Vous êtes sur la page 1sur 39

UNIVERSITÉ MOHAMMED V - AGDAL RABAT

Faculté des Sciences

Département de Physique
Master Physique Nucléaire
Et Technologie des Rayonnements
MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES
intitulé :

MODELESATION DE
BENCHMARK DE SCHULZ ET
RESOLUTION DE L’EQUATION
DE DIFFUSION NEUTRONIQUE
PAR LA METHODE DES
ELEMENTS FINIS MOYENNANT
LE CODE TRIVAC

Présenté par :
Abdelhaq Chkirida
Soutenu le 10 Décembre 2019 devant la commission d’examen :

Mr. Abdelouahaed CHETAINE Faculté des Sciences - Rabat Encadrant


Mr. Abdelmajid SAIDI Faculté des Sciences - Rabat Professeur
Mr.Abdelghani CHAHTI Faculté des Sciences - Rabat Professeur
Mr.Taoufiq BOUASSA Faculté des Sciences - Rabat Co-encadrant

Année universitaire 2018-2019


Remerciements

Le travail présenté dans ce mémoire a été réalisé au laboratoire de master du


Physique et Technonogie des Rayonnements Nucléaires (PNTR)-Rabat.

Nos vifs remerciements s’adressent tout d’abord à l’ensemble des professeurs


qui nous ont enseigné à la faculté des sciences Rabat (FSR), et spécialement en
master de recherche PNTR, et surtout notre encadrant, le responsable du master
Pr.Abdelouahed CHETAINE, pour son encadrement, sa disponibilité, son
soutien et pour son suivi permanent tout au long de ce projet.

Nous tenons à exprimer nos remerciements aux membres du jury qui ont ac-
cepté d’évaluer notre travail de mémoire. Nous remercions monsieur, Abdelmajid
SAIDI et monsieur, Abdelghani CHAHTI professeur à la faculté des sciences
Rabat, d’avoir accepté de juger ce travail.

Nous remercions aussi tous les étudions du doctorat à la FS Rabat mon-


sieur,
Mohamed EL MAATAOUI et monsieur, Taoufiq BOUASSA, pour avoir
partager avec nous leurs connaissances sur le code de calcul MCNP, et pour ces
précieux conseils avisés qui nous ont permis d’avancer le projet.

Merci à nos familles qui nous ont soutenu tout au long de cette période.
Nous voudrions remercier tous ceux qui ont participé de loin ou de prés à
l’aboutissement de ce travail.
Dédicace

A mes parents

Aucun mot si sacré soi-il, ne suffira à apprécier à sa juste valeur, le soutien matériel
et spirituel, les sacrifices que vous ne m’avez cessés de déployer.
On vous offre en guise de reconnaissance, ce modeste travail en vous souhaitant
santé, bonheur et longue vie qu’on puisse combler à nous tour.

A mes chères sœurs et frère

Je vous dédie ce travail en témoignage des liens solides et intimes qui nous unissent
et pour leurs soutiens, encouragements en vous souhaitant un avenir plein de succès
et de bonheur.
A tous mes collègues et amis du master physique nucléaire et technique des rayon-
nements.
Résumé

L’objectif est d’analyser le benchmark de la diffusion neutronique développé par


la communauté de recherche en énergie atomique pour vérification des codes neu-
troniques de meilleure estimation. Le BENCHMARK 3D de Schulz modélise un
noyau VVER-1000 en régime permanent. Les assemblages sont homogènes, repré-
sentés par des paramètres de théorie de diffusion donnés. Il existe sept compositions
de matériaux, dont quatre enrichissements, un absorbeur combustible, des barres de
contrôle et un réflecteur. La méthode des éléments finis sur les grilles de calcul des
tétraèdres est utilisée pour résoudre le problème des neutrons tridimensionnels. Le
logiciel utilisant est le Code TRIVAC.
La précision de la solution du repère est analysée en condensant la grille de calcul
et en faisant varier le degré des éléments finis.
Table des matières

Introduction générale 5

1 Partie théorique 7
1.1 Les sources de neutron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.1 Sources isotopiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.2 Accélérateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.3 Réacteurs nucléaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2 Le flux neutronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3 L’equation de transport neutronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.1 Densité de source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.2 Discrétisation en énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.3 Discrétisation en angle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4 Les méthodes de résolution de l’équation de transport neutronique
par le code TRIVAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4.1 Méthode SPN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4.2 Méthode SN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4.3 Méthode PN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.5 L’équation de la diffusion neutronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.5.1 Loi de Fick . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5.1.1 Approximation P1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5.1.2 Utilisation de la loi de Fick . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5.1.3 Conditions frontières . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

2 Le code utilisé 17
2.1 Code CRONOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.2 Organisation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.3 Langage de programmation et exécution du code . . . . . . . 18
2.1.4 Principaux domaines d’application de CRONOS . . . . . . . . 18
2.1.5 Procédures CPROC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.1.6 Description schématique d’un calcul CRONOS stationnaire . . 19
2.1.6.1 1ère étape : Acquisition des données neutroniques . . 19
2.1.6.2 2ème étape : Description de la géométrie physique . . 19
2.1.6.3 3ème étape : Etat du système . . . . . . . . . . . . . 19

2
2.1.6.4 4ème étape : Calcul des sections efficaces macrosco-
piques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.1.6.5 5ème étape : Choix d’une méthode numérique . . . . 20
2.1.6.6 6ème étape : Calcul du flux stationnaire . . . . . . . 20
2.1.6.7 7ème étape : Calcul de la puissance . . . . . . . . . . 20
2.1.6.8 8ème étape : Modification de l’état du domaine d’étude 20
2.2 Code TRIVAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.2 Spécifications des donnés d’entrée . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.2.1 Structure de saisie globale . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.2.2 Module : GEO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.2.3 Module : MAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.2.4 Module : BIVACT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.2.5 Module : TRIVAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.2.6 Module : BIVACA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.2.7 Module : TRIVAA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.2.8 Module : FLUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.2.9 Module : DELTA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2.2.10 Module : GPTFLU . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2.2.11 Module : OUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2.2.12 Module : ERROR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2.2.13 Module : INIKIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.2.14 Module : KINSOL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.2.15 Module : VAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.3 Exemples de fichiers de données d’entrée . . . . . . . . . . . . 25

3 Expérimentation et discussion des résultat 27


3.1 Description de benchmark : AER Benchmark . . . . . . . . . . . . . . 27
3.2 Résultats informatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3 Calcul de facteur de multiplication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4 L’études en différentes géométries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.5 L’influence de différent méthode sur la convergence des résultats . . . 31
3.6 L’influence de flux dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.7 Flux neutronique rapide et thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

Conclusion 34

Bibliographie 34

3
Table des figures

1.1 Spectre d’énergie des neutrons produits par fission de U(235) . . . . . 8


1.2 S20 LQN quadrature set . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2.1 L’approche modulaire TRIVAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21


2.2 Structure (GEO :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3 Structure (MAC :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.4 Structure (BIVACT :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.5 Structure (TRIVAT :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.6 Structure (BIVACA :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.7 Structure (TRIVAA :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.8 Structure (FLUD :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.9 Structure (DELTA :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.10 Structure (GPTFLU :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.11 Structure (OUT :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.12 Structure (ERROR :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.13 Structure (INIKIN :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.14 Structure (KINSOL :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.15 Structure (VAL :) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.16 Description de IAEA-2D Bnechmark . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

3.1 Géométrie radiale et axiale du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28


3.2 Constantes neutroniques de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.3 Assemblage hexagonal complet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.4 Symétrie de rotation d’un demi-assemblage . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.5 Symétrie hexagonale d’un tiers d’assemblage . . . . . . . . . . . . . . 30
3.6 Représentation de flux en fonction du hauteur . . . . . . . . . . . . . 32
3.7 flux rapide et thermique dans le réacteur. . . . . . . . . . . . . . . . . 33

4
Introduction générale

Il est très important de passer ses compétences acquises en étude théorique d’un
certain nombre de phénomènes et lois physiques, dans notre cas on parle des phéno-
mènes et lois qui gouvernent la physique des réacteurs nucléaires au stade pratique
et technique pour parfaire notre assimilation et visualiser l’applicabilité sur le ter-
rain.
Le domaine de la simulation neutronique joue un rôle important dans les phases de
développement et d’exploitation des réacteurs nucléaires. Avec une densité d’un neu-
tron pour cent milliard d’atomes, cette population neutronique peut être considérée
comme un gaz monoatomique. C’est donc l’équation de transport de Boltzmann,
issue de la mécanique des gaz, qui décrit l’évolution de la population de neutrons
dépendamment des variables spatiales, angulaires et énergétiques.
La résolution de l’équation de diffusion homogénéisée est basée le plus souvent sur
des approximations polynomiales de haut degré.
Deux méthodes sont principalement utilisées : les éléments finis basés sur une ap-
proximation conforme pour le flux permettent une très grande souplesse sur les
géométries de calcul , les méthodes nodales qui utilisent des approximations discon-
tinues sur le flux, elles permettent de tenir compte des coefficients de discontinuité,
elles sont actuellement limitées aux maillages Réguliers, par contre elles sont bien
adaptées aux méthodes de reconstruction de structure fine.
Ce calcul est réalisé à l’aide du code de calcul TRIVACV5. Celui-ci permet de
résoudre l’équation de diffusion de trois manières soit par la méthode élément finis
soit par la méthode nodal ou par la méthode des différences finis dans notre pro-
blème on s’intéresse a résoudre par la méthode des éléments finis et n’oublier pas
le code déterministe a été utilisé comme une référence : le code CRONOS Afin de
répondre à ces objectifs, nous avons réalisé les travaux décrits dans trois chapitres
de ce mémoire :
Le premier chapitre est dédié à de brefs rappels sur l’équation du transport des neu-
trons et l’équation de diffusion et ses simplifications les plus fréquemment utilisées.
Nous exposons rapidement ensuite les principales méthodes de résolution détermi-
nistes.
Le deuxième chapitre donne un aperçu général de la manière dont est mené le calcul
neutronique d’un réacteur nucléaire à l’aide d’un code du transport, il porte ainsi
sur la description des codes de calcul utilisés.
Le troisième chapitre nous effectuons une validation plus globale. Nous avons étudie

5
la simulation du benchmark de shulz en mettant en application le code TRIVAC
pour évaluer la validité des résultats obtenus.

6
Chapitre 1

Partie théorique

1.1 Les sources de neutron


Il existe une grande variété de réactions conduisant à la production de neutrons
tel que :

1.1.1 Sources isotopiques


Les sources isotopiques de neutrons sont basées sur l’utilisation d’un mélange
d’un matériau léger comme le Béryllium ou le Bore et d’une substance radioactive
émettant les particules α ou γ [5]. Les neutrons sont produits par la réaction de
type (α,n) ou (γ,n). Les sources sont utilisées plus courantes dans le démarrage de
la réaction en chaîne dans les réacteurs nucléaires.

1.1.2 Accélérateurs
Il s’agit des sources de neutrons qui génèrent des neutrons à partir des réactions
nucléaires tel que : 2H(d,n) 3He et 3H(d,n) 4He4 He qui produisent des neutrons
rapides monoénergitiques d’énergies 3 MeV et 14 MeV. Ces neutrons permettent de
doser de nombreux éléments légers en particulier l’oxygène par la réaction 16O(n,p)
16
N.

1.1.3 Réacteurs nucléaires


235
La production de neutrons dans un réacteur résulte de la fission de U, après
capture d’un neutron de faible énergie
235
U + 1n → ( 236U∗ ) → A1
X + A2Y + ν 1n (1.1.1)

L’énergie Q libérée au cours de cette réaction de fission est de l’ordre de 200 MeV.
Par ailleurs le principe de conservation d’énergie-impulsion conduit à des produits
de fission s’étalant entre A1=65 et A2=165 et à une valeur moyenne de neutrons
retardés de 2.5 d’une énergie moyenne de 2 MeV. Dans un réacteur, ces neutrons
sont ralentis par collisions avec les noyaux du modérateur jusqu’à ce qu’ils soient

7
en équilibre thermique avec le milieu ralentisseur, et ont une énergie approximative
de 0,025 eV. Cependant dans une position donnée du réacteur, tous les neutrons
ne sont pas ralentis et leur énergie s’échelonne entre 0 et 10 MeV. On distingue
généralement trois régions : la région thermique, la région rapide dans laquelle les
neutrons de fission sont produits et la région joignant les deux qu’on appelle région
de neutrons intermédiaires ou épithermiques. Cette division est arbitraire car le
spectre de neutrons est continu dans un réacteur

Figure 1.1 – Spectre d’énergie des neutrons produits par fission de U(235)

1.2 Le flux neutronique


Toute la physique des réacteurs repose sur la notion de flux neutronique, qui dé-
pend en toute généralité de la position ~r, de l’énergie E des neutrons, de la direction
~ et du temps t :
de propagation Ω
~ t)
φ = φ(~r, E, Ω, (1.2.1)
La variable que nous utilisons couramment en physique du réacteur est le flux neu-
tronique φ que nous définissons ainsi :
~ t)
φ = ν ∗ n(~r, E, Ω, (1.2.2)
~ mais des
Remarquons que n et φ sont des distributions par rapport a ~r, V et Ω
fonctions par rapport a t.

1.3 L’equation de transport neutronique


L’équation de base du calcul neutronique est issue du bilan de la population
neutronique.

8
~ vn } dans un intervalle
Dans un élément d’hypervolume d3 rd2 ΩdVn autour de {~r, Ω,
de temps ∆t.

Variation du nombre de neutrons = - Neutrons perdus par collision


- Bilan de neutrons sortants du volume
+ Neutrons crées
- Dans le cas présent, la variation du nombre de neutrons pendant ∆t dans
l’hypervolume d3 rd2 ΩdVn est définie simplement par :
~ t + ∆t) − n(~r, E, Ω,
n(~r, E, Ω, ~ t). (1.3.1)
- Les neutrons perdus par collision pendant ∆t peuvent se mettre sous la forme :
~ t)]∆t
Σ(~r, vn )[φ(~r, E, Ω, (1.3.2)
en notant Σ(~r, vn ) la section efficace macroscopique totale du milieu.
- Le bilan des neutrons sortant du volume d3 r pendant ∆t s’écrit d’après le
théorème de la divergence :
~ r, E, Ω,
∇Ωφ(~ ~ t)∆t (1.3.3)
- Nous noterons les neutrons crées pendant ∆t dans l’hypervolume d3 rd2 ΩdVn
~ vn } : Q(~r, E, Ω,
autour de {~r, Ω, ~ t)∆t, avec Q la densité de source.
On peut donc écrire l’équation de bilan de la population neutronique dans
l’hypervolume d3 rd2 ΩdVn autour de {~r, Ω,~ vn } ainsi :
~ t + ∆t) − n(~r, E, Ω,
n(~r, E, Ω, ~ t)
~ t)]∆t
= − Σ(~r, vn )[φ(~r, E, Ω,
∆t
~ r, E, Ω, ~ t)∆t (1.3.4)
− ∇Ωφ(~
~ t)∆t
+ Q(~r, E, Ω,
En faisant tendre ∆t vers 0, on obtient la forme locale de l’équation de trans-
port :
~ t)
1 ∂φ(~r, E, Ω, ~ t)]∆t + ∇Ωφ(~
+ Σ(~r, vn )[φ(~r, E, Ω, ~ r, E, Ω,
~ t)∆t = Q(~r, E, Ω,
~ t)
vn ∂t
(1.3.5)
Dans l’ensemble de notre étude, nous considérerons des modèles stationnaires.
On peut donc simplifier notre équation de la manière suivante :
~ + ∇Ωφ(~
Σ(~r, vn )[φ(~r, E, Ω)] ~ r, E, Ω)
~ = Q(~r, E, Ω)
~ (1.3.6)

1.3.1 Densité de source


Il nous reste à donner une expression de φ(~r, E, Ω, ~ t) en fonction des sections
efficaces de diffusion et de fission et du flux neutronique. Celle-ci peut s’écrire :
Z Z ∞
~
Q(~r, E, Ω) = 2
dΩ
0 0
dE Σs (~r, E → E , Ω~ →Ω ~ 0 )+ 1 Qf iss (~r, E)
~ 0 )φ(~r, E 0 , Ω
4π 0 4πKef f
(1.3.7)
où :

9
* Σs (~r, E → E , Ω
0
~ →Ω ~ 0 ) est la section efficace macroscopique de diffusion de
0
l’énergie E vers l’énergie E et de l’angle solide Ω ~ 0 vers l’angle solide Ω.
~ Cette
Section efficace inclut les réactions (n, xn).
* kef f est le facteur de multiplication effectif. Si la somme des absorptions et
des fuites n’est pas égale à la production de neutrons par la fission, on perd
l’état d ’équilibre stationnaire. kef f est le facteur par lequel on doit diviser la
source de Fission pour maintenir cet équilibre.
* Qf iss (~r, E) est la source isotopique de fission. On considère qu’elle est indé-
pendante de l’énergie du neutron incident. Celle-ci s’écrit :
Z ∞
f iss Jfiss 0 0 0
Q (~r, E) = Σj=1 xj (E) dE νΣf j (~r, E )φ(~r, E ) (1.3.8)
0

Où xj (E) est le spectre de fission, c’est-‘a-dire, la densité de probabilité de


l’isotope j d émettre un neutron d’énergie E a dE près, Jfiss est le nombre
0
d’isotopes fissiles, νΣf j (~r, E ) est le nombre de neutrons émis par fission mul-
0
tiplie par la section efficace macroscopique de fission et φ(~r, E ) est le flux
intégré sur l’angle solide :
Z
0 0
φ(~r, E ) = d2 Ωφ(~r, E , Ω~0 ) (1.3.9)

1.3.2 Discrétisation en énergie


Pour simplifier la résolution, une discrétisation multigroupe est faite et
elle consiste à décomposer le domaine énergétique en plusieurs intervalles.
Soit Emin la borne inférieure et Emax la borne supérieure du domaine
énergétique,{Eg ∈ [Emin , Emax ], Eg < Eg−1 , g ∈ [0, G]} est aussi l’ensemble
des énergies discrètes décroissantes délimitant les groupes d’énergie. Les données
sont indexées par l’indice g pour l’énergie comprise entre Eg et Eg−1 .

Le flux neutronique du groupe g est défini par :


Z E g−1
g ~
φ (~r, Ω) = ~
dEφ(~r, E, Ω) (1.3.10)
Eg

La réécriture de l’équation de Boltzmann dans le formalisme multigroupe fait


appel à des sections efficaces multigroupes dont la définition exacte devrait être :
Z Eg−1
g ~ 1 ~
Σt (~r, Ω) = dEΣt (~r, E)φ(~r, E, Ω) (1.3.11)
g ~
φ (~r, Ω) Eg
Z Eg−1 Z Eg−1
0
g →g ~ 0 ~ = 1 0 0
~ 0 → Ω)φ(~
~ 0
~0 )
Σs (~r, Ω → Ω) dE dE Σs (~r, E → E, Ω r, E , Ω
g ~
φ (~r, Ω) Eg Eg
(1.3.12)
g
On remarque que la section totale multigroupe σt devient dépendante de l’angle.
Il existe différentes méthodes pour éviter cela. La méthode la plus simple est de
supposer que la variable d’énergie est factorisable de la manière suivante :
~ = f g (E)φg (~r, Ω)
∀E ∈ [Eg , Eg−1 ], φ(~r, E, Ω) ~ (1.3.13)

10
RE
Avec : g g−1 dEf g (E) = 1
La pondération des sections efficaces
R Eg−1par le flux se simplifier alors pour éliminer la
g
dépendance angulaire : Σt (~r) = g dEΣt (~r, E)f (E)

0
Z Eg−1 Z Eg−1
0 0
~ 0 .Ω)
Σsg →g (~r, Ω ~ = dE ~ 0 .Ω)f
dE Σs (~r, E → E, Ω ~ (E) (1.3.14)
Eg Eg

L’équation du transport des neutrons sera présenté sous la forme d’un système de
G équations ( G étant le nombre de groupes) couplées par des termes sources :
~
(Σgt (~r + Ω.∇)φg ~
(~r, Ω) (1.3.15)
~ rassemble toutes les sources de neutrons, provenant de la fission ou de
Où Qg (~r, Ω)
diffusions et peut être aussi d’une source externe :
XZ 0 0
g ~
Q (~r, Ω) = Ω Σgs →g (~r, Ω ~ g0 (~r, Ω)
~ 0 → Ω)φ ~
g0 4π

JX f iss
(1.3.16)
Z
1 0 g0 ~0 )
+ χj (E) dΩ νσf,j (~r)φg (~r, Ω
4πKef f j=0 4π
0
+Qgext (~r, Ω )

1.3.3 Discrétisation en angle


~ appelée « discrétisation en angle
La discrétisation liée à la variable direction Ω
». Elle tire parti de l’isotropie des matériaux traversés, déjà signalée.
Il y a deux méthodes principalement utilisées pour traiter la variable angulaire :
l’une est une méthode de collocation, connue sous le nom de méthode des ordonnées
discrètes ou de méthode SN ; l’autre est une méthode de développement du flux
angulaire sur la base des harmoniques sphériques, connue sous le nom de méthode
PN ou méthode des harmoniques sphériques.

1.4 Les méthodes de résolution de l’équation de


transport neutronique par le code TRIVAC
1.4.1 Méthode SPN
Dans les années 60, pour diminuer la complexité des équations PN pour les pro-
blèmes multidimensionnels et rendre possible leur résolution, E.E.Gelbard a proposé
une nouvelle approximation baptisée «PN simplifiée». Le principe général de la mé-
thode est de supposer que la solution de flux est localement plane.
On considère un système de coordonnées local (i, j, k), la direction Ω ~ peut alors
s’écrire :
~ = 1 − µ2 cos(ϕ)~i + 1 − µ2 sin(ϕ)~j + µ~k
p p
Ω (1.4.1)
Ou µ est le cosinus de l’angle polaire et ϕ est l’angle azimutal.
On fait l’hypothèse que, dans ce système, la solution a une faible dépendance suivant

11
la direction azimutal (hypothèse de système plane) et qu’elle a également une faible
dépendance en x et en y. En introduisant un facteur  quantifiant cette faible varia-
tion, et en passant à la limite ( → 0), On obtient une équation du type transport
1D dans le système local.
Le terme de fuite s’écrit :

~ ΩΨ)
~ = Ω.
~ ∇Ψ
~ + (∇.
~ Ω)Ψ
~ ∂Ψ
∇.( =µ + O() (1.4.2)
∂z
Si on décompose la solution Ψ1D (z, µ) du problème de Legendre, on peut écrire :

Ψ1D (z, µ) = ΣΨ1D


n (z)Pn (µ) (1.4.3)

On rappelle que :
~ 0 .Ω)
Σrn = Σ − Σsn et Σs (~r, Ω ~ 0 .Ω)
~ = Σ∞ (2l + 1)Σs,n (~r)Pn (Ω ~ (1.4.4)
n=0

On trouve alors le développement de à un ordre N choisi avec une erreur en O().Faire


rendre  vers zéro ramène à une équation 1D dans le système local.
~ Ψ
∇. ~1 + Σrn Ψ0 = S

n+1 ~ n ~
∇Ψn+1 + Σrn Ψ~n + ∇Ψn−1 = ~0 1 ≤ n ≤ N − 1, n impair
2n + 1 2n + 1
n+1 ~ ~ n ~~
∇Ψn+1 + Σrn Ψn + ∇Ψn−1 = 0 1 ≤ n ≤ N − 1, n pair
2n + 1 2n + 1
n ~
Σrn Ψ~n + ∇Ψn−1 = 0
2n + 1

1.4.2 Méthode SN
La méthode SN dite des ordonnées discrètes est une méthode collocative. Elle
consiste à résoudre l’équation de transport pour un ensemble fixé de directions.
Chaque direction peut être visualisée comme un point sur la surface de sphère unité,
avec un poids associé, ce que définit une quadrature angulaire.
On va décrire dans notre étude la technique dite à niveau symétrique ou LQn qua-
drature.
Le principe de la méthode est de prendre en considération un octant d’une sphère
unité et d’ordonner sur lui M2 niveaux distincts. On cherche une formule de quadra-
ture de M directions vérifiant :
Z
1 ~ 0 f (Ω
~ 0 ) ' ΣM Wi f (Ω
~0 )
dΩ i=1 (1.4.5)
4π S2

12
Figure 1.2 – S20 LQN quadrature set

Les quadratures angulaires utilisées dans la méthodeS N vérifient généralement


les propriétés suivantes :
- La paire {Wm , Ω~m }(respectivement poids et directions) définit la quadrature.
- Le nombre de direction M dépend de l’ordre de quadrature n.
- L’ordre de la quadrature est paire 2, 4, 6, ...
- Les poids associés doivent être positifs et leur somme normalisée à 1. On doit
avoir la relation suivante : Σm
n=1 Wn = 1
- Les composantes µm , ηm et ξm du vecteur Ω~m vérifient la relation :

µ2m + ηm
2 2
+ ξm =1

- Condition dites de flux : Σm Wm µm = 0, Σm Wm ηm = 0, Σm Wm ξm = 0


- Condition dites de diffusion : Σm Wm µ2m = 31
- La quadrature est usuellement définit sur un octant (1/8 de la sphère unité)
et est ensuite dépliée pour les autres octants suivant des conditions de
réflexion.

Pour un octant on aura ainsi les conditions suivantes :


- Le nombre de directions sur chaque niveau égal à N2 − i + 1 pour i = 1, n/2
Le terme niveau symétrique signifie que les angles formés par les lignes de
niveaux latitudinaux sont constants. En autre terme, les niveaux η sont
constants quand µ varie.
- Dans 3D, le nombre total de direction sera égal à M = N(N + 2), avec N
l’ordre de la méthode SN .
Soient {i, j, k} les indices des cosinus directeurs et N le nombre de niveaux.
On a les relations suivantes : µ2i + ηj2 + ξk2 = 1 et i + j + k = N2 + 2. Si l’on
impose µi = cte et l’on se déplace le long de la latitude µi , on a abouti
au point Ω~s = (µi , µj+1 , µk−1 ). ce point appartenant à la sphère unité. On

13
obtient finalement : µ2i = µ21 + (i − 1)∆
2
Avec ∆ = n−2 (1 − 3)µ2i pour 2 ≤ i ≤ N/2 et 0 ≤ µ21 ≤ 1/3
On s’aperçoit que le choix de µ1 détermine la réparation des directions dans
l’octant. La valeur de µ12 détermine comment les points sont rassemblés, soit
près du centre si µ12 est grand (mais inférieur à 1/3) ou près des pôles si µ12
est petit [17].

1.4.3 Méthode PN
La méthode PN consiste à utiliser un développement de la dépendance angu-
laire du flux en harmonique sphériques (à une dimension celles-ci deviennent les
polynômes de Legendre, d’où le nom de la méthode) selon l’expression :
∞ X
X m
~ =
φ(~r, Ω) ~
φlm (~r)Yml (Ω) (1.4.6)
m=0 l=−m

Et aussi un développement en harmonique sphérique de tous les autres fonctions


~ tel que Σs en prenant en considération l’hypothèse de dépendance de produit
de Ω
scalaire :
~ 0 → Ω)
Σs (~r, Ω ~ 0 .Ω)
~ = Σs (~r, Ω ~ (1.4.7)
Donc :
L
~ 0 → Ω)
~ =
X 2l + 1 ~ 0 .Ω)
~
Σs (~r, Ω Σs,l (~r)Pm (Ω (1.4.8)
m=0

m
~ 0 .Ω)
~ =
X 2l + 1 l ~ l ~ 0
Pm (Ω Y (Ω)Ȳm (Ω ) (1.4.9)
l=−m
4π m
Finalement ∞ X
m
~ 0 → Ω) ~0 )
X
Σs (~r, Ω ~ = ~ Ȳ l (Ω
Σs,l (~r)Yml (Ω) (1.4.10)
m
m=0 l=−m

La difficulté de mise en œuvre de la méthode PN à 3 dimensions explique pourquoi


peu de codes industriels choisissent cette approche.

1.5 L’équation de la diffusion neutronique


Le calcul complet du flux neutronique dans le cœur d’un réacteur de puissance est
pour l’heure trop complexe pour être mené avec l’équation de transport. L’opérateur
~
angulaire Ω∇Φ g (~
~ est la source de beaucoup de difficultés de traitement comme
r, Ω)
nous avons pu le montrer précédemment. L’objectif que nous devons nous fixer
est donc de réaliser des approximations sur le flux neutronique qui permettent de
simplifier cette expression.

14
1.5.1 Loi de Fick
1.5.1.1 Approximation P1
Pour résoudre l’équation de transport que nous avons présentée au début de ce
chapitre, on effectue un développement du flux neutronique en harmoniques sphé-
riques en conservant les N + 1 premiers termes. C’est ce qu’on appelle PN . La
théorie de la diffusion est issue de l’approximation P1 où seuls les deux premiers
termes sont conservés. Le flux s’écrit donc :

~ ≈ 1 [φg (~r) + 3Ω.


φg (~r, Ω) ~ J~g (~r)] (1.5.1)

Où J~g (~r) est la densité de courant angulaire :
Z
J~g (~r) = ~ g (~r, Ω)
d2 ΩΩφ ~ (1.5.2)

De même, on développe à l’ordre 1 en série harmonique la section efficace de diffusion.


On trouve :
~ Ω
Σs,g (~r, Ω. ~ 0 ) ≈ 1 [Σs,g;0 (~r) + 3Ω.
~ Ω~ 0 Σs,g,1 (~r)] (1.5.3)

En remplaçant dans l’équation 1.9 et en intégrant sur l’angle solide, on obtient alors
le bilan de population neutronique simplifie :
G G
X χ(E) X
Σg (~r)φg (~r) + ∇J~g (~r) = Σs,g⇐=h,0 (~r)φh (~r) + νΣf,g (~r)φh (~r) (1.5.4)
h=0
K ef f
h=0

1.5.1.2 Utilisation de la loi de Fick


L’équation précédente dépend de deux variables : le flux et le courant neutro-
niques. On utilise alors une modélisation classique en physique appelé la loi de Fick
qui consiste à considérer que les particules (ici les neutrons) se déplacent globale-
ment de la région où leur concentration est la plus grande vers celle où elle est la
plus faible. Cette loi s’écrit :

J~g (~r) = −Dg (~r)∇φg (~r) (1.5.5)

On utilise la même forme de flux que pour le calcul de fuite de type Bn :


~
φg (~r) = ϕg eB.~r .
~
On écrit également : J~g (~r) = J~g eB.~r En remplaçant dans l’équation 1.54, on
~
trouve :Dg = B1 iϕJgg
En remplaçant dans l’équation 1.53 on trouve :
G G
~ g (~r)∇φ
~ g (~r)+Σg,0 (~r)φg (~r) =
X 1 X
−∇D Σs,g⇐=h,0 (~r)φh (~r)+ χg (~r) νΣf,g (~r)φh (~r)
h=0
Kef f h=0
(1.5.6)
Cette équation peut se mettre sous la forme matricielle suivante :
~
(λ[χ][νΣf ]T − ([Σ] − ∇.[D]. ~
∇))[φ] =0 (1.5.7)

15
1
Avec : λ = Kef f
Ceci est un problème aux valeurs propres. Le flux nul est une solution triviale de
cette équation. Il existe de nombreuses solutions non triviales pour différentes va-
leurs propres de λ. Celle qui correspond à la plus grande des valeurs absolues de
kef f est le mode fondamental et nous donne le kef f du réacteur. Seule cette solution
a une signification physique car c’est la seule qui conduit à des flux de neutrons
entièrement positifs. Les autres vecteurs propres sont appelés des harmoniques et
peuvent être utiles pour des calculs de perturbation. kef f Correspond physiquement
au rapport entre les nombres de neutrons entre deux générations successives. Ainsi,
on dira qu’un réacteur est critique si kef f = 1 , sous-critique si kef f < 1 , sur-critique
kef f > 1.
A l’état stationnaire, un réacteur doit être critique. Il importe donc de contrôler pré-
cisément la réactivité de l’ensemble. Cela n’empêche pas certaines zones d’être sur-
critiques, mais cela impose qu’elles soient compensées par des régions sous-critiques.

1.5.1.3 Conditions frontières


De même que pour l’équation de transport, l’équation de diffusion doit être
complétée par des conditions frontières pour fermer le système. Le flux de neutrons
est une distribution continue et le courant de neutrons doit être continu à travers
n’importe qu’elle surface virtuelle.
~ , les deux conditions de continuité
Soit un plan d’abscisse x0 et de normale unitaire N
s’écrivent :

∀ y et z φg (x− +
0 , y, z) = φg (x0 , y, z)

∀ y et z J~g (x− ~ ~ + ~
0 , y, z).N = Jg (x0 , y, z).N

Cette équation fait apparaitre clairement que le gradient du flux est discontinu
chaque fois que le coefficient de diffusion est discontinu, c’est-‘a-dire, à chaque chan-
gement de milieu. Ces conditions frontières doivent être vérifiées sur l’ensemble de
la limite où nous calculons le flux (donc les limites du réacteur), sauf si certaines
symétries nous permettent de réduire notre domaine d’étude.

16
Chapitre 2

Le code utilisé

2.1 Code CRONOS


2.1.1 Généralités
Le code CRONOS est fait partie du système SAPHYR dédiée au calcul des
cœurs de réacteurs à l’aide de la théorie de la diffusion, du transport simplifié SPN
et du transport SN . Ce code est organisé selon un principe modulaire. Chaque
fonction élémentaire est réalisée par une partie du code qui lui est dédiée, chaque
partie définie ainsi s’appelle un module. L’utilisateur du code doit indiquer lui-même
l’enchaînement des modules qu’il souhaite réaliser en fonction de ses besoins. Cette
organisation modulaire permet par sa souplesse de traiter la plus grande partie des
problèmes liés à la physique des cœurs des réacteurs nucléaires. Cet ensemble de
modules est couplé au code FLICA qui traite les aspects thermo hydrauliques et
au code APOLLO qui traite les aspects liés au transport hétérogène dans les ré-
seaux permettant l’obtention des données nucléaires nécessaires à CRONOS. Les
codes APOLLO et FLICA font également partie du système SAPHYR et sont
également organisés selon un principe modulaire.
Le code CRONOS, également développé au CEA/DEN/DM25/SERMA, est
un code de calcul neutronique de cœur à trois dimensions dont les principales fonc-
tionnalités sont les suivantes :
1- Calculs du flux direct et adjoint,
2- Calculs d’évolution,
3- Calculs de cinétique ponctuelle et spatiale,
4- Edition de taux de réactions,
5- Optimisation du pilotage,
6- Repositionnement des assemblages,
7- Calculs de perturbations standards et généralisées.

2.1.2 Organisation des données


Le langage de données et de commandes commun à tous les modules du sys-
tème SAPHYR est le langage GIBIANE. Ce langage contrôle l’exécution des
programmes décomposés en modules indépendants dialoguant entre eux par l’inter-

17
médiaire de structures qui sont des entités nommées et typées. Il gère le dialogue
entre le code et les utilisateurs. L’ensemble des modules communs aux trois codes
du système SAPHYR (APOLLO, CRONOS, FLICA) est regroupé dans une
bibliothèque appelée SAPHTOOL. La structure modulaire des codes APOLLO et
CRONOS offre par le biais du langage utilisateur GIBIANE une très grande sou-
plesse d’organisation et l’enchaînement des différents modules pour constituer des
schémas de calcul spécifiques. Cette souplesse au niveau du développeur du schéma
de calcul a une contrepartie qui se traduit par une grande complexité des jeux de
données, source d’erreur et nécessairement rebutante pour l’utilisateur "industriel".
Pour concilier les deux approches, il est possible de regrouper un ensemble d’ins-
tructions à l’intérieur de procédures de calcul GIBIANE qui vont constituer en
quelque sorte des "super modules" réalisant des fonctions complexes (création de la
géométrie, calcul du flux à fuites critiques, équivalence transport/diffusion, calcul
de distributions de puissance et taux de réaction, générations de SAPHYB . . . ).

2.1.3 Langage de programmation et exécution du code


Le langage de programmation des modules de SAPHYR est le FORTRAN77.
Une sur couche de ce langage a été développée pour permettre la gestion dynamique
de la mémoire vive et de la mémoire disque : c’est le langage ESOPE. Les sources
écrites en ESOPE sont traduites en FORTRAN77 par un pré- processeur. La ges-
tion dynamique de la mémoire rend possible le traitement des problèmes nécessitant
une place mémoire supérieure à la mémoire vive physiquement disponible sur tous
les types de machine. La limitation en taille des problèmes à résoudre n’est liée qu’à
la mémoire disponible sur la machine d’exécution.
Le code CRONOS est implanté sur CRAY, sous UNIX, sur les stations de type
IBM, HP, SUN, MIPS, SGI, DEC et sur les PC sous UNIX (SUN, Linux).

2.1.4 Principaux domaines d’application de CRONOS


Le code résout les équations de la neutronique au niveau du cœur du réacteur.
Tous les types de réacteurs peuvent être a priori calculés par le code (REP, RNR,
VVER, RBMK,..). La seule restriction réside dans le choix des maillages dispo-
nibles pour modéliser la géométrie.
Le code ne contient pas, dans son écriture, de limitation au nombre de mailles, au
nombre de groupes d’énergie, au nombre d’isotopes et au nombre de paramètres de
tabulation pour les sections efficaces.
Le problème de base est de calculer le flux neutronique et le facteur de multiplication
effectif des neutrons (Keff).
Ce problème peut se décliner dans CRONOS selon les variations suivantes :
1- Equation statique de la diffusion,
2- Equation statique du transport simplifié SPN,
3- Equation statique du transport SN,
4- Equation de la cinétique en diffusion et SPN,
5- Evolution des concentrations isotopiques,
6- Evolution des taux de combustion,

18
7- Contres réactions thermohydrauliques,
8- Problèmes à sources en diffusion et SPN,
9- Optimisation de la nappe de puissance,
10- Reconstruction locale de puissance,
11- Calculs directs ou adjoints,
12- Théorie des perturbations.

2.1.5 Procédures CPROC


La structuration de CRONOS est telle que les principales possibilités numé-
riques sont applicables pour tous les problèmes physiques pouvant être résolus.
L’utilisateur doit donc, dans l’absolu, définir les meilleurs méthodes et schémas
pour résoudre son problème. Le nombre de configurations possibles est incalculable
et pour simplifier la tâche de l’utilisateur, un certain nombre de schémas sont pro-
posés dans le cadre d’une utilisation dite "classique".
Ces schémas sont pré-écrits dans des procédures GIBIANE accessibles à l’utilisa-
teur. Elles forment la bibliothèque CPROC à laquelle est associée une documenta-
tion.

2.1.6 Description schématique d’un calcul CRONOS station-


naire
2.1.6.1 1ère étape : Acquisition des données neutroniques
La présente étape consiste à acquérir les données neutroniques caractérisant la
composition du milieu auquel elles appartiennent. Ces données proviennent généra-
lement de bibliothèques de sections efficaces issues du code APOLLO.
Elles sont également organisées sous une forme informatique propre à CRONOS
dans des structures du type COMPO.
Usuellement, c’est sous ce nom de COMPO que l’on désigne ces objets dans CRO-
NOS. Les sections sont paramétrées en fonctions des variables qui définissent l’état
du système. Ces variables ou paramètres d’état sont par exemple le taux de combus-
tion, la température du combustible, la densité du modérateur et les concentrations
isotopiques. Ces paramètres permettent de caractériser la composition de domaine
d’étude du point de vue de la neutronique. A chaque zone particulière du domaine
d’étude sera associée une structure de données particulière de type COMPO.

2.1.6.2 2ème étape : Description de la géométrie physique


On définit un maillage et on affecte le nom d’une COMPO à chaque maille.

2.1.6.3 3ème étape : Etat du système


Il faut affecter des valeurs aux paramètres d’état et aux concentrations des iso-
topes pour pouvoir déterminer les sections efficaces de chaque milieu. La structure
contenant ces informations est de type PARAM. Usuellement, cet objet est nommé
TCOMP par les utilisateurs dans leurs jeux de données GIBIANE.

19
2.1.6.4 4ème étape : Calcul des sections efficaces macroscopiques
Ce sont ces sections efficaces qui constituent les coefficients des équations traitées.

2.1.6.5 5ème étape : Choix d’une méthode numérique


Cette étape est souvent la plus difficile pour un nouvel utilisateur car il doit faire
un choix judicieux parmi tous les algorithmes de résolution liés aux différentes mé-
thodes numériques proposées par le code. L’utilisateur pourra utiliser les procédures
de CPROC18 qui contiennent les enchaînements de modules correspondants aux
méthodes choisies. Deux familles générales de méthodes se distinguent dans CRO-
NOS : PRIAM et MINOS.
Notons que les deux méthodes MINOS et PRIAM produisent des résultats iden-
tiques en ce qui concerne le Keff et le flux moyen par maille physique si on utilise
une intégration de Gauss. En outre, certaines configurations particulières sont diffi-
cilement convergées avec une méthode alors qu’une autre convient tout à fait. Ces
comportements ne sont pas identifiables automatiquement par le code. L’utilisateur
réalisant des études originales doit donc rester vigilant.

2.1.6.6 6ème étape : Calcul du flux stationnaire


Ce calcul est effectué par la résolution de l’équation de la diffusion.

2.1.6.7 7ème étape : Calcul de la puissance


2.1.6.8 8ème étape : Modification de l’état du domaine d’étude

2.2 Code TRIVAC


2.2.1 Généralités
TRIVAC est un code informatique destiné à calculer le flux de neutrons dans
une représentation fractionnelle ou complète du cœur d’un réacteur nucléaire. Les
lecteurs intéressés peuvent obtenir des informations fondamentales sur les calculs
complets. La forme multi groupe et multidimensionnelle de l’équation de diffusion
ou de l’équation Pn simplifiée est d’abord discrétisée pour produire un système ma-
triciel cohérent. Ce système matriciel est ensuite résolu à l’aide de techniques itéra-
tives (méthode de la puissance inverse ou préconditionnée avec pré conditionnement
ADI) et de la technique de l’algèbre matricielle creuse (factorisation triangulaire).
L’implémentation réelle de TRIVAC permet la discrétisation des géométries 1-D
(dalle et cylindrique), des géométries 2-D (cartésienne, cylindrique et hexagonale)
et des géométries 3D (cartésienne et hexagonale). De nombreuses techniques de dis-
crétisation sont disponibles, y compris des méthodes de différences finies maillées
d’angle ou centrées, des techniques de collocation de différentes méthodes d’ordre
et d’éléments finis basées sur une formulation à fonction primale ou bifonctionnelle.
TRIVAC permet également d’utiliser les équations de la théorie de perturbation

20
généralisée (GTP) résolus en tant que problèmes à valeur propre source fixe. En-
fin, plusieurs schémas numériques implicites sont disponibles pour la résolution de
problèmes de cinétique neutronique espace-temps.

2.2.2 Spécifications des donnés d’entrée


2.2.2.1 Structure de saisie globale
Les données d’entrée commencent toujours par la déclaration de chaque objet
lcm, fichier xsm, fichier séquentiel (binaire ou ascii) requis par les modules suivants.
Ceci est suivi de la déclaration des modules réellement utilisés dans le paquet de
données d’entrée. Les données suivantes décrivent une séquence d’appels de module,
au format du pilote généralisé GAN. Comme indiqué à la Fig 2.1, les modules com-
muniquent entre eux via des objets lcm ou des fichiers xsm dont les spécifications
sont données dans la section 2. L’utilisateur de TRIVAC a généralement le choix de
déclarer ses structures de données sous la forme LINKED LIST afin de réduire les
ressources de temps CPU ou en tant que XSM. FILE pour réduire les ressources
en mémoire de la CPU.
Les données d’entrée se terminent toujours par un appel au module END :

Figure 2.1 – L’approche modulaire TRIVAC

2.2.2.2 Module : GEO


Le module GEO : est utilisé pour créer ou modifier une géométrie. Le module de
définition de géométrie de TRIVAC permet de spécifier toutes les caractéristiques
(coordonnées, indices de type de mélange de matériaux et conditions aux limites)
d’une géométrie simple ou complexe. La méthode utilisée pour spécifier la géomé-
trie est indépendante du module de discrétisation à utiliser par la suite. Chaque
géométrie est représentée par un nom (caractère * 12) et enregistré dans un objet
lcm ou un fichier xsm sous son nom donné. Il est toujours possible de modifier
une géométrie existante donnée ou de la copier dans un objet lcm voisin sous un
nouveau nom. Les spécifications d’appel sont :

21
Figure 2.2 – Structure (GEO :)

2.2.2.3 Module : MAC


Dans TRIVAC, les sections efficaces macroscopiques et les coefficients de diffu-
sion sont lus à partir du fichier de données d’entrée à l’aide de REDLEC. Le format
général des données pour le module MAC : dans TRIVAC est le suivant :

Figure 2.3 – Structure (MAC :)

2.2.2.4 Module : BIVACT


Le module BIVACT : est utilisé pour effectuer un suivi de type BIVAC sur
une géométrie 1D / 2D. La géométrie est analysée et un objet LCM portant la
signature L BIVAC est créé avec les informations suivantes :
- Les symétries diagonale et hexagonale sont dépliées et les opérations de frac-
tionnement de maillage sont effectuées. Les volumes, le mélange de matériaux
et les indices moyens de récupération du flux sont calculés sur la géométrie
résultante.
- Une discrétisation par éléments finis est effectuée et la numérotation corres-
pondante est enregistrée.
- Les matrices d’éléments finis unitaires (masse, rigidité, etc.) sont récupérées.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.4 – Structure (BIVACT :)

2.2.2.5 Module : TRIVAT


Le module TRIVAC : est utilisé pour effectuer un suivi de type TRIVAC sur
une géométrie 1D / 2D / 3D. La géométrie est analysée et un objet LCM portant
la signature L TRIVAC est créé avec les informations suivantes :
- Les symétries diagonale et hexagonale sont dépliées et les opérations de frac-
tionnement de maillage sont effectuées. Les volumes, le mélange de matériaux
et les indices moyens de récupération du flux sont calculés sur la géométrie
résultante.

22
- Une discrétisation par éléments finis est effectuée et la numérotation corres-
pondante est enregistrée.
- Les matrices d’éléments finis unitaires (masse, rigidité, etc.) sont récupérées.
- Les indices liés à un pré conditionnement ADI avec ou sans supervision sont
sauvegardés.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.5 – Structure (TRIVAT :)

2.2.2.6 Module : BIVACA


Le module BIVACA : permet de calculer les matrices du système d’éléments
finis (type L SYSTEM) correspondant à un suivi BIVAC (type L BIVAC) et un
ensemble de propriétés nucléaires (type L MACROLIB).
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.6 – Structure (BIVACA :)

2.2.2.7 Module : TRIVAA


Le module TRIVAA : permet de calculer les matrices du système d’éléments
finis (type L SYSTEM) correspondant à un suivi TRIVAC (type L TRIVAC)
et à un ensemble de propriétés nucléaires (type L MACROLIB).
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.7 – Structure (TRIVAA :)

2.2.2.8 Module : FLUD


Le module FLUD : est utilisé pour calculer la solution à un problème de valeur
propre correspondant à un ensemble de matrices système (type L SYSTEM).
Les spécifications d’appel sont :

23
Figure 2.8 – Structure (FLUD :)

2.2.2.9 Module : DELTA


Le module DELTA : est utilisé pour calculer les composants source d’un pro-
blème à valeur propre source fixe correspondant à un ensemble de matrices de sys-
tème perturbées et perturbées (type L SYSTEM).

Figure 2.9 – Structure (DELTA :)

2.2.2.10 Module : GPTFLU


Le module GPTFLU : est utilisé pour calculer la solution à un problème à valeur
propre source fixe correspondant à un ensemble de matrices système non perturbées
et de vecteurs sources.

Figure 2.10 – Structure (GPTFLU :)

2.2.2.11 Module : OUT


Le module OUT : permet de calculer les vitesses de réaction et de les stocker
dans un macrolib étendu (MACROLIB de type L) correspondant à une solution
(type L FLUX) du système matriciel.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.11 – Structure (OUT :)

2.2.2.12 Module : ERROR


Le module ERROR : est utilisé pour comparer les taux de réaction contenus
dans deux macrolibs étendus et pour imprimer des statistiques concernant la com-
paraison.
Les spécifications d’appel sont :

24
Figure 2.12 – Structure (ERROR :)

2.2.2.13 Module : INIKIN


Le module INIKIN : est utilisé pour récupérer la solution en régime permanent
et pour initialiser les paramètres de cinétique. Les informations neutroniques retar-
dées peuvent être fournies directement à partir du fichier d’entrée ou récupérées à
partir de la structure de données macrolib.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.13 – Structure (INIKIN :)

2.2.2.14 Module : KINSOL


Le module KINSOL : est utilisé pour résoudre les équations de cinétique neu-
tronique espace-temps au pas de temps transitoire actuel.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.14 – Structure (KINSOL :)

2.2.2.15 Module : VAL


Le module VAL : fournit une interpolation du flux dans les calculs de diffusion
pour les géométries cartésiennes.
Les spécifications d’appel sont :

Figure 2.15 – Structure (VAL :)

2.2.3 Exemples de fichiers de données d’entrée


Le référentiel IAEA-2D et sa géométrie sont représentés à la Fig 2.16. Ici, le
problème est résolu à l’aide d’une méthode de collocation variationnelle parabolique.

25
Figure 2.16 – Description de IAEA-2D Bnechmark

26
Chapitre 3

Expérimentation et discussion des


résultat

3.1 Description de benchmark : AER Benchmark


La référence 3D, Schulz [7], modélise un noyau VVER-1000 dans un état
stable. Les assemblages sont homogènes, représentés par des paramètres donnés de
la théorie de la diffusion à deux groupes (voir plus [1,2]). Il existe sept compositions
de matériaux, dont quatre enrichissements, un absorbant pouvant être brûlé, des
barres de contrôle et un réflecteur. La hauteur du noyau est de 355 cm, recouverte
de réflecteurs axiaux et radiaux. Les nœuds sont grands, avec un pas de réseau de
24,1 cm. La figure 3.1 montre la géométrie radiale et axiale du modèle. Les constantes
de neutronique de diffusion dans les notations courantes sont données dans figure
3.2.

3.2 Résultats informatiques


Dans le cadre d’un modèle à deux groupes, le problème spectral (6) peut être
écrit ainsi :

−∇.D1 ∇ϕ1 + Σr1 ϕ1 = λ(k) (νΣf1 ϕ1 + νΣf2 ϕ2 )


−∇.D2 ∇ϕ2 + Σr2 ϕ2 − Σs,1→2 ϕ1 = 0

Les conditions aux limites (2) sont utilisées à Yg = 0.5, g = 1.2.

27
Figure 3.1 – Géométrie radiale et axiale du modèle

Figure 3.2 – Constantes neutroniques de diffusion

3.3 Calcul de facteur de multiplication


Soit p la probabilité pour qu’un neutron placé dans le système provoque une
fission (la probabilité complémentaire 1-p est la probabilité que le neutron ou bien

28
soit capturé dans le système sans provoquer une fission, ou bien s’échappe, c’est-à-
dire soit capture à L’extérieur). S’il y a fission, celle-ci émet, en moyenne, ν nouveaux
neutrons. Le produit k = P ν est le nombre moyen de neutrons descendants directs
d’un neutron placé dans le système. En raisonnant dans l’autre sens sur ces deux
facteurs (une fission donne v neutrons, chacun ayant la probabilité p de provoquer
une fission), on voit que k est aussi le nombre moyen de fissions résultant d’une
fission initiale. Autrement dit, en raisonnant sur un (grand) nombre N de fissions.

3.4 L’études en différentes géométries


On décrit différentes géométries de notre problème, et on relève les différentes
valeurs de facteurs de multiplication et on fait une comparaison avec la valeur réfé-
rentielle du facteur de multiplication pour déterminer la bonne géométrie On com-
mencer par détailler les types des géométries qu’on a utilisé :
La première géométrie c’est la géométrie d’un réacteur complet :

Figure 3.3 – Assemblage hexagonal complet

La deuxième géométrie c’est la moitié du réacteur :

29
Figure 3.4 – Symétrie de rotation d’un demi-assemblage

La troisième géométrie c’est le tiers du réacteur :

Figure 3.5 – Symétrie hexagonale d’un tiers d’assemblage

Résultats
Le calcul se fait par le code TRIVAC dans des différents cas des Géométries et
on prend en compte le code de référence CRONOS.
Les résultats obtenus sont présentés dans le tableau suivant :

Géométries Kef f Calculer Kef f Référence


COMPLETE 1.049178
R180 1.048116 1.049526
R120 1.048179
On constate que le calcul réalisé avec le code TRIVAC avec la géométrie com-
plète a un facteur de multiplication qui est très proche de celui donné par le code

30
CRONOS. On se base sur le résultat de la géométrie complète pour interpréter les
données.

3.5 L’influence de différent méthode sur la conver-


gence des résultats
Ci-dessous le tableau des résultats de notre calcul, il contient des valeurs de
facteur de multiplication.

METHODE Kef f Calculer Kef f Référence


Gauss-Legendre quadrature 1.049178
Gauss-Lobatto quadrature 1.053879 1.049526
Analytique intégration 1.050879

Dans cette partie, on a pris le facteur de multiplication qui correspond à la géo-


métrie complète et l’on a analysé avec trois méthodes différentes ; Gauss-Legendre
quadratique (correspond aux éléments finis super convergents), Gauss-Lobatto qua-
dratique (une collocation de type vibrationnel ou nodal) et la méthode analytique
d’intégration (éléments finis classiques) pour voir laquelle est la plus proche de la
référence du code CRONOS. Après avoir mettre en application ces trois méthodes,
on peut en déduire que celle qui a donné le meilleur résultat est celle du Gauss-
Legendre quadratique. Cette méthode de Gauss-Legendre quadratique sera utilisée
pour accomplir notre étude qui portera sur les flux et l’énergie.

31
3.6 L’influence de flux dans l’espace

Figure 3.6 – Représentation de flux en fonction du hauteur

La section efficace macroscopique de fission de matériau (2) est inférieure à celui


du matériau (1). La section efficace macroscopique d’absorption du matériau (2) est
supérieure à celui du matériau (1), ce qui est compatible avec les résultats de simula-
tion car le flux dont la hauteur comprise entre 70 cm et 130 cm est inférieure à celui
dont la hauteur est située entre 280 cm et 340 cm. On constate que la seule différence
entre ces deux régions est l’existence du matériau (1) dans le première intervalle et
l’existence de matériau (2) dans le deuxième intervalle. Même interprétation s’ap-
plique dans la comparaison des résultats obtenus avec des hauteurs comprises entre
140 cm /200 cm et 220 cm /260 cm. On remarque que le flux dans le premier pa-
quet des pics est plus grand que celui du deuxième paquet des pics, ceci est dû aux
sections efficaces macroscopiques de la fission. La section efficace macroscopique de
la fission du premier paquet est supérieure à celle du deuxième, par contre la sec-
tion efficace macroscopique d’absorption du premier paquet est inférieure à celle du
deuxième.

32
3.7 Flux neutronique rapide et thermique
Le tableau ci-dessous représente la sommation de flux dans les deux groupes
d’énergie :
Groupe Flux
Rapide 3, 96253.10+1
Thermique 8, 79505

On utilisera on suite une figure qui représente le flux rapide et thermique dans le
réacteur nucléaire

Figure 3.7 – flux rapide et thermique dans le réacteur.

Dans notre cas les cellules sont homogènes donc on parle de section efficace ma-
croscopique homogène donc au lieu de comparer le modérateur et le combustible
on compare les sections efficaces de fission et d’absorption d’un part et la diffusion
d’autre part.
La répartition de flux rapide et exactement contraire a celle de flux thermique, c’est-
à-dire maximum dans le combustible et minimum dans le modérateur.
En effet le flux rapide et assez élevé dans les régions ou les sections efficace macro-
scopique de fission sont bas par exemple dans le première matériau la section efficace
macroscopique de fission rapide égal a 6.0130.10−07 inferieur de section efficace ma-
croscopique de fission thermique qu’est égal a 1.1231.10−05 et la figure montre cette
différence.

33
Conclusion

en conclusion je tiens a rappeler que la modélisation et l’amélioration des Bench-


mark apporte une valeur ajoutée considérable menant a promouvoir la qualité du
recherche scientifique et technique et mettre en place des plates-formes d’études et
d’analyses susceptibles de se développer continuellement et faisant ainsi avancer plu-
sieurs domaines. Dans ce contexte s’introduit le présent projet a travers lequel, j’ai
réalise un modèle de benchmark de Schulz et la résolution de l’équation de transport
neutronique pour but d’avoir des meilleurs résultats de facteur de multiplication,
flux, volume et redresser la représentation graphique en employant keff, flux de la
méthode des éléments finis. l’exécution de code associé a donné des résultats favo-
rables et conformes par rapport a la référence, ce qui nous incite a continuer dans ce
sens et opter pour l’amélioration continue de ce modèle et se lancer a la conception
de nouveau Benchmark.

34
Bibliographie

[1] A, CHETAINE, Cours de Méthodes de résolution de l’équation de Transport,


master PNTR 2017.
[2] Paul REUSS et Cheikh M. DIOP, Introduction, Neutronique. CEA Saclay ;
Groupe Moniteur, 2013, E- den, Une monographie de la Direction de l’énergie
nucléaire, CEA, 9782281113716. <cea-01152822>,
p 7-18.
[3] Cours d’Analyse par Activation Neutronique, par M.K.Embarech, responsable
du laboratoire d’AAN du CENM.
[4] P. REUSS, Traité de Neutronique, Paris, Hermann, 1985.
[5] [5]Abdelfettah BENCHRIF, 2010, Thèse de doctorat : Etude neutroniques des
réacteurs nucléaires innovants, de longue durée de vie et à faible et à moyenne
puissance, BWR-PB et AFPR-100 basés sur les concepts du combustible : CER-
MET et TRISO, moyennant des codes de calcul APOLLO2 et SRAC95.
[6] [6]Toufiq bouassa, 2018, diplôme du master : MODELESATION DE BENCH-
MARK TAKEDA MODELE 2 ET RESOLUTION DE L’EQUATION DE
TRANSPORT NEUTRONIQUE PAR LA METHODE DES CARACTERIS-
TIQUES MOYENNANT LE CODE OPENMOC
[7] Julien Cartier. Résolution de l’équation du transport par une méthode d’élé-
ments finis mixtes- hybrides et approximation par la diffusion de problèmes de
transport. Mathématiques [math].
Université d’Orléans, 2006. Français. <tel-00092407>
[8] [8] Paul REUSS, Précis de neutronique, collection Génie Atomique, EDP
Sciences 2003
[9] A. H’EBERT, TRIVAC, A Modular Diffusion Code for Fuel Management and
Design Applications, Nucl. J. of Canada, Vol. 1, No. 4, 325 (1987).
[10] A. H’EBERT, “Application of the Hermite Method for Finite Element Reactor
Calculations,” Nucl. Sci. Eng., 91, 34 (1985).
[11] A. BENABOUD, Résolution de l’équation de la diffusion neutronique pour une
géométrie hexagonale, Ph. D. Thesis, Ecole Polytechnique de Montréal, Institut
de Génie Energétique (December 1992).
[12] “Argonne Code Center : Benchmark ProblemBook,” ANL-7416, Supp. 2, ID11-
A2, Argonne National Laboratory (1977).

35
[13] A. H’EBERT, “A Raviart–Thomas–Schneider solution of the diffusion equation
in hexagonal geometry”, Ann. nucl. Energy, 35, 363 (2008).
[14] Schulz, G. : Solution of a 3D VVER-1000 benchmark. In : Proceedings of 6th
Symposium of AER, Kikkonummi, Finland (1996)
[15] Logg, A., Mardal, K.A., Wells, G. : Automated Solution of Differential Equa-
tions by the Finite Element Method : The FEniCS Book. Springer, Heidelberg
(2012).
[16] Kolev, N.P., Lenain, R., Fedon-Magnaud, C. : Solutions of the AER 3D bench-
mark for VVER-1000 by CRONOS. In : Proceedings of 7th Symposium of AER
on VVER Reactor Physics and Safety, Hoernitz, Germany (1997).
[17] A, CHETAINE, Cours de Formule des quatre facteurs 1, master PNTR 2017.

36

Vous aimerez peut-être aussi