Vous êtes sur la page 1sur 21

CHAPITRE 6: Assemblage par Soudures

Assemblage par Soudures

1. Introduction

 Le soudage implique donc :


- L’existence d’une source de chaleur suffisante pour obtenir la fusion du
matériau.
- Une aptitude du matériau à être soudée, appelée soudabilité

Figure 1 : Exemples d’assemblages Soudés


Assemblage par Soudures

1. Introduction

 Le soudage présente, par rapport au boulonnage, plusieurs avantages :

- Il assure la continuité de matière, et de ce fait, garanti une bonne transmission


des sollicitations.

- Il dispense des pièces secondaires ( goussets,……).

- Il est de moindre encombrement et plus esthétique que le boulonnage.

En revanche, il présente divers inconvénients :

- Le métal de base doit être soudable.

- Le contrôle des soudures est nécessaire et onéreux.

- Le soudage exige une main-d’œuvre qualifiée et un matériel spécifique.


Assemblage par Soudures

1. Introduction

 Pour clarifier quelques notions souvent employées dans ce chapitre, il nous


semble utile de définir les termes suivants:

- Soudage : Opération qui consiste à réaliser un joint soudé destiné à relier entre
elle deux ou plusieurs parties d’un assemblage.

- Joint soudé : Ensemble de l’élément de liaison entre les pièces assemblées


constitué par la soudure et les zones influencées thermiquement du métal de
base.

- Soudure : Partie du joint soudé constituée par le métal d’apport fondu.

- Anomalie : Imperfection interne ou externe d’un joint soudé.


Assemblage par Soudures

2. Terminologie

 Les dispositions de soudures sont nombreuses. Ici, on parlera essentiellement


de la disposition la plus couramment utilisée en construction :

 Soudures Bout à bout

 Jusqu’à des épaisseurs de pièces


de 5 à 6mm, les soudures peuvent
être effectuées sur des pièces non
chanfreinées
 au-delà de 6mm il faut réaliser des
chanfreins sur les rives
d’assemblage, le talon c devra être
Figure 2: Sans chanfrein inférieure à la plus petite des
valeurs : 3mm ou t/5.
Assemblage par Soudures

2. Terminologie

 Les dispositions de soudures sont nombreuses. Ici, on parlera essentiellement


de la disposition la plus couramment utilisée en construction :

 Soudures Bout à bout

 Les chanfreins en V et en U
permettent de souder sans
retourner la pièce, mais donnent
lieu, lors du refroidissement, à des
Figure 3 :chanfrein en V déformations angulaires fortes. Le
chanfrein en U est plus onéreux, du
fait de l’usinage.

Figure 4: chanfrein en U
Assemblage par Soudures

2. Terminologie

 Les dispositions de soudures sont nombreuses. Ici, on parlera essentiellement


de la disposition la plus couramment utilisée en construction :

 Soudures Bout à bout

Figure 7 : chanfrein en K
Figure 5 : chanfrein en double U
 Les chanfreins en double V et en
double U, symétriques, éliminant
les phénomènes de déformations ou
de contraintes internes, si les
cordons sont exécutés
simultanément sur les deux faces,
Figure 6 : chanfrein en double V par tronçons alternés
Assemblage par Soudures

2. Terminologie

 Les dispositions de soudures sont nombreuses. Ici, on parlera essentiellement


de la disposition la plus couramment utilisée en construction :

 Soudures d’angle
Les cordons peuvent être plats et /ou bombés

Figure 8
Assemblage par Soudures

2. Terminologie

 Les dispositions de soudures sont nombreuses. Ici, on parlera essentiellement


de la disposition la plus couramment utilisée en construction :

 Soudures en T

Figure 9
Assemblage par Soudures

3. Précautions constructives

Le soudage de l’acier exige des températures élevées qui vont provoquer une
dilatation locale des pièces. Lors du refroidissement de la zone du cordon de
soudure, le retrait va :
 provoquer des déformations dans les pièces.
 générer des contraintes internes dans les pièces.

Figure 10
Assemblage par Soudures

3. Précautions constructives

Quelques précautions élémentaires doivent être prises pour limiter les


déformations et les contraintes :

• Effectuer les cordons par tronçons discontinus et espacés dans le temps.

• Préchauffer les pièces pour éviter un refroidissement brusque.

• Eviter l’assemblage de trop grande différence d’épaisseur, car il y’ a risque de


déformation de la pièce la plus mince et risque de fissuration du cordon de
soudure au refroidissement.

• Eviter les assemblages par soudure pour des pièces d’épaisseur supérieure à
30mm.
Assemblage par Soudures

3. Précautions constructives

Quelques précautions élémentaires doivent être prises pour limiter les


déformations et les contraintes :

• Réaliser des cordons de diamètre supérieure à 3 mm (a ≥ 3mm) et de longueur


supérieure à 50mm ( l › 50mm ou 10a)
• Veiller à une bonne corrélation entre l’épaisseur du cordon et l’épaisseur de la plus
faible des pièces à assembler.

Figure 11
Assemblage par Soudures

4. Calcul des cordons de soudure

 Soudures Bout à bout

Les soudures bout à bout ne se calculent pas. On admet qu’il y a continuité de


la matière, donc continuité des pièces aux deux conditions:

• L’épaisseur de la soudure soit au moins égale à L’épaisseur de la plus faible


des pièces assemblées

• Le métal d’apport ait des caractéristiques mécaniques au moins égales à celle


du métal de base.
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle
Notations:
a: Epaisseur utile ou gorge, distance minimale de la racine à la surface du
cordon(figure 12)
l : longueur utile du cordon

Plan de gorge de section : a x l

Figure 12

Figure 13
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle
Fonctionnement – Efforts développés dans le cordon :

Plan de gorge de section : a x l

 Les efforts F à transmettre d’une tôle à


une autre par les cordons de soudure
entre les 2 pièces et sont projetés sur la
plus petite section des cordons, le plan
de gorge, où ils développent des
contraintes normales et tangentielles.

 Composantes du vecteur contrainte dans


le cordon sur la facette constituée par le
plan de gorge :
 Contrainte normale : 
 Contraintes tangentielles :  et 
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle
Formule fondamentale :

Elle est donnée par l’eurocode 3 et elle exprime que les composantes de la
contrainte moyenne rapportée à la section de la gorge du cordon de
soudure doivent satisfaire à la condition :

fu Résistance nominale ultime à la traction


 w   3(   ) 
2 2 2

 Mw
Avec des coefficients w et  Mw variables selon la nuance d’acier

Tableau1
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle

Nous allons établir ci-après des formules de calcul pour des cordons reliant des pièces
orthogonales :

Cordons reliant des pièces orthogonales

Les cordons peuvent être frontaux, latéraux et obliques

 Cordons frontaux
 = ┴ = F / (√2.l.a)

// = 0

Formule fondamentale :

F 2
a .l   w . Mw .
fu
Figure 14
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle

 Cordons latéraux

// = F / (Sl . a)
 = ┴ = 0

Formule fondamentale :

F 3
a . l   w . Mw .
fu
Assemblage par Soudures
4. Calcul des cordons de soudure
 Soudures d’angle

 Cordons obliques

// = F.cosα / (Sl x a) Formule fondamentale :

 = ┴ = F.sin α / (√2. Sl.a) F 3  sin 2 


a . l   w . Mw .
fu
Exercice1: Attache d’un tube sur une platine

Soit un tube 80*80*5, soudé sur une platine par un cordon d’épaisseur
a =5mm perimétrique.
Quel effort axial pondéré N peut-il supporter ?
Données :
Acier S.235
Exercice 2 : Attaches de deux cornières sur un gousset

Soient deux cornières 80*80*5, soudées sur un gousset par des cordons
d’épaisseur a=4mm.
L’effort de traction pondéré N appliqué sur l’axe neutre vaut
N=40000daN
Données :
d’=23mm et d’’=57mm
d : la distance entre les centre d’inertie des
cordons et l’axe ZZ’
Acier S.235
Calculer la longueur des cordons de soudure?

Vous aimerez peut-être aussi