Vous êtes sur la page 1sur 25

Auteur de la présentation: Marie Brynart

Chapitre 4: Le diagnositc des systèmes de


chauffage de type 2 (Suite)

Pour le conseiller chauffage PEB

Réalisé sur base du document établi par Bruxelles


Environnement – IBGE
Plan de la formation complète

Chapitre 1: Introduction

Chapitre 2: Technique de mesure

Chapitre 3: Réception des installations de type 2

Chapitre 4: Diagnostic des installations de type 2

Chapitre 5: Ventilation des bâtiments

Chapitre 6: Exercices
Agenda de la présentation – Table des matières

1. Brefs rappels

2. Comment installer l’application AuditH100

3. Objectifs et résultats du diagnostic AuditH100

4. La méthode et l’application AuditH100 (suite)

5. Mesures et indications à prendre sur site

6. Données utiles avant la visite sur site

7. Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

8. Cas particuliers et informations complémentaires


Mesures et indications à prendre sur site

Nous avons indiqué le long de cette présentation les éléments qui seront à
vérifier sur site, ils sont maintenant listé l’un après l’autre.
• La période de chauffe est la période pendant laquelle les chaudières sont
maintenues en température. Cette donnée se trouve dans la régulation du
système.
• Le nombre caractéristique doit être relevé sur place ou transmis par le
RIT.
• Concernant l’ECS (Eau Chaude Sanitaire) il y a 3 possibilités:
 Soit il n’y en a pas
 Soit l’ECS est produite à l’aide du système de chauffage
 Soit l’ECS est produite à part, mais le compteur de gaz ou de mazout est le
même.
• Estimation de la consommation d’ECS, selon 3 méthodes:
 Au moyen de ratio (selon l’affectation du bâtiment)
 Au moyen d’un ratio selon chaque point de puisage
 Au moyen des quantités d’ECS prélevées aux points de puisage
Mesures et indications à prendre sur site

• 1e méthode:
• le nombre d’unité (lié à l’affectation): lits, appartements, personnes etc.
• le nombre de jour concernés.
• méthode des points de puisage:
• Ensuite on encode dans la colonne suivante le nombre de points de puisage
et la colonne suivante le nombre de puisages par an.
• quantités d’ECS puisée:
• On encode la consommation en l/semaine, le nombre de semaine (pas le
numéro…), le nombre de poste (idem) et la température des points de
puisage.
• Dans tous les cas, il faut encore indiquer comment est produite cette ECS.
• Le nombre de chaudières doit être encodé. Cependant l’application est
prévue pour maximum 4 chaudières.
• Vérifier si toutes les chaudières sont gérées par la cascade: cocher
« Présence d’un régulateur de cascade de chaudières.
• Vérifier si toutes les chaudières ont une vanne d’isolement motorisée:
cocher
Mesures et indications à prendre sur site

• Vérifier le nombre d’allures (1 ou 2) des brûleurs et leur régulation (et


notez les températures de consignes)
• Si la consigne de la petite allure est plus faible (ou égal à) la consigne de
la grande allure, il est nécessaire de le signaler dans le rapport de
diagnostic (ajouter un commentaire).
• Vérifier le type de régulation de la température de l’eau durant la saison de
chauffe: fixe, température glissante avec ou sans limite basse à 60°C.
• Vérifiez si les radiateurs sont équipés de vannes thermostatiques.
• Vérifiez que la régulation arrète le système de chauffage en cas d’inoccupation (la
nuit, le week-end).
• Demander à l’occupant quels sont les horaires d’occupation et vérifiez que l’horaire
(date et heure) de la régulation y correspond. (2 questions semblables)
• Vérifiez qu’un ralenti nocturne est programmé.
• Vérifiez que le nombre de jours programmables du régulateur correspond au mode
d’occupant des locaux.
Mesures et indications à prendre sur site

• Vérifiez les températures de demande d’eau (chaude) en fonction de la température


extérieure à 0°C extérieure et 15°C extérieure. (Vous pouvez utiliser le visualisateur
de courbe de chauffe.)
• Vérifiez que chaque circuit est régulé selon la température extérieure.
• Pour utiliser le visualisateur, récolter les données suivantes sur la régulation du
système.
• Pour chaque chaudière, indiquez:
 le type de chaudière, la marque et le modèle de la chaudière, l’année de
fabrication de la chaudière,
 la marque et le modèle du brûleur, l’année de fabrication du brûleur, ainsi
que
 si des traces d’inétanchéités sont présentent et
 si l’état de l’isolation est bon.
 la puissance utile de la chaudière (lue sur la plaque signalétique de la
chaudière) et finalement,
 la présence d’un clapet d’air et/ou d’un clapet économiseur de fumée.
 si un clapet d’air est présent, il est également demandé celui-ci se referme.
Mesures et indications à prendre sur site

• Pour les brûleurs pulsés et les chaudières à condensation, vérifez s’il y a


présence d’un régulateur de tirage.
• Réaliser les mesures de combustion
• Pour les chaudières à condensation, il est nécessaire de vérifier 3
éléments:
 la présence d’un by-pass
 la présence d’une régulation de la chaudière en température glissante
 la présence d’une régulation des circuits secondaires en température
glissante
Mesures et indications à prendre sur site

Chaudières à condensation:

By-pass:
• Vérifiez si l’installation dispose d’un by-pass: bouclage du collecteur, bouteille cass-
pression ou vannes de régulation diviseuses.

Régulation de la température de chaudière:

• Vérifiez si la régulation en température glissante est présente et bien réglée:


• bien réglée si: max 5°C au dessus du circuit le plus demandeur
• partiel si: max 15°C au dessus du circuit le plus demandeur
• absent ou mal si: plus que 15°C au dessus du circuit le plus demandeur

Régulation des circuits en température glissante:


• si présente (T glissante) et consommateurs haute température: partiellement bon
• si présente et pas de consommateurs haute tempérautre: bon
• sinon (ou absence): mauvais
Mesures et indications à prendre sur site

• Vérifiez si les conduites et les vannes (et autres accessoires) sont isolés/calorifugés
dans des locaux non chauffés.
• Vérifiez si les circulateurs sont à vitesses variables.
• Vérifiez quelle est la différence de température entre le départ et le retour des
circulateurs à vitesse constante.
• Vérifiez que les circulateurs sont arrêtés en été (s’il ne sont pas utilisés).
• Vérifiez que le circuit hydraulique est découpé par zones de besoins homogènes
• Vérifiez que chaque zone/chaque circuit est régulé spécifiquement.
• Vérifiez si les murs derrières les radiateurs sont isolés.
• Vérifiez que les radiateurs ne sont pas placés devant des surfaces vitrées.
Agenda de la présentation – Table des matières

1. Brefs rappels

2. Comment installer l’application AuditH100

3. Objectifs et résultats du diagnostic AuditH100

4. La méthode et l’application AuditH100 (suite)

5. Mesures et indications à prendre sur site

6. Données utiles avant la visite sur site

7. Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

8. Cas particuliers et informations complémentaires


Données utiles avant la visite sur site

Nous avons indiqué le long de cette présentation les éléments qui seront
idéalement récolté avant la visite sur site, ils sont maintenant listé l’un après
l’autre.
• L’adresse du bâtiment est l’adresse du bâtiment dont le diagnostic est
établit.
• Le nombre caractéristique doit être relevé sur place ou transmis par le
RIT.
• La superficie plancher est introduite. C’est le RIT ou son représentant qui
transmettra cette donnée.
• La consommation doit être encodée. L’encodage des données de
consommation nécessite que ces données soit disponibles… Il est donc
nécessaire de disposer des facturs de consommation et/ou de livraisons.
• Demander à l’occupant quels sont les horaires d’occupation
• Les données suivantes peuvent être mesurée au moment du diagnostic ou
être reprises de la dernière attestation de contrôle périodique. Ces
mesures doivent être faites pour la petite et la grande allure.
Agenda de la présentation – Table des matières

1. Brefs rappels

2. Comment installer l’application AuditH100

3. Objectifs et résultats du diagnostic AuditH100

4. La méthode et l’application AuditH100 (suite)

5. Mesures et indications à prendre sur site

6. Données utiles avant la visite sur site

7. Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

8. Cas particuliers et informations complémentaires


Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement:

Enregistrer le diagnostic sur le site web en vue d’obtenir un rapport avec un


numéro.

Une copie des rapports de diagnostic de type 2 doit être envoyée à Bruxelles
Environnement – IBGE endéans les 30 jours de leur réalisation. Remarquez
que la date de réalisation est encodée dans l’application.
Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

Procédures vis-à-vis du RIT

Avant le diagnostic :
• demander les informations nécessaires à la réalisation du diagnostic

En cours de diagnostic:
• en cas d’anomalies graves: contacter par téléphone le donneur d’ordre et
confirmer par mail ensuite, mais également dans le rapport de diagnostic.
• Il est obligatoire en cas de fuite de gaz de contacter Sibelga
(02/274 40 44)
• Il est obligatoire de contacter les autorités compétentes (pompiers,
sibega, police) si des risques pour la santé et la sécurité des occupants
existes: intoxication au CO, notamment. Ou de prendre toutes les autres
mesures d’urgences qui s’imposent (couper le système de chauffage).

En fin de diagnostic:
• Le conseiller PEB signe le rapport de diagnostic et l’envoi au RIT
Agenda de la présentation – Table des matières

1. Brefs rappels

2. Comment installer l’application AuditH100

3. Objectifs et résultats du diagnostic AuditH100

4. La méthode et l’application AuditH100 (suite)

5. Mesures et indications à prendre sur site

6. Données utiles avant la visite sur site

7. Procédures vis-à-vis de Bruxelles Environnement – IBGE et du RIT

8. Cas particuliers et informations complémentaires


Cas particuliers et informations complémentaires Chaufferie mixte en allure(s)

Cas particulier d’une chaufferie mixte en allure(s): brûleurs à une allure et à


plusieurs allures présents sur le même système de chauffage.

Au niveau de l’onglet Régulation: on encode que les chaudières sont à


plusieurs allures, cochez « Présence d’un régulateur de cascade … agissant
sur la régulation des allures »

Au niveau de l’onglet Chaudières: on encode pour les chaudières à une allure


les (mêmes) données de mesure pour chaque allure et pour les chaudières à
2 allures, les mesures de chaque allure en allure 1 et allure 2.
Cas particuliers et informations complémentaires Absence de consommations d’énergie

Cette procédure est manuelle, il sera nécessaire d’encoder le résultat du calcul


dans l’application « à la main ».

Etape 1: Calcul de la puissance totale des chaudières, où Pi est la puissance de


la chaudière i.

Etape 2: Est-ce que le système de chauffage sert à produire uniquement de la


chaleur ou également de l’ECS?

Etape 3: Détermination de la consommation d’énergie pour la production d’ECS


(si elle est présente).

Utiliser à cette fin les évaluations de l’application AuditH100. L’estimation est


appelée: CEECS.

Suite page suivante:


Cas particuliers et informations complémentaires Absence de consommations d’énergie

Etape 4: Détermination du coëfficient k

Ces valeurs sont issues du calcul suivant:


Cas particuliers et informations complémentaires Absence de consommations d’énergie

Etape 5: En fonction du type de combustible on appliquera le calcul suivant:


Estimation de la consommation d’énergie (kWh PCI) et ensuite de la
consommation de combustible kWh (PCS) ou l.
Cas particuliers et informations complémentaires Batterie en Eco-Groupage St-Roch Couvin

Le concept d’éco-groupage possède les caractéristiques de base suivantes:


- regroupement de N chaudières identiques c.-à-d. de même puissance, de même combustible ;
- sur le plan hydraulique, chaque chaudière est raccordée en dérivation sur un collecteur
monotube ;
- chaque chaudière est équipée d’un circulateur qui lui est propre, faisant circuler un débit d’eau
Dx théoriquement égal entre toutes les chaudières ;
- chaque chaudière est équipée d’une vanne qui lui est propre et qui arrête toute circulation quand
le brûleur est à l’arrêt (souvent réalisé par une « flow valve »).

Variante:
la cascade est souvent pilotée par une température de sortie collecteur en fonction de la
température extérieure. Ceci n’est pas une règle absolue. A vérifier sur le terrain, car elle peut
parfois être pilotée par une sonde de température intérieure (pièce témoin) ou une température fixe
de départ collecteur.

Cela a pour conséquence:


- la température de l’eau entrant dans la 2ème, 3ème, xème chaudière augmente sans cesse et
ne sont pas égales entre elles ;
- les augmentations de température entrée/sortie pour chaque piquage d’une chaudière dépend
des valeurs des débits « D1 » & « De » entre eux. « De » est le débit de l’unique circuit de
chauffage.
Cas particuliers et informations complémentaires Batterie en Eco-Groupage St-Roch Couvin

Illustrée par l’exemple suivant: N = 9 chaudières atmosphériques identiques gaz. P = 60 kW de 1980 ->
considérer l’ensemble des N chaudières comme 4 chaudières.
- Chaudière1:2x60=120kW
- chaudière2:2x60=120kW
- chaudière3:2x60=120kW
- chaudière4:3x60=180kW

La chaudière 1 est la première chaudière appelée et est placée sur le retour d’installation (T°d’eau l a
plus basse):
- considérer que ces 4 chaudières sont en cascade, avec pour chacune d’elle, un robinet qui
arrête l’irrigation. Cocher « présence de vannes d’isolement motorisées » ;
- considérer que la cascade est pilotée selon une température glissante. Cocher : « présence
d’un régulateur de cascade agissant sur les allures ». Cocher : « Température d’eau glissante
sans limite basse » sauf s’il s’est avéré que la cascade est pilotée par une température fixe de
sortie collecteur. Il faut dans ce cas, cocher : « Température d’eau glissante avec limite basse à
60°C ».

De ce fait, chacune de ces 4 chaudières (équivalentes !) est à 2 allures. Le conseiller chauffage PEB
fera la mesure de rendement de combustion sur une chaudière représentative de chacun des 4
groupes. Cette mesure sera affectée à l’allure 1 et à l’allure 2.

Ainsi, avec les 8 niveaux de puissance considérés, on s’approche du comportement de la batterie de N


chaudières.
Cas particuliers et informations complémentaires Batterie de plus de 4 chaudières

Sans compter les chaudières non en service.

a) si les N chaudières sont pilotées en cascade, il convient de prendre les 3 premières chaudières
appelées telles quelles et de considérer une chaudière 4 dont:

- la puissance = somme des N - 3 chaudières restantes ;

- le rendement de combustion de la 4ème est celui de la moyenne des 2 premières des N-3
chaudières restantes.

b) si les N chaudières ne sont pas pilotées en cascade, mais chacune indépendamment les unes des
autres via son propre aquastat, on classe d’abord les N chaudières par ordre décroissant de
consigne d’aquastat et on procède ensuite comme au point a) ci-avant.
Autres informations

D’autres informations peuvent être trouvées dans le document:

Diagnostic des installations de chauffage de type 2, réalisé par Bruxelles


Environnement – IBGE.

Ainsi que sur les sites web:

www.bruxellesenvironnement.be

http://www.energieplus-lesite.be

A l’adresse mail suivante:

chauffagePEB@ibgebim.be et 02 775 75 75 (demander le service Chauffage


PEB – performance énergétique des bâtiments)
MERCI DE VOTRE ATTENTION!

Vous aimerez peut-être aussi