Vous êtes sur la page 1sur 109

UNIVERSITE DE LUBUMBASHI

FACULTE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT DE CHIMIE INDUSTRIELLE

ETUDE NUMERIQUE COMPARATIVE DES TROIS


GEOMETRIES (CUBIQUE, SPHERIQUE ET
CYLINDRIQUE) D’UNE CUVE DE STOCKAGES
THERMIQUES EN SABLE SUR LE LOGICIEL COMSOL
MULTIPHYSICS

Projet individuel

Présenté et défendue par KANGWESE SIVALINGANA Schekinah

En vue de l’obtention du grade de Bachelier en Sciences de l’Ingénieur

Juin 2021
UNIVERSITE DE LUBUMBASHI
FACULTE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT DE CHIMIE INDUSTRIELLE

ETUDE COMPARATIVE NUMERIQUE DE TROIS


GEOMETRIE (CUBIQUE, SPHERIQUE ET
CYLINDRIQUE) D’UNE CUVE DE STOCKAGES
THERMIQUES EN SABLE SUR LE LOGICIEL COMSOL
MULTIPHYSICS

Projet individuel

Présenté et défendue par KANGWESE SIVALINGANA Schekinah

En vue de l’obtention du grade de Bachelier en Sciences de l’Ingénieur

Directeur : Professeur Ordinaire MPIANA CHRISTOPHER

Encadreur : Master. Ir KABEYA MAKOBO DANIEL

ANNEE ACADEMIQUE2019-2020
RESUME
L’objectif de ce travail est de déterminer la plus performante de trois formes géométriques
(cubique, cylindrique et sphérique), d’une cuve de stockage thermique en sable.
Les investigations scientifiques nous ont permis de faire des analyses thermiques par des
simulations numériques via le logiciel COMSOL Multiphysics.
Les analyses thermiques ont été réalisées et les résultats des simulations en 2D et 3D ont montré
l’impact d’une géométrie sur une cuve de stockage thermique d’après ses performances qui sont
le temps de stockage et l’efficacité thermique.

En utilisant le sable comme milieu de stockage thermique, les analyses de l’impact de la


géométrie sur une cuve de stockage thermique ont montré quel était le temps de stockage
thermique nécessaire pour chaque géométrie ainsi que les efficacités thermiques respective dans
chaque milieu de stockage.

D’après les résultats obtenus on est en mesure de dire qu’une cuve de stockage thermique de
géométrie cubique est la meilleure de deux autres ; c’est à dire qu’en termes de temps de
stockage soit de 4h30min ; le système emmagasine la chaleur correctement jusqu’à atteindre le
palier soumis de 378.15°K. Tandis qu’un système sphérique nécessite 38h de chargement et un
système cylindrique 93 min de chargement. On constate également que le système cubique est
stable d’après le comportement du matériau (le sable) le long du temps de stockage
comparativement aux deux autres géométries.

Ainsi on peut dire qu’un système cubique est plus performant non seulement en termes de temps
de stockage et en terme du comportement du milieux de stockage durant le chargement mais
aussi en termes d’efficacité thermique soit de 0.9988 pour le cube ; pour le système sphérique
soit 0.9977 et pour le cylindrique soit 0.9893.
I

TABLE DES MATIÈRES

TABLE DES MATIÈRES........................................................................................................... I

LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................... V

LISTE DES FIGURES ............................................................................................................. VI

LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................. VIII

REMERCIEMENTS ................................................................................................................. X

DEDICACE .............................................................................................................................. XI

INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................ 1

CHAPITRE 1. GENERALITES ET MATERIAUX SUR LE STOCKAGE THERMIQUE .... 2

1.1. INTRODUCTION ............................................................................................................... 2


1.2. PHENOMENE THERMIQUES FONDAMENTALES .............................................................. 2
1.2.1 Transfert thermique .................................................................................................. 2
1.2.2. Energie thermique .................................................................................................... 3
1.2.3. Température ............................................................................................................. 3
1.3. MODES DE TRANSFERT THERMIQUE ............................................................................... 3
1.3.1. Conduction thermique ............................................................................................. 4
1.3.2. Convection thermique .............................................................................................. 4
1.3.3. Rayonnement thermique ........................................................................................ 5
1.4.1. Stockage par chaleur latente.................................................................................... 6
1.4.2. Stockage par chaleur sensible .................................................................................. 7
1.4.3. Stockage par chaleur thermochimique .................................................................... 7
1.5. MATERIAUX DE STOCKAGE THERMIQUE ........................................................................ 8
1.5.1. Matériaux de stockage sensible ............................................................................... 9
1.5.2. Matériaux de stockage latent (R. OSPIAN ,2018) .................................................. 12
1.5.3. Matériaux à stockage thermochimique ................................................................. 12
1.6. CHOIX D’UN MATERIAU DE STOCKAGE ......................................................................... 13
1.6.1. Efficacité et cout du matériau ................................................................................ 13
1.6.2. Capacité calorifique du matériau ........................................................................... 13
II

1.6.3. Encombrement, Sécurité et impacts sur l’environnement .................................... 13


CHAPITRE 2. RESOLUTION NUMERIQUE D’UN PROBLEME THERMIQUE ............ 15

2.1. INTRODUCTION ............................................................................................................. 15


2.2. METHODE DES ELEMENTS FINIS .................................................................................... 15
2.3. METHODE DES DIFFERENCES FINI (FDM) ...................................................................... 16
2.4. METHODE SPECTRALE ................................................................................................... 17
2.5. METHODE DE VOLUME FINI (FVM) ............................................................................... 18
2.6. RESOLUTION INSTATIONNAIRE DE L’EQUATION DE ..................................................... 19
CHALEUR PAR LA METHODE DE VOLUMES FINIS (2D) ......................................................... 19
2.7. RESOLUTION DE L’EQUATION DE CHALEUR PAR LA ..................................................... 21
METHODE DE VOLUME FINIS (3D) ....................................................................................... 21
2.7.1. Application de la méthode des volumes finis au système cubique ....................... 21
2.7.2. Application de la méthode des volumes finis au système cylindrique .................. 22
2.7. 3. Application de la méthode des volumes finis au système sphérique ................... 23
2.8. MAILLAGES .................................................................................................................... 23
2.8.1. Maillage uniforme et non uniforme ....................................................................... 23
2.9. ERREURS DE LA RESOLUTION NUMERIQUE .................................................................. 25
CHAPITRE 3. METHODOLOGIE, MATERIAUX ET .......................................................... 29

LOGICIEL DE SIMULATION ............................................................................................... 29

3.1. INTRODUCTION ............................................................................................................. 29


3.2. METHODOLOGIE ............................................................................................................ 29
3.3. MATERIAUX ................................................................................................................... 30
3.3.1 Matériaux de stockage thermique .......................................................................... 30
3.3.2 Isolation thermique du volume d’étude ................................................................. 31
3.4 SIMULATIONS SUR COMSOL .......................................................................................... 32
3.4.1. Présentation du logicielle COMSOL ........................................................................ 32
3.4.2. Paramètre de simulation des 3 géométries en 2 dimensions (2D) ........................ 33
3.4.3. Paramètre de simulation des 3 géométries en 3 dimensions (3D) ........................ 35
CHAPITRE 4. PRESENTATION DES RESULTATS DE LA SIMULATION ET
ANALYSE ............................................................................................................................... 37
III

4.1. INTRODUCTION ............................................................................................................. 37


4.2. RESULTATS DE SIMULATION TRANSITOIRE SUR COMSOL EN ....................................... 37
4.2.1. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans système cubique
.......................................................................................................................................... 37
4.2.2. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans un système
sphérique.......................................................................................................................... 44
4.2.3. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans système
cylindrique ........................................................................................................................ 56
4.3. RESULTATS DE SIMULATION TRANSITOIRE SUR COMSOL EN ....................................... 61
4.3.1. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système cubique
.......................................................................................................................................... 61
4.3.2. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système
sphérique.......................................................................................................................... 69
4.3.2. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système
cylindrique ........................................................................................................................ 81
4.4. ETUDES DE L’EFFICACITE THERMIQUES ........................................................................ 86
4.4.1. L’efficacité thermique sur la géométrie cubique ................................................... 87
4.4.2. L’efficacité thermique sur la géométrie sphérique ................................................ 88
4.4.3. L’efficacité thermique sur la géométrie cylindrique .............................................. 89
4.5. INTERPRETATION DES RESULTATS ................................................................................ 90
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................. 92

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ....................................................................................... 93


V

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1-1 Expression de la température dans différentes unités ............................................ 3
Tableau 1-2 classification des sels fondus en fonction de la température nécessaire. ............. 10
Tableau 1-3 propriétés des matériaux solides utilisés dans le stockage thermique .................. 11
Tableau 1-4 Avantages et inconvénients des matériaux solides en stockage thermique sensible
.................................................................................................................................................. 11
Tableau 1-5 la caractéristique des trois catégories des MCP ................................................... 12
Tableau 2-1 relation entre surfaces........................................................................................... 21
Tableau 2-2 relation entre surface ............................................................................................ 22
Tableau 3-1 paramètres thermo-physique du sable fin............................................................. 31
Tableau 3-2 paramètres thermo physique du polystyrène ........................................................ 32
Tableau 4-1 : Distribution de la propagation en profondeur de la température en fonction du
temps dans une cuve de stockage thermique de géométrie cubique ........................................ 68
Tableau 4-2 distribution de la propagation en profondeur de la température en fonction du
temps dans une cuve de stockage thermique de géométrie sphérique ..................................... 79
Tableau 4-3 : Distribution en profondeur de la température en fonction du temps dans une
cuve de stockage thermique de géométrie cylindrique ............................................................ 85
VI

LISTE DES FIGURES


Figure 1-2 Transfert du flux de chaleur par conduction ............................................................. 4
Figure 1-4 Transfert de chaleur par rayonnement ...................................................................... 5
Figure 2-1 maillage d’un volume de contrôle .......................................................................... 20
Figure 2-2 maillage mis distant non uniforme ......................................................................... 24
Figure 2-3 maillage centré non uniforme ................................................................................. 25
Figure 4-1 distribution de la température dans une cuve cubique pendant 5min ..................... 39
Figure 4-2 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 30mim ........... 40
Figure 4-3 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 1h .................. 41
Figure 4-4 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 3h .................. 42
Figure 4-5 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 4H30min ....... 43
Figure 4-6 Distribution de la température dans une cuve sphérique pendant 5mim ................ 46
Figure 4-7 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 30min ......... 47
Figure 4-8 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 1h .............. 48
Figure 4-9 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 2h ............... 49
Figure 4-10 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 3h ............. 50
Figure 4-11 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 4h ............. 51
Figure 4-12 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5h ............. 52
Figure 4-13 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 20h ........... 53
Figure 4-14 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 38h ........... 54
Figure 4-15 Distribution de la température dans une cuve cylindre pendant 5min.................. 57
Figure 4-16 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 30min .... 58
Figure 4-17 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 60mim ... 59
Figure 4-18 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 93min .... 60
Figure 4-19 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 5min ............ 62
Figure 4-20 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 30min .......... 63
Figure 4-21 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 1h ................ 64
Figure 4-22 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 2h ................ 65
Figure 4-23 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 3h ................ 66
Figure 4-24 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 4h30min ...... 67
Figure 4-25 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5min ......... 70
Figure 4-26 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 30min ...... 71
Figure 4-27 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 1h ............. 72
Figure 4-28 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 2h ............. 73
Figure 4-29 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 3h ............. 74
Figure 4-30 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 4h ............. 75
Figure 4-31 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5h ............. 76
Figure 4-32 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 10h ........ 77
Figure 4-33 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 20h ....... 78
VII

Figure 4-34 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 38h ........ 79
Figure 4-35 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 5min ...... 82
Figure 4-36 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 30min .... 83
Figure 4-37 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 1h ........... 84
Figure 4-38 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 93min .... 85
Figure 4-39 distribution de la température dans le lit de sable cubique entre 5min et 4h ........ 87
Figure 4-40 distribution de la température dans le lis de sable sphérique entre 5min et
37h30min .................................................................................................................................. 89
Figure 4-41 distribution de la température dans le lis de sable cylindrique entre 5min et 63
min............................................................................................................................................ 89
VIII

LISTE DES ABREVIATIONS


Nomenclature

∆ : variation

A : aire de la surface
Cp : chaleur spécifique

E : quantité d’énergie

h : coefficient d’échange thermique superficiel

H : L’enthalpie

L : Chaleur latente

m : masse

n : nombre de mole

Q : quantité de chaleur

Symbole grec

T : La température

t : le temps

v : le vecteur vitesse
ΓΦ : le coefficient de diffusion

σ : La constante de Boltzmann égale à 5,63 10−8 W/K m2

ԑ : Le coefficient mutuel de rayonnement

𝛒 : la masse volumique

𝜂 : l’efficacité thermique

𝜆 : le coefficient de conductivité

𝜏 : la constante de temps

𝜙 : le flux de transfert thermique


IX

Indices

MCP : matériaux en changement de phase


X

REMERCIEMENTS
Ce mémoire de bachelier est le résultat de travail et de recherche de plusieurs mois. Nous
souhaitons adresser nos remerciements les plus grand tout d’abord à DIEU maitre de temps et
de circonstance qui par sa grâce, son intervention et son accompagnement divin ce mémoire est
arriver à terme.

Je remercie vivement et chaleureusement le Professeur Ordinaire MPIANA KABONGO


Christopher directeur de ce mémoire pour nous avoir soutenu et guide tout au long de ce
mémoire.

Je remercie particulièrement le Master Daniel KABEYA MAKOBO, encadreur de ce mémoire


pour la confiance qu’il nous a accordée, pour sa rigueur scientifique dans le travail, pour sa
patience et pour ses conseils judicieux, qui ont contribués à la réalisation et l’accomplissement
de ce Mémoire.

Je tiens à remercier également les membre du jury d’avoir bien accepte d’examiner notre travail

Mes remerciements les plus profond vont à l’égard de mes très chers parents ; plus
particulièrement à mon chers père Pr. DIR. KANGWESE KAMULENGWE Telesphore, à mes
mères KANGWESE MUZURIKWABO Dynah et KANGWESE SYANGEHA Anuarite pour
le soutient, les sacrifices et les conseils innombrables.

J’exprime ma reconnaissance au Doyen de la faculté Polytechnique/UNILU, le Professeur Jean-


Marie KANDA NTUMBA et à tous les éminents Professeurs de son département de Chimie
Industrielle, pour la formation.

J’adresse enfin mes sincère remerciements à mes frère et sœurs dont Monsieur BASHIGA
Joseph et Madame BASHIGA MOLOVERYA Stéphanie et à mes amis je cite KABULO
KASONGO Serge, MUKENDI MUTOMBO Gracien et MUTEBA Onésime.
XI

DEDICACE
Nous avons le grand plaisir de dédier ce modeste travail à :

DIEU tout puissant maitre et détenteur de toute science

La faculté polytechnique

Nos chers parents qui nous ont toujours soutenue dans nos études

Nos frère et sœurs qui nous ont toujours encouragées

Toutes nos familles chacune à son nom

Tous nos frère et sœurs chacun à son nom

Tous nos enseignants chacun à son nom

Tous nos collègues chacun à son nom

Chaque personne qui nous a aidé chacun a son nom


1

INTRODUCTION GENERALE

L’homme a toujours stocké l’énergie sous forme de chaleur par des simples gestes en faisant
chauffer une pierre au soleil et l’utiliser après pour le chauffage ou la cuisson. Le besoin de
stockage est donc une considération d’ordre environnemental, géopolitique et technologique.
Face à une constante raréfaction des ressources énergétiques d’origine faucille (pétrole, gaz
naturel, charbon, etc.…) d’une part, et aux difficultés d’ordre politico-économique concernant
leur approvisionnement énergétique d’autre part, les pouvoirs publics encouragent les énergies
renouvelables.

De ce fait, parmi les solutions envisageables ; la bonne gestion des ressources énergétiques et
le stockage d’énergie répondent à la problématique. Le stockage thermique représente donc une
solution prometteuse pour les applications liée à l’énergie thermique. Choisit d’après les
performances thermiques entre autres la durée du stockage et l’efficacité thermique ; ils existent
trois types de stockage thermique ; principalement le stockage par chaleur latente, le stockage
par chaleur sensible et le stockage thermochimique.

Dans le cadre de ce travail l’on s’intéresse au stockage par chaleur sensible, à travers une
investigation numérique des performances d’une cuve de stockage thermique et un milieu de
stockage en sable fin. Le but poursuivit est de déterminer la plus performante des cuves de
stockage thermique sur base d’une étude comparative par simulation de trois géométries
différentes ; qui sont le cube, la sphérique et le cylindrique.

Outre l’introduction et la conclusion, ce travail est divisé en quatre chapitres dont :

- CHAPITRE 1 : GENERALITES ET MATERAUIX SUR LE STOCKAGE THERMIQUE ;


- CHAPITRE 2 : RESOLUTION NUMERIQUE D’UN PROBLEME DE STOCKAGE
THERMIQUE ;
- CHAPITRE 3 : METHODOLOGIE, MATERIAUX ET LOGICIEL DE SIMULATION ;
- CHAPITRE 4 : ANALYSES ET RESULTATS DE SIMULAT
2

CHAPITRE 1. GENERALITES ET MATERIAUX SUR LE


STOCKAGE THERMIQUE

1.1. INTRODUCTION

Le stockage thermique est une action qui consiste à mettre en réserve une quantité d’énergie
sous forme de la chaleur, provenant d’une source en un lieu donné en vue d’être utilisée
ultérieurement. On s’intéresse ici principalement à l’opération qui consiste à crée un stock à
partir d’énergie disponible et non directement à la gestion du stock (F. MEUNIER, 2004).

Les caractéristiques thermos physiques des matériaux représentent la faculté qu’à la chaleur de
se propager dans un corps ou d’y être stockée. Introduire les caractéristiques thermo physiques
interne des matériaux, fait rappelles à quelques notions de base sur les phénomènes thermiques ;
sur les différents modes de stockage thermique ; sur les types des matériaux de stockage
thermique ainsi que sur les critères de choix d’un matériau (C. CHAUSSIN et al, 1962).

1.2. PHENOMENE THERMIQUES FONDAMENTALES

1.2.1 Transfert thermique

Un transfert thermique est un transit d’énergie généralement sous forme de chaleur suite à une
différence de température entre deux corps. Selon les principes de la thermodynamique, le
transfert thermique d’énergie s’explique par l’interaction du système avec l’extérieur (F.
MEUNIER, 2004).

L’étude du transfert thermique complète l’étude de la thermodynamique en décrivant la manière


dont s’opère le transfert d’énergie.
ΔU=ΔQ+ΔW (1.1)
Où ΔU est la variation de l’énergie interne ; ΔQ est la quantité de chaleur variante et Δw est le
travail variant réalisé par le système.
3

1.2.2. Energie thermique

L’énergie thermique (calorifique) peut être considéré comme l’énergie interne d’un corps qui
se manifeste sous forme de la chaleur. L’énergie thermique autrement dit chaleur (Q) ; peut se
mesurer en joule et se quantifier par la quantité d’énergie thermique emmagasinée dans un corps
(M.F ASHBY et al 1988) :
Q=m × 𝐶𝑝 × ΔT (1.2)
Où Q est la quantité d’énergie ; 𝐶𝑝 est la capacité thermique et ∆T : la variation de température.

1.2.3. Température

La température est une grandeur physique mesurée à l’aide d’un thermomètre qui utilise le plus
souvent la dilatation des corps (avec l’eau comme corps de référence) ; ainsi l’unité utilisée est
le degré Celsius (°C), le degré fahrenheit (°F) ou encore le degré kelvin (°K). (M. ORFEUIL et
al 1981).

Tableau 1-1 Expression de la température dans différentes unités

Celsius Kelvin Fahrenheit

Degré de tous les jours pour Unité SI, pour les Degrés de tous les jours
les européens physiciens pour les américains

°C = 0.55×(°F) – 32 °K = °C + 273.15 °F = 32 + 1.8 °C

1.3. MODES DE TRANSFERT THERMIQUE

La propagation de la chaleur s’effectue d’atome en atome ; de proche en proche ; par


transmission d’énergie que l’on peut appeler énergie thermique. Selon que le milieu de transfert
change on distingue principalement trois modes de transfert thermique (C. CHAUSSIN et al,
1962) :
- Un transfert de chaleur par conduction ;
- Un transfert de chaleur par convections ;
- Un transfert de chaleur par rayonnement.
4

1.3.1. Conduction thermique

Du point de vue atomistique, la conduction de chaleur est le transfert de chaleur due à l’impact
élastique des molécules dans les solides. La conduction, représente le processus de propagation
de la chaleur par contact direct entre les particules d’un corps suite à une différence de
température. Jean-Baptiste Joseph Fourier propose en 1822 l’équation de conduction appelée
la loi de Fourier qui décrit la distribution de la température dans un corps (A. HAJI et all ,2002) :

Figure 1-1 Transfert du flux de chaleur par conduction


dT
𝑞 ′′ = -k (1.3)
dx

Où 𝑞 ′′ est le flux de transfert de chaleur [w] ; k est la conductivité thermique ; T est la


température et x est l’espace[𝑚2 ].

1.3.2. Convection thermique

Le phénomène de convection est relatif au transfert thermique entre un fluides en écoulement


(liquide ou gaz) et une surface en contacte suite à une différentes des températures ; ce
phénomène génère des échanges d’énergie sous forme de chaleur (D.P. DEWIH et all, 2002).

Le flux de chaleur convectif 𝑞 ′′ (conv) est proportionnel à la différence de température entre


surface du solide et la température du fluide 𝑇𝑆 et 𝑇𝑓 respectivement (F.P. INCROPERA et all
1988) :

𝑞 ′′ (conv) = h (𝑇𝑆 – 𝑇𝑓 ) (1.4)


5

Où h est le coefficient de transfert thermique en watt par mètre carre ; 𝑇𝑠 est température de la
surface ou de la paroi et 𝑇𝑓 est température du fluide.

On classe généralement suivant la nature de l’écoulement du fluide trois catégories :

- La convection forcée : lorsque l’écoulement est causé par un moyen externe au fluide
(Pompe, vent atmosphérique, ...).
- La convection libre ou naturelle : lorsque l’écoulement du fluide est induit par des
forces dues aux variations de densité accompagnant toujours les variations des
températures dans les fluides

1.3.3. Rayonnement thermique

Tous les corps solides, liquides ou gazeux ; émettent un rayonnement de nature


électromagnétique. Le rayonnement thermique est l’énergie émise par un corp à une
température donnée ; Il s’agit d’un flux de chaleur. (B. EYGLUMENT ,1997).

Figure 1-2 Transfert de chaleur par rayonnement


La transmission de la chaleur par rayonnement entre les surfaces solides, obéit aux lois de
Boltzmann. Cette loi s’exprime par la relation suivante (D.P. DEWIH et all 2002) :

𝑞 ′′ = 𝜎 𝑇𝑠 4 (1.5)

Où T est la température absolue (K) de la surface, 𝜎 la constante de Stéphane Boltzmann (𝜎 =


5.67. 10−8W/𝑚2 𝐾 ). Une telle surface s’appelle corps noir. Le flux thermique émis par une
surface réelle est inférieur à celui d’un corps noir et est égal à :

𝑞 ′′ = 𝜀 𝜎 𝑇𝑠 4 (1.6)

Où 𝜀 est une propriété du rayonnement de la surface appelée émissivité.


6

1. 4. TYPES DE STOCKAGE THERMIQUE

La chaleur et le froid sont des domaines importants du stockage de l’énergie ; la possibilité de


les stocker de manière éfficace et durable permettrait d’améliorer considérablement le potentiel
du stockage thermique. Les trois principaux modes de stockage de chaleur ou stockage
thermique sont (DINCER et all 2002) :
- Le stockage par chaleur latente ;
- Le stockage par chaleur sensible ;
- Le stockage par chaleur thermochimique.

1.4.1. Stockage par chaleur latente

Le stockage par chaleur latente est une solution de stockage thermique qui exploite les
propriétés calorifiques latente d’un matériau en changement de phase (MCP), autrement dit sa
capacité à passer de l’état solide a l’états liquide sous l’effet de la chaleur.

Ce mode de stockage est basé sur l’énergie mis en jeux et nécessite l’utilisation d’un fluide
caloporteur pour transférer la chaleur. La quantité d’énergie stockée est la somme de l’énergie
sensible et de l’énergie latente donnée par la relation suivante (DINCER et all, 2002) :

E=∫ m. Cp. dT + m. ΔL + ∫ m Cp. dT (1.7)


Où E est la quantité d’énergie stockée en joule ; m est la masse des matériaux de stockage en
kilogramme ; Cp est respectivement la chaleur spécifique du matériaux, ΔL est la chaleur
latente et dT est la variation de la température durant l’étape de chargement.

Comme tout application thermique le stockage par chaleur latente peut présenter des
applications, des avantages tout comme des inconvénients du point de vue industrielle ; c’est
notamment :
Avantages ;
- Pas de toxicité ;
- Chimiquement stable ;
- Etc., …
Inconvénients ;
- Faible conductivité thermique (𝜆<<0,5W/m. K) ;
7

- Durée de stockage limité ;


- Etc., …
Applications
- Stockages du froid (réfrigérateur et transport des produits agro-alimentaire ou
pharmaceutique) ;
- Stockage de chaleur ;
- Etc., …

1.4.2. Stockage par chaleur sensible

Le stockage sensible est une méthode qui consiste à chauffée un matériau liquide ou solide sans
changement de phase. (S.M. HASMAN, 1998).
La chaleur stockée étant restitue au cours de la phase de déstockage ; ceci se manifeste par un
changement de température. La quantité d’énergie stockée s’écrit :
Q=m ∫ Cp. dT (1.8)
Où Q est la chaleur sensible ; T est la température ; Cp est La capacité thermique massique du
corps pouvant dépendre de la température et m est la masse du corps.

Dans le secteur industriel tout système basé sur des principes thermodynamiques peut présenter
des inconvénients tout comme des avantages qui jouent sur les systèmes de stockage
(LINKENDRA PRASAD et al, 2013) :
Avantages :
- Palier le décalage entre production de chaleur ;
Inconvénients :
- Encombrement ;
- Perte d’énergie.

1.4.3. Stockage par chaleur thermochimique

Comme définis précédemment stocker la chaleur revient à la conditionner (placée) dans un lieu
pour une utilisation décalée dans le temps.

Le stockage thermochimique n’exclus pas la règle hormis le fait qu’ici on exploite la


réversibilité d’une réaction (adsorption-désorption) chimique qui est selon le sens de la réaction
exothermique ou endothermique (A. GIL, 2010) :
8

- Reaction endothermique : AB + 𝑄1 ⟶ A+B


- Reaction exothermique: A+B ⟶AB + 𝑄1

a) Stockage par Adsorption /Désorption

Le système d’adsorption correspond à la fixation des molécules des gaz à la surface du solide.
Ce phénomène est exothermique et peut restituer la chaleur tandis que la désorption correspond
à la libération des molécules gaz à la surface (Phénomène endothermique).

b) Stockage par voie chimique

La voie chimique exploite la réversibilité des réactions pour stockées de l’énergie sous forme
de la chaleur. La réaction réversible est exothermique et correspond à la phase de formation.

La quantité d’énergie qui peut être stocker dans une réaction chimique est la somme des
énergies sensible des matériaux et de la chaleur de réaction ; elle s’exprime sellons la réaction
(K. EDEM,2008) :
E=∑ ∫ m . Cp. dT +∆H (1.9)
Où E est l’énergie stockée en joule, m est la masse du constituant A ; T est la température et
ΔH est l’enthalpie de la réaction.

Les applications industrielles du stockage thermochimique présentent des inconvenant ainsi que
plusieurs avantages par rapport aux deux autres systèmes de stockage :

Avantages
- Vaste gamme de température de stockage allant de la chaleur ambiante jusqu'à 250°C ;
- Possibilité de transporte la chaleur ou le froid stocke ;
- Bonne toxicité et amical pour la Santé et l’environnement ;
- Etc. ; …
Inconvénients
- Complexité de la technologie ;
- Complexité d’intégration rentre source et puits de chaleur ;

1.5. MATERIAUX DE STOCKAGE THERMIQUE

Les matériaux de stockage de chaleur sont utilisés depuis très longtemps. Actuellement, la
classification des matériaux de stockage thermique ne dépend pas seulement, des propriétés des
9

matériaux à pouvoir stocker de la chaleur ou à la restituer ultérieurement, mais surtout du type


de stockage thermique choisit. (A. SRIVASTAVA, 1982).

1.5.1. Matériaux de stockage sensible

Un système de stockage en dehors de l’ébullition et de vaporisation utilise la capacité thermique


à valeur élevée des matériaux tel que la terre, le sable, l’eau, … (S.M. HASMAN, 1998).
Parmi les matériaux de stockage sensible, on distingue :
A. Matériaux sensibles liquides

Les matériaux liquides sont de bons candidats pour un systèmes de stockage sous forme
sensible. En effet, leur état sous forme liquide permet généralement une meilleure intégration à
un système d’échange de chaleur. Les principaux liquides utilisés sont : l’eau, les huiles
thermiques et les sels fondus (A. FERNANDEZ ,2010).
❖ L’eau
Etant un matériau le plus accessible et abondant au monde, l’eau a vite été considérée pour une
utilisation de stockage thermique sous forme sensible. Par contre, certain inconvénient fait que
d’autres matériaux peuvent y être préfères dans certains systèmes (S.M. HASMAN, 1998).

Avantage
- Haute efficacité ;
- Chaleur spécifique élevée ;
- Faible cout économique ;
- Très disponible ;
- Très documenté.
Inconvenant
- Pressions de vapeur élevée ;
- Corrosif à certain contenant.

❖ Les huiles organiques

Les huiles sont les liquides les plus utilisées après l’eau. La chaleur spécifique des certaines
huiles est de 25 à 40 %, plus élevée que celle de l’eau. (J. DUFFIE ,1989).
10

Avantages
- Chaleur spécifique élevée ;
- Bonne disponible ;
- Faible pression de vapeur ;
- Température de fonctionnement élevée.
Inconvénients
- Cout élevée ;
- Toxicité vis à vis l’environnement.
❖ Les sels fondus

On désigne par (sels fondus) tous milieux ionique constitué d’anion et de cation inorganique
entre lesquels de forte interaction électrostatique permettent une cohésion du liquide. En
fonction de la température nécessaire pour une application spécifique, les sels fondus peuvent
être classes comme indiqués dans le tableau suivant (O. PAUVERT,2009) :

Tableau 1-2 classification des sels fondus en fonction de la température nécessaire.

Système à sels Chlorure alcalin, Nitrates, nitrites, Halogénure,


fondus chlorure hydroxydes alcalins sulfates, carbonates
d’aluminium
Température de 150 -259°C 250-400°C 450-1000°C
Travails

B. Matériaux solides

Les matériaux solides sont également de bons candidats pour une application de stockage
thermique. Parmi les matériaux de stockage thermique les plus utilisés, on a les roches, les
sables, les briques et les métaux. Le tableau suivant résume la caractéristique de certains
matériaux solides utilisée dans le stockage sensible (B. DHIAOUI, 2007) :
11

Tableau 1-3 propriétés des matériaux solides utilisés dans le stockage thermique

Matériaux Chaleur Masse Capacité


spécifique spécifique thermique
(J/Kg.) (Kg /m3) volumétrique
(J/K.𝒎𝟑 )
Argiles 879 1458 1 ,28
Brique 837 1800 1 ,51
Cres 712 2200 1,57
Bois 2390 700 1,67
Béton 880 2000 2,76
Verre 837 2710 2,27
Aluminium 896 2710 2,43
Ferre 452 7900 3,57
Acier 465 7840 3,68
Sable 835 1600 1.3-1.6

Tableau 1-4 Avantages et inconvénients des matériaux solides en stockage thermique sensible

Matériaux Avantages Inconvénients


Métaux Conductivité thermique faible Très dispendieux
Disponibilité
Recyclable
Chimiquement stable

Roche, Excellente stabilité cyclique Faible conductivité thermique


brique et (roches), Chimiquement stable
béton. Disponible, Faible chaleur
spécifique
12

1.5.2. Matériaux de stockage latent (R. OSPIAN ,2018)

Les matériaux à changement de phase ou MCP, sont des matériaux capables de changer d’état
physique dans une plage de température restreinte. Les matériaux à changement de phase ou
MCP ont une particularité de pouvoir stocker de l’énergie sous forme de chaleur latente ; la
chaleur étant absorbée ou restituer lors du passage de l’état solide a l’état liquide et vice versa.

L’énergie stockée dépend de la chaleur latente et de la quantité des matériaux de stockage ; on


distingue trois grandes familles de MCP :
- Les composés organiques (les paraffines et la non-paraffine) ;
- Les composés inorganiques (les sels hydratent et les métaux) ;
- Les mélanges eutectiques.

Suivant leurs caractéristiques, les MCP peuvent être regroupe en trois principales catégories :
- Les matériaux ayant un changement de phase solide- solide ;
- Les matériaux ayant un changement de phases solide- liquide ;
- Les matériaux ayant un changement de phase liquide- gazeux.

Tableau 1-5 la caractéristique des trois catégories des MCP

Caractéristique Solides- solide Solide- liquide Liquide- gaz


Température de Hors application Grande plage Elevée
fusion

Changement de Négligeable Leger Très élevé


volume

Matériaux disponible Peu de matériaux Oui Oui


identifié

Technologie a point Non Oui Plus ou moins

1.5.3. Matériaux à stockage thermochimique

L’exploitation de la chaleur disponible dans un matériau sous forme sensible ou latente


nécessite généralement une importante isolation thermique requise aux matériaux susceptibles.
13

Cependant, pour un stockage thermochimique les matériaux utilise sellons le mode de stockage
thermochimique sont (A. GIL ,2010) :
- Les matériaux réactifs pour un système des réactions chimiques réversibles,
généralement les réactions entre sels et l’eau.
- Les matériaux adsorbant qui sont des matériaux poreux pour un système de stockage
par adsorption/désorption tels que les gels de silice, les alluminos phosphates, les sillicos
phosphate et les zéolithes.

1.6. CHOIX D’UN MATERIAU DE STOCKAGE

Afin de pouvoir sélectionner un matériau de stockage parmi la variété des matériaux qui
existent, des critères de choix suivant s’imposent. (H. IBRAHIM, 2008) :

1.6.1. Efficacité et cout du matériau

L’efficacité est le rapport entre l’énergie délivrée et celle emmagasinée. L’efficacité doit donc
être basée sur un ou plusieurs cycles réalistes, relative à l’application. La conductivité
thermique sera le critère le plus important dans l’évaluation de l’efficacité, plus un matériau est
conductif ; plus son efficacité en sera affectée.
Lors de l’investissement, la rubrique la plus intéressante est la somme des couts du cycle de vie
des matériaux. Pour ce faire, il faut que le cout global sur le cycle de vie soit le plus bas prix à
long terme ; puisque l’on considère que tous les matériaux ont une durée de vie supérieure à
celle du système.

1.6.2. Capacité calorifique du matériau

La capacité calorifique représente la quantité d’énergie pouvant être disponible dans un


matériau une fois chargé. Un matériau ayant une bonne capacité calorifique a une chaleur
spécifique élevé. Pour les MCP, on compare la chaleur de fusion, qui représente la quantité en
énergie pouvant être emmagasinée durant le changement de phase.

1.6.3. Encombrement, Sécurité et impacts sur l’environnement

L’encombrement est défini par le volume (parfois sa masse) occupe par un matériau pour
stocker une certaine quantité d’énergie. Les matériaux de stockage de chaleur sous forme
sensible sont évalués en fonction de leur capacité calorifique volumétrique, donc de la quantité
14

d’énergie pouvant être stockée dans un volume unitaire pour chaque degrés kelvin de variations
de température.
Pour les MCP, ce critère sera évalué en comparant les volumes relatifs des matériaux par rapport
à la température de glaciation de l’eau pour stocker une quantité fixe d’énergie, bien que
n’apportant rien au fonctionnement du système de stockage ; ce critère doit absolument être
considère dans une application à vocation écologique.
La toxicité du minéraux, son impact sur l’environnement et la possibilité de recyclage âpre la
vie utile seront sur quoi les matériaux seront évalués (S.M. HASMAN ,1998).
15

CHAPITRE 2. RESOLUTION NUMERIQUE D’UN


PROBLEME THERMIQUE

2.1. INTRODUCTION
En froid comme en climatisations les systèmes thermiques de quelque nature qu’il soit fait
partie intégrante de nos installations industrielles tout comme domestique (MICHAEL ROSEN,
2002).
Ces systèmes thermiques sont basés sur divers principes d’approximation et méthodes de
discrétisation mathématique qui cherchent des solutions exactes approche de la réalité. Parmi
de méthodes de discrétisation, on distingue :
- La méthode des éléments finis
- La méthode des différences finis
- La méthode spectrale
- La méthode des volumes finis

2.2. METHODE DES ELEMENTS FINIS

Principe mathématique

Le principe mathématique est basé sur les méthodes suivantes :


- Méthodes variationnelles (minimisation d’une fonction) ;
- Méthodes des résidus pondérés.

Le principe fondamental de la méthode des éléments finis réside dans le découpage du domaine
d’étude en domaines élémentaires de dimension finie. Sur chacun de ces domaines, appelés
éléments finis, la fonction inconnue est approchée par un polynôme dont le degré peut varier
d’une application à l’autre mais reste en général faible. Ces éléments, triangles ou quadrilatères,
rectilignes ou curvilignes, doivent réaliser une partition du domaine d’étude (ils sont disjoints
et leur union recouvre le domaine tout entier).
Cette partition qui est généralement appelée découpage ou discrétisation du domaine doit
respecter un certain nombre de règles qui permettent d’assurer un bon déroulement du calcul
(H. HUNIS 1856).
16

Etapes de la mise en œuvre


- Discrétisation du domaine en un nombre fini d’éléments ;
- Choix d’un modèle d’interpolation (variation de la variable Φ sur l’élément) ;
- Écriture des équations modèles sous forme algébrique au niveau local (dans un élément
- Détermination des vecteurs caractéristiques.
Avantage
- Adapté aux géométries complexes.
Inconvénients
- Formalisme mathématique plus compliqué et plus difficile à mettre en œuvre ;
- Coûteux en stockage mémoire (matrices pleines) et en temps de calcul (inversion) ;
- Caractère conservatif des équations non forcément assuré.

2.3. METHODE DES DIFFERENCES FINI (FDM)

Principe

Le domaine de calcul est discrétisé en un nombre fini de points sur lesquels on approche les
opérateurs de dérivation des équations modèles par des développements en séries de Taylor
tronquées à l’ordre de précision choisie (V.F. DAN, 2002).
Exemple Soit le maillage régulier 1D :

Où ∆x = xi – xi-1 = x i+1- xi. Le développement en série de Taylor, autour du point i du maillage,


de la variable inconnue, est donné par les relations :
1 𝑑Ф 1 𝑑2 Ф 1 𝑑3 Ф
Фi-1 =Фi – 1! ∆𝑥( 𝑑𝑥 )i + 2!(∆𝑥)2 ( 𝑑𝑥 2 )i – 3! (∆𝑥)3 ( 𝑑𝑥 3 )i +0((∆𝑥)4) (2.1)

1 𝑑Ф 1 𝑑2 Ф 1 𝑑3 Ф
Фi+1 =Фi – ∆𝑥( 𝑑𝑥 )i + 2!(∆𝑥)2 ( 𝑑𝑥 2 )i – 3! (∆𝑥)3 ( 𝑑𝑥 3 )i +0((∆𝑥)4) (2.2)
1!

En retenant les premiers deux termes du développement de la relation (2.1), on obtient :


𝑑Ф Фi− Фi−1
( 𝑑𝑥 )i = ∆𝑥
17

Ceci signifie que la dérivée d’ordre 1, au point i, est approchée par différences finies régressives
d’ordre 1. En retenant les premiers deux termes du développement de la relation (2.2) on
obtient :
𝑑Ф Фi+1−Фi
( 𝑑𝑥 )i = ∆𝑥

Ce qui signifie que la dérivée d’ordre 1, au point i, est approchée par différences finies
progressives d’ordre 1. En soustrayant la relation (2.1) de la relation (2.2) on obtient
l’approximation par différences finies centrales d’ordre 2.
𝑑Ф Фi+1−Фi−1
( 𝑑𝑥 )i = 2∆𝑥

En additionnant les relations (2.1) et (2.2) on obtient l’approximation de la dérivée de deuxième


ordre par différences finies centrées d’ordre 2 :
𝑑2 Ф Фi−1−2Фi +Фi+1
( 𝑑𝑥 2 )i= (∆𝑥)2

Avantages de la méthode
- Simplicité de mise en œuvre ;
- Encombrement mémoire raisonnable et temps de calcul raisonnable.

Inconvénients de la méthode
- Le principe de conservation n’est pas assuré après la discrétisation ;
- L’apparition d’instabilités numériques ;
- Difficulté pour traiter les géométries plus complexes.

2.4. METHODE SPECTRALE

Principe

On remplace, dans les équations modèles l’inconnue Φ par des développements tronqués sur
des bases de fonctions orthogonales (polynômes Tchebychev, Legendre, Fourier) et en utilisant
leur propriété d’orthogonalité on se ramène à des systèmes d’équations différentielles ordinaires
plus simples à résoudre (H. HUNIS 1856).
18

Avantage
- Permet d’obtenir des solutions d’une très grande précision.

Inconvénients
- Formalisme mathématique plus complexe et mise en œuvre délicate ;
- Difficultés pour traiter les géométries complexes et des conditions aux limites non
académiques.

2.5. METHODE DE VOLUME FINI (FVM)

Principe

La méthode des volumes finis est une technique de discrétisation qui convertit les équations
aux dérivées partielles en équations algébriques qui peuvent être résolues numériquement. La
technique des volumes de contrôle consiste dans l’intégration des équations aux dérivées
partielles sur chaque volume de contrôle pour obtenir les équations discrétisées qui conservent
toutes les grandeurs physiques sur un volume de contrôle (VC) (HUNIS 1856).

Le principe de discrétisation peut être illustré en considérant l’équation de transport pour une
grandeur scalaire Φ, valable pour toutes les équations d’écoulement, en régime stationnaire :
∮A (Ρф 𝜈⃗) d𝐴⃗ = ∮A (ΓΦ 𝑔𝑟𝑎𝑑Ф)d𝐴⃗ +∫ 𝑆Ф Dv (2.3)


ρ : la densité du fluide ;
v : le vecteur vitesse ;
A : l’aire de la surface ;
ΓΦ : le coefficient de diffusion de la grandeur Φ ;

L’équation (2.3) est appliquée sur chaque volume de contrôle du domaine de calcul (domaine
d’étude ou d’analyse). La discrétisation de cette équation donne :

∑𝑁𝑓𝑎𝑐𝑒
𝑓
𝑁𝑓𝑎𝑐𝑒
𝜌𝑓 𝜈𝑓 Ф𝑓 𝐴𝑓 = ∑𝑓 ΓΦ (∇Φ)n Af + SΦ V

N faces : le nombre de faces (interfaces) du volume de contrôle ;


Φf : la valeur Φ transférée par convection à travers l’interface f ;
𝛎f: le flux de masse à travers l’interface f;
19

Af : l’air de l’interface f ;
(𝛻⃗⃗Φ)n : la valeur de𝛻⃗⃗Φ normal à l’interface f ;
V : le volume de contrôle.

Etape de mise en œuvre (V.F. Dan, 2002).

Les différentes étapes de la mise en œuvre sont :


- Le domaine de calcul discrétisé en un nombre fini de points (les nœuds du maillage),
autour desquels on définit des volumes élémentaires (appelés volumes de contrôle) ;
- Les équations modèles, sous forme conservative, sont intégrées sur chaque volume de
contrôle (VC) ;
- Les intégrales sur un volume de contrôle en un nœud donné sont évaluées en approchant
la variation de Φ par des profils ou des lois d’interpolation entre les nœuds voisins du
point considéré ;
- Écriture des équations algébriques en fonction des valeurs de Φ aux nœuds du maillage ;
- Résolution du système algébrique linéaire obtenu.

Avantages

- Préservation du caractère conservatif des équations sur chaque volume de contrôle


(continuité des flux aux interfaces), valable pour n’importe quelle finesse du maillage ;
- Mise en œuvre relativement facile ;
- Applicable aux géométries complexes ;
- Temps de calcul et stockage mémoire raisonnable (matrice de type bande).

Inconvénients
- Moins précis que les méthodes spectrales.

2.6. RESOLUTION INSTATIONNAIRE DE L’EQUATION DE


CHALEUR PAR LA METHODE DE VOLUMES FINIS (2D)

L’équation de conduction thermique instationnaire pour un problème 2D est la suivante (V.F.


DAN, 2002). :

𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇
ρcp 𝜕𝑡 = λ𝜕𝑥(𝜕𝑥 ) + λ 𝜕𝑦 (𝜕𝑦) + S (2.4)
20

Figure 2-1 maillage d’un volume de contrôle


L’intégration de l’équation (2.4) sur le volume de contrôle schématisé à la figure on a :

𝑡+𝑑𝑡 𝜕𝑇 𝑡+𝑑𝑡 𝜕 𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝑡+𝑑𝑡


ρcp∫𝑡 ∫ 𝜕𝑡 𝑉𝐶 dx dy dt =∫𝑡 ∫𝑉𝐶 λ𝜕𝑥(𝜕𝑥 + 𝜕𝑦) dx dy dt + ∫𝑡 ∫𝑉𝐶 S dx dy dt (2.5)

𝑡+𝑑𝑡 𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝑡+𝑑𝑡 𝜕𝑇 𝜕𝑇
ρcp( Tp - Tp 0 )∆𝑥∆𝑦 = ∫𝑡 ( ( λe (𝜕𝑥 )e – λw (𝜕𝑥 )w ) ∆𝑦dt + ∫𝑡 ( ( λn (𝜕𝑦)n – λs (𝜕𝑦)s ) ∆𝑥dt +
𝑡+𝑑𝑡
∫𝑡 𝑆̅ ∆𝑥∆𝑦dt (2.6)

En remplaçant les gradients de température on obtient :

𝑡+𝑑𝑡 𝑇𝐸 −𝑇𝑃 𝑇𝐸 −𝑇𝑊 𝑡+𝑑𝑡 𝑇𝑁 −𝑇𝑃 𝑇𝐸 −𝑇𝑆


ρcp( Tp - Tp 0 )∆𝑥∆𝑦 =∫𝑡 ( λe ( ) – λw ( )) ∆𝑦dt + ∫𝑡 ( λn ( ) – λs (
𝛿𝑋𝑒 𝛿𝑥𝑤 𝛿𝑦𝑛 𝛿𝑦𝑠
𝑡+𝑑𝑡
))∆𝑥dt +∫𝑡 𝑆̅ ∆𝑥∆𝑦dt

En utilisant le schéma totalement implicite, on obtient :

∆𝑥∆𝑦 𝑇𝐸 −𝑇𝑃 𝑇𝐸 −𝑇𝑊 𝑇𝑁 −𝑇𝑃 𝑇𝐸 −𝑇𝑆


ρcp( Tp - Tp 0 ) = λe ( ) – λw ( ) ∆𝑦 + λn ( ) – λs ( ) ∆𝑥 + 𝑆̅∆𝑥∆𝑦
∆𝑡 𝛿𝑋𝑒 𝛿𝑥𝑤 𝛿𝑦𝑛 𝛿𝑦𝑠

En regroupant les termes dans cette équation on obtient la forme générale de l’équation
discrétisée :

𝑎𝑃 = 𝑎𝑤 𝑇𝑤 +𝑎𝐸 𝑇𝐸 +𝑎𝑆 𝑇𝑆 +𝑎𝑁 𝑇𝑁 + b

𝑇𝐸 −𝐴𝐸 𝑇𝑊 −𝐴𝑊 𝑇𝑆 −𝐴𝑆 𝑇𝑁 −𝐴𝑁


Où : 𝑎𝐸 = λe ( ) ; 𝑎𝑤 = λ w ( ) ; 𝑎𝑆 = λs ( ) et 𝑎𝑁 = λ𝑁 ( )
𝛿𝑋𝑒 𝛿𝑥𝑤 𝛿𝑦𝑠 𝛿𝑦𝑁

∆𝑥∆𝑦
𝑎𝑃 0= 𝑎𝐸 + 𝑎𝑤 + 𝑎𝑆 + 𝑎𝑁 + 𝑎𝑃 0 ; 𝑎𝑃 0 = ρcp (Tp - Tp 0 ) et b =𝑆̅ ∆𝑥∆𝑦 +𝑎𝑃 0Tp0
∆𝑡
21

Tableau 2-1 relation entre surfaces

𝑨𝑾 𝑨𝑬 𝑨𝑺 𝑨𝑵

∆𝒚.1 ∆𝑦 .1 ∆𝑥 .1 ∆𝑥 .1

Si l’on peut exprimer 𝑆̅ = 𝑆𝐶 +𝑆𝑝 𝑇𝑝 (linéarisation du terme source) alors les


coefficients 𝑎𝑝 et b, de l’équation discrétisée, sont les suivants

𝑎𝑃 0= 𝑎𝐸 + 𝑎𝑤 + 𝑎𝑆 + 𝑎𝑁 + 𝑎𝑃 0 − 𝑆𝐶 ∆𝑥∆𝑦 et b = 𝑆𝐶 ∆𝑥∆𝑦 + 𝑎𝑃 0Tp 0

Remarque

L’équation est valable pour un nœud intérieur du domaine de calcul. Pour les nœuds situés sur
la frontière (dans le cas des conditions aux limites de type flux imposé, de type convection ou de
type Neumann) ou voisins avec la frontière (dans le cas des conditions aux limites de type
Dirichlet) les équations discrétisées sont obtenues en tenant compte des conditions aux limites.
Le traitement des différentes conditions aux limites est illustré dans les exemples qui suivent
(V.F. Dan, 2002).

2.7. RESOLUTION DE L’EQUATION DE CHALEUR PAR LA


METHODE DE VOLUME FINIS (3D)
2.7.1. Application de la méthode des volumes finis au système cubique

La forme 3D est une équation de transfert de chaleur dans l’espace suivant les trois directions
(x, y, z). Sellons la condition aux limites d’un domaine d’étude La conduction thermique 3D
instationnaire est gouvernée par l’équation (FRANCK, 2002) :
𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇
ρcp 𝜕𝑡 = λ𝜕𝑥(𝜕𝑥 ) + λ 𝜕𝑦 (𝜕𝑦) + λ 𝜕𝑧 (𝜕𝑧 ) + S (2.7)

L’équation discrétisée obtenue d’après la procédure instationnaire avec le schéma totalement


implicite est la suivante :
𝑎𝑝 𝑇𝑝 = 𝑎𝑤 𝑇𝑤 +𝑎𝐸 𝑇𝐸 +𝑎𝑆 𝑇𝑆 +𝑎𝑁 𝑇𝑁 + 𝑎𝐵 𝑇𝐵 + 𝑎 𝑇 𝑇𝑇 + b
22

𝜆 𝐴𝑒
𝑒 𝜆 𝐴𝑤
𝑤 𝜆 𝐴𝑠 𝜆 𝐴𝑛
𝑎𝐸 = λe (𝛿𝑋 ) ; 𝑎𝑤 = λw ( 𝛿𝑥 ) ; 𝑎𝑆 = λs (𝛿𝑦𝑠 𝑛
) ; 𝑎𝑁 = λ𝑁 ( 𝛿𝑦 );
𝑃𝐸 𝑊𝑃 𝑆𝑃 𝑁𝑃

𝜆 𝐴𝑏 𝜆 𝐴
𝑡 𝑡
𝑏
𝑎𝐵 = λe (𝛿𝑍 ) et 𝑎 𝑇 = λe ( 𝛿𝑍 )
𝐵𝑃 𝑃

∆𝑥∆𝑦∆𝑧
Où : 𝑎𝑃 = 𝑎𝐸 + 𝑎𝑤 + 𝑎𝑆 + 𝑎𝑁 +𝑎𝐵 + 𝑎 𝑇 + 𝑎𝑃 0 ; 𝑎𝑃 0 = ρcp (Tp - Tp 0 ) et
∆𝑡

b =𝑆̅ ∆𝑥∆𝑦∆𝑧 +𝑎𝑃 0Tp 0


Tableau 2-2 relation entre surface

𝑨𝒘 = 𝑨𝒆 𝑨𝒔 = 𝑨𝒏 𝑨𝒃 = 𝑨𝒕

∆𝒚∆𝒛 ∆𝑥∆𝑧 ∆𝑥∆y

Si l’on peut exprimer 𝑆̅ = 𝑆𝐶 +𝑆𝑝 𝑇𝑝 (linéarisation du terme source) alors les


coefficients 𝑎𝑝 et b, de l’équation discrétisée, sont les suivants

𝑎𝑃 0= 𝑎𝐸 + 𝑎𝑤 + 𝑎𝑆 + 𝑎𝑁 +𝑎𝐵 + 𝑎 𝑇 + 𝑎𝑃 0 − 𝑆𝐶 ∆𝑥∆𝑦∆𝑧 et

b = 𝑆𝐶 ∆𝑥∆𝑦∆𝑧 + 𝑎𝑃 0Tp 0

2.7.2. Application de la méthode des volumes finis au système cylindrique

La méthode des volumes finis peut s’appliquer à tout type de maillages orthogonaux de la même
façon que pour les maillages cartésiens. L’équation différentielle, en coordonnées cylindriques,
est la suivante (FRANCK, 2002) :

𝜕𝑇 1 𝑑 𝑑𝑇
ρcp 𝜕𝑡 = (λ(T) ) + S(T) (2.8)
𝑟 𝑑𝑟 𝑑𝑟

Avec : S(T) = 𝜎(𝑇) E2− 𝑃𝑟 (T)

Où σ (T) est la conductivité électrique, E est le champ électrique et 𝑃𝑟 (T)est la puissance.


Considérons un régime stationnaire En intégrant l’équation sur le volume de contrôle autour
du point “ i ” (figure 2-1) on obtient :
1 𝑑 𝑑𝑇
∫𝑉𝐶 𝑟 (λ(T) 𝑑𝑟 ) + ∫𝑉𝐶 S(T) =0 (2.9)
𝑑𝑟

Où dV = 2πrdr ⋅1.
23

En remplaçant dV dans l’équation, on obtient :


1 𝑑 𝑑𝑇
∫𝑉𝐶 𝑟 (λ(T) 𝑑𝑟 ) ∙ 2𝜋𝑟𝑑𝑟 + ∫𝑉𝐶 S ∙ 2𝜋𝑟𝑑𝑟
𝑑𝑟

2.7. 3. Application de la méthode des volumes finis au système sphérique

La forme 3D est une équation de transfert de chaleur dans l’espace suivant les trois directions
(x, y, z). Sellons la condition aux limites d’un domaine d’étude La conduction thermique 3D
instationnaire pour une sphère (H. HUNIS 1856) :

➢ Dans le cas où le transfert par conduction a lieu dans des corps de forme
sphérique, il est nécessaire d’utiliser les coordonnées cylindriques ; tout en
redéfinissant le nouveau paramètre qui sont : (r, ϑ, ϕ).
𝑧 = 𝑟 cos 𝜗
Suivant { 𝑦 = r sin 𝜗 sin 𝜑
𝑥 = r sin 𝜗 cos 𝜑

➢ En appliquant le bilan thermique au volume de contrôle différentiel, on obtient la forme


générale de l’équation de la chaleur en coordonnées sphérique s’écrit ;
1 𝜕𝑦 𝜕𝑇 1 𝜕 𝜕𝑇 1 𝜕2 𝑇 𝑞𝑣 1 𝜕𝑇
( 𝑟 2 𝜕𝑟 ) + 𝑟 2sin 𝜗 𝜕𝜗 ( sin 𝜗 𝜕𝜗 ) + + =𝑎
𝑟 𝜕𝑟 𝑟 2 sin 𝜗 𝜕𝜙2 𝜆 𝜕𝑡

2.8. MAILLAGES

A. Maillage uniforme et non uniforme

Pour la simplicité de la présentation, dans les exemples traités, on a utilisé un maillage


uniforme. Cependant, à l’obtention des équations discrétisées on a utilisé les dimensions
géométriques générales, comme, δ𝑥𝑊𝑃 , δ𝑥𝑃𝐸 , etc., valables pour un maillage non uniforme.
Pour un maillage non uniforme, les interfaces “ e ’ et “ w” d’un quelconque nœud ne sont pas
situées à mi-distance entre les nœuds W et P et les nœuds E et P respectivement (MICHAEL
ROSEN, 2002).

Dans ce cas les valeurs de la diffusion aux interfaces du volume de contrôle sont calculées :

⎾𝑊 = (1 −𝑓𝑤 ) ⌊𝑊 + 𝑓𝑤 ⌊𝑃 (2.10)

Où le facteur d’interpolation 𝑓𝑤 est donné par la formule :


24

δ𝑥𝑊𝑤
𝑓𝑤 = δ𝑥 (2.11)
𝑊𝑤 +δ𝑥𝑤𝑃

⎾𝑒 = (1 −𝑓𝑃 ) ⌊𝑊 + 𝑓𝑃 ⌊𝐸
δ𝑥𝑃𝑒
𝑓𝑃 = δ𝑥 (3.12)
𝑃𝑒 +δ𝑥𝑒𝐸

Pour un maillage uniforme, 𝑓𝑤 = 0.5, 𝑓𝑃 = 0.5 P f et alors ⌊𝑤 = (⌊𝑊 + ⌊𝑃 ) / 2.

En principe, il y a deux pratiques de localiser les interfaces du volume de contrôle dans un


maillage non uniforme (PATANKAR, 1980).

A. Pratique A

Tout d’abord on définit les nœuds du maillage et puis on localise les interfaces à mi-distance
entre les nœuds du maillage. Cette technique est illustrée à la figure ci-après.

Figure 2-2 maillage mis distant non uniforme

B. Pratique B

Dans ce cas, tout d’abord on définit les points des interfaces du volume de contrôle et puis les
nœuds du maillage sont placés au centre du volume de contrôle. Cette pratique est illustrée à la
figure ci-après :
25

Figure 2-3 maillage centré non uniforme


Dans cette pratique les interfaces du volume de contrôle ne sont pas situées à mi-distance entre
les nœuds du maillage. L’évaluation des gradients, aux interfaces, par une interpolation linéaire
n’est pas affectée parce que le gradient reste le même dans n’importe quelle position entre les
nœuds, mais les valeurs du coefficient de diffusion doivent être calculées par interpolation.

Dans la pratique A une interface, par exemple “ e ”, est située à mi-distance entre les nœuds P
et E, donc la formule, aux différences, utilisée pour calculer le gradient (δФ/δx)𝑒 est du
deuxième ordre en précision. Un autre avantage de la pratique A est que les valeurs de la
diffusion ⎾𝑊 , ⎾𝑒 etc. Peuvent facilement être calculées en prenant les valeurs moyennes. Le
désavantage de la pratique A est que la valeur de la variable dépendante Ф dans le point P n’est
pas la plus représentative pour le volume de contrôle, à cause du fait que le point P n’est pas
situé au centre du volume de contrôle.

Dans la pratique B, la valeur Ф dans le point P est représentative pour le volume de contrôle
parce que le point P est situé au centre du volume de contrôle, mais les schémas de discrétisation
déterminent la diminution de la précision. Plus de détails en ce sens on trouve à la référence
(MICHAEL ROSEN, 2002).

2.9. ERREURS DE LA RESOLUTION NUMERIQUE

À la résolution numérique des équations aux dérivées partielles, discrétisées par la méthode des
différences finies, les erreurs apparaissent dans le processus de discrétisation ainsi que pendant
la résolution numérique du système d’équations algébriques à l’aide d’un ordinateur. Ces
26

erreurs peuvent être classifiées comme erreurs de troncature, de discrétisation (ou de méthode),
et d’arrondissement (V.F. DAN, 2002).

L'erreur d’arrondissement est provoquée par l’arrondissement des nombres par l'ordinateur
pendant le processus de résolution. L'erreur de discrétisation est causée par remplacement du
problème continu, satisfait par l’équation aux dérivées partielles, par un problème discret
satisfait par l'approximation aux différences finies, y compris les contributions de l’équation et
de conditions aux limites, mais sans les erreurs d’arrondissement. Soit, par exemple, l’équation
de conduction thermique 2D stationnaire :
𝜕2𝑇 𝜕2 𝑇
L(T) = 𝜕𝑥 2 + 𝜕𝑦 2 (2.13)

Et l’approximation par différences finies (l’équation discrétisée) donnée par :


𝑇𝑖−1 ,𝑗 − 𝑇𝑖,𝑗 +𝑇𝑖+1,𝑗 𝑇𝑖−1 ,𝑗 − 𝑇𝑖,𝑗 +𝑇𝑖+1,𝑗
𝐿𝐷𝐹 = + (2.14)
( ∆𝑥 )2 ( ∆𝑦 )2

L’équation peut être résolue sur un certain domaine et avec les conditions aux limites précisées.
Si l’équation de conduction thermique (E1) est résolue de façon exacte et on compare cette
solution avec la solution numérique sans les erreurs d’arrondissement on constate que les deux
solutions ne sont pas égales. La différence est appelée l’erreur de discrétisation causée par les
erreurs de troncature associées à l’approximation aux différences finies de l’équation
différentielle et aux conditions aux limites du problème. La terminologie de l’erreur de
troncature est utilisée pour identifier l’erreur résultant de la discrétisation de l’équation
différentielle seulement :
(Solution exacte de l’EDP)− (la solution de l’équation discrétisé sans erreurs
d’arrondissement) = (l’erreur de troncation)

L’erreur de troncature est la différence entre la solution exacte de l’EDP et la solution de


l’équation aux différences finies sans les erreurs d’arrondissement. L’erreur de troncation est
une mesure de la précision d’approximation de l’EDP par l’équation aux différences finies.
L’erreur totale est la somme entre l’erreur de troncature et l’erreur d’arrondissement. L’erreur
de discrétisation croît avec l’augmentation du pas du maillage tandis que l’erreur
d’arrondissement décroît avec l’augmentation du pas du maillage (V.F. DAN, 2002).
27

Par conséquent, on constate que l'erreur totale présente un minimum pendant si la finesse du
maillage croît. L’erreur est définie comme la différence entre la valeur exacte de la variable et
la valeur approximative (numérique) de la variable. L’erreur absolue, de la variable x peut donc
être écrite ainsi :
e𝒓𝒙 = x −𝒙∗ (2.15)

Où x est la valeur exacte de la variable et x∗ est l’approximation numérique. Mais d’habitude


la valeur exacte n’est pas connue et alors on utilise une estimation supérieure de l’erreur. Un
autre moyen de caractériser l’écart entre la valeur exacte et son approximation numérique est
l’erreur relative définie comme le rapport entre l’erreur absolue et la valeur approximative.
Mais il est plus raisonnable de définir l’erreur relative comme le rapport entre l’erreur absolue
de la variable et sa valeur exacte :
𝑒𝑟𝑥
er𝑟𝑥 = (2.16)
𝑥

Pour bien apprécier l’erreur relative il est préférable de l’exprimer en pourcentages :


𝑒𝑟𝑥 𝑒𝑟𝑥
er𝑟𝑥 % = ∙ 100 ≅ ∙ 100 (2.17)
𝑥 𝒙∗

Pour comparer la solution numérique avec la solution analytique sur un domaine de calcul on
détermine la norme de l’erreur euclidienne absolue et relative et aussi la norme de l’erreur
Tchebychev absolue et relative. La norme de l’erreur euclidienne absolue est donnée par la
relation suivante :
e𝒓𝑬 =√∑[𝑻(𝒙, 𝒚)− 𝑻𝒊,𝒋]2 (2.18)

Où T (x, y) est la valeur calculée par la méthode analytique et Ti, j la solution numérique
calculée pour le même nœud. La norme de l’erreur euclidienne relative est déterminée par la
relation suivante :
∑[𝑇(𝑥,𝑦)−𝑇𝑖,𝑗 ]2
er𝑟𝐸 = √ ∑ 𝑇 2 (𝑥,𝑦)
(2.19)

La norme de l’erreur absolue dans le sens de Tchebychev peut être calculée par la relation :
e𝒓𝑪 = max |𝑻(𝒙, 𝒚) − 𝑻𝒊,𝒋 | (2.20)
28

Avec i, j pour tous les nœuds du maillage. La norme de l’erreur relative dans le sens de
Tchebychev est donnée par la relation :
𝐞𝒓
𝑪
er𝑟𝐶 = 𝐦𝐚𝐱|𝑻(𝒙,𝒚)| (2.21)
29

CHAPITRE 3. METHODOLOGIE, MATERIAUX ET


LOGICIEL DE SIMULATION

3.1. INTRODUCTION

La simulation numérique désigne l’exécution d’un programme informatique sur ordinateur en


vue d’étudier les comportements des phénomènes physiques ou chimiques. Les simulations
numériques mathématique reposent sur la mise en œuvre des modèles théorique en utilisant les
équations mathématiques via les logiciels de simulation, elles sont donc une adaptation aux
moyens numérique de la modélisation mathématique.

La simulation numériquement est devenue un élément indispensable dans les domaines des
sciences de l’ingénierie. Les logiciels de calcule numérique par élément finis modulaire
permettent de comprendre et de modéliser le fonctionnement des systèmes. Aujourd’hui une
large gamme d’outils numérique est disponible, c’est dans cette philosophie que COMSOL
multi physique a été développé en vue de visualiser le fonctionnement les propriétés et les
résultats d’un système modélisé.

3.2. METHODOLOGIE

En vue de pouvoir faire une étude comparative de l’effet de la géométrie sur un système de
stockage de chaleur via le logiciel Multiphysics COMSOL, les simulations thermiques,
impliquent un principe d’utilisation selon que l’opérateur définit ses couplages et sélectionne
les interfaces prédéfinies de simulation sur COMSOL. Les différentes étapes du principe de
simulation sur COMSOL sont :
30

1. SPECIFICATION DE LA TEMPERATURE D'ETUDE

2.DIMENSIONNEMENT DE 3 GEOMETRIES

3. CHOIX DU MATERIAU DE STOCKAGE THERMIQUE ET DE L'ISOLATION THERMIQUE

4.RECHERCHE DE PARAMETRES THERMIQUES DES MATERIAUX CHOISIT

5.SIMULATION 2D DE LA DISTRIBUTION TEMPORELLE DE LA TEMPERATURE DANS CHAQUE


GEOMETRIE

6.SIMULATION TEMPORELLE 3D DE LA TEMPERATURE DANS CHAQUE GEOMETRIE

7.ANALYSE TEMPORELLE DU PROFIL DE LA TEMPERATURE SUIVANT LE 3


GEOMETRIES

8.ETUDE TEMPORELLE DE L'EFFICACITE THERMIQUE

10.C0NCLUSION

3.3. MATERIAUX

3.3.1 Matériaux de stockage thermique

En vue de pouvoir réaliser un milieu de stockage thermique, les critères des choix d’un matériau
et les raisons de disponibilité nous ont poussé à faire le choix sur le sable fin comme matériau
de stockage thermique.
Le sable du point de vue naturel, est une matière solide poreux, granulaire issus de la
dégradation des roches. Le sable peut également être obtenus de manière artificielle avec des
grains plus anguleux que le naturel par découpage et broyage mécanique de roches.

Le sable est l’une des variétés des matériaux le plus utilisés dans les systèmes de stockage de
chaleur en raison de sa grande capacité thermique soit 830J/kg ce qui signifie qu’il faut 830J
d’énergie thermique pour élever la température de 1killogramme de sable de 1degre Celsius.
Or mit cette caractéristique, le sable présente d’autre propriété thermo physique dont il faut
tenir compte en stockage thermique en autre :
31

Tableau 3-1 paramètres thermo-physique du sable fin

Paramètres Valeur
Porosité 30 à 35
Perméabilité 5.0 m2
Masse Volumique 1600 Kg/m3
Capacite Thermique 835J/Kg. K
Coefficient de Biot Willis 0.15 à 0.33
Constante de 1
Conduction

Conductivité Thermique 0.3à0.4W/m. K


Polystyrènes Valeur
Capacite Thermique 21J/Kg. K
Conductivité 0.030 à 0.038
Thermique
Masse Volumique 10 à 20Kg/m3

3.3.2 Isolation thermique du volume d’étude

L’exploitation de la chaleur disponible dans un matériau sous forme sensible nécessite


généralement une importante isolation thermique requise aux matériaux susceptibles. Selon
leurs natures, les matériaux d’isolations thermiques présentent différentes origines d’après leurs
propriétés. On retrouve des isolants synthétiques et les laines sous le nom des synthétiques nous
avons le matériau tel que les polystyrènes expansés.

D’après les propriétés propres au polystyrène, ce matériau est très utilisé entant que matériaux
d’isolation thermique. Le tableau suivant reprend les propriétés envisageables pour une
isolation thermique en polystyrènes expansés sur le logiciel comsol multiphysique.
32

Tableau 3-2 paramètres thermo physique du polystyrène

Polystyrènes Valeur
Capacité thermique 21J/Kg.K
Conductivité thermique 0.030 à 0.038
Masse volumique 10 à 20Kg/m3
Masse 15 à 40 Kg/m3
Resistance a la compression 0.7 à 0 3.5 kg/Cm2

3.4 SIMULATIONS SUR COMSOL

3.4.1. Présentation du logicielle COMSOL

COMSOL Multiphysique est un logiciel de simulation numérique base sur la méthode de


éléments finis. Ce logiciel permet de simuler de nombreuse application physique en ingénierie,
et tout particulièrement les phénomènes couplés ou simulations multiphysiques.

Crée en 1986 par des étudiants Germond Dahlquist, COMSOL regroupe différents modules
physiques, parmi lesquels on trouve la mécanique de fluide, le transfert thermique, l’électricité,
l’électromagnétisme, la chimie, la mécanique de structure. Il est possible d’y combiner
plusieurs phénomènes physiques : c’est le point fort de ce logiciel. (T. MERHZAD).
Les potentialités de comsol multiphysiques sont nombreuses et cela dépend du nombre
d’applications qui permettent de résoudre grâce à son environnement complet pour le calcul
scientifique. Il offre également plusieurs solveurs dans d’autres domaines de très haut niveau
capable de traiter des problèmes avec des temps de résolution optimaux.

Ceci et d’autres caractéristiques font de COMSOL un environnement inégalé de modélisation


pour la conception industrielle, la recherche et développement et l’enseignement. Ce logiciel
est multiplateforme (Windows, Mac, linux) ; en plus des physiques précités, COMSOL
Multiphysics autorise l’utilisateur à définir ses propres systèmes d’équation aux dérivées
partielle (EDP) ; soit sous forme unidimensionnel ; bidimensionnel et tridimensionnel.
33

3.4.2. Paramètre de simulation de 3 géométries en 2 dimensions (2D)

3.4.2.1. Système cubique

Pour modéliser et simuler numériquement en 2D un cube sous COMSOL Multiphysics les


paramètres à tenir en compte sont :
- Les coordonnés du domaine d’étude : cartésien (x, y) ;
- Les grandeurs dépendantes en étude ;
- La température applique au modelé :
• Température aux limites = 378.15°K ;
- Le temps de stockage ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cube : V=1dm3 ;
• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique dans les tissus biologiques ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
- La matière de l’isolant thermique en polystyrène avec ses caractéristiques :
• Le phénomène de conduction thermique dans les tissus biologiques ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique qui est le polystyrène.
- Les paramètres du maillage de la probe en étude :
• Types de maillages : tétraèdre libre ;
• Taille de maillage : fin.

3.4.2.2. Système sphérique

Pour modéliser et simuler numériquement en 2D une sphère sous COMSOL Multiphysics les
paramètres à tenir compte sont :
- Les coordonnées du domaine d’étude cartésien (x, y) ;
- Les grandeurs dépendantes en étude ;
- La température applique au modelé : T=378.15°K ;
34

- Le temps de stockage ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cube : V=1dm3 avec un rayon de 2.3240 dm ;
• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique en polystyrène ;
- Les paramètres du maillage de la probe en étude :
• Types de maillages : tétraèdre libre ;
• Taille de maillage : fin.

3.4.2.3. Système cylindrique

Pour modéliser et simuler numériquement en 2D un cylindre sous COMSOL Multiphysics les


paramètres en tenir en compte sont :
- Les coordonnés du domaine d’étude cartésien (x, y) ;
- Les grandeurs dépendantes en étude ;
- La température applique au modelé : T=378.15°K ;
- Le temps de stockage ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cylindre : V=1dm3 (R=0.28dm et H=4dm) ;
• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique dans les tissus biologique ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique qui est le polystyrène avec ses propres
caractéristiques.
- Les paramètres du maillage de la probe en étude :
• Types des maillages : Tétraèdre libre ;
35

• Taille de maillage : fin.


3.4.3. Paramètre de simulation des 3 géométries en 3 dimensions (3D)

3.4.2.1. Système cubique

Pour modéliser et simuler numériquement en 3D un cube sous COMSOL Multiphysics


les paramètres en tenir en compte sont :

- Les coordonne du domaine d’étude Spatiale (x, y, z) ;


- Les grandeurs dépendantes en étude :
• La température applique au modelé : T=378.15°K ;
• Le temps de stockage.
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cube : V=1dm3 ;
• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique dans les tissus biologiques ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique qui est le polystyrène :
- Les paramètres du maillage de la probe en étude
• Types de maillages : tétraèdre libre ;
• Taille de maillage : fin.

3.4.2.1. Système sphérique

Pour modéliser et simuler numériquement en 3D une sphère sous COMSOL


Multiphysics les paramètres en tenir en compte sont :

- Les coordonnés du domaine d’étude spatiale (x, y, z) ;


- Les grandeurs dépendantes en étude :
• La température applique au modelé : T=378.15°K ;
• Le temps de stockage.
- Les volumes du champ d’étude :
36

• Volume du cube : V=1dm3avec un rayon de 2.3240 dm ;


• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique qui est le polystyrène :
- Les paramètres du maillage de la probe en étude :
• Types de maillages : tétraèdre libre ;
• Taille de maillage : fin.
3.4.2.1. Système cylindrique

Pour modéliser et simuler numériquement en 3D un cylindre sous COMSOL


Multiphysics les paramètres à tenir compte sont :

- Les coordonnés du domaine d’étude spatiale (x, y, z) ;


- Les grandeurs dépendantes en étude :
• La température applique au modelé : T=378.15°K ;
• Le temps de stockage.
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cylindre : V=1dm3 (R=0.28dm et H=4dm) ;
• Volume de l’isolation thermique : V=125dm3.
- La matière des différents volume et phénomène thermique étudier dans le probe
considère :
• Le phénomène de conduction thermique dans les tissus biologiques ;
• La matière de probe en étude qui est le sable ;
• La matière de l’isolant thermique qui est le polystyrène.
- Les paramètres du maillage de la probe en étude :
• Types de maillages : tétraèdre libre :
• Taille de maillage : fin
37

CHAPITRE 4. PRESENTATION DES RESULTATS DE LA


SIMULATION ET ANALYSE

4.1. INTRODUCTION

Dans les séquences précédentes nous avons introduit et étudiés les modèles mathématiques
simple permettant de prédire l’évolution du transfert de chaleur dans un système au cours du
temps. Le but est de prendre une décision convenable chaque fois qu’un choix s’impose.

L’élaboration d’un modèle mathématique adéquat nécessite une étude approfondis pour fournir
des résultats analytiques sur l’évolution de la température dans un système au cours du temps.
Malheureusement, bien que les méthodes numériques fournissent des solutions des
approximations des rechercher des paramètres intéressant du modèle ; toutefois elles souffrent
de plusieurs difficultés intersecte avec des résultats difficiles à interpréter face au poids d’erreur
dont l’importance est souvent méconnue.

Pour pallier le type d’erreur d’ordre numérique, nous avons opté pour une autre approche
calculatoire qui est la simulation numérique. Grâce à cette technique d’analyse mathématique,
nous avons pu étudier, avec moins d’erreur possible au moyen du logiciel COMSOL
Multiphysics la propagation transitoire de la température dans un système thermique.

Ainsi donc, avec plusieurs interpolations temporelle les résultats recueillit pour un stockage
thermique sont ci-après :

4.2. RESULTATS DE SIMULATION TRANSITOIRE SUR COMSOL EN


2 DIMENSION (2D)

4.2.1. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans un système


cubique

En considérant les paramètres de simulation suivant :

- Les coordonnés du domaine d’étude : cartésien (x, y) ;


- La température d’étude T= 378.15°K ;
- Les volumes du champ d’étude :
38

• Volume du cube en sable : V=1dm3 ;


• Volume de l’isolation thermique en polystyrène : V=125dm3.
Voici aux figures 4-1 à 4-5, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
cubique, lorsque le temps est varié de 5min à 4h30min :

a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3 soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K , la propagation du


point de vue profondeur pendant 5min se présente comme suit :
39

Figure 4-1 distribution de la température dans une cuve cubique pendant 5min
a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ,la propagation du point
de vue surface pendant 30min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du point


de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :
40

Figure 4-2 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 30mim
a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K , la propagation du


point de vue surface pendant 1h se présente comme suit :
41

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue profondeur pendant 1h se présente comme suit :

Figure 4-3 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 1h


a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :
42

a) Isothermes de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K , la propagation du


point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :

Figure 4-4 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 3h


a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du point


de vue surface pendant 4h30 se présente comme suit :
43

a) Isothermes de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du point


de vue profondeur pendant 4h30 se présente comme suit :

Figure 4-5 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 4h30min

En analysant les figures 4-1 à 4-5, on constate d’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K) une propagation thermique au sein du milieu de stockage thermique en
sable :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température au
sein du milieu de stockage en sable soit de 295.31 °K à 376.0 °K ;
- Au temps de 30min ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie
thermique avec une plage de température comprise entre 325.4°K et 378.6°K au sein du
milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 1h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 325.4°K et 378.6°K pour les différentes
zones au sein du milieu de stockage thermique ;
44

- Au temps de 2h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique


avec une plage de température comprise entre 325.4°K et 378.6°K pour les différentes
zones au sein du milieu de stockage thermique ;
- Au temps de 3h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 377.84°K et 378.14°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 4h30min ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique
; la plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes
de température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.

4.2.2. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans un système


sphérique

En considérant les paramètres de simulation suivant :


- Les coordonnées du domaine d’étude : cartésien (x, y) ;
- La température d’étude T= 378.15°K ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume de la sphère en sable : V=1dm3 ;
• Volume de l’isolation thermique en polystyrène : V=125dm3.
Voici aux figures 4-6 à 4-14, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
sphérique, lorsque le temps est varié de 5min à 38h :

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation


du point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :
45

b) Isotherme de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation


du point de vue profondeur pendant 5min se présente comme suit :
46

Figure 4-6 Distribution de la température dans une cuve sphérique pendant 5mim

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 30min se présente comme suit :
47

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :

Figure 4-7 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 30min

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 60min se présente comme suit :
48

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation


du point de vue profondeur pendant 60min se présente comme suit :

Figure 4-8 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 1h


a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 2h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation


du point de vue profondeur pendant 2h se présente comme suit :
49

Figure 4-9 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 2h

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 3h se présente comme suit :
50

Figure 4-10 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 3h

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 4h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 4h se présente comme suit :
51

Figure 4-11 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 4h


a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 5h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 5h se présente comme suit :
52

Figure 4-12 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5h


a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 20h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
53

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue profondeur pendant 20h se présente comme suit :

Figure 4-13 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 20h

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation du


point de vue surface pendant 38h se présente comme suit :
54

b) Isothermes de surface Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K, la propagation


du point de vue profondeur pendant 38h se présente comme suit :

Figure 4-14 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 38h
55

En analysant les figures 4-6 à 4-14, on constate d’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K) une propagation thermique au sein du milieu de stockage thermique en
sable :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température au
sein du milieu de stockage en sable soit de 294.58 °K à 376.01 °K ;
- Au temp de 30min et 1h ; la cuve de stockage emmagasiner très lentement de l’énergie
thermique avec une plage de température comprise entre 295.28°K et 378.03°K pour
les différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 2h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 295.52°K et 376.03°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 3h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 297.03°K et 376.07°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 5h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 304.59°K et 376.26°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 10h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 329.73°K et 376.91°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 20h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 360.01°K et 377.66°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 38h ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique ; la
plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.
56

4.2.3. Résultats de la simulation 2D temporelle de la température dans système


cylindrique

En considérant les paramètres de simulation suivant :

- Les coordonnés du domaine d’étude : cartésien (x, y) ;


- La température d’étude T= 378.15°K ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cylindre en sable : V=1dm3 ;
• Volume de l’isolation thermique en polystyrène : V=125dm3.
Voici aux figures 4-15 à 4-18, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
cylindrique, lorsque le temps est varié de 5min à 93min :

a) Isothermes de surface

Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K , la propagation


du point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :
57

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cylindrique de 1dm3 soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue profondeur pendant 5min se présente comme suit :

Figure 4-15 Distribution de la température dans une cuve cylindre pendant 5min

a) Isothermes de surface

Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 30min se présente comme suit :
58

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :

Figure 4-16 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 30min

a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 60min se présente comme suit :
59

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 60min se présente comme suit :

Figure 4-17 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 60mim

a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 93min se présente comme suit :
60

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 93min se présente comme suit :

Figure 4-18 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 93min
En analysant les figures 4-15 à 4-18, on constate d’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K) une propagation thermique au sein du milieu de stockage thermique en
sable :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température
pour les différentes zones au sein du milieu de stockage en sable soit de 307.74 °K à
376.34 °K ;
- Au temp de 30min ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 366.77°K et 377.86°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 1h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 377.07°K et 378.13°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique ;
61

- Au temps de 93min ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique ;


la plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes
de température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.

4.3. RESULTATS DE SIMULATION TRANSITOIRE SUR COMSOL EN


3 DIMENSION (3D)
4.3.1. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système cubique

En considérant les paramètres de simulation suivant :

- Les coordonnés du domaine d’étude : spatial (x, y, z) ;


- La température d’étude T= 378.15°K ;
- Les volumes du champ d’étude :
• Volume du cube en sable : V=1dm3 ;
• Volume de l’isolation thermique en polystyrène : V=125dm3.
Voici aux figures 4-19 à 4-24, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
cubique, lorsque le temps est varié de 5min à 4h30min :
62

a) Isothermes de surface
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 5min se présente comme suit :

Figure 4-19 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 5min
63

a) Isothermes de surface
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 30min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :

Figure 4-20 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 30min
64

a) Isothermes de surface
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 1h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 1h se présente comme suit :

Figure 4-21 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 1h


65

a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 2h se présente comme suit :

a) Isotherme de profondeur

Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 2h se présente comme suit :

Figure 4-22 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 2h


66

a) Isothermes de surface
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 3h se présente comme suit :

Figure 4-23 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 3h


67

a) Isothermes de surface

Soit un volume cubique de 1dm3 soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 4h30min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cubique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 3h se présente comme suit :

Figure 4-24 distribution cubique de la température dans le lit de sable pendant 4h30min
68

Tableau 4-1 : Distribution de la propagation en profondeur de la température en fonction du


temps dans une cuve de stockage thermique de géométrie cubique

Temps 5min 30min 1h 2h 3h tmax=4h30min

T(°K)
T1 373.91 375.97 377.5 378.06 378.14 378.15
T2 365.42 371.62 376.16 377.89 378.11 378.15
T3 356.93 367.27 374.16 377.71 378.09 378.15
T4 348.43 362.92 373.57 377.54 378.06 378.15
T5 339.94 358.56 372.26 377.36 378.04 378.15
T6 331.44 354.21 370.95 377.19 378.01 378.15
T7 322.95 349.86 369.64 377.01 377.99 378.15
T8 314.46 345.51 368.34 376.84 377.96 378.15
T9 305.96 341.15 367.03 376.66 377.94 378.15

T10 297.47 336.8 365.72 376.49 377.01 378 .15

En analysant les figures 4-19 à 4-24, on constate on constate d’après la condition aux limites
en termes de température (378.15°K) une propagation thermique au sein du milieu de stockage
thermique en sable que :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température au
sein du milieu de stockage en sable soit de 297.47 °K à 373.91 °K ;
- Au temp de 30min ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 336.8°K et 375.97°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 1h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 365.4°K et 377.5°K pour les différentes
zones au sein du milieu de stockage thermique ;
69

- Au temps de 2h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique


avec une plage de température comprise entre 376.49°K et 378.06°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique ;
- Au temps de 3h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 377.91°K et 378.14°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 4h30min ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique
; la plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes
de température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.

4.3.2. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système sphérique

Voici aux figures 4-25 à 4-34, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
sphérique lorsque le temps est varié de 5min à 38h :
a) Isothermes de surface

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 5min se présente comme suit :
70

Figure 4-25 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5min
a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 30min se présente comme suit :
71

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :

Figure 4-26 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 30min
a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 1h se présente comme suit :
72

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 1h se présente comme suit :

Figure 4-27 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 1h


a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 2h se présente comme suit :
73

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :

Figure 4-28 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 2h

a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 3h se présente comme suit :
74

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue profondeur pendant 3h se présente comme suit :

Figure 4-29 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 3h


a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 4h se présente comme suit :
75

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 30 min se présente comme suit :

Figure 4-30 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 4h


a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 5h se présente comme suit :
76

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 5h se présente comme suit :

Figure 4-31 distribution sphérique de la température dans le lit de sable pendant 5h


a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 10h se présente comme suit :
77

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 10h se présente comme suit :

Figure 4-32 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 10h
a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 20h se présente comme suit :
78

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue profondeur pendant 20h se présente comme suit :

Figure 4-33 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 20h
a) Isothermes de surface
Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du
point de vue surface pendant 38h se présente comme suite :

b) Isothermes de profondeur
79

b) Isotherme de profondeur

Soit un volume sphérique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 38h se présente comme suit :

Figure 4-34 distribution sphérique de la température dans les lits de sable pendant 38h
Tableau 4-2 distribution de la propagation en profondeur de la température en fonction du
temps dans une cuve de stockage thermique de géométrie sphérique

Temps 30min 1h 2h 3h 4h 5h 10h 20h t


T(°K) max=38.h
T1 373.9 373.9 373.94 374.11 374.45 374.83 376.53 377.82 378.15

T2 365.39 365.4 365.51 366.04 367.04 368.18 373.28 377.17 378.15

T3 356.88 356.9 357.08 357.97 359.64 361.54 370.03 376.51 378.15

T4 348.37 348.4 348.66 349.88 352.93 354.9 366.79 375.85 378.15

T5 339.86 339.9 340.23 341.82 344.84 348.25 363.54 375.2 378.15

T6 3331.35 331.4 331.8 333.75 337.43 341.61 360.29 374.54 3678.15

T7 332.84 322.91 323.37 325.67 330.02 334.97 357.05 373.88 378.15

T8 314.33 314.41 314.95 317.6 322.62 328.32 353.8 373.23 378.15


T9 305.82 304.91 306.52 309.53 315.21 321.68 350.55 372.57 378.15
T10 297.31 297.41 398.09 301.45 307.81 315.04 347.31 371.92 378.15
80

On constate d’après la condition aux limites en termes de température (378.15°K) une


propagation thermique au sein du milieu de stockage thermique en sable :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température au
sein du milieu de stockage en sable soit de 287.73 °K à 373.39 °K ;
- Au temp de 30min la cuve de stockage emmagasiner très lentement de l’énergie
thermique avec une plage de température comprise entre 297.31°K et 373.9°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 1h ; la cuve de stockage emmagasiner très lentement de l’énergie
thermique avec une plage de température comprise entre 297.41°K et 373.9°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 2h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 298.09°K et 373.94°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 3h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 301.45°K et 374.11°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 4h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 307.81°K et 374.45°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 5h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 315.04°K et 374.83°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 10h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 347.31°K et 376.53°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
- Au temps de20h la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 371.92°K et 377.82°K au sein du milieu
de stockage thermique en sable ;
81

- Au temps de 38h ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique ; la


plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.

4.3.2. Résultat de la simulation 3D transitoire de la température dans système


cylindrique

Voici aux figures 4-35 à 4-37, les résultats de simulation du chargement thermique de la cuve
cylindrique, lorsque le temps est varié de 5min à 93min :
a) Isothermes de surface
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :
82

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue surface pendant 5min se présente comme suit :

Figure 4-35 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 5min
a) Isothermes de surface
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue surface pendant 30min se présente comme suit :
83

b) Isothermes de profondeur
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue profondeur pendant 30min se présente comme suit :

Figure 4-36 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 30min
a) Isothermes de surface

Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 60min se présente comme suit :
84

b) Isothermes de profondeur

Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation du


point de vue surface pendant 60min se présente comme suit :

Figure 4-37 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 1h


a) Isothermes de surface
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue surface pendant 93min se présente comme suit :
85

a) Isothermes de profondeur
Soit un volume cylindrique de 1dm3soumis à une température de 378.15°K ; la propagation
du point de vue surface pendant 93min se présente comme suit :

Figure 4-38 distribution cylindrique de la température dans le lit de sable pendant 93min
Tableau 4-3 : Distribution en profondeur de la température en fonction du temps dans une
cuve de stockage thermique de géométrie cylindrique

Temps 5min 30min tmax=93min1s


T(°K)
T1 374.54 377.49 378.15
T2 367.33 376.16 378.15
T3 360.11 374.84 378.15
T4 352.9 373.51 378.15
T5 345.68 372.19 378.15
T6 338.47 370.87 378.15
T7 331.25 369.54 378.15
T8 324.04 368.22 378.15
T9 316.82 366.89 378.15
T10 309.61 365.57 378.15
86

En analysant les figures 4-35 à 4-37on constate d’après la condition aux limites en termes de
température (378.15°K) une propagation thermique au sein du milieu de stockage thermique en
sable :

- Au temps de 5min ; en référence au condition normale de température et de pression


(T=273.15°K), on constate que pendant ce temps de chargement, le milieu de stockage
emmagasine de l’énergie. Ceci est justifié par l’ascendance du palier de température
pour les différentes zones au sein du milieu de stockage en sable soit de 309.61 °K à
374.54 °K ;
- Au temp de 30min ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre 365.57°K et 377.49°K pour les
différentes zones au sein du milieu de stockage thermique en sable ;
- Au temps de 1h ; la cuve de stockage continue à emmagasiner de l’énergie thermique
avec une plage de température comprise entre °K et °K pour les différentes zones au
sein du milieu de stockage thermique ;
- Au temps de 93min ; la cuve de stockage n’emmagasiner plus de l’énergie thermique ;
la plage de température devient constante. D’après la condition aux limites en termes
de température (378.15°K), le milieu de stockage thermique est totalement saturé en
énergie.

4.4. ETUDES DE L’EFFICACITE THERMIQUES

Les performances caractéristiques d’un système de stockage sont la durée de stockage et son
efficacité thermique. Grace au logiciel de simulation dynamique COMSOL ; La performance
temps a était déterminer.

Pour ce faire ; l’efficacité thermique est la seconde performance des cuves de stockage qui est
le rapport entre la quantité d’énergie stockée et la quantité d’énergie fournie. (Zhou et al,2015).
Cette expression est étroitement liée à la quantité d’énergie ; ainsi l’efficacité thermique est
donnée par l’expression suivant :
𝑇(𝑡)−𝑇𝑖𝑛𝑖
ɳ= (4.1)
𝑇𝑐ℎ−𝑇𝑖𝑛𝑖

Tch : température de chargement ;


T(t) : température du lit de stockage en fonction du temps ;
87

Tini : température initiale du lit de stockage

4.4.1. L’efficacité thermique sur la géométrie cubique

Au temps compris entre 5min et t=4h, l’efficacité thermique du système de stockage cubique
est déterminée comme suit :

Figure 4-39 distribution de la température dans le lit de sable cubique entre 5min et 4h
𝑇(𝑡)−𝑇𝑖𝑛𝑖
ɳ= (4.2)
𝑇𝑐ℎ−𝑇𝑖𝑛𝑖
88

Tch= 378.15°K ; Tt= 378.12 et Tin=270.5


378.12−270.0
ɳ =378.15−207.5 = 0.9988

4.4.2. L’efficacité thermique sur la géométrie sphérique

Au temps compris entre 0min et 37h30min ; l’efficacité thermique du système de stockage


sphérique est déterminée comme de la manière suivante :
89

Figure 4-40 distribution de la température dans le lis de sable sphérique entre 5min et
37h30min
𝑇(𝑡)−𝑇𝑖𝑛𝑖
ɳ= (4.3)
𝑇𝑐ℎ−𝑇𝑖𝑛𝑖

T(ch)= 378.15°K ; T(t)= 3778.13°K et Tin=288.37°K


378.13−288.37
ɳ =378.15−288.37 = 0.9977

4.4.3. L’efficacité thermique sur la géométrie cylindrique

Au temps compris entre 5min et 63min ; l’efficacité thermique du système de stockage


cylindrique est déterminée comme suit :

Figure 4-41 distribution de la température dans le lis de sable cylindrique entre 5min et 63
min
90

𝑇(𝑡)−𝑇𝑖𝑛𝑖
ɳ= (4.4)
𝑇𝑐ℎ−𝑇𝑖𝑛𝑖

T(ch)= 378.15°K ; T(t)= 3777.1°K et Tin=279.46°K


377.1−279.46
ɳ =378.15−288.37=0.98936

4.5. INTERPRETATION DES RESULTATS

Apres simulation sur COMSOL dynamique de la distribution température en fonction du temps


et suivant la profondeur de 3 géométries d’une cuve de stockage thermique, nous pouvons
retenir que :
- Le temps le plus court s’obtient pour le stockage cylindrique ;
- Le temps moyen pour le stockage cubique ;
- Le temps le plus longs de stockage thermique s’obtient pour une géométrie sphérique.

L’objectif était d’avoir un même palier de température en chaque point du milieu de stockage
(ici qui est le sable) ; en soumettant les différente forme géométrie (cubique ; sphérique et
cylindrique) sous une même température (378.15°K).
Cependant ; d’après la propagation de la température en fonction du temps les résultats suivant
nous poussent à dire que :
- Pour une géométrie cylindre on atteint à chaque point du milieu de stockage (sable) la
plage de température de 378.15°K au temps de stockage de 93min ;
- Pour une géométrie cubique on atteint à chaque point du milieu de stockage (sable) la
plage de température de378.15°K au temps de stockage de 4h30min ;
- Pour une géométrie sphérique on atteint à chaque point du milieu de stockage (sable) la
plage de température de 378.15°K au temps de stockage de 38h.

L’idéal souhaiter dans les systèmes de stockages thermique est d’avoir un temps de stockage le
moins long possible ; cependant on se rend compte d’après le comportement du milieu de
stockage :
- Pour une distribution de la température dans une cuve cylindrique on assiste à une
déformation (détérioration) du milieu de stockage (sable) avant même d’atteindre le
temps de stockage nécessaire (0-94min). Au temps de stockage (93min) la déformation
91

du milieu (sable) est encore plus grande jusqu’à atteindre l’isolation thermique
(polystyrène) ;
- Pour une distribution de la température dans une cuve cubique ; le milieu de stockage
reste stable le long du stockage jusqu’au temps de stockage (4h30min) ;
- Pour une distribution de la température dans une cuve sphérique ; le milieu de stockage
reste stable le long du stockage ;
Dans les figures 39 ; 40 et 41 on observe l’évolution de la température dans les lits de sable
suivant les géométries. Ainsi d’après le résultat des efficacités thermique on est en mesure de
dire que la géométrie est générée par le système de stockage cubique.
92

CONCLUSION GENERALE

L’objectif de ce travail était de déterminer la plus performante, parmi trois formes géométriques
(cubique, cylindrique et sphérique), d’une cuve de stockage thermique en sable.

Apres recherche et apprentissage d’un logiciel scientifique (COMSOL Multiphysics), capable


de résoudre les problèmes complexes du domaine de génie chimique (phénomènes de
transport), nous avons fixé les bases dimensionnelles et effectuer une série de plusieurs
simulations sur ce logiciel. Nous avons soumis à chaque fois une cuve de stockage thermique
(en 2 et 3 D), dans un environnement tel que la température sur la surface externe soit constante
et uniforme dans le temps et nous avons observé en régime transitoire l’évolution de la
répartition de celle-ci dans ses profondeurs. Pour chaque géométrie, nous avons donc
déterminer le temps nécessaire pour que la température interne de la cuve de stockage
s’uniformise et son efficacité.

Pour le temps de chargement thermique de la cuve, les résultats des simulations en 2D et 3D


montre que : la cuve de forme cylindrique présente un temps de chargement (stockage) court,
soit 93min. Comparativement aux deux autres configurations (cubique et sphérique) qui ont
affiché respectivement les temps chargement de 4h30min et de 38h.

D’après le comportement du milieu de stockage (sable) pendant le temps de chargement, les


résultats obtenus nous poussent à dire que la géométrie cubique est la meilleur pour la
conception des cuves de stockages thermique. Cette affirmation est justifiée par de la stabilité
du milieu de stockage en sable le long du temps de stockage (chargement) mais aussi et surtout
par le fait que l’efficacité thermique des cuves cubique soit la meilleure ( 0,9988 )des deux
autres géométrie (sphérique et cylindrique) avec comme efficacité respective :0 ,9977 ; 0,9893

Ainsi donc, après étude comparative des 3 géométries (cubique, sphérique et cylindrique) d’une
cuve de stockage thermique via le logiciel Multiphysics COMSOL, les résultats prouvent que
la géométrie d’une cuve de stockage thermique influence sur ses performances en termes de
temps de chargement thermique (stockage) et d’efficacité thermique.

Après ce qui précède, nous suggérons qu’une étude expérimentale similaire soit menée dans un
laboratoire et d’autres sur les géométries des serpentins dans les échangeurs de chaleur.
93

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES

[1] A. Abhat, Low temperature latent heat thermal energy storage: heat storage materials, Solar
Energy 30 (1983) 313-332.

[2] ] Alex GIL and al, State of the art on high temperature thermal energy storage for power
generation. Part 1: Concepts, materials and modélisation, Renewable and sustainable
energy reviews 14 (1) (2010) 31-55.

[3] Ankit SRIVASTAVA and al, Tiwari thermal performance of ground as an inexpensive

solar collector and storage. System energy convers. Mgmt. Vol. 22, pp. 197 to 204, 1982.

[4] Ana-Maria Bianchi et al, Transferts thermiques, presses polytechniques et universitaire


Romandes, Lausanne, 1ère édition, (2004).

[5] Abdelhalim Benmansour et al, Expérience et investigation numérique des particules


solides des unités de stockage thermique, App. Therm. Eng., Vol.26, n°5-6, avril 2006, p
1275-1281

[6] Alejandro Izquierdo-Barrientos and al thermal energy storage in a fluidized bed of PCM,
chem.Eng.J., vol.230, aout 2013, p.573-583.

[7] Bernard EYGLUNENT, Manuel de thermique théorie et pratique, 2 ème édition,


HERMES, 1997, 374 p.

[8] Belgacem DHIFAOUI and al, Experimental study of the dynamic behavior of a porous
medium submitted to a wall heat flux in view of thermal energy storage by sensible heat.
International Journal of Thermal Sciences. Vol 46. pp 1056-1063. (2007).

[9] Camille CHAUSSIN and al, Chaleur et thermodynamique : Ecole nationale d’ingénieurs
arts et métiers, écoles d’ingénieurs, Edition Dunod, 4ème Ed., Paris, 1962.

[10] Daniel W. BECKAM and al, Solar Thermal Processes, John Wiley & Sons. 1989.

[11] D. Sragovich, Transient analysis for designing and predicting operational performance of
a high temperature sensible thermal energy storage system, Solar Energy vol. 43, no. i,
94

pp. 7-16, 1989.

[12] Donald NIELD a,d al, Convection in porous media. 1992, Springer Verlag, New York.

[13] Denis LEUNG and al, Forced-Convective Turbulent-Flows Through Horizontal Ducts
with Isosceles-Triangular Internal Cross-Sections, Applied energy, vol.57(1), 1997, pp. 13-
24.
[14] Dora KHILIFI and al , Simulation numérique du stockage thermique sensible et latent
Dans un canal vertical poreux : performance et comparaison, 2013

[15] Franck INCROPEA and al, Fundamentals of heat and mass transfer. 5th ed. New York: J.
Wiley & Sons, (2002).

[16] Francis MEUNIER, Thermodynamique de l’ingénieur : énergétique, environnement,


Volume 1, Edition Dunod, Paris, 2004.

[17] Franck INCROPEA and al, Fundamentals of heat and mass transfer, Edition John Wiley
& sons, 5th Ed., USA, 2002.

[18] Guangming ZHOU and al, Thermal performance of a radiant floor heating system with
different heat storage materials and heating pipes Applied Energy 138 (2015) 648–660.

[19] Hussein IBRAHIM and al, Energy storage systems-Characteristics and comparisons,
Renewable & Sustainable Energy Reviews, Vol. 12, pp 1221-1250, 2008.

[20] H., HUNIS Librairie des Corps Impériaux des Ponts et Chaussées et des Mines, Paris,
(1856).

[21] Ibrahim DINCER and al, Thermal Energy Systems and Applications, Wiley and Sons,
New
York, 2009.
[22] Ibrahim DINCER and al, thermal energy storage : systems and applications ;2nd ed .John
Wiley & Sons , 2011, pp . 84-141.

[23] James Vere BECK and al, Temperature solution in multi-dimensional multi-layer bodies,
Int. J. Heat Mass Transfer 45, 1865-1877, (2002).
95

[24] John COLLIER, Convective boiling et condensation, Mc Graw Hill Book Co, Oxford,
(1972).

[25] Jocelyn MILLETTE, Conception, instrumentation, modélisation et analyse d’un élément


De stockage d’énergie par chaleur latente, Thèse, Université de Sherbrooke .1999.

[26] Kokouvi EDEM N’TSOUKPOE, al. A review on long-term sorption solar energy storage,
Renewable and Sustainable Energy Reviews, 13 (2009) 2385–2396.
[27] Lakendra PRASAD and al, Design and optimization of lab-scale sensible heat storage
prototype for solar thermal power plant application Solar Energy 97 (2013) 217–229.
[28] Lorna Jane GIBSON and al, Cellular Solids, Structure and Properties, Oxford, New York:
Pergamon Press, (1988).
[29] Michael ROSEN, Thermal energy storage: Systems and Applications, Wiley Edition,
England, 2002.

[30] Mohamed HASNAIN, Review on sustainable thermal energy storage technologies, part
i:heat storage materials and techniques, Energy Convers. Mgmt., vol. 39, no. 11, pp. 1127-
1138, 1998.

[31] Mario MARTINEZ and al, Selection of materials with potential in sensible thermal energy
storage Solar Energy Materials & Solar Cells 94 (2010) 1723–1729.
[32] Matthieu ORFEUIL and al, Electrothermie industrielle : Fours et équipements thermiques
électriques industriels, Editions Dunod, 1981, 150 p.
[33] M., TRAD, Convection naturelle et forcée dans un cylindre vertical poreux. Analyse
Numérique du transfert de chaleur et influence de la matrice solide sur l’écoulement Thèse
de Docteur en Sciences 2015.
[34] Narimene MAHFOUDI and al, Sand as a Heat Storage Media for a Solar Application:
Simulation Results, Applied Mechanics and Materials 621 (2014), 214-220.

[35] Najeb ABDUL JABBAR and al. A comparative performance study of some thermal
storage materials used for solar space heating. Energy and Buildings Vol. 41, pp 407–415.
(2009).
[36] N.G. Barton, simulation of air-blown thermal storage in a rock bed, App.Therm.Eng.,
Vol.55 ; n°1-2, juin2011, p.43-50
96

[37] Olivier PAUVERT, Etude structurale de sels fondus d’intérêts nucléaires par RMN et
EXAFS haute température, Thèse, Université d’Orléans, 23 Octobre 2009.
[38] R. OSPIAN, étude dynamique de stockage par chaleur latente liquide solide ,2018, thèse
de doctorat de physique

[39] S. Bellan and al, Numerical analysis of charging and discharging performance system of a

thermal energy system with encapsuled phase change material, App.Therm.Eng., Vol 71,
n°1, oct 2014 p.481-500

[40 TahamouliRoudsari MERHZAD (z-lib.org) COMSOL for engeneers

[41] VF. DAN, Modélisation numérique du transfert thermique et méthode des volumes finis
2002, université Carlow, pp 25-90

Vous aimerez peut-être aussi