Vous êtes sur la page 1sur 22

Compte rendu

Module : ELC-3220

MACHINES

ÉLECTRIQUES

Réalisé par : SG8


Encadré par :  Abdenour RHANJA
 Nasrellah IRHMAR
Pr. Mourad ZEGRARI
 Youssef BOURHALEB
 Oussama BOUTBAIBA
Filière : CI-1 GEM

A.U : 2020/2021
Table des matières
Introduction générale.................................................................................................................3
Laboratoire no. 1 : Machine Synchrone (Alternateur)..............................................................3
1. Objectifs........................................................................................................................................3
2. Dispositif expérimental..................................................................................................................3
3. Essais à puissance réduite..............................................................................................................5
3.1. Mesure de la résistance des enroulements..........................................................................................5
3.2. Essai à vide...........................................................................................................................................5
4. Essais en charge.............................................................................................................................6
5. Conclusion.....................................................................................................................................8
Laboratoire no. 3 : Machine Asynchrone à Cage......................................................................8
1. Objectifs........................................................................................................................................8
2. Dispositif expérimental..................................................................................................................9
3. Essais à puissance réduite............................................................................................................10
3.1. Mesure de la résistance des enroulements.........................................................................................10
3.2. Essai à vide.........................................................................................................................................10
4. Essais en charge...........................................................................................................................11
4.1. Couplage Étoile...................................................................................................................................12
4.2. Couplage Triangle...............................................................................................................................13
5. Synthèse et Conclusion................................................................................................................14
Activité Pratique 1 : Commande industrielle d’un moteur à 2 vitesses..................................15
1. Objectifs......................................................................................................................................15
2. Dispositif expérimental................................................................................................................15
3. Commande du moteur.................................................................................................................16
4. Conclusion...................................................................................................................................17

2 | P age
Introduction générale :
Les développements de l’électronique de puissance et de commande ont largement contribué à la
diffusion des machines synchrones et de leur grande variété : traction électrique, équipement
d’usinage à très grande vitesse, mais aussi en robotique et dans l’industrie automobile, sans
compter depuis peu en fonctionnement moteur à vitesse variable. Les avantages de ces
convertisseurs électromécaniques sont nombreux : rendement naturellement supérieur à celui des
autres machines, capacité à régler la puissance réactive et souplesse de conception ce qui explique
le fait qu’ils sont largement utilisés dans l’industrie. Assurer leur continuité de fonctionnement
nécessite la mise en place de programmes de maintenance préventive et corrective. En effet, la
fiabilité et la sûreté de leur fonctionnement permettent en partie d’assurer la sécurité des
personnes, la qualité du service et la rentabilité des installations.

Dans ces travaux pratiques, on va manipuler ces deux types des machines électrique (synchrone et
asynchrone) afin de savoir leur utilité et mieux comprendre leur comportement, ainsi de
consolider nos acquis théoriques en effectuant les divers travaux.

Nous allons traiter les cas les plus utilisés dans le monde industriel, premier laboratoire nous allons
étudier le comportement d’un alternateur triphasé. Les deuxièmes et troisièmes manipulations
comportent sur la machine asynchrone à rotor bobiné et à cage, et vers la fin on va réaliser un
circuit industriel de commutation à inversion d’une machine asynchrone.

Laboratoire no. 1 : Machine Synchrone (Alternateur)


1. Objectifs :
 Mise en service d’un alternateur triphasé.
 Détermination des éléments du schéma équivalent de la machine synchrone.
 Étude des différences caractéristiques de sortie de l’alternateur.

2. Dispositif expérimental :
Le banc d’essai comporte une machine une machine triphasée multifonction, exploitée en
alternateur synchrone (230/400 V - 50 Hz), cette machine est associée à un servofrein
magnétique qui va constituer le moteur d’entraînement.

Définition d’un servofrein : C’est un système de freinage raccordé directement au maître-


cylindre du frein, utilisant la dépression dans le système d’admission du moteur qui se comporte
comme force auxiliaire par le biais d’une membrane.

3 | P age
Figure 1.1 : Dispositif expérimental des essais pour la machine multifonction.

Figure 1.2 : Machine synchrone triphasée accouplée au servofrein.

La plaque signalétique de la machine synchrone triphasée est représentée sur la figure ci-dessous :

Figure 1.3 : Plaque signalétique de la machine synchrone.

Cette plaque signalétique contient toutes les caractéristiques de la machine en fonctionnement


normal (couplage, tension, puissance, intensité, etc.…).
Et on peut en tirer :
Tension Courant Puissance Vitesse
𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜 𝜑 Fréquence
nominale nominal nominale nominale
230/400 𝑉 1,5/0,87 𝐴 0,7/1 270 W 1500 tr/min 50 Hz

Ainsi, les valeurs nominales de la tension-courant pour les couplages étoile et triangle sont :

4 | P age
Triangle Etoile
𝑈𝑠𝑛 230 𝑉 400 𝑉
𝐼𝑠𝑛 1,5 𝐴 0,87 𝐴

3. Essais à puissance réduite :


3.1. Mesure de la résistance des enroulements :
En utilisant un multimètre, on arrive à mesurer la résistance de chaque enroulement des trois
enroulements du stator 𝑅𝑆1, 𝑅𝑆2, 𝑅𝑆3. Les valeurs obtenues sont donc :
Résistance de l'enroulement statorique Valeur mesurée :
𝑅𝑆1 35,5 Ω
𝑅𝑆2 35,6Ω
𝑅𝑆3 35,5 Ω
La résistance moyenne du stator 𝑅𝑆 est 35,53 Ω

En utilisant le même multimètre, on mesure la résistance rotorique (bornes K, M) et on aboutit


à : 𝑅𝑟 = 23.5 Ω.

3.2. Essai à vide :


L’objectif de cet essai est de prélever la caractéristique à vide 𝐸𝑟(𝐼𝑟) de la machine synchrone
couplée en étoile. Le schéma de principe est donné dans la figure 1.4:

Figure 1.4 : Schéma de principe de l’essai à vide.

Après avoir réalisé le câblage selon les plans de montage de la figure 1.4, on a pu exploiter le
servofrein comme moteur d’entraînement pour l’alternateur synchrone :

5 | P age
6 | P age
Figure 1.5 : Schéma expérimental de l’essai à vide.

On a réglé la vitesse de synchronisme de l’alternateur à sa valeur nominale 1500 𝑡𝑟/𝑚𝑚𝑚𝑛, et on a


relevé les valeurs de la force électromotrice 𝐸𝑟, en variant la valeur du courant d’excitation 𝐼𝑟.

𝐸𝑟 0 40 80 120 160 200 240


𝐼𝑟 0 0,28 0,52 0,84 1,19 1,91 3,72

Puis, on trace la caractéristique à vide 𝐸𝑟 (𝐼𝑟) de la machine :

Er (Ir)
300

250

200

150

100

50

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4

Alors la pente qui caractérise cet essai est : 𝑘𝑣 = 137,2 𝑉/𝐴

4. Essais en charge :
L’alternateur débite à présent sur une charge résistive, triphasée équilibrée. Cette charge est
matérialisée par un système ‘‘Redresseur triphasé à diodes + Résistance Variable’’.

7 | P age
Le schéma de principe de l’essai en charge est donné dans la figure 1.6 :

Figure 1.6 : Schéma de principe de l’essai en charge.

En premier lieu, on a réalisé le câblage des circuits selon les plans de montage de la figure 1.7:

Figure 1.7 : Schéma expérimental de l’essai en charge.

On a réglé le courant d’excitation 𝐼𝑟 = 3,56 𝐴 de façon à obtenir à vide la tension


simple 𝑉𝑠𝑜 = 230 𝑉, et on a maintenu 𝐼𝑟 constant.
Enfin, on a varié la valeur de charge 𝑅 de 0 à 1 𝑘Ω, en relevant pour chaque position
de la charge 𝑅 ci-dessous les valeurs du courant 𝐼𝑠 et de la tension 𝑉𝑠 :
Charge 0 25% 50% 75% 100%

𝑉𝑠 1,81 122,4 190,7 201 212 230


𝐼𝑠 0,83 0,73 0,52 0,39 0,36 0

8 | P age
Puis, on trace la caractéristique en charge 𝑉𝑠 (𝐼𝑠) de la machine :

Vs (Is)
250

200

150

100

50

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9

La chute de tension au point nominal est ∆𝑉 = 𝐸𝑟 − 𝑉𝑠 = 230 − 212 = 18 𝑉

5. Conclusion :
Ce TP nous a permis d’étudier le fonctionnement de la machine synchrone en mode alternateur
triphasé ce qui nous a permis de consolider nos acquis théoriques en les comparant aves les
relevés expérimentaux de l’étude pratique.

D’après tous les essais qu’on a réalisés (essai à vide et essai en charge), on a été capable de
réaliser le câblage des circuits de chaque essai, de relever les valeurs expérimentales à l’aide des
dispositives de mesure dans le laboratoire et de tracer les différentes caractéristiques de
l’alternateur. Par conséquent, on est arrivé à comprendre l’utilité de l’utilisation de cette
machine dans l’industrie.

Laboratoire no. 3 : Machine Asynchrone à Cage


1. Objectifs :
 Réaliser un dispositif de démarrage Etoile-Triangle.
 Analyser le fonctionnement de la machine asynchrone à cage
 Relever et comparer les caractéristiques mécaniques du moteur sous différents régimes.

9 | P age
2. Dispositif expérimental :
Le banc d’essai comporte une machine une machine triphasée multifonction, exploitée en
alternateur synchrone (230/400 V - 50 Hz), cette machine est associée à un servofrein
magnétique qui va constituer le moteur d’entraînement.

Figure 3.1 : Dispositif expérimental des essais pour machines à cage.

Figure 3.2 : Machine Asynchrone à cage accouplée au servo-frein.

La plaque signalétique de la machine asynchrone triphasée est représentée sur la figure ci-dessous
:

Figure 3.3: Plaque signalétique de la machine asynchrone.

Cette plaque signalétique contient toutes les caractéristiques de la machine en fonctionnement


normal (couplage, tension, puissance, intensité, etc.…).
Et on peut en tirer :

10 | P a g e
Tension Courant Puissance Vitesse
𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜 𝜑 Fréquence
nominale nominal nominale nominale
400/690 𝑉 1/0,6 𝐴 0,83 370 W 2800 tr/min 50 Hz

Ainsi, les valeurs nominales de la tension-courant pour les couplages étoile et triangle sont :

Triangle Etoile
𝑈𝑠𝑛 690 𝑉 400 𝑉
𝐼𝑠𝑛 1𝐴 0,6 𝐴

3. Essais à puissance réduite :


3.1. Mesure de la résistance des enroulements :
En utilisant un multimètre, on arrive à mesurer la résistance de chaque enroulement des trois
enroulements du stator 𝑅𝑆1, 𝑅𝑆2, 𝑅𝑆3. Les valeurs obtenues sont donc :
Résistance de l'enroulement statorique Valeur mesurée :
𝑅𝑆1 65,3 Ω
𝑅𝑆2 65,3 Ω
𝑅𝑆3 65,2 Ω
La résistance moyenne du stator 𝑅𝑆 est 65,26 Ω

3.2. Essai à vide :


Le frein du moteur étant désactivé, la machine asynchrone fonctionne alors à vide. On réalise le
câblage de l'essai à vide en couplage étoile selon la figure 3.4 ci-dessous :

11 | P a g e
12 | P a g e
Figure 3.4 : Schéma de câblage de l'essai à vide (couplage étoile).

On règle la commande du servofrein sur la position : "Torque Control", puis on démarre le moteur.
On note les valeurs mesurées des paramètres suivants :
𝑉𝑠𝒔𝒔 𝐼𝑠𝒔𝒔 𝑃𝒔𝒔 𝑁𝒔𝒔
232 𝑉 0,16 𝐴 3 × 25,2 = 75,6 𝑊𝑊 2935 𝑡𝑟/𝑚𝑚𝑚𝑛

D’après les valeurs mesurées des paramètres précédents, on détermine :


𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜 𝜑𝒔𝒔 𝑝𝒋𝒋𝑠𝒔𝒔 𝑝𝑐 𝑔𝒔𝒔
𝑃 𝑁𝑠 − 𝑁0
2
3 × 𝑉𝑠0 × 𝐼𝑠0 3 × 𝑅𝑠 × 𝐼𝑠0 𝑃0 − 𝑝𝑗𝑗𝑠0 𝑁𝑠
75,6 = 3 × 65,26 × 0,162 = 75,6 − 5,01 3000 − 2935
= =
3 × 232 × 0,16 3000
= 0,678 = 5,01 𝑊𝑊 = 70,59 𝑊𝑊 0.022

4. Essais en charge :
On réalise le câblage du moteur asynchrone en utilisant le commutateur étoile-triangle
conformément à la figure 3.5 suivante :

13 | P a g e
Figure 3.5 : Schéma de câblage de l'essai en charge (étoile-triangle).

4.1. Couplage Étoile :


On règle le commutateur Étoile-Triangle en mode Étoile, puis on démarre le moteur
sous le mode "Torque Control".
On Freine le moteur aux valeurs indiquées dans le tableau suivant :

Paramètres Couple : 𝑇𝑚[𝑁. 𝑚] 0 0,2 0,4 0,6


Mécaniques Vitesse : 𝑁[𝑡𝑟/𝑚𝑚𝑚𝑛] 2935 2858 2770 2660
Tension : 𝑈𝑠[𝑉] 401,84 401,84 400,1 398,37
Paramètres Courant :𝐼𝑠[𝐴] 0,16 0,25 0,35 0,47
Électriques Puissance :𝑃𝑒[W] 78 148,2 215,4 299,4

 On trace la caractéristique électromécanique courant-vitesse 𝐼𝑠 (𝑁) :

14 | P a g e
Is (N)
0,5
0,45
0,4
0,35
0,3
0,25
0,2
0,15
0,1
0,05
0
2600

2650 2700 2750 2800 2850 2900 2950


On trace la caractéristique mécanique couple-vitesse 𝑇𝑚 (𝑁)

Tm (N)
0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0
2600
2650 2700 2750 2800 2850 2900 2950
4.2. Couplage Triangle :
On règle le commutateur Étoile-Triangle en mode Triangle, puis on démarre le
moteur sous le mode "Torque Control".
On Freine le moteur aux valeurs indiquées dans le tableau suivant :

Paramètres Couple : 𝑇𝑚[𝑁. 𝑚] 0 0,5 1 1,5


Mécaniques Vitesse : 𝑁[𝑡𝑟/𝑚𝑚𝑚𝑛] 2982 2922 2856 2777
Tension : 𝑈𝑠[𝑉] 398,37 519,09 398,02 396,98
Paramètres Courant :𝐼𝑠[𝐴] 0,5 0,59 0,78 1,03

15 | P a g e
Électriques Puissance :𝑃𝑒[W] 72 247,5 428,1 618,9

 On trace la caractéristique électromécanique courant-vitesse 𝐼𝑠 (𝑁) :

Is (N)
1,2

0,8

0,6

0,4

0,2

0
2750 2800 2850 2900 2950 3000


On trace la caractéristique mécanique couple-vitesse 𝑇𝑚 (𝑁)

Tm (N)
1,6

1,4

1,2

0,8

0,6

0,4

0,2

0
2750 2800 2850 2900 2950 3000

5. Synthèse et Conclusion :

D’après les graphes courant-tension on peut résumer les résultats dans le tableau suivant :

16 | P a g e
17 | P a g e
 Courant de ligne : Le courant de ligne dans le couplage triangle est notamment supérieur à
celui dans le couplage étoile de telle façon que le courant de démarrage 𝐼𝑑 en en triangle est 3
fois supérieur qu’au courant de démarrage 𝐼𝑑 en en étoile.
 Couple mécanique maximal : Le couple mécanique maximal en couplage étoile est presque
trois fois inférieur au couple mécanique maximal en couplage triangle.
 Rapport vitesse/couple : le moteur en couplage triangle est capable d’entraîner des charges à
couples résistants supérieurs aux ceux des charges qu’il entraîne en couplage étoile. Aussi il
entraîne, couplé en Δ, entraîne les charges entraînées en Υ avec des vitesses plus proches de
la vitesse de synchronisme.

En général le couplage étoile est utilisé pour les charges à faible couple résistant au démarrage
contrairement au couplage triangle. Ailleurs, le courant en Y est réduit et par conséquent les
pertes joules sont inférieurs qu’aux pertes du couplage triangle.

Activité Pratique 1 : Commande industrielle d’un moteur à 2 vitesses


1. Objectifs :
 Consignation et mise en service d'un moteur à 2 vitesses de rotation.
 Réalisation du câblage et du démarrage du moteur.
 Mesure des paramètres électriques et mécaniques de la machine.

2. Dispositif expérimental :
Le banc d’essai comporte une machine asynchrone (230/400 V – 50 Hz), cette machine est
actionnée par une armoire électrique contenant les éléments suivants :

 Un circuit de puissance comportant sectionneur, contacteurs de ligne et relais thermique.


 Un circuit de commande avec des relais temporisés.
 Un boîtier de mise en service comportant des boutons poussoirs marche/arrêt.

Figure 5.1: Machine Asynchrone à cage accouplée au servo-frein.

18 | P a g e
La plaque signalétique de la machine asynchrone triphasée est représentée sur la figure ci-dessous
:

Figure 5.1 : Plaque signalétique de la machine asynchrone.

Cette plaque signalétique contient toutes les caractéristiques de la machine en fonctionnement


normal (couplage, tension, puissance, intensité, etc.…).
Et on peut en tirer :
Tension Courant Puissance Vitesse
𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜 𝜑 Fréquence
nominale nominal nominale nominale
400/690 𝑉 1/0,6 𝐴 0,83 370 W 2800 tr/min 50 Hz

Ainsi, les valeurs nominales de la tension-courant pour les couplages étoile et triangle sont :

Triangle Etoile
𝑈𝑠𝑛 690 𝑉 400 𝑉
𝐼𝑠𝑛 1𝐴 0,6 𝐴

3. Commande du moteur :
On réalise le câblage du circuit de commande et du circuit de puissance du moteur asynchrone
selon schéma référentiel suivant :

19 | P a g e
Figure 5.3 : Schéma du circuit de puissance et du circuit de commande (Couplage
étoile).

Figure 5.4 : Illustration du câblage du des circuits de commande et de puissance.

A l’aide des appareils de mesure nécessaires, on relève les valeurs des paramètres suivants :
La tension composée
au stator Le courant de ligne par Vitesse
enroulement nominale Puissance nominale
𝑈𝑠 𝐼𝑠

√3 × 𝑈𝑠 × 𝐼𝑠
2985 𝑡𝑟
401,9 𝑉 0,11 𝐴 = √3 × 401,9 × 0,11 × 0,83
/𝑚𝑚𝑚𝑛
= 63,55 W

4. Conclusion :
Ce TP nous a permis d’étudier les différentes composantes de l’armoire électrique qui représente

20 | P a g e
les constituants des circuits de commande et du circuit de puissance du moteur électrique

21 | P a g e
asynchrone. On a été capable de comprendre le fonctionnement et l’utilité de chaque élément et
enfin de réaliser le câblage de ces montages.

Ce type de circuit de démarrage présente une simplicité de câblage mais ne permet pas de
commander le moteur à différentes vitesses ou dans les deux sens inverses.

22 | P a g e

Vous aimerez peut-être aussi