Vous êtes sur la page 1sur 39

EVALUATION D’ENTREPRISE

-Ingénierie Financière-

Par: M. Cheikh NGOM


Consultant-Formateur en TQG

1
Sommaire
CADRE GENERAL :
• Contenu, enjeux et démarche de l’évaluation
• Environnement comptable et financier (audit financier, normes IAS/IFRS…)
• Évaluation de performances et évaluation de marché
Ch1. Approches patrimoniales
• Actif net comptable
• Actif net corrigé
• Valeur Substantielle Brute (VSB) ;
• Capitaux Permanents Nécessaire à l’Exploitation (CPNE) ;
• GOODWILL (Actifs intangibles)
Ch2. Approches basées sur les flux, bénéfices ou revenus
• Gordon Shapiro ;
• Irving Fisher ;
• Bates ;
• Discounted Cash-flow (DCF) ;
• Economic Value Added (EVA)
Ch3. Approches comparatives
• Price Earning Ratio (PER)

2
I. Cadre général de l’Evaluation d’Entreprise

Définition

«L’évaluation d’une entreprise est une démarche structurée par laquelle est
déterminée la valeur financière et économique de cette entreprise sur le marché. »

Définition économique: ‘’Évaluer tout ou partie d'une entreprise consiste à déterminer le prix le plus
probable auquel une transaction pourrait se conclure dans des conditions normales de marché ‘’.
(L'évaluation des entreprises, Philippe de La CHAPELLE, Economica 2002).
Définition juridique: L'évaluation est une opération consistant à calculer et à énoncer une valeur d'après
des données et des critères déterminés :
• chercher et chiffrer ce que vaut votre argent, un bien ou un avantage (évaluation d'un
patrimoine, évaluation d'un profit)
• ou la somme d'argent que représente une perte (évaluation d'un dommage) à une date donnée.

3
I. Cadre général de l’Evaluation d’Entreprise

Contenu

 L’Entreprise a une valeur parce qu'elle possèdent des éléments qui ont eux même une valeur : la valeur de
l’entreprise est alors une collection d’éléments de patrimoine (théorie 1).
 Toutefois, une collection d’éléments ou de biens n’a de valeur que s’ils permettent d’engendrer des flux de
revenus: la valeur de l’entreprise réside alors dans la capitalisation de ces flux sur le marché (théorie 2).

4
 Présentation

Pourquoi évaluer ?

 L’opération d’évaluation d’entreprise n’est pas une opération simple, car de nombreux ACTEURS de
la vie économique s’y intéressent: épargnants, banquiers, dirigeants, actionnaires, autorités de
marché, experts, fonds d’investissement…
 Les ACTEURS sont différents suivant l’OBJET de l’opération.

5
 Présentation

Enjeux

 Les besoins d’INFORMATION sur la valeur de la firme sont de plus en plus variés: stratégies de
croissance, opérations boursières, redéploiement industriel, fusions-absorptions, dissolution,
liquidation judiciaire, rachat…
 La VALEUR de la firme peut fondamentalement varier suivant le SENS de l’opération: une évaluation
dans le cas d’une liquidation ou cessation d’activité, n’est pas la même que dans le cas d’une
stratégie de croissance.

6
 Présentation

Précision : Analyse des performances et Démarche d’évaluation

 Analyse des performances : approches internes de pilotage des activités et métiers  objectif :
l’efficience  outils : Contrôle de Gestion
 Evaluation d’entreprise: approches externes d’évaluation de la valeur intrinsèque de l’entreprise
sur le marché  outils : Ingénierie Financière

7
 Présentation

Précision : notion de Valeur d’entreprise et notion de Prix

 La valeur d’une entreprise peut exister sans échange, elle repose sur une appréciation THEORIQUE
fondée sur les concepts d’utilité et d’arbitrage (ou classement) effectué par l’investisseur ou
l’évaluateur par rapport aux autres biens disponibles.
 Le prix d’une entreprise est un FAIT. Il résulte d’une transaction effectuée lors de la confrontation d’une
offre et d’une demande; il intègre l’ensemble des considérations objectives et subjectives avancées par
l’acheteur et le vendeur au cours de la négociation.
 La transformation de la valeur en prix requiert l’existence d’une confrontation entre une offre et une
demande réelle.
 L’évaluateur intervient avant la négociation finale, il ne sera donc concerné que par la valeur.

8
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION

Chapitre 1: Evaluation de l’entreprise par les


Approches Patrimoniales

9
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

1) Méthode de l’Actif Net Comptable: ANC (notion de valeur mathématique)

Si l'on soustrait du montant total de l'actif du bilan d'une entreprise, la partie qui sert à « couvrir » les dettes figurant au passif, le solde
est le patrimoine qui reste à l'actionnaire. On l'appelle l'« actif net comptable » ou situation nette.

Haut du
=Fonds propres – dividendes - NV bilan

A.N.C ou
Valeur mathématique comptable
Bas du
=total actif – (passif exigible + dividendes +NV) bilan

 La valeur mathématique comptable est exclusivement fondée sur les données tirées de la comptabilité

10
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

2) Méthode de l’Actif Net Comptable Corrigé


(notion de valeur mathématique intrinsèque)

 Elle représente la valeur réelle, mais partielle, de l’entreprise en état de fonctionnement. Elles est calculée à partir de la valeur
mathématique comptable et constitue l’un des trois éléments de la valeur totale de l’entreprise que l’on obtient en ajoutant à l’actif
net comptable corrigé, les éléments incorporels et les éléments hors exploitation.

CORRECTIONS REEVALUATIONS

Eléments
ACTIF NET
Incorporels
VALEUR DE L’ENTREPRISE = COMPTABLE + Corrections + +
(ANC)
Eléments hors
exploitation

• Redressements et/ou
neutralisation des éléments
d’actif et passif

11
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Principes de la méthode de l’A.N.C.C

 L’actif net est défini comme étant l’excédent du total des biens et droits de l’entreprise (actif) sur le total de ses dettes envers les tiers
(passif exigible).
Par suite:
Actif net réévalué = Actifs réévalué – Passif exigible
 La nécessité de la réévaluation résulte de ce que la dépréciation monétaire, les modalités d’amortissement, l’évolution de certains
prix de marché (terrains notamment), les modalités de comptabilisation peuvent entrainer de très fortes distorsions entre le bilan
économique et le bilan comptable.
 Avant de procéder à la réévaluation proprement dite, il convient tout d’abord d’opérer un tri à l’intérieur des éléments qui
composent le patrimoine afin de distinguer entre:
• Les éléments nécessaires à l’exploitation;
• Les éléments non nécessaires à l’exploitation (hors-exploitation) et qui peuvent donc être réalisés sans nuire à l’efficacité de
l’entreprise et constituent pour un éventuel acquéreur l’équivalent d’une trésorerie disponible.

12
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Méthode de l’A.N.C.C : les retraitements

• Les capitaux propres et/ou actif net doivent être réévalués afin de retenir l’ensemble des actifs détenus par l’entreprise pour leur valeur
réelle à savoir le plus souvent :
 le fonds de commerce,
 les terrains et constructions,
 les titres de participation,
 le matériel et outillage,
 les stocks, les créances,
 la trésorerie et notamment les valeurs mobilières de placement (VMP).
• A retrancher les dettes dues pour leur valeur effective

13
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Méthode de l’A.N.C.C : les retraitements

b) Retraitements des plus ou moins values latentes


Les plus ou moins values latentes résultant d’un audit comptable et financier (obligatoire à faire).
Exemples courants : au niveau de l’actif circulant, apprécier au travers de l’audit :
• stocks obsolètes : moins values latentes,
• clients douteux : insuffisamment provisionnés, moins values latentes.
• Non-valeurs telles que : les frais d’établissement et charges à répartir.

c) Dettes insuffisamment comptabilisées :


Pour exemple :
• Des provisions pour risque suite à des contrôles fiscaux ou sociaux,
• Des litiges salariés (prud’hommes ...),
• Passif social lié à des engagements sans obligation actuelle de comptabilisation tels que les engagements de
retraite...

14
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Méthode de l’A.N.C.C : les retraitements

Quelles sont les corrections à apporter à l'Actif du Bilan ?

Les frais d'établissement et les immobilisations incorporelles sont souvent à défalquer de l'Actif net, s'ils sont sans consistance
réelle. La valeur du Goodwill ou la capacité bénéficiaire de l'entreprise sera calculée.

Les immobilisations corporelles doivent être réévaluées à leur valeur de marché et non comptable.

La valorisation des stocks dépend, entre autres, des règles d'évaluation, des méthodes de gestion interne, de la situation
technologique et économique des produits. Dans bien des cas, les stocks peuvent être soit sous-évalués soit sur-évalués.

Les créances commerciales feront l'objet d'un examen attentif. Elles seront nettoyées ou diminuées par les impayés, compte
tenu des délais de paiement accordés, des retards de paiement, des créances douteuses et des créances définitivement
perdues.

Les avoirs hors bilan. Exceptionnellement, certains points forts d'une entreprise pourraient être valorisés, comme la disposition
d'un réseau propre de distribution, l'acquisition d'un véritable know-how interne, etc...

15
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Méthode de l’A.N.C.C: les retraitements

Quelles sont les corrections à apporter au Passif du Bilan ?

Les résultats de l'entreprise seront revisités en fonction des avantages "cachés" retirés et des coûts estimés non en relation avec
l'activité, mais de la hauteur des rémunérations retirées par le chef d'entreprise et des associés.

L'analyse des provisions pour risques et charge doit être faite méticuleusement. Les montants seront objectivés et, si
nécessaire, réajustés à la baisse ou à la hausse.

Certains engagements de l'entreprise peuvent n'avoir pas été repris, alors qu'ils constituent des dettes certaines dans le temps.

Les dettes hors bilan (Dettes futures prévisibles de l'entreprise dues par exemple à un changement de législation).

Chaque poste de l'Actif et du Passif du Bilan (hors capitaux propres) sera corrigé par les plus-values et les moins-values estimées. La
différence entre l'Actif corrigé et le Passif corrigé correspondra à l'Actif Net Corrigé.

16
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

3) Méthode de la Valeur Substantielle Brute (VSB)

La VSB ?

Cette valeur correspond à celle de tous les biens mise en œuvre pour la réalisation de l’activité qui constitue la substance de l’entreprise
quel que soit leurs financements, on évalue ainsi l’outil du travail constitué par les biens nécessaires à l’exploitation :

- Les biens appartenant à l’entreprise ;

- Les biens également engagés dans l’activité mais n’appartenant pas à l’entreprise (location simple ou crédit bail).

Pour le calcul de la Valeur Substantielle Brute (VSB), les dettes ne sont pas retranchés, la Valeur Substantielle Nette (VSN) ne
correspond pas au cadre potentiel économique de l’entreprise.

17
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

3) Méthode de la Valeur Substantielle Brute (VSB)

Le calcul de la VSB ?

Le calcul de la VSB s’effectue de la manière suivante :

- On retient la valeur réelle de tous les éléments d’actif autre que :

• L’actif fictif ;

• Les biens non nécessaires à l’exploitation (TVP, terrains loués, immeubles

d’habitation, terrains non utilisés,….).

- On ajout la valeur des immobilisations louées ou prises par crédit bail.

La VSB représente donc l’outil du travail indépendamment de son mode du financement.

18
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

3) Méthode de la Valeur Substantielle Brute (VSB)

Le calcul de la VSB ?

• Valeur Substantielle Brute (VSb) = ANCC + passif exigible + éléments exploités sans en être propriétaire – coût de réparation et
de remise en état - Les biens non nécessaires à l’exploitation
• Valeur Substantielle Réduite (VSr) = VSb – les comptes courants associés créditeurs – crédits inter-entreprises.
• Valeur de Liquidation ou valeur Liquidative (VL) : cette valeur donne surtout une indication sur le prix plancher de l’entreprise.
Elle donne aussi une idée du coût de sortie d’un marché pour une entreprise qui choisit de se retirer. Il n’est pas rare que cette
valeur soit négative. Les actifs sont évalués à leur valeur physique élémentaire et les passifs augmentés des frais de liquidation:
VL= Actifs à la valeur de liquidation- Dettes à rembourser – Frais de liquidation (honoraires…)

19
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Méthode des Capitaux Permanent Nécessaires à l’Exploitation (CPNE)

Selon les principes couramment admis en gestion financière, le financement des investissements nécessaires et des besoins en fonds
du roulement d’exploitation doit en principe assurés par des capitaux demeurant à long terme à la disposition de l’entreprise,
leurs montants sont parfois retenus comme valeur de l’entreprise.

En général, dans le calcul des CPNE, on tient compte :

- De la valeur d’utilité des immobilisations utilisées dans l’exploitation y compris celle faisant l’objet d’un contrat du crédit bail ou
de location de grande durée ;

- Du besoin en fonds du roulement d’exploitation.

20
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Méthode des Capitaux Permanent Nécessaires à l’Exploitation (CPNE)

Formule de calcul

CPNE= Immobilisations utilisées par l’E (acquis ou louées) + Plus-values + BFR

21
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Méthode du Goodwill ou Survaleur

Le Goodwill ?

• Le "Goodwill" est défini comme étant un produit immatériel provenant de la


compétence, de la culture propre, de la réputation, du fond de clientèle d'une
entreprise, ingénierie et R&D.

• C’est l’excédent de la valeur globale d’une entreprise à une date donnée, sur la juste
valeur attribuée aux éléments identifiables de son actif à cette date.

• Il s'ajoute à l'actif net corrigé pour déterminer la valeur de l'entreprise et se calcule sur
base du résultat obtenu de la différence entre les bénéfices futurs attendus de
l'entreprise et les bénéfices qui devraient normalement être réalisés (soit calculé sur
base du taux normal d'intérêt du marché, soit calculé par rapport à la rentabilité d'une
entreprise de même type).

• Le montant obtenu est capitalisé sur base d'un taux d'évaluation se composant du taux
d'intérêt du marché, d'une prime de risque de l'investisseur et d'une prime de non-
liquidité. Le "Goodwill" se calcule sur plusieurs années (maximum 5 ans) en chiffres
actualisés.

22
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Calcul du Goodwill par la Méthode Indirecte (méthode des praticiens)

Le goodwill est la différence entre la valeur globale (Vg) d’une entreprise et son actif net
comptable corrigé:
Vg = ANCC + GW  GW = Vg - ANCC

Dans l’absolu, on ne connaît pas la Vg et on l’estime par la moyenne arithmétique de la valeur


de rendement, qu’on obtient en capitalisant le résultat d’exploitation hors charges financières
et la valeur de l’ANCC:
Vg = (Vr+ANCC)/ 2
Avec Vr= RE x 1/t où t est le taux d’actualisation
D’où: Vg= (REx1/t+ANCC)/2

23
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Calcul du Goodwill par la Méthode Indirecte (méthode des praticiens)

Exemple:
Si nous utilisons un taux de capitalisation de 12% et si nous reprenons les données de la
société ‘’M’’ :
ANCC: 3.967,1 MF
Résultat d’exploitation : 1.583,2 MF
Nbre d,action composant le capital de M = 12.500
Vr= 1583,2x1/12% = 13.193,3 MF
Vg= (3.967,1+13.193,3)/2 = 8.580,2 MF
Comme GW= Vg – ANCCC  valeur du GW= 8.580,2- 3.967,1, soit 4.613,1 MF
Valeur de l’action = 8.580,2/12.500= 686,4 F

24
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Calcul du Goodwill par la Méthode Directe (méthode Anglo-Saxonne)

Le goodwill est l’excédent actualisé, entre le résultat d’exploitation de l’entreprise


et la rémunération de l’actif net comptable corrigé au taux du marché:

GW = (RE – ANCC x i)/t


Où i est le taux de rémunération moyen des actifs sur le marché
Et t est le taux actuariel ou taux de rendement exigé

Ainsi:
Vg = ANCC+ (RE – ANCC x i)/t

25
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

4) Calcul du Goodwill par la Méthode Directe (méthode Anglo-Saxonne)

Exemple:
Si, le taux de rémunération du marché est de 9% , le calcul du GW de la société ‘’M’’
selon la méthode directe serait ainsi:
ANCC: 3.967,1 MF
Résultat d’exploitation : 1.583,2 MF
Taux actuariel : 12%
GW = (1.583,2 – 3.967,1x9%)/12% = 10.218 MF
Vg = 3.967,1 + 10.218 = 14.185,1 MF
Valeur de l’action = 14.185,1/12.500= 1.134,8 F
Remarque: La valeur trouvée dans la méthode directe est largement supérieure à celle de la
méthode indirecte, car la rente du GW est capitalisée sur une période infinie

26
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

5) Calcul du Goodwill par la Méthode Abrégée

Cette méthode diffère légèrement de la précédente: la rente est calculée à horizon limité (5 ans) et la
rémunération des actifs porte sur la Valeur Substantielle (Vs). On obtient le Goodwill actualisé GWa de la
forme:
GWa = (RE – Vs x i) x (1-(1+t)-n)/t
Où i est le taux de rémunération moyen des actifs sur le marché
Et t est le taux actuariel ou taux de rendement exigé

Valeur Substantielle: c’est la valeur des actifs de l’entreprise y compris ceux utilisés dans
l’exploitation et dont elle n’est pas propriétaire (ex: les actifs en contrat de bail, les
éléments loués..) déduction faite des frais d’entretien de ces actifs.

Vs = ANCC+ passif exigible + éléments exploités sans en être propriétaire – coûts de


réparation et de remise en état

27
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. Approches Patrimoniales

Principales limites aux approches patrimoniales

 Méthodes statiques, déconnectées du marché et absence de vision sur la rentabilité future de


l’entreprise.

 Hypothèse de liquidité immédiate des actifs et des plus values latentes.

 Coûts cachés (fiscal, juridique, poids des dirigeants, poids des actifs hors exploitation…)

 Méthodes non applicables et/ou non significatives dans certains cas d’évaluation spécifique
(banques, assurances, sociétés financières…)

 Ainsi, les méthodes patrimoniales sont nécessaires mais insuffisantes, elles constituent une base
comparative et un premier niveau de connaissance de la valeur de l’entreprise.

 D’où, nécessité de les conjuguer à d’autres approches plus adaptées au marché: dites approches
économiques ou approches dynamiques par les flux.

28
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION

Chapitre 2: Evaluation de l’entreprise par les


Approches basées sur les flux, bénéfices ou
revenus

29
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
B. Approches basées sur les flux, bénéfices ou revenus

1) Valeurs fonctionnelles et économiques de l’entreprise

VALEURS ECONOMIQUES DE L’ENTREPRISE:

L’évalution peut être notamment dans la perspective d’une acquisition, être réalisée dans le contexte d’une optique
économique, faisant une large place à la rentabilité de l’investissement correspondant, les analystes financiers
(évaluateurs) sont fréquemment conduits à corriger la valeur obtenue par la simple estimation patrimoniale de
l’outil du travail que constitue l’entreprise. La correction devrait être apporté à cette valeur et justifiée par les
perspectives du résultat futur. Cette différence en principe positif est appelée survaleur. La valeur de l’entreprise
sera donc égale à la valeur de base retenue plus la survaleur.

Valeur de l’entreprise = Valeur de base + survaleur

Il existe plusieurs méthodes dans le calcul théorique de la survaleur qui peut amener à calculer:

• La valeur de rendement

• La valeur de rentabilité

• Ou la valeur du potentiel de croissance

30
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
B. Approches basées sur les flux, bénéfices ou revenus

1) Valeurs fonctionnelles et économiques de l’entreprise

VALEURS ECONOMIQUES DE L’ENTREPRISE:


• Valeur de Rendement (Vrd) : Vrd = RNC/t ou de préférence Vrd= RE/t
RNC est le résultat net de l’exercice (ou le RE résultat d’exploitation) ou bien la moyenne de ce résultat sur les trois ou
cinq dernières années. La Vrd reflète le principe fondamental de la capitalisation d’une rente.
• Valeur de Rentabilité (Vrt) : c’est l’actualisation du dividende effectivement perçu par l’actionnaire.
Vrt = dpa/t  Valeur de l’Ese= Vrt * nbre d’actions (où dpa est le dividende par action)
Vrt = 20 / 12% = 166,66 F par action, soit une valeur d’entreprise de :
Ve = 166,66 * 12.500 actions/1000 = 2.083,3 MF

• Valeur du potentiel de croissance (Vpc) : Vpc théorique = CAF/t et Vpc nette = Autofin/t
Avec une CAF de 484,7 MF  Vpc = CAF/12% = 4.039,2 MF
Avec un AUTOFIN de 234,7 (484,7- 250)  Vpc = AUTOFIN/12% = 1.955,8 MF

31
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
B. Approches basées sur les flux, bénéfices ou revenus

2) Le DCF

1 2 3 4
résultat d'exploitation
- Impôt sur les sociétés
+ Dotation aux amortissements
- Investissements
+/- Variation du besoin en fond de roulement
= Flux de trésorerie disponible
Flux de trésorerie actualisé
Total flux de trésorerie actualisés (A)
Valeur terminale (B)
Valeur de l'entreprise selon la méthode DCF (A) + (B)

32
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION

Chapitre 3: Evaluation de l’entreprise par les


Approches comparatives : le PER

33
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. les Approches comparatives : le PER

Principes

Les méthodes comparatives reposent sur un principe simple des sociétés comparables se
valorisent sur la base des critères proches, voir identique.

Qu’est ce qu’une entreprise comparable ?

Une entreprise comparable n’est pas un bien de grande consommation et il est impossible
de pouvoir trouver deux entreprises identiques. La démarche de l’évaluateur est donc de
rechercher des axes dont la valeur est connue, présentant des similitudes avec celle qu’il
étudie.

34
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. les Approches comparatives : le PER

Formules

Par la méthode du PER, la valeur de la société si elle est cotée en bourse est appelée capitalisation boursière.

Capitalisation boursière = nombre d’actions*cours

Le PER s’obtient par :

𝐶𝑜𝑢𝑟𝑠 𝐶𝑎𝑝𝑖𝑡𝑎𝑙𝑖𝑠𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑏𝑜𝑢𝑟𝑠𝑖è𝑟𝑒


PER= 𝐵é𝑛é𝑓𝑖𝑐𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 ou PER= 𝐵é𝑛é𝑓𝑖𝑐𝑒 𝑔𝑙𝑜𝑏𝑎𝑙

35
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. les Approches comparatives : le PER

Formules

Exemple : Valorisation d’entreprise par le PER : Le cas RIVALI

Tableau n1:Données relatives à des sociétés comparables à RIVALI.

Sociétés Capitalisation boursière


- CLAIRE 9460
- GOLD 16930
- HOLDY 321600
- MERS 30900
- TURNER 18300

36
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. les Approches comparatives : le PER

Formules

Exemple : Valorisation d’entreprise par le PER : Le cas RIVALI

Tableau n2:Le résultat net des sociétés comparable à RIVALI.

Sociétés Resultat
- CLAIRE 928
- GOLD 1094
- HOLDY 36122
- MERS 3639
- TURNER 496

37
PREMIERE PARTIE: METHODES D’EVALUATION
A. les Approches comparatives : le PER

Formules

Exemple : Valorisation d’entreprise par le PER : Le cas RIVALI

TAF:

1- Calculer le PER de chacune des sociétés comparables à RIVALI

2- Calculer le PER moyen , le PER moyen tempéré et le PER médian

3- Sachant que le résultat de RIVALI est estimé à 9559, déterminer la valeur de la société en appliquant les
multiples obtenus à partir de l’échantillon des sociétés comparables

38
MERCI DE VOTRE ATTENTION

ngomanage@gmail.com
tel: 77 216 00 97

Vous aimerez peut-être aussi