Vous êtes sur la page 1sur 4

ENCYCLOPÉDIE MÉDICO-CHIRURGICALE 44-183

44-183

Laminoplastie d’expansion du canal


vertébral stabilisée
J Sénégas R é s u m é. – Dans les compressions très étendues de la moelle cervicale, la
V Pointillart décompression par voie postérieure permet d’atteindre un grand nombre d’étages, en
particulier au niveau de la jonction cervicothoracique. Les auteurs japonais ont été les
promoteurs principaux de ces techniques du fait de la fréquence des ossifications du
ligament longitudinal postérieur. En Europe, ces techniques peuvent être appliquées
à des arthroses étendues. Afin de ne pas créer de déstabilisation rachidienne, il est
nécessaire de conserver les lames vertébrales, et afin d’éviter la fermeture itérative
du canal, il est proposé une technique de stabilisation par agrafes intralamaires.

Introduction un procédé qui empêcherait la récidive de la sténose due à un


déplacement des lames traitées [11, 12, 14, 15, 16, 17, 21, 24, 25, 28]. La multiplicité
La décompression médullaire, par voie antérieure ou postérieure, est le des techniques rend bien compte des difficultés rencontrées (fig 1).
traitement le plus efficace des myéloradiculopathies dues à une sténose Le but de la technique que nous proposons est le maintien de l’ouverture
du canal cervical sur plusieurs niveaux [1, 4, 7, 10, 17, 20, 19, 23, 26]. des lames par une fixation stable à l’aide d’un dispositif d’agrafage en
La laminectomie a longtemps été la technique la plus couramment titanium compatible avec l’imagerie par résonance magnétique (IRM)
utilisée dans ce type de sténose étendue. Toutefois, cette technique peut postopératoire et de réalisation simple.
entraîner une instabilité postopératoire responsable d’une déformation
en cyphose qui a son tour aggrave les troubles neurologiques [2, 3, 4, 26, 27].
De plus, la membrane fibreuse qui se constitue après une laminectomie Indications de la laminoplastie
étendue a pu être accusée de favoriser une arachnoïdite réactionnelle et
une récidive de la sténose [22]. – Sténose congénitale du canal cervical (avec maintien de la lordose
cervicale).
Pour éviter les inconvénients de la laminectomie, plusieurs auteurs ont
décrit des techniques d’expansion du canal cervical sans exérèse des arcs – Sténose dégénérative à plusieurs niveaux (avec maintien de la lordose
postérieurs, regroupées sous le terme de laminoplastie [2, 6, 10, 17]. Les cervicale).
apports de la laminoplastie par rapport à la laminectomie sont encore – Ossification du ligament vertébral postérieur sur plusieurs niveaux
discutés, mais il semble que cette intervention soit moins (avec maintien de la lordose cervicale).
déstabilisante [12]. – Compression postérieure par hypertrophie du ligament flavum.
– Combinée à une décompression antérieure.
Historique
C’est Hirabayashi et al [5, 6, 7, 8, 9] qui ont été les premiers à promouvoir Contre-indications de la laminoplastie
cette technique dérivée de la technique de laminectomie pratiquée au air – Compression antérieure.
drill et décrite par Kirita [13]. – Sténose associée à une cyphose cervicale.
De multiples modifications ont été par la suite apportées à cette – Radiculopathie isolée.
technique, avec toujours le souci de maintenir l’expansion obtenue par – Destruction des corps vertébraux, notamment après traumatisme,
infection ou tumeur.
– Instabilité vertébrale préopératoire (listhésis spontané ou instabilité
objective sur les clichés dynamiques), à moins que ne soit réalisé un
geste ponctuel de stabilisation.
Jacques Sénégas : Professeur des Universités, chef de service.
Vincent Pointillart : Praticien hospitalier.
Unité de pathologie rachidienne, centre hospitalier universitaire de Bordeaux, hôpital
Pellegrin-Tripode, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France. Technique chirurgicale
© Elsevier, Paris

Toute référence à cet article doit porter la mention : Sénégas J et Pointillart V. Le patient est placé en décubitus ventral, la tête fixée sur une têtière, ou
Laminoplastie d’expansion du canal vertébral stabilisée. Encycl Méd Chir (Elsevier, mieux, fixée par un cadre de Gardner ou Mayfield pour éviter les
Paris), Techniques chirurgicales – Orthopédie-Traumatologie, 44-183, 1998, 4 p.
traumatismes oculaires.
44-183 LAMINOPLASTIE D’EXPANSION DU CANAL VERTÉBRAL STABILISÉE Techniques chirurgicales

A B C D

E F G

1 Différentes techniques de laminoplas-


tie, d’après O’Brien.
A. Itoh, 1984.
B. Koyama, 1985.
C. Lin, 1986.
D. Hirabayashi, 1987.
E. Nakano N, 1988.
F. Tomita, 1988.
G. Hettori, 1989.
H. Shikata, 1989.
I. Yoshida, 1992.
J. Nakano K, 1992.

H I J

Le positionnement se fera plutôt en flexion, ce qui facilite la voie Lorsque l’expansion du canal a été obtenue grâce à l’écartement des
d’abord et le geste chirurgical, réduit la compression médullaire deux volets ostéoligamentaires, il convient alors de la stabiliser par la
peropératoire par les éléments postérieurs et ne pose pas de problème fixation des agrafes en titane (Strycker) (fig 2B). À l’aide d’un foret
puisqu’il n’y a pas d’arthrodèse. spécial, qui permet à la fois de pénétrer la lame et de réséquer l’os
L’abord postérieur médian classique permet d’obtenir l’exposition des spongieux latéralement, on réalise un logement pour la pointe de
lames de C2 à C7. Les capsules articulaires ne sont pas ouvertes. l’agrafe sur chaque moitié de lame. Sa profondeur varie selon l’étage et
Deux tranchées sont creusées à l’aide d’une fraise de 3 mm sur toute selon la morphologie du patient. Elle varie de 5 à 10 mm. Le temps de
l’étendue de la zone rétrécie juste à la jonction des lames et des masses préparation du logement de l’agrafe est le plus délicat. Il convient de
latérales (fig 2A). Après un creusement de 1 mm, la suite du processus progresser prudemment entre les deux corticales jusqu’à la profondeur
est réalisée avec une fraise de 1 mm de façon à donner à l’échancrure un désirée sans détériorer l’une ou l’autre des deux corticales. Avant
aspect triangulaire rappelant une ostéotomie. Le fraisage est poursuivi d’insérer l’agrafe un fantôme de la pointe de l’agrafe est testé de façon à
jusqu’à la corticale antérieure des lames, qui doit être préservée. ce que la fixation se fasse sans difficulté.
On résèque ensuite les apophyses épineuses au ras des lames et une
tranchée médiane est créée au drill et à la pince de Kérisson. Elle permet Après avoir choisi la longueur correcte de l’ancrage, l’agrafe, tenue par
l’ouverture du canal sur la ligne médiane (fig 2B). un instrument spécial, est enfoncée dans ses deux logements en s’aidant
Les ligaments flavum (ligaments jaunes) situés à la partie supérieure et d’un maillet délicatement manipulé. La fixation est ensuite vérifiée à
à la partie inférieure de la laminoplastie sont réséqués tranversalement l’aide d’une pince. Il est essentiel de ne pas pousser trop brutalement
puis, en utilisant une pince spéciale en T, chaque volet droit et gauche l’agrafe dans un logement trop étroit pour ne pas faire éclater la lame.
est déplacé latéralement grâce à l’ostéoclasie de la corticale antérieure On peut, pour terminer, poser les fragments osseux provenant du
des lames, ce qui provoque la fermeture des ostéotomies latérales. broyage des épineuses au niveau des ostéotomies. La plaie opératoire
La dure-mère est ensuite décollée progressivement des lames à l’aide est suturée sur un drainage aspiratif. Un simple collier mousse est
d’une spatule, ce qui nécessite l’hémostase de vaisseaux épiduraux à la nécessaire pendant 2 mois pour le maintien de la colonne cervicale le
coagulation bipolaire. temps de consolidation des ostéotomies.

page 2
Techniques chirurgicales LAMINOPLASTIE D’EXPANSION DU CANAL VERTÉBRAL STABILISÉE 44-183

B
2 Vues opératoires.
A. Vues de haut.
B. Vues en coupe.

Références ➤

page 3
44-183 LAMINOPLASTIE D’EXPANSION DU CANAL VERTÉBRAL STABILISÉE Techniques chirurgicales

Références
[1] Arnold H, Feldman U, Missler U. Chronic spondylo- [11] Itoh T, Tsuji H. Technical improvements and results of [21] Shikata J, Yamamuro T, Shimizu K et al. Combined
genic cervical myelopathy: A critical evaluation of surgi- laminoplasty for compressive myelopathy in cervical laminoplasty and posterolateral fusion for spinal canal
cal treatment after early and long term follow-up. Neu- spine. Spine 1985 ; 10 : 729-736 surgery in children and adolescents.Clin Orthop 1990 ;
rosurg Rev 1993 ; 16 : 105-109 [12] Kimura I, Oh-Hama M, Singu H. Cervical myeolopathy 259 : 92-99
[2] Crandall PH, Gregorius FK. Long term follow-up of sur- treatment by canal-expansive l aminoplasty. J Bone
Joint Surg 1984 ; 66A : 914-920 [22] Skowronski J, Bielecki M. The results of laminectomy
gical treatment of cervical spondylotic myelopathy.
and laminoplasty in cervical myeloradiculopathy. Ann
Spine 1977 ; 2 : 139-147 [13] Kirita Y. Posterior decompression for cervical spondylo-
sis and ossification of the posterior longitudinal liga-
Med Univ Bialyst 1992 ; 37 : 71-73
[3] Gregorius FK, Estrin T, Crandall PH. Cervical spondy-
lotic radiculopathy and myelopathy. Acta Neurochir ment. Shujutsu 1976 ; 30 : 287-302
[23] Snow R, Weiner H. Cervical laminectomy and forami-
1975 ; 3 : 185-193 [14] Koyama T, Handa J. Cervical laminoplasty using com- notomy as surgical treatment of cervical spondylosis: A
pressive myelopathy due to developmental canal follow-up study with analysis of failures. J Spinal Di-
[4] Herman JM, Sonntag V. Cervical corporectomy and stenosis. Surg Neurol 1985 ; 24 : 663-667
plating for post laminectomy kyphosis. J Neurosurg sord 1993 ; 6 : 245-250
1994 ; 80 : 963-970 [15] Kurokawa T. Enlargement of the spinal canal by the
sagittal splitting of spinal processes. Bessatsu Seikei- [24] Tomiita K, Nomura S, Umeda S et al. Cervical lamino-
[5] Hirabayashi K. Expansive open-door laminoplasty for geka 1982 ; 2 : 234-240 plasty to enlarge the spinal canal in multilevel ossifica-
cervical spondylotic myelopathy. Jpn J Surg 1978 ; 32 : [16] Lin SM, Chiou YS, Hung CC. Compressive cervical mye- tion of the posterior longitudinal ligament with myelopa-
1159-1163 lopathy treated by canal expansive laminoplasty. J For- thy. Arch Orthop trauma Surg 1988 ; 107 : 148-153
[6] Hirabayashi K, Miyakawa J, Satomi K et al. Operative mos Med Assoc 1986 ; 85 : 161-168
results and postoperative progression of ossification [25] Tsuji H. Laminoplasty for patients with compressive mye-
[17] Nakano N, Nakano T, Nakano K. Comparison of the
among patients with ossification of cervical posterior results of laminectomy and open-door laminoplasty for lopathy due to so-called spinal canal stenosis in cervi-
longitudinal ligament. Spine 1981 ; 6 : 354-364 cervical spondylotic myeloradiculopathy and ossifica- cal and thoracic regions. Spine 1982 ; 7 : 28-34
[7] Hirabayashi K, Sasaki T, Takeda T. The posterior and tion of the posterior longitudinal ligament. Spine 1988 ;
13 : 792-794 [26] Yonenobu K, Fuji T, Ono K, Okada K, Yamamoto T, Ha-
anterior operation in treatment of cervical disc lesions rada N et al. Choice of surgical treatment for multiseg-
including cervical spondylosis: a long term follow-up [18] O’Brien M, Peterson D, Casey A, Crockard A. A novel mental cervical spondylotic myelopathy. Spine 1985 ;
study. Chubu Seisai-shi 1972 ; 15 : 786-788 technique for laminoplasty augmentation of spinal ca- 10 : 710-716
nal area titamin miniplate stabilization. Spine 1996 ;
[8] Hirabayashi K, Satomi K. Operative procedure and re-
21 : 474-484 [27] Yonenobu K, Hosono N, Isawaki M, Asano M, Ono K
sults of expansive open-door laminoplasty. Spine
1988 ; 13 : 870-876 [19] Sénégas J. Chirurgie des complications radiculomédul- et al. Laminoplasty versus subtotal corpectomy: a com-
laires de la cervicarthrose. Cahiers d’enseignement de parative study of results in multisegmental cervical
[9] Hirabayashi K, Wananabe K, Wakano K et al. Expan- la SOFCOT. Conférences d’enseignement. Paris : Ex- spondylotic myelopathy. Spine 1992 ; 17 : 1281-1284
sive open-door laminoplasty for cervical spinal stenotic pansion scientifique française, 1985 : 179-195
myelopathy. Spine 1983 ; 8 : 693-699 [28] Yoshida M, Otani K, Shibasaki K, Ueda S et al. Expan-
[20] Sénégas J, Guérin J, Vital JM, Duplan B, Dols JM. Dé-
[10] Hukuda S, Ogata M, Mochizuki T et al. Laminectomy compression médullaire étendue par voie antérieure sive laminoplasty with reattachment of spinous process
versus laminoplasty for cervical myeolopathy: Brief re- dans le traitement des myélopathies par cervicarth- and extensor musculature for cervical myelopathy.
port. J Bone Joint Surg 1988 ; 70B : 325-326 rose. Rev Chir Orthop 1985 ; 71 : 291-300 Spine 1992 ; 17 : 491-497

page 4

Vous aimerez peut-être aussi