Vous êtes sur la page 1sur 14

LES

 ADJUVANTS  ET  
LES  ADDITIONS  
I-­‐ADJUVANTS  
I-­‐1  Définitions  
•  Un  adjuvant  est  un  produit  incorporé  au  moment  du  malaxage  ou  juste  avant  la  
mise  en  œuvre  du  béton,  du  mortier  ou  du  coulis,  à  une  dose  inférieure  ou  égale  
à   5%   en   masse   de   la   teneur   en   ciment,   pour   en   modifier   ou   améliorer   les  
propriétés  à  l’état  frais  et/ou  durci.  

•  l’emploi   d’un   adjuvant   ne   doit   pas   altérer   les   caractéristiques   mécaniques,  


physiques  ou  chimiques  du  matériau  à  fabriquer;    

Ø  Par  exemple:  réduction  de  la  résistance  à  28  jours  pour  les  accélérateurs.  Les  
limites   admises   à   cet   effet   secondaire   sont   généralement   définies   par   des  
prescriptions  spécifiques  à  chaque  type  d’adjuvant  

•  L’emploi   d’un   adjuvant   ne   doit   pas   nuire   aux   caractéristiques   des   armatures   au  
contact  du  matériau  auquel  il  a  été  ajouté.  
I-­‐  2.  Fonctions  d’un  adjuvant  

I-­‐2-­‐1.  Fonction  principale  

•  Chaque   adjuvant   présente   une   fonction   principale   définie   par   la   modification  


qu’il  apporte  aux  propriétés  du  matériau  à  fabriquer  à  l’état  frais  ou  durci.  

•  L’efficacité   de   la   fonction   principale   de   chaque   adjuvant   peut   varier   en   fonction  


de   son   dosage   et   des   matières   premières   utilisées   (ciment,   sable   et   fines   en  
particulier).  

I-­‐2-­‐2.  Fonctions  secondaires  


•  Un   adjuvant   peut   présenter   accessoirement   une   ou   plusieurs   fonctions  
secondaires;   par   exemple   certains   plastifiants   ont   une   fonction   secondaire  
d’accélérateur   de   durcissement,   laquelle   qualité   peut   être   recherchée   pour   la  
préfabrication  .  
I-­‐2-­‐3.  Effets  secondaires  

•  L’emploi   d’un   adjuvant   peut   entraîner   des   conséquences   dites   «   effets  


secondaires  »  qui,  sans  être  recherchées  comme  les  fonctions  secondaires,  ne  
sont   pas   moins   inévitables.   par   exemple   un   super-­‐plastifiant   peut   avoir   pour  
effet  de  favoriser  l’aptitude  à  la  ségrégation  du  béton.  

I-­‐3.  Différents  types  d’adjuvants  

selon   leurs   fonctions   principales   et   secondaires,   trois   grandes   catégories  


d’adjuvants  peuvent  être  distinguées:  
les   hydrofuges   de   masse   se   combinent   à   la   chaux   du   ciment   pour   former   des  
cristallisa0ons  complémentaires  qui  obstruent  les  capillaires  du  mortier  ou  du  béton.  
Les  hydrofuges  de  masse  permettent  :  
Ø  de  réduire  la  perméabilité  et  l'absorp0on  capillaire  du  béton,  
Ø  de  réduire  l'appari0on  des  efflorescences.  

les   Rétenteurs   d’eau   sont   des   adjuvants   qui   réduisent   la   perte   d'eau   en   diminuant   le  
ressuage  ».  Ces  adjuvants  dont  la  fonction  principale  est  de  créer  une  rétention  d'eau  à  
l'intérieur   des   mortiers   et   bétons   permettent   d'améliorer   la   stabilité   et   l'homogénéité  
des   mélanges.   Les   produits   les   plus   utilisés   sont   des   dérivés   de   la   cellulose   qui  
augmentent  la  viscosité  de  l'eau.  

Les   entraîneurs   d'air   permettent   :   d'entraîner,   à   l'intérieur   du   béton,   des   micro-­‐bulles  


d'air   parfaitement   réparties   qui   serviront   de   vase   d'expansion   dans   le   béton   durci,  
d'améliorer  la  durabilité  du  béton  soumis  à  l'action  du  gel...  
Les   accélérateurs   de   prise   sont   incorporés   à   la   formulation   du   béton   pour   réduire   le  
temps  de  prise  du  béton.  Ils  permettent  de  mettre  les  bétons  hors  gel  et  de  bétonner  par  
temps  froid  tout  en  augmentant  la  rotation  de  coffrage  

Les   accélérateurs   de   durcissement   sont   incorporés   à   la   formulation   du   béton   au  


malaxage.   Ils   favorisent   le   durcissement   des   bétons   et   améliore   les   résistances  
mécaniques  à  jeune  âge.  Ils  permettent  le  bétonnage  par  temps  froid  et  le  décoffrage  
rapide  sur  chantier.  
En   usines   de   préfabrication   ils   accélèrent   les   cadences   de   production   et   diminue   le  
temps   d’étuvage   des   éléments   en   béton.   Nos   accélérateurs   de   durcissements   sont  
recommandés   pour   tous   les   types   de   préfabrication   et   plus   particulièrement   pour   les  
éléments  en  béton  armé  ou  précontraint.  

Les   retardateurs   pour   béton   sont   utilisés   pour   le   bétonnage   par   temps   chaud   ou   de  
grande   masse   pour   éviter   une   montée   importante   en   température   du   béton.   Ils  
permettent  le  pompage  du  béton,  le  transport  sur  de  longues  distances  et  le  coulage  en  
continu  tout  en  garantissant  une  maniabilité  importante.    
I-­‐  3.  Marquage  et  fiche  technique  d’un  adjuvant  

•  Les   adjuvants   doivent   être   parfaitement   identifiés   par   leur   marquage   obligatoire  
sous  la  forme  d’une  étiquette  pour  les  produits  emballés  ou  de  la  fiche  technique  
accompagnant  toute  livraison  de  produits  en  vrac.    
•  Les  informations  normalisées  devant  figurer  obligatoirement  sur  la  fiche  technique  
ou  l’étiquette  des  produits  emballés  sont  les  suivantes  :  
Ø  la  dénomination  commerciale  de  l’adjuvant    
Ø  le  nom  et  adresses  du  fabricant  ou  du  distributeur  
Ø  la  fonction  principale  et,  si  il  y  en  a,  la  ou  les  fonctions  secondaires  
Ø  la   plage   de   dosage   (en   pourcentage   de   la   masse   de   ciment)   ayant   une   bonne  
efficacité  les  dosages  optimaux  pour  le  béton  ou  le  ciment  de  référence  
Ø  la  teneur  en  chlorures  exprimée  en  ions  chlore    
Ø  l’état  (liquide,  poudre,  pâte)  ;  la  couleur  
Ø  la  masse  volumique  (adjuvant  liquide)  ou  la  densité  apparente  (adjuvant  en  poudre)  
Ø  les  précautions  de  stockage  et  de  manipulation,  le  mode  d’emploi      
Ø  les  limites  d’emploi  (ciments  pour  lesquels  l’emploi  des  adjuvants  n’est  pas  adapté)  
Ø  les  références  de  fabrication  de  l’adjuvant  (deux  derniers  chiffres  de  l’année  et  n°  du  
jour)    
Ø  la  date  ou  l’année  limite  d’emploi…  
Exemple  de  fiches  techniques    NF  /CE    

!
Exigences générales pour les adjuvants pour
béton (NF EN 934-1)
II-­‐ADDITIONS  
II-­‐1  Définitions  

•  Une   addition   est   un   matériau   minéral   finement   divisé   en   poudre   et   pouvant   être  
ajouté   au   béton   pour   améliorer   certaines   de   ses   propriétés   ou   pour   lui   conférer   des  
propriétés  particulières.  

•  Selon  la  norme  NF  EN  206-­‐1,  les  additions  sont  classées  selon  deux  types:  
Ø  Additions  de  type  I:  additions  quasiment  inertes  assimilables  à  des  granulats  utilisés  
en  tant  que  correcteur  granulométrique  dans  les  mortiers  ou  les  bétons.  elles  sont  
alors  appelées  «  fillers  ».    

Ø  Additions  de  type  II:    


-­‐  additions   à   caractère   pouzzolanique   c’est-­‐à-­‐dire   aptes   à   former   par  
combinaison   avec   la   chaux   et,   en   présence   d’eau,   des   composés   hydratés,  
stables,  semblables  à  ceux  formés  par  le  ciment  Portland;    
-­‐  additions   à   caractère   hydraulique   c’est-­‐à-­‐dire   aptes   à   former,   en   présence  
d’eau,  des  minéraux  contribuant  à  la  résistance  de  la  matrice  cimentaire.  
II-­‐2.  Exemples  d’additions  
Additions  de  types  I:  
Les  fillers  
•  Ce  sont  des  matériaux,  minéraux  provenant  de  roches  massives  ou  de  gisement  
alluvionnaires.  ils  sont  broyés  de  sorte  qu’au  moins  de  85%  des  éléments  soient  
de  dimension  inférieure  à  0,080  mm  .  
•  Un  filler  est  dit  siliceux  s’il  contient  plus  de  90%  de  silice.  
•  Un  filler  est  dit  calcaire  s’il  contient  plus  de  90%  de  carbonate  de  calcium.  
•  Dans  les  autres  cas,  le  filler  est  désigné  par  le  nom  de  sa  roche  d’origine.  
Additions  de  types  II:  
Les  fumées  de  silice  
•  Elles   se   présentent   sous   forme   d’une   poudre   constituée   de   microsphères   de  
silice  amorphe  ayant  un  diamètre  moyen  de  0,1  micron.    
•  Cette  poudre  est  obtenue  en  refroidissant  les  gaz  de  réaction  qui  se  produisent  
dans  les  fours  à  arc  lors  de  la  fabrication  du  silicium  ou  de  ses  alliages.  
•  Les  fumées  de  silice  sont  capables  d’intervenir  selon  deux  mécanismes  :  

Ø  L’effet  granulaire  :  Les  particules  de  la  fumée  de  silice  étant  sphériques,  lisses  
et   très   petites,   viennent   combler   les   interstices   entre   les   grains   de   ciment.  
cet  effet  granulaire  conduira  à  une  réduction  importante  de  la  teneur  en  eau.    

Ø  L’effet   pouzzolanique   :   La   fumée   de   silice,   amorphe   et   riche   en   silice,   peut   se  


combiner   à   la   chaux   lors   de   l’hydratation   du   ciment,   afin   de   donner   des  
hydrates   supplémentaires.   Ce   mélange   permettra   d’obtenir   des   bétons   à  
haute  et  très  haute  performance.  
Le  laitier  vitrifié  moulu  de  haut-­‐fourneau  
•  Il   provient   du   broyage   du   laitier   vitrifié   (granulé   ou   bouleté)   obtenu   par  
refroidissement  rapide  de  la  scorie  fondue  provenant  de  la  fusion  de  la  fonte  dans  
les  hauts-­‐fourneaux.  
•  Son   broyage   poussé   lui   donne   une   surface   spécifique   élevée   comparable   à   celle  
des  ciments;  c’est  un  matériau  à  caractère  hydraulique.  

II-­‐3.  Intérêt  des  additions  dans  le  béton  

Les  principaux  avantages  obtenus  avec  l’ajout  d’addition  dans  le  béton  sont  les  suivants:  

Ø  possibilité   grâce   au   caractère   pouzzolanique   ou   hydraulique   de   certaines  


additions,   de   diminuer   le   dosage   pondéral   du   ciment   (jusqu’à   30%   selon   la  
destination  du  béton)  

Ø  réduction   de   la   ségrégation   au   malaxage,   au   transport   et   à   la   mise   en   place  


(réduction  des  nids  de  cailloux)  
Ø  meilleurs  cohésion  du  béton  frais;  
Ø  diminution  du  ressuage  
Ø  augmentation  des  résistances  mécaniques  finales;  

Vous aimerez peut-être aussi