Vous êtes sur la page 1sur 3
Le 7 décembre 2020 Monsieur Jean-Marc Arbaud Directeur général, CDPQ Infra 1000, place Jean-Paul-Riopelle Montréal (Québec) H2Z 283 OBJET : Enjeux de sécurité publique liés a implantation du REM Monsieur, Nous vous présentons, par le biais de cette correspondance, la position commune de sept corps policiers quant aux enjeux de sécurité liés @ limplantation du Réseau express métropolitain (REM). Sans étre exhaustif, cet exercice sert a démontrer nos préoccupations par rapport a certains aspects de votre projet pouvant avoir des conséquences sur la sécurité de nos citayens autant que de notre personnel. 1. Impacts sur les services policiers aux citoyens Liimplantation du REM aura inévitablement des impacts sur les services offerts par les corps policiers concemés. L’apparition de structures, gares et développements résidentiels signifiera automatiquement une augmentation de la population flottante des secteurs touchés. Cet impact démographique exercera une pression sur les services policiers. Ainsi, tous les événements dincivlité comme le flanage ou les graffits seront référés aux services policiers. |I en est de méme pour divers incidents mineurs tels des conflits ou le non-respect des ragles de fonctionnement du REM. Ces situations affecieront assurément le temps de réponse consacré aux appels des citoyens sur nos territoires et auront éventuellement un impact sur Fefficacité des opérations de votre réseau. Nous sommes d’avis qu'un service de sécurité doit &tre intégré a votre organisation. Cela vous permettrait de gérer les situations précitées et, en plus d’augmenter le sentiment de sécurité de vos usagers, amoindrirait Impact sur les services policiers. Egalement, la présence de cet interlocuteur favoriserait et faclliterait I'échange d'informations entre nos organisations lors d’événements criminels ou d'envergure. 2. Aménagement sécuritaire des infrastructures Les installations du Réseau seront aussi nombreuses que variées. Nos observations et les renseignements oblenus 2 ce jour ne nous permettent pas de conclure que toutes seront séouritaires. D'un point de vue strictement policier, la vulnérabilité du nombre de batiments est inquiétante. Aucune protection n'est prévue contre les véhicules béliers par exemple. Dans une optique plus générale, nous notons absence d’accés rapides pour les différents servicss d'urgence en plusieurs encroits, notamment dans les tunnels. Nous prénons I’élimination de certains obstacles et l'ajout de voies d'accés pour assurer une intervention rapide et sécuritaire des services d'urgence. Les communications représentent également un enjeu majeur dans ce projet. La possibilité pour les intervenants policiers de communiquer directement avec les opérateurs et le poste de commandement nous semble indispensable. Certaines situations imposent une intervention diligente et sans une communication efficace, la sécurité des usagers risque d'étre mise en danger. Pour des raisons de sécurité évidentes, ces communications devraient étre cryptées. Les policiers devraient aussi obtenir un acoas rapide et privilégié aux images du réseau de surveillance du REM. Cet accés est primordial pour assurer la qualité de leurs interventions et des enquétes qui peuvent en découler. En cas d'événement majeur, obtention rapide des images influera directement sur le délai de reprise des opérations sur le réseau. Finalement, les corps policiers doivent oblenir assurance que leurs équipements de radiocommunication seront opérationnels partout dans les installations du REM. Evacuations et interventions en hauteur Les possibilités qu'une évacuation soit nécessaire dans une gare ou un train sont réelles A premiére vue, les informations obtenues par les services policiers ne permettent pas de conclure que des mesures adéquates ont été prévues. Ainsi, si une gare ou une siation devait étre évacuée, l'absence de personnel de sécurité formé et connaissant l'environnement nous apparait problématique. Qui prendra charge des usagers pour les diriger aux endroits sécuritaires? Qui s'assurere que personne nrentre a intérieur et ne s'expose au danger présent? tervention dans un train en hauteur ou en tunnel pose également probleme. L'évacualion d'urgence de 600 passagers ne peut se faire sécuritairement selon le plan dintervention dont nous avons pris connaissance. Des personnes dgées, handicapées ou encore des enfants en bas Age ne pourront étre évacués par une échelle et encore moins marcher des centaines de métres dans un tunnel. Il est faux de croire que le civisme et lentraide sauront pallier le manque de dispositifs d’évacuation sécuritaire. Egalement, nous croyons nécessaire qu'une formation complite sur les niodalités d'intervention dans vos installations soit offerte a tous les policiers. Cela fera en sorte

Vous aimerez peut-être aussi