Vous êtes sur la page 1sur 64

Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Câblage informatique et
nouveaux réseaux 1830 EU
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION....................................................................................................................... 5
MODULE 1 : EVOLUTIONS DES RÉSEAUX CUIVRE ET OPTIQUE ...................................... 6
I. Evolution des techniques et des performances ................................................................... 7

1. Evolution de l’internet ......................................................................................................... 7

2. Ethernet et les raisons de sons succès .............................................................................. 9

3. Ethernet directement intégré dans le modèle OSI .............................................................. 9

4. Ethernet : Une évolution constante................................................................................... 10

II. Description des différents media disponibles actuellement ............................................. 13

1. Le cuivre ........................................................................................................................... 13

2. La fibre optique ................................................................................................................. 16

3. Courants porteurs en ligne (CPL) ..................................................................................... 20

MODULE 2 : CARACTÉRISATION ET ARCHITECTURE DES RÉSEAUX ........................... 22


I. Paires torsadées et câble : caractérisation et classification ............................................. 23

1. Présentation ..................................................................................................................... 23

2. Description ....................................................................................................................... 23

3. Caractéristiques ............................................................................................................... 25

4. Extension UTP / STP........................................................................................................ 26

5. Classification .................................................................................................................... 27

II. Tests des paires torsadées .................................................................................................. 30

1. NEXT : La paradiaphonie ................................................................................................. 30

2. L’atténuation ..................................................................................................................... 31

3. Le delay Skew .................................................................................................................. 31

4. Return Loss ...................................................................................................................... 31

III. Fibres optiques silices .......................................................................................................... 32

1. Présentation ..................................................................................................................... 32

2
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

2. Fibres multimodes ............................................................................................................ 32

3. Fibres monomodes ........................................................................................................... 32

4. Caractéristiques ............................................................................................................... 33

IV. Injecteurs VCSEL pour fibres multimodes .......................................................................... 34

1. Présentation ..................................................................................................................... 34

V. Câbles optiques actifs, les cassettes MPO/MTP................................................................. 35

1. Présentation des câbles optiques actifs ........................................................................... 35

2. Apports des câbles optiques actifs ................................................................................... 35

3. Présentation des cassettes MPO/MTP ............................................................................. 36

4. Apports des des cassettes MPO/MTP .............................................................................. 36

VI. Mutation apportée par OFDM en milieu difficile ................................................................. 37

1. Présentation ..................................................................................................................... 37

2. Principe ............................................................................................................................ 37

3. Domaines d’application .................................................................................................... 38

4. Apports dans ces domaines d’applications....................................................................... 38

MODULE 3 : NORMES ET PERFORMANCES ...................................................................... 39


I. Normes TIA/EIA, ISO/IEC pour l'ensemble des composants du câblage informatique ... 40

1. Généralités ....................................................................................................................... 40

2. Utilisation .......................................................................................................................... 42

3. Le RJ45 ............................................................................................................................ 43

4. Les normes EIA/TIA 568A et 568B ................................................................................... 43

II. Evolution en cours à 40 Gbit (40Gbase-T) de l'Ethernet paires torsadées / Fibre optique
en centre de calcul ............................................................................................................................. 48

1. Elaboration des normes.................................................................................................... 48

2. Les premiers produits ....................................................................................................... 50

3. Essais et déploiement commerciaux ................................................................................ 51

MODULE 4 : DÉPLOIEMENTS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS, LOCAUX, CAMPUS ET


MÉTROPOLITAINS ................................................................................................................ 53
3
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Les fibres optiques en intérieur ........................................................................................... 54

1. Présentation ..................................................................................................................... 54

2. Quelques exemples .......................................................................................................... 54

II. Les fibres optiques à l’extérieur........................................................................................... 56

1. Présentation ..................................................................................................................... 56

2. Quelques applications ...................................................................................................... 57

MODULE 5 : NOUVEAUX RÉSEAUX .................................................................................... 60


I. Les courants porteurs (IEEE P1901). Complément aux LAN cuivre et optique ............... 61

1. Aperçu rapide ................................................................................................................... 61

2. Le CPL, une solution souple, multisupport, AnyLAN ........................................................ 61

3. Le CPL se standardise ..................................................................................................... 62

II. Cibles privilégiées : hôtels, colloques, hôpitaux, musées, (caméra de surveillance,


musiques et écrans déportés)........................................................................................................... 63

III. Les nouveaux types de fibre ................................................................................................ 63

1. FMF (à mode restreints) ................................................................................................... 63

2. MCF (Multi Core Fiber) ..................................................................................................... 64

3. Nouvelles applications ...................................................................................................... 64

4
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

INTRODUCTION

À une époque où communication et technologie sont les maîtres mots de notre société, on ne peut
douter que l'avenir des réseaux informatiques soit de grandir et de se développer. Cet avenir est pour une bonne
part liée aux techniques et aux supports de communication utilisés dans les réseaux. À l'heure actuelle, la
tendance est à la transmission numérique et à l'utilisation de la communication sans fil. De plus, la technologie
actuelle permet d'accroître les volumes et les vitesses de transfert des données tout en diminuant les coûts. Les
interconnexions de réseaux sont innombrables et pratiquement tous les réseaux se trouvent aujourd'hui
imbriqués les uns dans les autres. En particulier, Internet est le réseau fédérateur des réseaux de la planète.
Les analyses de tendances montrent que les réseaux mobiles sont en train de devenir prédominants dans le
transport de la voix, laissant aux réseaux fixes le transport des données à hauts débits.
L'intégration des réseaux locaux et grande distance dans le système d'information et de communication
de l'entreprise a conduit au concept de réseau d'entreprise, dans lequel l'utilisateur a accès à toutes les
ressources informatiques, grâce à une réelle distribution des applications. La connexion du réseau d'une
entreprise à Internet rend l'ensemble de ses ordinateurs vulnérables aux intrusions. Elle oblige celle-ci à adopter
des procédures de sécurité contraignantes pour tous les usagers, particulièrement lorsque des ordinateurs
nomades, situés hors de l'entreprise, désirent utiliser le réseau via Internet pour disposer de certains services.
Le développement explosif d'Internet ne doit cependant pas cacher le fait qu'il s'agit d'un système non
contrôlé. Hier encore subventionné par la recherche et les universités, Internet est aujourd'hui accessible à tout
le monde ; le meilleur y côtoie le pire et, trop souvent, le médiocre. La censure n'existe pas, l'ensemble des
sujets possibles étant abordés et laissés à la disposition de tous, sans aucune retenue. La croissance
exponentielle du nombre d'ordinateurs connectés à Internet pose de nouveaux problèmes : le plan d'adressage
IP atteint un seuil de saturation, les adresses disponibles commencent à manquer. Une nouvelle version d'IP
dite IPv6 (IP version 6), prévoyant un champ d'adressage beaucoup plus large pour faire face à cette explosion
de demandes de connexion, se met progressivement en place. Elle tente également d'apporter des éléments
d'authentification et de confidentialité, thèmes qui n'étaient pas abordés dans les versions précédentes d'IP.
On peut donc assurer que les réseaux informatiques constituent un pôle d'intérêt économique très
important au début de ce troisième millénaire. Les mutations technologiques se succèdent et la recherche de
nouveaux produits aux performances toujours plus élevées est permanente.

5
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

MODULE 1 : EVOLUTIONS DES RÉSEAUX CUIVRE ET OPTIQUE

6
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Evolution des techniques et des performances

1. Evolution de l’internet

Internet (INTERconnection of NETwork) est un regroupement de réseaux formé de milliers d'ordinateurs


de conceptions et d'architectures hétérogènes. Internet est le plus grand réseau d'informations dans le monde.
Les ordinateurs sont reliés entre eux par une multitude de média. Ainsi, lorsqu'une information part d'un
serveur WEB pour arriver sur votre ordinateur, elle traverse souvent plus d'une dizaine d'autres ordinateurs. Si
un de ces ordinateurs tombe en panne, l'information vous parviendra quand même dans la plupart des cas car
elle passera par un autre chemin grâce au maillage d'internet...

Ainsi, il est possible de faire cohabiter au sein d'un même Internet des réseaux utilisant des techniques
aussi diverses qu'Ethernet, FDDI (Fiber Distributed Data Interface), ATM (Asynchronous Transfer Mode) ... Le
seul point commun exigé aux réseaux composant un Internet est un ensemble de protocoles de communication
identique. Ces protocoles décrivent la structure des messages échangés et la façon de les exploiter. La suite
des protocoles TCP/IP (regroupant IP, UDP, TCP,) est de loin la plus connue et la plus utilisée. Du point de vue
de l'utilisateur, Internet apparaît comme un simple et unique réseau.

Internet a connu deux étapes majeures et nous vivons l’émergence de la troisième. Pour comprendre
cela, il faut voir ce qui a été fait avant.
Dans les années 90, la première vague a commencé avec la création et la fondation
d’infrastructures du web en ligne. Des entreprises comme Sprint, Cisco, Apple, Microsoft, AOL et IBM ont

7
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

crée des machines, des logiciels et des réseaux pour rendre internet disponible aux utilisateurs dans un usage
privé et commercial.

Au début du XXIe siècle, la seconde vague déferle.


Des moteurs de recherche comme Google aident les internautes à se retrouver dans des milliards de
pages HTML indexées ; le commerce en ligne apparaît avec des sites comme Amazon et eBay ; et les réseaux
sociaux comme Facebook et Twitter connectent les gens entre eux.
Plus tard, cette seconde vague révolutionne le monde avec l’apparition du smartphone qui a apporté
l’accès à l’internet mobile et nous plonge complètement dans l’ère de la transformation digitale : Industrie 4.0.

L'histoire de la technologie de l'information est indissociable de l'évolution du câblage et de la


connectique. Sans câbles et lignes appropriés et sans composants de connexion et de raccordement de haute
qualité, les réseaux de données performants (en anglais local area networks, en abrégé LAN) ne sont pas

8
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

possibles. Compte tenu des réseaux à haut débit tels que Gigabit et 10 Gigabit Ethernet, il est aujourd'hui difficile
d'imaginer que les réseaux de données trouvent leur origine dans le câblage téléphonique.

2. Ethernet et les raisons de sons succès

Ethernet est une technologie universelle qui dominait déjà les réseaux locaux bien avant le
développement de l'Internet. La clé de la longévité de cette technologie, c'est sa simplicité. Souvent critiquée,
elle a toujours été plus facile à utiliser et à mettre en œuvre que ses concurrentes. Dans une infrastructure
interconnectée :

• Toutes les stations sont égales vis-à-vis du réseau : il n'y a pas d'équipement maître de contrôle du
réseau.
• La méthode d'accès employée est distribuée entre tous les équipements connectés.
• Le mode de transmission est de type bidirectionnel alterné : les signaux transitent dans les deux sens,
mais pas simultanément.
• On peut relier ou retirer une machine du réseau sans perturber le fonctionnement de l'ensemble.

Ces principes ont montré qu'il était plus facile de concevoir les réseaux et les équipements correspondants
avec Ethernet qu'avec d'autres technologies aux définitions plus complètes. De nombreuses technologies
réseaux « mieux définies » au départ comme Token Ring (IEEE 802.5) par exemple, se sont avérées très peu
évolutives au fil du temps.

Ces principes ont été formalisés au début des années soixante-dix. Aujourd'hui, seul le mode de
transmission bidirectionnel alterné est de moins en moins employé. Le déploiement de la commutation de niveau
2 étant généralisé, les transmissions se font sur des paires cuivre ou fibre optique dédiées à chaque sens de
communication. On parle alors de mode full duplex.

3. Ethernet directement intégré dans le modèle OSI

Ethernet était à l'origine un standard développé par les laboratoires Xerox au tout début des années
1970. Ce standard a d'abord évolué jusqu'à la version Ethernet II, aussi appelée DIX ou encore v2.0 avec
l'association regroupant Digital Equipment Corporation, Intel et Xerox. Par la suite, Ethernet a été inclus dans
les travaux sur la modélisation OSI au début des années 1980. Depuis cette époque, la technologie Ethernet
est totalement indépendante des constructeurs ; c'est un des facteurs importants de sa popularité.
Les éléments de la couche physique (couche 1 OSI) sont définis par les normes IEEE des sous-comités 802.3
et la méthode d'accès CSMA/CD correspond à la partie MAC de la couche liaison (couche 2 OSI).
Comme dans le cas des principes énoncés ci-avant, la généralisation de la commutation simplifie la méthode
d'accès en éliminant toute la partie consacrée à la gestion des collisions. On attache aujourd'hui beaucoup plus
d'importance aux méthodes de codage employées au niveau de la couche physique.

9
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

4. Ethernet : Une évolution constante

La simplicité de la méthode d'accès et la simplicité de l'interconnexion avec les autres technologies ont
fait d'Ethernet une technologie évolutive à des coûts acceptables pour toutes les catégories d'utilisateurs.
Même si les évolutions des débits ont entraîné l'abandon de supports bon marché (câbles coaxiaux lors
du passage de 10 à 100 Mbps), la mise en œuvre est restée simple. Les infrastructures existantes progressent
vers les technologies multimédias sans réinvestissements lourds.
C'est une des grandes leçons de l'histoire des réseaux de télécommunications sur les trente dernières
années. Toutes les technologies de transmission qui ont cherché à qualifier les flux réseau au plus près du
matériel n'ont pas su évoluer simplement. L'exemple de la technologie ATM est caractéristique. Faire évoluer
les équipements actifs ATM pour adapter les débits est excessivement plus coûteux qu'avec des équipements
Ethernet.
Au début des années 1970 :
• le premier réseau local Ethernet expérimental a été développé au centre de recherche Xerox de Palo
Alto (PARC) pour interconnecter des ordinateurs et des imprimantes laser à un débit de 2.94 Mbps. En
juillet 1976, les deux concepteurs de ce réseau, Bob Metcalfe et David Boggs, publièrent le document
de référence Ethernet : Distributed Packet Switching for Local Computer Network.
En septembre 1980 :
• Le premier standard Ethernet est publié. Les sociétés Intel et Digital Equipment Corporation (DEC) ont
rejoint Xerox pour produire un standard utilisable par tous. On a baptisé ce standard DIX standard. Il
correspond à la version 10Base5 ou Ethernet « épais ». Voir Section 4.1.1, « Ethernet standard ».

10
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Les premières cartes Ethernet sont apparues avec la version 2.0 du standard DIX en novembre 1982 :
le standard Ethernet II.

En 1983 :
• La première norme Ethernet est publiée par l' Institute of Electrical and Electronic
Engineers (IEEE) ; plus précisément par le sous-comité IEEE 802.3. C'est à cette époque qu'est
apparue la double signification d'un champ dans le format de la trame Ethernet : le champ
Type/Longueur. Cette différence entre normalisation et standard n'a jamais eu d'effet sur l'exploitation
des réseaux locaux Ethernet. Voir Section 9, « Format de trame » ;
• En 1985, l'IEEE publia la norme IEEE 802.3a correspondant à l'Ethernet « fin ». En 1987, l'utilisation
des fibres optiques devint effective avec la norme IEEE 802.3d.

En 1990 :
• La première norme utilisant les câbles de paires torsadées cuivre sur une topologie étoile est
publiée : IEEE 802.3i. C'est à partir de cette étape que les autres technologies de réseaux locaux ont
déclinée rapidement.

En 1993 :
• La norme IEEE 802.3j est venue étendre l'application de la topologie étoile sur fibres optiques.

11
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

En 1995 :
• Nouvelle étape majeure dans l'évolution d'Ethernet : le passage à 100 Mbps avec l'introduction de la
norme IEEE 802.3u. Cette version d'Ethernet est connue sous le nom Fast Ethernet.

En 1997 :
• La norme IEEE 802.3x a défini le mode « full-duplex » qui permet de réserver une paire cuivre ou fibre
optique par sens de communication. Associée à la généralisation de l'utilisation des commutateurs,
cette norme marque la fin de l'utilisation de la méthode d'accès historique d'Ethernet : CSMA/CD.

En 1998 :
• Les débits ont à nouveau été multipliés par 10 avec la sortie du Gigabit Ethernet. La norme
correspondante est l'IEEE 802.3z ;
• Cette première définition a été complétée en 1999 avec la norme IEEE 802.3ab qui définit l'utilisation
du Gbps sur les câbles en paires torsadées UTP de catégorie 5.

En 2002 :
• Une fois de plus, les débits ont été multipliés par 10 pour atteindre les 10 Gbps avec la publication de
la norme IEEE 802.3ae. Cette catégorie de débit marque l'avènement de l'exploitation d'Ethernet sur
les dorsales des réseaux étendus.
12
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

• De même qu'avec le Gigabit Ethernet, une définition d'Ethernet 10 Gbps sur paires torsadées cuivre
devrait voir le jour prochainement. La norme devrait être publiée avec l'appellation IEEE 802.3an.
L' Institute of Electrical and Electronic Engineers Get IEEE 802 a mis à disposition en ligne les normes
du comité 802 :
Ce document est construit à partir des quatre familles de débits d'Ethernet :
• Ethernet à 10 Mbps : la définition d'origine à partir de la constitution du sous-comité IEEE 802.3.
• Ethernet à 100 Mbps ou Fast Ethernet.
• Ethernet à 1 Gbps ou Gigabit Ethernet.
• Ethernet à 10 Gbps ou 10 Gigabit Ethernet.
À l'intérieur de chaque famille, il existe de nombreuses déclinaisons. Les plus utilisées sont décrites ci-
après.
Du point de vue de la conception, les câblages en paires torsadées cuivre sont habituellement utilisés pour la
« desserte » des postes de travail à des débits allant de 10 Mbps à 1 Gbps. Ensuite, les câblages en fibres
optiques sont utilisés pour les dorsales réseau.
Bien que cela ne corresponde à aucune normalisation, on rencontre de plus en plus souvent un découpage en
trois couches lors de la conception des réseaux locaux Ethernet : accès, distribution et cœur. Ce découpage a
surtout pour but de faciliter le classement des équipements dans les catalogues constructeurs.

II. Description des différents media disponibles actuellement

1. Le cuivre

a) Le câble coaxial
Le câble coaxial est un câble à deux conducteurs de pôles opposés séparés par un isolant. Il est utilisé pour
la transmission de signaux numériques ou analogiques par fréquences hautes ou basses.
Le câble se compose d'un conducteur central appelé l'âme, généralement en cuivre, qui est enrobé dans
un matériau diélectrique isolant. Ce dernier est lui-même entouré par un blindage qui fait office de second
conducteur. Ce blindage peut être une tresse de cuivre ou une feuille d'aluminium. Le tout est protégé dans une
gaine isolante. Cette configuration est pensée pour que les conducteurs ne produisent et ne subissent aucune
perturbation vers et depuis l'extérieur.

13
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Avantages

✓ Caractéristiques intéressantes et Immunité aux bruits électromagnétiques.


✓ Transporte de données numériques (50 Ohms) et analogiques (75 Ohms).

- Inconvénients

✓ Difficulté d’installation et manque d‘adaptation face aux modifications.


✓ Le coût reste plus élevé que celui de la paire torsadée pour des performances maintenant
dépassées.

- Transport de l’information
Largement utilisé depuis l’apparition d’Ethernet. Les câbles 50 Ohms sont appelés câbles bande de
base car ils véhiculent un seul signal numérique composé de « 0 » matérialisés par une absence de tension
et de « 1 » matérialisés par une présence de tension. Les câbles 75 Ohms sont appelés large bande car ils
peuvent véhiculer plusieurs signaux analogiques à des fréquences différentes (plusieurs chaînes de TV par
ex). Pour ces câbles, chaque signal peut être multiplexé dans le temps pour transporter plusieurs
informations.
b) La paire torsadée

- Présentation
La paire torsadée est le support de transmission le plus simple. il est constitué de 1 ou plusieurs paires de
fils électriques disposés en spirale. Les paires torsadées pourraient également être blindées, gaine métallique
entourant des paires totalement métalliques ou non blindées. Ils peuvent également être « non filtrés ».
Les câbles métalliques sont particulièrement adaptés à la transmission de données sur de courtes
distances. Si la longueur du fil est faible, de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres, des vitesses
de plusieurs mégabits par seconde sont souvent atteintes sans un taux d’erreur inacceptable. Sur des distances
plus courtes, on peut obtenir sans difficulté des vitesses de plusieurs dizaines de mégabits par seconde. Même
sur de courtes distances, il est facilement atteint plusieurs centaines de mégabits par seconde.

14
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Avantages

✓ Il est souvent coutume de transporter à la fois des données analogiques et numériques.


✓ Il est relativement facile à mettre en œuvre et à terminer.
✓ C’est le support de transmission le moins cher pour de courtes distances.
✓ Si une partie d’un câble à paires torsadées est cassée, cela n’affecte pas l’ensemble du réseau.
✓ Moins vulnérable aux interférences électriques causées par des équipements ou des fils à
proximité.
✓ Il provoque des interférences eux-mêmes.
✓ Meilleures performances sur de courtes distances.
✓ Des performances à coût élevé

- Inconvénients :

✓ Il en résulte une distorsion du signal d’une manière très efficace.


✓ L’atténuation est très élevée.

15
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

✓ Il prend en charge 10 Mbps jusqu’à une distance de 100 mètres sur un 10BASE-T qui est considéré
comme une bande passante faible.
✓ Il offre une sécurité médiocre et est relativement facile à exploiter.
✓ Comme ils sont minces, ils peuvent être facilement cassables.
✓ Faible durabilité (doit être entretenu régulièrement).
✓ Sensible aux interférences électromagnétiques (EMI).

2. La fibre optique

a) Présentation de la fibre optique


Une fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la propriété de conduire la lumière et sert
dans les transmissions terrestres et océaniques de données. Elle offre un débit d'informations nettement
supérieur à celui des câbles coaxiaux et supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent transiter aussi
bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données informatiques.
Les composantes de la fibre sont :
• Le cœur qui transporte la majeure partie de la lumière
• La gaine qui plie la lumière et la confine au cœur
• La protection qui fournit la première couche de protection mécanique, recouvert d'un
revêtement tampon secondaire, qui protège le revêtement primaire relativement fragile et la
fibre sous-jacente

b) Principe de la fibre optique


La fibre optique est un guide d'ondes qui exploite les propriétés réfractrices de la lumière. Elle est
habituellement constituée d'un cœur entouré d'une gaine. Le cœur de la fibre a un indice de réfraction
légèrement plus élevé (différence de quelques millièmes) que la gaine et peut donc confiner la lumière qui se
trouve entièrement réfléchie de multiples fois à l'interface entre les deux matériaux (en raison du phénomène
de réflexion totale interne). L’ensemble est généralement recouvert d’une gaine plastique de protection.

16
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Lorsqu'un rayon lumineux entre dans une fibre optique à l'une de ses extrémités avec un angle adéquat, il
subit de multiples réflexions totales internes. Ce rayon se propage alors jusqu'à l'autre extrémité de la fibre
optique sans perte, en empruntant un parcours en zigzag. La propagation de la lumière dans la fibre peut se
faire avec très peu de pertes même lorsque la fibre est courbée

Une fibre optique est souvent décrite selon deux paramètres :

• La différence d'indice normalisé, qui donne une mesure du saut d'indice entre le cœur et la
gaine :

• , où nc est l'indice de réfraction du cœur, et ng celui de la gaine ;


• L'ouverture numérique de la fibre ((en) numerical aperture), qui est concrètement le sinus de
l'angle d'entrée maximal de la lumière dans la fibre pour que la lumière puisse être guidée sans
perte, mesuré par rapport à l'axe de la fibre. L'ouverture numérique est égale à :

c) Classification

17
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Les fibres optiques peuvent être classées en deux catégories selon le diamètre de leur cœur et la longueur
d'onde utilisée : les fibres monomodes et multimodes.

- Fibres multimodes

Les fibres multimodes (dites MMF, pour Multi Mode Fiber), ont été les premières sur le marché. Elles ont
pour caractéristique de transporter plusieurs modes (trajets lumineux). Du fait de la dispersion intermodale, on
constate un étalement temporel du signal proportionnel à la longueur de la fibre. En conséquence, elles sont
utilisées uniquement pour des bas débits ou de courtes distances.

- Fibres monomodes

La fibre monomode a un noyau beaucoup plus petit, seulement environ 9 microns, de sorte que la lumière
ne voyage que dans un seul rayon. Dans les fibres monomodes, tous les effets multimodes décrits ci-dessus
sont éliminés ; cependant, un mécanisme d'étalement des impulsions demeure. Tout comme dans les fibres
multimodes, différentes longueurs d'onde de la lumière se déplacent à des vitesses différentes, provoquant la
propagation de courtes impulsions de lumière injectées dans la fibre au cours de leur déplacement. Ce
phénomène est appelé "dispersion chromatique".

18
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Types de câble à fibre


Distance de la fibre optique
optique

Fast 1Gb
1Gb 10Gb
Ethernet Ethernet 25Gb 40Gb 100Gb
Ethernet Base SE-
100BA 1000BA SE- Base SR-S Base SR4 Base SR10
1000BASE-SX SR
SE-FX LX

Fibre monomode OS2 200m 5,000m 5,000m 10km / / /

OM1 200m 275m / / / /

550m
OM2 200m 550m (câble de / / / /
raccordement
Fibre multimode OM3 200m 550m à 300m 70m 100m 100m
conditionnem
OM4 200m 550m ent de mode 400m 100m 150m 150m
requis)

OM5 200m 550m 300m 100m 400m 400m

- Avantages

✓ Une plus grande bande passante et une vitesse plus élevée. Le câble à fibre optique prend en
charge une bande passante et une vitesse extrêmement élevée ; jusqu’à 10 Gbps. La quantité
d’informations qui peut être transmise par unité de câble à fibre optique est son avantage le plus
significatif.
✓ Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la fibre optique est bon marché. Plusieurs kilomètres de
câble à fibre optique peuvent être fabriqués pour moins cher ; que des longueurs équivalentes en fil
de cuivre.
✓ Les fibres optiques sont aussi plus minces et plus légères. Ainsi, cela leur permet d’offrir un meilleur
ajustement, là où l’espace est un problème.
✓ Une capacité de charge plus élevée. Les fibres optiques étant beaucoup plus minces que les fils de
cuivre, davantage de fibres peuvent être regroupées dans un câble d’un même diamètre. Cela
permet à plus de lignes téléphoniques de passer par le même câble.
✓ La fibre optique offre moins de dégradation du signal. En effet, la perte de signal dans la fibre optique
est inférieure à celle du fil de cuivre. En découle une meilleure qualité pour votre connexion internet.
✓ Les données sont transportées par des signaux lumineux. Contrairement aux signaux électriques
transmis dans les fils de cuivre, les signaux lumineux d’une fibre n’interfèrent pas avec ceux d’autres
fibres du même câble. Ainsi, cela signifie par exemple que les conversations en téléphonie IP sont
plus claires. la fibre est aussi utilisée pour le réseau informatique.

19
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

✓ La fibre optique a une meilleure durée de vie. Les fibres optiques ont généralement un cycle de vie
plus long ; plus de 100 ans. C’est pour cela que les fournisseurs d’accès internet investissent autant
dans le déploiement de la fibre.

- Inconvénients

✓ L’utilisation de la fibre optique est limitée. Le câble à fibre optique ne peut être utilisé qu’au sol.
Exception faite dans certaines utilisations aériennes sur des poteaux.
✓ Les sources d’émission de faible puissance-lumière sont limitées à une faible puissance. Bien que
des émetteurs de forte puissance soient disponibles pour améliorer l’alimentation électrique ; mais
cela implique aussi un coût supplémentaire. Cela peut donc induire un coût élevé.
✓ Fragilité : la fibre optique est plutôt fragile et plus vulnérable aux dommages par rapport aux fils de
cuivre. Vous feriez mieux de ne pas tordre ou plier les câbles fibres optiques ; à vos risques et
périls. Attention, ça n’est pas le cas du câble qui est beaucoup plus résistant.
✓ Distance : la distance entre l’émetteur et le récepteur doit rester courte ; ou alors des répéteurs sont
nécessaires pour amplifier le signal.

3. Courants porteurs en ligne (CPL)

a) Présentation

On retient sous l'appellation « Courants Porteurs en Ligne » toute technologie qui vise à faire passer de
l'information à bas débit ou haut débit sur les lignes électriques en utilisant des techniques de modulation
avancées.
Selon les pays, les institutions, les sociétés, les courants porteurs en ligne se retrouvent sous plusieurs
mots-clés différents :
- CPL (Courants porteurs en ligne)
- PLC (Powerline Communications)
- PLT (Powerline Telecommunication)
- PPC (Power Plus Communications)

La technologie sur courants porteurs existe depuis longtemps, mais elle n'était utilisée pendant longtemps
qu'à bas débit pour des applications de télécommande de relais, éclairage public et domotique.
Le haut débit sur CPL n'a commencé qu'à la fin des années 1990 :
• 1950 : sur fréquence 10 Hz, puissance 10 kW, unidirectionnel : lumières en ville, télécommande de
relais.
• Milieu des années 80 : début des recherches pour utiliser le réseau de distribution électrique comme
support de transport de données, sur la bande 5 – 500 kHz, toujours en unidirectionnel.
• 1997 : premiers tests de transmission de signaux de données sur réseau électrique en bidirectionnel,
et début des recherches pour Ascom (Suisse) et Norweb (UK).

20
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

• 2000 : premières expérimentations en France par EDF R&D et Ascom.

b) Principe de fonctionnement

En effectuant la technologie CPL à Haut Débit, il est possible de faire passer des données informatiques
sur le réseau électrique, et ainsi étendre un réseau local existant ou partager un accès Internet existant via les
prises électriques grâce à la mise en place de boîtiers spécifiques.
Le principe des CPL consiste à superposer au signal électrique de 50 Hz un autre signal à plus haute
fréquence (bande 1,6 à 30 Mhz) et de faible énergie. Ce deuxième signal se propage sur l'installation électrique
et peut être reçu et décodé à distance. Ainsi le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL qui se trouve sur le
même réseau électrique.
Un coupleur intégré en entrée des récepteurs CPL élimine les composantes basse fréquence avant le
traitement du signal

- Avantages

✓ Facile d’utilisation pour créer un réseau domestique ou connecter une box et un décodeur TV, le CPL
est une technologie peu coûteuse et sobre en termes de consommation de ressources. De plus, il est
idéal pour la domotique.
✓ La domotique est une spécialité du bâtiment regroupant les techniques permettant de contrôler,
d'automatiser et de programmer l'habitat. La domotique permet notamment la programmation des
appareils électriques ainsi que le contrôle de l’habitat (alarme, température, éclairage, etc.).
✓ Technologie puissante permettant de faire plusieurs activités en ligne grâce au haut débit.
- Inconvénients
✓ Il existe un risque de saturation ou parasitage de certains réseaux,
✓ L’utilisation de multiprises atténue les signaux rendant cette technologie inefficace,
✓ Plus il y a de matériels connectés par le CPL, moins le débit est important

21
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

MODULE 2 : CARACTÉRISATION ET ARCHITECTURE DES RÉSEAUX

22
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Paires torsadées et câble : caractérisation et classification

1. Présentation

Une paire torsadée est une ligne symétrique formée de deux fils conducteurs enroulés en hélice l’un autour
de l’autre. Cette configuration a pour but principal de limiter la sensibilité aux interférences et la diaphonie dans
les câbles multipaires.
En français, « paire symétrique » est, en téléphonie, synonyme de « paire torsadée »
Les paires torsadées se trouvent en téléphonie, en électroacoustique, en instrumentation et en transmission
de données informatiques, domaine où elles ont fait l'objet d'importants développements. Elles s'utilisent aussi
dans les câbles de puissance, afin de réduire leurs émissions

2. Description

Le câble à paire torsadée (TWISTED-PAIR CABLE) est composé de plusieurs éléments :


• Des brins de cuivre entrelacés (torsadés)
• Une enveloppe isolante
Le câble à paire torsadée est le support (le média) le plus utilisé à l’intérieur d’un bâtiment.
L’entrelacement des brins de cuivre permet de limiter les interférences extérieures (moteur, relais,
transformateur, …), toutefois la protection d’un blindage est bien plus efficace pour diminuer les risques
d’interférences.
La transmission d'un signal électrique est sujette à des interférences électromagnétiques, qu'on réduit en
premier lieu par une liaison symétrique avec signalisation différentielle, dans laquelle la différence de tension
entre les deux conducteurs transporte l'information. Le récepteur élimine les perturbations dont l'origine est à
quelque distance, qui affectent également les deux conducteurs de la ligne.
Lorsque deux paires symétriques courent parallèlement, des liaisons inductives et capacitives se forment
entre elles. Le signal de l'une se retrouve dans le signal de l'autre. C'est ce qu'on appelle la diaphonie. La torsion
des paires, à un pas différent pour chaque ligne, permet de réduire cet effet. Lorsque la ligne est courte, la

23
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

diaphonie est de toute façon faible. Lorsque la ligne est longue, les paires se trouvent tantôt en phase, tantôt en
opposition de phase, annulant leurs effets.
Le maintien de la distance entre fils de pair permet de maintenir l'impédance caractéristique de la ligne de
transmission, afin de supprimer les réflexions de signaux aux raccords et en bout de ligne. Les contraintes
géométriques (épaisseur de l’isolant/diamètre du fil) maintiennent cette impédance autour de 100 ohms :
• 100 ohms pour les réseaux Ethernet en étoile ;
• 150 ou bien 105 ohms pour les réseaux token ring ;
• 100 ou bien 120 ohms pour les réseaux de téléphonie ;
• 90 ohms pour les câbles USB.
Le nombre moyen de torsades par mètre fait partie de la spécification du câble. Chaque paire d’un câble
est torsadée de manière légèrement différente pour éviter la diaphonie

On distingue généralement deux types de paires torsadées :


• Les paires blindées (STP : Shielded Twisted-Pair) ;
• Les paires non blindées (UTP : Unshielded Twisted-Pair).
Un câble est souvent fabriqué à partir de plusieurs paires torsadées regroupées et placées à l’intérieur de
la gaine protectrice. L’entrelacement permet de supprimer les bruits (interférences électriques) dus aux paires
adjacentes ou autres sources (moteurs, relais, transformateur).
La paire torsadée est donc adaptée à la mise en réseau local d'un faible parc avec un budget limité, et
une connectique simple. Toutefois, sur de longues distances avec des débits élevés elle ne permet pas de
garantir l’intégrité des données (c'est-à-dire la transmission sans perte de données).
La désignation du câble indique sous forme abrégée sa configuration. L'abréviation TP (« twisted pair »)
indique une ou plusieurs paires torsadées, TQ (« twisted quad ») qu'il s'agit d'un Quarte ou quad. Les lettres qui
précèdent, comme l'adjectif en anglais, indiquent le blindage. Celui du câble entier, suivi d'une barre oblique,
précède la description des paires.
• U (« unshielded ») : non blindé
• S (« braided shielding ») : blindage par tresse
• F (« foil shielding ») : blindage par feuillard

24
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

3. Caractéristiques

- Paie torsadée non blindée

Le câble UTP obéit à la spécification 10BaseT. C’est le type de paire torsadée le plus utilisé et le plus répandu
pour les réseaux locaux. Voici quelques caractéristiques :

✓ Longueur maximale d’un segment : 100 mètres


✓ Composition : 2 fils de cuivre recouverts d’isolant
✓ Normes UTP : conditionnent le nombre de torsions par pied (33 cm) de câble en fonction de l’utilisation
prévue
✓ UTP : répertorié dans la norme Commercial Building Wiring Standard 568 de l’EIA/TIA (Electronic
Industries Association / Telecommunication Industries Association). La norme EIA/TIA 568 a utilisé UTP
pour créer des normes applicables à toutes sortes de locaux et de contextes de câblage qui garantissent
au public l’homogénéité des produits. Ces normes incluent cinq catégories de câbles UTP :
➢ Catégorie 1 : Câble téléphonique traditionnel (transfert de voix mais pas de données)
➢ Catégorie 2 : Transmission des données à 4 Mbit/s maximum (RNIS). Ce type de câble est
composé de 4 paires torsadées
➢ Catégorie 3 : 10 Mbit/s maximum. Ce type de câble est composé de 4 paires torsadées et de
3 torsions par pied
➢ Catégorie 4 : 16 Mbit/s maximum. Ce type de câble est composé de 4 paires torsadées en
cuivre
➢ Catégorie 5 : 100 Mbit/s maximum. Ce type de câble est composé de 4 paires torsadées en
cuivre
➢ Catégorie 5e : 1000 Mbit/s maximum. Ce type de câble est composé de 4 paires torsadées
en cuivre

La plupart des installations téléphoniques utilisent un câble UTP. Beaucoup de locaux sont précâblés
pour ce genre d’installation (souvent en nombre suffisant pour satisfaire les futurs besoins). Si la paire torsadée
préinstallée est de bonne qualité, il est possible de transférer des données et donc l’utiliser en réseau
informatique. Il faut faire attention cependant aux nombres de torsades et aux autres caractéristiques électriques
requises pour une transmission de données de qualité.

Le majeur problème provient du fait que le câble UTP est particulièrement sujet aux interférences
(signaux d’une ligne se mélangeant à ceux d’une autre ligne). La seule solution réside dans le blindage.

- Paire torsadée blindée


Les composants d’un câble à paire torsadée blindée (STP) :
• Quatre brins de cuivre entrelacés deux par deux
• Deux blindages autour de chaque couple de brins
• Une enveloppe isolante

25
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Le blindage permet de réduire les interférences (mélanges des signaux électriques de plusieurs lignes,). Le
blindage (STP) permet des transferts de données à des débits plus important et sur des distances plus grandes
que l’UTP.

4. Extension UTP / STP

Pour limiter les interférences, les paires torsadées sont souvent blindées. Comme le blindage est
conducteur, il constitue également un référentiel de masse, ce qui peut amener à des problèmes d'interférences
en basse fréquence, en cas de défaut du système de masses de l'alimentation électrique5. Le blindage peut être
appliqué individuellement aux paires, ou à l’ensemble formé par celles-ci. Lorsque le blindage est appliqué à
l’ensemble des paires, on parle d’écrantage.
Il existe plusieurs types de paires torsadées :
• Paire torsadée non blindée : Unshielded twisted pair (UTP) - dénomination officielle U/UTP. La paire
torsadée non blindée n’est entourée d’aucun blindage protecteur.
• Paire torsadée écrantée : Foiled twisted pair (FTP) - dénomination officielle F/UTP. L'ensemble des
paires torsadées a un blindage global assuré par une feuille d’aluminium. L’écran est disposé entre la
gaine extérieure et les 4 paires torsadées. Les paires torsadées ne sont pas individuellement blindées.
• Paire torsadée blindée : Shielded twisted pair (STP) - dénomination officielle U/FTP. Chaque paire
torsadée blindée est entourée d’un feuillard en aluminium, de façon similaire à un câble coaxial.
• Paire torsadée doublement écrantée : Foiled foiled twisted pair (FFTP) - dénomination officielle
F/FTP. Chaque paire torsadée est entourée d'une feuille de blindage en aluminium. L'ensemble des
paires torsadées a une feuille de blindage collectif en aluminium.

26
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

• Paire torsadée écrantée et blindée : Shielded foiled twisted pair (SFTP) - dénomination officielle
SF/UTP. Câble doté d’un double écran (feuille métallisée et tresse) commun à l’ensemble des paires.
Les paires torsadées ne sont pas individuellement blindées (contrairement à ce que le terme Shielded
foiled twisted pair pourrait faire croire).
• Paire torsadée super blindée : Super Shielded Twisted Pair (SSTP) - dénomination officielle S/FTP.
Chacune des paires est blindée par un écran en aluminium, et en plus la gaine extérieure est blindée
par une tresse en cuivre étamé.
Dénomination courante de câbles de transmission de données

5. Classification

Les câbles UTP sont classés en catégories selon l’intégrité du signal. Ces différentes catégories sont
ratifiées par les autorités de normalisation américaines ANSI/TIA/EIA, Européennes CENELEC 50173,
internationales ISO 11801, ou autres. La norme française définissant le câblage structuré reprend la version
européenne, et à la suite de la traduction s’appelle : NF/EN 50173-16.
Le concept de « qualités de câbles » 1 et 2 utilisées initialement par un distributeur, la première normalisation
EIA/TIA 568 de 1990 a commencé la numération officielle à 3.
Catégorie 3
La catégorie 3 est un type de câblage testé à 16 MHz. Ce type de câble de nos jours ne sert
principalement plus qu’à la téléphonie sur le marché commercial, aussi bien pour les lignes analogiques que
numériques (systèmes téléphoniques, par exemple : Norstar, etc.). Il est également utilisé pour les réseaux
Ethernet (10 Mb/s). Ce type de câblage est en abandon depuis 2007 par les opérateurs au bénéfice de câbles
de catégorie 5 ou supérieure, pour la transmission de la voix comme des données. Le code couleur est jaune,
vert, rouge, noir. Dans les systèmes de xDSL on prend le vert et le rouge pour transmettre les données.

27
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Catégorie 4
La catégorie 4 est un type de câblage testé à 20 MHz. Ce standard fut principalement utilisé pour les
réseaux Token Ring à 16 Mbit/s ou les réseaux 10BASE-T7. Il fut rapidement remplacé par les catégories 5 et
5e. Dans la norme ANSI/TIA/EIA-568B (2011), seule la catégorie 3 est décrite.
Catégorie 5 / Classe D
L'ancienne catégorie 5 permet une bande passante de 100 MHz et un débit allant jusqu’à 100 Mbit/s.
Ce standard permet l’utilisation du 100BASE-TX, ainsi que diverses applications de téléphonie ou de réseaux
(Token ring, ATM). La catégorie 5 est obsolète et remplacée par la catégorie 5e. À noter que la norme ISO
11801, depuis la version 2000, a renommé la nouvelle catégorie 5e en catégorie 5, alors que la normalisation
nord-américaine conserve le terme « 5e ».
Catégorie 5e / classe De
La catégorie 5e (enhanced) peut permettre une quantité d'information allant jusqu’à 1 Gbit/s. C’est un
type de câblage testé à 100 MHz (apparu dans la norme TIA/EIA-568B)8. La norme est une adaptation de
la catégorie 5, améliorée pour permettre le Gigabit Ethernet. Le type de blindage et l’appairage en longueur ne
sont pas spécifiés9. Dans la norme ISO 11801, depuis 2000, cette catégorie est renommée catégorie 5 / Classe
D.
Catégorie 6 / classe E
La catégorie 6 est un type de câblage testé jusqu'à 250 MHz. En théorie il devait permettre le 1000Base-
TX, fonctionnant à 200 MHz en 2 × 2 paires simplex au lieu de 77 MHz en 4 paires full duplex. Ceci devait
réduire les coûts de production des interfaces réseaux. Aucun fabricant n'a suivi et le 1000base-TX n'existe pas.
Cependant, grâce à une moins forte résistance, le câble catégorie 6 reste avantageux par rapport au catégorie
5e pour l'utilisation de PoE où il permet des économies d'énergie.
Catégorie 6a / classe Ea
Ratifiée le 8 février 2008, la norme 6a est une extension de la catégorie 6 avec une bande passante de
500 MHz (norme ANSI/TIA/EIA-568-B.2-10). Cette norme permet le fonctionnement du 10GBASE-T. Dans la
norme internationale, « 6a » s'écrit « 6A »)
Catégorie 7 / classe F
La catégorie 7 est testée à 600 MHz10. Elle permet l’acheminement d’un signal de télévision modulé
en bande VHF ou UHF, mais pas dans une bande satellite (qui nécessite une bande passante de 2 200 MHz).
La catégorie 7 ne reconnaît pas le connecteur RJ45 et à la place en reconnaît 3 autres : catégorie 7a1 GHzit
allant jusqu'à 10 Gbit/s, tout comme les catégories 6a et 7. Par contre, le connecteur RJ45 n'est pas reconnu,
créant les mêmes difficultés que la catégorie 7 pour connecter les équipements.
Catégorie 8
La catégorie 8 est testée à 2 GHz et permet un débit allant jusqu'à 40 Gbit/s.

28
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Catégorie Classe Bande passante Fréquence max. Application

Token Ring 4 Mbit/s, 10 Base T, Fast Ethernet,


3 C 10 Mb/s 16 MHz
100 VG Any, LAN 100 Base T4

4 D 16 Mbit/s 20 MHz Token Ring

100 Mbit/s à 1 Câble U/UTP et F/UTP, 100 Base Tx, ATM 155
5 D 100 MHz
Gbit/s Mbit/s, 1000 Base T (Cat 5E)

6 E 1Gb/s 250 MHz Câble F/UTP et SF/UTP, 1000 Base Tx

Câble F/UTP et SF/UTP, 1000 Base Tx, 10 G


6a Ea 10Gb/s 500 MHz
Base T

7 F 10Gb/s 600 MHz Câble SF/UTP

8 Jusqu’à 40 Gb/s 2 GHz

29
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

II. Tests des paires torsadées

1. NEXT : La paradiaphonie

La paradiaphonie, connue aussi sous l’abréviation NEXT, est un paramètre de performance mesuré au
sein d’une seule liaison. Il mesure le signal couplé d’une paire à l’autre. La paire causant les interférences est
appelée « paire perturbatrice » tandis que la paire touchée par la diaphonie est la « paire perturbée ».
La paradiaphonie est exprimée en décibels (dB) et elle varie avec la fréquence de la transmission étant
donné que des fréquences plus élevées suscitent plus d’interférences. Plus la valeur en dB est élevée, moins il
y a de diaphonie sur la liaison perturbée. Par exemple, un câble de catégorie 5e qualifié pour du 100 MHz
pourrait avoir la valeur de paradiaphonie suivante 45,8 dB à 20 MHz et 35,3 dB à 100 MHz, ce qui indique de
meilleures performances à une fréquence inférieure.
La mesure est appelée « proche » car elle mesure la diaphonie sur la même extrémité de la liaison ou
du canal où le signal a sa source. Les paires torsadées viennent permettre d’annuler la paradiaphonie : des taux
de torsion différents sur chaque paire empêchent les paires de récupérer des signaux des paires adjacentes.
C’est pourquoi il est important de maintenir la paire torsadée au plus près du raccordement possible. Les taux
de torsion sont également optimisés en fonction des performances en matière de diaphonie et de leur isolation,
qui se voient améliorées avec chaque catégorie de câble. C’est pourquoi un câble de catégorie 6 caractérisé à
250 MHz a la valeur suivante : 44,3 dB 100 MHz par rapport à 35,3 dB pour un câble de catégorie 5e à la même
fréquence.
La paradiaphonie cumulée, abrégée PSNEXT, est simplement un calcul qui additionne la mesure de
paradiaphonie de toutes les paires adjacentes. NEXT mesure la diaphonie sur chaque paire d’un câble à quatre
paires alors qu’il est affecté par les trois autres paires individuellement. PSNEXT est simplement la somme de
la diaphonie des trois paires adjacentes. Cela nous dit quelle est l’incidence sur une paire lorsqu’elle est utilisée
dans un réseau où les quatre paires viennent transmettre des signaux (en 1000BASE-T).
Enfin, la paradiaphonie inclut la PSACRN : le rapport d’atténuation de la diaphonie cumulée sur la
diaphonie, proche. Calculé en utilisant les valeurs d’affaiblissement d’insertion et PSNEXT, elle permet de mettre
en évidence la différence entre l’affaiblissement de chaque paire et la diaphonie combinée provenant des trois
autres paires. Le but est d’assurer que les signaux reçus sont assez puissants en ce qui concerne le bruit dans
le câble. Plus la valeur PSACRN est élevée, meilleures sont les performance s.

30
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

2. L’atténuation

L'atténuation d'un signal est la diminution de l'amplitude du signal au cours de la transmission de celui-
ci. C'est la perte d'énergie au cours de la propagation du signal, elle dépend de la distance parcourue, et de la
résistance du milieu dans lequel le signal se propage.

3. Le delay Skew

Décalage temporel de propagation du signal entre la paire la plus lente et la paire la plus rapide.
4. Return Loss

En informatique et dans les télécommunications, la perte de retour est une mesure en termes relatifs
de la puissance du signal réfléchi par une discontinuité dans une ligne de transmission ou une fibre optique.
Cette discontinuité peut être causée par une inadéquation entre la terminaison ou la charge connectée à la ligne
et l’impédance caractéristique de la ligne. Il est généralement exprimé sous la forme d'un rapport en décibels
(dB).

31
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

III. Fibres optiques silices

1. Présentation

Dans les années 1980, le coaxial a atteint ses limites, or les demandes ne cessent de croître ; on assiste
alors au développement des câbles à fibre optique dont le conducteur est du verre très pur (appelé silice), c’est
la nouvelle génération de câble. Le 1er câble transatlantique à fibre optique fût posé en 1988.
Une fibre optique est un fil en verre (silice) ou en plastique très fin, de quelques microns de diamètre,
qui a la propriété de conduire la lumière et sert dans les transmissions terrestres et océaniques de données.
Elle offre un débit d’informations nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux et supporte un réseau « large
bande » par lequel peuvent transiter aussi bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données
informatiques.
Avec la fibre optique, la transmission analogique a laissé place à la transmission numérique ! Des
signaux numériques : les 0 et les 1 sont transmis sous la forme de très brèves impulsions lumineuses. La fibre
optique offre en effet des capacités de transmission gigantesques ! Les câbles à fibre optique sont aussi équipés
de répéteurs, positionnés tous les 50 ou 100 km.
2. Fibres multimodes

La fibre optique multimode est un type de fibre optique principalement utilisé pour la communication sur
de courtes distances, comme dans un bâtiment ou sur un campus. Les liaisons multimodes peuvent être
utilisées pour des débits de données allant jusqu'à 100 Gbit/s. La fibre multimode a un diamètre de cœur assez
important qui permet la propagation de plusieurs modes lumineux et limite la longueur maximale d'une liaison
de transmission en raison de la dispersion modale . La norme G.651.1 définit les formes de fibre optique
multimode les plus utilisées.

3. Fibres monomodes

Les rayons suivent un seul chemin. Elle a le cœur si fin (de l'ordre de la longueur d'onde du signal
transmis) que le chemin de propagation des différents modes est pratiquement direct. La dispersion du signal
est quasiment nulle, le signal est donc très peu déformé.

32
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Ses performances sont d'environ 100 gigabits/km, l'indice de réfraction peut être constant ou
décroissant. Cette fibre est utilisée essentiellement pour les sites à distance. Le petit diamètre du coeur
nécessite une grande puissance d'émission, donc des diodes au laser qui sont relativement onéreuses. Du fait
de ses débits très importants, cette fibre est utilisée essentiellement pour les sites à grande distance et très
grande distance.
Les fibres monomodes existent en deux qualités : OS1 et, plus récent, OS2. Les performances sont
équivalentes avec un avantage à OS2 dont l'affaiblissement est moindre à 1 383 nm de longueur d'onde
Les fibres multimodes ne sont pas moins chères que les monomodes, mais elles font appel à des
équipements actifs (convertisseurs, switchs) qui sont moins chers
4. Caractéristiques

33
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

IV. Injecteurs VCSEL pour fibres multimodes

1. Présentation

Lorsque la fibre optique a été introduite pour la première fois au profit de l’Ethernet 10 et 100 Mb/s, les
sources de lumière LED étaient utilisées avec la fibre multimode de 62,5 μm, également appelée OM1. Avec
une taille d’environ 100 μm, une source de lumière LED pouvait remplir l’âme de 62,5μm de la fibre OM1 et les
deux ont bien fonctionné ensemble pendant plusieurs années dans des applications de 10 et de 100 Mb/s. Mais
avec la nécessité de débits plus importants, les LED ne pouvaient plus être à la hauteur : leur débit maximal
d’environ 622 Mb/s signifiait qu’elles ne pouvaient plus prendre en charge une transmission de 1 Gb/s ou plus.

Une possibilité permettant de prendre en charge des vitesses plus élevées consistait à recourir au type de laser
utilisé dans des applications à fibre optique monomode, telles que les lasers Fabry-Pérot, mais elles étaient trop
chères pour une transmission de 1 Gb/s à plus courte portée sur le multimode et leur minuscule taille d’environ
10 μm les rendait difficilement applicable pour autre chose que la fibre optique monomode.
Les VCSEL de 850 nm, peu coûteux, avec une puissance plus concentrée et la capacité de prendre en charge
des débits de données plus élevés, ont été mis au point pour répondre à cela, mais avec une taille plus petite
(35 μm) par rapport à celle d’une LED, ils nécessitaient une taille d’âme plus petite d’une fibre multimode de 50
μm. La fibre doit être optimisée pour être utilisée avec les VCSEL. C’est là que la fibre optique multimode OM3
optimisée au laser a été introduite, suivie de la fibre optique multimode OM4 avec des capacités de bande
passante encore plus élevées.
Pourquoi avoir besoin d’un laser optimisé ? Non seulement les VCSEL ne remplissent pas suffisamment le
coeur de la fibre optique, mais de plus, ils n’excitent pas tous les modes (trajets de lumière) dans une fibre
optique multimode comme le font les LED. Les VCSEL n’excitent pas non plus les modes de manière uniforme ;
la puissance d’un VCSEL fluctue et peut varier d’un VCSEL à un autre. Par conséquent, les VCSEL excitent
différents modes à différents moments, ce qui peut amener les impulsions de lumière à parvenir au récepteur à
différents moments. La propagation de ces impulsions, calculées sous forme de retard en mode différentiel
(Differential Mode Delay ou DMD), affecte négativement la bande passante. Pour permettre de limiter au
maximum le DMD et d’optimiser la bande passante, la fibre optique multimode optimisée au laser possède un

34
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

profil de l’indice de réfraction gradué qui fait en sorte que tous les modes parviennent au récepteur à peu près
au même moment.

V. Câbles optiques actifs, les cassettes MPO/MTP

1. Présentation des câbles optiques actifs

Le câble optique actif (AOC) peut être défini comme un câble de raccordement à fibre optique terminé
par des émetteurs-récepteurs optiques aux deux extrémités. Il utilise une conversion électrique-optique aux
extrémités du câble pour améliorer les performances de vitesse et de distance du câble sans sacrifier la
compatibilité avec les interfaces électriques standard.
Les câbles optiques actifs (AOC) fournissent une bande passante permettant de suivre la croissance
exponentielle des données en télécommunications, e-commerce et calcul haute performance (HPC). Les câbles
optiques actifs (AOC) sont beaucoup plus légers et consomment moins d’énergie que les câbles en cuivre
traditionnels. Ils constituent des solutions de câblage idéales pour les datacenters haute densité et les
applications de calcul haute performance

2. Apports des câbles optiques actifs

- Alternative rentable aux émetteurs-récepteurs pour une connexion par fibre optique sur une courte
distance.

35
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Rayon de courbure, consommation énergétique et poids inférieurs à ceux des câbles à connexion
directe.
- Vitesse d’exécution rapide
- Poids léger

3. Présentation des cassettes MPO/MTP

Avec des bandes passantes et des connexions réseau de plus en plus importantes à gérer dans les
centres de données, les câbles de raccordement à double fibre classique comme le câble LC ne peuvent plus
satisfaire la demande. Pour résoudre ce problème, des câbles MTP/MPO hébergeant plus de fibres dans un
connecteur MTP/MPO multifibre sont apparus sur le marché, qui ont prouvé être une solution pratique pour le
câblage haute densité 40G/100G/400G dans les centres de données
MPO (Multi-Fiber Push-on) est la première génération de connecteur à fibre optique multiconducteur à
serrage par clip. MTP (Multi-Fiber Termination Push-on), une marque déposée de US Conec, est une version
avancée de MPO, avec des meilleures performances mécaniques et optiques. Ils se ressemblent et sont
totalement compatibles et intercompatibles. Les câbles MTP/MPO sont composés de connecteurs MTP/MPO
et de fibres optiques. Les connecteurs MTP/MPO ont un type femelle (sans broches) ou un type mâle (avec
broches) comme le montre la figure 1. La position des fentes de guidage détermine également les connecteurs
MTP/MPO "Key Up" et "Key Down". Et un point blanc sert à identifier la position des fibres dans les connecteurs.
Les connecteurs MTP/MPO augmentent considérablement la densité des câbles et permettent d'économiser de
l'espace sur les cartes de circuits imprimés et les racks, qui sont bien adaptés au câblage 40G/100G actuel et
aux futures mises à niveau du réseau.

4. Apports des des cassettes MPO/MTP

- Stable et durable

36
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Haute densité et extensible : par exemple, la connexion duplex LC dans un châssis 1U peut accueillir
144 fibres, tandis que le MTP peut accueillir 864 fibres, soit près de six fois le nombre.
- Gagnez du temps et de l’inquiétude, une efficacité de déploiement élevée : Si des câbles
préinstallés de plug-and-play sont utilisés, l’ensemble du processus d’installation raccourcira
considérablement le temps, ce qui permettra de gagner du temps et de s’inquiéter, et les coûts
d’entretien ultérieurs seront inférieurs.
- Préparez-vous à la mise à niveau du réseau : Le câblage MTP peut être utilisé pour la connexion
directe de 40G-40G, 100G-100G, 200G-200G, 400G-400G, ainsi que la mise à niveau et la connexion
uplink. Il est très fréquent d’utiliser le système de câblage MTP 10G pour passer à 40G/100G/120G, et
c’est un choix économique et fiable pour mettre à niveau le réseau 10G à une vitesse plus élevée
Ethernet. Dans le même temps, la connexion uplink entre les appareils de différentes vitesses peut
également être atteint grâce à des systèmes de câblage MTP, tels que 25G-100G, 50G-200G/400G,
100G-400G, 200G-400G.
- Câblage structuré de support : Le câblage structuré MTP fournit une structure hiérarchique pour le
réseau, et plusieurs schémas de connexion seront fournis par la couche de convergence, ce qui peut
réduire le problème de l’encombrement du câble. Lorsque le centre de données doit se développer à
l’avenir, une solution à long terme peut être construite en installant un système de câblage MTP
structuré.

VI. Mutation apportée par OFDM en milieu difficile

1. Présentation

L'OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplex) est utilisé dans les réseaux sans fil et les réseaux
cellulaires et pour la télévision numérique. Il consiste à transmettre les données en parallèle sur un très grand
nombre de sous-porteuses. Ce traité montre comment une telle transmission se fait simplement à partir de
transformées de Fourier et comment est obtenue l'orthogonalité entre sous-porteuses. Il aborde les avantages
mais aussi les problèmes posés par l'OFDM dans les systèmes radios et les techniques permettant de les
compenser. Il expose enfin brièvement le paramétrage de l'OFDM pour différents systèmes radios.
L'Orthogonal Frequency Division Multiplexing : une technique de transmission de données apparait
depuis les années 60. Délaissé lors du développement de la théorie de l’égalisation pour les systèmes mono-
porteuses (de moindre complexité). • Retour de l’OFDM vers le milieu des années 80, au projet de radiodiffusion
numérique DAB (Digital Audio Broadcasting).

2. Principe

Pour émettre un signal, l'OFDM divise une plage de fréquence en plusieurs sous-canaux espacés par
des zones libres de tailles fixes. Comme si l'on combinait le signal à transmettre sur un grand nombre de
systèmes de transmission (des émetteurs, par exemple) indépendants et à des fréquences différentes. Un
préfixe cyclique (Intervalle de Garde) ajouté au début du symbole et ce préfixe est identique au segment de

37
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

même longueur à la fin du symbole. Longueur de cet intervalle est choisie de façon à être supérieure à la valeur
maximale de délai dû à l’effet de trajet multiple.
3. Domaines d’application

L'OFDM (ou une technique proche) est utilisé dans :


• La télédiffusion numérique terrestre (DVB-T, DVB-H) ;
• La radiodiffusion numérique terrestre DAB ;
• La radiodiffusion numérique terrestre T-DMB ;
• La radiodiffusion numérique DRM ;
• Les liaisons filaires telles que l'ADSL, le VDSL, les modems sur courant porteur (homeplug),
les modems câble (standard Docsis) et certains réseaux électriques intelligents se basant sur
du CPL (G3-PLC [archive], PRIME [archive]) ;
• Les réseaux sans-fils basé sur les normes 802.11a, 802.11g, 802.11n, 802.11ac et 802.11ax (Wi-Fi),
802.16 (WiMAX) et HiperLAN ; avec des débits pouvant atteindre les 54 Mb/s
• Les réseaux mobiles de nouvelles générations (LTE, 4G, 5G) qui utilisent une technique d'accès
multiple basée sur l'OFDM appelée OFDMA : Orthogonal Frequency-Division Multiple Access
4. Apports dans ces domaines d’applications

• Efficacité spectrale élevée par rapport aux autres schémas de modulation à double bande latérale,
spectre étalé, etc.
• Peut facilement s'adapter à des conditions de canal sévères sans égalisation complexe dans le domaine
temporel.
• Robuste contre les interférences Co-canal à bande étroite
• Robuste contre les interférences inter symboles (ISI) et les évanouissements causés par la propagation
par trajets multiples
• Mise en œuvre efficace grâce à la transformation de Fourier rapide
• Faible sensibilité aux erreurs de synchronisation de l'heure
• Les filtres de récepteur de sous-canal accordés ne sont pas nécessaires (contrairement au FDM
conventionnel)
• Facilite réseaux à fréquence unique (SFN)

38
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

MODULE 3 : NORMES ET PERFORMANCES

39
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Normes TIA/EIA, ISO/IEC pour l'ensemble des composants du


câblage informatique

1. Généralités

a) Préambule
On parle de câblage ou de pré câblage, le deuxième terme étant là pour appuyer le fait que lorsque l’on
réalise une installation, on prend en compte d’éventuelles évolutions futures. On préférera par exemple installer
trois prises dans un bureau où une seule est nécessaire, afin de prévenir le jour où l’on installera des
équipements supplémentaires. Le coût d’installation d’un seul point supplémentaire est beaucoup plus élevé
que le coût d’un point supplémentaire dans une offre plus globale.
Les systèmes de câblage sont conçus pour offrir une grande flexibilité vis-à-vis des évolutions des
applicatifs, et de leur besoin. Ils doivent permettre d’évoluer sans avoir besoin de recâbler l’ensemble des
liaisons, et donc doivent prévoir le passage de flux plus importants dans le futur.
On parlera ici uniquement de câblage de réseaux locaux, c’est à dire à l’intérieur d’un même site. Pour
définir la composition d’un câblage, il convient de séparer différentes zones à aménager :
- Le campus, qui correspond à la vue générale du site ;
- Le bâtiment, correspondant aux bâtiments à câbler sur le site ;
- La notion d’étage, ou de zone à l’intérieur des bâtiments ;
- la notion de bureaux

On distingue donc trois grandes parties dans un câblage :


- le câblage primaire, entre les différents bâtiments d’un même site,
- le câblage secondaire, entre les différents points de concentration dans un même bâtiment (par exemple
entre étage)
- le câblage capillaire, qui va jusqu’aux points de terminaison.

Les points de concentration où sont en général installés les équipements électroniques permettent la
communication des éléments d’extrémités. Ils sont appelés le plus souvent Répartiteur. Il existe en général dans
un bâtiment un Répartiteur Général et éventuellement des sous-répartiteurs.
Les répartiteurs comprennent les connectiques et cordons utilisées pour le raccordement des câbles sur les
équipements électroniques.

Aux extrémités, on parlera de Poste de travail, constitué de une ou plusieurs prises. Chaque prise peut
également être appelé point de terminaison. Ce dernier terme peut d’ailleurs être utiliser suivant les sociétés

40
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

pour parler de la prise ou du poste de travail. Il est prévu dans certains cas un point de raccordement
intermédiaire entre les répartiteurs et les postes de travail.
b) Description des 03 principales normes

- La norme EIA/TIA 568


Comme nous l’avons vu dans l’historique, c’est dès 1985 que la notion de câblage banalisé a vu le jour,
lorsque les entreprises de télécommunication et les constructeurs d ’ordinateurs furent confrontés au manque
de normalisation pour les systèmes de télécommunication à l ’intérieur des bâtiments.
L ’association de l ’industrie de communication en informatique (CCIA) demanda à l ’association des industries
en électronique (EIA) de développer cette norme.
Après six ans de travail, en juillet 1991, la norme EIA/TIA 568 sur le câblage dans les bâtiments à usage
professionnel vit le jour.

Cette norme avait pour but de :


o Normaliser un système de câblage générique pour les environnements multi-constructeurs,
multiproduits ;
o Préciser la conception d ’un produit de télécommunication à usage professionnel ;
o Permettre la planification et l’installation d’un câblage avec une connaissance minimum sur les produits
de télécommunication à installer ;
o Établir les critères technique/performance selon les différentes configurations du système de câblage.

Elle spécifie :
o Les minimum requis pour les câblages de télécommunication dans un environnement de bureaux ;
o Les topologies et les distances recommandées ;
o Les paramètres qui déterminent la performance ;
o Les types de connecteurs et leur câblage (agencement des fils) ;
o La pérennité des systèmes de câblage pour plus de dix ans.

- La norme ISO/IEC IS 11801


L’ISO (International Standard organisation) / IEC (Commission Electrotechnique Internationale).

Basée sur les télécommunications actuelles et leurs développements futurs, cette norme inclue des notions
de catégories. Elle impose une spécification des composants jusqu’à 100MHz, en attendant les futures normes
pour des applications supérieures (200MHz et 600MHz). Par ailleurs, elle prend en compte les problèmes liés
aux perturbations électromagnétiques en essayant de s’en affranchir.

Les notions de catégorie ont été repris de la norme TIA/EIA 568 (révision de TIA/EIA 568 datant de 1994). Les
principales différences avec l’EIA/TIA sont :
o L’ajout de notion de classes pour les chaînes de liaison ;
o L’ajout des câbles de type écranté ;
o La mise à la terre des liaisons informatiques ;

41
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

o L’homologation du 120 Ohms ;


o L’ajout de la fibre optique de cœur 50/125 mm.

La distance de 100 mètres comprend jusqu’à 10 mètres de câble souple pour les cordons de ressource, de
brassage et de poste de travail. Les caractéristiques techniques des liaisons sont constantes avec 90 mètres
de câble horizontal.

3 Km pour la fibre mono mode est la limite définie par le champ de la norme et non une limite due au média.

Pour les distances de câble cuivre supérieures à 100 mètres, dans le système horizontal, il faut consulter les
normes applicables aux réseaux locaux.

Types d’applications supportées selon les classes :

- La norme EN 50 173
La principale norme européenne sur le câble est la norme EN 50173. Celle-ci est composée des mêmes
éléments que la norme ISO/IEC 11801

2. Utilisation

L’utilisation des normes de câblages permet de baliser les règles de bonnes pratiques et les suivre à
la lettre.
Par exemple, il faut absolument savoir qu’un réseau informatique est en étoile, ce qui veut dire que toutes les
prises de la maison sont directement raccordées au tableau de communication, pas de repiquage ou
dérivation possible comme avec l’électricité ou le téléphone.

42
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Les variantes de connexion pour le réseau Ethernet utilisent une fiche RJ45 (8P8C) ; Pour l'Ethernet à
10 ou 100 Mbits/s seulement 2 paires sont utilisées, voire une seule en half-duplex ; Les 4 points inutilisés
peuvent n'avoir aucun contact cependant il est préférable de les conserver afin de stabiliser physiquement les
autres contacts. De plus en plus, on utilise les 8 points de contacts pour relier les 4 paires nécessaires aux
réseaux 1 Gbit/s et précâbler les bâtiments pour toutes les applications à « signaux faibles » (basse puissance
et basse tension) qui ne demandent pas beaucoup de conducteurs distincts.
Pour la téléphonie des connecteurs RJ11 sont utilisés Ce sont des connecteurs 6P6C ou 6P4C, voire
6P2C ou 4P2C ; Les fiches mâles peuvent s'insérer dans les prises 8P8C femelles en n'utilisant que les
contacts centraux
L'utilisation la plus courante du connecteur 8P8C physique est le câblage Ethernet ; On l'utilise
comme connecteurs de téléphones de bureaux (IP ou autres) et pour les applications de réseaux
informatiques comme l'ISDN et les T1

3. Le RJ45

RJ45 est le nom usuel et exact du connecteur modulaire (en) 8P8C (8 positions et 8 contacts
électriques) utilisé couramment pour les connexions Ethernet, et pour les connecteurs téléphoniques.

Le réseau RJ45 est à réaliser en étoile, c’est à dire que vous devez relier directement chaque prise
RJ45 de votre domicile à votre tableau de communication. De plus, il faut savoir que les câbles RJ45 sont
composés de 4 paires torsadées, soit 8 fils en tout.
Il existe des câbles RJ45 droits et croisés. Ces derniers étaient principalement utilisés pour raccorder
deux hubs ou switch. Mais maintenant, ces appareils n’ont plus besoin de câbles croisés. Dans notre cas, il
faut utiliser des câblages RJ45 droits. Il existe plusieurs normes de câblage RJ45 pour les prises RJ45 :
la T568A et la T568B.
La première est principalement utilisée dans le domaine résidentiel et alors que la seconde l’est plutôt
dans le domaine professionnel. Vous pouvez choisir l’une ou l’autre sans soucis, mais vous devez absolument
câbler toutes les prises murales et les prises de votre coffret de communication en suivant l’ordre imposé par
ces normes.
4. Les normes EIA/TIA 568A et 568B

La norme TIA/EIA-568 définit les règles à respecter pour assurer le bon fonctionnement du câblage
réseau informatique. La norme TIA/EIA-568 définit que la longueur maximum des câbles ne doit pas excéder
100m entre deux équipements (PC à Switch par exemple).
Dans les faits, on limite à 90 m la longueur de câble entre la prise murale et l’armoire de brassage ; ce
qui permet de garder deux fois cinq mètres pour les cordons de brassage.

43
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Type Câble
Tresse en cuivre étamé
Ruban polyester

Ancienne Nouvelle
SFTP
UTP désignation désignation

Ecran (ruban alu) UTP U/UTP


Drain de masse

FTP F/UTP
FTP SSTP
S-FTP S/UTP

S-STP S/FTP

- Code des couleurs connecteur RJ45

code couleur T568A code couleur T568B

Broche Couleur Couleur

1 Vert-Blanc Orange-Blanc

2 Vert Orange

3 Orange-Blanc Vert-Blanc

4 Bleu Bleu

5 Bleu-Blanc Bleu-Blanc

44
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

6 Orange Vert

7 Brun-Blanc Brun-Blanc

8 Brun Brun

o Pour un câble réseau 100Mb/s seules les paires de 1-2 (orange) et 3-6 (vert) sont utilisées.
o Pour un câble 1Gb/s les quatre paires sont utilisées.
A un débit de 100Mb/s deux paires ne sont pas utilisées (bleu et brun), on peut les utiliser pour une autre
connexion réseau ou alors deux connexions téléphoniques.
- Câblage droit ou croisé
Les câbles croisés utilisent le code des couleurs T568A d’un côté et T568B de l’autre. Les câbles croisés
sont utilisés afin d'interconnecter les unités suivantes :
• Switch à Switch
• PC à PC
• Routeur à Routeur
• Routeur à PC
Les câbles droits utilisent le code des couleurs T568B des deux côtés. Les câbles droits sont quant à
eux utilisés pour interconnecter les unités suivantes :
• Switch à PC
• Switch à Routeur Switch à Serveur
Remarque : sur certains switchs on peut trouver des ports auto MDI/MDI-x. Ces ports reconnaissent
le type de câble et le décroise ou croise. On peut donc y brancher n’importe quel câble .
- Exercice
Compléter le tableau suivant en précisant le type de câble utilisé pour raccorder les équipements.
Exemple : entre deux PC on utilise un câble croisé.

Switch PC, routeur, serveur

PC, routeur, serveur croisé

Switch

45
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Prise femelle :
Aucune difficulté pour câbler une prise RJ45 femelle, il suffit de suivre les codes couleurs indiqués sur le
côté de la fiche.

- Baie informatique
Une baie de type informatique est équipée au minimum :
o D’un switch (commutateur) ;
o D’un bandeau électrique contenant des prises 230V ;
o D’une baie de brassage. La baie peut être doté de routeur ainsi que d'un serveur (Windows ou Linux).

- Quelques règles de bonne pratique liées à la baie informatique

o Les câbles doivent arriver (sans être tendus !) par le trou présent en dessous de la baie et qui sert aussi
au passage de l’air froid ;
o Attention que le câble ne soit pas plaqué contre les bords du faux plancher, à la longue ils risqueraient
de se couper ;
o Dans la baie, prévoir sur les deux parois des chemins de câble grillagés : un à droite pour les câbles
secteurs d’alimentation, un à gauche pour la circulation des câbles RJ45-UTP) ;

46
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

o Les câbles inter-baie sont souvent trop courts, car ils n’ont pas été prévu à l'installation de la baie. Il
faut appliquer la règle suivante pour calculer la longueur de câble nécessaire : distance au sol + 2,5 m
* 2 avec une longueur maximum de 80m et non 100m ;
o Préférez l’UTP dans un environnement de bureau classique, cela facilite le passage propre des câbles
o Utilisez des câbles de couleur (pas gris, ni blancs, ni noir) avec une protection pour l'ergot ;
o Utilisez des câbles “patchs” de différentes longueurs (0,5m, 1m, 1,5m, 2m) déjà préparés en usine
o Quand les câbles sont trop longs il faut leur faire faire une ou plusieurs boucles soit dans le faux
plancher, soit sur le côté de la baie plaquée contre la paroi. Pour avoir un bel enroulement, essayez de
reproduire l’enroulement initial du câble (grâce à la mémoire de la matière) en enroulant sans forcer ;
o Tous les câbles doivent être regroupés dans des torons (ou faisceaux de câbles) en prenant soin de
séparer les câbles cuivre des fibre optiques ;
o Les torons doivent courir soit horizontalement, soit verticalement dans la baie. Les torons doivent être
bien droits !
o Si les câbles ont des longueurs inégales récupérez de la longueur en courbant le câble dans la grille de
chemin de câble, voir en faisant une petite boucle, qui doit être aussi maintenu par un scratch velcro ou
un rizlan ;
o Utilisez les rizlans pour les torons de câbles définitifs et des scratch velcros pour les torons de câbles
qui peuvent encore bouger (câbles vers les serveurs, routeurs, firewall) ;
o Attention aux fibres optiques, elles sont très susceptibles et supportent très mal les torsions, les
poussières ou toute contrainte mécanique.
o Les prises secteurs doivent être montées verticalement ! Pour éviter que les câbles électriques gênent
les opérations sur les équipements ;
o Ne pas faire passer aux mêmes endroits les câbles secteurs et les câbles 'data' (incompatibilité
électromagnétique) ;
o En face avant, les câbles patchs doivent être obligatoirement en “U” horizontal et répartis de manière
égale dans les rigoles de gauches et de droites ;
o Les câbles patchs doivent être droits ;
o Les équipements doivent toujours pourvoir être accessibles par l’avant
o Il faut toujours documenter le câblage en étiquetant les câbles à chaque extrémités (source /
destination) en fonction du référentiel interne ;
o Tenez à jour la disposition du câblage dans un tableau Excel ou dans un outil informatique ;
o Si vous n’êtes pas celui qui câble, demander que soit pris systématiquement une photo du résultat (tous
les portables ont un appareil photo) et mettez le résultat dans le dossier de l’intervention, le câblage ne
fera que s’améliorer.

47
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

II. Evolution en cours à 40 Gbit (40Gbase-T) de l'Ethernet paires


torsadées / Fibre optique en centre de calcul

40 Gigabit Ethernet ( 40GbE ) et 100 Gigabit Ethernet ( 100GbE ) sont des groupes de technologies
de réseau informatique pour la transmission de trames Ethernet à des débits de 40 et 100 gigabits par
seconde (Gbit/s), respectivement. Ces technologies offrent des vitesses nettement supérieures à 10 Gigabit
Ethernet . La technologie a été définie par l' IEEE 802.3ba-2010 norme [1] et plus tard par le 802.3bg-2011,
802.3bj-2014, [2] 802.3bm 2015, [3] et 802.3cd-2018 normes.
Les normes définissent de nombreux types de ports avec différentes interfaces optiques et électriques
et différents nombres de brins de fibres optiques par port. De courtes distances (par exemple 7 m) sur un câble
twinax sont prises en charge tandis que les normes pour la fibre atteignent jusqu'à 80 km
1. Elaboration des normes

Le 18 juillet 2006, un appel à manifestation d'intérêt pour un groupe d'étude sur le haut débit (HSSG)
chargé d'étudier de nouvelles normes pour l'Ethernet haut débit a eu lieu lors de la réunion plénière IEEE 802.3
à San Diego.
La première réunion du groupe d'étude 802.3 HSSG a eu lieu en septembre 2006. En juin 2007, un
groupe commercial appelé "Road to 100G" a été formé après le salon NXTcomm à Chicago.
Le 5 décembre 2007, la demande d'autorisation de projet (PAR) pour le groupe de travail Ethernet
P802.3ba 40 Gbit/s et 100 Gbit/s a été approuvée avec la portée de projet suivante : [7]
L'objectif de ce projet est d'étendre le protocole 802.3 à des vitesses de fonctionnement de 40 Gbit/s et
100 Gbit/s afin d'apporter une augmentation significative de la bande passante tout en conservant une
compatibilité maximale avec le parc installé d'interfaces 802.3, les investissements antérieurs en recherche et
le développement et les principes d'exploitation et de gestion du réseau. Le projet consiste à assurer
l'interconnexion d'équipements répondant aux exigences de distance des applications visées.
Le groupe de travail 802.3ba s'est réuni pour la première fois en janvier 2008. [8] Cette norme a été
approuvée lors de la réunion du Conseil des normes IEEE de juin 2010 sous le nom IEEE Std 802.3ba-2010. [9]
La première réunion du groupe d'étude du PMD fibre monomode Ethernet 40 Gbit/s s'est tenue en
janvier 2010 et le 25 mars 2010, le groupe de travail PMD fibre monomode P802.3bg a été approuvé pour le
PMD série SMF 40 Gbit/s.
La portée de ce projet est d'ajouter une option de fibre monomode dépendant du support physique
(PMD) pour un fonctionnement en série à 40 Gbit/s en spécifiant les ajouts et les modifications appropriées de
la norme IEEE 802.3-2008 telle que modifiée par la norme IEEE P802.3ba projet (et tout autre amendement ou
rectificatif approuvé).
Le 17 juin 2010, la norme IEEE 802.3ba a été approuvée. En mars 2011, la norme IEEE 802.3bg a été
approuvée. Le 10 septembre 2011, le groupe de travail P802.3bj 100 Gbit/s Backplane and Copper Cable a été
approuvé.
La portée de ce projet est de spécifier les ajouts et les modifications appropriées de la norme IEEE
802.3 pour ajouter des spécifications et des paramètres de gestion de la couche physique à 4 voies (PHY) 100
Gbit/s pour le fonctionnement sur les fonds de panier et les câbles en cuivre jumelés, et de spécifier l'Ethernet

48
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

écoénergétique en option. (EEE) pour un fonctionnement à 40 Gbit/s et 100 Gbit/s sur des fonds de panier et
des câbles en cuivre.
Le 10 mai 2013, le groupe de travail sur les fibres optiques P802.3bm 40 Gbit/s et 100 Gbit/s a été
approuvé. [3]
Ce projet consiste à spécifier les ajouts et les modifications appropriées de la norme IEEE 802.3 pour
ajouter des spécifications et des paramètres de gestion de couche physique (PHY) 100 Gbit/s, en utilisant une
interface électrique à quatre voies pour un fonctionnement sur des câbles à fibres optiques multimodes et
monomodes, et pour spécifier l'Energy Efficient Ethernet (EEE) en option pour un fonctionnement à 40 Gbit/s et
100 Gbit/s sur des câbles à fibres optiques. En outre, ajouter des spécifications et des paramètres de gestion
de couche physique (PHY) 40 Gbit/s pour le fonctionnement sur des câbles à fibre optique monomode à portée
étendue (>10 km).
Le 10 mai 2013 également, le groupe de travail P802.3bq 40GBASE-T a été approuvé. [
Spécifiez une couche physique (PHY) pour un fonctionnement à 40 Gbit/s sur des câbles en cuivre à paires
torsadées symétriques, en utilisant le contrôle d'accès au support existant et avec des extensions des
paramètres de gestion de couche physique appropriés.
Le 12 juin 2014, la norme IEEE 802.3bj a été approuvée.
Le 16 février 2015, la norme IEEE 802.3bm a été approuvée.
Le 12 mai 2016, le groupe de travail IEEE P802.3cd a commencé à travailler pour définir la nouvelle génération
de PHY 100 Gbit/s à deux voies.
Le 14 mai 2018, le PAR pour le groupe de travail IEEE P802.3ck a été approuvé. La portée de ce projet est de
spécifier les ajouts et les modifications appropriées de la norme IEEE 802.3 pour ajouter des spécifications de
couche physique et des paramètres de gestion pour les interfaces électriques 100 Gbit/s, 200 Gbit/s et 400
Gbit/s basées sur la signalisation 100 Gbit/s.
Le 5 décembre 2018, le conseil d'administration de l'IEEE-SA a approuvé la norme IEEE 802.3cd.
Le 12 novembre 2018, le groupe de travail IEEE P802.3ct a commencé à travailler pour définir le PHY prenant
en charge le fonctionnement à 100 Gbit/s sur une seule longueur d'onde capable d'au moins 80 km sur un
système DWDM (en utilisant une combinaison de modulation de phase et d'amplitude avec détection
cohérente).
En mai 2019, le groupe de travail IEEE P802.3cu a commencé à travailler pour définir des PHY à longueur
d'onde unique de 100 Gb/s pour un fonctionnement sur SMF (fibre monomode) avec des longueurs allant jusqu'à
au moins 2 km (100GBASE-FR1) et 10 km (100GBASE-LR1).
En juin 2020, le groupe de travail IEEE P802.3db a commencé à travailler pour définir une spécification de
couche physique qui prend en charge un fonctionnement à 100 Gb/s sur 1 paire de MMF avec des longueurs
jusqu'à au moins 50 m.
Le 11 février 2021, le conseil d'administration de l'IEEE-SA a approuvé la norme IEEE 802.3cu

49
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

2. Les premiers produits

- Fond de panier
NetLogic Microsystems a annoncé des modules de fond de panier en octobre 2010.

- Fibre multimode
En 2009, Mellanox et Reflex Photonics annoncé des modules basés sur l'accord CFP.

- Fibre monomode
Finisar , Sumitomo Electric Industries , et OpNext tous présenté des modules Ethernet monomode 40 ou 100
Gbit/s basés sur l'accord C Form-factor Pluggable lors de la conférence et de l'exposition européennes sur la
communication optique en 2009.
- Mellanox Technologies
Mellanox Technologies a introduit l'adaptateur à port simple et double 100GbE ConnectX-4 en novembre
2014. [45] Au cours de la même période, Mellanox a introduit la disponibilité des câbles en cuivre et en fibre
100GbE. [46] En juin 2015, Mellanox a présenté les modèles de commutateurs Spectrum 10, 25, 40, 50 et 100
GbE. [47]

- Aitia
Aitia International a présenté la plate-forme de commutation basée sur FPGA C-GEP en février 2013. [48] Aitia
produit également des cœurs IP 100G/40G Ethernet PCS/PMA+MAC pour les développeurs FPGA et les
chercheurs universitaires. [49]

- Arista
Arista Networks a introduit le commutateur 7500E (avec jusqu'à 96 ports 100GbE) en avril 2013. [50] En juillet
2014, Arista a présenté le commutateur 7280E (le premier commutateur haut de rack au monde avec des ports
de liaison montante 100G). [51]
- Réseaux extrêmes
Extreme Networks a introduit un module 100 GbE à quatre ports pour le commutateur principal BlackDiamond
X8 en novembre 2012. [52]

- Dell
Dell de Force10 commutateurs support 40 Gbit / s interfaces. Ces interfaces fibre optique 40 Gbit/s utilisant des
émetteurs-récepteurs QSFP+ se trouvent sur les commutateurs à cœur distribué Z9000, S4810 et
S4820 [53] ainsi que sur les commutateurs lames MXL et l'IO-Aggregator . Les commutateurs Dell PowerConnect
série 8100 offrent également des interfaces QSFP+ 40 Gbit/s. [54]

- Chelsea
Chelsio Communications a introduit des adaptateurs réseau Ethernet 40 Gbit/s (basés sur la cinquième
génération de son architecture Terminator) en juin 2013. [55]
- Telesoft Technologies Ltd

50
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Telesoft Technologies a annoncé la double carte accélératrice PCIe 100G, faisant partie de la série MPAC-
IP. [56] Telesoft a également annoncé le STR 400G (Routeur de trafic segmenté) [57] et le 100G MCE (Media
Converter and Extension). [

3. Essais et déploiement commerciaux

Contrairement à la « course au 10 Gbit/s » motivée par le besoin imminent de faire face aux difficultés de
croissance d’Internet à la fin des années 90, l'intérêt des clients pour les technologies 100 Gbit/s était
principalement motivé par des facteurs économiques. Les raisons courantes d'adopter des vitesses plus élevées
étaient :
• Pour réduire le nombre de longueurs d'onde optiques ("lambdas") utilisées et la nécessité d'allumer de
nouvelles fibres
• Pour utiliser la bande passante plus efficacement que les groupes d'agrégats de liens de 10 Gbit/s
• Fournir des services de gros, d'appairage Internet et de connectivité de centre de données moins chers
• Sauter la technologie 40 Gbit/s relativement chère et passer directement de 10 à 100 Gbit/s

- Alcatel Lucent
En novembre 2007, Alcatel-Lucent a réalisé le premier essai sur le terrain d'une transmission optique à 100
Gbit/s. Achevé sur une portion en service de 504 kilomètres du réseau Verizon, il reliait les villes de Tampa et
Miami en Floride. Les interfaces 100 GbE pour la plate-forme de routage de service 7450 ESS/7750 SR ont été
annoncées pour la première fois en juin 2009, avec des essais sur le terrain avec Verizon, T-Systems et Portugal
Telecom en juin-septembre 2010. En septembre 2009, Alcatel-Lucent a combiné les capacités 100G de son
portefeuille de routage IP et de transport optique dans une solution intégrée appelée Converged Backbone
Transformation.
- Brocart
Brocade Communications Systems a présenté ses premiers produits 100GbE (basés sur l'ancien matériel
Foundry Networks MLXe) en septembre 2010. [66] En juin 2011, le nouveau produit a été mis en service au
point d'échange de trafic AMS-IX à Amsterdam.

- CISCO
Cisco Systems et Comcast ont annoncé leurs essais 100 GbE en juin 2008. Cependant, il est douteux que
cette transmission puisse approcher des vitesses de 100 Gbit/s en utilisant une plate-forme CRS-1 de 40 Gbit/s
par slot pour le traitement des paquets. Le premier déploiement 100GbE de Cisco chez AT&T et Comcast a eu
lieu en avril 2011. La même année, Cisco a testé l'interface 100GbE entre CRS-3 et une nouvelle génération
de son modèle de routeur de périphérie ASR9K. En 2017, Cisco a annoncé un commutateur de la gamme Cisco
Catalyst 9500 à 32 ports 100 GbE et en 2019 le commutateur modulaire de la gamme Catalyst 9600 avec une
carte de ligne 100 GbE

51
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Huawei
En octobre 2008, Huawei a présenté sa première interface 100GbE pour son routeur NE5000e. En
septembre 2009, Huawei a également fait la démonstration d'une liaison 100 Gbit/s de bout en bout. Il a été
mentionné que les produits de Huawei avaient à bord le NPU "Solar 2.0 PFE2A" développé par lui-même et
utilisaient des optiques enfichables au format CFP.

Dans une présentation produit mi-2010, les linecards NE5000e ont reçu le nom commercial LPUF-100 et
crédité d'utiliser deux NPU Solar-2.0 par port 100GbE dans une configuration opposée (entrée/sortie).
Néanmoins, en octobre 2010, la société a fait référence aux expéditions de NE5000e à l'opérateur cellulaire
russe "Megafon" comme une solution "40GBPS/slot", avec une "évolutivité jusqu'à" 100 Gbit/s.

En avril 2011, Huawei a annoncé que le NE5000e avait été mis à jour pour transporter 2 interfaces 100 GbE
par emplacement en utilisant des cartes de ligne LPU-200. Dans une note de solution connexe, Huawei a signalé
120 000 circuits intégrés Solar 1.0 expédiés aux clients, mais aucun chiffre Solar 2.0 n'a été fourni. À la suite de
l'essai d'août 2011 en Russie, Huawei a déclaré avoir payé des clients DWDM à 100 Gbit/s, mais aucune
expédition de 100 GbE sur le NE5000e.

- Genévrier
Juniper Networks a annoncé le 100GbE pour ses routeurs de la série T en juin 2009. L'option 1x100GbE a
suivi en novembre 2010, lorsqu'un communiqué de presse conjoint avec le réseau fédérateur universitaire
Internet2 a marqué la première production d'interfaces 100GbE dans un réseau réel.

52
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

MODULE 4 : DÉPLOIEMENTS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS, LOCAUX,


CAMPUS ET MÉTROPOLITAINS

53
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Les fibres optiques en intérieur

1. Présentation

Les câbles à fibres optiques d’intérieur sont des câbles optiques posés dans les bâtiments. Ils présentent
généralement les caractéristiques suivantes :
o Il a une faible résistance à la traction et un poids léger, ce qui est économique pour établir un réseau
de communication dans les bâtiments.
o Principalement utilisé pour la communication à l’intérieur, les ordinateurs, les commutateurs et les
équipements des utilisateurs finaux dans les bâtiments.
o Distance faible
o Un cable à fibre multimode peut être utilisé

La distance du câble à fibre optique d’intérieur n’est souvent pas longue et un câble à fibre multimode peut
être utilisé. Les fibres optiques comme la même bande passante multimode, le gigabit et le 10G et l’élément de
résistance comme le noyau renforcé non métallique et le fil d’aramide sont souvent utilisés pour les câbles
intérieurs. La fibre G.657 a des performances élevées sur la résistance à la flexion, ce qui est parfait pour le
câblage intérieur. Pour le câblage intérieur, la connexion d’équipements, le cordon de raccordement en fibre, le
câble de dérivation et le câble de distribution.
2. Quelques exemples

o Cables à fibre FTTH : Il s’agit du dernier kilomètre du câble en fibre optique dans le réseau FTTH (Fiber
to the Home - Fibre jusqu'à l'abonné). Il relie le câble à fibre optique distribué du système de
communication et le boitier multimédia dans les foyers et les bureaux.

o Cable à fibre optique : Parfois, les terminaux nécessitent à accès important au réseau fibre optique,
comme les immeubles d’habitation ou commerciaux. Un grand nombre de fibre optique de rupture
peut aider à résoudre cette situation.

54
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Cable à fibre de distribution : dans un centre de données ou une salle serveur, il faut une haute
densité de distribution de fibre et une connexion de haut niveau

- Cables interconnect : Grace à son petit diamètre et son excellent rayon de courbure, le câble à fibre
optique simple et duplex est largement utilisé pour la connexion entre les équipements et pour le test
des instruments.

55
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Cable de raccordement blindé : le tube spiralé en acier inoxydable de ce câble en fibre blindé est
résistant à la compression, à la tension et aux morsures des rats et souris. Par conséquent, il peut
utiliser dans divers environnements de câblages difficiles et complexes.

- Cable de dérivation en fibre : il y’a généralement une distance de 5 à 10m entre le terminal de
l’utilisateur final et le câble de fibre optique extérieur. Un câble de descente en fibre avec les fils
autoportants peut les relier entre eux.

II. Les fibres optiques à l’extérieur

1. Présentation

Les câbles à fibres optiques extérieurs sont généralement les câbles optiques utilisés dans des zones
spéciales ou nécessitant une structure et des matériaux spéciaux pour répondre à l’environnement d’application.
Par exemple, le câble à fibre optique sous-marin présente de bonnes caractéristiques mécaniques et
d’étanchéité. Câble hybride est un câble intégré de fibres et de conducteurs d’alimentation en cuivre, qui peut
transmettre et fournir de l’énergie dans le système de réseau. Pour le câble à fibre minière, il nécessite des
performances ignifuges et anti-rongeurs pour son environnement spécial dans les mines. Enfin et surtout, une

56
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

application extérieure pour le câble à fibre optique est également nécessaire pour être anti-termites et anti-
oiseaux pour se protéger des dommages.
2. Quelques applications

o Cable à fibre soufflé à l’air : le câble à microfibre soufflé à l’air est généralement utilisé dans les
réseaux FTTH comme sélection d’alimentation, utilisant la pose par soufflage d’air pour connecter le
point de branchement optique et le point d’accès de l’utilisateur.

o Câbles à fibre optique sous-marin : le câble à fibre optique SWA blindé en fil d’acier peut être installé
dans tous les environnements extérieurs, y compris sous l’eau, en escalade et en enfouissement direct

o Cable à fibre hybride : le câble à fibre hybride intègre un fil optique et un fil de cuivre dans le même
câble, ce qui résout le problème d’accès à large bande de l’alimentation des dispositifs à distance et de
la transmission de signaux.

57
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

o Cable à fibre minière : le câble à fibre optique utilisé dans les mines est moins affecté par
l’environnement extérieur. Mais le câble en fibre minière doit être anti rongeur et ignifuge pour sa norme
industrielle spéciale.

o Câble fibre CST : les câbles à fibre optique CST blindés en ruban d’acier ondulé sont utilisés dans tous
les environnements extérieurs. Y compris les conduits, l’enfouissement direct et les tunnels, avec des
matériaux ignifuges.

58
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

o Cable de protection en fibre : les câbles à fibre optique installés à l’extérieur ne bénéficient
généralement pas d’une protection physique supplémentaire. Les dommages causés par les oiseaux,
les rongeurs et les termites sont pris en compte dans le câblage de protection.

59
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

MODULE 5 : NOUVEAUX RÉSEAUX

60
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

I. Les courants porteurs (IEEE P1901). Complément aux LAN cuivre et


optique

1. Aperçu rapide

La technologie des courants porteurs de ligne connait aujourd’hui un très fort développement. Elle
permet en effet, de réaliser des connexions réseaux simples, rapides et économiques en créant un réseau IP
sur le cable électrique existant.
Depuis 2003 et les premiers produits commerciaux, la technologie a très fortement évolué. Le CPL qui a
débuté à 14Mb/s s’est développé à 85Mb/s et atteint désormais 200Mb/s (Bande passante Home Plug).
Le CPL, qui est très robuste sur le 220V habitué aux perturbations, peut également être utilisé sur plusieurs
supports filaires existants à des prix extrêmement compétitifs et sur très longues distances :
- Sur câbles 220V, jusqu’à 200m
- Sur paires téléphoniques jusqu’à 400m
- Sur paires torsadées blindées (STP) jusqu’à 700m
- Sur câble coaxial de type antenne de télévision ou CCTV, jusqu’à 1500m

2. Le CPL, une solution souple, multisupport, AnyLAN

Une même technologie sur de multiples supports


- dvolo dLAN DUO (Home Plug 1.0)
o Taux de transfert jusqu’à 14Mb/s
o Bade de fréquence : 4.3 à 20.9 Mhz
o Max 16 dLAN nœuds dans un réseau

- dvolo dLAN HighSpeed (Home Plug Turbo)


o Taux de transfert jusqu’à 85Mb/s
o Bande de fréquence 4.3 à 20.9 Mhz (même que Home Plug 1.0)
o Vitesse optimisée pour une meilleure modulation et une meilleure correction des erreurs
o Compatibilité descendante avec dLAN DUO (Home Plug 1.0)

61
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

- Devolo dLAN 200AV (Home Plug AV)


o Taux de transfert jusqu’à 200Mb/s
o Bande de fréquence 2 – 28 MhZ + 9 Mhz de bande
o Vitesse bien plus élevée grâce à une optimisation de la modulation et une meilleure correction
des erreurs

3. Le CPL se standardise

Bonne nouvelle pour le développement du Courant porteur en ligne ( CPL ) : la proposition formulée par l'
Alliance HomePlug associée à Panasonic a été retenue par le groupe de travail IEEE P1901 chargé d'en tirer
un standard international.

L'Alliance HomePlug est un regroupement d'industriels assurant la promotion et le développement de


la technologie CPL qui permet de faire circuler les données d'un réseau Ethernet sur le circuit électrique d'une
habitation ou d'un local professionnel.

62
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

Elle évite d'avoir à installer des câbles supplémentaires et transforme potentiellement chaque prise de
courant en un point du réseau. Le CPL, qui émerge peu à peu et voit ses débits sans cesse améliorés
(actuellement tutoyant l’ordre des Gbps ), se destine particulièrement à connecter du matériel électronique grand
public comme des enregistreurs numériques, des diffuseurs de média et des téléviseurs qui pourront ainsi
recevoir des flux de télévision Haute Définition ou afficher un contenu centralisé dans différentes pièces.

II. Cibles privilégiées : hôtels, colloques, hôpitaux, musées, (caméra de


surveillance, musiques et écrans déportés).

Le CPL par ses avantages est une solution d’infrastructure réseau idéale pour certaines cibles
privilégiées à l’instar des hôtels, colloques, hôpitaux, musées. On peut citer quelques avantages proposés par
cette technologie :
- Fiabilité du câble
- Fonctionnement immédiat
- Rien à configurer
- Performances en pleine croissance
- Les murs ne gênent pas, contrairement au WIFI
- Compatibilité à 100% avec tous les produits Ethernet RJ45
- Utilise le courant présent partout, ne s’arrête pas aux murs porteurs ou aux étages
- Grande facilité d’installation (fonctionnement en 1 min)
- Compatibilité totale avec l’environnement filaire et WIFI
- Permet le cryptage des données
- Supporte 150 à 200m de portée mais peut aller jusqu’à 1000m

III. Les nouveaux types de fibre

1. FMF (à mode restreints)

o Description

Fibre à modes réduits (FMF) Le système de transmission MDM (Multi-Division Multiplexing) utilise les
modes orthogonaux limités de la fibre à modes réduits(FMF) comme canaux indépendants pour effectuer
la transmission d'informations afin de multiplier la capacité de transmission du système. La fibre optique à
quelques modes utilise différents modes dans la fibre comme un nouveau degré de liberté, l'efficacité spectrale
du système peut être améliorée avec succès par la FMF. Comme la FMF possède de grandes zones de champ
de mode, sa tolérance non linéaire est toujours meilleure que celle de la SMF. Elle permet non seulement
d'améliorer la capacité du système de transmission optique, mais aussi d'éviter les effets non linéaires. Le
système MDM basé sur la FMF peut résoudre la crise future de la bande passante des fibres monomodes. Les
FMF YOFC tirent parti du procédé PCVD, qui permet de fabriquer des profils d'indice complexes avec précision,
et peuvent obtenir différents types de structure de la couche centrale, tels que l'indice échelonné, l'indice gradué,
etc. Selon les différentes conceptions, il est possible de réaliser des FMF à 2, 4, 6 et 9 modes, et même des
FMF à très faible perte (ULL). Applications Multiplexage par répartition en mode (MDM) Communication
Détection Caractéristiques Paramètres optiques et géométriques rigoureusement contrôlés Des guides d'ondes

63
Câblage informatique et nouveaux réseaux 1830 EU

personnalisés sont disponibles Faible perte par macrocourbure Faible DMD pour les fibres à gradient d'indice
DMD élevé pour les fibres à indice échelonné.
o Applications

✓ Multiplexage par répartition en mode (MDM)


✓ Communication
✓ Détection

2. MCF (Multi Core Fiber)

o Description
Ce qui est appelé "fibre optique multicœur" ou MCF (multi core fiber) est une fibre optique en silice dans
laquelle il n’y aura pas un seul cœur habituel de 9 µm mais plusieurs cœurs contenus dans la gaine au diamètre
inchangé de 125 µm. Le premier exemple, doté de quatre cœurs et en forme de trèfle à quatre feuilles, date de
plusieurs décennies et avait été créé par le CNET à Lannion. Mais, à l’époque, cela avait été considéré comme
"exotique" et les recherches s’étaient arrêtées.
Depuis les années 2010, les travaux se sont intensifiés. La principale raison tirant les recherches sur
ces fibres tient à la croissance colossale des débits demandés aux réseaux des opérateurs. En effet, les usages
d’Internet, et plus précisément les applications vidéo, font exploser les débits.
3. Nouvelles applications

- Fibre à cœur creux


Une fibre originale à cœur creux composée d'une couronne hexagonale anti-résonante suspendue dans
l'air est proposée. Cette structure peut être vue comme la simplification à une couronne de trou d'air d'une fibre
creuse de type Kagomé. Deux larges bandes de transmission ont été mesurées (visible/IR) avec une atténuation
minimale inférieure à 0,2 dB/m aux longueurs d'onde du jaune, comparable aux meilleures performances de
l'état de l'art. Une étude complémentaire a permis de démontrer une faible sensibilité à la courbure pour la
fenêtre fondamentale de transmission

- Fibre microstructurées / Bande interdites


Les fibres optiques microstructurées, également appelées fibres à trous ou fibres optiques à cristal
photonique sont un type récent de guides de lumières originaux et performants apparues dans le milieu des
années 1990. Elles se sont depuis imposées comme une technologie incontournable de la photonique moderne.
L’originalité première de ce genre de fibre a été de permettre le guidage de la lumière dans un matériau unique
grâce à leur structuration périodique. Après une vingtaine d’années de recherche, la gamme possible de
structures de ces fibres optiques s’est grandement étoffée, donnant lieu à plusieurs catégories de fibres
microstructurées classifiées par type de mécanisme de guidage (par réflexion totale interne, par bande interdite
photonique, et par couplage inhibé). Arrivées à maturité aujourd’hui, ces fibres optiques ont démontré au fil des
années un potentiel d’applications extrêmement vaste et ce, dans des domaines très variés allant de la défense
aux applications biophotoniques, sous la forme de capteurs optiques ou de lasers fibrés de forte puissance.

64

Vous aimerez peut-être aussi