Vous êtes sur la page 1sur 114

Collection

Mon cahier d’habiletés

MATHS
2nde C
LIVRE DU PROFESSEUR

CORRIGÉS DES EXERCICES

• Fixations
• Renforcements / Approfondissements
• Situations d’évaluations
• Devoirs de niveaux

JD Éditions
04 B.P. 206 Abidjan 04
Côte d'Ivoire
SOMMAIRE

Leçon 1 : Vecteurs et points du plan 5


Leçon 2 : Ensemble des nombres réels 18
Leçon 3 : Utilisation des symétries et translations 27
Leçon 4 : Généralités sur les fonctions 34
Leçon 5 : Droites et plans de l’espace 3
Leçon 6 : Fonctions polynômes et fonctions rationnelles 44
Leçon 7 : Angles inscrits 51
Leçon 8 : Angles orientés et trigonométrie 55
Leçon 9 : Statistique 60
Leçon 10 : Produit scalaire 66
Leçon 11 : Équations et inéquations dans ℝ 75
Leçon 12 : Homothéties 83
Leçon 13 : Étude de fonctions de référence 87
Leçon 14 : Rotations 100
Leçon 15 : Inéquations dans ℝ × ℝ 105
Devoir de niveau 1 109
Devoir de niveau 2 111
Devoir de niveau 3 112
1 VECTEURS ET POINTS
Leçon 1 : VECTEURS DUDUPLAN
ET POINTS PLAN

I. VECTEURS
1) Propriété fondamentale
Exercices de fixation
• Construis le point M tel que 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑢𝑢 .

'
• Construis le point P tel que : 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴.
(

-
• Construis le point Q tel que : 𝐹𝐹𝐹𝐹 = − 𝐸𝐸𝐸𝐸.
.
7 7
𝐹𝐹𝐹𝐹 = − 𝐸𝐸𝐸𝐸 ⟺ 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 𝐹𝐹𝐹𝐹
5 5

2) Caractérisation d’un parallélogramme


Exercices de fixation
• Complète les pointillés ci-dessous.
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝐵𝐵𝐵𝐵
1
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 2𝐷𝐷𝐷𝐷
2
• Mets une croix dans la case qui convient.

N° Affirmations Vrai Faux


1. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑇𝑇𝑇𝑇 X
2. 𝑀𝑀𝑀𝑀 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 ont le même milieu. X
3. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 2𝐼𝐼𝐼𝐼 X

Livre du professeur Maths 2nde C 5


3) Norme de vecteur
Exercices de fixation
• Dans chacun des cas ci-dessous, calcule 𝐴𝐴𝐴𝐴 .

a. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −8 − 1 = + 3−2 = b. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −1,5 − 3,5 = + −1 + 1,4 =


c. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = − 2− 2
=
+ 1−1− 3
=

𝐴𝐴𝐴𝐴 = 82 . 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 25,16. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 11.

4) Somme de deux vecteurs


Propriété :
• Pour tous vecteurs 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 : 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ≤ 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 .

Exercice de fixation
• 1. Construis un représentant du vecteur 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 .

2. Construis un représentant du vecteur 2𝑣𝑣 – 𝑤𝑤 .

3. Construis un représentant du vecteur −𝑣𝑣 + 𝑤𝑤 .

• I et J sont deux points du plan. Construis le point R tel que 𝐼𝐼𝐼𝐼 − 4𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0 .
𝐼𝐼𝐼𝐼 − 4𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0
𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 − 4𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0
J
𝐽𝐽𝐽𝐽 = 𝐼𝐼𝐼𝐼.
'

6 Livre du professeur Maths 2nde C


• ABC est un triangle.
1. 𝐷𝐷𝐷𝐷 − 𝐷𝐷𝐷𝐷 − 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 0 .
𝐷𝐷𝐷𝐷 − 𝐷𝐷𝐷𝐷 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐷𝐷𝐷𝐷 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 .
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴.

2. 2𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝐸𝐸𝐸𝐸


2𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
J J
𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴.
= =

• Le plan est rapporté à un repère orthonormé 𝑂𝑂; 𝚤𝚤 ; 𝚥𝚥 d’unité graphique 1 cm.


Construis un représentant de chacun des vecteurs ci-dessous :
J
𝑢𝑢 = −𝚤𝚤 + 𝚥𝚥 ; 𝑣𝑣 = 3𝚤𝚤 − 2𝚥𝚥 ; 𝑤𝑤 = 2,5𝚤𝚤 + 1,5𝚥𝚥 ; 𝑥𝑥 = 3𝚤𝚤 ; 𝑦𝑦 = 4𝚥𝚥 .
=

Livre du professeur Maths 2nde C 7


5) Multiplication d’un vecteur par un nombre réel
Exemple :
• 3𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 é𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞𝑞 à 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0, d’où A = N (A et N sont confondus).
J '
• −3× 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝐸𝐸𝐸𝐸.
= =

Exercice de fixation
• Simplifie l’écriture de chacun des vecteurs ci-dessous, :
1. 𝑎𝑎 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 4. 𝑑𝑑 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐵𝐵𝐵𝐵
2. 𝑏𝑏 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 − 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 5. 𝑒𝑒 = 𝐷𝐷𝐷𝐷 + 2𝐴𝐴𝐴𝐴
J
3. 𝑐𝑐 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 6. 𝑓𝑓 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝐷𝐷𝐷𝐷.
=

1. 𝑎𝑎 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 2. 𝑏𝑏 = 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 3. 𝑐𝑐 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 ; 4. 𝑑𝑑 = 0 ; 5. 𝑒𝑒 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 6. 𝑓𝑓 = 𝐸𝐸𝐸𝐸.

6) Combinaison linéaire

Exercices de fixation
• Deux vecteurs 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 sont colinéaires s’il existe une combinaison linéaire de ces
vecteurs qui soit nulle sans que ses coefficients soient tous les deux nuls.
J
• 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐵𝐵𝐵𝐵
=
1
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
2

7) Vecteurs directeurs d’une droite


Exercice de fixation
• Réponds par Vrai ou par Faux à chacune des affirmations suivantes :

N° Affirmations Réponses
1. La norme d'un vecteur unitaire peut être -1. Faux
Soit 𝑢𝑢 un vecteur directeur d'une droite (D).
2. Pour deux points distincts A et B de (D), 𝑢𝑢 et 𝐴𝐴𝐴𝐴ne Faux
sont pas colinéaires.
Dans le repère orthonormé 𝑂𝑂; 𝚤𝚤 ; 𝚥𝚥 , il y a
3. Faux
exactement deux vecteurs unitaires qui sont 𝑂𝑂𝑂𝑂 et 𝑂𝑂𝑂𝑂.
𝑢𝑢 n'est pas un vecteur directeur d'une droite (D) si
4. pour deux points distincts A et B de (D), on a : 𝑢𝑢 = Faux
2𝐴𝐴𝐴𝐴.

8) Parallélisme et alignement

Exercices de fixation
• On a : 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 0 d’où 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 0
𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 0 ;
𝐽𝐽𝐽𝐽 = 𝐸𝐸𝐸𝐸.
Par conséquent, la droite (JP) et (EG) sont parallèles.

• On a : 6𝐽𝐽𝐽𝐽 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 − 2𝐵𝐵𝐵𝐵 et 2𝐾𝐾𝐾𝐾 = 3𝐵𝐵𝐵𝐵 − 2𝐵𝐵𝐵𝐵


On déduit que : 6𝐽𝐽𝐽𝐽 = 2𝐾𝐾𝐾𝐾;
J
𝐽𝐽𝐽𝐽 = 𝐾𝐾𝐾𝐾.
'
Par conséquent, les points L, J et K sont alignés.

8 Livre du professeur Maths 2nde C


4 6 '
• 1. On a 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 . On déduit que 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴. Par conséquent, les points A, B
6 9 =
et C sont alignés.
. ` J
2. On a : 𝐸𝐸𝐸𝐸 − ; − et 𝐸𝐸𝐸𝐸 − ; 0 . Il n’existe aucun réel k non nul tel que 𝐸𝐸𝐸𝐸 =
= = =
𝑘𝑘𝐸𝐸𝐸𝐸. Par conséquent, les points E, F et G ne sont alignés.

JJ JJ
• On a : 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; et 𝑂𝑂𝑂𝑂 3; 2 . Il n’existe aucun réel k non nul tel que 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑘𝑘𝑂𝑂𝑂𝑂. Par
= =
conséquent, les droites (AB) et (OC) ne sont pas parallèles.

9) Caractérisation vectorielle du centre de gravité d’un triangle.


Exercice de fixation

Numéros Affirmations Vrai Faux


1. 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 0 X
2. 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐻𝐻𝐻𝐻 + 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 0 X
3. 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝐻𝐻𝐻𝐻 + 𝐹𝐹𝐹𝐹 X

II. MESURES ALGEBRIQUES

Exercice de fixation

• Tableau

Tableau 1 Tableau 2
5
𝐼𝐼𝐼𝐼 l l
2
7
𝐼𝐼𝐼𝐼 l l −
2

2𝑂𝑂𝑂𝑂 l l −1

𝑀𝑀𝑀𝑀 l l 7

2) Propriétés de la mesure algébrique


Propriété

• 𝐵𝐵𝐵𝐵 = −𝐴𝐴𝐴𝐴

Exercice de fixation
• 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 1 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 13 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −2 ; 𝐹𝐹𝐹𝐹 = −6 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 11
2. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 6 + 5 = 11 ; 𝐵𝐵𝐵𝐵 − 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 12 − −6 = 18
. .
𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 8 + 7 = 15 ; 3𝐷𝐷𝐷𝐷 − 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 3×2 − × −4 = 16
= =
𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐶𝐶𝐶𝐶 = 8× −2 = −16 ;
bc e' '
= = .
bd eJf Jf

Livre du professeur Maths 2nde C 9


III. BASE ET REPERES
1) Coordonnées d’un vecteur
Exercices de fixation
• 1. Exprime les vecteurs 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 et 𝑤𝑤 en fonction des vecteurs 𝚤𝚤 et 𝚥𝚥 .
2. Déduis-en les coordonnées de chacun des vecteurs suivants : 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 et 𝑤𝑤

1. 𝑢𝑢 = 2𝚤𝚤 + 2𝑗𝑗 ; 𝑣𝑣 = 2𝚤𝚤 + 1𝑗𝑗 ; 𝑤𝑤 = −3𝚤𝚤 − 4𝑗𝑗 .


2 2 −3
2. 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 ; 𝑤𝑤 .
2 1 −4

• 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 7; −2 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 6; 5 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 1; −7


2. 2𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 2×7 − 6; 2× −2 − 5
2𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 8 ; −9

−0,8× −7 − 2,4× −1
−0,8𝐵𝐵𝐵𝐵 − 2,4𝐵𝐵𝐵𝐵
−08×2 − 2,4×7
8
−0,8𝐵𝐵𝐵𝐵 − 2,4𝐵𝐵𝐵𝐵 .
−18,4

2) Base orthogonale et base orthonormée

Exercices de fixation
• Entourage

a) 𝑥𝑥𝑥𝑥 h − 𝑦𝑦𝑦𝑦′ b) 𝑥𝑥 h 𝑦𝑦 h − 𝑥𝑥𝑥𝑥 c) 𝒚𝒚h 𝒙𝒙 − 𝒙𝒙′𝒚𝒚 d) 𝑥𝑥𝑥𝑥 h + 𝑦𝑦𝑦𝑦′ e) 𝑦𝑦 h 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥′𝑦𝑦

N° Affirmations Réponses
Le déterminant de deux vecteurs colinéaires
1. Vrai
est nul.
Le déterminant de deux vecteurs formant une
2. Vrai
base du plan vectoriel n'est pas égale à 0.
Lorsque le déterminant de deux vecteurs est
3. Faux
négatif alors ces vecteurs sont opposés.
Le déterminant de deux vecteurs égaux est
4. Faux
toujours strictement positif.

• Le plan vectoriel V est rapporté à une base orthonormée 𝚤𝚤 ; 𝚥𝚥


2 𝑘𝑘
a) 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 colinéaires, alors 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 0 équivaut à 𝑘𝑘 = 5.
2 −5
1 −4 J
b) 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 colinéaires, alors 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 0 équivaut à 𝑘𝑘 = .,
𝑘𝑘 −2 =
1 1
𝑘𝑘 = − 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑘𝑘 =
2 2
8 2𝑘𝑘 (
c) 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 colinéaires, alors 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 0 équivaut à 𝑘𝑘 = − ..
−3 1 '
−2 6
d) 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 colinéaires, alors 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 0 équivaut à
𝑘𝑘 −𝑘𝑘 =
𝑘𝑘 𝑘𝑘 − 3 = 0 , 𝑘𝑘 = 0 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑘𝑘 = 3.

• a) Soit 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 . Les vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 sont colinéaires tels que
= == e'
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝑥𝑥 + ; 𝑦𝑦 − 1 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; .
' J. (
e' == =`
On a : 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 équivaut à : 𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + = 0.
( J. 'f

10 Livre du professeur Maths 2nde C


== ' =`
Par conséquent, une équation de (AB) est : − 𝑦𝑦 − 𝑥𝑥 + = 0.
J. ( 'f
b) Soit 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 . Les vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 sont colinéaires tels que
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝑥𝑥 − 1; 𝑦𝑦 + 2 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 2 − 1; 0
On a : 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 ⟺ 𝑦𝑦 = − 2.
Par conséquent, une équation de (AB) est : 𝑦𝑦 = 2.

• a) Soit (D) la droite passant par A et 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 ∈ 𝐷𝐷 . Les vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑢𝑢 sont
colinéaires. On a : 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 − 3 et 𝑢𝑢 2; 3 .
𝐷𝐷é𝑡𝑡 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝑢𝑢 = 0 ⟺ 3𝑥𝑥 − 2 𝑦𝑦 − 3 = 0.
Une équation de (D) est : 𝐷𝐷 ∶ −2𝑦𝑦 + 3𝑥𝑥 + 6 = 0.

b) Soit (D’) la droite passant par A et 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 ∈ 𝐷𝐷′ . Les vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑢𝑢 sont
'
colinéaires tels que : 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝑥𝑥 − 1; 𝑦𝑦 − 3 et 𝑢𝑢 ; −1 .
'
'
𝑥𝑥 − 1 '
𝐷𝐷é𝑡𝑡 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝑢𝑢 = 0 ⟺ ' = 0.. − 𝑦𝑦 − 𝑥𝑥 + 2 = 0.
'
𝑦𝑦 − 3 −1
'
Une équation de (D’) est : 𝐷𝐷′ ∶ − 𝑦𝑦 − 𝑥𝑥 + 2 = 0.
'

3) Repères du plan
a) Définition
Exercices de fixation
• Réponds par Vrai ou par Faux

Affirmations Réponses
Deux vecteurs non nuls et colinéaires forment
Faux
une base du plan vectoriel.
Trois points alignés forment un repère du plan. Faux

• a) On a : 𝑢𝑢 −2; −3 et 𝑣𝑣 1; 1
2 1
𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 5 et 5 ≠ 0,
−3 1
Donc 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 est une base du plan vectoriel.
b) On a : 𝑣𝑣 1; 1 et 𝑤𝑤 −0,6; −1,6
1 −0,6
𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 = = 2,2 et 2,2 ≠ 0,.
1 −1,6
Donc 𝑣𝑣 , 𝑤𝑤 est une base du plan vectoriel.
0,4
c) On a : 𝑢𝑢 2 ; −3 et 𝑣𝑣 + 𝑤𝑤 = 0,4𝚤𝚤 − 0,6𝚥𝚥 avec 𝑣𝑣 + 𝑤𝑤
−0,6
2 0,4
𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 + 𝑤𝑤 = = 0.
−3 −0,6
Donc 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 + 𝑤𝑤 n’est pas une base du plan vectoriel.

Calculs dans un repère :


Propriété

Exercices de fixation
e(p' eJe'
1) K est le milieu de [AB] alors, 𝐾𝐾 ;
= =
1
𝐾𝐾 − ; −2
2

Livre du professeur Maths 2nde C 11


e(p'p= eJe'p(
2) G est le centre de gravité de ABC, alors 𝐺𝐺 ;
' '
J
𝐺𝐺 ; 0 .
'

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1)
J J
1. On a : 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐶𝐶𝐶𝐶, or 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐶𝐶𝐶𝐶,= 𝐶𝐶𝐶𝐶.
' '
J J J =
Donc 𝑃𝑃𝑃𝑃 = − 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐶𝐶𝐶𝐶 = − 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 car 𝐶𝐶𝐶𝐶.= − 𝐴𝐴𝐴𝐴.
' ' ' '
J
2. a) On a : 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝐵𝐵𝐵𝐵.
'
J J J J =
𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝑄𝑄𝑄𝑄 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; − 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 = − 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝑃𝑃𝑃𝑃
' ' ' ' '
J =
d’où 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 car 𝑃𝑃𝑃𝑃 = − 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; donc 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 2𝑃𝑃𝑃𝑃.
' '
b) D’après 2a) 𝑃𝑃𝑃𝑃 et 𝑃𝑃𝑃𝑃 sont deux vecteurs colinéaires qui ont un point commun P. Donc,
P, Q et R sont alignés.

2) a) Soit 𝐷𝐷h telle que 𝐷𝐷 // 𝐷𝐷h . 𝐷𝐷 et 𝐷𝐷h ont le même coefficient directeur. On a :
- -
𝐷𝐷 ∶ 𝑦𝑦 = − 𝑥𝑥 + .
( Jf
- r - (
Ainsi 𝐷𝐷h ∶ 𝑦𝑦 = − 𝑥𝑥 + 𝑏𝑏. Comme 𝐴𝐴 ∈ 𝐷𝐷h , d’où 𝑏𝑏 = + × = 3.
( . ( '
-
Par conséquent, 𝐷𝐷h ∶ 𝑦𝑦 = − 𝑥𝑥 + 3 ou une équation cartésienne de 𝐷𝐷h est :
(
7𝑥𝑥 + 4𝑦𝑦 − 12 = 0, .
b) En utilisant la même méthode, on trouve 𝐷𝐷h ∶ 3𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 − 6 − 1,4 3 = 0.

3)
1. Voir figure
2. 𝑡𝑡st (𝐴𝐴𝐴𝐴) = (𝐷𝐷𝐷𝐷) ; 𝑡𝑡st (𝐵𝐵𝐵𝐵) = (𝐶𝐶𝐶𝐶) et 𝑡𝑡st (𝐺𝐺𝐺𝐺) = (𝑀𝑀𝑀𝑀).
3. Le point M est le point de concours des hauteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 , 𝐵𝐵𝐵𝐵 et 𝐺𝐺𝐺𝐺 . Or 𝑡𝑡st 𝑀𝑀 = 𝐺𝐺. Donc
G est le point de concours des droites, (DG), (CG) et (MG).
Or C, G et E sont alignés, de même que les points D, G et F. Donc les droites (CE), (DF) et (GM)
sont concourantes.

4) Voir figure.
• PQRS est un quadrilatère tel que (PQ) // (SR)..
De plus, BS = QA et AP = BR,
d’où PA +AQ = SB + BR.
Donc PQ = SR.

12 Livre du professeur Maths 2nde C


• On a donc (PQ) // (SR) et PQ = SR, d’où 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑆𝑆𝑆𝑆.
Par conséquent, le quadrilatère PQRS est un parallélogramme.

5) Un solide
1. On a :𝐹𝐹J + 𝐹𝐹= + 𝐹𝐹' = 0 , d’où 𝐹𝐹' = −𝐹𝐹J − 𝐹𝐹= or 𝐹𝐹J ⊥ 𝐹𝐹= .
= =
Donc 𝐹𝐹' = 𝐹𝐹J + 𝐹𝐹=
𝐹𝐹' = 6= + 8= = 100 d’où 𝐹𝐹' = 10 𝑁𝑁.
{ ~
2. On a : 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝜗𝜗 = | = = 0,6 d’où 𝜃𝜃 = 53,13°.
{} Jf
Par conséquent, 𝛼𝛼 = 180° − 𝜃𝜃 ; 𝛼𝛼 = 126,87°.
(Voir illustration feuille annexe 2).

Livre du professeur Maths 2nde C 13


6)
1. Voir figure.
2. À l’équilibre : 𝑃𝑃 + 𝑇𝑇 + 𝑅𝑅 = 0 .
Par conséquent, sur l’axe 𝑦𝑦𝑦𝑦′ , on a : −𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝛼𝛼 + 0 + 𝑅𝑅 = 0
𝑅𝑅 = 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝛼𝛼
𝑅𝑅 = 3,6 cos 25° = 3,26 𝑁𝑁.

7) On a : 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 4𝑃𝑃𝑃𝑃 − 3𝑃𝑃𝑃𝑃 = 0


𝑃𝑃𝑃𝑃 + 4 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 3 𝑃𝑃𝑃𝑃 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0
2𝑃𝑃𝑃𝑃 + 4𝐴𝐴𝐴𝐴 − 3𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0
'
𝑃𝑃𝑃𝑃 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
=

8) ABCD un quadrilatère
1. a) On a : 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼
= 2𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 or I est le milieu de [AB].
f
Donc 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 2𝑀𝑀𝑀𝑀.
b) On a de même : 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 2𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 2𝑀𝑀𝑀𝑀
f
2. 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 = 0 donne : 2𝐾𝐾𝐾𝐾 + 2𝐾𝐾𝐾𝐾 = 0 , d’où K est le milieu de [IJ].
3. 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 = 0 donne 4𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 = 0 ,
f
4𝐾𝐾𝐾𝐾 = 𝐷𝐷𝐷𝐷. Il en résulte que les points D, K et G sont alignés.

9) On a : 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 .


𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 = 𝐴𝐴𝐴𝐴
3𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 or 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 = 0 .
J
D’où 3𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 , soit 3𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; donc 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴.
'
J
L’ensemble cherché est le cercle de centre G et de rayon 𝑟𝑟 = 𝐴𝐴𝐴𝐴.
'

10) On a : 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 4𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 4𝑁𝑁𝑁𝑁 = 0 + 0 = 0 ;


d’où 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 4 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 = 0 ; 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 4 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0 .
Or 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 0 et 𝐽𝐽𝐽𝐽 + 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0 .
Par suite : 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 4 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 = 0 .
𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 4 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 + 𝐾𝐾𝐾𝐾 = 0 (*).
Comme 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑁𝑁𝑁𝑁 = 0 , donc on aura (*) : 2𝐾𝐾𝐾𝐾 + 4×2𝐾𝐾𝐾𝐾 = 0 . ;

14 Livre du professeur Maths 2nde C


d’où 𝐾𝐾𝐾𝐾 = −4𝐾𝐾𝐾𝐾 . Par conséquent, les points I, J et K sont alignés.

11) Le plan muni d’un repère orthonormé 𝑂𝑂, 𝚤𝚤 ; 𝚥𝚥 .


1. Si 𝐴𝐴 ∈ 𝐷𝐷 , alors 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0.
2. a) On a : 2 1 − 2 − 1 = −1 ≠ 0 ; donc 𝐴𝐴 ≠ 𝐷𝐷 .
b) Soit 𝐷𝐷h : 𝑦𝑦 = 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 cette droite . 𝐷𝐷 ⊥ 𝐷𝐷h or -2a = -1 ;
J J J
d’où : 𝑎𝑎 = . 𝐷𝐷h ∶ 𝑦𝑦 = 𝑥𝑥 + 𝑏𝑏, or 𝐴𝐴 ∈ 𝐷𝐷h , d’où 𝑏𝑏 = −2 − 1 .
= = =
J . .
Donc 𝐷𝐷h , : 𝑦𝑦 = 𝑥𝑥 − . 𝑏𝑏 = − .
= = =
J . - ` - e`
c) 𝐻𝐻 = 𝐷𝐷 ∩ 𝐷𝐷h . 𝑥𝑥 − = −2𝑥𝑥 + 1 d’où 𝑥𝑥á = et 𝑦𝑦á = − . 𝐻𝐻 ; .
= = . . . .
- = ` = . .
d) 𝑑𝑑 𝐴𝐴 ; (𝐷𝐷) = 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −1 + − +2 = = .
. . =. .

12) Soit un triangle quelconque ABC.


1. (voir feuille annexe 3)
2. a) 𝐴𝐴 0; 0 ; 𝐵𝐵 1; 0 et 𝐶𝐶 0; 1 .
Jpf Jpf J J fpJpf fpfpJ J J
b) 𝐼𝐼 ; d’où 𝐼𝐼 ; ; 𝐺𝐺 ; ; d’où 𝐺𝐺 ; .
= = = = ' ' ' '
c) 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −𝐴𝐴𝐴𝐴 donc 𝑅𝑅 0; −1 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 donc 𝑃𝑃 2; 0 ; 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2𝐵𝐵𝐵𝐵 donc 𝑄𝑄 −1; 2 .
àáeJ eJpfp=
3. H est le centre de gravité² de RPQ, alors 𝐻𝐻 ; ,
' '
J J J J
d’où 𝐻𝐻 ; or 𝐺𝐺 ; .
' ' ' '
Donc H = G. (H et G sont confondus).

13) ABC est un triangle.


1.
1. 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂′ + 𝐴𝐴′𝐶𝐶 + 𝑂𝑂𝑂𝑂′ + 𝐴𝐴′𝐵𝐵 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′ car 𝐴𝐴′𝐶𝐶 + 𝐴𝐴′𝑏𝑏 + 0 ;
2. On a : 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 or 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′ ; d’où 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 2𝑂𝑂𝑂𝑂′. Donc
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′.
3. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′ d’où (AH) // (OA’). Le point O est l’intersection des médiatrices de ABC.
D’où 𝑂𝑂𝑂𝑂′ ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 .
(AH) // (OA’) et 𝑂𝑂𝑂𝑂′ ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 . Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 .
4. On a : 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; d’où 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝑂𝑂𝑂𝑂′ + 𝐵𝐵′𝐴𝐴 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂′ + 𝐵𝐵′𝐶𝐶.
𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′ + 𝐵𝐵′𝐴𝐴 + 𝐵𝐵′𝐶𝐶 .
f

Livre du professeur Maths 2nde C 15


D’où 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2𝑂𝑂𝑂𝑂′. Donc (BH) // (OB’’) (1) De plus, 𝑂𝑂𝑂𝑂′ est médiatrice de ABC issue de
B ; donc 𝑂𝑂𝑂𝑂′ ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
On conclut que 𝐵𝐵𝐵𝐵 ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
2. La perpendiculaire à (BC) passant par A est la hauteur du triangle ABC issue de A. Ainsi H est
l’intersection des hauteurs du triangle ABC. Par conséquent, H est l’orthocentre du triangle ABC.
1. 𝐺𝐺𝐺𝐺 = −2𝐺𝐺𝐴𝐴h ⟺ 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 = −2𝐺𝐺𝐺𝐺 − 2𝑂𝑂𝐴𝐴h ⟺ 3𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 2𝑂𝑂𝑂𝑂′.
2. On a : 3𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 2𝑂𝑂𝑂𝑂′, or 2𝑂𝑂𝑂𝑂′ = 𝐴𝐴𝐴𝐴, par suite, 3𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑂𝑂𝑂𝑂.
3. Les vecteurs 𝑂𝑂𝑂𝑂 et 𝑂𝑂𝑂𝑂 sont colinéaires. Donc si le triangle ABC n’est pas équilatéral, les
points O, G et H sont alignés.
4. Lorsque ABC est équilatéral, H = G ; ainsi 3𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 ⟺ 3𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 ;
𝐺𝐺 = 0..
Par conséquent, O = G = H.

14) On se donne les points A(4 ; 0), B(4 ; 4), C(0 ; 4), P(3 ; –2), Q(–1 ; –2), S(–2 ; 1), T(–2 ; 5).
U, V, W et Z sont les centres des parallélogrammes OABC, OCTS, OSRQ, OQPA.

Démontre que le quadrilatère VUZW est un carré.

e=pf Jp( .
• V milieu de [SC] et [OT] donc 𝑉𝑉 ; ; 𝑉𝑉 −1; .
= = =
fp( fp(
U milieu de [OB] et [AC] donc 𝑈𝑈 ; ; 𝑈𝑈 2; 2 .
= =
e=eJ Je= ' J
W milieu de [OR] et [SQ] donc 𝑊𝑊 ; ; 𝑊𝑊 − ; − .
= = = =
fp' fe= '
Z milieu de [OP] et [AQ] donc 𝑍𝑍 ; ; 𝑍𝑍 ; −1 .
= = =
. = '-
• On a :𝑉𝑉𝑉𝑉 = 2+1 = + 2− = .
= =
'-
De même, on trouve : 𝑉𝑉𝑉𝑉 = 𝑊𝑊𝑊𝑊 = 𝑈𝑈𝑈𝑈 = .
=
• VUZW est un quadrilatère tel que UV = VW = WZ = UZ.
Donc VUZW est un carré.

16 Livre du professeur Maths 2nde C


SITUATIONS D’ÉVALUATION

1.
−2
1) a) 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( = −2𝑂𝑂𝑂𝑂 − 4𝑂𝑂𝑂𝑂 d’où 𝑇𝑇= 𝑇𝑇(
−4
−4
𝑇𝑇= 𝑇𝑇` = −4𝑂𝑂𝑂𝑂 − 8𝑂𝑂𝑂𝑂 d’où 𝑇𝑇= 𝑇𝑇` .
−8
−2 −4
b) 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( ; 𝑇𝑇= 𝑇𝑇` = = 16 − 16 = 0.
−4 −8
c) Puisque 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( ; 𝑇𝑇= 𝑇𝑇` = 0 donc les vecteurs 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( et 𝑇𝑇= 𝑇𝑇` sont colinéaires.
Donc les points 𝑇𝑇= , 𝑇𝑇( et 𝑇𝑇` sont alignés. D’où la première affirmation est vraie.
4
2) a)𝑇𝑇' 𝑇𝑇- = 4𝑂𝑂𝑂𝑂 + 8𝑂𝑂𝑂𝑂 d’où 𝑇𝑇' 𝑇𝑇- .
8
−2 4
b) 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( ; 𝑇𝑇' 𝑇𝑇- = = −16 + 16 = 0.
−4 8
c) 𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( ; 𝑇𝑇' 𝑇𝑇- = 0 d’où les vecteurs 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( et 𝑇𝑇' 𝑇𝑇- sont colinéaires.
Donc les droites 𝑇𝑇= 𝑇𝑇( et 𝑇𝑇' 𝑇𝑇- sont parallèles. D’où la deuxième affirmation est vraie.

2.
1) 𝑀𝑀 1; 6 ; 𝐹𝐹 3; 8 et 𝐺𝐺 5; 10 .
2 4
2) 𝑀𝑀𝑀𝑀 et 𝑀𝑀𝑀𝑀
2 4
2 4
𝑑𝑑é𝑡𝑡 𝑀𝑀𝑀𝑀 ; 𝑀𝑀𝑀𝑀 = = 8 − 8 = 0.
2 4
𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑀𝑀, 𝐹𝐹 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝐺𝐺 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎é𝑠𝑠.
3) On a : 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 1 − 0 = + 6 − 0 = = 37 = 6,08 m
𝑂𝑂𝑂𝑂 = 9 + 64 = 73 = 8,54 m
𝑂𝑂𝑂𝑂 = 25 + 100 = 125 = 11,18 m

Comme la portée du centre est de 9,54 m, donc le partenaire en F est celui qui est apte à recevoir la
balle de but.

Livre du professeur Maths 2nde C 17


2 ENSEMBLE DES NOMBRES RÉELS
Leçon 2 : ENSEMBLE DES NOMBRES RÉELS

I- MAJORANT – MINORANT D’UN ENSEMBLE


Exercices de fixation
1.a) Un nombre réel m est un minorant de E, signifie que m est inférieur ou égal à tous les éléments de E.

b) Un nombre réel M est un majorant de E signifie que M est supérieur ou égal à tous les éléments de E.

2 .a

23
Un minorant de F est : 0 -2 -10
9

23
Un majorant de F est 15 7 20
9

Un minorant de G est : 1 8 1,8 0

Un majorant de G est : 1 7 8 10

3. Dans chacun des cas ci-dessous, indique lorsque c’est possible, un majorant 𝑀𝑀 et un minorant 𝑚𝑚 de
l’ensemble E.

a) 𝑀𝑀 = 𝜋𝜋 ; 𝑚𝑚 = −4
,
b) 𝑀𝑀 = 1 ; 𝑚𝑚 =
-
c) 𝑀𝑀 = 3 ; 𝑚𝑚 = −3
d) 𝐸𝐸 n’a pas de majorant ; 0 est un minorant de E.
e) 𝐸𝐸 n’a ni majorant, ni minorant.

II. MAXIMUM, MINIMUM D’UN ENSEMBLE


Exercices de fixation
1) a) Un nombre réel 𝑚𝑚 est le minimum de E signifie que 𝑚𝑚 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 à 𝐸𝐸 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑚𝑚
es t inférieur ou égal à tous les éléments de E.
b) Un nombre réel 𝑀𝑀 est le maximum de E signifie que 𝑀𝑀 appartient à E et 𝑀𝑀
est supérieur ou égal à tous les éléments de E.

2)

23
Un minorant de F est : 0 -2 –10
9
23
Un majorant de F est 15 7 20
9

Un minorant de G est : 1 8 1,8 0

Un majorant de G est : 1 7 8 10

18 Livre du professeur Maths 2nde C


3) Dans chacun des cas ci-dessous, indique lorsque c’est possible, le maximum M et
le minimum 𝑚𝑚de l’ensemble E.

a) 𝑀𝑀 = 𝜋𝜋 ; 𝑚𝑚 n’existe pas.
,
b) 𝑀𝑀 = 1 ; 𝑚𝑚 =
-
c) 𝑀𝑀 = 3 ; 𝑚𝑚 = −3
d) 𝐸𝐸 n’a pas de maximum ; 0 est le minimum de E
e) E n’a pas de maximum, ni minimum.

4) a) 0 ∈ 𝐸𝐸 et ∀𝑥𝑥 ∈ 𝐸𝐸, 𝑥𝑥 ≥ 0 ; 𝑚𝑚 = 0 si minimum, 𝑀𝑀 = 1,5; 1,5 ∈ 𝐸𝐸 et


∀𝑥𝑥 ∈ 𝐸𝐸, 1,5 > 𝑥𝑥 ;
b) 𝑚𝑚 = −3 ; −3 ∉ 𝐸𝐸, et +2,9 >2 2, donc 𝑀𝑀 et 𝑚𝑚 ne sont ni maximum, ni
minimum de E.
c) 𝑚𝑚 = 5 ∉ 𝐸𝐸, 𝑀𝑀 = −𝜋𝜋 ∈ 𝐸𝐸 ; et ∀𝑥𝑥 ∈ 𝐸𝐸, 𝑥𝑥 ≤ −5, 𝑚𝑚 n’est pas le minimum de
E, 𝑀𝑀 est le maximum de E.

III. VALEUR ABSOLU D’UN NOMBRE RÉEL


Exercices de fixation
1) Pour chaque affirmation du tableau, quatre réponses sont proposées dont une seule
est exacte. Entoure la case correspondante à la réponse exacte.

Affirmations a b c

7
1. 7 est égal à : 48 −7

2. −30 est égal à : 0 30 3

𝜋𝜋 − 3
3. 3 − 𝜋𝜋 est égal à : 3+𝜋𝜋 3 − 𝜋𝜋

4. Si 𝑥𝑥 < 0, alors 𝑥𝑥 est égal à : −𝑥𝑥 𝑥𝑥 0

|𝑥𝑥|
5. Pour tout nombre réel 𝑥𝑥, −𝑥𝑥 est égal à : −𝑥𝑥 𝑥𝑥

6. Si 𝑥𝑥 < 10, alors 𝑥𝑥 − 10 est égal à : 𝑥𝑥 − 10 10 − 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 10

𝑥𝑥
7. 𝑥𝑥 > 0, alors 𝑥𝑥 est égal à : −𝑥𝑥 0

Livre du professeur Maths 2nde C 19


2) a) 𝜋𝜋 − 3 = 𝜋𝜋 − 3 ; b) 4−3 2 =3 2−4.

3) a) 4 0,9 − 1,5 − 2,5 = 4 1,5 − 0,9 − 2,4 = 0.


b) 4 0,2 − 1 − 2 3 − 2,5 = 4 1 − 0,2 − 2 3 − 2,5
= 3,2 − 1 = 2,2.

IV. PROPRIETES DE LA VALEUR ABSOLUE


Exercice de fixation
1)

Affirmations Réponses
1. 𝑥𝑥 = 2 ⟺ 𝑥𝑥 = 2 F
2. 𝑥𝑥𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 𝑦𝑦 F
3. 𝑦𝑦 O = 𝑦𝑦 O V
QO O
4. Si𝑥𝑥 ≠ 0, = F
R R
R R
5. Si 𝑦𝑦 ≠ 0, = V
S S
6. 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 F
7. 𝑥𝑥 ≤ 3 ⟺x∈ −3; 3 V

V. DISTANCE DE DEUX NOMBRES RÉELS


Exercices de fixation
1) La distance de 𝑎𝑎 et de 𝑏𝑏 est :

𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 𝑋𝑋 𝑎𝑎 − 𝑏𝑏

2)

𝑥𝑥 𝑦𝑦 Distance de 𝑥𝑥 et 𝑦𝑦
9 12 3
–5 –7 2
–16 23 39
14 –11 25

3) 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 5 − −7 = 12 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = −4 − −7 = 3
2 2 23
𝐵𝐵𝐵𝐵 = − −7 = + 7 =
3 3 3
𝐷𝐷𝐷𝐷 = 𝑥𝑥 − −4 = 𝑥𝑥 + 4 .

VI. RÉSOLUTION ALGÉBRIQUE D’UNE ÉQUATION DU TYPE 𝒙𝒙 − 𝒂𝒂 = 𝒓𝒓 𝒓𝒓 ≥ 𝟎𝟎


Exercices de fixation
1) A

Affirmations Réponses
𝑥𝑥 − 1 = 3 est équivalent à 𝑥𝑥 = 1 + 3ou 𝑥𝑥 = −1 + 3 F
𝑥𝑥 − 2 = 1 est équivalent à 𝑥𝑥 = 2 + 1ou 𝑥𝑥 = 2 − 1 V
𝑥𝑥 + 1 = 0 est équivalent à 𝑥𝑥 = −1 ou 𝑥𝑥 = 1 F

2)
𝐸𝐸, ∶ 𝑥𝑥 − 3 = 5 ⟺ 𝑥𝑥 = 3 + 5 ou 𝑥𝑥 = 3 − 5 ⟺ 𝑥𝑥 = 8 ou 𝑥𝑥 = −2.𝑆𝑆b = −2; 8 .
𝐸𝐸O ∶ 𝑥𝑥 + 2 = 1 ⟺ 𝑥𝑥 − −2 = 1 ⟺ 𝑥𝑥 = −3 ou 𝑥𝑥 = −1 ;𝑆𝑆b = −3; −1 .
𝐸𝐸c ∶ 𝑥𝑥 + 3 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 + 3 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 = −3;𝑆𝑆b = −3 .

20 Livre du professeur Maths 2nde C


VII. RÉSOLUTION GRAPHIQUE D’UNE ÉQUATION DU TYPE 𝒙𝒙 − 𝒂𝒂 = 𝒓𝒓 𝒓𝒓 ≥ 𝟎𝟎

Exercice de fixation
1)
–5 +5
𝑬𝑬𝟏𝟏 𝑆𝑆ℝ = −2 ; 8
–2 3 8

–1 +1
𝑬𝑬𝟐𝟐 𝑆𝑆ℝ = −3 ; −1
–2 –3 –3

–0 –3 +0
𝑬𝑬𝟑𝟑 𝑆𝑆ℝ = −3

VIII. RÉSOLUTION ALGÉBRIQUE D’UNE INÉQUATION DU TYPE 𝒙𝒙 − 𝒂𝒂 ≤ 𝒓𝒓 𝒓𝒓 ≥ 𝟎𝟎


Exercice de fixation
1) 𝐼𝐼, : 𝑥𝑥 − 3 ≤ 5 ⟺ −5 ≤ 𝑥𝑥 − 3 ≤ 5 ⟺ −2 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 8, 𝑆𝑆ℝ = −2 ; 8
𝐼𝐼O : 𝑥𝑥 + 2 ≤ 1 ⟺ −1 ≤ 𝑥𝑥 + 2 ≤ 1 ⟺ −3 ≤ 𝑥𝑥 ≤ −1, 𝑆𝑆ℝ = −3 ; −1
𝐼𝐼c : 𝑥𝑥 + 3 ≤ 2 ⟺ −2 ≤ 𝑥𝑥 + 3 ≤ 2 ⟺ −2 − 3 < 𝑥𝑥 < 2 − 3
⟺ −5 < 𝑥𝑥 < −1, 𝑆𝑆ℝ = −5 ; −1 .

IX. RÉSOLUTION GRAPHIQUE D’UNE INÉQUATION DU TYPE 𝒙𝒙 − 𝒃𝒃 ≤ 𝒓𝒓 𝒓𝒓 > 0

Exercice de fixation c ,
–- ,
–- +-
a) l
O O
𝟏𝟏 𝟏𝟏 , ,
𝑬𝑬𝟏𝟏 : 𝒙𝒙 + ≤ ⟺ 𝑥𝑥 − − ≤
𝟒𝟒 𝟐𝟐 l O c , ,
–- –- +-
l l O
3 1
𝑆𝑆ℝ = − ;
4 2

–0 2,5 +0
𝑬𝑬𝟐𝟐 :𝑆𝑆ℝ = 2,5

–3 +3
m
𝑬𝑬𝟑𝟑 :𝑆𝑆ℝ = − 3 ; 𝜋𝜋 + 3
c
𝜋𝜋 − 3 𝜋𝜋 𝜋𝜋 + 3
METHODE 1
Exercices de fixation
1) Compare dans chaque cas les nombres suivants :
,
a) 2−1= ;
On,
O O
b) b) 7 − 3 = 10 − 2 21 et 6 − 2 = 10 − 4 6 on a : 2 21 < 4 6
−4 6 < −2 21 on a : 10-4 6 < 10 − 2 21 ; on a 6 − 2 < 7 − 3,
c c
donc > .
-QO pQ c

qnO qnc Q, qnO qnc


c) - = donc <
qnc qnl qnc qnl qnc qnl

Livre du professeur Maths 2nde C 21


O O
2) a) 5 − 2 = 7 − 2 10 ; 2 − 3 = 7 − 4 3.
Or −4 3 < −2 10.
On a : 7 − 4 3 < 7 − 2 10 ;
Donc 2 − 3 < 5 − 2.
O
b) 13 + 8 = 21 + 2 104 et 14 + 7 = 21 + 2 98.
Or 2 98 < 2 104. On a : 21 + 2 98 < 21 + 2 104
21 + 2 98 < 21 + 2 104 , donc 14 + 7 < 13 + 8.

O
3) a) 2− 5 = 2 − 5 = 5 − 2 car 2 − 5 < 0
O
b) 4−2 3= 3−1 = 3 − 1 = 3 − 1 car 3-1>0 ;
O
c) 5+2 3= 2+ 3 = 2 + 3 = 2 + 3car 2 + 3 > 0.

4) a) Étudions le signe de 2 11 + 5 − 11.


O
2 11 + 5 − 11 = 2 11 − 6. Or 2 11 > 6O .
On a : 2 11 − 6 > 0, on en déduit que 2 11 + 5 − 11 > 0 ;
Donc 2 11 + 5 > 11.
b) 6 − 3 22 − −8 = 14 − 3 22.
O
Or 14O = 196 et 3 22 = 198.
14 < 3 22 ⟺ 14 − 3 22 < 0
On a : 6 − 3 22 − −8 < 0 ;
Donc 6 − 3 22 < −8.

5) 1. 𝑥𝑥 > 0, 𝑦𝑦 < 0 ; 𝑧𝑧 > 0.


2. 𝑦𝑦 < 𝑧𝑧 car 𝑧𝑧 O < 𝑛𝑛O or 𝑧𝑧 > 0, 𝑥𝑥 > 0.

METHODE 2
Exercices de fixation
1) 1. L’approximation décimale par défaut de 𝜋𝜋 à l’origine 5 est 3,14159.
L’approximation décimale par excès de 𝜋𝜋 à l’ordre 5 est 3,1416.
2. L’arrondi d’ordre 4 de 𝜋𝜋 est 3,1416
L’arrondi d’ordre 5 de 𝜋𝜋 est 3,14159.
OO
2) 1. 3,142 est une valeur approchée de par défaut et 3,143 est une valeur approfondie
p
OO
par excès de
p
OO
2. Justifions que − 3,1425 ≤ 5×10Ql .
p
OO
En effet : − 3,1425 = 3,57×10Ql . Or3,57×10Ql ≤ 5×10Ql .
p
OO OO
Donc − 3,1425 ≤ 5×10Ql donne 3,1425 si une valeur approfondie de à
p p
Ql
5×10 près.
OO , ,
3. − 3,143 = − = ×10Ql .
p puuu p

22 Livre du professeur Maths 2nde C


METHODE 3
Exercices de fixation
1) Supposons que 2 − 1 est un nombre rationnel. On peut trouver deux entiers P et q,
w
𝑞𝑞 ≠ 0 tel que 2 − 1 = soit irréductible.
x
w y ynx
On a : 2−1= ⟺ 2= +1= .
x x x
2 est irrationnel, ce qui est impossible donc 2 − 1 est irrationnel.

2) Supposons que 3 est le maximum de A, ce qui signifie que 3 ∈ 𝐴𝐴.


,
3 ∈ 𝐴𝐴 signifie qu’il existe 𝑛𝑛 ∈ �∗ tel que 3 = 3 − .
q
,
On a alors − = 0. Ce qui est impossible car 𝑛𝑛 ∈ �∗ .
q
Donc 3 n’est pas le minimum de A.

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1)

Affirmations Réponses
Le maximum de E, s'il existe, est un majorant de E. V
Tout minorant de E, s'il existe, est le minimum de E. F
Si M est un majorant de E, alors M appartient à E. F
Le minimum de E est le plus grand des minorants de E. V
E peut admettre plusieurs maximums. F

2) 1. −1 ∈ −1; 3 et ∀𝑥𝑥 ∈ −1; 3 , −1 ≤ 𝑥𝑥, donc –1 est le minimum de −1; 3 .


2. Supposons 3 est le maximum de −1; 3 .
On a : ∀𝑥𝑥 ∈ −1; 3 , 𝑥𝑥 ≤ 3, mais 3 ∉ −1; 3 ,
Donc 3 n’est pas le maximum de −1; 3 ,

3) On donne 𝑎𝑎 = 0,00012 ; 𝑏𝑏 = 0,005 ; 𝑐𝑐 = 0,006 ; 𝑑𝑑 = 0,003 ; 𝑒𝑒 = 0,000001 et 𝑅𝑅 =


~  ×Ä  ×Å 
.
Ç É ×Ç Ñ
Écris 3sous la forme de 𝑝𝑝. 10q où 𝑝𝑝 ∈ � et 𝑛𝑛 ∈ 𝑁𝑁.

12×5×3 O × 10Q,u O
1
𝑅𝑅 = = ×10,O = 0,25×10,O
6O ×10Q,O ×10Q,Ü 4
= 25×10QO ×10,O = 25×10,u .

4) On considère les nombres réels I et J tels que :


• 𝐼𝐼 = 1 − 3 − 5 − 12 − 3 27 − 4 3 .
O O
• 𝐽𝐽 = 3× 1− 3 − 2 3−3 .
Justifie que : 1 − 6 et 𝐽𝐽 = 3.

𝐼𝐼 = 3 − 1 − 5 − 2 3 − 3 3 3 − 4 3 .
= 3−1−5+2 3−3 3=3 3−3 3−6
= −6.
O O
𝐽𝐽 = 3 1− 3 − 2 3−3 =3 1− 3 − 2 3−3
=3 3 − 1 − 2 3 − 3 = 3 3 − 3 − 2 3 + 3 = 3.

Livre du professeur Maths 2nde C 23


â
, ,Q
5) 𝐺𝐺 = + ä
, 𝑛𝑛 ∈ ℝ ∗ .
q ,nq

-nm c×m
𝐸𝐸 = × = 1.
cnm -nm
, å , p , , ,u p , c c c
𝐹𝐹 = − × + × = − + = − = − = 0.
Ü l c O ç Ü Ol Ol Ü Ol Ol Ol
, qQ, qn,nqQ, Oq O
𝐺𝐺 = + = = = .
q q qn, q qn, q qn, qn,

c cQO
6) 𝐴𝐴 = = 6 − 3 3.
cQl
O cnc cn, énå c
𝐵𝐵 = = .
O O
,unO - ,u cn- O
𝐶𝐶 = = .
å c ,å

O O O l Oc
7) −3O + × 5O − 4O = −3O + ×3O = −3O + 2O = −5 = −3O + ×3 = − .
c c é c
c ån Ou c ånO å å å å - ,u
è = ë = ë = × = .
lå OQ c å c å× c p p
ê ê ê

8) Détermine les nombres𝑎𝑎, 𝑏𝑏, et 𝑐𝑐 sachant que :


â
, ,n O O
− ê
â =0; 𝑏𝑏 = 2−2 + 2−1 ; 𝑐𝑐 = 14𝑎𝑎 − 12𝑏𝑏.
~ ,Q
Ñ

c p c
= × 𝑏𝑏 = 2−2 + 2−1 𝑐𝑐 = 14𝑎𝑎 − 12𝑏𝑏
~ - O
c p ,O
= =2− 2+ 2−1 = 14× − 12×1
~ l p
,O
𝑎𝑎 = . 𝑏𝑏 = 1 = 2×12 − 12
p
𝑐𝑐 = 12
íìî
~Q ~n~ â ÄQ~nÄ ~  ÄnÄ Ä ~  n,
9) âïíî
í íìî = = = .
,n ,n~Än~  Q~Ä ,n~  ,n~ 
âïíî
íìî
~Q
𝑎𝑎O + 1 ≠ 0 donc âïíî
í íìî = 𝑏𝑏.
,n
âïíî

O
10) 1. ∀𝑥𝑥 ∈ �, 𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 ≥ 0. On a : 𝑎𝑎O + 𝑏𝑏 O − 2𝑎𝑎𝑎𝑎 ≥ 0.
O O ~  nÄ 
Ainsi 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 ≥ 2𝑎𝑎𝑎𝑎 donc 𝑎𝑎𝑎𝑎 ≤ .
O
2. 3𝑏𝑏 2𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 O = 6𝑎𝑎𝑎𝑎 − 3𝑏𝑏 O − 𝑎𝑎O − 𝑏𝑏 O − 2𝑎𝑎𝑎𝑎
= −𝑎𝑎O − 4𝑏𝑏 O + 4𝑎𝑎𝑎𝑎
= − 𝑎𝑎O − 4𝑎𝑎𝑎𝑎 + 4𝑏𝑏 O
= − 𝑎𝑎 − 2𝑏𝑏 O ≤ 0
3𝑏𝑏 2𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 ≤ 0 , donc 3𝑏𝑏 2𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 ≤ 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 O .
O

11) 𝑔𝑔, ℎ et 𝑚𝑚 sont tous positifs.


lR  S  RQS 
𝑔𝑔O − ℎO = 𝑥𝑥𝑥𝑥 − = 𝑥𝑥𝑥𝑥 > 0. On en définit que 𝑔𝑔 > ℎ ;
RnS  RnS 
RnS  RQS 
De même 𝑚𝑚O − 𝑔𝑔O = − 4𝑥𝑥𝑥𝑥 = > 0 ; on a 𝑚𝑚 > 𝑔𝑔.
l l
On a 𝑚𝑚 > 𝑔𝑔 > ℎ, donc ℎ < 𝑔𝑔 < 𝑚𝑚.

24 Livre du professeur Maths 2nde C


12) 1. 3𝑥𝑥 − 6 = 3 𝑥𝑥 − 2 = 3 𝑥𝑥 − 2 .
2. Résolution dans 𝑚𝑚 de 3𝑥𝑥 − 6 = 2.
3
3𝑥𝑥 − 6 = 2 ⟺ 3 𝑥𝑥 − 2 ⟺ 𝑥𝑥 − 2 =
2
c c
⟺ 𝑥𝑥 = 2 + ou 𝑥𝑥 = 2 −
O O
p , , p
𝑥𝑥 = ou 𝑥𝑥 = . 𝑆𝑆� = ; .
O O O O

13) 𝐸𝐸, : −𝑥𝑥 + 3 = 4 ⟺ − 𝑥𝑥 − 3 = 4 ⟺ 𝑥𝑥 − 3 = 4


𝑥𝑥 = 3 + 4 ou 𝑥𝑥 = 3 − 4 ; on a : 𝑥𝑥 = 7 ou 𝑥𝑥 = −1.
𝑆𝑆� = −1 ; 7 .
O O
𝐸𝐸O : −3𝑥𝑥 + 2 = 3 ⟺ −3 𝑥𝑥 − = 3 ⟺ 𝑥𝑥 − =1
c c
O O , å
⟺ 𝑥𝑥 = − 1 ou 𝑥𝑥 = + 1 ⟺ 𝑥𝑥 = − ou 𝑥𝑥 = .
c c c c
, å
𝑆𝑆� = − ; .
c c

c c c c c
14) 𝐼𝐼, : 2𝑥𝑥 + 3 ≤ 3 ⟺ 2 𝑥𝑥 + ≤ 3 ⟺ 𝑥𝑥 + ≤ ⟺ 𝑥𝑥 − − ≤ . 𝑆𝑆ℝ = −3; 0 .
O O O O O
𝐼𝐼O : −3𝑥𝑥 − 7 ≤ −1 ; impossible. 𝑆𝑆 = ∅.
𝐼𝐼c : −2𝑥𝑥 + 8 < 4 ⟺ −2 𝑥𝑥 + 4 < 4 ⟺ 𝑥𝑥 − −4 ≤ 2.. 𝑆𝑆ℝ = −6 ; −2 .

15) Démontre que, pour tout nombre a, : 3𝑎𝑎 − 5 ≤ 2𝑎𝑎 + 1 + 𝑎𝑎 − 6 .

3𝑎𝑎 − 5 = 2𝑎𝑎 + 𝑎𝑎 − 6 + 1 = 2𝑎𝑎 + 1 + 𝑎𝑎 − 6


2𝑎𝑎 + 1 + 𝑎𝑎 − 6 ≤ 2𝑎𝑎 + 1 + 𝑎𝑎 − 6 .

16) ABCD est un carré de côté 1. 𝐼𝐼 est le milieu du segment [AB]. K


est le point de la demi-droite [AB] tel que : IK = IC (voir figure ci-
contre.
1.
,n å
2. On pose : 𝜑𝜑 = .
O

1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐼𝐼𝐼𝐼. Or JK = IC


å å
.Calculons IC : 𝐼𝐼𝐼𝐼 O = 𝐼𝐼𝐼𝐼O + 𝐵𝐵𝐵𝐵 O ⟺ 𝐼𝐼𝐼𝐼 O = . On a : 𝐼𝐼𝐼𝐼 = ;
l O
, å ,n å
Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 = + ⟺ 𝐴𝐴𝐴𝐴 = .
O O O
cn å cn å
2. a) 𝜑𝜑 O = et 𝜑𝜑 + 1 = ; donc 𝜑𝜑 O = 𝜑𝜑 + 1.
O O
,
b) En divisant l’égalité 𝜑𝜑O = 𝜑𝜑 + 1 par 𝜑𝜑 on a : 𝜑𝜑 = 1 + .
õ
c) L’arrondi d’ordre 3 de 𝜑𝜑 est 1,678 ;

Livre du professeur Maths 2nde C 25


SITUATIONS D’ÉVALUATION

1. L’aire de l’espace circulaire est :


𝒜𝒜 = 40O 𝜋𝜋 = 1600𝜋𝜋.
L’aire de cercles intérieurs :
R O R
- petit cercle : 𝒜𝒜y = = 𝜋𝜋 ;
O l
åR O OåR 
- l’aire du grand cercle intérieur est : 𝒜𝒜ù = 𝜋𝜋 = 𝜋𝜋 .
O l
O-
L’aire intérieure totale est : 𝒜𝒜y + 𝒜𝒜ù = 𝑥𝑥 O 𝜋𝜋.
l
OåR 
2. L’aire de la partie à gazonner est : 𝒜𝒜 = 1600𝜋𝜋 − 𝜋𝜋 .
l
3. Déterminons les valeurs pour lesquelles le souhait du proviseur est respecté.
OåR 
On a : 2900 ≤ 1600𝜋𝜋 − 𝜋𝜋 ≤ 3000.
l
l ,-uumQcuuu O l ,-uumQOéuu
On a : ≤ 𝑥𝑥 ≤ , en prenant 𝜋𝜋 = 3,14.
O-m O-m
O
On a : 977,74 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 1026,05.
On a : 31,26 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 32,03.
Enfin : 31≤ 𝑥𝑥 ≤ 32.
𝑥𝑥 sera compris entre 31 m et 32 m.

26 Livre du professeur Maths 2nde C


UTILISATION DES SYMÉTRIES ET
3 TRANSLATIONS
Leçon 3 : UTILISATION DES SYMÉTRIES ET TRANSLATIONS

Résumés de cours – Exercices de fixation


I. DEFINITONS
1. Symétrie centrale
2. Symétrie orthogonale
Exercice de fixation
a) 𝑃𝑃 est la médiatrice de [QR] car 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 et 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝐼𝐼𝐼𝐼.
Comme 𝐼𝐼𝐼𝐼 = ∆ alors ∆ est la médiatrice de [QR].
Donc 𝑅𝑅 = 𝑆𝑆 ∆ 𝑄𝑄 .
b) 𝑆𝑆 ∆ 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝐼𝐼𝐼𝐼 car 𝐼𝐼𝐼𝐼 = ∆ .
3. Translation
1.V ; 2. F ; 3.F ; 4.V ; 5.V ; 6.F

II. PROPRIÉTÉS
Propriété
Exercice de fixation
1)

𝑆𝑆*

(DA) (GB)
(BE) (BE)
(FD) (FD)
(GA) (DB)

2) Construction

3) 1b ; 2b ; 3a.

III. UTILISATION DES SYMÉTRIES ET TRANSLATIONS


1. Pour démontrer
Exercice de fixation
1) 𝐿𝐿 est la droite parallèle à 𝐴𝐴𝐴𝐴 passant par C. Or C’est le symétrique de B par rapport à
O.
Donc 𝐿𝐿 est l’image de 𝐴𝐴𝐴𝐴 par la symétrie de centre O.

Exemple 2
Exercice de fixation
1) 1. Dans le triangle ABC, I est milieu de [BC] et J est milieu de [AB].
Donc (IJ) // (AC) d’après la propriété de la droite des milieux. H étant le projeté
orthogonal de B sur (AC), 𝐵𝐵𝐵𝐵 ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 . Donc 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 . (1)
Dans le triangle CBH, I est milieu de [BC] et [IJ) // (CH) donc (IJ) passe par le milieu de
(BH). (2).
De (1) et (2), (IJ) est la médiatrice de [BH].

2)
𝑆𝑆 23

(IB) (HI)
(BJ) (HJ)

Or 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 donc 𝐻𝐻𝐻𝐻 ⊥ 𝐻𝐻𝐻𝐻 .

Livre du professeur Maths 2nde C 27


Utilisation d’une translation.

Exercice de fixation
1)

𝑇𝑇56

(AH) (D)
(BC) (∆)

Or 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 donc 𝐷𝐷 ⊥ ∆ .

2) Pour trouver un ensemble de points


Exemple 1
Exercice de fixation
a) H étant le symétrique de N par rapport à I, on a : 𝐻𝐻 = 𝑆𝑆2 𝑁𝑁 .
Comme N décrit l’arc alors H décrit l’image de par la symétrie centrale de
centre I.
L’image de par la symétrie centrale de centre J est . Donc H décrit .

Exemple 2
Exercice de fixation
1) A
- Données fixes ;
- La droite ∆ , les points A et B.
- Transformation qui, à M associe M’.
ABMM’ étant un parallélogramme, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀′. D’où 𝑀𝑀; = 𝑡𝑡56 𝑀𝑀 .
- Détermination de l’ensemble des points M’. Lorsque M décrit ∆ , le point M’ décrit
l’image de ∆ par 𝑡𝑡56 .
L’image de ∆ par 𝑡𝑡56 est la parallèle à ∆ passant par M décrit la droite ∆′ ,
image de ∆ par 𝑡𝑡56 .

3) Pour construire une figure


Exemple 2
Exercice de fixation
a) Programme de construction
- Construire le point A’ image de A par 𝑆𝑆∆ ;
- Construire la droite (D’) image de (D) par;
- Marquer N, le point d’intersection de (D’) et (L) ;
- Construire la droite (L’) image de (L) par 𝑆𝑆6 ;
- Marque M, le point d’intersection de (D) et (L’).
Justification
Lorsque deux droites sont parallèles, toute sécante à l’une est sécante à l’autre , donc
(D) et (L’) sont sécantes en M ; (L) et (D) sont sécantes en N. Donc les points M et N
sont symétriques à B.

Exemple 3
Exercice de fixation
a) Programme de construction :
- Tracer la droite (EF) ;
- Marquer S, point d’intersection de (EF) et ∆ ;
- Tracer la droite (SE’) ;
- Tracer la droite (E’F) ;
- Marquer I, point d’intersection de (E’F) et ∆ ;

28 Livre du professeur Maths 2nde C


- Tracer la droite (EI) ;
- Marquer point d’intersection de (EI) et (SE’).
Justification :
F étant le point d’intersection de (EF) et (E’F), son image F’ est le point d’intersection
de (SE’) et (EI), images respectives de (EF) et (E’F).

Exemple 4
Exercice de fixation
1) Programme de construction :
- Construire le point 𝑂𝑂> , image de O par 𝑡𝑡56 ;
- Tracer le cercle 𝐶𝐶> de centre 𝑂𝑂> et de rayon OB ;
- Marquer le point D, point d’intersection de 𝐶𝐶> et (C’) ;
- Construire le , image de D par 𝑡𝑡56 .
Justification :
ABED étant un parallélogramme, 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐸𝐸𝐸𝐸. Par ailleurs, l’image 𝐶𝐶> de 𝐶𝐶 par 𝑡𝑡56
est un cercle 𝐶𝐶 ; qui coupe (C’) en deux points A et D. L’antécédent E de D par
𝑡𝑡56 appartient donc à 𝐶𝐶 .

Point méthode pour construire


1)

𝑆𝑆 5@

C C
A A
B L

Comme BAC est un triangle isocèle en C, alors CA = CB. Donc CA = CL (la symétrie
orthogonale conserve les distances). Par conséquent, le triangle CAL est isocèle en C.

2) 1. Démontrons que K est l’image de H par 𝑆𝑆*


ABCD étant un parallélogramme de centre O, on a :

𝑆𝑆*
A C
B D
Or, I est le milieu de [AB], donc 𝑆𝑆* 𝐼𝐼 est le milieu de [CD].
Comme le milieu de [CD] est J, alors 𝑆𝑆* 𝐼𝐼 = 𝐽𝐽. 𝑆𝑆* 𝐼𝐼𝐼𝐼 est la perpendiculaire à (BD]
passant par J car 𝑆𝑆* 𝐵𝐵𝐵𝐵 = (𝐵𝐵𝐵𝐵) (BD passe par O) et 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 .
Comme (JK) est perpendiculaire à (BD) passant par J, alors 𝑆𝑆* 𝐼𝐼𝐼𝐼 = (𝐽𝐽𝐽𝐽).

𝑆𝑆*
(BD) (BD)
(IH) (JK)

Or H est le point d’intersection de (BD) et (IH) d’où 𝑆𝑆* 𝐻𝐻 est le point d’intersection
de (BD) et (JK).
Par conséquent, 𝑆𝑆* 𝐻𝐻 = 𝐾𝐾. On a ainsi démontré que K est l’image de H par 𝑆𝑆* .
2. Déduisons-en que AHCK es un parallélogramme
𝑆𝑆* 𝐻𝐻 = 𝐾𝐾 donc O est le milieu de [HK]. Les diagonales [AC] et [HK] du
quadrilatère AHCK se coupent en leur milieu O. Donc le quadrilatère AHCK est un
parallélogramme.

3) 1. Les triangles AOB et COE sont isocèles en O.

Livre du professeur Maths 2nde C 29


Désignons par ∆> et ∆D les médiatrices respectives des segments [AB] et [CE].
Donc ∆> ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 et ∆D ⊥ 𝐶𝐶𝐶𝐶 .
Pour la suite, ∆> // ∆D . Comme 𝑂𝑂 ∈ ∆> et 𝑂𝑂 ∈ ∆D alors ∆> = ∆D . On a
ainsi démontré que les segments [AB] et [OE] ont la même médiatrice. ∆ .
2.

𝑆𝑆 ∆

A B
C E
O O

Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 =mes𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵.

4) 1. (la figure)
2. Considérons la translation 𝑡𝑡 de vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴. Posons K l’angle de M par 𝑡𝑡. Alors
𝑡𝑡 𝐴𝐴 = 𝐷𝐷, 𝑡𝑡 𝐵𝐵 = 𝐶𝐶 et 𝑡𝑡 𝑀𝑀 = 𝐾𝐾.
L’image de la hauteur du triangle ABM issue de B est la hauteur du triangle DCK issue
de C.
De 𝑡𝑡 𝑀𝑀 = 𝐾𝐾, on en déduit que 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 ou encore 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐷𝐷𝐷𝐷 donc (AM) et (DK)
sont parallèles (AM) // (DK) et 𝐶𝐶𝐶𝐶 ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 donc 𝐷𝐷𝐷𝐷 ⊥ 𝐶𝐶𝐶𝐶 . On en déduit
que (CE) est la hauteur du triangle DKC issue de C. Ainsi, l’image de la hauteur du
triangle ABM issue de B est la droite (CE).
De même, on démontre que (DF) et (MG) sont les images respectives des hauteurs
du triangle ABM issues de A et de M.
3. Ces droites (CE), (DF) et (GM) sont les trois hauteurs du triangle DKC, donc elles
sont concourantes.

5) Soit I le point d’intersection des droites (AB) et (OO’). Les deux cercles ont le même
rayon, donc (OO’) est la médiatrice de [AB].
Par conséquent, (OO’) coupe [AB] en son milieu. Les deux cercles de même rayon sont
sécantes en A et B ; donc (AB) est la médiatrice de [OO’].
De ce qui précède, on déduit que le quadrilatère OAO’B est un losange. B est l’image de
A par la symétrie de centre I ; (C’) est l’image de (C) par la symétrie de centre I. L’image
de (AP) ou de (PQ) par la symétrie de centre I est la parallèle à (PQ) passant par B. L’image
de (PQ) par la symétrie de centre I est (SR).
𝑃𝑃 ∈ 𝐶𝐶 , donc 𝑆𝑆2 𝑃𝑃 ∈ 𝐶𝐶′ . Soit 𝑆𝑆2 𝑃𝑃 = 𝑅𝑅.
De même, on démontre que 𝑆𝑆2 𝑄𝑄 = 𝑆𝑆 ; 𝑆𝑆2 𝑃𝑃 = 𝑅𝑅 et 𝑆𝑆2 𝑄𝑄 = 𝑆𝑆 donc PQ = SR.
En conclusion : (PQ // (SR) et PQ = SR.
Donc le quadrilatère PQRS est un parallélogramme.

6) 1. Figure.
2. La triangle ABM est inscrit dans le cercle de diamètre (AB), d’où 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝑀𝑀𝑀𝑀 ; or
(ON) // (OM) ; donc 𝑂𝑂𝑂𝑂 ⊥ 𝑂𝑂𝑂𝑂 .
3. 𝑂𝑂𝑂𝑂 ⊥ 𝐵𝐵𝐵𝐵 donc (ON) est la hauteur issue de O dans le triangle OMB. Comme
OMB est un triangle isocèle en O, la hauteur (ON) est aussi la médiatrice de [MB].
D’où 𝐵𝐵 = 𝑆𝑆 *J 𝑀𝑀 .
𝑆𝑆 *J 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 , 𝑆𝑆 *J 𝑀𝑀𝑀𝑀 = (𝐵𝐵𝐵𝐵) et 𝑂𝑂𝑂𝑂 ⊥ 𝑀𝑀𝑀𝑀 donc 𝑁𝑁𝑁𝑁 ⊥ 𝑂𝑂𝑂𝑂 .
4. [OB] est un rayon de (C). Pour tout point M de (C), (OB) et (BN) sont
perpendiculaires donc, (BN) est tangente à (C).
Ainsi le lieu géométrique du point N est la tangente à (C) en B, privée de B. ;

7) 1.-2. Construction des cercles (C) et (C’). .


3. AMM’ est un triangle isocèle. En A ; de même, BMM’ est un triangle isocèle en B.
(AB) est donc la médiatrice de [MM’]. D’où 𝑀𝑀; = 𝑆𝑆 56 𝑀𝑀 .

30 Livre du professeur Maths 2nde C


Comme 𝑀𝑀 ∈ 𝐷𝐷 , 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 𝑆𝑆 56 𝑀𝑀 ∈ 𝑆𝑆 56 𝐷𝐷 .
Par conséquent, l’ensemble des points M’ lorsque M décrit (D) est l’image (D’) de
(D) par 𝑆𝑆 56 .

8) 1. Programme de construction
- Construire ∆′ image de ∆ par la translation 𝑡𝑡56 ( ∆′ étant la parallèle à ∆
passant par O’ où 𝑂𝑂; = 𝑡𝑡56 𝑂𝑂 ).
- Marque le point M, intersection de ∆′ et- (D).
- Marquer le point N, antécédent de M par 𝑡𝑡56 (N appartient à ∆ car
∆′ = 𝑡𝑡56 ∆ et 𝑀𝑀 ∈ ∆′ ).
2. Lieu géométrique des points M lorsque N décrit la droite ∆
ABMN étant un parallélogramme, 𝑁𝑁𝑁𝑁 = 𝐴𝐴𝐴𝐴. D’où 𝑀𝑀 = 𝑡𝑡56 𝑁𝑁 .
Par conséquent, le lieu géométrique des points M lorsque N décrit la droite ∆ est
l’image de ∆′ par la translation 𝑡𝑡56 .
Comme 𝑡𝑡56 ∆ = ∆′ alors le lieu géométrique des points M lorsque N décrit la
droite ∆′ est la droite ∆′ .

9) Programme de construction
- Tracer (MP) ;
- Marquer O, le point d’intersection de (MP) et (QN) ;
- Marquer le point E, intersection de (D) et (PQ) ;
- Tracer la droite (OE) ; cette droite coupe (MN) en F.
- (PF) est la droite demandée.
Le tableau de correspondance ci-dessous justifie ce programme de construction.

𝑆𝑆 *

M P
E F
Q N
(ME) (PF)
(QP) (NM)

(𝐷𝐷) ⊥ (𝑁𝑁𝑁𝑁)
Nous savons que : 𝑒𝑒𝑒𝑒 .
(𝑃𝑃𝑃𝑃) ⊥ (𝑁𝑁𝑁𝑁)
D’où (D) // (PF) c’est-à-dire (ME) // (PF) (1)
Par ailleurs, MNPQ est un parallélogramme. D’où (MN) // (PQ).
Comme 𝐹𝐹 ∈ 𝑀𝑀𝑀𝑀 et 𝐸𝐸 ∈ 𝑃𝑃𝑃𝑃 alors (MN) = (MF) et (PQ) = (PE).
Par la suite, (MF) // (PE). (2)
De (1) et (2), on déduit que MFPE est un parallélogramme. Ses diagonales [MP] et [EF]
se coupent en leur milieu O.
D’où 𝐹𝐹 = 𝑆𝑆* 𝐸𝐸 .

10) Soit M’ l’image de M par la symétrie de centre O.


Programme de construction de M’
- Tracer la droite (BM) ;
- Marquer le point N, intersection des droites (BM) et (DC) ;
- Tracer la droite (NO) ;
- Marquer le point N’, intersection de (NO) et (AB) ;
- Tracer la droite (MO) ;
- Marquer le point M’, intersection (MO) et (DN’).

Livre du professeur Maths 2nde C 31


Justification

𝑆𝑆*

(BN) (DN’ )

(BN) (MO)

M M’

Comme M est le point d’intersection de (BN) et (MO) alors 𝑆𝑆* 𝑀𝑀 est le point
d’intersection de (DN’) et (MO).. Or 𝑆𝑆* 𝑀𝑀 = 𝑀𝑀′.
Donc M’ est le point d’intersection de (DN’) et (MO).

11) BAEF étant un parallélogramme, on a : 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐸𝐸𝐸𝐸.


Soit t la translation de vecteur 𝐴𝐴𝐴𝐴.
Construire ∆′ l’image de ∆ par cette translation.
∆′ et 𝐶𝐶 se coupent en deux points. On choisit l’un d’eux noté F.
Dons 𝐸𝐸 = 𝑡𝑡 Q> 𝐹𝐹
Programme de construction
- Tracer l’image ∆′ de ∆ par la translation de vecteur 𝐴𝐴𝐴𝐴.
- Choisir l’un des points d’intersection 𝐶𝐶 et (D’) noté F.
- Construire l’image E de F par 𝑡𝑡 Q> .

12) ABTK est un parallélogramme. Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐾𝐾𝐾𝐾 .


ON considère t, la translation de vecteur 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
Soit (D’) l’image de (D) par cette translation t. (D’) coupe (C) en deux points. Soit l’un
des points d’intersection de (D’) et (C).
K est l’image de T par la translation vecteur 𝐵𝐵𝐵𝐵.
Programme de construction
- Tracer l’image (D’) de (D) par 𝑡𝑡56 .
- Choisir l’un des points d’intersection de (C) et (D’) noté T.
- Construire l’image K de T par 𝑡𝑡 Q> .

13) – Construire A’ l’image de A par 𝑆𝑆 R .


– Posons 𝑀𝑀 = 𝐷𝐷 ∩ (𝐵𝐵𝐵𝐵′).
MA + MB = MA’ + MB.
MA + MB = A’B car 𝑀𝑀 ∈ 𝐴𝐴′𝐵𝐵 .
Pour tout point N appartenant à (D) et 𝑁𝑁 ≠ 𝑀𝑀, A’NB est un triangle
donc A’N +NB >A’B.
Soit AN + NB > MA + MB.

14) Posons 𝑀𝑀> 𝑆𝑆 5@ 𝑀𝑀 et 𝑀𝑀D 𝑆𝑆 56 𝑀𝑀 .


(AC) est la médiatrice de 𝑀𝑀𝑀𝑀> et (AB) est la médiatrice de 𝑀𝑀𝑀𝑀D . Pour tout point P
de (AB), on a : MP = 𝑃𝑃𝑃𝑃D et pour tout point Q de (AC), on a : 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑄𝑄𝑀𝑀> . Donc 𝑀𝑀𝑀𝑀 +
𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑀𝑀D + 𝑀𝑀> 𝑄𝑄 + 𝑝𝑝𝑝𝑝
= 𝑃𝑃𝑀𝑀D + 𝑀𝑀> 𝑃𝑃
𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑀𝑀> 𝑀𝑀D .
𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑃𝑃𝑃𝑃 est minimal lorsque 𝑀𝑀> , 𝑄𝑄 , 𝑃𝑃 et 𝑀𝑀D sont alignés dans cet ordre. Il
suffit pour cela de tracer la droite 𝑀𝑀> 𝑀𝑀D .

32 Livre du professeur Maths 2nde C


SITUATIONS D’ÉVALUATION

1) 1. 𝑆𝑆 = 𝑆𝑆* 𝑃𝑃

D’où O est le milieu de [PS].


Par ailleurs, KMNL est un parallélogramme de centre O ; d’où ses diagonales [ML] et [NK] se
coupent en leur milieu O. O étant le milieu de [KN], 𝐾𝐾 = 𝑆𝑆* 𝑁𝑁 .
On a donc le tableau de correspondance ci-dessous :

𝑆𝑆 ∆

N K
P S

Donc 𝑆𝑆* 𝑃𝑃𝑃𝑃 = (𝑆𝑆𝑆𝑆).


L’image de (PN) par la symétrie centrale de centre O est la droite (SK).

2. 𝑆𝑆* 𝑃𝑃𝑃𝑃 = (𝑆𝑆𝑆𝑆), donc (PN) // (SK). Or le fils a dit que (PN) et (KS) ne sont pas parallèles.
Donc le fils n’a pas raison.

2) 1. Dans le triangle ABC.


I est milieu de [BC] et J est milieu de [AB].
Donc (IJ) // (AC) d’après la propriété de la droite des milieux.
Par ailleurs, H est le projeté orthogonal de B sur la droite (AC) ; 𝐵𝐵𝐵𝐵 ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
𝐼𝐼𝐼𝐼 // 𝐴𝐴𝐴𝐴
Comme 𝑒𝑒𝑒𝑒 , alors 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⊥ (𝐵𝐵𝐵𝐵).
𝐵𝐵𝐵𝐵 ⊥ 𝐴𝐴𝐴𝐴
Dans le triangle ABH, la parallèle à (AH) menée par le milieu J de (AB) passe par le milieu de [BH]
. D’où (IJ) est perpendiculaire à (BH) et passe par le milieu de (BH).
Par conséquent, (IJ) est la médiatrice du segment [BH].
Donc l’image de B par 𝑆𝑆 23 est H.
2.

𝑆𝑆 23

J J
B H
(JB) (JH)
I I
(IB) (IH)

Or (JB) = (AB) et (IB) = (BC), d’où 𝑆𝑆 23 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐽𝐽𝐽𝐽 et 𝑆𝑆 23 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐽𝐽𝐽𝐽 .


Comme 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ (𝐵𝐵𝐵𝐵) alors 𝐽𝐽𝐽𝐽 ⊥ (𝐼𝐼𝐼𝐼).
Par conséquent, le triangle JHI est rectangle en H.
L’affirmation de la collaboratrice de la directrice est donc vérifiée.

Livre du professeur Maths 2nde C 33


4 GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS
Leçon 4 : GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

Résumés de cours – Exercices de fixation


I. NOTION DE FONCTION
Exercices de fixation
1) A et B sont des ensembles non vides.
On appelle fonction de A vers B, toute correspondance qui à chaque élément de A, associe
un ou zéro élément de B.

2) L1 (V) ; L2 (F) ; L3 (F) ; L4 (V) ;

II. DIVERSES DÉTERMINATIONS D’UNE FONCTION


Exercices de fixation
1) 1. ℎ 4 = −5
2. 𝑓𝑓 2 = 5
3. 𝑔𝑔 −3 = 5.

2) Tableau 1 et tableau 3.

3) Les courbes représentant les fonctions sont : (2), (5) et (6).

III. ENSEMBLE DE DÉFINITION


Exercices de fixation
1) 𝑓𝑓 … une fonction… d’un ensemble A vers un ensemble B. On appelle …ensemble de
définition… de 𝑓𝑓, l’...ensemble… des éléments de A qui ont …une image … par 𝑓𝑓.

2) 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + + 2 IR \ −1; 5
/01
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = IR
23/

ℎ 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 7 0; +∞

ℎ 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 IR \ 5
8/
𝑘𝑘 𝑥𝑥 = 7; +∞ .
/32 /01

2
3) 𝐷𝐷: = 0; +∞ ; 𝐷𝐷; = ℝ ; 𝐷𝐷= = ℝ ; 𝐷𝐷> = ℝ ; 𝐷𝐷ℓ = ℝ − − .
+

4) 𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷: ⟺ 𝑥𝑥 + 3 ≥ 0 ⟺ 𝑥𝑥 ≥ −3. On a : 𝐷𝐷: = −3; +∞


𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷; ⟺ 𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 − 2 ≠ 0 ⟺ 𝑥𝑥 − 1 et 𝑥𝑥 ≠ 2 ; 𝐷𝐷; = ℝ − −1; −2
𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷= ⟺ 𝑥𝑥 + − 4 ≠ 0 et 𝑥𝑥 + 3 ≥ 0 ⟺ 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 + 2 ≠ 0 et 𝑥𝑥 + 3 ≥ 0
⟺ 𝑥𝑥 ≠ 2 et 𝑥𝑥 ≠ −2 et 𝑥𝑥 ≥ −3
𝐷𝐷= = −3; −2 ∪ −2; 2 ∪ 2; +∞ ou 𝐷𝐷= = −3; +∞ \ −2; 2 .
𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷> ⟺ 𝑥𝑥 ≠ 0 ⟺ 𝑥𝑥 ≠ 0
donc 𝐷𝐷> = ℝ\ 0
5) Cette courbe est définie de −1; 4
Donc 𝐷𝐷: = −1; 4 .

34 Livre du professeur Maths 2nde C


IV. IMAGE ET ANTÉCÉDENT D’UN NOMBRE PAR UNE FONCTION F.
Exercices de fixation
1) 1. 𝐷𝐷; = ℝ
2. 𝑔𝑔 −2 = 20 ; 𝑔𝑔 1 = −4 ; 𝑔𝑔 3 = 30.
3. Résolvons l’équation 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −6.
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 5𝑥𝑥 + − 3𝑥𝑥 − 6 = −6 ⟺ 5𝑥𝑥 + − 3𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 5𝑥𝑥 − 3 = 0 ;
2
𝑥𝑥 = 0 ou 𝑥𝑥 = .
8
2
Les antécédents de – 6 sont 0 et .
8

2) 1. ℎ 1 = −4 ; ℎ 0 = −2 ; ℎ 2 = −4.
2. ℎ −1 = 2 ; ℎ 2 = −4.
3. Les antécédents de – 2 sont
ℎ 𝑥𝑥 = −2 ⟺ 𝑥𝑥 + − 3𝑥𝑥 − 2 = −2 ⟺ 𝑥𝑥 + − 3𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 3
⟺ 𝑥𝑥 = 0 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = 3, les antécédents de – 2 par h sont 0 et 3.

1 8 8
3) 𝑓𝑓 0 = 2 ; ℎ 1 = 3; ℎ − = .
+ +

4) 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 + − 1 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 = 1 ou 𝑥𝑥 = −1.
Les antécédents de 0 sont – 1 et 1.
1
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = ⟺ 2 𝑥𝑥 + − 1 = 𝑥𝑥 + = 4 ⟺ 𝑥𝑥 = 2 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = −2.
+
1
Les antécédents de sont –2 et 2.
+
Les antécédents éventuels de 1.
ℎ 𝑥𝑥 = 1 ⟺ 𝑥𝑥 + − 1 = 𝑥𝑥 + + 2 ;
0𝑥𝑥 + = 3, impossible.
1 n’a pas d’antécédent par f.

Méthode
Exercice de fixation

5) 1. L’image par 𝑔𝑔 de 0 est 1 ; l’image par 𝑔𝑔 de 3 est 4 ; l’image par 𝑔𝑔 de 5 est – 4.


2. Les antécédents par 𝑔𝑔 de 1 sont : 0 et 4 ;
Les antécédents par 𝑔𝑔 de – 4 sont : – 1 et 5 ;
L’antécédent par 𝑔𝑔 de 5 est : 2.

V. IMAGE DIRECTE D’UN INTERVALLE D’UNE FONCTION F.


a) Image directe
Exercice de fixation
1) 𝑓𝑓 0,1 = 0,4 ; 𝑓𝑓 4,5 = −2; 6 ; 𝑓𝑓 −2; 2 = −3,2 ; 5,8 .

b) Image réciproque
Exercice de fixation

1) L’image réciproque de −3; 0 est : −2; −1,5 .


L’image réciproque de 0; 3 est : −2,7; 0 .
L’image réciproque de 2; 3 est : −1; 1 . .

Livre du professeur Maths 2nde C 35


VI. VARIATIONS D’UNE FONCTION
1. Fonction croissante, fonction décroissante, fonction constante
2. Tableau de variation
Exercices de fixation
1)
Affirmations Réponses
𝑓𝑓 est croissante sur −4 ; 2 F
𝑓𝑓 est croissante sur 2 ; 5 V
𝑓𝑓 est décroissante sur −1 ; 2 V
𝑓𝑓 est décroissante sur −4 ; 3 F

2)

Affirmations Réponses
𝑓𝑓 −1 = 0 F
𝑓𝑓 1 > 𝑓𝑓 2 F
𝑓𝑓 −3 > −1 F
𝑓𝑓 1 = − − 2 F
𝑓𝑓 −5 < 𝑓𝑓 −2 V
𝑓𝑓 −4 > 𝑓𝑓 −2 F

3) Pour (Cf ) f est croisant sur [3 ; 4] ; décroissante sur [-3 ; 0] et constante sur [-4 ; -3] et
sur [1 ;3].

4) Pour (Cg ) g est croissante sur [-5 ;0] et décroissante sur [0 ;3]

𝑥𝑥 –4,5 –2,5 –1,4 3


4,5
3 0 3
𝑓𝑓 𝑥𝑥
–2 –2

VII. MAXIMUM ET MINIMUM D’UNE FONCTION


Exercices de fixation
1. 1. 𝑏𝑏.
2. 𝑎𝑎.

2. 1. Le maximum de 𝑓𝑓 sur −3; 0 est 2


2. Le minimum de 𝑓𝑓 sur −4; −2 est –2
3. Le minimum de 𝑓𝑓 sur −4,5 ; 4,5 est –3.

3. Pour 𝑥𝑥 ∈ 1, +∞ , 𝑥𝑥 − 1 ≥ 0 et on a : 𝑥𝑥 − 1 ≥ 0 ; ainsi 𝑥𝑥 − 1 + 2 ≥ 2.
∀𝑥𝑥 ∈ 1; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≥ 2 ; donc 2 est minimum de 𝑓𝑓.

4. ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑥𝑥 + ≥ 0 et 𝑥𝑥 + + 1 ≥ 1.
1
On a : Q ≤ 1, donc ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≤ 1, donc 1 est maximum de 𝑓𝑓 sur ℝ.
/ 01

5. 1. ∀𝑥𝑥 ∈ 2; 5 , on a : 2 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 5 et comme 𝑓𝑓 est croissante, 𝑓𝑓 2 ≤ 𝑓𝑓 𝑥𝑥 , donc 𝑓𝑓 2


est le minimum de 𝑓𝑓 sur 2; 5 .
2. De même, 𝑓𝑓 2 ≤ 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≤ 𝑓𝑓 5 , ∀𝑥𝑥 ∈ 2; 5 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≤ 𝑓𝑓 5 , donc 𝑓𝑓 5 est le

36 Livre du professeur Maths 2nde C


maximum de 𝑓𝑓 sur 2; 5 car 𝑓𝑓 est croissante.

6. ∀𝑥𝑥 ∈ 3; 7 , on a 3 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 7. On a : 𝑓𝑓 3 ≥ 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≥ 𝑓𝑓 7 car 𝑓𝑓 est décroissante.


On a : 𝑓𝑓 7 ≤ 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≤ 𝑓𝑓 3 . Le maximum de 𝑓𝑓 sur 3; 7 est 𝑓𝑓 3 .

VIII. FONCTIONS ÉGALES


Exercices de fixation
1) ∀𝑥𝑥 ∈ −∞, 3 , 𝑥𝑥 − 3 < 0, 𝑥𝑥 − 3 = 3 − 𝑥𝑥 et 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 3 − 𝑥𝑥.
∀𝑥𝑥 ∈ 3; +∞ , 𝑥𝑥 − 3 ≥ 0, 𝑥𝑥 − 3 = 𝑥𝑥 − 3 et 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 3, donc pour .
𝑥𝑥 ∈ 3; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑔𝑔 𝑥𝑥 .
1
2) 𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷; , 𝑥𝑥 − 1 ≠ 0 ⟺ 𝑥𝑥 ≠ 1.
+
/ /31 /
∀𝑥𝑥 ∈ ℝ − 1 , 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = S = S = 2𝑥𝑥.
/31
Q Q
∀𝑥𝑥 ∈ ℝ − 1 = −∞; 1 ∪ 1; +∞ , 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥,
donc ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ − 1 = −∞; 1 ∪ 1; +∞ , g 𝑥𝑥 = 𝑓𝑓 𝑥𝑥 .

3) 1. 𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷: ⟺ 𝑥𝑥 − 7 ⟺ 𝑥𝑥 ≠ 7, 𝐷𝐷: = ℝ − 7 .
/3T /0T
2. ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ − 7 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = = 𝑥𝑥 + 7, donc le plus grand ensemble sur lequel
/3T
𝑓𝑓 et 𝑔𝑔 coïncident est ℝ − 7 .

4) 𝐷𝐷: = ℝ et 𝐷𝐷; = ℝ.
/ Q 3U / Q 3U +
∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = = car 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + .
/ 0+ / 0+
/ 3+ / 0+
On a : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = et on a : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 2, donc ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑔𝑔 𝑥𝑥 .
/ 0+

5) 1. 𝐷𝐷: = ℝ et 𝐷𝐷; = ℝ, ∀𝑥𝑥 ∈ 𝐷𝐷: , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≠ 𝑔𝑔 𝑥𝑥 , donc 𝑓𝑓 et 𝑔𝑔 ne sont pas égales.


2. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 1
∀𝑥𝑥 ∈ −∞; −1 ∪ 0; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 1 = 𝑥𝑥 + + 𝑥𝑥.
∀𝑥𝑥 ∈ −1; 0 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 1 .
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + + 𝑥𝑥.
∀𝑥𝑥 ∈ 0; +∞ , 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + + 𝑥𝑥, donc ∀𝑥𝑥 ∈ 0; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑔𝑔 𝑥𝑥 .

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1) 1. 𝐷𝐷: = −5; 4
1
2. 𝑓𝑓 est décroissante sur −5; −2 et sur ; 4 .
+
3. Le minimum de 𝑓𝑓 est 0 sur −5; 4 .
4. Le maximum de 𝑓𝑓 est 3 sur −5; 4 .
5. 𝑓𝑓 −5 > 𝑓𝑓 −4 ; 𝑓𝑓 −2 < 𝑓𝑓 −1 ; 𝑓𝑓 2 > 𝑓𝑓 4 .

2) 1. 𝑥𝑥 + 3 + − 4 = 𝑥𝑥 + + 4𝑥𝑥 + 9 − 4 = 𝑥𝑥 + + 6𝑥𝑥 + 5 = 𝑓𝑓 𝑥𝑥 .
2. Les antécédents de 0 sont : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 + 3 + − 4 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 + 2 +
=4
⟺ 𝑥𝑥 + 2 = 2 ou 𝑥𝑥 + 2 = −2. On a : 𝑥𝑥 = 0 et 𝑥𝑥 = −4.
Les antécédents de 0 par 𝑓𝑓 sont 0 et -4.
3. pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ ; . 𝑥𝑥 + 3 + ≥ 0 ⟺ 𝑥𝑥 + 3 + − 4 ≥ −4
donc -4 est le minimum de f sur ℝ.
3) 1. a) Les antécédents de 0 sont 0 et 1.
Les antécédents de 2 sont –1 et 2.

Livre du professeur Maths 2nde C 37


b) L’image par 𝑓𝑓 de –1 est 2 ; 𝑓𝑓 0 = 0 ; 𝑓𝑓 3 = 6.
c) L’image directe de −1; 0 est [0 ;1,8] par 𝑓𝑓.
d) L’image réciproque par 𝑓𝑓 de 2; 6 est −2; −1 ∪ 2; 3 .
2. Les solutions graphiques de 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑔𝑔 𝑥𝑥 est 0 et 2.

1 +
4) 1. Pour 𝑥𝑥 ∈ �, − 𝑥𝑥 − ≤ 0.
+
1 + 1 1 1
On a : − 𝑥𝑥 − + ≤ , donc 𝑓𝑓 𝑥𝑥 ≤ .
+ U U U
1 1
2. est le maximum de 𝑓𝑓 sur ℝ ce maximum est atteint par 𝑥𝑥 = .
U +

5) 1. Le maximum de 𝑓𝑓 sur −∞; 1 est 1.


2. Le minimum de 𝑓𝑓 sur 0; +∞ est –3.

6) 1. On sait que 2 𝑥𝑥 + ℎ = 40 ; on a : ℎ = 20 − 𝑥𝑥.


2. Calculons l’aire de ce rectangle.
𝒜𝒜 = 𝑥𝑥 20 − 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 + + 20𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 + − 20𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 − 10 +
− 10+ ;
Donc 𝒜𝒜 = − 𝑥𝑥 − 10 + + 100.
3. On sait que : ∀𝑥𝑥 ∈ 0; +∞ , − 𝑥𝑥 − 10 + ≤ 0
∀𝑥𝑥 ∈ 0; +∞ , 𝒜𝒜 𝑥𝑥 ≤ 100.
Cette aire est maximum pour 𝑥𝑥 = 10.

SITUATIONS D’ÉVALUATION

38 Livre du professeur Maths 2nde C


5 DROITES ET PLANS DE L’ESPACE
Leçon 5. DROITES ET PLANS DE L’ESPACE

Résumés de cours – Exercices de fixation

I. DROITES ET PLANS DE L’ESPACE


Exercices de fixation
1)

Affirmations Réponse
Par un point, il passe une droite et une seule. F

Par trois points, il passe une droite et une seule. F

Par deux points, il passe une droite et une seule. V

2) 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐵𝐵 ∉ 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 ⊂ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐷𝐷 ∉ 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊂ (𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶) ;


𝐵𝐵 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐵𝐵 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 ⊄ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 .

II. POSITIONS RELATIVES DANS L’ESPACE


1. Position relative de deux plans de l’espace
Exercices de fixation
1) 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑏𝑏 ; 3 → 𝑎𝑎 ; 4 → 𝑐𝑐.

2) 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑐𝑐 ; 4 → 𝑏𝑏.

3) 1. 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 donc 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐼𝐼 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝐽𝐽 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐽𝐽 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷 donc 𝐽𝐽 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 .


2. 𝐼𝐼 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 et à 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐽𝐽 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 donc l’intersection de 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
est la droite 𝐼𝐼𝐼𝐼 .

4) 𝐴𝐴 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴′𝐶𝐶 .
𝐶𝐶′ ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴′𝐶𝐶′ mais 𝐶𝐶′ ∉ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ alors 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴𝐴𝐴′𝐶𝐶′ ne sont pas confondus et ils ont
un point, donc 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴𝐴𝐴′𝐶𝐶′ sont sécants.

5) 𝐴𝐴 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴′𝐷𝐷 et 𝐶𝐶 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ mais 𝐶𝐶 ∉ 𝐴𝐴′𝐷𝐷′𝐷𝐷 donc 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴′𝐷𝐷′𝐷𝐷


sont sécants.

6) 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 , comme 𝐼𝐼 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵 , on a : 𝐼𝐼 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 .


De même, 𝐾𝐾 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 , on a : 𝐾𝐾 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ; aussi 𝐾𝐾 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶 , 𝐾𝐾 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 .
On sait que 𝐴𝐴 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴 ∉ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 , donc 𝐼𝐼𝐼𝐼 est l’intersection des plans 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et
𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 .

7) La droite D est la droite passante par A et parallèle à (D)


8) A est le point de concours des droites (D), (D’) et (D).

III. POSITION RELATIVE D’UNE DROITE ET D’UN PLAN DE L’ESPACE


Exercices de fixation
1) 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑎𝑎.

2) 1. 𝑆𝑆𝑆𝑆 ⊂ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 si 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 sont sécants en 𝐴𝐴𝐴𝐴 , on a donc : 𝑆𝑆𝑆𝑆 coupe
𝐴𝐴𝐴𝐴 ; donc 𝑆𝑆𝑆𝑆 est sécante à 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .

Livre du professeur Maths 2nde C 39


3) Construction

4) Construction

5) a) 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⊂ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 car 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐽𝐽 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .


b) 𝐶𝐶𝐶𝐶 ⊂ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 car 𝐶𝐶 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐷𝐷 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .
c) 𝐻𝐻𝐻𝐻 est sécante à 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 car 𝐾𝐾 ∈ 𝐸𝐸𝐸𝐸 et 𝐻𝐻 ∉ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .
d) 𝐼𝐼 ∈ 𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻 et 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 , donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻 sont sécants.

IV. POSITION RELATIVE DE DEUX DROITES DE L’ESPACE


V. DETERMINATIONS D’UN PLAN
Exercices de fixation
1)
Affirmations Réponse
Lorsque deux droites de l'espace sont parallèles, toute droite
F
sécante à l'une est sécante à l'autre.
Lorsque deux droites de l'espace n'ont aucun point commun,
F
elles sont parallèles.
Si (D) est une droite contenue dans un plan (P) alors toute
F
droite parallèle à (P) est parallèle) à (D).

2) 1 → 𝑐𝑐 ; 2 → 𝑎𝑎 ; 3 → 𝑎𝑎.

3) a) Les droites (BG) et (FJ) sont sécantes.


b) Les droites (IJ) et (EG) sont parallèles, les droites (AD) et (EA)sont parallèles etc.
c) Les droites (GF) et (AE) sont non coplanaires.

4) a) Les droites (FC) et (AF) sont sécantes car 𝐹𝐹 ∈ (𝐹𝐹𝐹𝐹) et 𝐹𝐹 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 .


b) Les droites (CI) et (AE) sont non coplanaires.
c) Les droites (EB) et (HC) sont parallèles.

5) A, C et F appartiennent au plan (ACF).


𝐻𝐻 ∉ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 , donc A, C, F et H ne sont pas coplanaires.

Autre méthode :
Si (AC) et (FH) étaient coplanaires, (AC) et (FH) seraient soit parallèles , soit sécantes,
or (AC) et (FH) ne sont ni sécantes ni parallèles, donc elles ne sont pas coplanaires.

6) 1. 𝐾𝐾 ∈ (𝐴𝐴𝐵𝐵l ) et 𝐽𝐽 ∉ (𝐴𝐴𝐵𝐵l ), donc (KJ) et (AB’) sont sécants en K.


2. Les droites (AB’) et (BC’) sont non coplanaires car (AB’) et (BC’) ne sont pas dans
un même plan.

7)
Affirmations Réponses
1. Par deux points, il passe un plan et un seul. F
2. Par trois points, il passe un plan et un seul. F
Une droite et un point n'appartenant pas à cette droite
3. V
détermine un plan.
4. Deux droites sécantes déterminent un plan. V

40 Livre du professeur Maths 2nde C


1 8
8) 1. 𝑆𝑆𝑆𝑆 = 𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆𝑆𝑆 = 5𝐶𝐶, (MN) et (AC) ne sont pas parallèles ;
+ U
donc elles sont sécantes.
VI. PARALLELISME DANS L’ESPACE
1. Droites parallèles
Exercices de fixation
1) Les faces opposées d’un cube sont parallèles. Les carrés ASCD et EFGH son parallèles et
les diagonales opposées sont aussi parallèles.
Donc (AC) // (EG).

2) La droite (IJ) // (AC) or (AC) // (EG) ; donc (IJ) // (EG).

3) 1. Construction
2. (MP) est incluse dans la face ABCD et (MP) // (BD), or (BD) // (FH) ;
donc (FH) // (MP).

4) (IL) est parallèle à (BD) car droite des milieux du triangle ABD.
De même, (IK) est parallèle à (BD).
On a : (IL) // (BD) et (IK) // (BD) donc (IL) // (IK).

5) (IJ) // (FH)
M ∈ (DHG) et N ∈ (𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴)
(IJ) ⊂(ECH) ; M∈(ABD) ∩ (𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷). N∈ (AEF) ∩(BFG)
M∈(BH) et N ∈ (BF) donc (IJ) // (MN)

2. Droite parallèle à un plan


Exercices de fixation
1) La droite (DC) est parallèle à (AB). Or (AB) est une droite de (ABF) ; donc (DC) est
parallèle à (ABF).

2) (CC’) est parallèle à la droite (BB’) ; or (BB’) est contenue dans le plan (ABB’) ; donc
(CC’) est parallèle au plan (ABB’).

3) 𝐽𝐽′ ∈ 𝐴𝐴′𝐵𝐵′𝐶𝐶′ et 𝐼𝐼′ ∈ 𝐴𝐴′𝐵𝐵′𝐶𝐶′ . 𝐽𝐽 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐽𝐽𝐽𝐽 n’est pas parallèle à 𝐼𝐼′𝐽𝐽′ .
(JK) est sécante à (I’J’) ; or, 𝐼𝐼′𝐽𝐽′ ⊂ 𝐴𝐴′𝐵𝐵′𝐶𝐶′ , donc (IK) est sécante à (A’B’C’).

4) 𝑆𝑆 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 donc S appartient à la droite d’intersection 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊂ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et


𝐶𝐶𝐶𝐶 ⊂ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et (AB) // (ABC) et (CD) // (ABC), donc la droite d’intersection est
parallèle à (AB) et (CD). ∆ est la droite passant par (S) et parallèle à (AB) et (CD).

5) I et S sont les milieux respectifs des côtés 𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆𝑆𝑆 du triangle SAC. On a (IS) parallèle
à (AC) et comme (AC) est une droite du plan (ABC) ; donc (IJ) est parallèle au plan (ABC).

6) D’après la propriété des milieux dans le triangle ABD, (IK) // (AD). Or (AD) ⊂ (ACD)
donc (JK) est parallèle à (ACD).

3. Plans parallèles
Exercices de fixation
1) La droite (CD) est parallèle à (AB), donc (CD) est parallèle à (ABB’).
De même, (DD’) est parallèle à (AA’) qui est contenue dans (ABB’). Or (CD) et (DD’) sont
sécantes, donc les plans (CDD’) et (ABB’) sont parallèles.

2) 1. (IJ) est parallèle à (AD) qui les mène et parallèle à (EH) aussi. (AB) est parallèle à (EF).
Or (AB) et (IJ) sont sécantes donc et sont contenues dans le plan (BJC). Donc les plans
(HEF) et (BSC) sont parallèles.

Livre du professeur Maths 2nde C 41


2. (AEH) est parallèle à (BCF) et (P) est parallèle à (BCF), donc (AEH) // (P).

3) (IJ) est parallèle à (ABC) car milieux respectifs des côtés [SA] et [SC] du triangle ABC.
De même, (KJ) est parallèle à (ABC).
Les droites (IJ) et (KS) sont sécantes en J, donc le plan (IJK) est parallèle au plan (ABC).

4. Section plane
1) Posons 𝑇𝑇 = (IM) ∩ (OB)
La section est ADMT

2) SABC est un tétraèdre ; 𝐼𝐼 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆 , 𝐽𝐽 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝐾𝐾 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 .


Trace la section plane du tétraèdre par le plan (IJK).
(IJ) ∩ (SB) = 𝑃𝑃 ; (PK) ∩ (SA) = 𝐿𝐿
la section plane est la plaque LPI

3) Posons 𝑇𝑇 = (IJ) ∩ (DA)


La parallèle à (JK) menée par T coupe [AB] en L et [DC] en M. La section plane est IJKML.

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1)
N° Affirmations Réponses
Si deux droites n'ont aucun point commun, alors elles sont non
1. F
coplanaires.
Si une droite et un plan sont strictement parallèles, alors ils
2. V
n'ont aucun point commun.
Si une droite est parallèle à deux droites strictement parallèles
3. V
d'un plan, alors elle est parallèle à ce plan.
Si deux droites sont parallèles chacune à un même plan, alors
4. F
elles sont sécantes.
Si deux plans sont parallèles chacun à une même droite, alors
5. F
ils sont parallèles entre eux.
Si deux droites incluses dans deux plans distincts sont sécantes
6. V
alors ces deux plans sont sécants.
Si deux plans sont parallèles, alors toute droite de l'un est
7. F
sécante à toute droite de l'autre.
Si une droite est parallèle à deux plans sécants, alors elle est
8. V
parallèle à leur intersection.
Si deux plans sont parallèles, tout plan qui coupe l'un coupe
9. F
l'autre et les droites d'intersection sont sécantes.

2) 1. 𝐼𝐼 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐽𝐽 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶 , donc l’intersection de (AIJ) et (BCD) est (IJ).


2. 𝑀𝑀 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 , 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 , 𝑁𝑁 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐽𝐽 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 sont sécantes, donc les
points M, N, I et J sont coplanaires.
3. a) M, N, I, J appartiennent à un même plan, c’est la plan (AIJ). Or (AIJ) est sécant à
(BCD), donc (MN n’est pas parallèle à (BCD).
b) 𝑃𝑃 ∈ 𝐼𝐼𝐼𝐼 car (ADJ) ∩ (BCD) = (IDJ.

3) 1. M, C et B sont en un même plan et D n’est pas sur ce plan ; alors M, C, B et D ne sont


pas coplanaires. Donc (BC) et (DM) ne sont pas coplanaires.
2. construction.
3. a) ∆ // (BI) ; (BI) est sécante à (ACD), donc ∆ coupe (ACD).
b) Construction.

42 Livre du professeur Maths 2nde C


4) 𝐷𝐷 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐷𝐷 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
(AS) coupe (BC) en P. 𝑃𝑃 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 et 𝑃𝑃 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .
𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ∩ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 .

5) Construction.

6) 1. 𝐼𝐼 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 , 𝐼𝐼 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐷𝐷 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 , 𝐷𝐷 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 .


Donc l’intersection de (DFI) et (ABC) est (DI).
2. a) 𝐹𝐹 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 et 𝐹𝐹 ∈ 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 . Or ∆ = 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 ∩ 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 , donc 𝐹𝐹 ∈ ∆ .
b) (ABC) et (EFG) sont parallèles.
3. Tracé.

7) 1.a) C, I, O et S sont sur le plan diagonal du parallélogramme, donc C, I, O et S sont


coplanaires.
b) Dans le plan (SOC), (SO) est la hauteur de la pyramide et (CI) coupe cette hauteur,
donc (CI et (SO) sont sécantes.
2. a) Détermination.
b) Détermination
3. Tracé.

8) 1. Faire une figure.


2. (MN) // (BC) ; or (BC) // (AD), donc (MN) // (AD).
3. a) 𝑃𝑃 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; or (AM) ⊂ (SAB).. 𝑃𝑃 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷 or (DM) ⊂ (SDC), donc 𝑃𝑃 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et
𝑃𝑃 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 .
b) (SAB) ∩ (SDC) = (PI), car 𝑃𝑃 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et à (SDC) et 𝑃𝑃 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et à (SDC).
c) La droite d’intersection est parallèle à (AB) et (DC), donc (SP) est parallèle à (AB).

9) 1. Figue
2. a) 𝑀𝑀 ∈ 𝐵𝐵𝐵𝐵 , 𝑁𝑁 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷 , 𝑀𝑀 ∈ (𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀) ; 𝑁𝑁 ∈ (𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀) ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 ∩ 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 .
b) 𝑃𝑃 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝑁𝑁 ∈ 𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 ∩ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑁𝑁𝑁𝑁 .
3. a) Démonstration.
b) 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 ∩ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑅𝑅𝑅𝑅
4. 𝑀𝑀 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑀𝑀 ∈ 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 , 𝑆𝑆 = 𝑁𝑁𝑁𝑁 ∩ 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝑆𝑆 = 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 ;
𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ∩ 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 .
5. La section plan est le polygone NMTD.

SITUATIONS D’ÉVALUATION

1) 1. 𝑀𝑀 ∈ 𝐻𝐻𝐻𝐻 , donc 𝑀𝑀 ∈ 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 , 𝐷𝐷𝐷𝐷 // (NF) et (MF) // (DN), 𝑀𝑀 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 .


2. 𝐷𝐷 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 et 𝐷𝐷 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 , 𝑀𝑀 ∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑀𝑀 ∈ 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 , 𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷𝐷 ∩ 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 .
3. (ABC) et (EFG) sont parallèles car ils sont les faces opposées d’un cube.
8 1
2) Les droites (IJ) et (AC) ne sont pas parallèles en 𝑆𝑆𝑆𝑆 = 𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆𝑆𝑆 = 𝐵𝐵𝐵𝐵, donc (IJ) et
U +
(AC) sont sécantes en P.
𝑃𝑃 ∈ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆 ∈∈ 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 , donc 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝐴𝐴𝐵𝐵𝐶𝐶 , ont un point en commun. De plus, 𝐷𝐷 ∈
𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 et D ∉ 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 et (ABC) ne sont pas confondus donc (SIJ) et (ABC) sont
sécants.

Livre du professeur Maths 2nde C 43


FONCTIONS POLYNÔMES ET FONCTIONS
6
Leçon 6 RATIONNELLES
POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES
I. POLYNÔMES
1. Définitions et propriétés
Exercices de fixation
1. a) 5
b) 𝑎𝑎 + 2

2. 1. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 + 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 8𝑥𝑥 ) + 18 et 𝑓𝑓 𝑥𝑥 − 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −24𝑥𝑥.
2. 𝐴𝐴 𝑥𝑥 = 7𝑥𝑥 / + 6𝑥𝑥 ) − 5𝑥𝑥 − 8 ; 𝐵𝐵 𝑥𝑥 = −2 2𝑥𝑥 / + 3 2𝑥𝑥 ) + 2 2𝑥𝑥
𝐶𝐶 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 / − 9𝑥𝑥 + 9.
3. 𝑄𝑄 𝑚𝑚 = −𝑚𝑚/ + 2𝑚𝑚) − 7𝑚𝑚 − 10 ; 𝑅𝑅 𝑛𝑛 = 𝑛𝑛/ − 2𝑛𝑛) + 𝑛𝑛.

3. 1. 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 − 3, donc 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑄𝑄 𝑥𝑥 .
2. 𝐵𝐵 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 = + 𝑥𝑥 / 2 + 𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 / 2 − 𝑥𝑥 2 + 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 2 + 1
= 𝑥𝑥 = + 1.
Donc A = B.

4. a) 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 ) + 6 − 𝑎𝑎 𝑥𝑥 − 3𝑎𝑎 ; P = Q pour 𝑎𝑎 = 5.


b) P = Q si et seulement si 𝑎𝑎 = 1, 𝑏𝑏 − 3 = −5 et 2𝑐𝑐 − 1 = 7 ;
si et seulement si 𝑎𝑎 = 1, 𝑏𝑏 = −2 et 𝑐𝑐 = 4 ;
c) P = Q si et seulement si 𝑎𝑎 + 3𝑏𝑏 = 7 et 𝑎𝑎 − 3𝑏𝑏 = −5 ;
𝑎𝑎 = 1 et 𝑏𝑏 = 2.
d) P = Q si et seulement si 𝑎𝑎 + 3𝑏𝑏 = −𝑏𝑏 et −2𝑎𝑎 = 2𝑏𝑏 + 1
) @
𝑎𝑎 = − et 𝑏𝑏 = .
/ A

/ )
5. 𝑃𝑃 + 𝑄𝑄 𝑥𝑥 = 5𝑥𝑥 + 9𝑥𝑥 − 4𝑥𝑥 − 2.
𝑃𝑃 − 𝑄𝑄 𝑥𝑥 = −5𝑥𝑥 / − 5𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 + 10
𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 15𝑥𝑥 B − 𝑥𝑥 = − 3𝑥𝑥 / + 19𝑥𝑥 ) + 18𝑥𝑥 − 24
3𝑄𝑄 𝑥𝑥 = 15𝑥𝑥 / + 21𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 18
7𝑃𝑃 − 2𝑄𝑄 𝑥𝑥 = −10𝑥𝑥 / − 19𝑥𝑥 + 40.

2. Egalités remarquables
Exercices de fixation
1.
Forme factorisée Forme développée
/
𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 /
/

𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 𝑥𝑥 / − 3𝑥𝑥 ) 𝑦𝑦 + 3𝑥𝑥𝑦𝑦 ) − 𝑦𝑦 )
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 )
)
𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 𝑥𝑥 ) − 𝑦𝑦 )

2. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 4 2𝑥𝑥 − 6 ; ℎ 𝑡𝑡 = 2𝑡𝑡 − 3 −6𝑡𝑡 − 2 ; 𝑘𝑘 𝑧𝑧 = 5𝑧𝑧 − 1 4𝑧𝑧 + 3 .

3. 𝐵𝐵 𝐶𝐶 = 𝐶𝐶 ) 𝐶𝐶 ) + 2𝐶𝐶 + 1 − 4 𝐶𝐶 ) + 2𝐶𝐶 + 1 = 𝐶𝐶 − 2 𝐶𝐶 + 2 𝐶𝐶 + 1 )

𝐽𝐽 𝑡𝑡 = 3𝑡𝑡 − 2 3𝑡𝑡 + 2 + 𝑡𝑡 + 3 3𝑡𝑡 − 2 4𝑡𝑡 + 5


𝐿𝐿 𝑥𝑥 = 5𝑥𝑥 − 1 − 𝑥𝑥 5𝑥𝑥 − 1 − 5𝑥𝑥 − 1 5𝑥𝑥 + 1
= 5𝑥𝑥 − 1 −6𝑥𝑥 .

44 Livre du professeur Maths 2nde C


4. 𝑆𝑆 𝑥𝑥 = 3𝑥𝑥 − 1 ) − 𝑥𝑥 − 1 )
= 4𝑥𝑥 − 2 2𝑥𝑥
𝑇𝑇 𝑦𝑦 = 𝑦𝑦 − 3 3𝑦𝑦 + 2
𝐻𝐻 𝑚𝑚 = 𝑚𝑚 − 2 7𝑚𝑚 + 5
𝑃𝑃 𝑛𝑛 = 3𝑛𝑛 − 2 −𝑛𝑛 .

3. Zéro d’un polynôme


Exercices de fixation
1. 1. 𝑞𝑞 −1 = 1 − 1 1 + 2 = 0×3 = 0 et
𝑞𝑞 2 = 16 − 1 4 − 4 = 16×0 = 0.
Donc – 1 et 2 sont des zéros de 𝑞𝑞 𝑥𝑥 .
2. 𝑞𝑞 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 ) − 1 𝑥𝑥 ) + 1 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 2
= 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 ) + 1 .
Les zéros de 𝑞𝑞 𝑥𝑥 sont : 0 ; 1 ; – 1 et 2.
)
2. 1. ℎ 2 = 2 − 2 = 2 − 2 = 0.
2. ℎ 𝑦𝑦 = 𝑦𝑦 − 2 𝑦𝑦 + 2 .
Les zéros de ℎ 𝑦𝑦 sont 2 et − 2.

3. 1. P 3 = 0 + 1 = +1 ; 𝑃𝑃 4 = 3 + 0 = 3.
𝑃𝑃 2 = −1 + 0 = −1.
B / @ @ / / /
2. 𝑃𝑃 = × − − × − = − + = 0.
) ) ) ) ) = =
B O
A corriger dans l’énoncé : au lieu
) )

II. FACTORISATION PAR 𝒙𝒙 − 𝒂𝒂, 𝒂𝒂 ∈ ℝ


1. Théorème fondamental de la factorisation
Exercice de fixation
1. 1. 𝑃𝑃 1 = 2 + 1 − 7 + 4 = 0.
Donc il existe un polynôme Q tel que 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 1 𝑄𝑄 𝑥𝑥 .
2. 𝑃𝑃 −2 = −32 + 32 = 0.
Donc il existe un polynôme Q tel que 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 2 𝑄𝑄 𝑥𝑥 .
3. 𝑃𝑃 3 = 9 − 9 = 0. Il existe un polynôme 𝑄𝑄 tel que 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 3 𝑄𝑄 𝑥𝑥 .

2. Méthode des coefficients indéterminés


Exercices de fixation
1. On a : 𝑥𝑥 − 1 𝑎𝑎𝑥𝑥 ) + 𝑏𝑏𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 𝑎𝑎𝑥𝑥 / + 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 𝑥𝑥 ) + 𝑐𝑐 − 𝑏𝑏 𝑥𝑥 − 𝑐𝑐.
Par identification on a :
𝑎𝑎 = 1 ; 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 = −1 ; 𝑐𝑐 − 𝑏𝑏 = 2 et −𝑐𝑐 = −2.
Soit 𝑎𝑎 = 1 ; 𝑏𝑏 = 0 et 𝑐𝑐 = 2. D’où 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 ) + 2 .

2. On a : 𝑥𝑥 ) − 1 𝑎𝑎𝑥𝑥 ) + 𝑏𝑏𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 𝑎𝑎𝑥𝑥 = + 𝑏𝑏𝑥𝑥 / + 𝑐𝑐 − 𝑎𝑎 𝑥𝑥 ) − 𝑏𝑏𝑏𝑏 − 𝑐𝑐.


Par identification, on a :
𝑎𝑎 = 1
𝑏𝑏 = 0
c’est-à-dire 𝑎𝑎 = 1; 𝑏𝑏 = 0; 𝑐𝑐 = 2.
𝑐𝑐 − 𝑎𝑎 = 1
−𝑐𝑐 = −2
𝑥𝑥 = + 𝑥𝑥 ) − 2 = 𝑥𝑥 ) − 1 𝑥𝑥 ) + 2 .

Livre du professeur Maths 2nde C 45


3. Méthode de la division euclidienne
Exercice de fixation
1. a)

2𝑥𝑥 / + 5𝑥𝑥 ) + 3 𝑥𝑥 + 3
− 2𝑥𝑥 / + 6𝑥𝑥 ) 2𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + 3
−𝑥𝑥 ) + 3
− −𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥
3𝑥𝑥 + 3
− 3𝑥𝑥 + 9
−6

2𝑥𝑥 / + 5𝑥𝑥 ) + 3 = 𝑥𝑥 + 1 2𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + 3 − 6


b)
𝑥𝑥 B + 1 𝑥𝑥 + 1
− 𝑥𝑥 B + 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + 1
=
−𝑥𝑥 + 1
− −𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 /
𝑥𝑥 / +1
− 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 )
−𝑥𝑥 ) +1
− −𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥
𝑥𝑥 + 1
− 𝑥𝑥 + 1
0

𝑥𝑥 B + 1 = 𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + 1 .

c)
𝑥𝑥 = -𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 + 4
− 𝑥𝑥 = − 2𝑥𝑥 / + 4𝑥𝑥 ) 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 − 2
𝑥𝑥 / − 4𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 − 2
− 𝑥𝑥 / − 2𝑥𝑥 ) + 4𝑥𝑥
−2𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 2
− −2𝑥𝑥 ) + 4𝑥𝑥 − 8
𝑥𝑥 + 6

𝑥𝑥 = -𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 − 2 = 𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 + 4 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 − 2 + 𝑥𝑥 + 6.

III. POLYNÔME DU SECOND DEGRÉ


1. Définition
Exercices de fixation
1. 1. 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 − 3 ) + 6 = 2𝑥𝑥 ) − 12𝑥𝑥 + 24.
2. 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = −5 𝑥𝑥 + 1 ) − 2 = −5𝑥𝑥 ) − 10𝑥𝑥 − 7.

2. a). a = -2 , b = 0 , c = 5
b). a = 4 , b = -4 , c = 1
@ @
c). a = , b = 2 , c = -
/ /

46 Livre du professeur Maths 2nde C


2. Forme canonique d’un polynôme du second degré
Exercices de fixation
1. Les formes canoniques sont :
= @/
3 𝑥𝑥 − 1 ) + ; − 𝑥𝑥 + 4 ) − 1 ; 6 𝑥𝑥 + 1 ) ; −4 𝑥𝑥 ) −
/ =

2. 𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 ) − 6𝑥𝑥 + 12 = 𝑥𝑥 − 3 )
− 9 + 12 = 𝑥𝑥 − 3 )
+ 3.
) ) @ ) @ ) )B
𝑄𝑄 𝑥𝑥 = 3𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 − 2 = 3 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 − =3 𝑥𝑥 + − .
/ / A /A
) = @ ) @
𝑅𝑅 𝑥𝑥 = −9𝑥𝑥 ) + 6𝑥𝑥 − 4 = −9 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + = −9 𝑥𝑥 − + .
/ U / /
)
) )
𝑆𝑆 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 + 4𝑥𝑥 3 + 6 = 2 𝑥𝑥 + 2𝑥𝑥 3 + 3 = 2 𝑥𝑥 + 3 .

3. Factorisation d’un polynôme du second degré


Exercices de fixation
1.
B U B U
𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + − 𝑥𝑥 + + = 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 + 7 .
) ) ) )
𝑄𝑄 𝑥𝑥 n’est pas factorisable.
U U @@ O
𝑅𝑅 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 − 1 − 𝑥𝑥 − 1 + = 2 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 + .
) ) ) )

2.
) @ @ )
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 18𝑥𝑥 ) − 12𝑥𝑥 + 2 = 18 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + = 18 𝑥𝑥 − .
/ U /
) ) @ @ @ ) @O
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −4𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 + 1 = −4 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 − = −4 𝑥𝑥 − −
= = V A=
@W @O @X @O
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −4 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 − .
V V
)
/ )
ℎ 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 2 − 3 = 2 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 2 − =2 𝑥𝑥 + −2 ;
) )
) / )
ℎ 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 + .
) )

4. Signe d’un polynôme du second degré


Exercices de fixation
1.

5 ) 1 )
3
𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 + 1 𝑄𝑄 𝑥𝑥 = −3 𝑥𝑥 − 5 𝑅𝑅 𝑥𝑥 = 7 𝑥𝑥 + +
2 ) 2 4
−3 < 0 et 𝑥𝑥 − 5 ≥ 0 7 > 0 et ∀𝑥𝑥 ∈ �,
B Donc : @ ) /
𝑥𝑥 −∞ –1 +∞ 𝑥𝑥 +
)
+ > 0.
=
)
1. 𝑄𝑄 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 5
2 + + +
5 2. 𝑄𝑄 𝑥𝑥 < 0 ⟺ Donc ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ,, 𝑅𝑅 𝑥𝑥 > 0.
𝑥𝑥 − – – 0 + 𝑥𝑥 ∈ ℝ − 5 .
2
𝑥𝑥 + 1 – 0 + +
𝑃𝑃 𝑥𝑥 + 0 – 0 +
B
𝑃𝑃 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −1:
)
B
𝑃𝑃 𝑥𝑥 < 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −1;
)
B
𝑃𝑃 𝑥𝑥 > 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −∞; −1 ∪ ; +∞ .
)

Livre du professeur Maths 2nde C 47


2.

𝐴𝐴 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 ) + 4𝑥𝑥 − 3 = − 𝑥𝑥 − 2 )
−1 𝐵𝐵 𝑥𝑥 = −5𝑥𝑥 ) + 5𝑥𝑥 − 2 𝐶𝐶 𝑥𝑥 = 25𝑥𝑥 ) − 20𝑥𝑥 + 4
@ ) / ) )
= − 𝑥𝑥 − 3 𝑥𝑥 − 1 = −5 𝑥𝑥 −
)
+
)a
= 25 𝑥𝑥 −
B
.
)
∀𝑥𝑥 ∈ �, −5 < 0 et ∀𝑥𝑥 ∈ �- , 𝐶𝐶 𝑥𝑥 > 0 et
𝑥𝑥 −∞ 1 3 +∞ @ ) / )
B
𝑥𝑥 − + >0. 𝐶𝐶 = 0.
–1 – – – ) )a B
Donc ∀𝑥𝑥 ∈ �, , 𝐵𝐵 𝑥𝑥 < 0.
𝑥𝑥 − 3 – – 0 +
𝑥𝑥 − 1 – 0 + +
𝐴𝐴 𝑥𝑥 – 0 + 0 –
𝐴𝐴 𝑥𝑥 < 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −∞; 1 ∪ 3; +∞
𝐴𝐴 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ 1; 3
𝐴𝐴 𝑥𝑥 > 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ 1; 3 .

3. FRACTIONS RATIONNELLES
Exercices de fixation
) d e
1. 1. c = +
b X= bX) bW)
dWe bW)dX)e
= .
b c X=
@ @
Par identification 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 0 et 2𝑎𝑎 − 2𝑏𝑏 = 2 ; d’où 𝑎𝑎 = et 𝑏𝑏 = − .
) )
BbX/ f g fWg bW/fX/g
2. = + = .
b c XU bX/ bW/ b c XU
Par identification, 𝑚𝑚 + 𝑛𝑛 = 5 et 3𝑚𝑚 − 3𝑛𝑛 = −3.
Soit 𝑚𝑚 = 2 et 𝑛𝑛 = 3.

b c WbXA i
2. = 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 +
bX@ bX@
db c W eXd bXeWi
= .
bX@
Par identification, 𝑎𝑎 = 1 ; 𝑏𝑏 − 𝑎𝑎 = 1 et −𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = −6.
D’où, 𝑎𝑎 = 1 ; 𝑏𝑏 = 2 et 𝑐𝑐 = −4.
b c WbXA =
= 𝑥𝑥 + 2 − .
bX@ bX@

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT


1.
Fonction polynôme Fraction rationnelle
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 / − 7𝑥𝑥 ) + 9 X
𝑔𝑔 𝑥𝑥 =
b j WBbX@ X
b k W)b c
ℎ 𝑥𝑥 =
Bb X
)X /
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −2𝑥𝑥 + 9 +
@a X
b l XbW@
𝐽𝐽 𝑥𝑥 = 25 X

2.
Vrai Faux
𝑥𝑥 − 1 est un facteur du polynôme 𝑝𝑝 𝑥𝑥 donc 1 est un zéro de 𝑝𝑝 𝑥𝑥 . X
Dans tout polynôme, on peut mettre en facteur un polynôme du X
premier degré.
Le polynôme 1 − 2𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 ) est le carré de 1 − 𝑥𝑥. X
Le polynôme défini par 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑎𝑎, 𝑎𝑎 étant un nombre réel, est de X
degré 1.

48 Livre du professeur Maths 2nde C


3. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 + 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 0
𝑎𝑎 + 1 𝑥𝑥 ) + 𝑏𝑏 + 3 𝑥𝑥 + 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 0
𝑎𝑎 + 1 = 0 𝑎𝑎 = −1
𝑏𝑏 + 3 = 0 𝑏𝑏 = −3
𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 0 𝑐𝑐 = 4

4. 1. 𝑥𝑥 ) + 2 ) − 4𝑥𝑥 ) = 𝑥𝑥 = + 4𝑥𝑥 ) + 4 − 4𝑥𝑥 ) = 𝑥𝑥 = + 4.


2. 𝑥𝑥 = + 4 = 𝑥𝑥 ) + 2 ) − 4𝑥𝑥 ) = 𝑥𝑥 ) + 2 ) − 2𝑥𝑥 )
= 𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 + 2 .
@
5. 1. 𝑅𝑅 𝑥𝑥 existe pour tout nombre réel 𝑥𝑥 différent de .
)
2.
4𝑥𝑥 ) + 7𝑥𝑥 − 7 2𝑥𝑥 − 1 U aX
l
𝑅𝑅 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + + c
− 4𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 2𝑥𝑥 + 9/2 ) )bX@
U B
9𝑥𝑥 − 7 𝑅𝑅 𝑥𝑥 − 2𝑥𝑥 + = −
) ) )bX@
- 9𝑥𝑥 − 9/2 U B
𝑎𝑎 = 2; 𝑏𝑏 = 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑐𝑐 = − .
−5/2 ) )

6. 1. a) 𝑓𝑓 −3 = −27 − 9 + 21 + 15 = −36 + 36 = 0
b) 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 3 𝑎𝑎𝑥𝑥 ) + 𝑏𝑏𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 𝑎𝑎𝑥𝑥 / + 3𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 𝑥𝑥 ) + 3𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 𝑥𝑥 + 3𝑐𝑐.
Par identification : 𝑎𝑎 = 1; 3𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = −1; 3𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = −7 𝑒𝑒𝑒𝑒 3𝑐𝑐 = 15.
D’où : 𝑎𝑎 = 1; 𝑏𝑏 = −4 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑐𝑐 = 5.
c) 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 3 𝑥𝑥 ) − 4𝑥𝑥 + 5
𝑥𝑥 ) − 4𝑥𝑥 + 5 = 𝑥𝑥 − 2 ) − 4 + 5 = 𝑥𝑥 − 2 ) + 1.
∀𝑥𝑥 ∈3, 𝑥𝑥 − 2 ) + 1 > 0, donc 𝑓𝑓 𝑥𝑥 a le même signe que 𝑥𝑥 + 3.
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 = −3 ; 𝑓𝑓 𝑥𝑥 > 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −3; +∞ et
𝑓𝑓 𝑥𝑥 < 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ −∞; 3 .
2. a) 𝑉𝑉 = � − 2; −3 .
bW/ b c X=bWB b c X=bWB b c X=bW=W@
b) ∀𝑥𝑥 ∈ 𝑉𝑉, 𝑅𝑅 𝑥𝑥 = = =
bX) bW/ bX) bX)
bX) c W@ @
= = 𝑥𝑥 − 2 + .
bX) bX)
@ @
c) 𝑅𝑅 10 = 8 + ≃ 8,1 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑅𝑅 102 = 100 + = 100,001 ≃ 100,0.
V @aa

7. 1. ℎ 𝑥𝑥 − ℎ 𝑎𝑎 = 𝑥𝑥 / + 4𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 18 − 𝑎𝑎/ + 4𝑎𝑎) − 3𝑎𝑎 − 18 .


Donc, ℎ 𝑥𝑥 = ℎ 𝑎𝑎 + 𝑥𝑥 / − 𝑎𝑎/ + 4 𝑥𝑥 ) − 𝑎𝑎) − 3 𝑥𝑥 − 𝑎𝑎 .
2. a) 𝑝𝑝 𝑎𝑎 = ℎ 𝑎𝑎 − ℎ 𝑎𝑎 = 0.
b) 𝑝𝑝 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 𝑎𝑎 𝑄𝑄 𝑥𝑥 où Q est un polynôme de degré 2.
3. a) ℎ 2 = 8 + 16 − 6 − 18 = 24 − 24 = 0.
b) ℎ 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 + 3 )
ℎ 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ 2; −3 ; ℎ 𝑥𝑥 < 0 ⟺ 𝑥𝑥 < 2 𝑒𝑒𝑒𝑒 ℎ 𝑥𝑥 > 0 ⟺ 𝑥𝑥 > 2.

8. 1. 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 𝑎𝑎 𝑥𝑥 − 1 / + 𝑏𝑏 𝑥𝑥 − 1 ) + 𝑐𝑐 𝑥𝑥 − 1 + 𝑑𝑑
= 𝑎𝑎𝑥𝑥 / + 𝑏𝑏 − 3𝑎𝑎 𝑥𝑥 ) + 3𝑎𝑎 − 2𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 𝑥𝑥 + 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 − 𝑐𝑐 + 𝑑𝑑.
Par identification : 𝑎𝑎 = 2; 𝑏𝑏 − 3𝑎𝑎 = −3; 3𝑎𝑎 − 2𝑏𝑏 + 𝑐𝑐 = 5 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 − 𝑐𝑐 + 𝑑𝑑 = 1
𝑎𝑎 = 2; 𝑏𝑏 = 3; 𝑐𝑐 = 5 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑑𝑑 = 1.
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 − 1 / + 3 𝑥𝑥 − 1 ) + 5 𝑥𝑥 − 1 + 1.
2. a) Cet ensemble est ℝ − 1 .
u v fb k W gX)f b c W fX)gWw bWgXwWv
b) 𝐾𝐾 𝑥𝑥 = 𝑚𝑚𝑚𝑚 + 𝑛𝑛 + + =
bX@ bX@ c bX@ c
B B
𝐾𝐾 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 + 1 + + c
.
bX@ bX@

Livre du professeur Maths 2nde C 49


SITUATION D’EMPRENTISAGE

1.
I. l’aire de la partie hachurée est 3𝑥𝑥 + 3𝑥𝑥 − 9 = 6𝑥𝑥 − 9
II. 6𝑥𝑥 − 9 = 63 donc 𝑥𝑥 = 12
L’aire cultivable est 𝑥𝑥 − 3 2 = (12 - 3)2 = 81 m2

2.
𝐶𝐶 𝑥𝑥 = −0,02𝑥𝑥 ) + 148𝑥𝑥 + 7762,5
𝑉𝑉 𝑥𝑥 = 150𝑥𝑥 donc 𝐵𝐵 𝑥𝑥 = 𝑉𝑉 𝑥𝑥 − 𝐶𝐶(𝑥𝑥)
𝐵𝐵 𝑥𝑥 = 0,02𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 − 7762,5
𝐵𝐵 𝑥𝑥 = 0,02 𝑥𝑥 + 50 ) − 39064
𝐵𝐵 𝑥𝑥 = 0,02(𝑥𝑥 + 675)(𝑥𝑥 − 575)
𝐵𝐵 𝑥𝑥 ≥ 0 pour 𝑥𝑥 ≥ 575

50 Livre du professeur Maths 2nde C


7 ANGLES Leçon
INSCRITS
7 ANGLES INSCRITS

I. ANGLE INSCRIT ET ANGLE AU CENTRE ASSOCIE

Exercice de fixation
1. 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑎𝑎 ; 3 → 𝑐𝑐.

̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
2. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂
2
1
̂
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2 × 40°.
̂ = 20°.
Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵

Exemple
Exercice de fixation
N° Affirmation Vrai Faux
1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸
̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸
̂ X
2
2 ̂ 180° − 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 ̂ X
2
3 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 ̂
̂ 180° − 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 X

II. ANGLE INSCRIT DÉFINI PAR UNE CORDE ET UNE DEMI-TANGENTE

Exercices de fixation
1. 1 → 𝑐𝑐 ; 2 → 𝑎𝑎 ; 3 → 𝑐𝑐.
1
2. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ̂ ̂ = 65°
𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 = 2 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
1
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ̂ ̂ = 65°
𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
2
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ̂
𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 180° − (65° + 65°) = 50°.

III. ANGLES INSCRITS INTERCEPTANT LE MÊME ARC


Exercice de fixation
̂ et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
1. Les angles 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂ sont inscrit dans (𝐶𝐶 ) et interceptent 2 arcs de même mesure
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂.
̂ et 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄
Les angles 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄 ̂ sont inscrit dans (𝐶𝐶 ) et interceptent le même arc 𝑄𝑄𝑄𝑄
̂ donc
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄𝑄
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂.
̂ et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
Les angles 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂ ont inscrit dans (𝐶𝐶 ) et interceptent le même arc 𝐴𝐴𝐴𝐴
̂
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂.

IV. ANGLES INSCRITS INTERCEPTANT DES ARCS DE MÊME LONGUEUR


Exercice de fixation
1.
N° Affirmations Réponses
1. Dans un cercle, deux angles inscrits qui interceptent deux arcs Faux
ont la même mesure.
2. Dans un cercle, trois angles inscrits qui interceptent trois arcs de Vrai
même longueur ont la même mesure.
3. Lorsque les cordes EF et GH d'un cercle n'ont pas la même Faux
longueur, les mesures des angles qui sous-tendent ces cordes
peuvent être égales.

Livre du professeur Maths 2nde C 51


3. ANGLES INSCRITS INTERCEPTANT DEUX ARCS DE MÊMES EXTRÉMITÉS
Exercice de fixation
̂ et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
1. Les angles inscrits 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂ sont supplémentaires.3. ANGLES INSCRITS INTERCEPTAN
̂ = 180° − 38°
Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 Exercice de fixation
̂ = 142°.
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 1. Les angles inscrits 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂ et 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
̂
̂ = 180° − 38°
Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
4. BISSECTRICE D’UN ANGLE INSCRIT ET ARC DE CERCLE INTERCEPTÉ 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 PAR
̂ CET
𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 142°.
ANGLE
Exercice de fixation 4. BISSECTRICE D’UN ANGLE INSCR
̂.
1. a) (𝐴𝐴𝐴𝐴) est la bissectrice de l’angle 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ANGLE
̂ . Donc la droite
b) I appartient à la bissectrice de l’angle inscrit 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 (AI)departage
Exercice fixationl’arc
intercepté 𝐵𝐵𝐵𝐵 en deux arcs de même longueur. De plus 𝐼𝐼 ∈ 1.𝐵𝐵𝐵𝐵a); (𝐴𝐴𝐴𝐴)donc les estarcs 𝐵𝐵𝐼𝐼 et
la bissectrice de l’an
𝐼𝐼𝐶𝐶 ont la même longueur. b) I appartient à la bissectrice de
̂ . En effet, l’angle 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇
c) (𝐷𝐷) est la bissectrice de l’angle 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ̂ intercepte l’arc 𝐵𝐵𝐵𝐵 ;enordeux arcs de
intercepté
la longueur de l’arc 𝐵𝐵𝐼𝐼 est égale à celle de 𝐶𝐶𝐼𝐼 . D’où 𝐵𝐵𝐼𝐼 est la bissectrice ̂
𝐼𝐼𝐶𝐶 ontdela 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇
même . longueur.
c) (𝐷𝐷) est la bissectrice de l’ang
5. ARC CAPABLE D’UN ANGLE DONNÉ la longueur de l’arc 𝐵𝐵𝐼𝐼 est éga
Exercices de fixation
1. Construction. 5. ARC CAPABLE D’UN ANGLE DONN
Exercices de fixation
2. Construction. 1. Construction.

3. Construction. 2. Construction.

3. Construction.
6. AIRE D’UN TRIANGLE
Exercices de fixation
1. 6. AIRE D’UN TRIANGLE
N° Affirmations Réponses Exercices de fixation
1. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜 = 1 𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑄𝑄̂ . Vrai 1.
2
2. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜 = 1 𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑅𝑅̂ . N° Affirmations
Faux
2 1. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜
3. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜 = 1 𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝐶𝐶̂ . Faux
2 2. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜
4. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜 = 1 𝑞𝑞𝑞𝑞 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑐𝑐̂. Vrai
2 3. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜
2. Soit 𝒜𝒜 l’aire du triangle ABC. 4. L’aire 𝒜𝒜 du triangle ABC est : 𝒜𝒜
1
On a : 𝒜𝒜 = 2 × 𝐴𝐴𝐴𝐴 × 𝐴𝐴𝐴𝐴 sin 𝐴𝐴̂ .
1 √2 2. Soit 𝒜𝒜 l’aire du triangle ABC.
𝒜𝒜 = 2 × 2 × 3 sin 45° 𝑐𝑐𝑐𝑐2 = 3 𝑐𝑐𝑐𝑐2 . 1
2 On a : 𝒜𝒜 = 2 × 𝐴𝐴𝐴𝐴 × 𝐴𝐴𝐴𝐴 sin 𝐴𝐴̂ .
√2
𝒜𝒜 = 3 𝑐𝑐𝑐𝑐2. 1
2 𝒜𝒜 = 2 × 2 × 3 sin 45° 𝑐𝑐
√2
7. THÉORÈME DES SINUS 𝒜𝒜 = 3 𝑐𝑐𝑐𝑐2.
2
Exercices de fixation
𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠...61°... 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠..76°… 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠…43°…
1. = = . 7. THÉORÈME DES SINUS
𝑏𝑏 𝑐𝑐 𝑎𝑎
Exercices de fixation
𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠...61°... 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠..76°… 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠…43°…
2. 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑎𝑎. 1. 𝑏𝑏
= 𝑐𝑐
= 𝑎𝑎
.

𝐸𝐸𝐸𝐸 𝐹𝐹𝐹𝐹
3. On a : = sin 120° = 2√3. 2. 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑎𝑎.
sin 30°
D’où 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 2√2 sin 30° = √3. 𝐸𝐸𝐸𝐸 𝐹𝐹𝐹𝐹
𝐹𝐹𝐹𝐹 = 2√3 sin 120° = 3. 3. On a : sin 30°
= sin 120° = 2√3.
D’où 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 2√2 sin 30° = √3.
52 Livre du professeur Maths 2nde C 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 2√3 sin 120° = 3.
4. On a d’après le théorème des sinus :
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 3
̂
sin 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
= 2𝑅𝑅 d’où 𝑅𝑅 = 2 sin 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂
= 2 sin 30°.
𝑅𝑅 = 3.

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1. 1- angles inscrits ; 2- mesure ; 3- supplémentaires ; 4- bissectrice ;


5- longueur ; 6- réunion ; 7- symétriques.

2. 1F ; 2a)V ; 2b) F ; 3F

1
3. ̂ = 180° − 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
1. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂
2
1
= 180° − 2 × 90° = 180° − 45°.
̂ = 135°.
Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂ est supplémentaire à l’angle 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
2. L’angle inscrit 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂.
̂ est supplémentaire à l’angle 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
L’angle inscrit 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂.

𝐵𝐵𝐵𝐵 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴


4. On a : = 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐵𝐵̂ = sin 𝐶𝐶̂ = 2𝑟𝑟.
sin 𝐴𝐴̂
D’où 𝐵𝐵𝐶𝐶 = 2𝑟𝑟 sin 𝐴𝐴 ̂ ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝑟𝑟 sin 𝐵𝐵̂ et 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝑟𝑟 sin 𝐶𝐶̂ .
𝒫𝒫 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝐴𝐴𝐴𝐴.
Donc 𝒫𝒫 = 2𝑟𝑟(𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 𝐴𝐴̂ + sin 𝐵𝐵̂ + sin 𝐶𝐶̂ ).

5. ̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
1. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂ = 60° ; 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂ = 2𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂ = 120°
̂ = 180° − 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂ = 180° − 60° = 120°.
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ̂ = 60°
̂ = 180° − 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ̂ = 180° − 60° = 120°..
𝐴𝐴𝐴𝐴 √3
2. a) sin 60°
= 2𝑅𝑅 𝑑𝑑 ′ 𝑜𝑜ù𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝑅𝑅 sin 60° = 2 × 2 × = 2√3.
2
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2√3 𝑐𝑐𝑐𝑐.
1 1 2 √3
b) 𝒜𝒜 = 2 × 𝐴𝐴𝐴𝐴 × 𝐵𝐵𝐶𝐶 sin 60° = 2 × (2√3) × = 3√3 𝑐𝑐𝑐𝑐2 .
2
2
𝒜𝒜 = 3√3 𝑐𝑐𝑐𝑐 .

6. 1. On a : 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂 (rayon du cercle (𝐶𝐶)). JOB est donc un triangle isocèle et
̂ = 60°. Donc JOB est équilatéral ; d’où OJ = OB = JB.
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂
1 1
On a aussi : 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 2 𝐼𝐼𝐼𝐼, or OJ = JB et IJ = JK ; donc 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 2 𝐽𝐽𝐽𝐽 et comme 𝐵𝐵 ∈ [𝐽𝐽𝐽𝐽],
donc B est le milieu de [JK].
2. 𝑆𝑆𝐽𝐽 (𝑂𝑂) = 𝐴𝐴, d’où OJ = JA et comme OJ = JB, donc JO = JA = JB.
Donc le triangle BOA est inscrit dans le cercle de centre J et de diamètre [OA]. Donc
le triangle BOA est rectangle en B, d’où (𝐵𝐵𝐵𝐵) ⊥ (𝐴𝐴𝐴𝐴). On déduit que (AB) est la
tangente à ( ) au point B.
3. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂ = 60°.
2
̂ est l’angle au centre associé à 𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽
4. 𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽 ̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽
̂ . Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽 ̂ = 30°.
2

Livre du professeur Maths 2nde C 53


𝑂𝑂𝑂𝑂 𝑂𝑂𝑂𝑂 𝑃𝑃𝑃𝑃
7. 1. On a : sin 60°
= sin 60° = sin 60° = 2 × 3.
√3
Donc OP =OQ = PQ = 6 sin 60° = 6 × = 3√3.
2
Par suite, le périmètre de OPQ est 𝒫𝒫 = 𝑂𝑂𝑃𝑃 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑃𝑃𝑃𝑃.
D’où 𝒫𝒫 = 9√3 cm.
2. Soit 𝒜𝒜 l’aire du triangle OPQ.
1
𝒜𝒜 = 2 . 𝑂𝑂𝑂𝑂 × 𝑂𝑂𝑂𝑂 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 60°
1 √3 27√3
= 2 × 3√3 × 3√3 × = .
2 4
27 2
𝐷𝐷′𝑜𝑜ù 𝒜𝒜 = 4
√3 𝑐𝑐𝑐𝑐 .

8. ̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
On a : 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂ = 1 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
̂ et 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂.
2 2
1
̂ + 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ̂ = (𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
̂ + 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
̂)
2
1
̂ = 1 × 180°.
= 2 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 2
Donc : 𝛼𝛼 + 𝛽𝛽 = 90°.

9. Par la symétrie centrale de centre O, on a :


𝑆𝑆𝑂𝑂 (𝐸𝐸) = 𝐵𝐵, 𝑆𝑆𝑂𝑂 (𝐹𝐹) = 𝐶𝐶 ; d’où 𝑆𝑆𝑂𝑂 (𝐸𝐸𝐸𝐸) = 𝐵𝐵𝐵𝐵 .
Donc longueur de 𝐸𝐸𝐸𝐸 = longueur de 𝐵𝐵𝐶𝐶 .
̂ intercepte l’arc 𝐸𝐸𝐸𝐸 et l’angle inscrit 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸
L’angle inscrit 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 ̂ intercepte l’arc 𝐵𝐵𝐶𝐶.
Les angles inscrits 𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 ̂ interceptent deux arcs de même longueur, donc
̂ et 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
̂ = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 ̂.
D’où : 𝛼𝛼 = 𝛽𝛽.

10. ̂ est un angle inscrit interceptant le même arc que l’angle au centre 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
1. 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ̂.
̂ ̂ ̂
D’où 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2(𝛼𝛼 + 𝛽𝛽) car 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = (𝛼𝛼 + 𝛽𝛽).
𝐴𝐴𝐴𝐴′
2. Dans le triangle AMM’, on a : = 2𝑟𝑟.
sin 𝛼𝛼
𝐶𝐶𝐶𝐶′
Dans le triangle CMM’, on a : sin 𝛽𝛽
= 2𝑟𝑟.
𝐴𝐴𝐴𝐴
Dans le triangle AMC, on a : sin(𝛼𝛼+𝛽𝛽)
= 2𝑟𝑟.
𝐴𝐴𝐴𝐴′ 𝐶𝐶𝐶𝐶′ 𝐴𝐴𝐴𝐴 2 𝐴𝐴𝐴𝐴′×𝐶𝐶𝐶𝐶′ 𝐴𝐴𝐴𝐴 2
D’où : × sin 𝛽𝛽 = (2𝑟𝑟)2 = (sin(𝛼𝛼+𝛽𝛽)) , donc = .
sin 𝛼𝛼 sin 𝛼𝛼×sin 𝛽𝛽 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠2 (𝛼𝛼+𝛽𝛽)
sin 𝛼𝛼×sin 𝛽𝛽 𝐴𝐴𝐴𝐴′×𝐶𝐶𝐶𝐶′
Par suite, on obtient : 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠2 (𝛼𝛼+𝛽𝛽)
= 𝐴𝐴𝐴𝐴 2
.

SITUATIONS D’ÉVALUATION

1. ̂ = 180° − (40° + 72°) = 68°.


1. On a : mes 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐵𝐵𝐵𝐵 sin 72° sin 40°
sin 72°
= sin 40°
= sin 68° ; d’où 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 × sin 68° et 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 × sin 68° avec
𝐵𝐵𝐵𝐵 = 1250 𝑚𝑚.
Donc AB = 1282,18 m et AC = 866,59 m.
2. Le père ne disposant pas d’assez de carburant, il va choisir la plus petite
distance. Il va donc aller vers la pinasse C.

𝐵𝐵𝐵𝐵 𝐴𝐴𝐴𝐴 sin 77°


2. On a :
sin 77°
= sin 13° d’où 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 × sin 13° (triangle ABH).
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 sin 79°
sin 79°
= sin 13° d’où 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 × sin 13° (triangle AHC).
sin 79°+sin 77°
Or, BC = BH + HC, d’où 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ( sin 13° ) ;
AH = 300 m ; BC = 2608,56 m.
L’élève qui a affirmé que la largeur du plan d’eau est inférieure à 2850 m a raison.

54 Livre du professeur Maths 2nde C


8 ANGLES ORIENTÉS ET TRIGONOMÉTRIE
Leçon 8 : ANGLES ORIENTES ET TRIGONOMETRIE

I. LE RADIAN
Exercices de fixation
1.
Mesure en degré 15° 20° 120° 72° 150° 270° 305° 300°
Mesure en radian 𝜋𝜋 𝜋𝜋 2𝜋𝜋 2𝜋𝜋 5𝜋𝜋 3𝜋𝜋 61𝜋𝜋 5𝜋𝜋
12 9 3 5 6 2 36 3

2.
Mesure en radian 3𝜋𝜋 3𝜋𝜋 𝜋𝜋 5𝜋𝜋 8𝜋𝜋 2𝜋𝜋
5 4 6 12 7
Mesure en degré 108° 135° 30° 75° 1440° 260°
7

3.
Angle en degré 180° 72° 60° 120° 15°
Angle en radian 𝜋𝜋 2𝜋𝜋 𝜋𝜋 2𝜋𝜋 𝜋𝜋
(valeur exacte) 5 3 3 12


4. 1. La longueur de l’arc intercepté par l’angle est :
B

ℓ@ = 5× = 2𝜋𝜋 ≃ 6,28 𝑐𝑐𝑐𝑐.
B
/® )®
2. ℓ) = 𝑅𝑅× car 135° est égal à rad.
= =
/® @B®
ℓ@ = 5× = ≃ 11,77 𝑐𝑐𝑐𝑐.
= =

5. 𝜃𝜃 = 4𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟.

II. ANGLES ORIENTÉS DE VECTEUR


1. Orientation du plan
Exercices de fixation
1. Dans 𝐶𝐶@ : 𝐴𝐴, 𝐵𝐵, 𝐶𝐶 et 𝐸𝐸, 𝐹𝐹, 𝐺𝐺 sont de sens contraire.
Dans 𝐶𝐶) : 𝐴𝐴, 𝐵𝐵, 𝐶𝐶 et 𝐸𝐸, 𝐹𝐹, 𝐺𝐺 sont de même sens.
2. Le sens de parcours des triplets (O, P, L) et (L, O, K) sont de sens contraire.

2. Angles orientés de deux vecteurs non nuls


Exercice de fixation
1. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 de signe positif, 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵, 𝐵𝐵𝐵𝐵 de signe négatif, 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶, 𝐶𝐶𝐶𝐶 est
de signe négatif.

3. Mesures d’un angle orienté


Exercices de fixation

® ® ®
1. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐼𝐼𝐼𝐼, 𝐼𝐼𝐼𝐼 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐼𝐼𝐼𝐼, 𝐼𝐼𝐼𝐼 = − ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝑂𝑂𝑂𝑂, 𝑂𝑂𝑂𝑂 = ;
/ A )
®
𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐾𝐾𝐾𝐾, 𝐾𝐾𝐾𝐾 = − ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝑂𝑂𝑂𝑂, 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝜋𝜋 ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐽𝐽𝐽𝐽, 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 0.
/

® B® O®
2. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶, 𝐶𝐶𝐶𝐶 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵, 𝐷𝐷𝐷𝐷 = .
= V V

Livre du professeur Maths 2nde C 55


® ®
3. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 0 ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶, 𝐶𝐶𝐶𝐶 = ;
= /
® O®
𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵, 𝑂𝑂𝑂𝑂 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = .
= @)

4.
Colonne 1 Colonne 2
L’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 l l 0

L’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 l l 𝜋𝜋


l l 𝜋𝜋
L’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂
2
l l 𝜋𝜋
L’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂
4
L’angle orienté 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 l l −𝜋𝜋
®
L’angle orienté 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 l l -
)

5. Construction

4. Angles orientés égaux, angles orientés opposés


Exercices de fixation
1. a) Citons trois angles orientés égaux à 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 :
𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 .
b) Citons trois angles orientés opposés à l’angle 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 :
𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 .

2. 1. Citons un angle orienté opposé à 𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 :


L’angle orienté 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 .
2. Citons des angles orientés opposés à l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 :
Ce sont : 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 .

3. 𝐸𝐸𝐸𝐸 ; 𝐸𝐸𝐸𝐸 ; 𝐻𝐻𝐻𝐻 ; 𝐼𝐼𝐼𝐼 ; 𝐺𝐺𝐺𝐺 ; 𝐺𝐺𝐺𝐺 .

4.
Vrai ou
Faux
1. Les angles orientés 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 sont opposés. Faux

2. Les angles orientés 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 et 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 sont opposés. Vrai

3. Les angles orientés 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 et 𝑂𝑂𝑂𝑂 ; 𝑂𝑂𝑂𝑂 ont même mesure. Faux

4. Les angles orientés 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐵𝐵𝐵𝐵 et 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 ont même mesure. Vrai

56 Livre du professeur Maths 2nde C


5. Angles orientés et transformation du plan
Exercices de fixation
1.
N° Affirmations Réponse
1. Une symétrie centrale transforme un angle orienté en un F
angle orienté opposé.
2. Les translations conservent les mesures et l'orientation V
des angles.
3. Une symétrie orthogonale transforme un angle orienté en V
un angle orienté opposé.

1. 1. Soit S la symétrie de centre O.


𝑆𝑆û 𝑆𝑆û 𝐷𝐷𝐷𝐷; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 𝐵𝐵𝐵𝐵; 𝐵𝐵𝐵𝐵 et comme la symétrie centrale conserve
C A ®
D B l’angle orienté, 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵; 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐷𝐷𝐷𝐷; 𝐷𝐷𝐷𝐷 =
/
O O

2. De même : 𝑆𝑆û 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 .



Donc, 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 = − .
O

II. TRIGONOMÉTRIE
i. Cercle trigonométrique et point-image
Exercices de fixation
1. Le cercle …trigonométrique … est le cercle de …centre O … et de …rayon 1…

2.
𝑎𝑎 𝑏𝑏 𝑐𝑐 𝑑𝑑
4. La mesure principale de l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 est : −𝛼𝛼 𝜋𝜋 + 𝛼𝛼 𝜋𝜋 − 𝛼𝛼
𝛼𝛼
5. La mesure principale de l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 est : 𝛼𝛼 −𝛼𝛼 𝜋𝜋 + 𝛼𝛼 𝜋𝜋 − 𝛼𝛼

6. La mesure principale de l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 est : 𝛼𝛼 −𝛼𝛼 𝜋𝜋 + 𝛼𝛼 𝜋𝜋 − 𝛼𝛼

7. La mesure principale de l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 est : 𝛼𝛼 −𝛼𝛼 𝜋𝜋 + 𝛼𝛼 𝜋𝜋 − 𝛼𝛼

8. La mesure principale de l’angle orienté 𝑂𝑂𝑂𝑂; 𝑂𝑂𝑂𝑂 est : −𝛼𝛼 𝜋𝜋 + 𝛼𝛼 𝜋𝜋 − 𝛼𝛼


𝜋𝜋

3. À construire.

4. À construire.

5. À construire.

ii. Cosinus et sinus d’un angle orienté


iii. Tangente d’un angle orienté

Livre du professeur Maths 2nde C 57


Exercices de fixation
1. 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑏𝑏 ; 3 → 𝑎𝑎 ; 4 → 𝑐𝑐 ; 5 → 𝑏𝑏 ; 6 → 𝑑𝑑.

cos(−𝛼𝛼 )=cos(𝛼𝛼 ) sin(−𝛼𝛼 )=-sin(𝛼𝛼 ) cos(𝜋𝜋 − 𝛼𝛼 )=-cos(𝛼𝛼 )


2.

sin(𝜋𝜋 − 𝛼𝛼 )=sin(𝛼𝛼 )

𝐶𝐶𝐶𝐶 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐵𝐵𝐵𝐵


3. 𝑑𝑑) sin 𝑥𝑥 = 𝑒𝑒) cos 𝑥𝑥 = 𝑖𝑖) tan 𝑥𝑥 =
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴

B® / ® ) O® @ V® )® /
4. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = − ; 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − = − ; 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = ; 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 = 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − =−
A ) = ) / ) A / )
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 −𝜋𝜋 = 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝜋𝜋 = −1.
)
5. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 1 ⟹ 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 1 − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 ; on a 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = .
/
) ) ® / ) A
𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 = ou − or 𝑥𝑥 ∈ 0; , 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 > 0 donc 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 = = = .
/ / ) ) / /

6. 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 1, on a 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 ) 𝑥𝑥 = 1 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 0,91.


U@ U@ ® U@
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = 0,91 = 𝑜𝑜𝑜𝑜 − or 𝑥𝑥 ∈ ; 𝜋𝜋 , 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 < 0 , donc 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = − .
@a @a ) @a
k
äãgb a,/ / / U@
𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 = =− ≤≥
=− ≥¥
≤≥
=− =− .
i±äb U@ U@
≥¥ ≥¥

7. 1. Figure

2. La mesure principale de 𝑥𝑥 est .
/

8. 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 5𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 = 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 = −𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐.


sin −12𝜋𝜋 − 𝑥𝑥 = 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 −𝑥𝑥 = −𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑥𝑥 .

B® ®
9. 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 − 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 3𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 + 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 5𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 + 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑥𝑥 − =
) )
® ®
= 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 + 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝜋𝜋 + 𝑥𝑥 + 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 − 𝑥𝑥
) )
= 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠
= 0.

58 Livre du professeur Maths 2nde C


EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1. (Voir figure).

2. 1. Dans parallélogramme, les angles des sommets opposés ont la même mesure. Or
𝐴𝐴𝐴𝐴; 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐶𝐶𝐶𝐶; 𝐶𝐶𝐶𝐶 sont deux angles opposés ;
donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐴𝐴𝐴𝐴; 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐶𝐶𝐶𝐶; 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 0.
® ®
2. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶 ; 𝐶𝐶𝐶𝐶 = ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = .
= =

𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐷𝐷𝐷𝐷 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = − ; 𝐵𝐵𝐵𝐵 ; 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 𝜋𝜋.
=

)
)® AX ) VW= /
3. 1. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) =1− =
@) = @A
® VW= / )
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = or 6+ 2 = 8 + 2 12 = 8 + 4 3
@) =
c
® AW ) AW )
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = = .
@) = =

4. 1. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 ) − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 ) =


𝑐𝑐𝑜𝑜𝑜𝑜 ) + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 + 2𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 − 2𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐
= 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 + 2𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 + 2𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = 4𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠.
2. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠= 𝑥𝑥 = 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 ) − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 ) = 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥
= 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 car 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 1.

® ®
5. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑥𝑥 + + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 + 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑥𝑥 + = 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 − 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠
) )
= 0.
=
6. 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 + 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥 = 1 ⟺ 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 = 1 − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠) 𝑥𝑥, on a : 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 ) 𝑥𝑥 = .
U
) )
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = − .
/ /
k
äãgb / / / /
𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 = ; on a : 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 = k
c = × = 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 = − .
i±äb / ) ) )
k

SITUATIONS D’ÉVALUATION
@AA
7. 1. Angle est égal à 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡X@ 0,50 = 26,56 en radian est 𝜋𝜋 radians.
@@)B
2. Déterminons la distance oblique parcourue lorsque la distance horizontale est de
200 m.
)aa )aa
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 26,56 = ⟹ 𝑑𝑑 = ≃ 223,59 𝑚𝑚.
µ i±ä )A,BA

Livre du professeur Maths 2nde C 59


9 STATISTIQUE
Leçon 9 : STATISTIQUE

I. EFFECTIFS CUMULÉS, FRÉQUENCES CUMULÉES


Exercices de fixation
1.

L'effectif cumulé croissant de la 28 55 113


modalité 60 est 83
L'effectif cumulé décroissant de la 136 77 83
105
modalité 60 est
L'effectif cumulé décroissant de la 25 80 160
10
modalité 80 est
La fréquence cumulée croissante de la 0,05 0,15 0,34 0,52
modalité 55 est
La fréquence cumulée croissante de la 0,84 0,94 1 10
modalité 70 est
La fréquence cumulée décroissante de 0,05 0,95 0,58
la modalité 45 est 1

2.
Masses 45-54 55-59 60-64 65-69 10-74 75-79 80-89
Effectifs 0,047 0,1 0,233 0,32 0,18 0,093 0,027
ECD 1 0,953 0,853 0,62 0,3 0,12 0,027

II. POLYGONE DES EFFECTIFS CUMULÉS, POLYGONES DES FRÉQUENCES


CUMULÉES
Exercices de fixation

1. 1. Voir tableau

Groupe d’âge (en Fréquences 𝑒𝑒𝑒𝑒 % Fréquence cumulée Fréquence cumulée


années croissante décroissante
[0 ;10[ 11,6 11,6 100
[10 ; 20[ 13,4 25 88,4
[20 ;30[ 13,6 38,6 75
[30 ; 40[ 14,8 53,4 61,4
[40 ; 50[ 16,6 70 46,6
[50 ; 60[ 12,7 82,7 30
[60 ; 70[ 8 90,7 17,3
[70 ; 80[ 6 96,7 9,3
[80 ; 90[ 2,7 99,4 3,3
90 ans et plus 0,6 100 0,6

2. (Voir papier millimétré).

2. 1. Voir tableau
Classes [20 ; 30[ [30 ; 40[ [40 ; 50[ [50 ; 60[
Effectifs 17 29 32 12
ECD (*) 90 73 44 12

2. (Voir papier millimétré).


60 Livre du professeur Maths 2nde C
III. PARAMÈTRES DE POSITION ET PARAMÈTRES DE DISPERSION
1. Paramètres de position
a) Mode et classe modale
Exercices de fixation
1. Le mode est 1, car il a le plus grand effectif.
2. 1. La classe modale est : [40 ; 50[.
2. La classe modale est : [40 ; 50[

b) Moyenne
Exercices de fixation
1. 1. Moyenne : 1,5
2. Chaque élève a la moyenne 1,5, soit 2 frères et sœurs.
)B×@OW/B×)UW=B×/)WBB×@) /B=a
2. 1. Moyenne : = = 39,33.
@OW)UW/)W@) Ua
2. Les professeurs de ce lycée ont en moyenne 40 ans.

c) Médiane
Exercices de fixation
1. La médiane de la série 𝑆𝑆@ est : 8.
VW@a
La médiane de la série 𝑆𝑆) est : = 9.
)
La médiane de la série 𝑆𝑆/ est : 11.
AWV
La médiane de la série 𝑆𝑆= est : = 7.
)

2. La médiane de la série 1 est : 11,5.


La médiane de la série 2 est : 165,5.

3. La médiane est 9.

4. L’effectif total est 240 et 240 ÷ 2 = 120.


La classe médiane est [100 ; 150[ .

100 150 £π X@aa @)aX@a)


𝑀𝑀∏ = ; donc 𝑀𝑀∏ = 145.
@BaX@aa @A)X@a)
102 120 162

Interprétation :
Au cours de cette journée, 50 % des clients ont dépensé moins de 145 000 F et 50 %
des clients ont dépensé plus de 145 000 F.

5.
0,21 0,5 0,53 £π Xa,VB
=
a,BXa,)@
; d’où 𝑀𝑀∏ = 1,03 ≃ 1,03.
@,aBXa,VB a,B/Xa,)@
0,85 𝑀𝑀∏ 1,05

50 % de ces insectes ont une taille inférieure ou égale à 1,03 cm et 50 % d’entre eux
ont une taille supérieure ou égale à 1,03 cm.

2. Paramètre de dispersion
a) Étendue
Exercice de fixation
1. L’étendue de l’exercice 4 est 300-0, soit 300.
L’étendue de l’exercice 5 est 1,45-0,45, soit 1.

Livre du professeur Maths 2nde C 61


b) Ecart moyen
Exercices de fixation
= AX@a,B WA @@X@a,B WB @)X@a,B W/ @/X@a,B /A
1. 𝑒𝑒 = = ;
=WAWBW/ @V
𝑠𝑠 = 2.
A),B×//WAO,B×/AWO),B×=VWOO,B×/OWV),B×)= @)V)a
2. 𝑚𝑚 = = ≃ 72
//W/AW=VW/OW)= @OV
// A),BXO) W/A AO,BXO) W=V O),BXO) W/O OO,BXO) W)= V),BXO)
𝑒𝑒 =
@OV
𝑒𝑒 ≃ 5,36.

c) Variance – Ecart type


Exercices de fixation
B×ac W@/×@c WO×)c W/×/c W@×=c W@×Bc
1. 𝑉𝑉 = − 1,5) ≃ 1,38.
BW@/WOW/W@W@
𝜎𝜎 = 𝑉𝑉 = 1,38 ≃ 1,17.

2.
)UVW=aOW//AW=)BWB@)W/)@WB=/W/UA
1. Score moyen : = 404,75.
V
)UVc W=aOc W//Ac W⋯W/UAc
2. É𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 ∶ 𝜎𝜎 = 𝑉𝑉, avec 𝑉𝑉 = − 404,75)
V
𝑉𝑉 = 6780,4375.
Donc 𝜎𝜎 = 6780,4375 ≃ 82,34.

/@O
3. 1. 𝑥𝑥 = ≃ 8,34.
/V
/A)@
2. Variance : 𝑉𝑉 = − 8,34) ≃ 25,73.
/V
É𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 ∶ 𝜎𝜎 = 𝑉𝑉 ≃ 5,07.

4.
)B×@OW/B×)UW=B×/)WBB×@) /B=a
1. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 ∶ = ≃ 39,3.
Ua Ua
@=O)Ba )
2. 𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉 ∶ 𝑉𝑉 = − 39,3 ≃ 91,62.
Ua
3. É𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 ∶ 𝜎𝜎 = 𝑉𝑉 ≃ 9,57.

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1.

Expression Formules
c
g≥ b≥ Xb c Xgc bc Xb c W⋯Wgæ bæ Xb
Écart moyen
g≥ Wgc W⋯Wgæ

g≥ b≥c Wgc bcc W⋯Wgæ bæ


c
Écart type − 𝑥𝑥 )
g≥ Wgc W⋯Wgæ

g≥ b≥c Wgc bcc W⋯Wgæ bæ


c
)
Variance − 𝑥𝑥
g≥ Wgc W⋯Wgæ

g≥ b≥ Xb Wgc bc Xb W⋯Wgæ bæ Xb
g≥ Wgc W⋯Wgæ

62 Livre du professeur Maths 2 nde


C
2.

La moyenne d'une série est un paramètre de dispersion. F


La moyenne d'une série est toujours l'une des données de la série. F
La variance est toujours un nombre positif. V
L'écart type peut être un nombre négatif. F
Si toutes les données sont égales à la moyenne alors l’écart type est nul. V

3. 1. 𝑚𝑚 ≃ 2,22
2. 𝑒𝑒 ≃ 0,976
3. Variance : V=1,71
Écart type : 𝜎𝜎 ≃ 1,3.
4. Médiane : 2.
Interprétation : 50 % des logements du village ont un nombre de pièces inférieur
ou égal à 2 et 50 % un nombre de pièces supérieur ou égal à 2.

4.

Classe Fréquence Centres des classes FCC


[-2,74 ; -1,78 [ 0,04 -2,26 0,04
[-1,78 ; -0,82 [ 0,17 -1,3 0,21
[-0,82 ; 0,13 [ 0,32 -0,345 0,53
[0,13 ; 1,09 [ 0,33 0,61 0,86
[1,09 ; 2,05 [ 0,14 1,57 1

1. Moyenne : −2,26×0,04 − 1,3×0,17 − 0,345×0,32 + 0,61×0,33 + 1,57×0,14


= −0,0007.
2. 𝑒𝑒 = 0,002961.
3. Variance : 𝑉𝑉 = 0,99757051.
Écart type : 𝜎𝜎 = 𝑉𝑉 ≃ 0,99 .
4.
0,21 0,5 0,53 £π Wa,V)
=
a,BXa,)@
; 𝑀𝑀∏ = 10,0409375 ≃ 0,04.
a,@/Wa,V) a,A/Xa,)@
-0,82 𝑀𝑀∏ 0,13

5. La classe dans laquelle les notes sont les plus régulières est la 2nde 𝐶𝐶) car son écart
type est plus petit.
489
6. 1. Le poids moyen est 99,1489 g ≃ 99 g.
2.
Poids [80 ;85[ [85 ;90[ [90 ;95[ [95 ;100[ [100 ;105[ [105 ;110[ [110 ;115[
Fréquence 0,08 0,11 0,15 0,18 0,25 0,16 0,07
FCD 1 0,92 0,81 0,66 0,48 0,23 0,07

3. (Voir papier millimétré).


Médiane : 99.

Livre du professeur Maths 2nde C 63


7.

Salaire Effectif Effectif cumulé Effectif cumulé Centre


croissant décroissant
]0 ; 500 [ 30 30 700 250
[500 ; 750 [ 45 75 670 625
[750 ; 1000 [ 110 185 625 875
[1000 ; 1250 [ 250 435 515 1125
[1250 ; 1500 [ 150 585 265 1375
[1500 ; 1750 [ 60 645 115 1625
[1750 ; 2000 [ 35 680 55 1875
[2000 ; 2500 [ 20 700 20 2250

1. 𝑚𝑚 = 1182,14.
2. Voir tableau.
3. (Voir papier millimétré).
4. La médiane est 1130.
Interprétation : 50 % des travailleurs de cette entreprise ont un salaire inférieur ou
égal à 1 130 000 F et 50 % ont un salaire supérieur ou égal à 1 130 000 F.

8. 1. Moyenne : 𝑚𝑚 = 11,04.
Variance : 𝑉𝑉 = 5,238.
Écart type : 𝜎𝜎 ≃ 2,3.
2. a)
Nombre de tubes [8 ; 10 [ [10 ; 12 [ [12 ; 14 [ [14 ; 16 [
Effectif 9 5 7 4

b) (Voir papier millimétré).


c) Classe modale : [ 12 ; 14 [
Classe médiane : [ 12 ; 14 [.
d) Moyenne : 11,48.
Variance : 𝑉𝑉 ≃ 4,889.
Écart type . 𝜎𝜎 = 2,21.
/a/
9. 2nde 𝐶𝐶@ : Moyenne : = 12,12.
)B
Médiane : 12.
)VV
2nde 𝐶𝐶) : Moyenne : = 11,52.
)B
Médiane : 11.

Conclusion : C’est la 2nde 𝐶𝐶@ qui sera récompensé car elle a la meilleure moyenne et
la meilleure médiane.

64 Livre du professeur Maths 2nde C


SITUATIONS D’ÉVALUATION

1. 1. Élevage A : 𝑚𝑚î = 1,7.


Élevage B : 𝑚𝑚ï = 1,7.
2. Écart moyen Variance Écart type
Élevage A 0,2168 0,09744 0,3
Élevage B 0,1528 0,05199 0,23

3. C’est l’élevage B qui sera choisi car son écart moyen et son écart type sont plus
petits.

2. 1.
• Moyenne :
=@,B×)W=),B×@aW=/,B×)BW==,B×=aW=B,B×)@W=A,B×)
𝑚𝑚 = = 44,24
)W@aW)BW=aW)@W)
• Écart type : 𝜎𝜎 ≃ 1,02.
2. 𝐼𝐼 = 𝑚𝑚 − 26; 𝑚𝑚 + 26 = 43,22; 45,26
Il y a environ 65 (25 +40) fromages dont les taux de matière grasse sont dans
l’intervalle I, et cela représente 65 % des fromages.
Conclusion : L’analyse des 100 fromages de cette laitière montre que les deux
premiers critères sont respectées mais pas le dernier.
Donc l’institut va interdire la vente des fromages de cette laitière.

Livre du professeur Maths 2nde C 65


10 Leçon 10
PRODUIT : PRODUIT SCALAIRE
SCALAIRE

I. DÉFINITIONS ET PREMIÈRES PROPRIÉTÉS


1. Définition
Exercices de fixation
1. 1-B ; 2-B ; 3-A ; 4-C

/
2. 1. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 2×3× = 3 3.
)
)
2. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 5× 2× − = −5.
)
3. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 7×4×1 = 28
4. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 8×27× −1 = −216.

2. Carré scalaire
Exercice de fixation
1. 𝑢𝑢 ) = 𝑢𝑢 ) = 4) + 3) = 25.
𝑣𝑣 ) = 𝑣𝑣 ) = −1 ) + 2) = 5.

3. Autre expression du produit scalaire


Exercices de fixation
1. 𝐹𝐹𝐹𝐹. 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 2×4 = 8.
𝐹𝐹𝐹𝐹. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −2 ×4 = −8.
𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 2× −2 = −4.
@ @
2. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵 = ×1 = .
) )
@ ) /
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) − 𝐴𝐴𝐴𝐴 = .
) =
@ @
𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −𝐶𝐶𝐶𝐶×𝐶𝐶𝐶𝐶 = −1× = − .
) )

3. 1. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵 = 4×2 = 8.


2. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐽𝐽𝐽𝐽 = 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝐶𝐶𝐶𝐶×𝐶𝐶𝐶𝐶 = 16.
3. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵 = −8.
4. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = −𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵 = −4.
5. 𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐶𝐶𝐶𝐶
= −𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐶𝐶𝐶𝐶
= −CB ×𝐶𝐶𝐶𝐶
= −4×6
= −24.

II. PROPRIÉTÉ DU PRODUIT SCALAIRE


1. Vecteurs orthogonaux
Exercices de fixation
1. 𝐵𝐵𝐵𝐵 . 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0
𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0

2. [AC] et [BD] sont les diagonales du carré, comme dans un carré, les diagonales ont
des supports perpendiculaires ; on a : 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0.

66 Livre du professeur Maths 2nde C


2. Opérations sur les produits scalaire
Exercices de fixation
1. 1. 2𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 . 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 = 2𝑢𝑢 ) − 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 − 𝑣𝑣 ) = 8 − 1 − 9 = −2.
2. 𝑢𝑢 + 2𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 ) + 4𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 4𝑣𝑣 ) = 4 + 4 + 36 = 44.
3. −3𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ) = 9𝑢𝑢 ) − 6𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 𝑣𝑣 ) = 36 − 6 + 9 = 39.
4. 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 ) − 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ) = −2𝑣𝑣 . 2𝑢𝑢 = −4𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = −4.

2. 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 . 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 = 𝑢𝑢 ) − 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 ) − 𝑣𝑣 )
= 0, car 𝑢𝑢 = 𝑣𝑣 .
Donc 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 et 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 sont orthogonaux.

3.
1. 3𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 . −𝑢𝑢 + 2𝑣𝑣 = −3𝑢𝑢 ) + 7𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 − 2𝑣𝑣 ) = −6 − 28 − 6 = −40.
2. 𝑢𝑢 − 3𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 ) − 6𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 9𝑣𝑣 ) = 2 + 24 + 81 = 107.
3. 2𝑢𝑢 + 3𝑣𝑣 ) = 2𝑢𝑢 + 3𝑣𝑣 ) = 4𝑢𝑢 ) + 12𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 9𝑣𝑣 ) = 8 − 48 + 81 = 41.

3. Produit scalaire et norme


Exercice de fixation
@ ) ) )
1. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 ;
)
@ ) ) )
= 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 ;
)
@ ) ) )
= 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@
= 64 − 49 − 9
)
= 3.

III. RELATION MÉTRIQUE DANS UN TRIANGLE


1. Produit scalaire dans un triangle
Exercice de fixation
@ @
1. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) − 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) = 49 + 16 − 25 = 20.
) )

2. Relation métrique dans un triangle quelconque : le théorème d’Al Kashi


Exercices de fixation
1. 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) − 2𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
®
= 64 + 9 − 2×8×3×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐
/
= 49.
Donc BC = 7.

2. 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) − 2𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵


127 = 49 + 169 − 182 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵
XU@ @ ®
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = = . Donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = .
X@V) ) /

3. 1. 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) − 2𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵


Donc BC = 7.
2. 𝐴𝐴𝐴𝐴) = 𝐶𝐶𝐶𝐶) + 𝐶𝐶𝐶𝐶) − 2𝐶𝐶𝐶𝐶×𝐶𝐶𝐶𝐶× cos 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 ≃ 1,0874.
Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 ≃ 1,04.
3. 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) = 𝐵𝐵𝐵𝐵) + 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) − 2𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵× cos 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴
cos 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0,5 ; donc 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = 60°.

Livre du professeur Maths 2nde C 67


3. Théorème de la médiane
Exercice de fixation
@
1. a) 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 ) + 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) .
)
64 + 81 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 + 50, donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) = 47,5 et donc AI ≃ 6,9.
)
@
b) 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) − 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) = 22,5.
=
c) Soit J le milieu de [AC] et K celui de [AB].
@
1. 𝐵𝐵𝐵𝐵 ) + 𝐵𝐵𝐵𝐵) = 2𝐵𝐵𝐵𝐵) + 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) , donc BJ ≃ 7,8.
)
@
2. 𝐶𝐶𝐶𝐶) + 𝐶𝐶𝐶𝐶) = 2𝐶𝐶𝐶𝐶 ) + 𝐴𝐴𝐴𝐴) , donc CK ≃ 8,6.
)

4. Caractérisation d’un triangle rectangle


Exercice de fixation
𝐵𝐵𝐵𝐵) = 36 ; 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵= 9×4. On a 𝐵𝐵𝐵𝐵) = 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 donc ABC est un triangle en A.

IV. PRODUIT SCALAIRE ET COORDONNÉES


1. Expression du produit scalaire dans une base orthonormée
Exercices de fixation
1. 1. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 2× −5 + −3 ×2 = −16.
2. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 1 − 2 2 + 1 + 2 − 2
= 2−2− 2−2
= −4.

1 −5
2. 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 . Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 1× −5 + 6×4 = 19.
6 4
/ / /
2. 𝐴𝐴𝐴𝐴 ; et 𝐴𝐴𝐴𝐴 − ; 1
) ) )
/ / / / / /
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = × − + ×1 = − + = .
) ) ) = ) =

2. Équation cartésienne de cercle


Exercice de fixation
1. Soit 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 un point du plan et (C) le cercle de diamètre [AB].
𝑀𝑀 ∈ 𝐶𝐶 ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 0
⟺ 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 2 + 𝑦𝑦 + 3 𝑦𝑦 − 1 = 0.
⟺ 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) + 2𝑦𝑦 − 7 = 0.
Une équation du cercle de diamètre [AB] est : 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) + 2𝑦𝑦 − 7 = 0.

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT


® @
1. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos = 4×4× = 8.
/ )
)® @
𝐵𝐵𝐵𝐵. . 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐵𝐵𝐵𝐵×𝐵𝐵𝐵𝐵× cos = 4×4× − = −8.
/ )
𝐷𝐷𝐷𝐷. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −𝐷𝐷𝐷𝐷. 𝐷𝐷𝐷𝐷 = −𝐷𝐷𝐷𝐷×𝐷𝐷𝐷𝐷 = −2×2 = −4.
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = −𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐵𝐵𝐵𝐵
= −𝐴𝐴𝐴𝐴. . 𝐴𝐴𝐴𝐴
= −𝐴𝐴𝐴𝐴)
= −16.

2. 1 → 𝐴𝐴 ; 2 → 𝐶𝐶 ; 3 → 𝐵𝐵.

68 Livre du professeur Maths 2nde C


3.
AFFIRMATIONS RÉPONSES
A, B et C sont alignés si et seulement si : 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 F
𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 sont deux droites perpendiculaires si et seulement si : V
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0.
Si A est le milieu du segment [BC] alors 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −𝐴𝐴𝐴𝐴) V

4. 1 → 𝑎𝑎 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑏𝑏 ; 4 → 𝑎𝑎 ; 5 → 𝑐𝑐.

5. 1) a-V ; b-F ; c-V ; 2)-F ; 3) –F ; 4) - V

6. 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 = 9.


2. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 = 6.
)
.3. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 60° = .
/
U /
4. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 180° − 2×75° = .
)
5. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 = 4.
@ ) ) )
6. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@
= 𝐴𝐴𝐴𝐴) − 𝐴𝐴𝐴𝐴) − 𝐴𝐴𝐴𝐴 )
)
@@
= .
)
7. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = −1 − 2 3 − 2 + 0 − 2 0 − 2 = 1.

7. 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴


= 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝐴𝐴𝐴𝐴
= −𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐷𝐷𝐷𝐷 − 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0
Comme 𝐶𝐶𝐶𝐶. 𝑃𝑃𝑃𝑃 = 0 donc (𝐶𝐶𝐶𝐶) ⊥ (𝑃𝑃𝑃𝑃)

8. On a : 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 × cos 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 .
¿ .¡ X@×/W /×a X/ @
Donc . cos 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 . = = = =− .
¿ × ¡ @W/× UWa A )

On en déduit 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 = −
/

9. 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 × cos 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 .
¿ .¡ @× X/ ) W /× A
cos 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 . = = =0
¿ × ¡ @W/× @VWA
®
Donc 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝑢𝑢 ; 𝑣𝑣 = .
)

3 −2
10. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 , avec 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 ;
−5 1
îï.îñ X@@
cos 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = = .
îï×îñ @Oa
𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 ≃ 147,5°.

1 4
11. On a : 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐶𝐶𝐶𝐶 .
2 −2
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 1×4 + 2× −2 = 0.
Donc les droites (AB) et (CD) sont perpendiculaires.

Livre du professeur Maths 2nde C 69


12. 1. 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 ) + 2𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 )
+ 𝑣𝑣 )
+ 2𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 .
@
Donc 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 𝑢𝑢 + 𝑣𝑣 ) − 𝑢𝑢 ) − 𝑣𝑣 ) .
)
2. 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 ) − 2𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 + 𝑣𝑣 ) = 𝑢𝑢 )
+ 𝑣𝑣 )
− 2𝑢𝑢 . 𝑣𝑣
@
Donc 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 = 𝑢𝑢 ) + 𝑣𝑣 ) − 𝑢𝑢 − 𝑣𝑣 .
)
3. Pour tous vecteurs non nuls 𝑢𝑢 et 𝑣𝑣 , on a : −1 ≤ 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 ≤ 1.
− 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 ≤ 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 ×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑢𝑢 , 𝑣𝑣 ≤ 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣
− 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 ≤ 𝑢𝑢 . 𝑣𝑣 ≤ 𝑢𝑢 × 𝑣𝑣 .

13. 1. Pour tout point M du plan :


𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐴𝐴𝐴𝐴
= 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝑀𝑀𝑀𝑀. +𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐴𝐴𝐴𝐴
= 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴.
= 𝑀𝑀𝑀𝑀. 0 − 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴
= 0.
2. Soit K le point d’intersection des hauteurs issues de A et B.
On a alors 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0 et 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0.
Or d’après 1), on a 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐵𝐵𝐵𝐵 + 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0.
Donc 𝐾𝐾𝐾𝐾. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0. Ceci prouve que K appartient à la hauteur issue de C.
Conclusion : les trois hauteurs sont concourantes en K.
3. Application :
=
14. a) m = − b) m = 0 c) m = 1
B

d B
15. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ==
)
d ) d ) d )
𝐼𝐼𝐼𝐼 = + = .
) ) )
Dans le triangle AIJ, on a : 𝐼𝐼𝐼𝐼) = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) + 𝐴𝐴𝐴𝐴) − 2𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼𝐼.
)d c Bd c Bd c
= 2× − 2× × cos 𝜃𝜃 ⟹ cos 𝜃𝜃 = 0,8 ⟹ 𝜃𝜃 ≃ 36,9°.
= = =

16. 1. a) 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀′ + 𝐴𝐴′𝐵𝐵 = 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀′ + 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐴𝐴′𝐵𝐵.
Or 𝑀𝑀𝑀𝑀 ⊥ 𝐴𝐴′𝐵𝐵 car le triangle A’BA est rectangle en B.
Donc 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝐴𝐴′𝐵𝐵 = 0 et donc 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀′.
b) 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀′ = 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 . 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂′
= 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂 . 𝑀𝑀𝑀𝑀 − 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑀𝑀𝑀𝑀) − 𝑂𝑂𝑂𝑂) = 𝑀𝑀𝑀𝑀) − 𝑟𝑟 ) .
c) D’après 1.b), 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀) − 𝑟𝑟 ) . Or MO et r sont constantes, donc
𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 est constant.
d) Si D est tangente en T à 𝐶𝐶 , alors A = B = T et alors 𝑃𝑃£ = 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 ) .
2. Si M est à l’extérieur de 𝐶𝐶 , alors 𝑃𝑃£ > 0.
Si 𝑀𝑀 ∈ 𝐶𝐶 , alors 𝑃𝑃£ = 0.
Si M est à l’intérieur de 𝐶𝐶 , alors 𝑃𝑃£ < 0.

70 Livre du professeur Maths 2nde C


îï c Wîñ c Wïñ c @
17. 1.a) 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = =
)îïîñ ) O
@
b) 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2 7× =1
) O
@ @ )
2.a) 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
/ A
1 2
= + =1
3 3
b) 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0 donc , (𝐴𝐴𝐴𝐴) ⊥ (𝐵𝐵𝐵𝐵)

18. On munit le plan de repère orthonormé direct 𝐴𝐴, 𝐼𝐼, 𝐽𝐽 .


Dans ce repère, on a : 𝐴𝐴 0; 0 , 𝐵𝐵 3; 0 , 𝐶𝐶 0; 3 , 𝐼𝐼 1; 0 , 𝐽𝐽 0: 1 ,
b Wb ≈ W≈ @ /
𝐾𝐾 √ ƒ ; √ ƒ soit 𝐾𝐾 ; .
) ) ) )
@ /
𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐽𝐽𝐽𝐽 = −0 × 3−0 + −0 × 0−1
) )
/ /
= + − = 0, donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝐽𝐽𝐽𝐽.
) )
Par conséquent, 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝐽𝐽𝐽𝐽.

19.
1. 𝑊𝑊«≥ = 𝑅𝑅 @ . ℓ = 0𝐽𝐽 car 𝑅𝑅 @ ⊥ ℓ .
2. 𝑊𝑊é »…  = 𝐹𝐹 . ℓ = 𝐹𝐹×ℓ× cos 𝜋𝜋 = 0,5×∪ 10× −1 = −5𝐽𝐽.
3. 𝑊𝑊u = 𝑃𝑃 . ℓ = 0𝐽𝐽, car 𝑃𝑃 ⊥ ℓ .
@
4. 𝑊𝑊«c = 𝑅𝑅 ) . ℓ = 𝑅𝑅) ×ℓ×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 60° = 25×10× = 125 𝐽𝐽.
)
Le travail de 𝐹𝐹 dãÀ est résistant
Le travail de 𝑅𝑅 @ et 𝑃𝑃 sont nuls
Le travail de 𝑅𝑅 ) est moteur.

5. 1. 𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 − 1 ) + 𝑦𝑦 − 2 ) = 2) .
𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 2𝑥𝑥 − 4𝑦𝑦 + 1 = 0
2. 𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ 𝐶𝐶 ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 + 3 𝑥𝑥 − 1 + 𝑦𝑦 − 1 𝑦𝑦 + 1 = 0.
𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 2𝑥𝑥 − 4 = 0.
) ) )
3. 𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 − 0 + 𝑦𝑦 + = 𝑅𝑅) .
/
𝐵𝐵 ∈ 𝐶𝐶 donc 𝑅𝑅 = 5.
) ) )
𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 − 0 + 𝑦𝑦 + =5
/
) ) = =@
𝐶𝐶 : 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 + 𝑦𝑦 − = 0.
/ U

6. a) 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 4𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 + 1 = 𝑥𝑥 − 2 )
+ 𝑦𝑦 + 1 )
−4−1+1
) )
= 𝑥𝑥 − 2 + 𝑦𝑦 + 1 − 4.
@ ) @ ) B
b) 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) + 𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 3 = 𝑥𝑥 + + 𝑦𝑦 − + .
) ) )
@ / ) /@
c) 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 3𝑦𝑦 − = 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 − − .
/ ) @)

7. 1. 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 4𝑥𝑥 + 6𝑦𝑦 + 4 = 0
)
𝑥𝑥 − 2 ) + 𝑦𝑦 + 3 = 9. (C) est le cercle de centre 𝑟𝑟 X/
et de rayon 𝑟𝑟 = 3
2. −1 − 2 ) + −3 + 3 ) = −3 ) + 0) = 9.
Donc 𝐴𝐴 ∈ 𝐶𝐶 .

8. a) 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) + 3𝑥𝑥 + 6𝑦𝑦 = 0
Livre du professeur Maths 2nde C 71
/ ) =B =B
𝑥𝑥 + + 𝑦𝑦 + 3 = L’ensemble est C( 𝐴𝐴, )
) = )
) )
b) 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 6𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 + 10 = 0
/
𝑥𝑥 − 3 ) + 𝑦𝑦 + 1 ) = 0. (C) est le point 𝐴𝐴 X@
) ) @ /
c) 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 + 𝑥𝑥 − =0
) @A
@ ) ) O
𝑥𝑥 + + 𝑦𝑦 =
) @A
@ O
𝐶𝐶 = C 𝐴𝐴 − ; 0 ; .
) =
d) 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) − 4𝑦𝑦 + 8 = 0
𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 − 2 ) = −4
𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 − 2 ) ≥ 0 et –4 < 0 ;
Donc 𝐶𝐶 = ∅.

𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 1 = 0 𝑦𝑦 = 𝑥𝑥 + 1
9. a) 𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ Γ ∩ 𝐷𝐷 ⟺ ⟺ )
𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 ) + 2𝑥𝑥 − 2𝑦𝑦 − 3 = 0 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 − 2 = 0
𝑥𝑥 = 1 𝑥𝑥 = −2
⟺ ou .
𝑦𝑦 = 2 𝑦𝑦 = −1
Γ 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝐷𝐷 ont pour intersection les points A(1 ; 2) et B(–2 ; –1).
−𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 − 8 = 0 = 0 𝑥𝑥 = 2𝑦𝑦 − 8
b) 𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ Γ ∩ 𝐷𝐷 ⟺ ) ⟺ )
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ) + 2𝑥𝑥 − 2𝑦𝑦 − 3 = 0 𝑦𝑦 − 6𝑦𝑦 + 9 = 0
𝑥𝑥 = −2

𝑦𝑦 = 3
Γ 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝐷𝐷 ont pour intersection les points A(-2 ; 3).
c)
2𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 5 = 0 𝑦𝑦 = −2𝑥𝑥 + 5
𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ Γ ∩ 𝐷𝐷 ⟺ ) ⟺
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ) + 2𝑥𝑥 − 2𝑦𝑦 − 3 = 0 5𝑥𝑥 ) − 14𝑥𝑥 + 12 = 0
𝑦𝑦 = −2𝑥𝑥 + 5
⟺ O ) @@ .
5 𝑥𝑥 − + =0
B )B
La 2ème équation n’a pas de solution, donc 𝐶𝐶 = ∅.

7 1 O )
10. 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 . On a : ≠ donc les vecteurs 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 ne sont pas
2 −4 @ X=
colinéaires. Par conséquent, les points A, B et C ne sont pas alignés.
2. Soit I le milieu de [AB] et ∆ sa médiatrice.
Soit J le milieu de [BC] et ∆′ sa médiatrice.
Le centre de ce cercle est le point d’intersection de ∆ et ∆′ .
/
On a : 𝐼𝐼 ; 0 et 𝐽𝐽 2 ; −2 .
)
𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ ∆ ⟺ 𝐼𝐼𝐼𝐼. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0 ;
/
⟺ 7 𝑥𝑥 − + 2𝑦𝑦 = 0
)
)@
⟺ 7𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 − = 0.
)
𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ ∆′ ⟺ 𝐽𝐽𝐽𝐽. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0 ;
⟺ − 2𝑥𝑥 − 2 − 6 𝑦𝑦 + 2 = 0
⟺ 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 0.
Les coordonnées du point Ω d’intersection de ∆ et ∆′ sont solutions du
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 0
système )@.
7𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 =
)
)@ )@
Donc 𝛺𝛺 ; − ou 𝛺𝛺 2,1 ; −2,1 .
@a @a
Soit � ce cercle.
𝑀𝑀 𝑥𝑥; 𝑦𝑦 ∈ � ⟺ 𝛺𝛺𝛺𝛺 = 𝛺𝛺𝛺𝛺

72 Livre du professeur Maths 2nde C


⟺ Ω𝑀𝑀) = 𝛺𝛺𝐴𝐴) ;
)@ ) )@ ) =@ ) @@ )
⟺ 𝑥𝑥 − + 𝑦𝑦 + = +
@a @a @a @a
)@ )@ =@
⟺ 𝑥𝑥 ) + 𝑦𝑦 −
)
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − = 0.
B B B

11. 𝑀𝑀 ∈ 𝐶𝐶 ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 0. Donc 𝐶𝐶 est le cercle de diamètre [AB].

12. 𝑀𝑀 ∈ Γ ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 . 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝐴𝐴𝐴𝐴)


⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 . 𝑀𝑀𝑀𝑀 − 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) ⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀 ) − 𝐼𝐼𝐼𝐼) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) .
îï ) B B
⟺ 𝑀𝑀𝑀𝑀 ) = 𝐴𝐴𝐵𝐵) + 𝐼𝐼𝐼𝐼) ⟺ 𝐼𝐼𝐼𝐼) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + = 𝐴𝐴𝐴𝐴) = ×50.
) = =
B @a B @a
⟺ 𝐼𝐼𝐼𝐼 = . Donc Γ = 𝑐𝑐 𝐼𝐼; .
) )

SITUATIONS D’ÉVALUATION
@
1. 1. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴.
)
2. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝜃𝜃.
3. 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝜃𝜃 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) cos 𝜃𝜃.
îï ) B
Or 𝐴𝐴𝐴𝐴 ) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) = 𝐴𝐴𝐴𝐴) + = 𝐴𝐴𝐴𝐴) ;
) =
B
Donc 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) cos 𝜃𝜃.
=
@ @
D’autre part, 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
) )
@ @ @
= 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴.𝐴𝐴𝐴𝐴
) ) =
@ @
= 0 + 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 𝐴𝐴𝐴𝐴) + 0
) )
@ @
= 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) .
) )
) )
B
Par suite, 𝐴𝐴𝐴𝐴) 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = 𝐴𝐴𝐴𝐴) .
=
B
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 = = 0,8.
=
Donc 𝜃𝜃 ≃ 36,87°.

2. 1. Si I est le milieu de [AB], alors 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 = 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼

Livre du professeur Maths 2nde C 73


= 2𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐼𝐼𝐼𝐼
= 2𝑀𝑀𝑀𝑀, car 𝐼𝐼𝐼𝐼 + 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 0 ..
2. Pour démontrer que (AH) ⊥ (EF), montrons que 𝐴𝐴𝐴𝐴 ⊥ 𝐸𝐸𝐸𝐸, c’est-à-dire
𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 0.
@
D’après la question 1,, on a : 𝐴𝐴𝐻𝐻 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 .
)
@
D’où 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴 . 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@
= 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐸𝐸𝐸𝐸 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
a a
@
= −𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@
= 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 − 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴
)
@ ® ®
= 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴×𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝛼𝛼 + − 𝐴𝐴𝐴𝐴×𝐴𝐴𝐴𝐴× cos 𝛼𝛼 +
) ) )
= 0 (avec 𝛼𝛼 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵).
Conclusion : les droites (AH) et (EF) sont perpendiculaires.

74 Livre du professeur Maths 2nde C


11 ÉQUATIONS ET INÉQUATIONS DANS ℝ
Leçon 11 : ÉQUATIONS ET INÉQUATIONS DANS ℝ

I. ÉQUATION DANS ℝ
1. Définition
Exercice de fixation
Les bonnes réponse sont : L 1 ; L 4 ; L 6 ; L 7 ; L 8.

2. Solution d’une équation, ensemble de validité d’une équation, équations équivalentes


Exercice de fixation
) )
4𝑥𝑥 − 5 − 4𝑥𝑥 + 5 =0 2𝑥𝑥 = −1
)
𝑥𝑥 + 2 − 4𝑥𝑥 − 5 = 0 𝑥𝑥 ) = 9

)b c XV
=1 80𝑥𝑥 = 0
b c W@

4𝑥𝑥 ) + 3𝑥𝑥 + 2 = −𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 ) − 1 = 0

3. Résolutions pratiques d’équations


Exercices de fixation
1.
L’ensemble des solutions de 5 1
𝑆𝑆 = − ; 3 5 𝑆𝑆 = ∅ 𝑆𝑆 = ; −3
l’équation 2𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 − 3 = 0 est 3 𝑆𝑆 = − ; 3 2
3
n’admet admet une admet
a pour
L’équation 𝑥𝑥 ) + 4 = 0 aucune solution deux
solution –2
solution unique solutions

n’admet admet une admet


a pour
L’équation 𝑥𝑥 ) − 5 aucune solution deux
solution 2,5
solution unique solutions

n’admet admet une admet


admet trois
L’équation 𝑥𝑥 ) + 3 𝑥𝑥 − 3 = 0 aucune solution deux
solutions
solution unique solutions

2. a) −𝑥𝑥 + 1 = 5 b) 𝑥𝑥 + 4 = −3𝑥𝑥 − 4 c) 𝑥𝑥 ) + 4𝑥𝑥 + 4 = 𝑥𝑥 ) − 4


𝑥𝑥 = −4 4𝑥𝑥 = −8 4𝑥𝑥 = −8
𝑆𝑆ℝ = −4 𝑥𝑥 = −2 𝑥𝑥 = −2
𝑆𝑆ℝ = −2 𝑆𝑆ℝ = −2

d) 3𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 − 4 = 3𝑥𝑥 ) + 4 e) 𝑥𝑥 − 2 ) = 1 − 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 2
−𝑥𝑥 = 8 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 − 2 − 1 + 𝑥𝑥 = 0
/
𝑥𝑥 = −8 𝑥𝑥 = 2 ou 𝑥𝑥 =
)
/
𝑆𝑆ℝ = −8 𝑆𝑆ℝ = 2;
)

f) 𝑥𝑥 + 2 ) = 2 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 + 2
𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 + 2 − 2 𝑥𝑥 − 2 = 0
𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 + 2 − 2𝑥𝑥 + 4 = 0
𝑥𝑥 = −2 ou 𝑥𝑥 = 6
𝑆𝑆ℝ = −2; 6
Livre du professeur Maths 2nde C 75
g) 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 + 4 ) − 𝑥𝑥 / − 3𝑥𝑥 − 4 ) = 0
𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 + 4 − 𝑥𝑥 / + 3𝑥𝑥 + 4 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 + 4 + 𝑥𝑥 / − 3𝑥𝑥 − 4 = 0
4𝑥𝑥 + 8 2𝑥𝑥 / − 2𝑥𝑥 = 0 ⟺ 4 𝑥𝑥 + 2 . 2𝑥𝑥 𝑥𝑥 ) − 1 = 0
⟺ 8𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 + 1 = 0.
Donc 𝑆𝑆ℝ = −1; −2; 0; 1 .

b) Equations dont les membres sont des fractions rationnelles


Exercice de fixation
1. a) Les contraintes sur l’environnement sont : 𝑥𝑥 ∈ �
3𝑥𝑥 + 2 = 4𝑥𝑥 − 7 ;
𝑥𝑥 = 9, donc 𝑆𝑆� = 9 .
b) Les contraintes sur l’environnement sont : 𝑥𝑥 ∈ ℝ − 1
𝑥𝑥 − 1 2𝑥𝑥 − 7 − 2 + 𝑥𝑥 = 0
𝑥𝑥 = 1 ou 𝑥𝑥 = 3 ; donc 𝑆𝑆� = 3 .
@
c) Pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ\ , on a :
B
bW@
= 1 ⟺ 𝑥𝑥 + 1 = 5𝑥𝑥 − 1
BbX@
@ @
⟺ 4𝑥𝑥 = 2 ⟹ 𝑥𝑥 = . Donc 𝑆𝑆ℝ = .
) )
d) Pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ\ −1; 0 ,
@ @
= − ⟺ 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 − 1
bW@ b
@ @
⟺ 2𝑥𝑥 = −1 ⟹ 𝑥𝑥 = − . Donc 𝑆𝑆ℝ = −
) )
e) Pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ\ −1; 2 ,
bX@ bW)
= ⟺ 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 − 2 − 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 + 1 = 0
bW@ bX)
𝑥𝑥 − 3𝑥𝑥 + 2 − 𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 2 = 0
)

−6𝑥𝑥 = 0 ⟹ 𝑥𝑥 = 0. Donc 𝑆𝑆ℝ = 0 .


c) Equations dont les membres comportent des valeurs absolues
Exercice de fixation
1. a) 𝑥𝑥 − 5 = −7. Comme −7 < 0, donc 𝑆𝑆ℝ = ∅.
b) 𝑥𝑥 − 1 = 1 ⟺ 𝑥𝑥 − 2 = −1 ou 𝑥𝑥 − 2 = 1
⟺ 𝑥𝑥 = 1 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = 3
𝑆𝑆ℝ = 1; 3 .
c) 𝑥𝑥 + 3 = 2 ⟺ 𝑥𝑥 + 3 = 2 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 + 3 = −2
𝑥𝑥 = −1 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = −5
𝑆𝑆ℝ = −1; −5 .
d) 2𝑥𝑥 − 3 = 5 ⟺ 2𝑥𝑥 − 3 = 5, or 2𝑥𝑥 − 3 = −5
𝑥𝑥 = 4 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = −1
𝑆𝑆ℝ = −1; 4

e) 5𝑥𝑥 − 7 = 𝑥𝑥 − 7 ⟺ 5𝑥𝑥 − 7 = 𝑥𝑥 − 7 𝑜𝑜𝑜𝑜 5𝑥𝑥 − 7 = −𝑥𝑥 + 7


4𝑥𝑥 = 0 6𝑥𝑥 = 14
O
𝑥𝑥 = 0 𝑥𝑥 = +
/
O
𝑆𝑆ℝ = 0;
/

f) 2𝑥𝑥 + 1 = 7 − 2𝑥𝑥 ⟺ 2𝑥𝑥 + 1 = 7 − 2𝑥𝑥 𝑜𝑜𝑜𝑜 2𝑥𝑥 + 1 = −7 + 2𝑥𝑥


⟺ 4𝑥𝑥 = 6 𝑜𝑜𝑜𝑜 1 = −7 𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖
/
⟺ 𝑥𝑥 =
)
/
𝑆𝑆ℝ = .
)

76 Livre du professeur Maths 2nde C


III. INEQUATION DANS ℝ
1. Définition
Exercices de fixation
1. L (3) ; L (4) ; L (5) .

2.

−𝑥𝑥 − 3 < 2𝑥𝑥 est équivalente à 𝑥𝑥 > 1 Faux


bX@
≤ 0 est équivalente à 𝑥𝑥 ≤ 1 Faux
b
2𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 + 1 ≤ 0 est équivalente à ≥1
)b Vrai
@Wb c
𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 + 5 > 0 est équivalente à 𝑥𝑥 + 2 > 0 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑥𝑥 + 5 > 0 Faux
bXA
> 0 équivalente à 𝑥𝑥 > 6 Vrai
bc

2. Résolutions pratiques d’inéquations


a) Inéquations liant deux polynômes
Exercices de fixation
1. a) 2𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 + 1 ≤ 5 + 2𝑥𝑥 )
−𝑥𝑥 ≤ 4 ⇔ 𝑥𝑥 ≥ −4
𝑆𝑆ℝ = −4; +∞ .
b) 𝑥𝑥 ) − 4𝑥𝑥 + 4 ≥ 1 − 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 2
𝑥𝑥 − 2 ) − 𝑥𝑥 − 2 1 − 𝑥𝑥 ≥ 0
𝑥𝑥 − 2 2𝑥𝑥 − 3 ≥ 0

𝑥𝑥 /
−∞ )
2 +∞
𝑥𝑥 − 2 – – 0 +
2𝑥𝑥 − 3 – 0 + +
𝑥𝑥 − 2 2𝑥𝑥 − 3 + 0 – 0 +

/
𝑆𝑆ℝ = −∞; ∪ 2; +∞ .
)
c) 𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 + 4 ) > 𝑥𝑥 / − 3𝑥𝑥 − 4 )
𝑥𝑥 / + 𝑥𝑥 + 4 ) − 𝑥𝑥 / − 3𝑥𝑥 − 4 ) > 0
4𝑥𝑥 + 8 2𝑥𝑥 ) − 2𝑥𝑥 > 0
8𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 + 1 > 0

𝑥𝑥 −∞ –2 –1 0 1 +∞
8𝑥𝑥 – – – 0 + +
𝑥𝑥 + 2 – 0 + + + +
𝑥𝑥 − 1 – – – – 0 +
𝑥𝑥 + 1 – – 0 + + +
𝑃𝑃 𝑥𝑥 + 0 – 0 + 0 – 0 +

𝑆𝑆ℝ = −∞; −2 ∪ −1; 0 ∪ 1; +∞ .

b) Inéquations liant deux fonctions rationnelles


Exercices de fixation
)bWO bXU
– a) Pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ, ≤ ⟺ 4 2𝑥𝑥 + 7 ≤ 3 𝑥𝑥 − 9
/ =
⟺ 5𝑥𝑥 + 55 ≤ 0 ⟹ 𝑥𝑥 ≤ −11.
𝑆𝑆ℝ = −∞ ; −11 .
Livre du professeur Maths 2nde C 77
b c X=
b) Pour 𝑥𝑥 ∈ ℝ, ≤ 0 ⟺ 𝑥𝑥 ) − 4 ≤ 0
b c W@
𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 + 2 ≤ 0.

𝑥𝑥 −∞ –2 2 +∞
𝑥𝑥 − 2 – – 0 +
𝑥𝑥 + 2 – 0 + +
𝑥𝑥 ) − 4 + 0 – 0 +

𝑆𝑆ℝ = −2; 2 .
/b
c) ≥ 0 ; 𝑥𝑥 ≠ −2.
)Wb

𝑥𝑥 −∞ –2 0 +∞
3𝑥𝑥 – – 0 +
2 + 𝑥𝑥 – 0 + +
3𝑥𝑥 + – 0 +
2 + 𝑥𝑥

𝑆𝑆ℝ = −∞; −2 ∪ 0; +∞ .
bW/ /bW@
d) −2 ≤ ⇔ ≥0
bX@ bX@

𝑥𝑥 @
−∞ −/ 1 +∞
3𝑥𝑥+1 0 + +
𝑥𝑥 − 1 – – 0 +
3𝑥𝑥 + 1 + 0 – +
𝑥𝑥 − 1
@
𝑆𝑆ℝ = −∞; − ∪ 1; +∞ .
/

) bW@ @Xb
e) ≥ ⇔ ≥0
bX) bX) bX)

𝑥𝑥 −∞ 1 2 +∞
1 − 𝑥𝑥 + 0 – –
𝑥𝑥 − 2 – – 0 +
1 − 𝑥𝑥 – 0 – –
𝑥𝑥 − 2

𝑆𝑆ℝ = 1 ; 2 .

c) Inéquations dont les membres comportent des valeurs absolues


Exercices de fixation
IV. a) 𝑥𝑥 ≤ 1 ⟺ −1 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 1
𝑆𝑆ℝ = −1; 1 .
b) 𝑥𝑥 − 3 ≤ 2 ⟺ −2 ≤ 𝑥𝑥 − 3 ≤ 2
−2 + 3 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 2 + 3
1 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 5
𝑆𝑆ℝ = 1; 5 .

78 Livre du professeur Maths 2nde C


c) 𝑥𝑥 + 3 < 9 ⟺ −9 < 𝑥𝑥 + 3 < 9
−9 − 3 < 𝑥𝑥 < −3 + 9
−12 < 𝑥𝑥 < 6
𝑆𝑆ℝ = −12; 6 .
d) 2𝑥𝑥 ≤ −1
–1 < 0 et ∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 2𝑥𝑥 ≥ 0
Donc 𝑆𝑆ℝ = ∅.

V. a) 3𝑥𝑥 − 5 < 𝑥𝑥 − 7 ⟺ 3𝑥𝑥 − 5 ) < 𝑥𝑥 − 7 )


⟺ 3𝑥𝑥 − 5 ) − 𝑥𝑥 − 7 ) ≤ 0
3𝑥𝑥 − 5 − 𝑥𝑥 + 7 3𝑥𝑥 − 5 + 𝑥𝑥 − 7 ≤ 0
2𝑥𝑥 + 2 4𝑥𝑥 − 12 ≤ 0
8 𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 − 3 ≤ 0

𝑥𝑥 −∞ –1 3 +∞
8 𝑥𝑥 + 1 – 0 + +
𝑥𝑥 − 3 – – 0 +
8 𝑥𝑥 + 1 𝑥𝑥 − 3 + 0 – 0 +

𝑆𝑆ℝ = −1; 3 .
b) 𝑥𝑥 ) − 5𝑥𝑥 + 13 > 6𝑥𝑥 − 15 ⟺ 𝑥𝑥 ) − 5𝑥𝑥 + 13 ) − 6𝑥𝑥 − 15 ) > 0
⟺ 𝑥𝑥 ) − 11𝑥𝑥 + 28 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 − 2 > 0
𝑥𝑥 − 7 𝑥𝑥 − 4 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 1 > 0
Posons 𝐻𝐻 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 7 𝑥𝑥 − 4 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 1 .
Après le tableau de signe de 𝐻𝐻 𝑥𝑥 ,
On donne : 𝑆𝑆ℝ = −∞; −2 ∪ 1; 4 ∪ 7; +∞ .

EXERCICES DE RENFORCEMENT / APPROFONDISSEMENT

1. a) 9𝑥𝑥 ) − 4 − 6𝑥𝑥 + 4 𝑥𝑥 − 5 = 0
3𝑥𝑥 − 2 3𝑥𝑥 + 2 − 2 3𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 5 = 0
3𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 + 8 = 0
)
𝑆𝑆ℝ = − ; −8
/
/
b) 𝐸𝐸◊ = ℝ\ − ; 3
)
Ab c WbW) /b c XbX)
=
)bW/ bX/
𝑥𝑥 − 3 6𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 + 2 = 2𝑥𝑥 + 3 3𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 − 2
6𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 + 2𝑥𝑥 − 18𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 6 = 6𝑥𝑥 / − 2𝑥𝑥 ) − 4𝑥𝑥 + 9𝑥𝑥 ) − 3𝑥𝑥 − 6
/ )

−16𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 = 7𝑥𝑥 ) − 4𝑥𝑥


−23𝑥𝑥 ) − 6𝑥𝑥 = 0
−𝑥𝑥 23𝑥𝑥 + 6 = 0
A A
𝑥𝑥 = 0 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑥𝑥 = − . 𝑆𝑆ℝ = 0; − .
)/ )/
c) 𝐸𝐸◊ = ℝ\ −1; 2
bX@ bW) bX@ bW)
− + =0
bW@ bX) bW@ bX)
b c X/bW)Xb c X/bX) )b c W=
=0
bW@ bX) bW@ bX)
XAb )b c W=
=0
bW@ bX) bW@ bX)
𝑥𝑥 = 0 𝑜𝑜𝑜𝑜 2𝑥𝑥 ) + 4 = 0 (𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖)
𝑆𝑆ℝ = 0 .

Livre du professeur Maths 2nde C 79


d) 𝐸𝐸◊ = ℝ\ 0; 1
@ bX@
≥ = 3 ⇔ =3
@X ≥
X@
≥ÿ
Ÿ
𝑥𝑥 − 1 = −3; 𝑥𝑥 = −2 𝑆𝑆 = −2 .

2. a) 𝐸𝐸◊ = ℝ\ −2; 0
/ @
=− ≤0
bW) /b
UbXbX)
≤0
/b bW)
) =bX@
≤ 0.
/b bW)
𝑥𝑥 @
−∞ –2 0 =
+∞
2 4𝑥𝑥 − 1 – – – 0 +
3𝑥𝑥 – – 0 + +
𝑥𝑥 + 2 – 0 + + +
2 4𝑥𝑥 − 1 – + – 0 +
3𝑥𝑥 𝑥𝑥 + 2

@
𝑆𝑆ℝ = −∞; −2 ∪ 0;
=
b) 𝐸𝐸◊ = ℝ\ 2
)bX@ /
− >0
)Xb =X)b
) )bW@ )Xb X/ )Xb
>0
)Xb =X)b
)Xb =bX@ =bX@
>0⇔ >0.
)Xb =X)b =X)b

𝑥𝑥 @
−∞ =
2 +∞
4𝑥𝑥 − 1 – 0 + +
4 − 2𝑥𝑥 – – 0 +
4𝑥𝑥 − 1 + 0 – +
4 − 2𝑥𝑥

@
𝑆𝑆ℝ = −∞; ∪ 2; +∞ .
=
c) 𝐸𝐸◊ = ℝ
bW@ c @
− ≤0
)b c W@ )
) b c W)bW@ X)b c X@
≤0
) )b c W@
=bW@
≤0
) )b c W@
∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, 2 2𝑥𝑥 ) + 1 > 0.

𝑥𝑥 @
−∞ −= +∞
4𝑥𝑥 + 1 – 0 +

@
𝑆𝑆ℝ = −∞; − .
=

/ / / ) / )O U U
3. 1. On a : 2× − − − 3 = 2× − −
) ) ) V = )
)O U @V /
= − − = 0 donc est solution de 𝐸𝐸 .
= = = )

80 Livre du professeur Maths 2nde C


/
2. 2𝑥𝑥 / − 𝑥𝑥 ) − 𝑥𝑥 − 3 = 𝑥𝑥 − 2𝑥𝑥 ) + 2𝑥𝑥 + 2
)
/
= 2 𝑥𝑥 − 𝑥𝑥 ) + 𝑥𝑥 + 1 .
)
/ )
𝐸𝐸 ⟺ 𝑥𝑥 − = 0 ou 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 + 1 = 0
)
/ @ ) /
𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + + = 0
) ) =
/ @ ) /
𝑆𝑆ℝ = . 𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 𝑥𝑥 + ≥ 0 𝑒𝑒𝑒𝑒 > 0.
) ) =

)
4. 1. On a : 2 5 − 9 5 − 5 = 50 − 45 − 5 = 0 ; donc 5 est solution de l’équation
2𝑥𝑥 ) − 9𝑥𝑥 − 5 = 0.
2. 𝐸𝐸 ⟺ 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 2 2𝑥𝑥 ) − 9𝑥𝑥 − 5 = 0
⟺ 𝑥𝑥 𝑥𝑥 − 2 𝑥𝑥 − 5 2𝑥𝑥 + 1 = 0
@
𝑆𝑆 ç = − ; 0; 2; 5 .
)
3. 𝐸𝐸◊ = ℝ\ −2; 2
b bX) bXB )W@ b bXB )bW@
𝐼𝐼 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ 𝐸𝐸◊ , ≤ 0 ⟺ 𝑥𝑥 ∈ 𝐸𝐸◊ , ≤ 0.
bX) bW) bW)

𝑥𝑥 @
−∞ –2 –) 0 2 5 +∞
𝑥𝑥 – – – 0 + + +
𝑥𝑥 − 2 + + + + 0 + +
𝑥𝑥 − 5 – – – – – 0 +
2𝑥𝑥 + 1 – – 0 + + + +
𝑥𝑥 + 2 – 0 + + + + +
𝐻𝐻 𝑥𝑥 + – 0 + 0 – – 0 +

@
D’où 𝑆𝑆 = −2; − ∪ 0; 2 ∪ 2; 5 .
)

5. Soit 𝑥𝑥 le nombre d’années cherché. On a :


15 + 𝑥𝑥 = 2 𝑥𝑥 + 5 d’où 15 + 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 + 10. Donc 𝑥𝑥 = 5 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎.

⁄ ⁄W)
6. 1. On a : 45000 1 + = 4860
@aa @aa
100 + 𝑡𝑡 𝑡𝑡 + 2 = 1080
𝑡𝑡 ) + 102𝑡𝑡 − 880 = 0
2. 𝑃𝑃 𝑡𝑡 = 𝑡𝑡 ) + 102𝑡𝑡 − 880
= 𝑡𝑡 + 51 ) − 51 ) − 880
𝑃𝑃 𝑡𝑡 = 𝑡𝑡 + 51 ) − 3481.
3. 𝑡𝑡 ) + 102𝑡𝑡 − 880 = 0
𝑡𝑡 + 51 ) − 3481
𝑡𝑡 + 51 ) − 59) = 0
𝑡𝑡 − 8 𝑡𝑡 + 110 = 0
𝑡𝑡 = 8 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑡𝑡 = −110.
Comme t > 0, alors t = 8.

7. On a : Prix de revient = Frais de fabrication + frais de location


300𝑥𝑥 + 100000 < 750𝑥𝑥
450𝑥𝑥 > 100000
𝑥𝑥 > 222,222.
Ainsi, le nombre minimum de manuels à imprimer pour que le prix de revient d’un
manuel soit inférieur à 750 F est : 223.

Livre du professeur Maths 2nde C 81


SITUATIONS D’ÉVALUATION
@B ) @ / ) @
1) 1. On a : + + = + +
@aa B = )a B =
/ V B
= + +
)a )a )a
@A
= .
)a
2. Soit 𝑥𝑥 le nombre total de point du devoir.
@B ) @
Méthode 1 : 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 + 𝑥𝑥 + 6 = 𝑥𝑥
@aa B =
15 𝑥𝑥 + 40𝑥𝑥 + 25𝑥𝑥 + 600 = 100𝑥𝑥
20𝑥𝑥 = 600
𝑥𝑥 = 30.
Le devoir est noté sur 30.
@A A
Méthode 2 : + = 1 avec 𝑥𝑥 > 0.
)a b
16 𝑥𝑥 + 120 = 20𝑥𝑥
𝑥𝑥 = 30. Le devoir est noté sur 30.

2) 1. Soit 𝑥𝑥 le montant total de l’épargne à partager.


@ )
1. Part de l’ainé : 𝑥𝑥 − 270000 et reste : 𝑥𝑥 + 270000
/ /
) =
2. Part du deuxième : 𝑥𝑥 − 180000 et reste : 𝑥𝑥 + 450000
U U
= V
3. Part du troisième : 𝑥𝑥 − 120000 et reste : 𝑥𝑥 + 570000
)O )B
V @A
4. Part du cadet : 𝑥𝑥 − 80000 et reste : 𝑥𝑥 + 650000
V@ V@
@A
5. Part de la mère : 𝑥𝑥 + 650000.
V@
V
On a : 𝑥𝑥 − 80000 ≥ 2000000
V@
𝑥𝑥 ≥ 21060000.
Le montant minimum de l’épargne du, père afin que le cadet des enfants
puisse avoir au moins 2000000 Frs est : 21060000 F CFA.
2. Pour une épargne de 20160000 F CFA, on aura :
@
6. Ainé : ×21060000 − 27000 = 6750000
/
)
7. Deuxième fils : 21060000 − 180000 = 4500000 𝐹𝐹 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
U
=
8. Troisième fils : 21060000 − 120000 = 3000000 𝐹𝐹 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶
)O
@A
9. Cade des fils : 2000000 et la mère : 21060000 + 650000 = 4810000 𝐹𝐹 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶.
V@

82 Livre du professeur Maths 2nde C


12 HOMOTHÉTIES
Leçon 12 : HOMOTHÉTIES

RÉSUMÉ DE COURS – EXERCICES DE FIXATION


I. DÉFINITION ET PREMIÈRES PROPRIÉTÉS
1. Définition
Exercices de fixation
1) On appelle homothétie de centre O et de rapport k, l’application du plan dans lui-
même qui, à tout point M du plan, associe le point M’ du plan tel que : 𝑂𝑂𝑂𝑂′ = 𝑘𝑘𝑂𝑂𝑂𝑂.

2) a) U est l’image de T par l’homothétie de centre E et de rapport – 2.


&
b) R est l’image de M par l’homothétie de centre P et de rapport .
'
c) B est l’image de A par l’homothétie de centre Ω et de rapport 5..

3) Placer l’image.

+
4) 𝑂𝑂𝑂𝑂′ = 𝑂𝑂𝑂𝑂
'

2. Conséquence de la définition
Exercice de fixation
1. 1. B est l’image de A par une homothétie de centre C car A, B et C sont
alignés.
2. B n’est pas l’image de A par une homothétie de centre C car A, B et
C ne sont pas alignés.
3. B est l’image de A par une homothétie de centre C car A, B et C sont
alignés.

3. Point invariant
Exercice de fixation
1. 1 →Faux ; 2 → 𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉 ; 3 → 𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉.

4. Propriété fondamentale
Exercices de fixation
1. Si P et Q sont des points distincts d’images respectives R et S par une homothétie de
rapport l, alors 𝑅𝑅𝑅𝑅 = 𝑙𝑙𝑃𝑃𝑃𝑃.

2. 1 → 𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹 ; 2 → 𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹 ; 3 → 𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹𝐹 ; 4 → 𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉𝑉.

3. 𝐴𝐴′𝑅𝑅 = 𝑘𝑘𝐴𝐴𝐴𝐴
𝑅𝑅 ∈ 𝑂𝑂𝑂𝑂 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝐴𝐴B 𝑅𝑅 // 𝐴𝐴𝐴𝐴 .

4. 𝑆𝑆𝑆𝑆 = 2𝐾𝐾𝐾𝐾.

5. 𝑀𝑀𝑀𝑀 = k𝐴𝐴𝐴𝐴 ⟹ 𝑀𝑀𝑀𝑀 // 𝐴𝐴𝐴𝐴


𝑁𝑁𝑁𝑁 = k𝐵𝐵𝐵𝐵 ⟹ 𝑁𝑁𝑁𝑁 // 𝐵𝐵𝐵𝐵 .

Livre du professeur Maths 2nde C 83


II. IMAGES DE FIGURES SIMPLES
1) Image d’une droite d’une demi-droite
2) Images d’un segment
3) Image d’un cercle
Exercices de fixation
1) Construction.

2) Construction

3) Construction

4) 1. Le périmètre du quadrilatère orange est : 𝑃𝑃B = 3𝑃𝑃 = 24 𝑐𝑐𝑐𝑐.


2. L’aire du rectangle orange est : 𝐴𝐴B = 9𝐴𝐴 = 72 𝑐𝑐𝑐𝑐+ .

5)
1
F
2
1. Le rayon de 𝐶𝐶′ est –1 F

1 V

2. 𝐶𝐶 et 𝐶𝐶′ sont tangentes. F

3. Le centre de 𝐶𝐶′ est distinct de O F

4. 𝐶𝐶 et 𝐶𝐶′ sont confondus. V

6) a) C’est le cercle de centre O et de rayon 3𝑟𝑟.


N
b) C’est le cercle de centre ℎ 𝑂𝑂 et de rayon 𝑟𝑟.
+

III. PROPRIETES DE CONSERVATION


1. Conservation de l’alignement
2. Conservation du milieu d’un segment
3. Conservation du parallélisme
4. Conservation de l’orthogonalité
5. Conservation de la mesure des angles orientés
Exercices de fixation
1) 1-V ; 2-F ; 3(F ; V ; F) 4-V ; 5-F ; 6(F ;F ;V)

2) 1.
Point R A M I P
Image par h. L E B O T

2. 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐿𝐿𝐿𝐿, 𝐿𝐿𝐿𝐿 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝑅𝑅𝑅𝑅, 𝑅𝑅𝑅𝑅 = 83°.


𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝑂𝑂𝑂𝑂, 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 𝐼𝐼𝐼𝐼, 𝐼𝐼𝐼𝐼 = −52° .

IV. CARACTERISTIQUES D’UNE HOMOTHETIE


1) Homothétie caractérisée par son centre, un point et son image
2) Homothétie caractérisée par son rapport, un point et son image

84 Livre du professeur Maths 2nde C


3) Homothétie caractérisée par deux points distincts et leurs images
Exercice de fixation
1. Les points A, C et A’ sont alignés, donc il existe une homothétie h de centre C telle
que ℎ 𝐴𝐴 = 𝐴𝐴′.
De même, ℎ 𝐷𝐷 = 𝐷𝐷′ et ℎ 𝐵𝐵 = 𝐵𝐵′.
Conclusion : Il existe une homothétie de centre C qui transforme le parallélogramme
ABCD en le parallélogramme A’B’CD’.
XYB N
Son rapport est : 𝑘𝑘 = = .
XY '

EXERCICES DE RENFORCEMENT – APPROFONDISSEMENT

1) 1-F ; 2-V ; 3-F ; 4-V ; 5-V ; 6-V ; 7-F


2. 1-F ; 2-V ; 3-F ; 4-V ;

3. Construction

4. a) 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴.
Donc 𝑘𝑘 = 2.
b) 4𝐶𝐶𝐶𝐶 + 3𝐴𝐴𝐴𝐴 = 0
'
𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴.
&
'
Donc : 𝑘𝑘 = .
&

5. Soit h cette homothétie.


ℎ 𝐹𝐹 = 𝐶𝐶 et ℎ 𝐵𝐵 = 𝐴𝐴.

6. Soit ℎ = ℎ \,+
D’une part B, O et D sont alignés.
D’autre part, ℎ 𝐵𝐵 = 𝐵𝐵B , ℎ 𝑂𝑂 = 𝐶𝐶, 𝑒𝑒𝑒𝑒 ℎ 𝐷𝐷 = 𝐷𝐷′.
Donc B’, C et D’ sont alignés.
N N
7. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴
' '
donc ℎ 𝐵𝐵 = 𝑀𝑀 𝑒𝑒𝑒𝑒 ℎ 𝐶𝐶 = 𝑁𝑁 où ℎ = ℎ \,
] .
^
Comme I est le milieu de [BC] et J le milieu [MN], on a : ℎ 𝐼𝐼 = 𝐽𝐽.
Par conséquent A, I et J sont alignés.

8. Soit ℎ = ℎ \,
] . On a : 𝑀𝑀B = ℎ 𝑀𝑀 .
`
Lorsque M décrit 𝐶𝐶 , M’ décrit ℎ 𝐶𝐶 qui est le cercle de diamètre [AO].

9. 1. ℎ 𝐴𝐴 = 𝐷𝐷, ℎ 𝐵𝐵 = 𝐶𝐶, I milieu de [DC] et J = milieu [AB].


Donc ℎ 𝐽𝐽 = 𝐼𝐼 et donc O, I et J sont alignés.
2. ℎ′ 𝐶𝐶 = 𝐴𝐴, ℎ′ 𝐷𝐷 = 𝐵𝐵, I milieu de [DC] et J = milieu [AB].
Donc ℎ′ 𝐼𝐼 = 𝐽𝐽 et donc 𝑂𝑂′ ∈ 𝐼𝐼𝐼𝐼 .
Or 𝑂𝑂 ∈ 𝐼𝐼𝐼𝐼 , donc 𝑂𝑂′ ∈ 𝑂𝑂𝑂𝑂 .
aB\B bB
10. Soit k le rapport de h, on a : 𝑘𝑘 = = .
b b
Si 𝑟𝑟 = 1,5, alors 𝑟𝑟 B = 1,5 𝑘𝑘.

11. Construction
Livre du professeur Maths 2nde C 85
12. (ou n° 8) suite)
1. ℎ 𝐼𝐼 = ℝ


A A
J S

2.
∗ ℎ 𝐼𝐼𝐼𝐼 = 𝑅𝑅𝑅𝑅
∗ 𝑂𝑂 ∈ 𝐼𝐼𝐼𝐼 ⟹ ℎ 𝑂𝑂 = 𝑁𝑁
∗ 𝑁𝑁 ∈ 𝑅𝑅𝑅𝑅
∗ 𝐴𝐴, 𝑂𝑂, 𝑁𝑁 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎é𝑠𝑠
3. Soit k le rapport de ℎ
\h
𝑘𝑘 = = 2 car AINJ est un rectangle de centre O.
\a
4. ℎ 𝐼𝐼 = 𝑅𝑅 ⟹ 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 ⟹ 𝐼𝐼 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚[𝑅𝑅𝑅𝑅]
ℎ 𝐽𝐽 = 𝑆𝑆 ⟹ 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 2𝐴𝐴𝐴𝐴 ⟹ 𝐽𝐽 = 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚[𝑆𝑆𝑆𝑆].

SITUATION D’ÉVALUATION

1) Construction

86 Livre du professeur Maths 2nde C


13 Leçon 13 : ÉTUDE DE FONCTIONS DE REFERENCE
ÉTUDE DE FONCTIONS DE RÉFÉRENCE
RÉSUMÉ DE COURS – EXERCICES DE FIXATION
I. FONCTION AFFINE PAR INTERVALLES
Définition
Exercices de fixation
1.

Affirmations Vrai Faux


La fonction 𝑓𝑓 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑔𝑔 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction ℎ est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑖𝑖 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑗𝑗 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑘𝑘 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑙𝑙 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑚𝑚 est une fonction affine par intervalles. X
La fonction 𝑛𝑛 est une fonction affine par intervalles. X

2. Signe de 3𝑥𝑥 − 4.

&
𝑥𝑥 −∞ +∞
'
3𝑥𝑥 − 4 – 0 +

&
Pour 𝑥𝑥 ∈ −∞; , 3𝑥𝑥 − 4 ≤ 0.
'
&
Pour 𝑥𝑥 ∈ ; +∞ , 3𝑥𝑥 − 4 > 0.
'
&
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −3𝑥𝑥 + 4, 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑥𝑥 ∈ −∞;
'
Donc &
.
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 3𝑥𝑥 − 4, 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑥𝑥 ∈ ; +∞
'
D’où 𝑔𝑔 est une fonction affine par intervalles.

3. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 + 5

𝑥𝑥 −∞ 5 +∞
−𝑥𝑥 + 5 + 0 –
−𝑥𝑥 + 5 −𝑥𝑥 + 5 𝑥𝑥 − 5

Pour 𝑥𝑥 ∈ −∞; 5 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 + 5 ;.


Pour 𝑥𝑥 ∈ 5; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 5.
Donc 𝑓𝑓 est une fonction affine par intervalles.

II. FONCTION PARTIE ENTIÈRE


Définition
Exercice de fixation
1) 20 ≤ 20,19 < 21, donc 𝐸𝐸 20,19 = 20.
−4 ≤ −3,6 < −3, donc 𝐸𝐸 −3,6 = −4.
−1 ≤ −1 < 0, donc 𝐸𝐸 −1 = −1.
Livre du professeur Maths 2nde C 87
III. ÉTUDE DE QUELQUES FONCTIONS DE RÉFÉRENCE
Exercice de fixation
1) 1 → 𝑑𝑑 ; 2 → 𝑐𝑐 ; 3 → 𝑒𝑒 ; 4 → 𝑏𝑏 ; 5 → 𝑎𝑎.

2) Représentation graphique.

3) Construction

4) Courbe.

Dg = ℝ ;

5) a) 𝑓𝑓 est croissante sur ℝ.


b) 𝑔𝑔 est constante sur ℝ.
&wxy
c) ℎ 𝑥𝑥 =
'
& x
ℎ 𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥
' '
ℎ est décroissante sur ℝ.
yzN
d) 𝑘𝑘 𝑥𝑥 =
w+
wN N
= 𝑥𝑥 − .
+ +
𝑘𝑘 est décroissante sur ℝ.

88 Livre du professeur Maths 2nde C


6) 1. Sens de variation de 𝑓𝑓.
Soient 𝑎𝑎 et 𝑏𝑏 deux réels tels que : 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏.
Si 𝑎𝑎 ∈ −∞; 0 et 𝑏𝑏 ∈ −∞; 0 alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎+ > 𝑏𝑏 + ;
donc 𝑓𝑓 est strictement décroissante sur −∞; 0 .
Si 𝑎𝑎 ∈ 0; +∞ et 𝑏𝑏 ∈ 0; +∞ alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎+ < 𝑏𝑏 + ;
donc 𝑓𝑓 est strictement croissante sur. 0; +∞ .
2. Tableau de variation :

𝑥𝑥 −∞ 0 +∞

𝑓𝑓 𝑥𝑥
0

3. Voir construction (papier millimétré annexe 3).

-2 -1 0 1 2 x

-1
7) 1. 𝑎𝑎 et 𝑏𝑏 sont deux réels tels que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏.
Comparons 𝑎𝑎' et 𝑏𝑏 ' .
𝑎𝑎' − 𝑏𝑏 ' = 𝑎𝑎 − 𝑏𝑏 𝑎𝑎+ + 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 + .
{ + { +
Or 𝑎𝑎+ + 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 + = 𝑎𝑎 + − + 𝑏𝑏 +
+ +
{ + {`
= 𝑎𝑎 + − + 𝑏𝑏 +
+ &
{ + { ` w&{ `
= 𝑎𝑎 + −
+ &
{ + '{ `
= 𝑎𝑎 + + ;
+ &
Donc 𝑎𝑎 + 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 > 0 d’où le signe de 𝑎𝑎' − 𝑏𝑏 ' est celui de 𝑎𝑎 − 𝑏𝑏.
+ +

Par conséquent, 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎' < 𝑏𝑏 ' .


Alors, 𝑓𝑓 est strictement croissante sur ℝ.
2. Tableau de variation.

𝑥𝑥 −∞ +∞

𝑓𝑓 𝑥𝑥

Livre du professeur Maths 2nde C 89


3. Voir construction (papier millimétré annexe 3).

y
4

-2 -1 0 1 2 x
-1

-2

-3

EXERCICES DE RENFORCEMENT – APPROFONDISSEMENT


N
1) 1. 𝐸𝐸 −4,1 = −5 𝐸𝐸 2 =1 𝐸𝐸 − = −1
'
𝐸𝐸 0,7 = 0 𝐸𝐸 𝜋𝜋 = 3
2. Les antécédents de – 6 sont les réels 𝑥𝑥 tels que 𝑥𝑥 ∈ −6; −5
Les antécédents de 0 sont les réels 𝑥𝑥 tels que 𝑥𝑥 ∈ 0; 1
Les antécédents de 2 sont les réels 𝑥𝑥 tels que 𝑥𝑥 ∈ 2; 3 .
3. 𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝐸𝐸 𝑥𝑥 = 3
𝑥𝑥 ∈ 3; 4 .
𝑆𝑆ℝ = 3; 4 .

2) 1.
'
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 3𝑥𝑥 + 3, 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ −∞; −
+
'
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −𝑥𝑥 − 3, 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ − ; +∞
+
'
𝑓𝑓 est croissante sur 𝑥𝑥 ∈ −∞; −
+
'
𝑓𝑓 est décroissante sur ∈ − ; +∞ .
+

w'
𝑥𝑥 −∞ +
+∞
w'
𝑓𝑓 𝑥𝑥 +

𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 3 − 𝑥𝑥, 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ −∞; 1



𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 1 + 𝑥𝑥, 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ 1; +∞
𝑔𝑔 est décroissante sur 𝑥𝑥 ∈ −∞; 1
𝑔𝑔 est croissante sur ∈ 1; +∞ .

𝑥𝑥 −∞ 1 +∞

𝑔𝑔 𝑥𝑥
2

90 Livre du professeur Maths 2nde C


La fonction ℎ est strictement croissante sur ℝ
∀𝑥𝑥 ∈ ℝ, ∀𝑛𝑛 ∈ ℝ, 𝑥𝑥 ∈ 𝑛𝑛; 𝑛𝑛 + 1 , ℎ 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 𝑛𝑛.
2. Voir courbe représentative
y
1

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4x

-1

-2

-3

-4 (Cf)

-5

-6

-7

y
2

1 (Cg)

-3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6x

-1

-2

-3

1 (Ch

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 x

-1

-2

-3

-4

-5

-6

-7

3) 1. a) 𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑥𝑥 + 2 < 2𝑥𝑥 + 3
𝑥𝑥 − 2𝑥𝑥 < 3 − 2
𝑥𝑥 > −1.
𝑆𝑆ℝ = 1−; +∞ .
𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ −∞; −1 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 2𝑥𝑥 + 3
b) .
𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑥𝑥 ∈ −1; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + 2
Livre du professeur Maths 2nde C 91
2. Tracé (voir papier millimétré annexe 4).

4) 1. a) 𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 𝑔𝑔 𝑥𝑥 ; 𝑆𝑆ℝ = 0 .
b) 𝑥𝑥 ∈ ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 < 𝑔𝑔 𝑥𝑥 ; 𝑆𝑆ℝ = −∞; 0 .
2. a) Voir figure.
b) Sens de variation de ℎ et tableau de variations.
Tableau de variation de h.
𝑥𝑥 −∞ 0 +∞

ℎ 𝑥𝑥 1

ℎ est croissante sur −∞; 0


ℎ est croissante sur 0; +∞ .

5) 1. Tracé

2. 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 𝑎𝑎𝑎𝑎 + 𝑏𝑏
𝑔𝑔 −4 = 5 ⟺ −4𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 5
𝑔𝑔 −2 = 1 ⟺ −2𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 1
−4𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 5
⟹ 𝑎𝑎 = −2 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑏𝑏 = −3
−2𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 1
𝑔𝑔 −2 = 1 ⟺ −2𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 1
𝑔𝑔 1 = 3 ⟺ 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 3.

−2𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 1 + 
⟹ 𝑎𝑎 = ; 𝑏𝑏 =
𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 3 ' '

1 = 3 ⟺ 𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 3

92 Livre du professeur Maths 2nde C


𝑔𝑔 5 = −2 ⟺ 5𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = −2.
𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = 3 x N
⟹ 𝑎𝑎 = − ; 𝑏𝑏 =
5𝑎𝑎 + 𝑏𝑏 = −2 & &
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −2𝑥𝑥 − 3, 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑥𝑥 ∈ −4; −2
+ 
𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = ' 𝑥𝑥 + ' , 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑥𝑥 ∈ −2; 1
wx N
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 + , 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑥𝑥 ∈ 1; 5
& &

6) 1. 𝐷𝐷Ä = ℝ.
2. Étude de variation
Soient 𝑎𝑎 et 𝑏𝑏 deux réels tels que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏.
N N
Si 𝑎𝑎 ∈ −∞; 0 et 𝑏𝑏 ∈ −∞; 0 , alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 donc 𝑓𝑓
' '
est croissante sur −∞; 0 .
N N
Si 𝑎𝑎 ∈ 0; +∞ et 𝑏𝑏 ∈ 0; +∞ , alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏, donc 𝑓𝑓
' '
est croissante sur 0; +∞ .

𝑥𝑥 −∞ 0 +∞

𝑓𝑓 𝑥𝑥 0

4. Voir papier millimétré (annexe 5).

1 (Cf)

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 x
-1

-2

7) 1. Ensemble de définition :
𝐷𝐷Ä = −∞; 0 ∪ 0; 2 ∪ 2; +∞
𝐷𝐷Ä = ℝ.
2. 𝑓𝑓 3 = 3 − 5
𝑓𝑓 3 = −2
𝑓𝑓 −5 = − −5 − 5
𝑓𝑓 −5 = 0
𝑓𝑓 0 = −0 − 5
𝑓𝑓 0 = −5.
3. Résolvons dans ℝ, 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0
Pour 𝑥𝑥 ∈ −∞; 0 , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟺ −𝑥𝑥 − 5 = 0 ⟹ 𝑥𝑥 = −5.
Pour 𝑥𝑥 ∈ 0; 2 , pas de solution.
Pour 𝑥𝑥 ∈ 2; +∞ , 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟺ 𝑥𝑥 − 5 = 0 ⟹ 𝑥𝑥 = 5.

Livre du professeur Maths 2nde C 93


4. Voir papier millimétré (annexe 6).

8) 1. Image de chacun des nombres réels :


𝑓𝑓 −5 = 3 −5 + 8
𝑓𝑓 −5 = −7.
Ç NÑ
𝑓𝑓 0 = − ×0 +
 

𝑓𝑓 0 = .


𝑓𝑓 3 = −1
𝑓𝑓 7 = 2,5×7 − 12.
𝑓𝑓 7 = 5,5.
2. a) Sens de variation de 𝑓𝑓 ;
Pour 𝑥𝑥 ∈ −6; −4 , f est croissante.
Pour 𝑥𝑥 ∈ −4; 3 , f est décroissante.
Pour 𝑥𝑥 ∈ 3; 4 , f est constante.
Pour 𝑥𝑥 ∈ 4; 8 , f est croissante.

𝑥𝑥 –6 –4 3 4 8
–4 8
𝑓𝑓 𝑥𝑥
–10 –1 –1

b) Voir papier millimétré (annexe 7).

94 Livre du professeur Maths 2nde C


3. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −3 ⟹ 𝑆𝑆 = ∅.
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −1 ⟹ 𝑆𝑆 = 3; 4 ∪ 4,4 .
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0 ⟹ 𝑆𝑆 = 1,25; 4,8 .
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 6 ⟹ 𝑆𝑆 = 7,2 .
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 7 ⟹ 𝑆𝑆 = 7,6 .

9) 1. 𝐷𝐷Ä = ℝ ; 𝐷𝐷Ü = 0; +∞ ; 𝐷𝐷á = ℝ∗ = ℝ\ 0 = −∞; 0 ∪ 0; +∞


𝐷𝐷â = ℝ.
2. Étude de variations.
a) 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = −2𝑥𝑥 + + 3.
La fonction carrée est strictement croissante sur 0; +∞ et strictement décroissante
sur −∞; 0 .
Soient 𝑎𝑎 et 𝑏𝑏 deux réels tels que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 :
I. Si a∈ −∞; 0 et 𝑏𝑏 ∈ −∞; 0 , alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎+ > 𝑏𝑏 + ;
⟹ 2𝑎𝑎+ > 2𝑏𝑏 +
⟹ −2𝑎𝑎+ < −2𝑏𝑏 +
⟹ −2𝑎𝑎+ + 3 < −2𝑏𝑏 + + 3.
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑓𝑓 𝑎𝑎 < 𝑓𝑓 𝑏𝑏 .
Donc 𝑓𝑓 est strictement croissante sur −∞; 0 .
II. Si a∈ 0; +∞ et 𝑏𝑏 ∈ 0; +∞ , alors 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎+ < 𝑏𝑏 + ;
⟹ 2𝑎𝑎+ < 2𝑏𝑏 +
⟹ −2𝑎𝑎+ > −2𝑏𝑏 +
⟹ −2𝑎𝑎+ + 3 > −2𝑏𝑏 + + 3.
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑓𝑓 𝑎𝑎 > 𝑓𝑓 𝑏𝑏 .
Donc 𝑓𝑓 est strictement décroissante sur 0; +∞ .

𝑥𝑥 −∞ 0 +∞
3
𝑓𝑓 𝑥𝑥

(Cf)
1

-3 -2 -1 0 1 2 x
-1

-2

b) 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = −4 𝑥𝑥 − 2
La fonction racine carrée est strictement croissante sur 0; +∞ .
𝑎𝑎 et 𝑏𝑏 deux réels tels que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 et 𝑎𝑎 ≥ 0 et 𝑏𝑏 ≥ 0.
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏
⟹ −4 𝑎𝑎 > −4 𝑏𝑏
⟹ −4 𝑎𝑎 − 2 > −4 𝑏𝑏 − 2
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ 𝑔𝑔 𝑎𝑎 > 𝑔𝑔 𝑏𝑏 .

Livre du professeur Maths 2nde C 95


Donc 𝑔𝑔 est strictement décroissante sur 0; +∞ .

𝑥𝑥 0 +∞
–2
𝑓𝑓 𝑥𝑥

1
y

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4x

-1

-2

-3

-4

-5
(Cg)
-6

-7

-8

-9

+
c) ℎ 𝑥𝑥 = − 4
y
La fonction inverse est décroissante sur −∞; 0 et sur −∞; 0 .
Soit 𝑎𝑎 ∈ −∞; 0 et 𝑏𝑏 ∈ −∞; 0 tel que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏,
N N
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ >
ã {
+ +
⟹ >
ã {
+ +
⟹ −4> −4
ã {
⟹ ℎ 𝑎𝑎 > ℎ 𝑏𝑏 .
Donc ℎ est strictement décroissante sur −∞; 0
𝑎𝑎 ∈ −∞; 0 et 𝑏𝑏 ∈ −∞; 0 tel que 𝑎𝑎 < 𝑏𝑏
+ +
𝑎𝑎 < 𝑏𝑏 ⟹ >
ã {
+ +
⟹ −4> −4
ã {
⟹ ℎ 𝑎𝑎 > ℎ 𝑏𝑏 , donc ℎ est strictement décroissante sur
0; +∞ .

𝑥𝑥 −∞ 0 +∞

𝑐𝑐 𝑥𝑥

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 x
-1

-2 (Ch)

-3

-4

-5

-6

-7

-8

-9

96 Livre du professeur Maths 2nde C


N
d) 𝑘𝑘 𝑥𝑥 = − 𝑥𝑥 +
&
On justifie de même que 𝑘𝑘 est croissante sur −∞ ; 0 et décroissance sur 0 ; +∞ .

𝑥𝑥 −∞ 0 +∞
0
𝑘𝑘 𝑥𝑥

y
1

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 x
-1

-2 (Ck

-3

-4

-5

-6

10.
y

3
(Cg)
2 (Cf)

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 x
-1

-2

]
−1
(Cf) et (Cg) se coupe en deux points 𝐴𝐴 `
] et 𝐵𝐵
`
2
N N
donc 𝑆𝑆ℝ×ℝ = ; ; −1 ; 2
+ +

11.
'
Soit f la fonction définie sur 0 ; +∞ , par : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = et g la fonction définie sur ℝ par : 𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 𝑥𝑥 − 2
y

(Cf) et (Cg) se coupe en deux points 𝐴𝐴 3 ; 1 et 𝐵𝐵 −1 ; −3

donc 𝑆𝑆ℝ×ℝ = 3 ; 1 ; −1 ; −3

Livre du professeur Maths 2nde C 97


y
4

(Cf)
2

-3 -2 -1 0 1 2 3 4 5x

-1

-2 (Cg)

-3

-4

-5

SITUATION D’ÉVALUATION

1) a)
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0,95𝑥𝑥 Pour 𝑥𝑥 ∈ 5000; 10000
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0,9𝑥𝑥 Pour 𝑥𝑥 ∈ 10000; 20000
𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 0,85𝑥𝑥 Pour 𝑥𝑥 ∈ 20000; +∞
b) Représentation graphique (voir figure).

2) 1. Formule 1 : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 2000 + 150𝑥𝑥


Formule 2 : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 1000 + 200𝑥𝑥
Formule 3 : 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 300𝑥𝑥.
Construction.
Pour 𝑥𝑥 < 10 la formule 3 est la plus avantageuse
98 Livre du professeur Maths 2nde C
Pour 𝑥𝑥 > 10 la formule 2 est la plus avantageuse

3) 1. 𝑓𝑓 𝑥𝑥 = 300 + 25𝑥𝑥
𝑔𝑔 𝑥𝑥 = 150 + 75𝑥𝑥
2. Voir figure.
3. 153 minutes correspond à 2 h 33 min
Formule 1 : Pour 33 minutes de dépassement on a :
𝑓𝑓 33 = 300 + 25×33
= 1125.
Formule 2 : Pour 33 minutes de dépassement on a :
𝑔𝑔 33 = 150 + 75×33
= 2625.
Donc la formule la plus avantageuse et à choisir pour 153 minutes de
corrections est la formule 1.
N.B. : La méthode graphique peut être envisagée.
y
1000

900

800

700

600

500

400

300

200

100

-5 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 x

-100

Livre du professeur Maths 2nde C 99


14 ROTATIONSLeçon 14 : ROTAIONS
RÉSUMÉ DE COURS – EXERCICES DE FIXATION
II. ROTATION
1. Définition
2. Cas particuliers
Exercice de fixation
1. À cocher la 4ème ligne

2. 1V ; 2V ; 3V ; 4V
ê ê ê
3. ;− ;−
' ' '

4. construction

5. 𝑟𝑟 𝐴𝐴 = 𝐵𝐵 ; 𝑟𝑟 𝐵𝐵 = 𝐶𝐶 ; 𝑟𝑟 𝐶𝐶 = 𝐷𝐷 ; 𝑟𝑟 𝐷𝐷 = 𝐴𝐴.

6. 𝑟𝑟 a;
`ë 𝐶𝐶 = ⋯ 𝐴𝐴 …
^
𝑟𝑟 a;
`ë 𝐴𝐴 = ⋯ 𝐶𝐶 …
^
𝑟𝑟 \;
ë 𝐵𝐵 = ⋯ 𝐶𝐶 …
^
𝑟𝑟 \;
ë 𝐴𝐴 = ⋯ 𝐴𝐴 …
^

7.
Affirmations a b c

𝑟𝑟 a;ê 𝐺𝐺 est égale à A H E

𝑟𝑟 ï;w
ë 𝐺𝐺 est égale à G B P
^

𝑟𝑟 a;
`ë 𝐺𝐺 est égale à E P C
^

𝑟𝑟 X;
ë 𝐶𝐶 est égale à O G C
^

II. PROPRIÉTÉ D’UNE ROTATION


Exercice de fixation
ê
1. 𝐸𝐸 B 𝐹𝐹 B = 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝑆𝑆 et 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐸𝐸𝐸𝐸, 𝐸𝐸′𝐹𝐹′ = − .
N+

III. PROPRIÉTÉS DE CONSERVATION PAR UNE ROTATION


1. Conservation des mesures des angles orientés
Exercices de fixation
1.
ê ê ê ê
𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐸𝐸𝐸𝐸, 𝐺𝐺𝐺𝐺 est égale à : − ; − 𝑋𝑋 ; ;
x   x

2.
𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = ê& car 3 car 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴

100 Livre du professeur Maths 2 nde


C
A A
B D
C E

2. Conservation du parallélisme et de l’orthogonalité


Exercices de fixation
1. 1. Construction
2. 𝐷𝐷′ et 𝐿𝐿′ sont parallèles car si deux droites sont parallèles, leurs
images par une rotation sont aussi parallèles.

2. 𝐴𝐴𝐴𝐴′ et 𝐴𝐴′𝐶𝐶 sont perpendiculaires car l’image par une rotation de deux droites
perpendiculaires sont perpendiculaires.

3. Conservation du milieu d’un segment


Exercices de fixation
1.
B
L X
L’image de K par 𝑟𝑟 est
K
C
ê
2. Soit 𝑟𝑟 la rotation du centre A et d’angle
'
𝑟𝑟
I est milieu de [BC] et J sur [DC], donc J est l’image
B C
de I par 𝑟𝑟.
C D

4. Conservation de l’alignement de points.


Exercices de fixation

𝑟𝑟 E, H et B sont alignés donc


Soit 𝑟𝑟 la rotation de centre A E G leurs images par 𝑟𝑟 sont aussi
ê
et d’angle . On a H J alignés donc D, J et G sont
+
B D alignés.

IV. IMAGES DE FIGURES SIMPLES PAR UNE ROTATION


1. Image d’une droite
Exercices de fixation
1.

un segment
L’image d’une droite par une rotation est une demi-droite
une droite X

2. Construction.

2. Image d’un segment


Exercices de fixation
1.

un segment X
L’image d’un segment par une rotation est une demi-droite
une droite

Livre du professeur Maths 2nde C 101


2. Construction

3. Image d’une demi-droite


Exercice de fixation
1.

𝑟𝑟
B C
L’image par 𝑟𝑟 de [BA) est [CB) .
A B
L’image par 𝑟𝑟 de [CD) est [DA).
C D
D A

4. Image d’un cercle


Exercices de fixation
1. À cocher la ligne 3.

2. Construction.

V. CARACTERISATION D’UNE ROTATION


1. Rotation caractérisée par son centre, un point et son image
Exercice de fixation

1. 𝑟𝑟 𝐵𝐵 = 𝐷𝐷, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = .
'

L’angle de la rotation est .
'

2. Rotation caractérisée par deux points distincts et leurs images


Exercices de fixation
&ê
1. 𝛼𝛼 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐶𝐶𝐶𝐶 = .
NÇÑ

2. 1. Construction
2. Placer les points
3. Ω est le centre du triangle.

𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 Ω𝐼𝐼, Ω𝐽𝐽 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 Ω𝐵𝐵, Ω𝐴𝐴 = .
'

3. 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐴𝐴𝐴𝐴 et 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐴𝐴𝐴𝐴 , donc il existe une
rotation que applique D en B et C en E.

4. Le centre est Ω, intersection des médiatrices des segments [OF] et [AB]. 𝜃𝜃 =


𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 Ω𝐴𝐴, Ω𝐵𝐵 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 Ω𝑂𝑂, 𝑂𝑂𝑂𝑂 .

3. Rotation déterminée par la donnée de l’angle, un point et son


image
Exercices de fixation
1. Construction.

2. Construction.

102 Livre du professeur Maths 2nde C


EXERCICES DE RENFORCEMENT – APPROFONDISSEMENT

1) 1. Détermination.
2.

ê 𝑟𝑟
Soit la rotation de centre A et d’angle .
+ C E
On a : DC = BE. D B
ê
2) Soit 𝑟𝑟 la rotation de centre O et d’angle .
+
𝑟𝑟 𝑟𝑟 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 et (AC) et (BD) sont perpendiculaires
A B ê
car l’angle de la rotation est .
C D +

3) Construction.

4) Soit K un point tel que AKC sont un triangle équilatéral direct.


K, B et D sont situés sur la médiatrice du segment [DC], 𝑟𝑟
donc K, B et D sont alignés. Soit 𝑟𝑟 la rotation de centre C C C
ê K A
et d’angle − . Comme K, B et D sont alignés alors leurs
' B I
images aussi sont alignées. Donc A, I et J sont alignés. D J

5) 1. Construction.
2. AB = CD et 𝐴𝐴𝐴𝐴 ≠ 𝐵𝐵𝐵𝐵. Donc il existe une rotation 𝑟𝑟 telle que
𝑟𝑟 𝐴𝐴 = 𝐶𝐶 et 𝑟𝑟 𝐵𝐵 = 𝐷𝐷.
ê
3. 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴, 𝐵𝐵𝐵𝐵 = −𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵, 𝐵𝐵𝐵𝐵 = .
'

6) Construction.

7) Construction.

8) 1. Détermination :
𝜋𝜋
𝑟𝑟 = 𝑅𝑅 𝑜𝑜;
2
A D
B A
C B
D C

2. L’image du segment [AB] et [DA].

9) L’image de ABI est IBB’.

10) 1. 𝑅𝑅 𝐴𝐴 = 𝐵𝐵 ; 𝑅𝑅 𝐵𝐵 = 𝐶𝐶 ; 𝑅𝑅 𝐶𝐶 = 𝐴𝐴.
2. I milieu de [BC] et J milieu [AC]. Or 𝑅𝑅 [𝐵𝐵𝐵𝐵] = [𝐶𝐶𝐶𝐶]. D’après la
propriété de conservation des milieux, J est l’image de I par R.

11) 1. Construction.
2. 𝑅𝑅 𝐵𝐵 = 𝐵𝐵′ et 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵𝐵′ = 80° et ABB’ est triangle isocèle ;
donc 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴𝐴′ = 50°. Or 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 = 40°.
Livre du professeur Maths 2nde C 103
On a : 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶′ = 40 + 50 = 90° ; donc (BB’) et (BC) sont
perpendiculaires.
3. ACBB’ est un quadrilatère dont deux côtés sont parallèles et ayant
deux angles droits. Donc ACBB’ est un trapèze rectangle.

SITUATION D’ÉVALUATION

Construction.

104 Livre du professeur Maths 2nde C


15 INÉQUATIONS
Leçon 15DANS ℝ × ℝ DANS ℝ×ℝ
: INÉQUATIONS

RÉSUMÉ DE COURS – EXERCICES DE FIXATION

I. GÉNÉRALITÉS
1) Définition
Exercices de fixation
- a) 2𝑥𝑥 3 + 5𝑦𝑦 + 7 ≤ 0 ; b) 𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 9 > 0

c) −3𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 19 ≥ 0d) 8𝑥𝑥 − 5𝑦𝑦 + 1 = 0

e) −𝑥𝑥 + 4𝑥𝑥𝑥𝑥 + 6 ≤ 0 ; f) −7𝑥𝑥 − 8𝑦𝑦 − 9 < 0

-
Le couple −1; 2 est solution de l’inéquation : 3𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 + 5 ≤ 0 F

Le couple 0; 0 est solution de l’inéquation : 2𝑥𝑥 − 3𝑦𝑦 + 12 > 0 V

Le couple −3; 4 est solution de l’inéquation : 5𝑥𝑥 + 6𝑦𝑦 − 6 ≥ 0 V

Le couple 1; 5 est solution de l’inéquation : −4𝑥𝑥 + 3𝑦𝑦 − 10 < 0 F

Le couple −2; −9 est solution de l’inéquation : 7𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 7 ≥ 0 V

2) Régionnement du plan par une droite


Exercices de fixation
- 1-4 ; 2-4 ; 3-3

- a) L’ensemble solution est le demi plan de bord (D) d’équation

2x – y + 1 = 0, contenant le point O.

b) L’ensemble solution est le demi plan de bord (D) d’équation

3x + y + 2 = 0, ne contenant pas le point O.

c) L’ensemble solution est le demi plan de bord (D) d’équation

-x +5y - 4 = 0, et ne contenant pas le point O.

d) L’ensemble solution est le demi plan de bord (D) d’équation

-4x -2y +3 = 0, et ne contenant pas le point O.

Livre du professeur Maths 2nde C 105


II. SYSTEME D’INEQUATION DU PREMIER DEGRE DANS ℝ×ℝ3
1) Définition

2) Exemples
Exercices de fixation
- Construction

- Construction.

- Construction.

- 1. Soit 𝑥𝑥 le nombre de cacaoyers et 𝑦𝑦 le nombre de caféiers.


On a : 0,7𝑥𝑥 + 0,5𝑦𝑦 ≤ 11.
2. Soit 𝑥𝑥 le nombre de jours où il fait la peinture et 𝑦𝑦 le nombre de jours
où il fait du carrelage.
On a : 17000𝑥𝑥 + 12000𝑦𝑦 > 65000..

- 1. Soit 𝑥𝑥 le nombres de sacs de 10 kg et 𝑦𝑦 le nombre de sacs de 25 kg.


𝑥𝑥 ≥ 2
𝑦𝑦 ≥ 5
On a :
10𝑥𝑥 + 25𝑦𝑦 ≤ 300
6000𝑥𝑥 + 14000𝑦𝑦 ≤ 150000
2. Soit 𝑥𝑥 le nombre de bateaux de type A et 𝑦𝑦 le nombre de bateaux de
de type B. On a :
𝑥𝑥 ≤ 30
𝑦𝑦 ≤ 35
10𝑥𝑥 + 25𝑦𝑦 ≤ 300
6000𝑥𝑥 + 14000𝑦𝑦 ≤ 150000

EXERCICES DE RENFORCEMENT – APPROFONDISSEMENT

1) a) Construction.
b) Construction.

2) Soit 𝑥𝑥 le nombre de pots à la vanille et 𝑦𝑦 le nombre de pots à la menthe.


𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 45
x = 27 et y = 18
200𝑥𝑥 + 250𝑦𝑦 = 9900.

3) (AB) : 𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 4 = 0 ; (AC) : 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 + 1 = 0 et (BC) : 𝑥𝑥 + 4𝑦𝑦 − 11 = 0.


𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 + 4 < 0
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 + 1 > 0
𝑥𝑥 + 4𝑦𝑦 − 11 < 0

4) a) Construction.

b) Construction.

106 Livre du professeur Maths 2nde C


5) 1. 3.
𝑥𝑥 + 3𝑦𝑦 − 17 ≤ 0 3𝑥𝑥 − 4𝑦𝑦 − 8 ≥ 0
2𝑥𝑥 − 𝑦𝑦 − 13 ≤ 0 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 7 ≤ 0
3𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 − 16 ≥ 0 3𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 11 ≥ 0
2. 4.
−𝑥𝑥 + 4𝑦𝑦 − 19 ≤ 0 𝑥𝑥 ≥ −1
3𝑥𝑥 − 2𝑦𝑦 − 17 ≤ 0 𝑦𝑦 ≥ −1
5𝑥𝑥 + 8𝑦𝑦 − 17 ≥ 0 𝑥𝑥 − 2𝑦𝑦 + 3 ≥ 0
𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 − 11 ≤ 0 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 − 3 ≤ 0

6) Soit 𝑥𝑥 le nombre de chaises en plastique et 𝑦𝑦 le nombre de chaises en bois.


𝑥𝑥 ≥ 2
𝑦𝑦 ≥ 𝑥𝑥
6000𝑥𝑥 + 12000𝑦𝑦 ≤ 90000
Il y a 12 possibilités d’achats :
𝑥𝑥, 𝑦𝑦 entiers tels que 𝑀𝑀 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 appartient au triangle ou à son bord.

7) 1. Construction
2. On compte 33 solutions 𝑥𝑥, 𝑦𝑦 pour lesquelles 𝑥𝑥 et 𝑦𝑦 sont deux nombres entiers.

SITUATION D’ÉVALUATION

INDICATION

1) 1. Soit 𝑥𝑥 la masse en kg de produit A et 𝑦𝑦 la masse en kg de produit B fabriquée par jour


𝑥𝑥 ≥ 300 𝑥𝑥 ≥ 300
𝑦𝑦 ≥ 200 𝑦𝑦 ≥ 200
30𝑥𝑥 + 10𝑦𝑦 ≤ 2200 ⇔ 3𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 2200
𝑥𝑥 2𝑦𝑦
+ ≤ 16 𝑥𝑥 + 2𝑦𝑦 ≤ 1600
100 100
2. Résous graphiquement le dernier système et détermine les couples 𝑥𝑥, 𝑦𝑦

2) Soit 𝑥𝑥 le nombre de cars de 40 places et 𝑦𝑦 le nombre de cars de 50 places.


𝑥𝑥 ≥ 0
𝑦𝑦 ≥ 0
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 18
40𝑥𝑥 + 50𝑦𝑦 ≤ 540

Il faut commander 𝑥𝑥 cars de 40 places et 𝑦𝑦 cars de 50 places tels que le point de coordonnées
𝑥𝑥, 𝑦𝑦 appartienne à la partie hachurée de la figure.

Résous graphiquement le dernier système et détermine les couples 𝑥𝑥, 𝑦𝑦

Livre du professeur Maths 2nde C 107


DEVOIR DE NIVEAU
CORRIGE DEVOIR DE NIVEAU 1
CORRIGE DEVOIR DE NIVEAU 1
Exercice 1
Exercice 1
1- Faux ;2-vrai ; 3-vrai ; 4- vrai ; 4- vrai ; 6- vrai
1- Faux ;2-vrai ; 3-vrai ; 4- vrai ; 4- vrai ; 6- vrai
Exercice 2
Exercice 2 CORRIGE DEVOIR DE NIVEAU 1
(
1 → 5 3 ; 2 → − ( ;13 → un nombre réel ; 4 → 1 ; 5 → 1
Exercice
1 → 5 3 ; 2 → − ( ; 3 → un nombre réel ; 4 → 1 ; 5 → 1
(
1- Faux ;2-vrai ; 3-vrai ; 4- vrai ; 4- vrai ; 6- vrai
Exercice 3
Exercice 3 Exercice 2
1)
1) (
1 → 5 3 ; 2 → − ; 3 → un nombre réel ; 4 → 1 ; 5 → 1
(
𝑆𝑆+
𝑆𝑆
(BC) + (AD) Exercice 3
(BC) (AD)
(IE) 1)
(IE)
(IE)
(IE) 𝑆𝑆+
E est l’intersection
(BC) des (AD)droites (BC) et (IE), donc E’ image de E est
E est l’intersection des droites (BC) et (IE), donc E’ image de E est
l’intersection des droites(IE) (AD) et (IE).
l’intersection des
(IE) droites (AD) et (IE).
On marque E’Eest est l’intersection
l’intersection des des droites (BC) et(AD)
droites (IE), donc E’ image de E est
et (IE).
On marque E’l’intersection
est l’intersection
des droitesdes(AD)droites
et (IE).(AD) et (IE).
2) On trace (IF) et soit E’
On marque F’ l’intersection dedroites
(IF) et (AB).
2) On trace (IF) et soit F’est l’intersection des
l’intersection de (IF) et (AD) et (IE).
(AB).
Soit ( ∆′)=(E’F’)
2) On trace (IF) et soit F’ l’intersection de (IF) et (AB).
Soit ( ∆′)=(E’F’)
Soit ( ∆′)=(E’F’)
3) Construction (D’)
3) Construction (D’)
3) Construction (D’)
On trace (IG), soit G’ l’intersection (IG) et (∆′).
On trace (IG),Onsoit G’(IG),
trace l’intersection (IG) et(IG)
soit G’ l’intersection (∆′).et (∆′).
Posons K l’intersection de (∆′) etde(D).
Posons K l’intersection (∆′) et (D).
Posons K l’intersection de (∆′) et (D).
On trace (IK) On
et K’tracetel(IK)
queet K’
K’telestquel’intersection
K’ est l’intersection de (IK)
de (IK) et et (∆).
(∆).
On trace (IK) et K’ tel que K’ est l’intersection de (IK) et (∆).
Donc (D’) =(K’G’).
Donc (D’) =(K’G’).
Donc (D’) =(K’G’).
Figure
G
G
Figure G F
Figure K D C
F
D F C E
K D E’ C K’
K I
(D)
E
E’ A E B K’ (∆)
I F’
(D) E’ K’ (∆′)
I
(D) G’
A B (∆)
A F’ B (D’) (∆)
F’ (∆′)
G’ (∆′)
Livre du professeur Maths 2nde C
G’ 109
(D’)
Exercice 4

1) 𝐷𝐷2 = −2; 8

2) 𝑔𝑔 −1 = 2 ; 𝑔𝑔 5 = 4

3) Les antécédents de −1 sont 0 et 2.

4.a) 𝑔𝑔 1; 8 = −2; 4

b) l’image réciproque de 2; 4 est −1,5; −1 ∪ 3; 6,5

Exercice 5

1) Figure C
D
F

I G

E
B
A

2) G est le centre de gravité du triangle ACE.

𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐺𝐺𝐺𝐺 = 0

3𝐺𝐺𝐺𝐺 + 𝐶𝐶𝐶𝐶 + 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 0

3𝐺𝐺𝐺𝐺 + 2𝐶𝐶𝐶𝐶 = 0
(
Donc : 𝐶𝐶𝐶𝐶 = 𝐶𝐶𝐶𝐶
A

3) G se trouve à l’intersection des droites (CB) et (EI).

F est tel que : 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 𝐷𝐷𝐷𝐷 ,donc BAFD est un parallélogramme.

110 Livre du professeur Maths 2nde C


CORRIGE DEVOIR DE NIVEAU 2

Exercice 1
AC C C EC
1→− ; 2 → ; 3 → ; 4→−
D D A F(

Exercice 2
F A
1 → 3 ; 2 → 𝑥𝑥 A − 3𝑥𝑥 ( + 3𝑥𝑥 − 1 ; 3 → 4𝑥𝑥 ( − 12𝑥𝑥 + 9 ; 4 → 4 (𝑥𝑥 + )( +
( (

Exercice 3
1
𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 2×3× =3
2

𝐴𝐴𝐴𝐴. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 0 ,car (AH)⊥ (BC)


3 9
𝐵𝐵𝐵𝐵. 𝐵𝐵𝐵𝐵 = 3× cos 𝜋𝜋 = −
2 2
Exercice 4

Exercice 5

1- L’aire de la partie hachurée est :3𝑥𝑥 + 3𝑥𝑥 − 9 = 6𝑥𝑥 − 9


2- On sait que :6𝑥𝑥 − 9 = 63
6𝑥𝑥 − 9 = 63 ⟺ 6𝑥𝑥 = 72 ⟺ 𝑥𝑥 = 12
Comme 𝑥𝑥 = 12, l’aire de la partie cultivable est : (𝑥𝑥 − 3)( et en prenant
𝑥𝑥 = 12 on a :
(12 − 3)( = 9( = 81 𝑚𝑚( .

Livre du professeur Maths 2nde C 111


CORRIGE DEVOIR DE NIVEAU 3

Exercice 1

1- Vrai ;2-faux ; 3-vrai ; 4- vrai ; 4- faux ;

Exercice 2
(
1 → 3 ; 2 → ; 3 → 𝐸𝐸 ;
E

Exercice 3

1) 4𝑥𝑥 ( − 9 − 2 2𝑥𝑥 − 3 + 𝑥𝑥 2𝑥𝑥 − 3 = 0 ⟺ 2𝑥𝑥 − 3 3𝑥𝑥 + 1 = 0


F A
⟺ 𝑥𝑥 = − ou 𝑥𝑥 =
A (

1 3
𝑆𝑆ℝ = − ;
3 2
2) L’ensemble de validité de l’inéquation est : 𝑉𝑉+ = ℝ ∖ −2; 1

Résolution de l’inéquation :
𝑥𝑥 + 5 𝑥𝑥 − 3 𝑥𝑥 + 5 𝑥𝑥 − 3
≤ ⟺ − ≤0
𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 + 2 𝑥𝑥 − 1 𝑥𝑥 + 2
FFXYZ FFXYZ
⟺ ≤ 0 . Soit 𝑄𝑄 𝑥𝑥 = on a :
X[F (XY() X[F (XY()

𝑥𝑥 −∞ -2 7 1 +∞

11
11𝑥𝑥 + 7 − − 0 + +
𝑥𝑥 − 1 − − − 0 +
𝑥𝑥 + 2 − 0 + + +
𝑄𝑄 𝑥𝑥 − + 0 − +

7
𝑆𝑆 = −∞; −2 ∪ − ;1
11
Exercice 4
C
Soit 𝑟𝑟 = 𝑅𝑅(𝐴𝐴; )
(

112 Livre du professeur Maths 2nde C


1.a) 𝑟𝑟 𝐷𝐷 = 𝐵𝐵 ; 𝑟𝑟 𝐶𝐶 = 𝐸𝐸

b) 𝑟𝑟 𝐸𝐸 = 𝐹𝐹 ; 𝑟𝑟 𝐼𝐼 = 𝐽𝐽

2.a)

𝑟𝑟
A A
C E
E F
C
On a AC= AE = AF ; 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴; 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴; 𝐴𝐴𝐴𝐴 + 𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 𝐴𝐴𝐴𝐴; 𝐴𝐴𝐴𝐴 = +
(
C
= 𝜋𝜋
(

Donc A est milieu de 𝐶𝐶𝐶𝐶 .

b)

𝑟𝑟
D B
E F
I J
On a : 𝑟𝑟 𝐷𝐷𝐷𝐷 = 𝐵𝐵𝐵𝐵 or I est milieu de 𝐷𝐷𝐷𝐷 ,don J est milieu de 𝐵𝐵𝐵𝐵

c) A est milieu de 𝐹𝐹𝐹𝐹 et J est milieu de 𝐵𝐵𝐵𝐵 , dans le triangle FBC , d’après la
propriété des milieux on a : (AJ)//(BC).

3) 𝑟𝑟 (𝐴𝐴𝐴𝐴 = (𝐴𝐴𝐴𝐴) donc (AI)⊥ (AJ) or (AJ)//(BC). Donc (AI)// (BC)


F F
𝑟𝑟 𝐼𝐼 = 𝐽𝐽 et AI=AJ or = 𝐵𝐵𝐵𝐵 , donc 𝐴𝐴𝐴𝐴 = 𝐵𝐵𝐵𝐵
( (

Exercice 5

Soit 𝑥𝑥 le nombre de filles et 𝑦𝑦 le nombre de garçons.


𝑥𝑥 ≥ 𝑦𝑦
1) Le problème se traduit par 50 000𝑥𝑥 + 25 000𝑦𝑦 ≤ 500 000
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 16
𝑥𝑥 ≥ 𝑦𝑦 𝑥𝑥 ≥ 𝑦𝑦
50 000𝑥𝑥 + 25 000𝑦𝑦 ≤ 500 000 ⟺ 2𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 20
𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 16 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 ≤ 16

2) Résolution du système

Livre du professeur Maths 2nde C 113


Soient ( 𝐷𝐷F ), ( 𝐷𝐷( ) et ( 𝐷𝐷A ) les droites d’équations respectives : 𝑥𝑥 =
𝑦𝑦 ; 2𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 20 et 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 = 16

2)

Voir figure

3)

Une solution représentant les conditions de l’ONG est 8 filles et 4 garçons.

114 Livre du professeur Maths 2nde C

Vous aimerez peut-être aussi