Vous êtes sur la page 1sur 114

Initiative d’Electrification de l’Afrique (AEI)

Technologies d’électrification à faible coût par extension


de réseau

Novotel Orisha - Cotonou, 19-20 Mars, 2014

Compte-rendu de l’Atelier
Contenu

Compte rendu de l’atelier ............................................................................................................................. 3


Jour 1: 19 Mars 2014................................................................................................................................. 3
Jour 2: 20 Mars 2014................................................................................................................................. 6
Conclusions ................................................................................................................................................... 9
Annexe 1: Agenda ....................................................................................................................................... 10
Annexe 2: Liste des Participants ................................................................................................................. 12
Annexe 3: Présentations et études de cas .................................................................................................. 15

2
Compte rendu de l’atelier
(Toutes les présentations citées dans ce rapport sont disponibles en annexe 3)

Jour 1: 19 Mars 2014

9h00 - Ouverture

Christophe Kaki – Directeur de Cabinet du Ministre de l’Energie, Bénin

La séance d’ouverture a été présidée par M. Kaki qui a prononcé le discours d’ouverture au nom de
Monsieur Barthelemy Dahoga Kassa, Ministre de l’Energie, des recherches pétrolières et minières, de
l’eau et du développement des énergies renouvelables.

Franklin Gbedey – Operations Officer, Africa Energy Practice, Banque mondiale. M. Gbgdey a souhaité
la bienvenue aux participants de la part de l’Initiative d’Electrification de l’Afrique de la Banque
mondiale.

Niklas Hayek – Project Manager, EUEI PDF. M. Hayek a souhaité la bienvenue aux participants et
introduit l’EUEI-PDF ainsi que ses activités.

Silvia Cabriolu Puddu – Secrétariat du CLUB-ER. Silvia Puddu a souhaité la bienvenue aux participants
au nom du CLUB-ER et introduit la problématique de l’électrification à faible coût par extension du
réseau en présentant le document de référence du CLUB-ER élaboré en 2010 « Gisements de réduction
des coûts de distribution en électrification rurale», distribué aux participants à l’occasion de l’atelier.
Silvia Puddu a ensuite présenté les objectifs et la portée de l’atelier et présenté l’agenda détaillé des
deux journées.

10h15 - Présentations – Options technologiques à faible coût :

 Prof. Francesco Iliceto, Professeur Emeritus auprès de l’Université de Rome ‘La Sapienza’. Prof.
Iliceto a présenté la technologie du Schéma à Câbles de Garde Isolés (SCDGI) des lignes à haute
tension et ses applications en Afrique Sub-saharienne, en particulier au Ghana (1ers cas, années
1980, au Togo, au Burkina et en Ethiopie.
 Gervais Ouoba, Directeur Technique, Fonds de Développement de l’Electrification (FDE),
Burkina Faso. M. Ouoba a présenté la technologie du Réseau aérien monophasé avec retour par
la terre (SWER) au nom de M. Eugène Ngueha, AES, Sous-Directeur des Etudes et de la
Régulation, Cameroun, retardé dans son voyage vers Cotonou.
 Moncef Aissa, Consultant Power Engineer, Tunisie a présenté la technologie monophasé et la
riche expérience de la Tunisie en matière.
 Prof. Francesco Iliceto, Professeur Emeritus auprès de l’Université de Rome ‘La Sapienza’. Prof.
Iliceto a présenté la technologie par Extension du réseau HT à faible coût, présentation préparé
par Jim VanCoevering, NRECA Foundation.

3
13h15 – Discussion en plénière sur les options technologiques:

La discussion en plénière sur les options technologiques a été modérée par M. Romain Frandji, IED/CLUB-
ER.

Les questions posées se sont focalisées sur les aspects techniques des différentes technologies, la
problématique de l’alimentation en mono et biphasé des équipements nécessitant du triphasé (activités
productives) et sur le caractère évolutif du SWER.

Les points saillants discutés sont présentés ci-après.

Sur les technologies SWER et monophasé :

- On peut envisager le passage progressif du monophasé au triphasé, lorsque l’évolution des


charges des localités rurales le justifie ; toutefois, en zone rurale, les besoins peuvent
généralement être satisfaits par ces technologies.
- Avant la mise en œuvre d’une ligne SWER, il est nécessaire de s’assurer que le coût de
réalisation des mises à la terre ne soit pas supérieur au coût d’un câble additionnel (neutre
distribué du monophasé)
- Certaines régions peuvent présenter des terres inadéquates (forte résistivité du sol), telles les
terres désertiques.
- La capacité maximale sur une bretelle SWER dépend du déséquilibre admissible sur le réseau
principal. Comme pour toute ligne électrique, la longueur maximale d’une bretelle SWER sera
imposée par l’intensité admissible et les chutes de tension observées.

Sur la technologie du Schéma à Câbles de Garde Isolés (SCDGI) :

– Si les lignes HT de transport sont disponibles, les lignes MT éloignées du village cible, et la
distance entre la ligne HT de transport et le village acceptable, le SCDGI offre une réelle solution
de raccordement pour les villages situés sous les lignes de transport ;

– Le SCDGI n’a pas de défauts permanents et l’exploitation et l’entretien sont similaires à ceux des
lignes conventionnelles MT ;

– Cependant, l’analyse des SCDGI est quelque peu complexe du fait de l’interaction
électromagnétique avec le circuit HT, du retour du courant par la terre et de la nécessité
d’équilibrer les tensions. Il faut par conséquence être vigilant sur la spécification des matériaux,
le contrôle de la construction et la mise en service.

Les questions relatives au raccordement des activités productrices et au caractère évolutif du SWER ont
été soulevées à plusieurs reprises pendant l’atelier et sont traitées dans ce rapport au niveau des
discussions en plénière du deuxième jour car en lien direct avec les expériences des pays.

4
14h15 - Séances de travail en groupe:

Les participants se sont divisés en quatre groupes pour travailler sur deux études de systèmes de
distribution MT, tirées d’exemples de projets en Ethiopie.

L’objectif était de concevoir la solution la moins coûteuse pour chacun des systèmes. La feuille de calcul
remise aux participants proposait une méthode simple pour estimer les chutes de tension et les pertes
de charge en fonction de la technologie choisie, du câble sélectionné et de la section associée. Il a été
demandé aux participants d’identifier la solution de raccordement au réseau la plus adaptée respectant
une chute de tension inférieure à 7%.

5
Jour 2: 20 Mars 2014

9h00 – Présentation – Planification de l’électrification:

 Franklin Gbedey, Banque Mondiale: Questions liées à la planification du réseau, aux coûts de
raccordement et autres considérations.

A l’issue de cette présentation, les échanges ont été nombreux, couvrant les éléments suivants:

Sur la Planification:

 Les participants ont convenu de l’importance d’une planification raisonnée de l’électrification


rurale, portée par les agences, idéalement indépendante de décisions purement politiques.
 La planification doit prioriser les lieux à électrifier avec comme objectif d’induire un impact
socioéconomique maximal auprès des populations. D’où l’importance de logiciels de
planification performants.
 La planification doit s’appuyer sur une cartographie actualisée (importance des SIG). La collecte
des données peut s’avérer longue et fastidieuse mais est essentielle à une planification
objective. La mise en place de groupes multisectoriels impliquant les ministères concernés
(santé, énergie, eau, éducation, etc.) facilite le partage des données et permet une économie
de temps non négligeable.
 La planification doit être réalisée à un horizon cohérent, et non sur du court terme.
 Dans l’élaboration d’une planification les acteurs sont multiples et n’ont pas tous les mêmes
objectifs. L’opérateur privé cherche la rentabilité financière alors que l’Etat, sans la négliger
pour autant, doit assumer sa responsabilité publique de mise à disposition du service électrique
auprès des populations rurales.

Sur les normes techniques :

Certains pays ont des normes différenciées selon que l’on se trouve en zone rurale (généralement du
ressort de l’agence d’électrification rurale) ou en zone urbaine (du ressort des compagnies d’électricité),
la cohérence des choix techniques n’est pas toujours respectée.

D’où l’importance de disposer d’une autorité de régulation forte et indépendante qui puisse arbitrer les
choix relatifs aux normes et équipements. Au Mali c’est l’Agence d’électrification rurale, l’AMADER, qui
joue ce rôle de régulateur en zone rurale.

Sur les couts des équipements

Certains pays rencontrent des difficultés dans le dimensionnement des câbles. En effet, la matière
première du câble n’explique pas à elle seule le coût de celui-ci. La période d’achat (et donc du cours du
matériau), le volume commandé et la disponibilité sur le marché peuvent parfois conduire à des prix

6
plus élevés pour des petites sections (ex : type 10 mm², peu manufacturé donc peu disponible). Même
chose pour les poteaux.

Sur les Branchements

On observe en Afrique Sub-saharienne un contraste important entre le taux d’accès au service


électrique (ménages effectivement connectés) et le taux de couverture (pourcentage de la population
vivant dans les localités électrifiées). Le coût de raccordement est l’une des principales barrières à
l’accès au service et traduit l’importance de trouver des mécanismes de préfinancement au profit des
populations rurales. A titre d’exemple, la Côte d’Ivoire, malgré une prise en charge initiale des coûts de
raccordement à hauteur de 50%, n’a pas réussi à accroitre le taux de branchement. Fort de ce constant,
le pays a mis en place un système de préfinancement complet, permettant aux abonnés de rembourser
sur une période s’étalant de 2 à 10 ans. Les résultats sont probants.

9h45 - Présentations des expériences des pays sur les technologies à faible coût

 Melvine Ahuouissoussi, Chef de Service des Etudes des Projets d’Electrification Rurale,
ABERME, Bénin. Mme Ahuouissoussi a présenté l’expérience du Bénin dans les technologies
d’électrification à faibles couts et en particulier en matière de réduction des coûts du matériel.
 Abdoulaye Abbas, ARSE, Togo. M. Abbas a présenté l’expérience du Togo en électrification
rurale par câble de garde.
 Gervais Ouoba, Directeur Technique, FDE, Burkina Faso. M. Ouoba a présenté l’expérience du
Fonds du Développement de l’électrification (FDE), Burkina Faso dans l’utilisation de la
technologie du Réseau aérien monophasé avec retour par la terre (SWER).
 Eugene Ngueha, Sous-Directeur Etudes et Régulation, AES, Cameroun. M. Nguéha a présenté
EXPERIENCE DU CAMEROUN en matière des technologies à faible coût : Poteaux Bois, Technique
Rigide et Monophasé avec Retour par la Terre (SWER).
 Guy Oswald Demtare, Chef de Projet Energie, Cameroun. M. Demtare a présenté le retour
d’expérience du projet de Densification du réseau de distribution MT/BT dans le Département
des Hauts-Plateaux (Cameroun).

13h00 – Discussion en plénière

La discussion en plénière sur l’expérience des pays a été modérée par M. Romain Frandji, IED/CLUB-ER.
Ci-après les principaux points débattus :

Sur les technologies SWER et monophasé :

- L’interrogation portait sur la possibilité d’alimenter des moteurs triphasés à partir de lignes
SWER ou monophasées. La plupart des équipements domestiques ont aujourd’hui ont des
versions monophasées. La STEG a développé de façon massive le monophasé en Tunisie,
appuyant l’importation de moteurs monophasés, et favorisant avec le temps l’émergence d’un
marché dédié. Cette approche d’électrification rurale peut donc tout à fait être répliquée.

7
Sur le caractère évolutif du SWER :

 On peut envisager le passage progressif du monophasé au triphasé, lorsque l’évolution des


charges des localités rurales le justifie ; toutefois, en zone rurale, les besoins peuvent
généralement être satisfaits par ces technologies. S’appuyant sur son expérience, l’AES
Cameroun, précise que, dans 80% des cas, le SWER est parfaitement adapté aux besoins en
zone rurale. Le FDE (Burkina) met cependant en avant le fait que si l’on souhaite bénéficier des
économies qu’offre la technologie SWER, le dimensionnement des systèmes (longueurs de
portée, supports etc.) ne doit pas être réalisé en envisageant un passage ultérieur au triphasé,
une approche réduisant l’économie réalisée au coût des câbles.

Autres considérations

 Certains participants ont souligné la nécessité de diffuser auprès des participants les normes
techniques relatives au SWER utilisées par le Cameroun et le Burkina Faso
 La nécessité de créer des centres de formation a aussi été évoquée par les participants.

14h30 - Séances de travail en groupe:

 Finalisation des Etudes de cas et restitution des résultats

Les participants se sont réunis en groupe pour finaliser les études de cas commencées la veille et ont
ensuite présenté leurs résultats en plénière.

15h30 – Présentation des Etudes de cas:

Les groupes ont obtenu des résultats similaires, mettant en évidence, dans le cadre de ces deux études,
l’intérêt du SWER par rapport à la technologie monophasée (chutes de tension moins importantes).

16h00 – Clôture des travaux:

 Romain Frandji, Chargé d’Affaires, IED/ CLUB-ER


 Hamoud Souleiman Cheik, Président du CLUB-ER et Chef de service des Energies
conventionnelles, Ministère de l’Energie en charge des Ressources Naturelles (MERN), Djibouti
 Bertin Codjo Djaito, Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et
du Développement des Energies Renouvelable

8
Conclusions
Pendant les deux jours d’atelier, la réduction des coûts a été abordée sous deux angles:

• Les technologies de raccordement (lignes MT), à travers les exemples du Cameroun et du


Burkina Faso sur la technologie SWER, du Togo sur la SCDGI

• Les équipements, dont les coûts dépendent de multiples paramètres (période d’achat, volumes
achetés, disponibilité).

Mais ceci ne peut pas se faire sans: (i) une planification concertée entre les différents acteurs (Sociétés
Nationales, Agences etc.) et (ii) un rôle d’arbitre pleinement assumé par le régulateur.

(i) Cette planification doit s’appuyer:

• sur une collecte de données actualisées


• des outils d’aide à la décision (SIG, Bases de données)
• une concertation multisectorielle afin de tenir compte des programmations des autres secteurs
• des logiciels de planification permettant d’intégrer les éléments susmentionnés
• sur une logique d’impact et idéalement non tributaire de choix politiques injustifiés
• sur un horizon de planification cohérent et non pas sur du court terme (5 vs 20 années)
• une approche économique et financière basée sur des mécanismes attractifs pour « booster » le
nombre de connexions.

(ii) Un régulateur fort permettra de mettre sur un pied d’équilibre les sociétés nationales et les agences,
de bousculer des habitudes souvent conservatrices des Sociétés d’Electricité en matière de technologies
déployées.

Mais tout n’est pas du ressort du régulateur, c’est aussi aux sociétés et agences d’être moteur de ce
changement en promouvant des nouvelles technologies sur leur territoire, d’où l’importance du partage
d’expérience tel le manuel développé actuellement par l’AEI et EUEI-PDF qui peut être un outil facilitant
le plaidoyer auprès des instances décisionnelles.

9
Annexe 1: Agenda
JOUR 1 – Mercredi 19 Mars 2014
08:15 Inscriptions
09:00 Ouverture des travaux
• Discours d’ouverture Christophe Kaki, Directeur du Cabinet du
Ministre, Ministère de l'Energie, des Recherches
Pétrolières et Minières, de l'Eau et du
Développement des Energies Renouvelables,
Bénin
• Allocutions de bienvenue par les organisateurs Franklin Gbedey, Banque Mondiale
Niklas Hayek, EUEI PDF
• Définition de la problématique, présentation du Silvia Cabriolu Puddu, CLUB-ER
CLUB-ER et présentation du programme de
l’atelier
10:00 Pause thé
10:15 Présentations – Options technologiques à faible
coût :
• SCDGI (Shield Wire Systems) et Extension du Prof. Francesco Iliceto, Université de Rome 'La
réseau HT à faible coût Sapienza', Italie
• Réseau mono et biphasé Moncef Aissa, Consultant Power Engineer,
Tunisie
• Réseau aérien monophasé avec retour par la terre Eugène Ngueha, AES, Sous-Directeur des Etudes
(SWER) et de la Régulation, Cameroun (présenté par M.
Gervais Ouoba, FDE, Burkina Faso)
12:00 Déjeuner
13:15 Discussion en plénière sur les options Modérateur: Romain Frandji, Chargé d’Affaires,
technologiques IED/CLUB-ER
14:15 Séances de travail en groupe:
Analyse d’études de cas
(note: Les études de cas seront distribuées au début de la session)
Groupe 1 : Plénière Groupe 2 : Plénière Groupe 3 : Sala Gani Groupe 4 : Sala Gani
Modérateur : Moncef Modérateur : Gervais Modérateur : Prof. Modérateur : Guy Oswald
Aissa, Consultant Power Ouoba, Directeur Francesco Iliceto, Demtare, Ingénieur, Chef
Engineer, Tunisie/ Technique, FDE, Burkina Université de Rome 'La de Projet Energie,
Faso Sapienza', Italie Cameroun
16:15 Résumé de la journée 1 Romain Frandji, Chargé d’Affaires, IED/CLUB-ER
16:30 Fin des sessions de la journée 1

10
Jour 2 – Jeudi, 20 Mars, 2014
09:00 Présentation – Planification de
l’électrification Franklin Gbedey, Banque Mondiale
09:45 Expérience des pays
• Présentations des expériences des Melvine Ahuouissoussi, Chef de Services des Etudes des
pays sur les technologies à faible coût Projets d’Electrification Rurale, ABERME, Bénin
Abdoulaye Abbas, ARSE, Togo
10 :30 Pause thé
Expérience des pays - Suite Gervais Ouoba, Directeur Technique, FDE, Burkina Faso
Eugene Ngueha, Sous-Directeur Etudes et Régulation,
AES, Cameroun
Guy Oswald Demtare, Ingénieur, Chef de Projet Energie,
Cameroun
12:00 Déjeuner
13:00 Discussion générale:
• La planification de l’électrification et Modération: Romain Frandji, Chargé d’Affaires,
expérience des pays IED/Club-ER
14:30 Finalisation de l’analyse des Etudes de cas et préparation des présentations
Groupe 1 : Plénière Groupe 2 : Plénière Groupe 3 : Sala Gani Groupe 4 : Sala Gani
15:15 Pause thé
15:15 Présentation des résultats des études de Rapporteur de chaque Groupe de discussion
cas
16:00 Clôture des travaux
• Conclusion Romain Frandji, Chargé d’Affaires, IED/CLUB-ER
• Discours de clôture Hamoud Souleiman Cheik, Président du CLUB-ER et
Chef de service des Energies conventionnelles, Ministère
de l’Energie en charge des Ressources Naturelles
(MERN), Djibouti
Bertin Codjo Djaito, Ministère de l’Energie, des
Recherches Pétrolières et Minières de
l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables
16:30 Fin des sessions de la journée 2

11
Annexe 2: Liste des Participants
Prénom Nom Organisation Pays
Toussaint AHOUANGBENANGNON ABERME Bénin
Alzouma CISSÉ NIGELEC Niger
Ibrahim
Adjid MAHAMAT Direction de l'Energie (DE) Tchad
Nomenjanahary RAZAFINDRAKOTO Agence de Développement de Madagascar
Heritiana l'Electrification Rurale (ADER)
Abbas ABOULAYE Autorité de Réglementation Togo
du Secteur de l'Electricité
(ARSE)
Kandine ADAM ABORAK Ministère de l’énergie et du Niger
pétrole
Melvine AHOUISSOUSSI ABERME Bénin
Yves-Serge AHOUSSOU CI-ENERGIES Côte d'Ivoire
Moncef AISSA Tunisie
Todéman ASSAN ABERME Bénin
Blaise BANGUITOUMBA ENERCA République
Centrafricaine
Gildas BANKOLE SBEE Bénin
Thierry BEFIO Agence Centrafricaine d'ER République
NAMDENGANANA (ACER) Centrafricaine
Baptiste BOBILLIER Délégation de l’Union Bénin
Européenne au Bénin
Silvia CABRIOLU PUDDU INNOVATION ENERGIE France
DEVELOPPEMENT – IED
Bertin CODJO DJAITO Ministère de l’Energie, des Bénin
Recherches Pétrolières et
Minières de l’Eau et du
Développement des Energies
Renouvelables
Lamine COULIBALY AMADER Mali

12
Prénom Nom Organisation Pays
Guy Oswald DEMTARE "Etudes Engineering Cameroun
Développement - EED
Mamadou DIALLO Bureau d'Electrification Rurale Guinée
Saïdou Décentralisée (BERD)
Yvon Polycarpe DOSSA GIZ - Energising Development Bénin
Peter FÖRSTER GIZ - Energising Development Bénin
Romain FRANDJI INNOVATION ENERGIE France
DEVELOPPEMENT – IED
Franklin GBEDEY World Bank
Jenny HASSELSTEN World Bank
Niklas HAYEK EUEI PDF
Francesco ILICETO Rome Université « La Italie
Sapienza »
Yaovi Charles KOUMAPLE ABERME Bénin
Ahmedou M.M. AHMED ALEM ADER Mauritanie
Mlle Jocelyne MBOUMBA VOUNGBO ENERCA République
Odette Centrafricaine
Leonard NTIRWONZA Agence Burundaise de Burundi
l'Electrification Rurale (ABER)
Mário OLIVEIRA Direction Générale de Cap Vert
l’Energie (DGE), Ministère du
Tourisme, de l’Industrie et de
l’Energie (MTIE)
Moussa OMBOTIMBE Direction Nationale de Mali
l’Energie
Gervais OUOBA Fond de Développement de Burkina Faso
l'Electrification (FDE)
Olivier Bruno RABEMANANTSOA Jiro Sy Rano Malagasy Madagascar
(JIRAMA)
Victor SALA MENGUE ELECTRICITY DEVELOPMENT Cameroun
Dieudonné CORPORATION (EDC)

13
Prénom Nom Organisation Pays
Hamoud SOULEIMAN CHEIK Ministère de l’Energie en Djibouti
charge des Ressources
Naturelles (MERN)
Claude Michel TAMO "Etudes Engineering Cameroun
Développement - EED
Bamba THIAM Agence Sénégalaise Sénégal
d'Electrification Rurale (ASER)
Claude ZIMBO SBEE Bénin
Mamidou TCHOUTCHA DGE / MERDMEDER Bénin
Jean Francois MODONDO SBEE Bénin
Malick MAMA SBEE Bénin
Badarou M. RAOFON Consulat / VE Bénin
Nestor NOUHOUAYI Délégation de l’Union Bénin
Européenne
Sabin LOUMEAJINON Presse / La Nation Bénin
Serge BOYA Presse / La Nation Bénin
Samuel FAVI Journaliste /Communal info Bénin
Felix EBO Miert international Bénin
Cyrille DJEBOU O Journaliste / L'autre Vision Bénin
Herman W ADIMOU Journaliste / Aube Nouvelle Bénin
Yaoui NYAMADOR Togo
Sodji ALAIN Agence Bénin Presse Bénin
Biomama BOUBACAR Direction Générale de Bénin
L'Énergie
Odjo CYRIAQUE ABERME / Ministère Énergie Bénin

14
Annexe 3: Présentations et études de cas
Présentations :

Niklas Hayek – EUEI PDF

Silvia Cabriolu Puddu – CLUB-ER et définition de la problématique

Prof. Francesco Iliceto - Schéma a câbles de garde isoles (SCDGI) des lignes à haute tension

Prof. Francesco Iliceto : Extrait de l’article CIGRE N° 37-11, Session de 1984, Par. 8 – Conception
des lignes de transport

Eugène Ngueha - Single Wire Earth Return (SWER)

Moncef Aissa - Technologie monophasé et l’expérience tunisienne

Jim VanCoevering, NRECA Foundation /Prof. Francesco Iliceto - Technologie par Extension du
réseau HT à faible coût

Chrisantha Ratnayake/Franklin Bgbey – Planification de l’Electrification Rurale

Melvine Ahuouissoussi - Expérience du Bénin (ABERME)

Gildas Bankole – Experience du Bénin (SBEE)

Abdoulaye Abbas – Expérience du Togo

Gervais Ouoba, - Expérience du Burkina Faso

Eugene Ngueha - Expérience du Cameroun

Guy Oswald Demtare, Etude de cas, Cameroun

Romain Frandji – Conclusions de l’atelier

Etudes de cas :

Etudes de systèmes de distribution MT, tirées d’exemples de projets en Ethiopie : S3, « Wolita »
et S4, « Hosaina ».

15
Activités d’EUEI PDF Technologies d’électrification à faible coût par
extension de réseau – atelier, Arusha/Tanzanie 2013
Projets nationaux Projets régionaux • Organisé par l'AEI et EUEI PDF, en collaboration avec l'Agence pour
Ghana : CEDEAO:
les énergies renouvelables de la Tanzanie
Soutien basé sur SIG • Plus de 60 participants en provenance de 13 pays différents
La politique des
pour augmenter énergies renouvelable • Résultats :
l'accès à l'énergie de la CEDEAO – Sensibilisation accrue aux téchnologies à disposition
– Renforcement des capacités pour la mise en œuvre des solutions
d'électrification à faible coût
Etudes Evènements du – Renforcement des rélations pan-africaines
thématiques dialogue • Conclusions principales :
– Facteurs différents pour chaque technologie
PRODUSE: Cameroon: – L'éducation des consommateurs essentielle
Utilisation productive Dialogue des parties – Assurer le raccordement des ménages au réseau
de l’électricité prenantes de l’énergie • Fiche d'information dans le dossier des participants
1

Technologies d’électrification à faible coût par


extension de réseau - manuel
• En collaboration avec l'AEI
• Groupe cible : ingénieurs électriciens auprès des agences de Merci pour votre attention!
l’électrification rurale, compagnies d'électricité…
• Contenu :
– Options d’extension de réseau et postes à moindre coût : lignes, sous-stations
– Technologies de distribution : monophasé/biphasé, SWER, SWS
– Aspects concernant la planification des systèmes de distribution
– Raccordement des ménages
• Publication : prévue en mai 2014
• Version préliminaire dans le dossier des participants
Initiative d’Electrification de l’Afrique (AEI)
ATELIER SUR LES TECHNOLOGIES D’ELECTRIFICATION A FAIBLE COÛT PAR
EXTENSION DE RESEAU
COTONOU, BENIN, 19-20 MARS 2014
Deux mots sur le CLUB-ER

Créee en 2002, le Club des Agences et structures africaines en charge


de l’élec rurale est un réseau bilingue qui compte 30 pays africains et
38 structures
Définition de la problématique, Programme
et objectifs de l’atelier

Silvia Cabriolu Puddu


Secrétariat du CLUB-ER / CLUB-ER Secretariat

Carte des membres / pays du CLUB ER


Plan de la présentation Map of CLUB-ER members / Countries

1. Présentation du CLUB-ER
2. Message du Document
thématique et introduction à la
problématique
3. Objectifs de l’atelier
4. Portée
5. Programme de l’atelier
Sponsors Le Club-ER

Bénéficie du soutien financier de: (2) à (4) formations thématiques par an, à partir :
du retour d’expérience de ses membres
d’interventions par des professionnels du secteur
Une rencontre annuelle de tous ses membres :
Septembre 2014 : Lusaka (Zambia) + conférence thématique
La publication de documents thématiques :
Téléchargeables sur www.club-er.org
Des échanges « B to B » entre membres et secteur privé lors
des rencontres annuelles
Une base de données :
Indicateurs socio-économique
coûts des équipements d’électrification rurale, en diffusion restreinte
auprès des membres

Organisation activités de
formation/Training activities

Outils et
le CLUB-ER a pour vocation le renforcement Organisation méthodologies /
tools &

des capacités de ces institutions africaines en 5 groupes methodologies

responsables de l’électrification rurale dans thématiques: Impact socio Les schémas


leurs pays et la recherche de solutions économique/
Socio econ
organisationnels
/ Organisational
impact schemes
appropriées.
Organisation in ER
5 thematic
groups
Réduction des Financement /
coûts / Costs Financing
reduction
Cinq documents thématiques Introduction (1/2)
Le taux moyen d’accès à l’électricité en ASS n’est que de 32%, aucun
pays de cette zone ne dépassant 50%.
Environ 80% de ces personnes vivent dans des ménages
ruraux
L’accès à l’électricité n’est pas une condition suffisante du
développement économique et social d’un pays mais, sans aucun
doute, sa disponibilité en quantité et en qualité en est une condition
nécessaire.
L’initiative SE4All souligne l’importance de l’accès
Les principales contraintes qui pèsent sur l’électrification rurale :
la limitation des ressources financières nationales et
internationales et
la faible capacité de paiement de la majorité des consommateurs
potentiels domestiques ou productifs dans les zones rurales.

Introduction (2/2)
La réduction des coûts de l’électrification en zone rurale est
Ce document est une donc indispensable pour permettre une plus grande
synthèse des échanges et couverture dans un contexte de rareté des ressources
analyses sur les gisements financières.
de réduction des coûts de En particulier la finalité est de:
distribution en (i) Réduire les coûts d’investissement et
électrification rurale, (ii) Réduire sur le long terme les coûts d’achat de
conduits au sein du l’électricité par les consommateurs ruraux.
Groupe thématique Elle revêt des aspects techniques, technologiques,
"Spécifications allégées et commerciaux et organisationnels à plusieurs niveaux de la
réduction des coûts" chaîne allant de la production à l’utilisation, et de la
conception à l’exploitation.
Le message (1/2) Recommandations
Les options technologiques présentées peuvent se heurter à Afin de relever les défis de réduction qui s’imposent à
des habitudes, des convictions dans chacun des pays. l’électrification rurale, il est urgent que les pays soient
Leur diffusion est donc une opportunité de réflexion pour remettre en équipés et formés à l’utilisation d’outils fondamentaux
question des pratiques onéreuses dont la justification n’existe plus
pour la réduction des coûts, la planification des
ou qui méritent d’être confrontées à d’autres expériences.
systèmes électriques, le calcul électrique et mécanique
des réseaux
La phase de conception des schémas d’électrification revêt
une importance prédominante
c’est à cette étape, depuis le choix du mode d’électrification
(interconnectée, décentralisée), du dimensionnement du système de
production correspondant et des réseaux associés que peuvent être
commis des erreurs coûteuses pour l’avenir, techniquement ou
économiquement.

Le message (2/2) L’objectif de l’atelier


Permettre aux professionnels de l'énergie et aux décideurs
C’est également lors de la phase de conception que des d’ASS d’acquérir les connaissances nécessaires à la mise
choix engageants sont effectués en ce qui concerne le type en œuvre avec succès de technologies d'électrification rurale
de réseau MT: à faible coût par extension de réseau. En particulier:
par exemple en intégrant des dérivations et transformateurs
Sensibiliser aux technologies d'électrification rurale à faible coût par
biphasés, ou des antennes SWER il est possible de réduire les coûts
extension de réseau.
sans nuire à la capacité d’évolution, à la facilité et à la sécurité
d’exploitation. Présenter où et comment ces technologies ont été mises en œuvre
avec succès.
Renforcer les capacités de mise en œuvre de ces technologies
Diffuser les connaissances partagées lors de l'atelier auprès des
participants
Programme de travail - Jour 2, Jeudi 20 Mars
Portée de l’atelier
Technologies d’électrification à faible coût par Technologies d’électrification à faible coût par
extension de réseau extension de réseau
L'atelier fournira des informations sur les technologies de (Matin) (Après-midi)
9h00: Présentation – Planification de
raccordement au réseau à faible coût mises en œuvre et l’électrification:
13h00 Discussion générale:
La planification de l’extension de réseau
éprouvées dans d’autres pays. Les questions liées à la planification du réseau, Les coûts de connexion au service
coûts de connexion et autres considérations Présentation des problématiques de
l’électrification rurale
9h45: Présentations des expériences
des pays : 14:30: Séances de travail en groupes:
Les technologies suivantes seront couvertes : Bénin Finalisation de l’analyse des Etudes de cas et
préparation des présentations
Monophasé et biphasé Moyenne tension (MT) et Basse tension (BT) 10h30: pause thé
15h15: pause thé
Réseau aérien monophasé avec retour par la terre (SWER); 11h00: Suite Présentations des
Systèmes de Schéma à Câble de Garde Isolé (SCDGI) (Shield Wire expériences des pays : 15h30 : Présentation des résultats des
Burkina Faso études de cas
System), et Extension du réseau HT à faible coût Cameroun

12h00: pause déjeuner 16h00: Clôture des travaux


Conclusion

Discours de clôture

Programme de travail - Jour 1, Mercredi 19 Mars

Technologies d’électrification à faible coût par Technologies d’électrification à faible coût par
extension de réseau extension de réseau
(Matin) (Après-midi)
9h00: Ouverture des travaux
13h15: Discussion en plénière sur les
Discours d’ouverture
options technologiques
Allocutions de bienvenue par les organisateurs
Définition de la problématique et programme de 14:15: Séances de travail en 4
l’atelier groupes:
Analyse d’études de cas
10h00: pause thé
10h15: Présentations – Options 16h15: Résumé de la journée 1
technologiques à faible coût :
16h30: fin de la journée 1
Réseau mono et biphasé
Réseau aérien monophasé avec retour par la
terre (SWER)
SCDGI (Shield Wire Systems) et Extension du
réseau HT à faible coût
Merci pour votre attention
12h00: pause déjeuner www.club-er.org
Avant-propos
IEA – INITIATIVE D’ELECTRIFICATION DE L’AFRIQUE
ATELIER A COTONOU (BENIN), MARS 2014
Au début des années 80, quand j’étais en train
ELECTRIFICATION RURALE AVEC LE d’étudier la longue ligne radiale de transmission pour
l’électrification des villes principales des régions centrales et
SCHEMA A CABLES DE GARDE ISOLES
du nord du Ghana avec l’extension du réseau interconnecté
(SCDGI) DES LIGNES A HAUTE TENSION de la VRA (Volta River Authority), le Président - Directeur
Général de la VRA me demanda si je pourrais, dans la
SOMMAIRE mesure du possible, trouver et recommander une solution
par
Francesco ILICETO
économiquement acceptable pour la fourniture de
Professeur Emérite de l’électricité aussi aux plusieurs petites villes et villages
l’Université de Rome “La Sapienza”, Italie situés le long des 650 km du parcours de la ligne à 161kV à
francesco.iliceto@uniroma1.it réaliser.
1 2

1. BUT DU SCHEMA A CABLES DE GARDE


Le nouveau schéma à câbles de garde isolés ISOLES (SCDGI)
(SCDGI) non conventionnel que j’ai conçu pour faire • Fourniture de l'énergie à faible coût du réseau
face à la demande de la VRA, a été d’abord essayé interconnecté aux villages, petites villes, fermes,usines,
sur le terrain dans un schéma pilote sur une existante stations de pompage d'eau situés le long ou non très
ligne à 161kV du sud du Ghana et a été ensuite loin du parcours des lignes à HT (110-330kV).
appliqué dans les SCDGI commerciaux des nouvelles • Le SCDGI peut être appliqué pour les projets
lignes à 161kV du nord du Ghana, qui ont été mises d’électrification rurale qui ne peuvent pas être justifiés
en exploitation en 1988. La VRA a réalisé une partie économiquement avec les solutions conventionnelles
des travaux de construction des SCDGI avec son (postes HT/MT ou longues lignes MT avec tracé
propre personnel. parallèle aux lignes HT).
A la suite des bons résultats d’exploitation au • Ce Sommaire est une description générale des SCDGI
Ghana, plusieurs SCDGI ont été réalisés en d’autres et de l’expérience d’exploitation. Les détails techniques
pays en voie de développement. et analyses des SCDGI sont disponibles dans les
Références (voir pages 51 et 52).
3 4
2. CONCEPT DES SCDGI
a) Les SCDGI consistent à:
- Isoler pour l'exploitation en MT (20–34.5kV) le(s) câble(s)
de garde dans les pylônes de la ligne HT.
- Alimenter le(s) câble(s) de garde isolé(s) en MT
(2034.5kV) à partir du poste de transformation HT/MT
à une extrémité de la ligne HT.
- Utiliser le retour du courant par la terre comme un
conducteur dans tous les cas.
- Alimenter les charges au moyen des transformateurs de
distribution MT/BT branchés entre le(s) câble(s) de garde
isolé(s) et la terre.
b) Les Figs. 1/A et 1/B montrent les SCDGI les plus utilisés. Fig. 1/A – SCGDI "monophasé avec retour par la terre" applicable aux lignes
HT protégées par un seul câble de garde
5 6

e) Si la ligne HT est protégée contre la foudre par deux


c) Si la ligne HT est protégée contre la foudre par un câbles de garde isolés, en utilisant la terre comme
seul câble de garde, le SCDGI “monophasé avec troisième conducteur de phase, une ligne MT
retour du courant par la terre” peut être réalisé “triphasée” est réalisée (Fig. 1/B).
(Fig.1/A). f) La Fig. 1/B montre comment le SCDGI “triphasé”, qui
d) Si le neutre de l’enroulement MT du transformateur est pour sa conception non symétrique, est simplement
HT/MT dans le poste principale est mis à la terre équilibré: avec une résistance-réactance de mise à terre
directement (comme montre la Fig.1/A) ou au (circuit R-L) et avec des condensateurs de re-phasage
moyen d’un transformateur formateur du neutre de non symétriques. La chute de tension dans le circuit
basse réactance homopolaire, ou au moyen d’une R-L s’additionne à la petite chute de tension resistive
réactance de basse inductance, on alimente le câble
de garde isolé directement d’une phase de la MT. Si et à la chute de tension inductive du “conducteur terre”.
le neutre est mis à terre au moyen d’une haute La résistance du conducteur spécial terre est fonction
impédance où la MT est trop basse pour les longues seulement de la fréquence (indépendante de la
lignes à CDGI, on alimente la SCDGI au moyen résistivité du sol); elle est 0.05 /km à 50Hz,
d’un transformateur monophasé MT/MT interposé. équivalente à celle d’un câble d’aluminium de 570mm2.
7 8
g) Le circuit R-L augmente la chute de tension
total dans le “conducteur terre", presque au même
valeur de la chute dans les câbles de garde.
Les condensateurs non symétriques (Cw10, Cw20, Cw-w)
éliminent presque totalement les dissymétries des
tensions le long de la ligne à CDGI, qui sont causées
par les tensions et les courants capacitives non
symétriques induites par la ligne triphasée à HT. Les
condensateurs font aussi le rephasage des charges et
éliminent le risque des surtensions de ferrorésonance,
qui pourraient être causées par la proximité des câbles
Fig. 1/B – SCGDI "triphasé" applicable aux lignes protégées par deux câbles de garde avec les conducteurs HT quand le disjoncteur
de garde
de la ligne à CDGI est ouvert.
9 10

h) Le SCDGI triphasé peut être alimenté par


un enroulement tertiaire dédié du transformateur l) La Fig. 2 montre le schéma de réalisation typique du
HT/MT, comme montre la Fig. 1/B. Si un tertiaire SCDGI “triphasé” dans les villages et le système de terres
dédié n’est pas disponible, l’alimentation est multiples indépendantes appliqué pour obtenir la basse
faite au moyen d’un transformateur triphasé résistance de terre et assurer la continuité de connexion à la
MT/MT d’interposition. terre nécessaires pour le retour du courant par la terre et
i) En Afrique Sous-Saharienne plusieurs pour la sécurité des personnes et des réseaux à MT et BT.
Compagnies d’Electricité donnent la préférence Dans les postes HT/MT qui alimentent les SCDGI, le
à l’électrification rurale triphasée, en particulier réseau de terre de protection du poste est utilisé pour le
au SCDGI triphasé, surtout à cause de la retour du courant par la terre, puisque le poste HT a une
difficulté de l’achat des moteurs asynchrones petite résistance de terre (ordre de grandeur de 1).
monophasés avec puissance entre 5 et 25kW.

11 12
3. CARACTERISTIQUES PRINCIPALES DES SCDGI
a) L'isolement des câbles de garde avec isolateurs MT
pourvus d’éclateurs à tige appropriés, ne change pas
Sectionneur avec
appréciablement le niveau de la protection de la ligne HT
fusibles
Conducteur
Poste MT/BT
sur poteau contre la foudre, comme démontré par le calcul numérique
et confirmé par plus de 20 ans d'expérience d'exploitation.
de terre
Coupe circuit-fusible
("Fused cut-out")

La Fig. 3 montre les chaînes d'isolateurs rigides


recommandées pour l'isolement des câbles de garde.
Parafoudres

b) La dissymétrie résiduelle de tension aux points


Pylône HT de
branchement Piquets multiples
d'alimentation de tous les consommateurs des SCDGI
Conducteur
ligne MT pour le
retour du courant “triphasés” (Fig. 1/B), ainsi qu'aux barres d'alimentation
nu enterré Piquets multiples
des SCDGI “monophasés avec retour par la terre” (Fig.1-
par la terre
de terre du réseau
BT
A) est limitée à une très petite valeur (composant inverse
Fig. 2: Disposition typique des circuits de distribution du SCDGI “triphasé” dans les villages,
montrant la mise-à-terre indépendante des réseaux MT e BT 13
de tension ≤ 1%). 14

c) Dans les nouvelles lignes HT, les SCDGI utilisent les


câbles de garde d'aluminium/acier, avec une section
Les dimensions sont en mm
totale de 70125mm². Un conducteur convenable a 19


Tension de tenue à 50 Hz – 60 s sous pluie
Tension de tenue au choc de foudre 1.250 ms à sec
130kV rms +)
270kV peak +)
fils de même diamètre: 7 fils en acier galvanisé dans la
• Longueur de la ligne de fuite 1200 mm partie centrale et 12 fils en aluminium dans la couche
• Charge électromécanique de rupture 50 kN
externe, avec 63% d'aluminium dans la section.
+) sans éclateur à tiges
Quelques SCDGI ont été réalisés après la construction
de la ligne à HT, avec l’installation des isolateurs de
support des câbles de garde en acier ou en allumoweld
existants.
Fig. 3: Chaîne rigide d’isolateurs en verre trempé pour les SCDGI “triphasés” et “monophasés
avec retour par la terre” à 34,5 kV

15 16
d) La longueur possible des SCDGI avec tension 16
P [MW]
P [MW]
16
60 Hz - ACSR- 125.1 sqmm

nominale de 34.5 kV est supérieure à 100 Km.


60 Hz - ACS R - 125.1 sqmm 14
14 V=7.5%
 V=10% 12
12
10 +)

Les SCDGI “triphasés” ont à peu près la même


10 cos  = 0.97 a.2)
a.1) 8
8
6

capacité de puissance que une ligne aérienne MT


6
cos   +) 4 +)
4 cos = 0.9
cos   +) 2

conventionnelle de la même tension nominale


2
0
0
0 25 50 75 100 125 150
0 25 50 75 100 125 d [km] 150 d [km ]

(phase-phase) et équipée avec conducteurs de P [M W]

résistance ohmique égale: quelques MW à


P [M W]
12 12
50 Hz - ACS R - 76.9 sqmm 50 Hz - ACSR - 76,9 sqmm

34,5kV. Des diagrammes de charge typiques sont


10 10
 V=7.5%
 V=10%
8 +) 8
cos  =0.97 cos  =0.97 +)

montrés en Fig. 4.
b.1) b.2)
6 6 +)
cos  =0.9
4 4

e) Le retour du courant par la terre a été utilisé


+)
cos  =0.9
2 2

dépuis longtemps avec succès pour 0


0 20 40 60 80 100 120 140
0
0 20 40 60 80 100 120 140
d [km]

l'électrification rurale monophasée (“SWER”)


d[km]

+) facteur de puissance de la charge sur le côté BT des transformateurs MT/BT –––––– Charge répartie; – – – – Charge concentrée

dans plusieurs pays (Canada, Australie, Nouvelle Fig. 4: Puissance maximale admissible en fonction de la longueur des lignes à CDGI “triphasées” à 34,5kV:
Zélande pendant plusieurs dizaines d’années; plus a.1 – a.2: câbles de garde en aluminium/acier (ACSR), S=125,1 mm2 sur une ligne à 230kV-60Hz (Brésil)
b.1 – b.2: câbles de garde en aluminium/acier (ACSR), S=76,9 mm2 sur une ligne à 161kV-50Hz (Ghana)
récemment en plusieurs autres pays.).
17 18

L’utilisation de la terre comme un conducteur est possible


aussi ou la résistivité du sol est grande, en utilisant la - Contrairement aux conducteurs conventionnels isolés,
technique des prises de terre multiples pour les postes il n’est exposé ni aux défauts d'isolement ni aux
MT/BT et pour les bancs des condensateurs (mise en interruptions (le “court circuit” et la “rupture des
parallèle de plusieurs piquets de terre au moyen d’un
conducteurs” ne peuvent pas se produire).
conducteur aérien ou enterré, comme montre la Fig.2).
En effet la terre est un conducteur idéal dans les zones - L’entretien est négligeable. Seulement des vérifications
rurales des pays en voie de développement: périodiques sont nécessaires: mesures de la résistance de
- Il a un très petit coût (piquets et conducteurs de terre terre et des tensions de pas et touche, qui sont faites
installés par main d’œuvre locale, utilisés aussi pour simplement avec un voltmètre électronique puisque pour
d’autres fonctions). faire les mesures on utilise le courant de terre de
- Les pertes sont très faibles (à 50Hz les pertes sont l’exploitation.
équivalentes à celles d ’un câble d'aluminium de
570 mm²).
19 20
f) Les critères de projet des SCDGI “triphasés” sont les
mêmes que ceux des lignes MT conventionnelles
h) Dans les SCDGI “triphasés” la tension d'exploitation
(limitation des chutes de tension et de la température entre les câbles de garde et la terre est plus haute par
des conducteurs, rephasage, etc.), avec la contrainte un facteur de 3=1.732 par rapport à la tension
supplémentaire de limiter le composant inverse de phase–terre des lignes conventionnelles avec la
tension. même tension nominale (phase-phase) (voir Fig. 1/B).
g) L'analyse des SCDGI est quelque peu complexe, du Cependant l'augmentation nécessaire de l'isolement
fait de l'interaction électromagnétique avec le circuit de l'équipement est seulement de 1520% au-dessus
HT, du retour du courant par la terre et de la nécessité de l’isolement de l'équipement MT standard:
de symétriser les tensions. L'exploitation est de toute isolement au choc de foudre (BIL) de 200 kV au lieu
de 170 kV pour la tension nominale de 34.5 kV.
façon simple et fiable parce que seuls des équipements
L’isolement de 200kV au choc de foudre est une des
conventionnels de distribution sont utilisés, sans alternatives prévues dans les normes IEC et ANSI
appareils électroniques de puissance et avec des pour les équipements à tension nominale de 34.5kV
méthodes d’exploitation ordinaires. (pratique américaine).
21 22

4. EXPÉRIENCE D’EXPLOITATION DES SCDGI

a) Aucune défaillance d’équipement n’a eu lieu dans


i) Les lignes MT à câbles de garde isolés sont une les SCDGI qui ont été correctement projetés et
partie de la ligne HT et donc ne demandent pas un construits, avec correct calibrage des relais de
entretien spécifique autre que celui necessaire pour protection. Ça a été le cas des SCDGI au Ghana
la ligne à HT. La seule différence est le control (en exploitation depuis 25 ans), au Brésil (mis en
périodique à vue des isolateurs de support des câbles exploitation en 1995), au Laos (mis en exploitation
de garde. en 1996 et en 2002), en Sierra Leone (mis en
exploitation en 2010).

23 24
b) En Ethiopie, Togo et Burkina Faso, quelques Au Togo, un petit transformateur de distribution a eu
défaillances d’équipement des SCDGI ont été une défaillance parce que il avait l’enroulement
causées par des irrégularités banales d’achat ou de primaire à 20kV qui a été alimenté de la ligne à
construction (non conformité avec les spécifications CDGI à 34.5kV. Des parafoudres avec tension
techniques). maximale d’exploitation continuelle (MCOV) de
En Ethiopie, le terrain autour d’un seul piquet installé 27kV ont explosés parce que ils étaient énergisés à
pour le retour du courant par la terre d’un 34.5kV de la ligne à CDGI. La MCOV spécifié pour
condensateur de 300 KVAR, est explosé ensuite à les parafoudres était 38kV. La défaillance de deux
l’instabilité thermique (évaporation de l’humidité et condensateurs a été causée par la connexion erronée
augmentation progressive de la résistance ohmique; à la ligne à CDGI triphasée.
amorçage d’arcs dans le terrain). L’installation En Burkina Faso, quelques problèmes similaires on
correcte spécifié était une mise à la terre multiple, eu lieu à cause d’irrégularités d’achat des
comme montre la Fig. 2. équipements et d’installation.
25 26

c) Les SCDGI sont sujets à des défauts fugitifs (c’est à dire


sans dommage des équipements), causés par la foudre d) Les lignes secondaires de connexion entre la ligne à
pendant les orages. Les statistiques d’exploitation au Ghana CDGI (ligne HT) et les villages ont une
ont montré que le taux des défauts fugitifs des lignes à performance similaire à celle des lignes
CDGI triphasées à 30 – 34.5kV ne dépasse pas les taux de conventionnelles équivalentes à MT et sont sujetes
défauts fugitifs des lignes conventionnelles à 34.5kV de la à des défauts permanents (rupture des conducteurs;
même longueur, construites dans la même région avec feu de brousse et dommage des poteaux en bois;
poteaux en treillis d’acier galvanisé. Dans ces lignes contacts avec les arbres; courts circuits entre
conventionnelles à 34.5kV, ~ 7% des défauts ont été conducteurs causés par le vent et les grands
permanents (avec dommage d’équipement). oiseaux; etc.).
Les défauts permanents dans les lignes à CDGI sont Les défauts de ces lignes secondaires sont
extrêmement rares. Aucun défaut permanent n’est arrivé sur interrompus par les fusibles installés au point de
quelques milliers de kilomètres de lignes à CDGI, une partie branchement de la ligne à CDGI (ligne HT).
desquelles sont en exploitation depuis plus de 20 ans.
27 28
f) Dans la planification de l’électrification rurale
On doit assurer une coordination efficace entre ces
visée avec priorité à la limitation du coût, il faut
fusibles et le disjoncteur au départ de la ligne à CDGI
tenir compte que les très longues lignes à CDGI
(poste HT/MT) pour limiter le nombre d’hors service
(par exemple, 100km) sans “reclosers” en points
de la ligne à CDGI et pour faciliter la localisation des
intermédiaires, en des régions très foudroyées,
défauts, en particulier dans le cas ou le nombre des
entraînent l’acceptation d’un taux des défauts
lignes secondaires vers les villages alimentées par
fugitifs et des possibles interruptions courtes de
une ligne à CDGI est grand (voir le Figs. 5 à 11).
l’alimentation aux usagers, qui sont proportionnels
e) Les défauts fugitifs des lignes à CDGI sont éliminés
à la longueur de la ligne à CDGI. Ça arrive
par le re-enclenchement automatique du disjoncteur
également pour les lignes conventionnelles MT de
au départ de la ligne à CDGI, ou sont en tout cas
la même longueur. Un exemple est une ligne
suivis de la fermeture manuelle du disjoncteur avec
triphasée à CDGI dans le Laos avec longueur de
succès faite par les opérateurs dans les postes
129 km, qui alimente plus que 30 villages (voir la
HT/MT.
29
Fig. 7). 30

5. ESTIMATION DES COÛTS

a) La planification des solutions alternatives


(conventionnelles et SCDGI) a été faite pour des projets
Au Ghana la ligne à CDGI triphasée à 30kV Tamale d’électrification rurale le long de lignes HT, avec grande
- Buipe (initialement de 104km; voir Fig. 5), a été distance entre les poste de transformation HT/MT (100 à
prolongée jusqu’à 176km et exploitée pendant 250km), avec villages situés le long de tout le tracé des
plusieurs années pour alimenter à Kintampo un lignes HT. L’analyse des coûts à montré que
poste relais hertzien de la “Ghana Broadcasting l’investissement nécessaire pour rendre disponible
Corporation”. l’énergie électrique en MT à toutes les communautés
le long des lignes HT est seulement le 10-15% de
l’investissement nécessaire pour la solution
conventionnelle avec lignes MT indépendantes de la
même tension nominale avec tracé parallèle à la ligne
31 HT. 32
b) Une ligne de 200km à 161kV en Sierra Leone avait été
commandée avec deux câbles de garde en acier galvanisé c) Les coûts des postes de transformation MT/BT sur
de 60 mm2, connectés à la terre sur chaque pylône. Une poteau alimentés par la ligne à CDGI et des
variante de la commande a été faite à l’entrepreneur réseaux de distribution BT dans les villages sont
pour l’installation de deux câbles de garde en aluminium pratiquement les mêmes que pour la distribution
–acier de 108mm2, isolés pour 34.5kV avec les chaînes MT/BT conventionnelle.
d’isolateurs de la Fig. 3. Pour minimiser le coût total, il faut bien entendu
L’augmentation du prix total (clef en main, pour appliquer des solutions simplifiées pour les postes
fournitures, transports, montage, etc.) a été de MT/BT, les réseaux BT et la connexion des
1700 $ USA par km de ligne. usagers, adaptées aux régions en cours de
développement.

33 34

6. CONSIDÉRATIONS SUPPLÉMENTAIRES

a) En quelques cas, après plusieurs années


d) Le prix des chaînes d’isolateurs avec accessoires d’exploitation des SCDGI réalisés entre deux
comme celles de la Fig. 3 est de ~ 65$ USA. Le postes HT/MT (voir les Figs. 5 à 11), on peut
prix d’un banc triphasé non symétrique de justifier la construction d’un poste HT/MT dans
condensateurs de 1000 KVAR pour un SCDGI à un point intermédiaire de la ligne HT, pour
34.5kV (2 unités condensateur en série par phase) alimenter la charge fortement augmentée d’une
est ~ 7,000$ USA. Le prix d’un circuit R-L de ville initialement servie par le SCDGI.
mise à la terre dans le poste HT/MT est fonction Dans ces cas les longues lignes initiales à CDGI
de l’impédance R+jX et du courant nominal sont chacune divisée en 2 lignes courtes, qui ont une
(7,000 a 14,000 $ USA). plus grande capacité de charge et un plus bas taux
de défaut, puisque elles sont alimentées aussi par
le nouvel poste HT/MT intermédiaire.
35 36
Dans la ville directement alimentée par le poste
HT/MT, les postes de transformation MT/BT et
La plus grande partie de la section des OPGW doit
les réseaux BT garderont leur fonction, avec
être en aluminium ou en alliage d’aluminium, pour
seulement l’installation dans les postes MT/BT de
assurer la petite résistance ohmic nécessaire pour
l’appareillage de protection/manœuvre MT pour
limiter le suréchauffement par les courants de court
la troisième phase sous tension (les transformateurs
circuit qui est dangereux pour les fibres optiques. Un
MT/BT resteront les mêmes).
OPGW commercial pour ligne HT est donc, pour sa
b) Si un câble de garde avec fibres optiques (OPGW)
même conception, convenable pour être utilisé
est installé dans la ligne HT pour les
comme conducteur d’une ligne MT à CDGI.
télécommunications, la ligne à CDGI peut être
Cependant la protection de la ligne à CDGI avec un
réalisée en isolant pour MT un OPGW standard.
câble optique doit assurer en tout cas l’interruption
Les accessoires nécessaires pour l’isolement du
très rapide de court circuits, pour la préservation des
OPGW sont disponibles dans le marché. Des
fibres optiques.
SCDGI avec un des câbles de garde optique sont en
exploitation au Togo et Burkina Faso. 37 38

e)Une Spécification Technique des tous les


c) Les SCDGI ne causent pas une augmentation de composantes des SCDGI peut être disponible (en
l’impact de la ligne à HT sur l’environnement. anglais, forme électronique, gratuitement) à demande
Une ligne MT indépendante dans le même couloir adressée à l’auteur de cette présentation.
d’asservissement de la ligne HT, nécessite f) Le SCDGI serait en principe faisable avec seulement
l’élargissement de l’emprise et a un impact sur le des conducteurs métalliques, sans avoir recours au
sylviculture, l’agriculture aussi que sur retour du courant par la terre et à une partie des
l’esthétique des sites naturels. équipements spéciaux pour l’alimentation des lignes
d) Les SCDGI constituent une prévention contre le à CDGI triphasées (circuit R-L; banc de
vandalisme et le vol des composantes des lignes à condensateurs dissymétriques; enroulement tertiaire
HT, parce que les communautés le long de la ligne des transformateurs HT/MT ou transformateur
ont intérêt à conserver leur source l’électricité. MT/MT d’interposition qui sont évitables si la
MT disponible est suffisamment haute pour
39
alimenter les longues lignes à CDGI). 40
4. SCDGI EN EXPLOITATION
Dans ce but, la ligne à HT devrait être équipée avec 3 • Ghana: Presque 1000 Km de lignes à 161 kV-50Hz on été
“câbles de garde”, le 3ème pouvant être placé au sommet équipées avec câbles de garde isolés. Les SCDGI à 30 –
des pylônes avec configuration en plan horizontal, ou peut 34.5kV montrés dans la Fig. 5 ont été en exploitation
être en bas au travers le fut des pylônes dans une fenêtre du depuis 1989
treillis. Cette solution est techniquement faisable, mais elle • Brésil: Des SCDGI "triphasés" (Un=34.5kV) sont en exploitation
entraînerait le projet des pylônes spéciaux avec une depuis 1995 sur de lignes à 230kV-60Hz (Fig.6)
augmentation du coût de la ligne HT. • Laos: Des SCDGI "monophasés avec retour par la terre"
Le SCDGI pour distribution monophasée sans retour du (Un = 25kV) sont en exploitation depuis 1996 sur
courant par la terre est faisable dans les lignes HT avec 190 Km de lignes à 115 kV-50 Hz.
deux câbles de garde isolés. La chute de tension et les Des SCDGI "triphasés" (Un = 34.5 kV) sont en
pertes Joule sont beaucoup supérieures que dans les exploitation depuis 2002-2003 sur 335Km de lignes
à 115kV - 50Hz (Fig.7).
SCDGI de la même tensione nominale réalisés en lignes
• Sierra Leone: Un SCDGI triphasé (Un = 34.5kV) est en
avec un seul câble de garde et retour du courant par la terre.
exploitation depuis 2010 dans la première ligne à
41 161kV-50 Hz qui a été réalisée dans le pays (Fig.8). 42

6
Transformateur MT/MT Disjoncteur MT
Charge maximale pour Charge maximale estimée À transformer en SCDGI “triphasé” en 1999
l’année 1999 pour l’année 2010

Fig. 5: Schéma unifilaire de distribution à CDGI de la ligne monoterne de transmission à 161kV-


527km Kumasi-Bolgatanga (Ghana) Fig. 6 – SCDGI triphasés (Un = 34.5kV) sur la ligne à 230kV –
60Hz Nova Mutum-Sorriso (Mato Grosso, Brasil)

43 44
Xieng Khuang SS Muang Cha
Distance

6.93
0.00

10.04
12.67
15.27
16.98
19.39
20.51
21.69
24.29
27.16

29.15

31.74
37.91
39.92

55.93

61.11
63.34
66.41
68.39

77.39

83.29

89.12
91.08
28.12

104.40
115kV 22kV [Km]

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 101112131415161718 N° of node 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

34.5kV
Loads

80

240

80
80
119

128

128

128

256

208

280
40
160

40

80
40

80

80

40
80

40
40
80

80

29 N° of node
80

80
0

80
A [kW]

Distance
13.6

[Km]
2x170kVAR +1x225kVAR ( Initial stage ) 2x170kVAR +1x225kVAR ( Final stage )
Loads
Forecast load of SWL in year 2018: 3100kW [kW]
121.35
Length of SWL: 104.4km; total length of 34.5kV lateral lines: 54.2km 80
128
123.28

30
Nam Leuk SS Muang Cha SS 40
129.28

31
115kV 22kV Distance

28.1

60.4
28.7
0.00

22.0

64.1
48.9

62.1
20.9

45.1
25.0

76.0
[Km]
0 N° of node 12 3 4 5 6 7 8 9 10 11

34.5kV
Loads 2x333kVAR

75
75
65

35
80
350
75

150
150
75

3950
B 19
[kW]
3x333 kVAR (Final stage)
+1x452kVAR
(Initial stage)
22kV
Forecast load of SWL in year 2018: 5080kW
14+j4
Length of SWL: 76km; total length of 34.5kV lateral lines:19.6km

Xaignabouli SS Xiang Ngeun SS


22kV Distance

38.47
40.40
41.60

45.30
46.57

70.43
72.12
73.71
73.86
74.60
11.33

17.57
19.71

28.74

32.16

51.28

59.67

69.11
115kV

61.35

64.87
4.00

7.27
9.26
9.70

48.43

53.91

60.93

67.15
0.00
[Km]
0 1 2 3 4 5 6 7 N° of node 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 19 20 21 22 23 24 2526272829

34.5kV
Loads

75

75
75
75

75

188
120

120

120
300

1200

113

75
120

75

75

75

75

38

75

120

75
0

38

38
38

76
38

38
C 13.5
[kW]
2x200kVAR +1x334kVAR 3x200kVAR
22kV ( Initial stage ) ( Final stage )
Forecast load of SWL in year 2018: 3605kW
Length of SWL: 74.6km; total length of 34.5kV lateral lines: 21.6km

Ban Don SS End of SWL Na Am


115kV 22kV Distance

47.1
40.6
31.1
32.1
34.1
20.5
0.0

10.3

23.2
25.6
28.6

37.6

44.6
16.5
17.6
[Km]
0 N° of node 1 23 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Forecast load of SWL in year 2018: 790kW
Length of SWL: 25.6km
34.5kV
Loads Total length of 34.5kV lateral lines:3.3km

34
22
80
40
38

66

62
56
0

33

76

48
120
48
D

76
[kW]
2x60kVAR +1x115kVAR Future 34.5kV lateral line
( Initial stage )

Non Hai SS Houay Deua


115kV 22kV
0.00
1.58

5.12
7.82

12.57

17.73

22.29

28.81
9.58
4.27

20.25

30.39

32.39
Distance

Fig. 8 - SCDGI triphasés (Un = 34.5kV) sur une ligne à 161kV


[Km]
0 1 23 4 5 6 7 8 9 N° of node 1011 12 Forecast load of SWL in year 2018: 1500kW
Length of SWL: 32.4km
34.5kV
Loads Total length of 34.5kV lateral lines:4.7km

en Sierra Leone
150
120

75
188

75

75
120
0

120

120
120
150
188

E 0+j0 [kW]
2x125kVAR +1x145kVAR (Initial stage)

Fig. 7 – SCDGI triphasés (Un = 34.5kV) sur des lignes


à115kV – 50Hz au Laos 45 46

• Ethiopie: Des SCDGI "monophasés avec retour


par la terre" (Un=34.5kV) ont été réalisés
dans les années quatre-vingt-dix sur
200Km de lignes à 132 kV-50 Hz (Fig.9).
• Togo: Des SCDGI "triphasés " (Un=34.5kV) NEKEMPTE S/S
GHEDO S/S
230/132/15 kV
230 kV
GHIMBI S/S

sont en exploitation sur ~250Km de 132/15 kV 22/22/5.5 MVA


132 kV two units
132 kV-84.7 km 25 MVA Sire 132 kV-115.7 km

84.3 35 32.5 31.4 8 km 0 km 0 15 18 28 42.7 73 60 50 km 0

lignes à 161 kV - 50Hz (Fig.10) . Un des 34.5 kV

132/15 kV
1299 487 133 1155
300 kVAR
100
Loads
kW
34.5 kV
179 250 125 2180 726 936 325
Loads
kW
34.5 kV
IT
300 kVAR 300 kVAR

câbles de garde isolés est un câble avec 15 kV 25 MVA IT IT 15 kV


Sum of simultaneous peak IT: 15kV/34.5kV+2x3.75%-3 MVA
loads of SWL in year 2019 =3174 kW
15 kV Sum of simultaneous peak loads of SWLs in year 2019 =2734 +1987=4721 kW
Total length of SWL=84.3 km

fibres optiques. Total length of SWLs=42.7+73=115.7km

• Burkina Faso: Des SCDGI “triphasés” (Un =34.5kV)


sont en exploitation sur 330km de lignes Fig. 9 – SCDGI “monophasés avec retour du courant par la terre” sur
à 225kV – 50Hz (Fig.11). Un des câbles des lignes à 132kV en Ethiopie
de garde isolés est un câble avec fibres
optiques. 47 48
Fig. 11 - SCDGI triphasés (Un = 34.5kV) sur des lignes à 225kV en Burkina
Faso
49 50
Fig. 10 - SCDGI triphasés (Un = 34.5kV) sur des lignes à 161kV au Togo

REFERENCES SUR LE SYSTEME D’ELECTRIFICATION RURALE


AVEC LE SCHEMA A CABLES DE GARDE ISOLE (SCDGI)

1. F. Iliceto, E. Cinieri, L. Casely-Hayford, G. Dokyi – MV distribution from insulated shield wires of


HV 7. F.M. Gatta, F. Iliceto, S. Lauria - "Lightning Performance of HV Transmission Lines with Insulated Shield
lines. Experimental applications in Ghana – CIGRE Symposium, Dakar, Nov. 1985, Paper n. 310- Wire(s) energized at MV. Analysis and Field Experience" - CIGRE, Cairns Symposium (Australia),
09 September 2001

2. F. Iliceto, E. Cinieri, L. Casely-Hayford, G. Dokyi – New concepts on MV distribution from 8. F.M.Gatta, F. Iliceto, S.Lauria, P.Masato – “Analysis of unsymmetrical transmission-distribution systems.
insulated Applications to Insulated Shield Wire Schemes” – L’Energia Elettrica, Vol. 79, N°5, September-October
shield wires of HV lines. Operation results of an experimental system and applications in Ghana – 2002
IEEE
Transactions on Power Delivery, n.4, October 1989, pag. 2130-2144 9. F. Iliceto, F.M. Gatta, S. Lauria – “Lightning Performance of HV Transmission Lines with Grounded or
Insulated Shield Wires” – ICPL, International Conference on Lightning Protection, Cracovia (Poland),
3. F. Iliceto, F.M. Gatta, E. Cinieri – “Electrification rurale dans les pays en développement à l’aide des September 2002
câbles de garde isolés des lignes à HT. Nouveaux critères de conception et expérience de
fonctionnement“ 10. F. Iliceto, F.M. Gatta, P. Masato and H. Sysoulath – “Rural Electrification in Developing countries with
- Rapport CIGRE N° 37/38 – 03, Paris, Session de 1994 the Shield Wire Scheme. Applications in Laos” – CIGRE Paper C6–301, Session of 2004

4. F. Iliceto, F.M. Gatta, E. Cinieri, A. D’Ayuz, A.M. Araujo, E. Montalvao, V. Machado, E.F.R. 11. F. Iliceto, F.M. Gatta, S. Lauria, M. Debebe, M. Hussen – “Rural Electrification in Ethiopia with the Shield
Mendes – Wire Scheme” – CIRED Paper, Session of 2005.
"Linahs de transmissao com cabos par-raios energizados. Una solucao economica para o suprimento
a
comunidades isoladas", XII SNPTEE – The Power System Brazilian Conference, Recifé (Brasil),
October
1993

5. F. Iliceto, F.M. Gatta, S. Lauria, G.O. Dokyi "Three-phase and Single-Phase electrification in
developing 51 52
countries using the insulated shield wires of HV lines energized at MV" - CIRED Paper N°5/p10,
Session
of 1999.

6. F. Iliceto, F.M. Gatta, G.O. Dokyi – “Three-phase and single-phase electrification in developing
countries
using the insulated shield wires of HV lines energized at MV. Operation experience in Ghana” – IV
International Conference on Power Systems Operation and Planning, Accra, Ghana 2000, Paper
N°20-
2E01
Par. 8 – Conception des lignes de transport
Extrait de l’article CIGRE
N° 37-11, Session de 1984

"Lignes de Transport HT a Longue Distance Faiblement Chargées


pour l’Extension de l’Electrification des Pays en voie de développement.
Application au Ghana"

par

F. Iliceto E. Cinieri L. Casely-Hayford

Note
La construction avec poteaux légers en treillis avec fondations en acier a été justifiée par l’indisponibilité au Ghana de poteaux convenable
en bois. Quatre de ces lignes légères à 161kV de faible coût ont été exploitées à 34.5kV pendant plusieurs années, et seront exploitées à 161kV en
2014-15 avec la construction des postes de transformation 161/34.5kV.
ELECTRIFICATION RURALE : Sommaire de la présentation

L’EXPERIENCE TUNISIENNE  Historique & Introduction


 Approche d’implantation –
Presentée par Organisation- planification et viabilité
Moncef AISSA financière
Senior Ingénieur électricien-  Approche Technique: conception
Consultant réduisant les coûts
Retraité de la STEG-Tunisie  Conclusions: facteurs de réussite
COTONOU-19 Mars 2014

ELECTRIFICATION
RURALE
EN TUNISIE :

INTRODUCTION
 : Fondation de Carthage par
les Phéniciens en 814 BC

 Indépendance en 1956 ( le
20 Mars)

164,500 km² - 11 millions hab


PRESENTATION de la STEG RESEAU
ELECTRIQUE DE
 STEG est une entreprise TRANSPORT
de services publics
 Electricité: Production, • Niveaux de tension HT:
transport & Distribution 90kV, 150kV, 225kV, et
 Gaz Naturel : Transport 400kV (récent)
& Distribution
• Niveaux de tension MT:

 1977-2007: (30 ans): Le 30kV, 15kV, et 10kV


Taux d’électrification
rurale est passé de 6%
à presque 100%

ELECTRIFICATION PILIERS du Développement Rural


RURALE EN TUNISIE
 EDUCATION: développement des ressources humaines
et des droits légaux (depuis l’indépendance)
-Approche d’implantation - 1/3 budget national réservé annuellement à l’Éducation
- mixité adoptée dans les établissements scolaires
-organisation  Santé: vaccination, planning familial
Libéralisation de la femme
-planification et viabilité

 Zones rurales: PROJETS INTEGRES: Electrification,
Eau, Routes, Dispensaires, Ecoles primaires: Crédits et
financière subventions partielles pour encourager l’électrification
des puits de surface, l’irrigation goutte à goutte et
l’industrie agroalimentaire
Présélection et Cartes géographiques
programmation des projets 1/50 000ème & 1/200 000ème
quinquennaux
  Estimation des coûts par la STEG au niveau des districts
(visites de terrain, localisation des bénéficiaires ruraux potentiels
sur cartes géographiques, étude de faisabilité basée sur les prix
unitaires des équipements de réseaux et sur des groupes de villages
(grappe) pour différents scénarios d’électrification
  STEG fournit pour chaque Gouvernorat une table de
scénarios de coûts par bénéficiaire et par grappe à l’Unité
Planification Nationale du Ministère de Développement
Economique (MDE)
  MDE sélectionne les projets en fixant un coût Plafond
  Le plan quinquennal est finalisé et les fonds sont distribués
au niveau régional

Financement de viabilité financière


l’Electrification rurale
 La participation de la STEG :
Pompage: 250 DT/abonné
 Programme de Développement Rural Domestique: 100DT/abonné de 1977 à 1986
Intégré (PDRI) 200DT/abonné à partir de 1987
 Fonds des projets Présidentiels
 Participation des bénéficiaires
 200 à 500 DT répartis sur 36 factures, soit 72
 Fonds National de Solidarité
mois (6 ans).
 (Depuis 1977) crédits extérieurs  Participation de l'Etat (en DT/abonné-grappe)
(Bailleurs de fonds internationaux) Le reste du coût d’électrification est payé par
l’Etat,
Projets hors budget: projets présidentiels et le
fonds national de solidarité
Evolution du plafond Facilités de paiement
(en DT/abonné-grappe) accordées par STEG
- (1977-1981) : 400 DT (1982-1986) : 700 DT
- (1987-1991) : 1000 DT (1992-1996) : 1200 DT * STEG accorde des facilités de paiement
- (1997-2001) : 2200 DT (2002-2006) : 3000 DT aux nouveaux raccordements ruraux pour
+ majoration de 18% de T.V.A.
stimuler la demande agroalimentaire,
Evolution du Plafond en DT/bénéficiaire-grappe
irrigation et pompage.
* Les frais de branchement étaient payables
3500 3 000
3000
2500 2 200
2000 sur 10 factures (20 mois), puis sur 24
1 200
1500 1 000 factures (48 mois) et plus récemment sur
1000 700
500
400 36 factures (72 mois)
0
5ème Plan 6ème Plan 7ème Plan 8ème Plan 9ème Plan 10ème Plan

Tarification favorable Montagne de charges


17 Juillet, 2003 à 11:30
au rural
La Basse Tension (BT) de l’électricité de la
STEG comporte des tarifs intéressants pour
l’activité rurale:
- Tarif général à deux tranches, dont une
tranche économique pour les consommations
mensuelles < à 50 kWh (600 kWh/an)
- Tarif réduit à effacement en pointe pour
les usages agricoles.
Evolution des tarifs résidentiels
BT (millimes/kWh)

110
100
90
Tarif social
80
Tarif Normal
70
60
50
91

93

95

97

99

01

03
19

19

19

19

19

20

20

ELECTRIFICATION RURALE Choix stratégique


EN TUNISIE :
- En 1975 le taux d’ER était de 6%

APPROCHE - L’électrification rurale (ER) est une


nécessité
TECHNIQUE - Niveau de revenu rural bas
le coût de l’ER doit être réduit
“Choix Technique au
système électrique existant non adapté au
moindre coût” programme ambitieux d’ER.
CHOIX STRATEGIQUE
CHOIX STRATEGIQUE
1975: Un audit technique montra que le type
de réseau triphasé existant n’était pas bien
adapté à un programme ambitieux d’ER. Niveau du réseau Réduction

 Une étude technico-économique sur 300 Réseau MT 30 à 40 %


projets d’ER choisis au hasard était plus Postes MT/BT 15 à 20 %
Réseau BT 5 à 10 %
favorable à la technique monophasée
Global 18 à 24 %
permettant une réduction des coûts de 18-
24% globalement. Le tableau suivant Décision en Janvier 1976 : adoption du
montre que la réduction est très système « triphasé 4 fils-monophasé 2 fils » avec
importante au niveau des lignes MT (30 à mise à la terre effective (MALT).
40%).

Configuration MALT CONVERTION au MALT en 2 étapes


principales
1-ph. MT/BT transfo A Transformation du réseau existant:
Sectionneur fusible Type H • Installations des Bobines de Point Neutre (BPN) dans les
Poste source postes HT/30kV,
HT/MT • Tirage du 4ème conducteur sur les lignes principales
Ligne MT 4 fils Sectionneur fusible Type T existantes,
• Remplacement des protections à temps constant (relais et
TC) par des protections à temps inverse dans les postes
Mise à la HT/30kV et les postes de coupure.
BPN Z terre du
Ligne MT mono
neutre B Planification, adaptation des spécifications techniques au
1-ph. MT/BT transfo contexte tunisien, gestion des commandes et des stocks de
matériel, réalisation et contrôle des travaux des extensions
Lignes BT mono des réseaux (lignes et postes monophasés et triphasés) dans
la nouvelle technique MALT.
Principales difficultés PASSAGE à la
opérationnelles technique MALT
- Adaptation technique (nouvelles
spécifications), Le passage à la technique MALT sur
- Organisation (planification, coordination, tout le pays a duré environ 4 ans
sélection, formation …), (1977-1980)
- Capacité de réalisation (STEG+ Construction en parallèle de lignes
entreprises privées) monophasées
- Relations avec la clientèle (gêne due aux
coupures lors des transformations pour le . La plupart des équipements existants
passage en MALT)
ont été gardés par mesure
d’économie.

cigogne nid Phase MT

Parafoudre Sectionneur fusible

Neutre MT

Ligne triphasée avec neutre effectivement Ligne monophasée- Transfo monophasé-


mis à la terre (MALT) Protection du transfo- Départs BT monophasés
Caractéristiques du système MALT SECTIONNEUR FUSIBLE
- Réseau aérien (30/17.3 kV)- (31,5/18,8 kV)-
(32,1/18,5) kV)
- Adoption de la section 148.1 mm² Alm pour le
conducteur de phase des lignes principales 3-Φ
(en Hiver: 360A; 16.8 MW et en été 250A, 12
MW)
-Adoption de la section 54.6 mm² Alm pour les Open cutout

lignes aériennes d’élec rurale 1-Φ (150A; max 2.6


MW)
- Chaque dérivation mono est protégée par un
sectionneur fusible. (Coordination avec
disjoncteur au poste source et recloser ligne)
Fermé Ouvert
- Les transfos mono sont protégés par un
sectionneur fusible et un parafoudre.

Avantages des sectionneurs fusibles Gamme de sectionneurs fusibles

o * Très bon marché Type de fusible Courant nominal (A)


Type T pour protection des lignes 6, 8, 10, 15, 25, 40, 60,
o * Coupure visible.
monophasées (rarement 100, et 140 A)
o * Pas besoin de coupure de courant Type H pour protection des 1A (10kVA), 2A (25kVA),
pour remplacer le fusible. transfos sur poteau (Pn 50kVA) 3A (50kVA), 4A, 5A
o * Différents types de fusibles offrant Type H pour protection des 6A (75 et 100kVA), 8A
plusieurs possibilités de coordination transfos sur poteau (Pn 75 kVA) (150kVA) et rarement 10A
entre autres fusibles et avec autres Gamme de transfos mono
appareils de protection
o * En cas d’incident seule la dérivation Type monophasé Puissance nominale (kVA)
concernée est coupée. Bonne qualité de Transfos made in 5; 10 25 ; 50 ; 75 ; 100 et 150
service. Tunisia kVA
Caractéristiques de la BPN Caractéristiques de la BPN

 Bobine de point neutre (BPN) est une réactance Le Courant maximal admissible par la BPN
triphasée avec un couplage en “zigzag” et neutre correspond au courant que la BPN peut suporter
sorti. durant 5-second lors d’un court-circuit sur une
ligne MT,
 La BPN assure la mise à la terre effective du
neutre des lignes MT Résultat de calcul du courant max

Puissance nominale en X0 () Courant de court-


MVA des transformateurs circuit Ph-N en (A)
des postes HT/MT
20 13.5 2 300
30 11.25 2 800
40 8.4 3 700

Courant de déséquilibre Schéma technique des relais de


protection
permanent (courant dans le neutre)
Ce courant est dû aux événements suivants:
TC
o - Courant capacitif généré par les lignes aériennes D P1 P2
(environ 8A/100km pour une ligne en 30kV) S1 S2 TC
P1 P2
o - Déséquilibre des phases dû aux charges S1 S2 TC
P1 P2
monophasées S1 S2
o - des changements brusques dans la répartition des
charges en cas of d’incident survenant dans une ligne
monophasée transportant une charge relativement
élevée, ou au cas où l’exploitant procède à une coupure
pour des travaux de maintenance. Neutral
lent Relais de
La valeur maximale de courant de déséquilibre Relais de Phase
neutre rapide
a été fixée à 150 A (mais les appareils de protection TC: transformateur de courant
du déséquilibre sont réglés à 60 A).
e.g: Court-circuit au point D
COORDINATION DES PROTECTIONS
Coordination of protection

Temps
2 relais de Début de
phase fusion:
D1 E fusible F1
R1 E I
F1 Fin de fusion : fusible F1
F1 T6 F1
F1 Courant de FN 2
F2
C T5 c-c (A)
C L’incident sur la
A Neutre Lent D1 A In
T4(1) T3 (1) ligne mono est isolé
D2 T3(1) Neutre Lent D2
F1 T4(2) R2
B Fusible 1 T1 2s T4 (1)
T3(2) F1 F2 T
F1 Fusible 2 B
T2 Neutre rapide D1 DD RD DF FF
T1 Neutre rapide D2
D
F1
Icc Current D DF : Début de fusion
FF : Fin de Fusion
DD: Déclenchement du Recloser R2
RD: Ré-enclenchement du Recloser R2

DEVELOPPEMENT Bilan des 10 premières


du SYSTEME MALT
années du MALT (1977- 1986)
La conversion au système MALT a Choix

constitué la base du lancement d’un vaste - Les dépenses engagées pour le


programme d’électrification rurale en passage en MALT ont été entièrement
lignes monophasées compensées par les économies réalisées
L’implantation du MALT avec la - La réduction des coûts  à 10 000
coordination des protections à temps abonnés supplémentaires.
inverse a nettement amélioré la qualité de
service et a contribué à éviter des
quantités énormes d’END
PROCEDURES aidant à la REDUCTION DES COUTS et
GAINS MACROECONOMIQUES
REDUCTION DES COUTS
- Sous-traitance des travaux :
Entreprises locales privées (formation
- Planification: Etablissement d’un gratuite par STEG, concurrence entre entreprises)
programme quinquennal de réalisations - Industries locales: Encouragement
- Approvisionnement et gestion des stocks et développement (marge de préférence
• Commandes regroupées par STEG baisse des dégressive jusqu’à annulation- matériel tunisien : 80
prix d’acquisition à 90 %- concurrence niveau international-
importation limitée)- Les industries locales
• Gestion mécanisée des stocks
exportatrices après saturation du marché local
• Achats par voie d’appels d’offres nationaux et
internationaux pour faire jouer la concurrence - Travaux sous-tension: réduction de
l’END

Evolution de la part des Evolution part des postes monophasés


lignes monophasées Année Quote-part des transfos
mono / nb total de transfos
Fin de % réseau mono / 1976 0%
Plan quinquennal réseau total
1980 20,3%
1981 16,2 %
1985 29,0%
1986 21,0 %
1990 43,9%
1991 34,3 %
1996 47,2 %
1995 65,6%
2001 51,4 % 2000 70,2%
2002 72,2%
À fin 2003 ce % est passé à 52,8%
En 2005 ce taux est devenu 71.15% .(Total poste mono
À fin 2005 ce % est passé à 52,73% 27088, total postes aériens 38068): saturation de
Depuis 2005 commence la saturation de l’électrification rurale l’électrification rurale.
Réduction de coût grâce aux isolateurs Répartition de réduction des coûts ( %)
Rigides
Coûts en US$ (avec des Chaîne de Gain par Répartition des réductions relatives à 2 types
prix Tunisiens et le taux de suspensio Isolateur de monophasé par rapport au triphasé
change de Septembre 2001) n rigide classique
Coût de 1 km de ligne Réduc coût Type de mono Chaînes de suspension Isolateur rigide
aérienne triphasée type 100% 5.6% rigide/ Constituants
Européen (en US$) suspension Conducteurs 6,6% 7,0%
Coût de 1 km de ligne Réduc coût
aérienne monophasée 100% 18% rigide/
Accessoires de 13,5% 11,5%
ligne
type MALT (in US$) suspension
Mise à la terre -2,0% -2,2%
Réduction de coûts en
% pour 1 km ligne mono
2-fils / triphasée 3 Fils
27,0% 37,0% Supports 7,2% 17,3%
type Classique Armements 1,7% 3,1%
Global 27% 36,7%

Transfo Mono / Transfo triphasé ayant Implantation d’un support


la même puissance nominale en kVA, électrique en zone rurale

Réduction de coût
Tranfo
(transfos tunisiens)
Puiss 1-Ph / 3-Ph
kVA %
25 44%
50 29%
100 19%
150 24%
Continuité dans la Tradition introduction de la technique SWER
de réduction de coûts SWER = Single Wire Earth Return
Sur la période 1980 - 1998, un effort soutenu La technique SWER a été introduite à la STEG en 1990.
a été déployé pour obtenir des réductions Cette technique a permis une réduction
supplémentaires de coûts des réseaux de supplémentaire de 26 à 30%, comparée à la technique
monophasée avec 2 conducteurs.
distribution et cela par des études
technico-économiques et des projets Pas besoin de transfo d’isolement
pilotes
SWER a été introduit localement et avec précaution
. Il en est résulté un certain nombre de pour des raisons de sécurité (risques mortels de
changements et des gains sur les coûts potentiel de pas et/ou de contact).
dont nous donnons quelques exemples Expérience Tunisienne en SWER
dans ce qui suit 425 villages
1200 Postes MT/BT et
1185 km de lignes SWER.

Poste aérien MT/BT


en SWER Solutions Techniques pour les
moteurs électriques
1 Conducteur de - Pour les puissances < ou = 7,5 cv le moteur monophasé existe
sur le marché et ne pose pas de problème
phase, parafoudre, - Pour les moteurs de puissance > 7.5 cv : 3 solutions.
sectionneur fusible, * 1)- si possible: mettre 2 moteurs monophasés en parallèle
transformateur * 2)- Installer un Convertisseur de phases

monophasé, 2 lignes « Le prix d’un convertisseur roto-phase de 50 kVA  au coût de


renforcement de seulement 500 m de ligne monophasée en ligne
BT triphasée. »
* 3)- Renforcer la ligne monophasée en triphasé jusqu’au moteur
le plus éloigné: s’il y a plusieurs gros moteurs ou si le dernier
gros moteur se trouve à une distance < 500m du début de la ligne
monophasée
Puits de surface: Moteur
diesel remplacé par une
Pompe électrique monophasée
moins chère et plus propre

Convertisseur Roto-phase
Equipement individuel pour Forage: Pompe
Huilerie: Deux moteurs électriques transformer une arrivée électrique triphasée
monophasés mis en parallèle pour doubler monophasée en une immergée, alimentée
la puissance disponible en kW alimentation triphasée par le convertisseur

Introduction d’un niveau de Introduction d’un niveau de tension monophasée


tension monophasée de 4,16 kV. de 4,16 kV
Section : 34,4 mm² almélec
- Le MALT 4.16 kV, peut réduire le coût Transfo mono : 3 et 5 kVA
d’électrification des villages dans Réduction de coût/ au monophasé :
lesquels les logements sont très * 7% à 14% si logements moyennement
dispersés. dispersés,
* et 31 à 33 % si logements très
- Cette technique est recommandée dispersés.
seulement pour l’électrification de 4 projets pilotes ont été réalisés
villages situés en bout de réseau, là où Ce niveau de tension n’a pas été retenu par la
aucune extension de réseau ne sera STEG, le gain sur un nombre limité de projets
envisagée à long terme. ne justifiait pas l’introduction d’une nouvelle
gamme de matériel électrique.
Autres réductions de coûts
* Introduction des isolateurs rigides Impact Socio-
(poteaux plus courts)
20% réduction Economique de l’ER
* Normalisation des équipements (limitation
gamme d’articles)
* Gestion des stocks (optimisation tout en
& Perceptions des
évitant les ruptures) bénéficiaires
* Regroupement des commandes (réduction
des prix pour les grosses commandes)
* Planification des réseaux : Optimisation de
l’extension des réseaux et minimisation des pertes

Corrélation Electrification rural et


indicateurs socio-economiques
Développement rural intégré
et synergie Initial Récent
Population 5.6 millions 9.9 millions en 2004
 La politique d’électrification rurale en
en 1975
Tunisie a été étroitement liée au
développement rural intégré à travers des Taux d’accr de la 4.3% 1.26% en 2000
plans quinquennaux, incluant l’eau popul urbaine (year 1970) Stabilisation
potable, les routes, la santé, (réduisant l’exode rural)
l’électrification et la télécomunication
Taux d’accr de la 2.6% 1.2% (moyenne sur 1994-
 Cela semble avoir produits des effets de population en 1984 2004)

synergie. Longueur réseau 4 000 km 47 400 km


MT en 1976 en 2006
Correlation Electrification rural et Correlation Electrification rural et
indicateurs socio-economiques
indicateurs socio-economiques

Initial Récent Initial Récent


PIB par $770 $2,700 Taux d’électrification 6% 97 %
habitant en 1975 en 2003 Rurale en 1976 Avril,2004
Réduction du 40% Moins que 7% en 2004 Population Rurale 52.5% en 1975
35% en
seuil de 2004
à l’indépendance
pauvreté % Ménages ayant en 1994 Avril 2004
Taux Population Population Totale : équipements suivants
d’alphabétisa Totale : 45.1%; 77.1%; hommes: 85.2%; Téléviseur 79% 90.2%
tion (≥10 ans) (recensement 1975 ). Femmes: 69% (recensement Réfrigérateur 55.4% 81.7%
2004).
Voiture 15.7% 21%
Espérance de 50 ans dans les 75 ans (H: 73 ans; F: 76,4 Telephone Fix 15.2% 35.5%
vie années 70 (estimation 2004))
Mobile 0% 46.3%

L’électrification rurale vue


par les utilisateurs - Impact sur la Santé
- Impact sur les ménages : • La conservation des médicaments et des aliments
•o une meilleure qualité de vie.
* meilleur résultat scolaire •o Impact sur l’éducation sanitaire
* Le taux de scolarisation des filles s’est •o dispensaires bien équipés
•o disponibilité des vaccins
nettement amélioré.
* réduction des coûts d’éclairage. • - Impact sur l’agriculture :
•* pompage de l’eau (moteur élec (-) cher que Diesel)
* La famille : •* production animale (viande, lait)
– o travaux le soir (meilleur revenu) •* centres de collecte de lait (locaux, proches des
producteurs)
– o télévision •* installations frigorifiques,
–o sécurité le soir (animaux dangereux, •* silos privés dans le rural,
voleurs) * huileries
Impacts Socio-Economiques Education
de l’ER & Perceptions
Les bienfaits de l’électrification rurale:
 Amélioration des conditions d’études le soir et des
L’enquête révèle:
performances scolaires,
L’ER a eu un impact bénéfique sur la qualité  Evite les problèmes des yeux liés à l’utilisation des
de vie dans le rural dans les ménages et les bougies et des lampes à pétrole,
premiers bénéficiaires sont les femmes et les  Eclairage public permet une meilleure sécurité au
enfants notamment au niveau de l’éducation, village le soir
la santé et la sécurité  Aux écoles les conditions d’éclairage ont été améliorée
L’ER a permis la création de diverses activités surtout en hivers le matin et en fin d’après-midi.
économiques: agriculture, élevage, petites  L’électrification a contribué à l’augmentation des

industries agro-alimentaires. performances scolaires faisant passer le taux de


réussite de 40-50% à 60-70% dans les zones rurales.

Santé de base et planning Santé reproductive des femmes


familial  Grâce à l’électricité la TV a beaucoup aidé à la
sensibilisation des femmes rurales sur :
 Centres ruraux de santé bien équipés après
électrification: éclairage, réfrigérateur, - la santé reproductive et les méthodes
négatoscope, stérilisateur, ventilateurs, contraceptives; - vaccinations; et -
chauffage, radio, TV et quelquefois vidéo prévention des maladies sexuellement
(visualisation de programmes sur la santé de transmissibles;
base et la santé reproductive) .
- contrôles de santé ex: cancer du sein, cancer
 L’ER a contribué à une réduction notable des
maladies infantiles, des diarrhées et de
du col de l’utérus, cancer du colon …etc.
l’empoisonnement.  Les unités rurales de planning familial utilisent
 L’ER a augmenté l’efficacité du planning familial maintenant des supports audio-visuels: pour
et d’autres programmes de santé, et a contribué à une sensibilisation plus efficace
la diminution du taux des naissances
opportunities économiques Autres bienfaits
pour les femmes: économiques et de sécurité
L’Electrification a augmenté les opportunités
économiques des femmes au foyer et dans le  - L’éclairage extérieur devant les logement, dans
village: les fermes, les hangars et les vergers donne unne
 Au foyer protection contre les vols et les animaux
L’éclairage électrique a rendu possibles des activité dangereux.
le soir au foyer, plusieurs filles ont déclarer préférer rester  - un avantage économique supplémentaire réside
au village pour faire de la couture ou du tricotage plutôt que dans l’utilisation de l’éclairage électrique pour les
d’aller travailler en ville comme bonne à tout faire. activités de traitement et emballage de la récolte le
soir.
 Dans le village: des ateliers de couture et des
salons de coiffure pour dames figurent souvent  - La Réfrigération est appréciée pour la
parmi les nouvelles activités économiques. conservation de la nourriture et des médicament.

Développement de
l’Agriculture Projet d’élevage
de lapins utilisant
- Les points d’eau se sont multipliés par l’électricité
l’électrification des puits de surface, les
moteurs électriques sont moins chers que les
moteurs diesel et ne nécessitent pratiquement
pas d’entretien.
- Les moteurs Diesel exigent une main
d’œuvre qualifiée souvent non disponible dans Parabole de
le rural. L’hygiène meilleure avec les moteurs télévision par
électriques et les pompes électriques peuvent satellite installée
fonctionner plus longtemps par jour que les devant un
moteurs diesel (18 heures contre un maximum de 12 logement rural
h pour le diesel).
Encouragements au Développement Elevage d’animaux
de l’agriculture
L’élevage des animaux est aussi perçu comme
 Le programme de conservation de l’eau bénéficiant de l’électrification rurale:
accorde une subvention de 60% pour les
- traite mécanisée des vaches laitières,
pompes électriques et les tuyaux d’irrigation
goutte à goutte - centres de collecte de lait en zone rurale:
réduction des pertes de produits, alimentation des
 L’irrigation goutte à goutte a augmenté le usines de produits laitiers sur de plus longues
rendement à l’hectare de 25 à 120 tonnes pour distances et dans des conditions assurant une
les tomates, et de 15 à 35 tonnes pour les bonne conservation du lait;
pommes de terre. - centres frigorifiques permettant le stockage
 Les tarifs préférentiels du kWh accordés par la des oeufs, des fruits et des légumes;
STEG pour l’irrigation, les moutures, les - Multiplication des poulaillers suite à
huileries, ont contribué au développement de l’utilisation de l’électricité pour le chauffage et la
ces activités rurales. ventilation;

Ferme moderne d’élevage


de vaches laitières

Silo pour le stockage Centre de collecte de


Installation de traite des céréales, situé en lait situé en zone rurale
mécanisée dans la pleine campagne
même ferme
RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS (Suite)
 Le Système MALT est plus rentable quand
il est utilisé à grande échelle  Utiliser des petits transformateurs pour le
 Démarrer la conversion en MALT le + tôt SWER et le monophasé (1,3,5,10,15,25 kVA)
possible  Préférer l’isolateur rigide à la chaîne de
suspension chaque fois que c’est possible
 Utiliser aussi bien le Monophasé que le
 Utiliser l’Alu-acier s’il y a moyen d’avoir de
SWER pour le rural
longues portées, surtout en SWER
 Opter pour une tension de service élevée 32,1
 Poser le neutre plus haut que la phase (si
kV ou 31,5 kV pour une tension nominale possible) pour décourager le vol du conducteur
de 30 kV(pour minimiser les pertes et pour plus de sécurité de neutre
et de rentabilité des extensions SWER)

Facteurs de succès (1) : Facteurs de succès (2) :


Engagement politique à un haut niveau au niveau de la STEG
 Engagement national global: éducation, santé, rural
électrification rurale, routes, eau …
 Développement rural intégré: synergie  Opérateur bien géré : performance, efficacité
 un arrangement organisationnel,  Décentralisation: plus d’efficacité à l’échelle
 un montage financier avec une part de + en + grande locale
des subventions,  Informatisation précoce & développement
 Crédits bancaires attrayants accordés aux agriculteurs et d’applications de base (dès 1973)
fermiers et souplesse de remboursement en cas de mauvaise
récolte  Programme de Formation et de
 Incitations à la sous-traitance auprès des entreprises perfectionnement continus au Centre de
privées: concurrence, compétitivité, réduction des prix formation de la STEG
 Encouragement au développement des industries locales
liées à l’électricité (taux d’intégration, marge de préférence,
compétitivité internationale de + en + faible)
Facteurs de succès(3) :
Résultat de l’ER
 Choix technique courageux: MALT pour le
rural - exode rural freiné,
 Réduction de coûts pour l’électrification rurale: - taux d’urbanisation
capacité d’adaptation technologique aux besoins stabilisé,
propres de la Tunisie.
 Politique tarifaire efficace: favorable au
- qualité de la vie et niveau
développement rural de revenu nettement améliorés,
 Larges facilités de paiement accordées aux - développement de l’activité
clients ruraux économique dans le rural
 Pratiques commerciales rigoureuses
NB: Après 37 ans d’expérience avec le Système MALT,
(minimisation des pertes non techniques, chaîne de
facturation performante, recouvrement des paiements, aucun regret d’avoir adopté très tôt ce système pour
….) l’électrification rurale, Si c’était à refaire on aurait
bataillé pour utiliser plus de SWER

CONCLUSION
NB: Après 37 ans d’expérience avec le Système MALT,
aucun regret d’avoir adopté très tôt ce système pour
l’électrification rurale, Si c’était à refaire on aurait
bataillé pour utiliser plus de SWER et placé le neutre
plus haut que la phase la plus basse

Les exploitants qui étaient les plus


réticents à l’introduction du système
malte lors des discussions de 1975
sont devenus les plus fervents
défenseurs de cette technique MERCI
PRINCIPE DU SWER

 Constat initial : La terre est un très bon conducteur d’électricité


 En Amérique du Nord, la distribution se fait en monophasé HTA avec neutre
SWER : RÉSEAU MONOPHASÉ HTA AVEC distribué, régulièrement mis à la terre. D’où la possibilité de supprimer le câble
de neutre, et ne conserver que le câble de phase et la terre.
RETOUR PAR LA TERRE  Réseau monophasé HTA avec retour par la terre
 Il s’agit d’alimenter des charges électriques à partir d’un réseau HTA monophasé
dérivé d’un réseau triphasé.

 Seul un câble de phase est requis, Le bouclage du circuit étant assuré par la terre

 Il s’agit en quelque sorte de reproduire en HTA ce qui est courant, voir


systématique en BT où l’essentiel des charges est monophasé.
Eugène NGUEHA
 L’on peut distinguer SWER local et SWER global
Ingénieur génie électrique à AES-SONEL
Le SWER local est généralement assuré par les transformateurs d’isolement
Sous Directeur des Etudes et de la Régulation  Dans le cas du SWER global, la fixation du neutre se fait directement au niveau
du poste source
COTONOU 19 MARS 2014

Schémas SWER : Poste source 15/30 kV


SOMMAIRE

 Principe du SWER

 Conditions requises pour le SWER

 Contraintes et exigences d’exploitation

 Domaines d’application et implémentations actuelles

 Avantages et Limites du SWER

 Perspectives
Schémas SWER (Suite1) : Poste source 90/30 kV ; T2 BPN ou TSA Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement

Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement
CONDITIONS REQUISES POUR LE SWER DOMAINES D’APPLICATION ET IMPLÉMENTATIONS ACTUELLES

 Existence de réseaux HTA  Réticences initiales :

 Fixation de la terre au poste source ou au transformateur d’isolement, côté HTA  Indiqué pour l’accélération de l’électrification rurale et du taux d’électrification.
Voir (TSA générateur d’homopolaire ou BPN) Il s’agit de localités ou l’essentiel des usages se limite aux besoins domestiques et
autres petits commerces et artisanats
 Faible résistivité du sol : Le coût de la confection des terres ne doit pas en fin de
compte être supérieur au coût d’un câble additionnel  C’est une vieille approche:
 Nouvelle Zélande depuis 1930
 Au niveau des transformateurs monophasés, prendre des dispositions pour la  Afrique du Sud
sécurité des personnes :  Australie
 Garantir une limitation de la tension de pas par une terre de faible valeur  Asie du Sud Est
 Protéger le câble de descente à la terre  Cameroun depuis 1982. Grâce à son introduction, l’on est passé de 65 localités
 Autant que possible, installer les transfo en dehors des zones d’activités électrifiées en 1982 à 5100 en 2014
publiques

CONTRAINTES ET EXIGENCES D’EXPLOITATION AVANTAGES ET LIMITES DU SWER

 Répartition équilibrée des réseaux SWER sur les 03 phases du réseau principal HTA  Son Coût :
Les mesures de courants de déséquilibre effectuées dans des postes sources au  A section et longueur équivalente, une ligne HTA mono coûte 40% du prix du
Cameroun donne des valeurs assez faibles du fait d’un exercice d’équilibrage triphasé
rigoureux, et du fait que les transformateurs monophasés utilisés sont de faibles  Une électrification en monophasé coûte au plus 50% de l’alternative triphasée à
capacités : 10 et 25 KVA puissance égale

 Contrôler au moins tous les 03 ans les valeurs de terres  Réduction des coûts environnementaux : les couloirs requis sont beaucoup plus
petits
 Faible résistivité du sol : Le coût de la confection des terres ne doit pas en fin de  Facilité de maintenance ou d’exploitation
compte être supérieur au coût d’un câble additionnel
 Les limites sont liées à leur faibles capacités et aux charges triphasées.
 Pouvoir distinguer les défauts résistifs Phase-Terre et l’effet des SWER  L’on peut fabriquer des transformateurs mono de puissance importante
(Réduction sensibilité des protections homopolaire et mise en place des  La plupart des équipements domestiques aujourd’hui ont des versions
signalement sonores par exemple) monophasées
 L’on parle de kits permettant le passage du monophasé au triphasé
PERSPECTIVES

 Le monophasé est un bon instrument d’électrification des zones rurales. Ces


localités ont dans un premier temps des besoins limités

 L’on peut envisager le passage progressif du monophasé au triphasé, lorsque


l’évolution des charges des localités rurales le justifie.

 Les transformateurs monophasés HTA/BT sont généralement de faibles capacités <


50 KVA. L’on peut envisager des puissances plus élevées.

PRÉSENTATION SWER

MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION


Projet des réseaux ruraux de faible coût
Postes et lignes à 132kV Ligne typique très longue à 33kV

Atelier sur les technologies


d’électrification à faible coût avec
extension des réseaux
par Jim VanCouvering
NRECA Foundation

Cotonou, Benin
19-20 Mars, 2014

Formulation du problème Solution avec lignes de distribution dédiées


 Les pays de l’Afrique ont une tendance à devenir grands
 La population rurale est dispersée et l’énergie demandée
en moyenne par les usagers est petite
 La philosophie du projet des réseaux de transport se base
sur les postes de grande puissance, visant à la fiabilité
 Les réseaux ruraux desservis par lignes de distribution à
33kV sont alimentés par des postes de transmission de
grande puissance:
– 33kV est déjà la plus haute tension de distribution utilisable
– Les lignes à 33kV sont souvent très longues et chargées
 Une solution est nécessaire pour étendre le 132kV pour
renforcer les réseaux ruraux avec un faible coût
2 4
Schéma avec postes Exemple de connexion en T

 Le poste et la ligne de
connexion en T deviennent une
partie de la ligne HT
 La ligne de connexion en T
transporte seulement la charge
du poste HT/MT, non pas la
charge de la ligne principale
 Construction initiale avec un
seul transformateur
 L’impédance du transformateur
et la connexion delta/étoile
empêchement le
déclenchement de la ligne de
transmission HT en cas de
défaut coté MT
5 7

Comment peut-on réaliser le renforcement au moyen Le transformateur réalise l’isolement entre


de la transmission d’une façon économique?
le porte HT/MT et la ligne de transmission
 Accepter les connections rigides en T aux lignes de Connexion en T à une ligne de transmission avec relais de protection de distance

transmission au lieu de connections dédiées avec origine


dans les postes
 Faire les lignes radiales de dérivation avec de conducteurs
de petite section
 Minimiser les manœuvres en HT dans les postes
d’alimentation Transformer Impedance Line Equivalent km
MVA Z% Z ohm Single Cond. Dbl Cond.
 Accepter un niveau réduit de redondance dans le projet des 20 10.0% 87.1 220 316
postes: 25 10.0% 69.7 176 253
30 10.0% 58.1 147 211
– Un seul transformateur
– Protections du transformateur auto alimentées
– Eliminer les batteries CC autant que possible
6 8
Solutions de projet applicables pour les
Vue en section du poste
postes HT de faible coût
 Absence du disjoncteur pour les lignes 132kV dans le poste
 Construction initiale avec un seul transformateur
 Changeur de prises hors tension pour le transformateur
(compenser les variations de tension, si nécessaires, avec
régleurs de tension dans les lignes MT)
 Disjoncteur seulement coté 132kV du transformateur
 Absence du disjoncteur général coté 33kV du transformateur
 Installation de “reclosers” auto contenus pour la protection
des lignes à 33kV
 Absence de batterie CC dans les postes
 Projet des postes pour exploitation sans opérateurs et sans
salle de commande 9 11

Plan du poste Estimation des coûts

10 12
Estimation des coûts pour d’autres Coûts des lignes avec poteaux simples
puissances installées et conducteur de 150mm2

13 15

Limites de portées Coût des lignes avec poteaux double


(H) et conducteur de 150mm2
Portée maximale des lignes à 132kV avec poteaux simples et vitesse maximale du vent de 200 km/heure

Portéeè maximale des lignes à 132kV avec poteaux double (en H) et vitesse maximale du vent de 200
km/heure

14 16
Comparaison du coût des projets
basée sur le précédent exemple

 Alt. 1: 160km de lignes dédiées à 33kV avec


conducteurs de 200mm2, régleurs de tension et
condensateurs de rephasage
 Alt. 2: 60km de ligne à 132kV qui alimente un poste de
1x25MVA

17
 Les besoins en donnés( données de charges,
configuration du réseau existant)
 Modélisation du réseau
 Analyse de l’écoulement de puissance (load
Chris Ratnayake flow)
Ingénieur Electricien - Consultant  Analyse Economique et Financière

 Dans plusieurs pays il y un manque  Une bonne planification dépend de la fiabilité des
des données:
d’attention à la planification ou à l’analyse
des alternatives avant les décisions de projet. - Souvent les consommations d’énergie et
 Les normes utilisées dans les zones urbaines les charges sont surestimées
sont repliquées systématiquement en zone
rurale - Les mesures de charges sur les
transformateurs ne sont pas disponibles ou
 Il est donc urgent de développer des normes pas fiables
et méthodologies adaptées à l’électrification
rurale - Données sur les projets futurs non
disponibles ou pas fiables
 Utiliser des donnés types des réseaux
existants
- Consommation kWh/km, kWpointe
- Densité de charge kW/km, KW/km2
- Charge des clients professionnels
(commerce et petite charge industrielle)
- Taux de croissance (dans les zones
électrifées)
- Etc.

 Données des zones non électrifées


- Nombre de maisons, concessions, densité
de répartition
- Charges commerciales et industrielles
- Production diesel existante
- Bonne cartographie

 Données du système
- Détail des réseaux existants
- Extensions futures possibles
 Outil puissant de collecte de données liées à ◦ CYME –Dist (Canada)
la géographie ◦ DigSILENT (Germany)
 Utilisé pour la planification, l’analyse et la ◦ ETAP (USA)
◦ TEKLA (Finland)
gestion des infrastructures
◦ PSS (Sincal) (Germany)
 Concept SIG: couches, identification des ◦ PSCAD Manitoba Hydro (Canadia)
objets sur les cartes, affichage graphique ◦ SynerGEE (USA)
 Source de données: cartographie numérisées, ◦ Milsoft (USA)
digitized maps, Cartes scannées, Imagerie
satellite, collecte de données par GPS

 Le SIG augmente l’accès aux données  Outils symplifiés – basé sur des tableaux Excel
pertinentes à partir de plusieurs sources utilisant des coéfficients multiplicateurs
 GPS est un system de positionnement
• Chute de tension; charge des conducteurs; pertes
géographique à faible coût
 Augmente la productivité • Simulations de développement de réseaux
 Mais la planification de doit pas attendre
qu’un SIG soit élaboré. Les deux doivent se • Charges futures – Améliorations possibles.
faire en parallèle
 Important: Analyse des alternatives  Faible taux de connection à la fin du
 Valeur actuelle nette des coûts et bénéfices – projet
Taux de rentabilité  Faibles revenus en dépit des

 Pertes – (LRMC ou AIC)


investissements importants
 Objectifs non atteints
 combination du taux d’évolution de la charge
et du taux d’actualisation ◦ Causes:
 Gains –Willingness to Pay (WIP)  Frais d’abonnement importants
 Problèmes de paiements des frais
d’installation
 Difficulté des transactions /Obstacles

 Utiliser les câbles appropriés


 Calcule du taux de rentabilité financière. ◦ 16mm2 souvent utilisés alors que 6 ou 10 mm2
sont suffisants
 Les questions de subvention
 Modalité de paiement des frais de connection
 Impact financier sur les revenus et
à travers les factures mensuelles
l’investissement
◦ Senegal: 120 mois avec 15% d’interet
 Importance de la viabilité financière ◦ Kenya: prêts “Stima” (30% avance et le reste sur 3
ans)
◦ Ghana : system d’électrification “self-help”
 Subventions partiels
◦ Don OBA (GEF)
 Procédures d’abonnement et d’approbation  Notre objectif est
 Solutions:
◦ Accelérer le traitement des demandes d'améliorer les normes de
d’abonnement
◦ Réduire les couts, la durée et les mauvaises
planification
pratiques
◦ Agent de mobilisation des clients
 Améliorerles connexions
par des mécanismes
innovants

 Structures précaires non éligibles


◦ Toit de chaume, mur en argile

 Reasons unjustified
◦ Fire hazard (much more for alternative K-oil use)
Merci
◦ Roof structure –iron sheet roofs more hazardous

 Solutions simples
◦ PVC conduit, tableau préfabriqués
INTRODUCTION
République du Bénin
Superficie totale : 114.763 km²
Population totale en
8.763.074 habitants
2011 :
3.938.921 (45 %)
Population urbaine :
habitants
EXPERIENCES DU BENIN DANS LES 4.824.153 (55 %)
TECHNOLOGIES D’ELECTRIFICATION Population rurale :
habitants
A FAIBLE S COUTS
Projection de la
12.795.000 habitants
population (2025) :
Projection de la
Présentation faite par Charles KOUMAPLE, DG/ABERME 7.297.000 (57%)
population urbaine :
Cotonou, le 20 mars 2014 Projection de la
5.498.000 (43 %)
population rurale :
1227 milliards FCFA
PIB en 2011 :
de 1985
1
Accroissement moyen 3
3,67% (2001-2011)
annuel du PIB :

SOMMAIRE INTRODUCTION

MERPMEDER: en charge de la gestion du secteur de


INTRODUCTION
l’énergie

I. Expériences du Bénin CEB: structure bi-étatique qui a à charge l’importation, la


production et le transport de l’énergie électrique en vue de
l’approvisionnement du Bénin et du Togo
II. Difficultés
DGE: propose la politique de l’Etat dans le domaine de
l’énergie et veille à sa mise en œuvre
III. Résultats obtenus
SBEE: assure la distribution et la commercialisation de
IV. Perspectives l’énergie électrique au Bénin

ABERME: mise en œuvre de la politique de l’Etat dans les


CONCLUSION domaines de l’électrification rurale et de la maîtrise
d’énergie
2 4
INTRODUCTION (suite) I. EXPERIENCES DU BENIN

Indicateurs 2006 2012 2013

Taux de couverture national 24,7 % 39,2 % 41,9 % La majorité des projets mis en œuvre utilisent les normes
Taux de couverture urbain ND 100 % 100 % françaises. L’innovation en matière de réduction des coûts
est intervenue avec le projet Facilité Energie
Taux de couverture rural ND 19,51 % ND
d’électrification de 105 localités.

Taux de desserte national 43,9 % 59 % 61 % L’analyse de la structure des coûts des réseaux électriques
Taux de desserte urbain 94,1 % 100 % (depuis 100 % a révélé que le coût des supports représente environ 25 à
2009) 35 % du coût global du réseau alors que celui des câbles
Taux de desserte rural 6,8 % 24,4 % 27 % est d’environ 20 à 30 %. Pour obtenir une réduction des
coûts, les normes techniques de ces matériels ont été
revues dans la conception du projet Facilité Energie,
Taux d’électrification national 24,1 % 28,4 % 29,2 % comme il est montré ci-après.
Taux d’électrification urbain 51,9 % 55,2 % 56,5 %

Taux d’électrification rural 1,87 % 4,48 % 5,5 % 5 7

INTRODUCTION (fin) I. EXPERIENCES DU BENIN (Suite)

I.1. Utilisation des poteaux bois sur le réseau MT


 De 2006 à 2013, 607 localités ont été électrifiées dont
470 localités rurales; ce qui a impacté directement ou  Utilisation des poteaux bois en alignement sur le réseau
indirectement 2 402 066 personnes. Moyenne Tension réduction du coût global de la
ligne de 10 à 15 % ;
 Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD), on devra atteindre d’ici 2015, un  Sur le projet, 539 poteaux bois 11 S 325 ont été
taux d’électrification rurale de 36% alors qu’en 2013, ce commandés en remplacement des 12 A 400. Ce qui a
taux était de 5,5% (56,5% en milieu urbain). De nouveaux permis un gain de 71 510 747 FCFA.
objectifs ont alors été définis pour l’horizon 2015:
 en milieu rural, atteindre un taux d’électrification de 8 %
c’est-à-dire 23 879 nouvelles personnes devront avoir  Coût: Bois 12 S 325 = 95 777 FCFA, Bois11S 25 = 73 467
accès à l’électricité; FCFA, Béton 12 A 400 = 206 140 FCFA.
 en milieu urbain, atteindre un taux d’électrification de 60%
c’est-à-dire 69 895 personnes devront avoir accès à
l’électricité. 6 8
I. EXPERIENCES DU BENIN (Suite) I. EXPERIENCES DU BENIN (Fin)

I.2. Utilisation des poteaux bois sur le réseau


mixte I.4. Interrupteur Aérien MT
 Habituellement,un IACM est mis en place en amont de
 Utilisation des poteaux bois intermédiaires sur le réseau
chaque transformateur H61.
mixte réduction du coût global de la ligne de 20
%;
Avec le projet FE, on utilise un IACM en tête de grappe
 Avec uniquement les poteaux MT, le coût d’1 km de  1 x 50 A pour 2 à 3 postes
réseau mixte est de 12 000 000 FCFA alors qu’il est de 1 x100 A pour 5 postes maxi
8 800 000 FCFA avec l’utilisation des poteaux bois
intermédiaires  Sur le projet, 87 IACMs ont été installés pour 189
transformateurs H61 avec un gain de 66 912 000 FCFA.
Coût moyen IACM = 656 000 FCFA

9 11

I. EXPERIENCES DU BENIN (Suite) I. EXPERIENCES DU BENIN (Suite)

I.3. Utilisation des poteaux bois de 8 m


 En prenant comme base de calcul la hauteur de la garde I.5. Introduction de nouvelles sections de câbles
au sol qui est de 5 m en milieu rural, nous pouvons de câble torsadé 3x16 mm2 avec neutre porteur
 Utilisation
aisément adopter la hauteur de à 8m en basse tension. et câbles EP pour la construction « des fins de réseaux »
(200 à 300 m);
 Avec un achat de 4900 poteaux bois de 8m, on a obtenu
un gain de 343 583 100 FCFA.

 Coût: 8 S 255= 42 637 FCFA en remplacement de 8 A


200 (112756 FCFA) OU 9 A 200 (133 000 FCFA)

10 12
II. DIFFICULTES III. RESULTATS OBTENUS
III.2. Impact budgétaire des solutions proposées
 La difficulté majeure réside dans l’acquisition des poteaux  D’une manière générale « indicative », en attendant
bois. En effet, les poteaux bois traités (sapin) ne sont pas un audit final sur les différents atouts de ces choix
disponibles sur le territoire national. Ils sont achetés à techniques, notons déjà certaines réductions sur les
l’extérieur du pays, ce qui fait un manque à gagner pour les coûts des ouvrages:
entreprises locales et prolonge un temps soit peu le délai de  Poteaux MT bois en alignement: -11% sur le budget
livraison de ces poteaux. MT
 Poteaux BT de 8 m: - 12% sur le budget BT
 Câble 4x16 mm²: - 6% sur le budget BT
 IACM en tête de grappe: -11% sur le budget MT

 Il faut noter que cette économie réalisée a permis de


faire passer le nombre de localités du projet de 59 à
105.
13 15

III. RESULTATS OBTENUS


IV. PERSPECTIVES

III.1 Comparaison des coûts  Des mesures devront être prises pour lever les difficultés.
Il s’agit entre autres de:
 Le tableau ci-dessous montre la comparaison des coûts des
• engager des études pour identifier les sources de bois
différentes lignes.
disponibles sur le territoire national afin de sélectionner une
essence pour la réalisation des poteaux bois;
Réseau Réseau à bas
conventionnel coût (réévalué • mettre en place avec la Direction des Eaux et Forêts, un
SBEE 2013) programme national d’implantation de bois;
Km BT (hors 13 000 000 FCFA 6 850 000 FCFA
transfo) • mettre en place une usine de traitement du bois pour la
Km MT (hors 12 000 000 FCFA 7 015 000 FCFA confection des poteaux bois;
transfo)
• poursuivre les études en vue de retenir un réseau type
d’électrification rurale.

14 16
CONCLUSION

 L’application de nouvelles normes de matériel a prouvé


effectivement qu’une réduction des coûts en matière
d’ électrification rurale est possible. Ceci a convaincu les
autorités en charge du secteur de l’énergie à telle enseigne
qu’un document « Avant-Projet de Normes d’électrification
rurale au Bénin » a été élaboré et est en cours d’adoption.

 Mais l’ABERME reste consciente que des efforts sont


encore à fournir afin de réduire davantage les coûts
d’électrification pour que l’ensemble de la population
béninoise bénéficie de l’énergie électrique.

17

MERCI POUR VOTRE


AIMABLE ATTENTION

18
CADRE INSTITUTIONNEL DU SOUS-
SECTEUR DE L’ELECTRICITE

De part le Code Bénino-Togolais de l’électricité et la loi 2000-12 relative


au secteur de l’électricité, les différents acteur dans le secteur sont les
suivants :

 Le Ministère en charge de l’énergie : à travers la DGE définit la


politique générale d’organisation du secteur,

 L’Autorité de Réglementation : régule les activités et règle les


différends entre les intervenants du secteur.

 La CEB exerce l’activité de transport et d’achat d’énergie


électrique sur l’ensemble du territoire Togolais et Béninois;

 La CEET a en charge l’activité de distribution et de vente de


l’énergie électrique sur l’ensemble du territoire national Togolais

SYSTÈME D’ALIMENTATION ELECTRIQUE


AU TOGO

Présenté par Abbas


ABOULAYE
PROJET D’ELECTRIFICATION RURALE
PAR CABLE DE GARDE DE LA LIGNE DE
TRANSPORT 161 KV
Dans le cadre du projet d’extension de la ligne de transport 161 kV
entre la région sud (à Atakpamé) et la région nord (à Kara) en 2005, le
cable de garde en fibre optique en deux ligne a été dimensionné pour
être utilisé comme ligne de distribution ;

La longue totale de la ligne d’extension est de 250 km. La ligne de


cable de garde est sectionnée en deux et chaque section d’environ 125
km est raccordée à un transformateur de 20/34,5 kV au niveau des
postes sous-stations à Atakpamé et à Kara ;

Toutes les protections nécessaires sont installées au niveaux des


postes de transformateurs pour l’ exploitation en moyenne tension de
ces lignes de câble de garde

PROJET D’ELECTRIFICATION RURALE


PAR CABLE DE GARDE DE LA LIGNE DE
TRANSPORT 161 KV

En 2007, le Togo a bénéficié d’un financement d’électrification rurale


de 60 localités

15 localités situées sur le long de la ligne d’extension 161 kV à cable


de garde soumis à 34,5 kV ont été retenues pour être alimentés en
triphasé à partie de la technologies à cable de garde biphasé.

Pour l’alimentation de la localité, une dérivation est réalisée sur les


deux phases en câble de garde et la troisième phase est reprise par la
terre. Avec une mise à la terre régulièrement réalisée sur chaque 250 à
300 m

Au niveau du transformateur MT/BT (34,5/0,,4 kV), un système de mise


à la terre en triangle est réalisé ainsi que la pose de parafoudre.
PROJET D’ELECTRIFICATION RURALE
PAR CABLE DE GARDE DE LA LIGNE DE
TRANSPORT 161 KV
Les difficultés rencontrées

Les problèmes rencontrés au début de la mise en œuvre sont liées à


l’insuffisance de la maitrise de la technologie notamment :

 la réalisation des mise à la terre autours des postes et le long de


la ligne de dérivation pour la reprise de la 3ème phase ;

 La réalisation de la protection (pose de parafoudre ou d’éclateur)


au premier support de la dérivation ;

 La perte des mises à la terre entrainant le déséquilibre au niveau


du transformateurs et par conséquent au biveau des
consommateurs ;

 La limitation de la puissance disponible (environ 3 MW) .

PROJET D’ELECTRIFICATION RURALE


PAR CABLE DE GARDE DE LA LIGNE DE
TRANSPORT 161 KV

Les résultats à ce jour

 Dans le cadre du projet d’électrification rurale phase 1 (2009-2011)

 15 localités rurale raccordées


 18 transformateurs de 50 à 160 kVA posés
 458 consommateurs alimentés

 Pour le projet d’électrification rurale phase 2 (en cours)

 17 localités rurale à raccorder


 20 transformateurs de 50 à 160 kVA à poser
 Plus 500 consommateurs sont prévus pour être alimentés
FONDS DE DEVELOPPEMENT DE L’ELECTRIFICATION FDE INTRODUCTION

Le Fonds de Développement de l’Electrification (FDE) a été créé


le 19 Février 2003 mais l’année 2005 consacre le début effectif
ATELIER SUR LES TECHNOLOGIES D’ELECTRIFICATION A de ses activités. Il est placé sous la tutelle technique du
FAIBLE COÜT PAR EXTENSION DE RESEAU Ministère des Mines et de l’Energie, et la tutelle financière de
celui de l’Economie et des Finances. C’est l’agence de
facilitation, de financement et de mise en œuvre de la politique
EXPERIENCE SWER DU FDE de l’électrification rurale au BURKINA FASO. Le FDE assure la
( BURKINA FASO) gestion du sous segment de l’électrification rurale. A sa
création en 2003, le taux d’accès à l’électricité en milieu rural
était d’environ 1%. L’une de ses missions étant d’assurer une
couverture équitable du territoire nationale en énergie
Mr Gervais OUOBA électrique, le FDE ambitionne d’atteindre avec la SONABEL, une
couverture électrique nationale de 60% d’ici à 2015.
Directeur Technique

04/04/2014 1 04/04/2014 3

FONDS DE DEVELOPPEMENT DE L’ELECTRIFICATION FDE STATUT JURIDIQUE DU FDE


Introduction

Statut juridique et
Organigramme du FDE Le FDE est un Établissement Public de l’Etat (EPE). Son
statut a été modifié en 2010 pour tenir compte de
Missions et attributions
nouvelles orientations. Il applique la comptabilité privée et
PLAN DE LA Ressources du FDE et dispose d’un auditeur en son sein. Les comptes sont
PRESENTATION Conditions usuelles d’éligibilité soumis à un audit externe (Commissaire aux comptes).
Techniques d’Electrification
Son organigramme a également évolué afin de répondre à
son statut actuel. Le nouvel organigramme se présente
FOCUS SUR LES LOCALITES comme suit.
ALIMENTEES EN SWER

LES ACQUIS

04/04/2014 2 04/04/2014
4
NOUVEL ORGANIGRAMME
RESSOURCES DU FDE
Conseil d’Administration Taxe de
Développement
Subvention de l’Electrification
annuelle de (TDE): 2 FCFA / Financement des
Direction générale
kWh facturé par la PTFs: DANIDA
l’Etat.
SONABEL WORLD BANK
Cellule juridique Secrétariat de UE- FACILITE I
direction ET II
Cellule BID( FDSI)
Communication et Audit interne
Relations Publiques

Direction Recouvrement
Direction des marchés
Direction technique (DT) administrative et prêts aux coopels,
publics (DMP)
financière (DAF) recettes diverses
Service Service Service Service
suivi Service Service
Contrôle étude, Service approvisionneme
SPSE exploitatio comptable et passation des
des environnem administratif nt et prestations
n et financier marchés
Travaux ent et ER courantes
renf.Cap
04/04/2014 Coopels 5 04/04/2014 7

MISSIONS ET ATTRIBUTIONS TECHNIQUES D’ELECTRIFICATION

TROIS TECHNIQUES SONT UTILISEES AU FDE :

RACCORDEMENT AU
RESEAU NATIONAL CENTRES PRE –
INTERCONNECTE ISOLES ELECTRIFICATION

SWER
KITS PV
DIESEL
(SHS)
SCDGI
HYBRIDE
AVEC OU
SANS
TRIPHASE STOCKAGE
STANDART

04/04/2014 6 04/04/2014 8
RACCORDEMENT AU RESEAU NATIONAL LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

Le SWER est un système monophasé à un seul fil conducteur


avec retour à la terre qui permet de réduire les coûts de
construction des lignes HTA dans une proportion maximale de
20 à 30% comparativement au lignes triphasées
conventionnelles. Il se décline en deux variantes au Burkina. Il
s’agit:
 Du SWER DIRECT c’est-à-dire sans transformateur
d’isolement. C’est le Cas des localités de Kassan, Saran et
Biba dans le NAYALA
 Et du SWER INDIRECT, avec transformateur d’isolement. Cas
de la grappe de 11 localités de YOUBA dans le nord , les
localités de Tansarga dans la Tapoa et Beguedo, Niaogho
dans le Boulgou et Titao dans le LOUROUM.
De nos jours, 21 localités sont alimentées par cette technique.

04/04/2014 9 04/04/2014 11

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

04/04/2014 10 04/04/2014 12
LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

04/04/2014 13 04/04/2014 15

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LES LOCALITES DE KASSAN –SARAN-BIBA

La technologie du SWER DIRECT ( Sans transformateur


d’isolement ) a été utilisée pour l’électrification des localités de
BIBA , KASSAN et SARAN dans la province du NAYALA/
REGION DE LA BOUCLE DU MOUHOUN.
Ce sont des localités traversées par une ligne moyenne tension
33 kV de 54,6 mm² de section et longue de 40 km. Cette ligne
alimente la localité de TOMA à partir de TOUGAN.
Pour chacune des trois localités:
- Dérivation directe sur la ligne 33 kV ( phase i) de quelques
portées
- Deux transformateurs de distribution 16 et 32 kVA 19,1
kV/2*220V,
- Une prise de terre pour chaque transformateur inférieure à 30
04/04/2014 14 04/04/2014 16
ohms.
LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LES LOCALITES DE KASSAN –SARAN-BIBA


LES LOCALITES DE BEGUDEDO- NIAGHO
Les réseaux de distribution sont réalisés en poteaux bois traités
localement ou en poutrelles HEA de 6 m de hauteur.
Câbles de faible section sont utilisés pour le réseau de distribution
notamment le 2x16 mm², 2x 25 mm², 3X35mm²+54,6 mm².
Les clients de 1A sont facturés au forfait et ceux disposant de
Beguedo et Niagho sont deux communes rurales situées
compteurs sont facturés conformément à l’arrêté de fixation de prix
respectivement environ 25 km de la ville de Garango , Chef lieux de
de vente de l’énergie électrique dans le milieu rural.
la province du Boulgou dont elles relèvement administrativement.
La technologie SWER via transformateur d’isolement a été utilisée
Comptage de l’énergie livrée à la localité :
pour l’électrification de ces deux localités.
Pour chacune de localités, un comptage moyenne tension avec un
TP, ( transformateur de potentiel) et TC ( transformateur de courant )
ont été posés et alimentent un compteur d’énergie type SL 7000.
Un abonnement est souscrit auprès de la SONABEL ( Société
04/04/2014 17 04/04/2014 19
Nationale d’Electricité du Burkina).

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LES LOCALITES DE BEGUDEDO- NIAGHO


LES LOCALITES DE KASSAN –SARAN-BIBA Caractéristiques du système électrique
- Transformateur d’isolement de 200 kVA à l’initial mais muté par un
autre de 400 kVA
Coûts de mise en œuvre : - Prise de terre du transformateur d’isolement inférieure à 4,5 ohms
- Ligne SWER de 54,6mm² de section alimentant en dérivation les
localités de BEGUEDO et NIAGHO
KASSAN : 31 783 212 F CFA mise en service en 2007 - Pour les deux localités : 8 transformateurs de distribution
monophasés dont 6 de 25 kVA et 2 de 50 kVA
- Mise en œuvre du câble sous jacent pour l’alimentation des
SARAN : 29 304 416 F CFA mise en service en 2007 transformateurs de distribution compte tenu de la résistivité
- Pour le comptage de l’énergie livrée dans chacune des localités un
TP et un TC ont été posés et alimentent un compteur d’énergie
BIBA : 20 828 564 F CFA mise en service en 2009 type SL 7000.
04/04/2014 18 04/04/2014 20
LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LOCALITE DE TANSARGHA
LES LOCALITES DE BEGUDEDO- NIAGHO

Caractéristiques du système électrique -Réseau de distribution en conducteurs de faible section et poteaux


bois traités localement.
• Les sections de câble 2*16 mm², 2x25 mm² ont été utilisés et les
poteaux sont en bois traités localement. - Comptage de l’énergie livrée à la localité via un TP, un TC et un
compteur type SL 7000
• Coût de mise en œuvre : 200 327 536 F CFA et mise en service en
2008. - Cout de 113 691 921 F CFA mis en service en 2008

04/04/2014 21 04/04/2014 23

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LOCALITE DE TITAO
LOCALITE DE TANSARGHA
-Titao est un chef lieux de commune rurale situé à 45 km de
Tansargha est une commune rurale situé à 23 km du Chef lieu de la Ouahigouya , Chef lieu de la région du Nord.
commune de Diapaga, Chef lieux de la province de la Tapoa.
La technologie SWER via transformateur d’isolement a été utilisée - La localité est alimentée en utilisant la technologie du SWER via
pour l’électrification de la localité: un transformateur d’isolement et une longue ligne SWER de 45
Caractéristiques du système électrique: km.
Caractéristiques du système électrique
- Transformateur d’isolement de 100 kVA 33/19,1kV • Transformateur d’isolement de 400 kVA
- Prise de terre du transformateur d’isolement inférieure à 13 ohms • Prise de terre du transformateur d’isolement inférieure à 4,5 ohms
- Ligne SWER de 23 km en 34,4 mm² • Ligne SWER en 54,6 mm² longue de 45 km
- Câble sous jacent pour l’alimentation des transformateurs de • Utilisation du câble de terre sous jacent pour l’alimentation des
distribution compte tenu de la résistivité du sol. transformateurs de distribution compte tenu de la résistivité du sol
- 3 transformateur de distribution de 25 kVA chacun • 6 transformateurs monophasés de distribution dont 4 de 25 kVA et
2 de 50 kVA
04/04/2014 22 04/04/2014 24
LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

ANNEE DE MONTANT PUISSANCE


Longueur ligne Transfos dist NOMBRE
LOCALITE TECHNOLOGIE MISE EN INVESTISSEMENTS ( MOYENNE (
LOCALITE DE TITAO SWER ( Km) ( kVA)
SERVICE F CFA)
ABONNES
kW) en 2013

KASSAN SWER DIRECT Quelques portées 1*16 +1*32 2007 31 783 212 170 12
- Réseau de distrtibution BT en conducteurs de faible section avec
des poteaux bois traités localement. SARAN SWER DIRECT Quelques portées 1*16 +1*32 2007 29 304 416 90 6

BIBA SWER DIRECT Quelques portées 1*16 +1*32 2009 20 828 564 150 10
- Comptage de l’énergie livrée à la localité par TP et TC et un
compteur type SL 7000 Grappe YOUBA SWER VIA TI 6 17*25 2009 181 084 758 1000 48

TANSARGHA SWER VIA TI 23 3*25 2008 113 691 921 110 7,5
- Cout de mise en oeuvre : 506 527 872 F CFA mise en service en
TITAO SWER VIA TI 45 4*25+2*50 2008 506 527 872 550 36
2008
BEGUEDO SWER VIA TI 640 29
25 6*25+2*50 2008 200 327 536
NIAGHO SWER VIA TI 245 18

SAPONE SWER VIA TI 25 3*50 2009 450 34


04/04/2014 25 04/04/2014 27

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LA GRAPPE YOUBA
LES DIFFICULTES D’EXPLOITATION
La grappe YOUBA est un ensemble de 11 petites localités situées
- Ruptures du conducteur SWER due aux longues portées ( 250 à
non loin de Ouahigouya, Chef llieu de la région du Nord.
300 m) au début du projet,
L’ensemble de la grappe est alimenté par le SWER via un
- Dépassement de la puissance souscrite et pénalités sur la facture
transformateur d’isolement de 400 kVA.
sonabel et nécessité de fréquents ajustement de la PS
La technique du câble de terre sous jacent est utilisée pour
l’alimentation des transformateur de distribution
- Apparition de besoins en alimentation triphasée dans les localités
en SWER (les meuniers, les pompes des châteaux d’eaux
17 transformateurs de distribution monophasés de 25 kVA et un
d’adduction d’eau potables)
réseau de distribution BT avec câble de faible section sur poteaux
bois traités localement.
- Fonctionnement souvent intempestif des fusibles de protection des
Cout de mise en œuvre : 181 084 758 F CFA mise en service en
transformateurs monophasés de distribution,
2009.
04/04/2014 26 04/04/2014 28
LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER) LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LES DIFFICULTES D’EXPLOITATION

CAS spécifique de BEGUEDO et NIAGHO


la croissance rapide de la demande due au dynamisme
économique des localités a entrainé des appels de puissance
assez élevés sur la ligne SWER et le déséquilibre résultant a
provoqué le fonctionnement de la protection homopolaire au
niveau du poste source. (une légère remontée à la hausse du
réglage homopolaire à été négociée )
Les mesures faites ont donné environ 200 kW de transit alors
que le transformateur d’isolement était d’une puissance
nominale de 400kVA .
Cette limitation de capacité n’est pas intrinsèque aux
équipements SWER mais au réglage homopolaire en amont au
niveau du poste source d’alimentation.
04/04/2014 29 04/04/2014 31

LA TECHNIQUE DU SINGLE WIRE EARTH RETURN (SWER)

LES DIFFICULTES D’EXPLOITATION

A ce jour la nécessité de démanteler certaines lignes SWER


construites sur le long d’artères principales s’avère nécessaire
pour permettre une bonne structuration du réseau national
interconnecté.

L’expérience SWER doit continuer mais en tenant compte des


limites énoncées plus haut.
04/04/2014 30
RACCORDEMENT AU RESEAU NATIONAL EN IMAGES

MERCI POUR VOTRE ATTENTION!

Réseau électrique interne dans la localité de RACCORDEMENT SWER A SAPONE


Biba PAR TRANSFORMATEIR D’ISOLEMENT
04/04/2014 33 04/04/2014 www.fde.bf 35

ACQUIS AU 31 DECEMBRE 2012

Une puissance totale installée de plus de 3,020 MVA


en diesel et 45 kWc en PV

121 localités électrifiées dont 21 en SWER

20 000 abonnés

Environ 155 000 personnes ont accès aux services


électriques; création d’emplois nouveaux en milieu rural

La réduction des coûts de construction des réseaux


avec l’utilisation des technologies à moindre coût

La valorisation de l’énergie solaire photovoltaïque


avec l’hybridation de centrales ERD (Déou, Markoye,
Seytenga) ( Système hybrides type fuel saver)
L’intégration de campagnes d’information et
sensibilisation sur le VIH/SIDA dans tous les projets
04/04/2014 34
ATELIER SUR LES TECHNOLOGIES
D’ELECTRIFICATION A FAIBLE COÛT PAR
EXTENSION DU RESEAU EXISTANT
 Schéma électrique du RIN
EXPERIENCE DU CAMEROUN :
Poteaux Bois
Technique Rigide
SWER (Monophasé avec Retour par la Terre)

Eugène NGUEHA
Ingénieur génie électrique à AES-
AES-SONEL
Sous Directeur de la Planification des Investissements

COTONOU 19 – 20 Mars 2014

Taux d’électrification Environ16,83% %


(15,31 en zone rurale et 82,83 en zone urbaine)

 Schéma électrique du RIS


PERIMETRE DE DISTRIBUTION
Tableau récapitulatif QUELQUES DONNÉES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ET COMMERCIALES
Nombre de commune, ville et
localité du périmètre de Taux d'électrification (% )
Nombre de
Nombre distribution DESCRIPTION Unités
N°D'ordre Région d'Arrondissement Ville
Département
ou commune (Arrondissement
Localité
électrifiée en
Zone Zone
Total Lignes MT Km 15 221
ou, commune) rurale urbaine
électrifiée
zone rurale
Lignes BT Km 15 210
1 ADAMAOUA 5 21 10 45 3,73 47,62 4,52

2 CENTRE 10 70 62 1445 21,56 88,57 22,28 Nombre de transformateurs


3 EST 4 33 19 127 6,48 57,58 7,37 MT/BT Km 8 122
4 EXTREME - NORD 6 47 40 169 2,35 85,11 2,89
Nombre de postes MT/MT 30
5 LITTORAL 4 35 32 265 21,05 91,43 23,01
Nombre de clients HT U 3
6 NORD 4 21 17 110 3,24 80,95 3,62
Nombre de clients MT U 1 531
7 NORD - OUEST 7 34 26 585 21,01 76,47 21,74
Nombre de clients BT U 880 000
8 OUEST 8 40 40 720 26,26 100,00 27,32

9 SUD 4 29 27 1169 38,38 93,10 38,92

10 SUD - OUEST 6 31 26 186 15,66 83,87 17,46

TOTAL GENERAL 58 361 299 4821 15,31 82,83 16,83

RAPPEL HISTORIQUE DES OPERATEURS DU SYSTÈME ÉLECTRIQUE DU


PARC PRODUCTION CAMEROUN

OUVRAGES AES-SONEL MW THERMIQUE Ouvrage MW


Song Loulou 384 Bassa2 9
 Avant 1974 : EDC (Etat
( = 54% ; Autres = 46 %)
Edéa 276 Bassa3 9
Production  De 1974 à 2001
Hydroélectrique Lagdo 72 Logbaba 1 (LFO) 1,5
(MW) Total 732 Logbaba 2 HFO) 12  1974 : Création de la SONEL, à la faveur de la Centrale hydro de Song Loulou (384
Centrales
Mapé 3,2 Thermiques du Oyomabang1 18
MW); (Etat = 94% ; Autres = 6%)
Barrages Bamendjin 2,6
RIS (MW)
Oyomabang2 7,5
 Missions de la SONEL : Satisfaire la demande en énergie et électrifier l’ensemble
Réservoirs (Gm3) Mbakaou 1,8 Bafoussam 13
du territoire national
Total 7,6 Limbé (HFO) 85
 En 1974 : 36 localités électrifiées sur 31 000
Réservoir de Lagdo (*) Total 155  En 2001 : 2074 localités électrifiées
Centrales
Thermiques
 De 2001 à 2014
Total Général AES SONEL 945 MW isolées (MW) Bertoua 17,6
KPDC 216 MW
Autres
Nombre 26
 AES SONEL : Production (945MW), (Transport) et Distribution
Centrales
Thermiques Capacité Totale  Agence d’Electrification Rurale (AER)
DPDC 88 MW isolées (MW) 40,7  Ministère en charge de l’Energie (MINEE)
Total
Thermique
 Collectivités (FEICOM) ; PNDP; …..
PTU 100 MW (MW) 213  Nombre de localités électrifiées en 2014 = 5 120 sur 31 000 soit un taux
d’électrification de 17%
TECHNIQUES D’ÉLECTRIFICATION EN 1974 PRIX UNITAIRES DES RÉSEAUX HTA

02 Systèmes : RIS et RIN MONTANT


DESIGNATION
(KFCFA)
 Réseaux Urbains Ligne MT aérienne 34² sur PBA 9 500
 Lignes HTA 15 kV : PBA et supports métalliques; Armements Nappe Voute et Ligne MT aérienne 34² sur Pot. bois techn. Nappe
Chaines d’isolateurs; Voute =
 Lignes BT Ligne MT aérienne 34² sur Poteaux bois
 Branchements technique rigide 5 500
 Réseaux ruraux Ligne MT monophasée sur Poteaux bois 1 900
 Lignes HTA 30 kV; Supports métalliques et PBA ; Armements Nappe Voute et Ligne BT triphasée 4X50² sur poteaux bois 6 000
Chaines d’isolateurs; Ligne BT en 4X25² sur poteaux bois 3 400
 Lignes BT Poste H61 triphasé – 50 KVA – 30kV/B2 3 100
 Branchements
Poste H61 mono – 25 KVA/17,32kV/B2 1 600

PROBLÉMATIQUE D’AUGMENTATION DES TAUX D’ACCÈS ET


D’ÉLECTRIFICATION STRUCTURE DES COÛTS DE RÉSEAUX HTA
1. Ligne 30 kV sur PBA
• Coûts élevés des ouvrages
• PBA = 38 %
• Isolateurs = 14 %
• Faibles moyens financiers
• Armements Nappe Voute = 11 %
• Câble = 22 %
• Respect des équilibres régionaux
2. Ligne 30 kV sur Poteaux Bois et isolateurs rigides
• Capacités des agents de l’opérateur
 Poteaux bois = 17 %
• Capacités des Entreprises locales
 Isolateurs = 21 %
 Armements = 11 %
 Câble = 43 %
NÉCESSITE DE NOUVELLES APPROCHES POUR ATTEINDRE LES
OBJECTIFS DE TAUX D’ÉLECTRIFICATION
 Poteaux bois

Le nombre estimé de poteaux bois est de 1 200 000 au début 2014

 Faible coût
 Disponibilité des arbres Eucalyptus présentant de bonnes
caractéristiques mécaniques
 Disponibilité de l’usine de traitement à la RNCFC
 1979 : Création par SONEL de sa propre usine de traitement
 40 000 Poteaux/an de capacité puis extension à 80 000 poteaux
 Etude interne de différents types d’assemblage et des efforts
nominaux correspondants
 Maîtrise du façonnage et du traitement des poteaux
 Durée de vie estimé à 20 ans

NÉCESSITE DE NOUVELLES APPROCHES POUR ATTEINDRE LES


OBJECTIFS DE TAUX D’ÉLECTRIFICATION
 Technologie Rigide
 Rapport de coût isolateur rigide vs Chaine d’isolateurs suspendus

 Traverses bois à la place des Nappes Voutes en acier et gains en coût

 Disponibilité locale

 Facilité de mise en œuvre

 Assistance d’Hydro Québec / ACDI pour l’élaboration du cahier de normes


de construction en technologie rigide

 Mise à contribution du Centre de Formation Professionnelle


NÉCESSITE DE NOUVELLES APPROCHES POUR ATTEINDRE LES
OBJECTIFS DE TAUX D’ÉLECTRIFICATION

 SWER : Technique monophasée avec retour par la


terre
 Approche correcte sur le plan de la théorie électrique

 Pratiquée dans de nombreux pays notamment Nouvelle Zélande,


Afrique du Sud et (Amérique du Nord)

 Réticences injustifiées de son introduction en Afrique Sub-


Saharienne

 Opportunités offertes notamment dans la réduction des coûts.


Réduction des coûts d’électrification de 50 à 60 %

 Facilité de mise en œuvre et d’exploitation

Schémas SWER : Poste source 15/30 kV


Schémas SWER (Suite1) : Poste source 90/30 kV ; T2 BPN ou TSA Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement

Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement Schémas SWER (Suite2) : Cas avec transformateur d’isolement
PROBLÈMES POSÉS PAR LES NOUVELLES APPROCHES
RÉSULTATS OBTENUS
 POTEAUX BOIS :
Grâce à la combinaison de ces nouvelles approches,
 Dégradation précoce : Nouveaux fabricants sans suivi strict, sélection
des poteaux et traitement
 L’on est passé de 36 localités électrifiées en 1974 à 5120 au
début de 2014 (dont 4500 en monophasé)
 Inadaptation dans certaines zones : Marécages, termites

 Réduction du nombre de centrales LFO isolées : L’on est passé  Déformation dans le temps et stabilité des appareillages (IACM, H61,
de 31 à 25 …)
 Sécurité des personnes lors ascension

 Les faibles coûts font que certaines populations financent elles


même l’électrification de leur localité

PROBLÈMES POSÉS PAR LES NOUVELLES APPROCHES EVOLUTIONS ENVISAGEABLES

 SWER :  Optimisation de la planification des réseaux de distribution incluant les


 Absence de planification; Multitude d’intervenants réseaux SWER et leurs évolution
 Limite de capacité : En général, pas pénalisant vu la taille des  Transformation mono en tri pour faire face à la croissance de la
villages
demande et permettre des extensions SWER
 Charges triphasées : Marginal dans les petites localités
 Problème des extensions en cascade (longues bretelles). Dans  Envisager des sources isolées en fonction d’études comparatives :
certaines zones, le SWER tend à prendre une configuration de micro hydro; Diesel LFO; Photovoltaïque; Hybride
Distribution  Revenir aux supports métalliques dans certaines zones, supports
 Sécurité des personnes : Très marginal, compte tenu des dispositions d’appareillages lourds,
prises
 Continuité de Service : L’opérateur n’est pas informé des ruptures
d’alimentation en temps réel
 Protection des réseaux amont : Du fait des réseaux SWER, l’on a
relevé le seuil du courant de déséquilibre admis. Ce faisant, il est
parfois difficile de distinguer un déséquilibre du à un défaut résistif.
 Contraintes Commerciales : La multitude des réseaux monophasés
rend complexes la gestion commerciale : Accès difficile, Distances
longues, Faible nombre de clients, …
 Généralisation du SWER aux réseaux 15 KV et aux centres isolés
L’EXPÉRIENCE DU CAMEROUN DANS LES ÉLECTRIFICATION A FAIBLE COUT
PAR EXTENSION DU RÉSEAU

MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION


Projet de Développement de l’Electrification Rurale dans le Département des Hauts-Plateaux
(DER HAUTS-PLATEAUX)
PREAMBULE
CRIS 2011 268-301

Le projet de Développement de l’Electrification Rurale dans le département des Hauts-Plateaux (DER Hauts-
Plateaux) s’exécute dans le périmètre concession de distribution et vente de l’électricité de AES SONEL
ATELIER SUR LES TECHNOLOGIES D’ELECTRIFICATION A FAIBLE COÛT PAR
EXTENSION DU RESEAU (Concessionnaire de distribution électrique au Cameroun),

 Soumis à toutes les exigences et contraintes du concessionnaire

 Réticence à déployer du SWER sur son réseau de distribution électrique MT/BT


ETUDE DE CAS
Défit:
Densification du réseau de distribution MT/BT dans le
Comment, face à la réticence au SWER du concessionnaire et au besoin en électricité des populations
Département des Hauts-Plateaux (Cameroun)
rurales (taux d’électrification < 5 %), arriver à obtenir des réseaux de distribution à bas coût avec la

DEMTARE Guy Oswald , TAMO Claude Michel, technologie classique qui est le triphasé ?
Chef de Projet Energie Chargé d’études Energie
g.demtare@eedsarl.com cm.tamo@eedsarl.com
Supervision:  Implémentation d’une démarche innovante tout au long du cycle du projet
Samuel WATCHUENG, Directeur de
Projet
Cotonou, 19-20 mars 2014

2
ETUDES ENGINEERING DEVELOPPEMENT - EED BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com

PLAN DE L’EXPOSE CONTEXTE & OBJECTIFS DU PROJET

1. Contexte

1. Contexte & Objectif du projet  Territoire d’exécution: Département des Hauts-Plateaux, Région de l’Ouest au Cameroun regroupant 04
Communes (BAHAM, BAMENDJOU, BANGOU, BATIE) pour env. 150 000 habitants;
 Tous le Département des Hauts-Plateaux est inclut dans le périmètre de concession de distribution de AES SONEL
2. Démarche pour la réalisation des réseaux de distribution à bas coûts
 La qualité de service de l’électricité est insatisfaisante [Quantité/Qualité]
2.1. Planification de l’Electrification Rurale  Taux de raccordement des ménages: 10%

2.2. Etudes d’exécution des extensions MT/BT


2. Objectifs du projet
2.3. Autres Aspects techniques
 La réalisation à bas coût des infrastructures de distribution électriques par extension du réseau MT/BT existant sur la phase dite
2.4. Passation des Marchés
prioritaire (2011 – 2013) – Amélioration de l’accès à l’électricité dans 57 pôles de développement (quartiers à fort potentiel socio-
2.5. Suivi, Contrôle et Réception des Equipements et Travaux économique) - Construction de 38 Km de ligne MT - 29 postes de transformation MT/BT - 90 Km de ligne BT - 70% des ménages
raccordés ;
3. Résultats & Enseignements  Le développement d’un service étendu et efficace d’éclairage public – Installation de 400 lampadaires (200 connectés au réseau

3.1. Les chiffres clé, comparés à des situations similaires/proches public Basse Tension et 200 lampadaires solaires photovoltaïques) pour un objectif de 12 lampadaires pour 1000
 Le renforcement de l’impact économique et social de l’électrification rurale – Accompagnement d’au moins 100 activités
3.2. Les Enseignements
génératrices de revenus (AGR), réalisation d’au moins 4000 nouveaux branchements et élaboration d’un plan d’action pour la
mobilité rurale.
 L’Amélioration de la gouvernance locale de l’électricité par la mise en place d’un organe intercommunal (syndicat) ayant pour
vocation la maîtrise d’ouvrage concertée du service public de l’électricité, la maîtrise de l’énergie et la gestion de l’éclairage public.

3 4
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.1. Planification de l’Electrification Rurale 2. 1.1 Méthodologie de mise en œuvre


Principes méthodologiques :
L’Exercice de planification vise l’optimisation d’une fonction objective sous un ensemble de
contraintes.  Le quartier comme unité d’électrification, dans l’optique de densification
 Anticipation de l’impact économique et social des projets: Le concept d’énergie utile
La fonction objective :
 Extension/densification du Réseau Interconnecté Sud (RIS) comme option d’alimentation optimale
« améliorer l’accès des population des Hauts-Plateaux à des services énergétiques abordables et durables,
 Remise à plat des branchements électriques à l’intérieur des quartiers considérés comme d’ores
tout en renforçant l’impact économique et social de l’électrification rurale à l’échelle du Département ».
et déjà électrifiés

Contraintes :  Perspective d’une maîtrise d’ouvrage communale ou intercommunale

 Planification et analyses technico-économiques sur un horizon de 20 ans; Etapes de mise en œuvre:


 Electrification des principaux pôles de développement dans un horizon de trois années (2011-2013) – i. Analyse spatiale : Elle consiste en :
Première phase dite « d’investissements prioritaires », avec un Budget d’investissement en infrastructures  La sélection, dans chaque commune, des quartiers prioritaires pour un projet d’électrification : il
compris entre un minimum de 500 millions de FCFA et un maximum de 1 milliard de FCFA ; s’agit de quartiers à fort potentiel socio-économique, que nous désignons « Pôles de
 Généralisation de l’accès direct à l’électricité au-delà de 2014 pour l’ensemble des localités, sans aucune Développement »
contrainte budgétaire.  La hiérarchisation, de ces quartiers, commune par commune, d’après leur population de
couverture (population du pôle à la quelle est rajoutée celle des quartiers situés dans leur
hinterland ou zone d’influence)
5 6
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2. 1.1 Méthodologie de mise en œuvre 2.1.2 Résultats obtenus (2011 – 2013)


Etapes de mise en œuvre:
Analyse Spatiale:
Commune Quartiers Pôles de Développement
ii. Analyse de la demande en électricité : Elle consiste à une modélisation de la demande actuelle et Nbre % Département Nbre % Commune
future en électricité selon une approche dite « bottom-up », c’est-à-dire à partir de profils BAHAM 65 28% 16 25%
BAMENDJOU 102 44% 25 25%
consommation moyens des différents types d’utilisateurs finaux en zone rurale (différentes classes de BANGOU 45 19% 11 25%
BATIE 20 9% 5 25%
clients domestiques, différentes infrastructures, commerces et services).
TOTAL 232 100% 57

iii. Simulation de l’extension du Réseau Interconnecté Sud (RIS) : Basé sur une analyse coûts- Prévision de la demande en électricité:
bénéfices, le modèle de simulation utilisé pour l’extension du RIS dans les Hauts-Plateaux s’appuie sur Commune Nbre Demande Demande Demande
Pôle Année 1 Moyen-terme Horizon
les résultats de la prévision de la demande en électricité et sur différents paramètres économiques et
Dev. Conso Pointe Conso Pointe Conso Pointe
financiers pour l’estimation des coûts d’investissements. Deux phases sont considérées, pour tenir (KWh) (KW) (KWh) (KW) (KWh) (KW)
BAHAM 16 398 088 121 1 038 465 396 2 393 633 841
compte des contraintes de budget d’investissement :
BAMENDJOU 25 705 469 233 1 907 936 713 4 252 953 1 514
(i) une phase d’investissement prioritaires (2011-2013), caractérisée par l’électrification en urgence BANGOU 11 271 330 89 719 801 272 1 567 744 572
BATIE 5 218 050 78 640 829 238 1 437 674 510
des principaux pôles de développement du Département, et TOTAL 521 1 619 3 437

(ii) une phase de généralisation de l’accès direct à partir de 2014, avec comme objectif une
couverture électrique totale de l’ensemble des quartiers.
7 8
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution


2.1.2 Résultats obtenus (2011 – 2013)
2.2.1 Etudes Topographiques
Budget d’investissement prévisionnel:
Elles permettent la délimitation géographique de la zone d’étude, la matérialisation de l’espace occupé par les bâtis, les
Année Nbre Population Longueur des Investissement Investissement
infrastructures, les services, les cours d’eau, la facilitation de la communication, la gestion et l’aménagement de la zone d’étude.
Pôle Dev. Couverte lignes MT (m) Intérieur Qtier Total
(FCFA) (FCFA) Les résultats attendus au terme de ces études sont un ensemble de données cartographiques devant alimenter la base
données SIG relatif au projet et permettre l’élaboration d’un ensemble de cartes thématiques (carte des réseaux électriques
2011 20 25 206 6 017 443 380 003 470 456 505 existant, carte des réseaux routier et hydrographique, carte des bâtis et autres infrastructures, etc.).
2012 20 11 312 11 237 227 518 885 278 085 385
2013 17 7 518 20 847 162 211 112 256 022 615  La construction du fond de plan vise à collecter le maximum d’informations urbaines et géographiques
TOTAL 57 44 036 38 101 833 110 000 1 004 564 505 auprès des organismes compétents sur le territoire cible afin d’établir une cartographie sous AUTOCAD et Manifold.
Elle est réalisée au travers de trois principales activités :
Résumé: i. l’acquisition des données sectorielles sur le territoire cible (réseaux de distribution électriques existants,
routes, pistes, localités en terme de population, infrastructures socio-économiques, hydrographie, etc.),
 Pôles de développement: 57
ii. La définition du fond de plan du territoire cible via des outils comme Google Earth ou les vues satellites pour
 Puissance de pointe prévisionnelle: 3,4 MW la numérisation des bâtis, routes, cours d’eau, autres obstacles identifiables, et
 Budget d’investissement prévisionnel: 1 004 564 505 FCFA iii. Le traitement des données afin de permettre leur intégration dans un logiciel SIG pour l’obtention de fond de

 Population de couverture: 44 036 habitants plan clair qui servira de support aux études électriques et mécaniques des futurs réseaux de distribution.

9 10
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution 2.2 Etudes d’exécution


2.2.1 Etudes Topographiques 2.2.1 Etudes Topographiques
La construction du plan de masse vise à finaliser le traitement des données et informations collectées et d’associer
au fond de plan, les points de consommation (points de charge) existant, les réseaux électriques HTA et BT existants et les
différents obstacles pouvant gêner ou empêcher la bonne construction des ouvrages électriques (lac, marécage, cimetière,
parc animalier, grands arbres, espaces privés et bien d’autres points particuliers) pour la zone d’étude.

Cartographie Commune de BANGOU Cartographie Commune de BATIE

Cartographie Commune de BAHAM Cartographie Commune de BAMENDJOU


11 12
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution 2.2 Etudes d’exécution


2.2.2 Etudes de la demande en électricité 2.2.2 Etudes de la demande en électricité
L’Etude prévisionnelle de la demande en électricité est réalisée à partir d’une enquête socio-économique de terrain à l’échelle de
Puissance totale de pointe brute tête réseau  (kW)
tout le Département des Hauts-Plateaux et qui permet d’encadrer les capacités à payer et les profils de consommation moyens de
année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année 
chaque type d’utilisateur final (différentes classes de ménage, écoles, boutiques, autres activités productives etc.). 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
La méthode permet d’analyser finement la demande en électricité dans chaque Commune en fixant les éléments suivants, année Baham 672 915 1155 1235 1320 1412 1509 1614 1726 1845 1882 1920 1958 1997 2037 2078 2120 2162 2205 2249
Bamendjou 623 813 999 1061 1126 1196 1270 1348 1431 1520 1550 1581 1613 1645 1678 1711 1746 1780 1816 1852
par année, dans un horizon de 20 ans :
Bangou 456 589 721 768 817 870 927 987 1051 1119 1141 1164 1188 1211 1236 1260 1285 1311 1337 1364
 Le nombre de clients basse tension,
Batié 301 441 580 624 670 721 774 832 895 962 981 1001 1021 1041 1062 1083 1105 1127 1149 1172
 La demande de pointe (en kW), 2052 3455 5446

 La consommation annuelle (en MWh), Synthèse de l’évolution de la Puissance totale de pointe brute en tête de réseau

Une approche innovante dite « Bottom-up » par opposition aux approches « Top-down » qui fait souvent appel à l’utilisation de
Energie totale tête de réseau (MWh/an)
données macroéconomiques. L’approche Bottom-up a le mérite de partir des observations réellement faites sur le terrain pour
année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année  année 
apprécier le plus finement possible la demande. C’est une étape critique dans le processus de la planification et du montage du 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Baham 2 160 3 257 4 493 4 913 5 294 5 706 6 150 6 629 7 146 7 705 7 810 7 897 7 966 8 036 8 107 8 179 8 253 8 327 8 403 8 480
projet, puisque ces éléments alimenteront les calculs de dimensionnement des réseaux de distribution Moyenne Tension et Basse
Bamendjou 2 084 2 922 3 873 4 193 4 498 4 825 5 177 5 556 5 963 6 400 6 507 6 605 6 695 6 787 6 880 6 975 7 072 7 170 7 270 7 371
Tension. En effet : Bangou 1 422 2 079 2 847 3 128 3 368 3 627 3 906 4 207 4 532 4 883 4 963 5 026 5 075 5 124 5 174 5 225 5 276 5 329 5 382 5 436

 Une surestimation de la demande conduirait à un surdimensionnement des réseaux de distribution, ce qui peut impliquer à Batié 953 1 546 2 252 2 497 2 702 2 925 3 166 3 427 3 711 4 019 4 084 4 132 4 165 4 199 4 233 4 267 4 303 4 338 4 375 4 412
6619 13465 23007
coût égal, une réduction du nombre de bénéficiaires.
Synthèse de l’évolution de l’énergie totale en tête de réseau
 Une sous-estimation conduirait naturellement à des pénuries de l’offre.

13 14
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution 2.2 Etudes d’exécution


2.2.3 Etudes Electriques et Mécaniques des réseaux de distribution / Objectifs 2.2.3 Etudes Electriques et Mécaniques des réseaux de distribution / Outils

L’Objectif global des études électriques et mécaniques dans les études d’un projet d’électrification rurale est d’adapter les Dans ce domaine le cabinet Etudes Engineering Développement (www.eedsarl.com) dispose de puissants outils d’analyses et de
ouvrages de distribution électrique avec : (i) la demande en électricité estimée, et (ii) la topographie réel de la zone calculs. Il s’agit de logiciels pour le dimensionnement de réseaux à bas coûts, dont la plupart ont été développé en interne (au sein
d’exécution du projet. du Groupe IED):

De manière spécifique, les études électriques et mécaniques visent à : La méthodologie de réalisation des études électriques des réseaux MT et BT à bas coûts au sein du cabinet Etudes Engineering
Développement est basé sur l’élaboration préalable du plan de masse et de l’étude de la demande en électricité de la localité à
 Dimensionner les puissances de pointe spécifiques aux unités d’électrification dans la zone d’étude en exploitant les résultats de électrifier.
l’étude de la Demande.
 Projection du réseau MT/BT et positionnement du transformateur : La projection
 Projeter et dimensionner les réseaux dans la zone d’étude, en rapprochant le réseau au plus près des ménages et des
des réseaux MT et BT ainsi que le positionnement du transformateur est réalisée sur
infrastructures.
le plan de masse. Le transformateur est positionné au barycentre de la charge près de
 Optimiser la section des conducteurs, tout en conservant la qualité de service
la route pour faciliter sa mise en œuvre, son exploitation et sa maintenance. Un
 Dimensionner et optimiser les structures supports des différents réseaux de distribution de l’électricité, en prenant en compte les
maximum de quatre départs BT lui est greffé. Le déploiement du réseau BT est réalisé
contraintes topographiques, atmosphériques et environnementales de la zone d’exécution du projet dans le respect de la qualité
de manière à rapprocher le réseau BT des bâtis (distance conseillée : 40 m). Cette
de service et des normes
projection est ensuite validée sur le terrain à l’aide de GPS calibrés en longitude
 Elaborer la cartographie ainsi que les plans détaillés d’exécution des réseaux de distribution à construire
latitude, en dd°mm’ss’’.
 Elaborer l’estimation quantitative des équipements de distribution électrique et des travaux à réaliser

15 16
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution 2.2 Etudes d’exécution


2.2.3 Etudes Electriques et Mécaniques des réseaux de distribution / Méthodologie 2.2.3 Etudes Electriques et Mécaniques des réseaux de distribution / Résultats
 Quantitatif des ouvrages de distribution électrique MT/BT à construire
 Segmentation du réseau de distribution en dipôle : Un dipôle est une section du réseau MT/BT de même section et sans
dérivation greffée sur elle. La segmentation du réseau de distribution en dipôle permet de dimensionner chaque dipôle sur la N° COMMUNE Longueur des réseaux électriques MT/BT à construire (Km)
base de la charge électrique potentiel qui lui sera greffé à l’horizon de planification
MT Trip MT Mono MT/BT MT/BT BT Trip BT Mono
Trip Mono
 Calcul des paramètres électriques des réseaux MT/BT: Le calcul des paramètres électriques de chaque dipôle (chute de
1 BAHAM 2,25 0 4,4 0 25 0
tension, pointe de puissance, section conducteurs, etc.) est réalisé à l’aide des outils SIMUL MT et SIMUL BT 2 BAMENDJOU 15 0,05 5,949 0,516 24,548 0,556
3 BANGOU 0,04 0 2,132 0 14,24 8,845
 Par l’application de cette démarche, nous obtenons en Basse Tension, un réseau de distribution composé de : (i) départs BT 4 BATIE 6,014 0 1,976 0 7,325 0
principaux, (ii) départs BT secondaires, et (iii) départs BT terminaux dont les sections des conducteurs correspondantes TOTAL 23,304 0,05 14,457 0,516 71,113 9,401

reflètent le niveau de charge y afférant. Longueur total du réseau MT


(Km)
38,327
 Le calcul mécanique des structures supports des réseaux de distribution MT/BT a pour objectif de définir les paramètres Longueur total du réseau BT
(Km)
95,487
techniques (effort maxi, hauteur, classe, etc.) de chaque structure support en fonction de la section des conducteurs définies lors
des études électriques, de la topographie du terrain et des conditions climatiques dans la zone d’étude.  Réseau MT/BT Tri: 92,6 %

 Réseau MT/BT mono (SWER): 7,4 %

17 18
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.2 Etudes d’exécution 2.3 Autres Aspects techniques


2.2.3 Etudes Electriques et Mécaniques des réseaux de distribution / Résultats 2.3.1 Eclairage Public: Schéma Directeur d’Aménagement Lumière / Définition

 Coûts des ouvrages de distribution électrique MT/BT à construire La politique d’aménagement lumière est l’ensemble des réflexions et actions en vue de donner une cohérence à moyen et long

COMMUNES FOURNITURES MAIN D'ŒUVRE TOTAL NBRE QUARTIERS terme aux orientations de la collectivité dans le domaine de la lumière artificielle (cf. ADEME – France). Son Objectif est la
COUVERTS Valorisation de l’identité socioculturelle et économique de la collectivité par la lumière tout en intégrant le concept de

BAHAM 166 945 176 47 151 164 214 096 340 26 développement durable.

BAMENDJOU 285 363 969 68 898 860 354 262 829 30


Il se dégage deux principaux enjeux :
BANGOU 105 709 487 33 664 667 139 374 154 23
 Enjeux énergétiques : Application du concept MDE (Maîtrise de la demande d’électricité) qui consiste à mener des
BATIE 89 667 663 20 608 253 110 275 916 7
actions permettant de réduire les consommations et les puissances appelées pour le même service rendu par le bon
647 686 295 170 322 944 818 009 239 86 choix des Technologies et la mise en œuvre des modes de gestion appropriés ;

Résumé:  Ligne MT: 38 Km  Quartiers couverts : 86  Enjeux environnementaux : Une faible consommation électrique et une plus grande durée de vie permettent d’agir
En augmentation de 33,3% par
 Ligne BT: 96 Km immédiatement et directement sur les émissions de gaz à effet de serre (109 g de CO2/Kwh), la production de déchets
rapport à la prévision (57)
 Poste de transformation MT/BT: 29 chimiques (mercure dans les lampes) et la nuisance lumineuse nocturne.

 Budget: 818 millions FCFA


19 20
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.1 Eclairage Public: Schéma Directeur d’Aménagement Lumière / Méthodologie 2.3.1 Eclairage Public: Schéma Directeur d’Aménagement Lumière / Diagnostic

La méthodologie d’élaboration d’un Schéma Directeur d’Aménagement Lumière (SDAL) s’articule autour de Les études diagnostiques réalisées à l’échelle du Département des Hauts-Plateaux, nous montre un parc d’éclairage public
constitué de 220 lampadaires à vapeur de mercure à ballon fluorescent avec ballast de 125 W pour un ratio de
huit principales étapes :
couverture estimé à 12 lampadaires pour 8000 habitants. L’Analyse des besoins des collectivités nous a permis
i. la mise en place d’un comité de pilotage pour la gestion des activités du projet,
d’identifier 382 sites candidats à l’éclairage public sur l’ensemble du territoire du Département des Hauts-Plateaux et qui
ii. l’identification des besoins de la collectivité,
nécessitent pour certains, l’installation de plusieurs lampadaires. D’où la hiérarchisation des sites candidats afin de leur donner un
iii. la réalisation du diagnostic urbain pour l’analyse des sites identifiés de jour comme de nuit, ordre de priorité face aux contraintes budgétaires du projet sur ce volet.
iv. la réalisation du diagnostic technique et l’analyse du réseau d’éclairage public existant,
v. la réalisation de la cartographie des sites identifiés, En effet le projet ne pourra que fournir 400 lampadaires dont 200 lampadaires solaires photovoltaïques et 200
lampadaires connectés au réseau public de distribution Basse Tension. La mise en œuvre de la technologie
vi. la hiérarchisation des sites identifiés sur la base d’une grille multicritère afin d’établir un ordre de
LED pour le luminaire, est ici la principale innovation technologique. Cette technologie a l’avantage d’être économe en terme de
priorité entre les sites,
consommation d’énergie (3 à 4 fois moins) pour le même rendement et une durée de vie importante (30 000h).
vii. la réalisation des prescriptions techniques générales, et
Ainsi, les Communes bénéficiaires verront leurs factures mensuelles diminuées de 3 à 4 fois. La cartographie des points
viii. l’élaboration du document cadre du SDAL qui est la synthèse des différents résultats obtenus. d’éclairage public retenus est présentée ci-après.

21 22
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.1 Eclairage Public: Schéma Directeur d’Aménagement Lumière / Cartographie 2.3.1 Eclairage Public: Schéma Directeur d’Aménagement Lumière / Cartographie

Cartographie EP Commune de BAHAM Cartographie EP Commune de BAMENDJOU


Cartographie EP Commune de BANGOU Cartographie EP Commune de BATIE

23 24
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Potentiel
2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Potentiel
[0m – 10m] 35 249 FCFA
 Une analyse de la cartographie de ces réseaux BT croisé avec les résultats des enquêtes socio-
économiques des ménages et des travaux de topographie à l’échelle de tout le département montre un [10m – 40m] 47 868 FCFA

potentiel global de: 9119 branchements [40m – 60m] 115 834 FCFA

[60m – 100m] 195 318 FCFA

Item Palier Potentiel BAHAM BAMENDJOU BANGOU BATIE

1 [0m – 10m] 1938 333 600 643 362

2 [10m – 40m] 3915 1339 1428 651 497 5853


3 [40m – 60m] 1412 522 469 236 185

4 [60m – 100m] 1854 747 600 235 272 3266


N.B: cette évaluation est basée uniquement sur les ménages actuellement non raccordés au réseau BT AES SONEL.

25 26
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Objectifs 2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Campagne
 [0m – 10m] : 75% soit 1454 nouveaux branchements
 Pour une cible minimum de 4000 branchements domestiques D’un point de vue pratique, la campagne de branchement actuellement en cours qui a démarré le 14 novembre 2013 et devrait
 [10m – 40m] : 67% soit 2623 nouveaux branchements
réalisés à l’échelle du Département, les objectifs de s’achever le 30 juin 2014, a été organisée en cinq phases : Or, Argent, Bronze, Ivoire et Hors projet. Le tableau ci-après résumé
pénétration suivants peuvent être fixés pour chaque palier :  [40m – 60m] : 5% soit 71 nouveaux branchements
les différentes phases. Dépendant de la phase dans laquelle s’inscrira le branchement, le projet DER Hauts-Plateaux pourra
 [60m – 100m] : 2% soit 37 nouveaux branchements prendre en charge :

COÛT OBJECTIFS BRANCHEMENTS EQUIPEMENT STANDARD 5A (EQSTSO) i. La totalité du gap HT (différence HT entre le coût du branchement - basé sur le devis AES-Sonel - et la contribution
C.U C.U initiale de 30.000 FCFA versée par chaque demandeur), pour toutes les demandes sociales (moins de 5A) situées à
COÛT
PALLIER EQSTSO BRANCH QTE CONT. POP SUBV.
BRANCH moins de 40m et enregistrées au plus tard le 15 janvier 2014 ;
FCFA TTC TTC
75% [0m - 10m] 35 249 35 249 1454 51 234 422 43 605 000 7 629 422 ii. Seulement une partie du gap HT, pour toutes les demandes sociales (moins de 5A) situées à moins de 100m et
EQSTSO (5A)
Objectif cible

67% [10m - 40m] 35 249 47 868 2623 125 560 157 78 691 500 46 868 657 enregistrées au plus tard le 15 février 2014 ;
5% [40m - 60m] 35 249 115 834 71 8 177 880 2 118 000 6 059 880 iii. La TVA sur le coût total du branchement, pour toutes les demandes, sociales ou non, enregistrées au plus tard le 15
[60m - mars 2014 ;
2% 35 249 195 318 37 7 242 391 1 112 400 6 129 991
100m]
[0m - 40m] 4077 176 794 579 122 296 500 54 498 079 iv. Au-delà du 15 mars 2014, aucune subvention, ni sur le gap HT, ni sur la TVA ne pourra plus être accordée aux
candidats au branchement.

En cas de Disponibilité des ressources, ce gap pourra être pris en charge par le
SIHPLATEAUX à travers le projet DER Hauts – Plateaux.

27 28
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Campagne 2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Campagne

 Dans la pratique, la campagne de branchement se déroulera en cinq phases:  Dans la pratique, la campagne de branchement se déroulera en cinq phases:
 Or,  Or,
 Argent,  Argent,
 Bronze,  Bronze,
 Ivoire,  Ivoire,
 Hors projet  Hors projet
Démarrage Démarrage
Contributio Production du Durée de Contributio Production du Durée de
Cible sociale Subvention du Conditions de branchement et des Cible sociale Subvention du Conditions de branchement et des
PHASE n Initiale du devis de la PHASE n Initiale du devis de la
prioritaire gap encadrement de la subvention branchements prioritaire gap encadrement de la subvention branchements
demandeur Branchement campagne demandeur Branchement campagne
effectifs effectifs

 Pour les 5A des paliers 1 & 2 [0m –  Pour les 5A des paliers 1 à 4 [0m –

40m]: le gap HT est calculé et entièrement 100m]: les candidats sont invités à

pris en charge par le SIHPLATEAUX Ventilation du combler l’éventuel gap HT pour finaliser

(subvention 100%). La TVA et la solde de la leur branchement. La TVA et la

contribution totale HT sont reversées en contribution totale HT sont reversées en


Du 14 subvention au Du 16
 Palier 1 & 2 100% TTC fin de campagne par le SIHPLATEAUX à
 Palier 1 à 4 fin de campagne par le SIHPLATEAUX à
AES SONEL en novembre PHASE 2: AES SONEL en prorata des janvier
PHASE 1: [0m – 40m] pour les 5A des Au plus tard le [0m – 100m] 30 000 AES SONEL Au plus tard le
30 000 AES SONEL
Branchement relation avec le 2013 au 15 Branchement FCFA
relation avec le bénéficiaires 2014 au 15
 Clients 5A FCFA paliers 1 & 2 16 janvier 2014  Clients 5A 16 février 2014
Or SIHPLATEAUX janvier
Argent SIHPLATEAUX 5A qui se sont février
 Pour les autres: les demandeurs sont (EQSTSO)  Pour les autres: les demandeurs sont
(EQSTSO) [0m – 40m]
2014 enregistrés. invités à combler le gap HT pour finaliser 2014
invités à combler le gap HT pour finaliser
leur branchement avant exécution. La Prise en charge leur branchement. La TVA et la

TVA et la contribution totale HT sont de la TVA contribution totale HT sont reversées en

reversées en fin de campagne par le fin de campagne par le SIHPLATEAUX à

SIHPLATEAUX à AES SONEL AES SONEL

29 30
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Campagne 2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Campagne
 Dans la pratique, la campagne de branchement se déroulera en cinq phases:
 Or,
 Dans la pratique, la campagne de branchement se déroulera en cinq phases:
 Argent,
 Or,
 Bronze,
 Argent,
 Ivoire,
 Bronze,
 Hors projet
 Ivoire,
Contributio Production du Durée de
Démarrage  Hors projet
Cible sociale Subvention du Conditions de branchement et des
PHASE n Initiale du devis de la
prioritaire gap encadrement de la subvention branchements
demandeur Branchement campagne
effectifs
Démarrage
Tous les demandeurs sont invités à combler Contributio Production du Durée de
Aucune sur la Du 16 Cible sociale Subvention du Conditions de branchement et des
AES SONEL en PHASE n Initiale du devis de la
PHASE 3: partie HT. Prise
l’éventuel gap HT pour finaliser leur
février Au plus tard le
prioritaire
demandeur Branchement
gap encadrement de la subvention
campagne
branchements
30 000 effectifs
Branchement Aucune
FCFA
relation avec le branchement. La TVA et la contribution totale
en charge de la 2014 au 15 16 mars 2014
Bronze SIHPLATEAUX HT sont reversées en fin de campagne par le
TVA SIHPLATEAUX à AES SONEL mars 2014

Contributio Production du Durée de


Démarrage PHASE 5: Aucune. Ni Tous les demandeurs s’adressent Au-delà
Cible sociale Subvention du Conditions de branchement et des Brancheme
PHASE n Initiale du devis de la
prioritaire gap encadrement de la subvention branchements Aucune Aucune AES SONEL sur la partie directement aux services du 30 juin N/A
demandeur Branchement campagne nt
effectifs
Hors projet HT, ni sur la commerciaux de AES SONEL 2014
Tous les demandeurs sont invités à combler
TVA
l’éventuel gap TTC pour finaliser leur
PHASE 4: AES SONEL en Aucune. Ni sur du 16 mars
30 000 branchement. La contribution totale TTC est Au plus tard le
Branchement Aucune
FCFA
relation avec le la partie HT., ni 2014 au 30
reversée en fin de campagne par le 1er juillet 2014
Ivoire SIHPLATEAUX sur la TVA juin 2014
SIHPLATEAUX à AES SONEL. Aucune prise
en charge de TVA

31 32
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.3 Autres Aspects techniques 2.3 Autres Aspects techniques


2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Résultats campagne 2.3.2 Branchements: Objectifs et organisation de la campagne / Résultats Campagne

Le lancement officiel de la campagne de branchement a eu lieu du 14 au 16 novembre 2013, en Les résultats intermédiaires enregistrés de la campagne de branchement à la date du 01 mars 2014 sont
marge du Festival Culturel « LIE LA’ TATOMDJAP » de Baham. Le Projet a saisi l’opportunité de cet présentés dans le tableau suivant :
évènement culturel, censé rassembler de nombreuses populations, pour effectuer les premiers
enregistrements aux branchements électriques et répondre aux éventuelles préoccupations des
COMMUNE Potentiel Nbre Nbre inscrits Nbre inscrits Total inscrits
populations.
préinscrits
« Phase OR » « Phase (01 mars 14)
Afin de garantir son bon déroulement, un certain nombre de moyens ont été mis à disposition : Argent »
BAHAM 2941 1559 369 376 745
 Les neuf (09) Animateurs de terrain indentifiables à leurs tenues au logo du projet et disposant chacun d’une moto pour
leurs déplacements dans les profondeurs des Communes. Ces Animateurs se chargent des sensibilisations des
BAMENDJOU 3097 1800 275 570 845

populations et des pré-enregistrements à l’intérieur des villages ; BANGOU 1765 1094 152 284 436
 01 superviseur des activités de la campagne de branchement qui suit au quotidien son évolution et fait le point sur l’état BATIE 1316 690 120 248 368
d’avancement des enregistrements ; TOTAL 9119 5143 916 1451 2394
 Le bureau local du Projet situé au Centre multifonctionnel de Baham, à partir d’où des pré-enregistrements peuvent
également être effectués pour les populations issues de toutes les quatre Communes ; A la date du 01 mars 2014, nous avons enregistrés un total de 5143 demandes de branchement dont
 Un site Internet du Projet (www.der.eedsarl.com), à partir duquel des pré-enregistrements peuvent être effectués pour la 2394 confirmées représentant 47% du total des demandes de branchement.
diaspora nationale et étrangère (ressortissants non-résidents des Hauts-Plateaux).

33 34
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.4 Passation des Marchés


2.4 Passation des Marchés
2.4.1 Allotissement des Prestations
2.4.1 Allotissement des Prestations
Au vu des expériences négatives sur les projets similaires d’électrification rurale au Cameroun, nous avons optés pour :
 une dissociation entre la fourniture et la mise en œuvre, Eclairage Public
 un fractionnement de la fourniture en deux lots : un premier lot réservé à la fourniture du matériel à importer (marché
ouvert à l’international) et le deuxième lot réservé à la fourniture des poteaux et traverses bois, Lot 1 Lot 2
Commune
 un fractionnement de la mise en œuvre en plusieurs lots afin de faire participer plusieurs PME Camerounaises Désignation Coût (FCFA HT) Désignation Coût (FCFA HT)

du secteur de l’électricité plus aguerries aux travaux qu’à la fourniture de matériels BAHAM
BAMENDJOU Fournitures, Installation Fournitures, Installation
Les tableaux suivants présentent la configuration de l’allotissement qui a été opéré sur le projet DER Hauts-Plateaux :
BANGOU et SAV lampadaires 267 630 456 et SAV lampadaires 70 000 000
Réseaux de distribution électrique MT/BT BATIE solaire PV connectés au réseau BT
Fourniture Main d’œuvre
Coût Prévisionnel (FCFA
Lot 1 (FCFA HT) Lot 2 (FCFA HT) Commune N° Lot
HT)
Lot 3 23 744 272
BAHAM
Lot 4 23 406 892
Lot 6 22 800 003
BAMENDJOU Lot 7 27 802 050
507 154 295 140 532 000
Lot 8 18 296 807
Lot 1 16 200 094
BANGOU
Lot 2 17 464 573
BATIE Lot 5 20 608 253
35 36
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.4 Passation des Marchés 2.5 Suivi, Contrôle et Réception des équipements et Travaux
2.4.2 Analyse comparative des Offres 2.5.1 Modalités d’organisation interne
Tableau de synthèse: voir note technique L’Organisation mise en place pour le suivi, contrôle et réception des équipements et travaux est constituée de deux niveaux : (i) la
L’Analyse comparative des coûts nous montre au final, un écart positif de 10 millions FCFA HT entre les coûts coordination centrale, et (ii) le suivi et contrôle sur site :
contractuels et les coûts prévisionnels obtenu à l’issue des phases de négociation avec les Entreprises. Ainsi sur le projet DER  La coordination centrale est assurée par une équipe de deux Ingénieurs électriciens basés au siège du cabinet EED à Yaoundé,
Hauts-Plateaux permet de dégager un coût moyen de 6 104 547 FCFA HT / Km de ligne MT/BT coût totalement inédit Cameroun. Cette équipe est chargée de :
dans le contexte de l’électrification rurale au Cameroun.  La définition de la stratégie de suivi et contrôle des travaux sur site,
A titre illustratif, ce coût moyen (2013) est notamment à comparer à celui obtenu dans le cadre d’un projet d’électrification en  La supervision des activités de suivi et contrôle sur site
cours d’exécution dans la Région du Sud-Ouest du Cameroun (Projet ERD-RUMPI, 2010), où il est évalué à 15.973.097 FCFA  La gestion des aspects administratifs et techniques en relation avec des organisations tiers
HT/km, soit 2,6 fois plus cher que dans les Hauts-Plateaux, la configuration topographique ne pouvant pas à elle seule  Du suivi et contrôle des délais d’exécution et de la qualité des travaux
expliquer ce différentiel de coûts, comme en témoignent les différences entre les prix unitaires d’équipements mis en évidence  La réception des équipements et des étapes importantes dans la mise en œuvre des ouvrages de distribution électrique
dans le tableau ci-après : L’Equipe de coordination centrale effectue régulièrement des descentes de supervision sur site avec un rythme d’environ 10 jours sur
CU Moyen CU Moyen Ecart 30 chaque mois pour s’assurer de la bonne marche des activités sur le terrain
Equipement
ERD-RUMPI (FCFA HT) DER Hauts-Plateaux (FCFA HT) Montant (FCFA HT) %
 Le suivi et contrôle sur site : Il est assuré par une équipe de quatre (04) contrôleurs juniors (un contrôleur par commune) basés à
Transformateur 50KVA – 30KV TRI 3 750 000 2 170 000 1 580 000 +73%
Transformateur 100KVA – 30KV TRI 5 000 000 2 300 000 2 700 000 +118% BAHAM dotés de moto et dont les principales missions sont :
Poteau bois 11m/s 68 000 40 000 28 000 +70%
 Le suivi et contrôle des travaux sur site sur les plans qualitatif et quantitatif
Isolateur rigide 30KV 28 500 15 832 12 668 +80%
Chaine d’ancrage 3 élts 29 500 16 401 13 099 +80%  La gestion locale des contraintes locale liées à l’exécution des travaux dans chaque commune
Câble BT 3x70 + NP + 2EP 5 000 2 985 2 015 +68%  Le reporting des actions des différentes Entreprises contractantes sur le projet, volet infrastructure de distribution électrique
Câble BT 3x35+NP+2EP 3 250 1 952 1 298 +67%
37 38
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE DEMARCHE POUR LA REALISATION DES RESEAUX DE
DITRIBUTION A BAS COÛTS DITRIBUTION A BAS COÛTS
Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle & Planification de Etudes Autres aspects Passation de Suivi, contrôle &
L’ER d’exécution techniques Marchés Réception L’ER d’exécution techniques Marchés Réception

2.5 Suivi, Contrôle et Réception des équipements et Travaux


2.5 Suivi, Contrôle et Réception des équipements et Travaux
2.5.2 Suivi, Contrôle et Réception des travaux en concertation étroite avec le concessionnaire de distribution de
2.5.2 Suivi, Contrôle et Réception des travaux en concertation étroite avec le concessionnaire de distribution de l’électricité
l’électricité une démarche de suivi et de contrôle des travaux a été mise en place en concertation entre le Maître
d’œuvre EED et les équipes techniques de AES-Sonel. Cette démarche concertée de suivi et de
Un cadre original de collaboration a été mis en place entre AES-Sonel et le Projet DER Hauts-Plateaux,
contrôle des fournitures et travaux consiste en la mise en œuvre conjointe des activités suivantes :
à la suite d’une sollicitation de M. le Maire de Baham, Maître d’Ouvrage délégué. Cette collaboration se
 Validation des plans d’exécution ;
traduit notamment par :
 Réception du piquetage ;
i. La désignation par AES-Sonel d’un point focal du projet, qui s’est concrétisée dès le 04 février
 Contrôle des opérations d’Elagage et d’Abattage ;
2013, avant le démarrage des travaux sur le terrain ;
 Contrôle des exécutions des fouilles ;
ii. L’organisation de séances de travail entre la Maîtrise d’œuvre (EED) et AES-Sonel ayant
 Réception du matériel local et importé (poteaux, câbles, IACM, Boulonnerie, etc.) ;
conduit à la validation des résultats de la phase d’études, avec prise en compte d’un ensemble
 Réception et Test des Transformateurs ;
de recommandations techniques faites par AES-Sonel, avec pour certaines une incidence sur le
 Validation des implantations conformément aux plans de piquetage réceptionné ;
coût des travaux ;
 Réception Armement et Déroulage des réseaux MT/BT ;
iii. L’acceptation par AES-Sonel, à titre exceptionnel, d’une contribution au projet par la gratuité
 Mesures des prises de Mise à la terre ;
de ses prestations d’études et de contrôle ;
 Réception des ouvrages et Raccordement aux réseaux MT/BT existant
iv. Et en la mise en place entre EED et AES-Sonel, d’une plate-forme de suivi-contrôle du projet
pour la réception des équipements locaux (poteaux bois) ou importés (câbles, Incidence: exonérer à 100% de ses frais de suivi et de contrôle généralement évalués et facturés à 7% du montant des fournitures
transformateurs, etc.), ainsi que le suivi des travaux sur le terrain, opérationnelle depuis le mois et travaux, ce sont environ 70 millions de FCFA qui ont ainsi été épargnés par le projet, et qui pourront être consacrés aux
d’avril 2013. infrastructures.
39 40
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
RESULTATS & ENSEIGNEMENTS RESULTATS & ENSEIGNEMENTS
Chiffres clé, comparés à des Les Enseignements Conclusion Chiffres clé, comparés à des Les Enseignements Conclusion
situations similaires / proches situations similaires / proches

4.1 Chiffres clé, comparés à des situations similaires /proches 4.1 Chiffres clé, comparés à des situations similaires /proches

 Le projet DER Hauts-Plateaux, au sortir de l’exercice de planification de l’électrification rurale sur l’ensemble du territoire du  De façon globale, cette gestion rigoureuse du projet a permis, avec l’accord de l’Union Européenne de proroger le projet sur une
Département des Hauts-Plateaux couvrant les communes de BAHAM, BAMENDJOU, BANGOU et BATIE, projetait année supplémentaire, et de signer différents avenants avec les entreprises pour un coût total de 141.811.438 FCFA HT. Ce
l’électrification de 57 pôles de développement (quartier à fort potentiel socioéconomique) avec un budget évalué à sont ainsi 3 km de lignes MT et 33 km de lignes BT qui seront construits, soit un total de 41 km de lignes MT et
1.004. 564 .505 FCFA HT sur sa période dite d’investissements prioritaires (2011 – 2013). 129 km de lignes BT à l’issue du projet en juillet 2015. Au final, le projet DER Hauts-Plateaux devrait ainsi permettre
 Grâce à la mise en œuvre d’une démarche d’optimisation menée dans le cadre des études d’exécution, ce sont désormais 38 d’électrifier 110 localités soit 53 localités de plus qu’initialement prévu et un quasi doublement des objectifs
Km de ligne Moyenne Tension et 96 Km de réseaux Basse Tension qui sont en cours de construction, pour initiaux à budget global constant.
l’électrification de 86 localités soit 29 localités supplémentaires électrifiées à budget constant.
 Grâce aux optimisations menées dans le cadre du processus de passation des marchés (dissociation fourniture/travaux,
allotissement et segmentation) le coût moyen de construction des lignes MT/BT dans le cadre du projet DER Hauts-Plateaux
est de 6.104.547 FCFA HT/km, soit 2,6 fois moins qu’un projet comme ERD-RUMPI en cours d’exécution dans la Région
du Sud-Ouest du Cameroun où il est évalué à 15.973.097 FCFA HT/km, avec par ailleurs des retards considérables dans
l’exécution des travaux
 Par ailleurs, le projet a réalisé des économies substantielles en mettant en place d’entrée de jeu une synergie et une
collaboration parfaite et de proximité avec le concessionnaire AES-SONEL, permettant notamment d’éviter des frais de l’ordre
de 70 millions FCFA

41 42
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www eedsarl com www eedsarl com

RESULTATS & ENSEIGNEMENTS RESULTATS & ENSEIGNEMENTS


Chiffres clé, comparés à des Les Enseignements Conclusion Chiffres clé, comparés à des Les Enseignements Conclusion
situations similaires / proches situations similaires / proches

4.2 Les Enseignements


4.3 Conclusion
En attendant la fin du projet désormais prévu en juillet 2015, on peut déjà retenir que :
De manière générale, le présent exposé démontre que la réduction des coûts de distribution électrique,
 Les études de planification, les études topographiques ainsi les études de la demande en électricité constituent des au-delà des aspects purement techniques liés notamment aux choix technologiques optimums, est en
étapes clés, socles d’un dimensionnement optimal des réseaux de distribution électrique à bas coûts : il est
réalité le résultat d’une démarche globale, cette démarche de réduction des coûts s’inscrit tout le long
particulièrement déterminant que le dimensionnement des ouvrages de distribution tienne compte de la demande et
du cycle du projet, de la planification à la réalisation des branchements, en passant par l’optimisation
de son évolution dans le temps. Le bon encadrement de cette demande constitue ainsi un prérequis essentiel ;
des études d’exécution, du processus de passation des marchés, ainsi que des mécanismes de suivi et

 La maîtrise des coûts des principaux fabricants et fournisseurs d’équipements de réseaux de distribution électrique contrôle des travaux. Les différentes mesures d’optimisation doivent par ailleurs tenir compte de
est essentielle, ainsi que ceux relatifs à la pose, est une garantie de bonne négociation avec les différents l’environnement institutionnel dans lequel s’inscrit le projet, avec dans le cas du Cameroun par exemple, la
prestataires. Au préalable, un bon allotissement, prévoyant notamment la dissociation de la fourniture de la pose, et prise en compte des contraintes/opportunités qui découlent notamment du contrat de concession signé entre
un découpage en lots de tailles accessibles à des PME locales, est une garantie de bonne concurrence pour une
l’Etat et la société AES-SONEL et du processus de décentralisation qui confère de plus en plus de
optimisation des coûts ;
responsabilités aux Collectivités locales.

 Dans un contexte comme celui du Cameroun, où un contrat de concession a été signé avec un opérateur privé lui
conférant une exclusivité sur le segment de la distribution et de la vente d’électricité, une collaboration étroite avec le
concessionnaire dès les phases de planification et de réalisation des études d’exécution est une garantie d’économie
pour le projet ;

43 44
BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web: BP: 16109 Yaoundé, Cameroun Tél, +237 22 20 71 25 – Fax: +237 22 20 49 17 Email: eed@eedsarl.com – web:
www.eedsarl.com www.eedsarl.com
Projet de Développement de l’Electrification Rurale dans le Département des Hauts-Plateaux
(DER HAUTS-PLATEAUX)
CRIS 2011 268-301

MERCI DE VOTRE ATTENTION

eed@eedsarl.com

DEMTARE Guy Oswald , TAMO Claude Michel,


Chef de Projet Energie Chargé d’études Energie
g.demtare@eedsarl.com cm.tamo@eedsarl.com
Supervision:
Samuel WATCHUENG, Directeur de
Projet

ETUDES ENGINEERING DEVELOPPEMENT - EED


Exemples d'analyse pour les séances de groupe
2 études de système de distribution MT, tirées d’exemples de projets en Ethiopie, seront présentées:
L’Étude S3 - Wolita
L’Étude S4 - Hosiana
L’objectif est de concevoir la solution la moins coûteuse pour chacun des systèmes.
La feuille Excel destinée au calcul de la chute de tension MT devra être utilisée pour trouver la solution la
moins coûteuse et la plus adaptée dans chaque cas. Cette feuille de calcul propose une méthode simple
pour estimer la chute de tension en fonction de la technologie choisie et de la section du conducteur
utilisée.
Les participants doivent identifier la solution de raccordement au réseau la plus adaptée respectant une
chute de tension inférieure à 7%.
Système de distribution MT, S3, Wolita (Ethiopia)

Charge sur le réseau


Les charges et les distances pour chaque section sont les suivantes :

Longueur en
Section Charge kVA
km
1_2 9.80 0
2_3 6.00 0
3_4 6.00 80
3_5 8.40 120
3_6 18.40 0
9_7 8.50 80
6_9 6.13
7_8 3.20 120
9_10 23.00 80
2_11 8.00 0
11_12 6.00 100
11_13 15.70 120

Les charges sont considérées être à la fin de chaque section de ligne.


Système de distribution MT, S4, Hossena

Charge sur le réseau


Les charges et les distances pour chaque section sont les suivantes :

Longueur Charge
Section
en km kVA
1_9 27.00 80
9_10 2.80 0
10_11 4.00 80
1_2 14.20 100
2_3 5.00 40
3_4 2.00 40
3_7 12.50 80
3_5 3.50 0
5_6 11.90 80
5_8 16.30 20
Les charges sont considérées être à la fin de chaque section de ligne.

Vous aimerez peut-être aussi