECHNOLOGIE DE CULTURE DE LA CANNE A SUCRE .......................................................105

GENERALITES ..................................................................................................................................105

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................106

I.1. Le climat .................................................................................................................................106

I.2. Le sol .......................................................................................................................................106

I.3. L’eau .......................................................................................................................................107

II. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................107

II.1. MISE EN PLACE DE LA CULTURE ..............................................................................107

II.2. LES OPERATIONS D’ENTRETIEN ................................................................................108

II.3. La fumure .............................................................................................................................109

CONTROLE ....................................................................................................................................109

III. LA RECOLTE ET LES OPERATIONS POST-RECOLTE ...............................................110

TECHNOLOGIE DE CULTURE DES AGRUMES ......................................................................113

GENERALITES ..................................................................................................................................113

I. EXGENCES CULTURALES .....................................................................................................122

II. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................123

II.1. LE CHOIX DU TERRAIN .....................................................................................................123

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 6


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.1.1. LE PRECEDENT CULTURAL ......................................................................................123

II.2. AMENAGEMENTS PREALABLES ....................................................................................124

II.3. PREPARATION DU SOL ......................................................................................................125

II.3.1. PREPARATION MECANIQUE .....................................................................................125

II.3.2. PREPARATION MANUELLE .......................................................................................126

II.4. SELECTION DU MATERIEL VEGETAL ..........................................................................126

II.5. IMPLANTATION DE LA CULTURE .................................................................................127

II.6. LA TAILLE .............................................................................................................................130

II.6.1. TAILLE DE FORMATION ............................................................................................130

II.6.2. TAILLE D’ENTRETIEN.................................................................................................132

II.7. CONTROLE PHYTOSANITAIRE .......................................................................................134

II.7.1. CONTROLE DE L’ENHERBEMENT ..........................................................................134

II.7.2. MALADIES ET MOYENS DE CONTROLE................................................................134

II.7.3. RAVAGEURS ET MOYENS DE CONTROLE ............................................................139

II.8. FERTILISATION ...................................................................................................................142

II.8.1. FUMURE DE FOND ........................................................................................................142

II.8.2. FUMURE D’ENTRETIEN ..............................................................................................142

III. RECOLTE ET RENDEMENT ..............................................................................................143

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’AIL ...........................................................................146

GENERALITES ..................................................................................................................................146

EXIGENCES CULTURALES ...........................................................................................................146

CONDUITE DE LA CULTURE ........................................................................................................147

PLANTATION.................................................................................................................................147

Fertilisation ......................................................................................................................................147

Binage ...............................................................................................................................................148

RECOLTE ET RENDEMENTS ........................................................................................................148

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’OIGNON (Allium cepa) ..........................................149

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 7


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................................149

CONDUITE DE LA CULTURE ........................................................................................................149

II.2- LA PEPINIERE ..................................................................................................................150

II.3- TRANSPLANTATION...........................................................................................................151

II.4- ENTRETIENS AU SOL ET IRRIGATION .........................................................................152

II.5- FERTILISATION ...................................................................................................................152

ENTRETIEN PHYTOSANITAIRE ..................................................................................................152

RECOLTE ET RENDEMENTS ........................................................................................................153

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’ANANAS .................................................................154

GENERALITES ..................................................................................................................................154

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................157

I.1. EXIGENCES CLIMATIQUES ...............................................................................................157

I.2. EXIGENCES PEDOLOGIQUES ............................................................................................158

II. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................158

II.2. SELECTION ET PREPARATION DU MATERIEL VEGETAL .....................................161

II.2.1. SELECTION DU MTERIEL VEGETAL ......................................................................161

II.2.2. PREPARATION DES REJETS ......................................................................................162

II.3. PLANTING ..............................................................................................................................164

II.4. PROTECTION PHYTOSANITAIRE ...................................................................................167

II.4.1. LUTTE CONTRE LES ADVENTICES .........................................................................167

II.5. FUMURE..................................................................................................................................170

II.4.2. MALADIES ET MOYENS DE CONTROLE................................................................170

II.4.3. LES ENNEMIS ET MOYENS DE LUTTE ...................................................................172

II.5. LE TRAITEMENT D’INDUCTION FLORALE (TIF) ......................................................175

II.6. REDUCTION DES COURONNES .......................................................................................177

II.7. DEVERDISSAGE....................................................................................................................177

III. RECOLTE ................................................................................................................................177

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 8


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE CULTURE DU CHOU..................................................................................179

GENERALITES ..................................................................................................................................179

I. LES EXIGENCES CULTURALES DU CHOU .......................................................................179

II. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................179

II.1. LA PEPINIERE .......................................................................................................................179

II.2. PREPARATION DU SOL ......................................................................................................181

II.3. LE REPIQUAGE OU TRANSPLANTATION ....................................................................181

II.3. L’ENTRETIEN DE LA CULTURE ......................................................................................181

II.3. FERTILISATION ...................................................................................................................181

II.4. CONTROLE DES MALADIES ET RAVAGEURS ............................................................182

III. RECOLTE ET RENDEMENTS .............................................................................................184

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU GOYAVIER ................................................................186

GENERALITES ..................................................................................................................................186

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................186

II.1- Le matériel végétal et la pépinière.............................................................................................187

II.1.1- multiplication générative du goyavier....................................................................................187

II.1.2- MULTIPLICATION VEGETATIVE....................................................................................188

a) Identification du rameau à marcotter ...........................................................................................189

b) Incision et retrait de l’écorce (décortication) ...............................................................................189

c) Pose de la marcotte..........................................................................................................................190

II.2.1- LA TROUAISON .....................................................................................................................190

II.2.2- LA MISE EN TERRE .............................................................................................................191

II.3.1- Entretien au sol ........................................................................................................................191

II.3.2- LA TAILLE ..............................................................................................................................192

II.3.3- L’IRRIGATION ......................................................................................................................192

II.4- LA PROTECTION PHYTOSANITAIRE ................................................................................192

II.5- LA FERTILISATION D’ENTRETIEN ...................................................................................194

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 9


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III. RECOLTE ET RENDEMENTS .............................................................................................194

TECHNOLOGIE DE CULTURE DE QUELQUES LEGUMES FEUILLES ..............................195

GENERALITES ..................................................................................................................................195

LES CONTRAINTES ECOLOGIQUES DES CULTURES ..........................................................196

CONDUITE DE LA CULTURE ........................................................................................................196

LA PEPINIERE ...............................................................................................................................196

PREPARATION DU TERRAIN ET REPIQUAGE ....................................................................198

ENTRETIENS .................................................................................................................................199

LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS ET LES MALADIES ...................................................199

RECOLTE ...........................................................................................................................................202

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU PAPAYER ...................................................................202

I. GENERALITES ...........................................................................................................................202

II. LA PLANTE ET SON ENVIRONNEMENT ........................................................................203

II.1. LA MORPHOLOGIE .............................................................................................................203

II.2. L’ECOLOGIE DU PAPAYER ..............................................................................................204

II.3. LES DIFFERENTES VARIETES .........................................................................................204

III. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................205

III.1. PEPINIERE ............................................................................................................................205

III.1.2. REMPLISSAGE ET RANGEMENT DES POTS ........................................................205

III.1.3. ENTRETIEN DE LA PEPINIERE ...............................................................................206

III.2. PREPARATION DU TERRAIN ET PLANTATION ........................................................206

III.3. L’ENTRETIEN DE LA PLANTATION .............................................................................207

III.3.1. L’IRRIGATION ..............................................................................................................207

III.3.2. DEMARIAGE ..................................................................................................................207

III.3.3. LE DESHERBAGE .........................................................................................................208

III.3.4. LA FUMURE ...................................................................................................................208

III.4. LA PROTECTION PHYTOSANITAIRE ...........................................................................209

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 10


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.4.1. LES RAVAGEURS .........................................................................................................209

III.4.2 LES MALADIES FONGIQUES ...................................................................................209

III.4.3. LES VIROSES .................................................................................................................210

IV. LA RECOLTE ET LE RENDEMENT ..................................................................................211

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE PASTEQUE ................................................................212

GENERALITES ..................................................................................................................................212

I. EXIGENCES DE LA CULTURE ...........................................................................................212

II. CONDUITE DE LA CULTURE .........................................................................................213

II.2. CHOIX DES VARIETES ....................................................................................................214

II.3. SEMIS ...................................................................................................................................215

III. CONDUITE DE LA CULTURE .........................................................................................215

III.1. DEMARRIAGE ..................................................................................................................216

III.2. FERTILISATION ..............................................................................................................216

III.3. TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE .............................................................................217

IV. RECOLTE ET RENDEMENTS .........................................................................................217

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE LA PATATE DOUCE ................................................218

GENERALITES ..................................................................................................................................218

I. LES VARIETES CULTIVEES ..................................................................................................219

II. LES EXIGENCES CULTURALES .......................................................................................220

1. Sols ................................................................................................................................................220

2. Altitudes et latitudes ....................................................................................................................220

3. Pluies et températures .................................................................................................................220

III. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................221

1. Époque de plantation...................................................................................................................221

2. Choix et préparation du sol ........................................................................................................221

2.1. Choix du sol ...........................................................................................................................221

2.2. Préparation du sol .................................................................................................................222

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 11


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

2.3. Le choix du matériel végétal ................................................................................................222

3. Méthodes de plantation et écartements .....................................................................................223

4. Entretien de la plantation de patate douce 1. Remplacement ................................................224

2. Sarclage.........................................................................................................................................224

5. Fertilisation ...............................................................................................................................225

a) La fertilisation minérale .............................................................................................................225

La matière organique ......................................................................................................................225

IV. PROTECTION DE LA CULTURE .......................................................................................226

1.1- Charançons: Cylas spp .........................................................................................................226

Insecticides ...................................................................................................................................228

Pratiques culturales .....................................................................................................................228

1.2. Charançons rugueux de la patate douce : Blosyrus spp .....................................................229

1.3 Nématodes à galles : Meloidogyne incognita .........................................................................229

1.4. Les mouches et les acariens ..................................................................................................230

Plante-hôte : Ipomoea batatas Symptômes ....................................................................................233

2.3- Pourriture noire (Ceratocystis fimbriata) ................................................................................233

Symptômes .......................................................................................................................................234

NB : la pourriture noire due à Botryodiplodia theobromae ..........................................................235

V. RECOLTE ET RENDEMENTS DE LA PATATE DOUCE ...............................................237

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU PIMENT ......................................................................238

(Capsicum frutescens) .........................................................................................................................238

GENERALITES ..................................................................................................................................238

CONDUITE DE LA CULTURE ........................................................................................................239

LA PEPINIERE ...............................................................................................................................239

PLANTING ......................................................................................................................................240

IRRIGATION ..................................................................................................................................241

FERTILISATION ...........................................................................................................................241

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 12


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE ..........................................................................................242

RECOLTE ET RENDEMENTS ........................................................................................................243

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU POIVRON ...................................................................243

GENERALITES ..................................................................................................................................243

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................244

II. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................244

ii) TRANSPLANTATION ........................................................................................................245

v) ENTRETIEN AERIEN .............................................................................................................246

vi) CONTROLE PHYTOSANITAIRE .........................................................................................247

RAVAGEURS .................................................................................................................................247

III. RECOLTE ET RENDEMENT ...............................................................................................247

LA TECHNOLOGIE DE CULTURE DE LA TOMATE ...............................................................248

GENERALITES ..................................................................................................................................248

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE ......................................................................................248

II. LES VARIETES DE TOMATES LES PLUS UTILISEES .................................................248

III. CONDUITE DE LA CULTURE .............................................................................................249

III.1. CONFECTION DE LA PEPINIERE..................................................................................249

III.2. PLANTATION .......................................................................................................................250

III.3.1. CHOIX ET PREPARATION DU TERRAIN ..............................................................250

III.3.2. REPIQUAGE DES JEUNES PLANTS .........................................................................250

III.3.3. ENTRETIEN DE LA PLANTATION...........................................................................251

III.6. TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE .................................................................................253

LES CHAMPIGNONS ............................................................................................................253

LES INSECTES RAVAGEURS .............................................................................................253

Mouches blanches sur feuilles .....................................................................................................253

IV. RECOLTE ET RENDEMENTS .............................................................................................254

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 13


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) est une


organisation internationale regroupant 13 pays sahéliens.
Il a été créé en 1973, lors de la première grande sécheresse sur la région afin de mobiliser
les populations sahéliennes et la communauté internationale autour de l’aide d’urgence et
de la mise en œuvre des programmes dans différents domaines : agriculture pluviale et
irriguée, hydraulique, environnement, transport, communication. En 1995, il a recentré
ses activités autour notamment de la sécurité alimentaire et de la gestion des ressources
naturelles.
Le secrétariat exécutif est basé à Ouagadougou (Burkina Faso).
Liste des pays membres :

 Burkina Faso
 Bénin
 Cap-Vert
 Côte d'Ivoire
 Gambie
 Guinée
 Guinée-Bissau
 Mali
 Mauritanie
 Niger
 Sénégal
 Tchad
 Togo

A l’échelle régionale, l’évolution s’est traduite par l’adoption des politiques régionales
de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (Politique Agricole de l’Union
: PAU) et de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAP), et

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 14


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

l’élaboration en cours du Programme Régional d’Investissement Agricole (PRIA)


inspiré du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine
(PDDAA), adopté à l’occasion d’une session spéciale de l’Union Africaine sur le
Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD).

Au niveau sous-régional, la politique agricole de la Communauté Economique des


Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) (ECOWAP Agricultural Policy of the
Economic Community of West African States), adoptée en janvier 2005 à Accra, prône
la souveraineté alimentaire et la réduction des importations des produits alimentaires en
vue d’encourager l’agriculture locale. Une des déclinaisons de l’ECOWAP est la
Décision A/DEC.5/10/98 réglementant la transhumance entre les Etats membres de la
CEDEAO. Un programme Régional d’Investissement Agricole (PRIA) et un Programme
National d’Investissement Agricole (PNIA) pour le Burkina Faso sont en cours
d’élaboration sous l’instigation de la CEDEAO en application de la politique de
l’Union Africaine d’accélération du développement de l’agriculture africaine. Enfin, le
Forum régional sur l’élevage de Niamey, organisé par la CEDEAO en février
2009, a permis de dégager des orientations stratégiques qui seront traduites en Plan
d’actions pour le développement de l’élevage au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Au niveau international, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD),


la Déclaration de Paris (2005) visant à améliorer l’efficacité des investissements
publics et le Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) constituent des données
importantes à prendre en compte. Il en est de même des Accords de Partenariat
Economique (APE) en cours de négociation entre l’Union Européenne (UE) et les pays
ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et leurs impacts sur l’agriculture et l’élevage au
Burkina Faso.

Dans ce contexte, l’enjeu majeur pour le Burkina Faso comme tous les autres pays de
l’Afrique de l’Ouest et du centre, est de promouvoir une production agricole productive
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 15
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

et compétitive, apte à contribuer de manière plus significative, à la lutte contre la


pauvreté et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en gérant durablement ses
ressources naturelles.
Ce document traite des technologies de productions de grandes cultures végétales en
Afrique de l’Ouest et du centre :
- Agrumes,
- Ail,
- Ananas,
- Bananier Plantin,
- Canne à sucre,
- Choux,
- Gombo,
- Goyavier,
- Igname,
- Légumes feuilles,
- Maïs,
- Manioc,
- Oignon,
- Papayer
- Pastèque,
- Patate douce,
- Piment,
- Poivron ;
- Pomme de terre,
- Tomate.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 16


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU MAIS (Zea mays)

GENERALITES
De son nom scientifique Zea mays, le maïs est la troisième céréale la plus cultivée dans le monde
après le blé et le riz. Dans le monde, il joue un rôle très important dans l’alimentation humaine et animale.
Au Cameroun par exemple, sept (7) personnes sur dix (10) mangent le maïs sous de formes variées.

Avant d’entreprendre une opération de culture de maïs, il faudrait d’abord s’assurer que l’on
dispose des semences en quantité suffisante. Pour la culture pure du maïs, il faut en moyenne 20 à 25 Kg
de semences par hectare. En association avec une autre culture, cette quantité est diminuée de moitié. Au
Cameroun, plusieurs variétés ont été mises au point par l’IRAD (Institut de recherche Agricole pour le
Développement), notamment les CMS (Cameroon Maïze Sélection) adaptées aux zones forestières de
basses et moyennes altitudes ; les CHC (Cameroon
Highland Composite) adaptées aux zones de hautes altitudes de l’Ouest du pays et les CHH (Cameroon
Highland Hybride) qui sont des hybrides des hautes terres de l’Ouest.

Figure 1 : Le plant de maïs et ses parties

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 17


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Tableau I : Quelques variétés de maïs disponibles au Cameroun


Zones composites Hybrides
agroécologiques
variété couleur Cycle variété couleur cycle
(jour)

Zone forestière à -CMS Jaune 110-120 -CHH 105 Blanche 110-120


deux saisons des 8704 Blanche
blanche 110-120 -CHH 101 J/B -//-
pluies (centre, jaune
-CMS
100-105 -CLM103 Blanche -//-
Sud, Est) 8501 Blanche
90-95 -CLM107 blanche -//-
-CMS
9015 CLM 105 -//-

-CMS
8806

Zone forestière à -CMS Jaune 110-120 -CHH 105 Blanche 110-120


une saison des 8704 Blanche
blanche 110-120 -CHH 101 J/B -//-
pluies (littoral, jaune
-CMS
partie du Sud- 100-105 -CLM103 Blanche -//-
8501 Blanche
Ouest 90-95 -CLM107 blanche -//-
-CMS
9015 CLM 105 -//-

-CMS
8806

Zone des hauts -CHC 201 Blanche 130-130 -CHH 105 Blanche 110-120
plateaux de Jaune
-CHC 202 blanche 110-120 -CHH 101 J/B 110-120
l’Ouest (Ouest,
Nord-ouest, -CHC 205 105-110 -CHH 108 J/B 110-120

partie du Sud-
ouest)

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 18


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Zone sahélienne -CMS Jaune -CHH 105 Blanche 110-120


(soudanoguinnéenne 8704 blanche
et Blanche -CLM 107 110-120
guinéenne) -CMS
Blanche -STR
8501 Jaune
blanche
-CMS
9015

-CMS
8806

-TZEE-W

CMS : Cameroon Maize Selection ; CHC : cameroon Highland Composite ; CHH : Cameroon Highland Hybride

EXIGENCES ECOLOGIQUES

Le maïs s’adapte à presque tous les climats. En effet, pour une bonne germination et une bonne
croissance du maïs, la température de l’aire de culture ne doit pas être en dessous de 10°c (le maïs ne
supporte pas les températures trop basses). Il aime la lumière, la chaleur et l’eau : la précipitation dans
la zone de culture ne doit pas être en dessous de 500 mm d’eau pendant le cycle végétatif. Le maïs aime
les sols riches en matières organiques, profonds, mais surtout bien drainés. La durée du cycle du maïs en
champ varie entre 90 et 115 jours en fonction des variétés.

CONDUITE DE LA CULTURE

CHOIX ET PREPARATION DU TERRAIN

Pour une culture rentable du maïs, il faut éviter les terrains en pente. Le maïs pousse bien dans
les sols noirs et riches en matières organiques et en éléments nutritifs. Le maïs n’aime pas les sols sableux
ou les sols durs et compacts. En effet, les sols sableux ne peuvent pas retenir l’eau et les éléments nutritifs
utiles à la plante. Dans les sols compacts les racines ne peuvent pas se développer normalement. Il faut
également éviter les sols marécageux où l’eau stagne car l’eau stagnante entraîne l’asphyxie des plants
de maïs.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 19


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

En résumé, le terrain à choisir ne doit pas présenter une forte pente, doit être profond et bien drainé,
riche en matière organique.

La préparation du terrain est l’un des travaux les plus pénibles, plus particulièrement en zone
forestière qui renferme une végétation abondante et de grands arbres. La préparation du terrain consiste
à:

• abattre les arbres (si le site en contient) et dégager le sous-bois,

• défricher le terrain et éliminer au maximum l’ombrage,

• labourer : le labour est très important, car les racines ont besoin d’un sol bien travaillé, bien
ameubli. Ainsi, il faut labourer à plats (dans ce cas la profondeur du labour sera d’environ 30
cm) ou en formant des billons (la hauteur des billons sera d’au moins 30 cm).
• Apporter la fumure de fond si vous en disposez en quantité suffisante : En effet, il faut environ
100 à 150 grammes de fientes de poules par poquet. Si on a 50 000 poquets à l’hectare, il faudrait
prévoir entre 5 tonnes et 7,5 tonnes de fientes de poule par hectare, soit l’équivalent de 50 à 75
sacs de 100 Kg par hectare.

LE SEMIS

a) Date de semis :

• En régions forestières où l’on peut faire deux cycles culturaux (ou campagne) par an, le semis
pour la première campagne peut avoir lieu entre le 15 mars et le 15 avril, puis entre le 10 et le 30
Août pour la deuxième campagne.
• En régions sahéliennes, il faut semer autour du début juin,

• En zone des hautes terres de l’Ouest, la date de semis se situe entre le 15 mars et le 15 avril.

b) Densité de semis :

La densité de semis varie suivant que le maïs est en culture pure ou en association avec d’autres
cultures ; ou suivant que le sol est très riche ou pauvre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 20


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

• Si l’on adopte la culture pure, il est préférable de semer le maïs en ligne ; la distance entre deux
lignes consécutives peut varier entre 75 cm et 100 cm ; la distance entre deux poquets sur la
même ligne peut varier entre 25 cm et 50 cm. En adoptant un écartement de
90 cm x 40 cm, on obtient environ 55 500 plants de maïs à l’hectare (2 grains par poquets).
• Si le maïs est associé au manioc par exemple, la distance entre deux lignes de manioc peut être
de 100 cm et la distance entre deux plants de manioc sur la même ligne peut aussi être de 100
cm. Entre deux lignes de manioc, on peut planter une ligne de maïs espacé de 30cm à 40cm.
• Si le maïs est associé aux arachides, la distance entre deux lignes de maïs peut être de 200 cm et
la distance entre deux plants sur la même ligne, de 50 cm. Les lignes d’arachides peuvent être
espacées entre celles du maïs à 50 cm les unes des autres et à 10 cm sur la ligne.

c) Techniques de semis :

Après avoir labouré à plat le terrain, mettre les petits jalons d’environ 30 cm de hauteur à chaque
bout du champ et dans le sens de la longueur (piquetage). Si le champ est très vaste, on peut adopter une
longueur de ligne de semis de 50 m, ceci dans le but de faciliter les travaux. Ainsi donc un hectare de
terrain aura deux bandes de 50 m de large et chaque bande comportera environ 112 (3 x 56) lignes de 50
m de long (si on retient les écartements de 0,9mx0, 4m).
Prendre soin d’aligner les trois premiers piquets ou jalons ABC appelés piquets de référence. Tirer une
corde du jalon A au Jalon B et une deuxième corde du Jalon B au jalon C. semer ensuite dans le sens de
la corde bien étirée.

NB : La distance entre votre talon et le bout de votre gros orteil est d’environ 20 à 22 cm (si vous
chaussez la pointure 42). Au cas où vous ne disposez pas d’un mètre ou d’un décamètre, votre pied
peut donc vous servir de mesure pour les distances sur la ligne.

LA FERTILISATION

a) nature et dosage d’engrais


Le maïs a besoin d’une bonne quantité d’éléments nutritifs pour sa croissance et son développement,
surtout l’azote et le phosphore. En effet, l’azote assure le bon développement de l’appareil végétatif, et
le phosphore celui des racines et des graines. L’azote, constituant majeur du maïs est surtout utile entre
la cinquième semaine (2 semaines avant l’épiaison) et la neuvième semaine (2 semaines après
l’épiaison). On peut épandre tout le phosphore au semis, mais l’épandage des engrais azotés peut être

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 21


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

fractionné. Dans tous les cas, la présence simultanée de l’azote et du phosphore est nécessaire pour une
bonne réponse.

De façon plus simple, le producteur peut apporter au moment du semis un engrais complet tel que le N-
P-K (20-10-10). La dose varie de 200 à 300 Kg par hectare en zone des hautes terres, ce qui correspond
à 4 à 6 sacs de 50 Kg. Ceci revient à une quantité équivalente à environ 15 g d’engrais par poquet si l’on
adopte les écartements de 90cm x 40 cm.

Ou alors 300 à 400 Kg par hectare en zone forestière, soit 6 à 8 sacs de 50 Kg. A l’épiaison c'est-à-dire
juste en début de formation des épis, ou alors environ un mois et demi après le semis, il faudra apporter
l’Urée à 46%N, à raison de 100 à 150 Kg par hectare.

b) Modes d’épandage d’engrais Il y a 3

modes d’épandage :

- épandage à la volée : cet épandage est fait avant le semis. Il est surtout préférable dans le cas où
l’on compte remuer ou biner le sol avant de semer. Mais si le maïs est en association avec une
autre culture (l’arachide par exemple, cette méthode de fertilisation est déconseillée). De plus les
risques de pertes d’engrais par lessivage sont élevés avec ce mode d’épandage.
- Epandage en bande au semis : Cette méthode peut être utilisée quand le maïs est semé sur les
sillons ou les parterres. Un sillon est alors ouvert, l’engrais y est déposé, recouvert de terre et le
maïs est semé.
- Epandage en bande après levée : Cet épandage se fait généralement 2 à 3 semaines après les
semis, de préférence au moment ou juste après le premier désherbage. L’engrais est placé en
bande à 5 cm à partir des pieds de maïs et recouvert de terre après épandage.

Cette méthode est meilleure lorsque le maïs est cultivé en association à d’autres cultures et que
l’on voudrait juste engraisser le maïs. Elle a l’avantage de permettre d’optimiser la quantité
d’engrais épandu par un apport localisé. C’est la méthode la plus efficace et la plus recommandée.

Remarques importantes :

- ne jamais mettre l’engrais en contact avec la semence.

- Ne jamais épandre plus qu’il n’en faut. Mieux vaut en mettre peu que d’en mettre trop.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 22


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Les engrais seuls n’augmenteront jamais votre rendement. Il faut être sûr d’avoir une bonne
semence pour commencer ; de respecter la date de semis ; et d’effectuer un bon désherbage.

ENTRETIEN DE LA PLANTATION

a) Le Désherbage

Un champ de maïs ou de toute autre spéculation (manioc, arachide, …) non désherbé est la proie
aux attaques des insectes et autres maladies, ou le refuge aux autres prédateurs et rongeurs.

Il est donc indispensable de désherber, mais surtout, de le faire à temps. En ce qui concerne le maïs, le
meilleur moment du premier désherbage, que l’on soit en zone forestière ou des hautes terres, se situe
entre la troisième et la quatrième semaine après les semis, le principe étant de ne jamais laisser les
mauvaises herbes étouffer ou retarder le bon développement des plantes cultivées.

Au cas où l’on se propose d’utiliser l’herbicide, l’épandage de cet herbicide pourra se faire avant ou
après les semis. Mais s’il est fait après les semis, il doit être fait avant que le maïs ne germe.

b) Lutte contre les ravageurs :

Les ravageurs de maïs causent des dégâts aussi bien en champ qu’en stock. Ils peuvent
occasionner une baisse importante de rendement (plus de 80%). Il existe des maladies du maïs (rouille,
charbon, cercosporiose et viroses) qui n’apparaissent pas fréquemment. De plus, ces maladies sont très
contrôlées lorsqu’on veut produire les semences de maïs. Sinon dans la pratique, on a le plus souvent à
faire aux ravageurs. Les principaux ravageurs sont généralement les insectes, les oiseaux et les rongeurs.

Tableau II : Quelques ravageurs du maïs, les dégâts causés et les techniques de lutte.
Ravageurs Dégâts Techniques de lutte

I-les insectes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 23


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

1-les lépidoptères Les jeunes larves percent des -lutte culturale :


foreurs de tiges
trous sur les feuilles des
* Détruire les chaumes après
pousses. Les larves âgées récolte par enfouissement ou par
creusent des galeries à l’intérieur incinération
des tiges et
* semer au moment approprié
s’attaquent également aux épis
(autour du 25-30 mars et du 1ier
septembre)

-lutte chimique :

*A titre préventif, incorporer les


granulés de nématicide (carbofuran,
furadan,…) à raison de 1 à 1,5 Kg de
matière active par hectare dans les
sillons de semis

* A titre curatif, épandre des


granulés de nématicide (carbofuran,
furadan) dans les cornets foliaires six
semaines après les semis.

2-Les charançons -Creusent des trous de ponte ou -A titre préventif,


des orifices de sorties des
(Sitophilus oryzae

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 24


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

et Sitophilus adultes sur les enveloppes, * bien sécher et nettoyer les


zeamaïs) grains stockés, ainsi que le matériel ou
-les larves se nourrissent du
contenu des grains, ce qui endroits destinés à la conservation ;
entraîne la diminution du poids
et de la qualité des denrées * éviter de mélanger les anciens
stockées. et nouveaux stocks ;

*stocker les grains loin de l’humidité


(éviter le contact direct des sacs avec
le sol).

-A titre curatif,

* enrober les grains d’un insecticide


approprié (Malagrain, Malathion,
Poudrox à raison de 100 grammes
pour 100 Kg de grain) ;

II-Les Oiseaux Grâce à son bec l’oiseau Garder le champ toujours propre
déchire les spathes protectrices (désherber, détruire les perchoirs à
des épis et les grains sont avalés proximité et à l’intérieur du champ)
en entier.

III-Les Rongeurs Au moment de l’épiaison, les *Détruire toute formation végétale


animaux coupent les tiges à
(rat, hérissons, adventice à l’intérieur et à la
quelques centimètres du sol et
consomment les épis sur place périphérie
etc.)
ou les transportent dans leurs
terriers). *construire si possible les barrières
anti-rats.

RECOLTE
Dans certaines localités, les populations aiment consommer le maïs à l’état frais sous forme
bouillie, cuite à la braise ou cuite en gâteau. Dans ce cas, le maïs à consommer doit donc être récolté au
stade laiteux, quand la soie est encore rose foncé, une ou deux semaines après l’épiaison.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 25


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Pour les semences ou la commercialisation, il faut récolter le maïs quand les feuilles ont jauni et
ont séché. A ce moment, le maïs est en pleine maturité. Il est recommandé de récolter avant les prochaines
pluies sinon, les graines germent sur les épis.

Pour récolter, casser les épis et laisser les tiges sécher davantage sur le champ. Ces tiges seront
fauchées au ras du sol au prochain labour et seront enfouies.

CONSERVATION ET STOCKAGE

Le maïs récolté bien sec et ne renfermant pas de charançons, peut se conserver pendant plus de
six mois. Les méthodes traditionnelles ou semi-modernes de stockage existent (greniers, cribs, etc.). Le
stockage dans les corbeilles est le moins bon parce que les graines ne sont pas aérées, et l’attaque des
charançons et des moisissures est très élevée.

En règle générale, le maïs à conserver doit être bien séché ou récolté bien sec. La conservation ne doit
jamais se faire dans un milieu hermétiquement fermé. Un épi de maïs charançonné ou malade même à
quelques graines seulement, ne doit pas être conservé avec d’autres épis sains.

CRIB A MAIS

Le crib est une structure très simple mais peu connue en zone forestière, qui permet de conserver le maïs
récolté à maturité. Cette installation permet de sécher le maïs jusqu’à ce qu’il puisse être égrainé.
L’utilisation des cribs libère les champs et permet aux cultivateurs de replanter pour une seconde récolte
dans la même année.

On doit :

1- Exposer le crib face aux vents dominants. Ce n'est pas le soleil qui sèche le maïs, mais l’air réchauffé
par le soleil.

2- Construire le crib loin des bosquets et des maisons car il doit être balayé facilement par tous les vents et par
le moindre courant d'air

3- Limiter l'épaisseur du crib. Elle ne doit pas dépasser 0,60 m.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 26


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Un mètre linéaire d’un crib de 4 m de haut sur 0,60 m de large contient 2,4 m3 d'épis soit l'équivalent
de 800 kg de grain sec. Pour une récolte de 4 tonnes/ha, il faut donc prévoir 5 à 6 mètres de crib.

Il convient de traiter les épis avec un insecticide approprié au moment du chargement du crib, afin de
prévenir les attaques d'insectes. Le traitement en « SANDWICH » est le plus approprié, en épandant sur
tous les 15 à 20 cm une couche d’insecticide (exemple du MALAGRAIN DP 5) à l’aide d’une poudreuse
jusqu’au remplissage des épis dans le crib ou le grenier.

Un crib à mais

«Ôter les spathes pour permettre un meilleur séchage».

Un insecticide liquide comme Actellic 50 EC peut également être utilisé pour ce traitement tous les
15 à 20 cm jusqu’au remplissage du crib. Il est nécessaire de pulvériser aussi les parois du crib à la
fin du traitement et chaque mois.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 27


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU MANIOC

GENERALITES

Le manioc (Manihot esculenta Crantz) est un aliment de base pour de nombreuses populations,
notamment dans les pays tropicaux et subtropicaux. Cela est dû au fait que cette plante est facilement
cultivable, peu exigeante en intrants et que sa récolte s’étale sur une longue période, facilitant ainsi un
accès régulier des populations à cette matière première. De plus, c’est un aliment très énergétique,
fournissant 159 kcal d’énergie alimentaire par 100 g de portion comestible.

Comme la plupart des produits agricoles, l’eau constitue la majeure partie de la racine de manioc (60 à
70 % de la portion comestible, c’est-à-dire la chair de la racine épluchée). La matière sèche restante (30
à 40 % de la portion comestible) est majoritairement (90 à 95 %) composée de glucides, de protéines (1
%), de lipides (0,3 %), de fibres (1 %) et d’éléments minéraux (0,9 %).
S’y ajoutent des quantités minimes de vitamines (A, B, C), de calcium, de phosphore et de fer. Les
glucides contenus dans le manioc sont essentiellement constitués d’amidon, l’amylose, l’amylopectine.

La forte teneur en amidon fait du manioc un aliment très énergétique. La racine de manioc est plus riche
en glucides que les tubercules de pomme de terre, d’igname, de patate douce ou de taro, mais elle est
plus pauvre en protéines. Néanmoins, les feuilles de manioc sont très riches en protéines (autour de 30
% par rapport à la matière sèche) ; elles contiennent notamment de la lysine et de la leucine mais sont
pauvres en acides aminés soufrés dont la méthionine. Elles contiennent également des caroténoïdes.

Le genre Manihot comprend plus de 200 espèces. La seule espèce cultivée du genre Manihot est M.
esculenta Crantz. Plusieurs synonymes existent dont M. utilissima Pohl, M. dulcis Pax, M. melanobasis
Mueller, M. aipi Pohl, M. flexuosa Pax, etc. Le genre Manihot est constitué d’espèces pérennes,
héliophiles, à distribution sporadique, cantonnées aux régions semi-arides ou aux régions humides. Elles
sont pour la plupart sensibles au gel et ne se rencontrent qu’à une altitude inférieure à 2 000 m. Le manioc
comprend plus de 200 espèces apparentées. Plus de 30 espèces présentent des caractères d’intérêt pour
l’amélioration du manioc.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 28


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Un plant de manioc avec ses parties

Le système racinaire d’une plante de manioc est constitué de deux types de racines : les racines
nourricières et les racines tubérisées. Les racines nourricières se développent d’abord de manière traçante
puis plus ou moins verticalement à des profondeurs d’environ 1 m. Elles absorbent l’eau et les éléments
minéraux du sol. Grace à son système racinaire très développé, le manioc peut exploiter des éléments
nutritifs difficilement accessibles aux autres cultures. Les racines tubérisées proviennent d’un processus
de grossissement des racines traçantes. Ce sont des organes d’accumulation des hydrates de carbone
(sous forme d’amidon) élaborés par les feuilles au cours de la photosynthèse. Les racines tubérisées sont
physiologiquement inactives et ne peuvent dès lors pas servir de matériel végétal de plantation. La coupe
transversale d’une racine tubérisée permet de distinguer, de l’extérieur vers l’intérieur, les trois parties
suivantes :
- l’épiderme qui est l’écorce externe, fine et de couleur brune ou blanche ;

- le phelloderme qui est l’écorce interne de couleur rose, blanche ou jaunâtre ; -


le parenchyme amylacé ou chair de couleur blanche, jaune ou orange.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 29


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Racines tubérisées

Racine tubérisée en coupe transversale

La tige est constituée d’une succession d’entre-nœuds disposés de manière linéaire ou en ligne brisée.
Les nœuds sont le point d’insertion des feuilles et abritent les bourgeons. A l’âge adulte, les parties
aoutées de la tige présentent plusieurs types de colorations (noirâtre, orange, jaunâtre, grise) qui peuvent
aussi être un critère d’identification des clones de manioc. Le port de la plante est défini selon le mode
de ramification. Celle-ci est souvent de type trichotomique (trois embranchements) et est influencée
principalement par la génétique du clone et l’environnement.
Par exemple, la ramification peut être retardée si le sol est moins fertile ou s’il y a un déficit hydrique.
Selon la densité de la ramification, la plante présente les ports étalé (ramification précoce et dense), semi-
étalé et érigé. Une forte ramification permet de limiter l’enherbement, donc de réduire le nombre de
sarclages au cours du cycle du clone concerne. Par voie de conséquence, le coût de la production peut
être réduit. Cependant les clones ayant une forte ramification ne sont pas adaptés à des associations avec
d’autres cultures.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 30


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Manioc à port étalé manioc à port érigé


Les feuilles sont simples, alternes et caduques. Elles sont constituées de limbes mesurant de 10 à 20 cm
de long et sont rattachées à la tige par des pétioles qui mesurent de 1 à 30 cm. Les limbes sont multilobés
(3 à 9 lobes). Les pétioles ont une coloration verte, rouge ou bicolore. Les jeunes feuilles sont glabres ou
pubescentes et de couleur verte, pourpre ou violette.

Partie apicale d’un jeune plant de manioc

Les plus âgées ont une coloration verte plus ou moins foncée. La floraison est fréquente et régulière chez
certains cultivars, et rare, voire inexistante chez d’autres. Les fleurs, en grappe, apparaissent au point de

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 31


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

ramification de la tige. Les fleurs males sont disposées au sommet tandis que les fleurs femelles sont
disposées a la base d’une même inflorescence. Le fruit est une capsule globulaire renfermant trois
endocarpes ligneux. Chaque endocarpe contient trois lobes d’une graine. Lorsque le fruit est sec,
l’endocarpe éclate et libère la graine. Le fruit contient au maximum trois graines.

Inflorescences chez le manioc

I. ECOLOGIE

I.1. Besoins en chaleurs


Le manioc ne pousse normalement que dans les régions tropicales et tempérées chaudes. A 0°C le manioc
meurt; Vers 1 à 2°C, seul le bois meurt tandis que les racines restent vivantes; vers 8 °C, seules les
branches meurent. Il faut pratiquement 25 à 30°C en moyenne durant la croissance du plant de manioc.

I.2. BESOINS EN EAU


Le manioc supporte des régimes de pluies très divers. En effet, il supporte aussi bien des manques d’eau
prolongés que des pluies abondantes. Mais les meilleurs rendements sont obtenus avec des pluies de
1000 à 2 000 mm par an et bien réparties tout le long de l’année, avec trois mois de saison sèche. Au-
delà de 2 000 mm de pluies, les racines pourrissent en terre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 32


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I.3. BESOINS EN TERMES DE SOLS


Le manioc demande des sols légers, meubles, profonds, à pente faible et riches en humus. Il peut se
contenté des terres relativement pauvre à condition qu’il n’y ait pas de stagnation d’eau. Les sols lourds
et argileux sont à proscrire. Le sol idéal est de texture sablo-argileuse et bien drainé.
En cas de fortes pentes, des associations culturales sont conseillées.

I.4. BESOINS EN ALTITUDE

Le manioc pousse depuis le niveau de la mer jusqu’à 1 500 mètres d’altitude environ. Au-delà, les faibles
températures limitent sa croissance. Cela rallonge le cycle de récolte.

I. CONDUITE DE LA CULTURE

Le manioc est installé en fin d’assolement. Ceci veut dire que si vous avez décidé de conduire
successivement trois ou quatre cultures sur votre parcelle de terrain parmi lesquelles le manioc, il faut
que celui-ci intervienne en dernière position, après quoi vient la jachère.

II.1. PREPARATION DU MATERIEL VEGETAL (boutures de manioc)

Le manioc se multiplie par boutures. Le semis des graines ne se fait qu’en station de recherche pour la
création des nouveaux hybrides.

Les boutures sont le plus souvent prélevées durant la saison sèche, parce que c’est le moment du repos
végétatif. Par contre, le semis quant à lui a lieu durant la saison des pluies. Il vaut mieux prélever des
tiges sur les plants de plus de 6 mois d’âge. Puisque les tiges sont prélevées en période sèche, il faut les
conserver. On peut lier les tiges entières en fagots, que l’on va disposer debout sous ombrage, en évitant
qu’il pleuve dessus.

Une autre approche consiste à creuser le sol dans un endroit sec sur 25 cm de profondeur et d’y introduire
les boutures. Il faut que ledit sol soit sec et que les boutures soient sous ombrage.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 33


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Rangement des boutures en attente de plantation

Quand vient le moment de la plantation, on coupe les boutures en baguettes, sur une longueur de 25 à
trente cm. La coupe doit être nette pour une bonne cicatrice.

Bonnes boutures de manioc

II.2. PREPARATION DU SOL ET SEMIS

Après le défrichage, il est conseillé de labourer à une profondeur de 30 cm au moins. Les billons seront
séparés d’une distance d’un mètre les uns les autres. En sol meuble, on peut semer sans labourer. Il est
tout de même conseillé d’appliquer une fumure de fond, à raison de 500 grs par poquet soit au moins 5
tonnes à l’hectare.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 34


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Semis à plat avec labour minimum semis vertical avec billonnage

En outre, des buttes de culture peuvent être confectionnées à des écartements d’1 m dans tous les sens.

Le semis se fait en début de la saison des pluies. Il est conseillé de semer les boutures soit verticalement,
soit de manière oblique, soit à plat.

 Quand les boutures se mettent à plat, il ne faut pas placer la bouture à plus de 10 cm de
profondeur. Il ne faut cependant pas que le sol soit humide.
 Quand les boutures se sèment obliquement, les 2 tiers de la bouture sont enfoncés dans le
sol.
 Les boutures s’enfoncent verticalement quand elles sont de très petite taille.

Dans tous les cas, les boutures seront semées à 1 m dans tous les sens.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 35


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Bouture verticale Bouture oblique Bouture à plat

Semis mécanisé

II.3. ENTRETIEN

Les manquants devront être remplacés immédiatement après constat.

Quand les jeunes plants auront 30 cm de hauteur, à environ un mois, il faut procéder à un sarclage et un
binage.

Le buttage se fait lorsque les plants ont atteints 60 cm de hauteur, à environ un mois et demi d’âge. Eviter
de butter immédiatement après, si vous avez appliqué un herbicide

Sarclage en traction animale

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 36


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Champ sarclé et butté

II.4. FERTILISATION
La fumure dans le cas de la culture du manioc est de deux types. Tout d’abord, en cas de disponibilité,
on peut appliquer du fumier de fond à raison de 500 grs par plant de manioc que l’on prendra soin
d’incorporer proprement dans le sol. Cela peut se faire dans les deux semaines avant planting.

La fumure minérale quant à elle peut se faire à l’aide d’un engrais de type NPK, comme le 12 06 20, à
raison de 30 grs par plant, dans les un mois et demi qui suivent le planting. Bien vouloir pratiquer le
buttage après application de la fumure.

Toutefois, si le sol est riche en matière organique, il n’est pas nécessaire d’appliquer une fumure surtout
quand nous sortons d’une jachère.

II. LES MALADIES ET ENNEMIS DU MANIOC

II.1. LES MALADIES

 LA MOSAÏQUE AFRICAINE
L’agent pathogène est un virus et le vecteur de la maladie est la mouche blanche. C’est la maladie du
manioc la plus répandue elle provoque des taches jaunes ou vert-pâle, des déformations des feuilles et la
réduction de l’appareil végétatif. Les pertes de rendement en racines varient de 20 à 90 %. Pour
combattre la maladie, il faut utiliser des variétés résistantes, utiliser des boutures saines.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 37


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Plant atteint de mosaïque virale visible sur feuilles

 ANTHRACNOSE
Elle est causée par un champignon (Colletotricum gloeosporioides) transmis par une punaise
(Pseudotheraptus devastans). La maladie est aussi transmise par des boutures contaminées. Elle se
manifeste par la présence d’un chancre sur les jeunes tiges et dessèchement de leurs extrémités ; une
nécrose brune sur les feuilles. Il est conseillé d’utiliser des boutures saines, Éliminer les débris de récolte
pour éviter ou limiter la maladie.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 38


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Anthracnose sur feuilles et tige

 La Bactériose est causée par une bactérie (Xanthomonas axonopodis pv manihotis) et transmise
par les boutures infectées, mais aussi par les opérations culturales (outils de travail, sol...), les pluies, les
vents, et les insectes vecteurs notamment le Zonocerus variegatus (orthoptère), souvent impliqué dans
la transmission de la bactériose du manioc. Elle se caractérise par : des taches anguleuses sur le limbe,
Brûlures foliaires avec production d’une toxine, flétrissement des feuilles, lésions sur tiges avec
production d’exsudat, défoliation des rameaux et le dessèchement des sommités. Utiliser des variétés
résistantes, planter des boutures saines. En lutte chimique, tremper les boutures de manioc dans une
solution fongicide (Maneb) avant la plantation, désinfecter le sol avant la plantation à l’aide d’une
solution insecticide-nématicide à base de carbofuran tel le Sésame 10G ou de terbufos tel le Counter
10G.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 39


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Plant atteint de bactériose

III.2. LES RAVAGEURS

L’ACARIEN VET DU MANIOC

C’est un ravageur de couleur verte, semblable à une petite tique. Elle se signale par des taches vert pâle
sur la feuille avec réduction ou non de la surface foliaire. La feuille attaquée présente de petits points
blanchâtres. Les pertes de production se chiffrent à plus de 80% en cas de fortes attaques.

Dégâts de l’acarien sur l’apex du plant

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 40


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.3. LA COCHENILLE FARINEUSE DU MANIOC

Ce ravageur est d’un blanc farineux qui se fixe au verseau des feuilles de manioc. En consommant les
feuilles, la production chute.

Colonie de cochenilles au dos de la feuille

Dégâts sur le bourgeon apical

Des méthodes de lutte biologiques sont actuellement développées contre ces ravageurs.

Toutefois, il faut :

-Planter les boutures saines

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 41


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

-Effectuer des rotations culturales. Roter avec une céréale comme le maïs.

-Planter en début de saison des pluies

-Maintenir la parcelle propre

III. RECOLTES ET RENDEMENTS

Le plus souvent, la récolte a lieu au moins neuf mois après le semi, et au plus tard 18 mois après semi. Il
n’y a pas de signe extérieur visible de maturité des tubercules. Il faut creuser la motte de terre tout en
prenant soins de ne pas blesser les racines de manioc. Puis tout retirer. Les rendements sont de l’ordre
de 35 à 40 tonnes à l’hectare en production industrielle.

Opération de récolte des tubercules

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 42


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE LA POMME DE TERRE

INTRODUCTION

La pomme de terre est une plante herbacée qui produit des tubercules aux extrémités des
racines. Les tubercules sont utilisés sous différentes manières après transformation (amidon,
fécule et même alcool). C’est une plante qui peut être cultivée toute l’année, quand les
conditions climatiques le permettent. La principale difficulté reste la non-maitrise par les
producteurs des techniques culturales. L’un des obstacles à l’augmentation de la production
de la pomme de terre est l’indisponibilité et le non renouvellement des semences par les
producteurs semenciers.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 43


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

EXIGENCES DE LA CULTURE

Les températures de 5 à 30°C favorisent la croissance et le développement de la plante

Pour que la plante puisse produire des tubercules, il faut que la température soit comprise
entre 10 et 27°C

Quand nous nous retrouvons en présence des températures élevées, de plus de 30°C dans le
sol, les semences pourrissent et la germination est freinée.

Il faut également qu’il pleuve entre 300 et 700 mm de pluie durant la croissance de la plante.
Ceci représente un volume de 300 à 700 litres de pluie au m2.

Pour ce qui est de l’altitude de production, la culture réussit au mieux à des altitudes de plus
de 1000 mètres.

Pour ce qui est du sol sur lequel la culture peut se faire, ceux-ci doivent être riches en matière
organique bien décomposée. Les sols ne doivent pas être lourds c’est-à-dire compacts, car
ceci peut empêcher la germination des semences une fois plantées. Une autre conséquence
est que la grosseur des tubercules est réduite et la récolte est rendue difficile.

Dans un autre sens, les sols engorgées d’eau sont à l’origine de nombreuses maladies, d’où
un drainage (retrait d’eau).

 LES VARIETES DE POMME DE TERRE LES PLUS CULTIVEES AU CAMEROUN

Les variétés les plus courantes sont les suivantes :

-on a d’abord les variétés locales. Elles sont résistantes aux maladies et ne posent donc pas
de protection phytosanitaire. Un inconvénient est qu’elles présentent des rendements
faibles.

-la variété Désirée. Ses tubercules sont allongés, la peau est rouge et la chair est jaune. Son
cycle de récolte est de 90 jours.

-La variété Atlas. Sa chair est d’un jaune claire.

-La variété MANON, à chair jaune


-la variété Spunta, à chair jaune également

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 44


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

-la variété Pamina, à chair jaune également.

-variété Diamant. Elle présente des tubercules longs à peau claire et lisse. Elle est
également résistante aux attaques des nématodes.

-variété Cardinal. Elle présente des tubercules ovales avec une peau rouge, et résistante au
manque d’eau.

- La variété Cipira. Ses tubercules sont arrondis, la peau est blanche. Ses rendements sont
aussi intéressants, et elle résiste aux attaques de mildiou.

Les rendements des différentes variétés à l’hectare varient de 15 tonnes pour ce qui est des
variétés locales à 25 à 35 tonnes à l’hectare pour les variétés améliorées.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 45


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 COMMENT ACQUERIR LA SEMENCE

Les variétés les plus demandées et qui sont adaptées à notre agro-écologie sont les variétés
Manon, Spunta, Cipira, et Tubira, dont on peut se procurer à l’IRAD de BAMBUI dans la
région du Nord-Ouest.

Il est conseillé d’utiliser les semences qui présentent des germes.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 46


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les semences de diamètre compris entre 10 et 50 mm sont utilisées en entier, tandis que les
semences de taille supérieures à 50 mm de diamètre devront être sectionnées en mini-
fragments.

 COMMENT SE FAIT LA MINIFRAGMENTATION?

La fragmentation dans le cadre de la pomme de terre se fait la veille du jour de semis. Les
tubercules seront coupés en deux ou trois fragments à l’aide d’un couteau. Il faut surtout
s’assurer que chaque fragment possède au moins un bourgeon. Ensuite, les fragments seront
enrobés à de la cendre puis exposés à l’ombre.

Plan de sectionnement des tubercules

CONDUITE DE LA CULTURE
PREPARATION DU TERRAIN

Tout d’abord, il faut commencer par dessoucher, c’est-à-dire à retirer les souches des
arbres et des arbustes car ils peuvent constituer un obstacle à la formation des tubercules
de pommes de terre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 47


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Effectuer un labour de 25 à 35 cm de profondeur. Après le labour, il faut casser les


grosses mottes de terre pour la rendre meuble.

Après cela, il faut confectionner des billons. Ces billons seront séparés de 50 cm, et
auront aussi une hauteur de 50 cm.

Confection des billons

Il faut ensuite ouvrir les billons sur leur longueur sur une profondeur de 15 cm.

Ensuite un saupoudrage de nématicide du genre Temik® ou Furaplan® sera fait le long


de la fente.

On effectuera ensuite une fumure de fond en se servant d’un engrais de fond qui peut être
le superphosphate triple ou le di ammonium phosphate. La quantité à épandre par ligne
ouverte est de 50 grs par mètre linéaire L’engrais sera mélangé au sol en servant d’un
morceau de bois et non de ses mains. Après avoir ainsi remué le sol, la profondeur des semis
passe de 15 cm à 10 cm.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 48


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 OPERATION DE SEMIS

Avant de semer, il faut se rassurer que le sol est suffisamment humide, au moins deux
pluies seront tombées.

On dépose les semences le long de la ligne de semis. Ces semenceaux seront espacés de
50 cm sur cette ligne.

Les tubercules fragmentés ne devront pas être déposés sur la même ligne que les autres.

Ensuite, les semenceaux seront recouverts d’une couche de 5 cm de terre.

OPERATIONS D’ENTRETIEN

Les opérations d’entretien de la parcelle sont entre-autres:

 Le désherbage: c’est le retrait des mauvaises herbes sur la parcelle. Il faut le


faire une fois leur apparition, ne pas attendre surtout longtemps.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 49


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Le buttage: il a lieu un mois après plantation, quand les plants ont 15 cm de


hauteur. Un deuxième buttage aura lieu un mois plus tard. La terre est ramenée
de des billons au pied du plant.

Les avantages du buttage sont les suivants:

- Il permet un bon développement des racines et des


tiges - Il permet aux tiges de produire des
tubercules

MALADIES ET RAVAGEURS DE LA POMME DE TERRE

Les principales maladies de la pomme de terre sont les suivantes:

 Le mildiou: c’est une maladie causée par des champignons microscopiques.


On observe des taches sur l’ensemble de la plante : feuilles, tiges et fruits. Elles sont
d’abord de couleur vert-gris puis de couleur marron. La maladie commence par des
taches sur les feuilles puis s’étend à la plante entière et même aux tubercules de
pomme de terre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 50


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Pour ce qui est du traitement du mildiou, il ne faut pas attendre que les symptômes que nous
venons de voir apparaissent tout d’abord. Les produits que nous pouvons appliquer sont
entre autre le mancozèbe® ou le manèbe® en alternance avec le Banco®.

 L’alternariose: c’est aussi une maladie fongique. Elle se manifeste


également comme le mildiou mais les feuilles bien que présentant des pourritures,
sont sèches. Généralement les produits utilisés contre le mildiou prouvent aussi leur
efficacité contre cet alternariose.

La fusariose : Elle se caractérise par la pourriture des tubercules, comme on le constate sur
la photo.

Quel que soit le champignon en présence, en plus du traitement des fongicides, ces mesures
peuvent permettre de les prévenir:

- L’utilisation des semences saines

- Ne pas récolter de manière précoce

- Bien nettoyer les locaux de stockage des tubercules après récolte - Bien
trier les tubercules blessés avant le stockage

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 51


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Les Bactéries: les attaquent des bactéries sont souvent très sévères. Les plants
attaqués se dessèchent complètement. Ce qu’il y a lieu de faire c’est d’arracher le plant et
le jeter hors du champ.

Plant attaqué par une bactérie Tubercules attaqués par des bactéries

Pour ce qui est des ravageurs, les principaux d’entre eux sont les suivants :

Les mouches: les larves des mouches creusent des galeries dans les feuilles et peuvent
attaquer tout le feuillage

 Les pucerons : Les pucerons sont des petits insectes qui se développent sur
la pomme de terre. Ce sont des insectes piquent les feuilles et se nourrissent de la
sève, se nourrissant sur les plantes en prélevant et absorbant la sève. Les feuilles se
froissent et la plante toute entière peut en mourir.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 52


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Une application adéquate des insecticides comme le Magic force® en alternance avec le
cypercal® peut être efficace contre ces attaques des insectes.

 Les nématodes: Les nématodes de la pomme de terre sont des petits vers
microscopiques qui vivent dans le sol en très grand nombre. La plante devient
chétive et la production est diminuée en quantité et en qualité. Des galles se
produisent sur les racines et sur les feuilles.

Attaques sur racines Attaques sur tubercules

Une méthode de prévention efficace contre les attaques des nématodes est une application
avant le semi d’un nématicide du genre Bastion®, Témik® ou Furaplan®

RECOLTE ET CALIBRAGE

On peut aisément vérifier si les tubercules sont à maturité pour être récoltés : il faut que la
peau adhère au tubercule après lui avoir donné un « coup de pouce ». Les rendements sont
de l’ordre de 20 tonnes à l’hectare. Le billon est creusé avec une fourche ou à défaut une
houe, en profondeur pour ne pas blesser les tubercules. Eliminer les tubercules qui

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 53


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

présentent des blessures et des pourritures. Les gros tubercules doivent être calibrés à part,
ainsi que les moyens et les petits.

Tubercule
immature

STOCKAGE DES SEMENCES

Les semences de pomme de terre doivent être stockées sur des étagères à la lumière diffuse.
Il est conseillé de traiter l’intérieur de l’entrepôt avec un insecticide comme le Cypercal ®
ou le Crésyl® à raison d’un litre pour 10 litres d’eau. Ce traitement se fera surtout avant et
après le stockage des semences. Un tri une fois par semaine doit se faire pour exclure les
semences pourries. Les semences peuvent ainsi rester en entrepôt pour une durée de trois à
sept mois. Ne surtout pas superposer les tubercules sur plus de trois couches.

Nous remarquons la lumière diffuse


Les semences ne doivent pas être stockées dans l’obscurité, elles vont développer de longs
germes.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 54


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les longs germes peuvent être retirés


avant le semis

Caisse de conditionnement

Conditionnement en caisses des semences


Les semences sont retirées quand elles sont trapues, à germes multiples.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 55


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Semence prête pour le champ

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 56


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 57


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’IGNAME

I. LA PLANTE ET SON MILIEU

L’igname se développe bien dans l’intervalle de 0 à 1500 m d’altitude et à une température moyenne de
23 à 25°C. Une pluviométrie supérieure à 1500 mm convient pour sa culture. Le meilleur développement
s’obtient dans les zones ayant une saison pluvieuse d’au moins cinq mois. La limite de la forêt tropicale
et de la savane constitue le milieu le plus favorable pour sa production. Au Cameroun l’une des variétés
les plus consommées est l’igname blanche, une variété à cycle long (9 mois au moins).

II. CONDUITE DE LA CULTURE

II.1. PREPARATION DU SOL

Elle a lieu avant les premières pluies et consiste à :


 Défricher la parcelle

 Labourer le sol et former les billons ou les crêtes (buttes).

 buttes de 50 cm de haut et 1 m de large

 Billons de 50 cm au moins de haut et 1 mètre de largeur

 Enrichir si possible les billons ou les buttes en fumure organique bien décomposée
(résidus organiques, fientes de volaille, etc.). Un à deux seaux de 5 litres de fumure organique
bien enfouie sera suffisant.
Il est à noter que :
 Une jachère naturelle de 05 ans permet au sol de se restaurer pour une bonne production
de l’igname.
 L’utilisation des buttes de grande taille (0.8-1m de haut) favorise le développement des
tubercules mais, les gros tubercules du fait de leur teneur en eau élevée (80-85%) se conservent
difficilement. De même, la confection de ces grandes buttes requiert plus de travail et de moyens.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 58


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Cultures sur buttes

 Il est conseillé de pratiquer la culture sur billons pour économiser l’espace pour d’autres
cultures, ou augmenter la densité de plantation. De plus, les billons permettent à la plante de
mieux profiter de l’eau de pluie retenue dans les sillons. Il est aussi difficile aux rongeurs de
causer des dégâts aux tubercules de tailles moyennes mieux conservables, produits dans les
billons.
«Les sols profonds, perméables et riches en humus sont conseillés»
II.2. PREPARATION DES SEMENCES

Les semences sont des tubercules entiers de moins de 3 00 grs et obtenus soit par prélèvement sur les
récoltes, soit par multiplication en utilisant le technique des minisetts.

Semenceaux d’igname
Le semis peut avoir lieu avant ou en début de la saison des pluies. Plus on plante tôt, plus les rendements
sont bons. Enfoncer le semenceau à 15 à 20 cm dans la butte. Il est recommandé de semer à des
écartements de 1 x 1 m (1m entre les lignes et 1m entre les plants sur la même ligne) ce qui donne une
densité moyenne de 10 000 plants à l’hectare. Procéder au paillage qui consiste à recouvrir avant ou
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 59
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

après plantation, la butte ou le billon de paille ou d’herbes sèches. Cette opération favorise la levée parce
qu’elle réduit la température du sol et l’évaporation, en même temps qu’elle limite l’érosion et
l’enherbement. Le paillage est donc nécessaire à la survie du semenceau et à son développement
ultérieur.

II.3. ENTRETIEN DE LA PLANTE


 LE DESHERBAGE: trois à quatre désherbages sont suffisants par an.

 LE TUTEURAGE: les feuilles des variétés précoces meurent beaucoup plus tôt si elles
ne sont pas supportées par des tuteurs, ce qui entraîne une baisse des rendements.
 LA FERTILISATION: l’igname préfère les sols riches en macro-éléments (N,P,K) et
c’est pour cette raison qu’elle est plantée en tête d’assolement après une longue jachère où le
stock de biomasse est bien constitué. En cas d’insuffisance de ces éléments, il faudra appliquer
un engrais riche en potassium, comme le 12-6-20 ou encore le 11-11-22. La dose usuelle
d’application est de 10 à 20 grammes par pied, soit environ 250 kg à l’hectare.

III. MALADIES DE L’IGNAME ET METHODES DE LUTTE

Les maladies de l’igname sont entre-autre les maladies fongiques, les maladies virales, les attaques
des insectes, surtout des coléoptères. Ici, l’accent devra être mis sur les méthodes de prévention à
savoir.
-Eviter de blesser les tubercules lors de la récolte et pendant le stockage
-Planter les tubercules sains
-Pratiquer une rotation culturale c’est-à-dire, planter une spéculation différente de l’igname, après le
passage de l’igname.
-Eliminer et brûler tous les tubercules infestés.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 60


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Tubercules d’igname attaqués par les insectes

IV. RECOLTE

Une variété est dite précoce quand elle se récolte tôt, c’est-à-dire 5 à 6 mois après le planting. Pour
reconnaître que le tubercule est mature, ouvrir le sol à la base de la plante pour vérifier la couleur du
tubercule. Si la peau est d’un blanc clair, cela veut dire que la maturité n’est pas encore atteinte. Dans ce
cas, il faut encore attendre. Quand la même peau vire au marron, on peut procéder à la récolte. Les
rendements moyens sont de 15 tonnes à l’hectare.
Les variétés précoces peuvent se récolter à ce même stade de croissance car elles sont déjà comestibles.
On retire délicatement la terre autour du collet jusqu’à la base des tubercules. Puis on sépare les
tubercules du rhizome sans toutefois les blesser.

Tubercule immature Tubercule mature

Dans le cas des variétés tardives, c’est-à-dire celles qui se récoltent à 9 mois après planting, le signe de
maturité est le dessèchement des feuilles.

Pour ce qui est des variétés précoces, les tubercules peuvent être retirés tandis que le pied-mère reste sur
le champ. Elle produira dans les 3 à 4 mois qui suivent des semenceaux qui vont servir de matériel
végétal pour la prochaine campagne.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 61


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

CONDITIONNEMENT

Il faut commencer par nettoyer les tubercules à sec afin d'enlever les morceaux de terre qui y adhèrent.
Ensuite, les parties blessées sont coupées avec un couteau bien tranchant si on ne trouve pas d'autres
utilisations pour ces tubercules. Comme mesure protectrice supplémentaire, l'application de cendre peut
être recommandée, ce qui améliore la conservation. Pour évaluer une structure de stockage améliorée,
on peut appliquer les critères suivants :
• Construction simple et peu coûteuse

• Solidité et durée de vie élevée

• Bonne aération et réduction des pertes dues à la pourriture

• Protection contre les insectes des stocks et les rongeurs

• Protection contre le cambriolage

• Facilité d'inspection des tubercules

Hutte élevée pour stockage d’ignames


Une hutte de ce genre peut être construite pour le stockage des tubercules. Selon les moyens disponibles,
la hutte peut être faite de matériaux locaux tels que le bambou, de poteaux et de tiges dérivés d'arbres
locaux, de lianes, de paille, etc., ou encore avec des matériaux de construction achetés tels que le bois de
construction préfabriqué, la tôle ondulée, les clous et le grillage métallique. La hutte doit être équipée
d'étagères sur lesquelles les tubercules sont rangés jusque sur trois couches afin de faciliter le contrôle.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 62


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

PRODUCTION DES SEMENCEAUX D’IGNAME

INTRODUCTION

Il existe plusieurs variétés d’ignames parmi lesquelles l’igname blanche qui est très prisée des
consommateurs. L’igname joue un rôle important dans l’économie des pays de l’Afrique subsaharienne,
en particulier du Nigéria et du Ghana. C’est un tubercule riche en fécule de bonne qualité. Elle peut
également se conserver longtemps, ce qui est une réserve importante pendant les périodes de soudure.
Malgré la consommation de plus en plus grande de l’igname, il n’existe pas de technique standard de
production semencière.

Pour plusieurs producteurs d’igname au Cameroun, la semence d’igname est transmise de générations
en générations soit achetée au marché, ou encore donnée gratuitement. De ce fait, la semence est
multipliée d’une saison à une autre jusqu’à ce que la productivité décroisse définitivement du fait des
attaques des insectes et des maladies.

L’igname peut se multiplier de deux principales façons : Tout d’abord on distingue la multiplication
végétative et ensuite la multiplication générative.

La multiplication végétative consiste en l’utilisation des fruits issus de la fleur. Cette voie est le plus
souvent utilisée quand on a à faire à des croisements génétiques en vue d’améliorer le matériel végétal.
Une des principales limites de cette méthode est que le fruit utilisé ne va forcément pas reproduire les
mêmes tubercules que la plante qui le porte. Une autre limite est que ce matériel végétal ne peut pas être
produit en quantité suffisante.

La multiplication végétative passe par l’utilisation cette fois-ci des tubercules d’ignames que l’on peut
soit utiliser en entier, ou alors fragmenter. Les méthodes traditionnelles de multiplication végétatives
utilisées jusqu’ici ne procurent qu’un faible coefficient de multiplication comme on le verra plus loin,
et ne garantissent pas le bon état sanitaire de la semence à utiliser. Ceci rend du coup difficile toute
opération d’agrandissement de sa plantation d’igname. Pour un producteur qui voudrait se lancer dans
la production d’igname pour la toute première fois, il fera automatiquement face à un manque de semence
de bonne qualité.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 63


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I- METHODES TRADITIOONELLES DE PRODUCTION DES SEMENCES D’IGNAME

Il existe trois méthodes d’obtention des semences d’igname. La première consiste à récolter en deux
temps la même plante.

 La première récolte est effectuée entre le cinquième et le septième mois après le semis au
champ. Les tubercules ainsi obtenues vont servir à la consommation. Et quatre mois plus tard,
les nouveaux tubercules qui vont apparaitre seront récoltés pour servir de semenceaux.
 La seconde méthode consiste à sélectionner les plus petits tubercules après les 9 mois que
dure tout le cycle de la culture. Ces petits tubercules sont plus tard utilisés comme des semences.
Cette méthode ne garantit pas le bon état sanitaire des semences obtenues et de plus, il faut
beaucoup de temps pour obtenir une grande quantité de semence.
 Une troisième méthode consiste à découper les gros tubercules de plus de 2kgs en
fragments de 300 à 500 grs. Cette méthode réduit considérablement la quantité de tubercules qui
doivent être utilisées pour la consommation humaine. Le plus souvent, certains fragments
d’igname ne germent pas normalement c’est-à-dire de façon synchronisée quand on utilise cette
technique.

Fragments d’ignames de 300 à


500 grs utilisés comme semence

I.1- LA TECHNIQUE DES MINISETTS

Face à toutes ces difficultés de multiplication rapide du matériel végétal d’igname, les chercheurs ont
développé une méthode qui prend le nom de la technique des minisetts. La technique fait passer le
coefficient de multiplication de 1 pour cinq à 1 pour 30. Ceci veut simplement dire qu’à partir d’un seul
tubercule on peut en obtenir désormais 30 au lieu de 5.
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 64
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La technique des minisetts consiste à couper les tubercules en petits fragments qui prennent le nom de
minisetts. Ces fragments pèsent entre 25 et 100 grs. Ces minisetts devront avoir la particularité de
posséder une partie de la peau. Ces fragments sont par la suite traités dans une solution d’insecticide-
fongicide pour prévenir les attaques des champignons et des autres ravageurs. Ensuite ils seront plantés
pour la production de petits tubercules qui à leur tour vont servir de semenceaux pour la production des
gros tubercules.

I.1.1- MATERIEL NECESSAIRE POUR LA TECHNIQUE

Le matériel nécessaire pour produire les minisetts est le suivant :

-Des tubercules d’igname sains et propres

-Un couteau tranchant

-Un panier

-Un seau ou tout autre récipient

-Un insecticide et fongicide pour le traitement des minisetts. On peut utiliser un le mancozèbe comme
fungicide et le cypercal comme insecticide.

-De l’eau propre

-Une baquette de bois pour remuer la solution

-Des gants et des cache-nez

Igname attaqué par les nématodes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 65


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Présentant des craquelures

Présentant des pourritures sèches

Présentant des perforations

Présentant des lésions dues aux virus

La sélection des tubercules débute depuis le champ. Les pieds dont le feuillage présente des signes de
maladie ne doivent pas être récoltés pour la production des semenceaux.

Signes d’une attaque virale

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 66


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Une fois que les tubercules ont été sélectionnés pour la production des semences, ils ne doivent pas
immédiatement être utilisés en germoir. Il faut d’abord attendre que la dormance soit rompue. Et pour
cela on les met à l’ombre jusqu’à ce que ceux-ci commencent à développer des germes à leur tête. En ce
moment, on peut conclure que la dormance a été rompue. Ne surtout pas prélever des tubercules qui sont
restés longtemps en stockage cela pourrait avoir un effet sur le rendement en semence.

Tubercules pré-germées Tubercule longtemps resté en stockage

I.1.2- TAILLE DES MINISETS A COUPER

Il faut rappeler que le but de la technique est de produire des petits tubercules de 150 à 300 grammes qui
seront utilisés comme semence. Il n’est donc pas question de couper des gros fragments de minisetts au
risque de ne pas produire des tubercules de taille raisonnable.

On se servira du couteau pour couper les tubercules en rondelles de 5 cm d’épaisseur. Puis ces petites
rondelles seront à leur tour coupées en deux. Une incision en croit sera de ce fait faite sur leur diamètre.

Tubercules découpés en minisetts

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 67


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I.1.3- TRAITEMENT DES MINISETTS

Après le découpage des rondelles en minisetts, on devra les tremper dans une solution d’insecticide et
de fongicide. On peut par exemple utiliser le Mancozèbe et le Cypercal. Il faudra néanmoins lire
attentivement la notice du produit avant de l’utiliser.

Les fragments seront mis dans le panier avant d’être trempés dans la solution de désinfection qui, elle
sera préparée dans le seau. Le trempage dure dix minutes.

Traitement insecticide-nématicide

A la place de l’insecticide, on peut utiliser de la cendre de cuisine. Dans ce cas, on prend les fragments
les uns après les autres et on les roule dans la cendre.

Une fois les minisetts trempés, on les laisse au repos à l’ombre pendant une durée de 12 heures pour le
dessèchement.

I.1.4- REPIQUAGE DES MINISETTS EN GERMOIR

Il faut préparer une planche toute plate ou l’on va déposer une couche de 5 cm de sciure de bois blanc.

Ensuite, on dépose les minisetts d’igname dessus les uns après les autres, le coté qui possède la peau est
posé sur la sciure de bois.

Ensuite on dépose une autre couche de sciure de bois blanc de 5 cm dessus.

Si nous sommes au tout début de saison des pluies, il faut prévoir une ombrière sur la planche, au risque
de voir les jeunes plantes brulées par le soleil une fois émergées. On peut arroser la sciure de bois 3 jours
après ce semis, et tous les jours ensuite. Mais si le substrat est déjà mouillé, on n’a pas besoin de l’arroser
jusqu’à ce qu’il s’assèche. Deux à quatre semaines après le semi en pépinière, les jeunes tiges auront
atteint entre 30 et 50 cm de long dépendant de la variété. On devra alors les retirer de la pépinière pour
la parcelle principale au champ.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 68


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les minisetts peuvent aussi être plantés directement au champ dans les billons prévus à cet effet.

I.1.5- TRANSPLANTATION AU CHAMP

Les minisetts pré-germés seront ensuite mis au champ. Mais tout d’abord le champ choisi pour cette
multiplication de la semence ne doit pas avoir reçu une culture d’igname dans les deux ans précédant.
Ceci se fait pour éviter les contaminations. Ne perdons pas de vue que le but est de produire des semences
saines, sans maladies. Il faut aussi éviter les sols engorgés d’eau.

Le repiquage au champ doit se faire quand les pluies sont véritablement installées, pour éviter des stress
hydriques ou manque d’eau, ce qui peut être fatal pour les plantes. On fera des billons espacés de 100
cm. Sur un même billon (sur la même ligne), on va espacer les semenceaux de 25 cm. Le fragment
d’igname doit être enfoncé à une profondeur de 10 cm dans le sol, le coté qui possède la peau étant en
contact avec le sol. A cet espacement, nous avons une densité de 40 000 plants à l’hectare.

Si, pour une raison ou pour une autre, les minisetts sont restés longtemps dans le germoir, les racines
doivent être taillées ainsi que les feuilles. Les plants d’igname peuvent aussi être plantés en association
avec les cultures telles que le maïs.

La transplantation au champ devra se faire au mois de juillet, si nous voulons planter en avril
prochain.

Culture sur buttes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 69


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Association culturale avec le maïs et taro

I.1.6- CONTROLE DES MAUVAISES HERBES

Le champ d’igname devra être sarclé régulièrement pour éviter les attaques des mauvaises herbes. Plus
précisément durant les deux mois qui suivent le planting au champ. En plus d’exploiter les nutriments
du sol, certaines herbes hébergent les ravageurs et maladies de l’igname. Le sarclage peut se faire par
utilisation de la houe ou encore par application des herbicides. Des cultures comme la pastèque et le
pistache, qui recouvrent entièrement le sol peuvent aussi être utilisées pour lutter contre les mauvaises
herbes.

Le troisième sarclage se fera accompagné par un buttage complet des plants pour renforcer la croissance
racinaire et le développement des tubercules.

I.1.7- FERTILISATION DE LA PARCELLE

Dans certains cas, l’application de l’engrais n’est pas nécessaire, surtout quand la parcelle de terrain a
été mise en jachère. Mais si tel n’est pas le cas, on doit suppléer au manque d’engrais en apportant un
engrais organique comme le lisier de porc par enfouissement une semaine avant repiquage, un Kg par
pied est suffisant soit 40 tonnes à l’hectare. Un engrais du type 20 10 10 ou le 15 15 15 à la dose de 600
kgs par hectare soit 15 grs par plant peut être appliqué deux mois après le planting en champ. Il est
conseillé d’appliquer son engrais juste avant le buttage de ses plants d’igname.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 70


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I.1.8- LE TUTEURAGE

Les piquets de 2 m de long seront utilisés pour le tuteurage des plants d’igname. On peut utiliser un
tuteurage dit pyramidal pour réduire au maximum la quantité de tuteurs utilisé tout en favorisant une
bonne croissance. Les tuteurs seront reliés les uns aux autres en utilisant une corde.

Tuteurage dit pyramidal


I.1.9- RECOLTE ET SELECTION DES SEMENCES D’IGNAME

Les semences d’igname arrivent à maturité 6 mois après la transplantation. A maturité, les feuilles virent
au jaune et se dessèchent. Puis la tige s’assèche à son tour. Les tubercules devront être retirés
soigneusement de manière à ne pas les blesser. On les déposera dans endroit aéré et bien ventilé. Les
huttes d’entreposage peuvent être construites à cet effet.

Les semences devront être regroupées en fonction de leurs variétés et en fonction de la taille.

Une fois entreposés, les jeunes pousses qui germent sur les tubercules seront retirées immédiatement.
Ceci se fera fréquemment jusqu’à la prochaine campagne.

Exposition des semenceaux provenant des minisetts

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 71


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DES REJETS DE BANANIER


PLANTAIN PAR LA TECHNIQUE PIF (Plants Issus de Fragments de
Tiges)

INTRODUCTION
En agronomie, la multiplication du matériel végétal de bonne qualité reste un défi constant chez
les producteurs qui voudraient accroitre leurs exploitations. Le plus souvent, quand le matériel
est disponible, il n’est pas sain. Ce problème s’est aussi posé avec le bananier plantain.
Une des solutions a été trouvée par la production des plants sains en utilisant des techniques de
laboratoire avancées c’est le cas de la bio technologie. Mais les plants produits par cette
méthodes bien que de bonne qualité, sont très couteux (1 500 et plus). En réponse donc des
méthodes moins efficaces ont été mises au point. On les étudiera en détail.

I. LES METHODES DE MULTIPLICATION

I.1. LA METHODE NORMALE


Cette méthode est connue de tous. Elle consiste juste à prélever les rejetons sur la plant-mère de
bananier-plantain pour le planter ailleurs.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 72


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Sélection des rejets

I.2. LA METHODE DE LA DECAPITATION COMPLETE

Ici, le pied de plantain est coupé à sa base et le bourgeon central est retiré à l’aide d’un couteau.
Une fois le retrait du bourgeon central effectué, les bougeons dormants vont prendre la relève
et développer de nouveaux plants.

Coupe du pseudo tronc à la baseExpulsion du bourgeon central

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 73


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les nouveaux plants vont apparaitre dans les trois mois qui
suivent et seront prélevés pour le champ

I.3. METHODE DE LA FAUSSE DECAPITATION


Ici, une petite fenêtre est faite sur le tronc du bananier
plantain jusqu’à son milieu. Puis, un morceau de bois
est utilisé pour détruire le bourgeon central qui se
trouve à l’intérieur. Une fois que celui-est perturbé de
la sorte des petits rejetons vont pousser tout autour de
ce piedmère dans un délai de trois mois.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 74


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fenêtre réalisée sur le tronc du pied-mère

Emission de nouveaux plants à la base du tronc

I.4. LA METHODE PIF (Plants issus de fragments de tige)

Ces précédentes techniques que nous venons d’étudier ont la particularité de produire un
matériel végétal dont la qualité sanitaire n’est pas confirmée. En effet, le sol sur lequel pourrait
contenir des larves de nématodes et de charançons très nuisibles à la culture du bananier
plantain.
En l’absence d’une purification du sol, on pourrait transporter les rejetons déjà atteints vers un champ
qui ne présentait aucun germe de nuisible.
Un autre inconvénient est leur faible taux de multiplication souvent moins de 7 rejetons par pied-mère.
Fort de ce constat et compte-tenu de la demande de plus en plus croissante en plants de bananier-
plantain, des chercheurs ont mis au point une méthode de multiplication rapide qui prend le
nom de la méthode PIF (plants issus de fragments de tiges).

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 75


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Ici, les jeunes rejetons qui vont servir de matière première seront nettoyés et bien traités avant
d’être soigneusement manipulés comme on le verra par la suite. Ici, plus de cent jeunes plants
sains, sont produits par pied-mère en moins de 4 mois.
I.4.1. QUEL MATERIEL FAUT-IL POUR LA PRATIQUE DU PIF?

 Des rejets baïonnettes

 01 couteau à lame fine et à bords parallèles de 2 à 3cm de hauteur ;

 01 paire de gants en latex ;

 02 bassines propres lavées à la lessive ;

 Une ombrière (hangar, pièce d’un bâtiment, sous des arbres…)

 Une surface plane isolée de sol (table, claie…)

 Un film transparent capable de résister aux intempéries pour la serre;

 De la sciure de bois blanc décomposée et sèche qui sert de substrat

 Un bac de 30cm de profondeur minimum avec perforations à la base permettant


le drainage de l’eau.

I.4.2. Comment construire le germoir

Constitués de caisses en bois, en plastique ou en ciment, les germoirs peuvent être construits en
hauteur ou au sol avec des dimensions variables en fonction des objectifs de production.
L’essentiel est de faciliter les manipulations des explants à l’intérieur du bac. On peut utiliser
comme matériaux de construction pour le bac des planches, des parpaings, des blocs de terre,
etc. Les Dimensions conseillées pour le bac sont les suivantes : la largeur est d’1 m et la
longueur est variable. Un germoir de 1 m x 2 m est pratique et rend les opérations de
manipulation plus aisées.

1à 2m
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 76
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La profondeur du bac est de 25 à 50 cm. Le fond est isolé du sol pour éviter tout contact
direct entre le substrat et la terre. On peut donc ajouter au fond du germoir du sable fin, du
gravier sur une épaisseur de 10 cm environ ou une bâche plastique perforée pour faciliter le
drainage de l’eau d’arrosage.
Le germoir est rempli de sciure fine de bois blanc sur une épaisseur de 20 cm environ. Eviter autant
que possible la sciure des bois de couleur (rouge, noir, jaune) qui présente dans certains cas une grande
phytotoxicité pouvant avoir une incidence néfaste sur le développement des plantules.

Sciure blanche dans le germoir Germoir


rempli de sciure de bois blanc

I.4.3. LA SERRE

Elle est construite autour du germoir. Une charpente est réalisée au-dessus du bac à une
hauteur comprise entre 80 cm et 120 cm du sol. De préférence, opter pour deux pentes de façon
à faciliter l’écoulement des eaux en cas de pluie. Le germoir sera couvert hermétiquement d’un
plastique résistant et transparent.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 77


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Germoir entièrement construit, couvert d’un plastique résistant et transparent

I.4.4. L’OMBRIERE
Le matériau utilisé sera fonction de sa disponibilité et des moyens (feuilles de palmier,
paille, grillage, etc.). La hauteur sera de 1,5 à 2 mètres environ. L’ombrière permet de réduire
de 50 % l’impact des rayons incidents du soleil sur la plante.

L’ombrière peut se construire avec du matériau local comme ci-dessus

I.4.5. LE CHOIX DU REJET


Ce choix est déterminant pour la réussite des opérations : prélever, sur le pied mère du
cultivar à multiplier, un rejet sain ayant des feuilles étroites lancéolées avec une pseudo-tige de

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 78


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

5 à 40 cm de hauteur (rejet baïonnette). Le bulbe doit être exempt de maladie (absence de


galeries et de traces de nématodes).

Rejet baïonnette
 Le Parage
Il consiste au nettoyage du bulbe à l’aide d’un couteau ou d’une machette bien tranchante. La
partie externe du bulbe est enlevée ainsi que toutes les racines sur une épaisseur de 3 à 5 mm. A
la fin, le bulbe doit être entièrement blanc.

Bulbe avant et après parage

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 79


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 LE DECORTICAGE

Cette opération est déterminante pour la réussite du processus. On doit rappeler que le tronc
du bananier est constitué d’un enchevêtrement de gaines foliaires d’où son appellation de faux
tronc. Le décorticage consiste à détacher les gaines foliaires l’une après l’autre. A la frontière
du bulbe et du pseudo-tronc, on observe une ceinture plus ou moins claire selon les variétés qui
relie chaque gaine foliaire au bulbe ; c’est le nœud. Il y a autant de gaines foliaires que de
nœuds. Le décorticage se réalise à 2 mm au-dessus du nœud. Procéder progressivement à
l’enlèvement des gaines, généralement 3 à 5 gaines foliaires. La pseudotige est réduite à 1 ou 2
cm au-dessus du dernier nœud visible de la tige. Une incision croisée à angle droit est également
effectuée sur des bourgeons que l’on trouve au point de départ de chaque gaine foliaire.
L’incision se fait à une profondeur maximale de 3 cm.

Décorticage du bulbe Rejet paré

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 80


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Incision croisée à angle droit

 TRAITEMENTS PHYTOSANITAIRES PREALABLES A L’ENSEMENCEMENT


Au terme de toutes ces manipulations, le bulbe produit prend le nom d’explant. Afin
d’éliminer les champignons, les insectes et les nématodes, l’explant de tige ainsi produit est
trempé ensuite dans un mélange de fongicide-insecticide et séché pendant 48 à 72 heures
maximum, sous ombrière, à l’air libre, dans un endroit sec. Il existe plusieurs produits avec des
modes d’utilisation différents. Chaque utilisateur pourra obtenir l’information adéquate auprès
des services agricoles en fonction du pays de résidence. Par exemple, on peut tremper les bulbes
préparés (explants) dans un mélange composé de Cypercal® et de Benlate® tout en lisant sur
le sachet les recommandations et précautions d’emploi et de mélange. Pour ce faire, verser tout
en remuant, la dose exacte de pesticides dans la quantité d’eau prévue. Si la formulation est en
poudre, verser plutôt l’eau dans la solution pas l’inverse.

 ENSEMENCEMENT
Cette opération consiste à mettre les explants dans le germoir. Au terme de la période de
séchage, rajeunir avec un couteau bien tranchant la surface de l’explant en réduisant
progressivement la hauteur restante de la pseudo-tige à 2-3 mm. Procéder ensuite à un
rafraichissement de l’incision croisée à angle droit au centre de l’explant. Laisser reposer 30 à
60 minutes. Dans le germoir, les explants sont disposés côte à côte, la partie incisée de la
pseudo-tige placée vers le haut. Le nombre d’explants au m2 dépendra de la grosseur des
explants utilisés. Le tout est recouvert avec de la sciure fine de bois blanc sur une épaisseur de

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 81


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

2 à 3 cm. Il est conseillé de ne pas arroser le jour de la mise en germoir, mais arroser
abondamment 24 à 30 heures plus tard.

Nouvelle incision croisée à angle droit


au centre

Disposition des plants dans le germoir Réactivation

Deux semaines plus tard, de nombreuses pousses peuvent être observées par explant. Dans
certains cas, les plantules issues des bourgeons latéraux se développent plus rapidement et ont
de la vigueur. Lorsque ces dernières atteignent la taille et la grosseur d’un pouce, procéder à
une réactivation. Elle consiste à couper la jeune plantule de l’explant à 2 mm audessus du nœud
apparent et à effectuer de nouveau une incision croisée à angle droit de la pseudo-tige de la
plantule. La réactivation n’est pas obligatoire, tout dépend de l’objectif de production.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 82


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fortement déconseillée aux débutants, elle nécessite une expérience avérée et permet de
produire une quantité plus importante de plantules par explant.

plantule réactivée plantules produites

 Sevrage
Il survient 30 à 40 jours après l’ensemencement. Les jeunes plants ayant 3 à 5 feuilles sont
détachés avec précaution, avec un couteau bien tranchant. En fonction des variétés (corne ou
french), on peut obtenir entre 20 et 100 plants par explant après 3 mois.

Explant avec une touffe de plantule (à gauche) et explant sevré (à droite)

 Repiquage en sachet et acclimatation sous ombrière

La plantule est repiquée avec toutes ses racines dans un sachet de polyéthylène noir, perforé,
de dimension variable en fonction de la durée de la pépinière. Par contre, les plantules détachées
sans racines sont repiquées à nouveau dans la sciure du germoir pendant 10 jours environ avant
leur transfert en pot. Les sachets de 17 cm x 24 cm sont fortement recommandés. Le terreau de
remplissage doit être riche en matière organique et permettre un bon drainage à l’intérieur du
sachet. Dans certains cas, le terreau peut être mélangé au sable ou à de la parche de café. Les
proportions à respecter sont fonction des caractéristiques physiques du sol où l’on se trouve et
des matériaux disponibles. Dans les zones côtières par exemple, le mélange de terre et de la

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 83


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

parche de café à proportion égale est souvent pratiqué. Les sachets remplis sont rangés en
planche, et arrosés la veille du repiquage. Il est conseillé de remplacer les sachets encore
engorgés d’eau au moment du repiquage. Pendant le repiquage, un trou est réalisé au centre du
sachet à une profondeur suffisante pour ne pas faire recourber les racines. La plantule est
introduite à l’intérieur du trou, et la terre est tassée légèrement sans compacter. Seul le bulbe
doit être enterré, si la plantule était trop enfoncée, elle prendrait du temps pour redémarrer. A
la fin du repiquage, arroser abondamment les jeunes plantules. Les plants repiqués sont placés
sous ombrière, laquelle offre une température idéale d’acclimatation de 25 - 27°C. Les plants
acclimatés sont arrosés quatre fois par semaine.

Repiquage de la plantule en pot avec toutes ses racines

II. ENTRETIEN DES PLANTS


Désherber régulièrement la pépinière. Les jeunes plants ne supportent pas la compétition
avec les mauvaises herbes. En plus des traitements des explants, des traitements curatifs
(insecticide) pourront être effectués directement dans les sachets ou dans les germoirs pour
lutter contre les parasites. Dans certains cas, recourir à une fertilisation foliaire. Entre 6 à 10
semaines après sevrage, les vivoplants sont prêts à être plantés et peuvent être transférés en
champ.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 84


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Plants prêts pour le champ

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 85


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE LA CULTURE DU BANANIER PLANTAIN

GENERALITES
La banane plantain est considérée comme une banane-légume (un féculent) des Antilles, d’Afrique
et d’Amérique latine, qui accompagne poissons et volailles et autres ressources amylacées (manioc,
banane dessert,…) dans des recettes traditionnelles variées. Le plantain nécessite une opération de
cuisson pour être consommé à des stades variés de mûrissage. On associe au plantain cru (vert) un
arôme spécifique, une absence de perception sucrée, une texture en bouche granuleuse et/ou ferme
suivant le degré de cuisson, mais qui est diversement appréciée par les consommateurs. Dans les
pays producteurs, la banane plantain tient une large place dans l’alimentation, notamment dans les
ragoûts, les soupes et les galettes frites, elle est associée aux pommes de terre, au manioc, à la
patate douce et à la courge. La transformation du plantain permet de fabriquer principalement des
chips, des frites, un peu de farine et des cossettes.
Différents sous-produits des plantains : peaux, faux-troncs et hampes rachis pourraient faire l’objet
de transformations industrielles au regard de leurs potentialités. Les peaux de plantain peuvent être
séchées, puis transformées par des méthodes traditionnelles en un produit local dont l’aspect et les
propriétés sont pratiquement identiques à ceux du « sel gemme », un produit alcalisant ayant divers
usages sur le plan culinaire. Elles peuvent également être utilisées pour la fabrication de poudres à
haute teneur en fibres, pour en extraire les pectines, ou certains composés antioxydants à haute
valeur ajoutée, ou être utilisées pour la production de biogaz.
Les faux-troncs, les hampes et rachis peuvent être l’objet d’extraction de fibres pour fabriquer des
cordes, le cordage des bateaux, des tissus, du papier, des paniers, des cartons d’emballage, des
tapis, des matériaux de recouvrement des toitures, etc. Certains bananiers sont plus riches en fibres
(Musa textilis) que d’autres, et l’exploitation de ces fibres, connues autrefois sous le nom de «
chanvre de Manille », a contribué au développement de l’industrie textile. On trouve ainsi de
nombreuses formes de valorisation de la partie fibreuse des bananes en Asie et Amérique latine.
Les hampes servent à fabriquer un engrais organique utilisable en bananeraie, mais aussi à la
fabrication d’isolants thermiques. Les usages des sous-produits se développent dans les élevages
porcins.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 86


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fermentée, la banane plantain permet de produire de la bière. Ces bières sont parfois localement
qualifiées de « vin de banane ».
La banane plantain contient des éléments énergétiques qui en font une importante ressource
énergétique. Sa teneur en glucides est très élevée, supérieure à 28 g/100 g de matière fraîche (ou
de pulpe crue) ; cette teneur est nettement supérieure à celle de la banane douce et à celle des fruits
frais. Les glucides de la banane plantain sont constitués essentiellement d’amidon, d’où la nécessité
de cuire cet aliment avant de le consommer.
Pour une meilleure digestibilité, il est préférable de consommer la banane plantain rapidement après
cuisson. Dans la banane plantain, les glucides fournissent l’essentiel (au moins 95 %) du total
énergétique. Comme dans la plupart des végétaux frais, les protéines sont peu abondantes (1 %),
de même que les lipides, qui ne dépassent pas 0,2 %.
La banane plantain est pourvue en vitamines et en divers minéraux. On peut citer entre-autre la
vitamine A; vitamine B1; vitamine B2; vitamine B3; vitamine B5 et vitamine C. Les plantains à
chair bien colorée ou marquée ont des teneurs en provitamine A (carotène) plus fortes. Les éléments
minéraux sont : le potassium, le phosphore, le magnésium, le calcium, le sodium. La banane
plantain contient également différents oligo-éléments (fer, zinc, cuivre).
La culture de ces plantains se serait développée en raison de la richesse en amidon de la souche

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 87


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Un plant entier de bananier plantain


La plante appelée le « bananier » peut désigner n’importe quel type de banane que nous pouvons
rencontrer : aussi bien la banane dessert que le plantain ou les bananes à cuire. Le bananier est une
herbe géante qui n’a pas de tronc. Ce qui est souvent appelé tronc (ou faux-tronc, ou tige) est
constitué d’un ensemble de gaines foliaires imbriquées les unes dans les autres. La taille du
bananier est définie par la hauteur du faux-tronc considérée du sol au « V » formé par les pétioles
des dernières feuilles émises au niveau du bouquet foliaire au sommet de la plante. Selon les
variétés, les hauteurs des plantains couvrent une large gamme allant de 2 à 4,5 m en premier cycle
; les circonférences équivalentes prises au niveau du collet à 10 cm du sol vont de 0,5 à 1 m. Ces
dimensions sont généralement plus élevées au second cycle de la plante.

Fixée sur la souche, la feuille est constituée d’une gaine, d’un pétiole et d’un limbe.
L’empilement des gaines foliaires les unes dans les autres donne naissance au faux-tronc, les plus
jeunes étant enserrées par les plus vieilles. La plus jeune feuille pousse au centre du faux-tronc et
émerge au sommet sous forme de cigare. Le pétiole foliaire est la partie plus effilée de la feuille ;
il relie la gaine foliaire au limbe. Le limbe est la partie large de la feuille. Il est composé de deux
demi-limbes qui ne sont pas toujours égaux (dissymétriques) autour d’une nervure centrale, dans

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 88


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

le prolongement du pétiole. Le rapport entre la longueur et la largeur du limbe est une


caractéristique variétale. Pour un cultivar donné, ce rapport reste pratiquement constant. Un
bananier plantain issu d’un rejet peut émettre entre 28 et 40 feuilles avant la floraison. Ce nombre
est généralement plus élevé (entre 40 et 50 feuilles) s’il s’agit d’un vivoplant ou d’un vitroplant.
La forme des feuilles change progressivement des premières émises aux dernières. Selon les
variétés de plantains, la longueur du limbe de la plus grande feuille peut varier de 2,30 m à 3,50 m
avec une moyenne de 2,60 m, la largeur varie de 0,60 à 1 m avec une moyenne de 0,85 m. Elle peut
donc atteindre ou dépasser une surface de 2 m².
Une bonne connaissance de l’évolution de ces surfaces foliaires est particulièrement intéressante
pour mieux gérer la floraison et le remplissage des doigts. En effet, un bananier ayant au moins
huit feuilles vivantes et saines à la floraison a de bonnes chances de nourrir d’une manière optimale
les doigts de plantain jusqu’à la récolte et de bien remplir son régime à terme.
La souche (vraie tige) du bananier est la partie plus ou moins dure se trouvant vers le bas de la
plante, en partie dans le sol, et en partie au-dessus du sol. Elle porte de nombreux bourgeons et des
zones morphogènes de futurs bourgeons à partir desquels des rejets peuvent se développer.
Elle héberge aussi les centres de formation des racines. Au sommet de la souche se trouve le point
végétatif (méristème apical caulinaire) à partir duquel se forment les ébauches foliaires produisant
le faux-tronc et les limbes foliaires. Après émission d’un certain nombre de feuilles, ce méristème
formera l’inflorescence.

Dans son cycle de vie, le bananier émet à partir de sa souche une inflorescence constituée d’un
ensemble organisé de mains de fleurs femelles, de fleurs hermaphrodites et de fleurs mâles. Au
sortir du bouquet foliaire, l’inflorescence est érigée, l’axe de croissance étant alors dirigé vers le
haut. Puis progressivement, elle se recourbe vers le sol. Pendant cette phase de courbure, qui dure
entre 8 et 10 jours, l’inflorescence accroît significativement sa longueur et sa circonférence. En
moyenne, deux jours après la fin de ce processus, les bractées s’ouvrent progressivement, laissant
apparaître les mains de fleurs orientées vers le bas. Les premières, formées à la base de
l’inflorescence, ont des ovaires longs et des styles et stigmates bien développés par rapport à ceux
des fleurs mâles situées dans la partie apicale de l’inflorescence.
Pour les variétés de plantain de type ‘Faux Corne’, la croissance de l’inflorescence est définie. En
effet, après 6 à 10 mains femelles et quelques mains de fleurs hermaphrodites, le bourgeon floral
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 89
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

émet une fleur terminale qui stoppe le processus de croissance de l’inflorescence. Pour les variétés
de type ‘Corne’, la croissance de l’inflorescence s’arrête dès la fin de l’ouverture des mains
femelles, aucune des fleurs hermaphrodites et/ou mâles ne sont produites.
Chaque fruit provient d’une fleur femelle dont l’ovaire a grossi : ce qu’on appelle un doigt. Parfois
toutes les fleurs de l’avant-dernière ou de la dernière main ne se développent pas en fruits normaux.
On les qualifie de « fausses mains ».

Inflorescence fleurs et mains découvertes

Les mains sont rattachées à la tige florale par un coussinet. L’ensemble des mains constitue le «
régime ». Le rachis est la partie de la tige florale portant les mains.
Pendant la phase de grossissement du régime, le poids de ses différentes parties évolue. Nous
présentons ces différentes parties pour un régime standard caractérisé par sa longueur, son poids,
le nombre de mains, le nombre de doigts par main, le poids du rachis (hampe).

Régimes de plantain

La banane plantain ne se consomme jamais crue à cause de sa haute teneur en amidon. Les fruits
verts ou matures peuvent être consommés bouillis, en chips ou en farine. Riche en amidon, tannin,
potassium et vitamines. Il en existe plusieurs variétés dont les préférences varient en fonction des
localités. Il demeure de ce fait capital pour le producteur de connaitre les besoins de son marché
avant de produire. On distingue:
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 90
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 La variété ″French″

 La variété ″Batard″

 La variété ″Ebanga″
 La variété ″Faux corne″

 Variété corne vrai

Corne vrai corne vrai

Un faux corne (localement un faux corne (localement appelé moto ebanga) appelé
essang)

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 91


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Variété Ebanga cultivar batard

Variété mbouroukou

Variété French

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 92


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I- Exigences agronomiques
i) température : la température optimale de croissance du bananier plantain
est de 28°C. De 28 à 20°C, cette croissance diminue lentement et devient faible
aux environs de 16-18°C.

ii) lumière : l’ombrage accélère la croissance en hauteur du bananier, il est


judicieux de choisir la densité en fonction des cultivars pour un éclairement
optimal de la plantation.

iii) Eau : le bananier est une plante très exigeante en eau. Ses besoins de
l’ordre de 200 mm par mois sont bien répartis tout au long du cycle de la
plante.

iv) Vent : le bananier est très sensible aux vents violents qui entraînent des
dégâts mécaniques sur la plante (déchirure des feuilles, chute des troncs).

v) Sol : le bananier plantain se développe bien dans les sols profonds et bien
drainés, riches en matière organique. Un terrain vierge est préférable à cause
de l’abondance de la matière organique. Une jachère peut également être
utilisée, mais les rendements dépendront des antécédents culturaux et de la
durée de la jachère.

II. MATERIEL VEGETAL

II.1- CATEGORIES DE MATERIEL VEGETAL


Il existe différentes formes :
 Rejets baïonnettes; souches, obtenus par multiplication végétative au
champ (2 à 7 rejets sont obtenus par pied-mère en 6 mois); matériel souvent infecté
par les nématodes et charançons mais rustique;
 Vivoplants obtenus par culture in vivo (40 à 60 vivoplants sont obtenus par
explant en 6 mois); matériel sans parasites, sensible au manque d’eau;

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 93


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Vitroplants obtenus par culture in vitro (plus de 1000 vitroplants obtenus


par explant en 6 mois); matériel sans parasites, sensible au manque d’eau.

Vivoplants de bananier plantain.

Rejets baillonnettes

II.2- Calibrage des plants


Le calibrage consiste à regrouper les rejets par catégories de taille et de poids. Seuls les rejets ayant
des caractéristiques rapprochées seront mis en terre ensemble.
III. Culture du plantain
III.1- Choix du site

Le site choisi doit être facile d’accès, bien exposé à la lumière du soleil et à l’abri des grands vents.
Les terrains plats ou à faible pente présentant un bon drainage sont préférables aux terrains trop en
pente qui favorisent l’érosion et la perte de fertilité, et constituent un risque à cause des vents. Un
terrain vierge est préférable car il est riche en matière organique. On peut aussi travailler sur des
jachères moyennes en fonction du niveau de reconstitution de la matière végétale. Eviter au

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 94


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

maximum les anciennes bananeraies où la fertilité du sol peut être plus faible et les conditions
phytosanitaires sont souvent mauvaises.

III.2- PREPARATION DU TERRAIN

 Défricher, mettre les débris végétaux en andains entre les lignes prévues,
piqueter. En culture pure, des écartements de 3 m x 2 m ou 2 m x 2 m permettent
d’obtenir 1666 à 2500 plants/ha. En culture associée, des écartements de 4 m x 4
m ou 4 m x 2 m permettent d’exploiter les espaces entre les plants de bananiers
pour les cultures vivrières.
 Réaliser la trouaison (pour les souches, trous de 60 cm x 60 cm x 60 cm.
Pendant cette opération, prendre soin de séparer la terre de surface (10 - 15 cm)
riche en humus de la terre de profondeur. Les trous seront également remplis de
fumier bien décomposé à raison de 5 kg par trou.
Le bananier plantain peut se cultiver en association avec d’autres cultures compatibles (cacao,
macabo) ou en culture pure. En culture pure, chaque parcelle doit être composée d’un seul cultivar.
Les parcelles doivent être aussi homogènes que possible en sélectionnant le même type de matériel
végétal (plant ou rejet) à l’intérieur d’une même parcelle.

III.3- CHOIX DES DATES DE PLANTATION


En culture intensive, partant d’un matériel de plantation le plus homogène possible, on peut en
premier cycle, en tenant compte des conditions climatiques, planter en prévoyant exactement quelle
sera l’époque de floraison et de récolte. Le planting doit se faire de préférence au plus tard en août.
IV- MISE EN TERRE
Pendant l’opération de mise en terre, s’assurer que le fond du trou ne soit pas engorgé d’eau. Si
nécessaire, mélanger la terre noire avec 10 à 15 kg de compost. La terre noire sera préalablement
introduite au fond du trou sur une hauteur de 40 cm. Les rejets doivent être introduits au fond du
trou en orientant leurs cicatrices dans la même direction pour faciliter l’entretien et le tuteurage. La
mise en terre des PIF est très délicate. Le plant est mis en terre de telle sorte que le collet soit
visible. Tasser légèrement la terre autour du plant et éviter d’enterrer très profondément le plant.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 95


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Trouaison et planting

Planter en lignes à la densité de 1 666 plants par hectare (3 mètres entre les lignes et 2 mètres entre
les pieds sur une ligne).

V. ENTRETIEN DE LA CULTURE
Une bonne vigueur végétative pendant les 3 à 4 premiers mois après la mise en place garantit une
bonne productivité si les autres soins culturaux ne sont pas négligés. Il ne faut pas de labour ou de
binage en cours de culture. Toute association avec des cultures annuelles ou d’autres ayant un
système racinaire superficiel ou susceptible d’entraîner des opérations de binage ou de buttage doit
être évitée.

V.1- PAILLAGE
Il consiste à mettre des feuilles mortes, des parches de café autour du pied de bananiers (sur environ
30 cm). Cette opération permet de maintenir l’humidité du sol. Le paillage est indispensable en
culture de contre-saison sans irrigation.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 96


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Tableau 6 : Exemple d’herbicides couramment utilisés en bananeraie


Nom commercial Matière active Quantité de produit Remarque
appliquée

ROUND UP Glyphosate 6 litres/hectare pour -Bonne durée d’action


les mauvaises herbes
pérennes; 4,5litres -Intéressant en saison
/hectare pour les sèche et intermédiaire
mauvaises herbes (4 H sans pluie après
annuelles application)

GRAMOXONE Paraquat 2 à 3 litres par hectare Intéressant en saison


des pluies (1 H sans
pluie après
application)

BASTA Ammonium 3 à 5 litres par hectare Bonne durée d’action


glufosinate (4 H sans pluie après
application)

GRAMURON Paraquat 3 à 4 litres par hectare Pas du tout intéressant


en saison
sèche

V.2- DESHERBAGE
Désherber régulièrement la bananeraie pendant les six premiers mois de plantation en utilisant la
machette ou un herbicide. L’application d’herbicides se fait lorsque les mauvaises herbes ont entre
10 et 20 cm. Si elles sont plus hautes, il est nécessaire de les couper à la machette.

L’herbicide doit être appliqué à la repousse et ne doit jamais toucher les bananiers.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 97


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

V.3- TUTEURAGE
Il consiste à soutenir le bananier à l’aide d’un support ou d’une corde appelé tuteur et se pratique
généralement pour les variétés à port élevé (french) ou dans les zones soumises aux vents violents.
Les tuteurs sont mis dès l’apparition des régimes. Il est nécessaire dès la floraison (6-7 mois après
plantation) afin d’éviter les pertes de fruits et des plants par verse sous l’effet du vent.
Il se pratique avec :
- Un bambou placé de façon oblique à la base du régime pour servir de support.

- Un cordeau placé sur le bananier à l’opposé du régime et fixé à un support (sol ou


autre bananier).

V.4- TOILETTAGE

Supprimer les vieilles feuilles sèches qui pendent le long du faux-tronc (elles peuvent cacher des
insectes et des larves). Ne pas couper les feuilles vertes sur le bananier, indispensables pour la
maturité des régimes. Environ 2 à 3 mois après la récolte du régime, supprimer tous les rejets en
surplus pour ne laisser que deux rejets baïonnette, un grand et un petit. Eviter d’entasser au pied
des bananiers les herbes, les feuilles mortes, les morceaux de faux troncs et autres débris coupés
du champ; cela sert de refuge aux charançons, autres insectes et larves.

V.5- ŒILLETONNAGE

Il consiste à détruire tous les rejets qui poussent autour du pied mère pour éviter toute compétition
en début de croissance. Après la floraison, conserver le rejet le plus vigoureux et le mieux placé
sur la ligne de plantation. Détruire tous les autres rejets par coupe ou arrachage de façon régulière.
Les rejets supprimés peuvent servir de matériel de replantation.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 98


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Tuteurage œilletonnage

Casser le bourgeon mâle 7 à 10 jours après la sortie de la dernière main à environ 20 cm.

V.6- FERTILISATION
Tout apport de résidus de culture est vivement conseillé. L’apport de fumier animal doit se faire en
période de pluies. On veillera à ne pas l’épandre trop près de la plante car l’excès de chaleur dû à
la décomposition du fumier peut faire dépérir le bananier. Un complément de fumure minérale peut
être fourni en fonction du type de sol et de l’apport de résidus organiques. Il faut restituer au sol
les éléments tirés par le bananier pour espérer maintenir les rendements à un niveau élevé :
- Apporter par an et pour un hectare environ 10 à 15 tonnes (100 à 150 sacs
de 100 kg) de compost ou de fientes de poule. Ceci revient à mettre dans chaque
trou au moment de la plantation, 10 à 15 kg de fiente de poule ou de compost
mélangé à de la terre noire.
- Apporter chaque année, vers le début et vers la fin de la saison pluvieuse,
un engrais complet contenant plus d’azote et de potasse à la dose de
1kg/bananier/an. Fractionner cet engrais en deux ou trois apports. Epandre en
couronne autour du bananier.
On peut utiliser le chlorure de potasse 400 g / plant 2 à 3 apports et NPK (20-10-10) 100 g / plant
1 à 3 mois après plantation.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 99


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

V.7- LUTTE CONTRE LES PARASITES ET MALADIES

Le bananier plantain est attaqué par plusieurs maladies et parasites. Voici les parasites et maladies
courants :

i) CHARANÇON (Cosmopolites sordidus)

La larve de cet insecte pénètre dans la souche pour se nourrir, provoquant ainsi la destruction du
système racinaire. La plante est mal alimentée et mal « ancrée » dans le sol entraînant sa chute au
moindre vent. La lutte peut être chimique ou biologique. La poudre de Neem, mélangée au sol, a
un effet sur les charançons. Les produits chimiques sont appliqués sur le sol, au ras de la souche et
sur une couronne de 10 -15 cm de large (bien enlever d’abord les détritus organiques). Les produits
efficaces autorisés sont peu nombreux et relativement chers (5000 FCFA par litre) : - Dursban
(matière active Chlorpyrifos) : pesticide de contact liquide à pulvériser autour du bananier plantain.
- Furadan (matière active Carbofuran) : pesticide systémique en granulé à disperser autour du
bananier plantain. Appliquer le Dursban ou le Furadan 2 à 4 fois par an, selon le degré d’infestation.
NB : Utiliser ces pesticides seulement en saison pluvieuse.

Charançon larve et dégâts

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 100


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

ii) CERCOSPORIOSES

Ces maladies sont provoquées par un champignon qui se développe sur les feuilles provoquant une
fanaison prématurée de celles-ci. Les fruits sont mal remplis et la maturation est anormale
(mauvaises qualités gustatives). Quand la maladie est présente :
- Enlever les feuilles malades (et brûler si possible) ;

- Favoriser les plantations en conditions peu humides : réduire la densité de


plantations afin de faciliter la circulation de l’air, éviter les parcelles trop humides,
désherber régulièrement.

Symptôme de la cercosporiose

iii) Nématodes
Ce sont des « vers » microscopiques qui pénètrent et se multiplient dans les racines provoquant leur
destruction. Les racines infestées se nécrosent et les bananiers sont mal nourris et sensibles au vent.
Pour lutter contre les nématodes, on peut appliquer sur la base du rejet une bouillie constituée d’eau,
d’argile et de cendre. Toutefois, le moyen le plus efficace est d’utiliser des semences saines et de
pratiquer la rotation des cultures.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 101


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Chute de plant due aux nématodes

iv) MALADIES VIRALES


Une grave maladie virale du bananier plantain, le « Bunchy Top », due au virus BBTV (Banana
bunchy top virus), est en pleine expansion dans certaines zones de production. Elle se manifeste
par un jaunissement du bord des feuilles et par des stries vertes foncées sur les feuilles et le pseudo-
tronc. Sur les pieds très malades, les feuilles sont étroites et dressées en « bouquet ». En cas
d’observation de ces symptômes, déraciner et enterrer immédiatement les pieds malades et leurs
rejets.

Feuilles et tiges touchées par le virus

V.7.1- METHODE DE PREVENTION


Quelque soit le système de culture, le meilleur moyen de prévenir et de lutter efficacement contre
les parasites est d’utiliser des semences saines telles que les vivo plants, la lutte chimique n’étant
rentable qu’en culture intensive sur de très grandes surfaces.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 102


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

VI. RECOLTE
 Sectionner le faux-tronc à environ ¾ de la hauteur du bananier plantain (le
plant se plie, le régime ne touche pas le sol);
 Couper le régime qui est à portée de main.

La récolte à maturité du régime se fait quand celui-ci présente un doigt mûr, soit 90 jours après la
floraison; la durée de conservation est de 15 jours maximum.
Récolte à maturité physiologique se fait 70 jours après la floraison. Les délais de conservation sont
prolongés de 10 à 15 jours.
La récolte se fera suivant que le producteur veuille les vendre soit pour chips ou alors pour les
consommer murs.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 103


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 104


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE CULTURE DE LA CANNE A SUCRE

GENERALITES

La canne à sucre est avant tout cultivée pour le sucre contenu dans ses tiges, mais plusieurs autres
produits sont valorisables. Le sucre tiré de la canne est cristallisable : il s’agit du saccharose. Bien
que de nombreuses espèces contiennent du saccharose, la canne à sucre est, avec la betterave, la
principale plante saccharifère. Le sucre n’est pas indispensable sur le plan nutritionnel à
l’alimentation humaine mais, de tout temps, sa saveur l’a rendu attrayant : le miel ou différents
sirops végétaux en ont constitué pendant longtemps la seule forme de consommation, alors que le
sucre cristallisé était un condiment rare. Depuis 200 ans, la consommation de sucre a explosé, en
particulier dans les pays développés, ce qui en fait aujourd’hui un produit alimentaire de première
nécessité. La canne à sucre permet également la fabrication de diverses boissons dont le rhum, qui,
dès le seizième siècle, apparaît comme un des sous-produits normaux des sucreries. L’alcool
carburant est également un produit de la canne. D’autres produits, comme la mélasse (utilisé
comme aliment du bétail) ou la bagasse (fournissant, au minimum, l’énergie de la sucrerie), sont
de véritables coproduits de la transformation du sucre. Divers sous-produits de sucreries de
moindre importance peuvent être mentionnés : les cires (cosmétique), les cendres de chaudières,
les écumes de défécation des jus
(fumure) ou les bouts blancs (fourrage). Enfin, il faut mentionner les usages de bouche, observables
dans toutes les régions cannières.
L’espèce S. barberi fut la plus largement cultivée jusqu’au dixhuitième siècle, époque où elle a été
remplacée par S. officinarum, la canne noble en provenance de Tahiti, plus riche en sucre. La
maîtrise des croisements contrôlés en 1880 permit la création d’hybrides interspécifiques entre S.
officinarum et d’autres espèces apparentées, en particulier S. robustum et S. spontaneum.
L’explosion de la culture au début du siècle provient de ces hybrides modernes qui représentent
aujourd’hui la totalité des cannes cultivées, mais également du passage d’une transformation
artisanale à une véritable industrie sucrière.
Climatiquement, la canne est limitée seulement par le gel : on peut la cultiver dans toutes les régions
tropicales ou subtropicales (entre 30° Sud et 37° Nord) de basse ou de moyenne altitude où la
ressource en eau est suffisante.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 105


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La reproduction de la canne se fait principalement par boutures mais la reproduction par graines
est possible, ce qui permet l’amélioration variétale par croisement.

La canne à sucre, graminée, est une machine photosynthétique particulièrement efficace en milieu
tropical. Les meilleurs rendements observés sont impressionnants : 200 tonnes de tiges par hectare
en douze mois, à 14 % de saccharose.

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE

I.1. Le climat
Du fait de son fonctionnement spécifique, la mise à fleur de la canne entraîne un arrêt de la
croissance et accentue, pour un temps, l’accumulation de saccharose dans les tiges. Ce phénomène,
conditionné par la photopériode et donc par la latitude, varie aussi d’une variété à l’autre. La plupart
du temps on cherche à éviter la floraison qui limite le rendement. Les optima climatiques
(températures, insolation et pluviométrie) diffèrent au long du cycle et selon les variétés.
Globalement, la culture a besoin de chaleur et d’eau pour la levée et la croissance et, à l’inverse,
de froid ou de stress hydrique pour mûrir. Les besoins en eau peuvent être satisfaits par l’irrigation
en complément des pluies, mais les excès d’eau compromettent la maturation. La culture de la
canne à sucre suppose donc une saison sèche de quelques mois au moins. Les températures optima
se situent entre 26 et 33°C pour la germination, et entre 30 et 33°C pour la croissance, avec un fort
ralentissement en dessous de 20°C. Les températures basses en fin de cycle favorisent la
maturation. Les tiges de cannes, qui contiennent près de 70 % d’eau, gèlent à 0°C, température
létale pour la culture.

I.2. Le sol
La canne s’accommode d’une large gamme de sols, du très sableux au très argileux ou à la tourbe,
et supporte des pH allant de 4 à 10 (optimum entre 5,5 et 8).
Pour un bon fonctionnement du couvert, il est préférable que les sols aient une bonne profondeur,
une bonne aération et une absence de sels toxiques (aluminium, sodium, etc.). Avec la mécanisation
de la récolte et du transport, il faut soigneusement considérer la portance des sols et leur dégradation
sous engins lourds. Pour la coupe mécanique, la pente maximale varie de 15 à 30 %.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 106


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

I.3. L’eau
Si la canne est exigeante en eau, c’est une culture qui la valorise très bien et qui justifie l’irrigation
dans de nombreuses situations (on compte généralement 15 mm d’eau par tonne de canne produite).
En période végétative, les besoins vont de 100 à 170 mm par mois, soit 1 000 à 1 700 m3/ha.

II. CONDUITE DE LA CULTURE

La culture de la canne est extrêmement diversifiée dans le monde et les techniques culturales varient
avec le climat, le sol, les aléas parasitaires, la disponibilité et le coût de la main d’œuvre, la
disponibilité en eau et en équipements, le type de transformation et la structure des exploitations.
Le contraste est saisissant entre les petites parcelles jardinées que l’on trouve en
Asie, où l’usine collecte chez plus d’une centaine de milliers de producteurs, et les immenses
périmètres intégrant culture et usine en Afrique et en Amérique latine.
Avec l’augmentation continuelle de la taille des usines, on assiste, à l’exception notable de
l’Afrique noire, à une tendance à séparer l’activité de production de canne et celle de l’usine.

II.1. MISE EN PLACE DE LA CULTURE

La préparation du sol avant la plantation doit améliorer ses caractéristiques physiques


(ameublissement en profondeur et aération) et chimiques (corrections en Ca, Mg et P) pour
plusieurs années puisque on ne pourra plus intervenir que dans les interlignes après chaque coupe.
On pratique classiquement la séquence sous-solage/labour/pulvérisage pour déboucher sur un sol
sillonné prêt à recevoir les boutures. Cette préparation se fait généralement en saison sèche ou en
début de saison des pluies.
La réussite de la plantation conditionne largement la réussite de l’ensemble du cycle pluriannuel
de la culture. On recherche une germination rapide, homogène et dense pour obtenir un couvert
fonctionnel et couvrant rapidement le sol, ce qui permet de limiter les problèmes de mauvaises
herbes.
La plantation comprend trois opérations, dont chacune peut être mécanisée :

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 107


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- les boutures sont coupées (dans l’idéal des cannes vierges de sept à dix mois) dans
une parcelle pépinière et transportées avec leur paille au lieu de préparation, en général au
bord de la parcelle à planter ;
- elles sont effeuillées, triées, tronçonnées en boutures de trois ou quatre yeux puis,
le plus souvent, traitées contre maladies et insectes ;
- elles sont ensuite mises en terre à plat dans le fond du sillon en lignes simples ou
doubles puis recouvertes de 2 à 5 cm de terre fine.
À raison de quatre à huit tonnes de boutures par hectare, il faut en général prévoir un hectare de
pépinière pour dix hectares de culture. La bonne gestion des pépinières, et en particulier leur suivi
phytosanitaire, est un élément important de la réussite de la culture. La levée commence au bout
de dix à quinze jours.

II.2. LES OPERATIONS D’ENTRETIEN


La période critique de nuisibilité des mauvaises herbes sur la canne se situe entre 30 et 90 jours
après la plantation ou la coupe. Ceci est particulièrement vrai en canne vierge (ici nouvelle culture
après labour et non repousses après coupe) car les boutures sont en compétition sur sol nu avec les
adventices pour l’espace racinaire et aérien. Un bon entretien en vierge limite le stock semencier
des mauvaises herbes en repousse. Le maintien des pailles en repousse limite également un peu la
flore adventice. Le sarclage manuel constitue la méthode de lutte contre l’enherbement la plus
fréquemment pratiquée. Il doit être effectué plusieurs fois au cours des premiers mois de culture,
si l’on n’emploie pas d’autres moyens de lutte. Le désherbage mécanique, avec des outils à dents
montés sur des tracteurs, est parfois utilisé. Il faut alors prendre soin de ne pas blesser les pieds de
canne, surtout en début de cycle. L’emploi des herbicides est largement répandu, notamment avec
des applications de pré-levée juste après la plantation ou la coupe. Lors des pulvérisations avec des
produits de pré-levée, on ajoute fréquemment un produit de post-levée, comme le 2,4-D ou le
triclopyr, pour éliminer les plantules apparues avant le traitement.
Des herbicides totaux, comme le glyphosate, sont employés en préparation des sols en cas
d’infestation par des espèces vivaces comme Imperata cylindrica, Cyperus rotundus ou Cynodon
dactylon.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 108


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.3. La fumure
La fumure doit être basée sur les exportations de la culture en éléments majeurs. Celles-ci varient
avec le sol, la fertilisation apportée, l’état végétatif de la culture, le mode de récolte et, dans une
moindre mesure, la variété.
Les fourchettes des fumures apportées Elles
varient largement :
– azote : entre 50 et 250 kg de N par ha et par an ; –
phosphore : entre 40 et 100 kg de P2O5 par ha et par an ; –
potassium : entre 80 et 240 kg de K2O par ha et par an.

En complément du raisonnement des exportations, la méthode du diagnostic foliaire est utile pour
déterminer l’état nutritionnel de la plante, en particulier pour les grandes exploitations
agroindustrielles. Elle permet de réagir rapidement aux carences éventuelles.

II.4. LES ENNEMEIS ET RAVAGEURS DE LA CANNE A SUCRE ET METHODES DE


CONTROLE

La canne à sucre, comme toutes cultures tropicale, possède une gamme variée de ravageurs et de
maladies. Ils sont représentés dans les tableaux ci-dessous.

LES MALADIES DE LA CANNE A SUCRE


Noms Symptômes occasionnés Moyens de contrôle
Gommose (Gumming) Raies jaunes sur feuilles se Retrait et élimination des
desséchant plants attaqués en pépinière,
désinfecter les couteaux

Echaudures des feuilles Raies blanches, fines et Utilisation des variétés


longues sur feuilles et gaines- résistantes
ailerons

Mosaïque (SCMV) Marbrure des feuilles jeunes Utilisation des variétés


résistantes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 109


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Morve rouge (Red rot) Nervures des feuilles rougies ; Utilisation des variétés
intérieur rougi des tiges et résistantes, trier les boutures
boutures atteintes et les écarter

LES RAVAGEURS PRINCIPAUX DE LA CANNE A SUCRE


Noms Dommages occasionnés Moyens de contrôle
Nématodes (Meloïdogyne, Dessèchement et mort des tiges Application des nématicides
Pratylenchus) à la plantation (grave en sol
sableux)

Chenilles mineuses Destruction de jeunes talles, Utiliser les variétés


galeries dans les tiges : baisse résistantes
(Diatraeae, Chilo,
de rendement et de la richesse
Sesamia, Elderna)
Rats (Rattus) Entre-nœuds de la base rongés, Utilisation des appâts
tiges versées
spécifiques

III. LA RECOLTE ET LES OPERATIONS POST-RECOLTE


Par sa durée et par les moyens humains et matériels mis en œuvre, la récolte (ou campagne ou
coupe) est la phase principale de la culture. Elle met en jeu des intérêts parfois contradictoires
entre usine (approvisionnement constant avec des cannes riches, les plus fraîches et les plus propres
possible) et producteurs (rémunération maximale, disponibilité de la main-d’œuvre et du transport,
temps d’attente à l’usine). La canne est un produit périssable qui devrait être broyé moins de deux
jours après la coupe en paille (une journée après une coupe en brûlé). De la part du producteur, la
récolte exige une préparation soignée comprenant la gestion de la maturation et la prévision des
dépenses, l’estimation des tonnages, la préparation des équipements et de la main d’œuvre, la
prévention contre les incendies. Le sucre s’accumule à la base de la tige. C’est pour cela que la
coupe de la canne doit se faire près du sol (coupe rase) et éliminer le bout blanc, beaucoup moins
riche en sucre. Les coupeurs accumulent sur un andain, avec ou sans épaillage, les cannes de
plusieurs lignes. La récolte à la machine se développe rapidement dans certaines régions. Les
machines sont soit du type coupeuses-andaineuses, soit du type coupeusestronçonneuses-
chargeuses. Le chargement mécanique tend à se généraliser du fait de la grande pénibilité du

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 110


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

chargement manuel. Le transport des cannes à l’usine est une opération où les aspects
organisationnels sont déterminants, en particulier sur les coûts. En cas de récolte à la machine, le
transport direct à l’usine par remorque, camion ou conteneur est la règle. Les rendements moyens
varient entre 60 et 115 tonnes à l’hectare. Une tonne de canne fraiche peut fournir environ 115 kgs
de sucre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 111


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 112


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE CULTURE DES AGRUMES

GENERALITES

Les agrumes représentent le groupe de fruits le plus cultivé au niveau mondial. Ils
sont essentiellement cultivés pour leurs fruits destinés à la consommation en frais
ou à la transformation : extraction du jus principalement (oranges, pomelos,
mandarines, citrons). La richesse en vitamines A, B et C, la teneur en jus et en fibres
équilibrent la ration alimentaire de base. On peut également élaborer des confitures
ou des fruits confits à partir des fruits. Dans les régions les plus arides, les agrumes
(souvent des citrons) sont séchés pour être conservés avant d’accommoder les plats
cuisinés. Les fleurs et feuilles des variétés les plus aromatiques sont distillées et les
huiles essentielles utilisées par l’industrie de la parfumerie. Les tourteaux,
sousproduits de la transformation, peuvent être utilisés en alimentation animale.
Les agrumes sont originaires du Sud-Est asiatique. Leur diversification a eu lieu
dans une vaste zone comprenant les piémonts de l’Himalaya, la Birmanie,
l’Indonésie, la péninsule Indochinoise, le sud de la Chine. Les conditions
climatiques y sont variées, allant du tropical humide à des climats plus contrastés
avec une saison fraîche marquée.
Domestiqués par l’homme depuis plusieurs millénaires, les agrumes ont été diffusés
dans le monde entier. Au cours de cette lente migration des types nouveaux sont
apparus comme les oranges, le pomelo, la clémentine en Algérie. Aujourd’hui, l’aire
de culture des agrumes est comprise entre 40° de latitude nord et de latitude sud et
les plus grandes régions de production
(Floride, Brésil, bassin méditerranéen) se situent en zones subtropicales, hors de
l’aire d’origine.
Les agrumes sont de petits arbres de 4 à 12 m de hauteur, à feuillage dense et
persistant (sauf le Poncirus trifoliata). Les branches sont parfois épineuses, plus
particulièrement lorsque l’arbre est issu de semis. Les feuilles sont trifoliées
(Poncirus et ses hybrides) ou simples (Citrus, Fortunella). Elles peuvent avoir un
pétiole ailé développé.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 113


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les inflorescences sont plus ou moins complexes. Le bouton floral est blanc, teinté
de pourpre chez les citrus acides. La fleur est généralement composée de cinq
sépales et de cinq pétales. Elle possède de vingt à quarante étamines soudées à la
base et un ovaire porté par un disque nectarifère. Les agrumes présentent une
croissance rythmique. Chaque vague de croissance est suivie d’un arrêt de
végétation marqué, même si les conditions climatiques sont favorables au
développement végétatif. Une floraison suit le ou les arrêts de végétation induits par
le climat.

Certains citrus sont dits remontants (citronniers) : ils fleurissent à chaque reprise de
croissance.

Fleurs de citrus

Le fruit, de taille très variable (10 g à plusieurs kg), a une structure particulière, c’est
une baie constituée de trois enveloppes :
- Un épicarpe coloré qui contient des glandes renfermant les huiles
essentielles;

- Un mésocarpe ou albédo, constitué de tissus spongieux blancs;

- Un endocarpe qui est tapissé par des poils qui se transformeront en


vésicules juteuses à maturité.
Les graines, le plus souvent polyembryonnées, renferment des embryons
surnuméraires formés sans fécondation à partir des tissus du nucelle. Ils possèdent

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 114


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

le même patrimoine génétique que la plante mère. Les pamplemoussiers, les


cédratiers, le clémentinier, le bergamotier, le mandarinier Temple ont des graines
monoembryonnées, à embryons zygotiques, qui ne reproduisent pas toujours le type.

Les Agrumes appartiennent aux genres Citrus, Fortunella et Poncirus. Ces trois
genres sont de la famille des « Rutaceae ». D’après Swingle in Praloran (1971), la
position taxonomique des agrumes est la suivante :
Classe : Dicotyledoneae
Sous classe : Archichlonideae
Ordre : Geraniales
Famille : Rutaceae
Sous famille : Aurantioideae
Tribu : Citreae
Sous tribu :
Citrinae
Genre :
Citrus.
Le genre Citrus est celui qui renferme le plus d’espèces et de variétés d’agrumes
commercialisées. Les espèces les plus cultivées sont entre autres,

 Le bigaradier
Le bigaradier (Citrus aurantium L.) Le bigaradier commun était très utilisé comme
porte-greffe des agrumes, en raison de sa parfaite compatibilité avec la plupart des
variétés. On l’appelle encore oranger amer. Il présente une bonne adaptation à
différents types de sol (légèrement acide ou calcaire) ainsi qu’une bonne résistance
au phytophthora. Il forme malheureusement des associations sensibles à la tristeza
avec les orangers, les mandariniers et leurs hybrides, ce qui conduit à délaisser son
emploi. Son fruit n’est consommable que sous forme de confiture.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 115


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Feuille et fruit de bigaradier

Le cédratier
Les cédratiers (Citrus médica L.) sont des arbustes de petite taille, très sensibles au
froid. Leurs fruits (cédrats) de la forme d’un gros citron possèdent une peau très
épaisse et sont pratiquement dépourvus de jus. Ils sont essentiellement utilisés en
confiserie. La graine est monoembryonnée.
L’arbre est multiplié par marcotte ou par greffage.

Fruit et feuilles de cedratier

 Les citronniers

Les citronniers (Citrus limon (L.)), arbres vigoureux, à feuillage vert clair et à
floraison remontante. Le fruit a une chair jaune, acide, aromatique. La plante, très
sensible au froid et aux excès de température, se comporte mieux sous climats de

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 116


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

type méditerranéen ou subtropical à hiver doux. Les variétés les plus connues sont
les citrons Eureka et Lisbon.

Fruit et feuille de citronnier

 Les limettiers

Les limettiers (Citrus aurantifolia Swingle) sont des arbres très souvent épineux,
d’aspect buissonnant et à feuillage vert clair. Leur floraison remontante permet la
production étalée de petits fruits, à chair verdâtre, juteuse, acide et très aromatique.
Les limettiers sont très sensibles à la tristeza, au chancre citrique et à l’anthracnose.
Ils ne supportent pas le gel. La graine, très polyembryonnée, assure une reproduction
fidèle par semis. Ces limes sont connues sous des appellations diverses : limes
mexicaines, antillaises, Key, citron gallet.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 117


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fruit et feuille de limettier

 L’oranger

C’est un arbre au port harmonieux et de croissance rapide. Son aspect est plutôt
arrondi. Les branches portent des feuilles vert sombre, ovales, coriaces et finement
denticulées. Le pétiole est légèrement ailé. Les fleurs sont très odorantes, à 5 pétales
blancs recourbés vers l’arrière. Le fruit est une baie généralement ronde. Sa
coloration et sa grosseur varient sensiblement selon la variété. La pulpe se divise en
quartiers composés de vésicules juteuses et de graines dures de couleur blanche.
L’oranger est l’un des agrumes le plus répandu au monde et le plus connu.
L’orange peut être consommée telle quelle ou bien sous forme de jus ou pour faire
des confitures. Elle est riche en vitamines (surtout en vitamine C) et en minéraux et
son jus est diurétique et laxatif. L’oranger est utilisé en parfumerie dont les fleurs,
les feuilles et les jeunes pousses sont exploités. Les variétés les plus cultivées sont
entre-autre :
- Navels: précoces, fruit apprécié pour sa douceur et son gros calibre.

- Valencia Late: bonne productivité, tardif.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 118


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fruit et feuille de l’oranger

 Les mandariniers
Il s’agit d’un groupe très polymorphe au sein duquel on distingue :
- le mandarinier Satsuma (Citrus unshiu Marcovitch),

- le mandarinier King (Citrus nobilis Loureiro), originaire et cultivé dans le


Sud-Est asiatique, nécessite des températures élevées.
- le mandarinier méditerranéen (Citrus deliciosa Tenore), arbre de vigueur
moyenne à rameaux fins, fruits juteux, de forme aplatie et de couleur jaune orangé
à maturité.
- les autres mandariniers (Citrus reticulata Blanco) dont les types les plus
connus sont Beauty et Dancy, aux fruits spermés, juteux, de coloration orange
soutenue, bien adaptés aux milieux subtropicaux et tropicaux et la clémentine.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 119


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Fruit et feuille de mandarinier

 Les pamplemoussiers

Les pamplemoussiers (Citrus grandis (L.) Osbeck), arbres assez vigoureux à port
dressé, fruits spermés, de très grande taille, à peau épaisse. Leur chair est jaune pâle
ou colorée, rosée à rouge. Ces arbres, très communs en Asie du Sud-Est, sont peu
cultivés ailleurs. La graine est monoembryonnée, mais le type se multiplie assez
bien par semis. Le pamplemousse présente une résistance à la tristeza et au chancre
citrique. Il existe des hybrides de pamplemousse, qui n’ont pas hérité de la résistance
aux maladies.

Fruit et feuille de pamplemoussier


Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 120
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Les pomelos

Les pomelos (Citrus paradisi) sont des arbres assez vigoureux, exigeants en chaleur
pour donner des fruits de bonne qualité. Ils sont aussi bien adaptés aux climats
tropicaux chauds et humides qu’aux régions subtropicales arides et chaudes. Il existe
des variétés à chair jaune pâle (Marsh seedless), et des variétés d’autant plus
colorées, du rosée au rouge, que les températures sont régulièrement élevées.

Fruit et feuille de pomelo

 Le Poncirus (Poncirus trifoliata)

Le Poncirus est un genre voisin des Citrus avec lesquels il peut s’hybrider. Le
Poncirus et ses hybrides donnent des fruits non comestibles. Utilisé comme porte-
greffe, il confère une certaine résistance au froid et constitue des associations avec
les mandariniers et les orangers résistantes à la tristeza. Il exige des sols acides et
tolère les sols lourds. Le Poncirus Flying dragon induit un nanisme du plant. Les
hybrides de Poncirus, comme le citrange Carrizo ou le citrumelo Swingle sont plus
souples d’emploi, notamment vis-à-vis du pH du sol. Ils sont plus vigoureux et

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 121


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

forment également des associations tolérantes à la tristeza. Ils sont largement utilisés
comme porte-greffe.

Fruit de poncirus

I. EXGENCES CULTURALES
Les agrumes possèdent un système radiculaire important et nécessitent des sols
profonds. Les sols dont le pH est compris entre 5,5 et 6,5 conviennent en général
bien. Sur le plan physique, on retiendra préférentiellement les terrains répondant aux
critères suivants:
- sol meuble et aéré,

- sol à texture dominante grossière : éviter les sols trop argileux ou


battants (riches en éléments fins)
- sol homogène et profond (1 mètre au minimum),

- à drainage externe et interne satisfaisant (absence d'hydromorphie :


taches rouille révélant des asphyxies passagères)
- nappe phréatique à plus d'un mètre.

L’état de drainage du terrain est un point particulièrement important qui est lié à la
texture du sol mais également à la position topographique. Ainsi, on préférera des
parcelles situées en haut ou en milieu de versant ou sur un plateau plutôt que celles
situées en bas de versant ou dans une dépression. Dans tous les cas on facilitera les

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 122


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

écoulements d’eau pour éviter toute stagnation. Le creusement de fossés


d’écoulement ou drains est recommandé avant plantation.
Les besoins des agrumes en eau sont estimés à environ 100 mm de pluie par mois (1
000 m3/ha/mois). Il faut cependant éviter les zones à pluviométrie excessive qui
rendent difficiles l’induction florale et le contrôle de la situation sanitaire du verger.
Inversement, les zones trop sèches devront pouvoir bénéficier d’une irrigation
d’appoint. Dans ce cas il sera utile, avant plantation, de s’assurer d’une ressource en
eau suffisante.
Schématiquement, dès que la période déficitaire est supérieure à 3 mois, il faudra
prévoir l’irrigation. Suivant les conditions de culture et la nature des sols, on estime
que la ressource en eau doit être comprise entre 0,5 et 1 litre/seconde et par hectare.

II. CONDUITE DE LA CULTURE

II.1. LE CHOIX DU TERRAIN

II.1.1. LE PRECEDENT CULTURAL

Les antécédents culturaux peuvent avoir une répercussion sanitaire sur la culture par
la présence possible d'agents pathogènes dans le sol. De ce fait, nous pouvons établir
le classement des antécédents culturaux comme suit :

i) Plantation sur jachère après déforestation ancienne :

C'est la situation la plus favorable sur le plan sanitaire du sol dans la mesure où les
restes de souches ont été correctement retirés ou si elles ont eu le temps de se
décomposer.

ii) Plantation après une culture fruitière ou une déforestation récente


:

Cette situation peut entraîner, si la parcelle n'est pas convenablement dessouchée,


un risque de développement d’une pourriture des racines et du collet (pourridié)
jusqu'à 3 à 4 ans après plantation du verger. Une jachère d'un an est souhaitable
avant la plantation en agrumes.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 123


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

iii) Replantation agrumes après agrumes:

Pour les mêmes raisons, des risques de développement de pourridiés existent,


amplifiés par le fait que des pathogènes spécifiques (nématodes) peuvent être
présents.
L'exploitant devra donc:

- arracher les arbres existants en ayant soin de ne pas décaper le sol ;

- former des andains et obligatoirement brûler les arbres abattus ;

- extirper les parties souterraines, les rajouter sur les andains et les brûler
également. Une jachère d'un an est souhaitable avant la replantation en agrumes.
Ces préconisations sont à respecter à la lettre si le verger arraché est ancien et
atteint de gommose.
II.2. AMENAGEMENTS PREALABLES

Les différentes opérations à effectuer sont les suivantes :


- Retirer le maximum de souches et de racines

- Epierrage grossier sans bouleverser le sol

- Etablissement d'un réseau de drainage efficace en mettant à profit


l'effet de pente (ceinture de drain ouvert isolant la parcelle concernée du
bassin versant et réseau intérieur assurant l'évacuation des eaux de pluie sans
accentuer le lessivage et la perte de sol en cas de pluies torrentielles)
- Aménagement d'accès à la parcelle

- Equipement d'un réseau d'irrigation dans les cas où cela se révèle


nécessaire

Lorsque le verger n’est pas abrité, la constitution de rideau d’arbres autour de la


parcelle est souvent indispensable pour éviter les effets néfastes des vents dominants
(vents marins en particulier). On choisira de préférence des espèces dont le feuillage
n’est pas trop dense (pour éviter les turbulences) et dont le développement en
hauteur sera assez important, dont la croissance est rapide. Un brise-vent protègera
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 124
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

la culture sur une distance équivalente à 10 fois sa hauteur. La concurrence avec la


culture doit être également prise en compte : on laissera une distance suffisante entre
les arbres du verger et le brise-vent.
Il est fortement conseillé d’implanter le brise-vent au moins un an avant la plantation
du verger.

II.3. PREPARATION DU SOL

II.3.1. PREPARATION MECANIQUE

Pour les sols accessibles à la mécanisation, on effectuera les opérations suivantes :


- Décompacter le sol et casser un éventuel horizon tassé et endurci
pour améliorer le drainage : un sous-solage en diagonal par rapport à l'axe
de la pente, à une profondeur de 80 cm si possible.

Dents de la sous-soleuse

- Rééquilibrer chimiquement les parcelles :

Les amendements à apporter seront définis au vu des résultats d'analyses de sol


pratiquées sur des échantillons prélevés à 25 cm et à 50 cm de profondeur.
- Labour de défoncement si le profil du terrain le permet. Ce labour se
fera sur la ligne de plantation
- Etablissement du réseau de drainage

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 125


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Piquetage

- Constitution de buttes d'une hauteur moyenne de 30 cm et d'un


diamètre à la base de 1

m. Ces buttes pourront être d’un volume plus important si la zone est très
hydromorphe et propice au développement d’attaque de gommose à Phytophthora.
Elles pourront également être avantageusement enrichies en matière organique
(incorporation de compost, de fumier décomposé ou de toute autre source d'humus).

II.3.2. PREPARATION MANUELLE

Si une préparation intégrale mécanisée n'est pas nécessaire ou possible, l'on pourra
s'orienter sur une préparation au trou. Après piquetage des emplacements on procède
au creusement manuel des trous de plantation. Celui-ci devra alors avoir un volume
suffisant (minimum de 1 m3) pour permettre une bonne exploration des racines. Le
rééquilibrage chimique du sol (comme précédemment après analyse préalable) se
fera au niveau de chaque trou. Un engrais de fond comme le posphate bicalcique est
souvent appliqué à la dose d’un kg par trou en sol pauvre.

II.4. SELECTION DU MATERIEL VEGETAL

Les vergers d'agrumes seront établis exclusivement à partir de plants greffés. Même
dans les zones exemptes de Tristeza il est vivement conseillé d’utiliser des plants
greffés sur des portegreffes tolérants à cette maladie. En effet, le risque
d’introduction de la maladie et de son vecteur (le puceron brun des agrumes) est
sérieux. On évitera d’avoir recours à des plants issus de semis ou de marcottes qui
n’offriraient pas ces garanties de tolérance à la Tristeza mais également à d’autres
maladies.
À l’acquisition des plants chez un pépiniériste on s’assurera des points suivants :
- Les variétés tant de porte-greffe que de greffons devront être bien identifiées
et avoir été testées favorablement quant à leur comportement dans les conditions
agroclimatiques du pays de culture.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 126


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Etiquetage individuel des plants pour éviter toute erreur variétale : l’étiquette
devra indiquer clairement le nom de la variété et du porte-greffe.

- Les porte-greffes utilisés devront impérativement être reconnus tolérants ou


résistants au virus de la Tristeza (Citrus volkameriana, Citrange carrizo, Citrumelo
swingle (4475), Poncirus trifoliata dont le cv Flying Dragon).

- La hauteur du point de greffage devra être égale ou supérieure à 25 cm.

- Les plants devront présenter un aspect soigné, sain, poussant et avoir atteint
la bonne taille pour être plantés.
En l’absence de réglementation et de certification officielle du matériel végétal, il
est très important de vérifier ces points au moment de l’achat des plants.

II.5. IMPLANTATION DE LA CULTURE

Le dispositif de plantation devra respecter l'encombrement futur des arbres adultes


et permettre des interventions mécanisées ou du moins le passage des personnes. Il
devra permettre également un bon ensoleillement des arbres. Les distances de
plantations sont fonction des espèces et sont consignées dans le tableau ci-dessous.

Tableau des distances de plantation en fonction des espèces

Variétés Espacement sur Espacement entre Densités (plants à


la ligne les lignes l’hectare)

Citronnier et 6 m 6m 277
pamplemoussier

orangers 5m 6m 330
mandariniers 5m 5m 400

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 127


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les écarts peuvent varier en fonction de la nature du porte-greffe et des conditions


climatiques. En climat humide, vaudrait mieux ne pas trop rapprocher les plants pour
éviter les maladies cryptogamiques.

Mise en place des plants

Réalisation du trou de plantation

La plantation des agrumes se fera sur butte de façon à améliorer l’écoulement des
eaux de surface et à limiter les risques d’accumulation d’eau au pied de l’arbre
durant la saison des pluies. Placez le plant dans le trou, en gardant le dessus de la
motte au niveau du sommet de la butte (ne pas planter au-dessous du collet).

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 128


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Dans tous les cas, il est conseillé de tuteurer les jeunes plants. Le tuteur peut être un
piquet solide encore à l’état frais ou sec. On le plantera près du plant, face aux vents
dominants. On éliminera le tuteur dans les 6 mois suivant la mise en terre.
Après plantation, même si le sol est déjà bien humide, il est indispensable d’effectuer
un arrosage pour permettre au sol de bien adhérer aux racines. Un arrosoir de 10
litres par plant est recommandé.

Positionnement du plant dans la butte

Formation d’une double butte arrosage

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 129


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.6. LA TAILLE

Une taille de formation devra être effectuée sur les jeunes arbres ainsi qu'une taille
d'entretien annuelle sur les arbres adultes.

II.6.1. TAILLE DE FORMATION

Elle s’effectue à l’aide d’un sécateur classique, d’un sécateur à manches, et d’une
scie à élaguer, en fonction du diamètre de la branche à couper. Les outils doivent
être désinfectés à l’eau de
Javel pure entre chaque arbre, afin de ne pas disséminer d’éventuels virus ou
bactéries, très virulents sous nos climats.
La taille de formation se fait à partir de 6 mois après la mise en terre. Elle consiste
à provoquer des ramifications à partir de 40 - 50 cm au-dessus du sol. Ces
ramifications formeront les « charpentières » de l’arbre, qui se ramifieront ensuite
pour former les autres branches.
- Le plant est taillé à 70 cm du point de greffage.

- On sélectionne quelques mois plus tard 3 rameaux distants de 15 à


20 cm, et faisant si possible un angle de 120° entre eux. Ces rameaux
formeront les charpentières. Ces dernières seront taillées de la même façon,
afin qu’elles émettent de nouveaux rameaux secondaires.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 130


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- On sélectionne 2 à 3 rameaux sur chacune des charpentières, que l’on


étêtera.

- La taille de ces 6 à 9 rameaux secondaires provoquera le démarrage


des branches qui porteront les fruits.

Taille de charpente

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 131


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Un exemple de taille des rameaux

En général la formation de l’arbre doit permettre d’éviter les départs de branches


charpentières trop proches qui à terme créent des petits réservoirs d’eau favorisant
le développement de pourriture.

II.6.2. TAILLE D’ENTRETIEN

Elle a lieu au moins une fois par an et consiste à :


- éliminer les repousses du porte-greffe : ce sont tous les rameaux qui
redémarrent en dessous du point de greffage et sur les racines qui affleurent au sol.
Ces repousses sont très vigoureuses, et peuvent, si elles ne sont pas éliminées,
prendre le dessus sur la variété greffée.
- éliminer les gourmands au niveau des branches : rameaux très vigoureux qui
poussent verticalement au détriment des autres branches, qui déséquilibrent
l’arbre, et qui ne portent que peu de fruits.
- supprimer le bois mort, les branches cassées ou abîmées.

- éliminer les branches mal placées ou qui déséquilibrent la forme de l’arbre.

- supprimer les branches basses qui traînent au sol (accès pour les parasites),
jusqu’à une hauteur de 50 à 80 cm.
- éliminer certaines branches du centre de l’arbre afin de provoquer des « puits
de lumière» ou « cheminées » dans la masse du feuillage : cette opération permet
une meilleure pénétration de la lumière au centre de la végétation, et provoque
l’apparition de fruits sur toutes les branches; elle permet aussi une meilleure

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 132


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

aération et évite ainsi la prolifération de lichens, de mousses, d’insectes et de


champignons. Attention toutefois à ne pas totalement évider le centre de l’arbre.

Taille d’entretien

Plant bien taillé

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 133


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.7. CONTROLE PHYTOSANITAIRE

II.7.1. CONTROLE DE L’ENHERBEMENT

Le contrôle des adventices sur la couronne des arbres peut se faire par l'emploi
d'herbicides systémiques, qui, utilisés à des concentrations convenables et au bon
stade permettent d'obtenir un contrôle efficace sur une période minimale de 2 mois.
Il est important que l'herbicide soit appliqué avec un agent mouillant qui améliore
son efficacité et que la molécule chimique ait le temps de pénétrer la plante (pas de
pluie dans un délai minimum de 4 heures sinon le traitement est inefficace). Utiliser
des produits homologués et autorisés en respectant les doses recommandées sur les
étiquettes commerciales.
Quel que soit le choix de l’agriculteur pour le désherbage, un sol nu 365 jours par
an sur une parcelle d’agrumes est déconseillé. En effet, cela défavorise la vie
organique du sol indispensable au bon développement de l’arbre et favorise
l’érosion et donc la perte des couches fertiles du sol. Les sarclages seront plus
accentués aux pieds des plants que sur toute la parcelle.

Jeune plant sarclé tout autour de collet (2 mètres de rayon)

II.7.2. MALADIES ET MOYENS DE CONTROLE

i) La tristeza est une maladie grave causée par un virus et propagée par des pucerons,

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 134


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

en particulier par le puceron brun des agrumes Toxoptera citricida. Les symptômes
de la maladie se manifestent par un dépérissement plus ou moins rapide de la plante
car le virus en se multipliant obstrue les vaisseaux de celle-ci. Les autres symptômes
spécifiques de la tristeza sont : éclaircissement des nervures foliaires (vein clearing)
et cannelures dans le bois des rameaux, des branches et des troncs (stem-pitting).

Cannelure sur tronc Eclaircissement des nervures

Il est conseillé d’utiliser des plants greffés sur porte-greffes tolérants et d’appliquer
régulièrement des insecticides systémiques contre les vecteurs.

ii) Les Phytophthora


Les Phytophthora sont des champignons microscopiques du sol qui peuvent
s’attaquer aux différents organes de la plante : les racines, les branches, le tronc mais
également les fruits.
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 135
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Dégâts sur tronc, racines et branches (gommose parasitaire) :

on observe des plages d’écorce morte, des exsudations de gomme, une coloration
brune du bois. Si on laisse se développer la maladie l’arbre peut en mourir. Lorsqu’il
y a une attaque directement sur les racines, on constate un flétrissement généralisé
de l’arbre (sans exsudation de gomme) qui ne tarde pas à mourir. Cette maladie est
favorisée par les sols asphyxiants, par une humidité excessive, par un excès de plaies
de tailles non mastiquées, par des attaques d’autres ravageurs (charançons,
nématodes…) favorisant l’entrée du champignon dans les racines.

Phytothtora sur tronc

 Dégâts sur fruits (pourriture brune) : au voisinage de la maturité, surtout sur


oranges et mandarines, on observe une plage brune sur fruit, qui ramollit et entraîne la
chute précoce et la pourriture définitive des agrumes.
Les méthodes de lutte sont préventives consistent à éliminer les causes favorisant le
développement de la maladie :
- éviter les sols trop argileux et asphyxiants

- greffage sur porte-greffe résistant


- planter sur butte avec point de greffe au moins à 30 cm du sol

- irriguer sans mouiller le tronc et les branches

- mastiquer les plaies de taille et les blessures

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 136


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- éliminer les branches trop basses

En ce qui concerne la méthode curative, on peut envisager des traitements fongicides


avec un fongicide systémique tel que le Foséthyl-aluminium (ALIETTE : 250g/100
litres d’eau). Ces traitements en pulvérisation foliaire (deux fois par an sur un arbre
ayant une grande quantité de jeunes pousses) doivent être complétés par le nettoyage
et la désinfection des chancres lorsqu’ils existent.



iii) Le scab
Cette maladie se manifeste par un développement de plaques liégeuses beige clair
sur feuilles et fruits et quelques déformations. Seules certaines variétés sont
atteintes. Des traitements à base d’hydroxyde de cuivre ou de bouillie bordelaise
(sulfate de cuivre) sont recommandés.

iv) La mélanose
C’est une maladie surtout développée en saison humide sur pomelos qui se manifeste
par des tâches noires rugueuses à la face inférieure des feuilles et des traînées
noirâtres ressemblant à des coulures sales sur fruits. Les traitements cupriques sont
également efficaces (bouillie bordelaise ou hydroxyde de cuivre).

v) Le greasy-spot (tache graisseuse)


Ce champignon provoque, lorsqu’il y a trop d’humidité, des tâches graisseuses
brunes à la face inférieure des feuilles d’où son nom. Les dégâts étant très limités
on évite en général de traiter.

vi) La fumagine :

Cette maladie se développe sur les feuilles attaquées par des cochenilles ou des
aleurodes qui secrètent du miellat. Ce dernier se dépose sur les feuilles et constitue
un milieu de culture sur lequel se développe la fumagine. Cela ressemble à du noir
de fumée. On y remédie très bien en luttant contre les insectes impliqués ou par un

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 137


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

traitement préventif d’huile de Neem (dilution à 0,5 % soit 5 ml par litre d’eau,
toutes les 1 à 2 semaines). De plus, l’utilisation d’huiles blanches favorise le
décollement de la fumagine.

Feuilles recouvertes du champignon fumagine

vii) Le pourridié :
Ce champignon présent dans tous les types de sol fait partie du groupe de
champignons à chapeau. Il pénètre dans les racines et les troncs sous forme de
filaments blanchâtres entre l’écorce et le bois qui sont attaqués et pourrissent.
L’arbre meurt plus ou moins rapidement. En cas d’attaque de pourridié, enlever et
brûler les plants malades y compris les souches et les racines. Autre méthode de
lutte, c’est de dévitaliser les souches et les racines des plants attaqués avec un
désherbant/débroussaillant et de les brûler avant de replanter.

Pourridié sur tronc, au collet

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 138


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.7.3. RAVAGEURS ET MOYENS DE CONTROLE

i) Les mouches des fruits


Les mouches des fruits sont des insectes nuisibles dont les larves appelées asticots
infestent et se nourrissent de la chair des fruits. Elles causent des dégâts
considérables entraînant un grave préjudice économique aux agriculteurs. Les fruits
infestés présentent une petite tâche autour des points de piqûres provoquant la chute
prématurée des fruits. Il existe plusieurs espèces de mouches des fruits parmi
lesquelles : Bactrocera dorsalis, Bactrocera tryoni et Bactrocera xanthodes.

Dégâts sur fruit


Un insecticide à la cyperméthrine (dosé à pas plus de 50 g/litre de produit
commercial) ; l’abamectine (dosé à pas plus de 20 g/litre de produit commercial) et

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 139


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

le diméthoate (dosé à pas plus de 400 g/litre de produit commercial) peuvent être
employées. Les doses prescrites devront être appliquées pour éviter les résistances.
L’huile de neem peut aussi être appliquée contre la mouche du fruit comme tous les
autres insectes nuisibles. Ces propriétés insecticides sont de plus en plus mises en
valeur dans le cadre de la lutte biologique. L’on peut en appliquer 0,5 litre pour 100
litres d’eau en traitement préventif, c’est-à-dire avant l’apparition des dégâts. Si les
dégâts sont déjà installés, on peut appliquer l’huile de neem à raison de 2 litres pour
100 litres d’huile. Les applications peuvent se faire à deux semaines d’intervalle
pour un traitement préventif et une semaine pour un traitement curatif.

ii) Les acariens :


On rencontre particulièrement comme acariens les Tarsonèmes
(Polyphagotarsonemus latus).
Ces minuscules acariens jaune-vert, impossible à voir à l’œil nu, mesurent environ
0,2 mm. Ils pullulent spécifiquement sur jeunes feuilles et jeunes fruits. Les feuilles
sont souvent déformées et des plages argentées se développent sur feuilles et sur
fruits. Les espèces les plus sensibles. Les traitements doivent être effectués au
moment des nouaisons (formation des jeunes fruits), à la chute des pétales. On peut
appliquer l’huile de neem ou encore l’abamectine à la même dose que contre la
moche du fruit.

Attaque d’acariens sur fruits

iv) Les pucerons


De nombreuses espèces de pucerons peuvent s’attaquer aux agrumes. Le plus
dangereux est le Toxoptera citricida (puceron brun des Citrus) car il est le vecteur

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 140


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

le plus efficace de la maladie de la Tristeza. Les attaques se situent surtout sur les
jeunes feuilles, au moment des poussées végétatives. Les adultes sucent la sève et
entraînent des déformations avec cloques et enroulements caractéristiques des
feuilles et jeunes pousses. Sa présence signifierait à plus ou moins long terme le
développement inéluctable de la Tristeza.

Pucerons sur feuilles un plant infesté

Les produits tels que l’huile de neem et l’abamectine peuvent être appliqués comme
contre la mouche blanche. Le pirimicarbe peut être appliqué contre les pucerons en
respectant les doses prescrites par les fabricants ainsi que la fréquence moyenne
d’une semaine en cas d’infestation.

Les teignes des agrumes (Prays citri)

C’est un petit papillon de 10-12 mm d’envergure dont les chenilles s’attaquent aux
jeunes pousses et aux fleurs des agrumes pouvant compromettre sérieusement la
production. Il est conseillé de privilégier le piégeage par phéromone (hormones de
synthèse attractives) mais, si nécessaire, il peut aussi être effectué des traitements
avec un insecticide à base d’acétamipride par exemple.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 141


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.8. FERTILISATION

II.8.1. FUMURE DE FOND

On profite généralement de la préparation du sol (labour ou trouaison) pour corriger


les déficiences éventuelles du sol en éléments fertilisants en apportant en profondeur
des éléments tels que la Potasse ou le Phosphore. Le plus souvent, c’est l’analyse de
sol qui déterminera les quantités à apporter. En l’absence d’analyse, on conseille
généralement d’apporter par arbre dans le trou de plantation :
- 1 kg de Sulfate de potasse et 1 kg d’hyper phosphate

- ou encore 1 kg de phosphate bicalcique

Quelque soit le sol, il est fortement recommandé de faire des apports de matière
organique : fumier, fiente de poule ou déchets végétaux décomposés ou compost à
raison de 15 à 20 kg par trou. Et dans ce cas l’apport des engrais minéraux cités ci-
haut est facultatif.

II.8.2. FUMURE D’ENTRETIEN

Une politique de fumure rationnelle dans les conditions d'un climat tropical humide doit
être équilibrée conformément au tableau ci-dessous. Il est important de fractionner les
apports d'engrais toutes les 4 à 6 semaines pour les jeunes arbres ; puis ensuite apporter
la dose globale fractionnée en 4 à 6 apports suivant le climat pour éviter les lessivages.
Les apports se feront en début de saison des pluies et deux mois avant la fin de celle-ci.
En fertilisant en pleines pluies, il peut avoir lessivage par les eaux de pluie.
Le tableau ci-dessous présente les quantités d’engrais à appliquer par arbre et par an en grs

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 142


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année 6 et


plus
Engrais 15-5- 50 100 200 300 400 500
20
Kiésérite 0 50 80 100 150 200

III. RECOLTE ET RENDEMENT


Les fruits sont récoltés avec une teneur en jus optimale de 45 % ou plus pour les
oranges, limes et mandarines, de 40 % ou plus pour les pomelo et 35 % ou plus pour
les citrons. Le rapport teneur en extrait sec soluble (degré Brix) sur l’acidité devra
être égal ou supérieur à 7 pour les oranges et les mandarines. Les fruits sont récoltés
secs avec l’attache pédonculaire plus ou moins raccourcie et entreposés à l’ombre,
au frais, dans des caisses propres, avant acheminement vers les stations de
conditionnement ou les marchés. L’opération de cueillette ne doit pas blesser le fruit
ni permettre son contact avec le sol.
Il convient lorsqu’on approche de la maturité de récolter toutes les semaines
quelques fruits et de les goûter pour ne pas laisser passer le bon stade.
Lorsque les fruits sont arrivés au bon stade, on apportera une attention particulière à
la récolte en appliquant les règles suivantes :
- Ne pas monter dans les arbres pour ne pas blesser les branches et
souiller les charpentières avec de la boue porteuse de Phytophthora
- Utiliser des échelles doubles faciles à manier

- Ne pas laisser les fruits tomber

- Récolter les fruits en coupant les pédoncules au sécateur (désinfecté)


à raz pour éviter que les fruits se meurtrissent entre eux au cours du transport
- Eviter le transport en sac qui abîme souvent les fruits. Privilégier les
filets ou des caissons

- Stocker les fruits à l’ombre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 143


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Le rendement à l’hectare d’agrumes varie de l’ordre de 20 à 60 tonnes à l’hectare,


avec un maximum de 119 kgs par arbre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 144


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 145


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’AIL

(Allium sativum)

GENERALITES

C’est une plante vivace de la famille des Liliacées - Légume bulbeux. 10 têtes d'ail pèsent en
moyenne un demi-kilo (500 gr). Chacune se compose d'une dizaine de caïeux bons à planter. Il faut
prévoir une cinquantaine de caïeux, soit 5 têtes d'ail, afin de planter un mètre carré (1 m2). Le cycle
de la culture d'ail est d'environ 5 mois. La durée varie en fonction de la date de plantation et des
conditions climatiques.

Pour cultiver de l'ail, il faut se procurer des plants (têtes) destinés spécifiquement à la plantation.
Ils doivent être certifiés et indemnes de toutes maladies susceptibles de contaminer le sol ou tout
simplement détruire la culture. Il existe plusieurs variétés d'ail: saveur douce ou puissante; bulbes
minuscules ou énormes; gousses blanches; roses ou violettes

EXIGENCES CULTURALES

Températures

Du fait de son mode de multiplication exclusivement par caïeux (gousses qui, accolées les unes aux
autres, composent le bulbe ou tête d'ail), les exigences climatiques de l'ail s'étendent à la période
de conservation. Au repos il peut supporter des températures très basses (-15°C). La dormance est
levée par des températures fraîches (7°C durant 8 à16 semaines). L'ail a en effet besoin d'un temps
froid pour une bonne croissance.

Préparation du sol:

Idéalement, l'ail préfère un sol argilo-siliceux ou argilo-calcaires, qui n'a pas reçu récemment
d'engrais, avec une texture améliorée par une précédente culture.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 146


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

L'ail préfère des sols au pH compris entre 4,5 et 8,5.

Germination

Elle est provoquée par des températures assez faibles (17à 18°C). La tubérisation est induite par
des jours longs et des températures avoisinantes 20°C.

CONDUITE DE LA CULTURE
 Choisir et éplucher une tête d'ail dodue. Séparer les gousses et garder les plus
charnues.

 Avec un plantoir, on creuse dans le terreau du pot des trous de 2 à 3 cm de


profondeur espacés d'une dizaine de centimètres.
 Chaque trous doit contenir une seule gousse avec l'extrémité aplatie vers le bas.
Remettre le terreau sur la gousse en laissant la pointe de celle-ci dépassée un peu.

PLANTATION

Divisez l'ail en caïeux individuels juste avant la plantation. Plantez ensuite la gousse, la pointe en
l'air, à peu près à 5 cm de profondeur, en les espaçant d'environ 20 de chaque côté (environ 200
000 bulbes à l’hectare). Si le sol est argileux et lourd, plantez les caïeux peu profondément.

Association de l'ail avec d'autres cultures:

Association favorable: tomate, carotte, betterave, laitue.

Association défavorable: haricot, pois.

Fertilisation

L'ail ne doit jamais être planté dans une parcelle ayant reçue une fumure organique récente. Le
dernier apport de fumier ou compost doit dater d'au moins une année. Il faut par conséquent prévoir
cette situation et profiter de la préparation du sol précédent la plantation afin d'enfouir jusqu'à 10
gr/m2 d'un engrais de fond composé essentiellement d'acide phosphorique et de potasse.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 147


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Binage

Cette technique consiste à briser la couche superficielle et ramener la terre sur le rang tout en
veillant à dégager légèrement la base des plantes, surtout en années humides.

En sol sableux et desséchant facilement, n'oubliez pas d'arroser raisonnablement pendant les
grosses chaleurs si vous constatez que le sol est sec. Une humidité excessive et durable peut, par
contre, provoquer la pourriture des bulbes d'où l'intérêt de planter l'ail dans une terre de jardin bien
drainées.

RECOLTE ET RENDEMENTS

L’ail est considéré comme mûr lorsque le tiers supérieur des feuilles est jaune ou sec.

Récoltez les bulbes lorsque les feuilles commencent à tomber.

L’ail est arraché ou plutôt déraciner tôt le matin avec beaucoup de précautions. Il est ensuite mis à
ressuyer sur le sol pendant 2 à 8 jours, en couvrant les bulbes par les fanes. Enfin, une fois secs, les
bulbes sont tresser en bouquet ou mis en bottes de 500 à 600 gr avec un lien de fil.

Afin d'augmenter la taille des bulbes, taillez les tiges florales, appelées hampes. Rappelons
également que ces hampes florales sont comestibles et peuvent être délicieusement cuisinées en
pestos, soupes et divers plats sautés. Le rendement d'une culture d'ail réussie se situe autour de 2
kg/m2. Afin de le conserver dans les meilleures conditions, l’ail doit être obligatoirement séché soit
au champ, pendant quelques jours, soit dans son lieu de stockage. Laisser les bulbes, suspendus ou
sur des claies, sécher dans un milieu ouvert, frais et sec. Une fois secs et correctement entreposé,
l'ail peut se conserver jusqu'à 1 an. Signalons que durant le 1er mois de conservation, l’ail perd de
30 à 40% de son poids initial.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 148


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’OIGNON (Allium cepa)

L’oignon est une culture de saison sèche et fraiche et il est possible d’en approvisionner les marchés
tout le long de l’année. Oignon et échalote sont des plantes presque similaires, avec un même
itinéraire technique de culture. Les bulbes d’oignons se consomment crus ou cuits, généralement
comme condiments dans les salades, les crudités, les sauces en accompagnement des plats. Il
accompagne aussi des plats de viande grillée. L’oignon détient des propriétés apéritives et anti-
infectieuses. Il est favorise la digestion et est un bon diurétique. Riche en vitamine A, B, C et en
calcium, fer, fluor et soufre pour ne citer que ceux-là. C’est aussi un bon stimulant.

EXIGENCES DE LA CULTURE

L’oignon préfère les sols à texture argilo-sableuse, c’est-à-dire un mélange d’argile et de sable. Les
sols lourds sont à éviter, car ceux-ci pourraient retenir excessivement l’eau, et axphysier le système
racinaire. Les sols doivent également être riches en matière organique bien décomposée.
S’il n’y en a pas, on devra en appliquer sous la forme des déjections animales (bouse de vache,
lisier de porc, crottes de chèvre et même les fientes de poules et du guano). La salinité est un
paramètre important à prendre en compte dans la culture de l’oignon. Les sols salins sont néfastes
à la culture de l’oignon. Le degré de salinité du sol et de l’eau d’arrosage devra donc être testé
avant de démarrage d’une production d’envergure. Les Ph proches de la neutralité, situés entre 6
et 6,8 lui conviennent au mieux. Pour ce qui est des besoins en eau, ils sont de l’ordre de 600 à 800
mm de pluies bien réparties sur toute la durée du cycle, qui va de trois à quatre mois. La température
optimale de culture est située entre 10 et 37°C.

CONDUITE DE LA CULTURE

II.1- les variétés cultivées


On rencontre généralement comme variétés d’oignon :
- Les variétés de couleur rouge : le «violet de Galmi» le «yaakaar» et la variété «Red
Créole». Ceux sont des variétés piquantes et qui se conservent également bien.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 149


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Les variétés de couleur jaunes ou oignons jaunes : le «Golden Créole»

- Autres variétés : «jaune hâtif de Valence» qui est une variété productive, mais dont
le cycle est long et la maturation difficile ; La variété «Early Yellow Texas Grano PRR»
productive mais avec une mauvaise conservation. La variété «Tropicana F1» qui est un
hybride.

II.2- LA PEPINIERE

Tout d’abord, il convient de signaler qu’il existe deux catégories de matériel végétal dans la culture
de l’oignon, qui sont entre-autre :
- Les graines : elles sont obtenues après fructification des plants rentrés en phase
reproductive. Les graines sont de petite taille et doivent être semées en pépinière, si l’on
veut obtenir des rendements satisfaisants.
- Les bulbilles. Ceux sont de très petits oignons triés après la récolte. Ils sont mis à
part pour être utilisés comme matériel végétal.
La pépinière de l’oignon devra se faire sur un site riche en matière organique, sinon il faudra en
apporter au sol. Les étapes de conduite de pépinière sont les suivantes pour une opération réussie.
 Confectionner des casiers (sortes de planches réduites) avec les caractéristiques
suivantes : la largeur est de 1,5 mètre, la longueur est de 2,5 mètres, tandis que la hauteur
est de 15 cm. Les casiers doivent être pourvus d’un ados tout autour pour retenir l’eau
d’arrosage. Ces casiers sont faits en culture de contre-saison, entre Novembre et mars
(dans les régions de l’Extrême nord, du Nord, de l’Adamaoua, du Nord-Ouest et de
l’Ouest). Par contre, si nous sommes en période humide c’est-à-dire entre Mars et
Novembre, dans les régions du Nord-Ouest, Ouest, Adamaoua et dans la zone de Mokolo
dans l’Extrême Nord, il faudra privilégier les planches hautes pour faciliter le drainage,
puisqu’un excès d’eau peut être fatal à la plante.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 150


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 On devra incorporer de la matière organique à raison de 8 kgs de fumier bien


décomposé par m2 de surface. On pourra aussi incorporer un engrais NPK comme le 20 10
10 à raison de 20 grs par m2.
 En pépinière semer les graines sur des lignes distantes de 5 cm les unes des autres,
à une profondeur d’un centimètre. Il est conseillé du fait de la taille très réduite des
semences d’oignons, de les mélanger à du sable fin à des proportions d’un pour 4 afin
d’éviter que les plantules une fois levées (sortie de terre), ne soit rapprochées les unes les
autres. Cette situation amènera à les démarier, ce qui peut causer leur perte étant très
fragiles. Un casier d’1 m2 peut recevoir 5 grammes de semence.
 Pour un hectare de plantation, prévoir 500 grs de semence, ce qui correspond à 100
m2 de pépinière.
 Le séjour en pépinière dure en moyenne 40 à 55 jours à cette période, les plantules
ont à peu près le diamètre d’un crayon ordinaire avec 5 à 6 feuilles et d’une hauteur
d’environ 15 cm.

II.3- TRANSPLANTATION

 Dans un premier temps, on confectionne des casiers si nous sommes en contre-


saison, ou des planches si nous sommes en saison humide. Cette confection se fait suivant
le même model qu’en pépinière, avec bien évidement l’incorporation de la matière
organique au sol.
 Une fois ce lit de semis réalisé, les planches sont copieusement arrosées avant la
transplantation (repiquage)
 Du côté de la pépinière, un arrosage est recommandé afin de permettre un arrachage
facile des plantules.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 151


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Ensuite le repiquage proprement dit peut avoir lieu. On arrachera les plants tout en
évitant de les casser
 Ensuite, ils seront repiqués à des écartements de 20 cm entre deux lignes
consécutives sur les planches préalablement labourées, et la distances entre deux plants
consécutifs de la même ligne devra être de 10 cm. Repiquer de façon à ce que le collet (base
de la tige) soit légèrement au-dessus de la surface du sol. Ceci est d’autant plus imprtant
que toutes les feuilles sont produites à partir du collet, d’où il est important de ne pas
l’enterrer

II.4- ENTRETIENS AU SOL ET IRRIGATION

Il est conseillé de faire des sarclo-binages réguliers, puisque l’oignon couvre mal le sol. Cette
opération se fait en moyenne toutes les deux à trois semaines. Lors de ces opérations, ne surtout
pas exposer les bulbes qui sont en cours de formation dans le sol, encore moins les blesser. Le
buttage est aussi nécessaire, surtout quand les plantes sont repiquées dans des casiers.
En contre-saison, les plants doivent être arrosés fréquemment surtout en début du cycle. Les apports
d’eau se feront de préférence chaque soir, après le coucher du soleil ou très tôt en matinée.

II.5- FERTILISATION

L’application d’un engrais de type 20 10 10 est favorable à la culture, à raison De 20 grammes par
m2. On fera un mini-sillon entre deux lignes consécutives, puis on y introduira l’engrais, avant de
la refermer. Un engrais contenant soufre est préférable, car l’oignon est fourni en soufre. Les
applications se feront de préférence dans les eux à trois semaines suivant le repiquage, puis trois
semaines plus tard.

ENTRETIEN PHYTOSANITAIRE
Les principaux ennemis et ravageurs de l’oignon sont entre autre :
 Les thrips : Ceux sont des insectes qui piquent la plante pour en extraire les
substances nutritives et y injectent par la même occasion des substances toxiques. Comme
conséquences, les plants poussent mal ; le bout des feuilles se dessèche ; il y a présence des

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 152


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

taches argentées sur les feuilles et elles se recroquevillent. Comme moyen de lutte, il est
conseillé d’appliquer des produits à base de diméthoate sur les plants.
 Les chenilles : ceux sont les larves de papillons. Elles rongent et trouent le feuillage,
avec des dégâts de moindre importance. Un produit comme l’Emathrine, à base de
l’Emamectine benzoate est conseillé
 La maladie des racines roses. Elle est provoquée par un champignon et se manifeste
par une pourriture rose des racines, suivie d’un mauvais développement des plants. Il est
conseillé de ne pas conduire deux culture sucessives d’oignon dans le même sol, cela
contribue à repandre la maladie. En cas d’infection, faire une rotation de trois ans sur cette
parcelle avec d’autres cultures comme l’ail
 La pourriture du bulbe. C’est une maladie causée par un champignon du sol. Cette
maladie qui sévie le plus en périodes chaudes et humides, se caractérise par un
développement des filaments blanchâtres à l’ endroit de la pourriture sur les bulbes. Ces
filaments prennent ensuite la couleur brune. Les plants attaqués devront etre brulés, et il
faudra surtout éviter des irrigations excessives.
De manière générale, les insecticides tels que le Dursban, le Cypercal, le Magic force ; ainsi que
les fongicides tels que le Bonsoin, l’Hydrocare et Pencozebe peuvent être apliqués à des doses
recommandées.

RECOLTE ET RENDEMENTS
Suivant les variétés, la récolte se fait dans les trois mois et demi à quatre mois et demi après le
semis en pépinière. Toutefois, les signes tels que le jaunissement, et recourbement des feuilles vers
le bas indiquent la maturité des bulbes. Les racines et les feuilles se dessèchent également.
Dès lors, l’on devra mettre fin aux arrosages et commencer l’opération de récolte. Pour récolter, il
faut arracher les bulbes de terre et les exposer au soleil quelques heures, couper ensuite la tige à 2
cm du collet, avant de les stocker dans un endroit sec et ventilé. Les bulbes qui auront fleuris ne
doivent pas se conserver.
Les rendements sont de l’ordre de 20 à 30 tonnes à l’hectare en milieu paysan, mais peuvent
atteindre 70 tonnes en culture industrielle, avec des variétés hybrides.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 153


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE L’ANANAS

GENERALITES
L’ananas (Ananas comosus) est une plante herbacée, appartenant à la famille des Broméliacées.
L’ananas est originaire d'Amérique du sud. Il est présent naturellement dans tout le bassin
amazonien, transporté par les indiens aux Antilles, puis par les colons, on le trouve dans toute la
zone intertropicale. On dénombre près de 2000 espèces et tous les types cultivés appartiennent au
genre ananas. On a répertorié 5 groupes distincts: Cayenne, Spanish, Queen, Pernambouco et
Péroléra. De tous les cultivars exploités dans le monde, le "Cayenne Lisse" est le plus représenté
dans les plantations commerciales. En effet, son fruit est adapté aussi bien à la consommation en
frais qu’à la transformation. Comme toutes production végétale, les hybrides sont mis au point dans
le but de rechercher à la fois de hauts rendements, un bon comportement en milieu de culture, des
qualités gustatives favorables et une facilité à la transporter.

Cayenne (Variété) Queen (Variété) Perola (Variété)

Bractéatus (espèce) Ananasoïdes (espèce)

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 154


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

L’ananas est une plante adaptée à la sécheresse : feuilles en gouttière pour recueillir l’eau de pluie,
racines adventives à l’aisselle des feuilles pour assimiler l’eau, faible évapotranspiration. On peut
distinguer plusieurs parties dans la plante dont:

 Les racines :

L’ananas possède deux types de racines, les racines aériennes, situées à la base des feuilles, elles
absorbent l’eau et les solutions nutritives apportées en pulvérisation. Les racines souterraines quant
à elles assurent l’ancrage dans le sol et l’alimentation en nutriments. Elles sont fragiles, sensibles
à l’excès d’eau, au moindre durcissement du sol, et aux parasites telluriques (nématodes, symphiles,
champignons etc…). Une bonne préparation du sol et une plantation sur billon sont donc
primordiales. L’émission racinaire a lieu en deux vagues, l’une dans le premier mois de plantation,
et l’autre vers le 5ème ou 6ème mois après plantation.

 la tige :

La tige de l’ananas est courte (environ 20 à 30 cm) et c’est le lieu de stockage des réserves.

 les feuilles :

Les feuilles de l’ananas sont vertes plus ou moins bleutées, parfois épineuse, ou parfois lisses.
Elles mesurent jusqu’à 90 cm de long et 6 cm de large. Leur aspect permet de juger de l’état de
santé de la plante (carences) et de sa vigueur.

 le pédoncule :

C’est le prolongement de la tige, il supporte le fruit. Il contient de 80 à 90% d’eau, de 10 à 20% de


sucres (saccharose 68%, glucose 18%, fructose 14%); de 0,5 à 1,5 % d’acides (citrique 60%,
malique 36%, succinique, oxalique et autres). L’ananas est cultivé pour son fruit, mais aussi pour
ses feuilles dont les fibres sont tissées, il est aussi cultivé en floriculture.

 la fleur :

C’est au cours de l’induction florale que l’apex terminal de la tige se transforme et développe
l’inflorescence. Chez l’ananas, l’induction florale peut être provoquée par un traitement artificiel.
La fleur d’ananas est visible environ 2 mois après l’induction florale.

 le fruit :
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 155
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Le fruit de l’ananas est un syncarpe (fruit composé, équivalent à une grappe soudée) de forme
conique ou ronde, surmonté d’une couronne. Son poids est fonction de la variété, de la taille et du
niveau nutritif de la plante au moment de l’induction florale. Il se récolte à maturité et ne murira
pas plus après la coupe. Sa coloration extérieure jaune orangé n’est pas toujours en relation avec la
maturité interne du fruit. La couleur de la chair varie du blanc au jaune orange.

 la couronne :

La couronne est l’organe feuillu qui surmonte le fruit. Après la phase florale, l’apex redifférencie
des structures végétatives qui donnent la couronne. Celle-ci peut servir de matériel de replantation
s’il est possible de livrer les ananas sans celle-ci (cas des livraisons pour la transformation).

 Les rejets :

On regroupe sous ce terme, les différents types de matériel végétal pouvant servir à la replantation.
Les rejets souterrains ou cailleux souterrains sont situés à la base de la tige. Ils apparaissent après
la récolte du fruit et peuvent être conduits pour une seconde récolte. Les cayeux prennent naissance
sur la partie aérienne de la tige à l’aisselle des feuilles. Les bulbilles se développent sur le
pédoncule, à l’aisselle des bractées en même temps que le fruit. Tous ces rejets peuvent être utilisés
pour de nouvelles plantations. Ils seront récoltés en fonction de leur développement, avec au
moment de la récolte un poids compris entre 200 et 500g. La couronne est souvent considérée aussi
comme un rejet.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 156


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Un plant avec ses rejets


La durée du cycle est fortement dépendante du type de rejets utilisés à la plantation et de leur poids.
Le poids des rejets sélectionnés pour la plantation doit être homogène pour être au même stade de
développement au moment de l’induction florale et produire des fruits de calibre homogène.
Choisir de préférence les cailleux de souche présentant des feuilles larges et trapues dont le poids
est compris entre 300 et 400 g pour la culture.

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE

I.1. EXIGENCES CLIMATIQUES

La température joue sur la croissance de la plante, l’émission foliaire croit avec la température.
Toutefois, elle se réduit si la température dépasse 36° ou est inférieure à 20°. L’optimum de
croissance étant une température moyenne de 25°.
La température influe sur la composition du fruit. De fortes températures pendant la formation du
fruit tendent à augmenter la teneur en sucre et à diminuer l’acidité.
Même si l’ananas est résistant à la sècheresse, un déficit hydrique ralentit son développement. Ce
déficit est particulièrement préjudiciable lors de la formation du fruit. Un excès d’eau a également
des effets néfastes car les racines sont très sensibles à l’asphyxie. En saison sèche il est
indispensable d’apporter une irrigation de 30 à 40 mm avant la pose du film de paillage. En cours

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 157


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

du cycle, et en fonction de la capacité de rétention en eau du sol, il sera nécessaire d’apporter


environ 3 à 4 mm d’eau par jour fractionné en 1 ou 2 apports par semaine. Sur sol très sableux, il
sera nécessaire d’augmenter la quantité et la fréquence des arrosages.
L’ensoleillement agit sur le développement végétatif de la plante, le rendement, la qualité et la
coloration du fruit.

I.2. EXIGENCES PEDOLOGIQUES


Les caractéristiques du sol sont prépondérantes dans la culture de l’ananas. On préfèrera les sols
légers et sableux, drainant. On apportera un soin tout particulier à la préparation du sol.
Le système racinaire de l’ananas est très fragile. Pour faciliter la bonne pénétration des racines et
par conséquent une bonne stabilité du plant, le sol doit être meuble et homogène sur une épaisseur
de 30 à 40 cm. Pour éviter l’asphyxie des racines, le sol doit être aéré et naturellement bien drainé.
L’ananas est une plante plutôt acidophile. Le pH du sol doit être compris entre 5 et 6,5.
II. CONDUITE DE LA CULTURE

II.1. PREPARATION DU TERRAIN


Quelle que soit la production, le sol joue un rôle considérable dans la réussite de la culture : il
permet la fixation des plantes, leur alimentation hydrique et minérale. La préparation du sol est
donc une étape fondamentale, et c’est d’elle que dépendra en grande partie le développement
harmonieux des plants et la réussite de la culture. Son but est de créer les conditions optimales pour
répondre aux exigences de la plante. Il doit favoriser un développement maximal des racines, afin
qu’elles puissent exploiter au mieux les réserves du sol, utiliser au mieux les engrais apportés, et
diminuer le stress en cas de déficit hydrique momentané. En raison de son caractère définitif et
irréversible, le travail du sol doit être soigné.
Les racines de l’ananas sont fragiles, sensibles à l’asphyxie et aux changement de structure. Ainsi,
on cherchera à créer un milieu meuble et homogène, aéré, peu sensible à la compaction et à
l’hydromorphie.
La préparation du sol se divise en 2 parties :
 La destruction du couvert végétal existant et son enfouissement. Une parcelle propre,
dont les résidus sont bien décomposés, favorise un meilleur état sanitaire (diminution de l’inoculum
pour les maladies et ravageurs). Si la précédente culture était l’ananas, un rotobroyeur sera efficace
pour hacher les feuilles et les tiges des ananas. Après quelques jours de séchage, les résidus seront

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 158


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

enfouis par exemple par un passage de pulvériseur à disque. Dans le cas d’une jachère, on pourra
utiliser un gyrobroyeur avant enfouissement. Pour éviter la repousse des herbes, on pourra laisser
les graines germer et les détruire par enfouissement avant qu’elles ne produisent de nouvelles
graines.

Broyage au rotobroyeur
Si par contre nous sommes en présence d’un ancien champ d’ananas où la récolte a déjà eu lieu, et
que l’on ne dispose pas d’un rotobroyeur, procéder au traitement herbicide de celui-ci à l’aide des
herbicides suivant: Basta F1; 2,4–D sel d’amine; Amistar 720 SL. Deux à trois semaines après cette
application, bruler la parcelle et arracher les souches restantes. Ensuite on procèdera au labour.

 La préparation du sol. Le choix de l’outil (disque, dents, bêches…) et les conditions


d’utilisation, sont primordiales pour la qualité du travail et sont liés au type de sol. L’hygrométrie
du sol est donc un paramètre très important pour obtenir une bonne préparation. L’utilisation
d’engins trop lourds favorise la compaction et limite la zone de prospection des racines. Un sous
solage est conseillé, notamment sur un sol lourd (à effectuer en période sèche), il améliore
l’infiltration de l’eau en brisant la semelle de labour. Le labour quant à lui peut se faire à l’aide
d’une charrue à soc ou à disques. En l’absence des engins agricoles, l’on se servira d’une houe ou
d’une daba, en labourant les lignes de semis.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 159


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Labour à la charrue à soc labour à la charrue à disques

En cas de fortes proportions de mottes trop grosses (diamètre supérieur à 10 cm), un passage avec
une herse rotative ou un pulvériseur à disque sera bénéfique pour réduire les mottes. Cependant,
un ameublissement trop important peut provoquer une reprise en masse et freiner le bon
développement des racines qui sont très fragiles.
Le billonnage est une opération supplémentaire qui permet d’obtenir un volume de terre foisonnée
important pour la prospection des racines. Pratiqué en courbes de niveau, il permet un bon
écoulement de l’eau, limite l’érosion et les zones de rétention pouvant asphyxier les racines.
Il pourra être complété par un réseau plus ou moins dense de canaux de drainage pour évacuer les
eaux de pluie, en limitant l’érosion.
Le hauteur du billon sera fonction du sol et sera plus importante sur des sols propices à la
compaction ou à l’asphyxie. On peut en l’absence d’une billonneuse se servir d’un simple râteau
pour niveler le sol et émietter les grosses mottes de terre.

Billonneuse en action

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 160


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Afin de limiter l’enherbement, il est conseillé de poser un film de paillage. Ce film protège le sol,
limite l’évaporation et l’érosion. On préfèrera utiliser un film biodégradable dont l’épaisseur sera
de 35 à 40 microns. A défaut du film plastique, on peut utiliser da la paille des graminées bien
sèche qui va aussi servir de mulch ou encore de la sciure de bois, la parche de riz, la parche de café.

Mulch en plastique

II.2. SELECTION ET PREPARATION DU MATERIEL VEGETAL

II.2.1. SELECTION DU MTERIEL VEGETAL

L’agriculteur peut produire lui-même ses propres rejets. Pour ce faire, il existe deux méthodes:
 Tout d’abord, les rejets sont obtenus d’un producteur fiable, puis plantés comme
dans le cas de la production des fruits.
 Ensuite, les plants vont subir une induction florale, qui va provoquer la formation
des fleurs.
 Une fois que les fleurs sont formées, on les supprime. Cette opération prend le nom
d’abblation.
 Quelques 2 mois après cette abblation florale, le rejets vont apparaitre à la base des
plants. Ceux-ci serviront de nouveau matériel végétal.

Une autre méthode consiste à:

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 161


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Tailler les feuilles à l’aide d’une machette après la récolte des fruits, ce qui va
provoquer l’émission des rejets
 Pulvériser un mois sur deux un insecticide comme le (Dursban 4E), à raison de 1,5
l/ha.

 Faire un apport mensuel d’urée et de chlorure de potasse (KCl), à raison de 1 g


d’urée et 1 g de KCl par souche.
 Récolter chaque mois les rejets au calibre souhaité.

Emission des rejets sur plants récoltés

II.2.2. PREPARATION DES REJETS

Considérant l’importance du poids du rejet dans la suite de la culture, la préparation des rejets suit
les étapes suivantes :
 Triage en fonction du calibre :
Quatre classes de poids sont souvent constituées :
- de 500 à 600 grammes,

- de 400 à 500,

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 162


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- de 300 à 400 et - de 200 à 300.


Au cours du tri le poids est vérifié à l’aide d’un peson.

 Parage des rejets :

Cela consiste à supprimer les racines et écailles de la base du rejet pour mettre à jour les yeux par
lesquels se développeront les nouvelles racines.

Parage des rejets

 Mise en bottes :

Des bottes peuvent être constituées en fonction du calibre puis sont disposées sur le sol, la tête en
bas si le temps est humide.

Mise en bottes et têtes en bas

 Désinfection (pralinage) :

Les bottes constituées sont trempées dans une bouillie insecticide fongicide (par ex. chlorpyrifos
0,03% et méfénoxam 0,02% en concentration de produit commercial dans la bouillie) afin de tuer

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 163


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

les cochenilles et de prévenir le développement et l’installation de champignons dans la nouvelle


parcelle (pourriture brune, phytophthora). Les rejets ainsi traités sont disposés debout pendant 12
heures pour une bonne répartition du produit.

Désinfection rejets désinfectés

Retourner ensuite les rejets la tête en bas pendant trois à dix jours pour stimuler la levée de
dormance des bourgeons racinaires.

II.3. PLANTING
Le planting se fait en lignes jumellées. Ces lignes sont séparées sur le même billon de 40 cm, et sur
une même ligne, les plants sont séparés de 25 à 30 cm. Deux rangées consécutives sont séparées
de 90 cm. Avec cet espacement, on obtient 55 000 à 60 000 plants à l’hectare

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 164


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Configuration du planting
Il est à noter que pour la réussite de la plantation, la qualité et l’homogénéité des plants sont
essentielles. Il faut donc planter ensemble les rejets de même origine (bulbilles, cailleux). Les plants
de même calibre (poids et taille) seront plantés ensembles sur la même planche (billon).
L’hétérogénéité des plants ne ferait que s’accentuer au cours du cycle de croissance, ce qui aura un
effet négatif sur le rendement.
On fera des lots homogènes de 10 kgs. Les plants auront au minimum un poids de 200g (en dessous,
on allonge le cycle et l’hétérogénéité augmente) sans dépasser 600g (le risque de floraison naturelle
étant très élevé pour de gros plants).
Le jour de la plantation, les plants sont distribués sur la parcelle. Afin de respecter la distance de
plantation, on disposera d’un cordeau marqué tous les 25 ou 30 cm. Les plants seront plantés en
quinconce.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 165


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Mise en place des plants

Mise en terre des plants

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 166


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Lors de la mise en terre, on fera attention à ne pas introduire de terre dans le cœur du plant, ce qui
entrainerait un risque de pourriture et de retard de croissance. Lors de la mise en terre du plant, si
le sol est meuble, on n’aura pas besoin de plantoir qui pourrait lisser le trou de plantation et freiner
le développement des racines. Le plant doit être planté droit, sans effectuer de rotation qui pourrait
endommager la partie terminale et occasionner, dans le meilleur des cas un retard de la croissance,
voire induire une pourriture ou la mort du plant.
Si on observe des plants qui ne démarrent pas en même temps que les autres, qui sont manquant,
ou faibles, on pourra effectuer un regarni ou un remplacement. On replantera un plant un peu plus
gros afin qu’il ne soit pas handicapé par un retard de croissance. Par exemple, si on a planté des
plants de 300g, on fera un remplacement avec des plants de 400g. Passé un délai de 2 mois, le
remplacement sera inutile car les nouveaux plants ne rattraperont jamais leur retard.
Après plantation, on pourra disposer un paillage dans les inter-rangs pour éviter la pousse des
mauvaises herbes. On pourra utiliser une toile, de la bagasse, des copeaux de bois, etc…

Parcelle plantée en lignes jumellées


II.4. PROTECTION PHYTOSANITAIRE

II.4.1. LUTTE CONTRE LES ADVENTICES

Un mauvais contrôle de l’enherbement peut avoir des conséquences importantes sur le rendement.
La perte peut s’élever à environ 60%. Non seulement, les mauvaises herbes entrent en concurrence
pour l’alimentation hydrique et minérale, mais peuvent aussi servir de refuges à des maladies ou
des ravageurs de l’ananas (nématodes, symphyles, etc...).
De par la concurrence qu’elles provoquent, les mauvaises herbes ralentissent le développement des
ananas, en limitant la photosynthèse. Il est donc indispensable d’en maitriser le développement.
L’ananas n’aime pas la concurrence.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 167


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Il est plus judicieux d’éviter l’enherbement que de lutter une fois qu’il est établi. En arrachant les
herbes, on peut abimer les racines des ananas.
Le desherbage se fait manuellemrnt ou chimiquement. En cas de desherbage manuel, il faut
arracher les adventices une fois tous les deux mois.
On peut aussi lors de la mise en terre, utiliser les herbicides résiduels (par exemple, le diuron) en
traitant d’abord les billons avant la mise en terre des rejets, puis en traitant les sillons après la
fermeture de la parcelle et en marchant à reculons, car il est interdit de marcher dans le champ traité
avant deux semaines. Ce traitement se fait après une forte pluie.
Le désherbage manuel à l’aide d’une houe va se faire en ce moment dans les 4 mois qui suivent.
Si l’on voudrait plutôt procéder à un désherbage chimique, utiliser de préférence le diuron qui est
sélectif après une forte pluie. Un pulvérisateur de 15 litres peut traiter 315 m2.
Le paillage est aussi une bonne de lutte contre les adventices.

Mulch de copeau de bois Mulch de film plastique biodégrdable

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 168


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Billons paillés avec un film biodégradable et les interbillons avec de la bagasse

Désherbage chimique avec cache-buse

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 169


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.5. FUMURE
L’ananas est une plante qui est très demandeuse en azote et en potassium. Il existe un principe de
rapport d’équilibre en proportion d’azote et de potassium. En effet la quantité d’azote apporté doit
être de deux fois celle du potassium. Un engrais comme le 11 05 27 5 Mg peut être recommandé.
Le calendrier d’application des engrais est le suivant.

Nature de l’engrais Semaine


7,25 grs par plant de 11 05 27 + 5 MgO 4à5
Utiliser aussi le 12 06 20 à la place du 11 9 à 11
05 27 si ce dernier n’est pas disponible 15 à 17
20 à 22
26 à 27
TIF (traitement par induction florale) 30

Très souvent ces engrais ne sont pas disponibles sur le marché, dans ce cas, on peut soit
- Mélanger l’urée au sulfate de potassium à part égale (un sac d’urée pour un sac de sulfate
de potassium). 8 grammes de ce mélange par plant et par passage
- Mélanger le YARA mila complex (12 14 19) à l’urée à raison de 50 kgs de yara mila pour
15 kgs d’urée. 8 grs par passage. L’engrais est appliqué à l’aiselle des feuilles bases. En présence
d’un sol pauvre, il est conseillé d’appliquer la fumure de fond sous la forme de fumier ou de
compost. Un apport localisé (en poquet) de 100 grs par plant de fumier sec et bien décomposé est
bénéfique.

II.4.2. MALADIES ET MOYENS DE CONTROLE

La plante ne pourra exprimer pleinement son potentiel que si son état sanitaire est correct. Une
bonne préparation du sol, une qualité, un calibrage et une mise en terre des plants optimale ne
suffisent pas. Il faut aussi un bon état sanitaire des plants et un contrôle optimal des adventices. Les
parasites qui nuisent à la croissance des plants et à la qualité des fruits, sont de plusieurs ordres:
 Les champignons: ils peuvent attaquer la plante et/ou le fruit.
Sur les plants:

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 170


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

• Dans cette catégorie, on trouve le Phytophtora parasitica. Ce champignon attaque les plants
nouvellement plantés ou les rejets stockés. Les attaques se manifestent principalement pendant la
saison humide. Il est favorisé par une humidité, une température (30°) et un pH du sol élevé. Le
cœur du plant pourrit en dégageant une forte odeur. Cette maladie provoque la mort du plant et
peut causer d’importants dégâts. Il faut limiter les excès d’eau en drainant et en plantant sur billons.
Les plants malades doivent être sortis de la parcelle et brulé.
En lutte chimique, appliquer l’Aliette à la dose de 4 grs par pulvérisateur de 15 litres. Appliquer
par pulvérisation sur feuilles.

Dégâts causés par le phytophtora sur une plantation d’ananas

• La pourriture à Thiélaviopsis est causée par le champignon Thiélaviopsis paradoxa. Il


pénètre dans le plant par une blessure. Il survient fréquemment lorsque la base du plant n’est pas
cicatrisée avant la plantation.

Dégâts de Thiélviopsis sur les fruits et plant Sur


les fruits:
• La maladie est dite des taches noires causées par le Pénicilium funiculosum. Ce
champignon est présent dans le sol et se manifeste sous 2 formes : Les taches sèches (appelées
Leathery pocket) limitées aux cavités ovariennes du fruit. Dans ce cas, il n’y a pas d’altérations de
la qualité du fruit ; dans la deuxième forme, Les taches évolutives, provoquées par le même
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 171
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

champignon qui migre dans les canaux nectarifères du fruit et peut envahir tout le fruit, le rendant
impropre à la consommation.

Dégâts dus à pénicilium dégâts sur les fruits: taches moles et taches sèches

Un autre champignon peut attaquer aussi bien les plants que les fruits: le Fusarium monoliforme.
Ce champignon est présent dans le sol. Sur les fruits, le champignon pénètre dans le fruit au moment
de la floraison vraie et se développe lorsque le fruit arrive à maturité. Les dégâts peuvent être
importants. Il est conseillé d’utiliser des variétés résistantes.

II.4.3. LES ENNEMIS ET MOYENS DE LUTTE

 Les Nématodes :

Ce sont des petits vers de la taille du millimètre qui vivent dans le sol. Il en existe un très grand
nombre d’espèces, mais seules quelques-unes attaquent l’ananas. Elles se nourrissent au dépens
des racines et perturbent l’alimentation hydrique et minérale de la plante. Leur incidence peut faire
baisser de 30 à 40% le rendement sur une parcelle infestée. Actuellement, il n’existe aucun moyen
de lutte. Seule la mise en place de bonnes pratiques comme la préparation du sol, des plants et une
fumure adaptée permettent de cultiver l’ananas de manière satisfaisante.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 172


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Nématodes vus au microscope dégâts sur les racines

 Les symphyles :

Ces myriapodes de quelques millimètres se nourrissent habituellement de déchets végétaux mais


aussi des racines des ananas. Leurs dégâts se caractérisent par le raccourcissement des racines ainsi
que leur ramification. On peut observer ces « milles pates" blancs se cachant de la lumière, en
arrachant un plant, à l’aisselle des feuilles. Les dégâts peuvent être importants. Il n’existe aucun
moyen de lutte biologique actuellement et seule une bonne préparation du sol, en veillant à ce que
la décomposition des résidus de la culture précédente soit complète, est efficace. En lutte chimique,
laisser le terrain en jachère de courte durée (2 à 3 mois) Enfouir un nématicide comme le
Carbofurant 5%.

Symphyles vus au microscope dégâts sur racines

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 173


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Le Wilt :

Cette maladie virale entraine un dessèchement des plants. Cette maladie est étroitement liée à la
présence de cochenilles farineuses, qui transmettent le virus. Peu mobiles, les cochenilles sont
déplacées par les fourmis. Il convient donc d’effectuer une surveillance constante des populations
de fourmis. Cette maladie peut anéantir une plantation entière.
Les cochenilles et les fourmis, outre leur implication dans le développement de la maladie du wilt,
ces insectes piquent les fruits et se nourrissent des sucres. On peut retrouver des cochenilles, aussi
bien sur les racines, sur les plants ou sur les fruits, sur lesquels elles peuvent causer des exsudations
de gommose.

Dégâts de wilt sur feuilles

Colonie de cochenilles sur fruit cochenilles sur feuilles

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 174


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.5. LE TRAITEMENT D’INDUCTION FLORALE (TIF)

Plusieurs techniques de traitement d’induction florale (TIF) peuvent être utilisées pour grouper la
production des fruits dans une parcelle d’ananas.

II.5.1. TRAITEMENT A L’ACETYLENE A PARTIR DE CARBURE DE CALCIUM

L’acétylène est obtenu par réaction de l’eau sur du carbure de calcium.


• Dans un fût en plastique de 200 litres, rempli au 3/4 d’eau, ajouter 500 g de carbure
de calcium en petits morceaux. Il faut toujours laisser un volume d’air dans le récipient.
• Le fût est immédiatement bouché et agité vigoureusement pendant 10 minutes pour
assurer un dégagement complet de gaz et une bonne dissolution.
• La bouillie obtenue est immédiatement versée dans le cœur de chaque plant avec un
volume suffisant pour le noyer, soit au moins 50 ml.

• Cette action peut être effectuée à l’aide d’un gobelet en plastique, ou d’un
pulvérisateur à dos modifié auquel ont été retirés l’ensemble des parties en métal contenues
dans le réservoir ainsi que la tige à pression, la bouillie s’écoulant par gravitation à travers
un tuyau fixé sur une extrémité du réservoir. Deux traitements doivent impérativement être
réalisés à 3 ou à 4 nuits d’intervalle. Cette technique est la plus courante. Il est à noter que
ce traitement se fait entre 2 heures et 6 heures du matin. Il existe plusieurs autres techniques
de TIF aussi efficaces les unes que les autres. (Prévoir des torches frontales)

Le comptage des inflorescences se fait entre 45 et 60 jours après le TIF afin de s’assurer de la
réussite de l’opération.
Il est important de contrôler la bonne efficacité du TIF dès que possible. La réponse déterminera le
rendement de la récolte. Cette réponse doit se situer entre 90 et 100%. En deçà de 80%, on pourra
faire un rattrapage sur les plants non fleuris. Le comptage des plants fleuris se fera 1 mois ½ après
le traitement. À ce moment-là, on voit apparaitre dans la rosette du plant la naissance de
l’inflorescence.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 175


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La protection des fruits contre les "coups de soleil" ou contre la fusariose. Il a été démontré que la
pose d’un filet de protection est efficace contre la fusariose. Il sera posé, le plus tôt possible après
le TIF et ne sera enlevé que la veille de la récolte.
Outre son efficacité contre cette maladie, le filet de protection est aussi efficace contre les brûlures
dues au soleil.

Fruits atteints de coups de soleil

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 176


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Pose des filets de protection


II.6. REDUCTION DES COURONNES
La réduction des couronnes a lieu entre la 12 ème et la 17ème semaine après le TIF. L’instrument
utilisé est la gouge. Il faut agir délicatement de peur d’abîmer le fruit. Quatre passages en moyenne
à une semaine d’intervalle sont nécessaires.

II.7. DEVERDISSAGE
Afin d’harmoniser la coloration des fruits dans un carré, on utilise l’ethrel pulvérisé directement
sur le fruit. La dose à appliquer est de 3 ml/ 1000 m2 pour 100 litres d’eau. Les traitements sont
réalisés 7 à 10 jours avant la récolte. Pour une bonne axécution, il faut d’abord ôter les feuilles.

III. RECOLTE
Naturellement (sans déverdissage) l’ananas va progressivement perdre sa couleur verte pour laisser
apparaitre sa couleur jaune ou jaune orangée. Cette coloration apparait d’abord à la base du fruit et
progressivement envahie tout le fruit. Certaines variétés colorent mieux que d’autres, et il faudra
en tenir compte pour la récolte. Dès que la coloration apparait à la base du fruit, on pourra par
sondage estimer sa maturité interne, en le coupant et en le gouttant. On pourra également effectuer
un contrôle en mesurant à l’aide d’un réfractomètre son niveau de sucre (en degré brix). Celui-ci
varie d’une variété à l’autre mais en général il doit se situer à environ 14°brix. Il est recommandé
de passer tous les 2 jours sur la parcelle pour récolter les fruits à la maturité optimale. L’ananas est
récolté en cassant le pédoncule d’un coup sec, sans effectuer de torsion. Si le pédoncule ne casse
pas de manière franche, on pourra le couper avec un couteau, puis le raccourcir à la bonne longueur.
L’ananas étant mûr, c’est un fruit fragile et il faudra le manipuler avec précaution. Les fruits
récoltés sont déposés dans des caisses dédiées à la récolte, ou des hottes puis transportés pour être
calibrés et préparés pour la commercialisation. En aucun cas, les fruits ne seront jetés à terre puis
ramassés, le risque de chocs entrainant des pourritures est élevé. Les fruits risquent d’être souillés
ou contaminés par des champignons notamment le Thiéaviopsis. Les fruits pourront être préparés
pour la vente soit en vrac, soit calibrés et disposés dans des cartons.
Si la vente ne se fait pas immédiatement après la récolte, les fruits pourront être stockés en chambre
froide entre 8 et 12°. Cependant un fruit ayant été réfrigéré ne doit pas subir un second choc

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 177


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

thermique (ne doit pas après être sorti du froid et revenu à température extérieure, remis en froid),
ce qui pourrait induire une altération des chairs, appelée brunissement interne.

Récolte manuelle

Récolte mécanisée

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 178


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE CULTURE DU CHOU

GENERALITES

Les critères de choix de la semence sont entre autre :


- la résistance à l'éclatement

- la fermeté de la pomme

- la résistance ou forte tolérance à la Nervation Noire Les variétés recommandées


sont les suivantes :
- RESIST CROWN (TAKII) : 2,5 mois de culture, pomme bien serrée, cultivar
tolérant à la Nervation Noire mais sujet à l'éclatement surtout en saison chaude.
- GREEN CORONET (TAKII) : 3 mois de culture, pomme bien serrée, sensible à
la Nervation Noire qui se limite aux feuilles externes, bonne résistance à l'éclatement.
- HG 11 (TECHNISEM) : 3 mois de culture, pomme arrondie et bien serrée, tolérante
à la Nervation Noire, bonne résistance à l'éclatement.

I. LES EXIGENCES CULTURALES DU CHOU


Les sols favorables à la culture du chou doivent être bien drainés et de préférence limoneux avec
une profondeur allant de 20 à 60 cm. Un pH voisin de 6 est bénéfique à la culture. Le chou s’épanoui
bien à une température optimale de 15 à 20°C, lorsque les pluies sont bien réparties à raison de 250
à 300 mm durant la période de croissance. Le chou requiert une humidité relative minimale de 60
%;

II. CONDUITE DE LA CULTURE


II.1. LA PEPINIERE
Une bonne culture de chou doit passer nécessairement par la pépinière vue la petitesse des graines
se semis. La pépinière sert à mieux contrôler les jeunes plants pour ne transférer en champ lors de
la transplantation que des plants vigoureux et sains.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 179


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

L’installation de la pépinière varie selon que l’on se trouve en zone humide (huit mois de saison
des pluies : régions de l’Ouest et du Nord-Ouest, Adamaoua Cameroun) ou en zone sahélienne (3
à 4 mois de pluies par an : régions du Nord et de l’Extrême-Nord Cameroun).
En culture pluviale qui se fait exclusivement en zone humide, la pépinière doit être mise en place
en février pour la première campagne et en juillet pour la seconde campagne. Une pépinière peut
néanmoins être faite entre août et septembre pour la campagne de saison sèche ou de contresaison.
En zone sahélienne, il est conseillé d’installer le germoir durant le mois d’octobre afin de bénéficier
de la période de froid qui va généralement du mois d’octobre à celui de février. Dans ce cas, une
irrigation s’avère indispensable.
L’implantation d’un hectare de culture nécessite 300 m2 de pépinière soit 250 plants par m2. Pour
un semis suivi d’un repiquage, il 350 à 400 grs de semence pour un hectare de culture, soit 200 m2
de pépinière.

Le semis se fait en lignes espacées de 15 à 20 cm, et à 1 cm de profondeur. La levée a lieu 5 à 6


jours après semis. La durée de séjour en pépinière est de 4 à 6 semaines. Les planches de germoir
devront avoir les largeurs d’1,5 m au maximum pour faciliter les interventions en pépinière. Sur
planche de semis, matérialiser les lignes de semis distantes de de 20 à 25 cm, puis creuser
légèrement sur 1 cm de profondeur environ avec le doigt ou un semoir approprié. Déposer les
graines espacées de 2 cm environ sur les lignes et refermer le trou sans tasser.

Dès la levée, il est conseillé d’appliquer un traitement fongicide-insecticide, et aussi appliquer un


engrais foliaire.
Il est important de pailler le germoir afin d’éviter les pertes en eau. Dès la germination, faire une
ombrière qui sera progressivement enlevée jusqu’à la suppression totale à trois semaines après
levée. Deux semaines après la transplantation, il faut apporter 40 gr par m2 de Nitrate de chaux, ce
qui est l’équivalent d’une canette de tomate.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 180


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.2. PREPARATION DU SOL

Le défrichage et le labour se faire au moins deux semaines avant la transplantation. On peut soit
réaliser le labour à plat à 25 cm de profondeur si la culture est irriguée ou encore faire un billonnage
à 25 cm de hauteur si nous sommes en période de pluies. Il est aussi recommandé d’appliquer de
la fumure organique (20 tonnes par Ha) par incorporation au sol durant le labour.

II.3. LE REPIQUAGE OU TRANSPLANTATION

Lorsque les plantules ont 5 feuilles, ce qui arrive 20 jours après le semis, il faut utiliser un petit
plantoir pour faire des petits trous d’environ 5 cm de profondeur. Le repiquage se fait en quinconce
(en losange) à 40 à 65 cm dans tous les sens. La densité varie de 25 000 à 60 000 plants à l’hectare.
Le chou est mis en terre jusqu’à ses premières feuilles à se former, parce que des racines adventives
peuvent naître rapidement le long de la tige et renforcer le système racinaire. Ne surtout pas
transplanter les plantules qui n’ont pas de bourgeon terminal.

II.3. L’ENTRETIEN DE LA CULTURE


Après repiquage, il est conseillé d’arroser immédiatement et se remplacer les plants manquants
quelques jours plus tard. Procéder à un paillage du sol pour réduire les pertes en eau. Le chou
apprécie le sarclage et le binage et surtout le buttage, faire le buttage le plutôt possible, quand la
tige principale s’allonge et que vous avez l’impression que le collet s’étire. Ne pas le laisser nu,
toujours tasser la terre tout autour. Il est conseillé d’arroser fréquemment dès que la pomme
commence à se former (pommaison). Arroser au pied de la plante pour éviter la pourriture u cœur.
Arroser deux trois fois par semaine. Réduire les volumes et fréquences d’arrosage à maturité.

II.3. FERTILISATION

15 à 20 jours après le repiquage, épandre un engrais maraicher comme le 12 14 19 ou le 20 10 10


à la dose de 200 kgs par Ha soit 20 grs au mètre carré. Avant pommaison, épandre 200 kg d’urée
par Ha ou de sulfate d’ammoniaque, puisque le chou réagit favorablement au souffre et en est même
exigent.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 181


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

II.4. CONTROLE DES MALADIES ET RAVAGEURS

Dans les tableaux ci-dessous, sont présentés les principaux ennemis et maladies du chou, ainsi que
les moyens de contrôle.

Maladies
Nature de l’attaque Dégâts ou symptômes Moyens de lutte
Fonte des semis et Mort des jeunes plantules dès Traiter les semences avec le CALTHIO
maladie du pied noir la levée en pépinière et (Thirame) à raison de 1,5 g par kg de semences
nécrose noire du collet

Pourriture du cœur et des Les plantes pourrissent - Traiter au Manèbe à la dose


feuilles sentent deux cuillères à soupe par pulvérisateur
de 15 litres
- Eviter l’arrosage sur les
pommes, autant mieux arroser au
goulot (pied du plant)

Alternariose (Alternaria Petites taches grisâtres - Appliquer les produits à base de


brassicae et A. circulaires ou ovoïdes sur les cuivre (plantocobre 76 WG)
feuilles
brassicola) - Désinfecter les semences
- Eliminer les déchets de récolte
- Eviter les excès de fertilisation
et d’humidité (pratiquer une irrigation
localisée, sans mouiller les feuilles)

Hernie des crucifères Formation de tissu tumoral - Désinfecter les semences


(Plasmodiophora brassicae) sur racines suivie de - En prévention éviter les sols
pourriture bactérienne asphyxiants ou acides, ou prévoir un
chaulage léger et superficiel avant
plantation, à raison de 1 à 1,5 Tonne par
Ha de chaux.

Mildiou du chou (Peronos Taches nécrotiques - Produits cupriques (hydroxyde de


para parasitica) anguleuses et jaunes à la face cuivre tel que Plabtocobre 75 WG
supérieure de la feuille et
présence de duvet gris - Rotation longue, éliminer les déchets de
violacé à la face inférieure récolte, éviter les excès de
fertilisation et d’humidité (irrigation

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 182


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

localisée, ne pas mouiller le feuillage)


ou arroser tôt le matin par journée
ensoleillée.

La nervation noire du chou - Lésions - Utiliser des semences saines


(Xanthomonas foliaires - Traiter les semences en les trempant
campestris) chlorotiques et dans l’eau pendant 25 minutes dans
nécrotiques en eau chaude à 50° C ;
- forme de V - Roter les cultures sur trois ans dans la
Noircissement des même parcelle
feuilles, - Appliquer des traitements insecticides
dans et autour de la parcelle
flétrissement et
- retard de croissance
Pourriture de la tige
- Retirer les débris de récoltes du champ

- Eviter l’irrigation par aspersion qui


favorise la propagation de la bactérie.

Symptômes de la nervation noire du chou

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 183


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

INSECTES ET AUTRES RAVAGEURS


Nature de l’attaque Dégâts ou symptômes Moyens de lutte
Vers gris Les jeunes plats sont Traiter au Cypercal 50 : 1 à 2 cuillères à
chétifs et meurent soupe par pulvérisateur de 15 litres

Chenilles, limaces, Déformation, trous sur - Traiter au Cypercal 50 : 1


noctuelles, pucerons. les feuilles, fanaison et à 2 cuillères à soupe par
mort des plantes
pulvérisateur de 15 litres
- Traiter au Décis : 1 à deux
cuillères à soupe par
pulvérisateur de 15 litres
Pucerons (Brevicoryne Crispation et - Insecticides (Décis : 1 cuillère à
brassicae et Myzus jaunissement des feuilles soupe dans un pulvérisateur de 15
du centre surtout litres) en cas de nécessité.
persicae)

Effet des chenilles sur les choux

III. RECOLTE ET RENDEMENTS

La récolte se fait 2 mois et demi en moyenne après le repiquage, lorsque la pomme est formée et
bien dure au fur et à mesure du développement des choux. Elle peut s’étaler sur deux semaines.
Pour récolter, il faut sélectionner la racine au niveau du collet et retirer les feuilles du bas, non
commercialisables. Le rendement des chou va de 20 à 40 Tonnes à l’Hectare en culture pluviale,
et peut aller jusqu’à 70 tonnes en culture irrigués selon les variétés.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 184


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

C’est une denrée hautement périssable et sa conservation n’est possible que durant au trop 15 jours
après la récolte. Il est néanmoins conseillé de las récolter en fonction des commandes si cela est
possible.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 185


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU GOYAVIER (Psidium


guyava)

GENERALITES
La goyave est l’une des meilleures sources de vitamine C et de fibres alimentaire. La goyave
contient presque cinq fois plus de vitamine C que l’orange. La vitamine C contribue à la formation
des tissus, à l’absorption du fer par l’organisme et à un certain nombre de réactions physiologiques.
Elle accélère la cicatrisation des lésions cutanées et prévient la formation de furoncles. Les fibres
qu’elle contient empêchent la constipation et contribuent à la prévention des cardiopathies en
abaissant le taux de cholestérol sanguin. La goyave contient également d’importantes quantités de
vitamine A et présente une teneur adéquate en minéraux, en potassium et en magnésium. Les
goyaves sont plus nutritives que nombre de fruits importés, comme les pommes. La goyave contient
des antioxydants qui protègent les cellules et réduisent les risques des maladies cardio-vasculaires.
Les jeunes feuilles fraiches sont utilisées en pharmacopée pour stopper les diarrhées, juste en les
mâchant. Bouillies et prises en infusion, elles sont aussi une source importante de vitamine C. il
existe deux types de goyaviers, sur la base de pulpe, qui sont entre autre les goyaves à pulpe blanche
(bonnes pour les confitures) et les goyaves à pulpe rouge.

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE


Le goyavier est une plante dite plastique, ce qui veut dire qu’il s’adapte à des agroécologies variées.
Cependant, afin d’obtenir des rendements satisfaisants, il convient de respecter un certain nombre
de conditions qui sont entre-autres :

 Les sols doivent être de préférence limoneux-argileux, ou sablo-argileux, avec une


rétention d’eau moyenne parce que la plante est sensible au stress hydrique. Néanmoins,
des excès d’eau peuvent nuire gravement à la culture
 Les besoins en eau sont de l’ordre de 1000 à 4000 mm annuellement, ce qui rend la
culture pratique sur toutes agro-écologies du territoire camerounais.
 Les besoins en température du milieu de culture sont de l’ordre de 23 à 37 ᵒC.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 186


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Le pH du sol doit être proche de la neutralité (4 à 8,2) pour une bonne réussite de
son exploitation.

II. LA CONDUITE DE LA CULTURE

II.1- Le matériel végétal et la pépinière

Le matériel végétal peut s’obtenir soit par multiplication générative à partir des graines des
arbres en production, soit par multiplication végétative à partir des fragments de tiges lors d’une
technique nommée marcottage.

II.1.1- multiplication générative du goyavier

Ici, le principe de multiplication est simple. Il est question d’identifier les arbres ayant les
caractéristiques recherchées (gout, rendements élevés, tolérance aux maladies et ravageurs,
bonne conservation des fruits). Ensuite, il est question de sélectionner les plus gros fruits sur
lesdits arbres sans les cueillir. On laissera ainsi le fruit murir dans l’arbre au point de tomber
de lui-même. On procèdera par la suite à l’extraction des graines contenues dans les fruits, puis
à leur lavage. Les graines seront alors exposées à l’air libre et à l’ombre pour une durée de 04
jours.

Ensuite, on procèdera à la confection d’un germoir. Le germoir dans ce cas est une planche de
culture, semblable à celle d’une pépinière ordinaire, avec pour largeur 1 mètre, une hauteur de
30 cm et une longueur de 10 m en moyenne. On appliquera du fumier sous la forme de fumure
de fond, à raison de 8 kgs par m2 de surface. La fiente de poule est préférable, du fait de sa
rapide disponibilité. A défaut, on utilisera du lisier de porc ou encore de la bouse de vache.
Durant trois jours successifs, bien vouloir arroser abondamment la planche. Puisque le germoir
se fait en période sèche afin que les plants soient prêts au début de la saison des pluies, il faudra
construire une ombrière dessus, afin d’éviter les brulures du soleil sur les jeunes plantes.

Une fois la fumure de fond incorporée, on procèdera au semis des graines. Les sillons espacés
de 20 cm avec une profondeur de 2 cm seront creusés sur la planche en se servant simplement
d’un bout de bois ou du doigt. Les graines seront par la suite introduites dans lesdits sillons à

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 187


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

un écartement régulier de 5 cm. Arroser de préférence le matin et le soir et tous les jours. Au
bout de deux mois maximum, les jeunes plants seront prêts pour le repiquage en pépinière.

Pour ce qui est de la pépinière, l’on devra se munir des plastiques noirs type pépinière, de taille
moyenne, qu’on remplira de terre noire mélangée à du fumier, dans les proportions de 1 pour
5, c’est-à-dire que pour 5 seaux de terre, prévoir un seau de fumier. Les jeunes plants seront
sortis de la planche de préférence en matinée, avant le lever du soleil, pour être introduits dans
les sachets remplis de terre. Il est à noter que le plant est sorti du germoir avec une motte de
terre autour des racines. Ne surtout pas dénuder les racines.

Après repiquage en pépinière, il faudra si possible construire une ombrière qui sera
progressivement retirée au fur et à mesure que les plants croitrons. Au bout de 4 mois, les plants
seront sortis de pépinière pour être mis en champ. Seuls les plants les plus vigoureux et les
mieux formés devront être sélectionnés pour le champ.

II.1.2- MULTIPLICATION VEGETATIVE

La technique d’obtention du matériel végétal de goyavier par multiplication végétative est le


marcottage. Ici, le principe est simple. Une fois que nous avons identifié le plant dont les
propriétés nous intéressent (grosseur des fruits, appétence, rendements élevés), on va procéder
à son marquage. Au niveau des jeunes branches, on procédera à un retrait d’écorce sur une
longueur de 5 cm sur la branche. Après ce retrait d’écorce, on appliquera un substrat sur la
blessure, de façon à ce que cette dernière soit entièrement recouverte. Un exemple de substrat
est la terre noire que l’on mélange à de la cendre de bois dans des proportions égales. Après
application, on attache le tout avec un tissus bien rigide ou alors du plastique, de sorte que la
masse de substrat reste fermement liée à la branche dont il est question. Les points d’attache se
feront de part et d’autre de la blessure.

Dans les trois mois qui suivront, les racines seront progressivement émises sur le lieu où la
blessure a été faite, et c’est ainsi que la tige sera sectionnée de l’arbre et mise dans un sachet
de pépinière où elle va poursuivre sa croissance de façon autonome. Cette croissance se
poursuivra en pépinière encore deux à trois mois, au terme desquels les plants seront prêts pour
la plantation. Les étapes illustration de ladite opération se retrouvent dans les figures cidessous.
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 188
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

a) Identification du rameau à marcotter

b) Incision et retrait de l’écorce (décortication)

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 189


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

c) Pose de la marcotte

d) Sevrage de la marcotte marcotte sevrée

e) Détachement de la marcotte et mise en pot

II.2- PREPARATION DU TERRAIN ET PLANTING

II.2.1- LA TROUAISON

Les phases respectives de pré-pépinières et de pépinières doivent être réalisées de sorte que les
plants soient prêts à sortir de pépinière au plus tard au mois d’avril, pour ceux qui se situent dans
la zone à climat équatorial. En ce qui concerne les climats dits soudaniens (extrême Nord
Cameroun, les plants devront être prêts pour le planting au plus tard au mois de juin. Une autre
approche consiste justement à planter les arbres en fin des pluies (septembre) et de les arroser
durant la saison sèche.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 190


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Le planting en lui-même consiste dans un premier temps à débarrasser le champ des herbes par
défrichement. Le brulis ne peut être effectué que lorsque la nécessité s’impose.

On procèdera plus tard au piquetage de l’emplacement des futurs plants suivant une configuration
de type carrée, à 7m x 7m ce qui donnera une densité de 200 plants en moyenne à l’hectare.

Les trous seront creusés de la manière suivante : aux emplacements des futurs plants, on
creusera à une profondeur de 60 cm, avec un diamètre de 60 cm.
La terre de surface devra être séparée de la terre de profondeur. Faire 2 tas bien séparés :
la terre de surface est épaisse d’environ 20 centimètres. Elle est noire et plus riche que la terre
profonde, qui quant à elle est souvent rouge ou jaune.

Par la suite, mélanger la terre de profondeur avec de petits cailloux ou du gravier et mettre
ce mélange au fond du trou. Mélanger aussi la terre noire de surface avec du fumier (compost ou
fiente de poule) et verser le mélange sur la terre de fond. Cela va former une petite butte (sort de
monticule) au sommet du trou. En général un volume d’un seau de 5 litres de fumier est suffisant
dans le mélange de la terre de surface. On laissera ce mélange ainsi pour une période de 2 mois.

II.2.2- LA MISE EN TERRE

Deux mois donc après la trouaison, la mise en terre peut commencer. On fera ainsi un trou au centre
de la butte dans lequel, le plant débarrassé du plastique de pépinière sera introduit. Il faudra prendre
la précaution de ne pas enfoncer le collet dans le sol. Les racines débordantes du plastique seront
sectionnées lors de la mise en terre. Une fois la mise en terre faite, on procèdera au paillage du
plant, tout autour du collet. Le paillage consiste à mettre de l’herbe sèche tout autour du collet du
jeune plant, pour limiter les pertes en eau. Eviter surtout de toucher au collet.

II.3- ENTRETIEN DE LA CULTURE

II.3.1- Entretien au sol

 Il est conseillé d’effectuer des désherbages réguliers, quand l’herbe a atteint une hauteur
maximale de 50 cm. Les herbicides de contact peuvent être utilisés comme le gramoxone dans le
cadre des désherbages chimiques. Il faudra éviter de bruler les plants lors des applications. Les
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 191
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

désherbages manuels à l’aide d’une machette peuvent aussi se pratiquer de temps en temps. On
pourra aussi semer une plante de couverture dans le champ afin de limiter la croissance des
mauvaises herbes. Un exemple de plante de couverture est le pueraria. Durant les deux premières
années de culture, on peut planter une culture autre que le manioc entre les lignes de goyaviers.

Il est évident que toutes les plantes ne réussiront pas en champ. Dans les mois qui suivent la mise
en terre, certaines d’entre elles pourraient mourir, et devront être arrachées et brulées hors du
champ. Les plants morts doivent être remplacés, c’est la raison pour laquelle il faut réserver des
plants de remplacement en pépinière.

II.3.2- LA TAILLE

Il est nécessaire de tailler les plants qui ont tendance à trop s’allonger vers le haut. Il

faut donc les couper à une hauteur raisonnable, afin de favoriser un développement radial, c’est la
taille de formation. Si le plant parait trop touffu, il faudra aussi procéder à une taille des branches
inutiles, le plus souvent à croissance verticale, c’est la taille d’entretien. Durant cette taille
d’entretien, les branches mortes ou atteints de maladies ou encore parasitées sont supprimées.

II.3.3- L’IRRIGATION

Si le planting se fait au début de la saison des pluies, il est très rare que les plantes souffrent d’un
stress hydrique. Néanmoins, en cas d’absence prolongée des pluies au-delà de trois jours successifs,
il est conseillé de procéder à un arrosage. Et pour cela, on fera un petit sillon tout autour du plant
nouvellement planté, à un rayon de 15 cm, dans lequel on versera de l’eau lors des arrosages. Cela
évite de mouiller le collet.

II.4- LA PROTECTION PHYTOSANITAIRE

Le goyavier tout comme les autres cultures, est susceptible d’être attaqué par les maladies et les
ravageurs. Les principales maladies du goyavier sont :

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 192


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 La pourriture racinaire. Elle est provoquée par un champignon. Comme symptôme


principal, les racines pourrissent, ce qui peut entrainer la mort des plants.

Compte tenu du fait que les champignons sur les cultures profitent des ouvertures ou des blessures
occasionnées le plus souvent par les insectes, il est important de traiter aussi les sol à l’aide d’un
insecticide nématicide comme le Bastion Counter, le Mocap ou le Furadan. Ce traitement se fait
saupoudrant le germoir lors du semis ; ainsi qu’en appliquant une très faible dose du produit sur le
terreau lorsque le plant est repiqué dans son sachet. On peut également appliquer l’équivalent de
10 grammes dudit produit dans le trou qui recevra le plant au champ, au moment de la mise en
terre. Après la mise en terre, il est aussi conseillé d’appliquer en servant d’un pulvérisateur un
fongicide comme le Plantineb 80 WP à raison de 40 à 50 g que l’on va associer à un insecticide tel
que le Cypercal 50 à raison de 50 à 60 ml par pulvérisateur de 15 litres. Ce traitement se fera tous
les 15 jours.

 La rouille du goyavier est un champignon qui s’attaque le plus souvent aux fruits. Ces
derniers présentes des sortes de galles qui déprécient fortement leur valeur marchande.
L’application régulière d’un fongicide comme le plantineb, surtout avant, pendant et après la
floraison permet d’éviter cette maladie

 Les nématodes sont des vers microscopiques qui causent aussi des dommages graves aux
jeunes arbres. En se nourrissant des racines, ces vers causent des perturbations sévères dans la
circulation de la sève, avec comme conséquences le ralentissement de la croissance et même la
mort du plant. Le traitement au nématicide proposé plus haut contre la pourriture racinaire est aussi
valable contre les nématodes. De plus, le produit peut être rependu au sol tout autour du plant,
quand ce dernier a l’âge d’un an et au-delà. La dose recommandée est de 10 grammes par plants et
le traitement se fait en début de la saison des pluies.

Pour ce qui est ravageurs du goyavier, notons que la cochenille en est l’un des plus redoutables.
C’est un insecte qui est recouvert de poudre blanchâtre à l’âge adulte. Il n’a pas d’ailles et se nourrit
le plus souvent au verso des feuilles de goyavier. Ils piquent les feuilles pour se nourrir et en même
temps laissent des tâches noires foncées, ce qui diminue la capacité à la photosynthèse de celles-
ci. Ainsi donc, les feuilles se ratatinent et les fruits attaqués se déforment. Un traitement insecticide
au Décis, associé au Kocide tous les 15 jours permet d’éradiquer l’attaque. Quand le feuillage est

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 193


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

touffu, il régulièrement procéder à une taille d’entretien. Cela expose le plant aux rayons du soleil
auxquels ces insectes sont très sensibles.

II.5- LA FERTILISATION D’ENTRETIEN

Le goyavier tout comme les autres cultures a besoin d’engrais pour une croissance optimale. Un
engrais à forte concentration en azote et en phosphore peut être utilisé à l’instar du 20 10 10. Etant
donné que le magnésium est un élément indispensable au bon développement de la plante, il est
conseillé d’y ajouter de la kiésérite. L’engrais sera épandu en début de saison des pluies, jusqu’à la
fin, à intervalles de deux mois. A partir de la première année de plantation, on appliquera la dose
de 40 grammes par plant pour le 20 10 10 et 6 grammes de kiésérite. A partir de l’entrée en
production, ces doses se verront tripler aussi bien pour le 20 10 10 que pour la kiésérite, ce qui fera
une application de 120 grs par arbre et par application pour ce qui est du 20 10 10 et 20 grs par
arbre et par application pour la kiésérite. Ne surtout pas exagérer les doses car cela peut altérer le
gout des fruits.

III. RECOLTE ET RENDEMENTS

Les premières récoltes peuvent être faites à l’âge de 3 à 4 ans, après la mise en terre. La
récolte a lieu quand le fruit est d’un vert virant au jaune. Il est bon de récolter quand les fruits sont
encore sur l’arbre, c'est-à-dire quand il n’est pas trop mûr. Pour une conservation prolongée,
récoltez les fruits avec un morceau de pédoncule au bout du fruit. Lorsque les arbres atteignent leur
production maximale, ce qui a souvent lieu au bout de 7 à 8 ans après plantation, on peut obtenir
en moyenne un rendement de 30 à 35 tonnes de fruits à l’hectare. Les fruits doivent être
soigneusement lavés avant d’être mis au frais ou alors déposés dans un endroit ombragé et frais.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 194


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE CULTURE DE QUELQUES LEGUMES FEUILLES

GENERALITES
Au Cameroun, plusieurs plantes sont cultivées pour leurs feuilles. Quatre espèces sont
particulièrement consommées. Il s’agit de :
- L’amarante blanche, à feuilles vertes (Amaranthus blitum), localement appelée
fonlon,
- La corète potagère (Corchorus olitorius), localement appelée keleng-keleng ;
- La morelle noire (Solanum scabrum), localement appelée zom, ou djama-djama.
Ces légumes-feuilles, riches en vitamines et en sels minéraux, constituent un apport nutritionnel
important. Certains apportent des nutriments particuliers. La corète potagère est riche en acide
folique, l’amarante en acides aminés soufrés et la morelle noire en protéines.

Amarante blanche morelle noire

Fruits de morelle noire corète potagère

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 195


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Certaines des caractéristiques botaniques et culturales de ces variétés figurent dans le tableau ci-
dessous :

Espèce Aspect Rendement moyen Observations


en feuilles fraîches
(t/ha)
Amarante Feuilles vertes 13 Cultivée toute l’année sur tout le
territoire
La production s’étale sur 4 mois si elle
est suffisamment arrosée
Corète Feuilles lisses 7 à 8 (saison des Cultivée toute l’année sur tout le
potagère et brillantes sur pluies) territoire
la face 4 à 5 (saison sèche) La production s’étale sur 3 à 4 mois si
supérieure elle est suffisamment arrosée

Morelle Feuilles larges 15 à 18 Cultivée toute l’année sur tout le


noire territoire
La production s’étale sur 3 à 4 mois si
elle est suffisamment arrosée

LES CONTRAINTES ECOLOGIQUES DES CULTURES


Préférer les sols légers, riches en matière organique et qui drainent bien. Eviter les sols argileux et
les sols riches en éléments grossiers. Ceux sont des cultures avec des besoins en eau élevés, étant
des légumes feuilles. En cas d’absence de pluies prolongées dans la région de culture, l’on devra
prévoir un système d’irrigation ou d’arrosage.

CONDUITE DE LA CULTURE

LA PEPINIERE

Pour ne bonne pépinière, il faut respecter les étapes suivantes :


 Labourer et ameublir le sol.
 Confectionner des planches de 1 m de large.
Incorporer dans les planches de la matière organique bien décomposée (compost de fientes de
volailles par exemple) à raison de 3 à 4 kg/m² ou de l’engrais NPK 10-18-18 à raison de 20 g/m².

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 196


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Avant le semis, désinfecter les planches en épandant du Carbofuran, par exemple Furadan 5G à
raison de 50 g/m² par saupoudrage.
Pour 100 m² de culture, prévoir :
- 10 à 12 grammes de semences de corète potagère;
- 15 à 20 grammes de semences d’amarante;
- 5 à 7 grammes de semences de morelle noire.

Semis en lignes continues

Après la levée (4 à 7 jours après le semis), traiter avec un mélange de fongicide (manèbe, par
exemple Ivory 80 à raison de 2 g/litre d’eau) et d’insecticide (cypermethrine, par exemple
Cypercal à raison de 1 ml/litre d’eau).

Une pépinière après levée

En saison sèche, arroser régulièrement à raison de deux arrosoirs de 20 litres par m² et par jour.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 197


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

En saison des pluies, arroser lorsque l’on a observé un jour sans pluies en sol sableux surtout, et
protéger la pépinière lors des fortes pluies par un film de plastique transparent.
Le repiquage des plants a lieu 3 à 4 semaines après le semis.
Semer les graines en lignes distantes de 10 à 20 cm à raison de 10 grammes /m² puis arroser. Poser
sur les planches des feuilles de palme ou de la paille (chaume de graminées) et les laisser pendant
trois jours, puis construire une ombrière à une hauteur de 80 cm du sol avec les feuilles de palme
ou la paille.

Pépinière sous ombrière

PREPARATION DU TERRAIN ET REPIQUAGE

Labourer et ameublir le sol en concassant les grosses mottes de terre. Préparer des planches de 1 m
de large et de 5 m de long séparées par des allées de 0,5 m. Après confection des planches,
incorporer par bêchage de la matière organique bien décomposée (compost de fientes de volailles
par exemple), à raison de : 20 tonnes de fumier sec par hectare, soit 2 kg par m².
On peut désinfecter la planche avec du carbofuran, par exemple du Furadan 5G à raison de 50
grammes par m².
La densité de repiquage est la suivante :
Corète potagère, célosie et morelle noire : 400 000 pieds/ha (15 cm sur la ligne et 15 cm entre
lignes).
Amarante : 500 000 pieds/ha (10 cm sur la ligne et 20 cm entre lignes).
Morelle noire : 250 000 pieds/ha (20 cm dans tous les sens)
Arroser les planches avant le repiquage.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 198


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Repiquer les plants sur la planche; les enterrer jusqu’au collet, sans toutefois tordre le système
racinaire.

ENTRETIENS

Sarcler régulièrement pour enlever les mauvaises herbes.


Dix jours après le repiquage, épandre 250 kg/ha de NPK 12 14 19 soit 25 grammes par m².
En saison sèche, arroser tous les jours à raison de 2 arrosoirs de 20 litres par m².

LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS ET LES MALADIES

Le tableau ci-dessous présente les principaux ennemis et maladies de ces légumes-feuilles.


Corète potagère : maladies, ravageurs et méthodes de lutte
Maladies Agents responsables Symptômes Lutte
et
ravageurs
majeurs

Pourriture du Sclerotium rofsii Pourriture du pied puis Bon drainage


collet flétris-sement Culture sur billons ou
planches
Traiter avec du manèbe ou du
carbatène

Maladie des Curvularia spp. Taches noires sur les Bon drainage
taches noires feuilles Culture sur billons
ou planches
Traiter avec du manèbe ou du
carbatène

Cercosporiose Cercospora corchori Taches circulaires sur Bon drainage


les feuilles Culture sur billons
ou planches
Traiter avec du manèbe ou
du carbatène
Criquet puant Zonocerus variegatus Feuilles rongées Traitement aux insecticides
à base de delthaméthrine
(par ex : Decis 12 EC à
raison de 1l/ha)

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 199


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Papillons de la Acrea acerata Feuilles rongées Traitement aux insecticides


patate Acrea terpsichore à base de delthaméthrine
douce (par ex : Decis 12 EC à
raison de 1l/ha)

Chenille Spodoptera littoralis Face inférieure de la Traitement aux insecticides


légionnaire feuille dévorée par les à base de delthaméthrine
chenilles (par ex : Decis 12 EC à
raison de 1l/ha)

Altises Podagrica sjostedji Feuilles perforées Traitement aux insecticides


à base de delthaméthrine
(par ex : Decis 12 EC à
raison de 1l/h)

Nématodes à Meloidogyne spp. Décoloration des Utilisation des engrais


galles feuilles, réduction du organiques,
nombre et de la taille rotation culturale avec
des feuilles l’amarante (plante piège des
nématodes)

Amarante : maladies, ravageurs et méthodes de lutte

Stade de Maladies et Agents responsables Symptômes Lutte


développement ravageurs
De la plante majeurs

Pépinière Fonte de semis Pythyum aphanidermatum Mortalité Bon drainage et


Rhizoctonia solani des aération de la
plantules pépinière

Culture au Nécrose des tiges Chaenophora Pourriture des Bon drainage


champ cucurbitarum tiges Apporter de la
matière
organique
Traiter avec du
manèbe ou du
car-batène

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 200


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Perforations des Hymenia recurvalis Feuilles rongées Traiter avec des


feuilles par les Psara bipunctalis ou laissant insecticides à
chenilles Psara basilis parfois en place base de
les
nervures delthaméthrine
(par ex : Decis
12 EC à la dose
de
1litre/ha)

Culture champ au Maladie de Sol pauvre en azote Jaunissement Apport de


carence azotée des bordures matière
des feuilles organique ou
d’urée

Morelle noire : maladies, ravageurs et méthodes de lutte

Stade de Maladies et Agents responsables Symptômes Lutte


développement ravageurs
De la plante majeurs

Pépinière et Mildiou Phytophthora infestans Mortalité des Traiter les


champ plantules en plants avec du
pépinière manèbe

Culture au champ Alternariose Alternaria solani Taches Traiter avec du


arrondies manèbe ou du
sur carbatène
les feuilles

Cercosporiose et Cercospora celosiae Taches grises Traiter avec du


Cladosporiose Cladosporium oxysporum sur les feuilles manèbe ou du
carbatène

Flétrissement Ralstonia solanacearum Flétrissement Faire une


bactérien soudain des rotation
plants suivi de culturale
dessèchement Drainer le sol

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 201


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Enroulement des Virus de l’enroulement des Feuilles Traiter le


feuilles feuilles de tomate enroulées vecteur
(TYLC) (Bemisia
tabaci)
Avec du Décis
et des extraits
de neem
Nématode à Meloidogyne spp. Mortalité des Inonder la
galles plants parcelle
Apporter de la
matière
organique
Criquet puant Zonocerus variegatus Feuilles Traiter aux
rongées insecticides à
base de
Altises Podagrica spp. Feuilles delthaméthrine
perforées (par exemple
Decis 12 EC à
raison de1
l/ha)

RECOLTE
La première coupe a lieu environ 30 à 40 jours après le repiquage. Couper les tiges à 10-15 cm de
la surface du sol. Couper ensuite tous les 15 jours. Après récolte, laver soigneusement les feuilles.
Les mettre en bottes pour le transport au marché ; les asperger régulièrement d’eau pour les
maintenir fraîches. Pour la corète potagère, s’il est prévu d’arracher tous les plants en une seule
récolte, la densité doit être forte (80 à 100 pieds par m²). Mais il est préférable de récolter tous les
15 jours.

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU PAPAYER

I. GENERALITES

Le papayer (Carica papaya), de la famille des Caricacées, est une plante tropicale arborescente
originaire d’Amérique centrale et du Sud. Il est cultivé pour son fruit, dont la pulpe est consommée

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 202


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

en hors-d’oeuvre, en dessert ou en salade mélangée avec d’autres fruits. Verte, elle peut être
consommée en gratin. La papaye est riche en vitamine A et C ; elle favorise la digestion et ses
graines sont vermifuges.
Quand elle est incisée, la peau de la papaye verte laisse perler un liquide blanc qui coagule
rapidement. Ce latex desséché contient un principe actif, la papaïne, dont les propriétés se
rapprochent de celles de la pepsine et de la tryspine. L’action digestive et dissolvante des protéines
qui caractérisent la papaye est utilisée en thérapeutique, dans l’industrie du cuir, de la laine et de la
soie, en brasserie et dans les industries alimentaire et pharmaceutique.

II. LA PLANTE ET SON ENVIRONNEMENT

À l’heure actuelle, on le trouve dans toutes les régions tropicales et équatoriales, à basse altitude
(500 mètres). Son aire de culture s’étend à tous les pays chauds et humides. La plante atteint 2 à
10 mètres de hauteur. Son espérance de vie est de 5 ans, mais la durée de vie économique est de 2
ans.

II.1. LA MORPHOLOGIE

C’est un arbre généralement non ramifié dont le tronc, non ligneux et fortement marqué par les
cicatrices foliaires, atteint 3 à 9 m de haut. Il se termine par une couronne de grandes feuilles à sept
lobes, longuement pétiolées. Le papayer est un arbre dioïque, polygame, avec trois types sexuels :
 Les plants mâles (fleurs avec étamines), qui ne portent pas de fruits comestibles ;
 Les plants femelles (fleurs avec pistils), portant des fruits sphériques généralement
exportables ;
 Les plants hermaphrodites, bisexués.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 203


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Couronne foliaire

II.2. L’ECOLOGIE DU PAPAYER

Le papayer est une plante de climat chaud à pluviométrie abondante. La température optimum est de 26 à
30°C. Le papayer craint le froid (des températures trop basses retardent la maturité des fruits et peuvent
entraver la fécondation), la chaleur (températures supérieures à 32°C) l’inondation et le vent. Très sensible
aux vents, la plantation doit être protégée éventuellement par des brise-vent pour éviter le bris des plants et
la contamination par des parasites. Sa culture nécessite une pluviométrie abondante et bien répartie, de 1
800 à 2 000 mm par an. Au cours des mois de saison sèche, on doit, si nécessaire, irriguer pour obtenir un
total de 150 à 200 mm d’eau par mois. Le sol doit être humifère et aéré et drainer parfaitement. Il ne faut
pas planter sur des sols lourds et constamment humides.

II.3. LES DIFFERENTES VARIETES

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 204


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Solo: la plus cultivée, à chair jaune orangé, poids 300-400 g, de forme oblongue
pour les pieds hermaphrodites et ronde pour les femelles ;
 Sunrise : chair rouge. Mêmes caractéristiques que Solo
 Sunset : chair rouge. Mêmes caractéristiques que Solo
 Colombo : chair rose, gros fruit de 700 g à 1 kg, de forme plus ronde  Waïmanalo
: chair jaune, fruit de 300 à 600 g.

Variété solo Variété sunrise

III. CONDUITE DE LA CULTURE

III.1. PEPINIERE

Il faut La pépinière permet d’obtenir des plants homogènes et sains qui seront transplantés au
champ 5 à 7 semaines après semis. Commencer les travaux de pépinière trois mois au moins avant
le début de la saison des pluies.

III.1.2. REMPLISSAGE ET RANGEMENT DES POTS

 Préparer le substrat en mélangeant, un mois avant semis, 1/3 de terre, 1/3 de sable
fin et 1/3 de fumier bien décomposé (ou prendre de la terre noire de surface).
 Prévoir, pour un hectare de plantation, 3 000 sachets de plastique noir (25 cm de
haut et 15 cm de large) perforés à la base.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 205


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Remplir les sachets de substrat et les disposer en bandes de 2 m de large séparées


par une allée de 1 m.
 Prévoir 250 grammes de semences pour un hectare de plantation.
 Acheter les graines chez un sélectionneur agréé (IRAD de JOMBE) avant de réaliser
la plantation.

Graines prêtes pour semis

 Semer en février-mars. Mettre dans chaque pot 3 à 5 graines à une profondeur de 5


cm puis arroser.
La germination a lieu en moyenne 10 jours après le semis.

III.1.3. ENTRETIEN DE LA PEPINIERE

 Arroser tous les jours jusqu’à la germination et un jour sur deux après.
 Réaliser le planting lorsque le plant atteint 20 à 25 cm de haut, soit environ 45 jours
après le semis.
 Eliminer les sacs comportant des plants trop grands, chétifs ou mal formés.

III.2. PREPARATION DU TERRAIN ET PLANTATION

Les densités sont de 2 500 plants à l’hectare suivant le type de culture. On plante à 2 x 2 m. 
Défricher le terrain, regrouper la masse végétale en plusieurs tas et la brûler.
 Procéder au piquetage
 Faire des trous de 50 cm x 50cm x 50 cm.
 Mélanger la terre avec 10 à 20 kg de fumier

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 206


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Reboucher les trous avec le mélange obtenu en faisant une légère butte. Cette butte
sera aplatie au moment de la plantation.
 Il faut placer le plant, débarrassé de son sachet plastique, dans une légère cavité
creusée au sommet de la butte issue du rebouchage.
 Ensuite, on chausse la motte avec de la terre de surface prélevée dans les interlignes
sans dépasser le niveau de la terre de la motte (ne pas enterrer le collet), en tassant
modérément.
 On arrose abondamment après plantation, s’il n’a pas plu abondamment la veille ou
le jour même.

III.3. L’ENTRETIEN DE LA PLANTATION

III.3.1. L’IRRIGATION

Les besoins du papayer sont de l’ordre de 150 à 200 mm/mois. Durant la saison sèche, il est
indispensable d’irriguer pour maintenir le potentiel fleur-fruit. Le micro-jet ou le goutte-à-goutte
sont des systèmes intéressants. Il faut veiller à ne mouiller ni le tronc ni le feuillage. Dans certaines
zones, l’irrigation par aspersion sur frondaison donne de bons résultats du fait de la sécheresse de
l’air.

III.3.2. DEMARIAGE

Le démariage consiste à éliminer deux plants par poquet pour ne laisser qu’un seul. Il a lieu 4 mois
après planting.
Garder un plant par trou, de préférence le plant hermaphrodite (avec des fleurs allongées). Il faut
éliminer les plants mâles et femelles. Garder un plant femelle lorsqu’il n’y a pas de plant
hermaphrodite ou lorsque le plant hermaphrodite est chétif.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 207


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.3.3. LE DESHERBAGE

Le papayer étant sensible aux herbicides tant que les plants sont jeunes, il faut désherber à la main
autour des plants et utiliser un cache pour appliquer les herbicides (paraquat au début et ensuite,
dès que les plants ont six mois, glyphosate à 8 à 10 ml de produit commercial à 360 g/l pour 10 l
d’eau). Ces traitements sont réalisés par temps calme en absence de vent.

III.3.4. LA FUMURE

 Les épandages sont mensuels.


 Autour de chaque plant, on épand mensuellement 50 g de 15-5-30 entre 1 et 6 mois,
puis 100 g de 15-5-30 ou du 15 15 15 à partir de sept mois (soit 2 700 kg de 15-5-30 par
hectare pour un an). La fumure peut être adaptée suivant les résultats des analyses de sol.
 La fumure organique doit exclusivement être appliquée en culture biologique. Un
seau de 10 litres de fumier par plant tous les deux mois.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 208


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.4. LA PROTECTION PHYTOSANITAIRE

III.4.1. LES RAVAGEURS


On reconnaît les nématodes à l’apparition de proliférations de tissus qui ont l’aspect d’un nœud ou
d’une galle. La croissance des plants est ralentie et la production fortement réduite. Le traitement
consiste en la rotation des cultures, la désinfection des sols deux mois avant plantation et
l’application de nématicides en cours de végétation.

Les acariens sont transportés par le vent et s’installent sur les jeunes feuilles au sommet. Ils
détruisent le bourgeon terminal et peuvent entraîner la mort du papayer. La déformation et la
décoloration des feuilles parasitées sont les symptômes les plus frappants. La lutte préventive
consiste en une protection efficace contre le vent (brise-vents). Dès l’apparition des premiers
symptômes de déformation, on peut réaliser des traitements à deux jours d’intervalle avec
l’abamectine (par exemple Vertmec 18 EC à raison de 300 ml / ha). Si nécessaire, renouveler un
mois plus tard et alterner avec la bifenthrine (par exemple Talstar 100 EC à raison de 0,25 l/ha)

III.4.2 LES MALADIES FONGIQUES

L’oïdium (Oïdium caricae) est dû à un champignon qui se développe sur la face inférieure des
feuilles en y formant des taches de moisissure blanche. On lutte en enlevant les vieilles feuilles qui
sont attaquées et en traitant tous les quinze jours.
Les fruits attaqués par l’anthracnose (Colletotrichum gloeosporioides) présentent des taches, le plus
souvent en cours de maturation. Ces taches sont rondes d’un vert plus foncé. L’attaque concerne
aussi les pétioles des feuilles sur le point de faner. En cas d’attaque fongique, il faut utiliser un
fongicide comme le Mancozebe, le pencozèbe ou tout autre fongicide.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 209


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Taches d’anthracnose sur fruits

Les pourritures des racines, du collet et du tronc sont des affections graves dues à Phytophthora et
au Pythium ; elles entraînent souvent la mort des arbres. Les symptômes sont : Les feuilles
jaunissent et meurent prématurément,
 Les pétioles des feuilles restent courts,
 Les fleurs nouent difficilement,
 Les fruits formés demeurent petits et ne mûrissent pas. À un stade plus avancé, il ne reste
plus qu’un petit bouquet de feuilles à l’apex de la tige ;
 Au niveau du sol, la base du tronc est ramollie et pourrie et les arbres malades tombent
facilement.
La prévention passe par la culture du papayer sur des terrains sains non inondables. Il faut arracher
et détruire par le feu les arbres atteints au tronc ou aux racines.

III.4.3. LES VIROSES

Ceux sont les maladies causées par des virus. La plus répandue chez le papayer est le Papaya
Ringspot Virus (PRSV) comme symptômes, on note le rabougrissement et déformation des jeunes
rameaux en pépinière et sur plants adultes; Production limitée à 4-6 mois.
Il faut:
 Eliminer et brûler rapidement et systématiquement les plants atteints;
 Eviter de blesser les plants sains avec le matériel contaminé;

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 210


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Ne pas cultiver le papayer dans les zones où la virose subsiste à l’état endémique;
 Eliminer les vecteurs (pucerons, mouches blanches, thrips) par traitements insecticides.

IV. LA RECOLTE ET LE RENDEMENT

La récolte peut se faire lorsque la coloration entre les carpelles vire au jaune (point jaune). La
récolte débute entre les huitième et dixième mois après la plantation et se déroule de manière
continue jusqu’à vingt ou vingt-deux mois. La récolte se pratique fruit par fruit. Ceux-ci sont
déposés dans des bacs en plastique à une couche afin d’éviter les coulures de latex sur les autres
fruits. Un plant peut donner jusqu’à 35 ou 40 kg de fruits, ce qui représente un rendement de l’ordre
de 60 à 80 t/ha sur vingt-deux mois.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 211


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE PASTEQUE

(Cucumis melo)

GENERALITES

C’est une plante originaire d’Afrique tropicale. Elle est annuelle et de la famille des Cucurbitacées,
comme le concombre, le melon et la courge. Depuis des décennies déjà, ce fruit rentre de plus en
plus dans les habitudes alimentaires des populations camerounaises. La plante est cultivée pour son
fruit de forme globuleuse, qui possède une grande valeur nutritive. Son cycle a une durée d’environ
4 mois, en fonction des variétés.

 Le fruit est riche en eau, en vitamines B, A, C et de la biotine ; ainsi qu’en sels


minéraux.
Elle a également des vertus médicinales.
 En effet, c’est un médicament pour l’appareil urinaire, en plus des propriétés
désaltérantes. Elle est conseillée pour le traitement des maladies des voies urinaires et
l’insuffisance rénale.
 Du fait de sa faible teneur en sucre, elle est tolérée pour les malades du diabète. Son
goût sucré et sa valeur rafraîchissante en font un fruit prisé sur le marché.

I. EXIGENCES DE LA CULTURE

 La pastèque est très exigeante en lumière et en chaleur. Elle est également exigeante
en matière fertilisantes, surtout en potasse.
 Elle préfère des sols riches en matière organiques, surtout à texture limoneux-
argileuse ou sablo-limoneuse.
 Néanmoins, elle n’est pas exigeante en un type particulier de sol. Les sols doivent
cependant être bien drainés et riches en matière organique.
 Par contre, la plante n’aime pas les températures trop fraiches, c’est la raison pour
laquelle les altitudes de plus de 1 300 m peuvent affecter sa rentabilité.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 212


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 C’est une plante qui aime l’eau, étant elle-même constituée à 93% d’eau. Elle
présente une bonne productivité en saison sèche.
II. CONDUITE DE LA CULTURE
II.1. PREPARATION DU SOL

 La préparation du sol doit débuter un peu avant la saison des pluies.


 Dans les zones forestières, commencer la première campagne entre février et mars
et entre juillet et août pour la seconde campagne.
 En zone sahélienne, il vaut mieux débuter entre mai et juin. Il faudra être méticuleux
dans le choix de son terrain, éviter surtout des sols mal drainés.
 La pastèque n’aime pas les sols inondés, le terrain doit de ce fait avoir une pente
légère en saison des pluies. En saison sèche, les parcelles devront être près d’un point d’eau.
Pour ce qui est de la préparation du sol, il faut :

 Abattre et défricher systématiquement tout le couvert végétal, car la pastèque


n’aime pas l’ombrage.
 Les débris végétaux s’il y en a, seront préservés pour servir de paillage. On brulera
le reste
 Piqueter la parcelle en respectant des écartements de 2m x 1m (2 m entre les lignes
et 1m sur une même ligne, ce qui fait environ 4 00 plants pour 1 000 m2.
 Creuser un trou à l’emplacement de chaque piquet d’environ 60 cm de diamètre et
40 cm de profondeur

Réalisation des trous


 Séparer le terre de surface avec celle du fond

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 213


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Mélanger ensuite la terre de surface avec de la terre noire et de la fumure de fond


(fiente de poule, compost) à raison de 4 kg par poquet
 Remplir ensuite chaque trou de ce mélange jusqu’à environ 2 cm du bord.
 Arroser abondamment chaque trou, jusqu’à la saturation.

II.2. CHOIX DES VARIETES


Les critères de sélection d’une variété de pastèque se feront sur la base de la résistance aux
maladies, la résistance au transport et une chair ferme et sucrée.

Variétés Durée de culture et caractéristiques Poids moyen du


fruit
Charleston gray 85 à 90 jours, résistance à la chaleur ; résistance au Gros fruit
transport ; bonne résistance à la fusariose et à allongé, vert
l’anthracnose clair, de 10 à 14 kgs

Sugar baby 75 à 85 jours, chair fine et très sucrée. Bonne Forte productivité,
résistance à la fusariose et à la cercosporiose fruit de 7 à 8 kgs

Les variétés suivantes se retrouvent aussi sur le marché:

kaolack: C’est une variété ronde de couleur verte claire avec des rainures. Elle arrive à maturité à
75-85 jours avec des gros fruits pouvant atteindre entre 8 à 15 kg. Sa chair d’un rouge orangé très
sucrée est très appréciée des consommateurs.

logone: C’est une variété ovale de couleur verte clair. Elle arrive à maturité à 75-85 jours avec des
gros fruits pouvant atteindre près de 20 kg. Sa chair d’un rouge orangé sucrée est aussi très

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 214


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

appréciée des consommateurs. Les semences de bonne qualité sont vendues dans des structures
spécialisées telles que les sociétés Semagri, Jaco et Sim’s Agro.
Koloss : C’est une variété hybride qui donne des rendements très élevés. Elle est aussi mature
environ 85 jours après le semis. Elle a une chair rouge foncée juteuse, croquante et très sucrée. Elle
donne aussi de gros fruits qui peuvent atteindre plus de 20 kg. Elle est de couleur verte avec des
stries jaunâtres.

II.3. SEMIS

Le semis peut se faire de manière directe au champ ou alors en pépinière.

Pour ce qui est du semis direct, voici les principales étapes:

 La veille du semis, tremper les semences dans de l’eau. Notons que le semis se fera
immédiatement le lendemain sur la terre humidifiée.
 Semer 3 graines par poquet à une profondeur de 5 cm, ne pas les entasser.
 Tasser légèrement le sol
 Prévoir 70 grs de semence pour 1000 m2.

levée des graines

III. CONDUITE DE LA CULTURE


 Arroser regulièrement après le semi si nous sommes en saison sèche
 Les quantités d’eau sont de l’ordre d’un litre par poquet
 Réduire les apports en eau deux semaines semaines avant recolte, sinon éclatement
des fruits
 Arroser au pied du plant
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 215
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Biner quelques jours après le semis et après des arrosages

Binage de pastèque

III.1. DEMARRIAGE

 Trois semaines après le semi, retirer un plant par poquet en l’arrachant pour
ne laisser que deux
 Deux semaines plus tard, il faut arracher un plant et laisser le plus robuste 
Remplacer les plants manquant enutilisant les plants démarriés

III.2. FERTILISATION

 15 jrs après semi: 60 grs par poquet de 12 14 19 soit 6 cuillères à soupe rases
 A l’apparition des fleurs, appliquer 25 grs par poquet
 A l’apparition des premiers fruits, 20 grs par poquet
 Quand les fruits ont la forme d’une orange, 20 grs par poquet NB: Appliquer l’engrais
autour du plant

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 216


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.3. TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE

 Commencer à traiter au stade deux feuilles trois jours après la levée


 Traiter ensuite une fois par mois au moins
 Produits utilisés :
 Pour chaque traitement, mélanger un insecticide et un fongicide dans un
pulvérisateur de
15 litres d’eau
 Il faut prévoir un pulvérisateur de 15 litres pour traiter 500 m2

 Les attaques fongiques sont favorisées par le fait que l’eau d’arrosage tombe sur les
feuilles. Donc arroser si possible au pied du plant
 Eviter des plantes comme tomate, pastèque, poivron, piment, aubergine, morelle
noire comme précédent cultural
 Utiliser le fixant en cas de fortes pluies
 Arrêter les traitements quinze jours avant le récolte
 Une des maladies virales fréquentes est la mosaique virale de la pastèque: appliquer
un insecticide

fruit attaqué par la mosaique

IV. RECOLTE ET RENDEMENTS


 Il faut récolter les pastèques trente jours au moins après la formation des fruits.
 Un bon indicateur de maturité est le déssèchement des pédoncules, un jaunissement
de la base du fruit et un bruit grave sous le choc.
 La récolte se fait une fois par semaine, et est étalée sur un mois
 Récolter les fruits matures
 Rendements : 35 à 50 tonnes à l’hectare.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 217


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DE LA PATATE DOUCE

GENERALITES
La patate douce est une plante pérenne largement cultivée dans les régions tropicales et
subtropicales pour ses racines tubéreuses comestibles. La patate est particulièrement riche en
vitamines B6, B2 et C, en cuivre et en manganèse. Elle contient une grande quantité de bêtacarotène
précurseur de la vitamine A pour les variétés à chair colorée (Anonyme, 2015a). Les feuilles de
patate douce sont plus riches en protéines, bêta-carotène, calcium, phosphore, fer et vitamine C que
l’épinard. Elles sont riches en fibres et aideraient ainsi à prévenir certains types de cancer. Elles
contiennent environ 3 % de protéines et sont riches aussi en sels minéraux. Des analyses montrent
que les feuilles de patate douce fournissent plus d'éléments nutritifs que le chou. Plus les feuilles
sont foncées, plus elles contiennent de vitamine A. Les feuilles sont riches en composés
phénoliques, et contiennent des anthocyanines. La FAO classe les feuilles de la patate douce
comme un des dix principaux légumes antioxydants d’Asie.

Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Asteridae
Ordre Solanales
Famille Convolvulaceae
Genre Ipomoea

La partie aérienne est composée de tiges rampantes, de feuilles et de fleurs. Les tiges longues et
fines s'étendent sur le sol et peuvent atteindre plusieurs mètres de long. La taille et la forme des
feuilles sont extrêmement variables. Les feuilles alternes sont entières, aux pétioles relativement
longs et aux limbes de forme variable à bords sinués ou dentés ou bien lobées, formant 5 à 7 lobes
aigus, à nervation palmée. Les fleurs à corolle soudée sont de couleur violette ou blanche. Elles
apparaissent à l'aisselle des feuilles, isolées ou groupées en cymes de quelques fleurs. La
fructification de cette plante est très rarement observée en culture.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 218


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La patate douce est pourvue de racine nourricière et produit des racines tubéreuses de forme plus ou
moins allongée, voire arrondie, à la peau fine. Suivant la variété, la couleur de l’épiderme est beige,
brune, jaune, orange, rouge, violette. La chair de la racine tubéreuse est aussi très variée : blanc, beige,
jaune, orange, rouge, rose, violette. Presque toutes les combinaisons de l’épiderme et de chair peuvent
se rencontrer.
Chaque plante produit quelques racines tubéreuses au pied de plantation (10 environ) et d'autres près
des nœuds. Les racines tubéreuses pèsent entre 0,1 et plus d'un kg et contiennent un latex blanc et
gluant. Elles sont très riches en amidon avec une saveur sucrée et une texture farineuse.

I. LES VARIETES CULTIVEES


La patate douce renferme un grand nombre de variétés cultivées. Celles-ci se distinguent par la
morphologie et la coloration de certains organes tels que les feuilles, les pétioles, la tige et les

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 219


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

racines tubéreuses. Elles se distinguent aussi par le port de la plante, la durée du cycle, le
rendement, la cuisson et par le goût.

Suivant la variété, la couleur de l’épiderme (peau) peut être beige, brune, jaune, orange, rouge,
violette. La couleur de la chair de la racine tubéreuse varie aussi et l’on peut avoir blanc, beige,
jaune, orange, rouge, rose, violet. Presque toutes les combinaisons de l’épiderme et de chair
peuvent se rencontrer.

II. LES EXIGENCES CULTURALES

1. Sols
La patate douce pousse sur des sols très variés, des sols de marécage aux sols dégradés, à condition
que ces sols soient riches en matières organiques, bien perméables et sans excès d'azote. Une trop
forte teneur en matières organiques et en azote tendent à favoriser la production de tiges et de
feuilles aux dépens de celle des racines tubéreuses. La patate douce s’accommode d’un pH variant
entre 4,5 et 7,5. Dans les sols nettement acides le rendement peut néanmoins diminuer de moitié.
Cependant, la meilleure croissance et les meilleurs rendements sont obtenus dans les sols ayant un
pH compris entre 5,6 et 6,5.

2. Altitudes et latitudes
La patate douce est cultivée de 40° N à 40° S de latitude. On peut l’observer du niveau de la mer à
2100 m d’altitude. Au-delà de 1500 m elle remplace avantageusement le manioc.

3. Pluies et températures
Les meilleurs rendements sont obtenus en climats chauds et humides. La plante demande beaucoup
d'humidité en début de croissance et beaucoup moins pendant la période de développement des
racines tubéreuses. Un excès d'humidité favorise la pourriture racines tubéreuses.
En général, la patate douce peut être cultivée dès que les pluies totales annuelles excèdent 750 mm.
La plante résiste bien à des sécheresses passagères au cours desquelles les tiges restent vertes et
vigoureuses au détriment du système racinaire.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 220


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les températures moyennes optimales sont voisines de 24° C, accompagnées d'une importante
insolation, car la patate douce est une plante héliophile. Cependant elle tolère un léger ombrage ce
qui lui permet d'être utilisée en culture intercalaire.

III. CONDUITE DE LA CULTURE

Les techniques culturales de la patate douce sont fortement influencées par les conditions du milieu
puisque c'est une plante à très grande aire de distribution.

1. Époque de plantation
On peut planter des patates douces n'importe quand lorsque le sol est suffisamment humide et que
la température est égale ou supérieure à 20°C. S'il y a une saison sèche, on plantera au début des
pluies; si les sols sont marécageux, on plantera en fin de saison des pluies.
Au Cameroun:
• En régime pluviométrique bimodal (sud), planter d’Avril à juin et en septembre.

• En régime unimodal (au nord), planter de juin à septembre.

2. Choix et préparation du sol


2.1. Choix du sol
La patate douce s’adapte bien à de nombreux types de sol avec cependant une nette préférence pour
les sols limono sableux ou sablo limoneux. Les sols légers drainant bien, riches en matière
organique lui conviennent le mieux. Le taux d’argile est de préférence inférieur ou égal à 25% ;
Limon : 35 à 40%, sable : jusqu’à 50%.
Ces sols ne font pas de grosses fentes de retrait lorsqu’ils se dessèchent en cours de cycle ce qui est
un avantage car dans ces conditions les charançons (principaux ennemis de la culture) ont plus de
difficultés pour atteindre les racines tubéreuses.
Les sols à texture légère permettent aussi d’obtenir des racines tubéreuses de forme régulière, à la
peau lisse et de couleur vive.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 221


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Il faut éviter les sols très lourds (argiles noires) dans lesquels les racines tubéreuses sont souvent
déformées et fendues. Attention aux sols très sableux, sans réserve en eau (dans ce cas l’irrigation
est fortement conseillée).
Le Ph optimum du sol est compris entre 5,5 et 6,8.

2.2. Préparation du sol


Comme toutes les plantes à racines et tubercules, la patate douce demande un sol meuble, bien
drainé et aéré. Les sols compacts réduisent la croissance des tiges et la taille des racines tubéreuses.
C’est le cas notamment lorsque le sol est tassé sous l’effet des fortes pluies.
Un travail profond du sol est nécessaire, que la plante soit cultivée en buttes, en billons ou sur
terrain plat. En terrain plat, un labour de 25 cm de profondeur avec incorporation de fumier de
ferme, permettra de mieux supporter la sécheresse.
En culture manuelle sur sol naturellement léger, un ameublissement localisé, suivi de la confection
d’une butte, d’un billon ou d’une planche convient bien. L’écartement entre les buttes sont de
1m/1m. Les billons sont séparés de 1 m d’une crête à l’autre.
En culture mécanisée, on pratiquera un labour profond suivi d’un émiettage puis d’un billonnage
de 30 à 50 cm de hauteur environ. Les billons doivent avoir une largeur suffisante pour le
grossissement des racines tubéreuses (environ 50 cm).

2.3. Le choix du matériel végétal

La patate douce se multiplie essentiellement par bouturage de tiges. Les boutures sont prélevées
soit sur une culture en cours, soit sur une pépinière préparée à cet effet. Attention car le prélèvement
des boutures sur une parcelle en production risque de faire chuter le rendement en racines
tubéreuses (prévoir quelques lignes supplémentaires dans la parcelle de production qui serviront
spécialement à la fourniture des boutures). La production de tiges est moins rapide en saison
fraîche. Il faut compter sur un rendement boutures de 10 à 15 selon la saison et la variété (650 à
1000 m² de pépinière pour planter 1 ha). Les tiges sont coupées en boutures de 15 à 30 cm portant
3 à 4 nœuds. Les boutures des variétés à entre-nœud large sont de plus grandes taille (environ 40
cm).

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 222


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Les boutures sont effeuillées avant d’être planté, de façon à réduire l'évapotranspiration de la
plantule et pour faciliter l'initiation des racines. Quelques feuilles peuvent être laissées en haut de
la bouture. Les feuilles supprimées sont coupées et non pas arrachées pour ne pas blesser la tige.
Toutefois en condition de forte humidité l’effeuillage n’est pas nécessaire.

3. Méthodes de plantation et écartements

Sur des buttes, on placera de façons équidistantes, 3, 4, 5 ou 6 boutures selon la taille de la butte.
Ce qui permettra d’obtenir des densités de 30 000 à 50 000 plants à l’hectare. De façon classique,
il est recommandé des buttes moyennes (30 à 50 cm de haut) espacées de 1m/1m sur chacune
desquelles on placera 3 boutures. La densité standard sera donc de 10 000 buttes et 30 000 plants
à l’hectare. Sur des billons séparés de 1 m d’une crête à l’autre, les boutures seront plantées tous
les 20, 25 ou 30 cm de façon à avoir des densités de 30 000 à 50 000 plants à l'hectare. La densité
standard recommandée est de 33 000 plants à l’hectare, soit la plantation tous les 30 cm sur le
billon.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 223


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

En culture en terrain plat les densités sont identiques à la culture sur billon. En terrain plat, la patate
douce peut être plantée comme culture intercalaire dès que la culture principale est bien établie.
La plantation des boutures se fait en enterrant les boutures au deux tiers de façon oblique. Pour des
boutures de 3 ou 4 nœuds, mettre au moins 2 nœuds à l’intérieur de la terre.

4. Entretien de la plantation de patate douce 1. Remplacement


On procède d'abord au remplacement des manquants. Les remplacements doivent être effectués les
2 premières semaines après la plantation ; au plus tard à la 3e semaine.

2. Sarclage
Il y a peu de travaux de sarclage car la plante couvre rapidement le sol. Un ou deux sarclages seront
effectués dans le premier mois de culture. La patate douce est une plante qui couvre bien le sol. La
culture est sensible à la concurrence des mauvaises herbes au cours des 6 à 10 premières semaines
qui suivent la plantation. C’est le temps nécessaire aux boutures pour assurer leur reprise et
démarrer la couverture du sol. Dans la deuxième moitié du cycle la patate douce est assez forte
pour occuper le terrain. Seules quelques adventices peuvent la concurrencer (mimosas, …). Une
première possibilité consiste à faire un ou deux désherbages mécaniques, manuels. Ensuite
l’entretien sera assuré par des arrachages ponctuels des espèces de mauvaises herbes les plus
agressives.
La fertilisation à base d’engrais complet après reprise des lianes va accélérer leur pousse et donc
favoriser le recouvrement des interlignes.
L’autre possibilité est de recourir au paillage de la parcelle (paillage plastique notamment ou
paillage biodégradable). Ce type de paillage contrôle les mauvaises herbes d’une part et tend à

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 224


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

favoriser le grossissement des racines tubéreuses, notamment en culture de saison chaude et


humide. Les buttes seront éventuellement réparées après les pluies abondantes.
5. Fertilisation
Une tonne de racines tubéreuses exporte 4.7 Kg d'azote, 1.3 Kg de phosphore et 7.3 Kg de potasse.

a) La fertilisation minérale
La patate douce est une plante relativement exigeante et demande une bonne fertilisation. En
général, à l’issue d’une culture, c’est une grande partie de la plante qui est exportée de la parcelle
: les racines tubéreuses de taille commerciale sont vendues ; les parties aériennes sont souvent
enlevées de la parcelle pour ne pas laisser la possibilité aux charançons de poursuivre leur cycle.
Le cycle de la patate douce comprend 2 phases comme pour la plupart des autres plantes à racines
et tubercules : une phase de croissance active de la partie aérienne puis une phase de mise en place
des racines tubéreuses et de stockage des réserves.
La patate douce est assez exigeante en potassium qu’en en azote et phosphore. Ses besoins en K2O
sont de 2 fois ceux de l´azote (N).
L’apport d’azote va favoriser la croissance de la partie aérienne. Il faut l’apporter en début de cycle
c’est à dire pendant les 45 premiers jours de culture. Trop d’azote ou l’apport tardif d’azote
favorisent le feuillage au détriment de la production de racines tubéreuses. Pour le phosphore il
faut tenir compte du caractère peu mobile de cet élément et du phénomène de fixation dans certains
sols qui en bloque souvent une proportion importante. Il est possible d’apporter le phosphore en
fumure de fond avant plantation.
La fertilisation devra donc être adaptée aux conditions de la parcelle déterminées en partie par une
analyse de sol. Le plan de fertilisation adapté à la parcelle prévoira les corrections et amendements
nécessaires.
Il est bénéfique d’apporter l’engrais 21 jours après plantation. Le NPK 12-18-18 est recommandé
à 350 kg/ha, à défaut le 15-15-15 peut être utilisé à la dose de 400 kg/ha.
La matière organique
La patate douce réagit très bien à l’apport de matière organique. Un apport de 5 à 10 t/ha de fumier
ou de compost est recommandé. La matière organique peut être épandue avant la reprise du labour
et la réalisation des billons. Cependant avec l’apport de matière organique il faudra réduire la

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 225


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

quantité d’azote apportée par les engrais minéraux sinon la végétation sera abondante au détriment
de la production de racines tubéreuses.
La patate douce est souvent utilisée en rotation parce qu'elle peut être plantée à n'importe quelle
période. En Asie, on la trouve dans des rotations avec le riz, le tabac, la canne à sucre, le soja; on
la trouve également comme plante intercalaire avec le maïs, le manioc, le bananier, les haricots ou
le cocotier. Les résidus de patate douce peuvent empêcher la nodulation chez les plantes fixatrices
d’azote, caractéristique qui doit être prise en compte dans le choix de la succession culturale. La
patate douce présente des caractéristiques allélopathiques. La culture suivante doit être
soigneusement choisie. L’igname par exemple semble particulièrement sensible et sa culture après
patate douce est déconseillée (difficultés de germination et de croissance des plants).

IV. PROTECTION DE LA CULTURE

1. Ravageurs des racines tubéreuses de la patate douce

1.1- Charançons: Cylas spp

Description et biologie :
Cylas spp sont des coléoptères appartenant à la famille des Curculionidae, Les larves de ces espèces
attaquent les racines tubéreuses en y creusant des galeries qui se remplissent de déjections. Ces
espèces sont inféodées aux Ipomea. Les adultes perforent les feuilles. Les adultes ont l’aspect de
fourmis : grêles, longues pattes et long rostre.

Cylas formicarius: Il constitue le plus sérieux ravageur de la patate douce (Ipomea batatas L.).

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 226


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La femelle dépose ses œufs soit dans une cavité creusée dans la tige soit directement dans la racine
tubéreuse. Les larves creusent de nombreuses galeries. Nymphose dans les racines tubéreuses ou
en terre.

Cylas puncticollis: L'adulte mesure 7 mm et est noir. La femelle dépose ses œufs soit dans une
cavité creusée soit dans la tige soit dans la racine tubéreuse. Les larves creusent des galeries.
Nymphose dans la racine tubéreuse.

Cylas cyanescens :

L’adulte est noir d’aspect plus globuleux. Il mesure 7 mm. Les œufs sont pondus dans les racines
tubéreuses. La nymphose se fait dans une logette creusée dans la racine tubéreuse.
Les charançons sont présents dans de nombreuses zones productrices de patate douce. Ils occupent le
cinquième rang des invertébrés les plus nuisibles et constituent la première contrainte de la production
de la patate douce. Les dégâts sont importants et vont jusqu’à atteindre 97 % de pertes des récoltes.
En champ, les plants infestés présentent un jaunissement des feuilles, visible surtout en cas de très forte
attaque. Les adultes rongent les feuilles et forent de petites cavités dans les racines tubéreuses (photo
1). Les larves creusent des galeries dans la base des tiges qui se dessèchent, mais elles causent surtout
des dégâts en minant les racines tubéreuses. Des pourritures secondaires concourent à rendre ces racines
tubéreuses impropres à la consommation. Les attaques des charançons apparaissent surtout en périodes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 227


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

sèches, dans les sols légers ou dans les sols compacts qui se crevassent en saison sèche, facilitant ainsi
l'accès du charançon aux racines tubéreuses.

 Contrôle :
Insecticides
Les insecticides sont quelquefois utilisés :
- en plein champ, pour réduire les ravageurs sur le feuillage ou dans le sol,

- sur les racines tubéreuses en stockage, pour éviter le développement des charançons et la
réinfestation des parcelles lors de replantations.
Il est aussi recommandé d'utiliser des boutures non infestées ou désinsectisées par trempage dans
une solution d'endosulfan (60 g m.a. /100 l eau). Dans les pays où sévit le charançon, la seule lutte
chimique a vite montré ses limites.

Pratiques culturales
L'utilisation de variétés donnant une racine tubéreuse profonde est souhaitable :
- Après récolte, tous les résidus végétaux doivent être enlevés et brûlés ;

- Le contrôle des mauvaises herbes est recommandé ;

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 228


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Les nouvelles plantations doivent être situées loin des récoltes précédentes et des lieux de
stockage ;
- Ne pas replanter avant au moins un an en patate douce un terrain infesté ;
-Butter les plantes environ un mois après la plantation afin de mieux protéger les racines tubéreuses
en formation.

1.2. Charançons rugueux de la patate douce : Blosyrus spp


Les charançons adultes sont de couleur noirâtre ou brunâtre et la surface de leurs élytres est côtelée,
ce qui leur donne un aspect de bloc de terre. Les larves sont blanchâtres et ont une forme de C.
Les charançons adultes pondent leurs œufs sous les feuilles tombées. Les larves se développent
dans le sol où elles se transforment en pupes. On trouve les charançons adultes sous le feuillage au
sol pendant la journée.

Les adultes se nourrissent de feuilles, mais ce sont les larves qui provoquent le plus de dégâts.
Alors qu’elles se nourrissent sous la surface du sol, elles creusent des galeries étroites dans les
racines tubéreuses en pleine croissance. Lorsque les racines ont subi des dégâts conséquents, leur
peau doit être largement supprimée avant leur consommation, car la chair est colorée juste en
dessous des rainures  Contrôle :
La plupart des méthodes de gestion des charançons Cylas de la patate douce sont également
applicables contre le charançon rugueux Blosyrus.

1.3 Nématodes à galles : Meloidogyne incognita


Meloidogyne incognita est un nématode, type de ver rond. C'est un important parasite des plantes
classé en parasitologie parmi les nématodes à galles. Quand Meloidogyne incognita attaque les
racines des plantes, il se sédentarise dans un site d'alimentation où il provoque la déformation des

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 229


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

cellules racinaires normales qui deviennent géantes. Les racines deviennent noueuses et nodulées,
formant des galles, d'où le nom de « nématode à galles ».
Ces nématodes survivent dans le sol comme des amas d'œufs et dans les débris végétaux. Ils
peuvent être transportés par l’eau d’irrigation et se propager par le matériau infesté. Ce ver rond
parasite a une distribution mondiale et de très nombreuses plantes hôtes telles que les pommes de
terre et la tomate etc.
Dommages :
Les symptômes aériens non spécifiques sont notamment une croissance irrégulière ou stoppée (dû
à la destruction des racines), la coloration et la chlorose des feuilles, un flétrissement excessif
lorsque les conditions sont chaudes et sèches. Sur les racines fibreuses, se produisent des
renflements en forme de fuseau (galles). Une grande partie du système racinaire peut se nécroser.
Les racines tubéreuses de certaines variétés réagissent pour former des craquelures longitudinales.
 Contrôle :
- Faire la rotation des cultures ;

- Mettre en jachère les parcelles infectées ;

- Inonder le champ avant plantation ;

- Eviter les sols sablonneux ;

- Mettre des engrais organiques tels que le fumier favorisent la présence d’ennemis naturels
des nématodes dans le sol et donc la réduction de leur population ;

- Application d’un nématicide ;

- L’apport de terre ou d’eau venant d’un terrain infesté est à éviter.

1.4. Les mouches et les acariens


Ils sont surtout des vecteurs des virus et par conséquent transmettent des maladies virales aux
plantes, telles que les mosaïques.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 230


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Mouches blanches sur feuillage de patate douce

Apparition de taches chlorotiques irrégulières sur les feuilles, signe d’attaque virale

Déformation foliaires dues aux pucerons

Les mesures de contrôle des virus sont entre-autres:


-Utiliser des boutures issues de parcelles saines.
- Utiliser des variétés résistantes - Rotation des cultures.
- Lors de la coupe des boutures utiliser des outils propres ou désinfectés.

- Se procurer du matériel de plantation indemne de virus (sain) à partir des cultures de tissus

- Retirer et détruire (éliminer) des champs de multiplication et de production, les plantes


présentant des symptômes de maladies virales
- Isoler les nouvelles plantations des anciennes - Réduire la population des insectes vecteurs.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 231


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

2. MALADIES FONGIQUES DES FEUILLES, DES RACINES TUBÉREUSES ET DES


TIGES DE LA PATATE DOUCE

2.1. Scab ou gale de la patate douce

Agents pathogènes : Elsinoe batatas (anamorphe= Sphaceloma batatas)


Ils apparaissent généralement sur la face inférieure de la feuille, de petites lésions circulaires brun
clair à brun foncé. Les minuscules lésions couvrent les nervures des feuilles et les rétrécissent,
provoquant l’enroulement des feuilles. Dans les cas graves, les pétioles et les tiges sont eux aussi
atteints, et présentent des déformations et des distorsions. Les plants infectés croissent en hauteur
au lieu d’adopter un port rampant. Les pertes de rendement peuvent atteindre 60%.

Symptômes des tiges et des feuilles de la patate douce dus à Elsinoe batatas

La maladie est importante en Asie du Sud-Est et dans le pacifique du Sud islandais, où l'agent
pathogène a provoqué d’énormes pertes avec la mauvaise formation de racines tubéreuses.

 Contrôle:
Outre les rotations de cultures et l’emploi de boutures saines et traitées, des traitements fongicides
peuvent être utilisés pendant la culture. On traite dès l’apparition des premiers symptômes par
pulvérisation du feuillage. Une répétition du traitement est conseillée 15 jours après. Certaines
variétés sont plus sensibles à cette maladie. Les variétés les plus résistantes et les bonnes pratiques
d’hygiène devraient être utilisées pour le contrôle de la maladie.
2.2- Alternariose
Agent pathogène : Alternaria bataticola

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 232


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Plante-hôte : Ipomoea batatas Symptômes


Elle apparaît sous forme d’anneaux bruns au niveau des feuilles tandis que les lésions noires
apparaissent sur les pétioles et les tiges. L'alternariose débute par de petites taches noirâtres,
ovaliformes à arrondies, nettement délimitées et souvent légèrement déprimées. Sur les cultivars
sensibles, ces taches évoluent en lésions de plusieurs centimètres de long qui se craquellent et dont
le centre blanchit en vieillissant. L'extension longitudinale des lésions entraîne une défoliation plus
ou moins importante des cordes. Leur extension transversale conduit au dessèchement des parties
distales par étranglement de la tige. L'alternariose de la patate douce s’observe essentiellement sur
vieilles feuilles, tiges et pétioles.

Le développement de cette maladie est favorisé par des températures fraîches et une humidité
relative élevée. Elle est donc plus dommageable en région d'altitude. Alternaria bataticola peut
être également infecté la patate douce dans toutes les zones agro-écologiques. Le champignon
survit dans les débris, et les spores se propagent par le matériel de plantation infecté. Des pertes de
rendement d'environ 60 % ont été enregistrées sur un cultivar sensible.
Contrôle :
L'utilisation de cultivars résistants est conseillée dans les régions où l'alternariose pose des
problèmes. Les fanes atteintes doivent être brûlées après la récolte. Il convient d'utiliser des
boutures saines pour la plantation de nouveaux champs.

2.3- Pourriture noire (Ceratocystis fimbriata)


Agent pathogène : Ceratocystis fimbriata
Plantes-hôtes : la patate douce

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 233


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

La pourriture noire de la patate douce est causée par un champignon Ceratocystis fimbriata. Cette
maladie, qui a été observée en Afrique de l’Ouest, est particulièrement dangereuse car elle se
manifeste aussi bien au champ que dans le magasin. Au champ, on observe un jaunissement des
jeunes feuilles et un noircissement des parties souterraines de la tige. Le champignon est
responsable d’un goût amer de la patate, entraînant ainsi la perte de valeur marchande de la patate
douce.

Symptômes
Les pousses infectées présentent une petite lésion noire à proximité de la patate. Cette lésion
s’agrandit, parfois jusqu’à la surface du sol; elle entoure la pousse et provoque un jaunissement des
feuilles, le flétrissement, voire la mort de la pousse. Les racines tubéreuses infectées peuvent
également présenter des lésions ou pas au moment de la récolte. Les taches sont noirâtres,
légèrement enfoncées et circulaires. Dans des conditions de stockage favorables, ces lésions
s’agrandissent. Le champignon peut être observé sous forme de structures courtes et foncées de
type soies à l’intérieur d’un cercle de 13 mm de diamètre au centre de la lésion. Les lésions de la
patate peuvent s’étendre au centre et noircir la chair.

Symptômes avancés de la pourriture noire (taches grandes, circulaires, déprimées, brunes sombre à
noires) sur la peau des racines tubéreuses

 Contrôle :
- En cas de persistance de la maladie, faire la rotation des cultures (4 à 5 ans sans patate
douce) ou un traitement (fumigation) du sol ;

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 234


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Utiliser du matériel de plantation sain, dans les endroits où des plantes mères saines sont
difficiles à trouver, les boutures doivent être coupées à 2 cm au-dessus du sol pour éviter les
parties infectées de la plante.
- A la plantation utiliser des boutures plutôt que de morceaux de racines tubéreuses

- Choix de variétés tolérantes

- Enraciner les boutures dans un sol désinfecté avant de les planter au champ

- Appliquer un fongicide sur le matériel à planter.

NB : la pourriture noire due à Botryodiplodia theobromae


Cette pourriture est initialement fermes et humide, mais les racines tubéreuses se noircissent
rapidement et se momifient entièrement. La pourriture débute soit à une extrémité soit aux deux
extrémités de la racine tubéreuse; elle est d’abord brune, puis vire au noir.

2.4- Pourriture molle (Rhizopus stolonifer; Mucor sp. ) Agents


pathogènes : Rhizopus stolonifer; Mucor sp.
Plantes-hôtes : la patate douce et d’autres cultures

Cette maladie est présente partout dans la patate douce et d'autres cultures. Il attaque les organes
charnus de plantes qui sont riches en sucre ou en amidon. La pourriture molle peut détruire les
racines tubéreuses récoltées en 48 heures, si elles ne sont pas protégées contre la lumière du soleil.

Symptômes :
La pourriture molle se produit après la récolte. Les racines tubéreuses stockées deviennent moues,
humides et filandreuse, commençant souvent aux extrémités. Une odeur comme de l'alcool forte
est produite. Une moisissure grise se développe généralement abondamment sur la surface. Lorsque
le processus de pourrissement est terminé, ou contrôlé, les parties touchées de la patate se
rétrécissent, se dessèchent et durcissent.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 235


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Pourriture des extrémités ou au niveau des blessures de la racine tubéreuse

 Contrôle :
Le lavage des racines tubéreuses avant le stockage est particulièrement propice à la pourriture. Il
est préférable de stocker les racines tubéreuses à environ 13 °C et à 95 % d'humidité relative.
Jusqu'à présent, aucune variété résistante n'a été trouvée, mais certaines variétés pourrissent plus
vite que d’autres (plus sensibles).

2.5- Fusariose causée Fusarium oxysporum f.sp. Batatas


Agents pathogènes : Fusarium oxysporum f.sp. Batatas
Plantes-hôtes : la patate douce et plus de 100 autres cultures

la présence de flétrissement fusarien (Fusarium oxysporium) est caractérisée par le manque d’éclat
des feuilles suivi de flétrissement et de la mort de la plante Symptômes :
Les premiers symptômes apparents sont le jaunissement des feuilles de la patate douce, suivi de
leur flétrissement et de leur chute, voire de la mort de la plante. La mort des faisceaux vasculaires
de la tige s'accompagne d’une coloration brune à violette, qui peut être accompagnée d’une
fissuration de la tige. Les plantes atteintes peuvent tout de même développer des racines tubéreuses,
mais ces dernieres présentent généralement des tissus vasculaires infectés et colorés. La pourriture
peut survenir pendant le stockage. Les tiges mourantes présentent une croissance fongique rosâtre.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 236


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Brunissement des vaisseaux et pourriture fusarienne de la patate douce 


Contrôle :
Aucune lutte chimique n’a été efficace jusqu’à présent mais la désinfection du sol par traitement à
la chaleur ou par fumigation donne un résultat satisfaisant. Mesures prophylactiques :
- Utilisez les stocks de végétal exempt de maladies

- Utilisation des rhizomes provenant des institutions de recherches

- Eviter la plantation des patates douces dans des champs avec une histoire récente de
flétrissement.

V. RECOLTE ET RENDEMENTS DE LA PATATE DOUCE


La récolte doit se faire dès la maturation, sinon les rendements ne seront pas satisfaisants et les
racines tubéreuses se conserveront mal. La récolte tardive donne des racines tubéreuses fibreuses,
qui ont mauvais goût et sont attaquées par les charançons de la patate douce et certaines pourritures.
En zone tropicale humide, la maturation intervient 4 à 6 mois environ après plantation. Certaines
variétés signalisent le moment de la maturation par un jaunissement des feuilles, suivi d’un fanage,
bien que d’autres ne réagissent pas de la même manière. Les racines tubéreuses sont définitivement
mûres quand le latex qui en sort lorsqu'on les coupe ne prend pas rapidement une couleur foncée,
mais reste au contraire plutôt clair.
Une bonne récolte de patates doit se faire à la main ou en utilisant des outils avec beaucoup de
précaution afin d’éviter les altérations diverses des racines tubéreuses, lesquelles sont très molles
et très délicates. Pour un bon stockage, une période de ressuyage de deux à trois jours est nécessaire.
Durant cette période, la patate exposée à l’air ambiant et au soleil se raffermit, tandis que les sèves
véhiculant des parasites se dessèchent. Les rendements varient suivant le système de culture. En
milieu paysan il peut être de 5 tonnes à l’hectare, contre 20 tonnes à l’hectare en culture intensive.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 237


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU PIMENT

(Capsicum frutescens)

GENERALITES

Par son goût généralement épicé, le piment est bien apprécié dans l’alimentation humaine. C’est
un légume très riche en vitamines A et C. En fonction des variétés, le piment est plus ou moins
fort. Il facilite d’ailleurs le travail des glandes digestives et a une action positive sur la circulation
sanguine, surtout chez les personnes âgées. Adapté aux conditions tropicales, Il tolère bien la
chaleur. Il se cultive toute l’année, mais l’irrigation est nécessaire en saison sèche. Les meilleurs
rendements sont obtenus en culture de contre saison (juillet-août). Le piment pousse bien dans
toutes les zones agro-écologiques du pays.

EXIGENCES DE LA CULTURE

 La plante pousse bien jusqu’à 2000 mètres d’altitude


 La température optimale de croissance est entre 20 et 30°C
 Peut-être cultivé en cultiver avec ombrage, comme le bananier plantain
 Entre 600 et 1250 mm de pluies bien réparties sur l’année
 Les sols doivent être meublés de texture limono-argileuse et riche en matière organique;
éviter des marécages et des sols trop sableux.

Les variétés de piment les plus cultivées sur le marché et les plus recherchées sont se trouvent dans
le tableau ci-dessous:
Variétés Caractéristiques principales
Safi Piment de forme globuleuses cycle de récolte est de 90 jours
Jaune de Burkina Forme globuleuse avec pointe aiguë jaune à maturité; cycle de
récolte 120 jours

Piment thaïlandais Couleur verte ou rouge à maturité, goût persistant

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 238


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Salmon Présente de petits fruits dressés de 4 à 6 cm de long, allongés et


pointus, rouge vif à maturité. Le cycle de récolte est de 80 jours.

Langue d’oiseau Fruit plus trapu avec un bout arrondi


Antillais En forme de lanterne, vert clair à rouge. Cycle de récolte 90 jours

CONDUITE DE LA CULTURE

LA PEPINIERE

 Choisir un espace de pépinière à l’ombre, proche d’un point d’eau et proche de votre
champ
 Confectionner des planches de 20 cm de hauteur, d’1 mètre de large et d’une dizaine
de mètre de longueur
 Deux semaines avant le semis, il faut enfouir des fientes de poules dans la planche
de pépinière, à raison de 5 kg par m2. A défaut de ce fumier, épandre un engrais de type
NPK + Mg comme le 12 06 19 + 5 à raison de 10 grs par mètre linéaire.
 Ouvrir les lignes de semis sur la largeur ou sur la longueur de la planche, espacées
de 20 cm, avec 2 cm de profondeur.

 Déposer les graines le long des lignes de semis et recouvrir légèrement sans tasser
le sol.  Arroser copieusement, procéder à un paillage

Paillage du sol

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 239


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Pour un hectare de plantation, il faut prévoir environ 1,5 kg de semences, et une


pépinière d’environ 200 m2
 Les plants vont passer environ 35 jours en pépinière. Il faut prévoir une ombrière si
la pépinière n’est pas à l’ombre.
 Eviter les plantes de la famille des solanacées

Pour obtenir la semence, il faut:


 Après avoir acheté les fruits, il faut les sécher au soleil pour deux jours
 Casser les fruits pour en extraire les graines
 Tremper ces graines dans de l’eau
 Recueillir et jeter celles qui surnagent
 Conserver les graines qui se sont déposées au fond du récipient
 Les sécher au soleil
 Les conserver à l’ombre pour 2 jours

PLANTING

 Défricher et nettoyer le site


 Notons que le piment ne doit pas succéder au piment sur une même parcelle, alterner
avec le maïs ou même le haricot.
 Une semaine avant le repiquage en champ, creuser des trous de profondeur de 20
cm.
Les écartements de planting sont les suivants: 80 x 80 cm, ce qui fait 13 750 plants par hectare.
 Mélanger la terre de surface avec du fumier bien décomposé, un kg par trou

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 240


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Application de fumure de fond


 On peut repiquer un mois et demi après le semis en pépinière
 Arroser les trous de la plantation
 Introduire les plants à repiquer dans le trou sans enterrer le collet
 Tasser légèrement autour du plant
 Chaque semaine, pulvériser les plants avec un fongicide et insecticide (Manèbe et
Cypercal)
En culture de saison, le semis en pépinière se fait en février, tandis qu’en culture de contre-saison
il se fait en Août.

IRRIGATION

 Arroser régulièrement en saison sèche, puisque le piment est sensible au manque


d’eau, surtout en période de formation des fruits. Arroser de préférence en soirée.
 Les arrosages doivent éviter autant que faire se peut, le contact avec les feuilles.
Arroser au goulot.

FERTILISATION

La fertilisation se fait à deux niveaux : tout d’abord en pépinière et en champ. En pépinière, on


peut apporter deux semaines après la levée des plants un engrais de type 20 10 10 suivant les lignes

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 241


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

de semis, qu’on va enfouir, à raison de 50 grs par mètre linéaire soit environ 10 capsules de bière
et à 10 cm de la ligne.
En champ, la fumure de fond (fiente de poule) est d’abord appliquée à raison d’un kg par poquet
une semaine avant repiquage. Puis deux semaines plus tard, on applique un engrais de type 12 14
19 + 5 Mgo à la dose de 15 grs par plant (3 capsules de bière).
 Lors de l’apparition des premières fleurs, appliquer le même engrais à la même dose
 Et quand les premiers fruits se forment, appliquer le 10 10 20, une cuillère à café
par plant.

TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE

Le piment, tout comme les plantes de la même famille que lui, est sensible aux maladies et
ravageurs. On peut citer les maladies comme le mildiou, l’alternariose qui provoquent les
pourritures de feuilles et même des fruits. On remarque que ces pourritures sont favorisées par des
pluies abondantes. C’est la raison pour laquelle les fréquences de traitements seront rapprochées
en saison des pluies. Deux semaines après le semis, commencer à traiter dépuis la pépinière avec
un mélange de Fungicide et d’insecticide (Manèbe® et Cypercal®. En saison pluvieuse, ce
traitement se fera une fois par semaine et en saison sèche, une fois toutes les deux semaines. On
peut alterner le Manèbe® avec un produit comme le Dacobre®.
Pour une lutte efficace contre les nématodes, il faut appliquer une demi-cuillère à café de
nématicide que l’on peut mélanger à la fumure de fond. Comme nématicide, appliquer le Furaplan®

Alternariose sur feuille

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 242


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

RECOLTE ET RENDEMENTS

Les premiers fruits vont se récolter environ un mois et demi après la floraison. Cela fait 3 à 4 mois
après le repiquage. Bien-vouloir les laisser bouillir pendant 30 à 40 minutes dans l’eau avant de
les faire sécher au soleil pour améliorer leur conservation. Et cette même récolte peut s’étaler sur
4 mois.

Piment vendu frais piment sec et en poudre

Les fruits mûrs doivent être récoltés avec le pédoncule et en absence de pluies. Les produits doivent
être mis dans des filets, pour éviter des pourritures. Les rendements sont de 12 000 kg par an pour
1 hectare, en ce qui concerne des variétés hybrides. La variété langue d’oiseau possède cependant
des rendements moindres (moins de 3,5 tonnes à l’hectare).
NB: Après chaque récolte, il faut appliquer un traitement fongicide et insecticide, et appliquer une
autre dose de fertilisation (10 10 20).

TECHNOLOGIE DE PRODUCTION DU POIVRON

(Capsicum annum)

GENERALITES

Le poivron est un légume-fruit composé à plus de 90% d’eau et utilisé de plus en plus pour divers
usages. En effet, c’est un aliment qui lutte fortement contre la prise de poids, du fait de sa richesse
en capsicine. Il est également une source importante de vitamine C dont le rôle n’est plus à

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 243


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

démontrer dans la santé humaine : antioxydant, il renforce les os et les dents, les gencives et les
cartilages. Il est reconnu aussi comme un anti-cancérigène, surtout pour ce qui est du cancer du
sein, du colon et des tumeurs cérébrales. Le poivron prévient les risques d’AVC, de maladies
coronariennes et des maladies cardiovasculaires. Le poivron est aussi connu comme un aliment
jouant un rôle important dans l’hygiène intestinale et de la peau (en prévenant le vieillissement).
Au Cameroun, les grands bassins de production de poivron se situent dans la région de l’Ouest,
d’où il est évacué dans le reste du pays et même à l’extérieur. Il est beaucoup plus sollicité pour
relever le goût des mets traditionnels.

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE


i) Choix du sol :

- Sol profond, bien drainé, chaud et bien pourvu en humus et en matières nutritives aisément
assimilables.
- Sol humifère et des bas-fonds. - Le pH optimum se situe entre 6,5 à 7. ii) Les

exigences en chaleur :

- C’est une plante exigeante en chaleur, son optimum de croissance se situe à 24°C
- La croissance de la plante se ralentit à des températures inférieures à 13 °C - Elle une plante
très sensible aux températures basses.
- Les températures supérieures à 35°C réduisent la fructification et la photosynthèse.
iii) Les exigences en lumière :
- elles sont très grandes : dans les vergers ou sous les ombres, le poivron ne donne pas des
rendements satisfaisants. iv) Les exigences en eau :
- c’est une plante exigeante en humidité du sol : il faut 80-85 % d'humidité afin d'obtenir de
bons rendements.
- Lorsque l'humidité relative de l'air est basse (inférieure à 60 %) et la température est élevée,
les fruits ne grandissent pas.

II. CONDUITE DE LA CULTURE


i) PEPINIERE
- Prévoir 300 g de semence / ha de culture - Labourer et affiner le sol.
Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 244
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Former des planches de 1,20 m de largeur.


- Engraisser avec une fumure de fond.
- Tracer des lignes avec une règle, distantes de 20 cm et profondeur de 1 cm.
- Semer 1 graine distante de 2 cm sur la ligne.
- Arroser régulièrement pour maintenir l'humidité et procéder au paillage qui sera retiré
immédiatement après la levée. Puis construire une ombrière - la germination a lieu après 2
semaines.
- Il est recommandé de semer suffisamment de plants afin de pouvoir remplacer les
manquants.

ii) TRANSPLANTATION
- La transplantation a lieu 1 à 2 mois après le semis ou au stade de 5 à 6 feuilles (hauteur :
10 cm).
- Pendant le mois qui précède la transplantation : procéder à un labour profond à 30 cm.
- Ensuite, affiner le sol et niveler le terrain si nécessaire.
- Procéder aussi à l'épandage et à l'enfouissement de la fumure de fond (organique et
minérale) sur l'ensemble de la parcelle.
- Faire des plates-bandes (planches de culture) de 1m de largeur. Un billonnage est suffisant
si le sol est bien meuble.
- Juste avant la plantation, procéder à une irrigation pour humidifier le sol
- Densité : 200 plantes pour 1 are (100 m2). Soit un mètre entre les lignes et 0,5 m entre les
plants de la même ligne.
- Les manquants doivent être remplacés immédiatement après la reprise.

iii) Irrigation :
- Les besoins de la culture sont de 600 à 800 mm/ cycle, soit 400 mm pendant la période
végétative et 200 à 400 mm pendant la période reproductive.
- L'irrigation consiste à mettre à la disposition de la plante la quantité d'eau nécessaire à ses
besoins en temps opportun car le poivron se remet difficilement du stress hydrique.
- Il faut irriguer juste après le repiquage et diminuer les apports en eau, afin d'assurer une
restauration normale des racines et une bonne reprise des plants.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 245


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- Observer attentivement l'attitude des plantes : la restauration des racines commence lorsque
la couleur vert foncé des feuilles revient. Accroître dès lors les apports en eau mais pas de façon
excessive.
- En cas de fortes chaleurs, il ne faut pas laisser se dessécher la plante ; il est recommandé de
l'arroser par de légères irrigations.
- A partir de la floraison, arroser les plants de manière régulière

iv) Fertilisation :
- Le poivron exige une grande quantité de fumure minérale et organique.
- L'épandage du sol se fait 15 à 30 jours avant transplantation.
- Les besoins de poivron dépendent de son stade végétatif, on distingue 3 stades :
5 (cinq) jours avant transplantation : épandre un fumier bien décomposé à raison de 02 kgs au
moins par poquet en fumure de fond. A défaut, appliquer un engrais de type NPK 11 22 16 ou du
12 14 19 à raison de 22 grs par poquet mélangé au sulfate de potassium à raison de 8 grs par poquet
en fumure de fond.

Durant la floraison : en moyenne 40 jours après la transplantation, appliquer


- NPK 11 22 16: 15 grs par plant
- Sulfate de potassium K2SO4: 20 grs par plant
- Urée: 2grs/plant
v) ENTRETIEN AERIEN
Il consiste au :
Tuteurage : Toujours soutenir les plants dans le mois qui suit le repiquage
Ebourgeonnage : il se fait en enlevant les bourgeons axillaires qui poussent sur la tige principale
au fur et à mesure du développement de la plante. Cette opération se fait le matin et se répète
suivant l'allure à donner au plan.

Effeuillage : il se fait en éliminant les feuilles basales touchant le sol ou les feuilles âgées non
fonctionnelles. Cette opération commence dès que les premières feuilles jaunissent, ce qui permet
une meilleure aération de la base de la plante.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 246


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

- un Sarclo-binage est fortement recommander, pour favoriser l’infiltration des eaux de


d’arrosage et de pluies, et combattre les adventices.
- Le buttage se fait afin d’éviter l'accumulation d'eau sur les racines et pour renforcer les
plantes.
- Arroser régulièrement surtout en période sèche.

vi) CONTROLE PHYTOSANITAIRE


V- TRAITEMENTS DES MALADIES ET RAVAGEURS DES POIVRONS :
 Maladies fongique :
- Les traitements se font par des fongicides à base de Manèbe, Mancozèbe pour éviter
certaines attaques cryptogamiques.
- Traitements préventifs contre les principaux agents pathogènes, en particulier contre
l'oïdium, la pourriture grise, les acariens, le mildiou, Rhizoctonia

 RAVAGEURS
Les principaux ravageurs sont : les Mouches, Pucerons, chenilles de noctuelles, Rongeurs :
- l'attaque de ces ravageurs entraîne des froissements des feuilles et des chutes de fruits.
Lutte :
- Traitements à base de Diméthoate, contre les pucerons et les rongeurs.

III. RECOLTE ET RENDEMENT

 La récolte commence 2 mois après transplantation lorsque les fruits sont fermement
attachés à la plante. Elle se fait au stade des fruits vert avant la maturité.
 Pour effectuer la récolte, il est recommandé d'utiliser un sécateur ou un couteau pour
sectionner les pédoncules car ils sont solidement attachés aux tiges.
 Le rendement varie beaucoup en fonction de la variété, de la région de production
et de son entretien.
 Le rendement est en moyenne de 5 à 7 kg pour une superficie de 10 m 2, soit 5 à 7
tonnes à

l’hectare.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 247


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

LA TECHNOLOGIE DE CULTURE DE LA TOMATE


(Lycopersicon esculentum)

GENERALITES

 Les fruits de la tomate sont riches en vitamine B, C, en fer et en phosphate.

 C’est une culture de plus en plus pratiquées par les agriculteurs situés en zones
périurbaines et en zones forestières.
 La culture demande un suivi régulier des parcelles et la nécessité de respecter les
fréquences d’application des pesticides.

I. LES EXIGENCES DE LA CULTURE


 Les températures optimales de croissance sont de 20 à 24°C. Elle s’adapte à une
gamme variée de milieux écologiques
 Durant les 110 à 140 jours que dure son cycle, la plante a besoin de 400 à 750 mm
de pluies
 La tomate ne s’adapte pas mieux à la saison des pluies, du fait des fortes humidités
qui favorisent des maladies fongiques (dues aux champignons)  La tomate aime les sols
légers, profonds et bien drainés.

II. LES VARIETES DE TOMATES LES PLUS UTILISEES


 Les variétés à croissance indéterminée: ceux sont des variétés qui continuent à
pousser même après la floraison. Ce qui prolonge la récolte. Elles ont besoins de tuteurs.
Exemple: Rio-grande, Batar, Lindo (resiste au flétrissement et se pratique en saison sèche),
nadira (bon en zone froide), Cobra, Panthère 17, Griffaton hybride, Seminis, Grenier
bagdar
 Les variétés à croissance déterminée. Ceux sont des variétés qui arrêtent de croître
après l’apparition des fleurs. Pendulina jaune, Mei Mei, Balcon de grèce, Ukrainian bush,
Outdoor girl, Ida gold, Alaska wonder.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 248


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Tomates déterminées comprennent toutes les variétés de tomates compactes buissonantes. Souvent,
les plantes de tomates à croissance déterminée ne poussent pas à plus d'un mètre de
hauteur, mais développent généralement plusieurs grandes pousses.
Par conséquent, ces tomates buissonnantes sont idéales pour la culture en pots sur balcons et
terrasses, car elles sont moins sensibles aux fortes brises ou mauvais temps, par rapport aux autres
tomates.

III. CONDUITE DE LA CULTURE


III.1. CONFECTION DE LA PEPINIERE

 Prévoir au moins 500 grs de semences pour un hectare de plantation, et 150 m2 de


pépinière
 La pépinière doit être proche d’un cours d’eau et proche de la future plantation

 Etablir des planches de culture de 20 cm de haut, 10 mètres de long et 1 mètre de


large. Le sol doit être bien ameubli.
 Enfouir la fumure de fond (fiente de poule ou lisier de porc ou compost) par
incorporation à raison d’un seau de 10 litres par mètre carré.
 Appliquer un nématicide du genre TEMIK® ou BASTION® sur la planche, à raison
de 10 grs par m2.
 Ouvrir les lignes de semis perpendiculairement à la longueur de la planche, de 2 cm
de profondeur
 Déposer les graines dans les sillons et les refermer délicatement. Ne pas trop serrer
les graines dans le sillon
 Déposer la paille sur la planche et arroser copieusement, arroser le matin et le soir

 Une semaine après semis, retirer la paille et construire une ombrière

 Dix jours après la levée, appliquer un fungicide (Trimangol ®, Plantizeb®, Nordox


super®) et un insecticide (Cypercal®, Cyperplant®)

 Réduire au fur et à mesure l’ombrage en pépinière en retirant les palmes sur


l’ombrière.

 Un mois après semis, les plants peuvent être transplantés en champ.


Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 249
Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.2. PLANTATION

III.3.1. CHOIX ET PREPARATION DU TERRAIN

 Nettoyer la parcelle et faire un labour profond.

 Confectionner des billons ou des planches bien droites, espacées d’1m 20 les uns
les autres.
 Les planches ne doivent pas être hautes, surtout en saison sèche.

 Les écartements de repiquage étant de 1 mètre 20 entre les lignes et de 80 cm entre


les plants de la même ligne, on va incorporer 300 grs de fumure tous les 80 cm sur la même
ligne. Ceci se fait deux semaines avant repiquage
 Cette fumure de fond sera suivie le même jour de 10 grs de nématicide dans le même
poquet.
 Chaque poquet devra recevoir 2 plants, donc prévoir près de 22 000 Plants à
l’hectare

Jeunes plants de tomate

III.3.2. REPIQUAGE DES JEUNES PLANTS

 Dans la pépinière, il faudra se servir d’une pelle pour retirer les plants avec leur
motte de terre

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 250


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

 Séparer les plants les uns des autres en prenant soins de couper les racines pivotantes
qui s’allongent
 Les introduire dans le poquet de façon à ne pas enterrer le collet, tasser légèrement

 Prévoir un creux autour du collet pour collecter l’eau d’arrosage

III.3.3. ENTRETIEN DE LA PLANTATION

 Eliminer régulièrement les mauvaises herbes

 Biner pour rendre la couche supérieure du sol plus perméable

 Arroser régulièrement surtout quand on a connu plus de deux jours sans pluie

III.4. FERTILISATION

 10 à 15 jours après le repiquage, mélanger 2 mesures de 12-14-19 (yara mila) associées à


une mesure de Nitrate de calcium (Yara liva). Puis appliquer quatre capsules bière de ce
mélange par poquet.

Nécrose apicale due au manque de calcium dans la plante

 15 jours après cette application, faire une seconde application du même type.

 Une semaine avant la floraison (moins de mois après transplantation), appliquer


un engrais foliaire du type 20-20-20. A raison de 50 g par pulvérisateur de 15 litres.
 Un engrais de type 20-10-10 peut également être épandu à cette même période, si
la verdure n’est pas satisfaisante
 Il n’existe de programme standard de fertilisation

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 251


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.5. LA TAILLE

 La taille vise à supprimer les parties de la plantes inutiles ou encombrantes, afin


d’accroître le rendement. On supprime aussi les vieilles feuilles ainsi que les tiges basales
 Il existe des tiges supplémentaires qui se forment souvent à l’aisselle des feuilles et
que l’on appelle gourmands. Il faut supprimer les gourmands lors de la taille.
 On taille aussi quand on veut conserver un certain nombre de tiges, surtout chez les
variétés à croissance indéterminée.
 Le plus souvent c’est deux tiges qu’on conserve et le reste est systématiquement
éliminé à l’aide d’un outil tranchant.
 Soutenir les plants avec des tuteurs et pailler le sol pour éviter les pertes en eau ainsi
que les attaques de champignon

Supports sur plants de tomate

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 252


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

III.6. TRAITEMENT PHYTOSANITAIRE

 LES CHAMPIGNONS

Les champignons nuisibles à la culture de la tomate sont le mildiou, l’oïdium et la cercosporiose.


Le mildiou est le plus dangereux des trois. Il se manifeste par un jaunissement des feuilles ainsi
que la pourriture de celles-ci. La cercosporiose présente les symptômes similaires au mildiou, mais
a lieu en zones chaudes. L’oïdium quant à lui, se manifeste comme une poudre blanche à la face
supérieure des feuilles, puis les feuilles jaunissent.
De manière générale, les fongicides recommandés contre les champignons sont les suivants:
Penncozeb®, Trimangol®, Plantineb®, Metrostar®. Appliquer une semaine après repiquage.

 LES INSECTES RAVAGEURS

Les principaux insectes ravageurs de la tomate sont entre-autre la mouche blanche, les chenilles
(larves de papillon).

Les mouches blanches piquent et sucent les feuilles en transmettant les maladies virales qui à leur
tour font chuter les feuilles

Mouches blanches sur feuilles

Les papillons pondent les œufs dans les tout jeunes fruits. Les larves qui en sortent vont dévorer le
fruit de l’intérieur, jusqu’au stade adulte. C’est la raison pour laquelle il faut respecter les
traitements insecticides à la floraison. Certaines mouches du fruit utilisent le même mode
opératoire.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 253


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Pour combattre les insectes, il faut appliquer un insecticide comme le Cypercal® ou encore Capt
forte® (à la floraison). Les applications se feront une fois toutes les deux semaines en saison sèche
et une fois par semaine en saison des pluies.

«Suspendre les traitements deux semaines avant la récolte»

IV. RECOLTE ET RENDEMENTS


Environ deux mois après le repiquage, la récolte débute. Le rendement moyen en culture de la
tomate est de 30 tonnes à l’hectare.
 Les fruits destinés à la vente sont récoltés couleur jaune virant au rose

 Les fruits destinés à la consommation directe sont récoltés couleur orange virant au
rouge  Les fruits destinés à la transformation sont récoltés couleur rouge vif.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 254


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

FAO. 1989. Edible plants of Uganda: the value of wild and cultivated plants as food. Rome.

FAO. 1995. Improving nutrition through home gardening: a training package for preparing field
workers in Southeast Asia. Rome.

FAO. 2002. Agriculture, alimentation et nutrition en Afrique: un ouvrage de référence à l’usage


des professeurs d’agriculture. Rome.

IPGRI. 1999. The biodiversity of traditional leafy vegetables. éd. par J.A. Chweya & P.B.
Eyzaguirre. Rome.

Institut international des ressources phytogénétiques (IPGRI) Via delle Sette Chiese, 142
00145 Rome Italie

site Web ci-après fournit des informations, des ressources et du matériel didactique sur la lutte
intégrée contre les ravageurs.

http://www.community.ipm.org/

IIRR. 1991. The biointensive approach to small-scale household food production. Silang, Cavite,
Philippines. Institut international pour la reconstruction rurale.

Jeavons, J. 1995. How to grow more vegetables than you ever thought possible on less land than
you can imagine. 5th ed. Published by Ecology Action of the Mid-Peninsula. Berkeley, Etats-Unis,
Ten Speed Press.

UNICEF. 1982/85. The UNICEF home gardens handbook: for people promoting mixed gardening
in the humid tropics, par P. Sommers. New York, Etats-Unis ;

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 255


Technologies de production végétale en Afrique de l’Ouest et du centre, Aout 2022

Agromisa Foundation. 1997. Preservation of fruits and vegetable, par Agromisa Human Nutrition
and Food Processing Group, Agrodok 3. Wageningen, Pays-Bas, Fondation Agromisa et Centre
technique pour la coopération agricole et rurale.

FAO. 1988. Techniques de transformation et de conservation artisanales des fruits et légumes, par
G. Amoriggi. Rome.

FAO. 1990. Utilisation des aliments tropicaux: racines et tubercules. Etude FAO: Alimentation et
nutrition n° 47/2. Rome.

FAO. 1990. Utilisation des aliments tropicaux: fruits et feuilles. Etude FAO: Alimentation et
nutrition no 47/7. Rome.

GERES. 1997. Drying foodstuffs: techniques, processes, equipment, par Jean-François Rozis.
Préparé avec l’appui de la FAO, du Ministère hollandais de la coopération et du développement, et
du Centre technique pour la coopération agricole et rurale. Leiden, Pays-Bas, Backhuys Publishers.

GERES (Groupe énergie renouvelable et environnement) 2, cours Maréchal-Foch - 13400


Aubagne – France,

FAO. 1993. The group promoter’s resource book: a practical guide to building rural self-help
groups. Rome.

Barthélemy BAWAR, M.Sc, Agrotechnologue 256

Vous aimerez peut-être aussi